Vous êtes sur la page 1sur 200

guide de survie de l’illustrateur - 2e édition

Guide de survie de l’illustrateur - 2e édition


« Depuis sa création en 1983, Illustration Québec a mis sur pied de multiples outils
de promotion à l’intention des illustrateurs. Elle a également conçu des documents
traitant de droits d‘auteur, de contrats, de licences et d’autres questions reliées
au métier d’illustrateur. Forte de son expérience, Illustration Québec a jugé bon de
concevoir ce Guide de survie (2e édition).

Cet outil répondra aux questions les plus fréquentes tout en fournissant les pistes
de recherche permettant d’obtenir de plus amples informations sur un sujet précis.
Il est toutefois indéniable que l’aide provenant de nombreux corps de métiers dont
il sera question tout au long de cet ouvrage est irremplaçable.
Illustration Québec souhaite ardemment que vous soyez satisfaits de résultat et
que ce document puisse vous être d’une grande aide...

Bonne lecture ! »
CRÉDITS
directeur de production / chargé de projet
Nicolas Trost

textes
Amélia Giroux-Gagné
Nicolas Trost
avec les contributions particulières de :
Charles Montpetit et Thierry Sauer

collaborateurs spéciaux
Maître Véronyque Roy (avocate)
Michelle Blanc (spécialiste Internet et réseaux sociaux)

révision linguistique
Martine Théberge

table ronde pour l’élaboration et la mise à jour de la grille tarifaire


Simon Dupuis
François Escalmel

couverture
Marie-Ève Tremblay – représentée par www.colagene.com/fr/

illustrations intérieures
Farah Allègue 45
Isabelle Angell 123
Frédéric Back 19
François Berger 185
Patricia Brière 91
Marie-Anne Campeau Duplessis 97
Julien Castanié 21
Yves Dumont 113
Élisabeth Eudes-Pascal 25
Isabelle Fortier 53
Sébastien Leblanc 105
Oussama Mezher 173
Frédéric Normandin 191
Sophie PA 145
Guillaume Perreault 63
Christine Roy 29
Richard Vallerand 75

photo
Crépô 11

graphisme : www.kakee.ca
impression : www.marquisbook.com/accueil

Nous reconnaissons l’appui financier du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du Canada
pour les périodiques qui relève de Patrimoine canadien.

dépôt légal
Bibliothèque et Archives nationales du Québec
Bibliothèque Nationale du Canada
ISBN 978-2-922921-32-5
GUIDE
DE SURVIE
DE L’ILLUSTRATEUR !
SOMMAIRE

X MOTS INSPIRANTS 11
X MOT DE FRÉDÉRIC BACK 19
XX INTRODUCTION 21
XXX LE MARCHÉ 25
1 LE STATUT DE TRAVAILLEUR AUTONOME :
LE CAS DE L’ARTISTE ILLUSTRATEUR… 29
1.1 UN PLAN ? BON PLAN !------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ 30
1.2 COOP, LTÉE, INC. ET COMPAGNIE !------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ 31
1.3 IMMATRICULÉ ? EN ROUTE !--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------33
1.4 TAXES EN SUS ?----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------33
1.5 BUDGÉTER, COMPTER, FINANCER... SANS RAGER !----------------------------------------------------------------------------34
1.6 L’ARTISTE ET LA CSST------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ 41
1.7 LES ASSURANCES------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ 41
1.8 LIENS UTILES---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------43

2 L’AIDE FINANCIÈRE ET LE SOUTIEN QUE L’ON PEUT OBTENIR


DE DIVERSES SOURCES 45
2.1 S’IL VOUS PLAÎT, MONSIEUR LE BANQUIER...------------------------------------------------------------------------------------------ 46
2.2 LES AIDES GOUVERNEMENTALES POUR DÉMARRAGE, C’EST PAYANT ?---------------------- 47
2.3 LES CONCOURS OU « GAGNER SA VIE ! »------------------------------------------------------------------------------------------------------ 48
2.4 LES ORGANISMES-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 49
2.5 QUELQUES LIENS SUPPLÉMENTAIRES----------------------------------------------------------------------------------------------------------- 51

3 L’ILLUSTRATEUR, LE CRÉATEUR D’IMAGES 53


3.1 ILLU...QUOI ? ILLU...MINÉ ?-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------54
3.2 ILLUSTRER, D’ACCORD ! MAIS QUOI...ET COMMENT ?---------------------------------------------------------------------55
3.3 SAVOIR SE RÉINVENTER...----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 56
3.4 DE LA PAGE BLANCHE À LA RECONNAISSANCE------------------------------------------------------------------------------------ 57
3.5 PERFECTIONNER LES TECHNIQUES ET OPTIMISER
L’UTILISATION DES OUTILS-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 59
3.6 LE PARRAINAGE---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------61

4 L’ILLUSTRATION : UN UNIVERS ET SES GALAXIES ! 63


4.1 MAMAN, RACONTE - MOI UNE HISTOIRE ! : LE MONDE DE L’ÉDITION JEUNESSE----- 64
4.2 EN PREMIÈRE PAGE – LA FAMEUSE COUVERTURE !------------------------------------------------------------------------ 65
4.3 L’ILLUSTRATION ÉDITORIALE, ÇA PRESSE !--------------------------------------------------------------------------------------------- 66
4.4 ILLUSTRER POUR LA PUBLICITÉ-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------67
4.5 LES PRODUITS DÉRIVÉS OU COMMENT SE RETROUVER
SUR UN RIDEAU DE DOUCHE---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 69
4.6 COMMENT TRAVAILLER AVEC LES DESIGNERS GRAPHIQUES----------------------------------------------- 72
4.7 LIENS UTILES--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 73

5 LES OUTILS DE PROMOTION 75


5.1 JE SUIS... JE FAIS... ET JE SUIS LE MEILLEUR !---------------------------------------------------------------------------------------76
5.2 L’IMPORTANCE DU PLAN DE COMMUNICATION-----------------------------------------------------------------------------------76
5.3 LE PORTFOLIO CONVENTIONNEL... DÉMODÉ OU INCONTOURNABLE ?-------------------------- 77
5.4 LA PROMOTION PASSIVE---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------78
5.5 LA PROMOTION ACTIVE----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 82
5.6 SE FAIRE VOIR ! MAIS CHEZ QUI ?---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 85
5.7 VENTE OU PROMOTION ?----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------87
5.8 LIENS UTILES------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 88

6 LES AGENTS 91
7 LE SITE INTERNET 97
7.1 CONCEPTION ET ÉVOLUTION------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ 98
7.2 QUOI Y METTRE... ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 99
7.3 ATTIRER LA VISITE !--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 101
7.4 LE PETIT PLUS... ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 102
7.5 LIENS UTILES------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ 103

8 LES MÉDIAS SOCIAUX 105


8.1 FACEBOOK OU LA COMMUNAUTÉ DE PARTAGE... ----------------------------------------------------------------------------- 106
8.2 TWITTERA, TWITTERA PAS... ?----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 107
8.3 ET LINKEDIN, C’EST UTILE ?-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------108
8.4 LE BLOG ALORS, ÇA SERT À QUOI ?----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 109
8.5 AUTRES UTILITÉS DU WEB ET DERNIÈRES RECOMMANDATIONS------------------------------------ 110
8.6 LIENS UTILES-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 111

9 LE DROIT D’AUTEUR 113


9.1 QU’EST-CE QUE C’EST ?--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 114
9.2 CONDITIONS DE PROTECTION------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 114
9.3 À QUI BÉNÉFICIENT CES DROITS ?-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 115
9.4 DURÉE-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 117
SOMMAIRE

9.5 DROITS MORAUX---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 117


9.6 ASPECTS CONTRACTUELS---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 118
9.7 VIOLATIONS DU DROIT D’AUTEUR----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------119
9.8 ADRESSES UTILES----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 120

10 LES CONTRATS 123


10.1 KONTRA ? COMMENT ÇA S’ÉCRIT ?-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------125
10.2 ET LES CLAUSES, ELLES SERVENT À QUOI ?----------------------------------------------------------------------------------------125
10.3 ON PEUT VOIR DE QUOI ÇA A L’AIR, UN BON CONTRAT ?--------------------------------------------------------- 127
10.4 LE CONTRAT, TOUJOURS PAREIL ?---------------------------------------------------------------------------------------------------------------134
10.5 ET LA FACTURE ?-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------135
10.6 LES DIFFICULTÉS DE PAIEMENT-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 138
10.7 LIENS UTILES----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------143

11 LE GUIDE DE TARIFICATION 145


11.1 L’ILLUSTRATION ET L’ÉQUITÉ SALARIALE---------------------------------------------------------------------------------------------- 146
11.2 LA MARCHE À SUIVRE POUR FIXER UN PRIX------------------------------------------------------------------------------------- 146
11.3 LA SOUMISSION---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------155
11.4 STAGNATION DES PRIX--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 157
11.5 L’IMPORTANCE DE DIRE NON... ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 157
11.6 COMMENT RECONNAÎTRE UN CLIENT À PROBLÈMES---------------------------------------------------------------- 157
11.7 LE TRAVAIL GRATUIT (CODE ÉTHIQUE)----------------------------------------------------------------------------------------------------- 157
11.8 LES PRIX PLANCHERS----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 162
11.9 EUH... VRAIMENT DÉSOLÉ, MAIS... POURRAIT-ON ME PAYER, S.V.P. ?------------------------- 163
11.10 OUI, BON...MAIS COMBIEN ?------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ 163
11.11 ENFIN, UNE RÉFÉRENCE !------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 164

12 LES AFFAIRES 173


12.1 QUELQUES TRUCS POUR ÊTRE MEILLEUR EN AFFAIRES-------------------------------------------------------- 174
12.2 COMMENT GARDER UNE SANTÉ FINANCIÈRE ET PRÉVOIR L’IMPRÉVISIBLE
(ACCIDENT, MALADIE, ETC.)-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 175
12.3 LES VIEUX JOURS---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 177
12.4 DU TEMPS ET DE L’ARGENT !------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 177
12.5 LES EXCUSES DES CLIENTS ET COMMENT Y RÉPONDRE...----------------------------------------------------178
12.6 LA NÉGOCIATION------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------179
12.7 QUELQUES PETITES ERREURS À NE PAS COMMETTRE... ------------------------------------------------------- 181
12.8 LES DÉFIS DE L’ILLUSTRATION... ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ 182
13 S’EXPOSER 185
13.1 D’ABORD, TROUVER OÙ...----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 186
13.2 QUOI FAIRE QUAND ÇA MARCHE ?----------------------------------------------------------------------------------------------------------------187
13.3 LE MARCHÉ DE L’ART AU QUÉBEC, QU’EN EST-IL ?----------------------------------------------------------------------- 188

14 BIBLIOGRAPHIE 191
X
mots
inspirants

Crépô – 1985

Titre : Souvenir des débuts d’Illustration Québec


Sur la photo : André Boisvert dit « Bois », Mireille Levert, Philippe Brochard, Suzanne Duranceau,
Philippe Béha, Danielle Poisson, Paule-Andrée Lagacée, Richard Parent, Daniel Sylvestre,
Pol Turgeon, Stéphane Daigle, Charles Monpetit, Normand Cousineau

Voici quelques textes écrits par d’anciens présidents et par des membres honoraires,
qui au travers de leurs mots, vous partagent leurs motivations d’avoir créé et soutenu
l’association professionnelle qu’est Illustration Québec et de continuer à y adhérer.

11
« Étant un des membres fondateurs de l’association, je suis toujours là aujourd’hui. Pour moi l’association demeure
un phare, une appartenance, une famille. Elle a été là pour moi pendant des années, c’est à moi maintenant d’être
là pour elle comme aîné. »

philippe béha 

illustrateur,
membre fondateur d’iq, membre honraire

« Un regroupement ne naît jamais du hasard, mais est toujours le fruit d’un besoin profond, d’une nécessité. C’est
avec beaucoup de joie que je me remémore les premières rencontres, dans des cafés de Montréal, d’illustrateurs,
jusque-là isolés, qui ont mené à la formation de l’Association des illustrateurs. Presque trente ans plus tard, je garde
toujours la conviction que ce métier formidable, qui lie une grande créativité à un savoir artistique indéniable et
qui est volontairement tourné vers la communication, demande un regroupement. Le monde de la communication
visuelle s’est transformé d’une façon phénoménale et à un rythme vertigineux. L’existence d’« Illustration Québec »
m’apparaît plus que jamais primordiale afin d’évoluer, grandir, unir nos expertises et nos forces. »

mireille levert, 

illustratrice, membre fondatrice,
ancienne présidente d’iq (1986 à 1988) 

« Existe-t-il le moindre doute, dans l’esprit d’aucun, que l’union fait la force ? Qu’à permettre l’expression de plu-
sieurs points de vue on parvient toujours à une vision plus complète et plus juste ? Que la variété des perspectives
et des expériences nous enrichit collectivement ? Que dans tout marché un équilibre des forces est nécessaire
pour le bien commun ? Que l’implication du plus grand nombre dans un projet collectif en assure le succès et la
pérennité ? La pensée crée ! Et toutes les assertions mentionnées ici ont créé Illustration Québec et l’ont maintenue
vivante et active depuis près de 30 ans. En 1983, nous avons cru qu’il était temps pour les artistes-illustrateurs
du Québec de se regrouper afin de promouvoir leur art et de donner un cadre structuré et reconnu à leur pratique
artistique. Un marché plus difficile et compétitif qu’à l’époque justifie encore davantage l’existence d’Illustration
Québec aujourd’hui. Lieu de rencontres et d’échanges, lieu de discussions et de choix collectifs, lieu de soutien et
de formation, lieu d’engagement communautaire, espace d’expression et de diffusion, tremplin pour tous les projets
individuels et collectifs autour de l’art de l’illustration : Illustration Québec a toujours, et plus que jamais, sa place
dans la communauté ! L’artiste visuel, utilisant l’illustration comme médium, occupe une place prépondérante et
trop souvent ignorée dans la société. L’artiste-illustrateur lui-même, ignorant de son pouvoir, se met au service de
chacun en négligeant de considérer sa propre réflexion et sa propre expérience. Il est un facteur de développement
sociétal lorsqu’il infuse la conscience collective avec des images porteuses de sens. Tous nos choix sont créatifs ! Il
nous faut prendre conscience de notre pouvoir et agir en conséquence. » 

stéphan daigle 

illustrateur, ancien président d’iq (1990)

12
MOTS INSPIRANTS

« Depuis maintenant 30 ans, Illustration Québec joue un rôle essentiel auprès de ses membres. Que ce soit le par-
tage et la diffusion d’informations pertinentes sur le métier, la promotion des illustrateurs à travers différents outils
marketing, etc, c’est un regroupement incontournable qui a besoin de soutien afin de consolider ses acquis et de
poursuivre son développement. Longue vie à Illustration Québec. »

nathalie nassif 

directrice générale d’iq (1992 à 1997)

« Il est bien connu que la culture québécoise s’exporte de brillante façon à l’étranger. Le Cirque du Soleil, Robert
Lepage et autres Moment Factory font rayonner leur talent et connaissent un immense succès à l’échelle internatio-
nale. Sachez qu’il en est de même pour l’illustration québécoise. Il n’est pas rare de voir les œuvres des illustrateurs
et illustratrices d’ici dans les prestigieuses pages du New York Times, de Libération ou The Economist. Leurs livres
sont traduits en plusieurs langues et appréciés de par le monde, primés à Bologne ou Angoulême. Certains d’entre
eux présentent leurs films d’animation dans les plus grands festivals et se rendent même parfois aux Oscars ! J’ai
fait mes débuts en 1991. À cette époque, notre association, du haut de ses huit années d’existence, était déjà très
dynamique. Déjà, elle était portée à bout de bras par des artistes désireux de faire connaitre leur profession et de
diffuser leur talent. Les illustrateurs qui parvenaient à exporter leurs images hors du Québec étaient fort peu nom-
breux alors. À force de travail et de passion, les choses ont changé pour le mieux et la réputation des illustrateurs
québécois est maintenant bien établie hors de nos frontières. À mon avis, Illustration Québec a été le catalyseur de
cette émancipation. L’illustration comme l’écriture est un travail solitaire. L’association permet de briser cet isole-
ment. Elle est le lien entre chacun de ses membres, le fil qui nous relie. Elle nous informe. Elle nous renseigne sur le
droit d’auteur, l’éthique, la négociation, la promotion, etc. Des choses qui ne sont pas enseignées dans les écoles.
Elle permet d’échanger avec les pairs, de partager ses expériences, bonnes ou mauvaises. Elle permet d’inventer
de nouveaux outils de promotion et de diffusion. De promouvoir les métiers de l’illustration auprès des médias et
surtout dans l’industrie, auprès de clients potentiels. Enfin, elle crée un sentiment d’appartenance. Nous évoluons
dans un marché hyper compétitif. Malgré tout, je retrouve à l’association un esprit communautaire très chaleureux
où règne une saine émulation. En plus de vingt ans de métier, je n’ai jamais été témoin d’un tel esprit de corps
ailleurs, d’une telle solidarité. Voilà pourquoi Illustration Québec me tient tant à cœur. »

luc melanson 

illustrateur, ancien président d’iq (1996)

« Les avocats ont le Barreau, j’ai l’Association - fort heureusement, d’ailleurs. C’est à travers elle que j’ai véritable-
ment amorcé ma croissance en tant qu’illustrateur : elle m’a permis de rencontrer des gens qui avaient réponse à mes
questions, j’y ai trouvé des pairs à qui parler, avec qui normaliser les situations problématiques, les perceptions, les
inquiétudes. L’isolement n’enrichit personne. Il rend vulnérable. Et le marché est un loup. Le site illustrationquebec.
com, quant à lui, malgré le fait que je possède déjà un site commercial et des blogs très fréquentés, représente à
ce jour mon plus bel outil de promotion en carrière : plus de 70 % des mandats obtenus le sont grâce à cet outil
magnifique qui est mis à notre disposition, une chance extraordinaire, surtout si on considère les coûts reliés à
s’exposer sur d’autres sites semblables et qui sont souvent exorbitants. Pourquoi je vous écris aujourd’hui ? Par
intérêt personnel : j’ai tout avantage à voir cette association prospérer, puisque je prospère à ses côtés.

Je vous souhaite le meilleur des succès parmi nous. »

yvon roy 

illustrateur, ancien président d’iq (2004-2005)

13
« Par la présente, j’aimerais vous signifier l’importance d’Illustration Québec, au sein de la profession des illustrateurs
et illustratrices du Québec, depuis une trentaine d’années. J’ai débuté ma carrière en 1986, et depuis cette année-là,
je suis membre d’Illustration Québec (anciennement Association des Illustrateurs et Illustratrices du Québec, j’y
réfèrerai d’ailleurs à plusieurs reprise dans ce texte comme étant « l’association »), c’est dire mon attachement à
cet organisme ! J’y ai joué plusieurs rôles, dont membre du conseil d’administration, membre du conseil exécutif,
puis présidente en 2005. Au fil des années, j’ai été à même de constater l’apport positif et enrichissant de cette
association quant au rayonnement de notre métier. Cette idée d’association est née, il y a trente ans, du désir de
quelques illustrateurs souhaitant s’assembler afin de pouvoir ensemble définir les règles de pratique de la profession,
et ainsi créer une force de regroupement dans le milieu de la communication visuelle au Québec, où tout était à faire,
à élaborer. Année après année, l’association s’est voulue comme une sorte de chien de garde, protégeant les droits
de ses membres et les représentant dans diverses positions devant être prises face aux décisions politiques régissant
le droit d’auteur et la propriété morale de l’œuvre visuelle. Elle a toujours été aussi d’un grand conseil pour éclairer
ses membres quant à la pratique de leur métier d’illustrateur, je cite ici quelques-unes de ses actions au fil des ans :
P romotion de notre talent ici et à l’étranger

N égociation des contrats avec nos clients

C réation d’outils toujours plus pertinents et efficaces, tels que répertoires visuels et site internet pour la promotion
de nos oeuvres

C onseils pratiques pour la gestion de nos microentreprises de créateurs

L ieu d’échanges professionnels stimulants entre illustrateurs

P arrainage des illustrateurs novices

C onférences sur la pratique de la profession. 


L’association a une position mondialement respectée sur l’échiquier du commerce des oeuvres visuelles, et ce,
depuis bien longtemps déjà. Combien d’illustrateurs du Canada et d’ailleurs dans le monde nous envient cette
complicité et cette force associative, qui, de tout temps, nous a épaulés dans notre travail d’artisans de l’image...
Je suis reconnaissante de son apport dans ma vie professionnelle depuis tout ce temps, et souhaite longue vie à
Illustration Québec. »

anne villeneuve

illustratrice,
ancienne présidente d’iq (2005-2007)

« Sans Illustration Québec, je ne serais pas illustrateur aujourd’hui. Je n’aurais jamais pu profiter des conseils et du
support d’illustrateurs plus expérimentés... je n’aurais jamais pu percer. C’est aussi simple que ça. »

louis-philippe st-laurent

illustrateur, ancien président d’iq (2008-2009)

« Avec le temps, pour le marché des acheteurs d’images, Illustration Québec s’est positionnée comme la vitrine des
illustrateurs d’ici, elle est la référence quant aux pratiques qui entourent la commande d’illustrations, et la solution
pour la recherche d’un illustrateur inspirant. Pour nous, illustrateurs, c’est une pépinière de dialogue, d’éducation,
et un bouillonnement de débats pour l’avancement de la profession d’illustrateur
, une association qui légitime et
encadre notre métier.

Pourquoi s’en passer ?»

sophie casson
illustratrice,
ancienne présidente d’iq (2009-2010)

14
MOTS INSPIRANTS

« Le métier d’illustrateur, de par sa nature créative et autonome, en est un d’unicité et de solitude. Il y a autant de
façons de le pratiquer qu’il y a de marchés et de pratiquants. Ainsi, un illustrateur de livres pour enfants ne vivra
jamais la même réalité qu’un illustrateur publicitaire ou qu’un illustrateur éditorial, et ainsi de suite. Certes, tous sont
illustrateurs, mais ils travaillent à leur façon bien personnelle dans des niches bien spécifiques. Tous ces paramètres
créent une multitude d’identités qui peuvent parfois sembler difficiles et abstraites à réunir sous un seul et même
profil. Illustration Québec répond à ce besoin depuis (presque) 30 ans. Elle constitue ce ciment professionnel et social
qui rassemble les forces et aptitudes de chacun, sans jamais amoindrir la richesse de leur spécificité, donnant ainsi
à la voix de l’illustration québécoise, par la force de la collectivité, une plus grande portée. C’est pour cette raison
qu’IQ constitue un acteur essentiel dans notre domaine, tant pour les illustrateurs que pour ceux qui consomment
de l’illustration. Si tel est votre cas, nous vous remercions sincèrement de votre appui. »

vincent gagnon

illustrateur, ancien président d’iq (2010-2013)

« Je suis impliqué au sein de l’association des illustrateurs du Québec (Illustration Québec) depuis ses débuts en
1983. Dès sa création, son influence s’est manifestée avec force en brisant l’isolement dans lequel nous nous trou-
vions tous à l’époque, tout en facilitant un échange d’informations cruciales qui nous a permis de mieux défendre
nos droits, mieux négocier nos contrats ou évaluer de façon plus pertinente la valeur d’une commande, et de faire
circuler des informations de première importance qui ne trouvaient aucun véhicule pour être diffusées de façon
efficace. Ce fantastique lieu de ralliement et de connaissances qu’est devenu IQ est maintenant bien implanté dans
la communauté des illustrateurs, à tel point qu’il est devenu aujourd’hui carrément indispensable. Cette diffusion
d’informations ainsi que les multiples services concrets qu’offre IQ a permis aux illustrateurs de consolider leur métier,
leur pratique, leur revenu, bref, à obtenir un encadrement nécessaire pour faire face à cette profession multiple et,
somme toute, complexe. Illustration Québec aura 30 ans cette année. Il est fondamental que cet anniversaire signale
le maintien d’une association forte, en mesure d’envisager l’avenir avec espoir et stabilité. L’argent étant, comme
toujours, le nerf de la guerre, il est nécessaire d’appuyer IQ afin de lui donner les moyens de continuer à grandir et
à soutenir ses membres avec vigueur. Encouragez Illustration Québec : appuyez-nous ! »

pol turgeon
illustrateur, artiste visuel, professeur d’illustration,

membre honoraire d’illustration québec, membre professionnel du raav

Pour moi Illustration Québec est plus qu’une simple association professionnelle. Certes, on y trouve appuis, outils,
support et références pour nous guider dans notre carrière d’illustrateur, mais c’est aussi et surtout une grande famille ;
un endroit chaleureux où partager, où rêver, où s’accomplir, où s’affirmer collectivement. Les rencontres que j’y ai
faites et les projets dans lesquels je me suis impliquée se sont toujours avérés très enrichissants. Avec ses 30 années
d’existence, Illustration Québec est devenue un phare tant pour les illustrateurs que pour ceux qui les embauchent.
Je suis très fière de faire partie de la grande famille des illustrateurs d’ici. Longue vie à Illustration Québec.

sonia roy
illustratrice, présidente actuelle d’iq

15
MOTS INSPIRANTS

« Un
regroupement
ne naît jamais
du hasard, mais est
toujours le fruit
d’un besoin
profond, d’une
nécessité. »
Mireille Levert

17
X
mot
de frédéric back

Frédéric Back
illustrateur et membre honoraire
texte paru dans la première version du guide de survie de l’illustrateur

19
XX
introduction

Julien Castanié

Selon le dictionnaire de l’Académie française, un illustrateur est un artiste chargé


de l’illustration d’un ouvrage. Dans un sens plus large, un illustrateur est un artiste
graphique qui met ses talents au service d’un projet afin de l’imager ; c’est donc
un créateur d’images.

21
La nature du projet auquel contri- l’on oserait le croire. Les textes de
buera l’illustrateur peut différer lois d’Hammourabi, sixième roi de
d’un contrat à un autre. En effet, Babylone, dans la Mésopotamie
il peut s’agir d’illustrer un livre, de antique, sont illustrés de son por-
produire une illustration de mode trait. Les moines du Moyen Âge
pour la haute couture, pour un illustraient aussi les manuscrits
magazine, un jeu vidéo ou encore qu’ils étaient chargés de transcrire.
de participer à une campagne On peut toutefois considérer que
publicitaire pour vanter un produit. la profession d’illustrateur telle que
Évidemment, la liste des possibili- nous la connaissons aujourd’hui est
tés est encore bien longue. apparue avec la Renaissance, après
l’arrivée de l’imprimerie et des tech-
niques modernes de gravure. Dans
le domaine de la mode, elle a connu
L’Association des Illustrateurs son apogée au début du XXe siècle,
avec des artistes comme Erté ou
et Illustratrices du Québec (AIIQ) Gruau, et continue d’évoluer grâce
aux médias actuels comme Internet.
a vu officiellement le jour Certains esprits critiques, sans
doute attendris par l’image roman-
le 26 janvier 1983. Sa mission tique du peintre crève-la-faim, ont,
par le passé, reproché aux illustra-

est de promouvoir et de teurs de marchander leur art. Il faut


cependant se souvenir que le mécé-
nat existe depuis des siècles et que
diffuser l’illustration, ainsi Michel-Ange n’a pas illustré la cha-
pelle Sixtine uniquement par amour
que de regrouper et soutenir de l’art. Vincent van Gogh, pour sa
part, figure parmi la longue liste de
les illustrateurs. génies morts dans le besoin. Il est
probable que ces artistes auraient
aimé vendre un peu plus d’œuvres
L’illustration consiste donc à com- de leur vivant…
muniquer un message par l’intermé- C’est donc dans cette optique
diaire de l’image. Cette pratique est qu’en 1981, au Québec, un groupe
d’ailleurs très ancienne. Pensons par d’illustrateurs a décidé de créer
exemple aux nombreuses fresques une association. L’Association des
décorant les murs des cavernes Illustrateurs et Illustratrices du
où l’humanité a connu ses pre- Québec (AIIQ), dont le nom changea
miers balbutiements. À défaut de en novembre 2009 pour Illustration
documents écrits, nous pouvons Québec, a vu officiellement le jour
considérer ces fresques comme un le 26 janvier 1983. Sa mission est
moyen de communication entre ces de promouvoir et de diffuser l’illus-
êtres primitifs et nous, un récit his- tration, ainsi que de regrouper et
torique en quelque sorte, que nous soutenir les illustrateurs. Illustration
admirons encore aujourd’hui. Sous Québec est fière de regrouper des
cette optique, considérons donc que illustrateurs de renommée interna-
l’illustrateur pratique l’un des plus tionale autant que des artistes ama-
vieux métiers du monde. teurs, qui sont unis dans un même
En effet, le métier d’illustrateur désir de création artistique et dans
est probablement plus ancien que une même volonté de succès.

22
INTRODUCTION

Depuis sa création, l’Association


a mis sur pied de multiples outils
de promotion à l’intention des illus-
trateurs. Elle a également conçu
des documents traitant de droits
d’auteur, de contrats, de licences
et d’autres spécificités reliées au
métier d’illustrateur. Elle offre des
formations, des conférences et des
services-conseils dans le but d’aider
les artistes à développer leur car-
rière. Sa connaissance des aléas de
la profession fait en sorte que l’Asso-
ciation constitue un allié de grande
importance pour tous les illustra-
teurs. Forte de son expérience,
Illustration Québec est consciente
des nombreuses difficultés jalonnant
le parcours des illustrateurs souhai-
tant mener une carrière florissante.
Elle a donc jugé bon de concevoir
ce Guide de survie. Ce guide est un
outil qui, tout en répondant aux ques-
tions les plus fréquentes, fournira
les pistes de recherche permettant
d’obtenir de plus amples informa-
tions sur un sujet précis. Il est toute-
fois indéniable que l’aide provenant
des nombreux corps de métiers dont
il sera question tout au long de cet
ouvrage est irremplaçable. La pre-
mière version de ce Guide date de
2009. Celle que vous lisez en ce
moment est une nouvelle édition,
mise à jour et bonifiée en 2013-
2014. Comme nous le savons tous,
les mondes autour desquels gravite
l’illustration sont plutôt changeants
et ils évoluent rapidement. Il se peut
donc que les informations se trou-
vant dans ce guide changent encore
au fil du temps, notamment en ce qui
concerne les impôts, les revenus de
droit d’auteur ainsi que les contrats.
Entre temps, Illustration Québec
souhaite ardemment que vous soyez
satisfaits du contenu et que ce docu-
ment puisse vous être d’une grande
aide… Bonne lecture !

23
XXX
le marché

Élisabeth Eudes-Pascal

Les fréquentes enquêtes effectuées par Illustration Québec depuis 2006 ont permis
de dresser un portrait du marché de l’illustration au Québec. Bien que voulant nous
concentrer sur la réalité québécoise, nous avons pu remarquer que les tendances
principales sont approximativement les mêmes dans tous les pays industrialisés.
Il existe cependant quelques particularités propres au marché québécois.

25
En effet, il s’agit d’un marché assez qui ont marqué le marché de l’illus-
protectionniste, dans la mesure tration ces dernières années. Les
où il privilégie généralement les techniques de création ont évolué,
contacts et les entreprises de laissant de plus en plus de place
régions environnantes. La parti- à l’outil informatique, l’illustrateur
cularité liée à la condition franco- devant ainsi se perfectionner et
phone minoritaire du Québec, au s’adapter en numérisant ses œuvres
sein d’un continent presque uni- afin de répondre aux standards
lingue anglophone, justifie aussi de l’industrie. Évidemment, cela
cette attitude. Toutefois, les gou- entraîne plusieurs conséquences
vernements provincial et fédéral, pour l’illustrateur, qu’elles soient
grâce aux diverses subventions et financières ou qu’elles soient liées
crédits d’impôts, entre autres pour au temps qu’il devra consacrer à
les maisons d’édition et les maga- l’apprentissage de ces nouvelles
zines, soutiennent le secteur en méthodes. Cependant, ses efforts
stimulant la diversité culturelle et seront sûrement récompensés, car
en favorisant la qualité des conte- ils plairont sans doute aux clients,
nus écrits et visuels. qui auront ainsi accès plus facile-
ment et rapidement aux créations
des artistes s’étant ajustés aux nou-
velles options offertes par les avan-
Les illustrateurs ne sont plus cées technologiques.
De plus, il faut prendre en consi-
uniquement en compétition dération la mondialisation du mar-
ché, qui bat son plein. Cela se traduit
avec un petit nombre d’artistes par une augmentation de la concur-
rence. Les illustrateurs ne sont plus
œuvrant dans la même région, uniquement en compétition avec
un petit nombre d’artistes œuvrant

mais avec des illustrateurs dans la même région, mais avec des
illustrateurs qui habitent aux quatre
coins du monde. À cela s’ajoute la
qui habitent aux quatre compétition provenant des banques
d’images et des autres corps de
coins du monde. métier, en l’occurrence les photo-
graphes et les designers graphiques.
D’autre part, nous remarquons
Malgré cela, le marché dans son une baisse constante des tarifs pro-
ensemble demeure limité, compte posés aux illustrateurs en échange
tenu du nombre important d’illustra- de leurs services. La multiplication
teurs qui tentent de s’y démarquer. des supports possibles voués à la
C’est pourquoi il est stratégique, promotion d’un produit – la publi-
pour tout illustrateur, d’étendre cité télévisuelle, les sites Web, les
le plus possible le secteur géo- encadrés de magazine, par exemple
graphique de son activité, afin de – a entraîné une segmentation des
rejoindre une clientèle plus nom- budgets alloués à cette promotion,
breuse. En effet, le marché québé- diminuant conséquemment les
cois ne peut fournir qu’un nombre montants disponibles pour l’achat
restreint de contrats par année. À d’illustrations. Autrement dit, les
ces caractéristiques particulières agences de publicité et les mai-
s’ajoutent les divers changements sons d’édition, pour ne nommer que

26
LE MARCHÉ

celles-là, utilisent différents moyens


pour rejoindre des clientèles très
précises, ce qui entraîne une seg-
mentation des dépenses, résultant
fréquemment en une diminution
des cachets disponibles pour la
rémunération des artistes créateurs
d’images. Par contre, les supports
qui se multiplient (Internet, packa-
ging, vêtements, alimentation, etc.)
n’entraînent pas que des soucis. Les
contrats sont certes moins impor-
tants (en termes de durée et de reve-
nus), mais la diversité des supports
proposés stimule la créativité des
illustrateurs et multiplie les sources
potentielles de revenus.
Il faut aussi mentionner que le mar-
ché de l’illustration est dépendant,
comme tout autre marché, de la
situation économique globale. Il suf-
fit de penser au tristement célèbre
11 septembre 2001… Bien que
de prime abord ces évènements ne
semblent pas être en lien direct avec
le domaine de l’illustration, nous
avons pu remarquer, en discutant
avec certains illustrateurs profes-
sionnels ainsi que d’autres associa-
tions (CAPIC, Society of Illustrators
de New York) que le nombre de
contrats circulant dans le domaine
a significativement diminué après
cette date fatidique. Il aura fallu
attendre l’hiver 2008 pour que le
nombre des contrats soit similaire à
celui d’avant le 11 septembre. Dans
le même esprit, la crise financière
de l’automne 2008 a provoqué une
diminution semblable dans plusieurs
domaines d’activité économique. pas se retrouver plutôt parmi ceux
Ces crises sont toujours difficiles à ayant été naturellement expulsés du
traverser. D’ailleurs, il en résulte ce marché…
que l’on pourrait appeler une sélec- Évidemment, cette description
tion naturelle. Indéniablement, les du marché québécois de l’illustra-
illustrateurs se trouvant dans une tion est très sommaire et constam-
situation plus précaire n’ont pas les ment sujette aux changements. Il
ressources nécessaires pour tenir le s’agit donc d’une vision globale
coup. Les conséquences de cette ne tenant pas compte des particu-
sélection se traduisent donc généra- larités propres au style de chaque
lement par une réduction du nombre illustrateur. Rappelons que le style
d’illustrateurs actifs, diminuant particulier d’un illustrateur définit
quelque peu le degré de concur- souvent la nature de sa clientèle et
rence. Attention par contre : pour que ces considérations participent
bénéficier de cette ouverture forcée, à confirmer ou non les informations
il aura préalablement fallu faire figure rapportées ci-dessus.
de professionnel bien équipé et faire
preuve d’habileté en gestion pour ne

27
1
LE STATUT
DE TRAVAILLEUR AUTONOME : LE CAS
DE L’ARTISTE ILLUSTRATEUR...

Christine Roy

Bien sûr, le statut de travailleur autonome est accompagné de son lot de complications…
Surtout lorsque vient la saison des comptes et des impôts ! Cette section vise à vous
donner l’essentiel des informations à ce sujet et des astuces de base pour atteindre
une certaine sécurité financière.

29
CHAPITR E 1

Pour en savoir plus, nous vous invitons à Nous vous invitons fortement à vous exercer à
consulter les sites Internet des gouverne- remplir un plan d’affaires. Cela ne peut que vous
ments ou encore un comptable profession- aider. Il est possible de trouver des modèles
nel connaissant les particularités des décla- prêts à remplir sur Internet, dans un centre de
rations des travailleurs autonomes. Ce dernier coopération et de développement économique
vous accompagnera dans les méandres de communautaire (CDEC), dans un centre local de
l’administration, vous montrant la voie à développement (CLD) ou encore dans un centre
suivre pour atteindre la lumière au bout du local d’emploi (CLE).
tunnel… Il vous fera probablement gagner Michael Fleishman, dans son livre Starting
beaucoup de temps, tout en vous assurant your Career as a Freelance Illustrator or Graphic
de démarrer votre activité convenablement. Designer, fournit aussi des informations très
Cela dit, les informations suivantes pourront utiles pour la rédaction d’un plan d’action. Il
vous guider judicieusement si vous souhaitez souligne tout d’abord l’importance d’avoir des
faire les démarches vous-même. En effet, il buts qui refléteront vos valeurs professionnelles
s’agit ici de vous fournir les informations de et personnelles, sans quoi vous serez éventuel-
base afin que vous puissiez vous poser les lement aux prises avec des dilemmes moraux
bonnes questions. compliqués qui auraient pu être évités dès la
rédaction du plan d’affaires. Il est aussi pri-
mordial de vous fixer des buts réalistes et de
1.1 vous donner le temps nécessaire à l’accom-
plissement des diverses étapes de votre plan.
UN PLAN ? BON PLAN ! Le but n’est pas de vous créer volontairement
des contraintes et de vous tuer à la tâche avant
Le plan d’affaires est un document indispensable d’avoir obtenu votre premier contrat. Dans cette
pour toute personne qui souhaite démarrer son optique, il est avantageux d’évaluer le temps que
entreprise. Il vous permettra d’écrire noir sur chaque étape de préparation peut exiger et de
blanc les différentes étapes de votre projet et déployer vos efforts en fonction d’une liste de
ainsi de voir s’il est réalisable ou non. De plus, priorités préétablies.
c’est un très bon moyen d’éclaircir certains Fleishman propose aussi de concevoir un
points ou de tout simplement approfondir vos plan d’action réparti sur un an, que l’on pourra
connaissances. D’ailleurs, il s’avère indispen- ensuite fractionner en douze mois en suivant la
sable si vous souhaitez obtenir des bourses ou logique des priorités et les saisons du marché
des prêts auprès des institutions financières ou dans lequel vous œuvrez. Il peut être utile de
gouvernementales. préparer des « sous–plans » qui couvriront les
Il existe plusieurs formes de plan d’affaires, différentes catégories à étudier avant de bâtir
mais les grandes lignes sont toujours, à peu de votre entreprise. Par exemple, évaluez vos
choses près, les mêmes. besoins en ce qui concerne d’abord toute la
promotion de votre entreprise, voire de votre
à savoir : personne même ; ensuite, tout ce qui concerne
Qui êtes-vous ? la facturation (le taux horaire auquel vous tra-
Qu’offrez-vous  ? vaillerez ou la tarification des différents services
 uels sont vos secteurs d’activité, votre marché
Q que vous offrirez, etc.) ; finalement, tout ce qui
cible ? relève de la sphère administrative (la paperasse).
Quelle est la concurrence ? Ces subdivisions ne sont que des suggestions.
E xiste-t-il des lois ou des règlements qui Vous verrez vous-même ce qui convient le mieux
régissent votre métier ? à votre projet personnel. Après tout, vous êtes
Quelle est votre stratégie de vente, de promotion ? travailleur autonome, non ? Penser à long terme
est probablement le meilleur conseil quant à la
Quelles sont vos prévisions budgétaires ?
conception du plan d’affaires. Marc Burckhardt,
Avez-vous un plan d’action accompagné d’un dans la rubrique « Ask a pro » du site www.illus-
échéancier réaliste ?
trationmundo.com, spécifie que la réflexion à

30
LE STATUT DE TRAVAILLEUR AUTONOME : LE CAS DE L’ARTISTE ILLUSTRATEUR….

court terme signifie aussi une carrière à court les principales caractéristiques
terme… de l’entreprise individuelle :
Il importe avant tout de bien comprendre la  ne seule personne est propriétaire de l’actif
U
fonction du plan d’affaires. Il sera très utile pour de l’entreprise ;
fixer des balises, mais ne devra pas devenir un  ’entreprise n’est pas une personne morale dis-
L
handicap. Idéalement, il devra compter une dou- tincte du propriétaire, mais se confond avec lui ;
zaine d’éléments et demeurer souple pour éviter  e patrimoine de l’entreprise se confond égale-
L
qu’il soit ruiné (et vous de même) dès l’appari- ment avec celui du propriétaire ;
tion des premières complications. Vous pourrez  n cas de faillite, les biens personnels du pro-
E
le réécrire autant de fois que nécessaire. Voilà priétaire peuvent être saisis ;
pourquoi il est fortement conseillé de le rédiger  e propriétaire possède l’entièreté de l’actif de
L
alors que vous possédez des réserves finan- l’entreprise ;
cières importantes (voire avant de quitter votre  e propriétaire perçoit les revenus et assume
L
emploi conventionnel). toutes les responsabilités financières et
administratives ;
Jean-Benoît Nadeau, pour sa part, dans son
Guide du travailleur autonome : tout pour faire  i le nom complet du propriétaire apparaît dans
S
la raison sociale, l’immatriculation n’est pas obli-
carrière chez soi, suggère de garder en tête,
gatoire ;
lors de la rédaction de votre plan d’affaires, qu’il
devra plaire aux banquiers, à vos futurs asso- Il n’y a aucune obligation d’incorporation.
ciés ainsi qu’à vos clients, raison pour laquelle Cette forme d’entreprise est la plus courante
il doit être propre et correspondre le plus pos- chez les travailleurs autonomes. Elle existe dès
sible à vos envies et ambitions. Selon lui, il est qu’une personne exerce une activité économique
fortement recommandé de prévoir un plan B, qui donnée dans le but d’offrir un bien ou un service.
s’avérera très utile advenant un problème majeur. Dans cette situation, il n’est même pas néces-
Quoi qu’il en soit, il importera de garder votre saire d’être incorporé pour embaucher quelqu’un
plan bien en vue et de vous y référer dès que d’autre, advenant que les contrats coulent à flots.
vous sentirez le besoin de vous rafraîchir la De plus, cette formule bénéficie des mêmes
mémoire quant à vos objectifs et aux voies à avantages fiscaux que les autres formules énu-
suivre pour les atteindre… mérées plus loin (Nadeau, 2007). Aussi, lorsque
le travailleur autonome est le seul représentant
de son entreprise, son revenu imposable annuel
1.2 comprendra la totalité du bénéfice ou de la perte
nette de son entreprise. Pour toute autre forme
COOP, LTÉE, INC. ET d’entreprise, son revenu sera soit proportionnel
à sa part dans l’entreprise, soit en fonction des
COMPAGNIE ! montants que lui verse sa société.

Il existe de multiples formes juridiques d’entre- les principales caractéristiques


prise. En fonction de nos intérêts, nous ne détail- de la société en nom collectif
lerons que l’entreprise individuelle (la situation (SENC) :
du travailleur autonome à proprement parler), la  ette forme d’entreprise exige le regroupe-
C
société en nom collectif, la compagnie (l’entre- ment d’au moins deux personnes physiques ou
morales (associés) ;
prise incorporée) et la coopérative. En effet, ce
sont les formes juridiques d’entreprise les plus  haque associé a le pouvoir d’administrer la
C
société ;
communes. Certes, diverses caractéristiques de
votre entreprise et de votre situation financière  es fondateurs peuvent nommer un associé ou
L
un administrateur extérieur rémunéré pour gérer
guideront votre choix quant à la forme juridique
la société ;
que vous choisirez. Gardez bien en tête que
 es décisions sont prises à la majorité des voix,
L
chacune entraîne différentes obligations et qu’il
sauf celles qui concernent la modification de la
n’existe aucune formule miracle pouvant vous convention sociétaire, qui doivent être prises à
dégager de toute responsabilité. Voici donc une l’unanimité ;
liste des principales caractéristiques de chacune  a participation aux bénéfices et aux dettes est
L
des options. Nous vous invitons à consulter le site égale entre les associés, sauf avis contraire ;
Internet La boussole entrepreneuriale pour pas-  es responsabilités juridiques et financières des
L
ser le test et trouver la forme juridique qui vous associés sont illimitées (les avoirs personnels
convient le mieux. La liste que nous présentons respectifs des associés pourraient être saisis si
ici est tirée du Guide du travailleur autonome : la société devenait insolvable ou faisait faillite) ;
tout pour faire carrière chez soi de J.-B. Nadeau.

31
CHAPITR E 1

 es associés ont une responsabilité solidaire


L elle demande beaucoup de temps et d’énergie
(advenant qu’un associé soit poursuivi par un
en paperasserie. D’ailleurs, si le chiffre d’affaires
client et doive déclarer faillite, les dettes de cette
personne incomberont aux autres associés de la d’une entreprise ne dépasse pas 100 000 $,
société). Cette forme juridique exige l’immatricu- des motifs autres que pécuniaires devraient être
lation. Il est aussi fortement conseillé de rédiger envisagés pour songer à l’incorporation. Même
une convention sociétaire avec un avocat ou un au-delà de cette limite, il est conseillé de voir un
notaire. S’il arrive qu’un associé désire quitter spécialiste pour bien peser toutes les implica-
la société, la disposition de ses parts sera clai-
tions d’une telle démarche.
rement établie selon une formule préétablie qui
figurera dans la convention.
les principales caractéristiques
de la coopérative :
les principales  inq (5) fondateurs sont requis pour demander
C
caractéristiques la constitution d’une coopérative ;
de la compagnie Il faut répondre à des besoins économiques et
(aussi appelée sociaux communs (exploiter une entreprise pour
profiter de ses services) ;
« personne morale
à but lucratif »,  a coopérative est une personne morale dis-
L
tincte des membres ;
« société par
actions » ou  a coopérative possède un capital social (parts
L
sociales, parts privilégiées, etc.) ;
«entreprise
incorporée»)  a responsabilité des membres est limitée à la
L
valeur des parts souscrites ;
 a compagnie est formée d’une ou de
L  a coopérative est constituée en vertu d’une loi
L
précise, la Loi sur les coopératives.
plusieurs personnes physiques ou morales
(actionnaires) ; La coopérative n’est pas moins paperassière
Il s’agit d’une personne morale, distincte des que la compagnie. Toutefois, le pouvoir décision-
actionnaires ; nel de chacun est également réparti, quelle que
 a compagnie possède une mise de fonds appe-
L soit la valeur de la mise de fonds investie par
lée « capital-actions » composée de l’ensemble chaque membre. Par contre, l’un des avantages
des actions ;
d’une incorporation en coopérative est le coût
 a responsabilité des actionnaires est limitée à
L très minime de l’investissement de démarrage,
leur mise de fonds ;
contrairement aux compagnies incorporées de
 a compagnie peut être constituée sous le
L façon « classique ».
régime d’une loi provinciale ou fédérale. Si vous
Il existe différentes formes de coopératives :
avez l’intention de faire des affaires uniquement
au Québec, il serait probablement plus appro- de travail, de solidarité, de consommateur, finan-
prié que la société soit constituée sous le régime cière, de vente au détail, de services, de produc-
d’une loi provinciale. Toutefois, si elle est consti- teurs ou encore à partenaires multiples. Pour de
tuée en vertu d’une loi fédérale (L .R.C. (1985), plus amples informations, vous pouvez visiter le
ch. C-44), sa dénomination sociale sera proté- site suivant : www.coop.gc.ca/coop
gée partout au Canada;
Il existe encore une autre option susceptible
 es bénéfices sont répartis entre les actionnaires
L de convenir aux travailleurs autonomes, qui ne
sous forme de dividendes ; constitue toutefois pas une forme juridique d’en-
 n actionnaire peut également être employé et
U treprise en soi. Il s’agit de la société de dépenses.
recevoir un salaire à ce titre. Cette solution relève plutôt de l’entente tacite
Puisque la compagnie est tout à fait disso- entre individus ayant besoin des mêmes res-
ciée des personnes que sont les actionnaires, sources. Ils lient leurs activités non pour partager
elle emprunte en son propre nom et fait ses leurs profits, mais plutôt pour mettre en commun
propres déclarations de revenus (elle doit leurs dépenses et réduire ainsi les coûts de loca-
conséquemment produire ses états financiers tion d’un bureau, par exemple ; tout comme des
chaque année). Au Québec, le taux d’imposition colocataires, des illustrateurs peuvent décider de
des sociétés est particulièrement avantageux. partager un studio.
Investissement Québec nous informe que ce taux Bien sûr, avant d’opter pour l’une ou l’autre
(28,4 %) est un des plus bas en Amérique du des solutions énumérées ci-dessus, nous vous
Nord. Bien évidemment, les risques personnels suggérons de consulter un avocat, un comp-
pour les actionnaires y sont beaucoup moins éle- table agréé ou un fiscaliste… et pourquoi pas
vés, mais il faut préciser que leur poids décision- les trois, si le temps (et l’argent) vous le permet !
nel se détermine en fonction du capital investi. De Une fois que vous aurez opté pour une forme
prime abord, cette solution semble idéale, mais ou une autre d’entreprise, il sera important pour

32
LE STATUT DE TRAVAILLEUR AUTONOME : LE CAS DE L’ARTISTE ILLUSTRATEUR….

vous d’aller consulter la définition du travailleur


autonome fournie par Revenu Québec, puisque
c’est selon cette définition que seront modu-
lées vos déclarations de revenus ainsi que vos
responsabilités fiscales face à l’État. Aussi, des
détails s’appliquant au statut de travailleur auto-
nome du domaine artistique sont intéressants à
connaître. Pour de plus amples informations à ce
sujet, visitez ce lien : www.revenuquebec.ca/fr/
citoyen/situation/travailleur_autonome/tra-
vailleur_autonome_salarie/criteres/default.
aspx

1.3
IMMATRICULÉ ?
EN ROUTE !
L’immatriculation n’est pas toujours obligatoire.
En effet, l’exercice d’une entreprise individuelle
n’exige pas forcément l’immatriculation. De
fait, une seule situation particulière demande
que l’entreprise individuelle soit immatriculée.
Quiconque exploite une entreprise individuelle
au Québec, sous un nom d’entreprise n’étant pas
constitué du nom complet ainsi que du prénom registre des entreprises afin d’immatriculer la
du propriétaire (par exemple, Illustrations Rémy coopérative. La coopérative doit cependant pro-
D.), doit s’enregistrer auprès du Registraire des duire une déclaration initiale dans les 60 jours
entreprises (www.registreentreprises.gouv. suivant la date de son immatriculation au registre
qc.ca) avant d’utiliser ce nom pour affaires. des entreprises.
L’immatriculation d’une entreprise doit absolu-
ment se faire dans les 60 jours suivant le début les personnes morales (les compagnies) de
de ses activités. D’ailleurs, le Registraire vous droit privé qui sont constituées en vertu des lois
permet maintenant de remplir votre demande du Québec doivent aussi procéder à une immatri-
d’immatriculation en ligne. Si vous préférez, vous culation. Pour plus d’informations, visitez le site :
pouvez toujours remplir le formulaire disponible www.registreentreprises.gouv.qc.ca/fr/
aux différents points de service du Registraire demarrer/constituer-cie.aspx
des entreprises du Québec. Vous pourrez d’ail-
leurs y recevoir encore plus de renseignements Les documents à fournir sont assez imposants
sur les formalités d’immatriculation relatives à et il peut vous en coûter en moyenne 1 500 $ si
chaque forme juridique d’entreprise. Enregistrer vous faites affaire avec un avocat ou un notaire.
un nom d’entreprise sert à le protéger en vous
garantissant son exclusivité dans un territoire
donné, en l’occurrence le Québec. 1.4
la société en nom collectif est toujours TAXES EN SUS ?
tenue de s’immatriculer. Là aussi, l’immatricula-
tion doit s’opérer dans les 60 jours suivant le Le travailleur autonome dont le montant des
début de ses activités. Il vous en coûtera toute- ventes taxables et détaxées est inférieur à
fois une cinquantaine de dollars. 30 000 $ (seuil de petit fournisseur) pour les
quatre derniers trimestres n’est pas obligé de
la coopérative, pour sa part, doit se constituer s’inscrire à la TPS et à la TVQ auprès de Revenu
auprès du Ministère des Finances et de l’Éco- Québec. Par contre, au-delà de ce montant, il est
nomie (www.mdeie.gouv.qc.ca). Celui-ci trans- tenu de le faire. En ce qui concerne l’inscription
met une copie des statuts de constitution de la aux taxes, il est important de préciser que l’an-
coopérative au Registraire, qui les déposera au née fiscale peut être différente de l’année civile.

33
CHAPITR E 1

En effet, les déclarations de revenus doivent se dans le total de la facture. Pour des factures
faire en fonction du calendrier civil. Toutefois, les de 30 $ et moins, vous n’êtes pas tenus d’ins-
états financiers d’une entreprise ne doivent pas crire la TPS (la TVQ toujours, par contre), mais
nécessairement suivre ce même calendrier, tant question de transparence et de confiance, nous
et aussi longtemps qu’ils sont produits une fois vous suggérons fortement de prendre l’habitude
l’an. Le travailleur autonome qui a un exercice de toujours indiquer le montant des deux taxes
financier décalé devra toutefois redresser ses (lorsque celles-ci s’appliquent, évidemment). De
revenus et dépenses en fonction de l’année civile votre côté, déposez l’argent reçu en vertu des
pour préparer ses déclarations de revenus. taxes dans un compte séparé qui sera consacré
Si une entreprise dépasse le seuil de petit au fisc ; cela facilitera les choses lors de vos paie-
fournisseur pendant l’année fiscale, elle devra ments d’impôts (Nadeau, 2007). Détail impor-
obligatoirement s’inscrire à la TPS et à la TVQ. tant, si vous n’êtes pas considéré comme un
Par contre, c’est l’étalement de votre dépasse- petit fournisseur (revenus inférieurs à 30 000 $),
ment de revenu qui prescrira le délai que vous vous devez obligatoirement remplir une demande
aurez pour vous y inscrire (selon que vous aurez d’inscription à la TVQ avant d’effectuer votre pre-
atteint 30 000 $ au cours des quatre derniers mière vente taxable.
trimestres civils ou dans un seul trimestre civil). Toute entreprise exerçant des activités com-
Cette précision est importante, car l’entreprise merciales au Québec, qu’elle souscrive ou non
qui n’aura pas prévu de tels revenus et ne se au programme de TPS et de TVQ, doit s’inscrire
sera pas inscrite auprès de Revenu Québec aux fichiers de Revenu Québec (www.revenu.
n’aura pas facturé les taxes à ses clients, mais gouv.qc.ca/fr/sepf/services/l_taxes.aspx). Ce
elle aura tout de même à les payer dans ses site vous fournira toutes les informations néces-
déclarations de taxes. saires pour vous inscrire et vous pourrez même
Si le travailleur autonome n’est pas inscrit aux le faire en ligne !
taxes fédérale et provinciale, il ne peut pas perce-
voir ces deux taxes sur ses ventes et ne peut pas formulaire LM-1
non plus réclamer le remboursement de celles-ci (www.revenu.gouv.qc.ca/fr/sepf/formulaires/
sur ses achats. Cependant, une fois que le travail- lm/lm-1.aspx)
leur est inscrit, les taxes sur les achats faits dans « Ce formulaire s’adresse à tout particulier en
le cadre des activités commerciales peuvent lui affaires, à toute société, à toute association et à
être remboursées. La TPS et la TVQ devront tout autre type d’entreprise qui veut s’inscrire aux
par contre être facturées pour tous les services différents fichiers de Revenu Québec (retenues à
qu’il offrira à sa clientèle. Il faut aussi mentionner la source, TPS / TVH, TVQ, autres taxes, etc.) ».
que les taxes ne peuvent être appliquées qu’aux
ventes faites sur les territoires où elles sont en
vigueur. Si vous choisissez de vous inscrire, vous 1.5
devrez compter quelques semaines pour obtenir
vos numéros de facturation des taxes. Si vous ne BUDGÉTER, COMPTER,
comprenez pas tout, tout de suite, soyez sans
crainte : Revenu Québec a pensé à produire un FINANCER… SANS RAGER !
cahier d’instructions qui vous sera acheminé avec
vos numéros. Si votre chiffre d’affaires est infé- Si vous doutez de vos habiletés en gestion finan-
rieur à 200 000 $ par année, nous vous conseil- cière, il est toujours recommandé de recourir aux
lons de produire une déclaration annuelle plutôt services d’un comptable. Toutefois, il importe de
que trimestrielle. Si les dépenses pour lesquelles choisir judicieusement la personne à qui vous
vous payez des taxes ne sont pas trop élevées, il ferez confiance. De plus, veillez à travailler avec
peut être avantageux d’opter pour la méthode du un comptable qui aura de l’expérience avec les
calcul rapide, qui vous exemptera de calculer les travailleurs autonomes, le droit d’auteur et plus
taxes sur chacun de vos achats. Faire ces choix précisément avec le domaine des arts ou de la
au moment de l’inscription pourrait vous simplifier culture. Son expertise vous fera probablement
la tâche, diminuer la paperasse et vous éviter les épargner temps et argent. D’ailleurs, il vous sera
échéances trop nombreuses. certainement possible de trouver des références
Autre petit conseil judicieux : détaillez vos de comptables sur les sites d’associations ou en
factures de façon à ce que le client puisse voir discutant avec vos collègues illustrateurs.
facilement à combien s’élèvent la TPS et la TVQ Malgré tous les bons conseils que vous four-
reliées à ses achats. De toute façon, la loi exige nira votre comptable, il est impératif, à la base,
que vous inscriviez vos numéros de taxes, en de savoir budgéter. Évidemment, si votre budget
plus d’indiquer si les taxes sont incluses ou non mensuel est bien défini et que vous arrivez à vous

34
LE STATUT DE TRAVAILLEUR AUTONOME : LE CAS DE L’ARTISTE ILLUSTRATEUR….

y tenir, vous ne ferez pas face à des Par contre, avant même de lan-
dépenses supplémentaires impré- cer votre entreprise, vous aurez à
vues ou pire, à un déficit important en calculer la somme minimale néces-
fin d’année. Scratchmann, dans son saire à sa mise en route. D’après
manuel Illustration 101: Streetwise Fleishmann, il s’agit de faire une
Tactics for Surviving as a Freelance liste de ce qu’il appelle les « start-up
Illustrator, vous suggère d’établir un costs » (coûts de démarrage), c’est-
budget en trois étapes. La première à-dire le cumul des coûts de l’équi-
étape consiste en l’élaboration de la pement que vous aurez à acheter,
liste des dépenses mensuelles fixes des coûts d’immatriculation (le cas
(téléphone, loyer, Internet, assu- échéant), des licences nécessaires
rances, etc. ; en ce qui concerne et de toute autre dépense pour faire
l’électricité, le système à paiements la promotion de votre entreprise. Il va
égaux est l’idéal pour budgéter). sans dire que la publicité constitue
De cette manière, vous connaîtrez une dépense constante, mais vous
le montant mensuel nécessaire à la
survie de votre entreprise. Une fois
cette étape accomplie, vous devrez
vous constituer une réserve dans Malgré tous les bons
un compte d’épargne indépendant
seconde étape. D’après l’auteur, conseils que vous
ce compte devrait à lui seul conte-
nir assez d’argent pour couvrir trois fournira votre
mois de dépenses mensuelles. C’est
ce que l’on appelle couramment un comptable, il est
coussin financier. L’idéal est d’ouvrir
un compte épargne à taux d’intérêt impératif, à la base,
élevé. Vous ne devrez pas non plus
vous balader avec la carte de gui- de savoir budgéter.
chet de ce compte dans vos poches.
Il s’agit d’épargner le plus possible
et de n’utiliser cet argent qu’en
cas d’urgence. Scratchmann vous pourrez par la suite l’inclure dans
suggère d’y déposer l’équivalent votre budget mensuel. Lorsque vous
de 20 % de vos revenus mensuels, aurez calculé le montant nécessaire
comme s’il s’agissait d’une facture au lancement de votre entreprise, il
à payer chaque mois. Vous pouvez sera plus facile de savoir de com-
même demander à ce qu’un verse- bien d’argent vous devrez disposer
ment automatique se fasse chaque dès le départ. De cette manière,
mois de votre compte courant à vous pourrez évaluer la viabilité de
votre compte épargne. La troisième votre projet en fonction des revenus
étape de votre plan budgétaire est escomptés. Vous serez également
de prévoir une manière d’économiser à même d’estimer de façon réaliste
pour les dépenses que vous devez le taux horaire auquel vous devrez
engager lors d’occasions spéciales travailler pour vous assurer des reve-
(Noël, par exemple). Il s’agit aussi nus suffisants. Fleischmann suggère
de la planification du budget à très d’épargner pour couvrir la totalité de
long terme, y compris vos cotisa- vos coûts de démarrage et, si pos-
tions à des REER. Éventuellement, sible, pour survivre de six à douze
vous pouvez prévoir du capital pour mois, avant même de vous lancer en
tout autre investissement. Vous affaires. Cette suggestion se base
devrez aussi prévoir une date ou un sur la réticence des institutions
moment précis – trois ou quatre fois bancaires à prêter des sommes
par année admettons – pour revoir importantes aux travailleurs auto-
votre budget de façon à ce qu’il nomes. Il sera effectivement plus
tienne compte de vos revenus réels, facile d’obtenir un emprunt pour
advenant une baisse ou une hausse subventionner une entreprise déjà
de ces derniers. en fonction. D’ailleurs, ces prêts ne

35
CHAPITR E 1

sont pas toujours la meilleure des


solutions, compte tenu des taux d’in-
térêt très élevés ou des conditions
d’emprunt souvent défavorables
pour qui emprunte sans détenir une
grande valeur de garantie (hypo-
thèque, voiture, cosignataire, etc.).
En effet, il vaut mieux, au départ,
garder votre capital pour investir
Frais de bureau : dans votre entreprise et soumettre
une demande de prêt une fois que
100 % de vos la viabilité de votre projet pourra être
clairement démontrée aux prêteurs.
dépenses en Pour les mêmes raisons, gardez
toujours un œil sur votre historique
la matière sont de crédit. Toutes ces mesures vous
permettront d’établir de meilleures
déductibles. relations avec votre banquier. Aussi,
soyez certain de pouvoir fournir
les réponses aux questions de ce
dernier lorsque vous le rencontre-
rez pour contracter un emprunt.
Évidemment, il vous faudra prouver
que vous pourrez facilement rem-
bourser votre dette. En d’autres
mots, le banquier voudra s’assurer
de la sécurité de son propre investis-
sement. Pour ce faire, il investiguera
inévitablement sur votre historique
de crédit. Il est donc possible que
vous préfériez emprunter de votre
famille ou même de vos amis si cette
option se révèle possible. N’oubliez
toutefois pas de remplir un contrat
semblable à ce que la banque vous
demanderait de signer. Cela pourra
d’ailleurs aider à mettre vos proches
en confiance. Jean-Benoît Nadeau
y va aussi de ses conseils éclairés
à l’égard des demandes de prêts. Il
s’agit de pouvoir présenter un plan
d’affaires clair et réaliste. Ne tentez
pas de gonfler les chiffres, tenez-
vous-en aux faits. De plus, assu-
rez-vous que vos documents soient
courts et faciles à lire. Il peut s’avérer
très utile de pouvoir démontrer que
vous avez une source parallèle de
revenus. Aussi, il est évident qu’une
lettre d’intention écrite par un client
potentiel vous aidera à obtenir des
fonds. Finalement, votre historique
bancaire doit être bien présenté. Ne
cachez aucune information au ban-
quier, il voudra et pourra tout savoir
et il vaudrait mieux que l’information
lui soit fournie par vous-même, cela
démontrera votre bonne foi.

36
LE STATUT DE TRAVAILLEUR AUTONOME : LE CAS DE L’ARTISTE ILLUSTRATEUR….

Une fois votre budget bien ficelé, il s’agit de Il est important de préciser que le montant
s’y tenir, mais surtout, de bien tenir ses livres à déduire de vos impôts n’est pas le même si
comptables ! Dans son guide L’art de gérer sa vous êtes enregistré à la TPS et à la TVQ. Si
carrière, le Conseil des ressources humaines du vous êtes inscrit et que vous facturez ces deux
secteur culturel expose très bien les nécessités taxes à votre clientèle, les montants déductibles
d’une bonne comptabilité. La tenue de livre peut doivent être calculés avant taxes. Par contre, si
se faire selon trois modèles. Celui de « la boîte » vous utilisez la méthode du calcul rapide, vous
consiste en un ramassis de toutes vos factures inscrivez le total des dépenses admissibles
pêle-mêle… Une boîte de Pandore lorsqu’arrive incluant les taxes, mais vous devez ajouter à vos
le temps des impôts, quoi ! Vous aurez compris revenus la différence entre le montant réel des
que ce n’est pas la méthode à privilégier. Vous taxes perçues et la somme remboursée au gou-
pouvez plutôt opter pour la méthode de « l’ac- vernement (il arrive en effet, selon cette méthode
cordéon », un tantinet plus compliquée, mais de calcul, qu’on doive rembourser moins de taxes
tellement plus efficace, qui vise à procéder à un que celles qu’on a réellement perçues). Dans ce
classement de vos factures dès leur réception. cas, les immobilisations sont calculées avant
Vous identifiez les onglets de votre accordéon taxes. Si vous n’êtes pas inscrit au programme
en catégories : revenus de projets X, dépenses de TPS / TVQ du gouvernement, les montants
de projet Y, etc… Cela vous facilitera grande- pouvant être déduits incluent les taxes (voir le
ment la tâche ! Toutefois, pour être le plus pré- guide d’impôt pour les différentes catégories).
paré possible et pour garder un contrôle certain Hormis le remboursement des taxes, une autre
sur vos finances, l’idéal est d’opter pour le livre raison, plus réjouissante encore, prescrit la comp-
de comptes à proprement parler, avec toutes les tabilisation consciencieuse de vos dépenses,
colonnes d’intrants et d’extrants que ce dernier puisque plusieurs d’entre elles sont déductibles
puisse contenir. Vous pouvez utiliser un fichier d’impôt pour les travailleurs autonomes. Voici une
Excel, une feuille quadrillée ou encore le fameux liste non exhaustive des principales déductions
livre comptable relié aux pages à colonnes… reliées à votre activité qui sont acceptées lors de
L’avantage est effectivement de vous procurer la soumission de votre déclaration de revenus.
un contrôle plus serré. Cette méthode vous Certaines dépenses non admissibles pour les
permet de suivre la trajectoire de votre argent déductions sur le revenu peuvent toutefois faire
à la facture près. Avec cet outil, vous réussissez l’objet de crédit d’impôt. À noter que les déduc-
même à prévoir si vous aurez à négocier au plus tions permises sont à peu de choses près les
serré vos versements d’honoraires, à demander mêmes au fédéral et au provincial, mais pour en
un prêt pour boucler quelques mois plus difficiles connaître les détails et les spécificités, consultez
ou encore à profiter d’un projet lucratif pour faire les brochures suivantes :
des épargnes en vue d’une dépense importante www.revenuquebec.ca/documents/fr/publi-
annoncée. Et comme nous le rappelle bien le cations/in/in-155(2012-10).pdf
Conseil des ressources humaines du secteur http://www.cra-arc.gc.ca/F/pub/tg/t4002/
culturel, « dix minutes aujourd’hui peuvent vous t4002-12f.pdf
éviter quelques heures de travail plus tard ».
Il vous sera également très utile de bien frais de bureau : 100 % de vos dépenses en
connaître la manière appropriée de remplir vos la matière sont déductibles. Mais attention, le
formulaires de déclarations de revenus. Dès le mobilier de bureau par exemple ou encore les
début de votre activité, il est important de garder calculatrices et les classeurs sont pour leur part
les reçus de toutes vos dépenses d’entreprise, considérés comme des dépenses en capital.
pour les déduire de votre revenu annuel et pour Pour en connaître davantage sur la nature des
faciliter le paiement ou le remboursement de la dépenses admissibles en frais de bureau, vérifiez
TPS et de la TVQ (si vous êtes inscrit, ce rem- auprès de Revenu Québec.
boursement a lieu tous les trimestres). Si vous
utilisez la méthode générale du calcul des taxes, fournitures : En termes de fournitures, vous
le montant du chèque que vous recevrez ou que pourrez aussi déduire vos achats d’encre, de
vous devrez envoyer sera égal à la différence papier, de logiciel et de tout outil ayant servi
entre les taxes perçues et les taxes payées. Si indirectement à la production de biens et de
vous utilisez la méthode du calcul rapide, le mon- services.
tant à envoyer ou à percevoir est un pourcentage
des taxes perçues, moins les taxes que vous avez téléphone, électricité, chauffage et eau :
payées sur les biens en immobilisation, c’est- 100 % des dépenses reliées au travail. Attention :
à-dire des biens que l’on amortit sur plusieurs si vous partagez votre ligne téléphonique pro-
années (par exemple, un ordinateur). fessionnelle avec votre ligne téléphonique

37
CHAPITR E 1

personnelle (c’est le cas pour l’illustrateur qui mauvaises créances : 100 % du montant que
travaille chez lui), seule la portion utilisée pour le votre client ne vous a pas payé. Eh oui, il existe
travail pourra être déduite. des mauvais payeurs dans tous les métiers du
monde, il faut simplement arriver à les cerner au
loyer : 100 % lorsqu’il s’agit d’un local ou d’un plus vite pour éviter de tomber dans leurs filets !
studio commercial. S’il s’agit d’un bureau à domi-
cile (comme c’est le cas pour plus de 75 % des frais de congrès : le travailleur autonome
illustrateurs), il n’est possible de déduire que la peut déduire les frais liés à un maximum de deux
portion de la maison consacrée à vos activités (le congrès par année auxquels il aura assisté. Ces
nombre de pièces réservées au travail par rap- congrès doivent avoir été tenus par un organisme
port au nombre de pièces total de la maison, aug- commercial ou professionnel et s’être déroulés
menté de la part correspondant au chauffage et dans un lieu situé sur le territoire où le travail-
à l’entretien ménager). Si vous êtes propriétaire, leur autonome offre ses services. La limite des
vous pouvez déduire les frais financiers (intérêts pourcentages applicables pour les frais de repas
sur hypothèque) et les frais variables, mais pas le et de divertissements consommés lors d’un
remboursement du capital. D’autres restrictions congrès s’applique.
sur les frais de bureau à domicile sont appliquées
par Revenu Québec. honoraires et frais de consultation :
100 % des frais facturés par votre comptable,
automobile : 100 % des dépenses reliées à avocat, programmeur Web ou tout autre travail-
votre activité. Là encore, attention : s’il s’agit de leur autonome que vous avez dû embaucher.
la voiture familiale, il convient de faire la part entre
les dépenses liées aux activités professionnelles impôts fonciers (taxes municipales et
et les dépenses de la famille. Ces dépenses scolaires) : 100 % des impôts fonciers relatifs
comprennent l’essence, le permis de conduire, aux bâtiments et biens qui servent à l’exploitation
les assurances, les réparations, le stationne- de votre entreprise. Cela comprend également
ment, les frais d’immatriculation, les intérêts liés les taxes municipales, les taxes scolaires, les
à l’achat, les frais d’entretien (par exemple, le taxes d’eau, d’égout, de voirie et d’enlèvement
lavage, la lubrification ou la mise au point), les des ordures, les taxes propres à un secteur pour
frais de location et l’amortissement. les installations ou les services publics et les
taxes de financement des municipalités ou des
transport : 100 % des dépenses, du taxi au communautés urbaines. Consultez le site Web
métro, sans oublier le transport de marchandises, de Revenu Québec pour les détails : www.reve-
soit tout ce qui permet d’acheminer quelqu’un ou nuquebec.ca/documents/fr/publications/in/
quelque chose d’un point A à un point B, toujours in-155(2012-10).pdf
dans le cadre unique de votre activité profession-
nelle, bien entendu. intérêts sur prêt : 100 % des intérêts que
vous payez sur tout prêt contracté pour le fonc-
repas et frais de représentation : 50 %, tionnement de votre entreprise.
mais le gouvernement provincial plafonne au
moindre des deux montants suivants : 2 % de votre frais : 100 % des frais de gestion et d’admi-
chiffre d’affaires (s’il est de 32 500 $ ou moins) nistration reliés à votre entreprise ainsi que tous
ou 650 $ jusqu’à un revenu brut de 52 000 $, et les frais bancaires reliés à votre carte de crédit
à 1,25 % du chiffre d’affaires par la suite. d’entreprise, compte d’entreprise, marge de cré-
dit d’entreprise. S’il s’agit d’un compte person-
publicité : 100 % de tout ce qui assure votre nel utilisé pour le travail ou d’une carte servant
visibilité et la promotion de votre entreprise également à vos dépenses familiales, il convient
(cartes professionnelles, annonces, cadeaux de alors de définir le pourcentage qui représente les
Noël aux clients, page dans un répertoire ou un dépenses liées à votre activité professionnelle
portfolio Web, etc.). À Revenu Québec, les coti- pour connaître le montant exact pour lequel vous
sations professionnelles doivent être retranchées pourrez demander un crédit d’impôt.
des dépenses et réclamées en crédit sur le for-
mulaire de déclaration de revenus. frais d’entretien et de réparation : 100 %
des dépenses reliées au matériel qui vous est
taxes d’affaires et permis : 100 % des frais utile en tant que travailleur autonome. Cela va
d’une licence ou d’un permis obligatoire à l’exer- de l’ordinateur à l’appareil photo, en passant par
cice de votre métier. le télécopieur.

