Vous êtes sur la page 1sur 9

1

Julien Levêque 21 ans


Master 1 de science politique
Université Lumière Lyon 2

Rapport de fin de séjour universitaire 2007/2008


University of Western Ontario

Rapport de fin de séjour universitaire 2007-2008 - Julien Levêque.doc


2

Index

Présentation Page 1

Index Page 2

Vie Pratique Page 3

Logement Page 3
Argent Page 4
Santé Page 4
Télécommunications Page 5
Vie universitaire Page 5
Vie quotidienne Page 6
Transport Page 7

Bilan et suggestions Page 8

Bilan Page 8
Suggestions Financières Page 8
Suggestions Administratives Page 8
Remerciements Page 9

Rapport de fin de séjour universitaire 2007-2008 - Julien Levêque.doc


3

Vie Pratique

Logement

Il y a deux solutions concernant le mode de logement durant une année d'échange au

Canada. Chacune avec plus ou moins d'avantages ou d'inconvénients. La première consiste à

être logé en résidence universitaire. Oubliez vos préjugés, concernant les expériences dont vous

ou vos amis ont fait les frais en France, le Canada vous offrira de nouvelles perspectives bien

plus réjouissantes. Les résidences sont spacieuses, bien aménagées, conviviales et vivantes.

Sans oublier le fait qu'avant de partir, dans l'optique de ce choix, vous serez sûr d'avoir quelque

part ou aller. Néanmoins, dans le cas de London, quelques désavantages sont notables. Le

premier réside dans le fait que les résidences ferment durant les vacances d'hiver, le second

dans le fait que les prix soient plus qu'excessifs, de l'ordre de $6000 à $7000, ce à quoi vous

avez parfois l'obligation d'ajouter un meal plan cher, également.

Au final je déconseillerais les résidences pour tout cela même si la raison, nous indique

de partir avec un lieu d'arrivée prédéfini. Reste alors le choix de la résidence off-campus,

comprenez la colocation. Première chose, ne choisissez pas avant d'être sur place. Plus que le

lieu, ce sont les personnes qui feront votre voyage et votre expérience, bonne ou mauvaise. Une

superbe maison peuplée par des abrutis notoires, ne peut être une alternative constructive. Dans

cette vision des choses, il vous reste à choisir sur place. Bonne nouvelle, pour vous, au Canada

on vous fait confiance. Rencontrer des propriétaires de maison via des agences immobilière

sera un jeu d'enfant. Trois mails et demi après être arrivé dans la seule auberge de jeunesse de

la ville, ACBB, vous aurez forcement des contacts prêt à vous faire visiter. Ensuite, reste pour

vous à choisir, la meilleure maison, avec les gens qui vous plaise le plus. La suite est d'une

facilité déconcertante, vous faites un bref état des lieux, vous signez le leasing, vous ne payer

pas de caution (oui, oui), cependant vous payer deux mois de loyer, le mois en cours ainsi que

le dernier mois, et vous emménagez. Seul conseil mis à part l'importance des relations

Rapport de fin de séjour universitaire 2007-2008 - Julien Levêque.doc


4

humaines, être entre le centre ville et la fac est un plus. Etre sur la ligne du 2 ou du 6 est encore

une meilleure astuce. Evitez de ne dépendre que de la ligne 9 ou 10, vous le regretterez

amèrement et pour le reste de l année... Nous y reviendrons durant le paragraphe sur les

transports.

Argent

Le nerf de la guerre vous fera parfois défaut, soyez prêt à toute éventualité!! Utilisons

un peu le jargon hostile du monde la banque pour bien comprendre. Maîtriser votre budget,

faites un bilan prévisionnel et tout se passera bien. Au début de votre année à Western vous

aurez à payer, deux mois de loyer (ou pire, $6000 de résidence), $650 pour UHIP (la sécurité

sociale), les frais de western, les infrastructures sportives et le bus, comptez également de $200

à $500 pour vos bouquins. Et en recette, vous aurez à peu de chose près, rien, le néant, des

poches vides et de l'espoir (enfin je l'espère).

Concernant mon histoire la solution fut simple et radicale le recours à un prêt s'est averé

indispensable. Le prêt in fine semble le meilleur. Vous empruntez 5000 euros sur 6 mois, que

vous remboursez en une seule fois, les mensualités se résume aux intérêts faibles de ce type de

prêt (comptez 20 euros par mois). L'intérêt de recourir à cette méthode c'est d'avoir de l'argent

disponible immédiatement, et de ne pas avoir de dettes en rentrant. Pour ma part et grâce aux

bourses diverses, et au sponsoring actif de mes parents le prêt été remboursé en décembre.

Parlez en à votre banquier dès maintenant si vous ressentez dores et déjà que vous ne pourrez

pas supporter ce genre de dépenses en arrivant.

Le danger de cette méthode c'est de se sentir riche. D'autant qu'une fois cet argent

transféré sur votre compte canadien et au taux actuel du CAD, vous multipliez-le tout par

environ 1,60 ce qui est résolument positif pour vous mais très dangereux pour les dépensiers

compulsifs.

Vous l'aurez compris, je vous conseil donc d'ouvrir un compte au Canada, vous

Rapport de fin de séjour universitaire 2007-2008 - Julien Levêque.doc


5

dépenserez moins en frais de transaction international (Visa et Mastercard même combat) et

cela vous facilitera la vie pour des milliers de petits détails quotidiens grâce à votre nouvelle

debit card. Par ailleurs, vu votre apport initial je vous conseillerais d'ouvrir un compte courant

ET un saving account pour faire fructifier tout ça (on n'est jamais trop prudent).

Cela dit prenez bien gardes aux dépenses imprévues et gardez votre argent pour

voyager!

Santé

Une fois protégé part votre coûteux sésame obligatoire, symbolisé par votre carte UHIP

vous êtes, semble-t-il en sécurité.

N'ayant eut aucun ennui de santé, je ne saurais vous en dire plus concernant l'efficacité

ou non de ce système.

Télécommunications

Ah Facebook! Une invention qui arrive en France avec plus ou moins de succès et

d'appréhension. Oubliez tout, vous êtes en Amérique du Nord, vous n'avez plus de 06, vous

avez un Facebook. Votre ancien meilleur ami a batterie ne vous en tiendras pas rigueur, et pour

cause, au Canada il vous servira tout juste à envoyer des sms à vos amis francais si has been.

Dans le même esprit, Internet vous serviras pour tout et n'importe quoi, de Skype pour

téléphoner, à votre boite mail pour communiquer et à Facebook pour être au courant vous serez

envahit sans cesse d'ondes wifi. Votre laptop est désormais votre ami le plus fidèle.

Vie universitaire

Votre vie va changer, en mieux. Finit les locaux en mauvais état, les profs pas

Rapport de fin de séjour universitaire 2007-2008 - Julien Levêque.doc


6

sympathiques, les secrétaires incompétentes et la lourde administration francaise. Place au

concept de campus efficace, convivial et tellement plus agréable. Passer vos journées à la BU

ne vous sembleras presque plus être une corvée.

Au Canada, vous n'etes plus des étudiants vous êtes des clients. Les étudiants payent

très cher pour pouvoir accéder au meilleur. L'université se doit d'être ce qu'elle a promis d'être.

Pour résumer la vie est plus belle et plus légère une fois dans le système. Les locaux sont neufs,

équipés. Les profs sont à l'écoute et connaissent même vos prénoms, ils vont même jusqu'à

répondre à leur mails!! Les secrétaires sont présentes, à l'heure, disponibles, sympathiques vous

gratifient d'un sourire à chaque passage, mention spéciale pour Allison Flemming la

responsable des échanges a Western et celle à qui vous aurez à faire le plus souvent.

Concernant plus particulièrement les cours, tout est différent, première chose, c'est en

anglais. Ensuite vous devrez lire (à $75 le bouquin, ça motive), travailler longtemps et

beaucoup tout cela dans le but d'avoir des bonnes notes. En effet le système canadien a choisi

d'encourager ses étudiants, notés sur 100 la moyenne avoisinera toujours 70%, note que vous

aurez pour objectif et que vous obtiendrez le plus souvent. Tout cela dans le but d'avoir une

moyenne qui descendra de 3 points à l'arrivée en France. Je m'explique,

« -un 75%?

-Ca fait 15/20 de moyenne ça non?

-Ah non Monsieur, vous êtes de retour en France, d'après le barème ça devrait nous donner

entre 12 et 13... »

En résumé, vous aurez de bonnes notes si vous travaillez, mais elles seront largement

minorées à votre retour en France. Compensez avec votre enthousiasme...

Vie quotidienne

La vie quotidienne est également chamboulée. Adieux, baguettes, légumes bon marché

Rapport de fin de séjour universitaire 2007-2008 - Julien Levêque.doc


7

et bon goût culinaire. Les Francais passent pour des arrogants prétentieux et c'est normal. Vos

premiers réflexes seront de chercher, à l'affût de produits diététiques, non préparés et

accessibles, et vous ne trouverez pas, alors vous commencerez vos phrase par « En France... ».

Le meilleur conseil c'est de se laisser bercer par la culture locale. Vous n'êtes plus en

France, les habitudes changent, ce n'est pas mieux ou moins bien, c'est différent. Vous êtes parti

pour voir autre chose? Et bien vous mangerez autre chose aussi!

L'alcool est aussi à prendre en compte dans les changements, la bouteille ne s'achète pas

en dessous de $22 et n'est vendue que dans un seul magasin, le LCBO.

