Vous êtes sur la page 1sur 4

CHPITRE 4 élément secondé

IV Cage D'ascenseur
1-INTRODUCTION :
Les bâtiments à plusieurs étages doivent être équipés par des installations mécaniques de
transport des personnes et des marchandises. L’une de ces installations est l’ascenseur

2-ETUDE DE LA DALLE L’ASCENSEUR:


La dalle de l’ascenseur est soumise à un chargement plus important que celui des
planchers, elle support son poids propre, poids des machines, surcharges . . . etc.
La dalle est un panneau rectangulaire de dimensions : ℓx = 1,4, ℓy = 1,4 m.

2-1-Méthode de calcul :
ℓx / ℓy = 1,4 / 1,4 = 1 > 0,4
Donc la dalle de l’ascenseur est calculée comme une section rectangulaire travaillant à la
flexion simple. Et le calcul des armatures se fait sur une bande de 1m de largeur dans les deux
directions.

2-2-Evaluations des charges :


D’après les recommandations techniques de fabrication de l'ascenseur la sommes
des charges appliquées sur cette dalle est :
 Le poids des machines : P =  Pi = 10 t

 Le poids propre de la dalle :


P 100000
G= + e.γ = 1,4×1,4 + 0,25  25000 = 57270,4082 N/m2
 x . y
Q = 1000 N/m2
Pour une bonde de 1m de largeur, on a :
g = G  1m = 57270,4082N/mℓ .
q = G  1m = 1000 N/mℓ .

2-3-Combinaisons des charges :


E.L.U : Pu = 1,35 g + 1,5 q = 78815,051N/mℓ.
E.L.S : Pser = g + q = 58270,4082N/mℓ.

Page 56
CHPITRE 4 élément secondé

2-4-Détermination des sollicitations :


2
M0 x = μx .P.  x M0 y = μ y M0 x
Mt x = 0,85 M0 x Mt y = 0,85 M0 y
Ma x = 0,3 M0 x Ma y = 0,3 M0 y
Tmax = (P.ℓx.ℓy) / (2 ℓx+ℓy)

μ M0 (N.m) Mt (N.m) Ma (N.m) T (N)


SensX 0,0368 5684,772 4832,0562 1705,4316 32182,8125
E.L.U
Sens Y 1 5684,772 4832,0562 1705,4316 -
Sens X 0,0442 5048,082 4290,8697 1514,4246
E.L.S
Sens Y 1 5048,082 4290,8697 1514,4246

2-5-Calcul du ferraillage longitudinale à L.E.U :


Cette dalle n’est pas exposée aux intempéries, donc en prend un enrobage de 2 cm,
et le diamètre des armatures est limité à : h/10 = 2,5 cm, on utilise des barres de Øx,y = Ø10
dx = h – c = 25-2 = 23 cm
dy = dx – ( Øx – Øy) / 2 = 22 cm
μ = M /  b .b.d2

µ < µℓ  À = 0
M xt
Ax 
s  d
Fig IV-1

Mu(N.m) μ α β ²Acal(cm2)
En Sens X 4832,0562 0,0062 0,0075 0,997 0,606
travée Sens Y 4832,0562 0,007 0,0075 0,997 0,633
Sur appui 1705,4316 0,0022 0,0025 0,999 0,299

2-6- Vérification à l’ E.L.S : BAEL 83


 La fissuration est considérée comme peu nuisible, donc il n’y a aucune vérification
concernant σs.
 La section est rectangulaire + flexion simple + acier type FeE400, donc la vérification
de la contrainte max du béton n’est pas nécessaire si l’inégalité suivante est rempliée.

Page 57
CHPITRE 4 élément secondé

 1 f c 28 Mu
α ≤ = + avec : γ =
2 100 M s er

α Mu (N.m) Mser (N.m) γ  condition


En Sens X 0,0075 4832,0562 5048,082 0,957 0,178 V
travée Sens Y 0,0075 4832,0562 5048,082 0,957 0,178 V
Sur appui 0,0025 1705,4316 1514,4246 1,126 0,263 V

2-7-Condition de non fragilité et section minimal : BAEL 91 (B.7.4)


𝑋 3−𝑙𝑋 /𝑙𝑦 3−1
𝐴𝑚𝑖𝑛 ≥ 0 ,0008 × 𝑏 × 𝑑𝑥 =0,0008 100× 23=1,84 cm2
2 2

A y min  0,0008  b  d y = 0,0008  100  22 = 1,76 cm2

 ourcentage minimale : BAEL (art B.6.4)


Amin ≥ 0,001  b  h  Amin ≥ 0,001  100  25 = 2,5 cm2

Tableau récapitulatif :

Acal (cm2) Amin (cm2) Amax (cm2) Aadp (cm2)


En Sens X 0,606 2,5 2,5 4T10 = 3,14
travée Sens Y 0,633 2,5 2,5 4T10 = 3,14
Sur appui 0,299 2,5 2,5 4T10 = 3,14

2-8- L’écartement des armatures :


 La direction X : St = 100/4 = 25 cm
St = 25 cm ≤ min (3h; 33 cm)  St = 25 cm < 33 cm
 La direction Y : St = 100/4 = 25 cm
St ≤ min (4h; 45 cm)  St = 25 cm < 45 cm.

2-9- Vérification de l’effort tranchant:


max
Vu 32182,8125
τu = = = 0,14 MPa
b0 .d 1000×230

La fissuration est peu nuisible   u = 3,25 MPa

τu = 0,14 MPa <  u = 3,25 MPa C.V


Les armatures transversales ne sont pas nécessaires.

Page 58
CHPITRE 4 élément secondé

2-10- État limite de déformation : BAEL91 (art B.7.5)


1.
h Mt
 ; M t  0,85M x
x 20M 0

h 25 0,85
 = 0,18 > = 0,0425 (C.V)
 x 140 20

A 2 3,14 2
2/   = 0,0014 <  0,005 (C.V)
b0 .d f e 100  23 400
Les conditions sont vérifiées, donc le calcul de la flèche ne s’impose pas.

Page 59