Vous êtes sur la page 1sur 50
AGENCE INTERNATIONALE ES 5 PRESSE LIBRE ——— WORD — AMERTCAINE <2.417, Succ. “OUTREMONT™, Mowtaéat, Que. H2V 4N3, Cawapa/271-6074. Wou.t.No.2 Aodr 1993 S CAMPS DE CONCENTRATION EW ARERIOUE DU NORD GRAMME DE CAMPS DE CONCENTRATION” oe (CONCENTRATION CARP PROGRAR) Rie Cop iat bi URGENT AL jusTIC) Erars-Um. ‘UNITED STATES DEPARTAENT OF wo 1. RAMDAT PRinciPat pe RECHERCHE 2. Mampat Principat D‘AgRESTATION PROJECT "REX = 84° OLN RLUNEDINOD's | IERDEIS SLSIIS DMM sf “StUN-51073 xne ‘xnasabuep yuoMD|{aLINII0d yURIY deMOD |4gPLSUOD 79 ‘O, “BUILS BFP MPLALPUL 907 ap JUPMOUOIME,P 9 ‘WOLIEISAUE,P Ueid. “LINSVHM HOLL WHIdO EETRODUCTION- 5 sproject Rex", eration DRAGNET", "“FINCEN Mission, FINCEN Network", "FEMA" Executive #11490 et L.E.A.F.,et Operation Cable Splicer et Garden Plot;tous des toms de Code) pour signifier les mé- mes de mise sur pied d'opéra~ tions Militaro-policiéres américaines vue de 1'établissement , entre au- de "Camps de Concentration". De selon les rapports recus,chacun Camps serait 1'aboutissement,d s d'un niveau, de modalités com- ‘inventoriées par le “Complexe wititaro-Industriel Américain"pour en wer au renversement de 1a Démo~ aux Etats-Unis,et 2 1'établis- d'un nouveau régime qui serait sous le contréle des Nations-U- alors devenu 1*Organe — Supréme Ja protection des intéréts d'un 2] Ordre Mondial. jence-fiction ou dure réalité? 2s Camps de Concentration aux Etats- S, est-ce une réalité ou le fruit une imagination dérangée? S'il s'a- d'une réalité, appartient-elle au ssé ou au présent? Et si ces Camps peartiennent 4 une actualité quoti- enne, alors 11s furent construits,a arsorenent parler, par qui et pour qui au juste? Car,depuis 1a fin de la werre froide, 3 qui, et en prévision quot pourrait bien servir l'entre- en de plusieurs camps alors que de sartout, en 1993, Tes politictens ne ssent de crier,et erie aux coupures 4gétaires dans toutes les sphéres de l'appareil politique, militaire et social? | ¥ a-t-i] une ou plusieurs sources as- | sez crédibles permettant de croire 4 | l'existence d'une telle réalité?Sont- elles véritablement fiables en tant qu'information produite? Ou provien- | nent-elles, au contraire, de mouve- | ments patriotiques américains pour qui la paranofa face 4 leur propre gouvernement est une mani@re de pen- sée courante? Qu bien encore,ce genre d'information proviendrait-elle de groupes révolutionnaires tentant de jeter Te discrédit sur le gouvernement dont ils com- battent 1'idéologie et 1‘administration? Toutes ces questions et beaucoup d'autres, je me les suis posées 3 plusieurs reprises. vue Ja gravité de 1’information recue,et Ta res- ponsabilit® professionnelle 4 rendre public ou non un état de fait sembfabie, Par exemple, combien de ces Camps furent a- ménagés au Canada? Et en prévision de quel= Te situation, et de quel genre de détenus? A savoir qu'a |'automne de 1991, des hauts Of- ficiers des Forces armées canadiennes et de Ta R.C.M.. en réunions secrétes, se réu- nissaient pour analyser toutes les possibi- Jités envisagées pour la mise en commun de leurs forces, 1a coordination de celleseci au cas de |'&clatement d'une "Guerre Civile” au Canada, cela laisse place & plusieurs in- terrogations sérieuses quant aux procédures mises en place! D'ailleurs, @ l'automne 1992 un Officier francophone des Forces armées du Canada me confirma, en conversation privée que de telles réunions avaient eu lieu, que des “Rapports [Top Secret] avatent été rédi- gés. et que ceux-ci 6taient conservés dans des coffres-forts de 1'Armée Canadienne Ser— vice de Renseignement. En outre, 17 ne faut surtout pas oublier, du cOté américain, 1a fameuse [Chasse aux Sor- ciéres] contre des supposés sympathisants de Ja doctrine communiste, et ayant infiltré un un, selon les croyances de I'époque, les milieux du Cinéma, et combien d'autres?Pour- tant, 4 la méme Spoque, i] ne suffisait que d'avoir ét8 abonné 3 une Revue politique des plus suspectes aux yeux du Pouvoir en place pour étre alors soupconné des pires crimes, dont entre autre,le renversement du Gouver= nement. Et la Premiére Ministre actuelle du Canada n'asteelle pas laissée entendre, lors de sa course a la Chefferie du Parti Conservateur, que ceux qui critiqueraient le Canada de- vraient d&s lors étre considérés comme étant des ennemis du pays {| N'a-t-on pas déja en- tendu de tels propos,avant 1'éclatement de Ja deuxigme Guerre Mondiale, de la part de dirigeants de pays totalitaires? Et, chose curteuse, ce genre de propos allait de pair ag a 7a REN. EY 25 AK GUNS iguae ‘. ‘Fort Huachuca AZ| 31N33 lowed 1 64038 [14 THO Rona Ok 32 4uns7 |i zasiag if a chy 3k I ligns6 ne Iné] mi12 Point WY 0117] Comp Kxome F a maa ee Camp AP TAIL vA | Vo] a7 22 W90]19) Fe. Inddantowm Gap agizo obese iaald BANS? 30.| Aldeiood FA i uino7 [76"' are! ka OK gna eo eet ree AR nO} Florence Al 1 EAS Nhe hres avec des dures réalités économiques. Avant done de procéder & quelque conclu~ sion et rédaction que ce soit par rap- ort & toute l'information reque au su- et des "Camps de Concentration", j'a done fait ma propre enquéte, mes propres | vérifications. J'ai commencé par comm niquer avec les revues et journaux gui avaient publié des articles au sujet de ces "Camps" afin de connattre la source premiére de leurs informations,ainsi que Jeur opinion ce sujet. Puis j'ai com muniqué avec des Agences de Presse In- ternationales afin de savoir s'ils —a- vaient entendu parler ou non, de eur c6té, de supposés [Camps de Concentra- tion]; ‘475 possédaient des documents en ce sens, et s'ils pouvaient m'en fai re parvenir une copie; savoir ce qu'ils an pensaient eux-mémes, et quel était,en bout de ligne, le pour et le contre, le réel de I'imaginaire par rapport 3 une réalité semblant appartenir plus a un récit de science-fiction qu'a une réali- t terre & terre. J'ai ainsi communiqué avec des Journa- Jistes en Californie, au Wisconsin, en Alabama, en Arkansas, au Texas, puis en Australie. Par la suite, j'ai comparé tinformation recue avec d'autres sujets de réalité et d'orientation différentes provenant d'autres sources, tel le pres- tigieux "Monetary & Economic Review"avec Norman N. Franz, Cadre Supérieur de FAMC et auteur de: Business Planning Workbook et ex-instructeur en Economie pour le Bureau du Développement Economique de T'Etat du Colorado; avec 1a Revue Leads, consacrée 4 l'information économique, et visant la clientéle des “Entrepreneurs en Affaires"; et, entre autres, avec le Mc Alvany Intelligence Advisor, Revue spécialisée dans I'analyse monétaire, 6- conomique, aéopolitique, et des Cours de Ja Bourse en ce quia trait aux Métaux précieux, reliée 4 1'Association Inter- nationale des Collectionneurs, ainsi quiavec d'autres informations pouvant contredire ou confirmer, par leur conte- nu, la réalité des “Camps de Concentra~ tion”. Enfin, je me suis demandé pourquoi Va “presse Officielle", celle vouge au public en général, niavait a toute fin pratique, jamais voulu traiter de cette information particuli@re? Tl -ressort donc de cette enquéte et des verifications produites a cet effet,que la réalité couvrant l'existence de "Camps de Concentration” paratt étre des plus vrais- semblables Tpour en avoir la preuve abso- lus, i] faudrait @tre a Ta place des mi1i- taires et des politiciens qui les ont ima~ ginés, et posséder des "Documents Off i- ciels" 3 ce sujet]_; que cette réalité rejoint une autre réalité, plus dramatique encore, celle d'un “Plan d'ensemble"visant Jtatablissement, bon gré malgré,d'un Nou~ vel Ordre Mondial: Politique, Militaire,E~ conomique, Social et Religieux, 3 1’échel- Je internationale; Nouvel Ordre qui serait placé sous 1'égide des Natfons-Unies, et dont 1'établissement pratique serait, au- rait méme été confié devrais-je dire, au “Complexe Militaro-Industriel" américain. _Dwight David Eisenhower, président des Etats-Unis de 1953 4 1961 est celui qui a- vait mis les américains en garde par rap- port au potentiel naissant et énorme de ce “Complexe Militaro-Industriel", ainsi que du danger extréme que ce méme Complexe, un jour trés proche, pouvait représenter pour ja survie de la démocratie américaine s'1] venait & échapper au controle du peuple et de ses gouvernants. __D'ailieurs, ce "Complexe" fut soupconné par plusieurs aux Etats-Unis, dans ses Tiens avec la C.I.A:, d'avoir été T'un des instigateurs de I'assassinat du président Kennedy __£n outre, plusieurs experts et __politi- Ciens américains ont plus d'une fois mis en garde le peuple des Etats-Unis contre ce "Complexe" ,considéré par plus d'un,com- me étant en soi un gouvernement indépen~ dant puissant, échappant méme au contréle du gouvernement américain sur le territoi- re des Etats-Unis. Méme que certains ont d€ja pensé A un “Coup d'etat" possible de Ja part de ce méme "Complexe". Plusieurs raisons peuvent tre rattachées att Au moins 130 de ces "Camps" ont 6té identifiés aux Etats-Unis. ur in 1964. 