38
dépenses courantes ou dépenses en capi- Rappelons que pour avoir droit au statut de
tal (au fédéral) : Toute dépense d’entretien travailleur autonome et ainsi pouvoir déduire les
courante. Par exemple, les frais que vous engagez dépenses décrites plus haut, il faut, dans l’an-
pour faire repeindre vos locaux sont des dépenses née, avoir conclu un ou des contrat(s) avec un
courantes ; toute dépense en capital pour amélio- ou plusieurs client(s), à condition que ce soit
rer ou prolonger la durée de vie d’un bien. dans un domaine visé par la loi sur le statut du
travailleur autonome. Donc, s’il satisfait à cette
frais de démarrage d’une entreprise (au norme, le travailleur autonome peut déduire de
fédéral) : Frais de démarrage engagés dans l’an- son revenu brut la plupart des dépenses qu’il
née de l’exercice. Il sera important de spécifier la a engagées dans l’exercice de ses activités
date à laquelle votre entreprise aura commencé artistiques.
à fonctionner. Dans cette section, il est également question
des revenus provenant des droits d’auteur. Ici,
frais de voyage (au fédéral) : Les dépenses nous visons à fournir l’information nécessaire
en transport public, en hébergement et en repas pour remplir adéquatement la déclaration de
pour les voyages visant à gagner un revenu sont revenus. La définition législative des droits
admissibles sous certaines conditions. Le coût d’auteur ainsi que la manière de résoudre les
des repas, des boissons et des divertissements problèmes qui y sont liés seront abordées
engagés pendant un voyage est habituellement ultérieurement. Par contre, spécifions déjà que
soumis à la règle de 50 %. pour pouvoir déclarer des revenus de droits
d’auteur, il convient avant tout que votre fac-
assurances : 100 % des assurances couvrant ture reflète vos revenus perçus en honoraires
votre studio et votre matériel. S’il s’agit d’une professionnels pour la conception de l’illustra-
pièce de votre domicile, nous revenons alors à tion, de l’œuvre ou du texte (pour les écrivains),
la règle du prorata que représentent les frais liés ainsi que vos revenus perçus en droits d’au-
à votre bureau par rapport au reste du domicile. teur pour l’utilisation de votre création. Il est
Pour les travailleurs inscrits aux taxes, il faut savoir important que ces montants soient dissociés à
que la TVQ sur les assurances ne peut pas être même les factures que vous aurez envoyées à
réclamée dans les intrants. Vous pouvez égale- votre clientèle. Pour déclarer des revenus pro-
ment déduire une assurance vie temporaire cédée venant de droits d’auteur, il faut, bien entendu,
à un prêteur sur un investissement et au fédéral, que vous soyez le premier titulaire des droits. Il
vous pourrez déduire des frais d’assurance mala- existe aussi un Guide de l’impôt pour l’écrivain
die d’un régime privé. et l’artiste publié par l’UNEQ (Union nationale
des écrivains du Québec), mis à jour chaque
cotisation à une association artistique année et qui fournit une foule d’informations
professionnelle reconnue : Dépense déduc- pertinentes.
tible au fédéral uniquement. Toutefois, au Québec,
la cotisation à une association professionnelle, au provincial (québec)
sans être déductible, peut donner droit à un cré- Au Québec, les déductions des revenus prove-
dit d’impôt. Aussi, la partie d’une cotisation pro- nant de droits d’auteur (incluant les droits pro-
fessionnelle afférente à l’assurance responsabilité venant de prêts publics) sont calculées en fonc-
professionnelle peut être considérée. tion de la somme perçue par l’artiste pendant
l’année. Lorsque ces revenus ne dépassent
le principe d’amortissement : Vous ne pou- pas 30 000 $ par année, l’artiste a le droit de
vez jamais déduire l’entièreté du coût d’un bien déduire tous ses revenus de droits d’auteur,
que vous achetez pour votre entreprise. Toutefois, pour un maximum de 15 000 $. Par contre, dans
vous pouvez fractionner ce coût et en déduire une le cas où l’artiste a gagné entre 30 000 $ et
partie à chaque année, aussi longtemps que vous 60 000 $, la déduction régresse progressive-
possédez le bien par exemple, jusqu’à la totalité ment jusqu’à devenir nulle pour les revenus
de sa valeur. Assurez-vous de consulter la bro- atteignant le 60 000$. En effet, si l’artiste a
chure de Revenu Québec sur les revenus d’entre- reçu plus de 60 000 $ en revenus provenant
prise ou de professions IN-155 pour connaître les de droits d’auteur, ceux-ci ne sont plus déduc-
modalités du principe d’amortissement. tibles ; ils seront imposés dans leur totalité.

tableau des déductions admissibles selon les revenus de droits :


DROITS PERÇUS 10 000 $ 15 000 $ 20 000 $ 25 000 $ 30 000 $ 40 000 $ 50 000 $ 60 000 $
DÉDUCTION ADMISSIBLE 10 000 $ 15 000 $ 20 000 $ 25 000 $ 30 000 $ 40 000 $ 50 000 $ 60 000 $

39
CHAPITR E 1

H correspond à des revenus de droits d’auteur.


La mention « revenus de droits d’auteur » à côté
de la case H devrait suffire. Si toutefois Revenu
Québec considère quand même ces revenus
comme des revenus de placement, l’administra-
tion va modifier votre cotisation et vous enverra
une facture sous prétexte que vous n’avez pas
déclaré l’intégrité de vos revenus de placements.
Si cela vous arrive, respirez un bon coup et com-
muniquez directement avec votre bureau de l’im-
pôt pour faire corriger cette erreur. Le Guide de
l’impôt pour l’écrivain et l’artiste de l’UNEQ four-
nit les informations nécessaires pour demander
Il convient d’exiger de l’entreprise (éditeur ou cette correction.
autre) dont vous percevez des droits d’auteur « La plupart des interlocuteurs vous deman-
qu’elle vous fournisse un relevé 3 avec le mon- deront de leur fournir la liste des revenus
tant inscrit à la case H (redevances de source d’entreprise que vous avez déclarés afin
canadienne). Ce relevé est normalement utilisé d’apporter la correction demandée. Mais ne
pour le versement de revenus de placement, vous laissez pas intimider par une personne
mais il sera important de stipuler au client qui ne qui vous dira que les revenus de droits d’au-
le saura pas qu’il s’agit également du relevé uti- teur doivent être déclarés à la ligne 130 de
lisé pour déclarer les revenus de droits d’auteur. votre déclaration. N’étant pas des revenus
Le relevé en question est disponible sur le site de placements, ils doivent plutôt être consi-
de Revenu Québec : www.revenu.gouv.qc.ca/ gnés à la ligne 164 sous la rubrique « revenus
fr/sepf/formulaires/rl/rl-3.aspx. Attention, si d’entreprise ». Le fait de les inscrire à la ligne
vous ne respectez pas les exigences de la Loi 130, non seulement fausse votre revenu d’ar-
sur le statut d’artiste professionnel des artistes tiste, mais peut avoir comme conséquence de
des arts visuels, des métiers d’art et de la lit- réduire ou d’annuler votre admissibilité aux
térature et sur les contrats avec les diffuseurs frais de bureau à domicile, ainsi qu’aux frais
(L.R.Q., chapitre S-32.01), vous ne pourrez pas de repas et de divertissement. »
vous prévaloir des déductions sur les revenus
provenant de droits d’auteur. Au Québec, les au fédéral
critères du statut professionnel d’un artiste sont À ce palier gouvernemental, les revenus de droits
exactement les mêmes que ceux qui sont appli- d’auteur sont toujours imposables. Toutefois, il
qués par Illustration Québec pour accorder le est possible de les déclarer comme une rede-
statut de membre professionnel. Cependant, vance. Selon l’Agence du revenu du Canada :
Illustration Québec n’est pas une associa- « Une redevance est un paiement de toute
tion reconnue par le gouvernement en ce qui nature reçu à titre de compensation pour
concerne la reconnaissance du statut d’artiste utiliser, ou avoir droit d’utiliser, un droit d’au-
professionnel aux yeux de la loi. En fait, dans le teur, un brevet, une marque de commerce,
secteur des arts visuels, cette tâche a été don- une formule ou un procédé secret. Ce terme
née au RAAV (Regroupement des artistes en inclut aussi des paiements à l’égard de films
arts visuels du Québec). cinématographiques et d’œuvres sur films
Comme nous l’avons mentionné plus haut, si le ou de bandes magnétoscopiques servant à
total de vos revenus provenant de droits d’auteur la télévision. Le montant de votre redevance
figurant à la case H du relevé 3 ne dépasse pas peut être indiqué à la case 17 du feuillet T5
60 000 $, vous avez droit à une déduction. Dans [État des revenus de placements, de votre
ce cas, remplissez la grille de calcul 297 de votre déclaration de revenus]. Si la redevance
déclaration de Revenus et inscrivez-en le mon- concerne un ouvrage ou une invention auquel
tant à la ligne 297 de votre déclaration. On vous aucune dépense n’est associée, ce montant
demandera également d’inscrire le numéro corres- doit être déclaré comme autres revenus d’em-
pondant à la déduction à la case 296 (les revenus ploi à la ligne 104. Si des dépenses lui sont
pour droits d’auteur correspondent au numéro 16). associées, la redevance doit être déclarée
Il se peut que Revenu Québec considère vos comme revenu d’un travail indépendant à la
revenus de droits d’auteur comme des revenus ligne 135. (…) Inscrivez à la ligne 104 les
de placements. Pour éviter cette fâcheuse situa- redevances sur un ouvrage ou une invention
tion, pensez à inscrire, sur votre relevé 3, à l’exté- dont vous êtes l’auteur, pour lequel vous
rieur des cases, que le montant inscrit à la case n’avez engagé aucune dépense. Inscrivez à

40
LE STATUT DE TRAVAILLEUR AUTONOME : LE CAS DE L’ARTISTE ILLUSTRATEUR….

la ligne 135 les redevances sur un ouvrage vous n’avez jamais fait de demande de presta-
ou une invention auquel des dépenses sont tion, bien sûr). Votre contribution est calculée
associées. Inscrivez les autres redevances à d’une part en fonction de la nature de vos acti-
la ligne 121 ». vités et de l’autre, de votre revenu déclaré (qui
(www.cra-arc.gc.c a/tx/ndvdls/tpcs/ n’est pas nécessairement votre revenu annuel
ncm-tx/rtrn/cmpltng/rprtng-ncm/lns101- réel, mais le revenu brut pour lequel vous dési-
170/104/rylts-fra.html) rez être assuré). Normalement, chaque début
d’année, la CSST vous envoie le formulaire de
acomptes provisionnels et déclaration des salaires. Vous devez y inscrire
cotisations le total de votre salaire pour l’année qui vient
Si vous touchez des revenus pour lesquels aucun tout juste de se terminer et le retourner avant
impôt n’est retenu à la source et que vous jugez le 15 mars suivant. Suivra ensuite votre avis de
devoir payer plus de 1 800 $ en impôt à chaque cotisation. La CSST vous envoie alors un avis
palier du gouvernement et que votre impôt net pour vous informer du montant de votre prime
à payer dépassait les 1 800 $ pour l’une ou et de l’échéance de cette dernière. En octobre,
l’autre des deux années précédentes, on vous vous recevrez finalement la décision de la clas-
demandera de payer votre impôt par acomptes sification de vos activités ainsi que votre taux
provisionnels pour l’année en cours. Cela signi- de prime pour la prochaine année et vos taux
fie qu’au lieu de verser vos impôts en un seul de versements périodiques. Vos paiements de
montant à la fin de l’année, vous devrez les payer prime doivent se faire périodiquement à Revenu
en quatre versements, soit les 15 mars, 15 juin, Québec. Les travailleurs bénévoles peuvent aussi
15 septembre et 15 décembre. Ces acomptes bénéficier de cette protection (www.csst.qc.ca).
sont basés sur votre revenu des deux années
précédentes. Il se peut que vous deviez payer un
supplément d’impôt à la remise de votre décla- 1.7
ration de revenus si vos revenus ont augmenté
par rapport aux années précédentes. Pour éviter LES ASSURANCES
cela, rien ne vous empêche d’augmenter vos ver-
sements durant l’année. En tant que travailleur autonome, il est important
Le travailleur autonome doit également payer d’avoir un plan B advenant que votre capacité
des cotisations au Fonds de services de santé à gagner votre vie soit mise en péril à plus ou
(FSS), au Régime de rentes du Québec (RRQ) moins long terme ou encore simplement pour
et au Régime québécois d’assurance parentale protéger votre matériel de travail… Qu’il s’agisse
(RQAP). Ces cotisations s’effectuent soit lors de de problématiques de santé, de la chute sou-
la production de votre déclaration de revenus, daine du marché ou du vol de votre ordinateur,
soit par acomptes provisionnels. plusieurs facteurs peuvent avoir des répercus-
sions sur votre compte en banque et votre capa-
cité à travailler… À moins d’avoir un compte en
1.6 banque très bien fourni vous permettant de vivre
plusieurs mois sans travail, voire le restant de
L’ARTISTE ET LA CSST vos jours, il s’avère judicieux de souscrire une
assurance invalidité, une assurance salaire et/
Saviez-vous que même si vous n’êtes pas sala- ou une assurance santé en plus d’une assu-
rié, vous pourriez avoir droit à la couverture de rance de biens pour protéger vos outils de tra-
la Commission de la santé et de la sécurité du vail. Plusieurs banques ou courtiers d’assurances
travail (CSST) ? En tant qu’artiste, vous êtes offrent des assurances invalidité ou salaire ainsi
considéré comme travailleur autonome si vous que des assurances de biens qui vous permet-
agissez pour votre propre compte et que vous traient de vaquer à vos occupations l’esprit
n’avez pas d’employé. Pour bénéficier de la pro- tranquille. Alors que certains vous offriront des
tection de la loi, il vous suffit de vous inscrire per- polices spécifiques, d’autres vous proposeront
sonnellement auprès de la CSST et d’en payer simplement d’accorder vos polices habitation ou
les cotisations. Cette protection demeure facul- voiture existantes en conséquence de l’utilisation
tative, mais le travailleur n’y ayant pas souscrit professionnelle que vous en faites… L’important,
ne pourra pas se prévaloir de la loi sur les acci- tout comme lorsque l’on veut souscrire une assu-
dents du travail et les maladies professionnelles. rance vie, c’est de magasiner et de demander le
Comme la protection personnelle est facultative, plus de soumissions possible.
elle pourra être abolie en tout temps sous pré- Le site Web d’Infoassurance fournit de bonnes
sentation d’une demande écrite à la CSST (si informations sur l’assurance de biens pour les

41
CHAPITR E 1

travailleurs autonomes. Sachez d’abord que la programme d’assurance emploi, verser 1,52 $
plupart des assurances habitation ne prévoient en cotisations d’assurance emploi pour chaque
que 2 000 $ pour couvrir les frais des meubles, tranche de 100 $ de revenus, jusqu’à un maxi-
des instruments professionnels, des ordinateurs, mum de 720,48 $ par année. Les cotisations à
des livres et de tout autre matériel à la suite d’un l’assurance emploi sont calculées par l’Agence
sinistre. Il est donc nettement plus prudent de du revenu du Canada (ARC) en fonction de
souscrire une assurance particulière. Les cotisa- votre revenu de travailleur autonome, lui-même
tions à la plupart de ces assurances sont toutes calculé selon les règles énoncées dans la Loi
calculées en fonction des mêmes données, soit de l’impôt sur le revenu. Cette nouvelle mesure
du type d’entreprise exploité, de la nature des du gouvernement fédéral est assez abordable et
risques qui s’y rattachent et des besoins que pourrait vous être grandement utile à un moment
vous avez. Infoassurance indique aussi que la ou à un autre de votre carrière où, pour une quel-
valeur de la franchise peut grandement jouer conque raison, vous ne seriez plus en mesure de
sur le montant des primes. Une tactique envi- travailler. Il y a toutefois quelques informations
sageable est d’accumuler un bon montant que pertinentes à prendre en considération. Les
l’on met de côté pour débourser une éventuelle cotisations au programme sont payables au 30
franchise. De cette manière, vous pourrez faire avril de l’année suivant celle de votre inscrip-
augmenter la valeur de la dite franchise dans un tion. Vous pourrez aussi demander à payer vos
contrat donné et ainsi faire diminuer les primes. cotisations à l’ARC au même moment où vous
De plus, le Centre d’information sur les assu- ferez vos paiements d’acomptes provisionnels.
rances d’Infoassurance peut vous être grande- Prenez bien en note que vous devrez payer des
ment utile. Les agents peuvent intervenir auprès cotisations d’assurance-emploi en fonction de
du coutier qui refuse de vous couvrir ou encore votre revenu de travailleur autonome pour toute
pour vous aider dans vos démarches si elles l’année, peu importe la date de votre inscrip-
s’avèrent plus difficiles que prévues. « Lorsque tion. Ainsi, que vous vous inscriviez en avril 2013
vous appelez le Centre d’information, vous devez ou en décembre 2013, vous devez payer des
toutefois avoir entrepris des démarches. Il faut cotisations d’assurance-emploi en fonction de
avoir été refusé par cinq assureurs après les avoir votre revenu de toute l’année 2013. Encore une
contactés. Gardez les noms et les numéros de fois, ce programme facultatif est résiliable à tout
téléphone des agents et courtiers que vous avez moment, à condition que vous n’ayez pas reçu
contactés. » www.infoassurance.ca de prestations dans le cadre du programme,
Concernant l’assurance salaire ou invalidité, bien sûr ! Une fois que vous aurez reçu des
les travailleurs autonomes canadiens ont main- prestations du programme, vous devrez payer
tenant accès à plusieurs prestations spéciales des cotisations tant et aussi longtemps que vous
de l’assurance-emploi via le gouvernement. Dans recevrez des revenus de votre travail autonome,
la liste des prestations leur étant accessibles, on que la nature de ce travail change ou non…
retrouve les prestations de maternité, les pres- Il sera également de mise de magasiner une
tations parentales, les prestations de maladie assurance salaire chez les banques et autres
et les prestations de compassion. Les travail- courtiers d’assurances et de voir si les soumis-
leurs autonomes québécois ont toutefois déjà sions proposées seraient plus abordables que
droit aux prestations de maternité, de paternité le programme fédéral. En tous les cas, consultez
et parentales offertes par le Régime québécois bien le lien Web mentionné plus haut avant de
d’assurance parentale (RQAP), puisque, comme prendre une décision.
mentionné plus haut, vous devez obligatoirement Finalement, dans l’éventualité où vous n’auriez
y cotiser! Donc, si vous choisissez de vous ins- pas encore souscrit à une assurance vie, il serait
crire au programme d’assurance emploi, ce sera probablement grand temps de la faire. Que ce
uniquement pour bénéficier des prestations soit simplement pour épargner à vos héritiers de
de maladie et de compassion de l’assurance devoir rembourser vos dettes, particulièrement
emploi, ce qui peut quand même s’avérer être si votre salaire constituait la source principale
un excellent avantage ! Avant de vous inscrire du revenu familial, magasinez-vous une assu-
au programme, vous pourrez lire toute l’informa- rance vie dès maintenant ! Aussi, il n’est pas
tion liée à cette nouvelle mesure en consultant bête de prendre une assurance vie et/ou inva-
ce lien Web : www.servicecanada.gc.ca/fra/ lidité sur tous les prêts que vous contracterez
sc/ae/ta/index.shtml. Les cotisations au pro- ainsi que sur le solde de vos cartes de crédit…
gramme fédéral des travailleurs autonomes du De toute manière, ne soyez pas inquiet, la plu-
Québec ont été évidemment ajustées afin qu’ils part des banques vous le suggèreront dès le
ne paient pas en double le service d’assurance moment où elles vous accorderont ces prêts
parentale. Vous devrez donc, en souscrivant au et/ou crédits.

42
LE STATUT DE TRAVAILLEUR AUTONOME : LE CAS DE L’ARTISTE ILLUSTRATEUR….

1.8
LIENS UTILES
l es différentes formes juridiques prestations spéciales pour
www2.gouv.qc.ca/entreprises/portail/ l’assurance emploi des travailleurs
quebec/creer?lang=fr&g=creer&s- autonomes (Gouvernement fédéral)
g=&t=s&e=3733407055 www.servicecanada.gc.ca/fra/sc/ae/ta/
index.shtml
l ’immatriculation au québec
www.registreentreprises.gouv.qc.ca/fr/ i nfoassurance
demarrer/immatriculer 514-288-4321 1 877 288-4321
www.infoassurance.ca
bureau du ministère du revenu
du québec la boussole entrepreneuriale –
1 800 267-6299 trouvez la forme d’entreprise
www.revenu.gouv.qc.ca qui vous convient
www.boussoleentrepreneuriale.com
revenu québec (statut du
travailleur autonome) assurart
www.revenuquebec.ca/fr/citoyen/situation/tra- www.assurart.scassurance.com
vailleur_autonome/travailleur_autonome_sala-
rie/criteres/default.aspx

a gence des douanes et du


revenu du canada
1 800 959-7383 1 800 959-7775
www.ccra-adrc.gc.ca

UNEQ
Guide de l’impôt pour l’écrivain et l’artiste
514-849-8540 1 888 849-8540
www.uneq.qc.ca

communication-jeunesse
514-873-2111
www.communication-jeunesse.qc.ca

info entrepreneurs
514-496-4636 1 800 322-4636
www.infoentrepreneurs.org

investissement québec
1 866 870-0437
www.investquebec.com

saje
Service d’aide aux jeunes entrepreneurs
Montréal métropolitain
514-861-7253
www.sajeenaffaires.org

emploi-québec
Visitez le CLE le plus près de chez vous
www.emploiquebec.net/index.asp

43
2
l’aide
financière et le soutien que l’on peut
obtenir de diverses sources

Farah Allegue

On le sait, la recherche d’aide financière est laborieuse et parfois même rébarbative !


Souvenez-vous d’abord que cette recherche peut être encore plus payante
si elle est faite en amont de votre démarrage.

45
CHAPITR E 2

2.1 soumission à une entreprise, mais en situation


inverse : l’institution bancaire vous prêtera uni-
S’IL VOUS PLAÎT, quement la somme qu’elle vous jugera capable
de rembourser. Sans gonfler abusivement vos
MONSIEUR LE BANQUIER… besoins, vous pouvez songer à demander une
bonne somme, compte tenu que les institutions
Avant de vous lancer en affaires, il est important ont tendance à revoir le montant de votre prêt à
de rencontrer votre banquier pour lui parler de la baisse. En effet, elles doivent prendre le moins
votre projet. Comme nous l’avons précédem- de risques possible. Bien qu’elles ne soient pas
ment expliqué, il faut idéalement avoir en main à plaindre côté profits, ce n’est pas leur propre
un bon plan d’affaires et, si possible, une ou capital qu’elle vous prête, mais bien l’argent des
deux lettres d’intention signées par des clients déposants (Nadeau, 2007) ! Si les conditions
potentiels. Cela témoignera de votre sérieux. auxquelles la banque suggère de vous financer
Toutefois, seulement 7 % des travailleurs auto- ne vous conviennent pas, ne vous sentez pas
nomes obtiennent du financement de la part des obligé d’accepter simplement pour aller plus vite,
banques. Il est toujours avantageux de posséder vous le regretterez plus tard… La meilleure façon
un capital personnel le plus élevé possible pour d’obtenir les conditions d’emprunt les plus favo-
démarrer son entreprise. En principe, 80 % du rables est de magasiner. Eh oui, les institutions
capital de financement de l’entreprise doit pro- bancaires sont légion et n’offrent pas toujours
venir de vos poches ou de ce que l’on appelle les mêmes conditions ! Permettez-vous de faire
communément « love money » (investissements des demandes dans trois ou quatre institutions
de vos proches, d’associés ou autres). Par différentes et vous serez surpris des résultats.
contre, il n’est pas toujours possible de détenir Vous serez d’ailleurs dans une meilleure posi-
l’entièreté de la somme nécessaire. tion pour juger de la pertinence des conditions
Vous pouvez toujours tenter de contracter un que vous impose une banque en particulier…
prêt auprès d’une banque. Sur cette question, Par contre, n’oubliez pas que la préparation
J.-B. Nadeau fournit encore une fois des infor- des dossiers demande beaucoup d’heures de
mations précieuses et des conseils judicieux. travail. Évitez de trop vous éparpiller… Aussi,
Comme nous vous l’avons suggéré dans le lorsque vous calculerez vos remboursements
premier chapitre de ce guide, pour obtenir un mensuels, assurez-vous d’y inclure le montant
emprunt, il est indispensable d’avoir en main un de votre assurance salaire/invalidité sur ledit
dossier de démarrage d’entreprise (plan d’af- prêt bancaire et n’acceptez que des termes de
faires) le plus complet possible. Vous devez remboursement que vous êtes certain de pou-
donc disposer d’un plan d’affaires solide, avoir voir rembourser ! D’ailleurs, il est primordial de
fait vos propres calculs et fournir à la banque vous garder une petite marge de manœuvre : le
des garanties de remboursement. En effet, pour remboursement de votre prêt ne doit pas ronger
être prêt à répondre aux (nombreuses) questions toutes vos économies.
de votre banquier, il s’avère sage d’avoir préala- On ne rencontre pas son banquier unique-
blement fait un bilan de tous les biens que vous ment pour demander un prêt. Il peut s’agir d’ou-
possédez (voiture, placements, etc.). Une fois ce vrir un second compte chèque pour dissocier
bilan fait, soustrayez-en vos dettes (hypothèque, les transactions personnelles des transactions
prêts antérieurs, etc.). Si vous constatez que le professionnelles, de demander une carte de cré-
résultat de cette opération est négatif, peut-être dit supplémentaire pour l’entreprise ou encore
vaudrait-il mieux attendre quelque temps avant d’ouvrir une marge de crédit à taux négocié.
de soumettre votre demande de financement. Si Ajoutons que cette tactique de différenciation
le résultat du calcul est positif et assez impor- des comptes bancaires est astucieuse, car elle
tant, il est temps de passer à la prochaine étape. vous permettra de connaître et de suivre de plus
Il vous faudra établir clairement la somme dont près la santé financière de votre entreprise sans
vous avez besoin. toutefois mettre à mal les finances familiales…
La démarche pour contracter un prêt est sem- Il est d’ailleurs recommandé dès le départ d’ou-
blable à celle que vous utilisez pour faire une vrir un compte bancaire spécifique et une marge

46
L’AIDE FINANCIÈRE ET LE SOUTIEN QUE L’ON PEUT OBTENIR DE DIVERSES SOURCES

de crédit pour l’entreprise. Cela vous aidera à leur processus d’expansion. Dans tous les cas,
mieux gérer vos flux de trésoreries, notamment les suggestions présentées ici pourront vous être
la marge lorsqu’un client met plus de 30 jours à d’une grande aide et nous vous encourageons
vous payer. Même si nous avons mentionné plus fortement à aller faire des recherches sur les
haut que les banques sont plus réticentes à aider sites Internet fournis… Ça pourrait réellement
des travailleurs autonomes dont l’entreprise n’a être payant !
pas encore fait ses preuves, il peut s’avérer utile
de faire des demandes auprès de votre banquier la banque de développement du canada
dès le départ car, si vous tombez dans un « trou » www.bdc.ca 1 877 232-2269
financier et que vous avez besoin d’argent rapide- La Banque de Développement du Canada (BDC)
ment, il est évident que vous ne pourrez pas alors est probablement l’entreprise la plus ferrée en
compter sur sa coopération. Par contre, si votre aide aux entrepreneurs canadiens. Elle possède
demande n’est pas approuvée tout de suite, cela plus d’une centaine de bureaux à la grandeur du
n’est pas dramatique. Lorsque vous reviendrez, pays et a comme principale mission d’encoura-
disons un an plus tard, avec de nouveaux chiffres ger l’entrepreneuriat en fournissant aux entrepre-
(plus que des estimations) et que vous montrerez neurs des services de financement, de capital
que vous avez bien réussi, il sera facile de rené- de risque et de consultation sur mesure. Il s’agit
gocier. D’autant plus que vous aurez déjà établi plus particulièrement d’une institution financière
une relation d’affaires avec le banquier en ques- appartenant au gouvernement canadien. La BDC
tion. Cela pourrait même être perçu comme de offre une tonne d’aides différentes, que ce soit
la ténacité et du sérieux de votre part. D’ailleurs, pour le renouvellement de votre équipement,
il est important de voir son banquier comme un pour des investissements dans des logiciels
allié et non comme un ennemi ; il faut créer une spécifiques et en nouvelles technologies ou tout
relation de confiance avec lui. simplement pour le démarrage de votre entre-
prise. Allez faire un tour sur leur site Web pour
plus d’informations !
2.2
gouvernement du québec (cld ou services
LES AIDES québec - entreprises)
www.economie.gouv.qc.ca/objectifs/finance-
GOUVERNEMENTALES ment/demarrage/ 1 866 463-6642
Le ministère des Finances et de l’Économie du
POUR DÉMARRAGE, Québec a intégré, sur son site Internet, une page
visant à mettre de l’avant les divers programmes
C’EST PAYANT ? et ressources disponibles aux entrepreneurs en
quête de financement. Pour mener à bien ces
On le sait, la recherche d’aide financière est labo- programmes d’aide, le gouvernement provincial
rieuse et parfois même rébarbative ! Souvenez- fait appel à deux partenaires importants, soit les
vous d’abord que cette recherche peut être CLD (Centres locaux de développement), qui
encore plus payante si elle est faite en amont de sont généralement répartis un peu partout sur
votre démarrage. Vous éviterez ainsi de devoir le territoire, et Services Québec – Entreprises.
faire des démarches sous le stress des créan- Nous vous présentons ici les différentes mesures
ciers et autres responsabilités financières déjà qu’offre le gouvernement et vous indiquerons,
engagées. Commencez tout doucement par dans chacun des cas, vers quel partenaire vous
vous faire une liste des mesures accessibles qui tourner.
pourraient vous aider à vous lancer en affaires.
Subventions, prêts à faible taux, mesures spé- le fonds local d’investissement (FLI)
ciales… Les gouvernements et les institutions www.acldq.qc.ca/fr/entrepreneur-fli.php
financières offrent plusieurs modes d’aide dont Géré par les CLD, est une mesure permettant
les modalités de remboursement et les termes l’aide financière pour le démarrage ou l’expan-
diffèrent. En effet, plusieurs programmes gou- sion d’une entreprise. Attention toutefois, il s’agit
vernementaux ou paragouvernementaux ont ici de prêt et non pas de subvention. Pour plus
pour mission de valoriser l’entrepreneuriat et le d’information, consultez le CLD de votre région.
démarrage de PME au Québec ou au Canada.
Nous avons récolté pour vous des informations le programme d’aide à l’entrepreneuriat
pertinentes à ce sujet. Tantôt les mesures visent (PAEN) – volet relève : arts et culture
à aider les jeunes entrepreneurs, tantôt elles www.mdeie.gouv.qc.ca/artsetculture/
visent à accompagner les entrepreneurs dans 514-873-9913

47
CHAPITR E 2

Montréal est une aide au démarrage pour les En plus des diverses mesures d’aide finan-
coopératives de travail ou OBNL du domaine cière, les CLD sont aussi capables d’apporter un
des arts, mais il est à noter que la mesure est soutien technique non négligeable aux nouveaux
accessible uniquement aux entreprises œuvrant entrepreneurs. Formations, service-conseil, sup-
sur le territoire de l’île de Montréal. Plusieurs port à la gestion… Leur domaine d’intervention
autres critères d’admissibilité s’appliquent et les est large et tout jeune entrepreneur voudra se
détails sont disponibles sur la page Web. faire ami avec son CLD !

les CLD, en plus d’être partenaires du


Gouvernement du Québec pour la gestion de 2.3
certains programmes, sont des OBNL qui offrent
d’autres mesures intéressantes dans l’optique LES CONCOURS OU
du démarrage d’entreprise. En effet, la mission
première des Centres locaux de développement « GAGNER SA VIE ! »
est de supporter et de conseiller les entrepre-
neurs dans la réalisation de leur projet d’affaire Nous savons maintenant qu’une panoplie de
sur un territoire donné. Pour trouver votre CLD, mesures gouvernementales est disponible. Par
vous pouvez utiliser le moteur de recherche de contre, il y a également des concours et des
l’Association des centres locaux de développe- bourses auxquels vous êtes admissible en tant
ment du Québec: que nouvel entrepreneur. Alors que nous par-
www.acldq.qc.ca/fr/trouver-un-cld.php lerons davantage de concours en illustration
(Dépendamment des territoires, les organismes res- visant la promotion de votre travail plus loin
ponsables d’administrer ces prochaines mesures dans ce guide, il est ici question de concours
peuvent varier, mais ces dernières sont technique- entrepreneuriaux qui pourraient vous permettre
ment disponibles sur tout le territoire québécois) : de démarrer ou de faire fructifier votre entre-
prise. En effet, participer à ces concours aux-
soutien au travail autonome (STA) quels sont rattachés des bourses financières
www.acldq.qc.ca/fr/entrepreneur-sta.php peut consister en un mode de financement très
www.emploiquebec.gouv.qc.ca/citoyens/ profitable et ainsi briser la monotonie habituelle
demarrer-son-entreprise/soutien-au-travail- entourant la recherche de sous… Voici donc
autonome/ quelques alternatives à connaître en tant que
Il s’agit d’une aide financière et technique, en travailleur autonome entrepreneur.
deux volets d’une durée maximum combinée de
52 semaines, offerte par les Centres locaux d’em- prix jeunes entrepreneurs de la banque
ploi (CLE), les Centres locaux de développement de développement du canada (BDC)
(CLD) ou les organismes accrédités par les CLD www.prixjeuneentrepreneurbdc.ca/
pour soutenir l’entrepreneuriat et qui vise à vous details.php
aider à créer un plan d’affaires et à mettre sur La BDC organise annuellement un concours en
pied votre entreprise. Il faut cependant satisfaire entrepreneuriat et bien qu’il ne soit pas une aide
à certains critères qui sont clairement définis sur au démarrage, il peut tout de même s’avérer
le site d’Emploi-Québec, dont l’adresse est ins- bien utile. Il s’agit d’une aide financière accor-
crite ci-haut. Vous retrouverez aussi cette liste de dée pour une entreprise se trouvant à la croisée
critères à votre Centre d’emploi local. des chemins et ayant besoin de ressources sup-
plémentaires pour monter la marche suivante.
fonds jeunes promoteurs Il faut d’abord être âgé entre 18 et 35 ans et
www.acldq.qc.ca/fr/entrepreneur-jp.php exposer la solution envisagée à notre dilemme
Ce fonds se veut également une mesure de sou- dans une courte vidéo qu’on soumettra par
tien financier et technique aux jeunes âgés entre la suite au concours. Le premier prix est une
18 et 35 ans qui voudraient créer ou acquérir bourse de 100 000 $ pour engager notre plan
une mini-entreprise ou encore devenir travailleur d’expansion et en deuxième prix, des services
autonome. Le fonds ne peut servir à financer le de consultation d’une valeur de 25 000 $ sont
roulement d’une entreprise déjà existante, mais offerts. En plus de ce concours, la Banque de
peut financer la création d’une entreprise, les Développement du Canada offre une foule d’in-
étapes de la concrétisation d’un projet ou la for- formations pertinentes sur son site Web ainsi
mation de l’entrepreneur. Les critères d’admissi- que plusieurs autres formes de financement qui
bilité peuvent varier d’un CLD à l’autre, mais les pourraient s’avérer intéressantes.
plus importants sont présentés sur la page Web
mentionnée ci-haut.

48
L’AIDE FINANCIÈRE ET LE SOUTIEN QUE L’ON PEUT OBTENIR DE DIVERSES SOURCES

concours québécois en entrepreneuriat


www.concours-entrepreneur.org/
Ce concours, particulier au Québec, se donne
comme mission de récompenser les efforts de
jeunes Québécois qui ont un projet d’entre-
prise et qui en sont à leurs balbutiements dans
la réalisation de ce dernier. Pour participer au
volet création d’entreprise, il faut être âgé de
18 ans et plus et faire preuve de rigueur et de
discipline dans son plan d’affaires. La notoriété
acquise par la participation à ce concours réputé
ne manquera d’ailleurs pas de faire son impres-
sion auprès des banquiers lorsque l’étape de les
consulter viendra.

2.4
LES ORGANISMES
Il existe plusieurs organismes, provinciaux, fédé-
raux, à but lucratif ou non, qui ont pour mission
d’aider les travailleurs autonomes à se lancer
en affaires et à prendre de l’expansion, et ce,
même pendant la période de stabilisation. Nous
regrouperons dans cette section les principaux
organismes qui offrent du soutien technique ou
financier, mais nous vous invitons néanmoins
à faire une petite recherche de votre côté. En fondation canadienne des jeunes
effet, selon la région où vous habitez et la nature entrepreneurs FCJE
de votre projet, il peut exister un programme www.fcje.ca 1 866 646-2922
qui ne soit disponible que pour vous ou que La Fondation canadienne des jeunes entrepre-
pour une ville bien déterminée. Nous y avons neurs est une OBNL dont la mission première
également inclus quelques organismes dont la est de contribuer au développement économique
mission première est de soutenir les artistes en de notre pays en offrant du soutien aux jeunes
mettant à leur disposition diverses bourses, de entrepreneurs de 18 à 39 ans. Une foule d’infor-
création, par exemple. mations pertinentes est disponible sur son site
Web et leur aide peut être utile au pré et post
centre des petites entreprises démarrage de votre entreprise. N’hésitez pas à
pour consommateurs les consulter !
www.subventionspretsentreprise.com
1 800 763-0945 service d’aide aux jeunes entrepreneurs
Enfin, des organismes non gouvernementaux (SAJE)
peuvent aussi vous prêter main-forte dans la www.sajeenaffaires.org 514-861-7253
recherche de financement pour le démarrage Il s’agit d’un organisme de soutien aux entrepre-
de votre entreprise. C’est le cas du Centre des neurs (démarrage ou période de croissance). Il
petites entreprises pour consommateurs qui est fournit du soutien durant les quatre premières
un organisme de recherche et d’édition privé années de votre entreprise. Sa mission est
et qui facilite grandement la recherche de sub- de conseiller, informer, soutenir et encadrer
ventions pour les entrepreneurs. L’organisme l’entrepreneur.
offre, en plus d’une panoplie d’informations
pertinentes, un moteur de recherche qui, selon service québec aux entreprises
les critères que vous spécifierez, vous permettra www2.gouv.qc.ca/entreprises/portail/quebec
de connaître toutes les subventions gouverne- 1 877 644-4545 514-644-4545
mentales qui sont disponibles. Une aide bien 418-644-4545
précieuse dans les méandres des multiples pro- Cet organisme gouvernemental diffuse de l’in-
grammes fédéraux et provinciaux ! formation sur les divers services et programmes
qui sont offerts au Québec. Il publie le guide

49
CHAPITR E 2

« Démarrer une entreprise », qui fournit une foule participation des citoyens à la vie artistique mon-
d’informations et notamment les principales tréalaise. Sur ce site, vous trouverez diverses
sources de subventions et d’aide financière. bourses et subventions pour lesquelles vous pour-
Attention : les informations s’adressent à tous rez présenter une demande.
les types d’entrepreneurs et ne tiennent donc
pas toujours compte de la particularité du statut conseil des arts et des lettres du québec
d’artiste ou de travailleur autonome. (calq)
www.calq.gouv.qc.ca
service canada aux entreprises 1 800 897-1707 1 800 608-3350 (Mtl)
www.entreprisescanada.ca 1 888 576-4444 1 800 897-1707 (Qc)
Il s’agit d’un site Web du gouvernement fédé- Sur ce site, vous trouverez toutes les subven-
ral qui regroupe beaucoup d’informations perti- tions et bourses auxquelles les artistes en arts
nentes, financières, techniques ou tout simple- visuels ont accès. Il est impératif de faire une
ment inspirantes. Attention cependant à ne pas recherche préalable et de définir clairement votre
trop vous égarer. projet. Il sera ainsi plus facile de savoir de quel
programme celui-ci relève.
info entrepreneurs Attention aux dates d’inscription et aux diffé-
www.infoentrepreneurs.org rents critères d’admissibilité.
1 800 322-4636 514-496-4636
Info entrepreneurs est le leader en matière d’infor- conseil des arts du canada (cac)
mations intégrées et de qualité sur les services et www.conseildesarts.ca 1 800 263-5588
programmes gouvernementaux destinés aux gens Ce site du gouvernement fédéral énumère les
d’affaires. De plus, il constitue une source privi- différentes subventions et bourses qui existent
légiée d’informations commerciales, contribuant pour les artistes.
ainsi à la croissance économique des PME. Le
site vous donne accès à des renseignements la fondation du maire de montréal pour
provenant des ministères fédéraux et provinciaux la jeunesse
(quelle que soit votre province de résidence). En www.fondationdumaire.ca/fr
plus, des sections spéciales sont consacrées aux Des bourses sont offertes pour les jeunes entre
travailleurs autonomes, au démarrage d’entreprise 18 et 35 ans qui ont un revenu se trouvant sous
et à la création d’un plan d’affaires interactif. le seuil de la pauvreté, habitant Montréal et dési-
rant se lancer en affaires dans le secteur des
fondation de l’entrepreneurship arts. Encore une fois, il est important de vérifier
www.entrepreneurship.qc.ca 1 800 661-2160 les différents critères à respecter.
La Fondation de l’entrepreneurship est un orga-
nisme sans but lucratif activement engagé dans la artère : pour la relève artistique
promotion du développement de la culture entre- montréalaise
preneuriale comme moyen privilégié d’assurer le www.artere.qc.ca
développement économique et social du Québec. Ce portail Internet a pour but de créer une com-
munauté virtuelle autour des artistes de la relève
affaires et développement québécois de la scène montréalaise. Ce site fourmille d’in-
www.aedq.org formations et de liens utiles. Il permet également
514 990-0519 1 877 979-7973 d’entrer en contact avec des artistes qui sont
Association fondée en 1993, Affaires et déve- dans la même situation que vous, c’est-à-dire en
loppement québécois (AEDQ) est le plus grand transition vers le travail autonome.
regroupement privé d’entrepreneurs autonomes
au Québec. Réseautage, formation, conférences, chambre de commerce du montréal
ateliers d’échange et rabais aux membres ne sont métropolitain
que quelques-uns des outils qui sont mis à la w w w. c c m m . q c . c a / f r / e n t re p re n e u r i a t /
disposition des membres de l’AEDQ pour briser 514-871-4000
l’isolement, créer un réseau de contacts d’af-
faires, augmenter les occasions de vente, favo- regroupements locaux
riser les échanges et la collaboration, accroître N’oubliez pas de communiquer avec votre
leur visibilité et demeurer informés. Chambre de commerce locale et votre Centre
local de développement, qui fournissent tous deux
conseil des arts de montréal (cam) un appui de base aux entreprises dans leur région.
www.artsmontreal.org 514-280-3580
Le Conseil des arts de Montréal favorise la

50
L’AIDE FINANCIÈRE ET LE SOUTIEN QUE L’ON PEUT OBTENIR DE DIVERSES SOURCES

2.5
QUELQUES LIENS
SUPPLÉMENTAIRES
blog du SAJE - les principales
ressources pour le démarrage
www.metier-entrepreneur.org/2012/10/
ou-trouver-du-financement

infoentrepreneurs – financer
son projet
www.infoentrepreneurs.org/fr/financement

s ervices Québec – aides financières


www2.gouv.qc.ca/entreprises/portail/quebec/
recherche?lang=fr&x=AideFinanciere

répertoire fundica - aide à la


recherche de financement
www.fundica.com

conseil montérégien de la culture


et des communications
guide ressources (financement,
fondations, organismes, associations,
prix et bourses)
www.culturemonteregie.qc.ca/Liens-
Arts-visuels

51
3
l’illustrateur,
le créateur d’images

Isabelle Fortier

N’avoir que soi-même pour patron représente un Eldorado pour plus d’un. Toutefois,
sachez que dans cette situation, personne ne se chargera de vous donner le coup
de pied nécessaire dans les moments de relâchement. Vous ne pourrez compter que
sur vous-même pour vous inspirer un deuxième souffle face à l’adversité !

53
CHAPITR E 3

3.1 Bien entendu, le sens des affaires est un atout.


Cependant, l’histoire nous a appris qu’artiste ne
ILLU…QUOI ? rime pas souvent avec homme d’affaires. C’est
pourquoi il est important de savoir s’entourer des
ILLU…MINÉ ? bonnes personnes, celles qui sauront vous pous-
ser, vous stimuler, vous aider et parfois même
Avant même de discuter de formation, il est vous guider. Finalement, la dernière aptitude que
important de mettre de l’avant quelques détails Rees prend la peine de souligner et qui s’avère
concernant la personnalité de l’illustrateur. En sûrement des plus importantes est la capacité à
effet, cette profession, comme bien d’autres d’ail- la motivation personnelle. N’avoir que soi-même
leurs, demande de posséder quelques aptitudes pour patron représente un Eldorado pour plus
de base. Selon Darrel Rees, dans son ouvrage d’un. Toutefois, sachez que dans cette situa-
How to Be an Illustrator, l’illustrateur qui réus- tion, personne ne se chargera de vous donner
sira à mener une carrière prolifique possédera le coup de pied nécessaire dans les moments
un instinct de chasseur. Il est en effet nécessaire, de relâchement. Vous ne pourrez compter que
pour tout travailleur autonome, de jouir d’un ins- sur vous-même pour vous inspirer un deuxième
tinct hors pair lorsque vient le temps de partir souffle face à l’adversité !
« à la chasse aux clients ». Cet instinct permet- Cette énumération vous donne une idée géné-
tra aussi de prendre les bonnes décisions aux rale des aptitudes mises à contribution dans la
bons moments. Par exemple, il n’est pas toujours progression d’une carrière en illustration en tant
évident de savoir quand exactement le marché que travailleur autonome. Ce ne sont toutefois
sera fructueux, qui est susceptible, à un moment que des idées générales pour vous aider à éva-
particulier, d’être intéressé par votre travail ou luer votre aptitude à travailler dans le domaine.
même quel client saura mettre de l’avant votre La vision du métier change d’un illustrateur à un
travail à sa juste valeur. Pour toutes ces raisons autre et ces approches possibles sont très liées
(et pour bien d’autres encore), votre instinct sera à la personnalité. Il s’agit donc d’opter pour une
mis à contribution. approche qui vous conviendra et vous évitera de
Vous aurez toutefois compris que l’objectif vous sentir à l’étroit ou dépassé par les choses…
de cette présente section n’est pas de dresser De plus, il existe plusieurs domaines différents au
une liste exhaustive des qualités nécessaires sein même du monde de l’illustration sur lesquels
à la réussite, mais bien de vous faire prendre nous jetterons un bref regard dans le chapitre
conscience que le talent en dessin n’est pas suivant. Par exemple, les gens œuvrant principa-
le seul atout qui vous permettra de percer. lement en édition jeunesse ne mettront proba-
D’ailleurs, en plus de cette habileté particulière, blement pas à contribution les mêmes aptitudes
Rees cite également la curiosité parmi les qua- que les illustrateurs en animation Web. En vous
lités importantes. Pour créer des illustrations connaissant bien, vous arriverez à mieux définir
aptes à satisfaire votre clientèle, il vous sera utile quelle voie vous gagnerez à exploiter.
de bien connaître le produit ou le service que En ce qui concerne les études, l’illustrateur
vous aurez à illustrer. La recherche documen- a généralement suivi une formation reliée à l’art
taire représente en effet une étape importante ou au design graphique (dans plus de 50 % des
de votre démarche artistique et faire preuve cas). Certains ont même suivi un programme
d’une curiosité intellectuelle naturelle vous sera spécialisé en illustration. Cependant, il n’y a pas
probablement d’une très grande aide. beaucoup d’options actuellement au Québec
Il s’avère aussi utile, pour exercer ce métier, de quant à la formation publique visant précisé-
posséder la passion, le feu sacré pour l’illustra- ment l’illustration. Notons quand même le pro-
tion, pour les arts et plus particulièrement pour gramme du Collège Dawson et le programme
l’imagerie. Il est important d’être déterminé, de en bande dessinée de l’Université du Québec
croire en soi et surtout, de se donner les moyens en Outaouais. Les autres programmes publics
d’atteindre ses objectifs. Le talent n’est rien sans ne contiennent que quelques cours en illustra-
une détermination à toute épreuve et un mini- tion à l’intérieur d’un cursus visant un appren-
mum d’ambition. tissage élargi en arts graphiques ou visuels,

54
L’ILLUSTRATEUR, LE CRÉATEUR D’IMAGES

comme le baccalauréat en design graphique ou plus important que vos diplômes pour décrocher
encore celui en arts visuels, tous deux offerts à un contrat…
l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Un L’illustrateur a donc deux choix quant à sa for-
programme spécifiquement dédié à l’illustration mation. Il peut être autodidacte et décider de se
et au dessin animé devrait voir le jour dans les former tout seul en trouvant les réponses à ses
prochaines années. En effet, le MELS (ministère questions au hasard des rencontres, des visites,
de l’Éducation, des loisirs et du sport) travaille des lectures et autres méthodes qu’il privilégiera.
conjointement avec les différents intervenants Il peut aussi s’inscrire à un programme collégial
de l’industrie (le Collège Dawson, Illustration ou universitaire en design graphique ou en illus-
Québec, le Cégep du Vieux-Montréal et les tration, ce dernier choix pouvant être réalisé au
illustrateurs) pour créer et mettre en place ce Québec ou encore à l’étranger, dans une école
nouveau programme. Il existe également des de beaux-arts, par exemple. Toutefois, avant de
programmes privés qui, moyennant des frais de choisir l’un ou l’autre parcours, il est important
scolarité souvent plus élevés que les frais de d’analyser vos propres forces et faiblesses en
scolarité universitaire, vous donneront des for- matière de création d’images. Cette analyse
mations de durée et de reconnaissance variées. vous permettra de trouver aisément quel chemin
Illustration Québec ne privilégie aucun de emprunter. Bien entendu, l’autocritique n’est pas
ces programmes en particulier, car son mandat toujours facile à faire. C’est pourquoi il convient
n’est pas de recommander une institution plutôt souvent de valider sa vision des choses auprès
qu’une autre, mais plutôt de vous aider à tirer d’experts en illustration, par exemple des profes-
profit de la formation que vous aurez reçue et seurs, des acheteurs d’illustrations ou encore
du cheminement que vous aurez choisi. Vous des illustrateurs plus expérimentés. Tous ces
êtes en effet mieux placé que quiconque pour professionnels sauront vous donner l’heure juste
choisir le parcours qui convient le mieux à vos quant à votre travail et aux options de formation
ambitions. Tous les programmes, qu’ils soient qui s’offrent à vous. Soulignons qu’Illustration
privés, publics, collégiaux ou universitaires ont Québec peut également être de bon conseil.
cependant un point en commun : ils visent à vous
enseigner des techniques de base. Ils vous ini-
tient aux différents médiums et à certains logi- 3.2
ciels informatiques. Si vous ne vous sentez pas
artiste, si vous n’avez pas à la base quelques ILLUSTRER, D’ACCORD !
préférences, ces programmes ne vous transfor-
meront pas en illustrateur. Il est à la portée de MAIS QUOI…ET
tous d’apprendre des techniques et de s’initier à
l’utilisation de logiciels, mais si vous n’avez pas COMMENT ?
un peu de talent, cela ne servira à rien. En outre,
les formations offertes ont une autre lacune : Il n’est pas facile de répondre à cette question.
elles ne vous préparent que très peu aux diffi- Comme pour beaucoup d’autres interroga-
cultés, contraintes et autres réalités de la vie de tions portant sur le domaine de l’illustration, les
travailleur autonome. C’est d’ailleurs pour pallier réponses sont multiples et nuancées !
ce manque que le présent guide a été conçu. Il Heller et Arisman, dans Inside the Business
n’est donc pas obligatoire d’avoir une formation of Illustration, exposent différents regards sur
scolaire dans le domaine pour être illustrateur, le débat entourant la question du style. Ils sou-
mais il faut toutefois savoir que plusieurs avan- lignent d’abord que le style sert à différencier ;
tages découlent du fait de posséder un diplôme. différencier le vieux du neuf, le « dernier cri »
En vérité, être diplômé est souvent vu comme un de l’intemporel ou même l’original du plagiat.
gage de qualité et de savoir-faire par vos clients. D’ailleurs, d’après ces auteurs, le style consiste
Hormis l’avantage d’avoir accès gratuitement en une forme de monnaie d’échange pour l’illus-
au matériel, les cours que vous aurez pris vous trateur, car son style particulier fera de lui une
auront permis de vous faire la main plus rapide- rareté. Tous les économistes vous confirmeront
ment que si vous n’aviez que votre temps libre que la valeur d’un bien est proportionnelle à sa
à consacrer à ces apprentissages. De plus, la rareté. Pour certaines personnes, il est même
certification consiste en une plus-value dans impensable que l’illustrateur possède plusieurs
un domaine aussi compétitif, car vos études styles, parce qu’un style est une marque de com-
vous permettront aussi de bâtir votre réseau de merce qui saura le distinguer de ses nombreux
contacts (professeurs, collègues, etc.) et de vous collègues. C’est aussi pour son style particulier
constituer un portfolio bien garni. N’oubliez pas que l’on s’adressera à un illustrateur plutôt qu’à
toutefois que votre portfolio est quand même un autre. En quelque sorte, le style donne de la

55
CHAPITR E 3

tout en gardant une distinction très claire entre


vos deux portfolios. Gardez toutefois à l’esprit
que vous devrez alors faire des efforts de pro-
motion simultanément pour les deux « facettes »
de l’illustrateur que vous êtes…Donc, que vous
soyez illustrateur uniquement pour le jeunesse
ou bien encore illustrateur au sens large, votre
choix doit se faire en fonction de vos qualités
et de vos aspirations, ou encore des secteurs
géographiques ou d’activité que vous visez. Il y a
en effet de la place pour tous les talents. Gardez
aussi en tête que le questionnement sur le style
est récurrent dans la carrière d’un illustrateur. En
effet, un artiste prolifique, par le nombre d’expéri-
mentations qu’il lui sera donné de faire, remettra
son style en question plusieurs fois au cours de
sa carrière. Cela ne témoigne pas d’une incapa-
cité à se démarquer de la part de cet artiste, mais
bien de sa capacité à se remettre en question et
à évoluer. Finalement, la question à se poser est
la même que dans beaucoup de métiers : vaut-il
mieux être un spécialiste ou un généraliste ? La
réponse à cette interrogation dépendra évidem-
ment de vos forces, de vos faiblesses et de vos
aspirations.
Encore une fois, n’oubliez pas que vous êtes
votre propre patron. Vous pouvez vous permettre
de proposer plusieurs options à un client qui n’est
pas certain de vouloir opter pour votre travail.
Seulement, proposer n’importe quoi pour plaire
à tout prix viendra à bout de vos convictions et
voix à l’illustrateur. Cependant, il faut garder en vous vous sentirez rapidement abusé. Gardez
tête qu’un style bien défini peut vous emprison- en tête qu’il est courant de devoir retravailler une
ner dans un secteur d’activité (par exemple, le esquisse, mais pas d’abandonner son style au
livre jeunesse). Pour certains, l’avenir se trouve cours du processus. Restez ouvert à la critique
dans la multiplication des styles. Le pluralisme constructive, c’est nécessaire, mais ne détrui-
de styles permet en effet de répondre aux clients sez pas votre passion en compromettant votre
en mettant de l’avant l’idée selon laquelle vous intégrité.
n’êtes pas ancré dans un créneau, mais que
vous pouvez vous adapter et répondre à toutes
leurs demandes. Là encore, il convient d’avoir 3.3
les capacités nécessaires pour assumer cette
polyvalence. Si cela n’est pas le cas, vous pou- SAVOIR SE RÉINVENTER…
vez toujours fonctionner en équipe avec d’autres
illustrateurs et créer ainsi des illustrations sous un Certes, comme tout artiste, l’illustrateur est
mode collectif. Il faut toutefois être conscient que amené, au fil des années, à améliorer sa tech-
l’illustration collective n’est plus votre propriété nique et à faire évoluer son style. Certains
personnelle, mais celle de l’entité (que ce soit artistes ont su développer un style intemporel.
une entreprise ou une coopérative) pour laquelle Ce style étant indépendant de la mode, cela leur
vous travaillez. L’avantage de ces regroupements permet de toujours avoir un certain nombre de
est que vous participez à une plus grande variété contrats, quelle que soit la tendance du moment.
de projets. Aussi, pour ceux que la diversité de Et si, malgré cela, les contrats se font attendre, il
styles inquiète, il est possible pour vous, comme leur est toujours possible d’étendre leur clientèle
pour l’écrivain, d’utiliser un nom d’emprunt. Alors en visant certains pays étrangers où leur style
que Rémy D. donne plutôt dans l’illustration jeu- pourrait être en demande. Après tout, grâce aux
nesse en vectoriel, Déré My, lui, utilisera davan- agents et à la promotion électronique, il est fini
tage la technique du collage. Cela vous permet- le temps du local, il convient maintenant de pen-
tra de courtiser un plus grand nombre de clients, ser international ! D’ailleurs, l’image n’a que très

56
L’ILLUSTRATEUR, LE CRÉATEUR D’IMAGES

rarement une saveur uniquement régionale. le plus grand pour l’illustrateur est de se faire
Pour d’autres, l’artiste n’est rien sans transfor- comprendre de manière originale et recherchée.
mation, sans métamorphose de son art. Selon Dans leur livre Les fondamentaux de l’illustra-
eux, l’artiste créateur d’images doit puiser dans tion, Lawrence Zeegen et l’agence conseil en
ses expériences, mais aussi parmi les nouvelles communication Crush arrivent à présenter d’une
techniques pour se réinventer ou du moins ne façon particulièrement structurée les étapes de
pas se cantonner à un seul style. Bien entendu, il l’idéation, de la page blanche au produit final.
n’est pas recommandé de se conformer à toutes Effectivement, il est important de bien connaître
les modes et tendances, car à moyen terme, cela les étapes cruciales menant à un résultat intelli-
signifierait une perte d’identité distincte pour l’ar- gent, innovant et correspondant à la commande.
tiste. Ce que l’on suggère ici relève de l’évolution, D’après les auteurs, une chaîne d’étapes toutes
d’une mutation dans le temps. Cette réinvention aussi importantes les unes que les autres permet
de style s’opère en général progressivement. de maximiser le temps de travail, d’éviter le syn-
Quoi qu’il en soit, l’artiste ne doit jamais cesser drome de la page blanche et de s’assurer que le
de regarder autour de lui, d’observer le mode de produit fini corresponde à la commande.
fonctionnement de ses collègues, de s’informer
sur leurs techniques et sur les nouvelles tech- comment éviter le syndrome de la
nologies disponibles. Cette ouverture sur les page blanche :
autres lui permet de peaufiner son art ou encore L’illustrateur doit demeurer en constante veille
d’ouvrir des pistes de recherche quant aux nou- dans ce monde où les tendances défilent si rapi-
velles techniques de création. La recherche est dement et où la diversité fait la richesse. Vous
aussi nécessaire à la réalisation d’esquisses dif- devrez en tout temps être aux aguets de l’ins-
férentes pour un contrat particulier. Un moyen piration et chercher à stimuler votre imagination
fructueux de fonctionner, lorsqu’on travaille des et enrichir votre univers visuel. Les auteurs pro-
ébauches, est de faire une liste de tous les mots posent d’abord et avant tout de vous munir d’un
en lien avec le contrat et de se poser des ques- cahier de croquis qui deviendra en quelque sorte
tions sur la commande et les objectifs de l’illus- votre meilleur ami. Comme l’inspiration ne vient
tration en voie de création. généralement pas sur commande, il est fortement
Pour ceux que le syndrome de la page blanche recommandé de traîner ce carnet avec soi en
inquiète, plusieurs trucs sont efficaces, mais il permanence et de prendre l’habitude d’y noter
reste à trouver lequel vous convient… Par tout croquis, citation ou bribe de conversation
exemple, vous pouvez profiter de vos temps attrapée au coin de la rue qui fait naître chez vous
libres pour stimuler votre créativité en vous don- ne serait-ce que l’ombre d’une idée. Observer et
nant des contrats fictifs inspirés de magazines et bien connaître le monde qui vous entoure est la
d’articles qui vous intéressent. Vous devez aussi meilleure façon de vous assurer que votre lan-
nourrir votre esprit en participant à différentes gage visuel sera éventuellement compris de ce
activités culturelles, en fréquentant les musées même monde. Aussi, il est important d’être atten-
et les galeries d’art ou encore en participant aux tif aux moments et activités propices à faire mon-
activités organisées par votre chère associa- ter chez vous l’inspiration de manière à pouvoir
tion… Il existe aussi certains livres discutant de stimuler celle-ci dans une période plus difficile.
la question de la créativité. Voici quelques titres Donc, avec un carnet de croquis bien rempli en
qui pourront sûrement vous aider : Zing !: Five main, vous ne vous retrouvez jamais devant une
Steps and 101 Tips for Creativity on Command page entièrement blanche…
de Sam Harrison, Caffeine for the Creative
Mind: 250 Exercises to Wake Up Your Brain de l’importance du concept :
Stefan Mumaw et Wendy Lee Oldfield ou encore Les meilleures illustrations, toujours selon les
IdeaSpotting: How to Find Your Next Great Idea auteurs de Les fondamentaux de l’illustration, sont
de Sam Harrison. celles qui demandent une réflexion au spectateur.
« Les grandes illustrations sont comme les grands
récits : elles exigent du spectateur qu’il sorte de
3.4 sa passivité pour bien comprendre le message
que l’illustrateur veut faire passer. (…) Les meil-
DE LA PAGE BLANCHE À leures illustrations sont celles qui conjuguent
savoir-faire, technique et réflexion créatrice ». En
LA RECONNAISSANCE effet, un concept fort dans une image est gage de
qualité et permettra à la carrière de l’illustrateur de
Bien qu’ayant trouvé un style bien à soi et réussi perdurer, contrairement aux tendances rattachées
à dégoter de beaux contrats, le défi qui demeure aux styles, qui sont souvent passagères.

57
CHAPITR E 3

les détails de la commande : quand la lueur divine descend sur


Lorsqu’un client vous passe une commande, il vous… ou non :
utilisera un langage, souvent technique, propre à Vos recherches sont faites, votre cahier de cro-
son domaine. Assurez-vous de bien connaître les quis déborde et pourtant… Nada ! Vous retrou-
termes propres à vos champs de travail (édition verez ici une liste d’étapes qui mènent générale-
jeunesse, éditorial, publicité, story-board, etc…) ment vers le concept gagnant. Nul n’est à l’abri
mais de plus, soyez attentif à la manière qu’utilise d’une panne d’inspiration. Toutefois, il existe
le client pour vous expliquer le mandat. Prenez quelques moyens pour limiter ces dernières le
beaucoup de notes lorsque vous dialoguerez plus possible. Comme mentionné préalablement,
avec votre client de manière à comprendre son reconnaissez les moments et les endroits les
sentiment personnel envers le projet à illustrer. plus propices au travail. Connaissez les stimuli
Aussi, si possible, demandez à voir le cahier de externes qui vous gênent le plus et éliminez-les.
charge du projet ou encore à obtenir un bon de De toute manière, ne rajoutez pas une couche
commande le plus détaillé possible. Les infor- supplémentaire à votre stress en vous obligeant
mations s’y retrouvant pourront être le point de à travailler quand rien ne vient. Savoir s’arrêter et
départ de votre réflexion. Après une lecture atten- prendre l’air est parfois bien plus productif que
tive de ces documents, notez tout ce qui vous de s’entêter devant le néant.
vient à l’esprit, qualificatif, émotion, ambiance…
Tantôt ces notes vous serviront dans l’élabora- tempête et vent de création :
tion du concept directement, tantôt elles seront Une fois la pause prise et la respiration contrôlée,
surtout utiles quant à l’aura du projet. Encore votre cerveau créateur se remet à fonctionner en
une fois, si possible, demandez à rencontrer vos grand ? C’est donc le temps de dessiner ! Une
clients en personne. Ce contact joue pour beau- fois votre recherche terminée, vos liens mentaux
coup dans la prise de notes et la compréhension et vos concepts élaborés, il est temps de les
de la mission qu’on vous accorde. mettre à l’épreuve. Bien que cela puisse par-
fois être nécessaire, il n’est pas encore temps
apprivoiser la bête : de vous imposer trop de restrictions. Osez !
Vous serez appelé à illustrer toutes sortes de pro- Allez au bout de vos idées, testez-les, exagérez
jets traitant d’une panoplie de sujets. À chaque même. Vous devez explorer votre concept en pro-
fois, l’étape de recherche et d’exploration est fondeur, tout comme vous aurez préalablement
à faire. Parfois, vous connaîtrez bien le sujet à exploré votre sujet. Toujours selon Zeegen et
illustrer, mais lorsque ce ne sera pas le cas, et Crush : « Explorer des territoires inconnus et oser
cela arrivera plus souvent qu’autrement, il sera se confronter à des problèmes posés par la créa-
crucial d’apprivoiser la thématique et de bien tion d’une œuvre sans recourir à des réponses
la connaître. Plusieurs façons de faire existent toutes faites suppose un certain courage. Pour
quant à la documentation. Vous pouvez d’abord évoluer dans son travail et éviter de sombrer dans
vous établir une liste de mots clés qui vous la répétition, l’illustrateur doit s’élever contre un
viennent à l’esprit et à partir de celle-ci en éta- certain conformisme et aborder les problèmes
blir une deuxième et une troisième en rayant les sous un nouvel angle, souvent en changeant de
mots moins significatifs et en gardant toujours façon de travailler ».
les termes forts. Vous pouvez aussi faire une
recherche d’images sur Google à l’aide de votre de l’esquisse au final, le sprint final :
liste de mots clés, par exemple… Vous pouvez Le dernier sprint est souvent le plus difficile émo-
vous créer des babillards (Pinterest peut dans tionnellement pour l’illustrateur. Bien que le syn-
ce cas être un bon outil), avec des codes de drome de la page blanche puisse vous mettre
couleurs, utiliser les dictionnaires de synonymes sous haute tension, le dépôt de l’esquisse pour
ou encore les métaphores. À cette étape, il fau- approbation est souvent le moment le plus stres-
dra par contre vous attarder au public cible de sant d’un projet. Afin d’épargner votre santé, tant
votre projet et vous assurer que les références mentale que physique, exercez-vous à prendre du
visuelles, linguistiques et métaphoriques utili- recul face à votre travail. Quand le client pose son
sées seront bien comprises. Les références de jugement sur votre travail, ce n’est pas votre exis-
toute nature sont intimement liées à la culture et tence entière ni même votre talent qu’il analyse. Il
un excellent concept français ne sera pas sys- juge simplement si l’esquisse que vous soumettez
tématiquement aussi bien accueilli au Québec, correspond à sa commande. Si jamais sa critique
et vice-versa. Par contre, peu importe pour quel est trop sévère, dites-vous qu’il n’a peut-être lui-
public vous travaillerez, l’idée de base demeure même pas bien su se faire comprendre… Chose
la même : faites votre recherche ! Évitez d’arriver certaine, si vous êtes en mesure de présenter
à la phase de création sans vous être préparé. vous-même vos esquisses au client, faites-le.

58
L’ILLUSTRATEUR, LE CRÉATEUR D’IMAGES

Expliquez vos choix et si possible, selon les aspirations et les envies de


tout le cheminement derrière votre celui ou celle qui la mène. L’évolution
travail. Le spécialiste de la communi- du style et le perfectionnement des
cation par l’image, c’est vous. Restez techniques témoignent toutefois
calme, prenez des notes quant à ses toujours d’un vif intérêt de la part de
observations, bonnes ou mauvaises, l’artiste de progresser et de pousser
et efforcez-vous de répondre à ses plus loin ses connaissances, attitude
demandes, mais n’hésitez pas à faire séduisante pour bien des clients. Il va
valoir votre point de vue si vous le sans dire que ce désir est une source
jugez nécessaire. Si vous n’êtes pas de motivation qui évite que l’artiste
en mesure de présenter vous-même devienne blasé et se sente dépassé.
votre travail, accompagnez vos Heller et Arisman soulignent même
esquisses d’un texte explicatif, de qu’un des moteurs importants de
notes ou même d’une partie de votre la performance est l’estime de soi
matériel de recherche. Arrangez- et que cette dernière est systémati-
vous pour que le client comprenne
vos décisions et votre cheminement.
Aussi, avec la venue des logiciels
informatiques et du travail à l’ordi- Vous serez appelé à illustrer
nateur, les clients sont de moins
en moins scrupuleux quand vient le toutes sortes de projets
temps de remettre en question tel ou
tel détail et de vous demander des traitant d’une panoplie
retouches. Ces derniers peuvent
souvent penser qu’il ne s’agit que
d’un clic de souris pour tout régler.
de sujets. À chaque fois,
Osez leur expliquer les étapes que
leurs corrections impliquent et
l’étape de recherche et
assurez-vous qu’ils comprennent
les délais nécessaires pour qu’ils
d’exploration est à faire.
puissent juger en connaissance de
cause de la valeur de la demande
qu’ils vous soumettent. Chose cer- quement nourrie par le dépassement
taine, si vos concepts sont étudiés, et l’expérimentation fructueuse. Il
que votre recherche est approfondie importe donc, pour maintenir cette
et que vous maîtrisez bien l’art de la estime de soi, de sortir des sentiers
communication visuelle, vous saurez battus, des zones de confort, pour
vous démarquer dans ce métier. Une se remettre en question et, consé-
panoplie de facteurs influe sur une quemment, évoluer. L’attitude proac-
carrière fructueuse, mais la profon- tive permet aussi à l’illustrateur de
deur de votre travail sera à tout coup prévoir les nouvelles tendances et
remarquée. donc d’éviter d’être à la merci des
circonstances. L’artiste doit faire
preuve d’innovation en proposant lui-
3.5 même de nouvelles façons de faire.
Par contre, avant d’entreprendre
PERFECTIONNER ces démarches de déstabilisation,
il faut bien connaître les techniques
LES TECHNIQUES de base et les aléas du métier. Voilà
pourquoi il faut parler de perfection-
ET OPTIMISER nement. Se contenter d’être dans
la norme n’est effectivement pas
L’UTILISATION satisfaisant, tout simplement parce
que la norme change tout le temps,
DES OUTILS qu’elle est constamment repoussée
par ceux qui ne se contentent pas
Une carrière fructueuse se définit uniquement de l’atteindre, mais qui
par de multiples critères qui varient souhaitent la faire évoluer.

