Vous êtes sur la page 1sur 8

Flagrant Novembre 2010_Flagrant Novembre 2010 10-11-01 12:11 Page1

Novembre 2010_Flagrant Novembre 2010 10-11-01 12:11 Page1 L e F la gra nt Dé lit Nov

L e F la gra nt Dé lit

Nov e mbre 20 10 Vol. 4 No 2

Page1 L e F la gra nt Dé lit Nov e mbre 20 10 Vol. 4

Laconstitutionausoutiendestravailleursdusexe

ChristinaRogov

crogo040@uottawa.ca

Laquestiondelaprostitution

estrécemmentredevenueune

questiond’actualité.Lesargu-

mentssontconnusetfontl’ob-

jet d’un débat millénaire. Pourtant, les valeurs et les

moeursdeladémocratiecana-

dienne changent. Dans une l’affaireBedfordc.Canada,la jugeSuzanHimelaconcluque

prohiberl’exercicedelaprofes-

siondeprostitutionestuneat-

teinte à la Charte. La juge Himel déclare que la loi ac-

tuelle force les prostituées à choisirentreleurlibertéetleur sécurité,cequinedevraitpas

êtrepermiscomptetenudesli-

bertés fondamentales assu-

rées

canadienne.L’affaireBedford

reposesurl’analyseconstitu-

tionnelledesarticlesduCode

criminelquiempêched’exercer

laprofessiondeprostituéede

manièrelibre.L’honorableRob

Nicholson,députéàlaCham- connectée au crime organisé

bredescommunesetministre

delaréformedémocratiquea

l’intentiond’appelerdeladéci-

sionrendueparlaJugeHimel, car,àsonavis,lalégalisation delaprostitutionpromouvraitla prostitution comme type de

profession. De l’avis du gou-

vernementactuel,cettepromo-

tionvaàl’encontredesvaleurs

ment dangereux peu importe

tionestunmétierintrinsèque-

où il se déroule. D’un autre pointdevue,ledocteurJohn

où il se déroule. D’un autre pointdevue,ledocteurJohn concernait de l’information amasséependantdeuxanset des

concernait de l’information amasséependantdeuxanset des témoignages de prosti-

etquelemétierdelaprostitu- tuées.D’unepart,huitaffidavits

tion, l’industrie du sexe a

grandi,quecetteindustrieest

Prattdéclarequeladécrimina- tionéconomiqueétaitprécaire

et que l’attrait financier était grand. Elles ont aussi décrit

tuéesetquepeud’effetsné-

fastesontétéressentisdepuis. Un troisième avis a été en-

tendu,celuideladocteureJa- liers,vérifieretposerleursprix

niceRaymond.Professeureà

etavoirunchauffeurcertifiéqui

l’UniversitéduMassachusetts,

lesemmèneraitàdesrendez-

d’effetspositifsenSuèdepour

tageux qui contribueraient à

elleaconcluqu’ilyaeuplus

lesmouvementsdecriminali- leursécuritéd’emploi.

sationdelaprostitutionqu’en

Allemagneoùilyadécrimina-

lisationdelaprofession.

La preuve déposée en cour

vousseraientdespointsavan-

augmentélenombredeprosti-

lisation à Christchurch, Nou-

velle-Zélande,

n’a

pas

neursabusifsàlaconsomma-

tion accrue d’alcool et de drogues. Comme on peut constaterdanslapreuve,iln’y apasdegroupedeprostituées quireprésentelagénéralitéau Canada. On ne peut que conclureàlacomplexitédela question.

LaquestiondelaCharte

Cetteaffaireimposeuneana-

lysesurdesquestionsconsti-

tutionnelles. Afin de prouver

quelesloisrégissantlaprosti-

tutionauCanadavontàl’en-

contre de l’article 7 de la Chartecanadiennedesdroits etlibertés,ilfautprouverqu’ily aeuatteinteàlavie,libertéet

sécurité et que cette atteinte n’estpasenconcordanceavec

lesprincipesdejusticefonda-

mentale.Ensuite,lefardeaude

preuveestimposéaugouver-

nement qui doit prouver que cetteatteinteestjustifiéepar l’article premier de la CCDL.

Dans cette affaire, cette at- teinten’estpasjustifiéedansle

cadred’unesociétélibreetdé-

par

la

constitution

deprostituéesontétéprésen- mocratique.

Ledébatsurlaraisonnabilité

setermineaveclaconclusion

coercition,mêmesileurcondi-

prostitutionfavoriseledanger

delaprofessionetquelesarti-

cles210,212et213sontlarge-

vaillerdansunendroitfamilier comme une maison de dé-

dommages sont causés par

uneloiinconstitutionnelle.Le dangerauquelsontexposées les prostituées est de beau- coupplusgrandeampleurque la transgression des valeurs moralescanadiennes.Toutde même,unappeldeladécision

D’autrepart,neufautresaffida- estprévu,etlesprovincesca-

vitsontdécrituneviolenceex- nadiennesfontdesdémarches

trêmeàl’intérieurd’unemaison

dedébauche,allantdessoute- buer.

degrandeportéepourycontri-

bauche,avoirdesclientsrégu-

qu’avoirundroitlégaldetra-

quelaloiactuelleconcernantla

tréesdanslaprofessionsans

tés.Ellesontdéclaréêtreen-

mentinefficaces.Aussi,lajuge Himeldéclarequedegrands

canadiennesénoncéesparla

Constitution.

Dansl’affaireBedford,ilyaeu

présentationd’expertspourré-

futerlesdeuxpartiesdudébat, et il est évident que ces

pas

concluantes. Par exemple, docteureMaryLucilleSullivan, experteréputéesurlesujetde

preuves

ne

sont

la prostitution à Victoria, en Australie,déclarequedepuisla

décriminalisationdelaprostitu-

MENTOR 2010/2011 LE 18 NOVEMBRE 2010 Détails sur la couverture arrière du Flagrant Délit STIKEMAN
MENTOR 2010/2011
LE 18 NOVEMBRE 2010
Détails
sur la couverture
arrière
du Flagrant
Délit
STIKEMAN ELLIOTT
S.E.N.C.R.L.,
s.r.l.
AVOCATS

Flagrant Novembre 2010_Flagrant Novembre 2010 10-11-01 12:11 Page2

N o v e m br e 2 0 10

L e F l a g r a n t d él i t

Pa g e 2

o v e m br e 2 0 10 L e F l a g r

N o u ve l l es

SocialBusiness–NobellaureateMuhammadYunuson

howcorporationscanhelpchangetheworld

Bangladesh. Beyond his position as the Managing Director of the

IsabelValenta

ivale069@uottawa.ca

WhiletheaverageCEOofalarge

351 villages in Bangladesh, Dr.

corporationwillwalkintoaboard

meeting to report the company’s

quarterlyprofits,theCEOofaso- lanthropicapproachtosolvingthe

poverty and health issues of the world’smostdestitutecountriesby

advocatinghisideaofa“SocialBu-

malnutrition”.Thisisthedifference between a profit-driven business andabusinessseekingtomakea positive impact on the world as described by Dr. Muhammad

Yunus,2006NobelLaureate,foun- Yunuswithaninterestinbecoming

derandManagingDirectorofGra-

nies.HischallengeforAdidaswas

to make a pair of shoes for less

a conference co-hosted by the

thanoneeurobecause“nobodyin

MontrealCouncilonForeignRela- theworldshouldbewithoutshoes”.

