Vous êtes sur la page 1sur 64

Étude de la compétitivité

du monde arabe
2010

Margareta Drzeniek Hanouz, World Economic Forum


Sofiane Khatib, World Economic Forum
World Economic Forum
91-93 route de la Capite
CH-1223 Cologny/Geneva
Switzerland
Tel.: +41 (0)22 869 1212
Fax: +41 (0)22 786 2744
E-mail: contact@weforum.org
www.weforum.org

© 2010 World Economic Forum


All rights reserved
No part of this publication may
be reproduced or transmitted in
any form or by any means, including photocopying or
recording, or by any information storage and retrieval
system.

ISBN 10 - 92-95044-90-8
ISBN 13 - 978-92-95044-90-6
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010
Table des matières

Préface 3

Renforcement de la reprise dans le monde arabe : constats à l’issue de l’étude de l’indice de


compétitivité globale 2010-2011 5
par Margareta Drzeniek Hanouz, World Economic Forum

Compétitivité commerciale et croissance dans la région MENA 23


par Masood Ahmed et les membres du Regional Agenda Council sur l’avenir du Moyen-Orient et l’Afrique du Nord

Profils par pays 31

Les auteurs 61
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010
Préface

The Arab World Competitiveness Review 2010 est publiée pour permettre aux pays arabes de tirer un meilleur parti
en des temps ébranlés par les turbulences économiques de cette évolution de l’activité économique en faveur des
et un climat d’incertitude. En dix ans, cette région pays en développement, notamment en Asie. Outre cette
a connu une explosion économique alimentée par analyse, cette Étude présente les profils détaillés de toutes
la croissance mondiale, l’augmentation des prix des les économies concernées par l’étude et fournit une vue
ressources énergétiques et une accélération des réformes d’ensemble des résultats par rapport à tous les indicateurs
économiques, interrompue par la crise économique compris dans l’indice de compétitivité mondiale.
mondiale. Si la croissance reste lente dans un certain
nombre d’économies développées en dépit de la mise The Arab World Competitiveness Review 2010 n’aurait pu
en place de programmes de relance considérables, les voir le jour sans l’encadrement et l’enthousiasme de ses
autres marchés émergents semblent avoir gagné en force. co-éditeurs, Margareta Drzeniek Hanouz et Sofiane
Le climat d’incertitude et l’orientation de l’équilibre de Khatib. Je tiens également à remercier les membres
l’activité économique vers le monde en développement du Regional Agenda Council sur l’avenir du Moyen-
exigera des réponses stratégiques de la part des responsables Orient et de l’Afrique du Nord, et plus particulièrement 3
politiques au sein du monde arabe afin d’assurer un Massod Ahmed, directeur de la division Moyen-Orient
environnement économique solide et durable pour l’avenir et Asie Centrale du Fonds monétaire international, pour
des économies de la région. Dans cet environnement leur contribution clairvoyante à cette Étude. Je souhaite
économique mondial en pleine évolution, il apparaît plus également faire part de ma reconnaissance à Robert
que jamais primordial pour les pays arabes de poursuivre Greenhill, agent d’affaires en chef, à Sherif El Diwany, chef
le processus de réforme et de jeter des bases solides pour de l’équipe Moyen-Orient, et à Jennifer Blanke, directrice
soutenir la croissance et le développement économiques à du Centre for Global Competitiveness and Performance
venir. au sein du World Economic Forum. Je tiens enfin à
exprimer ma gratitude envers les membres de l’équipe
Depuis plus de 30 ans, le World Economic Forum remplit chargée de l’étude sur la compétitivité, Ciara Browne,
les fonctions de modérateur dans le déroulement de ce Roberto Crotti, Thierry Geiger, Carissa Sahli, Irene Mia et
processus en fournissant des évaluations détaillées du Pearl Samandari, pour leur soutien constant. La rédaction
potentiel productif des nations localisées partout dans le de ce Rapport n’aurait pas non plus été possible sans
monde, par l’intermédiaire de la série de Rapports sur la le dévouement et l’engouement des membres de notre
compétitivité globale. Dans ce contexte, la présente Étude réseau d’Instituts partenaires dans la région, qui ont mené
contribue à favoriser la compréhension des facteurs l’enquête d’opinion auprès des cadres dirigeants et nous
essentiels qui déterminent la prospérité et la croissance ont ainsi procuré la majeure partie des informations sous-
économique du monde arabe, en expliquant les raisons de jacentes utilisées dans cette Étude. Enfin, je tiens également
la réussite de certains pays par rapport à d’autres, en termes à communiquer mes remerciements sincères à tous les
d’accroissement des niveaux de revenus et de proposition dirigeants d’entreprise du monde arabe qui ont pris le
d’opportunités économiques aux populations respectives. temps de participer à notre enquête d’opinion et dont les
Elle fournit aux responsables politiques et aux dirigeants observations précieuses ont rendu possible la composition
d’entreprise un outil important pour formuler les versions de cette Étude.
améliorées de leurs politiques économiques et de leurs
réformes institutionnelles.
Dans ce cadre, cette Étude analyse les performances Klaus Schwab
de compétitivité de la région, en s’intéressant tout président exécutif du World Economic Forum
particulièrement à la question de l’éducation. Si l’on
constate une amélioration de la compétitivité dans certaines
parties de la région, il reste de nombreux efforts à déployer
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010
Renforcement de la reprise dans le monde globale : constats à
l’issue de l’étude de l’indice de compétitivité mondiale 2010-2011
par Margareta Drzeniek Hanouz, World Economic Forum

Au lendemain d'une période relativement prospère ou de produits agricoles. Dans certains pays, les marchés
au début de cette dernière décennie, la croissance du financiers étaient alors, et sont aujourd'hui encore, très
monde arabe a connu un ralentissement lors de la crise peu réglementés quand dans d'autres économies les
économique mondiale, avec une chute des taux de marchés du travail et des produits ne disposent pas de la
croissance moyens de 6,1 % en 2008 à 2,2 % en 2009. souplesse requise pour permettre une adaptation rapide
La faiblesse des liens financiers et commerciaux entre les aux nouvelles situations. Le développement de la résilience
pays arabes et les marchés mondiaux ont atténué l'impact face à ces types de bouleversements mondiaux impliquera
de ce fléchissement de l'activité économique sur ces pays avant tout une réduction de la vulnérabilité de manière
par rapport à d'autres régions, telles que l'Europe ou l'Asie à atténuer l'impact des événements mondiaux dangereux
centrale. Les répercussions de la récession mondiale sur les sur les économies nationales et, ensuite, un renforcement
marchés intérieurs ont été accentuées encore davantage de la capacité des économies à faire face aux éventuelles
par la mise en place de programmes de relance budgétaire crises économiques.1 Ces deux facteurs sont étroitement
conséquents dans de nombreux pays. Aussi seuls deux pays liés à la compétitivité nationale. Aussi, moyennant une
ont-ils enregistré des taux de croissance négatifs en 2009, évaluation des performances des pays arabes dans ce 5
les Émirats arabes unis et le Koweït (cf. Tableau 1). domaine, le présent chapitre peut-il contribuer à améliorer
la compréhension des facteurs déterminant la résilience aux
Malgré son impact relativement modéré sur les économies crises de chaque pays ainsi que leur voie de développement
nationales de la région, la crise économique mondiale a mis future. Dans ce contexte, ce rapport met en lumière les
en relief un certain nombre de vulnérabilités économiques atouts compétitifs des pays de cette région et analyse les
dans le monde arabe. La quasi-totalité des pays est difficultés qu'il conviendra de surmonter pour assurer un
fortement tributaire des prix des matières premières, en développement économique durable et prendre toute la
particulier les exportateurs et importateurs d'hydrocarbures mesure du potentiel de croissance du monde arabe.

Tableau 1: Indicateurs économiques sélectionnés pour les pays du monde arabe

PIB Croissance réelle du PIB (%) PIB par habitant Solde du compte
(milliards d'USD) (USD) courant
2009 moyenne 2000-2005 2009 2010 (estimation) 2009 2009
Algérie 140.8 4.5 2.0 4.6 4,027 0.3
Bahreïn 20.2 6.0 2.9 3.5 19,455 4.1
Égypte 187.9 4.0 4.7 5.0 2,450 -2.4
Jordanie 22.9 6.0 2.8 4.1 3,829 -5.6
Koweït 111.3 7.7 -2.7 3.1 31,482 25.8
Liban 33.5 3.9 9.0 6.0 8,707 -11.1
Libye 60.3 4.3 1.8 5.2 9,529 16.9
Maroc 90.8 4.4 5.2 3.2 2,865 -5.0
Oman 53.4 3.5 3.4 4.7 18,013 0.3
Qatar 83.9 9.0 9.0 18.5 68,872 16.4
Arabie Saoudite 369.6 4.0 0.1 3.7 14,486 5.5
Syrie 52.5 3.5 4.0 5.0 2,579 -4.5
Tunisie 40.1 4.5 3.0 4.0 3,852 -3.4
Émirats arabes unis 229.9 7.7 -0.7 1.3 46,857 -3.1

Source : FMI 2010a


Étude de la compétitivité du monde arabe 2010

Méthodologie de structures d'encouragement méritocratiques et


dépourvu de pratiques discriminatoires à l'encontre des
Le terme compétitivité désigne l'ensemble des institutions, groupes sociétaux est le mieux placé pour contribuer à
des politiques et des facteurs qui déterminent le niveau de la compétitivité.
productivité d'un pays. Ce niveau de productivité, quant 8. L'attention s'est dernièrement fortement cristallisée
à lui, détermine les taux de rendement obtenus par les sur le fonctionnement des marchés financiers. Le
investissements opérés dans une économie. Les taux de pilier Développement des marchés financiers englobe
rendement étant vecteurs de taux de croissance, il y a de deux facteurs primordiaux d'accroissement de la
fortes chances pour qu'une économie plus compétitive compétitivité : la rentabilité du système financier
gagne en croissance et en prospérité à moyen, voire long comme source de financements destinés aux entreprises
terme. et la stabilité ainsi que la fiabilité du système financier.
9. Ouverture à la technologie : traduit l'aptitude d'un pays à
Depuis son introduction en 2005, l'indice de compétitivité adopter les technologies les plus récentes et à les utiliser
globale (GCI) est la principale méthodologie utilisée par pour accroître la productivité. Nous différencions
le World Economic Forum pour évaluer la compétitivité. la notion d'adoption des technologies de celle
Ce modèle, élaboré par Xavier Sala-i-Martin et le World d'innovation technologique, ces deux facteurs n'ayant
Economic Forum, repose sur l'idée que les éléments pas les mêmes effets sur la compétitivité. L'adoption
déterminants de la compétitivité sont nombreux et des technologies permet d'accroître la productivité des
interdépendants selon une organisation complexe. Le processus existants, tandis que l'innovation repousse
GCI identifie ces interactions par le biais du calcul d'une les frontières technologiques. En grande partie, l'effet
moyenne pondérée entre différentes composantes, chacune d'amélioration de la productivité, en particulier sur
représentative d'un aspect particulier de la compétitivité. les marchés émergents encore éloignés des frontières
Ces composantes sont regroupées dans les 12 catégories2 technologiques, peut être mis à profit moyennant
suivantes : l'adoption de technologies extérieures.
10. Taille du marché : cette composante est prise en
1. Institutions : éléments indispensables à la compétitivité compte en raison des marchés de grande envergure qui,
dans la mesure où elles déterminent le cadre juridique considérés comme des marchés intérieurs et élargis par
et administratif d'interaction entre les personnes, les les marchés internationaux, permettent aux entreprises
entreprises et les pouvoirs publics pour générer des de réaliser des économies d'échelle.
richesses. Par exemple, on inclut dans cette catégorie 11. Sophistication des entreprises : joue un rôle important
6 des droits de propriété clairement définis et exercés, en faveur de la productivité. La présence de clusters
une administration publique efficace et transparente, un accentue la rentabilité de nombreux processus au
système judiciaire impartial et indépendant, l'assurance sein des entreprises, tandis que les activités de type
d'une sécurité physique ainsi que des normes de marketing et distribution augmentent la productivité
gouvernance d'entreprise très strictes. par le truchement d'une hausse de la valeur des produits
2. Infrastructure : élément essentiel à l'activité économique et des services.
pour un certain nombre de raisons. L'infrastructure 12. Comme indiqué plus haut, la composante d'Innovation
de transport revêt une importance capitale dans est cruciale dans la mesure où elle peut repousser
l'acheminement rapide et à faible coût des marchandises les frontières technologiques. Les entreprises des
sur les marchés, l'approvisionnement en électricité économies développées peuvent uniquement maintenir
permet une production fluide et ininterrompue les niveaux de salaire élevés dans leur pays en déplaçant
et les services de télécommunication assurent une les frontières technologiques vers l'extérieur ; aussi se
communication efficace. doivent-elles d'élaborer des produits et des services de
3. Stabilité macro-économique : composante importante pointe et/ou d'employer des processus uniques.
dont l'absence rend le fonctionnement des entreprises
difficile. L'inflation limite la capacité des entreprises Bien qu'appréciées individuellement dans le contexte de
à planifier et à investir, et les climats de lassitude l'indice, ces catégories sont fortement interdépendantes.
fiscale prolongée, une dette publique élevée ou un En réalité, elles tendent à se renforcer mutuellement.
système financier inefficace peuvent donner lieu à une Par exemple, toute innovation (pilier 12) est impossible
diminution des fonds pour l’investissement ainsi que dans un pays où le faible niveau de concurrence entre
une augmentation des taux d'intérêt. les entreprises (pilier 6) ou de protection de la propriété
4. Santé et enseignement primaire : composante cruciale intellectuelle (pilier 1) affaiblit les efforts fournis pour
dans la mesure où une main-d'œuvre en bonne santé et stimuler l'innovation. Une population instruite (pilier 5)
scolarisée est bien plus disposée à exploiter l'intégralité apporte une meilleure contribution au développement
de son potentiel. de la productivité lorsque le marché du travail est
5. Il est impossible pour les pays de gravir les échelons flexible et s'accompagne de pratiques d'encouragement
du développement sans investir dans l'enseignement méritocratiques sur le lieu de travail (pilier 7).
supérieur et la formation, eu égard aux exigences de
compétences qu'impliquent les processus de production L'indice tient également compte des différences de degré
et d'élaboration de produits plus complexes. d'importance accordée aux diverses dimensions de la
6. Une concurrence vigoureuse est un important facteur compétitivité en fonction des pays. À mesure qu'un pays se
de rentabilité et d'innovation dès lors qu'elle exclut du développe, d'un point de vue économique, ses produits et
marché les entreprises inefficaces et facilite l'entrée de services doivent gagner en sophistication afin de maintenir
nouvelles activités. Ce concept s'exprime à travers les l'augmentation des niveaux de productivité requis pour
éléments du pilier Efficience des marchés des produits. garantir une hausse du niveau des salaires. Par conséquent,
7. Efficience du marché du travail : élément important cet indice attribue des systèmes de pondération
pour garantir une utilisation optimale des talents au sein différents en fonction du niveau de développement du
d'une économie. Un marché du travail souple, assorti pays. Les économies sont regroupées sur trois stades de
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010
Figure 1: Les 12 piliers de compétitivité

Paramètres de base
• Institutions Piliers essentiels pour les
• Infrastructure économies dont le
développement est tiré par
• Stabilité macroéconomique
les facteurs
• Santé et enseignement primaire

Sources d'efficience
• Enseignement supérieur et formation Piliers essentiels pour les
• Efficience des marchés des produits économies dont le
• Développement des marchés financiers développement est tiré par
• Ouverture à la technologie l'efficience
• Taille du marché

Sources d’innovation et de sophistication Piliers essentiels pour les


économies dont le
• Sophistication des entreprises
développement est tiré par
• Innovation l'innovation

Rapport sur la compétitivité globale 2010-2011

développement : le stade tiré par les facteurs, le stade tiré principalement par de grandes organisations internationales,
par l'efficience et le stade tiré par l'innovation, en fonction telles que la Banque mondiale, le Fonds monétaire
du PIB par habitant et de l'importance des ressources international, l'UNESCO, etc. Pour le reste, les indicateurs
naturelles dans l'économie du pays. 3 utilisés proviennent de l'enquête d'opinion annuelle 7
menée par le World Economic Forum auprès de cadres
Les piliers sont divisés en sous-indices, comme l'illustre dirigeants (Executive Opinion Survey). Cette enquête
la Figure 1, et différents coefficients de pondération auprès de dirigeants d'entreprises fournit une évaluation
sont appliqués aux sous-indices en fonction du stade des aspects plutôt qualitatifs de la compétitivité ainsi que
de développement. Les exigences fondamentales sont des dimensions souffrant de l'absence de sources statistiques
relativement plus importantes pour les économies tirées par pour tous les pays couverts par le GCI.
les facteurs, la question du renforcement de l'efficience est
relativement plus importante pour les économies tirées par Au cours de la dernière décennie, la couverture des pays
l'efficience et les facteurs d'innovation et de sophistication arabes par le GCI a augmenté de façon constante. L'édition
revêtent également une importance croissante pour les 2010-2011 de l'indice couvre 14 pays arabes : l'Algérie, le
économies tirées par l'innovation. Le Tableau 2 illustre Bahreïn, l'Égypte, la Jordanie, le Koweït, le Liban, la Libye,
la répartition des pays du monde arabe selon ces trois le Maroc, Oman, le Qatar, l'Arabie Saoudite, la Syrie, la
stades et fournit une description détaillée du système de Tunisie et les Émirats arabes unis. Si la plupart de ces pays
pondération. sont couverts depuis plusieurs années, le Liban a seulement
intégré l'échantillon à l'occasion de la dernière édition.
Il est important de noter que l'indice est calculé à l'aide Afin de permettre l'établissement de comparaisons avec
de deux types de données distincts. Près d'un tiers l'ensemble de l'échantillon du GCI, les résultats présentés
des indicateurs correspondent à des données fournies sont tirés de l'intégralité de l'échantillon de 139 pays.

Tableau 2: Pays arabes en fonction des stades de développement


Pays arabes Autres pays à ce stade Domaines de compétitivité importants

Stade 1 (tiré par les facteurs) Bangladesh, Bolivie, Kenya, Pakistan, Paramètres de base (60 %) et sources
PIB par habitant (USD) < 2 000 Vietnam d'efficience (35 %)

Transition du stade 1 au stade 2 Algérie, Égypte, Koweït, Libye, Maroc, Azerbaïdjan, Bruneï Darussalam, Paramètres de base (entre 40 % et 60 %)
2 000 < PIB par habitant (USD) < 3 000 Qatar, Arabie Saoudite, Syrie Indonésie, République islamique d'Iran, et sources d'efficience (entre 35 % et
Ukraine, Venezuela 50 %)*
Stade 2 (tiré par l’efficience) Jordanie, Liban, Tunisie Argentine, Brésil, Chine, Malaisie, Paramètres de base (40 %) et sources
3 000 < PIB par habitant (USD) < 9 000 Mexique, Fédération de Russie, Afrique d'efficience (50 %)
du Sud, Turquie
Transition du stade 2 au stade 3 Bahreïn, Oman Chili, Croatie, Pologne, Trinité-et-Tobago Paramètres de base (entre 20 % et 40 %),
9 000 < PIB par habitant (USD) < 17 000 sources d'efficience (entre 50 %) et
sources d'innovation (10 % à 30 %)*
Stade 3 (tiré par l’innovation) Émirats arabes unis Allemagne, Israël, République de Corée, Paramètres de base (20 %), sources
PIB par habitant (USD) > 17 000 Norvège, Espagne, Royaume-Uni, d'efficience (50 %) et sources d'innovation
États-Unis (30 %)*

* Le poids exact varie en fonction du PIB du pays et de la proportion d’exportations de produits minéraux par rapport au total des exportations. Cf. Sala-i-Martin et al. 2010
pour plus de précisions.
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010

Quel degré de compétitivité pour le monde arabe en tant est assurée et la gouvernance d'entreprise répond à des
que région ? normes très strictes. La majeure partie des bénéfices
pétroliers inattendus générés dans ces pays ces dernières
Le monde arabe se compose d'économies très diversifiées années et, dans certains pays, une proportion considérable
en termes de taille, de localisation géographique, de stade des dépenses de relance en 2009 et 2010 (par exemple,
de développement et de structure économique. Aussi est-il en Arabie Saoudite) ont été investis dans l'amélioration
peu surprenant de constater que les pays de cette région
sont répartis sur les trois stades de développement définis
par le GCI. Pour tenir compte de cette diversité et produire Tableau 3: Classement GCI des économies tirées par les
des comparaisons valables, nous évaluons la compétitivité facteurs
des pays par rapport à celle de leurs pairs, c'est-à-dire les GCI
économies situées au même niveau de développement.4 GCI 2010-2011
2009-2010
Les pays en phase de transition entre deux stades ont été Rang dans
Rang l’échantillion Rang
assimilés au stade de développement le plus proche. Dans Économie Rang (sur 139) Score 2009 (sur 133)
cette même lignée, les Tableaux 3 à 5 situent les pays arabes Bruneï
1 28 4.75 28 32
parmi tous les pays, ainsi que leurs stades de développement Darussalam
respectifs. Dans le groupe des économies tirées par les Koweït 2 35 4.59 35 39
facteurs, qui comprend 51 pays et dont le premier rang est Indonésie 3 44 4.43 44 54
occupé par le Brunei Darussalam, le Koweït se démarque Inde 4 51 4.33 51 49
à une excellente 2e place en termes de compétitivité. Azerbaïdjan 5 57 4.29 57 51
L'Égypte et l'Algérie sont également très bien classées par Vietnam 6 59 4.27 59 75
rapport à leurs pairs et s'approchent du haut de l'échelle Sri Lanka 7 62 4.25 62 79
avec les 10e et 12e rangs, respectivement, tandis que la Libye Botswana 8 76 4.05 75 66

apparaît plus bas en 18e position. Dans le groupe des pays Rwanda 9 80 4.00 n/a n/a
Égypte 10 81 4.00 79 70
tirés par l'efficience, le Qatar et l'Arabie Saoudite occupent
Philippines 11 85 3.96 83 87
les premières positions parmi 41 pays, témoignant ainsi de
Algérie 12 86 3.96 84 83
la solidité de leur leadership en termes de compétitivité,
Gambie 13 90 3.90 88 81
au niveau régional comme mondial. Ils sont suivis de près Honduras 14 91 3.89 89 89
8 par la Tunisie et Oman, respectivement classés en 6e et 7e Géorgie 15 93 3.86 90 90
places. Plus loin, on trouve la Jordanie au 21e rang, toujours Moldavie 16 94 3.86 n/a n/a
dans la moitié supérieure du classement, tandis que le Mongolie 17 99 3.75 95 117
Maroc (31e), le Liban (38e) et la Syrie (41e) chutent dans Libye 18 100 3.74 96 88
la moitié inférieure. Seuls deux pays arabes comptent parmi Bénin 19 103 3.69 99 103
les 40 économies tirées par l'innovation : les Émirats arabes Sénégal 20 104 3.67 100 92
unis et le Bahreïn. Tous deux sont à la traîne derrière leurs Kenya 21 106 3.65 102 98
pairs dans cette évaluation, occupant respectivement les 23e Bangladesh 22 107 3.64 103 106
et 28e positions, loin derrière le trio de tête incarné par la Bolivie 23 108 3.64 104 120
Suisse, la Suède et Singapour. Cambodge 24 109 3.63 105 110
Cameroun 25 111 3.58 107 111
Nicaragua 26 112 3.57 108 115
Outre les différences de performance enregistrées par les
Tanzanie 27 113 3.56 109 100
pays arabes dans l'échantillon du GCI, nous constatons
Ghana 28 114 3.56 110 114
également des résultats très différents d'une sous-région
Zambie 29 115 3.55 111 112
géographique à une autre, qui traduisent les caractéristiques Tadjikistan 30 116 3.53 112 122
communes des pays regroupés dans ces catégories. La Ouganda 31 118 3.51 113 108
Figure 3 illustre le décalage entre ces trois sous-régions, les Éthiopie 32 119 3.51 114 118
pays membres du Conseil de coopération du Golfe (CCG), Paraguay 33 120 3.49 115 124
l'Afrique du Nord et les États du Levant, et les scores République
34 121 3.49 116 123
moyens obtenus par les pays membres de l'OCDE. kirghize
Venezuela 35 122 3.48 117 113

Il est frappant de constater que les membres du CCG Pakistan 36 123 3.48 118 101
Madagascar 37 124 3.46 119 121
obtiennent des résultats supérieurs à ceux des pays
Malawi 38 125 3.45 120 119
d'Afrique du Nord et des États du Levant dans la quasi-
Nigeria 39 127 3.38 121 99
totalité des critères, à l'exception de la taille du marché,
Lesotho 40 128 3.36 122 107
et atteignent, voire dépassent, les niveaux des pays de
Côte d'Ivoire 41 129 3.35 123 116
l'OCDE dans certaines catégories. Ces dernières années, Népal 42 130 3.34 124 125
la région du Golfe a accompli d'importants progrès en Mozambique 43 131 3.32 125 129
matière d'amélioration de la compétitivité en surmontant Mali 44 132 3.28 126 130
de nombreuses difficultés. La qualité des institutions a été Timor-Oriental 45 133 3.23 127 126
portée à un niveau supérieur à ceux des pays membres Burkina Faso 46 134 3.20 128 128
de l'OCDE. Dans l'ensemble, les pouvoirs publics sont Mauritanie 47 135 3.14 129 127
estimés efficients et transparents, la sécurité physique Zimbabwe 48 136 3.03 130 132
Burundi 49 137 2.96 131 133
Angola 50 138 2.93 n/a n/a
Tchad 51 139 2.73 132 131
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010
des infrastructures de transport, dont le niveau atteint macroéconomique, jusqu'à détenir le meilleur niveau
aujourd'hui celui des pays membres de l'OCDE, à la fois de stabilité au monde, mettant ainsi en évidence
en ce qui concerne les transports et les services d'électricité d'importants bénéfices inattendus ainsi qu'une gestion
et de téléphonie. En outre, les prix élevés des matières macroéconomique améliorée par rapport aux périodes
premières de la période préalable à la crise ont permis d'essor pétrolier précédentes. Pour l'avenir, tous les pays
à de nombreux pays de consolider leur environnement du CCG sont conscients de la nécessité de diversifier

Tableau 4: Classement GCI des économies tirées par Tableau 5: Classement GCI des économies tirées par
l’efficience l’innovation
GCI GCI
GCI 2010-2011 GCI 2010-2011
2009-2010 2009-2010
Rang dans Rang dans
Rang l’échantillion Rang Rang l’échantillion Rang
Économie Rang (sur 139) Score 2009 (sur 133) Économie Rang (sur 139) Score 2009 (sur 133)
Qatar 1 17 5.10 17 22 Suisse 1 1 5.63 1 1
Arabie Saoudite 2 21 4.95 21 28 Suède 2 2 5.56 2 4
Malaisie 3 26 4.88 26 24 Singapour 3 3 5.48 3 3
Chine 4 27 4.84 27 29 États-Unis 4 4 5.43 4 2
Chili 5 30 4.69 30 30 Allemagne 5 5 5.39 5 7
Tunisie 6 32 4.65 32 40 Japon 6 6 5.37 6 8
Oman 7 34 4.61 34 41 Finlande 7 7 5.37 7 6
Thaïlande 8 38 4.51 38 36 Pays-Bas 8 8 5.33 8 10
Pologne 9 39 4.51 39 46 Danemark 9 9 5.32 9 5
Lituanie 10 47 4.38 47 53 Canada 10 10 5.301 10 9
Monténégro 11 49 4.36 49 62 RAS de Hong
11 11 5.271 11 11
Hongrie 12 52 4.33 52 58 Kong
Panama 13 53 4.33 53 59 Royaume-Uni 12 12 5.25 12 13
Afrique du Sud 14 54 4.32 54 45 Taïwan, Chine 13 13 5.21 13 12
Maurice 15 55 4.32 55 57 Norvège 14 14 5.14 14 14
Costa Rica 16 56 4.31 56 55 France 15 15 5.13 15 16
9
Brésil 17 58 4.28 58 56 Australie 16 16 5.11 16 15
Turquie 18 61 4.25 61 61 Autriche 17 18 5.09 18 17
Fédération de Belgique 18 19 5.07 19 18
19 63 4.24 63 63
Russie Luxembourg 19 20 5.05 20 21
Uruguay 20 64 4.23 64 65 République de
20 22 4.93 22 19
Jordanie 21 65 4.21 65 50 Corée
Mexique 22 66 4.19 66 60 Nouvelle-
21 23 4.92 23 20
Zélande
Roumanie 23 67 4.16 67 64
Israël 22 24 4.91 24 27
Colombie 24 68 4.14 68 69
Émirats arabes
Iran 25 69 4.14 n/a n/a 23 25 4.89 25 23
unis
Lettonie 26 70 4.14 69 68 Irlande 24 29 4.74 29 25
Bulgarie 27 71 4.13 70 76 Islande 25 31 4.68 31 26
Kazakhstan 28 72 4.12 71 67 Estonie 26 33 4.61 33 35
Pérou 29 73 4.11 72 78 République
27 36 4.57 36 31
Namibie 30 74 4.09 73 74 tchèque
Maroc 31 75 4.08 74 73 Bahreïn 28 37 4.54 37 38
Guatemala 32 78 4.04 77 80 Chypre 29 40 4.50 40 34
Ancienne Porto Rico 30 41 4.49 41 42
République Espagne 31 42 4.49 42 33
33 79 4.02 78 84
yougoslave de
Macédoine Barbade 32 43 4.45 43 44
El Salvador 34 82 3.99 80 77 Slovénie 33 45 4.42 45 37
Argentine 35 87 3.95 85 85 Portugal 34 46 4.38 46 43
Albanie 36 88 3.94 86 96 Italie 35 48 4.37 48 48
Ukraine 37 89 3.90 87 82 Malte 36 50 4.34 50 52
Liban 38 92 3.89 n/a n/a République
37 60 4.25 60 47
slovaque
Jamaïque 39 95 3.85 91 91
Croatie 38 77 4.04 76 72
Serbie 40 96 3.84 92 93
Grèce 39 83 3.99 81 71
Syrie 41 97 3.79 93 94
Trinité-et-Tobago 40 84 3.97 82 86
Arménie 42 98 3.76 94 97
République
43 101 3.72 97 95
dominicaine
Bosnie-
44 102 3.70 98 109
Herzégovine
Équateur 45 105 3.65 101 105
Guyane 46 110 3.62 106 104
Cap Vert 47 117 3.51 n/a n/a
Swaziland 48 126 3.40 n/a n/a
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010

Figure 2: Performances de compétitivité dans les pays du Golfe, l’Afrique du Nord, les États du Levant
et les pays de l’OCDE
Institutions
7
Innovation Infrastructure
6
5
Sophistication Stabilité macroéconomique
des entreprises 4
3
Santé et
Taille du marché 2
enseignement primaire

Ouverture Enseignement
à la technologie supérieur et formation

Sophistication des Efficience des marchés des produits


marchés financiers
Efficience du marché du travail

CCG Levant Afrique OCDE


du Nord

Les pays membres du CCG sont l’Arabie Saoudite, Bahreïn, Émirats arabes unis, Koweït, Oman et Qatar.
Les pays du Levant sont Jordanie, Liban et Syrie.
Les pays de l’Afrique du Nord sont Algérie, Égypte, Maroc, Libye et Tunisie.

leurs économies hors du secteur des hydrocarbures et santé et d'instruction de sa population. Les résultats
ont, à des degrés différents, pris des mesures à cet effet. obtenus par cette région dans cette catégorie sont
10 Une telle évolution impliquera le recours à une main- particulièrement impressionnants dans la mesure où ils
d'œuvre correctement formée, la constitution d'entreprises vont presque jusqu'à égaler ceux de l'OCDE et sont
sophistiquées ainsi qu'une certaine capacité d'innovation considérablement supérieurs aux niveaux enregistrés en
de manière à atteindre les niveaux de productivité requis Afrique du Nord. Le Liban et la Jordanie ont progressé
pour supporter les niveaux de salaires élevés qui prévalent dans le développement des marchés financiers de leur pays
dans la sous-région. Si la région abrite des entreprises ; et leurs niveaux appropriés de concurrence intérieure
d'exploitation mondiale sophistiquées, leur faible capacité et extérieure garantissent un fonctionnement efficace des
d'innovation risque, sans amélioration, de mettre un marchés des produits dans ces deux pays. En revanche,
frein aux efforts de diversification déployés. Tel est en Syrie, l'efficience reste paralysée par les obstacles
particulièrement le cas au Koweït, au Bahreïn et à Oman, aux échanges commerciaux et aux investissements
où la qualité des institutions de recherche est faible et où internationaux. Tout renforcement de la compétitivité
la collaboration entre entreprises et universités se fait rare. dans cette région impliquera un recours plus marqué aux
Le potentiel d'innovation est supérieur aux Émirats arabes technologies les plus récentes afin de tirer un meilleur
unis, en Arabie Saoudite et au Qatar. Parmi les conditions parti des technologies disponibles, une amélioration de
importantes préalables au développement de l'innovation, la qualité médiocre des infrastructures et le déploiement
on inclut notamment une population possédant un niveau d'efforts supplémentaires pour stabiliser l'environnement
d'instruction élevé. Or, malgré les nombreux efforts macroéconomique. Tous ces pays sont également confrontés
fournis pour attirer les écoles internationales et les talents à des enjeux de taille sur le marché du travail, traduisant
d'enseignement, le niveau de ces deux composantes par là l'absence de structures méritocratiques, la faible
reste bien en-deçà des niveaux des pays de l'OCDE. Ces participation des femmes à la population active ainsi qu'une
deux domaines appellent des mesures d'urgence et, étant fuite des cerveaux conséquente. À mesure que les pays
donné la petite taille des pays, il convient d'envisager un évoluent vers les stades de développement les plus avancés,
renforcement de la collaboration régionale. L'innovation la qualité de l'enseignement supérieur, domaine dans lequel
et l'éducation sont indispensables à une évolution vers une la Syrie accuse un retard particulièrement notable, prendra
économie plus diversifiée et flexible, et, par conséquent, à un tour de plus en plus important dans cette quête de
une réduction de la vulnérabilité en diversifiant davantage compétitivité.5
les industries et les services tout en augmentant leur valeur
ajoutée. L'Afrique du Nord affiche des résultats largement inférieurs
à ceux de l'OCDE et partage certaines caractéristiques
La région des États du Levant, composée ici de la Syrie, communes avec la région des États du Levant. Plus
de la Jordanie et du Liban, apparaît très loin derrière la particulièrement, elle bénéficie d'un environnement
moyenne des pays de l'OCDE. L'avantage comparatif macroéconomique plus stable, bien que l'évaluation
le plus important de cette région tient au bon état de moyenne dissimule des différences considérables entre les
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010
Figure 3: Évolution des classements des pays arabes de 2005 à 2010 par décile

e
dit
ou
Sa

ie
ain
e

ie
an

te
ït
ie

c
an
i

an
tar

we

e
nis

ér
ro

rie
yp
hr
ab

rd

y
U

Om

Alg
Ma

Lib

Lib
Qa

EA

Ba
Ko

Ég

Sy
Jo
Tu
Ar
GCI 2010-2011 rang > 17 21 25 32 34 35 37 65 75 81 86 92 97 100
Élevé 1
2
3
4
Rang décile

5
6
7 NEW
8
9
Faible 10

GCI 2010-2011 GCI 2005-2006 ou éditions précédentes Aucun changement de rang décile

économies exportatrices de pétrole telles que la Libye et tels que le nombre de pays couverts, qui est passé de 117 à
l'Algérie, qui enregistrent de faibles taux d'endettement 139 depuis 2005. Cette analyse met en relief une évolution
et des taux d'épargne élevés, et les autres pays qui, malgré différente de la compétitivité dans les sous-régions
les efforts de stabilisation entrepris ces dernières années, géographiques du monde arabe. Les pays du CCG se
par exemple en Égypte ou au Maroc, éprouvent encore distinguent par l'amélioration considérable de leur position
des difficultés. Dans l'ensemble, cette région devrait tirer concurrentielle (à l'exception du Koweït, dont la position
profit de son marché relativement important et du bon est restée stable), quand le reste de la région a stagné ou a
état de santé et d'instruction de sa population. La question perdu de sa compétitivité. La compétitivité de la Jordanie
des infrastructures, bien que celles-ci soient plus rentables et de la Libye s'est amoindrie en termes relatifs, tandis que
et répandues que dans la région des États du Levant, la situation n'a pas évolué en Algérie, en Égypte, au Maroc,
11
pourrait constituer un obstacle au développement dans la en Syrie ni en Tunisie.
majorité des pays. Les institutions pourraient également
se porter mieux en termes de transparence et d'efficience,
auquel cas l'adoption de pratiques d'excellence reposant
sur l'expérience des pays du CCG pourra se révéler utile.
Enfin, dernier aspect mais non le moindre, des progrès en
matière d'ouverture à la technologie et une amélioration
des systèmes d'enseignement supérieur et de formation
permettraient de mieux préparer les pays à gagner en
compétitivité.

Au cours des cinq dernières années, les pays arabes se sont


postés au premier plan des efforts de réforme économique,
profitant pleinement de la fenêtre de possibilités qui
leur fut ouverte par une hausse sans précédent des prix
du pétrole et une croissance économique saine. On ne
pourra poursuivre cette étude sans se poser la question
incontournable de savoir si ces efforts de réformes ont
donné lieu à une amélioration des classements en termes
de compétitivité nationale, auquel cas cela impliquerait que
les pays arabes ont appliqué des réformes plus rapidement
que les autres économies incluses dans l'échantillon du
GCI. La Figure 3 illustre l'évolution des performances
des pays couverts depuis l'édition 2005 du GCI, en
termes de classement mais également en termes de décile.
L'analyse du décile nous permet de prendre en compte les
changements apportés à la taille de l'échantillon du GCI,
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010

Gros plan : L'éducation dans le monde arabe : comment L'un des éléments susceptibles d'accélérer la progression
préparer son intégration dans une économie compétitive ? vers une amélioration de l'éducation est la meilleure
accessibilité aux données qui, en fournissant une évaluation
Au cours des trente dernières années, les pays du Moyen- plus détaillée, pourrait relancer les discussions sur les
Orient et d'Afrique du Nord ont accompli des progrès réformes politiques nécessaires et, ainsi, contribuer à
conséquents dans le processus d'amélioration de l’accès à l'amélioration des performances d'enseignement dans la
l'éducation. Entre 1980 et 2008, les taux d'alphabétisation région. La présente analyse vise à concourir aux efforts
moyens dans la région sont passés de 39 % à 73 % et déployés pour combler cette lacune en comparant les pays
l'écart d'alphabétisation entre hommes et femmes s'est du monde arabe avec un certain nombre de comparateurs
considérablement réduit.1 La question de l'éducation est pertinents à l'aide de l'unique ensemble de données portant
essentielle, pour favoriser non seulement la compétitivité sur les indicateurs d'enseignement inhérents à l'indice de
des économies mais également l'élargissement du compétitivité globale (GCI) du World Economic Forum.2
développement économique et social ainsi que le bon Au regard de l'objectif principal de cet indice, la valeur
fonctionnement des systèmes politiques. Les enfants de de ces indicateurs consiste principalement à proposer
mères instruites tendent à afficher un meilleur état de des indications sur la façon dont l'éducation pourrait
santé. L'éducation garantit une mobilité sociale qui permet contribuer davantage à l'accroissement de la compétitivité
l'utilisation productive de tous les talents disponibles dans le et sur les domaines particuliers à aborder en priorité.
pays et élargit la participation politique lorsque la majorité
de la population est alphabétisée. D'un point de vue Depuis plusieurs années, le World Economic Forum
purement économique, l'éducation est le principal vecteur recueille des données relatives à la qualité et à la quantité
de connaissances générales, qui prennent une importance de l'enseignement à utiliser dans le GCI, notamment les
croissante dans le développement de la compétitivité. Elle indicateurs quantitatifs fondamentaux (taux de scolarisation
permet aux pays de s'adapter à mesure qu'ils gravissent aux différents niveaux d'enseignement) ainsi qu'un certain
l'échelle du développement et que les entreprises sont nombre d'indicateurs qualitatifs issus de l'enquête d'opinion
confrontées à une évolution des besoins en capital humain. menée auprès des cadres dirigeants (enquête).3 Les
À ce jour, malgré les progrès considérables accomplis mesures des aspects qualitatifs de l'éducation rassemblées
en termes d'accès à l'éducation dans la région, les efforts par l'enquête sont corrélées à d'autres évaluations, plus
fournis ne se sont pas encore pleinement traduits par une détaillées, de la qualité de l'enseignement, telles que celles
12 croissance économique ni par des possibilités d'emplois entreprises par le Programme international pour le suivi
offertes aux citoyens. des acquis des élèves (PISA) mis en place par l'OCDE.4
Au regard de la pénurie de données relatives à la qualité de
l'enseignement dans les pays du monde arabe,5 les données

Tableau 1: Scolarisation par genre


Scolarisation (ratio femmes/hommes)
Primaire Secondaire Supérieur
Algérie 0.98 1.06 1.40
Bahreïn 1.00 1.05 2.46
Égypte 0.96 0.94 ▬-
Jordanie 1.02 1.01 1.10
Koweït 0.97 1.01 2.32
Liban ▬- ▬- ▬-
Libye ▬- ▬- ▬-
Maroc 0.95 0.85 0.89
Oman 1.02 1.01 1.18
Qatar 1.00 0.98 2.87
Arabie Saoudite 0.99 1.08 1.50
Syrie 0.95 0.97 -▬
Tunisie 1.01 1.10 1.51
Émirats arabes unis 0.99 1.03 2.32

Sources : Institut de Statistique, Indicateurs de l’éducation et Banque mondiale, Indicateurs de développement dans le monde, Base de données en ligne.
Figure 1: La performance des pays arabes dans des indicateurs selectionés concernant l’éducation de l’étude de l’indice de compétitivité globale 2010-2011

4e pilier : Santé et enseignement


5e pilier : Enseignement supérieur et formation
primaire (indicateurs sélectionnés)
Services de
Taux de 5e pilier : A. Taux de Taux B. Qualité de
B. Qualité de Qualité du Qualité des Accès à C. Formation recherche et
scolarisation Enseignement Enseignement scolarisation d'inscriptions Enseignement l’enseignement Formation du
Enseignement l’enseignement système écoles de Internet dans en cours de formation
dans le supérieur et sous l'angle dans le dans le sous l'angle mathématique personnel*
primaire* primaire* éducatif* commerce* les écoles* d'emploi* spécialisée
primaire formation* quantitatif* secondaire supérieur* qualitatif* et scientifique*
locaux*

Algérie 4.80 3.15 94.86 3.59 4.11 83.22 24.02 3.22 2.94 3.63 3.76 2.55 3.44 3.38 3.50
Bahreïn 5.65 4.52 97.85 4.64 4.79 96.80 29.94 4.72 4.44 4.52 4.56 5.34 4.40 3.92 4.88
Égypte 4.40 2.47 93.62 3.59 4.11 79.31 28.45 2.92 2.47 2.70 3.26 3.27 3.75 4.15 3.35
Jordanie 4.92 3.98 89.49 4.32 4.81 88.22 40.65 4.17 3.90 4.42 3.94 4.43 3.98 4.42 3.55
Koweït 4.59 3.55 87.61 3.87 4.20 89.82 18.90 3.62 3.32 3.54 3.71 3.92 3.79 3.98 3.60
Liban 5.58 5.45 88.34 4.57 4.90 81.55 51.53 4.85 5.04 5.61 5.12 3.65 3.95 4.37 3.53
Libye 2.45 2.45 n/a 3.63 5.46 93.48 55.74 2.41 2.00 3.11 2.24 2.28 3.01 2.66 3.37
Maroc 4.45 3.05 89.47 3.51 2.76 55.85 12.29 3.82 3.11 4.01 4.52 3.63 3.97 4.23 3.71
Oman 3.73 4.41 68.26 4.22 4.38 88.12 26.89 4.25 4.24 4.24 3.95 4.55 4.04 3.79 4.29
Qatar 6.17 5.96 94.11 4.84 4.08 93.25 10.98 6.01 5.67 5.89 6.14 6.32 4.45 4.07 4.82
Arabie Saoudite 4.73 4.20 84.55 4.55 4.70 94.56 29.85 4.38 4.30 4.47 4.33 4.43 4.55 4.70 4.41
Syrie 4.87 3.33 94.51 3.31 3.88 73.96 27.40 3.15 3.08 3.95 3.40 2.15 2.90 3.27 2.52
Tunisie 5.88 5.01 97.71 4.89 4.72 91.83 33.70 5.04 4.95 5.57 5.11 4.55 4.90 4.97 4.83
Émirats arabes
5.48 4.88 91.58 4.80 4.53 93.77 25.19 5.01 4.74 4.89 4.97 5.42 4.87 5.08 4.66
unis

Finlande 6.60 6.62 96.05 6.06 6.89 110.30 94.44 5.78 5.63 6.16 5.28 6.07 5.52 5.81 5.23
Malaisie 5.73 4.87 96.10 4.55 3.82 68.19 32.11 4.85 4.89 4.79 4.75 4.96 4.99 5.02 4.97
Turquie 4.81 3.19 94.69 4.04 4.51 81.96 38.37 3.63 3.24 3.42 3.58 4.30 3.99 4.24 3.74

Moyenne du
4.84 4.03 90.15 4.17 4.39 85.98 29.68 4.11 3.87 4.32 4.22 4.04 4.00 4.07 3.93
monde arabe

Pays sélectionnés en pourcentage par rapport au score de la Finlande


Moyenne du
73.3 60.9 93.9 68.7 63.7 78.0 31.4 71.1 68.8 70.3 79.8 66.5 72.5 70.0 75.2
monde arabe
Syrie 73.8 50.3 98.3 54.5 56.3 67.0 29.0 54.3 54.7 64.1 64.4 35.3 52.4 56.2 48.3
Libye 37.1 37.0 n/a 59.8 79.3 84.7 59.0 41.6 35.5 50.4 42.3 37.5 54.6 45.7 64.4
Tunisie 89.1 75.6 101.7 80.6 68.5 83.2 35.6 87.2 87.9 90.4 96.7 74.9 88.8 85.5 92.4
Qatar 93.4 90.0 97.9 79.8 59.1 84.5 11.6 103.8 100.7 95.6 116.3 104.1 80.5 70.0 92.2

* Les scores sont sur une échelle de 1 à 7


Étude de la compétitivité du monde arabe 2010
13
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010

Tableau 2: Scores PISA 2006 en sciences, lecture et mathématiques

Sciences Lecture Mathématiques


Finlande 563 547 548
Turquie 424 447 424
Jordanie 422 401 384
Qatar 349 312 318
Tunisie 386 380 365

Source: OCDE

de l'enquête, qui rendent compte des points de vue des L'enseignement primaire est devenu considérablement plus
chefs d'entreprise sur une échelle de 1 à 7 (1 – score le accessible au cours des 40 dernières années7 et atteint, dans
moins bon, 7 – meilleur score) fournissent une multitude la grande majorité des pays arabes, des niveaux universels
d'informations concernant les domaines les plus importants comparables à ceux des pays enregistrant les meilleures
à développer dans les 14 pays de cette région. L'analyse performances dans ce domaine, à l'exemple de la Finlande.
ci-après a pour objet de proposer une première vue Les exceptions non négligeables incluent Oman (68,3 %) et
d'ensemble des performances des pays arabes en fonction l'Arabie Saoudite (84,5 %),8 qui restent bien en-deçà de la
de ces indicateurs, en procédant à une comparaison moyenne de la région (90,1 %). Nonobstant ces exemples
de cette région avec le pays enregistrant les meilleures de réussite, les réformes éducatives des années passées
performances en termes d'éducation parmi les pays de n'ont pas donné lieu à une amélioration conséquente de
l'OCDE dans le cadre de l'étude PISA, la Finlande, et avec la qualité de l'enseignement primaire dans de nombreux
deux pays dont le profil fournit une comparaison digne pays et la région affiche des disparités considérables dans ce
d'intérêt, la Malaisie et la Turquie. domaine. Si certains pays, tels que le Qatar (5.96), le Liban
(5.45) ou la Tunisie (5.01), ont obtenu des valeurs proches
Une comparaison du monde arabe avec le cas de la de celles relevées en Finlande (6.62), d'autres n'ont même
Finlande, sur la base du grand ensemble d'indicateurs pas atteint la moitié de cette valeur (tous évalués sur une
qualitatifs et quantitatifs d'évaluation de l'éducation échelle de 1 à 7), comme par exemple l'Égypte (2.47) et la
14 établis par le GCI, indique que de nombreux pays Libye (2.45). Ces deux pays enregistrent de graves carences
de cette région restent à la traîne malgré les progrès dans le domaine de l'enseignement primaire, malgré la
accomplis ces cinquante dernières années. La Figure 1 priorité donnée à ce segment dans leurs réformes depuis
présente les résultats détaillés obtenus par les pays arabes plusieurs années. Si la Turquie affiche des résultats inférieurs
pour les indicateurs pertinents du GCI et dans les deux à la moyenne du monde arabe, la Malaisie peut cependant
composantes qui rassemblent les indicateurs relatifs à servir d'exemple potentiel à suivre grâce à la valeur de 4.87
l'enseignement : le Pilier 4b, Enseignement primaire6 et le qu'elle atteint pour cet indicateur.
Pilier 5 Enseignement supérieur et formation.

Figure 2: Qualité du système éducatif dans les pays arabes sélectionnés 2004 - 2010

Dans votre pays, le système éducatif (1= ne répond pas aux besoins d'une économie compétitive,
7 = répond aux besoins d'une économie compétitive)
Score*
7

1
EOS 2005 EOS 2006 EOS 2007 EOS 2008 EOS 2009 EOS 2010

* Le 7 correspond au résultat maximum


Source: World Economic Forum, Executive Opinion Survey
Note: Pour plus d’informations sur le Executive Opinion Survey et la méthodologie utilisée veuillez consulter The Global Competitivenes Report 2010-2011
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010
Figure 3: Différences hommes-femmes dans les scores PISA

Finlande

Turquie

Mathématiques
Jordanie
Lecture
Tunisie Sciences

Qatar

-75 -50 -25 0 25

Note : le signe négatif indique de meilleurs résultats obtenus par les femmes

Source: OCDE

Les niveaux d'enseignement secondaire et supérieur font l'objet seulement 40 % environ du niveau des salles de classe
d'une évaluation dans le 5e pilier du GCI, Enseignement finlandaises. Les inégalités observées en termes de qualité
supérieur et formation. Ce pilier recueille les résultats générale entre les pays résultent principalement des
quantitatifs (pilier 5a) et qualitatifs relatifs à l'éducation différences d'enseignement en management. Le niveau
(pilier 5b), illustrés dans la Figure 1. Les pays enregistrant des écoles de commerce au Qatar est estimé supérieur
les meilleures performances dans la région, la Tunisie et aux critères appliqués à la Finlande, tandis que l'Égypte
le Qatar, obtiennent seulement des scores équivalant à s'évertue à améliorer la qualité de l'enseignement en
environ 80 % du niveau atteint par la Finlande (6.06). Il management, obtenant une valeur de seulement 3.26
est intéressant de noter ici que, parmi les pays enregistrant sur une échelle de 1 à 7. D'un autre côté, la qualité de 15
les performances les moins bonnes, on observe la présence l'enseignement des mathématiques et des sciences apparaît
de pays qui obtiennent des résultats considérablement relativement mieux répartie dans la région, affichant un
plus élevés dans le domaine de l'enseignement primaire, écart avec le niveau de la Finlande en moyenne similaire.
notamment la Syrie (3.31) et le Maroc (3.51). Et, comme Les données issues de l'étude PISA fournissent des
dans le cas de l'enseignement primaire, la Malaisie obtient précisions supplémentaires concernant les résultats obtenus
des résultats supérieurs à la moyenne du monde arabe. Une dans les établissements d'enseignement secondaire. Le
analyse des données utilisées pour calculer ce pilier fournit programme PISA évalue les aptitudes des élèves âgés de
des indications supplémentaires quant aux principaux 15 ans dans les domaines de la lecture, des mathématiques
domaines à améliorer. Si la région dans son ensemble et des sciences. Les résultats obtenus dans les trois pays du
enregistre des résultats largement supérieurs à ceux de la monde arabe concernés par l'étude, le Qatar, la Tunisie
Malaisie en termes de quantité d'enseignement (4.39, par et la Jordanie, indiquent que les élèves de ces trois pays
rapport à 3.82), elle atteint seulement 63 % du score de la atteignent des niveaux équivalant à 57 % et 75 % de
Finlande. La Libye se révèle le pays ayant le mieux réussi la valeur enregistrée en Finlande. Les élèves jordaniens
à favoriser l'accès à l'enseignement secondaire et supérieur obtiennent en moyenne des scores supérieurs aux élèves
ces dernières années, en atteignant des taux de scolarisation du Qatar et de la Tunisie et, en moyenne, les élèves
élevés par rapport aux critères régionaux (81,5 % pour enregistrent de meilleurs résultats en sciences qu'en lecture
l'enseignement secondaire et 51,5 % pour l'enseignement et en mathématiques.
supérieur, ce qui correspond à 84,7 % et 59 % de la valeur
obtenue par la Finlande). En revanche, au Maroc, les La formation en cours d'emploi est un autre domaine
données indiquent la nécessité considérable d'améliorer évalué par le GCI, eu égard à l'importance que revêt
encore l'accès à la scolarisation en établissements la formation récurrente pour accroître la capacité de
d'enseignement secondaire et supérieur. Seulement l’adaptation de la main-d'oeuvre aux besoins de l'économie
la moitié environ des enfants sont scolarisés dans des en constante évolution. En moyenne, le secteur des affaires
établissements d'enseignement secondaire, et seulement du monde arabe s'efforce d'investir dans la formation des
un peu plus de 10 % des jeunes suivent des cursus de employés et des institutions compétentes pour dispenser
formation au sein d'institutions d'enseignement supérieur. des formations sont accessibles dans un certain nombre
de pays. La Tunisie et les Émirats arabes unis obtiennent
En termes de qualité de l'éducation, les données brossent des résultats proches des niveaux de la Finlande. Il reste
un tableau assez différent et mettent en relief d'importantes encore des efforts à fournir pour améliorer les services de
inégalités entre les pays. Le Qatar, qui enregistre les formation accessibles aux entreprises en Syrie, en Libye et
meilleures performances, atteint des niveaux supérieurs en Égypte. La Syrie reste également à la traîne en termes
à ceux de la Finlande dans cette catégorie, tandis que les d'ouverture des entreprises à la fourniture de formation
étudiants libyens, malgré la facilité d'accès à l'éducation, pour leurs employés.
bénéficient d'un enseignement dont la qualité atteint
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010

Les données historiques issues de l'EOS (disponibles d'enseignement, avec la Tunisie, le Liban et la Qatar
depuis 2004) indiquent que, dans la plupart des pays, peu enregistrant les niveaux les plus élevés de la région. Au
de progrès ont été accomplis vers une amélioration de cours de ces dernières années, certaines économies du
l'éducation ces dernières années. On compte quelques Golfe ont amélioré leurs résultats dans le domaine de
exceptions, notamment certaines économies du Golfe qui l'éducation, quand la majeure partie de la région n'évoluait
témoignent de la possibilité d'une évolution rapide. La pas. Une analyse des différences entre les sexes indique
Figure 2 illustre l'évolution des résultats en fonction de la que les carences de scolarisation ont été considérablement
variable de l'enquête utilisée pour déterminer la qualité comblées ces dernières années et que les filles semblent
générale des systèmes éducatifs dans les pays sélectionnés avoir rattrapé leur retard sur les garçons en termes de
dans cette région. Les progrès les plus remarquables au résultats scolaires.
cours de ces dernières années ont été accomplis par le
Qatar, dont le score a augmenté de xx % depuis 2004.
L'Arabie Saoudite et Oman ont également enregistré Notes
des améliorations ces dernières années, tandis que, dans 1
Banque mondiale. Indicateurs du développement dans le
la plupart des autres pays de la région, la qualité de monde.
l'enseignement est restée inchangée. 2
Pour plus de précisions sur le GCI, cf. Sala-i-Martin et al.
2010.
Les données fournies par le Rapport sur les disparités entre 3
Les données qualitatives mettent en relief les opinions
les genres publié par le World Economic Forum indiquent des dirigeants d’entreprise recueillies par l’entremise de
que, dans l'ensemble et en termes de scolarisation, l'écart l’enquête d’opinion réalisée auprès des cadres dirigeants
entre filles et garçons a été comblé. Les cases tels que celui chaque année par le World Economic Forum, tandis
du Maroc, où un nombre inférieur de filles fréquentent des que les données quantitatives (principalement les taux
établissements d'enseignement secondaire et supérieur par de scolarisation) proviennent d’un certain nombre de
rapport au nombre de garçons, restent exceptionnels (cf. ressources statistiques renommées dans le domaine
Tableau 1). En ce qui concerne les autres pays, on constate de l’éducation, telles que l’UNESCO ou la Banque
une prédominance des étudiants de sexe féminin au mondiale. Pour plus de précisions concernant cette
niveau supérieur et, dans une certaine mesure, également enquête, cf. Browne et Geiger 2010.
dans les institutions d'enseignement secondaire. L'étude 4
La corrélation entre les scores moyens de l’étude PISA
16 PISA fournit, en ce qui concerne les quelques pays de 2006 et la catégorie du GCI évaluant la qualité de
la région concernée (Jordanie, Tunisie et Qatar) des l’enseignement (Pilier 5b) s’élève à 0,68.
indications concernant les différences de résultats scolaires 5
Le programme PISA concerne seulement la Tunisie, le
en fonction du sexe des élèves (cf. Figure 3). La Turquie Qatar et la Jordanie parmi les pays arabes.
et la Finlande ont été intégrés pour jouer le rôle de 6
L’enseignement primaire fait partie du pilier Santé et
comparateurs. La Turquie et la Tunisie affichent à cet égard enseignement primaire du GCI (Pilier 4).
une configuration similaire à celle de la Finlande avec 7
Cf. Banque mondiale 2008.
des résultats supérieurs en lecture et en sciences pour les 8
Le taux de scolarisation dans le primaire pour la Libye
élèves de sexe féminin, et en mathématiques pour les élèves n’est pas disponible.
de sexe masculin. Dans deux pays du monde arabe, en
Jordanie et au Qatar, les élèves de sexe féminin obtiennent
des résultats supérieurs à ceux des élèves de sexe masculin
dans tous les domaines. Si l'on en croit ces données, l'écart
entre les sexes dans le domaine de l'éducation en termes de
scolarisation et de qualité semble avoir été comblé.
Pour résumer, cette brève analyse permet de conclure
que, si l'accès à l'éducation dans les pays arabes a atteint
des niveaux observés dans les économies développées
et apparaît relativement bon en termes d'enseignement
secondaire, l'enseignement supérieur reste pour le moins
hors d'atteinte pour la grande majorité de la population
jeune. Quant à la qualité des systèmes éducatifs, le
monde arabe atteint en moyenne un niveau équivalent
à 70 % des scores finnois. Parallèlement, on observe
en revanche d'importantes inégalités en termes de
qualité d'enseignement dans ces pays à tous les niveaux
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010
La compétitivité des pays arabes relatifs à la composante sanitaire, et en ce qui concerne
la qualité de l'éducation, ces améliorations ne s'opèrent
Le Qatar, classé au 17e rang, assoit sa position en tant qu'à un niveau très faible. Par conséquent, le pays reste en
que pays le plus compétitif du monde arabe. Avec un taux bas du classement en ce qui concerne les piliers Santé et
de croissance prévisionnel de 18,5 % pour l'année 2010, enseignement primaire (74e) et Enseignement supérieur et
le pays représente l'économie à la plus forte croissance formation (51e). Ces deux domaines, outre un marché du
au monde et compte parmi les pays les plus riches. Sa travail plus efficient (66e), revêtent une importance capitale
compétitivité solide tient à l'excellente qualité de son pour l'Arabie Saoudite étant donné le nombre croissant
cadre institutionnel, classé au 10e rang dans l'ensemble, de jeunes gens qui entreront sur le marché du travail au
à la stabilité de son environnement macroéconomique cours des prochaines années. Enfin, dernier aspect mais non
(8e) et à l'efficience de ses marchés des produits (12e). le moindre, le recours aux technologies les plus récentes
Les faibles niveaux de corruption et d'influence excessive mériterait également qu'on y consacre quelques efforts
sur les décisions publiques, le niveau élevé d'efficience d'amélioration (42e).
des pouvoirs publics et l'excellent niveau de sécurité
sont les pierres angulaires de la structure institutionnelle Au lendemain d'une année difficile, les Émirats arabes
solide du pays. Par rapport à de nombreuses autres unis perdent deux places et occupent la 25e position. La
économies, ce pays a été relativement peu affecté par la compétitivité générale du pays est à l'image des derniers
crise économique mondiale, avec un taux de croissance investissements opérés dans l'infrastructure, domaine dans
ralenti à 9 % en 2009, par rapport à 16,4 en 2008. Cette lequel il se poste à une excellente 3e place, des taux de
croissance élevée, associée à un soutien public avisé en pénétration élevés des nouvelles technologies (14e) et
faveur du secteur financier, a contribué à maintenir une des marchés des produits très efficients (6e). La stabilité
stabilité macroéconomique et financière. Lorsque l'on macroéconomique élevée ainsi que certains aspects positifs
opère une comparaison internationale, on observe que des institutions du pays, tels qu'un important niveau
l'environnement macroéconomique est sorti plus robuste de confiance de la population dans la classe politique
de la crise, passant de la 13e à la 8e. Pour l'avenir, une et des pouvoirs publics efficaces, complète la liste des
réduction de la vulnérabilité du pays face aux variations des avantages concurrentiels. L'année passée, on a observé
prix des matières premières impliquera une diversification une dégradation de l'évaluation des institutions dans
dans d'autres secteurs de l'économie et une amélioration leur ensemble, et en particulier des institutions privées,
de certaines composantes de la compétitivité. Malgré les pour lesquelles les critères de responsabilité et l'efficacité 17
efforts déployés pour renforcer le secteur financier, sa des conseils d'administration sont estimés moins positifs
fiabilité et son assurance sont estimées faibles par le monde qu'auparavant. Ce bilan moins positif est probablement lié
des affaires (62e), avec la solvabilité des banques classée au aux difficultés rencontrées par Dubai World, une entreprise
46e et les droits des emprunteurs et des créanciers restant publique, pour rembourser ses dettes à la fin de l'année
sans protection adéquate (103e). Étant donné le niveau 2009. Les difficultés de Dubai World ont jeté le doute sur
élevé des salaires, le pays devra promouvoir le recours la viabilité du modèle de développement de Dubaï, qui
aux technologies les plus récentes (36e) ainsi que la a depuis lors été réorienté vers un rôle plus traditionnel
sophistication des entreprises et l'innovation. de plate-forme commerciale et logistique, éloignée des
activités de développement immobilier. Pour l'avenir, la
L'Arabie Saoudite occupe la deuxième place de la poursuite des réformes structurelles d'amélioration de la
région en apparaissant au 21e rang. Ces dernières années, compétitivité sera nécessaire pour maintenir la croissance
ce pays a connu un certain nombre d'améliorations économique, tout particulièrement dans les domaines de la
favorisant sa compétitivité, renforçant ainsi sa structure santé et de l'enseignement.
institutionnelle, l'efficience de ses marchés et la
sophistication de ses entreprises. Les développements de La Tunisie conserve la tête de la région d'Afrique
la structure institutionnelle (jusqu'à 11 pour atteindre du Nord en 32e position. Les institutions publiques
la 21e place), en particulier une meilleure évaluation de efficientes du pays restent sa principale force, avec son
la situation de sécurité par les entreprises (19e) et un niveau élevé de sécurité (14e) et son système éducatif
renforcement du cadre de gouvernance d'entreprise (26e), qui garantit un enseignement de bonne qualité (22e),
ont contribué à l'amélioration de son positionnement bien que les taux de scolarisation dans les établissements
en 2010 par rapport à l'année précédente. En outre, d'enseignement secondaire et supérieur atteignent des
le gouvernement a mis en place un programme de niveaux considérablement faibles, occupant respectivement
relance massif, majoritairement destiné à améliorer les les 53e et 69e places. Parallèlement, la Tunisie revendique
infrastructures du pays bien qu'il ait donné lieu à une des marchés intérieurs relativement efficients en ce qui
dégradation de la stabilité macroéconomique à mesure que concerne les produits et les services. Malgré la crise, le
l'équilibre budgétaire devenait déficitaire. Aussi admirables pays a amélioré sa stabilité macroéconomique depuis
que soient les améliorations récentes, le pays se trouve la dernière évaluation. L'inflation a baissé, et les taux
confronté à d'importantes difficultés qui s'annoncent pour d'épargne ont augmenté tandis que le déficit budgétaire est
l'avenir. Les domaines de la santé et de l'éducation ne resté stable, avoisinant les 3 %. De plus, si la dette publique
satisfont pas aux critères en vigueur dans les pays à revenus s'est accrue, elle reste néanmoins gérable. Ce résultat est
similaires. Si certains progrès sont visibles dans les résultats remarquable au regard de la récente dégradation de la
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010

stabilité macroéconomique occasionnée par la période de place en 63e position. Cette évaluation peu concluante
récession. Deux domaines nécessitant des améliorations dénote un faible taux de scolarisation dans le primaire, avec
ressortent des résultats du GCI. Tout d'abord, la Tunisie seulement 68,3 % des enfants inscrits à l'école (131e dans
devra trouver remède aux problèmes d'inefficacité générés l'échantillon) ainsi qu'un faible taux de scolarisation dans
par son marché du travail. Cette mauvaise 79e place, les établissements d'enseignement secondaire et supérieur.
bien que plus élevée que celle de l'édition précédente, La qualité de la formation s'est quelque peu améliorée ces
traduit particulièrement la rigidité des règlementations dernières années, en passant du 63e rang en 2008 au 52e en
relatives à l'emploi et des processus de fixation des salaires, 2010, probablement à la suite des efforts déployés dans le
le niveau élevé des charges et la faible participation cadre du programme Vision 2020.
des femmes à la population active. En deuxième lieu, il
conviendra de remédier au faible niveau de confiance Le Koweït et le Bahreïn occupent respectivement les
dans la stabilité du système bancaire (90e), notamment 35e et 37e places du classement général GGCI. Ces
en ce qui concerne la protection juridique des droits des deux économies sont fortement tributaires des revenus
investisseurs. Certains progrès ont été accomplis en matière générés par les exploitations de pétrole qui, d'un côté, ont
d'efficience des marchés financiers (35e). Différentes considérablement contribué au maintien d'un excellent
formes de financement sont plus facilement accessibles aux environnement macroéconomique avec d'importants taux
acteurs du monde des affaires, bien que les limitations des d'épargne et des finances publiques solides (en particulier
flux de capitaux soient jugées très contraignantes par la le Koweït, classé en 2e position dans la catégorie relative
communauté des affaires. à l'environnement macroéconomique), mais, d'un autre
côté, présentent des risques significatifs pour l'évolution
Oman passe à la 34e place au sortir des progrès réguliers future des prix du pétrole. Le Koweït, avec les EAU, est
accomplis ces dernières années. Cette évolution est sans le seul pays du CCG à avoir connu une contraction de
aucun doute à l'image de l'engagement du pays à instaurer son PIB en 2009, équivalente à -2,7 %, soit une chute
une réforme économique rapide visant à diversifier brutale par rapport à la croissance annuelle moyenne
l'économie hors du secteur des hydrocarbures et à l'orienter de 7,7 % enregistrée sur la période de 2000 à 2005. Le
vers une voie d'intensification et de pérennisation de la Bahreïn a maintenu des taux de croissance positifs en
croissance. Ce processus de réforme a été amorcé au milieu atténuant les effets de la crise économique moyennant
des années 1990 et énoncé dans le document « Vision une politique fiscale expansionniste, au détriment de
18 2020 » publié par le gouvernement. Les résultats du GCI la stabilité macroéconomique qui a perdu six places et
indiquent que la compétitivité d'Oman est forte de deux occupe aujourd'hui la 11e position. Les performances
atouts essentiels : une structure institutionnelle solide et générales de compétitivité du Bahreïn sont plus équilibrées
un excellent environnement macroéconomique. Toutefois, et enregistrent de meilleurs résultats dans l'ensemble des
ces points forts sont neutralisés par des faiblesses dans le catégories, en particulier en termes de qualité des services
domaine de l'enseignement et de la santé qui persistent de santé et d'enseignement et en ce qui concerne le
malgré les efforts continuellement déployés par le pays fonctionnement des marchés financiers et des marchés des
pour améliorer ces secteurs. Oman bénéficie d'institutions produits, alors que le Koweït fait face à des difficultés dans
publiques efficaces, transparentes et fonctionnelles (13e) et ces domaines. Plus particulièrement, le secteur financier
d'institutions privées légèrement moins bien cotées (21e). koweïtien (classé au rang xx dans ce pilier) conserve une
La solidité des institutions publiques repose sur le niveau position vulnérable après que la contraction de prêts
élevé d'efficience des pouvoirs publics, qui n'imposent improductifs dans le système bancaire a doublé leur ratio
pas de règlementations injustement lourdes au secteur en 2009 pour atteindre 9,7 %, et après que les entreprises
des affaires (8e) et veillent à la bonne utilisation des fonds de placement ont fait l'objet de pressions portant sur le
publics (4e). De plus, au regard du secteur des affaires, la financement et la qualité des investissements.6
population affiche un haut niveau de confiance dans la
classe politique omanaise en termes de standards éthiques La Jordanie, dont le taux de croissance a été réduit de
(11e). Ainsi, aucune faiblesse majeure ne transparaît moitié en 2009, a enregistré la plus importante perte en
dans la structure institutionnelle d'Oman, même si une termes de compétitivité dans cette région au cours de
amélioration de la transparence des informations sur les l'année passée, avec une chute de la 15e à la 65e position.
politiques publiques et de la qualité des normes d'audit Une évaluation considérablement plus négative des
et de communication financière permettrait de parfaire institutions, de l'efficience des marchés des produits et de
cette évaluation institutionnelle. Étant donné la sévérité la formation explique largement cet affaiblissement et met
des normes de gouvernance publique et la richesse en en déséquilibre les développements de l'environnement
ressources d'hydrocarbures, il n'est pas surprenant de macroéconomique, pourtant moins dégradé par la crise
constater une grande stabilité macroéconomique à Oman économique que dans les autres pays. Si le ratio déficit/
(3e). Pour l'avenir, il convient de s'efforcer d'améliorer PIB a plus que doublé pour atteindre 11,8 % en 2009,
la qualité et la quantité des enseignements ainsi que des le gouvernement s'engage néanmoins a consolider le
services de santé publique afin d'assurer une croissance budget en 2010.7 Malgré les faibles scores enregistrés
plus solide pour Oman. Actuellement, Oman enregistre cette année, le cadre institutionnel jordanien reste l'un des
des résultats plutôt médiocres par rapport aux autres atouts concurrentiels du pays, à l'instar de son niveau de
pays en ce qui concerne le pilier Santé et enseignement développement des marchés financiers (54e), de l'efficience
primaire, catégorie dans laquelle il occupe la 99e place, de ses marchés des produits (46e) et de la flexibilité de
et le pilier Enseignement supérieur et formation, où il se son marché du travail (35e). Parallèlement, les efforts
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010
de réforme économique devront être accélérés dans un est resté stable, à 6,6 % du PIB en 2009 (6,8 % en 2008),
certain nombre de domaines si le pays souhaite renforcer malgré l'augmentation de l'inflation à partir d'un niveau
sa compétitivité. Les deux facteurs qui se distinguent des déjà élevé (16,2 %, ce qui correspond au rang 135, par
autres sont les finances publiques, restées tendues (136e) et rapport aux 11,7 % relevés lors du GCI 2009-2010). De
grevées de charges par une importante dette publique, ainsi plus, la solvabilité du système bancaire égyptien, malgré
qu'une exploitation inefficace des talents (135e). Ce dernier certains progrès, reste source de préoccupation, comme
facteur s'explique par le développement limité de structures l'indique sa 99e position au classement.
d'encouragement sur le lieu de travail (100e) et par la faible
participation des femmes à la population active, indicateur L'Algérie se positionne après l'Égypte à la 86e place.
pour lequel le pays occupe la dernière position parmi les Le ralentissement de l'activité économique a donné
139 pays.. lieu à la perte du principal avantage concurrentiel du
pays ces dernières années : son excellent environnement
Le Maroc, qui se place en 75e position, s'enorgueillit macroéconomique, qui est passé de la 2e à la 57e position
de performances largement constantes dans l'ensemble depuis 2009. L'important déficit budgétaire, la baisse du
des catégories prises en compte par le GCI. Les efforts taux d'épargne national, la hausse de l'inflation et de la
déployés par le passé pour stabiliser l'environnement dette publique sont autant de facteurs qui participent
macroéconomique n'ont pas été anéantis par la crise à une évaluation bien plus négative de la stabilité
économique et portent leurs fruits dans la mesure où macroéconomique du pays. Cette dégradation significative
le pays fournit aux entreprises un environnement assez est compensée par des progrès, de petite envergure mais
prévisible et stable, avec un classement au 31e rang. Ces constants, accomplis dans la quasi-totalité des autres
réformes ont également contribué à réduire la proportion domaines évalués dans l'indice.9 Ce constat met en relief un
d'obstacles administratifs à la création d'entreprises. certain nombre de développements positifs dans le pays en
Cependant, le problème le plus important au Maroc reste termes de compétitivité, même si ces progrès sont réalisés
le taux de chômage élevé, qui atteignait 9,4 % en 2008 à partir d'un niveau très faible. Pour l'avenir, l'Algérie doit
selon l'OIT. 8 Un assouplissement des marchés du travail centrer ses efforts sur l'amélioration de l'efficience des
(127e) et une augmentation de l'efficience de l'utilisation marchés des produits, du marché du travail et des marchés
des talents (127e) permettraient de réduire le taux de financiers. Le pays reste fermé à la concurrence extérieure
chômage. Parallèlement, le système éducatif du pays ne (127e), qui pourrait néanmoins lui profiter via une
prépare pas correctement la population à relever les défis ouverture à des relations commerciales et d'investissement 19
inhérents à une économie compétitive (105e). Tels en plus intenses, et n'utilise pas pleinement le capital humain
sont témoins les faibles taux de scolarisation à tous les disponible (133e place en matière d'utilisation des talents).
niveaux d'enseignement – supérieur, secondaire et primaire Cette dernière place est particulièrement préoccupante
– mais également l'évaluation négative de la qualité de dans la mesure où le pays fait face à un taux de chômage
l'enseignement par le secteur des affaires, à l'exception de des jeunes très élevé (24 %).10 Parallèlement, malgré les
la qualité des écoles de gestion, avec un classement en 49e revenus générés par les activités d'exploitation de pétrole,
position. les entreprises rencontrent des difficultés pour accéder aux
financements (131e en termes de disponibilité des services
L'Égypte occupe la 81e place parmi les 139 pays. Les financiers) et on observe un manque de confiance des
principaux atouts concurrentiels du pays sont l'ampleur de investisseurs dans le secteur financier (135e).
son marché (26e) qui permet aux entreprises d'exploiter
les économies d'échelle, les institutions privées assez bien Inclus pour la première fois dans le classement, le Liban
développées (60e) qui garantissent une bonne gouvernance, occupe la 92e place du classement. Après de faibles
ainsi qu'une infrastructure des transports satisfaisante (56e). performances de croissance à la moitié de la décennie,
En revanche, les problèmes sont nombreux. Le marché du les taux de croissance du pays ont rebondi à 9 % en
travail reste soumis à trop de règlementations, réduisant 2008 et sont sortis indemnes de la crise économique de
ainsi les possibilités d'affectation et d'emploi approprié 2009. Des réformes d'amélioration de la compétitivité
des ressources humaines. Le pays affiche de mauvais permettraient de maintenir ce rythme ascendant. Les
résultats dans l'échantillon du GCI en termes d'efficacité résultats du GCI dénotent un certain nombre d'atouts
d'utilisation des talents (133e). Malgré quelques progrès, exploitables par le Liban. La population de ce pays est
les rigidités persistantes du marché du travail restent en bonne santé et instruite grâce à un système éducatif
inquiétantes en raison du de qualité qui se distingue de ceux des autres pays de la
taux de chômage important parmi les jeunes. En outre, la région. Le pays occupe une excellente 16e place en ce
participation des femmes à la population active reste faible qui concerne la qualité du système éducatif, en particulier
(130e), malgré quelques résultats préliminaires positifs dans les domaines de l'enseignement des mathématiques
faisant suite aux efforts fournis par le gouvernement pour et des sciences, pour lesquels il est classé en 7e position,
remédier à ce défaut. À l'instar des années précédentes, ainsi que la qualité de l'enseignement primaire (12e).
l'Égypte reste aux prises avec d'importantes difficultés liées Parallèlement, il conviendrait de rendre ce système éducatif
à la stabilité macroéconomique mais, contrairement aux d'excellence accessible à une proportion plus importante
autres pays, celles-ci ne se sont pas révélées excessivement de la population, car les taux de scolarisation dans le
exacerbées durant la crise. La dette publique a diminué à primaire et le secondaire restent faibles (respectivement
(un taux toujours élevé de) 80 % du PIB, après la tendance 105e et 86e). L'insuffisance de politiques méritocratiques
à la baisse des années précédentes, et le déficit budgétaire sur le marché du travail limite les possibilités d'emploi
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010

pour les jeunes talents et contribue à alimenter la fuite des Conclusions


cerveaux du pays. Les autres atouts incluent des marchés
des produits efficients - à l'image de la concurrence locale Cette brève Étude a permis d'analyser les performances des
intense - ainsi qu'un secteur financier bien développé, qui 14 pays arabes à l'aide de l'indice de compétitivité globale.
permet un accès facile aux prêts (36e) et à d'autres services Dans l'ensemble, la crise économique mondiale semble
financiers (39e) et est renforcé par un secteur bancaire avoir renforcé une tendance déjà observée au cours des
fortement solvable (4e). Les difficultés à surmonter incluent cinq dernières années : un écart concurrentiel croissant
des infrastructures de transport, d'approvisionnement en entre les pays du CCG et le reste de la région qui, dans
électricité et de téléphonie déplorables (123e) ainsi qu'un un certain nombre de catégories de l'indice, ont atteint les
environnement macroéconomique fragile caractérisé par niveaux des pays de l'OCDE.
une mauvaise gestion des finances publiques. Pourtant, le
problème principal reste la réforme de l'environnement En moyenne, les atouts concurrentiels de la région sont à
institutionnel en termes d'institutions publiques et de puiser dans des systèmes institutionnels sains et transparents,
gouvernance d'entreprise. Actuellement, les institutions une stabilité macroéconomique et une sophistication des
publiques du pays se caractérisent par un manque de entreprises, alors que les pays se doivent d'accélérer leurs
transparence (129e), une influence excessive (130e) et des efforts pour accroître l'efficience de leurs marchés du travail
opérations publiques inefficaces (122e). et poursuivre plus avant le développement et la stabilité des
marchés financiers. Les faiblesses dans ce dernier domaine
Le classement régional s'achève avec la Syrie (97e) ont été une source sûre de vulnérabilité durant la crise
et la Libye (100e). Si ces deux pays affichent des économique. En revanche, au cours des cinq dernières
environnements macroéconomiques stables (en particulier années, les initiatives d'amélioration de la compétitivité
la Libye), ils restent confrontés à de nombreuses difficultés ont, en moyenne, permis de renforcer la compétitivité
en relation avec l'inefficience de leurs marchés des produits, de la région et ont produit de meilleurs résultats dans
leur marché du travail et leurs marchés financiers, ainsi certains domaines clés tels que la santé et l'enseignement
qu'avec l'insuffisance de leurs infrastructures et leurs faibles primaire, l'enseignement supérieur et la formation ainsi que
niveaux d'adhésion technologique, entre autres. l'ouverture à la technologie.

Ce chapitre analyse en détail les forces et les faiblesses de


20 chaque pays de la région couverte par le GCI. Au regard
de la nécessité de réduire l'exposition de cette région aux
risques économiques et de développer la capacité des pays à
faire face aux chocs économiques, les résultats du GCI font
la lumière sur les principaux obstacles à la compétitivité.
Ce faisant, nous espérons fournir une base de dialogue
entre les sphères publique et privée afin de trouver un
moyen de surmonter les obstacles à la compétitivité et ainsi
assurer un développement économique plus sain et durable
au profit des générations futures.
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010
Bibliographie Notes

Sala-i-Martin, Xavier et Jennifer Blanke, Margareta 1


Cf. FMI 2010a pour une étude plus détaillée de la
Drzeniek Hanouz, Thierry Geiger et Irene Mia. The résilience au Moyen-Orient.
Global Competitiveness Index 2010-2011: Looking 2
Pour une étude plus détaillée des 12 piliers et de leurs
Beyond the Global Economic Crisis, in: World Economic contributions à la compétitivité, cf. Sala-i-Martin et al.
Forum, Global Competitiveness Report 2010-2011. 2010. L’Annexe A illustre en détail la structure du GCI.
Genève. 3
Cette donnée est indiquée par la proportion
d’exportations de produits minéraux par rapport à la
Fonds monétaire international. 2010a. Regional Economic proportion totale d’exportations.
Outlook Middle East and Central Asia. Washington. Mai. 4
Si les rangs évoqués dans cette partie du texte renvoient à
la position à l’intérieur du stade de développement, nous
Fonds monétaire international. 2010b. Kuwait: 2010 Article ferons cependant référence aux classements généraux dans
IV Consultation Staff Report and Public Information la suite du présent chapitre.
Notice on the Executive Board Discussion. Washington. 29 5
Pour plus d’informations concernant la réforme de
juillet. l’éducation dans cette région, cf. le rapport de la Banque
mondiale 2008.
Fonds monétaire international. 2010c. Jordan: 2010 Article 6
Cf. FMI 2010b.
IV Consultation Concluding Statement of the IMF 7
FMI 2010c
Mission. Washington. 17 juillet. 8
OIT 2010.
9
Les performances de l’Algérie dans le pilier Taille du
Fonds monétaire international. 2010d. Algeria: 2009 Article marché restent stables.
IV Consultation–Staff Report; and Public Information 10
FMI 2010d.
Notice. Washington. Mars.

Banque mondiale. 2008. The Road not traveled. Education


Reform in the Middle East and North Africa. MENA
Development Report. Washington.
21
Banque mondiale. 2009. Middle East and North Africa
Region. 2009 Economic Developments and Prospects.
Navigating through the Global Recession.

Financial Times. 2010. A trade to ply, by Roula Khalaf and


Simeon Kerr. 5 juillet.
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010

Annexe : Calcul et composition de l'indice de Pondération (%) dans la


compétitivité globale 2010-2011 catégorie globale

Cette annexe détaille la composition de l'indice de


compétitivité globale 2010–2011 (GCI). Le numéro qui PARAMÈTRES DE BASE
précède la période indique le pilier correspondant à la
variable (par exemple, la variable 1.01 fait partie du 1er 1er pilier : Institutions...........................................................25%
pilier, et la variable 12.04 relève du 12e pilier). A. Institutions publiques..................................................................75%
1. Droits de propriété....................................................................20%
Le calcul du GCI repose sur des agrégations successives 1.01 Droits de propriété
des scores, depuis chaque niveau d'indicateur (le niveau le 1.02 Protection de la propriété intellectuelle 1/2
plus agrégé) jusqu’au score global. Sauf indication contraire, 2. Éthique et corruption................................................................20%
nous utilisons une méthode arithmétique pour agréger les 1.03 Détournement de fonds publics
variables individuelles dans une catégorie.a Pour les niveaux 1.04 Confiance de la population dans la classe politique
d'agrégation supérieurs, nous utilisons le pourcentage 1.05 Versements irréguliers et pots-de-vin
indiqué en regard de chaque catégorie. Ce pourcentage 3. Abus d’influence........................................................................20%
correspond à la pondération de la catégorie pour le pilier 1.06 Indépendance du pouvoir judiciaire
considéré. Les pourcentages indiqués sont arrondis au 1.07 Népotisme dans les décisions des fonctionnaires
nombre entier le plus proche, mais ce sont les chiffres 4. Inefficacité des pouvoirs publics...........................................20%
exacts qui sont utilisés pour le calcul du GCI. Par exemple, 1.08 Gaspillage des fonds publics
le score obtenu par un pays pour le 9e pilier représente 17 1.09 Poids de la réglementation
% du score de ce pays dans le sous-indice Sources d'efficience, 1.10 Efficacité du cadre juridique dans la résolution des
indépendamment du stade de développement du pays. De litiges
même, le score obtenu pour le sous-pilier Infrastructure de 1.11 Efficacité du cadre juridique dans la contestation des
transport représente 50 % du score obtenu pour le pilier réglementations
Infrastructure. 1.12 Information sur les politiques publiques
5. Sécurité.......................................................................................20%
Contrairement au cas des niveaux d’agrégation inférieurs, 1.13 Coût du terrorisme pour les entreprises
22 la pondération de chacun des trois sous-indices (Paramètres 1.14 Coût de la délinquance et de la violence pour les
de base, Sources d’efficience et Sources d’innovation et de entreprises
sophistication) n'est pas fixe. Elle dépend en revanche du 1.15 Crime organisé
stade de développement de chaque pays, comme expliqué 1.16 Fiabilité des services de police
dans ce chapitre.b Ainsi, dans le cas du Bénin, pays qui se
trouve actuellement au premier stade de développement, B. Entités privées...............................................................................25%
le score obtenu pour le sous-indice Paramètres de base 1. Éthique des entreprises............................................................50%
représente 60 % du score GCI global de ce pays, alors 1.17 Éthique des entreprises
que celui-ci représente un peu moins de 20 % du score 2. Reddition de comptes...............................................................50%
GCI global des Émirats arabes unis, pays qui en est, lui, au 1.18 Qualité des normes d’audit et de communication
troisième stade de développement. financière
1.19 Efficacité des conseils d’administration
Les variables non dérivées de l'enquête d'opinion auprès 1.20 Protection des intérêts des actionnaires minoritaires
des cadres dirigeants (enquête) sont identifiées par un 1.21 Qualité de la protection des investisseurs*
astérisque (*) dans les pages suivantes. La section Notes
techniques et sources située à la fin du Rapport sur la 2e pilier : Infrastructure........................................................25%
compétitivité globale 2010-2011 fournit des informations A. Infrastructure de transport..........................................................50%
détaillées concernant ces indicateurs. Pour rendre 2.01 Qualité de l’infrastructure générale
l'agrégation possible, ces variables sont transposées sur 2.02 Qualité de l’infrastructure routière
une échelle de 1 à 7 afin de les aligner sur les résultats de 2.03 Qualité de l’infrastructure ferroviaire
l'enquête. Nous procédons à une transformation min-max 2.04 Qualité de l’infrastructure portuaire
qui conserve l'ordre et la distance relative entre les scores 2.05 Qualité de l’infrastructure de transport aérien
des pays.c 2.06 Sièges-kilomètres disponibles*

Les variables suivies de la mention « 1/2 » sont intégrées B. Infrastructure énergétique et de téléphonie...........................50%
dans le GCI dans deux piliers différents. Pour éviter de 2.07 Qualité de la fourniture d’électricité
les décompter deux fois, nous leur assignons une demi- 2.08 Lignes téléphoniques fixes* 1/2
pondération à chaque fois.d 2.08 Abonnements à des services de téléphonie portable* 1/2

3e pilier : Stabilité macroéconomique..............................25%
3.01 Excédent/déficit public*
3.02 Taux d’épargne national*
3.03 Inflation* e
3.04 Écart de taux d’intérêt*
3.05 Dette publique*
3.06 Cote de solvabilité par pays*

Étude de la compétitivité du monde arabe 2010
4e pilier : Santé et enseignement primaire......................25% 7e pilier : Efficience du marché du travail.......................17%
A. Santé...............................................................................................50% A. Flexibilité.......................................................................................50%
4.01 Impact du paludisme sur les entreprises f 7.01 Coopération dans les relations personnel/employeurs
4.02 Incidence du paludisme* f 7.02 Souplesse dans la fixation des salaires
4.03 Impact de la tuberculose sur les entreprises f 7.03 Rigidité de l’emploi*
4.04 Incidence de la tuberculose* f 7.04 Pratiques d’embauche et de licenciement
4.05 Impact du VIH/SIDA sur les entreprises f 7.05 Coût de licenciement*
4.06 Prévalence du VIH/SIDA* f 6.04 Ampleur et répercussions des prélèvements fiscaux 1/2
4.07 Mortalité infantile* B. Utilisation efficiente des talents...............................................50%
4.08 Espérance de vie* 7.06 Rémunération et productivité
7.07 Fiabilité de l’encadrement 1/2
B. Enseignement primaire...............................................................50% 7.08 Fuite des cerveaux
4.09 Qualité de l’enseignement primaire 7.09 Participation des femmes à la population active*
4.10 Taux de scolarisation dans le primaire* g
8e pilier : Développement des marchés financiers........17%
A. Efficience........................................................................................50%
SOURCES D'EFFICIENCE 8.01 Disponibilité des services financiers
8.02 Accessibilité des services financiers
5e pilier : Enseignement supérieur et formation.............17% 8.03 Financement via les Bourses locales
A. Enseignement sous l'angle quantitatif.....................................33% 8.04 Facilité d’accès aux prêts
5.01 Taux de scolarisation dans le secondaire* 8.05 Disponibilité du capital-risque
5.02 Taux d'inscriptions dans le supérieur* 8.06 Limitation des flux de capitaux
B. Enseignement sous l'angle qualitatif ......................................33% B. Solidité et fiabilité........................................................................50%
5.03 Qualité du système éducatif 8.07 Solvabilité des banques
5.04 Qualité de l’enseignement mathématique et 8.08 Réglementation des Bourses des valeurs mobilières
scientifique 8.09 Indice des droits des créanciers et emprunteurs*
5.05 Qualité des écoles de commerce
5.06 Accès à Internet dans les écoles 9e pilier : Ouverture à la technologie................................17%
C. Formation en cours d'emploi......................................................33% A. Ouverture à la technologie.........................................................50% 23
5.07 Services de recherche et de formation spécialisée 9.01 Disponibilité des technologies les plus récentes
locaux 9.02 Assimilation de la technologie par les entreprises
5.08 Formation du personnel 9.03 IDE et transfert de technologie

6e pilier : Efficience des marchés des produits..............17% B. Utilisation des TCI.......................................................................50%
A. Concurrence..................................................................................67% 9.04 Internautes*
1. Concurrence sur le marché intérieur...........................variable h 9.05 Abonnements Internet large bande*
6.01 Intensité de la concurrence locale 9.06 Largeur de bande des accès Internet*
6.02 Concentration du marché 2.08 Lignes téléphoniques fixes* 1/2
6.03 Efficacité de la politique de la concurrence 2.08 Abonnements à des services de téléphonie portable* 1/2
6.04 Ampleur et répercussions des prélèvements fiscaux 1/2
6.05 Taux d’imposition total** 10e pilier : Taille du marché..................................................17%
6.06 Nombre de démarches nécessaires à la création d’une A. Taille du marché intérieur.............................................................75%
entreprise* i 10.01 Indice de la taille du marché intérieur* j
6.07 Délai nécessaire à la création d’une entreprise* i
6.08 Coût de la politique agricole B. Taille du marché extérieur............................................................25%
2. Concurrence étrangère..................................................variable h 10.02 Indice de la taille du marché extérieur* k
6.09 Prévalence des obstacles aux échanges commerciaux
6.10 Droits de douane pondérés par les échanges*
6.11 Prévalence des intérêts étrangers dans le capital SOURCES D’INNOVATION ET DE SOPHISTICATION
6.12 Impact sur les entreprises de la réglementation sur
l’IDE
11e pilier : Sophistication des entreprises........................50%
6.13 Poids des procédures douanières
11.01 Nombre de fournisseurs locaux
10.04 Importations en pourcentage du PIB* g
11.02 Qualité des fournisseurs locaux
11.03 Niveau de développement des clusters
B. Qualité de la demande.................................................................33%
11.04 Nature de l’avantage concurrentiel
6.14 Attitude vis-à-vis des clients
11.05 Position dans la chaîne de valeur
6.15 Sophistication des acheteurs
11.06 Contrôle local de la distribution à l’international

11.07 Sophistication des processus de production
11.08 Utilisation du marketing
11.09 Volonté de déléguer des pouvoirs
7.07 Fiabilité de l’encadrement 1/2

Étude de la compétitivité du monde arabe 2010

12e pilier : Innovation...........................................................50% e. Afin de souligner qu’une inflation forte est tout autant
12.01 Capacité d’innovation préjudiciable que la déflation, le modèle intègre l’inflation
dans le modèle sous la forme d’une courbe en U, comme suit :
12.02 Qualité des établissements de recherche scientifique
dans le cas d’une inflation comprise entre 0,5 et 2,9 pour cent,
12.03 Dépenses de R&D des entreprises le pays reçoit un 7, la meilleure note. Hors de cet intervalle,
12.04 Collaboration universités-entreprises pour la les scores diminuent de manière linéaire à mesure que l’on
recherche et le développement s’en éloigne.
12.05 Acquisition publique de technologies avancées
12.06 Scientifiques et ingénieurs travaillant dans le pays f. L’impact du paludisme, de la tuberculose et du VIH/sida sur la
compétitivité dépend non seulement du taux d’incidence de
12.07 Brevets d’invention*
ces maladies, mais également de leur coût pour l’entreprise.
1.02 Protection de la propriété intellectuelle 1/2 C’est pourquoi, afin d’estimer l’impact économique, nous
combinons le taux d’incidence et le coût perçu pour les
entreprises qui ressort de l’enquête. À cette fin, nous divisons
Notes l’incidence dans le pays considéré par l’incidence dans le
pays le plus touché, sur tout l’échantillon. Nous multiplions
a. De manière formelle, pour une catégorie i composée de K ensuite l’inverse de ce rapport par le score obtenu par
indicateurs, on a : chaque pays à la question correspondante de l’enquête.
Ce produit est ensuite normalisé sur un intervalle de 1 à 7.
Remarquons que les pays à incidence nulle obtiennent un
catégoriei = Σ K
k=1
indicateurk
score de 7 quel que soit celui qui émane de l’enquête.
K

g. Pour cette variable, nous procédons d'abord à une


conversion logarithmique puis à une conversion min-max.
b. Les pondérations sont les suivantes (voir le corps du présent
chapitre) : h. Le sous-indice concurrence est la moyenne pondérée de
deux composantes : la concurrence sur le marché intérieur
Développement Développement Développement et la concurrence étrangère. Les variables incluses dans
ces deux composantes donnent une idée des distorsions
tiré par les tiré par tiré par
de la concurrence. L’importance relative de ces distorsions
Pondérations facteurs (%) l'efficience (%) l'innovation (%) dépend de l’ampleur relative de la concurrence sur le
marché intérieur par rapport à la concurrence étrangère.
Paramètres de base 60 40 20
24 Cette interaction entre le marché local et le marché étranger
Sources d'efficience 35 50 50 est prise en compte par la façon dont nous déterminons
les pondérations des deux composantes : la concurrence
Sources d’innovation et de sur le marché intérieur est la somme de la consommation
5 10 30 (C), de l’investissement (I), des dépenses de l’État (G) et
sophistication
des exportations (X), tandis que la concurrence étrangère
est égale aux importations (M). Nous assignons donc
une pondération de (C + I + G + X)/(C + I + G + X + M) à la
c. De manière formelle, on a : concurrence sur le marché intérieur, et de M/(C + I + G + X +
M) à la concurrence étrangère.
(valeur pour le pays – minimum de l’échantillon)
6 x + 1 i. Les variables 6.06 et 6.07 sont combinées en une variable
(maximum de l’échantillon – minimum de l’échantillon) unique.

Le minimum et le maximum de l’échantillon sont, respectivement, j. Nous définissons la taille du marché intérieur en prenant le
la valeur la plus faible et la plus élevée constatées sur logarithme naturel de la somme du produit intérieur brut (PIB)
l’ensemble de l’échantillon. Il est parfois nécessaire de procéder en parités de pouvoir d’achat (PPA), auquel nous ajoutons la
à des ajustements pour tenir compte de valeurs extrêmes. valeur totale (estimations en PPA) des importations de biens
Pour les indicateurs pour lesquels une valeur élevée indique et de services, déduction faite de la valeur totale (estimations
une mauvaise performance (incidence des maladies ou dette en PPA) des exportations de biens et de services. Nous
normalisons ensuite les données sur un intervalle de 1 à 7.
publique, par exemple), la formule de transformation prend la
Nous obtenons les estimations en PPA des importations et
forme suivante, de sorte que 1 et 7 continuent de correspondre, des exportations en prenant le produit des exportations en
respectivement, à la plus mauvaise et à la meilleure performance : pourcentage du PIB et du PIB en PPA. Les données sous-
jacentes sont présentées dans les tableaux de données (cf.
(valeur pour le pays – minimum de l’échantillon) Tableaux 10.03, 10.04 et 10.05).
-6 x + 7
(maximum de l’échantillon – minimum de l’échantillon)

d. Pour les catégories qui incluent une ou plusieurs variables k. Nous estimons la taille du marché étranger en tant que
logarithme naturel de la valeur totale (estimations en PPA)
semi-pondérées, les valeurs relatives aux différents pays sont
des exportations de biens et de services, normalisé sur un
calculées comme suit : intervalle de 1 à 7. Nous obtenons les estimations en PPA
des exportations en prenant le produit des exportations en
(somme des valeurs pour les variables 1
+ — x
(somme des valeurs pour les variables pourcentage du PIB et du PIB en PPA. Les données sous-
intégralement-pondérées) 2 semi-pondérées) jacentes sont présentées dans les tableaux de données.
(total des variables 1 (total des variables
+ — x
intégralement-pondérées) 2 semi-pondérées)
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010
Chapitre 2 : Compétitivité commerciale et croissance dans la
région MENA
par Masood Ahmed et les membres du Regional Agenda Council sur l'avenir du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord*

L'insuffisance de compétitivité indique que la l'on a pu observer une certaine remontée de la croissance
région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord depuis 2000 – avant la crise de 2008/2009 –, les pays de
(MENA) ne prend pas pleinement la mesure des la région MENA ne se sont pas montrés capables de créer
avantages de la mondialisation. suffisamment d'emplois pour leurs populations de plus en
plus nombreuses, enregistrant ainsi des taux de chômage
Les pays de la région MENA2, en moyenne, enregistrent comptant parmi les plus élevés au monde. En résumé, le
des scores médiocres selon la plupart des indicateurs de manque de compétitivité dans la région MENA a empêché
compétitivité et, par conséquent, éprouvent des difficultés cette région de prendre la pleine mesure des avantages de la
à se faire une place compétitive sur les marchés mondiaux mondialisation pour sa population en termes de revenus et
des exportations. Ainsi en témoigne la faiblesse relative de création d'emplois.
de leurs parts de marché des exportations : depuis 1990,
la région MENA est seulement parvenue à conserver sa La région MENA n'est pas parvenue à accroître sa
proportion d'exportations mondiales par habitant, quand les part de marché mondial partiellement en raison
autres économies émergentes et en voie de développement des flux d'exportation de la région principalement
ont réussi à doubler les leurs (Figure 1). Une forte orientés vers l'Europe et de leur limitation à des 25
performance d'exportation est généralement associée à une produits traditionnels.
importante croissance économique puisque les exportateurs
sont alors en mesure d'exploiter la demande intérieure mais L'Europe constitue la principale destination des
également la demande en provenance d'autres pays. Aussi, exportations de la région MENA, illustrant ainsi les liens
en raison de sa part d'exportation stagnante, la croissance de proximité et de longévité qui unissent ces deux régions
réelle du PIB par habitant dans la région MENA s'est-elle du monde. Depuis les années 1970, les exportations
révélée plus faible que dans les pays asiatiques émergents au de cette région à destination de l'Europe représentent
cours des deux dernières décennies (Figure 2). En outre, si près de 60 % du total de ses exportations, tandis que les

Figure 1: Exportations non pétrolières par habitant (Pourcentage par rapport à la moyenne mondiale)
40

Importateurs de pétrole de la région MENAP


35
Économies émergentes et en développement
30

25

20

15

10
1990 1995 2000 2005 2010

Importateurs de pétrole de la région MENAP Oil Importers sont Djibouti, Égypte, Jordanie, Liban, Maroc, Mauritanie, Syrie et Tunisie ainsi que
Afghanistan et Pakistan
Source: FMI, Perspectives de l’économie mondiale, autorités nationales et calculs des services du FMI
Membres du Regional Agenda Council sur l’avenir du Moyen-Orient et l’Afrique du Nord sont Masood Ahmed, Directeur, Département Moyen Orient et
*

Central, Fond Monétaire International (FMI), Président du Regional Agenda Council sur l’avenir du Moyen-Orient et l’Afrique du Nord; Tarik Yousef, Doyen,
École de Gouvernement, Émirats Arabes Unis; Nejib Zaafrani, Secrétaire Général et Président Directeur Général, Haut Conseil de l’Énergie, Émirats Arabes
Unis; Moncef Cheikh-Rouhou, Professor, HEC School of Management, France; Henry Azzam, Président Directeur Général, Moyen Orient et Afrique du
Nord, Deutsche Bank AG, Émirats Arabes Unis; Arslan Chikhaoui, Professeur, Ecole Interarmée, Algérie; Mohammed J. Larijani, Directeur, Institut de Physique
Théorique et Mathématique, Iran; Nemat Shafik, Secrétaire permanente du Département pour le Développement Asie International (DFID), Royaume Uni
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010

Figure 2: Croissance réelle du PIB par habitant (Évolution du pourcentage annuel)

-2
Asie émergente
-4 Importateurs de pétrole de la
région MENAP
-6

-8
1990 1995 2000 2005 2010

Source: FMI, Perspectives de l’économie mondiale et calculs des services du FMI

exportations à destination des régions Asie-Pacifique et d'autant plus important de rediriger les exportations de la
Amérique Latine représentent respectivement 15 % et 1 région MENA vers ces régions dynamiques de l'économie
% du total de ses exportations (Figure 3). Jusqu'à la moitié mondiale pour lui permettre de tisser un lien plus étroit
des années 1970, l'intérêt porté aux marchés européens a avec les nouveaux moteurs de croissance et ainsi jeter les
assuré le lien entre cette région et un moteur de croissance bases d'une intensification et d'une pérennisation de la
mondiale. Mais, depuis peu, cet intérêt semble impliquer croissance des pays de la région MENA.
que la région MENA n'a pas profité des taux de croissance
26 élevés obtenus au sein des puissances émergentes d'Asie et Les exportations de la région MENA concernaient
d'Amérique Latine, notamment le Brésil, l’Inde et la Chine. principalement des produits de première nécessité et des
biens de consommation, et portaient bien moins souvent
Si l'on se projette dans l'avenir, on identifie certaines sur les produits à haute valeur ajoutée, les produits de
incertitudes concernant le rythme de la reprise en Europe. haute technologie, les biens intermédiaires et les biens
En outre, il est largement admis que, sur le moyen terme, la d'investissement, qui ont connu la croissance la plus élevée
croissance européenne devrait se laisser distancer par celles de ces dernières années. Les biens de consommation et
des régions d'Asie et d'Amérique Latine. Ainsi, il apparaît les produits de première nécessité représentent 64 % du

Figure 3: Destinations des exportations des importateurs pétroliers de la région MENAP


(Pourcentage par rapport au total des exportations)

100
90
80
70
60
50
40
30
20
10
0
1970-74 1975-79 1980-84 1985-89 1990-94 1994-99 2000-04 2004-08

Exportateurs de pétrole Amérique du Nord Importateurs de pétrole


de la région MENAP de la région MENAP
Amérique Latine Europe CCA

Les exportateurs de pétrole de la région MENAP sont Algérie, Arabie Saoudite, Bahraïn, République islamique de l’Iran, Iraq, Koweït, Libye, Oman,
Qatar, Soudan, Émirats arabes unis et Yemen.
Les pays CCA sont Arménie, Azerbaïdjan, Géorgie, Kazakhstan, Kirghizistan Tadjikistan, Turkménistan et Ouzbékistan.

Source: FMI, Direction of Trade Statistics; calculs des services du FMI


Étude de la compétitivité du monde arabe 2010
total des exportations de cette région, par rapport à 41 % Les résultats enregistrés par les systèmes éducatifs des
pour les pays Asiatiques, 57 % pour les pays d'Amérique pays de la région MENA sont bien plus faibles que ceux
Latine et 66 % pour les pays africains. En revanche, les des autres pays, et les travailleurs ne disposent pas des
biens d'investissement représentent seulement 6 % des compétences recherchées par les entreprises. Si les taux
exportations de la région MENA – soit une proportion de scolarisation dans la région ne sont pas très différents
similaire aux 7 % enregistrés dans les pays à faibles de ceux des autres régions, la qualité de l'enseignement
revenus – alors qu'ils représentent 37 % des exportations dispensé dans les pays de la région MENA apparaît bien
asiatiques et 11 % des exportations latino-américaines. Ces moindre que dans les régions enregistrant de meilleures
schémas d'exportation étouffent le potentiel commercial performances d'exportation (Figure 5). En outre, les
de la région MENA et, en effet, les pays de la région diplômés de la région MENA ne possèdent pas les
MENA opèrent moins d'échanges avec les autres pays compétences requises par les entreprises pour se placer
du monde que ce que l'on pourrait imaginer : Le total en bonne position de concurrence sur le marché mondial
des exportations de la région MENA en 2009 s'élevait à actuel ; et le taux de chômage est particulièrement élevé
seulement 28 % du PIB, par rapport à 30 % dans la région chez les universitaires et les jeunes, impliquant par là un
Asie-Pacifique (Figure 4) – 56 % sans les trois principales décalage entre les types de compétences fournis et les
économies (Japon, Inde et Chine) étant donné que les compétences demandées. Cette discordance peut, en partie,
économies de grande envergure enregistrent généralement s'expliquer par le rôle traditionnellement joué par les
de faibles parts d'exportation. gouvernements comme premier employeur de la région,
qui garantit la sécurité d'emploi et propose de bons salaires
Les volumes d'exportation d'un pays sont partiellement sans toutefois exiger les qualifications recherchées par les
dépendants des caractéristiques telles que la proximité employeurs du secteur privé.
des marchés, les droits de douane, l'existence d'accords
de libre-échange ou les liens culturels tissés avec les En outre, les environnements commerciaux ne sont pas
partenaires commerciaux. Toutefois, ces caractéristiques suffisamment vecteurs d'entreprenariat et ne favorisent pas
n'expliquent pas le faible ratio exportation/PIB de la le développement d'un secteur privé dynamique susceptible
région MENA. Bien au contraire. Si la région MENA de détecter et d'exploiter de nouvelles opportunités
avait su saisir les opportunités qui s'offraient à elle en vertu commerciales. Selon l'enquête réalisée par la Banque
de ces caractéristiques, à l'instar des autres pays à revenus mondiale et intitulée « Ease of Doing Business », les pays de
moyens, le nombre de ses exportations en 2008 aurait la région MENA sont classés loin derrière les pays d'Asie
certainement connu près de 50 % d'augmentation. Les émergente (Figure 6), impliquant par là que dans la région
sous-performances commerciales de la région MENA MENA, le cadre réglementaire et juridique ainsi que les 27
s'expliquent par son manque de compétitivité par rapport infrastructures de base, telles que les réseaux routiers et les
à ses pairs. services de première nécessité, n'ont pas su suivre le rythme
de développement imposé par les autres pays. De surcroît,
Les mauvais résultats des systèmes éducatifs, les les gouvernements des pays de la région MENA consacrent
environnements commerciaux peu favorables et la davantage de ressources à la consommation, notamment
domination exercée par les pouvoirs publics sont les aux salaires des fonctionnaires et aux subventions, et
principales raisons du manque de compétitivité de allouent moins de ressources aux investissements en termes
la région MENA. de pourcentage du PIB par rapport à leurs homologues
d'Asie émergente.

Figure 4: Ouverture aux échanges, moyenne 1990-2007 (Pourcentage par rapport au PIB)

400
350
300
250
200
150
100
50
0
Taïwan
Hong Kong
Malaysie
Asie émergente

Jordanie
Thaïlande
Vietnam

Tunisie
Mauritanie

MENAPOI
Philippines

Syrie
Corée
Maroc
Indonésie
Égypte
Chine
Pakistan
Inde
Singapour

Source: FMI, Perspectives de l’économie mondiale


Étude de la compétitivité du monde arabe 2010

Figure 5: Qualité des systèmes éducatifs (Dernier classement, 1 étant la meilleure position)

140
120
100
80
60
40
20
0

MENAPOI
Jordanie

Indonésie

Philippines
Chine

Vietnam

Pakistan

Mauritanie
Thailande

Égypte
Inde
Taïwan

Asie émergente

Maroc
Corée
Singapour

Tunisie
Malaysie
Hong Kong

Syrie
Source: The Global Competitiveness Report 2009-2010

Un renforcement de la cohésion politique et des su attirer avec succès les investissements directs
institutions régionales favoriserait la croissance. étrangers dans le domaine de la production textile, de
l'assemblage automobile et du traitement alimentaire
Des progrès en matière de coopération politique et un depuis plusieurs années et, plus récemment, dans le
élargissement du rôle donné aux institutions régionales domaine des technologies de l'information (TI), du
pourraient affecter l'activité économique en empruntant service à la clientèle et de l'aéronautique. L'industrie
deux voies principales. Tout d'abord, les pays de la région automobile tunisienne emploie près de 45 000
28 MENA pourraient redoubler d'efforts pour faciliter les personnes et son secteur d'ingénierie aéronautique
échanges intra-régionaux, ce qui permettrait aux pays de se développe rapidement, en partie grâce à un
se spécialiser dans leurs domaines de compétence et de accord conclu avec Airbus, dont la première usine
produire un dividende de croissance positif. Ensuite, en tunisienne entrera en exploitation cette année. Dans
limitant les obstacles aux échanges internes, le marché la mesure où des automobiles et des avions, dont
de cette région gagnerait en intégration et en attrait aux les pièces sont produites en Tunisie, sont exportés à
yeux des IDE qui recherchent souvent une clientèle destination des économies dynamiques d'aujourd'hui, ce
volumineuse. développement a permis à la Tunisie de tirer profit de
la demande croissante issue de ces marchés émergents.
Mais cette région connait également des réussites. La simplification des réglementations, la modernisation
Pour n'en citer que deux exemples : des infrastructures, la mise en place de mesures
d'encouragement par le gouvernement ainsi qu'un
• La Tunisie est aujourd'hui une « plate-forme engagement à développer une économie fondée sur la
d'externalisation » dans la région MENA, qui a connaissance qui génère une main-d'œuvre qualifiée

Figure 6: Ease of Doing Business

180

150

120

90

60

30

0
MENAPOI
Corée

Jordanie
Malaysie

Tunisie

Pakistan

Chine

Vietnam

Indonésie

Syrie

Philippines

Mauritanie
Thailande

Égypte

Inde
Asie émergente

Maroc
Singapour

Source: Banque mondiale, Ease of Doing Business


Étude de la compétitivité du monde arabe 2010
et bon marché, ont tous contribué à cette réussite. Note
Par conséquent, il n'est pas surprenant de constater
que la Tunisie obtient de meilleurs scores selon les 1
Cette note concerne principalement les importateurs de
indicateurs de compétitivité - notamment en termes pétrole de la région MENA, sauf stipulation contraire,
d'ouverture, d'environnement d'entreprises et de qualité c’est-à-dire les pays suivants : Djibouti, Egypte, Jordanie,
d'enseignement - que ses pairs de la région MENA.
Liban, Mauritanie, Maroc, Syrie et Tunisie.
• L'Égypte a également su attirer des investissements
internationaux dans le secteur des TI auprès
d'entreprises telles que Microsoft, Oracle,Vodafone et
IBM, et les exportations égyptiennes de produits de
TI ont augmenté, passant de 250 millions de dollars
en 2005 à une prévision d'1 milliard de dollars d'ici la
fin de l'année 2010. La majeure partie de l'industrie
des TI en Égypte est localisée dans ledit « Smart
Village » du Caire, qui emploie actuellement 22 000
personnes. Cette réussite s'explique, malgré le score
relativement faible de l'Égypte dans un grand nombre
d'indicateurs de compétitivité, par les récentes réformes
structurelles qui ont donné lieu à une amélioration de
l'environnement des affaires et par les investissements
publics ciblés sur les infrastructures et les compétences
linguistiques dans le cadre du projet « Smart Village ».

La promotion de la compétitivité commerciale


devrait stimuler la croissance et contribuer à la
création d'emplois.

La région MENA est confrontée au défi considérable


de création de quelque 18 millions d'emplois pour sa
population active de plus en plus nombreuse d'ici 2020. 29
Une croissance intense et pérenne sera la condition
préalable à cette création d'emplois de grande envergure
et à l'augmentation des revenus. Celle-ci pourra, à son
tour, se voir concrétisée moyennant un renforcement de
la compétitivité commerciale de sorte que la région tire
un meilleur parti de la mondialisation et du dynamisme
des régions enregistrant aujourd'hui une croissance élevée.
Une amélioration des résultats des systèmes éducatifs et la
garantie d'acquisition par les diplômés des compétences
requises par le secteur privé sont indispensables pour
attirer les entreprises susceptibles d'occuper une position
concurrentielle conséquente sur le marché mondial. Ces
entreprises recherchent également des environnements
favorables aux relations d'affaires, exhortant à une
simplification des règlementations et à un développement
des investissements dans les infrastructures –notamment par
le biais de partenariats public/privé ou en encourageant les
investissements privés – afin d'accroître la compétitivité de
la région. Pour ce faire, la région peut exploiter les réussites
du passé.
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010
Liste des profils par pays
Pays Page
Algérie 32
Arabie Saoudite 34
Bahreïn 36
Égypte 38
Émirats arabes unis 40
Jordanie 42
Koweït 44
Liban 46
Libye 48
Maroc 50
Oman 52
Qatar 54
Syrie 56
Tunisie 58
31
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010

Algérie
Principaux indicateurs, 2009
PIB (PPA) par habitant (dollars internationaux), 1980–2009
Population (millions d’habitants)............................34.9
PIB (milliards d'USD)..............................................140.8 Algérie Moyen-Orient et Afrique du Nord
10,000
PIB par habitant (USD) ..........................................4,027
8,000
Part du PIB (PPA) (%) du PIB total mondial.........0.35
6,000

4,000

2,000
1980 1982 1984 1986 1988 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 2006 2008
Sources: UNFPA, FMI, Banque mondiale

Indice de compétitivité globale


Classement Score Stade de développement
(sur 139 économies) (1–7)
GCI 2010–2011.........................................................86 ......4.0 Transition Transition
1 1–2 2 2–3 3
GCI 2009–2010 (sur 133) ......................................................83 ........3.9
GCI 2008–2009 (sur 134) ......................................................99 ........3.7 Tiré par Tiré par Tiré par
les facteurs l’efficience l’innovation
Paramètres de base ............................................................80 ........4.3
1er pilier : Institutions .........................................................98 ........3.5
2e pilier : Infrastructure......................................................87 ........3.5 Institutions
7
3e pilier : Stabilité macro-économique............................57 ........4.8 Innovation Infrastructure
6
4e pilier : Santé et enseignement primaire .....................77 ........5.6
5
Sophistication Stabilité
Sources d’efficience.........................................................107 ........3.5 4 macroéconomique
des entreprises
5e pilier : Enseignement supérieur et formation ............98 ........3.6 3
32 6e pilier : Efficience des marchés des produits ...........126 ........3.6 2
Santé et
7e pilier : Efficience du marché du travail.....................123 ........3.7 Taille 1
enseignement primaire
du marché
8e pilier : Développement des marchés financiers .....135 ........2.8
9e pilier : Ouverture à la technologie.............................106 ........3.0
Ouverture à Enseignement supérieur
10e pilier : Taille du marché ...............................................50 ........4.3 la technologie et formation

Sources d’innovation et de sophistication...................108 ........3.0 Développement des Efficience des marchés


11e pilier : Sophistication des entreprises ....................108 ........3.3 marchés financiers des produits
12e pilier : Innovation ........................................................107 ........2.8 Efficience du marché

Algérie Économies en transition du stade 1 au stade 2

Principaux freins à la pratique des affaires


Inefficience de l’administration publique .................21.1
Accès au financement .................................................16.4
Corruption.......................................................................13.8
Formation inadéquate de la main-d’œuvre ..............10.7
Instabilité des politiques publiques .............................8.8
Insuffisance de l’infrastructure ....................................6.1
Manque d’éthique professionnelle au sein de
la population active ........................................................5.3
Réglementation sur le change......................................4.4
Taux d’imposition.............................................................3.7
Réglementation fiscale...................................................2.9
Délits et vols.....................................................................2.0
Droit du travail contraignant .........................................1.8
Instabilité du gouvernement/coup d’État....................1.5
Inflation .............................................................................1.5
Qualité de la santé publique .........................................0.0

0
0
5
5
1010
15
15
20 20
2525
30
30

Pourcentage des réponses

Note : Les personnes interrogées devaient désigner, dans une liste de 15 critères, les cinq les plus problématiques, et les classer de 1 (le plus problématique) à 5.
Les barres du diagramme correspondent aux réponses pondérées en fonction de leur classement.
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010
Algérie
Détail de l’indice de compétitivité globale
INDICATEUR RANG/139 INDICATEUR RANG/139
1er pilier : Institutions 6e pilier : Efficience des marchés des produits
1.01 Droits de propriété.................................................................106 6.01 Intensité de la concurrence locale...........................................93
1.02 Protection de la propriété intellectuelle .................................105 6.02 Concentration du marché ........................................................55
1.03 Détournement de fonds publics..............................................67 6.03 Efficacité de la politique de la concurrence.............................91
1.04 Confiance de la population dans la classe politique................85 6.04 Ampleur et répercussions des prélèvements fiscaux .............56
1.05 Versements irréguliers et pots-de-vin......................................97 6.05 Taux d’imposition total*.........................................................128
1.06 Indépendance du pouvoir judiciaire........................................112 6.06 Nombre de démarches nécessaires à la création
1.07 Népotisme dans les décisions des fonctionnaires ..................82 d’une entreprise* ..................................................................126
1.08 Gaspillage des fonds publics ...................................................64 6.07 Délai nécessaire à la création d’une entreprise* ....................79
1.09 Poids de la réglementation ....................................................132 6.08 Coût de la politique agricole...................................................119
1.10 Efficacité du cadre juridique dans la résolution des litiges......93 6.09 Prévalence des obstacles aux échanges ................................56
1.11 Efficacité du cadre juridique dans la contestation 6.10 Droits de douane pondérés par les échanges* .....................121
des réglementations .............................................................100 6.11 Prévalence des intérêts étrangers dans le capital.................123
1.12 Information sur les politiques publiques................................121 6.12 Impact sur les entreprises de la réglementation sur l’IDE ....125
1.13 Coût du terrorisme pour les entreprises ...............................128 6.13 Poids des procédures douanières .........................................124
1.14 Coût de la délinquance et de la violence pour les entreprises......74 6.14 Attitude vis-à-vis des clients ..................................................108
1.15 Crime organisé ........................................................................87 6.15 Sophistication des acheteurs.................................................108
1.16 Fiabilité des services de police ...............................................79
1.17 Éthique des entreprises ..........................................................98 7e pilier : Efficience du marché du travail
1.18 Qualité des normes d’audit et de communication financière104 7.01 Coopération dans les relations personnel/employeurs ...........93
1.19 Efficacité des conseils d’administration .................................110 7.02 Souplesse dans la fixation des salaires .................................105
1.20 Protection des intérêts des actionnaires minoritaires .............95 7.03 Rigidité de l’emploi* ..............................................................104
1.21 Qualité de la protection des investisseurs* ............................59 7.04 Pratiques d’embauche et de licenciement ..............................78
7.05 Coût de licenciement* ............................................................29
2e pilier : Infrastructure 7.06 Rémunération et productivité ................................................105
2.01 Qualité de l’infrastructure générale .........................................86 7.07 Fiabilité de l’encadrement .....................................................129
2.02 Qualité de l’infrastructure routière ..........................................66 7.08 Fuite des cerveaux ...............................................................125
2.03 Qualité de l’infrastructure ferroviaire .......................................65 7.09 Participation des femmes à la population active* .................120
2.04 Qualité de l’infrastructure portuaire .......................................115
2.05 Qualité de l’infrastructure de transport aérien ........................98 8e pilier : Développement des marchés financiers
2.06 Sièges-kilomètres aériens disponibles* ..................................70 8.01 Disponibilité des services financiers .....................................131
33
2.07 Quality of electricity supply .....................................................69 8.02 Accessibilité des services financiers .....................................136
2.08 Lignes téléphoniques fixes* ..................................................102 8.03 Financement via les Bourses locales ....................................127
2.09 Abonnements à des services de téléphonie portable*...........72 8.04 Facilité d’accès aux prêts ........................................................67
8.05 Disponibilité du capital-risque..................................................81
3e pilier : Stabilité macro-économique 8.06 Limitation des flux de capitaux..............................................136
3.01 Excédent/déficit public*.........................................................120 8.07 Solvabilité des banques .........................................................121
3.02 Taux d’épargne national*.........................................................26 8.08 Réglementation des Bourses des valeurs mobilières ...........137
3.03 Inflation*..................................................................................99 8.09 Indice des droits des créanciers et emprunteurs* ................103
3.04 Écart de taux d’intérêt*...........................................................81
3.05 Dette publique* .......................................................................10 9e pilier : Ouverture à la technologie
3.06 Cote de solvabilité par pays*...................................................59 9.01 Disponibilité des technologies les plus récentes...................109
9.02 Assimilation de la technologie par les entreprises ................128
4e pilier : Santé et enseignement primaire 9.03 IDE et transfert de technologie .............................................129
4.01 Impact du paludisme sur les entreprises .................................1 9.04 Internautes* ............................................................................96
4.02 Incidence du paludisme*...........................................................1 9.05 Abonnements Internet large bande* ......................................82
4.03 Impact de la tuberculose sur l’activité des entreprises...........91 9.06 Largeur de bande des accès Internet*...................................n/a
4.04 Incidence de la tuberculose*...................................................73
4.05 Impact du VIH/sida sur les entreprises....................................63 10e pilier : Taille du marché
4.06 Prévalence du VIH* .................................................................22 10.01 Indice de la taille du marché intérieur* ...................................51
4.07 Mortalité infantile*.................................................................104 10.02 Indice de la taille du marché extérieur* ..................................41
4.08 Espérance de vie* ...................................................................77
4.09 Qualité de l’enseignement primaire ........................................96 11e pilier : Sophistication des entreprises
4.10 Taux de scolarisation dans le primaire*...................................58 11.01 Nombre de fournisseurs locaux ..............................................59
11.02 Qualité des fournisseurs locaux ............................................105
5e pilier : Enseignement supérieur et formation 11.03 Niveau de développement des clusters ................................126
5.01 Taux de scolarisation dans le secondaire* ..............................80 11.04 Nature de l’avantage concurrentiel........................................129
5.02 Taux d’inscriptions dans le supérieur* ....................................87 11.05 Position dans la chaîne de valeur...........................................123
5.03 Qualité du système éducatif ..................................................117 11.06 Contrôle local de la distribution à l’international....................109
5.04 Qualité de l’enseignement mathématique et scientifique ......84 11.07 Sophistication des processus de production...........................83
5.05 Qualité des écoles de commerce ...........................................91 11.08 Utilisation du marketing .........................................................105
5.06 Accès à Internet dans les écoles ..........................................125 11.09 Volonté de déléguer des pouvoirs..........................................111
5.07 Services de recherche et de formation locaux ......................105
5.08 Formation du personnel.........................................................103 12e pilier : Innovation
12.01 Capacité d’innovation.............................................................125
12.02 Qualité des établissements de recherche ..............................96
12.03 Dépenses de R&D des entreprises.......................................106
12.04 Collaboration universités-entreprises pour la recherche et le
développement ......................................................................119
12.05 Acquisition publique de technologies avancées ....................123
12.06 Scientifiques et ingénieurs travaillant dans le pays.................43
12.07 Brevets d’invention par million d’habitants* ...........................90

Notes : Les rangs correspondant à des avantages concurrentiels non négligeables sont surlignés. Les astérisques (*) indiquent que les données sont issues de
sources autres que le World Economic Forum.Pour plus de détails et d'explications, veuillez vous référer à la section “How to Read the Country/Economy
Profiles” dans Le Rapport sur la compétitivité globale 2010-2011.
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010

Arabie Saoudite
Principaux indicateurs, 2009
PIB (PPA) par habitant (dollars internationaux), 1980–2009
Population (millions d’habitants)............................25.7
PIB (milliards d'USD)..............................................369.7 Arabie Saoudite Moyen-Orient et Afrique du Nord
30,000
PIB par habitant (USD) ........................................14,486
Part du PIB (PPA) (%) du PIB total mondial.........0.86 20,000

10,000

0
1980 1982 1984 1986 1988 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 2006 2008
Sources: UNFPA, FMI, Banque mondiale

Indice de compétitivité globale


Classement Score Stade de développement
(sur 139 économies) (1–7)
GCI 2010–2011.........................................................21 ......4.9 Transition Transition
1 1–2 2 2–3 3
GCI 2009–2010 (sur 133) ......................................................28 ........4.7
GCI 2008–2009 (sur 134) ......................................................27 ........4.7 Tiré par Tiré par Tiré par
les facteurs l’efficience l’innovation
Paramètres de base ............................................................28 ........5.3
1er pilier : Institutions .........................................................21 ........5.2
2e pilier : Infrastructure......................................................28 ........5.1 Institutions
7
3e pilier : Stabilité macro-économique............................22 ........5.3 Innovation Infrastructure
6
4e pilier : Santé et enseignement primaire .....................74 ........5.6
5
Sophistication Stabilité
Sources d’efficience...........................................................27 ........4.7 4 macroéconomique
des entreprises
5e pilier : Enseignement supérieur et formation ............51 ........4.5 3
34 6e pilier : Efficience des marchés des produits .............10 ........5.1 2
Santé et
7e pilier : Efficience du marché du travail.......................66 ........4.4 Taille 1
enseignement primaire
du marché
8e pilier : Développement des marchés financiers .......22 ........4.8
9e pilier : Ouverture à la technologie...............................42 ........4.2
Ouverture à Enseignement supérieur
10e pilier : Taille du marché ...............................................22 ........5.0 la technologie et formation

Sources d’innovation et de sophistication.....................26 ........4.4 Développement des Efficience des marchés


11e pilier : Sophistication des entreprises ......................19 ........4.9 marchés financiers des produits
12e pilier : Innovation ..........................................................28 ........3.9 Efficience du marché

Arabie Saoudite Économies en transition du stade 1 au stade 2

Principaux freins à la pratique des affaires


Droit du travail contraignant .......................................22.0
Accès au financement .................................................18.9
Formation inadéquate de la main-d’œuvre ..............17.0
Inefficience de l’administration publique .................10.2
Insuffisance de l’infrastructure ....................................8.8
Manque d’éthique professionnelle au sein de
la population active ........................................................6.1
Taux d’imposition.............................................................3.6
Réglementation sur le change......................................3.2
Réglementation fiscale...................................................3.1
Corruption.........................................................................2.5
Inflation .............................................................................1.9
Instabilité des politiques publiques .............................1.2
Délits et vols.....................................................................0.9
Qualité de la santé publique .........................................0.6
Instabilité du gouvernement/coup d’État....................0.1

0 5 10 15 20 25 30
Pourcentage des réponses

Note : Les personnes interrogées devaient désigner, dans une liste de 15 critères, les cinq les plus problématiques, et les classer de 1 (le plus problématique) à 5.
Les barres du diagramme correspondent aux réponses pondérées en fonction de leur classement.
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010
Arabie Saoudite
Détail de l’indice de compétitivité globale
INDICATEUR RANG/139 INDICATEUR RANG/139
1er pilier : Institutions 6e pilier : Efficience des marchés des produits
1.01 Droits de propriété ..................................................................28 6.01 Intensité de la concurrence locale...........................................24
1.02 Protection de la propriété intellectuelle...................................30 6.02 Concentration du marché ........................................................25
1.03 Détournement de fonds publics..............................................28 6.03 Efficacité de la politique de la concurrence.............................28
1.04 Confiance de la population dans la classe politique..................9 6.04 Ampleur et répercussions des prélèvements fiscaux ...............9
1.05 Versements irréguliers et pots-de-vin......................................26 6.05 Taux d’imposition total* ............................................................5
1.06 Indépendance du pouvoir judiciaire .........................................29 6.06 Nombre de démarches nécessaires à la création
1.07 Népotisme dans les décisions des fonctionnaires ..................13 d’une entreprise* ....................................................................14
1.08 Gaspillage des fonds publics .....................................................6 6.07 Délai nécessaire à la création d’une entreprise* ......................9
1.09 Poids de la réglementation......................................................18 6.08 Coût de la politique agricole ....................................................11
1.10 Efficacité du cadre juridique dans la résolution des litiges......37 6.09 Prévalence des obstacles aux échanges ................................23
1.11 Efficacité du cadre juridique dans la contestation 6.10 Droits de douane pondérés par les échanges*.......................54
des réglementations ..............................................................29 6.11 Prévalence des intérêts étrangers dans le capital...................84
1.12 Information sur les politiques publiques .................................40 6.12 Impact sur les entreprises de la réglementation sur l’IDE......35
1.13 Coût du terrorisme pour les entreprises .................................57 6.13 Poids des procédures douanières ...........................................28
1.14 Coût de la délinquance et de la violence pour les entreprises .....16 6.14 Attitude vis-à-vis des clients ....................................................31
1.15 Crime organisé ........................................................................16 6.15 Sophistication des acheteurs...................................................20
1.16 Fiabilité des services de police ...............................................30
1.17 Éthique des entreprises ..........................................................31 7e pilier : Efficience du marché du travail
1.18 Qualité des normes d’audit et de communication financière .35 7.01 Coopération dans les relations personnel/employeurs ...........30
1.19 Efficacité des conseils d’administration ..................................26 7.02 Souplesse dans la fixation des salaires...................................24
1.20 Protection des intérêts des actionnaires minoritaires .............19 7.03 Rigidité de l’emploi*................................................................27
1.21 Qualité de la protection des investisseurs* ............................16 7.04 Pratiques d’embauche et de licenciement ..............................22
7.05 Coût de licenciement*...........................................................102
2e pilier : Infrastructure 7.06 Rémunération et productivité..................................................14
2.01 Qualité de l’infrastructure générale .........................................29 7.07 Fiabilité de l’encadrement .......................................................37
2.02 Qualité de l’infrastructure routière ..........................................26 7.08 Fuite des cerveaux .................................................................14
2.03 Qualité de l’infrastructure ferroviaire .......................................38 7.09 Participation des femmes à la population active* .................138
2.04 Qualité de l’infrastructure portuaire.........................................36
2.05 Qualité de l’infrastructure de transport aérien ........................46 8e pilier : Développement des marchés financiers
2.06 Sièges-kilomètres aériens disponibles* ..................................26 8.01 Disponibilité des services financiers .......................................30
35
2.07 Quality of electricity supply .....................................................29 8.02 Accessibilité des services financiers.......................................19
2.08 Lignes téléphoniques fixes*....................................................78 8.03 Financement via les Bourses locales ........................................3
2.09 Abonnements à des services de téléphonie portable*.............5 8.04 Facilité d’accès aux prêts ..........................................................6
8.05 Disponibilité du capital-risque..................................................14
3e pilier : Stabilité macro-économique 8.06 Limitation des flux de capitaux ...............................................24
3.01 Excédent/déficit public* ..........................................................53 8.07 Solvabilité des banques...........................................................20
3.02 Taux d’épargne national*.........................................................13 8.08 Réglementation des Bourses des valeurs mobilières .............26
3.03 Inflation*..................................................................................94 8.09 Indice des droits des créanciers et emprunteurs*..................86
3.04 Écart de taux d’intérêt*...........................................................77
3.05 Dette publique* .......................................................................37 9e pilier : Ouverture à la technologie
3.06 Cote de solvabilité par pays*...................................................38 9.01 Disponibilité des technologies les plus récentes ....................39
9.02 Assimilation de la technologie par les entreprises ..................26
4e pilier : Santé et enseignement primaire 9.03 IDE et transfert de technologie .................................................9
4.01 Impact du paludisme sur les entreprises ...............................75 9.04 Internautes* ............................................................................58
4.02 Incidence du paludisme*.........................................................78 9.05 Abonnements Internet large bande* ......................................66
4.03 Impact de la tuberculose sur l’activité des entreprises...........38 9.06 Largeur de bande des accès Internet* ...................................61
4.04 Incidence de la tuberculose*...................................................41
4.05 Impact du VIH/sida sur les entreprises....................................30 10e pilier : Taille du marché
4.06 Prévalence du VIH* ...................................................................1 10.01 Indice de la taille du marché intérieur* ...................................23
4.07 Mortalité infantile* ..................................................................78 10.02 Indice de la taille du marché extérieur* ..................................20
4.08 Espérance de vie* ...................................................................71
4.09 Qualité de l’enseignement primaire ........................................54 11e pilier : Sophistication des entreprises
4.10 Taux de scolarisation dans le primaire* .................................113 11.01 Nombre de fournisseurs locaux ................................................5
11.02 Qualité des fournisseurs locaux ..............................................24
5e pilier : Enseignement supérieur et formation 11.03 Niveau de développement des clusters ..................................27
5.01 Taux de scolarisation dans le secondaire* ..............................43 11.04 Nature de l’avantage concurrentiel..........................................28
5.02 Taux d’inscriptions dans le supérieur* ....................................75 11.05 Position dans la chaîne de valeur.............................................21
5.03 Qualité du système éducatif ...................................................41 11.06 Contrôle local de la distribution à l’international........................7
5.04 Qualité de l’enseignement mathématique et scientifique ......49 11.07 Sophistication des processus de production...........................25
5.05 Qualité des écoles de commerce ...........................................60 11.08 Utilisation du marketing...........................................................26
5.06 Accès à Internet dans les écoles ............................................52 11.09 Volonté de déléguer des pouvoirs ...........................................19
5.07 Services de recherche et de formation locaux........................34
5.08 Formation du personnel ..........................................................34 12e pilier : Innovation
12.01 Capacité d’innovation ..............................................................26
12.02 Qualité des établissements de recherche ..............................37
12.03 Dépenses de R&D des entreprises.........................................24
12.04 Collaboration universités-entreprises pour la recherche et le
développement........................................................................33
12.05 Acquisition publique de technologies avancées ......................10
12.06 Scientifiques et ingénieurs travaillant dans le pays.................34
12.07 Brevets d’invention par million d’habitants* ...........................56

