Vous êtes sur la page 1sur 2

Le Pentagone ressuscite le virus de la grippe espagnole

Une initiative dangereuse et inutile, selon des virologues opposés aux armes biologiques

16/10/2003 • 16h00

Une équipe de l’Institut de pathologie de l’armée américaine, dirigée par Jeffrey Taubenberger, est parvenue à
recréer le virus de la grippe espagnole. L’équipe de Taubenberger cherchait depuis plus de 12 ans à reproduire ce
virus, à partir de fragments d’ARN. Très virulent, il est responsable d’au moins 20 millions de morts en Europe
entre 1918 et 1919. La publication de la recette permettant de ramener à la vie le virus de la grippe espagnole dans
les fameux Proceedings of the national academy of science (PNAS) a fait réagir de nombreux virologues. L’utilité
de cette recherche et les dangers qu’elle représente sont durement critiqués.

Les chercheurs de l’armée américaine affirment que la reconstruction du virus permettra de comprendre les
mécanismes d’évolution de la grippe. "La recherche sur ces mécanismes est très importante, mais ne nécessite en
rien la recréation du virus mortel", contestent Jan Van Aken, chercheur à l’université de Hambourg, et Edward
Hammond, professeur à l’université du Texas. Les deux scientifiques co-président Sunshine Project, une ONG qui
lutte contre l’utilisation des biotechnologies à des fins militaires.

Recréer une menace

Jan Van Aken précise : "Dans les années passées, des dizaines de formes différentes de la grippe sont apparues, ces
données sont plus que suffisante pour mener à bien les recherches". Pour Edward Hammond, "les risques d’une
libération délibérée ou accidentelle du virus dans la nature par l’armée américaine auraient dû justifier
l’interdiction de ces travaux."

L’armée américaine se défend en affirmant que les recherches sur la grippe espagnole permettent de tester
l’efficacité des anti-virus contre ce dangereux pathogène. "La grippe espagnole est éradiquée. La création du virus,
et donc d’une potentielle menace, uniquement pour tester des contre-mesures, n’a aucun sens. Il s’agit là d’un
cercle vicieux", s’insurge Edward Hammond. Jan Van Aken renchérit : "S’il s’agit de développer des anti-virus
contre d’autres formes de grippe, l’expérience sur la grippe espagnole est inutile, car le génome du virus est trop
variable."

Mauvais exemple

Le dernier argument des chercheurs de l’armée américaine concerne la lutte contre le "bio-terrorisme". La grippe
espagnole entraîne un taux de mortalité extrêmement élevé chez les personnes infectées. Le problème est de savoir
si le risque d’une attaque par la grippe espagnole existe. A priori, les seuls à posséder un virus opérationnel sont...
les Américains. Et les chances pour que ce virus soit dérobé sont minces. Edward Hammond, du Sunshine Project,
remarque : "Nous ne savons pas si d’autres pays mènent également des recherches sur la grippe espagnole. Mais si
tel est le cas, ils pourraient se servir de la publication de l’équipe de Taubenberger comme recette pour mener à
bien leurs propres travaux..."

Pour l’heure, le virus de la grippe espagnole dort gentiment au fond d’un laboratoire de haute sécurité aux Etats-
Unis. Mis à part un accident ou une malveillance, sa dissémination dans la nature est peu probable. Jan Van Aken
souligne toutefois : "Si l’équipe de Jeffrey Taubenberger travaillait dans les mêmes conditions pour un laboratoire
chinois, russe ou iranien, ses recherches seraient considérées par Washington comme un programme d’armement
biologique illicite..." Les Etats-Unis de George W. Bush se veulent intransigeants avec les "états-voyous" qui
mèneraient ce genre de recherches.

Ludovic Dupin

Les deux dernières publications de l’équipe de Taubenberger dans les PNAS:


http://www.pnas.org/content/99/21/13849.abstract?maxtoshow=&HITS=10&hits=10&RESULTFORMAT=&author
1=taubenberger&searchid=1066311432649_1760&stored_search=&FIRSTINDEX=0&sortspec=relevance&resourc
etype=1
&
http://www.pnas.org/content/99/16/10736.abstract?maxtoshow=&HITS=10&hits=10&RESULTFORMAT=&author
1=taubenberger&searchid=1066311432649_1760&stored_search=&FIRSTINDEX=0&sortspec=relevance&resourc
etype=1

Sunshine project:
http://www.sunshine-project.org
"L’armée américaine fait breveter une grenade pour armes biologiques" (Transfert 13/05/03)
http://www.transfert.net/a8790

"Une ONG joue les inspecteurs de l’ONU aux Etats-Unis" (Transfert 10/02/03)
http://www.transfert.net/a8502

Source : Transfert.net société de l’information