Vous êtes sur la page 1sur 20

CAN WE BE

SAINTS?

1
QU'EST-CE QU'UN SAINT?

Dans le cœur de tout catholique bien pensant, Dieu a implanté le désir de devenir saint. Pourtant, rares
sont ceux qui tentent sérieusement de réaliser l'ambition. La cause en est dans une large mesure le
découragement, dû à l'incompréhension de ce qu'est vraiment un saint.

Qu'est-ce qu'un saint? La réponse généralement renvoyée à cette question est: celui qui fait des
pénitences extraordinaires et fait des miracles. Or, c'est une description incorrecte, car ni les miracles
ni les grandes pénitences ne sont indispensables. L'homme qui opère un miracle ne s'en élève pas aux
yeux de Dieu; et, bien qu'une pénitence sous une forme ou une autre soit nécessaire, l'enseignement
des saints sur cette question difficile est néanmoins encourageant.

Ce qu'ils dirigent, ce ne sont pas des pénitences corporelles d'un genre terrifiant, mais plutôt l'évitement
strict des délices, de la douceur, du confort. On nous dit de ne pas nuire à notre santé et de manger
suffisamment de nourriture ordinaire pour nous permettre de travailler et de prier sans entrave. Il y a de
nombreuses opportunités pour la mortification la plus sévère dans la retenue des yeux et de la langue,
et dans une guerre contre les sept péchés capitaux.

Ainsi, il existe une autre définition de ce qu'est un Saint. C'est ceci: Celui qui, dans le but de plaire à
Dieu, accomplit extraordinairement bien ses devoirs ordinaires. Une telle vie peut être vécue sans une
seule merveille, susciter peu d'attention, être vite oubliée, et pourtant être la vie d'un des plus chers
amis de Dieu.

C'est évidemment un encouragement à considérer la sainteté de cette manière. Quand nous voyons
que ces choses qui nous ont tellement terrifié dans la vie des saints, parce que nous sentions que nous
ne pouvions pas les faire nous-mêmes, ne sont pas du tout la partie importante de leur sainteté, nous
devrions nous sentir encouragés à commencer aujourd'hui et à faire un effort sérieux pour une grande
sainteté. Croyez-moi: ce ne sont que les premières clés données à la volonté qui font vraiment
mal. Peut-être que les paroles suivantes du cardinal Newman nous inciteront à faire un pas en avant
sur la route:

«Si vous me demandez ce que vous devez faire pour être parfait, dis-je, ne vous allongez pas d'abord
au lit au-delà du moment du lever; donnez vos premières pensées à Dieu; faites une bonne visite au
Saint Sacrement; dites l'Angélus dévotement; mangez et buvez à la gloire de Dieu; dites bien le
chapelet; rappelez-vous; gardez les mauvaises pensées; faites bien votre méditation du soir; examinez-
vous tous les jours; couchez-vous à l'heure, et vous êtes déjà parfait. "

Qui sont appelés à être des saints?

Toute personne qui naît est appelée à être un Saint. Considérez-le comme le plus certain que vous -
même si votre vie peut sembler impropre à la sainteté - recevez des grâces suffisantes, si elles
correspondent, pour vous amener à la sainteté. Nous avons déjà vu que rien au-delà de nos forces n'est
attendu; la sainteté n'est pas non plus la propriété exclusive d'aucun grade ou mode de vie. Parmi les
saints canonisés par l'Église, il y a des rois et des mendiants, des représentants de tous les métiers,
des esclaves, des ermites, des citadins, des mères de famille, des invalides, des soldats et des
personnes de toute race et de toute couleur.

Comme un saint canonisé est un modèle fourni par Dieu, il est évident qu'une invitation à devenir saints
est adressée aux hommes et aux femmes de tous types. Il est également un fait qu'à ceux qui essaient
sérieusement de répondre à son invitation, il donne une aide suffisante pour les porter au but.

Les deux succès

Regardez comment la pensée de la gloire ou de l'or émeut les hommes. Quelles souffrances ils
endureront pour une simple chance de gain terrestre. Et à la fin, bien que déçus eux-mêmes, ils
rempliront l'esprit de leurs enfants des mêmes aspirations au succès mondain, de sorte que chaque
génération voit le même battement fatigué du pendule - une jeunesse ambitieuse à un âge aigri. Vaut-
il vraiment la peine? Tant de personnes sont handicapées par manque de santé, de connaissances ou

2
de cerveaux que ce n'est jamais un combat loyal. Sauf pour quelques-uns, l'effort est une pure perte de
temps.

Comment Dieu traite différemment quiconque aspire à la sainteté. Ici tout est certain. Chaque effort est
récompensé. Tout est fait pour nous favoriser; car aussi bien par santé et maladie, pauvreté et richesse,
ce qui semble bon et ce qui semble mauvais, l'homme de bonne volonté peut-il tirer un gain
spirituel. Toute demande raisonnable accordée; obstacles supprimés pour la demande; aucune épreuve
au-delà de nos forces n'est permise. Aux oreilles du monde, cela ressemblerait à un conte de fées, mais
c'est en vérité sobre la manière de Dieu de traiter avec le chercheur sincère des richesses célestes.

Assurément, annoncer calmement, comme le font tant de bonnes personnes, qu'elles n'ont aucune
ambition d'être des saints, est un traitement très peu généreux envers quelqu'un d'aussi gentil. Comme
Il a si clairement mis Son Cœur à faire de grandes choses, décidons-nous de lui plaire et de rendre
générosité pour générosité.

Je suis un paquet de faiblesse

"Je suis consterné à l'idée d'une vie d'efforts constants pour écraser ma nature dans une nouvelle forme.
Je n'ai aucune force de volonté et une telle vie est au-delà de mes pouvoirs."

Avec de tels raisonnements, nous nous endurcissons contre l'appel qui sonne si souvent à nos
oreilles. Nous oublions que les mêmes saintes lèvres qui disent: «Viens, suis-moi», disent aussi à tous:
«Mon joug est doux et mon fardeau léger,« Qu'y a-t-il donc de mal avec nous que nous craignons le
joug du Christ?

C'est ça ... notre point de vue. Des idées sans importance occupent les bastions de notre esprit et
façonnent nos pensées; tandis que Lui, le propriétaire de l'Éternité, n'est laissé que comme l'un des
cent intérêts de nos vies, de sorte qu'il n'est pas surprenant que le zèle, le courage, l'ardeur, qui font de
grandes choses, soient dépensés pour des gains ou des plaisirs qui donnent un retour visible et
rapide. En un mot, nous sous-estimons la sainteté.

Une fois que vous modifiez cela - et peu de choses sont nécessaires pour le faire - une fois que vous
acceptez le fait que la sainteté est la chose la plus importante au monde pour nous, et que cela
deviendra la chose la plus naturelle au monde pour nous de lutter contre elle. C'est là que réside tout le
secret de l'effort. Rendre l'objectif attrayant et raisonnable, et nous le poursuivons malgré les difficultés,
et presque malgré nous. L'esprit humain fonctionne de cette manière.

Une perspective changée

Le secret pour y parvenir est contenu en quelques mots; nous devons faire face aux faits. De temps en
temps, nous devons donner à l'esprit une chance de s'élever au-dessus de la mer dans laquelle il est
immergé, de choses qui n'ont pas d'importance, et d'affronter dans toute la froideur les sinistres vérités
qui se groupent autour des faits centraux de la mort et de l'éternité. Pensez à l'immortalité de l'âme; la
folie de préférer le temporel à l'éternel; la brièveté de notre séjour sur terre; la proximité de ce moment
qui décidera de tout; et l'inestimable de chaque minute de temps, qui, aussi courte soit-elle, façonne
pourtant notre vie éternelle au-delà de la tombe.

S'occuper délibérément de ces considérations solennelles et rester toujours indifférent est


impossible. Attendues pour qu'elles deviennent familières, ces pensées apportent une nouvelle force
dans nos vies. Il s'opère en nous un merveilleux changement. Comme si l'aiguille de la boussole devait
tourner du nord et pointer plein sud, la mondanité ne se repoussera pas et la raison nous conduira vers
Dieu. Ajoutez un peu d'amour et le stock-dans-commerce pour un Saint est là.

Mais nous avons déjà trop longtemps délibéré. Alors que nous étions dans le doute, "les jours précieux
se sont échappés, et nous nous trouvons dans les rapides au-dessus des grandes eaux de la tombe,
et nous entendons la chute des eaux dans l'abîme incommensurable, et nous ressentons la succion de
l'éternité . "

3
Éternité!! Quelle pensée!

Alors, au Nom de Dieu, commençons, pendant que nous en avons encore le temps, et pendant que la
soif est encore en nous, de L'aimer ardemment.

Une nouvelle ambition

Craignez les débuts reportés. Un frisson monte et notre grande destinée est oubliée.

