Vous êtes sur la page 1sur 1

Couplage par induction mutuelle

Equations du circuit
U1 On considère deux circuit R, L, C série couplés par induction
M
mutuelle. Les deux inductances sont identiques ainsi que les
I1 I2
C1 C2 résistances. Le circuit de gauche est excité par une tension
V v(t) sinusoïdale. On étudie le courant dans chaque circuit.
R R U2 A chaque instant, on a les équations :
L L
dI1 Q dI dI Q dI
+ RI1 + 1 + M 2 = v( t ) ; L 2 + RI 2 + 2 + M 1 = 0
L
dt C1 dt dt C2 dt
En dérivant, on tire :
d²I dI I d ² I 2 dv( t ) d²I 2 dI I d²I
L 1 +R 1 + 1 +M = ; L +R 2 + 2 +M 1 =0
dt ² dt C1 dt ² dt dt ² dt C 2 dt ²
Régime libre
On charge le condensateur C1 puis on ferme le circuit de gauche. Pour étudier le régime libre,
on peut intégrer numériquement le système d’équations ci-dessus.
Régime forcé permanent
On utilise les impédances complexes en posant :
 1   1 
Z1 = R + j Lω −  = R + jX1 ; Z 2 = R + j Lω −  = R + jX 2 ; M = mL
 C1ω   C 2 ω 
V = Z1I1 + jMωI 2 ; 0 = Z 2 I 2 + jMωI1
V = (Z1 + M ²ω² / Z 2 )I1
On tire :
Z2V − jMωV
I1 = ; I2 =
Z1Z 2 + M ² ω² Z1Z 2 + M ² ω²
On peut poursuivre l’étude sous la forme littérale mais les calculs sont assez pénibles. Le
calcul numérique permet de cerner simplement les phénomènes. On peut toutefois faire les
remarques suivantes :
! On prend les deux circuits identiques ; leur fréquence propre est ω0 = 1 / LC . Pour
chercher la valeur maximale de I2, on peut dans une première étape négliger les résistances. Il
vient :
Z1 = jX et Z2 = jX et I2 = -jMωV/(X² – M²ω²).
1 ω0
I2 est maximum si X = ± Mω soit : Lω − = ± mLω ou encore pour : ω =
Cω 1± m
! La relation V = (Z1 + M ²ω² / Z 2 )I1 montre que la partie réelle du circuit de gauche est
toujours plus grande que celle du même circuit non couplé : Le couplage amorti le premier
circuit (Sa réactance est aussi modifiée et elle peut être positive ou négative).
! On peut montrer que pour les deux circuits couplés, la valeur de M qui donne la valeur
maximum de I2 est telle que M²ω² = Z1Z2.
Pour deux circuits identiques accordés Z1 = Z2 = R : le coefficient de couplage optimal vaut
R 1
donc m = =
Lω0 Q