Vous êtes sur la page 1sur 290

Gouvemement du Danemark

Ministere des Affaires Etrangeres


Secrétariat du Crédit Mixte

Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au

Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Version final e

Septembre 2010

NIR}AS "
( j

Etude de diagoostic de 350 statioos Scaowater au Camerauo et de faisabilité de leur réhabilitation

Table des matieres


o RESUME ....................................................................................................................................................... 1

INTRODUCTION ........................................................................................................................................ 1

2 HISTORIQUE ..............................................................................................................................................2

3 DONNEES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQVES ........................................................ 3

3.1 DoNNEES GENERALES DU PAYS .............................................................................................................3

3.1./ Données démographiques ................................................................................................................ 3

3./.2 Macroéconomie et ressources .......................................................................................................... 4

3./.3 Pauvreté ........................................................................................................................................... 4

3./.4 Education ......................................................................................................................................... 5

3./.5 Santé................................................................................................................................................. 5

3.2 ANALYSE GENERALE DES ENQUETES DE TERRAIN .................................................................................. 6

3.2.1 /ntroduction, méthodologie et traitement ......................................................................................... 6

3.2.2 Résultats et analyse ................................................................... ....................................................... 7

4 DESCRIPTION DU SECTEVR................................................................................................................ 17

4.1 POLlTlQlJE ET STRATEGIE DlJ GOUVERNEMENT DU CAMEROUN .......................................................... 17

4. /.1 Textes législatifs et réglementaires ................................................................................................ /7

4./.2 Conclusion ...................................................................... ............................................................... 18

4.2 AUTORITES PERTINENTES .................................................................................................................... 19

4.2./ Sous Directíon de I'Hydrauliqlle Urbaine ...................................................................................... 19

4.2.2 Sous Direction de I'Hydraulique Rurale ........................................................................................ 19

4.3 POUTlQUE TARIFAIRE DE L'EAU POTABLE ........................................................................................... 19

4.4 SlTUATlON ACTlJELLE DU SECTEUR .....................................................................................................20

4.4./ Acteurs el coordination .................................................................................................................. 20

4.4.2 Organisation administrative .......................................................................................... ................ 20

4.4.3 Ressollrces humaines ..................................................................................................................... 21

4.4.4 Financement.. ................................................................................................................................. 21

4.4.5 Geslion des ouvrages: róle du comilé ............................................................................................ 2/

4.4.6 Technologies .................................................................................................................................. 2/

4.5 LAClJNES DlJ SECTEUR .........................................................................................................................22

4.6 ORIENTATIONS PRINCIPALES DE LA POLlTlQUE NATIONALE ET DU PLAN D'ACTlONS ............................ 22

4.6.1 Maitrise d'ouvrage ......................................................................................................................... 23

4.6.2 La gestion des points d'eau ............................................................................................................ 24

4.6.3 i\1obilisation des usagers ............................................................................................................... 25

4.6.4 Financements en cours................................................................................................................... 25

5 JUSTIFICATION DV PROJET ............................................................................................................... 26

6 DONNEES TECHNIQVES DES INSTALLATIONS EXISTANTES...................................................27

6.1 LE DIAGNOSTlC ....................................................................................................................................27

6./.1 EnqUf2tes de terrain ........................................................................................................................ 27

6.1.2 Constats techniques de l'enquete.................................................................................................... 28

6.1.3 Constats techniques détaillés ......................................................................................................... 29

6. 1.4 Conc!usions.................................................................................................................................... 32

6.2 LA F AISABILlTE TECHNIQlJE DE REHABILITA TlON ................................................................................ 33

6.2. 1 Ressources....................................................................... ............................................................... 33

6.2.2 Les stations SCANWATER ............................................................................................................. 33

6.2.3 Les réseallx de distribution ............................................................................................................ 34

6.2.4 Typologie........................................................................................................................................ 36

6.2.5 Nombre de sites .............................................................................................................................. 37

6.2.6 Nombre de sites potentiels aréhabiliter ....................................................................................... 38

6.3 ESTIMA TlON DES COlJTS D'INVESTlSSEMENT POUR CHAQUE TYPE DE RESEAlJ ..................................... 39

6.4 ESTlMATION DES COUTS DE FONCTlONNEMENT DES RESEAUX ............................................................ .40

7 ORGANISATION DV PROJET............................................................................................................... 43

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 page i

Elude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

7.1 LE(ONS DU DlAGNOSTlC ......................................................................................................................43

7.2 CONTRAINTES OPERATlONNELLES .......................................................................................................43

7.3 TYPE D'INTERVENTlON ........................................................................................................................44

7.4 PRIORITES D'INTERVENTlON ................................................................................................................44

7.5 SELECTION DES SITES PAR TYPE ET TAILLE ..........................................................................................44

7.6 INTERVENANTS ....................................................................................................................................45

7.6./ Le maitre d'ouvrage et le maUre d'ceuvre...... ................................................................................ .45

7.6.2 L 'ingénieur Conseil........................................................................................................................ 45

7.6.3 L'Entrepreneur ............................................................................................................................... 46

7.7 LES PHASES SUCCESSIVES DE L'[NTERVENTION ....................................................................................46

7.7./ L'identification ............................................................................................................................... 46

7.7.2 Les appels d'offies ............................................................ .............................................................. 47

7.7.3 Les réalisations .............................................................................................................................. 48

8 IMPACT ENVIRONNEMENTAL ...........................................................................................................49

9 BUDGET ET FINANCEMENT................................................................................................................51

9.1 BUDGET D'INVESTISSEMENT ................................................................................................................51

9./.1 Structure du budget ........ ................................................................................................................ 5/

9.1.2 Couts unitaires ............................................................................................................................... 51

9.1.3 Taxes .............................................................................................................................................. 5/

9.1.4 Coúts de mise en ceuvre.................................................................................................................. 52

9.1. 5 Coúts de l'lngénieur Conseil ............................................................................ .............................. 53

9.1.6 Couts du suivi................................................................. ................................................................ 54

9. J. 7 Couts globaux ................................................................................................................................ 54

9.1.8 Analyse des coúts globaux ............................................................................................................. 54

9.2 MODALlTES DE FINANCEMENT............................................................................................................. 54

9.2. J Remarque préliminaire .................................................................................................................. 54

9.2.2 Plans definancement proposé ....................................................................................................... 55

9.2.3 Caractéristiques du Crédit Mixte ................................................................................................... 55

9.2.4 Données relatives au crédit au Cameroun ..................................................................................... 55

9.2.5 Prise en compte de l'inflation......................................................................................................... 56

9.2.6 Contribution financiere des bénéficiaires a I'investissement ......................................................... 56

9.3 COUTS DE REVIENT DE L'EAU ............................................................................................................... 57

9.3. I Coúls de fourniture de l'eau par type de site.......................... ........................................................ 57

9.3.2 Coút de revient par metre cube d'eau ............................................................................................ 58

10 ANALYSE ECONOMIQUE ET FINANCIERE.....................................................................................59

10.1 REMARQUES PREALABLES ................................................................................................................... 59

10.2 COUVERTURE DES COUTS DE REVIENT PAR LES USAGERS .................................................................... 59

10.2.1 Paiemenl acluel de I'eau de 1700 XAF par mois par ménage ................................................... 59

10.2.2 Paiemenl de l'eau a 10 XAFpar bidon de 20 lilres ................................................................... 60

/0.2.3 Calcul pour les 95 réseaux réhabililés ...................................................................................... 62

10.3 VALEUR ACTUELLE NETTE PAR TYPE DE RESEAU ................................................................................ 62

10.4 TARIFS DE L'EAU MINIMUM POUR ASSURER UNE RENTABILITE DE 6 % ................................................. 64

10.5 TAUX DE RENTABlLITE INTERNE DU PROJET.........................................................................................65

/0.5./ Calculdebase ........................................................................................................................... 65

10.5.2 Calculs revus ............................................................................................................................. 65

11 PLAN DE MISE EN <EUVRE ..................................................................................................................67

11.1 LES TYPES DE TACHES A REALlSER ET LES ACTEURS ............................................................................67

11.2 LA SUCCESSION DES PHASES DE TRA VAIL PAR REGION ........................................................................67

11.3 SUIVI DES COMITES ..............................................................................................................................67

12 PREALABLES, HYPOTHESES ET ANALYSE DES RISQUES ........................................................ 69

13 CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS.......................................................................................70

Etude de faisabilité Version linale Septembre 2010 page ji


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de Icur réhabilitation

Liste des tableaux



Tableau 1 Population et taux de croissance .............................................................................. 3

Tableau 2 Répartitíon de la population par tranche d'age et milieu de vie ............................... 3

Tableau 3 Population globale dans les huit régions concemées ............................................... 4

Tableau 4 Pauvreté en mílieu urbain et en milieu rural ............................................................ 5

Tableau 5 Ecoles, enseignants et nombre d'éleves I enseignant ............................................... 5

Tableau 6 Infrastructures de santé ............................................................................................ 6

Tableau 7 Taux de mortalité (pour 1000 personnes) ................................................................ 6

Tableau 8 Espérance de vie a la naissance ................................................................................ 6

Tableau 9 Nombre de questionnaires sur les ménages ............................................................. 7

Tableau 10 Dépenses des ménages par région (XAF) .............................................................. 8

Tableau 11 Utilisation de l'eau ................................................................................................ 10

Tableau 12 Organisation des comités de gestion .................................................................... 12

Tableau 13 Gestion des grosses réparations ........................................................................... 12

Tableau 14 Schéma de principe de la maitrise d'ouvrage nationale ....................................... 23

Tableau 15 Types de délégation de gestion ............................................................................ 24

Tableau 16 Qui paye quoi pour I'entretien? ............................................................................ 25

Tableau 17 Nombre de sites visités par région ....................................................................... 28

Tableau 18 Fonctionnement de réseaux de l'échantillon ........................................................ 28

Tableau 19 Causes principales des pannes ............................................................................. 29

Tableau 20 Typologie des réseaux en vue de la réhabilitation ............................................... 36

Tableau 21 Nombre de sites visités par taille et type .............................................................. 37

Tableau 22 Projection du nombre de réseaux gravitaires ....................................................... 38

Tableau 23 Projection du nombre de réseaux par pompage ................................................... 38

Tableau 24 Projection du nombre total de réseaux ................................................................. 38

Tableau 25 Devis estimatif pour les travaux ........................................................................... 40

Tableau 26 Devis estimatif pour les études et supervisions .................................................... 40

Tableau 27 Couts annuels de fonctionnements assurés par le comté de gestion .................... 41

Tableau 28 Couts annuels de fonctionnements assurés par un opérateur ............................... 41

Tableau 29 Couts annuels de renouvelIement... ...................................................................... 41

Tableau 30 Couts annuels totaux ............................................................................................ 42

Tableau 31 Couts totaux pour 20 litres d'eau .......................................................................... 42

Tableau 32 Sélection des types et tailles de sites éligibles ..................................................... 45

Tableau 33 Description des taches de la phase d'identification .............................................. 46

Tableau 34 Chronograrnme de la phase d'identification ......................................................... 47

Tableau 35 Chronogramme de la phase "appels d'offres" ...................................................... 47

Tableau 36 Chronogramme indicatif des opérations .............................................................. 48

Tableau 37 Risques environnementaux, mesures conservatoires et acteurs ........................... 49

Tableau 38 Couts des forages et des captages de sources (en K€) ......................................... 52

Tableau 39 Couts des études d'exécution (en K€) .................................................................. 52

Tableau 40 Couts des travaux (en K€) .................................................................................... 52

Tableau 41 Couts totaux des prestations de l'Entrepreneur (en K€) ....................................... 53

Tableau 42 Couts des prestations de l'Ingénieur Conseil (en K€) .......................................... 53

Tableau 43 Couts du suivi (en K€) ......................................................................................... 54

Tableau 44 Couts globaux de l'opération (en K€) .................................................................. 54

Tableau 45 Intervenants, bailleurs de fonds et engagements financiers (en millions d'€) ...... 56

Tableau 46 Estimation des montants de contribution par ménage .......................................... 56

Tableau 47 Couts de revient annuel complet des installations ............................................... 57

Tableau 48 Couts de revient complet par metre cube d'eau (€) .............................................. 58

Tableau 49 Usagers et consommateurs d'eau par taille des sites ............................................ 59

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 page iii


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun el de faisabilité de leur réhabilitation

Tableau 50 Degré potentiel de couverture des frais par les usagers (1 700 XF Almois) ......... 60
..

Tableau 51 Contribution annuelle complémentaire des cornmunes pour couvrir le coút de

revient complet (hypothese 1 700 XAF) .......................................................................... 60

Tableau 52 Degré potentiel de couverture des frais par les usagers (2 100 XAF/mois) ......... 61

Tableau 53 Contribution annuelle complémentaire des communes pour couvrir le coút de

revient complet (hypothese 2 100 XAF) .......................................................................... 61

Tableau 54 Coúts totaux pour les 95 réseaux envisagés ......................................................... 62

Tableau 55 Recettes prévues pour la vente él 10 XAF le bidon de 20 litres ........................... 62

Tableau 56 VAN avec taux d'actualisation de 6 % ................................................................. 63

Tableau 57 VAN 6%, investissement + 20%......................................................................... 63

Tableau 58 VAN 6%, Fonctionnement et renouvellement + 20% ........................................ 63

Tableau 59 VAN 6%, Fonctionnement et renouvellement + 40% ........................................ 63

Tableau 60 VAN 6%, Vente de I'eau - 20% .......................................................................... 63

Tableau 61 VAN 6%, Vente de I'eau - 40% .......................................................................... 63

Tableau 62 Coúts de l'eau au m3 pour obtenir un TRI de 6% (XAF et % de 370 XAF) ........ 64

Tableau 63 TRI 6%, investÍssement + 20% ............................................................................ 64

Tableau 64 TRI 6%, fonctionnement et renouvellement + 20% ............................................ 64

Tableau 65 TRI 6%, fonctionnement et renouvellement + 40% ............................................ 64

Tableau 66 TRI et VAN 6% pour 2 100 XAF ........................................................................ 65

Tableau 67 TRI pour 2 500 XAF ............................................................................................ 66

Tableau 68 Calculs des VAN 6 % et O % ............................................................................... 66

Tableau 69 Conditions préalables ........................................................................................... 69

Tableau 70 Variations des prix du pétrole et de ses dérivés en E ........................................... 69

Tableau 71 Intervenants, bailleurs de fonds et engagements financiers (en millions d·E) ...... 70

Liste des annexes


Annexes générales
ANNEXE l CARTES
ANNEXE 2 TERMES DE RÉFÉRENCES DE L'ÉTUDE
ANNEXE 3 LISTE DES PERSONNES RENCONTRÉES
ANNEXE 4 EQUIPE DU BUREAU D'ÉTUDE NIRAS
ANNEXE 5 DOCUMENTATION CONSULTÉE
ANNEXE 6 DÉCENTRALlSATION TEXTES LÉGAUX (EXTRAITS)
ANNEXE 7 LES INTERLOCUTEURS IDENTIFIÉS
ANNEXE 8 LISTE DES 350 STATIONS SCANWATER
ANNEXE 9 DEVIS DÉTAILLÉ DES INTERVENTIONS
ANNEXE 10 LISTE DES STATIONS VISITÉES
ANNEXE ll LISTE DE DOCUMENTS A RÉALlSER
ANNEXE 12 CHRONOLOGIE DES ACTIVITÉS DE DÉMARRAGE
ANNEXE 13 CHRONOLOGIE DES ACTIVITÉS DE L'ENTREPRENEUR
ANNEXE 14 CHRONOLOGIE DES ACTIVITÉS DE L'INGÉNIEUR CONSEIL
ANNEXE 15 TABLEAUX FINANCIERS
ANNEXE 16 ESTIMATION DE COUTS DE REVIENT D'EXPLOITATION DES RESEAUX

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 pageiv


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Camero"n et de faisabilité de le"r réhabilitation

ANNEXE 17 TABLEAUX ÉCONOMIQUES


ANNEXE 18 COMMENTAIRES DE DANIDA 31 AOUT2010

Annexes socioéconomiques

ANNEXE 1 LISTE DES STATIONS VISITÉES

ANNEXE 2 MÉTHODOLOGIE DE RECUEIL DES DONNÉES SOCIOÉCONOMIQUES


ANNEXE 3 GUIDE D'ENTRETIEN SUR LA GESTION DES OUVRAGES HYDRAULlQUES
DU VILLAGE
ANNEXE 4 GUIDE D'ENTRETIEN AUPRES D'UNE PERSONNE RESSOURCE DU VILLAGE
ANNEXE 5 QUESTIONNAIRE AUPRES DES USAGERS
ANNEXE 6 DONNÉES ET ANALYSE PAR RÉGION
ANNEXE 7 DONNÉES DÉMOGRAPHIQUES GÉNÉRALES
ANNEXE 8 CONSOMMATION D'EAU
ANNEXE9 VOLONTÉDE PAYER
ANNEXE 10 POPULATION ET TAUX DE CROISSANCE
ANNEXE 11 RÉSUMÉ DE LA SITUATION DE QUELQUES VILLAGES VISITÉS
Annexes techniques
ANNEXE 1 LISTE DES STATIONS SÉLECTlONNÉES
ANNEXE 2 QUESTIONNAIRES TECHNIQUES
ANNEXE 3 RÉSULTATS DES ENQUETES TECHNIQUES ADAMAOUA
ANNEXE 4 RÉSULTATS DES ENQUETES TECHNIQUES CENTRE
ANNEXE 5 RÉSULTATS DES ENQUÉTES TECHNIQUES EST
ANNEXE 6 RÉSULTATS DES ENQUÉTES TECHNIQUES L1TTORAL
ANNEXE 7 RÉSUL T A TS DES ENQUÉTES TECHNIQUES NORD OUEST
ANNEXE 8 RÉSULTATS DES ENQUÉTES TECHNIQUES OUEST
ANNEXE 9 RÉSULTATS DES ENQUÉTES TECHNIQUES SUD
ANNEXE 10 RÉSUL T A TS DES ENQUÉTES TECHNIQUES SUD OUEST

Liste des abréviations et acronymes

SigIe Signification
AEP Approvisionnement en Eau Potable
AEPA Approvisionnement en Eau Potable et Assainissement
AEPAR Approvisionnement en Eau Potable et Assainissement en milieu Rural
AFD Agence Franyaise de Développement
ANNU Annuaire statistique
BAD Banque africaine de développement
BADEA Banque Arabe pour le Développement Economique en Afrique
BF Borne Fontaine
BIP Budget d'investissement public
BP Branchement privé

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 pagev


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun el de raisabilité de leur réhabílítation

Sigle Signification
CAMWATER Cameroon water utílíties corporation
CDE Socíété camerounaise des eaux
CEMAC Communauté Economiqueet Monétaíre de l'Afríque Centrale
CG Comité de gestion
CGPE Comité de gestion des points d'eau
CMA Centre médical d'arrondissement
CS Centre de santé
--
DHH Direction de I'hydraulique et de I'hydrologie
ECAM Enquete camerounaise aupres des ménages
FCFA Frane de la Communauté Financiere d'Afrique
G Grand (réseau)
FElCOM Fonds Spéeial d'Equipement et d'interventíon Intercommunal
lEC Informatíon, édueation et communieation
IRCOD Institut Régional de Coopération et Développement - Alsaee
IRGM Institut de recherehes géologiques et minieres
M Moyen (réseau)
MC Mixed Credit (Crédit mixte danois)
MINEE Minístere de I'énergie et de I'eau
ODM Objeetífs du Millénaíre (ou Míllenium)
ONEP Offiee national de I'eau potable (Maroe)
ONG Organisatíon Non Gouvernementale
ORH Observatoire des ressourees hydraulíques
P Petít (réseau)
PAEPAR Politique d'Approvisíonnement en Eau Potable et d'Assainissement en milíeu Rural
PEHD Polyéthylene haute densité
PIB Produit Intérieur Brut
PNDP Projet natíonal de développement partíeipatif
PPTE Pays Pauvres Tres Endettés
PVC Chlorure de polyvinyle
SDHR Sous direetion de I'hydraulique rurale et de I'hydrologie
SDHU Sous direction de I'hydraulique urbaine et de I'assaíníssement
SIG Systeme d'information géographique
SMIC Salaire minimum interprofessionnel de croissanee
,
SNEC Soeiété nationale des eaux du Cameroun f
SONEL Société Nationale d'Electricité de Cameroun
STABEX Fonds de stabilisation des eours des matieres d'exportation (UE)
SW SCANWATER
TG Tres grand (réseau)
TRI Taux de rentabilité interne
UE Uníon Européenne
UV Ultra Violet

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 page vi


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de (aisabilité de leur réhabilitation

1 Introduction
Le bureau d'étude NIRAS a réalisé au cours du premier semestre 2010 une mission au Cameroun en
vue de faire I'étude diagnostique de 350 stations Scanwater et de faisabilité de leur réhabilitation. Une
importante équipe a participé a la réalisation de cette étude. La liste des participants est donnée en
Annexe 4
Une version provisoire de J'étude a été rédigée et remise aux commanditaires débutjuin.
La version provisoire de I'étude a présenté un diagnostic technique et social des réseaux Scanwater,
basé sur un échantillon de 47 sites visités. La faisabilité technique et sociale d'une réhabilitation a été
montrée.
Mais ce type d'intervention de réhabilitation d'une centaine d'infrastructures, dans des états variables,
de différentes tailles et dispersées sur un vaste territoire ne se prt!te pas facilement aux conditions du
Crédit Mixte qui est plutót destiné a des réalisations d'instalIations neuves et ponctuelles comme des
stations de pompages ou de traitement des eaux. De plus, le Crédit Mixte est prévu pour etre mis en
reuvre avec un partenaire local qui dispose de moyens et de personnel technique performant disponible
sur un site unique de travail. Ce n'est pas le cas de la DHH vu la dispersion des sites.
L'étude a donc dO imaginer un montage un peu particulier pour "entrer dan s le moule" du Crédit Mixte
a mi-chemin entre une opération ponctuelle de travaux et un projet de développement.
La version provisoire de I'étude a présenté plusieurs options de choix techniques de sites a réhabiliter,
de nombre de sites, et de modes de gestion du projet a mettre en place. L'étude a également fait
plusieurs propositions pour rendre ce futur projet compatible avec les exigences d'un Crédit Mixte.
Une réunion s'est tenue le 29 juin a Copenhague dans les locaux du Ministere des Affaires Etrangeres
pour examiner les propositions du bureau d'études. Les représentants de DAN IDA, le Directeur de la
DHH du MJNEE, le chef de mission et une représentante du bureau d'études NIRAS ont participé a
cette réunion.
Lors de cette réunion il a été demandé au bureau d'études de faire plus de recommandations pratiques
pour la mise en reuvre de la réhabilitation et de développer une option de mise en reuvre tendant a un
budget global de 25 millions d'Euros avec la participation d'un Ingénieur Conseil et d'un Entrepreneur
unique de travaux. En outre, DANIDA a demandé d'éviter la dispersion géographique des travaux
pour éviter des pertes de temps et d'argent. DAN IDA recommande de travailler par région (une ou
deux régions contigues simultanément) et d'achever tous les travaux d'une région avant de passer a la
suivante.
La version finaIe "draft" a été remise au cours du mois d'aoOt 2010 a DANIDA qui a faít parvenir ses
demiers commentaires et demande de précisions. Ces commentaires figurent en annexe 18.
Le présent document est la version finale de I'étude. 11 reprend I'option retenue et prend en compte les
remarques et modifications suggérées en réunion et par courrier le 31 aout 2010.

Etude de faisabilité Version finaJe Septembre 2010 Page 1


Etude de diagnostíc de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

2 Historique
Dans les années 1980 la société danoise SCANWATER / r. KRUGER a réalisé 348 1 réseaux
d'aJimentation en eau potable dan s huit régions du Cameroun pour le compte du gouvernement du
Cameroun avec l'aide d'un financement danois DANIDA. Une liste complete de ces ouvrages est
donnée en annexe 8.
Le réseau dit "SCANWA TER" exploite une ressource en eau, le plus souvent un forage ou un puits.
L'eau brute est pompée vers une station de traitement ou I'eau est aérée, filtrée et chlorée. L'eau est
stockée dans un réservoir qui constÍíue le toit de la station. Le local abrite également le groupe
électrogene et les tableaux électriques de commande. L'ensemble est appelé "SCANWATER". A
partir du réservoir I'eau est distribuée par gravité vía des bornes fontaines publiques.
Le choix des sites a été fait pour satisfaire des personnes locales in fluentes. Aínsi, dans chaque
village qui a été équipé d'un réseau on trouve une "élite" qui est une personne originaire du village et
qui occupe un poste administratif, mílitaire ou politique en vue.
La construction des réseaux s'est faite sans consuItation de la population. Dans les villages, les plus
anciens se souviennent: "la caravane SCANWATER arrivait dans le vi lIage et s'y installait pour
plusieurs semaines. Des hommes blancs venaient faire des forages et monter une tour métallique. Et
quand ils partaient on avait de I'eau potable aux bornes fontaines".
Pendant quelques mois, une équipe de techniciens a assuré le fonctionnement des réseaux, toujours
sans impliquer les populations: "C'est l'Etat qui paie pour vous".
Mais un jour I'intervention de l'Etat s'est am3tée et la plupart des stations se sont arretées aussi, faute
de gestion et de formation des usagers. Ces stations non utilisées sont devenues des proies revées pour
des voleurs de matériel électromécanique de tres bonne qualité. Ainsi, dans de nombreuses stations
les moteurs, le compresseur, les pompes immergées, les composants du tableau électrique et le groupe
électrogene ont été démontés pour étre revendus.
Cette approche est a l'origine de nombreux problemes et de l'absence de gestion de nombreux réseaux
car la population ne s'est pas sentie impliquée. Mais cette maniere de travailler était dans les habitudes
de I'époque.
La situation se dégrada a tel point qu'entre 1995 et 2000, 60 réseaux furent réhabilités a I'aide des
fonds STABEX (Fonds de stabilisation des cours des matieres d'exportation) de l'Union Européenne.
L'approche de ce travail fut de "dépanner" les réseaux et de remplacer a I'identique les pieces
manquantes ou défectueuses. Malheureusement lors de I'évaluation de cette activité en 2002, plus de
la moitié des réseaux réhabilités étaient déja hors service, certains étaient pillés, d'autres abandonnés,
etc. Cette opération de réhabilitation n'avait malheureusement pas été accompagnée d'une campagne
efficace de sensibilisation des populations et de formation des comités de gestiono A cette époque, la
politique de décentralisation et les réformes du secteur de I'eau n'étaient pas en place.
Depuis d'autres initiatives ont été prises par dívers intervenants nationaux ou intemationaux: BIP
(Budget d'Investissement Publics), ONG, coopérations, Union Européenne, PNDP. FEICOM, etc.
Quelques réseaux ont été modífiés avec succes en mode gravitaire. Mais malheureusement sans
refaire les études de dimensionnement indispensables apres 25 ans.
L'administration camerounaise ne dispose pas d'outils de suivi de ces infrastruetures mais en connait
I'état général malheureusement mauvais.
En avril 2009, le Ministere de l'Energie et de l'Eau a adressé a DANIDA une demande d'appui pour
réaliser une étude diagnostique et de faisabilité pour un projet de réhabilitatíon des "stations
SCANWATER" en vue de mettre en place un pret de Crédit Mixte pour couvrir les investissements.
Une étude de diagnostic et de faisabilité a done été commandée au Bureau NfRAS apres une
procédure d'appel d'offres.

1 Deux réseaux ont deux stations SCANW ATER

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 Page 2


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Camerou" el de faisabilité de leur réhabilitation

Sigle Signification
VAN Valeur Actuelle Nette
XAF Francs CFA de l'Afrique centrale
Taux de change
La monnaie nationale du Cameroun est le Francs CFA (XAF), les estimations des prestations et tous
les calculs financiers et économiques ont été faits en Euros (€), la monnaie Danoise est la Couronne
danoise (DKK)
I € = 655,957 XAF = 7,44 DKK (taux moyens utilisés)
IDKK = 88 XAF

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 page vii


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

o Résumé
Historique
11 existe au Cameroun dans les huit régíons du sud du pays, 350 réseaux d'alimentation en eau potable
réalisés dans les années 1980 pour alimenter des villages et petits centres non desservis par la Société
Nationale des Eaux du Cameroun (SNEC). Ces infrastructures ont été réalisées sur financement
danois par l'entreprise SCANWA TERJI. KRUGER en quatre tranches successives entre 1980 et 1991.
Ces réseaux ont été implantés sans impliquer, ou peu s'en faut, la population locale qui a re¡;u cette
infrastructure comme un cadeau de l'Etat.
Ces infrastructures ont été con¡;ues suivant un schéma type: forage, pompage, traitement par aération,
filtration et désinfection au chlore, stockage dans un cháteau d'eau et distributíon gravitaire par bornes
fontaines publiques. La foumiture d'énergie est assurée par un groupe électrogene a moteur diesel.
L'ensemble de l'ínstallation est enfenné sous le cháteau d'eau. Les seules variantes qui sont apparues
au cours des phases de travaux sont le recours a des puits au lieu des forages ou, dans de rares cas, a
des prises en riviere ou de sources. Certains réseaux, quand les conditions topographiques le
pennettaíent, ont été con¡¡:us pour fonctíonner par gravité. Dans quelques cas, la station a été raccordée
au réseau électrique national triphasé (SONEL), le groupé électrogene restant présent en cas de
coupure d'alimentation.
Le fonctionnement et l'entretien ont été assurés par un opérateur indépendant rémunéré par l'Etat
pendant les premieres années. Mais un jour, cette assístance s'est arretée et les réseaux n'ont plus
fonctionné que le temps de víder la cuve de mazout, ou de recevoir la facture d'électrícité, faute d'une
organisation villageoíse fonnée acet effet.
La plupart des réseaux ont done cessé d'etre actifs et certains ont été pillés par des voleurs, le plus
souvent extérieurs au village, agissant parfois avec la complicíté d'ancíens opérateurs. Tout ce quí a
une valeur marchande et est facilement démontable a été volé: matériel électrique (interrupteurs,
fusibles, relais, etc.), moteurs, compresseurs et meme les groupes électrogenes pourtant lourds et
encombrants. Tres peu de vrais cas de vandalisme ont été constatés, les plus graves déprédatíons a
I'infrastructure sont dues a des tentatives d'intrusion dans le local par les parois en aluminium.
Tres peu des ces forfaits ont été suivi de poursuites judiciaires et de sanctions, alors que souvent les
coupables sont connus de tous!
De nombreux réseaux ont été fortement abimés par les travaux d'élargissement des pistes qui ont
arrachés les conduites dont le recouvrement avait été fortement diminué par I'érosion.
Quelques réseaux ont continué a fonctionner suite a la mise en place d'un comité de gestion par une
ONG. Mais les expériences positives de ce type sont rares car tres souvent elles n'ont faít que retarder
I'échéance: a la premiere panne importante on s'est aper¡¡:u que la caisse était vide. Quelques réseaux
fonctionnent pourtant suite ades initiatives privées.
Dans les années '90 quelques réseaux ont été réhabílités. La plupart du temps ces réhabílitatíons se
sont Iimitées a des réparations et au remplacement du matériel défectueux ou disparu, partant de
I'hypothese que les forages profonds bien réalisés foumissaient une eau de qualité et ne sont done pas
la cause de mauvais fonctionnement. Beaucoup de ces réhabilítations n'ont pas été accompagnées de
suivi et de fonnation des comités de gestiono Certains réseaux ont été modífiés en profondeur et
transforrnés en réseaux gravitaires avec succes.
Introduction et contexte
La modífication de la politique du Cameroun en matiere d'alimentation en eau potable est en cours
dans le cadre de la décentralisation admínístratíve et technique. Le processus de décentralisatíon
commence a etre mis en application. Au cours du mois de mai 2010 les décrets d'application de la
décentralisation et de la réfonne du secteur de I'eau ont été signés. La réfonne est done en cours de
mise en application et les communes sont officiellement désignées comme maitre d'ouvrage pour les
infrastructures d'al imentation en eau potable qui ne sont pas du ressort de CAMW ATER.

Etude de faisabilité Version finale Septembre 20]0 Résumé page ]


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

3 Données démographiques et socio-économiques


3.1 Données générales du pays
Les données statistíques socio-économiques qui suivent sont principalement extraítes de l'Annuaire
Statistique 2008 de l'Institut Nationale de la Statistique (ANNU 2008).
Cependant, les calculs de I'ANNU 2008 se basent sur une extrapolation sur plus de 20 ans des taux de
croissance des recensements de 1976 et de 1987 croisés avec des données réelles relevées sur le terrain
par des organismes sectoriels (santé et éducation par exemple), ce qui faít que les pourcentages par
rapport él la population estimée ne sont plus réalistes en 2008.
Pour les données de population, nous avons eu acces aux résultats partiels du recensement de 2005
paru en avril 20 IO. Cependant ces chiffres ne sont pas encore croisés avec les données sectorielles.

3.1.1 Données démographiques


Les données démographiques ci dessous proviennent de I'ANNU 2008, ainsi que des résultats du
recensement de 2005. Selon ces données, le Cameroun connaít une croissance démographique rapide
(3 % en moyenne par an) et un exode rural tres important. Le taux d'urbanisation est de 48,8 %.
Tableau 1 Population et taux de croissaoce
. ­

1976 1987 2005 2010 2020 %


croissaoce
Urbain 2 184242 3968919 8514938 10675000 17500000 4,6%
Rural 5479004 6524736 8948898 8531000 10000000 1,6%
Total 7663246 10493655 17463836 19206 000 27500000 3,0%
SOURCE : TAUX DE CROISSANCE CALCULES SUR LES RECENSEMENTS DE 1987 ET 2005
Selon PInstitut National de la Statistique, est considéré comme milieu urbain, une localité de plus de
5 000 habitants, possédant un établissement d'enseignement post primaire, une unité de santé, une
bome-fontaine fonctionnelle et un marché quotidien.
Tableau 2 Répartitioo de la populatioo par traoche d'age et milieu de vie

Age médian < 15 ans > 60 aos


Urbaio 19,1 39,2 % 3,4 %
Rural 15,8 47,8% 6,5 %
Total 17,7 43,6% 5,0%
SOURCE : ANNU 2008
La population globale estimée pour les huit régions de I'étude est donnée au Tableau 3 ci-dessous.
Les données par département avec les taux de croissance sont détaillées él l'Annexe lO du volume des
annexes socioéconomiques.

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 Page 3


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Tableau 3 Population globale dans les huit régions concernées


<~

Population 1976 1987 2005


ADAMAOUA 359334 495 185 884289

CENTRE 1 176743 1 651 600 3098044



EST 366235 517 198 771 755
LITTORAL 935 166 1 352833 2510 263
NORDOUEST 980531 1 237348 1 728953
- --_ .. « «

OUEST 1035597 1 339791 1 720047


SUDOUEST 620515 838042 1 316079
SUD 315 202 373 798 634655
SOURCE : ANNU 2008 ET RESULTATS PARTIELS DU RECENSEMENT 2005

3.1.2 Macroéconomie et ressources


Le développement économique du Cameroun, repose principalement, sur le secteur primaire. Les
productions agricoles et de rente (cacao, café, coton, caoutchouc, banane, ananas, etc.) font de
I'agriculture camerounaise la plus riche d'Afrique centrale. D'une maniere générale, le pays est
autosuffisant sur le plan alimentaire.
Les ressources pétrolieres et forestieres s'ajoutent a celles d'orígine pastorale et agricole.
En 2002, le PIB (Produit Intérieur Brut) était estimé a 7 609 milliards de XAF, soít pres de la moítié
de celui de la Communauté Economique et Monétaire de l'Afrique Centrale (CEMAC) estimé a 16
627 milliards de XAF. Le Cameroun constítue ainsi un poids lourd dan s la CEMAC.
En 2005, le taux d'activité est de 71,5 %, le taux de chómage de 4,4 % et le taux de sous emploí de
75,8 %. 90,4 % des camerounais exercent leur emploi dans le secteur informe!.
Le Cameroun a enregístré de bonnes performances macroéconomiques depuis 2000, ce qui luí a
permis d'etre admis a l'Initiative PPTE (Pays Pauvres Tres Endettés).
Dans le rapport de progressíon de I'atteinte des objectifs du míllénaire pour le développement publié
en 2003, le Cameroun a fait des progres dans plusieurs domaines.
En matíere d'habítat (offre au logement des populations pauvres), la simplificatíon de la procédure
d'immatriculation (nouveau régime foncier et domaníal) a permis d'augmenter I'acces des pauvres a la
propriété foncÍere.
L'acces a I'eau potable dans les centres urbains a stagné depuis 1996, année de démarrage du processus
de privatisation de la Société Nationale des Eaux du Camero un (SNEC). Tres peu d'investissements
ont été réalisés, et le nombre de bornes fontaines publiques dans les centres urbains desservis a
progressivement diminué jusqu'a a peine 176 unités sur I'ensemble du territoire en 2005.

3.1.3 Pauvreté
eme
Le Cameroun reste cependant un pays pauvre. Selon la 3 Enquete Camerounaise aupres des
Ménages (ECAM 3), le seuil de pauvreté est estimé en 2007 a 738 XAF par adulte et par jour, prix de
Yaoundé, c'est a dire 22 454 XAF par mois. A titre de comparaison le SMIC (Salaire minimum
interprofessionnel de croissance) s'éleve a 23 500 XAF par mois.
En 2007, le taux de pauvreté était de 39,9 % des ménages. Le taux de pauvreté dans les ménages dont
le chef n'a jamais été a I'école (10 % dan s notre échantillon) est de 5,4 fois plus élevé que celui dont le
chef a le niveau secondaire ou plus (45 % de notre échantillon), et le phénomene est prédominant en
zone rurale: en 2007, plus de la moitié des individus y sont pauvres, alors que seulement 12,2 % dans
les villes de plus de 5 000 habitants, comme le montre le tableau suivant:

Etude de faisabilité Version finaJe Septembre 2010 Page4


Etude de 350 statíons Scanwater au Cameroun et de faisabílité de leur réhabilitatíon

Tableau 4 Pauvreté en mmeu urbaio et en milieu rural

Milieu Incidence Inteosité Sévérité % de pauvres Dépense moyenne (XAF/an)


Vrbain 12,2 2,8 1,0 10,8% 662289
Rural 55,0 17,5 7,2 89,2 % 313338
SOURCE: ANNU 2008

3.1.4 Education
En 2007, les ressources allouées a l'éducatíon rcprésentaíent 15,6 % du budget de I'Etat en
augmentation de 15,5 % par rapport a 2006.
Tableau S Ecoles, enseignants et nombre d'éleves I enseignant

Région Ecoles Enseigoants Eleves I enseignant


ADAMAOUA 651 2435 64

CENTRE 2297 16629 43

EST 730 3355 54

LITTORAL 1279 9414 36


NORDOUEST 1620 9364 42

OUEST 1636 10 046 48

SUD 763 4232 34

SUD OUEST 1015 5866 41


PAYS 12505 72 827 48
SOURCE: CHIFFRES INDlCATlFS TlTRES DE L'ANNU 2008, CHIFFRES POUR L'ANNEE SCOLAIRE 2006-2007

Le taux d'alphabétísation de la popuJatíon qui se situait en 1987 a 47 % est estimé a 68 % en 200 1,


maís reste encore assez faible pour les femmes (55 %).
Les données détaíllées et actuellement disponibles de la situatíon scolaire ne sont pas exploitables. En
effet, dans I'ANNU 2008, les données réelles (nombre d'enfants effectívement scolarisés par exemple)
sont croisées avec des estimations de population extrapolées depuís le recensement de 1987 et ne sont
plus réalistes, le taux de croissance par région ayant considérablement évolué depuis.

3.1.5 Santé
En 2005, le budget du ministere de la santé représentait 5, l % du budget nationa\. 11 était de 5,6 % en
2004. Cependant ce secteur bénéficie de ressources additionnelles provenant de la coopération. En
2003, iI Y avaít l lit pour 393 habitants et l médecin pour 10 000 habitants. La réforme hospitaliere
engagée en 2006 devrait permettre au pays de compter a breve échéance l lit pour 442 habitanti et 1
médecin pour 5 673 habitants.

1 Chiffre inférieur au constat de 2003! Source ANNU 2008

Etude de faisabilité Version finaJe Septembre 2010 Page S


Etude de díagnostic de 350 statíons Scanwater au Cameroun et de faísabilíté de leur réhabilitation

Tableau 6 Infrastructures de santé

Région Hopitaux CMA3 CS 4 Habitants I CS 5


­ ,-.

ADAMAOUA 9 18 16 11 743
CENTRE 53 70 394 15 117
EST 15 22 206 5665
LITTORAL 54 26 166 29611
NORDOUEST 22 38 212 11662
OUEST 36 56 462 4940
SUD 22 8 170 12376
SUDOUEST 15 32 202 5509
Pays 280 284 2515 12291
SOURCE: ANNU 2008 ET RECENSEMENT 2005
Ce tableau montre que la répartition des centres de santé par rapport au nombre d'habitants est tres
inégale, particulÍl~rement au détriment du Littoral et du Centre. Mais il faut tenir compte dans ces deux
régions des villes de Douala et Yaoundé OU le nombre d'hópitaux et de CMA est le plus élevés.
Les maladies infectieuses et parasitaires (Paludisme, SIDA, tuberculoses, parasitoses, etc.) constituent
la premiere cause morbidité au Cameroun. Le paludisme constitue la premiere cause de mortalité chez
les enfants (> 35 %) et 45 % des consultations. Un grand programme de promotion et de distribution
de moustiquaires imprégnées donne depuis 200 I des résultats tres encourageants (diminution de la
morbidité de 50 % chez les femmes enceintes).
Tableau 7 Taux de mortalité (pour 1000 personnes)

1976 1987 2004


Taux de mortalité brut 20,4 roo 13,7 roo 8,34 %o
Taux de mortalité infantile 156,5 %0 82,9 roo 74,0 roo
SOURCE: ANNU 2008
En général, I'espérance de vie est en nette progression
Tableau 8 Espérance de vie ala naissance

1976 1987 2004


Hommes 43,2 ans 56,2 ans 58,9 ans
Femmes 45,6 ans 52,4 ans 63,9 ans
Ensemble 44,4 ans 54,3 ans 61,3 ans
SOURCE: ANNU 2008

3.2 Analyse générale des enquetes de terrain


3.2.1 Introduction, méthodologie et traitement
L'enquete socio-économique a concemé 466 villages.
182 personnes ont été questionnées sur la situation et la consommation de leur ménage, en particulier
pour I'eau: 91 femmes d'un age moyen de 42 ans et 91 hommes d'un áge moyen de 46 ans.

3 Centre Médical d'Arrondissement


4 Centre de Santé
5 Données et population 2007
b 47 sites ont été visités mais le site n046 de BANJOUN YOM dans la régíon Ouest est géré par CAMWATER,

ce qui faít qu'il n'y a pas eu d'analyse socio-économique sur ce réseau.

Etude de faisabiJité Version finale Septembre 2010 Page6


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur rébabilitation

Dans chaque village deux hommes et deux femmes ont été interrogés, dont un(e) relativement jeune
(moins de 40 ans), et un(e) plus iigé(e) plus de 50, pour recueillir le point de vue des différentes
générations.
Notre échantillon donne 45 % de personnes dont l'age moyen est 58 ans, et 55 % de 33 ans. L'écart
d'iige va de 21 a 86 ans. De cette fayon I'échantillon représente bien I'opinion de I'ensemble de la
population adulte (hommes, femmes,jeunes et vieux).
La méthodologie détaillée, les questionnaires et, pour toutes les régions, les résultats détaillés, sont
donnés dans un volume séparé: "Annexes B soeioéeonomiques".
Tableau 9 Nombre de questionnaires sur les ménages

Région Nombre de questionnaires sur les ménages

ADAMAOUA 24

~~ ­

CENTRE 31
EST 24
LITTORAL 20
NORDOUEST 20
OUEST 24
SUD 23
SUDOUEST 16
TOTAL 182
Dans chaque village, des responsables de la gestion d'ouvrages hydrauliques ainsi que des personnes
ressourees ont également été questionnés: une personne ressource et une personne (ou un groupe de
personnes) gestionnaire par village, qu'il y ait ou non un ouvrage d'alimentation en eau potable

fonctionnel.

Les 182 questionnaires ménages ont été saisis dans un tableur et trié s en fonetion de 4 eriteres: région,

sexe, iige et aeees ou non a I'eau potable de fayon a tirer des informations utiles pour la présente étude.
3.2.2 Résultats et analyse
3.2.2.1 Profil général
Activité principale
La majorité des ménages vit de I'agrieulture (55 %). Vient ensuite le petit eommeree (27 %), les
fonetionnaires ou retraités (14 %) et enfin les éleveurs qu'on ne trouve que dans l'Adamaoua (21 %) et
un peu dans l'Est.
Cependant, les différences sont tres nettes entre les régions: les agriculteurs sont les plus nombreux
dans l'Est et le Sud Ouest (75 %), les commeryants et artisans dominent largement dans l'Ouest
(71 %), et si on trouve de nombreux fonctionnaires ou retraité dans le Littoral (40 %), iI n'y en a aucun
dans l'Est.

Education
En ce qui conceme le niveau d'édueation, la moyenne donne une majorité de "fin du primaire", 45 %
savent done a peine lire et écrire. 40 % ont suivi (mais pas forcément terminé) le niveau seeondaire,
5 % on un niveau universitaire, tandis que 10% ne sont jamais allés a I'école.
S'il n'y a pas de différence significative entre les hommes et les femmes dans ee domaine, par contre
elle est importante entre les générations et surtout pour les extremes: 8 % des jeunes seulement contre
14 % des plus ágés ne sont jamais allés a I'éeole, et si l % seulement des aneiens ont un niveau
universitaire, ils sont 8 % ehez les plus jeunes.
Dans le Littoral et le Nord Ouest, tous les enquetés sont allés a I'éeole, et le Littoral eompte aussi le
plus d'universitaires. L'Adamaoua a le plus d'illettrés.

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 Page7


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Chefde famille
Pour ce qui est de savoir si le chef de famille est un homme ou une femme, les résultats ne sont pas
tres fiables.
En effet, si la moyenne générale indique que pour 16 % des questionnés une femme est le chef de
famille, la différence est tres importante entre ce que disent les femmes (30 %) et ee que disent les
hommes (2 %) sur ee sujeto
On peut penser que les hommes n'avouent pas faeilement avoir une femme a la tete du ménage. Sinon
nous n'avons pas d'explication a ee phénomene.
Une étude de 1997, basée sur le reeensement de 1987 indique que 24 % des ménages eamerounais sont
dirígés par des femmes, mais que eette proportion est plus forte en ville qu'en milieu rural.
Quoi qu'il en soit, selon notre enquete, e'est dans l'Ouest que les ménages dirigés par une femme sont
les plus nombreux (selon les hommes et les femmes), tandis qu'a I'unanimité, il n'y a aueune femme
chef de ménage dans le Sud Ouest.

Dépenses des ménages (eau, énergie, euisine,frais seo/aires)


Les dépenses mensuelles des ménages pour payer I'eau, I'énergie (éclairage, cuisine .. ), le téléphone et
la seolarité des enfants, s'éleve en moyenne a 39000 XAF, ee qui est élevé par rapport au SMIC 7.
Tableau 10 Dépenses des ménages par région (XAF)

Région Eau Energie Télépbone Scolarité Total


8
ADAMAOUA 2732 3855 8946 15533
CENTRE 366 5381 5676 24370 35793
EST 1296 5625 7000 38438 52359
LITTORAL 3355 11 741 6222 15654 36972
NORDOUEST 717 8080 9300 9292 27389
OUEST 3203 5363 5563 19120 33249
SUD 214 7745 7750 10361 26070
SUDOUEST 305 5750 6667 32292 45014
Moyenne 9 1741 7649 8030 22639 38911
[J faut prendre en compte que les dépenses pour le logement et I'alimentation sont réduites en milieu
rural. Le poste de dépense le plus important est la seolarité des enfants (58 % des dépenses totales),
viennent ensuite, a peu pres a part égale I'énergie et le téléphone (19 %) et enfin I'eau qui ne représente
que 4 %.
Toutes dépenses eonfondues (sauf le téléphone), c'est dans l'Adamaoua et le Sud qu'on dépense le
moins, et dans l'Est et le Sud Ouest le plus.
3.2.2.2 Consommation en eau
Cette partie de I'enquete ne coneeme que les villages OU un aeces a I'eau potable existe et est en
fonction.
Selon notre enquete, la consommation globale est de 18 litres par jour et par personne. Elle ne differe
pas en fonction du fait que les ménages consomment uniquement de ['eau potable, exclusivement de
I'eau non potable ou mélangent les sources d'approvisionnement.

7 Le SMIC est de 23500 XAF


8 Absence de réseau téléphonique
9 Pour analyser globalement les chiffres des dépenses, nous avons ¡solé l'Adamaoua 011 il n'y a pas de téléphone
pour que les moyennes soient plus représentatives

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 Page8


Etude de de 350 statíons Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

La eonsommation serait toutefois plus importante dans le Littoral (25 litres) et plus faíble dans le Sud
(14 litres). Le Littoral est aussi la région ou I'on dépense le plus pour l'eau, ou il y a le plus de
fonetionnaires et retraités et ou le niveau seolaire est le plus élevé.
Dans les villages ou il y a un acces a I'eau potable, les ménages qui eonsomment exclusivement de
J'eau potable sont 47 %, 20 % n'utilisent que de I'eau non potable, et 33 % mélangent les sourees.
Quand il y a plusieurs ouvrages d'eau potable, 33 % vont a la pompe, 32 % a la BF et 14 % ont des
branchements particuliers. Cependant, les ménages n'ayant pas vraiment de choix entre ces ouvrages,
cette information n'est qu'indicative.

Paiement de I'eau et volonté apayer pour un branchement particulier


47 % des ménages qui ont un acces a I'eau potable, payent pour ce service une somme moyenne de
I 700 XAF par mois. lIs sont 57 % a penser que ce n'est pas cher (surtout dan s le Centre ou ils sont
82 %). Par contre, dan s l'Est tout le monde trouve que I'eau est trop chere.
96 % de I'ensemble des personnes se déclarent pretes a payer en moyenne 1 876 XAF par mois pour
un branchement particulier 10 dans la cour (y compris dan s l'Est, ou paradoxalement, les gens seraient
a
prets payer 3 500 XAF !). Cest dans le Sud qu'il y aurait le plus de problemes, la volonté moyenne
n'étant que de 760 XAF, c'est aussi dans le Sud qu'on dépense le moins a I'heure actuelle (214 XAF).
Une remarque importante est que dans les villages actuellement sans acces a I'eau potable, les
ménages sont préts a payer 2 100 XAF par mois pour un branchement particulier.
Notons bien ici que ceci est un indicateur de la volonté de payer et non de la possibilité de payer pour
un service de I'eau.

Qui va cltercher I'eau ? Qui paye ? Et qui payera ?

Ce sont les enfants qui vont chereher I'eau (78 % des ménages), puis les femmes (72 %), mais aussi les

hommes (21 %), ce qui est tres intéressant.

Cependant, les hommes déclarent payer pour I'eau (96 %), et ils ne laisserontjamais leur femme payer
seule la facture d'un branehement particulier (O %).
Mais les femmes ne sont que 30 % a leur donner raison: actuelIement, pour elles, la dépense est
partagée: I'homme paye dans 30 % des cas, la femme dans 53 % et le couple dans 17 %.
En eas de branchement particulier dans le futur, ce serait toujours, selon elles, I'homme dans 39 % des
cas, la femme dans 36 % des cas et le couple dans 26 % des cas qui assumerait les dépenses. Les
dépenses seraient done, selon elles, mieux partagées.
L'information des femmes sur ce sujet nous semble la plus crédible.

Pénibilité
85 % des enquetés disent que c'est difficile. Pour 30 %, la corvée est longue et tres pénible: a la
question "chercher de I'eau prend il plus de 10 minutes et si ouí combien de temps?" la moyenne (pour
les réponses "oui" est de 22 minutes par jour (le maximum étant I h30'), et ceux qui vont chereher I'eau
a plus de 50 metres, parcourent en moyenne 450 metres (le plus éloigné étant a I 800 metres).
Les enquetés commentent ainsi la pénibilité:
"Les enjants arrivent souvent en retard al'école paree qu'íls doivent aller chercher l'eau a la riviere ",
"JI jaut se lever a 3h du matin pour aller chercher de I'eau",
"Au branchement particulier, on prend I'eau la nuit acause de la pression",
"J'ai abandonné le petU élevage a cal/se du manque d'eau,
"e'es! trop loin !",
"Le temps d'eau es! tres sollicité",

10 Paiernent rnensuel pour la eonsornrnation d'eau a un branehernent de eour. On ne parle pas iei de frais de
raccordement.

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 Page9


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

"L'eau est si rare qu'on rentre parfois ala maison sans avoir puisé",
"La pente est raide et I'eau rare en saison sixhe",
"La seule source du village ne suffit pas pour tout le monde",
"Les fontainiers ne respectent pas les heures d'ouverture",
"JI Y a des bousculades et meme des bagarres" ...
3.2.2.3 Education sanitaire
Qualité de l'eau
Tous les enquetés déclarent aller chercher I'eau dans des bidons fennés et conserver I'eau dans des
récipients couverts, ou pour I'eau a boire dans des bouteilles en plastique. Mais nous ne sommes pas
allés vérifier dans les habitations.
Quelques uns mettent de I'eau de lavel, foumie par les centres de santé. Quelques personnes ont cité
des maladies liées a J'eau, disent qu'une sensibilisation a I'hygiene est nécessaire. Sur la base des
villages ou il y a un acces a I'eau potable, les ménages distinguent tres bien la qualité de I'eau en
fonction de son utilisation.
Tableau 11 Utilisation de l'eau

Utilisation de I'eau Quantité (I/jour)


ménage utilise eau potable pour boire 76% 2,2
ménage utilise eau potable pour cuisiner 58% 3,1
ménage utilise eau potable pour faire le ménage 53 % 4,6
ménage utilise eau potable pour la douche 54% 8,6
Total 18,5
Notons que meme dans les villages ou il y a un ou des ouvrages d'alimentation en eau potable, 20 %
ne s'y servent jamais: soit, ils habitent trop loin de I'ouvrage, soit ils n'ont pas les moyens de payer.
Mais ce n'est certainement pas par négligence ou ignorance sur la qualité de I'eau.
Nous n'avons rencontré qu'un seul cas (dans le Centre) ou le ménage utilise I'eau potable du réseau
pour tous les usages SAUF pour I'eau de boisson qu'ils vont chercher a une autre source.
15 % des enquetés disent qu'il faut controler la qualité physico chimique de I'eau potable et 8 % sa
qua lité bactériologique.
Quelques commentaires significatifs:
"Je suis obligée de mettre de la Javel pour consommer I'eau de surface",

"La qualité de I'eau est mauvaise, surtout en saison s(xhe",

"Les enfants ont des maladies,

"L'eau est salée" ....

Sans que nous ayons approfondis ce sujet dans le questionnaire, nous pouvons affinner que la
population est tres consciente de la qualité de I'eau potable et de sa conservation.

Latrines
100 % des ménages déclarent avoir acces a des latrines traditionnelles. (Cest douteux, et la pudeur
influence certainement cette réponse). Mais ceJles-ci ne sont, dans 54 % des cas, pas utilisées par les
enfants. Se Ion les enquetés, I'ONG Plan Cameroun a fait des campagnes de construction de latrines,
ainsi que "les américains". 2,3 % ont des WC modemes.

Etude de faisabilité Version finaJe Septembre 2010 Page 10


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

3.2.2.4 Gestion des stations Scanwater


Selon la population
Quand il y a (ou il y a eu auparavant) un comité de gestion d'un ouvrage d'alimentation en eau potable,
77 % savent qui en est (ou était) responsable, et 67 % des enquetés ont déja participé a des rencontres.
Pour les autres, ils n'avaient pas le temps (37 %) ou n'ont jamais été au courant de I'organisation des
réunions (75 %). Une tres grande majorité (92 %) de la population souhaite la réhabilitation des
stations Scanwater, avec I'installation de bornes fontaines supplémentaires et une extension de réseau.
Pour une tres grande majorité, ils sont prets a s'investir pour cela, en tout premier lieu dans la gestion,
puis financierement ou dans des travaux.
Ceux qui ne veulent pas s'investir, invoquent le plus souvent le manque d'intéret (67 %) et le manque
de temps (33 %). A noter toutefois que les femmes disent ne pas en avoir I'occasion, puisque la
décision de participer a des réunions publiques dépend de I'accord du mari. Notons aussi que les plus
jeunes sont nombreux a ne pas taire confiance a la gestion actuelle ou future, et que les femmes ne
sont pas suffisamment impliquées (Voir § 3.2.2.5 ci-dessous).
Les commentaires les plus probants que nous avons recueillis sont les suivants:
"JI faut former les technjciens",
"!l faut faire en sorte que les gens payent",
"C'est normal de payer pour I'eau",
"Si I'Etat répare, alors ouj. les gens vont payer».
liJe veux bien participer financierement. majs uniquement apres avoir vu I'eau couler des robinets",
"Les gens détournaientl'argent",
"Je ne suis pas intéressé si il ya une mauvaise gestion".
"!Ifaut sensibiliser la population",
"Les autorités dONent s'impliquer",
"Le comité de gest ion doit rendre compte",
"Les branchements parliculiers évitent le gaspillage",
"Le Comité de gestion est analphabete",
"Les fontainiers ne savent pas ¡¡re le compteur".
tI!1faut toujours une pompe dans les villages au cas OU la station tombe en panne".
"I/ fau! prévoir les fmis d'eau pour /'école " ....

Selon les comités de gestion


Dans 30 villages (sur 46), nous avons pu trouver des personnes ou groupes de personnes qui gerent ou
ont géré dans le passé un ouvrage Scanwater. Dans 17 villages, nous avons pu nous entretenir avec
des responsables de la gestion de stations fonctionnelles (gravitaires pour beaucoup) et dans 11
villages, avec des membres de comités ou la station est en panne. Dans ce cas, elles étaient toutes
alimentées par un groupe électrogene.

Etude de faisabilité Version finaJe Septembre 2010 Page 11


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Tableau 12 Organisation des comités de gestion

SW fonctionnelle SW non fonctionnelle

Comité toujours fonctionnel 100% 18%

Membres élus 50% 56%

Nombre de membres 8
6
Comités sans femmes 41 % 45 %
Si femmes, combien dans le comité? 2
Appui pour la structuration 35 % 64 %
Appui pour forrnation de la structure 35 % 46%
Appui par sensibilisation population 65 % 36%
Pas de statut juridique 71 % 73 %
Pas de reglement intérieur 53 % 64%
Pas de documents financiers 41 % 73 %
Ne tiennent pas de réunions 41 % 64 %
Membres rémunérés 30% 27%
Eau vendue au forfait 47% 55 %
Eau vendue au volume 35 % 46%
Eau gratuite 24 % 0%
Collecte des fonds chez un particulier 47% 82 %
Ne connaissent pas la politique en vigueur 82% 100%
Le Tableau 12 ci-dessus montre les différences d'expérience et d'organisation dans les deux caso Elles
ne sont pas significatives de fa¡¡:on flagrante et il est difficile d'en conclure des tendances, mis a part la
tenue des documents et le paiement des réparations qui sont mieux organisés la Ol! les stations
fonctionnent.
Tableau 13 Gestion des grosses réparations

Qui paye les réparations ? SW fonctionnelle SW non fonctionnelle


Comité sur collecte vente ou forfait 65 % 36 %
Elites 29% 0,0
Quete en cas de panne 12 % 9%
Aucune organisation 6% 55 %
Mais la gestion est difficile, un responsable nous dit:
"S'occuper de la gestion d'un Scanwater est ingrat, les gens menacent quand r;a ne marche pas"
Dans beaucoup de villages du Nord Ouest, la population est organisée en "associations de
développement de la population", tres dynamiques et fonctionnelles, et les ordres des présidents et
chefs sont appliqués a la lettre.
Il existe des villages Ol! la gestion a été "récupérée" presque malgré eux par des personnes
(enseignants, religieuses) de bonne volonté qui ont tout fait pour maintenir la station en état de
marche, mais ils ne souhaitent pas que la situation perdure et préfereraient une gestion organisée par
une autre structure pérenne.
Se Ion la population, qui est plus crédible et impartiale sur ce sujet, quand des rencontres ont été
organisées, c'étaient sur les themes suivants:

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 Page 12


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

• Propreté de I'eau et des abords. Sensibilisation organisées par divers organismes: les centres
de santé, les chefs de villages ou chefs religieux, l'ONO Plan Cameroun, les directeurs
d'écoles ainsi que lesjeunes du village.
• Entretien de I'ouvrage et gestion: organisées par les comités de gestion, les maires et chefs de
village, les associations de jeunes, des ONG et projet (PNDP, projet Gouvernance Eau, les
Japonais, et le MINEE, elles ont porté sur les assemblées générales des comités de gestion de
I'eau (renouvellement du bureau), I'entretien des points d'eau, comment s'organiser pour faire
fonctionner une station SW, la relance d'une SW, diagnostic SW, gestion et extension du
réseau SW, achat de gasoil, mise en place de forages de pompes manuelles, réparation d'une
pompe manuelle, etc.
Quelques réunions étaient récentes (2009 et 2010), et peu sont régulieres, mais dans un village, la
population se réunit tous les 3 mois et plus en cas d'urgence.
Quelques commentaires sur les réunions des comités de gestion
"On s'est réuni paree que quand on a fait 2 ans sans eau el on s'est demandé ce qu'i1 faut faire pour

avoir de I'eau",

"Quand iI ya des difficultés le chefnous réunit et on discute aussi sur I'eau",

"Les membres du comité discutent entre eux et viennent nous rendre compte dans les villages".

"Souvent, le chef de village ou l'associatíon du village nous réunissent pour parler des prob/emes.

comment développer le village".

Cas de honne organisation


Littoral
Tout le monde connaít dans la région /'existence du Comité de Gestion d'Eau de Bomono-Bomono.

11 compte 11 personnes dont unefemme qui assure I'administrationfinanciere et la trésorerie.

Les membres rer;:oivent une prime, seul I'agent administratif a un sa/aire mensuel.

11 ya un local pour le bureau avec une adresse bien précise.

Les données sont Íliformatisées.

Le Président a une moto de service.

L'agent administratif est permanemment au bureau. JI prend une pause amidi et reprend I'apres-midi.

Nous avons été rer;:us au bureau ou nous avons vu la facture de février 2010 d'un usager comme

justificatifde la gestiono

Le dernier conseil d'administration a arrété les comptes financiers en recettes et dépenses a

17 350 000 XAF pour l'année 2009.

Le Maire pense qu'i/ y a une grande insuffisance injrastructurelle, ce qui fail qu'il y a des zones qui

n'ont pas d'eau. 11 termine son propos en déclarant: "l'eau est absolument prioritaire. Lors du

prochain conseil municipal, c'est súr que nous discuterons du probleme d'eau car iI ya des quartiers

dans notre village qui n'ont pas encore d'eau. " .

Est
La station de N'Demba fonctionne parfaitement avec un réseau de 12 bornes fontaines et quelques
branchements privés disposant d'un compteur.
Un comité de gestion fonctionnel existe et la trésorerie est tenue par une sG!ur catholique.
Les fontainiers perr;:oivent une rémunération de 15 % du montant versé et les autres membres du
comité de gestion perr;:oivent une "motivation forfaitaire" décidée par le comité qui dispose d'un
compte ala procure de Bertoua pour la sécurisation desfonds". '

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 Page 13


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

3.2.2.5 Genre
Quelques différences significatives dans les réponses obtenues selon notre enquéte en fonction du sexe
ou de I'áge requierent une attention partículiere.
Activité principate et revenus du ménage
L'activité principale des personnes enquétées varíe beaucoup en fonction du genre.
71 % des femmes exercent une activité agricole, contre 49 % des hommes. Cette dífférence est
effacée en ce qui conceme I'activité du chef de ménage (puisque ce sont des hommes en majorité).
15 % des hommes sont fonctionnaires ou retraités de la fonction publique, contre seulement 3 % des
femmes.
Cela veut done dire que, quelle que soit I'activité du chef de ménage, la femme contribue souvent aux
revenus du ménage par des activités agricoles, et que les postes de fonctionnaires (et les avantages de
sécurité d'emploi, de revenus et de retraites plus sécurisés qui y sont associés) sont plus souvent
favorables aux hommes qu'aux femmes.
Les femmes sont éduquées, elles ont a peu pres le meme niveau scolaire que les hommes, mais elles
sont beaucoup plus nombreuses a étre allées a "université: 7 % contre 3 %.
Les hommes n'avouent pas facHement que le chef de ménage est une femme (seulement 2 %), les
femmes, elles, affirment que 30 % des ménages sont dirigés par une femme.

Activités de corvée d'eau: "qui s'en occupe, qui paye, est-ce cher ou non?"
Les hommes et les femmes ne sont pas du tout d'accord sur ce sujeto
Les hommes déclarent etre 34 % a aller chercher I'eau, les femmes sont d'aeeord avee eux pour 9 %
seulement.
L'éeart se ereuse en ce qui eoneeme le paiement de I'eau aetuellement: les hommes disent payer pour
a
I'eau dans 86 % des eas, tandis que les femmes sont seulement 30 % dire que les hommes payent
effeetivement.
Dans 17 % des eas, les femmes disent que les frais sont partagés dans le ménage, eontre 4 % des
hommes.
Les femmes sont 60 % a dire que I'eau n'est pas chere, les hommes le pensent dan s 50 % des caso
En cas de branchement particulier les hommes sont unanimes: aucune femme ne payera selon les
hommes (O %). Les femmes sont sceptiques sur ce point: elles seront 36 % a payer. Toujours selon
elles, les frais seront partagés dans le ménage dan s 26 % des caso Les hommes sont 6 % a vouloir
partager ces frais avec leur femme. Mais cette volonté de partage est plus nette dans les eouples plus
jeunes (voir plus bas). Les [emmes payent done pour I'eau, mais a eontre ereur. En effet si elles ne
veulent pas de branchement particulier, e'est paree qu'elles pensent que ce n'est pas a elles de payer
(50 %). Si elles veulent bien partieiper a la gestion, ce sera moins par une partieipation finaneiere que
ehez les hommes (86 % eontre 96 %).

Gestion des ouvrages


Les femmes sont moins impliquées et done moins au eourant (41 % des [emmes savent qui gerent
contre 51 % des hommes). La moitié des hommes n'ont pas confiance dans la gestion, les femmes ne
sont que 17 % (peut-etre paree qu'elles ne savent pas ce qui s'y passe, vu que ce domaine leur est
relativement fermé). Elles participent un peu moins aux réunions (56 % de réponses négatives eontre
53 %). Nombreuses sont ceHes qui ne veulent pas partieiper activement (19 % contre 4 % des
hommes), et si oui ce ne sera pas dans la gestion directe (26 % des femmes, 38 % des hommes). Dans
certains cas, il leur faudrait d'ailleurs I'autorisation du Mari. Par rapport aux hommes elles disent
qu'elles n'ont ni le temps (30 % des femmes 0% chez les hommes), ni les moyens (29 % et O %).

Etude de faisabilité Version finaJe Septembre 2010 Page 14


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Des femmes nous ont dit:


"On écoute mieux les hommes",

"Les femmes ne sont pas dans les comités"

Variations régionales
11 y a des différences régionales significatíves.
Dans I'Ouest, le Sud et le Centre, les dépenses pour I'eau sont faítes soit par les hommes, soit par les
femmes. Jamais par le ménage. Dans le Centre cependant, elles peuvent etre partagées en cas
d'investissement dans un branchement partículier. Dans le Sud Ouest, il n'y a aucune femme chef de
famille, et aucune femme dans les comités de gestiono
3.2.2.6 Différence entre les plus jeunes et les plus agés

Les moins de 45 ans ont 33 ans en moyenne, les plus de 45 ans, ont 58 ans en moyenne.