Oh mon Dieu! Accorde que je n'ai pas, dans mon indécision, que ce jour m'arrive. J'avoue que Ton
travail n'a jamais été pour moi que des occupations pour un moment d'inactivité. Mon cœur a été fixé
sur les choses qui passent. Mais désormais je me donnerai entièrement à Toi. Donnez-moi le temps, et
je vous promets fidèlement maintenant de vous servir. Rends-moi les années que le ver et la sauterelle
ont dévorées, afin que je puisse un jour te les rendre pleines de succès.

Et je ne demande pas les grandes choses - la vie du missionnaire ou du moine, ou ces autres que je
vois autour de moi si pleins d'accomplissements. Je ne demande aucun de ceux-ci; mais mets
simplement mon visage à suivre inlassablement, inlassablement, la vie commune qui s'étend de jour en
jour devant moi, satisfait en elle je t'aime, et essaie de te faire aimer. La nature se rebelle contre cette
vie avec sa série interminable de tâches insignifiantes et pleine de tentation de se soulager dans
l'amusement ou le changement. Il semble si difficile d'être grand dans les petites choses, d'être héroïque
dans l'accomplissement du banal, mais cette vie est toujours Ta Volonté pour moi. Il doit y avoir un
grand destin en lui. Et donc je suis content.

Et puis pour couronner le reste, cher Jésus, je Te supplie de me donner cette ... fidélité jusqu'au bout
... d'être à mon poste quand le dernier appel viendra, et de prendre mon dernier souffle las dans ton
étreinte. Une vie courageuse. . . et fidèle jusqu'au bout. Un petit souhait, très cher Jésus, mais qui
couvre tout.

Être vraiment sérieux

La bonne volonté est le fondement même de notre progrès. Par bonne volonté, on entend non pas un
vœu vide d'atteindre le but, mais une volonté de travailler dur le long du chemin qui y mène. Maintenant,
le symbole de notre religion est une croix. Notre Seigneur nous a dit que nous devons le porter
quotidiennement si nous désirons être parfaits. Quelle excuse peut-il donc y avoir pour être bouleversé
lorsque des épreuves viennent sur nous? Celui qui est découragé par eux a évidemment commencé
sans réfléchir. Mais celui qui abandonne tout à fait n'a manifestement jamais été sérieux. De tels, Notre
Seigneur lui-même a dit: «Ceux-ci n'ont pas de racines».

Persévérance

Il y a généralement une douceur dans les débuts. Dieu donne alors gratuitement cette aide pour
encourager, tout comme un coup de main est donné aux enfants qui apprennent à marcher. Ce n'est
pas pour notre bien que nous devrions toujours être portés, donc après un certain temps, la douceur
est amoindrie. Vient ensuite le moment critique où notre résolution est testée. Les anges gardiens
doivent pleurer de voir tant de ceux qui ont donné des espoirs de grande sainteté s'arrêter net dans leur
cours.

Maintenant, abandonner parce que notre ferveur est partie, c'est admettre que nous n'avons jamais eu
en vue le plaisir de Dieu, mais le nôtre. Notre plaisir du travail étant parti, nous ne travaillons
plus. Apparemment, peu importe pour nous que le plaisir de Dieu dans l'œuvre soit toujours le même -
plus grand peut-être, car l'offrande faite d'un cœur malade et d'un cerveau fatigué est toujours la plus
précieuse.

La persévérance est la dernière grâce qui nous sera donnée, et la plus grande. C'est le test de notre
bonne volonté. L'excitation, la nouveauté ou l'une des douzaines d'autres choses purement humaines
peuvent déclencher quelque chose, mais elles ne le maintiendront pas. Quel est le problème avec tous
ceux qui commencent si magnifiquement et s'arrêtent si tôt? Appel à volontaires pour tout bon travail. Il

4
y en a beaucoup - pleins d'enthousiasme - mais pas un qui reste ferme, pas un qui garde les mains
jusqu'à la fin de la charrue. . . Et les bonnes intentions d'une retraite. . . Comme ils sont de courte durée!

Y a-t-il une raison précise pour laquelle toutes ces personnes n'ont pas la qualité de la
persévérance? Voici la réponse dans les mots du célèbre Père de Ravignan:

«J'affirme ici que toutes les tromperies, toutes les déficiences spirituelles, toutes les misères, toutes les
fautes, et même les errances les plus graves hors du droit chemin, proviennent toutes de cette source
unique - un manque de constance dans la prière.

Le secret de la persévérance est la prière


En lisant la vie des saints, on conclurait qu'ils se classent, grosso modo, en deux classes: ceux qui se
sont livrés à la contemplation et ceux qui ont passé leur vie à des œuvres actives. En réalité, ils se
ressemblaient tous. Tous étaient des âmes dont toute la vie était la prière. La prière était leur
affaire. Leurs bonnes actions n'avaient de valeur que parce qu'elles provenaient de la prière; ils
avaient le même rapport à la prière que le tronc d'un arbre porte aux racines; les bonnes actions sont
une partie visible de la prière; et les bonnes actions ne peuvent pas vivre sans prière.

Le présent est une période où un appel réussi est lancé aux catholiques pour montrer par des œuvres
de charité la foi qui est en eux. Que l'acte le plus ordinaire puisse devenir saint lorsqu'il est inspiré par
une intention sainte est bien compris et les paroles du Christ lui-même, nous assurant que "tout comme
vous l'avez fait à l'un des plus petits de ceux qui sont membres de ma famille, vous l'avez fait pour moi
», nous entraîne puissamment au service de notre prochain.

Les possibilités de sainteté ici sont immenses. Mais il n'est pas suffisamment reconnu qu'un bon
équilibre entre la prière régulière et les bonnes œuvres est essentiel à la persévérance dans ces
dernières. Il y a une tendance à considérer les bonnes œuvres comme suffisamment prières en elles-
mêmes. Leur variété les rend faciles, tandis que la prière est difficile. De plus, nous aimons voir des
résultats, et généralement nous ne voyons pas les résultats de la prière. Nous réduisons donc nos
prières à peu ou à rien, en nous satisfaisant du souvenir que nous faisons beaucoup de travail pratique
pour notre prochain.

Les lecteurs du Canon Sheehan se souviendront comment un raisonnement similaire s'est terminé dans
le cas de Luke Delmege par une perte complète de spiritualité et un désastre.

Bien sûr, c'est un cas extrême. Mais nous en connaissons tous beaucoup avec des qualités nobles, des
intentions saintes et des promesses élevées, qui atteignent juste un certain point et pas plus loin. D'une
certaine manière, ces qualités des saints qui renoncent à avancer sont les plus à plaindre. Il est
beaucoup plus facile de sortir un pécheur de la boue que d'inciter de telles personnes à sortir de l'ornière
de la simple bonté, que Dieu n'a jamais prévue pour elles.

Faisons retentir la note sur laquelle nous avons commencé il y a peu de temps. La cause de tout cet
échec pitoyable est la suivante: il n'y a pas assez de prière.

Prier! Prier! Prier!

C'est ainsi que sainte Thérèse a déclaré qu'elle résumerait tous ses enseignements.

Les gens ne comprennent pas l'importance de la prière. Ils disent que c'est difficile. Quelle merveille, vu
qu'ils ne font aucun effort pour apprendre. L'homme qui pense qu'il est tout à fait naturel de mettre son
fils en apprentissage de six ans pour apprendre un métier, trouverait absurde de passer six heures à
lire un livre qui pourrait lui apprendre à prier.

La prière doit être amenée à occuper une place la plus importante et la plus précise dans nos vies. Cela
ne veut pas dire que nous devons passer de nombreuses heures chaque jour à genoux. Les devoirs de
notre État empêchent probablement cela. Mais nous devons certainement viser plus que de dire des
prières deux fois par jour, voire trois ou quatre fois par jour. Il prie peu qui ne prie qu'à genoux.

5
Tout comme un gong ou un diapason pourrait sonner tranquillement toute la journée par un tapotement
occasionnel, de même l'âme d'elle-même enverra une prière incessante, si de temps en temps nous
appliquons le robinet d'une aspiration, d'une pensée, d'une éjaculation. Ne laissez jamais l'esprit être
trop loin de Dieu. La grande répugnance à prier que la plupart d'entre nous ressentons lorsque vient le
temps réservé à la prière est la preuve évidente que nous ne vivons pas, pour ainsi dire, avec lui.

LA JOURNÉE EN DÉTAIL
La pierre de fondation

Tout d'abord dans la considération de notre journée - et sur une éminence à part, comme la Croix elle-
même - doit se tenir la messe quotidienne et l'accueil quotidien de la Sainte Eucharistie. Ce sont de
toute évidence les plus grands moyens de grâce qu'il n'est pas nécessaire de les exhorter
longuement. Celui qui peut facilement aller à la messe du matin, et qui ne le fait pas, ne se trompe que
s'il pense viser une grande sainteté.

La messe et la communion signifient une journée parfaitement commencée - et c'est la moitié de la


bataille. Mais de ce grand acte découlent deux obligations plus petites: (a) envers votre voisin. Il y en a
beaucoup que le manque de réflexion seul retient de la messe quotidienne. Prêtez un livre; dis un mot
pour les réveiller; (b) à vous-même; lire pour accroître la connaissance et la révérence.