7 au silence de la "Presse" dite “Officielle", par exemple, les pressions politiques et & conomiques; 1a peur, de la part du Journa- liste impliqué, de ia perte d'emploi et/ou de la réputation, etc... La "Presse Officielle" est d'abord et avant une information muselée par 'apparei] poli- tique et Economique d'un pays. En d'autres mots, 1'Information qu'elle publie est sous la censure des intéréts politiques et/ou é- conomiques du lieu of elle est publiée. S'il s'agit d'un journal de village ou de petite ville, cette "Presse", & moins de contester le pouvoir politique en place au profit d'u- ne autre orientation politique, publiera des informations orientées de maniére @ ne ja- mais heurter ouvertement le pouvoir politi- que de T'endroit de qui elle regoit son uni- que droit d'existence. De plus, cette méme "Presse" est dépendante, pour survivre, des intéréts économiques locaux. Encore 13,toute publication d'information dite rebelle, aura pour résultat, des avertissements, méme des menaces de coupures financiéres de la part de ses publicitaires, sinon carrément des pertes de contrat de publicité. Et si 1" in- formation contestée provenait d'un journa- Viste y tant allé d'une volonté d' indépen- dance et d*honnétets professionnelle, alors celui-ci pourra tout simplement se retrou- ver au chémage du jour au lendemain. Cette ligne de pensée, et d'agir qui est celle stant a 18 base de toute 1a pratique de 1a profession journalisitique, est uni- verselle. En ce sens, 11 est tout a fait im- possible de parler ici de profession journa- listique ayant pour but, avant tout, les in- téréts du public en général. O'ailleurs,trop souvent des journalistes établiront volon- tairement d'eux-mémes, une collusion, dans Jeur esprit, entre les intéréts du pouvoir politique et ceux de 1a population,de manié- re & se déculpabiliser de fausser quotidien- nement l'information. Ainsi 11s _ deviennent complices de tout un systéme déquisémaquil- 16, s'étant construit, et continuant de se construire sur le dos de 1a population Pour ce qui est des réseaux d'information \plus importants, tel Radio-Canada et C.8.C., |soumis au pouvoir politique du gouvernement fédéral canadien; le Toronto Star et 1a Ga- a5 zette, soumis pour leur part, 3 1a pro- tection premi@re des intéréts anglo- saxons canadiens; ou bien le Journal de Montréal et Ta Presse youés @ la sauve- garde de l'establishment Sconomique et/ ou politique canadien ou québécois.mats chacun & leur maniare: Teurs bases de! fonctionnement s'effectuent de Ta méme maniére que celles décrites ci-haut,mé- me si elles s'effectuent de maniére as- sez différente, parce qu'indirectes, et parfois a un tras haut niveau de 1'ap: pareil politique et économique. Oans un tel labyrinthe du pouvoir, it est tout 4 fait compréhensible de cons- tater pourquoi des nouvelles conme cel- Te des "Camps de Concentration” n'ont jamais été publiges par des réseaux of. Fictels, mais plutét, comme c'est Te cas. ici, par des revues et/ou des jour- naux indépendants, méme religieux par- fois. Pour ces réseaux indépendants, Te jour- nalisme concerne la défense et 1a pro- tection des intéréts des populations pour qui l'information est publ iée,tan- dis que pour les réseaux plus officiels Tentretien des populations visées dans un 6tat de demi-sommeil, permet un rou- Tement ininterrompue de 1a consommation] 8 outrance_genre centre-d'achat_donc, par conséquent, une meilleure stabilité politique. Le meilleur exemple a ce su- Jet au Québec, est le Réseau T.V.A./TE- lémédia__base efficace dans 1'abrutis- sement quotidien de 1a population of Jes Nouvelles sont traitées de la méme maniére que sont fabriquées les émis- sions de variétés! _ 1] y a ceux pour qui le courage de Ja vérité passe avant Tes intéréts. person- nels, surtout bien au-dela de 1'apla-| tissement de, 1a vie quotidienne devenu pourtant comme une seconde nature pour beaucoup de Journalistes. C'est le cas du rédacteur-en-Chef du Oakland Tribune! qui, en 1976 publia 1' information Tal plus compléte au sujet de 1'0pération_| Cable Splicer_. Celui-ci mourut soudai- nement aprés en avoir publié 1a version la plus compTate. (1) LL LLL LLL LL LL LL LLL toutes les preuves et les référen- seront epportées ici dans cet ex- plusieurs s'obstineront 2 dire,pour ‘itique, que c'est dans les fonde- es mémes des Gouvernements d'agir de : "Camps de Concentration; prépa- ilitaires anéricains, contre le enada par exemple; établissement des mé- mes américano-canadiens en vue d*en ver 8 1'éclatement d'une Crise poli- majeure au Québec; etc...Que ceux- y sont obligés pour se protéger; qu'il t voir 14 que des pratiques plus ou soins importantes, ou dangereuses pour populations concernées, etc... rtant, la construction de tout appa- militaire, 4 plus forte raison, de Concentration, a toujours dé- un jour ou l'autre, sa propre : Lihistoire est 1 pour le prou- ! En outre, qui dit pratique, dit aus- prévisions en fonction de... voi qu'il en soit, un fait demeure:"Pour veut savoir, veut croire, aucun sup~ ément de preuve autre que celle qui lui apportée sera nécessaire, mais pour quine veut pas, aucune preuve ne refus de voir, malgré des dossiers de ‘euves apportés, et provenant de diffé- rentes sources, est trés dangereux puis- ave non seulement ce genre d'attitude est comme un feu vert donné pour —_1"éta- issement de dictatures et de tyrannies rie dos des populations qui en souf- Friront, mais encore, cette mani@re de penser rend les individus concernés i= rectement responsables de I'existence de telles situations. Par exemple, qui furent les plus respon- sables de 1'établissement des camps de concentration, en Allemagne, lors de la période précédant 1'éclatement de la 2e Suerre mondiale? Les Juifs ou les Alle- mands? Ou les deux 4 1a fois? Et 1a Com- munauté intellectuelle internationale de 1"époque qui était au courant de 1'exis- tence de ces camps, par les Services Se- crets, jusqu'ol va sa responsabilité? ra suffisante, méme les plus évidentes”. Et dans le méme sens, jusqu‘od alla la responsabilité de ceux qui s'oppos@rent 3 1'8tablissement du communisme? Et mé- me ceux qui, tel le Canada et les E- tats-Unis, 4 1'@poque, Staient des plus conscients du régime de terreur qui &- tait dans sa phase d'établissement sur le dos du peuple russe, mais ne firent rien pour en arréter le processus? Alors jusqu'od ira la responsabilité de tous ceux qui, pour des raisons diffé- rentes, tant des organisations politi- ques que religieuses, refuseront de vé- rifier jusqu'au bout l'exfstence — ac- tuelle de “Camps de Concentration en A~ mérique du Nord"? Les organismes poli- tiques pour ne pas se couper volontai- rement de la prise possible du pouvoir dans l'avenir; les organismes religieux qui, d'une manigre insinueuse, inversée et tortueuse, 4 dire et 4 répandre que ce serait dangereux de parler du mal sous prétexte que ce serait 18 lui ac- corder trop d‘importance! Et puis quoi encore? La peur, 1a l&cheté, T'aveuglement ont des limites: celles de |'éclatement ,tot ou tard, de la wérité! Enfin, peut-8tre se trouvera-t-il un journaliste,complice du pouvoir, et a- veuglé par 1'idée que 1'information ne doit pas bouleverser les habitudes de chaque jour, qui poussera l'absurde 3 ses extrémes limites en demandant au pouvoir politique américain s'il est vrai que de tels camps existent?Et les Officiels de répondre: "Mais nous ne sommes pas des tortionnaires! Quelle question pour un homme jugé aussi sen- sé que vous!" Et le journaliste de re~ produire telle quelle la réponse afin, surtout, de ne pas troubler le sommeil de qui que ce soit, et espérer un sa- jaire des mieux rénumérés!Et 1a popu- lation de réagir en disant:"C'était 1a d'autres histotres de peur provenant de personnes inconnues; une chance que nous avons des personnes responsables 4 la Radio et & la Télévision of Fi- cielles! =a Serge Monast, 18 Juillet 93. WOTE DE LA REDACTION _2 “Docunent" reproduit ici dans sa totalité, et traduit de T'américain, fut pro- Sit par Te Dr. Willian R. Pabst, de Houston au Texas. I] représente 1 ‘aboutisse- m de recherches Tdangereuses] produites, par ce dernier, dans 12 seul but d'en sriver 4 faire clairenent ressortir une réalité dramatique cachée, et mettant cenger T'existence mé Titre exact dy unent™ de 21 pages: ” est celui inscrit sur la premiere page du document tel que 2, sa traduction fut vérifiée & plusieurs reprises, et lorsque 1a traduction “‘un nom de "Code" ou d'un "Organisme Militaire" aurait pu se révéler hasardeuse, + représenter une confusion possible par rapport au sens original, alors 11° fut jgsé tel quel dans sa langue originale. notre point de vue, ce "Document est publi intégralement pour Ta premigre fois ns sa version originale, et c'est une premare que de le voir traduit en langue! francaise. Isolé en tant que piéce d'information, i! pourrait facilement étre con- cast, remis en question par plus d'un, mats comparé avec d'autres sources dlins pmation, anciennes et plus nouvelles,alors i] devient révélateur d'une réalité ue plusieurs ont tenté de garder caché pour plusieurs raisons. juodque plusieurs pourratent penser du Or. Pabst_ta destruction de réputation, le Hscrédit, cela n'a-t-il pas toujours été Te fer de lance de tout pouvoir visant, premier lieu, 1a protection de ses intéréts sur le dos des populations?_, 11 slen demeure pas moins que ce "Document Confidentiel™, tenu caché jusqu'a aujourd’ sui, est révélateur d'un malaise grandissant au sein du “Pouvoir Américain". Nous espérons que sa publication représente le début d'une série de véritables En- quétes dournalistiques par lesquelles, non seulement 11 serait possible de faire toute 1a lumiére sur ce sujet des plus alarmants, mais encore, i1 pourrait étre redonné & 1a profession journalistique son sens originel, celui de protéger les nopulations contre les différents abus du “Pouvoir" sous toutes ses formes! rt tel que me I'écrivait un Journaliste d'une Agence Internationale des Etats-Unis celui-12 méme qui m'a fait parvenir une copie du “Document Original’; "Senge, 1c few items touch the aucface of a deep (and growing) topic. Do Let me fnew) Thea youn thoughta and findings". Serge Monast, 1 21 Juillet 93. Wie TRODUCTION DU DOCUMENT. Cote termrintion est péartic rr | SRA "Sociené vads & la Protection ces Ouies et Libertés ces Individ.e'', we Oomisstion ore Ie but ext d'infomer le pblic as sujet c'ativités qi parreiet, etqice fait restreigrent ros libertés ireliérebles, telles qe celles-ci firent éinies crs le Goretitutio Anéricaire. | La piupert des cos activités re aort Pebitcellenent pes reportées drs la maja | axcessibles ax memces pqulaires, ot cela par ces reisrs: plus qu'évidentes. ©" Geviert nécesmaire di inforver le pblic 3 prams des corgers meneert ros croits vers des "Pept" tel qe oslui préserté ici. Te reper qe van Steer le mie & Lire core, ation ls refers ot les forts ifatign- bles d'un tame cart le tut fut dleeceer les plore ds Ganerrerent