tionsandtheMcGillWorldPlatform

neralElectrichaveapproachedDr.

cialbusinesswillreporthowmany children’s lives were saved from

atleastdoubletherateofthenon-

reditsemployeestoengageinpo- Aboriginalpopulation.Federalfun-

ding for Indian Affairs core programs were capped at 2 per-

centin1996,whichisdisproportio-

nate to inflation rates and the growing Aboriginal population. AaronBenson,anativeelderwho assiststhetalksbetweenDanone and the Manawan community is optimistic about the positive change a company like Danone canbringtotheAtikamekwpeople:

“DanonehasagoodheartandItry toexplainthistothepeople.They educateDanoneaboutthespiritual aspects involved in handpicking the blueberries and Danone res- pectsthat”.Themutualrespectand learningexperienceisattheheart ofthisendeavorandisvitalforthe long-termpartnershipthecompany is seeking to establish with the peopleofManawan.

corporationsuchasDanone.Ac-

ticularlyforalargemulti-national

beingasocialbusinesshasinspi-

Bankwhichprovidescreditto8mil- sitiveactionaroundtheglobe–at

lion disadvantaged people in 81

everylevelofthecorporatechain.

Onesuchinitiative,whichisstillin

Yunushasalsoextendedhisphi- its preliminary stages, is taking

siness”.

placeinasmallFirstNationsre-

serveinNorthernQuebec.

Currently in discussions with the Band Council of Manawan, Da- noneisseekingtoopenaco-op

CorporationslikeAdidasandGe- projectwiththeblueberryfarmers

ofthearea.The1.2milliondollar

investment would involve every-

moresociallyresponsiblecompa- thingfromthehandpickingofthe

blueberriestoanon-sitetransfor-

mationplant,thuscreatinganen-

ormous job-pool for the tiny Atikamekw community of Mana-

HechallengedGEtodevelopana- wan.Therearetremendouslegal

notechnology for portable ultra- sound machines to be used to monitorpregnantwomeninremote

Bangladeshivillages.Thedatacol-

lected by locally trained women wouldbeuploadedtohospitalsin thelargercitiesandanalyzedand thus provide pre-natal care for womenwithoutthemeanstotravel outsidetheirvillages.

businessonIndianreserves–par-

obstaclesinvolvedinsettingupa

Jarjour, they are waiting to hear fromvariousexpertsastohowto

theyshouldnavigatethelegalfra-

ject proposal to the Danone

TheviralimpactofDr.Yunus’sphi- val.

manuelFaber,DeputyDirectorGe- vertyinCanadaisdeplorableand

meen Bank and innovator of the micro-financemodel.Speakingat

forHealthandEconomicConver-

gence, Yunus explained how he

tooka$27loanandturneditintoa

bankingsystemthathelpsextract the economically disadvantaged fromanendlesscycleofpoverty.

AsDr.Yunuswasadamanttopoint out, “just because a company is

doingsomethingnot-for-profit,this

doesnotmakethemasocialbusi-

meworkbeforetheybringthepro- ness. As a social business, you

have to solve the problem”.This

headquartersinFranceforappro-

cordingtotheirspokespersonAnita

Therevolutionaryandmuch-repli-

catedconceptbehindtheGrameen

Bankisitspracticeofofferingsmall

loans for self-employment to the poorestofthepoor,andwomenin particular. Founded in 1976, the

lanthropyhasalsomadeitswayto

GrameenBankhasbecomethefo- aplacealittleclosertohome.Em-

rerunner of the micro-finance modelandishelpingchangethe livesofdisadvantagedwomenin

neralofDanone,aworld-leaderin

dairyproducts,spokeabouthow

wouldcertainlymakeDanoneapa-

ragon of the social-business model.TheirinitiativeinManawan

Thecurrentrealityofaboriginalpo- is going to drastically help solve

localemploymentandnutritionpro-

stagnant.Unemploymentratesfor

aboriginalgroupsarefoundtobe

blems,oneblueberryatatime.

aboriginalgroupsarefoundtobe blems,oneblueberryatatime. S an ctio n co u p d e p o in g Jo-AnnieCharbonneau

S an ctio n co u p d e p o in g

Jo-AnnieCharbonneau

jchar151@uottawa.ca

TylerWilsonestâgéde11anset

estmeneurdeclaque.Ilaétébattu pourcetteraison.Résultat,unbras casséetunepossibleintervention chirurgicale. Sa mère a porté

plainte et ses agresseurs seront accuséspourassaut.Ilssonteux

aussiâgésde11ans.Cettehis- toires’estdérouléeauxÉtats-Unis,

il y a quelques semaines, mais

quandest-ilauCanada?Uneba-

mineurpuisseêtrepoursuividans le système criminel. Toutefois,

selonl’article37delaConvention

devantunorganismecommunau-

fant,aucunjeunedemoinsde18

ansnepeutêtresoumisàl’empri-

sonnementàviesanspossibilité de libération ou ne peut être condamné à la peine capitale.

estplutôtmineure,lepolicierpour-

raitavoirtendanceàuserdeson

pouvoir pour tenter d’aider le

moins,lerespectdecertainsdroits.

seureGrondin.Lebutétantd’aider

lejeuneàseréhabiliterouàseré- intégrer.Également,lorsqu’ils’agit

de2003aprévudesdispositions

spécifiquesavantd’engrangerun jeunedansl’appareiljudiciaire.En fait,desmesuresdiscrétionnaires peuvent être appliquées par des policiersouencoredessanctions

Pourcequiestdessanctionsex-

extrajudiciairesétabliesparledi- trajudiciaires, il s’agit d’abord

recteurprovincialpeuventêtreuti- d’évaluerlejeune,dessuitesd’une

demandeparledirecteurprovin-

cial. Cette évaluation consiste à rencontrerlejeune,sesparents,la victimedel’infractionetlesadultes qui côtoient le jeune concernant sesdifficultésd’adaptationsociale,

lisées avant que des sanctions

judiciairesimposéesparlaCham-

bredelajeunessenesoientprises. Dans le premier cas, un policier peut exercer son pouvoir discré-

tionnaires’ils’agitd’uneinfraction

mineure,telquelevold’objetde

faiblevaleur.Advenantuntelcas,

ceprocessus,ledirecteurprovin-

cisions, soit d’arrêter les procé-

cialauralechoixd’arrêterl’inter-

unpolicieralechoixentretroisdé-

sa maturité, l’infraction faite, le risquederécidive,etc.Àlasuitede

d’unebagarred’école,engénéral,

cetyped’interventionseraprivilé-

Aucunarticleneprévoitl’âgemini-

mumpourpoursuivreunjeune.La Convention recommande, néan-

internationale des droits de l’en-

durescontrelejeuneetfermerle

dossier, de donner un avertisse- mentouilpeutenvoyerlejeune

ventionetfermerledossiers’ilcroit

quedessanctionssuffisantesont

étéprisesenverslejeune.Ilpourra

aussiimposerunesanctionextra-

tairequipourral’aider.Dansleder- judiciaireouremettreledossierau

substitutduprocureurgénéralafin

deprésenterledossierdevantla

Chambredelajeunesse.Letype

desanctionextrajudiciairequipeut

êtreimposéconsisteàfairedubé-

névolat ou encore à participer à uneformederéparationenversla

jeune»,commelenotelaprofes- victime.

nier cas, le jeune doit, au préalable,accepterdecollaborer avecl’organisme.«S’ilagitd’une premièreinfraction,etquecelle-ci

tailledecourd’écolepeut-elleva- PourcequiestduCanada,laloi

loiràsesauteursuneaccusation

devoiesdefait?

Toutes ses mesures sont prises afind’aiderlejeuneàseréhabiliter. CommelaprofesseureGrondinle remarque:«Onneveutpasen faireuncriminel,onveutl’aiderà seréintégreràlasociété,afinqu’il nepoursuivepassesactivitésqui pourraientdeveniréventuellement des infractions majeures ». Les sanctionsjudiciaires,quantàelles, seront utilisées pour des crimes déterminésdanslaloi.

Les sanctions feront l’objet d’un prochainarticledanslenumérode décembreduFlagrant.

AuCanada,lesystèmepénalest

decompétencefédéraleetlalégis-

lationquirégitlesagissementsdes jeunesestlaLoisurlesystèmede justice pénale pour les adoles-

cents.Parconséquent,seulsles

jeunesâgésde12à17anssont

règlementésparcelle-ci.Avantcet âgeminimal,«unjeunenepeut pas être poursuivi au criminel », souligne la professeure Rachel Grondin.Aux États-Unis, chaque étatasonpropresystèmecriminel. Ilseraitdoncpossiblequecertains étatspermettentqu’unjeuned’âge

gié.

Flagrant Novembre 2010_Flagrant Novembre 2010 10-11-01 12:11 Page3

N o ve m b r e 2 01 0

L e F l a g r a n t d él i t

P a ge 3

o ve m b r e 2 01 0 L e F l a g r

Vie C am p u s

Porto,feuilletésetpoignéesdemain

MajidWatfa

mwatf010@uottawa.ca

Question:Quoidemieuxque deserrerlamaindenosfuturs confrères en dégustant une bonne gorgée de porto? Ré- ponse:Mangerdescanapés endiscutantavecdesanciens de la Section autour de plu- sieursvinscommentésparun sommelier.

Troisavocats,ChristineLenis, Christopher Karambatsos et DavidTorralbo,tousfinissants delaSectiondedroitcivilde l’Universitéd’Ottawaontpassé lasoiréeaveclesétudiantset

étudiantes de droit civil. Ces

Le5octobredernieraeulieu

l’Universitéd’Ottawaetontfait constaterqueleurretourdans lacapitalen’agénéréquede bons souvenirs. Ils ont aussi partagéleurexpérienceentant qu’avocat sur les enjeux et défis auxquels ferons face la relève lorsque ce sera à son tourd’exercerlemétier.Surce,

l’épreuve.Lesétudiantsontex- nonseulementlesparticipants

la

Cetévénementamisàlafois

etVineberg.

d’avocatsDaviesWardPhillips

manditée

Externedel’AEEDCOetcom-

périenceentantqu’anciensde

lapremièredégustationdevins

del’annéeorganiséeparlaVP-

gnéd’unfromagecheddarâgé

gnondel’Argentineaccompa-

quecesoituncabernetsauvi-

dansuneatmosphèreunpeu

plusdétenduequelasemaine

carrièredejanvier.»

«Convivial»qualifieraitl’orga-

nisatricedelasoiréeLylaBrad-

ley. Elle était « extrêmement fièred’êtreparmicesétudiants quiontparticipéàcettesoirée réussie.Tousettoutesontagi

avecprofessionnalismeetso-

phistication.Lesquestionspo-

sées aux avocats étaient

pertinentesetintéressantes.Je suisreconnaissanteenversles avocatsdeDaviesd’avoirpris

atteindrecequ’euxontpuac- le temps de parler à tout le

monde.J’espèrequecettedé-

Ils ont pu calmer davantage

opinion quant à l’interaction avec les avocats. « Le fait d’avoireulachancedeparler

aveccesavocatsapuprésen-

ter de nombreux avantages quant à mes études en droit

civil.Ilsontétécapablesderé-

pondreàtoutesmesquestions et m’ont donné de nombreux conseilsqueseulsdesavocats deleurrangpouvaientdonner.

Balderson’s.

derniersontfaitpartdeleurex- messoucisquantàlacourse

austageetm’ontmotivéàtra-

vailler plus fort en droit pour quejepuisseespérerunjour

complirdansleurcarrière.»

par

le

cabinet

à

gustationdeviendraunetradi-

PhilipeDevault,VP-Financede l’AEEDCO et étudiant de deuxièmeannéededroitcivil,

nousafaitpartdesonexpé- rée arrosée pour délier les

rience.«L’opportunitéderen-

langues,engagerdesconver-

Bref,quoidemieuxqu’unesoi-

tion.»

palette

et l’odorat

périmentédesarômesetdes goûtsdedifférentsvinsdepar le monde couplés avec leurs

plats idéaux. Que ce soit du

sauvignonblancdeNouvelle-

Zélande accompagné d’un feuilletéaufromagedechèvre sous-poudré de cannelle ou

ont-ilspuétablirdeslienspro- contrer

fessionnelsaveclesjuristesde Davies, mais peut-être aussi développerunliend’amitié.

TanyaMassabni,étudiantede

deuxièmeannéededroitcivil,

afaitpartauFlagrantdeson

sationsetsefairedesconnais-

sances en dehors du cadre

universitaire?Ilseraitsouhaita-

blequel’évènementsoitdere-

lastaturedeDaviesestuneoc- touretdeviennedorénavantun

des

avocats

et

avocates ayant étudiés à la

Sectiondedroitciviletévoluant

maintenantdansuncabinetde

casionidéalepourlesétudiants et étudiantes de poser des questions et créer des liens

incontournable.

de poser des questions et créer des liens incontournable. GeorgeBalabanian gbala021@uottawa.ca

GeorgeBalabanian

gbala021@uottawa.ca

Est-cequ’ilyaunedifférence

dans les histoires étymolo-

giquesdelagreffedesjardi-

niers et du greffe définit à l’article 4 du Code de procé- dure civile ? Et le gramme, unitédemesurepréférée?En fait,ouietoui.Duverbegrec graphein,«écrire»,dérivaitle nomgrapheionquiavaitdeux sensprincipauxetquiavaitété emprunté par les Romains souslaformedegraphium.

Lepremiersensdegraphium était«instrumentpourécrire, stylet ». C’est l’aspect pointu

Greffer.136gramme

decetobjetquifutretenudans

degraphiumétait«lieuoùl’on

Enhorticulture,onavaitdéve- écrit,bureau»,etilestresté

loppéleverbegreffer,inciser au moyen d’un poinçon. On saitquelesanciensécrivaient avec un poinçon sur des ta-

blettesenduitesdecireetilest

peuchoquantdeconstaterque

lemotanglaiscarveaunera-

greffierétaitdevenuunfonc-

sousuneformemasculine.Le

desêtresvivants.L’autresens

lepassageenancienfrançais.

danslelangagejuridique,mais

avaientdécidéd’helléniserle terme en gramma, car ils

avaientpensé,àtort,quescri-

pulum dérivait de scribere, «

écrire».Enréalité,scrupus

petitgalet,caillou»estlara-

cinedecemot,d’oùonascru-

pulous

scrupuleux en français. Mais

et

Engrec,lenomgramma,lui- lesfondateursdusystèmemé-

tionnaire des tribunaux oeu- vrantdansungreffe.

en

anglais

cine commune. Un dérivé de ceverbeestlagreffe(notezle

féminin), désignant l’acte de

grefferoulapiècevégétalein- reurcommiseparlessavants

troduitedansl’incision.Parex-

tensiondonc,etàmesuredes progrès de la chirurgie, les

mots greffer et greffe s’em-

ploientàproposdetransplan- pelaitlescripulum.LesGrecs

ontadoptécetteunité,maisils

tationd’organeseffectuéssur

mêmeissudegraph-mavou- triquen’ontquandmêmepas

laitdire«lettre,signe,outexte

écrit».C’estàlasuited’uneer- pulum était un poids assez

prochedugrammeà1,136g.

européensqu’onafinitparre- Contrairementàlapenséepo-

cevoir l’unité de mesure gramme.ChezlesRomains,la

pluspetiteunitédepoidss’ap- avantquelaFranceaitadopté

introduitenanglaisdeuxans

pulaire,lemotgrammeaété

malchoisi-legrammaouscri-

lesystèmemétrique!

Flagrant Novembre 2010_Flagrant Novembre 2010 10-11-01 12:11 Page4

N o v e m br e 2 0 10

L e F l a g r an t d él i t

P a ge 4

e 2 0 10 L e F l a g r an t d él i

Vie C am p u s p r o f esso r al

AndréBraendiscutepolitique

JoelSt-Laurent

tique.Est-ellebonneoumauvaise?

d’offres de ceux-ci. Avez-vous

l’électorat,onrépondauxdonneurs

jbend055@uottawa.ca

Ça,c’estautrechose.Est-ceque

quelques commentaires à ce

defonds.Voyez-vouscommec’est

laCommissionBastarachejugera

sujet?

pernicieux?Cen’estpasjustede

DirecteurdelaRevuegénéralede

cette appréciation comme bonne

remercierlespetitsamis,ilenva

droit,professeuràlaSectionetau-

oumauvaise?Onverra.

Jepensequ’ilfautêtretrèsmotivé

delasantémentaled’unepopula-

teur de nombreuses publications

Parailleurs,onapprendqu’ilest

pour enseigner cette matière

tionetd’unesociété.

les12membresenrotation.C’est

endroitmaritimeetendroitslin-

normal que des collecteurs de

comptetenudel’actualité.Quand

Voussavez,c’estlapremièrefois

guistiques,AndréBraenestsyno-

fondsentretiennentunaccèsavec

j’enseignaisen2003,c’étaitdéjà

queleCanadamanquesoncoup

nymedepassion,d’éloquenceet

unecertainepersonneaubureau

connu à Ottawa les contrats de

auxNationsUniesenn’étantpas

desensdel’humour.Le25sep-

du premier ministre du Québec.

commandite. Les journaux fai-

nomméauConseildesécurité.Le

tembredernier,plusieursspécia-

C’estuneautrechosequiestres-

saient ressortir des manœuvres

Canada a toujours été nommé

listesdudroitetdel’administration de la justice se sont prononcés,

sortiedel’enquêtemenéeparla Commission Bastarache. L’en-

douteuses. Aujourd’hui encore aveccequisepasseauQuébec,

pourreprésenterl’Atlantiqueparmi

lorsd’uneconférencetenueàlafa-

quêtenevisepasàsavoirsiles

encequiatraitauxrumeursd’en-

peut-être dû à la politique exté-

culté,surlerégimeapplicableau

jugeschoisissontbonsouincom-

veloppesbrunesdansledomaine

rieureduCanada.Quepensersi

choixdescandidatsàlamagistra-

pétents.Ils’agitdevérifiers’ilya

delaconstruction,ilfautêtremo-

M.Harperprendunbeignechez

ture.

intrusionpolitiquedanslanomina-

tivé!

Tim Horton’s en banlieue de To-

tiondesjuges.Ilseraintéressant

Ledroitdescontratsadministratifs

rontoaulieudeseprésenteraux

Vousétiezparmilesconférenciers

devoircequelacommissiondira

reposesurdeuxprémisses.Pre-

Nations Unies. Cela envoie un

delaSectiondedroitcivil.Croyez-

là-dessus!

mièrement,l’Étatcontractedesde-

message! LeCanadaatoujours

vous que La Commission d’en- quête sur le processus de nominationdesjugesauQuébec

arrivera

concluants?

sa

LaCommissionBastarachenousa

permis de connaitre la pratique pernicieuse qui a cours dans la

zonegriseduprocessusdenomi-

nationdesjugesparlegouverne-

mentduQuébec.Lazoneclairedu processusn’estremiseenquestion parpersonne.Leproblèmealieu quand le processus prend fin et

que le ministre de la Justice de-

mandeaugouvernementdeprocé-

deràlanomination.Ilyaunbref lapsdetempsdurantlequelilest normalpourlepremierministrede procéder à la nomination, sauf

qu’onreconnaitl’appréciationpoli- nistratifs et la procédure d’appel

SilaprovinceduQuébecfaitcet

exercicesouhaitable,l’autoritéfé-

déraledevraitégalementprocéder

aumêmeexercicepuisquelano- égard aux dépenses faites avec

minationdesjugesdescourssu- l’argentdescontribuables.Deuxiè-

périeures

compétence.Ceprocessusestloin

deceluiconnuauQuébecenrai- l’intérêt public. Ces deux pré-

sondufaitqu’iln’yaaucuncadre statutairedanslapolitiqueadoptée parleministredelaJustice.Onne saitpascequisepasselorsdeces comités au provincial. Posons- nous la même question pour le gouvernement fédéral, d’autant plusquelesjugesdestribunaux lesplusimportantssontnommés parcedernier!

l’électorat,aupeuple.Lorsquel’ad-

Danslecoursdedroitadministratif,

corrompue

nierspublicsprovenantdesimpôts. Les tribunaux ont donc mis de l’avant une préoccupation eue

étébienvuparlacommunautéin-

ternationale, nous avions une bonneimage.Çal’airquel’image estdeplusenternie!

à

des

résultats

relève

de

mement, quand l’administration contracte,onjugequec’estdans

Pensez-vousqu’uneenquêtepu-

bliquedevraitêtretenuesurl’octroi

decertainscontratsauQuébec?

missesfondenttoutesrèglesspé-

Celaauraitpoureffetd’atténuerle

pourencadrercedomaine.Enre- cynismedelapopulation.Çare-

donneraitdelaconfiancedansles institutionspubliques.Comptetenu decequiressortdepuisquelques années,ceseraitfortsouhaitable qu’on se penche là-dessus. Ça rassureraitlapopulationqu’ilyait certaines trouvailles et que l’on sachequeleQuébecs’améliorede cecôtépourqu’onperdenotresort demostcorruptprovince.

portantnonseulementpourlapro-

tection de la minorité ou de la

trèsmotivéetjelesuis!C’estim-

gardantl’actualité,ilfautdoncêtre

cialeslégislativesmisesdel’avant

majorité.Plusqueça,ladémocra- tiedansunÉtatdedroitveutque

ceuxquigouvernentrépondentà

ministration

est

vousenseignezlescontratsadmi- jusqu’auxoreilles,onfaitfitdela

démocratie,onnerépondplusà

démocratie,onnerépondplusà PierreThibault,l’huiledumoteur auxjugesdesprovincesdecom-

PierreThibault,l’huiledumoteur

auxjugesdesprovincesdecom- postes de vice-doyens. Ces der-

nierssontoccupéspardesprofes-

seursquigarderontcetitreenviron

En 2002, le sénateur Beaudoin

étaitprochedelaretraite,etM.Thi-

bault allait perdre son principal client.Lefuturdoyenadjoints’est doncdemandécequ’ilvoulaitfaire. L’idéededirigerlaRevuegénérale dedroitluiestvenueentêteetil

s’estdoncinformédecettepossi-

bilitéauprèsdudoyendecommon

law.Vuqueceposteestréservé

auxprofesseurs,cettedémarchea

étépeuconcluante.Cependant,le

doyendecommonlawavaitbesoin

d’unadjointexécutifquis’occupe- delafaculté.Ilpréciseavoirune

monlaw.

GabrielleFortier-Cofsky

gfort099@uottawa.ca

L’administration d’une machine commel’Universitéd’Ottawan’est pas toujours parfaite, et il arrive que certains problèmes survien- nent.Ilexistecependantunnom quelesétudiantsconnaissentpour lesrégler:PierreThibault.Figure dereprésentationdelafaculté,le Flagranta tenté d’en savoir plus sur son cheminement jusqu’à ce poste.

« Pas du tout », répond-il avec conviction.Mêmes’ilavouequ’ila

étédifficilededécrocher,principa-

lementauniveaufinancier,iln’yre-

tournerait pas. Il affirme qu’il

travaillaitentre70et75heurespar

deuxans.Illeurestdoncdifficilede monter des projets à plus long terme.Gestionnaireàtempsplein, le doyen adjoint peut s’assurer

d’unemeilleureéquitédansl’appli- semaines,avectrèspeuoupasde

cation des règlements. Il lui est aussipossibledecréerdesliens

plusdurablesauseindel’adminis-

trationetdesétudiants.

Parcontre,notredoyenadjointne segonflepasd’egoenpensantà sonrôledefiguredeproueausein

vacances.Cemodedevienes’ac-

cordant pas avec une vie de fa- mille,iladécidédelemettrede côtéetneleregrettepas.

Hommedefamille,PierreThibault souhaiteêtreimpliquédanslavie desesdeuxenfants,Alexi(sans

S),11ans,etMatisse,huitans.Il

estdoncl’entraîneuradjointpour

l’équipe de baseball de son fils. Amateur de sports, il est égale-

sontravailsanscesgens.M.Thi- ment un adepte des pools de

baultaffirmetoutdemêmevouloir garder de bonnes relations avec lesétudiants,vuque«s’iln’yapas

hockey,notammentceuxdelafa-

culté.Cependant,iln’estpasàmé-

prendre avec un admirateur du

d’étudiants, il n’y a pas de fa-

culté».Ilcroitaussiquelesétu- tisan des Flyers de Philadelphie

tricolore,ledoyenadjointétantpar-

d’administrateursderrièrelui,etil

depuisl’âgede12ans.

Sesplusgrandspasse-tempsde-

meurentlalecture,autantjuridique

quenonjuridique,etlesjeuxde

cartesavecsafamille.

Constitutionnaliste de formation, M.Thibaultaeusaproprepratique privéededroitconstitutionneldela

tion et des relations au sein de

2000.Cettepratiqueaétéplutôt

variée.D’abord,ilagissaitcomme conseiller juridique du Sénateur Beaudoin, et il a même écrit quelqueslivresaveclui.Ilaaussi

agicommeconsultantlorsdesac- posteencommonlaw,laSection

butéàFauteuxcommeadjointexé-

findesannées1980auxannées

raitnotammentdelacommunica- bonne équipe de professeur et

l’Université.M.Thibaultadoncdé- neluiseraitpaspossibledefaire

cutifdecommonlaw.

À la suite de la création de ce

rôlesemblable:celuidedoyenad- diantsontdroitd’avoirl’heurejuste

joint.PierreThibaultatoutsimple- àproposdelafaculté,etqueleurs

problèmessoientrégléslorsqu’ils

seposent.

Malgré tout, s’ennuie-t-il de la pratiqueprivée?

cordsduLacMeechetdeCharlot- dedroitciviladécidédeformerun

tetown. M.Thibault a également donné des conseils constitution-

mentpostulé,etobtenuleposte.

commel’examendelarémunéra- Ceposteluisembletoujoursutile

tiondesjuges,oulerapportPelle- puisqu’ilpermetd’avoirungestion-

nairesurunepluslonguepériode, contrairement par exemple aux

tiersurlePartilibéralduQuébec.

Iladeplusoffertdesformations

nels pour certains projets de loi

Flagrant Novembre 2010_Flagrant Novembre 2010 10-11-01 12:11 Page5

N o v e m b r e 2 0 1 0

L e F l a g r an t d él i t

P a g e 5

1 0 L e F l a g r an t d él i t P

A rt s e t c ul t ure

Lesbelleshistoiresdespaysd’endroit

NikolaTodorovic

Adèle, le maire frottait ses deux

mêmes'ilpouvaitobtenirquelques

ntodo080@uottawa.ca

mainsensemblepourlesréchauf-

piastrespourpayersaboisson.En

Nouvellenumérodeux

fer,maisaussipourtraduiresaré-

prenantladirectiondelasortieet

dirigea

Accroupieàlalueurd’unechan-

delle, sous l’icône de la Sainte- Vierge,Donaldas’affairaitàfilerde lalainesursonrouettandisque Séraphinfeuilletaitsoncodecivil afin d'assoupir sa passion pour l'économie.

Entré dans l’auberge, Séraphin

aperçutsonbeau-frèrequiprenait

unautrecoupdeti-boirepourfes-

toyersavictoireauxcartes.Ilavait

remportélasommede300$qu’il

Ilétaitdéjàpassél’heuredusou-

perlorsqueSéraphin,sansleverle

regard,ditàsafemmequ’ilpartait

pourlevillage.Aussitôt,ilseleva

pourenfilersavieillepelured’au- Bidoupourêtreplusprèsdesavic-

tomne et sa capuche. Donalda avaitcomprisquesonmarivenait

detrouverunesolutionàsonpro-

blèmeetquecelaretomberaitpro-

bablementsurledosdesonfrère. Ellesavaitdepuislongtempsque, selonsonmari,y'aniami,nifamille en affaires. N'ayant aucune dé- fenserecevableenfaveurdeson fraternel,Donaldacontinuaàfiler tout en priant que rien de trop graven’arriverait.

plustôtauchâteaupourrembour-

Eneffet,Séraphins’étaitprésenté

gna l’argent sans même s’expli- quer.

jouissance.

sansmêmeseretourner,Séraphin

directementversl’aubergedeTi- répondit:«Bidoutonprésentn’est

certainementpasgarantdel’ave-

PèrepouryrencontrerBidou.

Il

se

nir».

Avantquel’avaricieuxpuissetra-

verser la porte, quelqu’un s’était toutefois mis sur son chemin. Il s’agissaitd’AlexisLabranche,alias l’exilé,lepireennemideSéraphin. AlexisétaitlecousindeSéraphin etétaittoutàfaitlecontrairedesa

personnalité.Beau,aimableetgé-

néreux,ilétaitl’amidetouslesco-

lons,respectéparleshommeset

vouluparlesfemmesquifrémis-

brandissaitdanssesmainscomme si fortune avait été faite pour le restedesesjours.Séraphin,ledos courbé,s’avançaversl’incorrigible

time. Sans même le regarder,

l’avaricieuxprésentalebilletquela

richehéritièreavaitsignéetempoi- saientàsonseulpassage.

droitdanslacréancedeBabie,ce

thèquesursonimmeublenouvelle-

Descendant la dernière pente,

avantlapremièremaisonquian- ment acquis et de réclamer la

nonçaitlecentrevillageoisdeSte- sommede300$àsonbeau-frère.

sommede300$àsonbeau-frère. CharlotteChicoine-Wilson cchic041@uottawa.ca

CharlotteChicoine-Wilson

cchic041@uottawa.ca

Unebelleetinspirantemanifesta-

tiondelavigueurdenotremonar-

chie parlementaire nous a été

offertelorsdudépartdelaregret-

tée(maisnonfeue!)représentante

delaReineendoucesterrescana- LENCE:

diennes,laGouverneuregénérale.

Cetévénementanaturellementété

suividel’intronisationdesonsuc-

cesseur qui porte l’invisible cou- ronne avec toute l’élégance

requise.Prenantpeut-êtreexem-

ple sur notre Céline nationale (marquedéposée),c’estlesyeux gonflésdelarmesquelapolyglotte PetiteReinefitsesadieuxaubon peuple. Unsourcilleuxparlementairenesut résisteràl’enviedefaireunpeu

résisteràl’enviedefaireunpeu Dansleurjeunesse,AlexisetDo- cheramiSéraphin.

Dansleurjeunesse,AlexisetDo- cheramiSéraphin.

naldaétaientfollementamoureux

l’undel’autreets’étaientjurésde

sefiancerdansunavenirrappro-

ché.Criblédedettes,lepèreLa-

serladettedeBidou.Lepaiement

loge avait toutefois consenti à

Séraphindesesubrogerdeplein

phin, afin que ce dernier puisse

quiluipermettaitd’éteindrel’hypo- rembourser ses créanciers. Do-

naldan’eutd’autrechoixqued’ac-

cepterlademandeenmariageet

delaissersonbonheurdecôté.Le

cœurbrisé,Alexiss'étaitexiléau

Coloradooùilavaitfaitfortune.Il était revenuparlasuitedansles paysd’endroitpours'établirsurle

mêmerangqueSéraphin.Ils’amu-

sait maintenant à l’appeler mon

beau-frère.Illuidemandatoutde

aucunargumentlégalcontreson

Ilvoulaitprotester,maisiln’avait

unefoisdeplusremportésamise.

lecturedubillet,queSéraphinavait

Bidouavaitdéjàcompris,suiteàla

donnerlamaindesafilleàSéra-

ainsifait,l’article1656(3)permetà

Alexisprenaitunplaisiràdéfendre

lespauvrescolonscontrel’avari-

cieuxetlascèneaubardel’au-

berge lui en donna de nouveau

l’occasion. En effet, il ne voulait pas laisser partir Séraphin avec l’argentgagnéauxcartes.Toutle mondesaitquelejeuauxcartes estillégalsicetteactiviténeprend pasplacedansunétablissement

dumentattitréparlaloi.Alexispré-

tenddoncqueSéraphinn’apasle droit de partir avec de l’argent

gagné à un jeu de cartes illicite.

L’exiléa-t-ilraisondanssonaffir-

mation?

cartes illicite. L’exiléa-t-ilraisondanssonaffir- mation? LeRoiestmort,viveleRoi!

LeRoiestmort,viveleRoi!

LesfoliesduLégislateur:Chroniqued’humoursurréaliste

d’humour à ses dépens et de- mandaàcequeletexteofficieldes adieux de la Chambre des com- munessoitmodifié:

« Et souhaitons humblement

qu’Ellenesoitpas,àl’avenir,acca-

paréepardesdemandesfrivoles

(Montmagny-L’Islet-Kamouraska- deprorogation».

Rivière-du-Loup),appuyéeparM.

Armstrong(Cumberland-Colches- Àlasuitedecela,unconstitution-

nalistesehissasurleTrônelaissé vacant.Envoilàunquin’aurapas à feuilleter son précis de droit constitutionnelavantderépondre

: auxloufoquessuppliquesdeson premierministre.
QU’ILPLAISEÀVOTREEXCEL-

Je devrais probablement m’en

trouver rassurée, mais voilà, la chose m’inquiète. C’est qu’avec

touscesreprésentantsdelaCou-

ronnequitranchentdesquestions

de droit fondamentales et créent desprécédentsàquimieuxmieux, nesommes-nouspasentrainde voir réapparaître une certaine formed’ectoplasmejuridique:le droitroyal?Direquej’aitantlutté pourl’abolitiondeséditsroyaux.Il

estloinlejouroùj’aipum’excla-

Etdel’amendementdeM.Ignatieff

ter-Musquodoboit Valley), - Que

de la motion de M. Généreux

23mars2010-Reprisedel’étude

lamotionsoitmodifiéeparadjonc-

(Etobicoke-Lakeshore), appuyé parM.Goodale(Wascana),-Que

tiondecequisuit:

l’adresse, dont le texte suit, soit présentée à Son Excellence la GouverneuregénéraleduCanada

Nous, sujets très dévoués et fi- dèlesdeSaMajesté,laChambre des communes du Canada, as-

sembléeenParlement,prionsres-

pectueusement Votre Excellence d’agréer nos humbles remercie-

ments pour le gracieux discours

qu’ElleaadresséauxdeuxCham-

bresduParlement;

mer, satisfait, « Le Roi est mort, viveleRoi!»

C’estque,voyez-vous,j’enaidéjà

bienassezdetouscesjugesde

commonlawquisecroientenpo-

sition d’interpréter et de modifier

meslois.Etpuisleursconfrèresci-

vilistes ne sont pas en reste. Ils n’ont de cesse de s’inspirer des jugesduROCetsontdeplusen

pluslibérauxdansleurinterpréta-

tiondemonintention,encoreque je ne sois pas certaine qu’on puisse qualifier cette ingérence induedesimple«interprétation».

Alors,vouscomprendrezqu’avec

unjuristeàtitredeGG,jemesente

quelquepeumenacée.Biensûr,je

crainsqueleflamboyantperson-

nagenemefassedel’ombre.Mais

ilyapire!Danslessombrescou-

loirsduParlement,unerumeura

déjàcommencéàcirculer.L’ambi-

tieuxvice-roiauraitl’œilplusgrand

quelapanseetdanssamirese

trouveunposteplusélevéencore:

lemien!

Flagrant Novembre 2010_Flagrant Novembre 2010 10-11-01 12:11 Page6

N o ve m b r e 2 0 1 0

L e F l a g r an t d él i t

Pa g e 6

o ve m b r e 2 0 1 0 L e F l a g

L et t r e o uv er t e et Vie C am p u s Ôdontbienredondants,cesfraisdescolarité

JérémieLandry

jland025@uottawa.ca

Lettreouverte

En effet, nous, étudiants à l’Université d’Ottawa, savons dequoinousparlonsetsurtout vouscherscollèguesdedroit civil.Attendezquejeregarde mafacture:directionInfoweb, facturation électronique étu- dianteetvoilàunesommede 7 362,66 dollars. Inutile de vousdirequecelafaitmalà

mon

n’écris point dans ce journal

portefeuille, mais je

pourmeplaindredecechiffre faramineux pour un pauvre étudiant.Bref,cen’estpaspar manque d’intérêt que je ne m’attaqueraipasauxfraisde scolaritéontariens,loindelà, mais tout simplement parce qu’ilyaunbesoinderéflexion

plusimportantsurcetteques- sentlavolontédeprendreles

couchesdelasociété,onres-

tiondanslaprovinceduQué- décisionsquigarderontleQué-

beccompétitifsurlascènein-

Àcetitre,ilestnécessairede

incluses.Àquoibonobtenirun

universités

bec.

communautéétudiantequébé-

lechiffreprécédemmentcité,la

annoncéespourallerrejoindre

complète!Suiteàdeshausses

2168dollarspouruneannée

2012auQuébecquiserade

annéeuniversitairepour2011-

mentionner le coût d’une

diplôme universitaire qui n’a aucunevaleurhorsdelascène provinciale?

Diversesoptionsseprésentent pour pallier l’accès restreint aux études pour les classes moinsfavoriséescommeune réforme et une augmentation du système des prêts et bourses. Pour ce qui est du coût réel de la formation, on pourrait indexer certains pro- grammesafinquecesderniers reflètent plus réellement leur coût.

Bref,plusieursoptionssontdis-

poniblesafinderendreleré-

seau universitaire à flot et

compétitif.Or,leseulchoixqui n’estpasenvisageableestle statu quo ce que les fédéra- tions universitaires québé-

trouverdessolutionsetl’aug- coisesdéfendentbecetongle

etonl’observeaveclesmani-

déjà87,5%ducoûtdelafor-

ritésociale,lapopulationpaye

donsleplaidoyerdelasolida-

«Undialoguedesourds»,une expressionquimefaitpenser au sujet en question. Regar-

coises’estlevéeetafaitune tempête dans un verre d’eau pour une énième fois. On plaidehautetfortlasolidarité sociale, l’égalité et un accès

mationuniversitaire.Pourmoi,

lasolidaritéauxétudiantsest

bienassuméeauQuébec.Plu-

restreintàl’éducationpostse- sieursfacteurssontàprendre

condaire.Cesontdesobjectifs

trèsnobles,j’enconviens,sauf

encompte,jepuislereconnaî-

tresaufqueleplusimportant

quelorsqu’onregardelasitua- restelasituationéconomique.

tionéconomiquequébécoise, c’est toute autre chose. Il ne

faudrait pas tomber dans le piègedel’irrationalitépourles

Quandlesuniversitésengran-

gentdesdéficits,quandl’état engrange des déficits, il faut

coûtsréelsd’uneformationuni- mentationdesfraisdescolarité

versitaire. Parmi toutes les

ternationale,

vaencesens.Deplus,ilest

festations étudiantes récur-

dispendieuxpourl’étatdegar- rentes. Il n’est pas judicieux

pour personne d’empêcher touteformed’évolutionaunom delasolidaritésocialequand

unsystèmecompletestàre-

voir.

derlesfraisauniveauleplus

basauCanadapourunrende-

mentéquivalentàlamoyenne canadienne. C’est donc dire

qu’ilyamatièreàchangement.

canadienne. C’est donc dire qu’ilyamatièreàchangement. Laconstitutionducynisme PhilippeCordisco pcord080@uottawa.ca

Laconstitutionducynisme

PhilippeCordisco

pcord080@uottawa.ca

raitaussideretourpuisque«

lesgarsaimentporterlenœud

livre affirme que la session

d’automneestdifficileàéquili- turesprofitentdel’héritageins-

pour que les générations fu-

Analyseetcommentaire

papillonetlesfillessemettre

brerparcequ’ilmanqueenvi-

titutionnel

de

leurs

enrobe».Lav-pacadémique

ron 5000 $ provenant de la

prédécesseurs.

C’est une loi non écrite.

atrouvédesemploisendroit

Fédérationétudiantedel’uni-

Lorsquel’associationdesétu-

diants et étudiantes en droit civildel’Outaouais(AEEDCO)

offrelapizza,lenombred’étu- commentairessurl’expérience

diants présents est minimum dix fois plus élevé. À la der- nière assemblée générale, le quorumdevingtpersonnesa donc été atteint de justesse malgrél’approbationdubudget

de60000$etd’unegrande

quantité de changements constitutionnels.

versitéd’Ottawa(FEUO).Elle

souhaiteobtenirl’argentavant

Noël,maisadmetqu’aveclasi-

tuationpolitiqueactuelle,rien

étudianteparcequ’elleva«es- n’estcertain.Unesurchargede

travailestattribuableauretrait

delasubventiondelaCham-

bre des notaires qui donnait jusqu’alors le Code civil aux étudiantsdepremièreannée. Les maîtres de l’hypothèque immobilièresemblentpréférer commanditeruneémissionqui

aucorpsprofessoralpourqu’ils

sayerd’allerserrerlaceinture

prennentenconsidérationles

revendicationsétudiantes».

Lav-psocialsefélicitedela

semaine 101 qui « s’est très trèsbiendéroulée»ettravaille

surleprojetdevoyageàCan- en a bien besoin, Tout le

pour les étudiants l’été pro- chain. Avec sa fougue habi- tuelle,elleseditàl’écoutedes

Même annoncées des mois d’avance, ces modifications constitutionnelles n’auraient pas attiré davantage d’étu-

diants. Quatre raisons princi- palespermettentd’enarriverà cetteconclusionbrutale.«Je n’aipasletemps»,«Jem’en

fous»,«Ilyavaituneassem-

blée?»et«Jesuiscynique» sontlesquatremotifsentendus leplussouventpourinvoquer l’omission d’assister aux réu- nionsdel’AEEDCO(ouàtoute

Après l’élection d’une prési-

cúndurantl’hiver.Lav-pcom-

mondeenparle,unecaseho-

autreréuniond’intérêtpublic).

dente d’assemblée qui sem-

munications soutien que

rairetéléparticulièrementdé-

blait inconfortable dans son

l’agenda était magnifique et

sertée.

Pourtant,lecynismen’apassa

rôle(etsurtoutneconnaissait

qu’elleenestvraimentfière.En

placelorsqu’ilestquestionde

visiblementrienaucodeMorin)

référence à une question

Pour rendre

l’écrit

plus

motiversonattitudeparrapport

laprésidentedel’AEEDCOa

concernant la dispersion de

conforme aux gestes, l’asso-

àlachosepublique,quecesoit

pris la parole devant un par-

l’information,lav-pcommuni-

ciationétudianteaprofitédela

l’assemblée de l’association

terrevide.Elles’estditesatis-

cationsadéfendulesrappels

motivation estudiantine du

étudianteoulevoteauxélec-

faitedelatournéedescabinets effectuée cet été et de la hausse impressionnante des revenusquiendécoule.Lav-p

tiondubloguenesemblepas assez consultée. Le v-p fi- nancesaprésentéunbudget

externeasoulignéequelesou-

ministration précédente étant partieenlaissantundéficitde

6000$,ilsemblenormalque

lesétudiantspayentpluscette année. L’association tente aussidediversifiersessources derevenus,«parcequ’ilya

Jeux’ridiquesserontsélection- plusd’activitésdeprévuesque

nésenfonctionduprincipedu

assuréquelesparticipantsaux

lieudetravail.Lev-psportsa

diantspuissentvisiterleurfutur

leursportespourquelesétu-

per étiquette sera de retour plustarddurantl’annéeetque certains cabinets ouvriront

Facebookparcequel’informa- débutd’annéepourespérerat-

légèrementexcédentaire.L’ad- neures,maisàpropos.L’effort

del’AEEDCOméritaitlecoup.

Enbref,lesréunionsduconseil

d’administrationaurontlieuune fois par session, plutôt que

troissurpapieretzéroenréa-

sanspourautantdevenirtout

l’anpassé»admetlerespon- puissant.Leservicedulivreest

tionsfédérales.Uneautreex-

pression existe et représente

certainsarticlesdelaconstitu- mieuxlesentimentquihabite

l’humainoccidentaldu21esiè-

cle.Lemanqued’intérêt.

Alorsquelescyniquesgrecs

cherchaientobstinémentàse

dissocierdelamasseenadop-

tant des comportements qui heurtaient la morale sociale, êtrecyniqueencequiatraità la politique est devenu la norme.Lespluscyniquessont

triéplusdepouvoirdedécision

lité.Leconseilexécutifarapa-

teindrelequorumetmodifier

tion.Lesaltérationsétaientmi-

premier arrivé, premier servi, pour ne pas être inéquitable.

LepartyJamesBond007se- La présidente du service du

sabledubudget.

maintenantofficiellementindé- ceuxquiparticipent.

pendantetlenomdecejournal

étudiantestinscritetpréservé

Flagrant Novembre 2010_Flagrant Novembre 2010 10-11-01 12:11 Page7

N o v e m b r e 2 0 1 0

L e F l a g r an t d él i t

P a g e 7

a g r a n t d é l i t P a g e 7

S p o r t s

NFLLabourDisputeThreatens

2011Season

ShawnKupfert

skupf104@uottawa.ca

Formillionsofsportsfans,foot-

ballhasbecomeaSundaytra-

ditionsynonymouswithchurch,

familyandtheSimpsons.Ho-

wever, a looming labour dis- putebetweenNFLownersand theNFLplayersunion(NFLPA)

isthreateningtoderailthe2011

footballseason.

Withannualrevenuesupwards

of$7.8billion,theNFLisbyfar

themostsuccessfuldomestic

sports league in the world. It

hasthehighestaverageatten-

dancepergameofanyNorth

Americansportsleagueattrac-

ting an average of 67,519 spectatorspergame.

Furthercementingitsstatusas

theleaderintheglobalsports

industry,theaverageNFLfran-

chiseisvaluedatastaggering

$1billion.

However,despitetheNFL’sim-

mense success especially in themidstofamajorrecession, NFL owners unanimously

votedin2008tooptoutofthe

current Collective Bargaining Agreement (CBA) signed in

2006,andthusthestageisset

forapotentiallybitterandpro-

tracted labour dispute at the

endofthe2010season.

According to the owners, the currentCBAgivestheplayers toobigapieceoftherevenue pie.Underthecurrenttermsof theCBA,theplayers’salaries

makeupalmost60%oftotal

league revenue. Further, the

currentCBAprovidesforare-

venue- sharing plan in which

therichestgrossingNFLfran-

chises subsidize the lowest

grossing franchises. The ow-

nerscontendthatthecombina-

tionofhighplayersalariesand current revenue sharing plan fails to take into account the currenteconomicenvironment that many owners find them- selvesin.

that many owners find them- selvesin. toomuchmoney.TheNFLPA ridiculesthenotionofrisk,ar-

toomuchmoney.TheNFLPA

ridiculesthenotionofrisk,ar-

oftax-payerfundedstadiums,

nowadaysthereisanincrea- as evidenced by the various

healthproblemsplaguingpre-

sentandformerNFLplayers. Moreover, unlike most major

professional sports leagues, NFLplayer contracts are not guaranteed. As a result, the

for the revenue sharing plan underthecurrentCBA,many

player

ofthewealthierteamswithpri- contractsarenothonouredfor

vatestadiumprojectsarefoo- thefulllifeofthecontract.An

tingthebillforsmallermarket teams with publically-funded stadiums. As a result, while wealthierteamsgeneratemore revenue,somesmallermarket teamsmakemoreprofitdueto lessoverhead.

Theplayers,ontheotherhand,

kingtochangethecurrentpoli-

Additionally,theNFLPAissee-

Unlikeinthepastwheremost

bruntoftheriskontheirbodies,

guing that players bear the

teamsplayedtheirgamesout

singtrendofownersbuilding new state of the art stadium complexes. As such, owners believe that they assume much,ifnotall,oftherisk.As

majority

of

NFL

NFLteamcancutaplayerfrom

theteamatanytimeeffectively

voidingthatplayer’scontract.

cies with regards to rookie player contracts. Under the current scheme, first round picks are entitled to massive contractsandmuchofitpaidin

disagreewiththeowner’sas-

sertionthattheplayersmake

the form of a signing bonus which translates into guaran- teedmoneyfortheplayer.On theotherhand,manyaverage veteranplayersreceivelittleor no guaranteed money and havemuchlowersalariesthen rookiefirstroundpicks.

Thesearebutasampleofthe

complexissuesthatbothsides

willneedtoresolveinorderto

avoidtheimpendingworkstop-

page.Forfans,thelabourdis-

putebetweenNFLownersand the NFLPA is a dispute bet- ween billionaires and millio- naires.Unfortunately,itisthe fansthatpaythemoney,that aretheoneswhowilldealwith thefallout.Lookonthebright side,sportsfans--nofootballin

2011meansalotmoretimefor

thoseothercherishedSunday

traditions!

L e F la gr a n t D é lit

J o u r n a l é t u dia n t de la Fa cu lt é de dro it S e c t io n de dro it civ il

Rédacteurenchef

PhilippeCordisco

Rédacteursenchefadjoints

PhilippeB.Coderre

GabrielleFortier-Cofsky

Correcteurs:

HaydenBernsteinetCarlaKorzinstone

LeFlagrantdélitesttoujoursàlarecherchedejour-

nalistes,anglophonesetfrancophones,afind’offrir

auxétudiantsetaupersonneldelaSectionunjournal

dequalité.

Soyezinformésdenotreprochainerencontreennous

suivantsurFacebook.

flagrant@uottawa.ca

Flagrant Novembre 2010_Flagrant Novembre 2010 10-11-01 12:11 Page8

VENEZ RENCONTRER LE 18 NOUS NOVEMBRE PROCHAIN À L’OCCASION D’UNE PRÉSENTATION OFFERTE PAR DEUX AVOCATS
VENEZ
RENCONTRER
LE 18 NOUS
NOVEMBRE
PROCHAIN À
L’OCCASION D’UNE PRÉSENTATION
OFFERTE
PAR DEUX
AVOCATS DE
SUIVIE D’UN
NOTRE CABINET,
COCKTAIL.
INSCRIPTION
ET TOUS LES
DÉTAILS AUPRÈS
DE L’ASSOCIATION
EN
DES ÉTUDIANTS ET ÉTUDIANTES
DROIT CIVIL.
PLACES LIMITÉES.
CONFÉRENCE :
16 H; SALLE 202
COCKTAIL :
17 H 30;
ATRIUM
AU PLAISIR DE VOUS
RENCONTRER!
STIKEMAN ELLIOTT S.E.N.C.R.L., s.r.l.
AVOCATS
www.stikeman.com