Vous êtes sur la page 1sur 13
13
13

9

Mariana di Stefano Juan Eduardo Bonnin

Introducciónal análisis del discurso

Jean-Michel Adam y Ute Heidmann

Des genres à la généricité.

<a href=M. Jean-Michel Adam MME Ute Heidmann Des genres à la généricité. L'exemple des contes (Perrault et les Grimm) In: Langages, 38e année, n°153, 2004. pp. 62-72. Abstract Jean-Michel Adam, Ute Heidmann : Des genres à la généricité. L'exemple des contes (Perrault et les Grimm). This article sets out to demonstrate that the determination of the genre to which an utterance belongs may have an impact at every level of organization of a text. In order to grasp the full complexity of this impact, we propose a more dynamic approach to the question of genre - ie the set of categories to which texts may be said to belong. The concepts of genericity and of the effects of genericity which we develop here are intended to help us think through both the acts of writing and of reading as complex processes. A text does not belong in any predetermined or abstract sense to a genre, but rather it is put in relation with one or more genres both during its production and its reception-interpretation. By studying closely the complexity of the variations, this article shows the generic differences between the tales of Perrault and of Grimm. Citer ce document / Cite this document : Adam Jean-Michel, Heidmann Ute. Des genres à la généricité. L'exemple des contes (Perrault et les Grimm). In: Langages, 38e année, n°153, 2004. pp. 62-72. doi : 10.3406/lgge.2004.934 http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/lgge_0458-726X_2004_num_38_153_934 " id="pdf-obj-1-2" src="pdf-obj-1-2.jpg">

Des genres à la généricité. L'exemple des contes (Perrault et les Grimm)

In: Langages, 38e année, n°153, 2004. pp. 62-72.

Abstract Jean-Michel Adam, Ute Heidmann : Des genres à la généricité. L'exemple des contes (Perrault et les Grimm). This article sets out to demonstrate that the determination of the genre to which an utterance belongs may have an impact at every level of organization of a text. In order to grasp the full complexity of this impact, we propose a more dynamic approach to the question of genre - ie the set of categories to which texts may be said to belong. The concepts of genericity and of the effects of genericity which we develop here are intended to help us think through both the acts of writing and of reading as complex processes. A text does not belong in any predetermined or abstract sense to a genre, but rather it is put in relation with one or more genres both during its production and its reception-interpretation. By studying closely the complexity of the variations, this article shows the generic differences between the tales of Perrault and of Grimm.

Citer ce document / Cite this document :

Adam Jean-Michel, Heidmann Ute. Des genres à la généricité. L'exemple des contes (Perrault et les Grimm). In: Langages, 38e année, n°153, 2004. pp. 62-72.

<a href=M. Jean-Michel Adam MME Ute Heidmann Des genres à la généricité. L'exemple des contes (Perrault et les Grimm) In: Langages, 38e année, n°153, 2004. pp. 62-72. Abstract Jean-Michel Adam, Ute Heidmann : Des genres à la généricité. L'exemple des contes (Perrault et les Grimm). This article sets out to demonstrate that the determination of the genre to which an utterance belongs may have an impact at every level of organization of a text. In order to grasp the full complexity of this impact, we propose a more dynamic approach to the question of genre - ie the set of categories to which texts may be said to belong. The concepts of genericity and of the effects of genericity which we develop here are intended to help us think through both the acts of writing and of reading as complex processes. A text does not belong in any predetermined or abstract sense to a genre, but rather it is put in relation with one or more genres both during its production and its reception-interpretation. By studying closely the complexity of the variations, this article shows the generic differences between the tales of Perrault and of Grimm. Citer ce document / Cite this document : Adam Jean-Michel, Heidmann Ute. Des genres à la généricité. L'exemple des contes (Perrault et les Grimm). In: Langages, 38e année, n°153, 2004. pp. 62-72. doi : 10.3406/lgge.2004.934 http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/lgge_0458-726X_2004_num_38_153_934 " id="pdf-obj-1-23" src="pdf-obj-1-23.jpg">

Jean-Michel Adam Ute Heidmann Centre de Recherches Interdisciplinaires en Analyse textuelle et comparée des Discours. Université de Lausanne

Des genres à la généricité L'exemple des contes (Perrault et les Grimm)

La question des genres de discours, et avec elle la réflexion sur la diversité des pratiques discursives, était déjà centrale dans la mise au point que proposait, en 1987, D. Maingueneau, dans Nouvelles tendances en analyse du discours. C'était par ailleurs également le cas du programme de remembrement des études littéraires

que T. Todorov dessinait, dix ans plus tôt, dans Les genres du discours : « Un champ

d'études cohérent [

...

]

demande [

...

]

impérieusement à être reconnu, où la

poétique cédera sa place à la théorie du discours et à l'analyse de ses genres »

(1978 : 26). Situant la linguistique du discours dans une postérité de Benveniste et de Bakhtine (Adam 1999, 2001a & 2002c), nous pensons que la double déterminat iondes énoncés par une langue et par la généricité affecte potentiellement tous les plans de l'organisation textuelle. Afin de saisir la complexité de l'impact générique sur la mise en discours, nous proposons de déplacer la problématique du genre - comme répertoire de catégories auxquelles les textes sont rapportés - vers une

problématique plus dynamique. Les concepts de généricité et d'effets de généricité ont pour but de penser à la fois la mise en discours et la lecture-interprétation comme des processus complexes. L'étiquette genre et les noms de genres - « conte

de fées

», « Màrchen », « tragédie », « fait divers », etc. - ont tendance à réduire un

énoncé à une catégorie de textes. La généricité est, en revanche, la mise en relation d'un texte avec des catégories génériques ouvertes. Cette mise en relation repose

sur la production et /ou la reconnaissance d'effets

de généricité, inséparables de

l'effet de textualité. Dès qu'il y a texte - c'est-à-dire la reconnaissance du fait qu'une suite d'énoncés forme un tout de communication -, il y a effet de généricité - c'est-à-dire inscription de cette suite d'énoncés dans une classe de discours. La généricité est une nécessité socio-cognitive qui relie tout texte à l'interdiscours d'une formation sociale. Un texte n'appartient pas, en soi, à un genre, mais il est mis, à la production comme à la réception-interprétation, en relation à un ou plusieurs genres.

Le passage du genre à la généricité est un changement de paradigme. La mise en relation d'un texte, considéré dans sa clôture, avec une catégorie générique constituée généralement en essence diffère profondément de la dynamique

62

Des genres à la généricité

socio-cognitive que nous nous proposons de mettre en évidence. Comme le disent R. Dion et al., il est « moins question d'examiner l'appartenance géné rique d'un texte que de mettre à jour les tensions génériques qui l'informent. Ce déplacement du genre à la généricité met en suspens toute visée typologique [et] permet de contourner l'écueil essentialiste » (2001 : 17). Il s'agit d'aborder le problème du genre moins comme l'examen des caractéristiques d'une catégorie de textes que comme la prise en compte et la mise en évidence d'un processus dynamique de travail sur les orientations génériques des énoncés. Ce travail s'effectue sur les trois plans de la production d'un texte, de sa réception-interprétat ion et sur le plan intermédiaire très important de son édition. Pour exemplifier cette conception de la généricité comme dynamique de la mise en discours et de l'interprétation des énoncés, nous avons choisi le cas de deux moments histori quesimportants du conte écrit : celui des Histoires ou contes du temps passé de Perrault, à la fin du XVIIe siècle, et celui des Kinder- und Hausmàrchen des frères Grimm, au début du XIXe siècle1.

1. CONTE ET MARCHEN, DEUX CATEGORIES GENERIQUES COMPLEXES

1.1. L'exemple de Perrault

  • 1.1.1. Tout au long de l'histoire de sa rédaction, par des réécritures et

parfois les commentaires de son auteur, un texte subit un nombre souvent élevé de modifications que les études génétiques décrivent avec précision. Ces modif ications affectent sa généricité auctoriale. C'est le cas des contes dits de Perrault2 et en particulier de l'un d'entre eux sur lequel nous nous attarderons :

La Barbe bleue. La première édition de 1697 est précédée d'un manuscrit, daté de 1695, dédié à Mademoiselle d'Orléans, qui diffère de l'édition proprement dite où trois autres contes et diverses morales ont été ajoutés. Les multiples correc tions, parfois conséquentes, prouvent que l'écriture de Perrault est moins une production à partir de modèles génériques - encore moins d'hypotextes trouvés dans la culture populaire - qu'un travail sur un genre de départ que l'écrivain s'est approprié et dont il opère une profonde modification. Ce genre de départ est péritextuellement nommé, dans le titre du manuscrit de 1695 : « Contes De ma Mère l'Oye ». Ce titre apparaît également dans le frontispice, sur une plaque

placée au-dessus de la conteuse représentée : « CONTES / De ma mère / Loye ». On peut considérer ce premier titre et sa variante en frontispice comme des indicateurs du genre de départ. Cet intitulé est linguistiquement pris dans la langue de la fin du XVIIe siècle. Selon le Dictionnaire de l'Académie Française de

1694, « conte

de ma mère l'oye » ou « conte de la mère oye » est une expression

1. Nous étudions plus en détail la place de la généricité dans l'ensemble des relations transtex tuellesdans Adam & Heidmann 2003.

2. Nous n'abordons pas ici la question de l'identité double de l'auteur (Charles Perrault et/ou Pierre Darmancour), longuement étudiée et linguistiquement décrite dans Adam 2002b.

