Vous êtes sur la page 1sur 29
Monsieur Pierre Bonte Tribus, factions et État. Les conflits de succession dans l'émirat de l'Adrar

Tribus, factions et État. Les conflits de succession dans l'émirat de l'Adrar

In: Cahiers d'études africaines. Vol. 22 N°87-88. 1982. systèmes étatiques africains. pp. 489-516.

Abstract P. Bonte — Tribes, Factions and State: Succession Conflicts in the Emirate of Adrar. A study of the conflicts arising on the emirs' succession sheds light on the nature of the emirate's political organisation. There is no devolution rule but for the fact that the emir needs belong to the Ahel 'Ethman lineage. On an emir's death, in order to ensure his succession, the relations between the politically dominant Hassan tribes and the emirate have to be reproduced under the guise of factions in support of the various pretenders. The emirate turns itself into a State when segmentary factions no longer develop within the framework of kinship and affinity, while power becom.es centralized with a hierarchy of political relations linking together groups with different statuses. An analysis of oral tradition concerning the succession of the three first emirs, 'Ethman, Sidl Ahmed and Ahmed 'Aydda shows how the evolution of political structures was affected by this transformation.

Citer ce document / Cite this document :

Bonte Pierre. Tribus, factions et État. Les conflits de succession dans l'émirat de l'Adrar. In: Cahiers d'études africaines. Vol. 22 N°87-88. 1982. systèmes étatiques africains. pp. 489-516.

africains. pp. 489-516. http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/cea_0008-0055_1982_num_22_87_3390

PIERRE

BONTE

Tribus factions et

tat

Les conflits de succession dans Pémirat de FAdrar

émirat de Adirar est constitué au cours du xvine siècle moins

un siècle après ceux du Trarza et du Brakn dans le nord de actuelle Mauritanie organisation politique de ces émirats est encore mal

connue Elle

documents militaires ou administratifs de époque coloniale1 que dans les rares études plus récentes2 Ces jugements ont été faussés par des priori politiques ou théotiques Les caractéristiques du système politique émiral expliquent aussi les difficultés rencontrées pour en identifier la véritable nature émirat est organisation politique une société dont le mode de vie est nomade mais non exclusivement pastoral3 Les groupes qui détiennent le pouvoir sont eux-mêmes nomades Ils sont partiellement dégagés des tâches productives grâce aux redevances tributaires ils re oivent sous forme de biens de consommation animaux laitiers de boucherie céréales dattes produits artisanaux etc.) grâce aussi aux guerres et aux pillages ghazzi plur ghezyan Le centre de la vie politique est la hella campe-

fait objet de jugements contradictoires tant dans les

dix ans intervalle on relèvera les appréciations divergentes de

Coppolani le premier conquérant de la Mauritanie et celles de Gouraud qui fut lui le premier entrer dans Adrar et de son successeur Patey Pour Coppo lani le pouvoir des hassan il assimile la noblesse de Ancien Régime est la simple loi du plus fort il oppose influence politique réelle des zawdyd dont

il recherche alliance pour occuper le sud du pays et au rôle producteur des annaga Gouraud puis Patey affirment au contraire la prééminence politique des guerriers Ces divergences tiennent en partie aux différentes politiques appliquées par le pouvoir colonial Dans le nord du pays la menace des tribus dissidentes conduira

Ainsi

administration militaire coloniale

appuyer sur des auxiliaires guerriers et

préserver relativement la structure politique antérieure émirat de Adrar restera un protectorat jusque dans les années 1920 Ainsi pour STEWART 97 i973b émirat est simplement un mode organisation politique des tribus guerrières Comme Coppolani il oppose cette organisation émirale influence politique des confréries religieuses et des tribus zawaya Il pas une organisation étatique coiffant ensemble des sociétés mais des oppositions de type segmentaire entre ces groupes guerriers zawaya) agriculture sur les terrains de décrue ou épandage des eaux grayer est ancienne et importante Depuis le xixe siècle les palmeraies se sont beaucoup

développées dans Adrar et elles représentent hui

importante BONTE 1981 a) La transcription obéit aux règles les plus courantes de notation de arabe Les

la production la plus

Cahiers

tudes africaines 87-88

-4 pp 48ä-5I

PIERRE BONTE

490

ment émiral dont la composition se plie au rythme des saisons et des

pâturages Au sein des émirats la société maure reste en outre organisée dans le cadre de la tribu qabïla plur qabaîl et elle présente toutes les caractéristiques une société lignagère et segmentaire Chaque tribu identifie comme étant issue un ancêtre commun et se réfère une

Les alliances et les conflits politiques suivent ces Les solidarités agnatiques favorisent les alliances

entre groupes généalogiquement proches Un examen plus attentif révèle cependant une réalité assez différente de cette vision première celle en ont les Maures eux-mêmes Les généalogies enjeux des luttes politiques et idéologiques sont le signe du rang des groupes sociaux qui les manipulent constamment en fonction de leurs intérêts économiques de leurs alliances politiques et matrimo

niales etc Entérinant les rangs politiques et variant en conséquence elles

opposent en particulier

politique qui descendraient des Arabes hilaliens ayant atteint la Mauri

généalogie commune lignes généalogiques

kassan

guerriers

détenant le pouvoir

tanie vers le xve siècle zawäyä ne portant pas les armes et se consa crant aux activités productrices et aux études religieuses origines diverses skurva descendants du Prophète Arabes Berbères et aznäga Berbères éleveurs agriculteurs ou planteurs versant un tribut aux

met

En outre étude de la tradition orale de ces

en évidence au-delà de la référence immédiate

la conscience très claire de origine diverse des groupes qui les composent

travers le jeu mobile

des alliances matrimoniales et politiques affirmation une origine unique est autant plus forte et les généalogies mieux intégrées que le

guerriers

La

tribu

tribus

une filiation commune

est une entité politique qui se constitue

voyelles longues sont marquées par un tiret fortement simplinée

Les sons

sont notés

La notation des voyelles

été

C-S

gh

J*

dh

th

kh

sh

Le arabe se prononce très généralement en hassaniya Les consonnes empha tiques nombreuses en hassaniya sont notées ici par un point sous le signe

phonétique La charte origine et de constitution des émirats maures date de la guerre de Sharr Bebba qui aurait vu dans le sud-ouest de la Mauritanie les guerriers hassan triompher des tribus berbères La question est naturellement beaucoup plus complexe Il suffit de constater pour en convaincre que le quatrième émirat constitué en Mauritanie celui du Taganet est dominé par une tribu qui se réfère

Pour simplifier exposé nous aborderons pas dans cet

article la question de la signification et de la nature de ces références généalogiques

et nous les tiendrons telles elles apparaissent aux intéressés pour des données de fait

une origine berbère

TRIBUS FACTIONS ET ETAT

TRIBUS FACTIONS ET ETAT

492

PIERRE BONTE

rang politique est élevé par exemple dans la tribu émirale des Awlëd Ammonni)

modifié organisation tribale mais

pas remise en question Tout au contraire on assiste même après

la formation de émirat

celle des bid Ahel Ethmân autour une famille jouant un rôle poli tique important auprès de émir Je montrerai dans cet article comment organisation tribale se reproduit

par exemple

La constitution du pouvoir émiral

elle ne

apparition de nouvelles

tribus

et remplit une fonction politique dans le cadre de émirat étude des conflits succession au titre émiral sera privilégiée pour montrer articula tion de organisation tribale et de organisation émirale occasion de la mort un émir et afin assurer sa succession ensemble des relations entre les tribus politiquement dominantes et émirat doivent être repro duites sous leur forme particulière organisation en factions dont une

permettra

et sanglants alors que autre perpétuera éventuellement son opposition

en recourant

aborderai en outre deux points qui permettront une meilleure

analyse du système politique émiral

Doit-on considérer instabilité du pouvoir6 comme signe de sa faiblesse ou comme un phénomène structurel La dissidence les difficultés de succession apparaîtront en fait comme une conséquence du jeu factionnel Il en est de même de absence de règles précises de succession7

un prétendant de imposer parfois au prix de conflits longs

la dissidence zowga)

a-t-il une continuité entre le fonctionnement des sociétés

tribales

non centralisées politiquement que on trouve dans le nord de la Mauri tanie et en Afrique du Nord et celui du système politique émiral Il semble que opposition entre les sociétés lignagères et segmentaires et les sociétés tat soulignée la théorie anthropologique classique8 soit loin être

justifiée

Je traiterai presque exclusivement dans cet article des

tribus

kassan de Adrar qui détiennent le pouvoir politique9 Elles constituent segmentairement deux ensembles

Il agit ailleurs une instabilité toute relative Elle se manifeste certes lors

des conflits de succession ou

autres émirs ont un règne long qui est marqué que de faibles contestations internes Ahmed Aydda régna près de 40 ans au Taganet émir Bakkar régna

près de 70 ans alternance de règnes stables et de périodes de troubles est en fait une autre conséquence du phénomène factionnel

dont la barka fonde et

occasion de la mort violente un émir Par contre

Le prétendant doit être du lignage des Ahel Ethm

Opposition reprise plus récemment par

Il se règle en fait

GELLNER 1969 dans un contexte

qui nous concerne plus particulièrement il

Afrique du Nord assez semblables

sociétés segmentaires provoquerait selon lui des situations équilibre incompa

tibles avec établissement de positions de pouvoir stables En fait la mobilité au sein du système de rangs politiques est plus forte il ne semble comme je le montrerai dans la suite de cet article

la société maure Le fonctionnement de ces

justifie le pouvoir Le choix est effectué formellement par le plus souvent par les armes

jma

agit des sociétés

tribales

TRIBUS FACTIONS ET ETAT

493

Les vriyye regroupent plusieurs

tribus

10 collatérales généalogi-

quement du lignage émiral les Ahel Ethmân

Ammonni les plus proches et les Awled Akshar voir Tableau Aux Awlëd Ammonni ajoutent les gmeytrât qui leur sont assimilés bien que leur lien généalogique soit plus lointain Les Awled Qaylan comprennent de nombreuses fractions origine et

histoire fort différentes Si on peut établir une généalogie commune auprès de certaines familles elle reste imprécise et offre de nombreuses variantes Elle intègre pas la totalité de la tribu ancêtre Qaylan se situerait dans la chaîne généalogique des kassan avant Agmu ar

savoir les Awled

kshar et Ammonni

Les principales familles de chefferie autour des

quelles organisent les fractions de la tribu levaient des redevances sur

des aznaga redevances souvent concédées ou données par émir La grande majorité des Awled Qaylan vivaient de la guerre de pillages et accessoirement un élevage de petite dimension11

