Vous êtes sur la page 1sur 40
Physique appliquée

Physique appliquée

Physique appliquée

La video analogique

Physique appliquée La video analogique La video analogique jean-philippe muller

La video analogique

jean-philippe muller

Sommaire

Sommaire

Sommaire
Sommaire Première partie : l’œil et les couleurs 1- La vision humaine 2- Structure interne de

Première partie : l’œil et les couleurs

1-

La vision humaine

2-

Structure interne de l’œil

3-

Les cônes et les bâtonnets

4-

Distribution des cônes et des bâtonnets

5-

Le rôle du cerveau dans la vision

6- Les images animées

7- Le pouvoir séparateur de l’œil

8- La synthèse additive des couleurs

9- Synthèse additive et écrans

10- Le pixel de l’écran cathodique

11- Le pixel de l’écran plasma 12- Le pixel de l’écran LCD 13- Le pixel de l’écran OLED 14- Conclusion

Deuxième partie : le signal video

15- La caméra de télévision 16- Exemple d’image décomposée en RVB 17- L’analyse de l’image ligne par ligne 18- Le balayage entrelacé 19- Quelques dates de l’histoire de la télévision 20- La télévision noir et blanc 21- Le signal video N&B 22- Le timing du signal video N&B 23- Exemples de signaux video N&B 24- La synchronisation « trame » 25- Spectre du signal video N&B 26- L’introduction de la couleur en France 27- La télévision couleur 28- Les signaux de chrominance 29- L’ajout de la couleur dans le signal video 30- les différents standards 31- Allure du signal video composite 32- Exemple de signal composite 33- Spectre du signal composite 34- Exemple de spectre d’un signal SECAM 35- Les connecteurs de la video analogique

de spectre d’un signal SECAM 35- Les connecteurs de la video analogique La video analogique jean-philippe

La video analogique

jean-philippe muller

1- La vision humaine

1- La vision humaine

1- La vision humaine

L'œil et le cerveau sont les organes de la vision.

L’œil comporte :

cerveau sont les organes de la vision. L’œil comporte : • un iris , diaphragme qui

un iris, diaphragme qui dose la quantité de lumière pénétrant dans l'œil

une pupille, ouverture centrale de l’iris

un cristallin qui fonctionne comme une lentille à focale variable en se courbant

la rétine où se forme l’image, contenant les cellules photosensibles: cônes et bâtonnets

la macula, zone qui contient en son centre la fovéa, zone d'acuité maximale de l'œil

le nerf optique qui conduit les informations au cerveau

La video analogique

jean-philippe muller

2- Structure interne de l’œil

2- Structure interne de l’œil

2- Structure interne de l’œil

Structure de la rétine

2- Structure interne de l’œil Structure de la rétine Coupe de l’œil Thomas Young (1773-1829), médecin
Coupe de l’œil
Coupe de l’œil

Thomas Young (1773-1829), médecin et physicien anglais, a montré que la rétine perçoit les couleurs par une multitude de petits groupes de trois cellules en forme de « cônes » sensibles à la lumière rouge, bleue ou verte.

La video analogique

jean-philippe muller

3- Les cônes et les bâtonnets

3- Les cônes et les bâtonnets

3- Les cônes et les bâtonnets

Les cônes :

sont regroupés dans la fovéa

sont sensibles au R ou V ou B

fonctionnent à luminosité moyenne/élevée

Les bâtonnets :

sont dispersés sur toute la rétine

sont beaucoup plus sensibles que les cônes

fonctionnent même à luminosité faible

que les cônes • fonctionnent même à luminosité faible NB : à basse luminosité les cônes

NB : à basse luminosité les cônes ne fonctionnent pas « la nuit tous les chats sont gris »

La video analogique

jean-philippe muller

4- Distribution des cônes et les bâtonnets

4- Distribution des cônes et les bâtonnets

4- Distribution des cônes et les bâtonnets
4- Distribution des cônes et les bâtonnets • les cônes sont concentrés dans la fovéa ⇒

les cônes sont concentrés dans la

fovéa seule cette zone « voit » les couleurs

il y a plus de bâtonnets au centre

qu’aux bords la résolution est meilleure au centre

le point aveugle est le point de la rétine où débouche le nerf optique

A partir des signaux partiels reçus par la rétine, le cerveau reconstitue une image complète.

