Vous êtes sur la page 1sur 6

Journal des débats politiques et littéraires

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France


Journal des débats politiques et littéraires. 1814-1944.

1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la BnF.Leur réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 :
*La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source.
*La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de fourniture de service.

Cliquer ici pour accéder aux tarifs et à la licence

2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes publiques.

3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation particulier. Il s'agit :

*des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés, sauf dans le cadre de la copie privée, sans l'autorisation préalable du titulaire des droits.
*des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signalés par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque municipale de ... (ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de réutilisation.

4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code de la propriété intellectuelle.

5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans un autre pays, il appartient à chaque utilisateur de vérifier la conformité de son projet avec le droit de ce pays.

6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en matière de propriété intellectuelle. En cas de non respect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet 1978.

7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition, contacter reutilisation@bnf.fr.


JEUDI 6 NOVEMBRE '.JEI)])I
"6N(rVf¡IJ.U,t~
i8~6,
-? :18S6.
'"' ON S'ABONStE •' OK-S'ABONm~
`.
à Rome, (;< i
»tie des prêtres Saint Germain l'Auxerrois 17. chez ra~ssx ~a~eL~e, p1acè Colomie;
PAR TRlMEStRE "'> i- ~!<tPles,r~L :H!.n
Départemens. 20 fr. • chez
li' BTMEKMK mB~ReafK, l~aP~ 1% f~
nieMedin~t
18 PAu triche, la Prusse'
Paris. fr.fr. '•_ Puur,l'AllorpagRe,
et-la Russle'
la iOwnnif/apRiy to a, »|t«pA», gênerai Chez lè directeur des posies, & Cologne (FruMB),
ad vertisirig agent, 2, Cathëria» Street Strarid;
to eowiK anrl son, foreign newspaper offlea, n'n "ul)' r r. r w~ ¡' ji

'2i Saint-Ann's lane, G P. 0.; and delizy


mtct-KtM et ce, l, Norfolk H Les annonces soatreçu£4:
street Strand aidj KT LITTÉRAIRES. .1
1, Fincli làne, Corahill. POLITIQUES au bu~eau du .&L'D~Ía4.'Í~t

.• ` chetM.~ATWtX.régissë~f,.
• W, #. Le *ocBM*ii de«: okhatc» ne répond Yi.' .=. • ;-< Ç-- ••.•; ••> . 's.
se plaee de Bourse, 1
cas des manuscrits qui lui soût adressés etue et C*>
charge pas de les renvoyer, »» placC da/1x' ~uF~~ 1~ 1;

f4J ~<
r
Èii même que les R©Ur puissance et des moyens d'action rèpipli par un nouvel- organe fran^àiâ qui
frpifâHstes, la,; Confédération allemande, pour supposions. que per- » Ainsi tombent d'elles-mêmes lés aP*JP$!nB
r -mumm. se prendra le liire de Courrier de Madrid. Ce jotir- confisqué dès bieûâ'.apnartehdntà/M^H^^
v y;; î^ooher suite. à sa résolution solennelle, mains; perdaient un grand iferoié ne peut lui disputer. Quelle concur- de l'Observer et du Time$. »
peujt-ètre appui nat compte parât tre aussitôt après les fêtes des iaqualifiables
` trouvera dans la nécessité de faire remettre redouter? elle
;farmî les puissances européenaes- (nous rence peut-elle occupe depuis de novembre.
,PAW&;8 NOVÉMB&& sur le pied de guerre un M plusieufil'des cofps premiers jours Le conseil de l'Ordre des avocats au Cqn-
les cas extraor- disons peut-être, parce que nous ne pen- longtemps le Danube,' 'et cette occupation,
dont elle dispose seil et à la Cour de cassation s'est con-
à d'armee
~.<T~'t'T' dans d'Etat
Y aura-t-il de nouvelles conférences 4 novembre.
dinaires. sons pas que l'Angleterre ait encore pris sdon nous, vaut dix fois mieux pour l'Alle- Madrid,
pour l'année judiciaire 1856-1837, de, la
la question sem- stitué,
Paris? U y a trois semaines, » Ce serait probablement alors les troupes son de livrer les à magne et pour l'Autriche que l'occupation manière suivante
parti principautés (Pur la télégraphie privée Bavas.)
le monde on de de Wurtemberg et de Bavière qui se n'est ni oné- MM. P. Tabre, Marinier, premier
blait décidée pour tout par- l'Autriche), ils se voyaient privés, dans militaire des principautés. Elle président;
lait des nouvelles conférences comme d'un Baden,
trouveraient, avec celles de Prusse requises Un plan financier ne tardera pas à être pré- syndic Bosviel, second syndic; Mathieu Bo-
militaire au- leur même, de la liberté d'ex- reuse ni odieuse elle crée à l'Autriche une
pour former un puissant cordon pays senté au conseil des ministres. det, secrétaire-trésorier Rendu Bécù'ard, Bos,
projet arrêté d'un commun accord entre tour des frontières contre la Suisse. franchement leurs La li- sans lui causer aucun
allemandes primer ycpux. puissance irrésistible, Rien de nouveau encore quant à la création Mauldé, Avisse, de Saint-Malo, membres du
toutes les puissances représentées au premier » Quelques gouvernemens allemands avaient berté de la presse embarras. des colonies.
était supprimée dans du ministère conseil. '[ j
Paris. si l'on en fait, disait-on, manifester à la Diète, par leurs la em-
Congres de Aujourd'hui, les principautés. Un journal rédigé dans Quand Russie voulait dominer les
plénipotentiaires, le désir de voir disparaître Le paiement des primes et des intérêts
croit des bruits qui ont pris une grande un et de bouchures du Danube, l'Autriche et l'Alle- • GIUNDE-BUETAGNE,
cette clause comminatoire de la résolution de esprit de modération patrio- des obligations de l'emprunt contracté par la
consistance, ce projet serait remis en ques- à ce qu'il pa- l'Etoile du Danube, avaient lieu de se plaindre. Alors
la Diète; elle y a été maintenue, tisme remarquables, magne • '• A novembre. ville de Paris en 1852, dont le neuvième tirage
il rencontrerait un obstacle sérieux Londres, vient
tion, rait, sur la recommandation et par l'insistance était forcé de cesser de paraître. Nous ne même, cependant, que demandaient-elles? d'avoir lieu, commencera • le 3 janvier,
dans l'opposition de deux des puissances spéciale du comte de Rechberg., président pour comme l'indiquent les titres des obligations.
qui voulons pas dire assurément que la suppres- Elles demandaient que la Moldavie et la Vala- Cité, midi. -Consolidés, 92 3/4 7/8 au comp-
sans rési- l'Autriche de la haute assemblée..
avaient paru d'abord acquiescer sion de l'Etoile du Danube soit un malheur chie fussent affranchies du protectorat tant et pour compte; 93 1/43/8 pour décembre; M.Paul
» Nous allons donc connaltre prochainement russe, Delaroche, membre de l'Institut,
à cette mesure. Ces deux puissances, et de la le Trois pour 100 réduit et le nouveau Trois pour est mort le i novembre 1856 en. son domicile,
stance les développemens ultérieurs de la grave réso- égal à la perte des bonnes grâces de l'Angle- parce qu'à l'aide ,de la Valachie Trois
100 sont languissans. Fonds étrangers rue de la Tour-des-Dames, 7. Ses- obsèques au-
nous avons à peine besoin de les nommer, lution que vient de prendre la Diète germani- Nous donnerions va- Moldavie soumises a la Russie,
terre. vingt journaux le protec- pour 100 espagnol, 411/43/4 nouveau Différé, ront lieu le jeudi 6 novembre,,
ce sont et l'Autriche. A Lon- que en faveur de la dynastie prussienne, au à. onze heures,
l'Angleterre et moldaves un article d'un torat russe pesai t sur toutle cours inférieur du231/224; Mexicains 21 3/8 S/8.
sujet de sa souveraineté sur la principauté de laques pour
d'af-
en l'église de la Trinité, sa paroisse,' rue de
dres et à Vienne, on refuse, dit-on, de pren- Danube. La guerredel854 et la paix de 1856 deux heures. Il y a eu beaucoup
Neuchâtel. On croit que la mise à exécution de journal anglais parce que l'Angleterre Cité, Clichy. La famille prie ceux de ses amis qui
dre part au nouveau ou du moins faires dans les Fonds anglais; les Consolidés n'auraient de lettre d'invitation de
Congrès, cette résolution sera sans retard demandée au tend de plus en plus à représenter la pu- ont changé cet état de choses. La Valachie pas reçu
ont été cotés au.comptant à 92 7/8 93, et pour comme telle le présent avis.
on ne consentirait a y participer qu'à une président du pouvoir exécutif de la Confédéra- blicité libre en Europe. et la ne elles considérer
C'est donc pour Moldavie sont plus russes; ne décembre à 93 1/4 1/2; le nouveau Trois pour
c'est la Russie en serait tion helvétique. » (Correspondance Havas.)
condition, que nous une raison de plus de regretter sont turques que comme vassales et non 100, à 92 1/4 1/2, et le Trois pour 100 réduit, Les obsèques du commandant Cardone^
exclue. Ce nouveau conflit, que nous con- à 02 92 Actions de la Banque, 212 1/4 214. a si malheureusement
i. On écrit de la frontière suisse, le 2o oc- que cette libre publicité ne vienne pas comme sujettes. Elles ont donc une demi- 1/8; qui péri à Versailles,
nous est at- Fonds espagnols nouveau Différé, 23 3/4; ont eu lieu lundi. Voici cQ.mmënt~un
naissions journal
depuis quelques jours, tobre, au Correspondant de Nuremberg en aide aux périls et aux maux des popu- indépendance qui 'doit singulièrement fav«- 100
Trois pour 100, 41 7/8 42; Six pour turc, raconte l'accident dont nous avons déjà parlé
testé ce matin par un journal qui doit avoir lations roumaines. Ah pourquoi^ se sont riser l'ascendant géographique de l'Autri- 91 (Globe.)
« Les enrôlemens pour le service de Naples 1/8 3/8. « Le génie devait faire sauter une mine près
puisé ses renseignemens à bonne source. dit douloureusement les Roumains che sur le Danube inférieur. Pourquoi vou-
se continuent sur une grande échelle, et très pendant tant à la Banque du cirque de l'Impératrice, en face de la ferme
Cette scission de l'Angleterre et de l'Autri- loir détruire cette demi-indépendance? La demande d'escompte,
activement. Le nombre croissant des enrôlés ces jours derniers, pourquoi ne sommes- Pour- de Satory. Un ami du commandant l'invite à
d'Angleterre que dehors, a été active, sans
che est assez facile à comprendre; elle se de la nous
s'explique facilement par l'augmentation pas Napolitains ou Siciliens, l'Angle- quoi vouloir leur ôter ce privilège de neu- être excessive. Il y a toujours absence de sor- monter sur le plateau; celui-ci refuse en -di-
selon toute apparence, aux dissen- solde et de la prime d'engagement. » ;> leur a conféré 1« ties d'or. sant qu'il «n avait bien assez vu et rénteiidu
rattache, terre prendrait part à nos malheurs tralité européenne que murs
timens survenus entre ces deux puissances échecs de Paris? le Le marché au blé a été languissant ce matin, sous les de 'Sébastopol .l'ami, insiste t
Sommes^nous découragés parles Congrès Pourquoi remplacer on se vers le
et l'on ne pouvait vendre baisse, bref, dirige lieu d'expérience, et
et la France, yela livement à l'occupation des
qu'a éprouvés, dans ces derniers russe
protectorat par le protectorat autr|-
qu'en (Times.)
'oh se mèlô à la roule.
temps la J.

et de la mer
Noire. On craint Par
le paquebot à Livçiy' cause des Roumains? nous faire ce Le duc et la duchesse de Brabant, accom- n Pendant ce temps, voici ce qui se passait.
principautés Niagara, arrivé Non; et ne cëf- chMi,r 'et pourquoi représenter pro-
de fait battre
évidemment que la majorité du Congrès pool le 2 novembre, oh a des nouvelles de serons de plaider leur cause, non que nous tectorat par une occupation armée, toujours pagnés par le comte et la comtesse Delannorg, Le chef de service avait la retraite,
aux prétentions et M. Jules Devaux, sont arrivés à Windsor. Le eomme d'usage, et les mineurs n'attendaient
Paris ne soit pas favorable New-York jusqu'au 21 octobre et de Boston en cela ajouter la moindre force à et odieuse ?
pensions veiatoire toujours Albert a été les recevoir à la station du les trois de
Le jour- de prince plus que coups baguette voulue
de l'Autriche et de l'Angleterre. jusqu'au 22. Les journaux aholitionistes cette cause où le succès est aussi incertain Si l'occupation autrichienne doit bientôt au château.
chemin de fer, et il les a conduits pour mettre le feu. Y
nal dont nous parlons ptiésente à ce New-York ne contestent plus la victoire des est assuré; si les journaux sont bien in- 1 » Après un moment on reconnu!
que le droit nous n'avons pas cesser, anglais (Morning. Post.) d'examen,
dont -la justesse démocrates dans l'élection de la Pennsyl- vu l'importance de la charge (300 à 400 kil.
sujet des observations cette sotte présomption; nous nous laissons formés, si ce n'est enfin qu'un retard, nous
Le conseil de Manchester s'est
sont de nature à frapper vanie. municipal que, poudre),
de le public n'était pas assez éloigné
et Tà-propos tput aller seulement au penchant que nous avons pas bien pourquoi l'Autriche réuni une Adresse à présenter au
ne .concevons pour adopter ordre fut donné de battre une seconde fois' la
le monde. Nous ne voyons pas, quant à nous,| Nous ce suit d'une corres- faire tant de bruit sur son, compte qui doit
extrayons qui pour les causes vaincues; vaincues, et non laigse premier ministre, lord Palmerston, retraite; mais au premier coup de baguette le
quel motif plausible on pourrait pondance du Times si peu de chose. Si an contraire l'oc- arriver bientôt dans cette ville. Cette Adresse feu avait été mis.
invoquer! perdues pour
la Russie des nouvelles doit être, présentée à S. S. à l'Ilôtel-de-Ville, » Au lieu de se sauver, le commandant
pour exclure conie-| « Nous en savons maintenant assez pour être Nous devons commencer par remercier cupation autrichienne est un principe, cela Car-
jeudi prochain. (Morning Post.) done se coucha à plat ventre il fut'Àttemt
renées. La Russie est intéressée dans plu-1 autorisés à dire que les démocrates em- ne va a rien par
l'ont le gouvernement français, c'est-à-dire l'Em- moins qu'à un remaniement
une énorme masse de terre, a la tête, principa-
dans un vote de il est indif- dans
sieurs des questions qui seront discutées^ porté 400,000 voix;
pereur, de l'honorable persistance qu'il territorial de l'Europe. Nous concevons Il règne une extrême activité le?
lement. On croyait sau-
De férent que la majorité ait été de 1,000 ou de chantiers de construction de Chalham, et les cependa,nj, encore le
dans les nouvelles conférences. quel et des dé- montre à défendre la cause des alors que la Turquie s'en soit inquiétée et ver, mais il est mort jeudi dernier. Près de lui,
1,500 voix. Par d'immenses efforts po- travaux se poursuivent avec ardeur, atin que
droit prétendrait-on traiter et décider ces le courant du de un soldat du génie fut tué sur le coup.
penses libérales, ils ont changé pulations roumaines. La parole la que la France s'en.préoccupe. les vaisseaux que l'on 'construit maintenant
questions sans l'entendre? Nous croyons rapports de l'Indiana France avait été engagée dans le Congrès; SAINT-MARC
dRAIUUS.. soient terminés le (Express.)
plus tôt possible. Les Oued-Moumen, tribu de la frontière
l'Autriche et l'Angleterre ne sentiment
sont encore populaire.désastreux Les pour les républi-
donc que le gouvernement français la soutient éner- Post du 4 no- de l'Est, après avoir assassiné leur caïd, se
cains. Cet Etat,
plus sur lequel ils avaient compté, On lit dans le Morning
persisteront pas dans l'opposition qu'on Il demande des sont sauvés sur le territoire de la régence de
s'est déclaré contre eux par uue majorité de giquement. l'évacuation ¡ vembre
le nou- Tunis.
leur attribue. Nous croyons que 5,000 voix, accusant dans le Nord-Ouest une principautés et il a droit de la demander; Mouv elles étrangères. « Nous avons la douleur qu'un Une colonne commandée
se réunira, est même les démocrates n'avaient d'apprendre par le général Pe-
veau Congrès parce qu'il faiblesse que car nos flottes et nos armées ont loyalement? autre choc a eu lieu hier après midi sur le dit VÀkhbar du 31 est
ne sont EMPIRE D'HAÏTI. rigat, octobre, sortie
nécessaire, et il est nécessaire, parce prévue. "Ces résultats pas décisifs, :?1*•' chemin de fer de Londres et Nord-Ouest.
évacué la Turquie. Pourquoi les autres puis- presque aussitôt de Bone et s'est rendue sur
pas
cela est vrai; l'élection devant avoir lieu nu
qu'il est le seul moyen de trancher les sances ne feraient-elles Là 'Feuille du
» Plusieurs des voyageurs qui n'avaient reçu la frontière de SouK-Arras.
mois de novembre; mais ils indiquent les pas de, môme? On se Conynerce annonce en ces de peu de gravité sont ve-
difficultés secondaires se sont éle- termes l'incendie du consulat que des contusions
qui efforts des démocrates pour arrêter le senti- souvient qu'après le traité du 50 mars 1856, française Port- On écrit de Bùnnétabïé'
uns des au-Prince
nus à Londres par des convois ultérieurs, mais fc l'Union de la
vées sur l'exécution de quelques s'est eux dans (Haïti) à r >
qui prononcé contre
on avait beaucoup dit ça et là que les armées « Dans la nuit du 11 septembre,
on a laissé les plus grièvement blessés la Sarthe: " <*pis/
articles du traité de Paris. Il a été con- le Maine,
ment public Vermont et towa. Pris isolément, le le. quartier station de Kings' »
et léa flottes de>rAngleterre et delà France vers l'arsenal était expose au ravage de l'in- Langley. « Un vol audacieux, mais qui n'a pas rap-
de nouveau vote de la Pennsylvanie est à peine une défaite
venu que le Congrès se réunirait n'évacueraient à ses auteurs tout ce qu'ils s'en promet-
pour les républicains. Sur 400iOOO voix dans un pas immédiatement la Tur- cendie par une affreuse combinaison de la du Cap de porté
toutes les questions réservées. n'a ob- malveillance.
-Nous avons reçu des journaux taient, a eu lieu dans la nuit de samedi à
pour vider, Etat démocratique, le parti democrate quie que cette évacuation serait périlleuse Bonne-Espérance jusqu'à la date du 20 sep-
dimanche chez M. Jules
On s'étaanerflit ù bon droit de voir deux des tenu qu'une si faible qu'elle lui a été » Dans la maison occupée par le consul gé- à croire qu'il n'est
Legué, banquier en
majorité pour la sécurité de l'Orient que la Turquie mirai de France, des scé-
tembre. Ils nous donnent cette ville.
considéré au rez-de-chaussée,
qui ont signé le traité de Paris se contestée par ses adversaires. Mais pas présumable que nous pour le mo-
puissances simultanément avec le résultat en Indiana, ce ne pourrait pas maintenir l'ordre parmi les lérats, qui s'étaient sans doute cachés dans avec les Catres,
avons
bien que les
» Après avoir pénétré dans le bureau où il»
soustraire à l'application des ment la guerre trouver la les ont
principes vote indique un changement orientales. En dépit deces crain- ont brisé les portes croyaient caisse, malfaiteurs
qui n'est pas sans populations l'intérieur, d'une armoire,
apparences aient pu -faire -penser jusqu'à un forcé les tiroirs des meubles à l'aide
ont proclamés en commun aveo Les commencent retiresdn -armée et ses flb'ites," Y ont enlevé une somme de 160 piastres et" d'une
qu'elles importance. journaux à pré-' to'§,TaFrà*ncea certain point que cela aurait pu avoir lieu. Le
et mèche ainsi que les serrures d'un
toutes les autres puissances. L'Angleterre voir les résultats de l'élection de M. Buchanan. » la Tur- quelque linge. Après la perpétration de ce pre-
fait est que Umhlakaza, le sorcier, n'exerce pas
anglaise,
par respect pour l'indépeada!tce..dc mier crime, soit de rage de n'avoir cartonnier et d'une Ils ont en-
se soumettront, nous en avons pas trouvé sur ces tribus barbares toute l'influence qu'on
bibliothèque.
l'Autriche quie, et l'événement a justifié la conduite une plus forte soit pour en effacer les suite feuilleté tous les livres de commerce,
proie, lui avait d'abord. et,
la confiance, à la règle qu'elles ont établie Nous supposée (Standard.) une assez
LOUIS ALiauM-
de la France. ne somme pas gens à traces, ils ont mis le feu dans l'appartement; dédaignant grande quantité de valeurs
elles-mêmes. mais toutes les portes étaut le man- à ordre, ils ont emporté une obligation de
Les amis des populations roumaines dans croire que toutes les provinces de l'empire fermées,
fr.
ottoman sont aussi sûres et aussi tran- que d'air a ralenti l'embrasement, tandis que w 20,000
les deux principautés du Danube ne peuvent » II y avait sur un casier un paquet de ci-
la fumée se répandait dans toute la maison Faits divers.
pas considérer la situation qui leur est faite quilles que les rues de Paris ou de Londres; on s'éveille en sursaut, et assez à temps pour gares ils en ont fumé quelques uns dans le
sans être saisis d'une tristesse. nous n'avons cru à ces miracles éteindre le feu; un lit, les matelas, du 31 octobre, ont été nommés bureau même, et se sont retirés, laissant en
Télégraphie privée.. (l profonde jamais quelques Par décret
vètemens 'et quelques du consulat dans la Légion-d'Honneur guise de carte de visite deux échelles qui leur
i. /• Quels désappointemens après les espérances de paix et de douceur ottomane que van- papiers
Londres, le 5 novembre. avaient eu le temps d'être consumés. Au grade d'officier M. Saint-Pair, second mé- avaient servi à escalader un mur de dix pieds
aux Roumains le Con- tent quelques journaux anglais on avouera de hauteur. »
de qu'avaient inspirées » Les diligences l'autorité ont été très ac-
Le fimts annoncé que son correspondant de decin en chef de la marine.
Vienne lui écrit que le gouvernement autri- grès de Paris et le traité du 30 mars! Et pourtant qu'il est étrange que le" pays qui tives trois individus sur lesquels- s'élèvent de Au grade de chevalier MM. Plomb. chirurgien
veut faire croire il la paix intérieure de fa fortes sont en et Le Journal de Nantes ajoute les détails suî»
chien a reçu l'assurance de Londres que le qu'on nous permette ici de faire remarquer préventions mis. arrestation de 2° classe de la marine; Ségard, pharmacien
les informations se poursuivent. » vans à ceux que nous avons déjà reproduits au
Post n'a aucune de relation aller ne retire pas ses flottes du Bosphore de 2e classe de la marine Serpin et Foiret,
Morning espèce que si les Roumains s'étaient laissé Turquie Le même dans son numéro de 3° classe. sujet de l'incendie qui a éclaté samedi dernier
avec lord Palmerston. et de la mer Noire, et approuve l'occu- journal ajoute chirurgiens auxiliaires
à leurs illusions patriotiques sur la foi de la du 27 septembre dans les ateliers du port de l'Orient
(Correspondance Havas.) les principautés
s'ils en autrichienne dans
presse ou de l'opinion publique pation « Jeudi dernier, les accusés du vol avec in- Par arrêté du ministre, de l'instruction pu- « Le feu a éclaté, vers cinq heures de l'a-
avaient cru seulement les journaux ou les au delà du terme fixé par les traités, tandis cendie dans la maison du consul général de blique et des cultes en date du 30 octobre, près-midi, après le départ des ouvriers." Le bâ-
France ont été mis en jugement devant le con- M. Démangeât, suppléant près la Faculté de timentdes forges a été entièreïnent con-
tribunes, on pourrait leur dire Pourquoi que le pays qui ne présume pas plus qu'il ne de la deuxième chaire
grandes
seil militaire, au nombre de quatre; trois ont Droit de Paris, est chargé sumé. En outre des deux artilleurs qui ont été
On écrit de Vienne, le 1" novembre, à la en avez-vous cru ces prometteurs éternels le faut de l'ordre intérieur de l'Orient de ladite chaire va-
été reconnus et mis en liberté; le de droit romain Faculté tués, deux autres hommes ont disparu et leur
de retirer le premier ses soldats innocens
Gazette de Cologne qui parlent toujours et ne font jamais rien? '? s'empresse quatrième, déclaré coupable, est condamné à cante. mort parait malheureusement certaine. Douze
et ses vaisseaux de l'Orient afin de témoi- la peine de mort, » autres
u Il se confirme que la Russie a l'intention Les Roumains ne se sont pas laissé égarer personnes, artilleurs, matelots, pom-
de son respect Par décision ministérielle, dit un journal et soldats d'infanterie ont été blessés
de construire de nouvelles 'fortifications en Fin- par la parole des écrivains et des orateurs gner hautement pour l'indé- •' du matin, million de francs que
piers
.i •.<v !;< PRUSSE. (;' pour chaque plus ou moins grièvement. Le nombre de ces
land«.;etl!ôn assure que parmi les questions ils ont cru aux paroles du Congrès européen, pendance de la Porte-Ottomane et de lui l'on frappe en pièces de 5 fr., il y en a pour malheurs indique la gravité du sinistre et le
qui motivent actuellement un échange animé laisser toute la liberté d'action doit fr. en pièces divisionnaires, savoir
aux engagemens de la France et de l'Angle- qu'elle Berlin, 5 novembre. 57,000 dévouement avec lequel il a!'élé »
entre les cours de Londres et de fr. en de fr. en .Yr'~}. combattu.
de déptYlies terre on leur a dit qu'ils pouvaient avoir. 10,000 pièces 2 fr., 25,000 pièces
cette résolution joue aussi beaucoup de 2 fr., 25,000 fr. en pièces de 1 fr., 12,500 fr.
Saint-Pé^rsbourg la France
Frauce ueue montre
montre ( On sait que le général du génie russe Smo- Depuis quelque temps la ville de Lyon se
un grand tôle. espérer, qu'ils pouvaient même faire entendre En En ahissant
agissant ainsi, ainsi, traiter en pièces de 50 c., et 2,500 fr. en pièces de 20 c.
dit- likowski est arrivé ici récemment pour au plus haut degré d'un projet dont
» Le cab'net de Saint-James considère, librement leurs vœux; que les temps du pro- pas seulement l'idée qu'elle a de l'indépen- Le million en or est ainsi partagé fr.
la question des communications à établir entre 850,000 préoccupe
la réalisation ne touche pas seulement aux in-
ce contraire, sinon au texte, dance de la Turquie; elle est fidèle à la po- en pièces de 20 fr.100,000 fr. en pièces de 10 fr.
on, projet comme des tectorat russe, c'est-à-dire de l'oppression, les chemins de fer russes et les chemins de fer térêts de cette grande et industrieuse cité, mais
du moins à l'esprit dispositions du traité et 50,000 fr. en pièces de 5 fr.
suit en Orient plus de et notamment d'un embranchement encore à ceux d'une considérable
de Paris le rétablissement des étaient passés; qu'ils ne seraient pas non litique qu'elle depuis prussiens, partie da
qui hiterdisent et il a fait connaitre son un musulman et la trente ans. Nous avons bien souvent loué qui relierait le chemin de fer prussien de l'Est Midi et de toute cette portion de la France et
fortifications d'.Uand, plus pachalik que à Le directeur général des douanes et des de l'Europe
au chemin russe de Saint-Pétersbourg Varso- qu'alimente le mouvement com-
opinion au gouvernement français. Mais celui-
régénération de la Turquie, que souhaite et défini cette politique qui a pour but la vie. Le général a été reçu par le roi et le mi-
contributions indirectes vient d'adresser aux mercial de la vallée du Rhône.
à un autre point de vue, directeurs des contributions indirectes dans les
ci voit- la question sincèrement l'Europe occidentale, ne com- régénération de l'Orient par l'Orient. Nous nistre du commerce et a journellement des Ce projet, qui est connu sous le nom de
favorable à la Russie, et le comte de départemens une circulaire portant révision
plus mencerait assurément l'asser- n'avons jamais caché la préférence que nous conférences avec le directeur général des tra- eanal Saint-Louis, a été, à double reprise,
aurait à une demande que le pas par des tableaux régulateurs des expéditions à dé-
Mornv répondu donnons en Orient à l'avenir des popula- vaux publics. Le comte Adlerberg plénipoten- l'objet des études les plus approfondies, et a
Gortchakoff lai faisait i ce sujet, que la vissement d'une population chrétienne livrer pour le transport des boissons (eaux-de-
tiaire militaire de Russie, a eu également des subi toutes les formalités administratives usi-
pas à la construction chrétiennes sur l'avenir et liqueurs, et
prince
France ne s'opposerait
de qui a su, à travers les siècles, défendre tions des populations pourparlers pour cette affaire. vie, esprits vins, cidres, poirés tées en pareilles* eiréonstances. Il consiste à
de nouvelles forteresses dans le golfe c'est chez nous une vieille et qui par conséquent interesse un
l'indépendance de sa foi et de sa langue; musulmanes; Le Temps de Berlin cessera, à partir du ^jan- hydromels), ouvrir à la grande navigation maritime le
Bothnie. mais nous n'avons vier 1857, d'avoir un caractère semi-officiel. nombre de contribuables, surtout à cette bassin inférieur du Rhône en un point
Calli- voilà comme on leur a parlé. On leur a habitude de jeunesse grand otf ce
» L'ambassadeur de. Turquie, prince Le gouvernement a pris des mesures époque de l'année. bassin offre un port naturel de près de 10 Kilo-
être réunis en eu la folie, voulant la régénération de pour faire
maki, a été, reçu hier en audience particulière dit aussi qu'ils pourraient jamais à de cette un Jusqu'à présent les débitans rédimés, c'est- mètres d'étendue
de la d'exclure les Ijives de paraître partir époque journal et une profondeur de 6 à 14
l'empereur. M. Ilulandt directeur un seul Etat; on leur a dit enfin que l'oc- l'Orient par l'Orient, à-dire ceux qui paient à l'arrivée les droits de
conversation officiel qui sera également journal judiciaire. mètres, au moyen d'un canal de 4,000 mètres
a eu hier une sur les eaux-de-vie, et
par
banque moldave,
de cupation autrichienne cesserait au plus tard -cette régénération. Seulement pour que la Le roi s'est rendu aujourd'hui au château de consommation esprits seulement de longueur sur 60 mètres de largeur
avec le comte Buol, qui lui a promis faire liqueurs, avaient seuls la faculté de recevoir
entretenus de se régénère, il faut qu'elle les chasses de la Saint-Hu- et 8 mètres de profondeur (la même
ses efforts à Constantinople que le privi-
le 28 octobre on les a môme Turquie n'ait pas Griinewald, pour
les eaux-de-vie en cercles sans aucune limite que celle
pouf bert. • du; canal de l'isthme de Suez); ainsi desormais
d'avoir une armée nationale, afin les bras et les pieds liés par l'occupation tandis
lège de cette banque soit confirme."» l'espoir Le Moniteur aujourd'hui l'or- de minimum, que les débitans exercés les plus gros navires de commerce
prussien publie pourraient
de maintenir par leurs propres efforts la sé- étrangère. donnance du 27 octobre modifie les tarifs ne pouvaient s'approvisionner de ces liquides aisément et en tout
qui temps venir mouiller dans
On écrit de Francfort, le 2 novembre curité intérieure du pays et son indépendance La Turquie, qui avait paru un instant sen- du Zollverein. qu'en fûts de 100 litres, et avec une permis- le fleuve trouver
(Correspondance Havas.) pour s'y en communication
sion spéciale qu'en fûts de 20 litres au moins
« Hier le prince Napoléon, venant de Stutt- extérieure pendant au moins les premiers tir le danger que lui créait le concours trop Dorénavant ces derniers comme les
directe et immédiate avec les bateaux à vapeur
Les inévita- Bretlau 28 octobre. pourront, qui descendent de Lyon à la mer.
est arrivé avec sa suite à Francfort. il ne pouvait s'agir en d'alliés qui veulent être (Silésie), (Patrie.)
gard, jours d'une invasion; empressé rédimés, recevoir et conserver chez eux des
««nielles de la première de ces villes sont una- effet que de la défense des premiers bles, vient d'appeler, dit-on, un nouveau dans des fûts de toute contenance de Bay'onne,
jours, L'arrestation de M. Sch.n, l'un des plus spiritueux Le Messager qui mentionnait,
nimes signaler l'accueil particulièrement sous ne sent plus le péril soit! mais les nouveaux tableaux, les débitans dans son numéro du 3 novembre le départ
a puisque l'Europe tout entière prenait ministèrequi grands fabricans de drap et de couvertures de D'après
et amical dont le prince français exerces pourront également recevoir en futailles Montevideo et Buenos-Ayres
de Wur- la neutralité des pays bas du ce péril pour n'être plus turc, n'en reste laine à Stockerau, qui est pour cetteTaison pour de 240 Bjis-
distingué son coœrt séjour à la cour sa protection de petite dimension et par paniers de moins de
été, pendant l'un des fournisseurs de l'armée, a produit ici ques, enregistre encore dans son numéro du 4
temberg, l'objet de la part du prince royal et Danube. Que sont devenues toutes ces pro- pas moins un péril européen. 25 bouteilles surtout s'il s'agit de vins de le départ de 155 colons
fille de feu une immense sensation. Cette arrestation est français transportés au
•de sa femme la princesse Olga, messes les esprits des Rou- A lire les journaux anglais l'Autriche des vins de liqueur ou des vins sur un des bateaux à vapeur
qui enivraient la suite de grandes malversations commises par Champagne, Passage de la
Nicolas.
ifemnereur
a été donnée en son mains ? On leur dit aujourd'hui qu'il n'a pas d'autre
ne faut intention que de retarder la commission militaire d'équipement. Trente à d'un prix élevé. Compagnie internationale. L'Ernesûne, de Bor-
« Utfe brillante fête L'inspecteur pourra aussi autoriser les débi- doit son chargement
clore la réunion des deux principau- l'évacuation des principautés; mais elle ne quarante personnes sont également soumises à deaux, compléter d'éïhi-
ïhonneur\au château de Plaisance, pour pas penser tans exercés à prendre des acquits à caution avec nos 155
on éternellement cett éva- une enquête pour le même motif. grans espagnols nationaux, et
2a saison ^(l'automne, et, s'il faut tout dire, tés et qu'il ne faut pas penser non plus à la prétend pas éluder de vins" inférieures à 100 li-
a un L'autorité militaire compétente a demandé pour des quantités faire voile pour la Plata.
ïattache le voyage du prince Napoléon cessation actuelle de l'occupation cuation.
autri- A lire les journaux allemands,, toutes les immobilières de tres eu cercles et à 25 litres en bouteilles,
-en négociation avec une que propriétés M. le conseiller
de niariage est céderaient à d'autres a ouvert ce matia
projet
issue de la famille impériale
chienne. Quant à l'armée nationale, il n'enl'occupation des principautés pour Sch.n, de la valeur de 600,000 11., fussent qu'ils accidentellement Anspach
jeune princesse assujettis. la session des assises de la Seine pour la pre-
On ajoute est plus ni question nUsouvenir; c'est un
l'Autriche un principe. Il s'agit d'éta- mises sous séquestre.
de Russie et de celle de Leuchtenberg. des employés de la Une autre disposition de la même circulaire mière quinzaine du mois de novembre.
de blir de maintenir la de La plus grande
roi de Wurtemberg, qui vient célé- vieux conte et une vieille légende qui ne et prépondérance partie
sont dans ces consacre dorénavant comme un droit la tolé- M. Barbier, avocat général, occupait le siéga
de son règne, s in- l'Autriche sur le Danube. à dire'? '? commission précitée impliqués
que lela cruara ntième
brer année
que les rêveurs. Yoilà ce qu'on Qu'est-ce étaient formel- rance dont jouissaient les liquoristes mar- du ministère public.
à l'accomplissement peut occuper concussions sans exemple, qui
téresse cualeiireuseraent de Paris n'a-t-il voulu empêcher"" en gros d'expédier des eaux-de-vie a quitté
dit à Vienne; voilà même ce qu'on dit i
le Congrès lement organisées et dont l'origine remonte chands en MM. Petitjean, propriétaire, qui la
de cette allian ce. bouteilles et en fûts d'une capacité quelconque France depuis un an pour se rendre au
Londres. le Danube d'être un fleuve russe que pour à 1848. CUili.
» 11 parait as *ez positif que dans la proposi- inférieure à l'hectolitre. Ponté, officier retraité, qui réside actuellement
par la mois de en faire un fleuve autrichien? Nous ne nions La perte causée par là à l'Etat s'élève à près
tion soumise ifi la Diète germanique Nous nous souvenons qu'aux de 2 millions de florins. (Journal de Bercy et de l'Entrepôt.) au Havre, et Blaye, ex-courtier de commerce,
ai annonce donne à (Journal de Francfort.)
Prusse, et dont. -f vous
1 accepta- mars et d'avril derniers, quand nous voyions pas l'ascendant que la géographie malade, ont été exemptés du service du jury.
par cette assemblée, le -Deux de Y Observer et le Voici les
tion avec modification les espérances ardentes des Roumains, quand l'Autriche sur le Danube. Pourquoi ne ESPAGNE. journaux Londres, principales affaires qui sont inscrites
à U rate en liberté de tous les au rôle de cette session
point relatif vouloir Times, annoncent que l'empereur Alexandre,
de Neucliatel a ils nous alléguaient la parole du Congrès, pas s'en contenter? Pourquoi ériger
M. le comte mi- Le 7, Petit, vol par un clerc chez son patron.
prisonniers royalis.'e^ été con- l" novembre. pour récompenser Walewski,
allemande cet commercial en prépondé- Madrid,
servé et adopté. La confédération nous doutions encore quelque peu, on tout ascendant njstre des atfaires étrangères de France, des Le 10, Ronger dit Hervé, détournement de
directement rance et militaire? Oter le Danube
se trouve ainsi, par sa résolution, au moins nous pensions que les choses n'i- politique Le représentant de la Grande-Bretagne, lord services rendus par lui à la Kussie pendant la mineur.
intéressée, comme grand pouvoir politique, a l'a fait le traité de Paris, guerre, lui a restitué des terres qui auraient Le 11, Schneider, Roche et Mouquet, vol avec
raient pas si vite que le pensaient les Rou- aux Russes, comme Howden, est arrivé hier soir à Madrid.
l'exécution de cette mesure. appartenu à sa famille. effraction; Goupil, faux en écriture de com-
mains il y aura bien des échecs et des re- et en faire un fleuve libre et indépendant,
« La Suisse sera mise, à cef effet, officielle- Le roi de Prusse a conféré l'Ordre de l'Ai- On nous communique à ce sujet les rensei- merce.
ment en demeure par le président ne
la Diète
tards, disions-nous, avant d'arriver au but. c'était, au fond, le donner plus que jamais à gle-Rouge à M. Daniel Weisweiller.
gnemens suivans Le 12, Denoyelle, de vol avec
le faire complicité
Si, comme tout se.iiMe sont la Compagnie autrichienne de la navigation Le Journal « M. Walewski ne possède en Pologne aucune
germanique. Ces échecs et ces retards venus, plus français de Madrid annonce violence; Coutier, attentat à la pudeur avec
la Suisse se refuse à l'élargis- a une de ce vide sera et le gouvernement russe n'a jamais violenee «ur une jeune i
craindre jusqu'ici, ne le du Danube, car cette cesse paraître, et que propriété, flll«. •
de tous les pionniers grands et plus importons que nous Compagnie^ qu'il
sement pur et simple i
i
•••: * .; i l î' ,r
JOUKKAL DES DÉBATS WU JEUDI 6 NOVEMBRE 1856.