Féctral Anériosin vieert & insta Ter tn gaverrenent de type dictatorial cre ce reys_les Etatethis | plers inclient,la diterticn oe i ricairs orsidérés come [Srenis ces ftate-this], core ces comps de crcertration instel- de Camps de Concentration du Département de 1a Défense I. UNE QUESTION D‘URGENCE NATIONALE: “L'USURPATION TOTALE™. (2) T.I, "PLAINTES ET POURSUITES JUDICIAIRES EXTRAORDINAIRES": Tcl le docteur Willian R. Pabst. Hon adresse est ...Houston, Texas. ...Ceci est mon rapport, revisé en 1979, & propos du programme de "Camps de Concentration” mis sur pied par Te Départenent de Ta Defense des Etats-Unis. Le 20 avril 1976, aprés une enguéte rapide, mais trés approfondie, j'ai intenté une poursuite au ron du Peuple des Etats-Unis contre plusieurs personnes qui avaient. joué un réle-clef dans 1a mise en pla- ce d'un progranme de conspiration visant & se débarrasser des Etats-Unis tels qu'on Tes connait ave Jourd'hui. Ceci est pour vous, les plaignants_le Peuple des Etats-linis__, un rapport en progression. Le munéro d'action civile de la Plainte est 12 76-H-667. I] est intitulé: “Plainte contre le Programme + La Plainte fut looée 4 Ta Cour du District pour Te District du Sud du Texas, division de Rouston. Le duce responsable de I'affaire était le Juge Carl Bue. (3) 1.2. "LE_CARROSSE NAZI..." Vous avez sans doute d8ja entendu parler de l'histoire sutvante: [11 était. une fois, sous le Pégine Nazi, en Allemagne, un home qui travaillait dans une usine de carrosses d'enfants. Sa femme atten- aait un enfant, mais le gouvernement Nazi de 1'éooque ne permettait & persone d'acheter un carrosse. Alors I'home décida qu'il allait lui-mére anasser secrétenent une & une Tes pigces dans chaqe dé- partenent oD celles-ci étaient fabriquées, et ainst construfre par lui-méne son propre carrosse.Lors- que Tes pices furent anassées, lui et sa ferme les reqrouptrent toutes, et les assenblérent.Et lors- quitls eurent complété leur travail, ce ne fut pas un carrusse d'enfant qu'fls eurent devant eux, mais plutét un fusil~mitraiTeur! J. (a) 4 1.3. “CONSTITUTION POUR LES ROUVEAUX ETATS-UNIS D"AMERTQUE™: Et clest précisénent ce genre de situation que je compte vous présenter & propos de toute cette af- faire. Le Centre d'Etudes des Institutions Danocratiques a récerment complété une abauche de nouvel- Te Constitution pour les "Nouveaux Etats-Inis d'Amérique". Ce Centre est subventionné par Tes Fonds Rockfeller [Cette famille de financiers New-Vorkais a, entre autres, sous sa juridiction, 1a Comnis~ sion Trilatérale, 1¢ Club de Rome, les Féiérations du Gouvernenent Mondial, 1'Institut pour un Ordre Mondial, 1'Union Mondiale des Fédéralistes, 'Assenblée Anéricaine, 1'Association Avéricaine pour Jes Nations-lnies, le Centre pour Tes Etudes Avancées en Sciences G&havoriales, 1'Agence de Protection de ~Ie- EE EE EE EE A rr a a \ Institut des Lois sur T'Environenent, I'Association pour Te ¢ Tlogique cu Massachussetts (M.1.T.)/én ce qui a trait aux fonds it et T'Ecologie/, 10% du Bureau de la Réserve Fédérale des Etats-lnis, dont ischild, et Te C.F.R.] (5). Pour vous donner une juste idée du type de Cons- “URGENCE NATIONALE” y est mentionné av moins 134 fois. Ce document ne Dewarte des Droits], et le droit de posséder des armes y était révoqué.Dans un ise Concurrent Resolution #28" était placée en position d'attente d'un — Congrés 5. La prést un tel Congrés aurait #8 config 3 Sere que Nelson Rockefeller, Vice-Président et Président "pro ten” du Sénat. Cette — Résolution fut placée en attente dans un Comité. 17 est vident qu'aucun fonds ne serait dépensé projets d'envergure 3 moins qu'il y ait suffisanment de probalités pour que de tels pro- =res soient actuellenent mis en place. servant, au cas oll Te peuple Anéricain ne voudrait pas volontairenent adopter une nouvelle Cons on, celle-ci représentant moins de problénes aux yeux de ceux qui désirent inplanter une dic~ ily aurait "l'Ordre Exécutif #11490", incluant de fait ses propres préc&dents @ partir du = of i] serait cité. L'Ordre Exécutif en question autorise les Secrétaires des diverses Agences rcerées 8 se préparer & tout type de sttuation d'Urgence Natfonale incluant, mais ne se 1imitant ces 3 celles mentionnées dans 1Ordre Exécutif Tui~néme_. 51 vous Tisez cet Ordre Exécutif,vous dé . par conséquent, qu'il n'y @ rien qui fut laisse 8 1'inagiration. Pour quelque raison con- = une situation d'urgerce peut étre déclarée uniquement. sur les bases de cet aopeurant Dé tant du mis d'octobre 1969. D'aiTleurs, 1'Ordre Tut-néne fut préfacé en mars 69 par un autre ccutif, celui-ci établissant les réaions fédérales et leurs capitales. Tous les départements couvernenent y étaient inpliqués, incluant mire la L.EALA (Law Enforcement Assistance Adminis- ion}, et Te HEM. (Health, Education and Welfare). Le Menbre du Congras, Larry McDonald, révéla ‘onarés que plusieurs groupes de terroristes et de guérilla étaient financés par le Gowernerent ime. S'{1$_les groupes terroristes_avaient en effet entrepris des activités terroristes, alors rrdre Exécutif #11490 aurait &té mis en application. “eis, tel que mentioné précé&dement, si vous lisez 1'Ondre Exécutif #11490, vous verrez qu'une "Si- ion d'iroence Nationale" peut étre déclarge sous prétaxte de toute raison concevable, quelle Dielle soit, S1 T'Ordre Tui-néne devait étre activé, voici ce qui arriverait: “Le jour suivant, vous = votre fanille seriez en train d'attendre devant Te bureau de Poste de votre local ité avec vos voi- Ta porte d'entrée obstruée par des files interminables de gens attendant d'étre inscrits. Aorés ir attendy en Tigne avec votre famille pendant des heures, vous passez finalenent Tes portes. Une “ois 4 1"intérieur, vous enteniriez le caissier_rattre de poste_, portant brassard, dire & un. ins- crit effrayé: [Ecoutez, 17 n'y a rien que je pulse y faire. Le camion attendant derriare 1'Sdifice v2 vous emener dans un camp de travail olf vous avez été assioné. Votre spouse a été assignée dans u- re usine, et {1 n'y a rien que Je puisse faire.] Puis votre fille ou votre garcon, evant les yeux vers vous, et denandant: "Papa, pourquoi sommes-nous ici?" Finpossible? Faites un retour en arrire, et danandez a ceux ayant survécu aux camps de concentration azi coment, de quoi se conposa 1a période les ayant préc&dés? Quel fut le contenu des discours et ces raisons officielles alors fournies aux populations juives pour Teur cacher de telles manoeuvres, réalisées sur une base aussi massive? Saviez-vous que des Juifs, 2 1'Spoque, ont méne fount aux Ne- zis des somes d'argent, des bifoux de faniTle afin de powoir défrayer eux-némes le colt de leur voyage, transport en train vers Tes cams de concentration, tant ils avatent  convaincus qu'il devaient &tre amends vers des camps spéciaux de travail, hunainement aménagés pour eux? En outre, advenant des troubles raciaux sans arécédents aux Etats-Unis_formentés par qui au juste? (méme que des groupes d'études indépendants, aux Etats-Unis, avancent Thypothdse, en partie prouvée, que les troubles de Los Angeles auraient été permis afin de fournir aux autorités militaires et po- Ticiéres un terrain d'essai miniature devant servir de base pour des opérations de plus grandes en vergures_), quelle serait alors 1a procédure exacte? Lors d'une arrestation massive, iT pourrait vous étre répondu: "A votre arrivée au Camps, vous expliquerez votre cas au Responsable!" Yous exp] iquer coment, alors que vous seriez retranché de tout appareil légal, de tout contact personnel pour vous défendre? Inpossible??71 (6) eet Se ee, ae we eee ePeee eee 2 w AURATION DU NOUVEAU ee 2.1. "LIQRDRE EXECUTIF #11490" niet” “ame vous pouvez Te wir, vivre dans un pays libre inplique beaucoup plus Phypothéque. Vous devez tre conscients de ce qui se passe, agir en fonction, et p emenent; clest-S-dire, vous impliquer! En exaninant le Charte d'organisation de 1'Orir Se 90 pour décanrir coment nous avons tous aidé & firancer_3 travers nos inpéts_, 12_nécaniqe ant & renverser notre Constitution, nous apprenons aussi que 1'Ordre Exécutif #11490 accorde cer- wzins powoirs au Suresu de Préparation face aux Urgences qui, en retour, accorde pour sa part,un pou- Hfférents départerents du Gowernenent Fédéral. en France, au Canada et au Québec scrute en profordeur Tes nowelles Lois, Décrets et autres me- =s prises par le Gouvernerent, et peut-stre mine passées sur notre dos?] (8) 35 "Ordre en question devait étre appliqué, Tes Bureaux de Poste seraient autonatiquenent —responsa- sles d'un "Programme d'Enregistrement National". Ne son cété, Te Département d'ftat serait responsable = 12 protection des Sqipanents et du personnel des Natfons-Unies, ainsi que de Ta prévention_d'éva~ ors hors du territoire des Eta Le Départements de 1a Défense, pour sa part, serait responsé- aes expropriations industrielles, de 1a direction des services et du systine de production natio- du contréle de 1a censure et des communications, et de l'expropriation d' instal lations non-indus- srielles, Quant au Département du Comerce, celui-ci serait responsable de l'expropriation, de 1a sé- on et de Ta distribution des biens_ce qui Gqivaucrait, en fait, au pillage systématique des E- ats-Unis_, du recensement et des ressources huraines. Le Departament. du Trésor, quant 3 lui, serait responsable d'amasser les biens monétaires et _non-mné- aires, et pour la re-création de preuves des actif et passifs. Le Département de la Justice, partagerait,avec le Départenent d'Etat, 1a responsabilité de la prévent‘on des évasfons hors zatsclinis; du réapprovisionnenent des stocks de rarcotiques; d'une force de Police Natiorale;des Ins- Titutions correctionnelles et pénales, et de l'utilisation des prisomiers pour augnenter la main- d'ceuvre_ce qui équiveudrait 12 fabrication d'une main-d'oeuvre du type esclave_. Quant 4 1a Banque Fédérale (ari, dit en passant, n'est pas une banque FEDERALE), celle-ci serait res- porsable de Ja régularisation des retraits bancaires de 1a monnaie. La G.S.A. (General Service Admi- nistration), celle-ci serait sable de Ta confiscation de Ta ete sower- arental. Le HEM. (12 Santé, T'Education et Te Bien-etre S Se rae ae quant & eux, seraient is Ia nationalisation de I'Education ce qui d'ailleurs a d&jd &té entrepris par le Népartenent TEducation_, ajnsi que des Services de Santé, ces Hipitaux et des Institutions Psychiatriques. ar ce qui est di Osartment du Travail, celui-ci serait responsable de recruter 1a min-d'cewre;le sé Jectionner celle-ci; de la reférer, et de la répartir, cans cet enregistrement national, 4 ce que cha- ax personne d8ji inscrite dans les Bureaux de Poste, serait avisée de Mendroit o} i/ou elle devrait aller travailler. Le HLULD. (Housing and Urban Developrent) serait responsable du transfert des _per- omnes vers des I1eux d'habitation permanents ou temporsines situés dans des zones d'urgence régfonale ‘Ge plamification et de coopération. Et le Départanent des Transports serait responsable, quant & lui, du renforcement de 1a Loi d'Urgence, et du controle et ces déplacements des passagers, ainsi qe de T'opération d'urgence du chemin de fer de T'Alaska. 