Vous êtes sur la page 1sur 1

imparfait

était

aimait

buvait
étaient
faisait
pouvait


faisait

saisissait
fermait
buvait
tombait

buvait
avalait

commençait
plaisait

faisait
passé simpIe

fut

aima

but
furent
fit
put


fit

saisit
ferma
but
tomba

but
avala

commença
plut

fit
Du danger d'avaler une mouche

Ìl étai t une fois, au Japon, un riche
marchand de tissus, Monsieur Han-
séamon, qui a imait par-dessus tout
un bon verre de vin. Jamais les bols
en porcelaine dans lesquels il b uvait
n'étaient assez grands pour lui. Ìl
se fit donc fabriquer un grand
gobelet où l'on po uvait verser une
cruche entière de vin.
Un jour, après un bon déjeuner, Mon-
sieur Hanséamon se fit remplir
de vin son gobelet préféré, puis il le
sais it des deux mains,
f er m a l es yeux
et bu t sans s'arrêter. Mal-
heureusement, une mouche tom
dans le vin au moment où Monsieur
Hanséamon b uvai t, si bien
que celui-ci l'avala .
Une fois dans le ventre du marchand,
la mouche com mença à voltiger et
bourdonner, et cela ne pla =isait
pas, mais pas du tout, à Monsieur
Hanséamon. Ìl se fi t donc
conduire chez le célèbre médecin,
Monsieur Hori.
imparfait

était

aimait

buvait
étaient
faisait
pouvait


faisait

saisissait
fermait
buvait
tombait

buvait
avalait

commençait
plaisait

faisait
passé simpIe

fut

aima

but
furent
fit
put


fit

saisit
ferma
but
tomba

but
avala

commença
plut

fit
Du danger d'avaler une mouche

Ìl étai t une fois, au Japon, un riche
marchand de tissus, Monsieur Han-
séamon, qui a imait par-dessus tout
un bon verre de vin. Jamais les bols
en porcelaine dans lesquels il b uvait
n'étaient assez grands pour lui. Ìl
se fit donc fabriquer un grand
gobelet où l'on po uvait verser une
cruche entière de vin.
Un jour, après un bon déjeuner, Mon-
sieur Hanséamon se fit remplir
de vin son gobelet préféré, puis il le
sais it des deux mains,
f er m a l es yeux
et bu t sans s'arrêter. Mal-
heureusement, une mouche tom
dans le vin au moment où Monsieur
Hanséamon b uvai t, si bien
que celui-ci l'avala .
Une fois dans le ventre du marchand,
la mouche com mença à voltiger et
bourdonner, et cela ne pla =isait
pas, mais pas du tout, à Monsieur
Hanséamon. Ìl se fi t donc
conduire chez le célèbre médecin,
Monsieur Hori.