59
CHAPITR E 3

Qui dit perfectionnement dans le


marché d’aujourd’hui dit presque
systématiquement ordinateur et
logiciel informatique. Dans le but de
rester alerte et d’améliorer ses tech-
niques, il est important de se tenir
au courant de l’évolution des outils
utilisés. C’est ainsi que certains
Appelé aussi illustrateurs expérimentés ont très
vite intégré l’outil informatique à leur
mentorat, démarche de création, non pas pour
créer uniquement des images numé-
le parrainage riques, mais plutôt afin de répondre
aux standards de l’industrie et aux
est de plus besoins des clients, qui demandent
souvent que les illustrations soient
en plus envoyées par courriel. En outre, une
meilleure connaissance en infogra-
en demande. phie a permis aux illustrateurs de
faire plus rapidement les corrections
ou ajustements demandés par leurs
clients, notamment en numérisant
l’œuvre et en la retouchant à l’aide
de certains logiciels informatiques.
Pour ceux qui craignent l’informa-
tique comme la peste, il peut s’agir
d’un grand pas que de se mettre à
l’apprentissage de ces techniques. Il
est par contre possible de s’inscrire
à une formation en informatique sur
des logiciels tels que Photoshop,
InDesign, Illustrator ou autres, qui
sont généralement offertes par
des professionnels en informatique
conscients d’avoir affaire à des gens
qui ne sont pas tout à fait à l’aise
avec les ordinateurs. Vous pouvez
contacter directement le RCAAQ
(Regroupement des centres d’ar-
tistes auto-gérés du Québec) ou le
RAAV (Regroupement des artistes
en arts visuels), qui sont en rela-
tion avec Emploi-Québec et l’Ins-
titut des technologies du Collège
Maisonneuve pour organiser ces
formations à tarifs réduits pour les
artistes. www.rcaaq.org/html/fr/
actualites/formations.php Notez
que même si vous vous débrouillez
très bien en informatique, ces for-
mations peuvent vous permettre de
gagner beaucoup de temps dans la
découverte de ces logiciels.
Les principales connaissances de
base à posséder concernent l’outil
informatique. Le minimum est de
posséder une adresse courriel et de
savoir l’utiliser. Attention à ne pas

60
L’ILLUSTRATEUR, LE CRÉATEUR D’IMAGES

favoriser les adresses Hotmail, qui n’ont pas une lui-même rencontrés. Il est important, comme
très grande connotation professionnelle. Par la illustrateur, d’avoir un mentor, une personne-res-
suite, il est primordial de savoir numériser une source qui puisse vous aider et vous guider. Bien
œuvre, ou du moins connaître quelqu’un qui entendu, il est possible d’en avoir plus d’un dans
puisse le faire pour vous. En effet, il est de plus le but de profiter au maximum des habiletés de
en plus fréquent d’envoyer des illustrations par chacun. Cette relation peut être créée et mise sur
courriel, d’autant plus que cela raccourcit les pied par l’intermédiaire de votre association ou
délais et vous permet d’élargir votre bassin de même de votre propre initiative. Il est également
clientèle à un niveau international, en plus d’évi- possible de trouver des « parrains » qui ne sont
ter les coûts reliés à l’envoi d’originaux et les pas forcément des artistes, mais qui, par leurs
risques de perte ou de détérioration de l’œuvre. connaissances, pourraient vous aider dans leur
Il est également pertinent de connaître quelques propre domaine. Par exemple, votre cousin avo-
mots d’anglais pour pouvoir obtenir des contrats cat peut vous fournir de l’information sur la rédac-
qui proviennent d’ailleurs que des pays franco- tion de contrat, ou bien le cousin du beau-frère
phones. Bien entendu, si cela n’est pas le cas, de la sœur de votre voisin, qui travaille en com-
vous pouvez toujours collaborer avec un agent munication, pourra vous aider à rédiger votre plan
ou avec votre beau-frère, mais attention à tou- de marketing. Cette relation de parrainage n’a
jours demeurer professionnel. Il ne vous est pas pas de durée fixe : elle peut s’étaler sur quelques
demandé d’être parfaitement bilingue, mais de mois, une année, voire plus longtemps si vous en
pouvoir au moins tenir une conversation de base, ressentez le besoin. Elle dure aussi longtemps
lire un courriel et y répondre. Il serait aussi sou- qu’elle est jugée utile par les deux parties.
haitable de connaître le vocabulaire technique
relatif à la numérisation de vos œuvres et à leur
impression (dpi, rgb, etc.) ; ce vocabulaire peut
très vite être assimilé au fur et à mesure que se
présenteront les besoins. Rien ne vous empêche
de demander des précisions à d’autres illustra-
teurs qui seront ravis de vous aider. Cependant,
en premier lieu, il est impératif que vous soyez
capable de créer une illustration, sans quoi
demandez-vous si vous lisez le bon document…
Vos premiers contrats vont très vite vous aider à
savoir quelles sont les autres informations dont
vous avez besoin ou les connaissances que vous
devrez améliorer.

3.6
LE PARRAINAGE
Appelé aussi mentorat, le parrainage est de plus
en plus en demande. C’est un outil utilisé dans les
grandes entreprises pour transférer les connais-
sances entre les employés expérimentés et les
nouvelles recrues. Ce service est également
très prisé par les étudiants de tous les milieux,
qui sont alors jumelés avec des professeurs ou
des professionnels. Chez Illustration Québec, ce
service vise à créer un lien entre un illustrateur
novice et un illustrateur plus expérimenté, le but
étant de transmettre des connaissances, d’offrir
du soutien et des conseils lors des différentes
étapes clés du développement de la carrière du
débutant. Le mentor devient le référant principal
du parrainé. Il est là pour l’aider et lui faire profiter
de ses années d’expérience pour éviter qu’il ne
tombe dans les mêmes pièges qu’il aura jadis

61
4
l’illustration,
un univers et ses galaxies !

Guillaume Perreault

Dans la société actuelle, nous sommes à tout moment interpellés par l’image.
Des affiches dans le métro, sur les abords de l’autoroute, des feuillets dans nos boîtes
aux lettres, des infolettres dans nos boîtes courriel… Alouette !

63
CHAPITR E 4

Nous évoluons à l’ère des communications, plus lucratif. D’ailleurs, à ce sujet, vous pourrez
avides d’informations, et nous l’avons déjà consulter la grille tarifaire présentée plus loin
dit, le but premier de l’illustration est juste- dans cet ouvrage. L’illustration d’albums jeu-
ment de communiquer. Comme indiqué dans nesse est un travail de longue haleine, deman-
la première section de ce guide, le monde dant l’élaboration de plusieurs illustrations qui
de l’informatique a aussi contribué à l’élar- auront d’abord elles-mêmes demandé plusieurs
gissement des déclinaisons possibles de épreuves d’approbation (souvent plus élaborées
l’illustration. Alors que l’on fait moins de que celles exigées en publicité, par exemple…).
médias imprimés, davantage de publicités Bien que les délais de travail soient généralement
sur le Web voient le jour à tout moment et, respectables dans ce domaine, c’est la somme
à condition de connaître les modes de fonc- des illustrations à présenter qui fait de ces pro-
tionnement des nouvelles déclinaisons de jets de l’argent durement gagné. Malgré tout,
l’image et de s’adapter aux changements lorsque l’histoire est inspirante, c’est une aven-
des sphères de travail plus conventionnelles, ture qui peut assurément s’avérer emballante !
mais tout de même en évolution, l’illustrateur Pour qui voudra percer le marché en illustration
voit aujourd’hui tout un monde de possibilités jeunesse, il s’agira d’abord d’attirer l’œil d’un édi-
s’offrir à lui. Le présent chapitre vise à bros- teur ou d’un directeur de collection. C’est effecti-
ser un bref portrait des principaux secteurs vement la tâche la plus ardue. Plusieurs méthodes
à connaître. Même si certains illustrateurs sont bonnes pour solliciter leur attention (le cha-
n’exploiteront qu’un ou deux de ces domaines pitre suivant traitant de la promotion pourra vous
selon leur style et leurs envies, il demeure aiguiller davantage sur les actions à prendre), mais
stratégique de s’informer sur les opportunités sachez quand même que l’éditeur est une espèce
et de les explorer afin de se tailler une place très occupée et rarement disponible pour vous
de choix dans un marché assez compétitif. recevoir. Bien que nous vous encouragions tout de
Exploiter plusieurs domaines peut aussi vous même à solliciter des rendez-vous avec l’un d’entre
permettre de minimiser les périodes creuses eux, nous savons bien que la chose n’est pas si
et d’être un peu moins à la merci des aléas simple. Dans Le Guide de l’Édition Jeunesse,
d’un monde particulier. Alors que le marché paru chez MCL Éditions, on suggère également
de l’éditorial a sans doute ralenti ces der- aux illustrateurs de sillonner les kiosques des
nières années, le secteur de la publicité Web salons du livre, leur portfolio sous le bras. Sachez
a pour sa part le vent dans les voiles… cependant que les directeurs artistiques ne sont
pas toujours dans les salons et lorsqu’ils y sont
présents, ils ne sont pas toujours disponibles. Les
4.1 salons sont néanmoins de bonnes occasions pour
rencontrer d’autres illustrateurs, des auteurs (qui
MAMAN, RACONTE-MOI pourraient vous suggérer à un éditeur lors d’une
collaboration) et découvrir en un seul endroit les
UNE HISTOIRE ! : nouveautés et la production d’une maison d’édi-
tion. À tout le moins, faites vos recherches et ten-
LE MONDE DE tez d’approcher les éditeurs dont les collections
et les ouvrages correspondent le plus à votre
L’ÉDITION JEUNESSE style. Aussi, prenez le temps de bien lire les textes
qu’ils choisissent de publier, puisqu’il s’agira de
L’édition jeunesse est sans nul doute la définition votre première inspiration dans l’éventualité d’un
première qui viendra en tête aux non-initiés à qui contrat avec eux. Et pourquoi pas, exercez-vous à
l’on parlera d’illustration. C’est effectivement un illustrer une fable ou un conte bien connu, projet
domaine d’activité important et plusieurs illustra- que vous pourrez utiliser comme maquette lors de
teurs auront, au cours de leur carrière, travaillé vos futures présentations aux maisons d’édition. Et
à de multiples albums jeunesse. Toutefois, il surtout, l’album jeunesse comporte un monde de
faut savoir que ce domaine est particulière- possibilités (illustrations sur doubles pages, per-
ment demandant, sans être nécessairement le sonnages repris et déclinés en coin de page, jeu

64
L’ILLUSTRATION, UN UNIVERS ET SES GALAXIES !

de couleurs et de lettrages…) alors allez-y, sortez professeurs de tous les niveaux sont sensibili-
du cadre et éclatez-vous ! Fait important à savoir, sés à ce programme et encouragés à faire appel
les maisons d’édition préfèrent elles-mêmes faire aux professionnels figurant au bottin. Alors que
le jumelage auteur-illustrateur et il est plus rare, ces ateliers peuvent servir à alimenter votre ima-
mais pas impossible, qu’un projet déjà fignolé soit ginaire, il s’agit également d’un excellent moyen
accepté par ces dernières. Si elles préfèrent en de bonifier vos revenus d’illustration d’albums
effet généralement choisir elles-mêmes les équipes jeunesse. Pour plus d’informations sur le pro-
de travail, il n’est pas rare de voir des livres écrits gramme, visitez le site Web suivant : www.mcc.
et illustrés par la même personne. Ainsi, de plus en gouv.qc.ca/?id=2024
plus d’illustrateurs deviennent auteur jeunesse. En Il ne faut pas non plus oublier que l’illustration
2013, lors d’un sondage mené auprès des illustra- jeunesse comprend aussi bien l’illustration de
teurs, Illustration Québec a constaté que cette réa- roman, qui diffère un peu de l’album jeunesse
lité touchait plus de 5 % des illustrateurs jeunesse. en ce que les illustrations, outre la couverture,
Si vous vous sentez l’âme écrivaine, pourquoi ne seront peut-être un peu moins nombreuses et
pas vous lancer ? Ainsi, vous n’aurez pas à séparer laborieuses, mais aussi le documentaire pour
vos gains avec l’auteur. Zeegen et Church nous enfants. Ce domaine, bien que plus rare, est
informent encore que la question de la direction aussi agréable à expérimenter et peut représen-
artistique risque d’être complexe dans ce domaine. ter un défi encore plus grand alors que l’illustra-
Admettons que l’illustrateur soit choisi par le direc- tion devra dans ce cas faire appel à l’imaginaire
teur de collection, ce dernier n’est souvent pas le de l’enfant tout en empruntant un caractère plus
seul à juger des esquisses et toute une équipe technique. Les encyclopédies et les documen-
pourra par la suite faire des remarques et des taires jeunesse ne sont pas légion, mais sont
demandes d’ajustements : le directeur artistique, souvent remplis d’illustrations et il peut égale-
l’éditeur en chef, le graphiste et parfois même ment s’agir de contrats exigeants…
l’auteur… Il peut donc être judicieux de demander L’édition scolaire est aussi une autre compo-
une rencontre avec l’auteur et toute l’équipe de sante de l’illustration jeunesse et un marché qui
production avant de trop vous avancer. évolue parfois en marge. Alors que le déroule-
D’autre part, le Guide de l’Édition Jeunesse ment des choses est semblable à l’illustration
explique également que le domaine de l’illustra- jeunesse en général, quelques précautions sont
tion jeunesse a bien changé depuis ses débuts. à prendre. Les éditeurs dans ce domaine ont
Alors que dans les années trente le but premier souvent des commandes assez dirigées (que
du texte de l’album jeunesse était clairement les personnages illustrés proviennent de plu-
pédagogique et que les illustrations se conten- sieurs communautés culturelles, que tantôt on
taient de mettre en images des phrases du texte, y retrouve une personne en chaise roulante, que
nous en sommes maintenant à un monde plus le ratio homme/femme soit respecté…). Bref,
émancipé et l’illustration est bien plus appréciée ces commandes laissent souvent peu de place
lorsqu’elle ajoute à l’histoire, joue avec le texte, à l’inspiration spontanée et malheureusement, les
tantôt nous y renvoyant, tantôt ajoutant au récit. contrats sont souvent moins payants que pour
« L’album est, de nos jours, pensé pour toucher l’illustration d’album et les délais, plus courts.
l’affect et l’imaginaire de l’enfant. Pour le faire Enfin, pour vous encourager dans ce volet
réagir et l’impliquer émotionnellement ». de l’illustration qui demeure intéressant comme
Pour impliquer ces petits lecteurs, quoi de avenue, vous trouverez dans la section des liens
mieux que de vivre en leur présence, partici- utiles de ce chapitre une liste des principales
per à leurs jeux imaginaires et les observer le maisons d’édition jeunesse et au chapitre trai-
plus souvent possible. Et à ce sujet, il s’est tant de la promotion, une liste des concours en
développé avec le temps un autre aspect inté- illustration jeunesse.
ressant de l’illustration pour la jeunesse : les
visites pédagogiques et les ateliers en classe.
Au Québec, il existe un beau programme gou- 4.2
vernemental intitulé Culture à l’école qui permet
à tout intervenant culturel, dont l’illustrateur, de EN PREMIÈRE
s’inscrire comme étant disponible pour animer
des ateliers dans un cadre scolaire. En effet, les PAGE – LA FAMEUSE
déplacements étant souvent trop onéreux pour
les groupes, mais le désir d’initier les élèves à la COUVERTURE
vie culturelle québécoise demeurant, le ministère
de l’Éducation, des Loisirs et du Sport (MELS) Voici un autre domaine qui mènera les illustrateurs
a implanté cette façon de faire en 2004. Les à travailler de près avec les maisons d’édition.

65
CHAPITR E 4

valeurs et ses goûts, le convainquant ainsi que


le livre est écrit pour lui. Ensuite, il faudra que la
couverture donne un avant-goût du contenu du
récit. Autre détail important, l’illustration du livre
devra, comme mentionné plus tôt, en stimuler la
vente sur un marché fort compétitif et ce, qu’il
soit présenté de face ou par la tranche ! Et fina-
lement, l’illustration devra permettre au lecteur de
catégoriser rapidement le livre (roman jeunesse,
policier, fiction, biographie, etc…).
D’autre part, compte tenu de toutes les infor-
mations textuelles à intégrer à la couverture,
vous aurez tout intérêt à marcher main dans la
main avec le graphiste attitré au projet. D’ailleurs,
comme le rapportent Zeegen et Crush, « l’illus-
tration a beau être une forme de communication
convaincante, elle aurait du mal à exister sans le
graphisme. Le graphisme communique, séduit,
informe et éduque. (…) L’enseigne, le livre ou
le journal, la pochette de CD, la notice d’une
bouteille de sirop, le paquet d’emballage de vos
céréales préférées ou le logiciel que vous utilisez
sont tous passés entre les mains d’un graphiste. »
Il vous sera donc utile de connaître un tant soit
peu le monde du graphisme et le fonctionnement
de cette industrie. Mais soyez sans craintes, si
vous ne vous y connaissez pas, ça ne saurait
tarder. De plus, dans le chapitre traitant de la
promotion du travail de l’illustrateur, un aperçu
des rôles de chacun à l’intérieur de la structure
de la maison d’édition sera présenté.

4.3
L’ILLUSTRATION
ÉDITORIALE, ÇA PRESSE !
Peut-être de moins longue durée, les contrats de
couverture de livres sont aussi très intéressants Selon Heller et Arisman, le monde de lillustration
et leur valeur pécuniaire est peut-être plus facile éditoriale, ou illustration de presse, demeure la
à évaluer. Alors qu’au début du présent siècle la source première de revenus pour l’illustrateur
photographie avait un peu détrôné la place de travailleur autonome. Cette donnée est d’ail-
l’illustration en ce qui concerne les couvertures leurs confirmée par les études menées par
de livres, le vent semble maintenant avoir tourné. Illustration Québec. Dans Marketing illustration,
Illustrer une couverture de livre est également on nous informe que parmi l’illustration de livres,
un beau défi puisqu’encore une fois, vous jouez journaux, magazines et même dans le monde
du format du « livre-objet » à illustrer (déborder publicitaire, l’illustration éditoriale prédomine
sur la tranche, intégrer la deuxième de couver- toujours malgré la venue de nouveaux horizons
ture…). Il faut aussi être conscient que l’objectif comme l’illustration de jeux vidéo ou encore le
premier de la couverture de livre est d’en stimuler « licensing » (illustration d’objets usuels et de tis-
la vente. Dans son livre Illustration, Andrew Hall sus, par exemple…). Cette réalité découle fort
nous rapporte les conseils de John Hamilton, probablement en partie du large spectre que
directeur artistique pour la maison d’édition contient le domaine de l’édition. Comme il a déjà
Penguin Books de Londres. Selon Hamilton, été sujet de l’illustration de livres et d’albums
la couverture de livre doit d’abord intriguer le jeunesse, concentrons-nous plutôt ici sur l’illus-
lecteur potentiel, créer une connexion entre tration d’articles de magazines, revues et autres
le livre et les intérêts du lecteur, son âge, ses journaux. C’est un domaine bien connu, dont le

66
L’ILLUSTRATION, UN UNIVERS ET SES GALAXIES !

fonctionnement est établi et fluide. Toutefois, la à vous améliorer, l’idée étant toujours de vous
venue d’Internet risque de changer les modali- demander si votre image répond au mandat,
tés entourant ces contrats. Il faudra donc que communique la bonne information et cela, de la
l’illustrateur soit prêt à produire des illustrations bonne manière, en fonction de la clientèle cible.
animées et à comprendre les comportements Un autre exercice consiste à dessiner 100 four-
des usagers pour les accrocher et les amener à chettes différentes, 100 grenouilles différentes,
lire les articles Web pour lesquels il aura travaillé. etc, l’idée étant toujours de pousser au maximum
Pensons par exemple à l’application La Presse votre créativité. Il faut savoir qu’en illustration
+, qui vient d’offrir une toute nouvelle manière de éditoriale, les délais sont généralement serrés,
consulter un journal sur une tablette. Bye Bye le souvent moins d’une semaine. Sachez également
PDF statique, bonjour l’interactivité. L’arrivée des que le directeur artistique d’une publication don-
applications Web et des déclinaisons Web des née contactera un illustrateur dont il connaît, la
magazines a également une incidence sur les plupart du temps déjà bien, le travail, et s’atten-
droits qui sont cédés dans le contrat de création. dra à recevoir une proposition conforme à l’idée
Les éditeurs souhaitent de plus en plus obte- qu’il s’en fait. Pour cette raison, et pour le rythme
nir le droit d’utiliser l’illustration pour le support rapide que comportent les contrats en illustra-
papier et numérique du magazine. Bien que le tion éditoriale, l’illustrateur voudra connaître
médium soit appelé à changer et que le nombre l’idée, souvent précise, qu’a en tête le client qui
de publications papier décroisse tranquillement, le contacte. Le premier appel est le moment ou
tandis que les sites Web à contenus éditoriaux jamais de poser ses questions (sur quelle page
poussent comme de petits champignons, l’objec- figurera l’illustration, la taille de l’illustration, si le
tif premier de l’illustration de presse demeure le client s’est référé à une de vos illustrations en
même, quel que soit le support, Web ou papier… particulier avant de vous solliciter, si le numéro du
Il s’agit ici d’illustration de reportage. Alors que magazine comportera des spécifications d’ordre
l’illustration d’album jeunesse devra permettre à esthétique, etc…), ensuite s’enfileront assez rapi-
l’imaginaire de l’enfant de s’épanouir et de sor- dement les étapes de la production : l’élaboration
tir du récit, on s’attend ici à ce que l’illustration de concept en une ou deux journées tout au plus,
serve d’invitation au texte. Elle devra certes servir le dépôt d’une ou de plusieurs esquisse(s) et
à apporter un point de vue plus personnel sur le finalement, le rendu de l’illustration finale. Tout
contenu de l’article, mais demeurera une porte ce processus se passe généralement sur une
d’entrée à la matière, une sorte de « reportage semaine, dix jours tout au plus… L’illustration de
visuel ». C’est pourquoi il importera que l’illustra- presse est donc un monde dynamique au point
teur qui voudra se lancer dans ce domaine appri- de vue créativité, mais demande d’être rapide et
voise les différents journaux, revues et magazines de bien travailler sous pression. Nous parlerons
pour cibler ceux dont la nature des sujets traités aussi plus en détail de la structure intérieure de
l’interpelle et stimule sa créativité. Effectivement, ces publications lorsqu’il sera question de pro-
le principal attrait de l’illustration éditoriale est motion dans un chapitre ultérieur.
la grande place qu’elle donne au concept. Pour
faire de l’éditorial, il faut avant tout manier l’art du
concept. Il faut que l’illustrateur soit en mesure 4.4
de synthétiser, de faire ressortir un point de vue,
un argument en une image. En effet, c’est l’il- ILLUSTRER POUR LA
lustration associée au titre qui donnera envie au
lecteur de s’attarder et de lire l’article. Le défi PUBLICITÉ
pour l’illustrateur est souvent de résumer en une
image un article d’une à plusieurs pages. Un Le monde publicitaire est généralement attrayant
illustrateur qui maîtrise le concept est un illustra- pour l’illustrateur. C’est un domaine habituelle-
teur polyvalent qui pourra travailler partout. Ce ment payant, mais surtout, la portée des cam-
talent n’est malheureusement pas donné à tous. pagnes pour lesquelles les talents d’illustrateurs
Cependant, il est possible de l’améliorer, de le sont réquisitionnés est l’élément séduisant. En
développer. Pour ce faire, plusieurs petits exer- effet, produire pour le monde publicitaire signifie
cices existent. Ainsi, vous pouvez vous donner de souvent voir ses illustrations reproduites sur dif-
faux mandats en illustrant des articles déjà exis- férents supports à la fois. Une campagne publi-
tants. Ces pièces vous serviront d’ailleurs pour citaire importante peut comprendre plusieurs
bonifier votre portfolio. Il sera néanmoins impor- gros panneaux publicitaires, des spots TV, des
tant de comparer votre image à celle produite ini- flancs entiers d’autobus, des bannières Web et
tialement pour le magazine. En faisant une vraie encore bien d’autres déclinaisons. Dans le monde
analyse critique de votre image, vous apprendrez moderne, surtout grâce à Internet, les grosses

67
CHAPITR E 4

Toutefois, comme tout autre domaine, le


monde publicitaire comporte son lot de risques
et de désavantages. Une belle publicité mettant
adéquatement en valeur le travail de l’illustrateur
et associée à un produit de qualité qui sera popu-
laire auprès des consommateurs est en quelque
sorte un laissez-passer direct pour les grandes
ligues pour l’illustrateur créateur. Par contre, une
belle publicité mettant adéquatement en valeur le
travail de l’illustrateur et associée à un produit de
mauvaise qualité ou encore qui ne remporte pas
la popularité escomptée auprès des consomma-
teurs peut être un aller simple pour le chômage.
En effet, l’illustration publicitaire et le produit
annoncé sont intimement liés et la réputation de
l’un a toujours beaucoup d’impact sur l’autre. De
plus, la chaine de production est assez longue
et il semble pratiquement impossible pour l’illus-
trateur d’entrer en contact avec le client directe-
ment, à moins de travailler pour une petite PME
ou à une campagne de moins grande envergure.
En effet, les grosses compagnies, dont les cam-
pagnes sont d’envergure nationale, font généra-
lement affaire avec une agence publicitaire qui
sera chargée de recruter l’illustrateur et de négo-
cier avec lui en lui servant d’unique interlocuteur.
Généralement, l’acheteur d’art de l’agence man-
datée par la compagnie suggèrera le travail de
quelques illustrateurs à son client, sans avoir
préalablement vérifié l’intérêt et la disponibilité
des candidats. Une fois que le client aura fait un
choix, l’acheteur d’art communiquera avec l’illus-
trateur désigné pour connaître sa disponibilité, en
assumant souvent que ce dernier est intéressé!
Cette manière de faire peut être déplaisante, car
l’agence pourra ensuite demander à l’artiste de
campagnes ont de fait une portée internationale. se pencher immédiatement sur la campagne,
Au-delà de la rémunération monétaire, la visibi- sans le moindre égard pour les engagements
lité offerte par ce genre de contrat est souvent antérieurs qu’il pourrait avoir. Certains clients
inestimable. Aussi, Andrew Hall, dans son livre iront jusqu’à demander l’exclusivité, et donc
Illustration, explique que cette forme d’art (l’illus- exiger que l’illustrateur ne travaille que sur leur
tration) est spécialement intéressante en publi- campagne pendant une période donnée. Cette
cité parce que contrairement à la photographie, situation peut rapidement devenir frustrante pour
elle peut se révéler libre de référence au lieu, à le créateur qui se retrouve encore une fois au
la race, à l’âge et n’est pas nécessairement fixée bas de la chaine de production et doit produire
dans le temps. Dans un monde où le message dans un court délai une illustration géniale qui
visuel tend à être universel, l’illustration est donc convaincra, d’une part, l’agence qui l’emploie, et
la forme d’expression la plus à même d’y arriver. d’autre part, le client qui emploie l’agence.
Le Québec est d’ailleurs un lieu fort inté- Autre détail important à conserver en tête :
ressant, car il est un laboratoire pour de nom- le monde de la publicité est souvent le premier
breuses compagnies qui peuvent y tester leurs touché en cas de crise économique. Dans de
campagnes publicitaires. En outre, bon nombre nombreuses entreprises, dès que la vitesse de
d’entreprises internationales créent spécifique- croisière économique diminue, le budget de
ment du matériel promotionnel et des cam- publicité se voit amputé. Cette réalité signifie donc
pagnes pour le Québec. C’est le cas notam- qu’en période de vaches grasses, les contrats
ment de Pepsi ou Coca Cola : ces compagnies d’agences publicitaires sont généralement assez
cherchent à maintenir dynamique et en vie ce payants. Par contre, en période creuse, il faut s’at-
secteur d’activité. tendre à des fluctuations assez draconiennes. En

68
L’ILLUSTRATION, UN UNIVERS ET SES GALAXIES !

ce qui concerne la rémunération, de illustration dans ce chapitre et avons


plus amples informations seront dis- plutôt opté pour la présentation des
ponibles via la grille tarifaire dans un plus courants d’entre eux. Alors que
prochain chapitre, mais l’idée de base l’illustration pour le compte des com-
est de rémunérer l’artiste en fonction pagnies de disque permet aux musi-
de quelques données, dont le sup- ciens, en ayant recours au talent d’un
port de l’illustration (panneaux publi- illustrateur, de s’offrir de magnifiques
citaires géants, bandes passantes pochettes d’album et de splendides
Internet, dépliants, etc.), l’importance vidéos illustrées, ou encore qu’il
du public (niveau international, natio- soit possible de se concentrer sur
nal ou campagne régionale), nombre l’illustration de mode en travaillant
d’illustrations nécessaires à la cam- pour des magazines, vous pourriez
pagne et finalement, durée de cette également choisir des domaines
dernière. Voilà pourquoi, lorsque l’on moins conventionnels, comme l’illus-
travaille en publicité, il est important tration de story-boards ou encore de
de soumettre à l’agence qui nous jeux vidéo. Nous souhaitons tout de
embauche un devis le plus détaillé même apporter ici un dernier regard
possible. Zeegen et Crush nous rap- sur une manière originale et de plus
pellent effectivement que le monde en plus populaire de tirer son épingle
publicitaire implique forcément deux du jeu en tant qu’illustrateur, soit l’il-
interlocuteurs, le client et l’agence de lustration de produits, de produits
publicité. Il importe donc de présen- dérivés, qui est aussi connue comme
ter un devis le plus détaillé possible le « licensing ».
pour que l’agence sache exactement L’essence de cette discipline
à quoi s’en tenir et puisse présenter réside dans la vente de droits de
votre travail et vos conditions aux reproduction d’une œuvre, sur un
clients le plus fidèlement possible support donné, pour une période de
et ainsi éviter les malentendus qui temps donnée, et disponible sur un
pourraient survenir une fois le travail territoire spécifique, moyennant des
débuté. Le choix de l’agence quant redevances, ou encore une rémuné-
aux artistes qu’elle présentera à ses ration forfaitaire. Par exemple, vous
clients se déterminera donc en fonc- pourriez choisir de vendre les droits
tion de leur portfolio et de leur devis. de reproduction d’une de vos illustra-
Rédiger un devis minutieux pour un tions pour en faire une carte postale
contrat que l’on n’est pas certain qui serait imprimée en 5 000 copies
d’obtenir peut être contraignant, annuellement pour une période de
mais si cela vous permettra de décro- 3 ans et distribuée dans des com-
cher un contrat payant et stimulant merces en Amérique du Nord. Vous
conforme à vos conditions, c’est une auriez, pour ce faire, négocié la vente
chance à courir ! de cette « licence » avec un agent ou
un manufacturier de cartes postales
en rédigeant un contrat sur lequel se
4.5 retrouveraient toutes les informations
stipulées ci-haut (le nom de l’œuvre
LES PRODUITS concernée, le territoire de distribu-
tion, le nombre et la nature du sup-
DÉRIVÉS port ainsi que la durée de l’entente,
les clauses de résiliation, les moda-
OU COMMENT lités de paiement, l’échéancier de
production, etc.).
SE RETROUVER Les supports sur lesquels pour-
raient se retrouver vos illustrations
SUR UN RIDEAU sont très diversifiés. On connaît déjà
bien les cartes de souhaits illustrées,
DE DOUCHE les calendriers ou encore les aimants
de frigo. Mais pourquoi s’arrêter là? Il
Nous n’avons évidemment pas cou- existe aujourd’hui des manufacturiers
vert tous les domaines possibles en qui pourraient vouloir imprimer vos

69
CHAPITR E 4

illustrations sur de la céramique, des


taies d’oreiller, des rideaux de douche,
des pyjamas et bien plus encore !
On pourrait vouloir faire d’un de vos
personnages de bande-dessinée ou
d’album jeunesse des poupées, des
peluches ou encore des autocollants
pour enfants. Pensez par exemple aux
À chaque fois sacs à dos à l’effigie des vedettes télé
de l’instant ou encore aux figurines
que vous signez des tortues ninja de notre enfance !
Pour des exemples typiquement qué-
une entente, il peut bécois, pensez à la gamme d’articles
dérivés des illustrations de Kettö
être utile d’aller design, qui connaissent un succès
monstre en ce moment, ou encore aux
ajouter des notes produits dérivés illustrés par Mylène
Henry. Si vous ne connaissez ni l’un
dans vos agendas ni l’autre, allez faire un tour dans la
boutique de Kettö à Québec pour
pour faire un bilan apprécier la diversité des possibili-
tés en termes de produits dérivés ou
à la fin de celle-ci.. encore à la galerie estivale de Mylène
Henry à Percé.
Michael Woodward s’y connait bien
dans le licensing et donne de précieux
conseils dans son livre Licensing Art
101. D’abord, pour vous lancer dans
cette aventure et y connaître un cer-
tain succès, il vous faudra réfléchir en
termes de « marchandisation ». Alors
que dans les domaines classiques
de l’illustration, vous répondez géné-
ralement à des commandes assez
précises, ici, vous pourrez laisser
aller votre créativité, mais devrez
tout de même prendre en considé-
ration d’autres critères. Par exemple,
Woodward spécifie que vous devrez
d’abord réfléchir à l’existence d’un
marché spécifique pour un nouveau
style d’illustrations que vous désire-
riez exploiter. Aussi, si vous décidez
de travailler avec un manufacturier ou
producteur spécifique, vous devrez
connaître son marché et ses besoins.
En effet, un manufacturier continuera
d’acheter votre travail si celui-ci se
vend bien. Finalement, une fois que
vous aurez ciblé un manufacturier ou
producteur intéressé par votre travail
et avec qui vous prendrez une entente
sur une ou des licences d’utilisation,
sachez qu’il est de mise de respecter
ses commandes. En quelque sorte,
et surtout lorsqu’il s’agira d’une pre-
mière expérience pour vous, c’est lui
qui assumera les risques financiers de

70
L’ILLUSTRATION, UN UNIVERS ET SES GALAXIES !

reproduction de vos œuvres. Il défraiera les coûts vous de choisir le mode qui vous conviendra. Il
d’impression et/ou de production et accomplira faudra d’ailleurs, que vous fassiez cavalier seul ou
tout le travail de distribution pour la vente. Ne chan- que vous travailliez avec un producteur, tenir des
gez pas de producteur sans avoir une excellente registres clairs et détaillés de vos transactions. En
raison pour le faire. Laissez-lui le temps de promou- étant votre propre producteur/distributeur, vous
voir votre travail et de distribuer votre gamme de devrez gérer vos inventaires de produits mis en
produits. Ne vous attendez pas à un succès ins- consigne chez chaque commerçant et vous assu-
tantané et fulgurant. Le retour sur l’investissement rer d’obtenir vos dus en temps et lieu. Si vous
en temps et en argent que vous mettrez dans ce vendez plutôt des licences d’utilisation, vous aurez
projet peut prendre plusieurs mois voire années. aussi à surveiller vos paiements de redevances et
Il faut parfois travailler un à deux ans simplement le respect des clauses de votre entente (la durée
pour créer des illustrations spécifiques à ce sec- de la licence devra être respectée, la nature des
teur avant de présenter son portfolio. Un tel portfo- supports devra être connue et contrôlée par vous
lio doit contenir au minimum 200 à 300 illustrations et le territoire de distribution des produits devra
(textures, patterns, personnages, etc.). Les images également être respecté). À chaque fois que vous
produites pour du licensing sont fort différentes signez une entente, il peut être utile d’aller d’ores
des illustrations jeunesse. Ces dernières sont plus et déjà ajouter des notes dans vos agendas pour
littéraires et se doivent de raconter une histoire, faire un bilan en milieu d’entente et à la fin, tout
alors que les premières sont plus décoratives, plus spécialement quand il s’agit d’une entente sur une
dans le marketing de masse, et parfois même plus longue période, sachant que l’on risquera davan-
tendance. Finalement, le dernier conseil d’impor- tage d’oublier les détails du contrat au fil des ans.
tance de Woodward est de travailler de pair avec Avant de vous lancer dans cette aventure, il y a
le manufacturier, l’agent ou le producteur que vous quelques questions auxquelles vous pourriez réflé-
aurez choisi ou qui vous aura approché. Tenez-vous chir. Ces questions pourront aussi vous aider à
informé du processus et offrez-lui votre aide. déterminer si vous préférez travailler avec un manu-
Vous pourriez aussi décider de produire votre facturier ou un producteur, ou si encore vous pré-
gamme de produits dérivés seul. Soyez tout de fèreriez produire et distribuer vos propres produits
même conscient des efforts que cela sous-en- dérivés. Ajoutons d’ailleurs que l’un n’empêchera
tend. Il vous faudra d’abord trouver des fournis- pas l’autre, mais que la plupart des acheteurs de
seurs pour les supports que vous aurez choisi de licence vous demanderont une clause d’exclusi-
développer (fournisseur de céramique pour de la vité concernant le style d’illustrations correspon-
vaisselle imprimée, imprimeur de cartes de sou- dant à la licence, ou à tout le moins précisément
haits, fournisseur de vêtements, etc.). Alors que pour les œuvres constituant la licence. Woodward
c’est à cette étape que l’on serait tenté de cou- vous suggère d’abord de vous questionner sur
per dans les frais de production en choisissant de votre attachement par rapport à votre travail. En
commander ses articles du fournisseur le moins effet, certains producteurs voudront recadrer vos
coûteux, assurez-vous de la qualité du produit que images alors que cela pourrait vous irriter. Vous
l’on vous offrira. Vous ne voudriez pas nécessai- pourriez aussi demander un droit de regard sur le
rement que vos illustrations se retrouvent sur du produit imprimé, mais ne vous attendez pas à avoir
mauvais coton ou des supports bas de gamme le dernier mot ni beaucoup de contrôle. Même si
et soient difficiles à vendre pour cette raison. De vous travaillez seul, vos choix de fournisseurs de
plus, vous risqueriez de vous retrouver aux prises support et d’imprimeurs auront aussi des consé-
avec la réputation de produits de mauvaise qualité. quences sur le produit final. Plus les coûts de pro-
Également, calculez le temps que vous mettrez à duction seront élevés, plus votre produit fini sera
distribuer vos produits dans des boutiques et des coûteux, ce qui pourrait en ralentir la vente au final.
commerces. Alors que certaines boutiques accep- Sachez-le et tentez de trouver un juste milieu. En
teront d’acheter vos produits d’office, la plupart troisième lieu, questionnez-vous sur votre motiva-
d’entre elles vous proposeront un système de mise tion à vous lancer dans le marché des produits
en consigne et vous paieront uniquement en fonc- dérivés avant de passer à l’action. S’agit-il d’une
tion du nombre d’items vendus. Il est certain que manière de promouvoir votre travail, d’avoir un
cette étape nécessitera beaucoup de votre temps, revenu supplémentaire, d’être reconnu ? Ces ques-
et c’est le genre de chose dont s’occupe géné- tionnements auront sûrement beaucoup d’impact
ralement un manufacturier, qui possède souvent sur les étapes prochaines. Finalement, êtes-vous
déjà un réseau de distribution. De plus, en vendant ouvert à ce qu’un manufacturier ou un producteur
une licence de reproduction, vous vous assurez vous suggère des sujets à illustrer ? Si non, peut-
toujours d’un montant de base prédéterminé sans être vaudrait-il mieux pour vous de vous acquitter
le moindre investissement. Cela peut être rassu- seul de produire vos premiers items, quitte à com-
rant pour débuter dans le monde du licensing. À mencer votre production à plus petite échelle…

71
CHAPITR E 4

Nous aborderons la question de la promotion des affiches de spectacles et bien d’autres pro-
auprès des manufacturiers dans un prochain cha- jets qui sont confiés aux agences de graphisme
pitre et nous vous invitons à consulter le chapitre par des organismes, des compagnies ou même
sur la tarification pour connaître les « royautés » ou des particuliers. D’ailleurs, il est pertinent de
redevances généralement attribuées aux produits connaître le graphiste avec qui l’on aura à tra-
dérivés les plus communs. vailler, qu’il soit employé par la maison d’édi-
Il est possible d’avoir un agent qui vous repré- tion ou l’agence de pub pour qui vous travaillez
sente pour le marché du licensing. Vous trouverez à ou encore, qu’il soit propriétaire de sa propre
cet effet quelques sites Internet de référence dans agence et comme vous, travailleur autonome. En
la section liens utiles du présent chapitre. Sachez effet, le designer graphique est souvent notre
cependant qu’un tel agent demande en général premier partenaire de travail et il est astucieux
entre 35 % et 50 % de commission. Certains vont de s’assurer qu’il détient les mêmes informa-
même jusqu’à 60 % s’ils font de la direction artis- tions que vous sur le contrat et qu’il a en main le
tique. Ces montants s’expliquent par les coûts même bon de commande qui vous a été remis.
importants que les agents en licensing défrayent De cette façon, celui-ci sera plus en mesure de
pour participer à des salons comme Surtex par respecter votre travail lorsqu’il aura à faire l’as-
exemple. Ce montant, il est rare que l’illustrateur semblage graphique du produit final. Certains
doive encore participer financièrement à d’autres illustrateurs auront également reçu une forma-
outils de promotion (à l’inverse des agents tradi- tion de designer graphique, ce qui leur permet
tionnels). Cependant, dans le but de se démarquer de connaître le langage et les normes associés
des autres artistes représentés par votre agent, il à ce travail. Pour ceux qui connaîtraient moins
vous sera demandé de l’aider à réaliser un dossier bien cet univers, le temps se chargera de vous
de presse, mettre à jour son site Internet, contri- enseigner les rudiments à maîtriser. Lorsque
buer sur les médias sociaux, etc. Si vous décidez vous vous engagez à travailler pour un client
d’approcher un agent, pensez toujours à person- la première fois, Zeegen et Crush soulignent
naliser votre courriel et à présenter des illustrations qu’il est astucieux de prévoir une étape supplé-
qui peuvent être déclinables sur des objets / des mentaire au déroulement du contrat, étape qui
produits. Un bon agent sait ce qui se vend. Il ne visera à faire connaissance avec le graphiste
prendra le temps de vous répondre que si votre attitré au projet. C’est aussi à lui que seront
travail possède un certain potentiel de vente. Le destinées vos esquisses. Vous vous assurerez
temps de l’agent étant très limité, il ne s’attardera de cette manière qu’il aura le plus rapidement
qu’aux artistes possédant un style unique, original possible une idée du produit final avec lequel il
et « vendable ». devra composer. Encore une fois, il est évident
que vous apprendrez la marche à suivre au fil
des contrats et serez en mesure de confier les
4.6 informations appropriées au graphiste dès le
début de votre contrat.
COMMENT
TRAVAILLER
AVEC LES
DESIGNERS
GRAPHIQUES
Nous avons brièvement abordé plus haut le tra-
vail de l’illustrateur pour l’agence de publicité,
mais n’avons pas souligné le travail que peuvent
fournir les studios de graphisme. Plus nombreux
que les agences de pub à proprement parler, il
est important pour l’illustrateur qui aura à col-
laborer avec eux de connaître les principaux
studios susceptibles de lui fournir des contrats
intéressants. Via ces studios, l’illustrateur pourra
mettre son talent à profit pour divers projets
comme des couvertures de rapports d’activités,

72
L’ILLUSTRATION, UN UNIVERS ET SES GALAXIES !

4.7
LIENS UTILES
associations et regroupements  urtubise
h
514-523-1523 1 800 361-1664
association des écrivains québécois www.editionshurtubise.com
pour la jeunesse (AEQJ)
450-689-1071  ichel quintin éditions
m
www.aeqj.com 450-539-3774
www.editionsmichelquintin.ca
centre québécois de ressources en
littérature pour la jeunesse p lanète rebelle
514-873-1100 poste 3319 514-278-7375
www.banq.qc.ca/services/ www.planeterebelle.qc.ca
services_specialises/cqrlj/
l es 400 coups Éditions
association nationale des éditeurs 514-381-1422
de livres du Québec (ANEL) www.editions400coups.com
514-273-8130
www.anel.qc.ca q uébec amérique
514-499-3000
union des écrivains et écrivaines www.quebec-amerique.com
du québec (UNEQ)
514-849-8540 1 888 849-8540 blog sur le licensing :
www.uneq.qc.ca artlicensingblog.com
dowhatyouloveforlife.com/moyo/
international children’s digital smartcreativewomen.com
library (ICDL)
508-641-4492  salon dédié au licensing :
www.childrenslibrary.org www.surtex.com
www.licensingexpo.com
www.nationalstationeryshow.com
quelques noms de maisons www.printsourcenewyork.com/
d’édition jeunesse www.surfacedesignshow.com/
www.indigo-salon.com/newyork/
l a bagnole
514-523-7993 liste d’agents en licensing :
www.leseditionsdelabagnole.com www.artlicensingblog.com/agents/
www.katerinastamatelos.com/art-
l a courte échelle licensing-agents.html
514-274-2004
www.courteechelle.com agents en licensing :
www.lillarogers.com
d ominique et cie www.cruisecreative.com
514-875-0327
www.dominiqueetcompagnie.com a utres informations sur le licensing :
artbistro.monster.com/benefits/articles/11449-
é ditions goelette 5-reasons-artists-need-art-licensing-agents
450-653-1337 1 800 463 4961 www.katerinastamatelos.com/art-
www.editionsgoelette.com licensing-agents.html
joanbeiriger.blogspot.ca/2012/03/art-
é ditions de mortagne licensing-editorial-why-agencies.html
450-641-2387
www.editionsdemortagne.com

73
5
les outils
de promotion

Richard Vallerand

Les outils de promotion peuvent être jumelés et mis en parallèle. L’erreur serait
de les utiliser en vase clos. Ils doivent être exploités en fonction de votre plan
de communication, que vous aurez préalablement établi.

75
CHAPITR E 5

5.1 maigre. Lorsque les contrats se feront rares, il


sera alors trop tard pour investir dans votre pro-
JE SUIS… JE FAIS… motion, car vous aurez moins de moyens finan-
ciers pour le faire…
ET JE SUIS LE MEILLEUR ! Avant de choisir l’un ou l’autre moyen de pro-
motion (portfolio, répertoire ou autres), interrogez
Dans cette section, nous aborderons la ques- des illustrateurs qui y ont recours pour en valider
tion des différents outils de promotion existants. avec eux l’efficacité. Ainsi, vous éviterez de vous
Encore une fois, il est important de savoir que lancer trop rapidement et de céder à la pres-
cette liste n’est pas exhaustive et qu’elle peut se sion des vendeurs de gadgets et de messages
développer au fil des avancées technologiques publicitaires qui vous harcèleront par téléphone !
et de la créativité dont vous ferez preuve lors Certains répertoires imprimés sont en effet spé-
de l’élaboration de votre stratégie de promotion. cialisés dans le harcèlement…Ils vous appelle-
Bien entendu, les outils de promotion peuvent ront trois ou quatre fois par semaine… Ils vous
être jumelés et mis en parallèle. L’erreur serait diront que votre style est tout à fait génial, que
de les utiliser en vase clos. Ils doivent être exploi- c’est à vous qu’ils ont tout de suite pensé pour
tés en fonction de votre plan de communication, cette offre exceptionnelle que vous ne devriez
que vous aurez préalablement établi. Ce plan surtout pas manquer... Méfiez-vous : ce sont
doit se baser sur votre expérience et vos moyens des spécialistes de la vente à pression et non
financiers, tout en considérant les marchés ou de la vente d’illustrations, et trop souvent, leur
les secteurs que vous souhaitez atteindre. Il faut produit ne correspond en rien à vos besoins de
être conscient que sans efforts consacrés à votre promotion. Dans le doute, il convient de valider
propre promotion, vous n’avez aucune chance vos choix auprès d’autres illustrateurs ou de votre
d’obtenir des contrats. Votre plan de promotion association, dont l’un des mandats est également
doit conséquemment être rédigé adéquatement. de vous aider à prendre vos décisions.
Il ne s’agit nullement de dépenser sans raison
votre argent. Tout comme les entreprises privées,
il est important de fixer des objectifs concrets 5.2
liés à chaque dépense. Qu’il s’agisse de se
faire connaître auprès de nouveaux clients ou L’IMPORTANCE DU PLAN
de se rappeler à la mémoire d’anciens collabo-
rateurs, chaque geste doit être justifié. Certes, DE COMMUNICATION
les dépenses promotionnelles sont déductibles
d’impôts à 100 %, mais ce n’est pas une raison Un bon plan de communication vous sauvera
pour jeter votre argent par les fenêtres. Il est beaucoup de temps et d’énergie. Celui-ci peut
important d’avoir un retour sur investissement, et devrait être inclus à votre plan d’affaires.
que ce soit à court, moyen ou long terme. Ce Vous pourrez ensuite l’en extraire pour pouvoir
retour peut être de nature qualitative (notoriété, le consulter plus facilement au cours de votre
visibilité) ou de nature quantitative (nombre de cheminement selon vos besoins et le dévelop-
contrats obtenus). Le monde fonctionne à un pement de votre réseau d’affaire. Effectivement,
rythme de plus en plus effréné. Il est donc cru- nous avons souligné, dans le premier chapitre
cial de se rappeler à la mémoire du client actuel de cet ouvrage, l’importance de rédiger un plan
autant que de se faire voir par le client potentiel, d’affaires en bonne et due forme et d’y inclure
et ce, à l’aide d’une variété de moyens. C’est une section sur votre stratégie de vente et de
pourquoi le jumelage des outils promotionnels promotion. C’est ainsi que vous aurez à réfléchir
est une tactique très intéressante. sur des questions d’ordre de communication.
La promotion doit être planifiée dans un ordre Qui voulez-vous rejoindre ? Que voulez-vous
chronologique logique. Il est essentiel de consa- leur dire, mais surtout, combien de temps de
crer des efforts réguliers à sa propre promotion, travail et à quelle fréquence devrez-vous vous
même quand les affaires vont bien, d’autant plus concentrer sur la promotion de vos services
qu’il est difficile de prévoir les périodes de vache et le développement de clientèle ? Dans son

76
LES OUTILS DE PROMOTION

intéressante et joyeuse publication Nuts & Bolts analyser les retombées de vos efforts (augmenta-
A Blueprint for a Successful Illustration Career, tion du nombre de visiteurs sur votre site Internet,
Charles Hively, illustrateur, directeur artistique et nombre de demandes de soumission, nouveaux
fondateur de 3X3, stipule qu’il y a trois caracté- contrats, etc.). Pour ce faire, il est toujours impor-
ristiques majeures qui sont partagées par tous tant de demander à vos clients comment ils vous
les illustrateurs performants. Ils approchent leur ont trouvé, comment et pourquoi ils ont pensé
carrière avec une vision commerciale, ils utilisent à vous. Ce questionnement doit se faire pour
plutôt les sites Web que les blogs et surtout, tous vos clients, qu’ils soient nouveaux ou non.
ils promeuvent leur travail à fond, ou comme Poussez le questionnement plus loin, ne vous
le dit Hively, like crazy ! Pour cette raison, la attardez pas à la réponse « on vous a retrouvé
promotion de votre travail est tout aussi impor- sur votre site Internet », demandez-leur comment
tante que la réalisation de vos contrats. En vous ils ont été attirés sur votre site. Au-delà de la vali-
fixant dans votre emploi du temps des actions dation et de la performance de vos outils de pro-
précises et des délais spécifiques, vous sauve- motion, ces questions vous permettent de mieux
rez beaucoup d’énergie et de questionnement comprendre votre client et la manière dont il fait
dans des moments cruciaux, tout en évitant ses recherches, ce qui vous permettra d’adapter
de toujours être à la dernière minute pour vos vos prochains outils. Pour vous aider à débuter,
envois promotionnels. Lorsque vous aurez suf- voici une liste d’outils et de moyens à emprunter
fisamment de travail, vous serez effectivement pour la promotion de votre travail. N’oubliez tou-
tenté de repousser vos efforts de démarchage. tefois pas que la créativité est payante et osez
Pourtant, nous l’avons déjà souligné, c’est à ce surprendre par l’originalité !
moment qu’il faudra y songer davantage, alors
que vous aurez les moyens financiers pour inves-
tir dans divers outils de promotion. Afin de ne 5.3
pas être pris au dépourvu, vous pourriez identifier
des outils intéressants et vous établir un calen- LE PORTFOLIO
drier d’action s’étendant sur un mois pour les
actions plus quotidiennes (alimentation de vos CONVENTIONNEL…
plateformes de réseaux sociaux), et un sur l’an-
née à venir pour les outils annuels (concours et DÉMODÉ OU
répertoires). Il va sans dire que vous identifierez
les bons outils afin de bien investir votre temps. INCONTOURNABLE ?
Vous aurez préalablement ciblé la clientèle que
vous chercherez à courtiser et du coup, vous Le monde de l’illustration et de la communication
investirez dans les outils les plus à même de les évolue rapidement, nous l’avons répété maintes
interpeller. Par exemple, si votre ambition est de fois. Il va de soi que les techniques de marke-
développer votre clientèle dans l’illustration de ting et de développement de clientèle devront
presse, il n’est pas nécessairement utile d’investir s’ajuster à ce rythme effréné. Par contre, cer-
dans un répertoire qui sera envoyé aux maisons tains outils classiques ne passent pas de mode
d’édition jeunesse. Par contre, n’oubliez pas que et ne perdent pas de leur utilité. Nous parlons ici
même lorsque vous aurez décidé de vous lan- plus spécifiquement du portfolio. Qu’il s’agisse
cer à la conquête d’un nouveau domaine, il est de portfolio en ligne (nous en reparlerons un
crucial de continuer vos efforts promotionnels peu plus loin dans ce chapitre) ou encore de
auprès de votre clientèle actuelle. Les choses la version papier, tous les auteurs s’accordent
roulent et changent rapidement dans le monde pour dire qu’il est encore et toujours utile et qu’il
de l’illustration et si vous prenez vos clients pour demeure d’ailleurs l’outil auquel il faut consa-
acquis, vous risquez d’avoir de mauvaises sur- crer le plus d’efforts dans les détails. Voici donc
prises ! Donc, évaluez pour combien de temps quelques conseils afin de monter un portfolio
vous êtes disponible pour vous consacrer plei- vendeur et fidèle à votre style.
nement à votre promotion annuellement (calculez Idéalement, votre portfolio doit contenir un
un temps pour le développement et la recherche minimum de trois sortes de travaux. Selon Meg
des outils promotionnels), recherchez les outils Mateo Ilasco et Joy Deangdeelert Cho, dans le
les plus performants selon vos clientèles livre Creative, inc., celui-ci doit rassembler des
visées et actuelles et passez ensuite à l’action ! œuvres présentant des commandes que vous
N’oubliez pas de garder un peu de temps pour avez accomplies avec succès, des œuvres
surveiller les plans de marchandisation de vos fidèles à votre signature ou style artistique et
compétiteurs et pour anticiper les tendances du finalement, certaines pièces qui tendront vers le
marché. Il faut également prévoir du temps pour style de travail que vous désirez accomplir. Rien

77
CHAPITR E 5

ne vous empêche au fil des ans de retravailler pas de pépin de démarrage. Cette technique
l’assemblage et le contenu pour vous assurer qu’il peut s’avérer utile, parce que vous pouvez en
demeure fidèle à votre style et qu’il soit toujours envoyer plusieurs copies à des clients différents
conforme à vos aspirations. Votre portfolio est le simultanément. Autre possibilité, vous pourriez
miroir des expertises et des limites de l’illustrateur décider de vous monter deux portfolios avec des
que vous êtes, il doit évoluer avec son auteur et pages substituables et les personnaliser selon le
l’erreur serait d’y conserver les mêmes pièces client à rencontrer, un peu comme il est fortement
pendant plusieurs années, en envoyant subtile- conseillé de le faire avec un curriculum vitae. Il
ment le message que vous n’avez pas évolué peut aussi s’avérer intéressant d’inclure, dans
dans le style ou encore que vous ne souhaitez les images du centre, un exemple de projet du
pas explorer de nouvelles avenues. Bien sûr, si développement de concept à la production, en
une image forte a déjà été prisée, elle n’est pas incluant des sketches et les étapes préliminaires
systématiquement à évacuer de la composition avant le résultat final. Toutefois, il sera important
de votre portfolio. Soyez cependant attentif à de regrouper ces images et de les présenter
l’histoire que raconte l’ensemble de votre portfo- dans un ordre logique.
lio et assurez-vous que votre principale carte de Finalement, les recommandations de base sont
visite change au même rythme que vous. Toujours plutôt semblables chez un auteur ou un autre.
dans Creative, Inc., on vous conseille d’étudier Pas trop d’images (jamais plus d’une quinzaine),
cet ensemble afin qu’il raconte une histoire cohé- une composition intéressante, pas trop d’informa-
rente, mais surtout intéressante. Les images du tions superflues, un outil professionnel qui évolue
début et de la fin doivent être particulièrement au fil des ans et une qualité d’image spéciale-
frappantes, mais les images au centre de l’histoire ment bonne sont les conditions fondamentales
doivent être intéressantes et captivantes égale- à respecter. Dernier détail qui peut être particu-
ment. Propre et sobre, il doit parler de lui-même. lièrement intéressant, vous pourriez prévoir une
Heller et Arisman insistent également sur ce point pochette contenant des cartes de visite que vos
en mentionnant qu’un bon portfolio n’a pas besoin clients pourraient conserver après avoir consulté
d’être constamment bonifié par les explications votre portfolio… Mais n’omettez pas pour autant
de l’artiste. Si le directeur artistique ou l’éditeur de relancer le client !
a besoin de plus d’informations, il le demandera.
Déjà, en étant propre et ordonné, il est agréable à
feuilleter. Un maximum de 15 images devrait suf- 5.4
fire et ne vous étendez pas trop, cela risque d’être
redondant et d’ennuyer le client. N’assumez pas LA PROMOTION PASSIVE
non plus que seulement ce qui a été publié est
pertinent. Prenez le temps de faire une recherche Passive ? Eh oui ! Nous avons parlé du port-
sur les illustrations généralement utilisées par le folio, qui est le principal porte-parole de votre
client et adaptez-vous à ses besoins. N’ayez pas travail, mais toute une gamme d’instruments
peur non plus d’y inclure des esquisses, des tra- avec leurs particularités s’offre à vous pour
vaux de recherches, des travaux personnels. Ces développer votre clientèle. Les outils que nous
éléments permettront au client de mieux com- vous présentons ici sont divisés en deux caté-
prendre votre méthode de création, ainsi que les gories, soit ceux que l’on dit passifs et ceux que
différentes étapes de celle-ci. l’on dit actifs, qui vous demanderont d’être plus
Lawrence Zeegen et Crush, pour leur part, engagé. Nous débuterons par l’énumération
soulignent que vous pouvez toujours user de des différents moyens de promotion que nous
créativité dans la forme de présentation de considérons comme passifs. Pourquoi ce quali-
votre travail. Vous pouvez, par exemple, plutôt ficatif ? Même si vous devrez investir des efforts
que d’avoir recours aux éternels étuis de cuir pour profiter de ces outils « passifs », ils vous
avec pages plastifiées, choisir de présenter demanderont moins d’investissements en temps
vos images sur du papier glacé dans une belle que les outils « actifs ». Rappelez-vous toutefois
boîte cartonnée. Vous pouvez varier sur la for- qu’un bon plan promotionnel fait appel aux deux
mule, mais n’oubliez pas que plus vous allez vers catégories et que les outils dits passifs ne sont
l’extravagant, plus vous restreignez le bassin de pas une formule magique peu coûteuse vous
clientèle potentiellement intéressée et impres- permettant d’atteindre vos objectifs en deux
sionnée. Heller et Arisman proposent même temps trois mouvements…
d’envoyer des portfolios gravés sur des CD ou
des DVD. À ce moment, il sera par contre très les concours
important de vous assurer que le disque choisi Il existe plusieurs concours organisés par des
puisse être lu par tout ordinateur et qu’il n’y ait magazines ou des organismes. Ils peuvent être

78
LES OUTILS DE PROMOTION

provinciaux, canadiens, américains encore, vous êtes le grand gagnant


ou encore internationaux. Rien de d’un concours prestigieux ! Certains
plus simple que de poser sa candi- répertoires ou « annuals » font aussi
dature pour courir la chance de rem- l’objet d’un concours de sélection.
porter un prix et de bénéficier de la Tous les illustrateurs peuvent sou-
publicité que ce prix vous apportera. mettre une ou deux images, selon les
Vous n’aurez qu’à remplir un formu- règles qui changent d’un « annual » à
laire, à y joindre la ou les illustra- un autre, mais la forte popularité des
tion(s) que vous souhaitez présenter publications les plus reconnues ont
ainsi que le paiement demandé (il n’y poussé la création d’un comité de
a plus grand-chose de gratuit dans sélection qui choisira les illustrations
ce bas monde). Précieux conseil figurant dans chacune des éditions.
avancé par Charles Hively dans sa Pour les concours les plus connus,
publication Nuts & Bolts A Blueprint consultez la section liens utiles à la
for a Successful Illustration Career: fin de ce chapitre.
il peut être utile de se renseigner
sur la composition des jurys de
ces multiples concours. Monter un
dossier de candidature et payer les
frais d’inscription demande tout de Votre portfolio est
même temps et investissement et il
est sage de prioriser les concours le miroir des expertises
jugés par des professionnels de l’il-
lustration. Pas besoin de remporter et des limites de
le concours pour que votre travail
soit vu par les membres du jury, qui l’illustrateur que vous
sont aussi des acheteurs d’illustra-
tion ! Ces concours peuvent aussi êtes, il doit évoluer
bien être organisés afin de souli-
gner une illustration faite pour une avec son auteur.
campagne de publicité que pour
honorer un livre jeunesse ou encore
une illustration d’un article de maga-
zine. Toutefois, sachez que la répu- les répertoires
tation de l’organisme ou du maga- Très nombreux en version papier
zine qui organise le concours sera durant les années 1990, leur nombre
systématiquement associée à votre a chuté de façon spectaculaire avec
travail advenant que vous gagniez le l’arrivée d’Internet. Ainsi, certains
concours en question. Voilà pourquoi répertoires se sont convertis en
il s’agit de choisir judicieusement les sites Internet alors que d’autres ont
concours auxquels vous participez. tout simplement disparu. Malgré
Un bon choix peut, en plus de vous tout, depuis 2007, nous assistons
valoir une rétribution (prix, mention, à la renaissance de quelques réper-
etc.), vous offrir une vitrine privilégiée toires sur papier et à la naissance de
dans le milieu ! Recevoir une nomi- nouveaux joueurs (par exemple 3X3).
nation ou un prix est toujours valo- Ces changements ne remettent nul-
risant pour un artiste. Outre le fait lement en cause la valeur et l’ef-
que votre talent soit reconnu, cela ficacité de ces répertoires, mais
peut vous permettre de vous faire certaines considérations sont pri-
valoir auprès de clients potentiels ou mordiales dans le choix que vous
de vous rappeler à la mémoire des ferez. Tous les répertoires existants
vôtres. Il ne faut surtout pas hésiter ont en effet des qualités intrinsèques
à utiliser cette publicité pour vous non négligeables. Par exemple, ce
promouvoir. Un petit rappel auprès sont des outils qui ne nécessitent
de vos clients est alors justifiable, pas un accès à une connexion
car vous avez quelque chose d’in- Internet. Ils peuvent être consultés
téressant et de nouveau à leur men- partout (dans les locaux de réunion
tionner : vous êtes finaliste ou mieux sans connexion Internet, comme

79
CHAPITR E 5

ce type de publication, les retombées peuvent


parfois arriver plusieurs mois, voire quelques
années plus tard. C’est souvent la répétition
qui aura un effet positif. Vous saurez, de cette
manière, s’il peut être rentable pour vous d’y
figurer. De plus, lorsque vous fréquenterez les
bureaux de vos clients, essayez de voir s’ils pos-
sèdent ces répertoires et s’ils les utilisent. Autre
détail à retenir, certains répertoires sont gérés
par un jury qui peut décliner l’inscription d’un
participant qu’il jugera non pertinent. Malgré
que cette condition puisse paraître dure, elle
assure également un certain niveau de qualité
du contenu et votre illustration ne risque pas
de se retrouver côte à côte avec une illustra-
tion de moins bonne qualité ou tout simplement
mal adaptée à la liste de distribution. D’ailleurs,
Charles Hively,toujours dans Nuts and Bolts,
suggère fortement d’opter pour des répertoires
sélectifs, tout en vantant celui de 3X3 bien sûr.
Bien que votre illustration risque d’être refusée,
lecture de chevet, etc.). De plus, ils peuvent il est préférable d’opter pour les répertoires
être annotés et manipulés, ce qui les rend plus dont la réputation n’est plus à faire et qui sont
vivants. Ils nécessitent aussi moins d’efforts de réellement utilisés comme référence par la clien-
la part des directeurs artistiques, puisqu’ils sont tèle. Pour leur part, Heller et Arisman recom-
envoyés directement à leur bureau. Ils n’ont donc mandent, en plus du répertoire de 3X3, The
pas à chercher l’adresse exacte d’un site parti- Black Book et Workbook Illustration Annual.
culier pour accéder à vos coordonnées. Notons Selon eux, The Black Book est le répertoire le
aussi qu’ils peuvent être tout simplement com- plus reconnu partout au monde. Le Workbook
plémentaires aux sites Web personnels et aux Illustration Annual est distribué aux États-Unis
portfolios en ligne. Contrairement à ce que l’on et au Canada ainsi que vendu en Europe et en
peut croire, ces deux modes de promotion ne Asie. Évidemment, le moins coûteux demeure
sont pas en compétition. Plus on utilise d’outils, celui de 3X3, mais il est assez difficile d’y être
plus notre réseau de diffusion s’agrandit… publié sans avoir été sélectionné parmi les can-
Les répertoires sont en fait des portfolios col- didatures à leur ProShow annuel.
lectifs qui mettent en avant le talent des illustra- Une fois que vous aurez jugé bon de participer
teurs qui y figurent. L’achat d’une page dans ces à un répertoire particulier et avoir été sélectionné,
recueils peut généralement coûter entre 800 $ le cas échéant, il vous restera à choisir quelle
et 5 000 $. La liste de distribution est assez illustration vous y représentera. Il n’est pas tou-
variable d’un répertoire à l’autre, allant de 3 000 jours facile pour un illustrateur de trouver l’œuvre
à plus de 20 000 exemplaires. Notons tout de qui résumera son style, sa technique et le secteur
même que les gens qui figurent sur les listes qu’il vise (domaine éditorial, agence de pub, illus-
de distribution font tous partie des secteurs tration médicale, etc.). En outre, le choix que vous
concernés, soit l’édition, la publicité, les com- ferez vous représentera durant toute une année
munications, les studios de design, etc. Certains et même parfois plus longtemps. Pour choisir
répertoires plus spécialisés existent également, judicieusement, il est donc recommandé de vali-
c’est notamment le cas pour l’illustration scienti- der votre choix auprès d’artistes plus expérimen-
fique ou encore pour l’illustration de jeux vidéo. tés. Une page dans un de ces répertoires est une
Il peut donc s’avérer très utile d’acheter une porte d’accès auprès de milliers de clients poten-
page dans ces répertoires, ne serait-ce que tiels. Votre illustration devra les intéresser suffi-
pour s’assurer de rejoindre tous les clients samment pour les attirer sur votre site Web, où ils
potentiels. D’ailleurs, vous pouvez demander à pourront voir l’étendue de votre talent, valider leur
voir la liste de distribution des éditeurs de réper- choix et découvrir davantage de vos œuvres pour
toires avant de payer votre page. Nous vous éventuellement faire appel à vos services. Il n’est
conseillons également de contacter un ou deux toutefois pas rare d’attendre plusieurs parutions
illustrateurs qui ont participé à une précédente avant de commencer à ressentir les premiers
édition pour valider avec eux les retombées de impacts de cette publicité. Conséquemment, ce
cet investissement. Sachez cependant que pour sera peut-être à cause d’une illustration parue il

80
LES OUTILS DE PROMOTION

y a 3 ans qu’un client vous appellera aujourd’hui. tant qu’employé rémunéré, vous perdez toutefois
Tout est une question de timing et de patience ! tous vos droits d’auteur, ce qui est totalement
Finalement, il est bon de souligner que la plu- aberrant et désavantageux pour vous…) ou les
part des répertoires sont produits par des édi- faire travailler comme pigistes. Cependant, il ne
teurs privés. Un nombre plus restreint peut tout faudrait pas croire que c’est avec elles que vous
de même être produit par une association ; c’est allez faire beaucoup d’argent. L’appât du gain
notamment le cas du répertoire produit par The peut être intéressant, mais au bout du compte,
AOI (association britannique) ou encore celui on vous propose littéralement de concevoir
de la CAPIC Montréal, la bible pour les photo- 100 illustrations à raison de 50 $ chacune (par
graphes. Une page dans ces répertoires asso- exemple), pour une cession totale de vos droits.
ciatifs est souvent plus abordable qu’une page En aucun cas Illustration Québec ne cautionne
dans les répertoires d’éditeurs privés. En outre, le cette pratique. Il est important de conserver vos
fait qu’ils ne regroupent que les membres d’une droits d’auteur, c’est avec cela que vous rentabi-
association particulière diminue le volume du liserez vos longues heures de travail. En cédant
document. De ce fait, en participant au réper- tous vos droits, vous dites au revoir à des gains
toire d’une association, vous déboursez moins potentiels et à la gestion même de votre art.
d’argent et vous profitez d’une meilleure visibilité. En effet, qui sait si votre illustration ainsi ven-
Il s’agit donc d’un très bon rapport qualité / prix due ne sera pas ultérieurement utilisée par une
et vous pouvez encore vous renseigner sur la entreprise ou pour un produit qui ne correspond
liste de distribution, même si vous ne profitez pas aucunement à vos valeurs ? Autrement dit, vous
d’une assurance sur la qualité du contenu. perdez tout contrôle sur l’utilisation qui sera faite
de vos œuvres. Donc, attention avant de céder à
les banques d’images l’appel de l’argent rapide ! Calculez ce que vous
Celles-ci sont de plus en plus nombreuses à voir perdez (les droits liés aux futures utilisations de
le jour, chacune d’elles offrant des options spé- vos œuvres) par rapport au gain financier que
cialisées, que ce soit en illustration ou encore en vous allez faire, pesez méticuleusement le pour
photographie. Les banques d’images sont consti- et le contre...
tuées en thèmes particuliers, comme la nature, Dans le même esprit, il existe également des
les personnages, les animaux marins, etc. De sites de banques d’images qui offrent aux illus-
plus, elles présentent des illustrations sous un trateurs de mettre des illustrations en ligne et
mode d’utilisation facile, car les images y figurant de récolter des revenus lorsque ces illustrations
sont souvent libres de droits. Pour un montant seront achetées. Plusieurs formules existent :
forfaitaire variant d’une banque à l’autre, il est avec ou sans cession des droits, achat en lot
possible d’acquérir une série complète d’illus- ou à l’unité, demande d’exclusivité sur l’image
trations. Bien entendu, celles-ci ne peuvent pas ou non, etc. Cependant, c’est le site qui pren-
être modifiées, car elles demeurent souvent pro- dra le gros pourcentage du revenu généré par
tégées par les droits moraux (hormis celles qui la vente de votre image et vous récolterez des
sont libres de tous droits). Elles doivent donc être miettes. L’attrait de ce genre de site réside
utilisées telles quelles. Voilà pourquoi les clients dans le fait de pouvoir vendre un bon volume
préfèreront parfois et heureusement faire appel d’illustrations déjà produites. Les ventes se
à des professionnels plutôt qu’à ces banques font toutes seules et demandent très peu de
d’images. En effet, une illustration produite sur gestion. Néanmoins, il faut prendre garde de
mesure par un illustrateur répondra adéquate- ne pas « essouffler » son style en le vendant à
ment au mandat et à son contexte d’utilisation tout vent pour des « peanuts » ! Vous risqueriez
et le client pourra même faire des demandes de de perdre des clients au profit d’une banque
correction s’il le juge nécessaire. Il est quand d’images beaucoup moins lucrative pour vous.
même important de noter que ces banques Également, il faut bien regarder les différents
d’images sont les premières concurrentes des sites qui existent afin d’en choisir un qui offre
illustrateurs, et ce, malgré les désavantages de bons rendements et de bonnes conditions.
qu’elles présentent. Elles sont malheureusement Ici encore, il convient de s’informer auprès de
de plus en plus utilisées au détriment du travail ses pairs pour choisir judicieusement.
authentique des illustrateurs. Pour conclure, nous vous invitons à prendre
Toutefois, bien que les banques d’images connaissance de l’article de Brad Holland
soient des concurrentes, elles sont également (sommité reconnue dans le milieu de l’illustra-
des clientes potentielles. En effet, elles sont tion), qui décrit les banques d’images comme
souvent à la recherche de nouveaux talents pour des compétiteurs de l’illustrateur. L’article,
élargir leur offre. Elles peuvent employer direc- « Stock », fut publié sur le site Web suivant :
tement des illustrateurs (souvenez-vous qu’en www.illustratorspartnership.org

81
CHAPITR E 5

plus d’un portfolio pour accroître leur visibilité


5.5 et leur promotion devraient donc logiquement y
afficher différentes illustrations afin de rentabili-
LA PROMOTION ACTIVE ser au maximum leur investissement. D’ailleurs,
Chrystal Falcioni, propriétaire de Magnet REPS,
Nous en sommes rendus aux moyens « actifs ». recommande, sur le site www.illustrationmu-
Les prochains outils demandent une implication ndo.com, de n’inclure dans votre portfolio que
active et un investissement continu. Ce sont des œuvres s’apparentant à ce que vous vou-
des outils qui demandent à être constamment driez éventuellement produire, ce qui concorde
retravaillés et diffusés à plusieurs reprises. Ces avec ce qu’Ilasco et Deangdeelert Cho recom-
outils demanderont plus d’efforts de votre part. mandent pour le portfolio papier. Montrez ce
Rappelez-vous tout de même qu’un bon plan de que vous désirez faire tout en démontrant ce
promotion fait appel à des moyens provenant que vous savez faire… Évitez aussi d’y inclure
des deux catégories et que c’est dans le mariage trop de styles différents car, dans l’ensemble, il
de ces derniers que réside la clé d’une promo- faut miser sur vos forces. Vouloir en montrer trop
tion efficace. De cette manière, vous profiterez pourrait vous pousser à présenter des styles que
des avantages de chacun tout en palliant leurs vous maîtrisez moins et cela vous nuira.
lacunes respectives. Il existe deux types de portfolios en ligne. Le
premier regroupe uniquement des illustrateurs
les portfolios en ligne ou des artistes œuvrant dans la même discipline
Ceux-ci gagnent actuellement en popularité (par exemple : Illustration Québec, Alternative
auprès des directeurs artistiques. Il s’agit de la Pick, The Ispot, etc.). Le second type est plutôt
version électronique des répertoires papier. Ils généraliste, regroupant tous les genres d’ar-
regroupent sur un même site des centaines, tistes, sans égard à leur discipline respective.
voire des milliers d’illustrateurs, artistes ou pho- S’y retrouvent aussi bien des peintres, des pho-
tographes, donnant accès à des milliers d’images tographes, des illustrateurs que des sculpteurs
et de portfolios. Ces images sont souvent asso- ou des graphistes. Nous vous suggérons de
ciées à des outils de recherche performant qui favoriser des sites spécialisés. Lorsque vous
facilitent le travail de recrutement. L’avantage est prendrez votre décision, il faudra absolument
qu’ils diminuent le temps de recherche pour les tenir compte du nombre de visiteurs uniques
clients. En outre, ils permettent aux illustrateurs qu’affiche le site (statistiques Web qui comptabi-
de mettre à jour très facilement les informations lisent le nombre de « gens » qui sont passés, par
et les images qui se trouvent dans leur portfolio. opposition au nombre de « clics » qui sont tou-
Très souvent, cette mise à jour est plus facile jours plus nombreux mais qui peuvent provenir
que celle d’un site Internet personnel. D’ailleurs, de la même personne). De plus, prenez le temps
comme les directeurs artistiques savent qu’ils d’évaluer la qualité des outils de recherche dont
retrouveront plusieurs illustrateurs sur le même dispose le site. Ces outils sont importants, car
site, ils privilégieront cette solution à la recherche c’est grâce à eux que vous apparaîtrez dans les
plus laborieuse des sites Web personnels. Il faut résultats de recherche des clients. Ilise Benun
considérer ces sites comme des moyens d’attirer et Peleg Top, auteurs de The Designer’s Guide
de la clientèle sur votre site personnel en leur to Marketing and Pricing, soulignent qu’il est
donnant envie d’en voir plus. D’autre part, vous essentiel d’avoir une présence dynamique en
vous retrouverez en compétition directe avec des ligne. Lorsque vous ferez un choix quant au site
illustrateurs de partout et même avec certains qui de portfolio Web que vous choisirez, il vous suf-
auront un style très semblable au vôtre. À vous fira de réfléchir, à savoir lequel de ces derniers
de voir si le jeu en vaut la chandelle. est le plus susceptible d’attirer le genre de clien-
Avant d’opter pour l’un ou l’autre portfolio, com- tèle qui vous intéresse.
parez les prix et la visibilité que l’on vous offre.
Pour certains sites de portfolios, la visibilité offerte le site web personnalisé
est établie en fonction du prix payé et donc du Cet élément important dans votre promotion sera
type de forfait auquel vous souscrivez. De plus, traité dans un autre chapitre du guide. Sachez
soulignons que malgré le fait que ces sites soient cependant que c’est un outil indispensable à
accessibles de partout dans le monde, ils repré- votre promotion. Il est actuellement impensable
sentent souvent un bassin d’artiste vivant ou tra- de bien se promouvoir sans avoir un site Internet
vaillant dans une même région géographique. personnel. Ce dernier est votre première pré-
Bien entendu, il est préférable d’avoir un sence Web et vous permet de présenter l’en-
peu de matériel à présenter avant d’acheter un semble de vos réalisations. Point important, il
espace portfolio. Certains artistes adhérant à vous est recommandé de bien choisir le nom

82
LES OUTILS DE PROMOTION

de votre domaine, et si ce n’est déjà fait, de le


réserver au plus vite avant que quelqu’un d’autre
ne le fasse. Cet aspect n’est pas à négliger. Une
illustratrice en a d’ailleurs payé les frais le jour où
elle a omis de renouveler son nom de domaine,
ce dernier a tout de suite été racheté par Viagra.
Maintenant, au lieu de ses créations, ce sont des
produits pharmaceutiques qui apparaissent si le
nom de domaine fait l’objet d’une recherche. À
moins que vous n’oeuvriez dans l’illustration éro-
tique, où cette mésaventure pourrait être tournée
en dérision, cet oubli pourrait vous coûter très
cher, comme elle a pu le constater.

les promotions personnalisées


La promotion personnalisée est un terme large
qui désigne ici tous les outils qui doivent servir à
promouvoir votre entreprise et qui sont dévelop-
pés et diffusés par vous-même. La promotion per-
sonnalisée peut donc revêtir différentes formes,
que ce soit l’envoi de courriels personnalisés,
de cartes postales, de cd-roms (où les images Si vous avez les moyens financiers néces-
sont en très basse résolution et marquées de saires, vous pouvez toujours transformer l’idée
leur copyright), de dépliants, de calendriers ou de la carte professionnelle en brochure publi-
de tout autre objet promotionnel. Nous en détail- citaire. Cette option vous permet d’inclure plus
lerons ici seulement quelques-uns, mais n’hésitez d’informations que sur la carte, soit une liste de
pas à mettre votre créativité à l’œuvre. clients pour qui vous avez travaillé, les formations
D’abord, tout travailleur autonome qui se res- particulières que vous avez terminées, des ate-
pecte se doit d’avoir une carte professionnelle. liers que vous avez animés, etc. N’oubliez surtout
Cette dernière doit évidemment présenter votre pas d’y mettre vos coordonnées, de manière à ce
nom, vos coordonnées et l’adresse de votre site qu’elles soient visibles et claires… La brochure,
Web. Elle doit aussi, le plus clairement possible, comparativement à la carte professionnelle, vous
mentionner les services que vous offrez. Soyez permet aussi d’expliquer plus en détails la nature
donc clair et concis. On s’attendra évidemment de votre travail. Vous pouvez en effet y inclure une
à ce que la carte d’un illustrateur soit esthétique- liste de vos capacités (ce que vous illustrez et de
ment travaillée et représentative de son style. Il quelle manière, par exemple) (Fleischman, 2007).
faut par contre être prudent de ne pas la sur- Évidemment, plusieurs autres méthodes de
charger. Elle doit attirer l’attention mais se lire promotion personnelle sont à votre disposition.
rapidement. Pour obtenir un bon rapport qualité Vous pouvez choisir d’envoyer des cartes de
/ prix, vous aurez probablement à la faire impri- souhaits (illustrées par vous) pour la saison des
mer en un grand nombre d’exemplaires. Si vous fêtes, les anniversaires de vos clients, pour infor-
êtes à peu près certain que les informations mer votre clientèle d’un changement d’adresse,
qu’elle contient ne sont pas sujettes à change- par exemple, ou la nomination de votre travail
ment, n’hésitez pas. L’idée est de la distribuer pour un prix quelconque. Attention cependant
au plus grand nombre de gens possible. Même à ne pas surcharger le bureau des directeurs
si vous doutez de la pertinence de distribuer artistiques. En effet, ces derniers étant déjà très
cette carte à vos voisins, dites-vous que même sollicités de toutes parts, votre promotion doit
s’ils n’en n’ont pas personnellement besoin, ils arriver à un moment opportun et elle doit être
pourront toujours vous servir de messagers en visuellement très attrayante. Osez la créativité,
la remettant à un client potentiel. Insérez votre l’innovation et le ludique. Après vos envois, rap-
carte professionnelle lors de vos envois de fac- pelez dans les deux semaines pour savoir si le
tures, de devis et de toute autre communication. tout s’est bien rendu. Même si cela n’aboutit pas
Vous voulez qu’on vous voie et qu’on parle de nécessairement à un contrat, allez chercher des
vous, faites-la circuler… Il vous sera sûrement commentaires constructifs sur vos documents.
utile d’avoir conçu un logo particulier pour faire Pour s’améliorer et éviter de refaire deux fois la
votre promotion, cela vous procurera une recon- même erreur, il est important de pouvoir cerner
naissance visuelle qui deviendra graduellement ce qui n’a pas fonctionné. Notez encore que la
aussi personnelle que votre nom. créativité demeure sûrement la clé du succès de

83
CHAPITR E 5

ces envois promotionnels. Plus vous surprenez, manque, vous pourriez faire cette recherche en
plus vous risquez de voir rapidement les retom- ligne. Votre liste pourrait être constituée d’uni-
bées de vos efforts. quement 100 contacts, dont 25 directeurs artis-
L’outil de base de la promotion personnalisée tiques avec qui vous souhaiteriez vraiment travail-
demeure toutefois le portfolio traditionnel. Ce ler. Il est inutile d’avoir des listes interminables
portfolio vous servira si vous avez à présenter de contacts que vous négligerez ensuite… Pour
directement vos créations auprès d’un client construire une liste donc, rien de très compliqué,
potentiel avec qui vous aurez préalablement pris il faut avant tout s’armer de patience. Nous vous
rendez-vous. Malgré qu’il soit très difficile de suggérons d’abord de consulter les divers sites
joindre des directeurs artistiques en personne d’associations regroupant les professionnels du
de nos jours, nous vous encourageons tout de milieu (éditeurs, journaux, magazines, agences
même à tenter de décrocher des rendez-vous. de publicité, graphistes, etc.). Dans les sections
Qui dit rendez-vous ne dit toutefois pas systé- « liste des membres », vous trouverez les coor-
matiquement contrat… Il est quand même impor- données de chacun. Vous pouvez aussi consulter
tant d’être bien préparé pour ces rencontres. les magazines et autres documents publicitaires
Pour cela, il suffit de se rendre au rendez-vous pour obtenir le nom du directeur artistique. Il
avec son portfolio et une bonne connaissance existe également des index spécialisés comme
du client, de son secteur d’activité et du type le guide annuel des studios de design de Grafika.
de collaboration possible. Encore une fois, les Une fois la liste dressée, ne tardez pas à envoyer
clients étant très sollicités, assurez-vous d’être vos outils de promotion, car elle deviendra rapide-
fin prêt. Cette préparation doit être adaptée à ment désuète. Ilasco et Deangdeelert Cho vous
chaque interlocuteur. Il faut que le client perçoive conseillent ensuite de tenir vos listes d’envoi à jour
très rapidement votre talent, votre détermination et de penser à systématiquement ajouter tous les
et le type de collaboration qui pourrait résulter contacts et cartes d’affaires que vous récoltez lors
du rendez-vous. d’évènements divers. Il faudra aussi penser à faire
des suivis à ces envois. Toutefois, ce qui importe
les listes d’envoi lorsque vous décidez de concevoir vous-même
Évidemment, tous les documents de promotion votre liste d’envoi, c’est d’avoir, dès le départ, les
personnelle doivent être par la suite acheminés critères nécessaires à la création d’une liste effi-
aux clients potentiels. Pour ce faire, vous devez cace. Vous devrez notamment savoir quel genre
posséder une liste d’envoi (postale ou électro- de clientèle vous désirez rejoindre. S’agit-il plutôt
nique). Une façon facile mais plus ou moins coû- de maisons d’édition, de studios de design, de
teuse d’avoir accès à une liste est de l’acheter commerces au détail ? À vous de voir… Aussi,
auprès d’entreprises spécialisées dans la mise sur Benum et Top insistent sur le fait qu’il est impor-
pied de telles banques de données. Les plus uti- tant de connaître le nom et le titre des interlocu-
lisées sont les listes qui regroupent les acheteurs teurs sur votre liste. Un simple Monsieur/Madame
d’illustrations et dans lesquelles on retrouve beau- ne le fera pas… Vous pourriez aussi vouloir faire
coup d’informations complémentaires (budget des appels afin d’entrer en contact avec les clients
annuel alloué à l’illustration, nombre d’illustrateurs qui constituent votre liste. Bien que plus intimi-
engagés, secteurs d’activités, postes occupés par dant, cela peut être une façon de vous présen-
les personnes contacts, etc.). Le prix d’achat de ter à une nouvelle entreprise ou maison d’édition
ces listes commercialisées est établi en fonction avant de leur envoyer des outils promotionnels et
du nombre de contacts qu’elles contiennent, de de leur demander un rendez-vous en personne.
l’information qu’elles donnent (à savoir seule- Selon Hively, c’est la variété qui fera votre succès.
ment un courriel ou les coordonnées complètes), Vous pourrez envoyer plusieurs courriels pendant
ainsi que la durée de l’utilisation (un an, six mois, un mois et choisir d’envoyer des petits cartons le
une utilisation unique, etc.). Par contre, Heller et mois suivants. Vous ferez un suivi téléphonique
Arisman croient qu’une liste d’envoi ne devrait ensuite et renverrez un courriel pour rappeler votre
jamais être achetée. C’est également l’opinion de adresse Web. Bref, faites-vous voir, de toutes les
Charles Hively chez 3x3. Ils soulignent en effet manières imaginables ! Soyez constant, envoyez
que malgré qu’une liste vous semble intéressante de la promotion au minimum une fois par mois. Et
et bien étoffée, il vous sera complètement inutile si possible, évitez les envois de Noël, votre publi-
d’avoir plusieurs contacts dont vous ignorez les cité ne sera pas noyée sous les autres cartes de
détails. À leur avis, il vaut mieux se constituer une souhaits…
liste soi-même en allant par exemple feuilleter les
magazines et les livres dans une librairie pour le réseautage
identifier les éditeurs et les directeurs artistiques Depuis la nuit des temps, cette technique fonc-
dont le produit vous intéresse. Si le temps vous tionne comme nulle autre. Il s’agit en effet du

84
LES OUTILS DE PROMOTION

moyen promotionnel le plus ancien ! Qu’on le des causes ainsi que du montant et du temps
veuille ou non, il y a beaucoup plus de contrats que vous consacrez à ces activités pour éviter
qui se donnent grâce à des contacts que par de ne travailler que pro bono (Nadeau, 2007).
pur hasard. Malgré tous les beaux discours sur Il peut être utile de vous établir des lignes de
l’équité et l’égalité des chances, le client (hormis conduites strictes quant aux projets dans les-
le gouvernement) préfèrera souvent l’ami d’un quels vous vous investirez gratuitement. Aussi, il
ami à un illustre inconnu, et ce, même à qualifica- est important de vous impliquer au sein de votre
tions égales ou supérieures. C’est pourquoi il est communauté professionnelle. Hively de 3X3 sou-
important de développer un bon réseau. Celui-ci ligne effectivement l’importance de consacrer du
doit idéalement être constitué de deux groupes temps à vos collègues, de vous impliquer en tant
distincts : d’une part les collègues et de l’autre, que jury et/ou mentor par exemple et pourquoi
les clients. Le groupe constitué de collègues pas, à vous engager au sein du conseil d’admi-
agira dans le but de vous intégrer à votre com- nistration de votre association !
munauté et de vous donner accès rapidement et
gratuitement à des conseils et des informations
utiles. En outre, vos collègues pourront vous ser- 5.6
vir de référence auprès de certains clients ou
vous présenter à certains autres. Il peut même SE FAIRE VOIR !
arriver qu’ils vous proposent de collaborer à un de
leurs projets, advenant qu’ils soient trop occupés MAIS CHEZ QUI ?
pour s’en charger seuls. Pour créer ce réseau,
rien de tel que les divers lancements et autres 5 Après avoir défini clairement votre style et vos
à 7 organisés entre autres par votre association. aspirations personnelles, il vous sera plus facile
L’autre groupe de votre réseau devra, pour sa de définir vers quel(s) marché(s) vous devrez
part, être formé de clients potentiels et actuels. vous diriger pour obtenir des contrats. Tout
Incluez tous ceux que vous avez rencontrés lors au long du processus, veillez à garder l’esprit
des divers salons, foires, conférences et autres ouvert et n’hésitez surtout pas à sortir des sen-
lancements qui ont eu lieu dans le milieu des tiers battus. Certes, il est facile de penser aux
communications. Se faire connaître auprès d’eux grands marchés que sont l’éditorial, l’édition et
dans une ambiance plutôt décontractée permet la publicité. Par contre, ce ne sont pas les seules
souvent de mieux les saisir. Certes, vous n’y par- avenues possibles. Dans votre recherche d’un
lerez pas nécessairement « business », mais vous marché à courtiser, demandez-vous avant tout
aurez au moins créé un contact privilégié. Ainsi, avec qui vous souhaiteriez travailler. Par la suite,
lorsque vous enverrez un outil de promotion per- voyez si votre style est adapté à cette clientèle.
sonnalisée, le client aura davantage de chance Si toutefois il ne l’est pas, ce n’est pas nécessai-
de se souvenir de vous, car vous vous serez déjà rement peine perdue. Vous tenez peut-être jus-
rencontrés. N’oubliez pas de profiter de tous vos tement quelque chose qui vous démarquera au
bons coups pour faire parler de vous par vos sein de ce marché. Il faudra alors cerner ce qui
amis, collègues et clients ! Le livre de Benum et vous distingue des autres, pourquoi vous avez
Peleg, The Designer Guide to Marketing and quelque chose de différent à offrir et quels sont
Pricing offre une foule d’informations qui vous les arguments à avancer pour vous faire valoir.
seront utiles lorsqu’il sera temps de vous pré- Il faut quand même savoir qu’il n’y a pas de
senter à des inconnus et présente une manière réponse noire ou blanche, mais qu’entre les deux
d’aborder la question de votre entreprise sans il y a toute une palette de couleurs. Selon votre
être trop formel. style, vos ambitions, vos qualités et votre per-
sonnalité, il y a un marché pour vous, qu’il soit ici
l’implication sociale ou en Chine. Lorsque vous aurez déterminé vos
L’implication sociale peut servir de vitrine pro- forces et faiblesses en illustration (par exemple
motionnelle. Il suffit d’avoir temps et argent pour les croquis, les personnages ou une préférence
vous impliquer dans des causes sociales qui pour le noir et blanc), il vous sera plus facile de
vous tiennent à cœur. En échange de votre pré- trouver le marché qui vous convient.
sence ou de vos dons financiers, la plupart des Chaque illustrateur procèdera différemment
organismes sociaux seront d’accord pour souli- pour sa recherche de marché. Toutefois, une
gner votre implication lors de communiqués de bonne méthode consiste à ouvrir les yeux et
presse et d’évènements particuliers. Soyez toute- à se balader. Vous allez vite constater que le
fois prudent à ne pas vous impliquer simplement monde est rempli d’illustrations et donc de pos-
par carriérisme, au risque de nuire à votre propre sibilités. Dès que vous verrez une illustration,
réputation. Soyez aussi bon juge de la nature posez-vous la question suivante : est-ce que

85
CHAPITR E 5

vous auriez pu accomplir une illustration pour c’est déjà avoir accompli la moitié de la tâche.
ce même client sans que cela modifie profon- Dans son livre Illustration, Andrew Hall explique
dément la nature même du message envoyé ? Si avec détails comment fonctionne la chaîne de
la réponse est oui, bravo ! Vous venez de trou- production dans les divers domaines, et qui
ver votre première cible. Si la réponse est non, sont les principaux impliqués. Donc, en ce qui
demandez-vous pourquoi et réajustez votre tir concerne le mode de l’illustration éditoriale, ou
en fonction de la réponse. encore de l’illustration de presse, c’est le direc-
Quelquefois, vous trouvez un marché qui teur artistique (DA) qui choisira l’illustrateur pour
conviendrait à vos illustrations, mais vous hésitez. un projet spécifique. Les budgets et les spéci-
Pourquoi ? Vous n’aimez peut-être pas travailler ficités seront discutés entre l’éditeur et le DA.
sous pression (milieu publicitaire, par exemple) Ensuite, ce dernier choisira le style d’un artiste
ou vous ne voulez pas être associé à tel ou tel particulier en visualisant plusieurs portfolios en
produit. Dans ce cas, il est directement ques- ligne, en contactant un illustrateur avec qui il a
tion de vos valeurs personnelles et il est toujours déjà travaillé ou encore, en fonction des objets
préférable de les respecter pour protéger votre promotionnels qu’il aura reçus dans le mois. Il
intégrité. Toutefois, petite mise en garde : rappe- communiquera avec le candidat de son choix,
lez-vous que quoi que vous fassiez et quels que qui demandera à connaître les détails du travail
soient vos clients, vous avez la chance de réaliser comme les délais, les tailles et le nombre d’illus-
votre passion et d’en vivre (ou du moins d’es- trations à accomplir, les livraisons d’esquisses
sayer). Dites-vous que vous êtes, dès le départ, etc. avant d’accepter ou de refuser le contrat.
chanceux, contrairement aux trois quarts des Ne vous sentez surtout jamais obligé d’accep-
gens qui font des métiers ennuyeux juste parce ter un contrat qui ne vous stimule pas. S’il s’agit
qu’il faut bien travailler pour vivre ! Non seulement d’une modalité de l’entente qui vous agace, ten-
vous travaillez mais en plus, vous œuvrez dans le tez de négocier ! Une fois le contrat accepté et
domaine qui vous passionne. Alors, même si tel les esquisses approuvées par le DA, qui aura ou
ou tel contrat n’est pas stimulant, reposez-vous la non demandé des corrections ou ajustements
question : dois-je accepter ou non ? Si le contrat mineurs, l’éditeur approuvera les finaux et l’illus-
n’attaque ni vos valeurs ni vos droits et que le trateur pourra envoyer sa facture finale en fonc-
tarif payé est honnête, pourquoi ne pas l’accep- tion des ententes de rémunération stipulées au
ter ? Après tout, c’est peut-être grâce à ce client contrat (par exemple, un tiers du montant est
et ses nombreuses contraintes que vous arriverez payé à la livraison des esquisses et le reste à la
à améliorer votre style et à augmenter le volume fin du contrat). Voilà pourquoi, dans le domaine
de votre liste d’envoi. Il faut voir chaque contrat de l’illustration de presse, il est important de se
comme un apprentissage, une expérience qui faire connaître des DA d’abord. C’est à eux qu’il
vous aide à vous améliorer, à mieux travailler, à faudra faire parvenir vos outils de promotion !
connaître vos faiblesses et à trouver des solu- Dans le monde de l’édition, le fonctionnement
tions, tout en définissant de mieux en mieux vos relève plus fréquemment du travail d’équipe. On
limites. Certes, vous êtes un artiste, mais qui dit y retrouve évidemment un DA, mais souvent, ce
artiste ne doit plus dire mourir de faim. Bien au dernier sera entouré d’une équipe visuelle ou
contraire : il n’en tient qu’à vous de vous donner artistique. C’est plutôt en comité qu’ils choisiront
les moyens de réussir, car si ce n’est pas vous leur poulain. Il faudra donc se faire connaître de
qui le faites, personne ne le fera pour vous. toute l’équipe artistique des maisons d’éditions,
De plus, on le repète, au-delà des marchés dits mais pour sauver temps et énergie, il peut être
traditionnels (édition, publicité, livres, magazines, judicieux de viser les DA d’abord. Évidemment,
journaux), il existe tout un monde de possibilités. les contrats ne sont pas élaborés de la même
Cela peut aller du design d’étiquette de vin à la manière dans ce domaine et diffèrent encore
création de motifs pour les revêtements de pis- lorsqu’il s’agit d’un contrat d’édition pour un livre
cine, en passant par les produits d’emballage et jeunesse ou encore pour une simple couverture
la création de personnages pour le multimédia de roman. Des détails seront fournis quant à
(jeux, dessins animés). Pour tenter votre chance la nature de la rémunération plus loin dans cet
au sein de ces marchés non traditionnels, il ouvrage. Pour les albums pour enfants, l’équipe
convient de rester alerte, d’ouvrir les yeux et de artistique demandera à voir quelques esquisses
faire de la recherche active. Tous vos sens, vos avant de lancer la production complète de l’al-
contacts et votre énergie doivent être orientés en bum, mais il n’est pas nécessaire d’illustrer
fonction d’accéder à ces nouveaux créneaux. Il toutes les scènes avant d’avoir l’approbation
est parfois difficile d’y accéder si l’on ne connaît de l’équipe pour terminer le projet. Souvent,
personne dans ce domaine ou si l’on n’y est pas quelques scènes particulières seront d’abord
introduit. Cependant, les définir et les cerner, illustrées et le texte y sera ensuite apposé afin

86
LES OUTILS DE PROMOTION

d’avoir une vision d’ensemble. Si le tout est au contacts téléphoniques. Il est très important de
goût de l’éditeur et du DA, on lancera les pro- bien étudier la nature des items produits par
chaines étapes. Un illustrateur qui veut travailler un manufacturier avant de lui envoyer un port-
davantage dans le monde de l’édition aura tout folio sur CD-rom ou encore une carte postale.
à gagner à se faire connaître de l’éditeur en chef Recherchez les manufacturiers qui sont suscep-
d’une maison particulière, des directeurs de col- tibles d’être intéressés par votre style, évitez les
lection, mais aussi des DA et de leur équipe. coups d’épée dans l’eau. Obtenir votre premier
Dans le cas des agences de publicité, elles contrat est l’ultime obstacle. Ensuite, les choses
sont d’abord approchées elles-mêmes par un se développeront plus facilement.
client qui a une campagne à lancer ou un logo
à produire. L’équipe créative, menée par un
directeur créatif ou artistique, développera un 5.7
concept. Elle discutera de ce concept avec le
client de l’agence avant d’aller plus loin. C’est VENTE OU PROMOTION ?
parfois un travail assez laborieux, mais une fois
l’entente trouvée, on recherchera ensuite un Il peut s’avérer très difficile pour certains
illustrateur capable de mener à bien le concept d’opérer un programme de promotion. Le
élaboré par l’équipe créative. Le choix de l’équipe manque de préparation ou la timidité sont les
de l’agence devra évidemment être approuvé deux obstacles les plus communs. Pour ce qui
par le client avant d’aller plus loin. L’illustrateur est de la première de ces embûches, nous sou-
qui accepte le mandat devra ensuite présenter haitons ardemment que le chapitre précédent
ses esquisses au client et à l’équipe créative. vous ait aidé. Ceux qui sont aux prises avec
Une fois toutes les corrections apportées, l’illus- une timidité profonde ou un sentiment d’incon-
tration finale sera intégrée au graphisme et aux fort face à la vente ont un travail de perception
supports qui recevront l’illustration en question. d’eux-mêmes et de leur métier à entreprendre.
Encore une fois, pour vous faire connaître dans Travaillez d’abord sur votre perception de vous-
le domaine publicitaire, il faudra cibler les DA même en vous rappelant que vous êtes un pro-
et les responsables des équipes créatives des fessionnel de l’illustration, que votre entreprise
agences qui vous intéresseront pour les amener et votre talent sont précieux pour vos clients
à s’intéresser à vous ! (futurs et actuels). Vous ne « quémandez » rien,
Enfin, il vaut la peine d’envisager l’idée des vous offrez une collaboration. Souvenez-vous
produits dérivés. Ceux-ci peuvent devenir une que vous ne faites pas de la vente à pression,
source non négligeable de revenus. Il ne reste mais que vous offrez plutôt un service, une
plus qu’à imaginer vos illustrations sur des sup- offre que beaucoup de DA seront enchantés
ports originaux (abat-jours, cartes de vœux, BD, de connaître. Avant d’aborder un client poten-
T-shirts, aimants, etc.). En d’autres mots, « sky tiel, préparez-vous en vous demandant de quelle
is the limit » ! Par la suite, vous pourrez vendre manière vous pouvez l’aider. Vous offrez UN
vos créations sur un site Web ou dans des bou- SERVICE pour lequel il y a de la demande, il
tiques (physiques ou virtuelles). Il s’agit d’un bon n’y a rien de dangereux là-dedans. Aussi, réflé-
moyen pour diversifier vos sources de revenus chissez toujours à vos besoins afin de savoir
tout en vous permettant de créer sans cesse. s’il est préférable pour vous de consacrer vos
Mais à qui devrez-vous vous adresser si vous efforts à rehausser votre crédibilité ou plutôt à
ne désirez pas vous-même gérer la production faire valoir votre capacité créative. Vous saurez
de ces produits et les inventaires laissés en donc où investir davantage et sur quel aspect
consigne dans les nombreuses boutiques de promotionnel consacrer plus d’efforts.
design ? Les manufacturiers et les acheteurs Afin d’être efficace dans vos démarches,
d’art dans ce monde sont ceux à qui vous vou- assurez-vous d’avoir un plan promotionnel
drez vous adresser. La meilleure façon de se souple mais clair, fixant vos objectifs et vous
faire connaître est de participer à des « trade- permettant de le retravailler en cours de route.
shows ». Selon Michael Woodward, vous pourrez Prenez toujours en compte vos dispositions
aussi trouver ces acheteurs via l’internet et les financières et planifiez les grosses dépenses
différents annuaires de manufacturiers acheteurs liées à votre promotion. Souvenez-vous toute-
d’art. C’est en mélangeant toutes ces méthodes fois que la meilleure façon de vous promouvoir
que vous élargirez votre liste de contact. Si vous demeure votre travail lui-même. Surpassez-vous
ne souhaitez pas utiliser les services d’agents chaque fois, vos clients reviendront et vous réfé-
spécialisés dans ce domaine, vous devrez éga- reront à leurs contacts.
lement sacrifier une partie de votre temps à faire
des envois promotionnels, des courriels et des

87
CHAPITR E 5

5.8
LIENS UTILES
Les informations fournies dans cette section
ne le sont qu’à titre indicatif. La liste n’est pas
exhaustive. Il est important de noter qu’Illustration
Québec ne privilégie aucune des entreprises ni
aucun des sites Web énumérés dans cette liste.

LES CONCOURS a pex award


703-643-2200
c oncours littéraires lurelu www.apexawards.com
514-282-1414 info@apexawards.com
www.lurelu.net
lurelu@videotron.ca a pplied arts
416-510-0909
p rix cécile gagnon www.appliedartsmag.com
www.aeqj.com promo@appliedartsmag.com
aeqj.contact@yahoo.ca
communication arts
prix québec/wallonie-bruxelles illustration annual
de littérature jeunesse 650-326-6040
418-380-2335 poste 7206 www.commarts.com
www.prix-qwb-litteraturejeunesse.org shows@commarts.com
claude.rodrigue@mcccf.gouv.qc.ca
c oncours lux
prix td de littérature canadienne 514-842-5873 ext. 2230
pour l’enfance et la jeunesse www.infopresse.com/prixlux
416-975-0010 lux@infopresse.com
www.bookcentre.ca
info@bookcentre.ca g raphis design annual
212-532-9387
a ddy american advertising awards www.graphis.com
1 800 999-2231
www.aaf.org  ow 
h
addyinfo@aaf.org 513-531-2690 ext. 11402
www.howdesign.com
aiga annual design competitions & HOW-competition@fwpubs.com
50 books / 50 covers
212-807-1990 society of illustrators
www.aiga.org of los angeles
www.aiga.org/content.cfm/competitions 800 799-6368
competitions@aiga.org www.si-la.org
info@si-la.org
ame awards advertising
marketing effectiveness society of illustrator
212-643-4800 (new york)
www.ameawards.com 212-838-2560
www.soicompetitions.org
a merican illustration competition
917-408-9944 t he creativity annual
www.ai-ap.com 866 519-2571
info@ai-ap.com www.creativityawards.com
info@creativityawards.com
ameristar package award institute
of packaging professionnals t he global awards
630-544-5050 ext. 106 www.iopp.org 212-643-4800
cschiller@iopp.org www.theglobalawards.com

88
LES OUTILS DE PROMOTION

t he one show s ociety of illustrators


212-979-1900 212-838-2560
www.enteroneshow.org www.societyillustrators.org

t he society of publication designers 3 x3 illustration directory


212-223-3332 www.3x3directory.com
www.spd.org info@3x3directory.com
mail@spd.org
t he alternative pick deck
t he strathmore show www.altpick.com/deck
www.strathmore.com
info@mohawkpaper.com
LES BANQUES D’IMAGES
 ww.fotosearch.fr
w
LES AGENTS AU QUÉBEC www.epictura.fr
www.corbisimages.com
a nna goodson illustration agency www.jupiterimages.com
www.agoodson.com www.gettyimages.com
www.liensutiles.org/webimages.htm
c olagène, clinique d’illustration (donne accès à des liens vers d’autres
www.colagene.com banques d’images)

c ontact jupiter
www.contactjupiter.com LES PORTFOLIOS EN LIGNE
 ww.illustrationquebec.com
w
l ise madore www.theispot.com
www.lisemadore.com www.theaoi.com
www.illustrationmundo.com
miss illustration, agente www.altpick.com
en illustration www.folioplanet.com
www.missillustration.com www.illoz.com

LES RÉPERTOIRES ET LES LISTES D’ENVOIS


PUBLICATIONS ANNUELLES  ww.adbase.com
w
(pour le Canada hors Québec et
t he black book les États-Unis)
212-979-6700 (ext. 222) www.agencyaccess.com
www.blackbook.com www.quebecmonde.com
eryder@blackbook.com

d irectory of illustration
1 800 876-6425
www.directoryofillustration.com

r svp directory
www.rsvpdirectory.com
info@rsvpdirectory.com

89
6
les agents

Patricia Brière

L’agent sert à promouvoir le talent de l’artiste qu’il représente. Très souvent,


il négocie des contrats pour un territoire géographique bien déterminé, par exemple
les États-Unis, le Québec ou bien encore la France.

91
CHAPITR E 6

les agents réputation de l’agence influencera la vôtre. Voici


L’agent servira d’intermédiaire entre l’illustrateur d’ailleurs une liste d’avantages et d’inconvénients
et le client. C’est à lui qu’incombe la tâche de publiée dans Business of Illustration par Steven
trouver des contrats pour les illustrateurs qu’il Heller et Teresa Fernandes, que nous avons tra-
représente. Il se charge également de la négocia- duite pour vous la présenter. Il s’agit d’un bon
tion des contrats, des diverses clauses, des tarifs début pour amorcer la démarche ; vous pourrez
et des délais à respecter. Il est par contre très ensuite y ajouter vos propres observations.
difficile d’intégrer une agence. En effet, dans plus
de 90 % des cas, c’est l’agent qui propose ses l’agent : avantages et
services à l’illustrateur. C’est généralement lui qui inconvénients
recherche les talents qui répondent adéquatement
aux besoins de ses contacts. Il exigera évidem- avantages
ment une commission sur tous les contrats qu’il  ous aurez plus de temps pour vous concentrer
V
obtiendra pour ses illustrateurs. La commission de sur vos illustrations.
l’agent est directement déduite du montant payé  otre agent fera toutes les négociations pour
V
par le client et celle-ci se retrouve généralement vous. Il possède d’ailleurs plusieurs années d’ex-
entre 20 % et 30 % de la somme totale ; au-delà, périence à ce sujet.
la cote devient exagérément élevée, hormis dans  ous jouirez de tous les bénéfices de faire partie
V
le secteur du « licensing » où la cote se situe autour d’un groupe aux intérêts similaires.
de 50 %. De plus, l’agent demande généralement  ous n’aurez pas à vous « vendre », l’agent le
V
aux artistes qu’il représente de participer au pro- fera pour vous.
gramme de promotion de son agence en cou-  ous aurez plus de temps pour réfléchir aux
V
vrant monétairement une partie des dépenses contrats que l’on vous propose, puisque vous
engagées pour son programme promotionnel. Il recevrez très rarement des appels directs des
arrive aussi que l’agent demande à l’artiste de clients.
créer gratuitement une œuvre destinée à cette  es contacts de l’agent pourraient vous mener
L
promotion. Le montant demandé à l’artiste pour vers des pistes que vous n’auriez pas explorées
par vous-même.
la promotion est habituellement proportionnel à
la part des revenus remis à l’agent. Par exemple,  ous pourrez participer à des outils de promo-
V
tion de groupe que vous n‘auriez pas pu vous
si l’agent prend 30 % des revenus, il paiera 30 %
payer seul.
de la promotion faite par l’illustrateur et ce dernier
devra débourser la balance. L’illustrateur payera
quant à lui 30 % du coût de la promotion mise inconvénients
en place par l’agence. Cette pratique n’a pas lieu  ans certains cas, vous perdrez le contact direct
D
avec un agent en « licensing », qui assume l’en- avec la clientèle.
semble des coûts promotionnels.  ous perdez un certain pourcentage de vos
V
Souvent, le fait d’avoir un agent permet à revenus.
l’illustrateur de se sentir encadré et appuyé dans Il peut advenir certains problèmes de communi-
son travail. Il ne faut toutefois pas associer trop cation (ajout d’intermédiaires).
rapidement agent avec abondance de contrats…  uand vous prenez des décisions, vous devez
Q
En effet, les agents représentent habituellement considérer les intérêts de l’agent en plus des
plusieurs artistes à la fois et, conséquemment, les vôtres.
bénéfices que l’on retire en faisant appel à leurs  ous pourriez vous compromettre quant au
V
services sont en quelque sorte partagés entre genre de contrats que vous aurez à réaliser.
tous les artistes représentés par le même agent.  ous aurez peut-être à insérer dans votre portfo-
V
Gardez toujours en tête que si l’agent vous pro- lio des illustrations visant à obtenir des contrats
cure des contrats, qui sont votre gagne-pain, vous- qui ne vous intéressent pas spécialement.
même êtes le gagne-pain de l’agent… En outre,  ien ne garantit qu’un agent vous rapportera plus
R
si, après avoir pesé les avantages et les inconvé- de clients ou d’argent que ce vous avez déjà.
nients, vous décidez de faire appel à un agent,  omme partie intégrante d’un groupe, vous per-
C
souvenez-vous que, comme pour les concours, la drez peut-être votre identité.

92
LES AGENTS

L’agent sert donc à promouvoir le talent de


l’artiste qu’il représente. Très souvent, il négo-
cie des contrats pour un territoire géographique
bien déterminé, par exemple les États-Unis, le
Québec ou bien encore la France. Certains vous
proposeront même de vous représenter dans le
monde entier. Effectivement, on remarque de
plus en plus que les agents tentent de repré-
senter leur clientèle sur un territoire le plus
large possible. Ce qui pourrait s’avérer avanta-
geux pour vous est d’obtenir les services d’un
agent pour un territoire plus méconnu dont les
pratiques et les particularités vous échappent.
C’est le travail d’un agent de connaître sa clien-
tèle et sa façon de faire. Les tarifs et les clauses
spécifiques en vigueur en Australie, par exemple,
peuvent différer de leur pendant nord-américain.
Un agent qui offre de vous représenter auprès
de la clientèle australienne sera, espérons-le, au
fait de ces différences. Pour cette raison, il peut
être avantageux de choisir un ou des agents qui
vous représenteront sur des territoires donnés pour les 5 mois suivants la fin de l’entente. Il est
alors que vous vous occuperez de le faire vous- toutefois recommandé de mettre un maximum
même en territoire plus connu, en l’occurrence de mois, car si vous mettez fin à une entente
au Québec, où d’ailleurs votre association pourra de 20 ans, il serait dommage d’être encore lié
vous fournir support et conseil. N’oubliez pas que pour 20 mois. Pour ces dernières raisons, il peut
lorsque vous aurez conclu une entente avec un être bénéfique d’envisager une période d’essai
agent, ce dernier demandera, dans la majorité avec votre agent avant de signer un contrat qui
des cas, que vous travailliez exclusivement pour comprendra toutes les clauses de l’entente liant
lui sur le territoire spécifié dans l’entente. Donc, les deux parties.
même si un client australien communique direc- Il est important qu’une bonne relation s’installe
tement avec vous après avoir visité votre site entre l’agent et l’artiste. En effet, travailler avec
Web, vous devrez systématiquement le référer à un agent, c’est créer une relation de confiance et
votre agent. Si vous avez déjà une bonne liste de un partenariat à long terme, il est donc important
clients assidus chez vous, il peut être plus inté- de faire le bon choix. Il faut que l’agent arrive à
ressant de continuer à faire vous-même votre tra- cerner les besoins de son artiste ainsi que sa
vail de représentation. Il est possible néanmoins manière de travailler, sans quoi la relation risque
d’exclure des clients de votre entente avec votre d’être problématique. Au Québec, il existe cinq
agent. À la signature du contrat, vous pouvez agents dont vous trouverez les références sur le
fournir la liste de vos clients qui ne feront pas par- site Web d’Illustration Québec. Le marché améri-
tie de l’entente. Avant de commencer à travailler cain, quant à lui, connaît une petite diminution du
avec un agent, il est pertinent de contacter l’un nombre d’agents depuis ces dernières années,
ou l’autre des illustrateurs qu’il représente déjà probablement à cause de la crise financière. En
pour obtenir de l’information sur sa manière de ce qui concerne le nombre d’artistes représen-
travailler. Dans la plupart des cas, le contrat qui tés par des agents, il a aussi connu une baisse
lie l’artiste et l’agent n’a pas de durée déterminée dernièrement. En effet, les nouveaux outils de
et peut être rompu assez facilement. Cependant, communication ainsi qu’une meilleure forma-
il inclut généralement une clause stipulant que tion et une plus grande diffusion d’informations
tout contrat obtenu pendant un nombre de mois ont libéré les artistes et les ont aidés à devenir
préétabli après la fin de l’entente devra tout de plus à même de gérer seuls leur carrière. Avoir
même donner lieu à une commission pour l’agent. recours aux services d’un agent demeure tout
En effet, celui-ci argumentera que ce sont ses de même une solution idéale pour tout artiste
efforts de promotion qui ont contribué à obtenir qui n’arrive pas à s’occuper de tout l’aspect
ces contrats, ce qui souvent s’avère véridique. « business » du métier, ou qui ne souhaite pas
La norme veut que ce soit un mois pour chaque le faire lui-même. N’oubliez pas non plus que la
année qu’a duré l’entente. Ainsi, si vous mettez fonction première d’un agent est de vous assu-
un terme au contrat au bout de 5 ans, l’agent rer une clientèle plus nombreuse que celle que
peut prendre une cote sur les contrats obtenus vous pourriez rejoindre en vous occupant seul de

93
CHAPITR E 6

votre promotion. Comme il est pra-


tiquement impossible de couvrir les
nombreux aspects de la représenta-
tion par un agent, nous vous fournis-
sons ici une liste d’interrogations les
plus courantes sur lesquelles vous
devriez réfléchir lorsque vous déci-
derez de choisir une agence. Avec
La compréhension cette liste, nous vous fournissons
aussi les questions les plus commu-
et le respect de votre nément posées par les agents avant
de prendre un artiste à leur charge.
personnalité d’artiste Ces deux listes proviennent de
Business of Illustration, de Steven
doivent être sacrés Heller et Teresa Fernandes.

pour votre agent et pour trouver un agent


qui vous conviendra, vous
devez vous poser les
DOIVENT passer AVANT questions suivantes :
 epuis combien d’années l’agent
D
les considérations en question est-il en affaires ? Est-il
expérimenté dans la négociation et
financières. la tarification ?
 uels services offre-t-il ? Tenue
Q
de livres, facturation, collecte de
« tearsheet » ?
Quel est son taux de commission ?
 ’agent a-t-il une bonne réputation
L
auprès des directeurs artistiques et
des clients ?
 entez-vous que votre travail est
S
réellement compris et apprécié par
cet agent ?
 ui d’autre l’agent repré-
Q
sente-t-il ? Comment votre travail
et votre approche s’agencent-ils
à ceux du groupe ?
 a clientèle de l’agence vous
L
est-elle totalement inconnue ou
ressemble-t-elle énormément
à celle que vous connaissez déjà ?
 uels sont les arrangements
Q
offerts par l’agence ? Veut-elle
l’exclusivité ? Pouvez-vous conti-
nuer de travailler à votre compte
parallèlement ?
 uels sont les programmes de pro-
Q
motion auxquels vous serez appelé
à participer ? Combien cela repré-
sente-t-il annuellement en terme
monétaire ?
 omment l’agence est-elle perçue
C
par le marché ? Voulez-vous être
associé à cette image ?
 uelles sont les modalités de paie-
Q
ment ? Serez-vous payé au contrat,
au mois, aux deux semaines ?
 urez-vous un mot à dire quant à ce
A
qui se retrouvera dans le portfolio
de l’agence ?

94
LES AGENTS

de son côté, l’agent pour terminer, voici


se posera aussi des quelques considérations
questions cruciales à ne jamais oublier en ce
avant de décider de qui concerne ce sujet si
représenter un artiste. complexe qu’est celui de
l’agent d’illustrateur :
voici quelques exemples de Il est important de se rappeler
questions importantes qu’il qu’un agent est un partenaire
d’affaires, JAMAIS votre patron
voudra clarifier avec vous : ni votre employé.
 ourquoi avez-vous besoin d’un
P  e respect et la confiance mutuels
L
agent ? sont les fondations sur les-
 ous considérez-vous comme une
V quelles doit se construire votre
entreprise ? collaboration.
 vez-vous des revenus respec-
A  a compréhension et le respect de
L
tables en tant qu’illustrateur ? votre personnalité d’artiste doivent
 e combien d’argent avez-vous
D être sacrés pour votre agent et
besoin pour vivre confortablement ? DOIVENT passer AVANT les consi-
dérations financières.
 tes-vous un illustrateur d’expé-
Ê
rience ou débutez-vous tout juste  nfin, bien que les conseils d’ordre
E
votre carrière ? artistique de la part de votre agent
soient toujours les bienvenus, le
 uelles sont vos attentes face à un
Q choix ultime de votre style et de la
éventuel partenariat avec l’agence ? direction qu’il suivra tout au long de
 st-ce que votre style entre en
E votre carrière doit vous revenir en
conflit avec celui d’un illustrateur exclusivité, à vous et à vous seul.
que l’agence représente déjà ?
 uel marché visez-vous ? Êtes-vous
Q
prêt à essayer autre chose ?
 tes-vous fiable, respectez-vous les
Ê
délais, êtes-vous responsable ?
 omment fonctionnez-vous avec
C
vos clients ? Avez-vous de bonnes
capacités de gestion d’affaires ?
 eriez-vous prêt à confier l’adminis-
S
tration de vos affaires à l’agence ?
 omment voyez-vous les demandes
C
de corrections et de retouches ?
 tes-vous professionnel ? Donnez-
Ê
vous toujours votre maximum ?

Bien sûr, la décision finale demeu-


rera vôtre, mais ces listes vous aide-
ront sûrement à vous préparer à ce
qui vous attend si jamais vous entre-
prenez des démarches de recherche
d’agence... Dans Creative, Inc.
Ilasco et Deangdeelert Cho vous
conseillent de faire relire vos contrats
d’entente par un avocat spécialisé
en droit d’auteur. Vous vous assu-
rez ainsi de bien comprendre tous
les tenants et aboutissants de votre
relation avec votre agent et évitez les
futures mauvaises surprises…

95
7
le site
internet

Marie-Anne Campeau Duplessis

Le présent chapitre a été révisé par Michelle Blanc, M.Sc. commerce électronique.
Marketing Internet, consultante, conférencière et auteure
(www.michelleblanc.com)

97
CHAPITR E 7

Nous avons déjà parlé des sites Internet de  éserver le nom de domaine ainsi que
R
les variantes. Ex : Annieillusration.com /
portfolios collectifs en ligne. Toutefois, le
Annieillustrations.com / Annieillustration.ca, etc. ;
site Internet personnalisé est devenu l’indis-
t rouver un hébergeur (les principales plateformes
pensable ami de l’illustrateur. C’est l’outil de
de création de site Internet en ligne prennent
base qui permet d’exposer ses illustrations l’hébergement en charge) ;
aux yeux de clients potentiels et actuels tout
 hoisir un « open source » comme Drupal ou
c
en fournissant davantage d’informations sur Wordpress. Nous avons une préférence pour
les services que vous offrez, votre mission ce dernier qui est plus facile d’utilisation.
d’entreprise, votre parcours, vos clients ainsi
que vos réalisations. Sachez que très peu de Il est également possible de contacter un
directeurs artistiques sont enclins à recevoir designer Web et de travailler de concert avec
sur rendez-vous un illustrateur qui souhaite lui pour élaborer un site Internet sur mesure.
présenter son portfolio. En outre, ils sont de Si vous décidez d’opter pour cette solution, il
plus en plus nombreux à faire des recherches convient de définir dès le départ vos attentes en
dans le Web pour trouver de nouveaux ce qui a trait à votre relation de travail avec le
talents et l’illustrateur qui saura répondre programmeur. Nous vous suggérons de proposer
à leurs besoins. Il est important de prendre une arborescence que vous élaborerez en vous
conscience que plusieurs aspects importants basant sur d’autres sites Internet d’illustrateurs et
doivent être respectés pour optimiser son d’artistes. Cette arborescence devra être validée
site Internet et sa présence en ligne. Nous par le designer Web qui en évaluera l’ergonomie
aborderons à cet effet l’utilisation des médias et « l’usabilité » pour le client cible. Dans cette
sociaux dans un prochain chapitre. optique de travail, nous vous encourageons for-
tement à utiliser des « open source » pour réduire
les coûts de conception ainsi que des CMS qui
7.1 faciliteront la gestion et la mise à jour du contenu
de votre site Internet. Dans cette relation de tra-
CONCEPTION ET vail, ce qu’il faut éviter au maximum, c’est d’être
lié à un programmeur pour faire des modifications
ÉVOLUTION et des mises à jour. Un tel lien aurait pour consé-
quence d’augmenter radicalement les coûts à
Nous vous suggérons fortement de faire vous- long terme tout en vous obligeant à avoir recours
même votre site Internet dans le but de limiter les constamment à votre programmeur. Ainsi, que
coûts financiers, tout en vous assurant de garder fait-on le jour où le programmeur n’est plus dis-
la maîtrise de votre site et éviter d’être dépendant ponible pour faire un changement ou une mise à
d’un informaticien. Zeegen et Crush vous offrent jour ? Il convient en effet de mettre à jour réguliè-
quelques conseils à ce sujet. Si vous décidez rement votre site Internet, car celui-ci est la vitrine
donc de vous lancer dans l’aventure, commencez de votre travail.
par naviguer sur les sites d’autres illustrateurs Nous vous encourageons fortement à conce-
et relevez ceux que vous trouvez intéressants. voir votre site pour qu’il soit lisible sur la plupart
Identifiez ce que vous aimez bien, mais surtout, des navigateurs Web (Safari, Chrome, FireFox,
ce qui vous déplaît et qui rend votre navigation Internet Explorer). Votre site devra également être
difficile (longueur de téléchargement, rubriques lisible sur les téléphones intelligents ainsi que
trop longues, polices et images trop petites, etc.). les tablettes fonctionnant sous IOS ou encore
Ensuite, fixez-vous des objectifs et un échéancier Androïde. C’est pourquoi nous vous recomman-
pour réaliser le tout. dons de ne pas utiliser de Flash.
Peu importe ce que vous choisirez de faire,
voici, en ordre, les principales certaines règles de base sont importantes à
étapes à suivre : considérer. Réfléchissez bien au nom de domaine
 rouver un nom de domaine non utilisé (aller sur
T (adresse Internet) que vous souhaiterez utiliser.
des sites comme GoDaddy permettent de voir si Le nom de votre site sera directement associé
un nom est disponible et ensuite de l’acheter) ;
à vos services. Suivant les conseils de Charles

98
LE SITE INTERNET

Hively, pensez à associer votre nom Mettez plutôt vos efforts à prouver
de site Web à votre propre nom (pré- que vous comprenez leurs besoins.
nomnom.com). Un ancien client qui Vous pourrez ensuite y intégrer un
vous connaît, mais qui ne se souvien- onglet « bio » ou « à propos de moi/
drait plus de votre adresse courriel, nous »… N’oubliez pas qu’il s’agit
pourrait toujours vous retracer et d’un outil plus exhaustif qu’un port-
inversement, les clients qui visiteront folio, profitez-en pour vous présenter,
votre site Internet pour une première le mettre à votre image. Par contre,
fois retiendront davantage votre nom. ne volez pas la vedette à vos illus-
Vous pourrez ensuite vous créer une trations ! Encore une fois, attention
adresse courriel facile à mémoriser à ne pas le surcharger, ce qui aurait
incluant votre nom et prénom (pré- comme conséquence de demander
nom@prénomnom.com). Même si un temps de téléchargement intermi-
vous n’êtes pas encore tout à fait nable, impatientant les visiteurs qui
prêt à monter votre site, il peut être passeraient systématiquement à une
astucieux de le réserver à l’avance autre page. Dans Creative Inc., les
pour en assurer la disponibilité le auteurs mettent d’ailleurs en garde
moment venu. contre les petites animations flash
Vous éviterez également beau- d’introduction ou les pages d’entrée
coup de problème en gardant strictement décoratives. Dans cette
toujours votre site le plus sobre catégorie, évitez aussi les fenêtres
possible. Évitez de trop surcharger du type « pop-up ».
le graphisme, optez pour un fond
léger, ce qui permettra de concentrer
l’attention sur vos illustrations. Portez
une attention particulière à la vitesse
de téléchargement. Charles Hively Votre site personnel
explique l’importance d’un téléchar-
gement rapide : en général, vous doit être conçu à votre
n’avez pas plus que 10 secondes
pour attirer l’attention d’un directeur image et répondre
artistique. Si votre site n’est pas
performant, il vous fera perdre des à vos besoins.
visites et donc… des contrats !
Il est important
7.2 de bien réfléchir à
QUOI Y METTRE… son contenu.
Votre site personnel doit être conçu Il doit être facile
à votre image et répondre à vos
besoins. Il est important de bien de navigation et
réfléchir à son contenu. Il doit être
facile de navigation et présenter un présenter un maximum
maximum de vos réalisations, idéale-
ment regroupées par styles, thèmes de vos réalisations.
ou secteurs (éditorial, jeunesse, pub,
etc.). Pensez à mettre des croquis,
des esquisses, des illustrations
finales et des images en contexte L’arborescence de votre site vous
(ex. page du magazine, emballage permettra de hiérarchiser l’infor-
produit, etc.). D’abord, la page d’ac- mation que vous comptez y inclure
cueil doit être attrayante, mais avant dans votre site. Ce dernier ne devrait
tout, elle doit porter sur les besoins pas s’étendre sur plus d’un ou deux
de vos clients et non nécessaire- paliers (chaque trait entre les cases
ment sur une présentation classique du schéma suivant représentant un
de votre entreprise/offre de service. clic de souris pour le visiteur).

99
CHAPITR E 7

Exemple d’arborescence web

PAG E D’ACCU E I L

À propos de moi...
Illustrations
(CV, prix et Éditorial
jeunesse Contact Boutique en ligne
distinctions, (Portfolio)
(Portfolio)
formations, etc.)

Mon inspiration Contact Contact Contact

Clientèles /
Témoignages

Contact

100
LE SITE INTERNET

Pour mettre en valeur votre travail, choisissez noms comme « Nomprenom-theme ou sujet », par
judicieusement un bon nombre d’images en vous exemple « nicolastrost-magazineActualite-elec-
assurant qu’elles sont les plus représentatives tionQuebec.jpg ». Cela permettra d’optimiser
possible du genre de contrat que vous souhaitez votre visibilité auprès de Google et des autres
obtenir. Ne vous sentez surtout pas obligé d’in- moteurs de recherche, tout en donnant de l’infor-
clure tout ce que vous avez produit jusqu’à main- mation au client qui aurait copié votre image sur
tenant. Il est important de contextualiser chaque son ordinateur. Ce dernier pourra ainsi associer
image que vous allez présenter en indiquant les l’image avec votre nom.
informations suivantes : N’oubliez surtout pas de mettre en évidence
Date de création vos coordonnées pour la clientèle intéressée et
Médium de création de vous assurer que l’onglet contact est dispo-
Nom du client nible sur toutes les pages de votre site. Ilasco
Nom du directeur artistique et Deangdeelert Cho insistent sur ce point en
statuant que trop souvent, ce détail est oublié…
Support de diffusion
Les acheteurs d’illustration sont de grands habi-
Ex : Illustration produite pour le magazine tués de la navigation Internet et surtout, des gens
L’actualité, directrice artistique Jocelyne Fournel, pressés. Un site qui leur demandera de 3 à 5
édition novembre 2013, titre de l’article Les élec- clics pour atteindre ce qu’ils veulent sera jugé
tions au Québec. Technique : aquarelle. inefficace et vous risquerez ainsi de perdre de
La contextualisation des œuvres est impor- bons contrats.
tante pour deux raisons. La première est qu’elle Pensez à intégrer un section « liens utiles »
va aider le client à comprendre les paramètres de ou « sources d’inspiration » pour partager les
création, l’utilisation qui est faite de l’image, tout liens Internet de vos amis, de vos clients, de
en vérifiant que le message produit par l’image vos sources d’inspiration, etc. Encore une fois,
répond au mandat. Cela aide donc à crédibiliser l’échange de liens Web avec d’autres sites
votre travail. La deuxième raison est que Google, Internet permettra de crédibiliser votre site « aux
comme plusieurs moteurs de recherche, réperto- yeux » des moteurs de recherche et ainsi amélio-
rie les sites Internet en fonction du texte, et non rer votre référencement naturel.
de l’image. Il convient donc de donner du texte Dans la mesure du possible, il serait efficace
à Google pour maximiser votre référencement d’ajouter des options de partage à toutes vos
et vos chances de sortir dans les résultats lors images. En effet, vous vendez des images. C’est
d’une recherche. le produit que vous offrez et votre style est votre
Lorsque vous choisissez vos œuvres, n’hésitez distinction par rapport aux autres illustrateurs. Il
pas à demander conseil à des collègues profes- faut donc permettre aux clients et aux visiteurs
sionnels ou à votre association si le choix est de partager votre travail, dans la mesure où ils
difficile, ou tout simplement pour valider votre l’apprécient.
choix. Ce qui importe est d’avoir des images de Pour finir, il est important d’ajouter un outil de
bonnes dimensions (Hively propose au minimum statistique à votre site comme Google Analytic.
455 pixels) permettant de bien en voir les détails Cet outil gratuit vous aidera à mesurer le nombre
(toutefois, présentez vos images à 72dpi pour de visites, leur provenance, la durée de la visite
en empêcher l’impression et l’utilisation illégale). ainsi que les pages les plus vues. Une analyse
Pensez aussi à intégrer votre signature accom- régulière vous permettra de quantifier les résul-
pagnée du sigle « © » en filigrane sur toutes vos tats d’un effort de promotion et, le cas échéant,
images pour les protéger. À cet effet, toutes les de valider un investissement. Cet outil est perti-
pages de votre site Internet devraient mention- nent et utile pour vous aider dans la planification
ner au bas de la page que toutes les œuvres de vos stratégies promotionnelles, car il vous
présentées dans ce site sont protégées par le permet de savoir d’où proviennent vos visiteurs
droit d’auteur et qu’il n’est pas permis de les et de savoir quand ils viennent vous voir, ce qui
utiliser sans votre consentement. Assurez-vous peut être utile pour planifier une promotion en
néanmoins qu’un client potentiel qui serait inté- terme d’heure et de jour.
ressé à intégrer une de vos images dans une
maquette puisse le faire en « draguant » simple-
ment l’image sur son bureau. Étant donné que 7.3
l’image sera en 72dpi, il ne pourra pas l’imprimer.
À cet effet, il convient également de bien choi- ATTIRER LA VISITE !
sir le nom de vos fichiers images. Évitez d’uti-
liser des noms du style « image 2 » ou encore Pour qu’un site soit efficace, il faut avant tout
« image 25dec2012 », optez plutôt pour des qu’il soit bien référencé. Il est crucial de diffuser

101
CHAPITR E 7

son existence en inscrivant son adresse Internet idéal présente à la fois vos images et, dans une
sur vos cartes professionnelles ou en créant des certaine mesure, votre personnalité, vous pour-
liens en provenance d’autres sites, tels que celui riez y ajouter un onglet présentant vos sites Web
de votre association ou d’un autre site de portfo- préférés ou encore les blogs qui vous inspirent.
lios en ligne. D’ailleurs, il peut être utile d’inclure Sans nécessairement mettre cette composante
des liens sur votre propre site, et de demander en premier plan, le client qui voudra en savoir
un échange de visibilité au site Internet dont vous plus sur vous sera heureux de trouver ce com-
ferez la promotion. Prenez toutefois la peine de plément d’information et aura même l’impression
juger adéquatement du contenu des sites dont de vous connaître un peu avant de vous avoir
les liens figureront sur le vôtre, tout simplement rencontré…
parce que votre réputation leur sera associée.
Un autre moyen de maximiser votre visibilité sur
Internet consiste à l’achat de mots clés dans un
moteur de recherche. Lorsque vous aurez pro-
cédé à ces achats, aussitôt que quelqu’un tapera
un de vos mots clés dans la barre de recherche
du moteur, votre page s’affichera en tête de liste
parmi les résultats. Il faut toutefois faire attention
au choix des mots clés et au budget que vous
souhaitez dépenser. Nous présentons d’ailleurs
dans le prochain chapitre les principaux médias
sociaux au sein desquels il peut s’avérer perti-
nent d’alimenter un profil. Rappelez-vous qu’ac-
tuellement, votre présence en ligne est cruciale
et qu’il faut profiter de ces médias sociaux pour
créer du trafic vers votre site Internet.

7.4
LE PETIT PLUS…
Votre site est en ligne et est visité par un bon
nombre de clients chaque mois. C’est excel-
lent. Vous pourriez toutefois réfléchir aux petits
« plus » possibles pour tirer davantage profit de
ce fabuleux outil virtuel. En effet, pourquoi ne pas
profiter de cette plateforme en ligne pour vous
lancer tranquillement dans l’« autolicensing » ?
Vous pourriez décider de créer des produits
dérivés de vos illustrations et les annoncer sur
votre site en y ajoutant un onglet « Boutique »
(t-shirt, tasses, cartes de souhaits, etc…). Pour
ce faire, vous pourriez avoir votre propre boutique
ou un lien vers des boutiques telles que Etsy,
Zazzele ou encore Society6. Au-delà d’accroître
votre visibilité, si la boutique fonctionne bien, elle
vous permettra d’augmenter vos revenus. Pensez
toutefois à inclure les frais de livraison dans vos
prix de vente.
Vous pourriez aussi penser à offrir aux visiteurs
des fonds d’écrans à télécharger gratuitement
ou encore des modèles de cartes de souhaits
virtuelles. En leur faisant ce petit cadeau, vous
faites un bon coup de marketing auprès d’un
client potentiel tout en vous assurant que votre
travail continuera de circuler et d’être vu par
d’autres. Autre idée originale : comme le portfolio

102
LE SITE INTERNET

7.5
LIENS UTILES
d rupal
drupal.org

 ordpress
w
fr-ca.wordpress.com

g odaddy
ca.godaddy.com

g oogle analytics
www.google.com/analytics/

e tsy
www.etsy.com

z azzele
www.zazzle.ca

s ociety6
society6.com

103
8
les médias sociaux

Sébastien Leblanc

Le présent chapitre a été révisé par Michelle Blanc, M.Sc. commerce électronique.
Marketing Internet, consultante, conférencière et auteure
(www.michelleblanc.com)

105
CHAPITR E 8

Dans le chapitre précédent, nous avons 8.1


abordé la question du site Internet. Cet
outil est indispensable certes, mais, à FACEBOOK OU LA
l’heure actuelle, il n’est plus suffisant.
Effectivement, le monde est de plus en COMMUNAUTÉ DE
plus branché. Les modes de réseautage
s’élargissent de jour en jour et de nou- PARTAGE…
velles plateformes apparaissent à un
rythme effréné. Ceci dit, ces plateformes Facebook est probablement, avec Twitter et
sont-elles toutes pertinentes pour vous ? LinkedIn, l’une des plateformes de réseaux
Rejoignent-elles toutes la même clien- sociaux les plus répandues. Facebook fut d’abord
tèle ? Ont-elles les mêmes desseins ? De fondé en 2004 par un étudiant d’Harvard, et se
plus, être actif sur chacune de ces nom- voulait une plateforme de réseautage entre étu-
breuses plateformes de médias sociaux diants. Petit à petit, l’équipe derrière la machine
peut devenir extrêmement énergivore. Il s’est agrandie. En 2012, elle compte, selon son
est donc important de bien connaître vos créateur, plus d’un milliard de membres actifs.
objectifs et attentes envers ces dites plate- Comme il s’agit d’un outil gratuit et convivial,
formes pour en évaluer la performance son utilisation s’est rapidement répandue. Mais
et faire des choix judicieux le moment s’agit-il simplement d’une plateforme présentant
venu. Ce qu’il faut d’abord comprendre, un mur de discussions futiles ou est-il possible
c’est qu’une page Facebook inactive ou d’y articuler un plan marketing ? Quels sont les
encore un compte LinkedIn désuet n’at- avantages de ce réseau social ? D’abord, comme
teindra pas son but premier ; ultimement, mentionné, son utilisation est gratuite. Ensuite,
ces fameux « comptes » inactifs enver- si vous alimentez bien votre page et que vous
ront même un message négatif quant au réussissez à aller chercher beaucoup d’adeptes
dynamisme de votre entreprise. Cet illus- (on a maintenant changé la formule « devenir
trateur travaille-t-il toujours ? Il n’arrive adeptes » pour le simple « j’aime »), l’information
même pas à gérer correctement sa pro- que vous y publierez se propagera massivement
motion, comment pourra-t-il travailler pour et rapidement. C’est d’ailleurs un des principes
moi ? En effet, les médias sociaux sont à de base de la plateforme tant utilisée. Facebook
double tranchant, ils prennent du temps figure aussi parmi la liste des réseaux sociaux les
et de l’énergie, mais doivent absolument plus fréquentés. Il va donc sans dire que les mes-
être alimentés, sans quoi ils deviennent sages que vous partagerez sur cette plateforme
contreproductifs. Vous devrez donc choisir Internet auront une certaine portée. Il faut relativi-
judicieusement où investir votre temps et ser ici la portée dans la mesure où le système mis
votre énergie pour maintenir un, deux ou en place par Facebook fait en sorte qu’environ
trois comptes sur des plateformes popu- 10 % de vos fans verront vos messages. Ce sys-
laires plutôt que de vous inscrire systéma- tème a pour principal but de stimuler l’achat de
tiquement sur tous les nouveaux réseaux promotion pour stimuler vos publications.
sociaux sans être capable de fournir à leur Attention par exemple, cet aspect, baptisé
maintenance. Comment choisir ? Voici une « hyper sharing » par Josh Bersin dans un article
liste des principaux médias sociaux et paru en 2013 sur la page Internet du magazine
de leur utilité première pour vous aider Forbes, représente également un des principaux
à faire ce choix. Gardez toutefois en tête défis/dangers pour les usagers de la plateforme.
que votre principale présence en ligne Avantage non négligeable, les pages Facebook
doit demeurer votre site Internet et cha- sont systématiquement indexées par Google.
cune des plateformes que vous choisirez Par exemple, en tapant le nom de votre entre-
d’alimenter devra au final viser à créer du prise sur Google, vous verrez apparaître, dans
trafic vers celui-ci. la liste de résultats, le lien direct vers votre page
Facebook. Vous augmentez ainsi votre visibilité

106
LES MÉDIAS SOCIAUX

dans l’univers virtuel. Donc, en récapitulatif, Facebook à votre site Internet et qu’on vous
Facebook est une plateforme au sens pur et trouve rapidement.
non pas uniquement une application Internet. Finalement, il existe plusieurs formes de page
Dans son article, Bersin explique d’ailleurs que Facebook (entreprise, personnelle, groupe ou
des compagnies et entreprises peuvent ainsi encore communauté). Seule la page d’entre-
créer des applications à l’intérieur même de la prise officielle vous garantit le plein accès et le
plateforme Facebook (comme BranchOut qui droit complet de publication au nom de votre
vise essentiellement les mêmes objectifs que entreprise. Quant aux autres pages, si Facebook
LinkedIn, mais à même Facebook). C’est sans juge un jour que vous ne détenez pas les droits
doute l’aspect communicationnel de Facebook de publication pour un groupe ou une commu-
qui définit le plus justement l’essence de la nauté donnée, il pourra effacer le profil sans
plateforme. Pour l’illustrateur, un profil Facebook plus d’avertissement. Autre détail à retenir : seul
lui servira à communiquer à ses fans ses bons un profil personnel vous permettra « d’aimer
coups et ses nouvelles du jour, mais aussi ses d’autres pages » et de créer des liens d’amitié
questionnements ainsi que des esquisses et cro- avec d’autres illustrateurs ou des clients. Votre
quis pour recevoir des commentaires et conseils page entreprise offrira à vos connaissances de
(constructifs, espérons-le) et pousser plus loin devenir « adeptes » de votre page, mais vous ne
ses explorations et son travail. Soyez néanmoins pourrez devenir « amis » avec eux. Ceci étant dit,
conscients qu’une page Fan sera presque exclu- Facebook doit relayer l’information qui provient
sivement suivie par des fans de votre travail, votre de votre blog et de votre site Internet, permettant
famille, vos collègues illustrateurs et vos amis, ainsi de faire un lien direct entre l’un et l’autre.
rarement par des clients potentiels. Il faut donc Chez Facebook, vous n’êtes pas maître de
utiliser cette plateforme en tenant compte de vos contenus. En publiant sur Facebook, vous
cela. Profitez-en pour promouvoir vos livres, vos leur cédez tous vos droits, c’est d’ailleurs bien
œuvres disponibles à l’achat par exemple. identifié dans leurs conditions d’utilisation. Faites
Quelques mises en garde avant de se lancer donc attention à ce que vous publiez. C’est un
dans l’aventure. L’« hyper sharing » de Bersin est outil parmi d’autres et non votre fer de lance !
probablement la première considération à avoir. Mais tout de même, que pouvez-vous partager
Plusieurs personnes choisissent de bouder sur Facebook ? Nous l’avons mentionné plusieurs
Facebook à cause de sa position plutôt nébu- fois, Facebook est effectivement une commu-
leuse sur le respect de la vie privée, des droits nauté de partage. Faites parler vos adeptes, ils
d’accès à l’information et des droits d’auteur sur enrichiront vos contenus et vous feront avancer
les images que vous y mettrez. C’est pourquoi dans votre démarche. Servez-vous aussi de votre
nous vous suggérons de ne pas télécharger des page Facebook pour aider vos adeptes à mieux
images, mais plutôt d’utiliser des liens Internet vous connaitre. Relayez les articles que vous
qui propulsent des images de votre site Internet trouvez intéressants. Présentez-y vos sources
ou d’un portfolio Behance vers votre page d’inspiration et, pourquoi pas, commentez le
Facebook. Aussi, compte tenu que l’actualité travail de vos collègues (mais encore une fois,
défilant sur la plateforme est en constante mise à n’oubliez pas qu’un contenu Internet ne s’efface
jour, Facebook devient facilement chronophage. pas facilement, restez courtois et peut-être pour-
Changement de statuts de vos 1033 amis, fils riez-vous vous contenter de commenter ce qui
d’actualité toujours en mouvance, clavardage, vous plaît, ce que vous aimez…) !
invitations, tous ces items composent un terrain
dynamique qui demandera de plus en plus de
temps. Attention à ne pas y passer vos journées ! 8.2
Également, sur Facebook, il sera préférable
pour vous de séparer vos comptes personnels TWITTERA, TWITTERA
de vos comptes professionnels. Vous ne souhai-
tez pas partager la même information à vos amis PAS... ?
et famille qu’à vos clients n’est-ce pas ? Par
exemple, vous ne partageriez pas vos photos Vous trouverez une panoplie d’avis contraires sur
de voyage avec vos futurs clients. Voilà pour- la supériorité d’un média social face à un autre.
quoi il s’avère avisé de séparer vos comptes Le rendement d’une plateforme doit toujours être
en les identifiant comme tels (ex : c’estmoile- évalué en fonction de ses avantages et incon-
meilleur et c’estmoilemeilleur-professionnel). vénients. À chacun ses qualités premières. Ce
Et puisqu’on en parle, choisissez judicieuse- qui est important pour profiter au maximum des
ment votre nom de profil. Vous souhaitez qu’on offres des médias sociaux, c’est d’être présent
vous reconnaisse, qu’on associe votre page sur plus d’une plateforme. Mais encore une fois

107
CHAPITR E 8

combien et lesquelles demeure une question de Inversement, vous pourriez y partager toutes vos
choix et de temps. Voici donc les principaux avan- nouvelles les plus récentes. Avez-vous gagné
tages qu’offre Twitter : un prix, obtenu un nouveau contrat ? Êtes-vous
D’abord, la plateforme permet une plus tombé sur une mine d’or d’informations que vous
grande portée du message. C’est un médium désirez partager à vos « followers » ? Servez-vous
qui est utilisé par les journalistes, les faiseurs de vos 140 caractères pour le faire ! Vous pour-
de tendances, les personnalités. Il permet rez aussi partager des liens Internet, vers des
d’entrer directement en conversation avec eux. images par exemple, ou encore amener votre
Contrairement à Facebook, les abonnés n’ont réseau sur votre site Internet en annonçant une
pas à avoir préalablement « aimé » votre profil nouvelle collection d’images disponible. Il s’agit
afin d’accéder à vos publications. Votre gazouillis, d’un échange de nouvelles, bref et direct. Un
une fois lancé, est visible par tous les abonnés raccourci à votre éditorial du jour ! Vous pourrez
de la plateforme, à part les usagers qui auront aussi « retwitter » une nouvelle pertinente à votre
été bloqués, évidemment. Ensuite, il semble plus réseau ou encore répondre à un « tweet » qui
facile d’intégrer des hyperliens et d’y faire des aura suscité votre intérêt, et ainsi démarrer une
mises à jour dans un contexte promotionnel. Les conversation. Pour une efficacité maximale, soyez
réponses du réseau y sont d’ailleurs instantanées concis, mais sachez susciter l’intérêt.
et la communication directe. Les infos qui y sont
partagées peuvent être liées à un lecteur RSS
et même référencées par les différents moteurs 8.3
de recherche, ce qui rend ces infos disponibles
même aux non-abonnés de la plateforme! Le ET LINKEDIN,
« widget » permet de propager son fil Twitter en
l’insérant directement dans sa page Internet ou C’EST UTILE ?
son blog et ainsi l’échange entre les deux plate-
formes devient bidirectionnel. Finalement, les Il s’agit d’un réseau social entièrement dévoué
coûts d’administration (en énergie et en temps) à la vie professionnelle. En somme, il s’agit d’un
sont nettement moindres que pour Facebook ! site de CV en ligne et d’un système de réseau-
Malgré tout, il faut être conscient que les tage avec employeurs. Évidemment c’est encore
messages sont limités à 140 caractères, ce qui une fois un réseau à ne pas sous-estimer, en
oblige à synthétiser au maximum sa pensée. Cela opération depuis mai 2003 et comptant actuel-
peut néanmoins vous encourager à être concis et lement plus de 225 millions d’abonnés, mais
à utiliser des liens Internet raccourcis. qui se concentre entièrement à la recherche
Que feriez-vous d’un compte Twitter ? En fait, d’emploi et au recrutement. Il ne s’agit donc pas
le site est idéal pour partager de courtes nou- d’une plateforme d’échange de photos ou d’in-
velles et pour vous composer un réseau d’af- formations personnelles. LinkedIn compte tout
faires. Twitter vous permettra plus facilement de de même une tribune via laquelle vous pouvez
rejoindre directement les gens de votre industrie, partager des nouvelles professionnelles comme
comme des intéressés de l’illustration, des direc- l’obtention d’un nouveau mandat, la mise à jour
teurs artistiques à l’affût de nouveaux talents, etc. de votre site Internet personnel ou encore des
Alex Mathers y va aussi de ses conseils dans croquis préparatoires de votre prochain projet.
l’édition de votre compte Twitter. Trouvez d’abord L’ultime objectif de ce réseau est de vous mettre
un nom de compte le plus près possible du nom en contact avec des employeurs et chercheurs
de votre entreprise et/ou du nom de votre site de têtes afin d’obtenir un emploi (ou dans votre
Internet. Aussi, comme les gazouillis sont limi- cas, un contrat) en fonction de vos capacités
tés à 140 caractères et que votre nom figurera et habiletés. Une autre des composantes inté-
systématiquement dans vos messages, il sera ressantes de la plateforme est la possibilité
judicieux de choisir un nom plutôt court. Vous d’accumuler, directement sur votre profil, des
pourrez ensuite vous créer un avatar et y ajouter recommandations de vos anciens employeurs/
votre petite bio. Générez votre compte en gar- collègues, basées sur vos habiletés et compé-
dant en tête que la plupart de vos « followers » en tences pour des tâches spécifiques. D’ailleurs,
feront une lecture vraiment rapide. Mais une fois de ce point de vue, LinkedIn occupe sans doute
que le compte est actif, qu’est-ce qu’on y écrit ? la première place parmi les plateformes virtuelles
Twitter est en quelque sorte la nouvelle porte en ce qui concerne la valorisation des qualités
d’entrée des actualités. C’est l’endroit où sor- professionnelles de ses usagers, ainsi que le
tiront en primeur les nouvelles de l’heure. Vous spécifie Josh Bersin dans l’article cité en début
pourriez vous en servir pour connaître tout ce de chapitre. Mais, comme pour les plateformes
qu’il y a à savoir sur un sujet qui vous intéresse. précédemment présentées, l’intérêt de LinkedIn

108
LES MÉDIAS SOCIAUX

réside dans la qualité du réseau qu’on réussit


à s’y développer. Aussi, certaines modalités
du réseau ne sont disponibles que lorsque l’on
souscrit à un compte payant, par exemple l’ac-
cessibilité complète aux données de quiconque
se trouvant dans votre réseau.
Nous vous suggérons d’utiliser LinkedIn pour
entrer en contact avec des directeurs artistiques
avec qui vous souhaitez collaborer. Il s’agit d’un
bon outil pour obtenir leurs coordonnées tout en
évitant de passer par la secrétaire. En outre, cela
vous permet de les contacter directement via un
petit message et une invitation à découvrir votre
portfolio.
Pour finir, si vous souhaitez avoir un profil
LinkedIn pleinement rentable, assurez-vous
d’y inclure le plus de détails possible quant à
votre formation, vos expériences et vos réalisa-
tions. LinkedIn vous servira à vous développer
un réseau d’affaires et à faire valoir vos compé-
tences et habiletés dans le but d’être engagé.