11 y a deux Agences spécifiques que nous devons observer, et conserver 3 I'esprit. Ce sont Je H.E.M (Health, Education and Welfare), et le Département de 1a Justice, car ces deux Agences sont directement religes au Département de 1a Défense. Les différents départements militaires font partie du Département de 1a Défense. Sous celui-ci, nous retrouvons le Secrétaire des Armées, le Chef d'Etat Major,le Oéputé Chef d‘Etat Major du Personnel et de 1'Application de 12 Loi, Te Commandement des Forces militaires de 1'Armée américaine, de la Réserve de I'Armée Continentale et de la Garde Nationale. Et sous cet ensemble, se trouvent les Quatre Armées qui di- -12- visent les Etats-Unis. Sous 1a Cinquiéne Armée, se trouve Te "Provost Marshal" qui est directement relié au Député-Chef d'Etat Major pour le Personnel chargé de I'ap- plication de la Loi. Sous le “Provost Marshal" de la Cinquidme Armge, * 300e Commandement de 1a Police Militaire chargé des Prisonniers de/Guerre, tionné a Livonia, au Michigan. et sta- 2.2 “Politique Militaire et Loi Martiale Ace stade-ci, je cite, du Tivre "On Watch, de T'¥niral 4 la retraite Elmo Zumqit, les faits sulvants: "Kissinger déclara: Je crois que le peuple anéricain n'a pas 1a volonté ce faireste pour atteindre & Ja paritd, et pour nainterir Ta supérforité maritine. de crois aie nous devon dlobtenir le meilleur arrancenent possible dans nos régociations avant que les Etatselinis et 1'U.R.5.5. ne percoivent ces changenents, et 1'2quiTibre qii en découle. Lorsaue ces perceptions seront inclues dans les accords, et que les deux parties sauront que les Etats-Unis sont inférfaurs, nous devrons avoir obtend Te meilleur arrancerent que nous pouvons. Ace moment-18, Tes enéricains re seront pas heureux qe j'ate opté pour un arrangenent en second, mais 17 sera trop tard. “7ymalt demarda: Dans ce cas, pourquoi n2 pas I'anener devant Te peusle américain? {1s n‘accepteront pas 1a décision de devenir les deuxi8res meilleurs pendant que nous Semmes dans une position de Revers National Brut dovble ce celui de 1'U.R.S.S. Kissinger répondit: C'est une question de jugerent. Je Juge que novs n'aurons pas. Teur appui,et st nous Je denardions, et cévoilions ce fait_come nous cevrions le faire_, alors nous perdrions rotre force de négociation avec les Soviets. ‘Zmalt denanda donc: Mais nest-ce pas 12 T'ultine inmoral it8 dans notre cénecratie: De prendre une de cision d'aussi grande inportance pour le pewle, mais sans le consulter? ‘Qissinger ré2ondst alors: Prohablenent, nais Je doute qu'il y ait un milTion de persomes qui pour- rajent méme comprendre 1'issue de Ta question. "ct dumalt de réponse: Méne si cette présorption est correcte, ce miT lion peut tout de mine influencer Topinion de 1a majorité. de crois qu'il est de mon devoir d'opter pour T'autre choix. "Ct Kissinger de conclure: Vous devrfez prerdre garde que vos paroles ne provoquent ure réduction cu budget de 1a Marine". Nous voyons done quel est T'opinion du Départenent Etat par rapport au peuple. Un autre faitsle 30 4é— cenbre 1975, la Garde Nationale de Californie annonga, dars un communiqué de presse_dont Je possBde une copie_, qe les bataillons de 1a Police Militaire de 1'Etat étaient orcanisés, et entratnés pour faire face Tnmédlatenent a oratiavenent tout désastre civil cu provoqié de main d'hamme, aussi bien que pour assister les forces policiéres dans des situations d'urgence, ou mine pour achever aussi bien leur mis~ ‘sion d'assistance policiare ou militaire. Je demandai 3 quatre des accusés dans cette affaire quels & taient leurs ordres de mission; {Ts ne Te dévoflérent pas, bien qu'ils aient affimé que cette inform- tion atait du danaine public. Llentrafnenent en question pour 1a Garde Nationale de Califomie couvre des sujets tels que: avoir 3 faire avec des individus et/ou des aopulations civiles, avec les procédures de d&tention, avec les drotts des citoyens, et autres affaires similaires. Ft vous savez aussi bien que moi que Torsque 12 Lot Martiale est décrétée, cu encore Tes Raglenents Partiaux , 1es citoyens n'ont pas de droits, tout simle- rent parce que 12 Constitution est suspendue. Wve Tes uniformes ces Gardes Natfonaux qui farticipent & ce progranme sont différents des unifarmes réqul ers. Les porte-peroles de 1'Amée refusent de dévoiler plus d'inforration quant 3 ces uniformes. Mais les unités parasmilitaires du Département du Sheriff de Los Angeles, qui eux aussi ont regu ce entrafnement, ont des unifomes de combat ‘teints en noir. as BEEESBEESE BSE PPP eB PB eB eS SS i) myth MT it senblable est le "Plan de oréparation aux Désastres", du Centre ¢'Aporovisionnenent cu Corps de Marine situ Barstow, en Californie, Voici un extrait de ce Plan: D'aprés 1a Constitution et les Lols des Etats-Unis, Te maintien de Ta loi et de T'ardre est 1a responsabilité des Gowerne- rents locaux et des Etats. Et T'autorité de maintenir Ta paix et d'appliquer 1a loi revient de fait ‘aux autorités de ces gouvernanents. I] y a par contre des exceptions spécifiques au concent cité ci- dessus: Une de celles-ci se rapporte aux interventions fédérales face 4 des désordres civils dans cer~ taines situations. Les comandants mTitatres sont cons{dérés come ayant cette — autorit# inhérente pour prendre teute mesure retsonnable pour 1a protection de la vie et de 1a propriété dans 1'éven- tualité d'une calamits publique inattendue qui perturbe le processus nomal du gowernenent, et qui reorésente une urgence si étinente, qu'il devient dangereux d'attendre 4es instructions des autorités approprites. Ceci inclut les devoirs d'application des lois. Le manuel mentionne quelque chose comme "GARDEN PLOT FORCES™ , dont nous traiterons du sujet plus en profondeur plus Join. fon Bell __qui publie un raoport hebdovadaire_rapportait, le 25 juillet 1975, qu'en mai 75', le Grou- pe des Affaires Civiles 303 de Ta Réserve de T'Ammée Anéricaine, situé 4 Kearny, N. effectua un exercice en vue de micux préciser quels seraient Tes plans pour un renversenent militaire du Gouverne- ent de 1'Etat du New dersey. D'aprés Te Colonel Frances Clark, ils ont effectué des études similai- res pour voir coment se saisir, par example, du Gouvernenent municipal et de comté dans les années précddentes. Meis cect était 12 pramiére fois qu'ils Studident le gouvernement de 1'Etat. De telles U- nités avatent été entratnées pendant 12 deuxiére Guerre pour s‘emparer de Gouvernenents & 1'étranger. Neis jarais nous n’avons eu de troupes fédérales s'entrafnant pour renverser des Gowernenents dans Jes Etats-Unis. $i le violence ou une catastrophe survenait, 1a Garde Natio Je carmanderent du Gouverneur entrerait alors en action.Nais ceci n'est définitivenent pas 3. LE CONTROLE DES FOULES [DES MASSES]. 3.1. “Opération Cable Splicer*: (10) Le 16 février 1975, Te "San Gabriel Yalley Tribune" rapportait que Ta Li ‘Départenent de 1a dustice_, et 12 "Police Foundation" _subventionn@ par 1a Ford Pm Jes principaux intervenants dans les plans pour instauirer une force de Police Nationale. Toute deux Organisves prétendent &tre en faveur de forces de police locales. Le progranme complet inpliquait des units militatres ayant pour role de s'emtarer de T'adninistration des Gouvernenents locaux et des Etats. Ce programe portait le non de “Operation Cable Splicer™ , nom lui ayant &é octroyé par Te Groupe des Affaires Civiles de I'Armée, tant Tui-méne 2 son tour un sous-plan de 1* "Operation Garden Plot" ie Programe de Loi “arttale_. La méthode par laquelle Te concept de Police Nationale a é&é présenté au public a changs. A 1' {1 stait déquisé sous Te couvert d'une protection contre Tes désordres civils. Le programe suivant: L-Bmpécher 1a population de se regrouper dans les rues; 2-Isoler et neutraliser les dirigeants de la révolution; 3-Dispersenent des foules et des protestataires. Ceci était suivi de’ poursuites efficaces dans Te but de: 1- Valider 1 'action de Ta Police;2- Pri- ver les détenus de tous moyens de propagande; 3- Les priver de l‘opportunité de racevoir des compensa ‘tons mongtaires de la police pour avoir été arrétés. Pemmetter-moi de citer Te scénario qui fut alors développé pour "l'Opération Cable Splicer", Un, deux, et Trois,afin de justifier les néessités de traiter avec les désordres civils: Phase un: Une arrestation et une fusiTlade provoquent Ta colére de Ta foule, et des menaces contre les représentants officiels; ure Greute comence 4 prendre forme. Phase dewx: Des véhicules de Ta police sont attaqués; plusieurs tentatives d'assassinats surviennent contre des personnages publics,puis ap Ae. 4 ibe! paratt la destruction et les raids d'armes, et des milliers de personnes police locale perd le contréle. trois: Mouvenents accrus des éneut tre dispersées avant qu'elles ne développent de la sympathie envers les & et la Police perdent Te contréle. th tel scénario permet 1a transition, par tapes, du Gouvernenent de 1'E! _INest-ce pas ce qui est Justenent arrivé 3 Los Angeles, lors des éneute: Ge mieux pourquoi Ta Folice, dans Tes premiers tenps des révoltes publ i directe contre les preniers Sneutiers._] (11) _TAu mois de mars 1992, qua, par “Ondes Courtes" lors d'une jon de Tignes ouvertes, pour confirmer traitleuses montées sur des “boxcars" 3 San Fernandino, en Californie. (S.B. Co. est le plus grand comté de la Californie. Sa population noire rivalise en proportion avec celle du camté de Los Ange Tes.)] (12)_Le "Deputy Attorney General” de la Califomie déclara, lors d'une Conférence de la "Cable Splicer Thrés", que quiconque qui attaque 1'Etat, méne verbalenent, devient par définition, un_révatu- tiomaire et un enemi. Ils sont des ennemis, et par conséquent, 115 doivent étre détruits._ [Ces pro- os ressenblent @trangenent ceux tenus par Kim Campbell, maintenant Premiére Ministre du Canada, lors de sa campagne au leadership du Parti Conservateur Canadien. ]_(13) Ce programme fut enseigné dans peu prés tous Tes Etats & T'ouest du Mississipt, et incluait, come participants, des militaires des forces actives locales, de la Réserve militaire, et de la Pol ice civi- je. Le Titre du cours était: "Cours pour faire face une Urvence Civile”. La version officielle gui devait tre donnée si quelque question devait tre posée 3 propos de ce programme était: — "L'activité est un effort soutenu ce Tiaison entre T'application de la Toi et Tes Militaires, de réme qe 1a poursuite des coordinations établies I'an denier." _[Nlest-ce pas 1A le genre de version publiée ha- bituelTerent par nos journal istes qusbéco's et canadiers, en apparence incapables de réflexion, et de volonté pour aller fouiller plus loin que les réponses officielles qu'ils recoivent, et publ fent candi~ darent. pour Te plus grand matheur de Ta population concernée?]_(14) fn 1976, Te “Oakland Tribune" reproduisait 1a plus compléte explication, analyse de ce qui se trait, __& propos de 1'Qpération Cable Splicer_. Celle-ci fut rapportée dans sa version premiére dans le “Na~ Fional Chronicle” qui, de plus, y ajoutalt une enelyse portant sur le Rapport. le rédacteur-er-chef i Oakland Tribune mourut soudainement aprés que la nouvelle ait été publige, “Et je cite: "Samedi. dennien, la Garde Nictionale de Calitomie dévoilait M'exiatence d’ure nowelle Force ‘fasta tance pow L'application de la loi—LEAF., une Unité de Police Nilitaine apécis ertnatnée et équipée, dort Lea membrea senvinont de. Traspea de Choc dana la quenne de L'Etat contre Lea cémonstna- teura et Lea opposarta politiques. "Wai vu une déporataction carplite de ce qe la Garde Nationale de Californie aunait préparé fo eG tae Ee ean te clon civilimilttaines casgués of bottir, avec dea furila de calibre ./2, dea piataleta de calibre .8, 5, ces nadion, des Walhie-talkies, dea Centre de Centrdle d'Intelligence neliéa entre eux ure cam munication instantannée avec r'inponte Force. de Paice de l'Etat. [le tenre Sl fb jarté par Le nédaction pour mizicx idertifien Le sens d'escoutes tactiques. LEAF, ext. wre Unité de 1,000 menbner aanenblén cette année pour traiten de problénes uniques d'as~ sistance légale, tollea que dea dénobéiaaances civiles masnives, dea din de protestation et ‘dea éreutea, En d'autres meta, bnizen dea téter, et necuetllia dea nam. LEAF. a Le acctien de Gou- verneun Bran, un qart ce million de dollars en subventions de Gasvennenert Fédéral, of aucune. oponi~ tin de La part. dea Geaspea pour Lea Libertin civilen. Pourtant, on dépit de tartea sea iraptitudes, LEAF. pomade d’effrayanten ibilitéa, cu point de Di a aes or ee ee tee -5- néuniona stersten de haut nivecu entre den Officiels ott Gawenrement, dea Officiens la loi et dea planificateunn militainea; néuniona 2'étart tenes vena la finder dea arnéen 70", Dea néuniona funert. teruer ausai Loin darnine. public le démortrent. Ce sont cea Conferences hom Le Magazine Coin, OW nie arvéea 00! et ‘iden comme. start Le "Sous-Plan anden Plat, vensicn Lalifornienre. i) 1 "ary Davia, Le bran droit de gouvenreur Secun, {que te LEAF. eat la pour assiaten da po civtle, non pour te remplacen Gary ajaute: “lea civile re tines wf age Solcial cel a cppligation ea Lit pitt il pls ce Lol stile é ces aamncrcen, exercicea de LEAF. acon clarmante, x "Coup d'Etct” décnit dara Le. nanan: "Seven Days. in fess". "Des aoldata de LEAF. cvec Leura matnaguer, 22. aoe auétant lea voiture ayant: & Leun bond auapects, vérifiart Lea cortea d'identité, et intinidartt Lea pasanta ove dEscounte Tactique, leurs brassands et Leura casper. ns encone, plusieurs participants a cet cencice de saredi, ont akin ue mine sau ce genre d'exencice aimlé, plusieurs inciderta avaient ex Lieu, inciderta ot Lea ee LEAF. anient fait usage de force excemive pour diawador Ler tnoublea, bien que Leura oF de leur interdisaient. Ltancten adninistrateur de LE.ALF., Charles Rosgovin, fut enregistré sur fiche parce qu'il avait dé Glaré que 1a Force de Police locale avait Achoud, et devait etre enplacée par une Force de Police _Na- tonale. Patrick Murphy, T'adninistrateur de Ta "Police Foundation" déclara: “Je n'ai aucune crainte par rapport 3 une force de police nationale. Nos 40,000 départements de police ne sont pas sacrés, in- touchables.” L'ex "Attorney General”, William Saxby, 2 servi T'avertissement que si nous cont inuons came clest actusllatent Te cas, Te crime va nous envahir, et 1a police nationale devra prendre le powoir. _‘D'ure maniére cifférente, nais pas st différente que cela en fin de campte, cela ressenble bizarrenent aux propos de certains, ici au Québec, qui comptent faire changer Tes Tois afin de powoir présenter des policiers dans Tes prochaines élections...1_ (15) Pour les policiers qui ne collaborent pes, mats veulent toujours étre que de simples policiers, 11 y 4 leur programe de "Contenporary Research, Inc.": une organisation de psychologues, de sociologues .de Spécial istes de 1‘Sducation et d'experts en éconarrie qui travailTent & trouver une solution 3 plu- Sieurs des probléres sociaux d'aujourd'hui. La mine organisation développe des programmes —informati— ques spécialisés pour Te noweau systére militaire de Comande et de Contréte Mondial, aussi bien que des systémes informatiques de base pour les Agences d'appl ication de la Toi situés 3 tous les nivesux du Gouvernement. elle seule, 1a L-E.ALA. recevra plus d'un millard de dollars année. Jes vines ‘amnées, mene si elle s'est avérée pourtant inefficace sour conbattre le crime. Ceci parce que Ta LE. ‘LA. n'est pas conce pour conbattre Te crime; elle est concue pour dévelooper un syste dans le but. prendre le controle des Etats-Unis avec 1'aide du Départenent dé la Defense. 4, LIETAT POLICTER PLANIFIE. in des programes sur lesquels travaiTle 1a LEAAA. pour 2 lutte contre Je crine est 1a "Psycho-chi- rurgie”. Si vous ne coopérez pas avec Teurs programes, vous serez opéré de maniére que vous serez aussi coopératif qu'une machine & calculer. D'autre part, 1a L-E-A.A. supporte Ta recherche sur Tes rogues pour Tes nénes raisons: neutral ser Tes sources neurologiques de la violence. onc, par exer ple, si une loi interdisant la possession d'ames & feu était instaurée, vous seriez automat iquarent place dans un dé ces proarames si vous deviez refuser de coopérer. Les exercices de contréle du LE. IAL, au niveau de 1'Etat, provienent directenent du Sureau de 1a Planification de Ta dustice Crimi- rele dy @ureau néne du Gouverneur. Ici, au Texas, M. Robert C. Flovers est toujours Te directeur exé- Cutif de ce bureau. Mais tous Tes Etats poss8dent ce Départenent particulier. -16- Lion est encore plus troublante Torsque conparée avec d'autres provenant de Mery ‘fe, cette inforration datant de mai 1993, et traitant de |'0rganisation Mondiale fartle des Nations-Inies, & savoir que celle-ci raportait, dermiérenent, ‘ge 12 it Bre traitée avec les mémes contréles réquliers que cax existant dans le cas de Bfution alors proposée par T‘Organisme serait “Un controle des ‘ames’, et pour comen- Prt ierrait y avoir, toujours selon cette derniéve, ‘une tae fEdérale anéricaine de 100% sur_la vente toutes Tes armes et mnitions,’] (16) _fo'avtre part, et ayant trait & une information exclusive obtenue d'une Agence de Presse Interna Flonale qui sera publiée, en entier, dans notre Numéro Spécial de Septenbre 1993, 3 savoir: "Les Fe herches et mises au point Tecmrolociques, entre la CIA et les Forces Armies Anéricaines, pour le Sreroie des Trdividus". Cette inforration-enqiéte non encore disponible aux Etats-lnis, se rapporte Sornoivelies technologies d&ji expérinentées avec succBs sur des @tres hunains, & leur insuset par tant de 1'introduction de mini-aopareils_ (réceteurs-Sretteurs) dans des_zones onécises. du —_cerveay humain, Jusqu'a 1'injection de "Cristaux Tiouides", par voles Intraveinewses, sous forme de sinposés TEER selon certains _, ou d"injections dirsctes_preuves & T'apput_ cristaux ayent des _pro- pristés Clactro-naqnétiques nowant étre controllés & partir de satellites, et “dj oroaraimés pour oF Toer d'ewc-réres dans les zones de la néwine du cerveau hurein. 1 ne siagit plus ici de sefen= Se eions au contraire, c'est meintenant une ralité militaire ayant dja ét plus d'une fois ex périnentse avec succés sur des étres hunains_sans leur consentenent_ dans des hdpitaux et ces ontres nedioam recornus dans différents pays. Tl est dés lors possible de se rendre compte de 1'&- volution tras rapide de 1a technologie militaire dans ce domaine depuis les années 75'; de méne que Jes demnitres découvertes dans Te domaine Militaro-nédical nous permettent de prendre consicence: Ta Continuite des interéts et des efforts du “Complexe Militaro-Industriel Anéricain’ dans cette yolon- fa die arriver 3 contréler directement Tes individus! Mais contréler Tes populations en fonctfon de quoi au juste?1_(17) gn mai 1075, la "LEA. Neiletter" décrivit Tes fonctions de l'une de ses organisations: 'L'Ins~ ‘itut National de 1'Application de Ta Loi et de 1a dustice Criminel le". Cette organisation —subven- tonne quelque chose connu sous Te non de: “Centre de Liquidation des Nations-nies", 4 Rome, en I~ fale, (a fonction de cette organisation, entre autres choses, est 1'échange de 1"information des gystines de Justice CriminelTe avec 1°U.R.S.S, Et i1 va sans dire que nous n'avons rien 3 apprenire de 1'U,.2.5.5. en mattére de dustice CriminelTe. Ces projets jnconcevables furent payés par nos taxes. Les noms de Code pour ces projets sont: "Garden Plot® ct “Cable Splicer* . Garden Plot est le pro- trame ce "Controle de 1a Population". Cable Splicer est le programe pour une Prise du Pouvoir “pethodique_des Cowernenents Tocaux et d"Etat par Te Gouveranent Fédéral. the enquéte fut camplétée en noverbre 1975 per quatre sources différentes: Le publication conserva~ trice Mmerican Challence", Te gauchiste "New Times"; 1a Fordation finangant Tes subventions pour Te Gburral sre d'Enqulte; et, Oon Wood di fable "Ozark Sunbeam. Celle-ci concerne 1a Crést-fon__poten” thetle d'un Etat Pol ieter’& travers T'utiTisation du Pentagore et de son*Dossier d’ Intel igence Tn Formatisée" logée dans Te scus~sol di Penttagone_, portant sur des milliers de citoyens fichés par Ta tarde NeElonale, par Tes Départenents de Fol ce Tocaux et des Etats, 1a L.E.ALA., les Forces Mi Jitaines "en civil", les Esccuades Tactiques et le Département de Ta Justice. Le Brigadier Général J-L. Julenic, Officier nilitaire sénior du Bureau de 1a Garde Nationale du Pen- oe re connais aucun Etat qui n'ait pas conduit ce ganre d'exercices au cours de 1a Aujoud'hui, 1e “Mawel de Cable Splicer® est composé de six cartables & anneaux qui ne représentent que Tes grandes Tignes de 1’ iminente prise de force et de destruction de notre Constitution. La 6e Armée a utilisé le terme "Cable Splicer™ pour identifier T'Opération, mais le non.de 1'(pération n'a pas 8t8 révélé pour Tes autres régions militaires situées ailleurs 4 ]'intérteur des Etats-Unis. ™ Cone je 1'ai mentiomé plus haut,ces noms furent ratifiés par Je “Provost Marshal" de 1a Se Amée qui est aussi en charge du 200e Comandanent de Ta Police Militaire chargé des orisomiers de Guerre. 1] est celui qui ena fait 1a vérification. Et tel qu'il I'a dit Tut-réme: "Eh bien, au moins vous avez raison sur ce point". ( (uelques-ures des autred ( ces Caps sont: 4- Tule Lake, Californie qui appartient en ce moment & des intéréts privés. Celui~ci pourrait aussi atre repris sans préavis. Pour quelques autres, nous avons: 5- Mill Point, Virginie de I‘Ouest. Je n'ai rien pu trouver sur Mill Point, mais dans cette région, i] y a toutes sortes de pri- sons: Alderson, K.V., un centre de réforme pour femmes; Lewfsburg ao—ari son fédérale; Greenville, S. pé par la Division d'etat des Jeunes Délinquants. Méme ce fpit demeure un pour les gens de cette région. 6+ A Montgomery, Alabama, se trouve une Prison civile fédé 1 ORIGINAL, Be viation de Maxwell Est-ce que cela ne sonne pas faux? 7- Ti] y en a une 4 Tucson,A- rizona (David Munson Air Base). 8- En Alaska, nous avons (Efelson Force Base). mys fre Q- Et tout ceci nous améne 3 un Etablissement situé en Floride, appelé Avon Park. dai envoyé un représentent pour voir ce qui se passait 2 Avon Park. [1 y trouva le Champ de Tir et de Bombardement d'Avon Park, qui est aussi enregistré comme é- tant le 56e Escadron de Soutien de 1'U.S. Air Force; qui, de plus, est enregistré comme étant ‘Institut Correctionnel Avon Park. L'entrée en est interdite 4 tous, et tout survol en est probablement interdit parce que c'est aussi un Champ de pre- tique de Tir et de Bombardement. Avon Park est I'un des endroits ratifiés par le "Provost Marshal" de la Se Armée. fn 1976, tout come pour le 20 mars 1979, je me suis rendu au-Département. du Sheriff & Houston pour wir si ce département Tocal avait é&3 infiltré par ces Plans spéciaux. Eh bien, 1] amparatt que oui. Jiai &é alors mis en contact avec un Lt. Kiljan qui est aussi en charve d'une quelcorque lnité secré- te du Département. Je lui ai done denandé si] avait participé a des entrafrenents militaires ou s'il s'@tait retrowé avec du persomel militaire, ici dans Je Départerent du Sheriff. I] nia Je tout, mais quand je Tui derandai s'il était prét a en témigne sous serment, {1 devint enragé, et déclara: "Vous n'étes juste qu'un citoyen ordinaire. Je ne suis pas obligé de vous dire quoi que ce soit". Plus tard, J'ai Gcowvert: qe Te Lt. Kiljan était 1'ex-directeur du Bureau de Houston pour Ta branche des Servi- ces Secrets anéricains. Maintenant, d'oD lui vient son argent? La région est administrée par Te Con s2il de Ta région Houston-Galveston. Dans ce Plan de Sowemnenet régional, chaque région fédérale est divisée en "Centres de Liquidatien d'Etat", et chaque Centre de liquidation d’Etat est & son tour divisé en "Centresde Liquidation Régic- aux", Et pour notre Région, nous avons le Conseil de 1a réaion Houston-Galveston. I] sert de fil. cor dacteur pour Tes fonds fédéraux dans deux donatines majeurs: LEA. et HEM. La plupart des gens croient que cet Organisme (Le Conseil de 1a Région Houston-Gelveston) 2 pour but Te développement géographique de Houston. Mais ce n'est pas Te cas. Son but est le développanent des projets de la L.LAA. et du HAEW.. Et caci trouve son homlogue correspondant dans toutes les _ré gions des Etats-Unis. IT fournit 4 ces Agences une Tiaison pour Tes Comunications, Tes intéractions et Tes coordinations intergouvernenentales. 6. COOPERATION PSYCHOLOGIQUE DANS LES PLANS DE “PRISE DU POUYOTR": J'ai examing Teurs "Projets" afin de voir ce qu'il en retournait. Ce programms de "Gouvernerents Ré- gionaux" distritue des fords fédéraux pour deux buts majeurs: Etabl issenent de liens Radio entre tou~ tes les Agences de Pcl ice dans 1'Etat vers Fort San Houston; 2- Programmes pour la Santé Mentale, in- -20- t (y= ‘programmes pour donner aux nalades mentaux T'acc8s prioritaire aux Tits et hépitaux. ‘Un autre fait intéressant 4 considérer est, que dans 1'Arsenal de Pine Bluff situé en Arkansas, est entre- posé le "BYE. 11 staait d'un car qui erée 1a somolence, le vertige, 12 stupeur et T'incapscité de se dé placer. D'aprés Associated Press, ce Gaz peut tre répantu par ‘aérosol, injecté oy bien dispersé sur ce plus grandes surfaces 4 l'aide d'une bonbe. L'Amée a adrls qu'un des ustoes ootenf els Terre-sitemcst 1g controle des civils. Alors, quoi que ce soit qu'ils alent planiflé, T1s ont aussi fe ‘que vous vous y rerdiez dans un Stat de grande tranquil ite... 6.1. "Le Nationaliswe traité come étant une “Maladie Mentale”: LeHeE-W., par Tot établie, est géré, conjointenent, avec Tes Nitions-Inies,& travers 1!Organisation Mot diale de 1a Santé. Aussi loin qu'en 198, le Congr8s Internationel pour Ta Santa de 1'0.N.U,_, déclara dans sa brochure: "Santé Mentale et Ci 6 Yondiale hue L'HOSTILITE OU LE NATIONALISME EXCESSIF PEUVENT DEVENTR. PROFONDEMEN ¢ ‘IN PERSONNALITE EN CROTSSANCE SANS QUE L'INDIVIDU CONCERNE NE S'EN RENDRE COMPTE. Pour qu'ils soient efficaces, les efforts pour changer Tes individus doivent étre appropriés aux differen tes Eapes ce 1’éparovissenent de la personnel it8 cachée de ces individis, pendant que dans, Te cas d'un groupe social, une forte résistance sera rencontrée 3 noins qu'une attitude d'acceptation n‘ait tout d'a- bord £8 engendrée par ces individus. __Fimaginez le sort dés Québécois! Ineginez celut des Frargats!, entre autres peuples. Ge Tes Guédécois le veuiltent ou non, 11s sont, par Teurs origines, nen pas une ex-colonie de Ta France, tmais des descendants en ligne directe des Francais; ce qui fait d'eux, par leur importance dénographique, Ja dand@ne plus grande population de lanque et d'origine francaises sur Ta terre. A cause de cet etat de fait, les Tiens héréditaires, historiqus, et ménes spirituels entre Tes Québécofs et Tes Francais | sont findissoctables, de sorte que l'avenir de I'un et de l'autre est étroitenent inter-relia, Les Arts diun ob 46, et 1a destinge historique et spirituelle des deux peuples, les soudent & un point tel,qu'fl_ne_ serait pas faux dé dire,qse Ta survie de 1'un dépend de celle de l'autre. En ce sens, ausst, Te trés putssant, es- prit "National isme" les conposant, et les reliant. Alors, 11 devient ici possible de mieux percevoir 1'&- tat oe soufrances, d’angoisses de tous genres qu'auront 4 vivre ces deux peuples advenant |"impositfon in ternationale d'un Nouvel Ordre Mondial qui abolira, en premier Tiey , tout ‘esprit de "National isne"! | (22) Le méne Docarent va plus Toin encore en déclarant que: "Les principes de santé mentale ne pewent tre promiiguée de facon coneincante,dans qeiqee sociéts, & moins ai'il nly aft, au départ, une plus grande Scceptation générale de 1'idée de "Citoyenrets Mondiale". Pour ave des programes de changanents | sociaux soient efficaces, 1] faut un effort camun de la pert de psychiatres et de socioloques travaillant de con- cert avec les homes d'Etat, les Administrateurs et d'autres personnes ayant des responsabilités officiel- Tes." . Les trois phases prévues du développenent ‘sont: 1- HOpitaux psychiatriques pour | "isolement, le soin et Ta protection des personnes nentalement instables; 2- Les Centres de Soins Mentaux Comunautatres, pour que Tes personres pulssent etre traitées dans Teur propre miTieu; 3- Les Centres de garderies pour tratter Tes problénes ce national 2 apparaissant trés t6t dans 1a vie d'un enfant. _Tivec Taide d'un gaz comme celui décrit ci-haut, 11 devient possible d'interner tout individu sous Te Frétexte d'un comportenent instable rencontré chez’ celui-ci, que cet état sois passager ou non. Ajouter cela I'esprit rationalisne, et ce née individu vient de tout perdre car, des lois ont d8ja été préwes pour enlever & quelqu'un tout recours possible aux tribunaux si celui-ci est reconry atteint de problénes mentauux quelconques. En outre, cet individu vient de sé voir enlever, d'une néme coup, s'il a des enfants, Ja garde de ceux-ci; enfants qui seraient alors confiés 4 un centre de réSducation aux principes mondia- Tistes... 1_(23) Deux ans plus tot, le Major Général 6.8. Chisholm, Député-Ministre de 1a Santé au Canada_qui_devint plus tard directeur de ‘Organisation Mondiale de 1a Senté aux Nations-Unies_expliqua: "L'auto-défense peut ‘inpliquer ine réection névrot ique Torsqu't] stagit de protéger sa propre richesse materielle excessive au -21- EBB SB SE SB SE SB eS 2 eee ne = ‘aqui sont dans un grand besoin. Cette attitude mine 4 Ta sntlors sa solution au 'Redistribuons les richesses a tous." i] probléme étai 6.2. “Psycho-Politique, Contréle des Individus et Nouveaux Syst@mes pénitone ers :(“*) En outre, 1a réinterprétation et 1'éventuelle élintination du concent personel de [Bien et de Mal |_ avi, de tout tems,a constitus 1a base de T'enseignenent aux enfants__ sont. les abjectifs a long terme de pre- es les psychotéranies effectuées. Alors, si on va in peu plus Toin, Jusqu'a furia (ortho. que), directeur ce 1a Police Secrate Soviétique dans Tes années 30', on oScouwre qu'il ek- “tégies politiques comumistes 4 travers |'utiTisation de "Gurisons mentales" issues oe chd-politique est l'art st la science d'instaurer, et de maintenir_un Tes pensées et les loyautes des individus, des officiers, des t des nasses, et d'effectuer 1a conquéte des Nations ennemies uapison mentale. Vous devez travailler_disait-i1__ jusqu’a ce Drofesseur de psychologie, de maniére conscience ou fon, n‘ensei~ Ta doctrine communiste sous le couvert de la psychologie." S prenez comaissance du Manuel russe d' Instruction sur Ta "Guerre Psychologique",, yous verrez,. au Khapitre 9 que: "Les opérat ions psycho-pol itiques doivent @tre en tout tems attentives 8 12. posstbiTite et aux opportunités d'organiser des Centres de Santé mentale pour Te mieux-8tre de 1a Commauté." {la disparition de 1idée de "Rien et de Nal", n'est-ce pas 14, en bout de ligne, 1a préoccupation cen- Tenaire de 1a Franc-negonmerie internationale? Que I'on regande en arriare de soi, par exemple, dans le cours de T'histoire récente du Québec, et plus Toin, en Europe depuis les années 1700, I'm verra, sais Te prétexte pampeux et révolutionnaire de Ja Tibération ce T'honme, cette volonté de faire disparattre ce concept de “Bien et de Mal"! En outre, Ton rerarquera que cette méme volonté fut & 1a base de Te révolu- tion russe, de méme qu'd 1a source de 1a révolution ‘culturelle des années 20' aux Etats-Unis, et des an- nées 60" en Occident. Une volonté senblable se retrowvant & différentes éoues et dans différents paySy cous des motifs différents mals tous révolutionnaires_, n'est-ce pas suffisant en sot pour comprendre qu'il existe une “Histoire” cachée derriére l'histoire officielle présentée aux populatiors en général ,et A celles des étudiants dans tous les pays? Oe plus, 4 la lumiére des faits historiques étudiés,!'on con prend que,sans 1a disparition de ce concept de "Bien et de Nal", 1'idée mre de révolution_de liberation ge Thame, d'avénenent d'un hame nouveau dans un Nowvel Ordre_est totalenent inpossible 4 imginer.£t par conséquent, 1'on est cbligS de voir T'évidence de la disparition de ce concent dans 1a destruction de 1a source méme de ce concept, c'est-a-dire T'Egl ise Cathol tque Someine, et plus Join, le Christianis- me dans sa doctrine et ses manifestations historiques, et plus loin encore, dans la démystification de fon fondataur, Jésus-Christ! N'est-ce pas ce qui est véhiculé et entretenu en Occident, surtout a travers Te produit culture! de l2 musique populaire depuis les amées 4)': “Naissance d'une nouvelle ideologies d'un home différent et noweau, d'une nowelle conception sociale des roles masculins et féninins,et des réles entre parents et enfants; 1a brisure des diffrences entre les diverses rel igions_|'idée nouvelle que toutes les religions sont gales (en Occident), et que toute religion est néfaste & |'épanouisserent des populations (base de Ta doctrine camuniste); Ta disparition de I"idée de Dieu, surtout pour Jésus Christ (clest un Prophéte au née titre que d'autres), etc..? Ce processus, n'est~e pas celui we l'on observe en ce ment méne dans toutes les tentatives d'établ ir 1"idée d'une “Comurauté planétaire" pour ‘tous Tes honmes (1a disparition des national ités), ceux-ci étant reliés entre eux per une nouvelle reli- gion universel te débarrassée de tout concept de "Bien et de Mal* of 1'honme devient Te centre de 1'uni- ers en tant que son propre dieu devant. renplacer, en premier lieu, le Dieu du Christianisme? _fouts, Vutilisation de plus en plus fréqente de 1a psychologie dans le politique deux constatations, entre autre: "Celle de voir Tlutilisation de cette psychologie a des fins politiques dans Te régime comuniste et dans 1'slaboration d'un Nouvel Ordre Mondial; et celle de se rendre conte que 1a psychologie dans le politique se fait elle-méme “Religion” dans le fait de décréter que Te refus & croive et d'accenter le "Powoir en place" est al, et de T'accepter est *Bien (nal fut de _refuser Ja doctrine comuniste pour un Russe, & une Epoque donnée; mal sera de refuser d'abandonner son attache - i hu rent 8 s¥ national ité, au national isne en gSnéral dans un Nouvel Ordre Hondial)." De 18, par conséuent , T'ebstinaton de ceux voulant instaurer & tout prix, et par n'4mperte quel moyen, un Nouvel Ordre Mondial universel, 3 faire accepter par tous 1'idée que T'attachanent & sa national ité, au national iste en’ géné- ral, est un mal qui ne peut étre traits que per Ta psycholagte, Te psychlatrie! Et, en. bout de Tigne, les poweeux parias de I'huarité, tels qu'iTs sont définis dans Tes politiques, dans I'ieéologie Bre des Hondialistes, seront, d'un cOté, caux qui s'achamneront 4 vouloir rester attachés & leur national its, et ceux qui n'accepteront pas d'abandonner leur foi en un seul Dieu (danger donc pour les Juifs, Tes Chré flens et Jes Mistlmans!). Pour eux tous, les hépttaux psychiatriques et les Camps de Concentration! |_(25) Aujourd'hui, sous 1e nouveau progranme de Santé Mentsle Notional, iI y a présertenent plus de 600.c2 ces Centres comunautaires de santé nentale 3 travers les Etats-Unis. Le tout fut mis en place par Te Or. Stanley F. Yolles qui fut le directeur de 1'Institut National de la Sant Mentale en 1969.11 déclara. T'poque, que 1a dernidre vogue dans le traitenent: des maladies mentales était les soins dans des Centres Jocaux de santé ol Tes patients n'étatent plus isolés de leurs faniTles et anis ts ont travaillé publi~ quovent. depuis 45 ans sur ce progranme, et aujourd'hui, & travers Tes Etats-Unip_A Taide © Vo vous avez 603 Centres (pour étre plus précis); des Centres de Santé Camunautaifes qui font tous de ce programe. _Th quot part associer T'idée que celui qui souffrire de problanes psychi riGoPIGH: afsa Tational ité et/ou T'attachement & sa fei en un seul Dieu_sera trait® avec I'ajde conjointe ce Teta de ses parents_pére, mBre, frére, soeur_, de ses anis(2s), de ses voisins(eg) de qurtier, qui ux, Fort accenté 1"1dee qu'un Gowernenent Vondial , qu'un Nowvel Ordre Nondial cofstruit sur Tes centres Tranclen. la civilisation Chrétienne Occidentale actueTle_, est 1a seule et & 2 Considerant qu't] aura ét$ prow, alors, par Tes nouvelles décowertes archéologiques et es, —TO" Stuses Sconariques et politiques, que ancien monde chrétien était 1a source de tous Tes maux de 1h nits, Torigine de Ta violence et des querres 8 cause de sin concent de base de "Bien et de Nal”, de née {lun handicap historique & 1'énancipation de 1'hame? Inpossible? N'act-on pas réusst & faire accepter @ fout un peuple, 11 y a environ cinquante ans, que les Wifs étaient responsables de tous Tes mau de T'humantté, et un hardicen 3 1'érancipation di nowel hone allenand?]_(26) Voici coment {15 font partie de ce programme, et clest d&j& fait: "Vers le milieu des années 50', une bizarre chatne d'avénenents fut mis en marche. Vers 1956, 12 Loi sur Ta Santé Mentale de ‘Alaska fut proposée, pris adoptée. Elle octroyait approximst ivenent $12 millions, et 1 million d’acres_de terrain public 2 1'Alaska afin que celui-ci puisse développer son propre programe ‘de santé mentale. Ceci était tir pai bizarre puisque 1'Alaska n'avait qu'un peu plus de 400 personnes classifiés came étant nentale- ment nalades! fpras que Ta Toi fut adoptée, T'Alaska passa sa. propre Joi Tut permettant alors de pénétrer Te marché de Ta santé mentale, Ils ont cmmencé par adopter Tes élérents essentiels d'un Acte de Conscription du Ser- vice de Santé Publique concernant T'hospitalisation des malades rentaux, & partir du “Interstate Compact on Nental Health" docunent 4g8, mais aujourd'hui intitutlé "L'Acte Uniforme de Ta Santé Mentate".A ine térieur de celui-ci, {1 n'y avait aucun espace de réservé, ou quoi_que ce soit diautre, pour un. syentuel devant. Jury. Par cet Acte_, vous étiez sinplenent ranmssés, et anenés 4 T"isile Alaskan-Sibé Tien incamunicado, et 1'Etat avait par conséquent Te droit de confisqer tous vos biens personnels et SmmobiTiers! EE ig essayérent nére de 1*appl iquer en 1954 dans le cas de (Ford vs. Milinak) oD T'Acte, tel qu'adopté dans un autre Etat (Te Missouri) fut déclaré ineonstitutionne! . Mais 1'Acte lut-néne, quant. & Tut, continue encore d'exister, modifié, mais tout en étant deveuré essen tellement le mine, sous la mére forme, ‘celle de "Uniform Mental Health Act" auquel souscrivirent six tats, Dans la plupart des Constitutions des Etats, si vous y recardez depuis la période de 1935, vous dé- couwrirez x fut incorporé 3 ces ménes Constitutions, 1a pratique de sounettre une persome 4 u_exaen fental de @ jours pour déteriner son tat de sanité, sans que celle-ci ait accls 4 aucun procs devant ‘ry. Ceci faisait partie de ce programme Natfonal & 1'oqie. importe qui a T'Institution de Santé Nentale de Améne cet Acte, Te Gouverneur powvait faire envoyer = = 7 EE Ee EEE EEE Ee ee eee T'Rlaska ou d'ailleurs. Les rumeurs veulent, aussi Toin gu'en 195), que cela ait résulté, en fait, MH, sintstre prison pour 1a Santé mentale, style Frankenstein, située en Alaska. J'ai écrit en Alaska,au gou- vernerent, et je leur ai demendé une description des terrains tatalisant 1 million d'acres que celui-ci avait regu sous "I'Alaska Mental Health Act". de Teur ai aussi denandé une copie de l'inventaire qu'ils possédaient, en rapport avec leurs &tablissenents & cette Epoque. Je n‘ai toujours pas requ de réponse,et Je n'en recevrai probablenent jamais, & moins ce produire une Injonction devant 1a Cour. Pourtant, & travers Tes ans, i] y avait un endroit en Alaska auge] 1] Stait fréquement fait référence: Au Sud-est de Fairbanks, au Sud-ouest de Fairbanks, au tord-est de Fairbanks quelque part prés de Fairbanks. Puis un jour, j'ai recu de l'information come quoi un pilote d'avion avait survolé, une fois, catte région, et avait wu sa licence révoquée. J'ai donc conmandé, pour $1.85 chacune, les cartes de na~ vigation 8 basse altitude de I'Alaska vendues par Te Gowernanent fédéral, et j'ai puy situer “I*Alaska Siberian Asylum" servant pour Te traitenent de ceux considérés come étant les ennenis des Etats-Unis. 17 est exacterent 18 od 1a rumeur T'avait situé depuis 20 ans; au Sud-est de Fairbanks. C'est le seul avec cette configuration géonétrique dans tout 1'Etat d'Alaska, et vous renerqerez une Tigne noire qui passe a travers Fairbanks, et qui bifurque dans cette direction sur la carte. Cette ligne est le chenin de fer que Te Département des Transports confisquerait sous 1'Ordre Exécutif_si cet Ordre devait entrer en vi- queur. Et le HEM. serait alors responsable de décider si out ou noni vous seriez mentalenent dérangés_& cause de vos tendances nationalistes, de votre amour pour Tes Etats-Unis, ou dé vos adhérences 3 quelque doctrine politique ou religieuse que ce soit. (27) Nais regardons un peu plus en profondeur le type de programme pour lequel 14 L-E-ALA. est d payer § tra~ vers Te Oéarterent de la Justice. Le Rureau Fédéral des Prisons_situé dans les bois de 1a Caroline du Nord, prés d'un petit village connu sous Te nan de Butrer_, est & construire un imense complexe de Re- cherche de 42 acres devant servir aux prisonniers provenant de partout sur la cOte Est.Qui y sera envoys pour servir de cobayes aux expériences en vue de vérifier les noweaux programmes et techniques béhavo- ristes? La date limite pour comléter le systne est, froniquenent, 1964. __[Nous possédons, & M'heure actuelle, des prewes, 3 des Centres d'expérinentat'ion mil itaro-médica- Te of des expériences sont conduites avec . de micro-ondes et de drogues, entre autres, a- 4 4 Widus, ainsi qu'au controle direct de 1'indivi- Nite. 1_ (28) du , et mine de 1a transfornati (29) 6.3 "L*Anectine"= Hinsi done, i1s utilisent, en ce Te. Les punitions pour des conportenents s dans Ja prison, sont appliquées & l'aide de s et de "Chocs"; ca qui semble TeiTleurs exenples choisis parmi les programmes d'utilisa- fion de Tanectine_un dérivé du Curare Sud-aréricain. A lorigine, T'anectine était utilisé come 1'61é- ment moteur pour Tes chocs @lectro-conwilsifs. Ces_chocs. jl iqués & Ja téte, sont si violents _q'ils ‘euvent. briser ou fBler des os sous a force dsjelogpes par Tes contractions nusculatres aut en R&ultent puisque Wanectine paralyse les muscles sans affecter 1a consciexce ou encore Ta faculté de sentir Ta douileur, les chercheurs pewent ainsi augnenter Te voltage autant qu'ils le vevlent sans risquer, pour tuitant, de briser Te squelette du détenu lorsque son corps entre en convulsions sous 1'inpact des checs. fn résumé, ce que M'anectine fait, c'est qu'elle simile 1a mort, 30 ou M0 secondes aprés injection. Pre~ niBrenent, elle apporte Ta paralyste, puis rapidanent, dans les muscles di nez, des doigts et des yeux, at puis dans le dtaphragne et dans 1¢ systéne cardio-vasculaire, Come résultat, le patient ne peut plus, ni bouger, mi respirer, mats tout en deneurant conscient, come s'il se noyait, et mourait.Cect est extrait de "human Behavior", publié en 1974. a _Tet-dessous, une lettre OfficielTe du Oocteur Best, Directeur de 1' Institut de Neuro-Psychia~ trie, Centre des Sciences pour 1a Santé,Etat de californie. Cette lettre sontre 1a volonté, et 1a colle horation d'autorités médicales en we de sodifier les conporterents de violence chez Jes individus. 'inporte qui, se battant un jour pour pro- téger sa national ité, ou pour défendre sa fol, pourra étre considéré conme stant: vio- lent, come ayant un comportenent ingestty (0, q“{eTTRE DU DOCTEUR WEST AU DIRECTEUR DE LA SANTE DE L’ETAT DE LA CALIFORNIE Cher Stub: Je suis en possession d'informations confidentielles au sujet d'une éventuelle remise, par 1Ar- ride, de bases de Missiles Nike & des Organtsmes locaux et de 1'Etat pour des fins nonmilitatres.I1s peu vent. possiblenent regarder favorablement. pour des appl ications rel iées & la santé. the telle base de missile Nike est située dans Tes Montagnes de Santa Yonica, & une denfe-heure de, votture de I' Institut Neuro-psychiatrique. C'est un endroit accessible quoique relativerent isolé. Le site est tras bien cloturé, et 11 s'y trowe de norbreuses installations anélforées, les rendant ainsi accessibies pour une occupation imédiate. Si Te site devait etre rendu disponible pour "Institut de Neuro-psychiatrie en tant qu’ installations de echerctes, peut-étre, pour camencer, en tant qu'accessoire au Centre pour Ta Prévention de 1a violence, fous pourrions en faire un exceltent usece. Des tides comsratives pourratent:s'y faire, dans un evdroit feol8, mats pratique, sur des programes,noddles ou expérinentaux, concernant I'alteration des comporte~ ents indésirables. Des programmes come ceux-ci pourraient. inclure Te contréle de T'atus des droques ou de T'alcool, 1a modi- Fieation de T'agressivite chronique anti-soctale cu inpulsive, etc. Le site pourrait aussi accomder des cooférences ou des retraites pour 1a fomation de divers groupes part icul fers de professiomels relies & 1a sort mantale,, et autres, tels: (e.g. persomel poicier,officiers de Tibératton conditiomelle, d'sduca- ‘teurs spéciaux), pour lesquels 1a dénonstration associée 4 1a participation serait un des moyens éfficaces as a ce formation. <2 erpis personnel lavent qu'une demande directe faite par le Gouverneur ou par un autre Menbre Officiel de T'Etat au Secrétaire de 12 Défense (ou, certainement, au Président) pourrait trés probablerent pro- duire de rapides résultats. 11 va sans dire que Je deneure disponible & participar, de quelave maniére qui pourrait s'avérer utile. Sincgravent yatre, Louis Uoloyon West, 4.9. Directeur Médical.1_ (31) je, ron assermente, & propos de toutes mes allégations. J'ai parlé avec I'Assitant U.S. Attorney en charge de toute l'affaire, et je lui denandd s'i1 avait pris 1a peine de contacter n'inporte lewel des partis mentfonnés dans 19s poursuites_ayant pris Ta peine, pour ma part, oy WeTOrer acresses, mis leurs runéros de téléphone afin de metre Ya tenue alu rapide de V'enquite_. en bloc toutes mes es allegations. Pendant ce temps, j'ai effectué une motion pour prendre la déposition de 1a oo SRIGINA Les Tes programmes d'entrafnement des Gardes des Canps de Concentration, M. Ri Command du Centre de 1a Réserve de 1'Anée & Houston, Texas_, affirmnt tivités des agents du Gouvernerent, une des Agences inpl iquées pourrait bien tenter d'assassiner qb t&- moin-clef: T'auteur des Programmes de Canps d'Entratnenent. Le dige fédéral refus 4 ment 3 son tour que je n'avais pas relevé suffisament de cas pour lui pemettre de justifier ma raquéte, Pourtant, il était aussi conscient qu'il n'existait pas d'autres cas de cette nature, mais come vous al= Tez le voir plus loin, 11 choisit quand méme d'icnorer ces faits. Par apr; j'at gris un errangmnt avec 1"Jesitnt U.S. Attorney pour prance Ta deosition de M, Sura ge. Mais par Ta suite, 1'U.S. Attorney refusa de me permettre de prendre Ta déposition en question. 1! est, irs difficile de trower 12 Justice dans notre ste judiclaire. La Loi est souvent pratiquée par des “anis", et Tes régles ce Ta Cour sont outrepassées ou simplanent non respectées. Le 20 juitlet, une audience fut tenue 4 1a Cour du Mocistrat, Noman Black,U.S. District de Houston. La salle de la Cour était remplie de spectateurs. ft mine les Média avaient été contactés, mais aucun dientre eux ne daigna se présenter. I] y a un silence total des Média, 3 Houston, sur ce sujet. De brefs arguments oraux furent présentés. L'U.S. Attorney expliqua que Je n'éteis pas 1a persone appro- prige pour sounettre cette coursuite, car, bien que le libre exercice de mes droits constitutionnels fut menacé par ce présuné Programe de Canps de Concentration, cela ne constituait ras en soi une atteinte 2 mma personne. Le Magistrat fut impressioné par toute l'information que j'avais amassée, et déclare qu'il Ja somettrait I'attention du dige fédéral. L'V.S. Attorrey tenta de faire arréter mon enquéte sur cet~ te affatre, mais le Magistrat ne powvait pas aller aussi Toin avec une déciston pré-arrangée. Voici un autre fait indiquant Te genre de combat avec lequel j'étais aux prises: | "audience originelle 6- tait prévue pour 10:30 a.m., mais 1'U.S. Attorney ‘avait secrétanent fait changer pour 2;%0p.m. Le Ma~ gistrat donna 1a permission 4 1'U.S. Attorney de faire une demande de rejet de la plainte, car {1 all&- qguait que le Programme de Carps de Concentration qui devait étre utilisé contre des citoyens exercant Ti- branent leur liberté d'expression ne représentait pas une violation des droits. Donc, 12 23 juillet, je placai dans 1e "Houston Post" et Je "Houston Chronicle” 1'anronce suivante dans Ta,section des Avis Légaux: ~26- |