Vous êtes sur la page 1sur 5

LE SURRÉALISME

ET L’OBJET
30 OCTOBRE 2013 - 3 MARS 2014
Par son rayonnement international, Le rêve et l’inconscient, l’automatisme
par sa longévité, le surréalisme dans la création, devaient inspirer
occupe une place singulière dans une poésie destinée à nier, à affoler
l’histoire des avant-gardes du le réel.
20e siècle. Avec « Le Surréalisme et Un second chapitre de l’histoire du
l’objet », première exposition surréalisme s’ouvre en 1927, avec
d'ampleur consacrée aux pratiques l’engagement de ses membres les
sculpturales du surréalisme, plus actifs dans les rangs du Parti
le Centre Pompidou invite le visiteur Communiste Français. L’adhésion des
à renouveler son approche du surréalistes à cette idéologie politique
mouvement. Du premier ready-made impliquait la prise en compte d’un
de Marcel Duchamp aux sculptures réel qui constitue le socle théorique
de Miró de la fin des années 1960, et philosophique du communisme.
l’exposition retrace, à travers ses Breton en appelle alors à fonder
différentes étapes, l’histoire une « physique de la poésie ».
de la « mise au défi » surréaliste L’objet surréaliste affirmera cette
de la sculpture par le recours à l’objet prise en compte durable du réel.
quotidien. Il s'imposera, pour le surréalisme
Lors de sa fondation en 1924, le militant, comme la réponse à ce
surréalisme trouvait en son nom nouveau contexte politique et
même le projet d’un dépassement du philosophique. À travers plus de
réel. André Breton, dans son Manifeste 200 œuvres, l’exposition rend compte
fondateur, en appelait à une création des moments clés de cette réflexion,
avant tout tributaire d’un « modèle ainsi que de sa postérité féconde dans
intérieur ». l’art contemporain.

www.centrepompidou.fr
READY-MADE ET MANNEQUINS ALBERTO GIACOMETTI
Dix ans avant la création du surréalisme, en 1914, À la fin des années 1920, Alberto Giacometti
Giorgio De Chirico et Marcel Duchamp inventent rencontre le cercle qui se forme autour de la
deux objets appelés à connaître une fortune revue Documents que créent l’historien de l’art
durable dans l’imaginaire du mouvement. Le primitif Carl Einstein et le philosophe Georges
premier introduit l’image du mannequin dans sa Bataille. Ses œuvres s’emparent alors des
peinture, le second fait l’acquisition d’un porte- thématiques violentes, sacrificielles, qui
bouteilles, appelé à devenir son premier ready- caractérisent l’orientation que Bataille donne
made. à sa revue. Les sculptures récentes de l’artiste,
De La Poupée (1933-1934) de Hans Bellmer aux présentées au printemps 1930 à la galerie Pierre
mannequins qui borderont les « rues » de Loeb, impressionnent André Breton qui lui
l’« Exposition internationale du surréalisme » de propose de rejoindre le mouvement surréaliste.
1938, les mannequins ponctueront les Jusqu’en 1935, Giacometti participera aux
manifestations du surréalisme. Le Manifeste de manifestations du groupe, réalisant des
1924 les présente comme l’un des objets les plus sculptures-objets inspirées par ce « modèle
propices à provoquer le « merveilleux » intérieur » auquel Breton invitait les artistes du
surréaliste, à faire naître ce sentiment groupe à se soumettre : « Depuis des années,
« d’étrange étrangeté », inspiré à Sigmund Freud je n’ai réalisé que les sculptures qui se sont
par sa découverte de la « poupée » d’un conte offertes toutes achevées à mon esprit, je me suis
d’Hoffmann. En 1938, le Dictionnaire abrégé du borné à les reproduire dans l’espace sans y rien
surréalisme fera du ready-made de Duchamp un changer. » (Salle 3)
« objet élevé à la dignité de l’œuvre d’art par la
seule volonté de l’artiste », le prototype d’un objet LA POUPÉE
surréaliste cristallisant les rêves et les désirs de
son « inventeur ». (Salle 1) Au milieu des années 1920, Hans Bellmer entre
en contact avec Lotte Pritzel, une créatrice de
poupées de cire à qui le peintre viennois Oskar
OBJETS À FONCTIONNEMENT Kokoschka avait, quelques années plus tôt,
SYMBOLIQUE demandé de façonner un mannequin, substitut
d’Alma Mahler avec laquelle il venait de rompre.
