Vous êtes sur la page 1sur 6

ssier

Do
BIO - T
RAN
CARBU
Développement des
biocarburants : conséquences
os économiques pour
spéciales
f
In

-
ANTS la production porcine
AGRO
CA BUR
R

L ’accélération de la production de biocarburants de première génération produits à


partir de céréales et d’oléagineux dans de grands bassins de production végétale
dans le monde constitue un enjeu majeur pour l’orientation des marchés agricoles.
Résumé
Après avoir fixé à 5,75% le taux de
biocarburants dans les carburants en
Dans le contexte de flambée des cours observée à partir de 2006 pour l’ensemble des 2010, l’UE vise désormais un seuil de
matières premières agricoles, en conjonction avec l’augmentation des autres matières 6% en 2020 pour les biocarburants
premières, en premier lieu l’énergie (pétrole), la demande supplémentaire induite par de 1ère génération. Avec une part
de 7% en 2010, la France s’est dotée
les biocarburants (éthanol et biodiesel), en concurrence avec les besoins de l’alimen- d’un objectif volontariste. La part
tation humaine et animale, est apparue comme de nature à menacer structurellement des importations par rapport aux
les équilibres de prix. productions européennes est une
L’alimentation animale est donc directement concernée par les effets du développe- inconnue majeure. La production de
Résumé
biocarburants dans l’UE aura un effet
ment des biocarburants sur ses principales composantes, les marchés des céréales et L’arti
modéré sur la demande de céréales ;
des tourteaux. Mais ce développement entraîne également un accroissement de l’offre elle stimulera la production de colza
de matières premières substituables à ces derniers dans l’alimentation des animaux : mais s’appuiera sur un recours aux
importations de graines et huiles.
drêches de céréales, tourteaux de colza et de tournesol, glycérol. Les disponibilités supplémentaires
de drêches de distillerie de céréales
En 2008, l’IFIP a réalisé une étude sur les et tourteaux de colza et tournesol
Les politiques biocarburants trouveront leur place dans un bilan
conséquences économiques du développe-
en France et dans l’UE d’approvisionnement en protéines
ment des biocarburants, susceptibles d’in- très dépendant du tourteau de
fluencer la production porcine. L’impact sur La hausse des prix mondiaux des produits soja. En France, la création de
la demande de matières premières (céréales alimentaires, observée en 2007-2008, ses plusieurs outils industriels de grande
et oléagineux) en France et dans l’UE, et sur conséquences sur la sécurité alimentaire taille de trituration d’oléagineux
et de distillation de céréales
l’offre de coproduits pour l’alimentation ani- dans de nombreux pays et les incertitudes
génère de nouvelles ressources
male a été analysé. sur l’incidence environnementale des biocar- pour l’alimentation animale.
burants (efficacité énergétique, réduction des L’incorporation de tourteaux de colza
Après avoir décrit l’intérêt nutritionnel de ces gaz à effet de serre, conversion de terres non devrait s’accroître dans les aliments
produits pour le porc, leur intérêt économi- agricoles) suscitent de nombreux débats. La pour porcs. Les drêches de céréales
pourraient d’abord concerner les
que, en substitution des matières premières directive sur les énergies renouvelables, en bovins lait et viande et les volailles.
de base des rations (céréales et tourteaux) cours de discussion au plan communautaire, Volontariste, la loi sur l’énergie de
et autres matières premières traditionnelles, pourrait comporter une révision à la baisse des 2007 va développer l’utilisation du
a été évalué. objectifs d’incorporation des biocarburants de maïs pour la production d’éthanol
première génération à l’horizon 2010-2015 et aux Etats-Unis avec des volumes
considérables de corn distillers.
Le développement de la production de bio- privilégier l’investissement dans le développe- Face au renchérissement du maïs,
carburants a été observé à l’échelle mondiale, ment des biocarburants de deuxième géné- la valorisation de ces coproduits est
en particulier l’essor de l’utilisation de maïs ration. La directive en cours prévoit de porter un enjeu majeur pour la production
pour la production d’éthanol et ses consé- à 5,75 % en 2010 la part des biocarburants en porcine.
quences pour l’alimentation animale aux valeur énergétique dans la consommation de
Etats-Unis. carburants pour le transport routier dans l’UE.
Hervé MAROUBY
Tableau 1 : UE - Objectifs d’incorporation des biocarburants et réalisations Didier GAUDRÉ
% 2003 2004 2005 2006 2007* 2010 2015 2020
      Directive 2003/30/CE Propos. Parlement * Cette étude a été financée par
l’Office de l’Elevage, INAPORC
Objectifs - - 2,0 % - - 5,75 % 4 (5) % 6 (10) % et le CASDAR
Réalisation 0,5 % 0,7 % 1,0 % 1,9 % 2,6 % -    
(*) 2007 provisoire. Proposition de nouvelle directive : Biocarburants de première génération / Total énergies renouvelables, comprend les biocar-
burants de deuxième génération Source : IFIP d’après Commission et Parlement Européen, EurObserv’er