Le 13, Delànoue et femme Ou annonce lundi prochain à la marine (14) et les colonies (15), les rapports, de l'Etat Enfin, c'est lui qui, en 1690, choisit entre trois con- gne, et de là conduit à Viuçennes (53). Le 15 septem- lion qui furent prononcées* contre près de ^cinq cents
Delanoue, compli- pour ces or- le jeune Daguesseau, 1bre, le roi supprimait la charge de surintendant, financiers et ne
Galté une représentation au bé- et de l'Eglise (16). L'appréciation de toutes currens alors âgé de vingt -deux pre- qui s'élevèrent pas à moins de 164 mil-
cité de banqueroute frauduleuse; Perceval, extraordinaire sont du ans (34), pour la place de troisième avocat général eut à signaler
donnances, qui demeurées une des gloires nait lui-même l'administration de ses finances, et lions 913,300 livres t74),, Chambre.
attentat à la pudeur sur une jeune fille de néfice d'un artiste. Mélingue jouera le rôle
siècle de Louis XIV, exigerait plus^de développemens nouvellement créée au Parlement de Paris, Il ne vent icréait le conseil royal des finances, dans lequel il sa sévérité par des "arrêts plus graves contre les
moins de onze ans. qu'il a créé dans Lazare le pâtre. que n'en comportent les limites qûi'nous sont impo- d'autre caution du fils que le témoignage du père, appelait Cplbert (54). Au mois de novembre, une personnes. Dès le 9 décembre 1661 elle faisait `
Le 14 et le 13, Simian, femme Simian femme à la salle Barthé- sées. Nous n'aborderons aujourd'hui de ce trop vaste dont l'extrême droiture l'a plus d'une fois Chambre de justice était instituée. Elle recevait la défense aux gouverneurs des places frontières et
Dimanche 9 novembre, en présence frappédu
Cohen et Lacroix, sujet que quelques uns des points qui se rattachent à dans son conseil. « Je le sais, dit-il mission et le poavoir de rechercher les malversations aux capitaines de vaisseaux de laisser sortir du
banqueroute frauduleuse, solennité musicale donnée par
lémy, grande l'administration de la justice. chancelier (35) et de M. Pontchartrain, incapable de iqui pourraient être constatées depuis 1035, et de juger royaume, sous peine d'on répondre personnelle-
complicité. la Société chorale des Enfans de Lutèce, avec L'ordonnance civile de 1667 et l'ordonnance crimi- me tromper, même sur son propre fiUs (36). » Et co tous les crimes et délits commis à l'occasion des ment. ceux contre lesquels elle avait décerné des
le concours, partie-vocale, de Mw Lu- nelle de 1670 ont été de et choix dote la France d'un de ses plus grands magis de
et de l'En- pouéla précédées faits, d'enquêtes finances, quelle que fût la condition ou la qualité des décrets de prise corps ( 75 ). Le 22 février
On }it dans le Journal de Bercy
cie Rizos, sociétaire honoraire de la grande de conférences dont l'intérêt n'a vieilli trats. 1664, elle
-' historique pas coupables (55). condamnait ^rnôrt pour concussions,
iûepôt:;< '- Archain- et qui mettent en relief un aspect, Mais Louis XIV a pris soin d'exposer lui-même l'é- Sur la seule rumeur de lacréa- de contrain-
Académie de Vercelli, MM. Pedrelini, trop peu connu qui se répandit exactions et meurtre, denx 'porteurs
« les dont nous avons instru- d'un règne dout la postérité ne se lassera tat dans il avait reçu le gouvernement du tion d'une Chambre de justice, les financiers furent exécutés à
vendanges de 1856, baud, Charles Blondelet; pour la partie peut-êtie
les
lequel
dans ses ou moins aux et
qui tes qui
15
Orléans,, quatre
les résultats MM. Batiste, Viault. La So- pus d'interroger œuvre.s.et de.célébrpr l'influence. la part qu'il, faisait à la justice avaient plus pris part fraudes, qui jours après (76^. Le juin 1664, Durhont, con-
généralement heureux, mentale, Tnebert, Le grand siècle n'a rien être suivi et ap- joxaume,
vues rie réforme l'ani- avaient au silence offrirent une restitution crime de péculat, était exécuté à
4«iBregistré
sont a peine terminées exécutera perdre^ elrU'S' vê'rilables*sënti'raen's:qui intérêt damné uour
que déjà l'on procède ciété chorale des Enfans de Lutèce maient des â la de la =
précié dans les détails dé. ce cadre, spécial. Lfs idées' à l'égard c<>rps judiciaires. Ëcouiohs-le forfait de 20 millions de livres. La majorité du Mrjs devant porte Bastille (77}. Enfin,
à la clarification et au- soutirage des vins nou- les plus beaux chœurs de son riche répertoire.
pet&rmnelles'.di" Louis XIV sur la justice l'austère et s'a4rebsa!il au iiaui<hitî:son nls, et lui euseigniiul ce conseil royal des finances se montrai!, disposée à la même année, un arrêt de contumace condamnait
veaux. Cette double a une x
opération, qui Les éditeurs du Ménestrel viennent de universelle direction de Cojberl, qui apparaît sur ce qu'il appelle « le;métter (Je roi (37)."» n l'accepter. Le roi, mainterant la question de mo- le financier G.ourville à mort, « pour abus,~ma1 versa
grande • importan,ce. dans l'industrie vinicole, point comme ailleurs, les hommes qui à d'autres «qu'il
Le
1l(J!)Clle
désordre «leiméticr régnait de rpi (37):"
partout. La justice,
jiistiee, ait qui il ralité et de réforme à sa vérilable hauteur, repoussa tions et vols, h Mais ce dernier avait passé à l'étran-
mettre en vente trois nouvelles et charmantes
s'accomplit dans d'excellentes conditions, ser- titres, sont appelés à fournir le concours de leur sa- appartenait de réformer tout le reste, me paraissait la transaction, malgré les soulagemens qu'elle eût ger. Gracié, en 16Sl,après avoir, restitué 600,000 litres,
compositions pour le piano, de l'auteur du
voir elle-même la plus difficile à réformer. Une infinité sans retard au Trésor obéré Colbert nous
vie parle et froid règne depuis et leur expérience, les actes, même incomplets, apportés il se .réhabilita par quelques services diplomatiques,
temps sec qui Chant des Feuilles, des Fleurs et Pleurs et de
favorable. qui sorlenl de cet effort commun et qui préparent les de choses y contribuait: les charges remplies par le a transmis les motifs de cetto résolution qui ne et finit par publier des JMémolres dans lesquels « on
sï quelques jours, et qui lui est irès- l'Hirondelle du clocher. Ces trois nouvelles œu- hasard et par l'argent choix et le dans le conseil. « Le roi de Mmo de Sévigné,
» Nous sommes à constater réformes plus radicales dont le jour n'est pas arrivé plutôt que par le rencontra plus d'opposant le voit, suivantles expressions
heureux d'avoir les Genits d'entendre »te- le monde avoir été pendu en ef-
les vres de Paul Bernard ont pour titres ,tout-est là encore digne d'étude et de souvenir. mérite; peu .dit» quîil ne pouvait pas s'empêcher gouverner après
que les espérances conçues par gens du (mélodie la Sérénade (polonaise) et la' On a trop souvent méconnu l°s véritables senti- moins de savoir, d'expérienceles ordonnances e^^i%ftjpii)àâa(lt's. ae mes prédéces- juges,- voix de ses peuples qui lui demandaient justice do (78). »
métier à Inexpérience de la cuve, de ce qu'on bretonne), figie
Marche du régiment On mens de Louis XIV sur l'ordre judiciaire et sur le seurs sur l'âge et le service éludées presque partout; toutes les violences, exactions et concussions qui Mais la condamnation du surintendant Fouqnet,
(caprice militaire). peut
appelle la 'vinée deviennent des réalités a l'é- ainées. rôle qui lui api>arlient dans l'Etat. On s'est long- la chicane établie par une possession de plusieurs avaient été commises contre eux, et qu'il sacrifiait qui été le centre et l'habile organisateur de
leur prédire tout le succès de leurs
preuve décisive du décuvage; l'on peut donc temps habitué à représenter ce monarque comme siècles, fertile en inventions contre les meilleures lois; volontiers l'avantage de 20 millions de livres à la toutes avait ces déprédations et de tous ces scandales, fut
Ajoutons qu'au mérite musical de ces œuvres, et enfin, ce qui la produit
assurer de la récolte systématiquement du soin d'abaisser et principalement, j'enti-nds satisfaction qu'il recevrait de voir une fois, par la le résultat le plus considérable des opérations de la
désormais que la seront sur tous les pianos, les édi-
• de i 856 égalera, qui bientôl d'humiHwr les préoccupé
Parlemens. Bne étude plus attentive ce peuple excessif, aimant les (procès et les cultivant punition des coupables ses sujets h coufer-t des Chambre de justice. De toutes les affaires portées de-
si elle' ne qualitéla1 dépasse, celle de
•• teurs ont su joindre de délicieuses illustrations et plus impartiale de l'histoire conduit bientôt à d'au- comme son propre héritage, sans autre application violences qu'ils avaient souffertes; qu'il fallaiti'par vant cette sorte de haute Cour, aucui.e n'agitait plus
È-m'-»; ; ;'•• ;, ,-f de M. Barbezet,: en complète valeur tres Louis XIV un des punitions vivement
ce qui la impressions. poursuivait bùt^lus que rt'eii augmenter et là' durée et le nombre.' purger le siècle, convertir les espritset les esprits.
» Tous ces maux ensemble ou leurs suites tt leurs
dans un artistique. M. Paul Bernard a egalement pris digne et plus élevé. leur foire prendre d'eux-mêmes pour l'avenir- une Arrêié le 5 septembre 1661 -à -Manies Fouquet
Avant-hier, l'après-midi, donneur
sa place dans publication
Il traçait de sa main, avec cette fermeté de coup eftets retombaient principalement sur le peuple, condurie directement contraire celle qu'ils avaient ,ne comparut que le 14 novembre 1664 devant la
d'eau .bénite de l'église Saint-Eustache aperçut, l'importante des. s d'impositions
modernes Sa première d'œil qui devance la réforme des institutions, la sé- chargé d'ailleu et presse de la misère tenue jusqu'à présent, afin qu'il fut assure que non Chambre de par le chancelier Sé-
du Ménestrel.
dans un angle derrière la porte d'entrée qfii i Classiques paration nécessaire qui devait exister un jour, piur en plusieurs endroils, incommodé en d'autres de sa seulement, pendant son règne, mais même cent ans guier (79). L'exposé justice deprésidée l'accusation présenté par le
• donne sur la rue Traînée sonate le classe parmi les meilleurs disciples oisiveté la et be- se Talon a
un paquet assez F. Camus. la dignité de tous, entre le pouvoir politique dont le depuis paix, ayant surtout après, les gens de finance contentassent des gains )roe,uréur
procureur général
deux. crimes itnputvit
principaux a l'aneieri
l'ancien sur-
sur-
un morceau de MM. Halévy et Zimmermann. Parlement abusait et le judiciaire, dont l'ac- propre
soin d'être soulagé et occupé^ (38). honnêtes et. légitimes qu'ils peuvent faire (56). » intendant deux crimes principaux l'un constituait
volumineux enveloppé dans pouvoir
» L'élévation des Parlemens en général avait élé
de percaline; il renfermait le corps en- lion n'est jamais plus libre et plus respectée que Telles furent, et il ne sera pas inutile de s'en sou- un crime de lèse, majesté au premier chef et résul-
d'un "'' ;;i– est contenue dans ses limites. dangereuse a tout le royaume durant raarninorité idées d'austère administration, de protec- de révolte qu avait été rédigé
fant ne por- lorsqu'elle vpnir,,les tait d'un projet par
nouveau né du sexe féminin, qui .:" r' il fallait les abaisser, moins pour je mal qu'ils.avaient tion publique,
Il avait été témoin de l'ardente intervention du de souveraine équité qui présidèrent Fourmet, -en 1657 et 1658, et qui organisait nn centre
tait aucune trace d'une mort violente. Le com- Parlement de Paris dans les troubles de la 'Fronde, fait que pour celui qu'ils faire à l'avenir. à la création de la Chambre de justice dans les places de Belle-lsle et de Con-
pourraient de 1661. de résistance
•t. miskaîre de police du quartier fait une enquête et, le jour où il proclamait sa majorité, il avait été Leur autorité, tant qu'on la regardait comme 'opposée Cette Chambre fut composée (57) i* dii chancelier carneau, dont il avait acheté le gouvernement. L'au-
sur les auteurs de ce dépôt dans l'église. ,en droitde lui défendre, au nom de la paix rétablie à la mienne, quelque bonnes que fussent leurs inten- Pierre Séguier (58) et de vingt-sept juges, savoir le tre, le crime de péculat, embrassait les nombreuses
"COUR '1>E
Audience du CASSATION.:
4 novembre. j «de prendre connaissance des,affaires générales de tions, produisait de' très méchans effets dans l'Etat et premier président de Lamoignon; un autre président et diverses malversations commises dans la nes-
S'il faut en croire une de VElat (17). » *' 1, traversait toutee de»plus du Parlement de de la Cham- des finances de l'Etat; on
correspondance que je, pourrais entreprendre Paris (59); un président tion y remarquait, &la
Paris adressée au Journal du Havre par acte Le roi nefaisait au surplus! qtoe reproduire alors, grand et de plus utile. Il était juste que cette utilité. bre des Comptes (60); cinq maîtres des requêtes (61) charge de l'accusé, l'emploi des deniers publics
25 Siieeurs de M. de Koyer, des .circonstances le l'emportât sur tout le teste et de réduire toutes choses conseillers au Parlement de Paris (62); neuf à ses affaires domestiqués"! des prêts fictifs, dés
passé devant un notaire de Paris, le octobre, dans qui quatre
dans leur ordre légitime naturel, neuf sous des noms
i un pprtier de la rue Richelieu, dont les ho- Procureur général impérial. que le Parlement avait le justifiaient,
entendu de- la bouche langage de et quand même, ce. conseillers fournis par lis Parlemens de pro- .intérêts pris supposés. -dans les
j François I" (18) el de Henri IV (19). Il appréciait la que j'ai évité néanmoins, il eût Tallu ôter à ces corps vince (63); deux conseillers an grand conseil, dont fermes et dans les traités,, dés pensions et des gra-
noraires s'élèvent maintenant en moyenne- à: su s :»'! x .•
mission el. les devoirs du Parlement, comme le fai- une partie de ce qui leur avait été donné autre- l'un était M. Pussort, oncle rieColber; i64); deux Con7 tifications 'reçues des fermiers et des -imitants, l'em-
an, aurait cédé sa charge et sa Réformes judiciaires et législatives du règne de
'' 8,000 fr. par fr. Louis XIV.
sait l'un de s> plus illustres premiers pré.idens, Jean fois. (39). seillers maîtres à la Chambre des comptes (65) peux ploi frauduleux, dans 1s règlement des ordonnan-
loge à un .successeur- moyennant 22,000 de la Vacquerie, lorsqu'ilrépoudail au duc d'Orléans, » En toutes ces choses, mon fils, et en plusieurs conseillers h la Cour des aides (66). ' ces de comptant, de billets annulés et achetés A vil
payés qui devait être Louis XII: La Cour est instituée par autres que vous verrez ensuite, qui ont mortifié sans- 2° D'un procureur général qui ffût "dans l'origine prix, elc.. elc (80).
comptant.
Chambre de justice de 1661. -Grands Jours d'Au- le roi pour administrer ta justice et non pour se mê- douje mes 'officiers de justice, je ne veux pas que l'avocat général Denis Talon (67) >-y Le crime de lèse-majesté reposait, quoi qu'on en
C'est, par' le choix des livres que se dis- vergne en 1665. Ordonnances civiles de 1667 ler d'administration, de guerre, de finance, ni du fait vous me donniez, comme auront pu faire ceux qui 3° D'un greffier (08), ait pu dire, surdes pièces d'une incontestable gravité,
le catalogue de M. Perrotin éditeur. A. et de 1669. et gouvernement du roi (20). me connaissent moins des motifs de peur, de haine Les séances de la Chambre de justice s'ouvrirent le que 1rs contemporains et l'hisloire elle-même ont
tingue
Il est viai que divers édits bureau* (21) ayant fait et de vengeance, pour tout ce qui s'était passé devant 3 décembre 1661 dans une des salles de la Chambre trop légèrement traitées et auxquelles des publica-
tùte des OEuvres complètes deBéranger de Jte-
•phaêl, :de l'Histoire de la Révolution de 1848 de • éclater dans le Parlement une résistance qui mena- la Fronde, où l'on ne peut pas nier que ces compa- des comptes par des discours du chancelier, du pre- tions récentes ont restitué, leur valeur (81). On y ren-
Messieurs, de renouveler: ;les assemblées de la chambre gnies ne se soient souvent oubliées et jusqu'à d'é-' mier président de Lamoignon et du procureur gé- contre, sinon un attentat éiî cours d'exécution, du
l'Histoire de Ilussie, de Lamartine, on y voit fi- çait
La France voit aujourd'hui se développer dans historiens, on tranges txtrémités (40). <, néral Denis Talon (695. moins tons les élémens réfléchis et conter lés d'un
Saint-Louis, quelques parmi lesquels
eurer les Mémoires du roi Joseph, le Voyage aux une heureuse et facile harmonie, les légitimes cou- compte. Voltaire, représentent le roi, qui avait1 alors » Mais je sais, mon fils, et je puis vous protester Le chancelier exposa en peu d« mois les causes et -attentai éventuel et organisé. On y voit, dans tous
polaires, de Bellot: le Dictionnaire de l'Àr- de 1789 et ies viriles institutions 'du Consulat, ans. accourant, le 13 avril 1655, de Vir- sincèrement, que je n'ai ni aversion ni aigreur dans- le but de la convocation de la Chambre H les cas, des préoccupations et des prévoyances qui
quêtes dix-sept de justice.
r< méemers de terre, du général Bardin, et tout ce qui et del'Kmpire. La monarchie a reçu de, la volonté cennes au Parlement, et y entrant un fouet à la l'esprit pour mes ot'dciers de justice. Au contraire, si fit appel au sentiment du devoir qui porterait chant. is révèlent autant d'intrigue que d'audace, et qui ne
Wilhem. et l'autorité la vieillisse" est vénérable dans les hommes, elle me des membres à répondre à la confiance et aux glo? naissent dans une conscience et
est relatif à la Jléthode nationale l'initiative qui sont les élé- main (22). Mais il faut, dans l'enceinte do, cette an- jamais tranquille
mens de sou action et de su pnissanee et qui peu- où vous siégez, faire justice le, encore diins ces corps si anciens. Je rieux dessins d'un roi ne se tant sûre
cienne grand' chambre paraît plus qui proposait pas d'elle.-niôrne..
La Gazette de Champflcury le 1er du vent seul» lui assurer les moyens défaire prévaloir une fois de ces détails et suis persuadé qu'eu aucune autre, partie de l'Etat 1* punilion des coupables que la réparation des abus Quant aux fails de corruption,, de concussion et de
parait pour toutes romanesques
la 1rs intérêts qu'elle La limite inexact» dûui plusieurs modernes ont déjîi le travail n'est peut-être plus grand ni les récom- et des malversations qui s'étaient glissés dans l'admi- des deniers publics qu'embrassait l'ac-
mois. r 1er novembre «ne Vieille maîtresse, généraux représente. écrivains dilapidation
des pouvoirs est nettement déterminée. La l'invraisemblance. penses moindres. nistration d"S finances. » cusation de péeulal, Us étaient, înalhrureusi ment
Jeunesse de Baizac, les, Sensations, de Joaquin, publics signalé
même loi régit, en toute matière et sur tous les Le roi vint en ellet ce jour-là de Vincennes au J'ai pour eux l'affection et la considération que M. de Lamoignon rendit hommage aux sages pen- pmir Fouquet, d'une "éclatante, et scandaleuse noto-
Nouvelles dit mois. Un vol. ip-32; 10 fr., Parié points de l'empire, la fortune la plus haute et la si- avec le costume qu'il avait. à la je dois, et vous, mon fils, qui, selon les apparences, sées et aux saintes intentions dU roi, fini avait dés- riété. Les impôts que fournissait péniblement le
12:fr., province. 78, rue:RicJielieu. Parlement. Il y. parut « ces vaines armé sa vahur faire la et à
tuation la plus humble. L'office du juge a cessé d'être chasse, il y prononça ces paroles Chacun sait lés les trouveréz'vncore plus éloignés de pour régner justice pour- n'arrivaient l'épargne, qu'après avoir subi
pré-
une propriété vénale et héréditaire pour devenir une malheurs les assemblées du Parle-, tentions d'autrefois, vous devez pratiquer avec d'au- voir aux désordres'de ses-Eiats. II fiélrit l'ambU peuple
de maius en triains, deS'])1 élèvernens fr;lu(tuleux 011
qu'ont produits
•, –A la demande de ses' des émane du mais l'on cesse, tant plus de soin ce que je fais tous les jours mot- lion, l'avarice insatiable, les exactions et le pillage uiurarres qui à a La 'fois le pays ut
fonction publique,, qui pouvoir, inenl; je veux les prévenir; je yeux que appauvriraient
départemens la Compagnie correspondans des Huiles^Gaz re- dont l'indépeniance est assurée, et qui n'attend celles qui sont commencées sur les édits que j'ai même, je 'veux dire de, leur témoigner de l'eslinv des gen- d'affaires qui se servaient du nom du roi l'Elat, et qui Unissaient .par éptfisex, sans mesure
si ce n'est le respect et la dans Ips d'en connaître s.u- ses du bien an les du revenu
tarde de cinq jours la clôture de l'émission de rien des justiciables, apportés Monsieur le premier président, je vous dé- occasions; les principaux pour dépouiller sujets acquis prix ft .«ans profit généra', toutes sources
de 100 fr. En conséquence, la sou- considération. La compétence des juridictions est fends de souffiir aucunes assemblées. » Mais sou ar- jeis et ceux qui ont le plus le mérite; de faire voir de tant de sueurs, par le travail et par l'industrie. publie.
ses actions
exactement et invariablement Les peines rivée, n'eutdendu que vous les connaissez, car il est beau à un prince U félicita le chancelier, « qui réunissait en sa per- La fortune du surintendant avait ainsi reçu, en
scription sera irrévocablement close le 10 no- réglée. caractère imprévu et emporté qu'on
et les mé-
arbitraires et les cruautés légales ont disparu s'est attaché a lui donuer, avait annoncé la veille, se- de. montrer qu'il est informe de tout que serr sonnes lous les avantages qui avaient rendu la quelques années, des acçroissemens qu'aucune spé-
à cinq heures du soir.
v'vembre, des Codes criminels. La procédure est en géné- lon l'usage, par une lettre du cachet, sa présence et la vices que l'on rend loin de lui ne sont pas perdus. moire de ses prédécesseurs précieuse à la posté- culation licite ne pouvait justifier. Sans parler de ses
Pendant le cours de la'souscriptiôn., l'admi- et et de ses téméraires
ral réduite à des formes aussi simples et aussi tenue d'uu fit de justice. H fut reçu et reconduit de les accoutumer enfin, par de bons traitemens rité », de la part qu'il avait nécessairement dans Inexplicables dépensés prodiga-
triple l'étendue et le ma- des honnêtes à vons au l'intérêt de des 9 millions
nistrateur-gérant rapidfs que le comportent l'intérêt des panties et le avec lu cérémonial accoutumé. Le procès-verbal le paroles, voir quelquefois, la résolution inspirée au roi par ses lités; sans parler de livres ansorbéfs
tériel de' ses usines de Belleville et de La V|l- devoir d'examen imposé à la consciencn desjuges. constate (23), et les Mémoires les plus sérieux et les lieu qu'au siècle passé une partie de leur intégrité peuples (7ii). dans cette seule terre de Vaux, où il avait reçu le
de vente, de la loi chrétienne dans la loi ci- était de ne du Louvre, comme si le Le avec la et roi avant son arrestatiou, le procès four-
leite, ouvert un dépôt général efl l^égiiiiîrj-a'passé plus vérifiés du temps (24) ne funt aucune mention pas approcher procureur général Talon vigueur quinze jours
mais1 le sentiment fonde et lui- du préleinlu avec les roi de la cour eût été un autre celui du Parle- la son so rendit nit les traces et multipliées
gros, dans le centre de Paris,, et établi dies vile, public proclame fouet qui eut si fort contrasté que pompe habituelles de langage, positives de pensions
niême l'aristocratie des supériorités intellectuelles el habiludes de dignité de Louis XIV, et qui eût trans- ment, pour qui ils prononçaient tous les jours des l'interprète des actions de grâces des hommes de et de gratifications imposées par Fouquet aux di-
eaccursales dans beaucoup de départemens. x~ s'effacent devant le, mé- formé un acte de puissance en un acte d'oppression arrêts (41). » bien, l'établissement d'un tribunal qu'ils vers fermiers d" l'Etat, soit a son profit (82), soit au
La fabrication de l'Huile-Gaz se fait jour et nuit molles. Toutes les distances pour
rile et le travail n'est une idée utile ou sincè- et de mépris.. Les actes vont aux idées. avaient de leurs vœux. Il signala énersi profil de sa famille et de ses commis, soit au profit
pas bientôt répondre appelé
pour pouvoir subvenir aux demandes jojuriiiiT sa mémoire que des r latious et
rement patriotique qui n'ait le droit de se produire et Trois ans plus tard, à la morl de M. Pomponne de Le cardinal Mazarin était mort laissant quement celte mesure C'inme l'une des preuves les de. personnes plus suspectes-
fières; jèntin, tout vient prouver que cette- ep- les moyens de faire son.chemin et. quoi qu'en puisse roi appelle à la première et sa politique protégées par le, souvenir de quatre plus éclatantes « de l'ardeur sainte et généreuse thnins avouables attachaient à sa fortune. De son
Bcllièvre, le jeune prési-
1reprise qui donne, d'après des calculs cer- tdire la passion ou l'envie, aucune liberté ne manque dence du Parlement de Paris M. de Lamoignon (25),: grand, résultats le traité de W-eslpualie (42), li dé- d'un roi qui, n'ayant plus pour objet de son appli- côté il ne reculait, pour des succès d'ambition ou
100 de le s'honorent de les lois et le bon- faite de la Fronde, le traité des Pyrénées le ration le travait et l'étal de la l'honneur et aucune -corruption, devant au-
tains, 85 pour bénéfices sur capitar ceux qui respecter qu'il avait disiingué comme rnatlre des r' qufties (26),' guerre. d'intrigue, deymt
neur ae et il-lui adresse, d'accord^avec mariage du roi, avec l'infante .d'Espagne (43),
(44). et la satisfaction des victoires ramassait tous les es- cun mauvais emploi de la puissance 'de l'argent. Il
sera éminemment fructueuse pour* ie,ur pays. l'opinion publique, ce Mal-
employé, une soute- le caractère du cardinal doit être juge se au pour consacrait des sommes considérables a acheter des
ceux qui y auront A l'extérieur, gràceà guerre noblement suffrage qui serait à lui seul un litre de noblesse heureusement, prits qui dissipaient dehois se déyouait.
pris part. la de ruses, services do loute'nulure; il soldait,
On délivre les dernières actions de la Com- nue pour le triomphe, du droit et pour protection « Si j'avais connu un magistrat plus homme de bien plus sévèrement que cette habileté pleine le salutet la grandeur de son Etat pour en remplir même autour
des faibles, la France a reconquis le rang qui app<r- et un plus digne sujet, je l'aurais choisi (27). » mais de ressources réelles, que rien ne pouvait abat- toutes les partips '«t pour en assurer la puis>ance du roi et de la reine-mère, des espions de tout étage
j>agnie des HuilesrGaz chez SIM. Le Roy et Ge, tient à la de ses armes et à la modération de Ce ne fut au snrplus but, valait mieux les et dont sur des colonnes inébranlables. » Il insista sur le qui recevaient ses largesses, flattaient ses passions et
gloire qu'à la mort du cardinal Ma- tre, dont le que moyens
rue de la Chaussée-d'Antin, 21, à Paris. Qn sa politique., II. lui restera de cette lutte mémorable en main les rênes du le suprême effort fut toujours pour la grandeur de la soin avec on avait cherché à réunir dans la ne lui fournissaient souvent que des avis intéressés
zarin (28) que Louis Xlv prit lequel
verse en souscrivant le montant intégral des ce qui vaut mieux qu'une extension de territoire, « Le roi. dit Mmo de Motteville, suc- France. Son irisatiable avidité le disposait mal à ré- où toutes les Cours souveraines ou trompeur? (83). Les lettres saisies dans la cassette
gonvernement
aetions demandées fr. Ex- une armée à l'épreuve de tous les périls et de tous céda nu royaume de France le jour de la mort former des abus intérieurs qui trouvaient chez lui Chambre
se trouvaient de justice
représentées les paranlies de lumière, de Saint-Mandé ne laissent aucun doute sur ces tristes
(100 par action). de
soit par let- les de courage, de grandes alliances. la con Louis XIII son père, alors uni' conscience indifférente ou des méuagemtns in- d'intégrité et d'indépendance que réclamait sa la- myslères. Jamais richesses plus mal acquises He ser-
pédier les fonds des départemens, genres n'ayint que quatre ans,,
un virent de usages..
flanee de tous et un traité qui a pris place parmi les mais on peut dire que le jour de la mort du cardinal téressés (45). borieuse mission. U dénonça d'avance, comme plus détestables
tres chargées, soit par mandats de poste ou; à dans définitives
plus belles pages du droit international (I). fut véritablement celui de sou avènement à la cou- A côté de lui cependant, sous sa direction, sa( danger contre Irquel il fallait s'armer el se défen- Les conclusions du procureur général,
'•'" vue sur Paris, Si Dieu mène l'homme, rarement la Providence a ronne, celui où il commença d'être roi et de faire maison, s'élait élevé, avec des instincts tout contrai-' « rirnportunilé des sollicitations ou des repro- successivement 'signées par Denis Talon et vur Cha-
- Mi-
j n'allen- et less tendaient ce alle.int et con-
laissé paraître autour d'un gouvernement des signés voir qu'il élait digne de l'être (29), » avec un esprit d'ordre et d'honnêteté qui are,
ches, les' tentations d'une fausse générosité millarjt, que Fouquet,
Le récent appareil applicable à la corh- un homme e les subter- vaincu du de des men-
éclatans de sa faveur et de sa protection. A partir de ce moment et dans tout le cours, de son, res,
dait. qu'une complète liberté pour agir, mouvemens d'une compassion injuste, crime péculat et autres cas
de la bougieondela 'plus
îmslion pour l'éclairage La naissance de l'héritier de la couronne impé- rèjjne, on voit le roi donner aux besoins de la jus- dont il avait respecté la probilê et deviné le génie. fuges et les déguisemens que les coupables ne man- tionnés au procès, fût condamné a être pendu '84).
chandelle, et qui a reçu le nom de photophore riale a précédé de quelques jours cette paix h jamais, aux C'était Colbert. Dans les lanlifs serupules des appro- queraient. pas de mettre en pour obscurcir la La Chambre de justice, à raison de l'importance
tice, aux îréformes qu'elle réclame, magistrats pratique
si elle eût été destinée à lui ap- des ombres et des du procès, avait
(tube porte-lumière), n'est plus aujourd'hui honorable, comme eux-mêmes, une attention et une importance qui ne ches de la mort, le cardinal l'avait désigné à LoutsXIV vérité et pour s'échapper au milieu nommé deux, rapporteurs, l'un
le un de une et une consécration de plus, La le cèdent en rien à celles aux autres. comme pouvant seul surveiller le surintendant Fou- ténèbres » choisi parmi les maîtres des requêtes, RI. Lcfebvre
pour public simple objet porter garantie qu'il accorde (7i).
se pro- t'autre les magistrats, M. Cour-
L'utilité du photophore et les ressources'curiosité. qu'il prévoyance d'un prince, auquel de longs jours sem- branches de l'administration du royaume^ quel et reformer les finances épuisées du royaume (46). La Chambre de justice, dont les opérations d'Ormesson, parmi
mais qu'aucune fortune n'éblouit, a les où il à Le 16 mars 1601, Colbert, déjà conseiller d'Etat, n 1665 (72), répondit ses pre-> nierde Sainte Hélène, conseiller au Parlement de
blent promis, Des premiers jours commence gouverner longèrent jusqu'i par
présente pour un éclairage propre, économique, voulu le sort de ta régence fût. à tout événement il mande Denis Ta-' était nommé intendant des finances (47). à Rouen. Le mattre des requêtes, àpiè-i un rapport
ne sauraient à que par lui-même, 1'avocat-général rniers; actes ces énergiques appels.
offrant toute sécurité, tarder eu effet, dans un état désas- qui dura' quatre séances, le bannisse-
fixé, et, par un double hommage rendu aux lois de Ion (30), il l'entretient seul pendant trois heures, et Les finances étii'-nt, Plusieurs arrêts vinrent successivement déjouer et opina pour
être de plus en plus en plus appréciées, soit la nature et à d'illustres le treux Les revenus de 1601, de 1062 et d'une pàrtîe'de les efforts fenléi ment et la confiscation des biens. Le ma-
précédons historiques, Guv Patin nous apprend que « c'est une nouvelle qui décourager par u'inllexi blés mesures perpétuel
recherche cet appareil pour la forme élé- Sénat a fait revivre pour la mère de l'Empereur mi- tout le monde, 1663 étaient absorbes d'avance. Les dettes de la Chambre gistrat insista sur le crime d'Elat et opina pour la
qU'on réjouit parce que M. Talon est un liquidées par les justiciables pour transformer,
soit qu'on le destine à neur le droit qui veilla sur la jeunesse de saint Louis à plus de 60 millions de li- et dénaturer leurs biens (73). mort. 13 voix sur 22 adoplèrent l'avis lé. moins
gante qu'il peut revêtir, excellent personnage qui ne donnera jamais que de s'élevaient en outre,
les plus usuels de l'éçlaji- et de Louis XIV (2). très bons conseils » vres (48), t/arriérê de toute nature atteignait le chiffre des nombreuses taxes de restitu- sévère. Fouquet fut condamné, le 20 décembre
son gre aux besoins au roi. (31). Indépendamment
'- Si calamités sont venues un instant Plus tard sa correspondance nous le montre écri- de 451 millions (49). 1664, au bannissement à peipétuité du royaume, et
rage. d'affligeantes
i assombrir sur de l'empire l'éclal vant (je sa main, du milieu des camps, au procureur Fouquet, procureur au Parlement de Paris, l'arrêt prononça la confiscation de lous ses biens (85;.
quelques elles
points ont offert k recon- général de surintendant (53) Voir pour les détails de l'arrestation, OEuvres Le. roi ne crut pouvoir laisser en liberté,
Le tirage de la loterie du faubourg Saint- de celle brillante année, la général de Harlay (32), et le comblant des lémoigna- exerçait seul, de.pu's 1659, la charge de Louis XIV, t. V, pag. 50. Lettre du roi à la reine- pas
naissante admiration du pays le spectacle d'un sou- de son estime et de sa munificence à l'étranger, un ancien ministre, dépositaire des se-
au des a eu lieu Je gnages (33). Uière. P. Clément, Procès de Fouquet, 24.
Antoine, profit inondés, vrrain se portant de sa personne au-devant des <1ep
Dès fiua'nces
le 4 mai qu'il 1061, avait sa destitution était
d'abord partagée avec Servion. résolue (50). On png. erpts de l'Etal et condamné une peine infamante et
3 novembre à la mairie du 8° arrondissement, Chôruel, Administration monarchique, I. H, pag. 444.
désastres et au secours- des victimes, répandant les 'l'amena,. sans lui en révéler le motif, h se défaire de perpétuelle. Il commua lu bannissement en prison
sous la présidence de M. J. Perret, maire, dé- et étudiant sa charge céda à M. de Appendice II, Récit officiel de l'arrestation de Fouquet. à la forteresse
bienfaits e^ les consolations, par lui- de procureur général qu'il perpétuelle (86>. FouqwWttt-epndttU
puté au Corps-Législatif. même, avecééïto force de volonté qui < s; l'infaillible (14) AotH 1681. Ordonnance sur la marine. Voy. Harlay (51). Le 17 août, il offrait à Louis XIV et à la (54» Isamberl, t. XVIII, pag. 9. Joubleau, 1. 1, de Pignerol (87).
On délivre dès à présent les lots au lieu de voie du succès, les moyens de conjurer le retour de 15 avril lfiSU. Ordonnance concernant les armées na- dans sa terre, de Vaux-le-Vicomle, cette pag. 22. ·~
reine-mère, ,p ~M~Af~4~.ë`S41"i,

sur la ces fléaux sorte périodiques. vales f I Us arsenaux de la mariné. lêle restée célèbre les magnificences
l'exposition, rue de Charonne, 43, pré- eij 'quelque qui dépassa (55) Novembre IGGt. Edit. Nous avons îcconnu,
Messieurs, dans ces discours (15) 28 mai 1664 -r août- 1664. Edits porlant re- (52). Le 5 septembre, il fut arrêté à Nantes, où dit le préambule, que les désordres et malversa- de Vaux-le-V icomte et sur ses autres im-
sentation des numéros gagnans visés par le Assurément,
dont les sujets
que l'u-
il ciinstitiiiion de, la Compagnie des Indes-Occidmtales
royales
la des Etats de Breta- seigneurie
meubles. 29 février 1664. Arrêt aux
sage a consacrés (3/ et s'épuisent, il avait suivi le roi, pour tenue tions qui onl, été commis depuis plusieurs années qui ordryme,
secrétaire de la mairie. et établissement des Indes-Orientales. notaires et officiers remettre au
serait, aujourd'hui plus que jamais, possible de par- du, celle dans la dispensiilion de uos finances ont produit lous publics de. procureur
Les objets qui n'auront pas été retirés le; 4 ler sans
exagération et sans hyperbole des 0grandeurs Mars 1685, Code noir touchant la police des !les de né le les maux que nos peuples ont souff.-rls, et causé les général tous contrais, Imités, contre-lettres, etc., qui
au bénéfice (34) Dagnes=eau Henry- François, à Limoges s,» trouvent entre leurs miins. Etud-.s
décembre prochain seront vendus du présent et des sécurités de l'avenir. l'Amérique.. 27 novembie de France en 1717 et en surcharges extraordinaires que l'on a été obligé de Joubleau,,
1068, chancelier sur 35 et
des du 8" arrondissement. Mais à côté des progrès accomplis et (le l'impor- faire sur eux pour subvenir aux besoins Colbert, lom. I, pag. 37.
pauvres f 16) 10 février 1673 –janvier 1682. Déclaration d 1737, mort le 9 février 1751. pressais de
tance des faits contemporains, l'élude du passé n'a édit sur le, droit de régale. Mars 16S2. Edit l'Etal, petit nombre e personnes, pro- Atcti. Journal ûe M. u'Ocmessmi,
pour pendant qu'un (74) impériales,
-i L'Association des artistes musiciens de rien perdij pour vous uc ses droits et de son intérêt. de la déclaration du rlerjié sur la (35) Louis Boucueral. llliinf ne. celle mauvaise administration, ont, pa>- des in-fol. r- Rôle alphabétique des taxes prononcées, fol.
l'enregistrement
France fera exécuter au profit de son Œuvre, Les réformes les plus salulairrs et les plus pro- avril 1695. la OEuvres de Dagufitseau. Edit. Pardessus. Dis- voies et par des moyens prohibés par nos 534 à 564. M. Joubleàu sur Colbert,
puissance ecclésiastique. Voy. Edit sur (36) illégitimes (Etudes t. 1,
la messe solen- fondes dé la législation ne s'opèrent pas sans n voir cours sur M. D.iguesseau conseiller élevé des fortunes subites et n manuscrit
•bous la direction de M. Girard, juridiction ecclésiastique. père, d'Elat, ordonnances, prodi- pag., 41) donne, d'après dé la Biblio-
été préparées dans les âges precéitens par des et donné
de Cherubini, 22 no- efforts, t. XV, pag. 342 à. Wi. gieuses, t'ait des acquisitions immenses, Ihèiiue impériale, un chiffre dé 219 millions <le li-
..nelle. du sacre, le samedi des essais et par drs luttes dont elles reprodui- (17) 1651. Lit de justice dans lequel dans le un vres. Selon MM. P. Clément de
par public exemple scandaleux parleur fasli-, (Histoire Colbert,
tembre485G, dans l'église Saint-Eustache. sent plus d'une fois la trace, et qui forment, Louis XIV 8 septembre
déclare sa majorité. Bibl. C. Cass. (37) OEuvres dé Louis XIV, t. II, png. 455.
pour par leur opulence et par un luxe capable de corrom- p. 109) et Henri Martin de Fronce, t. XIV,
*'' Pour lous les faits divers: ainsi les laborieuses étapes de la marche du 1527. Lit dejuslice. (38) OEuvres de Louis XI V, t. I, pag. 9 à 13. Mé- et toutes les maximes de l'honnôtelé
(Histoire
Le secrétaire de lu rédaction F. (J4M0S dire, (18) 24 jui'ltei Ane. lois franc pre les mœurs p. 566) la somme efTeciivemenl rentrée au Trésor
droit et de la civili-ution. t. XII, pag. 279. moires historiques. Etat de la France en 1661. publique. Nous avons résolu, tant pour satisfaire à n'aurait été que de 110 millions de livres.
Louis XI, au quinzième siècle, les Etats d'Or- OEuvres Louis 53. Mémoire» la justice et pour marquer à nos peuples combien
(19) 7 féviier 1599. Berger de Xivrcy. Lettres de '39) de XIV, 1. 1, pag. (75) P. Clément, Histôire de Colbert, pag. 103.
lpansel Dumoulin, au M"i/.ièn.e, rêvaient déjà pour la 1661. nous avons en horreur ceux qui ont exercé sur eux
DE MARIAGE. Henri IV, t. V, pag. 89-91. historiques, année Voyez 8 juillet 1661, arrêt
CORBEILLES France l'unité de législation, qui, ne devait et ne tant et de violences que pour en empê- (76) Le 26 février 1664. Joublcau.Etudes sur Colbert,
du Conseil d'eu haut faisant injonction au Parlement, d'injustice
pouvait se réaliser entièrement qu'après la réorgani- (20) 18 janvier 1484;. Reg. parlem. de Paris. Bibl. cher à l'avenir la continuation, de faire punir exem- t. I, pag. 38. P. Clément, Histoire de Colbert,
(5OIÈU1ES, CACHEMIRES DES INDES ET DENTELLES. sation sociale et politique dont la (évolution de 1789 C. Cass. grand Conseil. Chambre des comptes. Cour dés aides
et avec sévérité tous ceux qui se trouve-
de la maison él à toutes' titres Compagnies souveraines de déférer plairement pag. 104.
Les propriétaires Delisle 42^ a été le de Au nombre des réforuit s d'avoir malversé dans nos ou
point départ (4). (21) Notamment l'ôdit du 20'mars 1055, qui éla- el se soumettre aux arrêts rlu Couseil. Anciennes lois ront prévenus finances, Procès de Fouquet,
rue <le Choiseul et 13, rue de Grammont, (77) P. Clément) pag. 52-.
législatives et judiciaires qui furent sticcessivemclii blissait un droit sur les actes noiariés t. 403. d'avoir été les auteurs ou complices de la déprédation
de portant obli- françaises, XVII, pag.
viennent de recevoir pour la saison d'hiver tentées ou exécutées dans cet intervalle, ta plus gfcrié-- qui s'y est commise depuis plusieurs années. » (78) P. Clément, Procès de Fouquet, pug. 52. Bio-
gation ou quittance.
nombreux assortimens en soieries et dentelles, -<Ile el la plus durable fut cerninemeni celle qui (40) OEuvres de Louis XIV, l. I, pag. 51 et 52. Mé- graphie universelle do Miehaud, v° Gourville.
Hist. du ParZemeiU.éiîïlion (5G, Mêmoirr.s manuscrits de Colbsrt sur les finances,
ainsi considérable de cachemires s'accomplit sons le règne de Louis XlV'et sous le mi- (22) Voltaire, Renmiard, moire historique. Procès de Fouquet,
qu'un arrivage t. XXHI, pag. 248. Joubleau, t. II, pag. 305. P. Clément, pag. 305. (79) P. Clément, pag, 34 et 53.31
donner ces articles nistère (le Colbert. Elle eut le privilège d'appartenir L°monley, t. V, Monarchie de Louis 54 et 55.
longs et carrés. Ils peuvent
à la première et à la plus heureuse Louis XI V, pag. 50. Sismondi, t. XXIV, pag. 502. (il) OEuvres de XIV, t. I p. Mèm.
du roi contenant les noms des ju- (80) Bibl. impériale. Inventaire de production
les soieries et tout entière pé- aunfce 1661. (57) Commission
aux prix les plus avantageux, car hist., fourni par le de Fouque',
riode de ce règne, que Bossuel a qualifié de « miracu- Minier, histoire du droit français, ptg. 552. On lit dans un autre des Mémoires « II y ges et oftlciers composant la Chambre de justice. procureur général (Procès
les dentelles ont été fabriquées spécialement passage 8 vol. t.
leux (5); elle précéda les fa* -tes et les ruines qui de- i'. Clément, Histoire de Colbert, pag. 99. in-f°, Vil) reqné e présentée par le pro-
leur sur leurs dessins et (23) « Du mari] 13 avril 1655. Le roy Louis qua- a des nalions où la majesté des rois consiste pour une Joubleau,
cureur le 25 et réduisant le crime
pour maison, propres vaient en attrister la fin sans en effacer la gnuideur. torze du nom, scéant en son lict dejuslice. à ne se point laisser voir. Mais ce t. Il, pag. 310 et 311 (Mémoires manuscrits de Colbert). général 1663,
la hausse. grande partie de à huit chefs juin {Reg. de la Chambre de jus-
avant Elle embrassa, de 16GI à 1683 (6), avec la môme » Ce jour, toutes les chambres assemblées en robbés n'est pas lé génie de nos Français, et d'aussi loin que né le 28 mai 1588, nommé chan- péculat
suite de leur le même (58) Pierre Séguier, tice, t. IX, n* 236, f° 150. P. Procès de
Quant aux châles des Indes, par étendue de vue, esprit d'unité et la même et chupperti'ns descai laite, MM. les prési.lens reveslus nos histoires nous en peuvent instruire, s'il y a quel- celier le 19 décembre 1635, mort le 28 janvier 1072 à Clément,
im- les Fouquet, pag. 35 et 36.
traité avec M. Peer Buskhsh, fabricant et puissance d'organisation, finances, l'armée, de manteaux et tenans leurs mortiers, attendons la que caractère singulier dans cette monarchie, c'est Paris.
et de Cachemire, les l'administration intérieure et la police (7). l'admini venue du roy suivant ion mandement du jour d'hier c'est une Procès de Fouquet, 39 à 47
portateur de Lahore pro- l'accès libre et facile des sujets aux princes (81) P. Clément pag.
de ta justice civile (8) et criminelle RI. de
de la maison Delisle peuvent les of- stration (9), l'ensei- vortê par ses Uttt es de cachet pour tenir son lict de jus- de justice entre lui et eux qui les tient, pour (59) Nesmond. .1. 2 juin 1658, engagement du capitaine Deslandes
le égilité
gnement du droit, (10), système bypolhivairefll), le tice. et sur les onze heures estant venu le sieur Rod- ainsi dire, dans une société douce et honnête, no- (GO) M. Phélippeaux de Ponlchartrain. commandant de la place.de Concarneau. 20 octo-
priétaires
frir à des prix d'autant plus modérés, qu'ils
régime des eaux et forêts (12), le commerce (i3.>, la des, grand-maître des cérémonies, vers la Cour pour nobstant la différence presque infinie de la naissance, bre 1658, engagement du président Maridor. Ecrit
n'ont pas à supporter les frais. énormes que de Louis XI V, t. I, (Gl) MM. Poneet, Boucherat, Lefebvre d'Ormesson, (le Fouquet, en vingt-six en 1657 et
inter- l'adverlir de la venue du roy et de MM. les dues et du rang et du pouvoir. » OEuvres pages, rédigé
font genéralement subir les nombreux Voysin et Bernard Rézé. 1658, contenant un plan complet de résistance et
pairs et, maréchaux, de France qni l'accompagnoient p. 190 et 191, Mêm. hist., année 1662.
médiaires ou qu'entraîne la présence perma- (1) Traité de et d'amitié conclu le 30 mars 1S56, a la Sainte-Chapelle, a desputé MM. les présidons «le (62) MM. Renard, de Catinal etFayet. d'insurrection le cas ou il serait arrêté « Il faut
30 lanvier 24 octobre 1648. Traités de West- Brillac, pour
ou dans l'Jtade. entre la France, paixl'Autriche, la Gran'ie-Bretague, la l'ont conduit en son lict de jus- (42) tout et le », dit-il au début de cet
nente passagère d'un agent Nesmond, etc., qui à Munster. (63) MM. Mazeneau, du Parlement de Toulouse; craindre prévoir
la Russie, la Sardaigne « phalie, signés avoir éuumôré les
Prusse, et la Turquie. lice, elc. Ledit seigneur roy a dit Messieurs, cha- Duverdier, du Parlement de Bordeaux; Cournier de écrit, après appréhensions que lui
Déclarai! pn du 16 avril, qui règle divers points du » cun sçay les malheurs, etc. (43) t novembre 1G59. Traité des Pyrénées entre la
Sai ut c- Hélène, du Parlement de Rouen; Roquesante,
causent les dispositions du cardinal Mazarin à son
droit maritime. Fiance et l'Espagne. du Parlement de égard. Chéruel, Adm. mon., t. H, pag. 82. H. Mar-
des théâtre». (24) Monglat, pag. 306. Mmede Molteville, édition du Parlement d'Aix; de la Baulme,
.Bulletin de Louis du de de La tin, t. XIV, pag. 557.
(2) 1226. Avénement IX, âgé de onze ans. Miehaud, pag. 444. Journal inédit de 1648 à 1657, (44) 3 et 9 juin 1660. Célébration à Saint-J^an-de- Grenoble; Héraut, Parlement Rennes;
une de Blanche de Castille. 14 mai 1643. Histoire du de Louis XIV avec Marie du Parlement de iMjon du Parle-
Demain ieù1^, Théâtre-Français, au llégence rapporté par Chéruel de l'administration Luz mariage Tboison, Noguez, (82) P. Clément, pag. 36.
d'un Avènement de Louis XIV, âgé de quatre ans. Ré- monarchique, l. Il, pag. 32 et 33. d'Autriche, infante d'Espagne, Ce ne fut pas l'un ment de Pau; de Fériol, du Parlement de Metz.
Chaîne et la Suïiï bal masqué, par Samson, Pommyor-La- (83) Chéruel, Administration monarch., t. II, pag. 72
gence d'Anne d'Autriche. combe Domat et son temps, pag. 55. Henri Martin des faits les moins curieux de l'histoire du temps,
l&Ulart, Delaunay, Bressant, (04) MM. Puîsort et deGisaucourt.. à 80. P. Clément, Procès de Fouquet, pag. 28 et 53
Jftegnier, Leroux, Histoire de France, t. XIV, pag. 400. Ce dernier au- que de voir le Parlement de Paris envoyer une dépu-
Mm° Plessy qui jouera Les deux rôles de Louise (3) L'art. 34 du décret du 6 juillet 1810 n'avait en
« le fouet que certains tation féliciter le cardinal el décerner (65) De Bossu-le-Jau et Moussy. Mêm. manuscr. de Colbert, Joubleau, t. H. pag. 292
vue que les Cours Mais l'art. 71 de l'or- teur considère récits mettent à à Vincennes, et 293.
M>" Fix. et Emilie Du- impériales. sans h un
et de 'Mo» de Belmont, donnance du 15 janvier 1826, en pres-crivant la main du roi comme une addition destinée à aug- cet honneur, jusque-la exemple, ministre
(GG) Le Ferron el de Bausson.
royale
l)ois. de la cour de cassation se fêtait cha- menter l'effet du tableau. » dont il avait mis la lête à prix moins de dix ans au- (84) Arch. imp., sect. judic, texte original Je
que la rentrée Le 3 décembre 1CG3, Denis Talon fut remplacé le ledit
paravant. 29 décembre 1651, Reg. parlem. Pari- (67) requiers pour roy Nicolas Fouquet être dé-
que année en audience solennelle a implicitement (25> Guillaume de Lamoignon, marquis de Baville, deux M. Chamillarri,
Al'Opéra-Comique, Zampct, ooéra-comique Bibl. C. Cass. Aiém ti'Omei Talon, édil. Miehaud, par pronreurs généraux spé- claré atteint et convaincu du crime de péculat et au-
en trois actes, musique joue par Bar-
étendu jusqu'à cette Cour l'usage, siuon l'obligation, né if 20 octobre 1617, conseiller au Parlement de Pa- Mémoires de Mnle de Motteville, 499. cialement chargé du procès de Fouquet, et M. Hot- tres cas mentionnés au procès, et pour
d'Hérold, du discours de rentrée. en 1644, n-çn pre- pag. 459, pag. réparation
ris en 1636, maître des requêtes man de Fontenay, chargé des autres affaires, Reg. de être condamné à être pendu tant
bot, Jourdan, Mocker, Sainte-Foy, Î^Ugalde Procès de 10. Henii el eslranglé que
mier président du Parlement lo 4 octobre 1658, mort (45) P. Clément, Fouquet, pag. la Chambre de Justine, t. IX, fol. 173. OEucret
et Lemercier. (4) Mémoires de Philippe de Comines, iiv. VI,
535 à 538. Le cardinal mort s'ensuive en une potence qui, pour cet elret,
t. XII. 362 el 364 le 10 décembre 1677. Martin, t. XIV, p. Mazarin, d'Orner et de Denis Talon, t. 13, Guy-Palin, sera dressée sur la place de la cour du palais, etc. »
chap. VI Collection Pelitol, pag.
Au Théâtre-Italien, il Ttomtore, SP- Oratio (26) Il disait de lui « Je n'entends bien que les af- par H. Corne, ancien représentant pag. 92 à 95. 30 1« lettre. Paris, 4 décembre 16G3.
N, p. libellé de ces conclusions èsl signé Talon.
opéra Caroli Mulinœi opéra, in-f°, 1681, pag. 690; t. II, pag. 14, Un premier
chanté consuetudinum faires que M. de Lamoignon rapporte, » Chéruel, Administration monarchique
actes, M. G. Verdi, par de ,'incordid et uiione l'rancvre, pag. 7; • (68) M. Joseph Foucault, que nous retrouverons Après de nouveaux actes, Chamillart les repro*
de Traité des de 559. dans les
quatre M111" Alboni et r°i Henri II, du contrats. Mémoires d'-Mm° de Motteville, 466 et 467. (46) Mémoires Choisy, édition Miehaud, pag des conférences des duisit à la suite, mêmes termes, et
Mathieu, Graziani, Nerini, DédicaCC W (27) pag.
du tiers Etat, plus tard tenant le procès-verbal déclara y
renias constituées, intéiests et monnoyes. Ca- universelle de Miehaud, V. Guillaume Augustin Thierry, Histoire pag. 194. ordonnances de 1667 et de 1670. persister. Ces conclusions furent déposées et lue*
Steffecione. usures Biographie
Tiers Etat de 1560, Aug. Thierry, pag. 92. de Lnmoignon. Minier, Histoire du itroit fiançais, pag. 552. 1" 14 novembre 1664, à l'ouverture des débats. Biblio-
hier du Fléchier, Oraison funèbre du pre- Bibl. imp., Journal de M. d'Ormesson,
A l'Odéon, ira représentation de 5fmc de mier président de Lamoignon, à Paris iians P. Clément, Procèi de Fouquet, pag. 18. Joubleau, (G9! in-4", thèque impériale, Journal de M. d'Ormesson, f°s 335
de Conzagua, prononcée
drame en cinq actes et en vers, joué (5) Oraison funébre d'Anie princesse
Etudes sur Colbert, 1. 1", 2. f»l. 2 ii 9. La Chambre de justice fut transférée à l'ar- et 336. aussi Bibl. de la de
Montarcy, le 16 août 1685 dans l'église des l'église de Saint- Nicolas du Chardouuet, le 18 fé- pag. Voy. imp., Reg. Chambre.
palatine, prononcée St-nal par lettres patentes du 29 mai 1663. Elle y sié-
SI'!108 Thuillier et Ra- vrier 1679. devint surintendant des bàlimens justice, t. X. f" 370.
par Tisserant, Guicharil, Garraélites du faubourg Saint- Jacques. 'kl) Colbert le
gea à panir du 4 juin. Bibl. Imp., Reg. de la Cham-
melli. 2 janvier 1664, et contrôleur général des finances en (85,1 Bibl. imp. n° 237. Reg. de la Chambre de jus*
est mort le 6 1683. (28) 9 mars 1661. bre de justice, in-fol., t. IX, n° 236, fol. 142 et 174.
(6) Colbert septembre 1666. En 1669, il fut nommé secrétaire d'Etat, et lit tice, i. X, fol. 376 el 377. Vuy, aussi J'ie du P. P. de
Au Théâtre-Lyrique la Fanclwnnetie (29) Mémoires de Mme de Molteville, pag. 507. Journal de M. d'Ormesson, in-4™,
mars 1667. Edil portant et les colonies furent réunies au départr- (70) Bib. imp., en tête de ses arrêtés,
et Monjauze (T) Von notamment créa- marine
4 à 10. Discours du Lamoignon, publiée p;ig. 25.
Mme Îliolan-Carvalho rempliront tion d'un lieutenant de police a Paris. Avril 1683 (30) Pénis Talon, ne à Paris en juin 1628, flls"d'O- ment de sa charge. P. Clément, Histoire de Colbert, fol. premier président. Mme de Sévigné, Lettres à M. de Pomponne, lettres des
les principaux rôles. -< i et 2 août 1687. Mit et déclaration portant règlement* mer Talon, 25 décembre 1652, avocat général àu|Pat-r pag. 193 et 462. Joubleau, Etudes sur Colbert, t. Ier, OEuvres d'Orner et do Dmis Talon, t. II, pag. 1 9, 13, 17, 19 et 20 décembre 1664. P. Cément, Pro-
(71)
des villes et communa;i- de Paris et conseiller 63. -•-
pour lis dettes et les procès président à inor-
l'-meul d'Etal, pag. 27. à 13. cès de Fouqnet, pag. 60 à 63. I.
1.
Au Vaudeville, îa Dame aux camélias, avec
1700. Edit contenant pour la
Lemontey,
Lemoiitey, V,
y,
fés juin règlement lier en 1693, mort le 2 mars 1698. de Colbert sur les p. 240-244.
Mm* Doche Quand l'amour s'en va, par Mœcs Guil- de police et celle du (48) Mémoires manuscrits affaires (72) La Chambre de justice ne fut légalement dis
juridiction du lieutenant prévôt
lemin et Saint-Marc, et le Nid d'amour. (31) Guy Patin. Lettres choisies, t. II, p. 232, 244e de finances de France, f-tc. –Joubleau, t. Il, pag, 303* soute que par, un édit de 1669 (Anciennes lois fran- (86) Le roi fut surtout déterminé par la raison d'E-
des marchands et échev;ns de Paris.
lettre. Paris, 18 mars 1661. OEuvns de Louis XI V, 1. 1, pag. 110. t. XVIII, p»g. 36l). Mais dès le mois de juillet tat. Mais, légalement parlant, il n'est pas exact de
çais's,
A la Fils août 1669. Ordonnances civiles par la Cham-
Porte-Saint-Martin, toujours le (8) Aviil 1667 (32) De Harlay (Achille III), nommé procureur géné- (49) Joubleau, t. I, pag. A4. II. Martin, t. XIV, 1665 un autre, édit avait converti les peines corpo- dire qu'il aqgrava la peine prononcée
4e la Nuit. de la jusltce. et la cessation bre de car la était, dans l'é-
pour la refotmation ral au Parlement de Paris en 1661, en remplacement pag. 554. Dans ce chiffre, les ordonnances de romp relli'S n peints pécuniaires, prescrit justice, prison perpétuelle
criminelle. de 1655 h 1660 liguraienl de recherches. (Voy. le préambule de l'édit d'août chelle des peines, inférieure de deux degrés an ban-
Aux Bouffes-Parisiens, le Financier el le (9) Août 1670. Ordonnance de Fouquet; premier président le 18 novembre 1689; tant restant à acquitter à `
1669. Ane. lois t. XVIII, pag. 363, et Archives nissement perpétuel, qu'on assimilait à la déportation
et de Ba-ta- mort le 23 juillet 1712. elles seules pour 384 millions 782,000 livres. Le plus franc.,
6 août 1682. Edit
Savetier, reprise et déclaration de M. d'Ormesson, et qui
opérette bouffe, (10) Avril 1^79
et fran- grand nombre avait été expédié pour piêts faux et si- impériales, journal in-folio, des Romans, comme elle emportait la mort
elan, chinoiserie musicale; les principaux rôles concernant l'étude du droit civil, canonique (33 Correspondance administrative sous le règne de IVdit de 1665 civile. Aussi le bannissement, n'était
les mulés, par double emploi ou pour créances annulées. pag. 628.) Uue disposition exceptait qui pas appli-
Paris et dans universités de Louis XIV. Depping. 25 à 30.
seront remplis par Pradeau, Guyot, Gerpré et çais dans de Introduction pag. C'était le moyen de fraude le plus actif- et le moins formellement de la grâce Fouquet et les autres par- qué aux femmes,propter reverentiam sexûs, était-il
du royaume. Voy sur le même suji t, l'-s déclara- Lettres du roi ticuliers condamnés arrêts contradictoires et dé- converti à leur égard en la peine de la détention en
M11» Dalmont. Irfinsparent du surintendant et de, ses agens ( Voir par
tions des 17 novembre 1090 et 19 janvier 1700. Au camp df vant Cambrai, le 22 de mars 1677. finitifs de la Chambre. une maison de force. (Muyard de Vouglans, Lois cri-
édit d'août 1669 pot tant révocation de la chambre de
1673. Edit établissement de À Dimkerque le 27 d'avril 1677 «. Je sais mineties, liv. U, titre IV, chap. 1IJ, § 1, n<" 2 et 7.)
La
l10 représentation de Jean de Paris, (11) Mars portant vous con- justice). t73) Mars 1663. Arrêt qui orJonne que les procu-
l'enregistrement des oppositions des Irop de choses qui vous distinguent pour
des biens des
en deux actes, de Boïeldieu, grrlfes pour fondre dans le commun mais votre zèle seul suffi- (50* Colbert, Mêmoirts manuscrits sur les finances, reurs poursuivant les criées et saisies (87j II y mourut le 23 mars 1680, « à soixante-cinq
opéra-comique créanciers hypothécaires. Avril 1674. Edit portant de la Chambre de, de dit tout occupé an-
vendredi de rait pour établir cette distinction, étant n'y justiciables justice seront tenus ans, Sajnt-Sirnon, depuis longues
aura lieu prochain au théâtre sûr qu'il Joubleau, t..11, pag. 293. les mnins du nées de son salut •> 269). Henri
réïocaiion du précédent. remettre les procédures entre procureur (t. XI v, pag. Martin,
Les rôles de cet ouvrage se- en a pas de plus inviolable pour mon service ni de 1 million 400,000 livres. P. Clémenl,
l'Opéra-Comique. 1669. Edit règlement général ma » (51) Moyennant général de la Chambre. 6 avril 1663. Arrêt qui évo- Histoire de France, t. XIV, pag. 564. P. Clément,
débutera par le (12) Août portant plus empressé pour gloi'8.
ront joués par Stockausen, qui et forêts, le 30 de mars 1678. pag. 20. que les saisies et criées suivies coutre l'ex-surinten- Procès de Fougwtj'pag. 67. Biographie universelle,
rôle du sénéchal, pour les eaux A Arras
terre et v°
Delaunay-Riquier, Lemaire, 1 A Fontainebleau, le i"r de 1681. (8IJ P, Clément, Procès dt Fouquet, pag, 1 à 3. dant Fouquet par divers créanciers sur la Fouquet.
du commerce. septembre
|P°« Boulart, Henrion et Décrois. (13) Mars 1673. Ordonnance
JOURNAL DES DÉBATS DU JEUDI 6 NOVEMBRE 1856*

Ce procès, qui a conservéles proportions d'un évé- rencontreraient pas de nos jours une répression femme et mes enfaus, et j'irais à pied toute ma vie L'ordonnance, de Blois (119) prescrivait la tenue des L'official du diocèse de Clermont fit selon d ins les Grands
publier, Jours, à bien faire son devoir. Vous-
nement histonque, est aussi un exemple mémorable moins sévère dans ces lois adoucies et transformées pour y fournir, s'il était nécessaire. Votre Majesté ex- Grands Jours, tous les ans, dans les provinces éloi- l'usage, dans toutes les églises, la du
requête pro- témoignerez de ma part à tous ceux qui les compo-
s.des'élranges caprices de l'opinion et. des tousses im- dont tout le monde s'accorde à reconnaître la mesure cusera, s'il lui plaît, ce petit transport (108). » gnées du siège du Parlement de Paris. Cependant cureur des monitoires et des fulminations
général, sent la recommandation
elle se laisse parfois entraîner. et la ,.x Mais une fois la Chambre de justice en fonctions, on n'avait que leur donne auprès d«
pressions auxquelles sagesse (98). 'pas eu recours à ces assises extraordi- enjoignant tous ceux qui auraient connaissance de moi une si louable et vous ne douterez
chose dans un Les rôles ne peuvent ainsi dé- en reproche conduite, pas,
Certes si quelque pouvait révéler pas demeurer à Colbert l'action qu'il tend à exercer sur naires depuis celles qui avaient eu lieu à Poitiers quelques crimes ou de quelques abus d'en révéler en votre particulier, sachant avec quel succès
roi de vingt-trois entouré d'une cour brillante et intervertis. Il fois elle et qui provoque que,
ans, placés faut qu'une l'émotion les, résistances "du premier pré- en 1634 (120). Les derniers Grands Jours tenus en Au- les auteurs (127). vous dans
agissez votre place, je n'en conserve la
et fastueuse, la haute idée qu'il se faisait déjà des de la lutte apaisée et le calme rentré dans les sident de Lamoighon. Ecoutons ces deux hommes, vergne remontaient à 1582. L'édit qui les avait A l'audience du 28, le procureur général Talon souvenir (138).
devoirs de là royauté et de la protection qu'elle doit esprits,' la loi éternelle du bien et du mal reprenne qui se rendent au fond justice, apprécier eux-mêmes ordonnes l'année précédente se fondait sur « les ex- prononça un discours dont Fléchier loue « l'élo- « Il faut achever de bannir la violence
les causes d'un dissentiment et l'oppres-
à ceux qu'elle gouverne, c'étaient sans doute ,le son empire et que le mérite et Paonnëur restent, passager0 et peut-être cès et les crimes qui se commettaient tous les jours quence merveilleuse tout en prenant soin d'en voi- sion des provinces de votre ressort, et vous el ceux
sacrifice énergique et l'arrestation éclatante d'un tout compte fait, du côté de la bonne cause. La inévitable. dans la liaule. et ta basse Auvergne par les gentils- ler, par une nabile les
analyse parties exagérées ou que vous présidez avez trop bien commencé
homme il reconnaissait une incontestable bonne cause était celle du roi et de Colbert. Colbert tient « le premier pour
auquel La président pour un fort hommes et les autres sujets du roi contre le repos inégales (128j. rfi'e.n venir à bout (139). »
capacité; qu'il avait admis, avec Lfitellier et de mauvaise cause était celle de Fouquet et du parti homme, de bien, incapable de cabales, et public et à l'oppression du pauvre (121). Les Parlant de ce principe
d'intrjgues, peuple que « le monarque est dans La Cour députa trois de ses membres dans les di-
•Jlonnë, dans le conseil secret des affaires de l'E- trop nombreux qui usait de tous les moyens et de de se départir du service du roy et du pu- troubles de la Fronde avaient sur les mê- son t itjpïre comme le soleil dans
jamais provoqué le mmioe », Denis verses provinces du ressorl, avec mission de rece-
tat (88), et qui enfin, niattre pendant huit années des toutes les influences pour emporter un acquittement blic (1Q9). » Mais'il souffre, sans peu t-êlre assez la com- mes points le retour et l'impunité de ces violences Talon expliquait en ces termes la pensée qui prési- voir toutes les plaintes, d'informer sur les crimes on
finances du royaume, s'était créé sur tous les points eût été une défaite morale et un scandale public. prendre, delà réserve impénétrable qu'il rencontre féodales'. dait à l'ouverture des Grands Joues • les abus qui seraient restés ignorés, et do faire procé-
des innuences et des appuis. Le sentiment publie et qui mauvaise
La cause était celle qui égarait Mmo de Sé- chez lui. Il le trouve « présumant beaucoup de lui- En 1660, .Bornât, alors avocat du roi au présidial de de forcées et tant de
Après tant villes provinces dera l'arrestation "des coupables. Cette mesure,
-la véritable opinion du pays ne s'y trompèrent pas vigné elle-même hors des voies de lajustice et de la même >>et le soupçonne de subir l'infl uencedeTurenne de l'année « qui
Clermont, ouvrait les assises par une ha- réunies à sa couronne, après avoir compté le nom- n'avait pas de précédons l'histoire des Grandi
dans le principe. « Toute la France, dit Louis vérité celle s'obstinait à voir dans et des mécontens. dans laquelle, tout en se plaignant dans
XIV, (99), qui Fouquet Il se plaint comme d'une entravé rangue, de l'in- bre de ses victoires par celui de ses batailles, après eut les plus salutaires
Jours, résultats. Ce fut par
anssi bien qije moi de la mauvaise .con- la victime d'une intrigue ambitieuse, et dans Col- de son opposition au remboursement des rentts de la utilité et de l'impuissance de ses remontrances, il avoir porté féclat <ie ses actions immortelles et la suite de ces hautes et protectrices
persuadée à cette action (89). » bert, si ce n'est dans le roi lui-même, un persécuteur ville de Paris (110) et s'étonne investigations que
duite du surïnteudant, applaudit avec le roi,, en ce qui rappelait aux juges le «uractère en quelque sorte di- terreur de son nom aux extrémités du monde; la Cour vit successiv-ment l:aduire devant tlle plu-
à Paris, cédant d'étroites passions de vengeance. touche Fouquet des lenteurs d'une procédure qui vin de leurs fonctions; il réclamait d'eux, en termes après avoir donné la paix a toute
Dans le cours du trajet de Nantes il fallut l'Europe et réparé sieurs prévôts des maréchaux (1401, pour des faits
« La mort découvre bien des choses », a dit plus durera trois ans. C'est au milieu de ce concours d'im- animés situation et
protéger Fouquet contre les manifestations de l'in- par le sentiment d'une urgente les ruines que ce long hiver avait lais-ées, après qui furent utilement np'pelés dans la discussion de
tard Mme de Sévigné, en rétractant en quelque sorte, pressions que le chancelier Séguier va prendre la pré- grave, la force, l'indépendance le courage; la force avoir par-dessus tout cla recherché les mal\rersa
dignation publique, et le faire voyager la nuit pour et • l'ordonnance criminelle, ue 1670 (141).
en 1672 (100), le jugement et passionné qu'elle sidence de la Chambre de justice (111). qui procède d'une continuelle contre lions commises dans l'administration
le soustrai e aux fureurs des populations prévenu indignation des finamces, La .session des Grands Jours tut close le 50 jan-
accourues avait porté sur 1« chancelier Séguier pendant tout le De son côté, le premier l'injustice ou la violence, et qui surmonte toutes les
sur son passage (90). président de Lamoignon racheté les nouvelles rentes rendaient toute la vier 1666. Li Cour avait « lé saisie, dans un inter-
cours du procès (101).. « croit fouquet qui
eoupable au moins de péculat, mais difficultés pour accomplir son devoir; le courage, Frauce tributaire du luxe de Paris, rétabli les ma- valle de moins de cinq mois, d'environ
JIai3 celle .réaction, qui 12,000 procès.
plus généreuse que réfléchie, La mort et le temps ont dissipé d'autres préven- il convient que deux sortes d'embarras lui viennent donne l'indépendance et qui rend inexorable et in- nufactures et le commerce, la nier de l'in-
délivré Elle îw put juger que les adirés criminelles
à ne voir dans un grand coupable qu'un tions et d'autres erreurs. Il n'est dans son rôle de juge, et de l'amitié ,142). Le
plus exact de dire qui t'a uni au- flexible, comme Dieu même, à toute espérance et à solence des pirates, pro'égé l'Eglise, secouru ses nombre df-s accuses contumaces s'éleva seul k quatre
§ûihomme arrive abattu et malheureux, ne tarda pas à se, aujourd'hui que « la postérité est encore du parti de trefois au surintendaut et de l'inimitié tout crainte alliés et dompté
qui a succédé (122). l'orgueil des troupes infidèles qui cunt soixante-douze; trois cent quarante-neuf
eu faveur de Fouquet, et elle,se lalssar en- «l'en-
produire Fouquet (102). » à ce premier sentiment (112). » Puis il porte sûr Col- En 1661, une lettre adressée à Colberl.lui disait menaçaient l'Allemagne; après enfîu tant de pro- tre eux furent condamnés à la peine
et à l'injustice. Tous bert de mort, (.es
traîner jusqu'à l'aveuglement On oublie trop, en effet, qu'averti par Mazarin mou- ce jugement qui se ressent un peu delà lutte » Lés désordres sont si fiéquens en Auvergne diges et de miracles consacrés à la gloire et à la
que condamnions sur des
ceux qui profitaient plus ou moins seciètemeul des rant des désordres de l'administration du surinten- mais où aux services et aux contradictoires portèrent pm-
engagée, l'hommage j'ai cru être de mon devoir de vous avertir que réformation de son Etat, que pouvait-il concevoir nes de toute nalure et se réduisirent à de sim-
malversations du surintendant et que sa chiite, atlfi- parfois
dant, Louis XIV avait cependant soumis Fouquet a qualités de l'homme d'Etat est forcé de se tout le monde, et particulièrement les ofûciers, cha- de plus important et de plus illustre que de. faire ples amendes condamnations
indirectement, ceux même des une nouvelle et lui avait grandesjour: (143); quatre capitales
gnait qui, par épreuve généreusement of- faire cun dans son ressort, couvrent les coupables au part de son irradiation aux provinces du lurent «'xéculéts.
sentimens étaient éloignées sur la place publique de Cler-
plus respectables, restés fidèles fert l'oubli du passé. Fouquet fit des promesses du monde lieu de les punir
qu'il « C'est, dit-il, un des esprits les plus (123). » Je vois, lui écrivait le siège de l'empire, d'en reconnaître les besoins, soit mout (144).
à son infortune ne craignirent pas d'attribuer à ne tint pas. Les états qu'il fournissait étaient com- ceux ne sont ni ni 2 octobre de-
difSciles pour qui d'humeur 1603 l'intendant d'Auvergne, que par lui-même, soit par le ministère de personnes La Cour des Grands Jours rendit *ur d'autres ma-
d'indignes et vulgaires resseatimens, soit de la part à Colbert, qui dut en démontrer d'état à lui être entièrement soumis. Comme il
muniqués chaque puis quelque temps M. le due de Bouillon, gouver- d'une fidélité éprouvée, commençant par colles où le tières plusieurs arrêts méritent
de Colbert, soit de la part du roi lui-même, une réso- soir au roi l'inexactitude et la fausseté do règlement .qui
(103). Ce fut est plein de la reconnaissance des services qu'il rend, neur dç celte province, s'intéresse, fort pour le mal est le plus grand et le secours plus nécessaire; d'être Tels furent 1° un arrêt "fixant le
lappelés.
lution qui avait au contraire réclamé un courageux alors que Louis XIV, surpreHant à la fois les nouvelles lesquels sont en effet très grands et tels que je crois sieur de Massiat d'Espinchal, que tout le monde sait à l'exemple de ce grand vase de lumière dont la cha- tarif des denrées et des vivres dans la ville de Cler-
effort et qui se liait d'ailleurs aux plus hautes pen- fraudes et la déloyauté d'un homme qu'il avait es- n'y a personne travailler avec plus être noirci de crimes. toute le relire; bien
qui pût la noblesse leur, qu'également favorable à toutes le» cho- mont (145) 2° un arrêt prescrivant
sées de gouvernement et d'honnêteté publique. Cha- de se décida non seulement à lui qu'il avec plus l'usage de poids
sayé sauver, retirer d'application, de fidélité et de capacité, les troupes même, à ce qu'on dit, lorsqtilelles ont ses qui lui sont inférieures, redouble toutefois son et mesures
cun semblait perdre de rue des faits que personne ne mais à faire un exemple même uniformes (146); 3° un anêl sur un débat
l'administration des finances, avec plus de Succès pour dégager les finances été commandées pour le prendre, lui ont donné activité quand il faut percer des images survenu entre les religieuses do Loches
niait et qu'aucune n'aurait dont l'opi- et l'flôtel-
politique osé justifier, devenu nécessaire du roi, pour en ôter les abus et y établir un ordre des avis. Il ne couche jamais deux jours dans un iniatreté et l'épaisscir ne pourraient être vaincues
(104). Dieu de Clermont (147i; 4" un arrêt sur la ilisciplin»
pour accuser avec violence le. grand ministre qui On oublie que la culpabilité de Fouquet ne fut. mise excellent, cette connaissance lui fait croire, que tout ne va que par des chemins inaccessibles et ni disipées
endroit, par un effort ordinaire. (129). » ecclésiastique et la police «Ic-s monastèrrs
entreprenait, au prix de sa popularité, les réformes en doute par aucun de sus vingt-deux ce qui ne suit pas ses sentimens (148VO der-
juges; qu'ils est mauvais qu'on avec vingt ou vingt-cinq hommes, tous dans le crime Un premier ac.le de une terreur nier arrêt,
les plus légitimes et les plus et qui pour- vigueur répondit provoqué par le procureur général Talon
salutaires, ne se divisèrent que sur l'application de la peine, et contredire sans ignorance ou sais mali- comme lui. Je fais ici une revue exacte et n'ai rien chez ceux
générale tous qui avaient intérêt à dissi- «cet homme redoutable tous les Etats
inflexiblement le noble but de ramener l'or-: des neuf voix qui se prononcèrent », suivant
suivait qu'au nombre ne peut et leil est si persuadé que toute la bonne
gnité, iiiten- trouve de si fort désordonné (124, ».
ûre et l'honneur dans l'administration de son pays. « ce chancelier muler ce que Fléchier appelle « les mauvais endroits IVxpressi n de Fléchier presciiwiit la visite d>s ab-
pour la peine la plus sévère était lion est chez lui, qu'il ne peut pas croire qu'il s'en Le 31 août 1665, des lettres patentes du roi or-
de leur vie. » Le jour même de leur arrivée à Cler- bayes et des monastères par des juges et, la saisie dès
L'histoire a peut-être à se reprocher d'avoir été l'é- qui n'abusa ni de la confiance des rois ni de l'o- puisse trouver chez les autres, à moins qu'ils ne se donnèrent la tenue des Grands Jours à Clermont.
mont (130 le président et le procureur revenus des bénéfices si le service divin
des et qui de son ayis(U3). Rien ne précise général flrent n'y était
cho trop complaisant de ces funestes indulgences et béissance peuples, dans l'exercice de la rangent entièrement » mieux l'état des provinces et les pas fait; aux des commué
fut sins les lois arrêter, pour un meurtre commis eu 165-1, le vicomte enjoignait supérieurs
de ces défaillancs morales t91). magistrature passion comme qui La e-st lout entière, à un point de vue dont le pre- intentions que le préambule de cette dé- nautés établies
royales de La Moilip Canillac, fort considéré depuis trente ans de
ait relevé certains incidens absolvent et qui punissent sans aimer ni haïr (105). » mier président de Lamoignon ne se rendait pas assez claration. Le roi y expose que « la licence des « homme pour justifier
Qu'une juste critique
On lit dans le inédit de M. d'Ormesson de l'ardeur sa qualité dans sa province, dit Fléchier, et, an st-uti- de leurs lettres d'autousation défendait, aux 'eli-
du procès que provoqua le zèle inutile d'ageus su- journal compte, l'explication avec laquelle Col- guerres étrangères et civiles qui depuis trente ans «ieuses de recevoir des personnes
ment de tous, le plus innocent des Canillac. » Il est séculières dans
balterries et qui déterminèrent la retraite du pro- (in-4°, fol. 385, Bibl. imp.): «M. le chancelier. bert suivait, jour parjour et dans tous ses détails, le désolent lé royaume a non seulement affaibli ta leur monastère
hâte, le futur évêque de Ntmes, sans la permission de l'évêqup, et
conclut à l'avis de M. de Saintc-Héleine. Il ajouta que procès qu'il faisait, dans la personne de Fouquet, au force des lois et. la rigueur des ordonnances, mais vrai, se d'ajouter quo
cureur général Talon (92i qu'une fois l'arrêt rendu et « la comparaison ordonnait aux chanoines des églises
aurait été il été du même avis, et à la dilapidation des deniers ne le jusiifle pas tout fait, et que calhéUiales et
la justice satisfaite, l'opinion la plus indulgente se quand il seul, aurait de l'Etal. encore introduit un grand nombre d'abus dans d'assister
désordre ces sortes d'innocens ne veulent dire que moins cou- collégiales tous les jours aux trois heures
soit librement d'avoir vu un homme et qu'il l'avait dit ainsi pour satisfaire au roi, la La passion de l'intérêt public, l'iustinct des gran- l'administration des finances et dans la distribution
applaudie » Le vicomte de matines sous peine d'êire privés de leur
justice et à sa conscience. » des le de l'ordre le de la justice.que pables (131). de La Moine. Canillae fut pan
.tombé de si haut échapper à la peine plus grave qui choses, génie, et de la règle, le mal est plus grand dans Jes dans les distributions
en ce qui concerne condamné le 23 octobre et exécuté heures quotidiennes (149). L'assemblée
On oublie, avait sacrifice de à, la quatre
était requise contre lui (93); que Pélisson fasse ad- Colbert, qu'il toute eônsidêrajtioh personnelle provinces éloignées du Parlement, que les lois y du clergé, alors réunie à Paris, fit entendre les plus
discours éttV en relations de confiance et d'amitié gloire de la France et du roi, étaient, en effet les sont méprisées, lès peuples à toutes sortes après (132).
mirer, aujourd'hui encore, les que le zèle j<l'abi>rd exposés Dès le 30 septembre vives protestations. Elle s'adressa au ri et lui de.
avec -le procureur et que les causes traits <t absolus du caractère de Colbert. de violences la Cour avait confirmé nno
de la défense lui inspira pour celiïrdonl il avait par- géaérai dominons et d'oppressions; que les personnes manda la ras>aiion «le l'arrêt du "30 octobre.
du refroidissement Fouquet, senterice de mort prononcée par le lieutenant crimi- «Voire
tagé la prospérité ce sont là tout autant de droits qui succéda peu à peu à ces Il marchait inflexiblement vers son but quand il faibles et misérables ne trouvent aucun secours Majeslé, disait la réclamation
avait acquis nel de Clermont contre uu homme accusé de deux rédigée par l'évoque
fëniimens sont aujourd'hui la convicUon.que le bien qu'il se dans l'autorité de la justice;
qu'il ne faut ni discuter
respectables ni méconnaître. expliquées tout que les gentilshommes d'Amiens, doit cet'e
premiers sentait meurtres. L'arrêt fut exécuté le môme jour, et 1rs of- Justice a sa religion; elle la fuit
Mais ce n'est aussi et de la manière la plus honorable ponr le caractère capable de faire dépendait de la réalisation abusent de leur crédit pour commettre des actions à sa réputation
là qu'une face incomplète jus- ficiers de Saint-Amand avaient elle la doit encore a toute
de Colbert. Dans une lettre qu'il éf-rivail, en 1659,' de ce but. Il savait le surintendant coupable. Il de leur et la des qui négligé cette l'Eglise,
qu'à un certain point si conduire def la, question. La indignes naissance, que faiblesse qui ne pourrait subsister ai on arrachait à notre nii-
au cardinal et nous fait en dans sa non uue poursuite furent décrétés d'ajournement person-
mortilitédu procès et de la condamnation de Fou- Mazarin qui quel- voyait condamnation seulement officiers est si grande que les crimes demeurent im- ms-ière la direction des saeremens
sorte assister aux luttes d'une mais la sanction de nel (133). qui en a toujours
doit être appréciée d'un point de vue que intérieures expiation, légitime et justifiée, punis. » Enfin il place l'établissement des Grands
quet plus ferme, uî comte ae Canillac de Pont du Cnaleau, sénéchal été, avec le dépôt de la foi, la portion la plus .saiiite,
et plus élevé. l'a enfin com-; noble et ferme consciense, Colbert rappelle au toutes les mesures émanées de la Chambre Ai justice, Jours d'Auvergne sous les auspices de ce remarqua- la plus spirituelle
plus général L'histoire de Clermont, el la plus inviolable. »
cardinal les favorables dont il a été d'une ère-nouvelle, l'administra- ble et solennel « Le premier qui avait à ce litre harangué la Cour des
pris, et elle entre aujourd'hui dans cette voie (94). disposilions
«
l'inauguration pour programme et princi- Grands Jours a l'entrée de la ville, fut lui même ar- Le règlement ecclésiastique des Grands Jours fut
animé pour Fouquet pendant tout le temps que tion des finances, un avenir île dignité jnstir les gou- pal objet que nous nous soyons celui au-
de justice propose, rêié le 19 octobre. cassé par un arrêt du Conseil du t" avril tC6G qui
La Chambre était une juridiction com- M. de Servien a eu 'la autorité dans verneme.ns et de protection les Jamais « Il passait, au dire de Fléchier,
principale pour peuple.?. quel, apiès l'atlermissement de nos conquêles, après rappela toutefois les dispositions du l'ait.
Tôïàndée par la nature toute spéciale des questions
les fi naneps, » Lorsqu'il l'a vu, a partir de 1655; la politique, il faut le dire, ne se trouva plus d'ac- la sûreté du repos public, de nos pour le plus criminel de la province, et la plu- 21 ne l'or-
fusti'tiée après la réparation donnance d'Orléans, et des art 31 el 48 de l'ordon-
;dë finances, par la législation (95) et par de administrer avec une profusion n'a point d'cxem-; cord avec les idées de justice et de morale finances et le rétablissement du commerce, part de ceux qui savaient les choses eussent voulu
qui (114). nous nance de Blois, sur les bénéfices nuu desservis
nombreux pfécédéns (96), oflrunf d'ailleurs, l'événe- cette amitié a commencé à il Les de laCham avons destiné tous nos s»ins, a été de faire régner la
le voir à la place de M. le vicomte de LaMoth'1 (134). et sur
pie diminuer résultats généraux, des opérations les monastères (150).
ment l'a prouvé, toutes les garanties auxquelles un n'a laissé patser aucune occasion de lui faire brti de justice donnèrent hautement raison aux justice-et de régner par elle dansnotre
Le président de Novion à la famille duquel il
Etat, persuadé, •Enfin la Cour de» Grands
accusé pouvait alors prétendre. Si par une étrange al- connaître les dangers, du sa conduite; « l'ayant .prévisions et à la était
allié, ne manquait pas de se faire honneur Jours, devançant dans
ne comprenait persévérante volonté, de Col- qu'il n'y a rien dont 'nous soyons plus redevable aa de cette en écrivant le lendemain à Col-' les liruiles de son ressort les réformes que chacun
liance que l'opinion pas (07j, Fouquet, vu retomber plus fortement que jamais dans <: les bert Plus de 110 millions rentrèrent cfans les caisses nos sujets et plus comptable à Dieu, fermc'ë,
de qui seul re- appelait de ses vœux, s'appliqua à redresser nar plu-
avait réuni pendant' plusieurs années la charge de, mêmes il s'est insensiblement retiré de de l'Etat Le revenu bert «J'ai fait arrêter hier soir le comte de Ca-
désordres, net, qui était en 1601 de lève notre couronne (125). « sieurs anêts les abus les plus
surintendant des finances à celle de procureur gé- lui, parce qu'il e^t persuadé qu'il n'y a rien qui le 31 millions 844.924 livn s monta en 1G65 à: La juridiction des Grands Jours avait
nillac Pont du Château, beau-frère de mon gendre. urgens et les ptus ma*
déterminé pour ainsi nifesles de l'administration de la justice.
néral au Parlement, les fiits qui avaient puisse faire changer. Mais, il esi vrai 58 millions 645,599 livres. Les dire ils Ju.-jez si je recule pour personne-, quand il s'agit du
ijoule-t-il, charges tombèrent,, pouvoirs sans limites. Elle devait juger Le 27 octobre, elle ordonnait
les poursuites sp. référaient à la première de ces service du roi. Je ne sais pas encore sera la l'élargissement de
qu'il n'y a rien que j'ai tant souhaité et que je dans le même intervalle, de 52 millions 377,172 livres toutes es causes civiles et criminelles des provinces quelle tous les prisonniers
7fonclions, et il faut féliciter la pensée royale qui ne contre lui sa partie, imib enfin retenus povr une dette civile in-
souhjdle tant que le procureur général pût quitter à 39 millions 805 242 livres. A un déficit annuel de comprises dans son ressort (ait. l\ même celles at- chiirg« que produira férieure k 50 fr.el
accusation et de con- voilà iin assez gland la justice se défendait pour l'avenir l'exer-
'permit pas qu'une de péculat ses deux mauvaises qualités, l'une de l'intrigue, et 20 millions 532,248 Uvres succéda un excédant de. tribuées aux Chambres de l'E lit, eu épuisant d'abord témoignage que cice de la contrainte
•cussion s'abriiàl sous la robe'et sous les prérogatives l'autre de l'horrible dans il s'est 18 millions 840,^57 livres (115). L'impôt des tailles, les procès fait ici sans discernement (135). » par corps pour semblable
corrupiion laquelle criminels (art. 10); connallrè et décider somme (151).
du procureur général du Parlement. Enfin, lacon- Ce procès était l'un de ceux qui avaient déterminé
plongé, parce que si ses grands talens étaient qui était, en 1661, de 42 millions 28,u9G livres, put de toutes les infractions, fautes, malversations et né- Le 10 décembre,
-damnation de Fouquet était nécessaire, quelle-que de ces deux être réduit successivement la tenue des Grands Jours Mais les preuves firent dé- un autre arrêt, rendu sur les re-
séparés grands défauts, j'estime qu'il et ne fut plus en 1GG5 que dont les ofùciers de justice se seraient ren- montrances du procureur
dût être la peine, parce, qu'i Ile était juste et méritée, serait très capable de servir Votre Erninence. Je suis de 35 millions faut sur tous les faits. Les nombreux témoins appe- général, s'adressait plus
345,2t9 livres (11G). On doit recon- gligences
flas coupables (art. 6); enfin elle pouvait corriger et spécialement aux justices
'et il n'est pas sans intérêt de remarquer que les faits, assuré, dit Colbert en terminant, que je ne puis ja- naître, avec un historien moderne, que «de tels chif- réformer lés semblèrent n'être venus que pour justifier l'ac- seigneuriales (152). Il dé»
déclaré par des règlemens tous les abus et mau- en clarait les seigneurs hauts justiciers du
"dôïHle surintendant infidèle fut cuupable ne,i la à fres eu disent cusé, qui lut quitte pour être admonesté et con- responsables
mais.exposer vérité plus découvert et plus déga- plus que toutes -les paroles (117). » vais usages qui se trouveraient contraires aux or-
de • S'il damné à 800 livres parisis au profit de l'hôpital
gée toutes passions (106). au pouvoir d'uu homme de conjurer les donnances ou au bien de la justice (art. 7). gé-
avait été précédée néral de Clermoùl. Cette, douceur, Flé-
Celte lettre d'un Mémoire que révolutions, était les hommes comme Colbert assureraient Les Grands Jours d'Auvergne s'ouvrirent le 26 sep- ajoute (138) Le roi tint parole, M. de Novion remplaça,
Colbert à aux peuples, sans secousS8S..el (hier, n'a pas de décrier un peu les Glands en 1678, M. de Lamoignon
adressait confidentiellement à Mazarin, sans ruines, sous la pré&klenee de M. Polier de Novion, dans la charge de pn mier
(88; OEuvres de Eouis'XlV, 1. 1, p. 32 et 33<
(
les pro- tembre, Jours (136) <>
Saint- Jean-de-l U7. (107) sur les désordres cel'admi- grès et le bien-êlre que les révolution* leur font payer président à mortier au Parlement de Paris, assisté de président du Parlement de Paris.
De roi, qui avait annoncé Saim-Simon
de Louis XIY, 1. 1, p. ÏU. nistralîon des finances et sur la nécessité d'établir cher. C'est à la postérité qu'il n'accorderait qui le traite fût l sévèrement
-(89) OEuvres trop qui juge les actes de srâ* conseillers. M. de Caumartin, maître des re- facilement de grâces,
pas dit dans ses Mémoires
,¡ i*"g ":r une Chambre On doit convenir ces g-ands «'sidunii trop bien que ce se- t. III, pag. 360: « On gémii
de justice. qu'il fallait fondateurs, dans leur ensemble et dans quêtes de l'hôi.el, prenant rang après le président
rait fumenter longtemps au l'atuis de
dey arrestation de Ché- une conviction et bien résolue leurs résultats à relever était chargé du sceau. les violences (137) », suivait avec solli- ses caprices, et les plaideurs de ses injustices » Ce
(90) Récif officiel Fouquet grande une éprouvés* à, saisir et la pen- Nous y retrouvons, sur le siège,
arec le sée supérieure citude les travaux de la. Cour des Grands Jours. « Mon-
ruel, t. II, p. 453.– Journal inéiit de M. dCOrmétsàn, pour aborder cardinal probité
des questions d'une qui le, a à proclamer sans hé- du procureur général, le premier avocat Denis qui reste certain, c'est que M. de Novion fut forcé de
< *-« t nature aussi délicate et aussi brûlante. sitation et sans sieur de Novion, écrivait il le 1er décembre au prési- donner sa démission, eu 1689, lorsqu'il
'Chéruel, t. II, p. 83.' faiblessedirigés, les bienfaits qu'elle leur Talon. La session, qui devait d'abord général durer du 15 fut renipl,
• »: f On reconnsît là l'homme dent, il ne se peut tien au contentement
qui écrira en 16GG au doit, et à consoler leur mémoire des injustices et des septembre au 30 novembre, fut prorogée jusqu'au
ajouter que par M. de Ilarlày. (Clément. Portr. hisior.. pag. U».)
(91) Voy. notamment roi lui-même, eu lui soumettant un plan de dépenses amertumes dont leur vie a été abreuvée. "j'ai de l'émulation avec laquelle chacun s'applique,
30 janvier 1606(126). (139) OEuvres de Louis XIV, t. V, pag 336. Ché-
M1"0 de Sévigné. Lettres à M. de Pomponne. « li faut épargnercinq sousauxehoses non nécessaires Ce la Chambre de justice avait fait pour le i •'
que ' •' ruel, Mcm. de Fléchier,
sur les ministres, el jeter k'smillions désordre des finances, les Grands Jours pag. 386. Clément, Portr.
M. de Montyon. Particularités quatulil est question de votregloire. furent appe- hist. pag. 131.
des finances, pag. G5. Je déclare à Votre Majesté, en mon particulier, qu'un lés à le faire pour les faits d'une autre nature qui af- (119j Mai 1573. Ordonnance rendue sur les plaintes (127; Mémoires de Fléchier, png. 324 et 329. Appen-
Voltaire. Siècle de Louis XIV, chap. XXV. Il cite le çepasin.uUlede3,000 Uvres me fait .une p°ine incroyable fligeaient les provinces. et doléauc( des Etats-Génér.nu assemblés à Blois, diee de Chôruel Monitoire du 29 septembre. Ful- (140; Mémoires de Plccbicr, p. 227 à 233.
de Ilcsriaut Uuïle Colbert de ministre art.206.
Sonnet qui ~ep" aS,11luiJ,' est.ed(i~,OOO
ètflorscru'iî fçjuestion Ii,vr's de f, :Ij
de millions urwp"ine
fëor; pour l'a l'o-
inc~oyahle Les Grands John, tenu?' en 1665 a Clèrrfiéit, eu- - mination d'excommunication avec aggravation et (141) Tit, I, ail. 12. Procès-verbal des conférencet,
» et lpi prédit te sort de Fouquet vendrais tout mon ma rent une importance Par l'art. 8 de l'ordonnance de Moulins (février ceux n'obéiraient dans
lavare el lâche qui logne, je bien, j'engagerais particulière (118). réaggravaliou contre qui pas édition 1740, p. 27.
tombe innocent d'où l'on te voit monté. » le roi se réservait de faire tenir des séances de' les six jours
«Nul ne 1563-, au mouitoire.
Elle renvoya les demandes
'Slsmondi, t. XXV, pag. 70 à 75. GrandsJours «pour la punition des crimes, l'enlrelè- civil» s qui
(108; Observât ions sur les ministres des finances de nement des ordonnances qui avait trente-trois ans en 1665, (142)
daient, pas 200'livres n'excé-
devant les juges )né>idiaux'*t
(98) C. P., art. 89, 91, 145, 169, 174, 177.– Loi el auimadve.rsalion sur ses (128) Fléchier, `
(92) On reproche à Berryer, que Colbert avait chargé V8 juin 1850 et décret du, sur la dé- France les plus cilèbfes,^t M. de Montyon, pag. 44. juges et officiers. Le plus ancien des avait suivi M. de Caumartin à Ciennont, 'en qualité les siiires aux chambres du Parlemen!. ;.rch
les documens 23 juillet' 1850 registre imp
Mlle fournir à la Chambre de justice né- M. Colbert. Grands Jours Innus par le Parlement de Pari», est ce- de précepteur de son lils. L'authenticité des Mémoires Journal de Dongois, 30 janvier 106(i, fol 239.
d'avoir des pièces portation.
cessaires à l'instruction, produit (109.) Joubleau, Etudes qu'il a écrits sur les Grands Jours d'Auvergne
sur Colbert, pag. 3"2. Mé lui des Jours de Troyes en 1367, sous Charles V (âft ne sau- (143) Mémoires
qui éveillèrent contre lui la sévérité de (99) Lettres à M. de Pomponne. Voyez notamment moire manuscrit de Colbert. rait plus être sérieusement contestée de Fléchier,
p. 226, !c70, 278, etc.
inexactes
la lettre du 17 décembre 1004 « Ce matin Pus-
chives impériales, Dongois. Chronologie des Grands* après la disser-
'Denis Talon. M. d'Ormerson, qu'on ne peut pas soup- (HOC Déclaration du 15 septembre tation que M. Taillandier, conseiller ii la Cour de (1-i-i) Jean Orceyre, condamné parsen'euoe
1662. 'Chérnel, Jours). confir-
de p-,triialité envers Colbert, et qui fit preuve sort a parlé quatre heures, mais avec laut de véhé- mée, dû lieutenant criminel de Clcrœonl
Administration monarchique, t. II. pag. 179. Mém. cassation, a publiée dans VAlhencBiim français du {Jmin.al de
çonner tout le procès d'un noble, caractère,
dans fait allusion4 vnitiice, tant de chkleur, laiiï .dVrtiportenïetfl, tant dé mfhiuxcr. de Colbert, (120) Soris la-prébidenca de iccsslre Tanrmogiiy Sé^ ,24 novembre. 1855 (40^nuée, n" 47), et hi nouctique fol. 87). Le vicomte de I a Mol lie Cunillae
Jnnbleau, I. II, ptf>. :j2G. Dongois,
à ce fait dans son Journal inédit ;,mais il c.nn*tate en rage, que plusieurs juges eu furent scandalisés, et gnicr, présiileiît au Parlement. –'Orner Talon y rem- ellusd.-ux frères
(111) 11 décembre 1662. fie de M. le premier M. Sainle-Beuvo a placée en tête de l'édition Ha- Combrilibreuf Mênwire.i «le Flé-
M. Colbert on croit que cette furiuipeut faire, de bien que plissait les fonctions de procureur général. Arch.
même temps que. «Berryer trompait quine plus président de Lamoignon, pu g. 27.. chette.
c;lieltp. chier, pag. G7, 272, 278 et 41G, i;° 24. M. Pommyer
de mal à notre pauvre u j Journal de Dongois, Grands
» voulait que la On et la conclusion; que la vérité ami. (112J Vie de M. le premier prèiidtnt de Lamoignon, imp., Chronologie, dés i: r~, Lacomhe a irèRJuslenicnt redress*, dans son «li.-oours
Hotman Jours, f G2. du 3 novembre
-» ayant été connue, les procureurs géuéraux (100. 3 février 1072. Lettre CXV1 à M""= de Grignan. t. I, pag. 28. (129) OÉavres d'Orner et de Denis Talon, i. If, 1854, ' l'étrange erreur1 dans" lairuelle
t» et Chatnillari.lui lU'enl ôter insensiblement lout.le (113) Vie de M. le premier (121) 6 avril 1581. Elit d'établissement des Grands pag. 16-18. est tombée M. Depping (Corresp. ndm., l. II, paj<.
(100) Voyez notamment lés lettres président dt Lamoignon, 10
». soin de cette, ailaire, que dans les derniers mois il des 24, 27 no- 1. 1, p.28el29. qui a confondu les condamnations
3 et 9 décembre à M. de JoursàClerraonl en Auvergne. Ane. lois fra»ç., I. XIV, par' contumace
il ne s'en mêJaili plus, el que,, pour conclusion, il vembre, 1064 Pomponne. 1 (114) Le chancelier nous a laissé, d'a- p. 486. La session disGrands (130) 25 septembre 16G5. Arch. imp., Journal de avec les exécutions.
Daguesseau Jours, ouverte le 10 s«p-
ce « Dongois, f° 96.
• » devint fou. ?>Cliéruel. Administration monarchique, (102) Chéruel, Administration monarchique t. II, près son père, portrait de Colbert M. Colbert lembre 1582, fut close le 23 novembre. (145)30 1665. Arch.
(131) Mêm. de Fléehier, septembre
»t. H, p. §Q, OEuvres d'Orner et da Denis Talon, t. II. p. 86. Je dois me hàler de reconnaître qu'à côté du joignait h un esprit droit, capable de, saisir et d'aimer pag. 51. fol. 87.
imp.. Journal de
(122) ïVoniat, né. à Clennnnt le 30 novembre Journal de Dongois, Dongois, Mémoires de Fléctiur,
lettre. Paris, 4 décembre 1GG3. cette appréciation dont je me permets de combattre le vrai, nn cœur noble -el généreux 16^5, (132) Arch. imp.. f° 109.– Mêm. pag. 375.
,tî- GujA ]Ra{i«,.3Ql° qui se portait na- mort à Paris le 14 mars 1695. Oïuvres de Domal,
caractère M. Cbérufl a très scrupuleu- au bien de de Fléchier, pag. 07 et 369. 9 janvier .1606. Arch. imp.,
le trop absolu, turellement l'Etat; aussi laborieux que t.
Conclusions signées des pag. 251. Harangue aux assises de (146)
fol. 190." Journal de Dongojls,
• (93) Archivés impériales. sement relevé, dans son oiivrauc plein de faits utiles, pénétrant, il savait soutenir, par une application in- pronqncée
généraux Talon et Chamillart. Il,
1661. ,» . (133) Journal de. Dongois, 30 septembre 1665, fol. 87,
procureurs les désordres et les conséquences de la déplorable fatigable, les grandes vues qu'il avait pour la cloiie (147) 30 janvier 166G. Arch. Journal de Doh-
imp.,
du prince et pour la félicité des peuples. > (OEuvres (123) Lettre de La Hibo h Colbill. Corresp. administ. de Flécliier,
Procès administration de. Fouquet. « (134) Mémoires pag. 220 et 393.. .gois. Mémoires de Fléchier, pag. 380..
Voyez P. Clément. de Fouquet, pag. 38 de Vaguèsirau, édit. Pardessus, t. XV, pas. 293.) Voy sous louis XIV, t. II, pag. 9. Chéruer. Notice sur ;r
t. XIV, pag. 557 et suiv. Ett Mémoires manuscrits de Colbert, t. II >
"fit (94) suiv. Il. Martin (103) aussi l'appréciation très juste et très élevée que fait los Grands Jours, Mém. de Fléchier, 308. (135) Ce 20 octobre 1CG5. Le, présidenl de Novion. eii (148) 30 octobre 1665. Arch, imi> Journal de Don-
sur Colbert, t. Il, Administration pag.
'surtout les Eludes par Joubleau, pag. 293. Chéruel, monarchique! du caractère et do l'administration de ce grand mi- mission en Auvergne, <i Colbert. Correspondance gois, fol. 113.
suiv. t. II-, p. 82, de Fouquet, pug. 19> (124) Aurillac, ce 2 octobre 1 66,'J Pommereu, in-
'pag. 247 et P.. Clément, Procès dans son Histoire du Tiers- administrative tous Louis XIV, I. II, |tag. 1G5. dit l'arrêt,
Thierry, administ. (149) Conformément, au décret Quo teïn-
tendant d'Aujiergoe à Colbert, Corresp.
(104) OEuvres de louis XIV, 1. 1, pag. 33 et 101. nistre
Etat, Augustin
chap. IX, pag, 192 à 220. sous Louis VÏVt t. II, pàg. 19.
P. Clément, Portraits historiques, pag. 124. pore quisqu« debeat esse m choro et qiiotnoào
de juin 1625 rappelé par celui de mars divinûm
•• (115) Henri Martin, Histoire de France, t. XIV, oflîcium sitxelebrandum.
»1516
L- (95) Edlt -v :: (105) Montesquieu; Discours de rédeption âLVAcadé- (136). Mêm. de. Fléchier, p. 22G 1 1 393. Journal do
le 24 janvier 1728. p. 582
à 585. Il donne les chiffres de Furbànnalsi (125) Lettres patentes du roi du 3 septembre 1665.
cilé Cbéruel. (150' Ord.ii560 <t 1579 -Mémoires
mw Française, Mém. de Fléchier, Dongois, par do Flrcbiet,
de justice avaîenl été suçcVs&K OhérueL Administration monarchique, t. H, p. 205. pag. 321, appendice du Chéruel.
{96) Huit Chambres ce 28 octobre 1ÏÎ59: :rfnnwiens iné- On voit par le Journal de Dongois- Deux antres accusés de ce nom 1" Jacques-Timo- pag. 88 et 373. Journal de Dongois, fui. 117 à 138.
établies- par les prédécesseurs-de.Louis XIV. dits (tOG) AiS'eVers, .(116) Joubleau, Etudes sur Colbert, Helevé des car- que l'évoque do léou do Beauforl, marquis «le Canillac 2" Charité de.
fement dc 1'lsfatulre rte ~'ranc6;"GOampcdliari-iri~eac, Clcrmonl et l'intendant (151) 27 octobre 16G5. Arch., imp., Journal
en donne l'énuméràtion Iléiiumér;ition dans ses
diiiis Etudes
ses Ertcites- nets. Il, p. VU. d'Auvergne, prenaient, quel- li's deDon*
~g¡CDI
iffloubleàu élahlies'par t. H, p. 504. Clément, Procès de Fouquet,p. 15. aux audiences Beauforl, marquis de Canillac, du précédent, fu-
30. Louis XV créa une der- (117) Henri Martin, 1. XIV, p. 585. quefois séance "et qu'ils y étaient rent 'condamnés à mort par contumace les 25 et gois, fol. 112.
fur Colbert, 1. 1, p ig. Joubloau Etudes sur Colbert t. II, p. 248. Cette à la droite dit président
Le Parlement de Toulouse tint, en 1666, une places avant M. de Cau-
ère Chambre de justice par un édit de mars 1716. lettre a été publiée pour la première fois en 1843. (118)
marlin. 30 janvier 16G5. [Journal de, Dongois. Mém. de Flé- (152: 10 décembre 1665. Arrêt de règlement pourra
lois franc., 1. XXI, pàg. session de Grands Jours au Puy eu Velay, sous la pré-
ne. 20. chier, pjg. 259, 265 et 413.) justices royales -subalternes dansJBT'ieadue du ressert
(107) Le cardinal était alors à. Saint Jean-de-Luz sidence du premier président de Fieubèt, et une au- (126) G novembre IGG5. Lettre de prorogation des de la Cour. Arch; imp,, Journal de Dongois, ftit.
manuscrit du cité Chéruel.. les négociations de la paix' des P yrénées et du tre à Narbonne (Chéruel, Notice sur les Grands Jours. de Fléchier,
'(97) Journal temps, par pour, Grands Jours, Mêm. pag. 386, appendice (137) lettre de Louis XIV- à Cintcndant d'Auvergne, 167 à 171. Jousse, Éf-ueil chronologique d'ordon-
idministration t. Il, pag. Gi. mariage du roi. Mim. de Fléchier, p. 314 et 315.) de Chéruel. citée par Chéruel. liiém. de Fléchier,
monarchique, pag. 310. nances tt d'arrêts, etc., pag. 136.
=.S–
!<M~ ft.M.m.!mm..n ,j.j~j~ll~ 1
M^ffflfffiiWBiTOi~ifiiriaMaftV)'^f-r*-Ti'M–»w

OU DE LA boubse._be pams %hï 1tiitl plus


Plus “<
Plus Dermer Précéd.:
1 recéd. *i*«.
^to^r?:3010. iàô280 Empruut
fcSftfe tI Halll. U,;UlI S Scptèluc~
SSfiéft,^ CIB.NGES.
changes. ^t3^îu^ ^±~™£ti
jours ™™»s^ ^JJtfi I
A terme. •
? d«4NovEMbkEi856,. -•• _^u_ g-fâ* y§ ^eî^ -j^isL,
^i^gg^jg.184» ig|o -|2* -iîKSfejT^- *? «3. gs&^fe:
a&».
»)•
sn.I. •••/• 1. uncour ^i* 667,0 66 7070 ,66 7;)" J^L. 06
G650 50
5 0 cou™^ 50 t 6G A– ï-5– -^s!«^ ,i^.
q6 7o- 66
G()50 1855, 33/4j>.l00. 375 66 85
85 Midi 30/0. 3 0/0.. 285 285 Toscane, Toscane,
Midi, 3 010. 3 0/0 Cohin Cohin
etC" et C« Amsterdam 21412 212.
d~ 2[ d 50 -1855,33141>,100.375. ms cr am. ".¡ 212.
rnier Préckd.
»;ô G6
ôêsÎ 67 ôtôô
J;; ffi? ïïiï K^Sô: "«-««-«^gœWo^ •'•a^iaa^
liUmiilill.
Comptant Çours^ jiaui^ j^_ rrrad- corns^ lu^ 35</ '100
*jj«
Kp p
pr.finp G7 10 d 2f2f «» 45 sHôfg
G7 d 50 1842-49. Piémonlais, 5 0,0.. 89.. suisse de Montluçmi
gSto:
?erll.a
m\
•,•
k
3Ia-/i -••
i:
• 370.
66 50 66 30 67 60 Tro,is figeotir 68.. 715 25 30. 25 20 24 «0 2480.
rois 070. j. 22 juin, .'ff,* • V }}r-flu'p •••dlf ;.d50 Versailles (rive dr.), «•.erlificais angl. Central Suisse.. 490 C« paris. duGaz. Londres.
66f 50 40 40 30 30 66 55 66 45 66 55 53.. Un on des Gaz 210 520-'
vr*É a 4? Emprunt 1855. ..Uncour 185O. -1853,3 0/0. 515>
.1. (80 p 100 payé^) pr.finc ce .dlf d if d 50 à OU'EBIi1EfiI Va.rt."d 5 25./ 5 20 i.
.il dJ^Jl (,80P. 1843, r.àiISO f Obligat. 1834 4 ™w« »"«"Bi des oinii.Vis. »* ^«
payés~) Rr. 90 40 40 90 70 ~Ù(bl:[; 5 2~ ~:?
il >••/• ••/• Quatre 1/2 p.100IOOJ.852, (non finfin cour •• <( ••• Orléans,
1?43, r. 1842, 1~50 f. 5 0/0 Obligat.
0/0. 18311,4
Bons du DonsTrésor,
du Trésor, '~?c.,des
C« des Voilures
O,mui}!lJs. do ?.af> 5 25.
• -wi«aU(Ê t ~50 l'ISDonne-
«.-•r. pr.finc e .v.dit .(150 .<. 5 50./
rembour.pend?aixans). 1848, 5 0/0, r.à –1849 Pdris 87 50 5 45.4.
,ï, p dit 1 d5050 1250 f. -1851. 5 50.
•••/• •••'• ,,BCC pr.finp Banq.deDàrmstadt Palais'dë crîs'tâl. ^f10 5 .45 1.
u 97.. -30/0, r.,à500.f.. 287 50 92
Dito, Emprunt 1855 r i traprunt 1855. Uncour Emprunt romain.87. Société Béchet. Soc. rue de Rivoli.. J?'°T
6640 ..« 66 50 (80 p. 100 payés.) dlf d50 ?.êries IPiïl 8G1* '•
(80p.l00p.) pr. fine Rouen, 1845, 4 0/0 Naples, récépissés Caisse Lécuyer.. C" g'« des Eaux kivo,ume 851/4|.
4:1., Cr.(5?lAfoivcl"de France, j. 15 cour 590 590 -1847-49,5 0/0 Rothschild Caisse des chem. Soc. g'Mle navigat Sa,Ples •• !••• •• •• 457 1/2 d.
P.Certif. escompta- juill.(A.de d00 f., 2o0f. p.) pr. lo15 d2020 d 10 10 Havre, 1846 5 0/0 Empr. Belge 1852 de fer Clippers français Païenne .s; 13 80.2.
66 40 66 50 « 8» *
|Wes(80p. 100 p.)..
64 Soc. g. Crédit mob.,j. juill. 1515 .cour 1355=.. 1365 1340 1342 50 1380 ^-1848,6 0/0.. v. il/20/0. 97. C- c de l'Industrie C« Frauco-Améric ^.esSiue –•( •• ••
(Toutpajé.) pr. 1405 1380
S d 20 1400 1425 ..d 10 1*475 Nord,30/0. 290 3 0/0.< C«gén. maritime 400 S. Léon Gôlis et C«
d20 dlO 465 ^?n"e ™-l' 239 2301/2..
t/a 236. iw
1 0/0, j. iam S»t. •*
•>•». ,1^80.; (^ ï» t|« >, A Pr-30 Est, 1852-1854 21/20/0 Liste civile Chem. de Bességes es £rle.ste
690 1856, 327 f. 50 p. V.™Ke --•
4 405 Banque belge Quatre-Canaux.lO95 -à Alais. ?.
o 7575 <^ï.ïfem^oird'esc.,i. pr. 15 lo août., d20 la cour d '••• 10 •?? g?:;
î4,1/2~lr2 010, 0/0,
j. 22r.j. 22 sept. 87 .r,. (fout payé.) Baie, 5 0/0, r. à 625f. 465 Hollandais, 2 1/2, acl.de jouiss. 97 50 Chem.deferdeTar- S37/8
f, la" }'* B?4./
L • •• Piémonlais, 5 0/0, j,ju)ll. J.,
fin cour Strasbourg à Baie CF.Bourgogne ragone. Auguste. a 2d6 1/2 %J ',1 2531/2
Do 3 5 OlO~ )':IJ1} ,n cour. Francfort eï" .1 2r3 112 r
100, Strasb,ourg à Rille. C. F. Bourgogtl~ rag~me. des 211 2
atre 112 pour 90 50
98 90 25 90 75 75
fuatre
1852,j. 1/2 du pour
22 sept., 100, Autrichien,
D» ;_3 0/0, 1853*3.
5 0/0, j. ju»l. juillet hneour
nucou/ r Marseille,
Méditerranée, 5 0/0.5 480 0/0 Autrichien,
C. Il 5 0/0.. act.de
86 1/2 Zinc jouiss Vr-Montagne.Services 346 25 Messageries maril. des 1197 1197 50 letersbourg
pilQCtirt 21312 21t 39ol/2 1-2
90f 50 40 25 3 50 Orléans, jouissance octob. 15 cour 1235 1227 50 1235 -S 0/0. 288 75 3 0/0 n°l empr. Obiig.500f. Filât, de la Bresle Or en barre à 1000/1000 le kil.
15~ d d 10 1300 3,437 fr.; pr. Cti
3 (loutpayé.i y pr, Paris à Lyon, 5 0/0. 975 Espagne, Dette ac- Zinc de Silésie 170 Soc. Chollet et C' s 7 p i000 •
d
?cf-30- • • ••••• "AiA •• dl° •• -30/0, r. à 500 f.. 283 75 tive Mines de Stolberg Société a" de Sléa- & Àrg.en barre à 1000/0000 le k. 220 fr ?56c; pr.,Û
930.. 940.. rinerie 5.
1 Nord, jouiss. de juillet- 15 cour 940 Ouest, 1852-1854 Différée conv t.ePhœnix.métall à25p,100»
• - • > (Tout .payé.) pr. 15 d 95o –1853 Dette inlér 38. Verreries.
d Forges de l'Aveyï on C" gle des 2 Quadruples espagnols 84 20.
Dilo, Emprunt 1855 • d de Châtilloii LesSalines de l'Est d* colomb. etmex. 8170 .• V
n- • ?F- 30 -;a •" A-à A* d 10 à»' 1855 intftrieure 3 0/0,
90 50 90 2o 96 75 .2a Est, actions anc, J. mai. 15 cour B55 8o5 840.. 843 7a du Phé-
(80 p. 100 payés). 860.. I8-i5,4 0/0 petites coupures.. 387,8 d'Alais Française f Duc. de Hollande et d'Autric. 1175.
(Toutpayé.) pr. 15 d20 20 d 10 40. Monceaux-sur-S nix(iuc) .P
,{. –1855,30/0 285.. –30/01841 Piastres à colonnes 5 75. ri.
DB,Certif. escompta- d20 d 10 Grand'Combe. Société u»« d'Her- » d°
pr.30, GrJ-Central, 30/0.. 287 50 Passive sans int. M.
9050 90 25 90 7~ 75 325 Est, actions nouv.,j. mai. 15 cour 760 760 752 50 755.. 777 50 –1855 mexicaines 5 50 55 22 1/2 JW; ™'
Wes(80p.l00p.).. 280 Passive nnuv /d'Aubin n Souverains anglais.
(Act. de 500 f., 475 p.)f. 10 290 range Charb. ° Bankuotes 25 1712*
Lyon à Genève. Portugal, 3 0/0 de la Loire belges
*an4ue dé France.. dé 3850 France..
Banque 3850 3850 pr. 30 15 d20 d 10
• lM | _J^
Iq6'0'" lq6'0' 1°5'0' 1'
Créditfoncier 585 592
585. 50 592 50 ? !!? à(To°u"païé!)S>
(Tout payé.) 3UlU" pfTs"' !!?? .'J !!?° <120 1270 ".i lit !? d 10 1277 50
Etat administration des des ugneb divers téléqramuqot.. le obsertatoire impérial ù de paris. OBSERVATIONS MÉ1É0IIOLOGI(]EES
f. 3015
pr. 30 d20 d 10 atmosphérique points 185C, huit heure»
D° Obligat. de 500 de la France 5 nombre 1 AllfcS A rnRSFRVATniRF
LUBShKVAtOIRL nF
Db PVRI« PARIS.
400..T 430 430.. 6.= Lyon à la Méditerr, j. OCt. 15 cour 1645 1635.. 1650.. du matui, comparé a l'état du jour précédent..
» ' ' i > *»;11
D° d° 3 0/0 395 (Tout payé.) pr. 15 d 20 10
87 50 95.. d 20 d 10 MOUVEMENT E
pr.30 hauteur TEMPÉRATURE. VENT. § a § fc S | » SS £§ E §
15 cour 680 680 NOMS « ÉTAT DU CIEL ÉTAT DU CIEL ^Ti-,A
D" 10» d'Obi.,
Dod°30/0. 4 0/0. 85 85 Midi, jouiss. de juillet. 675 du du bîromclrc en g « 1 | S I ft« Ii S tt
D» Promisses d'Obi. '(Toutpayé.) prl 15 d20 d 10 682 50 »aroau. dm«rei §
Â^T^eT^
Aw°rih' hier l«lf-|tl-§|l «* § tl
1000 f., 3 0/0, tout p 930.. pr.30 d 20 d 10 d:« statkms. enmill- -rr- ^rr~^ aoiourd'hui 5. hier 4. £ I | S§ I d g g'-» ,n.rao,,«.AM I P
700 697 50 700.. ie5- «ausse- Balss«- Ie5. lei. 5. i.
"P* libérées. 890 D°, Actions nouv.,j. juillet 15 cour ils I s =S lalraos^è«) g
Crédit mobilier. 1360 1345 1380 (Emis. à700fr.,250fr. p.: pr. 15 v. d 20 d 10 «.
eompt. d'acompte. 670 f. 670 Ouest, jouiss. octobre. 15 cour 855 845 860.. 775.2 4.6 +3.1 SEfeible. SOfeible.
r^nkerque +8.0 Couvert. Couvert.
Ch. m. ,_n 770 mU•,« 0 gi. Brouillard.
;•• (Toutpayé.) payé.) pr.15 d 20 d 10 «. 9h.m. 770mU0 1.4 94. ESF, fr.
d20 10 773.2 3.1 + 33 –0.9 N faible. NOfaible. Couvert. Ilrouillard. bibto
CHEMINS DE FER (Tout pr. 30 d Mézières
'•' 2 .ï Gr. Central de Fr., j. juill.! Ï5 cour 597 50 600.. 587 50 587 50 600.. Strasbourg. 772.3 2.5 + S.2 +1.8 NEtfaible NEprnuL BrouiUard. Brouillard. Midi.. 770 1-O201. liern. ii M.
Orléans 1225 1230 1225 1225 1250 (Act. de 500 f., 450 f. p.) pr. 15 .1. d20 602 50 605 ..diO 610.. ni ,n.
760.7 0.1 + M + 0.6 E faible. E pra' nul. Couvert. Couvert.
Word 935. 930.. 940 pr.30 d 20 d 10 Tonnerre ,o 3 h B 770 t 0 5 92 Mem< ltrè-
Est, anciennes. 857 50 845.. 862 50 Lyon à Genève, j. iuill, 15 cour 700 697 50 700.. Paris 772.5 8.5 0.1 -1.7 Brouillard. faibl»
ENF très I tr. bible. Brouillard.
•••-•-" ^de500f-'375f-p-) Le Havre 770.4 ».* +4 2 +>.r>m. iU ^ur«. ^^«««i. *• 6h.77o
PariS à Lyon.
BCTS^iMo::i«ô':i5«::iaS5ôi^i8 1~60 1260 1255 1257 50 1252 50 ~ir. 30 » :âg d 20 d 10
::ji« .«, sgj5ite»
mle¡uc.. ».
1655.. 2 25 Société autrich., j. juillet. 15 cour 777 50 777 50 770 77125 782 50 Brest 774.8 0.8 +6.4 +8.7 NE faible. S faible. Beaa. Cootert.
LyonàlaMéditerr.. 1645 m
0 h. o. 771
Oh.771 m, q _l.
3+1.1 « 05.n« li
MidI. 685. 680 690.. 1 50 (AoU de 500 f-525
(Acl. L,'225 f. P'}
f< p.) f)r 15. d 20 780.. 782 50 dl° d 10 785 78:1. 771.6 0.7 + 2.9
+2.9 0.0 NE ««.fort
us.fort ^ïï&lfâît Cou'% "E l*'
Navoléon-VeRdée..
Napotéon-Veudée.. EprQ'uul.
Epra' nul. Courert..
Couvert., Beau.
Miahoùvêàu T02 5Ô 697 50 700 gj; f ''•••••• d2fl 78° 782 M
Ouest 845. 850.. 855!! 502 50 !!d20 5t6!!diO 517 50 Limoees 767.3 0.8 +1.4 +0.7 N auez fort N faible. Vapeurs. Beau. Minuit 770 0+ 1.6 06. Couvert. NE là.
150 GraisseSSacàBéz.,400f.p., 15 cour
Grand-Ceutral 600 590.. 600. jouissance octobre. pr. 15 Montauban 766.2 1.1 +2.8 +4.3 NNOfaible NOfaible. CouTert. Coutert
Oh. m. 778 A 97. Bromllard. d
LyonàG«;nève 700 702 50 St-llambertàGreu.,j.juil. 15 cour 590. d 20 d 10 595.. 3 + e.O ENKldl
• 0.8 +00 +8.3 SE faible. Efaible. Brouillard. D
Brouillard.
Société aulricll. 775.. 775.. 770.. 77125 778 75 Bayonne. 766,8
(A. de 500 fr., 300 f. p.) pr. 15
GraissessacàBéz. 515
5\5. 510 520 Antennes et l'Oise, j. juill. 15 cour 525 d 20 d 10 540 d Avienon. 754.4 1.0 +4.4 +5.2 îXOfort. Nassez fort Beau. Trèsnuasoux. Midi.. 771 8+
11+ 4.003.
..003. IJom.
lJom. ENKfa
ENltfa
10 540.. •
ri.
Graissessac~n~z. Ar,1enn 15conr d,2û Avi¡¡non. 764.4
769.9 0.0
°-° +o» 9 +u + 5.2 noMtatmouu.0»»!.
NO fort. Brouillard,
Bnouu^
£rS«eiroi^: 5% ,510..
r'525 So,,520. iso .>victorlmmanuli,]ijpui.?5^
500 f., 250 t'. p.) 525.. +4,.4 Na,8liezfortBeau. 3h^ 0 o 0000 m
500 250 Ï. 15 595..d10 dl0 600." 768.5 -0.1 +8.2 +2.9 NE faible. Efaible. Beau. HI'd.I"77.1 1
Victor-Emmanuel 595 600 (A.de
(A. de 500 f., f., 250 f. p.) p.) pr. 15 d 20 d 667 50 Besançon Couvert.
Bord, à La Tesle 610 pr Température la plusbas«e du 4 avanlOh.m» !•»
Versailles .e,"X Température ala plus fiatite du 4 .+ -1
S 4 280 Bordeaux k La Teste (t. p). Ï5 cour '.«20 d 10 *4
a) Les
Versailles
Sceaux (r. g.) z4U pr. lo au niveauhauteurs
a» la mer.du baromètre sont réduites à la températare noto zérole et sisme–« Le *i™+ qu'il indiOT9tel aue le thennomto.
«^dessous.. «t .«-dessus do |SSSSBfts|SdStiiiiii)V£:
ïempèralnraUplnsbaatednS + i'S i 1pi

» '-
JOURNAL DES DÉBATS DU JEUDI 6 NOVEMBRE 1856.
mauvais choix et des fautes des juges et des fiers et des huissiers (158). Plusieurs de ces disposi- Une partie de ces résultais et de ces bienfaits fui la spéculation à se retirer du Fonds étrangers. vieille 53.
officiers dépôt, ont engagé L'Emprunt beige a baissé Neuilly route Juge-commissaire
de leurs justices (153). M les rappeiait au devoir de tions prirent place dans les ordonnances de 1667 attribuée au procureur général Talon « qui était a lui marché industriel et peut-être à faire volte- de 1/4 (à 97); la Dette intérieure d'Espagne
M. Forget syndic provisoire M. Heurtey rue Laf-
faire puûr les crimes commis sur leur territoire, et de 1670, qui s'élaboraient alors à Paris: nous si- seul les Grands Jours, qui réglait tout, qui donnaii le
face. En dehors de ces conditions et de ces reste également en baisse de 1/4 (à 38) les au- fllte, 51.
sous peine daprivalion de leur droit de justice et de gnalerons dans ce nombre celle qui ordonnait aux tour aux affaires, et qui était l'âme de la justice dont
dispositions, les porteurs sérieux ne paraissent tres valeurs restent sans changement.
suppression de l'ofllce des juges (154) il leur imposait avocats « de communiquer au parquet des gens du il faisait agir tous les ressorts (163). »
d'instruire et sans épices avant de causes dans le roi vouloir se dessaisir des effets, et rien »e Mes Palon. a
l'obligation gratuitement roi, plaider, les lesquelles (La suite à demain.)
les procès criminels dans lesquels il n'intervenait pas ou le public avait intérêt (159). D'autres méritè- pas
fait de déclassement. Cependant le SPECTACLES DU 6 NOVEMBRE.
de partie civile, et toutes causes civiles ou criminel- rent plus tard d'être rappelées par Polhier (160). (162) Mémoires de Fléchier, pag. 289. marché prévoirau n'a pas mieux résisté au-
comptant marcuaidiiei. Huile de colza. Dispe-
les concernant les pauvres ^155); il leur enjoignait L'elIH moral des Gmnds jours d'Auvergne fut, en marché à THEATRE-FRANÇAIS. Une Chaîne.
jourd'hui que le terme. nible en fûts, 127 fr.; en tounes, 129 fr.; épu-
d'avoir un auditoire, pour rendre la justice, un lieu tout point, considérable. II se fit, si l'on en croit l
La Rente a baissé de 35 c. La spéculation, rée, 137 fr.; lin de Lille, 120 fr.; lin anglais, 119 fr.; OPERA-CQMIQUE. Zampa.
de dépOt pour les minutes des greffes. des prisons en Fléchier, mille conversions qui venaient moins de la -On en ce moment du nou- II Trovatore.
parle beaucoup œillette 132 fr. THEATRE-ITALIEN.
bon état, un geôlier emn registre d'éerou soumis à goce de Dieu que de la justice des hommes, mais n'envisageait jusqu'ici que les conditions commune, 118 fr.; bon goût,
t" représ., Mme de Monlarcy.
veau perfectionnement apporté par Georges qui
financières du marché^ se laisse aller à d'autres Colia. Lille, 1 12 fr. 50 c. à 113 fr.; Rouen et Caen, ODEON.
l'inspecii m du lieutenant eiiminel (15G). Quelques qui ne laissaient pas d'être avantageuses pour être
Fattet au système de dents et dentiers dont il considérations 120 fr. 50 c. à 121 fr. THEATRE-LYRIQUE. La Fanchonnette.
ouïtes dispositions déclaraient les fonctions de gref- contraintes (161). elle se préoccupe des derniers
est l'inventeur. Savon. Disponible, belle qualité 95 fr. La Dame aux Camélias, le Nid d'a-
fleis incompatibles avec celles de procureurs, rap- Une fois la session terminée, à la crainte des incidens de la politique VAUDEVILLE.
étrangère. C'est pour Suifs. De France. 141 fr. 'i s'en va.
pelaient aux juges de tous les sièges, sous peine d'in- médians succéda l'espérance des bons. « On ne Aussi la réputation de cet habile praticien la spéculation un terrain et où elle