Vous êtes sur la page 1sur 23

Chapitre I Introduction aux

transferts thermiques

Master 1

1
Objectifs 

 
• A la fin de ce chapitre, l’étudiant doit être
capable de :
• Définir la conduction thermique
• Définir la convection thermique
• Définir le rayonnement thermique.

2
Introduction
• Lorsque deux systèmes sont à des températures
différentes, le système le plus chaud cède de la
chaleur au système le plus froid. Il y a échange
thermique ou transfert thermique entre ces
deux systèmes. Les transferts thermiques se
rencontrent dans de nombreuses situations
industrielles (moteurs thermiques, centrales
électriques etc…) ou domestiques (chauffage ou
refroidissement de l’habitat).

3
• Ils doivent être effectués de manière
optimale, à savoir :
• Limiter les pertes de chaleur
• Transférer la chaleur à un niveau de
température donné et pendant la période
juste nécessaire.

4
I. Thermodynamique et transferts
thermiques
• Les transferts de chaleur se basent sur deux
concepts : la quantité de chaleur et la différence
de température.
• La thermodynamique définit dans son premier
principe l’équivalence de la chaleur et du travail
comme formes particulières de l’énergie.
• Dans son deuxième principe, elle mesure le
déséquilibre thermique de deux systèmes par
leur différence de température. Celle-ci
caractérise le sens et l’intensité de l’énergie
calorifique transférée.

5
• La thermodynamique ne s’intéresse
seulement qu’à des états d’équilibre ; elle
n’explique pas les mécanismes d’échange qui
constituent les transferts thermiques.

6
II. Les différents modes de transfert
de la chaleur.
• Il existe trois modes de transfert de chaleur : la
conduction, la convection et le rayonnement.
• 1°) La conduction
• La conduction est un phénomène au moyen
duquel la chaleur s’écoule à l’intérieur d’un
milieu (solide, liquide ou gazeux) d’une région à
haute température vers une autre à basse
température, ou entre différents milieux mis en
contact.
7
• C’est le seul mode de transfert intervenant au
sein des milieux solides opaques. L’agitation
moléculaire élevée de la zone chaude
communiquera de l’énergie cinétique aux
zones plus froides. Ce phénomène est appelé
la conduction. La conduction se résume par la
relation (loi de Fourier) :  = - gradT pour
un milieu isotrope (les propriétés physiques
sont indépendantes de la direction).
8
•  est le vecteur densité de flux de chaleur ; 
est la conductivité thermique du milieu au
point considéré, T est la température ; ( en
W/m2) ;  en W/(m . °C)
• La conduction de la chaleur n’est pas possible
dans le vide puisqu’il n’y’a pas de support
moléculaire.

9
2°) La convection
• La convection est le mode de transfert
d’énergie par l’action combinée de la
conduction, de l’accumulation de l’énergie et
du mouvement du milieu.
• Le transfert d’énergie par convection d’une
surface dont la température est supérieure à
celle du fluide qui l’entoure s’effectue en
plusieurs étapes :

10
• La chaleur s’écoule par conduction de la surface
aux particules fluides adjacentes (voisines)
• L’énergie ainsi transmise permet d’augmenter la
température et l’énergie interne (l’énergie
accumulée) de ces particules fluides
• Les particules fluides vont se mélanger avec
d’autres particules situées dans une région à
basse température et céder (transférer) une
partie de leur énergie.
• L’énergie est, à présent emmagasinée dans les
particules fluides et elle est transportée sous
l’effet de leur mouvement.
11
• Le transfert a lieu entre un élément
macroscopique d’un fluide et une face solide.
• La possibilité de déformation des fluides leur
permet de transporter une quantité de chaleur
directement liée à leur capacité calorifique.
• Ce transport de l’énergie par un écoulement est
analogue au transport par exemples d’une
concentration de sel par de l’eau ou de l’humidité
par l’air.
12
• La transmission de chaleur par convection est
désignée, selon le mode d’écoulement du
fluide par convection libre et convection
forcée. Lorsqu’il existe une différence de
température au sein du fluide, la partie
chaude aura une masse volumique plus faible
par rapport au fluide froid et aura tendance à
monter (sous l’effet de la poussée
d’Archimède). La convection est dite naturelle
ou libre.
13
• Si le mouvement du fluide est provoqué par une action
externe, telle une pompe (liquide) ou ventilateur (l’air),
le processus est appelé convection forcée
• La densité de flux de chaleur  à travers un élément de
surface d’une paroi solide qui le limite est donné par
l’expression : = h (Tp –Tf)
• h est le coefficient d’échange superficiel entre paroi et
fluide en W/ (m². K)
• Tp : température de paroi de l’élément de surface ; 
• Tf : la température moyenne du fluide :  = h (Tp – Tf) =
en W/m 2
S
14
3°) Le rayonnement