L'Offrande du matin

La journée aurait dû s'ouvrir avec l'offrande matinale de toutes nos pensées, paroles et actions à Jésus
par Marie. Cette offre doit être l'idée directrice de toute la journée. Nous n'avons pas besoin de répéter
les mots plusieurs fois, mais la pensée doit se trouver dans le cœur et régir notre vie quotidienne de
telle manière que nous nous sentions travailler pour Dieu et non pour le monde.

Notre travail quotidien

Premièrement, que personne ne se vante d'avoir ce qu'il considère comme une occupation digne. En
méprisant le travail subalterne ou manuel, il se sépare du christianisme et s'allie au paganisme qui, à
tous les âges, a compté ce travail comme le plus grand de tous les maux. sanctification et comme
pénitence pour nos péchés. C'est donc le fondement de notre vie spirituelle. Celui qui néglige son travail
et pense pourtant, parce qu'il dit beaucoup de prières, qu'il mène une vie sainte, se trompe.

Une bonne idée du devoir

Nous devons faire ce qu'il est de notre devoir de faire - et au bon moment. Le devoir n'est pas quelque
chose qui doit être abandonné avec nos vêtements de travail, comme tant de gens l'imaginent. Il est
aussi strictement de notre devoir de garder un rendez-vous ou un secret que de faire notre travail. Un
devoir précède même les «dévotions». Il est de votre devoir de laver la vaisselle, ne vous précipitez pas
vers la Bénédiction.

Il y a beaucoup de tâches dans la journée qui semblent moins importantes que d'autres, et c'est pourquoi
nous pensons très peu à les mettre de côté pour convenir à la convenance du moment. Une telle
conduite est erronée et ne crée pas un caractère fort. La vraie valeur de notre journée réside dans
l'exécution exacte de toutes nos obligations. Les plus grands prennent soin d'eux-mêmes - leur
importance les rend faciles à faire. Alors regardez particulièrement les petites choses.

Considérez votre journée entière comme une image où chaque ligne a sa place. Et où le plus petit peut
être le plus essentiel. Faites tout ce que vous êtes censé faire, et faites-le dans les moindres détails -
non pas parce que quelqu'un vous supervise, mais simplement parce que vous êtes censé le faire.

Il y a un proverbe: «La mort est légère comme une plume. Le devoir aussi lourd que le plomb», et une
vie vécue dans le dévouement au devoir va être une vie difficile. Mais ce sera la vie d'un homme. Voici
une leçon d'Extrême-Orient.

6
On a observé qu'un artisan japonais passait des jours à perfectionner l'intérieur d'un article qu'il
fabriquait. On lui a demandé "Pourquoi perdre tout ce temps? Personne ne verra jamais votre travail." Il
a répondu: "Est-ce que je ne le vois pas moi-même?" A cette réponse, ne pouvons-nous pas ajouter,
comme les chrétiens, «Et Dieu le voit aussi».

Prier à notre travail

Nous voyons que le travail et le devoir sont des choses saintes lorsque l'idée de Dieu est en eux. Mais,
par eux-mêmes, ils ne sont pas assez saints pour ceux qui essaient d'être des saints. Nous devons
rapprocher Dieu de notre travail que par la simple offrande de celui-ci le matin. Nous devons le garder
à nos côtés en pensant fréquemment à Lui.

Une religieuse espagnole qui avait la charge du réfectoire raconte que pour ne jamais être distraite, elle
a imaginé ceux qu'elle servait comme étant Notre Seigneur et Sa Mère et les Apôtres. De cette façon,
son travail est devenu un grand moyen de prière pour elle, et les heures qu'il y a passées ont été parmi
les plus dévotionnelles de toute la journée.

Bien que cela puisse être au-dessus de la portée de nos pauvres esprits, distraits par mille choses,
nous pouvons au moins rechercher avec confiance un sentiment tranquille de la Présence de Dieu. Cela
ne veut pas dire que nous devons réellement Le sentir près de nous. Si, par la pratique régulière de la
prière et la pensée fréquente de Lui, nous avons tellement percé l'esprit qu'il y a une tendance à revenir
vers Lui quand nous sommes libres, nous nous en sortons très bien. Car cela signifie que si distrayantes
que soient nos occupations, l'âme Lui accorde une attention silencieuse tout le temps. Nous aurons
toujours atteint le stade de la prière.

Le mécanisme de la prière fréquente

En s'efforçant de construire un esprit de prière comme celui-ci, il est peu utile de s'appuyer sur de
vagues résolutions prises dans les moments de ferveur - prier fréquemment. Les résolutions vagues
n'ont aucune influence sur les personnes aussi fortement éloignées de la prière que nous le sommes
malheureusement. Nous devons mettre en place certains événements de chaque jour comme des
appels réguliers à une parole ou à une pensée de prière.

Nous avons déjà certains de ces rappels: l'Angélus, la grâce aux repas, le décès d'une Église, etc. Ce
nombre peut être largement augmenté, de sorte qu'un certain nombre d'éléments de notre vie
quotidienne entraîneront à la fin une élévation facile et naturelle de l'esprit vers Dieu.

Un enterrement qui passe, la rencontre d'un ami, l'audition d'un décès, la sonnerie d'une horloge, la
sonnerie d'une cloche, l'écriture d'une date, l'aiguisage d'un crayon, l'enfilage d'une aiguille - on pourrait
aller pour toujours avec des suggestions pour une telle liste. Mais les occupations de chacun
détermineront ce qui est le mieux. Ne vous inquiétez pas de la folie de vos expédients. Ils peuvent avoir
d'autant plus d'amour en eux. En tout cas, rien de stupide qui mène à Dieu.

Il vaut mieux que les actes ne soient pas trop fréquents. Ils peuvent épuiser ses bonnes intentions ou
interférer avec l'attention au travail. Mais surtout, ils doivent, pour le débutant, être précis. Autrement
dit, la résolution doit prendre cette forme: "Chaque fois que je regarde ma montre (ou quoi que ce soit
d'autre), je dirai une telle éjaculation." Ne vous arrêtez pas car cette pratique peut paraître à première
vue mécanique, sans dévotion et fatigante. L'habitude viendra bientôt à votre aide et vous facilitera la
tâche. Mais la détermination sera toujours nécessaire, car le tentateur fera de nombreux efforts pour
empêcher une si excellente pratique.

Pendant que l'on progresse dans l'acquisition de l'esprit de prière, les choses qui sont un obstacle
doivent disparaître. Ce n'est que lorsque le calme est en nous que l'on peut tenter de construire une
vraie vie spirituelle.

7
OBSTACLES ET PITFALLS SUR LE CHEMIN
Péché

Le péché sous ses diverses formes est, bien entendu, la plus grande barrière. Des choses aussi graves
que la malhonnêteté, le fait de faire du tort à son employeur ou à ceux qui travaillent pour un, le jeu,
l'intempérance, la malédiction, pourraient être longuement abordées. Mais ce n'est sûrement pas
nécessaire. Nous considérons une personne qui fait un effort sérieux pour la sainteté; qui est pleinement
conscient de la gravité de tels échecs, et qui les a probablement déjà supprimés de sa vie.

Ensuite, il y a une foule de défauts plus communs: l'amour de soi, le mensonge, la médisance, la vanité,
l'envie, etc., dans des attaques directes sur lesquelles une vie pourrait être passée avec de mauvais
résultats. Un succès plus sûr viendra de lui-même si la prière et l'amour se développent. Ceux-ci
induiront un état d'esprit dans lequel tout ce qui ne va pas sera désagréable. De tels échecs ne
deviennent plus des tentations et abandonnent simplement la vie.

Tout ce qui précède est clairement étiqueté «péché». Lorsque nous sommes coupables de l'un d'entre
eux, nous savons que c'est une occasion de repentir et d'amendement. Mais il y a d'autres ennemis de
la sainteté qui sont plus cachés, et qui trompent constamment même les gens bien intentionnés en
prenant une apparence innocente et louable. Parmi ceux-ci, on peut citer le mécontentement, le respect
humain, une langue incontrôlée, la mauvaise humeur, le découragement, la vanité. Le sérieux de ceux-
ci est qu'ils sont hébergés par de bonnes personnes, quand le péché a été chassé, dans l'ignorance
qu'ils accomplissent l'œuvre du péché.

Mécontentement

C'est la grande faute du bien. «Il n'y a pas de mal à être insatisfait», diront-ils. Ou ils l'appelleront
ambition, et feront une vertu de l'agitation que cela fait dans leur esprit. Le mécontentement aurait un
certain avantage s'il nous incitait à viser de meilleures choses. Mais malheureusement, le
mécontentement ne fait que nous faire mépriser ce que nous avons. Nous sommes tellement déformés
que nous envions aujourd'hui à quelqu'un d'autre ce que nous avons méprisé hier en nous-mêmes.

Or, cet esprit de mécontentement nous préoccupe particulièrement lorsqu'il crée l'illusion que notre
mode de vie et notre environnement particuliers sont inadaptés à la sainteté. Très souvent, nous
entretenons la pensée comme une pensée sacrée. Nous sommes certains que nous pourrions être
saints si Dieu nous faisait prêtres ou nonnes, ou en fait tout autre chose que ce que nous sommes.

Qu'une telle illusion, aucun obstacle plus grand au progrès ne peut exister. Les conditions de vie de
chaque homme, telles qu'elles sont, sont les matières premières à partir desquelles il doit façonner son
avenir. Le fait de ne pas croire à la possibilité de faire du bien avec ce qu'il a est peu susceptible de
conduire à des efforts. Un homme est tout aussi susceptible de commencer à creuser dans son jardin
arrière pour trouver des diamants que de chercher les joyaux de la sainteté là où il ne croit pas qu'ils
existent.

Il se peut que notre mode de vie actuel soit vraiment défavorable aux choses supérieures. Si tel est le
cas, Dieu nous ouvrira en temps utile une autre porte, c'est-à-dire à condition que nous fassions notre
devoir en tirant le meilleur parti de ce que nous avons maintenant.

Très probablement, cependant, loin d'être défavorable, notre vie actuelle est juste la seule qui nous
amènera à la sainteté. Dieu, qui voit toutes choses, ne l'a pas choisie sur toutes les autres pour nous
sans raison suffisante. Par mécontentement, nous nous érigeons en juges sur ses actions. Maintenant,
faisons-lui le compliment de réfléchir profondément à cela, puis lions-nous avec une résolution sévère
pour mettre de côté toute pensée aussi troublante. Sa place sera remplie par une grâce. Un calme
grandira progressivement en nous. Nous nous trouverons de moins en moins étouffés par les soucis de
la vie quotidienne. Nous continuons.

8
Quand le mécontentement est banni

Ceux qui ont toujours été dans l'étroite amitié de Dieu ne peuvent pas apprécier pleinement la grandeur
de ce trésor - la paix de l'esprit - qu'ils ont toujours possédé. Mais pour ceux qui ont connu le contraire,
ce sentiment de cahn, à mesure qu'il se développe, porte un message clair de la présence du Saint-
Esprit dans l'âme. L'un est sur le chemin de cette tranquillité qui était une caractéristique notable de la
vie des saints. Par exemple, il est écrit de Saint Vincent Ferrer:

«Que ce soit dans les rues, ou dans le choeur, ou dans sa propre cellule, ou en prêchant, ou en voyage,
ou quoi qu'il fasse, il était toujours tranquille parce qu'il faisait un oratoire dans son cœur, et y conversait
sans interruption avec Dieu sans aucun extérieur. chose qui le dérange. "

Un autre grand obstacle - le respect humain

Le danger du respect humain n'est pas suffisamment reconnu. Dans presque tous les catholiques, c'est
un point faible. Dans le cas de certains, c'est un défaut si grave qu'il met hors de question la vraie
sainteté. Le respect humain peut être défini comme la mise de l'opinion d'autrui à la place de notre
conscience. Il place le ridicule et l'impopularité comme la chose la plus à éviter, même au risque de
porter atteinte à la vérité et aux principes. Commencer par de petites choses, s'il est constamment cédé
au respect humain, entraîne un abaissement général des principes. On atteint un état d'esprit aussi
différent de la sainteté que la craie l'est du fromage.

Vous avez toujours eu l'habitude de vous bénir lors de vos repas. Quand vous n'êtes pas chez vous,
par une forme, de honte, vous ne faites pas cela. C'est le respect humain.

Vous touchez toujours votre chapeau en passant devant une église - sauf quand vous êtes avec des
protestants? Vous n'auriez pas d'image religieuse dans votre salon. Vous avez peur de faire le chemin
de croix. Vous seriez mortifié si vos perles de chapelet tombaient de votre poche en compagnie
protestante ou dans le bus. Ce sont tous des signes de la maladie dont nous discutons.

En un mot, vous êtes tellement pris à rendre votre conduite acceptable aux autres que vous n'avez pas
de place pour penser que Dieu aurait pu être satisfait de ces petites professions ouvertes de la foi. Vous
l'avez traité comme les riches sont censés traiter leurs pauvres parents - les reconnaître en privé, les
ignorer en public.

Dans la vie de saint Philippe Neri, on lit comment ce saint avait coutume d'imposer des pénitences très
humiliantes à ses disciples dans son souci de détruire en eux toute trace de cet esprit méchant. De
telles pratiques seraient aujourd'hui qualifiées d'extrêmes. Voici une suggestion qui n'est pas
extrême. Cela aidera toute personne résolue à détruire cet échec. . . Portez ouvertement quelque chose
de catholique; un petit insigne de dévotion ou un emblème qui vous marquera comme un catholique,
qui n'a pas honte d'être connu comme tel. Le sentiment de réticence à faire cela, qui arrivera à
beaucoup, est le meilleur test de sa valeur; c'est l'esprit que vous cherchez à tuer qui proteste en vous.

Des objections telles que: «Je ne crois pas au port du badge» et «Je ne crois pas au défilé de ma
religion» ne sont généralement pas sincères. Ceux qui parlent de cette manière semblent rarement
avoir une objection à porter des insignes politiques ou commerciaux. Soit honnête avec toi. Le problème,
c'est que vous n'êtes pas vraiment fier d'être catholique. C'est la nature humaine de publier le fait si
vous l'êtes.

Le prêtre et la religieuse se présentent au monde pour ce qu'ils sont. Que les laïcs aussi, dans les
petites voies qui leur sont ouvertes, confessent le Christ devant les hommes afin qu'il les confesse un
jour devant son Père céleste. Mais en cela, qu'il y ait une modération saine. Ne faites rien qui vous
méritera le nom de simple excentricité, car cela détruirait une grande partie de votre influence. Se couvrir
d'emblèmes religieux ou faire une démonstration inutile de dévotion dans une Église, c'est se tromper
de cette manière.

9
Découragement et fierté

Cette valeur spirituelle de tout travail que vous faites ne doit pas être jugée par le peu ou beaucoup de
résultat que vous en voyez, mais par la pureté de l'intention et l'effort que vous y avez mis. Le puissant
sermon ou livre qui convertit beaucoup pourrait apporter moins de mérite à son auteur que le plus petit
acte d'abnégation. Il est donc aussi insensé d'être découragé par le manque de résultats visibles que
d'être gonflé par un succès apparent. Beaucoup de gens ordinaires ont vu des choses merveilleuses
sortir de leur travail, tandis que les saints ont souvent été confrontés à des échecs constants.

Quoi que vous preniez, faites bien votre part. Que ce soit votre seule préoccupation. Ne vous inquiétez
pas des résultats, qui peuvent apporter de la vanité - dont un seul contact peut détruire la beauté de
toute œuvre aux yeux de Dieu.

Si un succès vous cause des piqûres de vanité, invoquez le bon sens à vos côtés pour vous dire
combien il y a peu d'abnégation dans votre vie; combien vous en faites peu; et combien plus vous
pourriez facilement faire si vous le vouliez. Et puis comparez-vous avec ces multitudes de bonnes
personnes à travers le monde qui ont tout abandonné pour l'amour du Maître, et qui se considèrent
pourtant comme des oisifs à Ses yeux.

Que votre prière fréquente soit: «Jésus, doux et humble de cœur, rendez mon cœur semblable à votre
cœur». Si vous devenez parfaitement humble, Dieu vous utilisera certainement pour une grande œuvre.

Ô Jésus, je désire devenir un saint - non pas pour être grand, mais pour que tu sois grandement aimé.

ARMES ET SIDA
Dévotion à Marie

«Montrez-moi comment vous dites que vous saluez Marie», dit un grand Saint, «et je vous dirai comment
aimer Dieu». Le bout des doigts des autres saints - durcis par l'utilisation de leurs perles - montre cette
même idée dans la pratique.

Vous devez avoir un immense amour pour Mary. Lisez et priez, et priez encore, jusqu'à ce que vous
obteniez cet amour. Implorez Notre Seigneur de vous donner juste l'amour pour elle qu'Il souhaiterait
que vous ayez. Un grand amour pour elle est un grand signe de sainteté.

Ne la traitez pas uniquement comme la reine de tous les saints. Elle est bien plus que ça. Elle est la
Fille la plus aimée du Père, la Mère du Fils et l'Épouse du Saint-Esprit. Lorsque vous priez l'une de ces
trois personnes divines, laissez-la être près de vous pour recommander votre prière.

Et elle est aussi notre mère. Cette idée est-elle réelle pour nous? L'amour de nos chères mères
terrestres est une chose merveilleuse. Quelles mers de feu et d'eau ne traverseraient-ils pas pour
nous! Pourtant, leur amour est faible et faible par rapport au sien.

