Vous êtes sur la page 1sur 50

Université Ibn Zohr

Faculté des Sciences Juridiques Economiques et Sociales

Commerce / IDE / Développement au Maroc

Réalisé par: Encadré par:

Mohamed ABDENAIM Dr El MOUTAOUAKIL

Said BRIBICH
PLAN

Axe I : Les IDE et la croissance économique des pays d’aceuil :

I-2 - Synthèse sur quelques travaux empiriques .

Axe II- L’Impact d’ IDE sur la croissance au Maroc.

II- 1 Flux et tendances des IDE.

AXE III : Aperçu sur la Politique Commerciale Extérieure du Maroc .


I-1 – Littératures économiques
« IDE –CROISSANCE ».

Littératures économiques sur la Croissance et IDE :


mécanismes et résultats des études empiriques.
La somme des travaux théoriques faite sur les mécanismes de transfert de la
technologie préconisent deux principales voies :

§ La première voie : fût celle des importations de biens manufacturés comme


support au transfert technologique.’
=> Mais, quelques travaux empiriques faites dans ce sens ne permettent pas de
conclure à un effet positif de l’apprentissage par l’exportation, {Bernard & Jensen
[1999], Clerides et al. [1998]}.
§ Une deuxième voie fut envisagée est celle des IDE comme vecteur de diffusion
technologique’.
Le choix de favoriser les IDE se fonde sur l’idée que les activités de transfert de
technologie et de R&D des FMN vont non seulement profiter aux filiales mais
également se diffuser au sein des autres entreprises du pays d’accueil à travers
d’externalités technologiques positives «les spillovers ».
I-1 – Littératures économiques
« IDE –CROISSANCE ».

La globalisation de l’ PVD : Une


économie mondiale réévaluation de la
place et du rôle
d’IDE dans
l’économie natioanle
IDE

Conditions et * Transfert de la connaissance : Spillovers


* Effet d’entrainement de l’économie
Mesures initiatives • Emploi / Productivité
d’IDE • Finance interne …
• Croissance économique et humain
IDE – Développement.

Partenariat “EU – PSEM”


• Création ZLE Conférence de Barcelone 1995.
• Intégration : Eco. Ind. et Tech.

Activités (R&D) 
{Facteur clé de la
croissance de la
productivité des facteurs
de production }

Bénéficier de la Proximité géo. et le Ces accords n’ont pas


bas coût de la main d’œuvre afin :
véritablement généré
•Accroitre les échanges
commerciaux et les flux d’IDE. Constats : une très forte
• Renforcer les transferts de la augmentation d’IDE.
technologie vers le Sud
I-1 – Littératures économiques
« IDE –CROISSANCE ».
A – Les conditions permettant d’attirer les IDE dans un pays donné.

le contexte macro-
économique du
pays d’acceuil

le contexte L’efficacité des Le niveau de


politique marchés capital
et institutionnel financiers humain

Benassy -Quéré et al. Alfaro et al. (2004) : Effet Le niveau minimum


(2005) : Existance d’un ambigu . Mais, les pays qui diffère selon les
certain seuil de disposent de marchés branches d’activité et
transparence au dessous financiers développés est lié avec les autres
duquel, ces conditions Bénéficient de flux d’IDE plus caractéristiques du
deviennent trop opaques conséquents . pays d’accueil
I-1 – Littératures économiques
« IDE –CROISSANCE ».

 B – Pourquoi les FMN investissement à l’étranger ?

Délocalisation /
FMN
Avantages spécifiques : 1 - Avantages spécifiques
Possession des technologies 2 - Avantages liés à la 1- pour contourner les barrières
avancées - main – d’œuvre délocalisation du pays . tarifaires.
qualifiée - Bonne connaissance 3 - L’internalisation des coûts 2- exploiter l’imperfection des
des marchés. . marchés et les facteurs de
prod..

[Hymer 1960]
Dunning [1981]
I-1 – Littératures économiques
« IDE –CROISSANCE ».
 C - Le rôle effectivement joué par les IDE sur le processus de croissance économique.
1 - ➢ La diffusion des « spillovers » vers le tissu Industriel du pays hôte
D’une manière générale, la littérature
consacrée à ce sujet [voir « Blomström et
Kokko (1996) »]. Les FMN par ses filiales ,
Machines
implantées à l’étranger, transfère tout un «
paquet technologique». composé des
technologies incorporées dans les machines et
les licences de fabrication, et le savoir faire
Paquet organisationnel et managérial.
Licences Organisati
technologiq
de on  Ce portage permet le rattrapage
ue
fabrication. spécifique technologique et le court-circuitage vers
des structures modernes. (on saute les
étapes lourdes d'investissements en R&D.
 Dès lors, ces IDE peuvent contribuer à
Management la croissance des spécialisations
sectorielles et à leur montée en contenu
en R&D et en travail qualifié.
I-1 – Littératures économiques
« IDE –CROISSANCE ».

 D - Le rôle effectivement joué par les IDE sur le processus de croissance


économique. ‘
- ➢ Les effet indirects des IDE sur la croissance et le rattrapage des économie d’acceuil

 un effet en termes de transferts de


connaissances et de technologie .
« SPILLOVER

[ Bouiyour et Taoufik ( 2003)]
 un effet indirect sur la productivité.
[ Bouiyour ( 2004)]
Mécanisme
du
 un effet de transformation de la
Transfert spécialisation internationale et l’effet
Tissu d’une diversification sectorielle .
économique  un effet de renforcement du processus
Local
d’agglomération permettant une
meilleure efficacité de la croissance.
I-1 – Littératures économiques
« IDE –CROISSANCE ».
E- Les principaux canaux de diffusion technologique
Canal de transmission Mécanisme de transfert La nature des gains de
productivité
Adoption des nouvelles
Rétro-ingénierie, technologies de production
1 – Les effets d’ Imitation-
apprentissage par .Ainsi, que des nouvelles
démonstration – contagion
[Kumar (1996)] expérience, Contact pratiques
physique. organisationnelles et
managériales.

2 – Concurrence : La pression concurentielle et Gains d’efficacité pour les


[Sjöholm (1999)] l’effet d’entrainement entreprises locales par
[ Aitken et Harrison (1999)] l’adoption des technologies
modernes. (Risque d’évincer
du marché les entreprises
locales qui ne sont pas en
mesure de les
concurrencer)
I-1 – Littératures économiques
« IDE –CROISSANCE ».
E. - Les principaux canaux de diffusion technologique

Canal de transmission Mécanisme de transfert La nature des gains de


productivité
3 - Formation de la main- Rotation du personnel, la Amélioration de la qualité du
d'oeuvre locale, activités de coopération dans les activités stock en capital humain.
R&D menées par les FMN. de R&D et d’innovation avec Création des capacités
[Kokko (1996)] les firmes locales. d’absorption Technologique.

4 -Liens en amont et en Assistance technique des FMN Amélioration technologique


aux fournisseurs locaux, des produits et des procédés
aval exigences des FMN en termes des fournisseurs locaux
de qualité des inputs locaux
I-1 – Littératures économiques
« IDE –CROISSANCE ».
E. - Les principaux canaux de diffusion technologique

Canal de transmission Mécanisme de transfert La nature des gains de


productivité
Diffusion des informations
Amélioration de la rentabilité
relatives aux marchés
des firmes locales grâce aux
mondiaux, exploitation des
économies d’échelle,
5 - Exportation réseaux internationaux des
Recherche de l’efficacité
FMN.
productive pour faire face à la
“ FMN => rôle de catalyseur
concurrence Internationale
d’exportation”
I-2 - Synthèse sur quelques travaux empiriques
« IDE –Croissance ».
 F - Les principaux déterminants de la diffusion technologique

La Capacité Le capital humain


d’assimilation et et l’effet de seuil
d’absorption

l’écart Les politiques à


technologique l’égard de l’IDE
I-2 - Synthèse sur quelques travaux empiriques
« IDE –Croissance ».

a. - La Capacité • = Aptitude a assimiler et exploiter les savoirs diffusés :Le


d’assimilation et stock en capital humain – le niveau de dèveloppement
des infrastructures – le climat des affaires – la stabilité
d’absorption macroéconomique.

Auteurs Pays Date Données Commentaires

Liu et Wang Chine 1995 Coupes Existence de retombées positives en


instantanée termes de productivité, la variable «
(2003) capital humain » n’apparaît significative
que lorsqu’elle est mise en interaction
Données avec la variable « IDE ».
industrielles
agrégées
Kathuria (1998) Inde 1976 - 1989 Panel L’existence de retombées positives en
termes de productivité grâce à la
présence étrangère dans les secteurs
Firmes scientifiques qui disposent de fortes
capacités d’absorption.
I-2 - Synthèse sur quelques travaux empiriques
« IDE –Croissance ».

b. - Le rôle de l’écart les gains de productivité se réalisent de manière


technologique proportionnelle à l’écart technologique entre le
pays investisseur et le pays récepteur

Auteurs / études Pays Date Données Commentaires

Haddad & Harison (1993) Les entreprises à capitaux étrangères


Panel
disposent d'une plus grande PTF
Maroc 1985 – 1989 mais leur présence n'entraine pas de
Firmes et
retombées positives sur la
industries
productivité de l'industrie locale.
Bouoiyour et Toufik (2003)
Relation positive entre la présence
Panel
des IDE et la croissance lorsque
Maroc 1987 – 1996 l'écart technologique entre les FMN
Industries
par rapport aux firmes marocaines
est compris entre 1 et 2.
I-2 - Synthèse sur quelques travaux empiriques
« IDE –Croissance ».

c. - Les politiques à l’égard Politiques initiatives : ZF ; politiques


de l’IDE d’ouverture préférentielles ( commerce –
investissement …)

Auteurs Pays Date Données Commentaires

Bengoa & Sanchez-Robles 18 PAL 1970- 1999 Panel la liberté économique du pays
(2003) d’accueil est favorable aux IDE.
Données Exemple : la chine ou les
nationales
politiques sélectives ont
agrégées
progressivement laissé place aux
politiques d’ouverture à l’échelle
nationale.
les pays relativement bien dotés en capital humain auraient plus de potentialité à attirer sur leurs territoires les flux d'IDE intensifs en technologie

I-2 - Synthèse sur quelques travaux empiriques


« IDE –Croissance ».

Les pays bien dotés en capital humain auraient


d. - Le capital humain et plus de potentialité à attirer sur leurs territoires
l’effet de seuil les flux d'IDE intensifs en technologie

Auteurs Pays Date Données Commentaires

Panel
Existance de retombées positives
Données dans les pays qui ont déjà atteint le
Borensztein, Gregorio et Lee
69 PVD 1970-1989 nationales seuil de développement requis (
(1998)
agrégées 0.52 d'années d'éducation
secondaire)

Existance de gains de productivité


IDE Panel grâce à l'IDE. Lorsque le stock de
américain 1966 - capital humain du pays d'acceuil a
Xu (2000)
dans 20 1994 Firmes atteint un certain seuil de
PVD développement (1.9 années
technologies.d'éducation secandaire)
I-2 - Synthèse sur quelques travaux empiriques
« IDE –Croissance ».
Quelque études aboutissant à des résultats beaucoup plus mitigés :
Auteurs Pays Date Données
Commentaires
Haddad & Harison Maroc 1985-1989 Panel Les entreprises à capitaux étrangères disposent d'une plus
(1993) Firmes & industries grande PTF mais leur présence n'entraine pas de
retombées positives sur la productivité de l'industrie locale.

Aitken & Harrison Venezuela 1976-89 Panel Pas de retourbées positives,les gains de productivité sont
(1999) Firmes essentiellement capturés par les joint-ventures.
Kathuria (2000) Inde 1976-89 Panel L'existance de retombées positives en termes de
Firmes productivité grâce à la présence étrangère dans les secteurs
scientifiques qui disposent de fortes capacités
d'absorbtion.
Aslanoglu (2000) Turquie 1988-1993 Panel Pas de gains de productivité directs, existence de l'effet
Firmes positif de la présence étrangère sur la compétitivité des
firmes domestiques.
Kinoshita (2000) Chine 1990-1992 Panel L présence étrangère étrangère n'entraine pas de
Firmes retombées positives sue les entreprises locales. Les gains
de productivité proviennent uniquement de l'effet de
rattrapage et des activités de formation.

Liu (2002) Chine 1993- 1998 Panel Pas de retombées positives directes dans les industries qui
Industries reçoivent les IDE ,par ailleurs, existance de l'effet
d'entrainement dans les industries complémentaires.
Narula et Marin Argentine 1992-1996 Panel Pas de retombées positives sur la productivité des
(1996) Argentine, Données d’entreprise entreprises locales.
Axe II- L’Impact d’ IDE sur la croissance marocaine
économique marocaine.
¤ Le programme de privatisations est engagé en 1989 (devenu effectif 90)

¤ L'évolution des flux d'IDE entrant au Maroc semble être expliquée


en grande partie par les opérations de privatisations.

¤ Le Maroc est la 2° destination des IDE en Afrique


Flux et tendances des investissements étrangers directs

1 - Flux et stocks d'IDE


Tableau 3 : Flux d'IDE et recettes de privatisations (Millions de dollars

Source : Office des changes, Ministère des finances et de la privatisation, Bank Al-Maghrib, 2006
Flux et tendances des investissements étrangers directs

Flux et stocks d'IDE


Tableau 3 : Courbes des flux d'IDE et recettes de privatisations (Millions de dollars)

Source : Office des changes, Ministère des finances et de la privatisation, Bank Al-Maghrib, 2006.