TABLEAU

ALOGIQUE

La lignée des hassan AwledQaylan Agmeytrât Awled kshâr Awled Ammonni STdîAhmed Samba Lignage emtral
La lignée des hassan
AwledQaylan
Agmeytrât
Awled kshâr
Awled
Ammonni
STdîAhmed
Samba
Lignage emtral
SîdiAhmed
Ethmîn
Muhammed
Shandura
khtär
Ahmed
Ahmed
dr Ahmed

Les tribus sont abord des unités politiques les Agmeytrat étaient alliés de Ethman lors des conflits qui aboutirent la création de émirat Ce sont aussi des groupes qui ont des intérêts communs en occurrence le bénéfice de nombreuses relations tributaires Elles représentent enfin des aires matrimoniales présentant un taux élevé de mariages endogames dépassant 90 dans le cas de la tribu émirale des Awled Ammonni) il Les analyses qui suivent sont fondées sur la tradition orale recueillie au cours de plusieurs missions financées par le CNRS dans Adrar entre 1976 et

494

PIERRE BONTE

La succession de émir Ethman une histoire de famille

une affaire

tat

Examinons abord le déroulement des faits12

la mort de Ethman son frère

une mère différente

épouse sa veuve et entre dans la tente du chef décédé13 Celui-ci avait un seul enfant Sîdï Ahmed encore adolescent Legra44 détint un temps le pouvoir poursuivant la lutte contre les Idey- shelli et les anciens adversaires de Ethman en dissidence Bientôt un désaccord surgit entre lui et son neveu Sidi Ahmed Levdhîl le père de Ethman avait cinq fils le dernier Samba était le fils une femme noire15 Plusieurs différends opposèrent ses frères et il se réfugia au Trarza chez les Awled Benyuq tribu guerrière dont était issue la mère de son père Levdhîl Au moment de la mort de celui-ci ses frères tentèrent de le spolier de sa part héri tage Seul Ethman opposa Après la mort de Ethman le fils de Samba revint de son exil au Trarza Il prit parti pour le fils de celui qui avait soutenu les droits de son propre père Sîdî Ahmed contre son oncle Legra qui avait contribué le spolier Il poussa Sîdî Ahmed revendiquer le pouvoir en adressant abord sa mère alors épouse de Legrar en ces termes Tu ne dois pas laisser deux émirs dans la même tente Elle comprit le sens de la réflexion et fit dresser une tente séparée pour son propre fils Entre temps Legra avait lancé un ghazzi contre le Trarza Les partisans de Sîdî Ahmed en particulier son cousin Levdhîl ul Samba firent pression pour un cheval de race pris lors du ghazzi soit donné Sidi Ahmed16 Le lendemain Legra1 vit le cheval devant la tente de Sidi Ahmed et demanda on le lui mène Sidi Ahmed refusa de le céder Legra vint alors le prendre Chacun entre eux se saisit une bride et le conflit allait prendre un tour violent Un des chefs des Awled Qaylan Muhammed ul Mahmud dit Kare interposa alors et prit la main de Sidi Ahmed en lui disant de laisser faire Legra mais en lui laissant entendre claire ment il avait son soutien Legra comprit alors il avait complot contre lui Il voulut abord tuer Sidi Ahmed et laissant le cheval rentra sous sa tente chercher son fusil Son épouse la mère de Sidi Ahmed le calma en lui rappelant que était son fils il voulait ainsi tuer Après avoir par colère renversé un coup

1981 Une analyse plus exhaustive sera effectuée dans le cadre de la thèse de doctorat tat en préparation sur émirat de Adrar Dans la suite de exposé je préciserai

aussi souvent que possible origine de la tradition rapportée et en respecterai dans une certaine mesure le style i2 Ahmed ul Kerkub Awled Ammonni) 20/5/76 et 11/5/77 Sîdî ul Ahmed Aydda Ahel Ethmân) 21/5/76 Mariage léviratique fréquent dans la société maure

11 laissé son nom une redevance versée par les Ideyshelli la chèvre de

Legra ska imposée après une rébellion qui suivit la mort de

14

Ethman

15

16 Les juments les serviteurs et les tapis de valeur pris la guerre doivent

Koriyye esclave ou har äniyye affranchie

normalement revenir émir

TRIBUS FACTIONS ET

TAT

495

de pied une calebasse de lait Legra1 sauta sur son cheval et partit pour le Sahel auprès des Awled Dlëym17 Legra rassembla alors une troupe avec laquelle il attaqua la hella de Sidi Ahmed près de Tûngâd Après une série de combats Sîdî Ahmed repoussa Legra* vers le Tîjirît puis le poursuivit avec

ses guerriers

où il les cerna et les assoiffa Legra nit par demander on le

laisse abreuver et partir Sïdi Ahmed envoya deux chameaux chargés outrés eau et lui permit de en aller Legra se retira vers le nord et dit-on mourut de colère en descendant de cheval18 Sidï Ahmed conserva alors émirat

une montagne appelée depuis Gelb Bü Legra1

La succession de Ethman est donc bien abord une affaire de famille qui divise selon des principes propres organisation lignagère et

segmentaire les descendants de Levdhîl La mise en jeu des relations de parenté paternelles et maternelles les clivages au sein du groupe des germains le mariage léviratique opposition entre oncle et neveu agna- tique ou entre cousins parallèles patrilinéaires les conflits propos

de héritage la mise

autant de thèmes qui se retrouvent en autres circonstances chez les Maures Il est vraisemblable que ce que on appelé rétrospectivement émirat était encore sous Ethman et Legra une chefferie importante des kassan détenant du fait des guerres menées par Ethman des droits lever tribut sur les groupes vaincus19 Revenons un peu en arrière La tradition veut que émirat soit constitué après la victoire de Ethman sur les Ideyshelli au milieu du xvine siècle En fait les conflits qui se pro

écart des enfants nés une mère

esclave

duisent

cette époque opposent un groupe des vriyye mené par

Abde

ahmân ul Hammu allié aux Ideyshelli20 et un autre groupe

dirigé par Ethman son cousin renforcé grâce aux alliances avec les kassan du Brakn Les ancêtres des Awled Qaylan quelles que soient leurs origines réelles se partagent entre ces deux groupes Cette situation

Les Awled Dlëym sont une tribu kassan qui nomadise entre Adrar et la

mer région appelée Sahel par les gens de Adrar Ils ne sont pas intégrés dans la hiérarchie sociale et politique qui se fixe au sein des émirats et ils présentent une forme organisation tribale restée lignagère et segmentaire Cependant leurs relations alliance ou de conflit avec les tribus kassan de Adrar sont très importantes pendant la première partie du xixe siècle

colère qui entraînent la mort de plusieurs personnes des

Ahel Ethman selon la tradition sont un signe distinctif des hommes de ce lignage au même titre que leur barka

En fait le pouvoir émiral établit abord dans la région occidentale de

18

19

Ces coups de

Adrar loin des qsur puissants et peuplés de Shînqe

et de Wadan Les

tribus

chamelières kassan semblent avoir longtemps parcouru les plaines dunaires et les

ragg situés

côté de élevage agriculture des grayer

et les plantations pu se faire sur axe de Wad Segelîl et Wad el Aby dh dont la végétation arbustive pouvait fournir des pâturages complémentaires pour les chameaux De Kânawal Tûngâd en passant par Hamdun les lieux de séjour habituels des émirs se situent le long de cet axe

populations plus anciennes pratiquant

ouest du massif Leur pénétration dans Adrar occupé par des

20

Alliance ancienne puisque la mère de Abde ahmân est des Ideyshelli

496

FIERRE BONTE

résulte du jeu des règles alliance segmentaires entraînant par extension progressive la répartition de la société en deux groupes antagonistes se disputant le pouvoir politique21 La compétition entre les parents colla téraux les plus proches de Ethman occasion de sa succession qui se situe aux alentours de 1780 menace la reproduction de ces alliances

sapant les bases mêmes du pouvoir recherchent de nouvelles alliances

ahmân auprès des Ideyshelli Ethman auprès des Brakn Legra auprès

des Awl

Cependant le contexte politique était progressivement modiné du fait

de extension des relations tributaires du développement de la stratifica tion sociale et de la référence arabité pour fonder la hiérarchie politique des rangs 22 La succession de Ethman va se transformer en une affaire tat du fait de intervention une partie des Awled Qaylan

intervention

Les proches parents ainsi divisés Hammu ui Giraf père de Abder-

Dl ym etc

laquelle fait allusion la tradition

travers appui apporté

Sidi Ahmed par Kare

Résumons abord les hypothèses qui peuvent être faites sur ce

étaient les Awled Qaylan

époque de Ethman Bonté iQSib 1982

Trois groupes sont alors en présence chacun formé de plusieurs fractions qui semblent surtout définis par leur localisation géographique23 Au sud-

ouest les ancêtres des Awled Silla actuels étaient alors organisés autour de Leyye ul Hammuda des Ahel Sidi Ahmed Bü Vares dont la mère était la ur de Abde ahmân ul Hammu Les ancêtres des Naqmusha sont au nord du Baten Atar Les Torsh sont au sud et sur le Dhahr commandés par Hamed ul Zneygi de la fraction Meshuri Il existe chez les Torsh deux autres fractions les Selmuni et les Shw Parmi ces derniers une famille originaire des Awled Ahmed du Brakn les Ahel Dik était installée et avait noué des alliances avec la famille de chefferie elle tendait supplanter La plupart de ces groupes sont alliés Abde ah- ul Hammu contre Ethmân ul Levdhîl exception des Ahel Dik sans doute cause de leur origine brakn qui entraînent derrière eux une

partie des Torsh opposition

Qaylan sera autant plus forte que leur relation parentale avec Abder-

ahmân est proche Les Naqmusha se rallient rapidement Les Ahel Sîdï

Ethman des différents groupes Awled

Ahmed Bü Vares parents proches de Abde

makhzen)

22

alliance entre Ethman et les Brakn

ahmân préfèrent renoncer

21 Situation stabilisée en Afrique du Nord dans le cadre des leff du fait sans

doute de intégration des tribus segmentaires dans un cadre politique plus large

qui ont déjà constitué un émirat

depuis plusieurs dizaines années apparaît de ce point de vue très significative

La référence aux luttes entre hassan et Berbères lors de Sharr Bebba fournit un

nouvel argument idéologique différences de filiation aux luttes pour le pouvoir dans Adrar De nombreuses familles hassan en provenance du Brakn installe ront en outre dans Adrar

interroger sur origine arabe ou berbère ou autre

encore de ces différents groupes La tradition orale révèle des origines très diverses Le jeu des alliances matrimoniales et politiques avait dû créer dès le xviiie siècle des groupes métissés est ailleurs la référence commune au statut de hassan qui est significative dans la perspective de cet article

23 Il

peu de sens

TRIBUS FACTIONS ET ETAT

497

aux armes plutôt que de passer dans la mouvance de Ethman24 Les Torsh suivent finalement les Ahel Dik et se rapprochent de Ethman mais les ambitions des Ahel Dik suscitent hostilité des autres fractions Au moment du conflit entre Sîdî Ahmed et Legrar mar Ardesh chef des Meshuri prend le parti de Legra* Il blesse même Sîdî Ahmed au cours

un combat Les Ahel

imposent alors incontestablement chez les

Torsh dont certains partent en dissidence vers le sud25 Ainsi pendant le règne de Ethman naissent trois nouvelles chefferies dont le pouvoir émane directement des alliances elles ont nouées avec Ethman et qui regroupent autour elles la majeure partie des Awled

Qaylan Ces chefs obtiennent des droits sur les tributs versés par les groupes vaincus et ont une position privilégiée dans la tribu Les trois Mhammed les mhemmdat Mhammed ul Muknass Torsh) Mhammed ul Mhaymed Naqmusha et Mhammed ul Mahmud dit Kare Awled Silla) vont intervenir en faveur de Sïdï Ahmed et contre Legra Cette interven tion va se révéler décisive pour fixer le pouvoir politique émiral qui échappe ainsi aux aléas des conflits segmentaires Ce que la tradition

consacre autonomie

du politique la constitution de tat émiral Désormais ensemble des

biens et des droits liés

appelé ensuite la

Réforme des trois mhemmdat

émirat sont rattachés au titre quel que soit le

prétendant qui impose et conservés indivis Le pouvoir politique est définitivement stabilisé enjeu de ce pouvoir devient la formation des factions politiques est-à-dire la constante réorganisation des alliances segmentaires et des groupes tribaux en fonction de cette participation au pouvoir émiral

La succession de Sîdî Ahmed Les jeux de honneur et du pouvoir et enjeu du campement hella

Sîdî Ahmed avait plusieurs fils dont un Ahmed était pas de la

même mère que les autres

qui était originaire des weysyât

était le plus brave et le plus brillant des fils de Sîdi Ahmed mais celui-ci préférait les fils de ses autres épouses en particulier Mukhtar Le récit de

Il prit le surnom Aydda de cette mère26

Selon la tradition Ahmed Aydda

Ils se donnent depuis une origine de shérif sans doute en se référant aux

nombreuses alliances matrimoniales ils ont nouées avec des groupes shurva Ils

constituent maintenant une

Certains entre eux intégreront aux Ahel Sîdî Mahmud qui se constituent

24

25

tribu

autonome

la un du xvnie siècle comme

tribu

dans la région de Kiffa dans le cadre un

mouvement religieux

26

ai recueilli deux versions concernant origine de ce surnom Sa mère était

morte quand il était jeune elle était originaire des weysyat un groupe assimilé aux Awled Qaylan et sa marâtre appela un jour par le nom de sa mère Aydda Il rassembla tous les membres de la hella et exigea on appelât désormais par ce nom Ahmed ul Abde ahman li] 9/6/81 Sa mère étant morte il fut élevé

par une femme des Twâbîr

appelait toujours

et le surnom lui resta il nnit par revendiquer

Sîdiyye ul Lieya Awled Ammonni] 21/5/76 Le surnom de Aydda est dans les deux cas revendiqué par lui corame un défi.

une tribu aznâga

qui se nommait Aydda Elle

mon ni

498

PIERRE BONTE

enfance et de adolescence de Ahmed Aydda est émaillé une série de faits armes et actes héroïques qui vont lui permettre de se distinguer aux yeux des guerriers de Adrar et plus prosaïquement de nouer une série alliances grâce auxquelles il imposera lors de la mort de son père aux environs de 1820)

Encore presque adolescent27 il participe son premier ghazzi

avait pour but de

reprendre des chameaux enlevés par les gens du Sahel La troupe de Adrar accrocha le ghazzi et après quelques heures de combat il apparut elle avait le dessous Nan donna ordre de se replier Ahmed Aydda refusa obéir et repartit seul au combat Il attaqua nouveau le ghazzi et commen arroser de balles Après avoir tué la plupart des ennemis il rassembla les chameaux volés et se porta la rencontre des siens qui au bruit des coups de feu étaient regroupés et venaient aux nouvelles Au moment du partage deux parts devaient aller au chef du ghazzi et une chaque guerrier Ahmed Aydda interposa alors et dit aux siens Soit vous me donnez deux parts comme mon frère soit je garde les chameaux que ai repris et nous nous battrons alors entre nous ce que le plus fort emporte Les guerriers acceptèrent de donner deux parts Ahmed Aydda qui les distribua alors entre tous les chefs kassan présents Puis il devan la troupe et rentra seul dans la hella paternelle Son père Sidi Ahmed demandant des nouvelles il lui nt dire de le laisser se reposer et de se renseigner auprès de ceux qui le suivaient

dirigé par son frère Mukhtar dit Nan qui

On pourrait multiplier les anecdotes de cet ordre

voquons un autre

ghazzi célèbre appelé ghazzi Tirâklîn que Ahmed Aydda demanda

père organiser pour attaquer les Awlëd Dlëym28

chameaux cent fusils furent réunis Shar29 Ahmed Aydda attaqua les Awlëd Dlëym et les pilla Ils engagèrent la poursuite et rattrapèrent les gens de Adrar Tiraklin un puits du Zemmur au nord de Adrar Ahmed Aydda avait pris la précaution occuper le puits et les Awlëd Dlëym manquaient eau Ahmed Aydda les autorisa envoyer des bergers avec des chameaux pour renouveler leurs provisions et ensuite jeter un chameau pour obstruer ils lutteraient ainsi armes égales Il avait de son côté fait provision eau et put se replier les Awlëd Dlëym ayant pas assez eau pour le poursuivre plus avant Il réintégra donc la hella en ayant gardé tous les chameaux pillés Reprenons encore un autre récit30

son

Cent guerriers cent

Ahmed Aydda

forgé

émirat par sa bravoure et sa simpli

cité Il se considérait comme un simple individu dans les tentes Au combat il était un guerrier comme les autres et imposait par

27 Ahmed ul Kerkub Awlëd Ammonni) 8/6/81

28 Sîdî Ahmed ul Kleyb Awlëd Akshar) 1/5/75
29

information est pas redondante Des guerriers pauvres pouvaient se

partager un chameau de monte ou ne disposer que un fusil pour plusieurs

30

Sîdiyye ul Lleya ul Sheghi Awlëd Ammonni) 21/5/76

TRIBUS FACTIONS ET ETAT

499

son seul courage Il refusait toujours sa part de butin il donnait aux chefs de tribus Son héroïsme et sa générosité lui permirent de se constituer très tôt une suite guerrière et de imposer du vivant même de son père malgré le choix avait fait celui-ci un autre prétendant la succession Entouré de plusieurs chefs guerriers en particulier de Sid Ahmed ul Mogeya dit Seleb dit Zerruq chef des Awlëd Selmun il était constitué un campement séparé on appelait la petite hella noire Peu avant sa mort Sîdi Ahmed réunit ses fils et les informa il avait choisi Mukhtar pour successeur Ahmed lui dit simplement Contente-toi de mourir on occupera du reste

la mort de Sîdï Ahmed Mukhtar resta un temps dans sa hella dont

il ordonna le départ vers le sud de Adrar Ahmed Aydda refusa Mukhtar fut suivi par la majorité des Awlëd Ammonni en particulier les Ahel Ahmed ul Levdhîl une des fractions les plus nombreuses proche collatéralement de la famille émirale et par quelques Awlëd Qaylan Un combat qui eut lieu dans les monts bî régla rapidement la question de

la succession

Mukhtar fut vaincu Il ne put obtenir appui de émir du

Taganet alors affaibli par des guerres intestines et se dirigea vers le Trarza où une partie des siens demeura en dissidence Ahmed Aydda fut dès lors reconnu comme émir Au-delà de la légende héroïque de Ahmed Aydda qui ne cessa de son

vivant même alimenter les chroniques guerrières de Adrar se dessine la personnalité politique un prétendant émirat qui sait très bien tirer profit du jeu factionnel et qui durant son long règne plus de quarante

ans) renfor

tement les vertus guerrières

sa mère bravoure poussée au trait chevaleresque générosité

considérablement émirat Ahmed Aydda incarne parfai

sens du défi quand il revendique le nom de

égard de sa suite guerrière sens de la compétition qui entraîne affirmer avec violence contre ses parents les plus proches ses frères et même son propre père Les valeurs essentielles du pouvoir kassan expriment ainsi en terme honneur est en assumant ces valeurs que Ahmed Aydda établit son propre pouvoir du vivant même de son père

en est le

symbole elle manifeste le fait que Ahmed Aydda réussi rassembler autour de sa personne le noyau une faction politique qui lui permettra de se faire reconnaître sans difficulté au moment de la succession de Sidi Ahmed La faction qui va soutenir le futur émir est pas celle qui assure la perpétuation du pouvoir de son père Ceci est une constante des méca nismes factionnels La constitution des factions est le résultat une série alliances parentales matrimoniales politiques qui évoluent du vivant même un émir et se défont généralement avec sa mort Les prétendants

leur profit un nouvel ensemble alliances31 Le noyau

doivent mobiliser

La constitution un campement séparé la

petite hella noire

On peut rapprocher ce trait du fonctionnement des règles de la parenté et de

alliance matrimoniale Une des conséquences mal appréciée des règles alliance

31

500

PIERRE BONTE

de cet ensemble tient aux relations parentales et matrimoniales du

prétendant La mère de Ahmed Aydda était des weysyat comme une de ses six épouses connues32 Cette fraction kassan était en fait originaire une tribu guerrière du Brakn les Awlëd Abdalla venue installer dans Adrar et ayant de nombreuses relations matrimoniales avec les Awlëd Selmun et les Ahel Mantalla deux fractions qui étaient récem ment détachées des Torsh33 Ahmed Aydda va nouer avec celles-ci des relations privilégiées notamment par intermédiaire de Sid Ahmed

Seleb dont le nom

apparition de ces nouvelles fractions et chefferies Awlëd Qaylan inscrit abord dans la prolongation des conflits segmentaires au sein de cette tribu La fraction Selmuni des Torsh était entrée en dissidence

parce elle refusait de reconnaître autant émirat de Ethman que la chefferie des Ahel Dik sur les Torsh Certains entre eux les Ahel Mogeya

étaient revenus assez rapidement Ahmed Aydda était attaché

le retour du reste des Awlëd Selmun qui étaient chez les Ahel Sidi Mahmud et le ralliement de diverses familles peu près la même époque une autre fraction des Selmuni était séparée des Torsh en se

regroupant autour de Mantalla et de son fils Aydud dont les mères et les épouses respectives étaient des weysyat ce qui leur attira de nombreuses familles de cette tribu La création de ces nouvelles chefferies kassan sur le Dhahr est-à-dire dans la partie orientale de Adrar révèle également influence croissante

du pouvoir émiral dans ces régions dominées par les qsur de Shinqe

de Wadan Cette pression politique se traduit par la levée de redevances tributaires sur de nouveaux groupes alors dans la mouvance des tribus zawaya de ces qsur Aussi le dynamisme politique de ces chefferies est-il très grand et elles rassemblent autour un noyau Awlëd Qaylan des familles de toute origine Aux côtés des Awlëd Selmun et des Ahel Man talla se constitue alors vers est autour des Ahel Tegeddi issus eux des Naqmusha une troisième fraction Awlëd Qaylan34 Elle jouera un

été précédemment évoqué)

Sid Ahmed Seleb ami enfance de

Il obtint

lui et devint un de ses fidèles

et

matrimoniale dont on ne considère souvent que expression préférentielle le mariage avec la fille du frère du père est engager chaque individu dans un réseau spécifique de relations alliance qui brisent ou renforcent les relations de consan guinité prééexistantes Il est impossible de penser et analyser le mariage arabe

dans un même ordre structurel que celui des mariages prescriptifs ou préférentiels reposant sur ce que Lévi-Strauss appelle une règle endogamie fonctionnelle interdiction du mariage avec certaines catégories de parents pour contrepartie le choix prescriptif ou préférentiel autres catégories)

Deux de ces épouses sont des Ideyshelli Ahmed Aydda aura aussi des

relations alliance avec plusieurs fractions de cette tribu

ancêtre des weysyat ssa ul Abdalla serait venu parmi les guerriers

Brakn qui accompagnaient Ethman lorsque celui-ci alla combattre Abde ahmân

ul Hammu Hämud ul Brâhim weysyât] 2/10/81 Les relations entre wey- syat et Torsh Selmuni purent aussi se développer lorsque ceux-ci effectuèrent un long séjour en dissidence au Brakn puis chez les Ahel Sîdî Mahmud de Kiffa sous les règnes de Ethman et de Sîdî Ahmed

Les rassembleurs de cette fraction sont Muhammed ul Tegeddi et son frère

32

33

34

TRIBUS FACTIONS ET ETAT

501

rôle politique important en particulier lors de la succession de Ahmed Aydda

Selmûn Ahel Mantalla

puis Ahel Tegeddi vont former le noyau de la faction soutenant Ahmed Aydda et supplanter plus ou moins les familles des trois Mhammed qui avaient porté Sidi Ahmed au pouvoir On assistera de la même manière

durant tout le xixe siècle

une réorganisation politique périodique de la

Qaylan qui du seul fait de son nombre fournit

essentiel des factions politiques qui soutiennent les émirs successifs35

Ces différents groupes weysyât

Awl

tribu

des Awl

Ahmed Aydda ne appuie pas seulement sur ces chefferies Awlëd

Qaylan émanant de groupes qui avaient le plus longtemps combattu Ethman mais aussi sur une partie des Ideyshelli vaincus et tributaires

des Ahel Ethmân mais continuant

porter les armes

est ainsi il

les Ahel Sheykh ul

dans une région très menacée par les attaques extérieures

celle des monts îbï dans le sud-ouest de Adrar36 Il appuie en outre dans le Bäten sur les Awlëd Entada contre les fractions Ideyshelli qui détenaient traditionnellement le pouvoir Awlëd Hannun et Ahel Al mar ul Hawm La même volonté politique de renforcement du pouvoir émiral et de la faction qui le soutient justine attitude de Ahmed Aydda égard des branches collatérales de émirat appartenant ensemble vriyye La distinction des tribus Awlëd Ammonni et Awlëd Akshar ne semble pas encore très marquée au moment de la succession de Sïdî Ahmed Ahmed Aydda va efforcer simultanément éliminer les groupes les

favorise implantation un groupe important

Bakkar

plus dangereux pour le pouvoir émiral et de attacher certaines familles autour desquelles se réorganisent les vriyye de manière mieux les

intégrer dans le jeu factionnel

vriyye se regroupent effectivement autour de nouvelles chefferies

proches de émirat les conflits segmentaires continuent

en leur sein et dans la mesure où ils sont généalogiquement proches du

lignage émiral ces conflits alimentent sans cesse la dissidence Ahmed Aydda supprime abord le danger que représentent ses frères Mukhtar le prétendant malheureux Sïdî Sheykh et Mhammed

se développer

La réussite ne fut que partielle

Si les

Mhammed Sba le lion qui vivaient sous Ahmed Aydda Ils opposèrent aux

Ahel Mhaymed qui dominaient ensemble des Naqmusha depuis Sïdî Ahmed ul

une autre fraction Les Ahel Tegeddi furent

suivis par la majorité des familles de leur fraction Lehyayne mais aussi de familles de toute origine qui constituèrent le campement appelé de ni

Ethm

mais qui appartenaient

35

Faut-il ajouter que les oscillations constantes empêchent ces chefferies

Awlëd Qaylan acquérir un pouvoir qui leur permettrait de se rendre autonomes de

émirat est parfois le but évident de la politique émirale Ainsi la chef erie

Torsh des Ahel puissante sous Sïdî Ahmed affaiblie sous Ahmed Aydda opposera résolument pour récupérer une partie de son influence aux prétendants qui après la mort de Ahmed Aydda seront soutenus par la faction avait rassemblée celui-ci

36 Région occupée par une

tribu

importante celle des Tenak qui était

fortement opposée aux hassan et avait en partie migré vers le sud

502

sont obligés de vivre en exil au Taganet37 Parmi les branches collatérales des Ahel Ethmân une des plus puissantes était celle issue du frère de Ethman Ahmed ul Levdhîl père de neuf ûls et dont la descendance était déjà nombreuse sous Ahmed Aydda Cette famille était opposée

émirat de Sidi Ahmed et avait soutenu son oncle Legra*

Ahmed ul

les

PIERRE BONTE

Levdhïl avait épousé une femme une tribu zawaya de Shînqe

li dont il avait eu ses deux derniers fus Il se rapprocha progressi

vement de ses afnns sur le plan religieux en décidant

la fin de sa vie de

renoncer aux armes et en installant entre Shinqe

et Mhayreth38

Ses

deux fils

de

mère li

assimilèrent progressivement

cette

tribu 39 Le conflit entre les Ahel Ahmed ul Levdhïl et émirat rebondit

sous Ahmed Aydda Cette famille suivit Mukhtar frère et concurrent de Ahmed Aydda Elle entretint une lutte sourde contre émir entraînant

une partie des vriyye émir finit par avoir le dessus et jura que plus jamais aucun Ahel Ahmed ul Levdhïl ne porterait fût-ce un couteau dans Adrar et il les effacerait du Livre des Guerriers Cette famille vit depuis proximité de Shinqe après avoir fait la towba chez les La towba par laquelle un guerrier devient un musulman repenti

tiyyab plur tayb) est formellement un acte religieux

est en fait le

résultat un processus de perte du statut social et du rang politique qui permet émirat écarter les groupes collatéraux les plus mena ants40

Aydda obtint ainsi outre élimination des Ahel Ahmed ul

Levdhïl celle de plusieurs lignages Agmeytrat qui intégreront désormais

aux Smasîd la tribu zawaya târ La raison de ce dernier conflit est la

pression que émir fait subir ces familles pour les priver de leurs tribu taires et donner ceux-ci aux chefs de la faction qui le soutient41 voire des

Ahmed

familles kassan étrangères

rière42

ailleurs sa tentative de prendre aux AwlëdEqmash une famille Agmey- trat leurs tributaires pour les donner une famille qui lui est alliée43

une des causes du conflit qui opposera aux vriyye sera

Adrar il

attirées dans sa suite guer

Les principales familles vriyye la totalité des Awled Ammonni en particulier disposent en effet de leurs propres aznaga distincts de ceux

de émirat44 Leurs intérêts ne sont donc pas totalement liés

ceux de

émirat comme le sont ceux des Awled Qaylan et ils peuvent même

37 Sauf en de rares circonstances ces branches des Ahel Ethm intervien

dront plus dans la vie politique de Adrar et le pouvoir restera parmi les descendants de Ahmed Aydda On appelle souvent le lignage émiral les Ahel Ahmed Aydda

proximité de leurs tributaires les Ideyshelli Awled Sassi et Ahel Tenâki 39 Mhammed ul Ahmed Levdhïl Awled Ammonni) 27/9/79 40 De même les lignages collatéraux des principales familles de chefferie kassan

38

Je ne décrirai pas ici les mécanismes et les effets de la towba Cette étude fera objet

un prochain article

41 Zeyni ul Twînsi Awled Ammonni) 28/9/79
42

Par exemple les Ahel eyra originaires du Brakn ancêtre duquel

Ahmed Aydda donna en mariage sa ur et offrit des tributaires Sidi ul eyra

Awled Ammonni] 9/6/77)

43 Sîdî Ahmed ul Kleyb Awled kshar) 4/6/77
44

Ou encore un azndgi peut devoir des redevances

émir et simultanément

autres familles kassan

TRIBUS FACTIONS ET

TAT

503

diverger lorsque émir tente de récupérer

tributaires un autre côté les conflits segmentaires qui continuent diviser les vriyye sont source de troubles est travers plusieurs conflits de ce type que organisent en deux tribus distinctes les Awlëd Ammonni et les Awlëd kshâr45 En revanche lorsque leurs propres intérêts sont menacés les vriyye sont susceptibles de faire corps au besoin pour résister émir

Ahmed Aydda intervient pour favoriser la formation chez les vriyye de chefferies qui puissent lui servir de relais dans le jeu fac- tionnel en mobilisant des partisans de ces deux tribus Chez les Awlëd Ammonni il appuie sur les Ahel Kerkub dont ancêtre éponyme est

époux de sa propre

son profit certains de ces

ur liya mint Sidi Ahmed

Chez les Awlëd

kshâr il agit de Mhammed ul yuv un guerrier réputé qui

parti

cipé

ront effectivement

émir et les

rejettent dans la dissidence soutenant un prétendant malheureux exilé hors de Adrar Sous le long règne de Ahmed Aydda les pressions exerce émir pour limiter le développement des conflits segmentaires chez les vriyye conflits il ne tolère que dans la mesure où il peut les manipuler son profit et pour récupérer certains tributaires entraînent un temps la dissidence de ensemble des vriyye La cause en est la mort de Ahmed ul Kerkub fils du chef des Awlëd Ammonni et de la ur de émir46

Ahmed ul Kerkub était parti au Sharg Sud lever des tributs sur des aznaga Pendant ce temps une bande de pillards coupait les routes du Sud et plainte avait été déposée contre eux devant émir qui envoya une troupe pour les exterminer ayant appris ces pillards demandèrent Ahmed ul Kerkub ils avaient rencontré intercéder en leur faveur auprès de émir Ils furent surpris ensemble par les hommes de Ahmed Aydda et massacrés Kerkub père Ahmed considéra il agissait là un coup monté par émir et partit en exil au Brakn Il fut suivi par Mhammed ul yuv un et autre moururent en dissidence Leurs enfants revinrent dans Adrar sauf certains entre eux qui tel le célèbre Lehzam ul yuv passèrent au Trarza où écoula la plus grande partie de leur vie

Au-delà de anecdote se dessinent les grandes lignes de la politique de émir vis-à-vis des vriyye Elle oscille entre le souci de constituer

souvent aussi des intérêts contradictoires les opposent

mobiliser des partisans pour émir Cependant bien

ses côtés

de nombreux ghezyan Parfois ces chefferies contribue

45 Ainsi un homme des Ahel Ahmed ul Levdhîl était venu rendre visite son

oncle maternel un aznagi des Lebheyhat qui devait une redevance aux Awlëd Akshar un de ceux-ci vint réclamer la redevance cette occasion Le neveu des

Awlëd Ammonni voulut opposer et fut tué Le meurtrier se réfugia auprès de Kleyb fils aîné de leur chef et père de douze fils) qui lui accorda protection Une guerre engagea entre les deux partis et de nombreux Awlëd Ammonni furent tués Ahmed ul Sîdî Baba Awlëd Akshar] 20/7/77)

PIERRE BONTE

504

comme chez les Awlëd Qaylan des chefferies sûres autour desquelles

organisent les regroupements factionnels et la volonté de contrôler ces regroupements qui peuvent être dangereux du fait de la marge auto

exil des

nomie politique dont disposent ces grandes familles bussan

vriyye est le résultat une série de provocations de Ahmed Aydda

et Kerkub avait sans doute pas tort de

voir dans le meurtre de son fils une de ces provocations

Adrar les chefs vriyye attaquent et pillent la hella près de Tidiriz Le récit de ce combat illustre la nature particulière des relations qui continuent exister entre émir et ses cousins

Au cours de la lutte Brahim ul Kleyb des Awlëd Akshar défia

Ahmed Aydda et ils échangèrent des coups de feu Brahim fut blessé épaule mais il tua le cheval de émir48 Il revint vers les vriyye disant que émir était blessé Un des Ahel Ahmed ul Levdhîl lui demanda Pourquoi as-tu pas tué émir Brahim

répondit

rka

égard de ses

cousins

En quittant

Parce que est

un bon guerrier et

49

que de sa

dépend le bien-être de Adrar

Les relations entre émir et les vriyye inscrivent encore dans des alliances parentales et matrimoniales De ce fait les jeux de honneur restent étroitement liés ceux du pouvoir Les représentations en termes honneur gagné ou perdu rendent compte de la nature segmentaire de

ces conflits La hiérarchie des rangs politiques peut toujours formellement être remise en cause Les vriyye sont dans une certaine mesure les égaux de émir issu de leurs rangs En fait la fixation du pouvoir émiral que symbolise la barka de son détenteur fige la hiérarchie des rangs et ensemble de ordre social est en définitive travers ces jeux complexes de honneur et du pouvoir que émirat se forge sous Ahmed Aydda émir pas la même politique vis-à-vis des Awlëd Qaylan et des Ideyshelli une part et des vriyye autre part Chez ceux-ci émir continue manipuler les conflits segmentaires dressant les uns contre les autres utilisant ses propres alliances dans la tribu négociant le retour séparé des dissidents et essayant de se les attacher Le regroupement autour de factions poli tiques décrit chez les Awlëd Qaylan ne fonctionne ici imparfaitement

Les groupes les plus puissants devenus dangereux sont contraints

voire

forcé et flottant une faction émirale Ils en constitueront jamais le noyau comme les Awlëd Qaylan

la towba50 Les autres oscillent entre la dissidence et le rattachement

exil

4748

SîddiyyeLes combatsul Lleyaconsistaientul HeybasouventAwlëden uneAmmonni)somme affrontements28/9/79

de ce genre

est après cet épisode que Ahmed Aydda jura aucun Ahel Ahmed ul

Levdhîl ne porterait plus désormais les armes dans Adrar

En exil ils grossissent la suite militaire des autres émirs inverse les

dissidents de ces émirats se réfugient aussi dans Adrar et Ahmed Aydda tente de

se les attacher Peu

par les alliances matrimoniales et politiques entre les familles emirales Une telle situation contribue encore transformer les conflits segmentaires

peu se crée ainsi un espace politique supra-émiral consolidé

49

50

TRIBUS FACTIONS ET ETAT

505

La succession de AhmedtAyada de la guerre des factions

émir de la paix

La mort de Ahmed Aydda peu après 1860 ouvre une longue période

la succession Ils sont nés de mères

de conflits entre ses fils prétendants différentes

Mhammed

id Ahmed

Ayshambarka mint Sweyd Ahmed émir du Taganet

ur de Bakkar

Ethman Une femme des Ahel Mahmud famille des wey- Muhammed syat ii Shandura Une femme des Ideyshelli Mukhtar Une femme des Ideyshelli

De son vivant Ahmed Aydda avait désigné comme successeur son fils aîné Mhammed51 et il lui avait même constitué une hella

séparée52 Mhammed fut effectivement nommé émir mais il fut presque aussitôt assassiné par les Awl Selmûn qui soutenaient ses frères Ethman et Muhammed qui outre ils étaient de mère weysyat avaient épousé deux des filles de Had âmi ul Mogeya la troisième avait épousé le chef des Ahel Tegeddi ce qui contribua faire basculer cette fraction des Awlëd Qaylan de ce côté Après ce meurtre les deux frères se réfugièrent chez les Awlëd Dleym du Sahel car la majorité des populations de Adrar étaient du côté de Mhammed Le conflit entre les deux factions rivales se poursuivit durant plusieurs années Sidi Ahmed le frère germain de Mhammed était dans le Sharg au moment de sa mort Il revint rapidement dans Adrar mais mourut de maladie Pendant ce temps Ethman avait été investi hors de Adrar du titre émir par ceux qui le soute naient mais il fut tué au cours un combat Muhammed le rem pla alors et il semblait susceptible de rallier la majorité des kassan de Adrar Il rentra dans le pays et put régner quelques mois Le ralliement des Awlëd Qaylan qui lui étaient opposés était en fait un piège pour mieux attirer leur portée Muhammed fut assassiné dans sa hella près de Amdëyr par deux hommes des Torsh qui étaient venus lui rendre visite pour gagner

sa confiance et qui le tuèrent pendant la prière

53

Cette désignation est contradictoire avec le fait que la principale faction

soutenant Ahmed Aydda de son vivant était constituée autour des Awlëd Qaylan

du Dhahr Elle est peut-être rapprocher une volonté de rééquilibrage qui correspondrait au souci Ahmed Aydda la un de son règne de rappeler exil un certain nombre de familles vriyye qui étaient installées au Trarza ou au

Taganet 52 Sîdiyye ul Lleya ul Shegh Awlëd Ammonni) 21/5/76

Ce type de récit événementiel illustre opposition que introduis entre les

pratiques de honneur et celles du pouvoir Elle est rapprocher par exemple de

épisode du duel entre Ahmed Aydda et Brahim ul Kleyb Il agit certes de représentations posteriori rapportées par la tradition orale Ce qui importe est que

ces représentations correspondent

Une lecture au second degré de la tradition orale est possible qui porte moins sur

la réalité objective des faits que sur la représentation de ces faits dans la conscience des acteurs historiques

51

53

celles des protagonistes

époque des faits

506

PIERRE BONTE

Une période de troubles graves commence alors

Une partie des

vriyye est restée en exil Les luttes entre factions prennent chez les

Awled Qaylan une nouvelle dimension les fractions opposées de cette

tribu affrontent autant pour leur propre compte que pour celui des prétendants elles soutiennent Les Awled Qaylan manifestent ainsi une autonomie qui ne fera que croître par la suite Certains entre eux mettent alors en avant après la mort de Muhammed la candidature de Sidi ul Sidi ul Ethmân ul Sidi Ahmed descendant un frère de Ahmed Aydda issu une famille exilée depuis plusieurs décennies au Taganet et sans influence dans Adrar est dans ce contexte interviennent les sheykh leaders de confréries

Les Awled Qaylan sont

devenus etiamîd disciples de Sheykh Muhammed Vâdhel qui les pousse

son proni leur autonomie politique Une partie des vriyye

et les opposants

soutint Ethman puis Muhammed

celle qui

religieuses installés depuis peu dans Adrar

affirmer

la principale faction des Awled Qaylan

se regroupent autour un autre

sheykh Sheykh Sidi Muhammed el Künti originaire des Künta de Azawad Mali et installé depuis quelques années Wadan historiographie de ce sheykh est particulièrement riche et nous nous contenterons évoquer son intervention dans Adrar

intervention du sheykh est justifiée par le fait ses yeux les Awled Qaylan ne suivent pas la voie de islam sunnite et ils veulent attribuer émirat une famille qui ne descende pas de Ahmed Aydda54 Sheykh Sidi Muhammed el Künti réunit autour de lui quelques disciples les uns qui accompagnaient depuis toujours les autres recrutés dans Adrar même La plupart de

ces derniers sont issus des grandes familles vriyye le principal entre eux étant Lehzam ul yuv petit-fils de Mhammed qui

autres familles Awled

kshâr sont aussi représentées ainsi que Mukhtar ul arrière-petit-fils de oncle de Sïdî Ahmed mar ul Kerkub petit-fils de Ahmed tué sur les ordres de Ahmed Aydda etc Autour de la barka du sheykh se regroupe ainsi une partie des vriyye devenus défenseurs de la barka des Ahel Ahmed Aydda contre les Awled Qaylan Accompagné de ses disciples forts de ses interventions mira-

passé toute sa vie en exil au Trarza55

54 Selon la tradition künta rapportée par Sheykh Sïdî Ahmed el Bekkay ul

le grand réformateur künta Sheykh Sïdî el

le tout aussi

célèbre Sheykh Sidi Muhammed el Khalifa était celui de émir Ahmed Aydda Les références ces rapports avec les émirats se trouvent dans plusieurs des oeuvres de ces personnages religieux Elles ne peuvent être comprises sans revenir sur le double rôle ont joué les Künta dans la diffusion de cet islam confrérique et dans arabisation de la société maure entends par ce terme arabisation moins emprunt de la langue arabe que le processus global linguistique culturel social et politique qui aboutira la constitution des émirats arabes

Mukhtar était le conseiller spirituel de émir Sïdî Ahmed et son ni

Sheykh Abîdîn

Künta 3/10/79

est le sheykh qui le baptisa de ce surnom Lehzam ceinture après il

eut dirigé ses troupes contre les Awled Qaylan et les Ahel Sheykh Muhammed

Vâdhel

55

TRIBUS FACTIONS ET

TAT

507

culeuses Sheykh Sïdî Muhammed el Künti vint défier les Awlëd Qayl et leur protecteur spirituel Sheykh Muhammed dhel Après une série de combats mêlant les épisodes héroïques et miraculeux les Awlëd Qaylan bien ils se soient progressivement reformés sont défaits est alors que le sheykh se sent appelé par une autre tâche politique et spirituelle aller venger deux skurva qui ont été assassinés dans le Sahel par les Awlëd Bessba et les Rgeybat Il semble que son influence dans Adrar ait été en fait moins grande il ne eût souhaité Quoi il en soit il part alors

pour le Sahel avec une partie de ses disciples et il fut finalement tué par des ennemis qui savaient que son invulnérabilité ne pouvait être surmontée en abattant un fusil chargé une pierre précieuse en guise de balle Profitant toujours selon la tradition de ce repli les Awlëd Qaylan du moins la faction constituée autour des Ahel Mogeya et des Ahel Tegeddi choisirent pour émir Mukhtar ul Sïdî Ahmed le vieux Nan ancien opposant émirat de Ahmed Aydda Le reste des Awlëd Qaylan les Torsh surtout et les vriyye ainsi que les bid Ahel Ethmân refusèrent de reconnaître cet émir et constituèrent une hella favorable aux descendants de Ahmed Aydda Muhammed Läbid chef des bidAhe Ethman56 était dans cette seconde hella Un conflit mena ait entre les deux hella et les accrochages ne furent circonscrits que sur intervention du vieux Muhammed abîd Averti de intention avait Bakkar émir du Taganet attaquer la hella de Nan Muhammed abïd fit même prévenir celui-ci de se préparer assaut Nan crut une ruse et fut surpris par attaque qui tua quatorze de ses partisans Awlëd Qaylan dont Had âmi ul Mogeya assassin de Mhammed Nan vint alors se réfugier dans autre hella peine arrivé un homme des Ahel Aqrâvalla une famille vriyye lui vola son cheval pour humilier Muhammed abîd le lui fit rendre lui donna une gerbo de dattes un chameau chargé outrés eau et

lui dit de partir

57

Bakkar était accompagné du très jeune Ahmed ul Mhammed son neveu

utérin autour duquel allait se faire unanimité des hassan de Adrar et qui devint émir de la paix La réconciliation entre les factions rivales fut scellée par alliance entre Ahmed ul Mhammed et Brahim ul Mogeya le

frère de Hadrami assassin du père du nouvel émir

cédant de peu celle de Ahmed ul Mhammed Brahim allait être un des conseillers les plus écoutés de émir de la paix

sa mort pré

56 Cette tribu est constituée autour une famille origine Tashedbit du

Trarza qui fournit des conseillers aux émirs depuis Sïdî Ahmed Muhammed Läbid

Déjà vieux il avait été le

conseiller de Ahmed Aydda et il était origine du mariage de celui-ci dans la famille émirale du Taganet mariage dont sont issus Mhammed et Sïdî Ahmed Il est sans doute pas étranger intervention de Bakkar en faveur de Ahmed ul

Mhammed

était le nis du fondateur de cette famille Sïdî beyd

Autour de cette famille étaient regroupées de nombreuses familles

origines diverses souvent servile qui constituaient une garde de émir et organi

saient la gestion économique de émirat levée des tributs en particulier)

57

Brahim ul Muhammed abîd bîd Ahel Ethmân) 31/8/81

508

PIERRE BONTE

duré plus

est abord une période où sont exacerbés les conflits

factionnels et où se réorganisent les factions après le long règne de Ahmed

Les fractions du Dhahr des

Awled Qaylan weysyât Awled Selmun Ahel Mantalla Ahel Tegeddi refusent de laisser nommer un émir qui ne leur soit pas proche et veulent imposer Ethmân puis Muhammed avec lesquels ils ont de fortes relations alliance Le conflit se nouera aux dépens des weysyat qui peu après la mort de Ahmed Aydda abandonnés de tous leurs alliés et vaincus au cours de plusieurs combats quittent définitivement Adrar pour installer au Taganet la tête du parti opposé chez les Awled Qaylan

on trouve naturellement les Ahel Dik hostiles aux fractions du Dhahr qui ont refusé leur chefferie sur les Torsh Ce sont les Ahel Dik qui assas sineront Muhammed Cependant de nouveaux clivages apparaissent aussi la fraction Meshuri des Torsh commandée par Sidi Hurma ui Khteyra ul rnar Ardesh se détache des Ahel id Hurma se réfugie avec une partie des Meshuri chez ses oncles maternels les Ahel Mhaymed chefs des Naqmusha Cette nouvelle fraction prendra beaucoup impor tance politique lorsque Sidi Hurma deviendra le conseiller écouté de Ahmed ul Mhammed Quant aux Awled Siila qui étaient restés assez éloignés de Ahmed Aydda pour rejoindre un temps la dissidence des vriyye58 ils nomadisent de plus en plus au sud de Adrar et voient leur rôle politique décliner La réorganisation périodique des Awled Qaylan autour de nouvelles chefferies apparaît bien comme une conséquence du factionnalisme poli tique Durant la première partie du xixe siècle le centre de gravité de la tribu est déplacé des chefferies des trois mhemmdat vers les nouvelles chefferies du Dhahr Pendant la période de troubles qui suit la mort de

Ahmed Aydda autres regroupements factionnels opèrent

velles fractions se constituent celle des Ahel Khteyra autres dispa raissent celle des weysyat De nouvelles alliances politiques se des sinent qui provoqueront des conflits sanglants sous le règne de Ahmed ul Mhammed élimination des Ahel Mantalla au terme une guerre contre les Ahel Tegeddi59 en sera la principale conséquence60

Comment analyser cette longue période de troubles qui

gé la situation politique

de quinze ans

Aydda qui

De nou

58 Lebatt ul yuv Awled Akshar) 4/1/81
59

En tuant le fameux Sîdî Ahmed Bûrish qui était chef des Ahel Tegeddi

On assiste de même

la période coloniale

un nouvel essor des luttes factionnelles chez les Idey-

depuis la mort de Ahmed Aydda et au début du règne de Ahmed ul Mhammed sans

doute instigation des Ahel Mogeya et des Ahel Les Ahel Mantalla partis en dissidence au Taganet furent surpris et massacrés lors un ghazzi ils menaient

en Adrar Ils restèrent dispersés sans unité politique

60

shelli Ces luttes auront pour conséquence sous le règne de Ahmed ul Mhammed assassinat du chef des Awled Hannun Sheykh ul Nweysri qui provoquera le départ en dissidence des Ideyshelli et finalement assassinat de émir lui-même La période de troubles et de vacance du pouvoir qui suit la mort de Ahmed Aydda

TRIBUS FACTIONS ET ETAT

509

Les luttes factionnelles opposant entre eux les Awl

Qaylan ont un

effet imprévu

Awl Qaylân mènent ces luttes autant pour leur propre compte que pour celui un prétendant au titre émiral En deux occasions ils choisissent des prétendants qui ne sont pas des Ahel Ahmed Aydda et ils pensent

mieux tenir ainsi sous leur coupe Mais ils se regroupent aussi du fait de leur rattachement spirituel Sheykh Muhammed Vâdhel Pour la première fois ils unifient militairement devant attaque de Sheykh Sîdî Muhammed el Künti et de ses disciples vriyye Au terme de ce combat ils adressent au sheykh Künta en ces termes au cours une sorba

elles contribuent

souder unité de la

tribu

Les chefs

Nous sommes

nombreux et tout aussi hassan que les Ja

de sang pur

arabe Vous avez jamais eu un émir parmi vous et vous en aurez

jamais

Qaylan interviendront de plus en plus directement dans les affaires de

délégation de paix

Pourquoi nous combats-tu

riyye

Le sheykh leur répondit

Vous avez pas respecté la Sunna et vous êtes pas

61 anecdote est significative

la fin du xixe siècle les Awlëd

émirat62

Cette époque est aussi marquée par implantation des mouvements

confrériques autour de sheykh jouant un rôle politique nouveau

considérerai ici que un des aspects du rôle politique des confréries le rapport entretenu avec les hassan ai relevé dans le cas des Awlëd Qaylan la création de nouvelles solidarités politiques du fait affilia tion au mouvement confrérique de Sheykh Muhammed Vâdhel Avant être combattu par Sheykh Sîdï Muhammed el Künti les Awlëd Qaylan lui avaient ailleurs proposé de devenir ses etiamîd et de lui donner en signe de reconnaissance de sa primauté religieuse une chamelle de trois ans par tente chaque année Devant son refus ils proposèrent même ajouter un mouton du même âge 63 Les disciples du sheykh qui lui four niront ses troupes sont issus des familles vriyye dont beaucoup étaient alors en dissidence et des bîd Ahel Ethm qui cherchent rétablir leurs liens privilégiés avec la famille émirale La référence au mouvement confrérique permet de transcender les clivages segmentaires ou factionnels et unir autour un projet politique des groupes origines diverses Cette référence sera autant plus affirmée que les liens tribaux politiques auront été distendus Les mouvements confrériques grossissent ainsi en nombre et en puissance du fait de évolution du système politique émiral de la rupture des solidarités segmentaires résultant de la dissidence de la towba etc Ce sont les règles mêmes de la vie politique émirale qui

Je

ne

semble avoir été mise autonomie politique

conflits seront violents entre cette

suzeraineté

profit par les Ideyshelli pour récupérer une partie de leur la conquête fran aise et même sous la colonisation les

et les émirs qui veulent réaffirmer leur

tribu

61 Daman ul Sheykh ul Abdi ul Sîdî Ahmed Kunta) 10/10/81

62 Dissidence contre émir Ahmed ui Sidi Ahmed et mort de celui-ci Guerre

tribale contre les Rgeybat Choix de émir Sidi Ahmed ul Ahmed

63

Sheykh Sidi Ahmed el Bekkay ul Sheykh Abîdîn Künta) 3/10/79

PIERRE BONTE

510

contribuent ainsi au mouvement confrérique en lui fournissant de nou veaux objectifs politiques64 Ennn la succession de Ahmed Aydda met en lumière un dernier aspect important de évolution politique intervention des émirats

dans leurs affaires politiques respectives Les émirs avaient depuis tou

accueillir les exilés autres

émirats émir Ahmed ul Mhammed neveu utérin de Bakkar émir du

Taganet accède

émirat après une intervention directe de celui-ci La

seconde partie du xixe siècle va voir accentuer cette interaction crois sante dont la principale manifestation sera la longue guerre entre Taganet et Adrar65

jours eu tendance

soutenir la dissidence et

ai parlé de factionnalisme politique pour désigner

une organisa

tion politique centralisée émirat) coiffant une organisation tribale et son fonctionnement fondé sur la mobilisation alliances segmentaires mouvantes dans le cadre un réseau hiérarchique de relations politiques liant des groupes de statuts différents en vue de acquisition et de la reproduction

du pouvoir politique Si le phénomène est maintenant relativement clair on peut néanmoins interroger sur la nature des relations politiques hiérarchisées ainsi établies Dispose-t-on des concepts permettant de les saisir et de les analyser écarte immédiatement ceux con us pour analyser la société féodale comme vassalité ou suite Les relations sociales sont ici beaucoup plus instables susceptibles on vu engendrer de spec taculaires retournements alliances et si elles impliquent des transferts ou des délégations de droits sur les tributaires en particulier) ceux-ci sont bien différents des droits féodaux pas de propriété privée par exemple Les phénomènes de protection et assistance pourraient être rapprochés de la relation de vassalité mais ils se retrouvent dans de multiples contextes politiques On pourrait alors être tenté de parler de patronage et de clientèle Ce concept est souvent utilisé par les anthropologues pour analyser les sociétés méditerranéennes avec lesquelles la société maure de nom breuses affinités Introduisant un ouvrage consacré étude du patronage dans les sociétés méditerranéennes Gellner 1977 en donne la définition suivante Patronage is an unsymmetrical involving une- quality of power it tends to form an extended system to be long term or at least non restricted to single isolated transaction to possess distinctive ethos and whilst not always illegal or immoral to stand

64 Ce est pas un hasard si est dans émirat du Trarza le premier constitué

que le mouvement confrérique obtient le maximum influence politique Ahel Sheykh Sîdiyye) Bakkar65 Aprèsune longueassassinatguerredeopposeraAhmed ulenMhammedparticulier parAdrarles Ideyshelliet le Taganetsoutenusle nouvelpar

émir Ahmed ul id Ahmed et Bakkar

TRIBUS FACTIONS ET ETAT

511

outside the officially proclaimed formal morality of the society in ques tion Gellner souligne avec insistance que même si le patronage emprunte le langage de la parenté il établit hors de la parenté Cette définition rend compte de certains aspects des relations faction-

nelles inégalité de pouvoir extension sociale relative permanence éthique distincte de celle de la parenté et des alliances segmentaires etc Une analyse plus précise permet cependant de montrer que au-delà des ressemblances formelles ces relations politiques ont aussi autres caractères dont ne peut rendre compte le concept de patronage tel que élabore Gellner66 Revenons abord sur le rapport entre les relations factionnelles et la hiérarchie des statuts Ces relations ne établissent pas dans ensemble de

la société maure

On peut certes les observer partout où il existe des

positions de pouvoir mais elles ne concernent pas la société dans son ensemble Les relations factionnelles emirales ne étendent accessoire ment aux zawäyä et aux aznaga elles intéressent presque exclusivement les kassan est entre les familles fractions et tribus hassân que éta blissent ces rapports hiérarchiques inclusifs qui aboutissent au rassemble

ment des factions Ceci est possible parce il existe parmi les hassân des différences statutaires elles aussi fixées et représentées en termes de diffé

la

constitution du pouvoir emir

rences de filiation et des inégalités accès au pouvoir qui tiennent

Mais il serait erroné de penser que les

relations politiques hiérarchisées sont simplement un effet de ces diffé rences et de ces inégalités Même si elles apparaissent figées généalogique- ment éloignement généalogique au sein de ensemble formellement commun des Arabes descendants de Hassan par rapport la famille émirale) les positions statutaires sont mouvantes constamment remises en question par la dynamique politique Ainsi est grâce leur participa tion aux mécanismes factionnels que les Awl Qaylân acquièrent le statut de kassan alors même que dans certains cas leur origine autre

est encore reconnue

les factions que certaines de leurs familles obtiennent un statut supérieur

et est du fait de la place elles occupent dans

inverse obligés de faire la towba

une partie des vriyye perdent leur rang de hassân Les différences de statuts parmi les kassan sont donc autant la conséquence que la condition

celui de ensemble de la

tribu

66 On peut tirer la même conclusion de analyse des différentes contributions

cet ouvrage Le concept de patronage apparaît en définitive comme un de ces concepts abstraits dont sont friands les anthropologues sélectionnant certains traits formels communs pour construire un modèle ou un type idéal partir duquel on cherche ensuite expliquer le fonctionnement réel des sociétés Les différents cas présentés montrent toutefois comme le souligne Waterbury il existe autres aspects communs au patronage dans ces sociétés méditerranéennes ses rapports avec une stratification de classes particulière les rapports verticaux ainsi établis masquant les différences horizontales de classes et les reproduisant comme des différences de statuts et de pouvoir et existence une autre idéologie de échange Cette autre approche du patronage est sans doute plus pertinente mais elle ne permet pas de rendre compte de la totalité des faits rapportés en tout cas pas de ceux décrits ici Cf GELLNER WATERBURY eds. 1977.

io

PIERRE BONTE

512

de établissement des relations politiques factionnelles67 est aussi du fait de leurs possibilités intervention dans le jeu factionnel que des groupes autres rangs que les kassan peuvent réduire ces différences

Le meilleur exemple est celui des

statutaires et participer au pouvoir

sheykh leaders de confréries qui interviennent grâce

arbitrage et leur capacité de mobilisation politique De même est

azndgi

parce que certaines familles de la puissante et nombreuse

des Ideyshelli peuvent se situer dans les relations factionnelles elles ont la possibilité et parfois la tentation de contester leur rang de aznaga

Cette position leur permet du moins de lutter contre alourdissement de exploitation tributaire

leur pouvoir

tribu

On en arrive

une première conclusion les relations politiques faction

nelles ne organisent pas en fonction des différences statutaires fixées généalogiquement mais contribuent les reproduire et les créer On peut même se demander si ce est pas le phénomène factionnel lui-même qui est origine de la hiérarchie des rangs et de la différenciation des statuts que la société maure se représente figés en termes de différences de filiation

Certes la fixation du pouvoir politique émiral et la constitution de émirat modifient les mécanismes du factionnalisme segmentaire tels ils sont

aurait de

ce fait une continuité entre ce que appellerai pour simplifier le faction nalisme segmentaire et le factionnalisme politique émiral Cette hypothèse permet de mieux rendre compte des faits rapportés et justifie la persis

Elle est renforcée par examen du

contenu respectif des relations politiques factionnelles et des relations de parenté dans la société maure Gellner oppose nettement relations de clientèle et relations de parenté Les faits observés dans Adrar ne justifient pas une telle opposition Les relations politiques factionnelles empruntent pas seulement le langage de la parenté que on considérerait ainsi comme une réalité stricto sensu elles continuent exprimer et organiser dans la parenté ai déjà introduit idée que dans la société maure la généalogie aisé

tance de organisation

uvre dans les sociétés

tribales

non stratifiées mais il

tribale

ment manipulable est expression du rang

comme une véritable idéologie politique exprimant et reproduisant la

stratification sociale et politique Dans un autre ordre idée la filiation en occurrence la filiation patrilineaire traduit un rapport social de protection qui déborde la relation de parenté stricto sensu Prendre le dos se mettre dans le dos hâkim dhahr est expression employée pour rendre compte de la protection demandée et accordée ceci au sens propre

la position prise vis-à-vis

du protecteur sous la tente68 Le terme dhahr désigne aussi la parenté

La généalogie fonctionne

autant au sens figuré elle correspond

67 Bien il interprète différemment

68

PETERS 1968 signale la même

mobilité statutaire chez les Bédouins de Cyrénaïque qui ne connaissent pas il est

vrai une organisation politique comparable celle des émirats

De même le terme îyâl qui désigne ensemble des individus placés de

manière permanente sous la protection un groupe une tribu par exemple) est

TRIBUS FACTIONS ET ETAT

513

agnatique en général troitement liée aux mécanismes factionnels et

entérinant non seulement les alliances segmentaires mais aussi les relations politiques factionnelles elle contribue pérenniser la relation ab- diyya renvoie des notions voisines Elle correspond au fait que le groupe concerné par une telle relation est collectivement responsable du verse

Elle souligne là encore importance de

mais aussi et

et esprit de corps asabiyya

elle implique On pourrait multiplier les références conceptuelles allant

langage de la

parenté mais du contenu même des catégories de parenté et plus particulièrement de celle de filiation unilinéaire En un autre domaine

celui du mariage et de alliance on pourrait de même montrer que les stratégies matrimoniales et utilisation des relations affinales sont partie intégrante des stratégies de pouvoir dont rend compte le jeu factionnel et contribuent fondamentalement la mouvance des statuts69 Seule une étude plus poussée de la parenté maure nous permettrait de développer ces analyses contentons-nous de souligner ici la continuité qui existe entre ce qui est de ordre de la parenté et ce qui est de ordre du politique est cette même continuité qui se trouve entre le factionnalisme

il était nécessaire

établir cette continuité est parce il nous sera maintenant plus facile apprécier les différences entre ces deux formes du factionnalisme Elles reposent une et autre sur les stratégies parentales et matrimo niales et sur la mobilisation des alliances segmentaires dans le champ de la parenté Dans un et autre cas se perpétue en conséquence organisa tion tribale cadre généalogique de référence des stratégies collectives Cependant dans des conditions historiques précises dont ai évoqué ici le contexte réforme des mhemmdat et constitution des Awled Qaylan) le pouvoir politique un groupe la famille émirale des Ahel Ethmân est stabilisé de telle sorte que la hiérarchie des rangs et les différences des statuts sont interprétées en référence au pouvoir la barka émirale Dès lors le rassemblement des factions effectue aussi en fonction de cette nouvelle localisation du pouvoir est au moment des successions emirales apparaît le plus clairement importance de ces mécanismes factionnels pour la reproduction et exercice du pouvoir émiral En même temps se mettent en place des représentations plus contrac tuelles de ces relations politiques factionnelles liant un moment donné des groupes de statuts différents ayant des accès différents au pouvoir Le terme général employé pour désigner la protection accordée et le soutien offert en contrepartie hofdh il des connotations parentales

ment de la diyya prix du sang

la relation agnatique

surtout

ab

nerf

pouvoir du chef

collatéraux en ligne agnatique

dans le même sens Il ne agit pas là une utilisation du

segmentaire et le factionnalisme politique émiral

issu de la racine arabe ala nourrir entretenir sa famille ayîl amille qui prend ici une extension nouvelle

des

69

Pour ne prendre un

seul exemple la towba est souvent associée

mariages effectués par des femmes du groupe avec des hommes de rang inférieur

514

haf adii garder protéger un et en particulier sa famille

FIERRE BONTE

renvoie aussi au soin pris défendre son honneur tenir son rang

Le terme que nous traduisons ici par faction

ehmiyye vient de la racine

ham

défendre

protéger

qui

donné par ailleurs mukamîn

défen

seur

avocat

idéologie contractuelle de la protection emporte sur

les obligations de la parenté Elle détermine de nouveaux modes inté gration sociale qui effectuent toujours dans le cadre de organisation tribale mais qui font de ces tribus des réalités ordre politique dont

les généalogies reflètent simplement la place du groupe dans la hiérarchie sociale des rangs On peut reprendre après ces éclaircissements conceptuels les analyses précédentes des successions emirales Elles peuvent être alors interprétées comme établissement du factionnalisme politique auquel est progressi vement subordonné le factionnalisme segmentaire Cela signifie abord que ces deux mécanismes factionnels fonctionnent parallèlement ai tenté de montrer comment ils se donnent pour opposés

dans la conception de la

tente

au centre des relations de parenté et du

campement la hella devenue symbole du pouvoir La succession de Ethman est une affaire de famille de tente malgré intervention des mhemmdat celle de Sîdî Ahmed est déjà une affaire de campement Ahmed Aydda revendiquant par ailleurs comme un défi le nom de sa mère appartenance une tente constitue du vivant même de son père la petite hella noire centre des relations politiques qui lui permet tront de mobiliser la faction qui le porte au pouvoir sa succession est un conflit de campements plusieurs hella coexistant et affrontant sou tenues par des factions rivales Les conflits expliquent encore par des appartenances de tentes mères différentes des enfants de Ahmed Aydda Dans un autre système de représentations ailleurs assez voisin les différences entre ces mécanismes factionnels apparaissent comme opposition des pratiques de honneur relations de émir avec les vriyye et de celles de pouvoir relations de émir avec les Awled

Qaylan) travers ces représentations expriment des réalités politiques Les vriyye cousins de émir de statut généalogiquement équivalent détiennent des droits identiques sur les tributaires Les Awled Qaylan obtiennent ces droits principalement par intermédiaire de émir et ils ne sont attribués aux familles influentes participant aux factions emirales

le

terme

étant employé ici sans connotation evolutionniste mais

pour rendre compte de son caractère inachevé Les relations entre émirat et les vriyye restent en partie fixées par les règles du factionnalisme segmentaire déterminées par les alliances parentales et matrimoniales que permet la relative équivalence des statuts Vis-à-vis des Awled Qaylan accessoirement autres groupes) jouent pleinement les règles du faction

organisation politique émirale est une forme

archaïque

archaïque

tat

nalisme politique émiral les rapports de pouvoir et les alliances politiques

La politique émirale consistera

investir de ces relations de pouvoir le

TRIBUS FACTIONS ET ETAT

515

cham du factionnalisme segmentaire expression achevée en est la tomba

éliminant les groupes collatéraux mena ants pour la famille émirale ou manipuler celui-ci de manière empêcher émergence des positions de

10 et

utiliser en revanche la perpétuation des alliances segmen

tair es intérieur et extérieur du groupe des hassan et de émirat 71

pour empêcher le factionnalisme politique émiral de se figer et de reproduire le pouvoir un groupe autre que le groupe émiral une manière ou une autre opposition entre ces deux modalités du factionnalisme semble se retrouver dans les différents émirats maures mais selon des combinaisons et des résultats variables Au Taganet où le pouvoir émiral ne est pas affirmé de manière aussi incontestée elle se traduit par la division segmentaire de la tribu dominante celle des Idawïsh en deux factions historiquement opposées Abakak et Shratitt dont une détient le pouvoir Au Trarza intervention de facteurs histo riques particuliers influence des marchands de Saint-Louis et du pou

voir confrérique local aboutit aussi

fixer le phénomène factionnel en

organisant un pôle de dissidence autour une partie de la tribu émirale

Awl mân qui éloigne du centre géographique de émirat Au Brakn enfin cette tendance est encore accentuée et aboutit un quasi- éclatement de émirat autour de groupes factionnels localisés Awled

Noqmash

Awled Seyyed Awled ii

ben Abdalla

Ces variantes

serait nécessaire explorer pour

mieux comprendre les mécanismes politiques mis en évidence dans Adrar

dessinent un champ comparatif il

La politique émirale vis-à-vis une tribu aznaga puissante telle celle des

Ideyshelli sera assez identique stabiliser les alliances segmentaires dans un état

opposition équilibré empêchant le renforcement du pouvoir politique exercé par certaines familles

71 En particulier du fait de existence aux frontières septentrionales de

Adrar de tribus non stratifiées Awled Dlëym Rgeybat avec lesquelles des alliances sont possibles Une donnée nouvelle est aussi introduite du fait des possi bilités alliances entre les familles emirales qui nouent effectivement de nombreux mariages Ahmed ul Mhammed est le neveu de Bakkar qui interviendra efficacement pour le placer dans émirat)

70

BIBLIOGRAPHIE

BONTE

1979 Segmentarité et pouvoir chez les éleveurs nomades sahariens éléments une problématique in Pastoral Production and Society Production

pastorale et société Actes du colloque international sur le pastoralisme nomade Paris 1-3 dec éï sous la dir de équipe cologie et anthropologie des

de

sociétés pastorales Cambridge Cambridge University Press/Paris

la Maison des sciences de homme

171-200

5l6

PIERRE BONTE

i98ia

The Constitution of the Emirate and the Transformation of Systems of Pro duction in the Adrar Mauritania) Amsterdam Intercongress of Inter national Union of Anthropological and Ethnological Sciences Panel on

igSib

African History and Prehistory 42

multigr

La constitution de émirat de Adrar quelques hypothèses provisoires

Revue de Occident musulman et de la Méditerranée 32

37-52

1982

émirat de Adrar après la conquête coloniale et la dissidence de émir

Sîdî Ahmed 1909-1932

GELLNER

Journal des Africanistes

paraître)

1969 Saints of thé Atlas Chicago The University of Chicago Press 317

GELLNER

WATERBURY J. eds

1977 Patrons and Clients Londres Duckworth xil-348

PETERS

1968 The Tied and the Free

in

PERISTANY ed Contributions to Medi

terranean Sociology Paris-La Haye Mouton

167-190

STEWART

I973a

Islam and Social Order in Mauritania Oxford Oxford University Press

204

i973b

Political Authority and Social Stratification in Mauritania

in

GELL

NER

MICAUD eds. Arabs and Berbers Londres Duckworth 375-393