Il existe une belle coutume traditionnelle qui semble malheureusement moins courante qu'elle ne l'était:
la consécration des bébés par leurs parents à cette Sainte Mère. Le terrible pouvoir du Malin sur les
corps des personnes qu'il possède devrait être la meilleure recommandation de cette Dévotion. Plus
qu'il ne peut faire pour le mal, un million de fois, elle peut le faire pour le bien.

Consacrons-lui non seulement nos enfants, mais nous-mêmes de la manière la plus solennelle - en
nous rappelant que ce qui appartient à Marie est tout pour Jésus.

Saint Joseph

Notre Seigneur et sa bienheureuse Mère se sont tournés vers Saint Joseph pour leur pain
quotidien. Quelle merveille donc que l'Église nous dise: «Va vers Joseph».

10
Il était très cher aux saints. En particulier, ce grand maître de la prière - sainte Thérèse - a des choses
élogieuses à dire sur les fruits de sa dévotion.

Il ne semble pas y avoir d'occupation ou de condition de vie qui ne puisse lui réclamer quelque point de
ressemblance auquel puiser des encouragements. Surtout, en tant que Patronne de ceux qui travaillent
dur et qui sont durement utilisés, nous nous adressons à lui, sachant qu'être comme lui de cette manière
amène aussitôt les bras du Bébé Divin autour de nous.

Nous pourrions faire une pratique fréquente de lui dire une petite prière, telle que «Saint Joseph, appelé
Père par Jésus, priez pour nous».

C'était sa plus grande dignité.

La nécessité de la lecture spirituelle

Lisez de la bonne littérature; amener les autres à lire de la bonne littérature; et plus tard, nous ferons
tous de bonnes actions.

Il faut se forger un goût pour la littérature religieuse. Il doit prendre une place définie dans chaque
jour. De là, nous allons acquérir un intérêt pour notre religion; élargir notre connaissance des doctrines
de l'Église; connaître son histoire, ses gloires, ses institutions, ses opposants et être capable de
répondre aux innombrables questions et objections qui émanent constamment de l'ami et de l'ennemi.

Il y a une pénurie de bonnes bibliothèques religieuses. Nous devrons probablement acheter les livres
que nous souhaitons le plus lire. Mais qu'il y ait un petit sacrifice, un livre occasionnel acheté et lu à
fond, et plus d'une fois. Si un auteur a profondément réfléchi à son travail, cela ne sera pas apprécié en
une seule lecture.

Après cela, que sa mission ne soit pas de ramasser de la poussière, mais des âmes. Envoyez-le à un
tour apostolique chargé parmi ces amis à qui on peut faire confiance pour rendre un livre emprunté. Un
bon périodique religieux devrait entrer régulièrement chez nous - un périodique qui nous gardera en
contact avec les actions du monde entier de l'Église universelle.

Nous devons lire la vie des saints

On nous a appris à lire au moyen d'un titre. Inconsciemment, nous façonnons également nos vies par
certains titres. Le but de Dieu en provoquant la canonisation des saints était de fournir un titre qui nous
attirerait vers la bonté et l'héroïsme.

Les saints sont les doctrines et les pratiques de sainteté rendues visibles. Si nous fréquentons leur
entreprise, nous imiterons bientôt leurs qualités.

La question du journal

Nous sommes enclins à penser qu'il est nécessaire de lire les quotidiens pour rester en contact avec
ce qui se passe dans le monde. Prenons garde qu’ils ne nous placent sous l’emprise du monde.

Le journal moderne est si bien écrit, si attrayant pour les yeux, qu'il a tendance à devenir un goût
absorbant. C'est une tendance du jour à se vautrer dans les quotidiens.

Des discussions sans fin, une vision préjugée, un peu de connaissances décousues, un dégoût pour la
littérature sérieuse ou bonne, une perte de pouvoir de concentration, une mémoire défectueuse - tels
sont les produits de ces heures perdues pendant lesquelles le Royaume de Dieu aurait pu être si
puissamment avancé.

11
Méditation, réalisation, action

La lecture est une préparation directe à la prière et à l'intimité avec Dieu. Pour méditer sur des questions
religieuses, il faut avoir lu, sinon il n'y a rien à méditer La lampe n'a pas d'huile. Mais, lisez lentement et
réfléchissez à ce qui a été lu. Les livres parcourent rapidement et ne sont pas réfléchis sont aussi sans
valeur que la nourriture mangée mais pas digérés.

Nous devons donc nous accuser de perte de temps si nous lisons sans vouloir profiter de notre lecture.
Telle est pourtant notre habitude ordinaire. Nous ne méditons pas donc nous ne réalisons pas. Nous
laissons dans les profondeurs inexplorées de notre âme les vérités divines qui devraient régir notre
intelligence et nous conduire à de grandes choses.

Il y a une merveilleuse différence entre simplement croire et réaliser. Voici quelques vérités auxquelles
nous croyons tous:

1. La mort est inévitable - puis le jugement.


2. La grâce est la plus grande possession du monde.
3. Le péché même véniel - est infiniment le plus grand malheur du monde.

Maintenant, dans quelle mesure réalisons-nous ces vérités et agissons-nous en conséquence?

Et encore. Nous savons que le Dieu Infini est devenu Homme pour nous: pas un Roi - Il voulait l'amour,
pas la peur - mais le bébé frissonnant des pauvres; un ouvrier grossier; un vagabond sans abri - on
pourrait presque dire un paria ... et ensuite Il a été pris et torturé et mis sur une croix pour mourir, un
objet de mépris; tout cela pour gagner notre amour ou même notre pitié, qui s'apparente à l'amour.

Oh ! l'horreur de celui-ci! Les saints ont crié d'angoisse en pensant que l'amour si grand devrait être si
indésirable par le monde. Car il en est ainsi. Le Crucifix n'est pour nous qu'un morceau de bois ou de
métal. Nous avons des larmes pour n'importe quel ami sauf Lui! ... Fidélité pour toutes les causes sauf
la sienne! ... et pourquoi?

Parce que nous avons négligé les moyens que le bon sens nous pousse à utiliser. La prière et la
méditation le rendraient réel et vivant pour nous; mais dans notre indifférence, nous lui laissons une
ombre - et qui peut aimer une ombre? C'est ainsi que nous manquons la plus grande force du monde -
cet amour personnel pour Jésus, qui ne cherche aucune récompense, se moque de la mort, rend le
sacrifice délicieux et la sainteté facile.

La méditation est si difficile

Il y en a beaucoup qui sont vraiment incapables de méditer de manière régulière. Ceux-ci ne doivent
pas être découragés au point d'éviter complètement la méditation. La méditation est très recommandée,
et une méthode aussi simple que la suivante peut être utilisée.

En s'efforçant d'amener le Maître de manière vivante devant nos esprits, nous devons considérer
attentivement ce modèle divin. Sa forme élancée et son visage serein et charmant, ses paroles, ses
actions - prenez-les une par une, et du mieux que nous pouvons y réfléchir avec affection. Quelle beauté
incomparable rayonne en tout! Une telle douceur, sagesse, pureté, patience, tendresse; et un amour
qui nous est fidèle dans toute notre indignation et notre déloyauté. Regardez et admirez, et cherchez à
inspirer leur beauté en nous-mêmes.

Nous pouvons en tirer une consolation ... nous ne cherchons pas en vain. Le trésor de la perfection en
Lui n'est pas comme les trésors du monde, derrière les barreaux ou dans les musées - à admirer mais
pas à posséder. Chaque perfection qui brille en Jésus est là uniquement pour nous être
communiquée. De tout son cœur, il désire nous les donner. Alors regardez-les, et aspirez à les avoir, et
elles deviendront les vôtres.

12
De ce caractère simple peut être notre méditation. Aucun système régulier n'est nécessaire, même si
cela aide. Il n'y a pas besoin d'efforts, de résolutions même - seulement un désir de L'aimer et d'être
comme Lui. Pourtant, notre avance se fera à pas de géant. Et pourquoi est-ce? C'est parce que, comme
le disent les théologiens, Notre Seigneur et ses qualités ne sont pas seulement saintes mais
sanctifiantes: c'est-à-dire que le simple fait de les regarder avec de bonnes intentions les imprégnera
dans nos cœurs et les fera partie de nous.

Et que notre regard soit comme celui de Mary a dû l'être. Demandez-lui de l'aide dans cette
contemplation. C'était son travail depuis la nuit où elle a regardé pour la première fois le visage de son
nouveau-né.

Je ne suis pas du tout capable de méditer

Ceux pour qui même une simple forme de méditation est difficile, trouveront très utile de prendre un
livre spirituel devant le Saint Sacrement, puis de le lire très lentement - plus à la manière de la prière
que de la lecture ordinaire. Faites des pauses fréquentes - après tout, chaque mot sur deux représente
une idée - et parlez fréquemment à la Présence eucharistique. Plus on passe de temps sur chaque
phrase, mieux c'est. La capacité de s'attarder sur la lecture pendant un certain temps signifie qu'une
forme de méditation très satisfaisante est en cours de réalisation.

Notre travail pour notre voisin

Le fait que Dieu dans sa Providence nous ait laissés dans le monde, au lieu de nous donner une
vocation religieuse, indique qu'il veut que le monde soit notre vocation. Autrement dit, les personnes et
les choses quotidiennes autour de nous doivent être le moyen de la sainteté pour nous. On peut
considérer que le service pratique de notre voisin est essentiel pour notre développement global. Nous
devons garder à l'esprit que servir notre prochain par amour de Dieu signifie que ce que nous lui faisons,
nous le faisons à Dieu.

L'influence que nous pouvons exercer

Le pouvoir que chacun de nous a pour influencer les autres vers le bien ou le mal est si grand qu'il est
presque illimité. L'explication de ceci est que lorsque Dieu trouve un travailleur volontaire, humble et
fiable, Il l'utilise comme un canal pour Sa grâce envers les autres. Et horrible à dire, il y en a beaucoup
qui se prêtent de la même manière à être les instruments du diable, et acceptent le terrible destin de
l'aider dans son travail.

Une réflexion sur des noms tels que Saint Paul, Saint Dominique, Saint François d'Assise et, d'autre
part, Luther ou Voltaire, servira à montrer ce qu'il appartient à un seul homme de faire - d'influencer tout
un monde, siècle après siècle.

L'homme est petit, mais un homme qui est sérieux au sujet d'une idée n'est pas petit. Il va influencer les
autres, et personne ne sait où cela va se terminer. Que notre idée dominante soit la gloire de Dieu et le
salut des âmes.

Des essais qui montrent des progrès

Certains essais peuvent être attendus. Nous serons raillés comme de futurs saints, laits-de-lait, et
réprimandés par l'étroitesse d'esprit et l'intolérance.

Cette dernière charge devrait nous être la bienvenue. Il nous éloigne de cette classe nombreuse qui est
considérée et se considère comme large d'esprit, alors qu'en réalité ce ne sont que des
tailleurs. Pourtant, l'accusation ne possède qu'un grain de vérité qui la rendra blessante pour nous. Car,
avoir des règles de principe et de conduite bien définies signifie que nous paraîtrons restreints à ceux
qui ne sont pas également entravés. Cela fait partie de la peine d'avoir raison.

13
Quelques responsabilités de sainteté

S'associer dans l'esprit des gens à la religion, comme vous le ferez sans aucun doute si vous y travaillez,
implique une responsabilité. Cela peut être déraisonnable de leur part, mais néanmoins les gens
jugeront la religion en général d'après vous. Si vous jouez un rôle viril, vous faites de la religion un
avantage en la rendant attrayante pour les autres. Si vous vous faites un Bon Samaritain Universel,
dont la langue comme celle de Saint Alphonse de Liguori ne sait pas dire des choses dures ou
sarcastiques, et dont les actes sont conformes, vous attirerez les hommes vers vous, et mieux encore,
vous les ferez aimer. Dieu, parce que dans ta bonté, ils l'apercevront.

D'un autre côté, si vous êtes insouciant dans votre travail, sale dans votre robe, méchante dans votre
conduite, vous avez blessé votre religion. Il s'enfonce dans la gouttière avec vous-même.

C'est une grande chose que Christ ait ainsi placé Son honneur en votre possession. Si vous n'êtes
qu'un demi-homme, cela vous stimulera. De plus, cela signifie que même le côté le plus mondain de
votre vie, votre travail à l'usine ou à votre domicile, à l'école technique ou à l'université ou au syndicat,
votre athlétisme, votre musique, votre peinture, etc. pour lui dire d'une manière très pratique.

Attaques contre l'Église

Où que vous alliez, à votre travail ou dans des clubs ou des sociétés, vous entendrez des difficultés
soulevées et des questions posées qui, peut-être, frappent les fondements de l'Église ou de la foi elle-
même, et en aidant les autres, n'oubliez pas le danger pour vous-même.

Bon nombre de ces objections, vous serez en mesure de répondre efficacement à partir de vos propres
connaissances. D'autres peuvent sembler si forts qu'ils vous effraient. Il est donc utile de se raisonner
ainsi: «Quelle que soit l'objection, il y a une réponse. Toutes ces difficultés ont déjà été soulevées et
résolues. De tous les temps, les grands hommes se sont efforcés de percer des trous dans la doctrine
de l'Église, et eux et leurs philosophies sont partis, tandis que l'Église vit. "

Rappelez-vous toujours que la vérité des doctrines catholiques ne dépend pas de votre capacité à les
prouver. Dix vies ne seraient pas assez longues pour se satisfaire sur chaque point. La vraie preuve en
est la déclaration de l'Église, qui est le pilier et le fondement de la vérité.

Alors ne laissez pas ce que quelqu'un dans les travaux vous a dit vous déstabiliser. Que son objection
- même si elle soulève une difficulté dans votre esprit - ne vous donne que l'occasion d'un acte de foi:

"Je ne comprends pas, cher Seigneur, mais je crois parce que l'Église l'enseigne, et l'Église est
infaillible."

Lisez la promesse de Notre-Seigneur: "Sur ce rocher, je bâtirai mon Église ... et les portes de l'enfer ne
prévaudront pas contre elle."

Écoutez ensuite les paroles de Loed Macaulay, qui n'était pas un ami de l'Église, et voyez comment
cette promesse tient après dix-neuf siècles: «Quand nous réfléchissons aux terribles assauts auxquels
l'Église catholique a survécu, nous avons du mal à concevoir de quelle manière elle doit périr. "

L'appel aux bonnes œuvres

En période de retraite, ou à vos prières, ou à l'invitation d'un ami, un appel à un bon travail viendra. Cela
peut venir d'en haut, alors ne refusez pas à la légère. Vous pouvez manquer la vocation de votre
vie. Saint Augustin prononce des paroles solennelles: "Craignez le passage de Jésus ... Il ne peut plus
passer votre chemin."

14
Comment pouvons-nous faire de grandes choses

Avec l'industrie, le sacrifice de soi et une certaine connaissance de la nature humaine, nous pouvons
produire des résultats: (a) en organisant - en préparant les choses pour les gens qui ne les prépareront
pas pour eux-mêmes; (b) en apportant aux gens, qui ne les obtiendraient jamais pour eux-mêmes, des
choses qui leur seraient utiles; (c) en s'adressant individuellement à des personnes qui ne répondraient
jamais à un appel général.

En d'autres termes, nous devons être un pont qui couvre le gouffre entre ce que les gens feront d'eux-
mêmes et ce que Dieu veut qu'ils fassent. Par example:

a. Un pèlerinage est organisé. Tout est coupé et séché. Il suffit d'acheter un billet et de prendre
sa place. Mille personnes y vont. Y en aurait-il eu si le pèlerinage et ses détails n'avaient
jamais été arrangés?
b. Un appel est lancé depuis la chaire pour soutenir une certaine publication religieuse. Seule
une poignée de personnes répondent. Une enquête de porte-à-porte plus tard, amenant le
journal directement sous l'attention du public, produit des centaines de nouveaux lecteurs.
c. Tout le monde dans une ville connaît les besoins d'un organisme de bienfaisance
local. Pourtant, rares sont ceux qui s'abonnent, jusqu'à ce qu'un appel porte-à-porte soit
organisé. Alors tous donnent.

"Tu aimeras ton prochain comme toi-même"

Ce qui précède ne sont que des indications de ce qui pourrait être fait. Vos propres goûts, votre
environnement, votre conscience vous suggéreront de nombreux moyens puissants de profiter à votre
propre âme en profitant à l'âme des autres. «Aime ton prochain comme toi-même» est un dicton
dur. Mais gardez à l'esprit qui l'a dit, et ne négligez aucun moyen d'aider les autres vers le
bien. Demandez à saint Vincent de Paul, qui est le patron de toutes ces œuvres, de vous inspirer la
connaissance de ce qui vous conviendra le mieux. Peut-être pourriez-vous faire un début en rejoignant
la Société qui porte son nom.

Voici quelques suggestions supplémentaires:

a. Vous connaissez une excellente Sodalité. Travaillez dur pour cela. Soyez préfet d'une
guilde. Formez le sous-préfet à faire le travail, puis lorsque vous êtes sûr que vous pouvez le
faire sans former une autre guilde pour vous-même. Ainsi, vous augmenterez le nombre de
membres de la Sodalité et resterez enthousiaste.
b. Vous connaissez une école du soir qui envoie beaucoup de ses élèves dans le sacerdoce ou
le couvent. Dites à quiconque pourrait être intéressé. Beaucoup se joindront, et leur
installation au travail ne sera que l'étape qui se transformera en résolutions solides qui
autrement ne seraient jamais que des désirs flous.
c. Il y a une organisation qui, vous le savez, a produit une grande amélioration spirituelle chez
ses membres. Amenez vos amis dedans.
d. Il y a un magazine ou un journal religieux que vous pensez bien. Prolongez sa diffusion.
e. Vous connaissez quelqu'un qui a le don d'inciter ceux qu'il rencontre à s'engager dans le
travail social. Présentez-lui les gens.
f. Vous avez lu un livre qui vous a fait un grand bien. Achetez un exemplaire ou deux et prêtez-
le en rond.

