CPGE Maroc

CO

CTION D RE R

E-mail : cpgespe.mp@gamil.com

U
⋆⋆

Vos remarques sont les bienvenues

Corrigé proposés par M.Ouzi

T

CO

R NCOU

C .C

Extrait C.C.P 2011 MP Physique II

⋆ E X TR

S

.P

Phy II-2011

AI

→ − → − E i n t .d S = E (r )i n t Σ

dS = Σ

I.1

I.-Boule chargée au repos Par définition Q =
V

ρd τ = ρV soit :

4ρπr 3 ⋆ E (r )i n t 4πr 2 = soit : 3ǫo Qr − − → → • E (r )i n t = e r 3 4πǫo R

4ρπr 3 c-à-d 3ǫo

4 Q = ρ πR 3 3

De même pour r ≥ R on a :
→ − → − E e x t .d S = E (r )e x t Σ dS = Σ E (r )e x t 4πr 2 =

I.2

Tout plan contenant C M est un plan − → de symétrie, et puisque E est un vecteur polaire alors il appartient à chacun de ces plans donc appartient à leur
− → → intersection et donc E (M ) = E (M )− r e

−→ −

4ρπR 3 soit : 3ǫo Q − − → → • E (r )e x t = e r 2 4πǫo r

4ρπR 3 c-à-d 3ǫo

I.4 Application numérique : E (R e ) =
⇒ E (R e ) = 1, 6.10−19
1 4π 36π109 (3.10−15 )2

en coordonnées sphériques. Tout plan passant par le centre C est − → plan de symétrie donc E (C ) appartient − → − → à tous ces plan, donc E (C ) = 0 car seul le vecteur nul peut appartenir à tous ces plans. Tout rotation autour de C laisse ρ invariante donc E ne dépend ni de θ ni de ϕ en coordonnées sphériques (r, θ , ϕ), donc E ne dépend que de r en ces coordonnées, soit : E (M ) = E (r ) I.3 Le théorème de G a u s s s’exprime : puisque E ne dépend que de r alors E (r ) est constant sur la surface d’une − → → sphère de rayon r et puisque E = E − r e − − → → alors E .d S = E .d S sur la surface d’une sphère de rayon r qu’on notera Σ, d’où le choix d’une sphère de rayon r pour appliquer le théorème de Gauss dans ce cas. 4 • pour r ≤ R on a Q i n t = ρ πr 3
• pour r ≥ R on a Q i n t 3 4 = ρ πR 3 3 − − → → Qi nt E .d S = Σ ǫo

|e | 2 4πǫo R e

soit :

E (R e ) = 1, 6.1020 V.m −1

I.5

E (r )

E e x t (R e )

r

I.6 Il n’y a pas de mouvement de charge donc pas de courant et le champ E (r ) est statique alors pas de source de champ magnétique donc B (M ) = 0 I.7 À l’intérieur de la boule on a : Qr E (r ) = 4πǫ R 3 donc la densité d’énergie o électrostatique est :
− → − →

Re

1 Q 2r 2 w e = ǫo E 2 = 2 32π2 ǫo R 6 donc : W1 = w e d τ où V (R) est le V (R)

volume de la sphère

1

Donc pour r ≤ R on a :

W1

=

R

0

w e r 2d r

π 0

sin θ Dd θ

2π 0

soit

W1

=

R 0

Q 2r 2 r 2d r 32π2ǫo R 6

soit

− → − → B e x t = ǫo µo v e x ∧ − → B ext

Q2 W1 = 40πǫo R

De même à l’extérieur de la sphère on a: Q E (r ) = donc la densité volumique 2
Q2 32π2ǫo r 4 ∞ π 2π et donc W2 = R r 2 w 2 d r 0 sin θ d θ 0 d ϕ Q2 −1 ∞ ce qui donne : W2 = 4π 32π2ǫo r R 4πǫo r

vecteur

Q − → e r soit encore : 2 4πǫo r µo vQ − → − → sin θ u où u est un = 4πr 2

− − − → → → ( e x , e r , u ) est directe et finalement : µo vQ Be x t = sin θ 4πr 2

unitaire

tel

que

la

base

d’énergie dans ce cas est : w 2 =

II.3

soit :
W2 =

Q2 8πǫo R

alors :
3Q 2 20πǫo R

π on a sin θ = 1 donc : 2 − → µo vQ − − → − → → B ext = u alors C B e x t = B e x t .d ℓ 2 4πr Γ π et quand θ = on a e r est dans le plan 2 − → − → Oy z et d ℓ = r d β u où β est l’angle −→ − entre OM et Oy .