Transport

Pour aller au Canada, il faut prendre l'avion! Evitez à tous prix la compagnie US

Airways avec qui j'ai eu beaucoup de problèmes, trop de charges, bagages oubliés, nombreux

retards. Je suis toujours en litige avec eux... Sans compter qu'ils font passer par les Etats Unis

ce qui n'est pas la meilleure idée du monde lorsque l'on voyage.

Pour voyager sur moyenne distance, l'incontournable compagnie Greyhound vous

emmèneras partout avec plus ou moins de ponctualité, mais à peu de frais. Considérez

également la location de voiture qui est bon marché (encore plus lorsque vous avez plus de 25

ans).

Le transport sur place est calamiteux, les horaires ne sont pas respectés, les bus sont en

mauvais état, et dans le cas ou les horaires seraient respectés, attendez-vous à de longues et

froides minutes d'attentes.

Rapport de fin de séjour universitaire 2007-2008 - Julien Levêque.doc


8

Bilan et suggestions

Bilan

Le bilan d'une telle année ne peut être que positif. Sur le plan universitaire, les

méthodes utilisées m'ont fait pleinement prendre conscience de l'étendue de la science politique

tout en préservant une logique appréciable. Je n'irais pas jusqu'à dire que j'ai trouvé ma voie,

mais les réponses à mes questions sur mon avenir se font de plus en plus précises

Sur le plan humain, Partir 8 mois loin de chez moi a été une véritable bouffée d'air frais.

Je ne suis pas tombé amoureux du Canada. Le mode de vie, ne m'a pas convenu dans tous ses

aspects. La différence avec la France est majeure, les Canadiens (et cela n'engage que moi) font

preuve d'une grande gentillesse et d'une confiance instinctive au premier abord et cela est plus

qu'appréciable. Ce voyage m'a donné envie de voyager, de voir d'autres horizons encore et

encore, Je repasserais au Canada parce que j'y ai passé une année extraordinaire à tous points

de vue et j'en garderais un souvenir impérissable. Mais plus que le Canada, ce sont les

rencontres qui m'ont le plus marqué et c'est pour cela qu'une année à l'étranger est une année

mémorable.

Suggestions Financières

Il est vrai que les bourses tombent tard et que tous les frais qu'une année à l'étranger

oblige presque les étudiants à prendre un prêt pour faire face aux difficultés financières. Penser

à un nouveau mode de versement des bourses serait à mon avis un plus pour le programme. Par

ailleurs, un effort du CROUS pour avoir des versements réguliers serait appréciable et plus

professionnel.

Suggestions Administratives

Concernant le programme ORA, grâce à des interlocuteurs tel que Nelly Voccia,

Rapport de fin de séjour universitaire 2007-2008 - Julien Levêque.doc


9

Allison Flemming ou Isabelle Granger et Christian Marjollet, on ne peut que se féliciter du

fonctionnement du système. Cependant, les secrétariats des facultés peinent à se retrouver dans

les papiers que nous envoyons et ne répondent que tardivement à nos demandes.

D'autres part s'il est un point à harmoniser absolument concernant l'administratif dans le

programme, il réside dans les choix des cours. En effet, de nombreux étudiants dans d'autres

facultés (Infocom, Géographie...) voire, d'autres universités n'ont pas les mêmes exigences et

une fois encore, cela marque le manque de coordination français.

Pour exemple j'ai pris 8 cours cette année (4 par semestre), mais dans mon secrétariat, il

était possible de ne prendre que 7 cours, comme certains l'ont fait. Seul problème lors de la

traduction des notes, puisque le fait que j'aie pris 8 cours n'est pas pris en compte...

Incompréhensions françaises... De la même façon, certains ont eut des appels de leurs

secrétariats leur demandant de prendre au moins 10 cours.

Il ne serait pas superflu de faire passer à tous les secrétariats concernés par le

programme un dossier permettant d'harmoniser des demandes pragmatiques, rationnelles ,

constructives et identiques, des secrétariats à chaque étudiant. Dans la réalité, on nage en plein

flou, et les secrétariats sont loin d'être au courant de ce qu'il ce passe.

Remerciements

Tous mes chaleureux remerciements à la région Rhône Alpes et à l'université Lumière

Lyon 2 pour leur soutien financier et leur aide structurelle, à la région Ontario et University of

Western Ontario pour leur accueil et à M. Christian Marjollet pour ses conseils.

Une pensée spéciale pour Nelly Voccia et Allison Fleming pour leur disponibilité, leur

efficacité et leur gentillesse si rare de nos jours.

Des millions de mercis pour mes amis londoniens. La bande du 329 Blue Forest Drive,

Yannou, Nary, Caro, Ben mon colocataire américain par intermittence, et sa collègue Mumu.

Les Français des résidences et d'ailleurs, Gaet, Will, Julie, Sarah...

Specials Thanks to Claire Z, alias Pupuce aka Zud!

Rapport de fin de séjour universitaire 2007-2008 - Julien Levêque.doc