Vous êtes sur la page 1sur 9
(AE a EN COUVERTURE —e PAR HAYAT GHARBAOUI ¥ ssqucoice VOTRE THE EST-IL TELQUEL A TRAQUE LES PESTICIDES POUR VOUS Dont certains soupgonnés d’étre dangereux pour la santé. prés eau, hors concours, Te thé est la boisson la plus consommée par les Maro- cains. En moyenne, chacun de nous consomme plus de 4,8 kg de thé vert par an. ‘Tradition et marque dh pitalté, ce thé omnipr dans les foyers est importé de Chine a hauteur de 60 000 tonnes par an en moyenne. Le royaume chérifien est ainsi le premier client de thé vert de empire du milieu, et le deus importateur de thé au monde, Pour autant ‘cune norme marocaine sur les produits phyto- sanitaires nfencadre Timportation de ce produit de grande consommation. Or, le thé que nous faisons infuser et celui que nous buvons com- portent bel et bien des résidus de pesticides dans des proportions i ntes, potentiellement dangereuses pour la santé Entre décembre 2017 et janvier 2018, sous contrble dhuissier, TelQuel a fait analyser par un Iaboratoire européen indépendant des échan- tillons de onze marques de thé parmi les plus représentées dans les rayons dela grande dis- tribution marocai mme de prix allant de 8,5 a 22 dithams pour une boite de 200 g. Notamiment Sultan, Baroud, Al Hafla, 1) 'N'800 DU 23 FEVRIER AUT MA PREMIER PLAN IN COUVERTURE NOS TESTS » Al Mesk, Hadya Marbouha, Hadya Difane, Souiri, Caravane, Chakour, cus avons proce Sbaa et le dernier arrivé Mia. Les Venalyse des autres marques présentes sure mat= éecatilons de ¢hé maroeain n ont pas été testées ‘marques par os soins, mais la plupart sap rmarcaines de the vert pour provisionnent depuis la méme pro- vinee chinoise du Zhejiang. Les ré- sultats du labo Enrofins, leader des analyses agroalimentaires, sont sans appel : 29 pesticides différents ont @é détectés dans Vensemble des 6chantillons fournis, avec en moyenne 20 pesticides par échan- tillon. Buprofiézine, cyperméthrine, tricilazole.. Autant de noms de pes- ticides inconnus du grand public qui se trouvent sous forme de résidus dans le thé acheté en supermarché Les tests réalisés montrent qu'une fois le thé infusé, certains résidus disparaissent, un seul subsiste dans des quantités fortement réduites. Les rares études indépendantes por- tant sur les effets de ces produits pour la santé humaine tendent, elles, a prover que ces produits de- viennent un poison & partir d'une certaine dose verflrla présence de resdus de pesticides. Nos diferentes analyses ont prt surles eles de thé et surlesinfwsonsréaisées A pati des mémes échatllons. Nous avons acheté une bote de chaque marque dans un hypermarche del place, le i meme our en présence fun hulssler Ge ustice. Ce demir nous aaccompognés durant toute la procédire, du prekevement des échantilons remis au labortire analyses Eurofin, bla ception des resus, Les 6canillons references de facon assure Tanonymat es marques vss 4 labortvre ont é analysés en Sapp sir dexmsthoces en fonction dutype ce ésidus recherches Les analyses des feuiles de thé ont te efectudes selon tecinique dela énromatogrepnie 221s (69) Normes chinoises par défaut pete ea eeaal ‘Les échantillons de ti ‘spectromeétre de masse. I faut sont conformes, car les: savoirque le spectométe de phytosanitaires dont les résidus ont Massene fouritpasuniquement _¢édécelés sont homologués soit par une quantification res precise, le Codex Alimentarius, soit par les mas gaan une identcaton autoritéssanitaires competent du ‘non équivoque des composés pays Worigine (la Chine, ndls)", ‘abies, Ena couplant aux nous a affirmé Abdelkader Zakaria, | techniques de chromatographie directeur du contréle des produits gazeuse (6C) ou liquide (C), cela Laplupat alimentaires & Ot e national de : des morquesde permet d'assurer une meileure sécurité sanitaire des produits ali egreemes” (FAO), qui ne fixe en fait pas deIi- separation des composés, Les mentaites (ONSSA), lorsque nous Sureséas” mite maximale de résida (LMR) mémes tecniques analyse ont luiavonssoumislesrésultatsdenos marcas pout certains de ces pesticides. ‘646 appliquées pour les infusions. tests. Ses propos confirment ainsi Spprv “LONSSA sative depuis deux ow Chaque pays ayant ses propres gue le thé importé au Maroc siomertéepuls grojs mois pour mettre en place des rues de préparation de thé, mnis aux seules limites d'une leprovnce —_pormes maroeaines. Des respon- nous avons demandé au mentation chinoise laxiste, qui ne $ret sables de 'Office ont m: lnboratoire de respecter la permet pasa cethé dentrer surles “""*™"* —yisites en Chine pour s préparation du trea le marocane Pegs casseri sir eaerle,c ourrissecrs dit pons sur leur ut ‘ln a peeparation set ate en du Codex Alimentarius, référentie sation de pesticides. LONSSA sera infusent 10218 g.de thé dans intemational établi par TOrganisa- plus sévére d Tavenir avee les opé 400 ml eau porée a ébliton tion mondiale de la Santé (OMS) et rateurs marooains cuxquels ila ac- etmise surlefoupendant2 Organisation des Nations Unies cordé un délai de grace de trois Sminutes. pour l'alimentation et l'agriculture mois pour améliorer la qualité du 32 TELQUEL 1800 DU 23 FEVRIER AU thé importé”, nous confie un spé- cialiste du thé EnVabsence de normes marocaines, les normes chinoises, avec le Codex, réguleraient done, pour Theure, les imporiations de thé au Maroc. Ap- pelés& commenter le résultat de nos tests, les importateurs marocains de thé restent vagues. “Toutes les mar- ‘chandises exportées de Chine font Tobjet, au préalable, d'analyses de conformité aux normes chinoises, effectuées par des laboratoires cagréés. Une fois arrivées au port ‘au Maroc, 'ONSSA procéde @ son tour é des analyses réguliéres sur ces marchandises, visant @siassu- rer de la conformité des produits avec la régiementation en vi- gqueur”, nous explique le comité technique de ’Association des pro- fessionnels du thé du Maroe (APTM). Malgré de nombreuses relances, nous n’avons pas été en mesure dobtenirles LMR ehinoises de la part de YONSSA. La Chine fournit tout de méme. la FAO une liste de ses restrictions. En confron- tant ce document aux résultats de nos tests, on constate néanmoins que acaticide Dicofol se retrouve dans deux des échantillons testés, dans des proportions deux fois su périeures a celles censées étre im- posées par la Chine. En outre, la FAO note que “Te thé peut contenir du DDT en raison de la présence de cette substance comme conti minant dans le dieofol de qualité technique”. Dans un article de 2015, intitulé “DDT : pesticide d’hier, cancer daujourdhui”, le journal 2) 1N'800 OU 73 FEVRIER AU MARS 2018 TELOUEL eu EN COUVERTURE RESIDUS DE Le Maroc applique, entre autres, les normes chinoises en terse ‘Ces LMR, en plus d’étre non exhaustives, sont largement si proportion de résidus dans les thés analysés qui, pour le casi PRIX /POIDS 4 dled 5008/2006 | 18,70HS/2008 16.850HS/2006 22,100HS/2006) Acktammipride 005 = Bifenthrine 30 10 0.60 ost | 00s oz on oon 002 0.046 Chlorantaniiprole 092 5 019 Cchiorfénapyr 50 0,032 on 018 0094 CChlorfuazuron on : 5 Chiorpyriphos oa 0,056 0,069 0.052 048 CChlothianidine o7 0,042 : : 0.018 utr oA : : 0,045 : Cypermethrine os 030 022 028 Dicofo! 20 007 0.059 on2 0.074 Difenoconazole 0.05 : : : oor Diftubenzuron on : : 0.022 : Endosuifan (a*®+sulfate) 30 : : oon : Fenpropathrine 2 oo77 0.029 0.053 ons. Fenvalérate (incl esfenvalérate) on 018 0,033 0.072 0.03 | Flufenoxuron 5 0.016 \ inieetoncis os ca Poses | Indoxacarbe 5 0032 0025 oon 0,048 Lambde-cyhalothrine 1 0.061 ona 1 023 Lafénurene O02 Lass Méthomyl 0.05 Pytidaben 0.05 E 0.032 0,043 Tebufenozide on 0.016 ote 0,020 14 Thiaclopride 10 018 0.010 | Tolfenpyrad * oo Triciclazole 0.05 com) PESTICIDES | #: limites maximales de résidus de pesticides (LMR). seures a celles autorisées par I'UE, comme le montre la ss flagrant, dépasse 150 fois la limite maximale européenne. ‘TeDHS/2006 = 21,5DHS/2006 TOHS/1256 15.20HS/2006 — 13.300KS/2006 — 15.60HS/206 21,9008 720068" ETE enras ES jo TELOUEL 35 054 060 o7a 004s = 0,046 0.043 0.012 0.013 002 014 0,021 0,029 0,022 5 ; 0.016 0,058 0.26 ona 013 ona 0.072 0.064 021 0.082 0.082 0.082 0,046 0.041 0.035 5 oom 3 E 0,022 0,049 024 023 024 022 022 029 026 0.023 one 76 039 042 oa 0.041 0.023 : 0.016 0.0% z o.o18 0.019 2 0,095 0.033 0.088 0.057 0,022 _ 0,068 0,04 013 0,033 0,037 0,069 0,072 0,016 0,10 0,022 0,016 0,057 0,021 0,033 | 0.025 0,023 | 0,012 0,014) 0.02 0,034 0,023 0,046 { on 014 8 ont | on | 0.016 | 042 0.037 0.025 0.026 0036 0.015 0,024 0,033 0.025 0.025 0.018 0.04 0,012 0,019 0,01 | | Les importations de thé chinois eas78 63502 66563 casos M6004 58444 i j sa2se zm 20 08am 2 2007 843.03 913,42 g ‘ i 13TAS6 140075 seeta2 155132 Vateue :f a comiiges 78138 76544 » Le Monde cite une étude qui établit que “les femmes américaines ayant xposées ily a 50 ans @ Tinsee- in utero, par le biais de leur | rmére, ont un risque quadruple de | développer un cancer du sein | En 2012, Greenpeace relevait pour | sa part dans un rapport “utilisa~ tion sans contrainte de pesticides par le pays (1a Chine, nar)”. De- puis, un rapport de 2016 du groupe fergouvernemental sur le thé de Ja FAO note toutefois que “impor tants progrés ont été enregistrés pour régler le probléme des LMR dans le thé en Chine”. La méi source indique que “les différences de LMR de pesticides entre les pays ct les organisations internationales ‘ont blogué le commerce du thé”, et ajoute que “des efforts sont requis our harmoniser les LMR”. Cest d'ailleurs au sein de la FAO que les Etats membres se mettent d'accord sur un consensus de hormes qui forment le Codex Ali- ius, et qui peut ainsi servir rrentiel pour les pays qui, ‘comme le Maroe pour le thé, n'ont pas de normes propres en la ma- tigre. A cet égard, les échantillons | testés par TelQuel ne comportent pas de résidus de pesticides dans des proportions supérieures a celles référeneses par le Codex Alimen- tarius. Néanmoins, aprés nos re- 36 TeLoUEL 54830 sy5q5 53949 52936 196073 18843 7245 cherches, huit des pesticides détec- tés dans les échantillons ne font pas objet de LMR ni dans le Codex, ni dansla iste chinoise commaniquée ‘ila FAO, Est-ce A dire quils ne pré- sentent aucun danger, donc aucune raison d’étre limités, ou au contraire qulls ne devraient méme pas étre présents sous forme de ré sidus parce que leur dangerosité est avérée ? NiTONSSA, ni !APTM vont fourni un début de réponse a cette question. Le thé marocain, imbuvable en Europe Cest que parmi ces pesticides non sujets limitation dans le Codex, mais bien présents dans les échan tillons testés, figure l'acétamipride (oir encadré). Or, la présence né- faste de cet insecticide dans le thé importé et le thé infusé ne fait pas ombre d'un doute. En effet, bien que acétamipride ne figure pas sur saliste de LMR, la FAO est impide Les mesures visant @diminuer la quantit (..) Cacétamipride appli- quées dans les plantations de thé seront adoptées jusqu’ Vapplica- tion zéro.” Dans certains échantil- a Ions testés, Tacétamipride est pré- sente dans des proportions jusqu’a 10 fois supérieures A celles fix6 comme limites par 'Union euro- péenne. Le eas de ce pesticide est ‘Tautant plus inguidtant, car des 29 détoctés dans les feuilles de thé, cest le seul qui passe de maniére minime dans Tinfusion. I apparait ainsi avee des teneurs allant de 0,008 4 0,027 mg/Kg. Les LMR deviennent alors cadues pour évaluer ces résultats I faut & présent prendre en considé- ration la consommation de thé de chacun. En la matitre, les experts ont Vhabitude de dire que “la dose ‘fait le poison”, Pour palier I ‘manques du Codex alimentaire, cer- tains pays, dont ceux de 'UE, ont en effet pris les devants et régle- menté avee précision le thé. Les échantillons testés contiennent ainsi des pesticides dansdes proportions jusqu’a 150 fois supérieures a celles imposées en Europe. Plus éloquent encore, aucun des onze thés testés ne pourrait étre vendu sur les marchés européens, cartous contiennent entre 4 et 8 sidus de pesticides dans des propor- tions supérieures A celles imposes parl'UE. Les Marocains seraient-ils ‘moins sensibles que les Européens aux effets possibles des pesticides surla santé interdiction de telle outelle matigre active ne se fait pas toujours que pour des considéra: tions sanitaires. Les enjewcx commer ciaux influent énormément, 'U tend a protéger des producteurs eu- ropéens des produits phytosani- taires en interdisant certaines mo- Iécules concurrentes au niveau des produits importés par I'UE", argu- jente Abdelkader Zakaria pour VONSSA. *Cest un phénoméne qui existe, en effet, mais il explique pas tout, répond un exper FAO. Pour ce dernier, “TUE déploie des moyens importants et dispose ees Ener eee ee oer ATTENTION, DANGER! a présence d'acétamipride dans les échantillons de thé testés est le-cas le plus préoccupant en matiére de santé, Les normes de TUE sont drastiques concemant cette ‘moléculela liite maximale de résidus (LOR) permise est de 0.05 marka. Os acétamiprde présente une teneur 3,8 ois supérieure au seul eutooéen pour Véchantilon de thé le moins contamine, et prés de 10 fos supérieure pourle thé le plus conteminé, Autre raison de Sinquiétes on retrouve cette molécule dans les infusions soumises au test, Plusieus instances internationales ont mis ‘en garde surles dangers de ‘acétamipride, sult la multiplication des recherches scientfiques tant la sonnette dalarme surson effet suria santé. Ce pesticide “pourrait avoir des effets nacfs ‘surle d6veloppement des neurones, les composants structuraux du systéme ‘erveus et les celles quitransportent dos -messoges du cerveau ¢ cfoutres parties du comps”, alert Autonté européenne de sécurité des aliments EPSA), Des 2013, ella conclu que les valeurs ce rérenc toxicologiques appliquées, a savoirla limite maimale ce résicus permise (LMR ppourrient ne pas consttuer une protection sufisente pout le consommateut LEPSA a Facommandé la révision ala baisse des limites réolementaires pour protéger d'une éventuelle neurotoxic développementale. Abondant dans ce sens, le groupe intergouvernemental sur le thé dela FAO a suggéré a restriction de utlisation de Vacétamipride, “Ila été conseillé de ne pas les utiliser dans les plantations de thé en Chine et que, dons Jes années sulvantes, outre la collecte des données surles résidus surle thé ct Ja toxicité,fes mesures visanté dlminuer Ja quantté |... o'acstamipride appliquées dans les plantations de thé seront adoptées jusqu’® Fapplication 2670", recommande la FAO. La Chine elle-méme a admis le danger de cette molécule et pris des mesures pour bannirson utilisation. 100 02S AU" MARS 2018 TELQUEL Gen COUVERTURE de comités d'experts qui se réu- nissent réguliérement pour déeider dds limites instaurer “La prosetion de thé nécessite Lem ploi de produits phytosanitaires dns des limites prédéfnies, et & ce tire il est tout d fait normal de re- trouver des résdies de produits phy- tosanitaires dans les échantllon de thé que vous avez fait analyser” rap Limites strictes vs limi pelle [APTM, LONSSA affirme avo contrilé, en 2017, 62.000 tonnes de thé, dont moins de 1% a été refoule, “Dans le méme ordre didée, la plu part des opérateurs marocains, et notamment ceux que vous avez contactés, contrélent d leur tour la conformité des matidres importées dans leurs laboratoires”, ajoute TAPTM. Une eonformité & des réfé- ites laxistes Les limites maximales de résidus de pesticides européennes, celles du Codex ‘Alimentarius et les normes chinoises varient. UE a une palette de pesticides pris en compte plus exhaustive. wetrnm BE athe BE edt 005 etn 30 Buproéxine 905) Cibendsane|com Benoni) 0 (hirano 092 Cherténopyr 50 Chloduozuen 001 Chlrpyohos 0 Chlthiaidine o7 Cotutvine 0 (ypermetiine| os Diet 20 itenoconazle 005 inbere os Erdosulan (sua) 20 Fenpropatrine 2 Fenvalirte(ncietewaleate) 0} Futonouron * miactooide 005 Indovacarbe 5 “Lamibde-yiaotrine 1 Liénutene 002 thon 005 ria 005 ‘ebuteoside or Tneopre 0 ‘ofenoyrad oot ‘Wkkrole 005 38 TELQUEL N'00 DU 23 Fi Ente 019 et 049 0 5 ntooa4ott.20 30 0 ne G02.et070 a 5 Ene otter oss Erie .0%6 «0.047 nro.032et0.26 Ente o0T7