Vous êtes sur la page 1sur 6

Anglais

 :  Phonologie  principes  généraux  pour  l’enseignement  à  l’école  


 
Ecrit  et  oral  :  
 
-­‐  Il  y  a  un  décalage  dans  l’apprentissage  du  français  entre  la  maitrise  du  code  oral  et  celle  
du  code  écrit.  Ce  décalage  doit  aussi  exister  entre  l’apprentissage  de  l’oral  celui  de  l’écrit  
en  LV  donc  :  
  au   début,   on   a   recours   quasi   exclusivement   à   l’écoute   et   à   l’expression   orale  
imitative  pour  la  LV,  au  CP  en  particulier.  
    il  n’y  a  pas  de  nécessité  de  rédiger  à  ce  stade  
    on  peut  s’appuyer  progressivement  sur  la  présence  d’éléments  écrits  simples  
(noms   lieux,   objets   familiers…)   de   manière   à   mémoriser   certains   items   lexicaux   mais  
aussi  pour  jeter  les  premiers  ponts  entre  encodage  oral  et  encodage  écrit  
 
-­‐   La   compréhension   d’un   message   oral   dépend   de   la   capacité   à   segmenter   la   chaîne  
orale.   Il   peut   être   difficile   de   percevoir   le   mot   alors   même   que   l’anglais   oral   tend   à  
affaiblir  certains  constituants.  
 
La  place  de  la  phonologie  :  
-­‐  Il  est  important  d’améliorer  la  capacité  de  perception  phonologique  des  enfants  aussi  
bien   dans   la   compréhension   orale   que   dans   l’expression.   Cette   capacité   se   développe  
avec  un  entrainement  régulier  dans  toutes  les  composantes  phonologiques  de  la  langue  
(développé  ci-­‐après)  
 
Contextualisation  :  
L’appui  sur  des  images,  dessins,  schémas…  est  prépondérant  pour  la  compréhension  des  
consignes  et  la  mise  en  situation  des  élèves.  Une  situation  langagière  ne  prend  tout  son  
sens  lorsqu’elle  est  contextualisée.  
 
Organisation  des  apprentissages  de  manière  actionnelle.  
Pour  permettre  à  l’apprenant  de  langue  d’être  en  capacité  de  mobiliser  l’ensemble  des  
moyens   (langagiers   en   particulier)   nécessaires   pour   résoudre   un   problème   (se  
présenter   intelligiblement   par   exemple   en   adoptant   l’identité   d’un   jeune   anglais,  
américain,  …),  il  est  pertinent  de  l’engager  dans  un  apprentissage  de  type  actionnel  :  La  
langue  doit  être  utilisée  pour  accomplir  des  «  tâches  »,  réaliser  de  projets.  
 
Enseigner  la  prononciation  :  
L’anglais   est   une   langue   qui   présente   beaucoup   de   spécificités   incontournables   par  
rapport  au  français    
     L’enseignant   doit   être   vigilant   dans   l’aide   à   la   prise   de   conscience   des  
spécificités  sonores.  
Il   est   certes   important   de   s’attacher   à   la   reproduction   des   phonèmes   de   type   «  th  »…  
mais  la  production  d’un  flux  sonore  assimilable  à  de  l’anglais  est  essentielle.  
    Mise  en  place  d’une  grammaire  de  l’oral  par  une  maîtrise  relative  et  une  mise  
en  œuvre  coordonnée  des  éléments  constitutifs  de  la  phonologie  :  
    -­‐  l’accent  de  mot,  
    -­‐  le  rythme  découlant  du  jeu  des  accents  de  phrases  
    -­‐  les  réductions  
    -­‐  l’intonation  et  accent  de  phrase  
    -­‐  l’opposition  entre  voyelle  longue  et  voyelle  brève  
    -­‐  la  diphtongaison  
 
Anglais,  phonologie  
 
1.  Glossaire  :  
Accent  de  mot  :    
Mise  en  valeur  d’une  syllabe  par  rapport  aux  autres.  Cette  syllabe  dure  un  peu  plus  que  
les  autres  inaccentuées  et  sa  prononciation  est  plus  distincte.  
Ex  :   le   verbe   «  to   record  »   [rq)kc:d]   (enregistrer)   sera   accentué   sur   la   2ème     syllabe   alors  
que  le  substantif  «  record  »  [)rqkc:d]  (disque,  procès  verbal,  rapport…)  le  sera  sur  la  1ère.  
 
Contraction  :  
Phénomène   caractéristique   de   l’oral   (souvent   transcrite   dans   les   scripts   de  
conversations)   qui   consiste   à   occulter   des   formes   verbales   (auxiliaires   ou   formes  
négatives   inaccentuées   en   l’absence   de   recherche   d’effet   de   sens   pour   des   raisons   de  
rapidité  d’émission.)  Ex  :  He’s,  I’ve  got…  
 
Phonème  :  
Unité   sonore   minimale   du   langage   parlé,   à   priori   dépourvue   de   sens   qui   seule   ou  
combinée  avec  d’autres  phonèmes  permet  d’élaborer  une  unité  porteuse  de  sens.  
 
Phonétique  :    
Etude  des  éléments  phoniques  de  la  chaîne  parlée  indépendamment  de  la  production  du  
sens  visée.  
 
Phonologie  :  
Etude  des  éléments    phoniques  en  relation  avec  l’effet  de  sens  recherché    
 
Prononciation  :  
Manière   de   produire   les   phonèmes   d’une   langue   et   les   traits   prosodiques   qui   se  
superposent  à  ces  phonèmes.  C’est  cette  globalité  qui  est  importante  car  un  effet  de  sens  
peut   être   produit   sans   que   l’ensemble   des   phonèmes   ou   des   traits   prosodiques   soient  
totalement  conformes  à  la  norme.  
 
Prosodie  :  
Ensemble   des   traits   sonores   de   la   parole   au   delà   de   la   production   de   phonèmes.   Elle  
concerne  les  tons  ou  hauteurs,  l’intensité,  les  accents,  le  rythme,  les  pauses  et  schémas  
intonatifs.  
 
Réduction  :  
Affaiblissement  de  la  prononciation  d’une  voyelle  figurant  dans  une  syllabe  inaccentuée.  
Dans   le   mot   «  summer  »   (été)   la   voyelle   de   la   seconde   syllabe   qui   est   inaccentuée   est  
affaiblie  en  un  son  inarticulé  appelé  «  schwa  »  [F]

Rythme :
Schéma de récurrence à espace régulier des syllabes accentuées en anglais. La conséquence
en est que les syllabes intermédiaires sont prononcées plus rapidement ou déformées à des
fins d’accélération.

Schéma intonatif :
Courbe intonative adoptée en fonction de l’effet de sens recherché. Elle a trait à la différence
de hauteur des tons entre syllabes accentuées des mots constituant le message.

Anglais,  phonologie  
 
2. Importance de la prononciation pour comprendre et se faire comprendre :
La compréhension de l’anglais oral pour les francophones constitue un obstacle
majeur qui tient à un manque d’entraînement ordonné à l’écoute des spécificités. Ce qui fait
défaut relève de :
     la   capacité   à   repérer   les   éléments   qui   segmentent   la   chaîne   orale  :   l’écrit  
organise  de  façon  visuelle  l’ordonnancement  syntaxique  et  les  articulations  du  discours  
qui  permettent  de  traiter  des  unités  de  sens.  Il  faut  que  l’élève  apprenne  à  ponctuer  le  
discours   oral   et   identifier   les   éléments   qui   l’organisent.   Il   s’agira   essentiellement   de   la  
perception   des   changements   d’orientation   du   discours   (pause   et   chute   de   l’intonation)  
montrant   qu’on   passe   d’une   idée,   d’une   information   à   une   autre.   Il   s’agira   de   repérer   les  
mots   particulièrement   accentués   et   caractérisés   par   des   montées   intonatives   qui  
soulignent  l’importance  de  l’information  apportée.  
 
     la   capacité   à   repérer   des   mots   porteurs   de   sens,   à   les   reconnaître   en   les  
mettant  en  relation  avec  le  contexte  (et  même  de  tenter  d’en  reconstruire  mentalement  
la  graphie)  comme  en  identifiant  les  sons  et  les  accents  qui  le  caractérisent  avant  de  les  
mettre  eux-­‐mêmes  en  réseau  pour  construire  une  situation  d’ensemble.  
 
  Faute   d’un   entrainement   régulier,   la   confrontation   à   l’écoute   d’un   message  
anglais   oral   authentique   fait   que   celui-­‐ci   est   perçu   comme   un   magma   dont   on   ne   perçoit  
pas  la  structuration.  Une  exposition  régulière  et  intensive  à  la  langue  orale  conditionne  
donc  l’accès  futur  à  un  niveau  élevé  de  compréhension.  
 
  En   outre,   pour   se   faire   comprendre,   il   ne   suffit   pas   de   connaître   lexique,  
grammaire   et   syntaxe.   Une   intonation   uniforme   et   proche   du   français   rend   souvent   le  
message  inintelligible.    
Il  faudra  donc  maîtriser  un  certain  nombre  des  caractéristiques  principales  permettant  à  
l’auditeur  d’identifier  les  intentions  du  locuteur  (rythme  et  intonation)  et  de  lui  donner  à  
reconnaître   a   minima   les   vocables   utilisés   (phonologie  :   placement   de   l’accent   de   mot   et  
réalisation  des  voyelles  placées  sous  l’accent).  
 
3.  Spécificités  de  la  phonologie  anglaise  :  
 
- Les liens graphie - phonie ont un rôle majeur dans la compréhension comme dans
l’expression. Ils ne peuvent pas être mis en œuvre pour des enfants de cycle 2 qui sont à leurs
débuts de ce type d’apprentissage pour le français.

- L’intonation est un élément déterminant pour la comprendre l’oral anglais. Il est tout aussi
important pour se faire comprendre d’adopter l’intonation requise que de prononcer
correctement les mots isolés.

- le bon placement de l’accent de mot dans un mot polysyllabique est déterminant dans
l’intelligibilité. La syllabe accentuée est souvent suivie de syllabes inaccentuées dont la
syllabe est réduite à un son à peine audible appelé « schwa » [F].
ex : « famous » [f)eqmFs]
« brother » [bryDF], mother [myDF], les mots terminés en « er » dans les mots
fréquemment utilisés en début d’apprentissage.
La vigilance doit porter sur l’articulation de la voyelle ou de la diphtongue placée sous
l’accent.
Dans les mots monosyllabiques, le r final a un effet d’allongement de la voyelle qui précède :
far, fir, fur, for… Plus généralement, une bonne maîtrise de l’opposition entre sons longs (ou

Anglais,  phonologie  
 
tendus) et sons courts (ou relâchés) est nécessaire sous peine d’ambigüités susceptibles de
rendre le message incompréhensible
Ex : si je dis « When are you leaving ? » en produisant un « i » relâché ou bref, mon
interlocuteur entendra une question byzantine : « When are you living ? » (Quand vis-tu ?) et
ne comprendra pas.

4 . Techniques d’enseignement :

a) Intonation et schémas intonatifs :


En écoutant, en faisant répéter puis en revenant au modèle qu’on pourra ainsi faire
remarquer.
Accompagner du geste.

- les intonations montantes :


1en fin d’énoncé sur les questions fermées introduites par un auxiliaire (do, have, is, are, …)
appelant une réponse en « Yes » ou « No ». Do you like hamburgers ? 

2sur les exclamations : « What a nice boy ! »  ou sur tout ce qui relève d’une appréciation
positive : « Good ! » « Well done ! » glissement de la main vers le haut

- les intonations descendantes :


 sur les questions ouvertes introduites par un pronom interrogatif : « who », « what »…
 sur les assertions ou remarques de type désobligeantes. « Get out ! » glissement de la
main vers le bas
La prise de conscience qu’à la différence du français, les véritables assertions se terminent par
une intonation descente est essentielle.

Dans les phrases dialoguées, il sera utile de faire répéter ou jouer par 2 élèves distincts et par
paire de répliques de manière à faire toucher du doigt le lien entre le type de question (ouverte
ou fermée) et le type de réponse attendue.

b) accents de phrases :

On pourra aussi demander de répéter à l’écoute les mots accentués dans un énoncé : « Quels
sont les mots sur lesquels j’appuie ? » avant de demander aux élèves de les répéter dans un
premier temps, avant de leur faire restituer l’énoncé attendu dans sa totalité.

c) Rythme et accents de mots :

Faire répéter dans les mots polysyllabiques la place de l’accent de mot : 1ère syllabe, lever 1
doigt, 2ème syllabe, lever 2 doigts, 3ème syllabe, lever 3 doigts. Demander alors à l’élève de
redire le mot en levant la main et la voix sur la partie du mot (syllabe) qui lui paraît
devoir être dite plus fort (hauteur et volume).

On l’entrainera à moins articuler les syllabes inaccentuées ou les parties inaccentuées de


l’énoncé de manière à conférer à l’énoncé un rythme authentique.
Ex : « John’s a big boy », on pourra faire répéter : « John », « big », et « boy » puis « boy »,
« a big boy » puis donner « John is a big boy » avant de demander « Est-ce exactement cela
que vous avez entendu ? Qu’avez-vous entendu ? ». Pour obtenir « John’s /a big/ boy » en
faisant répéter chacun des 3 segments dans une même durée de manière à faire intérioriser la
notion de réduction (ici par contraction) des formes inaccentuées.

Anglais,  phonologie  
 
d) répétition
Une répétition doit être ordonnée et pensée. La répétition organisée d’un énoncé à des fins
d’imitation est un outil de prise de conscience de la structuration de la langue comme l’effet
de sens visé par le locuteur.
- On pourra demander aux élèves de repérer et de répéter les mots accentués
- On aura en tête, avant de faire répéter que l’effort de concentration se porte spontanément
vers l’amorce de l’énoncé au détriment de la fin.
En conséquence, on segmentera la répétition en commençant par la fin en découpant
l’énoncé en unités de sens minimales. (technique du backward chaining)
Ex : John lives in Sydney   «     Sydney  »,  «  in  Sydney  »,  «  lives  in  Sydney  »,  «  John  lives  in  
Sydney  »  
Lors   de   la   répétition   finale,   on   posera   le   schéma   intonatif   descendant   sur   la  
syllabe  finale  de  «  Sydney  »  
L’intérêt  relève  certes  de  la  mémorisation  mais  c’est  aussi  là  le  moyen  d’aider  l’élève  à  
structurer  mentalement  son  énoncé,  bref  à  faire  de  la  syntaxe  sans  le  savoir.

e) Phonèmes

- Sons vocaliques (voyelles) :


On s’attachera plus spécialement à l’importance de la bonne réalisation des sons vocaliques et
des diphtongues placées sous l’accent de mot en ce qu’ils déterminent largement la capacité à
être compris par un anglophone.
Point à mettre en exergue : opposition entre voyelles longues (ou tendues) et voyelles
brèves (ou relâchées)

[q] de « fish » et [i :] de « green »


[A] de « cat » et [à :] de « car »
[o] de « dog » et [c :] de « ball »
[x] de « book » et [u :] de « shoe »
Il faudra confronter les sons lorsqu’ils apparaitront dans des mots d’une même leçon et de
demander aux élèves de pointer vers le bas lorsqu’ils perçoivent un son bref (relâché) ou
de déplacer la main de la gauche vers la droite (durée du geste) lorsqu’ils entendent un
son voisin de forme longue.

Sons particuliers :
[y] de « bus » à opposer éventuellement à [E :] de « girl »

Les diphtongues placées sous l’accent feront l’objet d’un apprentissage précis car de leur
authenticité dépendra la capacité à comprendre de l’interlocuteur.
[aq] de « bike » ou « I »
[cq] de « boy »
[eq] de « May »
[Fx] de « nose »
[ax] de « cow »
[qF] de « ear »
[eF]de « chair »
[xF] de « tour », « sure »
Une manière de mémoriser la réalisation des sons vocaliques est de les associer de façon
systématique un son donné avec un objet/ être familier/ personnage.
On pourra établir un tableau des réalisations vocaliques et des diphtongaisons qui sera
progressivement complété. On pourra aussi constituer une « maison des sons »

Anglais,  phonologie  
 
Les sons consonantiques :
Ils jouent un rôle moins important que les sons vocaliques ou les diphtongaisons dans la
capacité à se faire comprendre dans la mesure ou leur déformation influe moins sur
l’intelligibilité du message.
On pourra faire assimiler la spécificité de sons tels que :

- [h] initial qui est aspiré : « horse », « he », ou « who », « where », « what », « how »…
pour ce faire, placer la main devant la bouche et sentir la chaleur, le souffle.

- [p] [b] [k] [g] [t] [d] ou consonnes fricatives dont l’émission a la particularité d’être
accompagnée d’une sorte d’explosion, elle aussi perceptible en mettant la main devant la
bouche

- [C] nasale dans « pink »

- [r] rétroflexe

- [B] de « thin » pourra être comparé à [D] de « this »

d’après « 50 activités en anglais au C2 » B Arnaud, A Jambin, SCEREN-CNDP-CRDP

Anglais,  phonologie