Lan

a

es

63

Les genres de la parole

courante, synonyme de « conte de vieille », « conte de peau d'asne », « conte bleu », formules qui renvoient au genre du conte merveilleux (Barchilon 1956 :

37-38). Le classement générique auctorial des textes, tous sous-titrés « conte », est donc homogène en 1695 et le titre du recueil est, dans le champ littéraire, la trace d'un dialogue avec le genre de départ.

Dans l'édition Barbin de 1697, un seul texte n'est plus désigné comme « conte » : La Barbe bleue. Si la plaque du frontispice garde encore la trace du

genre de départ : « CONTES / DE ma / MERE Loye », le titre de l'édition de 1697 est très différent : « HISTOIRES ou CONTES DU TEMPS PASSE. Avec des Moralités ». Le choix de l'hyperonyme « histoires » ne limite plus le recueil au seul genre du conte et l'absence de tout nom de genre sous le titre de La Barbe bleue surprend d'autant plus que tous les autres textes sont soigneusement accompagnés du sous-titre indicateur de genre : « conte ». La précision tempor

elle«

...

du

temps passé » doit être considérée dans le cadre du débat littéraire

de la querelle des Anciens et des Modernes dans lequel Charles Perrault est profondément engagé. En tant que moderne, il revendique d'écrire de la littér aturedans un dialogue aussi bien avec les « antiquités grecques et romaines » qu'avec les « antiquités gauloises ». L'ajout, en fin du titre de 1697, de Avec des moralités a un sens générique et editorial. Perrault a choisi l'éditeur Barbin parce qu'il s'agissait de l'éditeur de La Fontaine. Il inscrit ainsi son recueil dans un contexte editorial précis et introduit un effet de généricité : ces récits sont aussi, d'une certaine manière, en raison de la présence de moralités, des fables. C'est autour de la question des « morales » et « moralités » que tourne une grande partie de l'argumentation de Perrault, aussi bien dans la lettre-dédicace-préface (analysée dans Adam 2002a) que dans la préface des contes en vers de 1695 où il explique que ces histoires n'ont pour but que de « faire entrer plus agréable mentdans l'esprit et d'une manière qui instruisît et divertît tout ensemble » une « moralité louable et instructive » : « Partout la vertu est récompensée, et partout le vice y est puni. Ils tendent tous à faire voir l'avantage qu'il y a d'être honnête, patient, avisé, laborieux, obéissant et le mal qui arrive à ceux qui ne le sont pas ». À côté des « Moralités », qui désignent la leçon à tirer, Perrault utilise les termes de « morale utile » et de « morale très sensée » pour désigner le(s) sens caché(s) qui « se découvrent] plus ou moins, selon le degré de péné tration de ceux qui les lisent ». C'est exactement ce que proclament les premiers vers de la seconde moralité, ajoutée en 1697, de La Barbe bleue :

Pour peu qu'on ait l'esprit sensé,

Et que du Monde on sache le grimoire, On voit bientôt que cette histoire

Est un conte du temps passé [

...

].

Le seul texte qui n'est pas sous-titré « conte » est métatextuellement désigné par le nouveau titre complet du recueil : « Cette histoire [ou] est un conte du temps passé [avec des] moralitéfs] ». L'« esprit sensé » mentionné dans les premiers vers renvoie à la Princesse de la lettre-dédicace, parangon d'un(e) lecteur(lectrice) capable de découvrir, avec « pénétration », les sens dissimulés. Pour cela, il suffit de savoir le grimoire-grammaire d'un monde devenu aussi énigmatique qu'un manuel de magie écrit dans un lointain latin.

64

Des genres à la généricité

  • 1.1.2. Sur le plan de la généricité éditoriale, les publications successives

introduisent des modifications péritextuelles et /ou textuelles qui conditionnent en profondeur la lecture. Dès le début du XVIIIe siècle, les éditeurs de Perrault réduiront le titre à : « CONTES de Monsieur PERRAULT. Avec des Moralités »

(1707). Dès le 23 juillet 1723, c'est même sous le titre CONTES DES FÉES qu'est accordée à P. Garnier et à J. Oudot la première « permission » d'édition dans la

Bibliothèque bleue. Ce titre générique editorial sera régulièrement employé par la suite, en particulier pour les éditions séparées de contes sous forme de feuillets destinés au colportage. On ne parle plus aujourd'hui que de Contes de Perrault.