8.4
LE BLOG ALORS,
ÇA SERT À QUOI ?
Pourquoi un blog ? Qu’est-ce que le blog me
permettra de faire de plus ? Alex Mathers nous
explique qu’il faut voir le blog comme le sque-
lette de votre entreprise ou encore une invita-
tion à entrer en contact directement avec vous,
la personne derrière les illustrations que vous
partagez et les nouvelles que vous publiez sur
les différents réseaux sociaux. Le blog vous per- à votre travail autonome et vous permettez à vos
mettra d’entrer en relation avec vos fans, amis, contacts de connaître votre approche et vos
futurs clients, etc. Si vous administrez votre blog valeurs. Bien entendu, vous souhaitez toujours
personnel convenablement, vos adeptes seront vendre vos services et vous devrez toujours gar-
intéressés à vous suivre et comprendront davan- der en tête cet objectif lors de la rédaction de
tage les valeurs sous-jacentes à votre pratique. votre blog, mais relâchez un peu la pression mar-
Le blog vous permettra de vous montrer au keting et abandonnez-vous plutôt à vendre votre
grand jour et de dévoiler votre passion pour votre passion et vos réels intérêts…
métier. Il est cependant recommandé d’intégrer L’idée principale est d’y avoir une bonne
directement votre blog à votre site Internet. Ainsi, cadence de publication, la moyenne étant une
le blog vous permettra d’animer et de mettre à à deux fois par semaine, et tentez toujours
jour le contenu de votre site. Il le rendra plus d’avoir un contenu intéressant. À ce sujet, l’au-
dynamique et incitera le visiteur à venir réguliè- teur apporte une proposition fort intéressante si
rement pour y découvrir des nouvelles images vous craignez de ne pas avoir suffisamment de
ou des nouveaux postes. Que préférez-vous contenu à partager. Faites d’abord le test avec
faire ? Quel genre de travailleur autonome êtes- une autre passion que votre occupation profes-
vous, comment entrez-vous en contact avec les sionnelle. Vous pouvez vous servir de plateforme
gens ?… Ce genre de choses est important dans de blog gratuite comme Blogger (par contre plus
le milieu des affaires et les gens souhaitent pou- restrictive), Tumblr ou Wordpress pour y faire un
voir associer l’artiste à son travail. En présentant tour d’essai. Disons que vous êtes passionné
votre personnalité, vos connaissances et l’objet de cinéma et que vous êtes capable de passer
de votre curiosité, vous apportez de la crédibilité des soirées entières à ne parler que de ça. Eh

109
CHAPITR E 8

bien, tentez le blog cinéphile pendant quelques possible d’y créer un compte et de « piner » litté-
mois ! Vous verrez si le blog est pour vous et ralement des images comme source d’inspiration.
vous pourrez ensuite opérer un blog traitant de Vous pouvez créer des dossiers sur différentes
votre occupation professionnelle. Et pour donner thématiques comme la cuisine, la calligraphie ou
une couleur à votre blog et vous distinguer de la encore la mode. Il vous est également possible
concurrence (il existe évidemment des tonnes de vous abonner à d’autres comptes pour avoir
de blogs sur Internet), choisissez de développer ainsi accès à de nouvelles images.
vos billets sur un sujet bien précis de votre pra- Vous aurez à faire des choix dans votre stra-
tique. Parlez plus précisément de votre médium, tégie promotionnelle, ne vous gênez surtout
par exemple, ou encore de l’illustration jeunesse. pas pour tenter différentes stratégies et visi-
À vous de choisir, mais attention à ne pas trop ter les dites plateformes. Quelques conseils
aiguiser vos billets et à les rendre ainsi hermé- de base sont à retenir. D’abord, ne parlez pas
tiques. Un bon contenu et une constance dans que de vous. Les médias sociaux sont des lieux
la fréquence de publication sont donc deux élé- d’échange. Demandez des avis, recherchez la
ments cruciaux. Aussi, assurez-vous de bien titrer conversation plutôt que la présentation mono-
et de bien classer vos billets. En effet, lorsque loguiste pure et simple. C’est la nature même
vous titrez vos articles, pensez référencement, du Web 2.0 : l’interaction. Suivez aussi les gens
attrait et dynamisme ! qui vous intéressent et participez aux conver-
Comme l’objectif premier du blog est de parta- sations, prenez la peine de répondre aux com-
ger vos réflexions personnelles sur une question mentaires et questions qu’on vous présentera.
particulière et d’ensuite entrer en communication Ensuite, connaissez bien votre public cible et
ouverte, réfléchissez à l’avance à vos capacités sachez où le trouver. Cela vous épargnera bien
d’encaisser les commentaires. Idéalement, vous des coups d’épée dans l’eau et vous permettra
n’effacerez pas les premières critiques pour vous d’économiser beaucoup d’énergie. Aussi, bien
en débarrasser rapidement parce que vous ne que vous devrez choisir parmi plusieurs possibi-
pouvez les encaisser. Pensez plutôt qu’il s’agira lités, ne faites pas l’erreur de vous limiter à une
d’une excellente occasion de démontrer votre seule plateforme. Si vous êtes vraiment restreint
grandeur quant à la critique. Prenez un peu dans le temps que vous pouvez accorder à votre
de distance et tentez d’approcher la chose de stratégie Web, faites des choix judicieux et choi-
manière constructive. Il vous est aussi possible sissez des plateformes complémentaires qui
de créer votre propre politique de publication, qui vous permettront d’atteindre des publics cibles
explique clairement le type de messages et com- différents et de véhiculer des messages distincts.
mentaires qui seront acceptés et ceux qui seront Soyez créatif dans vos communications, attirez
retirés sans préavis. On pense ici aux messages les gens dans vos réseaux et saisissez l’oppor-
à caractère xénophobe, raciste, etc. tunité de présenter l’ampleur de votre créativité !
Finalement, prenez occasionnellement le temps
de faire des recherches sur vous-même. Vérifiez
8.5 quels sont les résultats de recherche lorsque
vous tapez votre nom sur Google, par exemple.
AUTRES UTILITÉS DU Cela vous permettra de vérifier laquelle de vos
plateformes Internet est la plus visitée et de
WEB ET DERNIÈRES mieux diriger vos stratégies.
Finalement, lorsque vous planifierez votre
RECOMMANDATIONS stratégie promotionnelle en usant des médias
sociaux, penser à arrimer les différents médias
Nous avons présenté ici quelques instruments ensemble. Ainsi, un message publié sur LinkedIn
Internet qui vous permettront de faire la promo- peut être diffusé automatiquement sur Twitter.
tion de votre travail. Évidemment, nous n’avons D’autres connections sont possibles entre les dif-
pu dresser un portrait complet de toutes les pos- férents médias. Cette technique vous fera gagner
sibilités du Web. Plusieurs autres plateformes du temps et évitera de dupliquer vos efforts. Vous
communicationnelles existent comme Flickr, You pouvez également utiliser la fonction « program-
tube ou encore Instagram, mais nous croyons mer une publication » qui est disponible dans les
avoir couvert les plus pertinentes et importantes pages Fans de Facebook. Cette fonction vous
pour vous en tant que travailleur autonome. permet d’enregistrer des messages et de pro-
Aussi, plusieurs autres usages du Web sont pos- grammer la date et l’heure à laquelle ils seront
sibles, entre autres comme source d’inspiration. publiés sur votre mur.
À ce sujet, Pinterest est une plateforme assez
intéressante qui sert de babillard virtuel. Il est

110
LES MÉDIAS SOCIAUX

8.6
LIENS UTILES
f acebook
www.facebook.com

l inkedin
www.linkedin.com

t witter
www.twitter.com

f lickr
www.flickr.com

p interest
www.pinterest.com

d ehance
www.behance.net

y ou tube
www.youtube.com

v imeo
www.vimeo.com

i nstagram
www.instagram.com

t umblr
www.tumblr.com

 ichelle blanc
m
www.michelleblanc.com

111
9
le droitd’auteur

Yves Dumont

Nous avons essayé de résumer ici un sujet très complexe. Cette section ne remplacera
évidemment pas les conseils juridiques qui devront être obtenus dans les cas où
l’application des principes généraux n’est pas claire.

113
CHAPITR E 9

Une grande partie des informations et des les sculptures, les œuvres artistiques artisanales
textes qui composent cette section sont tirés ainsi que les œuvres d’art architectural, les gra-
du document Droit d’auteur – mode d’emploi vures et les photographies, les graphiques, les
publié par Illustration Québec en 1987 et cartes et les compilations d’œuvres artistiques.
rédigé par Thierry Sauer. Merci à l’auteur qui La sculpture, qui est comprise parmi les œuvres
nous a donné l’autorisation de réutiliser ses artistiques, comprend les moules et les modèles.
écrits. Ils ont été révisés d’abord par maître En ce qui touche les œuvres collectives, le
Viviane De Kinder et actualisés par maître terme « œuvre créée en collaboration » signifie
Véronyque Roy. une « œuvre exécutée par la collaboration de
deux ou plusieurs auteurs et dans laquelle la part
créée par l’un n’est pas distincte de celle créée
9.1 par l’autre ou les autres ». A contrario, la protec-
tion du droit d’auteur sur une « compilation » ne
QU’EST-CE QUE C’EST ? porte que sur l’expression de l’arrangement ou le
choix de la matière compilée, et est distincte du
Le droit d’auteur est un droit statutaire puisque droit d’auteur lié aux œuvres incorporées dans
son existence découle de la Loi sur le droit la compilation. Par exemple, la bande dessinée
d’auteur [L.R.C. (1985), c. C-42] (ci-après : Loi). créée par un auteur de texte et un illustrateur
Cette Loi relève du gouvernement fédéral, tout sera considérée comme une œuvre de compi-
comme la législation touchant les autres com- lation, la part de l’un étant distincte de la part
posantes de la propriété intellectuelle, soit celle de l’autre. Il existe un droit d’auteur sur le texte
sur les brevets, les marques de commerce et les et un droit d’auteur sur le dessin. La qualifica-
dessins industriels. La Loi est entrée en vigueur tion de la compilation dépend quant à elle de la
le 1er janvier 1924, avant de connaître des amen- nature des œuvres dont elle est composée. Un
dements par la suite. Pour bien saisir l’objectif de livre ayant pour contenu 50 photographies et 5
cette loi, il faut comprendre qu’elle vise diverses poèmes serait considéré comme une compilation
utilisations ou exploitations de l’œuvre. d’œuvres artistiques plutôt que littéraires.
Finalement, le terme « contrefaçon » désigne
au canada, la protection du droit toute reproduction illégale, y compris l’imitation
d’auteur a pour objet : déguisée d’une œuvre sur laquelle subsiste un
 es œuvres (littéraires, dramatiques, musicales
L droit d’auteur.
ou artistiques) ;
Les prestations d’artistes-interprètes ;
Les enregistrements sonores et 9.2
CONDITIONS DE
Les signaux de communication.

Le droit d’auteur ne vise que les œuvres


décrites à la Loi, qui est exhaustive. L’expression PROTECTION
« droit d’auteur » réfère à une série de droits dis-
tincts et exclusifs dont seul le titulaire de ce droit La protection du droit d’auteur ne vise que l’ex-
peut exercer, autoriser et interdire l’exploitation, pression de l’œuvre. En sont exclus les idées,
avec ou sans restriction de marché, de territoire, informations, procédés ou méthodes et données
de durée, de format et de support. publiques exposés ou décrits à l’œuvre. L’auteur
Il s’agit de droits économiques ou patrimoniaux est la personne qui exécute l’œuvre et non celle
et de droits moraux. Le présent document vise qui suggère les idées exprimées dans l’œuvre
surtout les questions qui touchent les auteurs exécutée. Le principe de protection du droit d’au-
d’œuvres artistiques que sont les illustrateurs. teur ne se rattache qu’à l’expression de l’œuvre
Voici quelques définitions utiles pour la bonne et non aux idées que celle-ci incorpore ; les idées
compréhension du droit d’auteur. Tout d’abord, sont du domaine public.
le terme « œuvre artistique », au sens de la Loi, Au Canada, la protection du droit d’auteur n’est
comprend les œuvres de peinture, les dessins, assujettie à aucune formalité d’enregistrement.

114
LE DROIT D’AUTEUR

Cependant, l’œuvre artistique doit, Lorsque l’œuvre a été réalisée


pour être admissible à cette protec- dans le cadre d’un emploi salarié,
tion, satisfaire les critères suivants : l’employeur devient propriétaire du
être originale et fixée. droit, à moins qu’une entente ait
Le critère d’originalité est stipulé à été négociée à l’effet contraire. Aux
la Loi et ne se rattache ni à la valeur yeux de la Loi, le pigiste est assimilé
ni au mérite artistique ou littéraire au travailleur autonome et non à un
de l’œuvre, ni à la nouveauté des employé. L’artiste demeure donc pro-
idées exprimées. Selon la doctrine priétaire de tous ses droits.
et la jurisprudence canadiennes, est Jusqu’à la venue de la nouvelle
« originale » une œuvre qui émane mouture de la Loi en novembre
d’un auteur et qui n’est pas le fruit 2012, les droits d’auteur de toute
de la copie d’une autre œuvre. Plus photographie commandée et payée
précisément, l’œuvre doit être le par un client appartenaient, à moins
produit de l’exercice du talent et du de stipulation contraire, audit client
jugement d’un auteur. Cela néces- et non au photographe qui la réali-
site un effort intellectuel et ne peut sait. Les photographes se voyaient
donc pas être purement mécanique. donc dans l’obligation de faire
Celui de fixation procède d’un cri- signer une entente à chacun de
tère jurisprudentiel adopté depuis leurs clients pour obtenir leur droit
1954. Selon ce critère, l’expression d’auteur sur leur travail. Par contre, la
de l’œuvre doit être fixée sous une nouvelle Loi a réglé ce clivage pour
forme quelconque, plus ou moins les photographes qui sont mainte-
durable ou permanente. nant propriétaires des droits de leurs
La Loi est la loi et s’applique à œuvres au même titre que les autres
tous, sans exception. Débutants artistes créateurs. Cependant, cette
et professionnels, inconnus ou mesure n’est pas rétroactive et ne
célèbres, tous les artistes ont les concerne que les photos produites
mêmes privilèges, obligations et res- après la promulgation de la Loi.
ponsabilités. Il y a un code internatio- Dans le cas d’une commande d’il-
nal qui indique l’existence d’un droit lustration qui est une reproduction
d’auteur sur une œuvre, il s’agit du d’une œuvre existante, il s’agit d’une
symbole © suivi du nom de l’auteur reproduction d’une œuvre originale,
et de la date de sa première publica- déjà fixée, et sur laquelle existe un
tion. Il n’est pas obligatoire, mais plu- droit d’auteur. En ce qui concerne l’il-
tôt fortement conseillé de l’inscrire lustrateur, le critère d’originalité fait
systématiquement. Aussi, pour ne défaut, il n’est donc pas le titulaire du
pas être inclus dans les exceptions droit d’auteur. Il y a alors deux possi-
prévues à la plus récente version de bilités : soit l’illustrateur a obtenu de
la Loi, nous recommandons que les l’auteur ou des ayants droit l’autori-
œuvres publiées sur le Web com- sation d’exécuter (ou de reproduire)
portent un verrou technologique. l’œuvre en question (c’est la procé-
dure normale la plus courante en
la matière), soit l’illustrateur n’a pas
9.3 cette autorisation et court le risque
d’être poursuivi pour contrefaçon.
À QUI BÉNÉFICIENT La responsabilité de la copie,
lorsqu’il s’agit d’une commande,
CES DROITS ? incombe aux deux parties : l’auteur,
pour avoir produit ce qui s’avère être
La Loi prévoit certains cas où le droit une contrefaçon, et l’éditeur (ou le
d’auteur n’appartient pas à celui qui client) pour avoir publié cette pro-
a créé l’œuvre ou des cas où il est duction. Toutefois, si l’éditeur a remis
permis d’utiliser l’œuvre sans en une déclaration écrite par laquelle il
demander l’autorisation. On pense, garantit avoir obtenu du titulaire du
entre autres, à l’œuvre exécutée dans droit d’auteur sur l’œuvre d’origine
l’exercice de son emploi et aux cas les autorisations requises aux fins
d’application des exceptions à la Loi. concernées, l’illustrateur pourra se

115
CHAPITR E 9

prévaloir de cette déclaration en


défense. Cette déclaration devrait
mentionner l’obligation pour le client
d’indemniser l’illustrateur de tous les
frais judiciaires et extrajudiciaires et,
le cas échéant, de tout dommage
qu’il pourrait encourir ou subir en
cas de poursuite ou de réclamation
Précisons que en violation du droit d’auteur.
De plus, le fait d’avoir donné ou
la durée du droit vendu l’original d’une illustration
à quelqu’un ne rend pas celui-ci
d’auteur n’est pas propriétaire du droit d’auteur. La
propriété matérielle de l’œuvre n’en-
la même dans traîne pas la possession du droit
d’auteur. La personne à qui l’illustra-
tous les pays. teur a donné ou vendu l’œuvre ne
peut en faire qu’un usage privé. Elle
peut la donner, la vendre, l’encadrer
et l’exposer chez elle, par exemple,
mais elle ne peut pas l’exploiter sous
quelque forme que ce soit (publica-
tion, distribution commerciale ou
gratuite, etc.).
Dans le cas d’une œuvre créée en
collaboration, tous les collaborateurs
possèdent les droits de cette oeuvre,
quel que soit leur nombre.
Il existe cependant certaines
exceptions pour lesquelles la Loi
ne s’applique pas. Alors qu’une
exception existait déjà pour des fins
d’étude privée et de recherche, la
nouvelle mouture de la Loi a étendu
le concept d’utilisation équitable
d’une œuvre (exceptions aux viola-
tions du droit d’auteur) aux domaines
de l’éducation, de la parodie et de la
satire. Aussi, les utilisateurs peuvent
utiliser certaines œuvres à des fins
non commerciales ou bénéficier
d’exceptions institutionnelles.
Finalement, même s’il était pos-
sible de croire que les œuvres dif-
fusées sur Internet sont systémati-
quement libres de droits, il n’en va
heureusement pas ainsi. La capacité
de diffusion « virtuelle » ne change
aucunement la protection légale du
droit d’auteur. Certains sites donnent
accès gratuitement à certaines
œuvres, mais il faut savoir que cela
ne permet pas systématiquement
de reproduire l’œuvre sur d’autres
supports. En ce qui concerne l’ap-
plication de la loi pour les œuvres
sur Internet, celle s’appliquant est
généralement celle du pays où

116
LE DROIT D’AUTEUR

l’œuvre est utilisée. Certains sites afficheront


des conditions claires quant aux droits d’auteur
et d’autres seront plus discrets. Il est important
de bien s’informer avant de diffuser son travail
sur des sites privés ou qui ne détaillent pas clai-
rement leurs conditions.

9.4
DURÉE
Au Canada, le droit d’auteur sur une œuvre sub-
siste pendant la vie de l’auteur et jusqu’au 31
décembre de la 50e année suivant celle de son
décès. Certaines œuvres font toutefois excep-
tion à ce principe. Les œuvres de collaboration,
dont l’expression procède d’un apport de deux
ou plusieurs auteurs et dans laquelle l’apport de
l’un n’est pas distinct de celui des autres, sont
protégées pendant la vie du dernier survivant
jusqu’à la fin de la 50e année suivant celle de
son décès. Aussi, la cession ou l’attribution par
licence de droit par le premier titulaire autrement
que par testament se termine vingt-cinq ans
après son décès. Cette exception canadienne
s’appelle la réversibilité du droit d’auteur.
Après le décès de l’auteur, les héritiers
(ayants droit) possèdent généralement les
droits d’auteur par dispositions testamen-
taires pour une période de 50 ans. En effet,
après le 31 décembre de l’année marquant le
50 e anniversaire du décès de l’auteur, ces
œuvres tombent dans le domaine public. Une
œuvre tombée dans le domaine public est une
œuvre sur laquelle ne subsiste aucun droit 9.5
d’auteur. Elle est accessible à tous et peut être
empruntée par quiconque. DROITS MORAUX
Précisons que la durée du droit d’auteur n’est
pas la même dans tous les pays. La règle qui La Loi prévoit, en faveur des auteurs d’œuvres
prévaut au Canada, à titre de signataire de la protégées, des droits moraux. Ces droits sont cir-
Convention de Berne, est celle du traitement conscrits ainsi : le droit à la paternité de l’œuvre,
national. Si l’exploitation est prévue pour le soit celui de revendiquer la qualité d’auteur sous
territoire canadien exclusivement, la durée du son propre nom ou sous un pseudonyme (ce qui
droit d’auteur prévue à la Loi est applicable. Par inclut le droit à l’anonymat) , et le droit au respect
contre, si l’exploitation prévue doit dépasser de l’intégrité de l’œuvre.
les frontières du Canada, il faut tenir compte Les droits moraux sont incessibles, il est pos-
de la durée du droit d’auteur statuée par la loi sible d’y renoncer par contrat. Ils subsistent pour
du pays où l’œuvre sera publiée. Par exemple, une durée égale à celle du droit d’auteur sur les
au Canada, les œuvres françaises sont proté- œuvres. Il convient de noter que la cession du
gées selon les mêmes termes que les œuvres droit d’auteur n’implique pas la renonciation auto-
canadiennes et peuvent recourir à la Loi en cas matique aux droits moraux.
de problème. En France, les œuvres étrangères Lorsqu’une personne achète l’original d’une
sont protégées par le Code de propriété intel- œuvre ou obtient une licence relativement à un
lectuelle. Donc, les œuvres canadiennes sont quelconque droit relatif à cette œuvre, cela ne lui
protégées sur les territoires des pays membres donne pas le droit de transformer cette œuvre
de cette convention sous les conditions offertes comme il l’entend, à moins qu’il y ait renoncia-
par ces pays à leurs auteurs. tion aux droits moraux de la part de l’illustrateur.

117
CHAPITR E 9

résulter d’une convention verbale. De plus, la Loi


sur le statut professionnel des artistes des arts
visuels, des métiers d’art et de la littérature et
sur leurs contrats avec les diffuseurs, L.R.Q. c.
S.32.01 prévoit des mentions obligatoires aux
contrats avec les diffuseurs.
Advenant qu’une commande ait été passée,
que le travail ait été exécuté et que l’œuvre
soit publiée contre rémunération, mais que rien
n’ait été signé à cet effet, il faut alors examiner
la vocation ou le but de la commande afin de
savoir quels sont les droits de l’illustrateur sur
son œuvre. Par exemple, si un client commande
une illustration pour l’utiliser dans la publicité de
produits de confiserie et informe l’illustrateur de
cette vocation au moment de la commande, le
client pourra, moyennant parfait paiement du prix
convenu, selon une certaine jurisprudence, faire
usage de l’œuvre aux fins précitées. Il résulterait
de l’exécution de la commande et de ce paie-
ment une permission ou licence implicite d’uti-
lisation, dont la portée serait toutefois limitée à
la publicité de ces produits, pour la durée et
le territoire prévus au bordereau de commande.
Le client ne détiendrait toutefois aucun droit
d’auteur sur l’œuvre. Il ne saurait revendiquer
qu’une simple permission d’utiliser l’œuvre aux
fins convenues.
L’illustrateur a droit au respect de l’intégrité de Si l’illustrateur a vendu l’œuvre artistique et
son œuvre. Selon la Loi, il n’y aurait violation de qu’il n’a rien signé relativement aux droits, l’illus-
ce droit que si l’œuvre est, d’une manière préju- trateur demeure propriétaire des droits d’auteur
diciable à l’honneur ou à la réputation de l’auteur, sur son œuvre. Même s’il n’est plus propriétaire
déformée, mutilée ou autrement modifiée ou utili- de l’œuvre elle-même, il conserve tous les droits
sée en liaison avec un produit, une cause, un ser- d’exploitation qui y sont rattachés. Il peut avoir
vice ou une institution. Il revient donc à l’auteur conservé un fac-similé quelconque ou un deu-
de prouver l’existence d’un tel préjudice, à moins xième original, et l’illustrateur est la seule per-
qu’il ne s’agisse d’une modification d’œuvres de sonne habilitée à publier l’œuvre ou à permettre
peinture, sculpture ou gravure. En effet, la Loi à quelqu’un d’autre de le faire. Ce principe ne
fait une exception à l’égard de ces œuvres, pour vaut toutefois que si la commande ne contient
lesquelles toute déformation, mutilation ou autre aucune disposition à l’effet contraire.
modification est réputée préjudiciable à l’honneur Si, par écrit, l’illustrateur cède le droit de repro-
ou à la réputation de l’auteur. duction d’une de ses œuvres, il est fortement
L’illustrateur a donc le droit de signer son conseillé d’inscrire qu’il demeure propriétaire de
œuvre, sauf dans le cas où il y a une renoncia- l’original. Il convient de rappeler que « la vente du
tion écrite, par celui-ci, à son « droit moral » de support matériel de l’œuvre n’entraîne pas la vente
revendiquer la « paternité de l’œuvre » ou si cela des droits de reproduction », et inversement : « la
n’est pas dans les usages raisonnables. vente des droits de reproduction n’entraîne pas la
vente du support matériel de l’œuvre ». Le simple
bon sens dicterait donc qu’à partir du moment
9.6 où l’on a vendu les droits de reproduction d’une
œuvre par un contrat écrit dans lequel ne figure
ASPECTS CONTRACTUELS aucune mention de la vente de l’original, celle-ci
n’est pas incluse dans la transaction.
La Loi prévoit que toute cession totale ou partielle Les contrats de licence prévoient le plus
du droit d’auteur ou d’un intérêt dans la propriété souvent l’exclusivité ou non. Par une licence
de ce droit doit être faite par le biais d’un écrit non exclusive de reproduction sur une de ses
signé par le titulaire du droit. En d’autres termes, œuvres, l’illustrateur accorde l’autorisation de
une cession ou transfert d’un tel actif ne saurait reproduire l’œuvre en conservant par ailleurs le

118
LE DROIT D’AUTEUR

droit d’utiliser ladite œuvre de quelque manière territoriales (Canada seulement). À cela s’ajoute
que ce soit et d’autoriser quelqu’un d’autre à le paramètre de la durée. Si nous reprenons
le faire. l’exemple précédent, l’entente doit donc spéci-
Parmi les actes réservés au titulaire des droits, fier quelle redevance recevra l’artiste pour cha-
on retrouve l’autorisation de reproduire et celle cune des exploitations prévues dans le contrat.
de publier. Il s’agit bien sûr des plus fréquentes Généralement, cette part se concrétise sous la
et déterminantes pour les illustrateurs. Il est pos- forme d’un pourcentage prélevé sur les ventes
sible qu’une personne ayant procédé à la repro- d’exemplaires chaque fois que l’œuvre est repro-
duction de l’œuvre n’ait pas procédé à l’édition duite. Le contrat détaillé d’exploitation des droits
d’exemplaires rendus accessibles au public. Par devient alors un avantage qui peut s’avérer consi-
contre, généralement et selon les usages de dérable pour l’artiste, car si l’œuvre est exploi-
la profession, reproduction et publication vont tée d’une façon régulière et suivant une bonne
de pair. Enfin, il importe de conférer à chaque gestion, l’auteur peut toucher des redevances de
forme de reproduction une licence distincte, droits d’auteur.
selon des conditions à négocier dans chaque En l’absence d’une clause contraire au contrat
cas (caractère exclusif ou non exclusif de la qui stipule que le droit visé est réputé incessible
licence, format, tirage, territoire, durée, sans que par cette personne, le contrat et les avantages
cette énumération soit limitative). L’autorisation qu’il procure peuvent être cédés à un tiers.
de représenter publiquement l’œuvre est aussi Finalement, il importe de prévoir au contrat de
un droit exclusif de l’auteur. À moins d’excep- licence ou de cession que le défaut par le ces-
tion, personne ne peut, sans son consentement, sionnaire de respecter ses obligations de paie-
représenter publiquement l’œuvre d’un auteur. Au ment est réputé entraîner la résiliation du contrat
même titre, pour produire une adaptation cinéma- et, par la même occasion, la rétrocession à l’au-
tographique ou audiovisuelle d’une œuvre, il faut teur des droits cédés, à moins que le cession-
l’autorisation expresse. Par exemple, on pense naire n’ait corrigé son défaut dans les 15 jours
ici au producteur qui désire qu’un personnage de la réception d’une demande écrite à cet effet.
de bande-dessinée soit incarné à l’écran par un
personnage réel. Chacune de ces autorisations
incarne autant de possibilités de revenus pour 9.7
le créateur, et ce, sur la base d’une seule œuvre.
Elles doivent par contre toujours faire l’objet VIOLATIONS DU
d’un contrat écrit, précisant clairement les droits
accordés et les restrictions applicables. DROIT D’AUTEUR
L’usage contractuel diffère quelque peu dans
chaque domaine d’exploitation des œuvres. Par Il existe un régime d’enregistrement volontaire à
exemple, lors d’un contrat dans un magazine, l’Office de la propriété intellectuelle. On remet un
l’autorisation est généralement pour un premier certificat au titulaire qui prouve que l’œuvre ins-
tirage, à condition que cette publication s’effec- crite est protégée par un droit d’auteur. Ce docu-
tue dans des délais précis. ment peut être d’une certaine utilité en cour pour
Prenons un exemple contractuel concret, qui servir de preuve advenant un litige. Cependant, il
montrera bien les différents éléments à consi- ne fait pas état de l’œuvre ni de son expression.
dérer. Un contractant veut de l’illustrateur une En cas de violation du droit d’auteur, la respon-
cession de tous les droits de reproduction sur sabilité d’engager des poursuites et d’assurer la
une de ses œuvres. Considérant que chacune défense n’incombe qu’au titulaire ou aux ayants
des exploitations est une source de revenus en droit, et non pas à l’Office de la propriété intellec-
soi, si l’illustrateur cède ses droits sur l’œuvre tuelle, même si l’œuvre est enregistrée.
en totalité, toutes les formes d’exploitations sont Lorsqu’une personne accomplit, sans le
comprises dans la cession (et dans sa contre- consentement du titulaire du droit d’auteur, un
partie financière). Si l’illustrateur cède en par- acte que seul le titulaire du droit d’auteur a la
tie, uniquement pour un ou plusieurs supports faculté d’accomplir en vertu de la Loi (comme
précis, la cession du droit ne portera alors que la reproduction complète d’une œuvre, par
sur les exploitations mentionnées, par exemple exemple), cela constitue une violation du droit
la reproduction dans des livres, des cartes pos- d’auteur. Les conséquences d’une telle violation
tales et des affiches. Admettons, aux fins de sont sérieuses.
l’exemple, que l’illustrateur ait cédé les droits de En cas de violation du droit d’auteur, il y a pos-
reproduction en totalité. Il peut les avoir cédés de sibilité de poursuivre devant les tribunaux civils
manière générale, c’est-à-dire pour tout territoire (donc, entre personnes) ou d’effectuer une plainte
(Canada et étranger), ou avec des restrictions qui peut se solder en accusations criminelles.

119
CHAPITR E 9

9.8
ADRESSES UTILES
access copyright société du droit de reproduction
Access Copyright représente des auteurs, édi- des auteurs, compositeurs et
teurs et autres créateurs aux fins de l’administra- éditeurs au Canada (SODRAC)
tion des droits d’auteur dans toutes les provinces Le service des arts visuels et métiers d’art de la
canadiennes, sauf au Québec. Cette société de Société du droit de reproduction des auteurs,
perception vise à faciliter l’accès à des docu- compositeurs et éditeurs au Canada (SODRAC)
ments visés par des droits d’auteur, en négociant gère les droits de plus de 17 000 créateurs
l’émission de licences générales à des groupes canadiens et étrangers. La SODRAC négocie
d’usagers tels les écoles, les collèges, les uni- en leur nom les conditions d’utilisation de leurs
versités, les administrations publiques et les œuvres aux fins prévues par la Loi sur le droit
entreprises, les autorisant à faire des copies des d’auteur et accorde des licences permettant
œuvres publiées inscrites dans son répertoire. notamment l’exposition publique, la communi-
1 800 893-5777 cation au public par télécommunication et la
www.accesscopyright.ca reproduction de leurs œuvres sur tout support,
y compris les productions audiovisuelles et
société québécoise de gestion multimédia. Elle perçoit et répartit les sommes
collective des droits de perçues (redevances) en contrepartie des droits
reproduction (COPIBEC) d’utilisation accordés.
La Société québécoise de gestion collective des 1 888 876-3722 www.sodrac.ca
droits de reproduction (COPIBEC) est la société
de gestion collective qui autorise, au Québec, commission du droit de prêt
la reproduction des œuvres des titulaires de public (DPP)
droits québécois, canadiens (grâce à une La Commission du droit de prêt public admi-
entente de réciprocité avec Access Copyright, nistre un programme de paiements aux auteurs
The Canadian Copyright Licensing Agency) et canadiens pour leurs livres admissibles cata-
étrangers. COPIBEC a été fondée en 1997 par logués par les bibliothèques du Canada. Elle
l’Union des écrivaines et écrivains québécois est composée d’auteurs, d’illustrateurs, de tra-
(UNEQ) et l’Association nationale des éditeurs ducteurs et de photographes.
de livres (ANEL). 1 800 521-5721 www.plr-dpp.ca
514-288-1664 1 800 717-2022
www.copibec.qc.ca commission du droit d’auteur
du Canada
section du site sur la modernisation 613-952-8621 www.cb-cda.gc.ca
sur le droit d’auteur :
www.copibec.qc.ca/fr-CA/accueil/loi/modernisa- office de la propriété
tiondelaloisurledroitdauteur.aspx intellectuelle du canada
1 866 997-1936 www.opic.gc.ca

canadian artists’ representation - organisation mondiale de la


copyright collective (CARCC) propriété intellectuelle
La Canadian Artists’ Representation Copyright 41-22 338 9111
Collective (CARCC) a été créée en 1990 par www.wipo.int/portal/index.html.fr
Le Front des artistes canadiens (CARFAC) afin
d’offrir aux artistes en arts visuels et en commu- loi sur le droit d’auteur
nication des occasions d’accroître leurs revenus. lois-laws.justice.gc.ca/fra/lois/c-42/
Elle offre ses services aux artistes qui s’affilient à
sa société. Ces services incluent la négociation
des modalités pour l’utilisation d’œuvres proté-
gées et l’émission de licences aux utilisateurs.
613-232-3818 www.carcc.ca

120
LE DROIT D’AUTEUR

graphic artists guild (GUILD)


La GUILD est une union américaine d’artistes
professionnels dont le but commun est de parta-
ger leur expérience, de rehausser les standards
de l’industrie et d’améliorer les habiletés des
créateurs visuels à faire une carrière promet-
teuse. Les membres de la GUILD sont issus
de diverses disciplines telles que l’illustration,
le design graphique, la photographie, la bande
dessinée, le multimédia, la création Web et
autres disciplines connexes.
212-791-3400 www.graphicartistsguild.org

l’association canadienne
des créateurs professionnels
de l’image (CAPIC)
Fondée en 1978, la CAPIC est dédiée à a
défense et à la promotion des droits et inté-
rêts des photographes, des illustrateurs et des
artistes numériques.

série vidéo de la CAPIC sur la loi C-11


www.capicmontreal.ca/droit-dauteur
1 888 252-2742 www.capic.org

regroupement des artistes en


arts visuels du Québec (RAAV)
Fondé en 1989, le Regroupement des artistes
en arts visuels du Québec, le RAAV, est l’asso-
ciation mandatée pour représenter l’ensemble
des artistes professionnels ayant une démarche
de création en arts visuels.
514-866-7101 www.raav.org

front des artistes canadiens


(CARFAC)
Association à but non lucratif qui a pour man-
dat de promouvoir les arts visuels au Canada et
d’encourager un climat socioéconomique pro-
pice à la production d’œuvres d’art, ainsi que de
mener des recherches et des projets éducatifs
visant l’accomplissement de cette mission.
1 866 344-6161 www.carfac.ca

121
10
les contrats

Isabelle Angell

Beurk ! La paperasserie, les négociations et surtout, peut-on croire, le risque de perdre


un client… Nous avons décidé de traiter de ce sujet sensible justement pour défaire
certains mythes et pour vous donner les trucs nécessaires à l’élaboration
de bonnes habitudes de travail…

123
CHAPITR E 10

D’abord, sachez que toute clause insérée nul ne sait ce qui peut arriver. Les malenten-
dans un contrat est négociable. Ne signez dus et les changements d’avis font partie de ce
rien sans avoir préalablement lu l’entièreté du monde et les affaires bougent, les compagnies
document ! Dites-vous bien que si l’on a pris la se vendent, les gens démissionnent… Il n’en tient
peine d’inclure une clause dans un contrat, elle qu’à vous de vous protéger !
mérite d’être lue et comprise par les deux par- Il existe deux formes d’entente ayant une
ties signataires. Ce document que l’on appelle valeur légale. En effet, contrairement à ce que
contrat vise à vous protéger. Souvenez-vous l’on pourrait croire, l’entente verbale a valeur
aussi qu’en étant travailleur autonome, vous légale ! Jean-Benoît Nadeau, dans Le Guide du
êtes votre propre patron. Le client n’est pas travailleur autonome, explique qu’il s’agit d’une
votre supérieur hiérarchique, il est votre égal forme plus flexible que sa version écrite. Si la
et le contrat peut (et idéalement devrait) conte- valeur de l’entente est inférieure à 1 500 $, vous
nir autant de responsabilités pour vous que n’avez qu’à l’avoir conclue devant témoin pour la
pour lui. valider. Toutefois, dès que la valeur de l’entente
Pour éviter les malentendus et les négocia- dépasse ce montant, vous devrez fournir des
tions infinies, assurez-vous toutefois d’engager preuves écrites (factures, bons de commande,
les pourparlers avec la personne habilitée à négo- courriel, etc.) pour qu’elle soit valide devant la
cier. Dans les grandes entreprises, la personne loi advenant un litige. L’entente verbale fait partie
détentrice de la force décisionnelle ne sera pas d’une longue liste de comportements confirmant
toujours disponible pour discuter avec vous ; tou- une relation contractuelle entre deux parties.
tefois, si possible, vous devrez vous adresser à Toutefois, advenant que vous meniez un projet
elle directement (Nadeau, 2007). D’ailleurs, for- à terme sans posséder de copie écrite de votre
mulez toujours vos demandes clairement. Même contrat, il vous sera utile d’avoir gardé les cour-
si vous savez que le client ne pourra pas acquies- riels échangés avec votre client. Voilà pourquoi
cer à vos demandes, demandez tout de même ! nous vous conseillons d’envoyer à votre client
Qui ne demande rien n’a rien… Dites-vous aussi des comptes rendus des conversations que vous
que votre intuition est un outil très utile. Si vous aurez eues ensemble, en y énonçant clairement
sentez qu’un client n’a pas l’air fiable, il ne l’est les termes du contrat sur lequel vous travaillez.
probablement pas. De plus, les flatteries sur votre Ayez le réflexe courriel après chaque conversa-
talent ou votre manière de négocier ne rempla- tion téléphonique. Prenez le temps de résumer
ceront jamais un contrat bien construit avec des les points importants de votre conversation dans
clauses solides. Certains clients penseront peut- un courriel que vous demanderez à votre client
être vous distraire avec de beaux commentaires de valider, de confirmer. Cette technique vous
(Nadeau, 2007)… Restez attentif et concentré ! permettra de garder une trace écrite de tous les
Si vous vous opposez à une certaine résistance, échanges, tout en servant de référence adve-
donnez toujours des explications claires et pré- nant une mésentente. Il vous est même possible
cises pour justifier votre réticence. Il ne sert à de demander aux clients de vous retourner une
rien de déguiser votre refus. Dans le cas où les copie signée de ces comptes rendus. Notez
clients auraient la possibilité de négocier avec quand même qu’un contrat écrit a préséance sur
vous, il leur faudra de bonnes pistes ; leur fournir toute entente verbale et qu’il est souvent plus
des excuses bidon ne vous servira pas ! Dans un facile de clarifier certains détails en rédigeant un
prochain chapitre, vous obtiendrez plus de détails contrat clair et précis.
et d’astuces quant à la négociation en bonne et Le contrat écrit est, bien entendu, la deuxième
due forme. Ici, il est plutôt question de la structure forme d’entente ayant valeur légale. Plusieurs
et du contenu d’un contrat. Ce bout de papier est détails font de cette entente officielle la solution
essentiel au succès de votre carrière. Benun et la moins ambigüe. D’abord, si la personne avec
Top insistent même en proposant de ne jamais qui vous aurez convenu des clauses et signé le
commencer à travailler sur une commande avant contrat dans une entreprise particulière démis-
d’avoir en main une copie du contrat signée par sionne ou est mise à pied, son successeur est
votre client. En effet, vos relations avec vos clients lié à vous de la même manière, selon les mêmes
peuvent être amicales et de longue durée, mais clauses. Certaines compagnies et entreprises

124
LES CONTRATS

possèdent déjà des contrats standards qu’elles l’une ou de plusieurs des parties contractantes.
utilisent avec tous leurs contractants. Si jamais Le contrat prime habituellement sur la loi.
un de ces contrats vous est proposé et qu’il
contient une clause que vous ne désirez pas de quoi se compose un contrat ?
reconnaître, vous pouvez tout simplement la ratu- Sans entrer dans une définition juridique, nous
rer et parafer vos ratures. Attention, l’autre partie retiendrons deux idées fondamentales :
devra aussi parapher vos ratures pour qu’elles
soient valides… L’objet du contrat (par exemple : l’autorisation
Pour éviter les malentendus, nous vous suggé- de reproduire l’œuvre dans un contexte donné,
rons fortement d’opter pour les contrats écrits. la cession de droits ou la vente de l’œuvre
Ceux-ci devraient idéalement être rédigés pour originale).
toute vente d’illustration (original), commande
d’illustration, reproduction, diffusion ou expo- Les conditions, qui sont les limites d’utilisation
sition. Toutefois, entendons-nous : il n’est pas de l’œuvre.
nécessaire d’écrire trois contrats différents pour
la même illustration que le client voudra comman- voici les informations qu’il faut
der, acheter et finalement publier. Vous pourrez y inclure :
inclure toutes ces transactions dans un seul et D
 ATE
même contrat écrit. N’oubliez pas de vous pro- NOM DE L’AUTEUR (vous)
téger en rajoutant des clauses particulières, soit NOM DE L’UTILISATEUR (le client)
pour souligner que vous conservez les droits N OM B R E D’Œ UVR ES / TITR E(S) OU / ET
d’auteur sur votre illustration ou pour limiter dans DESCRIPTION DES ŒUVRES
le temps le droit de diffusion de votre œuvre. OBJET DU CONTRAT
Le contrat devra toujours être signé par le client L ICENCE DE DROITS ET CONDITIONS :
LIMITES D’UTILISATION (TIRAGE, LANGUES,
et vous-même et chaque partie devra posséder
TE R R ITOI R E, DU RÉE, FOR MAT, MÉDIA,
une copie de l’entente. D’ailleurs, la responsabi- MARCHÉ, ETC.)
lité des deux parties contractantes n’est engagée PRIX ET MODALITÉS
que lorsque ces dernières possèdent leur copie DROIT D’EXAMEN COMPTABLE
respective signée. De plus, advenant qu’un client R ÉSI LIATION E N CAS DE FAI LLITE, DE

avec qui vous avez signé un contrat fasse faillite LIQU I DATION, DE FE R M ETU R E OU DE
ou soit l’objet d’une ordonnance de séquestre, C E S S AT I O N D E S O P É R AT I O N S D E
L’UTILISATEUR, ENTRAÎNANT PAR LE FAIT
votre contrat est systématiquement résilié. Autre MÊME LA RÉTROCESSION À L’AUTEUR DES
information intéressante : pour chaque contrat DROITS CONSENTIS AU CONTRAT
signé, le diffuseur (votre client) doit posséder des J URIDICTION D’APPLICATION DU CONTRAT
livres de compte contenant toutes les transactions SIGNATURES
financières relatives à ce contrat. L’artiste (vous)
peut aussi, après avoir avisé son client par écrit,
faire examiner les données comptables par un est-ce qu’une simple facture peut
expert de son choix. Il serait donc utile de prévoir être un contrat ?
au contrat une telle clause, et une autre spécifiant Si la facture contient les conditions clairement
que le contrat est réputé prendre fin de plein droit énoncées de l’utilisation de l’œuvre, oui. Tout
dans le cas de faillite, de liquidation, de fermeture type de document peut servir de contrat dans la
ou de cessation des opérations de l’entreprise de mesure où il sert de preuve écrite concernant la
votre client, entraînant par le fait même la rétroces- relation contractuelle entre deux parties. Il doit
sion des droits consentis par vous sur les œuvres cependant énoncer le plus clairement possible
visées au contrat. les conditions qui régiront l’exécution de l’acte
visé par l’entente.

10.1
10.2
KONTRA ? COMMENT
ET LES CLAUSES, ELLES
ÇA S’ÉCRIT ?
SERVENT À QUOI ?
qu’est-ce qu’un contrat ? Avant même que l’artiste n’entreprenne quoi
Le contrat est un accord de volonté destiné à que ce soit concernant une commande donnée,
créer une ou plusieurs obligations à la charge de les conditions de l’entente doivent absolument

125
CHAPITR E 10

être écrites sur un bon de commande ou, pour Par ailleurs, les détails suivants devraient éga-
les projets de plus grande envergure, dans un lement figurer dans le contrat le cas échéant ;
contrat en bonne et due forme. Une simple fac- c’est d’ailleurs ce que l’on appelle « les clauses »
ture ne témoigne des arrangements convenus (celles-ci figurent généralement à l’endos
que si elle est signée par la personne en charge du contrat ou tout simplement en annexe au
du dossier, et comme elle n’est présentée géné- document) :
ralement qu’en fin de projet, l’artiste qui se fie
uniquement sur ce document court un certain garanties :
risque entièrement évitable. L’entreprise garantit qu’elle détient l’autorisation
Le bon de commande a la même valeur légale d’utiliser le matériel qu’elle fournit à l’artiste pour
que le contrat, à ceci près que le contrat engage exécuter le contrat. L’entreprise prendra fait et
les deux parties plutôt qu’une seule dans le cas cause pour l’artiste et l’indemnisera de toute
du bon de commande, en l’occurrence, l’entre- réclamation quant à une prétendue violation du
prise (le client). Si les droits réclamés portent droit d’auteur sur ce matériel.
uniquement sur la réutilisation d’une œuvre, une
formule de licence suffit généralement. délai :
Illustration Québec offre à ses membres des Toute augmentation de travail attribuable à un
exemples de contrat-type et de facture qui délai provoqué par l’entreprise pourra être factu-
s’adaptent à toutes les situations. L’illustrateur qui rée par l’artiste à un taux qu’il aura préalablement
préfère créer son propre document devra par contre négocié (Si vous ajoutez cette clause à votre
prévoir un espace pour les éléments suivants : contrat, vous devrez fixer ce taux à l’avance et
le mentionner ici).
1. Le nom de la personne responsable du projet ;
2. Le nom de l’entreprise avec qui il fait affaire ; entrée en vigueur :
3. Le nom de la compagnie qui bénéficiera du La licence sera valide uniquement lorsque la tota-
produit créé ; lité de la rémunération aura été versée à l’artiste.
4. Le numéro de la commande (facultatif) ;
5. La description des œuvres et l’utilisation prévue annulation de la commande :
de chacune ; L’entreprise peut annuler la commande en remet-
le sujet de l’illustration ; tant à l’artiste un avis écrit à cet effet, par cour-
noir et blanc ou couleur ; rier recommandé. En plus du remboursement
l’emplacement de la reproduction ; de toutes les dépenses engagées par l’artiste,
les supports de reproduction ; l’entreprise devra verser à l’artiste une indem-
le tirage maximum pour lequel les droits sont cédés ; nité équivalente à (ces tarifs ne sont qu’une
la date d’entrée en vigueur et la durée de la licence ; suggestion) :
6. La date d’approbation des esquisses ; 33 % (1 / 3) du prix du contrat, si l’annulation a
7. La date de livraison de l’illustration ; lieu avant la présentation de l’esquisse ;
8. La licence (description des utilisations per- 66 % (2 / 3) du prix du contrat, si l’annulation a
mises) et les conditions d’exercice (territoire, lieu après la présentation de l’esquisse ;
média, format, marché, langue, durée, etc.) ;
100 % du prix du contrat si l’annulation a lieu lors
9. Le coût de la licence (utilisation) et, si elle est de la livraison de l’œuvre.
consentie moyennant paiement de redevances,
les modalités de paiement de celles-ci (relevés Cette démarche entraîne aussitôt l’annulation de
mensuels, trimestriels, semestriels ou annuels, la licence.
dates de paiement et droit d’examen des livres
du licencié se rapportant aux utilisations visées) ;
corrections :
10. Résiliation du contrat et rétrocession des Toute correction, transformation ou adaptation
droits consentis en cas de faillite, de liquida-
des œuvres est interdite en l’absence du consen-
tion, de fermeture ou de cessation des opéra-
tions du licencié ; tement écrit de l’artiste. Les modifications com-
mandées à l’artiste après l’approbation de l’es-
11. Les honoraires de l’artiste (réalisation) ;
quisse devront faire l’objet d’un nouveau contrat.
12. Le coût total des dépenses admissibles ;
13. La valeur de l’original (qu’il soit vendu ou non) ; refus :
14. La date de paiement et les modalités de paie- L’entreprise ne peut refuser l’œuvre que si celle-ci
ment des honoraires visés au point 11 ; ne correspond pas à l’accord convenu entre les
15. La date de la signature ; parties. Toute autre forme de rejet sera considé-
16. La signature de l’artiste et de la personne res- rée comme une annulation du contrat et entraî-
ponsable du projet. nera le paiement des indemnités appropriées.

126
LES CONTRATS

publication : Un espace additionnel peut être réservé à des


L’entreprise s’engage à publier l’œuvre avant clauses particulières, telles la liste du matériel qui
un délai précis (que vous devrez préciser ici). doit être fourni par l’entreprise, l’échéancier cor-
Advenant le défaut de publier dans un délai de respondant à chacune des étapes, les clauses
six mois suivant la remise des œuvres, l’artiste relatives à l’application des taxes et la clause de
pourra annuler le présent contrat conformément règlement de conflit par des intermédiaires.
aux dispositions stipulées ci-dessus. Pour des raisons administratives, certaines
entreprises insistent pour que l’on utilise leur
nom de l’artiste : bon de commande. Attention : ce formulaire
L’entreprise s’engage à mentionner le nom de l’ar- comporte souvent des mentions qui réduisent les
tiste sur chacune des reproductions de l’ouvrage. engagements de l’entreprise, aussi est-il crucial
de considérer l’offre avec prudence. Personne
exemplaires de l’artiste : ne devrait accepter un bon de commande ou un
L’entreprise remettra gratuitement à l’artiste un contrat qui entre en conflit avec ses principes.
nombre prédéterminé (que vous devez préciser Par définition, une entente entre partenaires se
ici) d’exemplaires de chacune des reproductions doit d’être mutuelle ; si leur alliance est scellée
autorisées. au moyen d’une procédure qui ne convient pas à
l’une des parties, la relation qui s’ensuivra augure
propriété de l’œuvre originale : fort mal. Toutes les clauses inacceptables doivent
L’œuvre originale demeure la propriété de l’ar- être rayées sans vergogne. Si certains points
tiste et lui sera retournée au plus tard dans les nécessitent des éclaircissements, on ne doit pas
30 jours suivant la reproduction. (Évidemment, si hésiter à emporter un exemplaire du document
le contrat concerne la vente d’un original, cette non rempli et s’accorder un temps de réflexion
clause n’a pas lieu d’être) (inclure cette clause suffisant avant d’apposer sa signature. Les
dans le cas où vous devez remettre votre original bureaux spécialisés dans la défense des droits
à des fins de numérisation). artistiques peuvent se révéler d’un grand secours
si l’on désire obtenir plus d’explications ou don-
perte ou dommage : ner du poids à ses réclamations. Si le bon de
L’entreprise est responsable de toute perte de commande ne comporte aucune clause infirmant
l’œuvre ou de tout dommage causé à l’œuvre les intérêts de l’artiste, on peut prendre le temps
originale pendant la période de consignation. d’y inscrire tout ce que l’on juge digne d’intérêt.
Une variante consiste à indiquer que l’entente est
transfert de droits : soumise aux conditions énumérées en annexe ; il
La présente licence n’est transférable à des tiers suffit alors d’y agrafer une copie du contrat fourni
qu’avec le consentement écrit de l’artiste. par Illustration Québec, dûment signé par la per-
sonne responsable. Pour éviter tout malentendu,
résiliation : il importe enfin de préciser que ce sont les droits
Toute réclamation quant à la violation des pré- d’utilisation d’une illustration qui ont été cédés,
sentes dispositions par l’entreprise doit être sinon, la mention « une ILLUSTRATION : 500 $ »
envoyée par l’artiste en courrier recommandé. pourrait facilement être comprise comme le prix
Si aucune mesure pour remédier à la situation de l’œuvre originale, tous droits inclus.
n’a été apportée dans les dix jours qui suivent la
réception de l’avis, l’artiste peut résilier le contrat
sur simple avis envoyé à l’entreprise, sans renon- 10.3
cer aux recours auxquels il a droit.
ON PEUT VOIR DE QUOI
faillite :
La faillite de l’entreprise ainsi que toute autre modi- ÇA A L’AIR, UN BON
fication de sa situation qui l’empêcherait d’exploiter
elle-même le présent contrat (telle que le concor- CONTRAT ?
dat, la cession de fonds de commerce, la disso-
lution ou la mise en tutelle) entraînera la résiliation Au Québec, depuis le 1er avril 1989, la Loi sur le
dudit contrat et, par le fait même, la rétrocession statut professionnel des artistes des arts visuels,
à l’artiste de tous les droits consentis au contrat. des métiers d’art et de la littérature et sur leurs
contrats avec les diffuseurs oblige les diffuseurs
lois applicables : à sceller leur entente avec les artistes par contrat,
Le présent contrat sera régi et interprété confor- que ceux-ci satisfassent aux conditions régissant
mément aux lois de la province de Québec. le statut de « professionnel » au sens de la Loi ou

127
CHAPITR E 10

licence octroyée (voir le paragraphe 2 et la clause


10 du contrat) en plus de toute cession du droit
de propriété ou d’utilisation de l’œuvre (voir le
paragraphe 3 et les clauses 14 et 16 du contrat) ;
4° Le caractère transférable ou non transférable
à des tiers de toute licence octroyée au diffuseur
(voir la clause 11 du contrat) ;
5° La contrepartie monétaire due à l’artiste ainsi
que les délais et autres modalités de paiement
(voir le paragraphe 4 et les clauses 1 à 3 du
contrat) ;
6° La périodicité selon laquelle le diffuseur rend
compte à l’artiste des opérations relatives à toute
œuvre visée par le contrat et à l’égard de laquelle
une contrepartie monétaire demeure due après la
signature du contrat (s’applique surtout dans le
domaine de l’édition).

Le contrat suivant a été rédigé de manière


à protéger l’artiste le plus possible des abus
commis par certains diffuseurs qui, entre autres,
continuent à croire que l’achat d’une œuvre par
voie de bon de commande leur octroie automa-
non. L’article 33 de la Loi est très précis sur le tiquement tous les droits d’utilisation et de dis-
sujet et prévoit même une mention particulière : position de l’œuvre.
« Toute entente entre un diffuseur et un artiste Nous croyons que tout diffuseur le moindre-
relativement à une œuvre de ce dernier doit ment respectueux de l’artiste et de ses droits ne
être énoncée dans un contrat formé et prenant peut qu’être d’accord avec un tel document. Par
effet conformément à l’article 31 et comportant contre, il est évident que le fait de devoir contrac-
des stipulations sur les objets qui doivent être ter n’est pas une habitude acquise et que vous
identifiés en vertu de l’article 31 » (L.R.Q., cha- vous heurterez à des réticences de la part de
pitre S-32.01). Voici le lien pour découvrir la certains de vos clients, surtout dans les grandes
loi : www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/ entreprises, où le pouvoir décisionnel est frag-
dynamicSearch/telecharge.php?type=2&- menté. Il ne faut pas chercher à imposer à tout
file=/S_32_01/S32_01.HTM prix ce contrat-type, mais plutôt faire comprendre
Après la présente section, vous trouverez un au diffuseur que sans entente écrite, il n’a aucun
exemple de contrat à remplir, suivi des clauses, droit d’utiliser votre œuvre et que vous-même
conditions et paragraphes que nous avons jugé n’êtes pas obligé de produire quoi que ce soit...
pertinent de vous fournir en annexe. Voici donc Certains diffuseurs désireront utiliser leur
une revue détaillée des différentes sections du propre contrat. Prenez alors le temps de le lire
contrat idéal. L’article 31 de la Loi citée ci-dessus et de le comprendre en entier avant de le signer
explique ce qui doit être inclus dans le contrat. et assurez-vous qu’il est conforme à l’article 31
L’article se lit comme suit : (les ajouts en italique de la Loi. Notez bien que le bon de commande
sont de nous, ils visent à vous guider et vous ne peut pas être aussi efficace et clair qu’un
référer aux conditions, paragraphes ou clauses contrat en bonne et due forme et qu’il n’est
de notre exemple de contrat qui suivent cette destiné qu’à l’usage du service de comptabi-
section). lité du diffuseur.
D’une manière ou d’une autre, il est impor-
article 31 : tant de garder une certaine flexibilité lors des
Le contrat doit constater par un écrit rédigé en négociations de façon à ce que les deux parties
double exemplaire ET énonçant clairement : obtiennent satisfaction. À cet effet, il ne faut pas
1° La nature du contrat (l’objet, la finalité – voir le craindre de modifier ce contrat-type en rayant
titre du contrat) ; (avec prudence) certaines mentions ou en en
2° L’œuvre ou l’ensemble d’œuvres qui en font ajoutant d’autres. N’oubliez pas que dans ces
l’objet (le(s) titre(s) ou une courte description – cas, vous devrez parapher et demander à votre
voir le paragraphe 1) ;
client de parapher également tous les change-
3° Toute cession de droit (droit d’auteur – voir ments effectués.
la clause 8 du contrat) et tout octroi de licence
Examinons maintenant le contrat-type. Nous ten-
consenti par l’artiste, soit les fins, la durée ou le
mode de détermination de la durée et l’étendue terons de vous donner le plus de détails possible
territoriale pour lesquels le droit est cédé et la pour que vous puissiez le remplir correctement.

128
LES CONTRATS

CONTRAT DE COMMANDE D’UNE OEUVRE ET LICENCE


1. IDENTIFICATION DES PARTIES
Le client----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
L’artise------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Signataire mandaté------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

2. DESCRIPTION DE(S) L’OEUVRE(S) OU DU TRAVAIL À ÊTRE EFFECTUÉ


PAR L’ARTISTE
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

3. UTILISATION DE(S) L’OEUVRE(S)


Bénéficiaire : la présente licence sera utlisée au bénéfice de--------------------------------------------------------
Support(s) de production :--------------------------------------------------------------------------------------------------------
Quantités :-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
[...]
Territoire de diffusion : --------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Durée de l’utilisation :----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

4. PROPRIÉTÉ DE(S) L’OEUVRE(S)


L’oeuvre ou les oeuvres objet(s) du présent contrat seront la propriété de :-----------------------------------

5. PRIX ET MODALITÉS DE PAIEMENT


Numéro du bon de commande :-------------------------------------------------------------------------------------------------
Frais de production :--------------------------------------------------------------------------------------------------------------  $
Vente de l’original :----------------------------------------------------------------------------------------------------------------  $
Coût de la licence (droit d’auteur en vertu de l’article art. 726.26 L.I. De la loi de l’impôt) :-----------  $
Tps (numéro d’enregistrement)-----------------------------------------------------------------------------------------------  $
Tvq (numéro d’enregistrement)-----------------------------------------------------------------------------------------------  $
TOTAL :--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------   $
DÉPÔT :-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------   $
SOLDE :--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------$

6. DATE DE LIVRAISON
Esquisse :--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Original :----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

7. SIGNATURE DU CONTRAT
Les conditions inscrites au verso de ce document font partie intégrante du présent contrat. Les
parties déclarent qu’elles ont lu et compris ces conditions et s’engagent par les présentes à les
respecter.

Le client
Signé à-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Date ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

L’artiste
Signé à-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Date----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

En deux exemplaires orignaux.

129
CHAPITR E 10

CONDITIONS 9. Le Client s’engage à inscrire la men-


tion suivante sur chaque exemplaire de
PRIX l’œuvre reproduite : « © (nom de l’artiste)
20 (année de la reproduction) » et à
1. Le solde du prix du présent contrat est remettre à l’artiste copie(s) de chaque
payable dans les ( ) jours sui- forme de publication de l’œuvre.
vant la réception de la facture. Un intérêt 10. À compter du plein paiement du prix contrat,
composé mensuellement de deux pour cent l’Artiste accorde au Client une licence pour
(2 %) sera facturé pour tout retard. les utilisations décrites au paragraphe
2. Le Client est responsable du paiement total 2 (verso) du présent contrat. Toute autre utili-
de la présente commande même si l’œuvre sation de l’œuvre ou des œuvres objet(s) du
n’est pas diffusée. présent contrat est interdite en l’absence de
3. Toute correction ou travail causé par l’Artiste l’autorisation préalable et écrite de l’Artiste.
sera assumé sans frais par ce dernier. Toute 11. Cette licence ne peut en aucun cas être
correction ou travail additionnel causé par le transférée ou cédée sans l’autorisation pré-
Client sera facturé en sus par l’Artiste. alable et écrite de l’Artiste.

LIVRAISON GARANTIES

4. Advenant l’incapacité de l’Artiste à se 12. Le Client garantit qu’il détient des droits
conformer à la date de livraison convenue, requis aux fins d’utiliser toutes les références
il en informera le Client dans les plus brefs visuelles qu’il fournit à l’Artiste en vue de
délais. Le Client pourra alors accorder un l’exécution et de l’éventuelle diffusion de
délai de grâce à l’Artiste ou résilier unilaté- l’œuvre.
ralement le présent contrat, à la condition 13. Le Client s’engage à prendre fait et cause de
de prouver qu’il devient impossible d’utiliser l’Artiste dans l’éventualité de toute réclama-
l’œuvre à cause du retard de l’Artiste. tion ayant trait au travail effectué en vertu du
5. Le Client ou ses représentants sont respon- présent contrat et à indemniser l’Artiste pour
sables de la supervision et de l’approbation tout préjudice subi relativement à celle-ci.
des différentes étapes de la production de 14. Dans le cas où l’œuvre demeure la propriété
l’œuvre. Tout délai d’approbation trop long de l’Artiste, elle devra lui être retournée au
entraînera une révision de la date de livrai- plus tard ( ) jours suivant la
son. Aucune responsabilité ne sera assumée première publication. Le Client est respon-
par l’Artiste dans le cas de supervision ina- sable de toute perte ou dommage cause à
déquate et l’œuvre livrée devra être consi- l’œuvre, du moment de sa réception jusqu’à
dérée acceptable telle quelle par le Client. son retour à l’Artiste. La responsabilité du
6. Le Client ne pourra refuser l’œuvre que si Client est alors limitée au prix de l’œuvre.
elle ne correspond pas à la description défi- 15. L’Artiste s’engage à ne pas utiliser l’œuvre
nie par les parties au paragraphe 1 (verso) dans un but commercial ou publicitaire
du présent contrat. Toute autre forme de concurrentiel au Client.
refus sera considérée comme une annula- 16. Dans le cas où le Client ou toute autre per-
tion de la commande. sonne devient propriétaire de l’œuvre, il ou
7. En cas d’annulation de la commande, le elle s’engage à la garder en bonne condition
Client s’engage à défrayer tous les frais de et à en garantir l’accès à l’Artiste qui pourra
production. De plus, si l’annulation intervient l’emprunter pour des fins d’exposition, de
une fois l’œuvre commencée, pour photographie ou autre, sur demande écrite
cent ( %) du prix total du contrat sera faite au moins trente (30) jours au préalable.
payé par le Client ; si l’annulation intervient
une fois l’œuvre terminée le Client s’engage AUTRES ARTICLES SPÉCIFIQUES AU
à payer la totalité (100 %) du prix du contrat. DOMAINE DE L’ÉDITION

DROITS D’AUTEUR ET LICENCE 17. vérification des livres – Sur demande


écrite et sur préavis d’au minimum 15 jours
8. Sous réserve de la licence prévue ci-après, au Client, l’Artiste pourra, à ses frais, exami-
l’Artiste conserve la propriété entière et ner ou faire examiner par une personne qu’il
exclusive de tous ses droits d’auteur sur nommera, les livres comptables du Client
l’œuvre ou les œuvres objet(s) du présent en lien avec l’exploitation de l’Oeuvre. Il
contrat. est entendu que telle vérification est faite

130
LES CONTRATS

aux frais de l’Artiste à moins que ne soient


décelées des erreurs comptables au désa-
vantage de l’Artiste représentant plus de
cinq pour cent (5 %) des sommes totales
payées à l’Artiste en vertu du contrat, auquel
cas ladite vérification sera faite aux frais du
Client.
18. relevé de vente – tous les montants dus
à l’Artiste seront accompagnés d’un relevé
explicitant le calcul des redevances. Ainsi
que les informations suivantes :
 e nombre d’exemplaires vendus pour la
L
période visée ;
Le nombre d’exemplaires en inventaire ;
Le taux de la redevance payable par le Client ;
Le prix de vente au détail hors taxe de chaque
exemplaire vendu ;
S’il y a lieu, les déductions applicables en vertu
du présent contrat;
L e montant des redevances dues pour la
période visée.

LOIS APPLICABLES ET DÉCLARATION

19. Le présent contrat sera régi et interprété


conformément aux lois applicables dans la
province de Québec. En cas de contesta-
tion, les parties feront attribution de juridic-
tion aux tribunaux compétents de la province
de Québec.
20. Les parties déclarent que le présent docu-
ment constitue l’intégralité de l’accord
intervenu entre elles et qu’il ne pourra être
modifié en l’absence d’un document écrit et
signé par elles.
21. Le signataire pour le Client déclare être
dûment mandaté par ce dernier aux fins de la
négociation et signature du présent contrat.

initiales

131
CHAPITR E 10

comment remplir le contrat La vente de l’œuvre n’entraîne pas le transfert


section 1 - l’identification des parties du droit d’auteur au profit de l’acquéreur, à moins
Dans cette section, écrire le nom corporatif ou que le contraire soit stipulé dans un écrit, signé
la raison sociale de chacune des parties ou, à par l’artiste. Toute personne qui désire utiliser ou
défaut, le nom des particuliers entre qui l’entente reproduire votre œuvre, qu’elle en soit le proprié-
est conclue. taire ou non, doit donc obtenir une permission
Dans le cas d’une compagnie, il est important écrite de votre part. Cette permission s’appelle
de savoir que c’est envers elle (la compagnie, une licence.
la personne morale), et non envers le particulier La section 3 du contrat définit les paramètres
avec qui vous signez l’entente que vous vous de la licence de droits d’auteur que vous accor-
engagez. Vous devez donc vous assurer que dez au diffuseur (désigné comme le Client dans
cette personne a en effet le mandat ou le pou- le contrat), soit pour lui-même ou pour son client
voir de conclure cette entente avec vous (voir (désigné comme le bénéficiaire dans le contrat).
condition 19). En cas d’éventuel défaut, c’est la Le bénéficiaire est donc la personne ou la corpo-
compagnie qui sera responsable. ration au bénéfice de qui l’utilisation de l’œuvre
Dans le cas d’une société enregistrée (entre- ou des œuvres est accordée par le contrat.
prise qui fonctionne uniquement avec une rai- Les supports de reproduction sont tous les
son sociale), ce sera le ou les propriétaires(s) objets et les médias sur et par lesquels vous
enregistré(s) qui seront personnellement respon- autorisez votre client à reproduire et diffuser
sables envers vous. votre ou vos œuvre(s). Par exemple, les supports
Assurez-vous donc de signer le contrat avec peuvent être des affiches, des sacs, des t-shirts
une personne effectivement responsable et ins- ou même des produits d’emballages. Les médias,
crivez lisiblement le nom de cette personne dans pour leur part, sont représentés entre autres
cette section, pour des fins de référence. par la presse écrite, la télévision, l’affichage, le
cinéma et Internet.
section 2 – description de l’œuvre / des Le territoire de diffusion limite géographique-
œuvres ou du travail à être effectué par ment l’utilisation de votre ou vos œuvre(s). Il peut
l’artiste être restreint à une ville, une province, un pays ou
Dans cette section, il est important de décrire un continent, ou être défini comme s’appliquant
l’œuvre ou les œuvres, existante(s) ou à être au monde entier.
créée(s), avec le plus de détails possible. La durée de l’utilisation limite dans le temps
Inscrivez le(s) titre(s) (s’il y a lieu), une descrip- l’utilisation de votre ou vos œuvre(s). Elle peut
tion détaillée sur le plan visuel et toute autre être définie comme une période très courte
information ayant trait à l’œuvre ou au travail à (quelques semaines) ou très longue (plusieurs
être exécuté. Au besoin, vous pouvez joindre une années), mais elle ne peut pas, dans le cas où
feuille additionnelle au contrat, sur laquelle vous l’auteur est le premier titulaire des droits sur
pourrez inscrire ces détails, mais dans ce cas, son œuvre, être éternelle, puisque la Loi sur le
mentionnez-le à la section 2 du contrat en ajou- droit d’auteur (L.R.C., chapitre C-42, article 14)
tant la phrase suivante « voir Annexe ci-jointe » prévoit une réversibilité des droits aux représen-
et faites parapher cette « Annexe » par les deux tants légaux de l’auteur 25 ans après sa mort !
parties, au bas de la page. De toute façon, les œuvres relèvent du domaine
public 50 ans après la mort de l’auteur (ce qui
section 3 – utilisation de l’œuvre / des signifie qu’aucun droit d’auteur ne subsiste sur
œuvres ces œuvres après cette date). Il vous revient alors
Comme vous le savez peut-être déjà, les droits de déterminer une période raisonnable compte
d’auteur sur une œuvre sont acquis dès la créa- tenu des circonstances entourant le contrat à
tion de celle-ci, sans qu’il soit nécessaire de les signer.
faire enregistrer, à condition que l’œuvre soit origi-
nale (elle doit être le fait de l’auteur, le fruit de ses section 4 – propriété des œuvres
compétences, et ne doit pas avoir été copiée sur Il peut arriver que le diffuseur désire faire l’acqui-
une autre), qu’elle soit fixée matériellement et que sition de l’original de l’œuvre, soit pour lui-même,
son auteur soit, au moment de sa création, citoyen soit pour l’offrir à son client. Dans ce cas, vous
canadien, sujet britannique, résident d’un pays du devrez, à la section 4 du contrat, inscrire le nom
Commonwealth ou ressortissant d’un pays étran- de l’éventuel propriétaire. Dans le cas contraire,
ger qui a adhéré aux Conventions internationales inscrivez votre nom.
de Berne ou de Genève. Règle générale, l’auteur
d’une œuvre est le premier titulaire (propriétaire) section 5 – prix et modalités de paiement
du droit d’auteur sur son œuvre. À cette étape, il faut faire la distinction entre les

132
LES CONTRATS

frais de production – ou honoraires profession- Ces inscriptions sont très importantes, particu-
nels – (temps de création, matériel, recherche lièrement dans le cas d’une éventuelle action en
effectuée), le prix de l’original (si celui-ci est justice, puisqu’elles déterminent le lieu et la date
acheté par le client) et le coût de la licence (le auxquels le contrat a été effectivement conclu.
prix demandé pour autoriser l’utilisation et la Enfin, n’oubliez pas de remplir la clause 14 (s’il y
reproduction de votre (vos) œuvre(s), comme le a lieu) et de faire parapher, par les deux parties,
stipule la section 4). les conditions ajoutées ainsi que tout autre retrait
Au prix total, il faudra ajouter la TPS (et votre ou ajout appliqué au contrat.
numéro d’enregistrement) et la TVQ (et votre
numéro d’enregistrement) si vous les percevez. l’endos du contrat comprend les condi-
Dans tous les cas, assurez-vous que le numéro tions d’application (clauses)
de taxe provinciale du diffuseur soit inscrit sur Clause 1. Une fois le travail effectué, vous devrez
son bon de commande et sur le contrat. Un faire parvenir une facture au diffuseur. Cette fac-
espace est aussi prévu sur le contrat pour le ture reprendra les mentions de la section 5, soit
numéro de bon de commande du diffuseur (s’il les frais de production, le prix de vente de l’origi-
y en a un) ; n’oubliez donc pas de l’inscrire. La nal (s’il y a lieu), le coût de la licence et les taxes.
TPS est facturée à tout client (personne morale Il est important de faire parvenir cette facture au
ou physique) qui réside au Canada et qui pos- diffuseur le plus rapidement possible. En cas de
sède un numéro de TPS. La TVQ, quant à elle, défaut du diffuseur à respecter le délai de paie-
est facturée à tout client (personne physique ou ment, nous vous recommandons de téléphoner à
morale) qui réside au Québec et qui possède son bureau et de demander à parler à quelqu’un
un numéro de TVQ. Ces deux taxes, lorsqu’elles au service de la comptabilité plutôt qu’au direc-
s’appliquent, sont à calculer aussi bien pour les teur artistique. Le responsable des comptes
honoraires professionnels et les droits d’auteur payables saura vous donner l’heure juste en ce
que pour la vente de l’original. Finalement, un qui concerne le paiement de votre facture. Dans
espace est prévu pour les artistes qui exigent le cas où le retard excèderait 30 jours, faites par-
qu’un dépôt soit donné avant de commencer venir au diffuseur un état de compte sur lequel
le travail ; cet espace est optionnel, mais nous vous ajouterez les intérêts mensuels de 2 %. Ce
vous encourageons, dans la mesure du pos- montant spécifiant les intérêts pour tout retard
sible, à demander un dépôt, à tout le moins pour doit se retrouver dans le contrat et la facture.
couvrir les frais que vous engagerez durant la
production. Clause 8. Cette clause confirme que vous
Il est également possible d’inclure une clause conservez tous vos droits d’auteur sur l’œuvre ou
qui offre au client de réduire le montant de la les œuvres créée(s) en vertu de ce contrat. EN
facture de 2 % s’il acquitte le montant dû dans AUCUN CAS vous ne devrez rayer cette clause
un laps de temps prédéterminé. Dans la majo- sans mûre réflexion et sans qu’une compensation
rité des cas, ce délai est fixé à 10 jours suivant financière assez importante vous soit accordée
la remise des finaux. Cela peut tout de même par le diffuseur pour la « vente » de l’ensemble de
s’étendre jusqu’à 30 jours. Cette clause peut vos droits d’auteur.
être pratique pour inciter le client à vous payer
le plus vite possible et ainsi vous éviter de courir Clause 10. Cette clause prévoit que vous accor-
après votre argent. N’oubliez toutefois pas d’ajus- diez une licence au diffuseur pour les utilisations
ter votre soumission en fonction du 2 % si vous mentionnées à la section 3 du contrat. En vertu
comptez l’appliquer. de la clause 10, cette licence ne sera valide qu’à
compter du plein paiement du prix du contrat.
section 6 – dates de livraison Toutefois, en pratique, le diffuseur pourrait utiliser
Précisez ici les dates de livraison prévues pour votre œuvre avant d’effectuer le plein paiement
l’esquisse ainsi que pour l’original. de ce montant. Vous devriez tout de même main-
tenir cette clause, car elle vous permet, en cas
section 7 - signature du contrat de non-paiement, d’interdire et de faire cesser
Il est important de ne pas signer le contrat TOUTE utilisation de votre œuvre, y compris celle
avant le diffuseur, et ce, afin de vous assurer prévue à la licence.
qu’aucun changement auquel vous ne seriez
pas prêt à consentir ne soit apporté à l’entente Clause 11. Le diffuseur ne peut pas permettre à
après que vous l’aurez signée. Au moment de la une autre personne d’utiliser votre (vos) œuvre(s)
signature, assurez-vous que la date et le lieu de en vertu de la licence sans votre consentement
la signature du contrat sont inscrits pour chacune préalable, donné par écrit.
des signatures, aux espaces prévus à cet effet.

133
CHAPITR E 10

Clause 12. Dans le cas où le diffu- vous prévoyez inscrire votre « chef-
seur vous fournirait ou vous deman- d’œuvre » à tous les concours afin
derait d’utiliser du matériel déjà de le faire exposer, gardez-en donc
existant pour l’exécution de sa com- la propriété.
mande (des marques de commerce,
sigles, photos ou dessins tirés d’un Clause 17. Cette clause prévoit que
livre), il doit, au préalable, avoir si un problème survient relativement
obtenu les droits de reproduction et à l’interprétation ou à l’exécution
d’utilisation de ceux-ci, à défaut de du contrat, ce sont selon les lois
quoi votre travail pourrait être consi- de la province de Québec que le
déré comme de la contrefaçon et problème sera réglé. Elle prévoit de
vous pourriez être accusé de viola- plus qu’advenant un recours devant
tion de droits d’auteur ou de marque les tribunaux, ce recours devra être
de commerce. intenté devant une cour compétente
dans la province de Québec.

Initiales. N’oubliez pas de parapher


Que ce soit pour un contrat et de faire parapher par votre client
le bas de la page des « conditions »,
en éditorial, en édition jeunesse, à l’endroit prévu à cet effet. En
inscrivant leurs initiales sur cette

en publicité, n’hésitez pas page, les parties déclarent avoir pris


connaissance des conditions qui y
sont inscrites et s’engagent donc à
à consulter votre association les respecter.

ou un professionnel du droit
10.4
pour obtenir de l’aide.
LE CONTRAT,
TOUJOURS
Clause 13. Par cette clause, le
diffuseur s’engage à prendre votre PAREIL ?
défense dans l’éventualité de toute
réclamation ou action en justice (par Certains domaines de l’illustration
exemple, en violation de droits d’au- comportent des réalités particu-
teur) en rapport avec le travail effec- lières qui influeront sur la nature des
tué en vertu du contrat, ainsi qu’à contrats qui vous seront proposés.
vous indemniser, financièrement ou Le monde du produit dérivé présente
autrement, pour tout dommage qui effectivement son lot de particulari-
vous serait causé par cette réclama- tés. Comme un grand manufacturier
tion ou action en justice. peut facilement produire plusieurs
variétés de produits dérivés dans
Clause 14. Dans certains cas, une même entreprise, il importe de
le diffuseur peut avoir besoin de bien spécifier sur le contrat les sup-
l’œuvre pour une période de temps ports pour lesquels vous vendrez
relativement longue pour faire, par des droits de reproduction de votre
exemple, des « stats », tramés de travail (des imprimés sur T-shirts,
différentes manières et adaptés à des casse-têtes, de la vaisselle pour
des utilisations particulières. Soyez bébé, etc.). Vous devrez aussi vous
donc flexible au moment de fixer une assurer de bien spécifier la quantité
échéance pour le retour de l’œuvre. de produits dérivés imprimables (5
000 cartes de souhaits, 250 tasses
Clause 16. Essayez de ne pas à café) et la période de marchan-
abuser de cette clause en emprun- disation desdits produits. Aussi,
tant l’œuvre, par exemple, six mois vous pourrez décider d’y inscrire
par année ou très fréquemment. Si le nombre d’items, peu importe le

134
LES CONTRATS

produit manufacturé, que vous désirez recevoir On y retrouvera habituellement une clause qui
gratuitement. Si vos illustrations se retrouvent stipulera qu’en plus de céder le droit à l’éditeur
sur des cartes de souhaits, vous pourriez en de publier et de vendre son œuvre, l’illustra-
demander quelques exemplaires pour vous et teur cèdera aussi le droit d’exploiter son travail
en statuer le nombre dans le contrat. Dans son sous d’autres formes (traduction, adaptation,
livre Licensing 101, Michael Woodward présente etc.) C’est ici que l’illustrateur devra être pru-
un modèle de contrat type que vous pourriez dent. Quelles sont ces autres formes, que com-
décider de reprendre pour négocier des droits prennent-elles ? Si vous ne savez pas tout à fait
de reproduction avec un manufacturier. Il spé- à quoi vous attendre ou que vous croyez que la
cifie également que pour la vente de droits de clause est abusive, osez le dire ! Parmi les autres
reproduction sur des produits dérivés en trois clauses particulières du contrat jeunesse, on
dimensions comme des jouets ou des figurines, retrouvera le tirage (la quantité d’albums impri-
il peut être important de consulter un profes- més et le nombre d’exemplaires que l’éditeur
sionnel, puisque ces ententes demanderont offrira à l’illustrateur). Le tirage moyen pour un
des assurances et des couvertures particulières album jeunesse est de 2 000 copies au Québec.
(dans le cas où un enfant se blesserait avec un Que ce soit pour un contrat en éditorial, en
jouet dérivé de vos illustrations par exemple…) édition jeunesse, en publicité, en licensing, n’hé-
Il faut aussi retenir que dans ce domaine, tout sitez surtout pas à consulter votre association ou
comme dans le domaine de l’édition jeunesse encore un professionnel du droit pour obtenir de
par exemple, la rémunération de l’illustrateur l’aide pour comprendre le contrat, le valider ou,
provient de deux sources distinctes. Vous pour- le cas échéant, l’adapter.
rez en effet obtenir un premier montant pour la
création de vos illustrations (souvent, lorsqu’il
s’agit de produits dérivés pour des cartes de 10.5
souhaits ou autres supports communs, le manu-
facturier choisira plutôt d’acheter des droits de ET LA FACTURE ?
reproduction d’illustrations déjà existantes. Il
commandera rarement une illustration particu- Contrairement aux chiffres mentionnés dans la
lière, évitant ainsi de devoir vous payer pour le soumission, les montants donnés sur une fac-
travail de création…) et ensuite, une deuxième ture doivent être déclinés de manière plus détail-
forme de rémunération entrera en jeu, soit les lée (et inclure les dépenses réelles ainsi que le
redevances. Ce concept signifie que lorsqu’une coût des heures supplémentaires, s’il y a lieu).
illustration se retrouve dans un livre ou sur un Même si le total est identique à ce qui avait été
support manufacturé quelconque, la vente de estimé, l’émission d’une facture est nécessaire
chaque item rapportera un pourcentage précis pour confirmer que ce montant est maintenant
du prix de vente à l’illustrateur. Cette entente cautionné et doit être acquitté. Signée par la
devra donc être mentionnée dans le contrat liant personne responsable du projet, la facture peut
l’illustrateur à la maison d’édition ou au manu- également servir d’accusé de réception attestant
facturier et le montant des redevances pourra que le travail s’est déroulé à la satisfaction des
être négocié. Il est toutefois à noter que des pra- deux parties. La facture devrait donc être impri-
tiques courantes existent quant au pourcentage mée en deux exemplaires au moment de la livrai-
des redevances versées à un illustrateur et qu’il son, quitte à être révisée si des corrections de
pourra s’avérer difficile de négocier bien au-delà dernière minute sont réclamées. Bien des artistes
de ce qui est généralement pratiqué. En plus se contentent de laisser un de ces documents
du pourcentage des redevances, il faudra que au chargé de projet, mais d’autres préfèrent la
le contrat présente un calendrier de versement remettre ou la poster directement au départe-
de celles-ci. Le chapitre traitant de la tarification ment des finances afin d’éviter d’éventuels délais
présentera les pourcentages habituels livrés en de transmission. Dans les deux cas, le nom de la
redevances dans les divers cas. personne en charge de la comptabilité (comptes
En ce qui concerne plus précisément le payables) doit être noté, car c’est à elle que les
contrat en édition jeunesse, quelques autres réclamations subséquentes devront être adres-
particularités s’ajoutent. Le site Internet de sées. Rappelez-vous que la personne chargée
l’ANEL (Association nationale des éditeurs de du projet n’est pas nécessairement chargée du
livres) nous informe bien quant à cette question. paiement des factures. Pour éviter toute confu-
Les différentes maisons d’édition utilisent géné- sion, il est préférable de récapituler les principaux
ralement un contrat-type qui peut différer légè- éléments de l’entente, ou même d’agrafer à la
rement d’une entreprise à une autre, mais qui facture une copie du bon de commande anté-
contient sensiblement les mêmes informations. rieurement rempli.

135
CHAPITR E 10

FACTURE

nO de la facture
Nom de l’artiste :----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Site Web :-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Adresse :---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
E-mail :------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Téléphone :------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Télécopieur :----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Date (jour/mois/année) : -----------------------------------------------------------------------------------------------------------


Client (nom/raison sociale et coordonnées complètes) :--------------------------------------------------------------

Bon de commande :-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Commandé par : ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Dossier du client : --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Description de(s) l’œuvre(s) ou du travail qui est effectué par l’artiste :


----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

utilisation de(s) l’œuvre(s) permise par la licence


Support de production :------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Quantitée :-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Territoire de diffusion :---------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Durée de l’utilisation :----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

prix et modalités de paiement


Frais de production---------------------------------------------------------------------------------------------------------------  $
Vente de l’originale (le cas échéant)----------------------------------------------------------------------------------------  $
Coût de la licence (droit d’auteur en vertu de l’article Art. 726.26 L.I. de la loi de l’impôt )-----------  $
TPS (numéro d’enregistrement)----------------------------------------------------------------------------------------------  $
TVQ (numéro d’enregistrement-----------------------------------------------------------------------------------------------  $

TOTAL :--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------  $
DÉPÔT :-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------  $
SOLDE :-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------  $

136
LES CONTRATS

conditions générales
1. La présente facture est un contrat émis par 8. Le client doit reconnaître la participation de
_______________________(nom de l’ar- l’auteur lorsqu’une publication ou un pro-
tiste), auteur et détenteur du droit d’auteur duit dont son œuvre fait partie est présen-
sur l’œuvre ou les œuvres qui figurent dans tée dans des concours professionnels ou
le présent document et donne permission autres, ou lorsqu’il lui est accordé un prix
de reproduction à la personne ou à l’entité ou une mention.
citée d’après les conditions et limitations 9. Le client fournira à l’auteur __________exem-
indiquées. plaires de chaque publication ou imprimé
2. Toute autre utilisation, reproduction, publi- dans lequel une des ses œuvres figure.
cation ou diffusion par quelque moyen qu’il 10. La facture est réputée acceptée ainsi que
soit ou distribution en imprimé ou autres, sur les termes qui y sont associés au moment
réseau électronique ou digitale de l’œuvre où le client paye celle-ci.
ou des œuvres qui figurent dans le présent
document non conforme aux conditions et
limitation indiquées ci dedans est une uti-
lisation non autorisée et un abus de droit
d’auteur. Aucune autre utilisation, reproduc-
tion, publication, ou diffusion par quelque
moyen qu’il soit ou distribution en imprimé
ou autres, sur réseau électronique ou réseau
digitale de l’œuvre ou des œuvres est per-
mise sauf par permission écrit au préalable
de l’auteur.
3. Lorsque le client agit au titre de représen-
tant d’un tiers au nom duquel l’autorisation
sera utilisée et l’œuvre ou les œuvres seront
publiées, ce tiers sera désigné ci-dessus.
Cette autorisation ne peut pas être trans-
férée ou vendue à une autre partie sans le
consentement écrit préalable de l’auteur.
4. Aucune modification, transformation ou
adaptation des œuvres, soit partielle ou glo-
bale, n’est permise sans le consentement
écrit de l’auteur.
5. En l’absence d’une entente indiquant le
contraire signé par l’auteur des œuvres,
l’original ou les originaux, décrits plus haut
et dont la reproduction est l’objet de cette
entente, demeure la propriété exclusive de
l’auteur.
6. Le client doit indiquer sur chaque copie
reproduite(s) de l’œuvre ou des œuvres :
© année nom de l’artiste, avec permission.
7. Nonobstant les exclusivités accordées par
cette entente, l’auteur se réserve le droit
en tout temps de reproduire l’œuvre ou les
œuvres décrites ci-haut pour la promotion
non-commerciale (non-rémunératrice) de
son activité professionnelle artistique, d’uti-
liser les copies et épreuves fournies par le
client à cette fin, de les présenter dans des
concours et d’autoriser leur reproduction
dans le cadre de ces concours.

137
CHAPITR E 10

Ces précautions ne vous permettront toutefois


pas de contourner toutes les embûches. Voici un
bref survol des difficultés de paiement auxquelles
vous pourriez faire face :
Les chèques qui comportent à leur endos des
conditions modifiant les termes d’un contrat
doivent être retournés, accompagnés d’une
lettre réclamant l’émission d’un nouveau paie-
ment. Si l’artiste préfère rayer les clauses en
question avant de signer, l’entreprise doit néan-
moins en être avisée par écrit ; si elle ne réagit
pas au cours des 15 jours qui suivent, le chèque
pourra être encaissé sans problème.
Lorsqu’un paiement n’est pas versé dans les
délais prévus, il est peu indiqué de contacter les
responsables de la direction artistique. En géné-
ral, les questions financières ne les concernent
pas ; si l’on compte éventuellement retravailler
avec la même entreprise, il serait contre-produc-
tif de créer un antagonisme quelconque avec les
personnes en charge de l’embauche. Un coup
de téléphone au département de la comptabilité
constitue la première démarche à entreprendre.
Plusieurs appels polis peuvent cependant s’avé-
rer nécessaires, ne serait-ce que pour empê-
cher que l’on vous oublie. S’il s’agit d’un oubli,
d’un retard ou d’un problème administratif, cette
technique suffit la plupart du temps à faire valoir
les droits de l’artiste. Toutefois, si les appels ne
portent pas fruit, une nouvelle facture marquée
« Rappel – montant dû » doit être envoyée en
courrier recommandé. L’entreprise dont les
habitudes de paiement diffèrent des clauses du
contrat (60 ou 90 jours, par exemple) a parfois
besoin qu’on lui rappelle que le délai convenu
pour le paiement est écoulé et que conformé-
ment à l’entente, des frais de retard seront ajou-
tés si le total n’est pas promptement acquitté.
10.6 Une copie de la lettre de rappel doit toujours
être conservée dans vos dossiers. Toujours en
LES DIFFICULTÉS courrier recommandé, un « second rappel » sui-
vra un mois plus tard, le montant étant modifié
DE PAIEMENT en fonction des intérêts. Comme le person-
nel d’une grande entreprise change souvent
de département, un nouvel appel permettra à
Pour éviter tout problème, il faut d’abord appli- l’artiste de vérifier si la lettre est parvenue à
quer certaines mesures préventives en cours de bon port – et de démontrer le sérieux de ses
projet. L’artiste devrait toujours : démarches. Il importe, à cette étape, de s’en-
quérir des raisons qui retardent le paiement, et
Lire dans leur entièreté les documents qu’on lui de proposer des solutions avec courtoisie :
fait signer ;
Si la compagnie éprouve des difficultés finan-
Garder une copie de tous les travaux réalisés cières, une extension de la période de grâce
pour un projet ; peut être accordée sur réception d’un verse-
Faire signer les esquisses approuvées par les ment partiel (et au taux d’intérêt fixé dans le
responsables ; contrat) ;

Demander un reçu pour le matériel laissé sur Si l’illustration ne fait plus l’affaire malgré qu’on
place ; l’ait préalablement acceptée, des corrections
peuvent être proposées (moyennant la signature
Garder trace de tous les courriels (après une d’un contrat subsidiaire pour couvrir ce supplé-
conversation téléphonique, demander par cour- ment de travail) ;
riel une confirmation de la discussion et des
décisions qui ont été prises), puisque l’entente Si l’utilisation prévue pour la reproduction n’est
orale a une valeur juridique moins solide que les plus réalisable, de nouvelles conditions peuvent
traces écrites. être discutées (sans que l’artiste doive y voir
une obligation).

138
LES CONTRATS

En cas d’échec, un « dernier rappel » annoncera,


le mois suivant, que non seulement le total a subi
une seconde hausse, mais que le problème sera
soumis aux instances juridiques appropriées
(pensez à une mise en demeure, à la Cour des
petites créances ou au tribunal fédéral si le mon-
tant est plus important).

les agences de recouvrement


Les agences de recouvrement ne peuvent rien
de plus que ce que l’artiste aura déjà tenté
(elles le font d’ailleurs souvent moins poliment).
Elles n’ont aucun pouvoir légal, sauf si on leur
demande expressément de faire appel à des
avocats. À moins que l’entreprise délinquante
ne cède à l’usure, cette méthode est rarement
une solution, surtout compte tenu de la com-
mission exigée en cas de réussite (de 30 à
50 % du paiement émis par le client fautif).
De plus, les agences refusent généralement
d’intervenir si l’artiste a déjà entrepris une
démarche juridique ; elles ne sont donc pas gaspard – dans le doute
une solution à privilégier. Vérifiez vos ventes en contactant Gaspard (www.
btlf.qc.ca)
le règlement par intermédiaire Gaspard est un système d’information sur
On dénombre jusqu’à 33 façons de résoudre un les ventes. Il recueille près de 50 % des ventes
différend par personne interposée. Mentionnons effectuées au Québec par les librairies et les
parmi celles-ci les procès informels, l’arbitrage, grandes surfaces. Toutes les librairies n’utilisant
la négociation, l’adjudication privée, la média- pas Gaspard, il est impossible de connaître les
tion, l’écoute active et les conférences de ventes réelles (hormis en communiquant avec
règlement par modération. Versions modernes son éditeur et/ou distributeur).En contactant
du ho’oponopono hawaïen (où les adversaires Gaspard, vous recevrez un relevé que vous
ne sortent d’une pièce qu’une fois le conflit pourrez comparer au relevé de vente transmis par
réglé), ces méthodes commencent générale- votre éditeur. Ce dernier devrait être supérieur à
ment par une évaluation de la situation suivie celui de Gaspard.
d’un plan pour solutionner le problème. L’artiste Cet exercice doit être fait lorsque vous avez
reste en charge de la gestion du conflit et reçoit toutes les raisons du monde de remettre en
les conseils d’arbitres qui interagissent avec la cause la véracité de vos paiements ou que les
partie adverse en toute neutralité. Dans un cas délais de paiement dépassent les 3 mois (atten-
comme la médiation, l’intermédiaire guide la dis- tion : toujours vérifier votre contrat pour les dates
cussion vers le meilleur compromis. Par contre, de paiement).
une technique comme l’arbitrage lui confère la
position de juge et lui permet de rendre un ver- voici la méthode à suivre pour contacter
dict qui a force de loi, même si une des parties Gaspard :
néglige de se présenter à la rencontre. Il est Écrire à Christian Reeves – conseiller commer-
même possible d’inclure initialement la condition cial : c.reeves@btlf.qc.ca ;
suivante au contrat, facilitant ainsi les choses en
Mentionner le ou les titres recherchés ainsi que
cas de conflit : l’année ;
« Advenant un différend relié à cette entente,
les parties s’engagent à résoudre le conflit en Coût du service : 75 $/titre.
recourant aux services d’une personne neutre.
La partie qui revendique choisira la méthode ; la sodec et les autres
la partie défenderesse choisira la personne subventionneurs
(pourvu que cette personne n’ait pas ni ne soit Vous pouvez contacter la SODEC pour lui faire
perçue comme ayant un préjugé). L’entente part des délais hors norme pour le paiement de vos
qui en résulterait aura l’autorité d’un jugement redevances et/ou à-valoir, ainsi que du non-respect
final.* » de vos droits d’auteur. En tant que subventionneur,

*Source : Jack R. Miller, cofondateur et président du Groupe Interley du Canada Inc., une firme de résolution de conflit à Montréal, Québec (www.interley.ca).

139
CHAPITR E 10

la SODEC peur retenir une subvention voire rapa- Dans certaines régions, la Cour des petites
trier celle-ci si elle est déjà versée. Lorsque les élé- créances offre aussi un service de médiation. Ce
ments sont probants, la SODEC peut enquêter et recours n’oblige personne à accepter un com-
vérifier la gestion au sein d’une maison d’édition. promis ; il ne retarde pas non plus le chemine-
Mais pour cela, il faut que les illustrateurs et les ment du dossier et permet de résoudre plus de
auteurs dénoncent une situation. 75 % des litiges qui s’en prévalent. La brochure
Cette étape peut être faite auprès des autres Les petites créances, publiée par le Ministère de
subventionneurs que sont le Conseil des Arts du la Justice, donne plus de détails sur la procédure
Canada et Patrimoine Canada, deux instances qui à suivre.
subventionnent fortement la plupart des éditeurs.
l’aide juridique
la prévention L’aide juridique fournit de précieux renseigne-
Inscrire la clause suivante dans votre contrat — ments à l’artiste qui ne peut pas se payer les
vérification des livres : « Vérification des livres – services d’un avocat. Dans certains cas, elle
Sur demande écrite et sur préavis d’au minimum peut même se charger d’envoyer une mise en
15 jours à l’Éditeur, l’illustrateur pourra, à ses demeure au mauvais payeur, ce qui obtient
frais, examiner ou faire examiner par une per-
souvent l’effet désiré. Pour un recouvrement de
sonne qu’il nommera, les livres comptables de
l’Éditeur en lien avec l’exploitation de l’Oeuvre. fonds, par contre, le dossier doit être référé à un
Il est entendu que telle vérification est faite aux bureau qui accepte les mandats d’aide juridique.
frais de l’illustrateur à moins que ne soient déce- La cause est alors traitée comme le serait toute
lées des erreurs comptables au désavantage de autre poursuite, à ceci près que l’artiste n’encourt
l’illustrateur représentant plus de cinq pour cent aucun déboursé si la démarche échoue. Dans le
(5 %) des sommes totales payées à l’illustrateur
cas contraire, des frais de 10 à 30 % du montant
en vertu du contrat, auquel cas ladite vérification
sera faite aux frais de l’éditeur. » obtenu lui seront réclamés.

Inscrire la clause suivante dans votre contrat la mise en demeure


– relevé de vente : « Relevé de vente – tous Il peut arriver, après la remise des illustrations
les montants dus à l’illustrateur seront accom-
pagnés d’un relevé explicitant le calcul des rede- finales ou tout autre document inscrit à votre
vances. Ainsi que les informations suivantes : contrat, que le paiement tarde à arriver. Il
 e nombre d’exemplaires vendus pour la période
L convient, dans ce cas, de faire preuve de cou-
visée ; rage. Dans un premier temps, communiquez
Le nombre d’exemplaires en inventaire ; directement avec le client ou son service de fac-
Le taux de la redevance payable par l’ÉDITEUR ; turation pour obtenir des informations relatives
Le prix de vente au détail hors taxe de chaque à votre paiement. Par la suite, si vous n’arrivez
exemplaire vendu ; pas à obtenir satisfaction et que vous jugez avoir
S’il y a lieu, les déductions applicables en vertu du tout fait pour obtenir la rémunération à laquelle
présent contrat ;
vous avez droit, il sera alors temps d’envoyer une
Le montant des redevances dues pour la période
mise en demeure à votre client. N’ayez pas peur
visée. »
d’employer ce moyen légal. En effet, la personne
Vous vous assurez ainsi d’avoir un relevé de vente
compréhensible. qui vous embauche et celle qui est responsable
de voir à votre rémunération sont souvent deux
R
 etenir les finaux contre paiements – Vous personnes distinctes. De ce fait, exiger son dû
pouvez également retenir les hautes résolutions
n’affectera en rien votre relation de travail. Après
de vos œuvres jusqu’au paiement de votre
avance advenant que votre contrat précise clai- tout, vous avez rempli votre part du contrat et il
rement que le paiement a lieu au moment de la est donc normal qu’on vous paie. De nos jours, il
remise des finaux.  est inconcevable de jouir d’un bien ou d’un ser-
vice sans le payer...
la cour des petites créances
pour être admissible à la cour des petites définition :
créances, il faut : La mise en demeure est une lettre expédiée par
Ê
 tre un individu et non une compagnie ; courrier recommandé, c’est-à-dire entraînant
l’émission d’un avis de réception, qui ordonne
S
 e représenter soi-même, à moins que les ser- officiellement au destinataire d’exécuter formel-
vices d’un avocat n’aient été autorisés en vertu lement une obligation qui lui est échue (remédier
de la complexité de la cause ;
à un problème, acquitter un montant, respecter
 oursuivre une personne ou une compagnie rési-
P un engagement contractuel, etc.) selon certaines
dant ou étant établie au Québec ; modalités et dans un délai déterminé. Cette lettre
Réclamer un maximum de 7 000 $. donne à son destinataire la possibilité de

140
LES CONTRATS

de s’acquitter de son obligation sans passer


devant les tribunaux. La partie revendicatrice
peut rédiger elle-même la mise en demeure ou
retenir pour ce faire les services d’un avocat. Il
faut en conserver une copie et envoyer l’origi-
nal par courrier certifié. Gardez une copie de la
mise en demeure ainsi que la preuve de récep-
tion émise par Postes Canada, afin d’être en
mesure de prouver qu’elle est bien parvenue à
son destinataire.

ce que la mise en demeure doit


contenir :
la mise en demeure doit être rédigée sous
forme de lettre et contenir les éléments
suivants :
L
 a date de sa rédaction, les coordonnées du des-
tinataire ainsi que la mention « SOUS TOUTES
RÉSERVES », afin de protéger l’expéditeur relati-
vement à ce qui est avancé dans la lettre ;
Un résumé du problème ;
Une demande de règlement ;
Un délai pour régler le problème ;
Les coordonnées de l’expéditeur et sa signature ;
L
 ’expression « mise en demeure » incluse dans
le texte afin que la personne qui la reçoit sache
à quoi s’en tenir.

Si rien ne change après l’envoi de la mise en


demeure et l’écoulement du délai imparti, il sera
alors temps d’aller à la Cour des petites créances
pour déposer une demande www.justice.
gouv.qc.ca/francais/publications/generale/
creance.htm#conditions

141
CHAPITR E 10

MISE EN DEMEURE
Lieu et date

SOUS TOUTES RÉSERVES


Nom Prénom de la personne poursuivie
Adresse de la personne poursuivie

Madame, Monsieur,

La présente est pour vous informer que je vous réclame la somme de ___$ pour les raisons suivantes :
[...]
Je vous mets donc en demeure de me payer la somme de ___$ dans un délai de 10 jours. Dans le
cas contraire, des procédures judiciaires seront intentées contre vous sans autre avis ni délai.

Veuillez agir en conséquence.

Signature

Votre adresse
Votre numéro de téléphone

142
LES CONTRATS

10.7
LIENS UTILES
l a mise en demeure
www.justice.gouv.qc.ca/francais/sujets/glos-
saire/mise.htm

l a cour des petites créances


www4.gouv.qc.ca/FR/Portail/Citoyens/
Evenements/consommateur-renseigne-
ment-plainte/Pages/deposer-demande-pe-
tites-creances.aspx

g aspard
www.btlf.qc.ca

143
11
le guide
de tarification

Sophie PA

Cette section contient sûrement l’information la plus attendue par vous tous,
chers illustrateurs. Illustration Québec propose de vous fournir quelques pistes quant
aux éléments qui doivent entrer en ligne de compte pour vous aider à fixer le montant
de la rémunération pour vos services.

145
CHAPITR E 11

Encore une fois, aucune formule secrète de soumettre le domaine privé à un contrôle quel-
n’existe quant à la réussite financière dans le conque. Évidemment, vos tarifs doivent être fixés
domaine de l’illustration. Le présent chapitre en fonction d’autres critères, que nous détaillons
constitue donc un guide qui fournit les élé- ci-dessous.
ments généraux à considérer lorsque vous
fixerez un tarif pour un contrat particulier.
Nous avons aussi cru bon de vous fournir dif- 11.2
férentes techniques de calcul pour fixer vos
tarifs. Ces méthodes sont expliquées dans LA MARCHE À SUIVRE
différents ouvrages dont nous vous four-
nirons les références. Vous verrez que ces POUR FIXER UN PRIX
méthodes diffèrent d’un auteur à l’autre et
que vous devrez, selon les situations contrac- Voici les critères que vous aurez à évaluer pour
tuelles devant lesquelles vous vous retrouvez chacun de vos contrats, avant même de procéder
le plus fréquemment, juger de celle qui vous à une soumission.
convient le mieux. Par la suite, nous vous
présenterons les grilles tarifaires élaborées la première rencontre
en 2009 par un comité formé d’illustrateurs Personne ne devrait fournir un prix dès le premier
expérimentés et ensuite révisées lors de la coup de téléphone. Si l’offre semble justifier le
mise à jour de ce guide, en 2014. Illustration déplacement, l’artiste devrait toujours prendre
Québec vous suggère fortement d’utiliser sa rendez-vous avec les responsables du projet.
grille tarifaire dans le but de maintenir les Tout d’abord, ce délai lui procure l’occasion de
standards de l’industrie. Sachez que tout tarif s’informer sur l’entreprise qui fait appel à ses
inférieur au minimum inscrit dans la liste aura services, ce qui peut être fort utile pour préparer
un effet négatif sur le marché. N’ayez donc la discussion, ajuster le portfolio et sélectionner
jamais peur de dire non à un contrat si vous des échantillons susceptibles d’être laissés sur
constatez que le prix offert est largement les lieux. Qui plus est, rencontrer la personne qui
inférieur aux standards du marché et/ou à la prendra des décisions permet d’éviter de fâcheux
valeur de votre travail. retournements de situation une fois le contrat
exécuté. Cela dit, le lien entre l’artiste et la com-
pagnie ne doit pas être vu comme une relation
11.1 antagoniste : il s’agit plutôt d’une association
formée pour atteindre un but commun. C’est là
L’ILLUSTRATION ET la clé d’une négociation fructueuse et menée
dans le respect. Les deux partenaires veulent
L’ÉQUITÉ SALARIALE qu’on les rassure et qu’on les respecte ; ce sont
leur enthousiasme, leur conviction, leur flexibilité
Même aujourd’hui, on constate une différence et leur professionnalisme qui détermineront si
déplorable entre la rémunération offerte aux cette collaboration portera fruit. Il ne faut donc
hommes et aux femmes travaillant dans le milieu pas sous-estimer l’effet d’une rencontre dans le
de l’illustration, et ce, pour des qualifications processus de négociation. Tout se joue souvent
similaires. Eh oui, bien que la société et les lois dans les premières minutes. L’habillement, le
prônent l’équité salariale, la réalité, elle, est sou- langage non verbal et l’état d’esprit avec lequel
vent tout autre. Illustration Québec clame haut et l’illustrateur aborde le rendez-vous sont autant de
fort que l’égalité de salaire entre les illustrateurs facteurs qui influenceront la négociation.
et les illustratrices doit être respectée.
En effet, peu importe que l’artiste soit homme les informations recherchées lors de
ou femme, cela ne devrait avoir aucune incidence ce premier contact sont les suivantes :
sur les tarifs offerts. Pour ce qui est du domaine
Le genre de compagnie avec qui l’on fait affaire ;
public, le gouvernement travaille tous les jours à
combler ce clivage. Toutefois, il est plus difficile Le genre de personnes qui y travaillent ;

146
LE GUIDE DE TARIFICATION

Le genre de production qui les intéresse ; Quels sont les artistes en lice pour ce projet ?
Comment la sélection se fera-t-elle ?
L
 e genre de réaction que suscitera votre portfolio.
 ui s’occupera de la mise en page, de
Q
La visite des lieux permet également de repérer l’impression ?
les travaux des gens qui ont déjà travaillé avec
 ui aura le dernier mot sur le concept ou
Q
la même entreprise. Ces personnes peuvent l’image ? Dans le cas d’un travail d’équipe, qui
être d’un secours insoupçonné si on éprouve prend la décision, qui est la personne « clé » ?
le besoin d’obtenir des renseignements sup-
plémentaires (conditions de travail, délais de
paiement, etc.). En effet, il n’est pas interdit de l’illustration
communiquer avec l’une de ces personnes, his-  e quelle documentation dispose-t-on ? (textes,
D
toire de glaner un peu d’informations sur la façon photos, modèles)
de fonctionner des responsables du projet, leurs  uels sont les paramètres à respecter ? (sujet,
Q
exigences, le degré d’autonomie qu’ils laissent à style, taille, position, cadre, zones libres)
l’illustrateur et même leur budget.  omment l’illustration doit-elle être livrée ?
C
L’artiste ne doit jamais oublier que l’examen (œuvre originale ou numérisée… courriel, site
se fait dans les deux sens – à plus forte raison si ftp, courrier, etc.)
la rencontre se déroule dans son propre studio.
Il lui faudra démontrer sa capacité de répondre la méthodologie
aux exigences du projet, tout en évitant d’afficher  uelles sont les étapes de production ? (croquis
Q
une servilité trop affamée. Au besoin, quelques préliminaires, esquisses, final, corrections, suivi)
anecdotes illustreront sa façon de résoudre les Qui approuvera le matériel soumis ?
difficultés, et une attitude positive lui sera d’un
Quel est l’échéancier à respecter ?
grand secours (« quand je ferai ce travail » plutôt
que « si je décroche ce contrat »). Les responsables de la direction artistique
Au lieu de préparer une estimation pendant sont généralement des gens pressés ; un tel
la discussion, il est plus profitable d’accorder questionnaire ne peut donc pas être systéma-
toute son attention à la conversation. La soumis- tiquement récité lors de chaque rencontre (et
sion d’un prix se fera après une réflexion à tête encore moins être remis par écrit aux personnes
reposée, lors d’un rendez-vous, ou d’un coup de concernées). Mais il donne une bonne idée des
téléphone ou d’un courriel. aspects qui gagnent à être couverts au cours
d’une première discussion.
l’analyse du projet En cas de désaccord sur la façon de procéder,
Dans la mesure où l’on doit se prononcer sur l’expérience de l’artiste peut lui permettre de lan-
le prix d’un travail qui reste encore à réaliser, il cer quelques idées informelles – dans la mesure
importe de brosser le portrait le plus exact pos- où cela ne remet pas en question l’expertise
sible de la tâche en posant un maximum de ques- de l’entreprise en matière de mise en marché.
tions sur les aspects suivants, à adapter selon Énoncées sans insistance, de telles suggestions
le projet : peuvent inciter l’entreprise à élargir le contrat,
par exemple en incluant une participation de l’ar-
le marché tiste aux séances de conception. Cela affectera
bien sûr la préparation de l’estimation. Prendre
Quelle position l’entreprise y occupe-t-elle ?
des notes est essentiel, et les grandes lignes de
Quels produits a-t-elle déjà créés ? la conversation devraient toujours êtres récapi-
tulées à la fin de l’entrevue. Si le temps alloué
Quelles sont les compagnies concurrentes ?
ne se prête pas à toutes ces considérations, on
Quel est le public cible ? peut toujours établir un second contact par la
suite pour obtenir les détails manquants (par
le projet téléphone ou par courriel). Il est aussi important
de confirmer par écrit toute discussion en per-
Quel est le produit à illustrer ?
sonne ou au téléphone ayant abordé des détails
Q
 uels sont les buts visés par sa mise en marché ? d’un contrat. Cette façon de faire vous fournira
des preuves écrites en cas de problème, en
C
 omment la diffusion se fera-t-elle ? (nombre de
supports, médium, nombre d’exemplaires, durée, vous assurant aussi de bien avoir compris les
territoire, etc.) demandes du client.

les personnes concernées le budget de l’entreprise


 ue pense-t-on de ce qui a été réalisé par le
Q Il est tout à fait normal de s’informer des fonds
passé ? disponibles. Sauf s’ils sont eux-mêmes en train

147
CHAPITR E 11

de préparer une soumission pour une tierce per- qui communique avec vous n’a pas le pouvoir
sonne, les gens qui commandent une illustration de négocier le tarif. Une fois les renseignements
ont en général une bonne idée de leur budget échangés, il ne reste plus qu’à s’entendre sur le
au moment où ils font appel à des pigistes. temps qui peut être accordé à la préparation du
Puisque les artistes sont des partenaires et non devis, et à fixer le moment où celui-ci sera com-
des adversaires, les montants qui ont été pré- muniqué à l’entreprise.
vus à leur intention devraient leur être annoncés
dès le premier contact, que ce soit au téléphone, les critères d’évaluation
en personne ou dans un courriel. La discussion
devrait permettre d’établir l’ordre de grandeur les critères d’évaluation se
du budget avec lequel on s’apprête à travailler. répartissent en trois catégories :
Cette somme doit être perçue comme un simple
 es critères d’utilisation cernent la façon dont
L
renseignement dans le cadre de la préparation l’œuvre sera présentée au public, et déterminent
d’un devis. Ni l’entreprise ni l’artiste ne devraient la valeur des droits concédés ;
l’envisager comme une contrainte absolue à ce
point de la négociation. Une bonne façon de pro-  es critères de réalisation permettent d’éva-
L
luer ce qui affecte la difficulté d’exécution du
céder consiste à discuter du budget global du
travail (les contraintes). Ils ne changent pas
projet, de l’importance de l’illustration par rapport la valeur des droits, mais constituent une sur-
aux autres éléments (rédaction, mise en page, charge couvrant les problèmes susceptibles de
impression), et du pourcentage approximatif que survenir en studio ;
l’on s’apprête à lui accorder. Cette méthode per-
 es critères personnels, enfin, tiennent
L
met de garder la flexibilité de l’ensemble en pers- compte du statut de l’artiste et de sa vision du
pective : l’illustration n’est plus le seul élément projet qui lui est proposé. Ils modifient la rigueur
soumis à la négociation, mais un ingrédient parmi avec laquelle les critères précédents influencent
tant d’autres pour un produit final atteignant à son jugement.
peu de choses près un budget global préalable-
ment estimé. Si le montant qui lui est alloué à
la portion illustration ne semble pas réaliste, ce critères d’utilisation
ne sera pas nécessairement à l’artiste d’en faire L
 a quantité de supports différents
les frais. Les autres sommes pourraient peut-être
être rajustées sans que le total soit affecté. le mot « support » fait ici référence non
Lorsque le personnel de l’entreprise hésite à pas au canevas de l’œuvre originale,
révéler le budget actuel, une variante consiste à mais au moyen utilisé pour diffuser
examiner ce que des illustrations similaires leur l’illustration. Il peut s’agir, entre
ont coûté par le passé. Cette stratégie permet de autres, des supports suivants :
discuter de la question des tarifs sans placer les Magazine, journal ou revue interne ;
responsables du projet en cours sur la défensive.  rochure ou dépliant ;
B
On doit cependant vérifier si les paramètres des Panneau ou affiche ;
dossiers précédents correspondent bien à ceux E mballage  ;
d’aujourd’hui, et discuter des ajustements qui M  aquette  ;
seront nécessaires pour combler les différences Rapport annuel ;
éventuelles. Le taux d’inflation devra également C  alendrier  ;
être considéré, tant pour les tarifs de l’artiste que L  ivre  ;
pour les dépenses qui seront engagées. Pochette de disque ;
Tradition oblige, bien des personnes préfèrent Animation, film, émission télévisée, etc. ;
éviter de dévoiler leurs ressources. Ce n’est Site Internet.
évidemment que partie remise, car le devis de
l’artiste devra tôt ou tard être comparé aux pré- En plus des points couverts par les autres
visions de l’entreprise. Comme les deux parte- critères d’évaluation, chaque support a une
naires auraient avantage à éviter les ajustements valeur propre, qui dépend de sa visibilité, en
de dernière minute, on peut souligner que l’artiste termes d’emplacement ou d’importance (nombre
ne fait que servir les intérêts du projet en cher- d’exemplaires), et de l’impact obtenu, que ce soit
chant dès le début une façon de se conformer pour des questions de prestige ou de crédibilité.
au budget. Le sujet étant délicat pour certains Lorsque les droits de reproduction pour plu-
clients, on doit avoir une approche diplomate sieurs supports sont cédés en même temps,
mais ferme. Il peut aussi s’avérer possible d’abor- un prix réduit peut être négocié pour chacun,
der à nouveau le sujet lors d’une deuxième dis- comme c’est l’usage pour les achats en gros.
cussion, particulièrement lorsque la personne Mais si un support doit être ajouté à la liste après

148
LE GUIDE DE TARIFICATION

la signature du contrat, il faut alors qu’un nou- clause peut aisément être ajoutée au contrat
veau document soit rédigé à cette fin, indépen- pour stipuler que l’artiste n’utilisera pas les
damment de l’entente initiale ; les droits liés à la droits qui restent en sa possession à des fins
reproduction sur ce support sont alors payés au qui entreraient en conflit avec les droits concé-
plein prix, comme un achat à l’unité. Il n’est pas dés. Outre les bénéfices qui résultent des
toujours possible de prévoir tous les supports contrats de réutilisation, une telle entente per-
sur lesquels une illustration sera utilisée – parti- met à l’artiste de publier l’illustration sur un autre
culièrement dans le domaine de la publicité, où le support pour son propre compte. La vente de
placement-média se fait souvent après la réalisa- reproductions en galerie, par exemple, peut lui
tion de l’illustration. Dans un tel cas, des options rapporter autant, sinon plus, que les revenus
d’ensemble peuvent être négociées au lieu des provenant d’une page de publicité ou d’une
différentes applications. couverture de livre.

par exemple : l’ampleur du tirage


Idéalement, les frais d’utilisation de chaque
T
 out périodique, y compris les suppléments qui
y sont encartés ;
image devraient toujours être proportionnels au
nombre d’exemplaires qui en sont tirés. C’est le
T
 oute annonce au point de vente, y compris la système qui est employé lorsque les droits sont
publicité postale ; prélevés à même les ventes. Dans le domaine du
T
 out affichage, à l’exclusion des annonces au livre, par exemple, la plupart des maisons d’édi-
point de vente ; tion versent 10 % des revenus aux auteurs d’un
album (illustrateur + auteur, soit 5 % chacun).
T
 oute utilisation télévisée ou cinématographique.
Malheureusement, cette méthode ne peut pas
Certaines entreprises préfèrent opter pour être appliquée partout ; le nombre de personnes
la sécurité en achetant en bloc les droits pour qui contribuent à un périodique, par exemple,
l’ensemble des supports existants (buyout). rend un tel partage extrêmement difficile. On
Sachez qu’Illustration Québec s’est clairement préfère donc verser un paiement forfaitaire pour
positionné contre cette pratique. Nous encou- chaque contribution ; en théorie, cette somme
rageons fortement les artistes à ne jamais représente la part de l’artiste sur les revenus
signer un tel contrat, à moins bien entendu anticipés. Dans de telles circonstances, les
que le montant de la rémunération octroyée artistes qui désirent rentabiliser leur production
soit conséquent. Cette pratique est souvent limiteront le plus possible la quantité d’exem-
adoptée comme une solution de facilité ou un plaires pour lesquels le droit d’utilisation a été
automatisme lorsque vient le temps de cou- accordé. Pour un périodique, il suffit de préciser
cher sur papier la liste des droits désirés. Peu dans quel numéro de la publication l’illustration
d’entreprises ont réellement besoin d’acquérir est autorisée à paraître ; pour d’autres types de
tous les droits possibles et imaginables sur une paiements forfaitaires (par exemple, pour des
illustration donnée ; en fait, elles ne cherchent cartes de souhaits), le nombre de reproductions
souvent qu’à obtenir l’exclusivité de façon à ce autorisées devrait toujours être mentionné sur
qu’aucune autre utilisation n’entre en compéti- le contrat.
tion avec leur campagne. Une autre solution consiste à indiquer que l’en-
Recourir à une telle tactique est un peu tente porte sur le premier tirage de l’œuvre, ou
comme si l’on abattait une forêt entière pour à mentionner une limite au-delà de laquelle un
avoir l’exclusivité d’un arbre. Du point de vue supplément doit être versé. Cette clause consti-
de l’artiste, même si la majorité des droits est tue une protection contre les rééditions non
réclamée inutilement, le devis doit être rédigé autorisées, et fournit à l’artiste un revenu sup-
comme si tous les médias allaient afficher simul- plémentaire si la popularité de l’œuvre excède les
tanément son œuvre. Un prix maximal doit alors prévisions. Le tirage d’une publication qui paraît
être réclamé pour le travail, ce qui peut être une en plusieurs langues est déterminé d’après le
source de friction si l’entreprise ne s’attend pas nombre total d’exemplaires publiés, toutes lan-
à ce qu’on lui présente un tarif à la hauteur de gues confondues.
ses exigences.
Placées devant cette situation, la plupart des l’étendue du territoire
entreprises trouvent généralement qu’il est plus Lorsque le nombre de reproductions ne peut pas
économique d’acquérir des droits limités, quitte être déterminé (par exemple, lors de la diffusion
à signer un nouveau contrat si jamais leur plan d’une image télévisée), les frontières géogra-
de diffusion s’étend à des supports supplémen- phiques constituent le meilleur moyen d’évaluer
taires. Pour aplanir les remous éventuels, une l’importance de l’utilisation.

149
CHAPITR E 11

le prix varie alors en fonction du du domaine public ; elle peut alors être utilisée
territoire couvert : par quiconque démontre son intérêt.
É
 chelle d’une grande ville : tarif régulier
la surface occupée
É
 chelle provinciale : 150 % Nous l’avons vu, la taille d’un original n’affecte
jamais le coût des droits concédés. Par contre,
É
 chelle nationale : 300 %
il n’en va pas ainsi de la surface que l’illustra-
Fixer une limite territoriale permet à l’artiste tion occupe sur le support final. Un même des-
de multiplier ses gains lorsque des maisons dif- sin ne rapportera pas le même revenu s’il est
férentes sont susceptibles d’éditer une de ses imprimé sur une pleine page ou en vignette de
œuvres dans leur région respective. Par exemple, deux centimètres carrés. La grandeur prévue
l’artiste qui autorise la distribution d’un album jeu- doit donc être spécifiée lors de la commande ;
nesse pour un marché précis (Québec, Canada, une fois l’entente signée, cette taille ne peut
pays francophones, etc.) peut ensuite permettre pas être modifiée sans qu’une compensation
à une autre entreprise de publier sa propre adéquate ne soit versée. Le tarif d’une repro-
édition du même livre sur un territoire distinct. duction apparaissant sur une page sans texte
Cependant, si l’entente originale ne comporte sera calculé comme si l’illustration occupait la
aucune limite, un tel arrangement ne pourra être page entière. Dans le cadre d’un tel calcul, la
conclu que par la maison d’édition ayant signé le légende, le nom de l’artiste, le titre de l’œuvre
premier contrat – qui retiendra alors une bonne et les détails techniques ne constituent pas une
part des profits provenant des publications à l’ex- quantité de texte suffisante pour justifier un tarif
térieur de son territoire. inférieur. Par ailleurs, une illustration servant de
toile de fond pour d’autres éléments ne rappor-
la durée de la licence tera pas nécessairement le même montant que
Il n’existe pas de durée standard au-delà de si elle avait été exempte de toute superposition.
laquelle un contrat devient excessif. Par contre, Une image partiellement recouverte de texte ou
la plupart des périodiques n’ont besoin des un décor peint derrière une photo ne sont que
droits que le temps d’un numéro. Rares sont les deux exemples ; non seulement la surface réelle
campagnes publicitaires qui utilisent la même de la reproduction s’en trouve-t-elle réduite,
illustration pendant plus de deux ans. Et dans mais on peut aussi argumenter que l’attention
le domaine du livre, la vie d’une première édition du public sera alors partagée entre les diffé-
dépasse rarement dix années. Quoi qu’il en soit, rents plans de la composition. Tout comme le
il n’est jamais bon de concéder les droits à vie prix d’un espace publicitaire, les tarifs varient
sur ce que l’on crée ; en plus de constituer un également selon l’endroit où l’image est utilisée.
lien que le temps peut rendre gênant, un contrat C’est le cas de la couverture d’une publication
qui ne comporte aucune limite prive l’artiste de ou, plus rarement, de ses pages centrales ou
tous les revenus qui pourraient survenir au-delà impaires (le côté droit bénéficiant d’une plus
de la période où l’œuvre est réellement utilisée. grande visibilité quand on feuillette le produit).
Les ententes où figure une clause à vie doivent Certaines maisons offrent même un supplément
donc être soit révisées, soit assorties d’un prix lorsqu’elles reprennent un extrait de l’œuvre en
qui compense cette exigence exceptionnelle. plusieurs endroits (y compris la page où figure
Bien que cela puisse sembler évident, il est le sommaire de la publication). Cette pratique
important de souligner que les droits acquis par mérite d’être encouragée, et le nombre d’empla-
une personne donnée ne peuvent pas être reven- cements prévus devrait toujours être consigné
dus par celle-ci pour une durée excédant les sur le bon de commande ou le contrat.
limites de son contrat avec l’artiste. Par exemple,
si une entreprise désire traduire un livre pour l’utilisation de la couleur
lequel une maison d’édition ne possède plus que À égalité des autres facteurs, une illustration
trois ans de droits, seule cette période peut faire imprimée en couleur coûtera généralement entre
l’objet de la transaction entre les deux compa- 25 et 50 % plus cher que sa contrepartie en noir
gnies. Après l’expiration de la licence, l’entreprise et blanc. Il ne s’agit ici que de la valeur des droits
qui publie la traduction devra faire affaire directe- concédés ; la complexité, la précision et la tech-
ment avec l’artiste. La durée au cours de laquelle nique employée peuvent faire monter le prix bien
la Loi protège une illustration au Canada est de au-delà de cette limite.
50 ans après la mort de l’artiste (ou, dans le cas Note : l’ajout de couleurs sur un dessin com-
d’un travail réalisé à plusieurs, 50 ans après la mandé en noir et blanc constitue une violation du
mort de la dernière personne vivante qui y a colla- droit moral si cette question n’a pas au préalable
boré). Une fois ce délai écoulé, l’œuvre fait partie été discutée avec l’artiste.

150
LE GUIDE DE TARIFICATION

critères de réalisation car le matériel soumis peut ne pas correspondre


la difficulté de la conception à toutes les attentes (une photo de face pour
En publicité, la personne qui illustre une cam- un portrait de profil, une expression indésirable,
pagne est rarement celle qui en a trouvé l’idée. un éclairage insuffisant). Si une pièce cruciale
La plupart du temps, les pigistes reçoivent toutes dépend de la disponibilité d’une source précise,
les indications nécessaires à l’exécution du pro- il est préférable de consulter les personnes en
duit fini, du concept de base à l’emplacement question avant de fixer la date de livraison du pro-
réservé à chaque élément visuel ; dans certains duit. Les gens dont le portrait doit être fait, par
cas, un croquis du dessin à réaliser leur est exemple, n’ont généralement pas un horaire qui
même fourni par l’agence. La virtuosité technique peut être contrôlé par l’artiste. Dans de telles cir-
est tout ce qu’on leur réclame, et les initiatives constances, il est important de mentionner que
personnelles ne sont pas vues d’un très bon œil. l’échéancier dépend de ce genre d’impondé-
Dans un tel contexte, un paiement additionnel rables ; une autre solution consiste à ne discuter
doit être versé aux artistes si on les invite à par- que de la durée prévue pour la création, à partir du
ticiper aux séances de conception. Le montant moment où la recherche est complétée.
peut être calculé selon un taux horaire ou selon
un pourcentage du contrat total. La difficulté du la fréquence des rencontres
thème, l’ampleur de la contribution et l’origina- Le temps des illustrateurs a la même valeur que
lité du résultat sont les principaux facteurs qui celui des gens qui les consultent. Lorsque ce
influencent le tarif demandé. Ceci est particu- sont les artistes qui se déplacent pour partici-
lièrement vrai pour les manuels scolaires ou des per à une réunion, les heures passées hors du
publications techniques : plus les contraintes studio sont facturées selon un taux horaire fixe ;
sont nombreuses, plus le tarif devrait être élevé. pour ce qui est des rencontres les plus courtes,
En illustration éditoriale, par contre, la situation on peut même déterminer un montant minimum
est exactement l’inverse. L’artiste s’exprime ici en dessous duquel il sera plus rentable de faire
en son propre nom, et les indications préalables appel à un service de livraison. Les coûts à pré-
constitueraient bien plus un handicap qu’un sou- voir pour de telles rencontres varient en fonction
tien à la création. du nombre d’étapes (remue-méninges, approba-
tion des croquis, esquisses poussées, modifica-
la durée de la recherche tions, produit fini, retouches et présentation) et
Bien des contrats exigent qu’une solide docu- du nombre d’intermédiaires (représentant, per-
mentation soit amassée avant la production de sonne-contact de l’agence, directeur artistique,
la première esquisse. Cette recherche prend de responsable du projet, directeur de l’agence,
nombreuses formes : l’artiste peut se rabattre sur contact auprès de la firme cliente, responsable
ses archives personnelles, rechercher des images de la mise en marché, directeur de la firme
sur Internet, visiter des bibliothèques publiques cliente). Le temps passé sur la route et dans les
ou créer ses propres sources pour l’occasion salles d’attente est facturé au même taux. Notons
(séance de photographie, construction d’un pro- que l’usage d’un télécopieur ou d’un service de
totype, travaux d’après modèle). La recherche courrier permet non seulement de réduire ces
inclut aussi les démarches qui confirment l’origi- frais, mais aussi de transformer ces coûts intan-
nalité d’un concept, les croquis qui permettent de gibles en factures remboursables.
développer le produit et les tests qui en vérifient
l’efficacité (pré-maquette, simulation, sondage). la complexité de la commande
Pour évaluer le coût de ce travail, on peut se Dans la mesure où ce sont des contraintes pré-
baser sur un tarif fixe pour chaque démarche ou déterminées auxquelles l’artiste doit se confor-
un taux horaire distinct de celui qui est réservé à mer, la quantité de détails, la précision réclamée
la création. L’estimation doit prévoir un montant dans la finition et la création de l’image en fonc-
suffisant pour couvrir les imprévus, et inclure la tion d’une maquette qui sort de l’ordinaire sont
consultation du matériel que l’on possède déjà autant de facteurs qui affectent la difficulté de
– les pigistes qui font preuve de prévention ont la réalisation. Une commande qui exige la mise
autant de mérite que les artistes capables d’im- en place de nombreux éléments (personnages,
proviser au pied levé. objets, éléments graphiques, etc.) sera donc fac-
Étant en principe les gens les mieux renseignés turée en fonction de ce critère, et ce, quelle que
sur le sujet, les responsables du projet peuvent soit la rapidité de l’exécution. Par contre, lorsque
fournir une partie du matériel nécessaire, mais la difficulté résulte d’une question de style ou
l’artiste est la seule personne apte à juger de la d’une décision personnelle de l’artiste à qui on
qualité de cette documentation. Aussi importe-t-il a laissé pleine liberté, le tarif relèvera plutôt du
de bien l’étudier avant de rédiger une soumission, critère relatif à la qualité souhaitée. La complexité

151
CHAPITR E 11

est alors une question distincte des particularités Ce taux doit être mentionné par écrit, particu-
d’une commande et peut être négociée avec une lièrement dans les cas où le nombre d’impon-
plus grande flexibilité. dérables risque de faire déborder le travail du
calendrier prévu. Il est également recommandé
l’urgence des délais de réserver 20 à 25 % du temps total pour les
Si on se fie au nombre de commandes qui sont imprévus et les corrections de dernière minute.
passées le vendredi après-midi pour le lundi sui- Dans tous les cas, un relevé précis des heures
vant, les artistes n’auraient pas le même horaire consacrées à chaque contrat sera très utile à
que le reste de la population. Ce n’est pas tout l’artiste, ne serait-ce que pour préparer un rap-
à fait exact. Les artistes travaillent aux moments port d’activité éventuel. Un tel relevé doit pouvoir
qui leur conviennent, mais leurs journées ne être consulté en tout temps, sur simple demande
durent pas plus longtemps que celles de leur des responsables du projet. Bien entendu, cette
clientèle. Les pigistes qui suivent un horaire régu- méthode de facturation d’heures supplémen-
lier peuvent en témoigner : leur temps devient taires ne fonctionne pas toujours et ne peut pas
généralement du temps supplémentaire au-delà être utilisée avec tous les clients. En effet, les
d’une période de 7,5 heures par jour (ou 37,5 budgets ne sont pas extensibles à l’infini et la
heures par semaine). Ainsi, une personne dont peur de perdre le contrat peut souvent forcer cer-
la semaine de travail est déjà mobilisée à 75 % tains illustrateurs à omettre de facturer le temps
est en droit de décider qu’elle ne peut accorder supplémentaire. Cependant, il est possible de
qu’une dizaine d’heures de temps régulier à un négocier avec le client lorsque celui-ci a besoin
nouveau contrat. S’il est impossible de reporter d’une illustration dans un délai très court. La
l’ouvrage à la semaine suivante, le travail pourra négociation peut porter sur d’autres aspects que
être facturé en heures supplémentaires pour sur le tarif. Ainsi, il est possible de demander en
toute la période qui dépasse cette limite. contrepartie d’être payé dans les 10 jours après
Comme les revenus ne parviennent pas aux réception des finaux, ou encore de recevoir une
artistes sous la forme d’un chèque de paie, les avance, par exemple. À ne pas oublier, la fac-
heures supplémentaires peuvent être rémuné- turation de temps supplémentaire doit se faire
rées de plusieurs façons. en toute honnêteté. C’est-à-dire que le client qui
Par exemple, l’artiste dont le taux horaire régu- demandera une illustration en urgence sera avisé
lier est de 60 $ et qui passe 8 des 12 heures que des frais de temps supplémentaire seront
d’un projet de 1 000 $ en temps supplémentaire ajoutés à sa facture totale puisqu’il s’agit d’une
peut, au choix : urgence. En aucun cas cette solution ne doit
• Ajouter un supplément fixe de 25 % au montant être utilisée parce que l’artiste aura peiné à gérer
total de la facture (à l’exclusion des dépenses son temps de travail pour un contrat qu’il avait
engagées) : 1 000 $ + 25 % = 1 250 $
accepté depuis un certain temps…
•• Ajouter un supplément de 50 % à la portion
du total correspondant à ce qui a été exécuté
en temps supplémentaire : 1 000 $ + [50 % x
les commandes en gros
(1 000 $ x 8 / 12)] = 1 333 $ La promesse d’une commande ultérieure ne suf-
fit jamais à justifier qu’une image soit produite à
•• Ajouter un supplément équivalent à 50 % de son
taux horaire pour chaque heure supplémentaire tarif réduit. Cependant, de véritables achats en
travaillée : 1 000 $ + [(50 % x 60 $) x 8 heures] grande quantité permettent d’offrir un coût infé-
= 1 240 $ rieur par unité, comme cela se fait constamment
dans le monde des affaires. Les films d’animation
On le constatera à l’usage, chacune de ces et les livres scolaires bénéficient souvent d’une
méthodes présente des avantages particuliers telle clause, puisqu’ils procurent du travail sur
(la seconde méthode est préférable si on exé- une très longue période. Toutefois, le travail sous-
cute plus de la moitié d’un travail en temps sup- payé, même prolongé pendant plusieurs mois,
plémentaire ; la troisième méthode, pour sa part, demeure toujours du travail sous-payé. Qui plus
gagne à être appliquée si l’on a plutôt tendance est, ce genre de contrat présente le désavantage
à faire un grand nombre d’heures supplémen- de monopoliser l’artiste au détriment d’autres
taires). Pour des questions de constance et projets, sans pour autant offrir la sécurité finan-
d’éthique professionnelle, l’artiste ne devrait uti- cière d’un emploi à plein temps. La production
liser qu’une seule de ces méthodes après avoir se fait généralement par tranches successives,
trouvé celle qui convient le mieux au type d’ur- le matériel à illustrer étant envoyé à mesure qu’il
gence qui lui sont demandées le plus souvent. est rédigé par la maison de production. Lorsque
L’artiste est bien sûr libre de fixer son propre le flot est interrompu, l’artiste cesse d’être rému-
taux, surtout si le travail doit être exécuté lors néré ; il lui est cependant impossible d’accepter
d’un congé férié ou dans des délais très courts. d’autres contrats, car la reprise soudaine des

152
LE GUIDE DE TARIFICATION

activités risque de l’empêcher d’honorer ses professionnalisme. L’artiste qui se positionne en


engagements. Pour pallier cet inconvénient, une dessous de la moyenne laisse planer un doute
commande en gros doit toujours comporter un sur la qualité de son travail (personne n’ayant
échéancier mensuel et les clauses suivantes : les mêmes goûts, le prix est souvent considéré
N
 ombre garanti d’illustrations pour chaque comme un élément déterminant dans le monde
période  donnée ; des arts). Loin d’augmenter son chiffre d’affaires,
le recours aux réductions lui bâtit une réputa-
P
 aiements à intervalle fixe et non sur livraison
du  projet ; tion de gagne-petit ; cela risque de ne plus lui
permettre de décrocher de contrats de haut
A
 nnulation de la priorité en cas d’arrêt momen- calibre, perpétuant ainsi le cercle vicieux que la
tané de la production (l’artiste peut honorer
baisse des tarifs a instauré. Qui plus est, cette
d’autres commandes avant de se remettre au
travail) ; attitude dévalue l’ensemble du marché. À partir
du moment où une illustration rapporte un mon-
T
 ravail facturé en temps supplémentaire si le tant inférieur à sa valeur réelle, tous les travaux du
délai initialement convenu n’est pas repoussé même type sont susceptibles d’être affectés par
après un arrêt imprévu.
la chute des cours. Sans nécessairement faire
preuve de mauvaise foi, les bénéficiaires d’un
critères personnels tarif réduit se mettent à planifier leurs budgets
la taille de l’entreprise en fonction de cette expérience, et le cas ser-
Le succès d’une entreprise se mesure souvent vira bientôt de précédent pour abaisser les tarifs
au montant qu’elle est prête à dépenser pour offerts à d’autres pigistes. Lorsque la situation se
sa promotion, aux sommes qu’elle exige pour généralise, les gens qui ont « temporairement »
promouvoir d’autres personnes et, ultimement, réduit leurs prix se retrouvent alors face à un
aux profits qu’elle partage avec ses partenaires. marché où il n’est plus possible de remonter la
Puisque les artistes sont des partenaires, c’est pente. En d’autres termes, le coût d’une illustra-
normal qu’ils tiennent compte de la taille de l’en- tion ne devrait pas être plus flexible que celui de
treprise pour faire leur évaluation, même si la l’impression ou de la direction artistique. Au bout
façon dont cette information affecte leur devis du compte, si l’on tient à bénéficier d’un service
reste strictement personnelle. Il leur suffit pour de bonne qualité de la part de l’artiste, il serait
cela de jeter un coup d’œil au rapport annuel contre-productif de ne lui offrir qu’un piètre tarif.
de la compagnie, à sa place sur le palmarès des Dans le cas où une rémunération raisonnable ne
affaires, de même qu’aux grilles de tarifs qu’elle peut vraiment pas être accordée, ce sont les exi-
offre ou qu’elle utilise. La position de l’entreprise gences du contrat qui devraient être modifiées
par rapport à la moyenne du marché est un bon – comme ce serait le cas dans tout autre type
indice du tarif qui lui correspond sur l’échelle de de transaction.
prix. Si la firme qui requiert les services de l’ar-
tiste vend de l’espace publicitaire dans sa propre l’expérience de l’artiste
publication, il est toujours possible de fixer le prix Un grand nombre d’années de métier ne garantit
en fonction des tarifs qu’elle réclame elle-même à pas nécessairement l’originalité d’une illustration,
de tierces personnes ; si ce n’est pas une maison mais c’est un facteur très prisé par les entreprises
d’édition, mais que l’illustration doit néanmoins qui ne veulent pas prendre de risque. L’expérience
paraître dans un périodique, les tarifs de la publi- de l’artiste permet d’éviter les problèmes de
cation en question feront aussi bien l’affaire. communication lorsqu’on passe les modalités
du contrat en revue. Cela sous-entend que les
la sécurité financière de l’artiste écueils de production les plus fréquents seront
Rappelons tout d’abord que ce facteur, comme évités. L’exécution sera compétente, le produit livré
tous les critères de réalisation et tous les critères à temps, et le résultat conforme aux exigences
personnels, ne permet pas de réduire la valeur techniques. De plus, il y a fort à parier qu’une
des droits concédés, qui est uniquement fixée personne qui est en affaires depuis longtemps a
en fonction des critères d’utilisation. Les besoins trouvé son créneau et satisfait la majorité de sa
financiers des pigistes peuvent bien sûr influen- clientèle. Tous ces éléments ont une valeur aux
cer leur désir de décrocher un contrat, mais seul yeux d’une entreprise : ils permettent de gagner
le travail en studio peut être exécuté à rabais. Et du temps, ils rassurent les responsables et ils
même sur ce point, l’artiste gagnera toujours à annoncent le professionnalisme du résultat. Dans
exiger des tarifs aussi uniformes que possible. un métier où les principes d’avancement et d’an-
Plusieurs raisons justifient une telle approche. cienneté n’existent pas, ces qualités ne peuvent
Les plus évidentes sont le respect de soi et la se traduire que par une augmentation de tarifs
nécessité de se comporter avec un maximum de pour l’artiste d’expérience, s’il se donne lui-même

