Vous êtes sur la page 1sur 10

COMPTE RENDU TP

SAFFRE ALEXIS

SANCHEZ SILVA CHRISTOPHER

En utilisant les valeurs par défaut, on obtient les graphes suivants :

Calcul de la charge :

En calculant la capacité surfacique de grille, théoriquement, on trouve :

𝜀0 ∗𝜀𝑖 8.85∗10−12 ∗3.9


Ci = 𝑑𝑖
= 100∗10−9
= 3.45 * 10-4 F.m-2

Après tracé de Qtotal = f(Ug) sur Libreoffice Calc, et en gardant les valeurs négatives de Ug, on
obtient le tracé suivant :
On trouve bien une relation du type Q = Ci *(UGC-UT) car c’est une fonction linéaire.

Dans ce cas, on a Ci = 3.37 * 10-4 F.m-2 Commented [CJSS1]: Il me semble que les unités ne sont pas
les bonnes. Si Ci est la pente, donc sa dimension serait C/V, mais je
crois que le prof avait dit que l’unité était une autre.
−3.50∗10−4
Et on a donc Ut = = 1.03 V
−3.37 ∗ 10−4

La valeur de la capacitance Ug calculée par le simulateur est d’environ 3.4 * 10-4 (quand on est assez
loin de 0) donc on peut voir que la valeur qu’on avait trouvée était plutôt proche (le rapport est de
0.99118).
Profil le long du canal : V(y), Q(y), E(y)

En modifiant la résistivité de contact et en traçant les courbes de potentiel et de champ électrique le


long du canal, on obtient des courbes à l’allure similaire de celles calculées en td , à l’exception de la
longueur du canal, qui a été multiplié par 10.

Le potentiel au niveau du drain est de -50V. Cette valeur n’est pas anormale, car elle correspond à la
valeur max de Uds entrée en paramètre.
On peut voir qu’au niveau du Drain (donc au point où y = 10), on peut remarquer que la charge
diminue exceptionnellement jusqu’à atteindre 0. De même, le champ électrique augmente
exponentiellement quand on s’approche du drain. On est au point de pincement du canal, et le
modèle « canal graduel » n’est donc plus adapté.

Courant de dérive et courant de diffusion :


On peut voir ici qu’avec Uds fixé à -10V :

-en Ugs = 0V, le courant tend vers 0 (de l’ordre de 10-20)

-En Ugs = -10V, on a Ids de l’ordre de 10-5

-En UGS = -20V, on a Ids de l’ordre de 0.5*10-4

En ce qui concerne les courants de diffusion et de dérive, on peut distinguer 3 cas :

-Quand la tension de grille est à -20V

Dans ce cas, on peut voir qu’il y a


presque 3 décades d’écart entre le
courant de dérive et le courant de
diffusion, on peut donc négliger le
deuxième

-Quand la tension de grille est à -10V :

Ici, on peut voir que lorsque l’on


approche du drain (du point où y = 10
um), on peut remarquer que le courant
de diffusion ne devient plus négligeable
par rapport au courant de dérive.
-Quand la tension de grille est à 0V :

Ici, le courant de diffusion est presque du même


ordre que le courant de dérive tout le long du
canal, à l’exception de la proximité du drain. Mais
ces courants sont très petits tous les deux (de
l’ordre de 10-19).

L’approximation faite en TD n’est donc pas valable dans tous les cas.

Mobilité en fonction de la tension de grille :

Les expressions théoriques pour trouver ces courbes sont :


𝑑𝐼𝐷𝑆 Δ𝐼𝐷𝑆
𝑑𝐼𝐷𝑆 −𝑊 𝑑𝑈𝐺𝑆 Δ𝑈𝐺𝑆
En régime linéaire : = ∗ 𝐶𝑖 ∗ 𝜇 ∗ 𝑈𝐷𝑆 donc 𝜇 = −𝑊 = −𝑊
𝑑𝑈𝐺𝑆 𝐿 ∗𝐶𝑖 ∗𝑈𝐷𝑆 ∗𝐶𝑖 ∗𝑈𝐷𝑆
𝐿 𝐿
𝑑√𝐼𝐷𝑆 Δ√𝐼𝐷𝑆
𝑑√𝐼𝐷𝑆 −𝑊 𝑑𝑈𝐺𝑆 Δ𝑈𝐺𝑆
En régime saturé : 𝑑𝑈𝐺𝑆
= √ 2𝐿 ∗ 𝐶𝑖 ∗ 𝜇 donc 𝜇 = =
−𝑊 −𝑊
√ ∗𝐶𝑖 √ ∗𝐶𝑖
𝐿 𝐿

Commented [CJSS2]: Ces graphes je les ai fait grâce aux


données de « IDS(UDS) at different UGS « du simulateur donc,
comme ça on trouve les deux graphes ids

En régime saturé, on peut


voir que :
𝑑√𝐼𝐷𝑆
Ici, on voit que 𝑑𝑈𝐺𝑆
est presque constant, sauf quand on s’approche de Ugs = 0, où la pente devient
nulle, donc l’allure de la courbe obtenue en régime saturé est plutôt conforme au modèle utilisé.

De même, en régime linéaire :


Après, on peut voir que la mobilité diminue lorsque la quantité de trous le fait aussi.
Par rapport à ce qu’on trouve pour ces matériaux désorganisés et ce qu’on avait trouvé avant pour
les mobilités en régime linéaire et saturé, respectivement, on s’aperçoit qu’elles sont différentes
puisque ces dernières ne sont pas constantes pour -50<Ugs<0 .