11 y a plus de ménages dirigés par les femmes dans la catégorie des plus de 45 ans (19 % contre 14 %).
Les plus agés sont moins satisfaits de I'approvisionnement en eau (85 % contre 79 %) certainement
paree que les plus agés ont connu la station Scanwater fonctionnelle, tandis que les plus jeunes, n'ont
pas connu cette régression.
Plus le ménage est jeune, moins les enfants sont chargés de la corvée d'eau (75 % contre 80 %). Plus
le ménage est jeune plus les frais sont partagés dans le couple (12 % contre 9 %).
Plus le ménage est vieux et plus il y a d'enfants scolarisés (5 contre 3), ce qui explique aussi la taille
des ménages qui augmente d'autant en moyenne (10 contre 7). Plus le ménage est vieux, plus le chef
de familIe est une femme (de 14%a 18%).
Le niveau d'éducation augmente: les plus jeunes sont plus nombreux a etre allés a I'école (8 % sans
aucune scolarité contre 14 %) et jusqu'a I'université (8 % contre 1 %).
Les jeunes n'ont absolument pas confiance dans la gestion (50 % contre 0%). Certainement paree
qu'elle est confiée aux anciens. En effet, les jeunes, tout comme les femmes, ne sont pas vraiment
impliqués dans la gestion: ils sont 39 % a avoir participé a des rencontres contre 52 % des plus agés, et
dans une tres grande majorité paree qu'ils n'ont pas été informés. Par contre, ils sont plus nombreux a
vouloir participer activement (93 % contre 83 %).
Quelques jeunes nous on dit:
"Ce n'est pas démocratique, on n'estjamais convoqués"

3.2.2.7 Conclusion
Tous ces constats seront fondamentaux dans I'élaboration et la mise en ceuvre de campagnes de
sensibilisation. Les différences socioculturelles, de comportement, de stratégie et de ressenti entre les
femmes, les hommes, les plus jeunes et les plus vieux doivent impérativement etre bien comprises et
respectées dans les approches de sensibilisation puisque les actions ne seront efficaces qui si elles
integrent les frustrations, les réticences, et les potentialités de chaque groupe social.
En ce qui concerne I'organisation de la gestion ou de l'entretien des ouvrages, íI faudra impérativement
s'atteler a aider la population a s'organiser correctement (et ceci que les ouvrages soient déja
fonctionnels ou réhabilités). La population est prete: volontaire pour payer, consciente de la qualité
de I'eau, volontaire pour s'investir, fatiguée par la pénibilité, fatiguée de la mauvaise gestion et de
I'accaparement des comités par quelques individus qui ne pratiquent pas la transparence. Le niveau
d'éducation augmente, I'aspiration a des conditions de vie moins pénibles aussi. Et I'eau est leur
premiere préoccupation.
Lors des séances de sensibilisation, dans une meme commune, il faudra prendre le temps de bien
discuter non seulement avec les habitants du "centre ville" susceptibles de bénéficier directement de la
réhabilitation de l' AEP, mais aussi avec ceux des villages ou quartiers dépendant de cette meme
commune mais un peu trop éloignés pour etre raccordés. 1I y a en effet beaucoup de conflits a ce sujet

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 Page 15


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

et les habítants des quartíers éloígnés se sentent lésés et oublíés des responsables communaux et des
projets. En général, íl y a des associations dans ces villages ou quartiers. En s'appuyant sur ces
associations, le message (explication d'ordre technique par ex.) aura plus de chance de passer et cela
évitera les problemes.

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 Page 16


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun el de faisabilité de leur réhabilitation

4 Description du Secteur
4.1 Politique et stratégie du Gouvemement du Cameroun
Sur ce sujet, nous avons puisé nos informations dan s le document de Politique Nationale
d'Approvisionnement en Eau Potable et d'Assainissement en milieu rural (PAEPAR - 2007) qui faít
une description analytique du secteur.
4.1.1 Textes législatifs et réglementaires
Depuis les années 1980-90, le Cameroun a entrepris d'importantes réformes en vue de créer un
environnement institutionnel, économique et politique, propice a la reprise d'une croissance soutenue
dans un contexte d'ouverture et de libéralisation de I'économie.
Á cet effet plusieurs documents cadres et plans sectoriels ont été adoptés. Cependant si des textes ont
été pris, révisés, aménagés, modifiés ou abrogés et de nouveaux élaborés, ils n'ont pas toujours tenu
compte des textes existants avec pour conséquences des discordances voire des contradictions et ils
sont encore que tres peu appliqués car les textes d'application (décrets, arretés) n'ont été promulgués
qu'en mai 20 l O. La raison en est la faible intemalisation du dispositif normatif élaboré par l'Etat ainsi
que le caractere "informel" de la vie économique et sociale.
Cette situatíon est cependant tres différente d'une régíon a I'autre pour des raísons culturelles, par
exemple la tradítion de ¡'autorité au "chef'.
Principaux textes
• Loi portant protection de la santé publique (novembre 1964)
• Organisation du Ministere de l'Energie et de l'Eau (MINEE) (2005)
Un décret précise les attributions du ministere, notamment "la conception la formulation et la mise en
a:uvre des stratégies d'alimentation en eau potable en milieu rural, la gestion et la protection des
ressources en eau, la conception et la mise en reuvre des programmes d'assainissement rural, de
I'élaboration, de l'application et du suivÍ des programmes d'alimentation en eau potable des localités
rurales, l'élaboratÍon du cadre juridique régissant les secteurs de I'eau .. o..o
• Lettre d'intention de politique de développement humain durable (1995)
La lettre d'intention de politique de développement humain durable, élaborée en 1995, a pour finalité
de contribuer a la sécurité économique, sanitaire, alimentaire (dont acces a I'eau et assainissement),
environnementale (préservatíon d'un environnement saín), individuelle et politiqueo
• Loi portant loi cadre relative a I'environnement (aout 1996)
• Loi portant régime de l'eau au Cameroun (avril 1998)
Elle compte cinq titres i) Dispositions générales, ii) protection des eaux, iii) exploitation des eaux, iv)
responsabilité et v) sanctions, dispositions diverses et finales, mais n'aborde pas l'administratíon de
l'eau. Elle prévoit des décrets d'applications qui ne sont pas tous pris, et d'autres non appliquéso
• Le document de stratégie de réduction de la pauvreté (DSRP- 2000)
Réduire le niveau de pauvreté, vulnérabilité et inégalité de la populationo
Dont: Garantir l'acces des pauvres aux services sociaux de base: I'éducation, la santé, I'eau potable,
l'habitat et les activités génératrices de revenus pour les pauvreso
• Le document de stratégie de développement rural (DSDR)
Vision de "développement rural décentralisé" basé sur 7 príncipes:
1. La responsabilisation totale des communautés de base, impliquant que la maitrise
d'ouvrage des investissements soit assurée au niveau local par les bénéficiaires eux­
memes, organisés dans des structures représentatives,

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 Page 17


Etude de diagnostie de 350 stations Sean water au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

2. L'élargissement du champ des investissements financés par les projets et programmes


pour prendre en compte les besoins prioritaires des bénéficiaires,
3. Le recentrage du role de I'Etat,
4. Le cofinancement des investissements,
5. La concertation a différents niveaux en vue de limiter les incohérences et organiser les
complémentarités.
6. La tlexibilité qui suppose I'adaptation des outils aux spécificités locales
7. La fongibilité des fonds.
• Décentralisation Guillet 2004)
Elle ouvre aux régions et aux communes, la possibilité d'acquérir une personnalité morale de droit
public distincte de celle de I'Etat, une autonomie financiere et le droit de s'administrer librement (Voir
en annexe 6).
Lors de notre séjour a Yaoundé, une commission interministérielle était mise en place afin d'élaborer
un décret fixant les conditions de rétrocession aux communes dans les meilleurs délais.
• Politique Nationale d'Approvisionnement en Eau Potable et d'Assainissement en mílieu rural
(PAEPAR - 2007)
En voie d'adoption lors de notre séjour au Cameroun, ce document de référence (accompagné d'un
plan d'action paru en 2008) a été élaboré par le Ministere de l'Energie et de I'Eau, dans le but
d'améliorer I'acces durable des populations rurales en organisant le secteur en milieu rural,
harmonisant les méthodologies d'intervention des différents acteurs a travers:
o une meilleure planification des ouvrages: répondre a la demande, augmenter la
couverture des services, éviter les incohérences,
o une pérennisation des investissements réalisés: améliorer I'entretien, sécuriser le
financement, prévoir le financement du renouvellement,
o une moindre dépendance vis-A-vis de PEtat afin d'asseoir le développement du secteur
sur toutes les forces disponibles.
• Assainissement
Le secteur manque cruellement de textes réglementaires et sa responsabílité est dispersée dans

plusieurs ministeres.

Mieux pris en compte dans les textes régissant I'hydraulique urbaine, le PAEPAR luí accorde
cependant une part tres importante, et la mise en (l!uvre des principes qui y sont proposés apportera
I'éclaireissement institutionnel indispensable dans ce domaine. Pour ce qui est de I'équipement des
établissements publics sociaux (écoles, dispensaires), iI n'y a pour I'instant pas d'obligation (eau et
latrines), mais beaucoup de bonne volonté de la part des bailleurs.
4.1.2 Conclusion
Les textes législatifs et réglementaires aetuels ne traitent ni de la programmatíon, ni de la réalisation,
ni de la propriété des ouvrages. Le secteur reste encore peu outillé au niveau réglementaire. Un code
de I'eau s'avere indispensable pour réunir et coordonner tous les textes.
Néanmoins, au cours du mois de mai 2010 les décrets d'application de la décentralisation et de la
réforme du secteur de I'eau ont été signés. La réforme est done en cours de mise en application et les
communes sont officiellement désignées comme maitre d'ouvrage pour les ínfrastructures
d'al imentatíon en eau potable qui ne sont pas du ressort de CAMW ATER.
11 n'en reste pas moins vrai que de grands efforts restent a faire pour assurer aux communes de
disposer d'un personnel compétent et équipé pour assurer les tilches de gestion des infrastructures
d'alimentation en eau potable.

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 Page 18


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

4.2 Autorités pertinentes


Le secteur de I'eau potable est géré sur I'ensemble du territoire national par le Ministere de I'Energie et
de l'Eau (MINE E).
La Direction de I'Hydraulique et de I'Hydrologie (DHH) au sein du MINEE est composée de deux
sous directions: I'Hydraulique Urbaine (SDHU) et I'Hydraulique Rurale (SDHR).

4.2.1 Sous Direction de I'Hydraulique Urbaine


La Sous Direction de ¡'hydraulique urbaine (SDHU) régit tout ce qui concerne la production et la
distribution de "eau potable ainsi que I'assainissement dans les zones urbaines et périurbaines. La
SNEC qui assurait autrefois ces missions a été transformée le 2 mai 2008 en deux nouvelles
structures:
• la Cameroon water utilities corporation (CAMWA TER), et
• la société Camerounaise Des Eaux (CDE)
CAMWATER est une société publique de patrimoine chargée des investissements sur les
infrastructures de production et le fermier CDE est I'interface client, chargé de la gestion quotidienne
de la production et de la distribution de I'eau potable. La gestion de la CDE a été confiée apres une
procédure d'appel d'offres internationale a la société marocaine ONEP.
Cette modification a figé I'emprise des sociétés aux \06 centres qui étaient couverts par la SNEC a la
date de la création de CAMWATER. Une étude est en cours pour que reviennent a ces sociétés le
patrimoine et I'exploitation de tous les centres ayant plus de 30 000 habitants, ce qui conduirait la CDE
a gérer 314 centres.
4.2.2 Sous Direction de I'Hydraulique Rurale
La Sous Direction de I'hydraulique rurale (SDHR) a dix délégations régionales ll réparties dans les 10
régions du pays et qui assurent le suivi du fonctionnement des infrastructures d'alimentation en eau
potable non couvertes par la CDE. Les délégations régionales sont d'une taille proportionnelle a la
taille de la région. Elles disposent de bureaux équipés et d'un minimum de matériel de gestiono Elles
sont malheureusement tres souvent acourt de budget pour faire des interventions sur le terrain.
Ces délégations régionales sont secondées par 58 délégations départementales qui s'occupent tant du
milieu rural que du milieu urbain et qui assurent le lien avec le terrain et relaient leurs observations a
la direction nationale via leur délégation régionale.
Mais une réforme du secteur de I'eau est en cours, en parallele avec la mise en place de la
décentralisation.
Ainsi, les 386 communes deviendront a terme propriétaires des infrastructures d'alimentation en eau
potable, tant les points d'eau ponctuels comme les forages avec pompe manuelle et les petites sources
aménagées que les installations de production et d'adduction d'eau potable et les réseaux de
distribution. Et parmi ces infrastructures se trouvent les SCANWATER qui devront etre remis en état
de fonctionnement avant d'etre remis aux communes.
Les communes devront assurer la bonne gestion de ces infrastructures avec I'aide de la DHH et de ses
délégations régionales et départementales mais aussi en travaillant avec les comités de gestion
vi lIageois et recourant a la privatisation de tout ou partie de cette gestion vía des contrats de services,
d'affermage ou autres.

4.3 Politique tarifaire de I'eau potable


La seule tarification officielle de l'eau potable qui existe dans le pays est celle qui est appliquée par le
CDE, reprise de celle qui était appliquée par la SNEC.
11 n'est pas possible de savoir ce que couvrent réellement les montants facturés aux clients.

11 La DHH est représentée dans les dix régions par un délégué "Eau et Assainissement" qui couvre tant le milieu
urbain que le milieu rural

Etude de faisabllité Version finale Septembre 2010 Page 19


Etude de de 350 stations Scanwater au eameroun et de faisabilité de leur réhabilitatíon

Les tarifs de base sont simples et basés avant tout sur le paiement d'eau distribuée par des
branchements privés ou "abonnés": le metre cube mesuré au compteur est facturé a 293 XAF pour les
10 premiers m 3 et ensuite 364 XAF 12. A cela s'ajoute les frais de location du compteur de 780 XAF.
La facturation est mensuelle quelle que soit la consommation.
La consommation aux bornes fontaines payantes est facturée au gestionnaire de la borne fontaine a
293 XAF le ml san s limite de volume. Le gestionnaire vent I'eau a un tarif lui perrnettant de vivre
décemment de son commerce. Sur la base d'un prix de 20 XAF par bidon de 20 litres, il fait une
marge de 707 XAF par m3, censée couvrir les pertes d'eau, le remplacement des robinets et son travail,
soit sur base d'une distribution de 15 ml par jour l3 (750 c1ients par jour) une marge brute journaliere
de 10 500 XAF, ce qui est tres atlrayant.
II existe ensuite toute une série de tarifs spéciaux appliqués aux consommations industrielles
(facturation dégressive), aux agents de la SONEL, de la CDE, etc. sur base d'accords antérieurs hérités
de la SNEC. Ces tarifications particulieres se basent principalement sur des quotas de consommation
qui sont pris en charge par la CDE.
Le tarif pour un nouveau raccordement (branchement particulier) est de 33 268 XAF pour un
branchement standard (compteur de 15 mm et 5 metres de canalisation). Ce prix ne couvre pas le cout
du compteur qui est loué au consommateur. Ce prix ne couvre néanmoins pas réellement le cout du
branchement.
Un financement de la Banque Mondiale perrnet de faciliter I'acces au raccordement par une prise en
charge 90% des frais d'installation. Mais il semble que les conditions d'éligibilité ne sont pas tres bien
définies ou appliquées a ce jour.
Une tarification de I'eau en milieu rural est prévue dans les textes de la Politique Nationale et du plan
d'action. Ces textes sont repris et expliqués au § 4.6 ci-dessous. r1s ne sont pas a ce jour mis en
application.

4.4 Situation actuelle du secteur


4.4.1 Acteurs et coordination
Un grand nombre d'acteurs (étatiques et non gouvernementaux) interviennent avec des logiques et des

modes opératoires différents et en quasi-autarcie sans coordination ni controle du Ministere.

De type "projets", i1s integrent I'ensemble des compétenees pour la réalisation de points d'eau, de
I'identification des besoins au suivi-animation des comités de gestion et la réalisation des ouvrages. Le
MINEE, qui en est le principal acteur de mise en reuvre n'est pas ressenti comme un organisateur mais
comme un acteur direct. De plus, le manque de coordination entre les institutions de l'Etat crée des
conflíts de compétence et une mauvaise utilisation des ressources.
Un outil de programmation existe au sein du MINEE: I'ORH (observatoire des ressources

hydrauliques) mais iI n'est pas utilisé de maniere efficiente.

4.4.2 Organisation administrative


La plupart des projets pilotés par les institutions publiques sont mis en reuvre de fayon centralisée. De
la programmation a la réalisation et au controle des travaux, toutes les activités sont souvent
entierement assurées par le niveau central. Les institutions étatiques enregistrent des demandes
émanant des élites, députés et personnalités. La satisfaction des besoins exprimés par les acteurs
locaux est surtout fonction de leur capacité a infléchir les décisions au niveau central.
On constate done une faible déconcentration des pouvoirs et des services.
L'administration se trouve dans la position de maitre d'ouvrage et de juge pour I'application de la
réglementation. La faible déeoncentration des services teehniques de l'Etat, la centralisation des

12 Tous les montants donnés dans ce paragrapbe sont des montants hors TV A. Le taux de TV A applicable est
aujourd'hui de 19,25 %
13 Annuaire statistique 2008. chiffres SNEC de 2005

Etude de faisabilité Version linale Septembre 2010 Page 20


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

décÍsÍons a I'échelon national, l'inhibitÍon des capacités d'initiatives et d'actions locales et privées
développent un esprit d'assistanat. Faiblement dotés par le budget de I'Etat, les services de l'Etat sont
dépendants des ressources extérieures pour leur fonctionnement.
4.4.3 Ressources humaines
Dans les services du Ministere, les ressources humaines s'amenuisent et les compétences sont orientées
vers les aspects techniques avec une absence notoire de compétences indispensables telles que juristes,
économistes, sociologues, etc.
Le vieillissement du personnel est préoccupant, aggravé par I'absence de recrutement de nouveaux
agents, de définition de postes et de gestion des carrieres.
Les ressources humaines sont quasi inexístantes dans les collectivités locales qui ne disposent pas du
personnel qualifié capable d'assumer les nouvelles missions qui leur sont dévolues dans le cadre de la
décentralisation.
Le secteur privé, en matiere d'études, de construction d'ouvrages ou d'encadrement des populations
existe mais la qualité du travail est souvent insuffisante par manque de documents normatifs, de
contróle qualité et de personnel expérimenté.

4.4.4 Financement
Si des ONG intemationales sont présentent au Cameroun (voir Annexe 7), les ressources du secteur
proviennent pour 80 % de financements extérieurs sous forme de dons ou de prets a I'Etat.
Les bénéficiaires participent a I'investissement: sur financement de la coopération, iI est demandé une
contrepartie des bénéficiaires pouvant aller jusqu'a 200 000 XAF. Pour les projets financés par les
ONG, entre 5 et 10% du cout total de I'ouvrage est exigé. Par contre les ouvrages réalisés sur fonds
BlP (Budget d' Investissement Public) et PPTE (Pays Pauvres Tres Endettés), le sont sans contrepartie
des bénéficiaires.
La société civile (apres consultation) recommande une participatíon des populations a I'investíssement
a
¡nitíal de I'ordre de 5 10% pour les puits et forages.

4.4.5 Gestion des ouvrages: role du comité


Meme si la plupart des réalisations de points d'eau ont été accompagnées de la création de comités de
gestion de point d'eau (CGPE), ils sont tres rarement formalisés suivant la loi sur les associations et
rarement opératíonnels (que ce soit pour des ouvrages motorisés ou des pompes manuelles).
Malgré le recouvrement de fonds réalisé de dÍverses manieres (paiement au volume, au forfait, en cas
de panne, aupres des élites, etc ..) les fonds ne sont pas mobilisés en cas de panne. Les comités de
gestion éprouvent d'énormes difficultés pour le recouvrement des fonds aupres des usagers malgré les
différents modes de recouvrement expérimentés.
De plus, on constate la plupart du temps un manque de suivi et d'encadrement de la part de
I'administration, I'immixtion des autorités traditionnelles et politiques, le détoumement des fonds
collectés, I'impunité pour ces délits, etc.
11 convient de définir le statutjuridique des comités de gestion des points d'eau (qui pourraient etre des
sous comités des comités de développement villageois).
La mise en place du cadre institutionnel et la délégation de responsabilités aux acteurs locaux s'inscrit
déja dans le processus de décentralísation en cours.
4.4.6 Technologies
Cinq systemes d'approvisionnement en eau potable existent en milieu rural en fonction du milieu
naturel.
l. Sources aménagées: nombreuses dans les zones de montagnes, c'est-a-dire dans presque toutes
les provinces sauf le Nord et ,'Extreme Nord. Souvent assez éloignées des usagers, elles
restent la solution de secours.

Etude de faisabiJité Version linaJe Septembre 2010 Page 21


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

2. Puits équipés: nombreux dans tout le pays sauf dans les provinces du Nord Ouest et du
Sud Ouest. Equipés quelquefois de pompes a motricité humaine.
3. Réseaux gravitaires: ils constituent une technologie bien adaptée pour les zones de relief.
-
L'investissement initial est important. L'impression générale aupres des usagers est que I'eau
est gratuite. 11 en découle des difficultés pour le recouvrement des cotisations pour I'entretien
et les réparations.
4. Réseaux motorisés: principalement de type Scanwater, ces systemes se sont avérés trop
sophistiqués pour une gestion villageoise. Les charges de fonctionnement et d'entretien
dépassent en général, la volonté et la capacité 11 payer des usagers. Peu de ces systemes sont
encore aujourd'hui fonctionnels.
5. Forages: nombreux dans tout le pays, équipés de pompes a motricité humaine dont le pare est
tres diversifié. Leur implantation ne suit aucune logique.

4.5 Lacunes du secteur


Un déficit chronique de communication sur I'eau en général, et sur l'aJimentation en eau potable et
I'assainissement en particulier, est préjudiciable au secteur. Les structures qui interviennent ne
disposent pas de stratégie de communication, en dépit de I'existence d'un ensemble de vecteurs de
communication complémentaires 11 destination des différents groupes cibles.
Des améliorations importantes doivent étre apportées dan s les domaines suivants:
• choix des technologies appropriées et a faíble coGt avec service apres vente,
• suivi de la qualité de I'eau,
• documentation sur les eaux de surface et les principaux aquiferes connus,
• mise a jour des bases de données et mise en reuvre et exploitation d'un systeme d'information
géographique (SIG),
• information, éducation et communication sur I'AEPA,
• stratégie de développement des connaissances.
Une réorganisation du secteur s'impose, aussi bien par la nécessité de tenir compte du désengagement
de l'Etat que par I'enjeu que représente la mise en place progressive de la décentralisation au
Cameroun.
Cette réorganisation doit également permettre d'harmoniser les méthodologies d'intervention des
différents acteurs en faisant la promotion d'une approche moderne, fruit de la capitalisation des
expériences, et en évitant les erreurs du passé maintenant bien identifiées.

4.6 Orientations principales de la politique nationale et du plan


d'actions
L'objectif du gouvernement, conformément aux objectifs du millénaire est de porter le taux d'acces a
I'eau potable en milieu rural a 80 % a l'horizon 2015. Pour ce faire, le MINEE a engagé la réalisation
d'un inventaire d'infrastructures d'AEPA en milieu rural (situation de 2007). Cet inventaire est fait sur
la base d'informations non vérifiées sur le terrain et n'inclut par exemple aucun réseau d'alimentation
en eau potable. 11 est en cours de publication en 20 I O et n'est pas disponible a ce jour pour la
consultation. 11 n'y a done aucun moyen de connaitre la proportion de la population qui a acces a I'eau
potable. Mais on sait qu'elle est faible, et que la situation se dégrade.
Pour les projets de grande envergure ou de grande technicité, la maitrise d'ouvrage est transférée au
ministere en charge de I'eau. Le schéma préconisé pour un investissement de l'Etat est montré au
Tableau 14 ci-dessous 14.

14 Ce tableau est extrait du document .. Potitique nationale d'approvisionnement en eau potable et

d'assainissement en milieu rura'" page 42

Etude de faisabilité Version finaJe Septembre 2010 Page 22


Etude de díaglKlSOc de 350 stations Scanwater au Cameroun et de raisabilité de leur réhabilitation

Tableau 14 Schéma de principe de la roaitrise d'ouvrage nationale

I!I Recrute l'lngénieur-conseil, les entreprlses et les


foumlsseurs.
líI Planlfta les travaux sur I'ensemble des communes pour
optlmlaer les coOts.
'3 Organlse le contr61e (par I'IC) et la. réceptlon des travaux
.

Remet les ouvragea ala Conmune pour


bonne exploitatlon

Commune

4.6.1 Maitrise d'ouvrage


J La ressource en eau: elle constitue un patrimoine inaliénable de I'Etat, dont iI organise la protection
et la bonne gestion, en partenariat avec les collectivités territoriales.
Les ouvrages: l'Etat et les collectivités territoriales décentralisées sont les seuls a pouvoir etre
propriétaires des ouvrages publics de captage des eaux souterraines et superficielles. 115 peuvent
déléguer I'exploitation de ces ouvrages a d'autres acteurs, publics et privés, dan s le cadre de la
réglementation.
Les moyens d'exhaure: Une pompe achetée par I'Etat appartient a l'Etat (qui est ainsi responsable de
sa rnaintenance et de son renouvelIement), tant qu'elle n'a pas été transférée formelIement a une autre
personne morale (la commune Ol! un comité d'usagers ayant acquis la personnalité morale).
Réseaux d'adduction et de distribution: installés en terrain public ou sur des parcelles privées
grevées d'une servitude publique. ils font done partie du domaine public, confiés a la bonne gestion
des cornmunes.

Etude de faisabilité Version tina le Septembre 2010 Page 23


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroaa et de faisabilité de leur réhabilitation

4.6.2 La gestion des points d'eau

Les principes de gestion définis dans le cadre de la politique nationale visent agarantir:

• la continuité du service public de I'AEP.


• I'efficacité économique des investissements.
• I'équité des citoyens dan s I'acces au seníce public. et a mobiliser les ressources financiéres
locales (usagers et communes) pour financer I'exploitation des ouvrages.
L'Etat n'a ni la vocation, ni les moyens d'assurer la maintenance des équipements, iI est indispensable
de confier cette tache aux communautés utilisatrices des points d'eau. Pour y parvenir, ces demieres
sont associées a toutes les étapes des projets. Elles sont par conséquent préalablement organisées et
formées au moyen de séances de sensibilisation et d'animation.
4.6.2.1 La gestion déléguée
La politique nationale a pour ambition de mobiliser les opérateurs locaux (secteur privé et structures
associatives) dans la gestion du service AEP, en particulier pour les adductions d'eau motorisées. Pour
ce faire, elle met en place un cadre incitatif a la gestion déléguée, afin de garantir la séparation du
budget de I'eau et de celui de la commune (les recettes de I'eau doivent etre réservées au financement
du service de I'eau).
La délégatíon se fait dans le cadre d'un contrat écrit, négocié entre la commune et [e délégataire. Le
service compétent du ministere en charge de I'eau définira et mettra a disposition des communes des
contrats-types adaptés au contexte des communes des diverses zones du Cameroun, Le contrat
négocié entre la commune (autorité délégante) et le délégataire sera soumis a I'approbation du
ministere en charge de I'eau avant signature. La délégatíon peut prendre les formes suivantes, en
dehors de toute autre forme qui sera validée par ['administration, les différents types de contrats de
délégation proposés sont les suivants:
Tableau 15 Types de délégation de gestion
Type Délégataire Rémunération Autorité Durée de
délégante contrat
Régie Exploite et entretien Par I'autorité délégante, Investit, renouvelle 2 a 10 ans
intéressée selon des indicateurs de et développe
performance
Affermage Exploite a ses Par la vente de I'eau aux Investit et 10 a 15
risques, renouvelle et usagers développe (en ans
verse un fermage partie grace au
fermage)
Concession Investit, exploite. Par la vente de I'eau aux 15 a 30
renouvetle et usagers ans
développe
Le délégataire peut etre. au choix de la commune. une régie communale ou intercommunale ayant la
personnalité morale, un opérateur privé, une association d'usagers (comité de développement ou
CGPE) ayant la personnalité morale. Dans le cas d'un opérateur privé, son recrutement düit
obligatoirement etre réalisé a I'issue d'un appel d'offres, conformément a la réglementation.
Quel que soit le délégataire, il doit avoir une existence officielle et un statut légal reconnu au
Cameroun: société commerciale, ONG, association, ou autre.
4.6.2.2 Tarifs et régulation
Le tarif de vente de I'eau appliqué par le gestionnaire est fixé dans le cadre du contrat (a\ ee son
des charges) passé entre la commune et le délégataire. 11 ne peut etre modifié sans I'accord des Jt'u,,"
parties au contrato

Etude de faisabilité Version linaJe Septembre 2010 Page 14


Etude de de 350 stations Sean water au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

4.6.2.3 Entretien, réparations et renouvelJement

Tableau 16 Qui paye quoi pour )'entretien?

Type d'ouvrage Entretien courant, carburant, Renouvellement Extension


réparations lourdes
...
Forage Etat Etat
Pompe motorisée Commune(*) Commune
Groupe électrog¿me Commune (*) Commune
Réservoir Commune(*) Etat ou Commune Etat ou Commune
Adduction principale Commune (*) Commune Commune
Réseau de distribution Commune(*) Commune Commune
Branchement Usager Usager Usager
individuel
(*) en cas de délégation, cette responsabilité de la Commune es! exereée par I'exploitant selon les termes du contra!.

Les opérateurs assurant la gestion du service de I'eau dans le cad re d'un contrat d'affermage ou de
eoneession peuvent etre amenés a poser de nouveaux éléments de réseau. lis le font alors dans le
cadre de leur contrat, pour le compte de "autorité délégante (eommune ou Etat) qui devient
automatiquement propriétaire de ces éléments de réseau.
4.6.3 Mobilisation des usagers
L'impaet d'un ouvrage hydraulique sur la santé publique dépend de sa bonne utilisation, de son bon
entretien et des pratiques d'hygiene et d'assainissement. Pour cette raison, la PAEPAR exige que tout
programme d'investissement dans le domaine de I'AEPA soit aeeompagné d'une campagne intensive et
cohérente d'information, éducation et de communication (lEC) qui a pour objeetif de:
• renforeer I'appropriation de l'ouvrage et du service par la communauté villageoise, en tenant
compte des caractéristiques physiques et socio-économiques du milieu,
• garantir la pérennité du servíce (mobilisation effieaee des usagers en eas de panne),
• réduire les impacts négatifs sur le milieu et les ressourees en eau (Iimiter le gaspillage.
protéger les points d'eau et la ressource),
• améliorer I'impact sanitaire des investissements publics (bonne protection du point d'eau,
amélioration des pratiques d'hygiene, assainissement des abords du point d'eau et des
concessions ... ).
L'IEC est indissoeiable des travaux et la PAEPAR reeommande done de grouper les contrats pour les
activités de conduite des travaux et d'IEC, avee un cahier des charges exigeant en ee qui coneerne
l'IEC, avant, pendant et apres le projet.
4.6.4 Financements en cours
Outre les interventions spécifiques aux réseaux "Scanwater" qui seront évoquées au 6.2.5, page 37, il
faut signaler quelques actions en cours dans le secteur:
• Unicef dans éeoles: 10 forages avec pompes manuelles et 20 latrines au nord du pays.
• BADEA: réalisation de réseaux d'alimentation en eau potable a gestion eommunale dans 12
petites villes avec volet de formation,
• BAO: 88 réseaux d'alimentation en eau potable et I 500 latrines en milieu rural (les Scanwater
sont exclus de la séleetion!) et réhabilitation des réseaux dans 16 petites villes (CAMWATER,
CDE) avec volet assainissement et renforcement des capaeités des communes.

Etude de faisabilité Version finaJe Septembre 2010 Page 25


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de Caisabilité de leur réhabilitation

5 Justification du projet
Pour atteindre I'objectif du Millénaire de réduction de la pauvreté, une série d'aetivités doivent etre
mises en reuvre par le gouvernement du Cameroun. Comme il a été dit au § 4.6 ei-dessus "L'objeetif
du gouvernement, est de porter le taux d'aeces a I'eau potable en milieu rural a 80 % a I'horizon 2015".
Dans ce cadre il a été assigné a la nouvelle soeiété CDE d'augmenter sensiblement la couverture des
besoins en eau potable dan s les zones couvertes par ses activités, l'objeetif vísé étant d'atteindre au
cours des cinq proehaines années, un taux de desserte national de 50 %, dont 53 % pour les métropoles
de Yaoundé et Douala contre respeetivement 30 % et 35 % aetuellement.
Le taux actuel de desserte en milieu rural est estimé a 42% sur la base d'un inventaire des points
d'eau l5 et d'une desserte de 300 personnes l6 par poínt d'eau. Aucune statistíque fiable n'existe a ce
sujet et les enquétes réalisées sont beaucoup trop réduites pour faire une extrapolation fiable. Mais le
taux de couverture des besoins doít étre beaucoup plus faíble que I'estimatíon malheureusement.
11 est incontestable que la mise a disposition d'eau potable augmente la qualité de vie des populations
principalement par la diminution des maladies liées a la consommation d'eau sale et par la diminution
de la eharge de travail liée au puisage de ,'eau. Cette tache étant la plupart du temps a la charge des
femmes et des filies, sa diminution leur permet de pratiquer d'autres activités.
Mais c'est avant tout la forte demande exprimée par les populations et les changements de mentalités
qui justifient la mise en reuvre d'un projet de réhabilitations des infrastructures d'alimentatíon en eau
potable en mílíeu rural.
En effet, que ce soit a I'occasion des enquetes de terrain faites pour les besoins du díagnostic, ou lors
des entretiens ave e d'autres acteurs du secteur, il est toujours ressorti, a une exception pres l7 , que la
premiere príorité des populations est I'eau potable.
Mais bien plus remarquable est I'acceptation par les populatíons du paíement du service de I'eau. Les
résultats des enquétes le montrent, cette acceptation n'est pas théoríque, les dépenses pour I'eau sont
réelles. Elles varíent d'une région a I'autre en fonetion des eonditions locales, mais ces dépenses
existent et sont loin d'etre négligeables. Des calculs (voir § 6.4) montrent méme qu'en moyenne, ees
montants devraient permettre de eouvrir entierement les frais de fonctionnement et d'entretien et
partiellement les eouts de remplaeement des installations de production et de distribution d'eau
potable.
Ces constats sont un eneouragement a réaliser un projet qui va eouvrir, outre la réhabilitation
technique des installations, l'eneadrement de la population, des techniciens en eharge du
fonetionnement, de I'entretien et des réparations, des gestionnaires, des responsables communaux et
renforeer les capaeités du personnel des délégations départementales et régionales de la Direetion de
I'Hydraulique.
Ce projet doit éviter de reproduire les erreurs du passé. Le projet doit porter sur la réhabilitation de
réseaux de produetion et de distribution d'eau potable en milieu rural. Les éléments teehniques
doivent etre étudiés en détail, au cas par caso Mais le travail avee les futurs c1ients du réseau et avec
les communes, dont la responsabilité est acerue suite a la décentralísation et a la réforme du secteur de
I'eau, sont des activités aussi importantes que les activités teehniques.

15 Point d'eau: pompe, borne fontaine, souree aménagée ou non. Existant ne veut pas dire fonctionnel.

16 300 personnes par point d'eau est le maximum possible

17 L'exception a été observée dans la région de ]'Adamaoua 011 la premiere demande est le réseau de téléphonie.

Ceci prouve s'il en est besoin que le marketíng pour J'eau potable est déficient!

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 Page 26


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

6 Données techniques des installations existantes


6.1 Le diagnostic
6.1.1 Enquetes de terrain
6.1.1.1 Sélection de sites
La sélection des sites a visiter a commencé par la reconstitution d'une liste infonnatisée des 348 sites
Scanwater. Cette liste n'existait pas sauf en fonnat "papier manuscrit", aimablement foumi par le
conseiller technique du Consulat Général du Danemark a Yaoundé.
A partir des différentes données collectées la liste a été complétée dans la mesure du possible. La
DHH avait envoyé au mois de novembre 2009 a tous les responsables régionaux et départementaux
des 8 régions concemées un courrier demandant d'établir une liste des stations de leur ressort avec une
caractérisation en 4 catégories comme mentionnées dans les tennes de référence de I'étude. Seules
deux réponses sont parvenues a la DHH: la région de l'Ouest (63 stations) et le département de Mayo
Banyo dans l'Adamaoua (5 stations). Les données récoltées sur I'état des stations étaient donc trop
fragmentaires pour effectuer un tri sur cette base.
La DHH, a I'initiative de son directeur, a procédé au cours du mois de janvier 2010 a une sélection de
57 sites en sélectionnant de fayon aléatoire au moins un site par département.
Les résultats de I'échantillon visité (12,5 % du total) devront etre extrapolés pour construire une
projection globale. Cette extrapolation (multiplié par un facteur 8) implique, d'un point de vue
statistique, que les stations a visiter soient sélectionnées de fayon strictement aléatoire.
Le chef de mission a donc procédé avant d'arriver au Cameroun a une sélection totalement aléatoire
(par la génération infonnatique de nombres aléatoires) de 57 sites (45 + 12 réserves).
Les deux listes ont été confrontées et finalement additionnées en retirant les doublons et une sélection
a été faite sur la base des criteres suivants:
• nombre de sites par région (imposé par les TDR),
• un site au moins par département,
Le choix sur base de ces criteres a été fait de fayon aléatoire en vérifiant quelques criteres
supplémentaires:
• Sélectionner des stations de toutes les tailles (longueur de réseaux),
• Sélectionner des stations de tous les débits horaires (5, 10 et 20 m 3 /heure).
Dans chaque région deux stations ont été sélectionnées sur les memes criteres pour disposer d'une
réserve au cas OU des stations seraient inaccessibles, ou si I'échantillon initial s'avérait trop homogene
(cas ou toutes les stations visitées dans une région seraient dans le meme état). Dans ce cas, les
stations "de réserve" seraient visitées en plus des stations sélectionnées.
Au total 57 sites ont été sélectionnés.
6.1.1.2 Echantillon visité
Les trois équipes ont visités un total de 47 sites, répartis dans les huit régions l8 •
II avait été demandé aux équipes de veiller a avoir dans I'échantillon au moins un site par région qui
soit fonctionnel. Dans les régions de l'Est et de l'Adamaoua les cinq sites visités étaient hors service.
L'équipe a donc visité en plus un site fonctionnel dans chacune de ces régions.
Un questionnaire technique a été élaboré et testé. II est présenté en Annexe 2 des annexes techniques.

18 Une liste exhaustive détaillée est donnée en Annexe ID en en Annexe Ides annexes socioéconomiques et des

annexestechniques

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 Page 27


Etude de de 350 stations Sean water au Cameroun et de raisabilité de leur réhabilitation

Tableau 17 Nombre de sites visités par région

Région Sites Région Sites


ADAMAOUA 6 NORDOUEST 5
CENTRE 8 .OUEST 7
EST 6 SUD 6
LITTORAL 5 SUDOUEST 4
Total 47

6.1.2 Constats techniques de I'enquete


Les eonstats teehníques de I'enquete sont nombreux.
Un doeument reprenant toutes les earaetéristiques et eonstats de ehaque site visité est présenté en
annexe 3 des annexes teehniques. Ces memes documents, eomplétés par de nombreuses photos
illustrant I'état des ínstallations font I'objet de huit volumes (un par région).
6.1.2.1 Etat des réseaux
Sur 47 réseaux visités:
• 15 réseaux (32 %) sont fonetionnels (dont 8 connaissent des pannes fréquentes) et 32 (68 %)
sont a ,'arret ou hors serviee,
• Sur 39 réseaux qui fonetionnent par pompage, 9 (25 %) sont en fonetion (dont 7 eonnaissent
des pannes fréquentes), et sur 8 réseaux gravitaires, 6 (75 %) sont en fonetion (dont 1 eonnaít
des pannes fréquentes),
• Sur 7 réseaux par pompage réhabilités 3 (43 %) sont en fonetíon, sur les 5 réseaux quí ont été
transformés en gravitaire 4 (80 %) sont en fonetíon),
• 6 stations ont été pillées ou vandalísées l9 apres leur arret, 10 réseaux de distribution ont été
détruits par des travaux routiers,
• 3 sites ont vu leur population d'origine diminuer a moins de 500 habitants et 3 ont vu au
eontraire leur populatíon augmenter a plus de 30 000 habitants.
Sur les 15 réseaux en fonetíon:
• 6 sont gravitaires
• 4 sont gérés par des privés (dont un par la CDE) qui exploitent "eommercialement" le réseau,
• 8 (dont 1 gravitaire) fonetionnent de fa~on non eontinue au gré des pannes et de la générosité
d'un ou l'autre donateur pour les réparations, 2/5 ne paient pas leur éleetricité a la SONEL
(arrangement partieu Iier!).
Tableau 18 Fonctionnement de réseaux de I'échantillon

Type Fonctionnels Pannes fréquentes Non Fonctionnels

Tous 15/47 (32 %) 8/15 (53 %) 32/47 (68 %)

Pompage 9/39 (23 %) 7/9 (78 %) 30/39 (77 %)

Gravitaire 6/8 (75 %) 1/8 (12,5 %) 2/8 (25 %)

Gestion "privée" 4/4 (lOO %) 0/8 (O %)

19 Le plus souvent il s'agít de vols systématíques de tout ce qui est commercialisable dan s la station: moteurs
électriques, compresseurs, groupes électrogénes, matéríel électríque des tableaux, etc. Les déprédations
volontaires "gratuites" sont extremement rares.

Etude de faisabilité Version linale Septembre 2010 Page 28


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Sur les 32 réseaux non fonctionnels:


• 6 ont été pillés ou vandalisés apres leur arret,
• 10 ont été arretés pour cause d'énergie, dont 5 pour coupure suite au non paiement a la
SONEL20 ,
• 16 sont en panne pour des causes diverses: vol de la caisse, absence de gestion, tuyaux
arrachés par des travaux routiers (10 cas, surtout dans l'Est et l'Adamaoua).
Tableau 19 Causes principales des pannes

Cause des pannes Nombres (%)

Pillés ou détruíts (apres arret) 6/32 (18 %)

Destructíon du réseau par travaux routiers ou érosion 10/32 (32 %)

Coupure SONEL pour impayés 5/32 (16 %)

Manque de carburant (et done de gestion) 5/32(16%)

Causes diverses: pas de gestion, manque d'intéret, détoumement d'argent, 6/32(18%)

6.1.3 Constats techniques détaillés


6.1.3.1 Ressources
Les ouvrages de captage d'eau (forages, puits, prises en riviere) sont vétustes et la plupart du temps
mal implantés, ce qui entraíne une mauvaise qualité de I'eau et une obligation de traitement.
A noter qu'aucun de ces ouvrages n'est protégé contre les intrusions d'animaux et leurs déjections,
contre I'envahissement des drains par les racines, etc.
Lesforages
On a constaté que les forages ou puits sont situés au fond des thalwegs et que les niveaux d'eau
renseignés sont proches du niveau des rivieres voisines.
11 ne s'agit done manifestement pas de "vrais" forages profonds, puisant "eau dans les fissures du
socle, malgré certaines données disponibles, mais de forages qui captent les eaux de la nappe
superficielle. Ceci est peut-etre dú a une mauvaise réalisation des forages et notamment I'absence
d'étanchéité en surface entrainant des infiltrations. Le résultat est une eau non potable, souvent
fortement chargée en fer et qui nécessite un traitement et une désinfection avant consommation. De
plus ce type d'ouvrage n'offre pas un débit constant au cours de I'année et on constate une forte
diminution altant jusqu'au tarissement complet en saison seche, ce qui en doit pas arrivé avec des
forages profonds.
Les puits
Les puits captent, par définition, des eaux de la nappe superficielle qui est souvent exposée a la
poIlution et aux infiltrations d'eau chargées, notamment en produits de la décomposition végétale
(nitrates). Les puits visités se situent, comme beaucoup de forages, dans les fonds de vallées, a coté
des rivieres et leur niveau d'eau est sensiblement égal a celui de la riviere. Comme les forages, la
qualité des eaux varie en fonction des conditions climatiques: I'eau est boueuse lors des pluies par
exemple. L'eau de ces ouvrages pourrait etre utilisée pour I'abreuvement du bétail ou pour
I'agriculture mais pas pour de I'alimentation en eau potable.

20 Le plus souvent pour cause de "disparition" de I'argent de la caisse, entramant une perte de confiance des
usagers

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 Page 29


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur rébabílitation

Les sources et prises en riviere


11 y a de nombreux cas ou il y a confusion entre une so urce (émergence naturelle d'une nappe d'eau
souterraine) et une petite riviere. Cette confusion fah que ces eaux dites "de source" ne sont pas
propres et que leur qualité varie suivant les saisons, ce qui ne devrait pas etre le cas avec des sources
correctement captées.
Néanmoins, comme ces sites de captage sont parfois situés plus haut que les réseaux et dans des zones
non habitées, ces prises d'eau sont susceptibles d'offrir une eau propre mais de qualíté insuffisante
pour etre potable, sauf si on améliore le captage et la protection du site. L'avantage est de pemlettre
I'alimentatíon gravitaire et d'offrir des débits plus ímportants, sauf dans certains cas ou les sources
captées ne sont pas pérennes.
6.1.3.2 Les stations SCANWATER
Les pompes et équipements électriques
Les pompes immergées qui ont été posées a I'origine ont été soit enlevées soit remplacées. De toute
fa90n, leur age et leur état justifient largement leur remplacement.
Les équipements électriques d'origine ont la plupart du temps été volés ou remplacés par du matériel
bon marché et de mauvaise qualité. La sophistieation des systemes n'a pas été eomprise par les
utilisateurs et des "techniciens" ont "simplifié" les armoires électriques quand i1s n'ont pas tout volé!
Le hlitiment
Le batiment est en général en bon état, un seul a subí de gros dommages (vol des parois) et un autre a
été abandonné en foret et des mousses s'y sont développées. Ce bon état de conservatíon malgré
I'absence d'entretien est la preuve que I'équipement foumí a I'origine était et reste d'une qualité
supérieure.
Le traitement
Les systemes de traitement par oxydation, filtratíon et injection de chlore ne sont, la plupart du temps,
plus utilisés a cause du cout tres élevé du chlore, mais le plus souvent paree que les moteurs ont été
démontés ou volés suite a I'arret de la station pour cause de pannes électriques, de manque de
carburant ou de coupure de courant suite au non paiement des factures.
Le chlore (hypochlorite de Calcium) est un élément tres cher et qui ne se trouve que dans les grandes
villes. O'apres un exploitant situé pres de Yaoundé et utilisant du chlore, cela coute aussi cher que
I'éleetricité, ce qui greve lourdement le budget d'exploitation et explique pourquoi cet élément est si
peu utilisé. 11 est de plus tres difficile a stocker et surtout a doser correctement. Ceci entraíne une
critique des usagers qui n'aiment pas le gout de I'eau et préferent aller a la source pour I'eau de
boisson! Enfín, les résidus non solubles sont jetés pres de la statíon et s'infiltrent dans le sol qui a la
10ngue devient totalement stérile.
L'utílisation d'eau de forages profonds ou de sources bien captées, devrait normalement permettre de
se passer de traítement.
L 'alimentation en énergie
Les stations étaient toutes pourvues initialement de groupes électrogenes de tres bonne qualité. Quand
le réseau électrique national était disponible en triphasé, un raccordement a été fait.
Dans beaucoup de cas, les groupes électrogenes ont été utilisés jusqu'a épuisement du carburant livré:
certains eompteurs de groupe affichent moins de eent heures de fonctíonnement!
La solution SONEL, moíns contraignante techniquement, pose le meme probleme de ressources
fínancieres, quoique moins aigus ear I'électricité de distribution est deux a troís foís moins ehere que
celle produite par un groupe électrogene. Cinq réseaux sont a I'arret du fait du non paiement des
factures, deux fonctionnent sans payer leur électricité!
Les pompes immergées des années '80 fonctionnaient avec du courant triphasé et demandaient donc
d'importantes réserves de puissance pour le démarrage. Les groupes électrogenes étaient donc

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 Page30


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de Caisabilité de leur réhabilitation

largement dimensionnés avec des réserves de 200 a 300 %, ce qui entraine des consommations tres
élevées par rapport a I'énergie réellement foumie. Le courant triphasé doit également répondre a des
normes de qualité tres strictes (stabilité de la tension et équilibre des phases), ce qui n'est pas toujours
le cas du courant foumi par la SONEL. Ainsi les relais de contróles des phases ont souvent empeché
le fonctionnement des pompes pour les protéger. Le pontage de ces appareils a certes permis de
fonctionner mais a fortement réduit la durée de vie des pompes.
Enfin, les installations étaient protégées de la foudre par une mise a la terre de la station et un
dispositif "fusible" sur le tableau électrique. Malheureusement la foudre tombant sur des hauts arbres
voisins a pu transiter via le sol détrempé pour atteindre I'installation par la prise de terre! Parfois, c'est
par le réseau électrique qu'elle est entrée. La protection a fonctionné mais elle est a usage unique (elle
fond) et son remplacement coute pres de 500000 XAF (750 E). Cette protection a done souvent été
pontée par manque de ressources financieres, et I'attaque suivante de la foudre a incendié tout le
tableau électrique.

Le réservoir
Les réservoirs des stations sont en général en bon état extérieur et ceux qui sont en fonction ne
présentent pas (ou peu) de fuites. Ceux qui ne sont pas utilisés contiennent souvent de la boue séchée
et parfois quelques débris divers végétaux et animaux, mais le gros reuvre est intact.
6.1.3.3 Les réseaux de distribution
En regle générale, les réseaux sont vétustes et mal dimensionnés pour les besoins actuels, ce qui est
normal apres plus de 25 ans.

Les canalisations
Les canalisations ont entre 20 et 30 ans. Leur dimensionnement a été fait pour les besoins de I'époque
qui ne correspondent plus aux besoins actuels. Elles sont tres souvent détruites par des travaux
routiers qui les ont arrachées sans les remplacer! D'autres n'ont pas été enterrées suffisamment et suite
a I'érosion sont apparues sur le sol et ont été exposées au soleil, ce qui les a fragilisées.
Toutes ces conduites11 sont en PVC, matériaux qui est interdit d'utilisation en Europe en raison des
nuisances environnementales (dégagement de chlore) qu'il provoque lors de sa fabrication et de sa
destruction ou meme de son recyclage.

Les réservoirs
En dehors du réservoir de la station seuls quelques réservoirs privés existent. lis n'ont pas été pris en
compte dans ce diagnostic, si ce n'est qu'il a été constaté que souvent ces réservoirs privés ne sont pas
équipés de vannes et sont de grands gaspilleurs d'eau non comptabilisée vu I'absence de compteurs sur
les branchements.
Le manque de réservoirs intermédiaires dans les réseaux de distribution entratne des pointes de
consommation tres élevées et done des perturbations structurelles de la distribution. Cest un défaut
majeur dans la conception des réseaux.
Les bornes [ontaines et branchements particuliers
Les bornes fontaines existantes sont étonnamment en bon état, ce qui montre que, contrairement a une
idée répandue, les populations n'ont pas saboté les réseaux. Leur nombre ne correspond plus aux
besoins actuels. La plupart des compteurs sont hors service a cause de leur age.
Les raccordements particuliers ont été posés apres les réalisations initiales. La plupart n'ont pas de
a
compteurs et sont I'origine de nombreux gaspillages. 115 sont en général installés chez des "élites" ou
chez des gens "importants" qui ne paient pas leur eau mais contribuent parfois aux réparations du
réseau, entretenant ainsi la dépendance de la population vis-a-vis de leur bonne volonté!

21 Y compris celles qui son! actuellement en cours de pose par des projets!

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 Page 31


Etudede de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faísabilité de leur réhabilitation

11 n'existe aucun systeme de drainage des eaux de fuite ni de systeme d'évacuation des eaux usées. Ces
eaux usées sont peu abondantes mais attirent les animaux dits "de case": poules, chevres, moutons, etc.
ce qui souille les environs du point d'eau.
En dehors de quelques écoles et centres de santé, iI n'existe pas de latrines modemes ni publiques ni
privées.
Les équipements hydrauliques
Les équipements hydrauliques des stations (vanIies et filtres) sont en général en bon état de
fonctionnement malgré leur age et leur tres faible taux d'utilisation.
Par contre les équipements de réseau ont disparus, été volés ou arrachés par des travaux routiers ou
n'ont simplement jamais existé. II est remarquable que pas une seule ventouse (purge d'air) n'ait été
retrouvée sur les 47 réseaux visités!
6.1.4 Conclusions
Si au premier abord les résultats semblent meilleurs qu'attendus avec un taux de fonctionnement de
32 %, I'analyse plus fine des données fait apparaitre des tendances techniques et organisationnelles
intéressantes.
Points forts:
© Les réseaux gravitaires qu'ils soient d'origine ou récents fonctionnent nettement mieux que les
réseaux par pompage (75 % contre 25 %),
© Sur 9 réseaux qui fonctionnent par pompage, 5 connaissent des problemes de gestion
périodique, ou ne payent pas leur électricité, ce qui est artificiel et précaire. Mais les quatre
réseaux qui fonctionnent régulierement sont gérés par des structures ou des initiatives privées,
dont un par la CDE.
© Le matériel électromécanique posé initialement est d'une qualité excellente: malgré I'absence
d'entretien les "stations" sont en état remarquable apres plus de 25 ans d'existence, et le vol de
nombreux équipements est malheureusement un indicateur de leur bonne qualité.
Points faíbles:
® Beaucoup d'arrets de fonctionnement sont dus a la mauvaise gestion ou a I'absence de gestiono
Les réseaux a gestion dite communautaire ont rarement pu montrer des documents de gestion
probants. De nombreux réseaux sont a I'arret suite a la coupure de I'électricité pour non
paiement des factures. La gestion par le systeme des "élites" s'apparente a de la charité et
entretient une dé pendan ce malsaine de la population vis-a-vis de ces personnes.
® Des réseaux ont été pillés ou vandalisés par des personnes extérieures aux villages, parfois
avec des complicités évidentes. Les vols sont la plupart du temps restés impunis. Certains
réseaux ont été saccagés par des entreprises de construction routiere qui n'ont pas tenu compte
de leur présence et n'ont pas été inquiétées.
® La conception des réseaux a été standardisée et n'a pas tenu compte des spécificités locales
pour exploiter au mieux les ressources disponibles. La plupart des réseaux ont été
surdimensionnés et n'ont fonctionné qu'a quelques pourcents de leur capacité.
® On constate que la majorité des forages ne captent que des eaux de nappe superficielle comme
les puits peu profonds et que cette eau impropre a la consommation doit etre pompée et traitée
a grand frais.
® Cinq réseaux visités ont pu etre transfonnés en reseaux gravitaires, ce qui prouve
I'insuffisance de la prospection et I'absence de collaboration de la population lors de
I'installation initiale, mais ouvre la voie a une solution viable pour certains réseaux a condition
d'étudier chaque reseau individuellement et de bannir les solutions standardisées.

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 Page32


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

6.2 La faisabilité technique de réhabilitation


Quel que soit I'état actuel constaté, il faut considérer, qu'A de rares exceptions pres, la plus grande
partie des infrastructures doit etre remplacée.
La premiere raison est liée A I'age des installations et donc AI'usure ou au dimensionnement qui date de
plus de 25 ans. La seconde raison est le constat de la mauvaise qualité des ouvrages de captages:
puits, forages, sources ou prises en riviere, qui ne permettent pas de foumir une ressource de qualité et
oblige de procéder a un traitement couteux.
Par contre les ouvrages métalliques (réservoir, local, filtres) sont en bon état et peuvent etre récupérés
a peu de frais pour le réseau lui-meme pour d'autres lieux apres démontage et reconditionnement. Ce
bon état s'explique par I'excellente qualité de ce matériel.
6.2.1 Ressources
6.2.1.1 Les forages
La réhabilitation des forages est illusoire, d'autant que les opérations de controle de profondeur, de
nettoyage a I'air lift et de test de performance pour déterminer un débit d'exploitation sont couteuses
(de I'ordre de 2500 ,€ soit un quart du prix d'un nouvel ouvrage) et ne permettront de sauver que des
ouvrages vétustes et mal réalisés.
6.2.1.2 Les puits

Les alimentations par puits peu profonds sont a abandonner.

6.2.1.3 Les sources et prises en riviere


Les sources doivent donc etre entierement reconstruites et captées correctement avec des drains, des
chambres de collecte et de mise en charge, un périmetre de protection, etc.
Les prises en riviere qui ont été réalisés a I'origine par Scanwater sont de bonne facture. Pour ces
ouvrages un nettoyage du site et une protection est néanmoins nécessaire, de meme que le
remplacement des canalisations et accessoires.
Par contre, la plupart des réalisations ultérieures relevent du bricolage et doivent etre entierement
renouvelées ou remplacées par des ouvrages correctement étudiés et réalisés.
6.2.2 Les stations SCANWATER
6.2.2.1 Les pompes
On optera pour des pompes immergées multicellulaires verticales a démarrage progressif, utilisant du
courant monophasé, de fayon a pouvoir etre utilisées avec du courant monophasé de la SONEL ou
d'un convertisseur solaire.
6.2.2.2 Les batiments
Les batiments abrités sous le réservoir seront conservés. Ces batiments seront nettoyés et une cloture
sera posée autour du site pour en interdire l'acces. Les arbres plus hauts que la station et situés A
moins de dix metres du bord de I'ouvrage seront abattus pour protéger le batiment de la chute des
branches, du développement des mousses occasionné par I'ombre et I'humidité ambiante, mais aussi de
la foudre.
Au cas OU la station de traitement n'est plus utilisée, la place libérée pourrait permettre I'aménagement
d'un bureau ou, a tout le moins d'un dépót ou d'un atelier pour le personnel d'entretien. Un systeme
simple mais dissuasif d'alarme volumétrique sera insta lié, alimenté par une batterie dont la charge sera
assurée par un panneau photovoltaYque sur les réseaux gravitaires.
Un point d'éclairage extérieur (ampoule économique ou assimilé) sera prévu et alimenté par la batterie
de I'alarme.
La surface supérieure du réservoir, accessible par I'échelle servira le cas échéant de support pour les
panneaux solaires. L'acces a cette surface totale de 36 m2 sera protégé. Un acces sera conservé pour
accéder sans dommage au trappillon central de visite.

Etude de faisa bilité Version linaje Septembre 2010 Page33


Etudede de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabílité de leur rébabilitation

Les stations abandonnées (cas des villages de moins de 1 000 habitants) ainsi que les pieces non
utilisées (filtres, etc.) pourront etre démontées et stockées en vue d'une autre utilisation.
6.2.2.3 Le traitement
L'utilisation d'eau de forages profonds ou de sources bien capté es, dispense normalement de
traitement. Seule une désinfection peut se faire par précaution. Des systemes fonctionnant par
expositions aux rayons ultraviolets (UV) existent. lis offrent I'avantage de ne pas utiliser de produits
chers et polluants comme le chlore. Ces appareils consomment peu d'énergie électrique (75 watts pour
un débit de 3 m3 /heure), la durée de vie d'une lampe est de I'ordre de 8000 heures, pour un cout moyen
de 30 €. Cet équipement peut etre alimenté par I'énergie solaire sur les systemes gravitaires si
nécessaire.
Les filtres a sable non utilisés seront démontés. Le sable calibré sera récupéré et stocké pour une
utilisation dans d'autres stations. Ceci est une opération délicate mais importante: les filtres et le sable
qui y est contenu sont d'excellente qualité et ont une valeur marchande importante.
Pour les stations fonctionnant a partir d'une prise en riviere iI sera nécessaire de prévoir un décanteur
pour les particules lourdes (sables, gravier, etc.) en amont de la statíon. Une chambre de mise en
charge et une conduíte bien dímensionnée assureront le transport sous pression de I'eau prétraitée vers
les filtres de la station.
6.2.2.4 Valimentation électrique
Les progres techniques de ces dernieres années ont amené sur le marché a de prix compétitifs des
nouveautés intéressantes comme les pompes immergées monophasées a démarrage progressif, les
panneaux photovoltarques et les convertisseurs de courant contínu en courant alternatíf.
Les pompes monophasées a démarrage progressif permettent de se passer de courant triphasé et donc
de mieux utiliser les possibilités de I'électrífication rumIe monophasée. Par sécurité un stabilisateur de
tension sera prévu sur chaque installation.
De plus, de telles pompes peuvent etre alimentées en énergie par des panneaux solaires
photovolta'iques via un convertisseur. Ces équipements sont de plus en plus fiables et de moins en
moins coúteux. Mais il reste le probleme de la protection de I'équipement contre le vol, qui est
I'obstacle majeur a la réussite des projets de ce type presque partout en Afrique.
Néanmoins, la présence de la station SCANW ATER offre une plateforme de 36 m2 a4 ou 7 metres de
hauteur. L'acces a la plateforme par une voie unique, I'échelle, permet de sécuriser I'infrastructure. Le
dispositif pourrait etre complété par un systeme d'alarme simple déclenchant I'éclairage extérieur et un
avertisseur sonore, le tout alimenté par une batterie.
Mais comme pour tout, le meilleur gardien est la population du village qui doit etre consciente que le
bien public existe au bénéfice de tous.
6.2.2.5 Les réservoirs
Les réservoirs des stations peuvent etre réutilisés comme réservoir de tete de réseau apres vérification
de l'étanchéité, nettoyage et désinfection. Aucun traitement de surface intérieur ou extérieur n'est
nécessaire.
Toutefois, dans la plupart des réseaux le volume de stockage va se révéler insuffisant. D'autres
ouvrages de plus petite taille (5 et 10m3 ) devront etre construits et implantés pres des bornes fontaines
pour assurer une distribution plus équilibrée aux bornes fontaines. Ces petits réservoirs peuvent etre
réalisés a coút modéré a partir de cuves en polyéthylene fabriquées localement.
6.2.3 Les réseaux de distribution
Les réseaux de distribution (en aval du réservoir) sont gravitaires. IIs sont constitués de tuyaux en
chlorure de polyvinyle (PVC) et de bornes fontaines publiques. Des extensions, des branchements
particuliers et de nouvelles bornes fontaines ont été ajoutés au cours des années sur quelques réseaux
en fonctionnement. Beaucoup des ces branchements et extensions ont été faits avec du matériel de
mauvaise qualité ou par des procédés de raccordement peu fiables, ce qui entraine de nombreuses

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 Page34


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de raisabilité de leur réhabilitation

fuites et des déséquilibres importants dans la distribution. Sur beaucoup d'autres réseaux, des
canalisations mal enterrées ont été arrachées lors des travaux de réfection du réseau routier ou mise au
jour par l'érosion.
La récupération de conduites nécessite de faire des tests de pression et des réparations itératives pour
sauver des conduites qui ne seront en fin d'opération que des conduites vieilles et rapiécées. Quelques
conduites ne acier pourront etre récupérées, mais cela devra se vérifier au cas par caso
Enfin, les conduites en PVC sont aujourd'hui prohibée dans tous les pays européens et doivent etre
remplacées par du polyéthylene, moins polluant, plus résistant et plus simple a poser (rouleaux de 100
metres) pour un prix similaire.
6.2.3.1 Les canalisations
Les canalisations ont entre 20 et 30 ans quand elles ne sont pas détruites. Leur dimensionnement a été
fait pour les besoins de I'époque qui ne correspondent plus aux besoins actuels. Les conduites de
refoulement sont le plus souvent en PVC PN 10 ce qui est trop faible pour faire face aux coups de
bélier toujours possibles.
Leur récupération ne peut etre envisagée. Les réseaux doivent etre systématiquement calculés et
remplacés.
6.2.3.2 Les réservoirs
Le vo/ume de stockage d'un réseau gravitaire doit etre de /'ordre de la moitié du volume distribué
quotidiennement. Ce volume augmente pour les alimentations par pompage en fonction du temps de
pompage possible et done du mode de production électrique.
Un trop grand stockage entraíne des temps de séjour trop longs et pose alors le probleme du
développement des bactéries et de la nécessité d'une chloration dans le réseau.
Pour assurer une distribution sans risque chaque groupe de bornes fontaines doit disposer d'un
réservoir. Vu que la taílle minimale d'un réservoir est de 5 m3 on doit prévoir ce volume pour 2 a 3
bornes fontaines.
Le nombre et I'emplacement des réservoirs seront ca1culés pour chaque réseau.
6.2.3.3 Les bornes fontaines
Les bornes fontaines, malgré leur état souvent acceptable, doivent etre remplacées par des ouvrages
qui sont pourvus d'un compteur abrité sous un regard fermé avec une vanne de coupure accessible au
seul gestionnaire du réseau (sous bouche acié).
Un aménagement sera prévu pour que les eaux de fuite soient évacuées et ne créent pas de bourbier,
point de départ de nombreux problemes sanitaires.
Le nombre et I'emplacement des bornes fontaines sont a déterminer au cas par caso
En fonction du systeme de gestion adopté on pourrait envisager la suppression des bornes fontaines
publiques pour se tourner vers la distribution par des branchements privés dont les propriétaires
seraient autorisés a vendre de I'eau, moyennant un controle des prix et des conditions d'hygiime.
6.2.3.4 Les raccordements particuliers
Les raccordements particuliers doivent etre remplacés par un dispositif avec compteur. Le compteur
est posé dans la propriété du c1ient qui en est responsable. La vanne de coupure sous bouche a cié doit
se trouver dans le domaine public pour etre accessible a tout moment sans autorisation de I'abonné.
Les populations interrogées se montrent tres intéressées par les branchements particuJiers car ils y
voient une réelle amélioration du service. lis se disent pret a payer mais la question du coút réel d'un
branchement particulier réalisé correctement, avec du bon matériel et dans les regles de I'art n'a pas été
vraiment abordée faute d'informations précises.

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 Page35


Etude de diagnostic de 350 stations Sean water au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Un branchement particulier complet coute aux environs de 400 €, soit 262 400 XAF, montant qu'il est
totalement irréaliste de demander aux abonnés. Le prix de base facturé par la CDE est de
33268 XAF, mais un loyer mensuel de 780 XAF est demandé a I'abonné.
Aucune politique tarifaire applicable a cette question n'existe pour le milieu rural. 11 faut se poser la
question de savoir si on encourage la distribution par les branchements privés. Car cela a un cout qui
représente entre 10 et 20 % de I'investissement total.
Vu la structure de I'habitat dan s les villages, iI a été retenu pour les calculs de couvrir 10, 15 et 20 %
de la distribution respectivement pour les réseaux "petits, moyens et grands" (voir § 6.2.4 Typologie)
6.2.3.5 Les équipements
Les équipements de sécurité sur les réseaux de distribution sont rares, voire absents. Les dispositifs de
purge d'air et de vidange des conduites destinés a sécuriser la distribution de I'eau seront prévus en
quantités adéquates.

6.2.4 Typologie
Les réseaux a alimenter par des stations Scanwater peuvent etre c1assés en cinq catégories suivant la
taille du village a alimenter et en sous catégories suivant le type et la position de la ressource, le mode
de fonctionnement et d'alimentation en énergie.
Tableau 20 Typologie des réseaux en vue de la réhabilitation
22
Population estimée < 1000 1000 - 5000- 10000 - > 20000
2020 5000 10000 20000
Moyenne pour le calcul 450 3 150 6500 13 000 37500
Appellation Pompe Petit Moyen Grand Tres Grand
Manuelle (P) (M) (G) (TG)
(PM)
Solution proposée Forages, Réseau Réseau Réseau Cession CDE
pompes
manuelles
Variantes possibles 23 Puits ou POM POM POM POM
petites ouGRAV ou GRAV ouGRAV ouGRAV
sources
Energie SON EL, SON EL, SONELou SONELou
GEou SOL GEou SOL GE GE
Ressources en eau Forages Forages, Forages ou Forages ou Prises en
source ou source ou source ou riviere
riviere riviere riviere
Réseau (Km) 6,5 12,5 22,5 58,0
Bornes Fontaines I pompe/ 15 30 50 120
publiques et privées 250
(écoles, CS, etc.) habitants
Branchements privés 35 105 260 1030
Capacité maximale 60 125 260 735
(m3 /jour)
Capacité de stockage 24

22 Ou réseau proche des centres CDE et susceptibles d'y etre intégrés dans les dix ans a venir
23 Pompage (POM), Gravitaire (GRA V), Solaire (SOL), Groupe électrogene (GE), Réseau électrique (SONEL)
24 A atteindre vers 2020, chiffre donné pour un réseau par pompage SONEL

Etude de faisabilité Version finaJe Septembre 2010 Page36


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

6.2.5 Nombre de sites


Suite a divers entretiens tenus avec les intervenants du secteu.-2 il est apparu qu'un certain nombre
5

d'initiatives de réhabilitation étaient en cours ou en programmation avancées.