Dalí donne une première définition de ce qu’il
Au début des années 1930, un faisceau
nomme « objets à fonctionnement symbolique »,
d’événements conduit Bellmer à mettre en
dans Le Surréalisme au service de la révolution en
chantier sa propre Poupée. À l’hiver 1932, sa
1931: « Ces objets, qui se prêtent à un minimum
mère lui expédie une caisse contenant les jouets
de fonctionnement mécanique, sont basés sur les
de son enfance, dont quelques vestiges de
fantasmes et représentations susceptibles d’être
poupées aux membres disjoints. Au moment où
provoqués par la réalisation d’actes inconscients.
Bellmer se rapproche de George Grosz, le peintre
[…] Les objets à fonctionnement symbolique ne
des automates dadaïstes, il découvre dans un
laissent aucune chance aux préoccupations
opéra d’Offenbach, mettant en scène les contes
formelles. Ils ne dépendent que de l’imagination
d’Hoffmann (L’Homme au sable), la poupée
amoureuse de chacun et sont extra plastiques. »
Olympia, qui réactive son souvenir du « fétiche »
Par son érotisme latent, sa forme qui relève plus
de Kokoschka. Il confectionne sa première
du jouet pour enfant que de la sculpture
poupée, qu’il met en scène dans des
traditionnelle, la Boule suspendue d’Alberto
photographies, reproduites en décembre 1934
Giacometti, que découvrent Salvador Dalí et
dans la revue Minotaure. Jalon essentiel de la
André Breton en 1930 à la galerie Pierre Loeb,
mannequinerie surréaliste, La Poupée de Bellmer
annonçait cette définition. (Salle 2)
est investie de la dimension érotique qui, du
mythe de Pygmalion jusqu’aux modernes
poupées de silicone, est associée à ces effigies
féminines. (Salle 4)
OBJETS TROUVÉS / « EXPOSITION « EXPOSITION INTERNATIONALE
INTERNATIONALE DU DU SURRÉALISME », 1938
SURRÉALISME », 1933 La contestation de l’œuvre d’art traditionnelle,
C’est dans l’exposition organisée en 1933 à la le projet d’inscription du surréalisme dans le
galerie Pierre Colle que le surréalisme affirme la monde concret, dont témoigne la prolifération
place qu’occupe désormais l’objet dans des objets, s’expriment aussi par une conquête
l’imaginaire du groupe. Tristan Tzara rédige la de l’espace réel. Celle-ci prend la forme d’une
préface du catalogue qui accompagne mise en scène des expositions surréalistes,
l’exposition : « Objets désagréables, chaises, qui annonce l’art de l’installation. Marcel
dessins, sexes, peintures, manuscrits, objets à Duchamp, intronisé « générateur-arbitre » de
flairer, objets automatiques et inavouables, bois, l’« Exposition internationale du surréalisme »,
plâtres, phobies, souvenirs intra-utérins, organisée en 1938 à la galerie des Beaux-Arts,
éléments de rêves prophétiques, conçoit la scénographie de l’exposition. Chacun
dématérialisations de désirs […] Vous souvenez- de ses seize participants est invité à « habiller »
vous encore de cette époque où la peinture était un mannequin sorti des vitrines des grands
considérée comme une "fin en soi" ? Nous avons magasins. Ces mannequins forment une haie
dépassé la période des exercices individuels. […] de part et d’autre de la Rue surréaliste qui
Le temps passe. Par le caractère affectif de vos accueille les visiteurs. (Salle 8)
rendez-vous. Par les recherches expérimentales
du surréalisme. Nous ne voulons pas LE SURRÉALISME EN EXIL :
reconstruire des arches. Partisans sincères du L’OBJET AU DÉFI DE LA
mieux, nous avons essayé d’embellir un peu,
physiquement et moralement, la physionomie de
SCULPTURE
Paris. En tournant le dos aux tableaux. […] » La Seconde Guerre mondiale conduit les
(Salles 5, 6) surréalistes à l’exil. André Breton, Max Ernst,
André Masson, Roberto Matta, Yves Tanguy,
« EXPOSITION SURRÉALISTE entre autres, s’installent aux États-Unis.
Les années 1940 et celles qui suivront voient
D’OBJETS », 1936 l’apparition d’une nouvelle génération de
« L’Exposition surréaliste d’objets », présentée à sculptures pour lesquelles l’objet ordinaire,
la galerie Ratton en mai 1936, est vouée à la quotidien, devient le matériau élémentaire
quintessence d’un surréalisme qui démontre sa d’assemblages dont la logique constructive
capacité à transfigurer, à transmuter les objets s’apparente à celle du « cadavre exquis »
et, par eux, le réel lui-même. Loin de tout savoir- (juxtaposition libre d’éléments hétérogènes).
faire, de tout génie artistique, c’est la puissance Max Ernst conçoit des créatures
de désignation surréaliste qui constitue l’objet de anthropomorphes en assemblant les moulages
l’exposition. Point d’orgue de la réflexion de plâtre de ses objets domestiques. En 1932,
surréaliste appliquée à l’objet, elle est une forme Alexander Calder rencontre Joan Miró, qui
d’apogée d’un surréalisme rendu à sa pureté à la l’incite à élargir son vocabulaire formel à un
fois poétique et théorique. Dans les vitrines, sur registre inspiré du végétal et de l’animal.
les murs, nulle trace du savoir-faire, du talent Apple Monster, de 1938, composé de branches
valorisé par l’esthétique bourgeoise. Ready-made de pommier ramassées aux abords de son
sortis momentanément de leur anonymat atelier, évoque avec humour la fascination des
fonctionnel, ces objets défient toute spéculation, surréalistes pour les monstres. Avec Tête de
tout fétichisme, à l’instar du Ceci n’est pas un taureau, 1942, qui résulte de l’assemblage d’une
morceau de fromage de René Magritte qui, à selle et d’un guidon de vélo, Pablo Picasso est ici
l’issue de l’exposition, est désassemblée : la un protagoniste majeur de ce procédé. (Salle 9)
cloche de fromage sous laquelle était présenté le
tableau est rendue à son usage premier. (Salle 7)
EXPOSITION « LE SURRÉALISME JOAN MIRÓ, LE SURRÉALISME EN
EN 1947 » PLEIN SOLEIL
L’exposition « Le Surréalisme en 1947 », Répondant à l’appel surréaliste invitant à la
inaugurée le 7 juillet à la galerie Maeght, reste fondation d’« une physique de la poésie », Joan
fidèle au principe de dépassement de l’art qui Miró avait délaissé momentanément la peinture
avait conduit, avant-guerre, à l’invention de l’objet pour entreprendre, en 1929, une série de
surréaliste. Dans la préface du catalogue, André Constructions dans lesquelles le poète Jacques
Breton évoque les « œuvres poétiques et Dupin a vu une entreprise de « mise en question
plastiques récentes », qui « disposent sur les d’un outil plastique trop facilement dominé, après
esprits d’un pouvoir qui excède en tous sens celui les plongées dans les eaux troubles, les eaux-
de l’œuvre d’art ». Ce pouvoir est, en 1947, mères de l’inconscient et du rêve ». Ses
identifié à la capacité de ces objets à constituer le Constructions tenaient à la fois du « collage » et
ferment d’une mythologie nouvelle. Au cœur de du « ready-made ». Le groupe de sculptures que
l’exposition est aménagée une salle rassemblant réalise Miró au milieu des années 1960 renoue
des « autels », consacrés à « un être, une avec la verve ludique qui était celle des premiers
catégorie d’êtres ou un objet susceptible d’être cadavres exquis. Parapluies, machines à coudre,
doué de vie mythique ». L’ésotérisme est le robinets et jambes de mannequins composent
dernier argument qu’allègue le surréalisme pour dans l’espace la poésie aléatoire et « faite par
soustraire ces objets au domaine de l’esthétique. tous » appelée de ses vœux par le comte de
Une fois encore, Duchamp est à l’origine de Lautréamont. (Salle 12)
l’installation de l’exposition et il définit les
principes généraux d’une scénographie que RÉSONANCES DE L’OBJET
réalise l’architecte Frederick Kiesler. (Salle 10)
SURRÉALISTE
« EXPOSITION INTERNATIONALE Ce qui s’expose dans l’art d’aujourd’hui sous les
auspices de l’objet relève souvent des principes
DU SURRÉALISME » (ÉROS), dont se réclamait l’objet surréaliste. Le jeu des
1959-1960 mots et les images qui caractérisent le ready-
La huitième « Exposition inteRnatiOnale du made inspirent l’œuvre d’Ed Ruscha.
Surréalisme » (ÉROS), organisée en 1959 à la L’« inquiétante étrangeté » des mannequins
galerie Daniel Cordier, est consacrée à la continue de fasciner Paul McCarthy. Les « jeux »
puissance inspiratrice la plus profonde du de La Poupée de Hans Bellmer se prolongent
mouvement. Duchamp, qui déclarait vouloir avec les Sex Toys de Cindy Sherman. Ce sont
ajouter l’érotisme à la liste des « ismes » du encore les psycho-objets surréalistes que Heim
20e siècle, imagine une porte « vaginale », un Steinbach pose sur ses consoles contemporaines.