Notes : Les rangs correspondant à des avantages concurrentiels non négligeables sont surlignés. Les astérisques (*) indiquent que les données sont issues de
sources autres que le World Economic Forum.Pour plus de détails et d'explications, veuillez vous référer à la section “How to Read the Country/Economy
Profiles” dans Le Rapport sur la compétitivité globale 2010-2011.
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010

Bahreïn
Principaux indicateurs, 2009
PIB (PPA) par habitant (dollars internationaux), 1980–2009
Population (millions d’habitants)..............................0.8
PIB (milliards d'USD)................................................20.2 Bahreïn Moyen-Orient et Afrique du Nord
40,000
PIB par habitant (USD) ........................................19,455
30,000
Part du PIB (PPA) (%) du PIB total mondial.........0.04
20,000

10,000

0
1980 1982 1984 1986 1988 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 2006 2008
Sources: UNFPA, FMI, Banque mondiale

Indice de compétitivité globale


Classement Score Stade de développement
(sur 139 économies) (1–7)
GCI 2010–2011.........................................................37 ......4.5 Transition Transition
1 1–2 2 2–3 3
GCI 2009–2010 (sur 133) ......................................................38 ........4.5
GCI 2008–2009 (sur 134) ......................................................37 ........4.6 Tiré par Tiré par Tiré par
les facteurs l’efficience l’innovation
Paramètres de base ............................................................21 ........5.5
1er pilier : Institutions .........................................................27 ........5.0
2e pilier : Infrastructure......................................................27 ........5.1 Institutions
7
3e pilier : Stabilité macro-économique............................11 ........5.7 Innovation Infrastructure
6
4e pilier : Santé et enseignement primaire .....................36 ........6.2
5
Sophistication Stabilité
Sources d’efficience...........................................................33 ........4.5 4
macroéconomique
des entreprises
5e pilier : Enseignement supérieur et formation ............44 ........4.6 3
36 6e pilier : Efficience des marchés des produits ...............9 ........5.1 2
Santé et
7e pilier : Efficience du marché du travail.......................28 ........4.8 Taille 1
enseignement primaire
du marché
8e pilier : Développement des marchés financiers .......20 ........4.9
9e pilier : Ouverture à la technologie...............................27 ........4.9
Ouverture à Enseignement supérieur
10e pilier : Taille du marché ...............................................98 ........2.9 la technologie et formation

Sources d’innovation et de sophistication.....................55 ........3.7 Développement des Efficience des marchés


11e pilier : Sophistication des entreprises ......................55 ........4.1 marchés financiers des produits
12e pilier : Innovation ..........................................................59 ........3.2 Efficience du marché

Bahreïn Économies en transition du stade 1 au stade 2

Principaux freins à la pratique des affaires


Droit du travail contraignant .......................................16.9
Manque d’éthique professionnelle au sein de
la population active ......................................................16.7
Formation inadéquate de la main-d’œuvre ..............13.1
Inefficience de l’administration publique .................12.3
Accès au financement .................................................12.2
Insuffisance de l’infrastructure ....................................8.9
Inflation .............................................................................6.1
Instabilité des politiques publiques .............................4.7
Corruption.........................................................................3.5
Réglementation sur le change......................................1.9
Qualité de la santé publique .........................................1.7
Réglementation fiscale...................................................0.7
Délits et vols.....................................................................0.6
Instabilité du gouvernement/coup d’État....................0.2
Taux d’imposition.............................................................0.2

0 5 10 15 20 25 30
Pourcentage des réponses

Note : Les personnes interrogées devaient désigner, dans une liste de 15 critères, les cinq les plus problématiques, et les classer de 1 (le plus problématique) à 5.
Les barres du diagramme correspondent aux réponses pondérées en fonction de leur classement.
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010
Bahreïn
Détail de l’indice de compétitivité globale
INDICATEUR RANG/139 INDICATEUR RANG/139
1er pilier : Institutions 6e pilier : Efficience des marchés des produits
1.01 Droits de propriété ..................................................................21 6.01 Intensité de la concurrence locale...........................................40
1.02 Protection de la propriété intellectuelle...................................22 6.02 Concentration du marché ........................................................37
1.03 Détournement de fonds publics..............................................22 6.03 Efficacité de la politique de la concurrence.............................27
1.04 Confiance de la population dans la classe politique................27 6.04 Ampleur et répercussions des prélèvements fiscaux ...............1
1.05 Versements irréguliers et pots-de-vin......................................23 6.05 Taux d’imposition total* ............................................................6
1.06 Indépendance du pouvoir judiciaire .........................................34 6.06 Nombre de démarches nécessaires à la création
1.07 Népotisme dans les décisions des fonctionnaires ..................42 d’une entreprise* ....................................................................57
1.08 Gaspillage des fonds publics .....................................................8 6.07 Délai nécessaire à la création d’une entreprise* ....................30
1.09 Poids de la réglementation......................................................19 6.08 Coût de la politique agricole ....................................................20
1.10 Efficacité du cadre juridique dans la résolution des litiges......58 6.09 Prévalence des obstacles aux échanges ................................11
1.11 Efficacité du cadre juridique dans la contestation 6.10 Droits de douane pondérés par les échanges*.......................58
des réglementations ..............................................................45 6.11 Prévalence des intérêts étrangers dans le capital...................14
1.12 Information sur les politiques publiques .................................43 6.12 Impact sur les entreprises de la réglementation sur l’IDE........5
1.13 Coût du terrorisme pour les entreprises .................................87 6.13 Poids des procédures douanières............................................11
1.14 Coût de la délinquance et de la violence pour les entreprises .....38 6.14 Attitude vis-à-vis des clients ....................................................27
1.15 Crime organisé ........................................................................30 6.15 Sophistication des acheteurs...................................................33
1.16 Fiabilité des services de police ...............................................32
1.17 Éthique des entreprises ..........................................................26 7e pilier : Efficience du marché du travail
1.18 Qualité des normes d’audit et de communication financière .20 7.01 Coopération dans les relations personnel/employeurs ...........57
1.19 Efficacité des conseils d’administration ..................................24 7.02 Souplesse dans la fixation des salaires.....................................8
1.20 Protection des intérêts des actionnaires minoritaires .............20 7.03 Rigidité de l’emploi*................................................................18
1.21 Qualité de la protection des investisseurs* ............................45 7.04 Pratiques d’embauche et de licenciement ..............................95
7.05 Coût de licenciement* ..............................................................6
2e pilier : Infrastructure 7.06 Rémunération et productivité..................................................23
2.01 Qualité de l’infrastructure générale .........................................26 7.07 Fiabilité de l’encadrement .......................................................73
2.02 Qualité de l’infrastructure routière ..........................................25 7.08 Fuite des cerveaux .................................................................15
2.03 Qualité de l’infrastructure ferroviaire ......................................n/a 7.09 Participation des femmes à la population active* .................127
2.04 Qualité de l’infrastructure portuaire.........................................13
2.05 Qualité de l’infrastructure de transport aérien ........................20 8e pilier : Développement des marchés financiers
2.06 Sièges-kilomètres aériens disponibles* ..................................56 8.01 Disponibilité des services financiers .......................................18
37
2.07 Quality of electricity supply .....................................................62 8.02 Accessibilité des services financiers .......................................11
2.08 Lignes téléphoniques fixes*....................................................43 8.03 Financement via les Bourses locales ......................................51
2.09 Abonnements à des services de téléphonie portable*.............3 8.04 Facilité d’accès aux prêts ..........................................................2
8.05 Disponibilité du capital-risque..................................................18
3e pilier : Stabilité macro-économique 8.06 Limitation des flux de capitaux ...............................................12
3.01 Excédent/déficit public* ..........................................................23 8.07 Solvabilité des banques ...........................................................19
3.02 Taux d’épargne national*...........................................................5 8.08 Réglementation des Bourses des valeurs mobilières .............13
3.03 Inflation*..................................................................................69 8.09 Indice des droits des créanciers et emprunteurs*..................86
3.04 Écart de taux d’intérêt*...........................................................84
3.05 Dette publique* .......................................................................64 9e pilier : Ouverture à la technologie
3.06 Cote de solvabilité par pays*...................................................43 9.01 Disponibilité des technologies les plus récentes ....................29
9.02 Assimilation de la technologie par les entreprises ..................48
4e pilier : Santé et enseignement primaire 9.03 IDE et transfert de technologie................................................11
4.01 Impact du paludisme sur les entreprises .................................1 9.04 Internautes*.............................................................................11
4.02 Incidence du paludisme*...........................................................1 9.05 Abonnements Internet large bande* ......................................30
4.03 Impact de la tuberculose sur l’activité des entreprises...........45 9.06 Largeur de bande des accès Internet* ...................................54
4.04 Incidence de la tuberculose*...................................................65
4.05 Impact du VIH/sida sur les entreprises....................................48 10e pilier : Taille du marché
4.06 Prévalence du VIH* .................................................................47 10.01 Indice de la taille du marché intérieur*..................................106
4.07 Mortalité infantile* ..................................................................51 10.02 Indice de la taille du marché extérieur* ..................................77
4.08 Espérance de vie* ...................................................................45
4.09 Qualité de l’enseignement primaire ........................................41 11e pilier : Sophistication des entreprises
4.10 Taux de scolarisation dans le primaire*...................................31 11.01 Nombre de fournisseurs locaux .............................................115
11.02 Qualité des fournisseurs locaux ..............................................71
5e pilier : Enseignement supérieur et formation 11.03 Niveau de développement des clusters ..................................14
5.01 Taux de scolarisation dans le secondaire* ..............................36 11.04 Nature de l’avantage concurrentiel..........................................80
5.02 Taux d’inscriptions dans le supérieur*.....................................74 11.05 Position dans la chaîne de valeur.............................................77
5.03 Qualité du système éducatif ...................................................38 11.06 Contrôle local de la distribution à l’international......................38
5.04 Qualité de l’enseignement mathématique et scientifique ......44 11.07 Sophistication des processus de production...........................47
5.05 Qualité des écoles de commerce ...........................................45 11.08 Utilisation du marketing...........................................................40
5.06 Accès à Internet dans les écoles ............................................32 11.09 Volonté de déléguer des pouvoirs ...........................................29
5.07 Services de recherche et de formation locaux........................81
5.08 Formation du personnel ..........................................................16 12e pilier : Innovation
12.01 Capacité d’innovation ..............................................................67
12.02 Qualité des établissements de recherche ............................117
12.03 Dépenses de R&D des entreprises .......................................101
12.04 Collaboration universités-entreprises pour la recherche et le
développement........................................................................88
12.05 Acquisition publique de technologies avancées ......................22
12.06 Scientifiques et ingénieurs travaillant dans le pays.................41
12.07 Brevets d’invention par million d’habitants* ...........................90

Notes : Les rangs correspondant à des avantages concurrentiels non négligeables sont surlignés. Les astérisques (*) indiquent que les données sont issues de
sources autres que le World Economic Forum.Pour plus de détails et d'explications, veuillez vous référer à la section “How to Read the Country/Economy
Profiles” dans Le Rapport sur la compétitivité globale 2010-2011.
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010

Égypte
Principaux indicateurs, 2009
PIB (PPA) par habitant (dollars internationaux), 1980–2009
Population (millions d’habitants)............................83.0
PIB (milliards d'USD)..............................................188.0 Égypte Moyen-Orient et Afrique du Nord
12,000
PIB par habitant (USD) ..........................................2,450
9,000
Part du PIB (PPA) (%) du PIB total mondial.........0.68
6,000

3,000

0
1980 1982 1984 1986 1988 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 2006 2008
Sources: UNFPA, FMI, Banque mondiale

Indice de compétitivité globale


Classement Score Stade de développement
(sur 139 économies) (1–7)
GCI 2010–2011.........................................................81 ......4.0 Transition Transition
1 1–2 2 2–3 3
GCI 2009–2010 (sur 133) ......................................................70 ........4.0
GCI 2008–2009 (sur 134) ......................................................81 ........4.0 Tiré parl Tiré par Tiré par
es facteurs l’efficience l’innovation
Paramètres de base ............................................................89 ........4.2
1er pilier : Institutions .........................................................57 ........4.0
2e pilier : Infrastructure......................................................64 ........4.0 Institutions
7
3e pilier : Stabilité macro-économique..........................129 ........3.4 Innovation Infrastructure
6
4e pilier : Santé et enseignement primaire .....................91 ........5.4
5
Sophistication Stabilité
Sources d’efficience...........................................................82 ........3.8 4 macroéconomique
des entreprises
5e pilier : Enseignement supérieur et formation ............97 ........3.6 3
38 6e pilier : Efficience des marchés des produits .............90 ........3.9 2
Santé et
7e pilier : Efficience du marché du travail.....................133 ........3.4 Taille 1
enseignement primaire
du marché
8e pilier : Développement des marchés financiers .......82 ........4.0
9e pilier : Ouverture à la technologie...............................87 ........3.3
Ouverture à Enseignement supérieur
10e pilier : Taille du marché ...............................................26 ........4.8 la technologie et formation

Sources d’innovation et de sophistication.....................68 ........3.5 Développement des Efficience des marchés


11e pilier : Sophistication des entreprises ......................63 ........4.0 marchés financiers des produits
12e pilier : Innovation ..........................................................83 ........3.0 Efficience du marché

Égypte Économies en transition du stade 1 au stade 2

Principaux freins à la pratique des affaires


Corruption.......................................................................19.0
Inflation ...........................................................................14.8
Formation inadéquate de la main-d’œuvre ..............10.1
Réglementation fiscale...................................................9.2
Accès au financement ...................................................8.2
Inefficience de l’administration publique ...................6.1
Droit du travail contraignant .........................................5.9
Manque d’éthique professionnelle au sein de
la population active ........................................................5.6
Taux d’imposition.............................................................4.5
Instabilité des politiques publiques .............................4.5
Insuffisance de l’infrastructure ....................................3.8
Délits et vols.....................................................................3.5
Qualité de la santé publique .........................................3.2
Réglementation sur le change......................................0.9
Instabilité du gouvernement/coup d’État....................0.6

0 5 10 15 20 25 30
Pourcentage des réponses

Note : Les personnes interrogées devaient désigner, dans une liste de 15 critères, les cinq les plus problématiques, et les classer de 1 (le plus problématique) à 5.
Les barres du diagramme correspondent aux réponses pondérées en fonction de leur classement.
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010
Égypte
Détail de l’indice de compétitivité globale
INDICATEUR RANG/139 INDICATEUR RANG/139
1er pilier : Institutions 6e pilier : Efficience des marchés des produits
1.01 Droits de propriété ..................................................................56 6.01 Intensité de la concurrence locale...........................................91
1.02 Protection de la propriété intellectuelle...................................67 6.02 Concentration du marché ........................................................95
1.03 Détournement de fonds publics..............................................83 6.03 Efficacité de la politique de la concurrence ...........................106
1.04 Confiance de la population dans la classe politique................40 6.04 Ampleur et répercussions des prélèvements fiscaux .............75
1.05 Versements irréguliers et pots-de-vin......................................64 6.05 Taux d’imposition total* ..........................................................78
1.06 Indépendance du pouvoir judiciaire .........................................63 6.06 Nombre de démarches nécessaires à la création
1.07 Népotisme dans les décisions des fonctionnaires ..................95 d’une entreprise* ....................................................................34
1.08 Gaspillage des fonds publics ...................................................51 6.07 Délai nécessaire à la création d’une entreprise* ....................21
1.09 Poids de la réglementation......................................................79 6.08 Coût de la politique agricole ....................................................84
1.10 Efficacité du cadre juridique dans la résolution des litiges......40 6.09 Prévalence des obstacles aux échanges ..............................114
1.11 Efficacité du cadre juridique dans la contestation 6.10 Droits de douane pondérés par les échanges* .....................123
des réglementations ..............................................................69 6.11 Prévalence des intérêts étrangers dans le capital.................100
1.12 Information sur les politiques publiques .................................68 6.12 Impact sur les entreprises de la réglementation sur l’IDE......75
1.13 Coût du terrorisme pour les entreprises ...............................132 6.13 Poids des procédures douanières ...........................................50
1.14 Coût de la délinquance et de la violence pour les entreprises .....97 6.14 Attitude vis-à-vis des clients ....................................................63
1.15 Crime organisé ........................................................................14 6.15 Sophistication des acheteurs.................................................126
1.16 Fiabilité des services de police ...............................................81
1.17 Éthique des entreprises ..........................................................59 7e pilier : Efficience du marché du travail
1.18 Qualité des normes d’audit et de communication financière .58 7.01 Coopération dans les relations personnel/employeurs ...........99
1.19 Efficacité des conseils d’administration ..................................82 7.02 Souplesse dans la fixation des salaires...................................60
1.20 Protection des intérêts des actionnaires minoritaires .............46 7.03 Rigidité de l’emploi*................................................................67
1.21 Qualité de la protection des investisseurs* ............................59 7.04 Pratiques d’embauche et de licenciement ..............................76
7.05 Coût de licenciement*...........................................................128
2e pilier : Infrastructure 7.06 Rémunération et productivité ..................................................76
2.01 Qualité de l’infrastructure générale .........................................68 7.07 Fiabilité de l’encadrement .......................................................86
2.02 Qualité de l’infrastructure routière ..........................................75 7.08 Fuite des cerveaux ................................................................114
2.03 Qualité de l’infrastructure ferroviaire .......................................46 7.09 Participation des femmes à la population active* .................130
2.04 Qualité de l’infrastructure portuaire.........................................69
2.05 Qualité de l’infrastructure de transport aérien ........................39 8e pilier : Développement des marchés financiers
2.06 Sièges-kilomètres aériens disponibles* ..................................33 8.01 Disponibilité des services financiers .......................................60
39
2.07 Quality of electricity supply .....................................................53 8.02 Accessibilité des services financiers.......................................69
2.08 Lignes téléphoniques fixes*....................................................87 8.03 Financement via les Bourses locales ......................................29
2.09 Abonnements à des services de téléphonie portable*.........102 8.04 Facilité d’accès aux prêts ........................................................49
8.05 Disponibilité du capital-risque..................................................41
3e pilier : Stabilité macro-économique 8.06 Limitation des flux de capitaux ...............................................84
3.01 Excédent/déficit public*.........................................................107 8.07 Solvabilité des banques...........................................................61
3.02 Taux d’épargne national* .......................................................108 8.08 Réglementation des Bourses des valeurs mobilières .............67
3.03 Inflation* ................................................................................135 8.09 Indice des droits des créanciers et emprunteurs* ................103
3.04 Écart de taux d’intérêt*...........................................................69
3.05 Dette publique*......................................................................119 9e pilier : Ouverture à la technologie
3.06 Cote de solvabilité par pays*...................................................69 9.01 Disponibilité des technologies les plus récentes ....................91
9.02 Assimilation de la technologie par les entreprises ..................58
4e pilier : Santé et enseignement primaire 9.03 IDE et transfert de technologie ...............................................53
4.01 Impact du paludisme sur les entreprises .................................1 9.04 Internautes* ............................................................................90
4.02 Incidence du paludisme*...........................................................1 9.05 Abonnements Internet large bande* ......................................91
4.03 Impact de la tuberculose sur l’activité des entreprises...........32 9.06 Largeur de bande des accès Internet* ...................................72
4.04 Incidence de la tuberculose*...................................................44
4.05 Impact du VIH/sida sur les entreprises....................................29 10e pilier : Taille du marché
4.06 Prévalence du VIH* ...................................................................1 10.01 Indice de la taille du marché intérieur* ...................................27
4.07 Mortalité infantile* ..................................................................80 10.02 Indice de la taille du marché extérieur* ..................................27
4.08 Espérance de vie* ...................................................................94
4.09 Qualité de l’enseignement primaire ......................................126 11e pilier : Sophistication des entreprises
4.10 Taux de scolarisation dans le primaire*...................................73 11.01 Nombre de fournisseurs locaux ..............................................36
11.02 Qualité des fournisseurs locaux ..............................................89
5e pilier : Enseignement supérieur et formation 11.03 Niveau de développement des clusters ..................................66
5.01 Taux de scolarisation dans le secondaire* ..............................90 11.04 Nature de l’avantage concurrentiel..........................................35
5.02 Taux d’inscriptions dans le supérieur* ....................................78 11.05 Position dans la chaîne de valeur.............................................67
5.03 Qualité du système éducatif..................................................131 11.06 Contrôle local de la distribution à l’international......................94
5.04 Qualité de l’enseignement mathématique et scientifique ....125 11.07 Sophistication des processus de production...........................46
5.05 Qualité des écoles de commerce..........................................122 11.08 Utilisation du marketing...........................................................79
5.06 Accès à Internet dans les écoles ............................................96 11.09 Volonté de déléguer des pouvoirs ...........................................57
5.07 Services de recherche et de formation locaux........................64
5.08 Formation du personnel .........................................................112 12e pilier : Innovation
12.01 Capacité d’innovation.............................................................109
12.02 Qualité des établissements de recherche ............................110
12.03 Dépenses de R&D des entreprises .........................................74
12.04 Collaboration universités-entreprises pour la recherche et le
développement......................................................................120
12.05 Acquisition publique de technologies avancées ......................86
12.06 Scientifiques et ingénieurs travaillant dans le pays.................25
12.07 Brevets d’invention par million d’habitants* ...........................84

Notes : Les rangs correspondant à des avantages concurrentiels non négligeables sont surlignés. Les astérisques (*) indiquent que les données sont issues de
sources autres que le World Economic Forum.Pour plus de détails et d'explications, veuillez vous référer à la section “How to Read the Country/Economy
Profiles” dans Le Rapport sur la compétitivité globale 2010-2011.
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010

Émirats arabes unis


Principaux indicateurs, 2009
PIB (PPA) par habitant (dollars internationaux), 1980–2009
Population (millions d’habitants)..............................4.6
PIB (milliards d'USD)..............................................230.0 Émirats arabes unis Moyen-Orient et Afrique du Nord
40,000
PIB par habitant (USD) ........................................46,857
30,000
Part du PIB (PPA) (%) du PIB total mondial.........0.27
20,000

10,000

0
1980 1982 1984 1986 1988 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 2006 2008
Sources: UNFPA, FMI, Banque mondiale

Indice de compétitivité globale


Classement Score Stade de développement
(sur 139 économies) (1–7)
GCI 2010–2011.........................................................25 ......4.9 Transition Transition
1 1–2 2 2–3 3
GCI 2009–2010 (sur 133) ......................................................23 ........4.9
GCI 2008–2009 (sur 134) ......................................................31 ........4.7 Tiré par Tiré par Tiré par
les facteurs l’efficience l’innovation
Paramètres de base ..............................................................8 ........5.8
1er pilier : Institutions .........................................................20 ........5.3
2e pilier : Infrastructure........................................................3 ........6.3 Institutions
7
3e pilier : Stabilité macro-économique............................12 ........5.6 Innovation Infrastructure
6
4e pilier : Santé et enseignement primaire .....................38 ........6.1
5
Sophistication Stabilité
Sources d’efficience...........................................................21 ........4.8 4 macroéconomique
des entreprises
5e pilier : Enseignement supérieur et formation ............36 ........4.8 3
40 6e pilier : Efficience des marchés des produits ...............6 ........5.2 2
Santé et
7e pilier : Efficience du marché du travail.......................26 ........4.8 Taille 1
enseignement primaire
du marché
8e pilier : Développement des marchés financiers .......33 ........4.7
9e pilier : Ouverture à la technologie...............................14 ........5.2
Ouverture à Enseignement supérieur
10e pilier : Taille du marché ...............................................51 ........4.3 la technologie et formation

Sources d’innovation et de sophistication.....................27 ........4.4 Développement des Efficience des marchés


11e pilier : Sophistication des entreprises ......................22 ........4.8 marchés financiers des produits
12e pilier : Innovation ..........................................................30 ........3.9 Efficience du marché

Émirats arabes unis Économies en transition du stade 1 au stade 2

Principaux freins à la pratique des affaires


Accès au financement .................................................20.0
Formation inadéquate de la main-d’œuvre ..............14.8
Droit du travail contraignant .......................................14.6
Inflation ...........................................................................12.1
Inefficience de l’administration publique .................11.0
Instabilité des politiques publiques .............................8.0
Manque d’éthique professionnelle au sein de
la population active ........................................................7.7
Insuffisance de l’infrastructure ....................................5.2
Qualité de la santé publique .........................................1.7
Réglementation sur le change......................................1.4
Instabilité du gouvernement/coup d’État....................1.2
Réglementation fiscale...................................................0.8
Corruption.........................................................................0.5
Délits et vols.....................................................................0.4
Taux d’imposition.............................................................0.4

0 5 10 15 20 25 30
Pourcentage des réponses

Note : Les personnes interrogées devaient désigner, dans une liste de 15 critères, les cinq les plus problématiques, et les classer de 1 (le plus problématique) à 5.
Les barres du diagramme correspondent aux réponses pondérées en fonction de leur classement.
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010
Émirats arabes unis
Détail de l’indice de compétitivité globale
INDICATEUR RANG/139 INDICATEUR RANG/139
1er pilier : Institutions 6e pilier : Efficience des marchés des produits
1.01 Droits de propriété ..................................................................43 6.01 Intensité de la concurrence locale...........................................13
1.02 Protection de la propriété intellectuelle...................................19 6.02 Concentration du marché ........................................................21
1.03 Détournement de fonds publics..............................................26 6.03 Efficacité de la politique de la concurrence.............................24
1.04 Confiance de la population dans la classe politique..................7 6.04 Ampleur et répercussions des prélèvements fiscaux ...............5
1.05 Versements irréguliers et pots-de-vin......................................19 6.05 Taux d’imposition total* ............................................................4
1.06 Indépendance du pouvoir judiciaire .........................................37 6.06 Nombre de démarches nécessaires à la création
1.07 Népotisme dans les décisions des fonctionnaires ..................15 d’une entreprise* ....................................................................73
1.08 Gaspillage des fonds publics .....................................................7 6.07 Délai nécessaire à la création d’une entreprise* ....................56
1.09 Poids de la réglementation ......................................................11 6.08 Coût de la politique agricole ....................................................38
1.10 Efficacité du cadre juridique dans la résolution des litiges......22 6.09 Prévalence des obstacles aux échanges ................................10
1.11 Efficacité du cadre juridique dans la contestation 6.10 Droits de douane pondérés par les échanges*.......................57
des réglementations ..............................................................25 6.11 Prévalence des intérêts étrangers dans le capital...................49
1.12 Information sur les politiques publiques .................................35 6.12 Impact sur les entreprises de la réglementation sur l’IDE......16
1.13 Coût du terrorisme pour les entreprises .................................43 6.13 Poids des procédures douanières .............................................5
1.14 Coût de la délinquance et de la violence pour les entreprises .......4 6.14 Attitude vis-à-vis des clients ....................................................16
1.15 Crime organisé ..........................................................................7 6.15 Sophistication des acheteurs...................................................22
1.16 Fiabilité des services de police................................................11
1.17 Éthique des entreprises ..........................................................22 7e pilier : Efficience du marché du travail
1.18 Qualité des normes d’audit et de communication financière .34 7.01 Coopération dans les relations personnel/employeurs............17
1.19 Efficacité des conseils d’administration ..................................45 7.02 Souplesse dans la fixation des salaires.....................................7
1.20 Protection des intérêts des actionnaires minoritaires .............24 7.03 Rigidité de l’emploi* ................................................................10
1.21 Qualité de la protection des investisseurs* ............................99 7.04 Pratiques d’embauche et de licenciement ..............................17
7.05 Coût de licenciement*...........................................................104
2e pilier : Infrastructure 7.06 Rémunération et productivité ..................................................11
2.01 Qualité de l’infrastructure générale .........................................11 7.07 Fiabilité de l’encadrement .......................................................34
2.02 Qualité de l’infrastructure routière ............................................6 7.08 Fuite des cerveaux ...................................................................5
2.03 Qualité de l’infrastructure ferroviaire ......................................n/a 7.09 Participation des femmes à la population active* .................125
2.04 Qualité de l’infrastructure portuaire...........................................8
2.05 Qualité de l’infrastructure de transport aérien ..........................4 8e pilier : Développement des marchés financiers
2.06 Sièges-kilomètres aériens disponibles* ..................................11 8.01 Disponibilité des services financiers .......................................32
41
2.07 Quality of electricity supply .....................................................17 8.02 Accessibilité des services financiers.......................................34
2.08 Lignes téléphoniques fixes*....................................................37 8.03 Financement via les Bourses locales ......................................27
2.09 Abonnements à des services de téléphonie portable*.............1 8.04 Facilité d’accès aux prêts ..........................................................8
8.05 Disponibilité du capital-risque..................................................16
3e pilier : Stabilité macro-économique 8.06 Limitation des flux de capitaux................................................16
3.01 Excédent/déficit public*...........................................................11 8.07 Solvabilité des banques...........................................................50
3.02 Taux d’épargne national*.........................................................24 8.08 Réglementation des Bourses des valeurs mobilières .............27
3.03 Inflation*..................................................................................35 8.09 Indice des droits des créanciers et emprunteurs*..................86
3.04 Écart de taux d’intérêt* ...........................................................17
3.05 Dette publique*......................................................................101 9e pilier : Ouverture à la technologie
3.06 Cote de solvabilité par pays*...................................................30 9.01 Disponibilité des technologies les plus récentes.....................11
9.02 Assimilation de la technologie par les entreprises ....................5
4e pilier : Santé et enseignement primaire 9.03 IDE et transfert de technologie .................................................6
4.01 Impact du paludisme sur les entreprises .................................1 9.04 Internautes*.............................................................................10
4.02 Incidence du paludisme*...........................................................1 9.05 Abonnements Internet large bande* ......................................39
4.03 Impact de la tuberculose sur l’activité des entreprises...........69 9.06 Largeur de bande des accès Internet* ...................................25
4.04 Incidence de la tuberculose*...................................................12
4.05 Impact du VIH/sida sur les entreprises....................................50 10e pilier : Taille du marché
4.06 Prévalence du VIH* .................................................................47 10.01 Indice de la taille du marché intérieur* ...................................52
4.07 Mortalité infantile* ..................................................................43 10.02 Indice de la taille du marché extérieur* ..................................38
4.08 Espérance de vie* ...................................................................36
4.09 Qualité de l’enseignement primaire ........................................29 11e pilier : Sophistication des entreprises
4.10 Taux de scolarisation dans le primaire*...................................83 11.01 Nombre de fournisseurs locaux ..............................................21
11.02 Qualité des fournisseurs locaux ..............................................38
5e pilier : Enseignement supérieur et formation 11.03 Niveau de développement des clusters ..................................28
5.01 Taux de scolarisation dans le secondaire* ..............................46 11.04 Nature de l’avantage concurrentiel..........................................24
5.02 Taux d’inscriptions dans le supérieur* ....................................84 11.05 Position dans la chaîne de valeur.............................................22
5.03 Qualité du système éducatif ...................................................27 11.06 Contrôle local de la distribution à l’international......................12
5.04 Qualité de l’enseignement mathématique et scientifique ......26 11.07 Sophistication des processus de production...........................28
5.05 Qualité des écoles de commerce ...........................................28 11.08 Utilisation du marketing...........................................................19
5.06 Accès à Internet dans les écoles ............................................29 11.09 Volonté de déléguer des pouvoirs ...........................................20
5.07 Services de recherche et de formation locaux........................23
5.08 Formation du personnel ..........................................................29 12e pilier : Innovation
12.01 Capacité d’innovation ..............................................................35
12.02 Qualité des établissements de recherche ..............................45
12.03 Dépenses de R&D des entreprises.........................................28
12.04 Collaboration universités-entreprises pour la recherche et le
développement........................................................................43
12.05 Acquisition publique de technologies avancées ........................3
12.06 Scientifiques et ingénieurs travaillant dans le pays.................20
12.07 Brevets d’invention par million d’habitants* ...........................42

Notes : Les rangs correspondant à des avantages concurrentiels non négligeables sont surlignés. Les astérisques (*) indiquent que les données sont issues de
sources autres que le World Economic Forum.Pour plus de détails et d'explications, veuillez vous référer à la section “How to Read the Country/Economy
Profiles” dans Le Rapport sur la compétitivité globale 2010-2011.
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010

Jordanie
Principaux indicateurs, 2009
PIB (PPA) par habitant (dollars internationaux), 1980–2009
Population (millions d’habitants)..............................6.3
PIB (milliards d'USD)................................................22.9 Jordanie Moyen-Orient et Afrique du Nord
12,000
PIB par habitant (USD) ..........................................3,829
9,000
Part du PIB (PPA) (%) du PIB total mondial.........0.05
6,000

3,000

0
1980 1982 1984 1986 1988 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 2006 2008
Sources: UNFPA, FMI, Banque mondiale

Indice de compétitivité globale


Classement Score Stade de développement
(sur 139 économies) (1–7)
GCI 2010–2011.........................................................65 ......4.2 Transition Transition
1 1–2 2 2–3 3
GCI 2009–2010 (sur 133) ......................................................50 ........4.3
GCI 2008–2009 (sur 134) ......................................................48 ........4.4 Tiré par Tiré par Tiré par
les facteurs l’efficience l’innovation
Paramètres de base ............................................................57 ........4.7
1er pilier : Institutions .........................................................41 ........4.6
2e pilier : Infrastructure......................................................61 ........4.1 Institutions
7
3e pilier : Stabilité macro-économique..........................103 ........4.2 Innovation Infrastructure
6
4e pilier : Santé et enseignement primaire .....................65 ........5.7
5
Sophistication Stabilité
Sources d’efficience...........................................................73 ........4.0 4
macroéconomique
des entreprises
5e pilier : Enseignement supérieur et formation ............57 ........4.3 3
42 6e pilier : Efficience des marchés des produits .............46 ........4.4 2
Santé et
7e pilier : Efficience du marché du travail.....................112 ........3.9 Taille 1
enseignement primaire
du marché
8e pilier : Développement des marchés financiers .......54 ........4.3
9e pilier : Ouverture à la technologie...............................62 ........3.7
Ouverture à Enseignement supérieur
10e pilier : Taille du marché ...............................................84 ........3.3 la technologie et formation

Sources d’innovation et de sophistication.....................65 ........3.5 Développement des Efficience des marchés


11e pilier : Sophistication des entreprises ......................66 ........3.9 marchés financiers des produits
12e pilier : Innovation ..........................................................68 ........3.1 Efficience du marché

Jordanie Économies en transition du stade 1 au stade 2

Principaux freins à la pratique des affaires


Réglementation fiscale.................................................14.6
Taux d’imposition...........................................................13.2
Accès au financement .................................................12.6
Formation inadéquate de la main-d’œuvre ..............10.3
Droit du travail contraignant .........................................9.9
Inefficience de l’administration publique ...................9.9
Manque d’éthique professionnelle au sein de
la population active ........................................................7.9
Inflation .............................................................................6.8
Corruption.........................................................................5.4
Insuffisance de l’infrastructure ....................................3.3
Instabilité des politiques publiques .............................2.7
Instabilité du gouvernement/coup d’État....................1.5
Réglementation sur le change......................................1.0
Qualité de la santé publique .........................................0.7
Délits et vols.....................................................................0.2

0 5 10 15 20 25 30
Pourcentage des réponses

Note : Les personnes interrogées devaient désigner, dans une liste de 15 critères, les cinq les plus problématiques, et les classer de 1 (le plus problématique) à 5.
Les barres du diagramme correspondent aux réponses pondérées en fonction de leur classement.
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010
Jordanie
Détail de l’indice de compétitivité globale
INDICATEUR RANG/139 INDICATEUR RANG/139
1er pilier : Institutions 6e pilier : Efficience des marchés des produits
1.01 Droits de propriété ..................................................................30 6.01 Intensité de la concurrence locale...........................................46
1.02 Protection de la propriété intellectuelle...................................38 6.02 Concentration du marché ........................................................58
1.03 Détournement de fonds publics..............................................41 6.03 Efficacité de la politique de la concurrence.............................51
1.04 Confiance de la population dans la classe politique................43 6.04 Ampleur et répercussions des prélèvements fiscaux .............92
1.05 Versements irréguliers et pots-de-vin......................................47 6.05 Taux d’imposition total* ..........................................................32
1.06 Indépendance du pouvoir judiciaire .........................................48 6.06 Nombre de démarches nécessaires à la création
1.07 Népotisme dans les décisions des fonctionnaires ..................44 d’une entreprise* ....................................................................73
1.08 Gaspillage des fonds publics ...................................................42 6.07 Délai nécessaire à la création d’une entreprise* ....................45
1.09 Poids de la réglementation......................................................50 6.08 Coût de la politique agricole ....................................................65
1.10 Efficacité du cadre juridique dans la résolution des litiges......39 6.09 Prévalence des obstacles aux échanges ................................84
1.11 Efficacité du cadre juridique dans la contestation 6.10 Droits de douane pondérés par les échanges*.......................98
des réglementations ..............................................................50 6.11 Prévalence des intérêts étrangers dans le capital...................58
1.12 Information sur les politiques publiques .................................55 6.12 Impact sur les entreprises de la réglementation sur l’IDE......45
1.13 Coût du terrorisme pour les entreprises .................................65 6.13 Poids des procédures douanières ...........................................53
1.14 Coût de la délinquance et de la violence pour les entreprises ......21 6.14 Attitude vis-à-vis des clients ....................................................65
1.15 Crime organisé ........................................................................13 6.15 Sophistication des acheteurs...................................................85
1.16 Fiabilité des services de police ...............................................24
1.17 Éthique des entreprises ..........................................................48 7e pilier : Efficience du marché du travail
1.18 Qualité des normes d’audit et de communication financière .36 7.01 Coopération dans les relations personnel/employeurs ...........84
1.19 Efficacité des conseils d’administration ..................................81 7.02 Souplesse dans la fixation des salaires...................................36
1.20 Protection des intérêts des actionnaires minoritaires .............30 7.03 Rigidité de l’emploi*................................................................60
1.21 Qualité de la protection des investisseurs* ............................99 7.04 Pratiques d’embauche et de licenciement ..............................92
7.05 Coût de licenciement* ..............................................................6
2e pilier : Infrastructure 7.06 Rémunération et productivité..................................................77
2.01 Qualité de l’infrastructure générale .........................................35 7.07 Fiabilité de l’encadrement .....................................................100
2.02 Qualité de l’infrastructure routière ..........................................44 7.08 Fuite des cerveaux .................................................................66
2.03 Qualité de l’infrastructure ferroviaire .......................................98 7.09 Participation des femmes à la population active* .................139
2.04 Qualité de l’infrastructure portuaire.........................................64
2.05 Qualité de l’infrastructure de transport aérien ........................35 8e pilier : Développement des marchés financiers
2.06 Sièges-kilomètres aériens disponibles* ..................................65 8.01 Disponibilité des services financiers .......................................67
43
2.07 Quality of electricity supply .....................................................38 8.02 Accessibilité des services financiers.......................................58
2.08 Lignes téléphoniques fixes*..................................................100 8.03 Financement via les Bourses locales ......................................33
2.09 Abonnements à des services de téléphonie portable*...........68 8.04 Facilité d’accès aux prêts ........................................................52
8.05 Disponibilité du capital-risque..................................................54
3e pilier : Stabilité macro-économique 8.06 Limitation des flux de capitaux ...............................................35
3.01 Excédent/déficit public*.........................................................136 8.07 Solvabilité des banques...........................................................51
3.02 Taux d’épargne national*.........................................................23 8.08 Réglementation des Bourses des valeurs mobilières .............29
3.03 Inflation* ..................................................................................11 8.09 Indice des droits des créanciers et emprunteurs*..................86
3.04 Écart de taux d’intérêt*...........................................................47
3.05 Dette publique* .....................................................................106 9e pilier : Ouverture à la technologie
3.06 Cote de solvabilité par pays*...................................................79 9.01 Disponibilité des technologies les plus récentes ....................49
9.02 Assimilation de la technologie par les entreprises ..................29
4e pilier : Santé et enseignement primaire 9.03 IDE et transfert de technologie ...............................................36
4.01 Impact du paludisme sur les entreprises .................................1 9.04 Internautes* ............................................................................82
4.02 Incidence du paludisme*...........................................................1 9.05 Abonnements Internet large bande*.......................................76
4.03 Impact de la tuberculose sur l’activité des entreprises...........46 9.06 Largeur de bande des accès Internet* ...................................62
4.04 Incidence de la tuberculose*...................................................15
4.05 Impact du VIH/sida sur les entreprises....................................31 10e pilier : Taille du marché
4.06 Prévalence du VIH* .................................................................46 10.01 Indice de la taille du marché intérieur* ...................................85
4.07 Mortalité infantile* ...................................................................74 10.02 Indice de la taille du marché extérieur* ..................................82
4.08 Espérance de vie* ...................................................................73
4.09 Qualité de l’enseignement primaire ........................................63 11e pilier : Sophistication des entreprises
4.10 Taux de scolarisation dans le primaire*...................................98 11.01 Nombre de fournisseurs locaux ..............................................60
11.02 Qualité des fournisseurs locaux ..............................................86
5e pilier : Enseignement supérieur et formation 11.03 Niveau de développement des clusters ..................................71
5.01 Taux de scolarisation dans le secondaire* ..............................68 11.04 Nature de l’avantage concurrentiel..........................................51
5.02 Taux d’inscriptions dans le supérieur* ....................................57 11.05 Position dans la chaîne de valeur.............................................62
5.03 Qualité du système éducatif ...................................................55 11.06 Contrôle local de la distribution à l’international......................51
5.04 Qualité de l’enseignement mathématique et scientifique ......53 11.07 Sophistication des processus de production...........................65
5.05 Qualité des écoles de commerce ...........................................83 11.08 Utilisation du marketing...........................................................75
5.06 Accès à Internet dans les écoles ............................................51 11.09 Volonté de déléguer des pouvoirs ...........................................72
5.07 Services de recherche et de formation locaux........................48
5.08 Formation du personnel .........................................................101 12e pilier : Innovation
12.01 Capacité d’innovation ..............................................................96
12.02 Qualité des établissements de recherche ..............................98
12.03 Dépenses de R&D des entreprises .......................................116
12.04 Collaboration universités-entreprises pour la recherche et le
développement........................................................................99
12.05 Acquisition publique de technologies avancées ......................57
12.06 Scientifiques et ingénieurs travaillant dans le pays.................26
12.07 Brevets d’invention par million d’habitants*............................76

Notes : Les rangs correspondant à des avantages concurrentiels non négligeables sont surlignés. Les astérisques (*) indiquent que les données sont issues de
sources autres que le World Economic Forum.Pour plus de détails et d'explications, veuillez vous référer à la section “How to Read the Country/Economy
Profiles” dans Le Rapport sur la compétitivité globale 2010-2011.
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010

Koweït
Principaux indicateurs, 2009
PIB (PPA) par habitant (dollars internationaux), 1980–2009
Population (millions d’habitants)..............................3.0
PIB (milliards d'USD)..............................................111.3 Koweït Moyen-Orient et Afrique du Nord
50,000
PIB par habitant (USD) ........................................31,482 40,000
Part du PIB (PPA) (%) du PIB total mondial.........0.20
30,000

20,000

10,000

0
1980 1982 1984 1986 1988 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 2006 2008
Sources: UNFPA, FMI, Banque mondiale

Indice de compétitivité globale


Classement Score Stade de développement
(sur 139 économies) (1–7)
GCI 2010–2011.........................................................35 ......4.6 Transition Transition
1 1–2 2 2–3 3
GCI 2009–2010 (sur 133) ......................................................39 ........4.5
GCI 2008–2009 (sur 134) ......................................................35 ........4.6 Tiré par Tiré par Tiré par
les facteurs l’efficience l’innovation
Paramètres de base ............................................................36 ........5.2
1er pilier : Institutions .........................................................46 ........4.4
2e pilier : Infrastructure......................................................60 ........4.1 Institutions
7
3e pilier : Stabilité macro-économique..............................2 ........6.4 Innovation Infrastructure
6
4e pilier : Santé et enseignement primaire .....................68 ........5.7
5
Sophistication Stabilité
Sources d’efficience...........................................................68 ........4.0 4 macroéconomique
des entreprises
5e pilier : Enseignement supérieur et formation ............83 ........3.9 3
44 6e pilier : Efficience des marchés des produits .............54 ........4.3 2
Santé et
7e pilier : Efficience du marché du travail.......................64 ........4.4 Taille 1
enseignement primaire
du marché
8e pilier : Développement des marchés financiers .......63 ........4.2
9e pilier : Ouverture à la technologie...............................77 ........3.5
Ouverture à Enseignement supérieur
10e pilier : Taille du marché ...............................................59 ........3.9 la technologie et formation

Sources d’innovation et de sophistication.....................60 ........3.6 Développement des Efficience des marchés


11e pilier : Sophistication des entreprises ......................58 ........4.1 marchés financiers des produits
12e pilier : Innovation ..........................................................76 ........3.0 Efficience du marché

Koweït Économies en transition du stade 1 au stade 2

Principaux freins à la pratique des affaires


Inefficience de l’administration publique .................21.5
Accès au financement .................................................17.4
Droit du travail contraignant .......................................17.3
Formation inadéquate de la main-d’œuvre ................9.7
Insuffisance de l’infrastructure ....................................8.1
Corruption.........................................................................7.6
Manque d’éthique professionnelle au sein de
la population active ........................................................6.4
Instabilité des politiques publiques .............................4.9
Instabilité du gouvernement/coup d’État....................2.1
Inflation .............................................................................2.0
Réglementation sur le change......................................1.5
Qualité de la santé publique .........................................1.3
Délits et vols.....................................................................0.1
Réglementation fiscale...................................................0.0
Taux d’imposition.............................................................0.0

0 5 10 15 20 25 30
Pourcentage des réponses

Note : Les personnes interrogées devaient désigner, dans une liste de 15 critères, les cinq les plus problématiques, et les classer de 1 (le plus problématique) à 5.
Les barres du diagramme correspondent aux réponses pondérées en fonction de leur classement.
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010
Koweït
Détail de l’indice de compétitivité globale
INDICATEUR RANG/139 INDICATEUR RANG/139
1er pilier : Institutions 6e pilier : Efficience des marchés des produits
1.01 Droits de propriété ..................................................................46 6.01 Intensité de la concurrence locale...........................................60
1.02 Protection de la propriété intellectuelle...................................47 6.02 Concentration du marché ........................................................60
1.03 Détournement de fonds publics..............................................57 6.03 Efficacité de la politique de la concurrence.............................87
1.04 Confiance de la population dans la classe politique................46 6.04 Ampleur et répercussions des prélèvements fiscaux ...............6
1.05 Versements irréguliers et pots-de-vin......................................53 6.05 Taux d’imposition total* ............................................................8
1.06 Indépendance du pouvoir judiciaire .........................................36 6.06 Nombre de démarches nécessaires à la création
1.07 Népotisme dans les décisions des fonctionnaires ..................47 d’une entreprise* ..................................................................121
1.08 Gaspillage des fonds publics ...................................................66 6.07 Délai nécessaire à la création d’une entreprise*...................106
1.09 Poids de la réglementation ....................................................117 6.08 Coût de la politique agricole ....................................................44
1.10 Efficacité du cadre juridique dans la résolution des litiges......38 6.09 Prévalence des obstacles aux échanges ................................38
1.11 Efficacité du cadre juridique dans la contestation 6.10 Droits de douane pondérés par les échanges*.......................53
des réglementations ..............................................................41 6.11 Prévalence des intérêts étrangers dans le capital.................136
1.12 Information sur les politiques publiques ................................118 6.12 Impact sur les entreprises de la réglementation sur l’IDE ....130
1.13 Coût du terrorisme pour les entreprises .................................50 6.13 Poids des procédures douanières ...........................................80
1.14 Coût de la délinquance et de la violence pour les entreprises .......9 6.14 Attitude vis-à-vis des clients ....................................................54
1.15 Crime organisé ........................................................................27 6.15 Sophistication des acheteurs...................................................72
1.16 Fiabilité des services de police ...............................................39
1.17 Éthique des entreprises ..........................................................51 7e pilier : Efficience du marché du travail
1.18 Qualité des normes d’audit et de communication financière .65 7.01 Coopération dans les relations personnel/employeurs ...........45
1.19 Efficacité des conseils d’administration.................................114 7.02 Souplesse dans la fixation des salaires ...................................17
1.20 Protection des intérêts des actionnaires minoritaires .............84 7.03 Rigidité de l’emploi*..................................................................1
1.21 Qualité de la protection des investisseurs* ............................27 7.04 Pratiques d’embauche et de licenciement ..............................65
7.05 Coût de licenciement* ...........................................................101
2e pilier : Infrastructure 7.06 Rémunération et productivité..................................................57
2.01 Qualité de l’infrastructure générale .........................................45 7.07 Fiabilité de l’encadrement .....................................................104
2.02 Qualité de l’infrastructure routière ..........................................40 7.08 Fuite des cerveaux .................................................................43
2.03 Qualité de l’infrastructure ferroviaire ......................................n/a 7.09 Participation des femmes à la population active*..................118
2.04 Qualité de l’infrastructure portuaire.........................................63
2.05 Qualité de l’infrastructure de transport aérien ........................64 8e pilier : Développement des marchés financiers
2.06 Sièges-kilomètres aériens disponibles* ..................................57 8.01 Disponibilité des services financiers .......................................46
45
2.07 Quality of electricity supply .....................................................71 8.02 Accessibilité des services financiers.......................................39
2.08 Lignes téléphoniques fixes*....................................................69 8.03 Financement via les Bourses locales ......................................42
2.09 Abonnements à des services de téléphonie portable*...........61 8.04 Facilité d’accès aux prêts ........................................................26
8.05 Disponibilité du capital-risque..................................................22
3e pilier : Stabilité macro-économique 8.06 Limitation des flux de capitaux ...............................................77
3.01 Excédent/déficit public* ............................................................2 8.07 Solvabilité des banques...........................................................64
3.02 Taux d’épargne national*...........................................................1 8.08 Réglementation des Bourses des valeurs mobilières .............77
3.03 Inflation*..................................................................................91 8.09 Indice des droits des créanciers et emprunteurs*..................86
3.04 Écart de taux d’intérêt*...........................................................37
3.05 Dette publique* .........................................................................6 9e pilier : Ouverture à la technologie
3.06 Cote de solvabilité par pays*...................................................34 9.01 Disponibilité des technologies les plus récentes ....................63
9.02 Assimilation de la technologie par les entreprises ..................38
4e pilier : Santé et enseignement primaire 9.03 IDE et transfert de technologie .............................................134
4.01 Impact du paludisme sur les entreprises .................................1 9.04 Internautes* ............................................................................61
4.02 Incidence du paludisme*...........................................................1 9.05 Abonnements Internet large bande* ......................................86
4.03 Impact de la tuberculose sur l’activité des entreprises...........67 9.06 Largeur de bande des accès Internet*....................................76
4.04 Incidence de la tuberculose*...................................................61
4.05 Impact du VIH/sida sur les entreprises....................................39 10e pilier : Taille du marché
4.06 Prévalence du VIH* .................................................................47 10.01 Indice de la taille du marché intérieur* ...................................61
4.07 Mortalité infantile* ..................................................................49 10.02 Indice de la taille du marché extérieur* ..................................56
4.08 Espérance de vie* ...................................................................35
4.09 Qualité de l’enseignement primaire ........................................79 11e pilier : Sophistication des entreprises
4.10 Taux de scolarisation dans le primaire* .................................108 11.01 Nombre de fournisseurs locaux ..............................................32
11.02 Qualité des fournisseurs locaux ..............................................65
5e pilier : Enseignement supérieur et formation 11.03 Niveau de développement des clusters ..................................59
5.01 Taux de scolarisation dans le secondaire* ..............................62 11.04 Nature de l’avantage concurrentiel..........................................52
5.02 Taux d’inscriptions dans le supérieur* ....................................92 11.05 Position dans la chaîne de valeur.............................................71
5.03 Qualité du système éducatif ...................................................88 11.06 Contrôle local de la distribution à l’international......................26
5.04 Qualité de l’enseignement mathématique et scientifique ......89 11.07 Sophistication des processus de production...........................67
5.05 Qualité des écoles de commerce ...........................................95 11.08 Utilisation du marketing...........................................................62
5.06 Accès à Internet dans les écoles ............................................67 11.09 Volonté de déléguer des pouvoirs ...........................................26
5.07 Services de recherche et de formation locaux........................75
5.08 Formation du personnel ..........................................................96 12e pilier : Innovation
12.01 Capacité d’innovation ..............................................................97
12.02 Qualité des établissements de recherche ..............................75
12.03 Dépenses de R&D des entreprises.......................................102
12.04 Collaboration universités-entreprises pour la recherche et le
développement........................................................................96
12.05 Acquisition publique de technologies avancées ......................90
12.06 Scientifiques et ingénieurs travaillant dans le pays.................57
12.07 Brevets d’invention par million d’habitants* ...........................30

Notes : Les rangs correspondant à des avantages concurrentiels non négligeables sont surlignés. Les astérisques (*) indiquent que les données sont issues de
sources autres que le World Economic Forum.Pour plus de détails et d'explications, veuillez vous référer à la section “How to Read the Country/Economy
Profiles” dans Le Rapport sur la compétitivité globale 2010-2011.
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010

Liban
Principaux indicateurs, 2009
PIB (PPA) par habitant (dollars internationaux), 1980–2009
Population (millions d’habitants)..............................4.2
PIB (milliards d'USD)................................................33.6 Liban Moyen-Orient et Afrique du Nord
16,000
PIB par habitant (USD) ..........................................8,707
12,000
Part du PIB (PPA) (%) du PIB total mondial.........0.08
8,000

4,000

0
1980 1982 1984 1986 1988 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 2006 2008
Sources: UNFPA, FMI, Banque mondiale

Indice de compétitivité globale


Classement Score Stade de développement
(sur 139 économies) (1–7)
GCI 2010–2011.........................................................92 ......3.9 Transition Transition
1 1–2 2 2–3 3
GCI 2009–2010 (sur 133) ....................................................n/a .......n/a
GCI 2008–2009 (sur 134) ....................................................n/a .......n/a Tiré par Tiré par Tiré par
les facteurs l’efficience l’innovation
Paramètres de base ..........................................................106 ........3.9
1er pilier : Institutions .......................................................113 ........3.3
2e pilier : Infrastructure....................................................123 ........2.5 Institutions
7
3e pilier : Stabilité macro-économique..........................125 ........3.6 Innovation Infrastructure
6
4e pilier : Santé et enseignement primaire .....................44 ........6.1
5
Sophistication Stabilité
Sources d’efficience...........................................................70 ........4.0 4 macroéconomique
des entreprises
5e pilier : Enseignement supérieur et formation ............48 ........4.6 3
46 6e pilier : Efficience des marchés des produits .............42 ........4.4 2
Santé et
7e pilier : Efficience du marché du travail.....................103 ........4.0 Taille 1
enseignement primaire
du marché
8e pilier : Développement des marchés financiers .......53 ........4.3
9e pilier : Ouverture à la technologie...............................92 ........3.2
Ouverture à Enseignement supérieur
10e pilier : Taille du marché ...............................................80 ........3.4 la technologie et formation

Sources d’innovation et de sophistication.....................74 ........3.4 Développement des Efficience des marchés


11e pilier : Sophistication des entreprises ......................53 ........4.2 marchés financiers des produits
12e pilier : Innovation ........................................................112 ........2.7 Efficience du marché

Liban Économies en transition du stade 1 au stade 2

Principaux freins à la pratique des affaires


Insuffisance de l’infrastructure ..................................18.5
Inefficience de l’administration publique .................17.7
Instabilité du gouvernement/coup d’État..................15.9
Corruption.......................................................................12.3
Instabilité des politiques publiques ...........................11.4
Accès au financement ...................................................6.7
Formation inadéquate de la main-d’œuvre ................3.9
Droit du travail contraignant .........................................3.1
Manque d’éthique professionnelle au sein de
la population active ........................................................3.1
Réglementation fiscale...................................................2.6
Inflation .............................................................................2.6
Taux d’imposition.............................................................1.5
Qualité de la santé publique .........................................0.6
Délits et vols.....................................................................0.2
Réglementation sur le change......................................0.0

0 5 10 15 20 25 30
Pourcentage des réponses

Note : Les personnes interrogées devaient désigner, dans une liste de 15 critères, les cinq les plus problématiques, et les classer de 1 (le plus problématique) à 5.
Les barres du diagramme correspondent aux réponses pondérées en fonction de leur classement.
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010
Liban
Détail de l’indice de compétitivité globale
INDICATEUR RANG/139 INDICATEUR RANG/139
1er pilier : Institutions 6e pilier : Efficience des marchés des produits
1.01 Droits de propriété ..................................................................57 6.01 Intensité de la concurrence locale...........................................21
1.02 Protection de la propriété intellectuelle .................................110 6.02 Concentration du marché ........................................................71
1.03 Détournement de fonds publics ............................................116 6.03 Efficacité de la politique de la concurrence ...........................127
1.04 Confiance de la population dans la classe politique ..............136 6.04 Ampleur et répercussions des prélèvements fiscaux .............22
1.05 Versements irréguliers et pots-de-vin ....................................118 6.05 Taux d’imposition total* ..........................................................29
1.06 Indépendance du pouvoir judiciaire........................................113 6.06 Nombre de démarches nécessaires à la création
1.07 Népotisme dans les décisions des fonctionnaires ................136 d’une entreprise* ....................................................................23
1.08 Gaspillage des fonds publics .................................................130 6.07 Délai nécessaire à la création d’une entreprise* ....................30
1.09 Poids de la réglementation......................................................82 6.08 Coût de la politique agricole ....................................................73
1.10 Efficacité du cadre juridique dans la résolution des litiges....107 6.09 Prévalence des obstacles aux échanges ................................63
1.11 Efficacité du cadre juridique dans la contestation 6.10 Droits de douane pondérés par les échanges*.......................79
des réglementations .............................................................133 6.11 Prévalence des intérêts étrangers dans le capital...................98
1.12 Information sur les politiques publiques................................104 6.12 Impact sur les entreprises de la réglementation sur l’IDE......61
1.13 Coût du terrorisme pour les entreprises ...............................136 6.13 Poids des procédures douanières ..........................................110
1.14 Coût de la délinquance et de la violence pour les entreprises .....62 6.14 Attitude vis-à-vis des clients ....................................................43
1.15 Crime organisé ........................................................................59 6.15 Sophistication des acheteurs...................................................28
1.16 Fiabilité des services de police..............................................108
1.17 Éthique des entreprises.........................................................123 7e pilier : Efficience du marché du travail
1.18 Qualité des normes d’audit et de communication financière .80 7.01 Coopération dans les relations personnel/employeurs ...........62
1.19 Efficacité des conseils d’administration ..................................96 7.02 Souplesse dans la fixation des salaires...................................14
1.20 Protection des intérêts des actionnaires minoritaires .............72 7.03 Rigidité de l’emploi*................................................................64
1.21 Qualité de la protection des investisseurs* ............................77 7.04 Pratiques d’embauche et de licenciement ..............................53
7.05 Coût de licenciement* ............................................................29
2e pilier : Infrastructure 7.06 Rémunération et productivité..................................................79
2.01 Qualité de l’infrastructure générale .......................................132 7.07 Fiabilité de l’encadrement .....................................................108
2.02 Qualité de l’infrastructure routière .........................................101 7.08 Fuite des cerveaux ................................................................113
2.03 Qualité de l’infrastructure ferroviaire......................................116 7.09 Participation des femmes à la population active* .................134
2.04 Qualité de l’infrastructure portuaire.........................................55
2.05 Qualité de l’infrastructure de transport aérien ........................36 8e pilier : Développement des marchés financiers
2.06 Sièges-kilomètres aériens disponibles* ..................................69 8.01 Disponibilité des services financiers .......................................39
47
2.07 Quality of electricity supply ...................................................136 8.02 Accessibilité des services financiers.......................................36
2.08 Lignes téléphoniques fixes*....................................................71 8.03 Financement via les Bourses locales.....................................115
2.09 Abonnements à des services de téléphonie portable*.........123 8.04 Facilité d’accès aux prêts ........................................................36
8.05 Disponibilité du capital-risque..................................................67
3e pilier : Stabilité macro-économique 8.06 Limitation des flux de capitaux .................................................5
3.01 Excédent/déficit public*.........................................................137 8.07 Solvabilité des banques.............................................................4
3.02 Taux d’épargne national*.........................................................42 8.08 Réglementation des Bourses des valeurs mobilières .............50
3.03 Inflation*..................................................................................38 8.09 Indice des droits des créanciers et emprunteurs* ................103
3.04 Écart de taux d’intérêt*...........................................................19
3.05 Dette publique* .....................................................................135 9e pilier : Ouverture à la technologie
3.06 Cote de solvabilité par pays*.................................................108 9.01 Disponibilité des technologies les plus récentes ....................75
9.02 Assimilation de la technologie par les entreprises ..................68
4e pilier : Santé et enseignement primaire 9.03 IDE et transfert de technologie ..............................................117
4.01 Impact du paludisme sur les entreprises .................................1 9.04 Internautes* ............................................................................88
4.02 Incidence du paludisme*...........................................................1 9.05 Abonnements Internet large bande* ......................................67
4.03 Impact de la tuberculose sur l’activité des entreprises...........71 9.06 Largeur de bande des accès Internet* ...................................94
4.04 Incidence de la tuberculose*...................................................33
4.05 Impact du VIH/sida sur les entreprises....................................59 10e pilier : Taille du marché
4.06 Prévalence du VIH* .................................................................22 10.01 Indice de la taille du marché intérieur*....................................76
4.07 Mortalité infantile* ..................................................................58 10.02 Indice de la taille du marché extérieur* ..................................96
4.08 Espérance de vie* ...................................................................80
4.09 Qualité de l’enseignement primaire ........................................12 11e pilier : Sophistication des entreprises
4.10 Taux de scolarisation dans le primaire* .................................105 11.01 Nombre de fournisseurs locaux ..............................................24
11.02 Qualité des fournisseurs locaux ..............................................52
5e pilier : Enseignement supérieur et formation 11.03 Niveau de développement des clusters ..................................78
5.01 Taux de scolarisation dans le secondaire* ..............................86 11.04 Nature de l’avantage concurrentiel..........................................26
5.02 Taux d’inscriptions dans le supérieur* ....................................45 11.05 Position dans la chaîne de valeur.............................................35
5.03 Qualité du système éducatif ...................................................16 11.06 Contrôle local de la distribution à l’international........................9
5.04 Qualité de l’enseignement mathématique et scientifique ........7 11.07 Sophistication des processus de production...........................81
5.05 Qualité des écoles de commerce ...........................................20 11.08 Utilisation du marketing...........................................................37
5.06 Accès à Internet dans les écoles ............................................79 11.09 Volonté de déléguer des pouvoirs .........................................133
5.07 Services de recherche et de formation locaux........................53
5.08 Formation du personnel.........................................................102 12e pilier : Innovation
12.01 Capacité d’innovation ..............................................................99
12.02 Qualité des établissements de recherche ............................130
12.03 Dépenses de R&D des entreprises .......................................119
12.04 Collaboration universités-entreprises pour la recherche et le
développement ......................................................................109
12.05 Acquisition publique de technologies avancées ....................139
12.06 Scientifiques et ingénieurs travaillant dans le pays.................36
12.07 Brevets d’invention par million d’habitants* ...........................57

Notes : Les rangs correspondant à des avantages concurrentiels non négligeables sont surlignés. Les astérisques (*) indiquent que les données sont issues de
sources autres que le World Economic Forum.Pour plus de détails et d'explications, veuillez vous référer à la section “How to Read the Country/Economy
Profiles” dans Le Rapport sur la compétitivité globale 2010-2011.
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010

Libye
Principaux indicateurs, 2009
PIB (PPA) par habitant (dollars internationaux), 1980–2009
Population (millions d’habitants)..............................6.4
PIB (milliards d'USD)................................................60.4 Libye Moyen-Orient et Afrique du Nord
16,000
PIB par habitant (USD) ..........................................9,529
12,000
Part du PIB (PPA) (%) du PIB total mondial.........0.13
8,000

4,000

0
1980 1982 1984 1986 1988 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 2006 2008
Sources: UNFPA, FMI, Banque mondiale

Indice de compétitivité globale


Classement Score Stade de développement
(sur 139 économies) (1–7)
GCI 2010–2011.......................................................100 ......3.7 Transition Transition
1 1–2 2 2–3 3
GCI 2009–2010 (sur 133) ......................................................88 ........3.9
GCI 2008–2009 (sur 134) ......................................................91 ........3.9 Tiré par Tiré par Tiré par
les facteurs l’efficience l’innovation
Paramètres de base ............................................................88 ........4.2
1er pilier : Institutions .......................................................111 ........3.3
2e pilier : Infrastructure......................................................95 ........3.2 Institutions
7
3e pilier : Stabilité macro-économique..............................7 ........5.7 Innovation Infrastructure
6
4e pilier : Santé et enseignement primaire ...................115 ........4.5
5
Sophistication Stabilité
Sources d’efficience.........................................................127 ........3.2 4 macroéconomique
des entreprises
5e pilier : Enseignement supérieur et formation ............95 ........3.6 3
48 6e pilier : Efficience des marchés des produits ...........134 ........3.2 2
Santé et
7e pilier : Efficience du marché du travail.....................139 ........2.8 Taille 1
enseignement primaire
du marché
8e pilier : Développement des marchés financiers .....130 ........3.0
9e pilier : Ouverture à la technologie.............................114 ........2.9
Ouverture à Enseignement supérieur
10e pilier : Taille du marché ...............................................69 ........3.6 la technologie et formation

Sources d’innovation et de sophistication...................135 ........2.6 Développement des Efficience des marchés


11e pilier : Sophistication des entreprises ....................136 ........2.9 marchés financiers des produits
12e pilier : Innovation ........................................................131 ........2.4 Efficience du marché

Libye Économies en transition du stade 1 au stade 2

Principaux freins à la pratique des affaires


Corruption.......................................................................20.9
Inefficience de l’administration publique .................16.4
Instabilité des politiques publiques ...........................12.3
Formation inadéquate de la main-d’œuvre ..............10.9
Insuffisance de l’infrastructure ..................................10.4
Accès au financement ...................................................8.8
Droit du travail contraignant .........................................7.1
Manque d’éthique professionnelle au sein de
la population active ........................................................4.5
Instabilité du gouvernement/coup d’État....................3.3
Qualité de la santé publique .........................................3.1
Réglementation fiscale...................................................1.2
Réglementation sur le change......................................0.9
Taux d’imposition.............................................................0.2
Délits et vols.....................................................................0.0
Inflation .............................................................................0.0

0 5 10 15 20 25 30
Pourcentage des réponses

Note : Les personnes interrogées devaient désigner, dans une liste de 15 critères, les cinq les plus problématiques, et les classer de 1 (le plus problématique) à 5.
Les barres du diagramme correspondent aux réponses pondérées en fonction de leur classement.
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010
Libye
Détail de l’indice de compétitivité globale
INDICATEUR RANG/139 INDICATEUR RANG/139
1er pilier : Institutions 6e pilier : Efficience des marchés des produits
1.01 Droits de propriété .................................................................111 6.01 Intensité de la concurrence locale.........................................130
1.02 Protection de la propriété intellectuelle .................................102 6.02 Concentration du marché ......................................................134
1.03 Détournement de fonds publics ............................................123 6.03 Efficacité de la politique de la concurrence ...........................136
1.04 Confiance de la population dans la classe politique................73 6.04 Ampleur et répercussions des prélèvements fiscaux .............34
1.05 Versements irréguliers et pots-de-vin....................................126 6.05 Taux d’imposition total*..........................................................n/a
1.06 Indépendance du pouvoir judiciaire .........................................95 6.06 Nombre de démarches nécessaires à la création
1.07 Népotisme dans les décisions des fonctionnaires ................122 d’une entreprise* ...................................................................n/a
1.08 Gaspillage des fonds publics ...................................................65 6.07 Délai nécessaire à la création d’une entreprise*....................n/a
1.09 Poids de la réglementation ....................................................109 6.08 Coût de la politique agricole ....................................................74
1.10 Efficacité du cadre juridique dans la résolution des litiges......70 6.09 Prévalence des obstacles aux échanges ................................92
1.11 Efficacité du cadre juridique dans la contestation 6.10 Droits de douane pondérés par les échanges* ......................n/a
des réglementations ..............................................................68 6.11 Prévalence des intérêts étrangers dans le capital.................130
1.12 Information sur les politiques publiques................................135 6.12 Impact sur les entreprises de la réglementation sur l’IDE ....121
1.13 Coût du terrorisme pour les entreprises .................................39 6.13 Poids des procédures douanières..........................................109
1.14 Coût de la délinquance et de la violence pour les entreprises .....24 6.14 Attitude vis-à-vis des clients ..................................................131
1.15 Crime organisé ........................................................................48 6.15 Sophistication des acheteurs.................................................121
1.16 Fiabilité des services de police..............................................100
1.17 Éthique des entreprises.........................................................137 7e pilier : Efficience du marché du travail
1.18 Qualité des normes d’audit et de communication financière135 7.01 Coopération dans les relations personnel/employeurs ..........117
1.19 Efficacité des conseils d’administration ................................139 7.02 Souplesse dans la fixation des salaires .................................123
1.20 Protection des intérêts des actionnaires minoritaires ...........118 7.03 Rigidité de l’emploi* ...............................................................n/a
1.21 Qualité de la protection des investisseurs* ...........................n/a 7.04 Pratiques d’embauche et de licenciement ............................130
7.05 Coût de licenciement*............................................................n/a
2e pilier : Infrastructure 7.06 Rémunération et productivité ................................................139
2.01 Qualité de l’infrastructure générale........................................115 7.07 Fiabilité de l’encadrement .....................................................139
2.02 Qualité de l’infrastructure routière ..........................................97 7.08 Fuite des cerveaux ...............................................................134
2.03 Qualité de l’infrastructure ferroviaire ......................................n/a 7.09 Participation des femmes à la population active* .................133
2.04 Qualité de l’infrastructure portuaire .......................................116
2.05 Qualité de l’infrastructure de transport aérien.......................133 8e pilier : Développement des marchés financiers
2.06 Sièges-kilomètres aériens disponibles* ..................................77 8.01 Disponibilité des services financiers .....................................136
49
2.07 Quality of electricity supply .....................................................81 8.02 Accessibilité des services financiers .....................................139
2.08 Lignes téléphoniques fixes* ....................................................74 8.03 Financement via les Bourses locales ....................................122
2.09 Abonnements à des services de téléphonie portable*...........90 8.04 Facilité d’accès aux prêts ........................................................87
8.05 Disponibilité du capital-risque..................................................55
3e pilier : Stabilité macro-économique 8.06 Limitation des flux de capitaux..............................................134
3.01 Excédent/déficit public* ............................................................3 8.07 Solvabilité des banques .........................................................116
3.02 Taux d’épargne national*.........................................................39 8.08 Réglementation des Bourses des valeurs mobilières ...........135
3.03 Inflation*..................................................................................67 8.09 Indice des droits des créanciers et emprunteurs*.................n/a
3.04 Écart de taux d’intérêt*...........................................................42
3.05 Dette publique* .........................................................................2 9e pilier : Ouverture à la technologie
3.06 Cote de solvabilité par pays*...................................................70 9.01 Disponibilité des technologies les plus récentes ....................96
9.02 Assimilation de la technologie par les entreprises ..................99
4e pilier : Santé et enseignement primaire 9.03 IDE et transfert de technologie .............................................127
4.01 Impact du paludisme sur les entreprises .................................1 9.04 Internautes* ...........................................................................116
4.02 Incidence du paludisme*...........................................................1 9.05 Abonnements Internet large bande* .....................................110
4.03 Impact de la tuberculose sur l’activité des entreprises...........62 9.06 Largeur de bande des accès Internet*..................................109
4.04 Incidence de la tuberculose*...................................................38
4.05 Impact du VIH/sida sur les entreprises....................................89 10e pilier : Taille du marché
4.06 Prévalence du VIH* .................................................................47 10.01 Indice de la taille du marché intérieur* ...................................75
4.07 Mortalité infantile* ..................................................................69 10.02 Indice de la taille du marché extérieur* ..................................63
4.08 Espérance de vie* ...................................................................55
4.09 Qualité de l’enseignement primaire ......................................128 11e pilier : Sophistication des entreprises
4.10 Taux de scolarisation dans le primaire*..................................n/a 11.01 Nombre de fournisseurs locaux.............................................105
11.02 Qualité des fournisseurs locaux ............................................136
5e pilier : Enseignement supérieur et formation 11.03 Niveau de développement des clusters ................................136
5.01 Taux de scolarisation dans le secondaire* ..............................48 11.04 Nature de l’avantage concurrentiel........................................139
5.02 Taux d’inscriptions dans le supérieur* ....................................37 11.05 Position dans la chaîne de valeur...........................................132
5.03 Qualité du système éducatif..................................................138 11.06 Contrôle local de la distribution à l’international ....................116
5.04 Qualité de l’enseignement mathématique et scientifique.....113 11.07 Sophistication des processus de production .........................117
5.05 Qualité des écoles de commerce..........................................137 11.08 Utilisation du marketing.........................................................129
5.06 Accès à Internet dans les écoles ..........................................129 11.09 Volonté de déléguer des pouvoirs .........................................139
5.07 Services de recherche et de formation locaux ......................134
5.08 Formation du personnel .........................................................110 12e pilier : Innovation
12.01 Capacité d’innovation.............................................................136
12.02 Qualité des établissements de recherche ............................125
12.03 Dépenses de R&D des entreprises.......................................139
12.04 Collaboration universités-entreprises pour la recherche et le
développement......................................................................131
12.05 Acquisition publique de technologies avancées ....................126
12.06 Scientifiques et ingénieurs travaillant dans le pays ...............104
12.07 Brevets d’invention par million d’habitants* ...........................90

Notes : Les rangs correspondant à des avantages concurrentiels non négligeables sont surlignés. Les astérisques (*) indiquent que les données sont issues de
sources autres que le World Economic Forum.Pour plus de détails et d'explications, veuillez vous référer à la section “How to Read the Country/Economy
Profiles” dans Le Rapport sur la compétitivité globale 2010-2011.
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010

Maroc
Principaux indicateurs, 2009
PIB (PPA) par habitant (dollars internationaux), 1980–2009
Population (millions d’habitants)............................32.0
PIB (milliards d'USD)................................................90.8 Maroc Moyen-Orient et Afrique du Nord
12,000
PIB par habitant (USD) ..........................................2,865
9,000
Part du PIB (PPA) (%) du PIB total mondial.........0.21
6,000

3,000

0
1980 1982 1984 1986 1988 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 2006 2008
Sources: UNFPA, FMI, Banque mondiale

Indice de compétitivité globale


Classement Score Stade de développement
(sur 139 économies) (1–7)
GCI 2010–2011.........................................................75 ......4.1 Transition Transition
1 1–2 2 2–3 3
GCI 2009–2010 (sur 133) ......................................................73 ........4.0
GCI 2008–2009 (sur 134) ......................................................73 ........4.1 Tiré par Tiré par Tiré par
les facteurs l’efficience l’innovation
Paramètres de base ............................................................64 ........4.6
1er pilier : Institutions .........................................................66 ........3.9
2e pilier : Infrastructure......................................................71 ........3.8 Institutions
7
3e pilier : Stabilité macro-économique............................31 ........5.2 Innovation Infrastructure
6
4e pilier : Santé et enseignement primaire .....................94 ........5.4
5
Sophistication Stabilité
Sources d’efficience...........................................................88 ........3.8 4 macroéconomique
des entreprises
5e pilier : Enseignement supérieur et formation ..........102 ........3.5 3
50 6e pilier : Efficience des marchés des produits .............77 ........4.1 2
Santé et
7e pilier : Efficience du marché du travail.....................130 ........3.5 Taille 1
enseignement primaire
du marché
8e pilier : Développement des marchés financiers .......74 ........4.1
9e pilier : Ouverture à la technologie...............................75 ........3.5
Ouverture à Enseignement supérieur
10e pilier : Taille du marché ...............................................57 ........4.0 la technologie et formation

Sources d’innovation et de sophistication.....................79 ........3.4 Développement des Efficience des marchés


11e pilier : Sophistication des entreprises ......................78 ........3.7 marchés financiers des produits
12e pilier : Innovation ..........................................................81 ........3.0 Efficience du marché

Maroc Économies en transition du stade 1 au stade 2

Principaux freins à la pratique des affaires


Accès au financement .................................................18.6
Corruption.......................................................................17.7
Insuffisance de l’infrastructure ..................................11.6
Inefficience de l’administration publique .................10.0
Taux d’imposition.............................................................9.4
Réglementation fiscale...................................................9.3
Formation inadéquate de la main-d’œuvre ................5.7
Droit du travail contraignant .........................................4.7
Inflation .............................................................................3.8
Manque d’éthique professionnelle au sein de
la population active ........................................................3.5
Délits et vols.....................................................................1.6
Réglementation sur le change......................................1.3
Qualité de la santé publique .........................................1.3
Instabilité des politiques publiques .............................1.0
Instabilité du gouvernement/coup d’État....................0.6

0 5 10 15 20 25 30
Pourcentage des réponses

Note : Les personnes interrogées devaient désigner, dans une liste de 15 critères, les cinq les plus problématiques, et les classer de 1 (le plus problématique) à 5.
Les barres du diagramme correspondent aux réponses pondérées en fonction de leur classement.
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010
Maroc
Détail de l’indice de compétitivité globale
INDICATEUR RANG/139 INDICATEUR RANG/139
1er pilier : Institutions 6e pilier : Efficience des marchés des produits
1.01 Droits de propriété ..................................................................63 6.01 Intensité de la concurrence locale...........................................69
1.02 Protection de la propriété intellectuelle...................................72 6.02 Concentration du marché ........................................................68
1.03 Détournement de fonds publics..............................................63 6.03 Efficacité de la politique de la concurrence.............................71
1.04 Confiance de la population dans la classe politique................59 6.04 Ampleur et répercussions des prélèvements fiscaux ...........100
1.05 Versements irréguliers et pots-de-vin......................................82 6.05 Taux d’imposition total* ..........................................................73
1.06 Indépendance du pouvoir judiciaire .........................................79 6.06 Nombre de démarches nécessaires à la création
1.07 Népotisme dans les décisions des fonctionnaires ..................52 d’une entreprise* ....................................................................34
1.08 Gaspillage des fonds publics ...................................................74 6.07 Délai nécessaire à la création d’une entreprise* ....................42
1.09 Poids de la réglementation......................................................61 6.08 Coût de la politique agricole ..................................................108
1.10 Efficacité du cadre juridique dans la résolution des litiges......57 6.09 Prévalence des obstacles aux échanges ..............................104
1.11 Efficacité du cadre juridique dans la contestation 6.10 Droits de douane pondérés par les échanges* .....................128
des réglementations ..............................................................53 6.11 Prévalence des intérêts étrangers dans le capital ...................74
1.12 Information sur les politiques publiques..................................76 6.12 Impact sur les entreprises de la réglementation sur l’IDE ......74
1.13 Coût du terrorisme pour les entreprises .................................84 6.13 Poids des procédures douanières ...........................................60
1.14 Coût de la délinquance et de la violence pour les entreprises .....57 6.14 Attitude vis-à-vis des clients ....................................................57
1.15 Crime organisé ........................................................................58 6.15 Sophistication des acheteurs...................................................95
1.16 Fiabilité des services de police ...............................................62
1.17 Éthique des entreprises...........................................................76 7e pilier : Efficience du marché du travail
1.18 Qualité des normes d’audit et de communication financière100 7.01 Coopération dans les relations personnel/employeurs..........120
1.19 Efficacité des conseils d’administration ..................................64 7.02 Souplesse dans la fixation des salaires...................................71
1.20 Protection des intérêts des actionnaires minoritaires .............58 7.03 Rigidité de l’emploi* ..............................................................132
1.21 Qualité de la protection des investisseurs* ..........................127 7.04 Pratiques d’embauche et de licenciement ..............................66
7.05 Coût de licenciement*...........................................................106
2e pilier : Infrastructure 7.06 Rémunération et productivité..................................................50
2.01 Qualité de l’infrastructure générale .........................................71 7.07 Fiabilité de l’encadrement .....................................................105
2.02 Qualité de l’infrastructure routière ..........................................88 7.08 Fuite des cerveaux .................................................................76
2.03 Qualité de l’infrastructure ferroviaire .......................................37 7.09 Participation des femmes à la population active* .................135
2.04 Qualité de l’infrastructure portuaire.........................................62
2.05 Qualité de l’infrastructure de transport aérien ........................67 8e pilier : Développement des marchés financiers
2.06 Sièges-kilomètres aériens disponibles* ..................................46 8.01 Disponibilité des services financiers .......................................61
51
2.07 Quality of electricity supply .....................................................66 8.02 Accessibilité des services financiers.......................................56
2.08 Lignes téléphoniques fixes*....................................................91 8.03 Financement via les Bourses locales ......................................31
2.09 Abonnements à des services de téléphonie portable*...........89 8.04 Facilité d’accès aux prêts ........................................................44
8.05 Disponibilité du capital-risque..................................................40
3e pilier : Stabilité macro-économique 8.06 Limitation des flux de capitaux..............................................105
3.01 Excédent/déficit public* ..........................................................40 8.07 Solvabilité des banques...........................................................69
3.02 Taux d’épargne national*.........................................................21 8.08 Réglementation des Bourses des valeurs mobilières .............43
3.03 Inflation*..................................................................................33 8.09 Indice des droits des créanciers et emprunteurs* ................103
3.04 Écart de taux d’intérêt*...........................................................21
3.05 Dette publique* .......................................................................98 9e pilier : Ouverture à la technologie
3.06 Cote de solvabilité par pays*...................................................63 9.01 Disponibilité des technologies les plus récentes ....................68
9.02 Assimilation de la technologie par les entreprises ..................74
4e pilier : Santé et enseignement primaire 9.03 IDE et transfert de technologie ...............................................45
4.01 Impact du paludisme sur les entreprises .................................1 9.04 Internautes* ............................................................................71
4.02 Incidence du paludisme*...........................................................1 9.05 Abonnements Internet large bande* ......................................87
4.03 Impact de la tuberculose sur l’activité des entreprises...........99 9.06 Largeur de bande des accès Internet* ...................................64
4.04 Incidence de la tuberculose*...................................................93
4.05 Impact du VIH/sida sur les entreprises..................................105 10e pilier : Taille du marché
4.06 Prévalence du VIH* .................................................................22 10.01 Indice de la taille du marché intérieur* ...................................56
4.07 Mortalité infantile* .................................................................101 10.02 Indice de la taille du marché extérieur* ..................................68
4.08 Espérance de vie* ...................................................................88
4.09 Qualité de l’enseignement primaire ......................................100 11e pilier : Sophistication des entreprises
4.10 Taux de scolarisation dans le primaire*...................................99 11.01 Nombre de fournisseurs locaux ..............................................52
11.02 Qualité des fournisseurs locaux ..............................................78
5e pilier : Enseignement supérieur et formation 11.03 Niveau de développement des clusters ..................................69
5.01 Taux de scolarisation dans le secondaire* .............................110 11.04 Nature de l’avantage concurrentiel..........................................73
5.02 Taux d’inscriptions dans le supérieur*...................................102 11.05 Position dans la chaîne de valeur.............................................70
5.03 Qualité du système éducatif..................................................105 11.06 Contrôle local de la distribution à l’international....................103
5.04 Qualité de l’enseignement mathématique et scientifique ......67 11.07 Sophistication des processus de production...........................71
5.05 Qualité des écoles de commerce ...........................................49 11.08 Utilisation du marketing ...........................................................76
5.06 Accès à Internet dans les écoles ............................................83 11.09 Volonté de déléguer des pouvoirs ...........................................96
5.07 Services de recherche et de formation locaux........................60
5.08 Formation du personnel ..........................................................87 12e pilier : Innovation
12.01 Capacité d’innovation ..............................................................94
12.02 Qualité des établissements de recherche ..............................93
12.03 Dépenses de R&D des entreprises.........................................97
12.04 Collaboration universités-entreprises pour la recherche et le
développement ......................................................................104
12.05 Acquisition publique de technologies avancées ......................71
12.06 Scientifiques et ingénieurs travaillant dans le pays.................46
12.07 Brevets d’invention par million d’habitants* ...........................86

Notes : Les rangs correspondant à des avantages concurrentiels non négligeables sont surlignés. Les astérisques (*) indiquent que les données sont issues de
sources autres que le World Economic Forum.Pour plus de détails et d'explications, veuillez vous référer à la section “How to Read the Country/Economy
Profiles” dans Le Rapport sur la compétitivité globale 2010-2011.
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010

Oman
Principaux indicateurs, 2009
PIB (PPA) par habitant (dollars internationaux), 1980–2009
Population (millions d’habitants)..............................2.8
PIB (milliards d'USD)................................................53.4 Oman Moyen-Orient et Afrique du Nord
30,000
PIB par habitant (USD) ........................................18,013
Part du PIB (PPA) (%) du PIB total mondial.........0.10 20,000

10,000

0
1980 1982 1984 1986 1988 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 2006 2008
Sources: UNFPA, FMI, Banque mondiale

Indice de compétitivité globale


Classement Score Stade de développement
(sur 139 économies) (1–7)
GCI 2010–2011.........................................................34 ......4.6 Transition Transition
1 1–2 2 2–3 3
GCI 2009–2010 (sur 133) ......................................................41 ........4.5
GCI 2008–2009 (sur 134) ......................................................38 ........4.6 Tiré par Tiré par Tiré par
les facteurs l’efficience l’innovation
Paramètres de base ............................................................24 ........5.4
1er pilier : Institutions .........................................................16 ........5.4
2e pilier : Infrastructure......................................................33 ........4.9 Institutions
7
3e pilier : Stabilité macro-économique..............................3 ........6.1 Innovation Infrastructure
6
4e pilier : Santé et enseignement primaire .....................99 ........5.2
5
Sophistication Stabilité
Sources d’efficience...........................................................48 ........4.3 4
macroéconomique
des entreprises
5e pilier : Enseignement supérieur et formation ............63 ........4.2 3
52 6e pilier : Efficience des marchés des produits .............25 ........4.8 2
Santé et
7e pilier : Efficience du marché du travail.......................36 ........4.7 Taille 1
enseignement primaire
du marché
8e pilier : Développement des marchés financiers .......30 ........4.7
9e pilier : Ouverture à la technologie...............................59 ........3.8
Ouverture à Enseignement supérieur
10e pilier : Taille du marché ...............................................73 ........3.6 la technologie et formation

Sources d’innovation et de sophistication.....................47 ........3.9 Développement des Efficience des marchés


11e pilier : Sophistication des entreprises ......................45 ........4.3 marchés financiers des produits
12e pilier : Innovation ..........................................................47 ........3.5 Efficience du marché

Oman Économies en transition du stade 2 au stade 3

Principaux freins à la pratique des affaires


Droit du travail contraignant .......................................28.3
Formation inadéquate de la main-d’œuvre ..............15.6
Accès au financement .................................................13.5
Manque d’éthique professionnelle au sein de
la population active ......................................................12.9
Insuffisance de l’infrastructure ....................................8.6
Réglementation sur le change......................................4.7
Inefficience de l’administration publique ...................4.5
Inflation .............................................................................3.7
Instabilité des politiques publiques .............................3.3
Corruption.........................................................................1.6
Délits et vols.....................................................................0.8
Instabilité du gouvernement/coup d’État....................0.8
Réglementation fiscale...................................................0.7
Qualité de la santé publique .........................................0.6
Taux d’imposition.............................................................0.3

0 5 10 15 20 25 30
Pourcentage des réponses

Note : Les personnes interrogées devaient désigner, dans une liste de 15 critères, les cinq les plus problématiques, et les classer de 1 (le plus problématique) à 5.
Les barres du diagramme correspondent aux réponses pondérées en fonction de leur classement.
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010
Oman
Détail de l’indice de compétitivité globale
INDICATEUR RANG/139 INDICATEUR RANG/139
1er pilier : Institutions 6e pilier : Efficience des marchés des produits
1.01 Droits de propriété ..................................................................24 6.01 Intensité de la concurrence locale...........................................53
1.02 Protection de la propriété intellectuelle...................................20 6.02 Concentration du marché ........................................................72
1.03 Détournement de fonds publics..............................................18 6.03 Efficacité de la politique de la concurrence.............................36
1.04 Confiance de la population dans la classe politique ................11 6.04 Ampleur et répercussions des prélèvements fiscaux ...............4
1.05 Versements irréguliers et pots-de-vin......................................22 6.05 Taux d’imposition total* ..........................................................14
1.06 Indépendance du pouvoir judiciaire .........................................31 6.06 Nombre de démarches nécessaires à la création
1.07 Népotisme dans les décisions des fonctionnaires ..................17 d’une entreprise* ....................................................................23
1.08 Gaspillage des fonds publics .....................................................4 6.07 Délai nécessaire à la création d’une entreprise* ....................42
1.09 Poids de la réglementation........................................................8 6.08 Coût de la politique agricole ....................................................77
1.10 Efficacité du cadre juridique dans la résolution des litiges......16 6.09 Prévalence des obstacles aux échanges ................................28
1.11 Efficacité du cadre juridique dans la contestation 6.10 Droits de douane pondérés par les échanges*.......................59
des réglementations ..............................................................23 6.11 Prévalence des intérêts étrangers dans le capital...................87
1.12 Information sur les politiques publiques .................................32 6.12 Impact sur les entreprises de la réglementation sur l’IDE......54
1.13 Coût du terrorisme pour les entreprises .................................11 6.13 Poids des procédures douanières ...........................................19
1.14 Coût de la délinquance et de la violence pour les entreprises .......2 6.14 Attitude vis-à-vis des clients ....................................................29
1.15 Crime organisé ........................................................................15 6.15 Sophistication des acheteurs...................................................42
1.16 Fiabilité des services de police ...............................................20
1.17 Éthique des entreprises ..........................................................23 7e pilier : Efficience du marché du travail
1.18 Qualité des normes d’audit et de communication financière .37 7.01 Coopération dans les relations personnel/employeurs ...........23
1.19 Efficacité des conseils d’administration ..................................32 7.02 Souplesse dans la fixation des salaires...................................37
1.20 Protection des intérêts des actionnaires minoritaires .............12 7.03 Rigidité de l’emploi*................................................................27
1.21 Qualité de la protection des investisseurs* ............................77 7.04 Pratiques d’embauche et de licenciement ..............................39
7.05 Coût de licenciement* ..............................................................6
2e pilier : Infrastructure 7.06 Rémunération et productivité..................................................31
2.01 Qualité de l’infrastructure générale .........................................21 7.07 Fiabilité de l’encadrement .......................................................44
2.02 Qualité de l’infrastructure routière...........................................10 7.08 Fuite des cerveaux .................................................................24
2.03 Qualité de l’infrastructure ferroviaire ......................................n/a 7.09 Participation des femmes à la population active* .................132
2.04 Qualité de l’infrastructure portuaire.........................................33
2.05 Qualité de l’infrastructure de transport aérien ........................41 8e pilier : Développement des marchés financiers
2.06 Sièges-kilomètres aériens disponibles* ..................................73 8.01 Disponibilité des services financiers .......................................57
53
2.07 Quality of electricity supply .....................................................22 8.02 Accessibilité des services financiers.......................................28
2.08 Lignes téléphoniques fixes*....................................................92 8.03 Financement via les Bourses locales ......................................18
2.09 Abonnements à des services de téléphonie portable*...........18 8.04 Facilité d’accès aux prêts ........................................................13
8.05 Disponibilité du capital-risque..................................................15
3e pilier : Stabilité macro-économique 8.06 Limitation des flux de capitaux ...............................................34
3.01 Excédent/déficit public* ............................................................9 8.07 Solvabilité des banques...........................................................28
3.02 Taux d’épargne national*...........................................................7 8.08 Réglementation des Bourses des valeurs mobilières .............16
3.03 Inflation*..................................................................................82 8.09 Indice des droits des créanciers et emprunteurs*..................86
3.04 Écart de taux d’intérêt*...........................................................38
3.05 Dette publique* .........................................................................3 9e pilier : Ouverture à la technologie
3.06 Cote de solvabilité par pays*...................................................42 9.01 Disponibilité des technologies les plus récentes ....................57
9.02 Assimilation de la technologie par les entreprises ..................52
4e pilier : Santé et enseignement primaire 9.03 IDE et transfert de technologie ...............................................52
4.01 Impact du paludisme sur les entreprises .................................1 9.04 Internautes* ............................................................................51
4.02 Incidence du paludisme*...........................................................1 9.05 Abonnements Internet large bande* ......................................89
4.03 Impact de la tuberculose sur l’activité des entreprises...........68 9.06 Largeur de bande des accès Internet* ...................................68
4.04 Incidence de la tuberculose*...................................................35
4.05 Impact du VIH/sida sur les entreprises....................................60 10e pilier : Taille du marché
4.06 Prévalence du VIH* ...................................................................1 10.01 Indice de la taille du marché intérieur* ...................................77
4.07 Mortalité infantile* ..................................................................53 10.02 Indice de la taille du marché extérieur* ..................................66
4.08 Espérance de vie* ...................................................................43
4.09 Qualité de l’enseignement primaire ........................................48 11e pilier : Sophistication des entreprises
4.10 Taux de scolarisation dans le primaire*.................................131 11.01 Nombre de fournisseurs locaux...............................................74
11.02 Qualité des fournisseurs locaux ..............................................50
5e pilier : Enseignement supérieur et formation 11.03 Niveau de développement des clusters ..................................31
5.01 Taux de scolarisation dans le secondaire* ..............................70 11.04 Nature de l’avantage concurrentiel..........................................46
5.02 Taux d’inscriptions dans le supérieur* ....................................81 11.05 Position dans la chaîne de valeur.............................................56
5.03 Qualité du système éducatif ...................................................43 11.06 Contrôle local de la distribution à l’international......................22
5.04 Qualité de l’enseignement mathématique et scientifique ......58 11.07 Sophistication des processus de production...........................45
5.05 Qualité des écoles de commerce ...........................................81 11.08 Utilisation du marketing...........................................................64
5.06 Accès à Internet dans les écoles ............................................46 11.09 Volonté de déléguer des pouvoirs ...........................................39
5.07 Services de recherche et de formation locaux........................85
5.08 Formation du personnel ..........................................................45 12e pilier : Innovation
12.01 Capacité d’innovation ..............................................................61
12.02 Qualité des établissements de recherche ..............................57
12.03 Dépenses de R&D des entreprises.........................................51
12.04 Collaboration universités-entreprises pour la recherche et le
développement........................................................................50
12.05 Acquisition publique de technologies avancées ......................11
12.06 Scientifiques et ingénieurs travaillant dans le pays.................87
12.07 Brevets d’invention par million d’habitants* ...........................63

Notes : Les rangs correspondant à des avantages concurrentiels non négligeables sont surlignés. Les astérisques (*) indiquent que les données sont issues de
sources autres que le World Economic Forum.Pour plus de détails et d'explications, veuillez vous référer à la section “How to Read the Country/Economy
Profiles” dans Le Rapport sur la compétitivité globale 2010-2011.
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010

Qatar
Principaux indicateurs, 2009
PIB (PPA) par habitant (dollars internationaux), 1980–2009
Population (millions d’habitants)..............................1.4
PIB (milliards d'USD)................................................83.9 Qatar Moyen-Orient et Afrique du Nord
100,000
PIB par habitant (USD) ........................................68,872
75,000
Part du PIB (PPA) (%) du PIB total mondial.........0.15
50,000

25,000

0
1980 1982 1984 1986 1988 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 2006 2008
Sources: UNFPA, FMI, Banque mondiale

Indice de compétitivité globale


Classement Score Stade de développement
(sur 139 économies) (1–7)
GCI 2010–2011.........................................................17 ......5.1 Transition Transition
1 1–2 2 2–3 3
GCI 2009–2010 (sur 133) ......................................................22 ........4.9
GCI 2008–2009 (sur 134) ......................................................26 ........4.8 Tiré par Tiré par Tiré par
les facteurs l’efficience l’innovation
Paramètres de base ............................................................13 ........5.7
1er pilier : Institutions .........................................................10 ........5.6
2e pilier : Infrastructure......................................................25 ........5.2 Institutions
7
3e pilier : Stabilité macro-économique..............................8 ........5.7 Innovation Infrastructure
6
4e pilier : Santé et enseignement primaire .....................15 ........6.4
5
Sophistication Stabilité
Sources d’efficience...........................................................26 ........4.7 4 macroéconomique
des entreprises
5e pilier : Enseignement supérieur et formation ............32 ........4.8 3
54 6e pilier : Efficience des marchés des produits .............12 ........5.1 2
Santé et
7e pilier : Efficience du marché du travail.......................14 ........5.0 Taille 1
enseignement primaire
du marché
8e pilier : Développement des marchés financiers .......19 ........4.9
9e pilier : Ouverture à la technologie...............................36 ........4.4
Ouverture à Enseignement supérieur
10e pilier : Taille du marché ...............................................66 ........3.7 la technologie et formation

Sources d’innovation et de sophistication.....................23 ........4.5 Développement des Efficience des marchés


11e pilier : Sophistication des entreprises ......................21 ........4.8 marchés financiers des produits
12e pilier : Innovation ..........................................................23 ........4.1 Efficience du marché

Qatar Économies en transition du stade 1 au stade 2

Principaux freins à la pratique des affaires


Droit du travail contraignant .......................................27.7
Accès au financement .................................................22.3
Formation inadéquate de la main-d’œuvre ..............10.6
Insuffisance de l’infrastructure ....................................8.2
Réglementation sur le change......................................7.0
Inflation .............................................................................6.8
Inefficience de l’administration publique ...................6.2
Qualité de la santé publique .........................................4.8
Instabilité des politiques publiques .............................3.0
Manque d’éthique professionnelle au sein de
la population active ........................................................2.1
Réglementation fiscale...................................................0.6
Instabilité du gouvernement/coup d’État....................0.4
Taux d’imposition.............................................................0.4
Délits et vols.....................................................................0.0
Corruption.........................................................................0.0

0 5 10 15 20 25 30
Pourcentage des réponses

Note : Les personnes interrogées devaient désigner, dans une liste de 15 critères, les cinq les plus problématiques, et les classer de 1 (le plus problématique) à 5.
Les barres du diagramme correspondent aux réponses pondérées en fonction de leur classement.
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010
Qatar
Détail de l’indice de compétitivité globale
INDICATEUR RANG/139 INDICATEUR RANG/139
1er pilier : Institutions 6e pilier : Efficience des marchés des produits
1.01 Droits de propriété ..................................................................25 6.01 Intensité de la concurrence locale.............................................3
1.02 Protection de la propriété intellectuelle...................................28 6.02 Concentration du marché ..........................................................7
1.03 Détournement de fonds publics..............................................12 6.03 Efficacité de la politique de la concurrence.............................30
1.04 Confiance de la population dans la classe politique..................2 6.04 Ampleur et répercussions des prélèvements fiscaux .............11
1.05 Versements irréguliers et pots-de-vin......................................17 6.05 Taux d’imposition total* ............................................................3
1.06 Indépendance du pouvoir judiciaire ...........................................7 6.06 Nombre de démarches nécessaires à la création
1.07 Népotisme dans les décisions des fonctionnaires ....................4 d’une entreprise* ....................................................................34
1.08 Gaspillage des fonds publics .....................................................3 6.07 Délai nécessaire à la création d’une entreprise* ....................13
1.09 Poids de la réglementation........................................................6 6.08 Coût de la politique agricole ....................................................68
1.10 Efficacité du cadre juridique dans la résolution des litiges........6 6.09 Prévalence des obstacles aux échanges ..................................1
1.11 Efficacité du cadre juridique dans la contestation 6.10 Droits de douane pondérés par les échanges*.......................61
des réglementations ..............................................................32 6.11 Prévalence des intérêts étrangers dans le capital...................25
1.12 Information sur les politiques publiques .................................15 6.12 Impact sur les entreprises de la réglementation sur l’IDE ......10
1.13 Coût du terrorisme pour les entreprises .................................38 6.13 Poids des procédures douanières ...........................................29
1.14 Coût de la délinquance et de la violence pour les entreprises .......3 6.14 Attitude vis-à-vis des clients ....................................................12
1.15 Crime organisé ........................................................................26 6.15 Sophistication des acheteurs...................................................39
1.16 Fiabilité des services de police .................................................9
1.17 Éthique des entreprises ..........................................................28 7e pilier : Efficience du marché du travail
1.18 Qualité des normes d’audit et de communication financière .12 7.01 Coopération dans les relations personnel/employeurs ...........20
1.19 Efficacité des conseils d’administration ..................................10 7.02 Souplesse dans la fixation des salaires.....................................2
1.20 Protection des intérêts des actionnaires minoritaires .............33 7.03 Rigidité de l’emploi*................................................................27
1.21 Qualité de la protection des investisseurs* ............................77 7.04 Pratiques d’embauche et de licenciement ..............................14
7.05 Coût de licenciement* ............................................................98
2e pilier : Infrastructure 7.06 Rémunération et productivité....................................................7
2.01 Qualité de l’infrastructure générale .........................................39 7.07 Fiabilité de l’encadrement .......................................................12
2.02 Qualité de l’infrastructure routière ..........................................41 7.08 Fuite des cerveaux ...................................................................2
2.03 Qualité de l’infrastructure ferroviaire ......................................n/a 7.09 Participation des femmes à la population active* .................121
2.04 Qualité de l’infrastructure portuaire.........................................27
2.05 Qualité de l’infrastructure de transport aérien ........................16 8e pilier : Développement des marchés financiers
2.06 Sièges-kilomètres aériens disponibles* ..................................30 8.01 Disponibilité des services financiers .......................................26
55
2.07 Quality of electricity supply .....................................................21 8.02 Accessibilité des services financiers.........................................8
2.08 Lignes téléphoniques fixes*....................................................65 8.03 Financement via les Bourses locales ........................................1
2.09 Abonnements à des services de téléphonie portable*.............4 8.04 Facilité d’accès aux prêts ..........................................................1
8.05 Disponibilité du capital-risque....................................................6
3e pilier : Stabilité macro-économique 8.06 Limitation des flux de capitaux .................................................9
3.01 Excédent/déficit public* ............................................................5 8.07 Solvabilité des banques...........................................................46
3.02 Taux d’épargne national* .........................................................10 8.08 Réglementation des Bourses des valeurs mobilières ...............6
3.03 Inflation*....................................................................................2 8.09 Indice des droits des créanciers et emprunteurs* ................103
3.04 Écart de taux d’intérêt*...........................................................61
3.05 Dette publique* .......................................................................16 9e pilier : Ouverture à la technologie
3.06 Cote de solvabilité par pays*...................................................29 9.01 Disponibilité des technologies les plus récentes ....................25
9.02 Assimilation de la technologie par les entreprises ....................8
4e pilier : Santé et enseignement primaire 9.03 IDE et transfert de technologie .................................................2
4.01 Impact du paludisme sur les entreprises .................................1 9.04 Internautes* ............................................................................79
4.02 Incidence du paludisme*...........................................................1 9.05 Abonnements Internet large bande* ......................................49
4.03 Impact de la tuberculose sur l’activité des entreprises...........72 9.06 Largeur de bande des accès Internet* ...................................58
4.04 Incidence de la tuberculose*...................................................72
4.05 Impact du VIH/sida sur les entreprises....................................94 10e pilier : Taille du marché
4.06 Prévalence du VIH* .................................................................47 10.01 Indice de la taille du marché intérieur* ...................................66
4.07 Mortalité infantile* ..................................................................48 10.02 Indice de la taille du marché extérieur* ..................................64
4.08 Espérance de vie* ...................................................................42
4.09 Qualité de l’enseignement primaire ..........................................5 11e pilier : Sophistication des entreprises
4.10 Taux de scolarisation dans le primaire*...................................69 11.01 Nombre de fournisseurs locaux ................................................2
11.02 Qualité des fournisseurs locaux ................................................9
5e pilier : Enseignement supérieur et formation 11.03 Niveau de développement des clusters ..................................21
5.01 Taux de scolarisation dans le secondaire* ..............................49 11.04 Nature de l’avantage concurrentiel..........................................58
5.02 Taux d’inscriptions dans le supérieur*...................................106 11.05 Position dans la chaîne de valeur.............................................85
5.03 Qualité du système éducatif .....................................................4 11.06 Contrôle local de la distribution à l’international......................50
5.04 Qualité de l’enseignement mathématique et scientifique ........4 11.07 Sophistication des processus de production.............................8
5.05 Qualité des écoles de commerce .............................................1 11.08 Utilisation du marketing.............................................................6
5.06 Accès à Internet dans les écoles ..............................................4 11.09 Volonté de déléguer des pouvoirs ...........................................41
5.07 Services de recherche et de formation locaux........................71
5.08 Formation du personnel...........................................................19 12e pilier : Innovation
12.01 Capacité d’innovation ..............................................................45
12.02 Qualité des établissements de recherche ..............................22
12.03 Dépenses de R&D des entreprises.........................................41
12.04 Collaboration universités-entreprises pour la recherche et le
développement........................................................................27
12.05 Acquisition publique de technologies avancées ........................1
12.06 Scientifiques et ingénieurs travaillant dans le pays...................9
12.07 Brevets d’invention par million d’habitants* ...........................48

Notes : Les rangs correspondant à des avantages concurrentiels non négligeables sont surlignés. Les astérisques (*) indiquent que les données sont issues de
sources autres que le World Economic Forum.Pour plus de détails et d'explications, veuillez vous référer à la section “How to Read the Country/Economy
Profiles” dans Le Rapport sur la compétitivité globale 2010-2011.
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010

Syrie
Principaux indicateurs, 2009
PIB (PPA) par habitant (dollars internationaux), 1980–2009
Population (millions d’habitants)............................21.9
PIB (milliards d'USD)................................................52.5 Syrie Moyen-Orient et Afrique du Nord
12,000
PIB par habitant (USD) ..........................................2,579
9,000
Part du PIB (PPA) (%) du PIB total mondial.........0.14
6,000

3,000

0
1980 1982 1984 1986 1988 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 2006 2008
Sources: UNFPA, FMI, Banque mondiale

Indice de compétitivité globale


Classement Score Stade de développement
(sur 139 économies) (1–7)
GCI 2010–2011.........................................................97 ......3.8 Transition Transition
1 1–2 2 2–3 3
GCI 2009–2010 (sur 133) ......................................................94 ........3.8
GCI 2008–2009 (sur 134) ......................................................78 ........4.0 Tiré par Tiré par Tiré par
les facteurs l’efficience l’innovation
Paramètres de base ............................................................84 ........4.3
1er pilier : Institutions .........................................................78 ........3.8
2e pilier : Infrastructure....................................................105 ........2.9 Institutions
7
3e pilier : Stabilité macro-économique............................58 ........4.8 Innovation Infrastructure
6
4e pilier : Santé et enseignement primaire .....................67 ........5.7
5
Sophistication Stabilité
Sources d’efficience.........................................................117 ........3.4 4 macroéconomique
des entreprises
5e pilier : Enseignement supérieur et formation ..........107 ........3.3 3
56 6e pilier : Efficience des marchés des produits ...........115 ........3.7 2
Santé et
7e pilier : Efficience du marché du travail.....................132 ........3.4 Taille 1
enseignement primaire
du marché
8e pilier : Développement des marchés financiers .....124 ........3.2
9e pilier : Ouverture à la technologie.............................111 ........2.9
Ouverture à Enseignement supérieur
10e pilier : Taille du marché ...............................................65 ........3.7 la technologie et formation

Sources d’innovation et de sophistication...................115 ........3.0 Développement des Efficience des marchés


11e pilier : Sophistication des entreprises ....................103 ........3.5 marchés financiers des produits
12e pilier : Innovation ........................................................128 ........2.5 Efficience du marché

Syrie Économies en transition du stade 1 au stade 2

Principaux freins à la pratique des affaires


Formation inadéquate de la main-d’œuvre ..............16.2
Inefficience de l’administration publique .................15.2
Droit du travail contraignant .......................................14.4
Accès au financement .................................................10.7
Corruption.........................................................................9.4
Manque d’éthique professionnelle au sein de
la population active ........................................................9.0
Réglementation fiscale...................................................6.6
Insuffisance de l’infrastructure ....................................6.1
Taux d’imposition.............................................................4.6
Réglementation sur le change......................................4.0
Inflation .............................................................................2.3
Instabilité des politiques publiques .............................0.8
Qualité de la santé publique .........................................0.8
Instabilité du gouvernement/coup d’État....................0.0
Délits et vols.....................................................................0.0

0 5 10 15 20 25 30
Pourcentage des réponses

Note : Les personnes interrogées devaient désigner, dans une liste de 15 critères, les cinq les plus problématiques, et les classer de 1 (le plus problématique) à 5.
Les barres du diagramme correspondent aux réponses pondérées en fonction de leur classement.
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010
Syrie
Détail de l’indice de compétitivité globale
INDICATEUR RANG/139 INDICATEUR RANG/139
1er pilier : Institutions 6e pilier : Efficience des marchés des produits
1.01 Droits de propriété ..................................................................62 6.01 Intensité de la concurrence locale...........................................70
1.02 Protection de la propriété intellectuelle...................................75 6.02 Concentration du marché.......................................................119
1.03 Détournement de fonds publics..............................................93 6.03 Efficacité de la politique de la concurrence ...........................110
1.04 Confiance de la population dans la classe politique................50 6.04 Ampleur et répercussions des prélèvements fiscaux .............67
1.05 Versements irréguliers et pots-de-vin ....................................116 6.05 Taux d’imposition total*...........................................................76
1.06 Indépendance du pouvoir judiciaire .......................................107 6.06 Nombre de démarches nécessaires à la création
1.07 Népotisme dans les décisions des fonctionnaires ..................91 d’une entreprise* ....................................................................57
1.08 Gaspillage des fonds publics ...................................................73 6.07 Délai nécessaire à la création d’une entreprise* ....................63
1.09 Poids de la réglementation ....................................................130 6.08 Coût de la politique agricole ....................................................59
1.10 Efficacité du cadre juridique dans la résolution des litiges ....118 6.09 Prévalence des obstacles aux échanges ..............................118
1.11 Efficacité du cadre juridique dans la contestation 6.10 Droits de douane pondérés par les échanges* .....................109
des réglementations .............................................................121 6.11 Prévalence des intérêts étrangers dans le capital.................137
1.12 Information sur les politiques publiques................................133 6.12 Impact sur les entreprises de la réglementation sur l’IDE ....114
1.13 Coût du terrorisme pour les entreprises ...................................6 6.13 Poids des procédures douanières .........................................134
1.14 Coût de la délinquance et de la violence pour les entreprises .......1 6.14 Attitude vis-à-vis des clients ..................................................104
1.15 Crime organisé ..........................................................................6 6.15 Sophistication des acheteurs.................................................127
1.16 Fiabilité des services de police ...............................................94
1.17 Éthique des entreprises ..........................................................80 7e pilier : Efficience du marché du travail
1.18 Qualité des normes d’audit et de communication financière133 7.01 Coopération dans les relations personnel/employeurs ...........94
1.19 Efficacité des conseils d’administration .................................117 7.02 Souplesse dans la fixation des salaires...................................52
1.20 Protection des intérêts des actionnaires minoritaires .............56 7.03 Rigidité de l’emploi*................................................................48
1.21 Qualité de la protection des investisseurs* ............................99 7.04 Pratiques d’embauche et de licenciement ..............................99
7.05 Coût de licenciement*...........................................................102
2e pilier : Infrastructure 7.06 Rémunération et productivité ................................................100
2.01 Qualité de l’infrastructure générale .........................................95 7.07 Fiabilité de l’encadrement .....................................................133
2.02 Qualité de l’infrastructure routière ..........................................85 7.08 Fuite des cerveaux ................................................................118
2.03 Qualité de l’infrastructure ferroviaire .......................................66 7.09 Participation des femmes à la population active* .................136
2.04 Qualité de l’infrastructure portuaire .......................................117
2.05 Qualité de l’infrastructure de transport aérien.......................126 8e pilier : Développement des marchés financiers
2.06 Sièges-kilomètres aériens disponibles* ..................................81 8.01 Disponibilité des services financiers .....................................130
57
2.07 Quality of electricity supply ...................................................107 8.02 Accessibilité des services financiers .....................................125
2.08 Lignes téléphoniques fixes*....................................................73 8.03 Financement via les Bourses locales ....................................103
2.09 Abonnements à des services de téléphonie portable* .........116 8.04 Facilité d’accès aux prêts ......................................................100
8.05 Disponibilité du capital-risque ................................................113
3e pilier : Stabilité macro-économique 8.06 Limitation des flux de capitaux ..............................................117
3.01 Excédent/déficit public* ..........................................................99 8.07 Solvabilité des banques...........................................................63
3.02 Taux d’épargne national*.........................................................41 8.08 Réglementation des Bourses des valeurs mobilières ...........102
3.03 Inflation*..................................................................................64 8.09 Indice des droits des créanciers et emprunteurs*................134
3.04 Écart de taux d’intérêt*...........................................................43
3.05 Dette publique* .......................................................................54 9e pilier : Ouverture à la technologie
3.06 Cote de solvabilité par pays*.................................................106 9.01 Disponibilité des technologies les plus récentes ..................126
9.02 Assimilation de la technologie par les entreprises ..................76
4e pilier : Santé et enseignement primaire 9.03 IDE et transfert de technologie .............................................121
4.01 Impact du paludisme sur les entreprises .................................1 9.04 Internautes* ............................................................................91
4.02 Incidence du paludisme*...........................................................1 9.05 Abonnements Internet large bande*.....................................109
4.03 Impact de la tuberculose sur l’activité des entreprises...........49 9.06 Largeur de bande des accès Internet* ...................................90
4.04 Incidence de la tuberculose*...................................................48
4.05 Impact du VIH/sida sur les entreprises....................................33 10e pilier : Taille du marché
4.06 Prévalence du VIH* ...................................................................1 10.01 Indice de la taille du marché intérieur* ...................................63
4.07 Mortalité infantile* ..................................................................65 10.02 Indice de la taille du marché extérieur* ..................................73
4.08 Espérance de vie* ...................................................................57
4.09 Qualité de l’enseignement primaire ........................................86 11e pilier : Sophistication des entreprises
4.10 Taux de scolarisation dans le primaire*...................................63 11.01 Nombre de fournisseurs locaux ..............................................67
11.02 Qualité des fournisseurs locaux ............................................124
5e pilier : Enseignement supérieur et formation 11.03 Niveau de développement des clusters ................................102
5.01 Taux de scolarisation dans le secondaire* ..............................97 11.04 Nature de l’avantage concurrentiel ........................................114
5.02 Taux d’inscriptions dans le supérieur* ....................................79 11.05 Position dans la chaîne de valeur...........................................100
5.03 Qualité du système éducatif..................................................109 11.06 Contrôle local de la distribution à l’international......................35
5.04 Qualité de l’enseignement mathématique et scientifique ......70 11.07 Sophistication des processus de production...........................85
5.05 Qualité des écoles de commerce ..........................................115 11.08 Utilisation du marketing.........................................................123
5.06 Accès à Internet dans les écoles ..........................................131 11.09 Volonté de déléguer des pouvoirs ...........................................92
5.07 Services de recherche et de formation locaux ......................114
5.08 Formation du personnel.........................................................139 12e pilier : Innovation
12.01 Capacité d’innovation.............................................................134
12.02 Qualité des établissements de recherche ............................127
12.03 Dépenses de R&D des entreprises.......................................137
12.04 Collaboration universités-entreprises pour la recherche et le
développement......................................................................137
12.05 Acquisition publique de technologies avancées.....................119
12.06 Scientifiques et ingénieurs travaillant dans le pays.................62
12.07 Brevets d’invention par million d’habitants* ...........................90

Notes : Les rangs correspondant à des avantages concurrentiels non négligeables sont surlignés. Les astérisques (*) indiquent que les données sont issues de
sources autres que le World Economic Forum.Pour plus de détails et d'explications, veuillez vous référer à la section “How to Read the Country/Economy
Profiles” dans Le Rapport sur la compétitivité globale 2010-2011.
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010

Tunisie
Principaux indicateurs, 2009
PIB (PPA) par habitant (dollars internationaux), 1980–2009
Population (millions d’habitants)............................10.3
PIB (milliards d'USD)................................................40.2 Tunisie Moyen-Orient et Afrique du Nord
9,000
PIB par habitant (USD) ..........................................3,852
Part du PIB (PPA) (%) du PIB total mondial.........0.12 6,000

3,000

0
1980 1982 1984 1986 1988 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 2006 2008
Sources: UNFPA, FMI, Banque mondiale

Indice de compétitivité globale


Classement Score Stade de développement
(sur 139 économies) (1–7)
GCI 2010–2011.........................................................32 ......4.7 Transition Transition
1 1–2 2 2–3 3
GCI 2009–2010 (sur 133) ......................................................40 ........4.5
GCI 2008–2009 (sur 134) ......................................................36 ........4.6 Tiré par Tiré par Tiré par
les facteurs l’efficience l’innovation
Paramètres de base ............................................................31 ........5.3
1er pilier : Institutions .........................................................23 ........5.2
2e pilier : Infrastructure......................................................46 ........4.5 Institutions
7
3e pilier : Stabilité macro-économique............................38 ........5.1 Innovation Infrastructure
6
4e pilier : Santé et enseignement primaire .....................31 ........6.2
5
Sophistication Stabilité
Sources d’efficience...........................................................50 ........4.3 4 macroéconomique
des entreprises
5e pilier : Enseignement supérieur et formation ............30 ........4.9 3
58 6e pilier : Efficience des marchés des produits .............33 ........4.7 2
Santé et
7e pilier : Efficience du marché du travail.......................79 ........4.3 Taille 1
enseignement primaire
du marché
8e pilier : Développement des marchés financiers .......58 ........4.3
9e pilier : Ouverture à la technologie...............................55 ........3.9
Ouverture à Enseignement supérieur
10e pilier : Taille du marché ...............................................67 ........3.7 la technologie et formation

Sources d’innovation et de sophistication.....................34 ........4.1 Développement des Efficience des marchés


11e pilier : Sophistication des entreprises ......................42 ........4.3 marchés financiers des produits
12e pilier : Innovation ..........................................................31 ........3.8 Efficience du marché

Tunisie Efficiency-driven economies

Principaux freins à la pratique des affaires


Accès au financement .................................................17.7
Droit du travail contraignant .......................................11.7
Inefficience de l’administration publique .................11.0
Réglementation sur le change....................................10.5
Formation inadéquate de la main-d’œuvre ................8.6
Manque d’éthique professionnelle au sein de
la population active ........................................................8.2
Insuffisance de l’infrastructure ....................................8.0
Taux d’imposition.............................................................7.9
Réglementation fiscale...................................................7.8
Inflation .............................................................................4.4
Corruption.........................................................................3.0
Instabilité des politiques publiques .............................0.9
Instabilité du gouvernement/coup d’État....................0.2
Délits et vols.....................................................................0.2
Qualité de la santé publique .........................................0.0

0 5 10 15 20 25 30
Pourcentage des réponses

Note : Les personnes interrogées devaient désigner, dans une liste de 15 critères, les cinq les plus problématiques, et les classer de 1 (le plus problématique) à 5.
Les barres du diagramme correspondent aux réponses pondérées en fonction de leur classement.
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010
Tunisie
Détail de l’indice de compétitivité globale
INDICATEUR RANG/139 INDICATEUR RANG/139
1er pilier : Institutions 6e pilier : Efficience des marchés des produits
1.01 Droits de propriété ..................................................................31 6.01 Intensité de la concurrence locale...........................................34
1.02 Protection de la propriété intellectuelle...................................37 6.02 Concentration du marché ........................................................17
1.03 Détournement de fonds publics..............................................20 6.03 Efficacité de la politique de la concurrence.............................18
1.04 Confiance de la population dans la classe politique................15 6.04 Ampleur et répercussions des prélèvements fiscaux .............14
1.05 Versements irréguliers et pots-de-vin......................................33 6.05 Taux d’imposition total* .........................................................119
1.06 Indépendance du pouvoir judiciaire .........................................40 6.06 Nombre de démarches nécessaires à la création
1.07 Népotisme dans les décisions des fonctionnaires ..................12 d’une entreprise* ....................................................................99
1.08 Gaspillage des fonds publics .....................................................5 6.07 Délai nécessaire à la création d’une entreprise* ....................39
1.09 Poids de la réglementation......................................................15 6.08 Coût de la politique agricole ......................................................8
1.10 Efficacité du cadre juridique dans la résolution des litiges......17 6.09 Prévalence des obstacles aux échanges ................................57
1.11 Efficacité du cadre juridique dans la contestation 6.10 Droits de douane pondérés par les échanges* .....................127
des réglementations ...............................................................19 6.11 Prévalence des intérêts étrangers dans le capital...................45
1.12 Information sur les politiques publiques .................................20 6.12 Impact sur les entreprises de la réglementation sur l’IDE........6
1.13 Coût du terrorisme pour les entreprises .................................28 6.13 Poids des procédures douanières ...........................................38
1.14 Coût de la délinquance et de la violence pour les entreprises .......5 6.14 Attitude vis-à-vis des clients ....................................................36
1.15 Crime organisé ........................................................................17 6.15 Sophistication des acheteurs...................................................40
1.16 Fiabilité des services de police ...............................................29
1.17 Éthique des entreprises ..........................................................29 7e pilier : Efficience du marché du travail
1.18 Qualité des normes d’audit et de communication financière .54 7.01 Coopération dans les relations personnel/employeurs ...........32
1.19 Efficacité des conseils d’administration ..................................33 7.02 Souplesse dans la fixation des salaires .................................115
1.20 Protection des intérêts des actionnaires minoritaires .............11 7.03 Rigidité de l’emploi* ..............................................................100
1.21 Qualité de la protection des investisseurs* ............................59 7.04 Pratiques d’embauche et de licenciement ..............................52
7.05 Coût de licenciement* ............................................................29
2e pilier : Infrastructure 7.06 Rémunération et productivité..................................................52
2.01 Qualité de l’infrastructure générale .........................................30 7.07 Fiabilité de l’encadrement .......................................................40
2.02 Qualité de l’infrastructure routière ..........................................37 7.08 Fuite des cerveaux .................................................................42
2.03 Qualité de l’infrastructure ferroviaire .......................................29 7.09 Participation des femmes à la population active* .................129
2.04 Qualité de l’infrastructure portuaire.........................................41
2.05 Qualité de l’infrastructure de transport aérien ........................38 8e pilier : Développement des marchés financiers
2.06 Sièges-kilomètres aériens disponibles*...................................74 8.01 Disponibilité des services financiers .......................................42
59
2.07 Quality of electricity supply .....................................................35 8.02 Accessibilité des services financiers.......................................31
2.08 Lignes téléphoniques fixes*....................................................86 8.03 Financement via les Bourses locales ......................................25
2.09 Abonnements à des services de téléphonie portable*...........70 8.04 Facilité d’accès aux prêts ........................................................30
8.05 Disponibilité du capital-risque..................................................21
3e pilier : Stabilité macro-économique 8.06 Limitation des flux de capitaux ...............................................88
3.01 Excédent/déficit public* ..........................................................46 8.07 Solvabilité des banques...........................................................59
3.02 Taux d’épargne national*.........................................................38 8.08 Réglementation des Bourses des valeurs mobilières .............38
3.03 Inflation*..................................................................................85 8.09 Indice des droits des créanciers et emprunteurs* ................103
3.04 Écart de taux d’intérêt*...........................................................30
3.05 Dette publique* .......................................................................94 9e pilier : Ouverture à la technologie
3.06 Cote de solvabilité par pays*...................................................53 9.01 Disponibilité des technologies les plus récentes ....................42
9.02 Assimilation de la technologie par les entreprises ..................33
4e pilier : Santé et enseignement primaire 9.03 IDE et transfert de technologie ...............................................13
4.01 Impact du paludisme sur les entreprises .................................1 9.04 Internautes* ............................................................................67
4.02 Incidence du paludisme*...........................................................1 9.05 Abonnements Internet large bande* .......................................74
4.03 Impact de la tuberculose sur l’activité des entreprises...........33 9.06 Largeur de bande des accès Internet* ...................................52
4.04 Incidence de la tuberculose*...................................................50
4.05 Impact du VIH/sida sur les entreprises....................................16 10e pilier : Taille du marché
4.06 Prévalence du VIH* .................................................................22 10.01 Indice de la taille du marché intérieur* ...................................69
4.07 Mortalité infantile*...................................................................76 10.02 Indice de la taille du marché extérieur* ..................................67
4.08 Espérance de vie* ...................................................................56
4.09 Qualité de l’enseignement primaire ........................................22 11e pilier : Sophistication des entreprises
4.10 Taux de scolarisation dans le primaire*...................................33 11.01 Nombre de fournisseurs locaux ..............................................14
11.02 Qualité des fournisseurs locaux ..............................................45
5e pilier : Enseignement supérieur et formation 11.03 Niveau de développement des clusters ..................................75
5.01 Taux de scolarisation dans le secondaire* ..............................53 11.04 Nature de l’avantage concurrentiel..........................................44
5.02 Taux d’inscriptions dans le supérieur* ....................................69 11.05 Position dans la chaîne de valeur.............................................24
5.03 Qualité du système éducatif ...................................................20 11.06 Contrôle local de la distribution à l’international......................29
5.04 Qualité de l’enseignement mathématique et scientifique ........8 11.07 Sophistication des processus de production...........................49
5.05 Qualité des écoles de commerce ...........................................22 11.08 Utilisation du marketing...........................................................55
5.06 Accès à Internet dans les écoles ............................................47 11.09 Volonté de déléguer des pouvoirs ...........................................60
5.07 Services de recherche et de formation locaux........................27
5.08 Formation du personnel...........................................................18 12e pilier : Innovation
12.01 Capacité d’innovation ..............................................................36
12.02 Qualité des établissements de recherche ..............................38
12.03 Dépenses de R&D des entreprises.........................................35
12.04 Collaboration universités-entreprises pour la recherche et le
développement........................................................................41
12.05 Acquisition publique de technologies avancées ......................14
12.06 Scientifiques et ingénieurs travaillant dans le pays...................7
12.07 Brevets d’invention par million d’habitants* ...........................90

Notes : Les rangs correspondant à des avantages concurrentiels non négligeables sont surlignés. Les astérisques (*) indiquent que les données sont issues de
sources autres que le World Economic Forum.Pour plus de détails et d'explications, veuillez vous référer à la section “How to Read the Country/Economy
Profiles” dans Le Rapport sur la compétitivité globale 2010-2011.
Étude de la compétitivité du monde arabe 2010
Les auteurs
Masood Ahmed Sofiane Khatib
Masood Ahmed est le directeur de la division Moyen- Sofiane Khatib est Directeur adjoint de la division
Orient et Asie Centrale du Fonds monétaire international. Moyen-Orient et Afrique du Nord au sein du World
Il a débuté sa carrière au sein de la faculté d’économie Economic Forum et a pour responsabilité d’obtenir
de la London School of Economics avant de rejoindre la l’engagement des dirigeants d’entreprise et des dirigeants
Banque mondiale où, entre autres postes, il a occupé les politiques de la région dans un large ensemble d’activités
fonctions de Vice-président chargé de la Réduction de internationales. Sofiane dirige également les principales
la pauvreté et de la gestion économique. Il a également initiatives régionales du World Economic Forum, telles
exercé en tant que Directeur adjoint du Service que le Regional Agenda Council sur le Moyen-Orient
d’élaboration et d’examen des politiques ainsi qu’en qualité et l’Afrique du Nord ainsi que les différentes actions
de Directeur du Service des relations extérieures au sein entreprises pour la région méditerranéenne. Avant
du Fonds monétaire international. Il a également travaillé de rejoindre le Forum, Sofiane officiait en qualité de
en tant que Directeur général du service Politique et Consultant principal chez Booz&Co et a prodigué ses
développement international du Ministère britannique du conseils au gouvernement espagnol sur les questions de
développement international. financement des opérations de développement. Sofiane
est titulaire d’une Licence/Maîtrise en administration
Margareta Drzeniek Hanouz d’entreprise délivré par l’école de commerce ICADEl
Margareta Drzeniek Hanouz occupe les fonctions (Espagne), d’un Master en économie politique délivré par
de directrice et économiste en chef du Réseau de l’Université de Stanford et a validé le programme Global
compétitivité mondiale (Global Competitiveness Network) Leadership Fellows du World Economic Forum.
au sein du World Economic Forum, où elle est chargée
de la direction des recherches et de la rédaction des Regional Agenda Council sur le Moyen-Orient et
articles relatifs aux questions de compétitivité nationale, l’Afrique du Nord
notamment en ce qui concerne le monde arabe, l’Europe Le Regional Agenda Council sur le Moyen-Orient et
de l’Est et les échanges commerciaux internationaux. Elle l’Afrique du Nord (MENA) est un groupe d’experts
est l’auteur ou l’éditeur principal d’un grand nombre de convoqué par le World Economic Forum en vue d’aborder 61
rapports et d’articles régionaux et thématiques, notamment les questions essentielles au développement futur de cette
le Rapport mondial pour favoriser le commerce (Global région. Cette commission, qui a amorcé ses travaux en
Enabling Trade Report). Par le passé, elle a supervisé le août 2010, s’intéressera particulièrement, pour la période
façonnage économique de certains des projets de scénario 2010-2011, à trois questions fondamentales : l’impératif
du Forum. Il lui a également été confié l’élaboration de la d’une compétitivité durable, la croissance économique
section économique du programme de la réunion annuelle alimentée par les femmes et la formation centrée sur les
du World Economic Forum à Davos. Avant de rejoindre le étudiants. Cette commission ne servira pas uniquement de
Réseau de compétitivité mondiale, le Professeur Drzeniek plateforme permettant d’inclure le point de vue du MENA
Hanouz a travaillé durant plusieurs années en coopération sur les dernières recherches développées par le Forum,
avec le Centre du commerce international à Genève, mais fournira également la possibilité aux membres de la
pour lequel elle était chargée de la gestion des relations commission d’apporter une contribution essentielle au
avec les pays d’Europe centrale et d’Europe de l’Est. World Economic Forum sur le Moyen-Orient et l’Afrique
Le Professeur Drzeniek Hanouz a obtenu son diplôme du Nord (qui se tiendra à Marrakech du 26 au 28 octobre
d’économie au sein de l’Université de Münster et est 2010).
titulaire d’un doctorat en Économie internationale délivré
par l’Université de Bochum, toutes deux localisées en
Allemagne.
The World Economic Forum is an independent
international organization committed to improving
the state of the world by engaging business,
political, academic and other leaders of society
to shape global, regional and industry agendas.

Incorporated as a foundation in 1971, and


headquartered in Geneva, Switzerland, the
World Economic Forum is a not-for-profit
foundation, tied to no political or partisan interests.
(www.weforum.org)