Vous êtes sur la page 1sur 61

Webmastering - Introduction à la création de pages web

Notion de site web


Un site web (aussi appelé site internet par abus de langage) est un ensemble de fichiers HTML, liés
par des liens hypertextes, stockés sur un serveur web, c'est-à-dire un ordinateur connecté en
permanence à internet, hébergeant les pages web.
Intérêts d'un site web
La mise en place d'un site web peut être motivée par plusieurs raisons :

• Le besoin de visibilité : un site web, dans la mesure où il fait l'objet d'une bonne campagne
de promotion, peut être un moyen pour une enseigne ou une organisation d'augmenter sa
visibilité ;
• L'amélioration de la notoriété : grâce à un site web institutionnel ou un mini site web
événementiel, une enseigne peut développer sa popularité auprès du public ;
• La collecte de données : internet représente pour les entreprises une formidable opportunité
de recueillir des données sur leurs clients ou bien de démarcher de nouveaux prospects ;
• La vente en ligne : frileux aux débuts d'internet, les internautes ont vite compris l'intérêt
d'internet pour l'achat de certains produits de consommation. Un site internet peut représenter
pour certaines entreprises une opportunité en terme de commercialisation ;
• La mise en place d'un support aux utilisateurs : de plus en plus de sociétés utilisent
internet comme support privilégié pour le service avant-vente ou après-vente. En effet, avec
un site web, il est possible de mettre à disposition des internautes un maximum d'informations
commerciales ou techniques, à moindre coût.

On distingue habituellement plusieurs catégories de sites web, selon le but poursuivi :

• Les sites vitrine (appelés également sites plaquette ou site identité) sont des sites dont
l'objectif est de mettre en avant l'image de marque de la société, en présentant par exemple
ses produits ou ses services ;
• Les sites catalogue sont des sites visant à présenter l'offre de l'entreprise ;
• Les sites d'information sont des sites fournissant une information particulière à un type
d'internautes ;
• Les sites marchands sont des sites vendant directement des produits aux internautes et
permettant éventuellement de payer en ligne ;
• Les sites institutionnels sont des sites présentant l'organisation et ses valeurs. Ce type de
site décrit généralement l'activité de l'organisation, des chiffres clés et donne les informations
nécessaires aux clients ou aux bénéficiaires ;
• Les sites personnels (parfois pages perso) sont des sites réalisés par des particuliers à titre
de loisir, le plus souvent par passion pour un sujet ou une discipline ;
• Les sites communautaires sont des sites réunissant des internautes autour d'un intérêt
commun.
• Les sites intranet sont des sites accessibles de l'intérieur d'une entreprise ou d'une direction,
ayant pour objet la mise à disposition et le partage d'informations professionnelles.

Qu'est-ce que le webmastering ?


On appelle webmaster (en français webmestre) une personne en charge d'un site web, c'est-à-dire
généralement la personne qui conçoit un site web et le met à jour.
La vie d'un site web possède deux principales facettes, chacune décomposables en phases
spécifiques :

• La création, correspondant à la concrétisation d'une idée en un site en ligne, référencé et


visité ;
• L'exploitation, correspondant à la gestion quotidienne du site, son évolution et sa mise à jour.

La création d'un site web est un projet à part entière comprenant un grand nombre de phases :

• Conception, représentant la formalisation de l'idée ;


• Réalisation, correspondant au développement du site web ;
• Hébergement, se rapportant à la mise en ligne du site, de manière permanente.

L'exploitation du site englobe notamment les activités suivantes :

• Veille, afin d'assurer un suivi des technologies, du positionnement du site et de celui des
concurrents ;
• Promotion et référencement, permettant de développer son audience ;
• Maintenance et mise à jour, représentant l'animation quotidienne du site et le maintien de son
bon fonctionnement.

La mise en place d'un site web est donc une activité multi-disciplinaire faisant appel à un grand
nombre de compétences. Selon l'organisation, la fonction de webmaster pourra relever d'une fonction
de chef de projet à celle de l'« homme-orchestre », chargé de toutes les activités, de la conception au
référencement.
Le terme webmastering désigne l'ensemble des tâches nécessaires à l'exploitation d'un site web.
Conception
La plupart des ouvrages traitant de la création d'un site internet abordent uniquement la phase de
réalisation (création de pages web au format HTML), essentiellement technique, et délaissent la
plupart du temps l'ensemble des étapes d'avant-projet.
La mise en place d'un site web ne saurait en effet se restreindre à la seule création de pages web. Il
s'agit avant tout d'une démarche stratégique et créative devant être réalisée de manière participative,
en y associant l'ensemble des parties prenantes (représentants du personnel, direction, clients, etc.).
La conception du site web est ainsi une phase essentielle du projet, dans laquelle une réflexion
globale est menée, dans un premier temps, sur les objectifs du site et la cible potentielle et, dans un
second temps, sur la structure, l'ergonomie et la navigation.
Réalisation
La réalisation du site concerne la création des pages web et des éléments graphiques. La création
des pages web consiste à créer des fichiers HTML. Il existe deux façons de créer ce type de fichier :

• En éditant les fichiers HTML « à la main », c'est-à-dire en saisissant le code HTML dans un
fichier texte à l'aide d'un simple éditeur de texte. Cette solution est la plus fastidieuse (malgré
la relative simplicité du langage HTML), mais reste toutefois la meilleure façon d'apprendre à
réaliser un site, de comprendre comment celui-ci fonctionne, et d'être ainsi en mesure de
créer un code optimisé et propre.
• En Utilisant un éditeur HTML WYSIWYG (What You See Is What You Get, traduisez Ce que
vous voyez est ce que vous obtenez). Il s'agit d'un logiciel permettant de créer des pages web
visuellement en plaçant des objets et des contrôles. Le logiciel se charge de générer le code
HTML automatiquement. Il s'agit d'une solution très pratique pour créer des pages web, car la
complexité est en grande partie masquée. Cette méthode peut s'avèrer très ennuyeuse si
l'éditeur ne permet pas de réaliser ce que l'utilisateur souhaite. Une connaissance du langage
HTML est néanmoins souhaitable afin de pouvoir maîtriser les options d'édition avancées du
logiciel, permettant notamment de modifier manuellement des attributs de style.

D'autre part, un site internet convivial doit contenir des images. Un logiciel de dessin sera nécessaire
afin d'égayer le site avec des images (au format GIF, JPG ou PNG).
Hébergement
Une société mettant à disposition un serveur web connecté en permanence à internet est appelée
hébergeur et offre un service appelé hébergement. On distingue deux principales catégories
d'hébergeurs :

• les hébergeurs gratuits. Ils prêtent gratuitement un espace disque sur un serveur pour créer
vos pages web. Ce type de service est généralement totalement gratuit. Ils gagnent de
l'argent soit avec un espace publicitaire sur votre site (ce procédé se fait de plus en plus rare),
soit uniquement grâce au trafic sur leur propre site.
• les hébergeurs professionnels. Ce type d'hébergement garantit un service de qualité
(bande passante) et de sécurité (sécurité des données et assurance d'un nombre de pannes
réduit). Il s'avère assez indispensable dans le cas d'un site à trafic important (plus de 1000
visiteurs par jour) et permet l'achat d'un nom de domaine (un nom du type
www.commentcamarche.net).

Mise en ligne
Pour créer un site internet, il n'est pas nécessaire d'être connecté à internet, compte tenu du fait qu'il
s'agit uniquement dans un premier temps de créer les fichiers HTML et les images.
Toutefois, lorsque le site web est prêt à être vu par des visiteurs, il est essentiel de le mettre en ligne,
c'est-à-dire de transférer (copier) les fichiers de votre ordinateur sur le serveur.
Pour ce faire il est alors essentiel de se connecter à internet, puis d'envoyer les pages sur le serveur à
l'aide d'un client FTP (un logiciel de transfert de fichiers).
Promotion
Un site web ne sera visité qu'à partir du moment où un certain effort de promotion aura été réalisé.
Une fois que le site web est suffisamment connu, la promotion peut alors s'auto-entretenir grâce aux
liens hypertextes mis en place par d'autres webmasters, dans la mesure où le contenu du site
présente un intérêt suffisant.

Dernière modification le mardi 14 octobre 2008 à 17:40:30


Webmastering - Conception d'un site web

Conception d'un site web


La conception d'un site web doit être une démarche participative, orientée utilisateurs, c'est-à-dire
qu'elle doit se faire, autant que possible, en concertation avec un ensemble de représentants de
l'entreprise ou de l'organisation, et de ses bénéficiaires, en vue d'obtenir une satisfaction maximale
des utilisateurs.
L'ensemble de la conception doit ainsi principalement être centrée sur l'utilisateur et réalisée en
concertation étroite avec un panel représentatifs d'usagers, par exemple lors de réunion de
« brainstorming » (remue-méninges).
L'objet principal de la phase de conception est d'analyser l'ensemble des besoins, puis d'imaginer des
contextes d'utilisation. L'analyse des besoins comporte ainsi deux volets :

• Les besoins de l'organisation, correspondant à une stratégie d'objectifs ;


• Les besoins des utilisateurs, correspondant à une stratégie de cible.

Stratégie d'objectifs
Avant de commencer tout projet de site web, il est nécessaire de récapituler les objectifs du site web
et, dans le cas d'une société ou d'une organisation, en quoi le site web va permettre à l'organisation
de remplir ses propres objectifs stratégiques.
Il est conseillé de recenser l'ensemble des objectifs du site web et d'y associer des critères
opérationnels, quantifiables, qui permettront de mesure si l'objectif visé a bien été atteint.
Stratégie de cible
Un site web est généralement prévu pour une catégorie d'utilisateurs. Un ciblage précis du type
d'utilisateurs concerné permettra d'établir un profil type et ainsi de focaliser le contenu sur tel ou tel
type d'information.
Il est ainsi nécessaire de s'interroger sur le type d'information que les utilisateurs cibles sont
susceptibles de chercher, d'essayer de déterminer leurs principales questions et le type de réponse
attendue.
Cette étape peut être faite par le biais d'interview des clients de l'entreprise ou des bénéficiaires de
l'organisation, ou, dans le cas d'un site personnel, d'entretiens avec les personnes de l'entourage.
Veille concurentielle
La veille concurentielle consiste à déterminer les principaux concurrents du site web et d'analyser
comment ils répondent à leur clientèle et quelles sont éventuellement leurs lacunes afin de proposer
un service qui les comble. Il s'agit donc d'une analyse concurrentielle basée sur le même secteur
d'activité permettant de dresser un panorama de l'offre existante et du besoin à satisfaire, afin de
mettre en place un site ayant une plus-value pour les futurs visiteurs.
Scénarios
L'écriture de scénarios consiste à se projeter dans la peau de l'utilisateur et d'imaginer les différents
cas d'utilisation possibles du site web.
Cahier des charges
Le cahier des charges est un document contractuel synthétique permettant au maître d'ouvrage
(client) de définir ses besoin auprès du maître d'oeuvre (prestataire). Même si la réalisation du site
n'est pas confiée à un prestataire, il est toujours utile de rédiger un cahier des charges, même court,
afin de formaliser ses idées.
Planification
L'étape de planification consiste à :

• répertorier les personnes travaillant sur le projet de site web,


• répartir les tâches selon les compétences
• établir un planning pour chacune d'entre elles.
• chiffrer globalement le projet en calculant le temps passé par chaque personne et en le
multipliant par leur coût horaire (ou journalier).

Une équipe de réalisation de site web réunit généralement les profils suivants (une même personne
peut avoir plusieurs rôles) :
Métier Description

Personne, au sein de la maîtrise d'ouvrage, chargée du pilotage


Directeur de projet
global du projet.

Il s'agit de la personne, au sein de la maîtrise d'oeuvre, chargée


Chef de projet
du pilotage des équipes techniques (développeurs, architecte
technique
web, etc.).

Rédacteur en chef Il est chargé d'établir le contenu rédactionnel du site, afin de


(éditeur ou chef de répondre au mieux aux attentes des internautes et ainsi de faire
rubrique) augmenter le nombre de visiteurs.

Le web journaliste est chargé de la rédaction du contenu. Le


Web journaliste métier de web journaliste est proche de celui de journaliste
traditionnel.

Son rôle est de concevoir et de développer les parties dynamiques


Développeur
du site. Il s'agit d'une fonction technique aspirant à celle de chef
(programmeur)
de projet technique.

Il est chargé de coordonner les créations artistiques afin de


traduire les idées du client dans une dimension multimédia. Il doit
Directeur artistique
ainsi suivre l'ensemble des équipes artistiques afin de garantir
l'harmonie visuelle du site web.

Il élabore les éléments graphiques du site (illustrations, schémas,


Infographiste
logos, etc.).
WebDesigner (parfois
Il conçoit l'aspect graphique du site.
maquettiste)

Il conçoit et met en ligne les pages web du site, en y incorporant


Intégrateur HTML
les articles des journalistes et les éléments graphiques.

La tâche d'ergonome consiste à concevoir une interface utilisable


afin de maximiser la facilité d'utilisation du site et de fidéliser les
Ergonome
internautes. Cette tâche peut très bien être assuré par un des
autres profils.

Dans la majorité des cas, l'administration du réseau est assurée


par l'hébergeur. Néanmoins si le site est hébergé dans les locaux
Administrateur de l'organisation ou si le site repose sur une architecture réseau
réseau importante, l'administrateur réseau sera chargé du bon
fonctionnement de celui-ci, en terme de qualité de service et de
sécurité.

Il s'agit d'une fonction essentielle du site, visant à assurer le bon


fonctionnement des échanges dans les espaces de discussion
Animateur web
(forum, chat). Il modère (supprime, modifie ou déplace) les
(parfois animateur de
messages contraires à l'éthique du site et guide les débutants.
communautés, ou
Dans la mesure du possible il essaye de répondre aux questions
modérateur)
des utilisateurs. Enfin, il peut lancer des débats ou des sondages
afin de créer de l'émulation.

Etude de faisabilité
Le site web doit également être réfléchi en termes de budget et de temps. Il doit notamment être
pensé sur le long terme, c'est-à-dire que des moyens doivent être prévisionnés pour créer le site mais
aussi pour le maintenir et l'actualiser. A ce titre, si le site n'est pas mis à jour régulièrement il risque de
ternir l'image de marque de la société plutôt que de la valoriser.
A cette étape, les ambitions initiales peuvent être revues et prioritisées afin de ne choisir que les plus
prioritaires en fonction du budget et des délais.

Dernière modification le mardi 14 octobre 2008 à 17:40:30.


Webmastering - Ergonomie d'un site web

Notion d'ergonomie
L'ergonomie est l'utilisation de connaissances scientifiques relatives à l'homme (psychologie,
physiologie, médecine) dans le but d'améliorer son environnement de travail. L'ergonomie se
caractérise généralement selon deux composantes :

• L'efficacité, consistant à adopter des solutions appropriées d'utilisation d'un produit, au-delà
du bon sens du concepteur ;
• L'utilisabilité, marquant l'adéquation aux capacités de l'utilisateur. Elle se décline en :
o confort d'utilisation, consistant à réduire au maximum la fatigue physique et
nerveuse.
o sécurité, consistant à choisir des solutions adéquates pour protéger l'utilisateur ;

Appliquée au domaine du web, l'ergonomie d'un site web peut être définie par sa capacité à répondre
efficacement aux attentes des utilisateurs et à leur fournir un confort de navigation.

La principale difficulté que tente de lever l'ergonomie est la diversité des profils des visiteurs. Les
critères suivants sont généralement déterminants pour un site web :

• attentes de l'utilisateur : tous les visiteurs du site ne recherchent pas nécessairement la


même information ou n'ont pas nécessairement les mêmes exigences en terme de graphisme.
• habitudes de l'utilisateur : elles correspondent à des comportements acquis.
• âge de l'utilisateur : il caractérise en général la capacité d'adaptation de l'utilisateur et sa
rapidité de navigation.
• équipements : il s'agit d'une des difficultés majeures. En effet, l'affichage du site pourra varier
d'un équipement à l'autre, en particulier selon le navigateur et la résolution d'affichage.
• niveau de connaissances : tous les visiteurs du site ne sont pas nécessairement des as de
l'informatique. L'ergonomie du site doit être pensée pour l'utilisateur le moins expérimenté.

Caractéristiques humaines
Les études psychologiques menées sur l'Homme ont montré certaines aptitudes ainsi qu'un certain
nombre de limites. L'objet de l'ergonomie est de tirer profit de ces éléments psychologiques afin de
mettre en oeuvre une interface efficace et confortable à utiliser.

L'être humain, selon le modèle du « processeur humain », perçoit son environnement à l'aide de son
système sensoriel (5 sens : toucher, vue, ouïe, odorat, goût), mémorise et planifie des actions à
l'aide de son système cognitif (cerveau) et enfin agit grâce à son système moteur et grâce au
langage.
Parmi les 5 sens, la vue est le sens le plus développé, alors que le goût et l'odorat sont réputés pour
être peu développés. Ainsi, dans la mesure où l'on considère que la perception visuelle peut
représenter près de 50% de l'activité du cerveau, il s'agit du mode privilégié pour les interfaces
utilisateurs.

A chacun des systèmes correspond une mémoire et un processeur. Les théories de psychologie
distinguent trois types de mémoires :

• La mémoire sensorielle, permettant de stocker l'information sensorielle (traitement des


stimuli) pendant une durée de l'ordre du quart de seconde (250 ms),
• La mémoire à court terme (ou mémoire de travail), capable de stocker un nombre restreint
de mnèmes (en anglais « chunks » soit « unités d'information », c'est-à-dire des motifs visuels
ou sonores telle qu'un mot, etc.) pendant plusieurs minutes. Des études, mises en évidence
par Georges MILLER en 1956 (Magical number seven), ont montré qu'un être humain est
capable de traiter simultanément 7 mnèmes (plus ou moins deux).
• La mémoire à long terme, capable de stocker un nombre infini d'informations de manière
permanente.

Les trois types de mémoire sont fortement liés. Ainsi, un environnement faisant fortement intervenir
les sens (musique, vidéo, endroit agréable) facilite l'apprentissage à court terme. C'est notamment
pour cette raison que l'apprentissage par l'action est très efficace. Les environnements multimédias
permettent par exemple aux enfants de s'approprier très rapidement l'interface et d'apprendre « sans
s'en rendre compte ».

Par ailleurs, la répétition est un moyen de faire passer l'information de la mémoire à court terme vers
la mémoire à long terme. Le processus de mémorisation à long terme se fait sur un principe
d'association : la récupération d'un mnème dans la mémoire à long terme sera d'autant plus facile qu'il
sera rattaché conceptuellement à d'autres mnèmes.

La « théorie de l'action » (User Central System Design, Donald A. NORMAN, 1986) modélise les
actions et réactions de l'homme. Cette théorie repose sur deux concepts :

• L'homme conçoit des modèles simples pour définir son comportement ;


• L'homme décompose ses actions selon une boucle comprenant 7 étapes :
o Etablissement d'un but : il s'agit d'une représentation mentale d'un état à atteindre ;
o Formulation d'une intention : il s'agit de la décision d'atteindre l'objectif fixé ;
o Mise au point d'un plan d'action : il représente la suite d'actions à mener ;
o Réalisation du plan d'action : il consiste à activer le système moteur ;
o Perception de l'état du système, décrivant sous forme de variables psychologique
la perception du changement par l'organisme ;
o Evaluation de l'état atteint par rapport aux objectifs initialement fixés.

Lorsque l'objectif initial est complexe, il est décomposé en sous-objectifs successifs, jusqu'à ce que le
sous-objectif soit réalisable. Le sous-objectif est alors traduit en une action, aboutissant à la définition
d'un nouvel objectif. La théorie de l'action définit ainsi deux distances caractérisant l'écart entre le but
défini par l'utilisateur et sa réalisation :

• La distance d'exécution, représentant l'écart entre le but et l'état du système dans la


branche descendante ;
• La distance d'évaluation, représentant l'écart entre l'état du système et le but dans la
branche ascendante.

L'évaluation de ces deux distances permet à l'utilisateur de juger l'effort nécessaire pour faire
correspondre sa représentation mentale avec l'objectif fixé.

Cette liste de caractéristiques psychologiques est loin d'être exhaustive. L'ergonomie permet de tirer
parti de ces considérations comportementales et des mécanismes d'apprentissage afin de créer des
interfaces homme-machine ergonomiques. Il découle notamment des éléments ci-dessus :

• qu'une liste d'items doit de préférence comporter moins de 7 éléments ;


• que l'usage de couleurs et d'une signalétique liant les éléments d'une interface aident
l'utilisateur à se l'approprier ;
• que des messages courts facilitent leur mémorisation ;
• que l'état de l'interface doit représenter fidèlement l'état du système. Cela signifie notamment
que des messages d'alertes appropriés doivent être mis en oeuvre.

Critères d'ergonomie
Les principaux critères d'ergonomie d'un site web sont les suivants (liste non exhaustive) :
Critère Sous-critère Description

Sobriété Simplicité un site web très épuré renforcera la crédibilité de


l'organisation.

Peu chargé Les images animées sont déconseillées. Les animation


doivent être privilégiées pour afficher des messages forts
car elles attirent le regard de l'internaute.

Lisibilité Clarté Il convient de prendre en compte le fait que les


informations écrites sont moins faciles à lire sur un écran
que sur papier (25% de temps de lecture
supplémentaire). Ainsi, le texte devra être suffisamment
aéré.

Structuration Le texte devra être structuré à l'aide de paragraphes et


de titres de différents niveaux, afin d'en faciliter la
lecture

Organisation Les éléments d'informations doivent être hiérarchisé par


niveau d'importance. Les éléments les plus importants
doivent figurer en haut de page.

Utilisabilit Facilité de La « règle des 3 clics », globalement suivie, stipule que


é navigation toute information doît être accessible en moins de 3 clics

Repérage A tout moment le visiteur doit pouvoir être en mesure de


se repérer dans le site. Qui plus est, le logo doit être
présent sur toutes les pages, au même emplacement, et
une charte graphique uniforme doit être appliquée à
l'ensemble des pages afin de permettre à l'usager de
savoir qu'il est toujours sur le même site. Un plan du site
peut constituer un excellent moyen de permettre au
visiteur de savoir où il est.

Liberté de Le site doit laisser la possibilité à l'utilisateur de revenir à


navigation la page d'accueil et aux principales rubriques par un
simple clic, quelque soit la page sur laquelle il se trouve
(grâce à une barre de navigation par exemple). Dans la
mesure du possible, l'utilisateur devra pouvoir naviguer
dans le contenu selon des chemins transversaux. Les
pages d'introduction ou pages interstitielles (splash
screen) sont à éviter car elles énerveront la plupart des
visiteurs.

Visibilité de L'URL de la page en cours doit être constamment visible


l'adresse et suffisamment explicite pour permettre à l'utilisateur de
se repérer afin de pouvoir revenir facilement.

Tangibilité de Les informations présentes sur le site doivent être


l'information qualifiées, c'est-à-dire que des éléments permettant d'en
connaître la date de mise à jour où l'auteur doivent être
présents. D'autre part, il est néfaste pour un site de
proposer une façade accrocheuse aboutissant sur des
sections en travaux.

Homogénéité de la Les éléments de navigation doivent être situés au même


structure endroit sur toutes les pages, si possible avec une
présentation uniforme d'une page à une autre.

Rapidité Temps de Le temps d'affichage d'une page doit être le plus petit
chargement possible car la majorité des internautes ne patientent pas
plus de 15 secondes lors du chargement d'une page. Ce
facteur dépend notamment de la connexion du visiteur,
de la taille de la page et de ses images, ainsi que des
capacités du serveur web.

Images optimisées Il convient d'optimiser au maximum la taille des images,


en choisissant un format adapté et un nombre de
couleurs le plus petit possible. Il est recommandé de ne
pas dépasser 30 à 40 ko maximum par image, sauf
action volontaire de votre part (par exemple dans le cas
d'une image téléchargeable en haute résolution).

Images non Pour la même raison, les images doivent


redimensionnées préférentiellement être dans leur taille réelle, sans
redimensionnement.

Interactivit Liens hypertextes L'interactivité caractérise les interactions possibles entre


é l'utilisateur et le site web. Les liens hypertextes offrent
de vastes possibilités dans ce domaine et permettent
d'offrir au visiteur des parcours multiples, au gré de ses
envies. Il est conseillé de mettre suffisamment de liens
entre les différentes pages. A l'inverse, trop de liens
peuvent rendre difficile la lecture.

Découpage de Afin de permettre au visiteur de mieux assimiler


l'information l'information et, dans certains cas de susciter sa
curiosité, il est préconisé de découper l'information. Le
découpage de l'information peut notamment se traduire
par un texte d'accroche et un lien hypertexte conduisant
à la suite de l'article.

Facilitation des Il est souhaitable de tout mettre en place pour faciliter


échanges l'échange avec les visiteurs, notamment afin de recueillir
leurs impressions et leurs demandes, en vue de faire
évoluer le site. A minima, le visiteur doit pouvoir trouver
facilement le moyen de contacter une personne, par
courrier électronique ou grâce à un formulaire de
contact.

Adaptabilit L'adaptabilité caractérise la possibilité de


é personnalisation du site web sur intervention de
l'utilisateur.

Redimensionneme Les textes du site doivent préférentiellement utiliser des


nt des polices polices dont la taille n'est pas exprimée en valeur
absolue, afin de laisser la possibilité de les
redimensionner aux personnes le souhaitant.

Adaptativi L'adaptativité caractérise la possibilité de


té personnalisation du site web à personnaliser
automatiquement le site web sans intervention de
l'usager.

Accessibili Universalité de L'accessibilité est la capacité du site web à être consulté


té l'accès universellement, c'est-à-dire par tout type d'utilisateurs,
y compris les malvoyants et non voyants. Il existe un
certain nombre de règles d'accessibilité simples, à
respecter afin de permettre l'accès au site web au plus
grand nombre, quelque soit leur configuration logicielle
et matérielle ou leur handicap.

Interopérabilité Le respect des standards, en particulier les


recommandations d'accessibilité du W3C, permet de
garantir un bon niveau d'interopérabilité, c'est-à-dire la
capacité du site web à être consultable par différents
clients logiciels.

Transparence des Les formats utilisés doivent préférentiellement être


formats transparents, c'est-à-dire consultable en mode texte.
Ainsi le HTML sera utilisé préférentiellement au Flash. Par
ailleurs, les images ou animation ne doivent pas se
soustraire aux informations textuelles ou provoquer une
gêne pour les non-voyants. Les illustrations graphiques
doivent donc uniquement être utilisées en tant que
complément visuel au texte.

Légende Une légende ou un texte de remplacement doivent être


prévu en lieu et place des images (grâce à l'attribut alt),
afin de permettre aux déficients visuels de comprendre le
sens de l'image.

Choix des couleurs Les couleurs doivent être choisies afin de laisser
l'information lisible aux personnes ne distinguant pas les
couleurs correctement (daltoniens).

Usage sain des L'information doit pouvoir être accessible, y compris sans
feuilles de style feuille de style.

Contraste adapté Le niveau de contraste entre la couleur d'arrière-plan et


le texte en avant plan doit être suffisant pour en
permettre la lecture aux malvoyants.

Taille des polices La taille des polices doit être adaptable afin de laisser la
modifiable possibilité de grossir les textes si nécessaire.

Les polices utilisées ne doivent également pas être trop


petites, au risque de fatiguer la vue des lecteurs ou
d'être illisibles.
Dernière modification le samedi 18 avril 2009 à 01:42:16.
Webmastering - Webdesign

Conception du système de navigation


La structure d'un site web doit être le reflet d'une stratégie. Des scénarios de navigation doivent être
élaborés afin de pousser l'utilisateur à suivre un chemin dans le site web.
Néanmoins il ne faut pas emprisonner le visiteur et le laisser libre de s'en aller ou de changer de
rubrique à tout moment.
Parcours visuel
Des études ont montré que l'oeil de l'internaute moyen parcourt généralement la page web selon un
cheminement global en « zigzag » commençant à l'angle supérieur gauche, jusqu'à l'angle inférieur
droit.

La zone centrale supérieure représente ainsi un endroit particulièrement stratégique pour placer des
informations.
Structuration du site web
La structuration du site web consiste à bâtir l'architecture globale du site web en organisant les
différentes informations.
Il s'agit dans un premier temps de faire l'inventaire des contenus du site web et de les regrouper par
thématique afin de constituer des rubriques, on parle alors de rubriquage.
Dès lors que les principales rubriques sont identifiées (on veillera à ne pas dépasser une dizaine de
rubriques principales), il faut alors déterminer leur organisation et leur découpage en sous-rubriques.
La plupart du temps la structuration du site peut se représenter sous la forme d'une arborescence
dont la racine est la page d'accueil :
Les classiques
Certaines caractéristiques se retrouvent généralement d'un site web à l'autre :

• Logo du site web en haut à gauche. Un clic sur ce logo conduit directement à la page
d'accueil du site ;
• Lien vers la page d'accueil présent sur chaque page du site ;
• Eléments de navigation présents sur chaque page afin de permettre à l'utilisateur de se situer
dans le site et de revenir facilement à la rubrique principale.

Eléments de navigation
Les éléments de navigation sont des outils permettant au visiteur de savoir où il se situe dans le site,
de revenir d'où il vient et de se déplacer dans les rubriques. Il existe plusieurs moyens de mettre en
oeuvre des éléments de navigation :

• Le fil d'ariane ;
• La navigation par onglets ;
• La carte du site.

Fil d'ariane
On appelle fil d'ariane (ou chemin de fer et en anglais breadcrumbs trail), un outil de navigation
constitué d'une suite de liens hiérarchisée. Le fil d'Arian représente le chemin de navigation et permet
à l'usager :

• de se repérer dans le site


• de remonter facilement aux rubriques principales.

Un fil d'Ariane se présente sous la forme suivante :


Accueil > Webmastering > Navigation
Un fil d'Ariane possède les caractéristiques suivantes :
• Liens séparés par le caractère « > », afin de symboliser la notion de hiérarchie.
• Dernier lien non cliquable et en gras. Il représente la page sur laquelle le visiteur se trouve.

Le terme anglais « breadcrumb » (littéralement « miette de pain ») fait référence au conte de Grimm,
« Hansel et Gretel », relatant l'histoire de deux enfants perdus dans la forêt laissant tomber des
morceaux de pain pour retrouver leur chemin.
Le terme français « fil d'Ariane » se réfère à la mythologie grecque. Ariane, amoureuse de Thésée, lui
confie une pelote de laine lorsqu'il s'engouffre dans le labyrithe pour tuer le Minotaure. En la
déroulant, puis en l'enroulant à nouveau, Thésée parvient à sortir du labyrinthe.
Navigation par onglets
Les onglets sont des outils de navigation utiles permettant de distinguer des rubriques dans un site
web et de passer facilement de l'une à l'autre. Des codes couleurs peuvent également être utilisés afin
de renforcer la différenciation entre les rubriques.

Plan du site
Un plan du site (ou carte du site, en anglais site map) permet aux internautes d'appréhender le site
dans sa globalité en un seul coup d'oeil. Un item « vous êtes ici » peut de plus permettre à l'internaute
de se situer dans le site.
Flêches de navigation
La présence de flêches de navigation (suivant, précédent, retour au chapitre, retour à la page
d'accueil) permet de fournir une navigation intuitive à l'utilisateur.

Dernière modification le mardi 14 octobre 2008 à 17:40:30.


Webmastering - Webdesign

Introduction au webdesign
Le terme « webdesign » désigne la discipline consistant à structurer les éléments graphiques d'un
site web afin de traduire, à travers une dimension esthétique, l'identité visuelle de la société ou de
l'organisation. Il s'agit ainsi d'une étape de conception visuelle, par opposition à la conception
fonctionnelle (ergonomie, navigation).

L'objet du webdesign est de valoriser l'image de l'entreprise ou de l'organisation par le biais


d'éléments graphiques afin de renforcer son identité visuelle et de procurer un sentiment de confiance
à l'utilisateur. Néanmoins, en vertu des critères d'ergonomie, un site web doit avant tout répondre aux
attentes des utilisateurs et lui permettre de trouver facilement l'information qu'il cherche.

Le webdesign est ainsi un compromis entre une présentation possédant un graphisme époustouflant,
permettant de donner une crédibilité et une image de marque à l'entreprise et une navigation sobre
(voire dépouillée) permettant à l'utilisateur de trouver facilement ce qu'il cherche.

Par extension le terme webdesigner désigne le métier consistant à concevoir le design d'un site web.
La nécessaire inspiration
Le design d'une page web est avant tout un acte artistique mettant en oeuvre l'inventivité et la
création. Le but de ce guide est de donner quelques éléments clés permettant d'obtenir un design
efficace, néanmoins une bonne source d'inspiration peut consister à visiter des sites de référence,
notamment des sites professionnels. Il est notamment intéressant d'étudier comment chacun d'entre-
eux dispose l'information, comment les menus et les blocs d'information sont mis en avant et d'une
manière générale de déterminer ce qui fait qu'un site paraît pro.
Agencement de la page
Elle aboutit généralement à la création de modèles de pages (en anglais templates), servant de
gabarits pour la création du site web. Les templates sont des images, créées sous forme de calques,
ou bien des pages web représentant le squelette graphique d'une page type.

La structure traditionnelle d'une page web est la suivante :

• un logo situé en haut à gauche. La plupart du temps le logo est cliquable et mène à la page
d'accueil ;
• une zone de navigation (menu), située à gauche et/ou à droite ;
• un en-tête contenant le nom du site, un bandeau de navigation et une zone prévue pour une
bannière (publicitaire ou non) ;
• un corps de page, contenant l'essentiel de l'information ;
• un pied de page regroupant des informations utiles telles que la date de mise à jour, un lien
vers un formulaire de contact, un plan d'accès, etc.
Il est essentiel de distinguer dans le template ce qui relève d'éléments invariables, identiques sur
toutes les pages, ou bien variables d'une page à l'autre.
Charte graphique
On appelle « charte graphique » (en anglais graphic charter) le document synthétique récapitulant
les règles de présentation des éléments graphiques d'un site web, traduisant son identité visuelle.

La charte graphique définit l'habillement graphique de la page, notamment les tailles, couleurs et
apparences des textes, images et boutons du site ainsi que le positionnement relatif des objets dans
la page.
Maquette
Une maquette est un site web factice et sommaire (prototype) présentant le graphisme du site et sa
navigation. La maquette permet de formaliser la conception du site et constitue généralement l'étape
de validation de cette phase, pour passer à la phase de réalisation.

La maquette représente les pages principales du site (sans contenu) à l'aide de pages statiques et
permet de simuler la navigation. Ainsi, les éléments dynamiques tels que le moteur de recherche
pourront par exemple conduire à une page présentant des résultats factices.
Dimension des pages
La taille de la page web dépend essentiellement de la définition d'affichage (le terme résolution est
utilisée à tort) des internautes.

En terme de largeur, l'idéal est d'opter pour une valeur inférieure à la définition horizontale de la
majorité des visiteurs, afin de ne pas les contraindre à faire défiler l'écran avec l'ascenceur horizontal.
Une page courte permet en effet au visiteur de survoler facilement l'information pour repérer les
éléments qui l'intéressent.

Concernant la longueur, il est souhaitable de ne pas dépasser trois à cinq hauteurs d'écran. En effet,
les pages trop longues risquent de ne pas être lues en entier et sont plus longues à charger.

Pour garantir un affichage optimal pour la majeure partie des visiteurs il existe plusieurs stratégies :

• Choisir la plus petite largeur supportée par le plus grand nombre (entre 600 et 800 pixels de
largeur par exemple) ;
• Choisir une page comportant des tableaux invisibles de largeurs variables (définies en
pourcentages) ;
• Détecter la résolution des visiteurs à l'aide d'un script (en javascript par exemple), et rediriger
le visiteur vers une page de la bonne largeur. Cette méthode nécessite que les visiteurs aient
un navigateur avec le Javascript activé et demande de créer autant de pages que de largeurs
souhaitées .

Position des informations


Lors de la création des pages, la position des information a son importance. Etant donné le sens de
lecture des informations (en diagonale du coin supérieur gauche au coin inférieur droit), l'information
située en haut de page aura plus de chances d'être lue par les internautes.
Choix des couleurs
Il est conseillé de ne pas utiliser plus de trois couleurs différentes dans un site web afin de respecter le
critère de sobriété. Le choix des couleurs devra correspondre, le cas échéant, aux couleurs de
l'organisation (notamment aux couleurs du logo) et exprimer une ambiance particulière.

Quel que soit le choix des couleurs, il est recommandé d'établir une couleur prédominante,
représentant la majeure partie de la page web, et une ou plusieurs couleurs secondaires plus
dynamiques (plus vives), en moindres proportions , afin de mettre des éléments en exergue.

Les couleurs possèdent une symbolique implicite. Il est donc important de les choisir en connaissance
de cause. En effet, les couleurs influent sur le comportement des individus :

• physiquement : appétit, sommeil, température du corps, etc.


• émotionnellement : sentiment de peur, de sécurité, de joie, etc.
• psychologiquement : dynamisme, concentration, etc.

Le tableau ci-dessous récapitule la signification classiquement associée aux couleurs :

Couleu Symbolique
Symbolique méliorative Domaine
r péjorative

Calme, confiance, autorisation, Voile, nouvelles


apaisement, sérénité, protection, technologies,
Bleu Froid, sommeil
sérieux, mystique, bonté, eau, informatique,
espace, paix médecine

Délicatesse, passion, discrétion, Mélancolie, tristesse,


Violet Culture, politique
modestie, religion. deuil, insatisfaction

Journal personnel,
Rose Charme, intimité, femme, beauté Naïveté
femmes

Violence, colère,
Chaleur, force, courage, dynamisme, Luxe, mode, sport,
Rouge danger, urgence,
triomphe, amour, enthousiasme. marketing, médias
interdit, sang, enfer.
Tiédeur, confort, gloire, bonheur,
Divertissement, sport,
Orange richesse, honneur, plaisir, fruit, Feu, alerte
voyage
odeur, tonus, vitalité.

Tromperie, égoïsme,
Lumière, gaieté, soleil, vie, pouvoir,
Jaune jalousie, orgueil, Tourisme
dignité, or, richesse, immortalité.
alerte

Nature, vie végétale, secours,


équilibre, foi, apaisement, repos, Découverte, nature,
Vert
confiance, tolérance, espoir, orgueil, voyage, éducation
jeunesse, charité.

Brun Calme, philosophie, terroir. Saleté Environnement

Pureté, innocence, neige, propreté,


Blanc Mode, actualités
fraîcheur, richesse.

Design, associations,
Gris Neutralité, respect. organisations à but
non lucratif

Cinéma, art,
Mort, obscurité, photographie et
Noir Sobriété, luxe, nuit.
tristesse, monotonie. interdit

La composition des couleurs a également une influence sur la perception des volumes. La
composition des couleurs peut permettre de dégager une sensation de bien être, aussi bien pour la
décoration d'une maison, que pour le graphisme d'un site web.

Le cercle chromatique est un bon outil permettant d'apréhender les interactions entre les couleurs. Le
cercle chromatique est une représentation circulaire des couleurs, sur laquelle figurent les couleurs
suivantes :

• Les couleurs primaires (rouge, jaune, vert), couleurs « pures », ne pouvant être obtenues par
mélange d'autres couleurs ;
• Les couleurs secondaires (cyan, magenta, jaune), obtenues par mélange à parts égales de
deux couleurs primaires adjacentes. Les couleurs secondaires sont diamétralement opposées
à leur couleur complémentaire (soustractive) sur le cercle chromatique ;
• Les couleurs tertiaires, obtenues par mélange d'une couleur primaire et d'une couleur
secondaire.

Les couleurs sont également catégorises en couleurs « chaudes » (dont le ton est proche du rouge) et
« froides » (dont le ton est proche du bleu).
Il existe des règles universelles régissant l'harmonie des couleurs, dûes à des propriétés physiques de
l'oeil. En effet, lorsqu'il contemple une couleur, l'oeil crée automatiquement, sur son contour, un filtre
de la couleur complémentaire. On parle de « contraste simultané ». Avec ce mécanisme, la perception
des couleurs dépend des couleurs avoisinantes. Ainsi, le jaune paraîtra plus orangé lorsqu'il est
associé à du bleu et le bleu paraîtra plus violet. Un bleu à côté d'un rouge apparaîtra vert, etc.

Par ailleurs, des couleurs voisines sur le diagramme chromatique créent une sensation d'équilibre
pour l'oeil, en vertu de l'absence de contraste, on parle ainsi d'« harmonie d'analogie ».

Il existe donc globalement deux façons principales de choisir des couleurs harmonieuses :

• en choisissant des nuances d'une même couleur, soit des couleurs de même teinte dont les
tons sont proches,
• en mêlant des couleurs complémentaires (chaudes et froides), c'est-à-dire des couleurs
éloignées sur le diagramme chromatique. Pour deux couleurs, il suffit de choisir des couleurs
complémentaires, diamétralement opposées ; pour trois couleurs, les couleurs choisies
doivent former un triangle équilatéral, etc.

Enfin, des éléments de couleur chaude paraîtront globalement plus grands que des éléments de
couleur froide.
Choix des images
Les images permettent d'agrémenter un site web et de le rendre plus gai. Néanmoins l'abus d'image
peut gêner le confort visuel, ainsi que le chargement des pages.

Les webmasters débutant aiment à égayer leur site avec des animations amusantes glanées sur le
web. Dans la mesure du possible il est préférable de s'en passer car elles peuvent énerver le lecteur
et car elles donnent un caractère amateur au site.
Couleur d'arrière-plan
Le choix de la couleur d'arrière-plan (en anglais background) est primordial, car un arrière-plan mal
choisi peut gêner la lisibilité. Un bon contraste entre la couleur d'avant-plan et la couleur dominante de
l'arrière plan est nécessaire. A ce titre, il est fortement déconseillé d'opter pour un arrière-plan
graphique car il peut gêner la lecture et dégage généralement un sentiment d'amateurisme. L'arrière-
plan devra ainsi généralement être choisi très pâle.
Typographie
Il est fortement contre-indiqué d'utiliser plus de deux polices sur un site web. Les polices stylisées
doivent être utilisées avec parcimonie (pour le titre par exemple) et l'essentiel de la page web devra
être réalisée avec une police classique (Arial, Verdana, Helvetica, etc.).

Pour une utilisation imprimée traditionnelle, les polices à empattement (serif) facilitent généralement la
lecture car les empattements permettent d'accompagner le regard du lecteur.

Sur le web, l'utilisation de telles polices est déconseillée car selon la définition de l'écran du visiteur,
les empattements peuvent très vite devenir des pattes de mouche gênantes pour la lecture. Ainsi, il
est souhaitable d'opter pour des polices sans empattement (sans serif), plus rondes.

Enfin, sachez que les textes utilisant des polices non standard risquent de ne pas apparaître
correctement sur les écrans des internautes. Pour créer des titres avec de telles polices, il est
néanmoins possible de contourner cette limitation en créant des images transparentes comportant le
texte.
Symboles graphiques
Il est conseillé de faire usage de pictogrammes ou d'icônes afin d'établir une signalisation visuelle.
Attention tout de même au choix des symboles car le sens perçu par l'utilisateur peut être différent de
celui qu'on lui attribue, notamment si le site web a une vocation internationale. Les pictogrammes
suivants sont ainsi communément utilisé :

• une loupe symbolise habituellement une fonction de recherche ;


• une enveloppe signale la possibilité de contacter le webmaster par mail ;
• un point d’interrogation caractérise une aide en ligne ;
• une maison représente un lien vers la page d'accueil ;
• un drapeau signale la langue de la page en cours ou bien la possibilité de changer de langue.

Dernière modification le dimanche 19 avril 2009 à 19:13:13.


Webmastering - Contenu rédactionnel

Importance du contenu
Les visiteurs reviennent généralement sur un site pour son contenu, plus que pour son design. Les
études menées sur les internautes montrent que le facteur d'appréciation principal d'un site web est
en premier lieu le contenu rédactionnel. Ainsi, un site simplissime avec un contenu fort intéressant
sera potentiellement bien plus visité qu'un site creux au graphisme soigné.
Qualification de l'information
Tout élément de contenu doit nécessairement être qualifié, c'est-à-dire qu'il doit faire appraraître des
éléments d'information permettant aux visiteurs de se faire une idée sur le contenu. Les éléments
indispensables sont notamment :

• Un titre explicite, qui apparaîtra dans la barre de titre du navigateur,


• Le nom de l'auteur,
• La date de dernière modification,
• Les droits d'auteurs associés à la page et en particulier les conditions de diffusion,
• Les éventuelles sources d'information.

Style rédactionnel
Le style rédactionnel d'un site doit être adapté au profil des lecteurs qui vont le consulter. La « ligne
éditoriale » du site représente la politique en matière de rédaction d'articles. Une ligne éditoriale bien
définie permet de garantir une cohérence d'ensemble des articles, ainsi qu'une adéquation particulière
du contenu au coeur de cible du site.
Dans la majorité des cas, étant donné la pluralité du lectorat amené à lire votre contenu, il est
souhaitable d'adopter un style rédactionnel proche de celui du journaliste, c'est-à-dire suivant
notamment les quelques règles suivantes :

• Ne pas utiliser la première personne du singulier (« je ») ;


• Eviter le pronom impersonnel « on » ;
• Employer un ton neutre ;

Le langage utilisé doit être le plus proche possible de celui du lecteur, sans être familier. Ainsi, le
contenu sera préférentiellement composé de phrases simples, claires, précises et concises.
Calibrage
Le terme « calibrage » désigne la détermination de la longueur de l'article. Des études ont montré
que la lecture sur écran était en moyenne 25% moins rapide que la lecture sur un support papier.
Compte-tenu de la difficile lecture à l'écran, il est vivement conseillé d'écrire des articles concis.

Dernière modification le mardi 14 octobre 2008 à 17:40:30.


Webmastering - Les langages du web

Introduction au web
Le terme « web » désigne le service internet permettant de naviguer à travers des pages web. Le
protocole utilisé pour ce type de communication est le protocole HTTP (HyperText Transfer Protocol),
ce qui explique le fait que vous saisissiez des URL commençant par http://.
Le protocole HTTP en est actuellement à sa version 1.1 (spécifié par le consortium W3C). Désormais,
le protocole HTTPS (protocole HTTP sécurisé) est de plus en plus utilisé avec l'utilisation de systèmes
de commerce électronique, car il s'agit d'un protocole sécurisé permettant de chiffrer les requêtes
échangées entre le navigateur et le serveur.
Aujourd'hui, le protocole WAP (Wireless Application Protocol) permet à un téléphone mobile
compatible WAP de communiquer avec la passerelle WAP de l'opérateur de téléphonie mobile. Les
communications seront ensuite converties selon le protocole HTTP par la passerelle. La dernière
version du protocole WAP spécifiée par le WAP Forum (l'autorité chargée de définir le standard WAP)
est la version 1.1 (en début d'année 2001).
Le HTML et les pages statiques
Le standard désormais établi pour la diffusion de documents sur le web est le langage HTML
(HyperText Markup Language). Le langage HTML permet de définir la présentation du document ainsi
que les liens hypertextes vers d'autres documents à l'aide de balises de formatage.
Le W3C, l'organisme chargé de standardiser les normes relatives à internet a actuellement (début
2001) spécifié la version HTML 4.01.
Le DHTML (Dynamic HyperText Markup Language) dont on entend souvent parler n'est pas un
langage à proprement parler. Il s'agit en réalité d'un ensemble de langages complémentaires au
HTML et permettant de rendre une page web plus dynamique. Ces langages sont :

• Le langage HTML 4.0 ou supérieur


• Le Javascript, permettant d'effectuer des opérations sur le navigateur du client
• Le DOM (Document Object Model) définissant une arborescence d'objets représentant la
structure du document. Cela permet notamment de pouvoir manipuler l'ensemble des objets
contenus dans le document.
• Les feuilles de style (CSS - Cascading StyleSheets), regroupant dans un même document les
définition des styles de chaque balise d'une page web ou d'un site tout entier.

Les pages web dynamiques


On appelle « page web statique » une page web constituée d'un fichier texte contenant du code
HTML et éventuellement des images et des liens vers d'autres documents. Un site constitué de pages
web statiques se verra ainsi qualifié de « site web statique ». Un site web statique est suffisant
lorsqu'il ne contient que quelques dizaines de pages mais son exploitation et sa mise à jour peuvent
vite atteindre les limites suivantes :

• une maintenance difficile due à l'obligation de modifier manuellement chacune des pages
(notamment dans le cas où toutes les pages possèdent un même menu)
• l'impossibilité de renvoyer une page personnalisée selon le visiteur
• l'impossibilité de créer une page dynamiquement selon les entrées d'une base de données
• etc.

C'est pourquoi des solutions permettant d'automatiser la génération de pages web du côté du serveur
ont été mise au point. Il existe de nombreuses solutions permettant de mettre en oeuvre un langage
de script sur le serveur web, parmi lesquelles les plus répandues sont les suivantes :

• La première historiquement, appelée CGI (Common Gateway Interface) consistait à


interpréter des programmes (généralement écrits en perl ou en langage C), puis de leur faire
renvoyer un contenu compatible avec le protocole HTTP.
• Le langage ASP (Active Server Pages) de Microsoft a permis de simplifier l'écriture de tels
scripts en manipulant des objets en VBScript.
• Le langage PHP (Hypertext preprocessor) emploie son propre langage (dérivé du C++ et de
Perl) et permet de nombreuses fonctionnalités (équivalentes à celles de la technologie ASP).
• Le langage JSP (Java Server Pages) est la plus récente parmi ces technologies. Elle permet
d'utiliser toute la puissance de Java pour créer des pages web dynamiques.

Java et le web
Java a longtemps été essentiellement utilisé pour écrire des applets, c'est-à-dire des petits
programmes exécutés sur le navigateur du client, à l'intérieur même d'une page web, permettant ainsi
de rendre la page beaucoup plus interactive (mais aussi beaucoup plus lente).
Java est désormais principalement utilisé du côté du serveur web, pour les raisons suivantes :

• Java est portable (il peut être exécuté sur n'importe quelle plateforme)
• Java est sûr (il a été conçu pour ne pas provoquer d'erreur d'exécution pouvant créer des
failles de sécurité pour le serveur)

Ainsi, on distingue différentes entités Java :

• Les servlets, permettant d'effectuer des traitements selon la requête de l'utilisateur (accès à
des bases de données avec JDBC, communication avec d'autres servlets grâce à la
technologie RMI, interrogation d'annuaires LDAP, ...) ;
• Les pages JSP représentant un code HTML dans laquelle du code Java est appelé ;
• Les EJB (Enterprise JavaBeans), des composants objets écrits en Java résidant sur un
serveur d'application permettant d'accéder à leurs méthodes.

Les technologies Java reposent ainsi sur l'utilisation de ces trois entités, au sein d'un serveur
d'application, c'est-à-dire un serveur spécifique utilisant une machine virtuelle Java. Les principaux
serveurs d'application sont :

• Oracle Application Server de Oracle


• WebLogic de BEA
• Websphere Application Server de IBM
• JRun de Allaire/Live software
• IPlanet de Alliance Sun Netscape
• JServ et Tomcat de Apache
• WebObjects

Le XML
Le HTML a rapidement montré ses limites, non seulement par son nombre limité de balises, mais
surtout par l'impossibilité de séparer le contenu et la présentation, ce qui induit un problème de mises
à jour simple de la présentation. Ainsi, le XML se propose comme un méta-langage, c'est-à-dire un
langage permettant de définir un nouveau langage (de nouvelles balises).
De plus, étant donné que le XML sépare la présentation des données, il est possible d'échanger des
documents au format XML sans pour autant influer sur la forme de ceux-ci. Cela permet ainsi de
rendre simple l'adaptation d'un contenu à un navigateur ou bien à n'importe quel périphérique
d'affichage (de cette façon, le WML (Wireless Markup Language) est une implémentation du XML
pour l'affichage de pages web sur des terminaux mobiles).
Le langage XSL (eXtensible StyleSheet Language) permet de formater un document XML à l'aide de
règles de formatage afin de constituer un document dans un autre format (HTML, WML, PDF,
LaTeX, ...)
XML organise les informations selon une structure arborescente définie par le DOM (Document
Object Model), il est ainsi possible de parcourir un document XML à l'aide d'un parseur (appelé aussi
analyseur syntaxique), c'est-à-dire un programme utilisant une bibliothèque de fonction (API, pour
Application Programmable Interface) permettant de lire et modifier un document XML.

Dernière modification le mardi 14 octobre 2008 à 17:40:30.


Webmastering - Nom de domaine

Qu'est-ce qu'un nom de domaine ?


Un site internet est défini par son URL. Ainsi, un site hébergé par un hébergeur gratuit (par exemple
un fournisseur d'accès à internet) possède généralement une adresse du type :
http://www.votre-fournisseur.com/votrenom
Ce type d'adresse est assez difficile à mémoriser, ainsi une adresse telle que la suivante est
préférable :
http://www.votrenom.com

Utilité du nom de domaine


Un site internet possèdant son propre nom de domaine, est beaucoup plus facile à mémoriser. Ainsi,
un visiteur reviendra plus facilement sur un site dont le nom est facile à retenir que sur un site dont le
nom est extrêmement compliqué.
De plus, un nom de domaine bien choisi favorisera le bouche à oreille et permettra au site de gagner
plus vite en popularité.
Enfin, un nom de domaine donne généralement une touche de professionnalisme et de crédibilité à un
site internet, et provoque chez l'internaute un sentiment de confiance plus fort.
Choix du nom de domaine
Etant donné que le nom de domaine doit être facile à diffuser, il est indispensable de le choisir le plus
simple possible. Il est évident qu'un nom de domaine n'est pas qu'une liste complexe de caractères, il
doit être choisi à bon escient en évitant les écueils suivants :

• choisir des noms compliqués


• choisir des noms trop longs (www.commentcamarche.net est déjà limite)
• mettre des caractères spéciaux tels que sous-tirets (_) (il sera plus aisé de dire «comment ça
marche point net tout attaché » que « comment tiret du haut ça tiret du haut marche point
net »)

De plus le nom de domaine doit :

• être prononçable ;
• avoir dans la mesure du possible une signification ;
• être disponible.

Vérifier la disponibilité d'un nom


Il existe des outils (fournis par les organisations en charge des noms de domaine), appelés Whois,
permettant de vérifier la disponbibilité d'un nom de domaine, voire d'en connaître son propriétaire.

• GANDI ou Network Solutions pour les .com, .net, et .org


• Afnic pour les .fr

Déposer un nom de domaine


Le nom de domaine se dépose auprès d'un organisme international (l'Internic) ou de l'un des sous-
organismes appelés « registrars » (pour la France il s'agit de l'Afnic). La classification du domaine
(selon l'activité du site (commercial, à but non lucratif, organisme de réseau, ...)) parfois appelée TLD
(Top Level Domain, soit domaines de plus haut niveau), correspond généralement à une répartition
géographique. Toutefois, il existe des noms, créés pour les Etats-Unis à la base, permettant de
classifier le domaine selon le secteur d'activité, par exemple :

• .arpa correspond aux machines issues du réseau originel


• .com correspond aux entreprises à vocation commerciale (désormais ce code de domaine ne
rime plus à grand chose et est devenu international)
• .edu correspond aux organismes éducatifs
• .gov correspond aux organismes gouvernementaux
• .mil correspond aux organismes militaires
• .net correspond aux organismes ayant trait aux réseaux
• .org correspond aux entreprises à but non lucratif

D'autre part, certains de ces domaines possèdent des sous-domaines. Pour la France par exemple :

• .asso.fr correspond aux associations


• .gouv.fr correspond aux organismes gouvernementaux
• .tm.fr correspond aux organismes commerciaux à marque déposée
• etc.

Acquérir un .fr
L'ouverture du nom de domaine dans la zone française (un site dont le nom se termine par .fr) est
régie par des règles d'acquisition plus compliquées. L'AFNIC, chargée d'attribuer les noms de
domaine en .fr, n'en permet l'acquistion qu'aux entités respectant certaines conditions. Voici une liste
non exhaustive de ces conditions :

• être titulaire d'une marque déposée ;


• être une sociéte (entreprises) imatriculée au registre du commerce ;
• être une association immatriculée à l'INSEE ;
• aux professions libérales ;
• être un artisans ;
• être une collectivité publique.

Il est évidemment de posséder les documents justifiant l'appartenance à l'une de ces catégories :

• Pour les entreprises, un extrait de Kbis et le numéro de SIREN / SIRET ;


• Pour les associations immatriculées à l'INSEE, le numéro de SIREN / SIRET ;
• Pour une marque déposée, un certificat de l'INPI (Institut National de la Propriété
Intellectuelle), à fournir dans les 6 mois si la demande est en cours.
Cependant, l'AFNIC libéralise progressivement les « .fr », il est donc utile de se référer régulièrement
à leur site web pour connaître les dernières conditions. Pourront ainsi prochainement acquérir un nom
de domaine en .fr :

• toutes les catégories citées ci-dessus ;


• les particuliers ;
• toutes les associations, même non immatriculées à l'INSEE.

Redirection
Il est possible d'opter pour une redirection, c'est-à-dire un nom de domaine redirigeant l'internaute
vers une URL particulière. Ce type de solution représente un compromis permettant aux webmasters
recourant aux services d'un hébergeur gratuit de bénéficier d'un nom facile à mémoriser. Néanmoins
ce système ne permet pas defaire figurer le nom de domaine dans la barre d'adresse du navigateur.
Attention également aux prestataires fournissant gratuitement une redirection de noms de domaine
car ils deviennent ainsi propriétaire du nom de domaine !
Le grabbing
Certains internautes prennent un malin plaisir à acheter un grand nombre de noms de domaine. Ce
procédé, appelé grabbing consiste à prévoir l'achat de noms de domaine de certaines entreprises et
de les acheter avant celles-ci (les extensions en .com, .net et .org n'étant par exemple soumises à
aucun contrôle...).
Avec ce type de pratique des personnes peu scrupuleuses ont réussi par le passé à revendre à prix
d'or (plusieurs millions de dollars parfois) des noms de domaine intéressants pour certaines
compagnies (leur propre marque généralement). Depuis, la législation en la matière s'est durcie et il
est rare qu'un tribunal donne raison au cybersquatteur.
Voir aussi...

• Le DNS (Domain Name System)

Dernière modification le mardi 14 octobre 2008 à 17:40:30.


Hébergement (Web Hosting)

Qu'appelle-t-on hébergement ?
Afin de rendre disponible un site web 24/24H il est nécessaire qu'il soit hébergé sur un serveur relié
en permanence à Internet. Techniquement il est possible d'héberger son site Internet soi-même à
condition de posséder un débit en sens montant suffisamment important. En effet sur un site Internet
les visiteurs font essentiellement du téléchargement en sens descendant (download), ce qui signifie
que le serveur fait surtout de l'envoi de pages web (upload).
Pour autant, afin de rendre un service de qualité aux visiteurs, il est conseillé de recourir aux services
d'un hébergeur, c'est-à-dire une société proposant l'hébergement (en anglais hosting) du site
internet sur des serveurs spécialisés connectés en permanence à internet à très haut débit.
On distingue généralement les types d'hébergement suivants :

• Hébergement gratuit
• Hébergement professionel
o hébergement mutualisé (en anglais mutualized hosting) : il s'agit d'une offre
d'hébergement où le serveur héberge un grand nombre de sites ;
o hébergement dédié (en anglais dedicated hosting) : il s'agit de la location complète
d'un serveur ;
o colocation (en anglais housing) : cette formule consiste à louer une baie
d'hébergement pouvant accueillir les serveurs du client.

Hébergement gratuit
Les fournisseurs d'accès à internet proposent généralement dans leur offre une formule
d'hébergement de site web avec un espace de stockage assez limité. Il existe ainsi un grand nombre
de sites offrant de tels services gratuits, mais il est essentiel de regarder en détails les conditions dans
lesquelles le service est rendu.
En effet le service d'hébergement est souvent rendu en contrepartie de publicités affichées sur le site,
soit dans un coin, soit sous la forme de pop-ups. D'autre part le temps d'accès à ce genre de service
est plutôt moyen et la disponibilité du site web n'est pas garantie. Il est à noter qu'il est relativement
rare de pouvoir mettre en place un nom de domaine avec ce type d'hébergement mais il est tout de
même possible de mettre en place une redirection du nom de domaine vers l'URL qu'offre l'hébergeur
gratuit (du type http://perso.mon-fournisseur.com/mapageweb).

Dernière modification le mardi 14 octobre 2008 à 17:40:30.


Data Center

Hébergement professionel
Pour un hébergeur professionel l'organisation de l'espace réservé à l'accueil des machines a une
importance capitale. Quel que soit le type de l'hébergement, les serveurs sont systématiquement
situés dans des salles d'hébergement spécialisées appelées Data Center.
Data Center
Un data center est organisé en baies, armoires pouvant accueillir des éléments en rack dans des
emplacements de taille normalisée d'une largeur de 19 pouces (48.26 cm).

Une baie possède généralement un espace disponible de 40U, 47U ou 52U où U désigne l'unité
élémentaire de hauteur de chaque élément rackable. 1U correspond à une hauteur de 1.75 pouce
(soit environ 4.445 cm).
Cela explique pourquoi les serveurs professionnels sont conditionnés dans des châssis industriels
au format rackable 19 pouces.
La plupart des éléments réseaux (switch, routeur, firewall, etc.) existent ainsi en racks 19", dans les
formats 1U, 2U ou 4U. Il existe également des tiroirs coulissants contenant écran plat, clavier et souris
pouvant s'intégrer dans un emplacement 1U.
Choix de l'hébergement
L'espace de stockage alloué, la bande passante et la puissance du serveur qui héberge le site sont
certes primordiaux mais ils ne sont pas les seuls éléments à prendre en compte lors du choix d'un
hébergeur.
En effet pour les entreprises l'indisponibilité du site ou la perte de données peuvent se révèler très
coûteuses ! Ainsi la majorité des data center des hébergeurs proposent des garanties relatives à la
sécurité des serveurs :

• Sécurité de l'accès physique au data center grâce à un contrôle d'accès (badge, carte
magnétique, éventuellement biométrie) et un système de vidéo-surveillance relié à un service
permanent de gardiennage. De plus les baies sont verrouillées par un système de cadenas et
parfois équipées de mécanismes de détection d'intrusion ;
• Sécurité contre les incendies grâce à des systèmes de détection d'incendie par analyse de
particules (nommés VESDA pour Very Early Smoke Detection Alarm) couplés à un système
d'extinction d'incendie par gaz. Il existe deux méthodes permettant l'extinction d'incendie à
base de gaz :
o L'émission d'un gaz halon 1301, désormais interdit dans de nombreux pays en raison
de sa toxicité ;
o L'émission d'un gaz inerte destiné à étouffer la combustion dans la baie en raréfiant
l'oxygène : Inergène (N2 52%, Ar 40%, CO2 8%) ou Argonite (N2 50%, Ar 50%) ;
o L'émission d'un gaz inhibiteur destiné à empêcher la réaction de combustion : gaz
FM 200 (CH3HF7) ou FE13 (CHF3) ;
o La propulsion de gouttelettes d'eau azotée de moins de 200 microns de diamètre à
très haute pression afin de refroidir la zone de combustion.
• Garantie de l'environnement : régulation de l'hygrométrie (taux d'humidité) et de la
température grâce à une climatisation, à la présence d'extracteurs d'air souvent placés en
haut de la baie et de ventilateurs parfois installés en bas de la baie ;
• Redondance des alimentations électriques, des infrastructures critiques (routeurs,
climatisation, etc.) et des liens de connexion à Internet et présence d'onduleurs, voire de
groupes électrogènes ;
• Garantie de la qualité de service (QoS) ainsi que du temps de rétablissement du service en
cas de dysfonctionnement (GTR : Garantie de Temps de Rétablissement).

D'autre part les hébergeurs proposent généralement des services supplémentaires pouvant s'avérer
utiles, voire indispensables :

• Reboot distant grâce à une unité de distribution d'alimentation (PDU, Power Distribution Unit)
c'est-à-dire un sytème de prises électriques pouvant être contrôlées indépendamment via une
interface web. Les prises habituellement utilisées sont appelées prises APC MasterSwitch
(APC est le sigle de American Power Conversion Corporation). Ce type de prises est
généralement doté de protection contre les surtensions (SurgeArrest) ;
• Intervention par téléphone pour demander le redémarrage d'un serveur à distance.
Généralement une passphrase et éventuellement des informations personnelles sont
demandées par l'opérateur afin de s'assurer de l'identité du client ;
• Fourniture d'un service de filtrage par pare-feu en amont de la baie ;
• Service de surveillance du trafic (monitoring). Il s'agit la plupart du temps du système MRTG
(Multi-Router Traffic Grapher) permettant de représenter graphiquement la charge du trafic
sur les liens réseaux ;
• Mécanismes de sauvegardes (backup) automatisées.

Dernière modification le mardi 14 octobre 2008 à 17:40:30.


Serveur 1U

Châssis industriels 19 pouces


Un châssis industriel 19 pouces (1U), appelé généralement serveur 1U, est un boîtier possédant le
format structurel suivant :

Ce type de châssis permet d'accueillir une carte-mère standard ainsi qu'un ou plusieurs disque dur
IDE, SCSI ou Serial ATA. Toutefois, étant donné la faible hauteur du boîtier il est généralement
intéressant que la carte-mère intègre le maximum de périphériques d'entrées-sorties nécessaires au
fonctionnement du serveur (carte graphique, carte SCSI, support du RAID, carte réseau). Par ailleurs
le ventilateur et le radiateur du processeur possèdent un facteur de forme particulier afin de pouvoir
entrer dans le boîtier ; ils sont généralement notés "ventilateur et radiateur pour boîtier 1U".
Il est tout de même possible d'ajouter un périphérique PCI grâce à un renvoi d'angle (en anglais PCI
Riser Card, littéralement coude PCI), c'est-à-dire un élément insérable dans un emplacement PCI
permettant d'ajouter une carte PCI à l'horizontale.

Dernière modification le mardi 14 octobre 2008 à 17:40:30.


Hébergement mutualisé (mutualized hosting)

Hébergement mutualisé
L'hébergement mutualisé (parfois hébergement partagé, en anglais mutualized hosting) consiste à
héberger plusieurs sites internet sur un seul et même serveur. Il s'agit d'une solution relativement
économique permettant de bénéficier d'un service de qualité à un prix modeste.
Ce type de formule propose donc un serveur avec une configuration donnée et une offre logicielle
(serveur, bases de données, comptes de messagerie, serveur de listes de diffusion, etc.) ainsi qu'un
espace de stockage bien défini.
Dans ce type de solution les clients n'ont pas accès directement au serveur en tant qu'administrateur,
la configuration se fait ainsi par l'intermédiaire d'interfaces web. Il est donc important de vérifier les
paramètres de configuration sur lesquelles il est possible d'agir (configuration du serveur de nom, du
serveur web, du système de gestion de base de données, etc.).
Guide de choix
Afin de choisir un hébergement mutualisé il est nécessaire de déterminer vos besoins. Voici une liste
(non exhaustive) d'éléments généralement proposés par les hébergeurs proposant une offre
mutualisée :

• Espace disque alloué


• Bande passante autorisée : vérifier si une surfacturation est demandée en cas de
dépassement du trafic autorisé
• Type de serveur : vérifier la configuration (htaccess)
• Langages supportés côté serveur
• Noms de domaines
o Possibilité de configurer les domaines virtuels
o Nombre de noms de domaines
o Nombre de sous-domaines
• Accès par SSH
• Mise à jour des fichiers par FTP
• Serveur de messagerie
o Présence d'un webmail
o Nombre de comptes email alloués
o Nombre d'alias mail autorisés
o Possibilité de collecter les mails sur un alias
o Possibilité de forwarder (faire suivre) les mails vers une adresse externe
o Présence d'un antivirus et d'un antispam
o Gestionnaire de liste de diffusion fourni
o Répondeur automatique
• Serveur de gestion de bases de données
o Type
o Nombre de bases maximum
o Administration de la base de données par interface web
• Statistiques
o Accès à des statistiques élaborées par interface web
o Accès aux logs bruts
o Services web supplémentaires
 Formulaire de contact par mail
 Compteur personnalisé

Dernière modification le mardi 14 octobre 2008 à 17:40:30.


Hébergement dédié (dedicated hosting)

Hébergement dédié
L'hébergement dédié (en anglais dedicated hosting) consiste à mettre à disposition du client un
serveur complet.

Dernière modification le mardi 14 octobre 2008 à 17:40:30.


Hébergement - Colocation (Housing) SuivantPromotion

Housing
Les hébergeurs professionels proposent généralement des formules de baies entières, de demi-baie
ou de quart de baie, ou bien d'hébergement des propres serveurs du client à l'unité, on parle alors de
colocation (en anglais housing).
Ce type d'offre permet au client d'installer les serveurs de son choix et d'en avoir la totale maîtrise.
L'hébergeur fournit ainsi l'infrastructure d'accueil des serveurs, la bande passante ainsi qu'un certain
nombre de services et de garanties.

Dernière modification le mardi 14 octobre 2008 à 17:40:30


Promotion d'un site web SuivantRéférencement

Introduction au marketing
Assurer la promotion d'un site web consiste à le faire connaître par de nombreux moyens afin, selon
les cas, d'améliorer son trafic, de gagner en notoriété, d'obtenir de nouveaux prospects ou bien de
développer le nombre de ventes.
On appelle « web marketing » (également cybermarketing ou netmarketing) toute opération
permettant d'améliorer la visibilité d'un site en utilisant internet comme canal de prospection. Le terme
web marketing est utilisé par opposition au « marketing traditionnel ».
Néanmoins webmarketing et marketing traditionnel ne sont pas nécessairement concurrents, ainsi un
promotion online (sur le web) bien articulée avec une promotion offline (traditionnelle) aura encore
plus d'impact.
Presse
La presse est le média traditionnel par excellence pour mener une campagne de communication. La
promotion de sites web ne déroge pas à cette règle.
La communication par ce canal se fait habituellement via un communiqué de presse, c'est-à-dire un
court texte descriptif envoyé à des journalistes.
Liens réciproques
La mise en place de liens réciproques consiste à établir un partenariat sous forme d'échange de
liens (en anglais Netlinking) entre plusieurs sites complémentaires, afin d'augmenter mutuellement
leur fréquentation. Il s'agit d'une des stratégies de promotion les plus avantageuses, tant en termes de
simplicité de mise en oeuvre que de coût.
L'échange de liens permet de bénéficier de trafic qualifié en provenance des sites partenaires, mais il
peut également être contre-productif ou nuire à l'image du site si les partenaires ne sont pas
correctement choisis.
Afin d'établir ce type de partenariat, il est nécessaire au préalable de choisir des sites
complémentaires au vôtre et non des sites directement concurrents. Les futurs partenaires devront
notamment être choisis sur les critères suivants :

• Notoriété ;
• Qualité du contenu ;
• Affluence ;
• Positionnement dans les outils de recherche.

Il est à noter l'existence de services d'échanges de liens (appelés link farms ou webrings) permettant
de mutualiser les liens de plusieurs sites appartenant à une même catégorie. Ce type de service met à
disposition des outils pour afficher de manière aléatoire les liens des sites fédérés. Les sites
proposant ce service promettent habituellement une augmentation spectaculaire de l'audience, mais
sont au final les grands gagnants puisqu'un lien pointant vers eux est présent sur toutes les pages des
sites fédérés.
Echange de contenus
L'échange de contenu est un bon moyen de faire connaître un site tout en tissant des relations avec
des sites partenaires. Il consiste à mettre à disposition d'autres sites des éléments de contenu contre
de la visibilité, grâce à un lien vers la source, accompagné éventuellement d'un logo.
Marketing viral
Le marketing viral consiste à utiliser les relations interpersonnelles entre internautes pour diffuser
une information. Il s'agit de faire des visiteurs du site les ambassadeurs de la promotion du site grâce
à un phénomène de recommandation ou de bouche à oreille. Un marketing viral réussi aboutira à une
diffusion exponentielle.
On distingue le marketing viral passif, où le produit se fait connaître de lui-même, du marketing viral
actif, pour lequel il s'agit de véhiculer un message sur un produit grâce à un support qui se diffuse.
Les messageries instantanées ou le téléphone portable peuvent être associé à du marketing viral
passif, dans la mesure où leur seule utilisation encourage l'entourage de l'utilisateur à faire de même.
Il est possible de provoquer le marketing viral en diffusant des vidéos ou des « goodies » de petite
taille (idéalement inférieurs à 1 Mo), afin qu'ils se propagent par courrier électronique (mail). La
meilleure façon d'assurer leur diffusion est d'en faire un support humoristique.
Les principaux supports pour le marketing viral sont les suivants :

• Cartes postales virtuelles (e-cards ou virtual postcards en anglais) ;


• Economiseurs d'écran (screensavers) ;
• Papiers peints (en anglais wallpapers ou background, traduisez fonds d'écran) ;
• Animations et jeux ;
• Clips vidéo ;
• Utilitaires pratiques et inédits.

De plus en plus de sites proposent également une fonctionnalité permettant à un visiteur de conseiller
le site à un ami. Il s'agit d'une forme de marketing viral, consistant à utiliser le visiteur pour prospecter
ses proches.
Promotion sur support
Dans le cas d'une entreprise, il peut être intéressant de se servir des supports existants (notamment
les supports papier tels que les cartes de visites, devis, factures, catalogues et brochures) et d'y faire
figurer l'URL de leur site web.

Dernière modification le mardi 14 octobre 2008 à 17:40:30.


Référencement SuivantSpamdexing

Qu'est-ce que le référencement ?


On désigne habituellement par le terme « référencement » (en anglais web positionning) l'ensemble
des techniques permettant d'améliorer la visibilité d'un site web :

• indexation (en anglais submission) consistant à faire connaître le site auprès des outils de
recherche grâce aux formulaires que ceux-ci proposent ;
• positionnement (en anglais positionning) consistant à positionner le site ou certaines pages
du site en première page de résultat pour certains mots-clés ;
• classement (en anglais ranking) dont le but est similaire au positionnement mais pour des
expressions plus élaborées ; une partie du travail étant d'identifier ces requêtes.

Pour autant, toute la difficulté de l'exercice ne réside pas tant dans la promotion du site auprès des
moteurs de recherche que dans la structuration du contenu pour être bien positionné dans les
résultats sur des mots-clés préalablement choisis.
En effet une majorité d'internautes utilise les moteurs de recherche afin de trouver de l'information et
interroge à ce titre un moteur de recherche à l'aide de mots clés (en anglais keywords). Il est donc
essentiel avant tout chose de se préoccuper du contenu que l'on propose afin de répondre au mieux
aux attentes des internautes, et d'identifier dans un second temps les mots-clés susceptibles d'être
saisis par ces derniers !
Améliorer son référencement
Il existe quelques techniques de conception de site permettant de donner plus d'efficacité au
référencement des pages d'un site :

• un contenu original et attractif,


• un titre bien choisi,
• une URL adaptée,
• un corps de texte lisible par les moteurs,
• des balises META décrivant précisément le contenu de la page,
• des liens bien pensés,
• des attributs ALT pour décrire le contenu des images.

Contenu de la page web


Les moteurs de recherche cherchent avant tout à fournir un service de qualité à leurs utilisateurs en
leur donnant les résultats les plus pertinents en fonction de leur recherche ainsi avant même de
songer à améliorer le référencement il est indispensable de s'attacher à créer un contenu consistant et
original.
Un contenu original ne signifie pas un contenu qui n'est proposé par aucun autre site, cela serait une
mission impossible. En revanche il est possible de traiter un sujet et de lui amener de la plus-value en
approfondissant certains points, en l'organisant d'une manière originale ou en mettant en relation
différentes informations.
D'autre part, toujours dans l'optique de fournir le meilleur contenu aux visiteurs, les moteurs de
recherche accordent de l'importance à la mise à jour des informations. Le fait de mettre à jour les
pages du site permet donc d'augmenter l'indice accordé par le moteur au site ou en tout cas la
fréquence de passage du robot d'indexation.
Titre de la page
Le titre est l'élément de prédilection pour décrire en peu de mots le contenu de la page, c'est
notamment le premier élément que le visiteur va lire dans la page de résultat du moteur de recherche,
il est donc essentiel de lui accorder une importance particulière. Le titre d'une page web est décrit
dans l'en-tête de la page web entre les balises <TITLE> et </TITLE>.
Le titre doit décrire le plus précisément possible, en 6 ou 7 mots maximum, le contenu de la page web
et sa longueur totale recommandée ne doit pas dépasser la soixantaine de caractères.
Le titre est d'autant plus important qu'il s'agit de l'information qui s'affichera dans les favoris de
l'internaute, ainsi que dans l'historique.
URL de la page
Certains moteurs de recherche accordent une importance capitale aux mots-clés présents dans l'URL,
notamment les mots-clés présents dans le nom de domaine. Il est donc conseillé de mettre un nom de
fichier adapté, contenant un ou deux mots-clés, pour chacun des fichiers du site plutôt que des noms
du genre page1.html, page2.html, etc.
Corps de la page
Afin de valoriser au maximum le contenu de chaque page il est nécessaire que celui-ci soit
transparent (par opposition aux contenus opaques tels que le flash), c'est-à-dire qu'il comporte un
maximum de texte, indexable par les moteurs. Le contenu de la page doit être avant tout un contenu
de qualité adressé aux visiteurs, mais il est possible de l'améliorer en veillant à ce que différents mots-
clés soient présents.
Les cadres (frames) sont fortement déconseillés car ils empêchent parfois l'indexation du site dans de
bonnes conditions.
Balises META
Les META Tags sont des balises non affichées à insérer en début de document HTML afin de décrire
finement le document. Parmi ces balises les balises keywords et description permettent
respectivement d'ajouter des mots-clés et une description décrivant la page, sans les afficher aux
visiteurs (par exemple des termes au pluriel, voire avec des fautes d'orthographe volontaires). Il est
conseillé d'utiliser le codage HTML pour les caractères accentués et de ne pas dépasser une
vingtaine de mots clés.
Le META robots permet de décrire le comportement du robot vis-à-vis de la page, notamment
indiquer si la page doit être indexée ou non et si le robot est autorisé à suivre les liens.
Etant donné l'usage abusif des métas constaté dans un nombre important de sites web, les moteurs
utilisent de moins en moins ces informations lors de l'indexation des pages.
Liens hypertextes
Afin de donner le maximum de visibilité à chacune de vos pages, il est conseillé d'établir des liens
internes entre vos pages pour permettre au robots indexeurs (appelés crawlers, traduisez chenilles)
de parcourir la totalité de votre arborescence. Ainsi il peut être intéressant de créer une page
présentant l'architecture de votre site et contenant des pointeurs vers chacune de vos pages.
D'autre part il est important d'avoir des liens externes pointant vers son site web car cela augmente
d'une part le trafic et la visibilité de votre site, d'autre part car certains moteurs de recherches prennent
en compte le nombre et la qualité des liens pointant vers un site pour caractériser son niveau de
pertinence (c'est le cas de Google avec son indice appelé PageRank).
Attributs ALT des images
Les images du site sont opaques pour les moteurs de recherche, c'est-à-dire qu'ils ne sont pas
capables d'en indexer le contenu, il est donc conseillé de mettre un attribut ALT sur chacune des
images, permettant d'en décrire le contenu. La balise ALT est également primordiale pour les non-
voyants, navigant à l'aide de terminaux en braille.
Voici un exemple de balise ALT :
<img src="images/commentcamarche.gif"
width="140"
height="40"
border="0"
alt="logo de
CommentCaMarche">

Un référencement articulé autour de la page


L'élément de référence pour les moteurs de recherche est la page web, il faut donc penser, lors de la
conception du site web, à structurer les pages en prenant en compte les conseils ci-dessus pour
chacune des pages.
En effet la plupart des webmasters pensent à indexer correctement la page d'accueil de leur site mais
délaissent les autres pages, or ce sont généralement les autres pages qui contiennent le contenu le
plus intéressant. Il est donc impératif de choisir un titre, une URL et des métas (etc.) adaptés pour
chacune des pages du site.
Plus d'informations

• WebrankInfo
• Abondance

Dernière modification le mardi 14 octobre 2008 à 17:40:30


Spamdexing SuivantCloaking

Qu'est-ce que le spamdexing ?


On définit par le terme spamdexing (en français référencement abusif) l'ensemble des techniques
et méthodes abusives de référencement auprès des moteurs de recherche. Le spamdexing consiste
ainsi à ajouter des mots-clés sans rapport avec la page et à les dissimuler aux yeux des visiteurs.
Ainsi le spamdexing est assimilé à du spam dans la mesure où il s'agit d'une tromperie et que cela va
à l'encontre de l'intérêt des internautes.
Parmi les techniques souvent considérées comme du spamdexing citons les suivantes :

• La mise en place de mots-clés de la même couleur que le fond de page (on parle de mots-
clés invisibles, en anglais invisible words ;
• L'ajout de mots-clés dans les métas tags sans aucun rapport avec la page ;
• La répétition de mots-clés (appelé aussi bourrage de mots-clés, en anglais keywords
stuffing) ;
• Le détournement de pages web (pagejacking) ;
• L'utilisation abusive d'alias de domaine ou de sous-domaines. La soumission de contenus
sous différents noms de domaine n'est pas tolérée par la plupart des moteurs de recherche et
des annuaires ;
• L'indexation intempestive de pages auprès des moteurs de recherche.

Dernière modification le mardi 14 octobre 2008 à 17:40:30.


Cloaking (dissimulation) SuivantRobots.txt

Qu'est-ce que le cloaking ?


Le cloaking (en français dissimulation) est une technique proscrite par les moteurs de recherche
(donc à éviter), consistant à générer un contenu HTML différent selon qu'il s'agit d'un visiteur ou d'un
moteur de recherche.
En effet il est possible de repérer les robots des moteurs de recherche par la présence d'un champ
User-Agent spécifique dans les requêtes HTTP qu'ils envoient et de leur fournir un contenu différent,
comportant des mots clés en surnombre, non affichés aux visiteurs.
Pour autant, si l'utilisation de cette technique est constatée par un moteur de recherche (cela leur est
facile), le site risque tout simplement de ne pas être indexé, voire d'être mis en liste noire
(bannissement) pendant plusieurs mois.

Dernière modification le mardi 14 octobre 2008 à 17:40:30.


Robots.txt SuivantFidélisation

Présentation du fichier robots.txt


Le fichier robots.txt est un fichier texte contenant des commandes à destination des robots
d'indexation des moteurs de recherche afin de leur préciser les pages qui peuvent ou ne peuvent pas
être indexées. Ainsi tout moteur de recherche commence l'exploration d'un site web en cherchant le
fichier robots.txt à la racine du site.
Format du fichier robots.txt
Le fichier robots.txt (écrit en minuscules et au pluriel) est un fichier ASCII se trouvant à la racine du
site et pouvant contenir les commandes suivantes :

• User-Agent: permet de préciser le robot concerné par les directives suivantes. La valeur *
signifie "tous les moteurs de recherche".
• Disallow: permet d'indiquer les pages à exclure de l'indexation. Chaque page ou chemin à
exclure doit être sur une ligne à part et doit commencer par /. La valeur / seule signifie "toutes
les pages du site".

Le fichier robots.txt ne doit contenir aucune


ligne vide !

Voici des exemples de fichier robots.txt :

• Exclusion de toutes les pages :


• User-Agent: *
Disallow: /

• Exclusion d'aucune page (équivalent à l'absence de fichier robots.txt, toutes les pages sont
visitées) :
• User-Agent: *
Disallow:

• Autorisation d'un seul robot :


• User-Agent: nomDuRobot
• Disallow :
• User-Agent: *
Disallow: /

• Exclusion d'un robot :


• User-Agent: NomDuRobot
• Disallow: /
• User-Agent: *
Disallow:
• Exclusion d'une page :
• User-Agent: *
Disallow: /repertoire/chemin/page.html

• Exclusion de plusieurs page :


• User-Agent: *
• Disallow: /repertoire/chemin/page.html
• Disallow: /repertoire/chemin/page2.html
Disallow: /repertoire/chemin/page3.html

• Exclusion de toutes les pages d'un répertoire et ses sous-dossiers :


• User-Agent: *
Disallow: /repertoire/

Quelques User-Agents
Voici quelques exemples de User-Agents pour les moteurs de recherche les plus populaires :
Nom du
User-Agent
moteur

Alta Vista Scooter

Excite ArchitextSpider

Google Googlebot

HotBot Slurp

InfoSeek
InfoSeek
Sidewinder

Lycos T-Rex

Voilà Echo

Pour plus d'informations


The web robots page
Webmastering - Fidélisation des visiteurs SuivantCommunauté
virtuelle

Notion de fidélisation
Prospecter de nouveaux visiteurs potentiels par des mécanismes de promotion est essentiel, mais il
ne faut pas négliger pour autant les visiteurs fidèles. Des études ont montré qu'il était plus profitable, à
peine égale, de choyer ses visiteurs fidèles que d'en chercher de nouveaux.
L'objet de la fidélisation est de faire en sorte de satisfaire les visiteurs, afin qu'ils reviennent, voire
qu'ils se fassent ambassadeurs du site web en vantant ses mérites.
D'une manière générale, un internaute reviendra essentiellement sur le site s'il est satisfait par son
contenu et si son sentiment global est positif, mais il n'est pas impossible qu'il finisse néanmoins par
oublier son existence. Par ailleurs, il est indispensable d'être à l'écoute des visiteurs, afin de prendre
en compte leurs remarques et d'améliorer le contenu ou les services à leur disposition.
Il existe un certain nombre de techniques permettant de maximiser les chances qu'un visiteur se
souvienne d'un site, afin de le pousser à le consulter régulièrement.
Identité rémanente
Un site web ayant une forte identité, grâce à un look accrocheur, qui lui est propre, un nom
caractéristique mémorisable, et éventuellement un logo ou une mascotte, aura de fortes chances de
marquer l'esprit du visiteur.
Il est nécessaire de tout mettre en oeuvre pour que le visiteur associe le site et ses couleurs à un nom
et qu'il ait le réflexe de vouloir y revenir lorsqu'il s'intéresse au sujet dont traite le site.
Lettre d'information
Une lettre d'information (en anglais newsletter) est un courrier électronique envoyé régulièrement
aux abonnés en ayant fait la demande, afin de les tenir informés de l'évolution du site web et des
nouveautés.
Un formulaire doit permettre à tout visiteur du site de s'inscrire à ce service. Il est nécessaire
d'indiquer clairement la fréquence d'envoi de cette lettre d'information et sa finalité véritable (type
d'information envoyé).
D'autre part, compte-tenu de la collecte d'information, une déclaration à la CNIL peut être nécessaire
si des informations personnelles concernant les abonnés sont enregistrées.
Avant de l'envoyer à tous les abonnés, une relecture complète de la lettre s'impose. N'hésitez pas à
en faire un copier-coller dans un outil possédant un correcteur orthographique. De plus, il est vivement
conseillé de vérifier un à un tous les liens hypertextes de la lettre d'information.
Enfin, un lien doit être présent en bas de la lettre afin de permettre la désinscription automatique par
un simple clic. A défaut, le destinataire doit avoir la possibilité de se désabonner par simple réponse à
l'adresse indiquée.
Favoris
Les favoris (parfois appelés signets, marque pages ou bookmark en anglais), sont un moyen de
mémoriser des adresses de sites web directement dans le navigateur.
La plupart des navigateurs disposent d'un raccourci clavier (CTRL+D) pour mettre un site dans les
favoris (bookmarquer). N'hésitez pas à suggérer aux visiteurs de mettre le site dans leurs favoris.
Recommander à un ami
De plus en plus de sites proposent des outils permettant de faire connaître le site ou une page du site
par recommandations successives. Il s'agit de mettre en place un formulaire permettant à un
utilisateur de suggérer à un de ses proches de visiter la page sur laquelle il se trouve.
Ce type d'outil permet d'une part de développer son audience en permettant aux internautes de faire
découvrir le site à leur connaissance, mais c'est également un moyen permettant à un internaute de
s'envoyer l'adresse de la page par courrier électronique, pour mémoire.
Service d'envoi de mail
Un bon moyen de s'assurer un retour des visiteurs consiste à mettre en place un service permettant
de les tenir informés par mail de l'évolution d'une rubrique spécifique.

Dernière modification le mardi 14 octobre 2008 à 17:40:30.


Communautés virtuelles SuivantStatistiques
de fréquentation

Notion de communauté virtuelle


Le terme de « communauté virtuelle » désigne des personnes réunies via internet par des valeurs
ou un intérêt communs (par exemple une passion, un loisir ou un métier). L'objectif de la communauté
est de créer de la valeur à partir des échanges entre membres, par exemple en partageant des
astuces, des conseils ou tout simplement en débattant d'un sujet.
La mise en place d'une communauté virtuelle peut être bénéfique pour un site web, car elle crée un
sentiment d'appartenance chez les membres et permet de faire évoluer le site dans une démarche
participative.
De plus, une communauté d'utilisateurs de taille importante peut être valorisante pour l'image du site,
car elle procure un fort capital de sympathie et crée un sentiment de confiance chez l'internaute.
Néanmoins, si le périmètre de la communauté n'est pas correctement défini, des scissions peuvent
apparaître et cristalliser des frustrations. La communauté risque alors de produire l'effet inverse de
celui recherché, c'est-à-dire véhiculer une image négative.
Limites
La communauté se construit grâce à une appropriation de l'espace de discussion ou du site web tout
entier par les membres. Néanmoins, ce phénomène d'appropriation peut constituer un frein au
changement car la moindre modification du site risque de provoquer un flot de contributions
contradictoires, qui n'est pas nécessairement simple à gérer.
Mise en place
Ainsi, la mise en place d'une communauté doit faire l'objet d'une réflexion préalable, permettant de
cerner ses objectifs. Il est notamment nécessaire que le thème fédérateur de la communauté soit
complémentaire avec les objectifs du site web. Un site d'outillage aura par exemple tout intérêt à
mettre en place une communauté de bricoleurs.
Par ailleurs, il est souhaitable de prévoir initialement une politique d'animation, afin de cadrer les
échanges entre membres.
Contraintes juridiques
Une communauté virtuelle peut être très productive et devenir l'emblême d'un site web. Néanmoins, le
fait de fédérer des individus crée de la relation et peut aboutir dans certains cas à des cyberdisputes.
Ainsi il est nécessaire de baliser la communauté avec des règles de bon usage et de faire en sorte de
s'assurer du respect global de la législation. Il est notamment important d'assurer avant tout le respect
des libertés individuelles des membres, en se portant garant de leur anonymat. A ce titre, des
mécanismes devront exister pour masquer leurs adresses électroniques et toute donnée à caractère
personnel.
La mise en place d'une « charte », définissant les droits et devoirs des membres de la communauté
et rappelant éventuellement des éléments de la nétiquette, permet de faire partager un mode de
fonctionnement.
Modération
Le terme « modération » désigne le contrôle et le filtrage exercé sur les contributions des membres
(que ce soit sur un forum de discussion ou une liste de diffusion). L'objet de la modération n'est pas la
censure, mais l'amélioration de la qualité des échanges en supprimant les contributions considérées
comme nuisibles à la communauté.
On distingue habituellement la « modération a priori » et la « modération a posteriori ». La
modération a priori consiste à valider une à une les contributions des membres en vue de leur
publication. A l'inverse, la modération a posteriori, consiste à accepter par défaut toutes les
contributions et à les modifier ou les supprimer après publier.
Les personnes chargées de la modération sont appelées « modérateur ». Le rôle des modérateurs
est déterminant car ils sont chargés du bon déroulement des échanges entre membres.
Afin de légitimiser leur action, une politique de modération claire et concise doit être explicitée. Il est
conseillé d'élaborer et de faire évoluer la politique de modération en concertation avec les
modérateurs. Par ailleurs, les modérateurs seront d'autant mieux acceptés qu'il s'agit d'anciens
membres, contribuant largement à la vie de la communauté.
Le choix des modérateurs est délicat car ils sont les garants de l'équilibre de la communauté. Les
modérateurs doivent par ailleurs posséder une bonne capacité d'analyse et des qualités relationnelles,
afin de ne pas brusquer les membres.
Gestion des conflits
Les modérateurs sont habituellement respectés par les membres, étant donné leur statut. Toutefois,
dans la mesure où ils exercent une forme de « censure », il peut arriver qu'un membre de la
communauté n'admette pas le contrôle exercé par les modérateurs. Dans ce genre de cas, il n'est pas
rare que le membre poste successivement plusieurs critiques acerbes à l'égard des modérateurs.

Dernière modification le mardi 14 octobre 2008 à 17:40:30.


Mesure d'audience d'un site web SuivantPublicité
en ligne

Mesure et qualification de l'audience d'un site web


L'objectif de tout webmaster est de développer l'audience de son site web, c'est-à-dire d'accroître le
nombre de visites journalières. Il lui est ainsi indispensable de disposer d'indicateurs lui permettant
d'une part de mesurer l'évolution du trafic de son site web, on parle alors de « mesure d'audience »
ou encore d'« audimétrie », et d'autre part de qualifier son audience afin de fournir un contenu
toujours plus proche de l'attente de son public.
On distingue ainsi généralement deux types d'études :

• Les études de mesure de la fréquentation (en anglais « site centric », traduisez « centrées
sur le site ») ;
• Les études de qualification du trafic (en anglais « user centric », traduisez « centrées sur
l'utilisateur »), réalisée notamment à l'aide de panels d'utilisateurs.

La mesure d'audience et la qualification du trafic d'un site web sont des moyens de mesurer l'efficacité
d'un site web afin d'en améliorer la qualité de façon permanente.
Comment mesurer l'audience d'un site web
Il existe globalement trois solutions permettant de mesurer le trafic d'un site internet :

• L'exploitation des journaux (fichiers de logs) du serveur web par un outil spécifique. Il s'agit
de choisir un outil capable d'analyser les journaux d'activité du serveur web et de réaliser un
tableau de bord contenant les principaux indicateurs de fréquentation du site web.
• Le développement d'un système de statistique ad hoc. Il est possible, sur un site web, de
stocker à chaque chargement d'une page des informations concernant le visiteur afin de les
exploiter ultérieurement. Pour les sites web possédant un trafic important, ce type de dispositif
peut provoquer une charge du processeur importante et un fort taux d'utilisation de l'espace
disque, notamment si les données collectées sont stockées dans un système de gestion de
base de données.
• L'utilisation d'un service de « mesure d'audience ». Ce système consiste à insérer dans
chaque page un « marqueur » (en anglais « tag ») permettant au service de mesure du trafic
de collecter les données sur un serveur. Ce type de service a l'avantage d'économiser des
ressources matérielles car l'ensemble des traitements est réalisé sur le serveur distant. De
plus, la société proposant le service se charge de faire évoluer les indicateurs et le panel des
tableaux de bord proposés afin d'être constamment en adéquation avec l'évolution des
technologies d'accès à internet et des navigateurs web. En contrepartie les statistiques ainsi
recueillies ne seront pas nécessairement exhaustives dans la mesure où :
o certains utilisateurs arrêtent le chargement de la page avant que le code du marqueur
ne soit téléchargé ;
o des serveurs proxy intermédiaires sont susceptibles de gêner le chargement du
marqueur ;
o les infrastructures de sécurité, notamment les dispositifs pare-feu, peuvent bloquer la
remontée d'informations.

Terminologie
La terminologie des statistiques et indicateurs de fréquentation des sites web est relativement
complexe et souvent différente d'un outil à l'autre. Or, lorsqu'ils sont utilisés pour des études
comparatives ou de marketing, les indicateurs de mesure d'audience n'ont de sens qu'à partir du
moment où les termes utilisés correspondent à une base comparative commune (« on ne compare
pas des choux et des carottes »). Il est notamment particulièrement important de bien maîtriser les
définitions de chacun des indicateurs.
Ainsi ce dossier a pour ambition de donner du sens aux différents termes utilisés dans le monde de la
mesure d'audience. La plupart des indicateurs définis ci-dessous sont issus des travaux du CESP
(Centre d'étude des supports de la publicité).
Hits
Une page web peut-être composée d'un certain nombre de fichiers, notamment d'images, d'une ou
plusieurs feuilles de style, de fichiers Javascript, etc. Un « hit » (en français académique « impact
web ») correspond ainsi à un fichier chargé par le navigateur. Une page web contenant trois images
correspondra donc à quatre hits.
Page vue
On appelle « page vue » (ou « page diffusée ») le chargement complet d'une page web suite à une
action de l'utilisateur sur la page (typiquement un clic).
La notion de page vue est floue car elle dépend fortement de l'architecture de chaque site internet.
Une page contenant des cadres (frames) risque ainsi de ne pas être comptabilisée de la même
manière qu'une simple page web.
Session
On appelle session » l'intervalle de temps correspondant à une consultation sans interruption d'un
site web. Est considérée comme une interruption une période d'inactivité de plus de 30 minutes.
Visite
Une visite correspond à la consultation d'un site au cours d'une session, quel que soit le nombre ou le
volume des pages consultées.
Une visite n'a de sens que sur une période donnée (jour, semaine, mois), on parle ainsi de visites
journalières, hebdomadaires ou mensuelles. Le nombre de visites indique ainsi le nombre de postes
de travail ayant accédé au site sur une période donnée.
Visiteur / visiteur unique
La notion de « visiteur » est à comprendre au sens d'individu. On appelle ainsi « nombre de
visiteurs » le nombre d'individus ayant consulté le site sur une période donnée.
Mesure de la popularité

Dernière modification le mardi 14 octobre 2008 à 17:40:30.


Publicité en ligne SuivantAffiliation

Introduction à la publicité en ligne


La publicité en ligne est un moyen permettant aux webmasters de rentabiliser financièrement leur site
internet et de leur permettre de couvrir les coûts d'hébergement et de noms de domaine. Il s'agit
également d'un moyen privilégié d'assurer la promotion des services ou produits que propose votre
site web. Elle s'adresse en effet aux internautes, c'est-à-dire un public idéal pour une telle campagne
de promotion.
La publicité en ligne se fait généralement sous forme de campagne publicitaire, grâce à la diffusion de
bandeaux publicitaires (appelés aussi bannières publicitaires), sous forme graphique, ou de liens
sponsorisés, sous forme textuelle.
Des entreprises spécialisées, appelées « régies publicitaires » sont généralement le point de
passage recommandé pour la gestion des campagnes publicitaires. Elles représentent ainsi un
intermédiaire entre les annonceurs (souhaitant diffuser une campagne publicitaire) et les éditeurs
(propriétaires de sites internet acceptant de réserver une partie de leur surface d'affichage à la
diffusion de bannières publicitaires). Les régies se réservent un pourcentage de la recette des
campagnes publicitaires correspondant aux « coûts de régie ». Les coûts de régie sont généralement
compris entre 30% et 60%.
Mode de rémunération
Il existe différents modes de rémunération :

• Le CPC (Coût par clic) correspondant à une rémunération proportionnelle au nombre de clics
uniques sur les bannières diffusées.
• Le CPM (Coût par mille) correspond à un mode de rémunération en fonction du nombre
d'affichage. Ce mode de rémunération est généralement réservé aux sites à fort trafic (plus
d'un million de pages vues par mois).
• Le CPS (Cost per Sale, en français coût par vente) ou lead correspondant au nombre de clics
de visiteurs ayant abouti à une vente.

Démarches légales
Afin de pouvoir encaisser les revenus publicitaires ainsi générés, il est nécessaire, au moins en
France, d'être déclaré à la chambre de commerce et d'industrie, que ce soit en tant que travailleur
indépendant ou bien sous la forme d'une structure entrepreneuriale.
Formats de bannières
Il existe de nombreux formats de bannières normalisés par l'IAB (Internet Advertising Bureau). Le
tableau ci-dessous récapitule les principaux formats et leur appellation :
Largeu Hauteu
Dénomination
r r

Bandeau 468 60

Bandeau avec navigation 392 72

Demi-bandeau 234 60
Bandeau vertical 120 240

Vignette 1 120 90

Vignette 2 120 60

Vignette carrée 125 125

Micro-vignette 88 31

Carré 250 250

Rectangle 180 150

Rectangle vertical 240 400

Rectangle moyen (Medium


300 250
rectangle)

Rectangle large (Large


336 280
rectangle)

Gratte-ciel (Skyscraper) 120 600

Gratte-ciel étendu (Wide


160 600
skyscraper)

16/9 320 180

Demi gratte-ciel (Demi-


160 320
skyscraper)

Il existe par ailleurs plusieurs technologies associées à ces formats :

• Le pop-up provoquant, suite à un clic sur la bannière, l'ouverture de la publicité dans une
nouvelle instance du navigateur. Ce format est de plus en plus souvent bloqué par les
navigateurs des internautes en raison de la gêne qu'il occasionne.
• Le pop-under provoquant, suite au survol de la bannière par le curseur de la souris, le
déploiement de la bannière au sein de la page en cours. Ce format permet de donner plus
d'informations à l'utilisateur sans pour autant gêner la navigation du visiteur.
• Le rich media désignant l'utilisation du Javascript, calques (layers), du Flash, du son et de
vidéo dans les bannières publicitaires.

Notion de capping
Afin d'éviter aux internautes de visionner constamment la même publicité, les régies publicitaires
mettent généralement en place un dispositif à base de cookies, permettant de limiter une campagne à
un certain nombre d'affichages par visiteur. Ce système est appelé «capping».
Plus d'informations

• IAB Interactive Marketing Standards and Guidelines - Internet AdUnit Guideline


Dernière modification le mardi 14 octobre 2008 à 17:40:30.
Affiliation SuivantSuivi

Qu'appelle-t-on affiliation
L'affiliation est une technique de vente par laquelle un site se fait distributeur des produits d'un site
web marchand. Il s'agit donc d'un partenariat commercial entre un site de vente en ligne, appelé
affilieur, et un ensemble de sites de diffusion, appelés affiliés. Le programme d'affiliation permet
ainsi à l'affilieur d'utiliser le traffic et la visibilité de sites partenaires en tant que nouveau canal de
vente.
Dans un programme d'affiliation, l'affilié est rémunéré selon un des modèles suivants :

• pourcentage des ventes : il s'agit d'une commission versée par l'affilieur, représentant un
pourcentage (de l'ordre de 10%) du chiffre d'affaires réalisé ;
• rémunération au clic :
• rémunération au contact qualifié :

Dernière modification le mardi 14 octobre 2008 à 17:40:30.


Webmastering - Suivi du site SuivantMise à
jour

Nécessaire suivi d'un site web


Etude comportementale
L'étude du comportement des internautes sur le site peut représenter un indicateur qualitatif majeur,
permettant d'améliorer la qualité du site.
Ainsi, s'il est intéressant d'où les visiteurs viennent et ce qu'ils cherchent, il peut être également très
riche en enseignement de déterminer pourquoi ils quittent le site.
Veille d'indexation et de positionnement
L'indexation et le positionnement d'un site web évoluent au cours du temps. Il est donc conseillé
d'effectuer une veille régulière, afin de vérifier que le site est toujours bien positionné et, le cas
échéant, mettre en place des actions correctives permettant d'améliorer son positionnement.
Ainsi, la commande « link: » utilisée par de nombreux moteurs de recherche, permet de déterminer le
nombre de sites pointant vers une adresse données (on parle de « backlinks »). Grâce à ce système,
il est facile de se créer un indicateur représentatif de la popularité du site.
Indicateur du nombre de pages indexées selon les moteurs

• Google "site:www.commentcamarche.net"
• Altavista: "host:www.commentcamarche.net"
• Voilà : "url:commentcamarche.net"
• AlltheWeb : "domain:commentcamarche.net"

Indicateur du nombre de liens pointant vers un site selon les moteurs :

• Altavista : "link:commentcamarche.net"
• Google : "link:www.commentcamarche.net"
• Hotbot,Lycos,Yahoo : "linkdomain:commentcamarche.net"
• Voila : "anchor:commentcamarche.net"

Voici des exemples ci-dessous pour le site CommentCaMarche.net :

• Sur Google ;
• Sur Yahoo.fr.

Veille concurrentielle
Un nouveau concurrent sur la toile peut très bien renverser très vite le marché s'il propose de
meilleurs contenus ou des services particulièrement innovants.
Afin d'assurer le meilleur positionnement possible d'un site web, il est conseillé d'effectuer une veille
concurrentielle permanente d'une part et de se constituer un tableau de bord avec des indicateurs de
traffic, de popularité, voire de ventes dans le cas d'un site marchand.
Veille technologique
Les technologies de l'internet évoluent à toute vitesse. Il est important de se tenir informé afin de faire
évoluer son site avec les nouveaux standards en la matière.
De plus, l'équipement des internautes s'améliore également au fur et à mesure des années. Ainsi, un
site prévu pour une résolution moyenne a toute les chances de ne plus s'afficher correctement chez la
plupart des visiteurs quelques années plus tard. Enfin l'accès à internet des particuliers de
Plus d'information

• VUmetrix, indicateur de popularité indépendant


• LinkPopularity
• Outiref, outil d'optimisation du référencement

Dernière modification le mardi 14 octobre 2008 à 17:40:30.


Webmastering - Maintenance et mise à jour d'un
site web

Maintenance
Prévoir la logistique
Mise à jour
Vérification des liens
Il n'est pas rare que les liens hypertextes présents sur le site deviennent obsolètes, on parle alors de
liens brisés ou liens cassés. Le risque est d'autant plus grand que les liens pointent vers des sites
extérieurs.
Il est conseillé de vérifier régulièrement les liens de son site à l'aide d'un outil capable de vérifier
automatiquement la validité des liens (par exemple Xenu's Sleuth).

Dernière modification le mardi 14 octobre 2008 à 17:40:30.