Ainsi, deux projets financés par l'Union Européenne réhabilitent 9 réseaux, le projet IRCOD de
syndicat de communes envisage d'en réhabiJiter 6, le PNDP 3, le FEICOM 3, la fondatíon VEOLIA 3,
et au moins six initiatives isolées sérieuses ont été renseignées. De plus, 5 réseaux ont été "privatisés"
et 2 se trouvent dans des camps militaires.
Dans la perspective d'une réhabilitation, ces 37 réseaux ont done été retirés de la liste potentielle des
réseaux aréhabiliter.
La projeetion se fera done sur la base d'un échantillon de 47 réseaux sur un total de 313 réseaux.
6.2.5.1 Mode de projection
A partir de I'échantillon visité il existe plusieurs types de projections possibles pour avoir un aper~u
global de la situation.
Deux possibilités ont été envisagées:
• Une projection linéaire des résultats des 47 sites visités sur tous les sites du pays
• Une projection linéaire par région.
La projection par région offre des résultats plus nuancés et qui tiennent compte des spécifications
géographiques locales.
Par exemple, les régions de l'Adamaoua et de l'Est ne possédent aucun réseau gravitaire et aueun
réseau alimenté par la SONEL.
Mais ces chiffres sont a prendre avec prudence car ils résultent d'une projection linéaire d'un faeteur
6,7 (313/47) avec les impréeisions que cela entralne. Les ealculs sont faits sur base d'arrondis ce qui
peut parfois entrainer des différenees d'une ou deux unités.
6.2.5.2 Echantillon
Tableau 21 Nombre de sites visités par taille et type

Région PM P M G TG 1: Gravitaires SONEL


ADAMAOUA 2 4 6 O O
-

CENTRE 5 8 O 3
EST 5 7 O O
LITTORAL 3 4 I 2
NORDOUEST 2 5 3 1
OUEST 4 2 7 6
SUD 5 6 2 O
SUD OUEST 2 2 4 1 1
TOTAL 3 21 10 10 3 47 8 13

25 Vu "absence d'un recensement permanent des activités du secteur

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 Page 37


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur rébabilitation

6.2.5.3 Projection
Tableau 22 Projection du nombre de réseaux gravitaires

Région PM P M G TG 1:
ADAMAOUA O O O O O O
CENTRE O O O O O O
EST O O O O O O
LITTORAL O 7 2 O O 9
NORDOUEST O 3 6 3 3 15
OUEST O O 5 1 2 8
SUD O 11 O O O II
SUDOUEST O 2 O 2 O 4
TOTAL O 23 13 6 5 47

Tableau 23 Projection du nombre de réseaux par pompage

Région PM P M G TG 1: DontSONEL
ADAMAOUA O O 9 19 O 28 O
CENTRE 9 46 9 9 O 73 23
EST 6 29 O 6 O 41 O
LITTORAL O 21 7 O O 28 15
NORDOUEST O 2 4 2 2 10 1
OUEST O O 28 7 15 50 43
SUD 7 22 O O O 29 O
SUD OUEST O 4 O 4 O 8 2
TOTAL . 22 124 57 47 17 267 84
PM= pompe manuelle, P= petit, M=Moyen, G=grand, TG=tres grand

Tableau 24 Projection du nombre total de réseaux

Région PM P M G TG 1:
ADAMAOUA O O 9 19 O 28
CENTRE 9 46 9 9 O 73
EST 6 29 O 6 O 41
LITTORAL O 28 9 O O 37
NORDOUEST O 5 10 5 5 25
OUEST O O 33 8 17 58
SUD 7 33 O O O 40
SUDOUEST O 6 O 6 O 12
TOTAL 22 147 70 53 22 314

6.2.6 Nombre de sites potentiels él réhabiliter


Comme il a déja été dit au § 4.2.1, une étude est en cours pour intégrer dans le patrimoine de la société
CAMWATER 314 centres de plus de 30 000 habitants, dont la gestion serait confiée a la CDE. Dans
ce contexte, les 22 "tres grands" réseaux seront, a moyen tenne, plus que probablement intégrés dans
la gestion urbaine ou périurbaine.

Elude de faisabilité Version finaJe Septembre 2010 Page38


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Par ailleurs, 22 petits villages ont délaissé le réseau SCANWA TER et assuré leur desserte en eau
potable par des points d'eau individuels (forages ou puits modernes avec pompes manuelles). Ces
villages sont pris en charge par des projets ponctuels ou des ONG. 11 se pose la question du
démontage d'une station devenue inutile pour une réutilisation éventuelle.
Tenant compte de ce qui est dit ci-dessus, le nombre de sites potentiels a inclure dans la réhabilitation
est réduit de 44 unités (22 + 22), soit au total 270 siles.

6.3 Estimation des coOts d'investissement pour chaque type de


réseau
Chaque type de réseau a fait l'objet d'un devis estimatif, calculés sur la base des prix actuels (avril
2010) pour des marchandises achetées en Europe et importées par voie de surface), hors taxes, droits
d'importation, TV A, etc. incluant les marges de l'Entrepreneur et sur la base de la réalisation d'une
centaine de réseaux. Les prix unitaires utílisés ont été vérifiés en comparant avec des offres récentes
d'entreprises internationales pour des travaux similaires.
Les taxes et cotisations sociales dues pour les travailleurs recrutés localement sont incluses dans ces
coüts. Le prix du carburant utilisé est le prix de vente au public a la statíon service, incluant donc
taxes, accises et droits diverso
Un des principaux matériaux mis en reuvre est le polyéthylime pour les canalisations. Cette matiere
est un dérivé du pétrole et son prix fluctue donc en fonction des prix du pétrole et du taux de change
entre l'Euro et le Dollar USo Ces variations peuvent etre tres importantes et tres rapides (Tableau 70).
Les devis détaillés pour chaque type de réseau sont donnés en annexe 9.
Les hypotheses techniques suivantes ont été faites:
• Les forages, captages de sources ou prises en riviere sont neufs ou fortement réhabilités,
• Les canalisations (25% en DE 63, 25% en DE 50 et 50 % en DE 32) et accessoires, bornes
fontaines et raccordements particuliers sont neufs,
• Des réservoirs de 5 et 10m 3 ont été ajoutés pour assurer une meilleure distributíon et réduire
les diametres des conduites principales,
• Tous les équipements mécaniques et électromécaniques sont neufs,
• Seule la station et son réservoir sont réhabilités, ils sont utilisés pour la pose des panneaux
solaires le cas échéant,
• L'option solaire est limitée aux petits et moyens réseaux.
• Toutes les stations par pompage sont pourvues d'un systeme de stérilisation par rayons UV,
d'un régulateur de tension, d'un systeme d'alarme et d'un éclaírage extérieur a faible
consommation.
• Les systemes d'alarme et d'éclairage 'extérieur a faíble consommation et les systemes de
stérilisation par UV éventuels sont prévus pour les réseaux gravitaires avec une alimentation
autonome par panneau photovoltarque.
• Des besoins journaliers de 15 litres par habitant et la couverture des besoins des infrastructures
sociale : centres de san té, écoles, internats, etc. Pas d'eau pour I'agriculture ou I'élevage en
dehors des animaux de case (chevres, moutons, volailles).
• Une borne fontaine par 250 habitants, 10, 15 et 20 % suivant la taille du réseau (petit, moyen,
grand) des besoins couverts par des branchements privés

Etude de faisabilité Version finaJe Septembre 2010 Page39


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Tableau 25 Devis estimatif pour les travaux

Réseaux Pompage
Travaux Gravitaire
SONEL Solaire GE
--
Ressources: Petit 19500 € 19500 € 19500 € 3500 €
forages, sources, Moyen 19500 € 30500 € 19500 € 7000€
rivieres Grand 41 500 € 41500 € 7000€
Génie civil, Petit 116000 € 159025 € 122000 € 99950 €
- électromécanique Moyen 220350 € 331 390 € 242900 € 201 450 €
et canalisations Grand 469550 € 504300 € 446050€
.. - ..
Petjt 135500 € 178525 € 141500 € 103450 €
.-
Totaux Moyen 239850 € 361 890 € 262400 € 208450 €
Grand 511050€ 545800 € 453050 €
Un calcul similaire a été fait pour les différentes études, supervisíons et suívi des réseaux
Tableau 26 Devis estimatif pour les études et supervisions

Pompage
Etudes Réseaux Gravitaire
SONEL Solaire GE
Petit 8550 € 8550€ 8550€ 4550€
Etude d'exécution Moyen 12 750 € 12 750 € 12750 € 8750€
Grand 19750 € 19750 € 15 750 €
Petit 5000€ 5000€ 5000€ 2000€
Supervision des forages
Moyen 7500€ 7500€ 7500 € 3000€
et sources
Grand 10 000 € 10000 € 4000€
Petit 10000 € lO 000 € 10000 € 10000 €
Supervision des travaux Moyen 15000 € 15000 € 15000 € 15000 €
Grand 20000€ 20000 € 20000€
Petit 10200€ 10 200 € 10200 € 10200 €
Suivi pendant 1 an Moyen 10 200 € 10200 € 10200 € 10200 €
Grand 10 200 € 10200 € 10 200€

6.4 Eslimation des coOts de fonctionnement des réseaux


Pour chaque type de réseau un calcuJ des couts de fonctionnement et d'entretien a été faít, en
distinguant les taches de production et d'adduction d'eau qui peuvent etre confiées a un opérateur
professionnel (entreprise) et les taches relatives a la distribution et a la colJecte de I'argent qui sont du
ressort d'un comité d'usagers (village).
Les taches qui peuvent etre réalisées par le comité de gestion sont toutes les taches d'entretien de la
distribution (remplacement des robinets, nettoyage des sites de distribution, nettoyage des réservoírs,
relevé des compteurs et gestion courante) et des sites de captage ou de forage (petites réparation de
terrassements, désherbage, entretien des clótures, etc.). 11 s'agit donc essentielIement de main-d'reuvre
de manreuvres, de plombíers et quelques prestations de gestionnaire a temps partiel ou plein-temps
suivant la taille du réseau.
Les taches qui peuvent etre confiées a un opérateur extérieur sont celles qui sont en rapport avec la
partie électromécanique: pompage, traitement éventueJ, y compris I'électricité SONEL, la fourniture et
la pose des pieces de rechange, des consommables, des pieces d'usure, etc. ainsi que la fourniture des
pieces de réparation et d'entretien du réseau de distribution: tuyaux, robinets.

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 Page 40


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Sont pris en compte dans ces calculs le cout de remplacement du matériel électrique et
électromécanique dont la durée de vie est inférieure a 10 ans, soit:
• Matériel a remplacer tous les 2 ans: protection foudre, régulateur de tension (SONEL),
• Matériel a remplacer tous les 3 ans: 3 % des panneaux photovoltarques (casses et vols),
• Matériel a remplacer tous les 8 ans: pompes et moteurs.
fI est en effet inconcevable de ne pas prendre en compte le remplacement des pieces mécaniques qui

s'usent normalement.

A titre indicatif le calcul est également fait pour les réseaux avec groupe électrogene.

Les forages, sources et matériel électrique, convertisseurs, ciiblages, armoires électriques (durée de vie

15 ans), les panneaux photovoltarques, les réservoirs, les canalisations, le gros reuvre de la station, etc.
(durée de vie 30 ans) sont repris dans la provision pour renouvellement.
Tous les détails des calculs sont données en annexe 16.
Ces données sont exploitées au chapitre 10.
Tableau 27 Couts annuels de fonctionnements assurés par le comté de gestion

Couts de fonctionnement Village Pompage Gravitaire


Réseau SONEL Solaire GE
Petit 2927€ 2927 € 2927€ 2927 €
Moyen 5122€ 5 122 € 5122€ 5 122 €
Grand 9878€ 9878 € 9878 €

Tableau 28 Couts annuels de fonctionnements assurés par un opérateur

Coúts de fonctionnement Concessionnaire Pompage Gravitaire


Réseau SONEL So.aire GE
Petit 9750€ 10188€ 15945 € 3736€
Moyen 17294 € 17825 € 26300 € 7322 €
Grand 29836 € 35286 € 11038 €
Les couts légerement plus élevés pour le pompage solaire par rapport a la SONEL s'expliquent par
deux choses:
• Le coOt de surveillance (le vol des panneaux est un risque majeur) et d'entretien des
installations solaires,
• L'électricité vendue par la SONEL n'est pas chere (140 XAF (0,21 € ) / K Wh, a comparer avec
les príx d'autres pays voisins (autour de 200 XAF)
Tableau 29 Coúts annuels de renouvellement

Coúts de renouvellement Pompage Gravitaire


Réseau SONEL Solaire GE
Petit 4950€ 6350€ 4950€ 3700 €
Moyen 8450€ 12700 € 8750 € 7 150 €
Grand 17850 € 18750 € 15250 €
Le cout plus élevé pour les réseaux "solaires" est dú au cout des installations spécifiques (panneaux
solaires, convertisseurs, etc.) comparé a un simple raccordement au réseau.

Etude de faisabilité Version finate Septembre 2010 Page 41


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Tableau 30 Couts annuels totaux

Couts totaux par reseau Pompage Gravitaire


,_. ,,~. _.... -~~,- --

Réseau SONEL Solaire GE


u.
<_~

Petit 17627 € 19465 € 23822 € 10 363 €


Moyen 30866 € 35647 € 40172 € 19594 €
Grand 57564 € 63914 € 36 166 €

Tableau 31 Couts totaux pour 20 litres d'eau

Couts totaux par bidon de 20 litres Pompage Gravitaire


Réseau SONEL Solaire GE
Petit 10XAF 11 XAF 13 XAF 6XAF
Moyen 9XAF 10XAF 11 XAF 5XAF
Grand 8XAF 9XAF 5XAF
Ce calcul pennet de voir que la vente de I'eau a lO XAF par bidon de 20 litres pennet de couvrir les
frais d'exploitation et de renouvelIement de la plupart des réseaux, a l'exceptíon de certains réseaux
"groupes électrogenes".

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 Page 42


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitatíon

7 Organisation du projet
7.1 Le~ons du diagnostic
Le diagnostic, bien que basé sur un nombre restreint de réseaux montre des orientations pour la
réhabilitation des réseaux:
• Baser le travail de réhabilitation sur une collaboratíon avec la populatíon et les autorités
communales qui deviendront propriétaires du réseau. 11 convient done travailIer sur base de la
demande de la population et d'une convention claire avec la commune.
• Favoriser les réseaux gravitaires et chercher des solutions de foumiture d'énergie altemative
au groupe électrog¿me: le réseau SONEL méme monophasé et I'énergie solaire.
• Faire les forages ou les captages de sources afin de s'assurer de la disponibilité réelle de la
ressource, avec un controle strict des travaux et de la qualité de l'eau.
• Réaliser une étude d'exécution du réseau en récupérant de fayon optimale les installations
existantes.
• Respecter les procédures en matiere d'appel a la concurrence, de contrats et d'exécution des
travaux.
• Suivre et controler les travaux, et former le personnel de gestion technique et financiere ainsi
que les agents communaux qui seront en charge des infrastructures.
• Assurer un suivi du fonctionnement du réseau et de sa gestion pendant I'année de garantie de
I'entreprise (12 mois).

7.2 Contraintes opérationnelles


Des bureaux et des ONG orientés sur I'animation et la formation sont actifs au Cameroun. Leur
encadrement est indispensable pour arriver a un résultat homog¿me et a la formation d'entreprises et de
comités de gestion efficaces et viables.
Quelques entreprises de forage existent dans le pays, mais nombre d'entre elles disposent d'un matériel
dépassé et en fin de vie. 11 existe aussi des entreprises de ce type dans les pays voisins et elles se
montrent intéressées par des contrats importants. Dans des bonnes conditions on estime qu'une
entreprise de forage peut réaliser un forage profond par semaine (déplacement, amenée et repli du
matériel, essais de débit, pose de I'équipement, etc.). Ces entreprises pourraient travailler en sous­
traitance et done sous I'entiere responsabilité de l'Entrepreneur principal.
Mais quelle que soit la qualité de I'entreprise, il ya la contrainte de la saison des pluies qui limite les
possibilités de travail. Dans la partie sud du Cameroun, il faut compter que les travaux de forages sont
difficiles, voire impossibles pendant 2 a 5 moís par ano La saison des pluies s'étend des mois d'avril et
mai jusqu'en septem bre voire en octobre suívant les régíons.
Ce quí entraine done qu'une entrepríse de forage peut réaJiser entre 26 et 32 forages par campagne
annuelle, entre les moís de novembre et d'avríl, avec de légeres varíatíons d'une régíon a I'autre. II en
est de méme pour la réalísatíon de captages de sources.
Cecí est une contraínte majeure vu que les opératíons de forages et de captages de sources doivent
intervenir avant la réalisation des études d'exécutíon, et done des travaux de génie civil et
électroméeaniques.
Le calendrier devra étre calé en fonction de la date réelle de démarrage et de la saison des pluies.
Celle-ci provoquera un am!t des travaux de forage et de captage des sources, mais n'entravera pas, ou
peu, la progression des études et des travaux. Le calendríer indicatif présenté au Tableau 36 faít
l'hypothese de la saison pluvieuse au quatrieme trimestre.
Enfin, íl ya I'admínistration et plus précisément les équipes techniques régionales et départementales
de la DHH qui devront assurer I'identification des réseaux, la rédaction de la fiche technique et

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 Page 43


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

l'accompagnement de la supervision des travaux et du suivi et de la formation technique des agents


communaux qui seront en charge des réseaux. Ces personnes existent et sont en place dans leurs
fonctions mais elles manquent cruellement de moyens physiques de travail: matériel de bureau,
véhicules, etc. et des fomlations adéquates pour réaliser ces taches. Une mise a niveau de leur
matériel et de leur formation devra etre assurée par l'Entrepreneur principal et l'Ingénieur Conseil
suivant un cahier des charges précis.

7.3 Type d'intervention


Dans le passé, plusieurs interventions de réhabilitation ont été conduítes comme de simples opératíons
de plomberie par le remplacement du matériel a I'identique. Ces opérations ont mené a des échecs
paree que les causes profondes du non fonctionnement des réseaux, qui avaient pourtant été
identifiées, n'avaient pas fait I'objet d'actívités adéquates.
L'analyse des résultats de I'enquete de terrain montre qu'íl faut considérer chaque "Scanwater" non
plus comme un assemblage technique collé sur un village, mais comme un réseau unique, répondant a
des besoins spécifiques dans des conditions particulieres.
11 faut done que les recommandations de diagnostic décrites au § 7.1 ci-dessus, soit suivies pour
travailler avec les villages intéressés, en impliquant les communes.

7.4 Priorités d'intervention


Le diagnostic a aussi permis de constater que les réseaux gravitaires fonctionnaient en général assez
bien. Les raisons sont multiples: simplicité technique, absence de pompe, done de foumiture d'énergie
et done Iimitation importante des frais de fonctionnement. Mais le systeme gravitaire dépend de la
configuratíon du terrain et ne peut pas etre "décrété". Plusieurs réseaux ont été transformés en réseaux
gravitaires lors de leur rehabilitation. Cette démarche doit etre poursuivie.
L'analyse du fonctionnement des reseaux par pompage montre que les frais recurrents sont plus faíbles
pour les pompages alimentés par le réseau électríque SONEL, puis par I'énergie solaire et enfin par les
groupes électrogenes. L'utilisation de pompes monophasées permettra de reHer plus de réseaux a la
SON EL.
L'énergie solaire est loin d'etre "gratuíte" car elle demande de I'entretien (nettoyage des panneaux), de
la surveíllance contre le vol, du controle de fonctionnement et le remplacement périodique de pieces
fragiles et couteuses comme le convertisseur.· Mais les progres techniques se poursuivent et ce
matériel est de plus en plus fiable.
Les priorités d'intervention seront done:
1. Les reseaux gravitaires,
2. Les réseaux qui peuvent etre raccordés au réseau électrique meme monophasé,
3. Les autres réseaux alimentés par I'énergie solaire.

7.5 Sélection des sites par type et taille


Sur la base du cadre budgétaire défini, des criteres techniques de sélection et des projections faites a
partir des données des enquetes et corrigées par d'autres informations partielles, le nombre, la taille et
le type de sites a sélectionner pour chaque region a été calculé et est présenté au Tableau 32 ci­
dessous.

Elude de faisabilité Version linaJe Septembre 2010 Page 44


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater ao Cameroun et de faisabilité de leor réhabilitation

Tableau 32 Sélection des types et tailles de sites éligibles


.. ­ ~-----"-"'"

Gravitaires SONEL Solaire Total


Région P M G P M G P M
. _.•..._-­

CENTRE O O O 9 2 2 2 1 16
SUD 6 O O O O O 2 O 8
EST 2 2 2 3 O 12
ADAMAOUA I I J 2 3 JI
OUEST O 3 J O 10 O 16
NORDOUEST 2 3 2 O O I l 10
SUDOUEST O 1 O l O 5
LlTTORAL 4 I O 6 2 O 3 I 17
TOTAL 15 10 6 18 18 8 15 5 95
Ces données sont indicatives et doivent servir de guides pour la sélection réelle sur le terrain. Des
choix et des arbitrages devront etre faits.

7.6 Intervenants
La démarche préconisée nécessite done I'intervention plusieurs acteurs qui vont travailler en paraJU:le:
le maitre d'ouvrage, l'lngénieur Conseil, l'Entrepreneur et les équipes de suivi.
7.6.1 Le maitre d'ouvrage et le maUre d'ceuvre
La maitrise d'ouvrage revient au propriétaire des installations. Dans le cadre de la réforme du secteur
de I'eau le propriétaire des réseaux est actuellement l'Etat qui va eéder cette propriété aux communes.
11 est normal que ces réseaux soient d'abord réhabilités et fonctionnels avant d'etre eédé aux
communes. Aussi, la maitrise d'ouvrage sera assurée durant les travaux de réhabilitation par l'Etat a
travers le MINEE, et un transfert de cette responsabilité aux eommunes sera organisé au moment de la
réception provisoire pour assurer au nouveau propriétaire un suivi et un encadrement du
fonctionnement du réseau pendant la premiere année.
La mattrise d'reuvre sera assurée par la DHH et ses antennes régionales et départementales. La DHH
assurera les taches dévolues au maitre d'reuvre, a savoir:
• La collecte et la certification des demandes des communautés et des communes pour la
réhabilitation du réseau d'alimentation en eau potable, (tache préalable au démarrage de toute
activité),
• La coordination des toutes les activités du projet,
• La rédaction des cahiers des charges et autres prescriptions pour les différents appels d'offres:
études, travaux, animation, formation, etc.
• L'organisation des réceptions techniques provisoires, du transfert de propriété des installations
aux communes, du suivi du fonctionnement et de la formation des responsables (comités et
communes) par une ONG ou un bureau d'études spécialisé pendant un an et de la réception
définitive des travaux
Pour assurer ces taches les capacités techniques de la DHH seront renforcées par l'apport de véhicules,
de matériel de bureau, y compris le matériel infbrmatique et par des dotations pour les frais de
fonctionnement. En outre la DHH bénéficiera de missíons d'appui d'experts íntemationaux pour la
préparation des documents d'appels d'offres pour l'Ingénieur Conseil et l'Entrepreneur.
7.6.2 L'ingénieur Conseil
Un Ingénieur Conseil sera recruté pour assíster la DHH et assurer la supervísion des travaux de
forages et de captage des sources, ainsi que la supervision technique des travaux. 11 assurera le suivi

Etude de faisabilité VersiOD finale Septembre 2010 Page 45


Etude de de 350 stations Sean water au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

joumalier des activités de I'Entrepreneur et de la gestion financiere du projet. Un bureau d'études


recruté pour ces taches foumira des experts en hydraulique, en hydrogéologie et en sociologie.
7.6.3 L'Entrepreneur
Un Entrepreneur danois sera recruté pour réaliser les forages, les études d'exécution et les travaux de
génie civil et de pose du matériel hydraulique et électromécanique.
L'Entrepreneur pourra faire appel a des sous traitants pour les forages et le captage des sources ou pour
des foumitures plus spécialisées comme les installations de production d'énergie par des panneaux
photovolta'iques. L'Entrepreneur sera le seul interlocuteur de I'administration et de l'lngénieur Conseil
et assumera toute la responsabilité technique et financiere des travaux réalisés par ses sous-traitants.

7.7 Les phases successives de l'intervention


7.7.1 L'identification
La phase d'identification est exécutée par la DHH. Elle constitue un jalon dan s le calendrier
d'exécution de I'intervention. En effet, cette phase doit etre réalisée et achevée avant toute poursuite
de I'íntervention. Sa bonne exécution constitue une condition a la réalisation de I'intervention. Les
communes bénéficiaires et d'autres administrations comme le FEICOM interviendront dans cette
phase mais la DHH conduira le travail.
La DHH menera une campagne d'information en vue de sélectionner les réseaux dans chaque région
en respectant autant que possible les données du Tableau 32.
Le Tableau 33 présente les différentes taches a réaliser et les intervenants, le Tableau 34 présente un
chronogramme de I'exécution de ce travail.
Tableau 33 Description des taches de la phase d'identification

Ordre Description de la tache Acteurs


lnformation des communes et des communautés sur I'existence du DHH
projet et les conditions de participation, notamment le paiement de
5% du montant des travaux
2 Préparation et transmission de la demande d'intervention par les Commune et
communes et communautés intéressées. communautés
3 Rédaction de la fiche 26 d'identification technique et sociale de DHH et commune
I'intervention demandée
4 Traitement des dossiers et sélection, mise ajour de la planification DHH
de I'intervention
5 . Rédaction d'un contrat avec la commune précisant les engagements DHH, FEICOM et
de chaque partie et le montant de la partícípatíon de la commune et commune
les modalités de versement

26 Le contenu prévis de cette fiche est proposé en Annexe I I

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 Page46


Etude de d~1tOSUC dt 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabiJité de Jeur réhabiJitation

TllbJeau 34 Chronogramme de la phase d'identification

Taches Mois 1 Mois 2 Mois 3 Mois 4 Mois 5 Mois 6


Infonnation des ,;,-~mmur:es tí des
communautés sur ¡'e"¡:'ten.::e du projet
et les conditions de parti..:ipatíon

Préparation et transmissí\.-·n Je la
demande d'intef\ enri,:m par les
communes et commun3U!eS intéressées.
Rédaction de la fiche d'idemífication de
I'intervention demandée
Traitement des fiches. acceptation et
sélection des sites

La présentation des dossiers techniques et des contrats d'engagement des communes marquera le début
de la deuxic~me phase.
7.7.2 Les appels d'offres
Sur la base des fiches d'identifications réalisées par la DHH, un dossier d'appel d'offres27 sera rédigé
pour recruter un Entrepreneur danois qui réaliser les études d'exécution et tous les travaux: forages,
captages de sources, génie civil, hydraulique et électromécanique. La réalisation de ce dossier d'appel
d'offres demandera la réalisation d'un bordereau des prix unitaires détaillé.
Parallelement, un dossier d'appel d'offres sera rédigé pour le recrutement d'un Ingénieur Conseil qui
sera chargé d'appuyer la DHH dans la gestion du projet, de superviser les prestations de l'Entrepreneur.
Ce travail sera réalisé par la DHH avec l'appui de DAN IDA.
Tableau 35 Chronogramme de la phase "appels d'offres"

Táches
Rédaction du DAO lngénieur
Lancement de I'appel d'offres Ingénieur - - --
Mois 7 Mois 8 Mois 9 Mois 10 Mois 11 Mois 12

Réponse des bureaux d'études


Analyse des offres fngénieur
Attribution du marché Ingénieur

-- - -
Rédaction du DAO Entrepreneur
Lancement de I'appel d'offres Entrepreneur
Réponse des bureaux d'études - --­
Analyse des offres Entrepreneur
Attribution du marché Entrepreneur
-
27 Le contenu détaillé d'un Je'SS;,,: ;fJppel d'offres est proposé en Annexe 11

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 Page47


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au ('!lM1"OIIa C'f de faisabilité de leur réhabilitation

7.7.3 Les réalisations


Une fois les contrats avec I'Ingénieur Conseil et l'Entrepr~neur signés. les phases des travaux pourront
démarrer par la réalisation des premieres campagnes de forages et de captage de sources, des études
d'exécution et des travaux de génie civil, d'hydrauJique et d'eIe....,romécanique.
L'Ingénieur Conseil et l'Entrepreneur mettront troís é.::¡uipe:; au travail pour réaliser I'ensemble des
prestations en 13 trimestres, hors période de garantíe j'un an qui doit etre assurée par l'Entrepreneur.
Les prestations de l'Ingénieur s'arreteront a la réception provisoire du dernier chantier. Elles ne
couvriront done pas la période de garantie des demiers reseaux ni leur réception définitive. Ces
prestations seront prises en charge par la DHH seule.
Outre les taches de supervision technique. l'lngénieur Conseil veillera au bon déroulement
administratif de I'intervention et particulierement au respect des procédures et aux délais de
décaissements. A cette fin, des le démarrage du projet un expert court terme sera mandaté pour
préparer un manuel de procédure pour clarifier les procédures a respecter dans le cadre de
I'íntervention financée par le Crédit Mixte danois. Ce travail permettra de préparer les opérations en
harmonie avec les administratíons et les projets qui travaillent dan s le secteur (DHH, FEICOM,
PNDP, etc.), de préciser les roles et responsabilités de chacun ainsi que les délais de réaction ma..xima,
les circuirs de signatures et d'approbation des paiements. etc. et in fine de gagner beaucoup de temps. (
Les chantiers progresseront en suivant un itinéraire qui permet de débuter dans les environs de (
Yaoundé pour le démarrage des activités, de poursuivre vers l'Est, de revenir vers l'Ouest et de
terminer par le Littora!. La progression sera done: Centre, Sud, Est. Adamaoua, Ouest, Nord Ouest,
Sud Ouest et Littoral.
Tablean 36 Chronogramme indicatif des opérations

Etude de faisabilité Version linale Septembre 2010 Page 48


Etudede de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilíté de leur réhabilítation

8 Impact environnemental
Malgré I'existence d'une "Loi portant loi cadre relative a I'environnement" d'aout 1996, il n'existe pas
au Cameroun de directives en matiere d'études d'impact sur I'environnement pour les installations de
production et de distribution d'eau potable en milieu rural.
L'impact de I'implantation d'un réseau d'alimentation en eau potable sur I'environnement est tres faible
et localisé. En effet, les quantités d'eau captées et distribuées sont faíbles par rapport aux écoulements
de surface qui peuvent provoquer des phénomenes érosifs, et le fait de capter des sources ne diminue
que tres faiblement le débit des ruisseaux qui collectent de nombreuses émergences et des eaux de
ruissellement. On parle de litres par seconde pour une source alors qu'on parle de m 3 par seconde
(mille fois plus) pour une riviere!
Toutefois, quelques risques existent mais ceux-ci peuvent etre limités voire évités en prenant un
mínimum de mesures de précaution.
La liste qui suit faít le point sur tous les impacts pouvant résulter de la construction et de I'exploitation
d'un réseau d'alimentation en eau potable en milieu rural et également des précautíons a prendre pour
que I'environnement ne provoque pas de dégiits aux installations, notamment par I'érosion, la foudre,
etc.
Mais I'environnement doit etre compris au sens large et I'impact posítíf sur la santé et I'hygiene aínsi
que sur I'amélioration des conditíons de vie fait partíe des ímpacts sur I'environnement humain et
social.
Tableau 37 Risques environnementaux, mesures conservatoires et acteurs

Risques Mesures conservatoires Acteur


La mauvaise réalisation de Réaliser les forages dans les regles de Cahier des charges
forages profonds peut I'art en veillant particulierement a la Supervision des travaux de
occasionner des qualité du bouchon d'étanchéité forages
infiltrations de polluants Entrepreneur de forages
dans les nappes
Le captage des sources Les précautions seront prises pour laisser Cahier des charges
peut supprimer un ruisseau un minimum d'eau libre afin d'éviter Supervision des travaux de
I'assechement de la riviere. captage des sources
Les dispositions seront prises pour que Entrepreneur
I'eau non consommée soit rejetée en tete
de réseau (vannes a flotteur et Iimiteurs
de débits sur les réservoirs).
Le captage des sources Les sites de captage des sources doivent Cahier des charges
peut etre pollué par des nettoyés et dessouchés, puis etre c1óturés Supervision des travaux de
éléments extérieurs pour éviter I'intrusion du bétail. Les sites captage des sources
doivent étre recouverts d'une herbe a Entrepreneur
racines peu profondes, et entourés d'un
fossé de protection contre les eaux de
ruisse Ilement.
La foudre peut détruire Un dispositif fusible parafoudre est prévu Cahier des charges
I'installation pour la protection des installations Supervision des chantiers
électriques. Le cout de son Entrepreneur
remplacement est prévu dans les frais
récurrents de fonctionnement.

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 Page 49


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur rébabilitation

Risques Mesures conservatoires Acteur


- -_. . - .. ­
,

Les tranchées en fortes Le remblaiement des tranchées en fortes Cahier des charges
pentes peuvent provoquer pentes sera particulierement soigné et des Supervision des chantiers
des écoulements massifs d'ancrage dépisseront du sol de Entrepreneur
préférentiels et des dégiits fa90n a créer des seuils pour empccher
érosifs l'érosion
Les zones d'emprunt pour Les zones d'emprunt doivent ctre Cahier des charges
les matériaux de remblayées et remise en état par Supervision des chantiers
construction (moellons, l'Entrepreneur. Entrepreneur
sable et graviers sont a
I'origine d'érosion
Les cultures sont détruites L'Entrepreneur veillera a minimiser les Cahier des charges
lors du chantier dégiits aux cultures. Supervision des chantiers
Les agriculteurs seront informés a temps Entrepreneur
du passage des travaux.
Les lieux de construction d'ouvrages
importants seront expropriés par la
commune.
L'utilisation d'engins L'Entrepreneur prendra toutes les Cahier des charges

motorisés peut générer de précautions pour éviter de répandre des Manuel d'entretíen des

la pollution, notamment hydrocarbures. réseaux

des sois en cas d'épandage Les réservoirs de carburant seront posés Entrepreneur

de carburant a I'intérieur des batiments et un dispositif


de récupération des fuites éventuelles
sera présent a cet endroit.
L'utilisation de produits 11 est pro posé d'utiliser un dispositif de Cahier des charges
chimiques Ixmr le stérilisation par UV qui ne produit pas de Manuel d'entretien des
traitement ou le nettoyage résidus chlorés. réseaux
des réservoirs génere des L'Entrepreneur prendra néanmoins les Entrepreneur
rejets précautions nécessaires pour éviter des
rejets lors des opérations de nettoyage
des réservoirs et diluera le cas échéant
ces rejets.
Les opérations de Les sorties des vidanges seront Cahier des charges
nettoyage des ouvrages implantées a I'écart des ouvrages vers des Manuel d'entretien des
génerent des rejets d'eau exutoires naturels qui seront protégés réseaux
en grande quantité, ce qui
provoque des érosions
Les réseaux ne sont pas Les réseaux doivent etre gérés par des Manuel d'entretien des
correctement gérés et entreprises professionnelles sous le réseaux
entretenus et se dégradent contróle d'un comité de gestion et des Equipe d'animation et de
rapidement notamment a autorités communales. suivi
cause des détoumements Les stations seront protégées des Commune
d'argent et des vols de intrusions par une cJóture, un éclairage Comité d'usagers
matériel extérieur et un systeme d'alarme sonore.
La commune, et plus particulierement sa
police, apporteront leur concours a la
sécurisation des installations.
La population dispose La population est intéressée a la bonne Equipe d'animation et de
d'eau potable en quantité gestion des réseaux. suivi
et qualité satisfaisante

Etude de faisabilité Version linaJe Septembre 2010 Page 50


de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

9 Budget et financement
9.1 Budget d'investissement
9.1.1 Structure du budget
Le budget d'investissement a été élaboré sur 4 années en euros constants 2010 hors taxes, en
distinguant d'une part les cofits des travaux de réhabilitation des réseaux, qui seront réalisés par un
Entrepreneur danois28 , et d'autre part les cofits liés a I'intervention d'un Ingénieur Conseil.
Concernant les travaux de réhabilitation, on a distingué deux grands types de sites suivant leur mode
d'alimentation29 :
• alimentation gravitaire: trois tailles (petit, moyen et grand): et
• alimentation par pompage: SONEL: trois tailles (petit, moyen et grand), solaire: deux tailles
(petit et moyen).
Pour chaque type de site, les cofits ont été détaillés 30 par principaux postes, incluant les forages et
aménagement de sources, les études d'exécution et la réhabilitation des stations et réseaux.
Les cofits de supervision et de controle des travaux ont été calculés séparément.
Le cout de I'intervention d'opérateurs locaux (bureaux d'études ou ONG) pour le suivi de la gestion
pendant la période de garantie des ouvrages a été également calculée.
Tous ces cofits comprennent les frais de fonctionnement ainsi que les marges de I'entreprise, de
I'lngénieur Conseil, des bureaux d'études et des ONG. lIs sont calculés hors taxes et droits
d'importation.
9.1.2 Couts unitaires
Les cofits unitaires des études et travaux ont été exposés en détail au § 6.3 et en annexe 9.
Les couts des experts internationaux sont basés sur les prix moyens observés dans les contrats
d'assistance technique passés par les bureaux d'études. Les cofits présentés incluent les honoraires, les
vols intemationaux et le logement des experts.
Les couts du personnel national ainsi que des équipements et du fonctionnement (véhicules, bureaux)
ont été estimés sur la base des cofits pratiqués les cellules de gestion de projets en cours au Camero un.
9.1.3 Taxes
Le montant des taxes du budget a été calculé pour chaque poste de dépense. Le taux de taxe dépend de
la nature du poste de dépense, et peut comprendre un ou plusieurs des différents impóts et taxes en
vigueur au Cameroun, qui sont notamment la TV A, les droits de douanes et les centimes additionnels
communaux. Le taux global de taxe par type de bien et service a été estimé sur la base de la
législation en vigueur et présenté en annexe 15.

28 Prescription du document du Crédit Mixte


29 Voir la définition des types de réseaux au Tableau 20
30 Les coúts détaillés des travaux pour les différents types de réseaux son! donnés en annexe 9

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 Page 51


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

9.1.4 Couts de mise en muvre


Tableau 38 Couts des forages et des captages de sources (en K€)
, ..- -
Gravitaires SONEL Solaire Total
- -

Région P M G P M G P M
ADAMAOUA 3,50 7,00 7,00 19,50 19,50 83,00 58,50 30,50 228,50
CENTRE 0,00 0,00 0,00 175,50 39,00 83,00 39,00 30,50 367,00
EST 3,50 14,00 7,00 19,50 39,00 83,00 58,50 0,00 224,50
- .
LITTORAL 14,00 7,00 0,00 117,00 39,00 0,00 58,50 30,50 266,00
NORDOUEST 7,00 21,00 14,00 0,00 19,50 0,00 19,50 30,50 111,50
OUEST 0,00 21,00 7,00 0,00 195,00 41,50 0,00 30,50 295,00
SUD 21,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 39,00 0,00 60,00
SUDOUEST 3,50 0,00 7,00 19,50 0,00 41,50 19,50 0,00 91,00
TOTAL 52,50 70,00 42,00 351,00 351,00 332,00 292,50 152,50 1643,50

Tableau 39 Couts des études d'exécution (en K€)

G ravitaires SONEL Solaire Total


Région P M G P M G P M
ADAMAOUA 4,55 8,75 15,75 8,55 12,75 39,50 25,65 12,75 128,25
CENTRE 0,00 0,00 0,00 76,95 25,50 39,50 17,10 12,75 171,80
EST 4,55 17,50 15,75 8,55 25,50 39,50 25,65 0,00 137,00
. LITTORAL 18,20 8,75 0,00 51,30 25,50 0,00 25,65 12,75 142,15
NORDOUEST 9,10 26,25 31,50 0,00 12,75 0,00 8,55 12,75 100,90
OUEST 0,00 26,25 15,75 0,00 127,50 19,75 0,00 12,75 202,00
SUD 27,30 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 17,10 0,00 44,40
SUD OUEST 4,55 0,00 15,75 8,55 0,00 19,75 8,55 0,00 57,15
TOTAL 68,25 87,50 94,50 153,90 229,50 158,00 128,25 63,75 983,65

Tableau 40 Couts des travaux (en K€)

Gravitaires SONEL SoJaire Total


Région P M G P M G P M
ADAMAOUA 99,95 201,45 446,05 116,00 220,35 939,10 477,08 331,39 2831,37
CENTRE 0,00 0,00 0,00 1044,00 440,70 939,10 318,05 331,39 3073,24
EST 99,95 402,90 446,05 116,00 440,70 939,10 477,08 0,00 2921,78
LITTORAL 399,80 201,45 0,00 696,00 440,70 0,00 477,08 331,39 2546,42
NORDOUEST 199,90 604,35 892,10 0,00 220,35 0,00 159,03 331,39 2407,12
OUEST 0,00 604,35 446,05 0,00 2203,50 469,55 0,00 331,39 4054,84
SUD 599,70 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 318,05 0,00 917,75
SUDOUEST 99,95 0,00 446,05 116,00 0,00 469,55 159,03 0,00 1290,58
TOTAL 1499,25 2014,50 2676,30 2088,00 3966,30 3756,40 2385,38 1656,95 20043,08

Etude de faisabilité Version tínaJe Septembre 2010 Page 52


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Tableau 41 Couts totaux des prestations de l'Entrepreneur (en K€)


Taches Année 1 Année 2 Année 3 Année 4 Total HT
Forages et sources 880,0 763,5 1643,5
.. - .. ._->
~
• __ H

· Etudes d'exécution 481,4 502,3 I 983,7


· Travaux 1 843,3 8396,6 8547,9 I 255,3 20043,1
Total 3204,7 9662,4 8547,9 1255,3 22670,3

9.1.5 Coúts de l'lngénieur Conseil


Tableau 42 Couts des prestations de l'Ingénieur Conseil (en K€)

An 1 An2 An3 An4 Total HT


Cellule centrale
· Ingénieur Hydraulicien I GR international 160,00 160,00 160,00 40,00 520,00
, Hydrogéologue (forages, sources) 112,50 112,50 225,00
-
Logisticien 20,00 20,00 20,00 5,00 65,00
Comptable 25,00 25,00 25,00 6,25 81,25
Personnes appui 32,00 32,00 32,00 8,00 104,00
Véhicules (3) 55,50 55,50
Fonctionnement (3 véhicules) 30,00 30,00 30,00 7,50 97,50
Equipements bureau 20,00 20,00
Bureaux (fonctionnement) 10,00 10,00 10,00 2,50 32,50
Vols internes 5,00 5,00 5,00 1,25 16,25
Per diem équipe projet 10,00 10,00 10,00 2,50 32,50
Consultants court terme
Procédures 25,00 25,00
Hydraulicien (études et supervision) 50,00 50,00
Sociologues (études et suiví) 50,00 25,00 25,00 100,00
Génie Civil (supervision) 25,00 50,00 25,00 100,00
Equipes terrain
Supervision Forages 120,00 120,00 240,00
Supervision travaux 45,00 90,00 90,00 6,00 231,00
Véhicules (4) 64,00 64,00
Fonctionnement (4 véhicules) 40,00 40,00 40,00 10,00 130,00
Personnes appuí 32,00 32,00 32,00 8,00 104,00
TOTAL Gestion 931,00 761,50 504,00 97,00 2293,50

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 Page 53


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

9.1.6 CoOts du suivi ...


Tableau 43 Coúts du suivi (en K€)

Région Année 1 Année2 Année3 Année 4 Année 5 Total HT


Centre 7,6 30,2 30,2 15,1 83,1
Sud 10,2 40,8 30,6 81,6
Est 75,7 37,8 113,5
Adamaoua 9,4 37,6 37,6 18,8 103,3
Ouest 29,7 59,3 59,3 14,8 163,2
Nord Ouest 25,5 51,0 25,5 102,0
Sud Ouest 7,0 28,1 7,0 42,1
Littoral 21,8 43,6 43,6 10,9 120,0
Sommes 27,1 185,6 335,0 228,3 32,8 808,8

9.1.7 CoOts globaux


Tableau 44 Coúts globaux de I'opération (en K€)

Intervenants Année 1 Année 2 Année3 Année 4 Total HT


Entreprise 3204,7 9662,4 8547,9 1 255,3 22670,3
Ingénieur ConseiJ 931,0 761,5 504,0 97,0 2293,5
31
ONG Suivi 27,1 185,6 335,0 261 , 1 808,8
Total 4162,8 10609,5 9386,9 1580,6 25772,6

9.1.8 Analyse des coOts globaux


Le coGt total de I'intervention s'éleve ainsi a environ 25,77 millions d'Euros HT a déeaisser sur 4 ans.

A noter que les dépenses de quatrieme année sont Iimitées au premier trimestre. La durée des

décaissements est donc de 13 trimestres.

Le coGt HT de la réhabilitation des stations et réseaux, tous types eonfondus, s'éleve a 22,67 milJions

d'Euros, soit environ 88 % du total.

Le coút de supervision des travaux et de gestion du projet s'éleve a 2,93 millions d'Euros, soit environ

9 % du total.

Le coút du suivi s'éJeve a 0,8 J miIJions d'Euros, soit environ 3 % du total.


Pres de 80% des couts seront décaissés dans les années 2 et 3 de I'intervention.

9.2 Modalités de financement


9.2.1 Remarque préliminaire
Le financement a travers un Crédit Mixte est destiné a eouvrir des frais de mise en reuvre de travaux
exécutés par un Entrepreneur danois. Le erédit porte done uniquement sur un seul contrat de travaux.
Ce type de financement est bien adapté a la eonstruction ou la réhabilitation de centrales éleetriques ou
de traitement, voire de réseaux routiers ou de distribution d'électricité, de téléphonie ou d'eau, avec des
études détaillées faites au préalable et un maitre d'ouvrage ou un maítre d'ceuvre disponible et en
mesure d'effecteur toutes ces taches: identification, études, supervision des travaux, suivi du
fonctionnement pendant la période de garantie, etc.
Le contexte de la réhabilitation de réseaux d'alimentation en eau potable dispersés atravers un pays est
tres différent et ne se pn!te pas a un financement classique par un Crédit Mixte. En effet, la

31 Valeur globale pour les années 4 et 5 (voir tableau 39)

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 Page 54


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

réhabilitation de chaque réseau est un cas particulier et doit faire I'objet de démarches préalables pour
s'assurer de la volonté réelle des autorités locales et des communautés desservies a prendre en charge
le fonctionnement et I'entretien des réseaux. Sans cette étape, la réhabilitation est vouée a I'échec.
D'autres contraintes sont expliquées plus avant dans cette étude, notamment la recherche systématique
de ressources en eau, les contraintes c1imatiques, etc.
Pour toutes ces raisons le montage d'un Crédit Mixte c1assique n'est possible qu'en mobilisant
paralIelement d'autres fonds pour réaliser, le suivi, la supervision et la coordination des intervenants.
9.2.2 Plans de financement proposé
• Le volet réhabilitation des stations et réseaux (forages, sources, études d'exécution et travaux),
exécuté par un Entrepreneur danois est financé a 100 % par un Crédit Mixte danois.
• Le volet supervision et contróle des travaux et appui a la gestion de I'intervention, exécuté par
un Ingénieur Conseil, comme un appui a la DHH, est financé par un don de la coopération
danoise,
• Le volet suivi du fonctionnement et de la gestion des réseaux pendant un an est financé par la
contribution des communes.
L'élément taxes du projet serait supporté par l'Etat du Cameroun, sous forme d'exemption de taxes ou
de leur remboursement au projet.
9.2.3 Caractéristiques du Crédit Mixte
Le Crédit Mixte couvrira les décaissements annuels prévus pour la réhabilitation des sites, estimés
dans les tableaux ci-dessus.
11 convient toutefois d'ajouter a ces montants une provision pour dépréciation monétaire de 3 % par ano
L'emprunteur est I'Etat du Cameroun représenté par le Ministere des Finances. Celui-ci rétrocédera le
crédit au maitre d'ouvrage (la DHH), sous une forme a convenir.
Le maitre d'ouvrage sera chargé de I'instruction des appels d'offres pour la sélection de I'Entrepreneur
danois et de l'Ingénieur ConseiL L'Entrepreneur danois sera payé directement par la Banque danoise
chargée de la gestion du Crédit Mixte, sur la demande du maitre d'ouvrage, via le Ministere des
Finances.
Les conditions de crédits (taux d'intéret, prime de risque) seront fixées par les arrangements conclus au
sein de l'OCDE, d'un commun accord avec l'Etat du Cameroun (voir § 9.2.4 ci-dessous).
9.2.4 Données relatives au crédit au Cameroun
L'appréciation des risques 32 pour le Cameroun donne les résultats les suivants:
Pour les opérations d'exportation: Risques politiques: a court terme: 3/7, a moyen et long terme: 617,

risques commerciaux: C (fortes variations).

Pour les investissements directs: risques de guerre: 3/7, risques d'expropriation et faits du prince: 3/7,

risques de transfert lié au paiement des dividendes ou au rapatriement du capital: 517.

Conformément a I'arrangement conclu au sein de I'OCDE, le délai maximum de remboursement est

fixé a 10 ans.

Le plafond de couverture est limité a 140 mio € pour le court terme et a 450 mio € pour le long terme.

Dans les cas de crédit d'aide, l'arrangement OCDE exige un niveau de concessionnalité de 35%

minimum.

32 Source Office National du Ducroire (Belgique). Site intemet:


http://www.ondd.be/webondd!Website.nsf/AIlWeb/Cameroon?OpenDocument&Disp=1 &Language=fr

Etude de faisabilité Version linaJe Septembre 2010 Page 55


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

9.2.5 Prise en compte de I'inflation


Un taux d'inflation annuel de 3 % (inflation prévisionnelle moyenne pour la zone Euro pour les
prochaines années) a été prís en compte pour le calcul des montants a financer. L'hypothese a été faite
que la phase préparatoire d'identification et de contrats se passerait en 2011 et que les activítés de
I'intervention commenceraient (année 1) en 2012.
Tableau 45 Intervenants, baiUeurs de fonds et engagements financiers (en millions d'€)

Intervenant Année 1 Année 2 Année 3 Année4 Total HT Baílleurs


Entreprise 3,40 10,56 9,62 1,46 25,04 Crédit Mixte
- ~ - ---. -
Ingénieur Conseil 0,99 0,83 0,57 0,11 2,50 DAN IDA
ONG Suivi 0,03 0,20 0,38 0,30 0,91 Communes
Total 4,42 11,59 10,57 1,87 28,45

9.2.6 Contribution financiere des bénéficiaires a I'investissement


L'hypothese de travail prise en compte pour le plan de financement est une contribution financiere
préalable des communes, d'un montant moyen de 5 % du coGt de la réhabilitation, soit 1,133 millions
d'Euros. Ce taux pourrait etre éventueIlement ajusté en fonction du niveau de pauvreté des communes
et comités, ainsi qu'en fonction du nombre et des types d'usagers.
11 revient a la commune de déterminer sur quel budget elle va prélever cet argent et de demander une
participation aux usagers du réseau sous I'une ou I'autre forme.
L'engagement de paiement sera confirmé par le FEICOM.
Ce montant servira a financer le suivi du fonctionnement des réseaux pendant la période de garantie.
De cette fayon, en informant bien les populations, leur intéret pour la gestion sera accru.
A titre d'exemple, le montant de la participation par ménage a été calculé pour un réseau par pompage.
Tableau 46 Estimatíon des montants de contribution par ménage

Taille du réseau Petit Moyen Grand


Nombre moyen d'usagers 3 150 670O 13000
Nombre de ménages 350 744 1444
Couts moyens unitaires de réhabilitation 184527 € 329789€ 430933 €
Participation des communes en % du coGt moyen 5% 5% 5%
Partícipation financiere des communes 9226€ 16489 € 21 547 €
Participation financÍere des communes 6052486 XAF 10 817079 XAF 14 134602 XAF
Equivalent participation moyenne par ménage usager 17293 XAF 14530 XAF 9785 XAF
On constate que la contribution par ménage décrolt lorsque la taille du réseau crolt, ce qui correspond
aux économies d'échelles habituelles.
De fa~on générale, le montant de ces contributions, varÍant de 10 000 a 17 000 XAF par ménage,
paraissent supportables et relatÍvement facilement mobilisables au vu des résultats des enquetes.
Pour les sites gravitaires, les contributions seront sensiblement plus faibles.

Etude de faisabilíté Version finale Septembre 20tO Page56


Etude de d~1tOUK de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de Ieur rébabilitation

9.3 Coúts de revient de I'eau


9.3.1 Coúts de fourniture de Ileau par type de site
Ces eouts qui C0rnI'ren~nt le fonetionnernent eourant, I'entretien et les provisions annuelles pour
renouvellernems d\~quípemenrs;"'. ont été estimés pour chaeun des 11 types de sites, combinant la taille
(petíts. moyens et granJ:; I et le mode d'approvisionnement en eau et en énergie (gravitaire, pompage:
SONEL solaire. group;: e:ectr~"lgene)"
Le ealeuJ des COlltS de I'entretien a été exposé au § 6.4, les détails sont reportés en annexe 16. Ces
couts sont résumés au Tableau 47 ci-dessous.
Tableau 47 eouts de revient annuel complet des installations

Réseau Petit Moyen Grand


Fonctionnement courant
Gravitaire 6663 € 12444 € 20916 €

,-
Pompage SONEL
Pompage solaire
Pompage générateur
Provisions annuelles pour renouvellements
Gravitaire
12677 €
13115€
18872 €

3700€
22416€
22947 €

31 422 €

7150 €
39714 €

45 164 €

15250 €
Pompage SONEL 4950€ 8450€ 17850 €
Pompage solaire 6350€ 12700 €
Pompage générateur 4950€ 8750€ 18750 €
TOTAL
Gravitaire lO 363 € 19594 € 36166 €

Pompage SONEL 17627 € 30866 € 57564 €

Pompage solaire 19465 € 35647 €

Pompage générateur 23822 € 40172 € 63914 €

On constate ainsi, comme cela était prévisible, que les sites avee générateur ont les couts de revient de

a
)'eau les plus élevés, variant d'environ 24 000 Euros pour les petits sites 64 000 euros par an pour les

a
grands sites, soit 16 42 m íIlions XAF par ano

Les sites ave e pompage solaire ont un eout de revient sensiblement plus élevé que pour les sites

alimentés par électricité a partir du réseau SON EL. en raison de eouts d'investissements et

d'exploitation plus importants (convertisseur, panneaux).

Les sites gravitaires ont évidemment des couts de revient nettement plus faíbles, puisque, par nature,

ils ne consomment pas d'énergie externe payante et que les eouts d'entretien et de renouvellement ne

eoncernent pour I'essentiel que le réseau de distribution.

33 Ainsi. on ne prend pas en compre ¡'amortissement de I'investissement, effectué sous fonne de don. Par contre,
la pérennité des réseaux eS! a,~ur¿e par la prise en compte de provisions pour renouvellement des équipements,
La durée de vie globale deS S:tes est estimée a 30 ans, correspondant a la durée de vie des réseaux de distribution,

Etude de faisabilité Version linaje Septembre 2010 Page 57


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Caatef'Oll. et de faisabilité de leur réhabilitation

9.3.2 CoOt de revient par metre cube d'eau


Les eouts de revient par metre eube d'eau potable nomínai :'o;.>J][ presemés Tableau 48 ci-dessous.
Tableau 48 eouts de revient complet par metre cube d'eau (€)

Réseau Petit Moyen Grand


Production nominale moyenne par jour (m 3 ) 65 130 260
Production nominare moyenne par an (m l ) ':::3 725 47450 94900
Fonctionnement courant
Gravitaire 0.2.8 E 0,26 E 0.22 E
Pompage SONEL 0.53 E 0,47 E 0,42 €
Pompage solaire 0.55 E 0,48 E
Pompage générateur 0.80€ 0,66€ 0,48 E
Provisions annueIJes pour renouvellements
Gravitaire 0,16€ 0,15 € 0,16 E
Pompage SONEL 0,21 E 0,18 E 0,19 E
Pompage solaire 0,27€ 0,27 E
Pompage générateur 0,21E 0,18E 0,20 E
TOTAL
Gravitaire 0,44 E 0,41 E
Pompage SONEL 0,74 E 0,65 E 0,61 €
Pompage solaire 0,82 E 0,75 €
Pompage générateur 0,85 € 0,67 €
Le cout de revient compret varie de 38 cts € par m 3 (soit 5 XAF par bidon de 20 litres) pour les grands
sites gravitaires a 1,0 € par m 3 pour les petits sites avec générateur (soit 13 XAF par bidon de 20
litres), soit un faeteur multiplicateur de I'ordre de 3 entre les deux extremes.
Si, on élimine les réseaux alimentés par des générateurs thermiques, le coOt maximal est de 82 cts E
par m} pour les petits sites solaires (soit 11 XAF par bidon de 20 litres),
Si on se limite aux frais de fonctionnement et d'entretien courant on s'apen;:oit due le prix varie de 22 a
80 centimes d'€ (4 a \O XAF par bidon de 20 litres),
a
Le prix de vente d'un bidon de 20 litres 10 XAF 34 est reconnu comme un prix acceptable en milieu
rural. L'application de ce prix permettrait de couvrir tous les frais de fonctionnement et d'entretien et
une grande partie. voire la totalité, des frais de renouvellement.
On constate de plus un effet d'économie d'échelle habituel profitant aux sites de grande taille.

3~ Le meme volume est vendu entre 20 et 50. voire 100 XAF en périodes de pénuries, daos les grandes
agglomérations pour de l'eau de qualité souvenr "douteuse",

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 Page 58


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

...
10 Analyse économique et financiere
10.1 Remarques préalables
L'acces des populations rurales pauvres a une eau potable de qua lité et en quantité suffisante est un
droit et fait partie des objectifs du millénaire. S'agissant d' un service publie, et du fait que
I'investissement est financé sous forme de subvention, le but du projet et de I'Etat Camerounais n'est
pas de réaliser un bénéfice ou un profit quelconque.
Ainsi, la premiere approche proposée dans le rapport consiste a s'assurer que les communes rurales
et/ou les comités d'usagers, maitres d'ouvrage des réseaux, seront effectivement capables d'assurer la
couverture du cout de I'eau (fonctionnement et renouvellements), d'une part en faisant payer aux
usagers un prix suffisant. et d'autre part en finan~ant sur le budget des communes le déficit éventuel.
Cette approche effectuée pour chacun des 11 types de sites, fait l' objet du § 10.2.
La seconde approche, présentée au § 10.3 a consisté a calculer les VAN a 6 % pour chacun des 1\
types de sites a réhabiliter. De plus le consultant a calculé le tarif moyen de I'eau néeessaire pour
annuler cette VAN (donc pour obtenir un TRI de 6 %). Ces calculs ont également faít l'objet de
sensibilítés.
Enfin, le TRI global financier du projet, pour les 95 sites, a également été calculé et a fait I'objet de
calculs de sensíbilité, présentés au § 10.4.
Par contre, I'analyse économique globale para!t plus que problématique du faít que les bénéfices liés a
un meílleur acces a I'eau potable sont difficilement chiffrables. L'un de ces principaux bénéfices,
l'impact sur la santé des populations, dépend ainsi de nombreux autres facteurs que sont notamment
I'acces aux soins et une meilleure alimentation. L 'expérience montre que les tentatives d'analyse
a
économique couts / bénéfices faites dans ce domaine ont aboutit des résultats tres aléatoires et non
significatifs. Pour ces raisons, le consultant n'a pas effectué ce type d'analyse économique.

10.2 Couverture des coúts de revient par les usagers


10.2.1 Paiement actuel de I'eau de 1700 XAF par mois par ménage
L'approche a consisté a retenir une volonté a payer moyenne pour I'eau potable, estimée a partir des
résultats de I'enquéte. Cette volonté a payée est ainsi estimée a 1 700 XAF par ménage et par mois,
pour une consommation moyenne de 17 litres par jour et par personne, soit 4600 litres par ménage et
par mois (9 personnes par ménage), soit environ 0,37 XAF par litre d'eau, ou 7,4 XAF par bidon de 20
litres ou encore 0,56 euros par m3 .
Les effectifs d'usagers et la consommation d'eau, par taille de sites, sont présentés au Tableau 49 ci­
dessous.
Tableau 49 Usagers et consommateurs d'eau par tame des sites

Taille du réseau Petit Moyen Grand


Nombre moyen d'usagers 3 150 6700 13000
Nombre de ménages 350 744 1444
3
Production nominale moyenne par an (m ) 23725 47450 94900
Consommation moyenne journaliere (Jitre/usager) 17 \7 17
Consommation moyenne journaliere (m 3 par réseau) 54 114 221
3
Consommation moyenne annuelle (m par réseau) 19546 41 574 80665
% de la production nominale 82% 88% 85%
On a ensuite comparé la volonté globale de payer avec le COla de revient effectif de I'eau, par type de
site, et calculé les taux de couverture moyen par les usagers. le solde non couvert devant I'etre sur le
budget des communes.

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 Page 59


Etude de diagnostic de 350 stations S
canwater au Cameroun et de faisabilité de leur rébabilitation

Tableau SO Degré potentiel de couverture des frais par les usagers (1 700 XFA/mois)
Réseau Petit Moyen Grand
V%nté moyenne des ménages a payer l'eau 1700 XAF 1700 XAF 1700 XAF
potable
Capacité potentielle par réseau par mois 595000 XAF 1265556 XAF 2455556 XAF
Capacité potentielle par réseau et par an 7140000 XAF 15186667XAF 29466 667 XAF
Capacité potentielle par réseau et par an 10884 € 23 150 € 44919 €
en % des couts de fonctionnement courant moyen seulement:
Gravitaire 163% 186%
Pompage SONEL 86% 103% 113%
Pompage solaire 83% 101%
Pompage générateur 74% 99%
en % des coñts de revient complets (fonctionnement + renouvellements)
Gravitaire 105% 118%
Pompage SONEL 62% 75% 78%
Pompage solaire 56% 65%
Pom page générateur 58% 70%

Tableau 51 Contribution annuelle complémentaire des communes pour couvrir le cont de


revient complet (hypothese 1 700 XAF)

Réseau Petit Moyen Grand


Gravitaire -342300 XAF -2332 767 XAF -5 676067 XAF
Pompage SONEL 4941 180 XAF 6009488 XAF 9633388 XAF
Pompage solaire 6861592 XAF 10 506405 XAF
Pompage générateur 10 146 940 XAF l3 440 667 XAF 17 249 933 XAF
On constate ainsi que, avec une volonté a payer moyenne de I 700 XAF par ménage et par mois (soit
370 XAF par m3 d'eau), seuls les réseaux gravitaires peuvent couvrir le coilt de revient complet de
I'eau (renouvellements compris), en dégageant meme un surplus.
Par contre, les autres types de site qu'entre la moitié et les trois quarts du coilt complet de I'eau, le
solde devant etre couvert par les communes. Le montant annuel des contributions budgétaires des
a
communes varieraient ainsi de 4 17 millions XAF par an, ce qui parait supportable, sachant que les
communes vont bénéficier en príncipes de ressources fiscales accrues dans le cadre de la
déeentralisation.
Néanmoins, des probh~mes pourraient se poser pour les communes rurales pauvres et enclavées, quí
disposeront de petits réseaux alimentés par générateur électrique, et pour lesquels le eoilt de revient de
I'eau est le plus élevé. Dans ce cas, un élément subvention pourrait etre envisagé, dans le cadre de la
déeentralisation et des dispositifs spécifiques en faveur des communes rurales pauvres.
En eomplément, il convíendra ainsi de voír cas par cas, dans le cadre de la contraetualisation entre
projet et communes, si les usagers peuvent payer I'eau au-dela de la moyenne de 1700 FCFA par
ménage et par mois. en partielllier pour les usagers disposant de robinets privés.

10.2.2 Paiement de I'eau a 10 XAF par bidon de 20 litres


Comme il a été montré au § 6.4, Tableau 31 le paiement de 10 XAF par bidon de 20 litres permet de
couvrir la totalité des couts de fonetionnement et de renouvellement dans la plllpart des réseaux, a
I'exception des réseaux fonctionnant ave un groupe électrogene.

Etude de faisabilité Version Onale Septembre 2010 Page 60


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur rébabilitation

Ce prix de vente est une chose communément admise. Cela revient pour chaque ménage a payer de
l'ordre de 2100 XAF par mois (4 600 litres d'eau par ménage pour un ménage moyen de9 personnes).
Lors de I'enquete sociologique il a été constaté que les ménages qui n'avaient pas acces a I'eau étaient
prets a payer en moyenne ce montant pour avoir acces a I'eau.
L'hypothese a donc été retenue pour tenir le meme raisonnement qu'au paragraphe précédent.
Tableau 52 Degré potentiel de eouverture des frais par les usagers (2 100 XAF/mois)

Réseau Petit Moyen Grand


Volonté moyenne des ménages a payer I'eau 2 lOO XAF 2100 XAF 2 lOO XAF
potable
Capacité potentielle par réseau par mois 735000 XAF 1562400 XAF 3032400 XAF
Capacité potentielle par réseau et par an 8882000 XAF 18748800 XAF 36 388 800 XAF
Capacité potentielle par réseau et par an 13 445 € 28580€ 55471 €
en % des eouts de fonetionnement courant moyen seulement:
Gravitaire 202% 230%
Pompage SONEL 106% 128% 140%
Pompage solaire 103% 125%
Pompage générateur 91% 123%

en % des eouts de revient eomplets (fonctionnement + renouvellements)

Gravitaire 130% 146%

Pompage SONEL 76% 93% 96%

Pompage solaire 69% 80%

Pompage générateur
71% 87%
On faít les memes constats que dans l'hypothese de 1 700 XAF par ménage avec toutefois. pour les
réseaux qui sont concemés par la réhabilitation. c'est-a-dire en excluant les réseaux avec générateur
électrique. une couverture largement supérieure a 100 % pour les frais de fonctionnement et une
couverture proche de 100 % pour I'ensemble des frais, avec des excédents importants pour les réseaux
gravitaires.
En suivant un raisonnement de fonctionnement réseau par réseau on arrive a calculer pour chaque type
de réseau la contribution annuelle de la commune.
Tableau 53 Contribution annuelle eomplémentaire des eommunes pour eouvrir le eout de
revient complet (bypotbese 2 100 XAF)

Réseau Petit Moyen Grand


Gravitaire -2 021 872 XAF -5895 136 XAF -12663904 XAF
Pompage SONEL 2743312 XAF 1499296 XAF 1 373 184 XAF
Pompage solaire 3949040 XAF 4635632 XAF
Pompage générateur 6807232 XAF 7604032 XAF 5538784 XAF
On constate ainsi que. avec une voJonté a payer moyenne de 2 100 XAF par ménage et par mois (soit
500 XAF par m3 d'eau), seuls les réseaux gravitaires peuvent couvrir le coilt de revient complet de
I'eau (renouvelIements compris), en dégageant meme un surplus.
Par contre les réseaux par pompage alimenté par la SONEL ou par panneaux solaires peuvent
s'approcher de équilibre.

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 Page 61


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de Jeur réhabilitation

10.2.3 Calcul pour les 95 réseaux réhabilités


En faisant le calcul fait au § \ 0.2.2 appliqué globalement aux 95 réseaux réhabilités (Tableau 32) on
obtient les résultats suivants:
Tableau 54 Coúts totaux pour les 95 réseaux envisagés

Coúts totaux Globaux Pompage Gravitaire


Réseau SONEL Solaire
Petit 317286 € 291 975 € 155445 €
Moyen 555588 € \78235 € \95940 €
Grand 460512 € 216996 €
GRANDTOTAL 2371 977 €
Le Tableau 55 montre une simulation des recettes en cas de vente de l'eau au prix de 10 XAF par
bidon de 20 litres.
Tableau 55 Recettes prévues pour la vente a 10 XAF le bidon de 20 litres

Receftes globales (a 10 XFA par 20 litres) Pompage Gravitaire


Réseau SONEL Solaire
Petít 325495 € 271 246 € 271 246 €
Moyen 650991 € 18083\ € 361 662 €
Grand 578659 € 433994 €
GRANDTOTAL 3074123 €
La balance donne un solde positif de 702 146 € ou 460 millions XAF.
Cette hypothese servira de base au calcul du TRI (voir § 10.5).

10.3 Valeur Acfuelle Neffe par type de réseau


Pour chaque type d'alimentation et chaque taille de réseau, soit 11 types, on a procédé a une analyse
coút bénéfice, en euros constants, et sur 20 années. avec les rubriques suivantes ;
• Coilts d'investissements comprenant les études, la mobilisation de la ressource, la
réhabilitation des stations et des réseaux, le controle et le suiví
• Coúts de fonctionnement, incluant notamment la main d'reuvre. les fluides (électricité, gasoil)
et la maintenanee courante (pieces détaehées, ínterventions extemes)
• COl!ts de renouvellements des équipements>5
• Revenus des ventes d'eau, sur la base des consommations annuelles et d'un tarif moyen de
I'eau (eas de base 370 FCFA par m3 , correspondant a la volonté a payer moyenne des ménages
enquetés)
• Analyse de sensibilité sur:
o le cout d'investissement (+ 20 %),
o les coílts de fonctionnement et de renouvellement (+ 20 % et + 40 %),
o sur les revenus des ventes d'eau (- 20 % et 40 %)
Les résultats sont résumés dans les tableaux suivants et présentés en détail en annexe 17.

35 Les valeurs résiduelles ont été négligées. par prudence et du faít de leur faíbles poíds en raison de
I'éloignement dans le temps (réductíon de la valeur en raison de I"actualisation).

Etude de faisabiHté Version finaJe Septembre 2010 Page 62


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilíté de Icur réhabilitation

Tableau 56 VAN avec taux d'actualisation de 6 %


~ ...