153
CHAPITR E 11

la peine de la faire valoir. Le taux de l’augmenta- souvent d’un statut particulier auprès des
tion est laissé à la discrétion de l’artiste. On peut agences de publicité et des maisons d’édition –
établir une échelle d’expérience en distinguant les que ce soit sous la forme d’une création au prix
artistes ayant moins de 2 ans, de 2 à 5 ans, plus coûtant ou de l’espace accordé sans frais dans
de 5 ans et plus de 15 ans d’expérience. un périodique. Lorsqu’aucun profit monétaire ne
sera retiré de la diffusion d’une illustration, bien
l’expertise de l’artiste des pigistes envisageront la possibilité d’œuvrer
Bien des contrats d’illustration exigent un à tarif réduit. Les campagnes à but non lucratif ne
savoir qui relève d’une formation spécialisée. sont pas épargnées par les questions d’éthique.
L’infographie, l’animation, le dessin technique, la Même si l’on ne cherche pas à relier le nom de
retouche photographique et l’illustration médicale l’artiste à un produit donné, une certaine asso-
ne sont que quelques exemples de domaines où ciation est toujours inévitable aux yeux du public.
l’on peut difficilement accepter un contrat si l’on C’est ce qui fait qu’en cette ère de responsabilité
ne dispose pas des connaissances liées à l’uti- sociale, personne ne peut se dispenser de vérifier
lisation des appareils ou au respect des normes si le travail qu’on lui propose correspond bien aux
propres à ces milieux. principes qui régissent sa vie privée. L’écologie,
Contrairement à l’expérience, l’expertise ne se les droits de la personne, la santé et la politique
mesure pas en années de métier. Elle dépend ne sont que quelques-unes des causes au nom
uniquement des habiletés qui distinguent desquelles on peut refuser de collaborer à un
quelques artistes de la masse. Dans son sens le projet particulier… ou, au contraire, faire don de
plus large, l’expertise peut aller de la caricature certains droits de reproduction.
au dessin de mode, et de la maîtrise d’un certain Un problème d’éthique ne peut cependant pas
style au développement d’une technique unique être invoqué pour faire grimper le coût d’un tra-
sur le marché. La façon dont l’estimation des vail de création, pas plus que la portée sociale
tarifs est influencée par l’expertise dépend du d’un projet ne provoque automatiquement une
nombre de personnes avec qui on partage ces baisse des prix. Comme tous les autres critères
connaissances et du niveau de maîtrise que l’on personnels, ce facteur a l’importance que l’artiste
peut démontrer dans le domaine. lui accorde.

la réputation de l’artiste l’attirance éprouvée pour le projet


Lorsque l’identité de l’illustrateur compte autant, Tout simplement parce qu’ils sont plaisants à
sinon plus, que l’illustration commandée par l’en- exécuter, les projets originaux, sympathiques
treprise, le tarif peut être augmenté pour couvrir ou amusants mériteront souvent les faveurs des
non seulement les droits de reproduction, mais pigistes, même si leur horaire s’y prête diffici-
aussi l’utilisation que l’on fait du nom et de la lement. Les tarifs exigés reflètent parfois cette
réputation de l’artiste. Le cas est comparable aux attitude – que ce soit pour retourner la faveur ou
campagnes publicitaires qui font appel à une per- parce que la difficulté d’exécution semble dispa-
sonnalité connue qui constitue, dans certaines raître dans de telles circonstances. L’acceptation
limites, une caution accordée à un produit donné. d’un projet peut également dépendre de l’at-
Cette décision ne peut pas être prise à la légère ; trait des bénéfices marginaux. Un voyage tous
l’artiste devrait toujours s’assurer de l’intégrité du frais payés, le prestige d’un produit inusité, un
projet et de l’entreprise qui en bénéficie avant d’y nombre élevé de tirés à part ou une ambiance
associer sa réputation. de travail chaleureuse sont autant d’avantages
Dans un autre ordre d’idées, un nombre crois- qui ne peuvent pas être comptabilisés de façon
sant de contrats prévoient une augmentation du officielle. Ils n’en demeurent pas moins des
tarif si le nom de l’auteur n’est pas mentionné, facteurs qui touchent le cœur de l’artiste, et
que ce soit sous la forme d’une signature ou leur influence n’est pas négligeable lors de la
d’une légende en marge de l’image. La signa- procédure d’évaluation.
ture étant le principal moyen dont l’artiste dis-
pose pour diffuser sa renommée, sa publication la qualité souhaitée
constitue bien plus qu’une simple question de Jusqu’à maintenant, tous les critères n’ont traité
vanité ; elle assure carrément sa subsistance, en que des circonstances entourant le processus de
lui procurant de nouveaux contrats et en souli- création. L’argument final concerne l’œuvre elle-
gnant sa présence sur la place publique. même, et consiste à se demander si l’entreprise
qui passe la commande désire obtenir le travail
la portée sociale du projet le moins cher ou la meilleure illustration possible.
Les œuvres de bienfaisance, les campagnes édu- Cette question est loin d’être aussi cynique qu’on
catives et les entreprises culturelles bénéficient pourrait le croire à première vue. En effet, les

154
LE GUIDE DE TARIFICATION

deux catégories correspondent à des besoins


réels ; les consommateurs du monde entier font
ce genre de choix à tout moment, et ce, quel
que soit le type d’achat concerné. Recherche-
t-on le produit le plus abordable ou ne fait-on
confiance qu’aux créations haut de gamme ? Les
critères précédents constituent un bon élément
de réponse. En effet, il serait absurde d’engager
une personne d’expérience et de se lancer dans
une campagne multimédia à l’échelle nationale si
l’on veut en fait que le résultat coûte aussi peu
que possible. Les économies ne pouvant pas se
faire uniquement au niveau du travail d’artiste,
les conclusions auxquelles on arrive quant à la
qualité souhaitée doivent être en accord avec
l’ensemble des décisions antérieures. Si vrai-
ment c’est le plus bas prix qui est visé, il faut
comprendre que le montant offert ne permettra
à l’artiste que de consacrer un minimum d’efforts
à la tâche. Cela ne signifie pas que l’œuvre sera
bâclée, mais plutôt que l’artiste fera pour le mieux
avec les moyens qui sont mis à sa disposition. Le
temps accordé à la réflexion pourrait être court,
et le travail, rapidement accompli. Au besoin, plu-
sieurs raccourcis s’avèreront nécessaires pour
simplifier le tout (fond blanc, dessin sobre, cou-
leurs unies, etc.) sans toutefois sacrifier la qualité légers ajustements permettront d’adapter un
du travail final. prix connu à un nouveau contrat. Cependant, les
Par contre, une illustration de haut calibre illustrateurs ayant moins d’expérience devraient
fera preuve de moins de retenue et de plus de considérer un à un les différents critères et y aller
minutie. Elle coûtera plus cher et sa réalisation en plusieurs étapes. Il est inutile de vous préci-
nécessitera plus de temps, mais le produit fini piter. Prenez votre temps, car, par la suite, il sera
n’en sera que plus efficace, ce qui sous-entend trop tard pour modifier votre offre une fois qu’elle
la possibilité de répercussions économiques plus aura été envoyée.
élevées après sa publication. Qu’elle soit com- Bien entendu, vous devez conserver des
plexe ou non, une œuvre de grande qualité ne marges de manœuvre. Autrement dit, présentez
représentera donc pas nécessairement un plus un tarif un peu plus élevé que celui que vous visez
grand déboursé si l’on tient compte des reve- afin d’avoir un peu de jeu lors de la négociation.
nus à moyen terme. Il ne faut pas oublier que les En effet, dans la plupart des cas, une négociation
entreprises les plus soucieuses de leur budget aura lieu entre le client et l’artiste. Cette dernière
sont malgré tout sensibles à la beauté pure et peut aussi bien porter sur le tarif que sur l’échéan-
simple d’une illustration – surtout lorsque celle-ci cier ou encore sur le mode de paiement.
véhicule leur image de marque auprès du grand
public. Cet argument devra être solidement étayé
à l’étape de la négociation, mais il faudra iné- 11.3
vitablement le considérer si la réputation de la
compagnie entre en jeu. Ironiquement, plus les LA SOUMISSION
artistes se comporteront comme des gens d’af-
faires, plus les gens d’affaires, mis en confiance, Lorsque le projet est modeste, un coup de télé-
se laisseront aller à apprécier la valeur artistique phone suffit pour annoncer le résultat de l’éva-
de l’illustration. luation aux responsables. Par contre, il arrive
souvent que la soumission mérite d’être rédigée
la procédure d’évaluation avec plus de précision, par exemple, dans les
À première vue, il peut sembler difficile de fixer cas suivants :
un prix en tenant compte de tous les critères énu- S
 i le projet s’échelonne sur de nombreuses
mérés dans cette section. Si l’on connaît bien le semaines ;
marché, ou si l’on a déjà travaillé avec les mêmes
S
 i le montant alloué au projet nécessite l’appro-
personnes pour un prix satisfaisant, quelques bation de plusieurs personnes ;

155
CHAPITR E 11

S
 i les critères d’évaluation gagnent à être expli- Approbation de l’esquisse (par qui ? où ?)
qués en détail ; Finalisation (comment ? type de présentation ?)
Approbation du final (par qui ? où ?)
S
 i plusieurs artistes sont en lice pour le même Corrections éventuelles (dans quelles limites ?)
projet.
Suivi (quelles tâches ? à quels endroits ?)
Dans de telles circonstances, il est préférable 4. Échéancier
de rédiger un document résumant les arguments Généralités (disponibilités, heures de travail)
sur lesquels l’estimation est basée. Une présen- Calendrier (durée des étapes, dates de remise)
tation en personne ne suffit pas : si la soumis- Conditions (responsabilités face aux imprévus)
sion circule par la suite au sein de l’entreprise, Variantes (heures supplémentaires, taux)
le dossier sera alors la seule référence utilisable 5. Coûts
par l’artiste. Il faut donc veiller à ce que tous les Utilisation (droits de base, extensions)
renseignements pertinents soient consignés sur Réalisation (recherche, rencontres, délais)
papier. Il est préférable de fournir le plus souvent Dépenses (achats, services, embauche)
possible une soumission papier pour deux rai- 6. Modalités de paiement
sons : la première dans le but de garder une trace Conditions (versements, délais, intérêts de retard)
écrite de vos échanges et de l’offre, la seconde Frais divers (corrections, abandon, dommages)
pour offrir un service professionnel. Mentionner la durée de validité de l’offre (ex : prix
L’image de marque véhiculée par le devis valide pour deux semaines)
dépend du contenant comme du contenu. Le 7. Annexes
document doit avoir une allure professionnelle, N otes biographiques, curriculum vitae, prix
mais sans excès : une pochette élégante, une remportés
couverture portant le nom du projet et la date R éférences, liste de contrats antérieurs,

de la soumission, une mise en page aérée. Les bibliographie
phrases doivent être courtes et les idées, claire- Coupures de presse, extraits de critiques
ment présentées – de préférence au moyen de Tirés à part, imprimés, articles promotionnels
listes ou d’énumérations bien ordonnées. On ne Une soumission doit donner des renseigne-
doit jamais chercher à dissimuler ce qui est le ments aussi complets que possible ; les docu-
plus difficile à faire passer. Les détails qui n’ont ments les plus détaillés (mais sans longueur)
pas été remarqués à cette étape ne feront que sont souvent les plus appréciés. Dans la mesure
causer un conflit à une étape ultérieure, et les du possible, on ne doit rien laisser « à confirmer »,
gens qui demandent une soumission détestent quitte à préciser que les montants ne constituent
ce genre de surprises. Plutôt que de compter que des approximations sujettes à changement.
sur un débat judiciaire pour régler le problème, Il est important que la soumission soit perçue
l’artiste et l’entreprise devraient toujours mettre comme un document de travail, et non comme
cartes sur table. Si l’on anticipe certaines diffi- un produit définitif. Elle sert uniquement de base
cultés, des solutions doivent être suggérées en pour la négociation, et les prix qui y sont cités
même temps que l’on en mentionne l’existence ; peuvent encore être discutés. Les remarques
les questions les plus délicates n’en seront que informelles, les suggestions et les possibilités de
mieux débattues. compromis peuvent être réunies dans une lettre
Selon l’ampleur du projet, la soumission peut d’accompagnement, personnellement adressée
occuper de deux à dix pages. Si l’on désire que à la personne rencontrée plus tôt.
des personnes qui n’étaient pas présentes lors Pour les contrats d’envergure, il est préférable
de la rencontre initiale puissent en bénéficier, les de ne laisser le dossier entre les mains des res-
éléments suivants doivent y figurer : ponsables que si l’accueil qui lui est réservé
semble favorable. Dans le cas contraire, le docu-
1. Résumé des informations obtenues lors de la ment devrait être révisé en fonction des réactions
rencontre obtenues avant de circuler dans l’entreprise (voir
2. Positionnement de l’artiste par rapport au projet la section « Négociation » dans le chapitre 12). Au
(facultatif) cas où la soumission serait acceptée telle quelle,
Interprétation des données il est préférable d’y joindre un bon de commande
Direction proposée ou un contrat prêt à être signé. L’essentiel de
3. Plan d’action la soumission devrait y être résumé (particuliè-
Entrevues (avec qui ? sur quel sujet ?) rement en ce qui concerne le plan d’action et
Recherche (de quoi ? à quels endroits ?) l’échéancier). Si ces informations sont trop com-
Croquis préliminaires (combien ? méthode de plexes, la mention « en accord avec la procédure
sélection ?)
présentée dans la soumission ci-jointe » peut figu-
Approbation des croquis (par qui ? où ?)
rer sur le document qui doit être signé.
Esquisse (avec quelle précision ?)

156
LE GUIDE DE TARIFICATION

11.4 NON aux contrats inintéressants, même s’ils


pourraient vous ramener de l’argent. Dites non
STAGNATION DES PRIX à un « buy out », à la cession complète de vos
droits. Vous êtes dans une situation, en tant
L’enquête sur le marché de l’illustration au qu’artiste, où vous avez le pouvoir de faire vos
Québec et en Amérique du Nord, menée par choix et, conséquemment, de dire NON. N’ayez
Illustration Québec en 2007, dresse un portrait pas peur des conséquences qu’entraîne un refus,
de la situation des tarifs dans le domaine de l’il- il sert à vous protéger des abus et à empêcher
lustration. Cette étude démontre que la concur- que vous subissiez des injustices.
rence n’a cessé de croître ces dernières années.
D’une part, notons l’accroissement du nombre de
concurrents, que ce soit les autres illustrateurs, 11.6
les graphistes ou encore les banques d’images,
sans compter la mondialisation de ces marchés. COMMENT RECONNAÎTRE
En effet, la concurrence n’est plus locale, mais
bel et bien internationale. D’autre part, il y a la UN CLIENT À PROBLÈMES
multiplication des supports de diffusion, qui
visent de plus en plus des créneaux bien pré- Bien entendu, les clients à problèmes ne sont
cis (c’est ce que l’on appelle la segmentation pas la norme, mais certains cas nous ont été rap-
du marché). Cette double multiplication (support portés. C’est sur la base de ces anecdotes que
et concurrence) a une incidence directe sur les la liste qui suit a été conçue. Il n’y a pas de règle
prix, qui se nivèlent de plus en plus vers le bas. d’or ni de démarche qui puisse vous empêcher
Nous sommes bien loin des années glorieuses, de tomber sur un client à problèmes. Il faut donc
soit les années 1980 et 1990, où le domaine de être vigilant. Dans le doute, la meilleure technique
la publicité était en plein essor et possédait des reste de s’abstenir. Toutefois, il ne faut pas avoir
budgets presque illimités. peur de vous adresser à votre association ou
Actuellement, il est rare de trouver des illus- à des collègues illustrateurs, qui sauront vous
trateurs vivant uniquement de deux ou trois gros aider et vous conseiller. Voici quand même de
contrats par année. La norme aujourd’hui est plu- petits indices qui peuvent vous mettre la puce
tôt d’avoir à accomplir une multitude de petits à l’oreille...
contrats pour arriver à un salaire annuel respec- D
 ès le départ, l’attitude du client et son approche
table. L’avantage est que cela stimule continuel- vous paraissent louches ;
lement la créativité, la performance et repousse
Il est contre toute forme de contrat ou d’entente
les limites de l’artiste, surtout si on lui impose écrite ;
des contraintes de création. C’est ce contexte
qui explique que les prix n’aient pas réellement Il vous assure que vous êtes son premier choix,
mais vous apprenez entre les branches que vous
augmenté depuis plusieurs années ; on pourrait
êtes le énième illustrateur qu’il approche ;
même avancer que pour un grand nombre de
clients (toutes les publications, par exemple), les Il tarde à répondre à vos questions ;
tarifs ont chuté, entraînant avec eux la diminution Il reste toujours dans le flou lorsque vous lui
des délais de production. En d’autres mots, on posez des questions précises sur le projet, son
veut des résultats plus vite pour moins cher. envergure, les délais, etc.

11.5 11.7
L’IMPORTANCE LE TRAVAIL GRATUIT
DE DIRE NON… (CODE ÉTHIQUE)
Dire NON à quoi ? À la surexploitation et aux En ce qui concerne cette problématique, vous
modifications incessantes des clients trop minu- pouvez vous référer au code éthique d’Illustration
tieux. Soulignez que le prix que vous proposez Québec qui suit, à l’article 8 et 9 et à la section
suppose que les corrections et modifications « Spéculation des pratiques relevant de l’éthique
seront limitées à un nombre prédéterminé. Sans ou de son absence ». Sachez que nous sommes
cela, vous risquez d’être exploité ! contre cette pratique. Tout travail mérite salaire.
Il est important de dire NON également aux Un client devrait dans la mesure du possible
tarifs inférieurs à ceux du marché actuel. Dites baser son choix sur le portfolio de l’artiste. Dans

157
CHAPITR E 11

le cas où le client demande un essai, celui-ci seulement les droits relatifs à l’utilisation projetée
devrait être rémunéré. par le client.

code d’éthique code d’éthique


Ce code d’éthique contient les résolutions adop-
tées par l’assemblée générale de d’Illustration 1
Québec. L’artiste ou son agent ne devrait négocier qu’avec
Nous invitons tous les membres d’Illustration des personnes dûment mandatées pour repré-
Québec à se montrer solidaires des décisions senter le client.
collectives de l’association en s’inspirant du code
d’éthique et en s’y conformant dans leur travail 2
quotidien. Toutes les commandes doivent être confirmées à
Nous espérons obtenir la collaboration des l’artiste ou à son agent par écrit. L’artiste ne sera
clients et de l’ensemble des intervenants de tenu à l’exécution de ses obligations qu’à comp-
notre industrie pour que ce code d’éthique soit ter du moment où il est en possession d’un exem-
de plus en plus utilisé et respecté. plaire du contrat. Celui-ci doit être rédigé en deux
exemplaires et inclure les éléments suivants :
l’illustration dans son ensemble L
 e nom de la compagnie ou de la personne
Les illustrateurs sont des artistes graphiques, physique à qui l’artiste accorde une licence
des créateurs d’images. Ils créent des images de  reproduction ;
de styles divers à l’intention d’un large éventail U
 ne autorisation de reproduction détaillée men-
de marchés. La plupart des illustrateurs sont des tionnant le titre de l’œuvre, sa description, les
artistes indépendants qui ont leur propre studio supports de reproduction, le nombre d’exem-
et servent plusieurs clients. C’est ce qui les dis- plaires, la durée d’application, les limites du
tingue des artistes salariés qui demeurent à l’em- territoire de diffusion, la transférabilité ou la
non-transférabilité à des tiers de l’autorisation
ploi d’un seul organisme.
de reproduction ;
Certains illustrateurs embauchent un agent
pour promouvoir leurs services auprès de clients L
 e droit de propriété sur l’œuvre originale ;
éventuels. Cependant, la plupart des illustrateurs L
 a contrepartie monétaire due à l’artiste ainsi
se chargent eux-mêmes de leur promotion. que les modalités de paiement ;
Les illustrateurs utilisent plusieurs tech-
niques pour produire des images. L’illustrateur S
 ’il s’agit d’édition, la périodicité selon laquelle
le diffuseur rend compte à l’artiste des opéra-
doit connaître les différentes techniques ser- tions relatives à l’œuvre visée par le contrat, à
vant à reproduire ses œuvres - notamment les l’égard de laquelle une contrepartie monétaire
méthodes d’impression et de séparation de cou- est due après la signature du contrat (exemple :
leurs - afin de bien contrôler la qualité de l’image pourcentage des ventes) ;
lors de l’impression finale.
L
 a signature des deux parties.
Pour s’inspirer dans la préparation et la réalisa-
tion de ses œuvres, l’illustrateur utilise plusieurs
documents de référence tels que les coupures 3
de presse, les photos et les livres d’images. L’artiste devrait faire approuver et signer les
Les droits d’auteur et l’original d’une illustration esquisses par le client avant de poursuivre la
constituent deux propriétés distinctes. Les droits production d’une illustration finale. Toute modi-
de reproduction peuvent être négociés pour des fication attribuable à un changement d’avis du
utilisations limitées. Le prix est alors déterminé en client (plutôt qu’à une erreur de l’artiste ou de
fonction de paramètres usuels comme la date de son agent) devrait être facturée à l’acheteur sous
tombée, les frais généraux, la complexité du style, forme de frais supplémentaires.
l’utilisation projetée et le marché visé. L’original
se vend séparément des droits d’auteur, sinon, il 4
demeure la propriété de l’illustrateur. Le client ne devrait pas payer de frais supplémen-
Habituellement, le client n’achète que les taires pour des corrections imputables à l’artiste.
droits de reproduction dont il a besoin pour sa Seules les dépenses autorisées dans l’entente
publication ou sa campagne publicitaire. L’artiste peuvent être facturées.
peut vendre à nouveau des droits d’utilisation de
la même œuvre à d’autres clients, à condition 5
de ne pas entrer en compétition avec le client Le client ne devrait jamais modifier une image
initial et de ne pas compromettre son marché. sans l’approbation de l’artiste (droit moral).
Il est recommandé, en tout temps, de négocier Quand les délais le permettent et que la qualité

158
LE GUIDE DE TARIFICATION

de son travail n’est pas remise en cause, l’artiste s’y rattachent appartiennent à l’artiste, conformé-
devrait avoir priorité pour effectuer lui-même les ment à la loi sur le droit d’auteur.
retouches qui s’imposent. Dans le cas où l’illus-
trateur ne peut le faire, le client devrait toujours 12
faire approuver les corrections et changements L’œuvre originale et les droits d’auteur qui s’y
à l’illustrateur dans le but de respecter le droit rattachent sont deux propriétés distinctes de l’ar-
moral de l’artiste. tiste. Il peut les négocier séparément. Le contrat
devrait toujours mentionner séparément ce qu’il
6 advient des originaux, d’une part, et des droits
L’artiste devrait prévenir son client s’il entrevoit d’auteur, d’autre part.
un retard dans la livraison de l’œuvre comman-
dée. Si l’artiste ne parvient pas à livrer l’œuvre 13
dans un délai convenable, s’il enfreint les dates Dans le cas où l’artiste vend une partie de ses
d’échéance convenues ou si l’œuvre livrée ne se droits d’auteur, seuls les droits d’utilisation néces-
conforme pas aux exigences de la commande, le saires au client devraient être négociés. Tous les
client peut invoquer une rupture de contrat par autres droits d’auteur non mentionnés dans le
l’artiste et se dégager de toute obligation finan- contrat demeurent la propriété de l’artiste.
cière envers celui-ci.
14
7 Si l’artiste accorde une licence pour une utilisa-
Tous les projets interrompus par le client pendant tion limitée de l’œuvre et que le client la diffuse
leur exécution doivent être livrés immédiatement ensuite à une plus vaste échelle, ce dernier doit
et facturés en proportion du travail déjà effectué verser à l’artiste des redevances supplémentaires
et des dépenses engagées. Dans le cas d’un proportionnelles à l’utilisation.
projet interrompu après que l’artiste ait complété
l’œuvre finale, le client doit respecter le contrat 15
en acquittant la totalité des frais convenus. En Une œuvre réalisée en vertu d’une commande
pareil cas, le client doit rendre les originaux à ne doit pas être considérée ni rémunérée selon
l’artiste, sauf si le contrat inclut un transfert de les mêmes conditions qu’un travail d’employé.
propriété des œuvres originales.
16
8 Si le client désire utiliser des esquisses, des pho-
On ne devrait jamais demander à un artiste de tos ou d’autres documents préliminaires acquis
travailler gratuitement en lui promettant des ou réalisés par l’artiste pendant l’exécution de
contrats rémunérateurs à l’avenir. son œuvre, il doit verser pour cela une somme
L
 ’original d’une œuvre exécutée par l’artiste supplémentaire adéquate.
(esquisse, illustration, etc.) demeure sa pro-
priété, à moins qu’il n’ait cédé cette propriété 17
par une clause particulière ou un contrat distinct. Dans le cas où un artiste est embauché pour
O
 n ne devrait pas demander à un artiste d’exé- effectuer des recherches ou des esquisses pré-
cuter un projet sans conclure un contrat en liminaires en vue de l’exécution finale de l’œuvre
bonne et due forme. par un autre artiste, le client doit l’aviser de cette
procédure et le contrat doit en faire mention. De
9 même, si le client désire acheter des esquisses,
Les concours d’illustrations à des fins commer- photographies de référence ou autres documents
ciales constituent des pratiques abusives en préliminaires appartenant à l’artiste dans le but de
raison de leur caractère incertain et spéculatif. faire exécuter une œuvre finale par un autre artiste,
il doit en faire mention dans le contrat d’achat.
10
L’artiste et son agent ne devraient en aucun cas 18
offrir de rabais, pot-de-vin ou boni au représen- L’éditeur de toute reproduction d’œuvre d’art
tant du client contre l’attribution d’une com- doit publier le nom de l’auteur en même temps
mande. Réciproquement, l’acheteur ne devrait que la reproduction (droit de paternité), à moins
solliciter aucun pourboire, prime ou récompense que l’artiste n’ait cédé ses droits d’auteur par un
personnelle en échange de sa décision. contrat écrit en échange d’une somme d’argent.

11 19
Dès sa création, l’œuvre et les droits d’auteur qui On ne devrait jamais plagier une œuvre originale.

159
CHAPITR E 11

20 bonnes relations entre les


Dans le cas où on demanderait à l’artiste de tra- illustrateurs
vailler dans des délais si courts qu’il doit travailler
à des heures déraisonnables, des frais supplé- 1
mentaires devraient être négociés. Quand deux artistes sont consultés par un client
ou appelés à présenter des soumissions à pro-
21 pos du même projet, ils ne devraient échanger
Lorsqu’un artiste utilise les services d’un agent aucun renseignement et conserver une discrétion
pour le représenter de façon limitée ou exclu- absolue.
sive, les deux parties devraient négocier et
signer un contrat officiel afin de protéger leurs 2
intérêts respectifs. Dans le cas où l’artiste dési- Un artiste ne devrait jamais ternir la réputation
gnerait un agent, un studio ou une maison de d’un autre devant le client.
production comme son représentant exclusif, il
s’engage à n’accepter aucune commande d’un 3
autre représentant. L’artiste refusera à tout autre Dans le cas où il embaucherait un collègue pour
représentant le droit de présenter ses œuvres à l’assister dans la réalisation de son œuvre, l’ar-
des clients. tiste négociera et signera un contrat pour clari-
fier l’état de la propriété de l’œuvre et des droits
22 d’auteur qui s’y rattachent.
Toutes les œuvres et tous les articles de pro-
motion utilisés par l’agent pour représenter un 4
artiste devraient porter le nom de l’artiste. Ni l’ar- Un artiste ne devrait jamais inclure l’œuvre d’un
tiste ni son agent ne doivent s’attribuer le crédit tiers dans son portfolio. Cette pratique peut
d’une œuvre réalisée par un autre artiste. entraîner son expulsion d’Illustration Québec.

23 5
Une fois que son contrat de représentation est L’artiste devrait s’abstenir de travailler à des prix
terminé, l’agent devrait rendre à l’artiste tout son inférieurs aux tarifs minimums prescrits par le
matériel de présentation. guide des tarifs d’Illustration Québec.

24 6
Après la fin d’un contrat de représentation Aucun artiste ne devrait accepter de retoucher
exclusive, l’agent devrait conserver le droit à ou de modifier l’œuvre d’un collègue sans que
une commission sur toutes les commandes celui-ci ait donné son accord.
à venir au nom de l’artiste pour une durée
équivalent à un mois pour une année de repré- 7
sentation (ex : 3 ans de représentation corres- Tout membre qui désire exprimer un grief à
pond à 3 mois de commission après la fin du l’égard d’Illustration Québec devrait s’adresser
contrat). directement au conseil d’administration et s’abs-
tenir de répandre des propos diffamatoires.
25
Les œuvres et les reproductions confiées à 8
l’agent ou prêtées à un client éventuel pour Tous les illustrateurs de l’association se doivent
examen continuent d’appartenir à l’artiste. Il respect, quel que soit leur champ d’activité.
devrait être interdit de les reproduire sans le
consentement de l’auteur. Les œuvres et les 9
reproductions appartenant à l‘artiste devraient Aucun artiste ne devrait nuire à la réputation
lui être rendues rapidement et en bon état après de l’association en utilisant le nom d’Illustration
utilisation. Québec pour cautionner des positions ou des
opinions strictement personnelles.
26
Le comité d’éthique d’Illustration Québec Équité fiscale
conserve le droit exclusif d’interpréter ce code Il est faux de prétendre qu’un artiste peut déduire
d’éthique. L’assemblée générale de l’association de son revenu imposable toute la valeur mar-
est la seule instance habilitée à y apporter des chande d’une œuvre donnée à un organisme
amendements. de charité. L’artiste ne peut déduire que les frais
de production, soit principalement le coût des

160
LE GUIDE DE TARIFICATION

matériaux. Il en va différemment pour un client subvenir à ses besoins et respecter les obligations
qui achète l’œuvre d’un artiste et en fait ensuite financières que lui impose la production de l’œuvre.
don à un organisme de charité. Dans ce cas, le
client peut déduire entièrement de son revenu l’illustration publicitaire
imposable la valeur marchande de l’œuvre, fixée Les illustrateurs en publicité sont des artistes
d’après la facture d’achat. graphiques dont le travail est d’utiliser des pro-
Ce contexte fiscal limite les artistes à l’alter- duits, des services ou des concepts commer-
native suivante : conserver leurs originaux ou les ciaux dans le cadre des campagnes publicitaires.
vendre à des collectionneurs privés. Dans un cas Ces illustrateurs collaborent avec le personnel
comme dans l’autre, le grand public en est privé. des agences de publicité : directeurs artistiques,
administrateurs publicitaires, rédacteurs-concep-
nouvelles technologies teurs et directeurs de la création. Les agences
Les artistes professionnels ont de plus en plus choisissent l’illustrateur publicitaire dont le style
recours à l’infographie et aux images de syn- correspond le mieux aux besoins de la campagne
thèse. Les œuvres réalisées à l’aide de ces tech- publicitaire en cours. Parfois, l’illustrateur crée
nologies ont pour support original un fichier élec- son illustration à partir d’une esquisse fournie
tronique facile à reproduire par simple transfert. par l’agence et approuvée par l’annonceur. Les
Les fichiers peuvent facilement être emmagasi- modalités d’exécution et les tarifs sont normale-
nés dans des banques d’images électroniques ment négociés par l’illustrateur ou son agent et
ou transmis à travers les réseaux de télécommu- par l’acheteur désigné par l’agence.
nication. Ce nouveau support rend plus difficile La nature du processus de création publicitaire
que jamais la vérification des droits d’auteur. justifie un prix plus élevé. L’illustrateur en publi-
L’infographie peut contribuer à l’épanouis- cité doit souvent livrer l’illustration finale dans un
sement de la société si on prend les moyens délai très court et démontrer un haut niveau de
nécessaires pour en faire un médium sûr et talent et de performance. Il doit fréquemment
accessible. Dans la mesure où ces conditions effectuer des changements et des modifications
seront remplies, l’infographie et les images de de dernière minute. Ces modifications font partie
synthèse permettront aux artistes d’atteindre de du processus normal, car l’illustrateur doit satis-
nouveaux sommets sur le plan de la création et faire les exigences de plusieurs personnes aux
de la communication sociale. opinions différentes, tant au sein de l’agence
que chez l’annonceur. Les prix sont strictement
spéculation des pratiques négociés sur les bases de l’utilisation, avec un
relevant de l’éthique ou de supplément relié à la complexité du style, au rap-
son absence prochement des échéances, à la vente de droits
Illustration Québec s’oppose fermement à la pra- résiduels et à la cession de droits.
tique des présentations spéculatives, c’est-à-dire Les ententes devraient donc être négociées en
lorsqu’on demande à un artiste de réaliser une conformité avec les règles suivantes :
illustration sans savoir s’il obtiendra une juste
rémunération en contrepartie. 1
Aucun client ne devrait demander à un artiste L’utilisation du bon de commande n’est destinée
de réaliser une œuvre sans avoir signé un contrat qu’à l’usage du client, par exemple pour confir-
ou un bon de commande qui précise l’objet de la mer à son service de comptabilité la transaction
commande et le montant du tarif offert. avec l’artiste. En aucun cas, un bon de com-
Un client manque à l’éthique s’il demande à mande ne peut remplacer un contrat en bonne
l’artiste de créer une œuvre pour lui avant de et due forme.
s’engager à le rémunérer. Il manque également
de professionnalisme s’il se réserve le droit de 2
refuser la rémunération pour des motifs discré- Normalement, la vente ne porte que sur les droits
tionnaires ou toute raison autre qu’une rupture de première reproduction, sauf si des clauses
de contrat définie selon le code d’éthique d’Il- contraires figurent au contrat.
lustration Québec.
La pratique abusive des commandes spécu- 3
latives inclut les commandes où la rémunération Avant d’utiliser l’œuvre dans des limites différentes
dépend d’une publication incertaine, d’un critère de celles qui ont été fixées par le contrat, le client
indéfinissable ou de la seule discrétion du client. doit renégocier le prix avec l’artiste. Il n’existe
En ce qui concerne les droits d’auteur relatifs à aucune échelle tarifaire pour fixer le montant
une œuvre commanditée, le client doit consentir des droits d’auteur subséquents. En principe, si
une avance de paiement pour que l’artiste puisse l’œuvre est diffusée à une plus vaste échelle que

161
CHAPITR E 11

ce qui était prévu dans le contrat initial, les rede- d’une œuvre devraient faire l’objet d’une factu-
vances doivent être plus élevées elles aussi. ration distincte. Ces charges incluent les frais
de déplacement, de consultation, de production,
4 de location de costumes et autres dépenses
L’illustrateur devrait mener la négociation sur les afférentes à la conception, à la réalisation et aux
droits de réutilisation avec diligence et respect droits d’auteur. Ces frais devraient faire l’objet
pour son client. d’une clause incluse dans le contrat initial ou à
titre d’amendement.
5 Selon le code d’éthique d’Illustration Québec,
L’artiste doit automatiquement récupérer son les concours où chaque artiste crée un produit
original après l’utilisation, sauf s’il existe une fini sans garantie de rémunération doivent être
entente à l’effet contraire. considérés comme abusifs. Plutôt que de faire
travailler inutilement plusieurs membres de la
6 communauté artistique, une compétition en règle
L’utilisation détermine toujours le prix de l’œuvre. suivra les étapes suivantes :
Si la publicité s’adresse à un vaste marché ou si
le client acquiert tous les droits de reproduction, 1. Annonce des règlements, y compris les critères
le prix est beaucoup plus élevé que si l’utilisa- de sélection, l’identité du jury, la façon dont les
résultats seront diffusés et l’utilisation que l’on
tion se limite à un marché local ou à un territoire
fera des soumissions, qu’elles soient retenues
bien circonscrit. ou non ;
2. Envoi de tirés à part ou de reproductions de
7 travaux existants par les personnes qui désirent
Plus les délais sont courts, plus le prix doit être s’inscrire. Des rendez-vous peuvent également
élevé. On peut utiliser une échelle de temps sup- être pris pour consulter le portfolio des artistes
plémentaire pour effectuer le calcul. les plus dignes d’intérêt ;
3. Sélection d’un petit groupe de finalistes ;
8 4. Production d’esquisses rémunérées à même le
S’il refuse l’œuvre finale, le client doit néanmoins budget du concours ;
dédommager l’artiste. Ce dédommagement est 5. Signature d’un contrat avec l’artiste qui rem-
négociable. Il devrait s’élever à au moins 50 % du porte la palme ;
plein montant convenu dans le contrat. La somme 6. Exécution du produit fini contre un paiement au
peut varier d’après le motif du rejet et le degré moins équivalent à ce qu’il est possible d’obte-
de complexité du travail. Si l’œuvre est rejetée nir sur le marché.
à l’étape de l’ébauche, on fixe habituellement
le dédommagement au tiers du prix initial. Ce Compte tenu du statut particulier qu’ont les
montant peut être moindre pour des ébauches œuvres créées dans le cadre d’un emploi, le per-
rapides et plus grossières. Il peut être supérieur sonnel de l’entreprise qui organise le concours
pour un travail demandant plus de temps. ne peut pas participer à celui-ci.

9
Si le client annule une commande pour des 11.8
motifs ne découlant pas de la performance de
l’artiste, celui-ci a droit à un dédommagement. Le LES PRIX PLANCHERS
montant est fixé selon l’étape déjà atteinte dans
le développement du projet. Si vous souhaitez contribuer à valoriser le métier
d’artiste, il n’en tient qu’à vous d’exiger d’être
10 payé pour vos prestations. L’idée préconçue
Le travail effectué à titre spéculateur est contraire selon laquelle un engagement à diffuser l’œuvre
aux usages qui ont cours dans le métier. Il est d’un artiste est une faveur qu’on lui accorde doit
également contraire au code de déontologie du définitivement vous sortir de la tête. Vous avez
comité d’éthique. quelque chose à offrir, au même titre que tout
travailleur ; il est donc normal d’en tirer un certain
11 profit. Bien entendu, en refusant de travailler pour
Illustration Québec s’oppose fermement aux rien, vous perdrez peut-être quelques occasions
contrats de location de services. de vous faire connaître, mais est-ce que le jeu
en vaut la chandelle ? Soyez solidaires de vos
12 collègues… Si les clients ne trouvent personne
Toutes les charges afférentes à la réalisation pour travailler à rabais, ils seront bien obligés

162
LE GUIDE DE TARIFICATION

de revoir leur rémunération à la hausse ! Malgré augmenter vos tarifs si jamais deux clients réqui-
tout cela, si vous décidez d’offrir vos services sitionnaient vos services en même temps. Le jeu
gratuitement, exigez au moins un contrat, sachez de l’enchère comporte tout de même des risques
évaluer le coût de votre don ! et vous devriez vous y aventurer prudemment.
Sachez aussi reconnaître les éléments de négo-
ciation possibles. Qui dit éléments négociables
11.9 ne dit pas seulement rémunération : vous pou-
vez négocier vos conditions de travail, les délais
EUH… VRAIMENT DÉSOLÉ, de livraison ou même des échanges de services
selon la spécialisation de l’entreprise qui fait
MAIS… POURRAIT-ON ME appel à vous. Ce serait par exemple une bonne
stratégie de négocier votre salaire à la baisse
PAYER, S.V.P. ? pour un imprimeur qui consent à imprimer vos
cartes professionnelles à un tarif proportionnel-
Toutes les considérations mentionnées ci-des- lement tout aussi bas…
sus vous seront sûrement utiles pour établir vos
tarifs. Toutefois, sachez que la manière dont vous
réfléchissez votre facturation rendra la tâche plai- 11.10
sante ou, au contraire, rébarbative. D’abord, ne
croyez jamais insulter les clients en leur soumet- OUI, BON…MAIS
tant des tarifs que vous jugez justes. Soyez seu-
lement certain que la qualité de votre travail vaut COMBIEN ?
bien ces tarifs et vous n’aurez pas à facturer à
la baisse par peur de trop demander. Si le client Différents systèmes de calcul s’offrent à vous
est sérieux et que vous détenez les arguments pour fixer vos tarifs. Fleishman, dans son ouvrage
nécessaires pour justifier votre facture, allez-y Starting your Career as a Freelance Illustrator
sans retenue. Le simple fait que vous débutiez or Graphic Designer, fournit une excellente
dans le métier ne suffit pas à niveler vos tarifs par méthode. Voici donc, en premier lieu, la méthode
le bas. Sachez qu’il est plus difficile d’imposer à utiliser pour connaître la somme MINIMALE
une augmentation de tarif que d’imposer un tarif pour laquelle vous pouvez vous permettre de
raisonnable dès le premier client. Au contraire, travailler :
quand vous aurez gagné en rapidité et en expé- C
 alculez d’abord la somme de vos frais men-
rience, vous pourrez demander moins tout sim- suels de fonctionnement (téléphone, électricité,
plement parce que vous aurez à passer moins loyer, etc.).
d’heures sur un contrat particulier. Assurez-vous M
 ultipliez cette somme par 12, en y ajoutant la
de facturer vos services le plus rapidement pos- totalité de vos frais de démarrage (pour votre
sible. Cette tactique vous évitera de manquer première année de fonctionnement).
de liquidités pour faire avancer votre entreprise
D
 ivisez ensuite cette somme par 52 pour obtenir
parce que vous attendez encore des paiements le montant hebdomadaire dont votre entreprise
de facture que vous avez tardé à remettre. En a besoin pour exister.
effet, les factures, surtout dans les grosses entre-
E
 n divisant ce dernier montant par 5, vous
prises, sont souvent réglées par un département
connaîtrez finalement l’entrée d’argent journa-
distinct de celui qui a commandé les illustra- lière minimale pour assurer votre survie.
tions. Envoyez donc des factures très claires et
détaillées, le plus rapidement possible et au bon D
 ivisez cette somme par 5 (admettons qu’il
département. Vous pouvez même exiger d’être s’agit du maximum d’heures ouvrables par
jour). Vous connaissez maintenant votre seuil de
payé en plusieurs versements, en argumentant salaire horaire pour faire rouler votre entreprise.
que vous commencerez le travail dès que vous
aurez reçu le premier versement. Cette technique Évidemment, le salaire horaire obtenu par ce
permet entre autres d’assumer les coûts de pro- calcul ne vous assure aucun profit. Il s’agit uni-
duction (que vous devez aussi facturer, en plus quement de l’argent nécessaire à la survie de
de votre salaire horaire). Nous répétons qu’il n’y votre entreprise, mais non à votre propre survie.
a aucune raison d’être gêné de facturer votre Voilà pourquoi vous devrez encore procéder aux
travail, sauf si vous jugez l’avoir bâclé ou ne pas calculs  suivant :
avoir respecté les clauses du contrat. D
 écidez de la somme annuelle de profit net que
Certaines situations vous permettront éga- vous jugez acceptable.
lement de mieux négocier. Par exemple, vous
D
 ivisez cette somme par 52 pour transposer ces
vous trouverez dans une situation rêvée pour profits en revenus hebdomadaires.

163
CHAPITR E 11

D
 ivisez ce résultat par 5 pour obtenir une vous sera même possible de faire miroiter une
somme journalière. diminution de tarifs comme une faveur au client
D
 ivisez ce résultat par 5 pour en arriver à une concerné et de promouvoir votre entreprise par
somme à l’heure. la même occasion. Par contre, attention : dans
ce cas précis, diminution stratégique des tarifs
A
 joutez ce dernier résultat à la somme obtenue
à l’étape 1. Vous connaissez maintenant le taux ne signifie aucunement diminution de la qualité
horaire que vous devez facturer pour obtenir les du résultat…
profits escomptés en bout d’année.

Toutefois, Fleishman souligne que le mode de 11.11


calcul présenté ici ne tient aucunement compte
de jours fériés ni des congés de maladie ni de ENFIN, UNE RÉFÉRENCE !
vos vacances, dont vous aurez éventuellement
besoin. Vous pouvez donc gonfler quelque peu Les grilles présentées ici ont été élaborées lors
vos dépenses et vos profits souhaités pour de tables rondes regroupant des illustrateurs
vous assurer une petite marge de manœuvre. expérimentés travaillant dans les différents sec-
Lorsque vous obtiendrez un contrat, n’oubliez teurs de l’illustration. Ces grilles doivent servir
pas que ce taux horaire ne représente que votre de référence pour vous aider dans le processus
salaire personnel et que vous devrez y ajou- de fixation de vos prix. Notez toutefois que les
ter toute dépense liée à la production de vos rubriques mentionnées ci-dessus peuvent elles
épreuves et de vos originaux. D’ailleurs, le fait aussi entrer en ligne de compte lorsque vous
de connaître le taux horaire associé aux profits faites une soumission.
que vous souhaitez atteindre vous aidera à fixer Ces grilles présentent les catégories de tra-
des prix forfaitaires, et vous permettra également vaux le plus souvent demandés par les clients. Si
de séparer, sur la facture à envoyer au client, vous ne trouvez pas d’information pour un man-
le montant associé à vos heures de travail des dat particulier, vous pourrez sans doute arriver à
coûts de production. une conclusion en comparant divers montants
Si vous êtes enregistré à la TPS et à la TVQ, de mandats similaires. Il est également possible
vous ajouterez ces taxes à la somme totale de de consulter d’autres grilles. En voici trois qui
vos heures de travail et de vos coûts de pro- pourront vous être utiles :
duction. Ne réajustez pas vos tarifs parce que C
 elle du RAAV, disponible sur le site du RAAV,
vous trouvez que la taxe gonfle trop la facture… section « ressources pour artistes et diffuseurs »,
Agir de la sorte aurait pour conséquence de sous la rubrique « grille tarifaire » ;
vous priver de revenus pour en assurer au gou-  elle du livre The Business of Illustration par
C
vernement. Vous payez déjà de l’impôt sur vos Steven Heller, Teresa Fernandes et Courtney
revenus, ne les diminuez pas simplement parce Clinton ;
que vous pensez que la taxe ajoutée à votre fac-
 elle du Graphic Artists Guild Handbook
C
ture fera sursauter le client. La vente de services Pricing & Ethical Guidelines par The Graphic
est imposée au Québec et au Canada et vous Artists Guild.
n’y pouvez rien. Le client comprendra que vous
n’avez aucun contrôle sur la taxation ; toutefois, C
 elle de Canadian Artists Representation
Copyright Collective : carcc.ca/feeschedulesFR.
identifiez clairement le montant associé aux taxes html
sur la facture…
Toutes ces considérations prises en compte, H
 ire an illustrator : www.hireanillustrator.com/
n’oubliez pas de valider vos tarifs auprès d’autres how-to-commission-an-illustrator.pdf
illustrateurs et en fonction du marché de votre Illustrators on line : www.illustratorsonline.com/
région. Autre détail important : vous pouvez déci- webaffil/priceguide.html
der de jouer avec vos tarifs en facturant davan-
tage pour certains aspects de votre travail (travail Avec tous ces éléments, vous êtes sûrement
plus minutieux ou plus spécialisé) et moins pour fin prêt pour envoyer une soumission à vos
d’autres (facilité d’exécution ou autre). Sachez clients. Dans le doute, n’hésitez surtout pas à
pourtant qu’avec une telle fluctuation de tarifs, communiquer avec votre association ou à vous
vous risquez de créer de la confusion chez votre adresser à un illustrateur qui pourra sûrement
clientèle et d’avoir l’air peu professionnel. Le vous guider.
secret est de disposer des arguments néces-
saires pour justifier ces fluctuations et d’infor-
mer des raisons qui vous poussent à diminuer
vos tarifs pour certaines tâches particulières. Il

164
LE GUIDE DE TARIFICATION

livre tous publics au québec


Livre tous publics Petit tirage (moins de 3 000) Grand tirage ( + de 3 000)
Couverture 500 à 700 $ 700 à 900 $

1 page 450 à 550 $ 650 à 1 100 $

½ page 350 à 450 $ 500 à 900 $

Vignette 150 à 300 $ 300 à 750 $

livre tous publics au canada

Livre tous publics Petit tirage (moins de 3 000) Moyen tirage ( + 3 000)
Couverture * 500 à 1 500 $ 1 000 à 2 500 $

1 page * 400 à 800 $ 650 à 1 100 $

½ page * 300 à 700 $ 500 à 900 $

Vignette * 200 à 550 $ 300 à 750 $

Livre scolaire Québec / Canada États-Unis


Couverture 500 à 1 500 $ 1 250 à 3 000 $

Double page * 500 à 1 500 $ 1 000 à 2 500 $

1 page * 300 à 500 $ 750 à 1 500 $

½ page * 200 à 400 $ 700 à 800 $


¼ page * 100 à 300 $ 350 à 700 $

vignette * 75 à 250 $ 175 à 300 $

au québec

Édition jeunesse Forfait Droits d’auteurs Avances de droits


(montant de base)
Roman jeunesse illustré 5 % du prix de vente X tirage 2 % N/A

Illustrations 5 % du prix de vente X tirage Entre 5 % et 7 %  1 200 $ à 1 800 $ (N&B)


1 500 $ à 3 000 $ (couleur)

Illustrations et texte 10 % du prix de vente X tirage 10 % 1 500 à 3 000 $

  Petit tirage Grand tirage


Couverture seulement * 500 à 1 500 $ 1 000 à 2 500 $

Dessin intérieur (prix unitaire) * 75 $ à 500 $ 125 à 800 $

* prix variant selon le tirage

165
CHAPITR E 11

au canada

Édition jeunesse Forfait Droits d’auteurs Avances de droits


(montant de base)
Roman jeunesse illustré 5 % du prix de vente X tirage 2 % N/A

Illustrations 5 % du prix de vente X tirage Entre 5 % et 7 %  1 200 $ à 1800 $ (N&B)


3 000 $ à 5 000 $ (couleur)

Illustrations et texte 10 % du prix de vente X tirage 10 % 4 000 à 6 000 $


  Petit tirage Grand tirage
Couverture seulement * 600 à 1 500 $ 1 200 à 2 500 $

Dessin intérieur (prix unitaire) * 75 $ à 500 $ 125 à 800 $

aux états-unis

Édition jeunesse Forfait Droits d’auteurs Avances de droits


(montant de base)
Roman jeunesse illustré 5 % du prix de vente X tirage 2 % N/A

Illustrations 5 % du prix de vente X tirage Entre 5 % et 7 %  3 500 $ à 6 000 $ (N&B)


8 000 $ à 20 000 $ (couleur)

Illustrations et texte 10 % du prix de vente X tirage 10 % 8 000 à 25 000 $


  Petit tirage Grand tirage
Couverture seulement * 800 à 2 000 $ 2 000 à 3 000 $

Dessin intérieur (prix unitaire) * 75 $ à 500 $ 125 à 800 $

en europe

Édition jeunesse Forfait Droits d’auteurs Avances de droits


(montant de base)
Roman jeunesse illustré 5 % du prix de vente X tirage 2 % N/A

Illustrations 5 % du prix de vente X tirage Entre 5 % et 7 %  1 200 $ à 1800 $ (N&B)


1 500 $ à 3 000 $ (couleur)

Illustrations et texte 10 % du prix de vente X tirage 10 % 1 500 à 3 000 $


  Petit tirage Grand tirage
Couverture seulement * 400 à 1 500 $ 1 000 à 2 500 $

Dessin intérieur (prix unitaire) * 75 $ à 500 $ 125 à 800 $

* prix variant selon le tirage

166
LE GUIDE DE TARIFICATION

En ce qui concerne l’estimation et support. Nous vous suggérons de


la négociation d’une commande en limiter cette entente sur une période
publicité, plusieurs éléments sont à de temps précise afin de récupérer
considérer. Nous vous suggérons la possibilité de vendre à nouveau
une marche à suivre qui correspond, les droits de votre illustration le plus
selon notre enquête, à la pratique tôt possible.Gardez toujours, si pos-
des professionnels du milieu de sible, le droit d’utiliser l’illustration à
l’illustration. des fins de promotion personnelle.
Cette méthode tient compte que
l’utilisation d’une illustration en
publicité ne se fait pas vraiment en
fonction de son format, comme en En ce qui concerne
éditorial par exemple, mais plutôt en
fonction de ses différents supports l’estimation et
d’utilisation.
la négociation
il est important avant
tout de poser des d’une commande
questions essentielles :
De quel type de campagne
en publicité, plusieurs
s’agit-il ? Une campagne d’enver-
gure locale, régionale, nationale ou éléments sont
internationale ?
Qui est le client ? (Il arrive qu’on ne
à considérer.
veuille pas vous dévoiler cette infor-
mation tant que le contrat ne vous Il est important
aura pas été accordé de façon offi-
cielle, mais ça vaut quand même la avant tout de poser
peine de poser la question.)
Quelles seront les utilisations qui des questions
seront faites de l’illustration que vous
allez réaliser (ou les supports qui essentielles.
seront utilisés) ?
Qu’est-ce que le client désire
acheter ? À cette question, plusieurs
réponses sont possibles : C : Enfin, qu’il sache ou non quelles
utilisations il veut faire de votre
A : Le client peut vouloir une ou illustration, le client ne veut pas
plusieurs utilisation(s), dont il vous avoir à vous contacter pour négo-
fournira la liste. C’est la situation la cier chaque fois qu’il voudra obte-
plus simple. nir des droits supplémentaires. Le
B : Le client sait précisément ce qu’il client veut donc obtenir les droits
veut faire de l’illustration que vous d’utilisation illimités de votre illustra-
allez réaliser et sait déjà qu’il n’aura tion. Vous pouvez proposer ce type
pas besoin d’autres droits d’utilisa- d’entente (essayez d’éviter le terme
tion ; cependant, il veut s’assurer que dangereusement flou de « buy out »),
vous ne revendrez pas cette illustra- mais nous suggérons que vous la
tion à un autre client. Dans ce cas, limitiez toujours sur une période
vous pouvez proposer de geler les de temps définie. En publicité, une
droits de l’illustration en question, campagne a toujours une durée de
ce qui fait que vous vous engagez vie relativement courte ; vous pou-
à ne pas vendre votre illustration à vez facilement proposer de limiter la
un autre client. Votre client, lui, s’en durée de cette vente de droits illimi-
tient aux supports pour lesquels tés sur une période de trois mois,
vous vous êtes entendus dans votre six mois ou un an. Même si le client
accord et doit vous recontacter voulait étendre l’entente sur trois
pour négocier à nouveau s’il désire ans, par exemple (moyennant une
utiliser l’illustration sur un autre rémunération plus élevée, bien sûr),

167
CHAPITR E 11

illustration sur un panneau géant dans le cas


d’une campagne de publicité nationale est entre
3 500 et 8 000 $. Disons alors 5 750 $. Ce mon-
tant sera votre prix de base. On vous demande
aussi un droit de reproduction pour une publicité
pleine page de magazine. Vous trouverez le mon-
tant suggéré dans la section publicité imprimée,
campagne nationale toujours, soit entre 2 000 et
7 500 $, disons 4 750 $. Mais comme il ne s’agit
plus du montant de base, mais bien d’une utilisa-
tion additionnelle, vous ajoutez seulement au prix
de base entre 30 % et 50 % de ce dernier mon-
tant. Disons 40 % de 4 750 $, soit 1 900 $. Mais
comme la publicité magazine sera publiée cinq
fois, vous devez ajouter 20 % à ce montant (voir
la section tout juste sous la publicité imprimée).
Donc, 20 % de 1 900 $, résultat : 380 $. Ainsi,
pour l’utilisation supplémentaire en publicité
magazine, vous arrivez à un montant de 1 900 $
+ 380 $, soit : 2  280 $.
Enfin, on vous demande aussi un droit d’utili-
sation pour une publicité Web. Vous trouverez
les montants suggérés dans la section publicité
Web, bien sûr. Pour une campagne nationale,
plein écran, le montant suggéré se situe entre
2 000 et 7 500 $, disons 4 750 $ comme dans
le cas de la publicité magazine. Et comme il s’agit
aussi d’une utilisation supplémentaire qui s’ajou-
tera au prix de base, vous facturez entre 30 et
50 % de ce montant. Disons 40 %. Alors 40 %
de 4 750 $, ce qui donne : 1 900 $. Vous voilà
prêt à faire le total du prix que vous demanderez
vous récupèrerez quand même la possibilité de dans votre soumission.
revendre les droits de cette illustration après une Vous additionnez donc votre montant de base,
période tout de même assez courte, ce qui est 5 750 $ avec le prix de l’utilisation supplémentaire
évidemment préférable que de ne jamais plus pour une publicité magazine pleine page publiée
pouvoir en tirer des revenus. Une fois que vous cinq fois, soit 2 280 $, et avec le prix pour l’utili-
avez bien compris ce que le client veut obtenir, sation supplémentaire de la publicité Web plein
vous pouvez préparer votre soumission. écran, soit 1 900 $. Donc 5 750 $ + 2 280 $ +
En vous reportant à la grille de tarification, utili- 1 900 $ : votre total serait de 9 930 $.Vous obte-
sez comme prix de base le montant proposé pour nez ainsi un prix global que vous pourrez facile-
l’utilisation la plus importante dans la liste que ment défendre face à votre client.
vous aura donnée votre client. Ensuite, cherchez Nous vous suggérons d’ailleurs de présenter
dans la grille de tarification les prix suggérés pour votre estimation avec le détail plutôt que de pré-
chacune des utilisations additionnelles, et factu- senter un montant global sans explication. Ainsi,
rez, en plus du prix de base, de 30 à 50 % (selon le client sera en mesure de bien comprendre
votre évaluation) des prix suggérés pour chacune comment vous en êtes venu à ce montant, et
de ces utilisations supplémentaires. vous démontrez ainsi que vous agissez de façon
Voici un exemple qui vous aidera à mieux professionnelle et organisée.
comprendre : On vous demande de réaliser une Enfin, si vous travaillez de façon traditionnelle,
illustration pour une campagne de publicité natio- c’est-à-dire sans l’aide d’un ordinateur, et que
nale. Celle-ci sera utilisée sur un panneau géant, vous produisez donc des originaux, nous vous
dans une publicité magazine pleine page (cinq suggérons, si le client veut acheter votre original,
parutions) et dans une publicité Web (plein écran). de traiter cette demande à part, autrement dit de
L’utilisation principale demandée par le client ne pas l’inclure dans les autres ententes avec le
est le panneau géant. Sur la grille de tarifica- client, de sorte qu’il n’y ait pas de confusion entre
tion dans la section affiche publicitaire, le prix la vente d’un original et la cession de droits.
suggéré pour le droit de reproduction d’une

168
LE GUIDE DE TARIFICATION

autres productions
Bande dessinée Couleur N&B
Planche 375 à 700 $ 150 à 600 $

Strip 100 à 250 $ - 

BD publicitaire (planche) 2 000 à 6 000 $ 1 000 à 2 000 $

BD magazine (planche) 200 à 450 $ -

Droits % Album 8 - 12 % 8 – 12 %

BD (système É-U) Encrage Coloration


1 planche * 60 à 450 $ 70 à 170 $

Magazine (édition) Petit tirage (50 000 et moins) Grand tirage ( + de 50 000)
Couverture * 1 200 à 2 500 $ 2 000 à 4 000 $

2 pages * 750 à 1 200 $ 1 000 à 2 000 $

1 page * 500 à 800 $ 1 100 à 1 400 $

½ page * 400 à 700 $ 700 à 1 100 $

¼ page * 200 à 500 $ 300 à 700 $

Revue professionnelle et spécialisée


Couverture * 1 500 à 2 500 $
2 pages * 1 500 à 2 500 $
1 page * 1 000 à 1 800 $
½ page * 400 à 900 $
¼ page et moins * 300 à 600 $

Journal éditorial Distribution régionale / nationale Distribution internationale


Pleine page * 500 à 700 $ 750 à 1 500 $

½ page * 250 à 450 $ 500 à 1 000 $

¼ page et moins * 75 à 250 $ 350 à 750 $

Publication interne ou Petite et moyenne entreprise Grande entreprise


d’entreprise
1 page * 700 à 1 200 $ 1 100 à 1 800 $

½ page * 400 à 750 $ 700 à 1 100 $

¼ page * 300 à 500 $ 500 à 800 $

Vignette * 200 à 550 $ 300 à 750 $

Rapport annuel Petite et moyenne entreprise Grande entreprise


Couverture * 1 000 à 3 500 $ 2 750 à 5 000 $ et +

1 page * 800 à 1 800 $ 1 750 à 3 000 $

½ page * 400 à 1 300 $ 1 250 à 2 500 $

¼ page * 250 à 800 $ 800 à 1 500 $

Publicité imprimée Local Régional National International


1 parution
Magazine - pleine page * 1 000 à 4 000 $ 1 000 à 5 000 $ 2 000 à 7 500 $ 3 000 $ et +

Journal * 1 000 à 2 500 $ 1 000 à 4 000 $ 2 000 à 6 000 $ 3 000 $ et +


Brochure - couverture * 1 000 à 2 000 $ 1 000 à 4 000 $ 2 000 à 6 000 $ 3 000 $ et +

Brochure - 1 page* 500 à 1 500 $ 800 à 3 000 $ 1 000 à 4 500 $ 2 500 $ et +

Brochure - ½ page * 300 à 750 $ 500 à 2 000 $ 600 à 3 000 $ 800 $ et +

Brochure - vignette * 150 à 750 $ 250 à 1 000 $ 450 à 1 500 $ 500 $ et +

2 à 5 parutions + 20 % + 20 % + 20 % + 20 %

Multiples parutions +  50 % + 50 % + 50 % + 50 %


Attention : pour la publicité sur Internet, il est important de tenir compte de la durée d’utilisation de l’illustration,
cela ayant une incidence directe sur le prix demandé.

169
CHAPITR E 11

Publicité Web Local Régional National International


Plein écran 500 à 2 000 $ 1 000 à 5 000 $ 2 000 à 7 500 $ 3 500 $ et +

½ écran 300 à 1 200 $ 500 à 3 000 $ 800 à 4 000 $ 1 000 $ et +

Icône 100 à 400 $ 250 à 500 $ 300 à 600 $ 350 à 750 $

Affichage Local Régional National International


publicitaire
Panneau géant, 1 500 à 3 000 $ 2 500 à 5 000 $ 3 500 à 8 000 $ 7 500 $ et +
autobus, métro,
abris-bus *
Point de vente * 1 200 à 2 000 $ 2 000 à 4 000 $ 3 000 à 7 000 $ 6 000 $ et +

Affiches autres * 1 000 à 2 000 $ 1 500 à 4 000 $ 3 000 à 7 000 $ 6 000  $ et +

Pour un format 5” x 7”
Story Board Noir et blanc au trait Noir et blanc + demi-teintes Couleur

Agence de publicité 40 à 75 $ 60 à 95 $ 85 à 125 $

Maison de production 40 à 60 $ 50 à 80 $ 75 à 100 $

Packaging / Emballage
Vignette * 125 à 500 $
Illustration complexe * 400 à 2500 $

Télévision / film publicitaire (durée max de 3 mois)


Régional Provincial National
Prix de base 600 $ 600 $ 600 $

Prix /illustration/seconde 20 à 60 $ 40 à 120 $ 100 à 300 $

Cinéma
Affiche * 1 200 à 5 000 $

Campagne complète * 3 000 à 12 000 $

Théâtre
Affiche * 500 à 2 000 $
Campagne complète * 1 200 à 6 000 $

Pochette CD Petite et moyenne distribution Grande distribution


Livret * 1 000 à 3 500 $ 3 000 à 6 000 $

Couverture * 750 à 2 500 $ 2 000 à 4 000 $

Carte de souhaits Québec États-Unis


Forfait * 200 à 400 $ 500 à 1 500 $

Droits * 5 à 10 % 5 à 10 %

Objet pour la vente


Droits d’auteur * Entre 8 et 15 % du prix de vente X tirage
Avances de droits * 250 à 3 000 $

* prix variant selon le tirage

170
LE GUIDE DE TARIFICATION

Dans le monde du licensing, la rémunération CALENDRIER


fonctionne dans la majorité des cas sous le prin- 5-10 % du prix de vente x qté vendue
cipe des « royalties » ou encore avance sur droits
d’auteurs, comme le font aussi les maisons d’édi- IMPRESSION COMMERCIALE
tion jeunesse, par exemple. Il existe certains cas 7-10 % du prix de vente x qté vendue
où, pour des « licences individuelles », le manu-
facturier acceptera de payer un tarif spécifique TISSUS
(flat fee) pour les droits de reproduction pour 5-10 % du prix de vente x qté vendue
un nombre d’années donné, sur un seul sup-
port connu et dont le territoire de distribution est PAPIER D’EMBALLAGE
précisé (350 $/illustration pour la production de 3-5% du prix de vente x qté vendue
3 illustrations de cartes postales, distribuées en
Amérique du Nord et dont l’entente est d’une CARTE DE VŒUX
durée de trois ans par illustration. Il s’agit donc ici 4-8 % du prix de vente x qté vendue
d’un flat fee total de 1 050  $). Il sera toutefois bien
important d’identifier toutes les conditions autour ÉDITIONS LIMITÉES
du droit de reproduction vendu pour éviter de vous 10-15 % du prix de vente x qté vendue
faire avoir… Recevoir 1 050 $ pour des illustra- (20 % pour artistes reconnus)
tions imprimées en quantité limitée et distribuées
en Amérique du Nord peut être relativement satis- TASSES
faisant comme entente, alors que le même flat fee 5 % du prix de vente x qté vendue
peut devenir ridicule pour un droit d’impression en
quantité illimitée sur tout territoire… CARTES POSTALES
Ceci dit, comme expliqué, la manière de pro- 3-5 % du prix de vente x qté vendue
céder la plus commune demeure les avances sur
droit d’auteur, c’est-à-dire que votre rémunération AFFICHES (POSTERS)
est toujours dépendante du nombre d’items illus- 7-10 % du prix de vente x qté vendue
trés que le manufacturier arrivera à vendre. Pour
chaque catégorie d’objets, un pourcentage du DRAPS
prix de vente est redistribué à l’illustrateur. C’est 5-8 % du prix de vente x qté vendue
précisément ce pourcentage que vous aurez à
négocier lors de la signature de vos ententes. RIDEAU DE DOUCHE
Donc, pour vous assurer de ne pas vous faire 6-8 % du prix de vente x qté vendue
avoir, Woodward explique qu’il est impératif de
vous informer des prix de vente de votre manufac- PAPETERIE
turier et des quantités qu’il vend généralement. 4-6 % du prix de vente x qté vendue
Ceci est d’autant plus important que la manufac-
turier peut décider de faire des ententes de vente TEXTILES
en gros à différents distributeurs et ainsi dimi- 5-10 % du prix de vente x qté vendue
nuer son prix de vente par item en fonction de la
grosseur de la commande. Alors qu’il vendrait un SERVIETTES
poster 3 $ l’unité, il peut tout aussi bien le vendre 4-8 % du prix de vente x qté vendue
0,25 $ à qui lui en achète une grosse quantité.
Ceci influencera donc les sommes réelles de vos T-SHIRTS
redevances. Informez-vous de ces ententes de 8-10 % du prix de vente x qté vendue
vente en gros avant de statuer sur un pourcen-
tage de redevances. D’autre part, vous pourrez ITEMS POUR LA MAISON
demander des avances de royautés à la livraison 4-8 % du prix de vente x qté vendue
des illustrations. Cette avance sera déduite des
premières ventes faites et vous serez ensuite PAPIER PEINT
payé au pourcentage entendu pour toutes les 5-10 % du prix de vente x qté vendue
ventes dépassant le seuil de remboursement de
cette avance. Toutefois, il faut savoir qu’il existe MONTRES
déjà des pratiques bien ancrées dans le marché 6-8 % du prix de vente x qté vendue
et il pourrait s’avérer difficile de sortir de ces
conventions… Voici une grille des différents taux
de royautés par catégorie d’item présentée par
Woodward dans Licensing Art 101.

171
12
les affaires

Oussama Mezher

Soyez curieux ! La curiosité vous permettra d’être au courant des aléas du métier,
de converser intelligemment avec vos clients à propos de leur entreprise
et de trouver des solutions aux problèmes courants. Les gens curieux sont
souvent plus ingénieux et ont plus de ressources à portée
de main pour les aider en cas de pépin.