Promouvoir les retraites du week-end

Vous pourriez travailler pour les Retraites Clôturées, ces terrains de forage de la perfection chrétienne
- comme les a appelés le dernier Pontife - produisant partout où ils existent, des hôtes de travailleurs
infatigables dans la cause de la religion, sanctifiant le bien, élevant les dégradés.

Si vous souhaitez voir un bien de grande envergure accompli, voici vos moyens à portée de main,
rapides et certains.

15
Alors, là où se trouvent ces retraites, organisez-les pour elles, diffusez l'idée d'elles à l'étranger, et là où
elles ne sont pas encore établies, faites en sorte que cela se fasse.

Percer un nouveau terrain

Peut-être pourriez-vous en regrouper d'autres pour faire le bien et donner la première impulsion à ce
que saint Vincent appelle la contagion sacrée de la charité.

Démarrez une petite organisation. Rassemblez-en quelques-uns autour de vous pour un bon
travail. Tenez une réunion régulière - hebdomadaire, si possible - et discutez de vos petits efforts sous
les auspices de la prière. Vous l'avez sur Sa propre parole que Lui, qui peut rendre vos efforts fructueux,
est là au milieu de vous.

Ne montez pas trop haut. Ne soyez pas trop anxieux. Regardez avant tout les tâches de routine et les
petits détails de la réunion. Un départ ponctuel, des comptes rendus soigneusement rédigés, des listes
de présence régulièrement annotées, des discussions sur les affaires et les affaires uniquement, de
l'affection entre les membres, ceux-ci - bien plus que des capacités d'organisation ou des travailleurs
exceptionnels - assureront un succès durable.

On ne saurait trop insister sur le fait que le progrès et la permanence de l'organisation dépendent des
réunions et que les réunions dépendent à leur tour du système, de la prière et de la fraternité qui s'y
trouvent. Agissez en tenant compte de cela: affrontez calmement les inévitables hauts et bas et votre
travail peut être multiplié à l'extrême. Tous les grands mouvements ont des origines aussi simples.

Quelques façons simples de faire du bon travail

Voici quelques-unes des nombreuses façons dont une multitude d'hommes et de femmes passent leur
temps libre à servir Dieu. Le jour du jugement seul montrera la joie qu'ils lui ont donnée et le bien qu'ils
ont fait.

Les quelques exemples donnés montreront clairement qu'un tel travail est à la portée de toute personne
persévérante.

(a) Le professeur de catéchisme


Le saint Pie X a été une fois demandé par une dame désireuse de faire du très bon travail pour Dieu,
ce qu'il lui suggérerait. Il la surprend en répondant: «Enseignez le catéchisme aux enfants».

Prenez un cours et mettez-y votre cœur. Acquérez un grand stock d'anecdotes par lesquelles vous
pourrez à la fois former et intéresser ces petits qui sont, comme on l'a bien dit, cire pour recevoir, marbre
pour conserver. Beaucoup d'entre eux feront un jour de grandes choses pour Dieu. Et ce sera à travers
vous.

(b) La Sainte Enfance


Organisez et dirigez, avec l'approbation de votre curé, une branche de la Sainte Enfance. Gardez un
double objectif en vue: premièrement, la diffusion de la dévotion aux Missions étrangères avec leur
aide financière; et deuxièmement, entrer en contact avec les enfants qui, selon les règles, doivent
payer leurs petits abonnements une fois par mois. Laissez-les payer en personne. Apprenez à bien
les connaître. Racontez-leur des histoires et apprenez-leur les petites dévotions et l'art de faire des
sacrifices. Dites-leur de ramasser les timbres-poste usagés; la pratique elle-même est une prière, et
les timbres sont valorisés sur les missions étrangères.

Un tel travail peut être le moule des saints. Non pas que vous verrez une merveilleuse avancée
soudainement faite par les enfants. Ce n'est pas leur façon. Mais continuez-vous sans relâche et les
années à venir verront une riche moisson de sainteté parmi eux.

16
(c) Visiter les malades
La première préoccupation de saint Ignace de Loyola et de ses compagnons en venant dans chaque
nouvelle ville était de visiter les malades dans les hôpitaux, sachant qu'en faisant cela, ils le faisaient
au Christ lui-même.

Choisissez un hôpital, de préférence un hôpital de travail, et trouvez un ou plusieurs des très nombreux
patients qui sont sans amis ni visiteurs. Soyez à la fois ami et visiteur. Visitez-les régulièrement. Votre
visage souriant et vos paroles joyeuses rendront vos visites très attendues. Et quelles merveilleuses
prières retentiront pour vous au ciel élevé de la part de ces pauvres souffrants du Christ, que vous avez
secourus.

(d) Diffusion d'une bonne littérature


Nombreux sont ceux qui agissent en tant que promoteurs d'un certain petit périodique religieux de
grande valeur, rempli d'instructions sous une forme simple et intéressante. Ces promoteurs ont dressé
une liste de personnes qui sont prêtes à s'abonner au journal et, mois par mois, chaque maison est
visitée - et elle est livrée. Le père, la mère et les enfants le liront et en seront influencés. C'est
l'installation dans la maison d'un phare régulier de la grâce.

Une pauvre veuve avait une famille nombreuse et devait travailler dur pendant la journée pour la
garder. Pourtant, la journée a commencé par la messe et la sainte communion. Elle avait près d'une
centaine d'abonnés qui ont suivi ce périodique. Elle l'a livré elle-même dans leurs maisons très
dispersées le soir où elle devait avoir envie de se reposer. Elle connaissait bien toutes leurs familles et
utilisait cette intimité pour les intéresser aux choses qui lui tenaient le plus à cœur: la messe et la
communion quotidiennes, l'apostolat de la prière, la mission de Maynooth en Chine.

Et encore. Il y a quelques années à New York, une blanchisseuse noire, qui avait passé sa vie de cette
manière, a reçu des funérailles semi-publiques et a été inhumée au milieu du deuil de milliers de
personnes pour qui son visage avait constamment été un rappel nécessaire de leur devoir. à Dieu.

Aimer Jésus et le faire aimer ... Le voilà en pratique! Qui peut évaluer la vraie valeur de telles vies?

(e) Le collecteur extérieur dûment autorisé


Son petit livre à la main montrant la sanction et l'approbation du curé de la paroisse, le collectionneur
en plein air peut être vu, généralement un dimanche, grimper de longs volées d'escaliers, plonger
dans les ruelles et les ruelles où le plus charitable de tous les gens - les pauvres - vivent. Ici, il reçoit,
semaine après semaine, ses sous et ses deux ouvertures pour un fonds de construction d'églises ou
d'autres œuvres caritatives sanctionnées par le curé de la paroisse.

Œuvre toujours sainte, sa ronde peut devenir un véritable apostolat. Il n'a pas besoin de prendre un ton
de prédication. Un mot tranquille ici et là peut faire tout le travail. Et il peut ajouter à ses paroles des
armes plus puissantes - les scapulaires, médailles, insignes, approuvés par l'Église. En répandant sa
dévotion à ceux-ci, il établit des canaux par lesquels la grâce coulera certainement.

Il trouve du temps pour une courte conversation dans chaque maison et il s'intéresse vivement à chaque
membre de la famille. Comment sont les communions d'enfants? Paddy et Molly sont-ils inscrits au
Brown Scapular? Voici une médaille miraculeuse pour l'un et une petite photo pour l'autre. Il a l'œil pour
voir que les anciens sont dans une certaine Sodalité. Il a probablement le père dans sa propre guilde.

Il ne parle pas de ce qui est dans les journaux. Ils en savent assez sur cela sans lui. En outre, il peut
différer d'opinion de certains, ce qui se traduit souvent par des mots chauds, de l'amertume laissée
derrière et son influence disparue. Il y a plus qu'assez à parler sous la forme de questions d'église et
de paroisse, les préoccupations privées de la famille, et parfois une suggestion sur la dévotion des
premiers vendredis, l'intronisation du Sacré-Cœur, etc. la bénédiction du chapelet familial et la manière
dont il a sauvé la foi dans les temps noirs.

Sa référence aux missions à venir sera plus puissante que les murs couverts d'affiches.

17
De plus, les gens parleront de leurs voisins. Ainsi, il acquiert une bonne connaissance de son district,
et son rapport sur tout ce qui ne va pas est toujours utile au prêtre.

Et il arrivera à ceci, que son pas même, son visage, sera comme un souffle de religion pour tous, et un
rappel spécial pour ceux qui sont négligents. Les gens iront à la messe ou aux sacrements simplement
parce qu'ils l'ont vu et cela leur a rappelé leur négligence.

LE SECRET DE L'INFLUENCE DES AUTRES

Il y a un art dans le mouvement des autres, et ceux qui travaillent pour leur prochain doivent l'étudier.