Ce qui fait dire à certains :

“C’est notre oeil capte la lumière, mais nous voyons avec notre cerveau!”

Ce que capte la rétine…

… et ce que reconstitue le cerveau

notre cerveau!” Ce que capte la rétine… … et ce que reconstitue le cerveau La video

La video analogique

jean-philippe muller

5- Le rôle du cerveau dans la vision

5- Le rôle du cerveau dans la vision

5- Le rôle du cerveau dans la vision

l’image réelle

ce que reçoit la rétine (vaisseaux sanguins)

réelle ce que reçoit la rétine (vaisseaux sanguins) ce que voient les cônes ce que voient

ce que voient les cônes

ce que voient les bâtonnets (la nuit par ex.)

les cônes ce que voient les bâtonnets (la nuit par ex.) V1-2-3 : traitement sommaire des

V1-2-3 : traitement sommaire des couleurs, du mouvement et des petits objets MT/V5 : traitement du mouvement V8 : traitement de la couleur LO : reconnaissance des grands objets

La zone du cerveau utilisée pour la vision se situe à l’arrière du crâne :

elle est normalement reliée aux yeux par un faisceau de neurones

mais peut aussi parfois être reliée aux doigts (aveugles ayant appris le Braille)

La video analogique

jean-philippe muller

6- Les images animées

6- Les images animées

6- Les images animées

Si l’oeil présente rapidement au cerveau deux images légèrement décalées, le cerveau y associe un mouvement (zone MT/V5) : c’est l’effet Phi (dès qu’on dépasse 10 images/s environ).

l’ effet Phi (dès qu’on dépasse 10 images/s environ). Toutes ces animations sont composées d’une succession
l’ effet Phi (dès qu’on dépasse 10 images/s environ). Toutes ces animations sont composées d’une succession

Toutes ces animations sont composées d’une succession d’images fixes

sont composées d’une succession d’images fixes Pour une bonne fluidité, on a adopté 24 i/s pour

Pour une bonne fluidité, on a adopté 24 i/s pour le cinéma et 25 i/s pour la télévision.

NB : avec un tube cathodique, l’image est affichée par un balayage de l’écran de haut en bas.

Le rythme de 25i/s provoque alors un papillotement fatigant qui a été supprimé en doublant le rythme du balayage (1 image = 2 trames)

La video analogique

jean-philippe muller

7- Le pouvoir séparateur de l’œil

7- Le pouvoir séparateur de l’œil

7- Le pouvoir séparateur de l’œil

Sur la rétine, les cellules sensibles (cônes ou bâtonnets) sont séparés d’environ 2 µm :

cela correspond à une résolution d’environ 1/60ème de degré

l’œil est incapable de distinguer des détails de taille inférieure

Cette limitation de l’œil a conduit a choisir le nombre de lignes décrivant l’image.

Standards

NTSC : 525 lignes / 480 affichées

PAL : 625 lignes / 575 affichées

SECAM : 625 lignes / 575 affichées

/ 575 affichées • SECAM : 625 lignes / 575 affichées Résultat : à une distance

Résultat : à une distance « normale » de l’écran, l’œil est incapable de distinguer les lignes.

La video analogique

jean-philippe muller

8- La synthèse additive des couleurs

8- La synthèse additive des couleurs

8- La synthèse additive des couleurs

James C. Maxwell (1931–1879 ), physicien

écossais, montre qu’il est possible de synthétiser la quasi totalité des couleurs visibles en utilisant 3 rayons rouge, bleu et vert avec des intensités variables

Hermann von Helmholtz (1821-1894),

physicien allemand, montre que chaque couleur est déterminée par 3 paramètres : la luminance, la saturation et la teinte.

3 paramètres : la luminance, la saturation et la teinte. Ces découvertes ont conduit à chois

Ces découvertes ont conduit à choisir, pour la télévision couleur :

d’analyser l’image en fonction des 3 couleurs rouge, vert et bleu

de transmettre ces 3 couleurs vers le récepteur TV et de les afficher sur l’écran

La video analogique

jean-philippe muller

9- Synthèse additive et écrans

9- Synthèse additive et écrans

9- Synthèse additive et écrans
9- Synthèse additive et écrans Zoom sur un écran Quelle que soit la techno logie utilisée
9- Synthèse additive et écrans Zoom sur un écran Quelle que soit la techno logie utilisée

Zoom sur un écran

Quelle que soit la technologie utilisée pour l’écran :

une image est reproduite à l’aide de points colorés ou pixels ces points sont produits par des triplets de couleur rouge, verte et bleue

La video analogique

jean-philippe muller

10- Le pixel de l’écran cathodique

10- Le pixel de l’écran cathodique

10- Le pixel de l’écran cathodique
10- Le pixel de l’écran cathodique Les 3 faisceaux d’électrons : 1- 3 canons à électrons

Les 3 faisceaux d’électrons :

1- 3 canons à électrons (RVB) 2- 3 faisceaux d’électrons 3- bobines de focalisation 4- bobines de déviation H et V 5- anode d’accélération (THT) 6- masque de focalisation des faisceaux 7- écran couvert de luminophores 8- zoom sur les luminophores

écran couvert de luminophores 8- zoom sur les luminophores • traversent au cours du balayage les

traversent au cours du balayage les trous du masque

tombent chacun sur les luminophores qui lui correspondent

excitent les luminophores R,V,B de l’écran qui émettent une lumière colorée

La video analogique

jean-philippe muller

11- Le pixel de l’écran plasma

11- Le pixel de l’écran plasma

11- Le pixel de l’écran plasma
11- Le pixel de l’écran plasma Les 3 couleurs sont produites par 3 substances émettant de
11- Le pixel de l’écran plasma Les 3 couleurs sont produites par 3 substances émettant de

Les 3 couleurs sont produites par 3 substances émettant de la lumière lorsqu’elles sont bombardées par des électrons

La video analogique

jean-philippe muller

12- Le pixel de l’écran LCD

12- Le pixel de l’écran LCD

12- Le pixel de l’écran LCD
12- Le pixel de l’écran LCD La lumière blanche d’un tube fluorescent est filtrée par 3
12- Le pixel de l’écran LCD La lumière blanche d’un tube fluorescent est filtrée par 3

La lumière blanche d’un tube fluorescent est filtrée par 3 filtres R,V et B. L’intensité de la lumière est commandée par des cellules à cristaux liquides dont l’opacité dépend du signal électrique appliqué

La video analogique

jean-philippe muller

13- Le pixel de l’écran OLED

13- Le pixel de l’écran OLED

13- Le pixel de l’écran OLED
13- Le pixel de l’écran OLED La lumière colorée est directement produite par des LEDs organiques
13- Le pixel de l’écran OLED La lumière colorée est directement produite par des LEDs organiques

La lumière colorée est directement produite par des LEDs organiques déposées sur le substrat en verre ou en plastique (écrans souples).

La video analogique

jean-philippe muller

14- Conclusion

14- Conclusion

14- Conclusion

Un système de transmission d’images colorées et animées doit :

transmettre au moins 20 images/s

décomposer chaque image en un nombre suffisant de lignes

transmettre pour chaque point de l’écran 3 informations de luminance (RVB)

transmettre pour chaque point de l’éc ran 3 informations de luminance (RVB) La video analogique jean-philippe

La video analogique

jean-philippe muller

Comment on imaginait la télévision en 1927…

Comment on imaginait la télévision en 1927…

Comment on imaginait la télévision en 1927…
Comment on imaginait la télévision en 1927… La video analogique jean-philippe muller

La video analogique

jean-philippe muller

Sommaire

Sommaire

Sommaire
Sommaire Première partie : l’œil et les couleurs 1- La vision humaine 2- Structure interne de

Première partie : l’œil et les couleurs

1-

La vision humaine

2-

Structure interne de l’œil

3-

Les cônes et les bâtonnets

4-

Distribution des cônes et des bâtonnets

5-

Le rôle du cerveau dans la vision

6- Les images animées

7- Le pouvoir séparateur de l’œil

8- La synthèse additive des couleurs

9- Synthèse additive et écrans

10- Le pixel de l’écran cathodique

11- Le pixel de l’écran plasma 12- Le pixel de l’écran LCD 13- Le pixel de l’écran OLED 14- Conclusion

Deuxième partie : le signal video

15- La caméra de télévision 16- Exemple d’image décomposée en RVB 17- L’analyse de l’image ligne par ligne 18- Le balayage entrelacé 19- Quelques dates de l’histoire de la télévision 20- La télévision noir et blanc 21- Le signal video N&B 22- Le timing du signal video N&B 23- Exemples de signaux video N&B 24- La synchronisation « trame » 25- Spectre du signal video N&B 26- L’introduction de la couleur en France 27- La télévision couleur 28- Les signaux de chrominance 29- L’ajout de la couleur dans le signal video 30- les différents standards 31- Allure du signal video composite 32- Exemple de signal composite 33- Spectre du signal composite 34- Exemple de spectre d’un signal SECAM 35- Les connecteurs de la video analogique

La video analogique

jean-philippe muller

15- La caméra de télévision

15- La caméra de télévision

15- La caméra de télévision

La caméra :

a un fonctionnement voisin de celui de l’œil

comporte 3 capteurs CCD sensibles aux 3 couleurs

a un diaphragme qui évite la saturation des CCD

fournit 3 signaux de luminance R,V et B

analyse l’image ligne par ligne

de luminance R,V et B • analyse l’image ligne par ligne Caméra tri-CCD La video analogique

Caméra tri-CCD

de luminance R,V et B • analyse l’image ligne par ligne Caméra tri-CCD La video analogique

La video analogique

jean-philippe muller

16- Exemple d’image décomposée en RVB

16- Exemple d’image décomposée en RVB

16- Exemple d’image décomposée en RVB
16- Exemple d’image décomposée en RVB Composante rouge Composante verte Image originale Composante bleue • la

Composante rouge

16- Exemple d’image décomposée en RVB Composante rouge Composante verte Image originale Composante bleue • la
16- Exemple d’image décomposée en RVB Composante rouge Composante verte Image originale Composante bleue • la

Composante verte

Image originale

en RVB Composante rouge Composante verte Image originale Composante bleue • la luminance du rouge est

Composante bleue

la luminance du rouge est élevée (gris clair) dans les zones rouges de l’image

la luminance du vert est élevée (gris clair) dans les zones vertes de l’image

la luminance du bleu reste faible (peu de couleur bleue dans l’image)

La video analogique

jean-philippe muller

17- L’analyse de l’image ligne par ligne

17- L’analyse de l’image ligne par ligne

17- L’analyse de l’image ligne par ligne

La caméra analyse l’image ligne par ligne (625 lignes en PAL et SECAM).

Ligne dessinée sur l’écran
Ligne dessinée
sur l’écran
lignes en PAL et SECAM). Ligne dessinée sur l’écran Ligne analysée par la caméra Il faut

Ligne analysée par la caméra

Il faut donc non seulement transmettre des informations sur la luminosité du point et sa couleur, mais aussi des informations de synchronisation.

Simulation de balayage

NB : toujours prendre un nombre de lignes impair !

Observer : 1- une trame puis

4- les retours ligne (rapide) et trame (plus long)

2- deux trames entrelacées

3- les signaux RVB

5- les signaux de déviation H et V

La video analogique

jean-philippe muller

18- Le balayage entrelacé

18- Le balayage entrelacé

18- Le balayage entrelacé

Pour éviter l’impression désagréable de papillotement de l’image, l’écran est balayé 2 fois/image :

la caméra analyse d’abord les lignes paires (trame paire)

puis elle analyse les lignes impaires (trame impaire)

• puis elle analyse les lignes impaires ( trame impaire) • en télévision, les images sont

en télévision, les images sont transmises au ryhtme de 25 images/seconde (40 ms par image)

la fréquence des trames est double, soit 50 trames/seconde (20 ms par trame)

La video analogique

jean-philippe muller

19- Quelques dates de l’histoire de la télévision

19- Quelques dates de l’histoire de la télévision

19- Quelques dates de l’histoire de la télévision

avril 1935 : première émission officielle de télévision en 60 lignes depuis le ministère des PTT, rue de Grenelle à Paris

novembre 1935 : émission à la définition de 180 lignes par un émetteur un émetteur installé au sommet de la tour Eiffel.

mai 1943 : première émission de Fernsehsender Paris émise depuis la rue Cognacq-Jay. En français et allemand, ces émissions en 441 lignes dureront jusqu‘en août 1944 (1000 récepteurs en France environ)

novembre 1948 : le standard français est fixé à 819 lignes pour la première chaîne. Les autres pays choisissent le 625 lignes.

avril 1950 : Lille est la première ville de province équipée d'une station émettrice de télévision (3500 téléviseurs en France)

émettrice de télévision (3500 téléviseurs en France) Récepteur TV N&B en 441 lignes de marque LMT

Récepteur TV N&B en 441 lignes de marque LMT (1947)

avril 1964 : inauguration de la deuxième chaîne en noir et blanc (en 625 lignes)

octobre 1967 : passage de la deuxième chaîne à la couleur, la France ayant choisi le SECAM IIIB (standard d'encodage de la couleur, inventé par Henri de France, en 625 lignes). Depuis toutes les émissions en couleur se font en 625 lignes.

La video analogique

jean-philippe muller

20- La télévision noir et blanc

20- La télévision noir et blanc

20- La télévision noir et blanc
20- La télévision noir et blanc luminance Y Caméra N&B En télévision N&B : ligne pixel

luminance Y

20- La télévision noir et blanc luminance Y Caméra N&B En télévision N&B : ligne pixel

Caméra N&B

En télévision N&B :

ligne
ligne
luminance Y Caméra N&B En télévision N&B : ligne pixel caractérisé par sa luminance • la

pixel caractérisé par sa luminance

la caméra fournit uniquement le signal de luminance Y

ce signal de luminance donne les différentes nuances de gris sur l’écran

La video analogique

jean-philippe muller

21- Le signal video N&B

21- Le signal video N&B

21- Le signal video N&B

Les deux composantes du signal video N&B sont :

les “tops” de synchronisation qui contrôlent le balayage (lignes et trames)

le signal de luminance relatif à l’intensité (brillance, obscurité, niveaux de gris)

Image N&B : 8 bandes verticales de plus en plus sombres

N&B : 8 bandes verticales de plus en plus sombres Signal vidéo correspondant (1 ligne) Chaque

Signal vidéo correspondant (1 ligne)

plus en plus sombres Signal vidéo correspondant (1 ligne) Chaque “top ligne” informe l’électronique d’affich

Chaque “top ligne” informe l’électronique d’affichage qu’elle doit démarrer une nouvelle ligne.

La video analogique

jean-philippe muller

22- Le timing du signal video N&B

22- Le timing du signal video N&B

22- Le timing du signal video N&B

Les caractéristiques temporelles du signal video N&B sont :

durée totale d’une ligne 64 µs

durée de la partie active (affichée) 52 µs

largeur du top synchro ligne 4,7 µs

52 µ s • largeur du top synchro ligne 4,7 µ s Image N&B Signal vidéo

Image N&B

Signal vidéo

La video analogique

jean-philippe muller

23- Exemples de signaux video N&B

23- Exemples de signaux video N&B

23- Exemples de signaux video N&B
23- Exemples de signaux video N&B Ligne n Niveau du blanc Niveau du noir Ligne n

Ligne n

Niveau du blanc Niveau du noir Ligne n
Niveau du blanc
Niveau du noir
Ligne n
video N&B Ligne n Niveau du blanc Niveau du noir Ligne n Ligne n Ligne n

Ligne n

Ligne n
Ligne n

La video analogique

jean-philippe muller

24- La synchronisation « trame »

24- La synchronisation « trame »

24- La synchronisation « trame »

Lorsqu’une trame est terminée, le spot retourne en haut de l’écran pour dessiner la nouvelle :

entre 2 trames, on dispose d’un temps équivalent à 23 lignes (suppression trame)

le top trame est obtenu par la valeur moyenne du signal vidéo entre 2 trames

Ligne 617 Ligne 36 suppression trame 23 lignes fin début trame trame impaire paire valeur
Ligne 617
Ligne 36
suppression trame 23 lignes
fin
début
trame
trame
impaire
paire
valeur moyenne = top trame
début
fin trame
trame
paire
impaire

Ligne 616

La video analogique

Ligne 35

jean-philippe muller

25- Spectre du signal video N&B

25- Spectre du signal video N&B

25- Spectre du signal video N&B

L’image la plus difficile à afficher est constituée d’un damier de pixels noirs et blancs :

l’image à 625 lignes est au format 4/3

une ligne comporte donc 625x4/3 = 833 pixels

soit 833/2 = 417 périodes d’un signal carré

une ligne dure 64 µs, soit T = 64/417 = 153 ns

ce qui correspond à un fondamental F = 6,5 MHz

Le spectre d’un signal vidéo N&B s’étend de 0 à 6,5 MHz.

d’un signal vidéo N&B s’étend de 0 à 6,5 MHz . Spectre du signal issu d’une
d’un signal vidéo N&B s’étend de 0 à 6,5 MHz . Spectre du signal issu d’une

Spectre du signal issu d’une caméra N&B

s’étend de 0 à 6,5 MHz . Spectre du signal issu d’une caméra N&B La video

La video analogique

jean-philippe muller

26- L’introduction de la couleur en France

26- L’introduction de la couleur en France

26- L’introduction de la couleur en France

Les émissions de télévision en couleur ont officiellement démarré :

en 1953 aux États-Unis avec le procédé NTSC 525 lignes

en 1960 en Allemagne avec le standard PAL 625 lignes

en octobre1967 en France avec le standard SECAM 625 lignes

octobre1967 en France avec le standard SECAM 625 lignes Chaîne de montage et de réglage du

Chaîne de montage et de réglage du RCA-CT100 NTSC en 1954

Un des premiers téléviseurs couleur SECAM Sony, le KV 1811DF de 1974.

Le SECAM a été mis au point par l’ingénieur français Henri de France :

il procure une image en couleur d’aussi bonne qualité que le PAL

il a été adopté pour éviter la pénétration des téléviseurs étrangers (PAL, NTSC) sur le marché français

d’où l’appellation S ystème É légant C ontre les Am éricains !

La video analogique

légant C ontre les Am éricains ! La video analogique H e n r i d

Henri de France

(1911-1986)

ontre les Am éricains ! La video analogique H e n r i d e F

jean-philippe muller

27- La télévision couleur

27- La télévision couleur

27- La télévision couleur

Au passage à la couleur, il a fallu maintenir la compatibilité avec les téléviseurs N&B existants.

R,V,B transcodage
R,V,B
transcodage

caméra couleur

Y

C R = R-Y

C B = B-Y

On a donc transcodé les signaux RVB fournis par la caméra pour obtenir :

le signal Y de luminance N&B calculé par Y = 0,3 R + 0,11 B + 0,59 V

deux signaux de couleur C R = R-Y et C B = B-Y concernant les couleurs R et B

NB : ce transcodage est toujours encore utilisé aujourd’hui, même en TV numérique.

