Vous êtes sur la page 1sur 180

République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de l’enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique


Université M’hamed Bougara Boumerdes
Faculté des Sciences de l’Ingénieur

Département de Génie Civil

En Vue de L’obtention
Du Diplôme Master En Génie Civil
Option : structure et construction

Etude d’un bâtiment (R+9) à Usage


d’habitation contreventé
par des voiles et portiques en béton armé

Présenté Par : Encadré Par :


Mr: HADDADOU ABDELATIF Mme : DJAALALI
Mr : FITAS DJAMEL
Remerciements

Nous remercions Dieu qui nous a donné la force et la patience


pour terminer ce travail
Nous exprimons nos sincères remerciements :
A nos parents pour leur contribution pour chaque travail que
nous avons effectués.
A notre promotrice Mme DJAALALI pour leur aide
A l’ensemble des enseignants du département de Génie Civil
Sans oublier ceux qui ont participé de prés ou de loin à la
réalisation de ce travail et ceux qui ont fait l’honneur de jurer ce
mémoire.
Dédicace

Je dédie ce modeste travail a :


Mes parents
Amel Rebhaoui
mon frère et ma sœur
Ainsi que tous mes amis et proches.

Abdelatif
Dédicace

Je dédie ce modeste travail a :


Mes parents
mon frère et mes sœurs
Ainsi que tous mes amis et proches.

Djamel
SOMMAIRE

Introduction générale ……………………………………………………………………...1

Chapitre I : : Présentation de l'ouvrage et caractéristique des matériaux

I-1-Présentation de l'ouvrage ……………………………………………………………....2


I-1-1-Caractéristiques géométriques de l’ouvrage ……………………………………..2
I-1-2- Données de site …………………………………………………………………...2
I-1-3- Description structurale ……………………………………………………………2
I-1-4- Règlements et normes utilisés ……………………………………………………...4
I-2- Caractéristiques mécaniques des matériaux utilisés ………………………………......4
I-2-1- Le béton …………………………………………………………………………….4
I-2-2- L’acier ……………………………………………………………………………...9
I-2-3- Hypothèses de calcul ……………………………………………………………….10

Chapitre II : Pré dimensionnement des éléments et décente des charges

II-1-Introduction ………………………………………………………………………….12
II-2-Pré dimensionnement des planchers ………………………………………………….12
II-3-Pré-dimensionnement des balcons ……………………………………………………14
II-4-Pré dimensionnement des escaliers …………………………………………………...14
II-5-Pré dimensionnement des poutres …………………………………………………….15
II-6-Pré-dimensionnement des voiles ……………………………………………………...16
II-7- Descente des charges …………………………………………………………………19
II-8-Pré dimensionnement des Poteaux ……………………………………………………24

Chapitre III : Calcul des éléments secondaire

III-1-Etude de l’acrotère …………………………………………………………………..30


III-2-Etude des balcons …………………………………………………………………....36
III-3-Etude des escaliers …………………………………………………………………..40
III-4-Etude de la poutre palière ……………………………………………………………45
III-5- Etude de plancher …………………………………………………………………...50
III-6- Etude de la dalle salle machine ……………………………………………………...60

Chapitre IV : Etude dynamique et sismique de la structure


IV-1- Introduction …………………………………………………………………………65
IV-2- Etude dynamique ……………………………………………………………………65
IV-2-1- Objectif …………………………………………………………………………....65
IV-2-2- Présentation du logiciel de calcul ………………………………………………....65
IV-2-3- Modélisation de la structure ……………………………………………………....65
IV-2-4- Choix de disposition des voiles ……………………………………………….......66
IV-2-5- Caractéristiques géométriques ………………………………………………….....67
IV-2-5- Mode de vibration et taux de participation des masses ………………………....69
IV-3- Etude sismique ………………………………………………………………………72
IV-3-1- Présentation des différentes méthodes de calcul ………………………………..72
IV-3-2- Classification de l’ouvrage ……………………………………………………...73
IV-3-3- Choix de la méthode de calcul …………………………………………………73
IV-3-4- Méthode d’analyse modale spectrale …………………………………………...73
IV-3-5- Vérification des exigences de RPA99/version2003 ……………………………80
Chapitre V : Ferraillages des éléments structuraux
V-1- Introduction ………………………………………………………………………….86
V-2- Les combinaisons d’actions ………………………………………………………….86
V-3- Caractéristiques des matériaux ……………………………………………………….87
V-4- Ferraillage des poteaux ……………………………………………………………...87
V-4-1-Armatures longitudinales ………………………………………………………...88
V-4-2) Armatures transversales …………………………………………………………91
V-4-3) Vérification ………………………………………………………………………..94
V-5- Ferraillage des poutres ………………………………………………………………98
V-5-1-Recommandation du RPA99/2003 ………………………………………………..98
V-5-2-Recommandation du BAEL 91 …………………………………………………....99
V-5-3- Exemple de calcul ………………………………………………………………...100
V-5-4-Vérification ……………………………………………………………………….106
V-6- Etude des voiles ……………………………………………………………………..111
V-6-1- Introduction ……………………………………………………………………...111
V-6-2- Conception ……………………………………………………………………….111
V-6-3- Rôle des voiles ……………………………………………………………………111
V-6-4- Recommandation du RPA ……………………………………………………….111
V-6-5- Ferraillage des voiles …………………………………………………………….113
V-7- Etude des linteaux …………………………………………………………………..125
V-7-1- Introduction ……………………………………………………………………...125
V-7-2- Méthode de calcul ………………………………………………………………..125

Chapitre VI : Etude de l’infrastructure


VI-1-Introduction ………………………………………………………………………….130
VI-2-Calcul des fondations ………………………………………………………………..131
VI-2-1-Définition ………………………………………………………………………...131
VI-2-2-Chois du type de fondation ……………………………………………………....131
VI-2-3-Semelles filantes ………………………………………………………………....131
VI-2-4-Radier général …………………………………………………………………….132
VI-3- Ferraillage du radier ………………………………………………………………...139
VI-3-1-Ferraillage du panneau …………………………………………………………...139
VI-3-2-Ferraillage de la nervure …………………………………………………………142
VI-3-3-Ferraillage du débord …………………………………………………………….147
Liste des figures

Figure I.1 : Diagramme contraintes déformations du béton « parabole -rectangle »……………....7


Figure- I-2 : Diagramme contraintes déformations du béton «linéaire»…………………………...8
Figure-I-3-: Diagramme contraintes – déformations……………………………………………....9
Figure I-4 : règle des trois pivots…………………………………………………………..11

Figure II-1: Coupe verticale du plancher a corps creux…………………………………………...12


Figure II-2: Les caractéristiques géométriques des nervures……………………………………...13
Figure II-3 : Schéma de la dalle machine…………………………………………………………13
Figure II-4 : schéma d'escalier…………………………………………………………………….15
Figure II-5 : Coupe de voile en plan………………………………………………………………18
Figure II-6 : Coupe de voile en élévation…………………………………………………………18
Figure II-7 : coupe de plancher terrasse…………………………………………………………...19
Figure II-8 : coupe de plancher étage courant……………………………………………………..20
Figure II-9 : double cloison..............................................................................................................22
Figure II-10 :Mur simple cloison.....................................................................................................22
Figure II-11 : Représentation du poteau le plus sollicité..................................................................25

Figure III-1 : Schéma statique de l’acrotère.....................................................................................30


Figure III-2 : Section de calcul de l’acrotère................................................................................31
Figure III-3 : Schéma de calcul de l’acrotère..........................................................................31
Figure III-4 : Schéma de ferraillage de l’acrotère.................................................................35
Figure III-5 : Schéma statique du balcon à l’ELU et à l’ELS...........................................................36
Figure III-6 : Schéma de ferraillage du balcon.......................................................................40
Figure III-7- Schéma de ferraillage de l’escalier............................................................................. 44
Figure III-8- Schéma de ferraillage de la poutre palière..................................................................49
Figure III-9 : types de poutrelles......................................................................................................54
Figure III-10- Distribution des moments sur poutrelles continues..................................................54
Figure III-11 : Schéma de ferraillage des poutrelles........................................................................59
Figure III-12 : Schéma de ferraillage de la dalle machine............................................................... 64

Figure IV-1 : La disposition des voiles..............................................................................................65


Figure IV-2 : 1er mode translation selon Y-Y....................................................................................70
Figure IV-3 : 2éme mode translation selon X-X..................................................................................71
Figure IV-4 : 3éme mode rotation autour de Z....................................................................................71
Figure IV-5 : Spectre de réponse.......................................................................................................77

Figure V-1 : Sollicitation de poteau a ferraillé..................................................................................87


Figure V-2 : Zone nodale...................................................................................................................88
Figure V-3 : Schéma de ferraillage des poteaux................................................................................97
Figure V-4- Schéma de ferraillage de poutre principale...................................................................109
Figure V-5 : schéma de ferraillage de poutre secondaire.................................................................110
Figure V-6 : Disposition des armatures verticales............................................................................112
Figure V-7 : Schéma de ferraillage du linteau (exemple de calcul).................................................129
Figure VI-1 : Schéma de transmission des charges..........................................................................133
Figure VI -2 : diagramme des contraintes........................................................................................136
Figure VI-3 : Schéma du panneau le plus défavorable....................................................................139
Figure VI-4 : dimensionnement des nervures...................................................................................142
Figure VI-5 : Schéma statique du débord........................................................................................147
Liste des tableaux

Tableau I-1 : f e en fonction du type d’acier....................................................................................9


Tableau II-1 : Evaluation des charges permanentes du plancher terrasse en corps creux...............20
Tableau II-2 : Evaluation des charges permanentes du plancher courant.......................................20
Tableau II-3 : Evaluation des charges permanentes de dalle de balcon terrasse.............................21
Tableau II-4 : Evaluation des charges permanentes de dalle de balcon E.C...................................21
Tableau II-5 : Evaluation des charges permanentes dues au mur extérieur.....................................22
Tableau II-6 : Charge permanente du mur simple cloison...............................................................22
Tableau II-7 : Evaluation des charges permanentes de palier..........................................................23
Tableau II-8 : Evaluation des charges permanentes de Paillasse niveau RDC................................23
Tableau II-9 : Evaluation des charges permanentes de Paillasse Niveau étage courant..................23
Tableau II-10 : pré-dimensionnement du poteau plus sollicité (central).........................................27
Tableau II-11 : pré-dimensionnement du poteau circulaire.............................................................28
Tableau II-12 : Vérification selon BAEL 91 révisée 99..................................................................29
Tableau II-13 : Résumé des sections des poteaux...........................................................................29

Tableau III-1 : Calcul des moments en travées et en appuis............................................................41


Tableau III-2 : Calcul de la section d’acier......................................................................................42
Tableau III-3 : ferraillage des escaliers............................................................................................42
Tableau III-5 : Les moments en travées et en appuis.......................................................................46
Tableau III-6 : Calcul de la section d’acier......................................................................................47
Tableau III-7 : ferraillage de la poutre palière..................................................................................47
Tableau III-8 : Vérification de contrainte de compression dans le béton........................................49
Tableau III-9 : Vérification de l’état limite de déformation (la flèche)...........................................49
Tableau III-10 : Charges sur poutrelles...........................................................................................54
Tableau III-11 : Résultats à l’ELU..................................................................................................54
Tableau III-12 : Résultats à l’ELS...................................................................................................55
Tableau III-13-: Calcul des efforts tranchants à l’ELU...................................................................55
Tableau III-14 : Calcul des efforts tranchants à l’ELS....................................................................55
Tableau III-15 : Résultats de calcul des poutrelles..........................................................................56
Tableau III-16 : Vérification de contrainte de compression dans le béton......................................59
Tableau III-17: Calcul des sollicitations..........................................................................................61
Tableau III-18 : Ferraillage à l’ELU...............................................................................................62
Tableau III-19 : Vérification des contraintes à l’ELS.....................................................................63

Tableau IV-1 : Caractéristiques massiques et géométriques............................................................69


Tableau IV-2 : Périodes, Modes et facteur de participation massique.............................................69
Tableau IV-3- Valeurs des pénalités Pq..........................................................................................76
Tableau IV-4 : Répartition des charges verticales entre portiques et voiles (G+0,2Q)....................76
Tableau IV-5: Répartition des charges horizontales entre portiques et voiles (EX)..........................77
Tableau IV-6: Répartition des charges horizontales entre portiques et voiles (Ey)..........................77
Tableau IV-7 : l’effort tranchant modal à la base sens longitudinal................................................78
Tableau IV-8 : l’effort tranchant modal à la base sens transversal..................................................78
Tableau IV-9 : Combinaison des réponses modales........................................................................79
Tableau IV-10 : Vérification de la résultante des forces sismiques.................................................80
Tableau IV-11 : Déplacement inter-étage dans le sens X-X............................................................81
Tableau IV-12 : Déplacement inter-étage dans le sens Y-Y............................................................81
Tableau IV-13 : Justification vis-à-vis de l’effet P- sens X (Combinaison Ex).............................82
Tableau IV-14 : Justification vis-à-vis de l’effet P- sens Y (Combinaison Ey).............................83
Tableau IV-15 : Distribution de la force sismique selon la hauteur.................................................84
Tableau IV-16 : Vérification de rapport Ms/Mr...............................................................................84
Tableau IV-17 : Vérification de l’effort normal réduit....................................................................84

Tableaux V-1 : Caractéristiques des matériaux...............................................................................87


Tableaux V-2 : Ferraillage minimale et maximale..........................................................................89
Tableaux V-3 : Ferraillage longitudinales des poteaux...................................................................91
Tableaux V-4 : Armatures transversales (zone courante)................................................................93
Tableaux V-5 : Armatures transversales (zone nodale)...................................................................94
Tableaux V-6 : Ferraillage transversal.............................................................................................94
Tableaux V-7 : Vérification du cisaillement du béton.....................................................................94
Tableaux V-8 : Vérification des contraintes tangentielles................................................................95
Tableaux V-9 : Vérification de la contrainte de compression dans le béton....................................95
Tableaux V-10 : Vérification de l’effort normal ultime...................................................................96
Tableaux V-11 : Ferraillage des poutres principales non liées aux voiles.......................................102
Tableaux V-12 : Ferraillage des poutres principales liées aux voiles.............................................102
Tableaux V-13 : Ferraillage des poutres secondaires non liées aux voiles......................................103
Tableaux V-14 : Ferraillage des poutres secondaires liées aux voiles............................................103
Tableaux V-15 : Vérification du cisaillement du béton..................................................................106
Tableaux V-16 : Vérification de la contrainte de compression dans le béton (P-P)........................107
Tableaux V-17 : Vérification de la contrainte de compression dans le béton (P-S)........................107
Tableaux V-18 : Vérification de ...............................................................................107
Tableaux V-19 : Vérification de l’adhérence..................................................................................108
Tableaux V-20 : Vérification de la contrainte de compression du béton........................................108
Tableaux V-21 : Vérification de l’état limite de déformation (la flèche)........................................109
Tableau V-22 : Ferraillage et vérification des contraintes du voile 3,2 m.......................................119
Tableau V-23 : Ferraillage et vérification des contraintes du voile 4,2 m.......................................120
Tableau V-24 : Ferraillage et vérification des contraintes du voile 3,5 m.......................................121
Tableau V-25 : Ferraillage et vérification des contraintes du voile 3,85 m.....................................122
Tableau V-26 : Ferraillage et vérification des contraintes du voile 4,8 m.......................................123
Tableau V-27 : Ferraillage et vérification des contraintes du voile 2,2 m.......................................124
Tableau V-28 : Ferraillage du voile linteau.....................................................................................128

Tableau VI-1 : Vérification des contraintes....................................................................................137


Tableau VI-2 : Vérification de soulèvement...................................................................................138
Tableau VI-3 : Calcul des sollicitations..........................................................................................140
Tableau VI-3 : Calcul des sollicitations..........................................................................................141
Tableau VI-5 : Vérification des contraintes à l’ELS sens XX........................................................141
Tableau VI-6 : Vérification des contraintes à l’ELS sens YY........................................................141
Tableau VI-7 : Evaluation des charges...........................................................................................142
Tableau VI-8 : Détermination des charges.....................................................................................143
Tableau VI-9 : Détermination des moments maximaux à l’ELU et à l’ELS..................................144
Tableau VI-10 : Détermination des efforts tranchants maximaux à l’ELU...................................144
Tableau VI-11 : Ferraillage des nervures sens XX........................................................................144
Tableau VI-12 : Ferraillage des nervures sens YY........................................................................145
Tableau VI-13 : Vérification des contraintes à l’ELS sens XX.....................................................145
Tableau VI-14 : Vérification des contraintes à l’ELS sens YY.....................................................146
Tableau VI-15 : Calcul des armatures a l’ELU..............................................................................148
Tableau VI-16 : Vérification des contraintes à l’ELS....................................................................149
Introduction générale

L’étude des structures est une étape clef et un passage obligé dans l’acte de bâtir. Cette
étude vise à mettre en application les connaissances acquises durant les cinq années de formation
de Master à travers l’étude d’un ouvrage en béton armé. On sait que le monde actuel connait un
développement industriel et une croissance démographique importante, ce qui nous à amener à
des systèmes de constructions en hauteur suite aux limitations des terrains en villes et les
importantes demandes en logements et espaces de travail (bureaux, ateliers …).

Cependant cette solution n’est pas sans difficultés, en augmentant la hauteur, les structures
deviennent plus vulnérables et plus exposées aux sollicitations sismiques et celles dues au vent,
mettant ainsi les vies de ces occupants ainsi que celles de ces voisins en danger sans oublier les
pertes matérielles.

Quels que soient les types des bâtiments en béton armé, Les ingénieurs sont toujours
confrontés aux problèmes de la non connaissance exacte des lois de comportement des
matériaux, ainsi que celles des sollicitations ceci a conduit les ingénieurs à établir des règlements
de conception et de calcul des structures avec un compromis entre coût et niveau de sécurité à
considérer.

L’objectif de ce mémoire est de présenter simplement des connaissances récentes sur la


façon de concevoir une structure qui sera appelée à résister aux différentes sollicitations d’ordre
statique et dynamique.

En Algérie les expériences vécues, durant les derniers séismes a conduit les pouvoirs
publics avec l’assistance des experts du domaine à revoir et à modifier le règlement parasismique
Algérien en publiant le (RPA99 version2003, BAEL91 modifié99) dans lequel des règles de
conception et de calculs sont spécifiés. Ce règlement vise à assurer un niveau de sécurité
acceptable des vies humaines et des biens vis-à-vis des actions sismiques par une conception et
un dimensionnement appropriés.

Le travail qui nous a été confié consiste à une étude technique qui est l’analyse et le
dimensionnement du bâtiment. On entame notre étude par une description générale avec une
présentation des éléments de bâtiments, Ensuite on fait un pré-dimensionnement des éléments
non structuraux suivie par une descente des charges, Puis on enchaine avec l’étude dynamique
qui a été réalisée par le logiciel ROBOT structural analysis 2015, Après on fera l’étude des
éléments structuraux (poteaux, poutres, voiles…), qui sera suivie par une étude de
l’infrastructure du bâtiment.

UMBB Page 1
Chapitre I :
Présentation de l’ouvrage et caractéristiques des matériaux
CHAPITRE I : Présentation de l'ouvrage et caractéristique des matériaux

I-1-Présentation de l'ouvrage:
Le projet que nous avons en train d’étudier consiste à un bâtiment à usage commerciale et
d’habitation composé d’un R+9, implanté à Draria dans la wilaya d’Alger qui est une zone de
forte sismicité (zone III) d’après le règlement parasismique algérien (RPA 99/version 2003).
● le RDC est à usage commercial.
● les autres niveaux sont à usage d’habitation.

I-1-1-Caractéristiques géométriques de l’ouvrage :


 Dimension en élévation :
●Hauteur de la chambre niveau terrasse....................................... 3,48 m
● Hauteur des étages courants........................................................ 3,10 m
● Hauteur de RDC.......................................................................... 3,40 m
● Hauteur totale du bâtiment........................................................ 34,78 m
 Dimension en plan :
● Longueur totale du bâtiment a la base en plan ........................... 33,40 m
● Largeur totale du bâtiment a la base en plan................................29,30 m

I-1-2- Données de site :


● L’ouvrage appartient au groupe d’usage 2 en vertu du RPA 99 version 2003.
● Le site est considéré comme Meuble (S3).

● La contrainte admissible du sol  = 2.5 bars.


● L’ancrage minimal des fondations : D=2 m.
I-1-3- Description structurale :
● Les planchers :
Constitués de corps creux avec une dalle de compression qui forme un diaphragme horizontal
rigide et assure la transmission des forces agissantes dans son plan aux éléments de
contreventement.

● Les escaliers :
Sont des éléments considères secondaires réalisés en béton armé coulés sur place, permettant le
passage d’un niveau à un autre.

● Les maçonneries :
- les murs extérieurs seront réalisés en doubles cloisons de briques creuses de (10+15)
cm séparées par une âme d’air de 5cm.
UMBB Page 2
CHAPITRE I : Présentation de l'ouvrage et caractéristique des matériaux

- les murs de séparation intérieure seront en une seule paroi de brique de 10 cm.

● L’acrotère :
C’est un élément en béton armé, contournant le bâtiment, encastré à sa base au plancher terrasse
qui est inaccessible.

● Balcons :
Les balcons sont réalisés en dalle pleine.

● Les revêtements :
Les revêtements horizontaux sont réalisés en :
-Carrelage pour les planchers et les escaliers.
-Plâtre pour les plafonds.
Les revêtements verticaux sont réalisés en :
-Mortier de ciment pour les murs de façades
-Enduit pour les cloisons intérieures.

● L’infrastructure :
Elle assure les fonctions suivantes :
-transmission des charges verticales et horizontales au sol.
-limitation des tassements différentiels.

● Choix du contreventement :
Le bâtiment dépasse quatre niveaux (14 mètres) est situé en zone III.
Le contreventement par portique et donc à écarter (Art.1-b de RPA99/version2003), le choix va
donc se porter sur un contreventement mixte (voiles et portiques), ou bien sur un
contreventement constitué par des voiles porteurs en béton armé
1) Pour un système de contreventement mixte, il y a lieu de vérifier ce qui suit :
-les voiles de contreventement ne doivent pas reprendre plus de 20% des sollicitations dues aux
charges verticales.
-les portiques doivent reprendre outre les sollicitations dues aux charges verticales au moins 25%
de l’effort tranchant d’étage.
2) Pour un système de contreventement par des voiles porteurs en béton armé, il y a lieu de
vérifier ce qui suit :
-les voiles reprennent plus de 20% de sollicitations dues aux charges verticales.
-la sollicitation horizontale est reprise uniquement par des voiles.

UMBB Page 3
CHAPITRE I : Présentation de l'ouvrage et caractéristique des matériaux

I-1-4- Règlements et normes utilisés :


A) Document technique réglementaire DTR.- B.C.2.2 :
C’est un document qui traite les charges permanentes et les charges d’exploitation des
bâtiments, leurs modes d’évaluation, et leurs valeurs à introduire dans les calculs.

B) Règles Parasismiques Algériennes (RPA 99 modifié en 2003 - DTR B.C.2.48):


C’est un document technique réglementaire fixant les règles de conception et de calcul
des constructions en zones sismiques. Ces règles visent à assurer une protection acceptable des
vies humaines et des constructions vis-à-vis des sollicitions sismiques, par une conception et un
dimensionnement approprié.

C) Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et des constructions béton


armé suivant la méthode des Etats Limites (BAEL 91) :
C’est règles de calcul applicables à tous les ouvrages en béton armé, soumis à des
ambiances s’écartant des influences climatiques, et dont le béton est constitué de granulats
naturels normaux, avec un dosage en ciment au moins égale à 300 kg/m3 de béton mis en œuvre.

D) Règles de conception et de calcul des structures en béton armé (CBA 93) :


Document technique réglementaire D.T.R B.C 2.41 ayant pour objet de spécifier les
principes et les méthodes les plus actuelles devant présider et servir à la conception et aux
calculs de vérification des structures et ouvrages en béton armé, et il s’applique plus
spécialement aux bâtiments cour.

I-2- Caractéristiques mécaniques des matériaux utilisés :


I-2-1- Le béton :
I-2-1-A) Définition :
Le béton est un mélange de granulats (sable et graviers), d’un liant hydraulique (ciment) et
d’eau de gâchage. Il est défini du point de vue mécanique par sa résistance qui varie avec la
granulométrie, le dosage en ciment, la qualité de l’eau de gâchage et l’âge du béton.Pour
l’établissement des projets dans le cas courant, le béton utilisé est dosé à 350 Kg/m 3 de ciment
Portland composé, destiné à offrir une bonne résistance et une protection efficace des armatures.
I-2-1-B) Résistance caractéristique du béton à la compression :
Le béton est défini par la valeur de sa résistance mécanique à la compression à l’âge de 28 jours
notée f c 28 .Elle est déterminée à la base d’écrasements d’éprouvettes normalisées (16×32) cm

par compression axiale après 28 jours de durcissement.

UMBB Page 4
CHAPITRE I : Présentation de l'ouvrage et caractéristique des matériaux

Pour l’étude de ce projet on prend f c 28 = 25MPa.

Lorsque la sollicitation s’exerce sur un béton d’âge j < 28 jours, sa résistance à la


compression est calculée d’après (BAEL91/Art A2, 1,11 comme suit :
j
f cj  f c28 pour f c28  40MPa
4,76  0,83J
j
f cj  f c28 pour f c28  40MPa
1,40  0,95 J

Lorsque la sollicitation s’exerce sur un béton d’âge j > 28 jours, sa résistance à la


compression est calculée d’après (BAEL91/Art A2, 1,11 comme suit :
j
f cj  f c28 Si : 28  j  60 jours
4,76  0,83J
j
f cj  f c28 Si : j  60 jours
1,40  0,95 J

I-2-1-C) Résistance caractéristique du béton à la traction :


La résistance du béton à la traction est donnée par la relation suivante :
f tj  0,6  0,06 f cj ; avec f cj 60MPa …………………… (BAEL91/Art A2, 1, 12)

ft280.60.06fc28
Dans notre cas nous avons t28=2,1MPa.

I-2-1-D) Contraintes limites:


Les calculs justificatifs seront conduits selon la théorie des états limites exposée dans le
B.A.E.L99. Un état limite est celui pour lequel une condition requise d’une construction ou l’un
des ces éléments est strictement satisfaite. On distingue deux états limite :
 Etats limites ultimes (ELU) :
Correspondent à la valeur maximale de la capacité portante de la construction soit :
- Equilibre statique.
- Résistance de l’un des matériaux de la structure.
- Stabilité de forme.
 Hypothèses :
- Les sections droites et planes avant déformation, restent droites et planes après déformation.
- Pas de glissement relatif entre le béton et l’acier.
- Le béton tendu est négligé dans les calculs.

UMBB Page 5
CHAPITRE I : Présentation de l'ouvrage et caractéristique des matériaux

- L’allongement unitaire de l’acier est limité à 10 ‰ et le raccourcissement unitaire du béton est


limité à 3‚5 ‰ dans le cas de la flexion simple ou composée et à 2 ‰ dans le cas de la
compression simple.
 Etats limites de service (ELS) :
Constituent les frontières aux de là des quelles les conditions normales d’exploitation
et de durabilité de la construction ou de ses éléments ne sont plus satisfaites soient :
- Ouverture des fissures.
- Déformation des éléments porteurs.
- Compression dans le béton.
 Hypothèses :
- Les sections droites et planes avant déformation, restent droites et planes après déformation.
- Pas de glissement relatif entre le béton et l’acier.
- Le béton tendu est négligé dans les calculs.
- Le béton et l’acier sont considérés comme des matériaux linéaires élastiques, il fait abstraction
du retrait et du fluage du béton.
- Le module d’élasticité longitudinal de l’acier est par convention 15 fois plus grand que celui du
béton ( = 15 ; n= 15)
n=15 : coefficient d’équivalence.
-Contrainte limite ultime de résistance à la compression :
Elle est calculée selon l’article [Art A.4.3,41/BAEL 91 modifié 99] comme Suite:

= [MPa]

Avec:
: Coefficient qui est en fonction de la durée d’application des actions.
= 1 : si la durée d’application est > 24 heures.
= 0,9 : si la durée d’application est entre 1 heure et 24 heures.
= 0,85 : si la durée d’application est < à 1 heure.

: Coefficient de sécurité qui a pour valeurs

= 1,5 dans le cas d’une situation courante.

= 1,15 dans le cas d’une situation accidentelle.

Pour : = 1,5 et = 1 on aura = 14,17 MPa

Pour : = 1,15 et = 0,85 on aura = 21,74MPa

UMBB Page 6
CHAPITRE I : Présentation de l'ouvrage et caractéristique des matériaux

- La contrainte limite de service à la compression :


C’est l’état au-delà duquel ne sont plus satisfaites les conditions normales d’exploitation
et de durabilité. [Art A.4.5,2/BAEL 91 modifié 99]
= 0.6 = 15 MPa

- La contrainte limite de cisaillement :


Elle est calculée selon l’article [Art A.4.3,41/BAEL 91 modifié 99] comme Suite:
-Pour une fissuration peu nuisible : = min (0,2. c28/ b , 5 MPa)

= 3,33 MPa situation courante.

= 4,35 MPa situation accidentelle.

