Actualités p.

5
Arts et culture p.15
Sports p.20
Retrouvez un retour sur les évènements marquants de Gardez-vous de bons souvenir de 2016-2017? Faites le Retour sur le gala de fin d’année des Gee-Gees ainsi que sur
l’année ainsi que sur ceux qu’il faudra surveiller cet été. bilan de l’année culturelle en images aux pages du centre leurs plus beaux moments de la saison 2016-2017. Retrouvez
Apprenez tout de la poursuite qui divise la FÉUO ainsi que pour vour remémorer de beaux moments avec nostalgie en page 23 une entrevue exclusive avec le quart arrière Brad
de la dernière augmentation des frais de scolarité. Comme Sinopoli.
si cela ne suffisait pas, on vous propose deux entrevues
exclusives, à découvrir en page 6 et 7.
www.larotonde.ca LaRotonde @LaRotonde La RotondeVideo
10/04/17 ÉDITORIAL : LE REFUGE DE LA VÉRITÉ

UNE POURSUITE POUR DIFFAMATION À LA FÉUO..................................................................... P. 5
ENTREVUE AVEC LES PRÉSIDENTS.......................................................................................... P. 6-7
MISE À JOUR : CODE DE CONDUITE À L’U D’O............................................................................ P. 8
actualités

L’ANNÉE EN 10 ÉVÈNEMENTS MARQUANTS............................................................................ P. 10
LES 10 ÉVÈNEMENTS DE L’ÉTÉ............................................................................................... P. 11
L’U D’O POURSUIVIE PAR L’ÉQUIPE DE HOCKEY........................................................................ P. 12
HAUSSE DES FRAIS DE SCOLARITÉ.......................................................................................... P. 13
3 QUESTIONS AVEC MICHEL PRÉVOST..................................................................................... P. 14

ÉCHANGE AVEC EMMA ANDERSON.......................................................................................... P. 15
RÉTROSPECTIVE DE L’ANNÉE EN PHOTOS................................................................................ P. 16-17
Arts

GUIDE DES FESTIVALS ESTIVAUX............................................................................................ p. 18
L’ART ÉTUDIANT SUR LE CAMPUS............................................................................................ P. 19

BANQUET DES GEE-GEES : CHAMPAGNE TRIOMPHE................................................................ P. 20
sports

BILAN DE L’ANNÉE................................................................................................................... P. 22-23
TÊTE-À-TÊTE AVEC BRAD SINOPOLI........................................................................................ P. 23
TIRS DE BARRAGE : ROGER ARCHAMBAULT............................................................................. p. 24

OPINIONS : KATHRYN LEBLANC................................................................................... P. 26
LABYRINTHES : LA CHUTE D’ORLÉANS ET LE CHEVALIER DE LÉVIS............................... P. 27
autres

LES MOTS DE LA FIN DE L’ÉQUIPE................................................................................ P. 28-29
GRIBOUILLIS, CONSEILS D’UNE BIOLOGISTE ET HOROSCOPE......................................... P. 30
éditorial Frédérique Mazerolle
rédaction@larotonde.ca

Le refuge de la vérité
FRÉDÉRIQUE MAZEROLLE On ferme la porte, on tourne la Cette maison figurative, qui repré- espace respecté par tous et toutes.
page, on essaye de mettre der- sente à la fois un lieu de rencontre, Les bombardements des parties
« C’est ça qui est ça », dit-on, en rière nous la turbulence, tout en une école d’apprentissage et une qui l’opposent se font nombreux
épongeant la sueur sur notre front, se replongeant dans les lectures voix francophone qui ne se la ferme au courant de l’année, comme si
tout en laissant des taches d’encre de cours que l’on aura malheureu- donc jamais, est ce que l’on pour- ça allait changer quelque chose au
au passage. Glamour, la vie de sement repoussées à la dernière rait appeler un refuge. train-train quotidien du journal
journaliste-étudiant.e. minute. Les nouvelles ne dorment étudiant.
jamais, et nous non plus. Un refuge pour ceux et celles qui
C’est terminé. La dernière édition sont bien écoeuré.e.s de se faire Reproches, publications sur les
de l’année 2016-2017 est sur les On peut retourner chez soi. vendre des salades sur le campus médias sociaux, intentions de
présentoirs*. uottavien. Où l’on n’a pas peur des poursuite, on aura tout vu et enten-
Ce n’est pas si facile que ça. parler des vraies affaires, celles du. Des lettres d’opinion nous sont
*Peut-être pas au pavillon Simard Qu’arrive-t-il quand La Rotonde que certain.e.s ne voudraient pas aussi adressées, bien que, pour une
ou au fameux gastro-pub estudian- est justement notre maison? voir dévoiler au grand jour. Une raison qui ne semble pas du tout
tin Father and Sons. institution pour tou.te.s ceux et évidente, elles se retrouvent dans
Je ne fais pas référence à la vieille celles qui veulent entendre et lire les pages de notre homologue an-
*Ou par terre, à côté des présen- cabane à l’état miteux qui nous la vérité, toute la vérité et rien que glophone. Dure, la vie de minorité
toirs de l’entrée de la bibliothèque sert de quartier général et qui ne la vérité. linguistique, se dit-on.
Morisset. figure pas dans le plan stratégique
Destination 2020 de l’Université La Rotonde est bien connue pour ne Pourtant, comme n’importe quelle
*Ou sous les bottes des membres d’Ottawa (U d’O) pour des raisons pas avoir sa langue dans sa poche. organisation médiatique de valeur,
de l’exécutif de la Fédération étu- bien évidentes, mais plutôt à un Par contre, plusieurs sont ceux et La Rotonde occupe plusieurs rôles,
diante (FÉUO). Peu importe, c’est espace sacré pour le journalisme celles qui auraient bien voulu lui au delà d’embellir les mensonges,
comme vous voulez. étudiant. couper la parole, alors qu’ils ou car il serait bien trop dommage de
elles étaient sous le spotlight en parler négativement de qui que ce
raison d’actes et paroles jugées soit ayant fait quoi que ce soit. Mais
pertinents pour l’intérêt public. bon, vous voulez tout de même re-
« Qu’on lui coupe la langue » se hausser votre réputation? Ça sert à
sera transformé en accusation de ça, les relations publiques.
propagation de fausses nouvelles,
question de vivre avec son temps. Pourtant, on peut se voir décou-
ragé.e. par le manque d’initiative
Contrairement à la pensée po- ou de l’apathie qui se développe,
pulaire, c’est avec fierté que La hormis les reportages qui dévoilent
Rotonde accepte ce titre, aussi ab- les détails les plus désastreux sur
surde et ridicule soit-il, tout en sa- la situation actuelle qui s’orchestre
chant qu’elle a fait son travail avec sur le campus de l’U d’O. À quoi
brio, et les concerné.e.s sont inca- bon, quand on voit que les choses
pables de trouver une réplique à la ne changent pas. Pourtant, La
vérité, se tournant vers l’expres- Rotonde continue de persister, en
sion « fake news » pour tenter de tentant de faire lumière sur les his-
sauver leur réputation. C’est triste, toires les plus lugubres. Un mandat
pour ne pas en dire plus. qui dépasse de loin les attentes du
journalisme étudiant.
La curieuse, la chialeuse et, sans
exception, la fouteuse de merde par Ne soyez pas berné.e.s, elle ne
excellence du campus uottavien. Il cherche pas votre approbation,
va sans dire que celle-ci est en soi votre encouragement et en-
une bête singulière. En fait, ce n’est core moins votre pitié. Elle est
pas moi qui le dis, ayant piqué cette consciente du travail qu’elle effec-
expression aux gens ayant occupé tue, ne cherchant pas l’argent, la
la rédaction en chef de ce journal gloire et tout le tralala. Elle cherche
il y a jadis. tout simplement la vérité.

Ceci dit, cette bête qu’est La Ode à toi, pionnière du journa-
Rotonde n’a pas à chercher loin lisme étudiant canadien-français,
pour se nourrir, se goinfrant sur qui ne cesse d’aller au bout de ses
les dernières controverses, venant enquêtes, pour le meilleur et pour
à la fois de la FÉUO ou de l’admi- le pire.
nistration de son université chérie.
Si nous prenons au sérieux la re- Sur ce, je signe ce dernier édito-
cherche et l’éthique de notre travail rial à titre de rédactrice en chef,
journalistique, il faut avouer que le une énième tasse de café à la main,
travail est facilité quand les indivi- en sachant que malgré les défis et
dus au pouvoir ne pensent pas aux les bâtons qui se logent dans nos
ILLUSTRATION : CLÉMENCE LABASSE conséquences de leurs actions. roues, La Rotonde en ressort tou-
jours plus forte, plus féroce et plus
Pourtant, ce refuge qu’est La vraie.
Rotonde n’est certainement pas un
w w w. l a r o t o n d e .c a
section

ACTUALITÉS Yasmine Mehdi
actualites@larotonce.ca

Fédération étudiante
Une poursuite pour diffamation sème la discorde au sein de l’exécutif
Notons que la principale intéressée a présenté des ex-
YASMINE MEHDI
CHEFFE DE PUPITRE ACTUALITÉS cuses partielles lors de la réunion du Conseil d’admi-
nistration du 2 avril dernier, non pas pour ses propos, Qu’est-ce que la
Tout a commencé le 5 mars dernier, lorsqu’une décla- mais pour les avoir relayés par l’entremise de Faduma
ration écrite par la vice-présidente aux affaires univer-
sitaires, Vanessa Dorimain a été prononcée devant le
Wais : « Je pensais tous les mots que j’ai prononcés »,
a-t-elle affirmé.
diffamation?
Conseil d’administration de la Fédération étudiante de « Toute allégation ou imputation d’un
De son côté, Michel Antoun, qui occupait par procura-
l’Université d’Ottawa. Dorimain n’étant pas présente,
c’est Faduma Wais, étudiante et employée de la FÉUO,
tion le siège de représentant de la Faculté des sciences, fait qui porte atteinte à l’honneur ou
qui a livré sa mise à jour par procuration. Lors de celle- déclare ne pas comprendre pourquoi il se retrouve à la considération de la personne ou
ci, Wais a accusé Roméo Ahimakin, actuel président de embarqué dans cette histoire : « Je pense qu’il était de
du corps auquel le fait est imputé. »
la FÉUO, d’avoir exhibé des comportements violents et ma responsabilité de diffuser cette information pour
des raisons de transparence. » Antoun soutient que
(Loi du 29 juillet 1881)
misogynes. Le 22 mars dernier, Dorimain et Wais, de
même que quatre autres individus, recevaient un avis son action ne ciblait aucunement Ahimakin et rappelle
d’action signé par l’avocat d’Ahimakin. La cause de ce avoir diffusé l’ensemble de la réunion du Conseil d’ad- L’actuel président le dit et le répète : les accusations
recours judiciaire? « Les déclarations mensongères […] ministration. Le président de la FÉUO réfute ces pro- de Dorimain seraient totalement infondées. « On
ayant porté atteinte à la réputation de M. Ahimakin ». La pos et soutient que la caméra du téléphone d’Antoun ne peut accuser quelqu’un de quelque chose sans
Rotonde tente de faire le point sur une affaire particu- était délibérément orientée vers lui lors de la lecture de fournir de preuves! », s’exclame-t-il en critiquant
lièrement complexe, où perceptions contradictoires se la déclaration de Dorimain. « Je n’ai pas les moyens par la même occasion le fait que le Conseil d’admi-
multiplient. d’avoir un avocat et cette situation est très stressante », nistration lui ait refusé un droit de réponse suite à
soupire quant à lui Antoun. la déclaration de Dorimain. « À aucun moment il ne
Si Dorimain fait l’objet d’une poursuite pour avoir entre me viendrait à l’esprit de manquer de respect à une
autres qualifié Ahimakin de « personne violente et mi- Ahimakin sort du silence personne, je n’ai pas été éduqué comme ça », plaide
sogyne », Ellis et Wess sont pour leur part concerné.e.s Ahimakin.
puisqu’ils ont corroboré les propos de la vice-présidente Devant cette avalanche de reproches, Ahimakin jus-
aux affaires universitaires lors de la réunion du Conseil tifie sa décision et rappelle les rapports tendus qui Immunité au Conseil d’administration?
d’administration. Ellis y a en effet affirmé qu’Ahimakin règnent au sein de l’exécutif depuis plusieurs mois.
avait adopté des « comportements misogynes » alors En effet, selon le président de la FÉUO, un premier Une autre question se pose également suite à cette
que Wess a soutenu qu’il était « extrêmement difficile rendez-vous entre un conseiller du Bureau des droits poursuite : les membres du Conseil d’administration
de travailler » avec lui. de la personne de l’Université d’Ottawa et les six de la Fédération étudiante devraient-ils bénéficier
membres de l’exécutif aurait eu lieu en novembre d’une immunité dans le cadre de leurs fonctions?
Antoun et Robertson sont quant à eux ciblés pour dernier. Le processus de médiation n’aurait cepen-
avoir diffusé ces déclarations, Antoun dans un vidéo Louise Bélanger-Hardy, professeure à la Faculté de
dant pas abouti, faute d’une volonté commune de droit, section common law de l’Université d’Ottawa
Facebook en direct et Robertson dans un article publié
l’exécutif. rappelle que l’immunité est reconnue dans les cours de
dans The Fulcrum le 9 mars dernier.
justice ou au Parlement. « Il faudrait savoir s’il y a une
Ahimakin raconte que les tensions n’ont fait que s’exa-
La Rotonde a contacté toutes les personnes ciblées par immunité dans le contexte d’une réunion du Conseil
cerber dans les mois qui ont suivi, citant les élections
la poursuite. À date de publication, aucun.e des défen- d’administration », explique-t-elle en précisant que
et l’affaire U-Pass comme des évènements clés. Il sou-
dant.e.s, à l’exception d’Antoun et de Dorimain, n’a cette question serait laissée à l’interprétation d’un juge.
tient avoir contacté le Comité disciplinaire à plusieurs
donné suite à cette requête.
reprises, avant et après le 5 mars, « preuves à l’appui » Reste à savoir si ce dossier aboutira bien devant les tri-
« Si le président Roméo Ahimakin n’a pas aimé ce que pour montrer qu’il était « attaqué du matin au soir bunaux, ou s’il trouvera une issue à l’amiable. Pour
j’avais à dire, il aurait seulement dû me cibler dans l’avis » par ses collègues. Le Comité lui aurait cependant sa part, Ahimakin ne souhaite pas s’avancer sur ses
d’action. Au lieu de cela, il a tenté de trouver une façon indiqué qu’il n’était pas en mesure d’intervenir dans attentes vis-à-vis des plaignant.e.s, mais estime que
de réduire tout le monde au silence », a écrit Dorimain ce conflit, d’où la décision d’Ahimkain d’opter pour des excuses publiques lui sont nécessaires étant don-
dans un courriel. l’avenue judiciaire. né que « le mal a été fait en public ».