173
CHAPITR E 12

12.1 aussi rentable pour vous. Pas plus que les clients
vous ne voulez vous retrouver face à un imbroglio
QUELQUES TRUCS la veille de la remise de vos épreuves. Une telle
attitude est aussi révélatrice de votre sérieux et de
POUR ÊTRE MEILLEUR votre souci du travail bien fait. Si vous comptez
sur le bouche-à-oreille pour obtenir des contrats
EN AFFAIRES supplémentaires, vous gagnerez à être honnête
et diplomate. Donnez fréquemment signe de vie
Étant donné les nombreuses recommandations à vos clients et soyez ouvert à la communication.
que contient ce guide, nous avons cru utile de L’audace est aussi de mise pour mener une
procéder à une récapitulation des petits élé- carrière fructueuse. Voyez grand, mais planifiez
ments pouvant vous aider à être meilleur en en conséquence. Soyez prêt à cogner aux portes
affaires. Cette rubrique nous permet aussi d’in- de grandes entreprises. Le marché de l’illustra-
clure des conseils supplémentaires pour nous tion est assez compétitif et parfois, seule votre
assurer que vous ayez en main tous les outils audace vous y assurera une place de choix.
nécessaires pour devenir un redoutable « artiste- Osez, personne ne vous fera de cadeau… Soyez
homme d’affaires ». toutefois toujours prudent : ne vous embarquez
Encore une fois, Jean-Benoît Nadeau partage pas dans de gros contrats qui dépassent vos
son expérience en tant que travailleur autonome capacités en terme de temps.
en fournissant une liste de « cinq vertus scoutes » Soyez curieux ! La curiosité vous permettra
qu’il croit indispensables à la réussite dans ce d’être au courant des aléas du métier, de conver-
mode de vie. Il parle tout d’abord de patience. ser intelligemment avec vos clients à propos de
Vous l’aurez sans doute remarqué vous-même : leur entreprise (ce qui les charmera assurément)
si vous êtes pressé et que vous souhaitez et de trouver des solutions aux problèmes cou-
devenir millionnaire dans la minute, non seule- rants. Les gens curieux sont souvent plus ingé-
ment le statut de travailleur autonome ne vous nieux et ont plus de ressources à portée de main
convient pas, mais celui d’illustrateur non plus ! pour les aider en cas de pépin.
Vous aurez probablement plus de chances en Finalement, l’humilité vous ouvrira aussi bien
jouant à la loterie ! Rendez-vous à l’évidence, il des portes. Attention : il ne s’agit pas ici de sou-
vous faudra plusieurs années pour vous consti- mission ni de servilité, mais bien de la capacité
tuer une clientèle intéressante et vous ne serez d’admettre vos erreurs et de vous montrer prêt à
jamais à l’abri des périodes creuses. Toutefois, apprendre. Nul n’est omniscient et l’humilité vous
vous pourrez employer ces périodes tranquilles assurera d’être excusé plus facilement en cas
à peaufiner votre plan de promotion, à mettre de de faute. En n’étant pas orgueilleux, vous vous
l’ordre dans votre comptabilité ou encore à faire assurez d’être plus ouvert à la communication et
de la recherche pour renouveler votre style. Ne au partage, état d’esprit souvent recherché par
restez jamais inactif, quitte à travailler sur un pro- la clientèle. Quoiqu’il s’agisse d’une qualité admi-
jet personnel parallèle. rable, n’oubliez pas que la ligne est mince entre
En deuxième lieu, Nadeau conseille d’être hon- l’humilité et l’autodévalorisation. Soit, vous devez
nête en tout temps. Il vous arrivera quelquefois faire preuve de modestie, mais ne mettez pas
d’être en désaccord avec vos clients. Affirmez- en jeu vos valeurs et gardez toujours le contrôle
vous. Certes, vous devez demeurer diplomate, sur vos créations et leur utilisation. Soyez tout
mais ne vous autocensurez pas par peur de de même fier de votre travail et de vos clients.
perdre des contrats. Les clients apprécieront Vérifiez toujours si vos illustrations sont utilisées
votre transparence. Qu’il s’agisse d’un problème à bon escient, soyez poli mais ferme.
de compréhension de la commande, d’une diffi- Hormis ces cinq qualités essentielles, J.-B.
culté à respecter les délais prescrits ou encore Nadeau donne aussi quelques conseils concer-
d’un problème de facturation ou de paiement, les nant l’aménagement de votre espace de travail.
clients préféreront toujours avoir l’heure juste que Il faut savoir que l’environnement de travail a un
de se trouver devant une impasse à la dernière impact direct sur votre état d’esprit. Il est donc
minute sans s’y être attendus. L’honnêteté sera important, que vous travailliez à la maison ou

174
LES AFFAIRES

ailleurs, d’aménager un espace confortable qui depuis plusieurs années, connaît les risques de
reflétera aussi votre sérieux. Ne sacrifiez toutefois surcharge de cette position précaire et formule
jamais le confort au sérieux. Certains illustrateurs donc un sérieux avertissement contre cette ten-
n’accueilleront pas les clients dans leur bureau, dance à accepter plus de contrats qu’on ne peut
mais préféreront plutôt se déplacer. Vous n’avez en réaliser, sans jamais s’arrêter pour prendre du
pas à investir outre mesure dans le style. Mettez repos. Pour perdurer en tant qu’illustrateur, mal-
l’accent sur le fonctionnel, assurez-vous d’avoir heureusement, le talent et l’énergie ne suffisent
un espace qui correspond à vos besoins et qui pas. Il faut la santé, bien manger, bien dormir,
vous permet de travailler efficacement. Vous savoir se détendre et faire un peu d’exercice : des
embellirez votre espace au fur et à mesure que règles élémentaires que trop d’artistes talentueux
vos finances le permettront. oublient, par insécurité ou manque de temps. Dans
Veillez aussi à offrir un excellent service après- le cas où ils oublieraient de prendre soin d’eux-
vente à votre clientèle. Il s’agit en effet du « petit mêmes, les illustrateurs ne seraient qu’étoiles
extra » qui fidélisera vos clients et qui fera en filantes dans le milieu. De plus, « il va sans dire
sorte qu’ils reviendront vous voir par la suite. que le novice / débutant doit avoir le dos plus
Vous n’avez qu’à penser aux magasins à grande large, mais il doit établir très tôt la limite, sinon les
surface et à leur manière de gérer les plaintes clients abuseront » (Nadeau, 2007). Évidemment,
et les pépins après-vente. Un petit coup de fil, ce sont de beaux conseils, mais pas toujours
une fois le contrat terminé, pour vous assurer faciles à appliquer. En effet, il est parfois difficile
que vos clients sont satisfaits du résultat final de prendre le temps de décrocher et de prendre
suffira la plupart du temps. C’est en effet une du recul, surtout lorsqu’on travaille depuis son
excellente manière de démontrer de l’intérêt domicile. Il est souvent impossible de condamner
envers le contrat en tant que tel. Dans le cas où la porte de son bureau ou de l’imperméabiliser
surviendrait un problème, faites l’effort qu’il faut contre les « attaques extérieures » quotidiennes.
pour trouver les solutions… Un bon service à la Un truc courant consiste à établir des rituels que
clientèle peut aussi vouloir dire s’assurer d’être l’on peut pratiquer pour marquer le début et la fin
toujours ponctuel et même parfois à l’avance. de la journée de travail (s’habiller comme si on
Finalement, faites continuellement des efforts allait au bureau, se maquiller, se coiffer, commen-
pour vendre vos services, même si vous avez cer à une heure fixe), ce qui n’est pas toujours
assez de contrats. Cette recherche active vous facile, il va sans dire, lorsqu’on dépend de contrats
évitera de connaître trop de périodes creuses et à flux et à délais variés. Tout employé procède à un
de temps morts. Nous recommandons de faire déplacement en auto, en transport en commun ou
au minimum une démarche par semaine visant même à pied, ce qui consiste en fait en un genre
la recherche de nouveaux clients. Prudence tou- de rituel. Le travailleur autonome, qui n’a qu’à fer-
tefois à ne pas vous surcharger. Dans le meil- mer la porte de son bureau avant de se mettre à
leur des mondes, vous arriverez à bien étaler l’ouvrage, doit faire un effort supplémentaire, peu
vos tâches en faisant se chevaucher les phases importe le rite, pour créer les délimitations néces-
prioritaires des divers contrats que vous devez saires à une vie professionnelle saine et pas trop
mener à terme. envahissante.
Quelques journées de vacances de temps
à autres sont également essentielles. Pour être
12.2 certain de ne pas manquer d’argent, vous pouvez
employer une méthode infaillible : il suffit d’ouvrir
COMMENT GARDER UNE un compte d’épargne où vous placerez entre 5 et
25 % de vos revenus. Ce compte pourra servir à
SANTÉ FINANCIÈRE ET financer vos vacances et / ou vos REER. Pour que
le plan fonctionne, n’utilisez ce compte que dans
PRÉVOIR L’IMPRÉVISIBLE ce but ou, évidemment, en cas d’urgence finan-
cière. De plus, il est primordial de vous constituer
(ACCIDENT, MALADIE, un coussin financier. Celui-ci devrait idéalement
représenter trois mois des dépenses, incluant le
ETC.) loyer ou l’hypothèque, le téléphone, la connexion
internet, la nourriture, etc. Cette mesure vous per-
mettra de maintenir un niveau de vie respectable
« sans sabbat, le travailleur dans le cas où le nombre de contrats diminuerait
autonome s’abat. » ou advenant quelque embûche d’autre nature.
(auteur anonyme). Pour maintenir une santé financière, il convient
Jean-Benoît Nadeau, qui est travailleur autonome de rationaliser ses dépenses, tout en évitant

175
CHAPITR E 12

d’accumuler une surabondance de son art et de son talent. Il ne faut


de matériel qui pourrait se perdre surtout pas se sous-estimer, mais
inutilement, à tout le moins durant plutôt faire tout ce qui est possible
les premières années de fonction- pour se permettre de gagner conve-
nement de votre entreprise. Bien nablement sa vie.
sûr, limiter le travail à crédit vous C’est également dans cette
permettra de bâtir une meilleure optique qu’il est primordial de pré-
gestion financière. Dans cet ordre voir l’imprévisible. Pour cela, rien ne
d’idées, vous pouvez aussi deman- vaut une bonne assurance-vie dès le
der des avances ou encore des départ, ceci dans le but d’alléger le
paiements en plusieurs versements désarroi dans lequel se trouveront
lorsqu’un contrat s’échelonne sur vos proches en les déchargeant du
une longue période. De plus, rien ne poids des dettes et de la facture liée
vous empêche d’occuper un second à vos funérailles. Vous pensez qu’il
emploi, idéalement dans un secteur est trop tôt pour contracter une telle
connexe, en graphisme par exemple. assurance ? Bien au contraire : plus
En effet, plusieurs graphistes tra- tôt vous en prendrez une, moins cher
vaillent aussi comme illustrateurs et elle vous coûtera. En outre, la vie est
vice-versa. Ce sont deux professions faite de situations imprévisibles. On
qui se veulent complémentaires et ne peut donc jamais être trop pré-
dont la formation de base est sou- voyant. Souscrivez également une
vent la même. On peut même avan- assurance pour vos biens et votre
cer qu’ils se partagent aussi à peu matériel professionnels. En effet, ils
près la même clientèle. représentent une grosse partie de
Deux philosophies de travail vos outils de travail. Il est donc impor-
s’offrent à vous ; surnommons-les tant d’en prendre soin, surtout si vous
« l’artiste-artiste » et « l’artiste-homme avez investi en matériel informatique.
d’affaires ». « L’artiste-artiste » ne Cette assurance devrait être distincte
compte pas les heures de travail de celle de vos autres biens si vous
passées sur chacune de ses œuvres, travaillez chez vous. Pour ce faire,
il ne refuse pas les contrats et est souscrivez deux assurances ou bien
un très mauvais négociateur. Ses prenez deux contrats différents. Cette
difficultés à bien gérer son temps dépense supplémentaire est évidem-
l’empêchent d’être rentable malgré ment déductible d’impôt !
sa bonne volonté. Il est conscient Finalement, songez à avoir une
de sa valeur et de la qualité de son bonne assurance invalidité et salaire.
travail, cependant, il ne peut pas En effet, en tant que travailleur auto-
s’empêcher de travailler au-delà des nome, vous êtes le patron, mais vous
heures rémunérées négociées pour seul générez vos revenus. De ce fait,
un travail donné. en cas de maladie ou d’invalidité,
Pour « l’artiste-homme d’affaires », vous êtes tout de suite embêté. Les
la charge de travail est en fonction conséquences de cette éventua-
du tarif négocié. Il travaille toujours lité ne doivent pas être minimisées.
au meilleur de ses capacités. Il garde Encore une fois, le plus tôt vous sous-
en tête, tout au long de l’accomplis- crivez une telle assurance (assurance
sement de ses contrats, le montant maladie – invalidité), le moins cher
alloué par le client. Il rentabilise son elle vous coûtera. Il ne faut pas négli-
temps en établissant à l’avance le ger le magasinage d’assurance. Les
nombre d’heures qu’il doit consacrer prix et les couvertures varient d’une
à une tâche précise selon la rémuné- compagnie à l’autre. Prenez le temps
ration accordée. de bien comparer, de vous deman-
Vous aurez sans doute deviné der quel type de couverture vous
laquelle des deux philosophies est souhaitez et le montant d’argent que
la plus susceptible de mener au suc- vous êtes prêt à débourser par mois.
cès... Il est loin le temps où un artiste Certaines chambres de commerce ou
n’avait pas la chance d’être reconnu associations offrent des assurances à
avant sa mort. De nos jours, l’artiste, prix réduit pour leurs membres ; infor-
quel qu’il soit, a la possibilité de vivre mez-vous. Le gouvernement fédéral

176
LES AFFAIRES

offre à cet effet plusieurs assurances spéciale- est encore bien longue. Mais en mettant toutes
ment conçues pour les travailleurs autonomes, vos cartes sur table, vous pourrez ainsi, d’une
renseignez-vous (www.servicecanada.gc.ca/ part, gérer votre budget, mais aussi votre horaire.
fra/sc/ae/ta/). Vous comprendrez vite que votre santé mentale
peut dépendre de votre capacité à atteindre cet
équilibre. La qualité de vie est tout aussi impor-
12.3 tante que la réussite financière. Nous avons tous
tendance à l’oublier…
LES VIEUX JOURS Dans Creative inc., on vous propose des
moyens d’atteindre l’harmonie entre vie person-
Il est parfois nécessaire de rencontrer un pla- nelle et vie professionnelle. Commencez d’abord
nificateur financier qui vous aidera dans la pla- par vous procurer un calendrier. Comme votre
nification de votre retraite, en déterminant avec gestion du temps dépendra beaucoup de l’af-
vous vos besoins financiers présents et futurs, fluence de contrats, il sera important de noter
ainsi que vos objectifs et les moyens les plus tous les extrants interférant avec vos occupa-
efficaces de les atteindre. En tant que travailleur tions professionnelles et de prévoir à l’avance
autonome, il vous incombe de constituer votre ces temps d’arrêt. Ainsi, vous ne manquerez pas
propre retraite. C’est pourquoi vous devez pen- le spectacle de ballet de votre fille ou encore
ser très tôt à investir dans un REER, un CELI ou votre rendez-vous chez le massothérapeute,
d’autres placements dans le but de vous consti- puisque vous aurez calculé ce temps d’arrêt
tuer un capital. Votre conjoint pouvant également dans votre gestion du temps. En vous créant
contribuer à votre REER, ceci est un atout non des routines et des habitudes de travail, vous
négligeable du point de vue fiscal. sauverez également beaucoup de temps. Vous
n’avez pas nécessairement à faire du 9 à 5, mais
en créant des habitudes et un horaire similaire
12.4 de jour en jour, vous vous assurez un minimum
d’heures de travail par jour et vous serez moins
DU TEMPS ET DE tenté de perdre du temps à droite et à gauche…
D’ailleurs, cela vous facilitera la tâche quand vous
L’ARGENT ! voudrez calculer le temps que vous aurez passé
sur un projet particulier. En plus de vous aider
Le concept d’équilibre devra être pris en compte à estimer le temps requis par chaque contrat,
en tout temps par le travailleur autonome. En vous aurez de meilleures balises pour calculer
effet, le plus grand danger qui pend au bout du vos tarifs. Ensuite, prenez la peine de séparer
nez de l’illustrateur est de se retrouver à travail- la maison du travail. Cette idée est d’autant
ler constamment pour assurer la rentabilité de plus intéressante si vous travaillez à la maison.
son entreprise. Pourtant, le succès passe aussi Créez-vous un espace dédié spécifiquement à
par d’autres critères que le financier. Le repos, vos occupations professionnelles. Vous serez
la vie sociale et familiale et la tranquillité d’esprit moins tenté de faire la lessive ou le ménage pen-
sont aussi très importants dans le calcul du suc- dant vos heures de travail. Investissez également
cès. À ce sujet, Mateo Ilasco et Deangdeelert dans des outils qui vous permettront de sauver
Cho proposent une liste de questions que vous du temps. En ayant l’équipement nécessaire à
devrez vous poser afin d’évaluer quels sont vos contrats sous la main, vous sauverez beau-
les buts à atteindre pour arriver à un équilibre coup de temps de déplacement et de logistique
satisfaisant. D’abord, demandez-vous combien pour emprunter du matériel. Toutefois, investissez
d’heures vous comptez travailler par semaine. toujours sagement en fonction de vos économies
Tentez le plus possible de vous coller à cette et de vos priorités. Et finalement, accordez-vous
convention. Vous serez rapidement rattrapé par des temps de pause. Ce n’est pas pour rien que
des délais plus courts, des contrats spéciaux, les normes du travail imposent cette mesure aux
etc. Autant que possible, respectez vos règles employeurs. En prenant des pauses lorsque vous
personnelles. Parmi celles-ci figurent la quan- en sentirez le besoin, vous serez plus productif
tité de temps libre que vous souhaitez avoir, le et gagnerez du temps en bout de ligne. Encore
salaire mensuel dont vous avez besoin, le genre une fois, le secret est de bien départager pauses
de projet que vous souhaitez privilégier, le genre et procrastination…
de client avec qui vous avez envie de travailler, Lorsque vous aurez atteint un rythme de croi-
les vacances que vous désirez prendre et quand, sière et que votre « entreprise » sera bel et bien
combien de temps vous désirez consacrer à vos démarrée, vous aurez peut-être moins tendance
proches (amis, enfants, partenaire de vie). La liste à empiéter sur votre vie privée. Par contre, la

177
CHAPITR E 12

gestion financière ne sera pas moins à consi-


dérer. Bien qu’une certaine forme de roulement 12.5
soit établi, vous aurez continuellement à gérer
vos revenus et vos dépenses. Il pourra s’avérer LES EXCUSES DES
intéressant, une fois les coûts de démarrage
absorbés, d’établir des règles de gestion de CLIENTS ET COMMENT
budge, c’est-à-dire, de diviser vos revenus en
« enveloppes » précises. Dans The Designer’s Y RÉPONDRE…
Guide to Marketing and Pricing, Peleg Top pro-
pose sa répartition budgétaire en modèle, tout en Il n’est pas toujours facile de répondre à un
proposant aux travailleurs autonomes de trouver client. Cependant, c’est en vous y préparant
celle qui leur convient. Il consacre d’abord 30 % que les mots, les arguments et les exemples
de ses revenus totaux au paiement de l’impôt. Si vous viendront naturellement. Néanmoins, gar-
vous connaissez votre salaire brut annuel, vous dez toujours votre calme, restez poli et diplo-
pourrez facilement trouver votre taux d’imposition mate. Trouver des exemples appropriés au
aux deux paliers gouvernementaux et ainsi mieux secteur d’activité du client pourra vous aider
gérer votre modèle de redistribution. Top suggère à instruire votre clientèle des aléas de votre
ensuite de prendre le revenu net restant et de métier. En effet, si vos clients font les choses
le redistribuer selon une organisation précise. Il d’une telle manière, ce n’est pas toujours pour
soumet l’idée de consacrer 60 % du revenu total mal faire, mais parce qu’ils ne sont pas toujours
à l’ « enveloppe » vie courante. Il s’agit de toutes au courant des pratiques de la profession. Votre
les dépenses récurrentes d’un mois à l‘autre et rôle ainsi que celui des autres illustrateurs et
des nécessités de base (l’hypothèque, l’épice- d’Illustration Québec est en effet d’informer le
rie, les comptes de services, etc.). Un 10 % est milieu et donc les clients du code d’éthique,
ensuite consacré à la création de richesse via les des pratiques de la profession d’illustrateur, des
intérêts accumulés sur des placements ou des tarifs et des droits d’auteur.
bons d’épargne. 5 % sera ensuite distribué à ce
qu’il appelle le « joy account » c’est-à-dire le mon- « on a toujours agi ainsi… »
tant consacré aux loisirs et aux plaisirs ponctuels. Ce n’est pas parce que tout le monde saute du
Il indique qu’ainsi vous vous sentirez moins cou- pont qu’il faut le faire. Les savoir-faire, les lois et
pable et impulsif et aurez plus de plaisir à vous la société dans son ensemble sont en constante
gâter. Un autre 10 % est ensuite investi dans une évolution. Une façon de faire ou une tradition ne
enveloppe pour les achats rêvés. Qu’il s’agisse devrait en aucun cas empêcher un illustrateur
d’une nouvelle voiture, d’un voyage en Grèce ou ou une entreprise de changer ses procédures.
d’un nouvel ordinateur ultra-puissant, en consa- De plus, l’artiste peut n’avoir jamais « agi ainsi »
crant systématiquement une partie de vos reve- de son côté. Et, puisque la loi lui confère autant
nus à épargner pour vos rêves, vous constaterez de poids qu’à l’entreprise, les habitudes et les
que vous arriverez aux sommes nécessaires plus formulaires de cette dernière n’ont donc aucune
rapidement. 5 % des revenus totaux est ensuite priorité sur des méthodes plus équitables pou-
réservé à l’apprentissage continu. Vous avez vant être suggérées par l’artiste.
besoin d’une formation ou d’embaucher un pro-
fessionnel pour apprendre la tenue de livre ? Ne « on a un petit budget… »
soyez pas pris au dépourvu et épargnez toujours Peut-on imaginer que cet argument fasse bais-
en prévision de ces besoins. Finalement, le der- ser les prix de l’essence, de l’épicerie ou même
nier 10 % de Top sera utilisé à des fins de charité. de l’entreprise avec qui l’artiste fait affaire ? Il
Il s’en servira afin de supporter diverses causes est tout aussi absurde de l’utiliser pour mar-
ou simplement pour donner généreusement et chander une illustration. Les droits de reproduc-
bonifier son karma. Vous serez peut-être tenté tion constituent une dépense aussi peu flexible
de retravailler ces catégories. Allez-y. Ce qui que les frais d’impression ou le salaire du direc-
fera le succès d’un système de ce genre, c’est teur artistique. Ils ne varient que si la licence ou
qu’il conviendra à vos besoins. Vous pourriez par les conditions de travail sont modifiées. Le tarif
exemple viser à consacrer un 5 % à un fonds de l’artiste n’est pas déterminé par le budget
de retraite ou encore souhaiteriez-vous éliminer restant une fois les autres intervenants payés.
la dernière catégorie proposée pour en bonifier Si l’entreprise a manqué de prévoyance lors
une autre… L’important est d’avoir des règles de la préparation de son budget, cela ne suffit
de base pour vous faciliter la gestion financière pas pour que l’entièreté du marché s’ajuste aux
et, encore une fois, d’atteindre l’équilibre entre fonds disponibles.
temps et argent !

178
LES AFFAIRES

« ce dessin peut être fait en à s’engager dans le projet et à faire confiance à
une heure… » ses partenaires, surtout si le contrat se déroule
La valeur des droits de reproduction d’une illus- sur plusieurs semaines. Lorsque le partage des
tration dépend de l’utilisation qui en sera faite et responsabilités n’est pas réciproque et que le
non du temps nécessaire pour son exécution. respect n’est pas mutuel, la coopération s’an-
Le taux horaire ne sert que pour les corrections nonce de mauvais augure…
mineures ou lorsque des heures supplémentaires
doivent être facturées à l’entreprise. Comme les
pigistes ne disposent d’aucune sécurité d’em- 12.6
ploi, ce taux doit lui-même être sensiblement plus
élevé que celui d’une personne engagée à temps LA NÉGOCIATION
plein dans une entreprise quelconque.
« Rassurez-vous, négocier n’est pas malpoli. (…)
« cela te fera une bonne Négocier, c’est d’abord et avant tout poser des
publicité… » questions. Puis c’est discuter, se faire entendre
Si une illustration constitue une bonne publicité, et écouter », nous expliquent Martin Page et
c’est qu’elle bénéficie d’une haute visibilité. Or, Gwendoline Raisson dans le document de La
la visibilité est justement ce qui permet à une Charte, Le contrat dont vous êtes le héros.
image de rapporter une somme plus élevée. L’illustrateur en début de carrière aurait peut-être
La personne la plus publicisée étant d’abord tendance à être intimidé et à vouloir travailler à
et avant tout celle qui a commandé le produit, tout prix. C’est un piège à éviter. Développez
les revenus qui découlent d’une bonne diffusion immédiatement de bonnes habitudes et voyez
devraient lui permettre de payer des droits en la négociation comme un processus normal.
conséquence. Les personnes les plus sensibles Avant d’entamer la négociation, l’artiste doit
à l’argument promotionnel éprouvent en général tout d’abord adopter une attitude qui le place au
de graves difficultés financières. Ce n’est toute- même niveau que ses partenaires. Il n’est pas
fois pas en travaillant à tarif réduit qu’il leur sera question qu’il y ait un perdant dans cette his-
possible d’améliorer leur situation. Plutôt que de toire, les deux parties doivent sortir gagnantes
gaspiller des centaines de dollars en réductions de la négociation. La relation est en fait iden-
accordées à gauche et à droite, il leur serait tique à celle que l’on retrouve lors d’un achat
plus profitable d’investir cet argent dans l’achat au supermarché : les deux côtés ont besoin l’un
d’une page dans un répertoire, d’un portfolio en de l’autre, mais si l’on sent qu’une entente ne
ligne ou bien encore dans l’envoi de cartes pos- peut être atteinte, il ne sert à rien de vouloir sau-
tales aux entreprises susceptibles d’acheter de ver les meubles coûte que coûte. Même s’il est
l’illustration. impossible de prévoir une « activité de rechange »
pour chaque contrat en cours de négociation,
« on se reprendra sur le prochain l’artiste doit toujours conserver une attitude
contrat … » sereine face à l’inévitable flux et reflux du métier ;
À moins que la compensation en question et la son attitude au cours de la démarche n’en sera
date de ce prochain contrat ne soient couchées que plus solide, et la relation aura de meilleures
sur papier, cet argument ne vaut rien de plus que chances d’être reprise dans un avenir plus ou
l’effort exigé pour en énoncer la possibilité. Plutôt moins rapproché. Dans la mesure où la personne
que d’accorder une réduction immédiate, l’artiste que l’artiste rencontre est censée négocier un
pourrait très bien promettre de baisser ses tarifs tarif acceptable pour les deux parties, il faudra
lors d’une collaboration ultérieure avec la même s’assurer d’être en conversation avec la bonne
personne. Si celle-ci ne semble pas intéressée personne. En effet, dans les grosses boîtes, bien
par ce genre d’offre, la proposition inverse ne qu’il soit extrêmement surprenant d’être amené
devrait pas non plus présenter le moindre attrait. à discuter de contrat avec quelqu’un qui n’ait
aucun pouvoir de décision sur le sujet, cette
« aucun montant ne peut être situation s’est déjà vue. Si c’est le cas, votre
versé avant la fin du projet… » interlocuteur n’est pas vraiment en charge de la
Les gens qui trouvent inacceptable le « risque » négociation et vous devriez alors discuter avec
de payer une avance avant d’avoir vu le produit les véritables responsables du budget, quitte
se rendent rarement compte que leur attitude à revoir votre contact initial pour tout ce qui
oblige l’artiste à courir un risque tout à fait simi- concerne la direction artistique du projet.
laire, soit le risque de réaliser le travail complet D’abord, soyez préparé. Informez-vous des
sans recevoir de paiement. Aucune raison ne concepts que vous ne saisissez pas bien. Vous
peut justifier que l’artiste soit la seule personne pourriez même demander les conseils d’un

179
CHAPITR E 12

avocat pour débuter. Vous constaterez rapide-  es illustrations peuvent être moins nombreuses ;
L
ment que dès que vous comprendrez les notions Les conditions de travail peuvent être assouplies ;
de base, la négociation deviendra limpide. Parmi Les déplacements peuvent être effectués par les
responsables ;
les conseils que vous offre la Chartre dans son
Une assistance technique peut être fournie à
document, on souligne également l’importance l’artiste ;
d’être organisé. Ayez en main une copie de Du matériel existant peut être substitué à certains
votre contrat et identifiez bien les passages qui éléments ;
posent problème. Faites une liste par écrit de Les dépenses nécessaires peuvent être réévaluées ;
vos demandes et envoyez-la à votre client. Cela Un compte spécial peut être ouvert pour faciliter
dit, il est important de noter que le montant du les achats ;
contrat ne devrait pas être le seul objet de dis- Le matériel peut être fourni par l’entreprise ;
cussion. Même si une autre personne peut faire Une avance peut être réclamée ;
le travail pour un prix moindre, le service qui en Les modalités de paiement peuvent être changées ;
découlerait ne serait pas identique à ce que vous Les profits découlant des ventes peuvent être
partagés.
pouvez offrir. Par conséquent, avant d’envisager
une solution aussi radicale, les parties en cause En d’autres termes, la réduction d’un prix
auraient intérêt à se demander si le changement dépend autant de l’artiste que de la bonne
en vaut la chandelle. Puisqu’on obtient généra- volonté de ses partenaires. Tout dépendra donc
lement un résultat à la hauteur de ce qu’on paye, de la personne qui bénéficie de la position de
il importe de vérifier si l’entreprise est vraiment force. Si l’artiste est facilement remplaçable, il lui
prête à abaisser ses standards. faudra faire preuve de beaucoup de persuasion ;
De son côté, l’artiste ne doit JAMAIS réduire ses par contre, si la commande peut difficilement être
tarifs dans le seul but de couper l’herbe sous le pied confiée à une autre personne, une simple énumé-
à la compétition. Non seulement est-ce là une pente ration des solutions possibles laissera à l’entre-
fort glissante (car on trouvera toujours des pigistes prise le soin d’ajuster son budget par elle-même.
qui acceptent une somme encore plus basse que le Une réduction de prix, si elle est consentie,
prix convenu), mais la guerre des prix peut avoir un peut être accompagnée d’un allongement du
effet extrêmement néfaste sur l’ensemble de la pro- délai de production, ou encore d’une garantie
fession. Une certaine flexibilité peut toutefois être de paiement dans les 10 jours (ou autres moda-
démontrée de part et d’autre sans que l’éthique lités) après la remise des finaux. Après tout, lors
professionnelle soit compromise : d’une négociation, chacun doit mettre de l’eau
 ’artiste doit s’enquérir de ce qui ne va pas (si
L dans son vin. Avant d’entamer les pourparlers,
une certaine pudeur avait jusqu’ici contraint les il convient de bien cerner les aspects du projet
responsables à taire leur budget, c’est souvent sur lesquels la négociation doit porter, tout en
à ce stade que le prix envisagé fait surface) ; établissant ceux sur lesquels on peut faire une
 a soumission détaillée devient alors un précieux
L concession. Il faut se préparer à la discussion
instrument de travail pour réviser les différents et ne surtout pas arriver « les mains dans les
aspects du contrat, point par point ; poches ». Autre précieux conseil : soyez patient.
 i la légitimité de l’une des conditions du contrat
S Ne bousculez pas les choses de peur de perdre
est contestée, la négociation peut commencer ; votre client. Prenez la peine de discuter de toutes
les clauses qui vous semblent déraisonnables.
 omme un tarif n’est pas un prix arbitraire, toute
C Aussi, la négociation demande de la persévé-
réduction du tarif doit être accompagnée d’une
réduction de la tâche à exécuter ou d’une amé- rance… Vérifiez toujours que les négociations
lioration des conditions de travail. Par exemple : dont vous conviendrez seront corrigées sur le
Les droits acquis peuvent être plus ciblés ; contrat papier. Advenant que ça ne soit pas fait,
 e tirage peut être réduit ;
L n’hésitez pas à revenir à la charge auprès du
Le territoire de diffusion peut être précisé sur le client. Si ce dernier a besoin qu’on lui réexplique
contrat ; pourquoi vous tenez à ces corrections, faites-le
La durée d’utilisation peut être raccourcie ; avec le plus de pédagogie possible. Une fois
La surface occupée par la reproduction peut être qu’il aura bien compris, il sera beaucoup plus
diminuée ; enclin à apporter les corrections et à vous res-
La mise en couleur peut être simplifiée ;
pecter dans vos demandes. Ayez confiance en
La responsabilité de la conception peut changer
vous, vos demandes sont légitimes et vous n’êtes
de mains ;
pas asservi à vos clients ! Finalement, une fois la
L a recherche peut être confiée à une autre
personne ; négociation terminée, n’oubliez surtout pas de
Les rencontres peuvent être moins fréquentes ; tout mettre sur papier et de signer votre contrat.
La complexité de la requête peut être modifiée ; Vous devriez TOUJOURS signer un contrat, et
Les délais peuvent être prolongés ; ce, AVANT le début des travaux !

180
LES AFFAIRES

12.7 vous assurez des portes de sortie si ça tourne


mal avec votre éditeur chouchou ou votre agence
QUELQUES PETITES de pub préférée. Vous devez toujours consacrer
une partie de votre temps pour faire du démar-
ERREURS À NE PAS chage et de la chasse aux clients potentiels. Si
vous n’en avez pas besoin maintenant, pensez à
COMMETTRE… long terme. Lorsque vous n’aurez plus de contrat,
vous n’aurez plus de capital à investir en publicité
Comme dans tout métier, il y a quelques pièges non plus… Aussi, diversifier les contrats et les
classiques à éviter. Encore une fois, Jean-Benoît tâches, c’est en quelque sorte un des plaisirs du
Nadeau nous aide à identifier les plus fréquents travailleur autonome !
en termes de travail autonome. Tout d’abord, D’ailleurs, Nadeau développe davantage sur
assurez-vous de bien gérer votre travail et évitez la question de la relation avec vos clients. Ces
d’accorder trop souvent des rabais par bonté de derniers ne sont pas vos amis. En affaire, pas
cœur. Attendez qu’on vous demande une entente d’amitié, pas de famille. Cela vous paraît sévère ?
avant de proposer d’ajuster vos prix. Une fois Imaginez-vous qu’un client avec qui vous auriez
que vous aurez travaillé pour moins cher pour un créé des liens amicaux ou même un membre de
client particulier, il vous sera extrêmement difficile votre famille pour qui vous auriez accepté de tra-
de justifier vos tarifs lors d’une autre négociation. vailler tarde à vous payer ou demande des cor-
Sachez que le monde de l’illustration est petit rections à la dernière minute… Cela complique
et que les nouvelles se répandent rapidement. ensuite tout aspect de négociation. C’est aussi
Autant le bouche-à-oreille est bénéfique pour le le moment de vous rappeler que le client n’a pas
marketing, autant il peut devenir néfaste lorsque systématiquement toujours raison. Ce mode de
vous aurez choisi de faire un rabais à un client fonctionnement est révolu. Un client qui ne res-
bavard… pecte pas son engagement a tort. Un client qui ne
Ne vous laissez jamais dégonfler par votre vous paie pas aussi ! Ne tombez pas dans le piège
gêne ou vous crainte d’être mal reçu. Si vous tar- du « oui » spontané. Si cela ne vous convient pas
dez à vous faire payer, il faut demander et rede- comme arrangement, dites non. Si vous n’avez pas
mander son dû. C’est en insistant que vous fini- le temps de vous investir dans un nouveau contrat,
rez par recevoir votre paie et sachez aussi vous dites-le. Vous attirez plus de respect comme ça
faire une liste de clients mauvais payeurs pour qu’en excusant constamment vos retards. Dans
ne pas vous faire reprendre plus tard ! Demandez son e-book 10 Common Mistakes Designers
toujours des explications à un retard de paiement Make with Clients, Preston D Lee met en garde
ou à un changement subit au contrat. contre le fait de faillir aux délais. Vous n’arriverez
Si les choses tardent à se développer et que jamais à démontrer votre sérieux et votre profes-
vous êtes au bout de votre capacité d’investis- sionnalisme si vous ne respectez pas les délais.
sement sans jamais voir de retour, posez-vous De plus, en voulant satisfaire tout le monde, vous
des questions. Réétudiez votre plan d’affaires. risquez de vous écarter de votre champ d’exper-
Questionnez-vous, réorientez-vous. Ne tardez tise et devoir travailler à ce qui ne vous plaît pas
pas trop à vous questionner et à vous reposi- vraiment. Personne n’est gagnant dans cette situa-
tionner. Si cela semble nettement plus compliqué tion. Par contre, évitez de partir avec une mauvaise
pour vous que pour vos collègues illustrateurs, attitude envers tout client potentiel. Cela vous
peut-être vous faudra-t-il vous remettre en ques- empêcherait de négocier de bonne foi et d’établir
tion. Sachez le faire au moment venu… D’ailleurs, des bonnes relations de travail. Certains vont trop
si vous tardez à voir des retours, mais que vous loin, mais la majorité est sensible aux arguments
cessez de décaisser pour du matériel et des nou- sensés que vous leur présenterez. La relation d’af-
velles technologies, revoyez vos priorités. Il n’y a faires est une relation de confiance réciproque.
aucun mal à ralentir votre expansion en fonction Ne l’oubliez jamais. Ainsi, lorsque vous vivrez une
de vos revenus. Par contre, en tentant d’épar- situation de négociation non fructueuse, demeurez
gner et en choisissant toujours au moins coûtant, courtois. Ne brûlez pas vos ponts, ainsi que le
vous pourriez avoir à sacrifier côté qualité. Il s’agit conseille Preston D Lee. Vous ne savez jamais à
toujours d’atteindre un équilibre entre investisse- quel moment vous recroiserez un éditeur ou un
ment à long terme et épargne. publiciste donné… S’il le faut, sentez-vous bien
Au départ, vous pourriez être tenté de travailler à l’aise de questionner vos collègues par rapport
avec un seul client. Si ses commandes suffisent à leur expérience avec un client donné. Vous en
à vos besoins d’argent, il peut être plus confor- avez tous les droits. Vous choisissez vos clients
table de se concentrer sur ce dernier. Toutefois, tout autant qu’ils vous choisissent ! Lorsqu’une
en gardant contact avec quelques clients, vous bonne relation est établie, vous pourrez même

181
CHAPITR E 12

ensuite demander à vos clients de


vous référer à d’autres ! Aussi, pour
entretenir vos bonnes relations, Lee
souligne encore qu’il ne faut en aucun
cas négliger vos suivis. Même si la
négociation fut corsée, une fois le
contrat rendu, le client appréciera
une petite attention de votre part pour
Gardez votre vous assurer que tout est conforme à
ce qui avait été convenu.
énergie pour faire Nadeau, pour sa part, ajoute
encore de bien surveiller votre niveau
ce que vous faites de stress. En tant que travailleur auto-
nome, vous serez le seul en position
le mieux et ce de reconnaître un état de fatigue et
de stress plus élevé que la normal.
que vous Accordez-vous des moments repos.
Ne vous menez à bout sous aucun
préférez faire ! prétexte. Cela ne vous aidera nul-
lement. D’ailleurs, fiez-vous à des
professionnels qui peuvent vous être
d’un grand secours. Faites faire votre
comptabilité par un expert. Vous vou-
lez garder votre autonomie, engagez
des sous-traitants. Et si l’administra-
tion devenait trop importante, pour-
quoi pas un assistant ? Gardez votre
énergie pour faire ce que vous faites
le mieux et ce que vous préférez faire !

12.8
LES DÉFIS DE
L’ILLUSTRATION…
Le métier d’illustrateur, vous en
conviendrez, n’est pas très repo-
sant. Bien que nous ayons fait
notre possible pour vous guider
et vous fournir les informations de
base nécessaires au maintien d’une
carrière saine, nous ne sommes
pas dupes et savons que bien des
embûches surgiront sur votre par-
cours. Malheureusement, dans tous
les domaines et pas seulement en
illustration, il est presque impossible
de mener une carrière sans aucun
remous. D’ailleurs, nous manque-
rions probablement de motivation s’il
ne nous arrivait jamais de faire face
à de petits défis. Nous croyons avoir
souligné pour vous les enjeux princi-
paux du métier, mais il nous semble
important d’insister à nouveaux sur
les plus importants.

182
LES AFFAIRES

Les banques d’images constituent sûrement le monde de l’art. Alors que le design graphique
un compétiteur de taille pour les illustrateurs qui trouve sa place assez facilement dans le monde
travaillent sous le mode autonome. En effet, tra- de la publicité et de l’informatique, l’illustration
vailler pour une organisation de ce genre peut demeure en eaux troubles. Malgré toutes ses
sembler alléchant. Il s’agit d’une rémunération années d’existence, une question subsiste au
constante, qui vous assure une certaine sta- sujet du métier : s’agit-il de beaux-arts au même
bilité. Rappelez-vous toutefois que ces entre- titre que la peinture, la sculpture ou la photogra-
prises vous considéreront généralement comme phie, par exemple ?
employé et que, du coup, vous perdrez tous « Dès 1910, l’imagerie illustrée est déjà déva-
vos droits d’auteur sur vos illustrations et, par luée et les critiques de beaux-arts utilisent le terme
le fait même, votre force de négociation adve- illustration de manière générale, facile et péjora-
nant qu’une de vos images soit très populaire tive pour décrire l’imagerie d’éléments réels ou
et utilisée par plusieurs clients. D’ailleurs, ces la représentation figurative - une pratique encore
fameuses banques d’illustrations constituent courante aujourd’hui. Le mot illustration devient
des compétiteurs de taille pour le marché. Les synonyme de l’ouvrage dont la qualité plastique, le
images qu’elles présentent sont souvent libres contenu et l’intégrité artistique sont superficiels »
de droits d’auteur et donc attrayantes pour la [Traduction libre] (Heller et Arisman, 2004).
clientèle. Il faut être conscient qu’enrichir ces Pourquoi le début du vingtième siècle a-t-il été
banques contribue quelque peu à la dévaluation ainsi porteur d’une dévaluation de l’illustration ?
du marché de l’illustration… D’ailleurs, dans cet Étrangement, ce mode d’expression artistique
ordre d’idées, gardez en tête que le travail gratuit a été pratiquement et subitement renié par les
ou sous-rémunéré est tout autant meurtrier pour artistes et les critiques de l’époque. Heller et
le marché. Arisman expliquent ce rejet subit par l’arrivée de
En ce qui concerne le style que vous déve- la photographie, qui pousse la peinture à se redé-
lopperez, vous devez également être à l’affût de finir et à abandonner l’idée de la représentation du
quelques délicates nuances. Il s’agit pour vous réel pour se tourner tranquillement vers l’abstrait.
de vous approprier un style qui vous servira de En effet, la photographie et plus tard le cinéma
signature. Bien que celui-ci doive être recon- deviendront les arts de reproduction du réel par
naissable, assurez-vous toutefois de laisser de excellence. Toute autre forme de représentation
la place à l’évolution. Si votre « marque de com- figurative deviendra peu encouragée, voire sno-
merce » est basée uniquement sur une mode bée. D’ailleurs, en s’éloignant de la représentation
passagère, il y a fort à parier que votre vie pro- du sujet (rappelons-nous le Carré blanc sur fond
fessionnelle ne connaîtra pas de période stable blanc de Malevich, par exemple), les manifesta-
et que vous serez constamment plongé dans de tions du genre abstrait ont participé à l’isolement
grandes remises en question vous empêchant de de l’illustration. Alors que l’art a rompu avec les
vous faire un nom. Votre défi en tant qu’illustra- canons de l’Académie et que conséquemment
teur est de vous créer un style à la fois personnel il ne relève plus de la commande, l’illustration y
et durable, évolutif mais reconnaissable. restera affiliée. Cette évolution de l’art et de son
Malgré tous ces petits questionnements, le marché ont donc quelque peu troublé le statut de
problème majeur de ce siècle dans le domaine l’illustration et nous laisse à ce jour aux prises avec
de l’illustration demeure l’avancement des nou- cette question qui semble parfois sans réponse.
velles technologies ainsi que le développement Est-ce de l’ART ?
des logiciels de design graphique. En effet, selon En effet, ce débat, toujours ouvert, demeure la
certains auteurs, dont Steven Heller and Marshall grande question sous-jacente à bien des inter-
Arisman, ces logiciels rendent pratiquement l’il- rogations importantes auxquelles il vous faudra
lustration à la portée de tous ou, à tout le moins, réfléchir. Il est indéniable que la définition que
contribuent à ce que l’on confonde de plus en vous accorderez à votre métier aura un impact
plus le métier d’illustrateur et de designer gra- important sur votre philosophie de travail et
phique. Encore une fois, Heller et Arisman, dans votre gestion de carrière. Au-delà des détails
Inside the Business of Illustration, insistent sur techniques courants, peut-être qu’une réflexion
cette différence en se basant sur les origines sur cette problématique vous permettra de régler
distinctes des deux domaines. D’après eux, le bien des dilemmes…
design graphique serait né dans le monde de
l’impression, de la presse et de l’éditorial, alors
que l’illustration, pour sa part, demeure en lien
direct avec les beaux-arts figuratifs. Toutefois,
cette distinction ne suffit pas à enrayer tout ques-
tionnement quant au statut de l’illustration dans

183
13
s’exposer

François Berger

Vous avez toujours hésité entre l’art visuel et l’illustration ? Depuis vos débuts vous
produisez souvent des œuvres personnelles pour le plaisir de créer et votre atelier
croule sous le poids des travaux non édités que vous accumulez d’année en année ?
Pourquoi ne pas tenter d’exposer votre travail ?

185
CHAPITR E 13

Après tout, l’illustration demeure une forme des installations multimédia, vous pourrez déjà
d’art et l’engouement grandissant pour les les rayer de la liste. Cherchez ce qui vous res-
nouveaux médias pourrait très bien vous pro- semble, ne gaspillez pas de temps ou d’énergie
fiter. Nous avons préalablement parlé dans ce en visant le mauvais marché ! D’ailleurs, le Web
guide de la possibilité de réaliser différents peut encore une fois vous venir en aide ; en effet,
produits dérivés (affiches, sacs, objets, etc.) la plupart des galeries ont un site Internet sur
de vos œuvres afin de les vendre. De plus, lequel elles partagent leur vision artistique, leur
nous avons abordé la possibilité d’imprimer appel de dossier et les expositions qu’elles pré-
des affiches et des giclés. Pourquoi ne pas sentent. Une simple consultation vous permettra
faire quelques impressions de bonne qua- vite de savoir si la galerie est pertinente pour
lité à encadrer pour ensuite proposer vos vous. Souvent, vous y trouverez une section du
talents à des galeristes de votre coin ? Nous style « Comment faire pour exposer chez nous ? ».
avons tenté de vous aider, tout au long de ce Vous y verrez aussi les différentes politiques en
guide, à devenir de bons gestionnaires, mais termes de commissions et d’exigences pour les
nous ne pouvons renier le fait que vous êtes œuvres (encadrées ou non, formats spécifiques,
d’abord et avant tout un artiste, votre travail nombre de tableaux, etc.). Lorsque vous aurez
en témoigne. En flirtant avec le monde des fait une liste des galeries qui vous intéressent
galeristes, cela vous permettra de vous créer et dont les conditions vous conviennent, faites-y
un nom, de vous faire connaître et éventuel- une ou deux visites, sans toutefois y entrer avec
lement d’aider votre carrière d’illustrateur. vos gros sabots. Tentez de vous intéresser à
Soyez conscient qu’il se peut que pour ren- l’exposition et laissez le galeriste venir à vous.
trer dans le monde très prisé des galeristes, N’entrez pas dans une galerie pour la première
vous deviez adapter votre travail, votre style. fois votre portfolio sous le bras, avec la ferme
En effet, créer une image pour une com- intention de vendre votre travail au propriétaire,
mande publicitaire, par exemple, n’est pas le allez-y plutôt doucement et discutez des œuvres
même travail que créer une œuvre à exposer. présentées avec le maître des lieux. Laissez-le
La clientèle, entre autres, n’est pas la même. venir à vous et il vous demandera peut-être en
cours de route si vous êtes vous-même artiste.
Ou peut-être pas, auquel cas vous pourrez le lui
13.1 mentionner subtilement dans le courant de la
conversation, mais rappelons-le, il importe de ne
D’ABORD, TROUVER OÙ… rien brusquer. Vous pourrez, une fois de retour
à la maison, envoyer un courriel au propriétaire
D’accord pour exposer son travail, mais où exac- avec en corps de texte deux ou trois de vos
tement ? Comment faire pour trouver le premier images et ensuite attendre un retour de sa part.
endroit qui acceptera d’exposer votre travail ? Autre conseil, de la part de Brigitte Camus, qui
À ce sujet, le site Internet www.artisteo.com signe un billet sur la question sur le site Artisteo :
offre quelques judicieux conseils. D’abord, il ciblez préférablement de nouvelles galeries qui
faudra lister les galeries dans votre entourage ne possèdent pas déjà leur quota d’artistes ou
qui vous semblent intéressantes. Tentez d’aller encore une longue liste d’attente. De plus, ne
jeter un coup d’œil dans ces dernières et ques- vous limitez pas strictement aux galeries conven-
tionnez-vous à savoir si ce qui y est exposé se tionnelles. Vous pourriez démarrer par quelques
rapproche de votre travail et de votre démarche expositions dans des cafés près de chez vous qui
artistique. Certaines galeries offrent même des réservent quelques-uns de leurs murs pour des
infolettres auxquelles vous pourrez vous abon- artistes émergents. Certaines galeries mettent
ner. Cela pourra s’avérer utile, parce que cer- d’ailleurs de l’avant les artistes de la relève. Si
taines galeries fonctionnent par appels de pro- vous débutez dans le monde de l’illustration et
jet et ceux-ci ne manqueront certainement pas que vous n’avez jamais exposé, privilégiez ces
d’être diffusés dans leurs infolettres ! Si dans lieux ! Il peut aussi être intéressant de rejoindre
vos recherches vous tombez sur des galeries un groupe d’artistes qui participe à des exposi-
qui exposent uniquement de la photographie ou tions collectives, comme des collègues à vous

186
S’EXPOSER

ou des étudiants de votre ancienne école. Les Qu’y a-t-il d’unique ou de spécial à propos de
projets collectifs sont souvent une belle porte votre travail ? Qu’est-ce que tout cela représente
d’entrée pour débuter en exposition. Le plus pour vous ? Si vous n’arrivez pas à mettre des
ardu sera indéniablement de trouver votre pre- réponses aux précédentes questions sur papier,
mière galerie. Un peu comme pour les contrats, rien ne vous empêche de faire appel aux services
dès que vous aurez réussi une première fois, les d’un rédacteur expérimenté qui pourra transcrire
choses se faciliteront ensuite. habilement ce que vous lui expliquerez. Encore
une fois, ne tentez pas d’impressionner, mais plu-
tôt d’expliquer. Et si votre demande doit inclure
13.2 une description du projet, il s’agira d’ajouter à
votre démarche artistique quelques mots sur
QUOI FAIRE QUAND les œuvres choisies, sur le concept derrière ces
choix et l’idée particulière derrière ce projet (qui
ÇA MARCHE ? n’est pas toujours le même d’une exposition à
une autre).
Vous avez enfin trouvé l’endroit idéal où faire Vous aurez aussi à envoyer un bref portfolio
vos premiers pas en matière d’exposition et le mettant de l’avant quelques œuvres choisies
propriétaire semble intéressé par votre travail ? pour l’exposition. Tous les conseils offerts pré-
Le vrai boulot commence donc maintenant ! alablement dans le chapitre 6 sur la constitution
Vous devrez d’abord rédiger une proposition d’un bon portfolio sont valables ici, quoiqu’il ne
d’exposition. Souvent, on vous demandera de sera pas nécessaire de montrer autant d’œuvres.
joindre à cette proposition un texte faisant état Ce que le galeriste voudra voir, c’est la cohésion
de votre démarche artistique et décrivant claire- entre votre projet de proposition et les œuvres
ment vos intentions quant à l’exposition à venir. que vous souhaitez exposer. Tentez de présen-
Ensuite, vous aurez à fournir un curriculum vitae ter les meilleures oeuvres pour vendre votre
et quelques photos des œuvres que vous comp- concept d’exposition et aussi, assurez-vous que
tez inclure dans votre projet. Bref, vous aurez à celles présentées communiquent bien entre
préparer un dossier pour faire accepter votre elles. D’ailleurs, le pari du galeriste se situe tou-
candidature, une sorte de « portfolio bonifié ». jours entre l’innovation et la valeur sûre. Il devra
Débutez par la rédaction de votre démarche constamment s’assurer que ce qu’il présente atti-
artistique. Expliquez clairement quelle est l’in- rera de la clientèle. Ce sera toujours son premier
tention derrière les œuvres que vous proposez. objectif. Est-ce que votre projet peut attirer des
Soyez éloquent certes, mais évitez d’écrire de acheteurs ? Est-ce que vos œuvres sont suffi-
grandes phrases vides ! Trop souvent, les textes samment originales sans être trop risquées ?
de démarches artistiques sont flous, utilisent Mettez-vous dans ses souliers lorsque vous ferez
trop de concepts abstraits ou hermétiques et ne vos choix et gardez en tête votre fil conducteur,
vendent pas du tout le travail de l’artiste. Pensez votre concept ! D’ailleurs, au fur et à mesure que
à ces textes comme une introduction à votre vous développerez vos projets d’exposition, vous
art. Alan Bamberger, sur le site Web www.art- amasserez des articles de journaux et autres cou-
buisness.com, explique en détail l’objectif visé vertures de presse au sujet de votre travail (c’est
par la rédaction de votre démarche artistique. Il votre dossier de presse). Demandez également
stipule clairement que votre texte doit être expli- à vos clients et acheteurs de commenter vos
catif et à la portée de tous. Choisissez bien vos œuvres, sur votre site Internet par exemple, ou
termes et assurez-vous qu’ils soient adéquats. encore de signer le livre d’or de votre exposi-
Vous pourriez être tenté de séduire les galeristes tion. N’hésitez pas à joindre ces commentaires
en étendant vos connaissances techniques, et articles dans vos propositions, ils sont souvent
mais ce n’est pas la place. Il faut plutôt donner vos meilleurs ambassadeurs.
quelques clés de lecture au public sur votre Une fois votre dossier déposé, vous recevrez
méthode et votre choix de médium. Parlez au une réponse définitive. Certaines galeries ou
« je », tentez d’être inclusif. Vous ne vous adressez certains café-bistro qui exposent acceptent les
pas qu’à des érudits. Votre démarche artistique projets systématiquement, contre des frais de
est un complément à votre travail et elle servira à location facturés à l’artiste. D’autres attendront
répondre aux questions des visiteurs. Si tant est d’avoir étudié votre dossier pour accepter votre
qu’ils comprennent ce qui y est écrit ! Bamberger projet d’exposition, mais vous imposeront une
propose de rédiger un texte simple qui répond commission sur les ventes qui tournera généra-
à des questions précises : Pourquoi faites-vous lement entre 30 à 50 % du prix de vente. Vous
de l’art ? Qu’est-ce qui vous inspire ? Qu’est-ce devrez donc calculer cette commission afin que
que votre art signifie ou représente pour vous ? vos prix reflètent cette charge. Pour tarifier vos

187
CHAPITR E 13

œuvres, plusieurs critères entreront en ligne de Pourtant, un tableau de Picasso contemplé par
compte. La grandeur des tableaux, la complexité un collectionneur dégage une sémantique tout
du rendu, les médiums utilisés sont autant de à fait différente pour un néophyte ou même pour
critères à prendre en considération. Encore une un historien de l’art. Tandis que l’historien de l’art
fois, faites la tournée des galeries et des sites s’attardera sur le traitement de l’espace ou de
Internet d’artistes pour obtenir des exemples la couleur dans le tableau ainsi que sur la place
de prix. Attention à ne pas mettre la barre trop qu’il occupe dans la production de l’artiste et de
basse, parce que vous arriverez difficilement à l’époque, le collectionneur se posera les mêmes
augmenter vos tarifs le temps venu. Évidemment, questions, mais sera nettement plus préoccupé
s’il s’agit de votre première exposition, vous pou- par d’autres motivations. Il observera l’œuvre en
vez difficilement statuer sur des prix très élevés fonction de son projet de collection et en ayant
se comparant à ceux des maîtres. Encore une toujours un regard périphérique sur l’ensemble
fois, le juste milieu est souhaitable. Réfléchissez de sa collection, stimulé par le besoin de posses-
aussi au genre de clientèle qui fréquente les sion si le tableau cadre le moindrement dans les
lieux où vous exposez. S’agit-il de collection- paradigmes de son entreprise. Ensuite, l’historien
neurs aguerris ou de néophytes ? Le galeriste de l’art est concerné par le marché de l’art et la
possède-t-il déjà une clientèle fidèle ou doit-on circulation des œuvres, mais peut très bien s’y
se fier aux passants qui entreront par hasard ? intéresser avec un recul qui ne se trouve indénia-
N’hésitez pas à demander l’aide du galeriste si blement pas chez le collectionneur qui prend une
vous arrivez difficilement à établir vos prix, cela part active dans ce marché. Fondamentalement,
fait partie de ses tâches et fonctions. le collectionneur d’œuvres d’art est la table tour-
Une fois votre concept élaboré et vos prix nante du domaine esthétique. S’il n’y avait pas eu
fixés, faites-vous une liste de personnes que vous d’individu pour apprécier les premières déroga-
inviterez au vernissage et à découvrir l’exposi- tions aux canons d’Aristote, le monde artistique
tion pendant toute sa durée. Au-delà du nombre d’aujourd’hui ne connaîtrait sûrement pas les
d’œuvres que vous vendrez, ce qui est intéres- impressionnistes, l’expressionnisme allemand,
sant pour le galeriste demeure le nombre de visi- le cubo-futurisme russe et bien d’autres mouve-
teurs que vous êtes capable de générer. Il est ments maintenant très prisés, qui encouragent
pertinent de faire une belle et importante soirée toujours à ce jour l’innovation plastique. L’art peut
de vernissage. Vous souhaiterez sûrement invi- être un intérêt satisfait par les livres sur l’histoire
ter vos proches, mais assurez-vous aussi d’attirer de l’art et la visite de musées. Par contre, la
vos clients (actuels et potentiels) pendant toute consommation de l’art, surtout lorsqu’elle est
la durée de votre exposition. Pensez à utiliser vos concentrée sur un mouvement en particulier,
contacts et vos médias sociaux pour générer du fait du collectionneur une partie intégrante du
trafic. D’ailleurs, préparez-vous également une mouvement en question, permettant à cette voie
liste d’envoi médias. Cherchez sur Internet pour nouvelle d’expression artistique d’être diffusée
trouver les courriels des critiques d’art des diffé- et appréciée. Il faut comprendre que la consom-
rents médias importants et envoyez-leur une invi- mation de l’art est la condition sine qua non à
tation au vernissage. Il est également important l’existence des artistes, leur permettant d’évoluer
de discuter avec le galeriste qui accueillera votre et d’expérimenter de nouvelles voies esthétiques.
exposition pour connaître sa stratégie de promo- Cette constatation ne trouve pas ses racines
tion et de communication. Demandez à ceux qui dans le monde contemporain, bien au contraire.
se seront présentés leur opinion sur votre travail, Depuis l’Antiquité, les souverains et les plus
s’ils souhaitent être informés de vos prochaines nantis de la société permettent aux artistes de
expositions. S’ils sont « épatés » parce que vous survivre, autrefois en leur soumettant des com-
faites, ils en parleront d’eux-mêmes dans leurs mandes spécifiques, aujourd’hui en appréciant
réseaux. l’audace des créateurs dans un monde laissant
une plus grande liberté au discours artistique.
Bien que la consommation de l’art reste une acti-
13.3 vité élitiste en ce qu’elle sous-entend un pouvoir
d’achat, les adeptes de l’art sont aujourd’hui plus
LE MARCHÉ DE L’ART AU nombreux, ce qui contribue aussi à cette liberté
en créant une arène de goûts plus diversifiée.
QUÉBEC, QU’EN EST-IL ? Cette tendance est d’ailleurs observable sur
les grands marchés internationaux, mais qu’en
L’œuvre d’art jouit d’un statut particulier dans le est-il du marché spécifiquement québécois ? Il
monde de la collection, ne serait-ce que par son faut déjà savoir que la tradition de collectionneur
absence de statut fonctionnel dans le quotidien. n’est pas une pratique ancrée dans les mœurs

188
S’EXPOSER

des Québécois depuis plusieurs visuel, mais trop souvent le travail


générations. En effet, historique- d’un artiste sera jugé uniquement sur
ment, l’achat d’œuvres d’art et les la valeur marchande de ses œuvres.
legs aux musées et autres institu-
tions d’exposition sont, au Canada,
plus fortement associés aux cultures
anglophones – sans doute du fait
Il faut comprendre que la
que la collection artistique est inti-
mement liée à la capacité d’achat. consommation de l’art est
Par contre, on observe depuis
quelques années un glissement la condition sine qua non à
dans les habitudes culturelles des
Québécois et le commerce de l’art, l’existence des artistes, leur
autrefois strictement élitiste, atteint
de plus en plus une vaste clientèle. permettant d’évoluer et
D’abord, cette réalité doit beaucoup
au milieu culturel foisonnant qu’on
retrouve dans la métropole. Plusieurs
d’expérimenter de nouvelles
évènements grand public ont vu le
jour au fil des années, dont la Foire
voies esthétiques. Bien que la
d’art contemporain sur papier en
2007, la Biennale internationale consommation de l’art reste une
d’art numérique en 1998 et Nuit
blanche sur tableau noir en 1995, activité élitiste, les adeptes
et ont participé à démocratiser le
monde de l’art visuel. De plus, un de l’art sont aujourd’hui
certain glissement vers l’art contem-
porain se remarque davantage ces plus nombreux.
dernières années, le Groupe des
sept et Riopelle cédant un peu de
terrain aux artistes de la relève. En Pourtant, comme l’écrit si bien
2011, Éric Clément écrivait dans La Gilles Daigneault dans le Magazine
Presse que « L’art contemporain qué- FORCES, « (…) il n’est jamais com-
bécois se porte mieux que jamais. mode – ni même très exaltant – de
Signe de son dynamisme, 13 gale- disserter sur les relations probléma-
ries du Québec étaient représentées tiques entre l’art et l’argent. D’abord,
à New York en mars pour la semaine il y faudrait des tonnes de statis-
des foires d’art new-yorkaises. Du tiques bien articulées et, surtout,
jamais vu. Auparavant, c’était à de nouvelles perspectives. (…) Il
Toronto qu’on achetait la production arrive, bien sûr, que la réussite finan-
du Québec. Mais c’est de moins en cière vienne sanctionner la réussite
moins vrai. Les artistes québécois, esthétique, mais faut-il rappeler, par
avec un peu d’aide, vendent à New exemple, que les amateurs savaient
York, Miami et même à Montréal ». depuis longtemps que les premières
En 2011, Clément expliquait égale- œuvres de Riopelle ou les eaux-
ment que l’édition de Papier11 (la fortes de Betty Goodwin du début
11 e Foire d’art contemporain sur des années 1970 constituaient déjà
papier) connaissait une augmenta- des points saillants de notre histoire
tion de 45 % du nombre de visiteurs de l’art au moment où le marché les
alors que ses ventes augmentaient a « découvertes »… D’autre part, il
de 39 %. On peut donc s’avancer à y a toujours des artistes de grande
dire que le marché de l’art québécois valeur qui ne sont pas présents sur
se porte de mieux en mieux. le marché de l’art, et vice versa. » Ne
Toutefois, l’engouement pour l’art vous découragez donc pas si vous
contemporain et l’augmentation de tardez à percer le monde du marché
sa valeur marchande, le sens esthé- de l’art, sachez que bien des artistes
tique et le jugement de valeur sont visuels n’ont connu la gloire qu’une
tous des concepts inhérents à l’art fois décédés…

189
14
bibliographie

Fred Normandin

191
CHAPITR E 13

BIBLIOGRAPHIE rees, darrel, How to be an Illustrator, Laurence


King Publishing Ltd, London, 2008.

OUVRAGES scratchmann, max, Illustration 101 : Streetwise


Tactics for Surviving as a Freelance Illustrator,
association des illustrateurs et illus- Poison Pixie Ltd, Grande-Bretagne, 2007.
tratrices du Québec (Sauer, Thierry), Droit
d’auteur : mode d’emploi, Québec, 1987. shedleur, richard, Guide de l’impôt pour
l’écrivain et l’artiste, UNEQ, Montréal, 1998.
association des illustrateurs et illus-
tratrices du Québec (Montpetit, Charles), turner, cynthia, Controlling your Intellectual
Guide de tarification 1990, Québec, 1990. Property Retain & Protect your Valuable
Copyrights, Illustrator partnership of America,
baribeau, marc, Principes généraux de la États-Unis, 2002.
Loi sur le droit d’auteur, Les publications du
Québec, ministère de la Justice (Culture et benum, ilise et top, peleg, The designer’s
Communications – Éducation), Québec, 2001. guide to marketing and pricing. How to win clients
and what to charge them, How books, 2008.
fleishman, michael, Starting your Career
as a Freelance Illustrator or Graphic Designer, blanc, michelle, Les médias sociaux 201
Allworth Press, New York, 2001. – Comment écouter, jaser et interagir sur les
médias sociaux, Les Éditions Logiques, 2011.
the graphic artists guild, Graphic Artists
Guild Handbook Pricing & Ethical Guidelines, conseil des ressources humaines du
Graphic Artists Guild, 12th édition, 2007. secteur culturel, L’art de gérer sa carrière,
Conseil des ressources humaines du secteur
harrison, sam, IdeaSpotting : How to Find culturel, 2009.
Your Next Great Idea, How, 2006.
hively, charles, Nuts and bolts. A blueprint for
harrison, sam, Zing ! : Five Steps and 101 a successful illustration career, 3x3 The maga-
Tips for Creativity On Command, Machillock zine of contemporary illustration, 2010.
Publishing, 2004.
ilasco, meg mateo et deangdeelert cho,
heller, steven et marshall arisman (dir.), joy, Creative Inc. The ultimate guide to running
The Education of an Illustrator, Allworth Press, a successful freelance business, Chronicle books,
New York, 2000. 2010.

heller, steven et marshall arisman, Inside loupy, christophe (directeur de publica-


the Business of Illustration, Allworth Press, New tion), Le Guide de l’Édition Jeunesse 2013,
York, 2004. MCL Éditions, 2012.

heller, steven et teresa fernandes, The page, martin et raisson, gwendoline, Le


Business of Illustration, Watson-Guptill, 1995. contrat dont vous êtes le héros, La Charte des
auteurs et illustrateurs pour la jeunesse, France,
mumaw, stefan et lee oldfield, wendy , 2012.
Caffeine for the Creative Mind : 250 Exercises
to Wake Up Your Brain, How, 2006. woodward, michael, Licensing Art 101
Publishing and licensing your rtwork for profit
nadeau, jean-benoît, Le guide du travailleur Third edition, Art Network, 2007.
autonome : tout pour faire carrière chez soi,
Québec Amérique, Montréal, 2007.

192
BIBLIOGRAPHIE

zeegen, lawrence et crush, Les fondamen- artère (pour la relève artistique


taux de l’illustration, Pyramyd, 2008. montréalaise)
www.artere.qc.ca

SITES WEB association des centres locaux


de développement du québec
adbase www.acldq.qc.ca
www.adbase.com
association nationale des éditeurs
affaires et développement québécois de livres (ANEL)
www.aedq.org anel.qc.ca/ledition-au-quebec/
comment-publier/#anchorTarget1530
agence des douanes et du revenu
du canada banque de développement du canada
www.ccra-adrc.gc.ca www.bdc.ca

agence du revenu du canada black book


www.cra-arc.gc.ca/tx/ndvdls/tpcs/ncm-tx/ www.blackbook.com
rtrn/cmpltng/rprtng-ncm/lns101-170 /104/
rylts-fra.html bureau d’assurance du canada
www.bac-quebec.qc.ca
agence lise madore
www.lisemadore.com/home.html canadian artists’ representation
copyright collective (CARCC)
alexa internet www.carcc.ca
www.alexa.com/siteinfo/facebook.com
canadian copyright licensing agency
altpick.com www.accesscopyright.ca
www.altpick.com
capic montréal – le droit d’auteur
american illustration competition www.capicmontreal.ca/droit-dauteur
www.ai-ap.com
centre des petites entreprises
american showcase pour consommateurs
www.americanshowcase.com www.subventionspretsentreprise.com

anna goodson management chambre de commerce du montréal


www.agoodson.com métropolitain
www.ccmm.qc.ca/fr
annual design competitions (AIGA)
www.aiga.org colagène, clinique d’illustration
www.aiga.org/content.cfm/competitions www.colagene.com

aoi commission de la santé et de la sécurité


www.theaoi.com du travail (CSST)
www.csst.qc.ca
artisteo
www.artisteo.com/?conseils=demarche-galerie commission du droit d’auteur canada
www.cb-cda.gc.ca
apex award
www.apexawards.com commission du droit de prêt public
(DPP)
applied arts www.plr-dpp.ca
www.appliedartsmag.com
communication arts illustration
artbuisness.com annual
www.artbusiness.com/artstate.html www.commarts.com

193
CHAPITR E 14

concours lux fondation du maire de montréal


www.infopresse.com/prixlux pour la jeunesse
www.fmmj.ca/fr
concours québécois en entrepreneuriat
www.concours-entrepreneur.org foto search — banques d’images
et de vidéos
conseil des arts du canada (cac) www.fotosearch.fr
www.conseildesarts.ca
getty images
conseil des arts et des lettres www.gettyimages.com
du québec (calq)
www.calq.gouv.qc.ca graphis design annual
www.graphis.com
conseil des arts de montréal (cam)
www.artsmontreal.org groupe conseil saint-denis
www.gcsd.qc.ca
contact jupiter
www.contactjupiter.com how
www.howdesign.com
copibec – modernisation de la loi
sur le droit d’auteur illosaurus
www.copibec.qc.ca/fr-CA/accueil/loi/ www.illosaurus.com
modernisationdelaloisurledroitdauteur.aspx
illoz
copyright-france www.illoz.com
www.copyrightfrance.com/
illustration friday.com
corbis www.illustrationfriday.com
www.corbisimages.com
illustration mundo
corel studio www.illustrationmundo.com
www.digitalriver.com/v2.0-img/operations/
corelpps/desc/index.htm illustration québec
www.illustrationquebec.com
creative shake
www.creativeshake.com illustrators’ partnership
www.illustratorspartnership.org/ 01_topics/
creativity annual article.php?searchterm=00145
www.creativityannual.com
info entrepreneurs
directory of illustration www.infoentrepreneurs.org
www.directoryofillustration.com
infoassurance
emploi québec www.infoassurance.ca
www.emploiquebec.net
i-spot.com
epictura images www.theispot.com
www.epictura.fr
investissement québec
folioplanet.com www.investquebec.com/fr/index.aspx?section=3
www.folioplanet.com
jupiter images
fondation canadienne des jeunes www.jupiterimages.com
entrepreneurs
www.fcje.ca/cybf_programs/start-up/ justice québec — les petites créances
www.justice.gouv.qc.ca/francais/publications/
generale/creance.htm#conditions

194
BIBLIOGRAPHIE

fondation de l’entrepreneurship postes canada - médiaposte


www.entrepreneurship.qc.ca www.postescanada.ca/business/offerings/
addressed_admail/can/default-f.asp
forbes.com
www.forbes.com/sites/joshbersin/2012/05/21/ prix jeune entrepreneur bdc
facebook-vs-linkedin-whats-the-difference/2/ www.prixjeuneentrepreneurbdc.ca/details.php

la presse.ca – marché de l’art : québec dans le monde


le québec décolle www.quebecmonde.com
www.lapresse.ca/arts/arts-vi-
suels/201105/28/01-4403811-marche-de-lart- registraire des entreprises du québec
le-quebec-decolle.php www.registreentreprises.gouv.qc.ca
www.registreentreprises.gouv.qc.ca/fr/
liens utiles (banques d’images) demarrer/immatriculer
www.liensutiles.org/webimages.htm
regroupement des artistes en arts
magazine forces – investir dans visuels (raav)
le marché de l’art www.raav.org
www.magazineforces.com/economie/ Grille tarifaire : (www.raav.org puis section
investir-dans-le-marche-de-lart « ressources pour artistes et diffuseurs » puis
sous-section « grille tarifaire »)
ministère de la justice du canada
www.justice.qc.ca/fra regroupement des centres d’artistes
autogérés du québec
ministère du développement www.rcaaq.org
économique, de l’innovation et
de l’exportation revenu québec
www.mdeie.gouv.qc.ca www.revenu.gouv.qc.ca

ministère des finances et de l’économie revenu québec (statut du travailleur


(aide au démarrage) autonome)
www.economie.gouv.qc.ca/objectifs/ www.revenuquebec.ca/fr/citoyen/situation/
financement/demarrage/ travailleur_autonome/travailleur_autonome_
salarie/criteres/default.aspx
office de la propriété intellectuelle
du canada service d’aide aux jeunes entrepreneurs
www.opic.ic.gc.ca Montréal métropolitain (saje)
www.sajemontrealmetro.com
organisation mondiale de la propriété
intellectuelle service canada aux entreprises
www.wipo.int/portal/index.html.fr www.entreprisescanada.ca

organisation mondiale de la propriété services québec — entreprises


intellectuelle / convention de berne www2.gouv.qc.ca/entreprises/portail/
www.wipo.int/treaties/fr/ip/berne/trtdocs_ quebec/ creer?lang=fr&g=creer&s-
wo001.html g=&t=s&e=3733407055

prestations spéciales pour l’assurance société canadienne de gestion des


emploi des travailleurs autonomes droits éducatifs (scgde)
(gouvernement fédéral) www.ercc.ca/ercc_welcome_f.html
www.servicecanada.gc.ca/fra/sc/ae/ta/
index.shtml société canadienne de perception de
la copie privée (scpcp)
pixs.com www.cpcc.ca
www.3dpix.com

195
CHAPITR E 14

société du droit de reproduction


des auteurs, compositeurs et éditeurs
au Canada (sodrac)
www.sodrac.ca

société québécoise de gestion


collective des droits de reproduction
(copibec)
www.copibec.qc.ca

society of illustrators
www.societyillustrators.org

society of illustrators of los angeles


www.si-la.org

society of publication designers


www.spd.org

unions des écrivaines et écrivains


québécois (uneq)
www.uneq.qc.ca

OUVRAGES ÉLECTRONIQUES
lee, preston d., 10 common mistakes desi-
gners make with clients, www.graphicde-
signblender.com, 2011.

mathers, alex, 10 steps to Powerful online self


promotion for creatives, www.redlemonclub.com,
2010.

196
guide de survie de l’illustrateur - 2e édition

Guide de survie de l’illustrateur - 2e édition


« Depuis sa création en 1983, Illustration Québec a mis sur pied de multiples outils
de promotion à l’intention des illustrateurs. Elle a également conçu des documents
traitant de droits d‘auteur, de contrats, de licences et d’autres questions reliées
au métier d’illustrateur. Forte de son expérience, Illustration Québec a jugé bon de
concevoir ce Guide de survie (2e édition).

Cet outil répondra aux questions les plus fréquentes tout en fournissant les pistes
de recherche permettant d’obtenir de plus amples informations sur un sujet précis.
Il est toutefois indéniable que l’aide provenant de nombreux corps de métiers dont
il sera question tout au long de cet ouvrage est irremplaçable.
Illustration Québec souhaite ardemment que vous soyez satisfaits de résultat et
que ce document puisse vous être d’une grande aide...

Bonne lecture ! »