Vous êtes sur la page 1sur 6
MàJ : Novembre 2013 Fiche de Recrutement pour le poste de RP Eau, Hygiène et

MàJ : Novembre 2013

Fiche de Recrutement pour le poste de RP Eau, Hygiène et Assainissement sur la commune de Boucan Carré (département du Centre – Haïti)

Remplacement de Sophie Paychère – RP 2012-2013

Contexte du recrutement :

Création ou renouvellement de poste (si oui, RP à remplacer + durée de sa mission)

Remplacement de Sophie Paychère, en poste depuis début 2012, troisième RP sur ce projet depuis 2007 (après Farançois-Xavier Ramade et Vanessa Léa). Mle Paychère (et son conjoint, Jérôme Dubois) sont en fin de contrat en janvier 2014.

Le programme :

Description :

Nature :

Programme de développement EHA, visant à appuyer plus de 3 000 familles des sections rurales et montagneuses de la commune de Boucan-Carré. Le projet vise à l’amélioration des comportements d’hygiène selon une méthode très participative de type PHAST et inclut entre autres de vastes campagnes de latrinisation (latrines sèches familiales). Le programme vise ensuite à améliorer de l’accès à l’eau potable par la protection de points d’eau (technique de captage de source), la réalisation d’adductions gravitaires et de bornes fontaines.

Date de création/durée prévue :

Le programme a été officiellement lancé en janvier 2007 dans le cadre de l’ouverture d’une nouvelle zone d’intervention dans le département du Centre. Les activités n’ont concrètement démarrées qu’en mai 2007. L’objectif du programme étant de couvrir tous les besoins exprimés par les populations des trois sections communales de la Commune, les perspectives fixées prévoient des activités jusqu’à fin 2015 (variabilité en fonction des besoins).

Evolution depuis sa création jusqu’à aujourd’hui (en bref) :

Initialement, le programme était essentiellement centré sur l’accès à l’eau potable par la protection de points d’eaux (captages et aménagements de sources) et la réalisation d’adductions gravitaires lorsque le contexte le permet. Courant 2009, un important volet d’activités Hygiène et Assainissement a été progressivement développé. Notamment liée à l’arrivée massive du choléra dans le pays et dans la zone de programme depuis fin 2010, la composante « animation et sensibilisation » des communautés, via la méthode PHAST a été renforcée pour devenir la priorité de l’appui proposé aux communautés, dans le but d’améliorer durablement les comportements d’hygiène des familles. En 2011, un volet d’appui aux écoles primaires a également été initié, puis développé surtout à partir de fin 2012.

L’appui proposé est très participatif et contractuel : les activités proposées aux communautés s’adressent à la collectivité (localités ou divisions), en fonction de leurs capacités et de leur volonté à initier et intégrer ces changements de comportements. Les engagements des différentes parties sont contractualisés pour définir formellement les responsabilités.

Ainsi, l’appui comporte plusieurs étapes progressives, privilégiant la prise de conscience par les familles des changements dans leurs comportements : la priorité est donc accordée à la sensibilisation (PHAST et ateliers changements de comportements) ; le projet propose ensuite à des groupes de familles volontaires de s’équiper en latrines familiales (dalle bombée circulaire), avec l’objectif de couvrir 100% des foyers. Une fois qu’au moins 75% de la localité est couverte, le projet peut (si cela est techniquement faisable et si la communauté s’engage dans la participation active à toutes les étapes) appuyer le processus de captage d’une source. En fonction des études techniques réalisées et des besoins, un captage gravitaire est aménagé, alimentant une ou des bornes fontaines et/ou un réservoir, permettant d’améliorer l’accès à l’eau des familles. Des comités de gestion sont formés et accompagnés par le projet pour garantir l’entretien et la durabilité des ouvrages réalisés. Et, en l’absence d’autorités locales compétentes, les leaders locaux sont eux-aussi formés et investis dans les activités mises en œuvre. Par ailleurs, le projet encourage le traitement de l’eau à domicile par chloration pour garantir sa potabilité.

Dans les écoles primaires volontaires, l’appui est également progressif et contractualisé, visant à assurer la sensibilisation à l’hygiène des élèves, à améliorer l’assainissement de l’école (latrines, gestion des déchets…) et l’accès à l’eau potable.

Budget : Environ 125 000 € / an.

Financement : Unicef, AESN (Agence de l’Eau Seine Normandie), AFD (Agence Française de Développement), diverses fondations.

Enjeux pour les 2 ans à venir :

1- Développer les activités sur l’ensemble des localités non-encore couvertes et en demande d’appui sur les deux sections communales en cours d’appui (Boucan-Carré et Petite-Montagne), ainsi que sur la troisième section (Desbayes), encore peu touchée et la plus vaste des trois. 2- Continuer à adapter l’approche participative et notamment les volets « sensibilisation », et améliorer la qualité des animations proposées par un renforcement des compétences de l’équipe terrain et du suivi. 3- Renforcer les réseaux d'accès aux moyens de traitement de l'eau (chlore liquide) et surtout en dehors des périodes du choléra, pour créer une offre pérenne correspondant aux demandes/besoins des familles. 4- Sur les localités sensibilisées, continuer à soutenir des campagnes de latrinisation afin de couvrir à 100% l’ensemble des localités de la zone (soit de 800 à 1 000 latrines avec système de lavage de mains / an). 5- Comme de nombreuses localités devraient être couvertes en latrines d’ici début 2014, augmenter le rythme des captages de sources (soit 4 à 6 / an) permettant de répondre aux besoins en eau potable d’environ 50% de la population. 6- Continuer à renforcer l’appui et le suivi aux comités sources et mettre en place un réseau de maintenance. 7- Préparer le désengagement progressif sur les sections communales de Boucan-Carré et Petite- Montagne, avec un déplacement sur la section de Desbayes ; et éventuellement une jonction avec le programme EHA sur la commune voisine de Hinche (section de Juanaria) et/ou avec un nouveau programme sur la commune limitrophe de Thomonde.

Equipe locale :

Effectif et ancienneté de l’équipe, Composition

L’équipe actuelle est composée d’une RP expatriée (et de son conjoint) et d’une équipe locale issue de la zone d’intervention :

- un assistant technique en appui sur l’atelier et sur les aménagements hydrauliques,

- deux coordinateurs (un par section communale),

- 8 animateurs communautaires (3 sur Boucan-Carré et 5 sur Petite-Montagne).

Réorganisée depuis fin 2012 (passage de un à deux coordinateurs), l’équipe a été renforcée courant 2013, avec le recrutement de nouveaux animateurs pour renforcer l’appui auprès de localités plus éloignées, aux limites des sections (3 à 4h de marche).

Le projet rémunère des bos (artisans) maçons à la tâche ou à la journée (pour les captages), qui sont suivis et contrôlés par les animateurs et l’assistant technique. Toutefois, les compétences techniques en construction de l’assistant technique et des bos restant faibles, une présence quasi-continue du RP est indispensable sur les chantiers de captages. Ce sera un des enjeux à venir de renforcer leurs compétences (réseau d'entretien et de maintenance).

Management : éléments particuliers ?

Du fait de l’isolement de la zone, les compétences initiales de l’équipe sont relativement faibles : le niveau initial maximal est le baccalauréat, pas de profil technique. La formation et le suivi doivent être continus. Avec l’expérience des plus anciens (recrutés en 2008-2009) et l’appui des deux nouveaux coordinateurs, l’équipe est aujourd'hui plus opérationnelle et les nouveaux animateurs sont mieux accompagnés. Toutefois, les zones de projet étant vastes et isolées, les animateurs doivent être en mesure de travailler en autonomie. Ainsi :

- Besoin d’une forte présence du RP sur le terrain et les terrains d’intervention (chantiers, animation dans les localités, …) ; difficultés à déléguer des responsabilités ;

- Planification du travail des équipes et réunions régulières pour faire le point et recadrer ; responsabilisation croissante des coordinateurs ;

- Formation continue des animateurs et des bos ;

- Beaucoup de rigueur, mais également de capacité d’adaptation

- Déplacements presque exclusivement à pied, sur des dénivelés parfois importants. A noter qu’une piste d’accès permet, en saison sèche seulement d’atteindre la base de Sivol (même si cette piste a beaucoup souffert de la dernière saison des pluies).

Acteurs présents sur la zone :

Partenaires locaux :

Principalement les populations bénéficiaires organisées en comités sources et comités « hygiène » ou écoles

Autorités/institutions locales :

Casec et Asec (conseil et assemblée de la section communale), représentants de l’Etat sur la zone. Ils ont peu de moyens et n’ont pas toujours la légitimité par rapport aux populations desservies. Les représentants des différentes églises et/ou religions (catholiques, églises protestantes et vaudou) ; ils sont souvent des leaders locaux. Les notables de la zone, leaders naturels, souvent impliqués dans la gestion des activités intra communautaires (écoles, moulin communal, postes de rassemblement, etc.)

Autres ONG :

Zanmi LaSante : ONG haïtiano-américaine qui intervient dans le domaine de la santé. Une équipe locale gère l’Hôpital le plus proche à Chambo, chef lieu de la commune de Boucan-Carré. Ils organisent également des postes de vaccinations sur zone et font de la sensibilisation. Depuis 2012, un centre de santé est en construction à Bouli, mais il n’est toujours pas opérationnel à date.

World Vision : ONG américaine qui intervient dans le domaine de la malnutrition des enfants de – de 5 ans.

Programmes similaires sur la même zone ?

Aucun. Mais un programme d’appui à la scolarisation primaire est mis en œuvre à Boucan Carré depuis 2007. Il devrait s’achever fin 2013 - début 2014. Par ailleurs, un programme EHA est mis en œuvre depuis 2007 sur la zone voisine de Médor et Pérodin (département de l’Artibonite / Médor à env. 3h de marche de Bouli) et un nouveau programme EHA a été lancé en 2013 sur la section communale de de Juanaria, sur la commune de Hinche (voisine de Petite-Montagne / base de Régalis à env. 4h de marche de Bouli).

Missions du Responsable de Programme :

Coordination et suivi du programme et des activités sur le terrain

Planification, suivi et contrôle des activités (mise en œuvre des objectifs planifiés conjointement avec le Chef de secteur) :

 

Sensibilisation et formation des communautés à l’hygiène et à l’assainissement, via la méthode PHAST (adaptée au contexte) et définition d’un plan d’action par les communautés formées (changements de comportements et aménagements) ; formation à l’hygiène spécifiques pour les maitres d’école ;

Appui à la réalisation de latrines familiales individuelles et scolaires ; formation d’artisans

locaux (bos maçons) ; Appui à la mise en œuvre d’un réseau d’accès aux moyens de traitement de l’eau (chlore) ;

Captages de sources et aménagements de points d’eau (réservoirs et/ou bornes fontaines,

systèmes de récupération d'eau de pluie) : mobilisation des communautés, mise en place de comités sources, formation, appui aux projets portés par des comités formés et motivés ; Mise en place d’un réseau d’entretien (toujours en cours de définition : « fédération » des comités source, formation des représentants élus du réseau ; création d’un fonds mutualisé des bénéficiaires pour assurer l’entretien et les petites réparations des captages)

Recrutement, formation et renforcement et suivi/évaluation de l’équipe locale (coordinateurs, assistant technique et animateurs) impliqués sur le projet ;

Coordination logistique du programme (NB : la plupart des matériaux et équipements sont transportés par les bénéficiaires, à pied ou avec des mules de chez les fournisseurs de Chambo et Feyobyen, situés à env. 2h30 de Sivol et 4h30 de Bouli) ;

Comptabilité et prévision des dépenses ;

Développement des relations avec les partenaires locaux dans le cadre d’échanges et/ou d’actions communes (organisations paysannes locales, ONG et institutions présentes sur la commune) ;

Participation à la recherche de financements locaux soit à l’élaboration de budgets prévisionnels et de cadres logiques d’intervention et à la rédaction des dossiers ;

Reporting financier et opérationnel (rapports mensuels) au Chef de secteur basé en France.

Critères de recrutement primordiaux :

Formation supérieure en hydraulique, en gestion sociale de l’eau ou en développement rural. 3 ème cycle et intérêt pour les questions EHA et animation communautaire souhaités. Première expérience professionnelle indispensable. Une première expérience en PED serait un plus. Un profil « animation » et/ou construction seraient également un plus.

Autres qualités requises :

Très bonne condition physique indispensable (déplacements quotidiens à pied dans un environnement naturel difficile) Goût pour le terrain, adaptabilité, autonomie, pragmatisme et optimisme Aptitude à vivre en milieu rural très isolé.

Passation prévue :

Date : janvier 2014

Durée : 2 ans minimum

Aspects pratiques :

Lieu de vie :

Ville / zone :

En milieu rural et montagneux (mornes). Le projet compte actuellement deux bases, d’où se font tous les déplacements dans les mornes où se passe l’essentiel des activités :

- à Sivol (section communale de Boucan-Carré), petite localité regroupant environ 200 familles de paysans, à environ 2h30 de marche du chef-lieu de la commune, Chambo (fin de la piste d’accès en saison des pluies), elle-même située à 20-30 minutes sur route et piste de Mirebalais, principal centre urbain de la région.

- à Bouli (section de Petite-Montagne), petite localité à l’habitat dispersé d’environ 100

familles, à environ 2h30 de Sivol. - à voir, en 2014, si une nouvelle base peut être ouverte sur la section de Desbayes, pour l’extension des activités sur cette zone. Balandry, une des principales localités, est accessible par une piste depuis Mirebalais (env. 1h30) et pourrait servir de nouvelle base d’appui.

Pas d’infrastructures sanitaires, ni culturelles sur place. Des marchés hebdomadaires se tiennent à Bouli, Sivol et Feyobyen (entre Chambo et Sivol), où l’on trouve principalement les produits agricoles locaux ou des zones voisines. Pour trouver des services, il faut se rendre à Chambo (2h30 de marche de Sivol ou seulement 30min en saison sèche car possibilité d’amener la voiture à Sivol) ou à Mirebalais (à 2h de Port-au-Prince en voiture) :

Chambo (chef-lieu de commune) : environ 10 000 habitants. Petite bourgade rurale. Présence d’un centre de santé, d’une coopérative financière locale, d’un commissariat, d’une mairie et de quelques petits magasins qui permettent de trouver à la fois des produits manufacturés et des matériaux de construction. Mirebalais : Ville la plus proche de la zone d’intervention (30 à 45 mn en voiture de Chambo). Dispose des services de base (commerces de détails, fournisseurs en matériaux, en carburant, banques, quelques restaurants et même 2 hôtels…) et permet donc de s’approvisionner facilement en produits de première nécessité. Cette dernière bénéficie également, du fait de sa proximité du barrage de Péligre, de l’électricité presque 24H/24H.

Qualité de vie :

Plutôt bonne et saine (si l’on aime l’isolement, la montagne et la marche), mais rudimentaire. Vie sociale réduite. Aucune activité culturelle. Pas de commerces, mis à part le marché hebdomadaire. Communication possible via le réseau téléphonique mobile (de quelques minutes de marche à Sivol à 1/2h à Bouli) ; réseau internet via clé 3G (bas débit).

Logement :

A Sivol et Bouli, petites maisons construites par les premiers RP. A Sivol, la maison comprend également un atelier pour le projet.

Confort rudimentaire, mais agréable à vivre si l’on apprécie la nature et la vie en extérieur. Pas d’eau courante (mais système de récupération d’eau de pluie, présence d’un captage à proximité pour l’eau de boisson (à traiter), douche extérieure à Sivol, dans la maison à Bouli. Pas d’électricité sur la zone, mais les maisons sont équipées de panneaux solaires qui alimentent des ampoules pour éclairer le soir et qui permettent également de faire fonctionner un ordinateur. Toilettes = latrines extérieures.

Autres :

Retour à Port-au-Prince (PaP) une fois par mois en général. Le/la RP dispose de son propre véhicule (pick-up Land Cruiser) qu’il/elle conduit et sous sa responsabilité.

Eléments particuliers (contexte politique, climat, etc.) :

Zone plus tranquille que la capitale Port-au-Prince. La MINUSTAH, troupes internationales envoyées par l’ONU pour stabiliser le pays suite au départ de JB Aristide, en 2004, a installé plusieurs bases dans le département du Centre et notamment à Mirebalais qui garantit une certaine sécurité. Pas de troubles observés ces deux dernières années. Les relations entre les expatriés et les communautés de la zone d’intervention sont bonnes.

Deux saisons principales : saison sèche d’octobre-novembre à mai-juin, chaud et sec ; saison des pluies le reste de l’année, chaude et plus ou moins humide (variabilité de la pluviométrie d’une année à l’autre).

Autres RP / programmes sur place :

Jusqu’à fin 2012, une expatriée d’Inter Aide mettait en œuvre un programme d’appui à la scolarisation primaire sur les trois sections communales de Boucan Carré. Depuis, ce programme fonctionne sans RP et devrait s’achever fin 2013 - début 2014.

Les autres programmes d’Inter Aide en Haïti sont développés dans les Cahos, chaîne de mornes,

voisine de la 1

programme EHA de Pérodin et Médor en cours depuis 2007 va progressivement s’achever. Médor est situé à 3h30-4h de Bouli. Depuis 2012, Inter Aide a ouvert un autre programme d’appui à la scolarisation sur la section communale de Juanaria (commune de Hinche) limitrophe de Petite- Montagne et de Desbayes, dont la base est fixée à Régalis, à env. 4h de marche de Bouli. Un autre programme EHA est mis en œuvre sur cette même zone depuis début 2013.

section de Petite Montagne mais situés sur un autre département (Artibonite). Le

ère

Famille :

- Possibilité de départ en couple : oui

- Possibilité de départ en famille : non

Possibilité de travail pour le/la conjoint(e) :

- Sur le programme : Oui

- Marché du travail localement : Aucun

Quelques livres pour découvrir Haïti :

Rq : plusieurs bonnes librairies à Port-au-Prince & une bonne collection déjà accumulée par les précédents expatriés

Ouvrages scientifiques (liste non exhaustive) :

-

Histoire d'Haïti de Catherine Eve Roupert (Auteur) – Ed° Perrin (2011)

-

L'UNIVERS RURAL HAÏTIEN LE PAYS EN DEHORS de Gérard Barthélémy – Ed° L'Harmattan (1991)

-

Haïti, terre cassée – 15 ans dans la campagne haïtienne de Claire Sugier – Ed° L'Harmattan

- HAÏTI AU CARREFOUR DE LA RECONSTRUCTION de Jean Gédéon - Ed° L'Harmattan (2013) Rq 2 : Cf. site des éditions L'Harmattan Rq 3 : Les articles de presse sur Haïti ne manquent pas, surtout depuis le séisme du 12 janvier 2010. Ils ne reflètent pas toujours la réalité, beaucoup plus complexe qu'un article seul peut résumer, et sont le plus souvent cantonnés à PaP. Parmi les articles disponibles, cf. : http://www.lemonde.fr/idees/article/2010/01/22/ce-que-l-histoire-d-haiti-nous-enseigne-

par-francois-blancpain_1295065_3232.html

Romans/Auteurs (littérature très prolifique et de grande qualité):

-

Gary Victor

-

Lyonel Trouillot – ex : son dernier roman "La Belle Amour humaine"

-

Dany Laferrière

-

Rodney Saint-Eloi

-

Etc.

Guide du créole :

-

Le créole haitien de poche de Dominique Fattier – Assimil Evasion

-

J'apprends le créole haitien de Robert Damoiseau (Auteur), Jean-Paul Gesner (Auteur) – Ed° Karthala

Quelques conseils/infos pratiques :

- Prévoir au moins deux bonnes paires de chaussures de marche (conseil pour les chaussures basses, types Salomon, qui évacuent l'eau : il y a souvent des cours d'eau à traverser). Attention : usure rapide des chaussures sur les sentiers souvent rocailleux.

- Prévoir vêtements polaire et autres vêtements chauds car en saison des pluies, les soirées et les nuits sont fraîches, et on surestime souvent les températures.

- Prévoir lampes, type frontale, bien utiles notamment en cas de panne électrique.

- Peu de moustiques et de mouches, mais présence de petites mouches qui piquent… prévoir produits et moustiquaires double carrée. Présence de quelques mygales, mais sans danger (elles n'attaquent pas) et, comme souvent à la campagne, de quelques rongeurs. Pas d'animaux sauvages dans les montagnes ; beaucoup de chiens domestiques ; présence (exceptionnelle) de quelques reptiles.

- Prévoir des réserves d'Aquatabs et/ou de Micropur pour le traitement de l'eau de boisson.

- Prévoir des gourdes / camel bags pour l'eau de boisson pour les déplacements quotidiens.

- Pas de produits de soins/hygiène sur le terrain, hormis du savon, mais plusieurs magasins à Port-au-Prince (même si produits d'hygiène assez chers). Prévoir une trousse à pharmacie avec les indispensables (désinfectants, etc.)

- Pour la nourriture : possibilité d'acheter tous produits à PaP, et quelques produits (type Nutella, conserves) à Mirebalais. A noter qu'il faut prévoir des réserves de nourriture pour toute la durée de la présence "en l'air", soit env. 1 mois ; caisses disponibles. Pain disponible sur le terrain, mais pas tous les jours. Depuis peu, on trouve même du coca (pour les amateurs…)

- Pas de chaine du froid dans les maisons.

- Ce sont des porteurs qui portent les sacs et caisses, sur la tête (à moins d'être physiquement apte !) ou sur des mules. Besoin d'organiser les allers et retours avec le réseau de porteurs. Les tarifs seront fournis par les RP en place.

- Sur place, à Bouli et Sivol, réseau de porteurs pour l'eau et les lessives.

- Peu de personnes parlent français, même si certains, comme l'assistant technique, le comprennent. Le créole s'apprend assez vite, surtout en étant immergé : après 2-3 mois en général, les RP se débrouillent très bien au quotidien.

- A PaP, possibilité de recevoir du courrier, des colis, même si cela peut prendre quelques temps. Mieux vaut les faire expédier à l'adresse du Relais, le bureau IA de PaP – adresse :

INTER AIDE 2 BIS RUELLE LECHAUD BOURDON PORT AU PRINCE

- Pour le logement à PaP, les RP sont autonomes, IA ne le leur fournit pas : possibilité de loger en guesthouse pour env. 60$/nuit, colocation avec d'autres RP, autres colocations. Actuellement, les RP utilisent ces différentes options.