Qui sont les défendant.e.s?
Vanessa Dorimain . . ................................................ (vice-présidente aux affaires universitaires)
Faduma Wais .......................................................... (mandataire de Dorimain à la réunion du 5 mars)
Morissa Dalhia-Ellis .. ........................................... (vice-présidente aux affaires de l’équité)
Hadi Wess .. ............................................................. (vice-président aux affaires sociales)
Michel Antoun ....................................................... (mandataire ayant diffusé une vidéo Facebook en direct)
Graham Robertson ................................................ (journaliste pour The Fulcrum)
The Fulcrum .......................................................... (le journal étudiant anglophone du campus)
w w w. l a r o t o n d e .c a
Bilan des
Roméo Ahimakin, la fin du parcours du combattant
RA : Justement, dans ce contexte, j’ai trouvé RA : Je pense avoir déjà beaucoup
YASMINE MEHDI ET MATHIEU TOVAR-POITRAS mon rôle et celui des autres exécutifs encore donné, la population étudiante mé-
plus pertinents. Cette année marquait un tour- rite du sang neuf, des nouvelles idées.
Impliqué auprès de la Fédération étudiante au Conseil d’administration, vice-président
nant important pour la Fédération étudiante, J’ai déjà fait deux ans, j’aurais aimé
de l’Université d’Ottawa depuis 2011, Roméo aux communications et aux finances par
nous avons été amenés à ouvrir les yeux sur briguer un troisième mandat, mais je
Ahimakin a enchainé les casquettes pour intérim, il achève aujourd’hui son parcours pense que c’est encore plus important
quelqueschoses.Entantqueprésident,j’aivou-
finalement devenir le premier étudiant inter- du combattant alors que son mandat de pré- lu être proche de la communauté étudiante, d’avoir de nouvelles personnes à la tête
national élu à la tête de l’organisation l’année sident tire à sa fin. C’est un Roméo un peu je voulais que l’exécutif soit plus souvent à l’ex- de notre organisation.
dernière. « Je pourrais vous parler toute la cerné, mais tout de même souriant qui entre térieur du bureau pour parler aux étudiants,
LR : Si tu pouvais donner un conseil
dans les bureaux de La Rotonde. leur demander leur point de vue sur différents
journée de la communauté internationale », aux prochains membres de l’exécu-
sujets.
plaisante-t-il. Bénévole, employé, représentant La Rotonde : De manière géné- tif, que serait-il?
rale, comment s’est passée ton
année à la présidence de la FÉUO?
« Cette année marquait un tournant
Roméo Ahimakin : Mon expérience
cette année m’a ouvert les yeux sur un
important pour la Fédération étudiante »
- Roméo Ahimakin, président sortant de la FÉUO
certain nombre de choses. Cela a été
difficile à certains niveaux : vous êtes au
courant des conflits interpersonnels qui se
LR : Mais justement, ils ne semblent
sont déroulés au sein de la Fédération. C’est RA : Je les supplierais d’écouter les étu-
pas particulièrement intéressés par
quelque chose qui me désole, parce que, en diants. C’est aussi simple que ça. On n’est
la FÉUO. On fait comment pour mo-
début d’année, j’ai rassemblé l’exécutif pour pas là pour se battre contre les étudiants. Si
biliser la population étudiante?
établir une vision commune et une liste d’ob- on s’est présenté à la tête de cette organisa-
jectifs à accomplir. Je remercie les étudiants RA : Il faut vraiment aller au contact des tion, c’est pour la gérer comme les étudiants
de m’avoir donné cette chance, j’aurais aimé étudiants. Durant les élections, on crée réel- veulent qu’elle soit gérée. Donc je deman-
faire beaucoup plus cette année, mais cer- lement une connexion avec les étudiants et derais au prochain exécutif d’écouter les
taines choses ont été hors de mon contrôle étudiants. Je leur demanderais aussi de la
on partage de nos idées, mais, après, tout ça
– les élections, les différents scandales. cohésion. Je leur demanderais du respect
redescend. Je voulais qu’on reste au même
niveau d’activité et d’enthousiasme, c’est dans les opinions qu’ils formulent. Quelle
LR : Dans ce contexte, com-
pourquoi j’ai fait beaucoup de classtalks cette que soit la manière dont on se sent face à un
ment perçois-tu au-
année. Les exécutifs doivent être dans les sujet, il faut l’exprimer respectueusement. Il
jourd’hui le rôle de
faut aussi laisser les étudiants nous donner
la Fédération classes, dans les couloirs en train de parler
des rétroactions et les utiliser comme lignes
étudiante, aux étudiants, ils doivent presque en faire
directrices. Quand les étudiants participent à
et celui de quelque chose de trendy.
la discussion et qu’ils font un choix, je pense
son pré-
LR : Considères-tu que la FÉUO que ça devrait peser beaucoup plus lourd que
sident,
conserve une image de syndicat ac- ce que l’exécutif a à dire.
sur le
cam- tiviste dans l’esprit des étudiants ou
LR : Que feras-tu l’an prochain?
pus? est-ce en perdition?
RA : Je serai toujours sur le campus, je
Dans mon pays, au Bénin, nous avons des
vais essayer de finir mon bac en biologie
syndicats étudiants qui font beaucoup de
et mon bac en communication en même
travail. Je crois que le potentiel que notre syn-
temps. Je serai toujours impliqué, ça
dicat étudiant sur le campus de l’Université
reste ma Fédération étudiante. Le conseil
d’Ottawa est infini et que nous luttons tou-
des étudiants internationaux est en train
jours aussi fort. Les étudiants ont peut-être
d’être finalisé et j’ai envie que ce soit un
du mal à voir le travail qui est fait à cause de la
groupe solidaire qui puisse montrer
mauvaise image de la FÉUO. Je pense qu’il
l’exemple sur comment s’unir autour
faut changer l’image qu’a la FÉUO auprès
de nos difficultés et comment les ex-
des gens; il suffit d‘informer une génération primer de façon positive en emme-
pour qu’après quatre ans, quand une nou- nant un changement pour toute la
velle cohorte rentre, on n’ait plus cette image. communauté étudiante.
LR :Pourquoias-tuchoisidenepastere- Certaines réponses ont pu être reformu-
présenter pour un second mandat afin lées pour des raisons de longueur et de
decontinuercetravail? clarté.

VISUEL ET PHOTO : CLÉMENCE LABASSE
Présidents
Jacques Frémont, une première année mouvementée
cessoire à ce que doit être notre vie aller chercher cet argent, c’est dans versité du corps étudiant. Je n’ai pas
YASMINE MEHDI universitaire. les poches des étudiants. Si vous me trouvé la même diversité au niveau
demandez, je pense que l’État doit du corps professoral et du person-
Entré en fonction en juillet dernier, le LR : Revenons à la question prendre ses responsabilités pour nel. Pour moi, c’est important qu’on
trentième recteur de l’Université d’Ottawa des restrictions imposées à la donner un break aux étudiants. soit un modèle là-dessus précisé-
a accordé, après une longue période bibliothèque. Des membres de ment parce qu’on est bilingue, parce
d’attente, une entrevue à La Rotonde. la communauté ont perçu cela LR : En attendant un soutien qu’on est dans la capitale du Canada
Le 16 mars dernier, dans son bureau étant en contradiction avec la gouvernemental plus proactif, et parce qu’on le doit à notre corps
au deuxième étage de Tabaret, Jacques mission même de l’Université. on ne peut donc pas s’attendre étudiant. Je voudrais donc établir un
Frémont a accepté de dresser un bilan de La professeure Steffany Benett à une baisse, ou un gel, des plan d’action dès la prochaine année.
sa première année en poste. L’air grave, il [membre du Bureau des gou- frais de scolarité à l’Université J’ai un mandat de cinq ans, et je vou-
admet que celle-ci a été particulièrement verneurs de l’U d’O, NDLR] d’Ottawa? drais que les gens se retournent dans
marquée par un contexte budgétaire dé- avait même déclaré qu’il s’agis- trois ans et qu’ils se disent : « On est
licat, l’Université faisant face à un déficit sait d’une « terrible erreur ». À JF : Et nulle part ailleurs. On a fait
une meilleure place qu’avant. »
de 4,9 M $ qui pourrait tripler dans la pro- l’époque où vous étiez profes- notre benchmarking dans les der-
chaine année. seur, vous seriez-vous joints nières semaines et partout, tout le Certaines réponses ont pu être reformu-
aux individus qui ont manifesté monde a les mêmes problèmes. Je lées pour des raisons de longueur et de
La Rotonde : Comme se passe voudrais avoir de la marge pour aider clarté.
contre cette mesure?
votre premier mandat de rec- les étudiants de première génération
teur à l’Université d’Ottawa? JF : C’est amusant parce que quand d’immigration, pour les étudiants en
cette mesure a été votée, je n’étais provenance d’un milieu autochtone,
Jacques Frémont : L’Université
toujours pas en poste. Dans le bud- les étudiants avec des troubles
d’Ottawa est formidable, beaucoup
get, que j’avais lu bien attentive- d’apprentissage. Ce sont des am-
plus que ce à quoi je m’attendais.
ment, j’avais remarqué cette ligne et bitions vers lesquelles on pour-
J’ai eu de belles surprises et cette
avais dit : « Ça va nous sauter au vi- rait bouger si on avait un peu de
première année s’est bien passée […]
sage ». C’est ce qui est arrivé. Quelque marge. Malheureusement, pour
Pour moi, le contact avec les gens
part, je me réjouis de la réaction de le moment, ce n’est pas le cas,
est important. Vous savez, une uni-
la communauté universitaire, qui alors il faut s’abstenir.
versité, c’est avant tout un regrou-
a lancé un cri du cœur pour rappe-
pement de personnes, dans toute LR : Depuis le début de
ler qu’elle avait des valeurs fonda-
leur richesse. On compose avec 42 votre mandat, avez-vous
mentales. Pour moi, le message a
000 étudiants, je n’aime autant pas identifié les grands pro-
été bien entendu, bien reçu (rires).
y penser, ça m’empêche de dormir! jets sur lesquels vous tra-
Dans le prochain budget, on a déjà
Les années à l’université sont en gé- vaillerez au cours de votre
annoncé qu’on ne couperait pas les
néral les années qui marquent une mandat?
collections, mais que des montants
vie. Mon rôle est de m’assurer que la
seraient aussi réservés pour les fluc-
vie de nos étudiants soit marquée et JF : Pour moi, un des grands
tuations du dollar. On essaie de se
qu’ils soient équipés pour ce qui va chantiers est celui de la diversité
rendre moins vulnérables, mais il y a
suivre, peu importe leurs ambitions. et de l’inclusion. Une des choses que
une profonde indécence dans le sys-
tème actuel des revues universitaires j’ai trouvée épatante ici, c’est la di-
LR : Vous avez tout de même
rencontré des épisodes plus dont les marges de profits sont dans
difficiles. On pense à l’affaire les milliards.
Vet’s Tour, à la controverse LR : Il y a un an, vous disiez être
des coupes à la bibliothèque et, « extrêmement sensibles à la
plus récemment, aux tensions situation des étudiants, mais
avec l’Association des profes- aussi à celle des établisse-
seur(e)s de l’Université d’Ot- ments ». Aujourd’hui, un côté
tawa (APUO). Quel a été votre prime-t-il l’autre?
plus grand défi?
JF : Il n’y a personne qui ait vécu les
JF : Écoutez, c’est un défi plutôt dernières années au Québec et qui
personnel, celui de prendre la di- ne soit pas sensible à cette ques-
mension des lieux et des gens. Est-ce tion. Actuellement, on est dans
que mon plus grand défi c’est d’avoir une situation où les lignes de
un budget balancé ou c’est d’avoir revenus et de dépenses de l’Uni-
une communauté heureuse avec des versité ne sont plus alignées.
étudiants qui étudient dans les meil- […] Par ailleurs, la province
leures conditions? Le défi est vérita- a fait le choix de bloquer les
blement là cette année, et il sera là paiements de transfert aux
dans les autres années de mon man- universités et nous garan-
dat. Alors oui, il y a des incidents, on tit qu’elle va continuer
voudrait avoir plus d’argent, on vou- à le faire. Le seul en-
drait parfois que les choses soient droit où on peut
faites différemment, mais c’est ac-
8 Actualités la rotonde l e L u n d i 1 0 av r i l 2 0 1 7

Sondage sur l’inclusion et la diversité

Quand l’introspection rencontre ses limites
investissement de moins de 5 000
NICOLAS HUBERT - JOURNALISTE $. La firme a d’ailleurs été choisie
par le Centre de recherche ins- ILLUSTRATION : GABRIELLE TARDIFF
Après l’annonce de sa création au début
titutionnelle et de planification,
de la session d’hiver, le Comité sur la
puisqu’elle a déjà travaillé de pair
diversité et l’inclusion, dirigé par la pro-
avec l’Université.
fesseure de l’École d’études politiques
Caroline Andrew, a lancé le 22 mars son « Le sondage ne va pas assez en pro-
principal outil pour dresser un constat fondeur pour identifier les causes »
du climat sur le campus. Si l’initiative
est saluée par plusieurs, il reste que S’il salue « un bon pas dans la bonne
direction », le vice-président aux
quelques questions se posent au niveau
services et aux communications de
du choix des questions dans le sondage.
la Fédération étudiante de l’Uni-
versité d’Ottawa, Francesco Caruso,
Environ 5 000 $ pour évaluer
craint que cela ne demeure une ac-
la diversité tion plus symbolique que concrète.
Martine Lagacé, professeure en « Le sondage est un bon aperçu du
communication et membre du climat en général, mais ne va pas as-
sous-comité de travail sur le son- sez en profondeur pour identifier les
dage, explique que, par souci de causes », estime Caruso en déplorant
confidentialité et d’objectivité, le manque de moyens et de services
c’est la firme privée Circum qui consacrés aux étudiant.e.s racisé.e.s
a été chargée de transmettre les et victimes de discrimination.
questions du sondage à la commu-
« C’est un sondage qui n’est pas par- la création du comité doit être com-
nauté universitaire par l’entremise « Un exercice d’autoréflexion
fait, et […] je pense qu’on va voir ces prise comme « un exercice d’autoré-
de courriels. par la haute administration »
imperfections », reconnait Lagacé qui flexion par la haute administration ».
« Le sondage a été préparé, révisé précise qu’il s’agit d’un « premier pas Lors d’une entrevue avec La Rotonde,
Alors qu’on pourrait s’interroger sur le
et validé par une équipe de l’Uni- seulement. C’est un sondage, mais ce le recteur Jacques Frémont a d’ail-
versité d’Ottawa », précise Lagacé n’est pas le seul outil duquel on va se peu de questions consacrées à la discri- leurs déclaré qu’il souhaitait prioriser
en soulignant que le contrat ac- servir pour comprendre la situation mination générée par l’administration le dossier de la diversité et de l’inclu-
cordé à Circum représentait un sur le campus. » de l’Université, Lagacé rappelle que sion lors de son mandat.

Code de conduite à l’U d’O

Un dossier qui perd la route
Quelle serait la première chose que vous feriez son fusil d’épaule, lorsqu’un mouvement cependant ne pas croire « que le jeu en
MATHIEU TOVAR-POITRAS
ILLUSTRATION : GABRIELLE TARDIFF

si les examens de fin de session n’accaparaient activiste étudiant lance plusieurs mani- [valait] la chandelle » dans le contexte
pas toutes les secondes de votre existence? Si festations, dont une lors de l’inauguration actuel, notamment en raison de l’indigna-
vous avez répondu « Accéder aux fascinantes du pavillon Desmarais. tion qu’une telle mesure pourrait susciter
archives de La Rotonde, bien sûr! », ne vous auprès des associations étudiantes.
inquiétez pas. Après avoir longuement épluché Allan Rock, qui débute alors son mandat
celles-ci pour vous, La Rotonde a remarqué de recteur, change la donne. En entre- Rappelons que la situation de l’U d’O est
qu’un dossier est revenu plusieurs fois au vue avec La Rotonde en 2008, il avait assez inusitée dans le milieu universitaire
cours des dix dernières années : celui de l’ins- qualifié le sujet de « dossier chaud » canadien. Queen’s, McGill et Carleton
tauration d’un code de conduite pour le corps et avait déclaré vouloir « combler le vide possèdent toutes leur code de conduite,
étudiant « Mais qu’en est-il maintenant? » de- juridique avec un poste d’ombuspersonne qui reconnait généralement des droits et
mandez-vous fébrilement. La Rotonde a décidé ». Le dossier est brièvement revenu dans des devoirs aux étudiant.e.s. En cas de
de répondre à cette question. l’actualité en 2014, suite au scandale de violation, des sanctions sont appliquées
l’équipe de hockey masculine et, cet au- suivant différentes formes.
La triste histoire d’un code tombé tomne, suite à l’affaire Vet’s Tour. À Carleton, par exemple, c’est un Comité
dans l’oubli d’évaluation étudiant qui établit la sanc-
Aujourd’hui possible à l’Université tion; un modèle qui implique une cer-
C’est en 2005 que la Ville d’Ottawa suggé-
rait pour la première fois la création d’un d’Ottawa? taine collaboration entre l’administration
code de conduite visant à punir les com- et l’Association étudiante de l’Université
Plus récemment, l’actuel recteur Carleton. Toutefois, Francesco Caruso,
portements de certain.e.s étudiant.e.s
de l’Université d’Ottawa, Jacques porte-parole de la FÉUO, soutient que la
à l’extérieur du campus. Cette idée a
Frémont, déclarait en entrevue à position de la Fédération n’a pas changé :
cependant rapidement été rejetée par la
La Rotonde : « Il ne serait pas anormal que « Nous ne croyons pas que les étu-
Fédération étudiante (FÉUO) et par l’ad-
ministration de l’Université d’Ottawa. les attentes au sujet des comportements diants devraient avoir un code de
soient plus élevées dans une université conduite imposé par l’administration »,
C’est en 2008 que cette dernière change que dans la société en général », ajoutant affirme-t-il.