Ne dites pas «je ne peux pas», ou «je ne suis pas apte» ou «personne ne m'écoute». Car il y a une
chose qui peut vous donner du pouvoir dans vos relations avec les autres - l'affection pour eux. C'est le
grand secret de toute influence réelle. Pour le posséder, suivez cette règle simple: ne cherchez que les
bonnes qualités de toute personne que vous rencontrez; vous les trouverez. Ne cherchez jamais les
défauts, car vous les trouveriez. Agissez ainsi et vous développerez facilement l'habitude de
l'amour. Convainquez ceux qui vous entourent, par des actes et non par des phrases, que vous avez
vraiment ce sentiment pour eux, et vous pouvez les conduire où vous voulez.

DIEU DANS SES ŒUVRES


Toutes les choses ne sont que des panneaux indiquant Dieu

Nous avons longuement envisagé des méthodes pour servir Dieu. Essayons de nous rappeler que ce
ne sont que des méthodes. L'intérêt de tout travail a toujours tendance à nous absorber afin que nous
oublions pourquoi et pour qui nous l'avons commencé.

Il est naturel que cela se produise. L'œuvre est visible; le surnaturel ne l'est pas; et nous permettons
sans réfléchir aux choses visibles de pousser le surnaturel à l'arrière-plan de nos vies. Cela prend de la
valeur de tous nos actes comme offrandes à Dieu.

Au lieu de cela, un peu de réflexion transformerait ces mêmes choses qui étaient enclines à nous
éloigner de Dieu, en des rappels visibles de sa présence dans le monde.

Quand nous voyons une Église, même si ce n'est qu'une flèche au loin, cela induit un sentiment de
révérence à la pensée de Sa Présence avec nous dans l'Eucharistie. Mais alors les églises sont
rares. Nous voulons ce sentiment de révérence toute notre vie. Nous pouvons le rendre habituel si nous
cultivons la pratique de Le voir en toutes choses.

Au début, il a créé toutes choses à partir de rien. Mais il n'a pas alors cessé de travailler. Il faut Sa
puissance omnipotente pour garder toutes ces choses là maintenant. Si Sa Main avait enlevé cette
seconde de tout objet que nous voyons, elle disparaîtrait aussitôt de notre vision dans son néant originel.

Ainsi, tout ce que nous voyons devrait nous dire que la main de Dieu est dessus. Un sentiment de
crainte devrait nous remplir de penser que nous pouvons toucher ce qu'il touche. Les feuilles qui
ondulent sur les arbres nous indiquent la présence de la brise que nous ne voyons pas. Pourquoi ne
pas faire en sorte que les arbres, les feuilles et le vent, et tout ce qui nous entoure, nous parlent
clairement de la merveilleuse Puissance qui les maintient en existence?

Nous ramassons un insecte, ou une fleur, ou du pain, ou un livre. Chacun le proclame à l'esprit réfléchi.

Saint-Bonaventure a dit de saint François d'Assise qu'il faisait de tout dans la nature un échelon par
lequel il allait au ciel. Il aimait les pierres mêmes sous ses pieds parce qu'il y avait les œuvres de son
Créateur.

Tous les saints ont vu sans effort Dieu dans ses œuvres. Tout était pour eux une cause de prière. Mais
il fut un temps où ils n'étaient que des débutants comme nous. Ils ont persévéré; on y va?

18
Tu es le Temple du Saint-Esprit, qui est en toi

En considérant Dieu dans ses œuvres autour de nous, nous ne devons pas oublier sa présence en
nous-mêmes.

C'est de la doctrine catholique que le Saint-Esprit habite en quiconque est libre du péché mortel. La vie
serait grandement éclairée si nous pouvions ramener à la maison cette merveilleuse vérité.

Comment pourrions-nous jamais nous sentir à nouveau tristes, ou seuls, ou nous croire pauvres!

Si nous considérons Dieu dans son royaume céleste, nous avons tendance à penser à lui comme à une
grande distance. Nous le connaissons comme un Père aimant, mais ce sentiment d'éloignement
diminue le sentiment de sa protection. Pensons plutôt à Lui vivant en chacun de nous - donnant à nos
cœurs leur rythme et écoutant nos pensées les plus intimes.

Regardez le grand Soleil flamboyant dans le ciel avec suffisamment de lumière et de chaleur pour le
monde entier. Celui qui l'a fait est en nous avec une gloire infiniment plus grande.

Il y a de la sainteté dans la pensée même de cela; et l'idée du péché comme quelque chose qui chassera
ce Tenant Divin acquiert une signification plus claire et plus répugnante.

Le ciel et la terre sont pleins de ta gloire

La grandeur et la beauté de Dieu, étant infinies, ne peuvent pas pendant que nous vivons être mesurées
par nous. Nous ne pouvons que faiblement rechercher une idée d'eux en nous représentant le choix et
la crème de ce que nous savons, puis en essayant d'élever notre esprit au-dessus de cela.

Prenez de ce qui est autour, tout ce qui est délicieux, puissant, pur, exquis, glorieux. Regardez-les et
leur beauté vous coupe le souffle. Mais leur beauté n'est que l'ombre de sa beauté.

A la lumière de cette vérité, la fleur délicate, ou le ciel teinté de splendeur, ne nous parlera-t-il pas avec
un sens nouveau? Avant, nous les admirions pour ce qu'ils sont; maintenant plutôt, respectons-les pour
ce qu'ils suggèrent.

Les relations de Dieu avec les hommes

Sa bonté est également au-delà de notre compréhension. La vie de notre Seigneur sur terre, ou l'hostie
et le calice soulevés dans la messe, devrait nous donner une idée de la profondeur de l'amour qu'il a
pour chacun de nous, si misérable soit-il.

Nous sommes traités de manière princière. L'un des premiers résultats de notre augmentation de la
sainteté sera la réalisation graduelle de la merveilleuse bonté qui nous est prodiguée du matin au
soir. Nous nous plaignons des afflictions et des châtiments apparents qui nous viennent, bien que
chacun d'eux porte, comme on dit, un joyau dans sa tête. Nous sommes aveugles au fait que rien de
ce qui est porteur d'une bénédiction ne peut vraiment être une punition.

Dieu est bon . . . Que ce soit la grande pensée chaque fois que les ombres s'épaississent. Il n'y a rien
de Lui qui ne soit pas gentil - bien que cela puisse sembler difficile. Que ce soit l'une de ces choses que
les gens redoutent le plus, comme la mort, le cancer ou la faillite; ou seulement un mal de tête, nous
pouvons être sûrs que c'est pour le mieux. Il y a une certaine miséricorde cachée dedans. Dieu est bon
... Dieu est si bon.

La confiance comme caractéristique des saints

Dans cet esprit de foi confiante, les saints ont reçu tout ce qui leur était arrivé. Conscients qu'ils étaient
enveloppés dans les bras d'une Providence aimante, c'était également une cause de remerciements
pour eux, qu'ils soient bercés à gauche ou à droite.

19
Cet esprit saint n'est pas au-delà de l'imitation de tous, car nous le voyons dans les pauvres de notre
temps. La plus grande calamité est rencontrée avec courage. «Il n'y a pas de croix mais casse un plus
lourd», observeront-ils. et alors - même si les larmes coulent rapidement - "la volonté de Dieu soit faite;
bienvenue soit la Sainte Volonté de Dieu."

Nous devons suivre les saints de tous les temps dans cette confiance enfantine, cette parfaite
connaissance qu'Il est leur Bon Père.

Notre amour pour lui

Nos cœurs ont été faits pour contenir le plus grand et le plus pur des amours. Pour rien de moins que
cela, Dieu les a voulus. Il est déshonorant de garder en eux un amour fondé uniquement sur des motifs
de récompense ou de punition, aussi sains soient-ils. Essayons donc d'envoyer notre amour pour le
Bon Pasteur à des sommets bien au-dessus de ces pensées de soi, et aimons-Le ... "non pas qu'au
Ciel nous régnions ... pas pour échapper à la douleur éternelle ... ni dans l'espérance. de gain "... mais
pour lui-même, et afin que nous puissions satisfaire avec quelque chose de pur ce grand amour qui est
le sien qui aspire à notre amour.

Et comme cet amour pur se fortifie dans nos cœurs, il va bientôt, comme l'aigle, s'impatienter même
des sommets des montagnes, et avoir faim des hauteurs des hauteurs, jusqu'à ce que - avec la Petite
Fleur - nous crierons avec envie: " Jésus! ... Jésus! ... Je voudrais tellement vous aimer ... Je vous aime
comme vous ne l'avez encore jamais aimé.!

Pouvons-nous être des saints?


Par Frank Duff

Nihil Obstat: Joseph P. Newth. CC, Censor Theol. Député.

Imprimi Potest: IOANNES CAROLUS,


Archeip. Dublinen, Hiberniae Primas.

Dublini meurt 80 juillet et 1958.

Réimprimé en 1998

Legion of Mary,
De Montfort House,

20