Vous êtes sur la page 1sur 28

INTRODUCTION

De nos jours, l’informatique, technologie d’avenir, est devenue incontournable


dans la vie de toute entreprise. Avec l’avènement du réseau internet, l’ordinateur
permet à des étudiants très éloignés, d’avoir accès à des bibliothèques numériques ou
à certains cours d’un autre continent.

Le développement harmonieux de tout secteur d’activité doit être lié à l’usage de


l’outil informatique. Force est de constater que beaucoup d’entreprises ou usagers sont
confrontées à de sérieux problèmes.

Eu égard à ces nombreuses difficultés lors de notre période de stage, il nous a été
demandé de porter un regard objectif sur le besoin du personnel domestique d’où le
thème « Conception d’une Plateforme au service domestique ».

Pour mieux aborder cette analyse, nos réflexions s’articuleront sur trois grands axes :

- Présentation de la structure d’accueil et le thème.

-Etude conceptuelle.

-Aspect technique de réalisation de l’application.

1
PRESENTATION
GENERALE

2
CHAPITRE I : PRÉSENTATION DE LA STRUCTURE D’ACCUEIL
I) HISTORIQUE
KYA TECHNOLOGIES est une jeune entreprise en production depuis 2 ans, et a pour
spécialité la conception des plateformes et la réalisation de projet informatique.

Objectif global
«KYA TECHNOLOGIES» a été conçu pour la conception et proposition d’applications
afin de répondre avec efficacité aux sollicitations de ses clients et autres structure
demandeur

Objectifs spécifique
Au niveau établissement
 Maitriser les effectifs
 Maitriser les ressources humaines
 Permettre l’actualisation à 100%
 Consolider les données pour la production à 100% des CIS
 Produire les pièces périodiques dans les délais impartis
 Faciliter le traitement des fichiers en provenance des structures hiérarchiques (Actu
Express, Système Yamato, GestCand, Feuille SAEEP…)

ORGANISATION DE KYA TECHNOLOGIE


KYA TECHNOLOGIE à un seul siège situé à cocody angré 8ème tranche, Pour sa bonne
marche elle est subdivisée en plusieurs services dirigés par un responsable.

A. Les services rattachés


1) Le service renseignement(collete d’informations)
Ce service collecte les données et les traites afin d’en ressortir un cahier de charge qui sera
transmis au service développement.

2) Le service développement

Il est chargé de la production, la réalisation ,et la maintenance des projets


informatiques (plateforme, logiciel, et autre produit informatique)

3
-SCHEMA ORGANISATIONNEL DE KYA TECHNOLOGIE

SURVEILLANCE

SERVICE
DEVELOPPEMENT

SECRETAIRE
DIRECTION GENERALE

LE SERVICE
RENSEIGNEMENT

4
CHAPITRE II : PRESENTATION DU THEME

I) LE THEME
Le thème soumis à notre étude au cours de ce stage est : Conception d’une Plateforme au
service domestique.

Contexte du sujet : Le besoin du personnel domestique ce fessait de bouche à oreille. Cela a


entrainé des difficultés pour une rencontre efficace entre l’offre et la demande. Ceci explique
la création de plusieurs structures de placements. Cependant ces structures témoignent de
réelles difficultés. C’est en cela que KYA TECHNOLOGIE se propose de mettre en place
une plateforme permettant de faciliter le besoins en domestique.

II) L’EXISTANT
Concernant l’application il est confié au service informatique, qui procède comme suite :

- Recueille des informations


- Mise en place d’un cahier de charge
- Etude élaborée du cahier de charge
- Etude globale de l’application afin de satisfaire toute attente.

III) CRITIQUES DE L’EXISTANT


eMénager est le nouveau produit mis en place par KYA Technologie pour
résoudre le problème.

5
IV) OBJECTIFS ET RESULTATS ATTENDUS

 Objectif

Il s’agit de contribuer à la bonne communication entre l’employeur et l’employé.

 Objectifs spécifiques
 Faire connaître la structure KYA Technologie.
 Minimiser les déplacements.
 Minimiser les coûts de recherche.
 Rependre l’outil informatique.

 Résultats attendus

 Facilité les tâches aux utilisateurs.


 Gains de profil.
 Satisfaire les demandes de nos clients.

6
V) CHOIX DE LA METHODE D’ANALYSE

La mise en place d’un site web, comme toute autre, passe par une maitrise relative d’une
méthodologie d’analyse telle que : UML, MERISE.

Nous opterons pour la méthode d’analyse MERISE pour notre étude car d’abord, il s’agit
d’appliquer la méthode d’analyse appris à l’école. De plus, MERISE est la méthode
d’analyse, de conception et développement des systèmes d’information privée et
recommandée par les professionnels analystes du monde informatique francophone.

VI) PRESENTATION DE LA METHODE D’ANALYSE MERISE

1. Historique et Définition

MERISE (Méthode d’Etude et Réalisation Informatique par Sous-Ensembles), est une


méthode d’analyse, de conception et de réalisation de projets informatiques. Le but de cette
méthode est de fournir un cadre méthodique et un langage commun en vue d’une formalisation
rigoureuse et intégrale pour une informatisation pratique et réussie dans un système
d’information global.
Historiquement, la méthode MERISE est née en 1977 en France de la volonté des autorités
françaises. Elle s’est imposée comme la méthode de référence en informatique de gestion en
France et partout ailleurs dans le monde et en particulier dans les pays francophones à partir de
1982.
Il existe à l’évidence plusieurs autres méthodes notamment Anglo-saxons comme AXIAL,
IDA, NIAM etc... .
2. Présentation des niveaux

Il convient de noter que cette méthode distingue trois axes ou cycles pour le
développement d’un projet de système d’informations qui sont les suivants :

a) Le cycle d’abstraction
 Niveau conceptuel

A ce niveau il est détaillé les finalités de l’entreprise en précisant « QUE FAIRE » ou


« QUOI ? » tout en faisant abstraction des contraintes organisationnelles et techniques. Il
constitue une description des données stables, invariantes du système d’information (SI) et de
l’ensemble des règle de gestion qui y sont appliqués au niveau des concepts par le biais d’un
formalisme qui peut se traduire en terme de :

 Modèle Conceptuel de Données(MCD)


 Modèle Conceptuel des Traitements

 Niveau Logique et Organisationnel

7
Ce niveau définit l’organisation qu’il est souhaitable de mettre en place dans
l’entreprise pour atteindre les objectifs souhaités. Il consiste à préciser les choix
d’organisation qui seront pris en compte :

 répartition des tâches entre l’homme et la machine ;


 Le mode de fonctionnement : temps réel (conversationnel), temps
différé (batch) ;
 La répartition géographique des données et des traitements.

En un mot, ce niveau décrit le «QUI fait QUOI, QUAND et OU ? », les modèles


associés à ce niveau de description sont :

Le modèle Logique des Données (MLD) qui peut être selon le cas :

 CODASYL
 RELATIONNEL
 FICHIERS CLASSIQUES
 Niveau physique et opérationnel

Il définit l’organisation physique des données (MPD) et la description des traitements


effectués par unité de traitement au travers du Modèle Opérationnel Physique des
Traitements (MOPT). A ce niveau, le MOPT décrit le « COMMENT FAIRE ? ».

La méthode de conception proposée par MERISE nous a présenté une vue globale
des différents niveaux applicables par cette méthode pour mener à bien un projet.
Cependant, ces concepts pourront être pris en compte qu’après une analyse du SI et
une délimitation précise du domaine d’activité à partir de la démarche de
développement. Le tableau ci-dessous montre la synthèse d’une étude conceptuelle
de MERISE :

8
MODELES
NIVEAUX QUESTIONS
DONNEES TRAITEMENTS

Modèle Conceptuel des Modèle Conceptuel des


Données (MCD) : Traitements (MCT) : Quoi Faire ? et avec
CONCEPTUEL
formalise les données ou formalise les processus Quelles Données ?
infos utilisées d’activité du système

Modèle Organisationnel
Modèle Logique des
des Traitements
Données (MLD) :
LOGIQUE OU (MOT) :formaliser les Qui le Fait?, A Quel
représente le choix
ORGANISATIONEL procédures Moment ? Et Où?
d’organisation des
fonctionnelles résultant
données / BD
du MCT

Modèle Physique des Modèle Opérationnel


Données (MPD) : des Traitements
OPERATIONNEL
détermination des (MOPT) : Elaboration Comment on le fait?
OU PHYSIQUE
volumes et des supports des modules de
de stockage des infos programmation

b) Le cycle de Vie

Il comporte quatre (4) grandes étapes :

 L’étude préalable

Elle analyse la situation actuelle, établit un diagnostic et recherche les solutions


possibles. Il faut élaborer une solution conceptuelle indépendante de tout moyen de
réalisation. Cette étude répond aux questions « QUOI FAIRE ? » et « AVEC
QUELLES DONNEES ? » sans tenir compte des moyens existants.

 L’étude détaillée

Elle sert à affiner la solution conceptuelle et élabore la solution retenue par la prise en
compte des moyens de réalisation. Cette étude répond aux questions « OUI ? » et
« COMMENT ? » en tenant compte des contraintes technologies.

 La réalisation

9
Son but est d’obtenir les applications correspondantes aux dossiers de spécification
détaillée.

 La maintenance

Cette étape consiste à la modification des programmes suite aux erreurs constatées
dans l’usage ou suite à des demandes des utilisateurs.

c) Le cycle de Décision

Tout au long de l’étude et de la maintenance, des décisions sont à prendre. Les


décisions globales doivent être prises par le comité de gestion mais à chaque niveau,
chacun doit être consulté.

10
ETUDE
CONCEPTUELLE

11
CHAPITRE I : LES MODELES DES DONNEES

I) ELABORATION DU MODELE CONCEPTUEL DES DONNEES

La modélisation conceptuelle des données du système d’information d’une


organisation se fait au moyen de concepts dont la mise en œuvre aboutit à une
représentation appelée <<schéma conceptuel des données >>.

Une bonne représentation des données doit avoir deux qualités : être complète et
être simple. Le MCD appartient au niveau conceptuel et se présente sous forme
d’image du réel perçu.

Le modèle conceptuel des données se réalise en plusieurs étapes :

- La détermination des règles de gestion


- L’établissement du dictionnaire de données
- L’élaboration de la structure d’accès théorique (S.A.T)
- Le schéma du MCD

1) Concepts de base et formalisme

Notion d’entité

Une entité est une représentation d’un objet matériel ou immatériel dans le système
d’information d’une entreprise.

Notion de relation

C’est une association entre deux ou plusieurs entités.

Notion de propriété

C’est une donnée élémentaire qui permet de caractériser chaque entité qu’on
perçoit dans la relation

Notion d’identifiant

Parmi toutes les propriétés d’une entité, une ou plusieurs d’entre elles doivent jouer
un rôle particulier, qui permet de distinguer chaque occurrence de l’entité par
rapport à toutes les autres. Cette propriété ou groupe propriétés est appelé <<
IDENTIFIANT >>

12
2) Enumération des règles de gestion

RG1 : Un élève à un et un seul numéro matricule.

RG2 : Un appartient à une et une seule classe.

RG5 : Un élève supprimé peut-être restauré.

3) Dictionnaire des données

C’est un recueil d’informations. C’est une étape primordiale dans l’analyse des
systèmes d’information. Il comprend le nom codé, la signification, la nature, le type,
la taille et l’observation ou contrainte.

 Le nom codé est une représentation conventionnelle des propriétés d’une


entité.
 Le libellé ou la signification notifie explicitement le sens de la propriété ou
rubrique.
 La nature est la caractéristique du contenu d’une rubrique ou propriété.
Elle peut être signalétique (SIG), élémentaire (E), calculée (C), de situation
(SIT), de mouvement (MVT).
 Le type représente les caractéristiques d’une propriété. Il peut être
numérique (N), alphanumérique (AN), date (D), logique ou booléen (B).
 La taille représente la longueur de données en nombre de caractères dans
le champ.
 L’observation détermine les remarques ou contraintes de saisie à
respecter.

Code Désignation Type Taille Nature Observatio


n
RefEmployeur La référence de l’employeur N 06 E SIG Identifiant
NomEmployeur Le nom de l’employeur A 30 E SIG
PrenEmployeur Le prénom de l’employeur A 60 E SIG
CommuneEmplo Commune de l’employeur AN 60 E SIG
yeur
QuartierEmploy Quartier de l’employeur AN 30 E SIG
eur
contactEmploye Contact de l’employeur N 08 E SIG
ur
adressEmployeu Adresse de l’employeur AN 60 E SIG
r
dateNaisEmploy Date de naissance de l’ Date
eur employeur

13
EthnieEmployeu Ethnie de l’employeur N 30 E SIG
r
nationaliteEmplo Nationalité de l’employeur N 30 E SIG
yeur

RefEmploy La référence de l’employé N 45 E SIG Identifiant


NomEmploy Le nom de l’employé AN 10 E SIG
PrenomEmploy Le prénom de l’employé N 10 E SIG
ContactEmploy Le contact de l’employé A 15 E SIG
CommuneEmplo La commune de l’employé A 60 E SIG
y
EmailEmploy L’email de l’employé A 60 E SIG
QuartierEmploy Le quartier de l’employé N 15 E SIG
EthnieEmploy L’ethie de l’employé N 15 E SIG
NiveauEtude Le niveau d’étude de l’employé A 15 E SIG
Age L’age de l’employé AN 18 E SIG
NationaliteEmpl La nationalite de l’employé A 15 E SIG
oy

RefDemande La reference de la demande N 08 E SIG Identifiant


dateDemande La date de la demande Date 08 E SIG
salaire Le salaire payé N 10 E SIG
ObservationDem Remarque ou observation A 30
ande

Légende A : Alphabétique E : Elémentaire MVT : Mouvement

N : Numérique CO : Concaténé SIG : Signalétique

AN / Alpha-Numérique CA : Calculée SIT : Situation

14
4) Structure d’Accès Théorique (SAT)

RefEmploy

RefDemande
RefEmployeur

Etant donné que les propriétés de chaque identifiant se mêlaient les uns autres,
dans la SAT nous avions décidé de faire un tableau pour énumérer chaque propriété
de chaque identifiant à travers des lettres. Ces tableaux se présentent comme suit :

A B C
RefEmploy RefDemande RefEmployeur
NomEmploy dateDemande NomEmployeur
PrenomPers salaire CommuneEmployeur
PrenomEmploy ObservationDemande contactEmployeur
ContactEmploy adressEmployeur
CommuneEmploy dateNaisEmployeur
EmailEmploy EthnieEmployeur
QuartierEmploy nationaliteEmployeur
EthnieEmploy
NiveauEtude
Age
NationaliteEmploy
RefDemande

15
(1,1) DEMANDE
EMPLOYEUR Effectue
RefDemande
RefEmployeur Effectue (1,n)
DateDemande
NomEmployeur DroitExamen
PrenNomEmplo Salaire
(1,n)
yeur observationDe (1,n)
mande
EMPLOYE
RefMatiere
Lib_mat_court
Lib_mat_long

16
II) ELABORATION DU MODELE LOGIQUE DES DONNEES
Le MLD sera construit à partir du MCD en tenant compte des éléments suivants :

 Le niveau et le type d’automatisation : il s’agit de ne retenir dans le MLD


que les parties du MCD qui seront automatisées
 L’orientation et le choix technique concernant le système de gestion des
données :
 Orientation base de données réseau
 Orientation base de données relationnelles ;
 Orientation base de données hiérarchiques

Le modèle qui nous intéressera dans cette partie sera le Modèle Logique des Données
Relationnelles, il sera construit pour répondre à la question << COMMENT FAIRE ? >>. Pour
ce faire, l’on choisira de construire un MLD-R lorsqu’il s’agira d’implémenter notre
application en commençant son développement sous un système de Gestion de Base de
Données Relationnelles tels que MS ACCES, ORACLE, MS SQL SERVER, DBASE, FOXPRO etc.

1) Les règles de passage du MCD au MLD-R

Les règles de passage du MCD au MLD-R sont :

 Les règles concernant les objets :


- Toute entité ou objet devient une table ou une relation ;
- L’identifiant de l’objet devient la clé primaire (attribut particulier) de
la table ou relation
- Les propriétés ou rubriques de l’objet deviennent les attributs ou
colonnes de la table.
 Les règles concernant les tables ou relations
 Relation de type Père-Fils ou 1 à N : elle met en jeu ou en
présence les cardinalités de type :
(1,1) -------------------> (1, N)
(1,1) -------------------> (0, N)
(0,1) -------------------> (1, N)
(0, 1) -------------------> (0, N)

Dans ce cas :

17
 L’objet Fils devient la table de Fils ou table Fille ;
 L’objet Père devient la table de Père ;
 L’identifiant de la table Père devient un attribut de la table Fils ; cet
attribut s’appellera clé étrangère et si sa relation est porteuse de
propriété(s), celle(s)-ci migre(nt) vers la table Fils comme clé(s)
étrangère(s) de la table Fils.
 Relation type plusieurs – Plusieurs ou N à N :

Elle met en jeu ou en présence deux (2) ou plusieurs objets reliés par les cardinalités de type :

(0, N) ---------------> (0, N)

(1, N) ---------------> (1, N)

(1, N) ---------------> (0, N)

Dans ce cas :

- Les objets en question se transforment en tables ;


- L’identifiant de chaque objet devient la clé primaire de la table
auxquelles elle correspond ;
- Chaque association ou (relation par abus de langage) devient une
nouvelle table et sa clé primaire est obtenue par concaténation des
identifiants des entités ou objets ayant participé à l’association. Cet
attribut formera la clé primaire de la table générée ;
- Si la relation est porteuse de propriétés, celles-ci deviennent
systématiquement les attributs de la nouvelle table générée.

2) Elaboration du MLD Relationnel

ELEVES ( RefEleve, #RefClasse Auto_num_eleve, NomEleve, PrenomEleve,DateNais, Lieu,


Nat,Sexe, NomPere, NomMere, MobilePere, MobileMere, DateInscrip, StatutEleve, )

CLASSES ( RefClasse, , #RefTypeClasse, # RefPers CodEtab, OrdreClasse, ClasseCourt


ClasseLong )

TYPECLASSE ( RefTypeClasse, Niveau, DroitExamen )

MATIERES ( RefMatiere, Lib_mat_court, Lib_mat_long, Mat_officiel )

COMPOSITION ( Id_compo,Lib_compo,Date_compo, Compo_officiel )

18
PERSONNEL (RefPers, NomPers, PrenomPers, SexePers, FonctionPers, MatriculPers,
DateNaissPers, TelPers )

EVALUATION (#Id_compo, #RefEleve, #RefMatiere, Notes, Date )

COEFFICIENT (#RefMatiere, #RefTypeClasse, Ordre_Mat, Coef_matiere )

III) MODELE PHYSIQUE DES DONNEES

1) Définition et Concepts

Le modèle physique des données définit les choix techniques indépendant des logiciels et des
machines.

Il s’agit donc :

- D’implémenter physiquement la structure logique des données en mettant en œuvre un


système de gestion de données relationnelles ;
- De regrouper sur un même espace physique les données liées à la forte activité, par
exemple
Dans le cas d’un réseau, ces données seront sur un serveur :

DEVIENT

Modèle Logique de Relationnel Modèle Physique Relationnel


Relation Table
Attribut : Nom de l’attribut Champs : Nom du champ
Domaine de valeur Type de données et
Propriété de type de données
Description du champ
Clé primaire Clé primaire
Clé étrangère Clé externe
Contrainte d’intégrité Contrainte d’intégrité

Nom de table : DEMANDE


Support : Disque Magnétique
Nature : Permanent
Taille d’un enregistrement : 250
Nombre des enregistrements : n
Nombre de champs :4
Volume : 558Ko

ATTRIBUT TYPE LONGUEUR OBSERVATION


RefDemande N 08 Clé Primaire
salaire N 08

19
observationDemande A 30

CHAPITRE II : LES MODELES CONCEPTUELS DES TRAITEMENTS


I) ELABORATION DU MODELE CONCEPTUEL DES
TRAITEMENTS

L’objectif de la modélisation conceptuelle des traitements est de représenter


formellement les activités exercées par le domaine par la prise en compte des
échanges du domaine avec son environnement (autres domaines, acteurs externes,
systèmes de pilotage). Il est donc intéressant de dégager les actions menées par le
domaine indépendamment de la façon dont celui-ci choisit de l’organiser, c’est-à-
dire, en faisant abstraction des moyens et ressources nécessaires à l’exécution de ces
activités.

Un modèle conceptuel des traitements exprime ce que fait le domaine et non par
qui, quand, où et comment les activités du domaine sont réalisées.

1) Concepts de base et formalisme

Un MCT est une abstraction des activités du système d’information et de leurs


contraintes. Il est inspiré du réseau de Pétri.

Le processus de conception d’un MCT est le suivant :

 Identification des acteurs et des flux d’information


 Ordonnancement des flux
 Elaboration du MCT

20
21
REALISATION U
SITE WEB

22
CHAPITREI : PRESENTATION DE LA PLATEFORME DE
DEVELOPPEMENT
I) PRESENTATION DU LANGAGE VBA

VBA est un langage de programmation orienté objet interprété qui remplace les
versions antérieures des macros des applications de Microsoft (principalement
Access, Excel, Powerpoint et Word c’est à dire l’intégré Office). C’est un langage de
programmation commun à tous les produits Microsoft.
Les anciennes macros restent utilisables et mélange ables (autre module) dans un
même classeur.

Les mots du langage peuvent s’exprimer (selon un choix initial) soit en anglais soit en
français: Ils ne peuvent pas être mélangés à l’intérieur d’un même classeur. Lors de la
création du classeur le choix français ou anglais doit avoir été fait

II) CHOIX DES LOGICIELS

Pour la réalisation de notre projet nous avons visual studio code comme editeur de
texte dans lequel nous avons écrire du code Html5, php, javaSript, css.

Ainsi pour la gestion de la base de donnée nous avons utilise mysql qui est l’un des
systèmes de Gestion de base de donnée (SGBD)

IV) PRESENTATION DE QUELQUES ECRANS DU PROJET ET


ECRITURE DE CODES

Ecran principal de la page contact

Cet écran permet d’enregistrer les contacts des différents abonnés

23
Formulaire d’inscription des élèves il permet d’ajouter un élève dans une classe, de
modifier ou de supprimer un élève.

24
CONCLUSION
Le thème soumis à notre étude nous a permis d’approfondir nos connaissances dans le
domaine de l’analyse. En effet ce n’est qu’au cours de ce stage que nous avons eu souvent
l’occasion d’appliquer les méthodes que nous avons apprises durant nos deux années de
formation. Nous avons travaillé sur Mise en place d’une application de gestion
pédagogie du primaire. La mise en place de cette gestion a été fructueuse pour notre
formation, mais aussi pour notre connaissance personnelle. L’étude a porté sur la méthode
MERISE très avantageuse et simple à manipuler pour la réalisation de l’application.

Nous pensons que cette expérience dans l’administration publique nous a offert une bonne
préparation à notre insertion professionnelle car elle fut pour nous une expérience
enrichissante et complète qui conforte notre désir d’exercer notre futur métier de
« développeur » dans le domaine de l’informatique. Nous gardons du stage un excellent
souvenir, il constitue désormais une expérience professionnelle valorisante et encourageante
pour notre avenir.

Enfin, nous tenons à exprimer notre satisfaction d’avoir pu travaillé dans de bonnes
conditions matérielles et un environnement agréable.

LEXIQUE
25
ABSTRACTION : Le concept d’abstraction identifie et regroupe des caractéristiques et
traitement communs applicables à des entités ou concepts variées; une
représentation abstraite commune de tels objets permet d’en simplifier la
manipulation.

Données Relationnelles : on parle de données relationnelles lorsque les données


d’une base sont en relations entre elles.

26
27
28