Vous êtes sur la page 1sur 34
Licence Professionnelle GAPP Parcours Métiers de la santé : prévention et éducation à la santé
Licence Professionnelle GAPP Parcours Métiers de la santé : prévention et éducation à la santé

Licence Professionnelle GAPP Parcours Métiers de la santé : prévention et éducation à la santé

Projet Tuteuré

Anne-Laure MATRAS, Valérie IVASSENKO, Chloé VÉRITÉ

Promouvoir la santé bucco-dentaire au sein d’un Centre d’Accueil de Demandeurs d’Asile

Projet tuteuré réalisé du 16 octobre 2017 au 5 juin 2018 Sous la direction de Madame BERTRAND

Année universitaire 2017-2018

REMERCIEMENTS

Nous tenons tout d’abord à remercier Mme CHARMEIL, directrice générale de l’association CeCler ainsi que Mme HAJI BAZIN, chef de service du CADA à Royat, pour nous avoir fait confiance en nous permettant d’intervenir au sein de leur établissement.

Un grand merci à Mme BUDEANOU, monitrice-éducatrice au CADA qui nous a apporté des éléments importants pour la compréhension et l’entrée en relation avec notre public, pour son implication et sa contribution dans la conception de notre projet.

Nous remercions également les professionnels du service d’Odontologie du CHU de Clermont- Ferrand, Dr Valérie Collado, Dr Estelle Machat, Dr Denise Faulks pour leur disponibilité, leurs conseils ainsi que pour les précieuses données transmises. A travers ces échanges, nous avons pu impulser une nouvelle dynamique, davantage en cohérence avec les besoins de notre population cible.

Sans public, il ne peut y avoir de projet, aussi nous remercions les enfants et les parents en demande d’asile pour leur sympathie et leur engagement.

Enfin, nous adressons un remerciement particulier à notre tutrice, Madame Bertrand, pour son accompagnement dans la réalisation de notre projet, sa bienveillance et ainsi que pour ses conseils.

SOMMAIRE

I-

INTRODUCTION

 

1

II-

APPROCHE THÉORIQUE ET DÉFINITION DU PROJET

2

1.

Méthodologie

 

2

2.

Quand santé globale et précarité s’intègrent à la sphère bucco-dentaire

2

3.

Qu’est-ce qu’être demandeur d’asile en France ?

3

4.

La situation d’interculturalité

4

III-

PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DU RECUEIL DE DONNÉES

5

1.

Diagnostic de territoire

 

5

2.

Rencontre

avec

les professionnels

5

3.

Rencontre

avec

le public

6

4.

Mise en lumière des leviers d’actions

7

IV-

CONCEPTION ET RÉALISATION DU PROJET

8

1. Objectifs et planification

8

2. Justification des choix d’outils

10

3. Analyse et évaluation de l’action

12

CONCLUSION

 

15

BIBLIOGRAPHIE

ANNEXES

I- INTRODUCTION

Au cours des dernières décennies, la santé bucco-dentaire en France s’est nettement améliorée. La mise en œuvre en 2007 des visites sans avance de frais chez un chirurgien-dentiste, avec le programme MT Dents de l’assurance maladie, contribue à cette évolution favorable. Ce programme permet aux enfants à partir de 6 ans, puis tous les 3 ans, de bénéficier d’un rendez-vous chez un professionnel et des soins qui suivent, si nécessaire. Ainsi en 2015, 68% des élèves de CM2 n’ont aucune carie, alors qu’ils étaient 60% en 2008 (Guignon, 2017). La mise en place d’un tel programme de prévention vise à assurer à chacun un accès et droit à la santé et à réduire de surcroît les inégalités sociales de santé.

Or malgré cette tendance favorable, de réelles inégalités persistent. Quel que soit l’âge des enfants, la santé bucco-dentaire reste le miroir de disparités entre les différents milieux sociaux. Ainsi, les enfants d’ouvriers présentent plus fréquemment des caries que les enfants de cadres. On peut alors s’interroger sur la persistance d’inégalités sociales de santé dans un pays où 98% de la population est couvert par l’assurance maladie et peut donc, en théorie, avoir égalitairement accès au système de soins. Il faut alors aller voir du côté de l’environnement des populations : l’alimentation, le niveau de diplôme, le revenu moyen, le territoire, l’offre de soins sont autant de déterminants à prendre en compte pour comprendre une problématique de santé. Ainsi les populations les plus défavorisées font plus de place au sucre dans leur alimentation, ont recours aux soins dentaires plus souvent en cas d’urgence que de prévention, sont parfois contraints de renoncer aux soins faute de moyens financiers.

Dans le cadre de notre projet tuteuré, nous avons décidé de travailler sur la santé bucco-dentaire et la précarité, en ciblant un public précis : les demandeurs d’asile. Dans un contexte, où le nombre de demande d’asile augmente depuis 10 ans, il est intéressant de se questionner sur l’état de santé d’une population fragilisée par l’exil, une situation administrative complexe, des conditions de vie précaires. La barrière de la langue, le poids d’un quotidien qui relègue parfois les problématiques médicales au second plan car jugée non prioritaires, la dimension culturelle des pratiques en matière de santé, sont autant de freins pour accéder aux soins dentaires et aux messages de prévention. Nous avons donc étudié et mis en œuvre une action de promotion de la santé visant à permettre aux enfants issus de familles demandeuses d’asile d’améliorer leur santé bucco-dentaire malgré les différents obstacles auxquels ils peuvent être confrontés.

Nous avons centré notre action sur un établissement particulier, le CADA de l’association CeCler à Royat (Annexe I) Cette localisation de notre action sur une structure particulière s’est en effet avérée nécessaire : elle nous permettrait de pouvoir apprécier avec davantage de finesse les différents enjeux mobilisés autour de cette thématique de santé (diagnostic), de prendre appui sur les ressources existantes au sein de la structure (humaines, matérielles, organisationnelles), de privilégier une approche qui soit la plus participative possible et ainsi de concevoir un projet qui soit le plus adapté aux besoins du public concerné. Partant de cette approche précise et localisée, le but ultime de notre action serait de pouvoir ensuite être transférable à des établissements similaires.

Dans une première partie, nous commencerons par présenter notre approche théorique, dans le but de préciser ce qu’est la santé bucco-dentaire et en nous interrogeant sur ses liens avec la précarité. Nous étudierons ensuite ce que veut dire être demandeur d’asile en France en 2018. Enfin, nous nous questionnerons sur la prise en compte de l’interculturalité en promotion de la santé. Dans un second temps, nous détaillerons notre démarche de projet en expliquant d’abord la construction de notre diagnostic, puis la conception de notre séance d’éducation à la santé. Nous présenterons enfin l’analyse de notre intervention : ce que nous attendions, ce qui s’est effectivement passé et ce que nous en avons retiré.

II- APPROCHE THÉORIQUE ET DÉFINITION DU PROJET

1. Méthodologie

Afin de préciser les enjeux de notre sujet, nous avons tout d’abord effectué des recherches documentaires. Notre action mobilise différentes problématiques qu’il a été nécessaire d’éclaircir tels

la santé bucco-dentaire, la parentalité ou encore les données probantes en terme de promotion de la

santé. Nous avons jugé pertinent que chacune investigue la littérature afin de recueillir une base de données répertoriant des informations complémentaires. Ce projet se situant à la croisée de nos compétences respectives, nous avons été vigilantes à nous situer dans une démarche de co- construction et non pas simplement de superposition de savoirs. L’ensemble des ressources

bibliographiques sont issues de sources fiables. Nous avons attaché une attention particulière à la provenance de nos références numériques (Google Scholar, Science Directe, Cairn) ou professionnels. Nous avons par la suite mutualisé les éléments recueillis via l’outil collaboratif « Zotero » dans le but de centraliser les apports. L’ensemble de nos lectures nous a conforté dans la réalisation de ce projet.

2. Quand santé globale et précarité s’intègrent à la sphère bucco-dentaire

La santé bucco-dentaire ne se limite pas à l’hygiène bucco-dentaire. C’est pourquoi, notre projet a pour vocation de promouvoir la santé bucco-dentaire auprès des familles en demande d’asile. Il a

donc été important de bien distinguer ces deux notions. L’hygiène bucco-dentaire correspond à l’acte

du brossage des dents, contrairement à la santé bucco-dentaire qui s’inscrit dans un concept plus large.

En effet, elle se définit par une alimentation équilibrée avec une attention particulière au sucre, un

brossage de dents quotidien avec du matériel adapté (dentifrice fluoré) ainsi que des contrôles fréquents chez le dentiste. (UFSBD & INPES, 2007).

A travers nos lectures, nous avons constaté que la santé bucco-dentaire était souvent négligée car

considérée comme moins importante que la santé globale. L’enquête « La santé bucco-dentaire des français : des pratiques variée et perfectibles » indique que près de 50% des français interrogés ne connaissent pas le lien entre santé bucco-dentaire et santé globale. (UFSBD & Pierre FABRE, 2017). Or les données probantes donnent à voir le lien très étroit entre ces deux aspects. La cavité buccale permet de mastiquer donc de favoriser la digestion, de s’exprimer ou encore de respirer. La bouche ayant un rôle d’interface entre l’extérieur et l’intérieur de l’organisme, constitue une barrière de protection. Dès lors qu’elle est endommagée, donc enclin à des infections, la santé générale est en péril (INPES, 2012). De plus, outre l’impact physique, la santé bucco-dentaire influence notre bien-être psychologique et social. Une mauvaise hygiène bucco-dentaire pourra constituer un frein aux relations sociales professionnelles ou/et privées.

Pour être saisies dans toute leur complexité, les problématiques de santé appellent une approche et

un regard pluridisciplinaires. C’est pourquoi, il est fondamental d’impliquer les professionnels dans

et en dehors du système de santé. Les professionnels de la sphère sociale ont donc un rôle important

à jouer dans la promotion de la santé bucco-dentaire. Aussi, leur intégration au cœur de notre projet est incontournable. En raison, notamment, de leur connaissance précise des populations fragiles et

donc des inégalités sociales de santé.

Ces dernières s’installent dès le plus jeune âge et le constat est identique vis-à-vis de la santé bucco- dentaire. En effet, il ressort de nos recherches bibliographiques que la santé bucco-dentaire est un

marqueur privilégié des inégalités sociales, qui rend nécessaire de développer des actions spécifiques en direction des populations les plus fragiles. Dans sa contribution à la Stratégie Nationale de Santé, l’UFSBD pointe du doigt le fait que « les enfants des catégories sociales les plus défavorisées sont plus nombreux à souffrir d’une mauvaise hygiène bucco-dentaire et des pathologies qui en résultent ». (UFSBD, 2014).

De plus, « 20% des enfants amassent 72% des pathologies dentaires », d’où la nécessité absolue de maintenir des actions de prévention auprès des enfants et des adolescents en situation de précarité. (UFSBD, s. d.). Ces lectures ont conforté la nécessité d’agir auprès du jeune public.

Malgré l’instauration de la Couverture Maladie Universelle (CMU) en 2000, la France est l’un des pays européens où les inégalités de recours aux soins sont les plus fortes, notamment en termes de recours aux soins de spécialistes ou préventifs. (Jusot, 2013). Notre public bien que bénéficiaire de la CMUC ou en attente de l’obtenir, échappe donc aux dispositifs de prévention existants et qui sont peu ou non adaptés. En effet, il faut prendre en considération la barrière de la langue ainsi que l’aspect culturel. Les populations les plus fragiles sont donc les moins prises en compte alors que leurs besoins sont grands.

Il existe une double complexité à ce phénomène. Les messages préventifs ne sont pas entendus et le public lui-même ne considère pas la santé bucco-dentaire comme une priorité. Alors comment faire la promotion de la santé bucco-dentaire auprès d’un public en grandes difficultés sociales et ayant d’autres priorités ? L’une des solutions définies est de rencontrer directement le public sur son lieu de vie. (UFSBD, 2014). L’objectif étant de rendre accessible les informations clé et d’aider les populations en leur donnant les moyens d’être acteur de leur santé.

3. Qu’est-ce qu’être demandeur d’asile en France ?

Dans le langage courant, on utilise le terme de “réfugié” sans forcément de distinction entre les situations singulières de chaque catégorie de migrants. Il est important de différencier un réfugié d’un demandeur d’asile, car la réalité sociale de ces statuts n’est pas la même. Selon la convention de Genève du 28 Juillet 1951, le statut de réfugié est délivré à toute personne qui « craignant avec raison d’être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays». Un demandeur d’asile est une personne qui s’inscrit dans une procédure administrative visant à obtenir son statut de réfugié.

A son arrivée en France, l’étranger souhaitant déposer une demande d’asile entame un réel parcours du combattant. La procédure de demande d’asile (Annexe II) est rigoureusement cadrée, rythmée par des délais stricts de dépôt de dossier, suspendue à des convocations auprès d’organismes organisant l’asile sur le sol français. Durant cette procédure, le demandeur d’asile vit dans l’attente et dans la crainte d’une décision qui va déterminer son avenir. De plus, le statut de demandeur d’asile relève plus de l’exil que de la migration choisie. Du jour au lendemain, il quitte une vie, un statut social et est projeté dans une précarité importante accompagnée d’un lourd questionnement identitaire. Situation qu’il s’impose pour sa protection et celle de sa famille. Le voyage jusqu’en France, les traumatismes subis dans leur pays, le déclassement social, la violence d’une réelle précarité identitaire, fait des demandeurs d’asile un public particulièrement fragile.

Durant la période d’instruction de sa demande, le demandeur bénéficie des conditions matérielles d’accueil de l’Office Français d’Intégration et d’Immigration (OFII), c’est à dire un logement, en Centre d’Accueil de Demandeur d’Asile (CADA) par exemple, et une allocation mensuelle appelée Allocation de demandeur d’asile. Dans les faits, tous les demandeurs d’asile ne peuvent être logés car le dispositif national d’accueil est insuffisant. Après 3 mois de résidence en France, les demandeurs d’asile peuvent bénéficier de la Couverture Maladie Universelle Complémentaire (CMUC), afin d’avoir un accès facilité aux soins. L’accès au marché du travail reste restreint. Selon la loi, un demandeur d’asile qui a déposé son dossier depuis plus de 9 mois, peut obtenir une autorisation de travail auprès de la Préfecture sous réserve d’une promesse d’embauche et si l’emploi est dans un secteur manquant de main d’œuvre. En réalité, une poignée de demandeurs d'asile obtient cette autorisation. S’installe donc pour le demandeur d’asile une certaine dépendance aux aides financières versées par l’état et aux aides ponctuelles des associations (vestimentaires, alimentaires). Le demandeur d’asile a le désir de pouvoir s’insérer dans la société qui l’accueille, mais ne peut subvenir à ses besoins et ne peut avoir son propre logement. Parallèlement, il est dans l’obligation de scolariser ses enfants, qui vont eux se confronter à la société française, en apprenant rapidement la langue, en découvrant la culture qui y circule.

Ainsi un accompagnement est nécessaire pour les demandeurs d’asile. Or, ils ne bénéficient pas tous de la même prise en charge, en fonction de leur hébergement : CADA, HUDA, hébergements d’urgence… Les demandeurs d’asile accueillis en CADA peuvent prétendre à un accompagnement global (Guillard, 2017). Pouvoir bénéficier d’une place en CADA permet de se familiariser avec la

société française à divers niveaux : vie administrative, santé, école

De plus, des cours de français

sont dispensés, permettant ainsi de faire un pas de plus vers l’autonomie et l’adaptation à la vie dans un nouveau pays.

4. La situation d’interculturalité

La dimension interculturelle vient se rajouter aux problématiques sociales dans le cas des familles en demande d’asile, rendant nécessaire une prise en compte attentive de leurs besoins, fragilités spécifiques et contexte de vie.

Il nous a donc paru essentiel d’interroger la littérature afin d’explorer comment la situation d'interculturalité pouvait être prise en compte dans un projet de promotion de la santé. En effet, la barrière de la langue et les écarts culturels sont autant d’éléments auxquels nous avons dû penser lors de la conception. Si le recours à la médiation culturelle ou l’interprétariat peuvent être des ressources utiles dans les situations d’interculturalité, nos lectures (Tessier, 2017) nous ont surtout confortées dans l’idée que ce qui prime est le positionnement éthique : il s'agit avant tout d'adopter une posture, un regard qui reconnaisse l'autre dans son altérité et rende possible la rencontre. Le préalable nécessaire à toute action est en effet de s'ouvrir à l'autre dans sa différence, faire l'effort de se décentrer et mettre à distance son système de références afin de pouvoir commencer à chercher, ensemble, une solution qui fasse sens pour tous.

La parentalité est également mise à l'épreuve spécifiquement dans le cas des familles en demande d'asile. Plusieurs ressources (Daviet, 2005 ; Bohr et al., 2011)) nous ont permis de mieux en appréhender les enjeux. Les enfants de familles en demande d’asile sont confrontés à une situation complexe voire paradoxale: s’approprier une nouvelle culture, sans pour autant renier leurs origines. Les enfants apprennent le français et s'adaptent généralement plus vite que leurs parents à leur nouveau pays, grâce à la scolarisation. La perte du statut social et professionnel antérieur du fait de la migration, avec des histoires souvent douloureuses, viennent donc bouleverser en profondeur les

rôles et dynamiques familiales. Il importe donc de prendre attentivement en compte cet élément pour l'intégrer dans la conception de notre projet. La littérature donne à voir l’importance d’impliquer les parents afin de notamment consolider le lien avec leurs enfants.

L’interculturalité n’est donc pas un frein dans le domaine de la promotion de la santé, à partir du moment où les professionnels ont pris en compte ces notions afin de proposer un projet adapté.

III- PRÉSENTATION DONNÉES

DES

RÉSULTATS

DU

RECUEIL

DE

Notre démarche a ensuite consisté à recueillir des informations contextualisées à notre territoire et à notre public pour procéder à une analyse de la situation et préciser ainsi les besoins, les demandes et les éventuelles réponses déjà existantes.

1. Diagnostic de territoire

Nous avons tout d’abord cherché à cerner les caractéristiques et spécificités de notre territoire, en particulier grâce à l’outil Géoclip®. (Annexe III) Parce que les inégalités s’ancrent dans les territoires et nécessitent d’être analysées dans leur spatialité, nous avons cherché à mettre en relation et voir comment s’articulaient les différents aspects géographiques, démographiques, sociaux et sanitaires de notre problématique. Nous avons ensuite recherché des corrélations entre offre de soins et consommation de soins. Celles-ci sont observables, mais nécessitent d’être pondérées avec d’autres facteurs, notamment ceux relatifs au niveau socio- culturel. Nous avons ainsi pu mettre en lumière que pour l’agglomération de Clermont-Ferrand, malgré une offre de soins importante, une corrélation est observable entre revenu disponible par unité de consommation et consommation de soins dentaires. Si les données relatives à la précarité sont souvent disponibles à une échelle trop importante pour que nous puissions les exploiter dans le cadre de ce projet, ce travail nous a cependant permis de dresser un portrait de territoire indispensable en préambule à notre action.

2. Rencontre avec les professionnels

Rencontre avec les professionnels de la Faculté Dentaire

Pour contextualiser les éléments issus de nos recherches documentaires à notre territoire, recueillir des données précises concernant les besoins et échanger sur notre projet, nous avons programmé un rendez-vous avec des spécialistes du secteur. Nous avons ainsi eu la chance de rencontrer deux chirugiens dentistes du service d’Odontologie du CHU de Clermont-Ferrand, spécialisés notamment dans l’accueil des jeunes enfants polycariés ainsi que le médecin responsable des urgences dentaires du CHU, également médecin de santé publique et travaillant tout particulièrement autour de la problématique précarité et santé dentaire. Cet entretien nous a permis de dégager ou confirmer plusieurs points fondamentaux :

Le besoin d’actions de prévention visant les populations les plus vulnérables est évident : leurs services de soins sont surchargés.

De nombreux enfants de demandeurs d’asile ont été reçus dernièrement, avec des maladies carieuses graves, nécessitant des soins multiples sous anesthésie générale. Les messages de prévention sont compliqués par les différences de langue et de culture. La situation d’immigration récente engendre beaucoup de changements et de pertes de repères alimentaires, avec une offre nouvelle en produits sucrés en particulier, ce qui en fait une situation à risque élevé.

La santé bucco-dentaire est souvent négligée, car considérée à tort comme mineure par rapport à la sante générale, par les personnes elles-mêmes mais aussi les professionnels de santé. Ceci constitue un réel frein à la réussite des actions de prévention. La santé bucco-dentaire est pourtant un excellent indicateur de santé et la relier à la santé globale de la personne pourrait constituer un bon levier d’action.

Les mauvaises habitudes alimentaires sont les principales responsables de la maladie carieuse, le brossage n’étant qu’un facteur protecteur. Il est important de les cibler en priorité dans les actions.

Il semblerait important de rechercher une pérennisation de notre action avec une sensibilisation et implication des professionnels du CADA.

Avec les professionnels du CADA

Un entretien avec une des monitrices-éducatrices du CADA a permis de recueillir des informations précises concernant l'organisation et le parcours-santé des résidents à l'arrivée dans le centre. Ces informations sont en effet capitales afin de pouvoir concevoir une action qui soit adaptée au contexte de fonctionnement de la structure et impliquer les professionnels dans notre projet.

Il en est ressorti plusieurs éléments significatifs:

Il existe un référent santé au sein de l'équipe d'encadrement, qui traite prioritairement les prises de rendez-vous des familles avec les professionnels de santé. Ce professionnel étant de formation sociale, il ne se sent pas forcément compétent pour mettre en place des actions de prévention ou d'éducation à la santé. Aucune action de ce type n'a d'ailleurs à ce jour été mise en place au sein de la structure.

Les familles s'en remettent au référent santé pour leurs démarches de santé et il apparaît pertinent de développer leurs compétences pour gagner en autonomie dans la gestion de leur propre santé.

Un projet d'atelier cuisine est en cours de conception, visant à développer les compétences des familles à cuisiner dans leur nouveau contexte de vie. Il nous paraît intéressant de voir comment nous pouvons intégrer notre action à ce projet.

Parmi les familles hébergées, certaines ont vécu le manque alimentaire. Il peut être difficile pour certains parents de refuser les demandes de sucre de leurs enfants, compte tenu d’un passe difficile et traumatique.

3. Rencontre avec le public

Une première rencontre avec les enfants et les familles du CADA a également été organisée, afin de faire connaissance, instaurer une relation de confiance et leur présenter notre projet. Pour que notre action puisse être réellement adaptée à notre public, nous avons voulu partir de leurs représentations de la santé bucco-dentaire et de leurs pratiques, et recueillir leurs éventuelles demandes, attentes et besoins en lien avec notre thématique.

Pour cette rencontre, nous avons souhaité privilégier une approche informelle et conviviale, afin de

faciliter l'entrée en relation et établir un lien. Afin de recueillir leurs représentations, nous avons choisi

le photolangage, qui offre l'avantage d'être compréhensible pour tous, au-delà des problèmes de

langues. Il est un support propice à l'échange et présente le bénéfice de ne pas mettre les personnes en difficulté de compréhension ou de se sentir dans une position d'évaluation.

Nous nous sommes posées la question de solliciter un interprète. Pour cette première rencontre, nous avons fait le choix de communiquer par nous-mêmes, afin de ne pas induire de distance dès la prise de contact. Nous nous sommes laissées la possibilité de recourir à des aides supplémentaires si le besoin s’en faisait sentir lors de cette première rencontre. Nous avons rencontré mamans et enfants séparément, pour favoriser l'entrée en relation, accéder plus facilement aux représentations de chacun

et adapter le contenu et déroulé de la séance en fonction de chaque public.

Plusieurs éléments ressortent de ces ateliers : mamans comme enfants globalement connaissent les discours de prévention (brossage des dents, éviter le sucre). Les mamans disent cependant avoir des difficultés à les faire observer à leurs enfants et expriment un besoin d’aide à ce sujet. Surtout, les familles s’en remettent entièrement aux professionnels du CADA pour les démarches de soins. La non maîtrise de la langue et du dispositif sanitaire français complique leur accès aux soins et nécessite un réel besoin d’accompagnement. L’enjeu serait de les aider à devenir plus autonomes dans leurs démarches, en vue de préparer leur sortie du dispositif du CADA notamment.

4. Mise en lumière des leviers d’actions

A la lumière des différents éléments recueillis lors de notre diagnostic se précisent ainsi les contours

de notre action. Celle-ci s’établira au CADA de Royat, sur le lieu de vie de notre public. Mener notre action au cœur de ce qui fait la réalité quotidienne de notre public est en effet un élément important, relayé par la littérature et les données probantes : nous venons à sa rencontre, sur son lieu de vie. Nous accédons ainsi à une compréhension plus fine des enjeux spécifiques de la problématique pour celui-ci et nous enracinons notre action dans son lieu de vie.

Notre intervention visera et impliquera conjointement les parents et enfants. Beaucoup d’actions de prévention, notamment celles qui sont menées auprès des enfants en milieu scolaire ne sont pas efficaces, car elles ne sont pas relayées à la maison auprès des parents (Bracconi et al., 2016). Une intervention commune auprès des enfants et des parents nous a ainsi semblé importante à plusieurs niveaux : pour des critères d’efficacité de notre action bien-sûr, car les messages et les actions de prévention sont partagés par les parents et les enfants, mais aussi et peut-être surtout pour que cette action soit l’occasion d’un moment de partage et de complicité entre parents et enfants, dans ce contexte où la parentalité est souvent fragilisée par la situation de demande d’asile.

Elle aura pour objet de promouvoir la santé bucco-dentaire (et non la simple hygiène bucco-dentaire) et visera à s’inscrire dans la durée en donnant les moyens aux professionnels du CADA de faire perdurer notre action.

Notre action s’inscrira pour chacun dans une logique d’empowerment : elle aura pour objectif de développer le pouvoir d’action des individus, tant des familles, leurs enfants que des professionnels du CADA.

IV- CONCEPTION ET RÉALISATION DU PROJET

1. Objectifs et planification

La réalisation de notre diagnostic fait ressortir plusieurs leviers sur lesquels nous avons choisi de mener une action :

La santé bucco-dentaire est un indicateur de santé, important à relier à la santé globale ;

Le projet doit être à destination des enfants, des parents et des professionnels ;

Les actions visent le développement de l’autonomie et l’acquisition de compétences.

Afin de pouvoir mettre en place une action qui soit pertinente et efficace, il est primordial d’aller à la rencontre du public. Intervenir sur le lieu de vie permet de pouvoir faire tomber les barrières que les demandeurs d’asile peuvent avoir (financiers, transport, langue…), d’accéder à une connaissance plus fine des différents enjeux que prend notre problématique de santé pour les familles et de permettre une durabilité de notre action.

Notre action vise deux objectifs :

Promouvoir la santé bucco-dentaire des enfants du CADA CeCler

Favoriser la mise en place d’actions de promotion de la santé par les professionnels du CADA.

Pour atteindre ces objectifs, nous avons choisi de réaliser une mallette pédagogique qui permettra aux professionnels du CADA de pérenniser l’action grâce à des outils adaptés. En apportant aux travailleurs sociaux les moyens de pouvoir mener une action de promotion de la santé, on leur permet de pouvoir se sentir légitimes à intervenir. La santé et le social sont deux mondes qui ne se comprennent pas toujours, mais qui partagent les mêmes valeurs. La santé est vue comme un domaine de spécialistes, seuls légitimes à pouvoir intervenir. Or les travailleurs sociaux, formés à la démarche de projet, ont les compétences pour s’emparer de ces problématiques de santé. De plus, ils agissent sur les déterminants de la santé (logement, accès aux droits, lien social…), leviers d’actions tout aussi importants en matière de santé. La mallette pédagogique comporte trois séances distinctes. Lors de l’élaboration de ces séances, nous nous sommes attachées à couvrir les trois axes de la promotion de la santé: protection, prévention et éducation à la santé, selon le modèle de Downie et Tannahill (1996). Nous développons la prévention en transmettant des informations et connaissances sur la santé bucco-dentaire aux familles. Nous travaillons sur la protection en agissant sur l’environnement des familles, notamment en leur permettant d’identifier les ressources sur le territoire en matière de santé bucco-dentaire. Enfin, nous construisons des séances d’éducation à la santé, en permettant de développer les attitudes et compétences nécessaires afin de faire un choix personnel et responsable pour leur santé bucco- dentaire et celles de leurs familles, ainsi que devenir plus autonomes dans la gestion de leur santé.

La première séance, « Mes dents, mon sourire, ma santé » est construite autour du lien entre la santé bucco-dentaire et la santé globale. Nous avons également voulu privilégier un travail par binôme parent/enfant au cours de la séance.

Tableau 1 : Définition des objectifs de la séance 1

SÉANCE 1 : MES DENTS, MON SOURIRE, MA SANTÉ

Axes

Prévention et éducation à la santé

Objectifs spécifiques

Favoriser la mise en place d’un rituel parent/enfant autour de l’hygiène bucco-dentaire

S'approprier les pratiques favorisant une bonne hygiène bucco- dentaire

Faire le lien entre la santé et l’hygiène bucco-dentaire

Objectifs opérationnels

Mettre en place un environnement propice à l’échange

Apporter des informations sur les pratiques d’hygiène bucco- dentaires

Créer un objet rituel entre parents et enfants pour faciliter la mise en place des pratiques d’hygiène bucco-dentaire au sein du cercle familial

Faire le lien entre santé bucco-dentaire et santé globale

La seconde séance « Cache-cache avec le sucre », destinée à s’intégrer aux ateliers cuisine mis en place au CADA, se centre sur la place du sucre dans notre alimentation et son impact sur la santé bucco-dentaire.

Tableau 2 : Définition des objectifs de la séance 2

SÉANCE 2 : CACHE-CACHE AVEC LE SUCRE

Axes

Éducation à la santé

Objectifs spécifiques

Prendre

conscience

l’alimentation

des

différentes

sources

de

sucre

dans

Appréhender les différentes situations à risque en matière de santé bucco-dentaire, notamment concernant la fréquence et la répartition de consommation de sucre sur une journée.

Objectifs opérationnels

Permettre d’identifier les différentes sources de sucre

Faire prendre conscience de l'exposition quotidienne au sucre

Comprendre l’impact du sucre sur la santé bucco-dentaire

Favoriser la mise en place de stratégies positives au quotidien pour la santé bucco-dentaire

La dernière séance “Ma santé au bout du fil!” vise plus le développement de compétences psychosociales permettant de prendre en charge au mieux sa santé, notamment la prise de rendez- vous. Cette séance est construite afin de rendre le public le plus autonome possible à sa sortie de structure et donc de se détacher de l’accompagnement d’un tiers.

Tableau 3 : Définition des objectifs de la séance 3

SÉANCE 3 : MA SANTÉ AU BOUT DU FIL

Axes

Éducation à la santé et protection

Objectifs spécifiques

Identifier les structures/personnes ressources en matière de santé sur le territoire de Clermont-Ferrand

Développer des compétences nécessaires afin d’encourager l’autonomie dans la prise en charge de sa santé

Objectifs opérationnels

Proposer des mises en situations sur le thème de la prise de contact avec les professionnels de santé

Favoriser la verbalisation des émotions et la prise de confiance des résidents durant les jeux de rôles

Remettre le livret ressources et faire référence à l’affiche récapitulative exposée au CADA

Pour mener à bien ce projet, il a fallu mettre en place une planification des étapes. En effet, il a été nécessaire de s’organiser, tant entre les membres du groupe qu’avec les professionnels ressources. (Annexe IV)

2. Justification des choix d’outils

Afin de respecter une certaine cohérence avec les constats établis lors de notre investigation de la littérature, nous souhaitions que notre première action d’éducation à la santé renforce le lien parents/enfants. Lors de la conception de notre intervention, nous avons dû prendre en compte les difficultés en lien avec la langue, les écarts culturels et l’hétérogénéité du public ciblé. Nous nous sommes donc attachées à ce que les supports, outils et techniques d’animation soient adaptés afin de favoriser une compréhension optimale. (Annexe V)

Il nous a, tout de suite, paru essentiel de commencer la séance avec un jeu « brise-glace ». En effet, il n’est pas évident de se livrer et d’échanger avec des inconnues, d’autant plus sur une thématique qui a trait à la sphère privée. Aussi, malgré le fait que deux d’entre nous avaient déjà rencontré certaines familles, nous voulions instaurer un climat de confiance dès le départ de la séance. Notre choix s’est porté sur le « jeu des appartenances ». Se positionner en cercle, les uns à côté des autres permet tout d’abord de rompre une première distance. Le fait que les animatrices soient présentes au

sein de cette ronde, donne à voir au public l’image d’un groupe uni. Nous nous plaçons selon un schéma horizontal qui efface l’angoisse d’une domination potentielle. Au fil des propositions faites, nous apprenons à nous découvrir et pouvons échanger sur des sujets ordinaires. L’animatrice invite les participants à questionner le groupe afin qu’ils puissent davantage s’investir et donc se sentir totalement inclus. L’idée à travers cette technique d’animation est d’introduire en douceur le thème de la santé bucco-dentaire. C’est pourquoi, la dernière affirmation spécifique à notre sujet permet de faire le lien avec la suite de la séance. Au-delà des bénéfices précédemment cités, nous avons souhaité via le choix des affirmations, valoriser le groupe notamment concernant leur maîtrise de diverses langues. La difficulté à s’exprimer en français peut constituer pour certains un embarras qui engendra un manque de participation par honte ou peur de se prononcer. Aussi, le choix de nos phrases telle “Je parle plusieurs langues” permettra de dédramatiser le fait que certains ne parle pas tout à fait correctement notre langue.

Ayant alors instauré une dynamique favorable aux échanges, nous pouvons faire émerger les représentations du public via un brainstorming. Nous avons choisi cette technique car elle fait appel à des capacités orales plus facilement mobilisables par notre public que la rédaction. Il n’y a pas nécessité d’utiliser de matériel pouvant complexifier l’exercice comme avec le méta-plan par exemple. L’animatrice pose la question oralement « À quoi ça sert les dents ? » et illustre au même moment cette interrogation de manière symbolique avec une affiche. (Annexe VI) Avant de mutualiser les réponses du groupe, nous avons voulu offrir un temps d’échange privilégié entre les membres d’une même famille afin qu’ils puissent réfléchir tous ensemble. Le lien parents/enfants se consolide alors peu à peu.

Toujours en accord avec les critères de validation permettant d’attester que notre séance est une séance d’éducation à la santé, nous avons voulu que notre public soit acteur. Aussi, la frise réalisée par l’organisme belge « Sourire pour tous », nous a semblé très intéressante. Nous l’avons donc adaptée de telle manière qu’elle soit en parfaite cohérence avec nos objectifs. (Annexe VII) En effet, nous avons inséré quelques aliments riches en glucides afin de mettre en avant le rôle du sucre dans les pathologies dentaires. Cette frise symbolisant les différentes étapes de la journée d’un enfant met en perspective différents aspects autour de la santé bucco-dentaire (rapport au sucre et à l’hygiène bucco-dentaire notamment). Les familles et plus particulièrement les enfants sont invités à aller apposer des vignettes « dents » aux différents moments où les personnages les utilisent.

Travailler autour de ce support très visuel permet avant tout de matérialiser nos informations de manière concrète. En effet, les familles peuvent visualiser sur une journée entière, tous les moments où les dents sont sollicitées : pour manger, parler, sourire et être en forme. Le fait que les enfants aillent eux-mêmes coller les vignettes « dents » leur permet de faire le constat que les dents sont essentielles pour la santé et le bien-être. De plus, en lien avec les données de l’apprentissage, l’intégration des messages que nous leur transmettons sera amplifiée.

Une synthèse sur les rôles des dents est menée à travers deux affiches bilan créées par nos soins, à partir des images de la frise. (Annexes VIII) L’objectif étant de faire un rappel et de consolider les apports.

Afin d’aborder plus particulièrement la thématique de l’hygiène bucco-dentaire, nous avons jugé plus pertinent un échange oral avec le public. Une discussion avec les enfants et leurs parents permet de venir compléter les acquis. L’objectif n’est pas d’inonder les familles avec un surplus d’informations mais de mettre en lumière les éléments majeurs. Après avoir pointé des notions telles la douleur, les personnes ressources et l’origine de la carie, le public est mis en situation d’apprentissage. Sur le même schéma qu’avec le rôle des dents, le public se voit distribuer, des vignettes symbolisant des morceaux de sucre. Les familles peuvent alors identifier les sources de sucre sur la frise.

Nous avons souhaité que cette séance se conclue par un temps d’activité manuelle (Annexe IX), partagé en famille. En plus du bénéfice du moment passé ensemble, la création d’un objet rituel, en l’occurrence un sablier, encouragera le brossage des dents. L’objectif étant de créer un objet qui pourra faire le lien entre cette séance et le domicile. Le sablier pourra servir de support aux parents pour rappeler à leurs enfants l’importance de prendre soin de ses dents.

A travers cette séance, les participants développent des compétences psychosociales telles :

Savoir communiquer efficacement

Prendre des décisions

Esprit créatif

Gérer ses émotions

Pour que le public puisse s’exprimer sur la séance vécue, nous avons imaginé un support en forme de roue fragmentée en six quartiers. (Annexe X) Au sein de chaque section, un item différent pourra être jugé en fonction d’un niveau d’appréciation. Les participants auront simplement à coller une gommette dans la case de leur choix.

Notre projet vise à ce que nos actions soient reconductibles par les professionnels du CADA. Aussi, une des monitrices-éducatrices étant présente lors de la séance, il nous paraît indispensable de recueillir son ressenti. Nous avons donc créé un guide visant à percevoir l’évaluation de la professionnelle. (Annexe XI)

Enfin, il était important que chacune d’entre nous puisse porter un regard personnel sur le déroulé de

la séance et le moment vécu. Nous avons, pour ce faire, élaboré une grille d’auto-évaluation qui

permettra de mettre en lumière d’éventuels leviers ou axes d’amélioration sur lesquels agir.

(Annexe XII)

3. Analyse et évaluation de l’action

Nous proposons de présenter la réalisation de notre intervention par thématiques, en précisant à chaque fois les données concrètes, les éventuels écarts entre ce qui était prévu et ce qui s’est effectivement passé et l’analyse que nous en avons faite. Notre intervention s’est déroulée le mercredi 16 mai de 14h30 à 16h. L’horaire avait été fixé par les professionnels du CADA en fonction des contraintes organisationnelles des familles.

Les personnes présentes - le groupe pensé initialement et le groupe effectivement présent.

Pour cette séance, nous avions défini un groupe d’une quinzaine de personnes maximum, afin de permettre une dynamique de groupe restreint et la participation effective de tous les participants. En définitive, dix-neuf enfants et parents se sont présentés. Une famille ayant initialement laissé entendre qu’elle n’était pas intéressée est finalement venue. Nous l’avons accueillie, en cohérence avec la position de la monitrice-éducatrice du CADA présente lors de la séance. Les professionnels du CADA s’étaient chargés de cibler et d’inviter les familles qu’ils estimaient les plus concernées par la thématique. Nous les avions laissés gérer cet aspect, dans une logique

participative. Ce groupe comportait des enfants d’âge très hétérogène, de 2 ans ½ à 13 ans. Cette hétérogénéité a été une difficulté supplémentaire, impliquant notamment la gestion de l’énergie des plus jeunes lors des phases d’échanges. Mais nous en retenons surtout que cette action a réussi à impliquer tous les enfants à des niveaux différents, et qu’elle est donc reproductible facilement, sans induire de contraintes trop importantes concernant le profil d’âge des participants.

Le déroulement et la réalisation de ce projet depuis le départ nous ont ainsi permis d’évoluer très significativement sur cette question du public ciblé par l’intervention. Nous souhaitions initialement une action ciblée sur un public d’âge scolaire entre 6 ans et 10 ans, pour des actions plus cohérentes, adaptées au développement des enfants et plus d’homogénéité au sein du groupe. Le diagnostic auprès des professionnels du secteur et la rencontre initiale avec les familles nous avaient amenées à revoir cette cible et à l’élargir. La prise en compte du contexte, des caractéristiques et contraintes spécifiques à la structure, à savoir le CADA de Royat (fluctuation des familles et des âges des enfants hébergés selon les moments, mode de fonctionnement des familles par rapport aux activités proposées) rendait en effet nécessaire de concevoir une intervention qui puisse être adaptable au plus grand nombre.

Nous avons donc le sentiment d’avoir pleinement atteint cet objectif.

La participation - bilan des supports choisis - retour sur l’interculturalité

La participation des enfants comme des parents a été excellente. L’identification par les badges a permis de pouvoir communiquer plus facilement et de façon personnalisée.

L’activité brise-glace a été très réussie et le choix des phrases (“ Je parle plusieurs langues”, “j’aime le chocolat”, “je pratique un sport”) s’est avéré très judicieux et efficace pour induire une atmosphère conviviale et détendue, valoriser les familles et positionner animateurs comme familles sur un pied d’égalité. Les familles ont pu mettre en valeur qu’elles parlaient pour la plupart de nombreuses langues, ce qui a permis de les décomplexer de leur maîtrise imparfaite du français et favoriser leur participation ultérieure.

Ainsi, en dépit de niveaux de français assez limités, la plupart des parents et enfants ont osé s’exprimer. Nous avons été agréablement surprises de la bonne participation des parents sur les périodes d’échanges. Les nombreux supports visuels créés pour faciliter la compréhension semblent avoir été utiles et nous avons eu le sentiment que notre discours avait bien été compris.

Les enfants ont montré beaucoup d’entrain à venir participer aux différentes activités: confection des badges, venir coller les vignettes sur la frise, confection du sablier.

Au final, nous avons eu le sentiment que tous ont passé un bon moment et ont appris des choses, avis conforté par leur évaluation de la séance.

La gestion du temps

Nous avions prévu une séance d’une heure, elle a au final duré plus d’une heure et demie. La participation du public a été importante, c’est un point très positif, mais qui, du coup, a entraîné des phases plus longues que prévu. Il nous semblé important de ne pas restreindre les prises de parole pour des raisons de respect du temps. La fiche descriptive de la séance qui sera laissée au CADA pour les professionnels se devra de revoir à la hausse la durée annoncée, en précisant les phases qui peuvent être condensées pour une séance plus courte ou adaptée aux plus jeunes.

La gestion spatiale

Nous avions prévu d’arriver plus tôt afin de nous installer au mieux et pouvoir prendre possession des lieux. Nous avons souhaité éviter la traditionnelle séparation spatiale entre intervenants et public, les uns faisant face aux autres. Les différentes phases de l’intervention ont pu être réparties et varier dans l’espace de la pièce, pour plus de dynamisme, favoriser la participation et l’interaction. Lorsqu’elles ne participaient pas activement à l’une des activités, les animatrices prenaient soin de se mêler aux familles. Au final, cet aspect a été très apprécié, il nous a été signifié spontanément par la professionnelle du CADA, et il a sans doute contribué à la bonne participation du public.

La co-animation

Notre animation s’est organisée à trois voix. En amont, nous avions défini les animatrices pour chaque phase de l’intervention, le plus souvent en duo, pour plus de dynamisme. Nous avions soigneusement travaillé nos contenus et transitions, pour garantir la fluidité et la cohérence du tout. Au final, l’animation à trois nous a certainement apporté des contraintes supplémentaires, en terme d’organisation, de synchronisation et a induit un certain vécu de rigidité dans les interventions, même si nos vécus respectifs ne sont pas tous les mêmes sur ce point. Il y a de fait moins de place pour l’improvisation ou l’adaptation du discours lorsque les contenus à aborder sont étroitement répartis entre les personnes. Deux d’entre nous ont ainsi regretté un certain manque de spontanéité ou de liberté dans leurs interventions. Le retour de la professionnelle du CADA et des participants nous ont permis de mesurer l’écart entre notre ressenti et la perception qu’en avait eu le public. Nous avons ainsi été surprises de constater les retours très positifs à ce sujet. L’animatrice du CADA a insisté spontanément sur le dynamisme, la fluidité, la cohérence de notre animation à trois. Nous en retenons que l’animation à trois impose une très grande rigueur dans la préparation et l’organisation, elle limite la liberté d’intervention des intervenants, mais au bénéfice d’une attractivité et d’un dynamisme plus grand de la séance.

Le travail partenarial

D’un point de vue global, le projet tuteuré nous a permis d’appréhender au mieux la notion de travail partenarial. Le travail en groupe et à distance nous a obligé à créer des moyens de communication efficaces pour avancer sur la construction de notre projet. Nous avons donc utilisé des outils comme “drive” pour la rédaction et nous avons beaucoup communiqué en “facetime” afin de toujours faire un point sur les actions en cours et de s’assurer que nous allions toutes dans le même sens. Nous avons pu mesurer à quel point nos différences de parcours, de formation, de sensibilités, de compétences, s’avéraient complémentaires et avaient pu nous permettre de nous emparer de toute la complexité de notre problématique de santé. Au final, cette expérience nous a permis de mesurer en quoi la collaboration, si elle apporte parfois certaines difficultés, apporte indéniablement une diversification et un enrichissement des regards et des approches, au bénéfice d’un projet final plus abouti.

CONCLUSION

En nous donnant l’opportunité de concevoir un projet depuis ses prémisses, c’est-à-dire le choix du sujet, jusqu’à sa réalisation, nous avons eu l’opportunité de mettre en œuvre l’ensemble des phases constitutives d’une démarche de projet, en approcher les difficultés, les contraintes, ou au contraire les éléments facilitants. Nous avons ainsi pu mettre en pratique les différents enseignements de la licence, ce qui leur a donné un éclairage nouveau et ont révélé toute leur portée. La démarche collaborative en particulier, toute d’abord au sein de notre groupe d’étudiantes, et ensuite avec les partenaires de notre action, à savoir les professionnels du CADA, de la faculté dentaire, et les familles a été très riche d’enseignement. Celle-ci a significativement fait évoluer notre projet au fil des mois, pour finalement aboutir à un résultat final que nous souhaitons pertinent, et surtout adapté aux besoins et demandes des personnes qui le feront vivre. Il nous a fait mesurer combien la prise en compte effective de la demande et des besoins du public et des acteurs était fondamentale dans la conception de tout projet, pour que ceux-ci lui donnent un sens, s’en emparent et puissent ainsi le pérenniser. Ce projet n’en est, nous l’espérons, qu’à sa première étape. Nous sommes impatientes de savoir comment et si les professionnels vont réutiliser cet outil, se l’approprier, et/ou le faire évoluer. Le fait que l’une d’entre nous travaille au sein de la même association va certainement nous donner une meilleure visibilité sur le devenir de ce projet. Comme nous l’avait suggérée Dr Machat, si les premiers retours très encourageants sur ce projet se confirment sur un plus long terme, la question de sa transférabilité à d’autres structures pourra très sérieusement s’envisager.

BIBLIOGRAPHIE

Articles de revues

Benguigui, M. Girault, E. Morel, M. Vingt ans d’action globale dans le Val-de-Marne. La santé de l’homme, (417), 20-21.

Beynet, A. Menahem, G. (2002). Problèmes dentaires et précarité. CREDES, (48). Consulté à http://aspbd.free.fr/IMG/pdf/probleme_dentaire_et_precarite.qes.pdf

Bouchaud, O. (2007). Intégrer les représentations culturelles dans la prise en charge des migrants. La santé de l’homme, (392), 25-27.

Bracconi, M. Kheng, R. Pujade, C. Bdeoui, F. Landru, M.-M. Gogly, B. & Pirnay, P. (2016).

« portes

ouvertes » pour les écoles. Santé Publique, 28(1), 83-89.

Actions de prévention

bucco-dentaire à l’hôpital Albert Chenevier :

journée

Calvet, L. Moisy, M. (2013). Santé bucco-dentaire des enfants: des inégalités dès le plus jeune

âge. Etudes et résultats DREES, (847).

Cediey, E. Jacob, I. & Legba, R. (2012). Etude sur les problématiques d’accès à la santé et aux soins des personnes immigrées. IREPS Rhône-Alpes - ISM CORUM, 70.

Chardon, O. Guignon, N. Saint Pol, T. (2015). La santé des élèves de grande section de maternelle en 2013 : des inégalités sociales dès le plus jeune âge, Études et résultats DRESS,

(920).

Daviet, O. (2005). Etre enfant de parents demandeurs d’asile, (107), 72-79.

Guignon, N. (2017). La santé des élèves de CN2 en 2015 : un bilan contrasté selon l’origine sociale. Etudes et résultats DRESS, (993).

Jusot, F. (2013).

Les

inégalités

de

recours

aux

soins

:

bilan

et

évolution.

Revue

d'Epidémiologie

et

de

Santé

Publique,

61S

(3).

URL :

http://www.em-

consulte.com/article/824792/article/les-inegalites-de-recours-aux-soins%C2%A0-bilanet-

evol

Le Boudic-Jamin, O. Ledoux, C. Lefebvre, T. Paintoux, M. Pierard, A. Soupios-David, H. Verlhac, M. (2015). Demandeurs d’asile et réfugiés : les limites pratiques de l’accès universel aux soins. La lettre de l’asile et de l’intégration. (69), p.2-4

Madrid, C. Abarca, M. Pop, S. Bodenmann, P. Wolff, H. & Bouferrache, K. (2009). Santé buccale : déterminants sociaux d’un terrain majeur des inégalités. Revue Médicale Suisse, (5),

1946-1951.

Pflieger, D. (2012). A Strasbourg, les soins dentaires se font aussi à l’école ! Promouvoir la santé bucco-dentaire., (417), 24-25.

Pourtois, J. Demonty, B. Jouret, D. (2004). Souffrances affectives, cognitives et sociales des parents en exil. Pensée Plurielle. 2004/2 (n°8), p.51-60

Revault, P. (2017). Médiation en santé : des origines à de nouvelles perspectives ? La santé en action, 442, 10-12.

Tessier, S. (2017). Travailleurs migrants vivant en foyers : éducation thérapeutique pour les patients diabétiques. La santé en action, (442), 25.

Tessier, S. (2017). De l’interculturalité aux « situations d’altérité ». La santé en action, (442),

13-14.

Traver, F., Du Saucey, M.-J., & Gaucher, C. (2014). État bucco-dentaire des jeunes participant

481-490.

au

dispositif

de l’examen

bucco-dentaire

(EBD).

Santé

Publique,

26(4),

Troxler, G. (2014). Santé dentaire et immigration. Bulletin pour le service dentaire scolaire,

Tubert-Janin, S. (2012). Promotion de la santé orale : quelles interventions efficaces en milieu scolaire ? La santé de l’homme, (417), 18-19.

Vergnes, J-N. Nabet C. (2012). Quelle relation entre santé bucco-dentaire et santé générale ? La santé de l’homme, (417), 7-9.

Articles de journaux

Guillard, A. (2017). Le centre d’accueil, une parenthèse pour préparer le futur des exilés. Le Monde. Repéré à http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/04/12/demandeurs-d-asile-au-

Rapports

Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides. (2017). Rapport d’activité 2016. Repéré

à

UFSBD. (2006). La santé bucco-dentaire des enfants de 6 et 12 ans en France, 13. Repéré à

Ouvrage

Potvin, L. Moquet, M. J. & Jones, C. M. (s. d.). (2010). Réduire les inégalités sociales en

à

santé. Saint-Denis :

INPES,

coll.

Santé

en

action.

Consulté

Thèses

Martin, L. (2015). La vulnérabilité psychologique des enfants de migrants : étude de la population d’un centre médico-psychologique infantile. UFR Sciences médicales, Bordeaux. Consulté à https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01284227/document

Sarraj, F. (2002). Analyse des stratégies de prévention bucco-dentaire chez les enfants à haut risque carieux dans la région Île-de-France. Université Paris Diderot - Paris 7, France.

Actes de colloques

Actes de la 8e journée de santé publique dentaire. (2008). Présenté à Quelles actions publiques

l’adresse

de

prévention ?

Méthodes,

évaluations,

résultats,

ASPBD.

Consulté

à

Actes de la 15e journée de santé publique dentaire. (2015). Présenté à Quelles éducations en santé bucco-dentaire ? (Education pour la santé - Education thérapeutique). Consulté à l’adresse http://aspbd.free.fr/documents/JSPBD/15_JSPBD.pdf

Watt, R. G. (2010). Les stratégies de promotion de la santé bucco-dentaire scientifiquement fondées. In La santé bucco-dentaire dans la promotion de la santé. Créteil. Consulté à l’adresse http://aspbd.free.fr/documents/JSPBD/10_jspbd.pdf

Documents web - sitographie

ACAT France. (2017). Le parcours du combattant du demandeur d’asile. Repéré https://www.acatfrance.fr/actualite/le-parcours-du-combattant-du-demandeur-d-asile

Bohr, Y. Bornstein, M. Marc, H. (2011). Immigration, acculturation et pratiques parentales. Repéré à http://www.enfant-encyclopedie.com/immigration/selon-experts/immigration- acculturation-et-pratiques-parentales

à

Centre

à

d’Accueil

des

Demandeurs

d’Asile

(CADA)

|

CeCler.

(2016).

Repéré

Direction Générale de la Santé. (2011, avril 21). Le plan de prévention bucco-dentaire. Repéré

à

Fondation

pour

la

santé

dentaire.

http://www.sourirepourtous.be/

Sourire

pour

tous.

Consulté

à

Forum réfugiés - Cosi. (2018). Schéma simplifié de la procédure d’asile et du séjour des demandeurs d’asile. Repéré à http://www.forumrefugies.org/s-informer/procedure-de- demande-d-asile-en-france

France Terre d'Asile. (2018). Une réforme de l’asile prévue pour le premier semestre 2018. Repéré à http://www.france-terre-asile.org/accueil/flexicontent/slider/une-reforme-de-l-

INPES. (2012). Inégalités sociales de santé. Définition et concepts du champ. Consulté à

Ministère

de

l'Intérieur.

(2015).

L’hébergement

des

demandeurs

d’asile.

Repéré

à

Observation et suivi cartographique des actions régionales de santé. (2014). Sensibilisation Santé en Centre d’Accueil de Demandeurs d’Asile (CADA Aurillac). Consulté à

PIPSa.

(2009).

Sourire

pour

tous.

Consulté

à

UFSBD. (s. d.). Populations à risques. Consulté à l’adresse http://www.ufsbd.fr/espace- public/nos-actions/populations-a-risques/

UFSBD, & INPES. (2007). La santé bucco-dentaire en 4 points. Consulté à l’adresse

http://inpes.santepubliquefrance.fr/CFESBases/catalogue/pdf/495.pdf

UFSBD. (2014). Contribution de l’UFSBD à la stratégie Nationale de Santé : Une stratégie de santé bucco-dentaire pour une stratégie « globale » de santé. Consulté à l’adresse

http://www.ufsbd.fr/wp-content/uploads/2014/06/Contribution-UFSBD-Strat%C3%A9gie-

Nationale-de-Sant%C3%A9-10-avril-2014.pdf

UFSBD, & Pierre FABRE. (2017). La santé bucco-dentaire des français : des pratiques variées

http://www.ufsbd.fr/wp-content/uploads/2017/03/CP-

et

Conf%C3%A9rence-Enqu%C3%AAte-HBD-UFSBD-PFOC-14-mars-2017-avec-lien-

vid%C3%A9o.pdf

perfectibles.

Consulté

à

ANNEXES

Annexe I : Présentation de l’association CeCler Annexe II : Schéma simplifié de la procédure d’asile et du séjour des demandes d’asile – Forum réfugiés Cosi (2018) Annexe III : Extraits du travail avec Géoclip® Annexe IV : Présentation de la planification du projet Annexe V : Guide de l’animation – Séance 1: “Mes dents, Mon sourire, Ma santé” Annexe VI : Visuel “à quoi ça sert les dents?Annexe VII : Frise Annexe VIII : Visuels “Bilan” Annexe IX : Fiche Activité manuelle - Séance 1: “Mes dents, Mon sourire, Ma santé” Annexe X : Outil d’évaluation pour les participants Annexe XI : Guide d’évaluation pour le professionnel du CADA Annexe XII: Outil d’auto-évaluation

Annexe I : Présentation de l’association CeCler

Annexe I : Présentation de l’association CeC ler CeCler est une association implantée sur le territoire

CeCler est une association implantée sur le territoire clermontois depuis 1994, visant à répondre aux différentes situations d’exclusion et à proposer des solutions d’hébergement. Aujourd’hui, l’association propose près de 590 places d’hébergement réparties sur 8 structures différentes. CeCler accompagne des publics variés (demandeurs d’asile, mineurs non accompagnés, personnes en isolement social, personnes malades…) en facilitant leur insertion sociale et professionnelle via 4 axes d’actions:

l’accueil et l’hébergement, principalement dans les situations d’urgence

la prise en compte de la santé et le développement de l’estime de soi

le soutien et l’accompagnement social afin d’inscrire la personne dans un processus d’autonomisation

l’adaptation à la vie active, l’insertion sociale et professionnelle

Le Centre d’Accueil de Demandeurs d’Asile situé à Royat accueille 70 personnes (familles et isolés). La structure a pour mission d’accueillir, d’hébergement et d’accompagner les demandeurs d’asile dans leurs démarches sociales et administratives. Une équipe pluridisciplinaire permet d’assurer différents services :

un service éducatif et d’animations

un service logistique et d’entretien

un service administratif

un service de surveillance

Annexe II : Schéma simplifié de la procédure d’asile et du séjour des demandeurs d’asile

: Schéma simplifié de la procédure d’asile et du séjour des demandeurs d’asile Forum réfugiés –

Forum réfugiés Cosi (2018)

Annexe III : Extraits du travail avec Géoclip®(source originale)

Annexe III : Extraits du travail avec Géoclip®(source originale)
Annexe III : Extraits du travail avec Géoclip®(source originale)

Annexe IV : Présentation de la planification du projet (source originale)

Annexe IV : Présentation de la planification du projet (source originale)

Annexe V : Guide de l’animation – Séance 1:“Mes dents, Mon sourire, Ma santé” (source originale)

Annexe V : Guide de l’animation – Séance 1: “Mes dents, Mon sourire, Ma santé” (source

Annexe VI : Visuel “à quoi ça sert les dents?” (source originale)

Annexe VI : Visuel “à quoi ça sert les dents?” (source originale)

Annexe VII : Frise

Annexe VII : Frise

Annexe VIII : Visuels “Bilan” (source originale)

Annexe VIII : Visu els “Bilan” (source originale)
Annexe VIII : Visu els “Bilan” (source originale)

Annexe X : Outil d’évaluation pour les participants (source originale)

Annexe X : Outil d’évaluation pour les participants (source originale)
Annexe X : Outil d’évaluation pour les participants (source originale)

Annexe XI : Guide d’évaluation pour le professionnel du CADA (source originale)

Guide évaluation pour la monitrice-éducatrice

SÉANCE 1 : MA SANTÉ, MES DENTS

- Qu’avez-vous pensez de la séance proposé aux enfants et à leur famille ?

- Vous sentez-vous en capacité de reconduire cette action ?

- Les outils vous ont-ils paru adaptés au public rencontré ?

- Pensez-vous que les apports seront profitables aux participants ?

- Pensez-vous qu’un travailleur social ait un rôle à jouer dans la promotion de la santé ?

Annexe XII : Outil d’auto-évaluation (source originale)

Annexe XII : Outil d’auto -évaluation (source originale)