Vous êtes sur la page 1sur 173

Projet de fin d’étude ENIS 2017

Dédicaces
J’ai l’extrême honneur de dédier ce modeste travail

À mon cher père et À ma chère mère

Pour leur soutien et leur encouragement,

Pour leurs sacrifices, le grand amour qu’ils me portent.

À mes frères

Auxquels je porte tout amour et estime pour leurs


encouragements et leur amitié. Qu’ils jouissent de réussite et de
bonheur en tout moment de leurs vies

À tous mes amis et mes collèges

Pour leurs amitiés, leurs collaborations et leurs soutiens


continus

À tous mes enseignants durant toute ma formation


d’ingénieur.

Abir HAMDI
Projet de fin d’étude ENIS 2017

Dédicaces
J’ai l’extrême honneur de dédier ce modeste travail

À mon cher père et ma chère mère ;

Pour ses aides précieuses, son encouragement et sa patience, à


qui Je dois offrir ma réussite, qu’ils trouvent ici l’expression de
mon affection et une récompense de ses sacrifices

À mes chers frères,

A qui je souhaite une bonne santé, du bonheur et de succès


dans leurs vies ;

À toute ma famille

À tous mes amis

À mes collègues,

À tous mes enseignants durant ma formation d’ingénieur.

Salim AYEDI
Projet de fin d’étude ENIS 2017

Remerciements
Il me fait plaisir, par ces quelques mots, de dire un grand merci aux personnes
qui, au cours de ce projet, m’ont encouragé et conseillé.

Avant tout je tiens à remercier sincèrement mes encadreurs M. Khaled


MAALLA, Adnene GUERMAZI et M. Moncef ZAIRI qui m’ont permis de faire
ce projet de fin d’études et qui m’ont appuyé généreusement. Je veux aussi les
remercier pour leur grande disponibilité et leur compréhension. J’ai beaucoup
apprécié leurs précieux conseils qui m’ont permis d'améliorer considérablement
la qualité de mon travail.

Nous sommes honorées par la présence de Mme. Souhir ELLOUZE, qui a


bien voulu présider le jury de ce projet, et M. Ali ELLOUZE, qui a bien voulu
accepter d'être membre du jury, qu'ils trouvent ici l'expression de ma haute
considération.

Nous tenons aussi à remercier tout le personnel de la société SETTING,


particulièrement à notre encadrant industriel M. Helmi SALLEMI qui nous ont
entouré par toute information dont nous avons besoin.

Enfin, nous exprimons nos sincères gratitudes à tous ceux qui ont contribué de
près ou de loin à l’élaboration de ce projet dans les meilleures conditions.
Projet de fin d’étude ENIS 2017

SOMMAIRE
CHAPITRE I. ÉTUDE BIBLIOGRAPHIQUE .................................................................................................... 3

1. INTRODUCTION : .............................................................................................................................................. 3
2. TYPE DES PONTS ADAPTES A NOTRE PROJET :.......................................................................................................... 3
2.1. Les ponts courants : ............................................................................................................................. 3
2.1.1. Ponts dalles : ................................................................................................................................................. 3
2.1.2. Les ponts à poutres: ...................................................................................................................................... 4
2.2. Les ponts non courants : ...................................................................................................................... 5
3. AVANTAGES ET INCONVENIENT DES DIFFERENTS TYPES DE PONTS : ............................................................................. 7

CHAPITRE II. DESCRIPTION DU PROJET ...................................................................................................... 9

1. PRESENTATION DU PROJET ................................................................................................................................. 9


2. PRESENTATION DU SITE :.................................................................................................................................. 10
2.1. Description du projet dans la situation actuelle : .............................................................................. 10
3. CONTRAINTE DU SITE : .................................................................................................................................... 11
3.1. Réseaux des concessionnaires : ......................................................................................................... 11
3.2. Les zones résidentielles :.................................................................................................................... 11

CHAPITRE III. PRESENTATION DE LA CONCEPTION RETENUE ................................................................ 13

1. INTRODUCTION : ............................................................................................................................................ 13
2. CHOIX DU TYPE DE L’OUVRAGE : ........................................................................................................................ 13
3. DESCRIPTION DE L’OUVRAGE :........................................................................................................................... 13
3.1. Conception longitudinale :................................................................................................................. 13
3.2. Conception transversale : .................................................................................................................. 15
3.2.1. Epaisseur de la dalle : .................................................................................................................................. 15
3.2.2. Encorbellements latéraux : ......................................................................................................................... 16
3.2.3. Conception des Piles : ................................................................................................................................. 17
3.3. Conception de la culée : ..................................................................................................................... 18

CHAPITRE IV. EUROCODE - REGLEMENT ET NORME DE CALCUL ........................................................... 20

1.1. Domaine d’application : .................................................................................................................... 20


1.2. Représentation des actions routières : .............................................................................................. 20
1.3. Découpage de la chaussée en voies : ................................................................................................ 20
1.4. Emplacement et numérotation des voies conventionnelles .............................................................. 21
1.5. Action du trafic routier (UDL + TS) : ................................................................................................... 22
1.5.1. Modèle de charge principal LM1 ................................................................................................................ 22
1.5.2. Règles générales d’application du Modèle de charge principal LM1 .......................................................... 23
1.6. Calcul des charges permanentes : ..................................................................................................... 25
1.7. Distribution des charges horizontales : ............................................................................................. 26
Projet de fin d’étude ENIS 2017

1.7.1. Le freinage : ................................................................................................................................................ 26


1.7.2. Le retrait : ................................................................................................................................................... 27
1.7.3. La Température : ......................................................................................................................................... 27
1.8. Combinaisons des actions : ............................................................................................................... 27

CHAPITRE V. MODELISATION 1D AVEC LE LOGICIEL ROBOT ..................................................................... 29

1. INTRODUCTION : ............................................................................................................................................ 29
2. PRESENTATION DE LA METHODE : ...................................................................................................................... 29
2.1. Calcul des moments : ......................................................................................................................... 29
2.1.1. Résultats pour les deux modélisations :...................................................................................................... 30
2.1.2. Calcul des moments dus aux charges permanentes : ................................................................................. 33
2.1.3. Calcul Moments dus à la charge d’exploitation : ........................................................................................ 33
2.1.4. Calcul des sollicitations à l’ELS et à l’ELU : .................................................................................................. 34
3. CALCUL DE L’EFFORT TRANCHANT : .................................................................................................................... 35
3.1.1. Calcul des efforts tranchant dus aux charges permanentes : ..................................................................... 35
3.1.2. Efforts tranchant dus à la charge d’exploitation : ....................................................................................... 36
3.1.3. Calcul des sollicitations à l’ELS et à l’ELU : .................................................................................................. 36
4. CALCUL DES REACTIONS : ................................................................................................................................. 37
4.1.1. Calcul des réactions dus aux charges permanentes : .................................................................................. 37
4.1.2. Réactions dus à la charge d’exploitation : ................................................................................................... 37
4.1.3. Calcul des sollicitations à l’ELS et à l’ELU : .................................................................................................. 37
5. CONCLUSION : ............................................................................................................................................... 38

CHAPITRE VI. MODELISATION 2D : MODELISATION PAR ELEMENTS PLAQUES ..................................... 39

1. INTRODUCTION : ............................................................................................................................................ 39
2. MODELISATION :............................................................................................................................................ 39
3. ESTIMATION DES CHARGES POUR LE MODELE 2D : ................................................................................................ 39
3.1. Charge Permanente:.......................................................................................................................... 39
3.2. Charge Trafic Routier LM1: ............................................................................................................... 40
4. COMBINAISONS DES CHARGES : ......................................................................................................................... 41
4.1. Méthode d’obtenir le moment maximal :.......................................................................................... 41
4.1.1. Création des combinaisons à ELS : .............................................................................................................. 42
5. VALIDATION DU MODELE : ............................................................................................................................... 45
5.1. Déformé due à la charge permanente :............................................................................................. 45
5.2. Moment Mxx due à la charge permanente ........................................................................................ 45
5.3. Vérification avec 1D :......................................................................................................................... 45
5.3.1. Présentation des résultats de moment donnés par logiciel Robot : ........................................................... 45
5.3.2. Comparaison entre le modèle 1D et le modèle 2D : ................................................................................... 46
5.3.3. Présentation des résultats des réactions donnés par logiciel Robot .......................................................... 48
6. DETERMINATION DES SOLLICITATIONS POUR LE FERRAILLAGE : ................................................................................. 49
Projet de fin d’étude ENIS 2017

6.1. Exemple des coupes dues à une combinaison quelconque................................................................ 50


6.2. Moments fléchissant longitudinaux pour le ferraillage M xx : ............................................................ 50
6.3. Moments fléchissant transversaux pour le ferraillage M yy : .............................................................. 52
6.4. Moments de torsion pour le ferraillage : ........................................................................................... 54

CHAPITRE VII. FERRAILLAGE DU TABLIER .............................................................................................. 56

1. INTRODUCTION : ............................................................................................................................................ 56
2. FERRAILLAGE DU A LA FLEXION : ........................................................................................................................ 56
2.1. Hypothèse de la poutre élémentaire : ............................................................................................... 56
2.2. Calcul des armatures longitudinales de flexion : ............................................................................... 56
2.2.1. Dimensionnement à L’ELS : ......................................................................................................................... 57
2.2.2. Dimensionnement à L’ELU : ........................................................................................................................ 58
2.3. Calcul des armatures transversales de flexion : ................................................................................ 59
2.3.1. Dimensionnement à L’ELS : ......................................................................................................................... 59
2.4. Calcul des armatures transversales dues à l'effort tranchant : ......................................................... 60
3. FERRAILLAGE ET VERIFICATION VIS-A-VIS DE LA TORSION :....................................................................................... 64
3.1. Justification du béton : ...................................................................................................................... 64
3.2. Calcul des Armatures : ....................................................................................................................... 65
3.2.1. Armatures longitudinales : .......................................................................................................................... 65
3.2.2. Armatures transversales : ........................................................................................................................... 67
4. DISPOSITION DES ARMATURES LONGITUDINALES DE FLEXION : ................................................................................. 67
4.1. Zones de ferraillage longitudinale et choix d’armature : .................................................................. 68
4.1.1. Armatures longitudinales : .......................................................................................................................... 68
4.2. Zones de ferraillage transversale et choix d’armature : .................................................................... 78

CHAPITRE VIII. DISTRIBUTION DES CHARGES HORIZONTALES ................................................................ 82

1. INTRODUCTION : ............................................................................................................................................ 82
2. CALCUL DE RIGIDITE : ...................................................................................................................................... 82
2.1. Rigidité de l’appareil d’appui Kap : ................................................................................................... 82
2.2. Rigidité de la pile-chevêtre Kpc : ......................................................................................................... 83
2.3. Calcul des souplesses : ....................................................................................................................... 84
2.4. Simplification du système : ................................................................................................................ 84
3. LE FREINAGE :................................................................................................................................................ 87
4. LE RETRAIT : .................................................................................................................................................. 92
5. LA TEMPERATURE :......................................................................................................................................... 93
6. MODELISATION SUR ROBOT ............................................................................................................................. 94
7. CALCULE DE LA ROTATION : .............................................................................................................................. 98
7.1. Modèle 1D de la rotation : ................................................................................................................ 98
7.2. Modèle 2D de la rotation : ................................................................................................................ 99
Projet de fin d’étude ENIS 2017

8. COMPARAISON DE LA ROTATION ENTRE MODELE 1D ET 2D : ................................................................................ 100

CHAPITRE IX. DIMENSIONNEMENT DES APPAREILS D’APPUIS............................................................ 102

1. INTRODUCTION : .......................................................................................................................................... 102


2. APPAREIL D'APPUI SELON EUROCODE : LA NORME NF EN 1337-3: ....................................................................... 102
3. DIMENSIONNEMENT DE L'APPAREIL D’APPUI : .................................................................................................... 104
3.1. Pré dimensionnement des appareils d’appuis : ............................................................................... 106
3.2. Vérifications du dimensionnement : ................................................................................................ 109
3.3. Dimensionnement des frettes :........................................................................................................ 110
3.4. Bossage : ......................................................................................................................................... 111

CHAPITRE X. ETUDE DES ELEMENTS DE LA PILE ..................................................................................... 113

1. INTRODUCTION : .......................................................................................................................................... 113


2. CHOIX DE LA PILE: ......................................................................................................................................... 113
3. ETUDE DU CHEVETRE : ................................................................................................................................... 114
3.1. Pour Pile Simple : ............................................................................................................................. 115
3.1.1. Charges appliquées : ................................................................................................................................. 115
3.1.2. Calcul Sollicitations : ................................................................................................................................. 116
3.2. Pour Pile double :............................................................................................................................. 118
4. ETUDE DE LA COLONNE : ................................................................................................................................ 121
4.1. Détermination des efforts: .............................................................................................................. 121
4.2. Effort vertical V:............................................................................................................................... 121
4.3. Effort horizontal : ............................................................................................................................ 123
4.4. Moment au pied de la pile M: ......................................................................................................... 123
5. FERRAILLAGE DE LA COLONNE DE LA PILE: .......................................................................................................... 124

CHAPITRE XI. ETUDE DES CULEES ....................................................................................................... 126

1. INTRODUCTION : .......................................................................................................................................... 126


2. LA DALLE DE TRANSITION : ............................................................................................................................. 127
2.1. Dimensionnement : ......................................................................................................................... 127
2.2. Charges appliquées ......................................................................................................................... 127
2.3. Sollicitations : .................................................................................................................................. 128
2.4. Ferraillage : ..................................................................................................................................... 129
3. MUR GARDE GREVE : .................................................................................................................................... 130
3.1. Dimensionnement ........................................................................................................................... 130
3.2. Charges appliquées ......................................................................................................................... 130
3.3. Sollicitations : .................................................................................................................................. 131
3.4. Ferraillage : ..................................................................................................................................... 132
4. ETUDE DU CHEVETRE : ................................................................................................................................... 132
Projet de fin d’étude ENIS 2017

4.1. Dimensionnement : ......................................................................................................................... 133


4.2. Charges appliquées : ....................................................................................................................... 133
4.3. Sollicitations : .................................................................................................................................. 138
4.4. Ferraillage ....................................................................................................................................... 138
5. COLONNES DE LA CULEE ................................................................................................................................. 139
5.1. Dimensionnement : ......................................................................................................................... 139
5.2. Sollicitations : .................................................................................................................................. 140
5.3. Ferraillage : ..................................................................................................................................... 140

CHAPITRE XII. DIMENSIONNEMENT DES FONDATIONS ....................................................................... 142

1. INTRODUCTION : .......................................................................................................................................... 142


2. DONNEES GEOTECHNIQUES : .......................................................................................................................... 142
3. ETUDE DE LA FONDATION SOUS PILE [8]: ........................................................................................................... 143
3.1. Sollicitations exercées sur les pieux : ............................................................................................... 144
3.2. Dimensionnement des pieux : ......................................................................................................... 146
3.3. Ferraillage du pieu sous pile : .......................................................................................................... 150
3.4. Ferraillage de la semelle de liaison [9] : .......................................................................................... 152
4. ETUDE DE LA FONDATION SOUS CULEE : ............................................................................................................ 153
4.1. Ferraillage des pieux sous culée : .................................................................................................... 153
4.2. Ferraillage de la semelle de liaison : ................................................................................................ 154
Projet de fin d’étude ENIS 2017

Listes des figures


FIGURE 1. PONT DALLE ARMEE.............................................................................................................. 4

FIGURE 2. COUPE TRANSVERSALE D’UN PONT DALLE PRECONTRAINTE ................................................ 4

FIGURE 3. PONT A POUTRES EN BETON ARME ...................................................................................... 5

FIGURE 4. PONT A POUTRES EN BETON PRECONTRAINT ....................................................................... 5

FIGURE 5. BIPOUTRES MIXTES ............................................................................................................... 6

FIGURE 6. LES TERRITOIRES DE L'AGGLOMERATION DE SFAX ................................................................ 9

FIGURE 7. AMENAGEMENT ACTUEL DU CARREFOUR ETUDIE .............................................................. 10

FIGURE 8. CONTRAINTE DES RESEAUX DES CONCESSIONNAIRES ......................................................... 11

FIGURE 9. CONTRAINTE DES ZONES RESIDENTIELLES........................................................................... 12

FIGURE 10. DES BOUTIQUES AU VOISINAGE DU GIRATOIRE .................................................................. 12

FIGURE 11. VU EN PLAN DE NOTRE OUVRAGE....................................................................................... 14

FIGURE 12. VU 3D DE NOTRE OUVRAGE ................................................................................................ 14

FIGURE 13. TABLIER N°2 ........................................................................................................................ 14

FIGURE 14. CONCEPTION LONDUTIDINALE DU PONT ............................................................................ 15

FIGURE 15. CONCEPTION TRANSVERSALE ............................................................................................. 15

FIGURE 16. ENCORBELLEMENTS LATERAUX........................................................................................... 16

FIGURE 17. CONCEPTION DE LA PILE ..................................................................................................... 17

FIGURE 18. DISPOSITION D’APPAREIL D’APPUI ..................................................................................... 17

FIGURE 19. LES ELEMENTS DE LA CULEE ................................................................................................ 18

FIGURE 20. NUMEROTATION DES VOIES CHOISIES ................................................................................ 22

FIGURE 21. MODELE DE CHARGE PRINCIPAL LM1 .................................................................................. 22

FIGURE 22. SCHEMA D’UN TANDEM TS ................................................................................................. 23

FIGURE 23. REPARTITION DES CHARGES DU MODELE LM1 .................................................................... 25

FIGURE 24. LA POUTRE MODELISANT LE TABLIER N°2 ........................................................................... 30

FIGURE 25. LIGNE D'INFLUENCE DU MOMENT A LA SECTION 0.5L DE LA 1ERE TRAVEE ......................... 30

FIGURE 26. LIGNE D’INFLUENCE DE MOMENTS AU 1ERE APPUI INTERMEDIAIRE .................................... 30

FIGURE 27. LIGNE D'INFLUENCE DE L’EFFORT TRANCHANT AU 1ERE APPUI INTERMEDIAIRE ................ 31

FIGURE 28. LIGNE D'INFLUENCE DE LA REACTION DE L'APPUI 1 ............................................................ 31


Projet de fin d’étude ENIS 2017

FIGURE 29. LIGNE D'INFLUENCE DE LA ROTATION DE L'APPUI 1 ............................................................ 32

FIGURE 30. COURBES ENVELOPPES DU MOMENT FLECHISSANT A L’ELS ................................................ 35

FIGURE 31. DEFORME DUE A LA CHARGE PERMANENTE ....................................................................... 45

FIGURE 32. MOMENT MXX DUE A LA CHARGE PERMANENTE ................................................................. 45

FIGURE 33. COMPARAISON ENTRE LE MODELE 1D ET LE MODELE 2D ELS MAX ..................................... 47

FIGURE 34. COMPARAISON ENTRE LE MODELE 1D ET LE MODELE 2D ELS MIN ...................................... 48

FIGURE 35. COMPARAISON ENTRE LES REACTIONS A ELU MAX 1D ET 2D ............................................. 48

FIGURE 36. COMPARAISON ENTRE LES REACTIONS A ELU MIN 1D ET 2D .............................................. 49

FIGURE 37. EXEMPLE DE COUPES EFFECTUEES SUR LA DALLE ................................................................ 49

FIGURE 38. COURBES ENVELOPPES DES MOMENTS FLECHISSANT LONGITUDINAUX EXTREMES


CALCULES A L’ELS POUR LES DIFFERENTES SECTIONS EN 𝑲𝑵. 𝒎/𝒎𝒍. ............................................................. 50

FIGURE 39. COURBES ENVELOPPES DES MOMENTS FLECHISSANT LONGITUDINAUX EXTREMES


CALCULES A L’ELU POUR LES DIFFERENTES SECTIONS EN 𝑲𝑵. 𝒎/𝒎𝒍. ............................................................ 51

FIGURE 40. COURBES ENVELOPPES DES MOMENTS FLECHISSANT TRANSVERSAUX EXTREMES CALCULES
A L’ELS POUR LES DIFFERENTES SECTIONS EN 𝑲𝑵. 𝒎/𝒎𝒍. ............................................................................. 52

FIGURE 41. COURBES ENVELOPPES DES MOMENTS DE TORSION CALCULES A L’ELS POUR LES
DIFFERENTES SECTIONS EN 𝑲𝑵. 𝒎................................................................................................................. 54

FIGURE 42. COURBES ENVELOPPES DES MOMENTS DE TORSION CALCULES A L’ELU POUR LES
DIFFERENTES SECTIONS EN 𝑲𝑵. 𝒎................................................................................................................. 55

FIGURE 43. DISTRUBITION D’ ACIER LONGITUDINALEZS SUR TRAVEES LE LONG DU TABLIER ................ 69

FIGURE 44. FERRAILLAGE LONGITUDINALE INFERIEUR PAR ROBOT....................................................... 70

FIGURE 45. DISTRUBITION D’ ACIER LONGITUDINALEZS SUR APUIS LE LONG DU TABLIER .................... 73

FIGURE 46. FERRAILLAGE LONGITUDINALE SUPERIEUR PAR ROBOT...................................................... 75

FIGURE 47. FERRAILLAGE TRANSVERSALE INFERIEUR PAR ROBOT ........................................................ 78

FIGURE 48. FERRAILLAGE TRANSVERSALE SUPERIEUR PAR ROBOT...................................................... 79

FIGURE 49. COUPE TRANSVERSALE SUR APPUI ..................................................................................... 79

FIGURE 50. COUPE TRANSVERSALE SUR APPUI /ML .............................................................................. 79

FIGURE 51. COUPE TRANSVERSALE SUR TRAVEE ................................................................................... 80

FIGURE 52. COUPE TRANSVERSALE SUR APPUI /ML .............................................................................. 80

FIGURE 53. VUE EN PLAN DE LA NAPPE SUPERIEUR DE LA DALLE .......................................................... 80


Projet de fin d’étude ENIS 2017

FIGURE 54. VUE EN PLAN DE LA NAPPE INFERIEUR DE LA DALLE ........................................................... 80

FIGURE 55. MODELE DE CET OUVRAGE PAR UN SYSTEME DE CHARIOTS-RESSORTS .............................. 82

FIGURE 56. SECTION DE LA PILE POUR LE CALCUL DE LA RIGIDITE CHEVETRE/PILE ................................ 83

FIGURE 57. SECTION DE LA CULEE POUR LE CALCUL DE LA RIGIDITE CHEVETRE/COLONNE.................... 83

FIGURE 58. MODELE DE CET OUVRAGE PAR UN SYSTEME DE CHARIOTS-RESSORTS SIMPLIFIE .............. 85

FIGURE 59. FORCE DE FREINAGE APPLIQUE DANS LE SENS POSITIF ....................................................... 88

FIGURE 60. FORCE DE FREINAGE APPLIQUE DANS LE NEGATIF .............................................................. 88

FIGURE 61. SCHEMATISATION DE LA POSITION DU CDN ....................................................................... 92

FIGURE 62. DEPLACEMENTS OBTENUS PAR LE RETRAIT ........................................................................ 97

FIGURE 63. DEPLACEMENTS OBTENUS PAR LA TEMPERATURE (-) ......................................................... 97

FIGURE 64. MODELE 1D POUR LA ROTATION ........................................................................................ 98

FIGURE 65. PENTE DU TABLIER 1 ET 3 .................................................................................................. 101

FIGURE 66. DEFINITION GEOMETRIQUE D'UN APPAREIL D'APPUI ....................................................... 103

................................................................................................................................................................. 111

FIGURE 67. APPAREILS D’APPUIS RETENUES ....................................................................................... 111

FIGURE 68. BOSSAGE D’APPAREIL D’APPUI ......................................................................................... 111

FIGURE 69. PRESENTATION DE LA PILE ................................................................................................ 114

FIGURE 70. CHEVETRE SU PILE SIMPLE ................................................................................................ 115

FIGURE 71. CHEVETRE SUR PILE DOUBLE ............................................................................................. 115

FIGURE 72. CARTOGRAPHIE DE FERRAILLAGE EN UTILISANT LA CONTRAINTE PLANE .......................... 119

FIGURE 73. COUPE LONGITUDINALE DE LA CHEVETRE ......................................................................... 120

FIGURE 74. COUPE TRANSVERSALE DE LA CHEVETRE.......................................................................... 121

FIGURE 75. FERRAILLAGE LONGITUDINALE DE LA COLONNE ............................................................... 125

FIGURE 76. FERRAILLAGE TRANSVERSALE DE LA COLONNE ................................................................. 125

FIGURE 77. LES ELEMENTS D'UNE CULEE ............................................................................................. 126

FIGURE 78. SCHEMA DE DIFFUSION SUR LA DALLE DE TRANSITION..................................................... 127

FIGURE 79. MOMENT MYY DU A LA COMBINAISON C1 ....................................................................... 129

FIGURE 80. MOMENT MXX DU A LA COMBINAISON C1 ....................................................................... 129

FIGURE 81. MODELE DU MUR GARDE GREVE AVEC ROBOT ................................................................. 130
Projet de fin d’étude ENIS 2017

FIGURE 82. CHARGES APPLIQUEES SUR MUR GARDE GREVE ............................................................... 131

FIGURE 83. MOMENT MYY DU A LA COMBINAISON C1 ....................................................................... 131

FIGURE 84. FERRAILLAGE MUR GARDE GREVE .................................................................................... 132

FIGURE 85. MODELISATION DU CULEE SUR ROBOT ............................................................................. 132

FIGURE 86. ACTIONS APPLIQUEES SUR CHEVETRE ............................................................................... 133

FIGURE 87. REPRESENTATION EXCENTREMENT DES ELEMENTS DE LA CULEE PAR RAPPORT LE CHEVETRE
134

FIGURE 88. SOLLICITATIONS DEFAVORABLES MYY SUR CHEVETRE ....................................................... 138

FIGURE 89. VUE EN PLAN DE LA COLONNE .......................................................................................... 140

FIGURE 90. DIAGRAMME DU MOMENT .............................................................................................. 149

FIGURE 91. FERRAILLAGE DU PIEU ....................................................................................................... 152

FIGURE 92. FERRAILLAGE DE LA SEMELLE SOUS PILE ........................................................................... 153

FIGURE 93. FERRAILLAGE TRANSVERSALE DE LA SEMELLE ................................................................... 155

FIGURE 94. FERRAILLAGE LONGITUDINALE DE LA SEMELLE ................................................................. 155

FIGURE 95. PLAN DE FERRAILLAGE DE LA NAPPE INFERIEURE DE LA SEMELLE SOUS PILE .................... 156

FIGURE 96. PLAN DE FERRAILLAGE DE LA NAPPE INFERIEURE DE LA SEMELLE SOUS PILE .................... 156
Projet de fin d’étude ENIS 2017

Liste des tableaux


TABLEAU1. AVANTAGES ET INCONVENIENTS DES DIFFERENTS TYPES DE PONTS..................................... 7

TABLEAU2. NOMBRE ET LARGEUR DE VOIES ......................................................................................... 21

