T2/2 (suite) : Les dynamiques de la mondialisation.

Les territoires dans la mondialisation (chapitre 4, 120-172).
Orientations pour le baccalauréat Une composition peut croiser la première entrée générale et l’étude de cas ; une autre composition peut porter sur les enjeux géostratégiques des espaces maritimes. L’étude de cas et les deux entrées générales se prêtent à l’étude critique de document(s). Trois réalisations cartographiques sont possibles à l’examen: un schéma de la ville mondiale étudiée, un croquis de l’inégale intégration des territoires dans la mondialisation, un croquis des aspects géostratégiques des espaces maritimes. I. Étude de cas : Londres, une ville mondiale. Qu’est-ce qu’une ville mondiale ? Quel est son rôle dans l’organisation du monde ? Quels sont les effets de la mondialisation sur son organisation socio spatiale ? A. Définition.  135.1 : Villes globales, villes mondiales : Les centres de décision de la mondialisation. B. Le rôle de Londres dans l’organisation du monde.  Une tête de réseau des flux financiers : extrait du documentaire : City de Londres, la finance en eaux troubles (Durée : 51mn ; Date de diffusion : 18/10/2011 sur France 5. a. Relevez quelques indications chiffrées de la puissance de la place financière londonienne. b. Quelles sont les racines historiques de cette puissance ? c. Comment les gouvernements britanniques contribuent-ils à maintenir cette puissance ? d. Quelles relations la ville entretient-elle avec le reste du monde ? Comment contrôle-t-elle une partie de l’économie mondiale et des flux qu’elle engendre ? e. Comment se manifeste le creusement des écarts sociaux dans cette ville ? C. Les manifestations de cette puissance. Tête de réseau Réseau hiérarchisé Flux PUB

Mondialisation Ville mondiale Ville globale

Place financière

 La « skyline » symbolise visuellement cette puissance diapositives x à y) : Londres n'est pas Paris. L'unité esthétique des boulevards Haussmanniens, avec la succession rigoureuse des façades n’est pas pour nous. Nous devons cette situation aux bombardements de la Luftwaffe, et à des générations de planificateurs maladroits ; cette ville est bâtarde architecturalement, avec un mélange de styles hétéroclites et quelques points de repère. Ceux-ci donnent à la ville sa silhouette, moins pittoresque que celle de Paris, mais beaucoup plus intéressante. Alors que les bâtiments et des monuments d'autrefois étaient l’incarnation de la fierté impériale victorienne, la nouvelle vague des buildings de Londres est inspirée par l'esthétique agressive des États du Golfe, gratteciels audacieux de Doha, Dubaï et Riyad , imprégnés du goût récent pour les lignes épurées et les tours angulaires, comme « The Shard1 ». Time Out London, 5-11 juillet 2012. Relevez l’exemple de quelques réalisations architecturales récentes qui symbolisent la Skyline londonienne. Indiquez les quartiers où elles se localisent. b. Cette architecture est-elle valorisée par cet hebdomadaire britannique ? Justifiez.  Y. Viltard, Diplomatie des villes : Collectivités territoriales et relations internationales, in Politique Étrangère 3, 2010. Les équipes municipales espèrent bien des profits substantiels en « attirant les touristes, les entreprises étrangères, les organisations internationales », et en entrant en compétition avec les autres grandes métropoles pour se voir confier la responsabilité d’organiser des événements internationaux comme les Jeux olympiques, ou d’autres grands événements sportifs. Il en va de même quand elles exportent des biens et des services, dont elles encouragent la production par des avantages consentis aux entreprises implantées sur leur territoire. Cette véritable guerre économique entre les villes globales du monde s’accompagne d’une
1

a.

Skyline

Diplomatie des villes

Branding

Littéralement, le tesson de verre.

TERMINALE LES GÉOGRAPHIE

T2/2 (suite) : Les dynamiques de la mondialisation.
Image de marque Ségrégation sociale Fragmentation de l’espace urbain

compétition qui passe par la fabrique d’images de marque séduisantes, de « branding 2». Les villes trouvent aussi un intérêt à nouer entre elles des partenariats privilégiés, et à constituer ainsi des réseaux de cités aux caractéristiques proches des leurs. Elles peuvent ainsi échanger services et savoir-faire. a. b. Sur quels points porte la rivalité entre les villes mondiales ? Relevez des exemples londoniens : Questions 1 et 3 page 129 + 1 page 132.

D. Les conséquences socio-spatiales de l’intégration dans la mondialisation.  Questions des pages 130 et 131 + schéma à compléter (Belin Terminale LES 2012).

2

Image de marque.

TERMINALE LES GÉOGRAPHIE

T2/2 (suite) : Les dynamiques de la mondialisation.

II. Pôles et espaces majeurs de la mondialisation ; territoires et sociétés en marge de la mondialisation. Quelle typologie des territoires peut-on établir en fonction de leur inégale participation à la mondialisation ? Quelles sont les caractéristiques des pôles et espaces majeurs de la mondialisation et des territoires restés en marge ? Quelles sont les conséquences socio-spatiales pour les territoires d’une intégration inégale dans la mondialisation ?  Réalisation d’un croquis pages 166 et 167 : Suivre les indications du manuel. A. Pôles et espaces majeurs de la mondialisation. L’inégalité reste au cœur de l’organisation économique mondiale et se traduit par différentiation de l’espace. La mondialisation est dirigée et conduite à partir et au profit de certains espaces qu’on appelle « espaces moteurs ». la mondialisation est d’abord le fait des acteurs des territoires qui forment les trois pôles majeurs sur la planète. On parle aussi de « Triade » pour désigner ces principaux pôles de l'économie mondiale: Le premier pôle, le plus ancien est constitué par l'Europe occidentale, cœur de la première révolution industrielle et des empires coloniaux. Il s'identifie aujourd'hui pratiquement avec l'Union européenne qui représente plus du 1/3 du commerce mondial. Le second pôle est constitué par les États-Unis (1° puissance mondiale) et leurs annexes (Mexique et Canada) réunis au sein de l'ALENA (association de libre change nord-américaine) Le troisième pôle est constitué par l’Asie orientale, d’abord le Japon, auquel on dut adjoindre les NPI (Corée du sud, Hongkong, Singapour, Taiwan), et aujourd’hui la Chine et l’Asie du Sud-Est). A l’intérieur des Etats, les espaces majeurs de la mondialisation sont les métropoles, les mégalopoles et les façades maritimes. Un archipel mégalopolitain mondial, constitué de très grandes villes (Mégalopoles)pilote l’économie mondiale. Villes très peuplées, mais ce n’est pas le critère fondamental. Elles concentrent les activités les plus stratégiques et les plus lucratives (tertiaire supérieur, recherche, places boursières,...). On parle d’archipel, car comme des iles, ces villes entretiennent plus de relations entre-elles qu’avec leur environnement immédiat. L’importance de ces métropoles et la concurrence qui existe entre-elles modifie les logiques d’aménagement du territoire (fin de la logique de redistribution cf. cours de 1°) La plupart de ces grandes villes se situent sur certains littoraux ou à proximité, constituant des façades maritimes animées par les activités de production et d’échanges. La période récente a vu le développement rapide de nouvelles puissances, situées surtout au sud qui pèsent un poids croissant dans l’économie mondiale : Les pays émergents qui en s’insérant dans la mondialisation renforcent la multipolarité de l’économie mondiale.  145.1 Les pays émergents : question du livre. BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine) mais aussi, Mexique, Afrique du sud... Par leur poids démographique, leurs ressources, leur capacité de production ces pays constituent déjà des puissances régionales. Certains États disposent grâce aux revenus pétroliers d’une puissance financière qui se manifeste à travers les fonds souverain. Ces économies connaissent une croissance plus rapide que leurs homologues du nord. Deux d’entre-elles, la Chine et l’Inde sont appelées à dominer l’économie mondiale dans une trentaine d’années. Elles passent progressivement du statut de pays ateliers ou fournisseurs de matières premières à celui de puissances financières et politiques. Ces évolutions ne sont pas sans risques car la première d’entre-elles, la Chine, reste une dictature. B. L’inégale insertion dans la mondialisation.  Dossier pages 146 et 147 : Quels sont les marqueurs de la marginalisation ?  Dossier pages 150-151 : Quelles sont les évolutions des territoires en marge ? Cette intégration sélective privilégie les centres d’impulsion et délaisse les périphéries et les marges. Le reste du monde est placé dans une situation de dépendance vis-à-vis des centres, qui fournissent capitaux, marchés, innovations, modes,... Mais toutes les périphéries ne sont pas placées sur le même plan.
Malnutrition. IDH Espace moteur.

ALENA

NPI Archipel mégalopolitain mondial Mégalopole Tertiaire supérieur

Aménagement du territoire

Pays émergents Pays pétroliers Puissance régionale

TERMINALE LES GÉOGRAPHIE On distingue : -

T2/2 (suite) : Les dynamiques de la mondialisation.

-

-

Les semi-périphéries (ou périphéries intégrées) : elles peuvent partager certaines caractéristiques des centres, niveau et mode de vie, sans en partager le pouvoir (Australie, Amérique australe, Europe orientale...) Les périphéries : Elles se caractérisent par un rapport de dépendance plus fort (fourniture de matières premières, de produits industriels peu élaborés, grâce à une main-d’œuvre bonne marché, dépendance vis-à-vis des ressources du tourisme...) Les « angles morts » : Nombreux pays d'Afrique, ravagés par les guerres civiles, populations rurales d'Amérique latine, d'Asie du sud, de Chine qui vivent en dehors du monde moderne. Cependant, ces zones sont souvent propices au développement des activités illégales (narcotrafics,…). Dans de rares cas, cette situation d’isolement est voulue par les gouvernements (148.5 : Corée du Nord).

Semi-périphéries Périphéries Angles morts

Au sein même des métropoles et des États insérés dans la mondialisation, celle-ci engendre des disparités socio-spatiales. Exemple de Londres (situation dégradée de certains quartiers du sud et de l’East-end).  149.7 : Le déclin d’une métropole industrielle en pays développé. a. En quoi ce déclin est-il lié à la mondialisation ? b. Comment se manifeste le déclin de Détroit ?  L’émergence d’une classe globale ? « les 0,001% » A travers la planète, une dizaine de millions de personnes auraient placé des actifs dans des paradis fiscaux, affirme l’étude de Tax Justice Network. Mais près de la moitié des sommes en jeu (8 000 milliards d’euros) est détenue par 92 000 particuliers, soit à peine 0,001 % de la population mondiale. Une élite dont le patrimoine, échappant pour partie à l’impôt, croît beaucoup plus rapidement que celui du commun des mortels. "Quand on regarde l’évolution sur vingt ans de la fortune du millier de milliardaires recensés chaque année par Forbes, on constate une progression de 7 à 8 % par an, avec des pointes à 10 %, explique Thomas Piketty. Entre 1990 et 2010, la fortune de Bill Gates est ainsi passée de 4 milliards à 50 milliards de dollars, et celle de Liliane Betancourt de 2 à 25 milliards, ce qui correspond à une progression annuelle de 13 % (10 % en tenant compte de l’inflation). C’est largement supérieur à la croissance, ce qui signifie qu’une part toujours plus importante du patrimoine mondial est captée par un petit groupe, qui échappe à tout contrôle en se soustrayant aux législations nationales3." Selon le dernier classement Forbes, le nombre de milliardaires a atteint 1 210 en 2011, un record absolu depuis les vingt-cinq ans d’existence de ce classement, et 214 de plus que l’an dernier. Tous ensemble, ces oligarques pèsent 4 500 milliards de dollars, soit plus que le produit intérieur brut de l’Allemagne. Dans un certain nombre de pays en voie de développement, le montant cumulé des sommes ayant fui à l’étranger depuis les années 1970 permettrait d’effacer la dette nationale, affirme Tax Justice Network. Les pays riches en pétrole possédant une élite très mobile ont été particulièrement exposés à cette fuite de leur richesse nationale. James Henry estime que 640 milliards d’euros ont quitté la Russie depuis l’ouverture de son économie au début des années 1990. L’Arabie saoudite aurait perdu 250 milliards d’euros depuis le milieu des année 1970, tout comme le Nigeria. "Le problème, c’est que les biens de ces pays sont détenus par une poignée de gens riches, tandis que les dettes sont supportées par les peuples, à travers leurs gouvernements", souligne le rapport. Soren Seelow, L’ÉVASION FISCALE MONDIALE / DIX FOIS LE PIB DE LA France (Le Monde.fr | 23.07.2012.
Disparités sociospatiales

Classe globale / Hyper-riches

III. Les espaces maritimes : approche géostratégique. la mondialisation a accru l’importance géostratégique des mers et océans : A. Le transport maritime est vital pour l’économie mondiale. B. Les Etats exercent un contrôle sur ces grandes voies maritimes.  163.1 : Les enjeux économiques et militaires dans l’Océan Indien.
3

Littoralisation Façade maritime POINTS NODAUX

La fraude fiscale équivaut au PIB des Etats-Unis et du Japon (http://www.taxjustice.net/cms/front_content.php?idcatart=2&lang=1); http://www.economist.com/node/21554181)

TERMINALE LES GÉOGRAPHIE

T2/2 (suite) : Les dynamiques de la mondialisation.
Droit de la mer ZEE : Zone économique exclusive

a. Quelles sont les routes maritimes majeures dans l’Océan Indien ? b. Quelles cargaisons vitales pour l’économie mondiale les navires y transportent-ils ? c. Quelles sont les grandes puissances présentes dans l’Océan Indien ? d. Par quels moyens cherchent-elles à contrôler les voies maritimes ? e. Quelle(s) puissance contrôle les points nodaux f. Quel obstacle rencontre-t-elle ?  Carte vidéo-projetée et 158.6: géopolitique de l’Océan Indien. g. Comment se manifeste la présence croissante de la Chine ? h. Comment cherche-t-elle à contourner la mainmise de certaines puissances sur les voies maritimes ? C. Les Etats s’approprient une partie des espaces océaniques.  158.5 et 159.8 : Le droit de la mer.  159.9 et 171 : Conflits de souveraineté.  Croquis des principales routes maritimes, des points de passage obligés et des zones de tension.

Ressources halieutiques

Surpêche

L’analyse des aspects géostratégiques des espaces maritimes conduit à la réalisation d’un croquis…

TERMINALE LES GÉOGRAPHIE

T2/2 (suite) : Les dynamiques de la mondialisation.

TERMINALE LES GÉOGRAPHIE

T2/2 (suite) : Les dynamiques de la mondialisation.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful