Vous êtes sur la page 1sur 45

PFE Cardinal Edifice – INSA Strasbourg

INSA Strasbourg – Spécialité Génie Civil


GUILLEMAIN Geoffroy 5éme année

Titre : Surveillance des tassements différentiels par méthode observationnelle,


suivi de mise en œuvre de deux ponts traversant le Malvan et reliant deux zones
de chantier et analyse des ratios d'aciers et quantités d'acier sur tous les ouvrages
pour le suivi des consommations

CARDINAL Edifice, CHT CARDINAL


Zone Artisanale de Mernel, Polygone Riviera
BP7 145, Avenue des Alpes
35330 MAURE DE BRETAGNE 06800 CAGNES SUR MER
Table des matières
Remerciements ............................................................................................................................... 3
1. Introduction: ............................................................................................................................ 4
2. Présentation ......................................................................................................................... 7
2.1. Le projet de construction d'un ensemble commercial et de loisirs .............................. 7
2.2. Aménagement des niveaux de vente et de loisirs ...................................................... 14
2.3. Aménagement et équipements divers ........................................................................ 14
2.4. Gestion des équipements communs ........................................................................... 14
2.5. Qualité de la société Maître d'ouvrage ....................................................................... 15
2.6. Les entreprises sur le chantier .................................................................................... 15
3. Les problématiques du chantier ........................................................................................ 20
3.1. Le sol et le choix de conception original du radier .................................................... 20
3.2. Les aciers ................................................................................................................... 21
3.3. Les Ouvrages ............................................................................................................. 22
3.4. Les Devis ................................................................................................................... 23
4. Le projet de fin d’étude ..................................................................................................... 24
4.1. La méthode observationnelle de suivi des tassements (MOBS) ................................ 24
4.2. Le contrôle des quantités aciers ................................................................................. 31
4.3. Mise en œuvre des ponts ............................................................................................ 36
4.3.1. Informations sur le Malvan .................................................................................... 37
4.3.2. Mise en place des plans méthodes ......................................................................... 39
4.3.3. Suivi des plans BET ............................................................................................... 43
4.3.4. Consultation pour le coffrage de pont .................................................................... 43
5. Conclusion............................................................................................................................. 44

GUILLEMAIN Geoffroy
2
Remerciements

A M. MASSIOT Frédéric, directeur d’exploitation sur le chantier Polygone Riviera (entre autre),
qui m’a permis d’effectuer mon stage de fin d’étude sur ce grand projet. Il m’a aussi fait confiance
et m’a responsabilisé en m’attribuant de plus en plus de responsabilités au sein de l’équipe et pour
les travaux.
A M. QUERE Tanguy, conducteur de travaux principal sur la zone B du chantier Polygone Riviera
et tuteur de mon stage, qui m’a accompagné durant mon stage, m’a fait découvrir certaines
particularités d’un tel projet et avec lequel j’ai pu échanger sur les problématiques qui m’ont été
confiées.
A M. DENOUAL Yoann, conducteur de travaux sur la zone B Ouest et responsable délégué sur
le chantier de mon stage, qui m’a encadré tout au long de mon projet, m’a formé aux procédures
Cardinal et qui a su me montrer les différentes manières de travailler au sein d’un tel projet.
A M. CARDINAL Benjamin, conducteur de travaux sur la zone B Ouest, qui a aussi participé à
l’encadrement et ma formation.
A M. LEFEUVRE Cédric, conducteur de travaux sur la Zone B Est, responsable de conception
des ponts aval et central avec lequel j’ai travaillé et qui m’a guidé sur certaines parties de mon
projet.
A M. BELLEC Damien, conducteur de travaux sur la Zone B Est, lui aussi responsable de
conception des ponts aval et central avec lequel j’ai partiellement travaillé en binôme lors de mon
projet.
A M. SORNET Emmanuel, conducteur de travaux sur la Zone B Est.
A Mme. COSSO Catherine, secrétaire de projet sur la Zone B.
A M. BOADA CASTELLANOS Ruben Dario, Responsable HSE sur le projet Polygone Riviera.
A M. LAVOLEE Jean Paul, Responsable HSE sur le projet Polygone Riviera
A M. BARRE Nicolas, Responsable du service méthode au sein de Cardinal Edifice.
A M. BLAIN Franck, chef de chantier principal sur la Zone B et à toute son équipe.

GUILLEMAIN Geoffroy
3
1. Introduction:

Pour introduire mon rapport de PFE, j'ai choisi la citation de Paulo Coelho extraite de l'Alchimiste
"Lorsqu'une chose évolue, tout ce qui est autour évolue de même" parce qu'elle me semble bien
représenter les potentialités d’impact de ce projet sur la ville de Cagnes sur Mer.
Cette commune se situe en périphérie de Nice dans une continuité d’agglomérations qui se
jouxtent le long de façade maritime entre Nice et Cannes. Elle compte quelques 47000 habitants.
Quelques entreprises de moyenne et petite importance y sont présentes. En dehors de
l'hippodrome, aucune activité ne draine beaucoup de personnes. La plupart des flux humains sont
dus aux passages aller-retour des habitants des communes voisines, allant sur leurs lieux de travail
via Nice/ Monaco ou Antibes/ Sophia Antipolis.

Figure 1 : Plan du Projet Polygone Riviera

Je parle d'évolution pour la ville de Cagnes sur Mer, parce que depuis l’âge de 7 ans, je vis dans
les environs et que c'est le sentiment qui me vient en travaillant sur ce projet.
Durant une dizaine d'années des entrepreneurs ont préparé l'exploitation d'un vaste terrain vierge
situé dans le ZA St Jean, en zone périurbaine nord de la ville. Enfin, après de nombreux
pourparlers et négociations avec la mairie et les habitants et l’essai d’implantation de nombreux
projets dont un magasin Ikea, cette évolution a débuté par l’implantation d'un casino Terrazur au
beau milieu du terrain cité. C'est l'un des derniers emplacements de cette taille dans la commune.
Le casino fut ainsi implanté entre une zone industrielle et une zone résidentielle, sur le trajet
quotidien d'une dizaine de milliers de personnes provenant du bassin vençois et collois. Cette
installation a permis une meilleure visibilité de ce territoire mais aussi l’instauration d’une
notoriété et le début d’une meilleure infrastructure routière paysagée aux abords.

GUILLEMAIN Geoffroy
4
Pour autant les transports ne s'y sont pas encore suffisamment développés, notamment les
transports en commun.
Au vu du succès du casino, des promoteurs se sont lancés sur le projet du Polygone Riviera :
centre commercial, loisir et restauration de type mall. Et c'est ce qui va contribuer à cette évolution
significative de la commune de Cagnes sur Mer au sein du paysage azuréen. On peut assurément
penser et espérer que cette zone, ne sera plus seulement un lieu de passage, les transports vont s'y
développer, des commerces vont s'y s'installer et la commune de Cagnes sur Mer va profiter de
ces nouveaux échanges commerciaux , culturels et sportifs qui vont interagir sur un même espace.

Sur le terrain qui reçoit ce projet, plusieurs problématiques se posent : le terrain est dans une zone
artisanale mais bordée de toutes parts d’habitations d’où des interactions nombreuses avec la
population. Par ailleurs, il s'agit de l’implantation d'un centre commercial avec de multiples
locataires ce qui entraîne des adaptations et même modifications permanentes du projet. D’autres
parts, le sol de celui-ci est de très mauvaise composition.
 La problématique du voisinage entraîne des restrictions sur les horaires de travaux
supplémentaires, sur le bruit, la poussière dus au chantier et des problématiques sur les
accès, le trafic, les stationnements ... Bien sûr le voisinage défend sa tranquillité. Ceci
limite les types, les méthodes et les horaires des travaux. Une discussion avec le voisinage
a permis de s’entendre pour deux jours par semaine de rallonge d'horaires de travaux
jusqu'à 22h nous permettant les coulages de grandes quantités.