décor animé et olfactif : « patchouli à l’entrée, Philippe Mayaux fait proliférer les moulages
gradation de la finesse jusqu’au fond des anatomiques (Objet-dard et autres) de Marcel
dernières salles ». L’exposition embrasse une Duchamp. Théo Mercier réinvente le cadavre
vaste chronologie, de la Boule suspendue de exquis dans la boutique des souvenirs pour
Giacometti au Bed de Robert Rauschenberg touristes. La verve iconoclaste et libertaire du
réalisé en 1955. Dans la « Crypte du fétichisme », surréalisme innerve la boutique de farces et
conçue par Mimi Parent, sont présentés des attrapes d’Arnaud Labelle-Rojoux. « Beau comme
« fétiches » qui viennent rappeler que l’objet la rencontre accidentelle, sur une table de
surréaliste est consubstantiellement lié à dissection, d’une machine à coudre et d’un
l’érotisme. (Salle 11) parapluie » : cette énigme du comte de
Lautréamont (alias Isidore Ducasse), à laquelle
Man Ray répondait par le ready-made Énigme
d’Isidore Ducasse, multiplie ses sortilèges dans la
prolifération des colis postaux de Mark Dion.
(Allée centrale)
EXPOSITION AUTOUR DE Découvrez également près
de 90 œuvres des collections
COMMISSAIRE L’EXPOSITION permanentes du musée, ainsi
Didier Ottinger qu’une visite architecturale
ATELIERS JEUNE PUBLIC
du bâtiment.
« Cadavres exquis »
CHARGÉE DE PRODUCTION 5€, tarif réduit 4€, gratuit pour
Pour les 6-12 ans, en famille
Cathy Gicquel les moins de 13 ans.
Les samedis 11, 18, 25-01 /
En location à la billetterie, niveau 0
01, 08-02, 14h30-16h30
ARCHITECTE SCÉNOGRAPHE Retrait à l’Espace audioguide,
« Les z’hybrides »
Pascal Rodriguez niveau 0
Pour les 3-5 ans, en famille
Avec le soutien de Les samedis 11, 18, 25-01 /
01, 08-02, 15h-16h30
Tarifs
INFORMATIONS
En famille 10€ (1 enfant + 1 adulte)
01 44 78 12 33
/ Personne supplémentaire 8€ / TR
Grand mécène www.centrepompidou.fr
8€ (le billet donne accès à la Galerie
des enfants et au musée national EXPOSITION OUVERTE AU PUBLIC
En partenariat média avec d’art moderne) Du 30 octobre 2013 au 3 mars 2014
www.centrepompidou.fr/billetterie Galerie 1, niveau 6
Tous les jours sauf le mardi
IMPROMPTU de 11h à 21h
Impromptu en famille Fermeture des caisses à 20h
« Jeux surréalistes » Nocturnes les jeudis jusqu’à 23h
Dimanche 5 janvier 2014 Fermeture des caisses à 22h
Atelier des enfants / Accueil en
continu, tous public dès 3 ans TARIFS
Gratuit sans réservation Accès avec le billet « Musée
& expositions »
VISITES COMMENTÉES  Valable le jour même, pour
Les samedis et dimanches à 17h30, une seule entrée dans chaque
les mercredis à 19h espace, au musée, dans toutes les
PUBLICATIONS 4,50€, tarif réduit 3,50€ + billet expositions et pour la Vue de Paris
« Musée & expositions » au tarif 13€, tarif réduit 10€
DICTIONNAIRE réduit Gratuit avec le Laissez-passer
Dictionnaire de l’objet surréaliste, annuel et pour les moins de 18 ans
sous la direction de Didier Ottinger VISITES ADAPTÉES Achat et impression en ligne
Coédition Éditions du Centre - Visite Écouter voir : public (plein tarif uniquement)
Pompidou / Éditions Gallimard malvoyant www.centrepompidou.fr/billetterie
336 p., environ 200 ill. Samedi 16 novembre, à 10h
Prix : 39.90 € - Visite en lecture labiale : public TWITTER
malentendant L’exposition via twitter
ALBUM Samedi 16 novembre, à 11h hashtag #Surrealisme
Le Surréalisme et l’objet - Visite en LSF : public sourd http://www.twitter.com/
Par Emmanuel Guigon Samedi 16 novembre, à 14h30 centrepompidou
60 p., 51 ill. couleurs
Prix : 9,90 € AUDIOGUIDE © Centre Pompidou, Direction des
publics, Service de l’information
Langues : français, anglais,
COLLECTION MONOGRAPHIES/ des publics et de la médiation, 2013
espagnol, allemand et italien.
MOUVEMENTS Laissez-vous guider dans Dépliant rédigé à partir des textes
Surréalisme l’exposition « Le Surréalisme du catalogue de l’exposition
Par Didier Ottinger et l’objet ». 40 œuvres sont Conception graphique
96 p., 55 ill. commentées. c-album
Prix : 11,90 €
Imprimerie
JEUNE PUBLIC Friedling Graphique, Rixheim, 2013
Le Surréalisme à l’usage
des enfants
60 p., 50 ill. couleurs
Prix : 12 €