w w w. l a r o t o n d e .c a
Actualités la rotonde numéro 24 9

Conseil d’administration de la FÉUO

Une dixième réunion, encore des complications
commandations pour les pro- ciales, a renchéri en affirmant tra-
MATHIEU TOVAR-POITRAS chaines élections. Parmi celles- vailler une moyenne de 60 heures
JOURNALISTE ci, la non-adoption du vote en par semaine.
ligne lors des prochaines élec-
Le dimanche 2 avril dernier, au Rappelons que cette motion
tions, à cause de craintes liées à
lointain pavillon Roger-Guindon, survient après la mobilisation
la fraude électorale et à la perte
se tenait ce qui devait être la sans précédent du corps étudiant
d’emplois étudiants.
dernière réunion de l’actuel pour renverser la ratification
Conseil d’administration (CA) de S’en sont suivis les rapports des d’une hausse salariale de 18 %
la Fédération étudiante de l’Uni- membres de l’exécutif. Rizki pour l’exécutif. C’est en effet à
versité d’Ottawa. La Rotonde Rachiq, vice-président aux fi- l’Assemblée générale du 14 mars
revient sur une rencontre qui a nances, est notamment revenu dernier que les étudiant.e.s ont
duré de nombreuses heures et sur la situation précaire du bar renversé cette décision. « C’est
qui s’est avérée particulièrement 1848. La librairie Agora, qui a une alternative à la hausse sala-
mouvementée. battu des records de vente cette riale à laquelle les étudiants se
année, équilibre présentement sont opposés », concède Rachiq.
C’est un lourd dossier qui
les pertes du 1848 et du Café Alt « Ils doivent nous rencontrer à
brisé la glace, soit celui éva-
: une situation non-viable sur le mi-chemin. »
luant le retrait de Sunny Lo
long terme.
de la liste des candidat.e.s à Plusieurs questions concernant
la présidence de l’Associa- la supervision des réclamations
tion des étudiants en cri-
Des motions sur le salaire
de ces heures ont été soulevées
minologie. Le débat a prin- encore en vogue par les membres du CA. Leila
cipalement tourné autour Moumouni-Tchouassi, future
d’une confusion à savoir si ce Quelques heures plus tard, c’est
une motion portant sur la ré- vice-présidente aux affaires de
dernier pouvait se présenter l’équité, a suggéré que le nombre
cette année ou s’il devait at- munération des heures suppl
émentaires pour les membres d’heures supplémentaires ré-
tendre l’an prochain. Le CA munérées soit plafonné, ce que
pencha finalement en faveur de l’exécutif, présentée par
Rachiq, qui a suscité bien des Rachiq n’a pas écarté.
du retrait de Lo.
débats. « Il y a des moments du- Faute de temps, le débat a tou-
Par la suite, Vanessa Dorimain, rant l’année où [des membres tefois dû s’arrêter et la motion
vice-présidente aux affaires de l’exécutif] travaillent beau- n’a pu être votée. Le débat se PHOTO : PHILIPPE AUCLAIR
universitaires et ancienne di- coup plus », a plaidé le vice-pré- poursuivra le 26 avril, lors
rectrice du scrutin des élections, sident aux finances. Hadi Wess, d’une réunion spéciale du
vice-président aux affaires so- La réunion marathon, qui aura duré plus de sept heures, s’est achevée
a présenté un rapport de re- CA. sans que la motion sur les heures supplémentaires ne soit débattue.

Réunion du Sénat

L’Université d’Ottawa se prépare au nouveau
mécanisme provincial de financement PHOTO : CLÉMENCE LABASSE

Après que le recteur de l’Université le financement des établissements, cette perspective, Frémont a d’ores
NICOLAS HUBERT d’Ottawa ait soumis la motion au en redéfinissant l’implication finan- et déjà souligné la particularité de l’U
vote, celle-ci a finalement été ratifiée cière provinciale selon le nombre d’O dans sa dimension francophone
Le lundi 3 avril, au cours de sa réunion
avec seulement deux voix s’y oppo- d’étudiant.e.s inscrit.e.s. Il devrait en plus de rappeler sa volonté de
mensuelle, le Sénat de l’Université d’Ot-
sant et une abstention. « Nous nous également encadrer de manière plus travailler cette approche stratégique
tawa a finalement clos la controverse de
en sortons assurément grandis », a contraignante les plans de dévelop- pour obtenir des financements.
l’accès des toilettes lors des examens et
déclaré Jacques Frémont en remer- pement stratégiques des universités
s’est ensuite attaqué à la question de la ciant les sénatrices et sénateurs. ontariennes.
réforme du mécanisme provincial de fi-
nancement des établissements d’études
L’Université n’a pas le droit de La francophonie pourrait
supérieures. Si l’enjeu n’a pas provoqué
d’émois, il aura assurément un impact sur rêver, elle doit être réaliste s’avérer payante
les universités à travers la province.
C’est sous cette formule que le rec- Si le taux de variation de la popula-
teur a illustré le renouvèlement de tion étudiante suit un taux de varia-
L’accès aux toilettes lors des l’entente stratégique avec le gou- tion de 3 %, le financement provincial
examens enfin règlementés vernement de l’Ontario, qui régu- destiné aux universités restera figé.
le les financements universitaires Les institutions seront néanmoins
Tandis que la motion concernant la provinciaux. C’est Michel Laurier, dans l’obligation de renégocier di-
règlementation de l’accès aux toi- vice-recteur aux études par intérim, rectement leur financement en cas
lettes au cours des examens, présen- qui a présenté l’échéancier et les de dépassement positif, ou négatif.
tée en mars dernier, a été amendée en principaux enjeux de cette réforme,
s’inspirant fortement du règlement qui devrait être adoptée d’ici à la fin De même, ce nouveau mécanisme Michel Laurier alors qu’il présentait
de l’Université de Carleton, un nou- du mois de juin. de financement incitera directement le renouvellement de l’entente straté-
veau débat a émergé à ce sujet entre les universités ontariennes à se dis- gique entre le gouvernement ontarien
les représentantes et représentants À terme, le nouveau mécanisme pro- tinguer en fonction de leurs propres et les institutions post-secondaires.
de la communauté universitaire. vincial aura un impact majeur sur stratégies de développement. Dans

w w w. l a r o t o n d e .c a
10 Actualités la rotonde l e L u n d i 1 0 av r i l 2 0 1 7

L’année en revue, dix évènements marquants
FLORENCE LINTEAU - JOURNALISTE

Les journées s’allongent, les food trucks reprennent du terrain et le thermomètre affiche enfin quelques degrés de plus, si-
gnifiant la fin de l’interminable session d’hiver. À l’heure où la population étudiante est surtout préoccupée par ses examens,
La Rotonde vous propose un retour sur une année universitaire riche en rebondissements tant sur le campus de l’Université
d’Ottawa qu’ailleurs.

Match Panda (1er octobre 2016)
Les amatrices et amateurs de sports de l’U d’O se souviendront tous et toutes de cette défaite. C’est au TD Garden, devant 23
000 partisan.te.s frigorifié.e.s, que les Gee-Gees ont perdu contre leurs rivaux de longue date, les Ravens de Carleton. Cette
performance décevante de la part du Gris et Grenat n’amoindrira cependant pas l’ambiance festive dans les estrades.

Vet’s Tour (17 octobre 2016)
En octobre dernier, la publication de l’article « Vet’s Tour : ‘’It’s not peer-pressure, it’s just your turn’’ » et le scan-
dale qui s’en est suivit a fait le tour des médias, bien au-delà des barrières uOttaviennes. Près de six mois plus tard,
le rapport d’enquête promis par la Fédération étudiante (FÉUO) n’a toujours pas vu le jour.

Journée d’action nationale contre les frais (2 novembre 2016)
En novembre dernier, à l’occasion de la Journée d’action nationale contre la hausse des frais de scolarité organisée
par la Fédération canadienne des étudiantes et des étudiants, plus de 250 étudiant.e.s de St-Paul, de Carleton et,
bien sûr, de l’Université d’Ottawa se sont rejoint.e.s sur la colline du Parlement. Notons cependant que la mobilisa-
tion a été bien plus importante dans d’autres villes au pays, notamment Toronto.

Manifestation contre les coupes à la bibliothèque (30 novembre 2016)
Le mois de novembre s’est manifestement montré riche en manifestations. En effet, le 30 novembre dernier, plus
de 250 membres de la communauté universitaire ont manifesté sur le campus afin de témoigner leur mécontente-
ment après que l’administration ait annoncé la résiliation des abonnements de près de 4 500 revues scientifiques
de la collection de la bibliothèque. L’Université a depuis fait demi-tour sur cette décision controversée.

Entrée en fonction de Donald Trump (hiver 2017)
Bien que l’Université d’Ottawa soit à des centaines de kilomètres de Washington et du chaos qui semble parfois y régner,
certains enjeux dépassent la frontière. Parmi ceux-ci, la Women’s March du 21 janvier dernier, au lendemain de l’entrée
en fonction de l’actuel président, a vu des millions de personnes aux quatre coins du globe se rassembler, dont environ
8 000 dans les rues d’Ottawa. L’effet Trump s’est fait ressentir jusque sur le campus, notamment en février dernier
lorsque l’administration a ouvert ses portes aux victimes du premier décret anti-immigration.

Ottawa couronnée meilleure ville étudiante (15 février 2017)
Le 15 février dernier, QS Higher Education System Strength Ranking faisait d’Ottawa la meilleure ville selon un
sondage mené auprès de près de 20 000 étudiant.e.s à travers le monde. Une nouvelle qui a assurément fait le
bonheur de la haute administration, qui s’est récemment montrée très préoccupée par les sondages universitaires.

L’Assemblée générale atteint finalement le quorum (14 mars 2017)
L’Assemblée générale de la Fédération étudiante de l’Université d’Ottawa du 14 mars dernier est entrée dans
l’histoire comme la première ayant atteint le quorum. En effet, après que le Conseil d’administration ait ratifié
une augmentation salariale de 18 % pour les six membres de l’exécutif, près de 300 étudiant.e.s se sont rendu.e.s à
l’auditorium Marion pour renverser cette décision.

Entrevue avec Jacques Frémont (mars 2017)
Après des mois d’attente, La Rotonde a finalement obtenu sa tant attendue entrevue avec le nouveau recteur de
l’Université d’Ottawa, Jacques Frémont, qui a avoué à demi-mot que les frais de scolarité augmenteraient pour la
douzième année de suite. Retrouvez l’entrevue complète en page 6.

Nouveau logo à la FÉUO (2 avril 2017)
Après 48 ans de statuquo et de logo à la signification obsolète, le Conseil d’administration de la Fédération étu-
diante a ratifié le choix d’un nouveau logo lors de sa réunion du 2 avril dernier. La population étudiante a pu se
prononcer sur cette épineuse question en votant en ligne entre le 17 et le 30 mars.

La FÉUO sous la loupe (évènement récurrent et intemporel)
Comment parler de l’année scolaire 2016-2017 en omettant de mentionner les scandales de la FÉUO? Que ce soit
les allégations de fraude électorale, l’octroi douteux de U-Pass à certains membres de l’exécutif ou la poursuite
pour diffamation récemment enclenchée par le président Roméo Ahimakin, les épisodes houleux ont été nom-
breux et ne s’arrêteront manifestement pas en si bon chemin.
la rotonde numéro 24 11

Les dix évènements à surveiller cet été
NICOLAS HUBERT - JOURNALISTE

1
Entrée en poste du nouvel
mai exécutif de la FÉUO et de
la GSAÉD
Alors que l’ensemble de la population étudiante de l’Université
d’Ottawa (U d’O) était appelé aux urnes cet hiver afin d’élire
leurs représentant.e.s étudiant.e.s, les nouveaux membres de
l’exécutif de la Fédération étudiante de l’U d’O (FÉUO) et de
l’Association des Étudiant.e.s Diplômé.e.s (GSÉAD) prendront
officiellement leurs fonctions le 1er mai.

1
Transfert de

juin Blackboard

29
vers Desire2Learn
juin Adoption du nouveau plan de
financement provincial
Officiellement, la plateforme canadienne d’apprentissage Desire2Learn
(D2L) a été choisie pour sa facilité d’utilisation en français. Tandis que l’attri-
bution d’un contrat de cinq ans avec cette compagnie demeure peu transpa-
Annoncés le 4 avril au cours de la réunion du Sénat,
rente, il est intéressant d’observer que le site internet de D2L est disponible
les travaux d’élaboration de la nouvelle entente stra-
en espagnol, en portugais et en quatre sections anglophones différentes, mais
tégique avec le gouvernement ontarien se poursui-
nullement en français.
vront jusqu’à l’adoption du rapport final, le 29 juin,
établissant les orientations stratégiques de l’U d’O.
Si la complexité technique et administrative de ce
nouveau mécanisme de financement provincial peut

mai
paraitre rédhibitoire, le rapport déterminera la poli-
tique de développement et les priorités de l’Univer-
sité dans les années à venir.
Adoption du budget 2017-2018 et
maintien des politiques d’austérité

1
Entre les réunions du 29 mai et du 26 juin 2017, le Bureau des gouverneurs (BdG)

juillet Diminution des bourses
d’admission internationales
devrait officiellement ratifier le budget 2017-2018 de l’U d’O. En justifiant la
poursuite des politiques d’austérité par le gel des paiements de transferts du gou-
vernement ontarien, l’administration a manifesté sa volonté de répondre à l’aug-
Les politiques d’austérité de l’U d’O engendreraient une di- mentation de ses frais de gestion par une nouvelle hausse des frais de scolarité, la
minution des bourses d’admission internationales dans le diminution du nombre de bourses d’admission internationales et l’augmentation
prochain budget, selon des informations partagées par la salariale de ses hauts administrateurs!
GSAÉD et corroborées par les représentants étudiants au
BdG. Alors que la GSAÉD exprime son désaccord total, dans
un contexte où l’U d’O cherche à renforcer ses capacités en
recherche, le président du Comité rectoral sur l’internationa-
lisation, Sani Yaya, renvoie cette question au BdG et souligne
que les moyens mis en œuvre seront déterminés par l’admi-
nistration centrale.
juillet Augmentation salariale pour
les hauts administrateurs?

Août
Nouvelle conséquence potentielle de la future adoption du bud-
get 2017-2018, les hauts administrateurs de l’U d’O se seraient
accordés pour augmenter leur propre salaire, selon le maxi-
mum prévu par la loi. Si l’administration de l’U d’O confirme
que cette procédure s’effectue en total accord avec les lois onta-
riennes, mais refuse de confirmer ou non l’augmentation, force

à surveiller
est de constater que les politiques d’austérité diffèrent selon leur
champs d’application.

Recours juridique de Le 12 janvier dernier, la juge onta­rienne Giovanna Toscano Roccamo a auto­risé la poursuite de
l’As­so­cia­tion des profes­seur.e.s de l’Uni­ver­sité d’Ot­tawa (APUO) à l’encontre de l’administration.
l’APUO contre l’U d’O
Le recours concerne l’aug­men­ta­tion sala­riale présumée illégale de la vice-rectrice à la recherche,
Mona Nemer, et du doyen de la Faculté de méde­cine, Jacques Brad­wejn, et une évolution du dos-
sier n’est pas à exclure au cours de la session d’été. Précisons que la Sunshine Liste 2017 confirme
que plus de 1 400 employé.e.s de l’U d’O ont un salaire annuel supérieur à 100 000 $, le salaire le
plus important étant celui de Bradwejn, 430 113,12 $, suivi de celui du recteur, Jacques Frémont,
394 999,92 $.

