Vous êtes sur la page 1sur 2

L'énergie renouvelable est l'avenir d'un environnement propre.

Compte tenu des


préoccupations croissantes au sujet du réchauffement de la planète et de la

le changement climatique, le passage aux sources d'énergie renouvelables est tout à fait
évident, car il se traduirait par l'augmentation des émissions de gaz à effet de serre.

des émissions de gaz à effet de serre (principalement le CO2), ce qui contribue à son tour à
l'effort de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

l'élévation globale de la température jusqu'à bien en dessous de 2±C1. Les énergies


renouvelables sont obtenues à partir de différentes sources d'énergie

l'hydroélectricité, l'énergie solaire, l'énergie géothermique, l'énergie géothermique, etc. et


l'énergie éolienne sont des sources d'énergie renouvelable.

qui progresse rapidement. D'ici la fin de 2016, la capacité totale de production d'énergie
éolienne à l'échelle mondiale s'élevait à 487 GW, la Chine prenant la tête avec 168 GW, suivie
des États-Unis (plus de 82 GW) et de l Allemagne (plus de 50 GW)[1]. Un tableau illustratif
mettant en évidence la contribution de divers pays à la mise en œuvre du plan d'action pour
la réduction de la pauvreté.

la capacité éolienne mondiale est présentée à la figure 1.1. Beaucoup de ces énergies sont
générées par les parcs éoliens terrestres.

Différents pays ont leurs propres programmes d'atténuation des émissions de gaz à effet de
serre. La Commission européenne L'Union européenne (UE) a prévu de réduire les émissions
de gaz à effet de serre d'au moins 40 % et l stimuler les énergies renouvelables d'au moins 27
% d'ici la fin de 2030. La majorité des pays membres sont en bonne voie d'atteindre ces
objectifs. Toutefois, peu de pays, y compris les Pays-Bas, sont membres de l

à la traîne[2]. L'objectif fixé par le gouvernement néerlandais est de produire 14% de


l'énergie à partir de sources renouvelables.

d'ici 2020 (stratégie Europe 2020) et 16 % d'ici 2023. Néanmoins, les Pays-Bas ont

a fait de grands progrès l'année dernière par rapport à la plupart des pays européens, voir
Figure 1.1, principalement en raison de à l'installation du parc éolien offshore
600MWGemini2 en mer du Nord.

L'augmentation de l'utilisation de l'énergie éolienne exige que l'approvisionnement en


énergie soit plus fiable.et ont une puissance de sortie bien supérieure aux niveaux actuels.
Quand les générateurs éoliens sont placés en mer ils ont accès à des vents plus réguliers,
plus forts et plus continus. Cela se traduit par la fiabilité,l'énergie éolienne en mer est donc
d'un grand intérêt pour l'industrie de l'énergie éolienne en mer.

Les pays de l'UE afin d'atteindre les objectifs en matière d'énergies renouvelables énoncés
plus haut. En conséquence, beaucoup d'investissements sont dans les projets d'énergie
éolienne en mer par de nombreuses entreprises. Pour les sociétés d'ingénierie

comme Witteveen+Bos qui sont impliqués dans la phase de conception, il est intéressant de
résoudre les problèmes techniques liés à la mise en œuvre de l les défis auxquels les
éoliennes offshore ont été confrontées au début de la phase de conception. Par conséquent,
ce projet a permis a été effectuée.
En ce qui concerne la conception des éoliennes offshore, de nombreuses questions se posent
et sont difficiles à modéliser.

En conséquence, les ingénieurs passent souvent à un modèle simple, fiable et facile à utiliser.
Un bref Voici un résumé des problèmes rencontrés dans le processus de conception, qui sont
d'intérêt pour ce projet mis en évidence dans les sections suivantes.

1.2. Énoncé du problème

Dans la phase de conception préliminaire d'une éolienne offshore, un modèle


aérodynamique complet n'est pas nécessaires pour en évaluer la faisabilité. Par conséquent,
un modèle simplifié est habituellement préféré pour être efficace.

d'un point de vue économique et informatique. Un tel modèle simplifié est généralement
modélisé à partir de l'équation suivante l'intérêt de la recherche.

L'objectif principal de ce projet est d'étudier l'interaction aérodynamique d'un axe


horizontal.

Aube d'éolienne (HAWT). L'interaction aérodynamique est fondamentalement la


dépendance de l'interaction relative la vitesse du vent ressentie par la pale en fonction de sa
réponse structurale. Puisque les forces aérodynamiques dépendent de la vitesse relative du
vent, l'interaction influence la force que subit la pale.

Cette interaction n'est pas linéaire puisque les termes de forçage aérodynamique sont
couplés de façon non linéaire avec le terme réponse structurelle. L'interaction se traduit
également par l'introduction d'une masse et d'un amortissement supplémentaires.

au système, ce qui influence grandement la réponse de la structure. De plus, les coupes


transversales de les lames sont généralement asymétriques, ce qui entraîne une vibration de
flexion-torsion couplée, par conséquent influençant l'interaction aérodynamique. Lorsque la
turbine est en fonctionnement, l'aube subit une rotation.et la vitesse de rotation de la pale
influe sur la charge aérodynamique exercée sur la pale en raison des facteurs suivants

à la variation de la vitesse relative du vent comme expliqué en[3]. La rotation de la lame


permet également introduit une force centrifuge le long de la direction axiale qui fournit un
effet de raidissement supplémentaire pour la lame, généralement appelée "raidisseur
centrifuge". En raison de cette charge et de l'effet gravitationnel de l'eau.

la lame est soumise à des déformations qui influencent l'interaction aérodynamique.