• On dit que le soleil chauffe la terre par rayonnement.


Les atomes, les molécules et électrons libres des corps
peuvent perdre une partie de leur énergie cinétique
par émission d’un rayonnement électromagnétique.
• Lorsqu’un tel rayonnement est reçu à la surface d’un
corps, une partie est absorbée par le corps et se trouve
(dans l’énergie cinétique de ses composants, c'est-à-
dire) sous forme de chaleur. Le rayonnement
thermique peut se propager sans support matériel. Le
rayonnement n’est pas à proprement parler une
transmission de la chaleur. C’est après réception et
absorption par la matière qu’il donne lieu aux
phénomènes thermiques.
15
• La puissance M° (exitance) du rayonnement
thermique émis par unité de surface pour un
corps noir (ou radiateur intégral : c’est un
corps qui a la propriété d’absorber la totalité
du rayonnement qu’il reçoit) est donnée par la
loi de Stefan – Boltzmann : M° = T4 ;
•  = 5,67.10-8 W m-2 . K-4

16
• L’exitance énergétique totale du corps noir est
proportionnelle à la quatrième puissance de la
température absolue.
• (L’indice 0 indique qu’il s’agit d’un corps noir).
• M° : puissance du rayonnement émis par
unité de surface.

17
• NB : Pour éviter des pertes d’énergie par
rayonnement, on emploie des métaux polis ou
des surfaces argentées qui réfléchissent ce
rayonnement comme la lumière sur un miroir.

18
Définition :
• Le rayonnement est le mécanisme par lequel la
chaleur se transmet d’un corps à haute
température vers un autre à basse température,
lorsque ces corps sont séparés dans l’espace ou
même lorsqu’un vide existe entre eux.
• Le flux radiatif n’est échangé entre deux surfaces
portées à deux températures T1 et T2 est :
• 1-2 = F1-2  S1 (T14 -T24)
• F1-2 est appelé facteur de forme. Il tient compte
des caractéristiques géométriques des surfaces.
19
• Cette équation peut se mettre sous la forme :
• 1-2 = F1-2  S1 (T12 + T22) (T1 +T2) (T1 - T2)
• Lorsque |T1 – T2| « T1, on obtient 1-2 = hr S1
(T1 - T2)
• Où hr = 4  T13 F1-2 (si T1 = T2) représente le
coefficient d’échange par rayonnement et
s’exprime en W m-­².K-¹

20
III. Combinaisons des différents
modes de transfert.
• Les trois modes sont liés dans la plupart des
cas (ils interviennent en même temps). C’est
ainsi que la conduction et le rayonnement
sont présents dans le cas de solides non
opaques ou encore que la conduction, la
convection et le rayonnement interviennent
dans les fluides.

21
• Exemple : on chauffe de l’eau
dans un récipient.
– La chaleur est transférée par
convection et rayonnement de
la flamme (gaz chauds) vers la
paroi externe du récipient.
– Elle est transmise par
conduction à l’intérieur du
récipient par les molécules des
fluides très proches de la paroi.
– Elle passe à la couche
supérieure de l’eau par
convection et aussi un peu de
conduction
– La chaleur est transmise de la
surface du liquide par
convection et rayonnement.

22
• En général, l’un des modes est prépondérant,
l’on néglige alors les autres.
• Si les différents modes ont une importance
comparable et qu’ils peuvent être découplés,
on les traite séparément. Autrement, on
utilise des méthodes de traitement
numériques.

23