-Pour une fissuration préjudiciable ou très préjudiciable : = min (0,15. c28 / b , 4 MPa)

= 2,5 MPa situation courante.

= 3,26 MPa situation accidentelle.

- Diagrammes des contraintes déformation du béton :


Le diagramme contraint ( ) déformation ( ) du béton pouvant être utilisé dans tous
les cas est le diagramme de calcul dit « parabole – rectangle ».
En compression, les déformations relatives du béton sont limitées à 3,5‰.

Figure I.1 : Diagramme contraintes déformations du béton « parabole -rectangle »

Figure- I-2 : Diagramme contraintes déformations du béton «linéaire»

UMBB Page 7
CHAPITRE I : Présentation de l'ouvrage et caractéristique des matériaux

I-2-1-E) Module d’élasticité :


On définit le module d’élasticité comme étant le rapport de la contrainte normale et la
déformation engendrée. Selon la durée de l’application de la contrainte, on distingue 3 types de
modules :
A- Module d’élasticité instantané : (Art A – 2 .1. 21 BAEL91)
Lorsque la contrainte appliquée est inférieure à 24 heures, il résulte un module égale à :
E ij 11000 3 f cj MPa

Avec : fc28 = 25 MPa


 Eij = 32164,195 MPa

B- Module d’élasticité différée : (Art A -2.1.22 BAEL91)


Lorsque la contrainte normale appliquée est de longue durée, et à fin de tenir en compte
l’effet de fluage du béton, on prend un module égal :
E vj  3700 3 f cj

Avec : fc28 = 25 MPa


 Evj = 10819 MPa

C- Module d’élasticité transversale :


G = E / 2 (1+) MPa
 : Coefficient de poisson, c’est le rapport des déformations transversales et longitudinales, il
sera pris égale à :
-  = 0,2 l’état limite de service
-=0 l’état limite ultim
I-2-2- L’acier :
I-2-2-A) Définition:
Le matériau acier est un alliage Fer et Carbone en faible pourcentage, l'acier est un
matériau caractérise par une bonne résistance aussi bien en traction qu'en compression, Sa bonne
adhérence au béton, en constitue un matériau homogène.
Le module d’élasticité longitudinal de l’acier est pris égale à : Es=200 000 MPa.

I-2-2-B) Résistance caractéristique de l’acier :


On définit la résistance caractéristique de l’acier comme étant sa limite d’élasticité

UMBB Page 8
CHAPITRE I : Présentation de l'ouvrage et caractéristique des matériaux

Type Nuance fe
FeE22 [MPa]
215
Ronds lisses FeE24 235
Barres HA FeE40 400
Type 1 et 2 FeE50 500
Fils tréfiles HA FeTE40 400
Type3 FeTE50 500
Fils tréfiles lisses TL50 Φ>6mm 500
Type4 TL52 Φ≤6mm 520

Tableau I-1 : f e en fonction du type d’acier.

Dans notre cas on utilise des armatures à haute adhérence, un acier de FE400 type 1.

I-2-2-C) Contrainte limite :


 Etat limite ultime :
Pour le calcul on utilise le diagramme contrainte- déformation suivant

Figure-I-3-: Diagramme contraintes – déformations

Es = 200 000 MPa

γs : Coefficient de sécurité
γs = 1,15 cas de situations durable où transitoire

γs = 1 cas de situations accidentelles

f 
 s = e et  es = s .
s Es

UMBB Page 9
CHAPITRE I : Présentation de l'ouvrage et caractéristique des matériaux

 Etat limite de service :


Nous avons pour cet état :

 Fissuration peu nuisible : pas de limitation


 Fissuration préjudiciable :  st ≤  st = min (2/3f e , 110  ftj )

 Fissuration très préjudiciable :  st ≤  bc = min (1/2 f e , 90  ftj )

 : Coefficient de fissuration :  = lisses (RL) 1 pour les ronds

 =1,65 pour les armatures à hautes adhérence (HA).

I-2-3- Hypothèses de calcul :


II-2-3-A) Calcul aux états limites de services:
-Les sections droites restent planes après déformation (hypothèse de Bernoulli).il en résulte que
le diagramme des déformations est linéaire et que la déformation d’une fibre est proportionnelle
à sa distance à l’axe neutre.
-Il n’y a pas de glissement relatif entre les armatures et le béton.
-La résistance du béton tendu est négligée
-Le béton et l’acier considérés comme des matériaux linéairement élastique.

-Le rapport = appelé coefficient d’équivalence, est pris égal à 15 par convention.

I-2-3-B) Calcul aux états limites ultimes:


-Les sections droites restent planes après déformation (hypothèse de Bernoulli).il en résulte que
le diagramme des déformations est linéaire et que la déformation d’une fibre est proportionnelle
à sa distance à l’axe neutre.
-Il n’y a pas de glissement relatif entre les armatures et le béton.
-La résistance du béton tendu est négligée.
-Le raccourcissement du béton est limité à 3.5‰ en flexion simple ou composée et à 2‰ en
compression simple.
-L’allongement de l’acier est limité à 10‰ dans tous les cas de sollicitations.
-Le diagramme des déformations de la section, passe par l’un des 3 points A, B ou C représentés
sur la figure ci-dessous ces points, appelés pivots, sont définis de la manière suivante :

 Pivot A : Traction simple ou composée, flexion avec état limite ultime atteint dans l’acier.
 Pivot B : Flexion avec état limite ultime atteint dans béton.
 Pivot C : Compression simple ou composée.

UMBB Page 10
CHAPITRE I : Présentation de l'ouvrage et caractéristique des matériaux

Figure I-4 : règle des trois pivots

UMBB Page 11
Chapitre II :
Pré-dimensionnement des éléments et descente des charges
CHAPITRE II : Pré dimensionnement des éléments et décente des charges

II-1-Introduction:
Le pré dimensionnement est une étape préliminaire, son but est de déterminer des dimensions
économiques afin d'éviter un sur plus d'acier et béton.

II-2-Pré dimensionnement des planchers :


II-2-1- Plancher en corps creux :
Le plancher est un élément qui joue un rôle porteur supportant les charges et surcharges, et un
rôle d’isolation thermique et acoustique et séparateur entre deux étages. Il est composé de
corps creux ,de poutrelles et de dalle de compression. Son pré dimensionnement se fait par
satisfaction des conditions suivantes :

● Condition d’isolation phonique :


La protection contre les bruits aériens exige une épaisseur minimale de 16 cm.

● Condition de résistance au feu :


e ≥ 7cm pour une heure de coupe-feu.
e ≥ 11cm pour deux heures de coupe-feu.
e ≥ 17,5cm pour quatre heures de coupe-feu.

● Condition de résistance à la flexion :

e≥

Lx max : distance maximale entre nus d’appuis dans le sens ox.

Ly max : distance maximale entre nus d’appuis dans le sens oy.

e≥ = 17,33 cm

L’épaisseur à retenir est : ep = 20 cm, plancher en corps creux de type (16+4)


- 16 cm de corps creux.
- 4 cm de dalle de compression.

Figure II-1: Coupe verticale du plancher a corps creux.

UMBB Page 12
CHAPITRE II : Pré dimensionnement des éléments et décente des charges

II-2-2- Les nervures :

La section transversale des nervures est assimilée à une section en T dont les caractéristiques
suivantes :
● b = 65 cm
● h = 20 cm
● h0 = h – 16 = 20 – 16 = 4 cm
● 0,3.h ≤ b0 ≤ 0,8.h → 0,3×20 ≤ b0 ≤ 0,8×20 → 6 cm ≤ b0 ≤ 14 cm → b0 = 12 cm

●b1 = = = 26,5 cm

● L0 = b – b0 = 65 -12 = 53 cm

Figure II-2: Les caractéristiques géométriques des nervures.

II-2-3- Plancher en dalle pleine :


La dalle d’ascenseur doit avoir une certaine rigidité vu le poids de la machine.

Figure II-3 : Schéma de la dalle machine.

UMBB Page 13
CHAPITRE II : Pré dimensionnement des éléments et décente des charges

● Condition d’isolation phonique :


La protection contre les bruits aériens exige une épaisseur minimale de 16 cm.

● Condition de résistance au feu :


e ≥ 7cm pour une heure de coupe-feu.
e ≥ 11cm pour deux heures de coupe-feu.
e ≥ 17,5cm pour quatre heures de coupe-feu.

● Condition de résistance à la flexion :


Dalle reposant sur quatre appuis :

≤ e≤ → ≤ e≤ → 4,4 cm ≤ e ≤ 5,5 cm

● Condition de l’entreprise nationale d’ascenseur :


L’entreprise nationale des ascenseurs (E.N.A) préconise que l’épaisseur de la dalle machine
est : e ≥ 25cm

L’épaisseur à retenir est : ep = 25 cm, plancher en dalle pleine.

II-3-Pré-dimensionnement des balcons :


Dans notre projet on a 2 types de balcons:

1er type : 2eme type :


Largeur = 160 cm Largeur = 160 cm
Longueur = 435 cm Longueur = 521 cm

eb ≥ = 16 cm eb ≥ = 16 cm

eb : doit être au moins égale à 12cm isolation acoustique (d’après RPA 99/v2003)

L’épaisseur à retenir est : eb = 16 cm (dalle pleine)

II-4-Pré dimensionnement des escaliers :


Dans une construction, la circulation entre les étages se fait par l'intermédiaire des escaliers.
Les escaliers sont constitués par des volées en béton armé reposant sur les paliers coulés en
place. Le choix de ce type d'escalier a été retenu pour les avantages suivants:
1-Rapidité d'exécution
2-Utilisation immédiate de l'escalier

UMBB Page 14
CHAPITRE II : Pré dimensionnement des éléments et décente des charges

Figure II-4 : schéma d'escalier.

- g : giron.
- h : hauteur de la contre marche.
- H : hauteur d’étage.
- L0 : longueur totale d’escalier.

En utilisant la relation de BLONDEL :


59 cm < 2.h+g < 66 cm
16,5 cm < h < 17,5 cm → h = 17.5 cm
25 cm < g < 32 cm → g = 30 cm.

● Nombres des marches :

Hrdc = 340 cm → nrdc = = 20.

Hec = 310 cm → nec = = 18.

● L’emmarchement :
On adopte un jour de 40 cm.

L= = 220 cm
● L’inclinaison de la paillasse :

RDC : tg(α) = = 0,63 → α = 32,2 o

EC : tg(α) = = 0,574 → α = 29.86 o

UMBB Page 15
CHAPITRE II : Pré dimensionnement des éléments et décente des charges

● L’épaisseur de la paillasse :

≤ ep ≤

= 14 cm ≤ ep ≤ = 21 cm

On prend : ep = 17 cm.

II-5-Pré dimensionnement des poutres :


II-5-1- Introduction :
Les poutres sont des éléments en béton armé, de sections rectangulaires S, elles sont
susceptibles de transmettre aux poteaux les efforts dus aux chargements verticaux ramenés par
les planchers.
Les poutres seront prés dimensionnés selon les formules empiriques données par le BAEL 91
révisée 99 et vérifiées par la suite selon le RPA 99 / version 2003.
On a deux types de poutres :
● Les poutres principales :
Elles reçoivent les charges transmise par les solives (Poutrelles) et les répartie aux poteaux sur
lesquels ces poutres reposent.
- elles relient les poteaux.
- elles Supportent la dalle.

● Les poutres secondaires (Chaînages) :


Elles relient les portiques entre eux pour ne pas basculer.

II-5-2- Pré dimensionnement :


D’après les règles de BAEL91 on a :
L / 15 ≤ h ≤ L / 10
Avec :
-L : distance entre les axes des poteaux et on choisit la plus grande portée.
-h : hauteur de la poutre.

● Les poutres principales : Lmax = 480 cm

≤h≤ → 32 cm ≤ h ≤ 48cm → h = 40 cm

0,3×40 ≤ b ≤ 0,8×40 → 12 cm ≤ b ≤ 32 cm → b = 30 cm

UMBB Page 16
CHAPITRE II : Pré dimensionnement des éléments et décente des charges

Vérification selon RPA 99 / version 2003 :


b ≥ 20 cm → 30 cm ≥ 20 cm → condition vérifié.
h ≥ 30 cm → 40 cm ≥ 30 cm → condition vérifié.
h/b < 4 → 1,33 < 4 → condition vérifié.

● Les poutres secondaires : Lmax = 420 cm

≤h≤ → 28 cm ≤ h ≤ 42 cm → h = 35 cm

0,3×35 ≤ b ≤ 0,8×35 → 10,5 cm ≤ b ≤ 28 cm → b = 30 cm

Vérification selon RPA 99 / version 2003 :


b ≥ 20 cm → 30 cm ≥ 20 cm → condition vérifié.
h ≥ 30 cm → 35 cm ≥ 30 cm → condition vérifié.
h/b < 4 → 1,16 < 4 → condition vérifié.

Finalement :
● Poutres principales : b×h = 30×40 cm²
● Poutres secondaires : b×h = 30×35 cm²

II-6-Pré-dimensionnement des voiles :

II-6-1- Introduction :
Les voiles sont des murs réalisés en béton armé, ils auront pour rôle le contreventement du
bâtiment et éventuellement supporter une fraction des charges verticales.
La solution de contreventement avec voiles en béton armé est actuellement très répandue, très
souvent, les voiles en cause, disposés transversalement aux bâtiments de forme rectangulaire
allongée, constituent également les éléments de transmission des charges verticales, sans être
obligatoirement renforcés par des poteaux.
On considère comme voiles les éléments satisfaisant à la condition L ≥ 4a. Dans le cas
contraire, ces éléments sont considérés comme des éléments linéaires.
Le RPA 99 / version 2003, exige une épaisseur minimale de 15 cm, de plus, l’épaisseur doit
être déterminée en fonction de la hauteur libre d’étage he et des conditions de rigidité aux
extrémités.
 Pour les voiles avec deux abouts sur des poteaux : ev ≥ max (he /25, 15 cm).

 Pour les voiles avec un seul about sur un poteau : ev ≥ max (he /22, 15 cm).

 Pour les voiles à abouts libres : ev ≥ max (he /20, 15 cm).

UMBB Page 17
CHAPITRE II : Pré dimensionnement des éléments et décente des charges

Figure II-5 : Coupe de voile en plan.

Figure II-6 : Coupe de voile en élévation.

II-6-2- Pré dimensionnement :


En résumé, pour notre cas, on peut utiliser le 3 eme (voile à about libre) type avec : h = 3,4 m.
Le RPA 99 V2003 considère comme voiles de contreventement les voiles satisfaisant la
condition suivante :
▪ L ≥ 4×ev

▪ ev ≥

UMBB Page 18
CHAPITRE II : Pré dimensionnement des éléments et décente des charges

ev ≥ = = 15 cm

On adopte pour tous les niveaux un voile de : ev = 20 cm.

II-6-3-Disposition des voiles :


Pour notre structure le système de contreventement est assuré conjointement par des voiles et
des portiques dans les deux directions en plan. Pour assurer une meilleure résistance au séisme,
nous devons de préférence avoir une distribution aussi régulière que possible des masses et des
rigidités tant en plan qu’en élévation.
Donc le système de contreventement doit être disposé de façon à :
 Rependre une charge verticale suffisante pour assurer sa stabilité.
 Assurer une transmission directe des forces aux fondations.
 Minimiser les effets de torsion.

II-7- Descente des charges:


L'évaluation des charges est surcharges consiste à calculer successivement pour chaque
élément porteur de la structure, la charge qui lui revient à chaque plancher et ce jusqu'à la
fondation.
Les différents charges et surcharges existantes sont:
- Les charges permanentes (G).
- Les surcharges d'exploitation (Q).

A-Plancher terrasse :
La terrasse est à une zone accessible et une zone inaccessible et réalisée en plancher a corps
creux surmonté de plusieurs couches de protection en forme de pente facilitant l'évacuation des
eaux pluviales.

Figure II-7 : coupe de plancher terrasse.

UMBB Page 19
CHAPITRE II : Pré dimensionnement des éléments et décente des charges

Epaisseur D G
Matériaux
(cm) (Kn/m3) (Kn/m2)
1-protection en
5 16 0,8
gravillon
2-Etanchéité multicouche 5 2 0,1
3-Forme de pente 1% 10 22 2,2
4-Isolation thermique 4 4 0,16
5-Dalle en corps creux 16+4 13,6 2,72
6-Enduit plâtre 2 10 0,20
7-Couche de papier
/ / 0,01
kraft
8-couche de par vapeur 0,8 12 0,1

Tableau II-1 : Evaluation des charges permanentes du plancher terrasse en corps creux.

La charge permanente G = 6,29 Kn/m2


La charge d'exploitation Q =1 Kn/m2

B- Plancher étages courant :


les plancher des étages courant sont en corps creux.

Figure II-8 : coupe de plancher étage courant

Epaisseur D G
Matériaux
(cm) (Kn/m3) (Kn/m2)
1-Carrelage 2 22 0,44
2-Mortier de pose 3 20 0,60
3-Lite de sable 3 18 0,54
4-Dalle en corps creux 16+4 13,6 2,72
5-Enduit plâtre 2 10 0,20
6-Cloison de séparation 10 10 1

Tableau II-2 : Evaluation des charges permanentes du plancher courant.

La charge permanente G = 5,5 Kn/m2


La charge d'exploitation Q = 1,5 Kn/m2

UMBB Page 20
CHAPITRE II : Pré dimensionnement des éléments et décente des charges

C- balcon terrasse :

Epaisseur D G
Matériaux
(cm) (Kn/m3) (Kn/m2)
1-protection en
5 16 0,8
gravillon
2-Etanchéité
5 2 0,1
multicouche
3-Forme de pente 1% 10 22 2,2
4-Isolation thermique 4 4 0,16
5-Dalle en B.A 16 25 4
6-Enduit ciment 2 10 0,20
7-Couche de papier
/ / 0,01
kraft
8-couche de par vapeur 0,8 12 0,1

Tableau II-3 : Evaluation des charges permanentes de dalle de balcon terrasse.

La charge permanente G = 7,57 Kn/m2


La charge d'exploitation Q =1 Kn/m2

D- balcon étage courant :

Epaisseur D G
Matériaux
(cm) (Kn/m3) (Kn/m2)
1-Carrelage 2 22 0,44
2-Mortier de pose 3 20 0,60
3-Lit de sable 3 18 0,54
4-Dalle en BA 16 25 4
5-Enduit ciment 2 20 0,40

Tableau II-4 : Evaluation des charges permanentes de dalle de balcon E.C.

La charge permanente G = 5,98 Kn/m2


La charge d'exploitation Q =3,5 Kn/m2

E- L'acrotère :
S = 0,069 m2
P = (0,069×25) = 1,725 kn/ml
Enduit: ep 2cm = 0,55kn/ml

La charge permanente G = 2,275 kn/m²


La charge d'exploitation Q =1 kn/m²

UMBB Page 21
CHAPITRE II : Pré dimensionnement des éléments et décente des charges

F- Mur extérieur (double cloison) :

Figure II-9 : double cloison.

Matériaux Epaisseur (cm) D (Kn/m3) G (Kn/m2)


1-Brique creuse 25 9 2,25
2-Mortier de ciment 4 20 0,80
Total 3,05

Tableau II-5 : Evaluation des charges permanentes dues au mur extérieur.

G- Mur intérieur (simple cloison) :

Figure II-10 : Mur simple cloison.

Matériaux Epaisseur (cm) D (Kn/m3) G (Kn/m2)


1-Brique creuse 10 9 0,9
2-Mortier de ciment 4 17 0,68
Total 1,58

Tableau II-6 : Charge permanente du mur simple cloison.

UMBB Page 22
CHAPITRE II : Pré dimensionnement des éléments et décente des charges

H- L'escalier (Palier) :

Matériaux Epaisseur (cm) D (Kn/m3) G (Kn/m2)


1-Carrelage 2 22 0,44
2-Mortier de pose 3 20 0,60
3-Lit de sable 3 18 0,54
4-Dalle en BA 17 25 4,25
5-Enduit ciment 2 20 0,40

Tableau II-7 : Evaluation des charges permanentes de palier

La charge permanente G = 6,23 Kn/m²


La charge d'exploitation Q = 2,5 Kn/m²

I- Paillasse (R.D.C) :

Matériaux Epaisseur (cm) D (Kn/m3) G (Kn/m2)


1-Carrelage 2 22 0,44
2-Mortier de pose 3 20 0,60
3-Lit de sable 3 18 0,54
4-Marche 17 22 (0,17/2)×22 =1,87
5-Paillasse 17 25 (25×0,17)/cos32,20 = 5,02
6-Enduit ciment 2 20 0,40
7-Gardes corps / / 0,20

Tableau II-8 : Evaluation des charges permanentes de Paillasse niveau RDC

La charge permanente G = 9,07 Kn/m²


La charge d'exploitation Q = 2,50 Kn/m²

J- Paillasse (E.C) :

Matériaux Epaisseur (cm) D (Kn/m3) G (Kn/m2)


1-Carrelage 2 22 0,44
2-Mortier de pose 3 20 060
3-Lit de sable 3 18 0,54
4-Marche 17 22 (0,17/2)×22 =1,87
5-Paillasse 20 25 (25×0,17)/cos29,86 = 4,9
6-Enduit ciment 2 20 0,40
7-Gardes corps / / 0,20

Tableau II-9 : Evaluation des charges permanentes de Paillasse Niveau étage courant

UMBB Page 23
CHAPITRE II : Pré dimensionnement des éléments et décente des charges

La charge permanente G = 8,95 Kn/m²


La charge d'exploitation Q = 2,50 Kn/m²

K- Dégression des charges :


Comme il est rare que toutes les charges d’exploitations agissent simultanément, on applique
pour leur détermination la loi de dégression qui consiste à réduire les charges identiques à
chaque étage de 10% jusqu’à 0,5Q.

Q0 + ( Q1  Q 2  ............  Q n )

Avec :
 n : Nombre d’étage on démarre de haut en bas (le premier étage est ‘‘0’’).

 Q0 : La charge d’exploitation sur la terrasse.

 Q1, Q2,……, Qn : Les charges d’exploitations des planchers respectifs.

On utilise à partir du cinquième étage.

 9ème étage : Qcum = Q0

 8ème étage : Qcum = Q0 + Q1

 7ème étage : Qcum = Q0 + 0,95 (Q1 + Q2)


 6ème étage : Qcum = Q0 + 0,90 (Q1 + Q2 + Q3)

 5ème étage : Qcum = Q0 + 0,85 (Q1 + Q2 + Q3 + Q4)


 4ème étage : Qcum = Q0 + 0,80 (Q1 + Q2 + Q3 + Q4 + Q5)
 3éme étage : Qcum = Q0 + 0,75 (Q1 + Q2 + Q3 + Q4 + Q5 + Q6)

 2éme étage : Qcum = Q0 + 0,71 (Q1 + Q2 + Q3 + Q4 + Q5 + Q6 + Q7)


 1ére étage : Qcum = Q0 + 0,69 (Q1 + Q2 + Q3 + Q4 + Q5 + Q6 + Q7 + Q8)
 RDC : Qcum = Q0 + 0,67 (Q1 + Q2 + Q3 + Q4 + Q5 + Q6 + Q7 +Q8 + Q9)
Avec :
Q0 = 1 kn/m²
Q1 = 1,5 kn/m²

II-8-Pré dimensionnement des Poteaux :


II-8-1-Principe de calcul :
Le pré dimensionnement de la section du béton sera fait en compression simple uniquement basé
sur la descente de charge.

UMBB Page 24
CHAPITRE II : Pré dimensionnement des éléments et décente des charges

II-8-2-Etapes de pré dimensionnement :


● Choix du poteau le plus sollicité.
● Calcul de la surface reprise par le poteau.
● Détermination des charges permanentes et d’exploitation revenant à ce poteau.
● Les dimensions de la section transversale des poteaux doivent répondre aux conditions du
RPA 99 / version 2003.

II-8-3-prédimensionnement :

A- Calcul de surface :

Figure II-11 : Représentation du poteau le plus sollicité.


Majoration de 10 % (poteau voisin de rive).
Sp = [(2,1 + 1,9) x (1,925 + 2,4)]×1,1 = 19,03 m²

B- Détermination de la charge permanente :


9eme étage :
Poids propre de plancher terrasse ……………………...….….……………….… 19,03×6,29 = 119,7 kn
Poids propre des poutres principales ………………….. 0,30×0,40×(2,4 + 1,925)×25 = 12,97 kn
Poids propre des poutres secondaires ……………………..….. 0,3×0,35×(2,1 + 1,9)×25 = 10,5 kn
Total = 143,2 kn
8éme , 7éme et 6éme étages :
Poids propre de plancher étage courant …………...….……….…………..… 19,03×5,5 = 104,66 kn
Poids propre des poutres principales ……………....... 0,30×0,40×(2,4 + 1,925)×25 = 12,97 kn
Poids propre des poutres secondaires ……………….….…….. 0,3×0,35×(2,1 + 1,9)×25 = 10,5 kn
Poids propre de poteau …………………………………….…..………………… 0,4×0,4×3,1×25 = 12,4 kn
Poids mur double cloison…………………………………….. (1,9 + 2,4)×(3,1 – 0,4)×3,05 = 35,41 kn
Poids mur simple cloison……………………………………....……… (3,1 – 0,4)×1,925×1,58 = 8,21 kn
Total = 184,2 kn

UMBB Page 25
CHAPITRE II : Pré dimensionnement des éléments et décente des charges

5éme , 4éme et 3éme étages :


Poids propre de plancher étage courant ………………….….……………..… 19,03×5,5 = 104,66 kn
Poids propre des poutres principales ……………..…... 0,30×0,40×(2,4 + 1,925)×25 = 12,97 kn
Poids propre des poutres secondaires ……………..………….. 0,3×0,35×(2,1 + 1,9)×25 = 10,5 kn
Poids propre de poteau ……………………..……….…..…………………… 0,5×0,5×3,1×25 = 19,375 kn
Poids mur double cloison…………………………….…..…… (1,9 + 2,4)×(3,1 – 0,4)×3,05 = 35,41 kn
Poids mur simple cloison………………………………....…..……… (3,1 – 0,4)×1,925×1,58 = 8,21 kn
Total = 191,1 kn
2éme , 1ére étages et RDC :
Poids propre de plancher étage courant …………….…….…….…………..… 19,03×5,5 = 104,66 kn
Poids propre des poutres principales ……………..….... 0,30×0,40×(2,4 + 1,925)×25 = 12,97 kn
Poids propre des poutres secondaires ………………….……….. 0,3×0,35×(2,1 + 1,9)×25 = 10,5 kn
Poids propre de poteau ……………………..………………..………….………… 0,6×0,6×3,1×25 = 27,9 kn
Poids mur double cloison………………………..…..………… (1,9 + 2,4)×(3,1 – 0,4)×3,05 = 35,41 kn
Poids mur simple cloison…………………………….…………..……… (3,1 – 0,4)×1,925×1,58 = 8,21 kn
Total = 199,6 kn

C- Pré dimensionnement :
Formule générale :

Br ≥

Tel que :
K=1.1 : Si plus de la moitié des charges est appliquée avant 90 jours.
K=1.2 : Si plus de la majeure partie des charges est appliquée avant 28 jours.
K=1 : pour les autres cas.
Pour notre cas : k = 1 → charge appliquée après 90 jours

: coefficient dépendant de l’élancement mécanique des poteaux qui est définit comme suit :
= 1+0,2.( /35)² Si ≤ 50
= 0,6.(50/ )² Si 50 < < 70

Avec : = / a : le plus petit côté.

UMBB Page 26
CHAPITRE II : Pré dimensionnement des éléments et décente des charges

Comme le calcul se fait en compression centrée on fixe l’élancement mécanique forfaitairement


à = 35.
D’où : =1+0,2×(35/35)² = 1,2.

: est en fonction de la durée T d’application des combinaisons d’action.


=1 Si T > 24h
=0,9 Si 1h ≤ T ≤ 24h
=0,85 Si T < 1h
Pour notre cas : = 1 → charge appliquée après 90 jours

bu = 0,85. c28 / . b , ed = e / s

Avec : s = 1.15 , b = 1.5

c28 : résistance à la compression du béton → c28 = 25 MPa.

e : limite d’élasticité de l’acier utilisé → e = 400 MPa.

Br : section réduite du poteau en (cm²).

Br ≥ ×10-3×104 = 0,64×Nu (cm²)

Br = ²→a= + 2 (cm)

G (kn) a=b Choix


Niveau G (kn) 1,1.G (kn) q (kn/m²) Q (kn) Nu (kn) Br (cm²)
cumulé (cm) (cm)
9 143,2 143,2 157,5 1 19,03 241,2 154,4 14,42 40
8 184,2 327,4 360,1 2,5 47,6 557,5 356,8 20,89 40
7 184,2 511,6 562,7 3,85 73,3 869,6 556,5 25,60 40
6 184,2 695,8 765,4 5,05 96,1 1083,5 693,4 28,33 50
5 191,1 886,9 975,6 6,1 116,1 1490,9 954,2 32,89 50
4 191,1 1078 1185,8 7 133,2 1800,7 1152,5 35,95 50
3 191,1 1269,1 1396 7,75 147,5 2105,8 1347,7 38,70 60
2 199,6 1468,7 1615,6 8,455 160,9 2422,4 1550,3 41,37 60
1 199,6 1668,3 1835,1 9,28 176,6 2742,3 1755,1 43,90 60
RDC 199,6 1867,9 2054,7 10,045 191,2 3060,6 1958,8 46,26 60

Tableau II-10 : pré-dimensionnement du poteau plus sollicité (central)

UMBB Page 27
CHAPITRE II : Pré dimensionnement des éléments et décente des charges

Pour le poteau circulaire :

a=b Choix
Niveau Nu(kn) Br(cm²)
(cm) (cm)
RDC 204,98 131,2 13,45 40

Tableau II-11 : pré-dimensionnement du poteau circulaire

Icarré = Icercle → a.b3/12 = .D 4/64 → 40.403/12 = 3,14.D4/64 → D = 45,66 cm²

On adopte : D = 50 cm.

E- Vérification :
● Selon RPA 99 / version 2003 :
La structure est implanté dans une zone de forte sismicité (zone III), il faut vérifier :
 (a×b) cm² ≥ (30×30) cm² :
(40×40) cm² > (30×30) cm²
(50×50) cm² > (30×30) cm²
(60×60) cm² > (30×30) cm²

 (a,b) ≥ h/20 = 310/20 = 15,5 cm :


40 cm >15,5 cm
50 cm >15,5 cm
60 cm >15,5 cm

 0,25 ≤ a/b ≤ 4 :
0,25 < 40/40 = 1 < 4
0,25 < 50/50 = 1 < 4
0,25 < 60/60 = 1 < 4

les conditions de RPA sont vérifiées.

● Selon BAEL 91 révisée 99 :


 Vérification de contrainte :

ser = ≤ bc = 0,6×Fc28 = 0,6×25= 15 MPa

Avec :
B : section de béton du poteau

UMBB Page 28
CHAPITRE II : Pré dimensionnement des éléments et décente des charges

n= = 15 (coefficient d’équivalence)

As : section d’armature, supposée égale à 1%.B


Ns : effort normal a l’ELS.

Alors :

s= =

 Vérification du flambement :

= < 35.

Avec :
l = 0,7× l 0
RDC : l = 0,7×3,4 = 2,198 m , EC : l = 0,7×3,1 = 2,17 m

Niveau a×b Ns(kn) s(MPa) s≤ bc < 35


9 40×40 182,73 0,99 c.v 18,79 c.v
8 40×40 425,14 2,31 c.v 18,79 c.v
7 40×40 663,70 3,60 c.v 18,79 c.v
6 50×50 899,24 3,12 c.v 15,03 c.v
5 50×50 1119 3,89 c.v 15,03 c.v
4 50×50 1375,6 4,78 c.v 15,03 c.v
3 60×60 1608,8 3,89 c.v 12,53 c.v
2 60×60 1850,3 4,47 c.v 12,53 c.v
1 60×60 2094,4 5,06 c.v 12,53 c.v
5,64
RDC 60×60 2337,3 c.v 12,69 c.v
Tableau II-12 : Vérification selon BAEL 91 révisée 99.

Finalement :

Niveau RDC-3 4-6 7-9


Poteaux (cm²) 60×60 50×50 40×40

Tableau II-13 : Résumé des sections des poteaux.

UMBB Page 29
Chapitre III :
Ferraillages des éléments secondaires
Chapitre III : Ferraillage des éléments secondaires

Introduction :
Ce chapitre concerne le dimensionnement et le calcul des éléments de la structure autre
que les éléments de contreventement qui sont : l’acrotère, les escaliers, les balcons, la poutre
palière ainsi que les planchers en corps creux et en dalle pleine.

III-1-Etude de l’acrotère :
III-1-1-Introduction :
L’acrotère est un élément destiné à assurer la sécurité totale au niveau de la terrasse, dont
elle forme un écran pour toute chute et, de plus, elle participe dans la mise hors eau de la
structure.
Il est assimilé à une console encastrée au niveau du plancher terrasse ; son ferraillage se
calcule sous l’effet d’un effort normal dû à son poids propre G et la poussée Q dû à la main
courante provoquant ainsi un moment de renversement M dans la section d’encastrement
(section dangereuse).
L’acrotère est exposé aux intempéries, donc les fissurations sont préjudiciables.

III-1-2- Hypothèse de calcul :


• Le calcul se fait pour une bande de 1 ml de largeur.
• Fissuration préjudiciable.
• Le calcul se fait à la flexion composée.

III-1-3-Schéma statique :

Figure III-1- schéma statique de l’acrotère.

UMBB Page 30
Chapitre III : Ferraillage des éléments secondaires

III-1-4- Calcul des charges :

Figure III-2- Section de calcul de l’acrotère.

-la charge permanente :


• Poids propre: G=ρ x S.
ρ = 25kn/ml
Wp =25x (0,1x0, 6) + (0,1x0, 08) + (0,1x0, 02)/2 ⇒ Wp = 1,725 kn/ml.

• Enduit de ciment = 0,55kN/ml


⇒ G=1,725+0,55=2,275 kn/m.

-la charge d’exploitation :


Q= max (F,Qp).
• Qp = 1 kn/ml
• La force sismique : (RPA Art 6.2.3)
F est Donnée selon le RPA99 : Fp= 4.A.Cp.Wp.
Avec :
- A : Coefficient d’accélération de zone donne par le tableau 4.1 du RPA99V2003
Zone III, Groupe d’usage 2 ⇒ A = 0,25.
- Cp : Facteur de force horizontale donne par le tableau 6.1 du RPA99V2003 : Cp = 0,8.
- Wp : Poids de l’acrotère Wp = 2,275 kn.
D’ou Fp = 4×0,25×0,8×2,275 = 1,82 kn.
Donc la surcharge d’exploitation est donnée par
Q= max {1 ; 1,82} ⇒ Q= 1,82 kn/ml.

UMBB Page 31
Chapitre III : Ferraillage des éléments secondaires

III-1-5-Combinaison des charges :


A l’ELU :
La combinaison de charges est : 1.35G+1.5Q
• Effort normal de compression dû à G
Nu = 1,35 G = 1.35×2,275 = 3,07 kn.
Nu = 3,07 kn/ml.
• Moment de renversement dû à Q
Mu = 1,5.MQ = 1.5×0.6×1,82 = 1,64 kn.m
Mu =1,64 kn.m
A l’ELS :
La combinaison de charges est : G+Q
• Effort normal de compression dû à G
Ns = G = 1×2,275 = 2,275 kn
Ns = 2,275 KN/ml.
• Moment de renversement dû à Q
Ms = MQ = 0.6×1,82 = 1,09 kn.m
Ms =1,09 kn.m

III-1-6-Ferraillage :

Figure III-3- Schéma de calcul de l’acrotère.


● Calcul de l’excentricité :
ea : excentricité additionnelle
2cm

ea  max  l  ea  2cm
 250

e1 : excentricité due aux effets du premier ordre.

= = = 0,53 m = 53 cm

e1 : excentricité due aux effets du second ordre.

UMBB Page 32
Chapitre III : Ferraillage des éléments secondaires

3 l f
2

e2   2   
10  h
4

α = 10 = 10 =0

= (2 + 0×2) = 0,144 cm

e = ea + e1 + e2 = 2 + 53 + 0,144 = 55,14 cm.


● Moment fictif :
Mf = Nu×e = 3,07×0,552 = 1,69 kn.m
● Calcul de la section d’acier en flexion simple :

µbu = = ×10-3 = 0,0146

µlu = (3440. . + 49×[ c28/ ] – 3050).10-4= 0,3340

µbu < µlu → A’=0


Zb= d [1- 0, 6.µbu] = 0,09.[1- 0,6×0,0146] = 8,92 cm

Af = = = 5,28.10-5 m² = 0,528 cm².

● Calcul de la section d’acier en flexion composé :

As = Af - = 5,28. 10-5 - = 0,439 cm².

● Condition de non fragilité :

Amin = 0,23×b×d× × = 0,23×100×9× × = 1,036 cm²

 Armature longitudinale
On prend : As = Amin = 1,036 cm².

Soit : As = 5HA8 = 2,51 cm² avec : St = 20 cm

 Armature de répartition :

Ar = = = 0,627 cm

Soit : Ar = 3HA8 = 1,51 cm² avec : St = 20 cm.


Remarque :
Puisque les forces horizontales s’exercent sur les deux sens, on va prendre le même ferraillage
pour la zone comprimé (A=A’).

UMBB Page 33
Chapitre III : Ferraillage des éléments secondaires

III-1-7-Vérifications:
III-1-7-1-Vérifications à L’ELU :
► Vérification au cisaillement :
Pour une fissuration préjudiciable :

u ≤ u

u = = = = 0,03 MPa

u = min ( , 4 MPa) = 2,5 MPa

u ≤ u est vérifié
Alors les armatures transversales ne sont pas nécessaires.

►Vérification de l’adhérence des barres :


La contrainte d’adhérence doit être inférieure à la valeur limite ultime :

se = ≤ se = s . t28

Avec :
∑ i = n. . = 5. .8 = 125,6 mm².

se = = 0,268 MPa

se = s . t28 = 1,5×2,1 = 3,15 MPa

se ≤ se est vérifié.
Donc : pas de risque d'entrainement des barres.

III-1-7-2-Vérifications à L’ELS :
b. y 2
  ( A  A' ) y   ( Ad  A' d )  0
2
y = 0,0205 m.

b. y 3
I  A(d  y) 2  A' ( y  d ' ) 2
3
I = 1,7435.10-5 m4

k=

K= = 62517,9 kn/m3

UMBB Page 34
Chapitre III : Ferraillage des éléments secondaires

► Contrainte de compression dans le béton :


σbc = k.y ≤ σbc = 0,6. c28

σbc = 62517,9.10-6×0,0205.103 = 1,28 MPa.


σbc = 0,6.25 = 15 MPa
σbc ≤ σbc est vérifiée.

► Vérification des contraintes maximales dans l’acier :

σst = n.k.(d-y) ≤ σst = min


σst = 15. 62517,9.10-6.(90-20,5) = 65,17 MPa.

σst = min = 202 MPa

σst ≤ σst est vérifiée.

III-1-7-3-Vérifications des espacements des barres :


Armature longitudinale :
St≤ min (3×h, 33cm) => St ≤ min (3×10, 33cm) =30 cm
St = 20cm < 30 cm………………………………..condition vérifier
Armature de répartition :
St≤ min (4×h, 45cm) => St ≤ min (40, 45cm) = 40 cm
St=20cm < 40cm………………………………….condition verifier

Figure III-4- Schéma de ferraillage de l’acrotère.

UMBB Page 35
Chapitre III : Ferraillage des éléments secondaires

III-2-Etude des balcons :

III-2-1-Introduction :
Les balcons sont des éléments de structure en dalle pleine considérée encastre dans les poutres
leur calcul se fait pour une console ayant une extrémité encastre dans les planchers et l’autre
extrémité est libre.
Dans ce bâtiment on a des balcons de déférentes dimensions. Parmi ces balcons, on choisit le cas
le plus défavorable et on adopte le ferraillage trouvée pour tous les autres balcons.

III-2-2- Hypothèse de calcul :


• Le calcul se fait pour une bande de 1 ml de largeur.
• Fissuration préjudiciable.
• Le calcul se fait à la flexion simple.

III-2-3-Les charges :
a) Charges verticales :
Les balcons sont soumis à des charges d’exploitations plus importantes que dans les locaux
courant, du fait de la concentration possible des personnes. La valeur de la charge d’exploitation
est prise égale à 3,5 kn/m².

b) Les charges permanentes et surcharges :


Les balcons sont sollicités par les actions suivantes :
• Charges permanentes : G=5,98 KN/m²
• Surcharges sur le balcon : Q=3,5 KN/m²
• Charges de garde de corps : G1=2,53 KN/m²
• Surcharges dus à la main courante : Q1=1 KN/m²

III-2-5-Schéma statique :

Figure III-5- Schéma statique du balcon à l’ELU et à l’ELS.

UMBB Page 36
Chapitre III : Ferraillage des éléments secondaires

III-2-4- Combinaisons des charges :


-ELU :
qu1 = (1,35G1 +1,5Q1) = (1,35×5,58 +1,5×3,5) = 13,32 kn/ml
qu2 = (1,35G2 +1,5Q2) = (1,35×2,53 +1,5×1) = 4,91 kn/ml
-ELS :
qs1 = (G1 +Q1) = (5,58 +3,5) = 9,48 kn/ml
qs2 = (G2 +Q2) = (2,53 +1) = 3,53 kn/ml

III-2-5- Calcul des moments et des efforts tranchant :


-ELU :

Mu = + qu2 .l = + 4,91×1,6 = 24,9 kn.m

Vu = qu1 .l + qu2 = 13,32×1,6 + 4,91 = 26,22 kn


-ELS :

Ms = + qs2 .l = + 3,53×1,6 = 17,78 kn.m

Vs = qs1 .l + qs2 = 9,46×1,6 + 3,53 = 18,67 kn

III-2-6- Ferraillage :
 Application de l’organigramme de calcul en flexion simple :
b = 100 cm
h = 16 m
d = 14,4 cm

µbu = = ×10-3 = 0,0846

= = 1,4

µlu = (3440. . + 49×[ c28/ ] – 3050).10-4= 0,2990

µbu < µlu → A’= 0


Zb= d [1- 0, 6.µbu] = 14,4.[1- 0,6×0,0846] = 13,67 cm

● Calcul de la section d’acier :

Af = = = 5,24.10-4 m² = 5,24 cm²

● Condition de non fragilité :

Amin = 0,23×b×d× = 0,23×100×14,4× = 1,74 cm²

UMBB Page 37
Chapitre III : Ferraillage des éléments secondaires

 Armature longitudinale
On prend : As = 5,24 cm².

Soit : As = 6HA12 = 6,79 cm² avec : St = 15 cm

 Armature de répartition :

Ar = = = 1,70 cm

Soit : Ar = 5HA8 = 2,51 cm² avec : St = 20 cm

III-2-7-Vérifications:
III-2-7-1-Vérifications à L’ELU :
► Vérification au cisaillement :
Pour une fissuration préjudiciable :

u≤ u

u= = = 0,182 MPa

u = min ( , 4 MPa) = 2,5 MPa

u≤ u est vérifié
Alors les armatures transversales ne sont pas nécessaires.

►Vérification de l’adhérence des barres :


La contrainte d’adhérence doit être inférieure à la valeur limite ultime :

se = ≤ se = s . t28

Avec :
∑ i = n. . = 6. .12 = 226,08 mm².

se = = 0,895 MPa

se = s . t28 = 1,5×2,1 = 3,15 MPa

se ≤ se est vérifié.
Donc : pas de risque d'entrainement des barres.

III-1-7-2-Vérifications à L’ELS :
b. y 2
  ( A  A' ) y   ( Ad  A' d )  0
2

UMBB Page 38
Chapitre III : Ferraillage des éléments secondaires

y = 0,045 m.

b. y 3
I  A(d  y) 2  A' ( y  d ' ) 2
3
I = 1,302.10-4 m4

k=

K= = 136561 kn/m3

► Contrainte de compression dans le béton :


σbc = k.y ≤ σbc = 0,6. c28

σbc = 136561,.10-6×0,045.103 = 6,13 MPa.


σbc = 0,6.25 = 15 MPa
σbc ≤ σbc est vérifiée.

► Vérification des contraintes maximales dans l’acier :

σst = n.k.(d-y) ≤ σst = min


σst = 15. 136561.10-6.(144 - 45) = 199,98 MPa.
σst = min = 202 MPa

σst ≤ σst est vérifiée.

III-1-7-3-Vérifications des espacements des barres :


Armature longitudinale :
St≤ min (3×h, 33cm) => St ≤ min (3×16, 33cm) =33 cm
St = 15 cm < 33 cm………………………………..condition vérifier
Armature de répartition :
St≤ min (4×h, 45cm) => St ≤ min (64 , 45cm) = 45 cm
St=20 cm < 45 cm………………………………….condition verifier

UMBB Page 39
Chapitre III : Ferraillage des éléments secondaires

30 cm 160 cm

Figure III-6- Schéma de ferraillage du balcon.

III-3-Etude des escaliers :


III-3-1-Introduction :
Les escaliers constituant le bâtiment sont en béton armé coulé sur place, ils sont constitués de
paliers et paillasses assimilés dans le calcul à des poutres isostatiques.
L’escalier est calculé à la flexion simple et puisqu’il n’est pas exposé aux intempéries les
fissurations sont considérées peut préjudiciables.
On a un escalier à deux volées avec un palier intermédiaire.

III-3-2- Hypothèse de calcul :


• Le calcul se fait pour une bande de 1 ml de largeur.
• Fissuration préjudiciable.
• Le calcul se fait à la flexion simple.

III-3-3-Les charges :
Les escaliers sont sollicités par les actions suivantes :
● Paillasse :
La charge permanente G1 = 9,07 Kn/m²
La charge d'exploitation Q1 = 2,50 Kn/m²

● Palier :
La charge permanente G2 = 6,23 Kn/m²
La charge d'exploitation Q2 = 2,5 Kn/m²

UMBB Page 40
Chapitre III : Ferraillage des éléments secondaires

III-3-4- Combinaisons des charges :


-ELU :
qu paillasse = (1,35G1 +1,5Q1) = (1,35×9,07 +1,5×2,5) = 16 kn/ml
qu palier = (1,35G2 +1,5Q2) = (1,35×6,23 +1,5×2,5) = 12,16 kn/ml
-ELS :
qs paillasse = (G1 +Q1) = (9,07 +2,5) = 11,57 kn/ml
qs palier = (G2 +Q2) = (6,23 +2,5) = 8,73 kn/ml

III-3-5- Calcul des moments et des efforts tranchant :


ELU ELS

On utilise la méthode forfaitaire pour déterminer les moments en appuis et en travées :


Mtra = 0,8.M0
Mapp = 0,3.M0
Etat M0 (kn.m) Mtra (kn.m) Mapp (kn.m)
ELU 32,24 25,80 7,75
ELS 23,11 18,50 6,94

Tableau III-1- Calcul des moments en travées et en appuis

UMBB Page 41
Chapitre III : Ferraillage des éléments secondaires

III-3-6- Ferraillage :
 Application de l’organigramme de calcul en flexion simple :
b = 100 cm
h = 17 cm
d = 15,3 cm

µbu =

µlu = (3440. . + 49× [ c28/ ] – 3050).10-4

Zb= d [1- 0, 6.µbu]


● Calcul de la section d’acier :
A=

● Condition de non fragilité :

Amin = 0,23×b×d×

Mu Mser A’ Zb A Acnf
Position µbu µlu
(kn.m) (kn.m) (cm²) (cm) (cm²) (cm²)
travée 25,80 15,50 0,0776 1,4 0,2990 0 14,58 5,08 1,85
appui 7,75 6,94 0,0209 1,4 0,2990 0 15,12 1,32 1,85

Tableau III-2- Calcul de la section d’acier

 Calcul des armatures :


Al ≥ (A , Amin)

Arép ≥

Armatures longitudinales Armatures de répartition


Position
Al (cm²) St (cm) Arép (cm²) St (cm)
travée 6HA12 = 6,79 15 5HA8 = 2,51 20
appui 6HA12 = 6,79 15 5HA8 = 2,51 20

Tableau III-3- ferraillage des escaliers

UMBB Page 42
Chapitre III : Ferraillage des éléments secondaires

III-3-7-Vérifications:
III-3-7-1-Vérifications à L’ELU :
► Vérification au cisaillement :
Pour une fissuration préjudiciable :
u≤ u

u= = = 0,21 MPa

u = min ( , 4 MPa) = 2,5 MPa

u≤ u est vérifié
Alors les armatures transversales ne sont pas nécessaires.

►Vérification de l’adhérence des barres :


La contrainte d’adhérence doit être inférieure à la valeur limite ultime :

se = ≤ se = s . t28

∑ i = n. . = 6. .12 = 226,08 mm².

se = = 1,032 MPa

se = s . t28 = 1,5×2,1 = 3,15 MPa

se ≤ se est vérifié.

III-3-7-2-Vérifications à L’ELS :
b. y 2
  ( A  A' ) y   ( Ad  A' d )  0
2
b. y 3
I  A(d  y) 2  A' ( y  d ' ) 2
3
K=

► Contrainte de compression dans le béton :


σbc = k.y ≤ σbc = 0,6. c28 = 15 MPa

► Vérification des contraintes maximales dans l’acier :

σst = n.k.(d-y) ≤ σst = min = 202 MPa

UMBB Page 43
Chapitre III : Ferraillage des éléments secondaires

Position Mser (kn.m) Al (cm²) Y (cm) I (cm4) K (kn/m3) σbc (MPa) σst (MPa)
travée 15,50 6,79 4,66 21965,3 116729,7 5,44 C.V 186,3 C.V
appui 6,94 6,79 4,66 21965,3 31596,3 1,47 C.V 50,42 C.V

Tableau III-4- Vérification des contraintes à l’ELS

III-1-7-3-Vérifications des espacements des barres :


Armature longitudinale :
St≤ min (3×h, 33cm) => St ≤ min (3×17, 33cm) =33 cm
St = 15 cm < 33 cm………………………………..condition vérifier
Armature de répartition :
St≤ min (4×h, 45cm) => St ≤ min (68 , 45cm) = 45 cm
St=20 cm < 45 cm………………………………….condition verifier

Figure III-7- Schéma de ferraillage de l’escalier

UMBB Page 44
Chapitre III : Ferraillage des éléments secondaires

III-4-Etude de la poutre palière :


III-4-1-Introduction :
C’est une poutre de section rectangulaire, de dimension (b x h) et uniformément chargée. Son
calcul se fait à la flexion simple, elle est supposée encastrée à ses deux extrémités.

III-4-2- Pré dimensionnement :


D’après les règles de BAEL91 on a :
L / 15 ≤ h ≤ L / 10
Avec :
-L : distance entre les axes des poteaux (L = 4,80 m)
-h : hauteur de la poutre

≤h≤ →32 cm ≤ h ≤ 48cm → h = 40 cm

0,3×40 ≤ b ≤ 0,8×40 →12 cm ≤ b ≤ 32 cm → b = 30 cm


Vérification selon RPA 99 / version 2003 :
b ≥ 20 cm → 30 cm ≥ 20 cm → condition vérifié.
h ≥ 30 cm → 40 cm ≥ 30 cm → condition vérifié.
h/b < 4 → 1,33 < 4 → condition vérifié.

III-4-3-Les charges :
Les escaliers sont sollicités par les actions suivantes :
● La charge permanente :
Poids propre : G pp = 0,3×0,4×25 = 3 kn/m²
Charges de l’escalier et du palier : G(e + p) = 6,23×1,85 + 0,3×9,07 = 13,94 kn/m²
Maçonnerie : G M = 3,05×(3,4 - 2×0,4)/2 = 3,85 kn/m²
G = Gpp + G (e + p) + G M = 20,79 kn/m²

● La charge d'exploitation :
Q = 2,5×4,2/2 = 5,25 kn/m²

III-4-4- Combinaisons des charges :


-ELU :
qu = (1,35G +1,5Q) = (1,35×20,79 +1,5×5,25) = 35,94 kn/ml
-ELS :
qs = (G +Q) = (20,79 +5,25) = 26,04 kn/ml

UMBB Page 45
Chapitre III : Ferraillage des éléments secondaires

III-4-5- Calcul des moments et des efforts tranchant :


ELU ELS

Etat Mtra (kn.m) Mapp (kn.m)


ELU 34,50 69,00
ELS 25,02 50,04

Tableau III-5- Les moments en travées et en appuis

III-4-6- Ferraillage :
 Application de l’organigramme de calcul en flexion simple :
b = 30 cm
h = 40 cm
d = 36 cm

µbu =

µlu = (3440. . + 49× [ c28/ ] – 3050).10-4

Zb= d [1- 0, 6.µbu]

UMBB Page 46
Chapitre III : Ferraillage des éléments secondaires

● Calcul de la section d’acier :


A=

● Condition de non fragilité :

Amin = 0,23×b×d×

● Armatures minimales selon RPA99/2003 :


ARPA = 0,5%.B

Mu Mser A’ Zb A Acnf ARPA


Position µbu µlu
(kn.m) (kn.m) (cm²) (cm) (cm²) (cm²) (cm²)
travée 34,5 25,02 0,0625 1,38 0,2922 0 34,65 2,86 1,304 6
appui 69 50,04 0,1250 1,38 0,2922 0 33,30 5,95 1,304 6

Tableau III-6- Calcul de la section d’acier

 Calcul des armatures :

Armatures longitudinales Armatures transversales


Position St (cm)
Al (cm²) St (cm) At (cm²)
Z.N Z.C
travée 3HA16 = 6,03 12,5 4HA8 = 2,01 8 15
appui 3HA16 = 6,03 12,5 4HA8 = 2,01 8 15

Tableau III-7- ferraillage de la poutre palière

III-4-7-Vérifications:
► Vérification au cisaillement :
Pour une fissuration préjudiciable :

u≤ u

u= = = 0,76 MPa

u = min ( , 4 MPa) = 2,5 MPa

u≤ u vérifié

UMBB Page 47
Chapitre III : Ferraillage des éléments secondaires

► Vérification d’influence de l’effort tranchant :


 Vérification sur les armatures inférieures sur appuis :
Les armatures inferieurs doivent être ancrées au-delà de l’appui pour équilibrer l’effort tranchant.

Si : < 0 pas de force de traction dans les armatures longitudinales inferieurs.

Si : > 0 les armatures longitudinales inferieurs sont soumis à un effort de traction.

= 82,16 - = -130,8 < 0

pas de force de traction dans les armatures longitudinales inferieurs, la condition est satisfaite.

 Vérification de la contrainte de compression du béton:

On doit vérifier que : Vu ≤ 0,4×b×d×

0,4×a×b× = 0,4×300×0,9.300× = 810 kn

Vu = 82,16 kn ≤ 810 kn (C.V)

 Vérification de l’adhérence des barres :


La contrainte d’adhérence doit être inférieure à la valeur limite ultime :

se = ≤ se = s . t28

∑ i = n. . = 3. .16 = 150,72 mm².

se = = 1,68 MPa

se = s . t28 = 1,5×2,1 = 3,15 MPa

se ≤ se est vérifié.

► Vérification de contrainte de compression dans le béton :

b. y 2
  ( A  A' ) y   ( Ad  A' d )  0
2
b. y 3
I  A(d  y) 2  A' ( y  d ' ) 2
3
K=

σbc = k.y ≤ σbc = 0,6. c28 = 15 MPa

UMBB Page 48
Chapitre III : Ferraillage des éléments secondaires

Mser Al Y K σbc σbc


Position I (cm4) Observation
(kn.m) (cm²) (cm) (kn/m3) (MPa) (MPa)
travée 25,02 6,03 12,02 69378,9 36062,8 4,34 15 C.V
appui 50,04 6,03 12,02 69378,9 72125,6 8,67 15 C.V

Tableau III-8- Vérification de contrainte de compression dans le béton

● Vérification de l’état limite de déformation (la flèche):


La vérification de la flèche est inutile sauf si l’une des trois conditions n’est pas vérifiée :
h 1
 Condition N°1
l 16
h Mt
 Condition N°2
l 10  M 0

As 4.2
 MPa Condition N°3
bd fe
Avec :
L : portée de la travée entre nus d’appuis
Mt : Moment fléchissant maximal en travée
Mo : Moment statique
A : Section d’armatures tendue

Conditions Condition N°1 Condition N°2 Condition N°3 Observation


vérifications 0,088 > 0,0625 0,088 > 0,085 0,0056 < 0,0105 C.V

Tableau III-9- Vérification de l’état limite de déformation (la flèche)

Les 3 conditions sont vérifier, la vérification de la flèche n’est pas nécessaire.

Figure III-8- Schéma de ferraillage de la poutre palière

UMBB Page 49
Chapitre III : Ferraillage des éléments secondaires

III-5- Etude de plancher:


III-5-1-Dalle de compression :
Les planchers sont des éléments plans horizontaux, supposés être infiniment rigide dans leur
plan, ils ont pour rôle :
• Transmettre les charges aux éléments porteurs.
• Assurer l’isolation des différents étages du point de vue thermique et acoustique.
Dans notre cas , les planchers sont en corps creux (16+4) associer à des poutrelles préfabriquées
sur chantier, la dalle de compression est coulée sur toute la surface de plancher avec une
épaisseur de 4cm.
Cette dalle est ferraillée d’un quadrillage d’armatures constitué d’une nappe de treillis soudés
(TLE 520) dont les dimensions ne doivent excéder :
• 20cm pour les armatures perpendiculaire.
• 33cm pour des armatures parallèles aux poutrelles.
En pratique en considère un maillage de 20cm.

Soit :
A : la section des armatures perpendiculaires aux nervures ( A en cm² sur 1 mètre de nervures ).
L : écartement entre axe des nervures

Si : L ≤ 50cm → A>

50 ≤ L ≤ 80 → A=

Les armatures parallèles aux nervures, ainsi que les armatures supérieures des poutrelles, doivent

avoir une section par mètre linéaire au moins égale à .

 Les armatures perpendiculaires aux nervures égales :

Aper = = = 0,65 cm²/ml → Aper = 6 5 /ml = 1,18 cm²/ ml

Avec : St = 15 cm
 Les armatures parallèles aux nervures égales :

Apar = = 0,49 cm²/ml → Apar = 6 5 /ml = 1,18 cm²/ ml

Avec : St = 15 cm

Donc nous optons pour le ferraillage de la dalle de compression un treillis soudé de (TLE500)
de dimensions (150×150) mm²

UMBB Page 50
Chapitre III : Ferraillage des éléments secondaires

III-5-2-Les Poutrelles :
Pour l’étude des poutrelles, il faudra déterminer les moments fléchissant et les efforts
tranchants, pour cela il existe trois méthodes qui sont :
• Méthode forfaitaire.
• Méthode de Caquot.
• Méthode des trois moments.

III-5-2-1-Méthode forfaitaire :
 Principe de la méthode :
Elle consiste à évaluer les valeurs maximales des moments en travée et des moments sur appuis
à des fractions fixées forfaitairement de la valeur maximale du moment M 0 dans la travée dite
de comparaison, c’est à dire dans la travée isostatique indépendante de même portée et soumise
aux même charge que la travée considérée.

 Domaine d’application de la méthode forfaitaire :


Pour déterminer les moments en appui et en travée, il est possible d’utiliser la
méthode forfaitaire si les quatre conditions sont vérifiées :
- Plancher a surcharges modérées (q ≤ 2.g)
- Le moment d’inertie est constant sur toutes les travées

- Le rapport entre deux travées successives est compris entre : 0,8 ≤ ≤ 1,25

- Fissuration peut nuisible (peut préjudiciable)

► Calcul des moments :


Le rapport des charges d’exploitations à la somme de la charge permanente et d’exploitation

en valeur non pondérées égale à : =

• Moment fléchissant :

Mo =

• Moment sur appuis :


0,6.Mo pour une poutre à deux travées.
0,5.Mo pour les appuis voisins des appuis de rive d’une poutre à plus de deux travées.
0,4.Mo pour les autres appuis intermédiaires d’une poutre à plus de trois travées.
0,2.Mo pour les appuis de rive.

UMBB Page 51
Chapitre III : Ferraillage des éléments secondaires

• Moments en travée :

Mt 1 ≥ max

Mt 2 ≥ × M0 → pour une travée intermédiaire

Mt 2 ≥ × M0 → pour une travée de rive

Mt = max (Mt 1 , Mt 2 )

► Calcul de l’effort tranchant :

Vw = - 2× , =

Ve = 2× , b=

III-5-2-2- Méthode Caquot :


 Principe de la méthode :
L’idée consiste à faire l’étude de chaque travée de façon indépendante. Or chaque travée même
isolée est hyperstatique. La méthode de Caquot permet de transformer l’étude du système
hyperstatique en un système isostatique.

 Domaine d’application de la méthode Caquot :


Elle est applicable essentiellement pour les planchers a surcharge élevées, et également à
des planchers a surcharge modérées si l’une des condition de la méthode forfaitaire n’est
pas vérifier.

► Calcul des moments :


En appuis:

Mi =

En travée :

Mi = -

Avec :
l’ = 0,8.l → travée intermédiaire l’ = l → travée de rive

Kw = Ke =

UMBB Page 52
Chapitre III : Ferraillage des éléments secondaires

Pw : charge du côté West de la travée considérée.


Pe : charge du côté Est de la travée considérée.

lw : longueur de la travée West.


le : longueur de la travée Est.
I : inertie de la poutrelle
► Calcul de l’effort tranchant :

Vwi = Vow +

Vei = Voe +

Avec :
Vow , Voe : efforts tranchants sur appuis des travées de référence en valeur algébrique.
Mi , Mi-1 : moments sur appuis avec leurs signes.

III-5-2-3-Vérifications des conditions d'application de la méthode forfaitaire :


Q < 2.G  1 < 2×6,29 = 12,58 kn/m2 (OK)
• La fissuration est considérée peu préjudiciable (OK)
• Les moments d’inertie sont les mêmes dans les différentes travées (OK)
• Les portées :

0,8 ≤ ≤ 1,25 → 0,8 ≤ = 0,9 ≤ 1,25 (OK)

0,8 ≤ ≤ 1,25 → 0,8 ≤ = 1,22 ≤ 1,25 (OK)

Donc la méthode forfaitaire est applicable.

III-5-2-4-Calcul des moments et des efforts tranchant :


 Dimension de la poutrelle :
b0 = 12 cm
h0 = 4 cm

 Type de poutrelles :
Pour notre structure on distingue trois types de poutrelles représentées comme suit :
Type 1 :

UMBB Page 53
Chapitre III : Ferraillage des éléments secondaires

Type 2 :

Type 3 :

Figure III-9 : types de poutrelles


 Charges et surcharges :
Le tableau suivant représente les charges revenant à la poutrelle au plancher d’étage courant et
terrasse.

b (m) G (kn/m²) Q (kn/m²) qu (kn/m²) qs (kn/m²)


Terrasse 0,65 0,137 6,29 1 6,50 4,74
RDC / étage courant 0,65 0,214 5,50 1,5 6,28 4,55

Tableau III-10- Charges sur poutrelles

 Exemple de Calcule :
Poutrelle type 2, étage terrasse
● Calcul des moments :

Figure III-10- Distribution des moments sur poutrelles continues

Le tableau suivant résume les résultats obtenus à l’ELU :

Travée M0 (kn.m ) Mw (kn.m) Me (kn.m) Mt1 (kn.m) Mt2 (kn.m) Mt (kn.m)


A 12,04 2,41 6,02 8,42 7,47 8,42
B 9,67 6,02 3,87 5,16 4,96 5,16
C 6,60 3,87 2,64 3,63 3,39 3,63
D 6,60 2,64 3,87 3,63 3,39 3,63
E 9,67 3,87 6,02 5,16 4,96 5,16
F 12,04 6,02 2,41 8,42 7,47 8,42

Tableau III-11 – Résultats à l’ELU

UMBB Page 54
Chapitre III : Ferraillage des éléments secondaires

Le tableau suivant résume les résultats obtenus à l’ELS :

Travée M0 (kn.m ) Mw (kn.m) Me (kn.m) Mt1 (kn.m) Mt2 (kn.m) Mt (kn.m)


A 8,78 1,75 4,39 6,15 5,45 6,15
B 7,05 4,39 2,82 3,80 3,67 3,80
C 4,81 2,82 1,92 2,68 2,50 2,68
D 4,81 1,92 2,82 2,68 2,50 2,68
E 7,05 2,82 4,39 3,80 3,67 3,80
F 8,78 4,39 1,75 6,15 5,45 6,15

Tableau III-12- Résultats à l’ELS

● Calcul des efforts tranchants :


Le tableau suivant résume les résultats obtenus à l’ELU :

Travée (m) b (m) Vw (kn) Ve (kn)


A 1,69 2,15 -12,78 13,41
B 1,83 1,62 -12,31 11,17
C 1,55 1,30 -9,73 9,71
D 1,36 1,49 -9,28 10,13
E 1,63 1,82 -11,14 12,34
F 2,06 1,79 -14,02 12,11

Tableau III-13- Calcul des efforts tranchants à l’ELU

Le tableau suivant résume les résultats obtenus à l’ELS :

Travée (m) b (m) Vw (kn) Ve (kn)


A 1,79 2,06 -8,83 10,23
B 1,82 1,63 -9,01 8,12
C 1,5 1,35 -7,33 6,81
D 1,36 1,49 -6,76 7,38
E 1,63 1,82 -8,12 9,01
F 2,07 1,78 -10,18 8,88

Tableau III-14- Calcul des efforts tranchants à l’ELS

UMBB Page 55
Chapitre III : Ferraillage des éléments secondaires

● Diagramme des moments et des efforts tranchants :


ELU :

ELS :

 Résultats de calcul des poutrelles :


Le tableau suivant représente les résultats maximaux obtenus à l’ELU et à l’ELS :

ELU ELS
plancher type Mt (kn.m) Ma (kn.m) V (kn) Mt (kn.m) Ma (kn.m) V (kn)
RDC 3 7,15 5,82 13,16 5,17 4,22 9,53
Etage 1 7,72 6,98 14,56 5,60 5,06 10,10
courant 2 8,30 5,82 13,70 6,02 4,22 9,94
1 7,82 7,23 14,26 5,71 4,39 10,23
Terrasse
2 8,42 6,02 14,02 6,15 5,27 10,40

Tableau III-15- Résultats de calcul des poutrelles

UMBB Page 56
Chapitre III : Ferraillage des éléments secondaires

III-5-2-5-Ferraillage :
Le calcul se fait pour la poutrelle de type 2 au niveau terrasse, en flexion simple à l’ELU, il
s’effectue comme étant une section en T.
 En travée :
Mu = 8,42 kn.m
Ms= 6,15 kn.m
On a le moment équilibré par la table de compression :
MTu = b×ho× bu×( d- ) = 0,12×0,04×14,16.10 3×( 0,18 - ) = 58,95 kn.m
Donc : Mu ≤ MTu
L’axe neutre tombe dans la table de compression, une seule partie de la table est comprimée et
comme le béton tendu n’intervient pas dans les calculs, la section en T sera calculée comme une
section rectangulaire de dimensions (b×h) tel que : b = 12 cm , h = 20 cm.

µbu = = ×10-3 = 0,1525

= = 1,37

µlu = (3440. . + 49×[ c28 / ] – 3050).10-4= 0,2885

µbu < µlu → A’= 0


Zb= d [1- 0, 6.µbu] = 18.[1- 0,6×0,1525] = 16,36 cm

● Section d’aciers :

A= = = 1,48.10-4 m² = 1,48 cm²

● Condition de non fragilité :

Amin = 0,23×b×d× = 0,23×12×18× = 0,26 cm²

Soit : AS = 2HA10 = 1,57 cm²


 En Appuis :
Mu = 6,02 kn.m
Ms = 4,39 kn.m

µbu = = ×10-3 = 0,1090

= = 1,37

µlu = (3440. . + 49×[ c28 / ] – 3050).10-4= 0,2885

µbu < µlu → A’= 0


Zb= d [1- 0, 6.µbu] = 18.[1- 0,6×0,1090] = 16,83 cm
UMBB Page 57
Chapitre III : Ferraillage des éléments secondaires

● Section d’aciers :

A= = = 1,03.10-4 m² = 1,03 cm²

● Condition de non fragilité :

Amin = 0,23×b×d× = 0,23×12×18× = 0,26 cm²

Soit : AS = 1HA12 = 1,57 cm²

 Calcul des armatures transversales : ( Art-A.7.2.2 BAEL91 )

t ≥ min ( ; ; l ) = min ( ; ; 1,2 ) t = 0,57 cm

On prend : t = 8mm ( 2HA8 = 1,01 cm² )

 Espacement des armatures transversales : ( Art-A.5.1.2.2 BAEL91 )


St ≤ min ( 0,9.d ; 40 cm ) = min ( 0,9×18 ; 40 cm ) = 16,2 cm
On prend : St = 15 cm
 Calcul de l’ancrage rectiligne : ( Art-A.5.1.2.2 BAEL91 )
Les barres rectilignes de diamètre et de limite d’élasticité ƒ e sont ancrées sur une longueur Ls
longueur de scellement droit donnée par l’expression :

Ls = = = 35,21 cm

On prend : Ls= 40 cm

III-5-2-6-Vérification :
 Vérifications à L’ELU :
● Vérification au cisaillement :
Pour une fissuration préjudiciable :

u≤ u

u= = = 0,65 MPa

u = min ( , 4 MPa) = 2,5 MPa

u≤ u est vérifié
Alors les armatures transversales ne sont pas nécessaires.

UMBB Page 58
Chapitre III : Ferraillage des éléments secondaires

● Vérification de l’adhérence des barres :


La contrainte d’adhérence doit être inférieure à la valeur limite ultime :

se = ≤ se = s . t28

∑ i = n. . = 2. .10 + 1. 12 = 100,48 mm².

se = = 0,86 MPa

se = s . t28 = 1,5×2,1 = 3,15 MPa

se ≤ se est vérifié.

 Vérifications à L’ELS :

b. y 2
  ( A  A' ) y   ( Ad  A' d )  0
2
b. y 3
I  A(d  y) 2  A' ( y  d ' ) 2
3
K=

► Contrainte de compression dans le béton :


σbc = k.y ≤ σbc = 0,6. c28 = 15 MPa
► Vérification des contraintes maximales dans l’acier :
F.P.P pas de limitation de σst

Mser Al I K σbc σbc


Position Y (cm) Observation
(kn.m) (cm²) (cm4) (kn/m3) (MPa) (MPa)
travée 6,15 1,57 58,6.106 0,105 3,27 3,43 15 CV
appui 4,39 1,13 43,9.106 0,1 2,81 2,81 15 CV

Tableau III-16- Vérification de contrainte de compression dans le béton

Figure III-11 : Schéma de ferraillage des poutrelles

UMBB Page 59
Chapitre III : Ferraillage des éléments secondaires

III-6- Etude de la dalle salle machine :


III-6-1- Introduction :
La dalle machine est une dalle pleine, qui reprend un chargement important par rapport à celle de
l’étage courant ou terrasse, cela est due au mouvement de l’ascenseur ainsi qu’à son poids en
tenant compte de la variation des efforts de la machine par rapport à la dalle.

III-6-2- Les charges :


● Charges permanentes :
Selon l’entreprise nationale des ascenseurs la charge permanente est représentée comme suit :
P1 = 8400 kg P 6 = 1250 kg
P2 = 3200 kg P7 = 750 kg
P3 = 2000 kg P8 = 1100 kg
P4 = 600 kg P 9 = 1000 kg
P5 = 800 kg P 10 = 3100 kg
Poids de la machine :

G1 = = = 45,87 kn/m².

Poids propre de la dalle:


G2 = e×ρ = 25 × 0,25 = 6,25 kn/m²
Donc :
G = 45,87 + 6,25 = 52,12 kn/m².

● Charges d’exploitations :
Q = 300 kg / m² = 3 kn/m²

III-6-3- Combinaison de charges :


ELU :
qu = 1,35.G + 1,5.Q = 1,35×52,12 + 1,5×3 = 74,86 kn/m²
ELS :
qs = G + Q = 52,12 + 3 = 55,12 kn/m²

III-6-4- Calcul des moments :


 Moment isostatique :
Concernant les dalles rectangulaires librement appuyées sur leur contour nous distinguons deux
cas :

UMBB Page 60
Chapitre III : Ferraillage des éléments secondaires

1er Cas : 0 < < 0,4


La flexion longitudinale est négligeable.

Mox = q×

Moy = 0

2eme Cas : 0,4 ≤ ≤1


Les deux flexions interviennent, les moments développés au centre de la dalle dans les deux
bandes de largeur d’unité valent :
 dans le sens de la petite portée : Mox = µ x.q.Lx2
 dans le sens de la grande portée : Moy = µy.Mox

 Moment en appuis et en travée :


Si le panneau considéré est continu au-delà des appuis (panneau intermédiaire) :
 Moment en travée : (Mtx = 0,75Mox , Mty = 0,75Moy)
 Moment sur appuis : (Max = 0,5Mox , May = 0,5Moy)
Si le panneau considéré est un panneau de rive :
 Moment en travée : (Mtx = 0,85Mox , Mty = 0,85Moy)
 Moment sur appuis : (Max = 0,3Mox , May = 0,3Moy)

= = = 1 → 0,4 ≤ ≤1

Les résultats de calcul sont résumés sur le tableau suivant:


ELU ELS
Sens XX Sens YY Sens XX Sens YY
µ 0,0368 1 0,0441 1
M (KN.m) 13,33 13,33 11,76 11,76
Mt (KN.m) 11,33 11,33 10 10
Ma (KN.m) 4 4 3,53 3,53

Tableau III-17: Calcul des sollicitations

III-6-5- Calcul des armatures :


b = 100 cm h = 25 cm d = 22,5 cm
● Pourcentage minimal :
Suivant le petit côté : Ax min ≥ 8×h = 2 cm²

UMBB Page 61
Chapitre III : Ferraillage des éléments secondaires

Ay min ≥ 8×h× = 2 cm²

Condition de non fragilité : Amin = 0,23.b.d. t28/ e = 0,23×100×36× = 2,71 cm²

● Espacement maximal :
St ≤ min (33 cm, 3.hr) → St = 20 cm
Les résultats obtenus sont récapitulé dans le tableau suivant :
Sens XX Sens YY
Sur appuis En travée Sur appuis En travée
Mu (KN.m) 4 11,33 4 11,33
As (cm²) 0,51 1,46 0,51 1,46
As min (cm²) 2,71 2,71 2,71 2,71
Choix 5HA10 5HA10 5HA10 5HA10
As adp (cm²) 3,93 3,93 3,93 3,93
St (cm) 20 20 20 20
Arép (cm²) 0,98 0,98 0,98 0,98
Choix 5HA8 5HA8 5HA8 5HA8
As adp (cm²) 2,51 2,51 2,51 2,51
St (cm) 20 20 20 20

Tableau III-18 : Ferraillage à l’ELU

III-6-6- Vérifications :
● Vérification au cisaillement :
Pour une fissuration préjudiciable :

u≤ u

Tx = = = 54,89 kn.

Ty = = = 54,89 kn

Tu = max (Tx , Ty) = 54,89 kn

u= = = 0,244 MPa

u = min ( , 4 MPa) = 2,5 MPa

u≤ u est vérifié
Alors les armatures transversales ne sont pas nécessaires.

UMBB Page 62
Chapitre III : Ferraillage des éléments secondaires

● Vérification des contraintes à l’ELS :

b. y 2
  ( A  A' ) y   ( Ad  A' d )  0
2
b. y 3
I  A(d  y) 2  A' ( y  d ' ) 2
3
K=

Contrainte de compression dans le béton :


σbc = k.y ≤ σbc = 0,6. c28 = 15 MPa
Contrainte maximale dans l’acier :

σst = n.k.(d-y) ≤ σst = min = 202 MPa


Sens XX = Sens YY
Le tableau suivant récapitule les résultats calculés :

Position Mser (kn.m) As (cm²) y (cm) I (cm4) K(kn/m3) σbc σst


Travée 10 3,93 4,38 22156,23 45134,02 2,17 CV 134,6 CV
appui 3,53 3,93 4,38 22156,23 15932,31 0,77 CV 47,5 CV

Tableau III-19- Vérification des contraintes à l’ELS

● Vérifications de la flèche :
Il n’est pas nécessaire de vérifier la flèche si les 03 conditions citées ci-dessous sont vérifiées
simultanément :

≥ → = 0,125 ≥ = 0,0423

≥ à → = 0,125 ≥ 0,028 à 0,037

≤ → = 1,75.10-3 MPa ≤ = 5.10-3 MPa

les trois conditions sont vérifiées donc calcul de la flèche n’est pas nécessaire.

UMBB Page 63
Chapitre III : Ferraillage des éléments secondaires

● Schéma de ferraillage :

Figure III-12 : Schéma de ferraillage de la dalle machine

UMBB Page 64
Chapitre IV :
Etude dynamique et sismique
Chapitre IV : Etude dynamique et sismique de la structure

IV-1- Introduction :
Les tremblements de terre ont présenté depuis toujours un des plus graves désastres pour
l’humanité. Leur apparition brusque et surtout imprévue la violence des force mises en jeu,
l’énormité des pertes humaines et matérielles ont marqué à la mémoire des générations. Parfois
les dommages sont comparables à un budget national annuel pour un pays, surtout si ses
ressources sont limitées.
Une catastrophe sismique peut engendrer une grave crise économique, ou au moins une
brusque diminution du niveau de vie dans toute une région pendant une longue période.
L’une des questions qui se posent est comment limiter les endommagements causés aux
constructions par le séisme ? Il est donc nécessaire de construire des structures résistant aux
séismes en zone sismique.

IV-2- Etude dynamique :


IV-2-1- Objectif :
L’objectif initial de l’étude dynamique d’une structure est la détermination des
caractéristiques dynamique propres de la structure lors de ces vibrations libres non amortie
(VLNA).
L’étude dynamique d’une structure telle qu’elle se présente, est souvent très complexe.
C’est pour cela qu’on fait souvent appel à des modélisations qui permettent de simplifier
suffisamment le problème pour pouvoir l’analyse.
Dans le cadre de se projet, la détermination de ces efforts est conduite par le logiciel
(ROBOT 2015) en utilisant une approche dynamique basé sur le principe de la superposition
modale.

IV-2-2- Présentation du logiciel de calcul :


Le logiciel Robot est un progiciel CAO/DAO destiné à modéliser, analyser et
dimensionner les différents types de structures. Robot permet de modéliser les structures, les
calculer, vérifier les résultats obtenus, dimensionner les éléments spécifiques de la structure, la
dernière étape gérée par Robot est la création de la documentation pour la structure calculée et
dimensionnée.

IV-2-3- Modélisation de la structure :


Une structure est composée d’une membrure flexible reliées par des nœuds et supportée
par une fondation rigide. Cette définition implique que le modèle choisi n’est qu’une idéalisation
mathématique de la structure réelle. L’étude de la repense dynamique d’une structure (période et

UMBB Page 65
Chapitre IV : Etude dynamique et sismique de la structure

mode propre) nécessite le choix d’un modèle dynamique adéquat traduisant le plus concrètement
possible de la nature du système réel.
. Les masses seront considérées concentrées au niveau du centre de gravité de chaque niveau et
qui travaille en 3 DDL deux suivant (X,Y) et une rotation autour de (Z).

 Modélisation mathématique par la méthode des éléments finis :


La modélisation revient à représenter un problème physique possédant un nombre infini
de degré de liberté DDL par un modèle ayant un nombre fini de DDL, et qui reflète avec une
bonne précision des paramètres du système d’origine à savoir : la masse, la rigidité et
l’amortissement.
En d’autre terme, la modélisation est la recherche d’un mécanisme simplifié qui nous
rapproche le plus possible du comportement réel de la structure, en tenant compte le plus
correctement possible de la masse et de la rigidité de tous les élément de la structure.

 Les principales étapes de modélisation sont les 6 étapes suivantes :


Pour modéliser notre bâtiment nous avons considéré les étapes suivantes :
1-Introduction de la géométrie du modèle (position des nœuds, connectivité des éléments).
2-Spécification et assignement des caractéristiques mécaniques et géométriques aux différents
éléments.
3-Définition des différents cas de charges (statique et dynamique).Assignement de ces charges
aux nœuds et aux éléments.
4-Spécifications des conditions aux limites (appuis, diaphragmes,…).
5-Lancement de l’exécution du problème, apporter au modèle s’il y’a lieu.
6-Interprétation des résultats.

IV-2-4- Choix de disposition des voiles :


Le bâtiment est contreventé par des voiles en béton armé qui reprend la totalité de
l’effort horizontal
● 1er cas :
Mode Période Ux % Uy % Rz %
1 0,63 29,21 37,65 7,59
2 0,47 31,43 23,49 3,26
3 0,42 1,25 1,11 35,22

male conception, les modes ne sont pas convenables

UMBB Page 66
Chapitre IV : Etude dynamique et sismique de la structure

● 2éme cas :
Mode Période Ux % Uy % Rz %
1 0,61 2,13 59,14 7,23
2 0,49 62,31 0,82 2,16
3 0,48 20,52 3,48 58,32

male conception, translation en mode 3.

● 3éme cas :
Mode Période Ux % Uy % Rz %
1 0,57 0,41 61,14 0,12
2 0,45 60,64 0,19 0,14
3 0,42 3,23 0,89 60,22

les modes sont convenables

Parmi les 3 cas précédents on considère le 3 éme qui permet d’avoir une faible période et plus
d’économie.

IV-2-5- Caractéristiques géométriques :


 Centre de masse :
Le centre de masse est par définition le point d’application de la résultante de l’effort
sismique. Les coordonnées (XG , YG) du centre de masse sont données par les formules
suivantes :

n n

 M xY i Gi  M xX i Gi
XG  i 1
n
YG  i 1
n

Mi
i 1
M
i 1
i

Mi : est la masse de l’élément " i".


 X Gi
 : sont les coordonnées de l' élément " i ".
Y Gi

UMBB Page 67
Chapitre IV : Etude dynamique et sismique de la structure

 Centre de rigidité :
n n

K i xX i K i xY Gi
bh 3
. XR  i 1
n
,Y R  i 1
n
avec K 
K K
12
i i
i 1 i 1

 Calcul de l’excentricité :
L’excentricité est la distance entre le centre de gravité et le centre de torsion, pour
toutes structures comportant des planchers horizontaux rigides dans leurs plans, on supposera
qu’à chaque niveau et dans chaque direction, la résultante des forces horizontales a une
excentricité par rapport au centre de torsion égale à la plus grande des deux valeurs suivantes :
 Excentricité théorique
=
=
 Excentricité accidentelle :
L’excentricité exigée par la RPA (art4.2.7) est égale à 5% de la plus grande dimension en
plan du bâtiment.
-Les résultats de l’excentricité qui donné par le logiciel robot sont représenté dans le
tableau suivant
: Excentricité théorique sens x
: Excentricité théorique sens y

: Excentricité accidentelle 5 Lx
: Excentricité accidentelle 5 Ly

Apres l’analyse automatique par le logiciel ROBOT 2015, on a tiré les résultats qui sont
illustrés dans le tableau ci-dessous :

UMBB Page 68
Chapitre IV : Etude dynamique et sismique de la structure

Niveau Masse (kn) XG (m) YG (m) XR (m) YR (m) ex th (m) ey th (m) ex acc (m) ey acc (m)
RDC 12196,56 16,69 14,82 16,70 14,85 0,01 0,03 1,67 1,47
1 7937,66 16,69 14,86 16,70 14,87 0,01 0,01 1,33 1,28
2 7937,66 16,69 14,86 16,70 14,87 0,01 0,01 1,33 1,28
3 7937,66 16,69 14,86 16,70 14,87 0,01 0,01 1,33 1,28
4 7477,06 16,69 14,87 16,70 14,88 0,01 0,01 1,33 1,28
5 7477,06 16,69 14,87 16,70 14,88 0,01 0,01 1,33 1,28
6 7477,06 16,69 14,87 16,70 14,88 0,01 0,01 1,33 1,28
7 7100,20 16,69 14,88 16,70 14,88 0,01 0,00 1,33 1,28
8 7100,20 16,69 14,88 16,70 14,88 0,01 0,00 1,33 1,28
9 7510,84 16,68 14,77 16,70 14,74 0,03 0,11 1,33 1,28

Tableau IV-1 : Caractéristiques massiques et géométriques.


Donc :
ex = max (ex th , ex acc) = 1,67 m.
ey = max (ey th , ey acc) = 1,47 m.

IV-2-6- Mode de vibration et taux de participation des masses :


Apres l’analyse automatique par logiciel ROBOT 2015, on a tiré les résultats qui sont
illustrés dans le tableau suivant :

Mode période Masse modale % Masse cumulées %


UX UY RZ UX UY RZ
1 0,57 0,41 61,14 0,12 0,41 61,14 0,12
2 0,45 60,64 0,19 0,14 61,06 61,33 0,26
3 0,42 3,23 0,89 60,22 64,28 62,22 60,48
4 0,14 0,17 7,89 0,06 64,45 70,10 60,54
5 0,14 1,19 0,34 0,08 65,65 70,45 60,62
6 0,13 0,34 11,82 27,48 65,98 82,27 88,10
7 0,12 18,15 0,31 0,22 84,13 82,58 88,32
8 0,11 0,11 0,54 0,14 84,24 83,12 88,46
9 0,10 0,01 0,05 0,13 84,25 83,17 88,59
10 0,06 0,22 7,44 0,09 84,46 90,61 88,68
11 0,06 6,66 0,26 3,56 91,13 90,87 92,24

Tableau IV-2 : Périodes, Modes et facteur de participation massique.

UMBB Page 69
Chapitre IV : Etude dynamique et sismique de la structure

On a 11 modes pour arriver à 90%.

● Nombre de modes à considérer :


Le nombre de modes à prendre en compte est tel que la somme des coefficient de
participation de ces modes au moins égale à 90% (∑ i ≥ 90%) , ou que tous les modes ayant
une masse modale fictive supérieure à 5% de la masse totale de la structure.
Le minimum de mode à retenir est de 3 dans chaque direction considérée (Art 4-3-4
RPA99/version2003).
Dans le cas où les conditions décrites ci-dessus peuvent ne pas être satisfaites à cause de
l’influence importante des modes de torsion, le nombre minimal de modes K à retenir doit être :
K≥3 = 10 et T K ≤ 0,2 sec.
Où : N est le nombre de niveau au-dessus du sol et T K la période du mode K.

● Les schémas des 3 premiers modes de vibration :

Figure IV-2 : 1er mode translation selon Y-Y.

UMBB Page 70
Chapitre IV : Etude dynamique et sismique de la structure

Figure IV-3 : 2éme mode translation selon X-X.

Figure IV-4 : 3éme mode rotation autour de Z.

UMBB Page 71
Chapitre IV : Etude dynamique et sismique de la structure

IV-3- Etude sismique :


La structure est implantée en zone sismique III et vu les dégâts énormes que peut
engendrer un séisme, une étude sismique s’impose, ainsi le calcul d’un bâtiment vis à vie du
séisme repose sur l’évaluation des charges susceptibles d’être engendrer dans le système
structural lors du séisme.

IV-3-1- Présentation des différentes méthodes de calcul :


Le calcul des forces sismiques peut être mené suivant trois méthodes:
- par la méthode statique équivalente
- par la méthode d’analyse modale spectrale
- par la méthode d’analyse dynamique par accélérogrammes

● Méthode statique équivalente :


Les forces réelles dynamiques qui se développent dans la construction sont remplacées
par un système de forces statiques fictives dont les effets sont considérés équivalents au
mouvement du sol peut se faire dans une direction quelconque dans le plan horizontal. Les forces
sismiques horizontales équivalentes seront considérées appliquées successivement suivant deux
directions orthogonales caractéristiques choisies par le projeteur.
La force sismique V appliqué à la base du bâtiment est calculée selon la formule suivante:

V= ×W

W : poids totale de la structure.


n n
W= Wi ; avec: Wi= W X  WY   (WGi   WQi )
i 1 i 1

W Gi : poids dû aux charges permanentes.

W Qi : poids dû aux charges d’exploitation.

 : Coefficient de pondération, fonction de la nature et de la durée de la charge d’exploitation.


A : Coefficient d’accélération de la zone.

D : facteur d'amplification dynamique moyen.

R : Coefficient de comportement global de la structure dépend du mode de


contreventement.

Q : facteur de qualité.

UMBB Page 72
Chapitre IV : Etude dynamique et sismique de la structure

● Méthode d’analyse modale spectrale :


Par cette méthode, il est recherché pour chaque mode de vibration, le maximum des effets
engendrés dans la structure par les forces sismiques représentées par un spectre de réponse de
calcul. Ces effets sont par la suite combinés pour obtenir la réponse de la structure.

● Méthode d’analyse dynamique par accélérogrammes :


Cette méthode peut être utilisé au cas par cas par un personnel qualifié ayant justifié
auparavant les choix des séismes de calcul et des lois de comportement utilisées ainsi que la
méthode d’interprétation des résultats et les critères de sécurité à satisfaire.

IV-3-2- Classification de l’ouvrage :


-Zone sismique : zone III « Alger »
-Groupe d’usage : groupe 2 « bâtiment d’habitation dont la hauteur ne dépasse pas 48 m »
-Site : site meuble les valeurs de T 1 et T2 sont respectivement 0,15s et 0,5s
-Système structurelle : voiles-portique.

IV-3-3- Choix de la méthode de calcul :


Pour le choix de la méthode à utiliser, on doit vérifier certain nombre des conditions
suivant les règles en vigueur en Algérie (RPA99/version2003).
La structure est implanté en zone III et de groupe 2 mais elle dépasse 17 m, ici les
conditions d’application de la méthode statique équivalente ne sont pas toutes remplies. Il faut
donc utiliser la méthode dynamique modale spectrale en utilisant le spectre de repense défini
dans le (RPA99/version2003).

IV-3-4- Méthode d’analyse modale spectrale :

IV-3-4-1-Principe :
Par cette méthode, il est recherché pour chaque mode de vibration, le maximum des effets
engendrés dans la structure par les forces sismiques représentées par un spectre de réponse de
calcul. Ces effets sont par la suite combinés pour obtenir la réponse de la structure.

IV-3-4-2-Domaine d’application :
La méthode dynamique est une méthode générale et plus particulièrement quand la
méthode statique équivalente n’est pas appliquée.

UMBB Page 73
Chapitre IV : Etude dynamique et sismique de la structure

IV-3-4-3- Définition du spectre de réponse de calcul :


Selon le RPA 99 / version 2003 (art 4.3.3) l'action sismique est représentée par le spectre
de calcul suivant :
  T Q 
1.25  A  1   2.5  1  0  T  T1
  T1  R 
 Q
2.5   1.25 A   T1  T  T2
Sa  R
 2/3
g   Q   T2 
 
2.5   1.25 A   R    T  T2  T  3.0 s

  T2 
2/3
3
5/3
Q
2.5   1.25 A         T  3.0 s
 3 T  R
Avec :
A : Coefficient d’accélération de la zone.
D : Facteur d'amplification dynamique moyen.
R : Coefficient de comportement global de la structure dépend du mode de contreventement.
Q : Facteur de qualité.
T1 et T2 : Périodes caractéristiques associées à la catégorie du site.

: Facteur de correction d’amortissement .

: Pourcentage d’amortissement critique.

IV-3-4-4- Classification du site :


Selon le RPA 99 / version 2003 les sites sont classés en quatre catégories en fonction des
propriétés mécaniques des sols qui les constituent.
Selon le rapport géotechnique relatif de notre ouvrage, on est présence d'un
sol meuble (Catégorie S3).

IV-3-4-5- Détermination des paramètres du spectre de réponse :

► Coefficient d’accélération A :
Zone III, groupe 2 d’après (le tableau 4.1 de RPA 99 / version 2003)
→ A = 0,25

► Facteur d'amplification dynamique moyen D :


Il dépend de la classification de sol et de la période T de la structure (d'après l'article 4.2.3 de
l'RPA 99 / version 2003) avec :

UMBB Page 74
Chapitre IV : Etude dynamique et sismique de la structure


2.5   ...............0  T  T2


2
T
D  2.5    ( 2 ) 3 ..............T2  T  3 sec
 T
 T2 3
2
3 3
5

2.5    ( )  ( ) .......T  3 sec


 3 T

● Périodes caractéristiques T1, T2 :


Pour notre site type : S3
T1 = 0,15 sec ; T2 = 0,50 sec
● Coefficient de correction d'amortissement η :
Le coefficient d'amortissement est donné par la formule suivante :

= = 0,82.

● Période fondamentale (T) :


Tc  CT hn
3/ 4
1). La formule empirique :
ℎN: Hauteur mesurée en mètre à partir de la base de la structure jusqu’au dernier niveau.
hN = 34,78 m
: Coefficient fonction du système de contreventement et du type de remplissage.
CT = 0,05
1 = 0,05× = 0,716 sec.

2). La méthode analytique : T 2=0,09 hN /


L: étant de dimension du Tour mesurée à sa base dans la direction de calcul considérée D'où :
- Lx = 33,4 m → T x = 0,541 sec.
- Ly = 29,3 m → T y =0,578 sec.
Tx = min (T, Tx) = min (0.716, 0.541) = 0,541 sec
Ty = min (T1, T y) = min (0.716, 0.578) = 0,578 sec

T2 = 0,5 s ≤ T x = 0,541 ≤ 3 s → Dx = 1,945.

T2 = 0,5 s ≤ Ty = 0,578 ≤ 3 s → D y= 1,861.

UMBB Page 75
Chapitre IV : Etude dynamique et sismique de la structure

►Facteur de qualité Q :
Le facteur de qualité de la structure déterminé par la formule suivante :
6
Q = 1 +  Pq avec : (RPA99/2003.Formule 4.4)
1
Pq est la pénalité à retenir selon que le critère de qualité q est satisfait ou non.

Critère q Observée Pq /xx Observée Pq /yy


1- Conditions minimales sur les files de Oui 0 Oui 0
contreventement
2- Redondance en plan Oui 0 Oui 0
3- Régularité en plan Non 0,05 Non 0,05
4- Régularité en élévation Non 0,05 Non 0,05
5- Contrôle de qualité des matériaux Non 0,05 Non 0,05
6- Contrôles de qualité des d’exécution Non 0,10 Non 0,10

Tableau IV-3- Valeurs des pénalités Pq.


→ Q x = Q y = 1,25

►Coefficient de comportement global de la structure R :


La valeur de R est donnée par le tableau 4.3 de RPA 99 / version 2003 en fonction du système de
contreventement tel qu’il est défini dans l’article 3.4 du RPA 99 / version 2003 Dans notre
structure on suppose qu’on a un système de contreventement en (Mixte portique / voiles avec
interaction) avec R = 5.
Apres on détermine le pourcentage de répartition des charges soit verticales ou horizontales entre
les portiques et les voiles pour choisir la valeur du coefficient de comportement global de la
structure.

Selon Z :
Niveau Charge reprise en (kn) Pourcentage % reprise par V/P
Etage Voile portique Voile portique
RDC 78837,43 28774,29 50063,14 36,49 63,51

Tableau IV-4: Répartition des charges verticales entre portiques et voiles (G+0,2Q).

UMBB Page 76
Chapitre IV : Etude dynamique et sismique de la structure

Selon X :
Niveau Charge reprise en (kn) Pourcentage % reprise par V/P
Etage Voile portique Voile portique
RDC 10694,86 6638,76 4056,10 59,72 40,28

Tableau IV-5: Répartition des charges horizontales entre portiques et voiles (E X).

Selon Y :
Niveau Charge reprise en (kn) Pourcentage % reprise par V/P
Etage Voile portique Voile portique
RDC 9638,55 5497,72 4140,84 57,04 42,96

Tableau IV-6: Répartition des charges horizontales entre portiques et voiles (E y).

● Conclusion :
- les voiles de contreventement doivent reprendre au plus 20% des sollicitations dues aux
charges verticales, pour notre structure les voiles reprennent plus de 20% des sollicitations dues
aux charges verticales, alors la condition n’est pas vérifié.
- les portiques doivent reprendre au moins 25% de l’effort tranchant (charges horizontales)
d’étage, pour notre structure les portiques reprennent moins de 25% de l’effort tranchant a
plusieurs étages, alors la condition n’est pas vérifié.
→ R= 4.

Apres la détermination des paramètres du spectre de réponse on obtient ce spectre :

Figure IV-5 : Spectre de réponse

UMBB Page 77
Chapitre IV : Etude dynamique et sismique de la structure

IV-3-4-6- Calcul de l’effort tranchant modal à la base :


L’effort tranchant pour chaque mode est donné par la formule suivante :

Vi = × i ×W

Vi : effort tranchant modal à la base.

i : coefficient de participation du mode i


W : poids total de la structure

● Sens longitudinal :
Mode Période Sa/g % W (kn) V (kn)
1 0,57 0,183 0,41 78837,43 50,15
2 0,45 0,200 60,64 78837,43 9561,40
3 0,42 0,200 3,23 78837,43 509,29
4 0,14 0,207 0,17 78837,43 27,74
5 0,14 0,207 1,19 78837,43 31,01
6 0,13 0,215 0,34 78837,43 194,2
7 0,12 0,222 18,15 78837,43 57,63
8 0,11 0,230 0,11 78837,43 3176,59
9 0,10 0,237 0,01 78837,43 19,94
10 0,06 0,267 0,22 78837,43 1,87
11 0,06 0,267 6,66 78837,43 46,31

Tableau IV-7 : l’effort tranchant modal à la base sens longitudinal.

● Sens transversal :
Mode Période Sa/g % W (kn) V (kn)
1 0,57 0,183 61,14 78837,43 8820,82
2 0,45 0,200 0,19 78837,43 29,96
3 0,42 0,200 0,89 78837,43 140,33
4 0,14 0,207 7,89 78837,43 1287,59
5 0,14 0,207 0,34 78837,43 55,48
6 0,13 0,215 11,82 78837,43 2003,49
7 0,12 0,222 0,31 78837,43 54,25
8 0,11 0,230 0,54 78837,43 97,92
9 0,10 0,237 0,05 78837,43 39,42
10 0,06 0,267 7,44 78837,43 1566,08
11 0,06 0,267 0,26 78837,43 54,73

Tableau IV-8 : l’effort tranchant modal à la base sens transversal.

UMBB Page 78
Chapitre IV : Etude dynamique et sismique de la structure

IV-3-4-7- Combinaison des réponses modale :


Les réponses de deux modes de vibration i et j de périodes Ti, Tj et d’amortissement i, j sont
considérées comme indépendantes si le rapport :

r= avec : Ti < Tj

Vérifie la relation suivante :

r≤ = 0,54 / Ԑi = Ԑj = 8,5%

 Dans le cas où toutes les réponses modales retenues sont indépendantes les unes des
autres, la réponse totale est donnée par :

E= +

E : effet de l’action sismique considéré

Ei : valeur modale de E selon le mode « i »

K : nombre de modes retenus

 Dans le cas où deux réponses modales ne sont pas indépendantes, E 1 et E2 par exemple,
la réponse totale est donnée par :

E=

Mode Période r = Ti/Tj Observation


1 0,57 0,79 Non vérifiée
2 0,45 0,93 Non vérifiée
3 0,42 0,33 vérifiée
4 0,14 1,00 Non vérifiée
5 0,14 0,93 Non vérifiée
6 0,13 0,93 Non vérifiée
7 0,12 0,92 Non vérifiée
8 0,11 0,91 Non vérifiée
9 0,10 0,60 Non vérifiée
10 0,06 1,00 Non vérifiée
11 0,06 / /
Tableau IV-9 : Combinaison des réponses modales.

UMBB Page 79
Chapitre IV : Etude dynamique et sismique de la structure

Les modes ne sont pas indépendants 2 à 2 donc on applique la formule 2.


Ex = 12785,72 kn
Ey = 11678,20 kn

IV-3-5- Vérification des exigences de RPA99/version2003 :

► Vérification de la résultante des forces sismique de calcul :


Selon RPA 99 / version 2003 (Art 4.3.6) la résultante des forces sismiques à la base Vt obtenue
par combinaison des valeurs modales ne doit pas être inférieure à 80 % de la résultante des
forces sismiques déterminée par la méthode statique équivalente V pour une valeur de la
période fondamentale donnée par la formule empirique appropriée.

Vx stat = ×W = ×78837,43 = 11979,59 kn

Vy stat = ×W = ×78837,43 = 11462,22 kn

Vstatique (kn) 0,8.Vstatique (kn) Vdynamique (kn) 0,8.Vstat < Vdyn


Sens x-x 11979,59 9583,67 10737,02 C.V
Sens y-y 11462,22 9169,77 9685,32 C.V

Tableau IV-10 : Vérification de la résultante des forces sismiques

► Vérification de la période :
Selon le RPA 99 / version 2003 (Art 4.2.4.b) : la valeur de T calculée ne doit pas dépasser
30% de celle estimée à partir des formules empiriques.
Trég = 1,3×T rpa = 1,3×0,541 = 0,703 sec.

Tcal = 0,57 sec < Trég = 0,703 sec → condition vérifier.

► Vérification des déplacements latéraux inter étage :


Selon l'RPA 99 / version 2003 (Art 5-10) es déplacements relatifs latéraux d'un étage par rapport
aux autres qui lui sont adjacents, ne doivent pas dépasser 1% de la hauteur d'étage (h).
k =( k - k-1) < k adm = 1%.(hi)

k : Déplacement horizontale dû à la force sismique.

hi : hauteur de ’étage

UMBB Page 80
Chapitre IV : Etude dynamique et sismique de la structure

● sens longitudinal :

étage k (cm) k (cm) k adm (cm) k< k adm


RDC 0,224 0,224 3,40 condition vérifié

1 0,625 0,400 3,10 condition vérifié

2 1,141 0,516 3,10 condition vérifié

3 1,738 0,597 3,10 condition vérifié

4 2,402 0,665 3,10 condition vérifié

5 3,107 0,705 3,10 condition vérifié

6 3,827 0,720 3,10 condition vérifié

7 4,554 0,727 3,10 condition vérifié

8 5,265 0,711 3,10 condition vérifié

9 5,944 0,678 3,10 condition vérifié

Tableau IV-11 : Déplacement inter-étage dans le sens X-X

● sens transversal :

étage k (cm) k (cm) k adm (cm) k< k adm


RDC 0,267 0,267 3,40 condition vérifié

1 0,765 0,497 3,10 condition vérifié

2 1,448 0,683 3,10 condition vérifié

3 2,270 0,822 3,10 condition vérifié

4 3,209 0,939 3,10 condition vérifié

5 4,232 1,023 3,10 condition vérifié

6 5,299 1,067 3,10 condition vérifié

7 6,392 1,093 3,10 condition vérifié

8 7,482 1,090 3,10 condition vérifié

9 8,541 1,059 3,10 condition vérifié

Tableau IV-12 : Déplacement inter-étage dans le sens Y-Y.

Nous constatons que les déplacements inter étage ne dépassent pas le déplacement admissible
alors la condition de l'RPA 99 / version 2003 (Art 5-10) est vérifiée.

► Vérification vis-à-vis de l’effet P-


Les effets du 2éme ordre ou effet P-peuvent être négligés dans le cas des bâtiments ou la
condition suivante est satisfaite à tous les niveaux:

UMBB Page 81
Chapitre IV : Etude dynamique et sismique de la structure

k = ≤ 0,1

Avec :
Vk : effort tranchant d’étage au niveau k Fx se on x et Fy se on y

k : déplacement relatif du niveau k par rapport au niveau k-1


hk : hauteur de ’étage k
Pk : poids total associées au-dessus du niveau k
Tel que :
Si k < 0,1 : les effets de 2éme ordre sont négligés.
Si 0,1 < k < 0,2 : il faut augmenter les effets de l’action sismique calculés par un facteur égale
à 1 / (1 - k).

Si k > 0,2 : la structure est potentiellement instable et doit être redimensionnée.

● sens longitudinal X-X :

Niveau Pk (kn) k (cm) Vk (kn) hk (cm) k Vérification


RDC 12196,56 0,224 10694,86 340 7,51.10-4 k < 0,1
1 7937,66 0,400 10397,66 310 9,85.10-4 k < 0,1
2 7937,66 0,516 9979,25 310 1,32.10-3 k < 0,1
3 7937,66 0,597 9400,90 310 1,63.10-3 k < 0,1
4 7477,06 0,665 8697,60 310 1,84.10-3 k < 0,1
5 7477,06 0,705 7852,41 310 2,16.10-3 k < 0,1
6 7477,06 0,720 6820,47 310 2,55.10-3 k < 0,1
7 7100,20 0,727 5621,60 310 2,96.10-3 k < 0,1
8 7100,20 0,711 4214,07 310 3,86.10-3 k < 0,1
9 7510,84 0,678 2410,14 310 6,81.10-3 k < 0,1

Tableau IV-13 : Justification vis-à-vis de l’effet P- sens X (Combinaison Ex)

UMBB Page 82
Chapitre IV : Etude dynamique et sismique de la structure

● sens transversal Y-Y:

Niveau Pk (kn) k (cm) Vk (kn) hk (cm) k Vérification


RDC 12196,56 0,267 9638,55 340 9,94.10-4 k < 0,1
1 7937,66 0,497 9321,39 310 1,36.10-3 k < 0,1
2 7937,66 0,683 8949,70 310 1,95.10-3 k < 0,1
3 7937,66 0,822 8463,45 310 2,48.10-3 k < 0,1
4 7477,06 0,939 7854,92 310 2,88.10-3 k < 0,1
5 7477,06 1,023 7110,78 310 3,47.10-3 k < 0,1
6 7477,06 1,067 6196,12 310 4,15.10-3 k < 0,1
7 7100,20 1,093 5120,31 310 4,88.10-3 k < 0,1
8 7100,20 1,090 3868,85 310 6,45.10-3 k < 0,1
9 7510,84 1,059 2261,20 310 11,35.10-3 k < 0,1

Tableau IV-14 : Justification vis-à-vis de l’effet P- sens Y (Combinaison Ey)

On constate que kx et ky sont inférieur à 0,1 donc l’effet P-Delta peut être négligé pour le cas
de notre structure.

► Vérification de non renversement :


Le moment de renversement qui peut être causé par l’action sismique doit être calculé par
rapport au niveau de contact sol fondation.
Le moment stabilisant sera calculé en prenant compte du poids total équivalent au poids de la
structure avec :
Ms : moment stabilisant.
Mr : moment de renversement.
Msx = W×XG

Msy = W×YG

Mrx = ℎ

Mry = ℎ
Il faut vérifier que : Ms > Mr

UMBB Page 83
Chapitre IV : Etude dynamique et sismique de la structure

Niveau hi (m) Tx (kn) Fx (kn) Fx. hi (kn.m) Ty (kn) Fy (kn) Fy. hi (kn.m)
9 31.3 2410,14 2410,14 75437,38 2261,20 2261,20 70775,56
8 28.2 4214,07 1803,93 50870,83 3868,85 1607,65 45335,75
7 25.1 5621,60 1407,53 35329,01 5120,31 1251,46 31411,65
6 22 6820,47 1198,87 26375,14 6196,12 1075,81 23667,82
5 18.9 7852,41 1031,94 19503,66 7110,78 914,66 17287,07
4 15.8 8697,60 845,19 13354,01 7854,92 744,14 11757,41
3 12.7 9400,90 703,30 8931,91 8463,45 608,53 7728,33
2 9.6 9979,25 578,35 5552,16 8949,70 486,25 4668,01
1 6.5 10397,66 418,41 2719,66 9321,39 371,69 2415,98
RDC 3.4 10694,86 297,20 1010,48 9638,55 317,16 1078,34
ℎ ℎ
=239084,24 =216125,92

Tableau IV-15 : Distribution de la force sismique selon la hauteur.

Sens W (kn) G (m) Ms (kn.m) Mr (kn.m) Ms / Mr Vérification


longitudinal 78837,43 16.69 1315796,7 239084,24 5,5 CV
transversal 78837,43 14.82 1168370,7 216125,92 5,4 CV

Tableau IV-16 : Vérification de rapport Ms/Mr

On a Ms > 1,5 Mr donc l’ouvrage est stable au renversement dans les deux directions.

► Vérification de l’effort normal réduit :


L’article (7-4-3-1) du RPA99/2003 exige la vérification de l’effort normal réduit pour éviter la
rupture fragile de la section.
La vérification s’effectue par la formule par la formule suivante :

Nrd = ≤ 0,3

Avec :
B : section du poteau.
N : l’effort normal maximal.

Niveau Section N (kn) Nrd (kn) Observation


RDC-N3 60×60 2339,33 0,26 < 0,3 C.V
N4-N6 50×50 1331,62 0,21 < 0,3 C.V
N7-N9 40×40 645,86 0,16 < 0,3 C.V

Tableau IV-17 : Vérification de l’effort normal réduit.

UMBB Page 84
Chapitre IV : Etude dynamique et sismique de la structure

L’effort normal est vérifié pour tous les niveaux.

Conclusion général :
On peut dire que suivant les règles parasismiques algériennes RPA 99 / version 2003 cette
structure est stable dans le cas de présence d'action sismique.

UMBB Page 85
Chapitre V :
Ferraillage des éléments structuraux
Chapitre V : Ferraillages des éléments structuraux

V-1- Introduction :
Une construction résiste aux séismes grâce à ces éléments porteurs principaux. Pour cela
ces éléments doivent être suffisamment dimensionnés, armés (ferraillés) et bien disposés pour
qu’ils puissent reprendre toutes les sollicitations.
Les sollicitations à prendre en considération pour le calcul du ferraillage sont imposées
par le BAEL 91 et le RPA 99 V 2003 de façon à prévoir les efforts les plus défavorables contre
lesquels la structure sera amenée à résister.

V-2- Les combinaisons d’actions :


Les combinaisons d’actions sont les ensembles constituées par les actions à considérer
simultanément et représentent une étape nécessaire pour la détermination des sollicitations aux
éléments de résistance.

A) Les actions :
Les actions sont des forces et des couples directement appliqués à une construction, ou
résultant des déformations imposées (retrait, fluage, variation de la température).
● Action permanente notée G.
● Action variable notée Q.
● Action accidentelle notée E.

B) Les sollicitations :
Ce sont des efforts normaux ou tranchants et des moments de flexion ou de torsion
développés dans une section par combinaison d’action calculés par les méthodes de la RDM
ou forfaitaires.
En fonctions du type de sollicitation, on distingue les différentes combinaisons suivantes :

● Selon BAEL 99 : Situation durable


1) 1.35G+1.5Q
2) G+Q
● Selon RPA99/2003 : Situation accidentelle

3) G+Q+E
4) G+Q-E
5) 0.8G+E
6) 0.8G-E

UMBB Page 86
Chapitre V : Ferraillages des éléments structuraux

V-3- Caractéristiques des matériaux :


Les armatures seront calculées à l’état limite ultime sous l’effet des sollicitations les plus
défavorables et dans la situation suivante :

Matériaux Caractéristiques Situation durable Situation accidentelle


c28 (MPa) 25 25
b 1,5 1,15
Béton
bu (MPa) 14,2 21,74
e (MPa) 400 400

Acier s 1,15 1
ed (MPa) 348 400

Tableaux V-1- Caractéristiques des matériaux.

V-4- Ferraillage des poteaux :


Les poteaux sont des éléments structuraux assurant la transmission d’efforts des poutres
vers les fondations. Un poteau est soumis à un effort normal N et à un moment de flexion M
dans les deux sens soit dans le sens transversale et le sens longitudinal, Donc les poteaux sont
sollicités en flexion composée.
Les sections d’armatures sont déterminées selon les sollicitations suivantes :

N max M correspondant
N min M correspondant
M max N correspondant

Figure V-1- sollicitation de poteau a ferraillé.

UMBB Page 87
Chapitre V : Ferraillages des éléments structuraux

V-4-1) Armatures longitudinales :

► Recommandations du RPA99 (version 2003) :

● Les armatures longitudinales doivent être à haute adhérence, droites et sans crochets.

● Amin= 0.9% de la section de béton (en zone III).

● A max= 3% de la section de béton (en zone courante).

● A max= 6% de la section de béton (en zone de recouvrement).

● Diamètre minimal utilisé pour les barres longitudinales : Φ min= 12mm

● La longueur minimale de recouvrement est de 50Φ en zone III.

● La distance ou espacement (St) entre deux barres verticales dans une face de poteau ne doit pas
dépasser 20cm (zone III).

● Les jonctions par recouvrement doivent être faites à l’extérieur des zones nodales (zone
critique). 1 1

La zone nodale est définie par l’ et h’ tel que : l’

l’ = 2h h
b1
h’ = max (he /6, b1 , h1, 60cm).
h1 l’ h’
Coupe 1-1
Figure V-2 : zone nodale
► Recommandations de BAEL (Art 8-2-3) :

Le ferraillage minimum est donné par la formule suivante :

Amin = max (4 cm²/ml, )

Amax =

► Recommandations de CBA 93 :

Le ferraillage minimum est donné par la formule suivante :

Amin = 0,23×b×d×

UMBB Page 88
Chapitre V : Ferraillages des éléments structuraux

BAEL 91 CBA 93 RPA99/V2003

Amin Amax ACNF Amin Amax (cm²) Amax (cm²)


Niveau Section
(cm²) (cm²) (cm²) (cm²) Z.C Z.R

Zone 1 60×60 7,2 180 3,92 32,4 108 216

Zone 2 50×50 5 125 2,72 22,5 75 150

Zone 3 40×40 3,2 80 1,74 14,4 48 96

Circulaire 25². 3,96 98,2 2,72 17,66 58,87 117,75

Tableaux V-2- Ferraillage minimale et maximale.

Zone 1 : RDC, 1éme , 2éme et 3éme étages.

Zone 2 : 4éme , 5éme et 6éme étages.

Zone 3 : 7éme , 8éme et 9éme étages.

► Exemple de calcul :
On prend comme titre d’exemple un poteau de 60×60 cm²
Nmax = 2339,33 kn → Mcorr = -5,08 kn.m

Nser = 1703,24 kn → Mser = -3,68 kn.m

● ea : excentricité additionnelle

ea = max (2 cm, ) = 2 cm

● e1 : excentricité due aux effets du premier ordre.

e1= = = 2,17.10-3 m = 0,22 cm

● e2 : excentricité due aux effets du second ordre.

e2 = (2 + α. )

α = 10 = 10 = 0,80

e2 = (2 + 0,8×2) = 0,18 cm

 e = ea + e1 + e2 = 2 + 0,22 + 0,18 = 2,4 cm

UMBB Page 89
Chapitre V : Ferraillages des éléments structuraux

● Les sollicitations corrigées pour le calcul en flexion composée :


Mu corrigée = N max×e = 2339,33 x 2,4.10-2 = 56,14 kn.m

● Les sollicitations ramenées au centre de gravité des aciers tendus :

= × = 56,14 + 2339,33× = 617,57 kn.m

● Les armatures en flexion simple :

µbu = = ×10-3 = 0,2486

µbc = 0,8 = 0,8 = 0,4938

µbu ˂ µbc → section partiellement comprimé

= =1,38.

µlu = (3440. . + 49×[ c28/ ] – 3050).10-4= 0,2784

µbu = 0,2486 < µlu = 0,2784 → A’u = 0 cm2

µbu = 0,2486 < 0,2750 → Méthode simplifiée

Zb= d [1- 0, 6. µbu] = 54.[1- 0,6×0,2486] = 45,9 cm

A= = = 3,866.10-3 m² = 38, 66 cm².

● Les armatures en flexion composée :

A1= A - = 38, 66×10-4 - = - 28, 56.10-4 m² = - 28, 56 cm²  A1 < 0

Aadp = max (Acal , Acnf , AminRPA) = max (0 ; 3,92 ; 32,4)

Aadp = 22,5 cm² soit: 4T20 + 8T16 = 28,65 cm².

UMBB Page 90
Chapitre V : Ferraillages des éléments structuraux

Les résultats du ferraillage longitudinale sont résumé dans le tableau suivant:

ACAL ACNF ARPA AADP


Niveau N (kn) M (kn.m) Section Choix
(cm²) (cm²) (cm²) (cm²)
Nmax 2339,33 Mcorr -5,08 0
Zone 1 Nmin 65,10 Mcorr 45,23 60×60 1,15 3,92 32,4 12T20 37,70
Ncorr 897,32 Mmax -91,08 0
Nmax 1331,62 Mcorr -11,11 0
Zone 2 Nmin 28,87 Mcorr -51,71 50×50 2,41 2,72 22,5 12T16 24,13
Ncorr 487,10 Mmax -109,03 0
Nmax 645,86 Mcorr -9,43 0
Zone 3 Nmin 4,37 Mcorr -64,88 40×40 4,46 1,74 14,4 12T14 18,47
Ncorr 119,50 Mmax -97,29 5,41
Nmax 131,14 Mcorr 6,05 0
Circulaire Nmin 14,95 Mcorr -7,02 25². 0,18 2,72 17,66 12T16 24,13
Ncorr 58,45 Mmax 39,82 1,44

Tableaux V-3- Ferraillage longitudinales des poteaux.

- La longueur minimale des recouvrements :

Lr = 50. (Zone III)

→ Lr = 100 cm , → Lr = 80 cm

→ Lr = 70 cm

- La distance entre les barres verticale dans une face du poteau ne doit pas dépasser 20 cm :
Poteau 60×60 : St = 18 cm
Poteau 50×50 : St = 14,66 cm
Poteau 40×40 : St = 11,33 cm
Poteau circulaire : St = 12 cm

V-4-2) Armatures transversales :


Selon le RPA99/V2003 les armatures transversales des poteaux sont calculées à l’aide de
la formule suivante :
A t   Vu

t h1  f e

UMBB Page 91
Chapitre V : Ferraillages des éléments structuraux

- Vu : effort tranchant de calcul.

- h1 : hauteur total de la section brute.

- e: contrainte limite élastique de l’acier d’armature transversales.

- t : espacement entre les armatures transversales telle que : (Zone III)

t ≤ 10 cm (zone nodale).

t ≤ min (b/2 , h/2 , 10. l) (zone courante).

(  l Diamètre minimum des armatures longitudinales du poteau).

- a : Coefficient correcteur qui tient compte du mode de rupture par effort tranchant.

a =2.5 si g  5

a =3.75 si  g  5

- La quantité d’armatures transversales minimales

At
en % est donnée comme suit :
t. b1

Atmin  0,3% (t  b1 ) si g  5

Atmin  0,8% (t  b1 ) si g  3

si : 3  g  5 Interpoler entre les valeurs limites précédentes.

λg: est l’élancement géométrique du poteau

 lf lf 
g   ou 
a b

Avec a et b, dimensions de la section droite du poteau dans la direction de déformation

considérée, et l f : longueur de flambement du poteau.

- Les cadres et les étriers doivent être fermés par des crochets à 135° ayant une longueur droite
de 10×ϕt min

► Exemple de calcul :
On prend comme titre d’exemple un poteau de 60×60 cm²

UMBB Page 92
Chapitre V : Ferraillages des éléments structuraux

- Zone courante :
V= 58,01 kn.

g = = 3,61 →  = 3,75
t ≤ min (60/2 , 60/2 , 10×1,4) = 10 cm.

At = = 0,907.10-4 m² = 0,907 cm².

La quantité d’armatures transversales minimales est donnée comme suit :

3< g = 3,61 < 5 → interpolation → > 0,647 %

At min > 0,6475×(10×60)/100 = 3,88 cm²


Soit : 6T10 = 3,88 cm²

- Zone nodale :
V= 58,1 kn.

g = = 3,61 →  = 3,75
t = 8 cm.

At = =0,73 .10-4 m² = 0,73 cm².

La quantité d’armatures transversales minimales est donnée comme suit :

3< g = 3,61 < 5 → interpolation → > 0,647 %

At min > 0,647×(8×60)/100 = 3,11 cm²


Soit : 6T10 = 3,88 cm²
Les résultats de calcul des armatures transversales pour la zone nodale et la zone de
recouvrement sont donnés dans les tableaux suivants :

Niveau Section Vu (kn) t (cm) g a At (cm²) At min (cm²) Choix Aadp (cm²)
Zone 1 60×60 58,01 10 3,61 3,75 0,910 3,88 6T10 4,71
Zone 2 50×50 65,50 10 4,34 3,75 1,230 2,33 6T10 4,71
Zone 3 40×40 56,32 10 5,43 2,50 0,881 1,20 6T10 4,71
Circulaire 25². 21,80 10 4,34 3,75 0,34 2,33 6T10 4,71

Tableaux V-4- armatures transversales (zone courante).

UMBB Page 93
Chapitre V : Ferraillages des éléments structuraux

Niveau Section Vu (kn) t (cm) g a At (cm²) At min (cm²) Choix Aadp (cm²)
Zone 1 60×60 58,01 8 3,61 3,75 0,730 3,11 6T10 4,71
Zone 2 50×50 65,50 8 4,34 3,75 0,984 1,86 6T10 4,71
Zone 3 40×40 56,32 8 5,43 2,50 0,704 0,96 6T10 4,71
Circulaire 25². 21,80 8 4,43 3,75 0,27 1,86 6T10 4,71

Tableaux V-5- armatures transversales (zone nodale).

Conclusion :

Niveau Section At (cm²) At (cm²) St (cm²) St (cm²)


zone courante zone nodale zone courante zone nodale
Zone 1 60×60 6T10 6T10 10 8
Zone 2 50×50 6T10 6T10 10 8
Zone 3 40×40 6T10 6T10 10 8
Circulaire 25². 6T10 6T10 10 8

Tableaux V-6- Ferraillage transversal.

V-4-3) Vérification :
● Vérification du cisaillement du béton :
Pour une fissuration peu préjudiciable :

u= ≤ u = min ( , 5 MPa) = 4,35 MPa.

Niveau Section Vu (kn) u (MPa) u (MPa) Observation


Zone 1 60×60 58,01 0,18 4,35 C.V
Zone 2 50×50 65,50 0,29 4,35 C.V
Zone 3 40×40 56,32 0,39 4,35 C.V
Circulaire 25². 21,80 0,096 4,35 C.V

Tableaux V-7- Vérification du cisaillement du béton.

● Vérification de la contrainte tangentielle : (Art 7-4-3-2 RPA 99/2003)


La contrainte de cisaillement conventionnelle de calcul dans le béton sous combinaison sismique
doit vérifier la condition suivante :

u= ≤ u = d. c28

avec :

d = 0,075 si g ≥5

d = 0,04 si g <5
UMBB Page 94
Chapitre V : Ferraillages des éléments structuraux

Niveau Section Vu (kn) u (MPa) g d u (MPa) Observation


Zone 1 60×60 58,01 0,18 3,61 0,040 1 C.V
Zone 2 50×50 65,50 0,29 4,34 0,040 1 C.V
Zone 3 40×40 56,32 0,39 5,43 0,075 1,87 C.V
Circulaire 25². 21,80 0,096 4,34 0,040 1 C.V

Tableaux V-8- Vérification des contraintes tangentielles.

● Vérification de la contrainte de compression dans le béton:


La fissuration est peu préjudiciable dans les sections des poteaux donc la seule vérification à
faire est la contrainte de compression du béton, cela pour le cas de sollicitations les plus
défavorables.
On a utilisé un logiciel de calcule SOCOTEC pour la vérification de :

bc < bc = 0,6. c28

Niveau Section As (cm²) Nser (kn) Mser (kn.m) bc (MPa) bc (MPa) Obs
Zone 1 60×60 37,70 1703,24 -3,68 2,7 15 c.v
Zone 2 50×50 24,13 969,49 -8,06 2,6 15 c.v
Zone 3 40×40 18,47 470,58 -6,84 2,1 15 c.v
Circulaire 25². 24,13 95,68 -3,08 0,57 15 c.v

Tableaux V-9- Vérification de la contrainte de compression dans le béton .

● Vérification de l’effort normal ultime :


D’après (CBA93 Art 8-4-1) les éléments soumis à la flexion composée doivent être justifiés
vis-à-vis de l’état ultime de stabilité de forme (flambement).
La vérification se fait pour le poteau le plus sollicité :

Nultim = .

Avec :
: coefficient en fonction de l’élancement .
Br : section réduite du béton.
A : section d’acier comprimée prise en compte dans le calcul.
On a :

= avec : i = tel que : I = 0,0108 m4 ; B = 0,36 m².

UMBB Page 95
Chapitre V : Ferraillages des éléments structuraux

i = 0,173 m → = 13,75 0 < =13,75 < 50

= = 0,824.

Br ≥ = = 0,129 m² = 1290,6 cm²

Br = (60-2)² = 3364 cm² > 1290,6 cm² ……………………………….. C.V

Calcul de Nultim :

Nultime = . = 0,824. .103 = 6213,7 kn

Nultime = 6213,7 kn > N max = 2166,33 kn ……………………………. C.V

les résultats sont récapitulés dans le tableau suivant :

Poteau Section L0 (cm) Lf (cm) A (cm²) Nmax (kn) Nultime (kn) Observation
RDC 60×60 340 238 13,75 37,70 2339,33 6213,7 C.V

Tableaux V-10- Vérification de l’effort normal ultime.

Poteau 60×60 Poteau 50×50

UMBB Page 96
Chapitre V : Ferraillages des éléments structuraux

Poteau 40×40 Poteau circulaire

Figure V-3- Schéma de ferraillage des poteaux.

UMBB Page 97
Chapitre V : Ferraillages des éléments structuraux

V-5- Ferraillage des poutres :


Les poutres sont sollicitées en flexion simple, sous un moment fléchissant et un effort
tranchant. Le moment fléchissant permet de calculer la quantité d’armatures longitudinales.
L’effort tranchant permet de déterminer les armatures transversales.
Dans ce projet on a deux types des poutres à étudier :
● Poutres principales (30×40)
● Poutres secondaires (30×35)

V-5-1-Recommandation du RPA99/2003 :

a) Armatures longitudinales: (RPA99-2003 Art 7.5.2.1)


● Le pourcentage total minimal des aciers longitudinaux sur toute la longueur de la poutre est de
0.5% en toute section.

● Le pourcentage total maximum des aciers longitudinaux est de :

– 4% en zone courante

– 6% en zone de recouvrement.

● La longueur minimale de recouvrement est de 50Φ en zone III.

● L’ancrage des armatures longitudinales supérieures et inférieures dans les poteaux de rive et
d’angle doit être effectué à 90°.

● Les cadres du nœud disposées comme armatures transversales des poteaux.

b) Armatures transversales : (RPA99/2003 Art 7.5.2.2)


● La quantité d’armatures transversales minimale est donnée par :
Atmin= 0.003×St ×b
● L’espacement maximum entre les armatures transversales donné comme suit :
– St ≤ min (h/4;12Φlmin) en zone nodale,
– St ≤ h/2 en dehors de la zone nodale.
● Valeur du plus petit diamètre des armatures longitudinales Φlmin utilisé et dans le cas d’une
section en travée avec armatures comprimées, c’est le diamètre le plus petit des aciers
comprimés.

● Les premières armatures transversales doivent être disposées à 5 cm au plus du nu de


l’appui ou de l’encastrement.

UMBB Page 98
Chapitre V : Ferraillages des éléments structuraux

V-5-2-Recommandation du BAEL 91 :
a) Armatures longitudinale :
● Les armatures longitudinales sont données par la condition de non fragilité suivante:

Al min= 0,23×b×d×

● L’espacement St doit satisfaire les conditions suivantes :

St ≤ min ( ; 40 cm ; 15.Φl min )

St =

St ≤

b) Armatures transversale :
Volume relatif d’armature :

t0 =

At droites : = 90° → =1

K=0 si reprise sans indentation.


K=0 si fissuration très nuisible. → Donc k = 1 (flexion simple)
k=1 en flexion simple.
= 0,3× tj×K = 0,3×2,1×1 = 0,63 MPa.

D’où le volume relatif d’armature vaut :

t = ≥

Section minimale d’armature d’âme :


- Volume minimal d’armature : t min = × max ( ; 0,4 MPa)

- Diamètre des armatures d’âme : Φt ≤ min ϕ

- Espacement : St =

- Espacement maximale : St max = min (0,9.d ; 40 cm)

UMBB Page 99
Chapitre V : Ferraillages des éléments structuraux

V-5-3- Exemple de calcul : poutre principale non liée au voile 30×40 cm²

● Armature longitudinale :
- Ferraillage sous la combinaison 1,35G+1,5Q :
En travée :
Mu max = 41,6 kn.m , Mser max = 30,16 kn.m

= = 1,38

µbu = = ×10-3 = 0,0753

µlu = (3440. . + 49×[ c28 / ] – 3050).10-4= 0,2922

µbu = 0,0753 ˂ µlu = 0,02922  A’ = 0 cm2

µbu=0,0753 ˂ 0,275  méthode simplifiée

Zb= d [1- 0, 6.µbu] = 36.[1- 0,6×0,0753] = 34,37 cm

A= = = 3,48.10-4 m² = 3,48 cm².

Sur Appuis :
Mu max = -81,77 kn.m

= = 1,38

µbu = = ×10-3 = 0,148

µlu = (3440. . + 49×[ c28 / ] – 3050).10-4= 0,2922

µbu = 0,148 ˂ µlu = 0,2922  A’ = 0 cm2

µbu =0,148 ˂ 0,2750  méthode simplifiée

Zb= d [1- 0, 6. µbu] = 36.[1- 0,6×0,148] = 32,80 cm

A= = = 7,14.10-4 m² = 7,14 cm².

UMBB Page 100


Chapitre V : Ferraillages des éléments structuraux

- Ferraillage sous la combinaison G+Q+E :


En travée :
Mu max =30,16 kn.m

= = 1,38

µbu = = ×10-3 = 0,0357

µlu = (3440. . + 49×[ c28 / ] – 3050).10-4= 0,2426

µbu = 0,0357 ˂ µlu = 0,2426  A’ = 0 cm2

µbu= 0,0357 ˂ 0,275  méthode simplifiée

Zb= d [1- 0, 6.µbu] = 36.[1- 0,6×0,0357] = 35,23 cm

A= = = 2,14.10-4 m² = 2,14 cm²

Sur Appuis :
Mu max = 105,53 kn.m

= = 1,38

µbu = = ×10-3 = 0,125

µlu = (3440. . + 49×[ c28 / ] – 3050).10-4= 0,2426

µbu = 0,125 ˂ µ lu = 0,2426  A’ = 0 cm2

µbu= 0,125 ˂ 0,275  méthode simplifiée

Zb= d [1- 0, 6.µbu] = 36.[1- 0,6×0,125] = 33,3 cm

A= = = 7,92.10-4 m² = 7,92 cm².

On adopte : 3T16 = 6,03 cm² en travée

6T16+2T14 =15,14 cm² sur appuis

UMBB Page 101


Chapitre V : Ferraillages des éléments structuraux

Les résultats du ferraillage longitudinale sont résumé dans le tableau suivant:


● Poutres principales non liées aux voiles:

Poutre Localisation M (kn.m) AS (cm²) ACNF (cm²) ARPA (cm²) Choix AAdp (cm²) Combinaison

Appuis sup -105,53 7,92 3T16+2T14 9,11 G+Q+Ex


Zone 1 Appuis inf 59,77 4,13 3T16 6,03 G+Q-Ex
1,304 6
travée 41,6 3,48 3T16 6,03 ELU
Appuis sup -123,59 8,91 3T16+2T14 9,11 G+Q+Ex
Zone 2 Appuis inf 74,54 5,20 1,304 6 3T16 6,03 G+Q-Ex
travée 42,27 3,37 3T16 6,03 ELU
Appuis sup -123,17 8,87 3T16+2T14 9,11 G+Q+Ex
Zone 3 Appuis inf 67,88 4,71 1,304 6 3T16 6,03 G+Q-Ex
travée 45,8 3,66 3T16 6,03 ELU

Tableaux V-11 : Ferraillage des poutres principales non liées aux voiles.

● Poutres principales liées aux voiles:

Poutre Localisation M (kn.m) AS (cm²) ACNF (cm²) ARPA (cm²) Choix AAdp (cm²) Combinaison

Appuis sup -139,92 10,2 6T16 12,06 G+Q+Ex

Zone 1 Appuis inf 112,41 8,04 1,304 6 3T16+3T14 10,65 0,8G-Ex


travée 11,65 0,90 3T16 6,03 ELU
Appuis sup -159,18 11,78 6T16 12,06 G+Q+Ex
Zone 2 Appuis inf 132,75 9,63 1,304 6 3T16+3T14 10,65 0,8G-Ex
travée 10,95 0,85 3T16 6,03 ELU
Appuis sup -152,74 11,25 6T16 12,06 G+Q+Ex
Zone 3 Appuis inf 122,38 8,81 3T16+3T14 10,65 0,8G-Ex
1,304 6
travée 9,59 0,74 3T16 6,03 ELU

Tableaux V-12 : Ferraillage des poutres principales liées aux voiles.

UMBB Page 102


Chapitre V : Ferraillages des éléments structuraux

● Poutres secondaires non liées aux voiles:

Poutre Localisation M (kn.m) AS (cm²) ACNF (cm²) ARPA (cm²) Choix AAdp (cm²) Combinaison
Appuis sup -105,05 8,84 6T16 12,06 G+Q+Ey

Zone 1 Appuis inf 88,95 7,37 1,141 5,25 3T16+3T14 10,65 G+Q-Ey
travée 5,99 0,53 3T16 6,03 ELU
Appuis sup -130,42 11,26 6T16 12,06 G+Q+Ey

Zone 2 Appuis inf 113,70 9,65 1,141 5,25 3T16+3T14 10,65 G+Q-Ey
travée 7,10 0,63 3T16 6,03 ELU
Appuis sup -131,11 11,33 6T16 12,06 G+Q+Ey

Zone 3 Appuis inf 114,67 9,74 1,141 5,25 3T16+3T14 10,65 G+Q-Ey
travée 6,14 0,55 3T16 6,03 ELU

Tableaux V-13 : Ferraillage des poutres secondaires non liées aux voiles.

● Poutres secondaires liées aux voiles:

Poutre Localisation M (kn.m) AS (cm²) ACNF (cm²) ARPA (cm²) Choix AAdp (cm²) Combinaison
Appuis sup -23,73 1,86 3T16 6,03 0,8G+Ey

Zone 1 Appuis inf 24,80 1,94 1,141 5,25 3T16 6,03 G+Q-Ey
travée 1,79 0,16 3T16 6,03 ELU
Appuis sup -18,79 1,47 3T16 6,03 0,8G+Ey

Zone 2 Appuis inf 20,17 1,58 1,141 5,25 3T16 6,03 G+Q-Ey
travée 0,38 0,03 3T16 6,03 ELU
Appuis sup -30,47 2,4 3T16 6,03 0,8G+Ey

Zone 3 Appuis inf 40,39 3,21 1,141 5,25 3T16 6,03 G+Q-Ey
travée 0,.32 0,03 3T16 6,03 ELU

Tableaux V-14 : Ferraillage des poutres secondaires liées aux voiles.

Pourcentage exigé par RPA99 V2003 :

 Poutres principales (30  40) :


As RPA min = 0,005  40  30 = 6,00 cm²
As RPA max = 0,04  40  30 = 48 cm² (Zone courante)
As RPA max = 0,06  40  30 = 72 cm² (Zone de recouvrement)

UMBB Page 103


Chapitre V : Ferraillages des éléments structuraux

 Poutres secondaires (30  35) :


As RPA min = 0,005  30  35 = 5,25 cm²
As RPA max = 0,04  30  35 = 42 cm² (Zone courante)
As RPA max = 0,06  30  35 = 63 cm² (Zone de recouvrement)

● Armature transversale :
Le ferraillage transversal se fait avec l’effort tranchant qui provoque des contraintes
de traction et de compression dans le béton, ces armatures transversales reprennent les efforts de
traction.
- Selon BAEL 91 :

La section minimale At doit vérifier : At ≥ ×0,4×b×St

Avec :
b : largeur de la poutre
St : l’espacement des cours d’armatures transversales, St ≤ min (0,9.d ; 40 cm)
On adopte les espacements suivants : St = 20 cm

→ At ≥ ×0,4×0,3×0,2 = 0,6 cm².

►Diamètre des armatures d’âme :

 Poutres principales
 h b
  min  min l ; ; 
 35 10 

 40 30 
  min 1,4 ; ;   min(1,4 ; 1,14 ; 3) = 1,14 cm
 35 10 

Donc on prend : t = 8mm

 Poutres secondaires
 h b
  min  min l ; ; 
 35 10 

 35 30 
  min 1,4 ; ;   min(1,4 ; 1 ; 3) = 1 cm
 35 10 

Donc on prend : t = 8mm

UMBB Page 104


Chapitre V : Ferraillages des éléments structuraux

- Selon RPA99 V2003 :


La section minimale At doit vérifier : At = 0,003×St×b
L’espacement maximal :

 Poutres principales :
Selon le RPA99 Art (7.5.2.2)
Zone nodale :
St ≤ min (h/4 ; 12. l ; 30cm) = 10 cm Soit : St=10 cm
Zone courante :

St ≤ = = 20cm Soit : 20 cm

 Poutres secondaire :
Selon le RPA99 Art (7.5.2.2)
Zone nodale :
St ≤ min (h/4 ; 12. l ; 30cm) = 8,75 cm Soit : St=8 cm
Zone courante :

St≤ = = 17,5 cm Soit : 15cm

→ At = 0,003×20×30 = 1,8 cm² > 0,6 cm²

At ≥ 1,8 cm².

Conclusion:

 Poutres principales :
St ADP = min (St BAEL , St RPA)
- En zone nodale : St = 8 cm
- En zone courante : St = 15 cm
Le choix des barres est le suivant : 4 8 = 2,01cm² (un cadre et un étrier de diamètre 8)

 Poutres secondaires :
St ADP = min (St BAEL , St RPA)
- En zone nodale : St = 10 cm
- En zone courante : St = 20 cm
Le choix des barres est le suivant : 4 8 = 2,01cm² (un cadre et un étrier de diamètre 8)

- La longueur minimale des recouvrements :


Lr = 50. (Zone III)
→ Lr = 70 cm , → Lr = 80 cm

UMBB Page 105


Chapitre V : Ferraillages des éléments structuraux

V-5-4-Vérification :

● Condition de non fragilité : (BAEL 91)

-Armatures transversale :

P-P: At min= 0,23×b×d× = 1,304 cm² < 2,01 cm²

P-S: At min= 0,23×b×d× = 1,141 cm² < 2,01 cm²

-Armatures longitudinale : la condition est vérifiée.

→ Condition vérifié.

● Vérification du cisaillement du béton :

Pour une fissuration peu préjudiciable :

u= ≤ u

u = min ( , 5 MPa) = P …… S t t e telle

u = min ( , 5 MPa) = P ……… S t t r le

Les poutres Section Vu (kn) u (MPa) u (MPa) Observation


P-P non liés aux voiles 30×40 105,63 0,98 4,35 C.V
P-P liés aux voiles 30×40 122,03 1,13 4,35 C.V
P-S non liés aux voiles 30×35 -78,21 0,83 4,35 C.V
P-S liés aux voiles 30×35 93,34 0,99 4,35 C.V

Tableaux V-15 : Vérification du cisaillement du béton.

● Vérification de la contrainte de compression dans le béton:


La fissuration est peu préjudiciable dans les sections des poteaux donc la seule vérification à
faire est la contrainte de compression du béton, cela pour le cas de sollicitations les plus
défavorables.
On a utilisé un logiciel de calcule SOCOTEC pour la vérification de :

bc < bc = 0,6. c28

UMBB Page 106


Chapitre V : Ferraillages des éléments structuraux

- Poutres principales:

Les poutres Localisation As (cm²) Mser (kn.m) bc(MPa) bc (MPa) Observation


Appuis sup 9,11 -64,19 9,04 15 C.V
P-P-N-L-V Appuis inf 6,03 7,10 1,15 15 C.V
travée 6,03 33,46 5,42 15 C.V
Appuis sup 12,06 -24,16 3,12 15 C.V
P-P-L-V Appuis inf 10,65 1,19 0,16 15 C.V
travée 6,03 8,04 1,3 15 C.V

Tableaux V-16 : Vérification de la contrainte de compression dans le béton (P-P).

- Poutres secondaires:

Les poutres Localisation As (cm²) Mser (kn.m) bc(MPa) bc (MPa) Observation


Appuis sup 12,06 -33,27 5,48 15 C.V
P-S-N-L-V Appuis inf 10,65 16,33 2,79 15 C.V
travée 6,03 8,76 1,8 15 C.V
Appuis sup 6,03 -8,37 1,72 15 C.V
P-S-L-V Appuis inf 6,03 6,27 1,29 15 C.V
travée 6,03 1,04 0,21 15 C.V

Tableaux V-17 : Vérification de la contrainte de compression dans le béton (P-S).

●Vérification d’influence de l’effort tranchant :


 Vérification sur les armatures inférieures sur appuis :
Les armatures inferieurs doivent être ancrées au-delà de l’appui pour équilibrer l’effort tranchant.

Si : < 0 pas de force de traction dans les armatures longitudinales inferieurs.

Si : > 0 les armatures longitudinales inferieurs sont soumis à un effort de traction

et dans ce cas on doit vérifier la condition suivante : As ≥ .

Les poutres Vu (kn) Mu (kn.m) (kn) Observation

P-P non liés aux voiles 105,63 74,54 230,06 -125,06 < 0 Pas d’effort de
traction

P-P liés aux voiles 122,03 132,75 409,73 -287,70 < 0 Pas d’effort de
traction

P-S non liés aux voiles -78,21 114,67 404,50 -482,71 < 0 Pas d’effort de
traction

P-S liés aux voiles 93,34 40,39 142,70 -49,13 > 0 Pas d’effort de
traction

Tableaux V-18 : Vérification de .

UMBB Page 107


Chapitre V : Ferraillages des éléments structuraux

 Vérification de l’adhérence:
La contrainte d’adhérence doit être inférieure à la valeur limite ultime :

se = ≤ se = s . t28

Avec :
∑ i = n. .

Les poutres Section i (cm) Vu (kn) se (MPa) se (MPa) Observation


P-P non liés aux voiles 30×40 15,07 105,63 2,16 3,15 C.V
P-P liés aux voiles 30×40 15,07 122,03 2,49 3,15 C.V
P-S non liés aux voiles 30×35 15,07 -78,21 1,83 3,15 C.V
P-S liés aux voiles 30×35 15,07 93,34 2,18 3,15 C.V

Tableaux V-19 : Vérification de l’adhérence.

 Vérification de la contrainte de compression du béton:

On doit vérifier que : Vu ≤ 0,4×a×b×

b : largeur de la poutre.

a : largeur d’appuis, a = min (à , 0.9d)

Les poutres Section Vu (kn) a (cm) (kn) Observation

P-P non liés aux voiles 30×40 105,63 30 600 C.V


P-P liés aux voiles 30×40 122,03 30 600 C.V
P-S non liés aux voiles 30×35 -78,21 28,35 567 C.V
P-S liés aux voiles 30×35 93,34 28,35 567 C.V

Tableaux V-20 : Vérification de la contrainte de compression du béton.

● Vérification de l’état limite de déformation (la flèche):


La vérification de la flèche est inutile sauf si l’une des trois conditions n’est pas vérifiée :
h 1
 Condition N°1
l 16
h Mt
 Condition N°2
l 10  M 0

UMBB Page 108


Chapitre V : Ferraillages des éléments structuraux

As 4.2
 MPa Condition N°3
bd fe
Avec :
L : portée de la travée entre nus d’appuis
Mt : Moment fléchissant maximal en travée
Mo : Moment statique
A : Section d’armatures tendue

Les poutres Condition N°1 Condition N°2 Condition N°3 Observation


P-P non liés aux voiles 0,083 > 0,0625 0,083 > 0,08 0,0056 < 0,0105 C.V
P-P liés aux voiles 0,083 > 0,0625 0,083 > 0,08 0,0056 < 0,0105 C.V
P-S non liés aux voiles 0,083 > 0,0625 0,083 > 0,08 0,0064 < 0,0105 C.V
P-S liés aux voiles 0,083 > 0,0625 0,083 > 0,08 0,0064 < 0,0105 C.V

Tableaux V-21 : Vérification de l’état limite de déformation (la flèche).

Figure V-4 : schéma de ferraillage de poutre principale.

UMBB Page 109


Chapitre V : Ferraillages des éléments structuraux

Figure V-5 : schéma de ferraillage de poutre secondaire.

UMBB Page 110


Chapitre V : Ferraillages des éléments structuraux

V-6- Etude des voiles :


V-6-1- Introduction :
Le voile est un élément structural de contreventement qui doit reprendre les forces
horizontales dues au vent "action climatique" ou aux séismes (action géologique), soumis à des
forces verticales et horizontales. Donc le ferraillage des voiles consiste à déterminer les
armatures en flexion composée sous l’action des sollicitations verticales dues aux charges
permanentes (G) et aux surcharges d’exploitation (Q), ainsi sous l’action des sollicitations dues
aux séismes (E).

V-6-2- Conception :
Il faut que les voiles soient placés de telle sorte que l'excentricité soit minimum (Torsion)
Les voiles ne doivent pas être trop éloignés (Flexibilité du plancher), L'emplacement des voiles
ne doit pas déséquilibrer la structure (Il faut que les rigidités dans les deux directions soient très
proches).

V-6-3- Rôle des voiles :


●Assurer la stabilité des constructions non auto stable vis à vis des charges horizontales et de les
transmettre jusqu'au sol.
●De raidir les constructions, car les déformations excessives de la structure sont les sources de
dommages aux éléments non structuraux et à l'équipement.

V-6-4- Recommandation du RPA :

 Armatures verticales :
Les armatures verticales sont destinées à reprendre les efforts de flexion. Elles sont disposées
en deux nappes parallèles aux faces de voiles. Elles doivent respecter les prescriptions suivantes :

 Le pourcentage minimum sur toute la zone tendue est de 20%


Amin = 0,2%×Lt×e

Lt : longueur de la zone tendue.

e : épaisseur du voile

 Les barres verticales des zones extrêmes doivent être ligaturées avec des cadres
horizontaux dont l’espacement ne doit pas être supérieur à l’épaisseur du voile.

 Les barres du dernier niveau doivent être munies des crochets à la partie supérieure.

UMBB Page 111


Chapitre V : Ferraillages des éléments structuraux

 L’espacement des barres verticales doit être réduit à la moitié sur une longueur de l/10
dans les zone extrêmes cet espacement ne doit pas être au plus égale à 15 cm.

S/2 S

L/10 L/10
L

Figure V-6 : Disposition des armatures verticales.


 Les armatures horizontales :
Elles sont destinées à reprendre les efforts tranchants, disposées en deux nappes vers
l’extérieur des armatures verticales pour empêcher le flambement et elles doivent être munies de
crochets à 135° avec une longueur ( 10   l ).

 Armatures de potelet :
On doit prévoit à chaque extrémité du voile un potelet armé par des barres verticales, dont la
section de celles-ci est supérieur ou égale a 4 10.

 Armatures de coutures :
Le long des joints de reprises de coulage, l’effort tranchant doit être pris par les aciers de
couture dont la section doit être calculée avec la formule :
V
AVJ  1,1 ; avec : V  1, 4Vu
fe

Vu : l’effort tranchant calculé au niveau considéré.


Cette quantité doit être s’ajouté à la section tendu nécessaire pour équilibrer les efforts de
traction dus au moment de renversement.
 Règles communes entre les armatures horizontales et verticale : (Art 7-7-4-3
RPA99V2003) :
 Le diamètre des barres verticales et horizontales des voiles ne devrait pas dépassé 1/10
de l’épaisseur du voile (à l’exception des zones d’about)

 Les deux nappes d’armatures doivent être reliées avec au moins quatre épingles par mètre
carré. Dans chaque nappe, les barres horizontales doivent être disposées vers l’extérieur.

 L’espacement des barres horizontales et verticales doit être inférieur à le minimum des
deux valeurs suivantes : St ≤ e .
UMBB Page 112
Chapitre V : Ferraillages des éléments structuraux

 La longueur de recouvrement doit être égale à :


- 40 : Pour les barres situées dans les zones où le renversement de signe des efforts et possible.
- 20 : Pour les barres situées dans les zones comprimées sous l’action de toutes les combinaisons
possibles de charge.

V-6-5- Ferraillage des voiles :


V-6-5-1-Exposé de la méthode de calcul :
1) –Détermination de la contrainte normale et de l’effort N :
Elle consiste à déterminer le diagramme des contraintes sous les sollicitations favorisant la
traction avec les formules suivantes :

1= +

2=

Avec : A : section du béton.


V : bras de levier.
I : inertie du voile.
M : moment fléchissant.
N : effort normal appliqué.
Suivant la position de l’axe neutre et les efforts qui lui sont appliqués, la section peut-être :
 Section entièrement tendue SET.
 Section partiellement comprimée SPC.
 Section entièrement comprimée SEC.

1erecas : Section entièrement tendue (S.E.T)


Une section est dite entièrement tendue si « N » est un effort normal de traction et les deux
contraintes sont des contraintes de traction.

N= ×Lt×e

2eme cas : Section partiellement comprimée (S.P.C)


Une section est dite partiellement comprimée si les deux contraintes sont de sens opposée.

UMBB Page 113


Chapitre V : Ferraillages des éléments structuraux

N= ×Lt×e

3eme cas : Section entièrement comprimée (S.E.C)


Une section est dite entièrement comprimée si « N » est un effort de compression.

N= ×Lc×e

2) –Calcul des armatures :


 Armatures verticales :
1erecas : Section entièrement tendue (S.E.T)

AS = s = 348 MPa

2eme cas : Section partiellement comprimée (S.P.C)

AS = s = 400 MPa

3eme cas : Section entièrement comprimée (S.E.C)

AS = s = 348 MPa

 Armatures minimales selon (RPA99 V2003) :


D’après le (RPA99 V2003 Art7-7-4-1) :
Amin = 0,2%×Lt×e
Lt : longueur de la zone tendue.

e : épaisseur du voile

UMBB Page 114


Chapitre V : Ferraillages des éléments structuraux

 Le pourcentage minimal :
- Dans la section du voile courante :
Amin = 0,15%×b×L
- Dans la zone courante :
Amin = 0,10%×b×Lcourante Lcourante = L – 2.Lt
 Armatures minimales selon (BAEL91) :

- Section entièrement tendue : Amin ≥ max

- Section partiellement comprimée : Amin ≥ max

- Section entièrement comprimée : A min ≥ 4 cm²/ml


 Armatures horizontales :
La section d'armature est donnée par la plus élevée des valeurs donnée par les deux relations
suivantes :

 Selon le BAEL91 : AH =

 Selon le RPA99 : AH = 0,15%.B


Ces barres horizontales doivent être munies de crochets à 1350 ayant une Longueur de 10 .

3) –Vérification :
 Vérification a l’ELS :
Pour cette état, on considère Nser = G+Q

b ≤ b

b =

b = 0,6. c28

Avec : B : section de béton.


A: e t ’ r t re pt

 Vérification de la contrainte de cisaillement :


- Selon RPA99 V2003 :
b ≤ b

b =

b = 0,2. c28

UMBB Page 115


Chapitre V : Ferraillages des éléments structuraux

Avec : Vu cal : effort tranchant a la base du voile.


-Selon BAEL91 :
u ≤ u

u =

u = min (0,15. , 4MPa)

V-6-5-2-Exemple de calcul :
A) Caractéristiques :
L = 3,2 m
e = 0,2 m
Donc :
A = L× e = 3,2×0,2 = 0,64 m²

I= = = 0,55 m4

V = V’ = = = 1,6 m

B) Détermination des M,N et calcul des contraintes normales :


N,M sont données par logiciel ROBOT :
Nmax = -1819,90 kn Mcorr = -1233,18 kn.m
Nmin = -27,34 kn Mcorr = -717,40 kn.m
Ncor = -782,65 kn Mmax = -1347,96 kn.m

 Sous Nmax :

1= + = + = -6456,44 kn/m²

2= = - = 769,25 kn/m²

 Sous Nmin :

1= + = + = -2129,7 kn/m²

2= = - = 2044,26 kn/m²

 Sous Mmax :

1= + = + = -5144,23 kn/m²

UMBB Page 116


Chapitre V : Ferraillages des éléments structuraux

2= = - = 2698,45 kn/m²

Nous constatons que le cas le plus défavorable est donné par le N max donc la section
est partiellement comprimé.

Avec :

Lt = 3,2× = 2,85 m

Nt = ×Lt×e = ×2,85×0,2 = 1840,08 kn

C) Calcul des armatures :


 Armatures verticales :

AS = = = 46,02.10-4 m² = 46,02 cm²

ARPA = 0,2%×L t×e = 0,2%×285×20 = 11,40 cm²

ABAEL = max = = 7,73 cm²

AV = max (AS , ARPA , ABAEL) = 46,02 cm²

AV Adp = 55,42 cm² = 36HA14

Soit donc :
12HA14/nappe (zone courante) St = 20 cm
6HA14/nappe (zone d’about) St = 15 cm

 Armatures horizontales :

AH BAEL= = = 13,85 cm²

AH RPA = 0,15%.B = 0,15%×6400 = 9,60 cm²

AH = max (AH BAEL , AH RPA) = 13,85 cm²

AH Adp = 30HA10 = (15HA10/nappe) = 23,57 cm² St = 20 cm

 Armatures transversales :
Les deux nappes d’armatures verticales doivent être reliées au moins par quatre épingles au
mètre carré soit : 4HA8.

UMBB Page 117


Chapitre V : Ferraillages des éléments structuraux

 Vérifications :
 Vérification de la contrainte de cisaillement :
- Selon RPA99 V2003 :

b = = 1,55 MPa

b = 0,2×25 = 5 MPa

b ≤ b C.V

-Selon BAEL91 :

u = = 1,11 MPa

u = min (0,15. , 4MPa) = 3,33 MPa

u ≤ u C.V

 Vérification a l’ELS :
Pour cette état, on considère Nser = G+Q

b = = 1,86 MPa

b = 0,6.25 = 15 MPa

b ≤ b C.V

 Vérification des espacements :


St ≤ min (1,5.e , 30 cm) = min (1,5×20 , 30 cm) = 30 cm
Pour tous les espacements qu’on a adoptés : la condition est vérifiée.

UMBB Page 118


Chapitre V : Ferraillages des éléments structuraux

Zone RDC-N3 N4-N6 N7-N9


Longueur du voile : L (m) 3,2 3,2 3,2
Epaisseur du voile : e (m) 0,2 0,2 0,2
Section du voile : A (m²) 0,64 0,64 0,64
Inertie du voile : I (m4) 0,55 0,55 0,55
Bras de levier : V (m) 1,6 1,6 1,6
Résultats
Effort normal : N (kn) -1819,90 -746,31 -90,82
Moment de flexion : M (kn.m) -1233,18 -651,08 -223,71
Contrainte : 1 (kn/m²) -6456,44 -3073,56 -797,30
Contrainte : 2 (kn/m²) 769,25 741,34 513,50
Nature de section SPC SPC SPC
Lt (m) 2,85 2,57 1,94
Lc (m) 0,35 0,63 1,26
Effort de traction : Nt (kn) 1840,08 789,90 154,67
Ferraillage verticale
Section d’armature : Av (cm²) 46,02 19,75 3,86
Section min BAEL : Amin (cm²) 7,73 7,73 7,73
Section min RPA : Amin (cm²) 11,40 10,28 7,76
Max (Av,Amin) 46,16 19,82 7,76
Section adopté AV adp (cm²) 55,42 40,10 28,28
Zone courante 12HA14/nappe 12HA12/nappe 12HA10/nappe
Choix des barres
Zone d’about 6HA14/nappe 6HA12/nappe 6HA10/nappe
Zone courante 20 20 20
Espacement (cm)
Zone d’about 15 15 15
Ferraillage horizontale
Section min BAEL : Amin (cm²) 13,85 10,03 7,08
Section min RPA : Amin (cm²) 9,60 9,60 9,60
Section adopté AH adp (cm²) 23,57 23,57 23,57
Choix des barres 15HA10/nappe 15HA10/nappe 15HA10/nappe
Espacement (cm) 20 20 20
Ferraillage transversale
Section d’armature : At (cm²) 4 épingles de HA8/ml
Vérification
Effort tranchant : Vu (kn) 640,21 564,91 357,26
Effort normal : Ns (kn) 1345,42 894,96 522,24
b < 15 MPa 1,86 CV 1,28 CV 0 ,76 CV
u < 3,33 MPa 1,11 CV 0,98 CV 0,62 CV
b < 5 MPa 1,55 CV 1,37 CV 0,86 CV
Tableau V-22 : Ferraillage et vérification des contraintes du voile 3,2 m

UMBB Page 119


Chapitre V : Ferraillages des éléments structuraux

Zone RDC-N3 N4-N6 N7-N9


Longueur du voile : L (m) 4,2 4,2 4,2
Epaisseur du voile : e (m) 0,2 0,2 0,2
Section du voile : A (m²) 0,84 0,84 0,84
Inertie du voile : I (m4) 1,23 1,23 1,23
Bras de levier : V (m) 2,1 2,1 2,1
Résultats
Effort normal : N (kn) -543,61 -23,79 171,37
Moment de flexion : M (kn.m) -3294,93 -1580,36 -522,24
Contrainte : 1 (kn/ml) -6250,77 -2716,01 -684,15
Contrainte : 2 (kn/ml) 4956,45 2659,37 1092,16
Nature de section SPC SPC SPC
Lt (m) 2,34 2,12 1,62
Lc (m) 1,86 2,08 2,58
Effort de traction : Nt (kn) 1462,68 576,37 110,83
Ferraillage verticale
Section d’armature : Av (cm²) 36,57 14,41 2,77
Section min BAEL : Amin (cm²) 10,14 10,14 10,14
Section min RPA : Amin (cm²) 9,3 8,48 6,48
Max (As,Amin) 36,57 14,41 10,14
Section adopté AV adp (cm²) 56,55 39,28 39,28
Zone courante 17HA12/nappe 17HA10/nappe 17HA10/nappe
Choix des barres
Zone d’about 8HA12/nappe 8HA10/nappe 8HA10/nappe
Zone courante 20 20 20
Espacement (cm)
Zone d’about 15 15 15
Ferraillage horizontale
Section min BAEL : Amin (cm²) 14,13 9,82 9,82
Section min RPA : Amin (cm²) 12,6 12,6 12,6
Section adopté AH adp (cm²) 23,57 23,57 23,57
Choix des barres 15HA10/nappe 15HA10/nappe 15HA10/nappe
Espacement (cm) 20 20 20
Ferraillage transversale
Section d’armature : At (cm²) 4 épingles de HA8/ml
Vérifications
Effort tranchant : Vu (kn) 729,4 565,47 307,33
Effort normal : Ns (kn) 2004,52 1321,06 736,03
b < 15 MPa 2,16 CV 1,47 CV 0,82 CV
u < 3,33 MPa 0,96 CV 0,74 CV 0,41 CV
b < 5 MPa 1,35 CV 1,05 CV 0,57 CV
Tableau V-23 : Ferraillage et vérification des contraintes du voile 4,2 m

UMBB Page 120


Chapitre V : Ferraillages des éléments structuraux

Zone RDC-N3 N4-N6 N7-N9


Longueur du voile : L (m) 3,5 3,5 3,5
Epaisseur du voile : e (m) 0 ,2 0 ,2 0 ,2
Section du voile : A (m²) 0,7 0,7 0,7
Inertie du voile : I (m4) 0,71 0,71 0,71
Bras de levier : V (m) 1,75 1,75 1,75
Résultats
Effort normal : N (kn) -2794,07 -1202,04 -340,44
Moment de flexion : M (kn.m) -1134,01 -443,56 -183,08
Contrainte : 1 (kn/m²) -6768,70 -2803,47 -934,70
Contrainte: 2 (kn/m²) -1214,36 -630,93 -37,98
Nature de section SET SET SET
Lt (m) 3,5 3,5 3,5
Lc (m) 0 0 0
Effort de traction : Nt (kn) 2794,07 1202,04 340,44
Ferraillage verticale
Section d’armature : Av (cm²) 80,29 34,54 9,78
Section min BAEL : Amin (cm²) 36,75 36,75 36,75
Section min RPA : Amin (cm²) 14,00 14,00 14,00
Max (As,Amin) 80,29 36,75 36,75
Section adopté AV adp (cm²) 88,46 67,76 49,72
Zone courante 14HA16/nappe 14HA14/nappe 14HA12/nappe
Choix des barres
Zone d’about 8HA16/nappe 8HA14/nappe 8HA12/nappe
Zone courante 20 20 20
Espacement (cm)
Zone d’about 10 10 10
Ferraillage horizontale
Section min BAEL : Amin (cm²) 22,11 16,94 12,43
Section min RPA : Amin (cm²) 10,50 10,50 10,50
Section adopté AH adp (cm²) 33,92 23,56 23,56
Choix des barres 15HA12/nappe 15HA10/nappe 15HA10/nappe
Espacement (cm) 20 20 20
Ferraillage transversale
Section d’armature : At (cm²) 4 épingles de HA8/ml
Vérifications
Effort tranchant : Vu (kn) 776,80 658,13 405,80
Effort normal : Ns (kn) 1380,56 907,02 517,76
b < 15 MPa 1,66 CV 1,13 CV 0,67 CV
u < 3,33 MPa 1,23 CV 1,04 CV 0,64 CV
b < 5 MPa 1,73 CV 1,46 CV 0,9 CV
Tableau V-24 : Ferraillage et vérification des contraintes du voile 3,5 m

UMBB Page 121


Chapitre V : Ferraillages des éléments structuraux

Zone RDC-N3 N4-N6 N7-N9


Longueur du voile : L (m) 3,85 3,85 3,85
Epaisseur du voile : e (m) 0,2 0,2 0,2
Section du voile : A (m²) 0,77 0,77 0,77
Inertie du voile : I (m4) 0,95 0,95 0,95
Bras de levier : V (m) 1,925 1,925 1,925
Résultats
Effort normal : N (kn) 581,91 334,29 189,41
Moment de flexion : M (kn.m) -1158,97 -745,85 -265,15
Contrainte : 1 (kn/m²) -1589,97 -1075,42 -290,65
Contrainte : 2 (kn/m²) 3101,42 1943,71 782,63
Nature de section SPC SPC SPC
Lt (m) 1,30 1,37 1,04
Lc (m) 2,55 2,48 2,81
Effort de traction : Nt (kn) 206,70 147,33 30,23
Ferraillage verticale
Section d’armature : Av (cm²) 5,17 3,68 0,76
Section min BAEL : Amin (cm²) 9,29 9,29 9,29
Section min RPA : Amin (cm²) 5,20 5,48 4,16
Max (As,Amin) 9,29 9,29 9,29
Section adopté AV adp (cm²) 36,34 36,34 36,34
Zone courante 15HA10/nappe 15HA10/nappe 15HA10/nappe
Choix des barres
Zone d’about 8HA10/nappe 8HA10/nappe 8HA10/nappe
Zone courante 20 20 20
Espacement (cm)
Zone d’about 15 15 15
Ferraillage horizontale
Section min BAEL : Amin (cm²) 9,08 9,08 9,08
Section min RPA : Amin (cm²) 11,55 11,55 11,55
Section adopté AH adp (cm²) 23,57 23,57 23,57
Choix des barres 15HA10/nappe 15HA10/nappe 15HA10/nappe
Espacement (cm) 20 20 20
Ferraillage transversale
Section d’armature : At (cm²) 4 épingles de HA8/ml
Vérifications
Effort tranchant : Vu (kn) 1284,70 1177,81 267,76
Effort normal : Ns (kn) 1598,50 1066,77 619,90
b < 15 MPa 1,94 CV 1,30 CV 0,75 CV
u < 3,33 MPa 1,85 CV 1,69 CV 0,39 CV
b < 5 MPa 2,59 CV 2,38 CV 0,54 CV
Tableau V-25 : Ferraillage et vérification des contraintes du voile 3,85 m

UMBB Page 122


Chapitre V : Ferraillages des éléments structuraux

Zone RDC-N3 N4-N6 N7-N9


Longueur du voile : L (m) 4,8 4,8 4,8
Epaisseur du voile : e (m) 0,2 0,2 0,2
Section du voile : A (m²) 0,96 0,96 0,96
Inertie du voile : I (m4) 1,84 1,84 1,84
Bras de levier : V (m) 2,4 2,4 2,4
Résultats
Effort normal : N (kn) -2353,88 -819,18 -45,34
Moment de flexion : M (kn.m) -711,32 -346,84 -113,32
Contrainte : 1 (kn/m²) -3378,16 -1304,93 -195,03
Contrainte : 2 (kn/m²) -1525,76 -401,70 -100,58
Nature de section SET SET SET
Lt (m) 4,8 4,8 4,8
Lc (m) 0 0 0
Effort de traction : Nt (kn) 2353,88 819,18 141,89
Ferraillage verticale
Section d’armature : Av (cm²) 67,64 23,54 4,07
Section min BAEL : Amin (cm²) 50,40 50,40 50,40
Section min RPA : Amin (cm²) 19,20 19,20 19,20
Max (As,Amin) 67,64 50,40 50,40
Section adopté AV adp (cm²) 83,16 61,02 61,02
Zone courante 19HA14/nappe 19HA12/nappe 19HA12/nappe
Choix des barres
Zone d’about 8HA14/nappe 8HA12/nappe 8HA12/nappe
Zone courante 20 20 20
Espacement (cm)
Zone d’about 15 15 15
Ferraillage horizontale
Section min BAEL : Amin (cm²) 20,79 15,26 15,26
Section min RPA : Amin (cm²) 14,4 14,4 14,4
Section adopté AH adp (cm²) 23,57 23,57 23,57
Choix des barres 15HA10/nappe 15HA10/nappe 15HA10/nappe
Espacement (cm) 20 20 20
Ferraillage transversale
Section d’armature : At (cm²) 4 épingles de HA8/ml
Vérifications
Effort tranchant : Vu (kn) 1186,70 980,93 602,54
Effort normal : Ns (kn) 2074,64 1376,08 774,05
b < 15 MPa 1,91 CV 1,31 CV 0,74 CV
u < 3,33 MPa 1,37 CV 1,13 CV 0,69 CV
b < 5 MPa 1,92 CV 1,56 CV 0,97 CV
Tableau V-26 : Ferraillage et vérification des contraintes du voile 4,8 m

UMBB Page 123


Chapitre V : Ferraillages des éléments structuraux

Zone RDC-N3 N4-N6 N7-N9


Longueur du voile : L (m) 2,2 2,2 2,2
Epaisseur du voile : e (m) 0,2 0,2 0,2
Section du voile : A (m²) 0,44 0,44 0,44
Inertie du voile : I (m4) 1,23 0,18 0,18
Bras de levier : V (m) 1,1 1,1
Résultats
Effort normal : N (kn) -1880,49 -858,65 -216,67
Moment de flexion : M (kn.m) -33,41 -31,05 -29,31
Contrainte : 1 (kn/ml) -4480,93 -2143,94 -674,11
Contrainte : 2 (kn/ml) -4066,75 -1759,02 -310,76
Nature de section SET SET SET
Lt (m) 2,2 2,2 2,2
Lc (m) 0 0 0
Effort de traction : Nt (kn) 1880,49 858,65 216,67
Ferraillage verticale
Section d’armature : Av (cm²) 54,04 24,67 6,23
Section min BAEL : Amin (cm²) 23,10 23,10 23,10
Section min RPA : Amin (cm²) 8,80 8,80 8,80
Max (As,Amin) 54,04 24,67 23,10
Section adopté AV adp (cm²) 60,30 46,20 33,90
Zone courante 11HA16 11HA14 11HA12
Choix des barres
Zone d’about 4HA16 4HA14 4HA12
Zone courante 15 15 15
Espacement (cm)
Zone d’about 10 10 10
Ferraillage horizontale
Section min BAEL : Amin (cm²) 15,07 11,55 8,47
Section min RPA : Amin (cm²) 6,6 6,6 6,6
Section adopté AH adp (cm²) 23,57 23,57 23,57
Choix des barres 15HA10/nappe 15HA10/nappe 15HA10/nappe
Espacement (cm) 20 20 20
Ferraillage transversale
Section d’armature : At (cm²) 4 épingles de HA8/ml
Vérifications
Effort tranchant : Vu (kn) 471,85 551,3 551,08
Effort normal : Ns (kn) 818,06 542,8 331,32
b < 15 MPa 1,54 CV 1,06 CV 0,67 CV
u < 3,33 MPa 1,19 CV 1,39 CV 1,39 CV
b < 5 MPa 1,67 CV 1,95 CV 1,94 CV
Tableau V-27 : Ferraillage et vérification des contraintes du voile 2,2 m

UMBB Page 124


Chapitre V : Ferraillages des éléments structuraux

V-7- Etude des linteaux :


V-7-1- Introduction :
Les linteaux sont des éléments reliant les trumeaux d’un même voile, ils sont assimilés à
des poutres encastrées à leur extrémité et sont calculés en flexion simple, dans ce cas les résultats
seront donnés directement par le fichier résultat.

V-7-2- Méthode de calcul :


Nous utilisons la méthode de calcul exposée dans le RPA99/2003 en faisant comparer à
chaque fois les sections d’armatures calculées aux maximales données par les règles BAEL91.
L’application se fera suivant les étapes suivantes :
1) – contrainte limite de cisaillement :
b ≤ b

b =

b = 0,2. c28

Avec : Vu cal : effort tranchant a la base du voile.


b0 : épaisseur du linteau.
h : hauteur utile (d=0,9.h).
2) – Ferraillage des linteaux :
 1er Cas : ( b ≤ 0,06. c28 )

● Armatures longitudinales :
Les armatures longitudinales supérieures et inférieures sont calculées par la formule suivante :

Al ≥

Avec :
Z = h-2.d’
d' : distance d’enrobage
h : hauteur totale du linteau
M : moment dû à l’effort tranchant V
● Armatures transversales :

 1er Sous cas : linteau long ( g = >1)

S≥

UMBB Page 125


Chapitre V : Ferraillages des éléments structuraux

Avec :
S : espacement des cours d’armatures transversales
At : section d’un cours d’armatures transversales
l : portée du linteau
V : effort tranchant dans la section considérée ( V = 1,4.T )

 2eme Sous cas : linteau court ( g = ≤1)

S≥

Avec : V = min (V1 , V2)

V1 ≤

V2 = 2.Vu calculé
Mci , Mcj : moments résistants ultimes des sections d’about à gauche et à droite du linteau de
portée lij
Le moment est calculé par la formule suivante : Mc = Al× e×Z
 2eme Cas : ( b > 0,06. c28)

Dans ce cas il y’a lieu de disposer les ferraillages longitudinaux (sup et inf) , transversaux et en
zone courante (armatures de peau) suivant le minimums réglementaire.
Les efforts M et V sont repris suivant des bielles diagonales de compression et de traction
suivant l’axe moyen des armatures diagonales Ad à disposer obligatoirement.

● Armatures diagonales :

Ad = Avec : tg =

● Armatures longitudinales :
(Al = Al’) ≥ 0,0015.b.h

● Armatures transversales :
At ≥ 0,0015.b.St Si : b ≥ 0,025. c28

At ≥ 0,0025.b.St Si : b < 0,025. c28

● Armatures en zone courante (peau) :


Ac ≥ 0,002.b.h

UMBB Page 126


Chapitre V : Ferraillages des éléments structuraux

● Longueur de l’ancrage :

Lc = + 50.

V-7-3- Exemple de calcul :


Zone I
h = 1,6 m L = 3,5 m e = 0,20 m
1) -contrainte limite de cisaillement :
Vu = 460,4 kn

b = = = 2,24 MPa

b = 0,2. c28 = 0,2×25 = 5 MPa

b ≤ b ……… C t v r e
2) – Ferraillage du linteau :

b = 2,24 MPa
0,06. c28 = 0,06.25 = 1,5 MPa

b > 0,06. c28

Le ferraillage suivant le minimum réglementaire.

● Armatures diagonales :

tg = = = 0,44 → = 23,75

Ad = = ×10-2 = 14,29 cm²

Soit : Ad = 4HA20 + 2HA16 = 16,59 cm²

● Armatures longitudinales :
Selon RPA99 :
(Al = Al’) ≥ 0,0015×20×160 = 4,8 cm²
Selon BAEL91 :

Amin = 0,23×b×d× = 0,23×20×144× = 3,47 cm²

Soit : Al = Al’ = 3HA16 = 6,03 cm²


● Armatures transversales :

b = 2,24 MPa
0,025. c28 = 0,625 MPa

UMBB Page 127


Chapitre V : Ferraillages des éléments structuraux

b ≥ 0,025. c28

Donc : At ≥ 0,0015.b.St

St ≤ = = 40 cm , on prend St = 20 cm

At ≥ 0,0015×20×20 = 0,6 cm²


Soit At = 2HA10 = 1,57 cm²

● Armatures en zone courante (peau) :


Ac ≥ 0,002.b.h = 0,002×20×160 = 6,4 cm²
Soit : Ac = 4HA16 = 8,04 cm²

● Longueur de l’ancrage :

Lc = + 50×2 = 140 cm

Zone RDC-N3 N4-N6 N7-N9


L (m) 1,60 1,60 1,60
e (m) 3,5 3,5 3,5
h (m) 0,2 0,2 0,2
Vérification

Vu (kn) 460,40 341,37 320,56


b (MPa) 2,24 1,66 1,56
b (MPa) 5 5 5
b ≤ b C.V C.V C.V
Ferraillage
Al = Al’ (cm²) 4,8 4,8 4,8
Al adp 3HA16 3HA16 3HA16
St (cm) 20 20 20
At (cm²) 1 1 1
At adp 2HA10 2HA10 2HA10
Ad (cm²) 14,29 10,66 10,02
Ad adp 4HA20+2HA16 6HA16 4HA16+2HA14
Ac (cm²) 6,4 / nappe 6,4 / nappe 6,4 / nappe
Section adoptée 4HA16 / nappe 4HA16 / nappe 4HA16 / nappe
Lc (m) 140 120 120
Tableau V-28 : Ferraillage du voile linteau

UMBB Page 128


Chapitre V : Ferraillages des éléments structuraux

A
AD
Fc

Ft
S < h/4 AD
A
LC

b=20cm

2HA20+1HA16

h = 160 cm
1HA8 4HA16

3HA16

Figure V-8- Schéma de ferraillage du linteau (exemple de calcul).

UMBB Page 129


Chapitre VI :
Etude de l’infrastructure
Chapitre VI : Etude de l’infrastructure

VI-1-Introduction :
Les fondations d'une construction constituent une parties de l'ouvrage, elles sont en contact avec
le sol auquel elles transmettent les charges de la superstructure ; elles constituent donc la partie
essentielle de l'ouvrage puisque leurs bonnes conception et réalisation découle une bonne tenue
de l'ensemble.
La reconnaissance géologique et géotechnique du terrain est indispensable pour l’étude de
l’infrastructure d’une construction, car l’étude des fondations et leurs dimensions dépendent des
caractéristiques physiques et mécaniques de sol.

VI-1-1-Présentation du site et Reconnaissance du terrain :


Le terrain qui fait l’objet de cette étude est situé à Alger.
Quelle que soit l’importance d’une construction, on doit identifier le sol qui supportera les
fondations et pouvoir en estimer les capacités de résistance. Ainsi, tout projet quel qu’il soit doit
commencer par une reconnaissance approfondie du sol.
Le terrain présente dans l’ensemble un relief topographique relativement plat avec une très
légère pente vers le Nord.

VI-1-2-Calcul de la contrainte admissible dans le sol :


La contrainte admissible dans le sol sera déterminée à partir des résultats des essais de
pénétration à l’aide de la formule Suivante :

adm =

Rp = Résistance de pointe minimale.


α = Coefficient réducteur dépendant de la nature du sol et de l’appareillage utilisé.

VI-1-3-Conclusion et recommandation :
A. constructibilité du site :
Le site « construction d’un bâtiment à usage d’habitation R+9» à Alger ne pose aucun problème
technique particulier lie au sol qui empêcherait la construction de l’ouvrage projet.
B. Classification du sol :
Sur le plan résistance et d’après la classification du RPA 99 version 2003, le sol du site est classé
comme un site meuble.
C. Analyse chimique du sol :
L’analyse chimique réaliser sur le sol du site a montré que celui-ci est non agressif, par
conséquent, le sol n’est pas agressifs vis-à-vis du béton de son infrastructure.

UMBB Page 130


Chapitre VI : Etude de l’infrastructure

D. Contrainte Admissible :
La pression admissible est calculée à partir des essais pénetrometriques :

adm = 1,5 bars

E. Caractéristiques mécaniques du sol :


Pour l’évaluation des poussées des terres, les caractéristiques mécaniques et physiques a adopté
sont :
∅’ = 25° C’= 10 KPa gd = 16 Kn/m3

VI-2-Calcul des fondations :


VI-2-1-Définition :
Les fondations doivent non seulement reprendre les charges et surcharges supportées par la
structure mais aussi les transmettre au sol dans des bonnes conditions, de façon à assurer la
stabilité de l’ouvrage.

VI-2-2-Chois du type de fondation :


Le choix du type de fondation dépend de plusieurs paramètres :
 Type de construction
 Caractéristique du sol.
 Charge apportée par structure.
 Solution économique et facilitée de réalisation.
Etant donné la nature de notre sol, on choisit des fondations superficielles. En ce qui concerne
les ouvrages en voiles, deux cas peuvent se présenter en fondations superficielles :
 Semelles filantes.
 Radier général.

VI-2-3-Semelles filantes :
La surface du la semelle sera déterminer par la condition suivante :

≤ adm → SS ≥

Nu = 120621,08 kn , adm = 1,5 bars = 0,15 MPa

SS ≥ = 603,1 m²

Surface totale des semelles est : 603,1 m²


Surface totale du bâtiment est : 978,62 m²

UMBB Page 131


Chapitre VI : Etude de l’infrastructure

Donc :

= = 0,62 > 0,5

Conclusion :
La surface totale des semelles occupent plus de 50% de la surface d’emprise de l’ouvrage on est
donc amené a opté le radier général.
Ce type de fondation présente plusieurs avantages :
 L’augmentation de la surface de la semelle minimise la pression exercée par
La structure sur le sol.
 La réduction des tassements différentiels.
 La facilité d’exécution.

VI-2-4-Radier général :
VI-2-4-1-Pré-dimensionnement du radier :
 Condition forfaitaire:
L’épaisseur du radier doit satisfaire la condition suivante :

≤ hr ≤

Lmax : distance maximale entre deux voiles successifs est égale à = 4,80 m.
D’où : 0,6 m  hr  0,96 m

On adopte : hr = 0,9 m

 Condition de rigidité :

Le = ≥ Avec : I =

Lmax : plus grande distance en deux points d’appuis.

Le : longueur élastique.

E : module d’élasticité du béton E = 32164,2 MPa


b : largeur du radier (bande de 1 mètre).
K : coefficient de la raideur du sol rapporté à l’unité de la surface.
Pour un sol moyen K = 40 MN/m3

hr ≥ = = 0,69 m

UMBB Page 132


Chapitre VI : Etude de l’infrastructure

 Condition de non poinçonnement :


Sous l’action des forces localisées, il y a lieu de vérifier la résistance du radier au poinçonnement
par l’effort tranchant.
Cette vérification s’effectue comme suit :
Nu = 0,045. c.h. c 28 / b (Art A.5.2.4) CBA93
Nu : la charge de calcul vis à vis de l’état limite ultime du poteau le plus sollicité = 550,1 t

c : Périmètre de la surface d’impact projeté sur le plan moyen du radier.

b’ b
Ligne moyenne

hr
a
a’
Figure VI-1 : Schéma de transmission des charges
● Pour les poteaux :
Nu = 2339,33 KN
u c  2.( a'  b' ).
a'  a  h r

b'  b  h r

c= = 2.(0,6 + 0,6 + 2×0,9) = 6 m

h≥ = = 0, 52 m

● Pour les voiles :


Nu = 3153,9 KN
u c  2.( a'  b' ).
a'  a  h r

b'  b  h r

c= = 2.(0,2 + 4,8 + 2×0,9) = 13,6 m

h≥ = = 0, 31 m

UMBB Page 133


Chapitre VI : Etude de l’infrastructure

 Condition de non cisaillement :


D’après le règlement (CBA93 Art A-5-1) on doit vérifier que :

u = ≤ u = 0,07× = 1,16 MPa

Vu = qu× = × = × = 295,82 KN

d = 0,9.h = 0,81 m
b=1m

u = = 0,36 MPa

u ≤ u (OK)
Conclusion :
On adopte hr = 0,9 m
Vu que la hauteur est très importante donc il y’a lieu de prévoir un radier nervuré.

 Condition de coffrage :
● Pour les nervures :
La hauteur de la poutre est donnée par la formule suivante :

hp ≥ = = 0,48 m

Soit : hp = 0,9 m

bp ≥ = = 0,45 m

Soit : bp = 0,6 m

● Pour la dalle :

hd ≥ = = 0,24 m

Soit : hd = 0,4 m

 Détermination du débord :
D ≥ max (h/2 , 0,30 m) = max (0,9/2 , 0,30 m) = 0,45 m
Soit : D = 0,6 m

VI-2-4-2- Caractéristiques géométriques du radier :


 La surface :
Sradier  Sbâtiment  Sdebord

UMBB Page 134


Chapitre VI : Etude de l’infrastructure

Sbâtiment  29,3  33,4  978,62 m 2

Sdebord  0,60.(29,3  2  33,4  2  0,6  4)  76,68 m 2

Sradier = 1055,3 m2.

 Calcul des Moments d’inerties:


= 34,6 m
= 30,5 m

lx  l y
3

Ix   81807,73m 4
12
l y  lx
3

Iy   105280,24m 4
12

 Centre de masse du radier :


= 17,3 m
= 15,25 m

 Centre de masse de la structure :


= 16,69 + 0,6 = 17,29 m
= 14,82 + 0,6 = 15,42 m

 Excentricité du radier (par rapport à la structure) :


= = = 0,01 m
= = = 0,17 m

VI-2-4-3- Détermination des charges et surcharges :


La structure :
G = 76530,02 KN Q = 11537,04 KN
Le radier :
Gr = .hr.Sr = 25×0,9×1055,3 = 23744,25 KN
Donc:
Gtot = G + Gr = 100274,27 KN
Qtot = Q = 11537,04 KN

VI-2-4-4- Détermination des efforts :


Sollicitations : ELU : Nu = 1,35Gtot + 1,5Qtot = 152675,82 KN
ELS : Ns = Gtot + Qtot = 111811,31 KN

UMBB Page 135


Chapitre VI : Etude de l’infrastructure

VI-2-4-5- Vérifications :
 Vérification sous l’effet de la pression hydrostatique :
La vérification du radier sous l’effet de la pression hydrostatique est nécessaire afin de s’assurer
du non soulèvement du bâtiment sous l’effet de cette dernière. Elle se fait en vérifiant que :
W ≥ Fs.γ.Z.S
Avec :
 W : poids total du bâtiment à la base du radier,
W = Wradier + Wbâtiment
W = 152675,82 KN
 Fs : coefficient de sécurité vis à vis du soulèvement, Fs = 1,5
 γ : poids volumique de l’eau (γ = 10KN/m3)
 Z : profondeur de l’infrastructure (h = 2 m)
 S : surface du radier, (S = 1055,3 m)
152675,82 > 1,5×10×2×1055,3 = 31659 KN
La condition est satisfaite.

 Evaluation et vérification des contraintes sous le radier :


Les contraintes sous le radier devront toujours être inférieures ou égales à la contrainte
admissible du sol.
Etant donné que la résultante des charges verticales est centrée sur le radier, le diagramme de
réaction du sol est uniforme :

=
hr
σ

Vis-à-vis des charges horizontales le diagramme devient trapézoïdal ou triangulaire :

max = +

min = hr
σmin σmax

σmoy
L/4

Figure VI -2 : diagramme des contraintes

UMBB Page 136


Chapitre VI : Etude de l’infrastructure

Le radier est sollicité par les efforts suivants :


N : effort normal de calcul
M : moment d’excentricité dû aux charges verticales M = N× e
Les vérifications seront faites avec une contrainte moyenne prise conventionnellement égale à

σ×

σmoy = < σadm

On doit vérifier que :


ELU : σmoy < 1,33.σsol
ELS : σmoy < σsol
Les résultats sont affichés dans le tableau suivant :

ELS ELU
Longitudinal transversal Longitudinal transversal
N (KN) 111811,31 111811,31 152675,82 152675,82
e (m) 0,01 0,17 0,01 0,17
M (KN.m) 1118,11 19007,92 1526,76 25954,88
V (m) 17,3 15,25 17,3 15,25
I (m4) 81807,73 105280,24 81807,73 105280,24
σmax (MPa) 0,106 0,108 0,144 0,148

σmin (MPa) 0,105 0,103 0,144 0,140

σmoy (MPa) 0,106 0,107 0,144 0,146

σadm (MPa) 0,15 0,15 0,2 0,2


Observation C.V C.V C.V C.V

Tableau VI-1 : Vérification des contraintes

 Vérification de la stabilité :
Sous l’effet des charges horizontales (forces sismiques), il y a développement d’un moment
reversant : M = M0 + T0×h
M0 : moment sismique à la base de la structure.
T0 : effort tranchant à la base de la structure.
h : profondeur de l’infrastructure.
A cet effet, le radier doit être vérifié :
UMBB Page 137
Chapitre VI : Etude de l’infrastructure

 Aux contraintes de traction (soulèvement) avec la combinaison 0,8G ±E


 Aux contraintes de compression maximales avec la combinaison G + Q + E

0,8G ±E G+ Q+E
Longitudinal transversal Longitudinal transversal
N (KN) 61224,02 61224,02 88067,06 88067,06
M0 (KN.m) 199938,90 203575,17 199938,90 203575,17
T0 (KN) 10694,86 9638,35 10694,86 9638,35
h (m) 2 2 2 2
M (KN.m) 221328,62 222851,87 221328,62 222851,87
V (m) 17,3 15,25 17,3 15,25
I (m4) 81807,73 105280,24 81807,73 105280,24
σmax (MPa) 0,105 0,09 0,131 0,115

σmin (MPa) 0,011 0,026 0,036 0,051

σmoy (MPa) 0,08 0,07 0,14 0,09

σadm (MPa) 0,15 0,15 0,15 0,15


Observation C.V C.V C.V C.V

Tableau VI-2 : Vérification de soulèvement

 Vérification de la stabilité au renversement :


l
D’après le RPA2003 (art 10.1.5) le radier reste stable si : e = M 
N 4
e : l’excentricité de la résultante des charges verticales
M : moment dû au séisme
N : charge verticale permanente
N= 0,8 NG = 61224,02 KN
Sens X-X : e = 156854,60/61224,02 = 2,56 m < a/4 = 8,65 m ..........(Vérifie)
Sens Y-Y : e = 187129,52/61224,02 = 3,05 m < b/4 = 7,63 m ......... (Vérifie)
La stabilité du radier est vérifiée dans les deux sens

UMBB Page 138


Chapitre VI : Etude de l’infrastructure

VI-3- Ferraillage du radier :


Le radier sera calculé comme un plancher renversé dont les appuis sont constitués par les voiles
de l’ossature, les panneaux seront calculés comme des dalles appuyées sur 4 côtés et chargés par
les contraintes dues au chargement du sol, en tenant compte des ventilations des moments selon
les conditions données par le BAEL91, le ferraillage sera calculé en flexion simple avec
fissuration préjudiciable en raison de la présence de l’eau.

VI-3-1-Ferraillage du panneau :
Le calcul se fait pour le panneau le plus défavorable :

Figure VI-3 : Schéma du panneau le plus défavorable

 Evaluation des charges et des surcharges :


ELU :

qu = = = 144,67 KN/m²

ELS :

qs = = = 105,95 KN/m²

 Moment isostatique :
Concernant les dalles rectangulaires librement appuyées sur leur contour nous distinguons deux
cas :
1er Cas : 0 < < 0,4
La flexion longitudinale est négligeable.

Mox = q×

Moy = 0

UMBB Page 139


Chapitre VI : Etude de l’infrastructure

2eme Cas : 0,4 ≤ ≤1


Les deux flexions interviennent, les moments développés au centre de la dalle dans les deux
bandes de largeur d’unité valent :
 dans le sens de la petite portée : Mox = µ x.q.Lx2
 dans le sens de la grande portée : Moy = µy.Mox

 Moment en appuis et en travée :


Si le panneau considéré est continu au-delà des appuis (panneau intermédiaire) :
 Moment en travée : (Mtx = 0,75Mox , Mty = 0,75Moy)
 Moment sur appuis : (Max = 0,5Mox , May = 0,5Moy)
Si le panneau considéré est un panneau de rive :
 Moment en travée : (Mtx = 0,85Mox , Mty = 0,85Moy)
 Moment sur appuis : (Max = 0,3Mox , May = 0,3Moy)

= = = 0,875 → 0,4 ≤ ≤1

Les résultats de calcul sont résumés sur le tableau suivant:


ELS ELU
Sens XX Sens YY Sens XX Sens YY
µ 0,0551 0,8145 0,0481 0,7341
M (KN.m) 102,98 83,87 122,75 90,11
Mt (KN.m) 77,23 62,91 92,06 67,58
Ma (KN.m) 51,49 41,93 61,37 45,05

Tableau VI-3 : Calcul des sollicitations

 Calcul des armatures :


b = 100 cm h = 40 cm d = 36 cm
● Pourcentage minimal :
Suivant le petit côté : Ax min ≥ 8×h = 3,2 cm²

Suivant le grand côté : Ay min ≥ 8×h× = 3,41 cm²

Condition de non fragilité : Amin = 0,23.b.d. t28/ e = 0,23×100×36× = 4,35 cm²

● Espacement maximal :
Stx ≤ min (33 cm, 3.hr) → Stx = 15 cm
Sty ≤ min (45 cm, 4.hr) → Stx = 15 cm

UMBB Page 140


Chapitre VI : Etude de l’infrastructure

Les résultats obtenus sont récapitulé dans le tableau suivant :


Sens XX Sens YY
Sur appuis En travée Sur appuis En travée
Mu (KN.m) 61,37 92,06 45,05 67,58
As (cm²) 4,99 7,55 3,64 5,50
As min (cm²) 4,35 4,35 4,35 4,35
Choix 6HA14 6HA16 6HA14 6HA16
As adp (cm²) 9,24 12,06 9,24 12,06
St (cm) 15 15 15 15

Tableau VI-4 : Ferraillage à l’ELU

 Vérifications des contraintes :


b. y 2
  ( A  A' ) y   ( Ad  A' d )  0
2
b. y 3
I  A(d  y) 2  A' ( y  d ' ) 2
3

k=

σbc = k.y ≤ σbc = 0, 6. c28

σst = n.k. (d-y) ≤ σst = min


Les résultats sont récapitulés dans le tableau suivant :

Sens XX :

Position Ms (KN.m) As adp (cm²) σbc (MPa) σst (MPa) σbc (MPa) σst (MPa) Observation
Appuis 51,49 9,24 3,59 170,10 15 202 C.V
Travée 77,23 12,06 4,84 195,50 15 202 C.V

Tableau VI-5 : Vérification des contraintes à l’ELS sens XX

Sens YY :

Position Ms (KN.m) As adp (cm²) σbc (MPa) σst (MPa) σbc (MPa) σst (MPa) Observation
Appuis 41,93 7,70 2,92 138,50 15 202 C.V
Travée 62,91 12,06 3,94 159,30 15 202 C.V

Tableau VI-6 : Vérification des contraintes à l’ELS sens YY

UMBB Page 141


Chapitre VI : Etude de l’infrastructure

VI-3-2-Ferraillage de la nervure :
 Dimensionnent des nervures :
La section de la nervure est considéré comme une section en T avec :
b1 : largeur à prendre en compte de chaque côté de la nervure et ne doit pas dépassé le 1/6 de la
distance entre points de moment nul, pour la poutre continue ça équivaut à prendre, le1/10de la
portée.
La moitié de l’intervalle existant entre deux faces parallèles de deux nervures consécutives 8h0 .
b : largeur de la dalle de compression. 40 cm 60 cm 40 cm

b1 < min → b1 = 40 cm
50 cm
90 cm
b = 2.b1 + b0 = 140 cm
40 cm

120 cm

Figure VI-4 : dimensionnement des nervures


 Evaluation des charges :
Les charges équivalentes réparties linéairement sur les travées des nervures sont évaluées par la
méthode des lignes de rupture.
La charge correspondante d’un panneau du radier revenant à la nervure qui lui est adjacente est
évaluée comme suit :

lx ≤ ly

ly

Triangulaire Trapézoïdale

qM qeq = q× qeq = q× ×(1 )

qT qeq = q× qeq = q× ×(1 )

Tableau VI-7 : Evaluation des charges

UMBB Page 142


Chapitre VI : Etude de l’infrastructure

Les résultats sont récapitulés dans le tableau suivant :


Sens XX Sens YY
Combinaison q (kn/m²) qM (kn/m²) qT (kn/m²) qM (kn/m²) qT (kn/m²)
ELU 144,67 405,07 303,81 517,18 390,61
ELS 105,95 296,66 222,49 378,76 286,06

Tableau VI-8 : Détermination des charges

 Détermination des efforts :


Le calcul de ferraillage se fera avec les moments maximaux en appuis ainsi qu’en travées. Ou les
efforts sont calculés par la méthode de Caquot :

►Calcul des moments :


En appuis:

Mi =

En travée :

Mi = -

Avec :
l’ = 0,8.l → travée intermédiaire l’ = l → travée de rive

Kw = Ke =

Pw : charge du côté West de la travée considérée.


Pe : charge du côté Est de la travée considérée.

lw : longueur de la travée West.


le : longueur de la travée Est.
I : inertie de la nervure
► Calcul de l’effort tranchant :

Vwi = Vow +

Vei = Voe +

Avec :
Vow , Voe : efforts tranchants sur appuis des travées de référence en valeur algébrique.
Mi , Mi-1 : moments sur appuis avec leurs signes.

UMBB Page 143


Chapitre VI : Etude de l’infrastructure

Les résultats sont présentés dans les tableaux suivants :


Sens XX Sens YY
Moment Moment
La charge La charge
Combinaison Sur appuis En travée Sur appuis En travée
(KN/ml) (KN/ml)
(KN.m) (KN.m) (KN.m) (KN.m)
ELU 405,07 608,83 336,74 517,18 889,01 600,70
ELS 296,66 445,82 246,58 378,76 650,97 439,86

Tableau VI-9 : Détermination des moments maximaux à l’ELU et à l’ELS

Sens XX Sens YY
La charge Vmax (KN) La charge Vmax (KN)
Combinaison
(KN/ml) (KN/ml)
656,58 938,18
ELU 303,81 390,61

Tableau VI-10 : Détermination des efforts tranchants maximaux à l’ELU

 Calcul des armatures :


 Armatures longitudinales :
Sens XX :

ELU ELS
Sur appuis En travée Sur appuis En travée
M (KN.m) 608,83 336,74 445,82 246,58
MT (KN.m) 6441,12 6441,12 2489,24 2489,24
M > < MT M < MT M < MT M < MT M < MT
Rectangulaire Rectangulaire Rectangulaire Rectangulaire
Section (cm²)
(140×90) (140×90) (140×90) (140×90)
Mrb (KN.m) / / 2992,96 2992,96
Mrb > < MS / / Mrb > MS Mrb > MS
Zb (cm) 36 36 73,67 73,67
A (cm²) 22,16 12,12 29,95 16,57
Amin (cm²) 13,69 13,69 13,69 13,69
Choix 4T25 + 4T20 4T25 + 4T20 4T25 + 4T20 4T25 + 4T20
Aadp (cm2) 32,21 25,93 32,21 25,93

Tableau VI-11 : Ferraillage des nervures sens XX

UMBB Page 144


Chapitre VI : Etude de l’infrastructure

Sens YY :

ELU ELS
Sur appuis En travée Sur appuis En travée
M (KN.m) 889,01 600,70 650,97 439,86
MT (KN.m) 6441,12 6441,12 2489,24 2489,24
M > < MT M < MT M < MT M < MT M < MT
Rectangulaire Rectangulaire Rectangulaire Rectangulaire
Section (cm²)
(140×90) (140×90) (140×90) (140×90)
Mrb (KN.m) / / 2992,96 2992,96
Mrb > < MS / / Mrb > MS Mrb > MS
Zb (cm) 36 36 72,8 72,8
A (cm²) 32,75 21,85 44,26 29,91
Amin (cm²) 13,69 13,69 13,69 13,69
Choix 8T25 + 4T20 8T25 8T25 + 4T20 8T25
Aadp (cm2) 51,84 39,27 51,84 39,27

Tableau VI-12 : Ferraillage des nervures sens YY

 Vérification :
● Vérifications des contraintes :
b. y 2
  ( A  A' ) y   ( Ad  A' d )  0
2
b. y 3
I  A(d  y) 2  A' ( y  d ' ) 2
3

k=

σbc = k.y ≤ σbc = 0, 6. c28

σst = n.k. (d-y) ≤ σst = min


Les résultats sont récapitulés dans le tableau suivant :

Sens XX :
Position Ms (KN.m) As adp (cm²) σbc (MPa) σst (MPa) σbc (MPa) σst (MPa) Observation
Appuis 445,82 32,21 7,19 194 15 202 C.V
Travée 246,58 32,21 3,98 107,3 15 202 C.V

Tableau VI-13 : Vérification des contraintes à l’ELS sens XX

UMBB Page 145


Chapitre VI : Etude de l’infrastructure

Sens YY :

Position Ms (KN.m) As adp (cm²) σbc (MPa) σst (MPa) σbc (MPa) σst (MPa) Observation
Appuis 650,97 51,84 5,13 172,8 15 202 C.V
Travée 439,86 39,27 3,84 152,2 15 202 C.V

Tableau VI-14 : Vérification des contraintes à l’ELS sens YY

● Vérification au cisaillement :
Pour une fissuration préjudiciable :

u≤ u

u = min ( , 4 MPa) = 2,5 MPa

Sens XX :

u= = = 0,58 MPa

Sens YY :

u= = = 0,83 MPa

u≤ u est vérifié
Alors les armatures transversales ne sont pas nécessaires.

 Armatures transversales :
● Calcul des armatures de cisaillement :
Le règlement impose la condition suivante :

t  min (min ; h/35 ; b/10)  t  min (20 ; 25,71 ; 14)


On prend t = 10 mm

● Espacement St :
D’après (RPA99V2003) :
En zone nodale : S t max  min( h / 4 ; 12 ; 30 cm)  30cm

En zone courante : S t max  h / 2  45cm


D’après BAEL91 :
St ≤ min (0,9.d , 40 cm) = 40 cm
On prend alors : St = 10 cm en zone nodale.
St = 20 cm en zone courante.

UMBB Page 146


Chapitre VI : Etude de l’infrastructure

● La section d’armatures :

 Armatures droites :   90


 Pas de reprise de bétonnage : k = 1
L’inégalité devient :

≥ → ≥ cm²/cm

● Pourcentage minimale :
D’après BAEL91 :

≥ = cm²/cm

D’après RPA99V2003 :

≥ 0,003.b = cm²/cm

Alors :
On adopte At = 4HA10 = 3,14 cm²

VI-3-3-Ferraillage du débord :
Le débord du radier est assimilé à une console de largeur l = 60 cm, le calcul de ferraillage se
fera pour une bande de largeur b=1m.
 Schéma statique :
q

40 cm

100 cm 60 cm

Figure VI-5 : Schéma statique du débord

 Sollicitations de calcul :
ELU :
qu = 144,67 KN/m²

Mu = = = 26,04 KN.m

UMBB Page 147


Chapitre VI : Etude de l’infrastructure

ELS :
qs = 105,95 KN/m²

Ms = = = 19,07 KN.m

 Calcul des armatures :


Le ferraillage sera fait en flexion simple en considérant les fissurations comme étant
préjudiciables.
b = 100 cm h = 40 cm d = 36 cm
Condition de non fragilité :

Amin = 0,23×b×d× = 0,23×100×36× = 4,347 cm²

Les résultats sont récapitulés dans le tableau suivant :

Mu (kn.m) µbu µlu A’ (cm²) Zb (cm) A (cm²) Acnf (cm²) Choix Aadp (cm²) St (cm)
26,04 0,0142 0,2872 0 35,70 2,09 4,347 6HA14 9,24 15

Tableau VI-15- : Calcul des armatures a l’ELU

Note : on peut prolonger les armatures adoptées dans le ferraillage des panneaux de rive j’usqu’à
l’extrémité du débord pour avoir un bon accrochage des armatures.

 Vérifications :
● Vérification au cisaillement :
Pour une fissuration préjudiciable :

u≤ u

u= = = 0,241 MPa

u = min ( , 4 MPa) = 2,5 MPa

u≤ u est vérifié
Alors les armatures transversales ne sont pas nécessaires.

● Vérification des contraintes à l’ELS :

b. y 2
  ( A  A' ) y   ( Ad  A' d )  0
2
b. y 3
I  A(d  y) 2  A' ( y  d ' ) 2
3
UMBB Page 148
Chapitre VI : Etude de l’infrastructure

K=

Contrainte de compression dans le béton :


σbc = k.y ≤ σbc = 0,6. c28 = 15 MPa

Contrainte maximale dans l’acier :

σst = n.k.(d-y) ≤ σst = min = 202 MPa

Mser (kn.m) Al (cm²) Y (cm) I (cm4) K (kn/m3) σbc (MPa) σst (MPa)
19,07 12,06 9,75 155546,7 12259,98 1,19 C.V 48,3 C.V

Tableau III-16 : Vérification des contraintes à l’ELS

UMBB Page 149


Conclusion
Ce projet de fin d’étude, nous a permis de mettre en pratique toutes nos connaissances
acquises durant notre cycle de formation d’ingénieur, d’approfondir nos connaissances en se
basant sur les documents techniques et réglementaires, de mettre en application les méthodes de
calcul récentes, et de mettre en évidence les principes de base qui doivent être prises dans la
conception des structures des bâtiments.

Les récents développements de l’analyse numérique, dus aux grandes possibilités offerte par
l’ordinateurs, ont influencées profondément sur les méthodes de calcul en effet on peut dire que
l’emploi de logiciels de calcul est en train de bouleverser les méthodes forfaitaire qui n’étaient
qu’approximatives.

Sous l’action sismique, les voiles reprennent dans un premier temps, grâce à leur rigidité, la
presque totalité des charges latéral. Les déformations de la structure restent faibles. Après
l’apparition de zones plastiques dans le voile ; une plus grande part de charge se reporte sur les
portiques dont la ductilité autorise une importante dissipation d’énergie.

Les systèmes mixtes en portique et voiles donc caractérisent à la fois par une résistance
élevée assurée par les voiles et par une bonne capacité à dissiper l’énergie due à la présence des
portiques. Celle-ci notre en jeu d’une façon significative qu’après le dépassement de la limite
d’élasticité des voiles. Toutefois, le système n’atteint le maximum de son efficacité que si la
répartition des voiles est symétrique et uniforme et si les liaisons entre les voiles et les portiques
ont une bonne ductilité.

Le but de cette étude et de chercher une meilleur configuration de la structure en matière de


disposition des voiles en minimisant le nombre de ces derniers a travers les cas étudiés dans se
mémoire, qui ont fournie des résultats cohérents et significatifs pour confirmer ainsi les
indications énoncées dans la littérature , en outre il convient de souligner que pour la conception
parasismique, il est très important que l’ingénieur civil et l’architecte travaillent en étroite
collaboration dés le début du projet pour minimiser toutes les contraintes, et arriver a une
sécurité parasismique réaliser sans surcoût important ( aspect économique ) .

Enfin, l'objectif principal de l'ingénieur concepteur est de réduire le risque sismique à un


niveau minimal et de facilité l'exécution de l'ouvrage en adoptant une conception optimale qui
satisfait les exigences architecturale et les exigences sécuritaires.