Vous êtes sur la page 1sur 2

Des Matériaux (3ème édition) Énoncé des exercices

Chapitre 2 – Cohésion et rigidité des matériaux

EXERCICE 2-2

Répondez aux questions ci-dessous en cochant une ou plusieurs cases réponses.

1) Dans un solide dont les atomes sont à leur distance d’équilibre a0,

 l’énergie de déformation élastique est minimale ;


 la force d’attraction entre les atomes est maximale ;
 la force de répulsion entre les atomes est nulle ;
 le module d’Young a une valeur minimale ;
 la liaison est de nature “métallique” ;
 les forces d’attraction et répulsion entre les atomes s’annulent.

2) Quelle propriété d’un matériau est directement reliée à l’énergie de cohésion atomique
U0 ?

 La limite d’élasticité ;
 La température de sublimation ;
 Le coefficient de dilatation linéique ;
 La résistance à la traction ;
 La fragilité ;
 L’allongement à la rupture.

3) La liaison entre les atomes d’un métal est due au fait que :

 les ions métalliques sont retenus entre eux par un gaz d’électrons délocalisés ;
 les atomes sont liés par des forces de Van der Waals ;
 la liaison entre les atomes est directionnelle ;
 les ions positifs et négatifs sont en équilibre électrostatique.

4) La dilation des solides à la suite d’une augmentation de leur température est


essentiellement due à :

 la diminution de l’énergie interne U0 du solide ;


 l’augmentation de l’amplitude de vibration des atomes ;
 l’asymétrie de la courbe U = f(d) de part et d’autre de la distance d’équilibre a 0 ;
 l’augmentation de la fréquence de vibration des atomes.

5) La température de fusion des gaz rares est élevée parce que leurs atomes sont liés entre
eux par des forces de Van der Waals.

 Cette phrase est totalement vraie.


 Les deux affirmations sont vraies, mais le “parce que’’ est faux.
 La première affirmation est vraie, mais la deuxième affirmation est fausse.
 La première affirmation est fausse, mais la deuxième affirmation est vraie.
 Les deux affirmations sont fausses.

© Jean-Paul Baïlon – Presses internationales Polytechnique


Des Matériaux (3ème édition) Énoncé des exercices

6) Si l’on considère la courbe “U = f(d)” donnant la variation de l’énergie de cohésion “U”


entre les atomes d’un solide en fonction de la distance “d” entre ces atomes, le module
d’Young “E” du solide est proportionnel à :

 l’énergie de cohésion “Uo”.


 la dérivée première (U/d) pour la valeur “d = ao”.
 la dérivée seconde (2U/d2) pour la valeur “d = ao”.
 la dérivée première (F/d) pour la valeur “d = ao”.
 la dérivée seconde (2F/d2) pour la valeur “d = ao”.

7) Si l’on considère les courbes U = f(d) et F = f(d) d’un solide, la résistance théorique à la
traction Rth du solide correspond :

 au point où la dérivée première (U/d) est égale à 0 (zéro).


 au point où la dérivée première (U/d) a une valeur positive maximale.
 au point où la dérivée première (F/d) est égale à 0 (zéro).
 au point où la dérivée seconde (2U/d2) a une valeur non nulle.
 au point d’inflexion de la courbe U = f(d).

© Jean-Paul Baïlon – Presses internationales Polytechnique