  • 1.1.3. Sur le plan de sa réception, tout texte est affecté, tout au long de

l'histoire de sa lecture, par les différentes grilles interprétatives qui lui sont appliquées (généricité lectoriale). Pour ne prendre qu'un exemple, La Barbe bleue diffère sensiblement du merveilleux de La Belle au bois dormant ou de Cendrillon. Dans Tinter discour s de la formation sociale cultivée de la fin du XVIIe siècle, en dépit de l'incise célèbre « car la clé était Fée », La Barbe bleue a plus à voir avec le genre populaire des canards sanglants qu'avec le conte de fées. Le texte de Perrault correspond à ce qu'on appelle des « histoires tragiques » (Poli 1991, Zufferey 2000 & 2001). À l'époque, Les Histoires tragiques de nostre temps (1614) de François de Rosset et les Spectacles d'horreur (1630) de l'évêque de Belley Jean-Pierre Camus sont d'énormes succès d'édition. Dans ce contexte culturel de réception, le texte de Perrault est proche de ces faits divers sanglants que les occasionnels diffusaient, dans toute l'Europe, depuis la fin du XVe siècle. Cette histoire de tueur en série surexploite la violence et le suspens, en étirant en longueur le moment du supplice final et l'attente des secours. Elle possède tous les ingrédients du genre : chambre sanglante, curiosité transgres- sive, ambition qui incite la jeune fille à épouser un homme riche, cupidité qui pousse le roturier Barbe bleue à s'approprier les biens de victimes de la petite noblesse, meurtres et châtiment final.

1.2. L'exemple des frères Grimm : la généricité comme dialogue auctorial, editorial et lectorial

Alors que les Contes de ma mère l'Oye constituent le genre de départ que Perrault travaille pour aboutir à des récits codifiés et génériquement hétérogènes, le genre de départ que les frères Grimm vont infléchir pour en faire les célèbres Kinder- und Hausmàrchen, reçoit, dans leur préface de 1812, la dénomination de Màrchen et de Volksmarchen. La folkloristique a tendance à fondre tous les contes du monde dans un genre universel, alors que le genre est défini très différemment par Perrault et par les frères Grimm. Ces derniers dotent les Volksmarchen d'une aura romantique d'innocence et de sagesse en les caractérisant d'« unique semence de l'avenir » (1994 : 36) et de « source éter nelle qui irrigue toute vie » (1994 : 37), tandis que Perrault considère les Contes de ma Mère l'Oye comme des « histoires dépourvues de raison » (Préface de 1697). Perrault ne cache pas son intervention comme narrateur et commentat eur, connaisseur du monde de la cour, qui transforme ces histoires dépourvues de raison en récits codifiés renfermant tous une « Morale très sensée » que les

Langages 153

65

Les genres de la parole

lecteurs avertis sont appelés à décoder. Les deux frères allemands sont en revanche plus discrets en ce qui concerne la transformation qu'ils opèrent pour passer de la poésie du peuple (Volkspoesie) à leurs Kinder- und Hausmarchen. Loin de se limiter, comme ils le prétendent, à la simple récolte et à la transcription fidèle de ce qu'ils disent avoir entendu dans le peuple, ils s'emploient à écrire et à réécrire d'une façon bien spécifique les récits collectionnés auprès de conteuses pour la plupart très cultivées. Ils assurent avoir saisi « ces innocents contes domestiques » (1994 : 36) « dans toute leur pureté » (1994 : 41), mais ils imprègnent en réalité leur narration d'un style, d'options génériques et compo- sitionnelles et, par là même, d'une visée idéologique si marquée (analysée dans Adam-Heidmann 2002 & 2003) qu'il est justifié de parler, comme Jolies le suggère, d'une « Gattung Grimm », d'un « genre Grimm » (1972 : 173-188).

Dans la préface de la première édition, à propos des contes populaires, il est dit que « ces œuvres sont traversées par la même pureté intérieure qui nous fait apparaître les enfants si merveilleux et bienheureux » (1994 : 37). On se rend néanmoins compte que le changement d'étiquette générique qui amène les Grimm à choisir comme titre, non pas Volksmarchen, mais Kinder- und Hausmarchen, ne sert ici pas à désigner, comme chez Perrault, la transformation auctoriale du genre populaire de départ, mais à attribuer au genre du Volksmar chenles valeurs idéologiques romantiques propres aux auteurs et à leur époque. Autrement dit à projeter sur les produits de l'imaginaire populaire une « essence » (1994 : 37) qui est, en réalité, le fruit d'un travail générique auctorial. Les éditeurs et critiques ont ensuite érigé les Kinder- und Hausmarchen en caté gorie universelle et le « genre Grimm » est progressivement devenu, sous l'infléchissement d'une généricité éditoriale et lectoriale réductrice, le prototype du Marchen et plus généralement du conte merveilleux.