Réseau Petit Moyen Grand


-.-. - -
Gravitaire - 64636 € - 93089 € -168407€
Pompage SONEL -159439€ ! -228491 € -416 178 €
Pompage solaire -198845 € -333 855 €
Pompage générateur -225993 € -335807 € -497854 €
Analyses de sensibilité
Tableau 57 VAN 6%, investissement + 20%

Réseau Petit Moyen Grand


-
Gravitaire - 88 131 € -137425€ -259 111 €
Pompage SONEL -189959 € -280019 € -519093 €
• Pompage solaire -237023 € -407 107 €
-

Pompage générateur -257581 € -391 349 € -606955 €

Tableau 58 VAN 6%, Fonctionnement et renouvellement + 20%

Réseau Petit Moyen Grand


Gravitaire - 75964 € -113944 € -201 747€
Pompage SONEL -182702 € -269233 € -486862 €
Pompage solaire -222331 € -373 947 €
Pompage générateur -261499 € -393998 € -578688 €

Tableau 59 VAN 6%, Fonctionnement et renouvellement + 40%

Réseau Petit Moyen Grand


Gravitaire 87293 € -134799 € -235087 €
Pompage SONEL -205966 € -309975 € -557545 €
Pompage solaire -245817 € -414039€
Pompage générateur -297005 € -452 190 € -659521 €

Tableau 60 VAN 6%, Vente de "eau - 20%

Réseau Petit Moyen Grand


Gravitaire - 86532 € -139662€ -258770 €
Pompage SONEL -181 335 € -275063 € -506541 €
Pompage solaire -220741 € -380428 €
Pompage générateur -247889 € -382379 € -588218 €

Tableau 61 VAN 6%, Vente de I'eau - 40%

Réseau Petit Moyen Grand


Gravitaire -108428 € -186234 € -349 133 €
Pompage SONEL -203231 € -321 636 € -596905 €
Pompage solaire -242637 € -427000 €
Pompage générateur -269785 € -428952 € -678581 €
Les VAN sont comme prévu lourdement négatives, du fait que I'on a pris en compte I'ensemble des
coúts (investissement et fonctionnement) et que le tarif pris en compte, sur la base de la volonté a

Etude de faisabilité Version linaJe Septembre 2010 Page 63


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

payer déclarée, est relativement faible. On constate que la VAN est d'autant plus négative que I'on va
de la petite taille a la grande (effet masse) et du gravitaire au pompage par générateur.

10.4 Tarifs de I'eau minimum pour assurer une rentabilité de 6 %


Sur la base des données précédentes, on a faít varíer le prix de vente de l'eau, de fa~on a ce que la
V AN a 6 % soit nulle, correspondant donc a un TRI de 6 %. 11 s'agit donc du prix moyen que
devraient payer les usagers pour cOllvrir la totalité des couts (investissements, y compris les études et
encadrement, fonctionnement, renouvellements) et dégager une rentabilité de 6 % de l'investissement
de réhabilitation.
Les résuItats obtenlls sont résumés dan s le Tableau 62 ci-dessous, exprimés en XAF et en pourcent dll
prix correspondant a la volonté moyenne a payer de ['enquete (soit 370 XAF par m3 ).
Es détails des calculs sont donnés en annexe 15.
Tableau 62 Coúts de ('eau au m 3 pour obtenir un TRI de 6% (XAF et % de 370 XAF)

Réseau Petit Moyen Grand Petit Moyen . Grand


Gravitaire 589 XAF 518 XAF 508 XAF 159% 140% 137%
Pompage SONEL 909 XAF 733 XAF 711 XAF 246% 198% 192%
Pompage solaire 1042 XAF 901 XAF ' 282% 244%
Pompage générateur 1 134 XAF 904 XAF 778 XAF 306% 244% 210%
Dans ces memes hypotheses, I'analyse de sensibilité donne:
Tableau 63 TRI 6%, investissement + 20%

Réseau Petit Moyen Grand Petit Moyen . Grand


Gravitaire 668 XAF 588 XAF 582 XAF 181% 159% 157%
Pompage SONEL 1012 XAF 815 XAF 795 XAF 274% 220% 215%
Pompage sol aire 1171 XAF 1017XAF 316% 275%
Pompage générateur 1 241 XAF 992 XAF 867 XAF 335% 268% 234%

Tableau 64 TRI 6%, fonctionnement et renouvellement + 200/0

Réseau Petit Moyen Grand Petit Moyen Grand


Gravitaire 627 XAF 551 XAF 535 XAF 169% 149% 145%
Pompage SONEL 988 XAF 798 XAF 535 XAF 267% 216% 145%
Pompage solaire I 122 XAF 964 XAF 303% 261%
Pompage générateur 1254 XAF 996 XAF 844 XAF 339% 269% 228%

Tableau 65 TRI 6%, fonctionnement et renouvellement + 40%

Réseau Petit Moyen Grand Petit Moyen Grand


Gravitaire 665 XAF 584 XAF 563 XAF 180% 158% 152%
Pompage SONEL 1066 XAF 863 XAF 827 XAF 288% 233% 224%
Pompage solaire I 201 XAF I 028 XAF 325% 278%
Pom page génératellr 1374 XAF 1089 XAF 910 XAF 371% 294% 246%
Ces tableaux indiquent le tarif de I'eau par m3 , ainsi le pourcentage d'augmentation du tarif de l'eau a
pratiquer nécessaire pour obtenir une rentabilité financiere de 6 %, pour chaque type de site
(gravitaire, pompage SONEL, pompage solaire, pompage générateur) et pour chacune des trois tailles
de réseau (petit, moyen, grand).

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 Page 64


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

On constate ainsi que les prix d'équilibre de I'eau pour un TRI de 6 % varÍent plus de 1,5 a plus de 4
fois la volonté moyenne a payer.
11 conviendrait done, pour soulager les budgets communaux d'envisager la possibilité de mettre en
reuvre des prix de I'eau nettement supérieurs a cette volonté a payer, tout en restant compatible avec
les capacités contributives des populations rurales pauvres.
Une solution pourrait etre un calage des tarifs pratiqués sur le coOt de revient réel pour les abonnés
disposant de bornes ou robinets privés, et d'un tarif "social", pour les bornes collectives.
Mais il faut garder a l'esprit que tous ces calculs sont théoriques car le but de la réalisation des
infrastructures d'alimentation en eau potable en milieu rural n'est pas de générer des profits, mais
d'améliorer les conditions de vie des populations rurales.

10.5 Taux de rentabilité interne du projet


10.5.1 Calcul de base
Le taux de rentabilité interne (TRI) a été calculé globalement pour I'ensemble des 95 réseaux
réhabilités par le projet, ce qui suppose que les recettes et les dépenses sont globales et done que les
réseaux qui ont des résuItats d'exploitation positifs compensent ceux qui ont des résuItats négatifs.
Les hypotheses suivantes ont été faites :
• Calcul pour 95 réseaux de taille et de type définis au Tableau 32,
• Calcul des couts d'investissement limités aux travaux de génie civil, les forages et les sources
et études d'exécution qui font I'objet du crédit mixte (les frais d'encadrement étant couverts
par un don),
• Calcul des couts de fonctionnement ineluant le remplaeement des pieees d'usure y compris
des pompes et moteurs,
• Calcul des recettes basé sur le paiement mensuel de 2 100 XAF par ménage,
• Calcul des couts et recettes en progression les quatre premieres années en fonetion des travaux
et de la mise en service des réseaux,
• Prise en compte du remplaeement des pieces ayant une durée de vie de 15 ans en année 15 en
une seule fois,
• Calcul sur la durée de vie des investissements soit 30 ans.

Les tableaux détaillés sont donnés en annexe 17.

En prenant en compte toutes les hypotheses énoncées ci-dessus on arrive aux résultats suivants:
Tableau 66 TRI et VAN 60/0 pour 2 100 XAF

Charge mensuelle par ménage TRI VAN 6%

2100 XAF -0,07% - 9 508 000 €

Ce calcul semble réaliste si on garde en mémoire qu'il ne s'agit pas d'une exploitation eommercial a
but lucratif. La valeur légerement négative du TRI entraine que la trésorerie cumulée n'atteint pas la
valeur nulle dans le délai de 30 ans, bien qu'elle s'en approche.

10.5.2 Calculs revus


Néanmoins, les calculs ont été faits sur la base du paiement pas les seuls ménages, en ne prenant pas
en compte la couverture des eonsommations des infrastructures publiques telles que les écoles, les
centres de santé, etc. Or ces consommations représentent entre 15 et 20 % des volumes produits.
L'hypothese a done été faite d'augmenter la charge par ménage a un montant fictif de 2 500 XAF par
mois pour couvrir ees eonsommations publiques. Ce montant pourrait ne pas etre fictifs'il état décidé

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 Page 65


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

que les consommations des infrastructures publiques sont réparties sur les ménages qui sont, en
définitive, les principaux utilisateurs de ces infrastructures.
Ce montant est certes largement supérieur au 1700 XAF, montant moyen dépensé actuellement pour
I'eau (+ 47 %) mais il doit etre rapproché de certaines dépenses des ménages comme par exemple les
frais de télécommunications (plus de 8 000 XAF) voir Tableau 10.
En prenant en compte les hypotheses énoncées ci-dessus on arrive aux résultats suivants:
Tableau 67 TRI pour 2 500 XAF

Charge mensuelle fictive par ménage TRI Trésorerie en équilibre


2500 XAF 3,74% 20 ans
Su cette base, les VAN ont été recalculées pour les situations suivantes:
Tableau 68 Calculs des VAN 6 % et O %

Charge mensuelle fictive par ménage 2500 XAF


VAN pour un taux de 6% -3875380 €
VAN pour un taux de 0% 12703507 €
Le taux calculé pour une VAN nulle et égal au TRI par définition.

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 Page 66


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

11 Plan de mise en muvre


11. 1 Les types de taches el réaliser et les acteurs
L'ensemble des taches a réaliser et des acteurs a été détaillé au chapitre O. Elles peuvent se résumer en
trois types d'opérations:
• L'identification, la sélection, la formalisation des demandes et la préparation (appels d'offres),
• Les forages et captages de sources, les études d'exécution, et les travaux de génie civil,
d'hydraulique et d'électromécanique et la supervision de ces taches.
• Le suivi du fonctionnement des réseaux pendant une année (période de garantie technique de
I'entreprise). La description de cette prestation est développée au § 11.3.
JI Y a quatre intervenants:
• La DHH qui est seule responsable de la phase d'identification et de formalisation des
demandes (étape 'Jalon" pour la mise en reuvre du Crédit Mixte), et qui travaillera tout au long
du projet avec l'Ingénieur Conseil et l'Entrepreneur en qualité de maitre d'ouvrage. Elle
associera les communes dans ce travail.
• L'Entrepreneur danois qui réalise les travaux de forages, de captage des sources, les études
d'exécution et les travaux, et assure une période de garantie d'un an sur chaque réseau.
• L'Ingénieur Conseil chargé de la supervision des forages et captages de sources, des études
d'exécution et des travaux, des réceptions provisoires et définitives, de I'accompagnement des
équipes de suivi et de la coordination générale de I'intervention, en collaboration permanente
avec la DHH. Les prestations de l'Ingénieur Conseil s'arretent au lendemain de la réception
provisoire du demier chantier. Toutes les prestations ultérieures d'accompagnement du suivi,
de réceptions déftnitives, de cloture des décomptes avec l'Entrepreneur sont exécutées par la
DHH.
• Des bureaux d'études et des ONO seront consultés pour faire le suivi et I'encadrement de la
gestion des réseaux pendant la période de garantie de I'entreprise. Une liste non exhaustive
des ONO et de quelques opérateurs présents au Cameroun est donnée en annexe 7.

11.2 La succession des phases de travail par région


L'approche géographique région par région en progressant par régions contigues a été privilégiée pour
éviter une dispersion géographique tres couteuse.
Ainsi, I'intervention débutera par les régions Centre et Sud proches de la ville de Yaoundé et done plus
facile d'acces pour la période de rodage des études et travaux. Les travaux se poursuivront vers l'Est et
l'Adamaoua, et ensuite dans les régions de l'Ouest, du Nord Ouest, du Sud Ouest et enftn du Littoral.
Cette progression demandera a I'entreprise et a l'Ingénieur Conseil d'avoir des centres logistiques dans
les régions pour assurer une présence continue sur le terrain et Iimiter les déplacements inutiles, mais
jamais dans plus de trois régions simultanément.

11.3 Suivi des comités


La sensibilisation occupe une place de premiere importance dans la mise en reuvre de tout programme
de développement durable. A cet égard, loin d'étre une simple formalíté destinée a servir de vulgaire
étape de transition, elle devra s'inscrire comme une priorité dans la liste des actions a mener avant
toute initiative dans le cadre de la PAEPAR (Politique d'Approvisionnement en Eau et
d'Assainissement en milieu Rural).
Les actions porteront essentiellement sur:
• la constitution des comités de gestion des points d'eau,
• la gestion de la demande en eau,

Etude de faisabilité Version linaje Septembre 2010 Page 67


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

• I'économie d'eau,
• la protection de la ressource en eau,
• I'assainissement du cadre de vie en général,
• la formation et le suivi d'un exploitant (privé, associatif ou régie communale autonome) pour
la gestion des adductions d'eau motorisées.
Les services déconcentrés du mínístere en charge de I'eau foumissent un appui aux communes pour le
recrutement de ces compétences spécialisées et pour toute action visant a garantir la bonne qualité des
ouvrages d'AEPA.
La mise en reuvre de la PAEPAR met un accent particulier sur I'approche genre en général et sur les
activités des femmes en particulier. La PAEPAR recommande une implícatíon renforcée des femmes
dan s la gestion des systemes d'alimentation en eau potable et assainissement en milieu rural. Cette
orientation cible particu lierement les fonctions de trésorerie dans lesquelles les femmes ont, a
I'expéríence, toujours faít preuve d'une meilleure efficacíté.
L'impact d'un ouvrage hydraulique sur la santé publique ne dépend pas seulement de la qualité
technique de I'ouvrage. n dépend de sa bonne utilisation et de son bon entretien par les usagers. 11
dépend des pratiques d'hygiene et d'assainissement des habitants de la zone. Pour cette raison, la
PAEPAR exige que tout programme d'investissement dans le domaine de I'AEPA soit accompagné
d'une campagne intensive et cohérente d'lEC (Information, Éducation, Communication), orientée vers
les objectifs suivants:
• renforcer le sentiment d'appropriation de I'ouvrage et du service par la communauté
villageoise, en tenant compte des caractéristiques physiques et socio-économiques du milieu,
• garantir la pérennité du service (mobilisation efficace des usagers en cas de panne),
• réduire les impacts négatifs sur le milieu et les ressources en eau (Iimiter le gaspillage,
protéger les points d'eau et la ressource),
• améliorer I'impact sanitaire des investissements publics (bonne protection du point d'eau,
amélioration des pratíques d'hygiene, assainíssement des abords du point d'eau et des
concessions... )
L'IEC est indissociable des travaux et la PAEPAR recommande done de grouper les contrats pour les
activités de conduite des travaux et d'IEC, avec un cahier des charges exigeant en ce qui conceme
I'IEC, avant, pendant et apres le projet.

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 Page 68


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

12 Préalables, hypotheses et analyse des risques


Les activités préalables indispensables au démarrage du projet sont:
Tableau 69 Conditions préalables

Activité Acteurs
Les textes légaux sur la décentralisation, sur I'eau et sur la gestion des Administration,
infrastructures d'alimentation en eau potable en milieu rural Ministere de I'intérieur,
eontinuent a etre mis en application. particulierement dans les MINEE,
communes d'intervention. DHH
Les communes candidates prouvent le recrutement d'un responsable Commue,
apte aassurer la gestion ou la supervision de la gestion des DHH
infrastructures d'alimentation en eau potable de la commune. Le
profil technique de ee responsable sera approuvé par la DHH.
Une campagne d'information est réalisée aupres des communes et des DHH
communautés pour collecter les demandes d'intervention et identifier
les réseaux candidats
Une fiche technique détaillée est réalisée pour chaque réseau afin de DHH
déterminer son type et sa taille et de faire une premiere estimation de
la contribution de la commune.
Au moins 70 dl~~síers cl)mpl~ts cúmprenant au minium: DHH,
• L engagement ronnel de la -:ommune pour la pri~e en charge Communes,
de" ¡'infrastructure Irecrutement du personnel a\ec DAN IDA
approbation technique de la DHHl.
• L'engagement de paiement des 5°0 par la commune 3\eC la

garantie du FEICOM.

• Li tiche rechnique du r¿seau. seront présentés au bailleur de

timds pour entamer la procédure d'engagemem du Crédit

mi:\te,

Autre hypothese:
• Les conditions de sécurité et d'aeees aux sites sont bonnes (prineipalement dans l'Adamaoua),
Risque financier:
Le risque mllieur est lié aux eonditions du marehé international des produisit dérivés du pétrole. En
effet, un des prineipaux matériaux mis en reuvre dans les travaux est le polyéthylene pour les
eanalisations. Il représente a lui seul 40 % du montant des travaux. Cette matiere est un dérivé du
pétrole et son prix fluctue done en fonetion des prix du pétrole et du taux de change entre l'Euro et le
Dollar USo Ces variations peuvent etre tres brusques en cas de crises et tres importantes comme le
montre le Tableau 70: variatíon de 75 a 175 % du prix utilisé pour I'étude (\ 00 %).
Tableau 70 Variations des prix du pétrole et de ses dérivés en €

Prix du baril de pétroJe $60,00 $80,00 $100,00


1 60,00 € 80,00 € 100,00 €
~
=
e:
.J:l
1,2 50,00 € 66,67 € 83.33 €
Ví'.¡¡;) 1,4 42,86€ 57,14 € 71,43 €
.g~
1 105% 140%
~
= 1,2 88% 117% 146%
~
1,4 100% 125%

Etude de faisabilité Version finaJe Septembre 2010 Page69


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

13 Conclusions et recommandations
La réhabilitation des réseaux d'alimentation en eau potable dits "Scanwater" est possible et meme
recommandée.
En effet, les circonstances qui ont été celles de la premiere mise en reuvre et meme des premíeres
réhabilitations ne sont plus d'actualité. Aujourd'hui, le Cameroun met en reuvre une politíque de
décentralisation et de responsabilisation des communes qui aura un ímpact immédiat sur la gestion
future des infrastructures d'alimentation en eau potable.
Par ailleurs il a été constaté que le niveau d'éducation des populations rurales s'est fortement amélioré
que et la population sait aujourd'hui qu'un réseau d'alimentation en eau potable doit etre géré, que cela
implique de payer ce service et que cette gestion doit etre faite par des personnes compétentes et
honnetes.
La gestion des réseaux sera officiellement du ressort des communes, mais cela ne veut pas dire qu'elle
doit gérer elle-meme les infrastructures. Son róle est de s'assurer que les infrastructures fonctionnent
et sont correctement gérées. L'association des consommateurs doit continuer a exister car c'est elle qui
pOUITa évaluer en permanence la bonne gestion du réseau. A cet effet ces associations doivent avoir
un statut juridique légal qui leur reconnait des droits.
II convient de vérifier que la mise en reuvre de la décentralisation est effective, au moins dans les
communes qui demanderont la réhabilitation de leur réseau. Le recrutement effectif par la commune
d'un agent capable d'assumer la gestion ou la supervision de la gestion d'un ou plusieurs réseaux
d'alímentations en eau potable sera vérifié par la DHH.
La signature d'une demande formelle de la commune pour la réhabilitation d'un réseau, incluant la
fiche technique du réseau réalisée par La DHH, avec un engagement sur la prise en charge et la gestion
du réseau réhabilité et un accord ferme sur le paiement d'une contribution de 5%, confirmé par le
FEICOM, sera le témoin de la mise en reuvre de la politique de décentralisation et de la capacité des
services de la DHH a assurer les taches de coordinatíon de "intervention.
La présentation d'au moins iO dossiers de demandes sur les 95 réseaux pressentis sera nécessaire
pour que les procédures d'acces au Crédit :\Iixte soient mises en l:Eu\re.
Techniquement, iI faut considérer qu'i1 faut repenser chaque réseau et le concevoir en ayant a I'esprit
de minimiser les couts d'entretien et de fonctionnement et en travaillant, des la phase d'identification
avec ceux qui prendront en charge la gestion des réseaux pour en faire un métier viable et sortir ainsi
des systemes de gestion volontaires et informels.
Financierement les différents bailleurs de fonds et les montants36 a engager annuellement sont les
suivants:
Tableau 71 Intervenants, baiUeurs de fonds et engagements financiers (en millions d'€)

Intervenant Année 1 Année 2 Année 3 Année 4 Total HT Bailleurs


Entreprise 3,40 10,56 9,62 1,46 25,04 Crédit Mixte
Ingénieur Conseil 0,99 0,83 057 0,11 2,50 DAN IDA
ONO Suivi 0,03 0,20 OJ8 OJO 0,91 Communes
Total 4,42 11,59 10,57 1,87 28,45

36 Une provision annuelJe pour couvrir I'íntlation (estimée a3%) est ajoutée aux chiffres du TabJeau 44

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 Page 70


Gouvemement du Danemark
Ministere des Affaires Etrangeres
Secrétariat du Crédit Mixte

Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au


Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Rapport final

Annexes générales

Septembre 20 l O

1"
NIR~S
Etude de diagnostic de 350 slalions Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur rébabilitation

Il n'en reste pas moíns \ raí que de grands efforts restent a faire pour assurer aux communes de
disposer d'un personnel campétent et équipé pour assurer les taches de gestion des infrastructures
d'alimentation en eau potable.
Dans cette perspectÍ\e. )'Etat camerounais a pris contact avec le gouvemement danois en 2009 pour
obtenir un pret en \ue de réhabiliter et surtout de remettre en service ces réseaux. II faut en effet que
ces infrastructures s0ient en état de marche avant de les céder aux communes.
Le bureau d'études ~IRAS a été choisi pour réaliser une étude de diagnostic d'un échantillon de sites
et une étude de faisabilité pour la réhabilitation des réseaux.
Une version provisoire des cette étude a présenté les résultats et conclusions des visites de terrain et
fait des propositions de pistes d'intervention en vue de la réhabilitation d'une partie des réseaux.
Lors d'une réunion tenue le 29 juin 2010 au Ministere des Affaires Etrangeres a Copenhague en
présence du directeur de la Direction de I'Hydraulique et de I'Hydrologie (DHH) du Ministere de l'Eau
et de l'Energie (MINEE) du Cameroun, iI a été demandé au bureau d'approfondir une piste, asavoir:
• Montant de I'intervention (Entrepreneur et Ingénieur Conseil) de "ordre de 25 millions
d'Euros,
• Travaux réalisés par un Entrepreneur danois sous la supervision technique d'un Ingénieur
Conseil,
• Mise en reuvre sous la responsabilité et la direction de la DHH.
Le d iagnostic
L'équipe d'étude du bureau NlRAS a visité un échantillon de 47 sites répartis dans les 8 régions
concemées, soit a peu pres 13,5 % des réseaux existants. Les résultats des enquetes ont ensuite été
"projetés" Iinéairement par région, avec les imprécisions que cela entraíne, faute d'avoir des données
techniques fiables sur ]'ensemble des réseaux.
Les constats faits par ces visites sont d'ordres techniques et socio-économiques.
• Sur 47 réseaux visités, 15 fonctionnent, dont 8 avec des pannes fréquentes et 32 sont hors
service.
• Sur les 8 réseaux gravitaires visités 6 fonctionnent dont un avec des pannes, alors que sur les
39 réseaux par pompage 9 fonctionnent dont 7 avec des pannes fréquents. Les réseaux par
pompage qui fonctionnent sont majoritairement alimentés par la SONEL (Société Nationale
d'Electricité de Cameroun).
• Les 4 réseaux a gestion "privée" fonctionnent.
• Ce sont les réseaux gravitaires qui ont le meilleur score, suivi des réseaux par pompage
alimentés par le réseau SONEL. Les réseaux alimentés par groupe électrogene fonctionnent
tres rarement mais presque toujours quand ils sont gérés par des "privés".
En premier ¡ieu, ce qui a surpris toutes les équipes est I'excellent état général de 1'infrastructure
souvent inutilisée depuis longtemps: chateau d'eau, batiment, systemes de filtration et meme souvent
les bornes fontaines. 11 en est de meme du matériel qui est encore en place: groupes électrogenes,
pompes, etc. Cela est dfi a la tres bonne qualíté du matériel fourni a I'origine.
Selon le résultat de l'étude. les réseaux gravitaires qu'ils soient d'origine ou récents fonctionnent
nettement mieux que les réseaux par pompage (75% contre 25%). Les raisons sont multiples:
simplícité technique, absence de pompe, done de foumiture d'énergie et done limitation importante
des frais. Mais le systeme gravitaire dépend de la configuration du terrain et ne peut pas etre
« décrété ».
Le probleme de la ressource en quantité et qua lité est presque systématique. En effet les forages ont
souvent été implantés le long des ruisseaux ou dans des marigots et ils ne foumissent pas une eau de

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 Résumé page 2


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun el de raisabilité de leur réhabilitation

qua lité. Cela est peut-etre dO a I'age des forages (':5 ans en mo) enne sans aucun entretien) mais aussi
a ¡eur mauvaise implantatíon, voire réalisation.
Enfin, il a été constaté partout que les infrastructures con~ues pour couvrir des besoins identifiés dans
les années '80 ne sont plus adaptées: des villages om \ u leu populations díminuer fortement et d'autres,
plus proches des villes ont vu leur populatíon s'accroitre et la demande en eau exploser suíte a la
modernisation de I'habitat. Dans la majorité des cas l'infrastructure existante n'est plus adaptée.
D'un point de vue sociologique le constat est que la population est tres consciente des raisons des
pannes des réseaux, elle désire un réseau qui fonctionne. elle est sensible au confort et au bien-etre que
procure la disponibilité d'une eau de qualité, mais aussi elle est prete a payer pour ce service. II a été
constaté aussi un niveau d'instruction fortement amélioré ces demieres décennies particulierement
chez les femmes, meme si le chemin est encore long.
Ceci est confirmé par les données économiques recueillies qui montrent que, en moyenne, les familles
dépensent 2000 XAF par mois (37 € par an) pour I'eau qui n'est pas toujours potable. Mais elles
dépensent 9 000 XAF (164 € par an, 4 fois plus) pour le téléphone!
Propositions de réhabilitation
De ces constats, ci-dessus résumés, il apparait c1airement que tous les réseaux sont susceptibles d'étre
réhabilités et que si une sélection doit etre faite c'est sur des bases techniques (gravitaire, présence du
réseau SON EL). Mais la premiere condition est l'expression d'une demande de la communauté des
usagers et de la commune, concrétisée par un engagement signé par la eommune sous couvert du
FEICOM (Fonds Spécial d'Equipement et d'lntervention Intereommunal) de participer a hauteur de
5% de montant des travaux de réhabilitation et de prendre en charge le fonctionnement et I'entretien du
réseau réhabilité, avec le comité des usagers.
Cet engagement doit étre formalisé u"\'ant tout démarrage de I'internntion.
II ressort des discussions avec la DHH et le FEICOM que le paiement d'une contribution de l'ordre de
5 % du montant des travaux ne pose pas de probleme.
11 est clair que le travail de réhabílitation ne peut se limiter a une réparation "a I'identique" ou a une
mise ajour, mais que des études détaillées doivent étre faites pour chaque site afin de déterminer quels
travaux sont nécessaires pour couvrir les besoins de la population en utilisant au mieux les
installations existantes. Enfin, la formation de comités et de gestionnaires, la mise en place de ces
comités et leur accompagnement sont indispensables.
Ainsi, les 22 réseaux "tres petits" (desservant moins de I 000 habitants et alimentés par des pompes
manuelIes) et les 22 "tres grands" (desservant plus de 25000 habitants et pris en charge a moyen tenne
par la Camerounaise Des Eaux (CDE), ainsi que les 36 réseaux qui sont actuellement en cours de
rénovation, ont été éeartés de la liste, laissant une liste de 270 réseaux "éligibles".
Les contraintes budgétaires et opérationnelles ont amené a reten ir une petite centaine de réseaux a
réhabiliter en répondant aux criteres suivants:
• Une répartition géographique homogene par région proportionneJle au nombre de réseaux
Sean water existants,
• Une priorité absolue aux réseaux gravitaires, puis aux réseaux qui alimentés par le réseau
électrique national SON EL, et enfin des réseaux quí seront alimentés par l'énergie solaire.
• Une mise en ~uvre par un Entrepreneur danois, sous la supervision d'un Ingénieur Conseil et
sous la responsabilité de la DHH.
• Un suivi du fonctionnement pendant un an, réalísé par des bureaux ou des ONG pour
renforcer les capacités de gestion des communautés d'usagers et des communes et aider a la
résolution des problemes pratiques qui se poseront et qui seront différents d'un réseau a I'autre.
• Une réalisation en progression a partir de deux régions contigues en progressant de proche en
proehe pour limiter les dépenses dues a la dispersion des activités.

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 Résumé page 3


Etude de diagoostK de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

~
Nombre et types de réseaux éligibles

Grnitaires SONEL Solaire Total


Région Petit "'oyen Grand Petit Moyen Grand Petit Moyen
CENTRE 9 2 2 2 16
SUD 6 2 8
EST ~
- 2 2 3 12
ADAMAOUA 2 3 11
OUEST 3 1 10 16
NORDOUEST 2 3 2 10
SUDOUEST 1 1 5
LITTORAL 4 6 2 3 17
TOTAL 15 10 6 18 18 8 15 5 95

Etapes du déroulement des opérations


1. Identification et sélection des sites (durée estimée 6 mois)
• La DHH organisera des séances d'infonnation sur I'existence d'un projet de réhabilitation et de
ses conditions d'éligibilité dans les régions, les départements et les communes.
• Les communes rédigeront une demande officieUe d'aide pour la réhabilitation adressée 11 la
DHH dans un délai convenu. Ce travail sera encadré par les agents régionaux et
départementaux de la DHH.
• La DHH examinera toutes les demandes et en fera une premiere sélection sur la base des
criteres techniques. Elle réalisera alors une fiche technique pour chaque réseau pennettant de
détenniner le type de réseau et sa taille et de calculer en premiere approximation I'ordre de
grandeur de sont cout de réhabilitation de fa~on 11 infonner la commune du montant qu'elle
devra débourser. Ce dossier technique servira ultérieurement de base au cadre de devis
estimatif du dossier d'appel d'offres et 11 I'étude d'exécution de I'entreprise.
• Un préaccord fonnel sera signé entre la DHH et la commune, avec la participation de la
communauté des usagers et la garantie du FEICOM pour le paiement des 5%. La fiche
technique fera partie intégrante du document. L'accord définitifne pourra etre signé qu'apres
I'étude d'exécution, quand le montant réel des travaux sera connu.
La présentation de tous les préaccords signés marquera le début de I'intervention de DA."'IDA et
le début des procédures d'engagement du Crédit Mixte.

2. Appels d'offres et attribution des marchés (durée estimée 6 mois)


• La DHH rédigera ensuite, avec I'aide de DAN IDA, les deux dossiers d'appels d'offres pour
l'lngénieur Conseil et l'Entrepreneur, confonnément aux prescriptions administratives relatives
au Crédit Mixte.
• La DHH lancera les appels d'offres.
• Les bureaux d'études et Entrepreneurs intéressés éligibles répondront aux appels d'offres.
• Les dossiers seront examinés et les contrats signés.
Les s¡gllatun~s des contr.HS a\ I:'C i'Ingénieur Conseil et l'Entrepreneur marqueront le début de la
phase d'exel'ution de l'illtt"l" t"'1,km.

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 Résumé page 4


Etude de diagnostíe de 350 statíons Seanwater au Camerous el de faisabilité de leur réhabilitation

3. Exécution de J'opération (durée estimée: 3 ansl


• Travaux de forage et de captages des sources ~n ~ui\ am un cheminement de région en région
contigues.
• Etudes d'exécution suivant le meme rracé.
• Réalisation des travaux de génie ci\ iI. d'h) drauliquc et d'électromécanique toujours dans le
meme mouvement.
• Supervision et coordination technique des ,)pérarions par la DHH en collaboration avec
l'Ingénieur Conseil.
• Période de garantie technique de douze mois assurée par l'Entrepreneur (hors délai estimé
d'approximatifs 3 ans (13 trimestres) pour les derniers réseaux).
• Suivi du fonctionnement et encadrement de la gestion des réseaux par un bureau ou une ONG
sous la supervision de la DHH pendant la période de garantie (hors délai estimé de 3 ans pour
les derniers réseaux).
Couts indicatifs de l'intervention
Couts indicatifs totaux des prestations de l'Entrepreneur (en K€)
Gravitaires SONEL Solaíre Total
Région Petit Moyen Grand Petit Moyen Grand Petit Moyen
CENTRE 1296,45 505,2 1061,6 374,15 374,64 3612,04
SUD 648,0 374,15 1 022,15
EST 108,0 434,4 468,8 144,05 505,2 1061,6 561,23 3283,28
ADAMAOUA 108,0 217,2 468,8 144,05 251,6 1061,6 561,23 374,64 3 188,12
OUEST 651,6 468,8 2526,0 530,8 374,64 4551.84
NORDOUEST 216,0 651,6 937,6 252,6 187,08 374,64 2619,52
SUDOUEST 108,0 468.8 144,05 530,8 187,08 I 438.73
LlTTORAL 432,0 217,2 864.30 505,2 561,23 374,64 2954,5 7
TOTAL 1620,0 2172,0 2812,8 2592,90 4546,8 4246,4 2806,13 1 873,20 22670,23

Le cout indicatif des prestations de l'Ingénieur conseil est de 2 293,5 K€.


Le cout indicatif des opérations de suivi et d'encadrement de la gestion pendant un an sur chaque \,
réseau est au total pour tous les 95 réseaux 808,80 K€.
La participation de 5% versée par les communes avec la garantie du FEICOM est de 1 133,52 K€. .
Cet argent pourra etre utilisé pour financer les activités de suivi. Les communes pouITont, le cas
échéant, demander une participation aux usagers sous I'une ou I'autre forme.
Analyses financieres et économiques
Des calculs ont montré que I'exploitation des ces réseaux était possible avec les montants annoncés par
les enquetes pour couvrir les fraís récurrents (principalement l'énergie) mais aussí le remplacement des
pieces d'usures électromécaniques et hydrauliques. particulierement pour les réseaux gravitaires Ol! il
serait meme possible d'envisager la constitution d'un fonds de renouvellement.
Hypotheses et risques
Quelques activités doivent impérativelllent etre réalisées avant le début de I'intervention:
• La poursuite de la mise en application des textes sur la décentralisation et la réforme de la
gestion des infrastructures d'alimentation en eau potable en milieu rural.
• Le recrutement d'agents communaux capables de prendre en charge la gestion ou la
supervísion de la gestion des réseaux. Un complément de formarion de ces agents sera fail par

Etude de faisabilité Version finaJe Septembre 2010 Résumé page 5


Etude de diagnostk de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur rébabilitation

• l'Entrepreneur et l'Ingénieur Conseil au cours des travaux et par l'équipe du suivi au cours de
la premiere année de fonetionnement. Le recrutement des ees agents communaux, confirmé
par la DHH. doit etre fait avant le début de I'intervention.

• L'infonnatíon des communes, I'expression des demandes, la rédaction d'une fiche technique et
la formalisation de I'engagement des communes et communautés davent etre effeetives.
JI faut en outre. prendre en compte que le matériau prineipalement utilisé (environ 40 % du cout des
travaux) dans un réseau d'alimentation en eau potable est le polyéthylene quí est un dérívé du pétrole
et dont le prix est soumis a des \ariations tres importantes en fonetion du eout de la matiere premiere
et du taux de change S/f. Ces variations imprévisibles peuvent aller de -20 a + 75 % et influencer
fortement le déroulement du projet.
Conclusions et recommandations
La réhabilitatíon des réseaux d'alímentation en eau potable dits "Scanwater" est possíble et
recommandée.
Mais ce type d'intervention de réhabilitatíon d'une centaine d'infrastructures, dans des états variables,
de différentes tailles et dispersées sur un vaste territoire ne se prete pas facilement aux conditions du
Crédit Mixte qui est plutot destiné a des réalisatíons d'ínstallations neuves et ponctuelles comme des
stations de pompages ou de traitement des eaux. De plus, le Crédit Mixte est prévu pour etre mis en
ceuvre avec un partenaire local qui dispose de moyens et de personnel technique performant disponible
sur un site unique de travail. Ce n'est pas le cas de la DHH vu la dispersion des sites.
L'étude a donc du imaginer un montage un peu particulier pour "entrer dans le moule" du Crédit Mixte
a mi-chemin entre une opération ponctuelle de travaux et un projet de développement.
En effet, les circonstances qui ont été celles de la premiere mise en ceuvre et meme des premieres
réhabilitations ne sont plus d'actualité. Aujourd'hui, le Cameroun met en reuvre une politique de
décentralisation et de responsabilisation des communes qui aura un impact immédiat sur la gestion des
infrastructures d'alimentation en eau potable.
II convient de vérifier que cette mise en ceuvre est effective au moins dans les communes qui
demanderont la réhabilitation de leur réseau par le recrutement effectif par la commune d'un agent
capable d'assumer la gestion ou la supervision de la gestion d'un ou plusieurs réseaux d'alimentations
en eau potable.
L'intervention de la DHH est tres importante: la signature d'une demande formelle de la commune
pour la réhabilitation d'un réseau, incluant la fiche technique du réseau réalisée par la DHH, avec un
engagement sur la prise en charge et la gestion du réseau réhabilité et un accord ferme sur le paíement
d'une contribution de 5%, confirmé par le FEICOM, sera le témoin de la mise en ceuvre de la politíque
de décentralisation et de la capacité des services de la DHH a assurer les taches de coordination de
I'intervention.
La présentation d'au moins 70 demandes sur les 95 réseaux pressentis sera nécessaire pour que
les procédures d'acces au Crédit ~lixte soient mises en Iru\'re.
Techniquement, il faut considérer qu'í1 faut repenser chaque réseau et le eoneevoir en ayant a I'esprit
de minimiser les couts d'entretien et de fonctionnement et en travaillant, des la phase d'identification
avec ceux qui prendront en charge la gestion des réseaux pour en faire un métier viable et sortir ainsi
des gestions volontaires et informelles.
Les intervenants, les bailleurs de fonds et les montants (en millions d'E) a décaisser annuellement sont
les suivants, en prenant en compte une inflation annuelle de 3% (inflatíon prévisionnelle moyenne
pour la zone Euro pour les prochaines années) calculée en eonsidérant que la phase préparatoire se
déroulera en 2011 et que I'intervention débutera en 2012 (Année 1) avec une inflation de deux ans.
Ainsi les dépenses de l'année 1 sont multipliées par (1,03)2, de I'année 2 par (1,03)3, etc.

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 Résumé page 6


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater 3U CamerollD el de faisabilité de leur réhabilitation

Intervenants, baiJIeurs de fonds et engagements financiers (en millions d'€) \,


Intervenant Année 1 Année 2 Année 3 Année 4 Total HT BaiUeurs
Entreprise 3,40 10.56 9.6: 1,46 25,04 Crédit Mixte
Ingénieur Conseil 0,99 0.83 0.57 0,11 2,50 DANIDA
ONG Suivi 0.03 0.20 0.38 0,30 0,91 Communes
Total 4,42 11,59 10.57 1,87 28,45

Etude de faisabilité Version finale Septembre 2010 Résumé page ­


Table des matii~res

ANNEXE 1 CARTES.....................................................................................................................................1

ANNEXE 2 TERMES DE RÉFÉRENCES DE L'ÉTUDE.........................................................................3

ANNEXE 3 LISTE DES PERSONNES RENCONTRÉES ......................................................................10

ANNEXE 4 EQUIPE DU BUREAU D'ÉTUDE NIRAS ...........................................................................11

ANNEXE 5 DOCUMENTATION CONSULTÉ E..................................................................................... 12

ANNEXE 6 DÉCENTRALISATION TEXTES LÉGAUX (EXTRAITS) .............................................. 14

ANNEXE 7 LES INTERLOCUTEURS IDENTlFIÉS ............................................................................. 16

ANNEXE 8 LISTE DES 350 STATlONS SCANWATER .......................................................................20

ANNEXE 9 DEVIS DÉTAILLÉ DES INTERVENTIONS ......................................................................29

ANNEXE 10 LISTE DES STATlONS VISITÉES ......................................................................................42

ANNEXE 11 LISTE DE DOCUMENTS Á RÉALlSER ............................................................................44

ANNEXE 12 CHRONOLOGIE DES ACTIVITÉS DE DÉMARRAGE ..................................................45

ANNEXE 13 CHRONOLOGIE DES ACTlVITÉS DE L'ENTREPRENEUR ........................................46

(,. ANNEXE 14 CHRONOLOGIE DES ACTIVITÉS DE L'INGÉNIEUR CONSEIL ...............................47

ANNEXE 15 TABLEAUX FINANCIERS...................................................................................................48

ANNEXE 16 ESTlMATlON DE COVTS DE REVIENT D'EXPLOITATlON DES RÉSEAUX..........49

ANNEXE 17 TABLEAUX ÉCONOMIQUES .............................................................................................53

ANNEXE 18 COMMENTAIRES DE DANIDA 31 AOVT 2010 ...............................................................63

Liste des tableaux


Tableau 1 Caractéristiques principales des réseaux ................................................................ 29

Tableau 2 Types de réseaux étudiés ........................................................................................ 29

Tableau 3 Couts des études d'avant-projets détaillés .............................................................. 29

Tableau 4 Couts de supervísion des travaux ........................................................................... 29

Tableau 5 Couts de supervision des travaux de forage, de captages de sources ou de rivieres

.......................................................................................................................................... 29

Tableau 6 Couts du suivi et encadrement pendant un an ........................................................ 30

Tableau 7 Forages avec pompes manuelles ............................................................................ 31

Tableau 8 Petit réseau gravitaire ............................................................................................. 31

Tableau 9 Réseau moyen gravitaire ........................................................................................ 32

Tableau 10 Grand réseau gravitaire ........................................................................................ 33

Tableau 11 Petit réseau par pompage SONEL ....................................................................... 34

Tableau 12 Réseau moyen par pompage SONEL. .................................................................. 35

Tableau 13 Grand réseau par pompage SONEL. .................................................................... 36

Tableau 14 Petit réseau par pompage Solaire ......................................................................... 37

Tableau 15 Réseau moyen par pompage solaire ..................................................................... 38

Tableau 16 Petit réseau par pompage avec groupe électrogene .............................................. 39

Tableau 17 Réseau moyen par pompage avec groupe électrogime ......................................... 40

Tableau 18 Grand réseau par pompage avec groupe électrogene ........................................... 41

Tableau 19 Estimation des taux de taxation des biens et services au Cameroun .................... 48

Tableau 20 Durées de víes des composants des résaux .......................................................... 49

Tableau 21 Main d'ceuvre nécessaire au fonctionnement ....................................................... 49

Tableau 22 Fraís de fonctionnement d'un réseau gravítaire .................................................... 50

Tableau 23 Frais de fonctionnement d'un réseau par pompage SONEL ................................ 50

Tableau 24 Frais de fonctionnement d'un réseau par pompage Solaire ........... ~ .. u ..... H.H •• u 50
...... \

Tableau 25 Frais de fonctionnement d'un réseau par pompage avec Générateur ................... 51

Tableau 26 eouts de fonctionnement (€) pris en charge par le village ................................... 51

Tableau 27 eouts de fonctionnement (€) pris en charge par un concessionnaire ................... 51

Tableau 28 eouts de fonctionnement totaux (€ ) ..................................................................... 51

Tableau 29 eouts de renouvellement (€) ............................................................................... 51

Tableau 30 eouts totaux (€) .................................................................................................... 52

Tableau 31 eouts totaux par m 3 produit (€) ............................................................................ 52

Tableau 32 eouts totaux par 20 litres (€) ................................................................................ 52

Tableau 33 Valeur actualisée nette pour un réseau moyen gravitaire ..................................... 53

Tableau 34 Valeur actualisée nette pour un réseau moyen par pompage (SONEL) ............... 54

Tableau 35 Valeur actualisée nette pour un réseau moyen par pompage (Solaire) ................ 55

Tableau 36 Valeur actualisée nette pour un réseau moyen par pompage (Groupe électrogene)

.......................................................................................................................................... 56

Tableau 37 TRI pour 2100 XAF (années 1 a 14 en K€) ......................................................... 57

Tableau 38 TRI pour 2100 XAF (années 15 a 30 en K€) ....................................................... 58

Tableau 39 TRI et VAN (K€) 2100 XAF sur 30 ans .............................................................. 59

Tableau 40 TRI pour 2500 XAF (années 1 a 14 en K€) ......................................................... 60

Tableau 41 TRI pour 2500 XAF (années 15 a 30 en K€) ....................................................... 61

Tableau 42 TRI et VAN (K€ ) 2500 XAF sur 30 ans .............................................................. 62

Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Annexe 2 Termes de références de I'étude


De la prestation de services de consultants pour une étude de diagnostique et de faisabilité
concernant la réhabilitation de 350 stations d'adduction d'eau aux zones rurales du Cameroun
l. Introduction
Au cours des années 1979 a 1992, Danida avait appuyé le gouvemement du Cameroun par
I'installation des systemes d'alimentation en eau potable dans 350 villages repartís sur huit régions du
Cameroun. Ceci se faisait a travers des prets d'état danois a la République du Cameroun et par la suite,
au début des années 1990, des campagnes de sensibilisation aupres des víllageois et la formation des
comités de gestíon d'eau étaient financées par Danida sur un don. Les stations d'adduction d'eau
s'appellent « stations Scanwater }), étant donné que ces installations étaient construites par la société
danoise Scanwater/I. Krüger. SeIon les renseignements du gouvemement camerounais, entre 95% et
100% des installations Scanwater fonctionnait quand le projet s'est terminé en 1992.
En Avri12009, le Ministere de l'Energie et de I'Eau s'est adressé au Danida sollicitant un appui danois
pour une étude diagnostic et de faisabilité pour un projet de réhabilitation des stations Scanwater en
zones rurales du Cameroun et par la suite un pret de Crédit Mixte pour I'investissement en la
réhabilitation meme des stations. Sur présentation d'un « screening )} préliminaire du projet au 13 Mai
2009, le Comité du Crédit Mixte de Danida a conclu que le projet pourrait etre éligible pour un
financement du Crédit Mixte sous les conditions préalables régissant cette facilité de financement
danoise.
Les 350 stations Scanwater sont reparties sur les 8 régions dans la maniere suivante:
Adamaoua: 29, Centre: 84, Est: 44, Littoral: 39, Nord Ouest: 30, Ouest: 66, Sud Ouest: 14, Sud:
44.
2. L'objectif de I'étude
L'objectif des prestations de service des consultants est une étude de diagnostique et de faisabilité qui
peut servir comme base pour une évaluation par Danida du projet de financement de la réhabilitation
des 350 adductions d'eau Scanwater a travers un pret de Crédít Mixte de Danida.
3. Extrants
L'étude de diagnostique et de faisabilité devra déboucher sur un rapport renfermant tous les aspects
mentionnés dans les activités ci-apres. Le rapport d'étude de diagnostique et de faisabilíté doit etre
rédigé selon le format standard du Crédit Mixte de Danida (version AvriI2007).
) 4. Activités
l

L'étude doit contenir de I'information sur l'état de fonctionnement et de maintenance des installations
Scanwater. « L'installation Scanwater }) ou plus bref« la station Scanwater }) comprend non seulement
la station d'adduction d'eau elle meme mais aussi le réseau de distribution avec bornes fontaines
publiques et branchements privés, le cháteau d'eau, le forage ou le captage d'eau brute ainsi que le
traitement d'eau. Cependant, de visiter tous les 350 stations pour un diagnostique détaillé au cours de
['étude risque de coúter trop cher par rapport a I'investissement a la réhabilitation. II est donc proposé
de visiter 44 des 350 stations, ce qui correspond a 12,5 % des stations pour obtenir des informations
sur I'état dans lequel se trouvent les stations dans chacune des 8 régions. Le nombre de stations a
visiter dans chaque région est le suivant: Adamaoua 5, Centre 8, Est 5, Littoral 5, Nord-Ouest 5,
Ouest 7, Sud-Ouest 4, Sud 5. Les informations doivent comprendre sans y etre forcement limitées:
Une estimation du nombre ~e stations reparties sur les 4 catégories suivantes:
• les stations sont fonctionnelles, demandent peut-etre une petite réparation, soufflage du forage,
installation d'un parafoudre en pate d'oie, et redynamisation du comité de gestion d'adduction d'eau,
II peut aussi se montrer nécessaire d'étendre le réseau de distribution ou ajouter un réservoir
supplémentaire,

'l

-
Etude de faisabilité Annexes générales page3
Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

il est faisable de réhabiliter les stations, la population a la volonté et les moyens pour payer
pour I'eau et ainsi assurer le fonctionnement et la maintenance de la station,
le village a accroit tellement que la solution technique Scanwater (container) n'est plus
appropriée, mais demande une adduction d'eau plus grande,
la station ne peut pas etre sauvée (c'est-a-dire demande une réhabilitation total e), ou la
population a quitté I'endroit ou est alimentée par d'autres sources d'eau de qualité potable.
Les prestations de I'équipe des consultants devront se baser sur des visites terrain, des entretiens avec
les groupes cibles féminines et masculines, les autorités camerounaises, et le Consul Général du
Danemark a Yaoundé. Sans y etre forcément limitées, les études, consultatíons et discussions de
l' équipe des consultants devront comprendre les éléments ci-apres:
4.1 Données démographiques et socio-économiques
Indiquez toujours les sources des données.
a) Pour chacune des 8 régions, les données démographiques et soclo-economiques sur la
population, taux d'accroissement, leur revenu, I'occupation principale, la pauvreté, le potentiel de
croissance économique. Contexte administratif, organisation traditionnelle de la société, gestion
traditionnelle et moderne de la question fonciere. Contexte démographique et ethnique et migration.
b) La situation sur les comités de gestion d'adduction d'eau dans les villages dotés d'une station
Scanwater: existence et fonctionnement du comité a I'heure actuelle, composition des membres
(femmes I hommes) ainsi que leur táches et responsabilités. La situation dif:fere de région a région,
probablement.
c) La volonté de payer pour I'eau des populations dotées des stations Scanwater. Indiquez aussi
les possibilités financieres des populations pour payer pour I'eau. La situation doit différer de région a
région.
d) Des informations sur la demande en eau pour la consommation des ménages par branchement
privé (BP) et par borne fontaine (BF), et éventuellement des besoins pastoraux (si par exemple a
Adamaoua le bétail soit alimenté par le réseau de la station Scanwater).
e) Informations sur les infrastructures socio-économiques (infrastructures éducatives et
d'alphabétisation, de santé humaine, d'assainissement, d'électricité, de télécommunication, routiere,
institutions bancaires et de crédit)o
4.2 Données techniques des installations existantes
Une fiche technique de diagnostique des éléments constitutifs de la station estjointe comme Annexe I
a ces Termes de Référence. Outre les renseignements a ramasser selon la fiche mentionnée, les
éléments suivants doivent également etre traités dans le rapport de I'étude de diagnostique et de

faisabilité:

a) La demande en eau du village par rapport a la capacité de I'installation existante,

b) La sÍtuation sanitaire (description breve) suite a I'eau usée, L'environnement général du

village,

c) La nécessité des produits chimiques pour le traitement d'eau et les possíbilítés pour y accéder

(distance au point de vente); Le prix de ces produits,

d) L'efficacité de I'exploitation et de l'entretien des stations.

e) Une récapitulation des éléments a changerlréhabiliter, et une estimation de son prix

t) Une estimation du coíit de bon fonctionnement et de maintenance adéquat, et une proposition

réaliste d'organisation villageoise ou communale pour assurer ceci.


5. Description du Secteur

La description du secteur eau et assainissement au Cameroun doit comprendre les éléments suivants:

Etude de faisabilité Annexes générales page4


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

a) La politique et la stratégie du Gouvemement du Cameroun


b) Les autorités pertinentes au niveau central, provincial, départemental et communal
c) La politique nationale des structures tarifaires et les taux de tarif pour l' eau potable
d) Des structures tarifaires locales et les taux de tarif locaux pour les services
d'approvisionnement en eau potable.
e) Le róle du comité villageois de gestiono
f) Les structures normalement chargées de campagnes de sensibilisation et d'information sur eau
et assainissement dans les zones rurales au Cameroun, leurs efficacité et prix de services.
6. Volet Environnement
Le rapport d'étude de diagnostique et de faisabilité doit décrire les Standards de la Réglementation
Environnementale du Camero un et ses exigences vis-A-vis un projet de réhabilitation des stations
Scanwater.
Pour chacune des 8 régions dotées des stations Scanwater, le rapport d'étude doit inclure les éléments

suivants:

6.1 Un bref aper<;u biophysique et humain

a) Contexte biophysique (situation géographique, contexte c1imatique, hydrographie, végétation

et faune sauvage).

b) Conditions de vie des femmes, des hommes et des enfants et qualité de vie.

e} Appréeiation des impacts de changements c1imatiques sur les installations Scanwater.

6.2 Analyse des impaets potentiels dus au projet

a) Impaets du projet sur le milieu physique et biologique ainsi que les ressourees naturelIes.

b) Impacts du projet sur le milieu humain (santé des populations, la sécurité et le voisinage ­
pendant les travaux de construction et en phase d'exploitation).

c) Conclusions sur les impacts par rapport a la Réglementation Environnementale du Cameroun.

7. Budget et financement
Le budget d'investissement doit etre élaboré et le financement déerit selon les lignes directrices

suivantes:

Les budgets sont tous a indiquer en prix fixes.

Budget d'investissement:

• Le budget d'investissement sera distribué sur les principaux éléments tangibles et non­

tangibles et pour chaque élément te financement Danois et local prévu. Le budget doit aussi inclure les

couts de la eampagne de sensibilisation de création I redynamisation des comités villageois de gestion

d'eau.

• Le budget d'investissement total distribué sur les sources financieres: Apport de capitaux,

dons, Pret Danois, prets locaux.

• Sélection d'emprunteur (Ministere, Banque) du pret éventuel danois, et ses conditions de pret:

distribution, prime de risque pour le remboursement en devises étrangeres (DKK, Euro, USD),

exigences de garantie de pret, autres.

• Description des conditions d' autres prets, honoraires, intéréts, délai de griiee, délai de

remboursement, mode de remboursement, exigences de garantie de prét.

Budget d'exploitation et d'entretien:


• Structures et taux tarifaires, la volonté et la capacité des bénéficiaires du projet de payer pour
les services d'eau potable

Etude de faisabilité Annexes générales page 5


Etude de ..,,,,n,,,",,' de 350 stations Scanwater au Carneroun et de faisabilité de leur réhabilitation

L'exploitation et d'entretien du projet en prix fixes pour la durée de vie de I'investissement


(normalement au maximum 10 ans) distribuée sur les éléments principaux de couts et de revenus.
Suivi régulier (annuel ou biannuel) des comités villageois de gestion d'eau.
L'amortissement annuel du montant de I'investissement total (moins les fonds de roulement)
suivant la ligne droite principe (méme montant chaque année pour la durée de vie)
D' intérét annuel est calculé pour chaque pret
Toutes les hypotheses budgétaires doivent etre clairement expliquées.
Budget de trésorerie:
Le budget de trésorerie pour la meme période que le budget de fonctionnement, toutes les
hypotheses budgétaires doivent etre clairement indiquées.
8. Volet financier
Les taches du volet financier consistent en I'analyse financiere aboutissant au flux de trésorerie et au
calcul de la valeur actuelle nette (VAN) et du taux de rendement interne (TRI) du projet, ainsi qu'l'l des
analyses de sensitivités appropriées.
La valeur actuelle nette (VAN) de I'investissement sera calculée en prix fixes utilisant un taux
d'escompte de 6%. La période prévue est la durée de vie moyenne (nonnalement au maximum 20
ans).
Le taux de rendement interne (TRI) de I'investissement sera calculé pour la durée de vie
(normalement au maximum 20 ans).
Une analyse de recouvrement des couts sera faite indiquant les préalables principaux pour une
opération a seuil de rentabilité
Une analyse de sensibilité sera faite sur une ou deux hypotheses principales.
9. Volet économique
• Toutes sortes de bénéfices économiques et des couts pertinentes seront mentionnées et
expliquées. Ceux pouvant etre quantifiées seront valorisées. L'analyse doit traiter les éléments
suivants, sans yetre limitée:
• Bénéfices sociaux: santé, emploi, etc.
• Couts économiques de I'extraction d'eau brute
• Couts économique de la consommation d'énergie
10. Plan d'implémentation
• Projet de plan d'implémentation avec indication des étapes et responsabilité d'implémentation
• Description du contenu et plan d'implémentation d'une campagne de sensibilisation et de
création I redynamisation des comités villageois de gestion d'eau
• Proposition des acteurs possibles (organisations non gouvernementales ou autres) pour la
réalisation des campagnes de sensibilisation des comités villageois.
11. Préalables I hypotheses et analyse des risques
• Identífier les principaux risques et les mesures d'atténuation.
12. Composition de I'équipe, hommes mois et nombre de stations a visiter prévu
l Chef de projet international 5,0 HM
I Economiste international 2,OHM
I Sociologue international 2,OHM

Etude de faisabilité Annexes générales page6


Etude de on/..,,,t'u' de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

3 Techniciens intemationaux a 1,5 I-IM = 4,51-1M


3 Sociologues camerounais a 1,5 I-IM =o 4,51-1M
Total 18,OHM
Si on groupe les stations situées dans chaque région, 3 équipes composées chacune d'un technicien et
d'un sociologue pourraient visiter les statíons adiagnostíquer de la maniere suivante:
Adamaoua 5, Centre 8 13 stations
Littoral 5, Est 5, Sud 5 = 15 statíons
Nord-Ouest 5, Ouest 7, Sud-Ouest 4 = 16 stations
Total = 44 stations
13. Qualifications du personnel proposé
• Chef de Projet lntemational:
Qualifications générales
Dégrée pertinente d'une université intemationale. 10 ans d'expérience professionnelle de consultant.
Qualifications spécifiq ues
5 ans d'expérience professíonnelle comme chef de projet. Expérience comme chef de projet d'une
équipe multídisciplinaire et rédacteur du rapport d'au moins 3 études de faisabílité. Expérience du
problématique d'exploitation et de la maíntenance du secteur Eau et Assainissement. Expérience en
traítement des données du fonctionnement des stations d'adductions d'eau.
Bon comportement et empathie, compréhension des cultures différentes.
Langues et expérience de la région
Maltrise correcte de la langue franyaíse et anglaise. Expérience professionnelle de la régíon
francophone de l' Afrique.
• Economiste lntemational
Qualifications générales
Dégrée en économie d'une université intematíonale. 10 ans d'expérience professionnelle dans la
matiére économie et analyses financieres.
Qualifications spécifiques
Expérience professionnelle d'élaboration des volets économique et analyse financiere des études de
faisabilité. Connaíssance de la matiere de statístique et traitement des données pour arriver aux
résultats statistíquement corrects.
Langues et expérience de la région
Maítrise correcte de la Jangue franyaise et anglaise. Expérience professionnelJe de la région
francophone de l'Afríque.
• Sociologue lntemationaJ
Qualifications générales
Dégrée pertinente pour le volet socio-économique d'une université intemationale. 10 ans d'expérience
professíonnelle de la matiére socio-économique dans les pays en voie de développement.
Qualifications spécifiq ues
Expérience de la rédaction des rapports et du volet socio-économique des études de faisabilité.
Expérience de I'élaboration des questionnaires sociologiques et traitement des données collectées.
Expérience comme chef d'équipe de sociologues nationaux des pays en voie de développement,
préférablement du secteur eau et assainissement.

Etude de faisabilité Annexes générales page7


Etude de "n,",~"'''' de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Langues et expérience de la région


Maítrise correcte de la langue frans:aise et anglaise. Expérience professionnelle de la région
francophone de l' Afrique.
• Techniciens Intemationaux
Qualifications générales
Formation de technicien supérieur ou ingénieur. 10 ans d'expérience professionnelle.
Qualifications spécifiques
Expérience professionnelle de I'exploitation et de la maintenance des adductions d'eau. Expérience de
la matiere de diagnostique des pannes et des manques sur les différents éléments (mécaniques et
électriques) d'une adduction d'eau, la source d'eau brute, son réseau de distribution, et son cháteau
d'eau.
Langues et expérience de la région
Maitrise de la langue frans:aise et anglaise, Préférablement expérience professionnelle de la région
francophone de l' Afrique,
• Sociologues Nationaux
Qualifications générales
Formation de sociologue ou dégrée pertinente en sociologie I socio économie. 5 ans d'expérience
professionnelle.
Qualifications spécifiq ues
Expérience professionnelle de I'utilisation des questionnaires, la collecte de données socio
économiques et la communication avec la population des villages. Connaissances de la problématique
de la création, la redynamisation et le fonctionnement des comités villageois de gestion d'eau.
Langues et expérience de la région
Maitrise de la langue fran~aise et ou anglaise plus une des langues locaux utilisées dan s les régions du
Cameroun.
14. Prestations par le siege du bureau d'étude
Le siege du Consultant foumira les prestations suivantes incluses dans la marge de contribution du
Consultant:
Administration générale au siege et appui professionnel.
• L' Assurance de la Qualité (AQ) des prestations foumis par le Consultant en conformité avec
le systeme général d'AQ du Consultant tel que décrit dans la demande de qualification. Un accent
particulier sera mis sur l' AQ des versions provisoires des rapports avant leur mise a approbation.
Le Consultant établira une équipe d'AQ, composée de deux personnes au minimum, qui sera
responsable de I'AQ au siege. Les membres de I'équipe d'AQ ne doivent pas etre directement
impliqués dans la mise en reuvre de la Composante, et leurs CV doivent etre cités dans ('offre.
L'équipe d'AQ doit avoir les memes compétences et les memes expériences que l'équipe d' AT.
Un des deux membres de I'équipe d'AQ effectuera un audit d'AQ au Cameroun.
• La durée de cet audit sera une semaine. Avant I'audit d'AQ, des termes de référence doivent
etre rédigés par le consultant et approuvés par Danida.
• A la fin de l'audit, un rapport succinct sera rédigé citant les recommandations et modifications
nécessaires pour atteindre les résultats établis. Le rapport sera présenté a une réunion de restitution
avant le départ de la personne qui a effectué l'audit.

Etude de faisabilité Annexes générales page8


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Les salaires pendant I'audit, de la personne qui a effectué l'audit, doivent etre inclus dans la
marge de contribution du Consultant, tandis que les frais de transport, hótel et indemnités seront
remboursés.
Toutes les activités relatives al' AQ doivent etre documentées correctement.
• Le Consultant doit, dans I'offre, faire une description détaillée de I'AQ proposée afin de
pouvoir documenter qu'i! s'est bien préparé a appliquer l' AQ proposée et atin de permettre une
vérification subséquente de ce que l' AQ aura été effectuée comme convenu.
Le Consultant doit metre en reuvre le plan de gestion d'intégrité professionnelle te! que décrit
dans la demande de qualification du Consultant par rapport a la présente tache, La mise en reuvre doit
etre spécifiée.
Documentation (Background Documents):
Projet de Fiche technique pour le diagnostique des éléments constitutifs de la station
• Description d'une station Scanwater

.'

Etude de faisabilité Annexes générales page9


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Annexe 3 Liste des personnes rencontrées


Nom Prénom Organisme
LE GRIX • Mathieu AFD
MANRODH Astrid Banque Mondiale Energie et eau
NGONE CAMWATER
MENANGA CDE
NIELSEN Hans Winther Consul général du Danemark
NEUBERT Joel Délégation UE
SCHLEIFFER Michel Délégation UE
NKENKU . Gladys Délégation Régionale MINEE Nord Ouest
TONYE Ephrem Délégation Régionale MINEE Ouest
DINA Joel DHH MINEE
NDONG EBOZO'O Daniel Directeur DHH
WETI Jean-Pierre Dircetion Produits Pétroliers MINEE
EDJOU'OU Théophile SDHRH
BANDJI Daniel SDHUA
YAKAMNONO Gilb~rt Entrepreneur KAMAY
MAPPEL Anne EUROPCAR
FOUNGTONG Samuel N. FEICOM
NGANE Suzanne FEICOM
NAEGEL Philippe IRCOD
HELL JV IRGM
NTONGA Jean Claude IRGM
BOYOGUENO Alphonse PNDP
EKEME Isaac PNDP
ANONG Boul STABEX Projet Nkongsamba
VERDURMEN Jos STABEX Projet Nkongsamba
HORN Michel STABEX Projet Périphérie Yaoundé
TAKOUGUE Alphonse STABEX Projet péri-urbain Yaoundé
GBAGUIDI Suzanne UNICEF
ADAM Bemard WEAC SARL

...

Etude de faisabiJité Annexes générales page 10


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Annexe4 Equipe du bureau d'étude NIRAS


Nom Prénom Responsabilité
AKUE . Didier Logistique Cameroun
BOUCHITIE Alee Économiste
BUSSONE Patricia Sociologue
CLIFFORD Claes Auditeur Assurance Qualité
. DONGMO Raymond . Sociologue
JAOUr Hamid Technicien
LEMIRE Jean-Fran90is Project Manager
LOTHE Philippe Chef de mission
MICHIELS Ronald Technicien
MULLER Jean-Pierre Technicien
-
·ONAMBELE Isidore Sociologue
. '.. - ~-_.. ~-. -
SCHOU . Inge Contróleur Assurance Qualité
SOUCHON Guillaume Coordinateur
TOLALÉ Élie Sociologue

Etude de faisabilité Ánnexes générales page 11


Etude de N"""",,,, de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Annexe 5 Documentation consultée


• Loi N° 98/005 du 14 Avril 1998 portant régime de I'eau. République du Cameroun.
• Loi nO 2004/017 du 22 juillet 2004 portant orientation de la décentralisation
• Loi nO 2004/018 du 22 juillet 2004 tixant les regles applicables aux communes
• Loi n° 2004/019 du 22 juillet 2004 fixant les regles applicables aux régions
• Loi n° 2009/0 II du 10 juillet 2009 portant régime financier des collectivités territoriales
décentralisées.
• Loi nó 2009/019 du 15 décembre 2009 portant tiscalité locale.
• Préparation d'un programme d'hydraulique villageoíse dan s les provínces de l'Es! et du Sud­
Ouest. Rapport d'études Tome 1: Rapport d'études. Tome 4: Proposition de programme
MinMEE. Burgeap, Krüger Consult. AFD. 1995.
• Alimentatíon en eau des populations rurales du Cameroun. Synthese globale et par province
des données extraites de Progreso MinMEE. 1997.
• Ménage et famille en Afrique. Ch. 8 Femmes chefs de ménages, apenru général et études de
caso Mars Pilon et al. CEPED. 1997
• Rapport final. Programme d'hydraulíque villageoise dans les provinces de rest et du Sud
Ouest. MinMEE. Direction de I'eau. Burgeap. AFD. Juillet 2002.
• Stratégie du Ministere des Mines, de l'Eau et de l'Energie. Etude diagnostique. Domaine de
I'eau. Mars 2005.
• Energies Renouvelables en Afrique de l'Ouest Rapport Régional et Analyse du Marché:
Etude de cas du Cameroun. Rapport de consultants. 2006.
• Politique nationale d'approvisionnement en eau en milieu Rural. Ministere de l'Energie et de
l'Eau. Version provisoire. 2007
• Etude de consentement a payer le service amélíoré de I'eau par la population de 8 communes
du Mbam et Inoubou. Rapport final. IRCOD, ERA Cameroun, Commission Européenne,
ISF, Engees. Septembre 2008
• Diagnostic des ouvrages hydrauliques en milieu rural dans la région de l'Ouest. MinMEE.
Délégation régionale de l'Ouest. 2008.
• Stratégies municipales concertées. Eau et assalOlssement. Rapport de la Commune
d'Ebolowa. Facilité Europe ACP. AFD. 2008.
• Plan d'action 2008-2015 pour le secteur de I'approvisionnement en eau potable et
d'assainissement en milieu rural. Mínistere de I'Energie et de l'Eau Version définítive 30
janvíer 2008.
• Stratégies municipales concertées. Eau et assainissement. Rapport de la Commune de
Dschang. Facilité Europe ACP. AFD. 2008.
• Annuaire statistique du Cameroun. Institut National de la Statistique. Direction Générale.
2008. CD
• Etude diagnostic des acteurs de I'eau et de I'assainissement de base présents ou intervenant
dans la zone du projet "Gouvemance de l'eau dans le Mbam et Inoubou (Projet GEMI)".
CEDA. 2009.
• Données partielles du recensement de 2005. Avríl2010
• Extraits des tarifs en applícation a la Camerounaise des eaux (anciens documents SNEC)

Etude de faisabilité Annexes générales page 12


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

• Liste des entreprises sous traitantes de la CDE direction centre.


• Réhabilitation de 70 réseaux d'alimentation en eau potable du type "Scanwater". Rapport
d'évaluation Octobre 2000 STABEX.
• Strategic framework for DANIDA's mixed credit programme (2008)
• General Conditions for Loan Agreements and for the Provision and Administration ofInterest
Subsidy under the Mixed Credit Programme for Developing Countries (August 2007)
• Mixed Credits - promoting growth. Brief guidelines Brochure Ministry of Foreign Affaires
of Denmark. DAN IDA.

Etude de faisabilité Annexes générales page 13


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Annexe 6 Décentralisation textes légaux (extraits)


Extraits de la loi sur la décentralisation importants pour la mise en reuvre d'un projet d'AEP.
Loi nO 2004/017 du 22 juillet 2004 portant orientadon de la décentralisation
Article 7: Tout transfert de compétence a une collectivité territoriale s'accompagne du transfert, par
I'Etat a celle-ci, des ressources et moyens nécessaires a I'exercice normal de la compétence transférée.
Article 20: Le transfert d'une compétence entralne, de pleín droit, la mise a la disposition de la
collectivité territoriale bénéficiaire de I'ensemble des biens meubles et immeubles utilisés, a la date de
ce transfert, pour I'exercice de cette compétence Cette mise a disposition est constatée par un décret
présidentiel de dévolution, au vu d'un proces-verbal établi contradictoirement entre les représentants
de IfEtat et les autorités exécutives des collectivités territoriales.
Article 26: Les autorités déconcentrées de IfEtat, dont les moyens matériels et humains placés sous
I'autorité du représentant de IfEtat sont mis entant que de besoin a la disposition des collectivités
territoriales pour exercer leurs nouvelles compétences, re90ivent une part des ressources visées a
I'article 25 (2).
(1) En attendant que les collectivités territoriales possedent des ressources propres, les services ou
parties des services déconcentrés de I'Etat, concemés par le transfert des compétences, seront
progressivement transférés aux collectivités territoriales sur recommandation du conseil national de la
décentralisati on.
(2) Avant le transfert effectif des services prévu a I'alinéa l ci-dessus, les conditions dfutilisation de
chaque service de ,'Etat par les collectivités territoriales sont déterminées par les conventions passées
entre le représentant de l'Etat et le président du conseil régional ou le maire, suivant des modeles fixés
par voie réglementaire.
Le président du conseil régional ou le maire donne, dans le cadre des conventions visées au paragraphe
précédent, toutes instructions nécessaires a I'exécution des taches qu'il confie aux dits services. 11
contróle I'exécution desdites taches.
Loi nO 2004/018 du 22 juillet 2004 fixant les regles applicables aux communes

Article 3:

(1) La commune a une mission générale de développement local et d'amélioration du cadre et des
conditions de vie de ses habitants.
(2) Elle peut, en plus de ses moyens propres, solliciter le concours des populations, d'organisations de
la société civile, d'autres Collectivités territoriales, de l'Etat et de partenaires intemationaux,
conformément a la législation et a la réglementation en vigueur.
DU DOMAINE PRIVÉ DE L'ETAT
Article 9:
(1) L'Etat peut céder aux communes tout ou partie de ses bíens meubles ou immeubles relevant de son
domaine privé, ou passer avec lesdites communes des conventions portant sur I'utilisation de ces
biens.
(2) La eession par I'Etat des biens meubles et immeubles prévue a I'alinéa (1), peut etre opérée, soit a
I'initiative de ees communes, soit a I'initiative de l'Etat.
Article 10: L'Etat peut, eonformément aux dispositions de l'articIe 12 de la présente loi, soit faciliter
aux communes "acees a la pleine propriété de tout ou partie des biens meubles et immeubles relevant
de son domaine privé, soit affecter simplement a ces CoJlectivités territoriales le droit d'usage de
eertains de ses biens meubles et immeubles.
Article 16: Les compétences suivantes sont transférées aux communes:
- I'alimentation en eau potable,

Etude de faisabilité Annexes générales page 14


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabiJité de leur réhabilitation

- le nertoiement des rues, chemins et espaces publics communaux,


- le suivi et le controle de gestion des déchets industriels,
- les opérations de reboisement et la eréation de bois communaux,
- la lurte eontre I'insalubrité, les pollutions et les nuisances,
- la protection des ressources en eaux souterraines et superficielles,
- I'élaboratioll de plans eommunaux d'aetion pour I'environnement,
-la eréation, )'entretien et la gestion des espaees verts, pares etjardins d'intérét eommunal,
- la gestion au niveau local des ordures ménageres .

..

Etude de faisabilité Annexes générales page 15


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Annexe 7 Les interlocuteurs identifiés


Le FEICOM I

Le Fonds Spécial d'Equipement et d'[ntervention lntercommunale (FEICOM) a été crée par la loi nO
74/23 du 05 décembre 1974 portant organisation communale au Cameroun et rendue opératoire par le
décret d'application N°77/85 du 22 mars 1977. Sa principale mission est d'accompagner les
Collectivités Territoriales Décentralisées dans le processus de développement en leur apportant
notamment une assistance technique et financiere. Cet organisme apparaít done comme I'instrument
privilégié du développement local au Cameroun. Ainsi, le gouvernement camerounais, qui a fait de la
décentralisation l'un des axes majeurs de son programme politique, a toujours su adapter au fiI du
temps cet organisme a l'évolution politique de son environnement. C'est dans cette optique que le
FEICOM a été réorganisé par le décret présidentiel du 1I décembre 2000 qui I'érige en Direction
Générale. Ce décret a été a son tour modifié et complété par un autre datant du 31 mai 2006 dont l'une
des innovations majeures est la fonction d'intermédiation financiere assignée a cette structure. Cette
nouvelle fonction amene le FEICOM a rechercher dans le cadre de la Coopératíon financiere
internationale des partenariats dans le but d'aider les municípalités camerounaises a trouver d'autres
ressources pour faire face a leur probh~me de développement.
Partenaire privilégié des communes et bras séculier de l'état dans la mise en reuvre du processus de
décentralisation au Cameroun, le FEICOM assure en outre l'assistance conseil des CTD et la
formation des élus locaux dan s le but de renforcer les capacités de gestion des édiles locales.
En 30 ans révolus, le FEICOM affiche aujourd'hui une expérience et une expertise internationalement
reconnues, des réalisations majeures dans le domaine des infrastructures, de I'architecture, des services
sociaux de base ... Mais I'organisme reste ouvert a des apports et expériences extérieurs pour optimiser
son rendement.
Les missions du FEICOM sont :
l. Entraide entre les communes par des contributions de solidarité et avances de trésorerie
2. Financement des travaux d'investissement communaux ou intercommunaux.
3. La centraJisation et la redistribution des centimes additionnels communaux (CAC).
4. La couverture des frais relatifs a la formation du personnel communal et du personnel d'état
civil.
5. L'Intermédiation financiere a travers la Coopération Internationale.

I Source : site internet .!'.!..!:~~~~!.!.l

Etude de faisabilité Annexes générales page 16


Etude de "n{",tI", de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Les ONG internationales


• ADIIPIPAD African Development Initiative/ Projet Intégré pour la promotion de I'auto
développement. Depuis 1979 au Cameroun. Intervient dans l'Ouest. Promotíon de I'hygi¿me,
femmes, hydraulique.
• AFVP (Agence Fran¡;aise des Volontaires du Progres) Au Cameroun depuis 1997. lntervient
dans l'Est, l'Ouest et le Nord Ouest. Expériences et commentaires : Réalisation de 30 puits
équipés de pompes dans centre de santé, sans frais pour la population). Dans l'Est,
aménagement de 30 sources. Projet abandonné apn':s 7 sources par manque d'intéret de la
population et appauvrissement collectif. Difficulté dans cette zone pour des installations trop
techniques, a cause du manque de motivation et de moyens. 30 puits villageois et 10
aménagement de sourees (prévus) sur fonds du FAC et du Syndieat des eaux d'íle de Franee :
200.000 Fefa + participation aux travaux et foumiture de matériaux loeaux et 10 sources
Apres 1992, projet abandonné : 16 puits réalisés. Manque de participation et de eotisation de
la population, problemes de eommunieation entre villageois et projet. Peu de solidarité entre
villageois qui a I'habitude d'etre assistée. Détérioration de la situation économique
• CARE Au Cameroun depuis 1978. Formation et animation aupres des populations. Acces a
I'eau, santé primaire.
• DED (ONG Allemande). A dirigé le programme PROVILLAGE sur un financement de la
KFW
• EZE Eglise évangélique allemande. Aide au développement.
• Helvetas (ONG Suisse). Intervient dans l'Ouest, le Sud Ouest, le Nord Ouest depuis 40 ans.
Commentaires: Dans le Sud Ouest, [a participation financiere est difficile, la popuJation n'est
pas assez organisée pour mobiliser les élites. A réalisée des études et des mini réseaux dans les
régions ouest et nord ouest du pays. Selon nos informations, elle aurait fermé ses portes au
Cameroun.
• Plan International Au Cameroun depuis 1996. Entre autres, projets d'hydraulique villageoise
pompes. Demande une participation villageoise de 50.000 Fcfa + diverso A réalisé des
ouvrages autonomes d' AEP et assure des formations des comités de gestion
• SNV (ONG Néerlandaise). Depuis peu au Cameroun. Basée a Yaoundé.
ONG nationales
• APRIS Association pour la promotion el la recherche de I'indispensable a la survie. Basée a
DouaJa.
• ASSEJA (Assoeiation Enfants, Jeunes et Avenir). ONG créée en 1994. Basée aYaoundé, elle
dispose d'antennes dan s les régions de l'Est, du Sud ouest et autres. Elle intervient dans
I'amélioration des conditions de vie des populations défavorisées dont assainissement et acces
a I'eau potable (puits équipés de pompe, aménagement de sources). Animation des
populations en vue de I appropriation des ouvrages réalisés.
• CADIC Cercle d' Appui au Développement Intégré des Communautés. Basée a Yaoundé.
Antennes dans Littoral et Est. Intervient dans la formation et I'animation des eommunautés
pour la réalisation et la pérennisation des ouvrages ou équipements eolleetifs. Dans ce eadre,
elle a réalisé dan s la zone d'intervention du PDRBA-MN des formations a I'intention des
eommunautés bénéfieiaires des ouvrages réalisés par ee programme du MINADER.
• CAIPE Basée a Ebolowa. Elle a déja aequis une expérienee enrichissante en matiere
d'hydraulique rurale dan s le cadre du projet Provillage. Elle dispose d'un savoir faire en
matiere d'animation, d'encadrement des comités de gestion des points d'eau et de réalisation
de puits équipés de pompes a motricité humaine.

Etude de faisabilité Annexes générales page 17


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de Ieur réhabílitation

• CDC (Cameroun Development Corporation). Société d'exploitation agricole d'Etat.


Intervient dans le Sud Ouest, le LittoraI, rOuest, le Nord Ouest. Elle a réalisée quelques
ouvrages d' AEP dans les localités lim itrophes de ses plantations : n'est pas qual ifié pour des
prestations de services.
• CEDA-Cameroun Basée a Yaoundé, elle dispose d'antennes dans les régions du Littoral, du
Sud et de ¡'Est. Intervíent dans le domaine de I'íngéníerie sociale ou elle encadre les
communautés en vue de I'appropriation des projets réalisés en leur faveur. Dans le domaine de
I'eau, iI a réalísé pour le compte du projet GEMI, le diagnostic des acteurs de I'eau et de
I'assaínissement dans le département du Mbam et Inoubou.
• ERA (Environnement et Recherche Action)-Cameroun, (régions Sud, Centre, ouest et Sud
ouest). Reconnue dans le domaine de la gestion de I'eau et de I'environnement. Elle a conduít
des opérations expérimentales et est réguI ierement sollicitée par des institutions
intemationales pour son expérience. Elle collabore déja avec I'IRCOD sur le Mbam et
Inoubou dans I'appui a certaines collectivités locales et des acteurs du département. En 2005,
elle a encadré I'étude sur les ouvrages d'AEP du département. Dans le domaine de I'acces a
I'eau et de I'assainissement, cette association a réalisé les stratégies concertées d'acces a ¡'eau
potable et de I'assainissement des ville de Oschang et Ebolowa (2005 -2008). Participe a la
mise en ceuvre du projet de gouvemance de I'eau du département du Mbam et Inoubou
(GEMI) en accompagnant la cellule de projet dans la mise en ceuvre des activités du projet
notamment I'activité d'animation des comités de gestion autour de ouvrages d' AEP (2008 -
2011). Participe a la mise en ceuvre du projet d'amélioration de l'acces a I'eau potable et a
I'assainissement des quartiers pauvres de Yaoundé (projet AQUA) (2008 2010).
• FVC Club Fobe V du Cameroun. Campagnes d'éducation sanitaires. Basée a Douala et
Bamendjou.
• GERONIL Conseil Bureau d'études. Siege social a Yaoundé,depuis 1993. Intervient dans le
Centre, le Sud, l'Est, et le Sud Ouest. Domaine de I'eau excIusivement : Aménagement des
sources, forages, adduction d'eau gravitaire. Animation.
• OSRI (Organisation for sustainable Rural Infrastructure). Créée en 1991, basée a Kumba (sud
Ouest). Commentaires : Conflits internes, manque de formation. Membres des comités peu
actifs. Collecte de fonds faisable uniquement suite a un dégat ou réparation urgente. Les
Comités refusent de rémunérer fontaíniers. Pas de comptabílité écrite, peu de sens de la
responsabil ité.
• PARTNERSHIP Associatíon pour la Promotion de l'Esprit d'Entreprise et du Partenariat.
Basée a Oouala.
• SOWEDA .Créée en 1992. Société d'Etat. Financement BAO et African Development Fond.
Intervient dans le Sud-Ouest excIusivement. A réalisée quelques ouvrages d' AEP en qualité de
maitre d'ouvrage dans les Jocalités de son ressorts territorial. N'est pas qualifié pour des
prestations de services.

Etude de faisabilité Annexes générales page 18


Etude de diagnostie de 350 stations Sean water au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Récapitulatif par région

=
=
=
= e
e <11
El
« ~
<11
e'iI
El u
~ «
­
~
Z

-
e'iI ¡;,.;¡ U
S<11 ¡;,.;¡ u o¡::z:: «
I
~

~ ~
¡;,.;¡
r..
~
OC¡
u
~
~ :::o =
e'iI
~ ~ ¡;,.;¡ ~
¡;,.;¡
~
« OC¡
OC¡ ~
Région « o u
<11

==
OC¡ s: OC¡ u ¡;,.;¡ ~ u u « u
Adamaoua X X X X X

Centre X X X X X X X

Est X X X X X X X X

Littoral X X X X X X X

Nord X X X

Ouest

Ouest X X X X X X

Sud X X X X X X X X X

Sud Ouest X X X X X X X X

Etude de faisabilité Annexes générales page 19

Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Annexe 8 Liste des 350 stations SCANWATER


La présente liste a été reconstituée a partir de listes diverses et notamment d'une liste donnée par le
consulat général du Danemark el Yaoundé.

N° NOM Station Région Département Date mes Type BF Longueur


319 MOMJEPOM NGOLLA 20 ADAMAOUA BOUMBA ET NGKOKO 2/1011991 5 18 9207
97 NGAOUNDAL ADAMAOUA DJEREM 19/05/1984 10 3 4000
301 MAMBAL-DANFILl ADAMAOUA DJEREM 4/0711 989 5 10 1662
302 MINIM . ADAMAOUA . DJEREM 1/0611989 5 6 1243
303 BEKA GOlTO ADAMAOUA DJEREM 1106/1989 5 8 1 796
62 DOUALA YEL ADAMAOUA . FARO ET DEO 27/07/1984 5 6 1885
95 TIGNERE ADAMAOUA FARO ET DEO 25/07/1984 10 16 6106
304 MA YO BALEO ADAMAOUA FARO ET DEO 6/07/1989 5 17 4241
305 GALlM ADAMAOUA FARO ET DEO 5/071!989 5 19 4840
306 KONTCHA ADAMAOUA 'F ARO ET DEO 3/06/1989 5 10 I 834
63 MA YO DARLE ADAMAOUA MA YO BANYO 26/07/1984 5 8 3025
307 SAMBOLABO ADAMAOUA MA YO BANYO 25/04/1991 5 8 1931
308 SONGKOLONG ADAMAOUA MA YO BANYO 25/0411991 5 10 2714
309 SOMIE ADAMAOUA MA YO BANYO 12/09/1989 5 5 892
310 ALLAT ADAMAOUA MA YO BANYO 12/09/1989 5 6 1204
64 KALADI ADAMAOUA MBERE 24/07/1984 5 6 1489
179 NGAOUI ADAMAOUA MBERE 23/05/1985 5 9 2526
180 LOKOTl ADAMAOUA MBERE 24/05/1985 5 6 1506
311 KOMBO-LAKA ADAMAOUA MBERE 26/06/199 1 5 9 1967
312 BAGODO ADAMAOUA MBERE 17/08/1989 5 9 1682
313 BATOUA GODOLE ADAMAOUA MBERE 26/06/1991 5 11 2468
314 FADA ADAMAOUA MBERE 26/04/1 989 5 9 1579
181 BELEL ADAMAOUA VINA 22/05/1985 5 9 2666
182 MARTAP ADAMAOUA VINA 21105/1985 5 5 1970
183 NYAMBAKA ADAMAOUA VINA 22/05/1985 . 5 9 3504
184 DIBI ADAMAOUA VINA 22/05/1985 5 5 870
315 GANGASSAO ADAMAOUA VINA 26/0411989 5 13 1 909
316 TELLO ADAMAOUA VINA 27/04/1989 5 9 2677
317 MBANG MBOUM ADAMAOUA VINA 26/04/1989 5 8 1444
318 WAKWA ADAMAOUA VINA 27/041l989 5 5 3956
44 NSEM CENTRE HAUTESANAGA 1111/1984 5 15 6230
108 NDJORE CENTRE HAUTESANAGA 4112/1985 5 6 5329
113 NGOULEMEKONG CENTRE HAUTESANAGA 23/0311986 5 15 9337
196 NSEPPE-ELOG-NGANGO CENTRE HAUTESANAGA 7/0511986 5 8 5784
355 WASSA BAMVELE CENTRE HAUTESANAGA 30/03/1989 5 12 6815
61 TCHECOS CENTRE IMBAM ET INOUBO 18/0411984 5 10 3404
54 ESSONG CENTRE LEKIE 16/07/1983 5 22 7469
55 OVOABANG CENTRE LEKIE 16/0711984 5 13 4374

Etude de faisabilité Annexes générales page20


Etude de an"ct1" de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

NOM Station Région Département Date mes Type ' BF Longueur


1\)7 BIBEY CENTRE LEKIE 3/12/1985 5 10 4810
109 . NGOKSA CENTRE LEKIE 7/12/1985 5 17 11472
110 KOMO-IVIVOGKAN 1 CENTRE LEKIE 28/01/1986 5 20 11567
112 OBAK CENTRE LEKIE 27/0411987 5 16 9493
114 NKOLANG CENTRE LEKIE 28/0J/l986 5 179060
356 EBONG CENTRE LEKIE 3/01/1991 5 14 6588
. 357 NKOMETOU I-H-III CENTRE , LEKIE 24/03/1988 \O 28 12 824
~

358 KALNGAHA CENTRE i LEKIE 22/06/1986 5 10 3493


359 EFOK LOUA YEMKOUT . CENTRE LEKIE 16/12/1988 10 39 115%
432 . ENDAMA CENTRE LEKIE 8/02/1991 5 19 II 836
9 f BETAMBA CENTRE MBAM 25103/1981 5 7 2261
47 ESSENDE CENTRE MBAM 10/09/1983 5 16 6580
48 KIKI CENTRE MBAM 10/09/1983 5 14' 10330
MOUKO CENTRE · MBAM 10/0911983 5 17. 5991
óti OMENG CENTRE , MBAM 17/05/1984 5 10 4 198
72 BITANG CENTRE MBAM 18/04/1984 5 6 2135
101 BOURAKA CENTRE MBAM 14/05/1986 5 8 5025
103 DONENKENG CENTRE MBAM 15/05/1986 5 , 7 2048
104 ENANGANA CENTRE • MBAM 14/05/1986 5 14 6456
--- --
105 • NITOUKOU CENTRE MBAM 6/04/1986 5 12 10277
365 KIBOUM I-Il CENTRE · MBAM 25/05/1988 5 6 2060
366 NEBOLEN CENTRE MBAM 25/06/1988 5 12 4777
438 ANGANDJIMBERETE CENTRE MBAM 25/0511 988 5 7 5332
447 GAH BAPE CENTRE MBAM 27/12/1987 5 10 2773
102 KPWO-GOUIFF CENTRE MBAM ET INOUBOU 27104/1984 5 22 12989
106 KPWO-GOU1FF CENTRE MBAM ET INOUBOU 17/05/1988 O
202 NTUI CENTRE MBAM ETKIM 16/06/1986 5 4 3495
ESSAZOK CENTRE MEFOU 3/12/1980 5 5 3027
MEFOMO CENTRE MEFOU 3/12/1980 5 12 4315
67 NKOL NKOUMOU CENTRE MEFOU 30/0l/1985 5 16 6494
93 ESSE CENTRE MEFOU 3110111984 10 14 3911
111 BATCHENGA CENTRE MEFOU 30/0411987 5 11 6214
117 KALA CENTRE MEFOU 6112/1985 5 16 8924
120 . OFFOUMOU-NSELEK CENTRE MEFOU 30/03/1985 5 9 7373
121 • ETOA CENTRE MEFOU 30/0111986 5 12 4325
133 MEKOE-MEYO-ELIE CENTRE • MEFOU 8/04/1988 5 12 6665
360 OV ANGOUL CENTRE MEFOU 22/04/1988 5 7 3681
361 . ELAT MINKOM CENTRE MEFOU 24/05/1988 5 13 8825
363 • NKOLBIYEN-NGOUMOU CENTRE ; MEFOU 28/04/1988 5 13 5888
364 ' EBANG I-I1 CENTRE MEFOU 18/06/1990 5 13 4663
452 . NTOUESSONG VI-VII CENTRE • MEFOU 25/09/1990 5 11 4718

...

Etude de Caisabilité Annexes générales page 21


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

N° NOM Station Région Département Date mes Type - BF Long'


460 ETETANA (extension) CENTRE MEFOU 2511 0/1988 O 3 863
472 ABANG-MINDI CENTRE MEFOU 25/1 0/1988 5 8 2 122
475 NKOL-NDA CENTRE MEFOU 25/1 011 988 5 10 3020
207 MBALNGONG CENTRE MEFOU ET AKONO 29/0411 987 5 12 3806
455 NOMA YOS 1-1I CENTRE MEFOU ET AKONO 5/11/1991 5 13 4029
NKOMBASSI CENTRE MFOUNDI 2/09/1980 5 5 1 366
368 • NGOULMEKONG-CENTRE CENTRE MFOUNDI 18/07/1990 - 5 9 3614
4 BOUMNYEBEL CENTRE NYONG ET KELLE 311211 980 5 · 5 800
20 NGOG MAPUBI CENTRE NYONG ET KELLE \0/0511 982 5 15 . 6261
45 SODIBANGA CENTRE NYONG ET KELLE 111 1/1984 5 7 1706
57 NGUIBASSAL [) CENTRE · NYONG ET KELLE 3/09/1983 5 11 5420
58 KELLE NDONGON CENTRE NYONG ET KELLE . 2/09/1983 5 20 '7788
124 MAKAl CENTRE NYONG ET KELLE 9/1211 985 5 19 8 146
125 SOMBADJECK CENTRE • NYONG ET KELLE 24/01/1986 5 8 5287
198 NKOLMEWOUTH, MBONGO CENTRE NYONG ET KELLE 26/03/1986 5 20 13824
200 DIGOMB CENTRE NYONG ET KELLE 25/01/1986 5 13 7276
369 . MINSE . CENTRE • NYONG ET KELLE 1711 011 990 5 · 8 . 3756
370 . BADJOB CENTRE NYONG ET KELLE 22/1 011 990 5 \O 3713
473 MODE CENTRE NYONG ET KELLE 19/01/1990 5 9 3401
46 MENGANG CENTRE NYONG ET MFOUMOU 30/0111984 5 11 4581
71 MONINGOMBO CENTRE · NYONG ET MFOUMOU 21/12/1983 5 · 6 1 198
126 EMVONG CENTRE NYONG ET MFOUMOU \0/05/1985 5 -9 7770
206 ENDOM CENTRE NYONG ET MFOUMOU 24/0411 987 5 17 8607
371 NGALLA CENTRE NYONG ET MFOUMOU 711 111990 5 14 6837
372 NYAMVOUDOU CENTRE NYONG ET MFOUMOU 22/0211 989 5 7 2727
6 MENGUEME CENTRE NYONG ET SO'O 25/03/1981 5 8 . 2776
7 NKOLYA CENTRE NYONG ET SO'O 25/03/1981 5 16 5 137
115 NKOLMETET CENTRE NYONG ET SO'O 23/0111 986 5 17 9569
116 OBOUT - CENTRE . NYONG ET SO'O 24/01/1986 5 175479 .J

118 ZOATOUPSI CENTRE NYONG ET SO'O 15/0511 986 5 13 8640


119 MENGUEME CENTRE NYONG ET SO'O 5/12/1985 5 15 7207
197 NYENGUE-ANGONFEME CENTRE NYONG ET SO'O 12/0511986 5 \O 4341
373 KOMASSI ET KA T CENTRE . NYONG ET SO'O 2911011990 5 14 9749
374 EKOUDENDI CENTRE NYONG ET SO'O 10/0111991 5 21 7889
123 FEBE CENTRE YAOUNDE 29/0311 985 5 7 1959
24 . NGATTO EST BOUMBA ET NGKOKO 511211984 5 \O 4288
193 MEKEL EST BOUMBA ET NGKOKO 22/0811 985 5 5 2 150
194 . MBOL EST BOUMBAETNGKOKO 21/0811985 5 5 1490

195 • SALAPOUMBE EST BOUMBA ET NGKOKO 28/0811 985 5 \O . 7445


. .... ~

320 • NGOUNDI EST BOUMBA ETNGKOKO 111011991 5 15 ¡ 9468
321 • KUMELA EST BOUMBA ETNGKOKO 1110/1991 5 11 7723

Etude de faisabilité Annexes générales page 22


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

NOM Station Région Département Date mes i Type : BF Longueur


11 ¡ IATOK EST : HAUTNYONG 18/08/1981 . 5 . 8 2 020
22 'AZOMEKOUT EST : HAUTNYONG 5/12/1984 5 12 2982
23 : MOTCHEBOUM EST : HAUTNYONG 5112/1984 5 9 : 2407
-

25 . MBETH EST HAUTNYONG 5/12/1984 5 . 7 . 2533

90 NGELEMENDOUKA EST HAUTNYONG 12110/1984 10 13 3930

187 'ANGOSSAS EST HAUTNYONG 19/08/\985 5 8 2 \95

188 ; GOUMBEGERON EST : HAUTNYONG \9/08/1985 5 6 ; 2425

· 322 BAGBEZE EST ¡ HAUTNYONG 20/111\99\ 5 19 ; 7244

· 323 ¡ ESSIENGBOT EST , HAUTNYONG 201111\99\ 5 18 ! 6938

· 324 LONGTIMBI-BAKTALA EST HAUTNYONG 1110/199\ 5 14 5564

· 325 EBA . EST i HAUTNYONG 24/01/1992 5 : 19 '9705

-- ~ -

326 ; ZOADlBA EST HAUTNYONG 13/0811991 5 18 ,7964


· 327 : MENY ANGOA EST HAUTNYONG 19/11/1991 5 22 12 111
. MAKOK (extens¡on) EST · HAUTNYONG 13/0811991 O 9 13 895
474 " ADJE'ELA EST HAUTNYONG 12/10/1989 5 7 1862
· 21 . MINDOROU EST KADEY 5/12/1984 5 7 2415
· 27 . BANDONGUE EST KADEY . 5/12/\984 5 \0 5943
189 . BENGUE-TIKO , EST , KADEY 20/0811985 5 5 2450

190 ' KENTZOlJ EST KADEY 21/08/1985 5 10 2620

191 i BOUBARA EST · KADEY 20/08/1985 5 , 6 1580

329 . GADJI EST KADEY 22/08/199\ 5 12 5507

330 OlJLI BOUNOlJ EST KADEY 22/07/1991 5 9 1879

331 . KAMBELE EST · KADEY 21108/1991 5 14 6 137

332 DJOUTH 1 EST , KADEY 19112/1991 5 16 9401

333 . GBITTI EST , KADEY 22/08/1991 5 7 1247

10 'DlANG EST LOM ET DJEREM 17/08/1981 5 : 23 8330

--

26 • ANDOM EST LOM ET DJEREM 5/\2/1984 5 14 5 239

) NDEMBA EST LOM ET DJEREM 5/12/1984 5 8 4177

185 • NDEMBA 1 . EST LOM ET DJEREM 24/08/1985 . 5 12 . 5404

186 . NDOKA YO EST · LOM ET DJEREM 24/0511985 5 5 1277

334 NGOURA EST LOM ET DJEREM 21/08/1991 5 14 3391

. 335 NADOUNGUE EST LOM ET DJEREM 1108/\991 O


336 NDOlJMB1 EST LOM ET DJEREM 1/1011991 5 14 7386
337 BORONGO EST · LOMET DJEREM 1108/199\ 5 6 1036
338 MBETHEN EST • LOM ET DJEREM 191111\991 5 21 \3 990
461 CAMP MILlTAlRE BERTOlJA EST LOM ET DJEREM 12/10/1989 5 3 397
456 . NDAMKUMB-MfKOAGUE EST NYONG 25/11/1991 5 16 ,5995
14 . MBOUROUKOU L1TTORAL MOUNGO 26/11/1981 5 10 4725
..
15 . EBONE LITTORAL , MOUNGO 26/1111981 5 12 6518

69 MANKWA ,LITTORAL MOUNGO 21/0111984 5 11 5832

70 . NDOM LITTORAL , MOUNGO 25/05/1984 5 11 ,6751

Etude de faisabilité Annexes générales page 23


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

-
NOMStation Région Département Date mes • Type BF Long'
143 'MANDJIBO LlTTORAL MOUNGO 25/1111986 5
5 . 2064

144 , MBONDJO-ABO LlTTORAL MOUNGO 5/05/1986


5
7 . 3684

145 • F[KO-M[ANG . LlTTORAL . MOUNGO


. 5/05/1986
5
; 13 738

146 MANDOUKA LlTTORAL ! MOUNGO


5/05/1986
5
19 6258

209 BONAKOU·BWAPAKI LlTTORAL MOUNGO


21/03/1988
5
6 3059

392 ' KAKE LlTTORAL : MOUNGO


25/03/1991
5
19 10 167

393 ! SOUZA : LlTTORAL MOUNGO


22/0211988 10
19 5734

394 : BOMONO LlTTORAL MOUNGO


22/0111988 5
'17 10 048
395 : MANENGOLE . LITTORAL • MOUNGO 27/0411 988 20
: 31 '7 559


396 : MOMBO-GARE
, LlTTORAL MOUNGO
,22/03/1988 10
14 ; 2348

397 ¡ MANENGOTENG
LlTTORAL ¡ MOUNGO
26/03/1991 5
13 2542

5 ,TONDE
LITTORAL : NKAM
21/0811981 5
! 6 1 217

13 YINGUI
'LlTTORAL
NKAM '25/11/1981 5
9 1347

65 • BENGA [
LITTORAL
i
NKAM
25/07/1984 5
: 7 1685

[41 ! BONEPOUPA
LITTORAL
, NKAM
24/01/1986 ' 5
5 : 2451

142 ¡ MATOUBE
LITTORAL
! NKAM
25/! 1/1986 5
:6 1431

398 ¡ NDOKA TI n-lII


LlTTORAL
, NKAM
26/04/1991 5
, 5 3406

399 ! NDOKPO
• LInORAL
! NKAM
24/06/1988 5
9 '5059

401 . SOHOCK
LITTORAL
NKAM 25/02/1991 5
19 7356

19 NOUANKO
LITTORAL
! SANAGA MARITIME 24/1111981 5
:9 1001

68 NGOK-NINJE
. LlTTORAL
, SANAGA MARITIME 17/05/1984 5
14 8228

96 NDOM
LlTTORAL
SANAGA MARIT1ME 17/05/1984 10
12 5242

122 . SIPANDANG
• LlTTORAL SANAGA MARITIME 31101/1986 5
12 3510

137 ' MARIENBERG


LITTORAL , SANAGA MARITIME 7/05/1986 5
4 1382

138 NKONGA
'LITTORAL : SANAGA MARITlME 27/0311986 10
25 11 491

139 ' SONGMBENGUE


LITTORAL SANAGA MARITIME 31101/1986 10
17 6445

-
140 . MANDJAB-GARE LITTORAL . SANAGA MARITIME 25/0111986 5
27 5485

199 : NGOMPEM LlTTORAL SANAGA MARI TIME 27/03/1986 5


11 1230

, 402 • SONGMBOG LlTTORAL SANAGA MARITIME . 23/08/1988 5


13 4676

403 ! MANDJAP LITTORAL ! SANAGA MARITIME 9/01/1991 5


16 5287

404 ! TOMEL-MASSOK .LITTORAL SANAGA MARITIME 26/02/1991 5


16 5 281

405 SONGNKAM POUTKAK 'LlTTORAL ! SANAGA MARITIME 14/12/1990 5


18 5786

408 NGOG-MBOG LlTTORAL . SANAGA MARITIME 23/08/1988 5


5 1996

448 'MAKONDO LlTTORAL • SANAGA MARITIME 21103/1988 5


11 4465

476 'NYANON LITTORAL SANAGA MARITlME 27/0211989


5
17 7456

375 IKIYAN NORD OUEST BUI 16/05/1991


5
! 9 2555

376 ' DIN NORD OUEST . BUI 16/05/1991 5


10 2589

377 • JIY ANE-LUI , NORD OUEST BUI 27/07/1988 10


17 . 6448

462 VEKOVI NORD OUEST i BUI 16/0111992 5


13 3277

166 ¡ LASSIN NORD OUEST , DONGA MANTUNG 28/01/1987 , 5


10 . 2745

169 ' MISAJE NORD OUEST DONGA MANTUNG ,29/01/1987


5
9 3731

Etude de faisabilité Annexes générales page 24

Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

NOM Station Région Département Date mes , Type ,BF Longueur


170 NWA NORD OUEST . DONGA MANTUNG , 30/12/1999 5 7 4900
457 KAKAR NORD OUEST • DONGA MANTuNG 3110111992 5 :11 4718
458 'NSOP NORD OUEST ' DONGA MANTUNG 10/1211991 5 10' 26\9
171 FONFUKA NORD OUEST : MENCHUM 29/0111987 5 8 3750
383 BENAKUMA NORD OUEST ' MENCHUM 29/10/1991 5 13 3842
384 MODELE NORD OUEST MENCHUM 29/10/1991 5 11 2934
167 • BAMBALANG NORD OUEST ' MEZAM 27/0111987 10 '30 12871
e.

172 i MBU NORD OUEST . MEZAM 30/0111987 5 12 ¡ 3697


174 ' NKWEN NORD OUEST MEZAM 27/0111987 5 i 35 \5629
, 385 ' MBU NORD OUEST MEZAM 29/1011991 '5 8 5237

386 ' MANKON-VILLAGE NORD OUEST MEZAM 23/06/1988 20 35 16368

387 ' PINIYN NORD OUEST MEZAM 11112/1991 5 41 • 14155

388 ' BAWOCK NORD OUEST ' MEZAM 11/1211991 5 17 7782

~ : BALIKUMBAT NORD OUEST ' MEZAM 23/06/1988 20 37 18790


459 : SANTA NORD OUEST MEZAM 11112/1991 10 . 24 8824
470 ' BANGOLAN NORD OUEST MEZAM 26/01/1989 20 '3110129
168 NGYEN MBO NORD OUEST MOMO 27/0111987 5 23 11 928
390 NGWO NORD OUEST , MOMO 30/1 011 991 5 15 7386
391 : ETWII NORD OUEST MOMO 30/1 011991 5 11 8307
379 SABONGARI NORD OUEST NDONGA MANTUNG 14/05/1991 5 13 5501
381 : DUMBO NORDOUEST NDONGA MANTUNG 15/05/1991 5 11 3 175

173 KEDJOM-KETTINGUH NORDOUEST NGOKETUNJA 28/01/1987 5 15 7 135

29 ,BALATCHI TIALONG OUEST BAMBOUTOS 16/12/1983 5 1\ ,4051

40 MBAPOUT BAGAM OUEST BAMBOUTOS 23/10/1983 5 11 5 144

160 ' BAMENKOMBO OUEST BAMBOUTOS 25/0211987 5 15 9874

161 BATCHAM OUEST BAMBOUTOS 24/02/1987 15 56 31 118

162 BABADJOU OUEST BAMBOUTOS 24/0211987 10 23 11 635

; BANGANG-BAMBI OUEST BAMBOUTOS 8/12/1987 10 42 '22207


'410 BABETE OUEST BAMBOUTOS 81\2/1 987 10 ,20 10 867
441 BALATCHI-BAMAKA OUEST , BAMBOUTOS 18/04/1991 5 '11 '4959
42 'BANDJA-MANGA OUEST HAUTNKAM 16/12/1983 10 15 10 358
43 BAPOUNGUE OUEST HAUTNKAM 21/01/1984 5 25 7554
147 FONDJOMEKWET OUEST HAUTNKAM 27/1111986 5 26 17574
148 BAYON OUEST HAUTNKAM 26/1111986 5 11 1 981
149 BATCHA , OUEST HAUTNKAM 27/11/1986 5 11 6480
150 FONKOUAKEN OUEST HAUTNKAM 26/11/1986 10 18 8767
411 "BANWA-CENTRE OUEST HAUTNKAM 10/12/1 987 5 '2 '4323
412 BAKONDJI OUEST HAUTNKAM 10/12/1987 5 13 6868
413 ¡ BABOUANTOU OUEST ; HAUTNKAM 19/04/1991 '5 f 16 7359
.e

30 'FOTO BATSIMBING OUEST MENOUA 22/10/1983 5 18 '3 555


3ª BALESSING OUEST , MENOUA 21/10/1983 5 13 6 156

Etude de faisabilité Annexes générales page 25


Etude de de 350 stations Scanwater au Carneroun et de faisabilité de leur réhabilitation

N° NOM Station Région Département Date mes Type BF Long


39 BATSINGLA BAFOU OUEST MENOUA 22/10/1983 5 16 9080
92 PENKA MICHEL OUEST MENOUA 15/12/1983 10 22 4742
163 BAFOU CHEFFERIE OUEST MENOUA 1107/1 985 15 40 . 27073
164 BAMENDOU OUEST MENOUA 25/02/1987 15 47 33997
165 'FOREKE-DSCHANG OUEST MENOUA 27/02/1987 15 24 14713
414 ' DJUTITSA OUEST MENOUA 15/12/1987 10 30 14485
415 FOTO OUEST MENOUA 15/1211988 10 . 23 II 000
416 : FOMOPEA OUEST , MENOUA 15/12/1987 5 12 3960
444 • BALEVENG OUEST : MENOUA 15/12/1987 5 23 10295
16 BATOUFAM OUEST MlFI 23/0311982 5 14 6460
-

17 BAYANGAM OUEST , MIFI 23/0311982 ,5 I 15 3 390


33 BATIE OUEST • MIFI 1611 2/1984 5 6 : 2191
35 ,BANDENKOP .OUEST MIFI 16/0111983 5 14 ; 6125
151 BAPA OUEST ¡ MIFI . 2411 1/1986 5 18 1330'
152 'BANDJOUN Chefferie OUEST , MIFI 19/08/1986 lO 22 • 8906
153 BANDREF AM OUEST MIFI 19/08/1986 5 13 7500
417 BANDJOUN-YOM ·OUEST : MIFI 7/12/1987 '5 13 '5912
418 ' BAHAM OUEST : MIFI 16/12/1988 5 27 10972
419 . MANGOUM OUEST MIFI 6/05/1991 5 21 .7206
442 . BATCHUNKANG OUEST MIFI 10/12/1987 5 10 4725
453 BANDENKOP (extension 35) OUEST , MIFI 12/0711990 O 15 8958
464 LA'LANGOU-HIALA OUEST MIFI 13/02/1992 ' 5 12 6442
471 CHENYE-GWENGWA OUEST MIFI 16/12/l988 10 33 11 531
18 ,BANDOUNGA OUEST NDE 23/03/1982 5 6 1 133
31 BATOUKOPTOPSI OUEST · NDE 25/10/1983 5 9 '3973
34 BALENGOU OUEST , NDE 20/0111984 5 31 17813
37 . BAMENA OUEST 'NDE 25/10/1983 5 lO 4330
154 BANGOULAP OUEST , NDE 20/08/1986 . 5 36 2326.
155 EBANDIENGSEU , OUEST • NDE '27/11/l986 5 21 15426
156 BANGWA OUEST • NDE 27/1111986 15 '42 ,31295
157 SANKI OUEST · NDE 20/08/1986 5 8 4574
158 IFAMBEU OUEST NDE 18/08/1986 5 lO 6088
420 NDIONZOU OUEST NDE 11/1211987 5 9 2595
421 BATCHINGOU , OUEST NDE 6/03/1991 5 8 4026
422 • KATIO OUEST • NDE 15/03/1991 5 7 2653
443 " BAMENA OUEST NDE 15/11/1987 15 41 31 767
451 ,BAHOUOK OUEST , NDE 11/10/1989 5 25 lO 290
-
454 BASSAMBA OUEST , NDE 12/06/1 990 5 6 4579
32 KOUPA MATAPIT OUEST NOUN . 23/05/1984 5 9 3964
36 KOUSSAM OUEST NOUN 25/05/1984 5 ,11 • 6291
41 BANGOURAIN OUEST · NOUN . 23/05/1984 5 11 5424

Etude de faisabilité Annexes générales page 26


Etude de o-n""tf" de 350 stations Sean water au Cameroun et de faisabilité de leur réhabiJitation

NOM Station Région Département Date mes Type BF Longueur


'1j . MAGBA OUEST NOUN 23/05/1984 10 8 3462
159 ' NKOUNDJA OUEST NOUN 23/0211987 5 44 . 35465
423 KOUPTAMO-MBAMKOUOP OUEST NOUN 3106/1991 . 5 18 6115
424 . KOUCHANKAP OUEST NOUN 4/0611991 5 24 ) 1315
449 MACHATOUM OUEST NOUN 27/0611988 5 20 7646
477 BANGOURA[N II OUEST NOUN 26/0111989 5 14 5277
8 . EBAMINA SUD · DJA ETLOBO · 25/03/1981 . 5 7 • 2908

52 N'DELE SUD DJA ETLOBO 26/03/\983 . 5 7 1706

94 . BENGBlS SUD DJA ET LOBO · 3\/10/1984 10 11 3 117


127 : MIEZESSE SUD DJA ET LOBO 1111211985 5 12 7143

128 FIBOT-FONG SUD DJA ET LOBO 10/05/1985 5 9 5022

129 . NDONÍWL-TEKMO SUD DJA ET LOBO 10/\211985 • 5 12 . 7140

130 OVENG-YEMVACK SUD DJA ET LOBO \ 0/12/1985 5 10 4543

• MESSOK-YETCHANG SUD · DJA ETLOBO 11/12/\985 . 5 9 . 3717

201 DJOUM (Camp militaíre) SUD ; DJA ETLOBO 23/0 \/1988 5 10 2640

210 NKILZOK-CENTRE SUD DJA ETLOBO 19/04/l 988 5 16 12 676

. 211 OTETEK SUD · DJA ET LOBO · 29/04/1988 5 16 :6744


425 . AKOK-MINKO-NKOLENYENG SUD · DJA ETLOBO 710311991 5 '26 18563
426 . MVENG SUD DJA ET LOBO 6/09/1990 5 14 6009

427 , MEYOMESSI SUD DJA ETLOBO 16/10/1990 5 19 . 9426

429 : NKONMEKAK SUD · DJA ETLOBO 31/08/l 990 5 \4 . 6620

430 KOUMADJAP-FONG SUD DJA ETLOBO 28/1 111990 5 \4 8323

431 EMINEMVOM SUD · DJA ETLOBO 26/\0/1990 5 \4 8302

445 NGON SUD DJA ETLOBO 131121[988 5 13 4355

446 MEYOMADJOM SUD DJA ETLOBO 3/111\988 5 9 7590

463 EVINDISS1-0PHA-KOMBE SUD DJA ETLOBO 26/\11199\ 5 \9 5852

465 NKONDEBILONG . SUD DJA ET LOBO 27/\2/199\ 5 14 4722

MENGON SUD DJA ET LOBO 4110/1989 5 7 1663


479 MVIA SUD DJA ET LOBO · 6/04/1990 5 9 3818
480 KOUM YETOTAN SUD DJA ET LOBO 23/08/\989 5 18 9 \\4
481 NLOBESSEE SUD . DJA ET LOBO 23/02/1989 5 5 694
49 BIBAI SUD MVILA 4106/\983 5 25 7826
50 MENGONG SUD MVILA 3/06/\983 5 6 4 \27
59 MEKOMO SUD MVILA 18/04/1983 5 7 2 \76
60 NNELEFOUP SUD MVILA 310611983 5 \2 5 \45
204 NGOAZ\P SUD MVILA 23/01/\987 10 43 \6059
132 BIBOULEMAN SUD • NTEM 1011 2/1985 5 9 5082
134 NKOLEBAN SUD NTEM 7/04/1 987 5 10 648\
433 NSELANG-ADJAP-YEVO SUD NTEM 3/1111988 5 \8 \2285
-
434 • NKOLANDOM SUD NTEM 28/09/1988 5 6 2273
435 NKOLETOTO SUD NTEM 20/1111990 5 \8 8564

Etude de faisabilité Annexes générales page 27


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

N° NOM Station Région Département Date mes Type ' BF Long'


- ,

436 MEYO-CENTRE SUD NTEM 29/11/1990 5 13 7603


437 LOUMMELAN SUD ' NTEM 30/1111990 5 16 8589
12 BIDJOUKA SUD OCEAN 20/08/1981 ' 5 16 6513
56 BIKOKA SUD OCEAN 12/08/1984 5 ' 29 20051
135 MOUGUE SUD OCEAN 6/04/1987 5 10 4851
136 DlKOBE SUD OCEAN 8/05/1986 5 9 4094
203 AKOM-BIKOE SUD OCEAN ' 23/01/1988 5 21 11271
439 ! ELOG-BA TINDI , SUD • OCEAN 11/0111991 5 18 \O 676
440 GRANDZAMBI SUD .OCEAN 28/0911988 5 II 7 \04
178 " BOVA SUDOUEST ' FAKO 11/05/1985 5 29 10655
176 ' MBAPKO 1 & 11 SUDOUEST KUPE-MANENGUMBA 13/0611987 5 15 i 4100
177 . BACHUO-AKAGBE SUDOUEST ' MANYU 13/0511987 5 14 2576
205 ' BAKEBE SUDOUEST MANYU 12/0511987 5 5 • 2500
341 " ASHUNI-MFAITOCK SUDOUEST • MANYU 6/09/1991 ' 5 15 1432"
343 FONJUMATAW ' SUDOUEST MANYU 14/06/1991 5 16 ' 7064
344 FOTABONG SUDOUEST ' MANYU 13/0611991 5 12 ' 3177
345 MOCHBIN SUDOUEST MANYU 13/06/1991 5 12 • 4947
175 DlKOME BALUE SUDOUEST ' MEME 13/06/1987 5 8 ' 3000
339 ' IKILIWINDI SUDOUEST MEME 6/0911991 5 15 5756
, '

348 BANGA-BAKUNDU-BOMBE SUDOUEST , MEME 22/03/1991 \O 23 \O 117


350 MAMBANDA SUDOUEST MEME 22/03/1988 \O 15 8491
208 BEKORA SUDOUEST NDIAN 27/04/1988 5 13 2528
354 ' MBONGO SUDOUEST NDIAN 23/0111991 5 3 997

Etude de Caisabilité Annexes générales page 28


Etude de ''>in''",'''',,,, de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabílité de leur réhabilitation

Annexe 9 Devis détaillé des interventions


Tableau 1 Caractéristiques principales des réseaux
TaiUe Petit Moyen Grand

Consommateurs 3 150 6700 13000

Bornes fontaines 15 29 50

Branchements particuliers 35 105 260

Longueur (Km) 6,5 12,5 22,5

Tableau 2 Types de réseaux étudiés


TYPE Pompage Gravitaire
Réseau
Points d'eau
Petit -
-
- -
-
- -
Manuel

-
-
SONEL Solaire GE

---
Moyen
Grand

APD
---
Tableau 3 Couts des études d'avant-projets détailIés
Pompage
- Gravitaire
Réseau Manuel SONEL Solaire GE
Points d'eau 2500E
Petit 8550E 8550E 8550 E 4550E
Moyen 12750 E 12750 E 12750 E 8750E
Grand 19750 E 19750 E 15750 E

Tableau 4 Couts de supervision des travaux


Supervision Pompage Gravitaire
Réseau Manuel SONEL Solaire GE
Points d'eau 2500€
Petit 10 000 E 10000 E 10000 E 10000 E
Moyen 15000E 15000 E 15000E 15000 E
Grand 20000E 20000 E 20000 E

Tableau 5 Couts de supervision des travaux de forage, de captages de sources ou de rivieres


Supervision Ressources Pompage Gravitaire
Réseau Manuel SONEL Solaire GE
Points d'eau pm
Petit 5000E 5000E 5000E 2000E
Moyen 7500 E 7500E 7500E 3000E
GraDd 10000 E 10000 E 4000E

Etude de faisabilité Annexes générales page 29


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de le~r réhabilitat~()~_

Tableau 6 Coúts du suivi et encadrement pendant un an

Suivi un an Pompage Gravitaire


Réseau Manuel SONEL Solaire GE
Points d'eau 5100€
Petit 10200 € 10 200 € 10200 € 10 200 €
Moyeo 10200 € 10 200 € 10200 € 10200 €
Grand 10 200 € 10 200€ 10 200 €

Chaque type de réseau a fait l'objet d'un devis estimatif, calculés sur la base des prix actuels (avril
2010) pour des marchandises achetées en Europe et importées par voie de surface), hors taxes, droits
d'importation, TVA, etc. incluant les marges de I'entrepreneur et sur la base de la réalisation d'une
centaine de réseaux. Les prix unitaires utilisés ont été vérifiés en comparant avec des offres récentes
d'entreprises internationales pour des travaux similaires.
Les taxes et cotisations sociales dues pour les travailleurs recrutés localement sont incluses dans ces
couts. Le prix du carburant utilisé est le prix de vente au public a la station service, incluant done
taxes, accises et droits diverso
Un des principaux matériaux mis en reuvre est le polyéthylene pour les canalisations. Cette matiere
est un dérivé du pétrole et son prix fluctue done en fonction des prix du pétrole et du taux de change
entre l'Euro et le Dollar USo Ces variations peuvent etre tres importantes et tres rapides.
Les devis détaillés pour chaque type de réseau sont donnés ci-apres.
Les hypotheses techniques suivantes ont été faites:
• Les forages, captages de sources ou prises en riviere sont neufs ou fortement réhabilités,
• Les canalisations (25% en DE 63, 25% en DE 50 et 50 % en DE 32) et accessoires, bornes
fontaines et raccordements particuliers sont neufs,
• Des réservoirs de 5 et 10m 3 ont été ajoutés pour assurer une meiJIeure distribution et réduire
les diametres des conduites principales,
• Tous les équipements mécaniques et électromécaniques sont neufs,
• Seule la station et son réservoir sont réhabilités, ils sont utilisés pour la pose des panneaux
solaires le cas échéant,
• L'option solaire est limitée aux petits et moyens réseaux.
• Toutes les stations par pompage sont pourvues d'un systeme de stérilisation par rayons UV,
d'un régulateur de tension, d'un systeme d'alarme et d'un éclairage extérieur a faíble
consommatíon.
• Les systemes d'alarme et d'éclairage extérieur a faible consommation et les systemes de
stérilisation par UV éventuels sont prévus pour les réseaux gravítaires avec une alimentatíon
autonome par panneau photovoltai'que.
• Des besoins journaliers de 15 litres par habitant et la couverture des besoins des infrastructures
sociale: centre de santé, écoles, internats, etc. Pas d'eau pour l'agricuIture ou I'élevage en
dehors des animaux de case (chevres, moutons, volailles).
• Une borne fontaine par 250 habitants, 10, 15 et 20 % suivant la taille du réseau (petit, moyen,
grand) des besoins couverts par des branchements privés

Etude de faisabilité Anoexes générales page30


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Tableau 7 Forages avec pompes manuelles

N° Catégorie Désignation Unité Prix Unitaire Quantité Montants


101 Ressources Forage a 70 m diam 160 mm Unité 10000,00 € 1,0 10000,00 €
102 Ressources V érification forage Unité 2500,00 € 1,0 2500,00 €
103 Ressources Réhabilitation forage Unité 5000,00 € 1,0 5000,00 €
107 Ressources Pompe manuelle et abords Unité 1000.00 € 2,0 2000,00 €
Total Ressources 19500,00 e
174 Station Démontage et transport Forfait 5000,00 € 1,0 5000,00 €
Total Station 5 000,00 e
Total 24500,00 €

Tableau 8 Petit réseau gravitaire

N° Catégorie Désignation Unité Prix Unitaire , Quantité Montants


104 Ressources Captage de source Unité 2500,00€ 1,0 2500,00 €
105 Ressources Protection site Unité 1000,00€ 1,0 1000,00 €
Total Ressources 3500,OOf
151 Canalisations Refoulement mI 7,50€ 1000,0 7500,00€
152 Canalisations Réseau de distribution + accessoires mi 6,50€ 5500,0 35750,00 €
.. ~-

Total Canalisations 43150,OOf


161 Ouvrages . Regards Unité 750,00 € 5,0 3750,00 €
162 Ouvrages Borne fontaine publique Unité 800,00€ 13,0 10 400,00€
163 Ouvrages Borne fontaine privée Unité 700,00 € 4,0 2800,00 €
164 Ouvrages Branchement particulier Unité 400,00€ 35,0 14000,00 €
165 Ouvrages Réservoir 5 m' Unité 3750,00 € 3,0 ¡ 1250,00 €
TotalOuvrages 41100,OOf
171 Station Débroussaillage et abattage des arbres Forfait 500,00€ 1,0 500,00€
172 Station Cloture du site avec portail Forfait 2000,00€ 1,0 2000,00 €
173 Station Réhabilitation réservoir % 300,00€ 25,0 7500,00 €
175 Station Réhabilitation station (extérieur) % 200,00 € 10,0 2000,00 €
176 Station Réhabilitation station (plomberie) % 100,00€ 25,0 2500,00 €
Total Station 14 500,OOf

Total 103450,00 €

Etude de faisabilité Annexes générales page 31


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de lem réhabilitation

Tableau 9 Réseau moyen gravitaire

N° Catégories Désignation Unité Prix Unitaire Qua n tité Montants


104 Ressources Captage de source Unité 2500,00€ 2,0 5000,00 €
105 Ressources . Protection site Unité 1000,00 € 2,0 2000,00 €
Total Ressources 7000,00€
151 Canalisations Refoulement mI 7,50€ 1000,0 7500.00 €
153 Canalisations Réseau de distribution + accessoires mI 9,00€ 11000,0 99000,00 €
Total Canalisations 106500,00 €
161 Ouvrages Regards Unité 750,00€ 11,0 8250,00 €
162 Ouvrages Borne fontaine publique Unité 800,00€ 24,0 19200,00€
163 Ouvrages Borne fontaine privée Unité 700,00 € 5,0 3500,00 €
164 Ouvrages Branchement particulier Unité 400,00 € 105,0 42000,00€
165 Ouvrages Réservoir 5 m' Unité 3750,00 € 2,0 7500,00 €
TotalOuvrages 80450,OO€
171 Station Débroussaillage et abattage des arbres Forfait 500,00€ 1,0 500,00 €
172 Station Clóture du site avec portail Forfait 2000,00 € 1,0 2000,00€
173 Station Réhabilitation réservoir % 300,00 € 25,0 7500,00 €
175 Station Réhabilitation station (extérieur) % 200,00 € 10,0 2000,00 €
176 Station Réhabilitation station (plomberie) % 100,00€ 25,0 2500,00 €
Total Station U 500,OO€
Total 208450,00 €

Etude de faisabilité Annexes générales page32


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Tableau 10 Grand réseau gravitaire

N° Catégories Désígnation Unité Prix Unitaire Quantité Montants


104 Ressources Captage de source Unité 2500,00 € 2,0 5000,00 €
105 Ressources Protection site Unité 1000,00 € 2,0 2000,00€
Total Ressources 7000,00 é
151 Canalisations Refoulement mI 7,50€ 2000,0 15000,00€
154 . Canalisations Réseau de distribution + accessoires mI 10,00€ 20500,0 205000,00 €
Total Canalisations 210 000,00 é
161 Ouvrages Regards Unité 750,00€ 20,0 15000,00 €
162 Ouvrages Borne fontaine publique Unité 800,00€ 43,0 34400,00€
163 Ouvrages Borne fontaine privée Unité 700,00€ 7,0 4900,00 €
164 Ouvrages Branchement particulier Unité 400,00 € 260,0 104000,00€
165 Ouvrages Réservoir 5 ml Unité 3750,00€ 5,0 18750,00 €
166 Ouvrages Réservoir 10 ml Unité 4500,00€ 5,0 22500,00€
TotalOuvrages /99550,00 é
171 Station Débroussaillage et abattage des arbres Forfait 500,00€ 1,0 500,00 €
.-­ ~ ~ -
172 Station Clorure du site avec portail Forfait 2000,00€ 1,0 2000,00€
~

173 Station Réhabilitation réservoir % 300,00€ 50,0 15000,00 €


175 Station Réhabilitation station (extérieur) % 200,00€ 20,0 4000,00 €
176 Station Réhabilitation station (plomberie) % 100,00 € 50,0 5000,00 €
Total Station 16500,00é
Total 453050,00 €

Etude de faisabilité Annexes générales page33


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Tableau 11 Petit réseau par pompage SONEL

N° Catégories Désignation Vnité Prix Vnitaire Quantité Montants

101 Ressources Forage a 70 m díam 160 mm Unité 10 000,00 E 1,0 10000,00 E

102 Ressources Vérification forage Unité 2500,00E 1,0 2500,00 E

\03 Ressources Réhabilitation forage Unité 5000,00 E 1,0 5000,00 €

105 Ressources Protection site Unité 1000,00 E 2,0 2000,00 €

Total Ressources 19500,OO!

111 Electromécanique Pompe immergée monophasée KW 2 000,00 E 2,0 4 000,00 E

118 . Electromécanique Cable électrique 3 fils mi 5,00 E 100,0 500,00 E

Total Electromécanique 4500,OOf

131 SONEL Raccordement SONEL Unité 1 000,00 E 1,0 I 000,00 E

TotalSONEL IOOO,OOf
,
142 Electricité station Armoire électrique simplifiée Unité 2000,00 E 1,0 2000,00€
143 Electricité station Protection foudre Unité 750,00 € 1,0 750,00 €

144 Electricité station Régulateur monophasé KW 100,00€ 2,0 200,00 €

145 Electricité station Stérilisation UV mlfh 350,00€ 6,0 2 100,00 €

Total Electricité station 5050,OOf

151 Canalisations Refoulement mi 7,50 € 1000,0 7500,00€

152 Canalisations Réseau de Distribution accessoires mi 7,50€ 5500,0 41250,00€


-

Total Canalisations 48750,OOf

161 Ouvrages Regards Unité 750,00€ 5,0 3750,00 €

162 Ouvrages Borne fontaine publique Unité 800,00€ 13,0 \O 400,00 €

163 Ouvrages Borne fontaine privée Unité 700,00€ 4,0 2800,00€

164 Ouvrages Branchement particulier Unité 400,00€ 35,0 14000,00 €

165 Ouvrages Réservoir 5 m 3 Unité 3750,00 € 3,0 11250,00 E

TotalOuvrages 42 200,OO€

171 Station Débroussaillage et abattage des arbres Forfait 500,00€ 1,0 500,00 E

172 Station Cloture du site avec portail Forfait 2000,00€ 1,0 2000,00 €

173 Station Réhabilitation réservoir % 300,00€ 25,0 7500,00E

175 Station Réhabilitation station (extérieur) % 200,00 E 10,0 2000,00€

176 Station Réhabilitation station (plomberie) % 100,00 € 25,0 2500,00€

Total Station 14 500,OOf

Total 135500,00 €

Etude de faisabilité Annexes générales page34


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Tableau 12 Réseau moyen par pompage SONEL


N° Catégories Désignation Unité Prix Unitaire Quantité Montants
\0\ Ressources Forage a 70 m diam 160 mm Unité 10 000,00 € 1,0 10000,00 €
102 Ressources Vérification forage Unité 2500,00 € 1,0 2500,00€
103 Ressources Réhabilitation forage Unité 5000,00 € 1,0 5000,00 €
105 Ressources Protection site Unité 1000,00 € 2,0 2000,00 €
Total Ressources 19500,00 f
\11 Electromécanique Pompe immergée monophasée KW 2000,00€ 3,0 6000,00 €
118 Electromécanique • Cable électrique 3 fils mI 5,00 € 1000,0 5000,00 €
Total Electromécanique 11000,00f
131 SONEL Raccordement SONEL Unité 1000,00 € 1,0 1000,00€
TotalSONEL 1000,00 f
142 Electricité station Armoire électríque simplifiée Unité 2000,00 € 1,0 2000,00€
143 Electricité statíon Protection foudre Unité 750,00 € 1,0 750,00 €
144 Electricité statíon Régulateur monophasé KW 100,00 € 3,0 300,00€
145 E1ectricité station Stérilisation UV m'/h 350,00 € , 11,0 3850,00 €
- .
Total Electricité station 6900,00f
151 . Canalisations Refoulement mi 7,50 € 1000,0 7500,00 €
153 . Canalisations Réseau de distribution + accessoires mi 9,00 € 11000,0 99000,00€
Total Canalisatíons 106500,00 f
161 Ouvrages Regards Unité 750,00 € 11,0 8250,00 €
162 Ouvrages Borne fontaine publique Unité 800,00 € 24,0 19200,00 €
163 Ouvrages Borne f(¡ntaine privée Unité 700,00 € 5,0 3500,00 €
164 ; Ouvrages Branchement particulier Unité 400,00 € 105,0 42000,00 €
165 Ouvrages Réservoir 5 m' Unité 3750,00 € 2,0 7500,00 €
TotalOuvrages 80450,00f
171 Station Débroussaillage et abattage des arbres Forfait 500,00 € 1,0 500,00€
172 Station Clóture du site avec portail Forfait 2000,00 € 1,0 2000,00 €
173 Station Réhabilitation réservoir % 300,00 € 25,0 7500,00 €
175 Station Réhabilitation station (extérieur) % 200,00 € 10,0 2000,00 €
176 Station Réhabilitation station (plomberie) % 100,00 € 25,0 2500,00 €
Total Station 14 500,00f
Total 239850,00 €

Etude de faisabilité Annexes générales page 35


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Tableau 13 Grand reseau par pompage SONEL

N° Catégories Désignation Unité Prix Unitaire Quantité Montants


101 Ressources Forage a 70 m diam 160 mm Unité 10000,00 € 3,0 30000,00 €
102 Ressources Vérification forage Unité 2500,00 € 1,0 2500,00 E
103 Ressources Réhabilitation forage Unité 5000,00 € 1,0 5000,00 E
105 Ressources Protection site Unité 1000,00 € 4,0 4000,00 €
Total Ressources 41500,OO€
111 . Electromécanique Pompe immergée monophasée KW 2000,00 € 8,0 16000,00€
118 Electromécanique . Cable électrique 3 fils mi 5,00 € 1500,0 7500,00 E
Total Electromécanique 23500,OO€
131 SONEL Raccordement SONEL Unité 1000,00 E 1,0 1000,00 E
TotalSONEL 1000,00 €

142 Electricité station Annoire électrique simplifiée Unité 2 000,00 E 2,0 4000,00 f
144 Electricité station Régulateur monophasé KW 100,00 E 8,0 800,00 E
145 Electricité station Stérilisation UV m'/h 350,00 E 22,0 7700,00 E
, Total Electricité .~tation 12500,00€
151 Canalisations Refoulement mi 7,50 € 2000,0 15000,00 €
154 Canalisations Réseau de distribution + accessoires mI 10,00 € 20500,0 205000,00 E
Total Canalisations 220 000,00 f
161 Ouvrages Regards Unité 750,00 € 20,0 15000,00 €
162 Ouvrages Borne fontaine publique Unité 800,00€ 43,0 34400,00 E
163 Ouvrages Borne fontaine privée Unité 700,00 € 7,0 4900,00E
164 Ouvrages Branchement particulier Unité 400,00€ 260,0 104000,00 E
165 Ouvrages Réservoir 5 m' Unité 3750,00 E 5,0 18750,00 E
166 Ouvrages Réservoir 10m' Unité 4500,00 € 2,0 9 000,00 E
TotalOuvrages 186050,00 t

171 Station Débroussaillage et abattage des arbres Forfait 500,00 E 1,0 500,00€
172 Station CUlture du site avec portail Forfait 2000,00 E 1,0 2000,00 E
173 Station Réhabilitation réservoir % 300,00 E 50,0 15 000,00 E
175 Station Réhabilitation station (extérieur) % 200,00 E 20,0 4 000,00 E
176 Station Réhabilitation station (plomberie) % ¡OO,OOE 50,0 5 000,00 E
Total Station 26500,00f

Total 511 050,00 €

Etude de faisabilité Annexes générales page36


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Tableau 14 Petit réseau par pompage Solaire


N° Catégories Désignation Unité Prix Unitaire Quantité Montants
101 Ressources Forage a 70 m diam 160 mm Unité 10000,00 E 1,0 la 000,00 E
102 Ressources Vérification forage Unité 2500,00E 1,0 2500,00 E
103 Ressources Réhabilitation forage Unité 5000,00 E 1,0 5000,00 €
105 Ressources Protection site Unité 1000,00 E 2,0 2000,00 E
Total Ressources 19500,OO€
JII Electromécanique Pompe immergée monophasée KW 2000,00 E 4,0 8000,00 E
118 Electromécanique Cáble électrique 3 fíls mI 5,00 E 1000,0 5 000,00 E
Total Electromécanique J3000,OO€

121 Energie solaire Cellules photovoltai"ques Wc 5,00 E 4375,0 21 875,00 E


122 Energie solaire Fixation panneau Unité 50,00 E 30,0 1500,00 E
123 Energie solaire Convertisseur KW 300,00 E 4,0 1200,00 E
Total Energie solaire 24575,OO€

142 Electricité station . Armoire électrique simplifiée , Unité 2000,00 E 1,0 2000,00 E
143 Electricité station Protection foudre Unité 750,00 E 1,0 750,00 E
144 Electricité station Régulateur monophasé KW 100,00 E 4,0 400,00 E
145 Electricité station Stérilisation UV ml/h 350,00 E 11,0 3850,00 E
Total Electricité station 7000,OO€

151 Canalisations Refoulement mi 7,50 E 1000,0 7500,00 E


152 Canalisations Réseau de distribution + accessoires mI 7,50 E 5500,0 41250,00 E
Total Canalisations 48750,OO€

161 ; Ouvrages Regards Unité 750,00 E 5,0 3750,00 E


162 Ouvrages Borne fontaine publique Unité 800,00 E 13,0 10400,00 E
163 Ouvrages Borne fontaine privée Unité 700,00 E 4,0 2800,00 E
164 . Ouvrages . Branchement particulier Unité 400,00€ 35,0 14000,00 E
165 . Ouvrages Réservoir 5 m l Unité 3750,00€ 3,0 11250,00 E
166 Ouvrages °
Réservoir 1 m' Unité 4500,00E 2,0 9000,00 E
TotalOuvrages 51200,OO€

171 Station Débroussaillage et abattage des arbres Forfait 500,00 E \,0 500,00 E
172 Station Clotllre du site avec portail Forfa;t 2000,00€ 1,0 2000,00 E
173 Station Réhabilitation réservoir % 300,00 € 25,0 7500,00 €
175 Station Réhabilitation station (extérieur) % 200,00€ 10,0 2000,00 €
176 Station Réhabilitation station (plomberie) % 100,00 E 25,0 2500,00 €
Total Station 14 500,OO€

Total 178525,00 €

Etude de faisabilité Annexes générales page37


Etude de de 350 stations Seanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabílitation

Tableau 15 Réseau moyen par pompage solaire

N° Catégories Désignation Unité Prix Unitaire Quantité Montant~

101 Ressources Forage a 70 m diam 160 mm Uniré 10 OOO,OO€ 2,0 20000,00€


102 Ressources Vérification forage Unité 2500,00 € 1,0 2500,00 €
103 Ressources Réhabilitation forage Uniré 5000,00€ LO 5000,00€
105 Ressources Protection site Unité 1000,00€ 3.0 3 000,00 E
Total Ressources 30 500,00 f
111 Electromécanique Pompe immergée monophasée KW 2000,00 E 8,0 16 000,00 E
!l8 Electromécanique Ciible électrique 3 fils mI 5,00 € 1500,0 7500,00 €
Total Electromécanique 23500,00f
121 Energie solaire Cellules photovoltalques Wc 5,00 E 9188,0 45940,00 €
122 Energie solaire Fixation panneau Unité 50,00 E 62,0 3 100,00 E
123 Energie solaire Convertisseur KW 300,00 € 8,0 2400,00 €
Total Energie solaire 5/440,00 \
142 Eleetricité station ArnlOire électrique simplifiée Unité 2000,00 € 3,0 6000,00 €
144 Eleetricité station Régulateur monophasé KW 100,00 E 8,0 800,00 €
145 Electricité station Stérilisation UV mJ/h 350,00 € 22,0 7700,00€
Total Electricité station /4 500,00 f

151 Canalisations Refoulement mI 7,50 E 1500,0 11250,00 €


153 Canal isations Réseau de distribution + accessoires mI 9,00 E 11000,0 99000,00 €
Total Canalisations l/O 250,00 f
161 Ouvrages Regards Unité 750,00 € 11,0 8250,00 €
162 Ouvrages Borne fontaine publique Unité 800,00€ 24,0 19200,00 €
163 Ouvrages Borne fontaine privée Unité 700,00 E 5,0 3500,00 €
164 Ouvrages Branchement particulier Unité 400,00€ 105,0 42 000,00 E
165 Ouvrages Réservoir 5 m' Unité 3750,00 € 7,0 26250,00 (
166 Ouvrages Réservoir 10 m' Unité 4500,00€ 4,0 18000,00 €
TotalOuvrages //7200,00 f
171 Station Débroussaillage et abattage des arbres Forfait 500,00€ 1,0 500,00 €
172 Station Cloture du site avec portail Forfait 2000,00 € 1,0 2000,00 €
173 Station Réhabilitation réservoir % 300,00 € 25,0 7500,00 €
175 Station Réhabilitation station (extérieur) % 200,00€ 10,0 2000,00 €
176 Station Réhabilitation station (plomberie) % 100,00 E 25,0 2500,00E
Total Station 14 500,OO!
Total 361890,OO€

Etude de faisabilité Annexes générales page 38


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Tableau 16 Petít réseau par pompage avec groupe électrogene

N° Catégories Désignation Unité Prix Unitaire Quantité Montants


101 Ressources Forage a 70 m diam 160 mm Unité 10000,00€ 1,0 10000,00 €
102 Ressources Vérification forage Unité 2500,00€ 1,0 2500,00€
103 Ressources Réhabilitation forage Unité 5000,00 € 1,0 5000,00 €
105 Ressources Protection site Unité 1000,00 € 2,0 2000,00€
Total Ressources 19500,OOf
I1I Electromécanique Pompe immergée monophasée KW 2000,00€ 3,0 6000,00 €
113 Electromécanique Groupe électrogene Monophasé 5 KV A Unité 5200,00€ 1,0 5200,00 €
118 Electromécanique Cable électrique 3 fils mI 5,00€ 100,0 500,00 €
Total Electromécanique 11700,OOf
142 Electricité station Armoire électrique simplifiée Unité 2000,00€ 2,0 4000,00 €
143 E lectricité station Protection foudre Unité 750,00 € 1,0 750,00€
144 Electricité station Régulateur monophasé KW 100,00 € 3,0 300,00€
145 Electricité station Stérilisation UV m'/h 350,00€ 8,0 2800,00 €

Total Electricité station 7850,OOf


151 Canalisations Refoulement mI 7,50€ 1000,0 7500,00 €
152 Canalisations Réseau de distribution + accessoires mi 7,50€ 5500,0 41 250,00 €

Total Canalisations 48750,OOf


161 Ouvrages Regards Unité 750,00 € 5,0 3750,00€
162 Ouvrages Borne fontaine publique Unité 800,00 € 13,0 10400,00€
163 Ouvrages Borne fontaine privée Unité 700,00€ 4,0 2800,00 €
164 Ouvrages Branchement particulier Unité 400,00 € 35,0 14000,00 €
165 . Ouvrages Réservoir 5 m' Unité 3750,00€ 1,0 3750,00 €

166 Ouvrages Réservoir 10 m' Unité 4500,00€ 1,0 4500,00 €

Total Ouvrages 39200,OOf


171 Station Débroussaillage et abattage des arbres Forfait 500,00 € 1,0 500,00€
172 Station CUlture du site avec portail Forfait 2000,00€ 1,0 2000,00€
173 Station Réhabilitation réservoir % 300,00€ 25,0 7500,00 €
175 Station Réhabilitation station (extérieur) % 200,00 € 10,0 2000,00€
176 Station Réhabilitation station (plomberie) % 100,00€ 25,0 2500,00 €

Total Station 14 500,OOf


Total 141500,00 €

Etude de faísabilité Annexes générales page39


Etude de de 350 stations Seanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Tableau 17 Réseau moyen par pompage avec groupe électrogene

N° Catégories Désignation Unité Prix Unitaire Quantité Montants


101 Ressources Forage a 70 m diam 160 mm Unité 10 000,00 E 1,0 10 000,00 E

102 . Ressources Vérification forage Unité 2500,00E 1,0 2500,00 E


103 Ressources Réhabilitation forage Uniré 5 000,00 E 1,0 5000,00 €

105 Ressources Protection site Unité 1000,00 E 2,0 2000,00 €

Total Ressources 19500,00é


111 . Electromécanique Pompe immergée monophasée KW 2 000,00 E 6,0 12000,00 E

114 Electromécanique Groupe électrogene Monophasé 7,5 K VA Unité 6500,00 E 1,0 6500,00 €

118 Electromécanique Oíble électrique 3 fils mi 5,00 E 1000,0 5 000,00 E

Total Electromécanique 21500,00é


142 Electricité station Annoire électrique simplifiée Unité 2 000,00 E 1,0 2000,00 E

143 Electricité station • Protectíon foudre Unité 750,00 E 1,0 750,00 r

144 Electricité station Régulateur monophasé KW 100,00 E 6,0 600,0(,

145 Electricité station Stérilisation UV m 3 1h 350,00 E 16,0 5600,00 €

Total Electricité station 8950,00 é


151 Canalisations Refoulement mi 7,50E 1000,0 7500,00E

153 Canalisations Réseau de distribution + accessoires mi 9,00 E 11000,0 99 000,00 E

Total Canalisations 106500,00 é


161 Ouvrages Regards Unité 750,00 E 11,0 8250,00 E

162 Ouvrages Borne fontaine publique Unité 800,00 E 24,0 19200,00E

163 Ouvrages Borne fontaine privée Unité 700,00 E 5,0 3500,00E

164 Ouvrages Branchement particulier Unité 400,00 E 105,0 42 000,00 E

165 Ouvrages Réservoir 5 m1 Unité 3750,ooE 2,0 7500,00 E

166 Ouvrages Réservoir 10 m J Unité 4500,00E 2,0 9OO0,00f:

TotalOuvrages 89450,06·
171 Station Débroussaillage et abattage des arbres Forfait 500,00 E 1,0 500,00 E

172 Station Cloture du site avec portail Forfait 2 000,00 E \,0 2oo0,00€

173 Station Réhabilitation réservoir % 300,00 E 25,0 7500,00 €

175 Station Réhabilitation station (extérieur) % 200,00€ 10,0 2000,00 E

176 Station Réhabilitation station (plomberie) % 100,00 E 25,0 2500,00 E

Total Station 14 500,00 é


Total 262400,OO€

Etude de faisabilité Annexes générales page 40


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabílitation

Tableau 18 Grand réseau par pompage avec groupe électrogime

N° Catégories Désignation Unité Prix Unitaire Quantité Montants


101 Ressources Forage el 70 m diam 160 mm Unité 10000,00 € 3,0 30 000,00 E
102 Ressources Vérification forage Unité 2500,00 € 1,0 :2 500,00€
103 Ressources Réhabilitation forage Unité 5000,00 E 1,0 5000,00 €
105 Ressources Protection site Unité 1000,00€ 4,0 4 000,00 E
Total Ressources 4/500,00€
111 Electromécanique Pompe immergée monophasée KW 2000,00€ 8,0 16000,00 E
115 Electromécanique Groupe électrogene Monophasé 10 K VA Unité 8000,00€ 1,0 8000,00 €
118 Electromécanique Ciible électrique 3 fils mi 5,00€ 1500,0 7500,00€
Total Electromécanique 31500,00€
142 Electricité statíon Armoire électrique simplifiée Unité 2000,00€ 2,0 4000,00 €
144 Electricité station Régulateur monophasé KW 100,00 € 8,0 800,00 €
145 Electricíté station Stérilisation UV m'/h 350,00 € 22,0 7700,00 €
Total Electricité station 11500,OO€
151 Canalisations Refoulement mI 7,50€ 2000,0 15000,00€
154 Canal isations Réseau de distribution + accessoires mi IO,OO€ 20500,0 205000,00 €
Total Canalisations 220000,00 €
161 Ouvrages Regards Unité 750,00 € 20,0 15000,00 €
162 Ouvrages Borne fontaine publique Unité 800,00 € 43,0 34400,00€
163 Ouvrages Borne fontaine privée Unité 700,00 € 7,0 4900,00€
164 ' Ouvrages Branchement particulier Unité 400,00€ 260,0 104000,00€
165 Ouvrages Réservoir 5 m' Unité 3750,00 € 10,0 37500,00 €

166 Ouvrages Réservoir 10m' Unité 4500,00€ 4,0 18000,00€
TotalOuvrages 213 800,00€
171 Station Débroussaillage et abattage des arbres Forfait 500,00 € 1,0 500,00 €
172 Station Cloture du site avec portail Forfait 2000,00€ 1,0 2000,00€
173 Station Réhabilitation réservoir % 300,00 € 50,0 15000,00 €
175 Station Réhabilitatíon statíon (extérieur) % 200,00€ 20,0 4000,00€
176 Statíon Réhabilitatíon statíon (plomberíe) % 100,00€ 50,0 5000,00 €
Total Station 16500,00 €
Total 545800,00 €

Etude de Caisabilité Annexes générales page 41


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabiJitation

Annexe 10 Liste des stations visitées


N° Station Nom Région Département Commune Visite
301 MAMBAL-DANFILI ADAMAOUA DJEREM NGAOUNDAL 11/03/2010
304 MAYO BALEO ADAMAOUA FARO ET DEO MAYO BALEO 8/03/2010
308 SONGKOLONG ADAMAOUA MAYOBANYO BANKAM 13/03/2010
311 KOMBO-LAKA ADAMAOUA MBERE MENGANGA 1/03/2010
315 GANGASSAO ADAMAOUA V[NA GANGASSAO 3/03/2010
316 . TELLO ADAMAOUA VINA BELEL 4/03/2010
72 BITANG CENTRE MBAM KIK[ 2/03/2010
93 ESSE CENTRE MEFOU ESSE 15/02/2010
102 KPWO-GOUIFF ET BOKAGA CENTRE MBAM ET lNOUBOU KIKI 1/03/2010
197 NYENGUE-ANGONFEME . CENTRE NYONG ET SO'O MAKAK [ 8/02/2010
202 NTUI CENTRE MBAM ETKIM NTUI 22/02/2011
206 . ENDOM CENTRE NYONG ET MFOUMOU ENDOM 24/02/2010
357 NKOMETOU I-H-III CENTRE LEKIE OBALA 17/02/2010
363 NKOLB[YEN-NGOUMOU CENTRE MEFOU MBANKOMBO 19/02/20[0

185 NDEMBA I EST LOM ET DJEREM BELABO 20/02/2010


186 NDOKAYO EST LOM ET DJEREM BETARE-OYA 22/02/2010
187 ANGOSSAS EST HAUTNYONG ABONG-MBANG [7/02/2010
191 BOUBARA EST KADEY BATOURI 25/02/20[0

325 EBA EST HAUTNYONG NGUELEMEDOUKA 18/02/2010


33[ KAMBELE EST KADEY KAMBELE 24/02/2010

13 YINGUI LlTTORAL NKAM YINGUI 22/02/2010


137 MARIENBERG L1TTORAL SANAGA MARITIME MOUANKO 18/02/2010

139 SONGMBENGUE LlTTORAL SANAGA MARITIME MASSOK 19/02/20\1


. 145 FIKO-MIANG LlTTORAL MOUNGO DIBOMBARI 22/02/2010
394 BOMONO LITTORAL MOUNGO D1BOMBARI 26/02/2010
168 NGYEN MBO NORDOUEST MOMO MBENGUI 3/03/2010
169 MISAJE NORDOUEST' DONGA MANTUNG MISAJE 5/03/2010
174 NKWEN NORDOUEST MEZAM BAMENDA 7/03/2010
381 DUMBO NORDOUEST NDONGA MANTUNG MISAJE 5/03/2010
470 BANGOLAN NORDOUEST MEZAM BABESS1 4/0312010

35 BANDENKOP OUEST MIFI BAYANGAM 5/0312010

91 MAGBA OUEST NOUN MAGBA 10/03/2010

150 FONKOUAKEN OUEST HAUTNKAM BAFANG 4103/2010

162 BABADJOU OUEST BAMBOUTOS BABADJOU 8/03/2010


163 . BAFOU CHEFFERIE OUEST MENOUA NIKONGZEM 8/03/2010

Etude de faisabilité Annexes générales page 42


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitatíon

N° Station Nom Région Département Commune Visite


417 BANDJOUN-YOM OUEST MIFI BANDJOUM 5103/2010
443 BAMENA OUEST NDE BANGANTE 3/03/2010
12 BIDJOUKA SUD OCEAN - BIPINDI 17/02/2010
56 BIKOKA SUD OCEAN LOLODORF 12/03/2010
210 NKILZOK-CENTRE SUD DJA ETLOBO ZOETELE 26/02/2010
435 NKOLETOTO SUD NTEM SANGMELMA 23102/2010
440 GRANDZAMBI SUD OCEAN LOKOUNDJE 17/02/2010
478 MENGON SUD DlA ETLOBO MYOMESSALA 25/02/2010
178 BOVA - SUDOUEST - FAKO -IDENAU-BUEA 24/02/2010
--­

341 ASHUNI-MFAITOCK SUDOUEST MANYU • MAMFE 2/03/2010


348 BANGA-BAKUNDU SUDOUEST MEME KUMBA3 25102/2010
354 MBONGO SUDOUEST NDIAN i BAMUSSO 1103/2010

Etude de faisabilité Annexes générales page 43


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Annexe 11 Liste de documents a réaliser


Fiche d'identification
• Une fiche par réseau
o Identífication du réseau, communes. etc.
o Identificatíon des besoins en eau potable: dénombrement précis de la population, des
concentrations de population, des communautés, des infrastructures publiques (écoles,
centre de san té, bureaux administratifs, etc.) avec emplacement levé au GPS,
o Recherche des ressources disponibles: sources, rivieres, et localisation au GPS, ou
identification de lieux probable de forage,
o Identification de la Iigne électrique SONEL la plus proche: tension, point GPS,
o Croquis du réseau avec les éIéments principaux: source ou forage, station, bornes
fontaines, infrastructures publiques, points de repere (routes, monuments, batiments,
etc.),
o Autres renseignements utiles.
o Classement dans une des 11 catégories identifiées (gravitaire, pompage (SONEL ou
solaire), petit, moyen ou grand (sauf pour le solaire) pour indiquer un ordre de
grandeur de coút de réhabilitation.
• Une fiche par commune
o Identification du maire,
o Vérification du recrutement ou de I'existence d'un responsable des infrastructures:
contrat, CV, etc. et approbation du choix de la personne par la DHH,
o Infrastructures sociales existant dans la commune et mode de gestion, expériences
particulieres (heureuses ou malheureuses) dans le domaine de la gestiono
o Autres renseignements utiles.
Documents d'appels d'offres
Un dossier d'appel d'offres pour I'[ngénieur Conseil, un dossier d'appel d'offres pour l'Entrepreneur.
Contenu de chaque dossier:
Avis d'appel d'offres nO ...
• Instructions aux soumissionnaires
• Données particuJieres de I'appel d'offres
• Formulaires de lettre de soumíssíon, d'informations relatives a la qualification, de lettre
d'acceptation et de contrat, etc.
• Conditions générales du contrat
• Conditions particulieres du contrat
• Cahier des prescríptions techniques
• Plans type des ouvrages principaux
• Bordereau des prix unitaires et cad re du devis estimatif
• Formulaires de garantie

Etude de faisabilité Annexes générales page44


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Annexe 12 Chronologie des activités de démarrage

Information des communes et des


mmunautés sur l'existence du
et les conditions de

Préparation et transmission de la
demande d'intervention par les
communes et communautés

Rédaction de la fiche d'identification


de I demandée
Traitement des fiches, acceptation et
sélection des sites

Etude de faisabilité Annexes générales page45


Etude de de 350 stations Sean water au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Annexe 13 Chronologie des activités de I'entrepreneur

Etude de faisabilité Annexes générales page46


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Annexe 14 Chronologie des activités de l'lngénieur


Conseil

Etude de faisabilité Annexes générales page47


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Annexe 15 Tableaux financiers


Tableau 19 Estimation des taux de taxatioo des bieos et services au Cameroun

<Ii
e ti:
~

-...
~ <Ii <Ii U ;;¡
= ¡­ e
'"e,¡
'c:; " <Ii
e,¡ =
<Ii
¡­
.= ~ -(
Q I r, .t:I
::t = e ,S" ¡­
'O
eQ,l
.. <Ii
;;¡
Q
'O
.'!l
-
Q..
"
f J)
¡­
~

....'"
'S
'"1
0\ U
-(
U
c; ....
> c;
... E
'O ...
U

'"c;
Q
-(
::t
...;¡
-(
¡­
-
Q '"
Q,l
011",
'" ....~
=
=
Q,l
> 'e ... -(
>
~.s;
,s
¡­ O
O
¡­
¡-
c;

;;¡ Q ¡­
Q
>

Equipements Importés 100,0 20,0 23,1 2,3 0,45 1,0 0,05 147 46,9%
Pieces détachées lmportées 100,0 20,0 23,1 2,3 0,45 1,0 0,05 147 46,9%
Génie civil National 100,0 19,3 1,9 121 21,2%
Carburants (gas-oil) National 354,0 65,0 80,7 500 %
Véhicules lmportés 100,0 30,0 15,6 28,0 2,8 0,45 1,0 0,05 178 77
Prestations Nationales 100 19,3 1,9 l21 21,2%
Prestations Importées 100 100 0,0%

Etude de faisabilité Aooexes générales page 48


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabiIitation

Annexe 16 Estimation de couts de revient d'exploitation


des réseaux
Tableau 20 Durées de vies des composants des résaux
2 aos Sans 15 ans 30 aos
Convertisseur Pompe immergée Forage Protection site
Protection foudre Groupe électrogene Captage de source Raccordement SONEL
Stérilisation UV Régulateur Cellules photovoltaYques
Cáble électrique Fixation panneau
Armoire électrique Refoulement
Réseau de distribution
Génie civil
Clóture du site avec portail
Les coúts d'entretien et de remplacement des composants ayant une durée de vie inférieure él 8 ans sont
inc1us dans [es coúts de fonctionnement
Tableau 21 Main d'reuvre nécessaire au fonctionnement
Personnel Cout mensue) Cout annuel Petit Moyen Grand
Manreuvre 20 000 XAF 240 000 XAF 1 2
Fontainiers et releveurs 20 000 XAF 240 000 XAF 7 13 25
Plombier 40000 XAF 480000 XAF 2 3
Gestionnaire 100 000 XAF 1 200 000 XAF 1 2 3
Total gravitaire Village 1920000 XAF 3360 000 XAF 6480000 XAF
Total gravitaire Entreprise 1680000XAF 3360 000 XAF 5040000XAF
Pompiste 40000 XAF 480000 XAF J 1
Total pompage Entreprise 480000 XAF 480000XAF 480 000 XAF
e veíllance 20000 XAF 240000 XAF 2 3
~ otal pom page Solaire 480 000 XAF 720000XAF

Etude de faisabilité Annexes générales page49


Etude de "nr\ct." de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Tableau 22 Frais de fonctionnement d'un réseau gravitaire

Dépenses Petit Moyen Grand


Village Manreuvres et fontainiers 1920000 XAF 3360000 XAF 6480000 XAF
Entreprise Personnel 1680000 XAF 3360000 XAF 5040000 XAF
Entreprise Transports, bureaux, ... 20000 XAF 35000 XAF 50000 XAF
Entreprise Matériel de bureaux 15000 XAF 20000 XAF 30000 XAF
Entreprise Pieces de rechange Réseau 150000 XAF 250000 XAF 400000 XAF
Entreprise Taxes et divers 20000 XAF 30000 XAF 50000 XAF
Entreprise Marge (30%) 565500 XAF I 108500 XAF I 671 000 XAF
Entreprise Total Entreprise 2450 500XAF 4803500XAF 7241000XAF
Total GRAVIT AIRE 4370500XAF 8163500 XAF 13 721 000 XAF

Tableau 23 Frais de fonctionnement d'un réseau par pompage SONEL

Dépenses Petit Moyen Grand


Village Manreuvres et fontainiers 1920000 XAF 3360000XAF 6480000XAF
Entreprise Personnel 2 160000 XAF 3840000 XAF 5520000 XAF
Entreprise Transports, bureaux, ... 20000 XAF 35000 XAF 50000 XAF
Entreprise Matériel de bureaux 15000XAF 20000 XAF 30000 XAF
Entreprise Pieces de rechange Réseau 150000 XAF 250000 XAF 400000 XAF
Entreprise Taxes et divers 20000 XAF 30000 XAF 50000 XAF
Entreprise Entretien matériel électromécanique 1328400 XAF 2099200 XAF 4 lOO 000 XAF
Entreprise Electricité 1226400 XAF 2452800 XAF 4905600 XAF
Entreprise Marge (30%) 1475940 XAF 2618100XAF 4516680 XAF
Entreprise Total Entreprise 6395740XAF 11345100 XAF 19572 280 XAF
Total pompage SONEL 8315740XAF 14705 100 XAF 26 052 280 XAF

Tableau 24 Frais de fonctionnement d'un réseau par pompage Solaire

Dépenses Petit Moyen


Village Manreuvres et fontainiers 1920000 XAF 3360000XAF
Entreprise Personnel 2640000 XAF 4560000 XAF
Entreprise Transports, bureaux, ... 20000 XAF 35000 XAF
Entreprise Matériel de bureaux 15000 XAF 20000 XAF
Entreprise Pieces de rechange Réseau ISO 000 XAF 250000 XAF
Entreprise Taxes et divers 20000 XAF 30000 XAF
Entreprise Entretien matériel électromécanique 2296000 XAF 4 100 000 XAF
Entreprise Marge (30%) 1542300 XAF 2698500 XAF
Entreprise Total Entreprise 6683300XAF 11 693 500 XAF
Total pompage solaire 8603300XAF 15 053 500 XAF

Etude de faisabilité Annexes générales page 50


Etude de de 350 stations Scanwater au Carneroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Tableau 25 Frais de fonctionnement d'un réseau par pompage avec Générateur

Dépenses Petit Moyen Grand


VilIage MaD(~uvres et fontainiers 1920000 XAF 3360000XAF 6480000XAF
Entreprise Personnel 2 160000 XAF 3840000 XAF 5520000 XAF
Entreprise Transports, bureaux, ... 20000 XAF 35000 XAF 50000 XAF
Entreprise Matériel de bureaux 15000 XAF 20000 XAF 30000XAF
Entreprise Pieces de rechange Réseau 150000 XAF 250000 XAF 400000XAF
Entreprise Taxes et divers 20000 XAF 30000 XAF 50000 XAF
Entreprise Entretien matériel électromécanique 2 181 200 XAF 3796600 XAF 4756000 XAF
Entreprise Carburant 3500000 XAF 5300000 XAF 7000000 XAF
Entreprise Marge (30%) 2413 860 XAF 3981480 XAF 5341 800 XAF
Entreprise Total Entreprise 10 460 060 XAF 17 253 080 XAF 23 147800 XAF
Total pompage Générateur 12 380 060 XAF 20 613 080 XAF 29 627 800 XAF

Tableau 26 Couts de fonctionnement (€) pris en charge par le village

Couts de fonctionnement Village Pompage Gravitaire


Réseau SONEL Solaire GE

Petit 2927 € 2927 € 2927€ 2927€

Moyen 5 122 € 5 122 € 5 122 € 5 122 €

Grand 9878 € 9878€ 9878€

Tableau 27 Coüts de fonctionnement (€) pris en charge par un concessionnaire

Couts de fonctionnement Concessionnaire Pompage Gravitaire

Réseau SONEL Solaire GE

Petit 9750 € 10188 € 15945 € 3736€

Moyen 17294 f 17825 € 26300 € 7322 €

Grand 29836 € 35286 € 11038€

Tableau 28 Couts de fonctionnement totaux (€)

Couts de fonctionnement Totaux Pompage Gravitaire


Réseau SONEL Solaire GE
Petit 12677 € 13 115 € 18872 € 6663 €
Moyen 22416 € 22947 € 31 422 € 12444 €
Grand 39714 € - € 45 164 € 20916 f

Tableau 29 Couts de renouvellement (€)

Couts de renouvellement Po m page Gravitaire


Réseau SONEL Solaire GE
Petit 4950€ 6350 € 4950€ 3700€
Moyen 8450€ 12700 € 8750 € 7150 €
Grand 17850€ 18750 € 15250€

Etude de faisabilité Annexes générales page 51


Etude de <llalwost!c de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Tableau 30 Couts totaux (€)

Couts totaux par réseau Pompage Gravitaire


Réseau SONEL Solaire GE
Petit 17627 € 19465 € 23822 € 10 363 €
Moyen 30866 € 35647 € 40 172 € 19594 €
Grand 57564 € 63914 € 36166 €

Tableau 31 Couts totaux par ml produit (€)


Couts totaux par m3 produit Pompage Gravitaire
Réseau SONEL Solaire GE
Petit 487 XAF 538 XAF 659 XAF 287 XAF
Moyen 427 XAF 493 XAF 555 XAF 271 XAF
Grand 398 XAF 442 XAF 250 XAF

Tableau 32 Couts totaux par 20 litres (€)


Couts totaux par 20 litres Pompage Gravitaire
Réseau SONEL Solaire GE
Petit 10 XAF 11 XAF 13 XAF 6XAF
Moyen 9XAF 10XAF 11 XAF 5XAF
Grand 8XAF 9XAF 5 XAF

Etude de faisabilité Annexes générales page 52


Etude de diagnostic d, , stations Seanwater au Cameroun et de ",ahL ~ de leur réhabilitation

Annexe 17 Tableaux économiques


Tableau 33 Valeur actualisée nette pour un réseau moyen gravitaire
-

Unítés o 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20

I-COUTS
Investlsaement réhabllltatlon slte
Eludes nT25ii
Moblisation ressoorce 70001
Station el réseaux 201450j
ContrOle L.!!QQQ
Suiví 1102001
al Totallnvestlsaements Euros 29 250 208 450 10 200

b) FonctIonnement et malntenance 11244411244412444124441244412444124441244412444124441244412444124441244412444124441244412444 12444

Renouvellements
Source (15 aos) I 52501 -72 254
el Total renouvellements Euros O O O O O O O O O O O O 5250 O O O -72254

TOTAL COUTS (a'" b '" el Euros 29250 208450 22644 12444 12444 12444 12444 12444 12444 12444 12444 12444 12444 12444 12444 12444 17694 12444 12444 12444 -5U10

11 - BENEFICES

Foumll\.lres annuelles d'eau m3 14157414157441574 41574 41574 415744157441574415744157441574 41574 41574 41574 41574 41574 4157441574 41574

Tan! moyeo de I'ea¡¡


Tanf moyeo de feau
FCFA/m3
Euro I m3
D?ID
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56

TOTAL REVENUS des foumitures d'eau Euros n~n~n~n~n~n~n~n~n~n~n~n~n~n~n~n~n~n~n~

111- BENEFICES molns COUTS (11 -1 ) Euros ·29 250 -208 450 805 11005 11 OOS 11005 11005 11005 11005 11005 11005 11005 11005 11005 1100s 11 OOS 5755 11005 11005 11005 83258

iCas de Base :

Valeur actuall&ée none - VAH (6 %) = I -93089 IEurosJ

SENSlBlUTES : vAN lfí',;.,


Couts réhabílitation + 20 % 137 4;¿~, hilO' ·35100 -250140 -1235 11005 11005 11005 11005 11005 11005 11005 11005 11005 11005 11 DOS 1100511005 5755 11005 11005 11005 83258
Fonctionnement el reoouvellements +40 % 1:14 I~H r wos -29250 -208 450 ·4 173 6027 6027 6027 6027 6027 6027 6 027 6 027 6 027 6027 6027 6027 6027 -1323 6027 6027 6027107182
FoncIionnement el reoouvellements + 20 % 1 U!144 h,,(J~ ·29250 -208 450 -1684 8516 8516 8516 8516 8516 8516 8516 8516 8516 8516 8516 851685162216 8516 8516 8516 95220
Bénélices • 20 % ! ~i~l !UI," -29250 ·208450 -3885 6315 6315 6315 6315 6315 6315 6315 6315 6315 6315 6315 6315 6315 1065 6315 6315 6315 78569
Bénélices . 40 % lljú 2:\4 1.!lII!> -29 250 -208450 ·8 575 1625 1625 1625 1625 1625 1625 1625 1625 1625 1625 1625 1625 1625 -3625 1625 1625 1625 73879

Etude de faisabilité Annexes générales page 53


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Tableau 34 Valeur actualisée nette pour un réseau moyen par pompage (SON EL)
Unités o 1 2 3 4 S 6 1 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
I·COUTS
InVéstlssement réflabllltation alte
Eludes [15250
Mobllisation ressource 195001
Station el réseaux 2203501
ContrOle ~
Suivi 1 102001
a ) Total investlssements. Euros 31150 239850 10200

b) Fonetionnement el maintenance 1 22416j22416 22416224162241622416224162241622416224162241622416 22416 22416 22416224162241622416 22416

Renouvellements

Valeur résiduelle U~
Renouvellemenls (15 aos) I 247501
el Total renouvellements Euros O O O O O O O O O O O O 24750 O O O -954.'16

TOTAL COUTS (a + b + el Euros 31150 239850 32616 22416 22416 22416 22416 22 416 22416 22416 22 416 22 416 22416 22416 22416 22416 47166 22 416 22416 22416 -73070

11 - BENEFICES

Fournitures annuelles d'eau rn3 141574141574 41574 41574 41574 41574 41574 41574 41574 41574 41574 41574 41574 41574 41574 41574 41574 41574 41574

Tarif moyen de I'eau


Tarif moyen de I'eau
FCFAlm3
Euro I m3
c:::illJ
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56

TOTAL REVENUS des foumitures d'eau Euros 23~23~23~23~23~23~23~23~23~23~23~23~23~23~23~23~23~23~ 23449

111 - BENEFlCES moíns COUTS (11 -1 ) Euros -31750 -239850 -9161 1 033 1 033 1 033 1 033 1 033 1 033 1 033 1033 1033 1033 1033 1033 1033 ·23717 1033 1033 1033 96518

CaadeBase :
Valeur actualisée nette .. VAN (6 "lo) = 1·228 4911Ellro~

SENSIBllITES : VAN (1i%1


Couts réhabililation + 20 % 280 O1!J LurUh -45 300 ·267 820 ·11 207 1033 1033 1033 1033 1033 1033 1033 1033 1033 1033 1033 1033 1033 ·23717 1033 1033 1033 96518
Fonctionnemenl el renouvellements + 40 % 30!) U7', [uro, -37750 ·239850 ·18134 ·7934 ·7934 ·7934 ·7934 ·7934 ·7934 -7934 -7934 ·7934 -7934 ·7934 ·7934 -7934 -42584 -7934 ·7934 ·7934 125746
Fonclionnement el renouvellements + 20 % ·269~33 Ewoó -37750 ·239850 -13650 -3450 -3450 -3450 -3450 -3450 ·3450 -3450 -3450 -3450 -3450 -3450 -3450 -3450 -33150 -3450 -3450 ·3450111132
Bénéfices - 20 % ;'75061 Eurm; -37750 ·239850 -13857 -3657 ·3657 -3657 ·3657 -3657 ·3657 ·3657 -3657 -3657 -3657 -3657 -3657 -3657 -28407 -3657 -3657 ·3657 91829
Bénéfices • 40 % ji1636 Euro> ·37750 ·239850 -18547 ·8347 -8347 ·8347 ·8347 -8347 -8347 -8347 -8347 -8347 -8347 -8347 -8347 -8347 -33097 -8347 -8347 -8347 87139

Etv"" de faisabilité Annexes générales pat ;4


}

Etude de d,:, '"O stations Scanwater au Cameroun et desat ~ de leur réhabilitation


--------------------------~~----
Tableau 35 Valéur actualisée nette pour un réseau moyen par pompage (Solaire)
Unités o 2 3 4 S 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
I·COUTS
InvestiS8Glllent réhabllitatlon site
Eludes f1525ij
Mobilisatioo ressoorce 305OOl
Stalioo el réseaux 331 39()!
ContrOle ~
Suivi I 102001
a l TotaIlnvestlssements Euros 37750 361 890 10 200

bl Fonctlonnement et malntenance I 22947122947 22 947 22947 22947 22 947 22 947 22947 22947 22947 22947 22947 22 947 22 947 22947 22947 22947 22947 22947

Renouvellements

Valeur résiduelle 1-148134


Renouvellements (15 ans) [435001
tI Total renouvellements Euros O O O O O O O O O O O O 43500 O O O ·148134

TOTAL COUTS (a + b + el Euros 37750 361890 33147 22947 22947 22947 22947 22 947 22947 22947 22947 22947 22947 22 947 22 947 22 947 66 447 22947 22941 22 947 ·125187

11 • BENEFICES

Foumitures annuelles d'eau m3 I 41574141574 41574 41574 41574 41574 41574 41574 41574 41574 41574 41574 41574 41574 41574 41574 41574 41574 41574

Taóf moyen de !'eau FCFA/m3 c::JNl


0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
370
0,56
Taril moyen de I'eau Euro I m3

TOTAL REVENUS des foumltures d'eau Euros ~~~~~-~~~~~~~~~~~-~~~~~~~~~~~~~~~~~~ 23449

111 • BENEFICES molns COUTS (11·1 l Euros -37750 ·361 890 ·9 698 502 502 502 502 502 502 502 502 502 502 502 502 502 -42998 502 502 502 148635

Cal de Base:

Valoor ICtuallaée netle • VAN (6 %)"

SENSlBIUTES : V/I.N ¡t¡~;,,¡


eouls réhabilitation + 20 % 40"1 10; lll"" -45 300 .434 268 ·11 738 502 502 502 502 502 502 502 502 502 502 502 502 502 -42998 502 502 502 148635
Fooctioooement et renouvellements + 40 % 414 u:m rUlOS -37750 ·361 890 ·18877 -8677 -8677 ·8677 ·8677 -8677 -8677 ·8677 ·8677 ·8677 ·8677 ·8677 ·8677 -8677 -69577 -8677 -8677 ·8677 198710
Fonclioonement el renouvellements + 20 'k 11.1 ~)4; ! \.!lO' ·37750 ·361890 ·14288 .4088 -4088 ·4088 -4068 ·4088 ·4088 ·4088 ·4088 ·4088 -4088 -4088 -4088 ·4088 -56 288 -4088 -4088 ·4088 173 673
Bénéfices· 20 % ítlO 42K i \¡IOS ·37750 ·361890 ·14388 -4188 ·4188 ·4188 -4188 ·4188 -4188 ·4188 ·4188 ·4188 ·4188 -4188 ·4 188 ·4188 ·47688 -4188 -4188 -4188 143946
Bénéfices· 40 % 427000 lUf(1S ·37750 ·361890 ·19078 ·8878 ·8878 -8878 ·8878 ·8878 ·8878 -8878 ·8878 ·8878 ·8878 ·8878 -8878 ·8878 -52378 -8878 -8878 -8878 139256

Etude de faisabilité Annexes générales page 55


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Tableau 36 Valeur actualisée nette pour UD réseau moyen par pompage (Groupe électrogime)
Unités o 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
I-COurS
Investlssement réhabllltatlon slte
Etudes r:i'525O
Mobilisalíoo ressource 195001
Slatioo el réseaux 2429()()1
ContrOle lmQQ
Suivi 110200)
alToUdlnvestl~ents Euros 37750 262400 10200

bl Fonctionnement et malntenaoce I 314221 31422 31422 31422 31422 31422 31422 31 422 31 422 31422 31422 31 422 31 422 31 422 31422 31 422 31 422 31 422 31422

Renouvellements

Valeur résiduelle 1-102927


Renouvellements (15 ans) I 247501
el Total renouvellements Euros O O O O O O O O O O O O 24750 O O O -102927

TOTALCOurS (a + b+ el Euros 37750 262400 41622 31422 31422 31422 31422 31 422 31422 31422 31 422 31 422 31422 31422 31 422 31 422 56172 31 422 31 422 31422 -71 50S

II - BENEFICES

Fournitures annuelles d'eau m3 I 41574) 41574 41574 41574 41574 41574 41574 41574 41574 41574 41574 41574 41574 41574 41574 41574 41574 41574 41574

Taril moyen de reau FCFAlm3 CJZ§l 370 370 370 370 370 370 370 370 370 370 370 370 370 370 370 370 370 370
Tarif moyen de I'eau Eurolm3 0,56 0,56 0,56 0.56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0.56 0,56

TOTAL REVENUS des foumltures d'eau Euros 23449 23449 23449 23449 23449 23449 23449 23449 23449 23449 23449 23449 23449 23 449 23449 23449 23449 23 449 23449

111 - BENEFICES moios cours (11 -1 l Euros -37750 -262400 -18173 -7973 -7973 ·7973 -7973 -7973 ·7973 ·7973 -7973 ·7973 -7973 ·7973 ·7973 -7973 -32723 -7973 -7973 -7973 94954

easde Base:

Valeur actllallsée nette • VAN (6 'lo) " 1·3358071Eurosl

SENSIBILITES : V!\N(61:1

COUIs réhabilitation + 20 %
3Hl :l4f1 Luro~ ·45300 -314880 -20213 -7973 -7973 -7973 -7973 -7973 -7973 -7973 -7973 -7973 -7973 -7973 -7973 -7973 -32723 -7973 ·7973 -7973 94954
Fonctionnemenl et renouvellements + 40 % 457190 hllo~ -37750 -262400 ·30742 -20542 ·20542 -20542 -20542 -20542 -20542 -20542 -20542 -20542 -20542 -20542 -20542 -20542 -55192 -20542 -20542 -20542 123556
FooClionnement el renouvellemen\s + 20 % :lH:lHga CUlOS -37750 -262400 -24458 -14256 -14258 -14258 -14256 -14258 ·14258 -14258 -14256 -14258 -14258 -14258 -14258 -14258 -43958 -14258 -14258 -14258 109255
Bénéfíces - 20 % 382:ml fUIOR -37750 -262400 -22863 -12663 -12663 -12663 -12663 -12663 -12663 -12663 -12663 -12663 -12663 -12663 -12663 -12663 -37413 -12663 -12663 -12663 90264
Bénélices - 40 % 4~8 952 ¡-wos -37750 -262400 -27553 -17353 -17353 -17353 -17 353 -17 353 -17353 -17353 -17 353 -17 353 -17353 ·17 353 -17 353 ·17 353 -42103 -17 353 -17 353 -17353 85574
-

Eh'" ~ de faisabilité Annexes générales page _..­


I
Etude de diagnostic de 350 státions Scanwater au Cameroun et de faisatJlllté de leur réhabilitation

Tableau 38 TRI pour 2100 XAF (années 15 a30 en K€)


~---~-

~.~
Années 15 16 17 18 19 20 IUd 21-'- 22 23 24 25 26 27 28
Investissement réhabilitation ~-

Forages et sources I
Travaux
Renouvellement 15 ans 128,6
Total investissements
Fonctionnement
129 O O O O O O O O O O O
==d O
I
0\ O
Gravitaires P lOO 100 100 100 100 100 100 -
100 lOO 100 100 100 ~-100 I 100 100 ¡ioo
Gravitaires M 124 124 124 124 124 124 124 124 124 124 124 124 12~_ 124 124 124
Gravitaires G 125 125 I 125 125 125 125 125 125 125 125 125 125 125 I 125 125 '125
SONEL P
SONELM
228
403
228
403
228
403
228
403
228
403
228
403
228
403
228
403
228
403 r-­
228
403
228
403
228
403
228
403
-
228
403
228 1
403 403
m-
-

SONELP 318 318 318 ' 318 318 318 318 318 318 318 318 318 318 318 318 318
Solaire P 197 197 1971 197 197 197 197 197 197 197 197 197 197 197 197 197
115 115 115 115 115 I 15 115 115 115 115 ----­
115 115 -115 115
I~Ht
Solaire M lIS ~
­ r-­
Total Fonctionnement
,-~ ­
1611 1611 1611 1611 1611 1611 1611 1611 1611 1611 1611 1611 1611 1611 1611
TOTAL DEPENSES 1739 1611 1611 1611 1611 1611 1611 1611 1611 1611 1611 1611 1611 1611 1611 1611
Recettes (2100 XAF) '-­ -

Gravitaires P 202 202 202 202 202 202 To2 202 202 202 202 -
202 -
202 202 202 202
~~ 286
-~-

~vitairesM 286 286 286 286 286 286 286 286 286 286 286 286 286 286 286
Gravitaires G 333 333 333 333 333 333 333 333 Ú3 f--~ 333 333 333 333 333 333 333
SONEL P 242 242 242 242 242 242 242 242 242 242 ' 242 242 242 ~ 242 ~ 242 242
SONELM 515 515 515 515 515 515 515 515 515 515 515 515 515 515 515 515
SONELP 444 444 444 444 444 444 444 444 444 444 444 444 444 - 444 444 444
Solaire P -
202 202 202 202 202 - 202 1--­ --~
202 202 202 202 202 202 202 202 202 202
Solaire M 143 143 143 143 143 143 143 143 143 143 143 143 143 143 143 143
TOTAL RECETTES 2366 2366 2366 2366 2366 2366 2366 2366 2366 2366 2366 2366 2366 2366 2366 2366
RESTLTAT 627 755 755 755 755 755 755 -
755 755 755 755 755 755 755 755 755
Trésorerie cumulée -11 525 -10770 -10014 -9259 -8504 -7749 -6994 -6238 -5483 -4728 -3973 -3218 -2462 ~~~~
-1 707 -952 -197

Et,,'" ~ de faisabilité Annexes générales page 5~


Etude de diagnostic de j50 stations Scanwater au Cameroun et de faisabh..é de leur réhabilitation

Tableau 37 TRI pour 2100 XAF (années 1 a 14 en K€)


Années 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14
Investissement réhabilitation -­ --

Forages et sources 880 764


Travaux 1843 8397 8548 1255
Renouvellement 15 ans I
-
-­ -­ --:­
Total investissements 2723 9160 8548 1255 O O O O O O O O O O
Fonctionnement
Gravitaires P
--­

12 56 94 100 100 lOO lOO lOO lOO lOO lOO 100 lOO lOO
Gravitaires M 16 70 117 124 124 124 124 124 124 124 124 124 124 124
Gravitaires G 16 71 118 125 125 125 125 125 125 125 125 - -125 125 125
­ -­
SONELP 29 128 214 228 228 228 228 228 228 228 228 228 228 228
SONELM 50 227 378 403 403 403 403 403 403 403- 1-­ 403 403 403 403
SONEL P 40 179 298 f--
318 318 318 318 318 318 318 318 318 318 318
Solaire P 25 111 185 197 197 197 197 197 197 197 f---­ ----.197
-:-::­ -
197 197 197
. Solaire M 14 65 108 115 115 115 115 115 115 115 115 115 115 115
Total Fonctionnement 201 907 1511 1611 1611 1611 1611 1611 1611 1611 1611 1611 1611 1611
TOTAL DEPENSES 2925 10067 10059 2866 1611 1611 1611 1611 1611 1611 1611 1611 1611 1611
---_._-
Recettes (2100 XAF)
--
Gravitaires P 25 114 189 202 202 202 202 202 202 202
-----:-:­ -­
202 202
----
--­
202 202
Gravitaires M 36 161 268 286 286 286 286 286 286 286 286 286 286 286
Gravitaires G 42 187 312 333 333 333 333 333 333 333 333 333 333 333
SONEL P 30 136 227 242 242 242 242 242 242 242 242 242 242 242
SONELM 64 290 483 515 515 515 515 515 515 515 515 515 515 515
SONEL P 55 250 416 444 444 444 444 444 444 444 444 444 f--­ -­
444 444
Solaire P 25 114 189 202 202 202 202 202 202 202 202 202 202 202
Solaire M 18 81 134 143 143 143 143 143 143 143 143 - - - - ­ 143 -~ -­
143 143
TOTAL RECETTES 296 1332 2219 2366 2366 2366 2366 2366 2366 2366 2366 ---­ 2366 2366 2366
RESTLTAT -2629 -873~ -7840 -500 755 755 755 755 \755 755 755 755 755 755
Trésorerie cumulée -2629 -11364 -19203 -19703 -18948 -18193 -17438 -16683 -15927 -15172
--­
-14417 -13662 -12907 -12 151
'-------------

Etude de faisabilité Annexes générales page 57

Etude de diagnostie de 350 stations Sean water au Cameroun et de faisabihté de leur réhabilitation

Tableau 39 TRI et VAN (K€) 2100 XAF sur 30 ans


Valeur actualisée nette - VAN (6 %) -9508
Valeur aetualisée nette - VAN (O %) -197
Taux de rentabilité interne -0,07 %

Etudt' .J,! faisabilité Annexes générales r- "i'S9


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilíté de leur réhabilitation
Tableau 40 TRI pour 2500 XAF (années 1 a 14 en K€)
Années ----,-·-:-1-,----=-2-,------:3:---.--4--.--5--,---6--,· - , - ... ·~8--- 9- 10 11 12 - 13 14­
Investissement réhabilitation :- .. _ -
Forages et sources 880 764 --
Travaux 1 843 8 397 8 548 1 255
Renouvellement 15 a n s - -C.:...:-=--t---j------+---+-..- - f - - - - - f - - - - - t - - - J . - - - - - + - - - - - j . - - ­
Total investissements 2723 9160 8548 1255 O O O O O O O, O O O
Fonctionnement
Qravitaires P 12 56 94 lOO 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100
Gravitaires M 16 70 117 124 124 124 124 124 124 124 124 124 124 124
Gravitaires G 16 71 118 125 125 125 125 125 125 125 125 125 125 125
SONEL P 29 128 214 228 228 228 228 228 228 228 228 228 228 228
SONEL M 50 227 378 403 403 403 403 403 403 403 403 403 403 403
SONEL P 40 179 298 318 318 3\8 318 318 318 ' 318 318 318 318 318
Solaire P 25 1\ I 185 197 197 197 197 197 197 197 197 197 197 197
Solaire M 14 65 108 115 115 115 115 115 115 115 11 5 - 115 115 115
Total Fonctionnement 201 907 1 511 1611 1 611 1 611 1 611 1 611 1 611 1 611 1 611 1611 1611 1 611
TOTAL DEPENSES 2925 10067 10059 2866 1611 1611 1611 1611 1611 1611 1611 1611 1611 1611
Recettes (2100 XAF) -
Gravitaires P 30 135 225 240 240 240 240 240 240 240 f-- 240 240 240 240
~~~~~-----~--~+_-~~-~~-~~-~~- --+-----11~ --
Gravitaires M 43 192 319 340 340 340 340 340 340 340 340 340 340 340
Gravitaires G 50 . 223 372 396 396 396 396 396 396 396 396 396 396 396
SONEL P 36 162 270 288 288 288 288 288 288 288 288 288 288 288
SONEL M 77 345 575 613 613 613 6\3 613 613 613 613 613 613 613
SONEL P 66 298 496 528 528 528 528 528 528 528 528 - ~
528
--- ---
528 528
Solaire P 30 135 225 240 240 240 240 240 240 ' 240 240 240 ' 240 240
Solaire M 21 96 160 170 170 170 170 110 170 170 170 _.,-c1-'-70=-+-_--'1-'-70=-+-_...c1..:..70.:....
TOTALRECETTES 352 1§~ 2642 2817 2817 2817 2817 2817 2817 2817 28171281712817 2817
RESTLTAT -2573 -8481
1 - - - - -____- - - , - : - - - - - 1 - - - - -.. r· .....~-~
-7417 -49
..- 1206 1206 1206 1206 1206 1206 1206! 1206 i 1206 - 1206-
Trésoreriecumulée
'----.. -2573 _-11054
- . . . - _.
-18471 -18520 -17314 -16108 -14902 -13697 -12491 -11285 -10079
.-
-8873 -7667 -6462

Etw'~ <te faisabilité Annexes générales .. -~e 60


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation
Tableau 41 TRI pour 2500 XAF (années 15 a 30 en K€)
Années 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30
lnvestissement réhabilitation
Forages et sources
Travaux
Renouvellement 15 ans -~
128,6 "-"-"

Total investissements _._-­ 129 O O 0_ - - O O O O O O O O O O O O


Fonctionnement
Gravitaíres P 100 100 100 lOO 100 lOO 100 lOO 100 100 100 100 100 100 100 100
Gravitaires M 124 124 124 124 124 124 124 124 124 124 124 124 124 124 124 124
Gravítaires G 125 125 125 125 125 125 125 125 125 125 125 125 125 125 125 125
SONEL P -"­
228 228 228 228 228 228 228 228 228 228 228 228 228 228 228 228
í SONEL M 403 403 403 403 403 403 403 403 403 403 403 403 403 403 403 403
I SONEL P
: Solaire P
318
197
318 -
197
318
197
318
197
318
197
318
197
318
197
318
197
318
197
318
197
318
197
318
197
318
197
318
197
318
197
318
197
I Solaire M ---­ 115 115 115 115 I 15 115 115 115" ­ - ­ 115 115 115 115 115 115 115 115
Total Fonctionnement 1611 1611 1611 1611 ~11 1611 1611 1611 1611 1611 1611 1611 1611 161l 1611 1611
TOTAL DEPENSES 1739 1611_ 1611 1611 1611 1611 1611 1611 1611 1611 1611 1611 1611 1611 1611 1611
Recettes (2100 XAF) -------- I

Gravitaires P --­ "


240 240 240 240 240 240 240 240 240 240 240 240 240 240 240 240
Gravitaires M - 340 340 340 340 340 340 340 340 340 340 340 340 340 340 340 340
Gravitaires G 396 396 396 396 396 396 396 396 396 396 396 396 396 396 396 396
"SONEL P 288 288 288 288_ 288 288 288 288 288 288 288 288 288 288 288 288
I SONEL M 613 613 613 613 613 613 613 613 613 613 613 613 613 613 613 613
SONEL P 528 528 528 528 528 528 528 528 528 528 528 528 528 528 528 528
Solaire P 240 240 240 240 240 240 240 240 240 240 240 240 240 240 240 240
Solaire M 170 170 170 170 170 170 170 170 170 170 170 170 170 170 170 170
TOTAL RECETTES 2817 2817 2817 2817 2817 2817 2817 ~7 2817 2817 2817 2817 2817 2817 2817 2817
RESTLTAT "--
1077 1206 1206 1206 1206 1206 1206 1206 1206 1206 1206 1206 1206 1206 1206 1206
Trésorerie cumulée -5384 -4178 -2973 -1767 -561 (I"S 1 851 3057 4263 5468 6674 7880 9086 10292 11498 12704
-

Etude de faisabilité Annexes générales page 61

Etude de diagnostlc de 3)0 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Tableau 42 TRI et VAN (K€) 2500 XAF sur 30 ans


Valeur actualisée nette - VAN (6 %) -3875
Valeur actualisée nette - VAN (O %) 12630
Taux de rentabiJité interne 3,74%

Eh'" ~ de faisabilité Annexes générales page 62


Etude de ¡"onn<,t¡" de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabílité de leur réhabilitation

Annexe 18 Commentaires de DANIDA 31 aout 2010


Commentaires de Danida a la version finale Aout 2010 de l'Etude de diagnostic de 350
stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation. 31-8-2010.
1. Un forage qui doit etre renouvelé tous les 15 ans (le nombre d'années est le meme
pour les systemes pompage SOI'JEL, pompage SOLAIRE et pompage GENERATEUR)
coute pour un systeme petit 1 350 EUROS pour SONEL et GENERATEUR, mais 3 200
EUROS pour le systeme SOLAIRE. Et pour un systeme moyen les chiffres sont 1 650
pour SON EL et GENERATEUR mais 6000 EUROS pour SOLAIRE ! Pourquoi cette
différence ? Je suppose que vous parlez du renouvellement du forage meme et ne pas
de la pompe immergée dans le forage. Meme le renouvellement du réseau tous les 30
ans est légerement plus cher pour le systeme solaire que pour le systeme SON EL ou
GENERATEUR. Pourquoi ? Aussí les couts du personnel sont plus élevés pour le
systeme SOLAIRE que pour le systeme SONEL ou GENERATEUR. Pourquoi ?

2. Selon les renseignements fournis par des experts danois qui ont beaucoup d'années
d'expérience avec des systemes solaires au tiers monde, la durée de vie des modules
a
solaires est de 25 30 ans (garantie standard par le fournisseur), celle de
a
I'électroníque 12 15 a ns - y compris le convertisseur -, et celle des batteries 5 10 a
ans meme dans des températures tropicales, pourvu que la qualité est bonne. Vous
calculez 3 ans comme durée de vie. La grande différence porte évidement sur les
couts de revient et donc aussi sur le TRI.

3. En ce qui concerne I'analyse financiere, nous vous prions de bien vouloir aussi

calculer le TRI basé sur le scénario 1 700 XAF par ménage et par mois (capacité et

a
volonté payer par les bénéficiaires) pour montrer le nombre d'années que l'Etat

Camerounais doit subventionner les communes pour le fonctionnement et

a
renouvellement des systemes avant qu'on arrive « break even ». Ceci est un des

facteurs importants pour le Secrétariat des Crédits Mixtes dans sa prise de décision

concernant les projets étudiés. Ce que vous avez fait est d'une maniere I'envers : de

calculer combien /'eau doit couter pour obtenir un TRI de 6%. Cependant dans les

projets Crédits Mixtes, il arrive souvent que le TRI soit négatif les premiers 10 ans.

4. Nous comprenons que I'analyse économique couts - bénéfices soít difficile a calculer,
cependant nous avons besoin des arguments positifs pour les bénéfices liés a un
a
meilleur acces I'eau potable. La phrase : « L'un de ces principaux bénéfices,
I'impact sur la santé des populations, dépend ainsi de nombreux autres facteurs que
sont notamment I'acces aux soins et une meilleure alimentatíon. » n'est pas tres
convaincante. Cependant, ce que vous écrivez a la fin du chapitre 10.4 pourrait plutót
substituer I'antérieure phrase négative : « Les effets a moyen et long terme du bon
fonctionnement d'infrastructures de ce type sont I'amélioration de la santé, du confort
de vi e, la création d'emplois pour I'entretien, la création d'activités génératrices de
revenus par la libération du temps consacré au puisage et le meilleur état de santé.
Les conditions indirectes sont le ralentíssement de I'exode rural, la diminution de
consommation de médicaments, I'amélioration de la production, etc. »

S. Les commentaires de Bente Schiller concernant les « réseaux gravitaires » et le


résumé porte sur le suivant, que vous maintenez dans le résumé : « Ces
infrastructures ont été conc;ues suivant un schéma rigide : forage, pompage,
traitement par aération, filtratíon et désinfection au chlore, stockage dans un chateau
d'eau et distribution gravitaire par bornes fontaines publiques. La fourniture d'énergie

Etude de faisabilité Annexes générales page63


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

est assurée par un groupe électrogene a moteur diese!' L'ensemble de I'installation


est enfermé sous le chateau d'eau. Les seules variantes qui sont apparues au cours
des phases de travaux sont le recours a des puits au lieu des forages ou, dans de
a
rares cas, des prises en ríviere. Dans quelques casI la station a été raccordée au
réseau électrique national triphasé (SONEL), le groupé électrogene restant présent en
cas de coupure d'alimentation.» Et une page plus tard dans le résumé, tout d'un
cout, vous dites que les réseaux gravitaires fonctionnent nettement mieux que les
réseaux par pompage, bien que les systemes gravitaires n'ont pas été mentionnés
dans votre « schéma rigide ». J'avais déja dis ceci au cours de notre réunion a
Copenhague et dans les commentaires écrits de Danida du 1er Juillet 2010.

6. Danida a déja tiré votre attention sur le probleme de la durée des travaux : le plus
long que dure les travaux mémes de réhabilitation, le plus augmente le montant des
intéréts a financer par Danida. Etant donné que les intéréts font partie de I'appui total
de Danida, et le fait que nous travaillons avec un montant d'appui de maximum 100
millions de DKK, le pret méme sera donc plus petit et ainsi aussi le contrat que nous
allons financer. Cependant, nous supposons que les 13 trimestres constituent votre
estimatif le plus réaliste.

Lene Mollerup et Bente Schiller

Etude de faisabilité Annexes générales page 64


Gouvernement du Danemark

Ministere des Affaires Etrangeres

Secrétariat du Crédit Mixte

Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au


Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Rapport final

Annexes

Enquetes socioéconomiques

Septembre 2010

1"
-1 NIR~S
Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Table des matieres


ANNEXE 1 LISTE DES STATIONS VISITÉ ES........................................................................................ I

ANNEXE 2 MÉTHODOLOGIE DE RECUEIL DES DONNÉES

SOCIOÉCONOMIQUES .........................................................................................................3

ANNEXE 3 GUIDE D'ENTRETIEN SUR LA GESTION DES OUVRAGES

HYDRAULIQUES DU VILLAGE ..........................................................................................4

ANNEXE 4 GUIDE D'ENTRETIEN AUPRES D'UNE PERSONNE RESSOURCE DU

VILLAGE ..................................................................................................................................5

ANNEXE 5 QUESTIONNAIRE AUPRES DES USAGERS......................................................................6

ANNEXE 6 DONNÉES ET ANALYSE PAR RÉGION .............................................................................9

ANNEXE 7 DONNÉES DÉMOGRAPHIQUES GÉNÉRALES .............................................................. 16

ANNEXE 8 CONSOMMATION D·EAU...................................................................................................17

ANNEXE9 VOLONTÉ DE PAYER ..........................................................................................................18

ANNEXE 10 POPULATION ET T AUX DE CROISSANCE ....................................................................19

ANNEXE JI RÉSUMÉ DE LA SITUATION DE QUELQUES VILLAGES VISITÉS..........................21

Etude de faísabilité Annexes socioéconomiques page i


Etude de de 350 stations Sean water au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilítation

Annexe 1 Liste des stations visitées

N° Station Nom Région Dépa rtement Commune Vf~ __


­
"-"

.: DJEREM
~_.- ~.

301 ' MAMBAL-DANFILI ADAMAOUA , NGAOUNDAL 11/03/2010


304 MAYO BALEO , ADAMAOUA , FAROETDEO • MAYO BALEO 8/03/2010
308 SONGKOLONG ADAMAOUA MAYOBANYO BANKAM 13/03/2010
311 KOMBO-LAKA ADAMAOUA MBERE MENGANGA 1/03/2010
, 315 GANGASSAO ADAMAOUA VINA GANGASSAO 3/03/2010
316 TELLO ADAMAOUA VINA BELEL 4/03/2010
72 BITANG CENTRE MBAM KIKI 2/03/2010
93 ESSE CENTRE ' MEFOU ES SE 15/02/2010
102 KPWO-GOUIFF ET BOKAGA CENTRE MBAM ET INOUBOU KIKI 1/0312010
197 • NYENGUE-ANGONFEME ' CENTRE NYONG ET SO'O ! MAKAK 18/02l "0 1o
202 ' NTUI ' CENTRE ' MBAMETKIM NTUI 22/02/¿u 1o
206 ENDOM CENTRE NYONG ET MFOUMOU ' ENDOM 24/0~, 10
357 NKOMETOU 1-11-111 CENTRE LEKIE OBALA 17/02/2010
363 NKOLBIYEN-NGOUMOU CENTRE MEFOU MBANKOMBO 19/02/2010
185 NDEMBAI EST LOM ET DJEREM BELABO 20/02/2010
186 NDOKAYO EST LOM ET DJEREM BETARE-OYA 22/02/2010
187 ANGOSSAS EST HAUTNYONG ABONG-MBANG 17/02/2010
191 BOUBARA EST KADEY BATOURI 25/02/2010

325 EBA EST HAUTNYONG NGUELEMEDOUKA 18/02/2010


331 KAMBELE EST KADEY KETTE 24/02/2010

13 YINGUI L1TTORAL NKAM YINGUI 22/02/2010


137 MARIENBERG LlTTORAL SANAGA MARITIME MOUANKO 18/02' '10

139 SONGMBENGUE LlTTORAL SANAGA MARITIME MASSOK 19/02, ,lO

145 FlKO-MIANG L1TTORAL MOUNGO DIBOMBARI 22/02/2010


394 BOMONO LITTORAL MOUNGO DIBOMBARI 26/02/2010
168 NGYEN MBO NORDOUEST MOMO MBENGUI 3/03/2010
169 MISAJE NORDOUEST DONGA MANTUNG MISAJE 5/03/2010
174 NKWEN NORDOUEST MEZAM BAMENDA 7/03/2010
381 DUMBO NORDOUEST NDONGA MANTUNG MISAJE 5/03/2010
470 BANGOLAN NORDOUEST MEZAM BABESSI 4/03/2010
35 BANDENKOP OUEST MIFI BAYANGAM 5/03/2010
91 MAGBA OUEST NOUN MAGBA 10/03/2010
150 FONKOUAKEN OUEST HAUTNKAM BAFANG 4/03/2010
162 BABADJOU OUEST BAMBOUTOS BABADJOU 8/03/2() 1 o

Etude de faisabilité Annexes socioéconomiques page 1


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Carneroun et de faisabilité de leur réhabilitation

N° Station Norn Région Départernent Cornrnuoe Visite


--- -"

163 · BAFOU CHEFFERIE ; OUEST ,; MENOUA NIKONGZEM 8/03/2010


.- -_._-,.- .. _---- - - --- ---­
, 417 • BANDJOUN-YOM OUEST : MIFI BANDJOUM 5/03/2010
____ o
-- _... --- -- -­
: 443 , BAMENA OUEST i NDE BANGANTE 3/03/2010
!
- -- - _.- -­

12 BIDJOUKA ! SUD i OCEAN BIPINDl 17/02/2010


------ --
56 BIKOKA ' SUD OCEAN LOLODORF 12/03/2010
210 · NKTLZOK-CENTRE SUD DlA ET LOBO ' ZOETELE 26/02/2010
435 : NKOLETOTO SUD ; NTEM SANGMELMA 23/02/2010
- --"-­ -

440 : GRAND ZAMBT SUD OCEAN LOKOUNDJE 17/02/2010


478 MENGON SUD ! 6JAEfLOBO MYOMESSALA 25/02/2010
--- o_o. ".-. ___ o
--
178 BOVA SUDOUEST -'PAKO IDENAU-BUEA 24/02/2010

. 341 ASHUNI-MFAITOCK SUDOUEST MANYU MAMFE 2/03/2010

• _. - 0'- .- _ . .­
348 • BANGA-BAKUNDU SUDOUEST MEME KUMBA 3 25/02/2010
- -
354 MBONGO SUDOUEST NDlAN BAMUSSO 1103/2010

Etude de faisabilité Annexes socioéconomiques page 2


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Annexe 2 Méthodologie de recueil des données

socioéconomiques

3 sociologues camerounais ont participé aux enquetes sur le terrain en meme temps que les techniciens.
Chacune des 3 équipes étaient accompagnées d'un représentant du Ministere.
Compte tenu du temps imparti pour les visites de terrain, le nombre de villages a visiter et les distances entre
les villages, il a été programmé la visite d'un village par jour environ.
3 guides d'entretien ont été élaborés par les 3 sociologues Camerounais, et la sociologue internationaJe:
1. Questionnaire aupres des usagers pour évaluer leur niveau socio-économique global, leur
consommation en eau, leur appréciation de la gestion des ouvrages.
2. Guide d'entretien aupres d'un ou plusieurs gestionnaire(s) d'ouvrages hydrauliques
3. Guide d'entretien aupres d'une personne ressource, n'ayant jamais participé a la gestion des ouvrages,
pour connaltre son avis sur la situation hydmulique du village.
(Voir les guides en Error! Reference source not found. Annexe 3 et Annexe 4 ci-dessous)
1. Méthodologie de I'enquete aupres des usagers.
Pour les usagers, et pour gagner du temps, il a été décidé ne pas adresser le questionnaire a des ménages en
présence de I'homme et de la femme qui en général ne sont ensemble au domicile que le soir, ce qui aurait(
impossible partout et aurait trop limité le nombre d'interlocuteurs. Nous avons préféré adres ser le questionnaire
dans chaque village a 4 personnes au minimum (plus si possible), des résidents permanents présents dan s le
village au moment de I'enquete en prenant le soin d'interroger systématiquement et séparément:
• un homme et une femme de plus de 40 ans (pour avoir leur avis sur le fonctionnement et la gestion de
la station Scanwater qui dans certains cas ne fonctionne plus) et
• un homme et une femme (toujours séparément) entre 25 et 35 ans, pour cerner leurs souhaits et visions
pour la situation hydmulique du village.
Le questionnaire porte sur la situation socioéconomiques et la consommation en eau de leurs ménages
respectifs. Cette méthode nous permet aussi de respecter les criteres en terme de genre (homme/femme, jeunes
et agés).
Ce questionnaire comportant peu de questions « ouvertes n, les résultats sont saisis et traités sur fichier Excel.
Les quelques questions ouvertes ou renseignements divers sont traités séparément avant d'etre intégrées dans
les conclusions.
2. Méthodologie de I'enquéte aupres des gestionnaires des ouvrages
Ce guide s'adresse a une ou plusieurs personnes (ensemble ou séparément) qui participe (ou a participé) en
temps que membre actif a la gestion d'un ou plusieurs ouvrages hydrauliques, si possible la station ScanWater,
mais pas exclusivement. Ce guide cherche a cerner I'historique de la gestion, les problemes rencontrés, les
solutions, la gestion pratique et financiere de I'ouvrage ou des ouvrages, il comporte essentiellement des
questions ouvertes, est traité et compilé manuellement et analysé par groupe de questions.
3. Méthodologie de I'enquete aupres des personnes ressources
Ce guide s'adresse (dans chaque village) a une personne influente du village, qui peut etre le ou la maire, un(e)
conseiller(ere) municipal(e), une personne du monde des affaires, politique ou religieux, vivant dan s le village,
connaissant bien la population et I'histoire du village, mais n'ayantjamais été actif dans la gestion des ouvrages
hydrauliques. Ce guide comporte 5 questions ouvertes, sur la problématique de I'eau et sur les visions d'avenir,
il est traité et compilé manuellement et analysé par groupe de questions.

Etude de faisabilité Annexes socioéconomiques page 3


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun el de faisabilité de leur réhabilitation

Annexe 3 Guide d'entretien sur la gestion des ouvrages


hydrauliques du village
Nom de I'enqueteur: Villagc:
Nombre de personnes enquetées: Roles dans le comité/la structure:
Sexes des enquétés (es):
• Ages approximatifs:
Q l. Nom de la structure de gestion
Q 2. Structure fonctionnelle Oui . Non e PartielJement
Q 3. Type d'ouvrage(s) géré(s) par la présente structure:

Q 4. Listé par type d'ouvrage du village: Age desouvrages et année de mise en place gestion et fonctionnement:

Type Age/année CaPE FINF Type Age/année caPE FINF

Type Al!c/annéc CGPE FINF Type Al!e/année CGPE FINF


I
I
Q 5. Appui(s) reIYu(s) pour la constitution de la structure (formation, sensibilisation, etc ..):

Q 6. Sensibilisation aupres de la population pour ouvrage de la structure (Sensibilisation, etc .. )

Q 7. Composition des membres de la structure (par genre)

Q 8. Mode de désignation (recrutement) des membres (ou employés),


Q 9. Statut juridique de la structure et existence de documents (reglement intéríeur, statuts, reconnaissance
juridique, contrat d'exploitation)
Q 10. Mode de fonctionnement de la structure (type et tenue de réunion, tenue de documents)
Q 11. Historique de cette structure et de son évolution
FINANCES
Q 12. Mode de paiement de I'eau pour les usagers
Q 13. Organisation de la structure pour la conservation des fonds
Q 14. Organisation de la structure pour les rémunérations (techniciens, fontainiers, ou membres du comité)
Q 15. Organisation de la structure pour financer les réparations et I'entretien
Q 16. Bilan financier actuel
Q 17. Atouts de la structure actuelle
Q 18. Faiblesses de la structure actuelle
Q 19. Selon les enquetés, quel type de gestion faut-il mettre en place dans ce village?
Q 20. Connaissez-vous la réglementation en vigueur actuellement au Cameroun pour la gestion de I'eau
potable?

Q 21. Autre information pertinente sur la gestion des ouvrages

Etude de faisabil ité Annexes socioéconomiques page 4


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Annexe 4 Guide d'entretien auprés d'une personne


ressource du village ¡
~~~~~--~----------------------------~~----------------------------------~'..
Nom de I'enqueteur • Village

-
Sexe de I'enqueté(e) I Titre et occupation principale

Age approximatif

Questions it poser a une personne ressource ou influente dans le village, n'ayant jamais participé officieIlement
dans la gestion de ¡'eau: Chef de village, ou Maire ou conseiller municipal, ou autre personne ¡nfluente
(économiquement ou moralement)
Ql. Perception des problemes de l'acces aI'eau actuel
Q 2. Comment selon lui, organiser de fa90n optimale la gestion de I'eau? (Que faire pour améliorer la situatíon
de J'acces a I'eau, qui devrait etre responsable de quoí? avec quels moyens?
Q 3. Connaissez-vous la réglementation en vigueur actuellement au Cameroun pour la gestion de ¡'eau potable?
Q4. Perspectives de développement de la commune (Démographie, économie, infrastructures prévues) Est-r p

que I'eau est príoritaíre si la commune doit participer au financement? '


Q5. Demander it la fin de ¡'entretien si la personne a entendu dire que l'Etat recherche un bailleur pol'~
réhabiliter les stations SW

Etude de faisabilité Annexes socioéconomiques page 5


Etude de diagnostie de 350 stations Sean water au Cameroun et de Caisabilité de leur réhabilitation

Annexe 5 Questionnaire aupres des usagers

Nom de t'enqueteur Vi1Iage: I


I
Sexe de I'enqueté(e): Occupation principale:
Age approximatif:

Présentation de I'enqueteur (si possibte sans préciser qu'on interroge sur I'eau)

Q l. Pouvez-vous dter tes problemes les plus importants auxquels vous etes confrontés dans votre vie de tous
lesjours?
Education Electricité -, Routes Santé Eau
Autres service public _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ __
Q 2. Et en ce qui coneerne votre acces a t'eau etes-vous satisfait?
Oui Non expliquer: _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ __
Nous alloos maintenaot parler plus précisémeot de votre acces a I'eau.
Q 3. Pour votre ménage, qui s'occupe d'aller chercher I'eau?
Femme(s) i Enfants Homme
Q 4. On allez-vous chercher votre eau pour I'ensemble de vos usages?
Borne fontaine payante Branchement privé BP voisin
Eaux de pluie . Puits Pompe Source aménagée
Eau de surface (rivieres, ruisseaux) . Autres _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ __
Q 5. Vous utilisez cette eau pour faire quoi?
UTILISATION Temps passé Ipénibilité (en fODction des
Evaluer Boisson Cuisine Ménage Douche Bétail saisons par ex.)
les Toilette
Quantités
BF. Uj
BP.U¡ I

Voisin Llj I
I Pluie Llj
Puits Llj I
Pompe Llj I

Source Llj I
I
Surface
Llj I I I
Q 6. Combien de personnes utilisent cette eau? personnes
Q 7. Devez-vous payez pour obtenir cette eau? Non
Oui. Pour quel(s) ouvrage(s)?
Par un forfait e'est a dire une somme fixe chaque semaine ou chaque mois
En fonction du volume que vous demandez achaque fois
Par une participation a la quete en cas de panne
Autre
Q 8. Combien est-ce que vous payez? F CF A. Pour un volume de ou pour un temps de ?

Etude de faisabilité Annexes socioéconomiques page 6


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Q 9. Qui paye cette somme?

Homme .. Femme Ménage

Q 10. Est-ce que cela vous parait:

Cher Pas cher

Q 11. Quels récipients utilisez vous pour I'eau de boisson (transport et conservatíon)?

Q 12. QueJles précautions prenez-vous pour garder ¡'eau de boísson propre?

Q 13. Comment qualifiez-vous la qualité de I'eau du réseau SW comme eau de boisson?

Bonne Mauvaise,
Q 14. Si mauvaise, pourquoi? Parmi la liste suivante cocher 2 critéres d'appréciation

GoUt Odeur qualité physico chimique . Couleur

Croyance ou autre

Q 15. Seriez-vous pret, a contribuer financiérement et réguliérement a I'entretien d'un réseau et des ouvrages
d'accés a I'eau du village?
Oui Non (Si non question 19)
Q 16. Quel est le montant maximum que vous accepteriez de payer par mois pour un robinet dans votre C(r
(BP) ? Pensez bien, avant de me répondre, que ce montant ne sera pas disponible pour autre chose. .
Moins de 1 Entre 100 et 500 _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ __

Entre 600 et 1.000_ _ _ _ _ _ _ Entre 1.000 et 3.000 _ _ _ _ _ _ _ _ __

Entre 3.000 et 5.000 Plus de 5.000 _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ __

Q 17. Qui paierait cette somme? Homme Femme . Ménage

Q 18. Commentaires sur le paiement

Q 19. Si non, pourquoi?

Ce n'est pas a moi de payer pour I'eau le paye déja assez pour I'eau

le n'aí pas assez d'informations pour me décider J'ai peur de payer pour les autres

Je ne me sens pas concemé(e) Mes moyens financiers ne me le permettent pas

II n'est pas nécessaire de modifier mon approvisionnement en eau

Je n'ai pas confiance pour la gestíon de mon argent

Autres raisons

Ne se prononce pas

Questions socio-économiques

Je vais maintenant vous poser quelques questions pour mieux vous connaitre.

Q 20. Sexe du chef de ménage? . Homme Femme

Q 21. Quel áge a le chef de ménage?

Q 22. Combien de personnes y a-t-il au total dans votre ménage? Personnes.

Q 23. Quel est le niveau d'éducatíon du chef de ménage?

Rien Fin du Primaire Fin du ler cycle secondaire


Fin du 2éme cycle secondaire Uníversítaire

Etude de faisabilité Annexes socioéconomiques page 7


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Q 24. Quelle est J'activité principaJe du chef de ménage?


Q 25. Combien d'enfants vont a I'école?
Q 26. Combien payez-vous par an au total pour tous les enfants scolarisés? FCFA
Q 27. Avez-vous un téléphone a la maison? Fixe·· Portable
Combien dépensez-vous? FCFA par
Q 28. Combien dépensez-vous au total pour s'éclairer et faire la cuisine? FCFA par
Infonnation sur la gestion des ouvrages d'eau
Q 29. Savez-vous qui gere le réseau d'eau ou les autres ouvrages?
Oui Non. Pourquoi?
Q 30. Si Ouí quel est le nom de la structure de gestion?
Q 31. Avez-vous déja participé a des rencontres concernant les problemes d'eau au viIJage?
Oui Non
Q 32. Si Oui, qui a organisé la rencontre? quand? et sur quel sujet?
Si Non pourquoi?
Je n'aijamais été contacté(e) Je n'aijamais été(e) au courant
Je n'ai jamais voulu Je n'ai jamais eu le temps
Autres
Q 33. Est-ce que vous etes pret a participer de maniere active au bon fonctionnement du réseau? Oui
Non
Q 34. Si oui comment entrevoyez vous votre participation?
Je suis pret(e) a contribuer financierement le suis pret(e) a m'investir
. le suis pret(e) a conseiller . Dans la gestion
Autres . Dans les travaux
Q 35. Si Non pourquoi?
Je n'aurai pas le temps le ne suis pas intéressé(e)
I . ~:t~:s me donnera pas l'occasion le n'ai pas les moyens

Q 36. Que pensez vous qu'on doive faire pour améliorer I'acces a I'eau potable?
Réhabiliter le réseau SW . Construire des puits
Installer des pompes a motricité humaine . Construire plus de bornes fontaines
Amél iorer la gestion du réseau Revoir la périodicité de paiement
Revoir le prix de I'eau Mettre des branchements
. Faire une extension du réseau Autres
Assai nissemen t
Q 37. Est- ce vous avez des latrines dans la concession: Oui Non
Q 38. Si oui est-ce que tout le monde les utilise?
Q 39. Autre infonnation pertinente, remarques sur la personne ou sa consommation ou autre question abordée
par I'enqueté(e)

Etude de faisabilité Annexes socioéconomiques page 8


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Annexe 6 Données et analyse par région


1. ADAMAOUA
La capitale de la région est N'Gaoundéré. Faiblement peuplée, dans cette région francophone l'lslam est
majoritaire. Les Peuls y sont nombreux.
Superficie Population
Nbrde Nbrde
km2 Su 2010

63.691 1 040257

Pauvreté
Incidenee Intensité Sévérité
55,0 14,5 5,4
(ANNU 2008)

Résultats de I'enquete de terrain


Profil général
63 % sont des agriculteurs, et 21 % des éleveurs (L'Adamaoua et l'Est sont les seules régions Ol! nous av«.... ':'
rencontré des éleveurs). 29 % des personnes interrogées vivent d'activités commerciales. La population\
plaint de probleme de santé pour 42 %. La taille moyenne d'un ménage est de 8 personnes.
Edueation
C'est dans cette région que I'on rencontre le plus de personnes n'ayant jamais été a I'école (29 %), surtout pour
les femmes (33 % alors que la moyenne pour les femmes en général est de 10 %). La majorité (46 %) a le
niveau primaire. Aucune personne de notre échantillon n'a un niveau supérieur au baccalauréat.
Dépenses des ménages (eau, énergie, euisine, frais seolaires)
L'Adamaoua est la région Ol! I'on dépense le moins (15.500 Fcfa) pour ces usages, mais il est tres important de
souligner que c'est aussi la seu le Ol! il n'y a pas de réseau de téléphone portable (En y ajoutant cette dépense
moyenne, elle resterait dan s la moyenne basse). La scolarité des enfants est de loin le poste le plus cher (58 %
des dépenses).
Consommation en eau (cas des villages 00 iI Ya un aeees a "eau potable)
20 % des ménages ne se servent qu'a des sources d'eau potable (pompe et BF, puisque nous n'avons pas
rencontré de villages avec BP dans l'Adamaoua) et leur consommation moyenne en eau est de 12 I/p/j. 65 % se
servent a la fois a des ouvrages potables ou non potable et ils consomment 19 Vp/j. Les ménages qui n'utilis
pas du tout I'eau potable sont (15%).
Paiement de I'eau et volonté a payer pour un BP
Dans les villages ou il y a un acces a I'eau potable, 60 % des enquétés payent pour I'eau, et tous au volume
puisé. Pour ces personnes, le montant moyen s'éleve a 2.732 Fcfa par mois et 58 % pensent que I'eau n'est pas
chere. Pour la grande majorité (95 %) ils sont préts a payer pour avoir un branchement particulier. lis
accepteraient en moyenne de payer 2 260 Fcfa par mois pour une facture de branchement.
Gestion de I'ean
Quand il ya (ou il y a eu auparavant) un comité de gestion d'un ouvrage d'eau potable, 77 % savent qui en est
responsable, et 67 % des enquétés ont déja participé a des rencontres. Pour les autres, ils n'avaient pas le temps
(37%) ou n'ont jamais été au courant de I'organisation des réunions. 92 % souhaitent la réhabilitation des
Sean water, avec installation de BF supplémentaires. Pour une tres grande majorité, ils sont préts a s'investir, en
tout premier lieu dan s la gestion, puis financierement.
Ceux qui ne veulent pas s'investir, invoquent le plus souvent le manque d'intérét (67%) et le manque de temps
(33%). A noter toutefois que les femmes disent ne pas en avoir I'occasion, puisque la décision de participer a
des réunions publiques dépend de I'accord du mari.
Latrines

Etude de faisabilité Annexes socioéconomiques page 9


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de raisabilité de leur réhabilitation

100 % des rnénages déclarent disposer de latrines traditionnelles, rnais celles-ci ne sont dans 54 % des cas

utilisées par les enfants.

2 CENTRE

Sa capitale est Yaoundé, capitale du pays. La région est francophone.

Superficie %
Population %
Nbrde Nbrde % de
krn2 Supo du pays 2010 Accr départernents cornrnunes pop
68.926 14,8 3643619 3,5 10 70 17,7
Pauvreté
Incidence Intensité Sévérité
41,2 9,5 3,1
(ANNU 2008)

Profil général
51 % de la population vit de I'agriculture et 39 du cornrnerce ou artisanat. La taille rnoyenne d'un rnénage est
de 7 personnes.
Dépenses des rnénages (eau, énergie, cuisine, frais scolaires)
La région est dans la moyenne générale en ce qui conceme les dépenses (36.000 Fcfa), mais les dépenses pour
I'eau sont assez faible (1 %) et ceHes pour la scolarité assez élevés (68%).
Consornrnation en eau (cas des villages oil iI Y a un acces a I'eau potable)
26 % des ménages ne se servent qu'a des sources d'eau potable (pompe (50 %), puis BF et BP) et leur
consommation moyenne en eau est de 18 I/p/j. Les ménages qui n'utilisent pas du tout I'eau potable sont (22%).
Paiernent de I'eau et volonté a payer pour un BP
Dans les villages ou il y a un acces a I'eau potable, 48 % des enquetés payent pour I'eau, de diverses far;:ons
(forfait, volume, en cas de panne). Pour ces personnes, le montant moyen s'éleve a 366 Fcfa par mois et 82 %
pensent effectivement que I'eau n'est pas chere. Pour I'ensemble des ménages, 88 % sont prets a payer pour
avoir un branchement particulier. I1s accepteraient en moyenne de payer 1.600 Fcfa par mois pour une facture
mensuelle. Si aujourd'hui, c'est la femme qui paye pour I'eau dans 63 % des cas, en cas de BP, ce sera I'homme
qui payera la facture (67 %).
Gestion de I'eau
Dans 45 % des cas, il n'y a pas de comité. Quand il ya (ou il ya eu auparavant) un comité de gestion d'un
ouvrage d'eau potable, 82 % savent qui en est responsable, et 70 % enquetés ont déja participé a des rencontres.
87 % souhaitent la réhabilitation des Scanwater, avec installation de BF supplémentaires. lis sont prets a
s'investir, en tout premier lieu financierement (55 %).
Latrines
Tous les ménages déclarent avoir acces a des latrines traditionnelles, mais ceIles-ci ne sont pas utilisées par les
enfants dans 13 % des caso
3. EST
Cette région francophone est la plus grande du pays. Sa capitale est Bertoua. Elle a une tres grande proportion
de petits villages (1.018). C'est I'une des moins peuplées du pays avec au sud des zones completement
inhabitées. Les villages sont de type linéaire le long des pistes. 30 % de la population vit dans des vilIages de
moins de 400 hab., 27 % entre 400 et 1.000, 25 % dans les 53 villages de 1.000 a 10.000. Peuplée de plusieurs
ethnies, dont le groupe dominant est les Maka, agriculteurs, ensuite les Baya, les Beti (tous agriculteurs), des
peuls (éleveurs), et enfin les Pygmées (Chasseurs cueilleurs) qui représentaient 8,5 de la population de la région
en 1987).

Etude de faisabilité Annexes socioéconomiques page 10


Etude de diagnostic de 350 statíons Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitatíon

I Superficie % Supo du pays Population % Nbr de départements Nbr de communes % t '

km2 2010 Accr pop-' I


I 108.900 23 853 154 2,2 4 31 4,1
, J
Pauvreté
Incidence Intensité Sévérité Dépense moyenne Fcfa/an
50,4 15,7 6,2 339014
(ANNU 2(08)

Profil général
Le niveau d'éducation scolaire y est assez baso 21 % des enquétés n'ont jamais été a I'école. La majorité (67 %)
n'a que le niveau primaire. Aucune personne de notre échantillon n'a un niveau supérieur au ler cycle du
secondaire. 75 % vivent de I'agriculture, et 27 % d'activités commerciales, et 8% de I'élevage. On n'y a
rencontré aucun fonctionnaire ou retraité de la fonction publique. Cest dans cette régio que la population
soutTre le plus de manque de santé (Citée pour 50 % des problemes). La tailJe moyenne d'un ménage est de 9
personnes.
Dépenses des ménages (eau, énergie, cuisine, frais scolaires)
Selon notre échantilJon, serait la région 011 I'on dépense le plus (52.300 Fcfa par mois). Mais le résultat r
biaisé par une personne qui dépense énormément pour les études de ses enfants a I'étranger. En enlevant cet,~·
personne, les dépenses globales tombent a 18.000 Fcfa ce qui nous semble beaucoup plus réaliste (20.500
Fcfa).
Consommation en eau (eas des villages ou il y a un acces a I'eau potable)
Aucune personne de notre échantillon du village avec eau potable ne consomme exclusivement de I'eau non
potable. L'eau potable provient exclusivement des BF. En général ils mélangent les sources pour les divers
usages et consomment 21 I/p/j. Dans les villages sans eau potable, la consommation est quasi identique (22
I/p/j).
Paiement de I'eau et volonté a payer pour un BP
Dans le seul village de notre échantillon 011 il Y a des ouvrages potables (BP, BF et pompes), tous payent pour
I'eau, le montant moyen s'éleve a 1.300 Fcfa par mois et trouvent tous I'eau chere. Cependant, pour I'ensemble
de région, ils seraient prets a payer 3.500 Fcfa pour un BP, et la facture serait assez bien répartie entre, les
hommes, les femmes ou les deux ensemble (25 %).
Cependant, selon étude réalisée par un bureau d'étude (hydraulique villageoise, pompes manuelles AtD) et
concernant uniquement les pompes manuelles: 9í)Q1o des personnes enquetées déclaraient etre prets a pay¡;,'
mais 70 % n'acceptaient de payer que 200 Fcfa par mois. Selon cette étude il y a eu des lenteurs a paY'.
effectivement.
Gestion de I'eau
Dans le village 011 la station SW fonctionne, tout le monde sait qui gere. Dans les autres, il n'ya pas de comité.
La majorité n'ajamais participé a des rencontres. 83 % désirent la réhabilitation de la station SW et I'installation
de BF, a condition d'améliorer la gestion (46%), et veulent meme s'investir dans la gestion pour 74 % d'entre
eux, ce qui est de loin le plus fort taux de notre échantillon. Pour les autres, í1s ne peuvent pas payer pour I'eau
et ne veulent done pas s'investir.
Latrines
100 % des ménages déclarent avoir acces des latrines traditionnelles, mais celles-ci ne sont dans 25 % des cas
utilisées par les enfants.
4. LITTORAL
Sa capitale est Douala, dont la population est quasi identique a celle de Yaoundé (environ 1.900.000).

Etude de faisabilité Annexes socioéconomiques page 11


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

-
I
Superficie
km2
20.239
%
Supo du pays i
4,2 I
Population
2010
3051536
%
Accr
3,6
Nbr de départements

4
Nbr de communes

28
%de
pop
14,4
i
Pauvreté
Incidence Intensité Sévérité Oépense moyenne Fcfa/an
30,8 7,6 2,7 413866
(ANNU 2008)

Profil général
Cette région se distingue des autres par beaucoup de parametres: Par un niveau d'éducation scolaire tres élevé.
Tous sont allés a l'école, dont 15 % ont meme un degré universitaire, par 40 % de la population de notre
échantillon qui est constitué de fonctionnaires ou retraités. Par la taille moyenne d'un ménage qui n'est que de 5
personnes, par le faít que tous les villages enquetés ont un acces a l'eau potable et que c'est la région ou la
consommation moyenne est la plus élevée (25 I/p/j). Si la question de I'eau n'est pas réglée, cette population
assez aisée réclame aussi I'électricité dans 65 % des caso
Dépenses des ménages (eau, énergie, cuisine, frais scolaires)
C'est dans cette région que I'on dépense le plus (37.000 Fcfa), et ou les dépenses semblent assez équilibrées.
Consommation en eau (cas des villages ou il ya un acces a I'eau potable)
Meme si tous semblent y avoir acces, 25 % des ménages, ne consomment pas d'eau potable. 50 % consomment
de I'eau potable exclusivement (Pompe et BF a égalité), el 25 % mélangent les sources. La consommation
moyenne est de 25 l/p/j. Ce sont ceux qui mélangent qui consomment le plus: 37 I/p/j.
Paiement de I'eau et volonté a payer pour un BP
Tous les villages ont un acces a I'eau potable, cependant 20 % des enquetés seulement payent pour I'eau, et dans
ce cas au volume pour une moyenne de 3.350 Fcfa par mois, la moyenne la plus élevée et 50 % la trouve chere.
C'est soit I'homme, soit la femme qui paye pour I'eau aujourd'hui (50 %), jamais le ménage, mais en cas de BP,
la dépense sera plus supportée par l'homme, meme si la femme continuera d'y contribuer avec luí.
Gestion de I'eau
Si 60 % sait qui gere les ouvrages, ils ne sont pas impliqués, puisque 60 % n'ajamais participé a des rencontres.
Soit ils ne sont pas au courrant, soit ils n'ont pas été invités. Tous voudraient bien s'investir, mais plus dans la
gestion, le conseil et les travaux que financierement( 15 % seulement). lis veulent la réhabilitation des stations,
I'installation de BF et de BP.
Latrines

95 % ont des latrines traditionnelles, 5 % des WC modemes, utilisées par tout le monde, y compris les enfants.

5. NORD-OUEST

La capitale régionale est Bamenda. La région est anglophone.

I Superficie 0/0
I Population I % Nbr de départements Nbrde
¡ %de
i km2 I Supo du pavs 2010 Accr communes pop
17.872 I 3,8 I 1 907647 I 1,9% 7 31 I 9,9
Pauvreté
Intensité Sévérité % de auvres Oépense moyenne Fcfa/an
16,6 6,8 13,0 367278
(ANNU 2008)

Profil général
Le niveau de scolarisation y est aussi tres bon, les activités professionnelles assez bien réparties (60 %
agriculteurs, 25 % fonctionnaires et 15 % commerce). Si tous déplorent leur acces a J'eau potable, ils citent
aussi presque tous (95 %) I'électricité.

Etude de faisabilité Annexes socioéconomiques page 12


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Dépenses des ménages (eau, énergie, cuisine, frais scolaires) I


\
Pour les dépenses, la région ne se distingue pas particulierement, sauf par une dépense importante pour-le
téléphone. Ce qui contredit les chiffres sur la pauvreté de la région.
Consommatíon en eau (cas des villages ou il ya un aeees a I'eau potable)
100 % citent I'eau comme probleme le plus important. La consommation moyenne est de 20 I/p/j. 67 % ne
consomme que de I'eau potable (BF ou BP), ceux qui ne consomment que de I'eau non potable (17 %) en
consomment assez peu: 12 I/p/j. Cest dans cette région que les enfants sont le plus sollicités pour aller chercher
I'eau (95 %).
Paiement de I'eau et volonté a payer pour un BP
83 % payent 717 Fcfa par mois soit au forfait, soit au volume, 80 % trouvent que ce n'est pas cher. 95 % de
I'ensemble veulent un BP et déclarent vouloir payer 1.815 Fcfa en moyenne pour ce service.
Gestion de I'eau
Quand il y a de I'eau potable dans le village, 75 % sait qui gere, mais la grande majorité ne participe pas aux
réunions paree qu'ils ne pas informés ou invités. lis veulent bien la réhabilitation des stations (mais aussi
I'installation de pompes manuelles), et sont préts a s'investir financierement pour 61 % et dans la gestion pour
39 %
Latrines
Cest dans cette région que I'on trouve le plus de WC modemes (10 %) et dan s tous les cas, modemes ou
traditionnelles, elles sont utilisées par tout le monde.
6.0UEST
La plus petite région du pays, peuplée en majorité de Bamilékés. Sa capitale régionale est Bafoussam.
Superficie % Population % Nbrde Nbrde 0/0 de
km2 Supo du pays 2010 Aecr départements eommunes pop
13.872 3 1 886931 1,5 8 38 9,8
Pauvreté
Ineidenee Intensité Sévérité % de auvres Dépense moyenne Fcfa/an
28,9 6,6 2,3 7,7 415661

(ANNU 2(08)

Profil général

Cest dans cette région que les problemes de san té sont cités le moins souvent (8 %). On y trouverait aussi"

plus grand nombre de ménages dont le chef est une femme (29 %), mais Ol! I'on trouve aussi le plus d'écart

entre ce que disent les hommes et les femmes sur ce sujet. La majorité vit du commerce (71 %). La taílle

moyenne des ménages est la plus élevée de toutes les régions et compte 13 personnes.

Education

La situatíon est assez originale: La stratégie semble étre soit de ne pas aller du tout ¡\ j'école (13 %), ou peu (79

%), soit de continuer jusqu'¡\ I'uníversité (8%).

Dépenses des ménages (eau, énergie, cuisine, frais scolaires)

Les dépenses des ménages de cette régíon sont dan s la moyenne, a noter toutefois que c'est ici que I'on dépense

le plus pour I'eau (9,6 % des dépenses).

Consommation en eau (eas des villages ou iI ya un acces a I'eau potable)

La collecte de I'eau est assez répartie entre femmes (42 %), hommes (17 %) et enfants (58 %), OU ils sont

d'ailleurs le moins sollicités. La consommation moyenne est de 16 litres. 56 % ne consomment que de I'eau

potable quand ils y ont acces, i1s sont nombreux ¡\ avoir un BP (44 %). Tres peu mélangent les sources (6 %).

Paiement de I'eau et volonté a payer pour un BP

Etude de faisabílité Annexes socioéconomiques page 13


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au eamerouo et de faisabilité de leur réhabilitation

Les frais pour l'eau ne se partagent pas: Cest soit I'homme qui paye, soit la femme. Jamais le ménage. Et la
situation ne changera pas en cas de BP, d'ailleurs, les femmes seront plus nombreuses qu'aujourd'hui a assumer
la facture (26 % contre 17 %). 38 % payent pour I'eau une moyenne de 3.200 Fcfa et trouve aussi que I'eau est
chere. 96 % veulent payer pour un BP et peuvent aller jusqu'a 2.650 Fcfa pour la facture. Ceux qui n'ont pas
acces a l'eau potable sont les plus généreux et sont prets a y mettre jusqu'a 3.000 Fcfa par mois.
Gestion de "ean
La région ne se distingue pas sur ce point, mis a part que 21 % des enquetés n'auront pas le temps de s'en
occuper, et s'ils peuvent, ce sera plutót dans le conseil et les travaux que dans les finances ou la gestiono
Latrines
4 % ont des WC modemes, les autres des latrines. Elles sont utilisées par tout le monde.
7. SUD
Région anglophone, sa capitale est BUEA. Une uníversíté y a été créée en 1993. La région compte 981
vilIages. Les villages sont allongés le long des pistes et des routes et beaucoup sont inaccessibfes pendant la
saison des pluies.
Superficie I
% Population %
Nbrde Nbrde %de
km2 Supo du pays 2010 I Accr départements commnnes pop
24.910 I 5,4 1478818 I 2,5 6 26 7,5 I
Pauvreté
Incidence Intensité Sévérité Dépense moyenne Fcfa/an
27,5 6,9 2,5 472 595
(ANNU 2008)

Profil général

Le chef de ménage est tres rarement un homme (meme d'apres les femmes). 57 % vivent de I'agriculture, 30 %

de commerce, et on compte 13 % de fonctionnaires ou retraités dans notre échantillon, et il y a 9 personnes par

ménage.

Education

La région qui ne se distingue pas des autres, compte 9 % de non scolarisés et 4 % d'universitaires.

Dépenses des rnénages (eau, énergie, cuisine, frais scolaires)

Mis a par que c'est la région ou I'on dépense le moins pour I'eau, la région ets dans la moyenne pour les autres

dépenses.

Consornrnation en eau (cas des villages 00 iI Y a un acces a I'eau potable)

Cest la région ou l'on consomme le moins d'eau, 14 litres en moyenne, mais il y a un tres fort taux de

consommation en eau potable: 80 % la consomme exclusivement et exclusivement aux BF (pas de pompe ni de


BP), et tres peu mélangent avec de I'eau de source.
Paiernent de I'eau et volonté a payer pour un BP
20 % seulement payent I'eau, dans ce cas toujours au forfait. Pour les autres, elle est gratuite. Cest toujours
I'homme qui paye I'eau, mais tres peu: 215 Fcfa par mois. 96 % sont d'accord pour un BP, a condition de ne pas
payer beaucoup: 760 Fcfa par mois. Ceux qui n'ont pas acces a I'eau a I'heure actuelle sont toutefois plus
généreux et payeraient 1.434 Fcfa. Dans tous les cas, I'homme serait toujours seul a payer la facture (100%).
Gestion de I'ean
Ce sont les élites ou les membres du comité de gestion qui payent effectivement pour I'eau.
Latrines
Tous ont acces a latrines traditionnelles, mais 35 % des enfants ne les utilisent paso

Etude de faisabilité Annexes socioéconomiques page 14


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

8. SUD-OUEST

La capitale régionale est Ebolowa. La région est anglophone.

Superficie % Population % Nbrde Nbrde %de


km2 Supo du pays 2010 Accr départements communes pop
47.110 10 737723 3,0 4 22 3,6
Pauvreté
Incidence Intensité Sévérité O/o de auvres Dépense moyenne Fefa/an
29,3 7,4 2,6 2,4 458844

(ANNU 2008)

Profil général
100 % déclarent des problemes d'eau et ensuite de santé (31 %). 75 % vivent de I'agriculture, qUÍ est le plus fort
taux avec l'Est. JI n'y a pas de femmes chef de ménage.
Edueation
11 n'y a pas d'illettrés dans notre échantillon, et 6 % qui sont alié a I'université.
Dépenses des ménages (eau, énergie, cuisine, frais scolaires)
C'est la région avec les plus fortes dépenses générales (45.000 Fcfa) et ou I'on dépense a la fois énonnémem
pour la scolarisation des enfants (72 % des dépenses) et tres peu pour l'eau (0,7 %). Consommation en eau (cas
des villages ou il y a un acd:s a I'eau potable)
Notre échantillon ne comporte qu'un seul village avec eau potable dans cette région. La population s'y sert
exclusivement aux BF, environ 16 I/p/j
Paiement de I'eau et volonté a payer pour un BP
Ce sont les hommes qui payent un forfait moyen de 305 Fcfa par mois (le plus faible de toutes les régions) mais
sont pourtant 50 % a la trouver trop chere. Tous, hommes et femmes sont volontaires pour payer 1.900 Fcfa par
mois pour un BP. Dans ce cas, les dépenses seraÍent plus partagées.
Gestion de I'eau
La grande majorité désire la réhabilitation des stations, I'augmentation du nombre de BF et I'amélioration de la
gestion et sont prets a s'y investir dans tous les domaines.
Latrines
100 % ont acces a des latrines qui sont utilisées par tout le monde

Etude de faisabilité Annexes socioéconomiques page 15


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Annexe 7 Données démographiques générales


Données 1976 1987 2005
Population total e 7663246 10493655 17463836
Population urbaine 2184242 3968919 8514938
Population rurale 547" Ah 6 524 736 8948898
Taux d'urbanisation 28,50 % 37,80 % 48,80%
Taux de croissance annuel 3,00% 2,90 %
Indice de fécondité 6,00% 5,60~
Taux de mortalité 20,40/00 13,7 %
Taux de mortalité infantile 156,5 %0 82,9 %0
Espérance de vie a la naissance
Femmes 43.2 ans 52,4 ans
Hommes 45,6 ans 56,2 ans
Ensemble 44,4 ans 54,3 ans

Annexes socioéconomiques page 16


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de Jeur réhabiJitation

Annexe 8 Consommation d'eau

Nombre de ménages (-l, pourcentages de ménages et litres par jour par personne

Potable exclusif MélaI!.Q8 Non potable excluslf (') .


1") Nbr (")Nbr ~ (")Nbr .;".'C-, Nbrj)ersl , Total
ménages % II¡)/j ménages % -:-¡¡¡;¡¡ ménages % 11011 ména!!e ~ 'i",~_~, "Oii
AO 4 20 12 13 65 '19 3 15 ' '.2l 8 ,',o." """19
ce 6 26 18 12 52 'SI 5 22 '.14 7 . 15
EST 1 25 20 3 75 15 o o o 9 ' "
21
LIT 10 50 21 5 25 37 5 25 .25 5 25
NW 8 67 24 2 17 20 2 17 12 9 20
W 9 56 19 1 6 26 6 38 18 13 18
S 12 80 15 1 7 15 2 13 'l5j 9 t4
SW 4 100 14 O o o O O ,\,-0 11 ..::18
TOTAL 54 47 18 43 32 18 18 20 " 171 91 ' 18
Provenance de I'eau potable

Pourcentage des ménages (..) en fonction de la source d'approvisionnement en eau potable

BF BP Pom~e
% 11011 % 1m!! % 11011
AO 35 5 O O 50 ' 7
ce 13 8 9 19, 57 4
eST 100 4 O 0 1
o O
LIT 35 231 O 0, 35 36
NW 58 21 25 21 1 O o
W 6 20 44 19 13 20
S 27 10 13 14 40 17
SW 100 14 O O o o
TOTAL 32 12 14 18 33 10
(..) Chiffr.. basés sur les enquétés qUI résí<ient dans les IIIlIag.. oU ,'eau potable es! <lsporuble (panpes, SF f!Joo BPI
(0) Chlffres baSés sur I'ensamblades enquétós

Etude de faisabílité Annexes socioéconomiques page 17


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Annexe 9
~ .. ~~

ménaaes
Volonté de payer

Achat
eau
Considerent Volontaire
eau pour
CoUt
mensuel 1
Autres frala

Quí payent potable paschére oavereau oourBP Eneraie "1 Téléohone Scolarité
% Fcfa % % Fcfa Fcfa I Fcfa Fcfa
AD 60 2732 58 95 2263 3855f O 8946
53811

I
CE 48 366 82 100 1592 24370
EST 100 1296 O 100 3500 5625 38438

¡
LIT 20 3355 50 100 1650 11 741 15654
NW 83 80 92 1720 8080 9292
W 38 17 94 2457 5363 5563 19120
S 20 67 93 372 7745 7750 10361
SW 100 50 100 1625 5750 6667 32292
Moyenne 47 57 91 1161 6698 6487 19775

vmages .... ~areau ~


Achat Volontaire CoGt Autres frais
eau oour mensuel
potable pavereau pourBP Enerale TéléDhone Scolarité
Fcfa % Fcfa Fcfa Fcfa Fcfa
AO 75 2333 2750 O 5521
CE 88 1701' 2500 4167 26436
EST (*) 16394 90 2389 3823 8438 6317
LIT ¡") NA NA NA NA NA
NW 100 1 150 3688 7125 25313
W 100 3000 5006 10667 48708
S 100 1434 2838 5000 12771
SW 100 1833 24500 11800 28146
Moyenne générale 94 2094 6241 8369 20471

(") Est non potable" UtIllsent les porteurs cfeau ('*) paa de vlllages sans accea a I'eau potable

Totalité des vlUages (mQy8Me génénde)

%de Achat Considerent Volontaire CoGt I Autres treis


ménaaes eau eau . Dour mensuel I
qui pavent
%
Potable as chere(% oavereau
%
Dour BP ¡
Fcfa I
Energíe
Fcfa Té~ Scolarité
Fcfa
AD 92 2273 3663 8375

"6~
CE 97 1620 24903
EST 92 2591 4123 11670
LIT 100 1650 11 741 15654
NW 95 1817 6128 15700
W 96 2646 5244 6955 28983
S 96 760 5679 6833 11199
SW 100 1944 18250 10615 29182
Movenne aénérale 96 1816 6523 1162 18133

Etude de faisabilité Annexes socioéconomiques page 18

Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabiJité de leur réhabilitation

Annexe 10 Population et taux de croissance

Population 1976 1987 0/0 croissance 2005 010 croissance


ADAMAOUA 359334 495185 4,7% 884289 2,3
Dierem 61 165 124948 4,0
Faro et Déo 45435 82717 3.4
Mayao-Banyo 92315 187066 4,0
Mbere 126921 171670 1.7
Vina 169317 317888 3,5
CENTRE 1176743 1 651 600 15,3% 3098044 3,5
Haute Sanaga 77 625 100352 1,5
Lekíé 240252 286050 0,6
Mbam et [noubou 148775 188927 13
Mbam etKim 55959 105 511 3,6
Mefou et Afamba 87307 126025 2,1
Mefou et Akono 55446 59017 0,4
Mfoundi{Yaoundé) 703588 1 881 876 5,(j
Nyong et Kellé 98261 129819 1
Nyong et Mfgoumou 88349 104507 0,9
Nyong et So'o 96038 115960 1,5
EST 366235 517198 4,8% 771 755 2,2
Boumba et Ngogo 79935 115 354 2,1
HautNyong 148475 196519 1,6
Kadey 132 146 184098 2,0
Lom et Djerem 156642 275784 3,2
LITTORAL 935166 1352833 12,0% 2510263 3-,6
Mungo 340287 379241 0,6
Nkam 41 143 36730 -tl.b
Sanaga Maritime 136932 162315 1,0
Wouri 834471 1 931 977 4,8
NORDOUEST 980531 1237348 12,8% 1 728953 1,9
Boyo 114 102 124887 0,5
Bui 217064 321 969 2,2
Donga Mantung 226916 269931 LO'
Menchum 105664 161 998 1­

Mezam 313 043 524 127 2.9


Momo 143466 138693 0,2
Ngo-Ketunjia 117093 187348 2,6
OUEST 1035597 1339791 13,5% 1720047 1,5
Bamboutos 215523 292 410 L7
Haut Nkam 137386 144786 0,3
Hauts Plateaux 76704 80678 0,3
Koung-Khi 79056 • 65021 - !,t;
Menoua 251 616 285764 0,7
Mifi 202 193 301 456 2,2
Ndé 83588 94849 0,7
Noun 293725 455083 2,4

-----------------------------
Etude de faisabilité
~----.--------------------------------
Annexes socioéconomiques page 19
Etude de diagnostie de 350 stations Seanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Population 1976 1987 % croissance 2005 % croissance


SUDOUEST 620515 838042 8,1% 1316079 2,5
Fako 466412 3,6
Manyu 181 039 2,3
Lebialem 113 736 0,8
Meme 326734 2,7
Kupe et Manengouba 105579 1,3
Ndian 326734 7,6
SUD 315202 373798 4,1% 634655 3,0
Dja et Lobo 121 059 196951 2,7
Mvila 116996 163929 1,9
Ocean 92994 179093 3,7
Vallée du Ntem 42749 79182 3,5

Etude de faisabilité Annexes socioéconomiques page 20


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Annexe 11 Résumé de la situation de quelques villages


visités
LlTTORAL
MARIENBERG ELOG NGANGOI SANAGA MARITIME
Le Comité de gestion et de vigilance mis en place en 1984 avec le démarrage de SW, ne marche plus. Le réseau
a été vandalisé et abandonné. Unjeune homme a été assassiné en 2006. Suite aux vols sur le réseau alors que
les vilJageois courraient apres les voleurs, ceux-ci ont tiré sur un jeune du Comité de vigilance. Cet accident a
oceasionné la fermeture de la SW. Les usagers relevent que le Comité de gestion fonctionnait bien, bien
organisé et légalisé avec 7 membres. Le paiement de I'eau n'était pas encore obligatoire, mais on prélevait
quand meme 500 Fcfalmois par ménage. Le bilan financier était a peu pres de 54.000 Fefa., une petite somme
qui ne nécessitait pas I'ouverture d'un compte d'épargne, l'argent était done gardé au vilJage. Pour la conseilJere,
¡¡ I'eau e'est la vie, et dans cette zone il y a trop de choléra. Nous venons de perdre un enfant a cause du eholéra,
e'est done dire que s'il n'y a pas d'eau, la SANAGA va nous finir ». La localité vient de bénéficier d'une pompe
it motrieité humaine offerte par une élite du village.
SONGMBENGUEI SANAGA MARITIME
Village d'environ 1500 personnes, s'étendant sur plus de 4 km, composé de 6 quartiers, disposant de quelqu;
infrastructures commerciales. Le district de Massock s'agrandít et la population augmente. 11 y a des écoles
primaires, un Iyeée d'enseignement général, un Iyeée bilingue, un centre de santé. Le village se trouve sur un
axe routier bitumé. L'eau y est gratuite y compris a la pompeo On n'a pas souvenir d'un quelconque paiement
d'eau. Toutefois les usagers manifestent un certain enthousiasme a devoir payer I'eau, <í si I'on mettait un
robinet dans la cour, alors, le paiement se ferait sans probleme. Un Comité de gestion a existé il y a longtemps.
Les usagers réussissent a donner la composition de ses membres. En réalité, la gestion du réseau SW était faite
par une élite, promoteur du projet SW. Quelques personnes ont été envoyées en formation a NGOG PEM
pendant 4 jours. Les problemes d'aeces a I'eau sont tres graves, en saison seehe, les sourees tarissent, meme
aux pompes.
FIKO-MANGAMBA-MIANGI MUNGO
3 villages. Probleme d'organisation entre eux. SW réhabilitée par UE. Les usagers ne payent ríen pour I'eau,
mais paíeraient sans probleme pour un BP. lis connaissent I'existence du CGPE (colleetif aux 3 villages); maís
eette jeune structure est suspendue actuellement en attendant la fin des travaux de J'autre chateau pour le
légaliser et commencer les réuníons. Pour I'instant, aucune organísation pour finaneer les réparations.
BOMONOBOMONO/MOUNGO
2 groupements de 40.000 personnes. La proxímíté de Douala faít que la ville est de plus en plus peuplt
Structures de santé et scolaíres éloignées les unes les autres. Centre eommereial avec statíon services. SW
conneeté au réseau électrique mais coupures répétées de 1 a 3 jours. L'eau est payante aux BF et BP a 500 Fefa
le m3. CGPE de 11 personnes dont une femme (trésoríere). Les membres re¡yoivent une prime. L'agent
admínistratif, un salaíre mensue!. Bonne organisation pour la gestion de I'eau. Avec local, traitement des
données informatisé. Le présídent a une moto de service. L'agent administratif est permanemment au bureau.
Facture de février 2010 d'un usager comme justificatif de la bonne gestiono Le dernier eonseil d'adm inistration a
arreté les comptes financiers en recettes et dépenses it 17.350.000 FCF A. Insuffisance d'infrastructures: il y a
des zones sans eau. Extension du SW (agrandissement du ehateau) prévue par la mairie avec alimentation du
Iycée et de nouveaux quartiers.
YINGUII NKAM
Chef líeu d'Arrondissement en plein essor de plus de 2.000 personnes. Quartiers en construction. Lycée,
colleges et autres structures de formation s'agrandissent. Le Centre commercial se modernise. Le réseau SW est
en panne depuis longtemps et les forages ne fonctionnent pas non plus. Seul le forage du centre médical
approvisionne toute la ville. í< L'acces a I'eau est tres difficile, le seul forage du Centre médical ne peut
ravitailler tout le monde, il ouvre a des heures précises: de 4h it 8h. Les populations dans l'immense majorité
vont puiser I'eau dans des rivieres et les ruisseaux voire les marécages. Nous buvons l'eau de n'importe ou et"

Etude de faisabilité Annexes socioéconomiques page 21


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

ya une épidémie de diarrhée due a I'eau que nous buvons ». Les usagers ont une vague idée de I'existence de
CGPE. 11 yen a un a Ndogmem Sud créé en 2008 et légalisée (Une des conditions du don japonais pour une
pompe manuelle). La pompe est en panne. Un compte d'épargne est ouvert a la poste. Les usagers paient 500
Fcfa par ménage/mois et le bilan financier actuel est de 200 000 Fcfa. Le CGPE recherche actuellement un
technicien pour la réparation.
SUDOUEST
BOVAlFAKO
Ensemble de villages au pied du Mont Fako. Plus de 2.000 personnes. En plein essor avec constructions
modemes. Dortoir de BUEA. Projet de construction d'un centre de formation agricole qui serait un important
appui au centre de recherche agronomique d'Ekona situé non loin de la. Tous ces víllages sont aJimentés par le
réseau SW et plusieurs autres réseaux communautaires notamment celuí d'un diplomate retraité et celui d'un
ancien premier ministre. Le chateau ne peut pas toujours servir tout le monde. Probleme de moteur, «L'eau
n'arrive pas tout le temps. Par ex. maintenant, nous n'avons pas d'eau depuis trois jours, mais on donne I'eau a
certains. Quand le moteur tombe en panne nous n'avons pas d'eau pendant parfois 8 a 12 moís >l. Un Comité de
gestion légalisé (BONAVADA) cordonne 5 autres comités de gestion locaux. Pas de fontainiers. La population
paye au forfait ou en cas de panne. « Mais on aimerait plus etre associé au projet afin que les populations
s'int<~grent au projet, et sachent que c'est leur propriété au village meme si la Commune doit intervenir ».

BANGA-BAKUNDU-BOMBEI MEME
2 villages de 5.000 et 6.000 hab. Hotel neuf. Centre commercial relativement développé. Centre médica!.
Etablissements primaires et secondaires. 9 églises. SW en panne et abandonné depuis environ 10 ans. Banga et
Bakundu s'approvisionnent dans les puits, les rivieres et les ruisseaux. Bombé s'approvisionne a une source
aménagée avec robinets et une seule BF ou la population s'agglomere comme « des abeilles dans une ruche ».
Plus de CGPE. L'ancien Président, le Chef du village de BOMBE déclarent ne plus vouloir que I'on parle du
réseau de SW qui ne fonctionne plus depuis tres longtemps. Se Ion lui, la population est disciplinée et
respectueuse, des que I'eau coulera, la mise en place du CGE se fera immédiatement, mais pour le moment, on
ne peut pas discuter d'une chose qui n'existe pas. Le chateau d'eau doit etre augmenté afin d'avoir une capacité
importante pour tous les villages en tenant compte de l'extension possible. Le Maire dit qu'il y a beaucoup trop
de maJadies relatives a I'eau.
MBONGOINDIAN
En pleine industriaJisation avec la construction d'une huilerie pour le traitement des noix de palme en produits
dérivés. Affluence de population altendue. Compte actuellement un grand nombre de Nigérians. Le réseau du
SW ne fonctionne plus depuis des années. L'eau du réseau SW a une couleur et une odeur, si bien que personne
ne I'utilisait pour boire et pour faire la cuisine, uniquement pour le ménage. lis se ravitaillent en eau au puits.
EYAl'G - MFAlTOCK - ASHUM - BAKOBEI MANYU
Environ 10.000 hab. 4 villages tres étendus sur plus de 30 km environ. Réseau SW a Eyang en panne depuis
plus de 15 ans. Captage gravitaire au pied de la montagne a BAKOBE (seul village avec eau par BF) reliée
aux tuyaux du réseau SW. Les 3 autres villages n'ont pas d'eau. Les populations s'approvisionnent aux sources
naturelles (boisson et cuisine), dans les puits pour les autres usages. Voudraient I'installation des pompes a
motricité humaine afin de pallier aux éventuelles panes du réseau.
NORDOUEST
NGYEN MBOI MOMO
Environ 3.000 hab. Présence d'un monastere. Le réseau SW ne fonctionne pas. Plus de CGPE. Quelqu'un de
SW est venu prendre le moteur pour l'amener a la réparation et I'installer dans un village qui voulait de I'eau,
depuis, il ne I'a plus ramené. Notre eau provenait de I'adduction d'eau gravitaire Tuenyang Borne Struck
(réhabilitation VE). Mais la pression de I'adduction gravitaire n'est pas suffisante pour alimenter tous les
villages. Et ici pas d'eau depuis 10 ans. Village habitué a payer 500 Fcfalmois pour BF. Les BP environ 5.000
Fcfalmois selon le volume d'eau consommé.

Etude de faisabilité Annexes socioéconomiques page 22


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

BANGOLAN/ MEZAM
Plus de 10.000 hab sur 10 Km. Une douzaine d'écoles et de colleges. SW plus puits en cas de panne. La vill~ ....
une grande association: Sangolan Oevelopment Association (SAN.O.A.) qui gere tous les projets de
développement du village (santé, éducation, agriculture, commerce et eau). Légalisée, eJle mobilise beaucoup
d'argent. Sien organisée avec assemblée générale une fois/an en février. Conseil d'Administration 3 fois/an et
en cas de besoin. Conseil d'Adm inistmtion extmordinaire. Toutes ces rencontres sont convoquées par le
Président et le Chef du village. Relevons que la tmdition a une tres grande importance au sein de ces
populations et les ordres du Chef sont appliqués a la lettre. La population se plaint que le moteur a
régulierement des problemes et que les pieces ne tiennent pas longtemps.
DUMBOI DONGA MANTUNG
2.000 hab., s'étend sur environ 4km. Structures sanitaires et $Colaires. Commerce florissant qui fonctionne dans
I'informel Adduction d'eau gravitaire connectée au réseau SW. Eau payée par participation en cas de nécessité.
100 Fcfa pour volume et durée indéterminée. Quelques personnes disent payer 500 Fcfalmois aux SF. CGPE:
Dumbo Water Management Comitee. Pas encore légalisé, mais bien organisé, comprend 9 membres, tous
hommes. Mais le Président dénote les faiblesses de la structure. Le Président voudmit un appui pour
modemiser le comité.
MISAJE/ DONGA MANTUNG
Plus de 5.000 hab sur 4 km. Nombreuses nouvelles constructions. Structures samtalres et éducatiJL
(confessionnelles et publiques). Activités économiques importantes. Une ville en expansiono Le réseau SW
serait en panne depuis un ano Au vu de I'état des SF, la durée de I'arret semble plus anden Personne n'explique
clairement le probleme. On nous a dit « c'est un homme politique qui a demandé qu'on abandonne le réseau SW
». La population s'approvisionne dans les rivieres les ruisseaux. Toutefois. Pour I'eau de boisson, au forage
Helvetas ou I'on paie 20 I a 50 Fcfa.
NKWENI MEZAM
Grand quartier rural de la ville de Samenda. Electricité, centres médicaux, établissements scolaires). 2 réseaux
avec SP: Camerounaise des eaux et Nken Water Supply System, connecté au réseau SW en panne. Pour CDE,
on paye une facture sur relevé de la consommation. Les usagers des SF NWSS paient 2.000 Fcfa par
ménage/an. Pour SP, le paiement est 3.500 Fcfa par ménage/an pour un volume indéterminé. Le chef de village
est président du comité de gestiono Mais c'est le chairman (président directeur), qui gere au quotidien le réseau.
Le Comité compte plusieurs personnes, toutes des hommes: 4 maintenanders I collecteurs par quartier ou zone
qui déclarent: «Le réseau SW avait un probU:me d'eau colorée. On ne traitaít pas Peau, pas de tests physico­
chimiques, c'est a cause de cette mauvaise eau qu'on a abandonné le réseau SW. JI n'y avait pas de permanent
qui pouvait vérifier régulierement I'état de I'eau et mettre des produits ». Ne veulent pas de gazoil, mais dI!
solaire.
EST
ANGOSSAS / HAUT NYONG
Population estimée a 3.000 habitants, la ville se trouve a 82 Km de Abong Mbang. Chef lieu d'une unité
administrative: Lycée d'enseignement général, college d'enseignement technique, écoles publique et privée,
hópital d'arrondissement, (disposant chacun d'une pompe manuelle qui sert aux éleves, malades et populations
rívemines) et services déconcentrés de plusieurs ministeres. La population devient de plus en plus importante et
de nombreux établissements d'enseignement primaire et secondaire se créent ou sont appelés a etre créés. La
station en parfait état, m ise en service en 1985, a arreté de fonctionner en 1992, suite a la détérioration de la tete
de forage par un engin de génie civiL La population (qui habite loín des services cités plus haut)
s'approvisionne dans des sources plus ou moins aménagées. L'eau manque en saison seche. Pas de CGE.
L'entretien des ouvrages est assuré par les responsables des services qui les abritent. La mairie a soumis un
projet d'hydraulique au FElCOM.

Etude de faisabilité Annexes socíoéconomiques page 23


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

EBAI HAUT NYONG


A environ 118 Km de Abong Mbang. Depuis la crise de vente du café et du cacao, le village sem ble péricliter
et semble tout attendre de I'Etat ou de la commune qui elle n'est pas tres présente aupres des population. La
station d'Eba dessert quatre villages. La zone desservie dispose d'une école primaire. Le village dans lequel se
trouve le forage ne dispose d'aucune BF, iI n'y a aucun point d'eau et les populations s'approvisionnent dans des
sources se trouvent dans les talwegs. Ces cours d'eau et les sources tarissent en saison seche. La SW a cessé de
fonctionner environ trois années apres sa mise en fonction pour une panne de contacteur et par manque de
carburant. Plusieurs de ses composants dont le groupe électrogene ont été volés. Quand la station marchait un
CG dont les membres avaient été désignés par les chefs avait été mis en place et les populations donnaient une
contribution mensuelle forfaitaire par famille pour I'achat du carburant.
NDEMBA I LOM ET DJEREM
A 80 km de Bertoua. L'agglomération dispose de 2 écoles primaires et d'un CES. Cette station fonctionne
parfaitement avec un réseau de 12 BF et quelques BP avec compteurs. Un comité de gestion fonctionnel existe,
la trésorerie est tenue par une sreur catholique. Les fontainíers peryoivent une rémunération de 15% du montant
versé et les autres membres du CG peryoívent une motivation forfaitaíre décidée par le CG. Ce CG díspose d'un
compte a la procure de Bertoua pour la sécurisation des fonds.
NDOKAYO I LOM ET DJEREM
A environ 195 Km de Bertoua. Population d'envíron 7.000 hab. dont 4.000 réfugiés Centrafrícains. Elle díspose
de 4 écoles prímaíres mais pas d'établíssement secondaíre. Elle compte 3 points d'eau équípés de pompe. Les
sources exístantes sont éloignées avec un acces difficile. La population achete l'eau aux vendeurs pour 75 a 100
Fcfa le bidon de 20 1. La station a arreté de fonctionner a cause de la mauvaise gestion car le CG n'a pas pu
réagir des la premíere panne, de plus, certaínes personnes (notamment de la famille du Chef) ne payaient pas et
par la suite, plusíeurs éléments de la station ont été volés. Le CG était alors géré par les dignitaires du village
qui ont utilisé I'argent collecté pour leur propre besoin.
KAMBELE I KADEY
A environ 5 Km de BatourL Population d'environ 1.300 hab. 11 n'existe aucun point d'eau et la population
s'approvisíonne a des sources alimentées par des eaux de surfaces. La station SW a été mise en service en 1991
mais n'a pas fonctionnée depuis I'arret de la maintenance par Scanwater. Plusieurs composants de la statÍon
(compresseur, pompe, surpresseur, batterie et groupe électrogene) ont été volés. Les responsables du village ne
semblent pas tres íntéressés a la chose car aucune action n'a été engagée apres ces dívers vols.
BOUBARA I KADEY
A environ 52 Km de Batouri, a 18 Km de la frontiere Centrafricaíne. Environ 10.000 hab. dont 3.000 réfugiés.
Une école primaire et un CES. 3 points d'eau équípés dont un pour le centre de santé. Les populations
s'approvisionnent dans des sources non aménagés situées a environ 25mn du village. La station SW n'a
fonctionné que pendant la période Ol! I'entretien et la fourniture du carburant étaient assurés. Aucune
organisation n'ajamais été mise en place et les populatíons ne savent meme pas ce qu'est un comité de gestiono
Station completement vandalísée et tous les éléments importants ont été emportés a I'insu des populations et des
responsables traditíonnels quí ne semblent pas s'íntéresser a ce problt~me. La population est de plus en plus
importante avec I'aftlux des réfugíés venant de Centrafrique. Le víllage devraít etre électrifié et d'autres écoJes
primaires créées. Seulement, la mairíe n'est pas tres proche du village et semble se désintéresser de nos
problemes.
ADAMAOUA
KOMBO LAKA I MBERE
A 126 Km de Meiganga. Site aurifere. Le village est assez important mais tres éloigné du chef lieu de la
commune. 11 dispose de 2 pompes manuelles et 2 sources quí tarissent en saison seche et quí sont tres éloignées
du village. La station SW a cessé de fonctionner par manque de gazoil alors que la population a cette époque
payait pour I'eau au niveau des bornes fontaines (10 francs pour 20 1). Mais le CG de cette époque a mal géré et
I'argent collecté n'a pas été disponible.

Etude de faisabílité Annexes socioéconomiques page 24


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de raisabilité de leur réhabilitation

GANGASSAOUI VINA
A environ 65 Km de Ngaoundéré. Environ 4.000 habitants. Une école primaire et un Iycée. 2 points d'eau aVe,",
un responsable pour la gestiono Certains ménages disposent de puits. La population s'approvisionne dans les
rivieres en saison seche. La station SW encore en état de fonctionne uniquement en saison seche. Le CG, mis
en place par le comité de développement, fonctionne plus ou moins bien mais n'a pas de documents et ne rend
compte a personne. L'eau est achetée a 10 Fcfa pour 20 1. Les fonds récoltés servent a I'achat du carburant et a
I'entretien de tous les ouvrages d'AEP du village.
TELLO/VINA
Situé a environ 115 Km de Ngaoundéré. Environ 4.000 hab. dont environ 500 réfugiés. Avec I'afflux des
réfugiés, le village s'agrandit mais les infrastructures ne suivent pas. Une école publique, un CES, un marché,
un abattoir, 5 points d'eau fonctionnels mais insuffisants en saison seche. La station SW a arreté de fonctionner
acause d'une panne de pompe. L'achat du carburant était assuré par le chef et quelques notabilités ou élites. Les
populations ne sont pas habituées a payer pour I'eau et les points d'eau existant ne disposent pas de CG. II est
remarqué ici un véritable probleme d'appropriation car les populations ne prennent aucune disposition pour la
pérennisation des ouvrages, mais les jeunes et les femmes se disent prets a constituer des CG et affichent une
réelle volonté de contribuer financierement pour le fonctionnement de la station.
MAYO BALEOIFATO ET DEO
Chef lieu d'arrondissement a environ 75 Km de Tignere. Environ 8.000 hab. 4 écoles primaires a cycle complt..,
2 établissements secondaires, un centre médica/. 4 points d'eau équipés de pompe. Ces points d'eau sont
insuffisants, surtout en saison seche. lis ont chacun un CG qui fonctionne plus ou moins bien. Les populations
achetent I'eau aux vendeurs d'eau (50 francs pour 20 litres) car le temps d'attente est tres long au niveau des
points de puisage. Les vendeurs payent une contribution forfaitaire de 3.000 Fcfalmois. La mairie est engagée
un projet de muItiplication des forages car ses moyens ne lui permettent pas de réhabiliter la station SW qui n'a
fonctionné que 3 ans apres sa mise en service a cause du manque de gasoil. La population trouvait que I'eau
avait un gout salé et était inappropriée pour la consommation.
DANFILI MAMBAL I DJEREM
A environ 60 Km de Tibati. Environ 6.500 hab. Une école a cycle complet, un CES et un dispensaire. 3 points
d'eau équipés dont 2 en pan ne. Plusieurs ménages ont des puits qui sechent en saison seche. La station SW a été
réhabilitée par le PNDP mais n'a pas fonctionné plus de six mois. Les BF sont protégées et il existe un certain
nombre de branchements privés pour lesquels les propriétaires payaient le meme montant queJle que soit la
quantité. Depuis la panne, les populations et les animaux s'approvisionnent a la riviere qui traverse le village.
Un CG existe mais ne fonctionne pas bien. La tenue des documents est approximative car seul deux membres
savent lire et écrire. Le village a réalísé un plan de développement local avec I'appui du PNDP.
SONGKOLONG/MAYOBANYO
A environ 140 Km de Banyo. Environ 8.000 hab. 4 écoles primaires et un Iycée, un centre médical
d'arrondissement et un centre de santé catholique. 6 points d'eau équipés dont trois seulement fonctionnent.
Certains ménages disposent de puits. Les points d'eau existant sont insuffisant surtout en saison seche oÍ! les
puits tarissent. La population s'approvisionne aux eaux de surfaces. Cette situation est la cause de la
recrudescence de nombreuses maladies qui sont signalées par le centre de santé. La station SW a fonctionné
moins de 3 ans. Tombée en panne par manque de pieces de rechange. Les populations contribuaient a I'achat du
carburant a un taux forfaitaire par mois et par famille. Des pieces essentielles ont été volées. Certains des points
d'eau disposent d'un CG plus ou moins organisé, les populations s'organisent assez peu autour des ouvrages.
SUD
BIDJOKA IOCEAN
Station gravitaire. Aux BP, I'eau est payée 6.000 Fcfa I ano Le réseau connait des coupures et une baisse de
pression liée au gaspillage de la ressource (robinet en panne). Le comité est dirigé par des membres désignés
par le chef de village. Toutefois, le technicien gere le réseau tout seul avec de temps en temps la consultation du
chef du village.

Etude de faisabilité Annexes socioéconomiques page 25


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

BIKOKA
Station gravitaire L'eau est gratuite Le réseau connait des coupures et une baísse de pression liée au gaspillage
de la ressource (robinet en panne) Le comité avait été díssous a la suite de malversations financieres. Le chef de
vilIage a repris les choses en main. Toutefois, une forte implication de 3 élites du village dans I'entretien du
réseau est observée.
GRAND ZAMBI IOCEAN
Le comité n'a jamais re<,:u d'appuis a la constitution. Le comité ne fonctionne pas de maniere active. La seu le
action se résume dan s I'intervention apres la seule panne survenue en 2006. La vente d'un arbre 11 un forestier a
permis au village de disposer de ressources financíeres suffisantes a la réparation de la pompe. La contribution
de 100 F /ménage I mois a été faite au début de la mise en place de la pompeo Cette contribution a permis de
mobiliser 10 000 F, somme qui a contribuer a I'effort financier a la réparation de la pompe. Depuis, les
contributions ne se font plus dans le village.
CENTRE
ENDOM I NYONG ET MFOUMOU
Station électrique L'eau est payée 400 Fcfalm 3. Le réseau connalt des coupures et une baisse de pression
résultant de la défectuosité de la pompe Le comité a a sa tete une association jouissant d'une personnalité
juridique. Dans la réalité, le réseau est géré par le président tout seu!. Qui prend toutes les décisions fait passer
les autres membres comme des figurants.
BIT ANGI MBAM
La station a été administrée par un comité mis en place en 2000 apres la réhabilitation conduite par le budget
d'investissement de PEtat par le comité de développement du village jusqu'a sa dissolution en 2008.Le bureau a
été dissous a la suite de constatation de malversations financieres des revenus de ventre d'eau dans les BF apres
la rencontre des usagers avec I'animateur du projet de gouvemance eau du Mbam et Inoubou. L'eau était
vendue a la BF 11 10 Fcfal 10 1. L'argent était gardé par le trésorier mais le président reprenait immédiatement
les sous en caisse. Incapacité du bureau exécutif a mobiliser les usagers et les élites pour la réparation de la
demiere panne. La solution d'augmenter le cont du servíce de I'eau a 2 F/litre n'a pas été bien accueíllie.
OUEST
BAMENA I NDE
L'eau est payée 350 Fcfal m3 Les coupures sont fréquentes du faít de la défectuosité de deux pompes sur trois
Le comité est en place et constitué de plusieurs membres. Le réseau est en réalité géré de maniere personnelle
par le président qui prend toutes les décisions et engage toutes les dépenses. Le BEX et I'AG ne se réunissent
paso
BANDENKOP I MIFI
Captage équipé de pompe électrique. L'eau est gratuite Le réseau connaít des coupures et une baisse de pressíon
liée au gaspillage de la ressource (robinet en panne) Un bureau du comité a été mis en place, Mais, les élites
ont un pouvoir de controle a travers le comité de développement du víllage et sont tous connectées au réseau et
s'accommodent a la gratuité de I'eau.
BABADJOU I BAMBOUTOS
Station gravitaíre L'eau est gratuite Le réseau connalt des coupures et une baisse de pression liée au gaspillage
de la ressource (robinet en panne) Le réseau est géré par le comité de développement du village. Le réseau est
en réalité géré par le chef du village qui n'a pourtant qu'un poste de président d'honneur. Il détient les c1és des
installations et décide des bénéficiaires des BP.
MAGBA/NOUN
Forage et pompage électrique. L'eau est payée 600 Fcfalm3 Les coupures sont fréquentes du faít de la
défectuosité de cinq pompes sur six Un comité bien structuré a été mis en place par le projet de développement
de la plaine Tikar qui a procédé 11 la réhabilitation du réseau en 2004. Toutefois, le personnel techníque en place
a acquis du pouvoir a la suite du désengagement des membres élus.

Etude de faisabílité Annexes socioéconomiques page 26


Gouvemement du Danemark

Ministere des Affaires Etrangeres

Secrétariat du Crédit Mixte

Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au


Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Rapport final

Annexes

Enquetes techniques

Septembre 2010
l'
NIR}C\S

Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Avertissement
Huit documents séparés reprennent les données des annexes 3 a \O illustrées de nombreuses photos.
Ces documents, trop voJumineux pour etre publiés, sont foumis en format numérique sur CD.