Pour θ =

W = W1 + W2 est W =

Donc :

I.8 Application numérique :
mc2 = Re = 3e 2 20πǫo R e 3e 2

C Be x t = 3e 2

ce qui donne pour r ≈ R :
C Be x t =

µo vQ rdβ 4πr 2 Γ

donne : R e =
=

soit :
Re =

1 20π 36π109 m c 2

3 × 18e 2 × 109 10m c 2

20πǫo m c 2

µo vQ 2R

II.4
Φj =
Σ(Γ)

54 × (1, 6.10−19)2 × 109 c-à-d : 10 × 9, 1.10−31 × (3.108)2 R e = 1, 7 10−15 m

− − →→ j d s où Σ(Γ) est la surface

Boule chargée en mouvement de translation II.1
→ Par définition j = ρ − donc v − → − → − → − → j i n t = ρ v et j e x t = 0 . − →

du cercle de rayon r ≈ R s’appuyant sur le contour Γ qu’on oriente de façon − → → à ce que d s = d s − x , donc : u
− − →→ j ds =
Σ(Γ) Σ(Γ)

− → − → ρv u x .r d r d β u x

II.2 D’après la loi de Biot et Savart on a :

ment on a donc :

R2 3Qv − − →→ = finalej d s = ρv 2π × 2 4R Σ(Γ) Φj = 3Qv 4R

− → −→ µo j d τ ∧ PM − → d B ext = c-à-d : −→ 4π PM 3 − −→ → µo ρ v ∧ PM d τ − → d B ext = −→ 4π PM 3 − → −→ µo ρv e x ∧ PM d τ − → ⇒ d B ext = donc : −→ 4π PM 3 −→ ρ PM − → − → B e x t = µo v e x ∧ ǫo −→ d τ car V 4πǫo PM 3 → la direction de − est fixe v

Φ j n’est autre que le courant enlacé par Γ.

II.5 Le théorème d’Ampère n’est pas vérifié car le courant enlacé par Γ est or on a montré que la circulation de − → B le long de Γ est : µo vQ 3Qv C Be x t = = µo . La cause bien sûr est que le régime n’est pas statique, puisque la charge est en mouvement (courant de convection), il faut donc ajouter le courant de déplacement.
2

3Qv 4R

2R

4R

Or la dernière intégrale est l’expression du champs créé par la boule à l’extérieur (dans ce cas) qui est déjà calculé en I .3 donc :

II.6.1

− → ∂ E − → j D = ǫo est la densité volumique ∂t

des courants de déplacement. II.6.2 On a trouvé que E
− →
i nt

II.6.4 D’après la formule du gradient fournie → (projection sur − r ) on a : e
∂ Ei nt ∂t =
rad ial

Qv cos θ 4πǫo R 3 Qv cos θ 2πǫo r 3

→ → et puisque − = r − r r e alors : − → E i nt =

Qr − → e r 4πǫo R 3 −−−→ → et g r a d r 2 = 2− r =

et
∂ Eext ∂t
rad ial

=−

− → Et E e x t

Q −−−→ 2 g r a d (r ) 8πǫo R 3 Q − Q − → → = e r= r donc : 2 4πǫo r 4πǫo r 3 Q − −−→ 1 − → E ext = − g rad ( ) 4πǫo r

II.6.3

− → ∂ E i nt Q −−−→ ∂ r 2 = g rad M( ) on a inter∂t 8πǫo R 3 ∂t ∂ −−−→ vertit avec g r a d car M est fixe. ∂t Or à t = 0 on a C est confondu avec dx = −v , O et donc : r 2 = x 2 + y 2 + z 2 et dt car x décroît en fonction du temps et x = r cos θ et puisque la boule est en translation suivant Ox les coordonnées y et z sont inchangées. ∂ r2 ∂r = 2r or : ∂t ∂t ∂r ∂x 2r = 2x = −2x v = −2r v cos θ ∂t ∂t ∂ r2 finalement : = −2r v cos θ soit : ∂t − → ∂ E i nt Q −−−→ =− g r a d M (r v cos θ ) ∂t 4πǫo R 3 − → ∂ E i nt Qv −−−→ =− g r a d M (r cos θ ) ∂t 4πǫo R 3 Qv Donc A = et f (r, θ ) = −r cos θ 4πǫo 1 − → ∂( ) ∂ E ext Q −−−→ De même =− g r a d ( r ) et ∂t 4πǫo ∂t 1 ∂( ) r = − 1 ∂ r = − v cos θ sachant que ∂t r2 ∂ t r2