La video analogique

jean-philippe muller

28- Les signaux de chrominance B-Y et R-Y

28- Les signaux de chrominance B-Y et R-Y

28- Les signaux de chrominance B-Y et R-Y
28- Les signaux de chrominance B-Y et R-Y 2- les signaux RVB 1- image analysée 3-
28- Les signaux de chrominance B-Y et R-Y 2- les signaux RVB 1- image analysée 3-
28- Les signaux de chrominance B-Y et R-Y 2- les signaux RVB 1- image analysée 3-

2- les signaux RVB

1- image analysée

chrominance B-Y et R-Y 2- les signaux RVB 1- image analysée 3- signal de luminance Y

3- signal de luminance Y calculé

RVB 1- image analysée 3- signal de luminance Y calculé 4- traduction visuelle du signal Y

4- traduction visuelle du signal Y

de luminance Y calculé 4- traduction visuelle du signal Y 5- signaux de couleur B-Y et

5- signaux de couleur B-Y et R-Y calculés

du signal Y 5- signaux de couleur B-Y et R-Y calculés Remarque : pour du «

Remarque : pour du « blanc » ou du « noir », on a R-Y = B-Y = 0 (pas de chrominance)

La video analogique

jean-philippe muller

29- L’ajout de la couleur dans le signal video

29- L’ajout de la couleur dans le signal video

29- L’ajout de la couleur dans le signal video

Les deux composantes de chrominance modulent deux sous-porteuses couleur placées dans le haut du spectre de la luminance. L’ajout de la couleur se fait donc au détriment du « piqué » de l’image N&B.

sous-porteuses couleur modulées = chrominance

N&B. sous-porteuses couleur modulées = chrominance L’ensemble « luminance + chrominance » forme le signal

L’ensemble « luminance + chrominance » forme le signal vidéo composite.

La video analogique

jean-philippe muller

30- Les différents standards

30- Les différents standards

30- Les différents standards

standard

fréquence des sous- porteuses couleur

modulation

remarques

     

on transmet simultanément R-Y et B-Y

B-Y : f c = 3,579545 MHz

les deux sous-porteuses sont de même fréquence mais déphasées

NTSC

AM sans

des déphasages parasites durant la transmission faussent souvent les couleurs à l’arrivée

R-Y : f c = 3,579545 MHz (déphasée de +90°)

porteuse

d’où l’appellation humoristique Never The Same Color !

PAL

B-Y : fc = 4,433619 MHz

AM sans

le PAL est une amélioration du NTSC (sous-porteuse de R-Y déphasée de + ou – 90° une ligne sur deux)

R-Y : f c = 4,433619 MHz (déphasée de ±90°)

porteuse

on transmet simultanément R-Y et B-Y

meilleur rendu des couleurs

     

SECAM = Sequentiel à mémoire

SECAM

B-Y : f B-Y = 4,2500 MHz

R-Y : f R-Y = 4,40625 MHz

FM

on ne transmet qu’une couleur par ligne (l’autre couleur est prise de la ligne précédente) pas de mélange des couleurs

bon rendu des couleurs

La video analogique

jean-philippe muller

31- Allure du signal video composite

31- Allure du signal video composite

31- Allure du signal video composite

Allure d’une ligne du signal vidéo correspondant à 8 bandes verticales colorées :

vidéo correspondant à 8 bandes verticales colorées : salve de référence couleur top synchro ligne luminance
vidéo correspondant à 8 bandes verticales colorées : salve de référence couleur top synchro ligne luminance
vidéo correspondant à 8 bandes verticales colorées : salve de référence couleur top synchro ligne luminance

salve de référence couleur

top synchro

ligne

colorées : salve de référence couleur top synchro ligne luminance + chrominance La salve de référence

luminance +

chrominance

La salve de référence couleur donne la fréquence de la sous-porteuse et permet de connaître :

le standard : PAL, SECAM ou NTSC ?

la couleur transmise en SECAM : R-Y ou B-Y ?

standard : PAL, SECAM ou NTSC ? • la couleur transmise en SECAM : R-Y ou
standard : PAL, SECAM ou NTSC ? • la couleur transmise en SECAM : R-Y ou

La video analogique

jean-philippe muller

32- Exemple de signal composite SECAM

32- Exemple de signal composite SECAM

32- Exemple de signal composite SECAM
Luminance + 4,25 MHz modulé par B-Y Luminance + 4,4 MHz modulé par R-Y salve
Luminance +
4,25 MHz modulé
par B-Y
Luminance +
4,4 MHz modulé par
R-Y
salve à 4,25 MHz
salve à 4,4 MHz
4,4 MHz modulé par R-Y salve à 4,25 MHz salve à 4,4 MHz ligne n ligne
4,4 MHz modulé par R-Y salve à 4,25 MHz salve à 4,4 MHz ligne n ligne

ligne n

4,4 MHz modulé par R-Y salve à 4,25 MHz salve à 4,4 MHz ligne n ligne
4,4 MHz modulé par R-Y salve à 4,25 MHz salve à 4,4 MHz ligne n ligne

ligne n+1

La video analogique

jean-philippe muller

33- Spectre du signal composite PAL

33- Spectre du signal composite PAL

33- Spectre du signal composite PAL

Le spectre du signal vidéo composite PAL s’étend de 0 à 6 MHz et a l’allure suivante :

luminance

+ synchro

chrominance 4,43 MHz 6 MHz
chrominance
4,43 MHz
6 MHz

f

: luminance + synchro chrominance 4,43 MHz 6 MHz f luminance + synchro chrominance Spectre de
luminance + synchro chrominance
luminance
+ synchro
chrominance

Spectre de signal PAL réel

La video analogique

jean-philippe muller

34- Exemple de spectre de signal SECAM

34- Exemple de spectre de signal SECAM

34- Exemple de spectre de signal SECAM
spectre luminance + synchro sous-porteuses couleur à 4,25 et 4,4 MHz spectre chrominance
spectre
luminance + synchro
sous-porteuses
couleur à
4,25 et 4,4 MHz
spectre
chrominance

La video analogique

jean-philippe muller

35- Les connecteurs de la video analogique

35- Les connecteurs de la video analogique

35- Les connecteurs de la video analogique
35- Les connecteurs de la video analogique connecteur utilisation   brochage     5 signaux
35- Les connecteurs de la video analogique connecteur utilisation   brochage     5 signaux
35- Les connecteurs de la video analogique connecteur utilisation   brochage     5 signaux
35- Les connecteurs de la video analogique connecteur utilisation   brochage     5 signaux
35- Les connecteurs de la video analogique connecteur utilisation   brochage     5 signaux

connecteur

utilisation

 

brochage

   

5

signaux séparés

DB25

toutes les composantes R,V,B, synchro ligne et

liaison PC – écran externe

synchro trame séparées

PERITEL

équipements vidéo (TV, DVD, camera, décodeur…)

 

signal video composite et

ou

2 signaux séparés (SVHS) ou 3 composantes RVB

SCART

 
 

équipements vidéo (TV, DVD, camera, décodeur…)

2

s ignaux séparés :

SVHS

luminance Y

chrominance PAL/SECAM/NTSC

   

3

signaux séparés :

3 Cinch

matériel

luminance Y

professionnel

couleur R-Y

 

couleur B-Y

1 Cinch ou 1 Jack

équipements vidéo (TV, DVD, camera, décodeur…)

un seul si gnal vidéo composite

luminance Y + chrominance PAL/SECAM/NTSC

La video analogique

jean-philippe muller

Physique appliquée

Physique appliquée

Physique appliquée
Physique appliquée Reproduction interdite sans autorisation préalable. La video analogique FIN jean-philippe muller

Reproduction interdite sans autorisation préalable.

La video analogique

Physique appliquée Reproduction interdite sans autorisation préalable. La video analogique FIN jean-philippe muller

FIN

jean-philippe muller