à surveiller
Recours collectifs de Le 4 avril 2017, la Cour supérieure de l’Ontario a autorisé 22 anciens joueurs de l’équipe de hoc-
key des Gee-Gees à intenter un recours collectif contre l’U d’O. Rappelons qu’alors que certains
l’équipe de hockey des
joueurs avaient été accusés d’agression sexuelle en février 2014, l’Université avait suspendu
Gee-gees contre l’U d’O l’équipe de hockey entière pendant deux saisons. Les hockeyeurs demandent une compensation
de 4 millions de dollars ainsi que 2 millions de dollars supplémentaires en dommages punitifs.
12 Actualités la rotonde l e L u n d i 1 0 av r i l 2 0 1 7

Fédération étudiante

La Semaine de l’équité passe inaperçue
n’a pas suffisamment été promu. « Nous avons eu de Du côté du Centre de la fierté et du Centre de ressources des
YASMINE MEHDI la difficulté à promouvoir l’évènement en raison de femmes cependant, on soutient que l’initiative avait pour
changements à l’horaire et d’un manque de temps objectif de promouvoir l’intersectionnalité. Notons que les
Du 21 au 29 mars derniers avait lieu la Semaine de l’équité,
pour faire traduire les descriptions des évènements », évènements organisés dans le cadre de la Semaine de l’équité
un évènement chapeauté par la Fédération étudiante de l’Uni-
explique-t-il. touchaient effectivement des enjeux tels que l’embourgeoise-
versité d’Ottawa. C’est ainsi qu’une vingtaine de conférences,
ment, le racisme, l’islamophobie, le langage queer, l’anticapa-
panels et ateliers ont été organisés aux quatre coins du Centre
universitaire. Les circonstances entourant l’organisation de
Une semaine loin de faire consensus citisme, le féminisme ou la santé mentale.
cette première édition demeurent néanmoins nébuleuses, et la Si la Semaine de l’équité en était à sa première édition, plu- Si les représentantes des Centres contactés n’ont pas ex-
vice-présidente aux affaires de l’équité, Morissa-Dalia Ellis, n’a sieurs auront remarqué que son lancement survient lors primé de mécontentement par rapport à cette fusion ou
manifesté aucun désir d’apporter des précisions, malgré les d’une année où d’autres évènements phares des Services de la qu’elles ont refusé de donner leur opinion sur la question,
multiples demandes de La Rotonde.
FÉUO n’ont pas eu lieu, les Semaines de la fierté et de la justice une source proche de la Fédération étudiante révèle que
représentative notamment. cette décision n’aurait pas fait consensus parmi les Centres :
Peu de promotion
« Ils passent d’avoir une semaine leur étant entièrement ré-
Caruso a expliqué que la Semaine de l’équité avait pour ob- servée à avoir quelques évènements seulement. »
Vous n’étiez pas au courant du déroulement de la
jectif de fusionner ces évènements « afin d’économiser de
Semaine de l’équité? Rien de surprenant lorsqu’on
l’argent et [des] ressources ». Même son de cloche au niveau La Rotonde a tenté d’obtenir des éclaircissements
considère que la Fédération étudiante n’a imprimé que
du Centre du bilinguisme : « Le budget pour chaque Service auprès de la vice-présidente aux affaires de l’équité,
quelques brochures et que l’horaire de la semaine ne
figurait pas sur son site Web, bien qu’un évènement est restreint cette année, donc on devait organiser un évène- Morissa-Dalia Ellis. À date de publication, celle-ci n’a
Facebook ait été créé. ment combiné », a déclaré sa coordinatrice Perla Habchi. cependant pas pu être contactée.

Une stratégie somme toute peu concluante, si on consi-
dère la déclaration faite par Lee Chitty, représentant
de la Faculté de droit, section common law, lors de la
réunion du Conseil d’administration féuosien du 2 avril
dernier : « J’ai honte de l’avouer, mais je ne savais pas
que [la Semaine de l’équité] avait lieu. »

Contacté par La Rotonde, Francesco Caruso, vice-pré- Le 28 mars dernier, un évènement sur la santé mentale et les contraintes financières a
sident aux communications, concède que l’évènement PHOTO : PHILIPPE AUCLAIR
été organisé par le Banque alimentaire dans le cadre de la Semaine de l’équité.

Suspension de l’équipe de hockey
Confrontée à une poursuite de plusieurs millions, l’Université
défend sa décision
Bay, lors d’un tournoi de la Ligne des sports l’institution. « Cette décision était basée sur
YASMINE MEHDI interuniversitaires de l’Ontario. L’affaire avait les conclusions d’une enquête indépendante
CHEFFE DE PUPITRE ACTUALITÉS
eu un retentissement national, et l’Université sur les incidents survenus à Thunder Bay et
En janvier dernier, on apprenait que 22 anciens d’Ottawa avait alors décidé de suspendre l’en- qui avaient révélé un comportement déshono-
joueurs de l’équipe de hockey des Gee-Gees de tièreté de l’équipe de hockey pendant deux rant de la part de représentants de l’Universi-
l’Université d’Ottawa déposeraient un recours col- saisons. té. Le programme a depuis été relancé. »
lectif contre l’institution afin de réclamer une com-
pensation et des dommages punitifs s’élevant à six « L’Université maintient que la décision de Précisons que Guillaume Donovan et David
millions de dollars. Le 3 avril dernier, un juge de suspendre le programme de hockey en 2014 Foucher, les deux joueurs formellement ac-
la Cour supérieure de l’Ontario confirmait que le était la bonne », affirme Isabelle Mailloux, cusés d’agression sexuelle, ont été exclus du
dossier irait de l’avant. De son côté, l’Université dé- gestionnaire des relations avec les médias de recours collectif.
fend toujours sa décision de suspendre l’intégralité
de l’équipe pendant deux saisons, après que deux
joueurs aient été accusés d’agression sexuelle. « L’Université maintient que la décision de suspendre
Alors que l’équipe de hockey masculin du Gris le programme de hockey en 2014 était la bonne »
et Grenat remontait pour la première sur la - Isabelle mailloux, université d’ottawa
glace cette année, après une interruption for-
cée de deux saisons, 22 de ses anciens joueurs
préparaient un recours collectif contre l’Uni-
versité d’Ottawa, qu’ils jugent responsable de
dommage à leur réputation.

Pour rappel, en février 2014, deux joueurs
de l’équipe de hockey, Guillaume Donovan et
David Foucher, avaient été accusés d’agres-
sion sexuelle sur une jeune femme âgée de 21
ans. Les faits se seraient produits à Thunder

w w w. l a r o t o n d e .c a
Actualités la rotonde numéro 24 13

L’augmentation des frais payera-t-elle la hausse du
salaire des administrateurs et administratrices?
augmentent plus rapidement que ses revenus. « Des n’est aucunement la seule solution de l’Université »,
NICOLAS HUBERT actions doivent être prises afin de contrôler [les] fi- tandis que la FÉUO s’interroge sur les actions concrètes
nances », affirme Charrette. mises en œuvre par l’U d’O pour représenter ses étu-
Alors que l’Université d’Ottawa (U d’O) célèbrera dans
diant.e.s auprès du gouvernement et débloquer les
les prochaines semaines la douzième année consé- Cette argumentation est néanmoins rejetée par
cutive de hausse des frais de scolarités, sans aucune fonds nécessaires à sa mission.
l’ensemble de la communauté étudiante. Head
consultation auprès de la population étudiante, des soutient d’ailleurs que le président du Bureau « C’est quoi concrètement les besoins d’augmenter les
sources ont confirmé que les haut.e.s administrateurs des gouverneurs Robert Giroux lui a directe- frais de scolarité? Est-ce que c’est pour augmenter votre
et administratrices de l’Université profiteraient de la ment déclaré que l’Université ajoutait désormais salaire de quelques milliers de dollars ou pour amé-
session d’été pour valider une augmentation record de « automatiquement une augmenta-
liorer l’accès des services en français, par exemple? »,
leur propre salaire en plus de diminuer les bourses d’admission tion des frais de scolarité lorsqu’elle plani-
s’indigne Caruso, alors que Head souligne l’incohérence
accordées aux étudiant.e.s internationaux et internationales. fie son budget pour l’année suivante ».
de justifier l’augmentation des frais de scolarité par le «
Le représentant des étudiant.e.s diplômé.e.s a égale-
« On cherchait de l’argent, mais nous déficit pour les frais de gestion ». « C’est une indi-
ment soutenu qu’une augmentation des salaires des
cation d’incompétence », conclut-il.
n’en avons pas trouvé » hauts cadres de l’Université était prévue entre la ses-
sion d’été et la prochaine rentrée universitaire.
Le lundi 3 avril, en ouverture du Sénat, le recteur de
l’Université d’Ottawa, Jacques Frémont, s’excusait pour La Rotonde a tenté de confirmer cette information
Sunshine List 2017
Que gagnent les gros
son retard en déclarant : « On cherchait de l’argent, auprès d’Isabelle Mailloux-Pukinghorn, gestionnaire
mais nous n’en avons pas trouvé. » Hilarité généralisée des relations médiatiques de l’Université. Mailloux-
dans la salle, moins dans les portefeuilles des étudiantes Pulkinghorn a expliqué qu’il était « prématuré de ré-
et étudiants qui devront une nouvelle fois affronter une
majoration de leurs frais de scolarité. Celle-ci sera éta-
pondre à des questions concernant la rémunération
future de cadres supérieurs » pour l’instant.
bonnets de l’U d’O ?
blie selon le maximum permis par la loi ontarienne, soit CLÉMENCE LABASSE - DIRECTRICE ARTISTIQUE
de 3 % pour les citoyen.ne.s et résident.e.s et de 15 % « Aucun dialogue préalable n’a eu
C’est le printemps, ce qui signifie deux choses : les
pour les étudiant.e.s internationaux et internationales. lieu avec les étudiants » oiseaux chantent et la liste des employé.e.s les mieux
payé.e.s de la province de l’Ontario vient de paraitre.
Si le prochain budget de l’Université devrait officiel- Stéphanie Bacher, commissaire à l’équité de l’Associa- Plus de 124 000 individus figurent sur la Sunshine List
lement être annoncé et ratifié dans les prochaines se- tion des étudiant.e.s diplômé.e.s (GSAÉD), décrie que de cette année, parue vendredi 31 mars. Parmi ceux-ci,
maines, ce sont Carlie Boisvert, représentante des étu- cette hausse ait été présentée par la haute administra- on retrouve 1 440 salariés de l’Université d’Ottawa (U
diant.e.s du premier cycle au Bureau des gouverneurs, tion « comme étant inévitable ». Elle regrette surtout d’O). Quelques chiffres pour y voir plus clair.
ainsi que Robert Head, son homologue des cycles supé- « qu’aucun dialogue préalable n’[ait] eu lieu avec les
rieurs, qui ont alerté les associations étudiantes de cette
étudiants ».
nouvelle hausse.
« C’est définitivement frustrant, mais c’est aussi quelque
Et le salaire des hauts administrateurs chose d’habituel », constate pour sa part Francesco
dans tout ça? Caruso, le vice-président aux communications de la
Fédération étudiante de l’U d’O (FÉUO).
Patrick Charrette, directeur des communications insti-
tutionnelles de l’U d’O, répète pour sa part que l’Uni- « C’est une indication d’incompétence »
versité « fait face à de sérieuses pressions budgétaires » et
rappelle que les dépenses d’opération de l’institution Ainsi, la GSAÉD soutient que « cette augmentation

w w w. l a r o t o n d e .c a
14 Actualités la rotonde l e L u n d i 1 0 av r i l 2 0 1 7

3 questions pour comprendre : La rotonde
{ La Parenthèse
française {
et autres franco-actus d’à
travers le monde
CLÉMENCE LABASSE

Michel Prévost FRANCOPHONIE – Élections à tout va – Le
Archiviste en chef 23 avril prochain, des millions de Fran-
Université d’Ottawa
çais.e.s se rendront aux urnes pour le
En photo, Michel Prévost et la première édition de La Rotonde. premier tour de l’élection présidentielle,
puis le 7 mai pour le second tour. Auront

1
ensuite lieu les élections législatives les
Dans quel contexte La Rotonde a-t-elle été créée? 11 et 18 juin. La France n’est cependant
La Rotonde est créée en 1932 par la Société des débats français, qui tenait à élargir ses activités et à publier à l’Uni- pas le seul pays francophone à tenir des
versité d’Ottawa un journal étudiant de langue française. En 1943, elle devient l’organe officiel de l’Association des élections dans les prochains mois. Des
étudiants de langue française. Fait intéressant, La Rotonde voit le jour dix ans avant The Fulcrum. [C’est en 2008 que législatives auront lieu le 4 mai en Algé-
La Rotonde obtient son indépendance de la Fédération étudiante de l’Université d’Ottawa, NDLR] rie, le 2 juillet au Sénégal, le 29 juillet au

2
Gabon et durant le mois de juillet pour
A-t-elle déjà épousé certaines idéologies? la République démocratique du Congo.
Au début, La Rotonde informe les étudiants sur tout ce qui se passe à l’Université, elle s’intéresse aux associations En Suisse, un référendum facultatif sur
étudiantes et traite de l’actualité francophone. Elle affiche toutefois ses couleurs en condamnant le communisme et une loi fédérale sur l’énergie aura lieu
l’athéisme, tout en prenant toujours la défense des étudiants catholiques. Après 1965, La Rotonde se détache de la le 21 mai, et enfin, le Rwanda élira son
religion, s’ouvre aux diverses idéologies et touche à tout. président le 4 aout prochain.

3
Comment qualifier ses relations avec l’administration?
CÔTE D’IVOIRE – En route pour les hui-
De 1932 à 1965, les pères oblats, qui dirigent l’Université, ont un droit de regard sur La Rotonde. Au début, les rela- tièmes Jeux de la Francophonie – Du 21
tions sont bonnes, mais dans les années 1950, les étudiants demandent plus d’autonomie, ce qui provoque des ten- au 30 juillet se dérouleront à Abidjan
sions. À quelques reprises, l’administration interdit la publication du journal. La pire crise survient à l’automne 1958 les huitièmes Jeux de la Francophonie,
lorsque les autorités démettent les trois membres de la direction et que le journal cesse sa publication. La Rotonde est des olympiades ouvertes aux 84 nations
alors proclamée le journal le plus censuré au Canada, ce qui lui vaut les manchettes nationales. Cette crise confirme membres et observatrices de la Franco-
la mainmise de l’administration sur le journal, qui doit se soumettre. La Rotonde recommence à paraitre au début
phonie se déroulant tous les quatre ans.
de 1959. Cela dit, il ne faut pas croire qu’à l’époque les relations sont toujours aussi tendues. Après 1965, le journal
devient totalement indépendant de l’administration. À la compétition multisport se rajoutent
des concours culturels, en épreuves in-
*Les réponses ont été reformulées au besoin pour des raisons de longueur. dividuelles ou par équipe, comme un
concours de chansons, de contes, de

Revue de presse par Frédérique Mazerolle photographies ou d’art de la rue.

FRANCE-CANADA – Les chefs d’États
La FÉÉCUM dit non à la campagne Évolution français, canadiens et britanniques cé-
Le Front, Université de Moncton lèbrent le Centenaire de la bataille de
Alors que l’Université de Moncton (U de M) lance Évolution, sa troisième campagne de financement majeure, celle-ci ne Vimy – Du 8 au 10 avril, le premier mi-
pourra pas compter sur le soutien financier des étudiant.e.s du campus de Moncton dans son budget. Le 29 mars dernier, nistre Justin Trudeau, accompagné du
le Conseil d’administration de l’Université s’est opposé à l’unanimité à une motion voulant ajouter 25 dollars en cotisation
étudiante au projet. Les directrices et directeurs du CA, ainsi que les membres de l’exécutif, ont en effet décrété que les étu- gouverneur général David Johnston,
diant.e.s contribuaient déjà par l’entremise de leurs frais de scolarité. La campagne, qui devrait aller chercher près de 50 s’est rendu en France afin d’assister aux
millions de dollars, sera toutefois soutenue par l’Association étudiante de l’U de M, campus de Shippagan, avec une contri- commémorations du 100e anniversaire
bution de 30 $ par étudiant.e. de la bataille de la crête de Vimy. Le 9
Un ancien employé de l’Université York entame une grève de la faim avril, il y a rencontré les princes Henry,
The Excalibur, Université York William et Harry, ainsi que le président
Depuis le 15 mars, un ancien entraineur de l’équipe de soccer de l’Université York, Paul James, affiche son indignation face français François Hollande. Peu connue
au traitement qu’il a reçu de son ancien employeur en faisant une grève de la faim. Ancien athlète ayant participé aux Jeux en France, la bataille de Vimy est la pre-
olympiques de 1984 à Los Angeles, celui-ci aurait quitté son poste d’entraineur en chef suite à des pressions de la part de mière grande victoire militaire cana-
l’administration. James a avoué avoir fait face à des problèmes de dépendance et de santé mentale qui auraient mené, selon
lui, à sa retraite forcée. Il a depuis porté plainte au Tribunal des droits de la personne de l’Ontario, qui a rejeté sa demande, dienne, où 170 000 soldats canadiens
faute d’avoir respecté l’échéance d’un an suivant l’incident. À date de publication, l’Université n’a pas répondu aux commen- issus de quatre bataillons différents ont
taires de l’ancien entraineur. joint leurs forces pendant quatre jours
afin de combattre les forces allemandes
L’Université de l’Alberta se dirige vers l’espace
The Gateway, Université de l’Alberta sur la « butte de la mort », faisant 20
Avec le lancement de son satellite Experimental Albertan #1, ou ExAlta-1, l’Université de l’Alberta fera non seulement son 000 morts et 4 000 prisonniers du côté
premier voyage vers l’espace, mais marquera également l’histoire aérospatiale. L’initiative a été mise sur pied par près d’une ennemi. Les postes canadienne et fran-
cinquantaine d’étudiant.e.s, dont Charles Nokes, étudiant à la maitrise et directeur du projet. Le satellite devrait faire le tour çaise se sont jointes pour émettre des
de la Terre et du soleil, tout en étudiant la température spatiale durant une période de 18 mois. Son lancement, qui devait
avoir lieu le 19 mars, a été annulé et une nouvelle date devrait être annoncée dans les prochaines semaines. timbres commémoratifs de la bataille,
de chaque côté de l’Atlantique.

w w w. l a r o t o n d e .c a
section

Arts et culture Myriam Bourdeau-Potvin
culture@larotonde.ca

Entrevue

Échanges idéologiques
MYRIAM BOURDEAU-POTVIN
CHEFFE DE PUPITRE ARTS ET CULTURE

Emma Anderson, directrice de l’Institut d’études ca-
nadiennes et autochtones (IECA), a fait le point sur la
culture des Premières Nations et a discuté des accom-
plissements de l’année en faisant un retour sur les évè-
nements marquants.