TABLEAU3. VALEURS DE QIK POUR LES DIFFERENTS EMPLACEMENTS .................................................. 23

TABLEAU4. COEFFICIENTS D’AJUSTEMENT POUR LE TANDEM TS .......................................................... 24

TABLEAU5. LES VALEURS REGLEMENTAIRES DU SYSTEME UDL ............................................................. 24

TABLEAU6. COEFFICIENTS D’AJUSTEMENT POUR L’UDL ........................................................................ 25

TABLEAU7. LES CARACTERISTIQUES DES DIFFERENTS MATERIAUX UTILISES ......................................... 26

TABLEAU8. LES CHARGES PERMANENTES MINIMALES ET MAXIMALES ................................................. 32

TABLEAU9. SOMME DES CHARGES PERMANENTES ............................................................................... 32

TABLEAU10. VALEURS DES MOMENTS FLECHISSANT EXTREMES A L’ELS ................................................. 35

TABLEAU11. VALEURS DES EFFORTS TRANCHANTS A L’ELS ET A L’ELU .................................................... 37

TABLEAU12. VALEURS DES REACTIONS A L’ELS ET A L’ELU ...................................................................... 38

TABLEAU13. ESTIMATION CHARGES PERMANENTS EN 2D ...................................................................... 40

TABLEAU14. LES CHARGES UDL APPLIQUEES SUR LE MODELE 2D ............................................................ 40

TABLEAU15. LES CHARGES TS APPLIQUEES SUR LE MODELE 2D .............................................................. 41

TABLEAU16. MOMENTS LONGITUDINAUX ELS 𝑴𝒙𝒙( 𝑲𝑵. 𝒎) ................................................................ 46

TABLEAU17. MOMENTS LONGITUDINAUX ELU 𝑴𝒙( 𝑲𝑵. 𝒎) ................................................................... 46

TABLEAU18. COMPARAISON DES MOMENTS PERMANENTS ENTRE LE MODELE 1D ET LE MODELE 2D .... 47

TABLEAU19. LES RÉACTIONS À ELU ......................................................................................................... 48

TABLEAU20. MOMENTS DE FLEXION LONGITUDINALE 𝑴𝒙𝒙 (𝑲𝑵. 𝒎/𝒎𝒍) A L’ELS .................................. 50

TABLEAU21. MOMENTS DE FLEXION LONGITUDINALE 𝑴𝒙𝒙 (𝑲𝑵. 𝒎/𝒎𝒍) A L’ELU .................................. 51

TABLEAU22. MOMENTS DE FLEXION TRANSVERSALE 𝑴𝒚𝒚 (𝑲𝑵. 𝒎/𝒎𝒍) A L’ELS..................................... 52

TABLEAU23. MOMENTS DE FLEXION TRANSVERSALE 𝑴𝒚𝒚 (𝑲𝑵. 𝒎/𝒎𝒍) A L’ELU .................................... 53

TABLEAU24. COURBES ENVELOPPES DES MOMENTS FLECHISSANT TRANSVERSAUX EXTREMES CALCULES


A L’ELU POUR LES DIFFERENTES SECTIONS EN 𝑲𝑵. 𝒎/𝒎𝒍.............................................................................. 53

TABLEAU25. LES EFFORTS TRANCHANTS VXX VYY POUR LE FERRAILLAGE .............................................. 55

TABLEAU26. CARACTERISTIQUES MECANIQUES DU MATERIAUX ............................................................ 57

TABLEAU27. ARMATURES LONGITUDINALES DANS DES SECTIONS A L’ELS .............................................. 58


Projet de fin d’étude ENIS 2017

TABLEAU28. SECTION D’ARMATURES TRANSVERSALES POUR CHAQUE SECTION A L’ELS ........................ 60

TABLEAU29. DIMENSIONNEMENT A L’ELU DES ACIERS TRANSVERSAUX ................................................. 60

TABLEAU30. VERIFICATION DE LA BIELLE DU BETON ............................................................................... 62

TABLEAU31. VERIFICATION DU BETON .................................................................................................... 62

TABLEAU32. CALCUL DES ETRIERS ........................................................................................................... 63

TABLEAU33. VERIFICATION DE L’ESPACEMENT MINIMALE ET CALCUL D’ESPACEMENT ........................... 64

TABLEAU34. JUSTIFICATION DU BETON................................................................................................... 65

TABLEAU35. QUELQUE EXEMPLE DE CALCUL DES ARMATURES LONGITUDINALES DUES A LA TORSION . 66

TABLEAU36. CALCUL DES ARMATURES LONGITUDINALES TOTALES DUES A LA TORSION ET FLEXION ..... 66

TABLEAU37. CALCUL DES ARMATURES TRANSVERSALES DUES A LA TORSION ........................................ 67

TABLEAU38. CALCUL DE LA RIGIDITE DE NOTRE PONT SENS (+) .............................................................. 86

TABLEAU39. CALCUL DE LA RIGIDITE DE NOTRE PONT SENS (-) ............................................................... 87

TABLEAU40. LA FORCE DE FREINAGE QLK................................................................................................. 87

TABLEAU41. RECAPITULATIF DES VALEURS DE FORCE DE FREINAGE INSTANTANE DANS LES DEUX SENS
EN KN 89

TABLEAU42. LES REACTIONS OBTENUES PAR LA FORCE DE FREINAGE (INSTANTANE) ............................. 94

TABLEAU43. LES REACTIONS OBTENUES PAR LA FORCE DE FREINAGE (DIFFERE)..................................... 95

TABLEAU44. LES DEPLACEMENTS OBTENUS PAR LE RETRAIT SENS (+) .................................................... 96

TABLEAU45. LES DEPLACEMENTS OBTENUS PAR LE RETRAIT SENS (-) ..................................................... 97

TABLEAU46. DETERMINATION DE LA ROTATION A ELU ET ELS (KN) ........................................................ 99

TABLEAU47. DETERMINATION DE LA ROTATION A L’ELS ET A L’ELU ..................................................... 100

TABLEAU48. COMPARAISON DE LA ROTATION 1D /2D :........................................................................ 100

TABLEAU49. EFFORTS ET DEFORMATIONS CALCULES ............................................................................ 105

TABLEAU50. CHOIX DE LA HAUTEUR NETTE DE L’ELASTOMERE ............................................................. 107

TABLEAU51. CHOIX DES EPAISSEURS DES FRETTES ................................................................................ 110

TABLEAU52. DIMENSION DES APPAREILS D’APPUI ................................................................................ 110

TABLEAU53. CALCUL L’ARMATURES POUR LA CHEVETRE ...................................................................... 119

TABLEAU54. CHOIX D’ ARMATURES DE FLEXION ................................................................................... 120

TABLEAU55. REACTION MAXIMALES EN TETE DE LA PILE P9 ................................................................. 122


Projet de fin d’étude ENIS 2017

TABLEAU56. EFFORTS VERTICAUX MAXIMALES AU PIED DE LA PILE P9 ................................................. 122

TABLEAU57. EFFORT HORIZONTAL APPLIQUES SUR LA PILE P9 ............................................................. 123

TABLEAU58. MOMENT FLECHISSANT AU PIED DE LA PILE P9................................................................. 124

TABLEAU59. DIMENSIONS DE LA DALLE DE TRANSITION ....................................................................... 127

TABLEAU60. CHARGES APPLIQUEES SUR LA DALLE DE TRANSITION ...................................................... 128

TABLEAU61. MOMENTS FLECHISSANT SUR LA DALLE DE TRANSITION .................................................. 128

TABLEAU62. EFFORTS TRANCHANTS SUR LA DALLE............................................................................... 128

TABLEAU63. DIMENSIONS DU MUR GARDE GREVE ............................................................................... 130

TABLEAU64. SOLLICITATION DE CALCUL AU NIVEAU DU MUR GARDE-GREVE ....................................... 131

TABLEAU65. DIMENSIONS DU CHEVETRE .............................................................................................. 133

TABLEAU66. EXCENTRICITE DE CHAQUE ELEMENT PAR RAPPORT AU CHEVETRE .................................. 134

TABLEAU67. VALEURS DES ACTIONS SUR CHEVETRE A ELS .................................................................... 135

TABLEAU68. VALEURS DES ACTIONS SUR CHEVETRE A ELU ................................................................... 136

TABLEAU69. SOLLICITATIONS DEFAVORABLES SUR CHEVETRE A ELS ..................................................... 138

TABLEAU70. SOLLICITATIONS DEFAVORABLES SUR CHEVETRE A ELU .................................................... 138

TABLEAU71. ARMATURES LONGITUDINALE .......................................................................................... 138

TABLEAU72. DIMENSIONS DE LA DALLE COLONNES DE LA CULEE.......................................................... 139

TABLEAU73. SOLLICITATIONS MAXIMALES EN PIED DE CHAQUE COLONNE A ELS ................................. 140

TABLEAU74. SOLLICITATIONS MAXIMALES EN PIED DE CHAQUE COLONNE A ELU ................................ 140

TABLEAU75. CARACTERISTIQUES DES COUCHES DE SOL POUR ESSAI PRESSIOMETRIQUE SP1 .............. 142

TABLEAU76. CARACTERISTIQUES DES COUCHES DE SOL POUR ESSAI PRESSIOMETRIQUE SP2 .............. 143

TABLEAU77. CARACTERISTIQUES DES COUCHES DE SOL POUR ESSAI PRESSIOMETRIQUE SP3 .............. 143

TABLEAU78. MOMENT FLECHISSANT AU PIED DE LA PILE P9................................................................. 144

TABLEAU79. EFFORTS APPLIQUES SUR PIEUX ........................................................................................ 146

TABLEAU80. PROFONDEURS POUR LES DIFFERENTS DIAMETRES DE PIEUX POUR SP1 .......................... 148

TABLEAU81. PROFONDEURS POUR LES DIFFERENTS DIAMETRES DE PIEUX POUR SP2 .......................... 148

TABLEAU82. PROFONDEURS TROUVES POUR LES DIFFERENTS DIAMETRES DE PIEUX POUR SP3 .......... 148

TABLEAU83. TABLEAU DE CHOIX DES ARMATURES TRANSVERSALES .................................................... 151

TABLEAU84. TABLEAU RECAPITULATIF DU FERRAILLAGE DU SEMELLE SOUS CULEE .............................. 154


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Introduction générale

La croissance et l'étalement urbain ainsi que le développement des activités socio-


économiques dans la Tunisie en général, et le gouvernorat de Sfax en particulier ont engendré
une forte progression du trafic routier créant ainsi de graves problèmes d’engorgement en
certaines sections avec une concentration de trafic entre et dans les principales
agglomérations ; et divers problèmes liés à l’environnement.

En effet, les zones de circulations de Sfax souffrent d’un essoufflement de circulation ainsi
qu’une congestion en présence d’un pourcentage important de poids lourd, ce qui exige leur
réaménagement.

Il est par conséquent nécessaire de construire un réseau routier qui facilite la circulation et
permet l’échange entre le côté Sud de Sfax et celui du Nord, aussi bien que l’accès aux usagés
pour se déplacer vers le centre de la ville de Sfax.

Dans ce contexte, le Ministère de l’Equipement, de l’Habitat et de l’Aménagement du


Territoire a lancé le projet de l’étude de la dénivellation de huit carrefours sur la rocade KM4
dans le gouvernorat de Sfax Lots N°1 et 2. Parmi ces dénivellations, la dénivellation du
carrefour sur la Rocade km 4 – route de Manzel Chaker, qui fera l’objet du présent mémoire
ce qui a été pris en charge par le bureau d’étude Setting.

Le présent travail entre dans le cadre d’un projet de fin d’étude qui a pour objectif de
justifier et vérifier la conception structurale de cet ouvrage.

Ce rapport est composé de quatre parties principales :

─ Partie A : Elle est consacrée à une bibliographie concernant les ponts adaptés à
notre projet, une description du projet et une présentation de conception retenue.
─ Partie B : Elle décrit une étude de la flexion du tablier en se basant sur deux
modèles : 1D et 2D ainsi que son ferraillage.
─ Partie C : Elle est destinée en premier lieu au calcul des efforts horizontaux dus
aux effets thermiques et de freinage, en second lieu à la conception et au
dimensionnement des appareils d’appui, puis l’étude des appuis : piles et culées.
─ Partie D : Cette dernière partie est réservée à l’étude des fondations.

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 1


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Partie A Etude
Préliminaire

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 2


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Chapitre I. Étude bibliographique

1. Introduction :
Au cours de ce chapitre, on va décrire les différents types des ponts adéquats pour notre
projet.

2. Type des ponts adaptés à notre projet :


On distingue les ponts courants et les ponts non courants [1] :

2.1. Les ponts courants :


Les ponts courants en béton peuvent être classés en deux principales familles : les ponts
dalles et les ponts à poutres.

2.1.1. Ponts dalles :

Les dalles des tabliers sont en béton armé ou en béton précontraint. Ces ouvrages sont
utilisés pour des franchissements de moyennes portées en passage inférieur ou en passage
supérieur.

─ Ponts dalles armées :

Les ponts dalles en béton armé (PSI-DA) représentent la grande majorité des passages
supérieurs, de part la simplicité de leur forme, les coffrages et le façonnage des ferraillages
sont facilement réaliser ce qui représentent favorablement sur le coût ainsi même si ces
ouvrages consomment un peu plus de béton (20 à 30 %) que les ponts à poutres, ils révèlent
particulièrement économique pour les portées de moyennes longueurs.

De point de vue esthétique, leurs faibles épaisseurs leurs confèrent une ligne
particulièrement discrète.

Les Passages Supérieurs ou Inférieurs en Dalle Armée (PSI-DA) sont constitués d’une dalle
d’épaisseur constante en béton armé généralement de section rectangulaire (avec ou sans
chanfreins latéraux). La portée de chaque travée varie entre 6 et 20 m.

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 3


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Figure 1. Pont dalle armée

─ Ponts dalles précontraintes :

Les Passages Supérieurs ou Inférieurs en Dalle Précontrainte (PSI-DP) sont constitués d’une
dalle précontrainte longitudinalement et armée transversalement, de hauteur constante. La
section transversale comprend généralement des encorbellements. Les portées de ce type de
pont varient entre 14 m à 25 m voire 30 m.

Figure 2. Coupe transversale d’un pont dalle précontrainte

Note : les ponts dalles en béton armé ou en béton précontraint sont les ouvrages les plus
utilisés pour la réalisation des passages supérieurs autoroutiers.

2.1.2. Les ponts à poutres:

─ Ponts à poutres en BA :

Pour la Tunisie, les ponts à poutres à travées indépendantes est le type le plus dominant vue
la simplicité de son exécution encore l’expérience des entrepreneurs pour cette catégorie des
ponts puisque plus que la moitié des ponts sont de ce type. En effet, un pont à poutres est un
pont dont l’organe porteur est une ou plusieurs poutres en béton armé qui sont parallèles sous
la chaussée, presque toujours à âme pleine, solidarisées transversalement par des voiles en
béton armé formant l’entretoise. La couverture est une dalle en béton armé qui joue le rôle de
membrure supérieure de liaison des poutres.

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 4


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Figure 3. Pont à poutres en béton armé

─ Ponts à poutres en BP :

Les tabliers des Viaducs à travées Indépendantes à Poutres Préfabriquées sont constitués de
poutres précontraintes par post-tension de hauteur constante, solidarisées entre elles par des
entretoises d’about et une dalle supérieure coulée en place en béton armé ou précontrainte
transversalement.

Les tabliers sont réalisés avec des entretoises d’about qui permettent de répartir les charges
entre les poutres et de les encastrer à la torsion sur appui. Le tracé des câbles de précontrainte
est généralement constitué d’une partie rectiligne dans le talon des poutres dans la zone
médiane suivie d’une déviation verticale, souvent parabolique, dans l’âme de la poutre.

Figure 4. Pont à poutres en béton précontraint

2.2. Les ponts non courants :


─ Les bipoutres mixtes :

Le tablier des bipoutres mixtes est constitué d’une dalle (de couverture) en béton, connectée
à 2 poutres métalliques (poutres sous chaussée), de manière à former un ensemble
monolithique. Il peut être à travées indépendantes ou continues. La dalle est en général en
béton armé (parfois en béton précontraint : pré- contrainte transversale). Elle est coulée en
place à l’aide d’un outil de coffrage mobile (elle est parfois constituée de dalles
préfabriquées). La dalle participe à la résistance de l’ouvrage en flexion longitudinale et

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 5


Projet de fin d’étude ENIS 2017

locale, grâce à sa connexion aux poutres métalliques par des goujons ou des cornières. Elle a
une épaisseur de 20 à 30 cm (l’épaisseur peut être réduite dans le cas d’utilisation de dalles
préfabriquées précontraintes en BHP). Les poutres métalliques sont en général de hauteur
constante (parfois de hauteur variable), à âme pleine (PRS en forme de I), le plus souvent
continues sur appui. Elles sont entretoisées tous les 8 à 10 m par des entretoises ou des pièces
de pont. Les poutres sont préfabriquées en usine et transportées sur le site par tron- çons de 20
à 40 m de longueur. Elles sont raboutées par soudage sur le site, assemblées aux entretoises et
mises en place à l’aide d’une grue (ou lancées ou ripées).

Figure 5. Bipoutres mixtes

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 6


Projet de fin d’étude ENIS 2017

3. Avantages et inconvénient des différents types de ponts :


Tableau1. Avantages et inconvénients des différents types de ponts

Type des ponts Avantages Inconvénient

-Présence de l'aspect esthétique.

-Rigidité et bon contrôle de déformation.

-La simplicité de leur forme, les coffrages


-Poids important du
Pont dalle armé et le façonnage des ferraillages sont
tablier.
facilement réalisés.

-Ils s'adaptent à toutes difficultés


d’implantation.

-Nécessité de main
d'ouvre qualifié.
- La possibilité de franchir les grandes
Pont dalle -Grande consommation
portées.
précontraint de matière.
-Présence de l'aspect esthétique ;
-Poids important du
tablier.

-Travée maximale 20 m.
-La rapidité d’exécution : préparation des
-N’est pas esthétique en
poutres dès le commencement du chantier.
zone urbaine.
-Les ponts à travées indépendantes sont
-Nécessite beaucoup de
Pont à poutres peu sensibles aux dilatations thermiques.
mains d'ouvre.
en BA

-Ce type de tablier


Pont à poutres s'adapte difficilement aux

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 7


Projet de fin d’étude ENIS 2017

en BP - La possibilité de franchir les grandes franchissements biais ou


portées. courbes.
-Fonctionnement isostatique qui rend la -L'épaisseur relativement
structure pratiquement insensible aux importante du tablier en
déformations imposées, en particulier aux comparaison avec d'autres
tassements différentiels des appuis et aux structures d'accès à
effets d'un gradient thermique. l'ouvrage.
-Coût très élevé.

-L’entretien contre la
corrosion et le phénomène
-La possibilité de franchir les grandes
de la fatigue des
portées.
assemblages.
-Plus grande simplicité et plus grande
-Demande d’une main
facilité de construction, surtout dans les
Bipoutres d’œuvre qualifiée.
situations difficiles.
mixtes -Nécessité d’une
-Diminution des problèmes
surveillance exigée avec
environnementaux.
des visites périodiques et
Hauteur et poids propre réduit.
d’une bonne maîtrise
d'exécution sur chantier.

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 8


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Chapitre II. Description du projet

1. Présentation du projet
Avec 220 km2 de superficie et plus qu’un million d’urbains, Sfax représente une des villes
les plus étalées de la Tunisie. L’aire urbaine de Sfax est aujourd’hui assimilée au pôle central,
véritable axe d’attraction et d’organisation de l’agglomération ; aux couronnes périphériques
formées des communaux qui pivotent autour de la ville.

A potentiel démographique et à ressources différentes, le système communal reste


caractéristique à Sfax par une macrocéphalie opposant une commune centre qui accapare une
grande partie des activités ainsi que la moitié de la population et des communes périphériques
à majorité résidentielle, cette distribution est modélisée dans la Figure.

Figure 6. les territoires de l'agglomération de Sfax

Suite à la croissance de la population dans le gouvernorat de Sfax, une augmentation du


trafic routier est remarquée au niveau de la Rocade km 4. Dans ce cadre Le Ministère de
l’Equipement, de l’Habitat et de l’Aménagement du Territoire a envisagé des solutions
pratiques afin de fluidifier la circulation tout le long de la Rocade en envisageant la
dénivellation de plusieurs croisements.

L’aménagement de 8 carrefours qui sont les intersections de la Rocade aves les routes
suivantes :

• R-M : RR82 (Route de Mahdia)

• R-T : RR911 (Route de Teniour)

• R-G : RR81 (Route de Kairouan via Gremda)

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 9


Projet de fin d’étude ENIS 2017

• R-A : RR920 (Route de l’Afran)

• R-Ain : Route d’El Ain

• R-M.CH : RN13 (de Kasserine Via Menzel Chaker)

• R-Ae : RN14 (Route de Gafsa via Agareb et l’Aéroport de Sfax)

• R-Ga : RN1 Sud (Route de Gabès).

2. Présentation du site :
2.1. Description du projet dans la situation actuelle :
Le projet étudié le long de ce rapport porte sur l’étude de l’aménagement du carrefour R-
M.CH . Ce carrefour est le nœud de communication de la Rocade km4 avec la route de
Manzel Chaker.

Le niveau d’aménagement actuel du carrefour étudié est le suivant :

- en section courante de la Rocade du km 4 : chaussée à 2×2 voies séparées par un canal


- le carrefour étudié est aménagé au sol.
Ce carrefour représente un point d’échange très important puisqu’il permet l’échange entre
le côté Sud de Sfax et celui du Nord, aussi bien que l’accès au usagés pour se déplacer vers le
centre de la ville de Sfax ou la plupart des activités économiques, commerciales, et sociales se
concentrent.

Actuellement, la circulation au niveau de l’intersection de la rocade et la route de Manzel


Chaker est gérée par un carrefours à feu . La Figure présente l’aménagement actuel du
carrefour.

Figure 7. Aménagement actuel du carrefour étudié

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 10


Projet de fin d’étude ENIS 2017

3. Contrainte du site :
Dans le but de réaménager le carrefour présenté dans la première partie, il est nécessaire de
prendre une vision claire sur les différentes contraintes du site.
Afin d’identifier les contraintes du site et les caractéristiques du carrefour étudié, une analyse
des données et plusieurs visites ont été effectuées.
3.1. Réseaux des concessionnaires :
Une analyse préliminaire du levé topographique montre bien l’existence des réseaux des
concessionnaires au niveau du carrefour étudié.

Les réseaux existants et qui sont identifiés sont :

─ Un canal qui sépare les deux sens de la rocade et qui converge vers un dalot au
niveau de l’intersection,
─ Les réseaux des concessionnaires : SONEDE, ONAS, TT et STEG sont placés aux
trottoirs de part et d’autre de la Rocade et de la route de Manzel Chaker.

Figure 8. Contrainte des réseaux des concessionnaires

3.2. Les zones résidentielles :


Il est clair que le carrefour étudié se situe dans une zone urbaine. De ce fait, ce site se
caractérise par l’existence des zones résidentielles.

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 11


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Figure 9. Contrainte des zones résidentielles

Des zones commerciales : des magasins, des boutiques...sont présentés au voisinage du


carrefour à feux de part et d’autre de la route de Manzel Chaker. En outre, l’existence des
stations de bus sur la route de Manzel Chaker, présenté dans la Figure , au voisinage
du carrefour à feux peuvent endommager le réaménagement du carrefour.

Figure 10. des boutiques au voisinage du giratoire

Une délimitions de l’espace est nécessaire pour connaître les limites admissibles des
variantes à projeter.

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 12


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Chapitre III. Présentation de la conception retenue

1. Introduction :
Un « projet » commence bien généralement avant que la conception de l’ouvrage soit
entreprise. En effet, la conception d’un pont permet de fixer sa nature et son type. De plus,
elle dépend de nombreux facteurs liés à l’aspect architectural ainsi que l’aspect constructif de
l’ouvrage.

Ainsi, tous les ouvrages sont conçus pour remplir un ou plusieurs objectifs spécifiques
exprimés parfois sous forme d’exigences de performance. En plus, il faut aborder d’autres
considérations, qui peuvent imposer des contraintes de conception supplémentaires. Celles-ci
peuvent être classées comme suit :
─ Des considérations techniques.
─ Des considérations économiques.
─ Des considérations environnementales.
─ Des considérations sociales.

2. Choix du type de l’ouvrage :


La solution suggérée par le bureau et qui semblait la plus adéquate et convainquant était un pont
dalle. D’ailleurs, les ponts dalles sont construits par coulage en place qui parait harmonique avec
toutes les difficultés d’implantation comme la direction du tracé par rapport à celle de l’obstacle.

En ce qui concerne l’aspect architectural et esthétique, ce pont est traité comme un pont destiné
au zones urbaines, il est de plus entouré par des ponts du même type ce qui explique son
intégration avec son environnement.

En s'appuyant sur des considérations économiques, l'exécution des ponts dalles reste la solution
la plus appropriée. En effet ; les entreprises tunisiennes maitrisent ce type de construction dont le
tablier mince ; le coffrage simple et la qualité de la main d’œuvre justifient bien le gain.

3. Description de l’ouvrage :
L’ouvrage à étudier est un pont dalle en béton armé en encorbellements latéraux et une
section dérivée de la section rectangulaire. Le tablier est formé longitudinalement par une
dalle pleine en béton armé coulé sur place. Cette dalle est caractérisée par une inertie
constante et des travées continues sur appuis simples.

3.1. Conception longitudinale :


Notre ouvrage est constitué de trois tabliers de longueur totale = 264,3m.

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 13


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Figure 11. Vu en plan de notre ouvrage

On s’est intéressé dans ce projet à l’étude du tablier N°2.

Figure 12. Vu 3D de notre ouvrage

Ce tablier comprend cinq travées, une centrale de 19 m, deux travées intermédiaires de


19,25 m et deux travées de rives de 15m.

Figure 13. Tablier N°2

Concernant les travées de rive, on doit respecter la condition de non soulèvement qui impose
un rapport entre la portée de la travée intermédiaire et celle qui lui est adjacente variant entre
0.6 et 0.8.
Lr 15
   0, 7 : Condition vérifiée.
Li 19, 25
L’implantation des appuis intermédiaires respectent les contraintes du site.

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 14


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Figure 14. Conception londutidinale du pont

3.2. Conception transversale :


Dans notre cas, l’ouvrage est formé de deux tabliers de largeurs différents :

Le tablier cote centre-ville (LTab1=8,58m) assurant le passage vers Tunis, et le tablier cote
Sidi Bouzid (LTab1=9,2), permettant le passage des véhicules vers Gabes.

La figure suivante donne une récapitulation sur les dimensions adoptées pour notre ouvrage
et les différents dispositifs installés. Il s’agit d’une coupe transversale des deux tabliers
ensemble.

Figure 15. Conception transversale

On s’intéresse pour notre étude du le tablier cote Sidi Bouzid.

