Vous êtes sur la page 1sur 3

La révolution sera colorisée

Par Thomas Vinciguerra


• 13 mars 2005
Cela a pris du temps, mais le soulèvement du Liban contre l'occupation syrienne a
enfin une couleur. Certains avaient appelé cela une révolution des roses - comme
celle qui a abattu le président de Géorgie Eduard Shevardnadze en 2003 - parce que
les manifestants ont distribué des roses rouges aux soldats. L'espace d'un instant, cela
semblait sur le point d'être une révolution de la canne à sucre, basée sur les foulards
rayés rouges et blancs des manifestants.

Aujourd'hui, ces derniers jours, les remous du Liban sont devenus largement connus
sous le nom de Révolution du Cèdre, après l'arbre sur le drapeau national.

Dernièrement, il semble que vous ne pouvez pas avoir de bouleversement politique


décent à moins de le colorier. Le mouvement pro-démocratie qui a récemment balayé
l'Ukraine était connu sous le nom de Révolution orange, après sa teinte
emblématique. Lorsque les électeurs irakiens ont trempé leurs doigts dans de l'encre
violette le mois dernier pour signifier qu'ils avaient voté, le président Bush a déclaré
une révolution pourpre.

En Iran, la révolution est rose. Fatiguées des lois strictes de leur gouvernement
théocratique, de nombreuses femmes iraniennes se rebellent silencieusement
en évitant les restrictions vestimentaires islamiques. Au lieu de cela, ils
affichent leur féminité avec des manteaux, des pulls, des foulards et des sacs
rose vif.

Compte tenu de l'essor des antennes paraboliques, des téléphones avec


appareil photo et d'autres moyens de communication visuelle instantanée, il
était peut-être inévitable que les mouvements de masse adoptent des
couleurs accrocheuses qui transcendent les barrières linguistiques et
rendent les messages reconnaissables dans le monde entier
Ces milliers de personnes en Ukraine portant de l'orange n'ont même pas eu
à ouvrir la bouche", a déclaré Leatrice Eiseman, directrice du Pantone Color
Institute. "Vous saviez ce qu'ils représentaient."

La couleur et les conflits politiques sont en fait de vieux compagnons de


lit. Dans les années 1400, l'Angleterre avait ses guerres des roses, le blanc
représentant la maison d'York, le rouge la maison de Lancaster. L'Armée rouge
des bolcheviks a combattu les loyalistes tsaristes blancs pendant la guerre civile
russe. À propos des chemises brunes d'Hitler, moins on en dit, mieux c'est.

Mais rarement autant de couleur a-t-elle été associée à autant d'activisme. "C'est une
mode importante", a déclaré Charles Tilly, un spécialiste des sciences sociales de
l'Université de Columbia et auteur de "Social Movements 1768-2004". "Si la
révolution orange avait échoué, nous n'aurions pas vu cela."

L'enthousiasme est contagieux. Au Kirghizistan, des citoyens soucieux de la liberté


tentent d'empêcher le président sortant, Askar Akayev, d'emballer le gouvernement
avec ses copains.

"Nous avons décidé de la" Révolution du citron ", a déclaré un leader du mouvement
de jeunesse Kel-Kel (Venez nous rejoindre) au Times de Londres," parce que le jaune
est une couleur de changement - comme un feu de signalisation. " Lors d'un récent
rassemblement, Kel-Kel a distribué 50 livres de citrons aux manifestants et à la
police.

Il n'y a pas de règles sur la couleur qui convient à qui. Les anarchistes et les fascistes,
à peu près aussi éloignés que possible sur l'échiquier politique, ont tous deux été
partisans du noir.

Habituellement, cependant, les pierres de touche culturelles aident à déterminer le


ton d'une révolution. Aux Philippines, le jaune est un signe de retour à la maison, de
sorte que la robe jaune emblématique de Corazon Aquino est devenue synonyme de la
résistance pacifique qui a évincé le président Ferdinand Marcos en 1986.

Les experts conviennent que si vous voulez teinter votre soulèvement, l'audace est la
voie à suivre. «Je conseillerais à tout révolutionnaire de ne pas choisir le mauve», a
déclaré John Mincarelli, professeur au Fashion Institute of Technology de New
York. "C'est trop délavé. Est-ce rose? Est-ce gris?"

Il a également conseillé: "Évitez la puce à tout prix. C'est une combinaison


marron et rouge qui n'est ni ici ni là. Même le nom semble horrible."

Toute cette paonerie politique a ses détracteurs. Le président du Bélarus Aleksandr G.


Lukashenko est consterné que l'un des totems bien-aimés de son pays, le bleuet,
puisse être utilisé contre lui. Tout cela fait partie d'un complot de l'Occident, a-t-il
déclaré.
"Ils considèrent que la Biélorussie est mûre pour une sorte d'orange, ou - je suis
terrifié de la prononcer à haute voix - une révolution bleue ou bleuet", a-t-il
récemment déclaré. "De telles révolutions bleues sont la dernière chose dont
nous avons besoin