Table des matieres


ANNEXE 1 LISTE DES STATlONS SÉLECTlONNÉES.........................................................................1

ANNEXE2 QUESTIONNAIRES TECHNIQUES .....................................................................................3

ANNEXE3 RÉSULTATS DES ENQUETES TECHNIQUES ADAMAOUA .........................................4

RÉSEAU N° 301 .....................................................................................................................................................4

RÉSEAU N° 304 .....................................................................................................................................................6

RÉSEAU N° 308 .....................................................................................................................................................8

RÉSEAU N° 31 1...................................................................................................................................................10

RÉSEAU N° 315...................................................................................................................................................12

RÉSEAU N° 316...................................................................................................................................................14

ANNEXE 4 RÉSULTATS DES ENQUETES TECHNIQUES CENTRE ...............................................16

RÉSEAU N° 72.....................................................................................................................................................16

RÉSEAU N° 93.....................................................................................................................................................18

RÉSEAU N° 102...................................................................................................................................................20

RÉSEAU N° 197...................................................................................................................................................22

RÉSEAU N° 202...................................................................................................................................................24

RÉSEAU N° 206...................................................................................................................................................26

RÉSEAU N° 357 ...................................................................................................................................................28

RÉSEAU N° 363 ...................................................................................................................................................30

ANNEXE 5 RÉSULTATS DES ENQUETES TECHNIQUES EST........................................................32

RÉSEAU N° 185...................................................................................................................................................32

RÉSEAU N° 186...................................................................................................................................................34

RÉSEAU N° 187...................................................................................................................................................36

RÉSEAU N° 191...................................................................................................................................................38

RÉSEAU N° 325...................................................................................................................................................40

RÉSEAU N° 331 ...................................................................................................................................................42

ANNEXE 6 RÉSULTATS DES ENQUETES TECHNIQUES LlTTORAL ..........................................44

RÉSEAU N° 13.....................................................................................................................................................44

RÉSEAU N° 137...................................................................................................................................................46

RÉSEAU N° 139...................................................................................................................................................48

RÉSEAU N° 145...................................................................................................................................................50

RÉSEAU N° 394 ...................................................................................................................................................52

ANNEXE 7 RÉSULTATS DES ENQUETES TECHNIQUES NORD OUEST .....................................54

RÉSEAU N° 168...................................................................................................................................................54

RÉSEAU N° 169...................................................................................................................................................56

RÉSEAU N° 174...................................................................................................................................................58

Etude de faisabilité Annexes techniques page i

Rf.§Ii~Jé~~ l ...................................................................................................................................................60

A~laMlJ1le1l1Y·sép"lés·-reprel'ment·ies..tkmnées.des.'Mtneltes-.;.t\.. ¡.O·'¡lh.tst1'ée9·de-tl6m{"euse9·ph~7

~~~nts, RmmJlIW"~~~m~f~sl(Jtle~1.!1Hm.~rj.ql,1s..~m:.~º:............. 64

RÉSEAU N° 35.....................................................................................................................................................64

'JÍIjJ¡jJ\JjS"Wllitier.es............................................................................................................................................. 66

Juis~ l'II 0 ¡¡:S_ _.............._._ _ __


_ _ _ _......tti
150US.T.E.DiSSl'.A.TI0NS.stUC:r.ILlNNt...
JU¡S~ 710 162QUES,T.I.oNNAoI.R.ES..T.ECHNIQl1.ES._..
..._ _ _ _................_ _ _... _ _ _.......1D
_ _ _•••••••JIZ
RÚ.lAlI N° ~.I ....... _####H##~#.""#.
# 11 4.11 , . . . . . . . . . . . . . . . ._ ._ _ _ _ _• _ _ _ _ _.,••• " " '

RÉIEAV N° ua............._____...""........... HHHU . . . . . .II•••'.' _ _ _. _


" _. . . . . . . . ._ _._
••_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
• ..... .lfí

Á.~~o 308B.ÉSULTA'[S.JlES.ENQllÉT.ES.r.E.ClllSIQLIES.Sl1D.........._ _ _ _ _ _ _ _.... lB

RÉSEAV N° 111..........,,,. ##_••••••••• #.~H.H ••• HII.II••• ' ............_ ..._


•• _ _ _ _ _ _ _ _ _ _...
nB
RtSIAV N° S.s.......u.'." ...., _ ......""""'......",'<#HU.#4H. . . . . . .HHUH. . . . . . . . . . ._._ _ _..................._ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _• .Jm

RÉSEAlJ N° 31Guu.......,..._ _ _.......J"..., •. H.HH.HH.HH••H## •••" •• ~._,,_. _ _.............._


' ...._ _ _ _ _ _ _ __ _,• • •

Rf¡¡~ fl(0 435alis.u.LTA.:r..s.DE.S.Ji:.NQ,Ut:r.ES.T.ECHN.IQl1i.SaNl'RE_ _ _ _ _ _ _ _••_....

RESEAU ~ ~la..""......',...
... ,___... # .-,.,.
• . ." . ,••, •••, ••" ••, •••• ##•••_ • _.
• ._._ _ __
...... ...................
' _'u_._ _ _ _ _ _ _ _ _...fIB

tt'~ ¡t¡O 102B.ÉS.lJ.LTAIS.IlES.Er.-IQUÉT.ES.r.EClIJSIQLIES.Sl1D.Ol!ES.I_ _ _ _ _ _ _...llD


RtSIAU N° lJ8.~nunuu........ 'NNo_ _ H,.,.,f,." ••f••,.,.,••".,••,." ......_.__.............._ ........__________.".3)

RtSEAU ~ l."""..............., ..............,...."......."." ..."._.".,,,~....................___________.lN

RtSEAU ~ l$f'''''".........,..u......'••_
'' _•••••••••••••••••••u•••••••• l8J

u ••••••••.,.,....... , .............._ ........_ _ _ _ _....._ _ _......

RÉSEAU N° 363...................................................................................................................................................30

ANNEXE 5 RÉSULTATS DES ENQUETES TECHNIQUES EST ........................................................32

RÉSEAU N° 185...................................................................................................................................................32

RÉSEAU N° 186...................................................................................................................................................34

RÉSEAU N° 187...................................................................................................................................................36

RÉSEAU N° 191 ...................................................................................................................................................38

RÉSEAU N° 325...................................................................................................................................................40

RÉSEAU N° 331 ...................................................................................................................................................42

ANNEXE 6 RÉSUL TATS DES ENQUETES TECHNIQUES LlTTORAL ..........................................44

RÉSEAU N° 13.....................................................................................................................................................44

RÉSEAU N° 137................................................................................................................................................... 46

RÉSEAU N° 139...................................................................................................................................................48

RÉSEAU N° 145...................................................................................................................................................50

RÉSEAU N° 394...................................................................................................................................................52

ANNEXE 7 RÉSULTATS DES ENQUETES TECHNIQUES NORD OUEST .....................................54

RÉSEAU N° 168...................................................................................................................................................54

RÉSEAU N° 169...................................................................................................................................................56

RÉSEAU N° 174...................................................................................................................................................58

Annuf¡!!i ff¡!ehDIq~
Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Carneroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Annexe 1 Liste des stations sélectionnées

-- -- - -
N° Station Norn Région Départernent Cornrnune Visite
301 ! MAMBAL-DANFILI ADAMAOUA DJEREM NGAOUNDAL 11103/2010
304 ; MAYO BALEO ADAMAOUA iFAROEToEO MAYO BALEO 8/03/2010

308 SONGKOLONG ADAMAOUA i MAYOBANYO BANKAM 13/03/2010


311 . KOMBO-LAKA ADAMAOUA MBERE MENGANGA 1/0312010
315 GANGASSAO ADAMAOUA · VINA • GANGASSAO 3/03/2010
316 ' TELLO ADAMAOUA l VINA BELEL : 4/03/2010

72 : BITANG CENTRE i MBAM KIKI 2/03/2010


93 ESSE CENTRE • MEFOU ESSE 15/02/2010
102 • KPWO-GOUIFF ET BOKAGA CENTRE MBAM ET INOUBOU KIKI 1I03/201O
197 NYENGUE-ANGONFEME CENTRE ¡ NYONG ET SO'O MAKAK 18/02/2010
202 NTUI CENTRE MBAM ETKIM NTUI 22/02/2010
206 ENDOM CENTRE NYONG ET MFOUMOU ENDOM 24/02/2010
357 NKOMETOU 1-1I-I11 CENTRE LEKIE OBALA 17/02/2010
363 NKOLBIYEN-NGOUMOU CENTRE MEFOU MBANKOMBO 19/02/2010
185 NDEMBA I EST · LOM ET DJEREM BELABO 20/02/2010
186 NDOKAYO EST LOM ET DJEREM BETARE-OYA . 22/02/20 1O
-- ---_. .-.­
187 ANGOSSAS EST HAUTNYONG ABONG-MBANG 17/02/2010
191 BOUBARA EST KADEY BATOURI 25/02/2010

325 EBA EST HAUTNYONG NGUELEMEDOUKA 18/02/2010


331 KAMBELE EST KADEY KETTE 24/02/2010

13 YINGUI LITTORAL NKAM YINGUI 22/02/2010


137 MARIENBERG LlTTORAL SANAGA MARITIME MOUANKO 18/02/2010
139 SONGMBENGUE LITTORAL SANAGA MARITIME MASSOK 19/02/2010
145 FIKO-MIANG LlTTORAL MOUNGO D1BOMBARl 22/02/2010
394 BOMONO LlTTORAL MOUNGO D1BOMBARI 26/02/2010
168 NGYENMBO NORDOUEST MOMO MBENGUI 3/03/2010
169 MISAJE NORDOUEST DONGA MANTUNG MISAJE 5/03/2010
174 NKWEN NORDOUEST MEZAM BAMENDA 7/0312010
381 DUMBO NORDOUEST NDONGA MANTUNG MISAJE 5/03/2010
470 BANGOLAN NORDOUEST MEZAM BABESSI 4/03/2010
35 BANDENKOP OUEST M1F1 BAYANGAM 5/0312010
91 MAGBA OUEST NOUN MAGBA 10/03/2010
150 FONKOUAKEN OUEST HAUTNKAM BAFANG 4/03/2010
162 BABADJOU OUEST BAMBOUTOS BABADJOU 8/03/2010

Etude de faisabilité Annexes techniques page I


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de Icur réhabilitation

-
N° Station Nom Région Département Commune Visite
163 BAFOU CHEFFERlE OUEST NIKONGlEM 8/03/201 ér
- -

417 : BANDJOUN-YOM OUEST MIFI BANDJOUM 5/03/2010


.. ­

443 . BAMENA OUEST , NDE BANGANTE 3/03/2010


--
12 : BIDJOUKA SUD • OCEAN BIPJNDr 17/02/2010
- .

56 BIKOKA SUD OCEAN LOLODORF 12/03/2010


210 NKILZOK-CENTRE SUD . DJA ETLOBO lOETELE · 26/021201 O
,435 . NKOLETOTO SUD • NTEM SANGMELMA 23102/2010
. 440 GRANO lAMBI SUD : OCEAN LOKOUNDJE 17/02/2010
478 MENGON SUD OlA ET LOBO MYOMESSALA 25/02/2010
178 BOVA SUD OUEST FAKO IDENAU-BUEA · 24/02/2010

341 • ASHUNI-MFAfTOCK SUD OUEST . MANYU MAMFE 2/03/2010


-

348 . BANGA-BAKUNDU SUD OUEST MEME KUMBA3 · 25/02/201('


354 . MBONGO SUD OUEST • NDlAN BAMUSSO • 1/03/2Ót

Etude de faisabilité Annexes techniques page2


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Annexe 2 Questionnaires techniques


Le questionnaire techníque se compose de 5 volets:
1. Videntification (ID)
Identification du site, des noms exacts des lieux, des enqueteurs, du type de station et des équipements
de réseaux.
2. L'état (Etat)
En deux pages, un questionnaire relatif a I'état de toutes les équipements de la station depuis le forage
jusqu'a la sortie de l'eau traitée: forage ou puits, conduite de refoulement, dispositif de traitement:
aération, filtration, chloration, stockage, batiment, matériel électromécanique, groupe électrogene,
raccordement SONEL, etc.: estimation, photos et points GPS.
Les conditions particulieres des alentours de la station et notamment la présence de hauts arbres seront
relevées dans la perspective d'analyse de la possibilité d'une électrification solaire.
Ce meme volet fait aussi le point sur l'état général du réseau: canalisation, bornes fontaines, etc.
Pour le réseau un levé détaillé d'un réseau au moins par région sera exécuté (voir dernier volet).
3. Les ressonrces
lnventaire des ressources en eau potable ou en eau propre présentes dans les environs du village:
sources naturelles, forages, puits, rivieres, etc. avec identification des lieux, photos et points GPS,
estimation des débits, etc.
Inventaire de la ressource en énergie électrique: présence du réseau SONEL a proximité.
4. Les besoins en ean potable
Les consommateurs d'un réseau renouvelé et étendu si nécessaire sont identifiés par ce volet du
questionnaire: population résidente, type d'habitats, identification des branchements particuliers
potentiels, concentrations d'habitations, marchés, écoles, centres de santé, etc.
Ce volet de l'enquete permettra de faire le dimensionnement du réseau a réhabiliter et d'en calculer un
devis estimatif.
5. Le résean détaillé
Au moins un réseau par région fera l'objet d'un levé détaillé au GPS: canalisations, équipements tels
que vannes, ventouses, vidanges, réservoirs, bornes fontaines, seront repérés au GPS et photographiés.
Les équipes de terrain ajouteront a ce guide de base toutes les informations, images, croquis et autres
qu'ilsjugeront nécessaire a la bonne compréhension des résultats de leur travail.

Etude de faisabilité Annexes techniques page3


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Annexe 3 Résultats des enquetes techniques

ADAMAOUA
Réseau n° 301
Caractéristiques d'origine
Identification
N° Station 301 Nom MAMBAL-DANFILl

,-

Région . ADAMAOUA : Département DJEREM

,~ ,

Commune NGAOUNDAL Village • MAMBAL-DANFILl


Coordonnées GPS N636,448 E13 00,645 913 m

Données techniques initiales


-
Type de station
~
5 m 3 Ih Combinaison o
"
Réservoir Station 27 m 3
Autres réservoirs
Bornes fontaines 10 Longueur
Date de mise en service 07/04/1989
Ressource Forage Population 1987 2776

Caractéristiques actuel/es
Données techniques actuelles
Date de la visite 031111201O Equipe 2
Durée de vie 7555 jours Utilisation 2%

3
Compteur Eau 5634 ro Compteurs pompes 1117 heures

Etat général du réseau Réseau non fonctionnel

La ressource en eau actuelle


Type Aucune
Etat Abandon
Equipement de pompage Oui
Ressource potentielle Forage

Etat actuel de I'équipement


Etat général du bitiment Bon
Etat du groupe éJectrogene Oui Compteur groupe 1248 heures

Etat du tableau éJectrique Bon SONEL Non

Etat du systéme de filtration Moyen Compresseur Oui

Soufflante Oui

Etat du systéme de chJoration Oui Bacs de préparation Oui

Pompes doseuses Oui

Etat du réservoir Bon Extérieur Bon

Etanchéité Oui

Etude de faisabilité Annexes techniques page 4


Etude de díagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Etat actuel du réseau de distribution


Etat général du réseau Bon
Canalisations 2Km Bon
, Bornes fontaines 10 Bon
Branchements particuliers 3 Bon
Accessoires et équipements Bon
Extensions ou réparations Non

Etude de faisabilité Annexes techniques page 5


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de Caisabilité de leur réhabilitation

Réseau n° 304
Caractéristiques d'origine
Identification
N° Station 304 Nom MAYO BALEO
Région ADAMAOUA · Département FAROETDEO
Commune MAYO BALEO Village MAYO BALEO
Coordonnées GPS N739,379 E1220,267 1421 m

Données techniques initiales


Type de station 5 ml/h Combinaison o
Réservoir Station 27 m l
Autres réservoirs O ml
Bornes fontaines 17 Longueur 4Km
Date de mise en service 07/06/1989
Ressource Forage · Population 1987 1796

Caractéristiques actuelles
Données techniques actuelles
Date de la visite 03/08/2010 Equipe 2
Durée de vie 7550 jours Utilisation 3%
Compteur Eau 500 ml · Compteurs pompes 1613 heures
Etat général du réseau Réseau non fonctionnel depuis 2000

La ressource en eau actuelle


Type Aucune
Etat Abandon
Equipement de pompage Non
Ressource potentielle Forage

Etat actuel de I'équipement


Etat général du batiment Bon
Etat du groupe électrogene Incomplet Compteur groupe 1630 heures
Etat du tableau électrique Bon SONEL Non
Etat du systeme de filtration Moyen Compresseur Oui
soumante Oui
Etat du systeme de chloration Ouí Bacs de préparation Ouí
Pompes doseuses Oui
Etat du réservoir Bon Extérieur Mauvais
Etanchéité Non vérifié

Etude de Caisabilité Annexes techniques page 6


Elude de diagnostic de 350 slations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabililation

Etat actuel du réseau de distribution


Etat général du réseau Mauvais

Canalisations . 3 Km Mauvais
Bornes fontaines 17 Mauvais
Branchements particuliers O
Accessoires et équipements Mauvais

Extensions ou réparations Non

Elude de faisabilité Annexes techniques page 7


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Réseau n° 308
Caractéristiques d'origine
Identification
N° Station 308 Nom . SÓNGKOLONG~
Région ADAMAOUA Département MAYOBANYO
Commune BANKAM Village SONGKOLONG
Coordonnées GPS N624,540 EII 19,186 813 m

Données techniques initiales


Type de station 5 m 3 /h Com binaison O
3
Réservoir Station 27 m Autres réservoirs Om3
Bornes fontaines lO Longueur 3Km
Date de mise en service 25/04/1991
Ressource Forage Population 1987 2289

Caractéristiques actuel/es
Données techniques actuelles
Date de la visite 13/0312010 Equipe 2
Durée de vie 6897 jours Utilisation 2%
Compteur Eau 5321 m3 Compteurs pompes 941 heures
Etat général du réseau Réseau non fonctíonnel depuís 1994

La ressource en eau actuelle


Type Aucune
Etat Abandon
Equipement de pompage Non
Ressource potentielle Forage

Etat actuel de I'équipement


Etat général du batiment Bon
Etat du groupe électrogene Ouí Compteur groupe 961 heures
Etat du tableau électrique Moyen SONEL Non
Etat du systeme de filtration Moyen Compresseur Non
soumante Oui
Etat du systeme de chloration Ouí Bacs de préparation Ouí
Pompes doseuses Oui
Etat du réservoir Bon Extérieur Mauvais
Etanchéité Non vérifié

Etude de faisabilité Annexes techniques page 8


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Etat actuel du réseau de distribution


-
Etat général du réseau
CanaJisations
Bon
3Km Bon
~ -'

Bornes fontaines 10 Bon


Branchements particuliers 3 Bon
Accessoires et équipements Bon
, -
Extensions ou réparations Non

Etude de faisabilité Annexes techniques page 9


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Réseau n° 311
Caractéristiques d'origine
Identification
-- - ---
N° Station . 311 Nom KOMBO-LAKA
Région ADAMAOUA Département MBERE
Commune MENGANGA Village KOMBO-LAKA
Coordonnées GPS • N625,464 E1444,062 Om
Données techniques initiales
Type de station 5 m 3 /h Combinaison o
3
Réservoir Station 27 m Autres réservoirs
Bornes fontaines 9 Longueur 2Km
Date de mise en service 26/06/1991
Ressource Forage Population 1987 2406

Caractéristiques actuel/es
Données techniques actuelles
Date de la visite 03/01/2010 Equipe 2
Durée de vie 6823 jours Utilisation 1%
3
Compteur Eau Om Compteurs pompes 794 heures
Etat général du réseau Réseau non fonctionneJ depuis 1994

La ressource en eau actuelle


Type Aucune
Etat Abandon
Equipement de pompage Non
Ressource potentielle Forage

Etat actuel de I'équipement


Etat général du batiment Son
Etat d u groupe électrogene Oui Compteur groupe 794 heures
Etat du tableau électrique Son SONEL Non
Etat du systeme de filtration Moyen Compresseur Non
Soufflante Oui
Etat du systeme de chloration Oui Bacs de préparation Oui
Pompes doseuses Oui
Etat du réservoir Son Extérieur Son
Etanchéité Non Vérifié

Etude de faisabilité Annexes techniques page 10


Etude de diagnoslie de 350 slalions Sean water au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Etat actuel du réseau de distribution


-~ . ~".

Etat général du réseau Mauvais


Canalisations 2Km Mauvais
Bornes fontaines 9 Mauvais
Brancbements particuliers O Mauvais
Accessoires et équipements , Mauvais
Extensions ou réparations , Non

Etude de faisabilité Annexes teehniques page 11


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Réseau n° 315
Cara e téristiques d'origine
Identification
N° Station 315
. Nom GANGASSAO
Région ADAMAOUA
Département VINA
Commune GANGAS SAO
VilIage GANGASSAO
Coordonnées GPS N734,040
EI3 47,887 1151 m

Données techniques initiares


Type de station 5 m 3 /h
. Combinaison o
Réservoir Station 27 m 3

Autres réservoirs Om 3
Bornes fontaines 13
Longueur 2Km
. Date de mise en serviee 26/04/1989
Ressouree Forage Population 1987 1109

Caractéristiques actuelles
Données techniques actuelles
Date de la visite 03/03/2010 Equipe
2
Durée de vie 7616 jours Utilisation
2%
Compteur Eau 6100 m 3
Compteurs pompes
1459 heures
Etat général du réseau Réseau fonctíonnel

La ressource en eau actuelle


Type Aucune

Etat Abandon

Equipement de pompage Ouí

Ressouree potentielle Forage et sourcs

Etat actuel de I'équipement


Etat général du batiment Bon
Etat du groupe éleetrogene Ouí Compteur groupe 1551 heures
Etat du tableau éleetrique Bon SONEL Non
Etat du systeme de filtration Bon Compresseur Ouí
soumante Ollí
Etat du systeme de ehloration Ouí Baes de préparation Ollí
Pompes doseuses Ollí
Etat du réservoir Bon Extérieur Bon
Etanehéité Ouí

Etude de faisabilité Annexes techniques page 12


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Etat actuel du réseau de distribution


...

Etat général du réseau Bon


Canalisations 2Km Bon
Bornes fontaines \3 Mauvais
Branchements particuliers O Pas de compteur
Accessoires et équipements Mauvais
Extensions ou réparations Non

Etude de faisabilité Annexes techniques page 13


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Réseau n° 316
Caractéristiques d'origine
Identification
N° Station . 316 Nom TELLO
Région ADAMAOUA Département • VJNA
Commune BELEL Village TELLO
Coordonnées GPS N7 10,483 E1410,930 1420 m

Données techniques initiales


Type de station 5 m3 /h Combinaison O
Réservoir Station 27 m 3
Autres réservoirs
Bornes fontaines 9 Longueur
Date de mise en service 27/04/1989
Ressource Forage Population 1987 636

Caractéristiques actuelles
Données techniques actuelles
Date de la visite 03/04/2010 Equipe 2
Durée de vie 7616jours Utilisation m3 /jour
Compteur Eau 2166 m3 Compteurs pompes O heures
Etat général du réseau Réseau non fonctionnel depuis 2006 Station détruite

La ressource en eau actuelle


Type Aucune
Etat Abandon
Equipement de pompage Non
Ressource potentielle Forage

Etat actuel de I'équipement


Etat général du batiment Mauvais
Etat du groupe électrogime Volé Compteur groupe 461 heures
Etat du tableau électrique Non SONEL Non
Etat du systeme de filtration Moyen Compresseur Non
Soufflante Non
Etat du systeme de chloration Ouí Bacs de préparation Ouí
Pompes doseuses Ouí
Etat du réservoir Bon Extérieur Mauvais
Etanchéité Non Vérifié

Etude de faisabilité Annexes techniques page 14


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Etat actuel du réseau de distribution


- -- - -~.
-_.~~ .
Etat général du réseau Moyen
Canalisations 3Km Moyen
Bornes fontaines '9 Bon
Brancbements particuliers 3 Pas de compteur
Accessoires et équipements Mauvais
Extensions ou réparations Non

Etude de faisabilité Annexes techniques page 15


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Annexe 4 Résultats des enquetes techniques CENTRE

Réseau n° 72
Caractéristiques d'origine
Identification
N° Station 72 Nom BITANG
Région CENTRE Département MBAM
Commune KIKI Village BITANG
Coordonnées GPS N438,837 E111O,191 524 m

Données techniques initiales


Type de station 5 m 3 /h Combinaison o
3
Réservoir Station 27 m Autres réservoirs
Bornes fontaines 6 Longueur
Date de mise en service [8/04/1984
Ressource Forage Population 1987 1258

Caractéristiques actue/les
Données techniques actuelles
Date de la visite 03/02/2010 Equipe
Durée de vie 9449 jours Utilisation 3%
3
Compteur Eau [0629 m Compteurs pompes 2295 heures
Etat généraI du réseau Réseau réhabilité en 2002, arret depuis 2003 pour vols d'équipements!

La ressource en eau actuelle


Type Aueune
Etat Abandon
Equipement de pompage Non
Ressource potentielle Forage

Etat actuel de I'équipement


Etat généra[ du batiment Bon
Etat du groupe é[ectrogene Oui Compteur groupe O heures
Etat du tableau électrique Non SONEL Non
Etat du systeme de filtration Moyen Compresseur Non
soumante Non
Etat du systeme de chloration Non Bacs de préparation Non
Pompes doseuses Non
Etat du réservoir Moyen Extérieur Sale
Etanchéité Non vérifié

Etude de faisabilité Annexes techniq ues page 16


Etude de de 350 stations Sean water an Cameronn et de faisabilité de lenr réhabilitation

Etat actuel du réseau de distribution


Etat général du réseau Mauvais
Canalisations 2Km Détruites
Bornes fontaines 7 Détruites
Branchements particuliers ·2 Détruits
Accessoires et équipements Détruites
Extensions ou réparations Non

Etude de faisabilité Annexes teehniques page 17


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Réseau n° 93
Caractéristiques d'origine
Identification
N° Station 93 Nom ESSE
Région CENTRE Département MEFOU
Commune ESSE Village ESSE
Coordonnées GPS N405,593 EII 53,008 676 m

Données techniques initiales


Type de station 10 mJ Ih Combinaison O
Réservoir Station 54 m 3
Autres réservoirs O m)
Bornes fontaines 14 Longueur 4 Km
Date de mise en serviee 31/01/1984
Ressouree PUlts Population 1987 1488

Caractéristiques actuelles
Données techniques actuelles
Date de la visite 15/02/2010 Equipe
Durée de vie 9512 jours Utilisation 22 %
Compteur Eau 7810 m) Compteurs pompes 16884 heures
Etat général du réseau Réseau réhabilíté en 1996 (UE) a ]'arrét depuis 2000 électricité coupée

La ressource en eau actuelle


Type Puits
Etat Abandon
Equipement de pompage Non
Ressource potentielle Forages

Etat actuel de I'équipement


Etat général du batiment Bon
Etat du groupe électrogene Oui Compteur groupe 165 heures
Etat du tableau électrique Incomplet SONEL Oui
Etat du systeme de filtration Moyen Compresseur Non
soumante Non
Etat du systeme de chloration Oui Baes de préparation Ouí
Pompes doseuses Ouí
Etat du réservoir Bon Extérieur Sale
Etanehéité Non vérifié

Etude de faisabilité Annexes techniques page 18


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Etat actuel du réseau de distribution


Etat général du réseau ~ Détruit
Canalisations ·4Km Détruites
~ ~ -
Bornes fontaines 14 Mauvais
Branchements particuliers 12 Mauvais
-
Accessoires et équipements DétruÍts
Extensions ou réparations Non

Etude de faisabilité Annexes techniques page 19


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Réseau n° 102
Caractéristiques d'origine
Identification
N° Station 102 Nom KPWO-GOUIFF ET
. BOKAGA
Région CENTRE Département MBAM ET
INOUBOU
Commune KIKI Village NGUIFFI
Coordonnées GPS N438,092 EII 09,064 519 m

Données techniques initiales


Type de station 5 m3 /h Combinaison o
3
Réservoir Station 27 m Autres réservoirs
Bornes fontaines 22 Longueur 13 Km
Date de mise en service 27/04/1984
Ressource Forage Population 1987 1488

Caractéristiques actuelles
Données techniques actuelles
Date de la visite 03/01/2010 Equipe
Durée de vie 9439 jours Utilisation 1 m3 /jour
Compteur Eau 10962 m3 Compteurs pompes Oheures
Etat général du réseau Station am'!tée pour non paiement des factures d'électricité

La ressource en eau actuelle


Type Aucune
Etat Abandon
Equipement de pompage Non
Ressource potentieHe Prise d'eau Camwater

Etat actuel de I'équipement


Etat général du batiment Moyen
- ----

Etat du groupe électrogene Oui Compteur groupe 3123 heures


Etat du tableau électrique Bon SONEL Non
Etat du systeme de filtration Moyen Compresseur Non
Soufflante Non
Etat du systeme de chloration Non Bacs de préparation Oui
Pompes doseuses Non
Etat du réservoir Moyen Extérieur Sale
Etanchéité Non vérifié

Etude de faisabilité Annexes techniques page 20


Etudede de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Etat actuel du réseau de distribution


Etat général du réseau Mauvais
Canalisations 13 Km Détruites
Bornes fontaines • 22 Détruites
Brancbements particuliers O
Accessoires et équipements Détruits
Extensions ou réparations Non

Etude de faisabilité Annexes techniques page 21


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Réseau n° 197
Caractéristiques d'origine
Identification
N° Station 197 Nom NYENGUE­

ANGONFEME

Région CENTRE Département NYONG ET SO'O


Commune MAKAK Village NYENGUE­
ANGONFEME
Coordonnées GPS N326,128 E11 08,319 510 m

Données techniques initiales


Type de station 5 m 3 /h Combinaison O
Réservoir Station 27 m 3 Autres réservoirs O m3
Bornes fontaines 10 Longueur 4Km
Date de mise en serviee 05/12/1986
Ressouree Puits Population 1987 O

Caractéristiques actuelles
Données techniques actuelles
Date de la visite 18/02/2010 Equipe
Durée de vie 8683 jours Utilisation m 3 /jour
Compteur Eau Om3 Compteurs pompes Oheures
Etat général du réseau Station arretée depuis 1990 faute d'énergie

La ressource en eau actuelle


Type Aucune
Etat Abandon
Equipement de pompage Non
Ressouree potentielle Riviere

Etat actuel de I'équipement


Etat général du batiment Son
Etat du groupe éleetrogene Oui Compteur groupe 5640 heures
Etat du tableau éleetrique Son SONEL Non
Etat du systeme de filtration Moyen Compresseur Non
Soufflante Oui
Etat du systeme de ehloration Oui Baes de préparation Oui
Pompes doseuses Oui
Etat du réservoir Moyen Extérieur Abandonné
Etanehéité Non vérifié

Etude de faisabilité Annexes techniques page 22


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Etat actuel du réseau de distribution


Etat général du réseau Mauvais
Canalisations 4Km Détruites
Bornes fontaines \O Mauvais
Branchements particuliers Pas de compteur
Accessoires et éq uipements Détruits
Extensions ou réparations Non

Elude de faisabililé Annexes techniques page 23


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitatíon

Réseau n° 202
Caractéristiques d'origine
Identification
N° Station 202 Nom NTUI
Région CENTRE Département MBAM ETKIM
Commune NTUI Village NTUI
Coordonnées GPS N428,792 El137,927 494 m

Données techniques initiales


Type de station 5 m 3 /h Combinaison o
Réservoir Station 27 m 3
Autres réservoirs Om3
Bornes fontaines 4 Longueur 4Km
Date de mise en service 16/06/1986
Ressource Puits Population 1987 3955

Caractéristiques actuelles
Données techniques actuelles
Date de la visite 22/0212010 Equipe
Durée de vie 8652jours Utilisation ml/jour
Compteur Eau 2900 ml Compteurs pompes O heures
Etat général du réseau Construit pour alimenter un centre de recherche agricole, le réseau a
. l'arret depuis 20 ans (fenneture de la statíon de recherche). La station
est détruite a 80%

La ressource en eau actuelle


Type Aucune
Etat Abandon
Equipement de pompage Non
Ressource potentielle Forages

Etat actuel de I'équipement


Etat généraJ du batiment Mauvais
Etat du groupe éJectrogéne Non Compteur groupe O heures
Etat du tableau électrique Incomplet SONEL Non
Etat du systéme de filtration Mauvais Compresseur Non
soumante Non
Etat du systéme de chloration Non Bacs de préparation Non
Pompes doseuses Non
Etat du réservoir Moyen Extérieur Abandonné
Etanchéité Non vérifié

Etude de faisabilité Annexes techniques page 24


de 350 stations Sean water au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Etat actuel du réseau de distribution


Etat général du réseau Détruit
Canalisations 4Km Détruites
Bornes fontaines ,3 Mauvais
Branchements particuliers O
Accessoires et équipements Détruits
Extensions ou réparations Non

Etude de faisabilité Annexes techniques page 25


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Réseau n° 206
Caractéristiques d'origine
Identification
.. ~

N° Station 206 Nom ENDOM


Région CENTRE Département NYONG ET
MFOUMOU
Commune ENDOM ViHage ENDOM
Coordonnées GPS N330,39\ E\205,916 724 m

Données techniques initiales


Type de station Combinaison o

Réservoir Station
Autres réservoirs
Bornes fontaines 17 Longueur 9Km
Date de mise en service 24/04/1987
Ressource Forage Population 1987 1129

Caractéristiques actuelles
Données techniques actuelles
Date de la visite 24/02/2010 Equipe
Durée de vie 8342jours Utilisation 4%
Compteur Eau Om3 Compteurs pompes 2743 heures
Etat général du réseau Réseau réhabilité en 1996 par \'UE, réseau fonctionnel

La ressource en eau actuelle


Type . Forage
Etat Mauvais
Equipement de pompage Oui
Ressource potentielle Forages

Etat actuel de I'équipement


Etat général du b~himent Bon
Etat du groupe électrogene Non Compteur groupe O heures
Etat du tableau électrique Bon SONEL Oui
Etat du systeme de filtration Bon Compresseur Oui
Soumante Oui
Etat du systeme de chloration Oui Bacs de préparation Oui
Pompes doseuses Oui
Etat du réservoir Bon Extérieur Propre
Etanchéité Non vérifié

Etude de faisabilité Annexes techniques page 26


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Etat actuel du réseau de distribution


. Etat général du réseau Mauvais
Canalisations 9Km Mauvais
Bornes fontaines 17 Bon
: Branchements particuliers 10 , Compteurs
Accessoires et équipements Mauvais
Extensions ou réparations Non

Etude de faisabilité Annexes techniques page 27


Etude de diagnostic de 350 stations Seanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Réseau n° 357
Caractéristiques d'origine
Identification
N° Station 357 . Nom NKOMETOU I-II-III
Région CENTRE Département LEKIE
Commune OBALA Village NKOMETOU
Coordonnées GPS N402,616 Ell32,823 656 m

Données techniques initiales


Type de station 10 m 3 /h Combinaison o
Réservoir Station 54 m 3
Autres réservoirs
Bornes fontaines 28 Longueur 13Km
Date de mise en service . 24/03/1988
Ressource 2 forages Population 1987 4049

Caractéristiques actuel/es
Données techniques actuelles
Date de la visite 17/02/2010 Equipe
Durée de vie 8000 jours Utilisation 36%
Compteur Eau Om 3
Compteurs pompes 23185 heures
Etat général du réseau En fonction, probleme de ressources

La ressource en eau actuelle


Type 1 forage
Etat Pas d'entretien ni protection
Equipement de pompage Fonctionnelle
Ressouree potentielle Eau en profondeur, autre forage existe

Etat actuel de I'équipement


Etat général du batiment Bon
Etat du groupe électrogene Bon état Compteur groupe 89 hellres
Etat du tableau éleetrique Fonctíonnel SONEL Ollí
Etat du systeme de filtration Utilisé Compresseur Ouí
Soufflante Ollí
Etat du systeme de chloration Utilisé Baes de préparation Ollí
Pompes doseuses Ouí
Etat du réservoir Bon Extérieur Bon
Etanchéité Ollí

Etude de faisabilité Annexes teehniques page 28


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Etat actuel du réseau de distribution


Etat général du réseau Moyen

Canalisations 13 Km Bon état

-. .- -­
Bornes fontaines 28 Bon état, compteurs illisbles
Branchements particuliers O Pas de compteur
--
- Accessoires et équipements Mauvais (vannes a remplacer)
Extensions ou réparations Non

Etude de faisabilité Annexes techniques page 29


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Réseau n° 363
Caractéristiques d'origine
Identification
• N° Station 363 Nom NKOLBIYEN­
NGOUMOU
Région CENTRE Département MEFOU
Commune MBANKOMBO Village NKOLBJYEN­
NGOUMOU
Coordonnées GPS N342,477 E1125,833 730 m

Données techniques initiales


Type de station 5 m3 /h Combinaison O
Réservoir Station 27 m 3
. Autres réservoirs
Bornes fontaines 13 Longueur
Date de mise en serviee 28/0411988
Ressouree Forage Population 1987 1030

Caractéristiques actuelles
Données techniques actuelles
Date de la visite 19/02/2010 Equipe
Durée de vie 7967 jours Utilisation %
Compteur Eau O m3 Compteurs pompes 97 heures
Etat général du réseau a
Réseau réhabilité en 2002 (UE) I'arret par manque d'énergie.
Groupe utiJisé pour alimenter les maisons!

La ressource en eau actuelle


Type Aucune
Etat Abandon
Equipement de pompage Ouí
Ressouree potentielle Forages

Etat actuel de I'équipement


Etat général du bátiment Bon
Etat du groupe éleetrogime Ouí Compteur groupe 105 heures
Etat du tablea u éleetrique IncompJet SONEL Non
Etat du systeme de filtration Moyen Compresseur Non
Soumante Non
Etat du systeme de ehloration Ouí Baes de préparation Ouí
Pompes doseuses Ouí
Etat du réservoir Bon Extérieur Sale
Etanehéité Non vérífié

Etude de faisabilité Annexes techniques page30


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Etat actuel du réseau de distribution


- 1:-­
Etat général du réseau ; Bon
CaDalisatioDs 6Km Bon
- ..
Bornes Containes 13 Bon
Branchements particuJiers Bon
Accessoires et équipements Bon
Extensions ou réparations Non

Etude de faisabilité Annexes techniques page 31


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Annexe 5 Résultats des enquetes techniques EST

Réseau n° 185
Caractéristiques d'origine
Identification
N° Station 1&5 Nom NDEMBAI
Région EST Département LOM ET DJEREM
Commune BELABO Village NDEMBA 1
Coordonnées GPS N450,149 EJ321,395 732 m

Données techniques initiales


Type de station 5 m3 /h Combinaison o
Réservoir Station 27 m3 Autres réservoirs
Bornes fontaines 12 Longueur
Date de mise en service 24/0&/1985
Ressource Forage Population 1987 1272

Caractéristiques actuelles
Données techniques actuelles
Date de la visite 20/02/2010 Equipe 3
Durée de vie &946 jours Utilisation m3 /jour
Com pteur Eau Om3 Compteurs pompes O heures
Etat général du réseau Réseau fonctionnel, gestion "privée"

La ressource en eau actuelle


Type Sources
Etat Mauvaís
Equipement de pompage Oui
Ressource potentielle Sources

Etat actuel de I'équipement


Etat général du batiment Bon
Etat du groupe électrogene Oui Compteur groupe O heures
Etat du tableau électrique Bon SONEL Non
Etat du systeme de filtration Oui Compresseur Oui
soumante Oui
Etat du systeme de chloration Ouí Bacs de préparation Oui
Pompes doseuses Ouí
Etat du réservoir Bon Extérieur Bon
Etanchéité Oui

Etude de faisabilité Annexes techniques page 32


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Etat actuel du réseau de distribution


Etat général du réseau Bon
Canalisations .6Km Bon
Bornes fontaines 12 Bon
Branchements particuliers 5 Bon
Accessoires et équipements Mauvais
Extensions ou réparations Non

Etude de faisabilité Annexes techniques page33


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Réseau n° 186
Cara e téristiques d'origine
Identification
N° Station i 186 Nom NDOKAYO
Région EST Département , LOM ET DJEREM
Commune BETARE-OYA ViIlage NDOKAYO
Coordonnées GPS

Données techniques initiales


Type de station 5 m3 /h Combinaison o
3
Réservoir Station 27 m Autres réservoirs
Bornes fontaines 5 Longueur
Date de mise en serviee 24/051l985
Ressouree Puíts Population 1987 1778

Caractéristiques actuelles
Données techniques actuelles
Date de la visite 22/02/2010 Equipe 2
Durée de vie 9040 jours Utilisation 3%
3
Compteur Eau 4575 m Compteurs pompes 2400 heures
Etat général du réseau Réseau non fonctionnel depuis 1996

La ressource en eau actuelle


Type Puits et sources
Etat Moyen
Equipement de pompage Oui
Ressouree potentielle Puits et sources

Etat actuel de I'équipement


Etat général du biitiment Bon
Etat du groupe électrogene Ouí Compteur groupe 1625 heures
Etat du tableau électrique Moyen SONEL Non
Etat du systeme de filtration Moyen Compresseur Non
soumante Non
Etat du systeme de chloration Oui Baes de préparation Ouí
Pompes doseuses Oui
Etat du réservoir Bon Extérieur Bon
Etanchéité Non Vérifié

Etude de faisabilité Annexes techniques page 34


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Etat actuel du réseau de distribution


Etat général du réseau Mauvais
Canalisations 1 Km Mauvais
Bornes fontaines 6 Mauvais
Branchements particuliers 2 : ras de compteur
Accessoires et équipements . Mauvais
Extensions ou réparations Non

Etude de faisabilité Annexes techniques page35


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Réseau n° 187
Caractéristiques d'origine
Identification
N° Station 187 Nom . ANGOSSAS
Région EST Département HAUTNYONG
Commune ABONG-MBANG Village ANGOSSAS
Coordonnées GPS N404,459 E1259,018 696 m

Données techniques initiales


Type de station 5 m3 /h Combinaison o
Réservoir Station 27 m 3
Autres réservoirs om 3

Bornes fontaines 8 Longueur 2Km


Date de mise en service 19/08/1985
Ressource Forage . Population 1987 1205

Caractéristiques actuel/es
Données techniques actuelles
Date de la visite 17/02/2010 Equipe 2
Durée de vie 8948jours Utilisation 5%
Compteur Eau 1470 m3 Compteurs pompes 3867 heures
Etat général du réseau Réseau propre, non fonctionel depuis 1992, forage et canalisations
arrachées par des travaux routiers

La ressource en eau actuelle


Type Forage
Etat Bon
Equipement de pompage Oui
Ressource potentielle Forage

Etat actuel de I'équipement


Etat général du batiment Bon
Etat du groupe électrogime Ouí Compteur groupe 3867 heures
Etat du tableau électrique Bon SONEL Non
Etat du systeme de filtration Moyen Com presseur Oui
SoufOante Oui
Etat du systeme de chloration Oui Bacs de préparation Oui
Pompes doseuses Oui
Etat du réservoir Bon Extérieur Bon
Etanchéité Bon

Etude de raisabilité Annexes techniques page 36


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Etat actuel du réseau de distribution


Etat général du réseau • Mauvais

Canalisations 6Km Bon

- -
---- , ,

Bornes fontaines ,8 Bon


. Branchements particuliers •3 Pas de compteur
Accessoires et équipements Mauvais
Extensions ou réparations Non

Etude de faisabilité Annexes techniques page37


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Réseau n° 191
Caractéristiques d'origine
Identification
N° Station 191 Nom BOUBARA
Région EST Département KADEY
Commune BATOURI Village BOUBARA
Coordonnées GPS N427,838 . E1423,563 618 m

Données techniques initiales


Type de station 5 m 3 Ih Combinaison o
3
Réservoir Station 27 m Autres réservoirs O m3
Bornes fontaines 6 Longueur 2Km
Date de mise en service 20/0811985
Ressource Forage Population 1987 2839

Caractéristiques actuelles
Données techniques actuelles
Date de la visite 25/02/2010 Equipe 2
Durée de vie 8955 jours Utilisation m 3 /jour
Compteur Eau O m3 Compteurs pompes O heures
Etat général du réseau . Réseau non fonctionnel depuis 1987, station pillée

La ressource en eau actuelle


Type Aucune
Etat Détrui
Equipement de pompage Non
Ressource potentielle Forage

Etat actuel de I'équipement


Etat général du b:itiment Mauvais
Etat du groupe éleetrogene Non Compteur groupe O heures
Etat du tableau électrique Vandalisé SONEL Non
Etat du systeme de filtration Vandalisé Compresseur Non
soumante Non
Etat du systeme de ehloration Non Baes de préparation Non
Pompes doseuses Non
Etat du réservoir Mauvais Extérieur Mauvais
Etanchéité Non Vérifié

Etude de faisabilité Annexes techniques page 38


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Etat actuel du réseau de distribution


Etat général du réseau Mauvais
Canalisations 2Km Mauvais

Bornes fontaines 6 Mauvais

Branchements particuliers ·4 Bricolés


Accessoires et équipements Mauvais
Extensions 00 réparations Non

Etude de faisabilité Annexes techniques page39


Etude de díagnostíc de 350 stations Scanwater au Cameroun et de raisabilité de leur réhabilitation

Réseau n° 325
Caractérístíques d'orígíne
Identification
N° Station 325 Nom EBA
Région EST Département HAUTNYONG
Commune NGUELEMEDOUKA Village EBA
Coordonnées GPS N430,134 E1255,491 771 m

Données techniques initiales


Type de station 5 m3 /h Combinaison O
Réservoir Station 27 m3 Autres réservoirs O m3
Bornes fontaines 19 Longueur 10Km
Date de mise en serviee 24/01/1992
Ressouree Puíts Population 1987 1108

Caractérístíques actuelles
Données techniques actuelles
Date de la visite 18/0212010 Equipe 2
Durée de vie 6600 jours Utilisation 1 m3/jour
Compteur Eau 3603 m l
Compteurs pompes O heures
Etat général du réseau Réseau non fonetionnel depuis 1997

La ressource en eau actuelle


Type Aueune
Etat Détruít
Equipement de pompage Ouí
Ressouree potentielle Forage et puits

Etat actuel de I'équipement


Etat général du batiment Bon
Etat du groupe électrogene Ouí Compteur groupe O heures
Etat du tableau éleetrique Bon SONEL Non
Etat du systeme de filtration Bon Compresseur Non
soumante Ouí
Etat du systeme de ehloration Ouí Baes de préparation Ouí
Pom pes doseuses Ouí
Etat du réservoir Bon Extérieur Bon
Etanehéité Non vérífié

Etude de faisabilité Annexes techniques page 40


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur rébabilitation

Etat actuel du réseau de distribution


Etat général du réseau Mauvais
Canalisations 8Km Mauvais
Bornes fontaines 19 Bon
Branchements particuliers 10 Bricolés
Accessoires et équipements Mauvais
Extensions ou réparations Non

Etude de faisabilité Annexes techníques page 41


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur rébabilitation

Réseau n° 331
Caractéristiques d'origine
rdentification
N° Statioo 331 . Nom KAMBELE
Régioo EST Départemeot KADEY
Commuoe KETTE . Village KAMBELE
Coordoonées GPS N443,025 E1435,504 715 m

Données techniques ¡nitiales


Type de station 5 m3 !h Combinaison o
3
Réservoir Station 27 m Autres réservoirs
Bornes fontaines 14 Longueur
Date de mise en serviee 21/08/1991
Ressouree Forage Population 1987 1483

Caractéristiques actuelles
Données techniques actuelles
Date de la visite 24/02/2010 Equipe 2
Durée de vie 6762 jours Utilisation m3 /jour
Compteur Eau 2616 m' Compteurs pompes O heures
Etat général du réseau Réseau non fonctionnel depusi 1993, réparé (en 2004), mais vandalisé

La ressource en eau actuelle


Type Aucune
Etat Abandon
Equipement de pompage Volée
Ressource potentielle Forage et sourcs

Etat actuel de I'équipement


Etat général d u batimeot Bon
Etat du groupe électrogene Non Compteur groupe 459 heures
Etat du tableau électrique Non SONEL Non
Etat du systeme de filtratioo Moyen Compresseur Non
Soufflaote Non
Etat du systeme de chloratioo Non Baes de préparation Non
Pompes doseuses Non
Etat du réservoir Bon Extérieur Mauvais
Etanchéité Non Vérifié

Etude de faisabilité Annexes tecbniques page 42


Etude de .....nm" .... de 350 stations Scanwater au Cameroun et de raisabilité de leur rébabilitation

Etat actuel du réseau de distribution


-- - -- ~
... _.
Etat général du réseau Mauvais
Canalisations 6Km Détruites
Bornes fontaines 14 Mauvais
Branchements particuliers 3 Mauvais
Accessoires et équipements Mauvais
Extensions ou réparations Non

Etude de raisabilité Annexes techniques page 43


Etude de de 350 stations Scanwater au eameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Annexe 6 Résultats des enquetes techniques


llTTORAl
Réseau n° 13
Caractéristiques d iorigine
Identification
N° Station 13 Nom YINGUI
Région LITTORAL Département NKAM
Commune YINGUI Village YINGUI
Coordonnées GPS N430,775 E1017,I07 239 m

Données techniques initiales


Type de station 5 m3 /h Combinaison o
3
Réservoir Station 27 m Autres réservoirs
Bornes (ontaines 9 Longueur
Date de mise en service 25/11/1981
Ressource Captage en Population 1987 1844
riviere

Caractéristiques actuelles
Données techniques actuelles
Date de la visite 22/02/2010 Equipe 3
Durée de vie 10316 jours Utilisation m3 /jour
Compteur Eau O m' Compteurs pompes O heures
Etat général du réseau En panne depuis 1995, transformé en gravitaire depuis 2001 maís
source faíble

La ressource en eau actuelle


Type Source (tarie)
Etat Abandonnné
Equipement de pompage Non
Ressource potentielle Sources, forages

Etude de faisabilité Annexes techniques page 44


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Etat actuel de I'équipement


Etat général du batiment Bon
Etat du groupe éleetrogene Volé Compteur groupe , O heures
Etat du tableau éleetrique Volé SONEL Non
Etat du systeme de filtration Mauvais Compresseur Volé
Souffiante Volé
Etat du systeme de ehloration Volé Baes de préparation Volé
Pompes doseuses Volé
Etat du réservoir Moyeo (pas Extérieur Moyeo
d'échelle)
Etanehéité Oui

Etat actuel du réseau de distribution


Etat général du réseau Mauvais
Canalisations 3 Km Mauvais
Bornes fontaines 9 Mauvais
Branehements partieuliers 10 Bricolés
Aeeessoires et équipements Détruits
Extcnsions ou réparations

Etude de faisabilité Annexes techniques page 45


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Réseau n° 137
Caractéristiques d'origine
Identification
N° Station 137 Nom MARIENBERG
Région LITTORAL Département SANAGA
MARITIME
Commune MOUANKO Village ELONGANGE
Coordonnées GPS N337,023 E953,406 28m

Données techniques initiales


Type de station 5 m' /h Combinaison ·0
Réservoir Station 27 m 3
Autres réservoirs
Bornes fontaines 4 Longueur
Date de mise en service 05/07/1986
Ressource J forage Population 1987 28

Caractéristiques actuelles
Données techniques actuelles
Date de la visite 18/02/2010 Equipe 3

Durée de vie 8688 jours Utilisation m'/jour

Compteur Eau 4287 m' Compteurs pompes O heures

Etat général du réseau Abandonné, pillage, AEP assurée par deux pompes manuelles sur
forages

La ressource en eau actuelle


Type Non
Etat
Equipement de pompage Absente
Ressource potentielle Sources, forages

Etat actuel de I'équipement


Etat général du bitiment Moyen
Etat du groupe électrogcne Vols de pieces Compteur groupe O heures
Etat du tableau électrique Volé SONEL Non
Etat du systcme de filtrntion Sales Compresseur Non
Souftlante Non utilisé
Etat du systcme de chloration Non utilisé Bacs de préparation Oui
Pompes doseuses Oui
Etat du réservoir Moyen Extérieur Moyen
Etanchéité Non vérifiée

Etude de faisabilité Annexes techniques page 46


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Etat actuel du réseau de distribution


--
Etat général du réseau Mauvais
- ~

Canalisations 2Km . Détruites


Bornes fontaines 3 : Mauvais
Branchements particuliers O
Accessoires et équipements , Mauvais
Extensions ou réparations Non

Etude de faisabilité Annexes techniques page 47


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Réseau n° 139
Caractéristiques d'origine
Identification
N° Station 139 Nom SONGMBENGUE
Région LITTORAL Département SANAGA
MARITlME
Commune MASSOK Village SONGMBENGUE
Coordonnées GPS N404,218 EIO 33,837 284 m

Données techniques initiales


Type de station 10 m 3 /h Combinaison O
3
Réservoir Station 54 m Autres réservoirs
Bornes fontaines 17 Longueur
Date de mise en service 31/01/1986
Ressource 2 forages Population 1987 1020

Caractéristiques actuelles
Données techniques actuelles
Date de la visite 19/02/2010 Equipe 3
Durée de vie 8785 jours Utilisation 9%
3
Compteur Eau 33027 m Compteurs pompes 6524 heures
Etat général du réseau Abandonné suite au vol de la caisse. Desserte AEP assurée par 10
forages et source

La ressource en eau actuelle


Type Rien
Etat
Equipement de pompage Arretées
Ressource potentielle 10 forages + souce

Etat actuel de I'équipement


Etat général du batiment Mauvais
Etat du groupe électrogene Vols de pieces Compteur groupe O heures
Etat du tableau électrique Vols de pieces SONEL Non
Etat du systeme de filtration Moyen Compresseur Non
Soufflante Oui
Etat du systeme de chloration Non utilisé Bacs de préparation Oui
Pompes doseuses Oui
Etat du réservoir Moyen Extérieur Moyen
Etanchéité Non vérifiée

Etude de faisabilité Annexes techniques page 48


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

\- Etat actuel du réseau de distribution


...

Etat général du réseau Mauvais


Canalisations 5Km Détruites
Bornes fontaines 18 Mauvais
Branchements particuliers ·0
Accessoires et équipements Mauvais
Extensions ou réparations Réparation forgae en 2005 + pompe mais non utilisé

Etude de faisabilité Annexes techníques page 49


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Réseau n° 145
Caractéristiques d'origine
Identification
-- . ­
N° Station 145 Nom FIKO-MIANG
Région LlTIORAL Département MOUNGO
Commune DIBOMBARI Village FIKO, MIANG et
BAGAMBA

Coordonnées GPS N417,950 E943,099 71 m

Données techniques initiales


, Type de station 5 ml/h Combinaison o
l
Réservoir Station 27 m Autres réservoirs 25 ml
Bornes fontaines 13 Longueur 1 Km
Date de mise en serviee 05/0511986
Ressouree 1 forage Population 1987 759

Caractéristiques actuelles
Données techniques actuelles
Date de la visite 22/02/2010 Equipe

Durée de vie 8694 jours Utilisation

l
Compteur Eau 45340 m Compteurs pompes O heures

Etat général du réseau Station pillée en 1993, Depuis 2009, SONEL et pompage direct

station bypassée

La ressource en eau actuelle


Type 1 forage

Etat Bon

Equipement de pompage Ouí

Ressouree potentielle

Etat actuel de I'équipement


Etat général du batiment Moyen
Etat du groupe éleetrogene Absent Compteur groupe O heures
Etat du tableau électrique Vols de pieces SONEL Oui
Etat du systeme de filtration Mauvais Compresseur Non
Soufflante Non
Etat du systeme de ehloration Non Baes de préparation Non
Pompes doseuses Non
Etat du réservoir Moyen Extérieur Moyen
Etanchéité Oui

Etude de faisabilité Annexes techniques page 50


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Etat actuel du réseau de distribution


Etat général du réseau Mauvais
Canalisations 8Km Mauvais
Bornes fontaines 14 Moyen
: Brancbements particuliers .6 Bricolés
Accessoires et équipements Bon
Extensions ou réparations Depuis 2009, SONEL et pompage direct station bypassée

Etude de faisabilité Annexes techniques page 51


Etude de diagnostie de 350 stations Sean water au eameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Réseau n° 394
Caraetéristiques d'origine
Identification
N° Station 394 Nom BOMONO
. --­ - -

Région LlTTORAL . Département MOUNGO


Commune DIBOMBARI Village BOMONO
Coordonnées GPS N410,692 E936,076 50 m

Données techniques initiales


Type de station 10 m3 /h Combinaison o
Réservoir Station 54 m3 Autres réservoirs
Bornes fontaines 17 Longueur 10Km
Date de mise en serviee 22/01/1988
Ressource 2 forages Population 1987 4487

Caractéristiques actuelles
Données techniques actuelles
Date de la visite 26/0212010 Equipe 3
Durée de vie 8071 jours Utilisation 4 m3 /jour
Compteur Eau 35550 m 3 Compteurs pompes O heures
Etat général du réseau Station en fonctionnement, gestion continue et dynamique

La ressource en eau actuelle


Type 2 forages
Etat Bon
Equipement de pompage OK
Ressource potentielle Forages

Etat actuel de I'équipement


Etat général du batiment Moyen
Etat du groupe éleetrogene Oui Compteur groupe O heures
Etat du tableau éleetrique Moyen SONEL Oui
(bricolages)
Etat du systeme de filtration Moyen Compresseur Non
soumante Non
Etat du systeme de ehloration Utilisé Baes de préparation Oui
Pompes doseuses Oui
Etat du réservoir Moyen Extérieur Moyen
Etanehéité Oui

Etude de faisabilité Annexes techniques page 5~


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Etat actuel du réseau de distribution


Etat général du réseau Bon
Canalisations . 20 Km Bon
Bornes fontaines 36 Bon
Branchements particuliers .200 Bon
Accessoires et équipements Bon
Extensions ou réparations

Etude de faisabilité Annexes techniques page 53


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Annexe 7 Résultats des enquetes techniques NORD

OUEST
Réseau n° 168
Caractéristiques d'origine
Identification
N° Station 168 Nom NGYEN MBO
Région NORDOUEST Département MOMO
Commune MBENGUI Village NGYENMBO
Coordonnées GPS N558,075 E1002,189 1280 m

Données techniques ¡nitiales


Type de station 5 m3 /h Combinaison o
Réservoir Station
Bornes fontaines
27 m
23
3
Autres réservoirs
Longueur
° m
12 Km
3

Date de mise en service 27/01/1987


Ressource Forage Population 1987 1355

Caractéristiques actuel/es
Données techniques actuelles
Date de la visite 03/0312010 Equipe 3
Durée de vie 8436 jours Utilisation m3 /jour
Compteur Eau O m3 Compteurs pompes °
heures
Etat général du réseau Station en panne depuis 1990, pillée ensuite. SONEL coupé (dettes)
Tentative de pompage éolien

La ressource en eau actuelle


Type Puits
Etat Mauvais
Equipement de pompage Volée
Ressource potentielle Forages

Etat actuel de I'équipement


Etat général du batiment Bon
Etat du groupe éJectrogime Volé Compteur groupe ° heures
Etat du tableau électrique Non SONEL Oui
Etat du systeme de filtration Moyen Compresseur Non
Soufflante Non
Etat du systeme de chloration Non Bacs de préparation Non
Pompes doseuses Non
Etat du réservoir Moyen Extérieur Moyen
Etanchéité Non vérifié

Etude de faisabilité Annexes techniques page 54


Etude de de 350 stations Sean water au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Etat actuel du réseau de distribution


Etat général du réseau Mauvais
Canalisations l2 Km Mauvais
Bornes fontaines 17 Moyen
Branchements particuliers .2 Pas de compteur
. Accessoires et équipements Moyen
.. -
~ -..

Extensions ou réparations Non

Etude de faisabilité Annexes techniques page 55


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Réseau n° 169
Caractéristiques d'origine
Identification
N° Station 169 Nom . MISAJE
Région NORDOUEST Département DONGA MANTUNG
Commune MISAJE ViIlage MISAJE
Coordonnées GPS N634,709 EIO 33,012 ·969 m

Données techniques initiales


Type de station 5 m3 /h Combinaison O
Réservoir Station 27 m3 Autres réservoirs O m3
Bornes fontaines ·9 Longueur 4Km
Date de mise en service 29/01/1987
Ressource Forage Population 1987 4265

Caractéristiques actuelles
Données techniques actuelles
Date de la visite 03/05/2010 Equipe 3
Durée de vie 8436 jours Utilisation 2 m3 /jour
Compteur Eau 14580 m3 Compteurs pompes O heures
Etat général du réseau Transformé en systeme gravitaire depuis J996, station pillée en J999

La ressource en eau actuelle


Type 2 sources
Etat Bon
Equipement de pompage Absente
Ressource potentielle Sources

Etat actuel de I'équipement


Etat général du batiment Bon
Etat du groupe électrogtme Ouí Compteur groupe O heures
Etat du tableau électrique Bon SONEL Non
Etat du systeme de filtration Moyen Compresseur Non
Souffiante Non
Etat du systeme de chloration Non utiJísé Bacs de préparation Ouí
Pompes doseuses Ouí
Etat du réservoir Bon Extérieur Bon
Etanchéité Ouí

Etude de faisabilité Annexes techniques page 56


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Etat actuel du réseau de distribution


Etat général du réseau . Bon

Canalisations ; 4Km Bon

.. _.- ­
Bornes fontaines 8 Bon
Branchements particuliers 18 i Bon
Accessoires et équipements Bon
Extensions ou réparations Bon état général, nombreux raccordements privés

Etude de faisabilité Annexes techniques page 57


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Réseau n° 174
Caractéristiques d'origine
Identification
N° Station 174 Nom NKWEN
Région NORDOUEST Département MEZAM
,-
Commune BAMENDA Village NKWEN
Coordonnées GPS N558,966 ElO 12,033 1319m

Données techniques initiales


Type de station 5 m3 /h Combinaison O
Réservoir Station 27 m 3
Autres réservoirs 5 m3
Bornes fontaines 35 Longueur 16Km
Date de mise en serviee 27/01/1987
Ressouree 2 forages Population 1987 8641

Caractéristiques actuelles
Données techniques actuelles
Date de la visite 03/07/2010 Equipe 3
Durée de vie 8440jours Utilisation m3 /jour
Compteur Eau O m3 Compteurs pompes Oheures
Etat général du réseau Transformé en systeme gravitaire depuis 1992 suite ades problemes
d'argent et de qualité de l'eau

La ressource en eau actuelle


Type . 5 sources
Etat Bon
. Equipement de pompage Absente
Ressouree potentielle Sources

Etat actuel de I'équipement


Etat général du bitiment Abandonnée
Etat du groupe électrogene Non Compteur groupe O heures
Etat du tableau éleetrique Non SONEL Non
Etat du systeme de filtration Moyen Compresseur Non
soumante Non
Etat du systeme de ehloration Non Baes de préparation Non
Pompes doseuses Non
Etat du réservoir Moyen Extérieur Moyen
Etanehéité Non vérifiée

Etude de faisabilité Annexes techniques page 58


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Etat actuel du réseau de distribution


Etat général du réseau Bon
CanaJisations 25 Km Bon
-
Bornes fontaines 100 Moyeo
Branchements particuliers 250 Moyeo
. Accessoires et équipements Bon
Extensions ou réparations Nombreuses extensions, peu de stockage, réseau mal équilibré

Elude de faisabilité Annexes techniques page 59


Etude de diagnostie de 350 stations Sean water au Cameroun et de raisabilité de leur réhabilitation

Réseau n° 381
Caractéristiques d 'origine
Identification
N° Station 381 Nom DUMBO
Région NORDOUEST Département N DONGA
MANTUNG
Commune MISAJE Village DUMSO
Coordonnées GPS N642,204 EIO 30,879 ·941 m

Données techniques ¡nitiares


Type de station 5 m 3 /h Combinaison o
Réservoir Station 27 m3 Autres réservoirs Om 3
. Bornes fontaines II Longueur 3 Km
Date de mise en service 15/0511991
Ressource Forage Population 1987 1158

Caractéristiques actuel/es
Données techniques actuelles
Date de la visite 03/05/2010 Equipe 3

Durée devie 6869 jours Utilisation 1 m3/jour

Compteur Eau 6737 m 3 . Compteurs pompes O heures

Etat général du réseau Transformé en systeme gravitaire depuis 1997

La ressource en eau actuelle


Type Source
Etat Son
Equipement de pompage Absente
Ressource potentielle Sources

Etat actuel de r'équipement


Etat général du bitiment Son
Etat du groupe électrogene Ouí Compteur groupe O heures

Etat du tableau électrique Son SONEL Non

Etat du systeme de filtration Moyen Compresseur Non

soumante Non

Etat du systeme de chloration Non utilísé Bacs de préparation Ouí

Pompes doseuses Ouí

Etat du réservoir Son Extérieur Son

Etanchéité Ouí

Etude de raisabilité Annexes teehniques page60


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Etat actuel du réseau de distribution


Etat général du réseau Bon
Canalisations 3 Km Bon
Bornes fontaines 18 Bon
Branchements particuliers 9 pas de compteur
Accessoires et équipements Bon
Extensions ou réparations Eau insuffisante, extension de 6 BF en 2003!

Etude de faisabilité Annexes techniques page 61


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de raisabilité de leur réhabilítation

Réseau n° 470
Caractéristiques d'origine
Identification
N° Station 470 , Nom BANGOLAN
Région NORDOUEST Département MEZAM
Commune BABESSI Village BANGOLAN
. Coordonnées GPS N558,185 EIO 36,963 1209 m

Données techniques initiales


Type de station 20 ro 3 /h Combinaison O
Réservoir Station 108 ro 3
Autres réservoirs O m3
Bornes fontaines 31 Longueur 10 Km
Date de mise en service 26/0111989
Ressouree 3 forages et un Population 1987 6785
puíts

Caractéristiques actuelles
Données techniques actuelles
Date de la visite 03/04/20 10 Equipe 3
Duréedevie 7707 jours Utilisation 37 m3 /jour
Compteur Eau 285033 m3 Compteurs pompes O heures
Etat général du réseau En panne depuís 2007 suíte panne du groupe. Depuís puits locaux.
Les píeces de rechange ont été "trouvées" le 20 février 20 I O

La ressource en eau actuelle


Type Forages
Etat Mauvais
Equipement de pompage Ouí
Ressouree potentielle Forages

Etat actuel de I'équipement


Etat général du batiment Bon
Etat du groupe électrogene Oui (non Compteur groupe O heures
utilisé)
Etat du tableau éleetrique Bon SONEL Non
Etat du systeme de filtration Bon Compresseur Ouí (en réparatíon)
Soufflante Ouí
Etat du systeme de chloration Oui Baes de préparation Ouí
Pompes doseuses Ouí
Etat du réservoir Bon Extérieur Bon
Etanehéité Oui

Elude de raisabilité Annexes techniques page62


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Etat actuel du réseau de distribution


Etat général du réseau Bon
Canalisations IOKm Bon
Bornes fontaines 33 Bon
Branchements particuliers 7 Bricolés
Accessoires et équipements Bon
Extensions ou réparations

Etude de faisabilité Annexes techniques page 63


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Annexe 8 Résultats des enquetes techniques OUEST

Réseau n° 35
Caractéristiques d'origine
Identification
N° Station 35 Nom BANDENKOP
Région OUEST Département MIFI
Commune BAYANGAM Village BADENKOP
Coordonnées GPS N515,341 EIO 21,887 1755 m

Données techniques initiales


Type de station 5 m 3 /h Combinaison O
Réservoir Station 27 m 3
Autres réservoirs Om3
Bornes fontaines 14 Longueur 6Km
Date de mise en service 16/01/1983
Ressource Puits . Population 1987 3346

Caraetéristiques actuelles
Données techniques actuelles
Date de la visite 03/05/2010 Equipe
Durée de vie 9910 jours Utilisation 27%
3
Compteur Eau 68990 m Compteurs pompes 21527 heures
Etat général du réseau Réseau réhabilité en 2009, fonctionnel sans payer l'électricité!

La ressource en eau actuelle


Type Puits
Etat Mauvais
Equipement de pompage Oui
Ressource potentieIle Puits

Etat actuel de I'équipement


Etat général du bíitiment Bon
Etat du groupe électrogene Oui Compteur groupe 4233 heures
Etat du tableau électrique Oui SONEL Oui
Etat du systeme de filtration Bon Compresseur Oui
Soufflante Oui
Etat du systeme de chloration Oui Bacs de préparation Oui
Pom pes doseuses Oui
Etat du réservoir Bon Extérieur Bon
Etanchéité Oui

Etude de faisabilité Annexes techniques page 64


Etudede de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Etat actuel du réseau de distribution


Etat général du réseau Bon
Canalisations : 6Km Bon
Bornes fontaines 27 Bon
Branchements particuliers
Accessoires et équipements Bon
Extensions ou réparations Bon

Etude de faisabilité Annexes techniques page 65


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Réseau n° 91
Caractéristiques d'origine
Identification
N° Station 91 Nom . MAGBA
Région OUEST Département NOUN
Commune MAGBA Village MAGBA
Coordonnées GPS N558,482 E11 13,903 2161 m

Données techniques initiales


Type de station 10 m3 /h Combinaison o
Réservoir Station 54 m3 Autres réservoirs
Bornes fontaines 8 Longueur
Date de mise en service 23/05/1984
Ressource Forage Population 1987 8073

Caractéristiques actuel/es
Données techniques actuelles
Date de la visite 03/10/2010 Equipe
Durée de vie 9422jours Utilisation m3/jour
Compteur Eau Om 3 Compteurs pompes O heures
Etat général du réseau Réseau réhabiJ ité en 2005 et 2010, non fonctionnel, SONEL coupé,
statíon bypassée

La ressource en eau actuelle


Type Forages
Etat Bon
Eq uipement de pom page Oui
Ressource potentielle Forages

Etat actuel de I'équipement


Etat général du batiment Bon
Etat du groupe électrogime Ouí Compteur groupe O heures
Etat du tableau électrique Bricolé SONEL Ouí
Etat du systeme de filtration Moyen Compresseur Non
Souffiante Ouí
Etat du systeme de chloration Ouí Bacs de préparation Ouí
Pompes doseuses Pompage
Etat du réservoir Moyen Extérieur Saje
Etanchéité Non vérifié

Etude de faisabilité Annexes techniques page 66


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur rébabilitation

Etat actuel du réseau de distribution


_ E tat général du réseau Détruit
_.

CanalisatioDS 3 Km Détruites
_.- -.

Bornes fontaines -8 _ Bon

Branchements particuliers 14 Bon

Accessoires et équipements Détruits

Extensions ou réparations - Non

Etude de faisabilité Annexes techniques page 67


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de raisabilité de leur réhabilitation

Réseau n° 150
Caractéristiques d'origine
Identification
N° Station 150 Nom FONKOUAKEN
Région OUEST Département HAUTNKAM
Commune BAFANG Village FONKOUAKEN
Coordonnées GPS N509,309 EIO 07,074 1579 m

Données techniques initiales


Type de station 10 m3 Ih Combinaison o
Réservoir Station 54 m 3 Autres réservoirs
Bornes fontaines 18 Longueur 9Km
Date de mise en service 26/1111986
Ressou rce Forage Population 1987 O

Caractéristiques actuelles
Données techniques actuelles
Date de la visite 03/0412010 Equipe
Durée de vie 8499 jours Utilisation m 3 /jour
Compteur Eau O ml Compteurs pompes O heures
Etat général du réseau Réseau a I'arret depuis plus de 20 ans faute d'énergie! Station détruite
a95%

La ressource en eau actuelle


Type Aucune
Etat Abandon
Equipement de pompage Non
Ressource potentielle Riviere

Etat actuel de I'équipement


Etat général du batiment Mauvais
Etat du groupe électrogene Compteur groupe O heures
Etat du tableau électrique Détruit SONEL Non
Etat du systeme de filtration Mauvais Compresseur Non
SoufOante Non
Etat du systeme de chloration Non Bacs de préparation Oui
Pompes doseuses Non
Etat du réservoir Mauvais Extérieur Abandon
Etanchéité Non vérifié

Etude de raisabilité Annexes techniques page 68


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Etat actuel du réseau de distribution


Etat général du réseau Détruit
Canalisations 9Km Détruites
Bornes Containes 18 Mauvais
Branchements particuliers O
Accessoires et équipements Détruits
Extensions ou réparations Non

Etude de faísabilité Annexes techniques page 69


Etude de díagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur rébabilitation

Réseau n° 162
Caractéristiques d'origine
Identification
N° Station 162 Nom BABADJOU
-

Région OUEST Oépartement BAMBOUTOS


Commune BABADJOU Village BABADJOU
Coordonnées GPS N540,352 EIO 11,525 2152 m

Données techniques ¡nitiales


Type de station Combinaison o
Réservoir Station Autres réservoirs ornl

Bornes fontaines 23 Longueur 12Km

Oate de mise en serviee 24/02/1987


Ressouree Forage Population 1987 11120

Caractéristiques actuelles
Données techniques actuelles
Oate de la visite 03/08/2010 Equipe
Ourée de vie 84 \3 jours Utilisation 56 rn 3/jour
Compteur Eau 468911 rnl Compteurs pompes O heures
Etat général du réseau Réseau réhabilité en 2007, transformé en réseau gravitaire,
fonctíonnel

La ressource en eau actuelle


Type Source
Etat Bon
Equipement de pompage Non
Ressource potentielle Sources

Etat actuel de I'équipement


Etat général du bátiment Moyen
Etat du groupe électrogene Ollí Compteur groupe O heures
Etat du tablean électrique Mauvais SONEL Ollí
Etat du systeme de filtration Moyen Compresseur Non
soumante Non
Etat du systerne de ehloration Non Baes de préparation Ollí
Pompes doseuses Non
Etat du réservoir Moyen Extérieur Sale
Etanehéité Non vérifié

Etude de faisabilité Annexes techniques page 70


Etude de diagnostic de 350 stations Scanwater au Cameroun et de faisabilité de leur réhabilitation

Etat actuel du réseau de distribution


.-
Etat général du réseau : Mauvais
Canalisations 12 Km Détruites
Bornes fontaines i 23 Mauvais
Branchements particuliers O
-
Accessoires et équipements - Détruits
Extensions ou réparations : Non

Etude de faisabilité Annexes techniques page 71


Etude de de 350 stations Scanwater au Cameroun et de raisabilité de leur réhabilitation

Réseau n° 163
Caractéristiques d'origine
Identification
N° Station 163 Nom BAFOU CHEFFERIE
Région OlJEST Département MENOUA
Commune NI KONGZEM Village BAFOU CHEFFERIE
Coordonnées GPS . N528,458 EIO 06,737 1530 m

Données techniques initiales


Type de station 15 m 3 /h Combinaison