3.2.1. Epaisseur de la dalle :

En se référant aux instructions du guide de conception des ponts dalles [2], dans le cas de la

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 15


Projet de fin d’étude ENIS 2017

1 1
dalle dont le nombre de travées est supérieure à 3, l'élancement est entre de  ;  .
 28 23 

1 1
hd   ;   L
 28 23 

Avec : L est la longueur de la plus grande travée.

D’où on choisit une épaisseur hd  0.7m

3.2.2. Encorbellements latéraux :

Le recours aux encorbellements est généralement dicté par des considérations d’ordre
esthétique. En outre, leur présence augmente également le rendement géométrique de la
section et permet ainsi d’atteindre des portées plus importantes. La figure suivante illustre les
différents paramètres caractéristiques des encorbellements :

Figure 16. Encorbellements latéraux

LT  9, 2m
Le1  1, 7 m
Le 2  1,5m
Ln  LT  ( Le1  Le 2 )  6m

Il faut respecter les conditions suivantes :

LT
─ La moitié de la largeur totale du pont doit rester inférieure à la largeur de la
Ln Ln  0,5LT  0,5  9, 2  4, 6m
nervure c'est-à-dire :

─ Le 1/5 de la portée de la travée centrale doit être supérieur à la largeur droite de


l’encorbellement, c'est-à-dire : Le  0, 2 LC  0, 2 19, 25  3,85m

Le choix retenu vérifie ces conditions.

La dalle rectangulaire équivalente qui présente la même inertie et la même épaisseur que la

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 16


Projet de fin d’étude ENIS 2017

section réelle est la dalle de largeur équivalente béq = 7,78 m.

3.2.3. Conception des Piles :

Les piles constituent les appuis intermédiaires du tablier du pont, elles sont soumises à
la fois à des actions verticales et horizontales.

Une pile est définie essentiellement par ces caractéristiques géométriques et mécaniques. Le
choix des caractéristiques géométriques des piles colonnes retenus répond aux exigences de
franchissement et de l’aspect esthétique.

Figure 17. Conception de la pile

La conception des piles ainsi que la disposition des appareils d’appui sont justifiées par les
documents techniques Sétra : le guide technique Piles et Palées PP73[2],.

Figure 18. Disposition d’appareil d’appui

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 17


Projet de fin d’étude ENIS 2017

𝐿1 2.35
0.4 ≤ = = 0.55 ≤ 0.6
𝐿2 4.3

𝐿3 2.55
0.4 ≤ = = 0.59 ≤ 0.6
𝐿2 4.3

Ainsi l’espacement entre les appareils d’appui de notre ouvrage est justifié.

3.3. Conception de la culée :


La culée du pont est la partie responsable à supporter le poids du tablier en rive. C’est
pourquoi l’étude des charges appliquées sur les éléments de la culée est nécessaire pour
déterminer leur ferraillage. Ces éléments sont principalement :

Figure 19. Les éléments de la culée

─ 1 : tablier
─ 2 : chevêtre
─ 3 : colonne
─ 4 : dalle de transition
─ 5 : remblai
─ 6 : appareil d’appui

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 18


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Partie B Etude
Du Tablier

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 19


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Chapitre IV. Eurocode - Règlement et norme de calcul

1.1. Domaine d’application :


Les modèles de charges d’exploitation définis dans ce paragraphe sont à utiliser pour le
calcul des ponts routiers :

─ De longueur chargée maximale lc<200m


─ Pour des portées plus grandes, des modèles de charges peuvent être définis par le
projet individuel défini par le Maître d’Ouvrage
─ Les modèles et les règles correspondantes sont destinés à couvrir toutes les
situations de trafic normalement prévisibles, c’est-à-dire, les conditions de trafic
routier affectant chaque voie, dans l’un ou l’autre sens et qui doivent être prises en
compte dans le calcul

1.2. Représentation des actions routières :


Les modèles pour les charges verticales représentent les effets de trafic suivants :

─ Modèle de charge LM1 : Ce sont des charges concentrées et uniformément


réparties. Ce modèle est destiné à des vérifications générales et locales.
─ Modèle de charge LM2 : C’est une charge d´essieu unique appliquée à des
surfaces spécifiques. Ce modèle est à considérer séparément et seulement pour les
vérifications locales.
─ Modèle de charge LM3 : C’est une série d´ensembles de charges d´essieu
représentant des véhicules spéciaux. Ce modèle n´est à utiliser que lorsque le maître
d´ouvrage l´exige, pour des vérifications générales et locales.
─ Modèle de charge LM4 : C’est un chargement de foule. Ce modèle n´est pris en
compte qu’en cas de demande du maître d´ouvrage. Il est seulement destiné à des
vérifications générales.
Le modèle LM1 est le modèle de charge le plus contraignant pour la vérification globale et
locale.

1.3. Découpage de la chaussée en voies :


La largeur chargeable « w » est définie entre les bordures, elle possède le nombre entier le
plus grand de voie de cette chaussée. La chaussée est donc découpée en voie conventionnelle
et aire résiduelle. Le nombre et la largeur des voies sont calculés comme il est indiqué dans le
tableau ci-dessous :

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 20


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Tableau2. Nombre et largeur de voies

Largeur de la Largeur d’une Largeur de l’aire


Nombre de voies
chaussée voie résiduelle
w < 5,4 m n=1 3m w–3m
w
5,4 m ≤ w < 6 m n=2 0
2
w
6m≤w n=E( 3 ) 3m w - 3×n

Pour notre projet :

─ 𝐿𝑎𝑟𝑔𝑒𝑢𝑟 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑐ℎ𝑎𝑢𝑠𝑠é𝑒 ∶ 𝑤 = 𝐿𝑐ℎ = 8 𝑚


─ 𝑁𝑜𝑚𝑏𝑟𝑒 𝑑𝑒 𝑣𝑜𝑖𝑒𝑠 ∶ 𝑛 = 𝐸 (𝑤/3) = 2 𝑣𝑜𝑖𝑒𝑠
─ 𝐿𝑎𝑟𝑔𝑒𝑢𝑟 𝑑’𝑢𝑛𝑒 𝑣𝑜𝑖𝑒 : 𝐿1, = 𝐿2 = 3 𝑚
─ 𝐿𝑎𝑟𝑔𝑒𝑢𝑟 𝑑𝑒 𝑙’𝑎𝑖𝑟𝑒 𝑟é𝑠𝑖𝑑𝑢𝑒𝑙𝑙𝑒 : 𝐿𝑟 = 𝑤 − 3×𝑛 = 2 𝑚
Dans notre cas, nous avons donc deux voies conventionnelles d’une largeur 3m et une aire
résiduelle de 2m de largeur.

1.4. Emplacement et numérotation des voies conventionnelles


Pour chaque vérification individuelle aux ELU ou aux ELS, il convient après la
détermination du nombre de voies conventionnelles :

─ De choisir le nombre de voies devant être considérées comme chargées parmi les
voies conventionnelles
─ Leur emplacement sur la chaussée
─ Leur numérotation
de manière à ce que les effets des charges appliquées soient les plus défavorables pour le
calcul effectué.

─ La voie donnant l’effet le plus défavorable pour le calcul mené est notée 1,
─ La voie donnant le deuxième effet le plus défavorable pour le calcul mené est notée
2 et ainsi de suite.
Dans notre cas, vis-à-vis de la flexion longitudinale de la traverse, la voie
dimensionnant est celle la plus proche de la rive.

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 21


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Figure 20. Numérotation des voies choisies

1.5. Action du trafic routier (UDL + TS) :


1.5.1. Modèle de charge principal LM1

Le modèle de charge LM1 est considéré comme un modèle de charges concentrées et


uniformément réparties défini dans la norme NF EN 1991-2 [3], couvrant la plupart des effets
de camion et de voiture. Ce modèle est destiné à des vérifications générales et locales.

Il est constitué :

─ Des charges concentrées modélisant les essieux de tandems, notés TS (Tandem


System)
─ Des charges uniformément réparties, notées UDL (Uniformly Distributed Load)

Ce modèle est à utiliser pour les vérifications générales et locales.

Figure 21. Modèle de charge principal LM1

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 22


Projet de fin d’étude ENIS 2017

1.5.2. Règles générales d’application du Modèle de charge principal LM1

─ Pour le Tandem System TS :

• Considérer au plus un tandem par voie conventionnelle sur 3 voies au maximum


• Ne considérer que des tandems complets
• Chaque essieu possède 2 roues → Charge par roue : 0.5 αQi Qik
• Surface de contact par roue : Carré de 0.40m de coté
• Pour l’évaluation des effets généraux : Chaque tandem circule dans l’axe des voies
conventionnelles

Figure 22. Schéma d’un Tandem TS

Les charges concentrées Qik sont pris à partir du tableau suivant selon les voies :

Tableau3. Valeurs de Qik pour les différents emplacements

Emplacement Charge d'essieu Qik (KN)


Voie n°1 300
Voie n°2 200
Voie n°3 100
Aire résiduelle (qrk) 0

Voici les coefficients d’ajustement, présentés selon la classe du trafic dans le tableau suivant
:

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 23


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Tableau4. Coefficients d’ajustement pour le tandem TS

Classe du pont 𝜶𝑸𝒊 𝜶𝑸𝒊

Classe 1 1 1

Classe 2 0,9 0,8

Classe 3 0,8 0,5

─ Pour le système UDL :

• Les charges UDL αqiqik uniformément réparties, ne sont à appliquer que sur les
parties défavorables de la surface d’influence, longitudinalement et
transversalement
• On note αqrqrk l’intensité de la charge UDL sur une voie résiduelle
• αQi - αqi - αqr : Coefficients d’ajustement choisis en fonction du trafic prévu et
éventuellement des différentes classes d’itinéraires
Les charges surfaciques sont représentées dans le tableau suivant selon le nombre des voies
:

Tableau5. Les valeurs réglementaires du système UDL

Emplacement qik (KN/m2)

Voie n°1 9

Voie n°2 2,5

Voie n°3 2,5

Aire résiduelle (qrk) 2,5

Les valeurs des coefficients αqi et αqr (coefficients d´ajustement) peuvent être différentes
pour selon les classes de routes ou de trafic prévu. En l´absence de précision, ces coefficients
sont égaux à 1.

Après avoir déterminer la classe du trafic, selon la norme française, on pourra déterminer les
coefficients d’ajustement présentés dans le tableau suivant :

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 24


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Tableau6. Coefficients d’ajustement pour l’UDL

𝛂𝐪𝐢 𝛂𝐪𝐢 𝛂𝐪𝐫

Classe 1 1 1 1

Classe 2 0,7 1 1

Classe 3 0,5 1 1

Figure 23. Répartition des charges du modèle LM1

La classe 2 correspond à la composition de trafic la plus courante sur les réseaux routiers
principaux et autoroutiers. Elle adopte une chaussée de 6 m de largeur au minimum et
comportant deux voies comme il est indiqué dans notre cas (w = 8m).

Donc, notre trafic est de classe 2.

Ainsi :

αQ1 = 0.9 ; αQ2 = 0.8 ; αq1 = 0.7 ; αq2 = αq3 = 1

1.6. Calcul des charges permanentes :


Les charges permanentes de notre pont dalle sont dues aux : poids propre de la dalle,
poids de la chaussées, poids du dispositif de sécurité, poids de la corniche, poids de la contre
corniche, poids du sous DBA et poids du DBA.

Les caractéristiques des différents matériaux utilisés sont comme suit :

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 25


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Tableau7. Les caractéristiques des différents matériaux utilisés

Epaisseur(
Charges permanentes Valeur Unité Largeur
m)

Poids propre g1 25 𝐾𝑁/𝑚3 0.622 9.2

Etanchéité g2 24 𝐾𝑁/𝑚3 0,04 9.2

Revêtement g3 24 𝐾𝑁/𝑚3 0,07 8

DBA g4 0.7 𝐾𝑁/𝑚 ----- -----

Garde-corps (BN4) g5 0,65 𝐾𝑁/𝑚 ----- -----

Corniche g6 3 𝐾𝑁/𝑚 ----- -----

Contre corniche g7 25 𝐾𝑁/𝑚3 0.2 0.45

Sous DBA g8 25 𝐾𝑁/𝑚3 0.157 0.6

L’Eurocode EC1-1-1 « Actions sur les structures » définit des coefficients de majoration et
de minoration à appliquer pour tenir compte à des éventuels écarts entre les valeurs supposées
pour le dimensionnement du pont et les valeurs réelles lors de la réalisation. Les coefficients
de majoration et minoration pour les charges permanentes

1.7. Distribution des charges horizontales :


1.7.1. Le freinage :

La force de freinage (notée Qlk) défini par L’EC 1-2 est considérée comme une force
longitudinale s’exerçant au niveau du revêtement de la chaussée dans le sens longitudinal de
la voie. Celle-ci dépend de l’intensité des charges verticales du cas de charge LM1 (la charge
uniforme UDL et TS)

Il convient de calculer la valeur caractéristique de Qlk, limitée à 800 KN pour la largeur


totale du pont, comme la fraction définie ci-après des charges totales verticales maximales
correspondant au système principal de chargement susceptibles d´être appliquées sur la voie
numéro 1, cette formule est donnée par :

Qlk = min (0,6×αQ1 ×2×Q1k + 0,1×αq1 ×q1k ×w1 ×L ; 800 KN)

─ L : Longueur du tablier.

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 26


Projet de fin d’étude ENIS 2017

─ w1: Largeur d’une voie conventionnelle. w1=3m


─ Q1k : Grandeur de la charge d'essieu caractéristique (Charge TS) sur la voie 1.
─ 𝑄𝑙𝑘= 270 KN
─ q1k : Grandeur de la charge verticale caractéristique répartie (Charge UDL) sur la
voie1. 𝑞𝑙𝑘= 6,3 KN/m²
─ αQ1 : Coefficients d'ajustement de modèle de charge TS sur la première voie. 𝛼𝑄1=
0,9
─ αq1 : Coefficients d'ajustement de modèle de charge UDL sur la première voie.
─ 𝛼𝑞1= 0,7
1.7.2. Le retrait :

Le retrait agit également longitudinalement sur la dalle et peut être assimilé à une chute de
température. Il peut être assimilé à une chute de température de valeur :
εr
−( ) = − 33° C
α

Avec :

─ εr = 4×10−4 : Pour les ouvrages en béton armé.


─ α = 12×10−6 : Coefficient de dilatation thermique.

1.7.3. La Température :

La variation de la température provoque des actions sur les appareils d’appuis du pont.

Au Tunis on adopte comme variation de la température +30 °𝐶 𝑒𝑡 − 30 °𝐶.

εr
( ) = +30° C
α

εr = 3.6×10−4 : Pour les ouvrages en béton armé.

1.8. Combinaisons des actions :


L’EC 1-2 regroupe les différents chargements en groupe de charge présenté dans les
combinaisons suivante :

• ELS1: Gmax + (TS + UDL).


• ELS2: Gmin + (TS + UDL).
• ELU1 : 1.35Gmax + 1.35(TS + UDL).

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 27


Projet de fin d’étude ENIS 2017

• ELU2 : Gmin +1.35 (TS + UDL + Trottoirs).


Avec : Gmax et Gmin sont des charges dues au charges permanentes (Poids propre et
superstructure).

D’après l’EC1-Partie3, à l’état limite ultime, les valeurs caractéristiques de toutes les
actions permanentes et des actions de trafic sont multipliées par [1.35] si l’effet résultant est
défavorable.

Si l’effet résultant est favorable les valeurs des actions permanentes sont multipliées par |1]
et par |0] pour les valeurs des actions de trafic.

REMARQUE. -L’effet dynamique des actions UDL et TS est inclus dans les valeurs
caractéristiques de ces derniers.

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 28


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Chapitre V. Modélisation 1D avec le logiciel ROBOT

1. Introduction :
La ligne d'influence d'une poutre est la courbe représentative de la variation d'un effet en un
point donné en fonction de la position d'une charge unitaire mobile. Les lignes d'influence
sont fort utiles pour la détermination des combinaisons d'actions et de leurs coefficients lors
des calculs. En effet, elles permettent de déterminer très simplement les zones de chargement
favorables (et défavorables) qui minimisent (maximisent) une action en un point.

On a commencé la modélisation de tablier n°2, on détaillera le calcul par des diagrammes


ainsi que les schémas et les courbes.

2. Présentation de la méthode :
Le terme « poutre » désigne un objet dont la longueur est grande par rapport aux
dimensions transverses.

En effet certains problèmes peuvent être résolus rapidement en adoptant un modèle poutre à
une seule dimension.

Pour la présente étude, la modélisation sera effectuée à l’intermédiaire de deux méthodes de


calcul :

─ Programme Excel à calcul analytique.


─ Modélisation sur ROBOT.

Qui ont pour but de calculer la variation des lignes d’influence correspondante au moment
fléchissant, effort tranchant et réactions d’appuis en suivant un pas de longueur relative égale
à l’un dixième de la longueur de chaque travée, mais nous ne pourrons pas déterminer les
moments transversaux (Voir annexe 2).

2.1. Calcul des moments :


Le tablier comporte cinq travées respectivement de longueurs 15 m, 19.25 m, 19 m, 19.25 m
et 15 m.

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 29


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Figure 24. La poutre modélisant le tablier n°2

Remarque

On a décomposé chaque travée sur 10 éléments, donc chaque travée de 010

2.1.1. Résultats pour les deux modélisations :

Voici quelques exemples des lignes d’influence du moment fléchissant :

Figure 25. Ligne d'influence du moment à la section 0.5L de la 1ére travée

Figure 26. Ligne d’influence de moments au 1ére appui intermédiaire

Ces courbes montrent la variation du moment fléchissant à cause de la variation de la

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 30


Projet de fin d’étude ENIS 2017

position de la charge unitaire tout le long des 5 travées.

De la même façon nous avons dressé les lignes d’influence des efforts tranchant des
réactions et des rotations d’appui.

Voici quelques exemples des lignes d’influence de l’effort tranchant et réaction :

0,2000

0,0000
0 10 20 30 40 50 60

-0,2000

-0,4000

-0,6000

-0,8000

-1,0000

-1,2000 LIGNE D'INFLUENCE V 1 ROBOT_LIGNE D'INFLUENCE V 1

Figure 27. Ligne d'influence de l’effort tranchant au 1ére appui intermédiaire

1,2000

1,0000

0,8000

0,6000

0,4000

0,2000

0,0000
0 10 20 30 40 50 60
-0,2000

LI_R 1 ROBOT_LI_R 1

Figure 28. Ligne d'influence de la réaction de l'appui 1

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 31


Projet de fin d’étude ENIS 2017

LI ROTATION APPUI 3
0,0000015

0,000001

0,0000005

0
0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100

-5E-07

-0,000001

-1,5E-06

Figure 29. Ligne d'influence de la rotation de l'appui 1

A partir de ces courbes, nous pouvons déterminer pour chaque section les surfaces (𝛚𝑖)

utilisées pour le calcul des sollicitations. (Voir annexe 1).

─ Bilan des charges permanentes :

Tableau8. Les charges permanentes minimales et maximales

Charges permanentes gmax (KN/m) gmin (KN/m)


Poids propre 143 143
Etanchéité 10,60 7,07
Revêtement 18,8 10,8
DBA 0,7 0,7
Garde-corps (BN4) 0,69 0,62
Corniche 3,2 2,9
Contre corniche 2,4 2,2
Sous DBA 2,50 2,26

Tableau9. Somme des charges permanentes

Charges permanentes 𝑮𝒎𝒂𝒙 (KN/m) 𝑮𝒎𝒊𝒏 (KN/m)


Somme 179.5 167.5

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 32


Projet de fin d’étude ENIS 2017

2.1.2. Calcul des moments dus aux charges permanentes :

Le calcul des moments dus aux charges permanentes est analysé à la multiplication de tous
les surfaces positives et négatives par les valeurs de 𝐺𝑚𝑎𝑥 et𝐺𝑚𝑖.

𝑀𝑚𝑖𝑛 = 𝐺𝑚𝑖𝑛 × ∑ 𝜔

𝑀𝑚𝑎𝑥 = 𝐺𝑚𝑎𝑥 × ∑ 𝜔

2.1.3. Calcul Moments dus à la charge d’exploitation :

─ Moments dus à la charge UDL :

En se basant initialement sur les lignes d’influence dans chaque section, nous avons appliqué les
deux formules suivantes pour le calcul des moments dus à la charge UDL sur la chaussée :

𝑀𝑚𝑖𝑛 = 𝑞𝑈𝐷𝐿 × 𝜔 ⊖

𝑀𝑚𝑎𝑥 = 𝑞𝑈𝐷𝐿 × 𝜔 ⊕

Avec :

𝑞𝑈𝐷𝐿 = 31.4 𝐾𝑁/𝑚

─ Moments dus à la charge TS :

Pour le calcul des moments dus à l’application du modèle TS, on doit poser les charges de
l’essieu respectivement au maximum et au minimum de la ligne d’influence considérés puis
tirer les valeurs correspondant (y0 définie le point maximum (respectivement le minimum) et
y1 définie le point décalé de 1,2 du point y0) en appliquant les coefficients d’ajustement.

On applique les formules suivantes :

Mmax =(y0 max + y1 max )×QTS

min
Mmin =(y0 + y1 min )×QTS

On calcule d’abord QTS :

𝑄𝑇𝑆 = (𝑄1 ×𝛼𝑄1 + 𝑄2 ×𝛼𝑄2 )

𝑄𝑇𝑆 = (300 ×0,9 + 200×0,8)

𝑄𝑇𝑆 = 430 𝐾𝑁

𝑀𝑚𝑎𝑥 = (𝑦0 max + 𝑦1 max )×430

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 33


Projet de fin d’étude ENIS 2017

𝑀𝑚𝑖𝑛 = (𝑦0 min + 𝑦1 min )×430

2.1.4. Calcul des sollicitations à l’ELS et à l’ELU :


Nous avons calculé pour les deux premières travées les sollicitations qui sont présentées dans les
deux tableaux ci-dessous, en s’appuyant sur les combinaisons définies dans le chapitre
EUROCODE norme et calcul :

─ Les combinaisons :

Il ne nous reste que de déterminer le moment global engendré par l’ensemble des charges à
l’ELU et à l’ELS.

Les différentes combinaisons considérées sont :

ELS :
𝑝𝑒𝑟 𝑝𝑒𝑟 𝑈𝐷𝐿 𝑇𝑆
𝑀𝑚𝑖𝑛 = min(𝑀𝑚𝑖𝑛 ; 𝑀𝑚𝑎𝑥 ) + (𝑀𝑚𝑖𝑛 + 𝑀𝑚𝑖𝑛 )
𝑝𝑒𝑟 𝑝𝑒𝑟 𝑈𝐷𝐿 𝑇𝑆
𝑀𝑚𝑎𝑥 = max(𝑀𝑚𝑖𝑛 ; 𝑀𝑚𝑎𝑥 ) + (𝑀𝑚𝑎𝑥 + 𝑀𝑚𝑎𝑥 )

ELU :
• Si 𝑀𝑝𝑒𝑟𝑚 et 𝑀𝑒𝑥𝑝 sont de même signe :
𝑝𝑒𝑟 𝑝𝑒𝑟 𝑈𝐷𝐿 𝑇𝑆
𝑀𝑚𝑖𝑛 = 1.35[min(𝑀𝑚𝑖𝑛 ; 𝑀𝑚𝑎𝑥 ) + (𝑀𝑚𝑖𝑛 + 𝑀𝑚𝑖𝑛 )]
𝑝𝑒𝑟 𝑝𝑒𝑟 𝑈𝐷𝐿 𝑇𝑆 )]
𝑀𝑚𝑎𝑥 = 1.35[max(𝑀𝑚𝑖𝑛 ; 𝑀𝑚𝑎𝑥 ) + (𝑀𝑚𝑎𝑥 + 𝑀𝑚𝑎𝑥

• Si 𝑀𝑝𝑒𝑟𝑚 et 𝑀𝑒𝑥𝑝 sont de signes différents :


𝑝𝑒𝑟 𝑝𝑒𝑟 𝑈𝐷𝐿 𝑇𝑆
𝑀𝑚𝑖𝑛 = min(𝑀𝑚𝑖𝑛 ; 𝑀𝑚𝑎𝑥 ) + 1.35×(𝑀𝑚𝑖𝑛 + 𝑀𝑚𝑖𝑛 )
𝑝𝑒𝑟 𝑝𝑒𝑟 𝑈𝐷𝐿 𝑇𝑆
𝑀𝑚𝑎𝑥 = max(𝑀𝑚𝑖𝑛 ; 𝑀𝑚𝑎𝑥 ) + 1.35(𝑀𝑚𝑎𝑥 + 𝑀𝑚𝑎𝑥 )

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 34


Projet de fin d’étude ENIS 2017

─ Moments fléchissant enveloppes :

Tableau10. Valeurs des moments fléchissant extrêmes à l’ELS

Moment à ELU en (KN.m/ml)


x0/L MAX MIN

0,4 764 0

1 0 -1008

1,5 822 0

2 0 -1035

2,5 786 0

Courbes enveloppes du moment fléchissant à l’ELS


-1500
-1008,280996 -1034,892428
-1000

-500
0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50
0

500

763,8405246 822,260982 722,3556511


1000

ELS MAX ELS MIN

Figure 30. Courbes enveloppes du moment fléchissant à l’ELS

Les moments max dans les travées sont très proche :

Mmax= 800 KN.m/m* et les moment min aussi Mmin= -1030 KNm/m

on a utilisé le béq.

On remarque que les moments atteignent leurs valeurs extrêmes dans les sections suivantes :
0,4L, L, 1,5L, 2L et 2,5L.

3. Calcul de l’effort tranchant :

3.1.1. Calcul des efforts tranchant dus aux charges permanentes :

𝑽𝑚𝑖𝑛 = 𝐺𝑚𝑖𝑛 × ∑ 𝜔

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 35


Projet de fin d’étude ENIS 2017

𝑽𝑚𝑎𝑥 = 𝐺𝑚𝑎𝑥 × ∑ 𝜔

Tel que : 𝐺𝑚𝑎𝑥 =179,522 𝑘𝑁/𝑚 𝐺𝑚𝑖𝑛 =167,254 𝑘𝑁/𝑚


3.1.2. Efforts tranchant dus à la charge d’exploitation :

─ Efforts tranchant dus à la charge UDL :

𝑉𝑚𝑖𝑛 = 𝑞𝑈𝐷𝐿 × 𝜔 ⊖

𝑉𝑚𝑎𝑥 = 𝑞𝑈𝐷𝐿 × 𝜔 ⊕

𝑞𝑈𝐷𝐿 = 31,4𝐾𝑁/𝑚

─ Efforts tranchant dus à la charge TS :

𝑉𝑚𝑎𝑥 = (𝑦0 max + 𝑦1 max )×430

𝑉𝑚𝑖𝑛 = (𝑦0 min + 𝑦1 min )×430

3.1.3. Calcul des sollicitations à l’ELS et à l’ELU :

─ Les combinaisons :

ELS :
𝑝𝑒𝑟 𝑝𝑒𝑟 𝑈𝐷𝐿 𝑇𝑆
𝑉𝑚𝑖𝑛 = min(𝑉𝑚𝑖𝑛 ; 𝑅𝑚𝑎𝑥 ) + (𝑉𝑚𝑖𝑛 + 𝑉𝑚𝑖𝑛 )
𝑝𝑒𝑟 𝑝𝑒𝑟 𝑈𝐷𝐿 𝑇𝑆
𝑉𝑚𝑎𝑥 = max(𝑉𝑚𝑖𝑛 ; 𝑉𝑚𝑎𝑥 ) + (𝑉𝑚𝑎𝑥 + 𝑉𝑚𝑎𝑥 )

ELU :
• Si V𝑝𝑒𝑟𝑚 et V𝑒𝑥𝑝 sont de même signe :
𝑝𝑒𝑟 𝑝𝑒𝑟 𝑈𝐷𝐿 𝑇𝑆
𝑉𝑚𝑖𝑛 = 1.35[min(𝑉𝑚𝑖𝑛 ; 𝑉𝑚𝑎𝑥 ) + (𝑉𝑚𝑖𝑛 + 𝑉𝑚𝑖𝑛 )]
𝑝𝑒𝑟 𝑝𝑒𝑟 𝑈𝐷𝐿 𝑇𝑆 )]
𝑉𝑚𝑎𝑥 = 1.35[max(𝑉𝑚𝑖𝑛 ; 𝑉𝑚𝑎𝑥 ) + (𝑉𝑚𝑎𝑥 + 𝑉𝑚𝑎𝑥

• Si V𝑝𝑒𝑟𝑚 et V𝑒𝑥𝑝 sont de signes différents :


𝑝𝑒𝑟 𝑝𝑒𝑟 𝑈𝐷𝐿 𝑇𝑆
𝑉𝑚𝑖𝑛 = min(𝑉𝑚𝑖𝑛 ; 𝑉𝑚𝑎𝑥 ) + 1.35×(𝑉𝑚𝑖𝑛 + 𝑉𝑚𝑖𝑛 )
𝑝𝑒𝑟 𝑝𝑒𝑟 𝑈𝐷𝐿 𝑇𝑆
𝑉𝑚𝑎𝑥 = max(𝑉𝑚𝑖𝑛 ; 𝑉𝑚𝑎𝑥 ) + 1.35(𝑉𝑚𝑎𝑥 + 𝑉𝑚𝑎𝑥 )

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 36


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Tableau11. Valeurs des efforts tranchants à l’ELS et à l’ELU

ELU(KN) ELS(KN)
x0/L Vmax Vmin Vmax Vmin
0,5 254 -1215 115 -900
1- -1731 -4200 -1745 -3111
1+ 4442 1704 3291 1755

4. Calcul des réactions :


4.1.1. Calcul des réactions dus aux charges permanentes :

𝑅𝑚𝑖𝑛 = 𝐺𝑚𝑖𝑛 × ∑ 𝜔

𝑅𝑚𝑎𝑥 = 𝐺𝑚𝑎𝑥 × ∑ 𝜔

Tel que :

𝐺𝑚𝑎𝑥 =179,522 𝑘𝑁/𝑚 𝐺𝑚𝑖𝑛 =167,254 𝑘𝑁/𝑚

4.1.2. Réactions dus à la charge d’exploitation :

─ Réactions dus à la charge UDL :

𝑅𝑚𝑖𝑛 = 𝑞𝑈𝐷𝐿 × 𝜔 ⊖

𝑅𝑚𝑎𝑥 = 𝑞𝑈𝐷𝐿 × 𝜔 ⊕

𝑞𝑈𝐷𝐿 = 31,4𝐾𝑁/𝑚

─ Réaction dus à la charge TS :

𝑅𝑚𝑎𝑥 = (𝑦0 max + 𝑦1 max )×430

𝑅𝑚𝑖𝑛 = (𝑦0 min + 𝑦1 min )×430

4.1.3. Calcul des sollicitations à l’ELS et à l’ELU :

─ Les combinaisons

ELS :
𝑝𝑒𝑟 𝑝𝑒𝑟 𝑈𝐷𝐿 𝑇𝑆
𝑅𝑚𝑖𝑛 = min(𝑅𝑚𝑖𝑛 ; 𝑅𝑚𝑎𝑥 ) + (𝑅𝑚𝑖𝑛 + 𝑅𝑚𝑖𝑛 )
𝑝𝑒𝑟 𝑝𝑒𝑟 𝑈𝐷𝐿 𝑇𝑆
𝑅𝑚𝑎𝑥 = max(𝑅𝑚𝑖𝑛 ; 𝑀𝑚𝑎𝑥 ) + (𝑅𝑚𝑎𝑥 + 𝑅𝑚𝑎𝑥 )

ELU :

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 37


Projet de fin d’étude ENIS 2017

• Si R𝑝𝑒𝑟𝑚 et R𝑒𝑥𝑝 sont de même signe :


𝑝𝑒𝑟 𝑝𝑒𝑟 𝑈𝐷𝐿 𝑇𝑆
𝑅𝑚𝑖𝑛 = 1.35[min(𝑅𝑚𝑖𝑛 ; 𝑅𝑚𝑎𝑥 ) + (𝑅𝑚𝑖𝑛 + 𝑅𝑚𝑖𝑛 )]
𝑝𝑒𝑟 𝑝𝑒𝑟 𝑈𝐷𝐿 𝑇𝑆 )]
𝑅𝑚𝑎𝑥 = 1.35[max(𝑅𝑚𝑖𝑛 ; 𝑅𝑚𝑎𝑥 ) + (𝑅𝑚𝑎𝑥 + 𝑅𝑚𝑎𝑥

• Si R𝑝𝑒𝑟𝑚 et R𝑒𝑥𝑝 sont de signes différents :


𝑝𝑒𝑟 𝑝𝑒𝑟 𝑈𝐷𝐿 𝑇𝑆
𝑅𝑚𝑖𝑛 = min(𝑅𝑚𝑖𝑛 ; 𝑅𝑚𝑎𝑥 ) + 1.35×(𝑅𝑚𝑖𝑛 + 𝑅𝑚𝑖𝑛 )
𝑝𝑒𝑟 𝑝𝑒𝑟 𝑈𝐷𝐿 𝑇𝑆
𝑅𝑚𝑎𝑥 = max(𝑅𝑚𝑖𝑛 ; 𝑅𝑚𝑎𝑥 ) + 1.35(𝑅𝑚𝑎𝑥 + 𝑅𝑚𝑎𝑥 )

Tableau12. Valeurs des réactions à l’ELS et à l’ELU

ELU(KN) ELU(KN)
R Rmax Rmin Rmax Rmin
1 2742 733 2031 -143
2 6655 2956 4929 -170
3 6735 2935 4989 -201
4 6736 2934 4989 -202

REMARQUE : Les valeurs des réactions calculées présentent les réactions dans chaque appui dans le
modèle 1D alors que les appuis dans ce modèle présentent une ligne constituée de deux appareils
d’appuis. Donc, pour y obtenir les réactions, il suffit de diviser les valeurs précédentes par 2.

5. Conclusion :
En utilisant le modèle 1D, nous avons déterminé la courbe enveloppe du moment de flexion
longitudinale, l’effort tranchant et de la réaction. Ce modèle nous a donné une idée plus ou
moins bonne sur la flexion longitudinale du tablier mais il n’était pas à la mesure de calculer
les sollicitations dues à la flexion transversale. C’est pour cela que nous avons fait recours à
une modélisation 2D sur le logiciel ROBOT qui sera traitée dans la partie suivante.

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 38


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Chapitre VI. Modélisation 2D : Modélisation par éléments plaques

1. Introduction :
Pour déterminer les efforts intérieurs dans le tablier, nous avons utilisé le logiciel Autodesk
Robot Structural Analysais Professional à travers la théorie des plaques.

2. Modélisation :
Le tablier est discrétisé en utilisant les éléments de types Qu de continuité C1.

A chaque nœud nous associons 3 ddl : w,  x ,  y .

Après avoir déterminé ces ddl peut calculer les sollicitations à savoir :

Mxx : Moment longitudinal.

Myy : Moment transversal.

Mxy : Moment de la torsion.

Les étapes de cette modélisation sur Robot, sont exposées brièvement dans ce qui suit :

─ Définition des caractéristiques des matériaux.


─ Définition des nœuds et des contours.
─ Définition des panneaux.
─ Définition des épaisseurs pour la dalle en partie courante et pour les
encorbellements.
─ Définition des options du maillage et génération du maillage.
─ Définition des appuis.
─ Chargement de la structure.
─ Filtrage et exploitation des résultats.
Les efforts tranchant Qxx et Qyy seront déduire en utilisant les équations d’équilibre.

3. Estimation des charges pour le modèle 2D :


L’estimation des charges pour le modèles 2D est effectuée sans prise en compte du poids
propre du tablier car le logiciel de calcul par éléments finis utilisé -Robot Structural
Analysis- fait automatiquement ce calcul.

3.1. Charge Permanente:


Les charges permanentes appliquées sur le tablier du pont seront classées en deux types. Des
charges surfaciques appliquées sur les panneaux, et des charges linéaires appliquées sur les

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 39


Projet de fin d’étude ENIS 2017

bords.

Tableau13. Estimation charges permanents en 2D

Type de charge
Charge appliquée G (KPa)
Charge surfacique
Couche d’étanchéité 0.96
1.68
Couche de roulement en BB
Charge surfacique
Sous D.B.A 3.925
Barrières BN4 0.65
Corniche 3

Charge linéique Contre corniche 2.25


D.B.A 0.7

3.2. Charge Trafic Routier LM1:


Le système partiel UDL est un ensemble des charges uniformément réparties sur la
chaussée, selon la position de la voie.

Ces charges sont appliquées sur notre tablier dans le modèle ROBOT. Elles sont présentées
dans le tableau suivant :

Tableau14. Les charges UDL appliquées sur le modèle 2D

Valeur de la charge Valeur de la charge


Emplacement Coefficient
(kN/m²) (kN/m²)
Voie n°1 9 0,7 6,3
Voie n°2 2,5 1 2,5
Aire résiduelle 2,5 1 2,5

Nous avons appliqué les charges concentrées TS comme des charges roulantes sur notre
tablier.

Ces charges roulantes vont balayer le tablier suivant les axes des deux voies qu’on a définis
sur notre modèle. Elles sont introduites sur Robot comme étant des tandems définis en tant
que charges concentrées. Elles sont résumées dans le tableau suivant :

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 40


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Tableau15. Les charges TS appliquées sur le modèle 2D

Charge d’essieu Charge d’essieu


Emplacement Coefficient
𝑸𝒊𝒌 (kN) 𝑸𝒊𝒌 (kN)
Voie n°1 300 0,9 270

Voie n°2 200 0,8 160

Aire résiduelle 0 0 0

Trottoir 0 0 0

4. Combinaisons des charges :


Après avoir définir les différentes valeurs des charges et en se basant sur les lignes
d’influences déterminées dans le modèle 1D, on définit les cas de charge pour obtenir les
sollicitations

4.1. Méthode d’obtenir le moment maximal :


Une fois les différents cas de charge sont définis, l’étape qui succède c’est la création des
différentes combinaisons de charge en tenant compte des coefficients de pondération pour les
deux états limite de service et ultime

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 41


Projet de fin d’étude ENIS 2017

4.1.1. Création des combinaisons à ELS :

ELS(+) ELS(+)

1ér cas:
[0.1
L10.8 L1]

Gmax+UDL(T1 ;T3 ;T5)+TS Gmin+UDL(T2 ;T4)+TS

2éme
[0.9
L11.1L2]

Gmin+UDL(T3 ;T5)+TS Gmax+UDL(T1 ;T2 ;T4)+TS

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 42


Projet de fin d’étude ENIS 2017

3éme
[0.2 L2]

Gmax+UDL(T2 ;T3 ;T5)+TS Gmin+UDL(T1 ;T4)+TS

4éme
[0.3
L20.7 L2]

Gmax+UDL(T2 ;T4)+TS Gmin+UDL(T1 ;T3 ;T5)+TS

5éme
[0.8 L2]

Gmin+UDL(T1 ;T2 ;T4)+TS Gmax+UDL(T3 ;T5)+TS

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 43


Projet de fin d’étude ENIS 2017

6éme
[0.9
L20.1 L3]

Gmin+UDL(T1 ;T4)+TS Gmax+UDL(T2 ;T3 ;T5)+TS

7éme
[0.2 L3]

Gmin+UDL(T1 ;T3 ;T4)+TS Gmin+UDL(T3 ;T5)+TS

8éme
[0.3
L30.5 L3]

Gmax+UDL(T1 ;T3 ;T5)+TS Gmin+UDL(T2 ;T4)+TS

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 44


Projet de fin d’étude ENIS 2017

REMARQUE : Nous pouvons évidemment procéder de la même façon et trouver cas de


charges concernant l’effort tranchant et les réactions d’appuis.

5. Validation du modèle :
5.1. Déformé due à la charge permanente :
D’après la figure suivante, on remarque la symétrie du déformé tout au long du tablier.

Figure 31. Déformé due à la charge permanente

5.2. Moment Mxx due à la charge permanente


D’après la figure suivante, on remarque la symétrie du courbe de moment tout au long du
tablier.

Figure 32. Moment Mxx due à la charge permanente

5.3. Vérification avec 1D :


5.3.1. Présentation des résultats de moment donnés par logiciel Robot :

Le logiciel ROBOT génère des résultats pour chaque nœud. Ce qui apporte plus
d’information et de précision.

Vu la symétrie de la dalle, on retiendra seulement les résultats des travées n°1, n°2 et la

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 45


Projet de fin d’étude ENIS 2017

moitié de n°3.

Le tableau représente les moments longitudinaux en quelques sections dans deux cas si la
voie 1 est de cote de l’encorbellement 1.7 et 1.5 :

Tableau16. Moments longitudinaux ELS 𝑴𝒙𝒙( 𝑲𝑵. 𝒎)

Modèle 2d (1,7) Modèle 2D (1,5) Enveloppe Modèle 2D


Moments
Max Min Max Min Max Min
(kN.m)
M04 5867 1632 5896 1637 5896 1632
M1 -4412 -7967 -4411 -7951 -4410 -7967
M15 6271 1756 6261 1756 5896 1632
M2 -4093 -8113 -4429 -8108 -4092 -8113
M25 5971 1339 5971 1393 5971 1338

Tableau17. Moments longitudinaux ELU 𝑴𝒙( 𝑲𝑵. 𝒎)

Modèle 2d (1,7) Modèle 2D (1,5) Enveloppe Modèle 2D


Momen
Max Min Max Min Max Min
ts (kN.m)
M04 7944 1333 7960 1334 7960 1333
- - -
M1 -4209 -4213 -4209
10741 10734 10741
M15 8451 1448 8453 1449 8453 1448
- - -
M2 -4194 -4201 -4194
10953 10946 10953
M25 8060 1055 8061 1051 8061 1055

5.3.2. Comparaison entre le modèle 1D et le modèle 2D :

Vu la différence de la nature des deux modèles conçus, on réalise une comparaison des
résultats obtenus.

Ceci permettra de vérifier l’utilité de chacun des modèles et justifier le modèle ROBOT.

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 46


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Tableau18. Comparaison des moments permanents entre le modèle 1D et le modèle


2D

MODELE 1D MODELE 2D ERREUR %


M04 (MAX) 5944 5896 0,81%
M1 (MIN) -7847 -7967 1,54%
M15 (MAX) 6399 5896 2,00%
M2 (MIN) -8054 -8113 0,70%
M25 (MAX) 6115 5971 2,30%

Les valeurs des 2 modèles sont légèrement différents avec des erreurs variantes de 1% à 2%.
Ces différences constatées ne sont pas très importantes. Alors, la modélisation sur le logiciel
ROBOT est justifiée.

-6000
1D ELS max 2D ELS max
-4000

-2000
0 5 10 15 20 25 30
0

2000

4000

6000

8000

Figure 33. Comparaison entre le modèle 1D et le modèle 2D ELS MAX

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 47


Projet de fin d’étude ENIS 2017

-10000 1D ELS min 2D els min

-8000

-6000

-4000

-2000
0 5 10 15 20 25 30
0

2000

4000

Figure 34. Comparaison entre le modèle 1D et le modèle 2D ELS MIN

5.3.3. Présentation des résultats des réactions donnés par logiciel Robot

Tableau19. Les réactions à ELU

R 1D R 2D ERREUR (1D--2D)%
R R elu max R elu min R elu max R elu min R elu max R elu min
1 2742 733 2766 722 0,9% 1,5%
2 6655 2956 6678 2936 0,4% 0,7%
3 6735 2935 6715 2885 0,3% 1,7%
4 6736 2934 6715 2885 0,3% 1,7%

8000

6000

4000

2000

0
1
2
3
4
1D R ELU max 2D R ELU max

Figure 35. Comparaison entre les réactions à ELU max 1D et 2D

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 48


Projet de fin d’étude ENIS 2017

3000

2000

1000

0
1
2
3
4

1D R ELU min 2D R ELU min

Figure 36. Comparaison entre les réactions à ELU min 1D et 2D

6. Détermination des sollicitations pour le ferraillage :


Afin d’assurer une bonne répartition du ferraillage longitudinal, nous nous sommes
intéressés à étudier les sollicitations pour des sections parallèles aux lignes d’appui, et
espacées d’un nombre de mailles correspondant à une distance de 0,5 m sur le tablier. Par
ailleurs, pour uniformiser la répartition transversale des aciers, nous avons opté à choisir les
nœuds les plus sollicités comme référence pour chaque section.

Le ROBOT peut déterminer le moment fléchissant longitudinal 𝑀𝑥𝑥, le moment fléchissant


transversal , le moment de torsion 𝑀𝑥𝑦 pour chaque section et les efforts tranchants 𝑉𝑥𝑥 et
𝑉𝑦y.

Ces sollicitations sont représentées sur la figure suivante:

Figure 37. Exemple de Coupes effectuées sur la dalle

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 49


Projet de fin d’étude ENIS 2017

6.1. Exemple des coupes dues à une combinaison quelconque.


On calcule les moments pour deux cas :

─ 1 er cas : si la voie 1 et du côté d’encorbellement 1.5m.


─ 2eme cas : si la voie1 et du côté de l’encorbellement 1.7m.

6.2. Moments fléchissant longitudinaux pour le ferraillage Mxx :


Tableau20. Moments de flexion longitudinale 𝑴𝒙𝒙 (𝑲𝑵. 𝒎/𝒎𝒍) à l’ELS

Moment à ELU en (KN.m/ml)


Moments pour le
cas 1 cas 2
ferraillage
x0/L Mels+ Mels- Mels+ Mels- Mels+ Mels-
0,4 881 234 894 233 894 234
1,0 -697 -1239 -692 -1316 -697 -1316
1,5 932 252 946 252 946 252
2,0 -705 -1256 -694 -1316 -705 -1316
2,5 891 203 910 195 910 203

els MXX+ els Mxx-

-1500 -1316,28 -1316,43


2D

-1000
1D
-500
0 5 10 15 20 25 30
0
0
500
1D
1000
894,48 2D 946,32 909,57

1500

Figure 38. Courbes enveloppes des moments fléchissant longitudinaux extrêmes calculés à
l’ELS pour les différentes sections en 𝑲𝑵. 𝒎/𝒎𝒍.

REMARQUE :La différence entre 2D et 1D est égale. 30% sur appuis et 13% sur appuis

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 50


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Tableau21. Moments de flexion longitudinale 𝑴𝒙𝒙 (𝑲𝑵. 𝒎/𝒎𝒍) à l’ELU

Moment à ELU en (KN.m/ml)


Moments pour le
cas 1 cas 2
ferraillage
x0/L Mels+ Mels- Mels+ Mels- Mels+ Mels-
0,4 1189 193 1196 192 1196 193
1,0 -670 -1672 -663 -1774 -670 -1774
1,5 1258 205 1276 209 1276 209
2,0 -673 -1696 -665 -1817 -673 -1817
2,5 1203 157 1228 156 1228 157

elu MXX+ elu Mxx-

-2000

-1500

-1000

-500
0 5 10 15 20 25 30
0

500

1000

1500

Figure 39. Courbes enveloppes des moments fléchissant longitudinaux extrêmes calculés à
l’ELU pour les différentes sections en 𝑲𝑵. 𝒎/𝒎𝒍.

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 51


Projet de fin d’étude ENIS 2017

6.3. Moments fléchissant transversaux pour le ferraillage Myy :


Tableau22. Moments de flexion transversale 𝑴𝒚𝒚 (𝑲𝑵. 𝒎/𝒎𝒍) à l’ELS

Moment à ELS en (KN.m/ml)


Moments pour le
cas 1 cas 2
ferraillage
x0/L Mels+ Mels- Mels+ Mels- Mels+ Mels-
0,4 53 -14 45 -14 53 -14
1,0 -252 -387 -251 -460 -252 -460
1,5 62 9 63 -6 63 9
2,0 -252 -386 -250 -476 -252 -476
2,5 63 9 62 -6 63 9

els Myy+ els Myy-

-600

-460,36 -475,99
-500

-400

-300

-200

-100
0 5 10 15 20 25 30
0

100

Figure 40. Courbes enveloppes des moments fléchissant transversaux extrêmes calculés à
l’ELS pour les différentes sections en 𝑲𝑵. 𝒎/𝒎𝒍.

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 52


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Tableau23. Moments de flexion transversale 𝑴𝒚𝒚 (𝑲𝑵. 𝒎/𝒎𝒍) à l’ELU

Moment à ELs en (KN.m/ml)


Moments pour le
cas 1 cas 2
ferraillage
x0/L Mels+ Mels- Mels+ Mels- Mels+ Mels-
0,4 72 -18 88 -19 88 -19
1,0 -247 -523 -246 -628 -247 -628
1,5 84 -12 91 -11 91 -12
2,0 -245 -522 -225 -642 -245 -642
2,5 86 -12 83 -11 86 -12

elu Myy+ elu Myy-

-700 -628,47 -642,39

-600

-500

-400

-300

-200

-100
0 5 10 15 20 25 30
0

100

200

Tableau24. Courbes enveloppes des moments fléchissant transversaux extrêmes


calculés à l’ELU pour les différentes sections en 𝑲𝑵. 𝒎/𝒎𝒍.

REMARQUE :On s’intéresse à déduire le moment Myy sans passer à la modélisation sur
robot pour déterminer le ferraillage du moment transversale ; il faut chercher l’ écart entre
Mxx et Myy .

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 53


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Donc, le pourcentage entre Mxx et Mxy est :

pourcentage Myy par pourcentage Myy par


rapport Mxx au niveau rapport Mxx au niveau
d'appui du travée

35% 8%
0% 20% 40% 60% 80% 100% 0% 20% 40% 60% 80% 100%

Le pourcentage Myy par rapport à Mxx sur les appuis est faible, par contre, il est fort sur les
travées.

6.4. Moments de torsion pour le ferraillage :


Le moment de torsion défavorable se déduit en essayant de décaler les charges le plus
possible. Pour les charges du modèle LM1.

ELS Mxy+ ELS Mxy-


-700
-517,07 -514,4
-452,26
-500

-300

-100 0 5 10 15 20 25 30

100 0

300

500 419,1
470,83
515,74
700

Figure 41. Courbes enveloppes des moments de torsion calculés à l’ELS pour les
différentes sections en 𝑲𝑵. 𝒎.

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 54


Projet de fin d’étude ENIS 2017

elu MXY+ elu Mxy-

-900
-697,25 -694,84
-700 -595,05
-500
-300
-100 0 5 10 15 20 25 30

100
0
300
500
700 565,78 515,13
615,98
677,09
900

Figure 42. Courbes enveloppes des moments de torsion calculés à l’ELU pour les
différentes sections en 𝑲𝑵. 𝒎.

Tableau25. Les efforts tranchants Vxx Vyy pour le ferraillage

x0/L Vxx KN/ml Vyy KN/ml

0,000 510 1800

0,500 193 56

1,000 1679 414

1,500 141 70

2,000 1396 548

2,500 129 65

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 55


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Chapitre VII. Ferraillage du tablier

1. Introduction :
Après avoir déterminé les sollicitations, on s’intéressera, dans cette partie, au calcul du
ferraillage du tablier.

Le ferraillage des tabliers du pont étudié est de trois types :

─ Ferraillage dû à la flexion longitudinale et transversale qui est basé sur le calcul des
moments longitudinaux et les moments transversaux.
─ Ferraillage dû à l’effort tranchant qui est basé sur le calcul des efforts tranchant
suivant les deux directions xx et yy.
─ Ferraillage dû à la torsion, qui est calculé en se basant sur les moments de torsion
Mxy.

2. Ferraillage dû à la flexion :
2.1. Hypothèse de la poutre élémentaire :
C'est une méthode adoptée par SETRA qui consiste à considérer le tablier comme un
empilement de poutres élémentaires hyperstatiques. De ce fait, on choisit une largeur qui est
généralement prise égale à 1 m et une hauteur qui est l’épaisseur de la dalle (0.7m).

2.2. Calcul des armatures longitudinales de flexion :


Le ferraillage vis-à-vis la flexion longitudinale et transversale est calculée à l’Etat Limite de
Service alors qu’on le redimensionne à l’Etat Limite Ultime suivant le règlement BAEL 99 [4

Nous avons calculé les sections d’armatures pour la fibre supérieure et la fibre inférieure, et
vu la symétrie de notre tablier, nous avons limité le calcul du ferraillage de la nappe
supérieure et inférieure sur la moitié du tablier.

En utilisant les sollicitations M𝑥𝑥 calculées, nous déterminons les armatures nécessaires
pour chaque section. Ce calcul est enveloppé dans une fiche EXCEL.

Nous désignons par :

─ Aser : Section d’armature à l’ELS.


─ Amin : Section d’armature minimale à l’ELS.
─ Mser : Moment de flexion maximal à l’ELS avec Mser = Mxx .
─ ̅̅̅̅
σst : Contrainte limite de traction à l'ELS.

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 56


Projet de fin d’étude ENIS 2017

─ ̅̅̅̅
σbc : La contrainte maximale du béton.

Tableau26. Caractéristiques mécaniques du matériaux

fc28(Mpa) ft28(Mpa) ɣb fbu(Mpa) fe(Mpa) σst(Mpa) σbc(Mpa)


1,
30 2.4 17 500 250 18
5

2.2.1. Dimensionnement à L’ELS :

─ Vérification d’armatures comprimées :


• Si Mser < Mrb Asc = 0
On peut déterminer le moment résistant du béton 𝑀𝑟𝑏 comme suit :

1 α1
̅̅̅
Mrb = α̅̅̅1 (1 − ) b d² ̅̅̅̅
σbc
2 3

Dans les diverses sections de notre ouvrage nous avons : Mser < Mrb donc nous n’avons
pas besoin d’armatures comprimées.

─ La section des armatures peut être déterminée par cette formule :


b×d×α12
Aser =
30×(1 − α1 )

─ Ensuite, nous devons vérifier cette condition :


Aser > Amin

Avec :

f
Amin = 0,23× t28 ×b×d
fe

Les détails de calcul des différentes sections d’acier à l’ELS sont expliqués en annexe.

On résume, Armatures longitudinales dans des sections :

Exemple de calcul section A5 travée 1 : « la nappe inférieure » :

Mser = 894 𝐾𝑁. 𝑚<Mrb = 1476 KN.m

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 57


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Mser < Mrb donc, nous n’avons pas besoin d’armatures comprimées.

• Calcul de 𝛼1

30×0.894
𝑈= = 0.28
1×0.6172 ×250

λ = U + 1 = 1.28
3
cos φ = λ(−2) → φ = 0.8

On obtient donc :
0.8
α1 = 1 + cos(240 + )×2×√1.28=0.43
3

Après avoir obtenir 𝛼1 on calcule :

1×0.617×0.432
Aser = = 67.7𝑐𝑚2
30×(1 − 0.43)

Tableau27. Armatures longitudinales dans des sections à l’ELS

Section d'acier (cm2/ml)


SECTION x(m)
Lit inferieur(LI) Lit supérieur(LS)
67,6 6,8
A4 6

6,8 102,2
A10 15

71,8 6,8
A15 24,625

68,8 6,8
A25 43,75

2.2.2. Dimensionnement à L’ELU :

Pour chaque section du tablier, on compare le moment ultime réduit ( ) au moment ultime
réduit limite (𝜇𝑙).

Comme 𝜇𝑢 < , on n’a pas besoin d’armatures comprimées (𝐴𝑠𝑐 = 0), ramenant à
𝑀
l'utilisation de la formule suivante : 𝐴𝑠𝑡 = 𝑍×𝑓𝑢
𝑠𝑢

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 58


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Exemple de calcul section A5 travée 1 : « la nappe inférieure » : 𝑀𝑢 = 1196 𝐾𝑁. 𝑚


1.196
𝜇𝑢 = 1×0.6172 ×17 = 0.184 < 0.39

𝛼 = 1,25×(1 − √1 − 2×0.184)=0.26
𝑍 = 0.617×(1 − (0,4×0.26)) = 0.55m
1.196
𝐴𝑠𝑡 = 0.55×434.783 =49.6cm2

Les détails de calcul des différentes sections d’acier à l’ELU sont expliqués en annexe

Section d'acier (cm2/ml)


SECTION x(m)
Lit inferieur(LI) Lit supérieur(LS)
49,6 6,8
A4 6

6,8 78,9
A10 15

53,4 6,8
A15 24,625

6,8 81,3
A20 34,25

51,1 6,8
A25 43,75

Ast (ELS) ≥ Ast (ELU)

Donc le choix des armatures à l’ELS.

2.3. Calcul des armatures transversales de flexion :


On suit la même démarche de calcul des armatures longitudinales. On constate que les
moments 𝑀𝑠𝑒𝑟 calculés, dans toutes les sections, sont inférieurs aux moments 𝑀𝑟𝑏. Donc, on
n’a pas besoin d’armature comprimée (𝐴𝑠𝑐 = 0).
 0.02
avec d = ℎ − − 0.05 = 0.7 − − 0.05 =0,64m
2 2

2.3.1. Dimensionnement à L’ELS :

Le calcul des sections d’armatures est présenté dans le tableau suivant :

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 59


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Tableau28. Section d’armatures transversales pour chaque section à l’ELS

Section d'acier (cm2/cm)


SECTION x(m)
Lit supérieur(LS) Lit inferieur(LI)

A4 6 7,1 7,1

A10 15 7,1 32,1

A15 24,625 7,1 7,1

A20 34,25 7,1 33,2

A25 43,75 7,1 7,1


Dimensionnement à l’ELU :
On résume, pour chaque section, dimensionnement d'armature transversale à l'ELU dans le
tableau suivant :

Tableau29. Dimensionnement à l’ELU des aciers transversaux

Section d'acier (cm2/cm)


SECTION x(m)
Lit supérieur(LS) Lit inferieur(LI)
7,1 7,1
A4 6

7,1 23,6
A10 15

7,1 7,1
A15 24,625

7,1 24,2
A20 34,25

7,1 7,1
A25 43,75

Ast (ELS) ≥ Ast (ELU)

➢ Donc le choix des armatures à l’ELS est vérifié.

2.4. Calcul des armatures transversales dues à l'effort tranchant :


Selon le BAEL 99 on doit vérifier les conditions suivantes pour savoir si on a besoin
d’armature pour l’effort tranchant :
• La pièce concernée est bétonnée sans reprise sur toute son épaisseur.

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 60


Projet de fin d’étude ENIS 2017

• La contrainte tangente 𝜏𝑢 est au plus égale à :


0,07× 𝑓𝑐28 0,07× 30
𝜏𝑢 ≤ = = 1,4 𝑀𝑃𝑎
𝛾𝑏 1.5

Au niveau de la pile simple 1 :

fc28 30
0,8× = 0,8× = 16 MPa
γb 1,5
1.7
σbc = = 8.4 MPa
0,4×0,5
σbc = 8.4 MPa ≤ 16MPa

Donc la bielle de béton est vérifiée.

Au niveau de la pile simple 2:

fc28 30
0,8× = 0,8× = 16 MPa
γb 1,5
1.4
σbc = = 7 MPa
0,4×0,5
σbc = 15,6 MPa ≤ 16 MPa

Donc la bielle de béton est vérifiée.

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 61


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Tableau30. Vérification de la bielle du béton

Vérification de la bielle du béton

Position x (m) Vu max σbc(Mpa) 0,8.(fc28/ɤb) Vérification

0 0 509,6500 2,548 16 Vérifié


0,5 7,5 193,0500 0,965 16 Vérifié
1 15 1678,7800 8,394 16 Vérifié
1,5 24,625 141,3100 0,707 16 Vérifié
2 34,25 1396,7200 6,984 16 Vérifié
2,5 43,75 129,0000 0,645 16 Vérifié

Les vérifications du béton sont représentées dans le tableau suivant :

Tableau31. Vérification du béton

Vérification du béton

Position x (m) Vu max tu (Mpa) t‾u (Mpa) Vérification

1850 suivant
0 0 0,808968254 3 Vérifié
yy
0,5 7,5 193,0500 0,306428571 3 Vérifié

1 15 1678,7800 2,664730159 3 Vérifié

1,5 24,625 141,3100 0,224301587 3 Vérifié

2 34,25 1396,7200 2,217015873 3 Vérifié

2,5 43,75 129,0000 0,204761905 3 Vérifié

Le béton est vérifié pour les différentes sections de la première et la deuxième travée vis-à-
vis l’effort tranchant.

Les étriers reprennent les efforts tranchants. Ils sont disposés perpendiculairement aux
parois du tablier. Φt doit vérifier la condition suivante:

h b
Φt ≤ min (Φl; ; ) = 20 mm
35 10

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 62


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Nous allons choisir des étriers de diamètre égale à 8 mm d’où At = 1.6cm²

Le calcul de l’espacement entre armatures se fait en respectant les conditions suivantes :

Règle de couture : Dans notre cas les armatures transversales sont disposées perpendiculairement à
la fibre moyenne on obtient : L’espacement St entre les cadres doit vérifier :

At (τu − 0,3×K × ft28 )×γs ×b0



St 0,9×ft28

Or nous avons reprise du bétonnage donc K=0

Nous devons vérifier donc :

At τu ×γs ×b0

St 0.9×ft28

At ×0,9×fet
St ≤
τu ×γs ×b0

Tableau32. Calcul des étriers

Position x (m) V (KN/ml) τu (Mpa) Nombre de Barres AtT(cm²)

0 0 1800 2.9 9 9
0,5 7,5 193 0,306 9 9
1 15 1679 2,665 9 9
1,5 24,625 141 0,224 9 9
2 34,25 1397 2,217 9 9
2,5 43,75 129 0,205 9 9

Pourcentage minimal des armatures d’âmes :

Pour les aciers transversaux verticaux (a=90°) nous devons vérifier :


τ
At Sup(0,4 ; 2u )×b0

St fet
Pour des dispositions constructives : St doit vérifier la relation de l’espacement maximale
suivante :
St ≤ min(0,9d; 40cm ; 15∅min ) = 40cm

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 63


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Tableau33. Vérification de l’espacement minimale et calcul d’espacement

Vérification de l'espacement minimal :


𝛕𝐮
Positio 𝐒𝐮𝐩(𝟎, 𝟒 ; )×𝐛𝟎 (𝛕𝐮 − 𝟎, 𝟑×𝐊 × 𝐟𝐭𝟐𝟖 )×𝛄𝐬 ×𝐛𝟎
x (m) 𝟐 Max St
n
𝐟𝐞𝐭 𝟎, 𝟗×𝐟𝐭𝟐𝟖
0 0 0,3 0.75 0,75 12
0,25 3,75 0,080 0,090 0,090 40
0,5 7,5 0,080 0,078 0,080 40
0,75 11,25 0,080 0,163 0,163 40
1 15 0,266 0,681 0,681 13
19,812
0,25 0,080 0,147 0,147 40
5
0,5 24,625 0,080 0,057 0,080 40
29,437
0,75 0,080 0,147 0,147 40
5
1 34,25 0,222 0,567 0,567 16
0,25 39 0,080 0,145 0,145 40
0,5 43,75 0,080 0,052 0,080 40

3. Ferraillage et vérification vis-à-vis de la torsion :


Le calcul du ferraillage dû au moment de torsion sera établi à l’ELU. Ce moment va
engendrer des contraintes de cisaillement au niveau de la périphérie de la section.
Pour équilibrer ce moment, on pose des armatures longitudinales et d’autres transversales.

3.1. Justification du béton :


Pour les sections pleines, il faut donc vérifier l’expression :

2 2
𝜏𝑢𝑇 + 𝜏𝑢𝑉 ≤ 𝜏̅2𝑢

𝑉𝑢 𝑢𝑇
Avec : τuV = 𝑏 et τuT = 2×𝛺×𝑡
0 ×𝑑

Or la fissuration est préjudiciable :


fc28
Donc τ̅u = min(4 Mpa; 0,15× )
γb

30
Ainsi, τ̅u = min (4 Mpa; 0,15× 1,5) = 3 Mpa

Les étapes de calcul des caractéristiques de la section 𝛺 et 𝑡 sont détaillées dans l’annexe
La vérification du béton est présentée dans le tableau suivant :

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 64


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Tableau34. Justification du béton

Positi uv uT uv2+u vérificati


x (m) Vu Tu 2 τ̅u²
on (𝑴𝒑𝒂) (𝑴𝒑𝒂) T on
509,6 9,0
0 0 0,00 0,81 0,00 0,65 Vérifié
5 00
193,0 469, 9,0
0,5 7,5 0,31 0,45 0,30 Vérifié
5 97 00
1678, 274, 9,0
1 15 2,66 0,26 7,17 Vérifié
78 19 00
24,62 141,3 444, 9,0
1,5 0,22 0,43 0,23 Vérifié
5 1 68 00
1396, 615, 9,0
2 34,25 2,22 0,59 5,26 Vérifié
72 98 00
129,0 343, 9,0
2,5 43,75 0,20 0,33 0,15 Vérifié
0 73 00
3.2. Calcul des Armatures :

Les armatures pour la torsion se composent de deux catégories :


• Armatures longitudinales à placer le plus proche possible des parois (dans l’épaisseur
fictive de la section creuse équivalente).
• Armatures transversales droites (cadres uniquement).
Ces armatures longitudinales et transversales sont à ajouter aux celles calculées à la flexion
et l’effort tranchant.
3.2.1. Armatures longitudinales :

On va déterminer les armatures longitudinales par la formule suivante :

∑ Al fe T
× =
U γs 2×Ω

Avec :
∑ Al : La somme des sections des aciers longitudianaux .
T ∶ Moment de torsion .
U ∶ Le périmétre du contour d′ air Ω tracé à mi − épaisseur.
Ω ∶ Aire du contour tracé à mi − épaisseur de la proi équivalente.

Ainsi on vérifie que : Al > Amin

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 65


Projet de fin d’étude ENIS 2017

t×U 0,13×20,84
Avec ; Amin = 0,4× = 0,4× = 15.4cm²
fe 500
Le calcul des sections d’armatures longitudinales et le choix des armatures sont présentés
dans le tableau suivant :

Tableau35. Quelque exemple de Calcul des armatures longitudinales dues à la


torsion

Section d'acier At pour chaque


Positi Mxy Section d'acier At
x (m) nappe
on (kN.m) (cm²)
(cm²)/m

0,4 6 274 15,4 1,0


1 15 344 15,4 1,0
24,62
1,5 260 15,4 1,0
5
2 34,25 364 15,5 1,0
2,5 43,75 258 15,4 1,0

Donc, les armatures longitudinales de torsion seront ajoutées à celles de flexion


longitudinale pour supporter le moment de flexion et de torsion.

Tableau36. Calcul des armatures longitudinales totales dues à la torsion et flexion

Section d'acier (cm2/cm)


SECTION x(m)
Lit inferieur(LI) Lit supérieur(LS)
68,6 7,8
A4 6

7,8 103,2
A10 15

72,8 7,8
A15 24,625

7,8 103,2
A20 34,25

69,8 7,8
A25 43,75

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 66


Projet de fin d’étude ENIS 2017

3.2.2. Armatures transversales :

On va déterminer les armatures transversales par la formule suivante :

At Tu ×γS
( )=
St 2×fe ×Ω

Avec 𝐴𝑡 : La section des brins contenus dans une paroi d’épaisseur (t)
Tu ×γS
Donc At = ×St
2×fe ×Ω

A
Ainsi, on vérifie que : ( S t) ×fe ≥ 0,4 Mpa
t

Le calcul de la section d’armatures sont présentés dans le tableau suivant :

Tableau37. Calcul des armatures transversales dues à la torsion

Mxy At(cm2/ (At/St)*f vérificati


Position x (m) St (cm)
(kN.m/ml) m) e on

0,5 3 310 40,00 0,32 3,984 Vérifié


1 6 344 20,76 0,18 4,420 Vérifié
1,5 9 260 40,00 0,27 3,342 Vérifié
2 12 364 24,95 0,23 4,685 Vérifié
2,5 15 258 40,00 0,27 3,320 Vérifié
Donc les armatures transversales de torsion seront ajoutées à celles déterminées
précédemment pour supporter l’effort tranchant total.

4. Disposition des armatures longitudinales de flexion :


Les dispositions règlementaires et constructives des armatures longitudinales à suivre pour
l’exécution sont décrites comme suit :

─ Le groupement choisi doit permettre d'envelopper sans gaspillage les points de la


courbe enveloppe des moments.
─ Conserver une distance minimale de 7 à 8 cm entre les barres longitudinales pour le
coulage et la pervibration du béton.
─ Eviter d’avoir deux lits d’acier superposés pour simplifier l’exécution.

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 67


Projet de fin d’étude ENIS 2017

─ Assurer une bonne répartition des aciers.


─ Les armatures de flexion sont disposées en deux nappes ; supérieure et inférieure.

4.1. Zones de ferraillage longitudinale et choix d’armature :


4.1.1. Armatures longitudinales :

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 68


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Figure 43. Distrubition d’ acier longitudinalezs sur travées le long du tablier

0 0
ZONE
34,4
1
0,1 1,5
5HA
ZONE
0,2 3 53,2 32+2H
2
A32
7HA32+2H
0,3 4,5 FERRAILLAGE A32
INFERIEUR(TRAVEES1)
ZONE 7HA
0,4 6 68,6 5HA32 9HA32
3 32
0,5 7,5
ZONE
0,6 9 53,2
4
ZONE
0,7 10,5 34,4
5
0,8 12

0,9 13,5
FERRAILLAGE ZONE
10,0
INFERIEUR(APPUIS2) 6
1 15 9HA12

1,1 16,925
ZONE
1,2 18,85 23,4
7
3HA
ZONE
1,3 20,775 50,7 32+4H
8
A32
7HA32+2H
1,4 22,7
A32
FERRAILLAGE
ZONE 7HA
1,5 24,625 INFERIEUR(TRAVEES2) 72,3 3HA32 9HA32
9 32
1,6 26,55
ZONE
1,7 28,475 50,7
10
ZONE
1,8 30,4 23,4
11
1,9 32,325
FERRAILLAGE ZONE
2 34,25 8,4 9H12
INFERIEUR(APPUIS3) 12
2,1 36,15
ZONE
2,2 38,05 20,3
13
3HA
ZONE
2,3 39,95 47,0 32+3H
FERRAILLAGE 14
A32
INFERIEUR(TRAVEES3)
6HA32+3H
2,4 41,85
ZONE A32
69,8
15 6HA
2,5 43,75 3HA32 9H32
32

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 69


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Figure 44. Ferraillage longitudinale inferieur par robot

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 70


Projet de fin d’étude ENIS 2017

longueure de la 0,2L1- 0,3L1-


0,1L--0,7L
barre 0,6L1 0,5L
num barre 1-5-2-8-3 7-4- 6-9-
5H 1-5-
ZONE1 A32 2-8-3
FERRAILLAGE 7H
1-7-5-2-8-4-3
INFERIEUR(TRAVEES1) ZONE2 A32
9H
ZONE3 A32
6-1-7-5-2-8-4-3-9
7H
ZONE4 A32
1-7-5-2-8-4-3
5H 1-5-
ZONE5 A32 2-8-3
longueure de la
0,8L1-0,1L2
barre
FERRAILLAGE
INFERIEUR(APPUIS2) num barre 6-1-7-5-2-8-4-3-9
9H
ZONE6 A12
6-1-7-5-2-8-4-3-9
longueure de la 0,2L2- 0,3L2- 0,4L2-
barre 0,8L2 0,7L2 0,6L2
num barre 1-2--3 7-5-8-4 6-9-
3H 1-2--
ZONE7 A32 3
FERRAILLAGE 7H
1-7-5-2-8-4-3
INFERIEUR(TRAVEES2) ZONE8 A32
9H
ZONE9 A32
6-1-7-5-2-8-4-3-9
7H
ZONE10 A32
1-7-5-2-8-4-3
3H 1-2--
ZONE11 A32 3
longueure de la
0,9L2-0,1L3
barre
FERRAILLAGE
INFERIEUR(APPUIS3) num barre 6-1-7-5-2-8-4-3-9
9H
ZONE12 A12
6-1-7-5-2-8-4-3-9
longueure de la 0,2L1- 0,3L1- 0,1L--
barre 0,6L1 0,5L 0,7L
num barre 1-2--3 7-5-8- 6-4-9-
FERRAILLAGE 3H 1-2--
INFERIEUR(TRAVEES3) ZONE 13 A32 3
6H
ZONE14 A32
1-7-5-2-8-3
9H
ZONE15 32
6-1-7-5-2-8-4-3-9

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 71


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Z
ZONE1- ZONE2-
EMPLACEMENT OB
ZONE5 ZONE4
E3
6-
FERRAILLAGE NUM BARRE 1-5-2-8-3 7-4-
9-
INFERIEUR(TRAVEES1)
LONG FINALE avec
13,5 7,5 4,5
recouvrement
4,5
DEBUT FIN 0- 12 3-10,5
-9
EMPLACEMENT zone 6
6-1-7-5-2-8-4-
NUM BARRE
FERRAILLAGE 3-9
INFERIEUR(APPUIS2) LONG FINALE avec
8
recouvrement
DEBUT FIN 12--5
ZONE7- ZONE8- ZOB
EMPLACEMENT
ZONE11 ZONE10 E11
NUM BARRE 1-2--3 7-5-8-4 6-9-
FERRAILLAGE
INFERIEUR(TRAVEES2) LONG FINALE avec
12,9 8,7 4,9
recouvrement
7,8-
DEBUT FIN 3,8--16,7 5,9-14,6
12,7
EMPLACEMENT zone 12
6-1-7-5-2-8-4-
NUM BARRE
FERRAILLAGE 3-9
INFERIEUR(APPUIS3) LONG FINALE avec
10,7
recoubrement
DEBUT FIN 15,2-6,7
ZONE13- ZONE14- ZO
EMPLACEMENT
ZONE15 ZONE15 BE15
NUM BARRE 1-2--3 7-5-8-4 6-9-
FERRAILLAGE
INFERIEUR(TRAVEES3) LONG FINALE avec
6 4,35 4,9
recoubrement
7,35
DEBUT FIN 3,8--9,8 5,5-9,8
-9,8

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 72


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Figure 45. Distrubition d’ acier longitudinalezs sur apuis le long du tablier

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 73


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Position x (m) Ast (cm²) choix d'armatures


0 0
0,1 1,5
9HA
0,2 3 FERRAILLAGE 12
0,3 4,5 INFERIEUR ZONE1 8,4
(TRAVEES1)
0,4 6
0,5 7,5
0,6 9
0,7 10,5 zone 2 14,2
2HA
8HA32+
0,8 12 32+6
zone 3 57,5 5HA32
HA32
0,9 13,5
FERRAILLAGE
INFERIEUR 103, 2HA 8HA
1 15 zone4 13HA32
(APPUIS2) 2 32 32
1HA32
LIT 1+ 4
1,1 16,925 zone5 57,5
HA32LIT
2
1,2 18,85 zone6 14,2
1,3 20,775
1,4 22,7
FERRAILLAGE
9HA
1,5 24,625 INFERIEUR zone7 8,4
12
(TRAVEES2)
1,6 26,55
1,7 28,475
1,8 30,4 zone8 20,0
3HA
7HA32+
1,9 32,325 zone 9 49,6 32+4
6HA32
HA32
FERRAILLAGE 103, 3HA 7HA
2 34,25 zone10 13HA32
INFERIEUR 2 32 32
(APPUIS3) 2HA32
LIT 1 ET
2,1 36,15 zone11 49,6
4HA32
LIT 2
2,2 38,05 zone12 20,0
2,3 39,95
FERRAILLAGE
9HA
2,4 41,85 INFERIEUR zone 13 8,0
12
(TRAVEES3)
2,5 43,75

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 74


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Figure 46. Ferraillage longitudinale supérieur par robot

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 75


Projet de fin d’étude ENIS 2017

longueure de
0,0L--0,6L
la barre
FERRAILLAGE
INFERIEUR(TRAVEES1) num barre 6-1-7-5-2-8-4-3-9
9HA1
zon1 2
6-1-7-5-2-8-4-3-9
longueure de 0,7L1-- 0,8L1-
L1-0,0L2
la barre 0,2L2 0,1L2
6-1-7-5-2- 9-10-11-
num barre 1--3
8-4-3 12-13
2HA3
zone 2 2
1--3
FERRAILLAGE 8HA3
INFERIEUR(APPUIS2) zone 3 2
6-1-7-5-2-8-4-3
13HA
zone4 32
6-1-7-5-2-8-4-3-9-10-11-12-13
8HA3
zone5 2
6-1-7-5-2-8-4-3
2HA3
zone6 2
1--3
longueure de
0,3L2-0,7L2
la barre
FERRAILLAGE
INFERIEUR(TRAVEES2) num barre 6-1-7-5-2-8-4-3-9
ZONE 9HA1
7 2
6-1-7-5-2-8-4-3-9
longueure de 0,8L2- 0,9L2-
L2-0,0L3
la barre 0,2L3 0,1L3
6-9-10-11-
num barre 1-2--3 7-5-8-4
12-13
ZONE 3HA3
8 2
1-2--3
FERRAILLAGE EONE 7HA3
INFERIEUR(APPUIS3) 9 2
1-7-5-2-8-4-3
ZONE 13HA
10 32
6-1-7-5-2-8-4-3-9-10-11-12-13
ZPNE 7HA3
11 2
1-7-5-2-8-4-3
ZONE 3HA3
12 2
1-2--3
longueure de
0,3L3-0,5L3
la barre
FERRAILLAGE
INFERIEUR(TRAVEES3) num barre 6-1-7-5-2-8-4-3-9
ZONE 9HA1
13 2
6-1-7-5-2-8-4-3-9

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 76


Projet de fin d’étude ENIS 2017

EMPLACEMENT zone 1
6-1-7-5-2-8-4-3-
NUM BARRE
FERRAILLAGE 9
INFERIEUR(TRAVEES1) LONG FINALE avec
11,7
recouvrement
DEBUT FIN 11,00
ZONE- ZONE2- ZONE
EMPLACEMENT
ZONE6 ZONE4 3
6-1-7-5-2-8-4- 9-10-
NUM BARRE 1--3
FERRAILLAGE 3 11-12-13
INFERIEUR(APPUIS2) LONG FINALE avec
11,5 8 4,5
recouvrement
3,5--
DEBUT FIN 9,5--6 11,2-4,3
2,6
EMPLACEMENT zone 7
6-1-7-5-2-8-
NUM BARRE
FERRAILLAGE 4-3-9
INFERIEUR(TRAVEES2) LONG FINALE avec
10,6
recouvrement
DEBUT FIN 5-15,4
ZONE8- ZONE9- ZOnE1
EMPLACEMENT
ZONE12 ZONE11 0
NUM BARRE 1-5-2-8-3 7-4- 6-9-
FERRAILLAGE
INFERIEUR(APPUIS3) LONG FINALE avec
11,1 8,7 4,9
recourbement
17,71--
DEBUT FIN 14---5,1 15,2---3,9
-2
EMPLACEMENT zone 13
6-1-7-5-2-8-4-
NUM BARRE
FERRAILLAGE 3-9
INFERIEUR(TRAVEES3) LONG FINALE avec
5,4
recouvrement
DEBUT FIN 4,2--9,6

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 77


Projet de fin d’étude ENIS 2017

4.2. Zones de ferraillage transversale et choix d’armature :

ferillage transversale
choix d'armature
Ast (cm²/m) cm2/m

ferillage zone sur tous la


7,1 7HA12
inferieur 1 tablier

zone
sur travée1 7,1 7HA12
1
zone
sur apui2 32,1 7HA25
2
ferillage zone
sur traveée 7,1 7HA12
superieur 3
zone
sur apui2 33,2 7HA25
4
zone
sur travée 7,1 7HA12
5

Figure 47. Ferraillage transversale inferieur par robot

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 78


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Figure 48. Ferraillage transversale supérieur par robot

Figure 49. Coupe transversale sur appui

Figure 50. Coupe transversale sur appui /ml

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 79


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Figure 51. Coupe transversale sur travée

Figure 52. Coupe transversale sur appui /ml

Figure 53. Vue en plan de la nappe supérieur de la dalle

Figure 54. Vue en plan de la nappe inférieur de la dalle

Voir les plans de ferraillages

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 80


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Partie C Etude
Des Appuis

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 81


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Chapitre VIII. Distribution des charges horizontales

1. Introduction :
Pour déterminer les efforts horizontaux (forces horizontales et déplacements), il faut
calculer la rigidité des appuis.

2. Calcul de rigidité :
Les rigidités des culées, des piles et des appareils d’appuis doivent être calculer pour les
deux modules instantané et différé.

Notre ouvrage composé de 3 tabliers est considéré comme 3 chariots avec des appuis
élastiques. Nous devons calculer la raideur de chaque appui. Cette dernière est composée par
la raideur de l’appareil d’appui du chevêtre et celle de la pile ou de la culée. (voir annexe4 )

Figure 55. Modèle de cet ouvrage par un système de chariots-ressorts

2.1. Rigidité de l’appareil d’appui 𝑲𝒂𝒑 :

─ Pour culée et pile double :

Soit un appareil d’appui (300 × 450) (Te = 53 mm).

─ Pour Pile simple :

Soit un appareil d’appui (400 × 500) (Te = 53 mm).

G×A
K ap =
𝑇𝑒

Avec :

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 82


Projet de fin d’étude ENIS 2017

─ A : Surface de l’appareil d’appui.


─ Te: Epaisseur totale de l’élastomère.
─ G:Module d’élasticité transversal de l’élastomère :
En cas de déformation instantanée; Gi = 1.8MPa

En cas de déformation différée ; Gd = 0.9MPa

2.2. Rigidité de la pile-chevêtre Kpc :

Figure 56. Section de la pile pour le calcul de la rigidité chevêtre/pile

Figure 57. Section de la culée pour le calcul de la rigidité chevêtre/colonne

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 83


Projet de fin d’étude ENIS 2017

On va supposer que la section de la pile colonne est rectangulaire de dimensions (b=1,5 x


h=2) et de hauteur Lp ; la section de la culée est de dimensions (b=0,8 x h=0,8) et de hauteur
Lp.

2.3. Calcul des souplesses :


La répartition des efforts horizontaux instantanés et différés dans un pont dépend de la souplesse des
appuis ou encore de leur rigidité qui n’est autre que l’inverse de la souplesse (K= 1/S). voir annexe

─ Souplesse de la pile :

Lp
Sp = (( Lp + Lc )2 + Lc 2 + ( Lp + Lc ) × Lc )
3 ×E × Ip

─ Souplesse du chevêtre :

Lc 3
Sc =
3×E× Ic

Avec :

─ E : Module d'élasticité
─ Ic : Inertie moyenne de chevêtre
─ I𝑝 : Inertie de la pile
─ Lc : hauteur du chevêtre
─ Lp : hauteur de la pile
Scx = 1.28 ×10−5

Scy = 1.79 ×10−6

Puis, on calcule la rigidité des piles :

1
𝐾𝑝𝑐 =
𝑆𝑝 + 𝑆𝑐

Pour les détails de calcul, voir Annexe3.

2.4. Simplification du système :

On a modélisé les tabliers avec des appuis élastiques dont les rigidités sont celles des
rigidités équivalentes calculés par la formule suivante :

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 84


Projet de fin d’étude ENIS 2017

𝐾𝑝𝑐 ×2×𝐾𝑎𝑝
𝐾é𝑞 =
𝐾𝑝𝑐 + 2×𝐾𝑎𝑝

Figure 58. Modèle de cet ouvrage par un système de chariots-ressorts simplifié

La rigidité équivalente des culées C1 et C16 dépend du sens de freinage :

─ Cas 1 : Sens de freinage positif :

Pour les culées : Le remblai va aider le culée C16 à résister à l’effet du freinage alors le
déplacement de la culée est nulle, donc la culée C16 est infiniment rigide, alors que la culée
C1 se déplace dans le sens du freinage.

𝐾𝐶16 = 𝐾𝑃𝐶 = ∞ → 𝐾𝑒𝑞 = 𝐾𝑎𝑝

𝐾1 = 𝐾𝐶1 = 𝐾𝑒𝑞

Pour les piles intermédiaires (simples) de chaque tablier, on remplace leurs rigidités par une
seule rigidité équivalente qui est la somme de ces i piles :
𝑛

𝐾𝑒𝑞,𝑡𝑜𝑡 = ∑ 𝐾𝑒𝑞,𝑖
𝑖=1

Avec n est le nombre des piles intermédiaires.

𝐾3 = 𝐾7 = 2×𝐾𝑎𝑝
Pour les piles doubles: {𝐾4 = 𝐾8 = 𝐾𝑝
𝐾5 = 𝐾9 = 2×𝐾𝑎𝑝
Les résultats sont récapitulés dans le tableau ci-dessous :

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 85


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Tableau38. Calcul de la rigidité de notre pont sens (+)

instantané différé
Kéq x Kéq Kéq Kéq
(MN/m) y(MN/m) x(MN/m) y(MN/m)
K1 6.77 6.77 3.89 3.89
K2 50.67 48.19 26.22 25.53
K3 9.17 9.17 4.58 4.58
K4 108.19 60.93 108.19 60.93
K5 9.17 9.17 4.58 4.58
K6 47.32 43.02 25.29 24.01
K7 9.17 9.17 4.58 4.58
K8 96.53 54.36 96.53 54.36
K9 9.17 9.17 4.58 4.58
K10 49.74 46.70 25.96 25.11
K11 9.17 9.17 4.58 4.58

─ Cas 2 : Sens de freinage Négatif :

Pour les culées : c’est le cas contraire du sens positif :

𝐾𝐶1 = 𝐾𝑃𝐶 = ∞ → 𝐾𝑒𝑞 = 𝐾𝑎𝑝

𝐾𝐶16 = 𝐾11 = 𝐾𝑒𝑞

Pour les piles intermédiaires (simples) de chaque tablier :


𝑛

𝐾𝑒𝑞,𝑡𝑜𝑡 = ∑ 𝐾𝑒𝑞,𝑖
𝑖=1

Avec n est le nombre des piles intermédiaires.

𝐾3 = 𝐾7 = 2×𝐾𝑎𝑝
Pour les piles doubles: {𝐾4 = 𝐾8 = 𝐾𝑝
𝐾5 = 𝐾9 = 2×𝐾𝑎𝑝

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 86


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Tableau39. Calcul de la rigidité de notre pont sens (-)

Instantané Différé
Kéq x (MN/m) Kéq y(MN/m) Kéq x(MN/m) Kéq y(MN/m)
K1 9.17 9.17 4.59 4.59
K2 50.67 48.19 26.22 25.53
K3 9.17 9.17 4.58 4.58
K4 108.19 60.93 108.19 60.93
K5 9.17 9.17 4.58 4.58
K6 47.32 43.02 25.29 24.01
K7 9.17 9.17 4.58 4.58
K8 96.53 54.36 96.53 54.36
K9 9.17 9.17 4.58 4.58
K10 49.74 46.70 25.96 25.11
K11 8.74 8.74 5.92 5.92

3. Le freinage :
On a calculé la force de freinage (notée Qlk) pour des différents cas de tablier chargé :

Qlk = min (0,6×αQ1 ×2×Q1k + 0,1×αq1 ×q1k ×w1 ×L ; 800 KN)

Le tableau suivant présente les différents cas de freinage :

Tableau40. La force de freinage Qlk

Chargement L (m) Qlk (kN)


Cas 1: 1er Tablier 87 488
Cas 2: 2éme tablier 87.5 489
Cas 3: 3éme Tablier 87 488
Cas 4: 3 Tabliers 261.5 800
Cas 5: 1er et 2éme Tablier 174.5 653
Cas 6: 1er et 3éme Tablier 174 652
Ca7: 2eme et 3eme Tablier 174.5 653

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 87


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Cette force est appliquée dans deux sens positif et négatif :

Figure 59. Force de freinage appliqué dans le sens positif

Figure 60. Force de freinage appliqué dans le négatif

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 88


Projet de fin d’étude ENIS 2017

On a donc 14 cas de charge de freinage et ceci pour déterminer le cas de charge le plus
défavorable (déplacement maximales) et aussi pour déterminer les forces maximales
appliqués sur chaque appui.

─ Matrice de rigidité :

On associe à chaque élément les déplacements correspondantes et on détermine la matrice


[𝐾𝑖 ] de chaque élément ressort puis on fait l’assemblage.

On a en tous 5 déplacements, donc la taille de la matrice [𝐾] est (5x5)

Pour chaque cas de charge, on détermine le vecteur force {𝐹𝑖 } de freinage et ensuite on
calcule les déplacements {𝑢𝑖 } :

{𝑢𝑖 } = [𝐾]−1 ×{𝐹𝑖 }

Enfin on détermine la force de freinage sur chaque appui i:

[𝐹𝑖 ] = [𝐾𝑖 ]×{𝑢𝑖 }

Les étapes de calcul sont présentées dans notre Fichier Excel.

Tableau41. Récapitulatif des valeurs de force de freinage instantané dans les deux
sens en KN

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 89


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Tablier 1 Tablier 2 Tablier 3

C1 P2 P3 P4 P5 P6 P7 P8 P9 P10 P11 P12 P13 P14 P15 C16

A A A A A A A A A Ap Ap Ap Ap Ap Ap Ap Ap Ap
p1 p2 p3 p4 p5 p6 p7 p8 p9 10 11 12 13 14 15 16 17 18
Sens - - - - - -
4 -1 -1 -1 -1 -1 0 0 0 0 0 0
+ 50 94 94 94 94 63
Cas 1: 1er Tablier
Sens
66 91 91 91 91 61 -4 1 1 1 1 1 0 0 0 0 0 0
-
Sens - - -
-1 -1 -1 -1 -1 4 -90 -90 -64 5 -1 -1 -1 -1 -1
+ 65 90 90
Cas 2: 2éme tablier
Sens
1 1 1 1 1 -4 65 90 90 90 90 64 -5 1 1 1 1 1
-
Sens
0 0 0 0 0 0 -1 -1 -1 -1 -1 5 -61 -90 -90 -90 -90 -67
+
Cas 3: 3éme Tablier
Sens
0 0 0 0 0 0 1 1 1 1 1 -5 62 91 91 91 91 64
-
Sens - - - - - - - - -
-50 -50 -33 -31 -50 -50 -50 -50 -37
+ 28 52 52 52 52 32 33 50 50
Cas 4: 3 Tabliers
Sens - - -
35 49 49 49 49 36 -49 -49 -32 -31 -50 -50 -50 -50 -35
- 38 49 49
Sens - - - - - - - - -
-61 -61 -43 3 -1 -1 -1 -1 -1
+ 34 63 63 63 63 39 40 61 61
Cas 5: 1er et 2éme Tabliers
Sens
44 61 61 61 61 38 40 61 61 61 61 43 3 1 1 1 1 0
-
Sens - - - - - -
2 -1 -1 -1 -1 3 -41 -60 -60 -60 -60 -44
+ 33 63 63 63 63 42
Cas 6 1er et 3éme Tabliers
Sens
44 61 61 61 61 41 -2 1 1 1 1 -3 41 61 61 61 61 43
-

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 90


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Sens - - -
0 -1 -1 -1 -1 3 -61 -61 -40 -38 -61 -61 -61 -61 -45
+ 44 61 61
Cas 7: 2éme et 3éme Tabliers
Sens
0 1 1 1 1 -3 44 61 61 61 61 40 38 61 61 61 61 43
-
Sens - - - - - - - - -
-45 -45 -32 -31 -45 -45 -45 -45 -33
+ 25 47 47 47 47 31 32 45 45

Max sur tous les appuis Sens


33 45 45 45 45 30 32 45 45 45 45 32 31 45 45 45 45 32
-

max 33 47 47 47 47 31 32 45 45 45 45 32 31 45 45 45 45 33

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 91


Projet de fin d’étude ENIS 2017

4. Le retrait :
Le déplacement du au retrait est donné par :

𝑢𝑟 = 𝜀𝑟 ×𝑙

Avec :

─ εr = 4×10−4 : Pour les ouvrages en béton armé.


─ 𝑙 = 𝑑𝑖𝑠𝑡𝑎𝑛𝑐𝑒 𝑒𝑛𝑡𝑟𝑒 𝑙 ′ 𝑎𝑝𝑝𝑢𝑖 𝑒𝑡 𝑙𝑎 𝑝𝑜𝑠𝑖𝑡𝑜𝑛 𝑑𝑢 𝐶𝐷𝑁 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑐ℎ𝑎𝑞𝑢𝑒 𝑡𝑎𝑏𝑙𝑖𝑒𝑟

On fixe le repère au centre du tablier. Le déplacement au 𝑥𝐶𝐷𝑁 est nul, donc on calcule 𝑥𝐶𝐷𝑁 .

∑𝑖 𝐾𝑖 ×𝑙𝑖
𝑥𝐶𝐷𝑁 =
∑𝑖 𝐾𝑖

Figure 61. Schématisation de la Position du CDN

─ Pour les tabliers 1 et 3 :

𝑳𝟏 = 𝟏𝟓𝒎

𝑳𝟐 = 𝟏𝟗𝒎

𝑳𝟑 = 𝟏𝟗𝒎

On a les travées du tablier sont symétriques, les rigidités ne sont pas symétriques donc le CDN
n’est pas au milieu du tablier : 𝑥𝐶𝐷𝑁 ≠ 0.

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 92


Projet de fin d’étude ENIS 2017

1
𝑙1 = 𝐿1 + 𝐿2 + ×𝐿3 + 𝑥𝐶𝐷𝑁
2

1
𝑙2 = 𝐿2 + ×𝐿3 + 𝑥𝐶𝐷𝑁
2

1
𝐿3 = 𝐿 + 𝑥𝐶𝐷𝑁
2 3

1
𝑙′1 = 𝐿1 + 𝐿2 + ×𝐿3 − 𝑥𝐶𝐷𝑁
2

1
𝑙′2 = 𝐿2 + ×𝐿3 − 𝑥𝐶𝐷𝑁
2

1
𝐿′3 = 𝐿3 − 𝑥𝐶𝐷𝑁
2

─ Pour le tablier 2 :

On a les travées de tablier sont symétriques, les rigidités sont symétriques donc le CDN est
au milieu du tablier 𝑥𝐶𝐷𝑁 = 0

1
𝑙1 = 𝑙′1 = 𝐿1 + 𝐿2 + ×𝐿3
2

1
𝑙2 = 𝑙′2 = 𝐿2 + ×𝐿3
2

1
𝐿3 = 𝑙′3 = 𝐿
2 3

5. La Température :
Le déplacement du au température est donné par :

𝑢𝑟 = 𝜀𝑟 ×𝑙

Avec (l et l’) sont calculés par le CDN.

εr = 3.6×10−4 : Pour les ouvrages en béton armé.

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 93


Projet de fin d’étude ENIS 2017

6. Modélisation sur Robot


Pour déterminer les efforts horizontaux sur les appuis du pont, nous allons utiliser le logiciel
Robot 2014 en se basant sur un modèle 2D en contraintes planes. On suppose que les tabliers
sont séparés et on compare le résultat obtenu avec le calcul analytique.

On modélise le deuxième tablier :

- Saisie d’une plaque continue.


- Saisie des appuis élastiques nodaux de rigidité 𝐾 (𝐾𝑥 ;) calculées précédemment.
Deux modèles seront alors créés, le premier avec les rigidités du cas différé et le deuxième avec
les rigidités du cas instantané.

Les actions sur ce modèle sont :

─ Freinage :

488.43
𝑄𝑋 = = 1.8𝐾𝑁/𝑚2
3×87

Tableau42. Les réactions obtenues par la force de freinage (instantané)

Freinage(instantané) 2D 1D
Erreur 1D
Tablier 2 Fx (kN) Fz (kN) Fx (kN) /2D
Ap 1 -34,5 4,31 -34,4 0,40%
C6 Ap 2 -34,06 4,31 -34,4 -0,90%
Ap 3 -44,53 3,28 -45,1 -1,20%
P7 Ap 4 -43,97 3,28 -45,1 -2,50%
Ap 5 -44,53 1,07 -45,1 -1,20%
P8 Ap 6 -43,99 1,07 -45,1 -2,40%
Ap 7 -44,53 -1,07 -45,1 -1,20%
P9 Ap 8 -43,99 -1,07 -45,1 -2,40%
Ap 9 -44,53 -3,28 -45,1 -1,20%
P10 Ap 10 -43,97 -3,28 -45,1 -2,50%
Ap 11 -34,5 -4,31 -34,1 1,20%
C11 Ap 12 -34,06 -4,31 -34,1 -0,10%

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 94


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Tableau43. Les réactions obtenues par la force de freinage (différé)

Freinage(différé) 2D 1D
Tablier 2 Fx (kN) Fz (kN) Fx (kN) Erreur 1D /2D
Ap 1 -32,87 4,13 -32,0 2,7%
C6
Ap 2 -32,46 4,13 -32,0 1,4%
Ap 3 -45,34 3,52 -45,4 -0,1%
P7
Ap 4 -44,77 3,53 -45,4 -1,4%
Ap 5 -45,34 1,16 -45,4 -0,1%
P8
Ap 6 -44,78 1,16 -45,4 -1,4%
Ap 7 -45,34 -1,16 -45,4 -0,1%
P9
Ap 8 -44,78 -1,16 -45,4 -1,4%
Ap 9 -45,34 -3,52 -45,4 -0,1%
P10
Ap 10 -1,13 -0,08 -1,2 -1,4%
Ap 11 -1,73 0,09 -1,8 -1,4%
C11
Ap 12 -1,73 -0,08 -1,8 -1,3%

On constate que l’erreur est faible, donc on peut étudier chaque tablier seul, indépendamment
de l’influence de l’effet de freinage des autres tabliers.

─ Retrait /température :

─ Retrait (+33°)
─ Température+ (+30°)
─ Température-(-30°)

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 95


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Tableau44. Les déplacements obtenus par le retrait sens (+)

Déplacement en cm
Sens+ (différée) P6 P7 P8 P9 P10 P11
1D 1,75 1,15 0,38 -0,38 -1,15 -1,75
Retrait 2D 1,73 1,13 0,37 -0,38 -1,13 -1,72
Erreur 1,43% 1,48% 1,58% 1,05% 1,65% 1,49%
1D 1,575 1,035 0,342 -0,342 -1,035 -1,575
Température(+) 2D 1,57 1,03 0,34 -0,34 -1,03 -1,57
Erreur 0,40% 0,50% 0,60% 0,80% 0,60% 0,60%
1D -1,575 -1,035 -0,342 0,342 1,035 1,575
Température(-) 2D -1,57 -1,03 -0,34 0,34 1,03 1,57
erreur 0,50% 0,50% 1,40% 0,00% 0,60% 0,50%

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 96


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Tableau45. Les déplacements obtenus par le retrait sens (-)

Déplacement en cm
Sens- (différée) P6 P7 P8 P9 P10 P11
1D 1,75 1,15 0,38 -0,38 -1,15 -1,75
Retrait 2D 1,725 1,133 0,374 -0,376 -1,131 -1,724
Erreur 1,4% 1,5% 1,6% 1,1% 1,7% 1,5%
1D 1,575 1,035 0,342 -0,342 -1,035 -1,575
Température(+) 2D 1,5684 1,0297 0,3401 -0,3391 -1,0283 -1,5661
Erreur 0,4% 0,5% 0,6% 0,8% 0,6% 0,6%
1D -1,58 -1,04 -0,34 0,34 1,04 1,58
Température(-) 2D -1,57 -1,03 -0,34 0,34 1,03 1,57
erreur 0,5% 0,5% 1,4% 0,0% 0,6% 0,5%

Figure 62. Déplacements obtenus par le retrait

Figure 63. Déplacements obtenus par la température (-)

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 97


Projet de fin d’étude ENIS 2017

REMARQUE. - Les forces Fz sont négligeables devant Fx.

-Les déplacements Uz sont négligeables devant Ux.

7. Calcule de la rotation :
7.1. Modèle 1D de la rotation :
Ce modèle est créé pour la détermination des lignes d’influence de rotation sur appui.

Puisque la rotation dépond de l’inertie et de module E du tablier, on doit définir la section de


notre tablier dans ce modèle :

Figure 64. Modèle 1D pour la rotation

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 98


Projet de fin d’étude ENIS 2017

─ Calcul rotation à l’ELS et à l’ELU pour le modèle 1D :

Tableau46. Détermination de la rotation à ELU et ELS (KN)

ELU(KN) ELS(KN)
appuis Rotmax Rotmin Rotmax Rotmin
1 0,0050 0,0006 0,0040 0,0009
2 0,0022 -0,0015 0,0016 -0,0011
3 0,0020 -0,0023 0,0014 -0,0017
4 0,0024 -0,0020 0,0017 -0,0014
5 0,0015 -0,0022 0,0011 -0,0016
6 -0,0005 -0,0045 -0,0007 -0,0033

7.2. Modèle 2D de la rotation :


On détermine la rotation Ry dans chaque nœud d’appuis de notre dalle puisque Rx est
négligeable devant Ry.

─ Calcul rotation à l’ELS et à l’ELU pour le modèle 2D :

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 99


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Tableau47. Détermination de la rotation à l’ELS et à l’ELU

ELU(KN) ELS(KN)
appuis Rotmax Rotmin Rotmax Rotmin
1 0,00535 0,00057 0,00396 0,00085
P1
2 0,00486 0,00067 0,00360 0,00093
3 0,00243 -0,00179 0,00180 -0,00128
P2
4 0,00222 -0,00157 0,00165 -0,00111
5 0,00222 -0,00258 0,00161 -0,00191
P3
6 0,00200 -0,00235 0,00145 -0,00174
7 0,00258 -0,00222 0,00191 -0,00161
P4
8 0,00235 -0,00200 0,00174 -0,00145
9 0,00116 -0,00176 0,00081 -0,00130
P5
10 0,00098 -0,00155 0,00068 -0,00115
11 -0,00092 -0,00447 -0,00111 -0,00331
P6
12 -0,00099 -0,00416 -0,00118 -0,00308

8. Comparaison de la rotation entre modèle 1D et 2D :


Tableau48. Comparaison de la rotation 1D /2D :

ELU(KN) ELS(KN)
R Rotmax Rotmin Rotmax Rotmin
1 2% 3% -6% -1%
2 5% 8% 7% 8%
3 5% 8% 7% 8%

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 100


Projet de fin d’étude ENIS 2017

REMARQUE. - Pour le modèle 1D, chaque nœud représente les 2 appareils d’appui combinés,
comme si les valeurs de rotations Ry sont calculées au milieu des 2 appareils d’appui, ce qui
explique cette légère erreur.

-les deux tabliers 1 et 3 sont en pente de 5.5% ; voir figure 65 donc la charge permanente

Figure 65. Pente du tablier 1 et 3

Peut engendrer des poussées horizontales sur les appareils d’appuis. Or, nous avons trouvé à
partir d’un modèle portique que ces poussées ne sont pas importantes car elles ne représentent
que 4% de la poussée due au freinage.

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 101


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Chapitre IX. Dimensionnement des appareils d’appuis

1. Introduction :
Un appareil d’appui du pont est un élément de l’ouvrage placé entre le tablier et les appuis
(culée et pile), dont le rôle est de transmettre les actions verticales dues à la charge permanente et
aux charges d’exploitation, routières ou ferroviaires, et de permettre des mouvements de rotation
ou de translation.

Il est important alors d’accorder le soin nécessaire à leur choix, leur qualité, leur conception et
leur mise en œuvre.

En fait il existe quatre types d’appareils d’appuis qui sont :

─ Les articulations en béton.


─ Les appareils d’appuis en élastomère fretté.
─ Les appareils d’appuis spéciaux.
─ Les appareils d’appuis métalliques.

Dans le cas de ce projet, on adopte des appareils en élastomère fretté type B, qui sont constitués
par un empilage de feuilles d’élastomère et de tôles d’acier jouant le rôle de frettes.

Le dimensionnement des appareils d’appui est essentiellement basé sur la limitation des
contraintes de cisaillement qui se développent dans l’élastomère au niveau des plans de frettage
et qui sont dues aux efforts appliqués ou aux déformations imposées à l’appareil d’appui. Cette
dernière est soumise à la compression, à la distorsion et la rotation.

On envisage le dimensionnement des appareils d'appui du tablier étudié 2.

2. Appareil d'appui selon Eurocode : La norme NF EN 1337-3:


On se propose de dimensionner deux types d’appareil d’appui : ceux qui sont sur la culée et les
piles doubles et ceux qui sont sur les piles simples en se basant sur les normes de calcul des
appareils d’appui et tout en adoptant des dimensions standards préconisées par la norme NF EN
1337-3.

Les appareils d’appui type B définis dans tableau 3 de la norme comportent n+1 frettes
métalliques et n feuillets d'élastomère d'épaisseur constante. Ils sont enrobés sur leur périphérie
d'une épaisseur d'élastomère d'au moins 4 millimètres et sur les faces supérieure et inférieure

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 102


Projet de fin d’étude ENIS 2017

d'une épaisseur d'élastomère nominale de 2,5 mm (avec une tolérance de - 0, + 2 mm).

Les différents paramètres pour ce type d’appareil est définit dans la figure suivante :

Figure 66. Définition géométrique d'un appareil d'appui

Avec :

─ a : Dimension du côté parallèle à l'axe longitudinale du pont.


─ b : Dimension du côté parallèle à l'axe transversal du pont.
─ a' : Dimension des frettes du côté parallèle à l'axe longitudinale du pont.
─ b' : Dimension des frettes du côté parallèle à l'axe transversal du pont.
─ ts : Epaisseur d'une frette intermédiaire.
─ ti : Epaisseur du feuillet élémentaire de l’élastomère.
─ n : Le nombre de feuillets d’élastomère.
─ T : Hauteur de l'appareil d'appui.

T = n×(t i + t s ) + t s + 2×e
ti
─ e : enrobage passif e = 2.5 mm ; (Si e > 2.5 mm ; e = )
2

─ Te : Epaisseur nominale totale d'élastomère.

Te = n×t i + 2×e

─ Tq : Epaisseur initiale totale moyenne d'élastomère en cisaillement, y compris les


enrobages supérieur et inférieur.

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 103


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Tq = n×t i + 2×e ; Si e > 2.5 mm

Tq = n×t i ; Si e ≤ 2.5 mm

En effet, si l'épaisseur nominale de l'enrobage est supérieure à 2,5 mm, elle doit être prise en
compte dans le calcul, en deçà elle est négligée.

3. Dimensionnement de l'appareil d’appui :


Principe :

Le dimensionnement exact d'un appareil d'appui nécessite donc de prédéterminer ses


dimensions, en fonction des sollicitations, aux Etats Limites Ultimes, dues aux combinaisons de
charges prédéfinies dans le Guide technique [6], avant d'introduire ses caractéristiques de
souplesse (verticale, horizontale et de rotation) dans l'ensemble de la structure pour en obtenir les
efforts et déplacements horizontaux permettant de vérifier que le dimensionnement respecte bien
les limites décrites. Dans le cas contraire, les appareils d’appuis choisis dans un premier temps
pourront alors être modifiés.

Les combinaisons à utiliser sont donc des combinaisons fondamentales dans lesquelles
interviennent, outre les actions permanentes, les actions dues aux charges routières, aux effets de
la température ainsi qu'au retrait et freinage.

Combinaisons d’actions :

Pour les calculs qui vont suivre, on a utilisé les combinaisons fournies par les textes suivants :
• NF EN 1991-1-5
• Annexe A2 de NF EN 1990

En première approche, on retient une liste de 8 combinaisons fondamentales données dans le


tableau 4.1 du guide technique [6] :

Dans notre exemple de calcul, pour simplifier, on ne considérera que les charges UDL, TS,
ainsi que les effets de la température, retrait et freinage.

Ceci permet de dégager les combinaisons suivantes :


• Combinaison 1 : 1,35 𝐺max+𝐺min+S+1,35{UDL + TS} +1,5 {0,6 T}.
• Combinaison 2 : 1,35 𝐺max+𝐺min+S+1,35{freinage}.

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 104


Projet de fin d’étude ENIS 2017

• Combinaison 3 : 1,35 𝐺max+𝐺min+S+1,35{0,4UDL +0,75 TS} +1,5 {T}.


─ Avec :
─ S : retrait.
─ T : température.

Dans le cas de notre projet, chaque ligne d'appui comporte deux appareils d'appui.

Les efforts et déformations imposées pour chaque appareil d’appui sont récapitulés dans le
tableau :

Tableau49. Efforts et déformations calculés

Combinaisons Appui Vmax en Vmin en α (rad) x10- Ux (m) Hx (kN)


3
MN MN

Culée 1,678 0,420 5,35 0,033 -


Combinaison 1
Pile 3,609 1,475 2,43 0,023 -

Culée 1,340 0,420 2,47 0,018 43,40


Combinaison 2
Pile 3,030 1,475 2,64 0,012 64,25

Culée 0,722 0,420 4,32 0,043 -


Combinaison 3
Pile 2,514 1,457 1,65 0,029 -
Avec :

─ Vmax : la réaction verticale maximale en MN.


─ Vmin : la réaction verticale minimale du Gmin en MN.
─ α : la rotation maximale suivant l'axe transversal du tablier en rad.
─ Ux∶ Le déplacement maximal suivant l'axe longitudinal du tablier du aux efforts
verticaux en m.
─ Hx∶ L’effet de l'effort de freinage maximal pour la deuxième combinaison en KN.

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 105


Projet de fin d’étude ENIS 2017

3.1. Pré dimensionnement des appareils d’appuis :


─ Aire de l’appareil d’appui :

La contrainte de compression moyenne de compression est limitée à 25 MPa sur la surface

A’ (surface d’une frette).


Vmax
≤ 25 MPa
A’

L’aire A’ s’obtient en retirant 10 mm à la longueur et à la largeur du feuillet d’élastomère.

Pour les réactions verticales maximales, on obtient donc :

Vmax
A′ ≥
25

─ Sur culée et pile double :

1,678
A′ ≥ = 0,061 m²
25

─ Sur pile simple :

3,609
A′ ≥ = 0,168 m²
25

On choisit deux types d’appareils d’appuis. Un modèle pour les appareils d’appuis au niveau
des culés et les piles doubles (300 × 450) et un pour les appareils d’appuis au niveau des piles
simples (400 × 500) avec une épaisseur d’élastomère Te = 53 mm.

─ Hauteur nette de l’élastomère :

La condition généralement prépondérante est celle de εq lié au déplacement horizontal maximal.


La condition à vérifier est :

Vx
εq = ≤1
Tq

Avec :

Vx = V1 + V2

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 106


Projet de fin d’étude ENIS 2017

─ Vx : déplacement horizontal maximal dû à la température et au retrait.


─ V2 : déplacement horizontal maximal dû au freinage.
─ Tq : l’épaisseur totale moyenne d’élastomère en cisaillement.

On a donc pour chaque appui :

Hx ×Tq
Vx = V1 +
2×G×a×b

Avec :

─ Hx : effort de freinage horizontal.


─ Tq : la hauteur nette d’élastomère.
─ G = 0,9 MPa : module conventionnel de l'élastomère.
─ (a×b) : L’aire de l’appareil d’appui déterminée précédemment.

Note: Les différentes vérifications qui seront effectuées pour les différents appuis à chaque
combinaison d’action, sont indiqués dans l’Annexe 4.

Tableau50. Choix de la hauteur nette de l’élastomère

Appui Choix Tq (m) Te (m)


4 feuillets intermédiaires de 12 mm et 2
Culée / Pile D 0,048 0,053
enrobages de 2,5 mm
4 feuillets intermédiaires de 12 mm et 2
Pile S 0,048 0,053
enrobages de 2,5 mm

─ Dimensions en plan:

Il est désormais possible de choisir un appareil parmi la gamme des appareils d’appuis
disponibles, en respectant la surface minimale donnée dans la partie précédente tout en
conservant une pression moyenne minimale de 3 MPa sous charge permanente minimale.

On détermine donc une surface maximale A′ max :

Vmin
A′ ≤ = 𝐴′𝑚𝑎𝑥
3

A noter que la surface A’ est calculée en comptant un enrobage latéral total de 10 mm.

Et il faut vérifier que la surface en plan effective Ar soit supérieure à la surface A’ déterminé

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 107


Projet de fin d’étude ENIS 2017

dans la partie précédente.

La surface en plan effective se calcule comme suit :

Vx
Ar = A′ × (1 − )
a′

Note: Les différentes vérifications seront effectuées pour les différents appuis. Voir Annexe 4.

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 108


Projet de fin d’étude ENIS 2017

3.2. Vérifications du dimensionnement :

Conditions à Sur pile Double et


Expression Sur pile Simple Vérification
vérifier Culée

𝜎𝑙𝑖𝑚 ≥ 𝜎𝑚
Stabilité au 𝜎𝑙𝑖𝑚 14,78 𝑀𝑃𝑎 𝜎𝑙𝑖𝑚 = 20,32 𝑀𝑃𝑎
Vmax 2a GS ' vérifiée
flambement ≤ 𝜎𝑚 = 23,91 𝑀𝑃𝑎 𝜎𝑚 = 39,95 𝑀𝑃𝑎
Ar 3Te

ετ =KL (εc +εq +εα )< 7 C1 : 𝜀𝜏 = 2,91 𝑚𝑚 C1 : 𝜀𝜏 = 2,96𝑚

𝜏𝑁 1.5 𝑉𝑚𝑎𝑥 C2 : 𝜀𝜏 = 2,32 𝑚𝑚 C2 : 𝜀𝜏 = 3,41 𝑚𝑚


𝜀𝑐 = =
Limitation 𝐺 𝐺 𝑆 𝐴𝑟

de la Vx vérifiée
εqd =
déformation Te
C3 : 𝜀𝜏 = 3,67 𝑚𝑚 C3 : 𝜀𝜏 = 4,25 𝑚𝑚
(𝑎′2 ′2
𝛼𝑎 + 𝑏 𝛼𝑏 )𝑡𝑖
𝜀𝛼 =
2 ∑ 𝑡𝑖3

(a' αa +b' αb ) C1 : 3> 0,81mm C1 : 2,9 > 0,71mm


Vz ≥
Kr

𝑉𝑚𝑎𝑥 𝑡𝑖 1
Limite de Vz = ∑ ′
(
𝐴 5𝐺𝑆 2 C2 : 1,3 > 0,53mm C2 : 2 > 0,42mm vérifiée
rotation 1
+ )
𝐸𝑏
C3 : 2,36 > 0,71mm C3 : 2,34 > 0,6mm

𝐹𝑥 ≤ 𝜇𝑒 𝑉𝑚𝑖𝑛 C1 :0,07 < 0,343 C1 : 0,071 < 0,181

1.5 𝐾𝑓 C2 :1,22 < ,0144 C2 : 0,204 < 0,303


Condition 𝜇𝑒 = 0,1 +
𝜎𝑚
de non Vérifiée
𝑉1
glissement 𝐹𝑥 = ( ×𝐺×𝑎′ ×𝑏 ′ )
𝑇𝑒 0,092 < 0,140 0,092 < 0,305

+ 𝐻𝑥

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 109


Projet de fin d’étude ENIS 2017

3.3. Dimensionnement des frettes :


Les frettes doivent avoir au moins 2 mm d'épaisseur. La norme demande aussi de vérifier
l'épaisseur minimale des frettes métalliques à l'Etat Limite Ultime.

Pour le dimensionnement des frettes, il faut assurer une épaisseur minimum sous un effort
vertical maximal.

2,6× Vmax ×t i
ts ≥
Ar ×fy

─ fy : la limite élastique égale à 235 MPa pour des frettes en acier S235.

Le tableau suivant donne le calcul de dimensionnement des frettes ainsi le choix abouti :

Tableau51. Choix des épaisseurs des frettes

Vmax ti Choix de ts
Appui Ar (m²) fy (MPa) ts ≥
(MN) (mm) (mm)
Culée/ Pile
1,47 0,113 235 12 1,97 4
D
Pile S 4,48 0,177 235 12 2,71 4

Finalement on retient les dimensions des deux appareils d'appuis suivant [7] :

Tableau52. Dimension des appareils d’appui

Appareil d'appui 𝐭𝐢 𝐧𝐢 𝐭𝐬 𝐧𝐬 E T
(mm) (mm) (mm) (mm)
𝟑𝟎𝟎×𝟒𝟓𝟎 12 4 4 5 2,5 73
𝟒𝟎𝟎×𝟓𝟎𝟎 12 4 4 5 2,5 73

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 110


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Figure 67. Appareils d’appuis retenues

3.4. Bossage :
Le nouveau guide technique SETRA n'a pas renseigné sur les nouvelles règles pour le calcul de
bossage. Ainsi, on dispose les mêmes règles de dimensionnement utilisées dans les anciens
guides [1].

Figure 68. Bossage d’appareil d’appui

Les dimensions du bossage pour les appareils d’appui sont :

─ Culée et pile double :

a0 = a + 2×5 = 40 cm

b0 = b + 2×5 = 50 cm

h − T 15 − 7,3
hb = = = 3,85 cm
2 2

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 111


Projet de fin d’étude ENIS 2017

─ Pile Simple :

a0 = a + 2×5 = 50 cm

b0 = b + 2×5 = 60 cm

h − T 15 − 7,3
hb = = = 3,85 cm
2 2

Avec :

─ hb : hauteur de bossage supérieur ou inférieur.


─ T : hauteur de l’appareil d’appui.
─ h : hauteur entre la dalle et l’appui : h=15 cm.

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 112


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Chapitre X. Etude des éléments de la pile

1. Introduction :

Les piles constituent les appuis intermédiaires du tablier du pont, elles sont soumises à la
fois à des actions verticales et horizontales ce qui donne naissance à des sollicitations
importantes à leurs bases.

Le choix des piles doit respecter essentiellement les conditions relatives au site, ses
fonctionnalités et les sollicitations y imposées ainsi que le mode d’exécution du tablier et des
fondations.

2. Choix de la pile:
Le fût peut toutefois être constitué soit d’éléments courts tels que poteaux ou colonnes, ou
d’éléments longs comme les voiles. Dans notre cas d’étude, on a opté pour un élément de type
pile marteau, compte tenu des considérations citées ci-dessus, et plus précisément pour les
facteurs essentiels suivants :
─ Il s’agit d’un franchissement d’écoulement d’eau, d’où la pile ne doit pas être un
obstacle et la section du pile et ovale.
─ La nécessité d’avoir toujours à l’esprit le côté esthétique de l’ouvrage.

Chaque appui intermédiaire de notre ouvrage est constitué de deux colonnes de (1,5m ×2m),

solidarisé en tête par un chevêtre.

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 113


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Figure 69. Présentation de la pile

─ 1 :chevetre
─ 2 :colonne

3. Etude du chevêtre :
La présence du chevêtre est primordiale puisqu’il permet de répartir les charges transmises par
les appareils d’appuis à colonnes porteuses et aussi leur mise en place et leur positionnement.

Les dimensions sont choisies essentiellement de telle façon à permettre l’emplacement des
appareils d’appuis.

Pour notre pont, les dimensions du chevêtre sont :

- Longueur : 6 m.

- Largeur : 2 m.

- Hauteur : 1,5 m.

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 114


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Figure 70. Chevêtre su pile simple

Figure 71. Chevetre sur pile double

De ce fait, on présente dans cette partie, les actions appliquées et les combinaisons possibles qui
seront modélisées sur le logiciel Robot pour résulter les sollicitations maximales.

Remarque : -Pour la modélisation sur robot , la distance entre les colonnes est entre nus donc
on peut utiliser la liaison Link robot

3.1. Pour Pile Simple :


3.1.1. Charges appliquées :

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 115


Projet de fin d’étude ENIS 2017

couple( KN
Charge concentre F(KN) H(KN) e (m)
m)
Force verticale ----------- -----------
3606 -------------
(apui1) -- --
Force verticale ----------- -----------
3109 -------------
(apui2) -- --
c1
force horizontale -----------
38,5 0,6 23,1
retrait --
force horizontale -----------
20,79 0,6 12,5
TEMP --
Force verticale ----------- -----------
2071,818 -------------
(apui1) -- --
Force verticale ----------- -----------
2513,7 -------------
(apui2) -- --
c2
force horizontale -----------
38,5 0,6 23,1
retrait --
force horizontale -----------
46,38 0,6 27,8
freinage --
Force verticale ----------- -----------
3006 -------------
(apui1) -- --
Force verticale ----------- -----------
2852 -------------
(apui2) -- --
c3
force horizontale -----------
38,5 0,6 23,1
retrait --
force horizontale -----------
12,47 0,6 7,5
TEMP --
Force verticale ----------- -----------
420,22 -------------
(apui1) -- --
c min
Force verticale ----------- -----------
496,54 -------------
(apui2) -- --

Pour calculer le moment de torsion défavorable de l’effort verticale car en un excentrement


dans le pile double .donc il faut que l’une des réaction vertical et maximal et l’autre est minimal

3.1.2. Calcul Sollicitations :

A partir d'une modélisation sur le logiciel ROBOT du pile double , la somme des efforts, dus à
la charge permanente et à la surcharge d’exploitation, donne les sollicitations de calcul (moment
fléchissant et effort tranchant)

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 116


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Les tableaux suivants récapitulent ces sollicitations.

─ A l’ELS

MX MY MZ
FX [kN] FY [kN] FZ [kN] [kNm] [kNm] [kNm]
0,00 84,00 2966,90 63,00 0,00 0,00
MAX
-0,00 -84,00 -3115,90 -63,00 -4330,39 -117,60
MIN

MX MY MZ
FX [kN] FY [kN] FZ [kN] [kNm] [kNm] [kNm]
0,00 113,40 4005,32 85,05 0,00 0,00
MAX
-0,00 -113,40 -4206,47 -85,05 -5846,03 -158,76
MIN

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 117


Projet de fin d’étude ENIS 2017

3.2. Pour Pile double :

couple( KN
Charge concentre F(KN) H(KN) e (m)
m)
Force verticale
3355 0 0,48 1610,6
(apui1)
Force verticale
2178 0 0,48 1045,2
(apui2)
c1
force horizontale
0 2,05 0,6 1,2
retrait
force horizontale
0 1,11 0,6 0,7
TEMP
Force verticale 1216,70
0 0,48 584
(apui1) 1
Force verticale 1443,93
0 0,48 693,1
(apui2) 3
c2
force horizontale
0 2,05 0,6 1,2
retrait
force horizontale
0 80,99 0,6 48,6
freinage
Force verticale
2679 0 0,48 1286
(apui1)
Force verticale
1929 0 0,48 925,8
(apui2)
c3
force horizontale
0 2,05 0,6 1,2
retrait
force horizontale
0 1,84 0,6 1,1
TEMP
Force verticale
420,22 0 0,48 201,7
(apui1)
c min
Force verticale
496,54 0 0,48 238,3
(apui2)
• Calcul Sollicitations :

A partir d'une modélisation sur le logiciel ROBOT du pile double , la somme des efforts, dus à
la charge permanente et à la surcharge d’exploitation, donne les sollicitations de calcul (moment
fléchissant et effort tranchant)

Les tableaux suivants récapitulent ces sollicitations.

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 118


Projet de fin d’étude ENIS 2017

─ A l’ELS

MX MY MZ
FX [kN] FY [kN] FZ [kN] [kNm] [kNm] [kNm]
MAX 0 83 2794,9 208,5 0 0
MIN 0 -83 -2601,34 -208,5 -3880,99 -116,2
─ A l’ELU

MX MY MZ
FX [kN] FY [kN] FZ [kN] [kNm] [kNm] [kNm]
MAX 0 112,05 3773,12 385,83 0 0
MIN 0 -112,05 -3511,81 -385,83 -5239,34 -156,87

• Calcul du ferraillage :

Figure 72. Cartographie de ferraillage en utilisant la contrainte plane

─ Les armatures de flexion longitudinale My et latérale Mz ont été calculées avec logiciel
EXPERT :

Tableau53. Calcul l’armatures pour la chevêtre

Armatures longitudinales en cm2 Armatures latérales en cm2/m


pile simple 128 32
pile double 119 32

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 119


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Tableau54. Choix d’ armatures de flexion

choix d'Armatures longitudinales choix d'Armatures latérales /m


pile simple /double
16HA32 7HA25
(supérieur)
pile simple /double
10 HA10 7HA10
(inferieur)

On calcul par Excel


─ Armatures de torsion :
Armatures longitudinales en cm2 :14.8 cm24HA25
Armatures transversales1cadre
─ Armatures transversales :
𝐴𝑇 𝐴𝑇 𝐴𝑇
( ) 𝑇𝑂𝑇 = ( )𝑉 + 2×( )𝐶
𝑆𝑇 𝑆𝑇 𝑆𝑇
st =10cm
─ Armatures de peau : Ap=3cm2/m Ap=18cm216HA12

Figure 73. Coupe longitudinale de la chevêtre

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 120


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Figure 74. Coupe transversale de la chevêtre

4. Etude de la colonne :
4.1. Détermination des efforts:
La pile est soumise à un effort vertical V, un effort horizontal H et un moment au pied M.

Pour le présent chapitre on va détailler la démarche de calcul de la pile intermédiaire P9 du


tablier n°2.

4.2. Effort vertical V:


L'effort vertical V ou effort de compression appliqué verticalement sur la pile est constitué du
poids propre de la pile et de la somme des réactions maximales au niveau de chaque appareil
d'appui d'une même ligne, ainsi:

─ La somme de réactions maximales sur chaque appareil d'appui d'une même ligne :

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 121


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Tableau55. Réaction maximales en tête de la pile P9

Etat Combinaisons Réaction (KN)


limite
Combinaison C1 6715
Ultime Combinaison C2 4596
Combinaison C3 5857
Combinaison C1 4974
Service Combinaison C2 3397
Combinaison C3 4339

─ Le poids propre de la pile y compris le chevêtre :

𝑃pile = 992 KN

V= ∑ 𝑅é𝑎𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 + P. Pile

Tableau56. Efforts verticaux maximales au pied de la pile P9

Etat Combinaisons Effort Vertical (KN)


limite
Combinaison C1 8054
Ultime Combinaison C2 5934
Combinaison C3 7196
Combinaison C1 5966
Service Combinaison C2 4388
Combinaison C3 5330

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 122


Projet de fin d’étude ENIS 2017

4.3. Effort horizontal :


Un effort horizontal H appliqué horizontalement sur la tête de la pile et engendre une flexion au
pied de ce dernier.

Les valeurs combinées des forces horizontales dues au freinage dans le sens positif, température
et le retrait appliquées sur chaque ligne d’appareil d'appui de pile sont présentées dans le tableau
suivant :

Tableau57. Effort horizontal appliqués sur la pile P9

Etat Effort horizontal


Combinaisons
limite (KN)
Combinaison C1 139
Ultime Combinaison C2 202
Combinaison C3 181
Combinaison C4 119
Service Combinaison C5 170
Combinaison C6 146

4.4. Moment au pied de la pile M:


Le moment en pied de la pile:

─ Mz : Moment engendré par la différence entre les valeurs des réactions maximales au
niveau de chaque appareil d'appui au pied de la pile.
─ My : Moment engendré par l’effort horizontal qu’on a déduit My = ℎ×𝐻.
(H : effort horizontal appliqué sur une ligne d’appareil d’appui, h : hauteur de la pile)

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 123


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Tableau58. Moment fléchissant au pied de la pile P9

Etat Combinaisons Mz (KN.m) My (KN.m)


limite
Combinaison C1 1466 697
Ultime Combinaison C2 2127 619
Combinaison C3 1903 216
Combinaison C4 1247 516
Service Combinaison C5 1786 458
Combinaison C6 1539 160

5. Ferraillage de la colonne de la pile:


Nous calculons le ferraillage de la colonne sous pile intermédiaire P9 du tablier n°2 à l’aide du
logiciel « ROBOT EXPERT ». Nous utilisons des armatures hautes adhérence Fe400 et on prend
un enrobage e = 5cm. On calcule une section en Flexion Déviée Composée donc la fissuration est
préjudiciable.

Le logiciel nous donne un ferraillage avec les résultats suivants :

─ Longitudinalement : 12HA20+8HA20
─ Transversalement :

Nous utilisons des cadres HA12 :

─ En zone courant : tous les 40 cm


─ En zone de recouvrement : tous les 16 cm

Tous les détails de calcul se trouvent en Annexe5.

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 124


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Figure 75. Ferraillage longitudinale de la colonne

Figure 76. Ferraillage transversale de la colonne

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 125


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Chapitre XI. Etude des Culées

1. Introduction :
Les culées sont des éléments de transition permettant de relier l’ouvrage à son environnement.
Cet ouvrage est généralement complexe car il est à la fois pile d’extrémité et doit remplir d’autres
fonctions, à savoir :

─ Une bonne transmission des efforts au sol de fondation ;


─ La limitation des déplacements horizontaux en tête, de façon à ne pas entraver le
fonctionnement des appareils d’appui ;
─ La limitation des déplacements verticaux (tassement).

Dans cette partie, on s'intéresse à faire l’étude des différentes composantes du culée (mur garde
grève, dalle de transition, chevêtre, corbeau d’appui, et colonnes) et de ferrailler chacun de ces
éléments, soit par calcul manuel soit par modélisation sur le logiciel ROBOT.(voir annexe 6)

Figure 77. Les éléments d'une culée

─ 1 : Tablier
─ 2 : Chevêtre
─ 3 : Colonne
─ 4 : Dalle de transition
─ 5 : Remblai
─ 6 : Appareil d’appui

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 126


Projet de fin d’étude ENIS 2017

2. La dalle de transition :
L'intérêt d'une dalle de transition est d'atténuer les effets d'un tassement du remblai à proximité
d'un ouvrage. La dalle de transition permet de traiter le problème en permettant de remplacer le
rechargement de chaussée par un "léger reprofilage" qui est exécuté à distance de l'ouvrage.

2.1. Dimensionnement :
Tableau59. Dimensions de la dalle de transition

Eléments Dimensions (m)

Longueur 5

Dalle de transition Largeur 8

Hauteur 0.3

─ Epaisseur remblai : 0.65 m

2.2. Charges appliquées


La dalle de transition est modélisée sur le logiciel Robot par une plaque appuyée linéairement
sur les deux bords opposés dont l’un des bords présente l’appui sur le corbeau.

Il faut prendre en compte la diffusion de charge.

La diffusion à travers les revêtements et l’hourdis se fait avec un angle de 45° qui est relégable
et pour les charges du remblai l’angle de diffusion sera 30°.

Pour la charge d'exploitation, le système de charge LM1

Figure 78. Schéma de diffusion sur la dalle de transition

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 127


Projet de fin d’étude ENIS 2017

(Pour des détails de calcul voir annexe)

On résume les valeurs de chargement de la dalle de transition dans le tableau :

Tableau60. Charges appliquées sur la dalle de transition

Poids propre gperm=7,359


Etanchéité getan=0,96
Charges permanentes (KN/m2)
Roulement groul=1,68
Remblai gremblai=13
Charge répartie UDL
Charges d’exploitations
Charge roulante du tandem TS

2.3. Sollicitations :
A partir d'une modélisation sur le logiciel ROBOT, la somme des efforts, dus à la charge
permanente et à la surcharge d’exploitation, donne les sollicitations de calcul (moment fléchissant
et effort tranchant) (voir annexe 6).

Tableau61. Moments fléchissant sur la dalle de transition

ELU ELS
Mxx(KN.m/ Mxx(KN.m/ Myy(KN.m/
Myy(KN.m/m)
m) m) m)
Nappe supérieur 16,39 17,88 12,1 12,6
Nappe inférieur 300,18 55,77 222,36 41,36

Tableau62. Efforts tranchants sur la dalle

ELU ELS
Qxx(KN/m
Qxx(KN/m) Qyy(KN/m) Qyy(KN/m)
)
Effort tranchant 165,68 375 117 278

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 128


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Figure 79. Moment Myy dû à la combinaison C1

Figure 80. Moment Mxx dû à la combinaison C1

2.4. Ferraillage :
Après avoir déterminé les moments et les efforts tranchant, le ferraillage sera constitué par des
armatures longitudinales et transversales

Le calcul des armatures de flexion sera mené à l’état limite de service en considérant la
fissuration comme préjudiciable.

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 129


Projet de fin d’étude ENIS 2017

3. Mur garde grève :


Le mur garde-grève permet de retenir les terres derrière le tablier au-dessus du chevêtre et
d’assurer l’étanchéité des éléments en aval.

3.1. Dimensionnement
Tableau63. Dimensions du mur garde grève

Eléments Dimensions (m)


Longueur 9,04
Mur garde grève Largeur 0,25
Hauteur 0,95

Figure 81. Modèle du mur garde grève avec Robot

3.2. Charges appliquées


─ une force horizontale correspondant à 60 % du poids α Q1Q1 de l'essieu du TS de la
voie 1 du LM1
─ la charge verticale αq1.Q1
─ la poussée des terres due au remblai

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 130


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Figure 82. Charges appliquées sur mur garde grève

3.3. Sollicitations :
Les sollicitations de ferraillage dans la section d’encastrement du mur garde-grève sont :

Tableau64. Sollicitation de calcul au niveau du mur garde-grève

ELU ELS
M(KNm/m) 63 47
F(KN/m) 168 124

Figure 83. Moment Myy dû à la combinaison C1

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 131


Projet de fin d’étude ENIS 2017

3.4. Ferraillage :
Choix d'armatures : 7 HA 14= 10.77cm2

Espacement : 11 cm

Figure 84. Ferraillage mur garde grève

4. Etude du chevêtre :
La présence du chevêtre est primordiale puisqu’il permet de répartir les charges transmises par
les appareils d’appuis à colonnes porteuses. De ce fait, on présente dans cette partie, les actions
appliquées et les combinaisons possibles qui seront modélisées sur le logiciel Robot pour résulter
les sollicitations maximales.

Figure 85. Modélisation du culée sur ROBOT

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 132


Projet de fin d’étude ENIS 2017

4.1. Dimensionnement :
Tableau65. Dimensions du chevêtre

Eléments Dimensions (m)


Longueur 9,04
chevêtre Largeur 1,25
Hauteur 1,2
4.2. Charges appliquées :
─ Présentation des paramètres :

Le chevêtre est soumis, en plus de son poids propre, à certaines actions provenant du :

─ Mur garde grève.


─ La dalle de transition.
─ Mur en retour.
─ Tablier

Ce modèle permet de rapprocher la forme réelle du chevêtre et facilite la saisir l’action


appliquée à travers la définition des forces et des couples engendrés par chaque élément( voir
annexe).

Pour comprendre les différentes actions appliquées sur le chevêtre, on illustre la figure
suivante :

Figure 86. Actions appliquées sur chevêtre

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 133


Projet de fin d’étude ENIS 2017

─ Détermination des excentricités :

Figure 87. Représentation Excentrement des éléments de la culée par rapport le chevêtre

Les valeurs de l’excentrement sont évaluées dans le tableau suivant :

Tableau66. Excentricité de chaque élément par rapport au chevêtre

Egg : Excentrement par rapport le mur garde grève 0,48

Ed : Excentrement par rapport la dalle de transition 0,625

Ea : Excentrement par rapport l’appareil d’appui 0,15

Eh : Excentrement par rapport des forces de freinage, de température, et de


0,75
retrait

Ep : excentrement par rapport le centre de poussé du remblai sur le mur


1.07
garde grève

Es: excentrement des surcharges sur le mur garde grève dû à l’exploitation


1,175
sur remblai

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 134


Projet de fin d’étude ENIS 2017

─ Calcul des actions :

Dans le modèle barre, toutes les forces doit être placer sur l’axe neutre, de ce fait il faut
transformer tous les forces excentrées en une force et un couple. On note que tous les forces et les
couples sont évalués par ml sauf au niveau des appareils d’appuis qui doit être concentré.

Le tableau suivant récapitule les différentes valeurs des forces et couples retenu :

Tableau67. Valeurs des actions sur chevêtre à ELS

coefficient Moment de
de signe F(KN) H(KN) torsion
majoration (KN.m)

Dalle de transition G 1 - 57 0,0 -35,6


sur le chevêtre Q 1 - 61 0,0 -38,1

Forces appliquées G 1 - 6 0,0 -2,8


par le mur garde
grève Poussé remblai 1 + 0 1,4 1,5
Force verticale
1 + 1243 0,0 186,4
C1 (apui1)
Force verticale
1 + 1089 0,0 163,3
(apui2)
Forces appliquées
par le tablier sur le Force
chevêtre horizontale 1 + 0 39,9 29,9
retrait
force
horizontale 1 + 0 21,5 16,2
Température
C2 Dalle de transition G 1 - 57 0,0 -35,6

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 135


Projet de fin d’étude ENIS 2017

sur le chevêtre Q 1 - 61 0,0 -38,1

Forces appliquées G 1 - 6 0,0 -2,8


par le mur garde
grève Poussé remblai 1 + 0 1,4 1,5
Force verticale
1 + 451 0,0 67,6
(apui1)
Force verticale
1 + 535 0,0 80,2
(apui2)
Forces appliquées
par le tablier sur le Force
chevêtre horizontale 1 + 0 39,9 29,9
retrait
force
horizontale 1 + 0 24,5 18.3
freinage
G 1 - 57 0,0 -35,6
Dalle de transition
sur le chevêtre
Q 1 - 61 0,0 -38,1

G 1 - 6 0,0 -2,8
Forces appliquées
Cmin par le mur garde Poussé trafic 1 + 0 15,0 17,6
grève
Poussé remblai 1 + 0 1,4 1,5
Force verticale
Forces appliquées 1 + 420 0,0 63,0
(apui1)
par le tablier sur le
chevêtre Force verticale
1 + 497 0,0 74,5
(apui2)

Tableau68. Valeurs des actions sur chevêtre à ELU

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 136


Projet de fin d’étude ENIS 2017

coefficient Moment de
de signe F(KN) H(KN) torsion
majoration (KN.m)
G 1,35 - 77 0 -48
Dalle de transition
sur le chevêtre
Q 1,35 - 82 0 -51

Forces appliquées G 1,35 - 8 0 -4


par le mur garde
grève pousse remblai 1,35 + 0 2 2
C1 Force verticale
1,35 + 1678 0 252
(apui1)
Force verticale
Forces appliquées 1,35 + 1470 0 220
(apui2)
par le tablier sur le
chevêtre force
1 + 0 40 30
horizontale retrait
force
1,5 + 0 54 40
horizontale TEMP
G 1,35 - 77 0 -48
Dalle de transition
sur le chevêtre
Q 1,35 - 82 0 -51

Forces appliquées G 1,35 - 8 0 -4


par le mur garde
grève pousse remblai 1,35 + 0 2 2
Force verticale
C2 1,35 + 608 0 91
(apui1)
Force verticale
1,35 + 722 0 108
Forces appliquées (apui2)
par le tablier sur le Force
chevêtre 1 + 0 40 30
horizontale retrait
Force
horizontale 1,35 + 0 60 50
freinage
G 1,35 - 77 0 -48
dalle de transition
sur le chevêtre
Q 1,35 - 82 0 -51

G 1,35 - 8 0 -4
Forces appliquées
Cm par le mur garde Poussé trafic 1 + 0 15 18
in grève
Poussé remblai 1 + 0 1 1
Force verticale
Forces appliquées 1 + 420 0 63
(apui1)
par le tablier sur le
chevêtre Force verticale
1 + 497 0 74
(apui2)

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 137


Projet de fin d’étude ENIS 2017

4.3. Sollicitations :
Tableau69. Sollicitations défavorables sur chevêtre à ELS

FX [kN] FY [kN] FZ [kN] MX [kNm] MY [kNm] MZ [kNm]


0,0 79,37 953,80 68,36 1220,95 72,94
MAX

0,0 -49,40 -1653,03 -242,97 -1051,07 -53,32


MIN

Tableau70. Sollicitations défavorables sur chevêtre à ELU

FX [kN] FY [kN] FZ [kN] MX [kNm] MY [kNm] MZ [kNm]


0,0 98,57 1287,64 85,86 1648,29 90,44
MAX

0,0 -49,40 -2231,59 -317,82 -1418,95 -53,32


MIN

Figure 88. Sollicitations défavorables MYY sur chevêtre

4.4. Ferraillage
Tableau71. Armatures longitudinale

Ast(xx)cm2 Ast(yy)cm2/m
Nappe supérieur 4HA32+HA20 7HA14
Nappe inférieur 7HA32 7HA14

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 138


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Torsion : 4HA25

Armatures transversales :
𝐴𝑇 𝐴𝑇 𝐴𝑇
( ) 𝑇𝑂𝑇 = ( )𝑉 + 2×( )𝐶
𝑆𝑇 𝑆𝑇 𝑆𝑇
un cadre HA14 + 7 épingles HA14 tous les 20 cm.

Armatures de peau : 4HA20

5. Colonnes de la culée
Les colonnes des culées reçoivent les efforts horizontaux et verticaux provenant du tablier et
des autres éléments décrits ci-hauts (mur en retour, garde-grève, dalle de transition…), lesquels
engendrent à leur tour un moment à la base de la colonne. L’étude sera menée en flexion
composée.

5.1. Dimensionnement :
Tableau72. Dimensions de la dalle Colonnes de la culée

Eléments Dimensions (m)


Longueur 6/5
Colonne Largeur 0,8
Hauteur 0.8

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 139


Projet de fin d’étude ENIS 2017

5.2. Sollicitations :
A partir du modèle précédent, le logiciel ROBOT donne les sollicitations de calcul de la
colonne

Tableau73. Sollicitations maximales en pied de chaque colonne à ELS

FX [kN] FY [kN] FZ [kN] MX [kNm] MY [kNm] MZ [kNm]


2829,66 116,17 0,00 0,0 0,00 -12,45
MAX

667,53 41,42 -0,00 0,0 -0,00 -1000.4


MIN

Tableau74. Sollicitations maximales en pied de chaque colonne à ELU

FX [kN] FY [kN] FZ [kN] MX [kNm] MY [kNm] MZ [kNm]


3792,76 144,69 0,00 0,0 0,00 -28,22
MAX

818,24 43,92 0,0 0,0 -0,00 -1200.4


MIN

5.3. Ferraillage :
Ast(xx)cm2=6.4 cm2 dans chaque face 5HA14

Figure 89. Vue en plan de la colonne

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 140


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Partie D Etude
Des Fondations

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 141


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Chapitre XII. Dimensionnement des fondations

1. Introduction :

On appelle fondation la base des ouvrages qui se trouve en contact direct avec le terrain
d’assise, et qui a pour fonction de transmettre à celui-ci, le poids de l’édifice, les surcharges
normales et accidentelles appliquées sur la construction. Ces fondations peuvent être de deux
sortes, superficielles et profondes. Le choix du type de fondation va dépondre des caractéristiques
du sol et de la descente des charges amenées par la structure.

2. Données géotechniques :
Les 3 sondages pressiométriques réalisés par la société TECHNOSOL, destructif descendus à
30 m de profondeur/ sol actuel noté SP, avec réalisation d’essai pressiométriques tous les mètre,
permettent de déterminer les caractéristiques mécaniques des différentes formations ( Module
pressiométrique EM, pression limite pl*).

Ces tableaux

Tableau75. Caractéristiques des couches de sol pour essai pressiomètrique SP1

Caractéristiques des couches de sols SP1


Epaisse
Nature du sol PL* Ep
N ur
° (MPa (MPa
(m) ) )
1 Remblai 1.00 0.83 25.30
2 Sable beige 2.50 1.11 18.64
3 Argile tufeuse beige à blanchâtre 4.50 1.64 22.91
4 Argile sableuse graveleuse beige à rougeâtre 5.00 2.53 38.29
5 Argile sableuse beige à rougeâtre 5.00 2.92 30.74
6 Sable fin à moyen beige marron 12.00 2.84 43.04

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 142


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Tableau76. Caractéristiques des couches de sol pour essai pressiomètrique SP2

Caractéristiques des couches de sols SP2


Epaisse
Nature du sol PL* Ep
N ur
° (MPa (MPa
(m) ) )
1 Remblai 0.50 0.47 8.10
2 sable beige 2.00 0.84 12.90
3 Argile tufeuse beige à blanchâtre 3.00 1.11 19.62
4 Argile sableuse beige à rougeâtre 5.50 2.08 28.29
5 Sable beige à marron 5.5 3.51 65.26
6 Argile sableuse beige à rougeâtre 4.50 3.25 71.53
7 Sable légèrement argileux beige à jaunâtre 9.00 2.98 53.46

Tableau77. Caractéristiques des couches de sol pour essai pressiomètrique SP3

Caractéristiques des couches de sols SP2


Epaisse
Nature du sol PL* Ep
N ur
° (MPa (MPa
(m) ) )
1 Remblai 0.50 0.48 8.80
2 sable beige 2.00 0.87 9.90
3 Argile tufeuse beige à blanchâtre 3.00 1.25 13.45
4 Argile sableuse beige à rougeâtre 5.50 1.96 29.78
5 Sable beige à marron 5.5 3.12 58.08
6 Argile sableuse beige à rougeâtre 4.50 3.37 58.04
7 Sable légèrement argileux beige à jaunâtre 9.00 2.71 53.95

Vu l’importance des charges à transmettre au sol et la mauvaise portance du terrain en surface ;


on a choisi une fondation profonde sur pieux forés à la boue gainés sur toute sa longueur. Les
gaines ne seront pas récupérées afin d’assurer une protection supplémentaire au béton du pieux
contre la corrosion des armatures.

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 143


Projet de fin d’étude ENIS 2017

3. Etude de la fondation sous pile [8]:


3.1. Sollicitations exercées sur les pieux :
Les efforts appliqués sur les pieux sont :

─ L’effort vertical : V𝑝𝑖𝑒𝑢 = V𝑐𝑜𝑙𝑜𝑛𝑛𝑒 + 𝑃𝑠𝑒𝑚𝑒𝑙𝑙𝑒


─ L’effort horizontal : 𝐻𝑝𝑖𝑒𝑢 = 𝐻𝑐𝑜𝑙𝑜𝑛𝑛𝑒
─ Le moment fléchissant : 𝑀𝑝𝑖𝑒𝑢=𝑀𝑐𝑜𝑙𝑜𝑛𝑛𝑒 + 𝐻𝑐𝑜𝑙𝑜𝑛𝑛𝑒× e semelle
2
Le moment en pied de la colonne est donné par :

M  M y2  M z

Avec :

- Mz : Moment engendré par la différence entre les valeurs des réactions maximales au
niveau de chaque appareil d'appui au pied de la pile.
- My : Moment engendré par l’effort horizontal qu’on a déduit My = ℎ×𝐻.
(H : effort horizontal appliqué sur une ligne d’appareil d’appui, h : hauteur de la pile)

Tableau78. Moment fléchissant au pied de la pile P9

Etat limite Combinaisons Moment (KN.m)

Combinaison C1 1623
Ultime Combinaison C2 2215
Combinaison C3 1916
Combinaison C4 1350
Service Combinaison C5 1844
Combinaison C6 1547

Le choix de la conception de la fondation influe sur les charges appliquées au niveau des pieux.

Pour cette raison, on opte la conception de 2files de 2 pieux qui permet d’annuler le moment et
par suite le ferraillage serait minimal.

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 144


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Les efforts sur chaque pieu sont :

V M M
Vi   , (F  )
2n 2n  d 2d

H
Hi 
2n

M 0

Avec n : nombre de pieux par file

Pour le dimensionnement, nous allons retenir les efforts maximaux des combinaisons utilisées
pour le calcul de la colonne P9 à l’ELU et à L’ELS aussi bien le poids propre de la semelle.

Les efforts appliqués sur pieux sont récapitulés dans le tableau suivant :

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 145


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Tableau79. Efforts appliqués sur pieux

Charges totales appliquées sur pieux



Etat
Combinaison V (kN) H (kN) M (kN.m)

1 8583 139 1791


E.L.U. 2 6463 202 2458
3 7725 181 2133
1 6495 119 1492
E.L.S. 2 4917 170 2047
3 5859 146 1723

Les charges totales appliquées sur chaque pieu sont récapitulées dans les tableaux suivants :

Charges appliquées sur chaque pieu



Etat Disposition des pieux selon deux files
Combinaison
V + (kN) H (kN) M (kN.m)
1 2519 35 0
E.L.U. 2 2128 51 0
3 2376 45 0
5 1935 30 0
E.L.S. 6 1656 42 0
7 1824 37 0

3.2. Dimensionnement des pieux :


Le dimensionnement des pieux se fait en deux étapes :

• Dimensionnement sous l’effet d’un effort vertical (V)


• Dimensionnement sous l’effet des efforts horizontaux (H, M).

─ Dimensionnement sous l’effet d’un effort vertical (N)

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 146


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Les principes de justification des fondations profondes sont conformes à la théorie générale de
calcul aux états limites qui consiste, pour un état limite donné, à vérifier que la charge appliquée
est toujours inférieure ou égale à la charge admissible de l’élément de fondation.

On distingue :

─ Les états limites ultimes (ELU) qui ont pour objet de s’assurer que la probabilité de
ruine de l’ouvrage est acceptable.
─ Les états limites de service (ELS) qui ont pour objet de s’assurer qu’un seuil de
déplacement jugé critique est acceptable.

La charge limite ou la capacité portante :

La charge limite QL et la charge de fluage QC ont été déterminées en se basant sur l’évaluation

du terme de pointe et du frottement latéral de chaque couche du sol. La charge limite d’un pieu
s’exprime comme suit :

QL  Q f  Qp

La charge de fluage d’un pieu est :

Qf Qp
QC  
1.5 2

Les charges admissibles à l’ELS et à l’ELU :

Les critères de résistance à l’ELU et à l’ELS sont :

QL
A l’ELU : Qmax,u  Qadm ,u 
1.4

QC
A l’ELS : Qmax, s  Qadm , s 
1.4

Résistance du béton à l’ELS :

On effectue une vérification vis-à-vis le matériau (ELS) : Qmax,s  Qadm

Qadm  Ap  b

Avec :

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 147


Projet de fin d’étude ENIS 2017

-  b ∶ La résistance caractéristique du béton :  b  0.3  Fc


min( fcj , fc 28 , fc lim )
- Fc : La résistance conventionnelle du béton : Fc 
K1  K2
Les détails de calcul sont présentés dans l’annexe 7.

Ces vérifications sont effectuées pour les trois essais SP1, SP2, SP3 pour les trois diamètres
(0.8 m, 1 m et 1.2 m) à partir du niveau du terrain naturel.

Les résultats trouvés sont récapitulés dans les tableaux ci-dessous :

Tableau80. Profondeurs pour les différents diamètres de pieux pour SP1

D(m) Qmax,u Qmax,s Z (m) Qadm,u Qadm,s Qadm


(KN) (KN) (KN) (KN) (KN)

0.8 2506 1922 22 3320 1957 3332

1 2506 1922 16 3642 2043 4114

1.2 2506 1922 11 3826 2071 5924

Tableau81. Profondeurs pour les différents diamètres de pieux pour SP2

D(m) Qmax,u Qmax,s Z (m) Qadm,u Qadm,s Qadm


(KN) (KN) (KN) (KN) (KN)

0.8 2506 1922 17 3320 1957 3332

1 2506 1922 13 3642 2043 4114

1.2 2506 1922 11 3826 2071 5924

Tableau82. Profondeurs trouvés pour les différents diamètres de pieux pour SP3

D(m) Qmax,u Qmax,s Z (m) Qadm,u Qadm,s Qadm


(KN) (KN) (KN) (KN) (KN)

0.8 2506 1922 17 3320 1957 3332

1 2506 1922 13 3642 2043 4114

1.2 2506 1922 11 3826 2071 5924

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 148


Projet de fin d’étude ENIS 2017

La profondeur du pieu retenue est 17 m pour un diamètre D est égal à 1m.

─ Dimensionnement sous l’effet des efforts horizontaux (H et M) : 

Enfin, pour déterminer les sollicitations engendrées, nous utilisons une solution analytique
développée pour le cas d’un pieu long dans un sol homogène, élastique ayant un module de
réaction constant et un moment nul (2 files de pieux). Après résolution des équations, nous
trouvons les sollicitations de calcul du ferraillage pour les pieux sous pile présentés dans le
tableau suivant :

V (kN) M (kN.m)
E.L.U 2128 39.41
. 2519 27.1
E.L.S 1656 32.46
. 1935 23.18

Moment fléchissant (kN.m)

-20 0 20 40 60
0

3
Profondeur (m)

10

Figure 90. Diagramme du moment

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 149


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Tous les détails de calcul sont indiqués dans la feuille Excel qu’on a élaborés.

3.3. Ferraillage du pieu sous pile :


Pour le dimensionnement des pieux, la fissuration est considérée préjudiciable, l’épaisseur du
béton qui enrobe les armatures est au moins égale à 5cm.

Les efforts horizontaux dans les piles donnent lieu à des moments de flexion agissant sur les
pieux, donc ces derniers sont sollicités à la flexion composée.

VII.1.1. Armatures longitudinales :

Certaines dispositions doivent être respectées suivant FASCICULE N° 62 - Titre V [8]:


-Le nombre minimal des barres est six et leur diamètre est de 12mm, ces barres doivent être
ancrées entièrement dans la semelle de liaison.

-Les armatures doivent avoir le même diamètre et un écartement uniforme qui ne doit pas être
inférieur à 10 cm entre nus.

D’après l’abaque d’interaction des poteaux circulaires FE500 on constate que la section
minimale d’armature longitudinale est suffisante :

0,005√1⁄𝜙
𝐴𝑚𝑖𝑛 = 𝑚𝑎𝑥 { = 50 𝑐𝑚²
0,0035

→ 11 𝐻𝐴 25
𝜙
𝑃é𝑟𝑖𝑚é𝑡𝑟𝑒 2×п× ( 2 − 𝑒𝑛𝑟𝑜𝑏𝑎𝑔𝑒) 2×п×(0,5 − 0,05)
= = = 28 𝑐𝑚
𝑛𝑎𝑟𝑚𝑎𝑡𝑢𝑟𝑒𝑠 10 10

On prend comme distance entre les barres 28 cm.

Tous les détails de calcul se trouvent en Annexe 7.

VII.1.2. Armatures transversales :

Il est recommandé d’adopter les valeurs des tableaux suivants :

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 150


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Tableau83. Tableau de choix des armatures transversales

Φ armatures longitudinales 12-14 16 20 25 32

Φ armatures transversales 6-8 8-10 12-14 12-16 16

L´écartement des armatures transversales est au plus égal à 15 fois le plus petit diamètre des
barres longitudinales, avec un maximum de 35cm. Leurs diamètres est au moins égal aux quatre
dixièmes du plus grand diamètre des barres longitudinales, avec un minimum de 6mm.

On prend HA12 comme armatures transversales avec un espacement de 28 cm.

VII.1.3. Tubes de réservation :

Les tubes d’auscultation et d’injection sont placés de façon à ne pas nuire un bon enrobage des
armatures.

Quelle que soit leur destination, les tubes doivent être rigides, étanches, et protégés durant les
travaux contre toute détérioration susceptible de nuire à leur utilisation.

Pour les pieux de diamètre compris entre 0,6 m et 1,2 m, le nombre recommandé de tube de
réservation est n=3.Ces tube sont réservés pour contrôler les pieux pendant leurs mises en œuvre
et même après.

La figure ci-dessous regroupe toutes les armatures qu’on a choisies : (Tous détails de calcul se
trouvent en Annexe 7.

Le ferraillage du pieu est présenté en la figure suivante :

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 151


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Figure 91. Ferraillage du pieu

REMARQUE : -Vu la différence de la répartition des couches du sol et les différences des
longueurs des piles, on adopte la même longueur des pieux pour tous les piles intermédiaires pour
éviter le tassement différentiel.

3.4. Ferraillage de la semelle de liaison [9] :


Dans notre cas la semelle se repose sur 4 pieux est reçoit les efforts d’une colonne, le calcul des
différentes armatures conduit au ferraillage suivant :

Ferraillage suivant les diagonales : 6 cerces HA25.

Ferraillage suivant les cotes : 6HA20.

Les détails de calculs sont présentés dans l’annexe 7.

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 152


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Figure 92. Ferraillage de la semelle sous pile

4. Etude de la fondation sous culée :


Le calcul de la fondation sous culée prend le même principe que celui sous pile intermédiaire.
En fait, on doit déterminer les charges maximales appliquées sur la fondation et la comparer avec
la charge admissible qu’elle peut porter.
La fondation sous culée sera caractérisée par deux files de 3 pieux de diamètre égal à 1 m et de
11m de longueur.
Les détails de calcul sont indiqués dans la feuille Excel et l’annexe 7.

4.1. Ferraillage des pieux sous culée :


Le ferraillage du pieu sous culée est le même que celui sous pile intermédiaire :

─ Armatures longitudinales :

Nous considérons comme ferraillage longitudinal 11HA25 avec un espacement 28 cm entre les
barres longitudinales.

─ Armatures transversales :

Nous prenons HA12 comme armatures transversales avec un espacement de 28 cm.

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 153


Projet de fin d’étude ENIS 2017

4.2. Ferraillage de la semelle de liaison :


Le ferraillage des semelles est composé par :
•Armatures transversales inférieurs et supérieurs.

•Armatures longitudinales inférieurs et supérieurs.

•Armatures de répartition.

─ Armatures transversales :

Pour les armatures transversales on a deux différentes sections l’une sur les pieux et l’autre
dans l’espacement. Elles servent à répartir les efforts à transmettre vers les pieux.

─ Armatures longitudinales :

Elles sont placées dans les sens longitudinale de la semelle et leurs sections doit être supérieures
ou égale au tiers de la quantité à mettre dans le sens transversal. Leur section est calculée pour un
mètre linéaire.
Elles ont comme rôles de répartir les efforts transmis par les colonnes.

─ Armatures de répartition :

Les armatures transversales forment des cadres pour les armatures longitudinales.

Le calcul des différentes armatures conduit au ferraillage suivant :

Tableau84. Tableau récapitulatif du ferraillage du semelle sous culée

Supérieure Inférieure

Armatures 5HA12 et 7HA32 et


transversales
3HA10 3HA32
Armatures 3HA10/ml 3HA32/ml
longitudinales

Le ferraillage de la semelle est présenté en les figures suivantes :

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 154


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Figure 93. Ferraillage transversale de la semelle

Figure 94. Ferraillage longitudinale de la semelle

Les schémas suivants présentent les plans de ferraillage des nappes inférieures et supérieures de
la semelle :

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 155


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Figure 95. Plan de ferraillage de la nappe inférieure de la semelle sous pile

Figure 96. Plan de ferraillage de la nappe inférieure de la semelle sous pile

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 156


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Conclusion

Dans le cadre de ce projet, l’on s’est intéressé à faire la justification et vérification de la


conception structural d’un un pont dalle en béton armé situé à l’intersection de la route nationale
RN14-rocade PK4.

En premier lieu, nous avons modélisé le tablier avec la méthode des éléments finis et déterminé
les sollicitations dues aux différentes combinaisons de charges règlementaires grâce au logiciel
Robot. Ensuite, nous avons procédé au calcul du ferraillage du tablier vis-à- vis de la flexion
longitudinale, la flexion transversale, l’effort tranchant, et la torsion.

En second lieu, nous avons dimensionnés manuellement les différents éléments d’appuis ainsi
que les fondations profondes. Ainsi, ce projet de fin d’étude nous a donné la possibilité de
parfaire nos connaissances car nous avons eu l’occasion d’étudier la norme EUROCODE et de
manipuler des outils logiciels tels que ROBOT et EXPERT.

Enfin, ce travail n’englobe certes pas tous les détails d’un vrai projet de construction d’ouvrage
d’art vu leur grand nombre de complexité de leur réalisation même pour un ingénieur accompli,
mais il constitue une humble tentative de mise en pratique du bagage scientifique acquis durant la
formation à l’ENIS. Nous espérons que nos efforts faciliteront la tâche à ceux qui succéderont et
qui s’engageront dans un projet similaire.

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 157


Projet de fin d’étude ENIS 2017

Bibliographie :

[1] : Béton et ouvrages d’art, Tome1.

[2] : NF EN 1991-2, Actions sur les ponts, dues au trafic, NF EN 1991-2/NA.

[3] : NF EN 1992-1-1, Calcul des structures en béton – Règles générales et règles pour les
bâtiments, NF EN 1992-1-1/NA.

[4] : Fascicule 62 Titre I section I – Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages
en béton armé suivant la méthode des états limites (règles BAEL 91, revisee99).

[5] : http://www.ba-cortex.com/

[6] : Guide technique : Appareils d’appui en élastomère fretté (Utilisation sur les ponts, viaducs
et structures similaires) – Juillet 2007.

[7] : DSI-Technique-Béton-Appuis-Élastomères-FR.

[8] : FASCICULE N° 62 - Titre V.

[9] : Maitrise du BAEL 91 et des DTU associées (deuxième édition) Jean Perchat, Jean Roux.

Abir Hamdi & Salim Ayedi Page | 158