La stratégie de projection idéalisante des Grimm mène à des contradictions révélatrices de la complexité du phénomène générique. Ainsi, on trouve, dans la première édition de 1812, sous le chiffre n° 22, deux petits récits intitulés Wie Kinder Schlachtens miteinander gespielt haben (Comment des enfants ont joué à saigner le cochon). Le deuxième est la très stricte et linéaire narration d'une succession de faits sanglants, un drame familial au ton réaliste. Il raconte comment des enfants, ayant vu leur père tuer un cochon, ont joué à l'imiter. L'aîné égorge ainsi son petit frère ; la mère se précipite, laissant le petit dernier dans son bain, et plonge le couteau utilisé dans le cœur de l'enfant meurtrier. Pendant ce temps, le plus jeune se noie dans l'eau du bain et la mère se pend par désespoir. Le père meurt de chagrin peu après. On peine à trouver là « l'essence » et le « charme indescriptible » que les Grimm attribuent aux « innocents contes domestiques » dont ils donnent, dans la préface de 1812, la définition suivante :

Le malheur est une force sinistre, un ogre énorme qui dévore les êtres humains et cependant finit par être vaincu, puisqu'une femme pleine de bonté assiste les malheureux et sait détourner la détresse, et cette épopée se termine toujours sur une joie sans fin. (1994 : 38)

Au lieu de « détourner la détresse » et de se terminer « sur une joie sans fin », la fin du récit s'engouffre dans un désespoir aussi noir que destructeur, qui met

66

Des genres à la généricité

en évidence de façon presque caricaturale l'écart qui existe, en 1812, entre la

définition générique auctoriale « projective » donnée dans le péritexte et la

réalité de certains textes du recueil qui mettent en scène la « force sinistre [ ] ...

du malheur », sans résolution heureuse finale. Cette contradiction générique a

été relevée et critiquée par Achim von Arnim. Le dialogue qu'il amorce avec

Wilhelm Grimm ne restera pas sans effet sur l'évolution du genre et sur

l'histoire éditoriale du célèbre recueil. W. Grimm retirera le conte de l'abattage

de la deuxième édition qui, en 1819, oriente la narration et la réécriture de

nombreux contes dans un sens plus explicitement moralisateur et éducatif.

La re-composition des Kinder- und Hausmàrchen, entre 1812 et 1819, ainsi que

celles intervenues dans presque toutes les éditions ultérieures, constituent, avec

l'interaction entre les instances énonciatives, éditoriales et lectoriales, un moteur

important et généralement trop peu considéré de l'histoire du genre. Les rela

tions co-textuelles au sein d'un recueil participent de la généricité au même titre

que les autres relations transtextuelles et textuelles. La présence ou l'absence du

fait divers sanglant modifie la configuration et, de ce fait, la généricité des

Kinder- und Hausmàrchen. Au début de l'entreprise des Grimm, la généricité du

recueil est très large et recoupe, en fait, tout ce que raconte le peuple. Comme les

notes le confirment, ces histoires qui circulent dans une formation socio-discur

sive

se rattachent à la mémoire intertextuelle d'une culture.

1.3. L'hétérogénéité générique

La généricité des textes résulte d'une interaction discursive, d'un dialogue

continu entre les trois instances énonciative (auctoriale), éditoriale et lectoriale.

Elle est, à la fois, un travail textuel de conformisation et de transformation,

voire de subversion d'un ou de plusieurs genre(s) donné(s). Pour la plupart, les

textes opèrent un travail de transformation d'un genre à partir de plusieurs

(plus ou moins proches). La prise en compte de cette hétérogénéité générique

est le seul moyen d'approcher la complexité de ce qui relie un texte à un inter

discours. Comme on l'a vu, la transformation d'une codification générique

introduit souvent une nouvelle codification (genre Perrault), elle-même

soumise à un travail ultérieur de transformation (genre Grimm), et ainsi de

suite à travers le temps et l'histoire. Comme pour la langue, la codification en

synchronie stable d'un genre est un effet trompeur de la coupe analytiquement

pratiquée dans un continuum dynamique.

2. UN MODÈLE DYNAMIQUE D'ANALYSE TEXTUELLE

ET COMPARATIVE DES DISCOURS

L'étude de la généricité à laquelle nous venons de nous livrer s'inscrit dans

une théorie plus générale (Adam 1999 & 2001a) que nous caractérisons comme

une analyse textuelle des discours à laquelle nous ajoutons une dimension

comparative (Adam-Heidmann 2002 et 2003). Notre définition du texte est insé

parable de trois composantes liées, interagissant en permanence : la textualité,

Lan

a

es

67

Les genres de la parole

la transtextualité et la généricité. Cela interdit de rester dans des modèles exclu

sivement descendants (tendance du modèle de J.-P. Bronckart exposé ici-même)

ou exclusivement ascendants (modèle des grammaires textuelles). La généricité

affecte en effet les différents plans de la textualité et de la transtextualité, mais,

réciproquement, ces différents plans manifestent la généricité d'un texte de

façon souvent inégale. Par textualité et transtextualité nous désignons les forces

centripètes qui assurent l'unité et l'irréductible singularité d'un texte donné et

les forces centrifuges qui ouvrent tout texte sur une multitude d'autres (fra

gments

de) textes. Pour étudier la diversité des façons dont tout texte entre « en

relation, manifeste ou secrète, avec d'autres textes » (Genette 1982 : 7), nous

parlons, après Genette, de « transtextualité ». Nous avons montré ailleurs

(Adam 1999 & 2001b, Adam-Heidmann 2003) comment des propositions issues

de la poétique (Genette 1982) peuvent être repensées dans le cadre de l'analyse

textuelle des discours. Pour qu'un effet de texte soit produit et ressenti à la

lecture, il faut certes que des forces centripètes en assurent la cohésion, mais

tous les textes - et tout particulièrement les textes littéraires - sont également

travaillés par les forces centrifuges de la polysémie et de l'intertextualité.

2.1. Plans de la transtextualité affectés par les genres

  • 2.1.1. Comme on l'a vu plus haut, le plan péritextuel des frontières du

texte marquées par les énoncés du titre, du sous-titre, de la dédicace, de la

préface, etc., bref l'ensemble de l'appareil d'encadrement du texte est éditoriale-

ment en étroit rapport avec la généricité. Un titre ou une dédicace ne sont pas

des genres, mais des énoncés très largement affectés par la généricité.

  • 2.1.2. Au plan épitextuel, les métadiscours portant sur la généricité sont

un aspect important de l'interdiscours d'une formation sociale. Cette cons

cience

méta-générique apparaît dans la préface des Con tes en vers où Perrault

considère Peau d'âne et Les Souhaits ridicules comme des « contes » et Griselidis

comme une « nouvelle », c'est-à-dire le récit « de choses qui peuvent être

arrivées ». Ce classement auctorial isole seulement Griselidis des autres contes.

Le fait de ne plus désigner, en 1697, La Barbe bleue comme un « conte », signale

la complexité générique dont nous avons parlé plus haut. On a également vu

que, dans leur préface de 1812, les frères Grimm donnaient une définition

épitextuelle programmatique du genre Márchen.

  • 2.1.3. Sur le plan des faits que Genette range dans l'hypertextualité,

soulignons qu'une traduction peut affecter le genre de l'hypotexte de départ. Il

est également possible que, dans la langue d'arrivée, le genre soit sans corre

spondant. Une parodie opère souvent un glissement de genre. Une réécriture

peut rester dans le cadre du genre de départ ou être guidée par un changement

de genre ou introduire une complexité générique absente de l'hypotexte. C'est

ce que fait Cendrars en copiant - et en signalant cette copie - un fait divers

(hypotexte) pour en faire un poème futuriste (hypertexte) par un travail de

transformation et de transposition qui, bien que ne touchant que des détails

micro-textuels, modifie en profondeur le genre (Adam 1999 : 175-188). Une

68

Des genres à la généricité

procédure hypertextuelle semblable, mais dissimulée, elle, mène Char du

plagiat de la définition du mot « iris » dans le Littré à un poème de La Parole en

archipel (Adam 1997 : 107-124).

  • 2.1.4. Un cas particulier de relation transtextuelle, que nous ne pouvons

nommer autrement que co-textualité, doit être pris en compte. Nous entendons

par là l'ensemble des relations qu'un texte donné entretient avec d'autres

textes, coprésents (co-textes3) au sein d'une même aire scripturale (journal,

magazine, recueil de contes, de nouvelles ou de poèmes). Entre ces co-textes

interviennent des convergences ou des divergences (inter)génériques - ces co-

textes étant de genres semblables, apparentés ou différents. On a vu, plus haut,

avec les Grimm, que la présence (en 1812) ou le retrait (à partir de 1819) d'un

(co-)texte comme le « conte de l'abattage » modifie la généricité des recueils.

  • 2.1.5. Avec l'intertextualité, c'est-à-dire la présence d'un texte dans un

autre sous forme, plus ou moins implicite et littérale, de citation, de plagiat

(emprunt non déclaré) ou d'allusion, nous touchons à un aspect du dialogisme

et de l'interdiscours : la circulation de (fragments de) textes dans la mémoire

interdiscursive d'une collectivité et des individus qui la composent. Une étude

récente (Adam-Heidmann 2003) nous a permis de montrer que la Barbe bleue de

Perrault, qui se présente comme issue de la tradition populaire, comporte des

traces d'un épisode de L'Enéide de Virgile qui viennent encore infléchir sa génér

icité. Nous nous en sommes aperçus en étudiant de près un des points les plus

obscurs du texte, à savoir le fait que le personnage secondaire de la sœur de

l'héroïne est le seul à avoir un prénom. Un commentaire de la voix narrative

insiste d'ailleurs lourdement dans une parenthèse explicative : « Elle appela sa

sœur, et lui dit : "Ma sœur Anne (car elle s'appelait ainsi)" [

...

]

». Dans la

formation socio-discursive culturellement bilingue de Perrault, le segment

« sœur Anne », de surcroît répété dix fois, produit l'activation d'une portion

d'encyclopédie culturelle latine : « Anna soror ». Il suffit de rappeler qu'enfant,

Charles Perrault s'était déjà intéressé à L'Enéide en écrivant, en marge du texte

de Virgile, une parodie burlesque (L'Enéide travestie, dont une partie s'intitulait :

« La vérité sur le suicide de Didon »). Sa connaissance - et celle de ses contemp

orains lettrés - du latin de L'Enéide est telle qu'on ne peut pas négliger l'écho

intertextuel de l'histoire d'Enée et de Didon (Livre IV) dans la désignation de la

« sœur Anne ». L'intertexte de l'épisode de Didon et Enée est diffracté dans un

texte qui se présente ainsi comme une allusion au parangon du grand genre

épique et Barbe bleue apparaît comme l'envers négatif d'Enée. La littérarité du

texte de Perrault est tout entière dans cette polygénéricité et dans cette exploita

tionpolyphonique des signes.

À cet intertexte virgilien, les Grimm substituent, dans leur Blaubart, un tout

autre intertexte. Ils remplacent le texte de la culture savante par une ballade

issue de la culture populaire germanique : le Volkslied d'Ulrich & Ànnchen. De

3. Ce terme est utile en dépit de sa proximité avec celui de co-texte (opposé à contexte) qui

désigne les relations linguistiques entre énoncés à l'intérieur d'un texte donné.

Langages 153

69

Les genres de la parole

cette ballade populaire, Goethe lui-même disait qu'il s'agit d'un Barbe bleue

« nordique ». Ce Volkslied comporte le motif des femmes tuées et l'appel

désespéré auquel répond le plus jeune frère. Comme dans le conte de Blaubart,

ce dernier est assis dans une forêt en train de boire un vin frais lorsqu'il entend

l'appel de sa sœur. Le Volkslied qui circule dans l'interdiscours de langue all

emande remplace donc l'intertexte latin et explique la disparition de la sœur

Anne, devenue inutile dans le texte des Grimm. Cet exemple montre à quel

point le dialogisme intertextuel structure tout texte et en affecte la généricité. Le

transfert des mêmes motifs (pour ne pas dire de la même histoire) d'une langue

dans une autre et d'un texte dans un autre engage l'interdiscours d'une format

ionsociale donnée, à une époque donnée.

2.2. Les plans ou niveaux de la textualité

La citation suivante de Bakhtine souligne bien l'importance de l'interdis

courset l'impact des genres sur les différents niveaux micro-linguistiques ou

plans de la textualisation :

L'utilisation de la langue s'effectue sous forme d'énoncés concrets, uniques

(oraux ou écrits) qui émanent des représentants de tel ou tel domaine de l'acti

vitéhumaine. L'énoncé reflète les conditions spécifiques et les finalités de

chacun de ces domaines, non seulement par son contenu (thématique) et son

style de langue, autrement dit par la sélection opérée dans les moyens de la

langue - moyens lexicaux, phraséologiques et grammaticaux -, mais aussi et

surtout par sa construction compositionnelle. Ces trois éléments (contenu

thématique, style et construction compositionnelle) fusionnent indissoluble

ment dans le tout que constitue l'énoncé, et chacun d'eux est marqué par la

spécificité d'une sphère d'échange. (Bakhtine 1984 : 265)

Bakhtine inscrit les genres dans les formations socio-discursives en partant des

sphères sociales d'usage de la langue politiques (différentes selon les partis et les

lieux d'exercice du politique), publicitaires, journalistiques (différentes selon les

médias et les supports de presse), religieuses (différenciées selon les communa

utés), littéraires, etc. Ces lignes présentent l'autre avantage d'insister - avec les

« thèmes » (et

motifs), la « composition » et le « style » - sur trois des niveaux

d'organisation de la textualité auxquels il faut toutefois ajouter deux autres plans

constitutifs du principe dialogique : le niveau énonciatif de la prise en charge des

énoncés et le niveau pragmatique des actes de discours et de l'orientation argu

mentative de tout énoncé (Adam 1999). Au niveau sémantique, outre les bases

thématiques et les configurations de motifs, le régime d'interprétation des énoncés

est soit vériconditionnel (et factuel), soit fictionnel, et il dépend entièrement des

genres considérés. Au niveau énonciatif, outre le statut des (co)énonciateurs, leur

degré d'implication et de prise en charge des énoncés, la cohérence polyphonique

liée à la succession des points de vue sont en grande partie sous l'influence directe

du (des) genre(s) au(x)quel(s) le texte est rapporté. Au niveau argumentativo-

pragmatique, les buts, sous-buts et intentions communicatives des énoncés

successifs ainsi que d'un texte entier se marquent dans des valeurs illocutoires qui

sont inséparables du cadre imposé par les choix génériques. Le niveau

« stylistique » et phraséologique (texture micro-linguistique) est en étroite relation

70

Des genres à la généricité

avec les genres. D. Combe (2002) parle, à ce sujet, après d'autres, de la nécessité

d'une « stylistique des genres ». Le niveau compositionnel - c'est-à-dire pour

nous les plans de textes, les agencements de séquences (descriptives, narratives,

argumentatives, explicatives ou dialogales), les rapports entre texte et image dans

certaines formes textuelles pluri-sémiotiques - est très largement affecté par la

généricité. Il faut encore ajouter le niveau matériel du média (média-support,

longueur, mise en page et mise en forme typographique) qui a longtemps été

négligé alors qu'il joue un rôle important, impliqué dans la généricité.

2.3. Pour conclure : une schématisation dynamique

de la complexité

Tout texte est défini par les forces centripètes qui en assurent l'homogénéité

(partie la plus sombre du schéma) et par les forces centrifuges de la transtextua-

lité (partie supérieure grisée, plus claire). Ce qui place tout texte réalisé au

milieu de deux champs de forces et implique une double dimension de

l'analyse textuelle des discours que résume le schéma suivant :

FORCES CENTRIFUGES DE LA (TRANS) TEXTUALITE

INTERDISCOURS

Langue(s)

TRANS-

Genre(s)

TEXTUALITE

HYPO-TEXTE(S)

EPITEXTE(S)

Illustration non autorisée à la diffusion

COTEXTES

PERI-TEXTE

EXT

Thèmes & Motifs

énoncés

/'meta & inter-

Style

Texture

textuel(s)

micro-imguistique

Compositi

Structure

FORCES CENTRIPETES DE LA TEXTUALITE

Lan

a

es

71

Les genres de la parole

Références bibliographiques

Adam, Jean-Michel 1997 : Le style dans la langue, Lausanne, Delachaux & Niestlé.

— 1999 : Linguistique textuelle : des genres de discours aux textes, Nathan-Université,

Paris.

— 2001a : « Types de textes ou genres de discours ? Comment classer les textes qui

disent de

et comment faire ? », Langages n° 141, Larousse, Paris,

10-27.

— 2001b : « Textualité et transtextualité d'un conte d'Andersen : La princesse sur le petit

pois », Poétique n° 128, Seuil, Paris, 421-445.

— 2002a : « Textualité et transtextualité d'une préface de Perrault », Polyphonie -

linguistique et littéraire. Lingvistisk og litteraer polyfoni n° V, Aarhus, Samfundslitteratur

Roskilde, 39-84.

— 2002b : « De la période à la séquence. Contribution à une (trans)linguistique textuelle

comparative », Macro-syntaxe et macro-sémantique, H. N0lke & H. L. Andersen (éds),

Berne, Peter Lang, 167-188.

— 2002c : « Le style dans la langue et dans les textes », Langue Française n° 135, Paris,

Larousse, 71-94.

Adam, Jean-Michel & Heidmann, Ute 2002 : « Réarranger

des motifs, c'est changer le sens.

Princesses et petits pois chez Andersen et Grimm », in Contes : l'universel et le

singulier, A. Petitat (éd.), Payot, Lausanne, 155-174.

— 2003 : « Discursivité et (trans)textualité. La comparaison pour méthode. L'exemple du

conte », colloque de Cerisy 2002 (à paraître).

Bakhtine, Mikhaïl M. 1984 (1979) : « Les genres du discours [langage] » & « Le problème du

texte », in Esthétique de la création verbale, Gallimard, Paris, 263-308 & 309-338.

Barchilon, Jacques 1956 : Perrault's Tales of Mother Goose, The Pierpont Morgan Library,

New York.

Dion, Robert, Fortier, Frances, Hagueraert, Elisabeth éds. 2001 : Enjeux des genres dans

les écritures contemporaines, Nota bene, Québec.

Combe, Dominique 2002 : « La stylistique des genres », Langue Française n° 135,

Larousse,

Paris, 33-49.

Genette, Gérard 1982 : Palimpsestes, Seuil, coll. Poétique, Paris.

 

Grimm, Jacob & Wilhelm 1994 (1812)

:

« Préface

de

la première édition des

contes »,

traduction française, Europe n° 787-788, 36-42.

— 1985 : Kinder- und Hausmàrchen. Gesammelt durch die Brùder Grimm 1937, H. Rôlleke

éd., Deutscher Klassiker Verlag, Frankfurt am Main.

Jolles, André 1972 (1930) : Formes simples, Seuil, Paris.

Poli, Sergio 1991 : Histoire(s) tragique(s). Anthologie/Typologie d'un genre littéraire, Schena

éd. & Nizet, Fasano & Paris.

Todorov, Tzvetan 1978 : Les genres du discours, Seuil, Paris.

Zufferey, Joël

2000 : « Fiction et vérité dans

n° 124, Seuil, Paris, 475-484.

les nouvelles de J.-P. Camus », Poétique

— 2001 : « De l'occasionnel au sériel : les histoires tragiques de J.-P. Camus », Variations

n° 7, Universitàt Zurich & Peter Lang, Berne, 75-87.

72