La Rotonde : Vous enseignez un cours sur la
religion, la culture et l’identité au Canada. Quel
rôle jouent les autochtones dans l’identité
canadienne?

Emma Anderson : Ce qui me dérange en tant
qu’historienne, c’est que nous connaissons très bien ce
que, par exemple, Marie de l’Incarnation ou Jean de
Brébeuf pensent avoir fait. Nous avons moins tendance
à connaitre comment les autochtones réagissaient aux
évènements de rencontres ainsi qu’aux questions théo-
logiques et socioculturelles qu’ils soulevaient. Pourtant,
nous n’avons aucune raison de ne pas le savoir, puisque
nous avons accès à la documentation. Ce que j’essaie
d’apporter en classe, c’est une nouvelle approche de ces
rencontres. J’essaie aussi de sensibiliser mes étudiants PHOTO : CLÉMENCE LABASSE
sur ce que les autochtones ont également apporté aux
Européens, en termes d’idéologie, de façons de penser La présidente de l’Institut d’études canadiennes et autochtones Emma Anderson
et de mentalité. discutait des différentes influences culturelles issues de la religion.

Dans les vingt, cinquante dernières années, un intérêt LR : L’IECA lançait le 24 mars un portail de est intéressant avec l’art autochtone de nos jours; les ar-
s’est développé pour les échanges avec les Premières recherche étudiante. En quoi cet outil va-t-il tistes prennent des chemins complètement inexplorés,
Nations, mais ce qu’on voit beaucoup, ce sont des contribuer au partage des connaissances? en utilisant par exemple des techniques de sculpture
exemples matériels de produits qui ont été échangés traditionnelles, mais en représentant des figures inat-
EA : C’est notre façon de mettre en valeur la recherche tendues. Être témoin de cette forme de renaissance et
(par exemple, les Espagnols ont apporté la guitare et le
étudiante. On peut remercier le professeur Tracy de ce désir de jouer avec les divers moyens d’expression
catholicisme, puis l’Amérique a donné du café, des to-
Coates, puisque c’est sa création. Ce projet est dérivé de l’identité est fascinant.
mates, des patates etc.). Je voudrais qu’on évolue plutôt
des travaux et recherches que les étudiants font dans
vers les échanges idéologiques.
le cadre de son cours; elle voulait trouver une façon de LR : Au cours de l’année, les étudiants ont aus-
LR : Comment ces idéologies ont-elles affecté partager tout ça avec le grand public. Souvent, les étu- si eu le plaisir de rencontrer Taiaiake Alfred
la culture actuelle? diants ne font pas uniquement des projets de recherche et Lisa Monchalin sur le campus. Qui d’autres
sous forme de texte, mais aussi des montages vidéos, aimeriez-vous recevoir dans un futur proche?
EA : J’aimerais être capable de prouver que les idées de la cartographie et plusieurs autres travaux compor-
autochtones étaient une clé méconnue de la Révolution tant des éléments visuels qui peuvent contribuer aux EA : En mai, l’Université d’Ottawa sera l’hôte d’une
française. […] L’un des modèles que les gens utilisent connaissances des érudits autant que pour les autres conférence nommée « Resituer l’histoire du Canada ».
pour imaginer une société moins hiérarchique, moins C’est un peu notre approche du 150e, particulièrement
étudiants. […] Beaucoup de ces informations ont trop
didactique et moins autoritaire est celui des religions dans l’optique religieuse et spécifiquement des minori-
de valeurs pour les garder cachées. Elles méritent d’être
autochtones. Ils se considèrent comme des gens vérita- tés religieuses autochtones et contemporaines. […] Kent
partagées avec le monde et de rendre ces sources acces-
blement libres, qui ne sont pas encombrés par le poids Monkman y sera pour un soir et il coprésentera avec
sibles. La recherche est agglomérative et ne devrait pas
de l’histoire de la civilisation européenne et qui ne sont un violoncelliste et un lauréat en poésie canadienne.
être gardée isolée.
pas aussi… obséquieux. Monkman va apporter les éléments visuels avec son
LR : Qu’avez-vous pensé de l’exposition rétros- art et ses allocutions pour discuter de sa carrière et de
La société française du 17e siècle était extrêmement pective d’Alex Janvier? ses démarches pour décoloniser les canons esthétiques.
hiérarchisée. Encore pire si vous étiez une femme! […] […] Margaret Atwood sera aussi là pour discuter
Je pense que le fruit de ces réalisations commence tout EA : J’ai trouvé qu’on pouvait y déceler la flexibilité de du rôle de la religion dans son travail. Elle sera ac-
juste à se faire ressentir : même dans une classe mixte, la spiritualité traditionnelle et les façons dont elle peut compagnée de Leah Kostamo, une activiste chré-
les étudiants trouvent instinctivement que les façons de être exprimée visuellement. Dans un sens, plusieurs tienne et environnementaliste, qui a été influencée
penser des autochtones du 17e siècle sont plus faciles à d’entre nous pensent comprendre d’où vient l’art au- par la trilogie de romans dystopiques d’Atwood.
comprendre puisque qu’elles ont ces bases de tolérance, tochtone et Janvier détruit complètement ces idées. […] Ce sera une opportunité de réfléchir sur la fa-
de respect pour l’ambigüité et des différences que nous C’est un peu comme si l’expressionnisme abstrait ren- çon dont l’art reflète la réalité et la façon dont la
chérissons aujourd’hui au 21e siècle. contrait les Premières Nations du 21e siècle. C’est ce qui réalité reflète l’art.

w w w. l a r o t o n d e .c a
18 A r t s & c u lt u r e la rotonde l e L u n d i 1 0 av r i l 2 0 1 7

Festivals estivaux ottaviens

Ottawa mise gros pour l’été 2017
sivement en l’honneur du 150e anniversaire. Mettant en vedette des amuseurs et amuseuses in-
FLORENCE LINTEAU - JOURNALISTE Parmi ceux-ci, un mystérieux concert de mu- ternationaux et internationales, la rue Sparks ac-
sique extérieur qui se présente sous le nom de cueillera les festivités du 3 au 7 août. Finalement,
Sans grande surprise, l’été 2017 sera chargé d’acti- YOWttawa. Les détails des lieux et des têtes du 20 au 22 juillet, le Théâtre dans les Bois sera
vités pour la Ville d’Ottawa qui célèbre cette année d’affiche devraient sortir au cours des prochaines présenté par le Centre national des Arts et propo-
le 150e anniversaire de la Confédération. Parmi les semaines. Le 2 juillet sera également la journée du sera un théâtre interactif au milieu de la nature.
nombreux évènements qui auront lieu pendant la pé- Piquenique sur le pont alors que les Ottavien. Au menu : marionnettes, chansons et gastronomie
riode estivale, La Rotonde vous propose une sélec- ne.s seront invité.e.s à amener un gouter pour le sous le thème du Yukon.
tion de festivals qui se dérouleront dans la capitale déguster sur le pont Alexandra, qui offre une des
nationale. plus belles vues de la ville. Finalement, il sera pos- Pour tous les gouts
sible d’admirer les sculptures de verdure tout au
Musicologie ottavienne Le Festival de bateaux-dragons, un autre
long de l’été à l’occasion du MosaïCanada150,
incontournable de la capitale fédérale, sera égale-
Même si les célébrations seront nombreuses à l’oc- qui présentera des œuvres plus grandes que nature
ment de retour du 22 au 25 juin prochain. En plus
casion de l’anniversaire de la Confédération, ce sont qui ne manqueront pas de vous couper le souffle!
d’avoir la chance d’observer la compétition nau-
toujours les grands classiques qui attirent les foules. tique, les festivaliers et festivalières pourront assis-
En effet, les amateurs et amatrices de musique élec- Arts du spectacle ter à des concerts gratuits qui seront présentés au
tronique pourront assister au festival Escapade, Le festival gratuit Westfest sera de retour du 2 parc de la Baie Mooney, là où se déroulera l’évène-
mettant en vedette des artistes de réputation interna- au 4 juin. Ce sera au parc Laroche que performe- ment. Un spectacle ralliant mode et musique au-
tionale tels que Tiësto. ront musicien.ne.s, danseurs et danseuses, artistes tochtone se tiendra le 15 avril prochain au Musée
canadien de l’histoire à Gatineau, célébrant ainsi
Les festivaliers et festivalières à la recherche d’un d’arts visuels, poètes et bien plus! Le Festival
les talents et la culture indigènes. Pour les plus
évènement plus intime seront ravi.e.s d’apprendre franco-ontarien se tiendra quant à lui du 15
gourmands, le 10e OysterFestival vous per-
que le Festival international de musique de au 17 juin, célébrant la culture francophone bien
mettra de déguster des huitres pour le faible cout
chambre d’Ottawa aura lieu encore une fois présente au cœur du centre-ville. Les sonorités
de 20 $. Où et quand, dites-vous? L’évènement
cette année, du 22 juillet au 3 aout. La vente des musicales pop seront à l’honneur compte tenu
aura lieu au Whalesbone Sustainable Oyster &
billets pour le festival servira à soutenir la pro- de la présence d’artistes comme Karim Ouellet et
Fish Supply sur la rue Kent, le 25 juin prochain.
grammation artistique de la Société de musique de Vincent Vallières qui performeront fort probable-
Enfin, le Glowfair Festival, du 16 au 18 juin,
chambre d’Ottawa. De plus, le Spiderfest (pré- ment leurs grands succès. Avis aux amateurs et est un évènement tout en lumières et en musique
cédemment connu sous le nom punkfest) saura amatrices d’arts contemporains, le festival Fringe qui saura également charmer les amateurs et
combler les fanatiques du genre entre le 14 et le 16 (8-18 juin 2017) célébrera son 20e anniversaire amatrices d’art visuels.
juillet. cet été. Ce festival mettant en vedette des artistes
locaux et locales de la relève remettra, comme le Bon été à tous et à toutes, chers lecteurs et chères
Festivités Ottawa 2017 veut la coutume, la totalité de ses recettes aux ar- lectrices de La Rotonde, et n’hésitez pas à profi-
tistes. Le Festival des arts de la rue d’Ottawa ter des festivités proposées par la Ville à l’occa-
Certains festivals se tiendront cet été exclu- fera lui aussi vibrer les rues de la capitale nationale. sion de son anniversaire.

ILLUSTRATION : SARAH BÉLANGER
w w w. l a r o t o n d e .c a
A r t s & c u lt u r e la rotonde numéro 24 19

Art visuel

Saupoudrer le campus d’œuvres étudiantes
Quoique petite, la Galerie 115 peut aussiau100LaurieretlagalerieParadigm(e) Brouillard informatif
MYRIAM BOURDEAU-POTVIN néanmoins accommoder la panoplie de qui se trouve dans le couloir du doyen.
médiums utilisés par les artistes grâce Ensuite, il y a quelques expositions satellites. Malgré tous les efforts apportés à droite
Bien que le campus ne soit pas particulière- au sens de débrouillardise des respon- » Parmi ces dernières, mentionnons le vesti- et à gauche pour promouvoir les réalisa-
ment achalandé pendant la saison estivale, sables de l’espace. « On doit devenir buledelaSalleacadémiqueduDépartement tions étudiantes, les initiatives semblent
il n’en reste pas moins que les opportunités créatif! Nous n’avons pas beaucoup de théâtre, le premier étage du pavillon souffrir d’un manque de ligne directrice.
de montrer son travail en tant qu’étudiant.e de prise, c’est plutôt limité », se dé- SimardetceluidupavillonHamelin. Entre le Nostalgica qui gère ses exposi-
sole Fitzgerald. Elle précise toutefois : tions indépendamment par l’entremise
ne manque pas. De la Galerie 115 aux «Onessaiededisperserl’artdanslesbureaux
« Nous pouvons emprunter de l’équipe- du gérant du restaurant et de la col-
couloirs du doyen de la Faculté des arts, administratifs, couloirs, lieux publiques, lection de dons, Hanley explique que
ment au Bureau Photo Média et nous
voici comment s’y prendre pour faire valoir avons souvent recours à leurs services. salons étudiants… partout où on peut », certaine œuvres sélectionnées notam-
ses créations. En plus, les artistes ont généralement de insiste Hanley. La sélection est selon lui « ment parmi les étudiant.e.s à la maitrise
l’expérience avec leur média et peuvent plutôt informelle », ce que nous confirme serviront à agrémenter les murs du
Une gestion étudiante fournir une partie de leur matériel » Juliana McLaren de l’Association des étu- bureau du doyen pendant une période
d’un an, alors que les exposant.e.s du
« La compréhension est fa- café Nostalgica n’y seront visibles que
cilitée puisque nous sommes pendant un mois. La Galerie 115 se re-
des étudiants qui travaillent nouvelle aux deux semaines et le café
avec d’autres étudiants », Alternatif prend ce qui s’offre à lui selon
affirme Brianna Fitzgerald, l’une les circonstances.
des trois responsables de la Galerie
115. De fait, cet espace qui a pour Si tous et toutes s’entendent pour rendre
mission de mettre en valeur le travail évident que le Département des arts vi-
d’étudiant.e.s du premier et du deu- suels se situe dans le plus vieux bâtiment
xième cycle au Département d’arts de l’Université au 100 avenue Laurier,
peu semblent croire que l’endroit est
visuels est entièrement géré par des
bien connu. « Nous venons tout juste
étudiant.e.s, des communications au
d’obtenir notre nouveau signe à l’entrée,
comité de sélection des artistes.
il est superbe », s’exclame Fitzgerald.
« Au début de chaque session, nous « Nous avions une grande en-
faisons un appel d’offres à tous les seigne en métal qui était devenue
étudiants à la maitrise en arts visuels COURTOISIE : BRIANNA FITZGERALD rouillée. On ne la voyait pas aussi
(MAV) et au baccalauréat en art vi- clairement, j’espère que celle-ci
suel (BAV) », précise Fitzgerald. La ça va mieux diriger les gens »,
sélection est ensuite déterminée pour conclut-elle.
Remplir les espaces vides diant.e.s en arts : « Nous avons eu des gens
la session à venir, à raison d’un artiste qui ont simplement laissé des choses ici. Le Ceci étant divulgué, sa collègue
aux deux semaines. « Ça permet de Outre la galerie officielle de l’Univer- mois dernier nous avons hérité d’un collage Rame Abudulkader précise que la
donner l’opportunité au plus de gens sité d’Ottawa, plusieurs autres en- interactif qui est resté dans nos locaux après Galerie 115 reste « l’occasion idéale
possibles de participer », argumente droits permettent aux étudiant.e.s un évènement. » L’œuvre en question a été pour acquérir de l’expérience ». À
Fitzgerald en ajoutant que « c’est suf- d’afficher les résultats de leur appren- prise en charge par le café Alternatif pendant cela, Fitzgerald ponctue que « c’est
fisamment long pour permettre à plu- tissage. Justin Hanley, gérant d’im- plusieurs semaines, qui a exposé malgré lui sympathique d’avoir une belle ca-
sieurs personnes de venir voir et assez meubles sur le campus, les énumère : le résultat de l’évènement qu’il avait accueil- maraderie entre étudiants et ça
court pour nous permettre d’organiser « Nous avons plusieurs lieux de diffusion li. McLaren clarifie que, dans le cas du café nous permet de nous développer
environ douze à onze expositions par sur le campus. Il y a une galerie dans le Alternatif, le choix final revient majoritaire- ensemble en pratiquant nos tech-
année [scolaire] ». sous-sol du 100 Laurier, il y a la Galerie 115 mentàHanley. niques professionnelles ».