TechniPorc, Vol. 32, N°2, 2009 - la revue technique de l’IFIP Synthèse 3


1
Cet objectif a été adopté par
Les propositions actuelles condui- Tableau 3 : Bilan céréalier de l’UE - place des usages énergétiques
le Conseil et le Parlement
européen dans le cadre de raient à limiter à 6 % la part des 2006 2007 2008 2010 2014
l’accord sur le « paquet climat »
carburants de première génération
en décembre 2008.  millions de tonnes UE 25 UE 27 
à l’horizon 2020 en envisageant la
Production 242,3 256,0 294,4 293,6 305,7
possibilité d’apport des biocarbu-
rants de deuxième génération à Consommation
247,4 265,6 270,6 272,9 285,5
hauteur de 4 % de la consomma- intérieure
tion totale (Tableau 1)1. Dont bioénergie 2,5 1,9 4,8 5,5 18,4
dont blé 1,0 1,1 2,5 2,9 10,7
Avec un taux d’incorporation de dont maïs 0,7 0,3 1,5 1,7 6,8
7 % pour chacune des filières dont autres 0,7 0,5 0,8 0,9 0,9
Selon les scénarios, « essence » et « gazole », la France dont production
ces productions a fixé des objectifs plus ambitieux sur jachère
0,0 0,0 0,0 1,8 8,5
vont générer la mise que l’Union européenne pour la
Dont exportations 21,7 18,0 22,3 22,2 28,9
en marché de près production de biocarburants à
Dont importations 10,9 16,9 11,6 9,3 11,0
de 2 millions de l’horizon 2010.
Solde échanges 10,8 1,1 10,7 12,9 17,8
tonnes de drêches Bioénergie/
Les perspectives de croissance des 1,0 0,7 1,6 1,9 6,0
et de 5 millions de productions d’éthanol et de bio- production (%)
tonnes de tourteaux diesel pour les prochaines années, Bioénergie/
1,0 0,7 1,8 2,0 6,5
supplémentaires l’impact sur la demande de matiè- consommation (%)
produits à partir des res premières au plan européen Source : IFIP d’après Commission Européenne
(Prospects for agricultural markets and income, mars 08)
oléagineux européens. et les conséquences sur l’offre de
coproduits pour l’alimentation ani- Demande de matières pour les graines et pour les huiles,
male sont difficiles à cerner avec premières et offre de essentiellement de colza.
précision. Aux inconnues actuel-
coproduits dans l’UE
les sur l’orientation de la politique La consommation de céréales pour
européenne (notamment dans le Les besoins en matières premiè- les biocarburants dans l’Union
cadre de la PAC) s’ajoute la ques- res végétales pourraient être pour Européenne pourrait atteindre
tion de l’ouverture du marché l’essentiel couverts par les pro- près de 6 millions de tonnes en
européen aux biocarburants des ductions végétales de l’UE. Les 2010 (2,5  Mt en 2006), ce qui ne
pays tiers (Brésil, Etats-Unis) et de effets sur les bilans d’approvision- représenterait qu’une part réduite
l’impact d’éventuels accords com- nement et les échanges céréaliers de la production intérieure, esti-
merciaux (OMC, UE-Mercosur). Les resteront modérés. Le secteur mée à 294 Mt par la Commission
politiques de soutien à la produc- des oléagineux sera davantage Européenne (Tableau 3). La récolte
tion ou à la consommation des impacté avec une croissance de de colza (Tableau  2), serait tirée
biocarburants des Etats membres la production d’oléagineux et un par la production de biodiesel,
sont diverses. recours croissant aux importations atteignant 22 Mt, soit environ 6 Mt
supplémentaires par rapport au
Tableau 2 : UE à 27 - Bilan « colza » : graines, huiles et tourteaux niveau de 2005. Selon les scéna-
Évolution et perspectives selon l’EAO- Millions de tonnes rios, ces productions vont générer
    2005/06 2006/07 2007/08 2008/09 2010/11* la mise en marché de près de 2 mil-
Surfaces (M ha) 4,6 5,4 6,2 6,2 7,9 lions de tonnes de drêches et de
5 millions de tonnes de tourteaux
Production 15,7 16,1 18,3 18,9 22
supplémentaires produits à partir
Graine Importations 0,4 0,5 0,7 1,6 -
des oléagineux européens.
Exportations 0,3 0,1 0,4 0,3 -
Trituration 14,7 15,7 18,4 19,3 - Les volumes de céréales et d’oléa-
Production 6,2 6,6 7,7 8,1 9,3 gineux utilisés pour la fourniture
Importations 0,5 0,7 0,4 0,3 1,2 de biocarburants et le retour à
Huile l’alimentation animale de copro-
Consommation 6,6 7,3 7,9 8,2 10,5
duits resteront tributaires de l’évo-
dont biocarburants 3,0 - - 7,5
lution des objectifs nationaux.
Tourteau Consommation 8,6 9,4 10,8 10,9 12,5
Les conditions économiques de
* EAO « Biodiesel et oléagineux dans l’UE » (juillet 07). Sources : IFIP d’après EAO et Oil world, septembre 2008 *

4 Synthèse TechniPorc, Vol. 32, N°2, 2009 - la revue technique de l’IFIP


450
Source : IFIP d’après USDA
400
Tableau 4 : France - Scénario de
450
350
Source : IFIP d’après USDA disponibilités de tourteaux
400
300
$/tonne $/tonne

Sucre (colza, tournesol) et de drêches de


350
250 céréales à l’horizon 2010
300
200 Sucre Blé 1000 tonnes 2006 2010 Les évolutions
250
150 Tourteaux des marchés
1 700 3 000
200
100 Blé Maïs de colza s’accompagnent
150
50 Tourteaux d’une forte volatilité
88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 00 01 02 03 04 05 06 07 08 650 795
de tournesol
100Données mensuelles. Blé et maïs, cours à Chicago en rapproché. Maïs des cours.
50 Sucre raffiné fob Europe. London daily price
Drêche de blé 50 557
88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 00 01 02 03 04 05 06 07 08 Drêche
Données mensuelles. Blé et maïs, cours à Chicago en rapproché. Dieppe 0Compiègne
112
Sucre raffiné fob Europe. London daily price
de maïsRouen
Baleycourt
Source : IFIP d’après ONIGC
Figure 1 : Evolution des prix mondiaux des céréales et du sucre Brest
St Nazaire
Le Mériot Source : IFIP d’après PROLEA
Montoir
1600 Dieppe Compiègne
1500 Sources : IFIP d’après Oil world, EIA (USA) Rouen
1400 Lezoux Capacité graines :
Baleycourt
1300 Huile de Soja Brest
1200
1600 > 1Mt
1100 St Nazaire
Bordeaux
1500 Sources : IFIP d’après Oil world, EIA (USA)
$/tonne $/tonne

1000 Le Mériot
1400
900 Montoir 0,4 à 0 ,65 Mt
1300 Huile de Soja
800
1200 Sète
700
1100 0,1 à 0 ,2 Mt
600
1000 Lezoux Capacité graines :
500
900
400
800 > 1Mt
300 Bordeaux
700
200
600 Pétrole 0,4 à 0 ,65 Mt
100
500
4000 Sète 0,1 à 0 ,2 Mt
300 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 00 01 02 03 04 05 06 07 08
200 mensuelles. Huile de soja : rapproché, fob Rotterdam. Pétrole : Ok
Données Pétrole
WTI fob.
100 Figure 3 : Usines de trituration d’oléagineux en France
0
Figure 2 : Evolution
88 89 90 91 des
92 93prix
94 95mondiaux
96 97 98 99du 00 pétrole
01 02 03 04et 05
de06 l’huile
07 08 de soja à fin 2009
Données mensuelles. Huile de soja : rapproché, fob Rotterdam. Pétrole : Ok WTI fob.

production des biocarburants des cours qui, selon les experts, Source : IFIP d’après SNPAA, IE

n IFIP
constituent un point d’incertitude devrait persister au gré des désé- Nesle
Lillebonne
déterminant pour leur dévelop- quilibres entre offre et demande. Bazancourt
Source : Elaboration IFIP
pement. L’évolution récente des 90 opérateurs des filières ne dis-
Les Pont sur Seine
n IFIP 85
marchés des matières premières posent que d’une
T. Colza 5% visibilité faible à Provins Benhein
80 Nesle
(Figure 1 et Figure 2) a montré un court
90
75
Source : Elaboration IFIP
et moyen termes. Lillebonne
Bazancourt
lien fort entre prix de l’énergie 85
70 T. Colza 5% Capacité ethanol :
et cours des matières premières 80 Pont sur Seine
Intérêt et utilisation de
65
75 Provins 0,300 Mt
Benhein
i n agricoles. 60
coproduits en France Lacq
Ju 70 T. Colza 15% 0,120 à 0,180 Mt
08 55
65
50 0,050
Capacité Mt :
ethanol
in
Après la flambée en 2006 et sur- En
60 France,
Crois. dans
Fin. le cadre
Crois. du « plan
Fin.
Ju 05/06 T. Colza
07/0815% 0,300 Mt
Projet
08 tout 2007 et début 2008, les cours biocarburants »,
55 des investisse-
Lacq
des céréales et des oléagineux ont ments
50 industriels ont été réalisés 0,120 à 0,180 Mt
Crois. Fin. Crois. Fin. Figure 4 : Distilleries d’éthanol à partir
enregistré une correction à la bais- au stade de trituration,07/08
d’estérifi- 0,050 Mt
05/06 de céréales en France à fin 2009
se depuis l’été dernier. Les cours du cation et de distillation (Figure 3 Projet
pétrole se sont effondrés par rap- et Figure 4). d’autres coproduits issues de meu-
port aux niveaux élevés atteints en nerie ou à des céréales.
milieu d’année 2008. La crise éco- Pour l’alimentation animale françai-
nomique induite par la crise finan- se, le développement des biocarbu- Les disponibilités de tourteaux de
cière remettra-t-elle en question rants va conduire à l’arrivée sur le colza vont être portées à près de
wrenceburg (Indiana)
l’orientation haussière des matiè- marché de ressources protéiques 3 millions de tonnes à l’horizon
res premières anticipée pour les supplémentaires (Tableau 4). Les 2010 (1,7 Mt en 2006).
térêt DDGS
wrenceburg prochaines
(Indiana) années ? quantités supplémentaires de tour-
teaux et les drêches de céréales se Les possibilités d’utilisation de cet-
Les évolutions des marchés s’ac-
térêt DDGS
Maïs
substitueront aux tourteaux de soja te matière première pour le porc
compagnent d’une forte volatilité et, pour des volumes plus faibles, à sont notables avec un taux d’incor-

Maïs
DDGS
2006 2007 2008 TechniPorc, Vol. 32, N°2, 2009 - la revue technique de l’IFIP Synthèse 5
Elaboration IFIP d’après USDA.
300 Sucre

$/tonn
250
200 Blé
150
100 Maïs
50
88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 00 01 02 03 04 05 06 07 08
L’offre française de poration possible de 15 % dans recherchée : le rapport
Données mensuelles. de
Blé etprix
maïs,pla- un peu
cours à Chicago moins de 700 000 tonnes.
en rapproché.
les aliments d’engraissement, de fond « tourteau de colza / tourteau Une partie de la production pour-
Sucre raffiné fob Europe. London daily price
drêches de céréales
12 % dans l’aliment post-sevrage de soja » pour une utilisation du rait être exportée à destination de
issues de la production et de 10 % dans l’aliment pour les tourteau de colza au taux maximal nos voisins européens (Royaume-
de biocarburants truies, alors que le tourteau de (15 %) dans les formules d’engrais- Uni, Benelux, Espagne).
pourrait s’établir à colza représenterait actuellement sement peut être estimé à 67 %
un peu moins de environ 7 % des rations porcines environ (Figure 6).
1600
Le potentiel d’utilisation des drê-
450700 000 tonnes. Une au plan national. 1500 Sources : IFIP d’après Oil world, EIA (USA)ches de céréales dans l’alimenta-
Source : IFIP d’après USDA 1400
du tourteau de colza sera tion porcine
La part1300 Huile paraît
de Sojalimité compte
partie
400 de la production 1200
La place de cette matière première 1100par l’essor des disponibi- tenu d’un intérêt économique plus
confortée

$/tonne
pourrait être exportée
350 1000
dans les aliments d’engraissement 900 si une forte part de l’of- marqué pour d’autres espèces (ali-
lités même
300à destination de nos 800
$/tonne

Sucre produits par les fabricants indus- fre supplémentaire


700 sera consom- ments bovins, aliments pour pou-
250 voisins européens. triels, a été analysée au travers mée en600alimentation
500 bovine. let label et poule pondeuse).
400
200 de calculs de formules Blé au moin- 300
dre coût pour les conjonctures 200 économique du tour- Il conviendra dePétrole
L’incidence rester attentif
150 100
0
teau de tournesol
100
des campagnes 2005/2006 Maïs
et 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 00 01 02 03 04 05 06 07 08 par les
classique non aux opportunités offertes
2007/2008, très contrastées en ter- décortiqué est
Données moinsHuile
mensuelles. sensible. Les marchés
de soja : rapproché, pour
fob Rotterdam. Pétrolecette
: Ok WTImatière
fob. pre-
50
88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98me 99 de prix
00 01 02des matières
03 04 05 06 07premières
08 volumes de tourteau de tournesol mière.
et deenrapport
Données mensuelles. Blé et maïs, cours à Chicago rapproché. de prix « protéines/ semi-décortiqué, qui présente une
Sucre raffiné fob Europe. London daily price
céréales ». (Figure 5). meilleure valeur nutritionnelle, L’augmentation de l’offre euro-
resteraient modestes. Le glycérol, péenne et française de produits
Source : Elaboration IFIP source d’énergie, peut apporter à teneur moyenne en protéines
17,5 une contribution à la réduction (tourteaux et drêches de céréales)
Source : Elaboration IFIP
15,0
12,5
Croissance des coûts. Les prix sont toutefois 90 pourrait peser sur le prix de ces
85
1600 10,0 sensibles à la demande de l’indus- 80 matières
T. Colzapremières
5% et affirmer leur
1500 Sources : IFIP d’après Oil world, EIA (USA)
1400 7,5 trie chimique où ce produit trouve 75 attractivité au cours des prochai-
1300 5,0 Huile de Soja
1200 Finition des débouchés avec une meilleure 70 nes années.
1100 2,5
valorisation. 65
$/tonne

1000 0,0
900 pt Déc ars uin pt éc rs in 60
800 Se M J Se D Ma Ju Etats-Unis : toujours
55
T. Colza 15%
700 05 06 07 08 Les conditions d’utilisation des
600
500
plus de maïs pour
50
Figure 5 : Tourteau de colza - drêches de distillerie de céréa- Crois. Fin. Crois. Fin.
400
taux incorporation par
l’éthanol
05/06 07/08
300
200
les, leur valeur nutritionnelle et
période dans les Pétrole
aliments
100 les limites d’incorporation dans Soutenu par une volonté politique
0 d’engraissement (%)
88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 00 01 02 03 04 05 06 07 08 les rations alimentaires sont mal (loi sur l’énergie de 2007, Energy
Données mensuelles. Huile de soja : rapproché, fob Rotterdam. Pétrole : Ok WTI fob. connues faute d’un recul suffisant Independance and Security Act), le
La réduction du prix de marché sur les produits. La variabilité de la développement de l’utilisation
du tourteau de colza nécessaire qualité des drêches selon les pro- de maïs pour l’éthanol va conti-
pour augmenter son utilisation cessus de fabrication, l’incidence nuer de progresser aux Etats-
pour chacune des périodes a été du séchage sur la qualité des Unis. En 2007/2008, ce débouché
Maïs : Illinois. protéines constituent des points a représenté près de 77 Mt (+40 %
DDGS (dried distillers grain with solubles) : Lawrenceburg (Indiana)
Source : Elaboration IFIP à considérer. par rapport à 2004/2005). Selon les
Le potentiel 350
90
85 $/t objectifs fixés, 130 millions de ton-
d’utilisation des 300 T. Colza 5%
80
Prix d'intérêt DDGS
L’offre est actuellement limitée à nes de maïs seront consommées à
drêches de céréales 250
75 deux usines pour les drêches de cette fin en 2015, soit plus de 35 %
70
dans l’alimentation 200 Maïs blé, avec des produits distincts. de la récolte, selon les projections
65
porcine paraît limité 150
60
Un producteur de drêche de maïs du FAPRI (Tableau 5).
T. Colza 15% vient de démarrer son activité. Un
compte tenu d’un 55
100
50 ou DDGS
deux autres sites industriels Le débouché éthanol du maïs
intérêt économique 50 Crois. Fin. Crois. Fin.
2002
05/062003 2004 07/082005 2006 2007 2008 sur le marché de nou-
mettront a dépassé les volumes destinés
plus marqué pour Elaborationveaux types
IFIP d’après USDA. de drêches dans un à l’exportation en 2007/2008. Il
d’autres espèces. Figure 6 : Rapport de prix -
proche avenir. L’offre française de devrait rejoindre en 2015 le niveau
tourteau de colza / tourteau
de soja (%) selon taux drêches de céréales (de blé et de des usages pour l’alimentation ani-
d’incorporation visé maïs) issues de la production de male qui stagnerait au cours des
biocarburants pourrait s’établir à prochaines campagnes avec l’offre

6 Synthèse TechniPorc, Vol. 32, N°2, 2009 - la revue technique de l’IFIP


diana)
800

$
700
600
500
400
300
200
100
0
88 89 90 91 92 93 94 95 9
Données mensuelles. Huile de soja :

Tableau 5 : Etats-Unis - bilan d’approvisionnement du maïs


04/05 05/06 06/07 07/08 08/09 09/10 14/15 15/16 17/18
Surface récoltée M ha 29,8 30,4 28,6 35,1 31,7 34,4 35,7 35,7 35,6
Rendement T/ha 10,06 9,29 9,36 9,47 9,63 9,76 10,44
Source : Elaboration IFIP 10,58 10,86
17,5
Production Mt 299,9 282,3 267,6 332,1 15,0
305 336 373 378 387
Disponibilités Mt 324,3 336,0 306,6 0,0 Croissance
12,5 0 355 379 383 390
10,0
Utilisation intérieure Mt 278,3 282,0 222,6 0,0 0 273 290 293 300
7,5
Alimentation animale Mt 156,4 156,3 142,2 151,7 5,0135 138 138 137 139
2,5 Finition
Alimentation humaine
Mt 68,2 75,7 88,6 110,8 136
0,0 141 167 171 171
et industrie e pt Déc ars uin ept Déc ars uin
S M J S M J
dont éthanol 05 06 07 08
Mt 33,6 40,7 53,8 76,9 102 105 130 133 133
carburant
Exportations Mt 45,9 54,0 53,7 61,9 48 57 68 70 77
Stock final Mt 53,7 50,0 33,1 27,6 29 34 35 34 35
Prix à la ferme $/t 81 79 120 165 173 150 140 140 142
Stock final / recolte % 17,9 17,7 12,4 8,3 9,4 10,2 9,3 9,0 9,1
Maïs éthanol / récolte % 11,2 14,4 20,1 23,1 33,3 31,4 34,7 35,3 34,4
Données FAPRI, mars 2008 sauf USDA pour 2007/2008 et 2008/2009 (novembre 2008). Source : IFIP d’après FAPRI et USDA

croissante des coproduits distillers important. Les volumes de ces Maïs : Illinois.
grains, se substituant pour une drêches atteindraient 39 Mt en DDGS (dried distillers grain with solubles) : Lawrenceburg (Indiana)
350
large part à cette céréale. 2015/2016. $/t
300 Prix d'intérêt DDGS
Au cours des dernières campa- Les DDGS présentent des cours 250
gnes, l’utilisation énergétique attractifs, sensiblement inférieurs à 200 Maïs
croissante du maïs a contribué leur prix d’intérêt calculé à partir du
150
à l’augmentation forte de son coût du maïs et du tourteau de soja,
prix qui a doublé de 2004/2005 base des rations porcines (Figure 7). 100
DDGS
à 2007/2008, passant de 81 $/t à Leur incorporation entraîne ainsi 50
2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008
165 $/t (Figure 7) au producteur. une réduction du coût de l’aliment Elaboration IFIP d’après USDA.
qui pourrait se confirmer ces
Figure 7 : Etats-Unis - Prix du maïs, prix de marché et
La responsabilité de l’éthanol dans prochaines années avec la crois- prix d’intérêt des corn distillers (DDGS) ($/tonne)
cette évolution, aux côtés des sance de l’offre.
autres facteurs de la hausse (flam- biodiesel produits à partir des
bée des cours mondiaux du blé, Conclusion productions végétales locales
rôle des fonds d’investissement est en cours d’examen et fait
sur les marchés des matières pre- Le développement de la pro- l’objet d’incertitudes. Les poli-
mières, incidence du repli du dollar duction de biocarburants de tiques nationales dans le domaine Selon le scénario
sur les marchés à l’exportation) a première génération à partir de sont diverses. Les importations le plus probable,
fait l’objet de débats. Les consé- céréales et d’oléagineux, observé couvrent une part de la demande les productions de
quences négatives sur l’économie dans de nombreuses régions du en carburants renouvelables. biocarburants dans
et la dynamique des productions monde, est au cœur de plusieurs Les conditions d’exploitation des l’Union Européenne
animales ne sont pas totalement problématiques, économiques opérateurs de ces secteurs sont
auront un effet
évaluées à ce jour. (incidence sur les équilibres affectées par les fluctuations des
de prix des matières premières cours des matières premières modéré sur les bilans
La mise en marché de quantités pour l’alimentation animale et comme des produits pétroliers. d’approvisionnement
considérables du coproduit de la humaine, coûts budgétaires, sou- céréaliers.
production d’éthanol, les distillers tien des marchés agricoles), envi- Selon le scénario le plus probable,
grains (drêches de distilleries), ronnementales et sociales. les productions de biocarburants
dont la plus grande partie, séchée, dans l’Union Européenne auront
constitue les DDGS (dried distillers Dans l’Union européenne, la poli- un effet modéré sur les bilans
grain with solubles) est un point tique de soutien à l’éthanol et au d’approvisionnement céréaliers.

TechniPorc, Vol. 32, N°2, 2009 - la revue technique de l’IFIP Synthèse 7


L’impact sera sensible pour les mentation de l’incorporation de matières premières, notamment
oléagineux dont la production cette matière première dans les celles issues des biocarburants,
La question du
devrait augmenter. Les dispo- aliments pour les porcins. pourraient être suivies de manière
développement des nibilités supplémentaires de approfondie.
biocarburants et coproduits, drêches de distillerie L’intérêt économique des drêches
de l’impact sur les de céréales et tourteaux (colza, de céréales apparaît moins mar- Le développement des biocar-
productions végétales tournesol), matières premières qué compte tenu de l’utilisation burants et l’impact à venir sur les
et animales dans les à teneur moyenne en protéines par les autres espèces (aliments productions végétales et animales
grands bassins de trouveront une utilisation dans bovins lait et bovins viande, cer- méritent aussi un suivi renforcé au
un bilan d’approvisionnement tains aliments pour volailles). plan des grands bassins de pro-
production mondiaux
marqué par la dépendance vis-à- duction mondiaux.
mérite un suivi vis du tourteau de soja. Les références techniques concer-
renforcé. nant les drêches de céréales et leur La conjoncture actuelle est en
En France, la création de plu- valorisation dans les différentes effet caractérisée par un rappro-
sieurs outils industriels de tri- catégories d’aliments doivent être chement des cours du maïs aux
turation d’oléagineux et de précisées par des études. Etats-Unis et dans l’Union euro-
production d’éthanol à partir de péenne depuis plusieurs mois.
céréales va apporter de nouvel- Dans le cadre de l’analyse des Ceci appelle des investigations
les ressources pour l’alimenta- conditions de compétitivité des sur la situation de l’alimentation
tion animale. Les disponibilités filières porcines à l’échelle euro- animale nord-américaine et de
supplémentaires de tourteaux péenne, dans les principaux pays ses enjeux pour la production
de colza permettront une aug- producteurs, les disponibilités de porcine. n

Contact :
herve.marouby@ifip.asso.fr

Source : Marouby H., Gaudré D., Novembre 2008. Développement des biocarburants :
conséquences économiques pour la production porcine. Rapport d’étude.
Etude IFIP cofinancée par l’Office de l’Elevage, INAPORC et le CASDAR. IFIP Éditions, 167 pages.

Références bibliographiques
• Parlement européen et Conseil. Directive 2003/30/CE du 8 mai 2008 visant à promouvoir l’utilisation de biocarburants ou autres
carburants renouvelable dans les transports. JOCE L143 du 17 mai 2003.
• Parlement européen. Energie produite à partir de sources renouvelables. Résolution législative du 17 décembre 2008 sur la
proposition de directive du Parlement européen et du Conseil relative à la promotion de l’utilisation de l’énergie produite à
part de sources renouvelables. P6_TA-PROV(2008)0609.
• Note des autorités françaises. Rapport (prévu par l’article 4-1 de la Directive 2003/30) faisant état du bilan et des actions en
faveur des biocarburants en France au cours de l’année 2006 et 2007. http://ec.europa.eu/energy/res/legislation/biofuels_mem-
bers_states_en.htm.
• ONIGC, Biocarburants 2010 : quelles utilisations des terres en France ? Octobre 2007.
• FAPRI (Food and Agricultural Policy Research Institute). FAPRI 2008 U.S. and World Agricultural Outlook. Mars 2008.
• USDA Foreign Agricultural Service, Gain report, EU-27 Bio-fuels, Annual 2008, 30 mai 2008.
• European Oilseed Alliance (EOA), Présentation, Un développement équilibré et durable des debouches alimentaires et non
alimentaires, Juillet 2007.
• Commission Européenne, Prospects for agricultural markets and income in the European Union, 2007-2014, Mars 2008.
• Institut de l’Elevage. Les agrocarburants et l’élevage. Atout ou menaces pour les ruminants ? Le dossier Economie de l’Elevage
n°373, 2007.
• Bouvarel Isabelle, Guérini Céline, Gallot S. Contextes matières premières et coût de l’aliment volailles : conséquences et stratégies
d’adaptation. ITAVI. Etude en cours.
• Wisner R. Has the ethanol boom ended ? Iowa Farm Outlook. Economic Info. N°1971. Décembre 2007.
• Windhorst. H. W. Der boom der Biokraftsoffproduktion in den USA und seine Auswirkungen auf die Agrar und Ernährungswirtschaft.
Institut für Strukturforschung und Planung in agrarischen Intensivgebieten Hochschule Vechta. Mitteilungen – Heft 68. Avril
2008.

8 Synthèse TechniPorc, Vol. 32, N°2, 2009 - la revue technique de l’IFIP