Vous êtes sur la page 1sur 1

5/10/2018 Exercices corrigés ‐Intégrale de Lebesgue

Commençons par prouver que (1) (2) (1) (2). Pour cela, on peut remarquer que :

∫ |f|dμ = ∑ ∫ |f|dμ
E n≥0 Bn
∫E|f|dμ=∑n≥0∫Bn|f|dμ

De plus, on a

nμ(B n ) ≤ ∫ |f|dμ ≤ (n + 1)μ(B n ).


Bn
nμ(Bn)≤∫Bn|f|dμ≤(n+1)μ(Bn).

Ainsi, si f f est intégrable, on a

∑ nμ(B n ) ≤ ∑ ∫ |f|dμ = ∫ |f|dμ < +∞,


n≥0 n≥0 Bn E
∑n≥0nμ(Bn)≤∑n≥0∫Bn|f|dμ=∫E|f|dμ<+∞,

ce qui prouve (2) (2) (remarquons que l'on travaille avec des séries à termes positifs). Réciproquement,
si on suppose (2) (2), on a aussi ∑ n≥0 (n + 1)μ(B n ) < +∞ ∑n≥0(n+1)μ(Bn)<+∞ (par exemple, car 
(n + 1)μ(B n ) ≤ 2nμ(B n ) (n+1)μ(Bn)≤2nμ(Bn) pour n ≥ 1 n≥1), et donc

∫ |f|dμ ≤ ∑ (n + 1)μ(B n ) < +∞,


E n≥0
∫E|f|dμ≤∑n≥0(n+1)μ(Bn)<+∞,

ce qui prouve que la fonction est intégrable.


Prouvons ensuite que (2) (3) (2) (3). Pour cela, on peut remarquer que

An = ⋃ Bn
p≥n
An=⋃p≥nBn

et que cette réunion est disjointe. On en déduit que

μ(A n ) = ∑ μ(B p ).
p≥n
μ(An)=∑p≥nμ(Bp).

Sommant ces égalités, on trouve que :


N N
∑ μ(A n ) = ∑ ∑ μ(B p )
n=0 n=0 p≥n
N +∞
= ∑ (n + 1)μ(B n ) + (N + 1) ∑ μ(B n )
n=0 n=N +1
∑n=0Nμ(An)=∑n=0N∑p≥nμ(Bp)=∑n=0N(n+1)μ(Bn)+(N+1)∑n=N+1+∞μ(Bn)

Ainsi, on obtient
N N +∞
∑ (n + 1)μ(B n ) ≤ ∑ μ(A n ) ≤ ∑ (n + 1)μ(B n ).
n=0 n=0 n=0
∑n=0N(n+1)μ(Bn)≤∑n=0Nμ(An)≤∑n=0+∞(n+1)μ(Bn).

Cette double inégalité assure automatiquement l'équivalence de (2) (2) et de (3) (3), puisque l'on
travaille avec des séries à termes positifs, dont la convergence revient à majorer les sommes partielles.

data:text/html;charset=utf‐8,%3Cspan%20style%3D%22color%3A%20rgb﴾0%2C%200%2C%200﴿%3B%20font‐family%3A%20'Lucida%20Sans'%2C%… 1/1