3Qv − → − → cos θ et j e x t = 0 im3 4πR plique que [j e x t ]r a d i a l = 0 et donc : ∂ Ei nt [ J i n t ]r a d i a l = j i n t r a d i a l + ǫo × ∂t rad ial Donc :(notez J majuscule !) 3Qv −Qv cos θ [ J i n t ]r a d i a l = cos θ + ǫo × 3 4πR 4πǫo R 3 Qv cos θ [ J i n t ]r a d i a l = 2πR 3 et pour J e x t on a : ∂ Eext [ J e x t ]r a d i a l = j e x t r a d i a l + ǫo × ∂t rad ial Qv cos θ [ J e x t ]r a d i a l = − 2πr 3 [j i n t ]r a d i a l =

De même − → → Puisque j i n t = ρv − x donc : e − → − → [j i n t ]r a d i a l = j i n t . e r soit :

II.6.5 Il faut noter que sur la surface de la calotte sphérique on a : r est constant et le point M sera paramètré par r , ϕ et θ ′ ≤ θ . Le théorème d’Ampère généralisé, pour le contour Γ′ sur lequel s’appuie la surface de la calotte sphérique Σ′ de rayon r, s’écrit :
− − → → B .d ℓ = µo
Γ′

• Calcul de B i n t
Γ′

− → ∂ E − → − → ( j + ǫo ).d S ∂t Σ′

− − → → B i n t (r, θ ) e ϕ d ℓ = µo

sur le contour Γ′ de rayon r sin θ , on a r et θ sont constants donc :
B i n t (r, θ )r sin θ
Γ′

− → ∂ E i nt 2 − → − → ( j i n t + ǫo )r sin θ ′ d θ ′ d ϕ e r ∂t Σ′

dϕ = + ǫo ∂ [E i n t ]r a d i a l 2 ).r sin θ ′ d θ ′ d ϕ ∂t

µo
Σ′

( ji nt

rad i al

donc :

B i n t (r, θ )r sin θ
Γ′

dϕ =

− → ∂ E ext Qv − −−→ cos θ = g rad ( 2 ) ∂t 4πǫo r cos θ et g (r, θ ) = 2 r
3

µo
Σ′

([ J i n t ]r a d i a l ).r 2 sin θ ′ d θ ′ d ϕ
θ

Qv On a donc A = 4πǫo

Qv sin2 θ ′ 2πB i n t (r, θ )r sin θ = µo 2πR 3 2

r 2 2π
0

ce qui donne :

µoQv r sin θ B i n t (r, z ) = 4πR 3

Re =

De même :
B e x t (r, θ )r sin θ
Γ′

4.10−7 × (1, 6.10−19 )2 µo e 2 soit R e = 5πm 5π × 9, 1.10−31 R e = 2, 2.10−15 m

dϕ = ∂ [E e x t ]r a d i a l 2 ).r sin θ ′ d θ ′ d ϕ ∂t ([ J e x t ]r a d i a l ).r 2 sin θ ′ d θ ′ d ϕ
Σ′

µo
Σ′

([j e x t ]r a d i a l + ǫo

III-oule chargé en mouvement de rotaB tion
θ

B e x t (r, θ )r sin θ
Γ′

d ϕ = µo

Qv sin2 θ ′ 2πB e x t (r, θ )r sin θ = −µo 2πr 3 2

r 2 2π
0

ce qui donne :
B e x t (r, θ ) = − µoQv sin θ 4πr 2

II.7. Par définition des densités volumiques d’énergie magnétique, les énergies demandées s’écrivent par :
W1m 1 = 2µo 1 2µo B i2n t d v
V

III.1. Le volume élémentaire de la couronne engendrée une rotation d ϕ autour y y ′ de la part de l’élément hachuré, est : d τ = r d θ × d r × r sin θ d ϕ (car la distance à l’axe, qui est le rayon de la couronne, est r sin θ ) et pour une rotation de 2π autour de y y ′ on a : d τ = 2πr d θ × d r × r sin θ et puisque δ2Q = ρd τ alors :
δ2Q = ρ2πr 2 d r sin θ d θ

et

1 = 2µo 1 2µo

R

π

B i2n t r 2 sin θ d r d ϕd θ
0 ∞ R 0 0 2π 0 π 2 B e x t r 2 sin θ d r d ϕd θ 0

W2m =

2 Be x t d v = V

Donc :
W1m = W1m

soit :

