Vous êtes sur la page 1sur 59

Projet de fin d’études 2008

Introduction et Objectifs

Projet de fin d’études 2008 Introduction et Objectifs Ce stage s’est déroulé au sein de l’agence

Ce stage s’est déroulé au sein de l’agence Ceglec Sud-Est aux Pennes Mirabeau infrastructures et tertiaire ,entité de Cegelec France.

Lors de ce stage j’ai effectué une mission d’assistant au chargé d’affaires sur le projet de réhabilitation des blocs opératoires et nouvelle distribution électrique de l’hôpital privé Clairval.

L’objectif de ce stage était de superviser un projet électrique dans sa globalité , il se caractérise :

- Par un suivi technique en collaboration étroite avec le bureau d’études de Cegelec.

- Un suivi relationnel, avec le client ,lui expliquer

complexes comment nous comptons nous y prendre.

- Avoir des discussions avec les équipes chantier afin de pouvoir leur définir la

démarche mise au point et lever des doutes sur certaines de leurs interrogations.

- Maîtriser la partie financière et juridique du projet.

lors des phases de travaux

Projet de fin d’études 2008

Projet de fin d’études 2008 Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg Condensé du PROJET DE
Projet de fin d’études 2008 Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg Condensé du PROJET DE

Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg

Condensé du PROJET DE FIN D’ETUDES

Auteur : François-Xavier LUNGOBARDO

Promotion : 2008

Titre : Réhabilitation des blocs opératoires et nouvelle distribution électrique

Soutenance : 18 juin 2008

Structure d’accueil :

CEGELEC SUD-EST Route de Salon - BP 9 13755 Les Pennes Mirabeau Cedex Tuteur M° ASTORINO Fabrice

Nb de volume(s) : 1

Nb de pages : 58

Nb de références bibliographiques : 5

Résumé : Dans le cadre de mon projet de fin d'études au sein de la société CEGELEC implantée aux Pennes Mirabeau, j’ai occupé le poste d’ aide chargé d’affaires sur le projet de la clinique privée Clairval, ce projet m'a à la fois donné l'opportunité de mettre mes connaissances techniques et de gestions de projets en application. Mon rôle en association avec mon tuteur a été dans un premier temps d'élaborer un mémoire technique pour répondre à l’appel d’offres puis une fois le contrat signé, j’ai participé à toutes les composantes du métier de chargé d’affaires. En effet, j’ai été impliqué de la phase d’appel d’offres jusqu’à la réception du chantier dans la coordination des études techniques, des achats, du chantier et le suivi financier du projet, tout en assurant un contact relationnel fondamental et rigoureux avec les intervenants du projet : la maîtrise d’ouvrage, la maîtrise d’œuvre, le bureau de contrôle et le contrôleur sécurité.

Mots clés : CCAP, CCTP, BE, TGBT,TGD,CPI

Traduction : Renovierung der operativen Blöcke und neue elektrische Austeilung der Klinik Clairval.

Während meines PFE bei CEGELEC habe ich als Assistent des Geschäftsträger gearbeitet. Dieses Projekt hat mir gleichzeitig die Zweckmäßigkeit gegeben, meine technischen Kenntnisse und Projektverwaltungen zu legen. Meine Rolle hat darin bestanden, eine technische Denkschrift auszuarbeiten. Dann habe ich an allen Komponenten des Handwerks von Geschäftsträger teilgenommen. Ich bin durch die vorbereitungsphase bis zum Empfang der Baustelle, in die Zuordnung der technischen Studien und die finanzielle Betreuung des Projektes verwickelt gewesen. Die Koordination unter verschiedenen Beteiligte ist wichtig.

Projet de fin d’études 2008

Projet de fin d’études 2008 Sommaire : Introduction et

Sommaire :

Introduction et objectif…………………………………………………………………. Condensé du Projet de Fin d’Etudes…………………………………………………… Sommaire………………………………………………………………………………… 1--- Présentation de Cegelec sud-est…………………………………………………… 2--- Présentation du cahier des charges……………………………………………… -2.1.La préparation avant les travaux…………………………………………………. ----2.1.1.Installation de chantier………………………………………………………… ----2.1.2.Mise en sécurité des installations……………………………………………… ----2.1.3.Dépose des installations existantes…………………………………………… -2.2.Les Alimentations…………………………………………………………………

----2.2.1.Généralité………………………………………………………………………

----2.2.2.Distribution secondaire et terminale…………………………………………… ----2.2.3.Cheminement du nouveau réseau d’alimentation……………………………… -2.3.La Distribution…………………………………………………………………… ----2.3.1.Synoptique de l’installation…………………………………………………… ----2.3.2.La cellule TGBT……………………………………………………………… ----2.3.3.Les placards techniques…………………………………………………………. 3---Notions techniques abordées dans le projet……………………………………… -3.1. L’équipotentialité…………………………………………………………………

----3.1.1.Préambule………………………………………………………………………

----3.1.2.La référence à un potentiel commun……………………………………………. ----3.1.3.L’interconnexion des masses…………………………………………………… ----3.1.4.L’inductance linéique…………………………………………………………… ----3.1.5.Valeurs d’impédance……………………………………………………………. -3.2.Les réseaux de masse……………………………………………………………….

----3.2.1.Préambule………………………………………………………………………

----3.2.2.Le maillage……………………………………………………………………… ----3.2.3.Règles du maillage……………………………………………………………… ----3.2.4.La terre………………………………………………………………………… -3.3.Les niveaux de réalisation…………………………………………………………. ----3.3.1.Le niveau 0……………………………………………………………………… ----3.3.2.Le niveau 1……………………………………………………………………… ----3.3.3.Le niveau 2……………………………………………………………………… ----3.3.4.Le niveau 3……………………………………………………………………… -3.4.Le choix du régime de neutre………………………………………………………

----3.4.1.Préambule………………………………………………………………………

----3.4.2.Méthode pour choisir un schéma de liaison a la terre………………………… 4--- Constitution de la réponse a l’appel d’offres……………………………………. -4.1.La réponse technique………………………………………………………………. ----4.1.1.Le choix du cheminement et câblage des câbles………………………………

------4.1.1.1.Préambule……………………………………………………………………

------4.1.1.2.Le champ d’induction magnétique………………………………………… ------4.1.1.3.L’Effet réducteur…………………………………………………………… ------4.1.1.4.Régles du couplage capacitif…………………………………………………

1

2

3

5

6

6

6

7

7

8

8

9

9

11

11

13

15

16

16

16

16

17

17

18

19

19

20

20

22

22

22

23

23

24

25

25

25

29

29

29

29

29

30

31

Projet de fin d’études 2008

Projet de fin d’études 2008 ------4.1.1.5.Notre choix de type de

------4.1.1.5.Notre choix de type de cheminement………………………………………

32

----4.1.2.Le choix des canalisations électriques…………………………………………

33

------4.1.2.1.Préambule…………………………………………………………………….

33

------4.1.2.2.Dimensionnement des sections Sj……………………………………………

34

------4.1.2.3.Dimensionnement d’une section Su………………………………………….

35

------4.1.2.4.Cable retenu de type U-1000 R2V…………………………………………

37

----4.1.3.La sélectivité Ampèremétrique…………………………………………………

38

------4.1.3.1.Principe………………………………………………………………………

38

------4.1.3.2.Mode de fonctionnement…………………………………………………….

38

------4.1.3.3.Critères de choix d’un disjoncteur…………………………………………

39

-4.2.La réponse Juridique……………………………………………………………….

40

----4.2.1.Préambule ………………………………………………………………………

40

----4.2.2.Le mémoire technique …………………………………………………………

40

-4.3.Le chiffrage………………………………………………………………………….

41

----4.3.1.Optima…………………………………………………………………………

41

----4.3.2.Service Achat…………………………………………………………………….

42

5--- La phase de réalisation……………………………………………………………

43

-5.1.L’organisation du chantier…………………………………………………………

43

-5.2.Les Etapes d’interventions…………………………………………………………

46

-5.3.Les réunions…………………………………………………………………………

48

----5.3.1.Les problématiques………………………………………………………………

48

----5.3.2.Les solutions apportées………………………………………………………….

48

-5.4.Le test et raccordement de la fibre optique……………………………………….

52

-5.5.Matériels utilisés…………………………………………………………………….

53

----5.5.1.L’onduleur……………………………………………………………………….

53

----5.5.2.Le CPI…………………………………………………………………………

54

6--- La sécurité…………………………………………………………………………

55

Remerciements…………………………………………………………………………

56

Conclusion………………………………………………………………………………

57

Bibliographie……………………………………………………………………………

58

59

Table des Illustrations……………………………………………………………………….

Projet de fin d’études 2008

Projet de fin d’études 2008 1--- Présentation de Cegelec sud-est Introduction En France la structure de

1--- Présentation de Cegelec sud-est

Introduction

En France la structure de Cegelec est divisionnaire , c’est à dire que chaque structure est indépendante, ce qui permet à chacune de ces structures de mieux cerner et connaître son marché régional. Cegelec par cette stratégie se positionne comme l’acteur des grands projets Français et Internationaux.

Les services que propose Cegelec

Cegelec offre des solutions et services dans l’industrie , les infrastructures et le secteur tertiaire.

INDUSTRIE

INFRASTRUCTURES TERTIAIRE

.

Pétrole

. Energie&Electricité

. Bureaux

.

Spatiale

. Transports ferroviaires

. Hôpitaux

.

Automobile

. Aéroports

. Musées

.

Sidérurgie

. Télécommunications

. Hôtels

.

Pharmacie

. Défense

.

Pétrochimie

. Traitement des eaux

Cegelec est présent sur tout le cycle du service au client, de la conception au sein des ses bureaux d’études jusqu’à l’installation des équipements et des infrastructures et leur maintenance, en s’appuyant sur ses propres équipes spécialisées.

L’Agence Infrastructures et Tertiaire

Mon stage s’est déroulé dans cette agence qui compte pour 1/3 de la structure régionale, en terme de moyen humain et financier. Cette structure est composée d’un bureau d’études, de chargés d’affaires qui sont supervisés et coordonnés dans une stratégie établie par un chef

d’agence.

Directeur D’Agence :Monsieur De Junneman

chef d’agence. Directeur D’Agence :Monsieur De Junneman Chef de centre : Monsieur Vilela Chargé d’affaires
chef d’agence. Directeur D’Agence :Monsieur De Junneman Chef de centre : Monsieur Vilela Chargé d’affaires

Chef de centre : Monsieur Vilela

:Monsieur De Junneman Chef de centre : Monsieur Vilela Chargé d’affaires :Monsieur Astorino Bureau d’études :
Chargé d’affaires :Monsieur Astorino

Chargé d’affaires :Monsieur Astorino

Chargé d’affaires :Monsieur Astorino
Chargé d’affaires :Monsieur Astorino

Bureau d’études : Monsieur Sauvan

:Monsieur Astorino Bureau d’études : Monsieur Sauvan Assistant Chargé d’affaires : M° Lungobardo Chef de
:Monsieur Astorino Bureau d’études : Monsieur Sauvan Assistant Chargé d’affaires : M° Lungobardo Chef de
Assistant Chargé d’affaires : M° Lungobardo

Assistant Chargé d’affaires : M° Lungobardo

Assistant Chargé d’affaires : M° Lungobardo
Assistant Chargé d’affaires : M° Lungobardo
Sauvan Assistant Chargé d’affaires : M° Lungobardo Chef de Chantier :Monsieur André François-Xavier

Chef de Chantier :Monsieur André

Projet de fin d’études 2008

Projet de fin d’études 2008 2--- Présentation du cahier des charges -2.1.La préparation avant les travaux

2--- Présentation du cahier des charges

-2.1.La préparation avant les travaux

----2.1.1.Installation de chantier

L'entreprise devra la mise en oeuvre d'un branchement provisoire 400 v triphasé avec neutre et terre dimensionné pour l'ensemble du chantier . De plus l'installation de chantier comprendra une armoire principale possédant un indice de protection approprié au lieu d'installation.

Cette armoire , montée sur pied ou murale , sera équipée d'un arrêt d'urgence du type coup de poing, des protections différentielles par disjoncteurs et lorsque

nécessaire , d'un transformateur de sécurité protégé conforme a la norme NF EN 60-

742.