Figure 2 : Vue drone, INGEDIA Groupe NOX

GUILLEMAIN Geoffroy
5
 La particularité de l'ouvrage, un centre commercial d’envergure entraîne des contraintes
particulières et supplémentaires de la part du client. Il faut considérer deux aspects. :
o Le premier est comme dans tout projet le délai de livraison. Plus rapidement le chantier
est terminé plus le client est satisfait puisqu’il veut rentabiliser rapidement son
investissement. Ceci fait peser sur les entreprises de construction des délais courts et
occasionne une pression importante.

o Le second aspect est aussi commercial mais a un impact différent : le client cherche à
louer chacun de ses emplacements et doit répondre aux désidératas de chacun des
bailleurs afin d’en attirer un maximum (d’autant que sont visés des enseignes de luxe)
et ainsi être certain que tous les emplacements seront bien occupés. De ce fait, il permet
à ses clients de procéder à des modifications des plans en cours de travaux ce qui induit
des modifications régulières et parfois fastidieuses des différentes coques du bâtiment.

o La troisième particularité est le sol : sa résistance est inférieure à 0,6 MPa. C'est la
contrainte majeure du projet. Comme solution à ce sujet, durant la phase d'appel
d'offre, la plupart des entreprises ont proposé des constructions sur pieux très
coûteuses. L'entreprise Cardinal s'est singularisée en proposant la création d’un radier
de 50 cm semblable à une coque de bateau pour assurer une portance aux édifices.

GUILLEMAIN Geoffroy
6
2. Présentation

2.1. Le projet de construction d'un ensemble commercial et de loisirs

2.1.1. Le projet

Le projet de construction concerne la réalisation d'un ensemble commercial et de loisir, avenue


des Alpes à Cagnes sur Mer (Alpes Maritime) au sein de la ZAC SUDALPARC, en dehors de
cette dernière mais à proximité immédiate de celle-ci.
Cet ensemble commercial et de loisirs est dénommé Saint Jean de Cagnes.
L'Ensemble Commercial et de Loisirs se développera sur un niveau de commerces desservies par
des malls à ciel ouvert. Seules la grande surface et quelques moyennes surfaces disposeront d'une
aire de vente sur deux niveaux ou plus. Cet ensemble immobilier sera édifié sur un ou deux
niveaux de parking, selon les zones.

Casino
Zone B
Zone B

Zone B

Figure 3 : Repérage des zones du projet

GUILLEMAIN Geoffroy
7
2.1.2. Les différents pôles

Les différents pôles composant l'ensemble Commercial et de Loisirs se répartissent de la manière


suivant :
 Un Pôle Commerce, dénommé le "HAMEAU DE St JEAN", situé en ZBb Nord de la ZAC
Suldalparc, ayant fait l'objet d'une division volumétrique ainsi repartie :
o le volume n°1, appartenant à la société SNC St Jean, comprend une galerie commerciale,
un mall à ciel ouvert, divers locaux commerciaux en superstructure et un parking sur deux
niveaux en infrastructure ;
o les lots de volumes n°2 et n°3, appartenant à la société SNC St Jean II, comprend un grand
magasin à l'enseigne du "Printemps", disposant d'un niveau de parking en infrastructure.
L'ensemble du pôle est d’une surface globale d'environ 26 100 m² et comprend la réalisation d'un
bâtiment spécifique dédié à un Grand Magasin à l'enseigne Printemps d'une surface d'environ 8
000 m².

Figure 4 : Façade Bâtiment Printemps

 Le Pôle Loisirs, dénommé le "VILLAGE DE LOISIRS" situé dans le secteur ZBb Sud de la
ZAC Sudalparc, ayant fait l'objet d'une division volumétrique ainsi repartie :
o Le volume n°1, propriété de SNC Juin St Hubert, comprend une galerie commerciale et
de loisirs, un mall à ciel ouvert, divers locaux commerciaux en superstructures et un
parking de un niveau en infrastructure ;
o Les volumes n°2 et n°3, appartenant à la SNC St Hubert II comprennent un bowling et
son parking ;
o Le volume n°6 et n°7, appartenant à la SNC St Hubert II comprennent une galerie d'art et
son parking ;
o Le volume n°4, n°5 et n°8, appartenant à la SARL Nico II comprennent un multiplexe
cinématographique de 1 800 fauteuils et son parking. Cette dernière a confié un contrat de
promotion immobilière à la société SNC Juin Saint Hubert afin d'édifier ledit multiplexe.

GUILLEMAIN Geoffroy
8
Figure 5 : Photo promotionnelle SOCRI

L'ensemble du Pole Loisirs est d'une surface globale d'environ 30 000 m².
Les parkings sont sur 2 niveaux soit environ 930 places avec un accès par l'avenue des Alpes. Les
parkings des deux zones pôle commercial et pôle loisir sont reliés entre eux et au casino par des
tunnels.
 Un Pôle Restauration situé dans le secteur ZBc de la ZAC Suldalparc d'une surface globale
d'environ 2 400 m², et deux niveaux de parking en infrastructure, actuellement en cours de
travaux.

Figure 6 : Perspective du rendu projet pôle restauration

GUILLEMAIN Geoffroy
9
 Et différents pôles annexes (services etc.) d'une surface globale d'environ 6 290 m², situés à
l'extérieur du périmètre de la ZAC Suldalparc, mais en mitoyenneté ou à proximité immédiate
de cette dernière.

2.1.3. Mitoyenneté

L'ensemble Commercial et de Loisirs est mitoyen :


 au sein de la ZAC Sudalparc, au Sud-Ouest, du Terrain "A" (Zone ZBa de la ZAC) appartenant
à la SCI DES CINQ sur lequel est édifié un Casino de jeux, propriété du groupe
TRANCHANT, au Sud Est du terrain "D" appartenant en indivision aux sociétés SCI DES
CINQ et SNC St Jean, au Sud (zone ZC) par l'ensemble immobilier d'habitations construit par
le groupe Errilia ;
 à l'Ouest de différentes parcelles et de la rue Grange Rimade, au Nord de différentes parcelles
et une voie privée ;
 à l'Est de l'avenue des Alpes, route départementale n°366.
Enfin il est traversé par la rivière Le Malvan du Nord au Sud.

Figure 7 : Vue satellite du projet

GUILLEMAIN Geoffroy
10
2.1.4. Emplacement de stationnement

a) Chaque pôle de l'ensemble Commercial et de Loisirs comprend des parkings pour le


stationnement. Ces parkings sont implantés sur deux niveaux ; l'un enterré, l'autre semi enterré.
- Le pôle de commerce – ‟ Hameau de St Jean ″: les parkings sont réalisés en infrastructure sur
deux niveaux et comprennent 1576 places de stationnement environ. L’accès s'effectue à partir de
l'avenue des Alpes, soit par une voie d'accès soit par un tunnel souterrain de liaison;
Un parc de stationnement, spécifique est dédié au Grand Magasin Printemps de 200 places environ
sur deux niveaux. Il sera également réalisé au sein du parc de stationnement du Hameau de St
Jean. A cet effet une division en volume sera réalisée.
Par ailleurs un tunnel (entrée/sortie) est également prévu sous l'avenue des Alpes afin de permettre
l'accès des véhicules circulant sur cette voie aux parkings situé en infrastructure. (Tunnel tourne
gauche).
- Le pôle de loisir –‟ Village de loisir″ comprend également des parkings pour stationner 928
voitures environ. Ils sont implantés sur un niveau enterré.
Deux parcs de stationnement distincts seront également créés au sein du parc du pôle loisirs -
village de loisirs l'un dédié au cinéma multiplexe, l'autre au profit de la galerie d'art.
Les parcs de stationnement Hameau de St Jean et du village de loisirs sont reliés par un tunnel
existant dans le tréfonds à l'arrière du casino de jeux. Ils bénéficieront également d'une trémie
d'accès située en face du casino de jeux, et de liaison en tréfonds.
- Les pôles Restauration et Services bénéficient également de parkings pour le stationnement de
160 voitures environ. Ils sont implantés sur deux niveaux enterrés et pour partie en extérieur en
façade.

Figure 8 : Maquette du projet SOCRI - UNIBAIL

GUILLEMAIN Geoffroy
11
b) Ces parkings seront accessibles par les voiries extérieures. Des accès seront prévus : d'une part,
par le haut de l'avenue des Alpes, coté Nord-Est et Sud-Est de la ZAC Sudalparc, et d'autre part à
partir de l'avenue des Alpes, jusqu'au milieu de ladite ZAC par une voirie pénétrante propriété de
la collectivité locale et desservant les îlots de parking enterrés des différents pôles Commerce -
Hameau Saint Jean et Loisirs, grâce à un tunnel et une trémie d'accès (entrée/sortie) situés devant
le Casino. Une partie du tunnel est également édifiée dans le tréfonds à l'arrière du Terrain A pour
rejoindre les parkings du centre Commercial. Les travaux du tunnel et de trémies afférents ont été
réalisés.
Le parking du Casino de jeux sera également relié avec le parc de stationnement du Hameau Saint
Jean.

c) Des escalators et ascenseurs permettront de se rendre directement à tous les niveaux de


l'Ensemble Commercial et de Loisirs à partir de chacun des niveaux des différents parcs de
stationnements.
Les parkings seront éclairés, ventilés, balisés et équipés par des dispositifs de sécurité et de lutte
contre l'incendie. Par ailleurs, ils seront dotés d'îlots de péage répartis à divers points de
l'Ensemble Commercial et de Loisirs et des parkings, de manière à faciliter les flux de véhicules
aux différentes entrées et sorties.

Figure 9 : Localisation des zones, Présentation SOCRI

GUILLEMAIN Geoffroy
12
2.1.5. Aires de circulation

a) L'ensemble Commercial et loisirs est situé de part et d'autre de la rivière « le Malvan ». Elle
traverse du Nord au Sud l'ensemble de la ZAC SUDALPARC. Plusieurs ponts enjambant la
rivière et destinés à relier les différents espaces du Centre Commercial sont également prévus.
L'ensemble commercial et de loisirs est piéton. Une allée centrale piétonne reliera le Pôle Loisirs
- Village de loisirs situé au sud de la ZAC SUDALPARC en passant devant le Casino de jeu, au
pôle commerce - Hameau Saint Jean situé au Nord de ladite ZAC.

b) Des voies de circulation principalement destinées aux véhicules d'incendie et de secours ou aux
livraisons sont également prévues.

c) Au titre des équipements publics de la ZAC, à l'OUEST en limite des zones ZBc et ZN, un
giratoire sera réalisé sur l'avenue des Alpes afin de permettre l'accès à l'ensemble commercial et
de loisirs.

2.1.6. Aires de livraisons

L'ensemble Commercial et de loisir sera pourvu d'aires réservées au déchargement des camions
de livraison. Elles seront réparties aux extrémités de Centre et à proximité des magasins de grande
ou moyenne surfaces. Les livraisons des boutiques s'effectueront aux moyens de petits porteurs
et/ou semi-remorques suivant leur emplacement :
Plus précisément, en ce qui concerne :
- Le Hameau Saint Jean, les accès se feront par une voie de desserte privée pour les aires de
livraisons situées à l'EST du centre Commercial ainsi que rue Grange Rimade.
- Le village de loisirs, les aires de livraisons seront positionnées l'une au Nord-Ouest du projet,
une autre au Sud Est. Des aires privatives seront également aménagées pour la jardinerie et la
moyenne surface culture loisirs. Les accès à ces aires de livraison s'effectueront via une voie entre
le Casino Tranchant et le projet au Nord soit par l'avenue de la Santoline débouchant sur la route
de France au Sud de l'opération.
- Les pôles Restauration et services seront pourvus d'aires réservées au déchargement des camions
de livraison réparties le long de la contre allée, devant les bâtiments façade EST. Les aires de
livraison seront dimensionnées pour recevoir des véhicules de type petits porteurs. Les accès à
ces aires de livraison s'effectueront via la contre allée raccordée au giratoire nouvellement créé au
centre du projet.

GUILLEMAIN Geoffroy
13
2.1.7. Aspects extérieurs
De nombreux espaces verts agrémenteront l'Ensemble Commercial et de loisirs, ainsi que des
fontaines, bassins, cascades, pièces d'eaux, zones de jeux pour enfants, etc.
Il est également envisagé la création d'emplacement afin d'exposer des œuvres d'art.

2.1.8. Particularités
L'entrepreneur devra prendre en compte des contraintes (appuis, descentes de charges, réseaux,
escaliers, ascenseurs, etc.) imposées par l'imbrication des divers volumes dans l'emprise de
l'ensemble Commercial et de Loisir.

2.2. Aménagement des niveaux de vente et de loisirs


La construction de l'ensemble commercial et de loisirs sera prévue pour permettre la vente et les
services dans les meilleures conditions en toutes saisons et suivant les heures d'ouverture prévues.
Dans ce but, des équipements de climatisation seront prévus, comprenant tous les éléments
nécessaires pour le raccordement en lite de coques des installations privatives de conditionnement
d'air des magasins, moyennes surfaces et multiplexe.
L'éclairage et la décoration des aires de circulations piétonnes seront conçus pour la mise en valeur
optimale des différents locaux commerciaux.
L'ensemble commercial et de loisirs sera conçu en tenant compte des méthodes les plus modernes,
de l'expérience d'installations similaires tout en assimilant les particularités de la région
méditerranéenne mais aussi les caractéristiques architecturales définies.

2.3. Aménagement et équipements divers


Le centre commercial comprend des locaux réservés à la gestion et à l'entretien du centre et de ses
parkings, ainsi qu'aux services de sécurité et de gardiennage.

2.4. Gestion des équipements communs


La gestion des équipements communs de la ZAC SUDALPARC dont notamment le lit de la
rivière Malvan et des espaces verts communs a été confiée à l'association Foncière urbaine libre
Suldalparc, dont chaque maître d'ouvrage est membre.

GUILLEMAIN Geoffroy
14
2.5. Qualité de la société Maître d'ouvrage
2.5.1. Dans le cadre de la réalisation de construction du pôle de commerce - le Hameau
Saint Jean (zone ZBb Nord de la ZAC) décrit ci-avant :
2.5.1.1. La société SNC Saint Jean
Société en nom collectif au capital de 1000 € dont le siège social est à Paris (75016), 7 place du
chancelier Adenauer, immatriculée au registre du commerce et des sociétés de Paris sous le
numéro B 451 417 208, intervient d'une part en qualité de maître d'ouvrage du volume n°1 (la
galerie commerciale et son parking) et du tunnel tourne à gauche à édifier sous l'avenue des Alpes.
2.5.1.2. La société SNC Saint Jean II
Société en nom collectif au capital de 5000 € dont le siège social est à Paris (75016), 7 place du
chancelier Adenauer, immatriculée au registre du commerce et des sociétés de Paris sous le
numéro B 503 310 260, intervient d'une part en qualité de maître d'ouvrage du volume n°2 et n°3
(le grand magasin printemps et son parking).

2.6. Les entreprises sur le chantier


2.6.1. Assistant à la maîtrise d’ouvrage : SOCRI

Installée à VENCE (06140), au 2431 Route de Cagnes,


l'entreprise SOCIETE CENTRALE DE REALISATIONS
IMMOBILIERES PROMOTIONS est active depuis 41 ans.
Cette société par actions simplifiée a vu le jour le 27 octobre
1972, suite à son immatriculation à Grasse, sous le numéro
d'enregistrement 869 200 147. Elle est spécialisée dans le
secteur d'activité de l'administration d'immeubles et autres biens immobiliers. Actuellement, le
capital social de l'entreprise SOCIETE CENTRALE DE REALISATIONS IMMOBILIERES
PROMOTIONS est de 1 024 000,00 euros.

SOCRI compte de nombreuses réalisations de centres commerciaux, parkings ou grandes


hôtelleries. Elle peut se prévaloir notamment de références telles que SOFITEL (1991), NICE
ETOILE (1992), POLYGONE (Montpellier, 1975) ou encore POLYGONE BEZIERS (2010).
Cette entreprise a donc pour habitude de réaliser ce genre d’ouvrage. Elle gère donc avec
expérience l’avancée des travaux et la promotion auprès des bailleurs des emplacements.

2.6.2. Maîtrise d’œuvre (Pilote) : INGEDIA (NOX)

GUILLEMAIN Geoffroy
15
Installée à BOULOGNE BILLANCOURT (92100), au 112 Rue
de Paris, l'entreprise INGEDIA - GROUPE NOX est en activité
depuis 19 ans. Cette société anonyme à conseil d'administration
a vu le jour le 9 juin 1994, suite à son immatriculation à Nanterre,
sous l'enregistrement 395 301 641. Elle est spécialisée dans le
secteur d'activité de l'ingénierie, études techniques. A ce jour, le
capital social de la société INGEDIA - GROUPE NOX est de
2 000 000,00 euros.
M. Gildas GARREC, né en 1973, en qualité de président du
conseil d'administration dirige de la société INGEDIA -
GROUPE NOX.

2.6.3. Distribution des lots à l’entreprise Cardinal :

Lot 310 A : Gros œuvre : Cardinal édifice

2.6.3.1. Présentation de l'entreprise d'accueil : Cardinal Edifice

Le siège de l'entreprise Cardinal édifice est situé à 30 km


au Sud de Rennes, c'est une entreprise générale de
bâtiment, bénéficiant d'une solide réputation au niveau
régional.
Ses activités recouvrent la construction, l'entretien et la rénovation d'ouvrages, en gros œuvre ou
en Entreprise Générale. Elles se répartissent sur 6 secteurs principaux :
- Industrie
- Tertiaire
- Génie civil
- Equipements publics
- Logement
- Commerce
Elle intervient en général sur les régions Bretagne et Pays
de la Loire.
Depuis 40 ans, ses nombreuses références attestent de sa capacité à répondre aux attentes des
clients et maîtres d'œuvre les plus exigeants.

GUILLEMAIN Geoffroy
16
Ses clients sont pour moitié
des maîtres d'ouvrage privés
(particuliers, promoteurs
immobiliers, industriels, etc.)
et pour l'autre moitié des
maîtres d'ouvrage publics ou
institutionnels (collectivités,
entreprises publiques, etc.).

Son chiffre d'affaires (au


31/12/2012) était de 63 970
066 euros HT

2.6.3.2. Organisation :

L'importance de ses moyens humains, matériels mais aussi organisationnels et financiers, font de
l'entreprise Cardinal une PME réactive et performante.
La société Cardinal rassemble aujourd'hui un effectif de près de 300 salariés.
Sa direction proche du terrain et de ses hommes, des équipes soudées, des ouvriers jeunes et
dynamiques, assistés d'un encadrement expérimenté, travaillent chaque jour à la réussite des
chantiers qui leur sont confiés et contribuent à la reconnaissance du savoir-faire de l’entreprise.
Ils bénéficient en permanence de l'appui de services intégrés à l'entreprise (études techniques,
méthodes, matériels, etc.), ce qui favorise un suivi rigoureux des réalisations, tant du point de vue
technique qu'administratif.

GUILLEMAIN Geoffroy
17
Figure 10 : Organigramme Holding Cardinal Edifice

GUILLEMAIN Geoffroy
18
Cardinal est une société par actions simplifiée (SAS) appartenant à Cardinal Edifice. Cette
dernière rassemble des entreprises aux activités complémentaires, centrées sur les métiers de
bâtiment et des travaux publics.
Le Chiffre d'affaires du groupe au 31/12/2012 était de 113 millions d'euros HT.
Comptant aujourd'hui 600 collaborateurs, Cardinal Edifice est une organisation à taille humaine,
composite de petites et moyennes entreprises où l'on cultive l'esprit d'équipe et de solidarité.
La société Cardinal dispose des qualifications QUALIBAT. Depuis 2004, la certification ISO
9001 est venue récompenser la démarche qualité mise en œuvre par l'ensemble des services de
l'entreprise.

GUILLEMAIN Geoffroy
19
3. Les problématiques du chantier
Dans cette partie, j’évoquerai les différentes problématiques qui existent sur le chantier et qui
orientent principalement le contenu de mon PFE. Conséquemment à la taille, au type de bâtiment
et de leur diversité, une multitude de problématiques voient le jour.

3.1. Le sol et le choix de conception original du radier


Dans cet ancien terrain marécageux traversé par la rivière ‟le Malvan‟, des études sur le sol en
place ont été réalisées et ont montré que sa résistance au tassement était inférieure 0,6 MPa. Cette
faiblesse de résistance du sol nécessite d’apporter un très grand soin aux fondations des ouvrages
pour en assurer la qualité et la longévité qui se doivent.

Figure 11 : Radier en cours de réalisation


Lors de la réponse au marché du Polygone Riviera, les diverses entreprises présentes dans la
région ont répondu avec leur expérience. La plupart des offres pour ce projet ont donc été
proposées la mise en place de pieux ou d’inclusions dans le sol, pour soit aller chercher un bon
sol, (dans notre site à quelques 30m de profondeur), soit utiliser le frottement de celui-ci pour
compenser le manque de portance.

GUILLEMAIN Geoffroy
20
Le projet étant déjà très coûteux à l’origine, les offres voyaient ici leurs prix devenir exubérant au
vue de l'entendu de terrain à traiter (quelques 75.000 m²). Pour remporter ce marché, il fallait donc
que les entreprises proposent d’autres solutions pour se démarquer. L'offre de Cardinal Edifice,
entreprise bretonne, fut de réaliser un radier en béton armé de 50 cm créant ainsi une coque
assimilable à celle d'un bateau, afin de créer une portance sur le sol. Cette proposition a permis à
cette PME de remporter le marché.
Dans la suite de la conception de ce gigantesque radier, des bandes de clavetage de 40 cm de
largeur ont été laissées en places et seront coulées 300 jours plus tard afin de compenser les
différents tassements différentiels que la structure pourrait subir lors de l’avancée des travaux.

3.2. Les aciers


La plupart de l’ouvrage étant réalisé en béton armé, l’acier tient une part importante de
l’investissement fait par les entreprises actant sur le projet. Du fait de la taille du chantier, le suivi
des aciers aussi précis que possible tout au long des travaux, devient un enjeu crucial et sa gestion
un avantage. Pour ce faire, l’entreprise de gros œuvre peut contrôler les données des bureaux
d’études, les croiser avec sa propre expérience pour optimiser les quantités de ces aciers et
apporter des améliorations quand cela est possible. Ce suivi permet aussi de vérifier les quantités
d’acier utilisées réellement par le ferrailleur et leurs adaptations progressives aux diverses
modifications du chantier. L’atout majeur pour l’entreprise est un suivi au jour le jour des
consommations d’acier qu’elle fait en rapport à ses prévisions initiales ce qui va permettre
d’anticiper des équilibrages financiers pour arriver à l’objectif qu’elle s’est fixée.

Figure 12 : Stockage de treillis soudé sous-traitant

GUILLEMAIN Geoffroy
21
3.3. Les Ouvrages
Les investissements financiers importants servent un projet très ambitieux. Sont ainsi mis en
œuvre trois tunnels, quatre ponts, un giratoire, un bowling, un cinéma, une galerie d’art et le centre
commercial construit comme un village provençal avec des bâtiments tous différents.
L’entreprise Cardinal Edifice a répondu avec succès à l’offre du marché 310A Gros Œuvre
contenant la création de deux ponts sur la ZB Ouest : Pont Aval et Central. Ces deux ponts
enjambent le Malvan afin de relier deux niveaux de parking et seront surmontés par une passerelle
métallique. De plus un projet de petit train sur l’ensemble du projet est à l’étude du côté de la
maîtrise d’ouvrage, ce qui a mis en attente la conception de ces ponts.
La conception de ces ponts, nécessite de réunir un certain nombre d’éléments et de savoir-faires
afin que la réalisation se déroule sans problème. Les contraintes auxquelles il faut faire face en
phase de préparation sont diverses :
 La préparation du chantier d’un point de vue administratif : contacter la police de l’eau et
d’autres organismes afin d’obtenir les autorisations de construction.
 Les contraintes environnementales : les ponts devant traverser un court d’eau, il faut en
surveiller le débit, son lit et ce qu’il draine pour qu’en phase de réalisation le projet ne
subisse pas de dégât.
 Etablissement d’un principe constructif afin de créer un planning, un budget, des méthodes
constructives pour ensuite réaliser les plans BA.
 La conception des plans BA du pont, que ce soit en termes de ferraillage et de coffrage en
respectant les souhaits de l’architecte et les contraintes normatives.
 Les consultations d’entreprises externes peuvent alors commencer pour établir des devis
pour la conception des différents ouvrages.
A toutes ces processus viennent s’ajouter deux particularités du projet : la faible résistance du sol
en place et l’interface avec la passerelle métallique qui dépend d’un autre lot et donc fait intervenir
un nouvel interlocuteur dans le projet.
Ces problématiques se retrouvent dans d’autres édifices à d’autres échelles. Il faut cependant les
gérer au fur et à mesure de l’avancement du projet.

GUILLEMAIN Geoffroy
22
3.4. Les Devis
Je tenais à évoquer ici la problématique des devis, même si ce n’est pas le cœur de mon projet,
car j’ai eu l’occasion d’en réaliser quelques-uns et qu’une chose m’a été montrée. Après
pratiquement un an de travaux sur ce projet (en comptant la phase préparatoire) et seulement sur
la zone B, nous arrivons à la centaine de devis réalisés. Une accentuation de cette activité est
encore prévue jusqu’à la fin du gros œuvre du fait des fréquentes modifications adaptatives des
plans. Ces modifications ont un impact important sur les travaux et sur leur conduite, puisqu’il
faut prévoir de mettre des zones en attente durant les délais d’étude et d’acceptation de ces devis,
pour limiter les impacts financiers,
Ces fréquentes modifications ont un impact sur nos bureaux d’études qui doivent faire des mises
à jours de plans régulièrement et nous produire des notes de calcul pour nous justifier les
chiffrages effectués.
En termes de temps consacré, les heures que les conducteurs de travaux passent à la réalisation de
ces devis est un temps qu’ils ne consacrent pas aux suivis des travaux. Cela augmente donc soit
le temps de travail de chacun, soit le nombre d’employés (un métreur et un stagiaire
supplémentaires viennent d’être embauchés) nécessaires et accroit donc in fine le coût financier
du projet. Il en va de même au niveau du bureau d’étude : le temps passé à produire les notes de
calcul n’est pas consacré à la réalisation des plans demandés.
Il y a aussi une perte de temps au niveau des rotations prévues par les services méthodes et qui
étaient supposés optimiser les temps de réalisation. De plus, sur le chantier, la réalisation de
certains de ces travaux de modification nécessite l’utilisation de compagnons qui ne peuvent pas
réaliser les travaux pour lesquels ils étaient initialement prévus. Toutes ces pertes additionnées
ont une incidence sur le budget des travaux et sur les délais à respecter.
Cette problématique est imputable à plusieurs causes :
La première est le manque de préparation du projet : un temps d’étude plus long et un plus grand
examen et approfondissement des besoins auraient pu être apportés.
Une autre est le fait que c’est seulement 6 mois après de travaux sur ce projet, que les entreprises
responsables des autres lots ont commencé à être désignées ce qui entraîne des problèmes de
réservation.
La dernière raison est la particularité du projet : Nous avons affaire à un centre commercial dont
la structure a été conçue par un premier maître d’ouvrage. Le but pour lui était d’occuper toutes
ses coques pour réaliser son objectif financier. Ces coques sont ensuite attribuées à des acheteurs
ou bailleurs qui veulent les adapter à leur besoins précis. Ils ont donc chacun un nouveau maître
d’ouvrage qui veut réaliser ces adaptations au coût le plus serré possible. Ils nous demandent des
prises en compte de ces modifications en cours de travaux.
Pour conclure sur ce point, la réalisation de devis pour travaux supplémentaires est une tâche à
part entière des travaux sur ce type de réalisation. Cependant son impact peut être réduit par une
meilleure préparation des travaux et des montages financiers de la maîtrise d’ouvrage différents.
Il est bien entendu que cette problématique de réalisation de devis supplémentaires n’impacte que
les entreprises mandatées pour des lots et que ce ne sont pas elles qui préparent le projet en amont
et qu’elles n’ont pas leurs mots à dire sur les montages financiers de leur maîtrise d’ouvrage.

GUILLEMAIN Geoffroy
23
4. Le projet de fin d’étude
Mon projet de fin d'étude est divisé en plusieurs sujets prenant en compte les problématiques que
j'ai développées dans la 3éme partie. Il s’agit du suivi des tassements, de la mise en œuvre des
ponts et du suivi des aciers au sein des bâtiments.

4.1. La méthode observationnelle de suivi des tassements (MOBS)


Comme nous l'avons vu dans la partie précédente, la qualité du sol en place est très mauvaise <0,6
MPa. Ce qui pose d'énormes contraintes constructives sur l'ensemble des zones Les contraintes
administratives qui en découlent ont nécessité la mise en place de la MOBS.
La maîtrise d'ouvrage du fait du système constructif choisi, et vis à vis ses assureurs, tient à
prendre ces précautions. Il a donc été demandé à l'entreprise Cardinal Edifice de mettre en œuvre
la méthode observationnelle. Elle consiste en la surveillance des tassements différentiels à
l'avancement des travaux et durant 1 an après la fin du gros œuvre, sur près de 200 points fixes
répartis sur toutes les zones.

La surveillance des tassements et plus particulièrement d'un point est la compilation de plusieurs
données définies à la création et obtenues par la suite mesures et études :

4.1.1. A la création :
Pour que le suivi des tassements soit possible une banque de données est à réunir sur chacun des
points définis pour que l’ensemble de la méthode observationnelle soit valide :
 Les charges maximales au niveau du point considéré c’est-à-dire le nombre d’élévation
qui se trouve à la verticale du point.
 La charge totale qui lui est appliquée en fonction des élévations et des répartitions des
charges.
 Le tassement prévisionnel qui est défini à partir des descentes de charges au point sous le
radier et des mesures au sol.
Une fois tous ces paramètres définis, le point peut apparaître dans les relevés de la MOBS.

GUILLEMAIN Geoffroy
24
Figure 13 : Plan de repérage des tassements prévisionnels sur la zone PR.
Pour déterminer les différentes données initiales, nous avons :
 Pour les cas de charges maximales : nous avons pour chacun des 200 points examinés les
élévations sur les plans du projet afin de les référencer et les saisir.
 Pour les charges totales : les bureaux d’études de chaque zone ont été mandatés afin que
le travail soit fait le plus précisément possible.
 Pour les tassements prévisionnels nous avons référencé chacun des points sur les plans de
repérage des tassements. Les cas les plus défavorables ont été choisis à chaque fois.
L’ensemble de ce travail a été réalisé pour permettre la diffusion des points sélectionnés par la
maîtrise d’ouvrage. Il est la base de toutes la MOBS et se doit d’être réalisé avec le plus grand
soin.

Cependant cette tâche n’est que la première partie avant la diffusion des relevés.

GUILLEMAIN Geoffroy
25
4.1.2. A l'avancement des travaux :
Concernant les données nécessaires à la diffusion des relevés en cours d’avancement des travaux,
deux choses sont très importantes à obtenir.
Nous avons besoin :
 Des états d'avancement des élévations au niveau du point ce qui va nous permettre de
comparer le relevé au tassement prévisionnel à l'avancement des travaux.
 Des relevés altimétriques précis des points établis par un géomètre expert. Ils sont
évidemment essentiels à notre surveillance des tassements.
C’est donc ces données qui vont permettre de voir l’évolution des points au fur et à mesure de
l’avancée des travaux.
Pour ces informations :
 Les états d’avancement des élévations sont à déterminé à chaque diffusion de relevé afin
d’avoir une logique dans les tassements observés en fonction du niveau de construction
au-dessus des points
 Pour les données altimétriques elles sont données par le géomètre expert afin que nous
puissions les exploiter par la suite.
Je viens donc d’exposer le contenu de chacun des relevés de MOBS et les travaux de préparation
que j’ai effectués et ce qui sont à re-effectuer à chaque relevé.

4.1.3. Création d'un support de réception


En termes de forme et d’optimisation du temps de référencement, je me suis confronté aux
contraintes commerciales et professionnelles de la MOBS :
 La première problématique a été la création d'un support informatique et papier permettant
de répertorier, de comparer, d’alerter et de diffuser, les résultats que nous obtenions.
 La seconde problématique a été d’optimiser le référencement des données afin de limiter
un travail fastidieux de saisie mais aussi limiter les éventuelles erreurs de frappe non
acceptable au vue des enjeux.

GUILLEMAIN Geoffroy
26
La première étape a été de créer une base commune à tout le document. Tous les points ainsi
exposés doivent avoir la même présentation et les mêmes degrés de compréhension pour celui qui
lit le document.

Figure 14 : Extrait d'un point diffusé dans MOBS


Cette base de données informatique doit permettre une exploitation par les bureaux de contrôle
désignés, afin qu’ils puissent aisément greffer leurs outils. Le résultat est présenté ci-dessous et
un des fichiers diffusés est fourni en annexe.

Concernant l'automatisation de la saisie des données. : à la réception des fichiers Excel transmis
par le géomètre nous ne pouvions pas envisager de rentrer les données à la main une à une pour
une question de perte de temps et de risque d’erreur. Nous avons donc créé un système
d'automatisation de cette saisie grâce à une macro exposée ci-dessous.

GUILLEMAIN Geoffroy
27
MACRO DE SAISI
Sub Adddata()
For j = 2 To 152
i = Worksheets("Addata").Cells(j, 2)
k = 22
If i = 2 Then
i = "2 bis"
End If
If i = 8 Then
i = "8 bis"
End If
If i = 11 Then
i = "11 bis"
End If

If i = Empty Then
Else
Do
If Worksheets(i).Cells(k, 3) <> Empty Then
k = k + 1
l = 1
Else
If k <> 22 Then
Worksheets(i).Cells(k + 6, 2).Value = Worksheets(i).Cells(k + 5,
2).Value
Worksheets(i).Cells(k + 5, 2).Value = Worksheets(i).Cells(k + 4,
2).Value
Worksheets(i).Cells(k + 4, 2).Value = Worksheets(i).Cells(k + 3,
2).Value
Worksheets(i).Cells(k + 3, 2).Value = Worksheets(i).Cells(k + 2,
2).Value
Worksheets(i).Cells(k + 2, 2).Value = Worksheets(i).Cells(k + 1,
2).Value
Worksheets(i).Cells(k + 1, 2).Value = Worksheets(i).Cells(k, 2).Value
Worksheets(i).Cells(k, 2).Value = Worksheets(i).Cells(k - 1, 2).Value
End If
Worksheets(i).Cells(k, 1).Value = Worksheets("Addata").Range("A2").Value
Worksheets(i).Cells(k, 3).Value = Worksheets("Addata").Cells(j, 3).Value
l = 0
End If
Loop While l = 1
End If
Next
End Sub

Ce travail nous permet de fournir un fichier complet utilisable aussi bien par nous que par le
client pour surveiller les éventuels tassements mesurés sur le terrain ainsi que leurs évolutions,
zone par zone. Cette organisation (sans saisie manuelle) offre un gain d'environ une demi-journée
à chaque transmission de données fournies par le géomètre et nous fait gagner aussi du temps dans
le traitement des données à proprement dit. Le client dispose d’un outil clair, facilement lisible
et précis qui lui permet de surveiller les données de tassement sur le chantier et lui procure les
garanties nécessaires vis-à-vis de ses assureurs.

GUILLEMAIN Geoffroy
28
4.1.4. Processus et analyse avant chaque diffusions

Relevés du géomètre expert : Fichier *.are,


transformé par le service méthode en *.xls

Traitement par la macro

Fichier de MOBS, permettant la surveillance des


tassements

Analyse de tous les points, surveillance interne,


vérification des points problématiques

Envoi aux personnes intéressées

Analyse par le client et envoi d’un rapport aux


assureurs

Retour des bureaux de contrôle sur les tassements

Le processus d’analyse consiste en un contrôle poussé en interne effectué sur chaque point. Nous
épluchons donc le relevé point par point. Dans un premier temps nous vérifions que les courbes
de tassement suivent bien les courbes d’évolution des élévations puis nous répertorions les
tassements sur une copie de la cartographie des tassements prévisionnels. Ceci dans le but
d’observer s’il y a bien une cohérence dans les tassements différentiels. Si le moindre doute se
fait jour, nous demandons au géomètre expert une nouvelle analyse des points concernés afin
d’ôter tout doute possible sur les mesures. Ce travail d’analyse nous permet d’anticiper les
analyses des bureaux de contrôle et d’alerter la maîtrise en cas de problèmes constatés.

GUILLEMAIN Geoffroy
29
4.1.5. Conclusion sur la partie de suivi des tassements par la MOBS

Cette tache m’a occupé en alternance une semaine sur deux en fonction des relevés du géomètre.
Durant cette partie du projet, j’ai été amené à mettre en route un outil de surveillance des
tassements permettant à la fois la surveillance, mais aussi la diffusion à diverses personnes dont
l’utilisation du fichier divergés suivant leur poste (Bureau de contrôle, Maîtrise d’ouvrage, …)
Ainsi dès la première lecture du fichier tout utilisateur peut observer les tassements un à un sur
chaque point, il verra si un point est entré dans le seuil d’alerte ou encore si les tassements prévus
sont atteints.
En cas de besoin d’analyse, la simplicité du fichier permet à tout utilisateur d’y greffer n’importe
quelques outils ayant une interface Excel, ce qui lui fera économiser du temps. De plus la première
analyse de notre part permet d’exclure un maximum d’erreur humaine, d’où l’intérêt de la réaliser
à chaque diffusion.

GUILLEMAIN Geoffroy
30
4.2. Le contrôle des quantités aciers
Le contrôle des quantités d'acier sur le chantier est une grande partie de la tâche que j'ai eu à
réaliser durant la période de mon stage. Pour réaliser ce travail, il m'a fallu reprendre les plans de
coffrage et de ferraillage de l'ensemble du bâtiment et compiler ces diverses données pour obtenir
un tonnage par niveau et par élément (voiles, poutres, plancher, ...)

4.2.1. Ce travail a des buts multiples :


 dans un premier temps il permet de contrôler les optimisations des bureaux d'études. Nous
contrôlons s’ils sont dans les marges habituelles de ferraillage pour de tels bâtiments.
 dans un second temps il nous permet de suivre au plus près et de jour en jour, les
facturations des deux sous-traitants qui gèrent le ferraillage du chantier : le ferrailleur de
voile et plancher (Welbond) et le fournisseur des cages d'armatures de poteaux isolés et
poutres (SNAAM).
 Puis dans une finalité plus lointaine et plus intégrée cela permettra d'affiner les ratios des
études acier/béton pour de futurs chantiers du même type. Cela contribue à faire un retour
d'expérience sur chantier.

4.2.2. Les problématiques de cette tâche sont diverses :


 Sur les zones qui m’étaient dévolues, deux bureaux d'études différents officient. Cela
induit deux formalismes de rédaction de plan et impose donc deux modalités de
compréhension de ces plans.
 Une autre problématique est de déchiffrer les erreurs qui se sont glissées sur les plans de
ferraillage. Par exemple l'utilisation des HA6 en place de HA8 qui n’est pas mis en œuvre
par le ferrailleur (Welbond) ou encore des aciers non présents dans les nomenclatures mais
présent sur les plans de coffrage.
 Les modifications fréquentes des plans selon les vœux de l'architecte ou à ceux des
bailleurs des locaux sont une autre des problématiques qu’il faut rapidement prendre en
compte car c’est une part importante des modifications de certaines structures et en
conséquence des quantités d’acier nécessaire à leur réalisation.

Cette tâche a donc été réalisée sur la base des nomenclatures de plan et doit être mis à jour avec
les réajustements effectuer sur le chantier.

GUILLEMAIN Geoffroy
31
Tableau 1 : Récapitulatif des quantités d'aciers

Récapitulatif par niveau pour tous types d'ouvrage

BABET Devis Réel Plan Ecarts (BABET-Réel) Ecarts (Devis-Réel)


Poids (kg) Poids (kg) Poids (kg) Poids (kg) Poids (kg)
Fondations 1 140 067,5 kg 1 520 090,0 kg 1 637 136,9 kg -497 069,4 kg -117 046,9 kg
Sous Sol 2 612 934,6 kg 711 980,1 kg 809 347,1 kg -196 412,5 kg -97 367,0 kg
Sous Sol 1 919 374,6 kg 830 237,4 kg 953 976,4 kg -34 601,8 kg -123 738,9 kg
RDC 433 735,9 kg 470 996,9 kg 541 609,7 kg -107 873,8 kg -70 612,7 kg
N+01 308 233,4 kg 318 370,4 kg 368 901,3 kg -60 667,9 kg -50 530,9 kg
N+02 80 208,0 kg 81 855,3 kg 93 204,4 kg -12 996,4 kg -11 349,1 kg
Bilan 3 494 554,1 kg 3 933 530,1 kg 4 404 175,7 kg -909 621,7 kg -470 645,6 kg

GUILLEMAIN Geoffroy
32
4.2.3. Réalisation d’un métré global des aciers sur la zone B
Comme on peut le voir sur le tableau ci-dessus, un des objectifs de cette partie du PFE était de
réaliser un métré global des quantités d’acier sur l’ensemble de la zone B.
Pour procéder à cette tâche, j’ai créé plusieurs outils (qui seront développés dans la partie 4.2.5.
Les outils)
Pour atteindre mes objectifs, j’ai repris tous les plans de ferraillage du chantier 1 à 1. Sur chacun
des carnets d’armatures, j’ai séparé les éléments : poteaux isolés, poteaux, voiles extérieurs, voiles
intérieurs, plancher, poutres ou encore poutres voiles. Pour chacun des éléments une stratégie de
calcul a été mise en place afin d’optimiser le travail et de s’adapter au type de ferraillage.
Ainsi pour calculer des poutres, des poteaux (isolés ou non) ou encore des poutres voiles, il faut
extraire de chaque nomenclature élément par élément puis faire soit des bilans globaux, soit faire
des ratios linéaires.

4.2.4. Réalisation du contrôle des quantités d’aciers


A cette fin, une organisation pragmatique a été mise en place. La présence des deux bureaux
d’études sur le chantier se partageant les zones 1, 2 et 3 et les zones 4 et 5, complexifie cette tâche,
puisque chacun des deux bureaux d’études à un formalisme différent en termes de dessin de plans
de calepinage de ferraillage mais aussi des plans de coffrage.
J’ai procédé au contrôle selon une progression ascendante. Je suis parti du radier, puis j’ai
considéré les infrastructures pour terminer par les superstructures. Ensuite une séparation zone
par zone s’est révélée utile pour la lisibilité du projet. Et enfin une séparation construction par
construction, nous as permis d’obtenir toute la lisibilité demandée par les différents acteurs du
chantier.
Avec notre sous-traitant nous avons repris le récapitulatif plan par plan comme expliqué dans le
paragraphe précédent, et nous avons identifié ensemble les différents écarts qu’ils avaient
constatés. L’origine de ces écarts varie des problèmes de conception du bureau d’étude à des
adaptations nécessaires sur le chantier.
Mon rôle a été de reprendre chacune des lignes d’écart et de vérifier soit par le calcul soit par les
écrits la véracité des écarts annoncés. Pour cela j’ai repris les plans de ferraillage et parfois
recalculé à l’aide de mes outils, les différences. D’autres fois j’ai à nouveau créé des outils de
calcul de fond de fosse ou d’acier dans les bandes de clavetage…

GUILLEMAIN Geoffroy
33
Tableau 2 : Comparaison entre ferrailleur et nos nomenclatures

Numéro de plan 4004_Soldé


indice B
Nom Radier découpage 1-2-3
Welbond Plan Welbond Ecart PDS Plan GG Ecart Plan Wd-GG Welbond :
GG TQ
CF TS TS sp CF TS TS sp CF TS TS sp CF TS TS sp CF TS TS sp Remarque

Radier dec 1-2-3


146,746 T 146,746 T 146,746 T Ok
Complément HA mail Mr
BELLEC du 21/11 sifflet rad 7,645 T 7,645 T 7,645 T Ok
Complément HA et TS sur
radier grue G4 170 HA16 Voir
tirette à 2,5 ml + 14 ST65C 0,659 T 0,916 T 0,659 T 0,916 T 0,659 T 0,916 T Ok Remarque Les TS ne sont pas encore posés mais ok sur le poids
Recouvrement sup suite
découpage et arrêt zone non
prévu HA14 2*92,4 cm 0,794 T 0,794 T 0,794 T Ok Reste à vérifier
Recouvrement sup suite
découpage et arrêt zone non
prévu HA16 2*1,056 cm 1,500 T 1,500 T 1,500 T Ok Reste à vérifier

Total
158,260 T 146,746 T 11,514 T 158,260 T 0,000 T

GUILLEMAIN Geoffroy
34
4.2.5. Les outils de calcul
Afin de programmer les outils de calcul j’ai mis en place une méthodologie aussi simple que
possible mais néanmoins efficace.
 Pour le calcul des voiles, plusieurs possibilités de ferraillage se présentaient en fonction
des éléments : soit ils étaient filants, soit ils étaient espacés d’une certaine longueur, soit
ils étaient répartis par mètre carré ou encore ils étaient surfaciques. Une fois les formules
rentrées, il m’a fallu saisir chaque élément de la nomenclature afin d’obtenir un ratio
linéaire. Puis pour avoir un poids, j’ai relevé le linéaire de ce voile sur les plans de
coffrage.

Voile Périphériques type 4 hmur 3,55 L 1 e 0,2 h 4,4


Type Acier Mode Ratio
12 Fillant 0,617 2,47 kg
14 e20 1,331 0,51 kg
15 e20 1,264 0,92 kg
16 1 /m² 0,565 0,02 kg
ST35 surface 4,026 14,29 kg
ST20 surface 2,487 8,83 kg
ST60 surface 6,965 24,73 kg
Total 51,76 kg Ratio 58,82

Voile Périphériques type 5 hmur 3,55 L 1 e 0,2 h 3,55


Type Acier Mode Ratio
12 Fillant 0,617 2,47 kg
14 e20 1,331 0,51 kg
13 e20 1,287 0,52 kg
16 1 /m² 0,565 0,02 kg
ST35 surface 4,026 14,29 kg
ST60 surface 6,965 24,73 kg
ST60 surface 6,965 24,73 kg
Total 67,26 kg Ratio 94,74

Figure 15 : Outils de calcul de ratio de voile

GUILLEMAIN Geoffroy
35
Poteaux 1 2 3
Isolés ? Figure 16 : Outils de calcul de poids
d'armatures de poutres
1
HA HA14 HA12 HA14
Nombre 4U 8U 4U
 Pour le calcul des poteaux, le
longueur 283 cm 248 cm 248 cm
processus est plus simple : il suffit de
Poids 13,67456 17,61792 11,98336
récupérer les linéaires d’aciers en
2
tenant compte de leur diamètre et
HA HA6 HA6 HA6
l’outil calcule le poids à l’aide du ratio
Nombre 14 U 16 U 13 U
au mètre linéaire de voiles puis
longueur 105 cm 211 cm 105 cm
Poids 3,2634 7,49472 3,0303
effectue la somme pour déterminer le
3
poids.
HA HA14 HA12 HA14
Nombre 4U 8U 4U
longueur 211 cm 233 cm 246 cm
Poids 10,19552 16,55232 11,88672
4
HA HA6
Nombre 21 U
longueur 36 cm
Poids 0 1,67832 0
5
HA
Nombre
longueur
Poids 0 0 0
6
HA
Nombre
longueur
Poids 0 0 0
7
HA
Nombre
longueur
Poids 0 0 0
Total 27,13348 43,34328 26,90038

Total isolé 8 664,85


Total autres 3 840,83

12 505,68

GUILLEMAIN Geoffroy
36
4.3. Mise en œuvre des ponts
Dans la phase de mise en œuvre j’ai assisté les conducteurs de travaux responsables Cependant
des tâches personnelles m’ont été attribuées.

4.3.1. Informations sur le Malvan


Dans la recherche d’un mode constructif, nous avons cherché à connaître les diverses contraintes
que le Malvan pouvait apporter à notre construction.
J’ai donc recherché sur les documents de bases du marché toutes les pièces concernant l’eau de
près ou de loin afin de voir quelles restrictions légales et administratives existaient sur le Malvan.
Il est apparu que mis à part quelques démarches auprès de la police de l’eau nous n’avions pas
spécialement de contrainte.

GUILLEMAIN Geoffroy
37
Figure 17 : PIC superposé au PPRI

GUILLEMAIN Geoffroy
38
Nous avons donc contacté la police de l’eau et remplit les démarches administratives nécessaires
à la création de ces ouvrages.
Lors de ces démarches, nous avons aussi demandé l’autorisation de créer deux radiers
intermédiaires provisoires pour l’étaiement de la structure béton, afin de diminuer les sections des
ouvrages provisoires. Ceux-ci nous ont été accordés.
Par ailleurs, nous avons déterminé les altimétries de crues décennales et centennales du Malvan
enfin d’anticiper ces éventuelles crues aussi bien pour les contraintes imposées de ce fait à
l’ouvrage en lui-même ou celles pouvant entraver sa réalisation sur le chantier puisque nous
utilisons des appuis intermédiaires.

4.3.2. Mise en place des plans méthodes

Figure 18 : Schéma de principe des étaiements


En parallèle du service méthode, j’ai effectué les relevés, les photographies et premiers croquis
pour préparer les plans méthodes de conception. Ainsi j’ai pu échanger dans un premier temps par
téléphone et ensuite en face à face avec le responsable des méthodes au sein de Cardinal Edifices
sur les façons de réaliser les ponts et sur les contraintes que je voyais sur le chantier et dans
l’environnement de ces ponts.

GUILLEMAIN Geoffroy
39
Figure 19: Schéma de principe réalisé sur photo de chantier pour étaiement des ponts

GUILLEMAIN Geoffroy
40
Figure 20 : Plan méthode d'étaiement 1/2

Figure 21 : Plan méthode d'étaiement 2/2

GUILLEMAIN Geoffroy
41
Figure 22 : Plan méthode de mode constructif

GUILLEMAIN Geoffroy
42
4.3.3. Suivi des plans BET
Dans le même temps que la réalisation des plans méthodes nous avons lancé le bureau d’étude
technique sur la conception du pont. Lors de la diffusion des plans nous comparions ces plans à
ceux présentés lors de la négociation du marché donc ceux de la pré-étude et ceux de l’architecte.
Suite à ces comparaisons, nous renvoyons nos observations sur les formes, les optimisations
envisageables et encore les non conformités au bureau d’études pour qu’il prenne en compte nos
remarques et nous fasse parvenir les plans remis à jours.
En continuité de ce travail, nous avons eu à gérer les interfaces avec la passerelle métallique située
au-dessus de ce pont bien qu’elle ne soit pas réalisée par nos soins. Cela a demandé une
concertation avec le concepteur de la charpente métallique afin fixer les bases d’accord sur les
différentes interfaces entre nos ouvrages.

4.3.4. Consultation pour le coffrage de pont


Est-alors arrivée la phase de consultation pour le coffrage des ponts. A cette fin, nous avons
contacté plusieurs entreprises pour voir dans un premier temps si elles étaient capables de
répondre à notre demande.
Après cette première sélection concernant la faisabilité, nous avons demandé à celles qui en
avaient les moyens, de réaliser un devis pour que nous puissions comparer leurs offres à notre
offre interne. En analysant les différentes offres nous recherchons quelles offres est la plus
intéressante pour nous mais aussi de voir techniquement quelles solutions serait la plus
pragmatique.
A l’heure actuelle ce processus est encore en cours. A ce jour aucune décision n’a été prise quant
à la conception du projet du petit train qui changerai, en partie le projet des ponts.

GUILLEMAIN Geoffroy
43
5. Conclusion
Les problématiques que j’ai eu l’occasion de traiter au cours de mon PFE, ont été principalement
des tâches de suivi et de créations d’outils. Dans ces démarches, j’ai dû user d’imagination et
finesse afin de créer des outils performants, modulables à mes besoins et à mes calculs.
Concernant la MOBS , mes contraintes ont été de l’ordre commercial et professionnel. Il m’a été
demandé de faire preuve de synthèse et de méthodologie afin de créer un outil à la fois léger et
fonctionnel. Cet outil, rappelons le, permet au bureau de contrôle externe d’en faire l’analyse à
partir d’autres mesures sur le chantier pour comprendre les évolutions des tassements. Pour éviter
les travaux (aller-retour) inutiles à chaque envoi, nous référençons les avancements des élévations
et nous procédons à un premier contrôle qui anticipe celui du bureau de contrôle et élimine les
éventuelles erreurs humaines.
Dans une seconde partie, j’ai eu à réaliser le suivi global des aciers sur l’ensemble du projet. Pour
cela j’ai réalisé des outils de calculs modulables et réutilisables au maximum. Ce suivi a plusieurs
buts : il nous permet de contrôler les données des bureaux d’études. Il permet aussi de se situer
par rapport au budget prévisionnel concernant l’acier et enfin de contrôler les chiffres du
ferrailleur et suivre ces facturations, ce que j’ai eu à piloter par la suite en contrôlant les erreurs
qu’ils ont trouvé de la part des BET ou les commandes spéciales que nous leurs avons faîtes.
Puis dans une dernière partie, je suis intervenu dans la mise en œuvre de deux ponts. Il m’a été
permis de réaliser la première partie de la conception des ponts (qui sont aujourd’hui mis en attente
du fait de la réflexion sur un projet de petit train). J’ai participé à la préparation des travaux sur
les ponts, en faisant le suivi des plans de coffrage, en mettant en œuvre les consultations pour le
coffrage des ponts afin de déterminer quelle solution serait la plus avantageuse pour nous.

Il m’a été donné de vivre cette nouvelle expérience professionnelle sur le deuxième chantier le
plus important de France durant l’année 2014. Ce stage particulièrement bien encadré, a été
l’occasion de nombreuses discussions enrichissantes, d’échanges avec tous les participants à ce
chantier. Il m’a vraiment permis de voir une grande palette de problématiques de chantier. J’ai pu
réaliser l’ampleur des compétences nécessaires, la nécessité et la difficulté parfois des interactions
et de la communication entre les différents intervenants. J’ai aussi appréhendé le besoin d’une
adaptation rapide aux problématiques, les modalités de recherche des informations nécessaires. ,
l’utilité d’une bonne organisation et les potentialités des moyens informatiques bien utilisés.

GUILLEMAIN Geoffroy
44
Table des Figures :
Figure 1 : Plan du Projet Polygone Riviera .................................................................................... 4
Figure 2 : Vue drone, INGEDIA Groupe NOX ............................................................................. 5
Figure 3 : Repérage des zones du projet ........................................................................................ 7
Figure 4 : Façade Bâtiment Printemps ........................................................................................... 8
Figure 5 : Photo promotionnelle SOCRI ........................................................................................ 9
Figure 6 : Perspective du rendu projet pôle restauration................................................................ 9
Figure 7 : Vue satellite du projet .................................................................................................. 10
Figure 8 : Maquette du projet SOCRI - UNIBAIL ...................................................................... 11
Figure 9 : Localisation des zones, Présentation SOCRI .............................................................. 12
Figure 10 : Organigramme Holding Cardinal Edifice .................................................................. 18
Figure 11 : Radier en cours de réalisation .................................................................................... 20
Figure 12 : Stockage de treillis soudé sous-traitant ..................................................................... 21
Figure 13 : Plan de repérage des tassements prévisionnels sur la zone PR. ................................ 25
Figure 14 : Extrait d'un point diffusé dans MOBS ...................................................................... 27
Figure 15 : Outils de calcul de ratio de voile ............................................................................... 35
Figure 16 : Outils de calcul de poids d'armatures de poutres ....................................................... 36
Figure 17 : PIC superposé au PPRI .............................................................................................. 38
Figure 18 : Schéma de principe des étaiements ........................................................................... 39
Figure 19: Schéma de principe réalisé sur photo de chantier pour étaiement des ponts .............. 40
Figure 20 : Plan méthode d'étaiement 1/2 .................................................................................... 41
Figure 21 : Plan méthode d'étaiement 2/2 .................................................................................... 41
Figure 22 : Plan méthode de mode constructif ............................................................................. 42

GUILLEMAIN Geoffroy
45