2 1 µoQ 2 v 2 R 4 2π r dr 0 dϕ 2R 6 0 2µo 16π 4 µoQ 2 v 2 R 5 × × 2π × = 32π2R 6 5 3

π 0

sin3 θ d θ

W1m =

µoQ 2 v 2 60πR
2π 0

Or on a ici courant de convection dû − → → au mouvement de δ2Q donc j = ρ − , v − → − → où v = r sin θ ω e ϕ (N’oublions pas que le rayon de la couronne est r sin θ et → → → la base : (− r , − θ , − ϕ ) est directe) e e e → − − →→ →− 2 I = j d s c-à-d δ 2 I = ρ − .d s et donc δ v − → − → d s = d r × r d θ e ϕ (le vecteur surface − → élémentaire parallèle à j dont le sens → est celui de − ). v
δ2 I = ρr 2 ω sin θ d r d θ

De même :
W2m W1m

soit :

2 1 µoQ 2 v 2 ∞ −2 = r dr 2µo 16π2 R µoQ 2 v 2 1 4 = × × 2π × 32π2 R 3

π 0

sin3 θ d θ

(Résultat qui peut être aussi obtenu, si on veut utiliser δ2Q et sachant que seul ϕ dépend du temps, par :
δ2 I = ω= dϕ d’où le résultat demandé : dt δ2 I = ρr 2 ω sin θ d r d θ δ2Q dϕ = ρr d θ × d r × r sin θ dt dt

or

W1m =

µoQ 2 v 2 12πR

Finalement :

µoQ 2 v 2 µoQ 2 v 2 Wm = + soit : 60πR 12πR µoQ 2 v 2 Wm = 10πR

Le champ magnétique créé par la spire de rayon r sin θ précédente en C est d’après le rappel :
µo δ2 I − → − → δ2 B (C ) = sin3 θ e y 2r sin θ µo ρr 2 ωd r d θ − → − → ⇒ δ2 B (C ) = sin3 θ e y 2r R π µo ρω − → − → Donc B (C ) = rdr sin3 θ d θ e y 2 0 0

II.8. En assimilant à Wm à l’énergie cinétique de l’électron E c = m v 2 (pour le calcul mécanique l’électron est supposé ponctuel) on a :
µo e 2 v 2 1 = m v 2 ce qui donne : 10πR e 2 1 2

En
π

4 sin θ d θ = donc : 0 3 3µoQω R2 4− − → → B (C ) = × × e y 3 2 × 4πR 2 3
3

utilisant

la

donnée

du

texte

4

µoQω − − → → B (C ) = e y 4πR

FIN DU CORRIGÉ
Ë ÚÓÙ× ØÖÓÙÚ Þ × ÖÖ ÙÖ× Ö ÔÔ ÓÙ

III.2.

Par définition δ2 = δ2 I d s ( On Σ intègre sur la section droite Σ de la spire de rayon r , on a donc : − → δ2 = δ2 I πr 2 e y (car courant permanent et la boucle est orientée suivant − → e ϕ ) donc :
δ2 − →

− →

− →

ÙØÖ

׸

Ò³

×

Ø

Þ

Ô

×

Ñ

Ö

Ô

ÖØ

Ø

Å

Ö

ÓÒÒ

Ò

Et donc le moment magnétique de la boule est :
− →
R π

− → = ρr 2 ω sin θ d θ d r × πr 2 e y

= ρωπ
0

r dr
0

4

− → sin θ d θ e y soit :

− →

=

3QωR 2 − → e y 10

III.3. Le moment angulaire cinétique, par rapport à C, est par définition − → − → L C = J ω car l’axe de rotation est un axe de symétrie donc :
− → 2 − → L = m R 2ω e y et on a donc : 5 − → 3Q − → L = 4m

III.4. Pour l’électron on a Q = −e et donc on aura :
3e − 3 → S et pour S = h on a : 4m 4π 3 × 1, 6.10−19 3 − → − → =− 6, 6.10−34 e y soit : s 4 × 9, 1.10−31 4π −23 A.m 2 s = 1, 19.10 − →
s

=−

s

S

=

1, 6.10−23 3 × 6, 6.10−34 4π
s

= 1, 75.1011 S.I S ou en A.m 2 .J −1 .s −1 et si on compare au

rapport obtenu par calcul classique on a: 3e 3 × 1, 6.10−19 s = = c-à-d : −31
S 4m 4 × 9, 1.10
s

S

= 1, 32.1011 S.I

La mécanique classique ne permet pas d’interpréter correctement le spin de l’électron.
5

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful