Vous êtes sur la page 1sur 8

Flagrant Octobre2010_Octobre 2010 10-10-04 13:20 Page1

Le Flagrant Délit
Octobre 2010 Vol. 4 No 1

Les femmes ont le droit


Philippe Cordisco facultés de droit du Québec sont à d’améliorations en droit du travail. mandes d’admission sont conjonc-
pcord080@uottawa.ca parité homme-femme. La direc- La disparité homme-femme est turelles et le millier de tentatives
trice du doctorat Marie-Ève Syl- toujours d’actualité sur le marché de cette année est exceptionnel.
Rencontrer des filles de la Section vestre soutient que l’université du travail privé, alors que la majo- Plus de premières années que
de droit civil n’a jamais été aussi d’Ottawa a fait un grand effort à ce rité des associés des grandes d’habitude ont accepté l’offre de la
facile. Elles sont non seulement sujet sous l’impulsion de l’ex- firmes sont des hommes. Mme Section en s’inscrivant, ce qui en-
plus nombreuses en quantité, doyenne Nathalie Desrosiers. Ce- Goudreau explique cette situation traîne une maximisation des res-
mais aussi en proportion. Les pre- pendant, à son avis, certaines par une problématique de concilia- sources. Des classes bondées
mières années à la licence ont ra- difficultés structurelles sont encore tion travail-famille. « Le vrai pro- entraînent aussi des inconvé-
rement atteint cette masse présentes dans l’univers des blème, c’est l’harmonisation des nients au niveau de la proximité
démographique et les deux der- professeur-étudiant. La faculté
nières cohortes comptent deux déjà optimisée, l’administration
étudiantes pour un étudiant. semble victime de son succès.
Bien que certaines mesures aient
Alors qu’en 2008, 59 % des 229 été prises pour faire face aux dé-
membres du corps estudiantin bordements, Mme Goudreau re-
était de sexe féminin, ce rapport connaît d’office les problématiques
passe en 2009 à 66  % des 244 à venir et semble confiante en la
inscrits et en 2010 à 65 % des 300 capacité de la Section à s’en tirer
inscrits. « Ce n’est pas une dispa- sans trop de heurts. « On ne pré-
rité épouvantable, nous sommes tend pas que c’est l’idéal d’en-
une faculté assez équilibrée » sou- voyer les étudiants au pavillon
tient la vice-doyenne aux études, Lees, mais on vit dans un système
Mistrale Goudreau. Aucune étude d’offre et de demande… et il faut
administrative ne permet actuelle- répondre à la demande. » Les pro-

Photo: Philippe Cordisco


ment de déterminer si la plus fesseurs de première année sont
grande quantité de femmes ac- certainement les plus sollicités par
ceptées est due à leurs meilleurs la hausse d’admissions et les
résultats scolaires antérieurs ou heures de bureau risquent d’être
simplement à la plus grande pro- assiégées. Quoi qu’il en soit, les
portion de demandes d’admission quelques professeurs rencontrés
par celles-ci. par le Flagrant semblent occupés
comme à leur habitude sans né-
Une dépêche de l’Agence France- grands cabinets. Même si la pra- demandes de la vie familiale avec cessairement être épuisés en ce
Presse relatait récemment que tique privée s’est modernisée, les le travail… et par famille j’entends début d’année.
plus de femmes que d’hommes adaptations faites dans les der- aussi les personnes âgées. Il n’y a
obtiennent dorénavant des docto- nières années ne reflètent pas pas de souplesse qui permette Pour permettre à un professeur de
rats aux États-Unis. À Fauteux, idéalement les sensibilités asso- d’être absent au travail en droit. contribuer de façon majeure à la
cette réalité est frappante. Les ciées à la natalité, ou encore aux On peut difficilement se faire rem- recherche juridique, et ainsi pas-
femmes dominent les études su- longues heures de travail qui ac- placer quand il faut plaider devant ser de professeur agrégé à titu-
périeures en droit.  La tendance compagnent le grade hiérar- la cour suprême et on remarque laire, la faculté devrait en fait
statistique de deux femmes pour chique. La lutte pour les droits des que les femmes ont davantage réduire les tâches d’enseignement
un homme semble se confirmer au femmes est en évolution et selon tendance à raccourcir leurs heures de ses professeurs. Pris entre l’en-
niveau des études doctorales. la professeure Sylvestre, « il s’agit de travail pour accommoder leur seignement et la recherche, la
plus d’un discours de revendica- famille. » Section s’est rajeunie dans les
En dehors de Mcgill, une re- tions que d’un discours de vic- dernières années et les profes-
cherche non-exhaustive effectuée time. » seurs sont très sollicités par leurs
rapidement sur les sites Internet La Section prend du poids tâches scolaires, ce qui peut être
des universités montre que la plu- Les deux intervenantes de la Sec- Selon la professeure Goudreau, un enjeu quant à la publication du
part des corps professoraux des tion s’entendent sur le besoin les grandes quantités de de- savoir selon Mme Goudreau.

MENTOR 2010/2011

VOUS VOYEZ-VOUS
CHEZ NOUS?
www.stikeman.com

STIKEMAN ELLIOTT S.E.N.C.R.L., s.r.l. AVOCATS


Flagrant Octobre2010_Octobre 2010 10-10-04 13:20 Page2

Octobre, 2010 Le Flagrant délit p.2

Nouvelles
Délai d’attente record à la Cour suprême?
Catherine Blanchard cureur général) c. Canada (Procu- délai moyen le plus long depuis la
cblan016@uottawa.ca La Loi, de même que deux règle- reur général), a fait le bonheur de fin du XXe siècle, la moyenne entre
ments connexes, encadre aussi, la province. En concluant que 1999 et 2008 étant de 5,4 mois.
Alors que la population québécoise dans une certaine mesure, la pra- «  l’objectif du Parlement n’[était] Dans l’affaire en l’espèce, nous en
jouit de services assurés en ma- tique au Québec. En effet, on y pas de combattre une activité illi- sommes maintenant à 17 mois
tière de procréation assistée, Qué- édicte entre autres, les conditions cite, mais de remettre entre les d’attente.
bec attend toujours la décision qui de délivrance de permis pour les mains du gouvernement fédéral le
confirmera – ou affaiblira – ses cliniques qui voudront pratiquer les pouvoir de réglementer la procréa- L’attente la plus longue de l’his-
pleines compétences en la ma- interventions, les personnes à qui tion assistée », la Cour a déclaré toire? Aucun chiffre ne le confirme.
tière. le service peut être délivré, les inconstitutionnels 22 articles de la Mais sa durée paralyse. «  Avant
conditions de conservation du ma- Loi fédérale. même que ça ne soit contesté de-
Le 5 août dernier, la population tériel nécessaire pour procéder aux vant les tribunaux, c’était tout l’as-
québécoise voyait son système de interventions. Entre temps, Québec a entrepris pect règlementaire des pratiques
santé public entrer dans le do- l’écriture de sa Loi sur les activités de procréation assistée qui était
maine de la procréation assistée. En coulisse cliniques et de recherche en ma- mal définie  », explique la profes-
Depuis cette date, le Québec fi- Alors qu’il s’agit d’une victoire pour tière de procréation assistée. Les seure à la Section de droit civil Mi-
nance les activités médicales et les les couples infertiles québécois, circonstances entourant son élabo- chelle Giroux. «  Oui, les délais
médicaments liés à l’insémination dans les coulisses juridiques, l’his- ration si rapide ont laissé entendre actuels participent au flou en ma-
artificielle et à la fécondation in toire ne s’arrête pas là… et ne date une prise de position constitution- tière d’encadrement, mais des dé-
vitro. pas d’hier! nelle du Québec, selon qui la santé lais, il y en a depuis le début. »
est l’affaire des provinces. Comme le mentionne Mme Giroux,
Auparavant, le régime de santé pu- La Loi sur la procréation assistée, il est compréhensible que les deux
blic québécois donnait un crédit adoptée par le Parlement fédéral le « À qui la compétence? » se de- niveaux de gouvernement fassent
d’impôt aux familles ayant recours 29 mars 2004, interdit et sanc- mande-t-on en fin de compte. La preuve de déférence envers la
aux méthodes de procréation as- tionne certaines pratiques, telles question, portée en appel, a été Cour suprême, pour ne pas agir
sistée. Avec l’entrée en vigueur de que le clonage. Ce premier objectif entendue par la Cour suprême le sans qu’elle ait définitivement
la Loi sur les activités cliniques et entre dans la compétence crimi- 24 avril 2009, deux jours seule- rendu une décision. « Pendant ce
de recherche en matière de pro- nelle du Parlement. Or, le second ment après l’adoption de la Loi pro- temps, on demeure avec une acti-
création assistée, ce sont les frais objectif de la Loi vise à encadrer et vinciale par l’Assemblée nationale. vité règlementaire faible. Que la
totaux couvrant jusqu’à trois essais réglementer les pratiques directe- Cour penche pour l’un ou l’autre
par femme que Québec s’est en- ment liées à la procréation assis- L’entracte des paliers, cela ne devrait pas
gagé à débourser pour les couples tée. La réponse à cette question, Qué- empêcher Québec ou Ottawa
infertiles. bec l’attend depuis bientôt un an et d’édicter des mesures claires en
Le gouvernement québécois a demi. Une attente considérée matière d’encadrement. Celles-ci
3500 cycles de fécondation in vitro perçu cette initiative fédérale comme l’une des plus longue de pourraient simplement être ulté-
sont prévus pour 2010-2011. On comme un empiétement sur son l’histoire de la Cour. rieurement ajustées en fonction
prévoit atteindre la capacité maxi- champ de compétence en matière Selon les statistiques de la Cour des compétences de chacun  »,
male du projet en 2014-2015, avec de santé. C’est pourquoi la déci- suprême, le temps moyen d’attente ajoute-t-elle.
un total de 7000 cycles pour un sion du 19 juin 2008 de la Cour entre l’audition et le jugement en
montant de 63 millions de dollars. d’appel du Québec, Québec (pro- 2009 était de 7,4 mois. Il s’agit du

Face de livre, un ami empoisonné


Gabrielle Fortier-Cofsky mètres ont été très critiqués au Ca- Clinique d’intérêt pu-
gfort099@uottawa.ca nada et ailleurs dans le monde. blic et de politique
d’internet du Canada
Tout le monde peut penser à une Un recours collectif a récemment (CIPPIC), la loi cana-
photo d’un moment embarrassant, été intenté au Québec contre le ré- dienne sur la protec-
de type party-de-faculté-trop-ar- seau social, après la même initia- tion des
rosé, qu’un ami s’est assuré d’affi- tive au Manitoba. Le plaignant renseignements per-
cher sur Facebook le lendemain. avance qu’avec environ 42% des sonnels créés une obligation addi-
La plupart du temps, ces photos Canadiens membres de Facebook, tionnelle pour les utilisateurs. En droit du travail français, le cas
ont des conséquences relative- il est nécessaire que le géant as- Ceux-ci ont la responsabilité de Boulogne-Billancourt a créé un
ment inoffensives, mais qu’arrive- sure certaines normes pour proté- s’informer sur les modalités du ré- nouveau précédent quant à la l’in-
rait-il si elles servaient comme ger ses utilisateurs. Il ajoute que seau en matière de vie privée. Ce- gérence des employeurs dans la
preuve au niveau criminel ou en les données des utilisateurs de- pendant, les internautes ne vie du personnel. Trois employés
instance de divorce, ou encore meurent leur propriété malgré leur peuvent raisonnablement pas s’in- qui ont critiqué leur lieu de travail
comme critère décisif dans l’obten- publication sur le site, et que, par former de toutes les modifications sur Facebook ont été congédiés
tion d’un emploi? Avec ses plus de conséquent, diminuer le niveau de que Facebook fait à ses paramè- sous motif de faute lourde lorsque
400 millions d’utilisateurs, Face- sécurité sans demander le consen- tres. La CIPPIC soutient donc qu’il ces plaintes sont venues à la
book pose de nouveaux problèmes tement des membres constitue une existe un déséquilibre entre les connaissance de l’employeur.
qui dépassent largement le cadre faute. La politique de sécurité de obligations de Facebook et de ses S’agissait-il d’un congédiement
virtuel. Facebook confirme que la pro- membres, et que par conséquent justifié? La question reste litigieuse
priété du contenu reste celle de la législation devrait être modifiée en France, la jurisprudence n’ayant
En matière de Charte, l’utilisation l’utilisateur. Cependant, il semble- afin d’augmenter le fardeau du ré- jamais fait face à un problème si-
de Facebook comme preuve au ni- rait qu’il existe un manque de seau social. milaire.
veau judiciaire amène certaines in- contrôle dans l’utilisation des don-
terrogations quant à la protection nées. En matière d’emploi, un sondage Internet et Facebook continueront
de la vie privée, droit garanti par mené en 2009 a permis de consta- de créer de nouvelles situations
l’art.5 de la Charte québécoise des S’agit-il d’un manque de diligence ter que 45% des employeurs amé- auxquelles le législateur n’avait
droits et libertés. La multinationale de la part des utilisateurs, ou doit- ricains utilisaient les réseaux pas prévu faire face. Jusqu’à ce
a récemment adopté un niveau de on blâmer les administrateurs de sociaux pour trouver des informa- que des mesures législatives
sécurité minimal automatique pour Facebook qui permettent un aussi tions sur les candidats. Une étude soient prises, les usagers devront
les comptes, faisant en sorte que grand déploiement des informa- française a quant à elle révélé que faire preuve de diligence dans le
n’importe qui peut accéder aux in- tions? 47% des employeurs utilisaient les partage d’informations afin de s’as-
formations personnelles et aux réseaux sociaux pour s’enquérir de surer que leur droit à la vie privée
photos d’une personne. Ces para- D’après Tamir Israel, avocat de la potentiels employés. soit respecté.
Flagrant Octobre2010_Octobre 2010 10-10-04 13:20 Page3

p.3 Le Flagrant délit Octobre, 2010

Nouvelles
Aide alimentaire et châtiment
Chronique associée au club de droit de l’environnement
Nikola Todorovic gouvernements bailleurs d’aide vouloir de l’achèvement, le troi- truction de l’indépendance et de
ntodo008@uottawa.ca internationale. Une solution pro- sième malheur apocalyptique. En l’autonomie de l’agriculteur, une
posée dans ce cas-ci ne vient pas effet, la croissance des OGM conséquence structurelle qui
Les populations du Sahel sont ac- de ces groupes traditionnels, dans l’aide alimentaire internatio- pourrait s’avérer beaucoup plus
tuellement dans une situation pré- mais des multinationales semen- nale ne fait pas l’unanimité et onéreuse et dévastatrices que la
caire de malnutrition aigüe cières. Avec le développement porte inévitablement au débat. malnutrition actuelle. Ce compor-
laissant prévoir inévitablement des biotechnologies dans les an- Lors de la conférence sur la fa- tement, même s’il est bien sou-
nées 90, on remarque un accrois- mine au Sahel tenue à l’Univer- vent interprété par une ingratitude
une famine régionale de grande
sement de l’aide alimentaire sité d’Ottawa, les représentants de la part des pays récipients
envergure. Pourtant en 1974 lors contenant des produits généti- d’ONG au Sahel ont observé une d’aide, peut aussi être traduit par
de la dernière famine de la sorte quement modifiés. Cette aide position contre ce type d’aide dû une prise de conscience beau-
qui avait frappé la région et peut prendre deux formes, soit la à l’incertitude scientifique sur la coup plus réfléchie. Ce n’est pas
condamné à mort 25 millions d’in- distribution de semences GM question. Cette attitude nous rap- parce que le Très-Haut semble
dividus, la société internationale pour l’agriculture ou simplement pelle celle de la Zambie, de l’Inde, les délaisser que ces populations
avait dit  : Plus jamais  ! et avait par la donation de denrées ali- des groupes paysans des Philip- feront un pacte avec le diable.
promit de prendre les mesures mentaires contenant des OGM. pines et de l’Amérique latine qui Surmontant le cavalier de la fa-
nécessaires pour enrayer le pro- Selon les compagnies, le remède ont tous refusé d’accepter de mine par des solutions autres que
est simple. Implanter dans les ré- l’aide alimentaire GM provenant celle de la biotechnologie, ils évi-
blème. Néanmoins aujourd’hui
gions non autosuffisantes sur le des États-Unis. Ces groupes mo- tent peut-être une catastrophe
plane sur le Sahel le même scé- plan alimentaire des semences tivent leurs réticences par le prin- plus grande pour les générations
nario, ressemblant fortement à la génétiquement modifiées pour cipe de précaution5 retenu dans la futures. Reprenant le principe de
vision cataclysmique décrite dans accroitre la production et la qua- Déclaration de Rio sur l’environ- l’équité sociale, un pilier reconnu
l’apocalypse selon St-Jean. lité nutritionnelles des aliments nement et le développement. du développement durable, la dé-
Certes, nous ne sommes pas produits localement1. Le cas du fense pour l’autonomie fermière
dans l’attente d’observer un cava- Golden Rice, même si hautement Ainsi, l’incertitude scientifique sur est un enjeu de taille qui
lier monté sur un destrier noir por- controversé, représente un bon les OGM et ses conséquences n’épargne aucun mangeur.
tant une balance semant la exemple de ce type d’aide ali- potentiellement irré-
mentaire2. L’implantation des bio- versibles représente
faim.  Les changements clima- Club de droit de l’environnement
technologies agronomiques dans une raison suffi-
tiques, les conflits armés et la dé- le sud est une préoccupation im- sante pour appliquer
sertification des terres arables portante pour la Food and Agricul- ce principe de pré-
sont plutôt les investigateurs de ture Organisation (FAO), afin de caution. La préoccu-
telles souffrances humaines à soutenir durablement la produc- pation est
grande échelle dans la région. tion alimentaire nationale dans les également retenue
pays ayant un faible taux d’indé- pour la dépendance
Comment combattre ce fléau qui pendance alimentaire3. des agriculteurs de
frappe le Sahel et les autres ré- produits GM aux
gions dans le monde qui connais- À la suite des sauterelles bi- grandes firmes mul-
sent le même châtiment? Telle est bliques destructrices de la pro- tinationales semen-
la question qu’on pose habituelle- duction agricole et de la cavalerie cières. Les
ment aux organisations internatio- de la famine, les régions qui re- compagnies militent
nales, ONG et aux çoivent l’aide ne semblent pas donc contre la des-

Tuer son enfant


Cristina Rogov pour une condamnation d’infanti- mœurs sociales, et on se retrouve devrait pas être admissible. 
crogo040@uottawa.ca cide au lieu de meurtre. La ques- parfois devant des cas où des
tion qui se pose dans cette affaire femmes cherchent une accusation Malgré le fait que la dépression
Elles sont peu nombreuses et leurs est de savoir si la femme était ra- d’infanticide au lieu de meurtre post-partum soit une maladie réelle
tristes histoires varient, mais les tionnelle ou non lors de l’acte, pour la simple raison de subir une et sérieuse, prendre intentionnelle-
femmes qui tuent leurs enfants ont preuve qui pourrait mener à une sentence de moins de cinq ans à la ment la vie d’un enfant ne devrait
un point en commun : la possibilité condamnation d’infanticide ou de place de 25 ans.  pas figurer dans la définition d’in-
d’être traitées moins sévèrement meurtre.  fanticide du Code criminel. Comme
que les autres accusés qui tuent un Un point soulevé récemment par la la Couronne l’a mentionné dans R.
être humain. «  Les femmes ont d’autres solu- Couronne dans l’affaire R. c. L.B. c. L.B., l’infanticide devrait être très
tions face à une grossesse non dé- est que pour subir une condamna- différent d’un meurtre. On se de-
Au Canada, l’infanticide est une sirée  » dit la juge en chef de la tion d’infanticide, le crime doit plu- mande alors où faire la distinction
forme d’homicide coupable en Cour suprême Beverly McLachlin tôt ressembler à un homicide entre le meurtre et l’infanticide. La
vertu de l’article 222 du Code cri- dans son rapport intitulé Crime and involontaire coupable. Dans le cas réponse à cette question fait l’objet
minel du Canada. Durant l’au- Women - Feminine Equality and de L.B., elle a asphyxié son pre- d’un débat flagrant. 
dience de l’affaire R. c. L.B. qui est the Criminal Law. Il faut noter qu’en mier enfant quand elle avait 17
passée devant la Cour d’appel de 1955, au moment de l’introduction ans, et commis le même acte en- La définition d’infanticide introduite
l’Ontario le 23 septembre 2010, la du crime d’infanticide dans le Code vers son deuxième enfant quatre dans le Code en 1955 a été basée
Couronne a allégué qu’une femme criminel, le but était de condamner ans plus tard. Compte tenu de la sur la supposition que les femmes
souffrant de dépression post-par- moins sévèrement les femmes qui définition d’homicide involontaire étaient des créatures faibles et ir-
tum ou autre type de troubles psy- auraient commis l’adultère ou qui coupable inscrite dans le Code cri- rationnelles. Aussi, le législateur
chiatriques accrus dus à ne pouvaient pas entretenir un en- minel, ces deux actes ne ressem- s’est appuyé sur des données
l’accouchement ne devrait subir fant à cause de leur situation finan- blent pas à un homicide scientifiques discréditées. Il semble
une condamnation d’infanticide. Ce cière. De plus, la vie d’un enfant involontaire coupable. L’intention qu’un amendement législatif soit
type de crime est punissable d’un était considérée moins importante de L.B. de tuer ses deux enfants a dorénavant nécessaire afin d’adap-
maximum de cinq ans de prison. que la vie d’un adulte. Aujourd’hui, été soulevée par l’État à maintes ter la définition du crime d’infanti-
D’autre part, la défense a allégué par contre, le crime d’infanticide tel reprises durant le procès. Dans ce cide à la réalité moderne de la
que dès qu’il y a preuve de dépres- que défini dans le Code criminel cas, le procureur public allègue société canadienne.
sion post-partum, cela est suffisant canadien n’est pas adapté aux qu’une conviction d’infanticide ne
Flagrant Octobre2010_Octobre 2010 10-10-04 13:20 Page4

Octobre, 2010 Le Flagrant délit p.4

Vie Campus
Mot de bienvenue de la présidente de l’AEEDCO
En approchant le Pavillon Fau- teur. C’est donc de dire que cette pour mieux prendre un envol
teux, le 6 septembre dernier, pa- année, tout en conservant les unique à vos désirs et ambitions
pillons dans le ventre, tous se classiques de la faculté de droit par la suite.
posaient les mêmes questions; un civil, nous travaillons à la création
mélange d’excitation, de nervosité de nouveaux évènements qui En tant qu’étudiants et étudiantes,
avec fierté et ambition; exacte- pourront vous intéresser; portes nous sommes tous plongés un
ment comme la première d’un ouvertes dans des cabinets, dé- jour ou l’autre dans un courant où
grand spectacle. Une fois les ri- gustation de vin, création de le temps semble nous manquer.
deaux levés, tous sont prêts pour cartes professionnelles parfaites Par contre, il faut toujours savoir
le début de l’histoire. Une se- pour le réseautage, dîners-confé- trouver ce temps. Attention! Ce
maine d’accueil fabuleuse où rences, juste pour en nommer n’est pas une invitation à malme-
énergie et enthousiasme ont su quelques-uns. ner vos études non plus! C’est
régner. plutôt une invitation à trouver
Photo Philippe Cordisco

Ainsi, que vous soyez de type l’équilibre parfait pour vous étu-
Que faire maintenant? C’est le classique, ou extravagant, il y diants et futurs juristes. Voilà pour-
début d’une aventure pour cer- aura de la place pour vous dans quoi je vous invite, tout
tains, et pour plusieurs un retour à notre pièce de théâtre, notre mise particulièrement aujourd’hui, à ré-
la source. Parce que, sans aucun en scène pour l’année 2010-2011. fléchir à ce que vous attendez de
doute, Fauteux fera, s’il ne le fait Des fidèles cocktails aux insolites votre expérience à la faculté de
pas déjà, partie de votre vie quoti- law games, en passant par le sou- droit de l’université d’Ottawa.
dienne. C’est pourquoi l’AÉÉDCO per étiquette et les partys du co- C’est pour cela que l’AÉÉDCO
Alik Angaladian n’arrête jamais; dans l’unique but mité social, tous les moyens vous encourage à partager toutes
aanga029@uottawa.ca de rendre votre environnement fa- seront bons pour mettre en valeur vos suggestions, ainsi que vos
vorable aux rencontres, aux car- les couleurs de la faculté de droit idées, pour faire de cette histoire
«Attention, mesdames et mes- rières et, évidemment, à civil de l’université d’Ottawa. votre chef-d'œuvre.
sieurs, dans un instant on va com- l’apprentissage. Mais, le rôle de Comme vous le constaterez vous-
mencer. Installez-vous dans votre l’AÉÉDCO ne sera pas tout sim- même, chaque année est diffé-
fauteuil bien gentiment… 5, 4, 3, plement de mettre en place le rente. Si elles commencent toutes
2, 1... décor. C’est aussi d’agir à titre de avec un rideau qui se lève sur une
monteur de scène et de produc- scène de septembre, ce n’est que

Le financement gouvernemental dans


les réserves comme motif de discrimination
Stephanie Morin personne la plus suivie par les mé- le terme « service » qu’on retrouve
smori056@uottawa.ca Si je n'étais pas un autochtone, dias et la population canadienne à l’article 5 de la loi canadienne
serais-je mieux traité? de toutes les provinces confon- sur les droits de la personne.
Les services de soutien à l’en- dues.
fance et à la famille en milieu au- Cette question soulevée par une Lorsque le gouvernement accorde
tochtone sont sous financés femme de caractère, Mme Cindy Depuis 2008, le gouvernement fé- 200 millions pour un G8 et G20,
d’environ 22 % en comparaison Blackstock, se retrouve mainte- déral, dans un rapport de la vérifi- 139 millions par avion F-35, 2,5
aux organisations provinciales. Le nant devant les tribunaux cana- catrice générale du Canada, a millions en bouteilles d’eau
gouvernement fédéral verse un diens. Malgré l'acharnement du reconnu que le sous-financement (presque seulement dans la région
montant peu élevé sur la base que gouvernement (tentative d’annula- des services d’aide à l’enfance et de Gatineau-Ottawa) et 63 millions
seulement 6 % des enfants dans tion de la cause pour des irrégula- à la famille entraine des répercus- en affiches pour inviter les jeunes
les réserves en bénéficient. En rités techniques, déclaration de la sions majeures pour les enfants à s’enrôler dans l’armée, n'est-il
réalité, le ratio d’enfant sur les ré- demande inconstitutionnelle, sup- autochtones puisque ces derniers pas légitime de se demander si les
serves à avoir besoin de tels ser- pression du financement de l’orga- ne peuvent bénéficier d’un place- droits humains ont toujours une
vices s’estime à près de 28 %. La nisation dont elle est la directrice, ment dans une famille vivant dans place importante au Canada?
statistique fait peur, surtout etc.), elle persiste dans l’espoir les réserves. Alors que les enfants
lorsqu’on la compare à celle des d’un changement pour les généra- non autochtones sont placés pour L'éternel débat fédéral-provincial
non autochtones, où près d'un en- tions futures. Lors de la touchante avoir subi agression sexuelle ou Le provincial doit gérer les centres
fant sur 200 nécessite le soutien conférence du 22 septembre à violence, les enfants autochtones d’aide aux familles, mais tout ce
des organisations gouvernemen- l’auditorium des anciens de l’uni- le sont pour négligence induite par qui touche aux autochtones doit
tales. versité d’Ottawa, son dévouement la consommation, la pauvreté et le être règlementé par le fédéral.
fut à l’honneur. Des collègues et logement inadéquat. Sommes-nous dans une im-
militants ont souligné qu'elle le fait passe? Le tribunal canadien des
par altruisme, car « en fin de De nos jours, trois fois plus d’en- droits de la personne a terminé les
compte, il n’y a pas de millions qui fants sont placés en dehors de audiences en juin 2010 et le juge-
attendent Cindy si elle remporte leurs familles qu’au temps des ment se fait maintenant attendre.
cette cause ». pensionnats indiens. Mme Blackstock est déterminée.
Photo: Liam Sharp et Cindy Blackstock

À l’heure où le premier ministre Si le tribunal donne raison au gou-


Les causes de justice sociale et de Harper fait des excuses officielles vernement, elle veut se rendre
droit humain ne sont pas parmi pour ce qui s’est produit durant jusqu'à la Cour suprême.
celles qui gonflent beaucoup le l'épisode des pensionnats indiens,
portefeuille des avocats. Ce sont on se demande quelle fut la leçon First Nations child and family ca-
toutefois ces causes qui forment tirée de cette triste période. Le ring Society of Canada est tou-
l’avenir d’une société et les gouvernement du Canada se bat jours à la recherche de bénévoles
normes d’équité pour demain. La encore contre l’égalité des droits intéressés à participer à la rédac-
présente affaire ne fait pas excep- de la nouvelle génération autoch- tion et à l’analyse de documents
tion à cette règle. First Nations tone de notre pays. Son argument légaux.
Child and Family Caring Society et principal dans la présente affaire
al. c. Procureur général du Ca- est que le financement ne peut
nada est aujourd’hui la cause du être considéré comme discrimina-
tribunal canadien des droits de la toire puisqu’il n’est pas inclus dans
Flagrant Octobre2010_Octobre 2010 10-10-04 13:21 Page5

Octobre, 2010 Le Flagrant délit p.6

Vie Campus
Le pouvoir de l’opposition
Jo-Annie Charbonneau veau Parti démocratique en élec- partie de la conférence a d’ailleurs En tant que représentant du NPD,
jchar151@uottawa.ca tion partielle en 2007, et a été réélu permis la promotion de certaines il est en faveur du système électo-
lors de la campagne de 2008 idées du NPD. Le chef adjoint ne ral proportionnel et il est également
« Nous gagnons constamment du comme député d’Outremont. Sa s’est pas caché d’avoir une ligne pour le gouvernement de coalition.
terrain, mais pas assez pour reven- vaste expérience lui a permis de de parti, et a tenté de promouvoir Il croit en sa validité, puisqu’il pré-
diquer le gouvernement » déclare venir poser un regard extérieur sur les réalisations de son chef. Il a tend que le NPD est prêt à travail-
en entrevue le chef adjoint du Nou- ce qui pourrait bien être le « nou- donc affirmé que les négociations ler avec tous ceux qui seront au
veau Parti démocratique (NPD), veau gouvernement ». entre Jack Layton et Stephen Har- pouvoir;
Thomas Mulcair. De passage au per ont souvent été bénéfiques
pavillon Fauteux, le bouillant Irlan- La conférence a d’abord débuté pour le parti. Il est souvent question Petite primeur, le prochain slogan
dais soutient qu’il est réaliste de par un bref historique gouverne- de voter avec le gouvernement au du parti est : « NPD, plus que ja-
croire que le parti occupera le rôle mental rappelant aux étudiants que pouvoir en échange de certaines mais »;
de l’opposition officielle à la suite le premier gouvernement au Ca- concessions. C’est de cette façon
des prochaines élections. nada, en 1867, en était un de co- que le NPD a obtenu de l’argent À ses yeux, le faible taux de parti-
alition. «  Le Canada est pour les municipalités, le transport cipation aux élections doit être pris
Le chef néo-démocrate Jack Lay- présentement dans une situation en commun, l’assurance maladie en considération puisqu’il s’agit
ton était à l’horaire de la confé- historique. C’est la première fois de et les régimes de retraite. d’un grave problème de démocra-
rence depuis un certain temps, l’histoire que nous avons un troi- tie;
mais comme c’est souvent le cas sième gouvernement minoritaire M Mulcair soutient que « le principe
en politique, un changement de d’affilé » a indiqué M Mulcair. De ce de gouvernement minoritaire est Il considère comme un affront im-
dernière minute est survenu, et fait, il s’agit d’une situation d’adap- dorénavant la nouvelle norme au pensable que la seule province
c’est Thomas Mulcair qui s’est pré- tation constante, tant de la part des Canada  ». Ce qui constitue, en majoritairement francophone du
senté. Sa conférence portait sur le membres du gouvernement, que quelque sorte, un certain retour Canada n’ait pas encore signé la
rôle des partis de l’opposition dans de l’opposition et de la population. aux sources. Constitution;
un gouvernement minoritaire.
En étant minoritaire, le gouverne- M. Mulcair a alloué une grande M Mulcair est pour l’abolition de la
Natif d’Ottawa, formé en droit à ment a besoin d’un parti de l’oppo- partie de sa conférence à une pé- monarchie, car il est contre la suc-
l’université McGill et ancien ensei- sition pour faire adopter les projets riode de questions, ce qui l’a fait cession héréditaire. « On en a déjà
gnant de l’Université du Québec à de loi qu’il veut, ce qui est superflu dévier du sujet principal tout en lui assez de Justin Trudeau  », a-t-il
Trois-Rivières, M.  Mulcair entre- dans un gouvernement majoritaire. permettant d’émettre des opinions maugréé.
prend sa carrière comme député sur certains sujets. Voici ce qui est
provincial du Parti libéral du Qué- Selon M. Mulcair, le NPD a grande- ressorti de ses réponses :
bec. Il a rejoint les rangs du Nou- ment profité de la minorité. Cette

Les frontières invisibles


Caroline Bédard traux qui sont enseignés à l'inté- nauté. Les Sept-îliens
cbeda060@uottawa.ca rieur des murs de Fauteux. Il ne évitent les rapports
s’agit plus ici d'exprimer comment entre autochtones et
Les barreaux ont été retirés depuis la société majoritaire régit les au- non-autochtones.
bien des années, mais au sein tochtones, mais plutôt comment
même de la collectivité une fron- ceux-ci vivaient avant notre arri- Certains étudiants ont
tière persiste. vée. Le cours remplit très bien sa pu constater cette rup-
fonction première, soit de mettre ture lors d’une journée
Au cours de l’été, plusieurs étu- les étudiants face à la réalité des sans classe. Ils ont fait
diants de droit ont eu la chance de Innus. Durant la totalité du séjour à une visite de la ville
partir à la recherche de l’ordre juri- Sept-Îles, il est possible de comp- avec une citoyenne qui
dique innu dans la région de Sept- ter sur les doigts d’une main les leur a mentionné que
Îles. Il s’agit d’un cours optionnel, discussions qui n’ont pas tourné c’était seulement parce
offert simplement durant l’été. L'ex- autour des autochtones. La prise qu’ils insistaient pour
périence gagne chaque année en de conscience est forte. Les étu- passer par la réserve
popularité, l’administration scolaire diants se questionnent sur la majo- de Uashat qu’elle leur
ayant même dû ouvrir un deuxième rité des aspects de la vie des Innus montrait ce côté de la
groupe pour combler l’achalan- et sur le comportement que la so- ville. Elle a souligné que
dage. Les trois crédits permettent ciété majoritaire entretient à leur les habitants évitent
non seulement d’en apprendre da- égard. normalement cette sec-
vantage sur les Innus (termes qui tion.
Crédits Philippe Cordisco

signifient être humain, nous Au sein même de la communauté


sommes donc tous Innus), mais de Sept-Îles, les préjugés à l’égard Les autochtones, pour
aussi de découvrir leur habitat. des autochtones persistent. Le bar- la plupart, évitent de
Avant la sédentarisation, les au- man local a rapporté au Flagrant croiser, ou de soutenir,
tochtones de tous les clans se re- qu’un jeune couple autochtone lui le regard de la société
groupaient sur les rives de la baie avait demandé s’il pouvait être majoritaire. Les étu-
de Sept-Îles durant l’été. servi dans son bar avant de s’as- diants ont pu vivre cette
seoir à une table. Ce geste laissant expérience lors de la vi-
Pendant les dix jours que dure le sous-entendre que ce n’était pas site de la réserve. En sourire. Lorsque la barrière invisi-
cours, les étudiants ont la chance tous les établissements qui accep- s’arrêtant pour manger un mor- ble s'abaisse avec les autochtones
d’entrer en contact avec de nom- taient de servir les Innus. C’est ef- ceau sur la route du retour, un cou- de Sept-Îles, ils se révèlent être
breux aînés innus qui racontent fectivement ce que le couple a ple autochtone à une table voisine d’excellents orateurs. Ils n’atten-
leur vie dans les bois, la sédentari- confirmé au barman. Il est même n’osait plus lever le regard en leur dent qu’un geste pour parler de
sation et même l'épisode plus dur rare de voir des autochtones dans direction. Ce n’est que lorsque les leur vie présente et passée, de
des pensionnats. L'expérience n’a les magasins qui ne sont pas tenus étudiants les ont salués qui les ont leurs sentiments et bien entendu
rien à voir avec les cours magis- par des membres de leur commu- regardés et leur ont offert un grand des droits qu’ils revendiquent.
Flagrant Octobre2010_Octobre 2010 10-10-04 13:21 Page6

p.5 Le Flagrant délit Octobre, 2010

Arts et culture
Les belles histoires des pays d’en droit
Nouvelle Numéro Un
Nikola Todorovic pense bien pouvoir mettre la patte
ntodo008@uottawa.ca sur l’immeuble à un très bon prix.
En effet, Bidou pourri de vices est
Séraphin Poudrier, inlassable un fainéant, ivrogne, courailleur de
créancier, a une réputation bien jupons, en plus d’être un inlassable
établie dans les Pays d’en Droit. joueur aux cartes et il doit de l’ar-
Plus craint que respecté,  une gent à la moitié du comté. Après
bonne partie du comté lui appar- avoir épuisé ses minces écono-
tient déjà et tout le monde ou sauf mies et soutirer les dernières
quelques rares exceptions lui doit cennes noires de son pauvre père,
de l’argent. En plus d’être créan- Bidou n’a plus d’autres choix que
cier, il est également habitant, de ventre la terre pour satisfaire
maire de Ste-Adèle, préfet de ses créanciers qui se font de plus
comté, organisateur politique et en plus menaçants. Séraphin va
inspecteur des lots de la couronne. donc rencontrer Bidou qui prend un
Armé du Code civil, l’infatigable coup à l’auberge de Ti Père. Il offre
Séraphin travaille vingt heures par à Bidou la somme de 600 piastres
jour toujours à la recherche de pro- pour sa terre qui comprend aussi pour des
fits, ce qui lui vaut le qualitatif les bâtiments, la maison et les y prendre un petit verre de blanc et soins médicaux à son père. En
d’avaricieux. Mais cela ne le gêne agréments agricoles. Même si jouer une partie de cartes dans échange Bidou avait consenti une
nullement, puisqu’il agit dans les li- Bidou désire plutôt 900 piastres l’assurance bien sûr de gagner une hypothèque de premier rang sur
mites du droit, ce qui le met à l’abri pour la vente, il accepte tout de grosse somme d’argent! son immeuble. La lettre demande
des poursuites pour enrichisse- même l’offre de Séraphin car il sait à Séraphin de payer l’hypothèque.
ment injustifié. De plus, il accomplit pertinemment que personne C’est ainsi que M le maire ajoute Passé maître dans l’art des
un travail exemplaire pour le gou- dans  la région ne dispose d’une une nouvelle acquisition à ses créances, Séraphin avait pourtant
vernement ce qui lui attire la bien- pareille somme à l’heure actuelle. nombreuses propriétés terriennes. omis de se rendre au registre fon-
veillance de ce dernier. Satisfait de son achat, il continue cier pour vérifier les hypothèques
Les beaux frères se rendent donc son train quotidien aux bâtiments. de l’immeuble. Il a pourtant un
Une journée agréable pour Séra- chez le notaire Potirons sur la prin- Malheureusement, sa joie n’est doute à propos de sa responsabi-
phin cipale pour signer l’acte de vente. que de courte durée. En effet, il re- lité à rembourser la veuve Babie. Il
Bidon empoche la somme promise çoit la visite de l’Huissier qui lui s’empare de son Code civil pour
Dès l’aube, il a vent au village de la avec laquelle il rembourse les transmet une lettre recommandée. trouver la réponse qui le sauvera
récente mise en vente de la terre dettes envers son père et ses nom- Cette lettre provient de la riche hé- de sa mégarde. L’avaricieux par-
de Bidou Laloge, le frère de sa breuses autres créances. Après les ritière Babie, une bonne chrétienne viendra-t-il à se sortir de sa situa-
sainte femme Donalda. Séraphin paiements faits, il ne lui reste qui avait prêté une somme de 300 tion?
connait bien la situation financière qu’une maigre somme et il s’em- piastres pour Bidon, pour procurer
précaire de son beau-frère et presse de se rendre à l’auberge

De l’origine des lois


Les folies du Législateur:
Chronique d’humour surréaliste
Photo: Charlotte Chicoine-Wilson

Je dois donc vous avouer qu’au- située une telle arène doit s’en em-
jourd’hui le processus législatif est parer et les transporter devant un
long et fastidieux. Si la lecture du juge de paix qui en ordonnera la
Code de procédure civile ne vous a destruction. (Art. 447. (3) Code cri-
pas déjà tué d’ennui, nul doute que minel.
l’histoire de son origine vous achè-
verait. Ce n’est d’ailleurs pas pour En fait, il n’y a pas grand-chose à
rien que les sénateurs sont nom- dire sinon que cet article a été ré-
més à vie, ils ne resteraient sûre- digé moins pour combattre le fléau
ment pas longtemps en poste si ce des combats de coqs que pour
exauce n’était de cette condamnation à améliorer le régime alimentaire des
Charlotte Chicoine-Wilson votre vœu le plus cher. Prenez perpétuité. juges. Il faut admettre qu’une
cchic041@uottawa.ca place, faites comme chez vous, ou- armée de juges affamés repré-
vrez les yeux bien grands (et les Mais ne faites pas le deuil de vos sente une bien plus grande me-
L’été m’a apporté repos et ré- oreilles encore plus), roulez un espoirs trop vite! Au cours de mes nace pour l’ordre public que
flexion. De retour à mon poste, je tambour imaginaire et préparez- années de bons et loyaux services quelques volailles se chamaillant
me sens prête à affronter LA ques- vous à lire sur la naissance des (hum, hum!), j’ai quand même pu clandestinement.
tion. Celle que vous avez toujours lois. accumuler quelques anecdotes
voulu poser, celle pour laquelle les passablement croustillantes. C’est Il ne reste plus qu’à leur souhaiter
professeurs vous disent qu’il n’y a Tout d’abord, je tiens à vous de- qu’il fut une époque où la création bon appétit!
pas de réponse, celle sur laquelle mander pardon pour ce qui va sui- des lois relevait à la fois de l’épo-
les auteurs de doctrine eux-mêmes vre. Je crains de vous décevoir, pée, de l’aventure en mer, de la
restent muets. Vous vous triturez * Notez qu’aucun animal n’a souf-
tout comme vos parents l’ont fait en mythologie grecque et du magouil-
les méninges à la recherche d’une fert lors de la rédaction de cette
vous annonçant que le Père-Noël lage de fonds de ruelles.
réponse plus encore que lorsque chronique.
n’existait pas. Mes explications ris-
vous avez cherché à percer le se- quent fort de ne pas être à la hau- Et pour vous ouvrir l’appétit, voici Le droit mène à tout disent les
cret des Caramilks ou encore à teur des affabulations que vous en grande primeur une (courte) his- qu’en-dira-t-on. Même à l’hu-
comprendre comment le Père-Noël inventiez lors de vos longues nuits toire de poulet, des plus savou- mour? N’est-ce qu’une fanfaron-
arrivait à rentrer chez vous même d’études pour tâcher de compren- reuses, il va sans dire. nade législative de
s’il n’y avait pas de cheminée! dre d’où venaient les lois que vous
vous enfonciez dans le crâne à plus?
Un agent de la paix qui trouve des http://fabuleuxprecedent.word-
Et voilà qu’aujourd’hui, je brise le force de trucs mnémotechniques
coqs dans une arène pour les com- press.com/
silence, mets fin à l’omerta et plus tordus les uns que les autres.
bats de coqs ou sur les lieux où est
Flagrant Octobre2010_Octobre 2010 10-10-04 13:21 Page7

p.7 Le Flagrant délit Octobre, 2010

Sports
Du pain et des jeux
Philippe Coderre ce qui risque de retarder de plu- attrayantes de l’Amérique du Nord.
pbour083@uottawa.ca sieurs années la première pelleter À cet effet, outre leurs démons du Une trappe à touriste qui ne peut
de terre. passé, l’esprit des gens est habité que renflouer les coffres de l’État.
Les scandales affluent de toute par une incompréhension omnipo-
part au Québec par les temps qui Il est évident que le banlieusard, tente lorsqu’il est question d’inves- Les partisans du statu quo, aussi
courent. Alors que les jeunes bien installé en périphérie de LA tissement massif dans des volubiles que Stéphane Ouellet,
hockeyeurs s’apprêtent à fouler la grande ville de Montréal avec sa domaines qui ne freinent pas la dé- défendent tout de même coûte que
patinoire des divers amphithéâtres somptueuse demeure doublement gradation des acquis sociaux. coûte l’idée que de s’acheter une
de la province, qui n’ont rien à en- hypothéquée, sa carte VISA OR Pourquoi aider les millionnaires du Ferrari quand on n’en a pas les
vier à nos viaducs au niveau de partiellement payée et sa boîte vo- sport alors que notre système de moyens est synonyme de suicide
leur rigidité, il semble que ce soit le cale remplie de 13 messages pro- santé souffre? Alors que nos financier. Vaut mieux choisir l’acci-
reste de leurs comparses qui ont venant de ses divers créanciers à jeunes sont de moins en moins dent meurtrier inévitable dans le-
décidé de s’approprier la glace afin qui il a prudemment emprunté, éduqués? Il est manifeste que le quel nous entraînera la Lada 110.
de faire figer tous leurs grands pro- trouve qu’il serait irresponsable fi- projet de Québec, rentable au bout
jets. nancièrement que de se lancer de quelques années seulement en Plusieurs questionnent par ailleurs
dans de telles idées de grandeur. raison des taxes associées aux les motifs qui pousseraient le gou-
Après l’épisode du stade de base- Le financement public d’un aussi nombreux événements majeurs vernement libéral à signer un
ball et du casino en plein centre- grand projet ne peut qu’être ap- qu’il attirera, ne freinera pas les hy- chèque en blanc au maire La-
ville de Montréal, le feuilleton sur prouvé par des ignares névrosés et pocondriaques qui assistent mas- beaume. Si la télésérie de l’heure,
l’hôpital ultramoderne que s’annon- nostalgiques qui ne sont pas capa- sivement chaque semaine à la la Commission Bastarache dans
çait être le CHUM et la tragédie bles de surmonter le départ des comédie dramatique que repré- laquelle le premier ministre campe
que risque de représenter l’échan- Nordiques, tel un adolescent de 16 sente leur club social, l’hôpital, et le rôle du vilain, donne de bonnes
geur Turcot dans un avenir rappro- ans qui continue de s’amouracher n’injectera pas une dose de matu- idées à Jean Charest, aussi bien le
ché, voilà que l’érection d’un aréna en sanglot du soutien-gorge de son rité aux nombreuses mères mono- laisser agir à sa guise pour contre-
multifonctionnel à Québec semble ex-copine qui l’a trompé trois mois parentales de 18 ans qui tentent balancer toutes les lois 103 de ce
s’effondrer lui aussi sur un terrain plus tôt. tant bien que mal d’inculquer des monde.
qui n’en finit plus de niveler vers le valeurs à leurs flots.
bas. Le même citoyen a sans doute en Dans son article intitulé « Du pain
mémoire la catastrophe écono- Visons donc moins haut puisque la et des jeux », publié le 9 septembre
Le mois dernier, le gouvernement mique qu’a représentée le Stade chute sera moins grande. Il est pré- dernier, Jean-Paul Gagné traçait
québécois annonçait qu’il paierait olympique de Montréal lors des férable d’opter pour la stagnation et de façon très habile l’hyperbole sui-
45 % de la facture totale de l’éven- jeux d’été de 1976. L’évergète reléguer aux oubliettes tout docu- vante : « Les empereurs romains
tuel aréna de Québec. Ce com- qu’était Jean Drapeau, bien mal lui ment taché par la couleur du mo- ont vécu pendant des siècles en
plexe révolutionnaire servirait en a pris, n’avait pas été en me- dernisme. Il faut que la terre arrête donnant du pain et des jeux à leur
d’habitacle aux futurs Nordiques et sure de prédire que ses propres de tourner, que Montréal continue peuple... jusqu’à ce qu’un jour leur
serait l’argument principal de la ca- travailleurs iraient en grève pour de dépérir et que les projets de so- empire s’effondre, croulant sous
pitale provinciale en vue d’obtenir une période de six mois lors de la ciété croupissent sur les tablettes les dettes accumulées par la folie
les Jeux olympiques d’hiver de construction de ce qui devait être parce que nous n’avons pas su des grandeurs de leurs diri-
2022. De quoi faire rêver même les le bijou de Montréal. Ces honnêtes comment, malgré les investisse- geants. »
villes les plus prospères de la pla- hommes qui se servaient de l’am- ments majeurs représentant plus
nète. bition populaire pour en faire de de la moitié des budgets annuels, M. Gagné, de grâce, dormez sur
l’extorsion refont la Une chaque régler nos problèmes sociaux. Une vos deux oreilles. Le gigantesque
Il ne manque plus que l’approba- année pour étaler au grand public privation continue, une anorexie empire québécois dont vous rêvez
tion du gouvernement fédéral pour leurs prouesses syndicales. Les collective. ne compte plus que sur son stade
que le rêve devienne réalité. Si on Québécois n’ont pas oublié les à la toile galbée, sa culture à l’égo
ne peut blâmer le fermier albertain coûts excédentaires du stade, mais Les ambitions, désormais des es- morcelée et sa capitale aux ambi-
d’exprimer son mécontentement ne se souviennent plus qu’ils en pèces en voie disparition, sont les tions freinées par l’imaginaire col-
devant un tel don fait à une pro- sont eux-mêmes les responsables. proies favorites des Québécois qui lectif pour justifier sa place parmi
vince qui a empêché son parti po- sont passés maîtres dans l’art de les pays les plus développés.
litique d’entrer majoritairement au L’inutilisation du bâtiment depuis se dire «  à la prochaine fois  ».
pouvoir, il est à se demander pour- le début des années 2000 n’est Pourtant, si Montréal jouit d’une re- Quand bien même Christophe Vas-
quoi les Québécois refuseraient également pas sans faire passer nommée mondiale en 2010, c’est seur offrirait un buffet de ses meil-
eux-mêmes pareille offrande. Les l’ex-maire pour le dernier des ban- parce qu’il y a eu des visionnaires leures baguettes à tous les
derniers sondages révèlent pour- quiers. Il était pourtant bien difficile qui ont mis la ville sur un piédestal habitants de la Belle Province,
tant que 59 % d’entre eux souhai- pour lui d’imaginer que son héri- lors de la Révolution tranquille. Le ceux-ci trouveront toujours le
tent que le projet demeure tage aurait été laissé pour compte même vent souffle sur Québec de- moyen de répondre  : non merci.
strictement privé et s’objectent par la génération ultérieure qui ne puis deux ans et la construction Nous sommes nés pour un petit
corps et âme contre sa mise en ap- pense à rien d’autre qu’aux nids- d’un bâtiment de calibre internatio- pain seulement.
plication tant que la rétribution sera de-poule lorsqu’il est question de nal ne ferait que confirmer cette
faite à même les deniers publics, projet sociétal. cité parmi les destinations les plus

Le Flagrant Délit Le Flagrant délit est toujours à la recherche de jour-


Journal étudiant de la Faculté de droit nalistes, anglophones et francophones, afin d’offrir
Section de droit civil aux étudiants et au personnel de la Section un journal
de qualité.
Rédacteur en chef
Philippe Cordisco
Soyez informés de notre prochaine rencontre en nous
Rédacteurs en chef adjoints suivant sur Facebook.
Philippe B. Coderre
Gabrielle Fortier-Cofsky
flagrant@uottawa.ca
Flagrant Octobre2010_Octobre 2010 10-10-04 13:21 Page8

VOUS
VOYEZ-VOUS
CHEZ NOUS?
www.stikeman.com

STIKEMAN ELLIOTT S.E.N.C.R.L., s.r.l. AVOCATS


www.stikeman.com