Sur chaque niveau des travaux , il sera installé un coffret de chantier IP 44 de type portatif étanche en plexo.

- 1 prise de courant 3P + N + T 32A

- 1 prise de courant 3P +N+ T 16A

- 4 prises de courant 2P + T 10/16 A

- 1 interrupteur différentiel 30 mA

- 1 disjoncteur par prise de courant

- 1 dispositif d'arrêt d'urgence général

- L'éclairage des circulations et niveaux

- L'installation de chantier sera déposée et évacuée en fin de travaux

de chantier sera déposée et évacuée en fin de travaux François-Xavier LUNGOBARDO Génie électrique option

Projet de fin d’études 2008

----2.1.2.Mise en sécurité des installations

2008 ---- 2.1.2.Mise en sécurité des installations Avant tous travaux de démolition , les installations

Avant tous travaux de démolition , les installations électriques existantes seront isolées et mises hors tension

.

- Le relevé de l'origine de l'installation électrique existante.

- La création de la nouvelle installation et mise en sécurité électrique de

établissement

- ces travaux préliminaires feront partis de la rubrique dévoiement de câbles CFO

ce nouvel

Les principaux équipements électriques seront déposés et évacués et recyclés si possible De même CEGELEC va devoir mettre toutes les installations électriques existantes en sécurité. Pour cela tous les circuits seront mis hors tension dans l'emprise des colonnes montantes , dans les gaines des tableaux divisionnaires ou de zones de ce niveau. Les installations de sécurité incendie seront conservées et maintenues en fonctionnement pendant toute la durée des travaux. La sécurité incendie des blocs opératoires pourra être remplacée en fin de travaux , mais en aucun cas les blocs opératoires ne seront isolés de toute détection incendie.

----2.1.3.Dépose des installations existantes

L'Entreprise aura à sa charge la dépose de tous les équipements constituants les installations électriques existantes , obsolètes et de plus n'étant pas compatibles avec la restructuration de ce niveau. Suivant le programme des travaux tous corps d'états , les éléments concernés seront principalement:

- Les tableaux et coffret de protection.

- Les circuits électriques concernant les installations électriques de courants forts.

- les appareils d'éclairage de tout modèle.

- les gaines de distribution électrique.

- les appareillages

- les installations d'éclairage de sécurité.

Après la dépose sur des parois conservées, CEGELEC va devoir reboucher les trous suivant le type de support ( plâtre ou ciment frottassé fin, laissant dans les différents cas une surface lisse et prête à peindre.

Projet de fin d’études 2008

-2.2.Les Alimentations

----2.2.1.Généralité

2008 -2.2.Les Alimentations ----2.2.1.Généralité Les câbles de l'alimentation qui alimenteront le TGD a

Les câbles de l'alimentation qui alimenteront le TGD a partir de la nouvelle cellule du TGBT , ces câbles seront de type CR1-C1 et chemineront sur le tracé qui sera décrit ci-dessous ( en rouge)

sur le tracé qui sera décrit ci-dessous ( en rouge) Figure 1 : Vue de coupe

Figure 1 : Vue de coupe de l’hôpital.

Les autres alimentations pourront être réalisées par des câbles de type U 1000 R2V de sections appropriées. Des notes de calculs seront fournies au bureau de contrôle ainsi qu'au maître d'ouvrage par la société CEGELEC .

Projet de fin d’études 2008

Projet de fin d’études 2008 ----2.2.2.Distribution secondaire et terminale Ces distributions comprendront

----2.2.2.Distribution secondaire et terminale

Ces distributions comprendront principalement les distributions issues des tableaux divisionnaires et concerneront :

- les distributions des appareils d'éclairage.

- les prises de courant.

- les alimentations des humidificateurs, des extracteurs etc.

Toutes ces distributions secondaires et terminales seront réalisées.

- En câble U 1000 R2V pour les câbles de distributions secondaires

- En câble U 1000 R2V pour les câbles de distributions terminales.

De façon générale , les dispositions suivantes seront respectées:

- 8 points lumineux maximum par circuit.

- 8 prises de courant réseau normal 16 A maximum par circuit.

- 6 prises de courant réseau ondulé 16 A maximum par circuit.

Suivant les normes en vigueur , les sections de câbles suivants devront être respectées:

- En câble 1,5 mm² pour les circuits d'éclairages.

- En câble 2,5 mm² pour les prises de courant II +T 16A

- En câble de section appropriée pour les équipements ayant chacun une alimentation spécifique.

Pour la distribution de l'éclairage et des prises de courant , l'équilibrage des phases sera réalisé par permutation de celles-ci au niveau des divers tableaux.

----2.2.3.Cheminement du nouveau réseau d’alimentation

Ce cheminement comprend plusieurs modes de poses décomposées sous forme de zone.

La zone A :

Origine des installations ( cellule TGBT) nous cheminerons en fourreaux encastrés dans le sol . Ce cheminement encastré se fera à partir de la circulation du garage par les archives. Dans les archives la remontée sera effectuée en fourreaux encoffrés jusqu'a la sortie sur l'extérieur du bâtiment.

Projet de fin d’études 2008

Projet de fin d’études 2008 La zone B : En sortie du bâtiment sur la façade

La zone B :

En sortie du bâtiment sur la façade arrière nous remontons par des chemins de câbles galvanisés à chaud et capotés afin de rejoindre le toit terrasse. Dans ce cheminement nous serons dans l'obligation de dévoyer la descente du feuillard du paratonnerre afin à ne interférer lors de son fonctionnement. La descente sera dévoyée et repositionnée six mètres plus loin ( zone C)

dévoyée et repositionnée six mètres plus loin ( zone C) Figure 2 : Vue du passage

Figure 2 : Vue du passage des câbles.

La zone C :

Sur le toit terrassé nous poserons les chemins de câbles galvanisés à chaud capotés sur des plots d'isolation en béton fournis par la maçonnerie. Tous ces cheminements devront être suffisamment dimensionnés afin de garder une marge minimale de l'ordre de 40% . Tous ces chemins de câbles seront constitués par de la dalle marine galvanisée ( le cablofil ) étant proscrit et comprendront les éléments suivants

- supports.

- équerres.

- éclisses.

- coudes.

Il est à noter que les tresses de masses ou cablettes de terre seront choisies de manière à respecter la chaîne d'équipotentialité . Une fois à l'intérieur. Ces câbles chemineront principalement sur des chemins de câbles:

- horizontalement en plafond des circulations du niveau.

- verticalement , dans des gaines prévues à cet effet.

- en faux plafond , dans les circulations du niveau.

TD bloc normal

TD bloc ondulé

TD bloc normal

TD bloc ondulé

Projet de fin d’études 2008

bloc normal TD bloc ondulé Projet de fin d’études 2008 5 kVa 5 kVa -2.3.La Distribution

5 kVa

normal TD bloc ondulé Projet de fin d’études 2008 5 kVa 5 kVa -2.3.La Distribution ----2.3.1.Synoptique

5 kVa

TD bloc ondulé Projet de fin d’études 2008 5 kVa 5 kVa -2.3.La Distribution ----2.3.1.Synoptique de

-2.3.La Distribution

----2.3.1.Synoptique de l’installation

Distribution ----2.3.1.Synoptique de l’installation 5 kVa 5 kVa B l o c Bloc opératoire numéro 9

5 kVa

Distribution ----2.3.1.Synoptique de l’installation 5 kVa 5 kVa B l o c Bloc opératoire numéro 9

5 kVa

Bloc

Bloc opératoire numéro 9

opératoire numéro 10

14 autres blocs opératoires identiques 9 et 10

Onduleur 5 KVa

Onduleur 5 KVa

Local CFO

Onduleur 5 KVa Onduleur 5 KVa Onduleur 5 KVa
Onduleur 5 KVa
Onduleur 5 KVa
Onduleur 5 KVa

Onduleur 5 KVa

TGD situé dans le local CFO

-CTA simple flux 1-16 -Extracteur

- Récepteur

-

local CFO -CTA simple flux 1-16 -Extracteur - Récepteur - Humidificateur TD salle de réveil normal

Humidificateur

TD salle de réveil normal

- Récepteur - Humidificateur TD salle de réveil normal Onduleur 5 KVa Cellule Bt vers TGD

Onduleur 5 KVa

- Humidificateur TD salle de réveil normal Onduleur 5 KVa Cellule Bt vers TGD à insérer.
- Humidificateur TD salle de réveil normal Onduleur 5 KVa Cellule Bt vers TGD à insérer.
- Humidificateur TD salle de réveil normal Onduleur 5 KVa Cellule Bt vers TGD à insérer.
- Humidificateur TD salle de réveil normal Onduleur 5 KVa Cellule Bt vers TGD à insérer.
- Humidificateur TD salle de réveil normal Onduleur 5 KVa Cellule Bt vers TGD à insérer.

Cellule Bt vers TGD à insérer.

électrique option Systèmes

François-Xavier LUNGOBARDO Génie POSTE TGBT : 2 Transformateurs

TD salle de réveil ondulé

11

Projet de fin d’études 2008

Projet de fin d’études 2008 Le synoptique ci dessus montre le schéma de distribution du courant

Le synoptique ci dessus montre le schéma de distribution du courant fort avec ses tenants et aboutissants.

On peut voir :

- La nouvelle cellule insérée dans le TGBT qui sera à installer par CEGELEC.

- Tableau Général Divisionnaire des blocs opératoires du niveau 1 dans le nouveau local CFO .

- Petits onduleurs individuels positionnés dans ce nouveau local CFO . qui sera climatisé lors des travaux.

Ces départs du réseau ondulé à créer alimenteront les armoires divisionnaires individuelles de chaque bloc opératoire. Les nouveaux départs du réseau normal alimenteront les armoires divisionnaires individuelles de chaque bloc opératoire.

Ces nouvelles armoires des blocs opératoires seront insérées dans un placard technique respectif individuel pour chaque bloc ( ils seront au nombre de 16) Dans un placard technique respectif il sera logé un transformateur d'isolement réseau normal et un transformateur d'isolement réseau ondulé.

Ces transformateurs seront de type IT médical et distribueront du courant monophasé.

----2.3.2.La cellule TGBT

Nouvelle cellule à créer dans le TGBT ,en effet il s'agit d'un départ d'alimentation du futur tableau général divisionnaire des blocs opératoires du niveau 1. L'entreprise devra la fourniture , la pose et le raccordement d'un cellule préfabriquée basse tension de forme 2.

Cette cellule sera située dans un local électrique TGBT au niveau 1 qui sera de type ES de Forme 2 et sera accolée aux cellules existantes telle que définie à la norme CE -439.1 sous indice de protection IP 335.

Projet de fin d’études 2008

Description :

Projet de fin d’études 2008 Description : Elle se présentera sous la forme de cellules préfabriquées

Elle se présentera sous la forme de cellules préfabriquées , réalisées en tôle

d'acier 15/10

avec revêtement anti-corrosion, poudre, époxy et aura

Les caractéristiques suivantes :

Classes 2 -IP 43 -IK 08 -tenue au fil incandescent a 750° C conforme la règle dans le BTP -Matière enveloppe à flancs métalliques

Elle sera conforme aux normes

- NFC 15-100

- NF EN 60439

- NF C 61-910

- CEI 60439-3

- CEI 695-2.1

Equipement de cette cellule:

- Une porte en face avant équipée de serrure à clé référence 455

- Un interrupteur général tétra-polaire a coupure visible

- un disjoncteur général tétra-polaire différentiel équipé d'une bobine à

pour déclenchement d'urgence , de calibre identique à l'interrupteur , formant ainsi un ensemble homogène .

Le calibre ainsi que la sensibilité sont à définir par Cegelec.

- Toutes les parties actives sous-tension , portes ouvertes, seront protégées par caches bornes ou par écrans plexiglas.

- Un voyant de présence de tension à diodes électroluminescentes type LED.

émission

La protection contre les contacts indirects sera assurée par des dispositifs différentiels résiduels (DDR) de 300 mA pour l'éclairage et les diverses forces , 30 mA pour les prises de courant.

Projet de fin d’études 2008

----2.3.3.Les placards techniques

de fin d’études 2008 ----2.3.3.Les placards techniques Un placard technique sera crée pour chaque bloc opératoire

Un placard technique sera crée pour chaque bloc opératoire et recevra le réseau normal et le réseau ondulé.

Le réseau normal :

Le réseau normal est composé d'une armoire de distribution normale avec un transformateur IT médical de 5 Kva monophasé.

Dans ce placard il y aura un tableau de distribution dont les caractéristiques seront les suivantes:

- Un bornier pour les circuits auxiliaires

- Des goulottes PVC pour câbles dont les coefficients de remplissage ne dépassent pas

75%

- toutes les parties actives sous-tension, portes ouvertes, seront protégées par caches bornes.

La protection contre les contacts indirects sera assurée par des dispositifs

différentiels résiduels (DDR) de 300 mA pour l'éclairage et les diverses forces , 30 MA pour les prises de courant. De cette protection dériveront un certain nombre de départs

- Un départ pour un disjoncteur bipolaire avec différentiel de 30 mA pour les PC 32A

- Un départ pour un disjoncteur courbe D amont du transformateur IT médical.

- Un départ pour un disjoncteur courbe D aval du transformateur IT médical.

- Un départ pour un disjoncteur bipolaire CPI

- Un départ pour un disjoncteur bipolaire éclairage salle de bloc opératoire

- Un départ pour un disjoncteur bipolaire avec différentiel de 30 mA courbe D porte automatique piétonne.

- Un départ pour un disjoncteur bipolaire avec différentiel de 30 mA négatoscope

- Un départ pour un disjoncteur bipolaire avec différentiel de 30 MA Pc gaine murale

- Un départ pour un disjoncteur bipolaire avec différentiel de 30 MA Pc bras anesthésie

- Un départ pour un disjoncteur bipolaire avec différentiel de 30 MA Pc ménage

- Un départ pour un disjoncteur bipolaire horloge

- Un départ pour un disjoncteur bipolaire chargeur scialytique.

Le réseau ondulé :

Le réseau ondulé est composé d'une armoire de distribution normal avec un transformateur IT médical de 5 Kva monophasé , les caractéristiques seront identiques

que pour le réseau normal toutefois il sera à prévoir un nombre de départs différents

- Un départ pour un disjoncteur courbe D amont du transformateur IT médical.

- Un départ pour un disjoncteur courbe D aval du transformateur IT médical.

- Un départ pour un disjoncteur bipolaire CPI

- Un départ pour un disjoncteur bipolaire avec différentiel de 30 MA Pc gaine murale

- Un départ pour un disjoncteur bipolaire avec différentiel de 30 MA Pc bras anesthésie

Projet de fin d’études 2008

Projet de fin d’études 2008 3---Notions techniques abordées dans le projet -3.1. L ‘équipotentialité ----

3---Notions techniques abordées dans le projet

-3.1. L ‘équipotentialité

----3.1.1.Préambule

L’équipotentialité est une notion que les électroniciens connaissent et appliquent depuis longtemps dans le dessin et leurs cartes, le raccordement des châssis et l’utilisation de câbles blindés. L’évolution des techniques oblige à l’étendre à une échelle beaucoup plus large.

De l’équipement individuel, où elle n’était déjà pas si facile à réaliser, l’équipotentialité s’applique à toute l’installation avec les difficultés liées à la diversité des appareils, à la distance qui les sépare, à des exigences élevées de contacts électriques, voire à la structure du réseau d’alimentation. Elle est indispensable pour que les «courants faibles», qui véhiculent des informations entre ces équipements, ne soient pas perturbés dans leur environnement.

----3.1.2.La référence à un potentiel commun

L’équipotentialité consiste en une référence de potentiel commune à plusieurs éléments, et ne doit pas être confondue avec la terre, rendue nécessaire par la sécurité. C’est la différence de potentiel entre deux masses, dont l’une peut être la terre, qui est dangereuse.

Dans le cadre de la CEM, il convient d’élargir cette notion à tous les éléments métalliques, y compris non accessibles, faisant ou non partie des matériels (structures, bâtis, châssis, charpentes, …). Faisant référence au potentiel commun, ils sont assimilés à des masses. L’important en CEM est que tous les équipements qui ont des liaisons en commun aient le même potentiel de référence.

Ces liaisons en commun peuvent être plus ou moins nombreuses ou sensibles (lignes d’alimentation, conducteurs de protection, lignes d’échanges, de mesures, …). Il existe, dans la constitution de ce réseau de masse, une réponse graduelle en fonction de la sensibilité des appareils ou du niveau de perturbation de l’environnement.

Projet de fin d’études 2008

Projet de fin d’études 2008 ----3.1.3.L’interconnexion des masses L’interconnexion des masses assure la notion

----3.1.3.L’interconnexion des masses

L’interconnexion des masses assure la notion d’équipotentialité à une plus grande échelle. En multipliant les éléments conducteurs mis en parallèle (charpentes, canalisations, ceinturages, …), elle permet de diminuer l’impédance entre les appareils, d’atténuer largement les courants haute fréquence en les divisant. L’interconnexion systématique aboutit à la création d’un véritable réseau maillé.

----3.1.4.L’inductance linéique

Comment deux équipements, souvent reliés entre eux par de multiples lignes, peuvent-ils être affectés ? Pratiquement, l’équipotentialité formée par ces lignes reste le plus souvent limitée aux basses fréquences. Dès que la fréquence augmente ( signaux perturbateurs jusqu’à plusieurs centaines de M.Hz ), elles deviennent trop impédantes. On le voit d’ailleurs dans la formule de base du calcul de l’impédance Z en haute fréquence :

Z = 2 π f L

1

Celle-ci croit proportionnellement avec la fréquence f (en Hertz) et l’inductance L (en Henry) du conducteur, elle-même directement liée à la longueur de ce dernier.

L’inductance linéique d’un conducteur rectiligne est d’environ 1 µH/m. Elle peut descendre à des valeurs de 0,1 à 0,5 %H/m pour des conducteurs larges et très courts (feuillards, tresses) où le rapport l / d 5. Si l’on enroule les conducteurs (boucles), l’inductance linéique peut monter à 10 mH/m d’où une impédance encore plus élevée. En revanche, si le conducteur retour est très proche du conducteur aller (épingle à cheveux), l’inductance linéique est divisée par 3. En plus, cette disposition limite la formation de boucles soumises au rayonnement et diminue le couplage capacitif entre les câbles. D’où l’intérêt qu’il y a à regrouper dans un même cheminement les conducteurs d’alimentation, les conducteurs de protection et éventuellement de faire cheminer les conducteurs de masse au plus près des masses auxquelles ils sont raccordés. Dans cette situation une perturbation qui affecterait l’équipement 1 (une surtension par exemple) n’affectera pas, ou du moins de manière très atténuée, l’équipement 2. Cette perturbation aura induit une différence de potentiel entre les équipements qui pourra être décodée comme un signal de commande ou une variation de valeur ou tout autre ordre non désirable. En revanche, si les deux équipements sont parfaitement équipotentiels par l’adjonction d’un conducteur de masse, cette perturbation s’équilibrera, souvent en diminuant de niveau. La montée en potentiel sera identique de part et d’autre et aucune différence ne pouvant être décelée, il n’y aura pas de défaut.

Projet de fin d’études 2008

----3.1.5.Valeurs d’impédance

de fin d’études 2008 ----3.1.5.Valeurs d’impédance Pour obtenir une bonne équipotentialité, il faut définir

Pour obtenir une bonne équipotentialité, il faut définir les valeurs d’impédance suivantes :

– borne de masse (contact)< 5 m,

– liaison entre deux masses voisines < 20 m(dans un même îlot < 2 m),

– liaison entre masses et éléments conducteurs < 50 m(distants de 20 m).

Le calcul concernant l’impédance des conducteurs de masse reste délicat. Pour que le conducteur assure un rôle de court-circuit et donc d’équipotentialité jusqu’à une certaine fréquence, il faut que cette liaison possède une impédance inférieure au circuit à shunter. Cette notion d’infériorité peut se définir par un coefficient K de proportionnalité entre l’impédance de ligne et celle de la liaison équipotentielle.

K variant de 10 à 30

2

Ordre de grandeur des valeurs d’impédance de quelques conducteurs :

Pour une ligne haute fréquence d’impédance 100 , seul un feuillard très court aura réellement un effet équipotentiel à la fréquence maxi. Les liaisons filaires n’auront souvent qu’un effet illusoire. En pratique, on aura tout intérêt à se servir de tous les éléments métalliques disponibles, charpentes, structures, bâtis, armoires équipements, en multipliant les liaisons par conducteurs courts ou mieux encore par assemblage direct, pour faire baisser principalement en haute fréquence la valeur de la liaison équipotentielle.

Pour des applications industrielles courantes (perturbations < 1 MHz), les conducteurs de masse ne devraient pas excéder une longueur d’un mètre. Cette longueur sera ramenée à 0,5 m pour les applications de transmission de données (jusqu’à 100 MHz).

On préférera, dans l’ordre d’efficacité, les conducteurs larges et plats (feuillards), les conducteurs multibrins plats (tresses), les conducteurs multibrins souples ; les conducteurs massifs ronds sont les moins efficaces.

Projet de fin d’études 2008

-3.2.Les réseaux de masse

----3.2.1.Préambule

2008 -3.2.Les réseaux de masse ---- 3.2.1.Préambule Nous avons vu comment l’utilisation de la structure

Nous avons vu comment l’utilisation de la structure métallique des enveloppes permet de créer une référence de potentiel fiable. Tous les systèmes de montage des équipements assurent une bonne continuité avec cette référence.

L’emploi des plaques de montage galvanisées permet d’assurer un contact direct avec les équipements possédant un châssis métallique conducteur. Pour les applications où des plaques peintes « orange » sont requises, les fixations par trous taraudés, vis auto taraudeuses, rivets aveugles et vis/écrou avec rondelles contacts assurent également un contact de bonne qualité.

L’utilisation des vis spéciales HF, de rondelles contacts et de clips-écrous à picots assure un excellent contact sur les surfaces peintes et traitées par perçage du revêtement.

Valeurs typiques de résistances de contact( valeur LEGRAND)

- Vis avec taraudage sur plaque peinte : 0,2 à 0,3 m

- Vis auto taraudeuse sur plaque pleine : 0,3 à 0,4 m

- Contact métal/métal sur plaque galvanisée : 0,2 à 0,25 m

- Vis avec rondelle contact sur peinture : 0,3 à 0,5 m

- Clips-écrous sur montants Altis peints : 0,4 à 0,6 m

- Vis et rondelle plate sur traitement zingué bichromaté : 0,6 à 0,8 m . Valeurs d’équipotentialité d’une structure Altis

Dans tous les cas ces valeurs sont largement meilleures que les valeurs admissibles. Pour rappel, elles offrent une résistance plus faible que 5 m par contact et 20 m pour une structure de dimensions inférieure à 2 m.

Projet de fin d’études 2008

----3.2.2.Le maillage

Projet de fin d’études 2008 ----3.2.2.Le maillage Le maillage a également pour effet de réduire les

Le maillage a également pour effet de réduire les surfaces des boucles soumises aux champs rayonnés. Comme les tensions induites sont proportionnelles à la surface de ces boucles, plus celles-ci seront petites, plus les perturbations seront atténuées. La tension induite dans une boucle est proportionnelle à sa surface et aux lignes de champ magnétique qui la traversent.

Elle est définie par la formule :

U = S dH/dt

3

- S représente la surface de la boucle

- DH / dt la variation instantanée du champ.

Plus celle-ci sera rapide, un phénomène transitoire à haute fréquence par ex., plus la tension induite sera grande.

La foudre est la source la plus énergétique et le champ qu’elle provoque peut induire des surtensions de plusieurs centaines de volts sur des boucles de quelques mètres carrés. (Une décharge de foudre atteint couramment 20 kA avec un temps de montée dt de 1µS.)

----3.2.3.Règles du maillage

Règles :

Les effets rayonnés de la foudre sont surtout à considérer au niveau des bâtiments et du maillage de ceux-ci. Ni les enveloppes elles-mêmes ni leurs équipements ne présentent de boucles dont la surface est significative. De plus l’adjonction de différents accessoires de montage (traverses, rails, platines) réalise un maillage très serré.

Règles :

Dans les équipements eux-mêmes et particulièrement dans les tableaux de distribution, les effets des champs magnétiques rayonnés sur des boucles de masse sont surtout à considérer pour les câbles d’énergie et les jeux de barres. En régime permanent de fonctionnement, les tensions induites restent très faibles sous réserve de regrouper tous les conducteurs actifs (phases et neutre) dans les mêmes cheminements.

Projet de fin d’études 2008

Projet de fin d’études 2008 La disposition mutuelle la plus efficace est celle dite en trèfle,

La disposition mutuelle la plus efficace est celle dite en trèfle, qui permet d’annuler l’effet de l’addition des champs mais elle n’est pas facilement réalisable.

des champs mais elle n’est pas facilement réalisable. Figure 3 : Vue de coupe des poses
des champs mais elle n’est pas facilement réalisable. Figure 3 : Vue de coupe des poses
des champs mais elle n’est pas facilement réalisable. Figure 3 : Vue de coupe des poses

Figure 3 : Vue de coupe des poses des câbles.

réalisable. Figure 3 : Vue de coupe des poses des câbles. Dans la pratique les dispositions

Dans la pratique les dispositions en nappe serrée sont tout à fait admissibles c’est ce qui sera réalisé sur le site de

admissibles c’est ce qui sera réalisé sur le site de Figure 4 : Vue de coupe

Figure 4 : Vue de coupe des poses des câbles.

Projet de fin d’études 2008

----3.2.4.La terre

Projet de fin d’études 2008 ----3.2.4.La terre La terre ne doit pas être considérée comme une

La terre ne doit pas être considérée comme une référence de potentiel exempte de pollution. Si cela reste totalement vrai pour la CEM, et entre les équipements ainsi qu’à l’intérieur de ceux-ci, son raccordement reste néanmoins essentiel pour la protection de l’installation contre les surtensions d’origine atmosphérique et obligatoire pour la protection des personnes.

Le réseau de masse doit être parfaitement relié à la terre. A priori, nous

pourrions penser qu’il y a contradiction avec nos précédents articles où nous affirmions que seule la notion de masse commune importait. Mais il faut bien

constater que la masse du réseau d’alimentation est constituée

nécessité d’une liaison équipotentielle entre la source d’alimentation et l’installation, implique un raccordement à un point commun, en l’occurrence la terre.

par la terre ! La

Compte tenu des distances de transport, la terre est le seul conducteur d’équipotentialité disponible entre la source (centrale ou poste de transformation) et l’utilisation (installation).

-3.3.Les niveaux de réalisation

----3.3.1.Le niveau 0

Le niveau 0 correspond au raccordement des équipements par des conducteurs de protection (fils vert/jaune) à un unique point central. On parle souvent de mise en étoile. Il est exigé pour la protection des personnes. Si cette technique est appropriée en basse-fréquence, elle trouve rapidement ses limites en haute fréquence, l’impédance des conducteurs devenant trop grande du fait de leur longueur . Ce niveau de réalisation est généralement réservé aux installations domestiques et résidentielles, où les appareils branchés fonctionnent indépendamment les uns des autres.

Cette pratique minimale présente également l’inconvénient de créer des boucles de grandes dimensions dans lesquelles des surtensions importantes peuvent être induites, notamment par la foudre.

Projet de fin d’études 2008

Projet de fin d’études 2008 Difficultés du raccordement au conducteur de protection le plus proche Le

Difficultés du raccordement au conducteur de protection le plus proche

Le raccordement des appareils au conducteur de protection le plus proche limite efficacement les impédances communes et les surfaces de boucle. A ce titre, cette approche est séduisante mais sa mise en œuvre est beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît. Les sections nécessaires sont difficiles à déterminer. Les raccordements se trouvent multipliés. Le risque est grand de créer une installation approximative qui pourrait mettre en cause la sécurité. Solution : Raccorder à un unique point d’alimentation.( réduction des surfaces des boucles sans la nécessité d’un installation lourde ).

----3.3.2.Le niveau 1

En fait, l’évolution des usages devrait évoluer vers un principe simple à mettre en œuvre, économique, et souvent suffisant : Règles : Un bon niveau de protection est déjà assuré en ajoutant une liaison équipotentielle entre les masses des appareils qui communiquent entre eux. C'est une règle de base. La liaison ainsi constituée sera d’autant plus efficace qu’elle sera placée à proximité des conducteurs sensibles, sur lesquels elle aura un effet réducteur. Cette liaison peut être un conducteur court, ou, mieux, comme nous l’avons vu dans les articles précédents, une structure métallique commune.

----3.3.3.Le niveau 2

Le niveau 2 sera appliqué aux installations plus sensibles - installations d’automatismes et de conduite de procédés, réseaux informatique de catégorie 5 (100 MHz) - ou lorsque des sources importantes de pollution électromagnétiques sont présentes. On aura alors tout intérêt à interconnecter tous les éléments métalliques accessibles : poteaux, charpentes, goulottes, tablettes, gaines, huisseries, qui constitueront un maillage, certes imparfait, mais réduisant déjà notablement les impédances communes et les surfaces de boucles.

Projet de fin d’études 2008

----3.3.4.Le niveau 3

Projet de fin d’études 2008 ----3.3.4.Le niveau 3 Avec le niveau 3, nous abordons la notion

Avec le niveau 3, nous abordons la notion de maillage par îlot. Il concerne les équipements sensibles, coûteux, ou ceux auxquels il faut assurer une disponibilité permanente : salles informatiques, serveurs, baies de répartition, commutateurs haut- débits, régies vidéo, et, plus généralement, les applications de fréquences supérieures à 100 MHz.

Ce maillage sera utile également dans les bâtiments ne comportant pas eux-mêmes de structure conductrice suffisante (construction traditionnelle maçonnée) et où une protection spécifique contre les champs de forte puissance rayonnés par les câbles d’énergie ou par la foudre peut-être nécessaire.

Règle :

Un maillage resserré et localisé peut être constitué par un plancher conducteur ou par un ceinturage périphérique du local (feuillard cuivre de largeur 20 mm mini) disposé en partie basse. Si la hauteur de plafond est supérieure à 3 mètres, un ceinturage haut pourra également être installé.

Bien entendu, toutes les masses évoquées au niveau 2 seront reliées à ce maillage de l’îlot par des liaisons les plus directes possibles et constituées de tresses, de feuillards, ou, à défaut, de conducteurs souples de section minimale de 25 mm2. L’accessibilité au ceinturage sera préservée si possible sur toute sa longueur (montage apparent ou en goulotte), et les traversées de mur seront isolées pour préserver de la corrosion.

Si deux îlots sont juxtaposés, les réseaux maillés de chacun seront interconnectés en plusieurs points.

Les maillages d’îlots seront raccordés aux structures accessibles du bâtiment. Dans tous les cas, l’efficacité de la protection contre la foudre passera par une bonne liaison du réseau de masse avec le sol, via une prise de terre de bonne qualité (<10 W), constitué si possible d’un ceinturage en fond de fouille.

Projet de fin d’études 2008

Projet de fin d’études 2008 -3.4.Le choix du régime de neutre ----3.4.1.Préambule Pour la protection des

-3.4.Le choix du régime de neutre

----3.4.1.Préambule

Pour la protection des personnes , les 3 schémas de liaison à la terre sont équivalents si l’on respecte toutes les règles d’installations et d’exploitation. Etant donné les caractéristiques spécifiques à chaque schéma, il ne peut donc être question de faire un choix a priori. Ce choix doit résulter d’une concertation entre l’utilisateur et le concepteur de réseau ( BE, installateur). Sur :

- les caractéristiques de l’installation.

- Les conditions et impératifs d’exploitation.

Il est illusoire de vouloir exploiter un réseau à neutre isolé dans une partie d’installation qui par nature possède un niveau d’isolement faible ( quelques milliers d’ohms) : installations anciennes, étendues avec lignes extérieures …. De même il serait contradictoire dans une industrie où la continuité de service ou de productivité est impérative et les risques incendie importants de choisir une exploitation en mise au neutre.

----3.4.2.Méthode pour choisir un schéma de liaison a la terre

1. Il faut s’assurer que l’installation ne se trouve pas dans un des cas où le schéma de liaison à la terre est imposé ou recommandé par la législation

Etablissement recevant du public :

Neutre isolé :

Règlement de sécurité contre les risques de panique et d’incendie dans les lieux recevant du

Règlement de sécurité contre les risques de panique et d’incendie dans les lieux recevant du public.

Circuits de sécurité ( éclairage) soumis au décret de protection des travailleurs :

Circuits de sécurité ( éclairage) soumis au décret de protection des travailleurs :

Neutre isolé :

Arrêté ministériel du 10 novembre 1976 relatif aux circuits et installations de sécurité ( publié officiel n° 102 NC du 1 décembre

1976)

Projet de fin d’études 2008

Projet de fin d’études 2008 2. Rechercher avec l’utilisateur les exigences de continuité de service ou

2. Rechercher avec l’utilisateur les exigences de continuité de service ou de productivité en fonction de l’exploitation ( service entretien).

Entretien assuré par un personnel électricien qualifié

Continuité de service primordiale

OUI

NON

OUI

Neutre isolé :

Neutre isolé (IT), neutre à la terre ( TT), mise au neutre (TN) :

Choix définitif après examen :

Combiné à d’autres mesures éventuelles ( normal-secours, sélectivité des protections, localisation et recherche automatique du 1 défaut), il constitue le moyen le plus sur pour éviter au maximum les coupures en exploitation. Exemple :

 

-

Des caractéristiques , de

l’installation ( nature réseau)

-

du degré de complexité de

mise en œuvre de chaque schéma.

-

du coût de chaque schéma à

-

Industries où la continuité de

l’étude , l’installation etc.

services est prioritaire pour la

conservation des biens ou des produits.

-

exploitation avec circuits

prioritaires de sécurité :

immeubles de grande hauteur,

hôpitaux

NON

Aucun

Neutre a la terre (TT) :

schéma

Le plus simple à mettre en œuvre , à contrôler , à exploiter.

satisfaisant

Projet de fin d’études 2008

Projet de fin d’études 2008 3. Rechercher avec l’utilisateur et avec le bureau d’études , les

3. Rechercher avec l’utilisateur et avec le bureau d’études , les synergies entre les différents schémas de liaison à la terre et les perturbations électromagnétiques.

Nature de

Schéma

remarque

l’installation

Réseau de

TT

Emploi de parafoudre si distribution aérienne

distribution

Installation à BT issue d’un poste HTA/BT de l’établissement

TT

Recommandé pour les installations peu surveillées ou évolutives. TNS pour les installations très surveillées et peu évolutives. Recommandé s’il y a un impératif de service

TN

 

IT

Sources de

IT

Conseillé pour la continuité de service. Possible, mais attention au réglage des protections. conseillé

remplacement

TNS

TT

Dans notre cas on a pu constater que le régime IT médical était donc le bon régime de neutre à mettre en place dans le cas de nos travaux. De plus en présence d’un seul défaut d’isolement à la masse ou à la terre, appelé , premier défaut , le courant de fuite Id est assez faible pour que la règle : Ra ( résistance d’isolement), Id courant de fuite pour que la règle soit respectée et qu’aucune élévation dangereuse de potentiel des masse ne se produise , le déclenchement n’est donc pas obligatoire: Une installation de ce type peut rester en service avec une phase à la masse sans danger pour les personnes.

RA*Id=<50 Volts

4

Dans la pratique toutefois le courant Id est faible et cette condition est aisée à remplir. Cependant un contrôleur d’isolement ( Cpi ) doit être conforment aux cahier des charges installé , il doit déclencher un signal sonore ou visuel à l’apparition du premier défaut (Id).

Projet de fin d’études 2008

Projet de fin d’études 2008 La recherche et l’élimination rapide du premier défaut est impératif pour

La recherche et l’élimination rapide du premier défaut est impératif pour bénéficier pleinement de la continuité de service qui est l’avantage prépondérant de ce schéma des liaisons à la terre.

Schéma du régime de neutre IT

des liaisons à la terre. Schéma du régime de neutre IT . François-Xavier LUNGOBARDO Génie électrique

.

Projet de fin d’études 2008

Projet de fin d’études 2008 4--- Constitution de la réponse a l’appel d’offres -4.1.La réponse technique

4--- Constitution de la réponse a l’appel d’offres

-4.1.La réponse technique

----4.1.1.Le choix du cheminement et câblage des câbles

------4.1.1.1.Préambule

Le type de cheminement des câbles doit être très strict ,en effet de fort courant vont circuler notamment au niveau du TGBT et du TGD , les câbles supportant ces très forts courants doivent être dimensionnés de manière toute a fait précise de même que leur type de pose et leur type de cheminement.

Dans ce chapitre je vais me consacrer à démontrer l’effet que peut avoir un fort courant sur un câble et sur son voisinage proche ( au niveau des couplages, de l’élévation de température)

------4.1.1.2.Le champ d’induction magnétique

Les intensités qui circulent dans les conducteurs créent un champ d’induction magnétique qui peut avoir des effets indésirables sur son environnement.

d B
d
B

B= 2.10^-7 *I/d

5

Les courants électriques qui circulent dans les conducteurs créent un champ d’induction magnétique. Les matériaux ferromagnétiques situés à proximité canalisent les champs d’induction magnétiques.

Projet de fin d’études 2008

------4.1.1.3.L’Effet réducteur

de fin d’études 2008 ------4.1.1.3.L’Effet réducteur Il est apporté par la proximité d’éléments

Il est apporté par la proximité d’éléments métalliques (reliés aux autres masses bien sûr) qui atténuent les couplages capacitifs et inductifs entre les conducteurs.

Couplage inductif

Il se rencontre lorsque deux ou plusieurs conducteurs cheminent côte à côte. La variation de courant dans l’un des conducteurs (perturbateur) entraîne une variation du champ magnétique qui induit une tension dans le conducteur voisin (victime).

L’interposition ou la proximité immédiate d’un élément conducteur diminuera le couplage entre les deux lignes selon deux modes d’action :

- D’une part par un effet d’écran aux lignes de champ magnétique, - D’autre part en induisant une partie de la force électromotrice dans le matériau du plan de masse. La force électromotrice induite dans le conducteur victime s’en trouve diminuée d’autant.

Les lignes de courants forts sont des sources de couplages inductifs sur les lignes de courant faibles.

Couplage capacitif

Lorsque deux conducteurs cheminent côte à côte, ils constituent les armatures d’un condensateur dont la capacité dépend de la longueur de cheminement et de la distance entre les conducteurs. Le couplage entre les conducteurs sera proportionnel à la fréquence et à la tension.

Les lignes de transmission en haute fréquence et haute impédance sont soumises aux couplages capacitifs . Comme précédemment, la proximité ou mieux l’interposition d’un élément conducteur relié au réseau de masse va dériver une partie des courants capacitifs et de ce fait limiter le couplage entre les conducteurs. La technologie des câbles blindés qui permet de se protéger de ces phénomènes de couplage, par tors adage des paires pour l’aspect inductif et par écrantage pour l’aspect capacitif mais de tels câbles sont généralement réservés à des utilisations sensibles.

Projet de fin d’études 2008

------4.1.1.4.Régles du couplage capacitif

d’études 2008 ------4.1.1.4.Régles du couplage capacitif Voici quelques règles simples à appliquer à tout câblage

Voici quelques règles simples à appliquer à tout câblage et qui permettent, en profitant des effets réducteurs, de se prémunir d’une majorité de risques :

1 . Toujours faire cheminer ensemble, de manière la plus contiguë possible, conducteur aller et conducteur retour ou conducteur(s) de phase (s) et neutre, quel que soit le signal transmis. Pour les conducteurs à courant fort, l’effet perturbateur est réduit car la somme des effets d’induction s’annule. Pour les conducteurs sensibles, les boucles sont réduites et le couplage de la perturbation se fait simultanément sur les deux conducteurs (mode commun).

2. Si des câbles multis -conducteurs sont utilisés, ne pas laisser de conducteurs non

raccordés il est nécessaire de les relier ensemble et de les déconnecter à la masse. Ils constitueront un plan de masse qui réduira les couplages capacitifs.( appareillage type

interphones , horloge de contrôle).

3. Pour des passages de conducteurs entre les éléments d’un même système (armoire

d’automatismes, pupitre de commande et machine), l’utilisation des conduits flexibles métalloplastiques permettra, là encore, de bénéficier d’un effet réducteur intéressant.

4. Quel que soit leur usage (signaux, commandes, puissance, mais aussi liaisons

équipotentielles et conducteurs de protection), faire cheminer les conducteurs au plus près des structures, des charpentes, des conduits des poteaux, et autres plans de masse. Mais n’oublions pas que tout plan de masse n’a un effet réducteur que s’il est

parfaitement équipotentiel et interconnecté. Si tel n’est pas le cas, il y a risque d’amplification des perturbations. Pour les appareillages eux-mêmes et les câblages qui leur sont associés, l’utilisation d’enveloppes possédant les éléments largement dimensionnés et parfaitement équipotentiels par construction, (châssis, plaques de montage, panneaux, etc.) permet de constituer des plans de masse efficaces. De la même façon, on équipera de châssis métalliques les gammes d’enveloppes en matériau isolant.

Projet de fin d’études 2008

------4.1.1.5.Notre choix de type de cheminement

Les problèmes à ne pas reproduire

de type de cheminement Les problèmes à ne pas reproduire Problème de pose des câbles aux

Problème de pose des câbles aux abords d’ouvrage métalliques . Les conducteurs d’une même ligne doivent passer ensemble du même coté d’un ouvrage métallique , pour que les pièces métalliques ne servent pas de noyau magnétique.

>Pour la même raison il est interdit de fixer par des colliers en acier ou des crochets des câbles mono- conducteurs.

> De même, il est interdit de faire passer par des conduits métalliques différents des câbles mono conducteurs d’une même canalisation électrique.

Problème de répartition des conducteurs sur les chemins de câbles et les pertes par échauffements par les courants induits. Dans ce type de répartition des conducteurs , les courants électriques ne se compensent pas , et il y à présence d’un champ magnétique alternatif dans l’environnement des canalisations et la présence de courants induits qui créent des échauffements dans les chemins de câbles. La transmission de l’énergie est sujette à des pertes supplémentaires

Dans ce type de répartition des conducteurs , les courants électriques par canalisation se compensent . Il n’y a pas de champ magnétique alternatif dans l’environnement des canalisations donc pas de courants induits dans le chemin de câbles. Le câble ne s’échauffe donc pas et la transmission de l’énergie est optimum.

Notre type de cheminement sera de type dalle marine , anti- corrosion, on prévoit un espace libre de 30% sur ce même cheminement.

Projet de fin d’études 2008

Projet de fin d’études 2008 ----4.1.2.Le choix des canalisations électriques ------4.1.2.1.Préambule Méthode de

----4.1.2.Le choix des canalisations électriques

------4.1.2.1.Préambule

Méthode de détermination de la section d’une canalisation Il existe 4 étapes pris en compte pour la taille de la section.

Etape 1 : Calcul du courant Ib : intensité d’emploi en fonctionnement normal :

Ib : intensité d’emploi en fonctionnement normal : Etape 2 :Déterminer Sj : section imposée par

Etape 2 :Déterminer Sj : section imposée par l’échauffement des câbles

Sj : section imposée par l’échauffement des câbles Etape 3 :Déterminer Su : section imposée par

Etape 3 :Déterminer Su : section imposée par la chute de tension

:Déterminer Su : section imposée par la chute de tension Etape 4 : Déterminer Scc :
:Déterminer Su : section imposée par la chute de tension Etape 4 : Déterminer Scc :
:Déterminer Su : section imposée par la chute de tension Etape 4 : Déterminer Scc :
:Déterminer Su : section imposée par la chute de tension Etape 4 : Déterminer Scc :

Etape 4 : Déterminer Scc : section imposée par le courant de court-circuit

Scc : section imposée par le courant de court-circuit Remarque : ce calcul ne s’effectue que

Remarque : ce calcul ne s’effectue que :

- pour les câbles HTA

- pour les câbles BTA proches du TGBT fait des forts courant de court-circuit

Projet de fin d’études 2008

------4.1.2.2.Dimensionnement des sections Sj

2008 ------4.1.2.2.Dimensionnement des sections Sj Circuits terminaux : Courant Ib correspond à la puissance
Circuits terminaux : Courant Ib correspond à la puissance apparente des récepteurs d’emploi Ib Circuit
Circuits terminaux :
Courant
Ib correspond à la puissance
apparente des récepteurs
d’emploi Ib
Circuit de distribution : Ib correspond
à la puissance d’utilisation qui tient
compte des coefficients de
simultanéité et
Fusible gG
Choix du dispositif de
protection
Disjoncteur
ou GI
Calibre
In ≥ Ib
Calibre
In ≥ Ib
Coefficient
Coefficient K0
K0=1
In<10A
K0=1.31
10A In 25A K0=1.21
In>25A
K0=1.1
I’z=K0*In (ou Ir)
Tableau
Numéro de
Facteur de correction K1
Dépend du mode de
pose
référence du
des modes
Tableau 52E
mode de pose
de pose
52C
Numéro de la méthode de référence A -B-C-E-F
Facteur de correction K3
dépend de la T°
ambiante
T° ambiante
Tableau 52 J1
Type d’isolant
oui
Montage sous conduit
Facteur de correction K4, dépend
du groupement des conduits
Tableau 52 GL
non
Si pose jointive
Nbre de conduits disposés verticalement
Facteur de correction :
Iz= I’z/( *Ki)
K6=k61*k62 , dépend du
groupement des circuits.
K62
K61
Choix de la section SJ
Tableau
Tableau
52L1

Projet de fin d’études 2008

------4.1.2.3.Dimensionnement d’une section Su

2008 ------4.1.2.3.Dimensionnement d’une section Su L’impédance d’un câble est faible mais non nulle :

L’impédance d’un câble est faible mais non nulle : lorsqu’il est traversé par le courant de service , il y a chute de tension entre son origine et son extrémité. Or le bon fonctionnement d’un récepteur( surtout moteur) est conditionné par la valeur de la tension à ses bornes. Il est donc nécessaire de limiter les chutes de tension en ligne par un dimensionnement correct des câbles d’alimentation. Chute de tension admise par la norme NFC 15-100 en % de la tension nominale d’alimentation

- Les chutes de tension sont déterminées d’après les puissances absorbées par les appareils d’utilisation , en appliquant le cas échant les facteurs de simultanéité Ks ou, à défaut d’après les valeurs du courant d’emploi Ib.

Type de raccordement

Eclairage

Autres usages

A.

Installations

Utilisation normale L>100 m

3%

5%

alimentées

0.005 %

0.005%/m

directement par

(0.5%majoration)

/m

10

%

le réseau de distribution public BT

Démarrage des moteurs ( 6 InId)

 

B.

Installations

Utilisation normale :

6%

8%

alimentées par un poste de livraison ou un poste de transformation à partir d’un réseau HT.

Démarrage des moteurs

0.005%/m

50

%

(8InId)

0.005 %/m

L>100m

- La chute de tension maximale autorisée correspond à la chute de tension entre la source et le récepteur considéré

u en % = u 100/U

6

En pratique , on considère que la chute de tension totale est la somme des chutes de tension de chaque canalisation :

utot= u1+ u2+ u3+ u4

7

utot

u1 Câble 1 u2 Câble 2 u3 Câble 3 u4 Câble 4
u1
Câble 1
u2
Câble 2
u3
Câble 3
u4
Câble 4

Projet de fin d’études 2008

Schéma équivalent d’une ligne :

Schéma équivalent par phase :

R

Self X

Va

d’une ligne : Schéma équivalent par phase : R Self X Va Ib Vd charge Diagramme

Ib

Vd

charge

: Schéma équivalent par phase : R Self X Va Ib Vd charge Diagramme = longueur
: Schéma équivalent par phase : R Self X Va Ib Vd charge Diagramme = longueur
Diagramme = longueur de la canalisation en m. = résistance linéique du câble. Avec X=
Diagramme
= longueur de la canalisation en m.
= résistance linéique du câble.
Avec X=
Vd
Zjb
1
Xib
0
Va
Rib
Ib
V
Si 1 est négligeable devant (si V<<V) alors
V=(R*cos +X*sin
)*Ib
8

Détermination de la chute de tension pour les différents types d’alimentation

Monophasé Triphasé Continu R X R U U R X R U=2*(R*cos +X*sin )*Ib U=÷÷÷÷3*(R*cos
Monophasé
Triphasé
Continu
R
X
R
U
U
R
X
R
U=2*(R*cos +X*sin
)*Ib
U=÷÷÷÷3*(R*cos +X*sin
)*Ib
U=÷÷÷÷3*(Rb)

Projet de fin d’études 2008

Conclusion :

Projet de fin d’études 2008 Conclusion : Le logiciel Caneco réalise ces tests avec en plus

Le logiciel Caneco réalise ces tests avec en plus le test de Scc , et détermine ensuite la section de plus forte valeur entre les trois. En effet ce logiciel nous fait gagner un temps d’exécution précieux. Ci dessous je présente un câble qui a été sélectionné pour les travaux

------4.1.2.4.Cable retenu de type U-1000 R2V

Description :

3 4 6 5
3
4
6
5

1. Ame rigide cuivre nu ou aluminium

2. Ruban séparateur facultatif

3. isolation PR

4. gaine de bourrage

5. gaine PVC noir

6. conducteur de protection

Emploi et mode de pose

Le rayon de courbure : minimum à l’installation , 6 fois le diamètre du câble. Installation industrielles , colonnes montantes d’immeubles.

- pose : sans protection mécanique complémentaire , à l’air libre , fixé aux parois ou sur chemins de câbles , tablettes ou autre supports. Dans les vides de la construction et dans les huisseries métalliques ou en bois.

- Avec protection mécanique réalisée par . dalles , tuiles , briques pour la pose entrée des câbles,.Gaines , caniveaux , goulottes .Conduits ou fourreaux appropriés aux risques mécaniques dans les locaux présentant des risques d’explosion. Dans ce cas , il faut réduire les intensités admissibles de 15%.

- Ce type de câble ne doit pas être déroulé ni posé lorsque la température est inférieur a – 10°.

Les conditions de son utilisation :

- il est déconseillé d’utiliser ce câble dans les terrains inondés plus de deux mois par an et dans les tranchées formant un drain. Dans ce cas utiliser le câble de type U-1000 RGPFV.

- Lorsque le câble est enterré , il faut prévoir un protection mécanique complémentaire contre les chocs des outils à main et éviter d’enterrer des câbles de section inférieur a 6 mm² dans des terrains non stabilisés.

Projet de fin d’études 2008

----4.1.3.La sélectivité Ampèremétrique

------4.1.3.1.Principe

sélectivité Ampèremétrique ------4.1.3.1.Principe Cette sélection a été choisie pour nos installations de

Cette sélection a été choisie pour nos installations de Clairval je vais dans ce paragraphe décrire ce principe que nous avons mis en œuvre. Son principe est basé sur le fait que dans un réseau électrique , le courant de défaut est d’autant plus faible que le défaut est éloigné de la source.

------4.1.3.2.Mode de fonctionnement

Une protection ampèremetrique est disposée au départ de chaque tronçon : son seuil est réglé à une valeur inférieure à la valeur de court-circuit minimal provoqué par un défaut sur la section surveillée , et supérieure à la valeur maximale du courant provoquée par un défaut situé en aval. Avantages :

Ainsi réglée , chaque protection ne fonctionne que pour des défaut situés immédiatement en aval de sa position , à l’intérieur de la zone surveillée ; elle est insensible aux défauts apparaissant au-delà. Pour des tronçons de lignes séparés par un transformateur , ce système est avantageux car simple, de coût réduit et rapide( déclenchement sans retard). Exemple IccBmax<IsA<IccAmin IsA = intensité de réglage. IccB = image au primaire , du courant de court-circuit maximum au secondaire. Les temporisations TA et TB sont indépendantes , et TA peut etre plus courte que TB. ( voir figure si-dessous). Inconvénients :

La protection située en amont (A) n’assure pas le secours de la protection située en aval ( B) puisque son seuil est réglé au-delà du défaut maximal en B. De plus, en pratique , il est difficile de définir les réglages de deux protections en cascade, tout en assurant une bonne sélectivité , lorsque le courant ne décroît pas de façon notable entre deux zones voisines ; ceci est le cas en moyenne tension, sauf pour des tronçons avec transformateur. Application :

La protection ampermetrique d’un transformateur entre deux tronçons de câble .( voir figure ci-dessous). Le réglage Is de la protection à maximum de courant vérifie la relation : 1.25 IccBmax< IsA < 0.8 IccAmin. La sélectivité entre les deux protections est assurée.

La sélectivité entre les deux protections est assurée. François-Xavier LUNGOBARDO Génie électrique option
La sélectivité entre les deux protections est assurée. François-Xavier LUNGOBARDO Génie électrique option

Projet de fin d’études 2008

------4.1.3.3.Critères de choix d’un disjoncteur

Les courbes de déclenchement de disjoncteur :

disjoncteur Les courbes de déclenchement de disjoncteur : Le choix de fait en fonction du type

Le choix de fait en fonction du type d’installation ici industrielle . La courbe B : Les valeurs de déclenchement sont comprises entre 3.2 In et 4.8 In . Elle assure la protection des personnes, des générateurs, des lignes de grande longueur, où il n'y a pas de pointes de courant. La courbe C : Les valeurs de déclenchement sont comprises entre 7 In et 10 In . Elle assure la protection générale des circuits. La courbe D : Les valeurs de déclenchement sont comprises entre 10In et 14 In. Elle assure la protection des circuits à fort courant d'appel: transformateurs, moteurs.

Le calibre ( en ampère ) :

L’intensité du calibre In ( en A) doit être comprise entre Ib et Iz.

Courant d’emploi

en A) doit être comprise entre Ib et Iz. Courant d’emploi Courant admissible dans a canalisation

Courant admissible dans a canalisation

Courant d’emploi Courant admissible dans a canalisation Intensité de la ligne Iz Ib In Courant nominal

Intensité de la ligne

Iz
Iz

Ib

admissible dans a canalisation Intensité de la ligne Iz Ib In Courant nominal du dispositif de

In

Courant nominal du dispositif de protection

Il est impératif d’avoir :

Ib

In

Iz

9

In : Il s’agit du calibre en Ampères de la cartouche fusible. Ib : Il s’agit du courant nominal ou maximal de la charge. Iz : Il s’agit de l’intensité maximale autorisée dans la ligne .Elle est fonction de différents paramètres tels que mode de pose de la ligne, température , etc.

Le nombre de pôles (4P,3P, …) :

Il dépend du réseau et du type de charge

Le modèle ( modulaire ou compact) : Il est principalement imposé par In.

Le pouvoir de coupure:

C’est la plus grande intensité de courant de court-circuit ( courant présumé) qu’un disjoncteur peut interrompre sous une tension donnée , il s’exprime en KA efficace et est désigné par : Ici dans notre cas c’est à dire pouvoir de coupure ultime pour les disjoncteurs industriels

Projet de fin d’études 2008

-4.2.La réponse Juridique

----4.2.1.Préambule

2008 -4.2.La réponse Juridique ----4.2.1.Préambule La fonction juridique a pour but d’identifier les risques

La fonction juridique a pour but d’identifier les risques présents dans un

CCAP.

En droit français lorsqu’un entrepreneur exécute des travaux il en est responsable. On s’attache donc à réduire les obligations de responsabilité en terme de montants financié pour cela on peut exclure aussi certain types de dommages qu’on peut causer au client. De plus on va aussi tenter de plafonner les pénalités de délais.

Pour effectuer ces démarches il faut prévoir deux analyses :

- Analyse portant sur le type des garanties.

- Analyse sur les causes d’exonérations de l’entreprise.

----4.2.2.Le mémoire technique

Lors des négociations avec le client dans le cadre des marchés privés., le juriste y participe. Une fois le contrat signé avec le maître d’ouvrage , on entre dans la phase d’exécution Le juriste suit le chantier et les sinistres pouvant survenir lors des travaux.

Il suit aussi la gestion du contrat :

C’est à dire : qu’il étudie s’il y a des modifications de contrat( rédaction de courriers lorsqu’il faut préserver les droits de Cegelec) Si le chantier se déroule mal ; le juriste monte les mémoires de réclamations comprenant les travaux non réglés, les perturbations d’exécutions, etc. ) Si ce mémoire de réclamation ne suffit pas le juriste peut s’en saisir et aller au tribunal.

Lors d’un problème survenant après l’exécution des travaux la responsabilité est recherchée par rapport aux différents types de garanties qui figurent dans le contrat.

Voici quelques types de garanties obligatoires.

- Garantie 1 ans c’est le parfait achèvement

- Garantie 2 ans c’est la garantie biennal

- Garantie 10 ans elle couvre toutes utilisation technique impossible.

Projet de fin d’études 2008

-4.3.Le chiffrage

----4.3.1.Optima

de fin d’études 2008 -4.3.Le chiffrage ----4.3.1.Optima Optima est le logiciel de devis édité par SYDEV

Optima est le logiciel de devis édité par SYDEV Applications. Il structure les devis. Il gère les insertions d’articles composés, rabais bordereaux, textes et images. Il intègre des outils d’aide et de contrôle

Sa base de donnée regroupe les 20 000 articles les plus couramment utilisés dans les offres. Ces articles sont composés soit d’eux mêmes, soit de leurs composants directs et non contestables.(ex : prise Mosaïc). Ainsi, en une saisie le chiffreur ajoutera un article (tous composants compris) dans son devis. Ces bases ont été créées et sont maintenues par des professionnels experts dans les corps de métiers pour lesquels ils ont été conçus. Tout client peut créer une base "Métier" liée à son activité et l’enrichir selon ses besoins

liée à son activité et l’enrichir selon ses besoins Figure 5 : Vue du devis sous

Figure 5 : Vue du devis sous Optima

Le détail du métré permet de visualiser, par fabricant, l’ensemble des références (quantités cumulées) utilisées dans le devis. L’utilisateur peut ainsi modifier directement les prix sur les articles constituants le devis. Cet écran est paramétrable par l’utilisateur. Il permet notamment de vérifier les prix et les temps de pose des articles, de remplacer une référence par une autre ou d’établir des consultations fournisseurs

par une autre ou d’établir des consultations fournisseurs Figure 6 : Vue du devis sous Optima

Figure 6 : Vue du devis sous Optima

Toutes les modifications apportées dans le détail du métré se répercutent directement dans le devis

Projet de fin d’études 2008

----4.3.2.Service Achats

L’Objectif :

d’études 2008 ----4.3.2.Service Achats L’Objectif : Les achats représentent environ la moitié du chiffre

Les achats représentent environ la moitié du chiffre d’affaires du Groupe. Quand on sait qu’une réduction de 2% des prix des achats permet de gagner un point supplémentaire sur nos marges, on comprend aisément l’importance de la fonction "achats" pour une entreprise comme Cegelec. En prenant pour fil conducteur la valeur ajoutée qu’elle peut apporter, en particulier aux chargés d’affaires, la Direction des Achats a mis en place le programme Ad.Va.N.Ce qui, tant sur le plan des outils spécifiques que de son organisation et des méthodologies suivies, s’inscrit dans l’objectif du Groupe.

Dans notre projet avant la phase de début des travaux nous avons lancé les consultations .

Cette phase consiste à prévenir le service Achats qu’il doit commencer à démarcher des fournisseurs . Les acheteurs vont donc communiquer les caractéristiques techniques des différents composants et machines imposés dans le CCTP pour essayer de faire jouer au maximum la concurrence.

Projet de fin d’études 2008

5--- La phase de réalisation

-5.1.L’organisation du chantier

La phase de réalisation -5.1.L’organisation du chantier Le schéma ci-dessous représente l’organisation du

Le schéma ci-dessous représente l’organisation du chantier tel qu’il s’est déroulé sur Clairval.

Les travaux étant séparés en trois lots : ( maçonnerie, climatique, électrique) le client Par l’intermédiaire d’un maître d’ouvrage ( le bureau d’études Beterem) à coordonné le suivi du projet. De même en dehors du dialogue avec le maître d’œuvre , nous nous sommes imposés un suivi et une coordination de tous les instants avec les autres corps de métier.

Sur chantier pour être performant il faut deux choses :

- Avoir un suivi en horizontalité avec ses équipes , c’est à dire avoir une

communication dans les deux sens pour transmettre au chef de chantier ce que l’on attend exactement de lui et de ses hommes , et aussi être à son écoute pour ses questions concernant les différents problèmes pouvant le toucher pour faire remonter

ces soucis au niveau des réunions avec le client lorsqu’il s’en trouve concerné,

- Communiquer avec les autres corps de métier, dans le cadre d’un chantier les

taches des uns entrecoupent les taches des autres. Pour une meilleure coordination et afin d’éviter les mal entendus , il est souvent préférable de prévoir un planning des taches de coordination c’est le rôle des réunions auxquelles nous avons pris part.

Dans le schéma ci après, on peut voir les liens de communication privilégiés entre les différents acteurs , on constate qu’ entre les deux unités de Cegelec il y a un lien très important : Cegelec Clim a signé un contrat avec la Générale de santé ,Cegelec elec également. Cegelec Clim est le mandataire du groupement elle est donc l’interlocuteur du client pour tous les échanges contractuels :’ les facturations , les envois de plans la rédaction des courriers.’

Projet de fin d’études 2008

Synoptique de l’organisation

Le client : Clinique Privée Clairval M° De Cabisol Responsable technique Responsable du bon déroulement
Le client : Clinique Privée Clairval
M° De Cabisol
Responsable technique
Responsable du bon déroulement des
travaux , et de la tenue des délais.
Bureau de Contrôle
VERITAS
Veille a l’aspect
conformité

Equipe climatique

Chargé d'Affaires

:M° Madeleine

Equipe climatique Chargé d'Affaires :M° Madeleine Coordinateur SPS INECO M° Huber Fournisseur de matériel

Coordinateur SPS INECO M° Huber

Fournisseur de matériel médical Maquet/Air Liquide

Bureau d’Etudes BETEREM M° Grenet Supervision du chantier Mise en oeuvre du CCTP

M° Grenet Supervision du chantier Mise en oeuvre du CCTP Equipe électricité Chargé d'Affaires Aide Chargé

Equipe électricité

Chargé d'Affaires

Aide Chargé d’Affaires :M° Lungobardo

Chef de Chantier

:M° Astorino

:M° André

:M° Lungobardo Chef de Chantier :M° Astorino :M° André Sous traitant électricité Société SEI Installation ,
:M° Lungobardo Chef de Chantier :M° Astorino :M° André Sous traitant électricité Société SEI Installation ,
:M° Lungobardo Chef de Chantier :M° Astorino :M° André Sous traitant électricité Société SEI Installation ,

Sous traitant électricité Société SEI Installation , pose électrique.

Sous traitant maçonnerie Société SOPREN Béton, carrotage, plâtre.

Projet de fin d’études 2008

-5.2.Les Etapes d’interventions

de fin d’études 2008 -5.2.Les Etapes d’interventions Dans ce paragraphe je vais décrire le déroulement que

Dans ce paragraphe je vais décrire le déroulement que notre équipe a suivi pour mener à bien sa mission .

-Dans un premier temps, nous avons réalisé la pose des chemins de câbles dans le parking de la clinique , en façade pour rejoindre la terrasse puis dans les circulations techniques. Le type de ces cheminements a été déterminé au préalable dans les études techniques. ( En rouge on peut voir le placement de ce cheminement en toiture)

on peut voir le placement de ce cheminement en toiture) Figure 7 : Vue de la

Figure 7 : Vue de la Toiture de L’hôpital

-Il a fallu le carottage du plafond du local CFO pour permettre le dévoiement des câbles de la toiture vers la cellule.

-Tirage des diverses alimentations dans les blocs opératoires ainsi que dans les locaux CFO- CFA ( courants forts, courants faibles).

les locaux CFO- CFA ( courants forts, courants faibles). Figure 8 : Vue des blocs opératoires

Figure 8 : Vue des blocs opératoires

Projet de fin d’études 2008

Projet de fin d’études 2008 Cette photo illustre un bloc opératoire le numéro 9 , on

Cette photo illustre un bloc opératoire le numéro 9 , on peut apercevoir les

des futures alimentations des appareils. De même les câbles servant a l’alimentation

circulent dans des conduites en gaines rouges pour les repérer.

départs

des conduites en gaines rouges pour les repérer. départs -Mise en place de la cellule TGD

-Mise en place de la cellule TGD dans le local CFO , ainsi que la mise en place de la baie informatique dans le local courant faible.

-Raccordement des appareils ( onduleurs, cellules , sirène , Indicateur d’action etc.)

-Ensuite nous avons inséré la cellule BT destinée à alimenter les 16 blocs à rénover dans le TGBT existant.

à alimenter les 16 blocs à rénover dans le TGBT existant. Figure 9 : Vue du

Figure 9 : Vue du local TGBT

- Mise sous tension de la cellule du TGBT avec insertion des gradins de condensateurs calibrés pour éviter au client de payer du courant réactif.

-Tirage , raccordement et tests de réfléctométrie de la fibre optique multimode.

-Tests unifilaires et globaux pour vérifier le fonctionnement de l’installation

Projet de fin d’études 2008

-5.3.Les réunions

Projet de fin d’études 2008 -5.3.Les réunions Lors du déroulement d’un projet il apparaît toujours à

Lors du déroulement d’un projet il apparaît toujours à des instants précis un besoin de communiquer pour tenir informer le client du déroulement et de l’avancement des travaux . Ces réunions permettent au client de préciser ses attentes , s’ il souhaite apporter des modifications au cahier des charges initial .Dans ce paragraphe , je vais mettre en lumière les problématiques principales qui sont apparues lors des travaux et les réponses que nous avons apportées.

----5.3.1.Les problématiques

La première demande a consisté à contrôler le niveau gradation de luminosité de deux circuits de luminaire. Ce contrôle devait se faire par un bouton de type rotatif .

La deuxième contrainte est double d’un coté le client veut savoir si ses batteries de condensateurs qui ont été installées pour lui éviter de payer du courant réactif sont a 100% de leur capacité.

D’un autre

ou non quelque chose à EDF. Ce retrait d’un gradin dépend de la problématique qui va suivre c’est à dire le basculement de la cellule TGBT de l’hôpital .

coté il veut savoir si en enlevant un gradin de condensateurs il va payer

En effet il est apparu dans le cahier des charges que cette cellule TGBT serait insérée dans le TGBT actuel, Cependant pour réaliser une telle opération il est nécessaire de déplacer les batteries de condensateurs ,dévoyer et rallonger les câbles. L’alimentation de la nouvelle cellule sera faite par jeux de barres souples à partir des jeux de barres existants, étant donné que cette cellule alimente l’ensemble de l’hôpital les travaux se feront sous coupure de nuit . Justement c’est ce point ,la coupure, qui a posé un problème, le client voulait éviter de couper l’hôpital. Pour ce faire nous lui avons proposé une méthodologie

----5.3.2.Les solutions apportées

Première Problématique : La variation de lumière dans les blocs

Pour répondre au désir du client nous nous sommes mis en quête d’un appareil pouvant contrôler deux circuits d’éclairage distincts. Il s’agit d’un module de contrôle de type A100 du fabricant RVE. Cet appareil contrôle par un potentiomètre de niveau de tension 0-10 Vdc des ballasts électronique de 0-10 volts . Les interfaces A100 contrôlent les ballasts avec une grande stabilité pour n'importe quel niveau de tension. De plus nous les avons choisis car ils sont faciles à monter sur site et ont un prix de revient très avantageux.

Projet de fin d’études 2008

Deuxième problématique : Compenser le réactif

2008 Deuxième problématique : Compenser le réactif il faut se rappeler qu’ en France pour les

il faut se rappeler qu’ en France pour les industriels alimentés en haute tension, la partie de puissance réactive Qt est gratuite à concurrence de 0.4 Pt. L’excédent est facturé pendant les heures pleines des mois d’hiver. Il est toujours judicieux de modifier l’impédance de sa charge afin de minimiser sa puissance réactive.

A l’aide de la méthode de Boucherot, on détermine la valeur de Qc puissance réactive des condensateur de manière à ce que

Qt + Qc=0.4 Pt.

10

De là on en déduit ensuite la valeur des capacités nécessaires pour respecter le cahier des charges prévu.

Pour déduire la capacité des condensateurs il nous faut :

Qc = 3 . U². C . w Avec Qc la puissance réactive des condensateurs , on mesure donc U , I et sin phi Pt la puissance active totale de l’installation Qt la puissance réactive de l’installation

C=Qc/3 w

11

De nos mesures on constatera que sur la batterie de 200 kVar seul un gradin sur les 4 disponibles fonctionne correctement.

Troisième problématique :La Méthodologie des travaux au niveau de la cellule TGBT.

Méthodologie pas retenue :

Sur le départ 3*400A on a initialement une batterie de condensateur d’une valeur 200 Kvar. Apres la série de mesures effectuées on a constaté que cette batterie n’était plus en état, donc on va l’enlever. Pour effectuer cela on va ouvrir le disjoncteur 3*400 A. Ensuite on ouvre l’interrupteur de 4*630A et le disjoncteur de 3*630A et on retire un gradins de 80Kvar de la batterie de 240 Kvar pour diminuer sa puissance Si on remarque un réactif trop important on a la possibilité de placer un ou deux gradins de 80 Kvar chacun sous les deux disjoncteurs de 4*250A.

Dans les synoptiques ci-dessous nous mettrons en valeur les modifications survenues par rapport au cas initial.

Projet de fin d’études 2008

Synoptique

Implantation Initiale

4*630A 4*80A 4*630A 4*250A 4*250A 3*400A Batterie Libre Libre Ancienne récente 240 batterie KVAR 200Kvar
4*630A
4*80A
4*630A
4*250A
4*250A
3*400A
Batterie
Libre
Libre
Ancienne
récente 240
batterie
KVAR
200Kvar

François-Xavier LUNGOBARDO Génie électrique option Systèmes

LUNGOBARDO Génie électrique option Systèmes Synoptique Implantation modifiée 4*630A 4*80A 4*630A

Synoptique

Implantation modifiée

option Systèmes Synoptique Implantation modifiée 4*630A 4*80A 4*630A Batterie 240kvar 4*250A 4*250A
option Systèmes Synoptique Implantation modifiée 4*630A 4*80A 4*630A Batterie 240kvar 4*250A 4*250A
4*630A
4*630A
option Systèmes Synoptique Implantation modifiée 4*630A 4*80A 4*630A Batterie 240kvar 4*250A 4*250A 3*400A
option Systèmes Synoptique Implantation modifiée 4*630A 4*80A 4*630A Batterie 240kvar 4*250A 4*250A 3*400A

4*80A

Systèmes Synoptique Implantation modifiée 4*630A 4*80A 4*630A Batterie 240kvar 4*250A 4*250A 3*400A Batterie

4*630A

Batterie 240kvar
Batterie 240kvar
Batterie

Batterie

240kvar

240kvar

modifiée 4*630A 4*80A 4*630A Batterie 240kvar 4*250A 4*250A 3*400A Batterie 200 kvar 5 0 Possibilité

4*250A

modifiée 4*630A 4*80A 4*630A Batterie 240kvar 4*250A 4*250A 3*400A Batterie 200 kvar 5 0 Possibilité

4*250A

4*630A 4*80A 4*630A Batterie 240kvar 4*250A 4*250A 3*400A Batterie 200 kvar 5 0 Possibilité d’ajouter une

3*400A

Batterie 200 kvar
Batterie 200 kvar
Batterie 200 kvar
Batterie 200 kvar

Batterie 200 kvar

Batterie 200 kvar

50

240kvar 4*250A 4*250A 3*400A Batterie 200 kvar 5 0 Possibilité d’ajouter une batterie de 80 Kvar
240kvar 4*250A 4*250A 3*400A Batterie 200 kvar 5 0 Possibilité d’ajouter une batterie de 80 Kvar

Possibilité d’ajouter une batterie de

80 Kvar sur un, l’autre ou les deux départs 250A

Projet de fin d’études 2008

Méthodologie retenue :

Projet de fin d’études 2008 Méthodologie retenue : On n’enlève plus la batterie de 200 Kvar

On n’enlève plus la batterie de 200 Kvar composée de 4 gradins de condensateurs dont 1 gradin de 50 Kvar est déficient. On met donc cette nouvelle batterie sous un des deux départs libres de 4*250A.

Quant à la batterie de 240 Kvar on va lui retirer un gradin de 80 Kvar afin d’en réduire sa puissance . Cette batterie de 160 Kvar ainsi constituée va être positionnée sous le départ 3*400 A.

Le gradin de 80 Kvar quand a lui sera positionné sous le deuxième départ 4*250A .Le départ 4*630A sera prévu pour une extension du TGBT.

Synoptique implantation Finale

4*630A 4*250A 4*250A 3*400A 4*80A 4*630A 80 kvar 80kvar Extension 80kvar TGBT Batterie de 150
4*630A
4*250A
4*250A
3*400A
4*80A
4*630A
80 kvar
80kvar
Extension
80kvar
TGBT
Batterie de 150
Kvar
80kvar

Projet de fin d’études 2008

Projet de fin d’études 2008 -5.4.Le test et raccordement de la fibre optique Notre fibre optique

-5.4.Le test et raccordement de la fibre optique

Notre fibre optique est une fibre de marque tyco de 12 brins multimode.

Schéma d’un fibre multimode :

tyco de 12 brins multimode. Schéma d’un fibre multimode : Nous allons utiliser un Réflectomètre ,

Nous allons utiliser un Réflectomètre , qui est un appareil qui envoie une impulsion optique dans la fibre. Un écran permet de visualiser l'allure du signal réfléchi dans le verre. On peut ainsi mesurer avec précision la longueur de la liaison et les pertes engendrées à chaque connexion. En outre, cet appareil est très utile pour localiser les coupures éventuelles de la fibre et pour identifier la connexion qui est la cause d'une trop grande perte optique. le Réflectomètre indique où se trouve la connexion défectueuse.

Il y a plusieurs manières pour coupler de la fibre optique: - Le couplage mécanique de deux connecteurs mis bout à bout au moyen d'une pièce de précision. Le dessin ci-dessous montre l'union de deux connecteurs ST, mais il existe des coupleurs ST/SC ou ST/MIC. - Le raccordement par Splice mécanique qui est utilisé pour les réparations à la suite de rupture ou pour raccorder une fibre est un connecteur déjà équipé de quelques centimètres de fibre - La fusion au moyen d'un appareil à arc électrique appelé fusionneuse ce qui a été notre cas sur Clairval.

appelé fusionneuse ce qui a été notre cas sur Clairval. François-Xavier LUNGOBARDO Génie électrique option

Projet de fin d’études 2008

-5.5.Matériels utilisés

----5.5.1.L’onduleur

2008 -5.5.Matériels utilisés ----5.5.1.L’onduleur Afin d'obtenir un niveau de criticité 1 chaque bloc

Afin d'obtenir un niveau de criticité 1 chaque bloc opératoire sera pourvu d'une alimentation statique sans coupure qui permet de délivrer une tension ondulée Il en sera de même pour alimenter certaines prises de courants dans la salle de réveil.

Les contraintes à appliquer à ces onduleurs sont les suivantes :

-Ils devront garantir le même niveau de régime de neutre 5 ( IT médical). -Ils seront de type tour modulis 3000 ou équivalent de 5000 VA/2100 W mono online. double conversion autonomie 8 minutes -Leur tension d'alimentation monophasé est de 280 v a 50 HZ -Leur tension d'utilisation monophasée 230 V 50 Hz -Auront des batteries en plomb et étanches -Des tests automatiques de ces mêmes batteries au démarrage et en cours de fonctionnement seront effectués -Transistor de type IGBT -Une protection électronique contre les surtensions -Un Bypass de maintenance disponible ainsi qu'un Bypass automatique. -1 prise RJ réseau/modem pour filtrage. -1 interface de communication et divers borniers.

filtrage. -1 interface de communication et divers borniers. François-Xavier LUNGOBARDO Génie électrique option

Projet de fin d’études 2008

----5.5.2.Le CPI

Projet de fin d’études 2008 ----5.5.2.Le CPI Pour signaler un défaut d’isolement , le CPI injecte

Pour signaler un défaut d’isolement , le CPI injecte une tension, continue ou alternative de basse fréquence entre le réseau et la terre. L’isolement est déterminé par la valeur du courant qui en résulte .Cette technique est utilisée pour tous les types de réseaux : alternatifs ,continus redressés , mixtes.

de réseaux : alternatifs ,continus redressés , mixtes. Prévention des défauts d’isolement C’est la fonction

Prévention des défauts d’isolement

C’est la fonction la plus performante pour répondre aux besoins de continuité

de service de l’installation électrique .Elle est réalisée de deux manières :

- le CPI signale le passage de l’isolement en dessous d’un seuil de prévention non critique fixé par l’utilisateur.

- Les mesures sont transmises au superviseur qui peut les traiter pour anticiper l’apparition des défauts dus au vieillissements des câbles.

Communication des mesures

Les CPI mesurent la résistance d’isolement des réseaux.

- Cette mesure est en affichage local sur l’appareil de mesure

- Elle peut être reportée et centralisée sur un des appareils de surveillance

- Ou transmise vers l’extérieur sur un superviseur.

Ces deux dernières fonctions permettent de répondre efficacement aux besoins de l’exploitation des réseaux actuels .Les informations sont consultables en un seul et même endroit , et peuvent être gérées par le système de supervision.

Projet de fin d’études 2008

Projet de fin d’études 2008 5--- La sécurité Dans ce dernier paragraphe sur le chantier je

5--- La sécurité

Dans ce dernier paragraphe sur le chantier je vais aborder un point très important qui est l’aspect sécuritaire , en effet un accident peut se révéler dramatique, c’est pour cela que CEGELEC organise des visites de chantier régulièrement.

Procédure de consignation avant les travaux

1. la séparation

2. la condamnation .Attestation de l’étape de consignation si et seulement si la personne effectuant les opérations 3 et 4 n’est pas celle qui a effectué les opérations 1 et 2.

3. L’identification de l’absence de tension (VAT), la mise a la terre( MALT), la mise en court-circuit ( CC).Attestation de consignation pour travaux , opérations de balisage différentes étapes selon besoin.

Vérification des normes de son outillage

Protection des appareillages électriques contre les contacts directs , les corps étrangers et contre l’eau .Les types de protection sont précisés par un code composé de deux lettres IP ( International Protection) suivies de deux chiffres définissants le degré exact de protection conformément au tableau ci-dessous. La dénomination du code complet regroupant les deux chiffres représente le degré de protection.

Chiffre1

Chiffre2

Degré de protection(toucher, corps étranger)

Degré de protection( protection contre les liquides)

0

0

Non protégé

Non protégé

1

1

-Protégé contre l’entrée de corps solides supérieurs a 50 mm

-protégé contre les chutes verticales de gouttes d’eau

-Pas de protection contre un contact volontaire ex main.

-Il ne doit pas y avoir un effet nocif(gouttes d’eau).

2

2

-Protégé contre l’entrée de corps solides d’un diamètre>12mm

-L’eau tombant en pluie verticalement, et jusqu'à une incidence de15° par rapport a cet axe vertical ne doit pas avoir d’effet négatif sur l’appareil.

-protection contre un contact involontaire des doigts de la main.

3

3

-Protection contre l’entrée de corps solides >2.5 mm

-protection contre l’eau tombant jusqu'à 60° de la vertical.

-protection contre le contact d’outils

4

4

- protection contre l’entrée de corps solides d’un diamètre >1mm.

-protégé contre les projections d’eau provenant de toutes direction sur le carter

5

5

- protection contre les poussières nocives l’infiltration de la poussière n’est pas totalement exclue.

-protection contre les jets d’eau à la lance

6

6

-protection totale contre les poussières.

-protection contre les paquets d’eau

 

7

 

- le carter est prévu pour plonger dans le H²O

Projet de fin d’études 2008

Remerciements

Projet de fin d’études 2008 Remerciements Je tiens à adresser mes remerciements à l’équipe grands projets

Je tiens à adresser mes remerciements à l’équipe grands projets de Cegelec Sud-Est et plus particulièrement à :

M. Dominique VILELA , Chef de centre d’activités grands projets pour sa contribution à mon

insertion dans ses équipes.

M. Fabrice ASTORINO , mon Maître de stage et Chargé d’Affaires grands projets pour

m’avoir impliqué dans son travail.

M. Yann SAUVAN , Ingénieur du bureau d’études Cegelec sur les grands projets pour ses

explications techniques.

M. Jean Luc BOISSEAU , Chef du bureau d’études pour sa disponibilité sur des questions

techniques.

M.

Daniel ANDRE , Chef de Chantiers

M.

Damien Flieller , Tuteur de PFE , pour son écoute et sa disponibilité.

Projet de fin d’études 2008

Conclusion

Projet de fin d’études 2008 Conclusion En conclusion ,ce stage m’aura permis de découvrir le métier

En conclusion ,ce stage m’aura permis de découvrir le métier de chargé d’affaires et de voir les applications directes de nos connaissances techniques au sein d’une entreprise spécialisée dans le domaine de l’installation électrique.

Dans le cadre de mon projet, les objectifs qui m’étaient assignés ,étaient divers :

Sur le point technique , il m’a fallu assimiler les problématiques, démontrer et proposer des solutions techniques à la fois innovantes et fiables pour guider le choix du client lors de la réalisation du projet.

Toutes les solutions ou méthodologies n’ont pas été bien entendu retenues mais ont permis d’établir un lien de communication et de débat avec le client et son bureau d’études. De même j’ai pu constater que pour gagner la confiance et l’écoute de ses partenaires, une maîtrise et une justification des choix comme la section de nos câbles , le calibre des disjoncteurs étaient favorables à la mise en place d’un dialogue constructif pour la suite du projet.

D’autres aspects de ma formation ont été sollicités que cela soit dans le domaine juridique ,le domaine financier et comptable où j’ai pris part au suivi d’affaires en compagnie de mon tuteur.

Ce projet s’est bien déroulé puisque nous avons tenu nos objectifs de marges , de satisfaction client et que nous avons gagner la confiance de ce dernier pour les futurs travaux des blocs opératoires .

Cette expérience de 5 mois en tant qu’aide chargé d’affaires m’a montré l’entendue des connaissances que je devais maîtriser afin de pouvoir toujours tenir un chantier de grande taille sous contrôle .Par la même les perspectives qu’offre ce poste sont multiples .En tant que futur ingénieur mon champ d’action reste vaste.

Projet de fin d’études 2008

BIBLIOGRAPHIE

Projet de fin d’études 2008 BIBLIOGRAPHIE Livre ‘ Dimensionnement Thermique des remblais contrôlés : Le transport

Livre ‘ Dimensionnement Thermique des remblais contrôlés : Le transport par câbles de l’électricité en haute tension ‘ auteurs ARGAUT ., LESUR .MERMET

Livre ‘Evolution des disjoncteurs à haute et moyenne tensions’ auteur ARRIGHI

Cours de L’EPFL : CAHIER DE NORMALISATION RELATIF AUX INSTALLATIONS ELECTRIQUES INTERIEURES DES BATIMENTS DE L'EPFL RACCORDEES AU RESEAU DU DOMAINE IMMOBILIER ET INFRASTRUCTURES - UNITE EXPLOITATION

Cours de l'Université de Genève de Jean-François L'haire sur la fibre optique

Cours de GE3 d’installations électriques

Projet de fin d’études 2008

Projet de fin d’études 2008 Table des Illustrations Figure 1 : Vue de coupe de

Table des Illustrations

Figure 1 : Vue de coupe de l’hôpital………………………………………………………… Figure 2 : Vue du passage des câbles…………………………………………………………

10

21

Figure 3 : Vue de coupe des poses des câbles………………………………………………. Figure 4 : Vue de coupe des poses des câbles……………………………………………… Figure 5 : Vue du devis sous Optima…………………………………………………………

Figure 6 : Vue du devis sous Optima……………………………………………………….

Figure 7 : Vue de la Toiture de L’hôpital……………………………………………………….

46

46

41

41

21

8

Figure 8 : Vue des blocs opératoires……………………………………………………………

Figure 9 : Vue du local TGBT……………………………………………………………

47