¤ Le programme de privatisations est engagé en 1989 (devenu effectif 90).

¤ Le Maroc est la 2° destination des IDE en Afrique.


Flux et tendances des investissements étrangers directs

Tableau 4 : Les revenus réinvestis (Millions de dollars)

Source : FMI, Balance des paiements, Statistics yearbook 2004.

¤ le réinvestissement des revenus issus d'un premier investissement reste très faible.

¤ Les revenus réinvestis étaient de 0,72 % en moyenne ; de la part d'investisseurs qui sont
déjà installés dans le pays.
Flux et tendances des investissements étrangers directs

Tableau 5 : Comparaison régionales des performances : le Maroc et les pays du Maghreb et de La Méditerranée

Source : CNUCED, base de données FDI/TNC (http://www.unctad.org/fdistatistics).


).

Flux et tendances des investissements étrangers directs

2. Comparaisons régionales :
Graphique 12 : Tendances des flux d'IDE par pays hôte en Afrique du Nord, au Maghreb et dans les
pays Med8 (1975-2005) (Millions de dollars)
Source : CNUCED, base de données FDI/TNC (http://www.unctad.org/fdistatistics

¤ La forte croissance des IDE en Égypte est due aux importants investissements dans le secteur
pétrolier.
Flux et tendances des investissements étrangers directs

3 Les IDE par pays d'origine


Graphique 13 : Les principaux pays investisseurs au Maroc (1997-2004)

Source :CNUCED, base de données FDI/TNC


(http://www.unctad.org/fdistatistics).
Flux et tendances des investissements étrangers directs

Tableau 6 : Répartition par pays des investissements directs au Maroc (2005)


(Millions de dirhams et pourcentage)

Source : Office des changes, Balance des paiements (données préliminaires).


.
Flux et tendances des investissements étrangers directs

4 Les IDE par secteur :

Tableau 7 : Les principaux secteurs d'investissements étrangers par période (MDH)

Source : Office des Changes, Balance des paiements 2005


Flux et tendances des investissements étrangers directs
Impact des IDE :
1 – Capital et investissement national

Graphique 14 : Flux d'IDE en pourcentage de la FBCF (1990-2005 )

.
Source : CNUCED, base de données FDI/TNC (http://www.unctad.org/fdistatistics)
)
Flux et tendances des investissements étrangers directs
Impact des IDE :
2 – IDE et emploi :

Tableau 8 : Bilan de la Commission de l'investissement pour 2006 (MDH

Source : Ministère des affaires économiques et générales.


AXE III

I. Les options marocaines en matière d’ouverture commerciale :


II. Intégration multilatérale et régionale
III.Appréciation des effets préliminaires de la politique
d’ouverture Commerciale engagée par le Maroc
IV.Analyse de la protection tarifaire au Maroc
V. Impacts du démantèlement tarifaire sur les finances
publiques
I. Les options marocaines en matière d’ouverture commerciale :

1. Réforme de la politique commerciale au Maroc :


 instaurer le système de la liberté d’importation ou d’exportation des
biens et services, sous réserve de respecter la réglementation en
vigueur ;

 Supprimées Les licences d'importation ;

 poursuivre le processus visant la simplification, la transparence, la


rationalisation de la fiscalité douanière et le respect de ses
engagements vis-à-vis de l’OMC ;

 la promotion des IDE, l’amélioration de la compétitivité du tissu


économique national et la lutte contre la contrebande.
2. Performances des échanges extérieurs du Maroc

Tableau 1 : Croissance moyenne du PIB, des importations et des exportations


(Prix courants)

Moy. Moy Moy

(1981-1990) (1991-2000) (2001-2006)

PIB 11,3 5,3 6,5

Importations 14,6 7,3 9,5

Exportations 16,0 6,9 6,2

Source : Calculs DEPF


Graphe 1 : Evolution des exportations et des importations

Source : Office des changes


Graphe 2 : Taux d’ouverture
3. Structure des échanges extérieurs du Maroc
Graphe 5 : structure géographique des exportations marocaines en 1998 et en 2006

Source : Office des Changes


Graphe 6 : structure géographique des importations marocaines
en 1998 et en 2006

Source : Office des Changes


Graphe 7 : part de l’Union Européenne dans le commerce extérieur du Maroc

Source : Office des Changes


II. Intégration multilatérale et régionale

 Opportunités et cohérence des ALE conclus par le Maroc

 Au niveau du secteur agricole :

•l’accord avec la Turquie comprennent un échange limité de concessions, compte

tenu de la sensibilité de ce secteur dans les deux pays ;

•l’accord avec les Etats-Unis accorde une place plus importante au volet agricole ;

•l’ouverture du marché américain aux produits marocains n’est pas une condition

suffisante d’accessibilité ;
Au niveau du secteur du textile:

• L’accord signé entre le Maroc et la Turquie pourrait, cependant, s’avérer utile

pour résoudre le problème de l’approvisionnement en matières premières ;

• les producteurs marocains du textile peuvent importer le tissu et d’autres

intrants de la Turquie,

• la conclusion de l’accord de libre échange avec les Etats-Unis pourrait

constituer une opportunité à saisir pour le secteur textile-habillement

•le libre accès au marché américain, l’un des plus importants dans le monde,

pourrait compenser les pertes éventuelles de parts de marché en Europe .


 Au niveau des services
 l’accord avec la Turquie entend renforcer la
poursuite de la libéralisation progressive du
commerce bilatéral de services. Cet accord serait
ainsi opportun pour renforcer la coopération
entre opérateurs des deux pays à travers la
promotion des flux des IDE bilatéraux.
Au total ;
ces accords ne gagneraient-ils en efficience qu’une fois
relayés par des flux d’investissements vers notre pays à
travers notamment la constitution d’entreprises mixtes
dans les branches industrielles à forte croissance ou leur
participation à la réalisation des grands projets
d’infrastructure.
III. Appréciation des effets préliminaires de la politique d’ouverture
Commerciale engagée par le Maroc

1. Libre échange avec l’UE : socle du commerce extérieur marocain


Graphe 8 : part de l’Union européenne dans le commerce extérieur du Maroc ET l’évolution des
importations du Maroc avec l’UE

Source : OC, calculs DEPF


2. Net rebond des échanges commerciaux avec les Etats-Unis,
mais les enjeux sont multiples
Le commerce bilatéral a progressé de 30%, pour s’établir à près de 11,3 milliards de
dirhams.
La part des Etats-Unis dans le total des échanges extérieurs du Maroc est passée
ainsi de 3% à 3,5% entre 2005 et 2006

3. Perspectives prometteuses des échanges avec la Turquie


 les échanges commerciaux entre les deux pays a progressé de 52% ;
Rehausse la part de la Turquie dans le commerce total de notre pays de
1,5% à 2,1%.
Le rebond du commerce bilatéral est attribuable à la forte croissance des
importations marocaines en provenance de la Turquie ;
 le Maroc pourrait constituer une destination privilégiée pour les investisseurs turcs
.
4. L’accord d’Agadir : un cadre à fort potentiel malgré les
obstacles structurels des échanges Sud-Sud
 la valeur des échanges commerciaux entre les quatre Etats ne dépasse

pas actuellement 4% de leur commerce extérieur ;


 les échanges extérieurs du Maroc avec les trois pays aient progressé de
29% en 2006 ;
 la valeur de ces échanges reste marginale et ne dépasse guère 4,4
milliards de dirhams en 2006 ;
 la faiblesse de la diversification des structures productives ;
IV. Analyse de la protection tarifaire au Maroc
1. Evolution de la protection tarifaire
Graphe 9 : taux apparent de protection tarifaire

Source : Banque mondiale, FMI


2. Structure de la protection tarifaire

Tableau 1 : Droits de douane moyens non pondérés (NPF)

Année* Total des Produits Produits

produits agricoles manufacturés

Égypte 2005 19,3 66,6 12,2

Maroc 2006 24,5 46,2 21,2

Tunisie 2006 26,8 65,1 21,0

Turquie 2006 9,6 42,0 3,3

Sources: OMC, Banque mondiale * dernière année disponible


V. Impacts du démantèlement tarifaire sur les finances
publiques

Graphe 10 : Evolution des droits douane (en% du PIB)


Tableau 2 : Evolution des recettes budgétaires (en % du PIB)

2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006

Manque 2,9 2,9 2,7 2,2 2,3 2,4 2,1


à gagner des
droits de douane

Recettes 0,2 0,3 0,3 0,5 - 0,8 1,0


fiscales (hors
droits de douane)

Déficit 14,0 15,2 15,3 15,3 15,5 16,9 7,6


budgétaire

Droits -4,7 -2,4 -4,1 -3,1 -3,0 4,0 1,7


douane
Conclusion

Merci pour votre attention