Vous êtes sur la page 1sur 15

Cours n°6

Pr. Khalid ATMANI


Titre II: Le terrorisme et le blanchiment de capitaux

Chapitre I : Loi 03- 03 dite anti-terrorisme 2003


Chapitre II: Loi 43- O5 relative à la lutte contre le
blanchiment de capitaux 2007
Chapitre I: La loi 03-03 anti-terrorisme 2003

critiques du texte:
-Notion flou de quelques incriminations au regard du
principe de la légalité: Ex. Apologie du terrorisme
-Multiplication des cas de peine de mort (12 cas de peine de
mort en plus)
-Mesures excessives au regard des libertés individuelles :
(Durée excessive de la garde à vue- interception et écoutes
téléphoniques, exceptions en matière de perquisition)
Nécessité du texte:

• Aujourd’hui, un régime exceptionnel réservé aux


infractions terroristes doit être accepté du fait de la gravité
des infractions et leur dimension internationale. D’autant
plus que la loi marocaine n’est pas la seule à introduire
des modifications sur la législation pénale pour faire face
à ce grave problème,
• la législation française a prévu également un régime
extrême et rigoureux à l’égard du terrorisme depuis la loi
de 1986 et les lois postérieures.
Section 1 –Les incriminations

§1- L’incrimination initiale :


1- L’article 218-1:
«Constituent des actes de terrorisme, lorsqu’elles sont
intentionnellement en relation avec une entreprise
individuelle ou collective ayant pour but l’atteinte grave
à l’ordre public par l’intimidation, la terreur ou la
violence… » les infraction suivantes: … liste limitative ».
2-analyse du texte: Les éléments constitutifs

 -L’intention criminelle : les actes doivent être commises


intentionnellement selon le texte (dol général exigé pour
toutes les infractions).
 -Le but de l’infraction terroriste c’est de porter atteinte
gravement à l’ordre public par l’intimidation, la terreur ou la
violence. C’est le dol spécial qui caractérise l’infraction
terroriste par rapport aux autres infractions.
 -Pour être qualifié de terrorisme, l’acte doit être commis dans le
cadre d’une entreprise individuelle ou collective, l’acte de
terrorisme suppose une certaine concertation (résolution) entre
plusieurs personnes en vue de commettre une des infractions
citées à l’article susvisé.
§2- incriminations assimilées au terrorisme

1- L’apologie du terrorisme
2- Le financement du terrorisme
3- Actes de complicité propres au terrorisme
1- L’apologie du terrorisme= art 218-2

 L’article 218-2 réprime l’apologie du terrorisme, quel que soit le


moyen utilisé : « discours,cris ou menaces proférés dans les lieux ou
les réunions publiques, par écrit… des affiches exposées au regard du
public, par des différents moyens d’information audio-visuels et
électroniques… ».
 Apologie du terrorisme = Discours (écrit ou oral) visant à saluer ou
défendre une idiologie extrême, une personne ou saluer ou justifier
des actes et des attentats terroristes.
 Exemple : « vive l’État Islamique»- un Imam qui prêche la violence,
le fait d’insulter la mémoire des victimes d’un attentat terroriste, etc.
 Plusieurs condamnations ont eu lieu dans le Royaume en application
de cet article
- Cherchez quelques applications jurisprudentielles
2- Le financement du terrorisme = art 218-4

• l’article 218-4 réprime le financement des actes de terrorisme «  le


fait de fournir, de réunir ou de gérer par quelque moyen que ce soit,
directement ou indirectement, des fonds, des valeurs ou des biens
dans l’intention de les voir utiliser ou en sachant qu’ils seront utilisés,
en tout ou partie, en vue de commettre un acte de terrorisme,
indépendamment de la survenance d’un tel acte… ».

Q:

-Commentez cet article en utilisant les ouvrages cités en


bibliographie de ce cours
3- Actes de complicité propres au terrorisme= art 218-5
et 218-8

• la provocation: le fait de persuadé, d’inciter ou provoqué autrui à


commettre une infraction terroriste. Peu importe le moyen utilisé (oral
ou écrit – discours – par la voie de la presse – par SMS- voie
électronique= sur les réseaux sociaux…).
• la fourniture de moyens nécessaires pour commettre l’attentat;
• fourniture d’un logement (recel des terroristes art 218-6)
• la non révélation d’infraction de terrorisme aux autorités judiciaires,
de sécurité, administratives ou militaires, par toute personne ayant
connaissance de projets ou d’actes terroristes (art218-8).
(réviser le DPG pour les cas de complicité)
Section 2- Les sanctions du terrorisme

§1- Les peines : art 218-3 et 218-4


1- personnes physiques = (voir le tableau)
2- personnes morales= financement du terrorisme+ apologie ( voir le
tableau)
§2- Excuses légales : article 218-9
1- Excuse absolutoire= exemption de peine dans certaines conditions pour
celui qui informe les autorités avant la perpétration d’un attentat .
2- Excuse atténuante=atténuation de peine pour celui qui dénonce un acte
terroriste après son exécution sous certaines conditions .
(réviser les définitions des excuses légales DPG)
(voir le polycopié)
Section 3- particularités procédurales

Un régime procédural rigoureux à l’égard des


personnes impliquées dans des affaires de terrorisme:
 La garde à vue= 96 heures (4 jours)/ 48 H infraction
ordinaire (lire art 66-80 du CPPM);
 Les perquisitions= autorisation en dehors des heures
légales (art 60 et suivants du CPPM);
 L’interception des communications, écoutes
téléphoniques = exceptionnellement ordonnées par le
procureur général du Roi et non le juge d’instruction en
cas d’urgence;
 La compétence= exception à la compétence territoriale
( cour d’appel de Rabat)
 Prescription= imprescriptibilité dans certaines
législations
 Mesures spécifiques pour lutter contre le financement
du terrorisme= nécessité de la coopération des banques,
gel des comptes bancaires).
(Voir le code de procédure pénale)
(voir le polycopié)
A Noter :
Loi 86-14 relative à lutte contre le terrorisme

Loi Modifiant et complétant les dispositions du code pénal


et code de procédure pénale, cette loi adoptée en 2014 a
ajouté les incriminations suivantes:
Nouvelles incriminations:
-le fait de se rallier ou de tenter de se rallier à des entités,
organisations, bandes ou groupes terroristes…
-Le fait de recevoir ou de tenter de recevoir, quel qu’en soit
le moyen, un entraînement ou une formation à l’intérieur
ou à l’extérieur du Royaume en vue de commettre un acte
terroriste à l’intérieur ou à l’extérieur du Royaume
-Le fait de recruter, d’entraîner ou de former ou tenter de le
faire une ou plusieurs personnes en vue de leur ralliement
à des entités, organisations, bandes, groupes terroristes….
La peine :
- 5 à 15 ans et l’amende de 50 000 à 500000 DH pour les
personnes physiques
- 250 000 à 2. 500 000 DH pour les personnes morales

(Lire l’article 218-1-1 et suivants du CP)