PHOTO : CLÉMENCE LABASSE

Brianna Fitzgerald espère que la nouvelle enseigne de la Galerie 115 attirera plus de visiteurs.

w w w. l a r o t o n d e .c a
section

sports & bien-être Philippe Marceau-Loranger
sports@larotonde.ca

Banquet de fin d’année
Les Gee-Gees sabrent le Champagne

à titre d’athlète masculin de l’année d’argent ainsi que deux de bronze. À huit en six rencontres, ce qui lui a mé-
PHILIPPE MARCEAU-LORANGER était un secret de polichinelle, lui qui court terme, Champagne espère se tailler rité une nomination au sein de la deu-
CHEF SPORTS a connu une année extraordinaire une place au sein de l’équipe canadienne xième équipe d’étoiles canadiennes.
en étant le premier nageur de l’U d’O aux championnats du monde, présentés
à remporter trois médailles lors du à Budapest en juillet, et aux Universiades En remportant la médaille d’argent
Le vendredi 7 avril, à l’occasion même championnat national interuni- d’été, qui auront lieu à Taipei en aout. en novembre dernier, Savary et sa
du banquet de fin d’année des versitaire depuis 1981. Champagne a bande ont franchi un pas de plus,
Gee-Gees, les athlètes de toutes raflé la médaille d’or au 400 m quatre Simone Savary (rugby) : C’est à Savary récoltant le quatrième rang canadien
les équipes interuniversitaires du nages individuelles, ainsi que deux mé- que fut octroyé le titre d’athlète fémi- en 2014, et une médaille de bronze en
Double-G s’étaient réuni.e.s pour dailles d’argent, soit au 200 m quatre nine de l’année, elle qui a contribué à 2015. Malgré la saison remarquable
festoyer et souligner leurs ex- nages individuelles, et au 200 m papil- ce que son équipe connaisse une autre qu’elle a connue, la principale inté-
ploits. La Rotonde vous présente lon. Aux championnats provinciaux des saison régulière sans bavure, avec une ressée se disait surprise d’avoir mis
la synthèse du point final de la SUO, Champagne a aussi fait trembler la fiche de 7 victoires et d’aucun revers. le grappin sur l’ultime honneur pour
saison sportive à l’U d’O. compétition, remportant cinq médailles, Savary a aidé sa troupe à se qualifier une athlète du Gris et Grenat : « Je
dont deux d’or, et a aidé l’équipe mas- pour la grande finale canadienne U ne m’attendais pas du tout à ça! C’est
Athlètes de l’année culine des Gee-Gees à se hisser au troi- Sports, perdue aux mains de la forma- tout un honneur d’être couronnée
sième rang de la compétition par équipe tion de l’Université St. Francis Xavier athlète de l’année, et l’on peut dire
Montana Champagne (natation) : des SUO. par la marque de 27 à 19. Au-delà des que ça vient clore ma carrière univer-
Champagne brillait par son absence succès connus sur le plan collectif, la sitaire en beauté. » À savoir ce que
à la cérémonie, lui qui ne pouvait se La saison 2016-2017 a réellement permis pivot, qui occupait la fonction de capi- l’avenir lui réserve dans le monde
permettre de se mettre les pieds sur la à Champagne d’éclore, lui qui avait tout taine au courant de la dernière année, du rugby, l’étudiante qui poursuit sa
bavette du poêle, car il prenait part aux de même raflé deux médailles d’argent a aussi obtenu sa part d’honneurs in- maitrise en physiothérapie demeure
qualifications de l’équipe nationale, des SUO l’année dernière et qui avait dividuels. Elle a entre autres terminé évasive, admettant qu’elle continue
présentées à Victoria, en Colombie- été nommé recrue de l’année en 2014- au quatrième rang du circuit du RSEQ à mettre les bouchées doubles à
Britannique. Toutefois, sa nomination 2015, après avoir remporté une médaille pour le nombre d’essais marqués, avec l’entrainement.

Joueurs par excellence
Chaque équipe interuniversitaire a été en mesure de saluer la performance de
son athlète le plus méritant, en lui octroyant le titre de joueur par excellence de la
dernière année. Voici la liste des lauréats.

Basketball (M) : Caleb Agada Natation (M) : Montana Champagne
Basketball (F) : Sarah Besselink Natation (F) : Paige Crowell
Football : Derek Wendel Athlétisme (M) : Scott Hancock
Hockey (M) : Gabriel Vermette Athlétisme (F) : Tania Bambi
Hockey (F) : Mélodie Bouchard Cross-country (M) : Alex Berhe
Rugby (F) : Alex Ellis Cross-country (F) : Katie Phillips
Soccer (F) : Kayla Da Costa-Pacheco Volleyball (F) : Kira Tome

w w w. l a r o t o n d e .c a
Sports & bien-être la rotonde numéro 24 21

Les autres lauréat.e.s de la soirée
Prix du recteur

Brendan Jacome (hockey masculin) : L’attaquant recrue des Gee-Gees s’est
avéré l’un des récipiendaires du prix du recteur, remis aux athlètes qui se sont dé-
marqués par leur dévouement envers leurs études ainsi que leur implication dans la
communauté. Celui qui occupait le poste d’assistant-capitaine s’est avéré un valeu-
reux ambassadeur du programme des Gee-Gees, en travaillant comme entraineur
dans des camps de hockey, en faisant du bénévolat afin de montrer les rudiments du
hockey à des étudiants internationaux et en agissant à titre d’ambassadeur pour les
campagnes « You Can Play » et « Bell Cause pour la Cause ».

Vickie Lemire (hockey féminin) : La capitaine des Gee-Gees, qui vient de com-
pléter son parcours universitaire avec le Double-G, a su tirer son épingle du jeu
tant sur la glace qu’en dehors. En plus d’avoir 40 points à son compteur au terme
de ses quatre saisons, Lemire a aussi consacré beaucoup de temps à redonner à sa
communauté, et ce, sur plusieurs fronts. Elle a entre autres représenté ses pairs en
agissant à titre de présidente du Conseil des étudiants-athlètes, elle a agi à titre de
bénévole pour l’Association pour l’avancement des femmes dans le sport et l’acti-
vité physique, et a organisé de maintes pratiques pour de jeunes hockeyeuses de la
région. Finalement, Lemire a remporté à deux reprises le titre d’étoile académique
canadienne.

Recrues de l’année :
Kevin Domingue (hockey masculin) : Le rapide attaquant des Gee-Gees a causé
la surprise en terminant premier marqueur de son équipe, avec une récolte de 31
points, dont 16 buts, bon pour le 10e rang des marqueurs des SUO. « C’est réconfor-
tant de voir mes efforts reconnus, mais je me dis qu’en même temps, comme notre
équipe était constituée presque exclusivement de recrues, il y a plusieurs gars au sein
de notre équipe qui auraient mérité la palme. C’est encourageant pour les années à
venir de voir qu’on a été l’équipe qui a donné le plus de fil à retorde à Queen’s, qui
ont remporté la médaille d’argent des SUO.

Cooper Lee (soccer féminin) : La défenseure n’a peut-être pas joué un rôle à
l’avant-scène, en raison de la position à laquelle elle évolue, mais Lee a réussi à lais-
ser sa marque au terme de sa première saison avec le Double-G. En effet, ses efforts
auront contribué à rendre la défensive des Gee-Gees des plus hermétiques, elle qui a
réussi à limiter à 0,69 sa moyenne de buts accordés par rencontre. Son équipe aura
été en mesure de conserver une excellente fiche de 9-3-4, avant de s’incliner en deu-
xième période de prolongation en quart de finale face à la formation de l’Université
Queen’s.

Photos ci-contre, De haut en bas :
Simone Savary, athlète féminine de l’année
Kevin Domingue, recrue masculine de l’année
et son coéquipier Brendan Jacome, récipiendaire du prix du recteur
Vickie Lemire, récipiendaire du prix du recteur
Cooper Lee, recrue féminine de l’année

Les athlètes des clubs compétitifs n’ont pas été en reste et ont pu eux et elles aussi
célébrer la fin de leur saison respective. C’est la nageuse synchronisée Carlie Cholette
et le joueur de rugby Aria Keshoofy qui ont remporté les titres d’athlètes de l’année.
Comme pour le volet interuniversitaire, chaque équipe a vu un de ses athlètes être ré-
compensé, en étant nommé joueur par excellence.

Aviron (F) : Alanna Fogarty Aviron (M) : Alexander Kunkel
Badminton : Austin Flanagan Baseball : Charlie Malson
Cheerleading : Rebecca Snider Danse : Zara Turner
Équitation : Lindsay Rovonelli Escrime (F) : Chantal mercier-Laporte
Escrime (M) : Patrick Fournier Fastball (F) : Alex Demers
Golf (F) : Kelsey Studiman Nage synchronisée : Carlie Cholette
Ringuette : Rachel Kazaka Rugby (M) : Aria Keshoofy
Soccer (M) : Jesse Andoh Ultimate (F) : Corrine Giogetti
Ultimate (M) : Khalid Al-Zahrani Volleyball (M) : Tudor Fodor
Waterpolo (F) : Marguerite Gollish Waterpolo (M) : Noah Birthelmer
PHOTOS : PHILIPPE AUCLAIR

w w w. l a r o t o n d e .c a
22 Sports & bien-être la rotonde l e L u n d i 1 0 av r i l 2 0 1 7

2016-2017

Une année haute en couleur
Encore une fois cette année, les athlètes-étudiant.e.s des Gee-Gees auront su faire vivre de moments inoubliables à
PHILIPPE MARCEAU-LORANGER leurs partisan.te.s grâce à leurs exploits. Voici quelques moments qui auront marqué l’imaginaire et contribué à faire
de cette saison 2016-2017 une saison mémorable.
PHOTOS : ARCHIVES ET COURTOISIE

Septembre : Elle qui n’avait pas été pressentie d’entrée de jeu pour se tailler une
place au sein de l’équipe canadienne, la nageuse des Gee-Gees Camille Bérubé
a finalement représenté le Canada aux Jeux paralympiques de Rio. Il s’agissait de
sa deuxième participation à l’évènement, y ayant déjà pris part en 2012, à Londres.

L’équipe de football du Double-G, menée par son quart-arrière Derek Wendel,
a remporté un match des plus enlevant face à l’Université de Guelph. La partie
s’est conclue en 2e période de prolongation. C’est le botteur Lewis Ward qui a
égalé la marque à la fin du 4e quart avec un placement de 51 verges, pour égaler
le record de tous les temps des Gee-Gees. Ensuite, Wendel a fermé les livres en
réussissant une passe de 24 verges à Trevor Kennedy.

Octobre : En faisant match nul face aux Ravens de Carleton le 8 octobre, l’équipe
féminine de soccer du Gris et Grenat a réalisé un 12e match consécutif sans dé-
faite. Une grande part de ces succès s’explique par la performance inspirée de la
brigade défensive, composée de Brooklynn McAlear-Fanus, Cooper Lee et
Kayla Da Costa-Pacheco, ainsi que de la gardienne Julie-Ann Lamarche,
qui a gardé le meilleur pourcentage de buts alloués
des SUO, à 0,930.

Novembre : Après avoir complété la saison régulière avec
une fiche immaculée de sept victoires, l’équipe féminine de
rugby des Gee-Gees a raflé la médaille d’argent aux cham-
pionnats canadiens U Sports, ne courbant l’échine qu’en fi-
nale, par la marque de 27 à 19 face à l’Université St. Francis
Xavier.

Février : L’attaquante Mélodie Bouchard a fait partie
de la formation canadienne qui a remporté la médaille
d’argent aux championnats universitaires mondiaux
(FISU) à Almaty, au Kazakhstan. Elle a terminé ex aequo
au deuxième rang de son équipe au chapitre des points,
avec cinq buts et trois passes en cinq matchs.

L’équipe masculine de hockey, qui est renée de ses cendres, n’a cessé de surprendre, et ce,
jusqu’aux séries éliminatoires. La troupe de Patrick Grandmaître a livré une chaude lutte aux
Gaels de Queen’s, alors que les deux premiers matchs se sont rendus en 2e période de pro-
longation. Or, les Ottaviens ont dû s’avouer vaincus au match ultime, par la marque de 2 à 0.

Mars : En terrassant les Voyageurs de l’Université Laurentienne en quarts de finale par la
marque de 93 à 81, l’équipe masculine de basketball s’est assuré une 5e participation à la
finale à quatre des SUO en cinq ans. Malheureusement, les hommes de James Derouin se sont
par la suite inclinés de façon dramatique face à Ryerson, au score de 76 à 75 en demi-finale.

Le nageur Montana Champagne a connu une saison du tonnerre, amassant les médailles
au championnat des SUO à un rythme effréné. Toutefois, c’est au championnat interuniversi-
taire canadien U Sports qu’il a réussi l’exploit ultime, en remportant la médaille d’or au 400
m quatre nages individuel.

La coureuse de haies Tania Bambi a réussi le retour de l’année en coiffant sa coéquipière et
championne nationale en titre Devyani Biswal par un centième de seconde, pour remporter
la médaille de bronze au 60 m haies au championnat canadien U Sports présenté à Edmonton.

w w w. l a r o t o n d e .c a
Sports & bien-être la rotonde numéro 24 23

Où sont-ils rendus?

L’année des anciens en revue
PHILIPPE MARCEAU-LORANGER
En cette année 2016-2017, plusieurs ancien.ne.s
Aout 2016
Gee-Gees ont su se démarquer aux quatre coins Natasha Watcham-Roy (2009-2013) : La joueuse de rugby a eu la chance de participer aux Jeux de Rio l’été
du globe. La Rotonde vous présente un florilège dernier, alors que le rugby féminin à sept faisait ses grands débuts à titre de sport olympique. Watcham-
des moments les plus marquants. Roy a fait partie de la formation canadienne qui a remporté la médaille de bronze face aux Britanniques.

Oluwasegun Makinde (2009-2013) et Sekou Kaba (2012-2014) : Même s’ils n’ont pas vu d’action à pro-

Juil. 2016 prement parler, les anciennes gloires de l’équipe d’athlétisme ont réussi à se tailler une place au sein de
l’équipe canadienne d’athlétisme aux Jeux de Rio.

Avril 2017
Irene Patrinos (2011-2016) et Dria Bennett
(2011-2016) remportent la médaille d’argent
avec le Canada au championnat mondial uni-
versitaire de rugby, présenté à Swansea au À l’occasion du souper Touchdown, trois anciens Gee-Gees font leur entrée au temple de la renommée
Pays de Galles. du programme de football, soit Gord Weber (1985-1989), Lukas Shaver (1997-2000) et Kevin Kelly
(2003-2007).

Nov. 2016
Brendan Gillanders (2009-2014), Ettore
Lattanzio (2011-2015) et Brad Sinopoli
(2007-2010) ont soulevé la coupe Grey
avec le Rouge et Noir d’Ottawa, battant en
finale les Stampeders de Calgary en prolon-
gation, par la marque de 39 à 33. Sinopoli
s’est d’ailleurs adressé à La Rotonde, afin
de revenir sur cette récente conquête, ainsi
que sur son parcours professionnel dans la COURTOISIE : ANDRE RINGUETTE
LCF.

Tête-à-tête avec Brad Sinopoli
La Rotonde : L’an dernier, tu as été intronisé Tate m’a lancé quelques ballons, alors que je ne por- BS : C’est sûr que celle de 2016 est plus significative,
au temple de la renommée du programme tais même pas de gants, et j’ai fait de bons attrapés. car j’étais plus impliqué dans sa conquête. Ce qui est
de football des Gee-Gees. Qu’est-ce que ça si- Puis l’année suivante, ils m’ont invité au camp d’en- drôle du football, c’est que si tu es blessé ou rayé de
gnifie pour toi? traînement à titre de receveur et ils m’ont dit que si je la formation en finale, tu fais partie de l’équipe, mais
voulais demeurer au poste de quart, il faudrait que je en même temps tu ne te sens pas que tu en es partie
Brad Sinopoli : C’est un élément de fierté de pou- intégrante, car tu n’es pas sur le terrain à prêter main-
tente ma chance ailleurs.
voir faire partie de l’histoire du programme à jamais.
forte à tes coéquipiers. Cette année, on a vraiment
C’était incroyable de pouvoir assister au souper LR : En 2015, lorsque tu as atteint l’autonomie vécu quelque chose de spécial, surtout l’équipe de re-
Touchdown et de rencontrer tous les grands joueurs complète, tu as choisi de signer avec le Rouge ceveurs qui était tissée serrée. Il y a aussi le fait qu’on
de l’histoire du programme, surtout des éditions et Noir, une équipe d’expansion qui en était s’était incliné lors de la finale en 2015, et on se consi-
1975, 1999 et 2000, d’autant plus que, lorsque j’étais à ses premiers pas. Où Ottawa figurait-elle dérait chanceux que tous les gros morceaux de notre
au secondaire, je suivais de près le SIC et je connais- dans ta liste de destinations potentielles? attaque soient de retour pour une 2e saison d’affilée.
sais leurs noms. C’est sûr quand j’étais plus jeune,
Durant l’année, on savait que ce serait peut-être notre
ils paraissaient plus grands que nature, et la plupart BS : Quand Ottawa s’est vue conférer une équipe
dernière chance de remporter les grands honneurs
ont connu des grandes carrières dans la LCF par la à nouveau dans la ligue, j’étais très content pour la
suite. Il y a tellement une riche histoire de football à ensemble, donc qu’il fallait saisir cette opportunité.
ville. Juste de voir les changements majeurs faits
l’Université d’Ottawa, et, heureusement, la majorité au parc Lansdowne, ainsi que l’effervescence qu’il LR : On dit souvent que l’année suivant un
de ces gars-là sont toujours dans les parages. Lorsque y avait dans la ville, c’était excitant. Alors quand championnat peut être difficile, car certains
j’étais avec les Gee-Gees, c’était important de leur l’opportunité s’est présentée, pour moi, c’était un joueurs peuvent être moins affamés. Par
rendre justice afin qu’ils soient fiers du travail que rêve qui se réalisait. Souvent dans le sport profes- contre, le match de la coupe Grey se tiendra
j’accomplissais. sionnel, tu souhaiterais jouer à certains endroits, à Ottawa en 2017. À quel point êtes-vous mo-
LR : Tu as entamé ta carrière professionnelle mais le sort en veut autrement, alors dans mon cas, tivés à répéter l’exploit, cette fois à domicile?
avec les Stampeders de Calgary, à la position j’étais très heureux que le tout soit en mesure de
se matérialiser. Quand j’ai eu la chance de jouer BS : On est très déterminés, surtout avec tout le soutien
de quart-arrière. Après avoir été libéré en
à Ottawa en tant que visiteur, j’ai été submergé qu’on reçoit dans la ville. Ça va être tout un évènement
2012, tu as fait le changement au poste de
de bons souvenirs datant de mon passage avec d’avoir le match de la coupe Grey à domicile. Si on pou-
receveur éloigné. Comment s’est prise cette
les Gee-Gees, et c’est là que j’ai su que je voulais y vait s’y rendre, ce serait la chance d’une vie, de pouvoir
décision?
retourner. tenter de la remporter devant nos partisans. En jouant à
BS : Je crois qu’il y a eu beaucoup de chance là-de- Toronto en 2016, ça ressemblait beaucoup à un match à
dans, et je me devais de tenter l’expérience, car je sa- LR : La coupe Grey que tu as remportée en domicile, car un grand nombre de nos partisans avaient
vais lorsque Drew Tate allait revenir de sa blessure, 2016 était ta 2e, par contre, tu as joué un rôle fait le voyage. Juste le fait d’avoir vécu la parade des
je serais libéré à nouveau. Comme l’équipe était dé- de premier plan lors de celle-ci, comparative- champions, et de voir l’enthousiasme des gens d’Ottawa
cimée par les blessures, j’ai commencé à remplacer ment à celle de 2014 avec Calgary. Comment durant la saison morte, ça nous motive d’aller en cher-
certains receveurs avec l’équipe de pratique, et Drew compares-tu ces deux championnats? cher une 2e consécutive.

w w w. l a r o t o n d e .c a
24 Sports & bien-être la rotonde l e L u n d i 1 0 av r i l 2 0 1 7

PHOTO : PHILIPPE AUCLAIR

Tirs de barrage

Encore du pain sur la planche pour Archambault
RA : C’est sûr qu’elle a surpassé les attentes, mais on les ajouter et leur donner un certain accès, sans nuire à
PHILIPPE MARCEAU-LORANGER a peut-être été trop timides à cet égard. Il faut dire que la programmation qu’on doit continuer à faire évoluer.
c’était un processus qui n’avait pas été vécu à l’Uni- Par contre, il faut se rappeler que c’est quand même
En cette édition de post mortem, La Rotonde s’est entre- versité depuis longtemps, celui de repartir à zéro. Le un centre de haute performance qui est tributaire des
tenue avec le directeur adjoint à la haute performance du résultat obtenu provient surtout du travail qui a été contributions budgétaires des équipes interuniversi-
Service des sports de l’U d’O, Roger Archambault, qui vient fait au courant des quatre premiers mois. Pour une taires. Alors ça deviendrait un service de plus pour les
de clore sa première saison entière au sein de l’organisation. équipe constituée de 24 recrues et d’un vétéran, qui clubs, car ce n’est pas vraiment leurs budgets qui ont
se retrouvaient sur la glace ensemble pour la première contribué à l’érection du centre.
La Rotonde : Au courant de la dernière année, fois en septembre, ça a pris du temps pour tout mettre
les Ravens de Carleton ont eu la main haute à en place. On aurait pu finir l’année en 9e ou 10e place, LR : Quelques clubs compétitifs, comme le
plusieurs occasions sur les Gee-Gees, notam- et puis on aurait expliqué cela par le fait que c’était la club de nage synchronisée et le club de rin-
ment au football et au basketball masculin et première année, mais on a fini en 6e place, et on a ame- guette, font figure de proue au Canada pour
féminin. Comment entrevoyez-vous cette ba- né Queen’s au bord du gouffre en séries. Le crédit va avoir remporté des championnats nationaux
taille du recrutement de la capitale nationale? complètement à l’équipe et au personnel d’entraineurs. au courant des dernières années. Serait-il en-
On a mis en place des outils à leur disposition, et le visageable de voir certains clubs compétitifs
Roger Archambault : C’est sûr que ce qui attire programme qu’ils ont créé de toutes pièces a connu un acquérir le statut interuniversitaire au courant
en premier lieu les recrues, c’est la notoriété des pro- franc succès. Tout au long de l’année, il y a eu un suivi des années à venir?
grammes, et l’on sait que Carleton a connu du succès très serré à l’interne, et même à l’externe, car ce n’était
dans ces sports. Ensuite, l’un des constats les plus RA : Par rapport au programme de clubs compétitifs,
pas juste des étudiants-athlètes recrues, c’était aussi des
flagrants qu’on a faits, c’est que nos efforts de recrute- il faut souligner que leur mandat premier n’est pas la
entraîneurs recrues. Je pense qu’on a obtenu une vali-
haute performance comme pour nos programmes
ment étaient insuffisants. En fait, ça représentait moins dation à savoir que les personnes qu’on a mises en place
interuniversitaires. Ils se le sont peut-être donné à l’in-
de 1 % de notre budget de sport interuniversitaire, éton- pour chapeauter le programme étaient les bonnes.
terne, ce qui est tout à fait normal, mais le mandat pre-
nant quand on sait que c’est une pierre angulaire afin
LR : Il s’agissait de la première année com- mier c’est d’améliorer l’expérience universitaire des étu-
d’aller chercher une continuité sur le plan des perfor-
plète d’opération du nouveau Centre de haute diants qui y participent. Même si un certain club plaide
mances. Il faut aussi dire que le recrutement est très rè- qu’il performe déjà à un haut niveau, on fonctionne
glementé, ce qui nous empêche de manœuvrer à notre performance des Gee-Gees. Quel bilan en
tirez-vous? avec le volet U Sports, qui regroupe 15 différentes disci-
guise, mais on était tellement en dessous de ce qui pou- plines, et non avec les championnats universitaires qui
vait se faire, et les équipes devaient se fier surtout à de RA : Ça a été un énorme succès à mon avis, même s’il sont tenus par des fédérations nationales. Ajouter
l’autofinancement pour faire du recrutement. Cette an- y a eu une courbe d’apprentissage. On a eu la chance une nouvelle équipe interuniversitaire, ça aurait
née, on a donné un coup de barre en facilitant la tâche d’essayer beaucoup de choses, et les résultats des son- un impact substantiel sur le plan des ressources
aux entraineurs qui voulaient se déplacer et aux recrues dages indiquent un taux de satisfaction avoisinant les budgétaires et humaines. Aussi, la règlementa-
qui souhaitaient venir visiter l’Université. Qui plus est, il 80 %. Donc on a à travailler sur le 20 % qui a été moins tion sur le plan interuniversitaire est bien plus
y a toute une stratégie de médias sociaux et numériques populaire et sur le contenu qui n’a pas amené les effets stricte, par exemple, il faut tenir compte de l’équi-
qu’il faut mettre en place pour appuyer le recrutement. escomptés, ce qui est tout à fait normal lorsqu’on lance té des genres. On ne peut pas avoir 300 athlètes
On sent déjà les effets de nos nouvelles mesures, car en une nouvelle programmation. À notre première année, interuniversitaires masculins et 150 féminins. Les
vue de la saison prochaine, on a été en mesure d’attirer on voulait surtout offrir de la programmation pour les clubs ne connaissent pas nécessairement tous ces
l’une de nos meilleures cohortes de recrues de la der- athlètes interuniversitaires et voir les niveaux d’utili- détails, et on aimerait les éclairer là-dessus en vue
nière décennie. sation du centre. Aussi, on va mettre en place un pro- de l’éventualité où ils viendraient à considérer un
gramme d’entrainement estival pour les Gee-Gees, qui changement de statut. Présentement, il n’y a pas
LR : L’équipe masculine de hockey s’est avérée s’échelonnera de mai à aout et qui sera suivi par nos en- de modèle de sport clairement défini à l’Université
une surprise au sein du circuit des SUO. À quel traineurs. Par ailleurs, on va tenter un projet pilote avec d’Ottawa, et c’est d’ailleurs l’un des mandats sur
point a-t-elle surpassé vos attentes? nos clubs compétitifs pour voir comment on pourrait lesquels on travaille.

w w w. l a r o t o n d e .c a
section

OpinionS
La Banque alimentaire de la FÉUO
déborde de nourriture, carrément
Cher lecteur ou chère lectrice, j’aimerais vous po- Venez nous voir et vous recevrez des pâtes et
KATHRYN LEBLANC ser une simple question : en voulez-vous? On peut même quelques sourires, tout cela gratuite-
vous offrir du café, de la soupe, des collations, des ment. Nous croyons que personne ne devrait
Responsable des communications et des évènements
légumes, des œufs et... beaucoup d’autres trucs, choisir entre l’achat des manuels scolaires
de La Banque alimentaire et vice-présidente entrante aux bien sûr! Ça vous chante? Il y a beaucoup de rai- et de la bouffe nutritive. En effet, la sécurité
services et communications de la Fédération étudiante sons pour lesquelles la stigmatisation des banques alimentaire est un droit et non un privilège.
(FÉUO). alimentaires empêche des étudiant.e.s de fréquen- L’Université d’Ottawa — ainsi que la province
ter notre service. Donc, j’aimerais vous demander de l’Ontario — doit prioriser la réduction des
À la fin d’une longue journée de travail, je m’assoie
de mettre à défi vos préconceptions négatives au frais de scolarité. L’éducation post-secondaire
sur un tas de caisses de lait et regarde autour de sujet des banques alimentaires. J’explique aux est actuellement pleine de contraintes finan-
moi, dans la Banque alimentaire de la FÉUO. La étudiant.e.s que nous sommes simplement un cières. Il faut que ça change et il faut que nous
salle est pleine. Non, pour vrai, elle est complète- endroit où vous pouvez faire votre épicerie — sauf appuyions les initiatives telles que la Banque
ment, complètement remplie de nourriture. que le rabais est de 100 %! alimentaire.

remercie les contributeurs et
La Rotonde contributrices de l’année :
Houssein Ismail Maude Charron-Leclerc Beverly Marchand
Zakaria Hadjadj Morgane Gonon Simon Pinsonneault
Déborah Sylvain Yasmine El Kamel Anastasiia Cherygova
Mame Fatou Niang Amélie Lauzon Benjamin Doudard
Lalloux Aurelle Sarambe Eugénie Benoist Sarah Bélanger
Oliver Benning Noura Cherkawi Sophie Sherrer
Axel Loada Frédérique Champagne Lamiae Belhaj
Hugo Brown Karine Desjardins Jasmine Van Schouwen
Karla Aparicio Rémi Klander Ariane Millette
Alexandre Henoud Maxime Jolicoeur Samuel Lafontaine
Fannie St-Cyr Raphaël Simard Amélie Levesque

w w w. l a r o t o n d e .c a
section

Labyrinthes
LA CHUTE D’ORLÉANS FRÉDÉRIQUE CHAMPAGNE

Sous le souffle éteint de la vallée morte Seul contre le Destin et le Temps qui vole Pleurant l’aurore, les étoiles envolées

Éclatait, lugubre, le silence en pleurs Je déploie mes ailes rognées dans la nuit noire Et la France dans mon errance éternelle

Sous le carillon sanglant que le vent apporte À jamais prisonnier de l’ombre et du sol De francophone blessé au temps écoulé

Entraîné dans l’oubli et le dernier malheur La tête relevée vers l’agonie d’un soir

Debout dans le siège d’Orléans et l’épée
Encore haute dans la poussière, l’étincelle
Et un dernier vol d’aigle à l’accent frappé.

LE CHEVALIER DE LÉVIS FRÉDÉRIQUE CHAMPAGNE

Devant les murailles en ruines et le ciel sombre,
S’agitait sans un souffle de vent des épées rougies, des
canons brûlants, les flots déchaînés par la Mort
Face au Destin noir, dans la poussière aveuglante, le
Saint-Laurent arrêté, Québec en larmes, le mauvais sort
Marchait Lévis, fin seul contre la nuit et l’ombre
Perdu dans les ténèbres, l’agonie et les décombres
Le vainqueur de Sainte-Foy pleurait la Nouvelle-
France, errant vers le soleil, hurlant dans son cor
Et soudain trébucha dans les Plaines d’Abraham,
ombres à la dérive, l’espace d’un suprême effort
Le mousquet fumant, l’étendard déchiré, blessé
dans la pénombre
Fatalité! Fatalité! Le Chevalier galopait bride abattue
vers la Capitulation, flamberge au vent
En route vers l’aube, le Temps, Montréal et les tour-
ments
La tête encore haute sous les flammes et les cris
Puis, le héros brûla ses drapeaux et s’élança tout
sanglant sous le ciel étoilé
Chevauchant à toute allure vers la défaite et la
Mort, invoquant dans un murmure fier Monjoie et
Saint-Denis…
Dans un dernier mot français déjà envolé, cap sur
l’éternité!
COLORIAGE : CLÉMENCE LABASSE

w w w. l a r o t o n d e .c a
opinions la rotonde numéro 24 27

Bilan de l’année

w w w. l a r o t o n d e .c a
28 opinions la rotonde l e L u n d i 1 0 av r i l 2 0 1 7

Les mots de la fin de
l’équipe
EMY LAFORTUNE CLÉMENCE LABASSE
Trois ans. Trois ans dans le tau-
En septembre, j’ai découvert La
dis du 109 Osgoode, c’est long.
Rotonde à titre de contributrice,
Trois années à La Rotonde, c’est
avant de devenir sa coordonna- des nuits blanches passées à
trice des bénévoles en janvier. écrire, dessiner, designer ou juste
râler sur les décisions prises la
Grâce à notre journal, j’ai ren- veille. Des langueurs, des frustra-
tions, des colères. Un poing dans
contré des artistes de la région KHADY KONATÉ FLORENCE LINTEAU le mur, des souris dans les murs.
et une équipe remarquable-
Je vous avouerai que je ne sa- Si vous êtes un lecteur régulier Travailler à La Rotonde c’est
ment dévouée (je vous admire, vais pas trop dans quoi je me ou une lectrice régulière du être confronté à l’imprévu jour
gens qui sont restés au bureau lançais quand je suis arrivée à journal, mon nom ne vous est après jour. C’est faire une entre-
La Rotonde. Il faut se le dire, probablement pas familier. J’ai vue avec un homme tremblant
jusqu’à 2 h du matin presque
le côté frondeur du journal est joint l’équipe de La Rotonde à d’émotions, ou c’est se faire me-
tous les dimanches). En plus de aussi attirant qu’un Adonis à mi-chemin au cours de l’année nacer de procès par la plus haute
m’avoir permis d’en apprendre la mine revêche. Je dois aussi 2016-2017. Étant une étudiante instance administrative de sa
ajouter que je voulais amélio- francophone, le journal repré- propre université.
énormément sur le monde poli-
rer mon expérience étudiante sentait pour moi une forme Tu te réveilles Rotonde, tu
tique, en partant de notre chère – je chéris ces mots comme d’institution intouchable qui manges Rotonde, tu te couches
FÉUO jusqu’aux élections fran- une personne frappée du impressionnait grandement Rotonde. Tu mets parfois ta san-
syndrome de Stockholm est l’amatrice des lettres que je té mentale à risque, diagnostique
çaises. Les après-midis passés
éprise de son bourreau. suis. Je le lisais, parfois outrée, : Rotonde.
dans nos bureaux semi-salu- mais surtout religieusement
J’avais envie de prendre la Et parfois tu essayes d’en sortir,
bres m’ont montré concrète- avant d’écrire dans ses pages;
plume (c’est si joli dit comme de retrouver une sorte de vie nor-
ment l’importance de la presse cela m’apportait un sentiment
ça). Mais je vous assure que male. Mais tu as du mal.
ça devient nettement moins d’étudiante accomplie.
sur la démocratie, ce qui a été Parce que malgré les épreuves,
poétique quand ladite plume Or, cela n’a pris que quelque
particulièrement enrichissant malgré l’épuisement, tu y crois à
est un clavier d’ordinateur et temps avant que je réalise que ce putain de journal. Ce minus-
dans notre contexte politique et que vos yeux brulent tant vos La Rotonde a un rôle bien plus cule journal, que plus personne
médiatique actuel. rétines sont restées collées à important au sein de l’Uni- ne croit, que plus personne ne lit.
votre écran. Dieu merci, rédi- versité que celui de journal Toi, tu y crois.
Parenthèse finale d’autopro- ger des articles n’aura pas été étudiant. Il vous informe de
mon lot quotidien. Journaliste, on ne le nait pas, on
motion : La Rotonde va re- la situation de la politique étu-
le devient. Et moi, je pense l’être
Puisque l’heure est à la diante et vous protège par le
commencer à chercher des devenue un peu grâce à cette
confesse, autant être hon- biais de l’information. Il tente
école. Car La Rotonde, à défaut
bénévoles dès septembre! Y nête: mon plus grand plaisir de filtrer les abus et désire vous d’être une école de l’excellence,
participer a drastiquement aura été de frémir à la vue tenir au courant bien au-delà reste une excellente école.
de notifications Facebook du quotidien sur le campus.
changé mon expérience uni- Peut-être mon passage à La
me donnant l’alerte de nou- Alors, que vous soyez un lec-
versitaire; je recommande veaux likes et de denrées que teur régulier ou une lectrice Rotonde se perdra dans les ar-
régulière ou un.e étudiant.e chives, aux côtés des nombreux
vivement de vous y impli- je considère rares - les men-
passif ou passive, ne sous-esti- ex-fauteurs de troubles recon-
quer, peu importe votre do- tions « J’adore ». Ces fois-là,
vertis maintenant en travailleurs
je ne me pouvais plus, j’étais mez jamais l’importance de la
maine d’études. On est pas anonymes. Mais je conserve se-
e-xal-tée. liberté de presse et défendez-la
crètement l’espoir d’avoir ren-
mal accueillants et en plus, fièrement, à nos côtés.
du la vie à La Rotonde un peu
notre bureau est situé de fa- meilleure que quand j’y suis
rentrée, et d’avoir fait ma part
çon très pratique à côté d’un
pour déranger un peu le fucking
restaurant shawarma (on establishment.
est même équipés d’un four Juste ça est assez pour en valoir
microonde)... ILLUSTRATION : CLÉMENCE LABASSE le coup.

w w w. l a r o t o n d e .c a
Mes débuts à La Rotonde
la rotonde numéro 24 29

d’un petit édifice carré couvert de leur marque étaient jetés en pri- ne fut qu’en 2013 que j’appris ce
FRÉDÉRIC LANOUETTE
vignes. Tout au fond, une liasse son.- Tu n’as pas peur d’être arrê- qui était advenu de lui. Arrivé à
La première fois que j’ai entendu de papier marquée d’un grand R té? La milice ne plaisante pas avec Ottawa après huit ans passés à ar-
parler de La Rotonde, c’est de la rouge. ce genre de choses. Eh merde, le penter les ruines de la vallée des
bouche de son plus célèbre ré- journal des Romanov. Comment Rois, j’arrivai devant le petit édi-
- Tu vois les journaux tout au
dacteur en chef. Nous étions en as-tu mis la main là-dessus?
fond? Étends les sur le sol près fice que j’avais vu immortalisé sur
Russie, à l’aube d’un 20e siècle de la rive, quand je vais sortir le Il me jeta un regard moqueur et, une photo plus d’un siècle plus tôt.
qui s’annonçait mouvemen- corps de l’eau, je ne veux pas qu’il dans un ultime effort, arracha à Sur le perron je trouvai plusieurs
té. Les deux bras disparaissant se salisse. l’eau brunâtre le corps d’une pe- liasses de journaux marquées du
jusqu’aux épaules dans l’eau gla- tite fille.
Après avoir étalé les grandes même R rouge qui ornait alors
cée d’un bourbier, il m’avait re-
feuilles sur la terre figée, je reculai - On a tous nos secrets, mais le journal de Jacques. Entre les
gardé par-dessus ses lunettes en
demi-lune et m’avait désigné son d’un pas. Jacques, le corps plié, ti- disons que j’ai été assez long- pages d’une édition datant des
sac du menton. rait de toute ses forces sur ce qu’il temps journaliste pour savoir où années 1980, j’appris qu’il était
tentait d’extraire de l’eau. chercher. revenu au Canada en 1980 et qu’il
- Frédéric, prends mon sac et avait été, jusqu’à sa disparition,
ouvre la plus grande poche - C’est pour quoi le R rouge? de- Il déposa le corps raidi de l’enfant
mandai-je en désignant le sol cou- rédacteur en chef de La Rotonde.
veux-tu? sur les feuilles du journal.
vert de mes doigts bleuis. Déterminé à en savoir plus sur le
Les doigts manquant littérale- - Frédéric, je te présente la du- destin de mon ami, je cognai puis
- Romanov, répondit-il, les dents chesse Anastasia, dernière re-
ment de me tomber des mains entrai.
crispées par l’effort. présentante de la dynastie des
tellement il faisait froid, j’utilisai
mes dents pour tirer les cordons Romanov. Je laisse le reste, mes amis et
Je manquai m’étouffer avec ma
de son sac. À l’intérieur, peu de salive. Les Romanov! La famille amies, à votre imagination,
***
choses : un trousseau de clés, un royale avait été assassinée l’année mais vous savez tous, mainte-
billet de train Paris-Moscou, deux dernière et depuis, tous ceux pris Trois mois plus tard, je devais nant, pourquoi le symbole de La
paquets d’allumettes, la photo en possession d’un item portant perdre la trace de Jacques et ce Rotonde est un grand R rouge.

MYRIAM BOURDEAU-POTVIN

La fin des haricots
C’est la fin des haricots
Plus rien au garde-manger
Tout au fond les asticots
Se font maitres, colosses

Nul rubis au carrosse
Muté cucurbitacée
C’est le clou de girofle
Du spectacle de l’hebdo

Il est temps de récolter
Le fruit de l’ardu labeur
Les têtes des artichauts

Semez tantôt les noyaux
Décorez les producteurs
De thym et de lauriers

w w w. l a r o t o n d e .c a
30 Procrastination la Rotonde le lundi 10 avril
L’ultime griboullis de Clém

L’HYPOTHÈSE GAIA, AUSSI CONNUE SOUS LE NOM
D’HYPOTHÈSE BIOCHIMIQUE, EST LARGEMENT
CONTROVERSÉE DANS LE DOMAINE SCIENTIFIQUE.

JAMES LOVELOCK A PROPOSÉ EN 1970 QUE LA TERRE SOIT
« UN SYSTÈME PHYSIOLOGIQUE DYNAMIQUE QUI
COMPREND LA BIOSPHÈRE ET MAINTIENT NOTRE PLANÈTE
DEPUIS PLUS DE TROIS-MILLIARDS D’ANNÉES EN
HARMONIE AVEC LA VIE ».

« GAIA » EST UN TERME EMPRUNTÉ À LA MYTHOLOGIE
GRECQUE QUI SERT À DÉSIGNER L’ENSEMBLE DES ÊTRES
VIVANTS DE LA PLANÈTE : UN VÉRITABLE SUPERORGANISME.

EN D’AUTRES TERMES, CETTE HYPOTHÈSE PROPOSE QUE
LES ORGANISMES VIVANTS SOIENT INFLUENCÉS PAR LA
MATIÈRE INERTE ET QUE LA MATIÈRE INERTE SOIT ENSUITE
FAÇONNÉE PAR LES ÊTRES VIVANTS LORS D’UNE
COÉVOLUTION CONSTANTE.

CETTE HYPOTHÈSE EST BASÉE SUR UN MODÈLE SCIENTI-
FIQUE QUI SE FONDE SUR DIVERSES OBSERVATIONS ÉCOLO-
GIQUES, CLIMATOLOGIQUES, GÉOLOGIQUES
ET MÊME BIOLOGIQUES.

Capri­corne Bélier Cancer Balance

« Je suis presque aussi bronzée que La femme américaine moyenne dé- Ivre, vous avouerez être un fan incon- Lundi, lors d’une conversation litté-
toi ! », vous lancera fièrement An- penserait 300 000 $ en maquillage au ditionnel de U2. Immédiatement, vous raire avec votre colocataire, vous ex-
ne-Sophie après avoir passé quinze cours de sa vie. « Ha ha ha ha », rica- sentirez vos proches s’éloigner de vous, pliquerez votre aversion pour le per-
minutes au soleil. Non, Anne-Sophie. nerez-vous en apprenant la nouvelle. comme happés par une mystérieuse sonnage de Roméo Montaigu dans
Par contre, tu as attrapé un énorme Le regard vide, vous vous exilerez dans force les empêchant de vous côtoyer de la pièce de William Shakespeare. Le
coup de soleil sur l’épaule gauche. Une le parc de la Gatineau et bâtirez la pre- trop près. Vous continuerez à assumer surlendemain, vous recevrez une lettre
terrible brulure locale de l’épiderme mière maison fabriquée entièrement à votre amour pour Bono. Un véritable de l’avocat de Roméo Ahimakin, pré-
qui pourrait ultimement mener à un partir de tubes de rouge à lèvres. Quel martyre musical du 21e siècle. sident de la FÉUO, vous annonçant
mélanome. Mets de la crème solaire la formidable exemple d’ingéniosité hu- son intention de vous poursuivre pour
prochaine fois. maine. diffamation.

Verseau Taureau Lion Scor­pion

Vous essaierez de prendre la photo Après avoir fait le test Buzzfeed « Ces 17 En pleine fin de session, vous trouverez Ce vendredi, vous fêterez un an de fré-
Instagram ultime d’été : vous, en train Questions Vous Diront Si Vous Devez le temps de commencer la série Home- quentation avec votre copain! Félici-
de manger une pastèque à la cuillère. Le Quitter », votre mère demandera le land, qui compte 72 épisodes. « Je suis tations. Par contre, ne vous réjouissez
Avant de capturer le cliché parfait, vous divorce et emménagera avec Rodriguo, sûr que ce sera utile pour mon cours pas trop vite. Il a fallu deux fois plus
vous étoufferez néanmoins avec un pé- son entraineur de tennis âgé de 23 ans. de relations internationales et de sé- de temps aux parlementaires libanais
pin. Jérémie, votre fidèle photographe, Cela ne vous empêchera pas de conti- curité », tenterez-vous de rationaliser. pour choisir un président. Vous n’êtes
filmera votre trajet en ambulance et le nuer à partager de nombreuses vidéos Qu’est-ce que Jean Baptiste Blanchard donc pas encore qualifié pour donner
diffusera en direct sur Snapchat. Vos Buzzfeed sur votre mur Facebook. Qui suggérait en 1772? Évitez le mensonge des conseils amoureux, contrairement
abonné.e.s s’en donneront à cœur joie. n’aime pas les recettes Tasty? avec un soin extrême. à Michel Aoun.

Pois­son Gémeaux Vierge Sagit­taire

Vous découvrirez l’existence de la Cinq ans après votre arrivée dans la ca- Cette semaine, Vénus redeviendra Vous abandonnerez vos ambitions
seconde femme secrète du cousin pitale nationale, vous atteindrez finale- étoile du matin et grimpera jour après sportives de summer body plus vite que
de votre défunt père. Elle sortira du ment votre apogée octavien mercredi jour, pour votre plus grand bonheur. VIA Rail a abandonné la vente de son
silence en vous ajoutant sur Face- prochain, lorsque vous siroterez un Vous retrouverez votre appétit pour laissez-passer transcanadien à 150 $.
book. « J’ai besoin de ton aide pour pichet de sangria sur une terrasse, vêtu la vie et serez déterminé à enfin deve- Permettez-moi cependant de vous ras-
que Théo obtienne son passeport et d’un t-shirt. Il fera -5 degrés Celsius. nir le pogo le plus dégelé de la boite. surer, contrairement à VIA Rail, vous ne
puisse m’accompagner en Inde ». Plus tard dans la journée, Jim Watson Manon Massé sera particulièrement serez pas victime de commentaires hai-
Elle cessera ensuite de répondre à annoncera qu’il vous remettra les clés fière de vous. Le vendeur de hotdogs neux sur les réseaux sociaux.
vos messages. Très troublant. de la Ville. Félicitations. de l’Université vous offrira quant à lui
à un contrat d’une durée indéterminée.

www.laRotonde.ca
Actualités la rotonde numéro 24 31

Édition du
109 rue Osgoode
Ottawa, Ontario
K1N 6S1
lundi 10 avril 2016 613-421-4686

Rédactrice en chef journalistes Direction générale WEB
Frédérique Mazerolle Nicolas Hubert Ghassen Athmni Khady Konaté
redaction@larotonde.ca nouvelles@larotonde.ca direction@larotonde.ca web@larotonde.ca
Mathieu Tovar-Poitras
Actualités reportage@larotonde.ca Directrice artistique
Florence Linteau Photographe
Yasmine Mehdi Clémence Labasse Philippe Auclair
actualites@larotonde.ca informations@larotonde.ca direction.artistique@larotonde.ca photographe@larotonde.ca

Arts et culture Secrétaire de rédaction Directeur de production Illustratrice
Myriam Bourdeau-Potvin Frédéric Lanouette Yannick Bessette-Viens
correction@larotonde.ca Gabrielle Tardiff
culture@larotonde.com production@larotonde.ca illustratrice@larotonde.ca

sports Correctrice Vidéaste coordinatrice des bénévoles
Joanie Brault Antoine Simard-Legault
Philippe Marceau-Loranger texte@larotonde.ca Emy Lafortune
sports@larotonde.ca videaste@larotonde.ca benevolat@larotonde.ca

Toute l’équipe de La Rotonde
vous souhaite un bon été et de
bonnes vacances.
R À septembre!

conseil d’administration 2016-17
Président Secré­taire Tréso­r ier Ombud­s per­s onNE Représentant de l’équipe
Abdel­lah Lahyane Geneviève Bouchard Jérôme Simon Polina Tarasenko Frédéric Lanouette
presi­dent@­la­ro­tonde.ca secre­tai­re@­la­ro­tonde.ca treso­rier@­la­ro­tonde.ca ombuds­man@­la­ro­tonde.ca

Membres votants Bastien Zara Mathieu Simard Nicho­las Robinson Membres non votants Frédérique Mazerolle Ghassen Athmni

Prochaine parution : La Rotonde est le journal étudiant de l’Université d’Ottawa, publié chaque lundi par Les Publications de
La Rotonde Inc., et distribué à 2 000 copies dans la région d’Ottawa. Il est financé en partie par les membres

Saison 2017-18
de la FÉUO et ceux de l’Association des étudiants diplômés.
La Rotonde n’est pas responsable de l’emploi à des fins diffamatoires de ses articles ou éléments
graphiques, en totalité ou en partie.

w w w. l a r o t o n d e .c a
La Rotonde
Embauche !
Visitez larotonde.ca pour consulter les descriptions de postes. Tous les poste sont rémunérés à 14,12 $/heure

Rédacteur en chef - 40 h
Le rédacteur en chef est élu lors du Gala des bénévoles. Envoyez votre plateforme à embauches@laro-
tonde.ca avant le 15 avril !

Dirécteur général - 40 h
Envoyez votre candidature avant le 30 avril à president@larotonde.ca

Équipe de production Été
Appliquez avant le 5 mai!
Journaliste – 10 h
Chef web – 10 h
Directeur artistique – 10 h *Portofolio requis

Équipe de production
Appliquez avant le 31 juillet !
Secrétaire de rédaction – 27 h
Chef de pupitre – 27 h
Journaliste – 15 h
Correcteur – 5 h
Chef web – 27 h
Livreur – 27 h
Directeur de production – 27 h *Portofolio requis
Directeur artistique – 27 h *Portofolio requis
Illustrateur – 10 h *Portofolio requis
Photographe – 10 h *Portofolio requis
Vidéaste – 15 h *Portofolio requis

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful