Vous êtes sur la page 1sur 113

STOP HÉMORROÏDES

Comment réduire vos hémorroïdes en 24 heures seulement… et vous


en débarrasser pour de bon

Anne Lopez
En lisant ce livre, vous acceptez sans restriction ses conditions d’utilisation ainsi que cette mise en garde concernant
l’usage que vous ferez de ce produit est des informations qui y sont contenues.

Responsabilité médicale – Veuillez lire attentivement ce qui suit

Les informations données dans « Stop Hémorroïdes » ne sont pas destinées à remplacer les conseils que pourrait vous
donner votre médecin ou un professionnel de santé qualifié.

Ce livre ne doit pas être substitué, ou utilisé comme une alternative, à un traitement qui aurait été prescrit ou
recommandé par votre médecin généraliste, un thérapeute ou tout autre professionnel de santé.

Les informations contenues dans ce livre ainsi que dans mes consultations personnelles ne représentent pas un
conseil médical.

Il ne doit pas être utilisé pour traiter une maladie, un désordre, un trouble ou un problème de santé.

Tous les efforts possibles ont été réalisés pour garantir la précision des informations présentées ici.

Vous remarquerez qu’à chaque fois que cela a été possible, toutes les suggestions de traitement ont été
accompagnées de mises en garde concernant d’éventuelles contre-indications, incompatibilités avec d’autres
traitements, ou problèmes d’ordre médical.

Cependant, vous devriez toujours vous référer à un avis médical avant d’utiliser ces traitements, particulièrement si
vous prenez d’autres produits médicamenteux ou si vous présentez des troubles de la santé. Les informations que je
fournis concernant l’innocuité des traitements présentés ici sont basées sur les connaissances disponibles à l’heure où
ces lignes ont été écrites – de nouvelles découvertes pourraient être faites, il est donc important d’obtenir un avis
médical avant d’entamer tout nouveau traitement.

Consultez toujours un médecin avant de commencer tout programme de nutrition ou d’exercice physique.

L’usage des programmes, conseils et informations est à la seule responsabilité et aux seuls risques du lecteur.

L’auteur et l’éditeur n’assument tous deux aucune responsabilité envers les acheteurs ou lecteurs de l’ouvrage.

Avant d’essayer tout traitement ou méthode mentionnée dans ce livre, consultez votre médecin généraliste et faites
preuve de discernement.

Vous, acheteur ou lecteur de ce site web et de ce livre, assumez seul l’intégralité des risques et des responsabilités
liés à vos actes.

2|Page
Table des matières
Préambule................................................................................................................. 8

Chapitre 1 Traitements d’urgence ........................................................................12

Traitement d’urgence n°1 ...............................................................................13

Traitement d’urgence n°2 ...............................................................................14

Traitement d’urgence n°3 ...............................................................................15

Traitement d’urgence n°4 ...............................................................................15

Traitement d’urgence n°5 ...............................................................................16

Traitement d’urgence n°6 ...............................................................................16

Traitement d’urgence n°7 ...............................................................................17

Traitement d’urgence n°8 ...............................................................................17

Traitement d’urgence n°9 ...............................................................................17

Traitement d’urgence n°10 .............................................................................17

Traitement d’urgence n°11 .............................................................................18

Traitement d’urgence n°12 .............................................................................18

Remèdes alimentaires .........................................................................................18

Les figues séchées............................................................................................18

Les graines de mangue ...................................................................................19

La mûre (ou Jambul) .......................................................................................19

Le radis blanc ...................................................................................................19

3|Page
L’oignon ............................................................................................................20

Chapitre 2 : Les Causes ..........................................................................................21

Classification des hémorroïdes : .....................................................................25

Les différents types d’opérations chirurgicales : ...........................................25

La constipation .................................................................................................26

Chapitre 3 : Conseils concernant votre alimentation .........................................32

Les enzymes..........................................................................................................42

Les fruits .................................................................................................................44

Quelques astuces supplémentaires :.................................................................45

Chapitre 4 : Les cures de jus...................................................................................51

Les cures de jus : une solution supplémentaire pour les cas sérieux ..............51

Cure de jus frais ................................................................................................53

Quand et où faire une cure ............................................................................54

Quelle est la bonne quantité de jus ?............................................................54

Se préparer à la cure.......................................................................................55

Savoir quand et comment s’arrêter...............................................................55

Ce qu’il faut boire : ..........................................................................................57

L’agropyre ........................................................................................................58

Les thés aux plantes .........................................................................................58

La noix et les laits de noix ................................................................................59

L’eau .................................................................................................................60

4|Page
Allergies et rejets de substances toxiques .....................................................61

Activité physique ..............................................................................................61

Les pressoirs .......................................................................................................62

Chapitre 5 ................................................................................................................66

Les bioflavonoïdes............................................................................................66

Les oxérutines....................................................................................................69

Les OPC (proanthocyanidines oligomériques) .............................................69

Probiotiques et prébiotiques...............................................................................70

Les probiotiques ...............................................................................................70

Les prébiotiques ou fructo-oligosaccharides (FOS) ......................................72

D’autres produits intéressants : ...........................................................................73

Les AGE – acides gras essentiels.....................................................................73

Magnésium .......................................................................................................74

L’huile de noix de coco...................................................................................74

Jus d’aloe vera .................................................................................................74

Les élixirs du suédois .........................................................................................74

La chlorelle........................................................................................................75

L’extrait de natto ..............................................................................................76

L’eau .................................................................................................................76

Le vinaigre de cidre .........................................................................................76

Chapitre 6 : Compléments à base de plantes ....................................................77

5|Page
Compléments à base de plantes : le bon, le moyen et le mauvais ..............77

La gotu kola ......................................................................................................77

Le fragon ...........................................................................................................78

Le marronnier....................................................................................................79

L’écorce de chêne ..........................................................................................80

La racine de collinsonia ..................................................................................80

L’orme ...............................................................................................................81

Plantes astringentes .........................................................................................81

Plantes chinoises ..............................................................................................82

Plantes douteuses ................................................................................................82

La réglisse ..........................................................................................................82

He Shou We ......................................................................................................83

Le fucus vésiculeux ..........................................................................................84

Le séné ..............................................................................................................85

Chapitre 7 : Lavements et laxatifs .........................................................................86

Les lavements ...................................................................................................86

Les laxatifs .........................................................................................................88

Oseille crépue ..................................................................................................89

Le son ................................................................................................................91

La papaye ........................................................................................................91

Chapitre 8 : Techniques de défécation................................................................93

6|Page
Forcer ................................................................................................................93

Entraînement aux toilettes...............................................................................94

L’apport liquidien – une aide précieuse contre la constipation .................96

Chapitre 9 : Activité physique................................................................................97

Exercices de Kegel ...........................................................................................99

Thérapie d’inversion .........................................................................................99

Chapitre 10 : Le souffle de la vie .........................................................................100

Le souffle de la vie .............................................................................................100

La respiration ..................................................................................................100

La méditation .................................................................................................101

Chapitre 11 : Bref massage du ventre contre les hémorroïdes ........................103

Chapitre 12 : Thermothérapie ..............................................................................105

Chapitre 13 : Une bouée ? Surtout pas!..............................................................106

Chapitre 14 : Les plats épicés ..............................................................................107

Chapitre 15 : Respectez votre foie ......................................................................109

Le chardon-Marie ..........................................................................................109

Le pissenlit .......................................................................................................110

L’artichaut .......................................................................................................111

Conclusion .............................................................................................................113

7|Page
Préambule
Bonjour et bienvenue dans l’ouvrage « Stop Hémorroïdes ».

Tout d’abord, je tiens à vous remercier de m’avoir fait confiance pour vous
aider à guérir votre corps des hémorroïdes.

Il Existe Une Méthode Naturelle Pour Soulager Et Soigner Les Hémorroïdes


Rapidement !

Au tout début de ma carrière, une patiente qui souffrait d’hémorroïdes


pendant plus de 11 ans, est venue à la clinique car elle ne pouvait même
plus s’asseoir. Elle avait évité jusqu'à la chirurgie, utilisant une variété de
crèmes, de suppositoires, des médicaments...

Le chirurgien lui a dit qu’elle avait besoin que ses hémorroïdes lui
soient retirées le plus rapidement possible. Elle était terrifiée.

Mais... deux jours avant son opération, elle appela la clinique.


Elle m'a dit que ses hémorroïdes étaient parties et qu’elle annulait l’opération !

Je ne pouvais pas y croire ! Je lui ai demandé ce qu’elle avait fait. Elle me


demanda de lui promettre de ne rien dire au chirurgien et me parla d’un
traitement qui a littéralement rétréci ses hémorroïdes pendant la nuit.

Au cours des années, j’ai pu observer des centianes de cas similaires: des
patients qui ont décidé qu’il devrait exister une autre façon de soigner et qui
ont découvert une solution alternative !

8|Page
Il y a de cela 8 ans, j'ai décidé d'effectuer des recherches en étudiant plus de
300 cas et en posant posé toutes les questions que je pouvais afin de trouver
le point commun entres ces traitements alternatifs qui eux aussi fonctionnent !

Dans ces pages, vous trouverez de nombreux traitements différents – tous


ceux dont j’ai pu constater l’efficacité, même dans les cas d’hémorroïdes les
plus tenaces ou persistantes.

Si vous êtes vraiment décidé à vous débarrasser définitivement de ce


problème – et vous pouvez me croire quand je vous assure que tout votre
corps vous en remerciera – alors vous devrez respecter soigneusement les
consignes données dans ce livre.

Ne soyez pas intimidé par la quantité de remèdes différents présentés ici –


malheureusement, il n’existe pas un traitement unique pour tous les cas –
c’est tout simplement, comme vous allez le découvrir, qu’il peut y avoir
beaucoup de causes distinctes et que votre corps peut réagir différemment
à un traitement particulier, sans obtenir les mêmes résultats que votre voisin.
Et souvenez-vous que le traitement des causes profondes des hémorroïdes
nécessite une approche holistique – c’est-à-dire tout un ensemble de
facteurs qu’il faut prendre en compte.

Cependant, les résultats vous surprendront et vaudront bien tous ces efforts.

Tandis que vous lirez ces pages, il est important de vous rappeler qu’atténuer
les symptômes de vos hémorroïdes (avec des crèmes, des lotions et des
pommades adéquates) et éliminer leurs causes réelles (en modifiant
légèrement votre mode de vie et en adoptant des attitudes alternatives
quand cela est nécessaire) ne sont pas les mêmes choses.

« Guérir » les hémorroïdes en masquant leurs symptômes n’est pas une


solution à long terme, c’est une guérison qui n’a que peu de portée – vous

9|Page
savez déjà que l’usage d’antidouleurs, de crèmes et de suppositoires peut
vous soulager, mais n’élimine pas le problème.

Beaucoup de personnes souffrant d’hémorroïdes utilisent des traitements


« temporaires » contre la douleur (qui peuvent aller jusqu’à la chirurgie) et
estiment qu’elles ont réglé leur problème. Bien évidemment, les hémorroïdes
se manifestent de nouveau un peu plus tard.

« Stop Hémorroïdes » offre une solution permanente dont vous pourrez


bénéficier à long terme – aucun régime draconien ou bouleversement de
votre façon de vivre n’est nécessaire, et je n’ai jamais entendu quelqu’un
dire qu’il s’agit d’un programme difficile à suivre.

La seule façon pour vous de vous débarrasser définitivement des hémorroïdes


est d’adopter de nouvelles habitudes et d’en faire un mode de vie
permanent.

La bonne nouvelle est que ces changements n’ont rien de compliqué et


qu’ils amélioreront la qualité de votre vie en bien des façons.

Veillez à lire cet ouvrage entièrement avant d’appliquer les conseils qui y sont
mentionnés.

Tout au long de l’ouvrage, je fourni des produits que je recommande.

Je vous recommand les sites duivants pour vous les procurer :

http://www.herbesdechine.com/

http://www.parafemina.com/

http://www.newpharma.be

http://www.parasolder.com/

10 | P a g e
J’espère que cela vous aidera à trouver des produits de
bonne qualité à des tarifs raisonnables – j’ai passé de
nombreuses années à rechercher des fournisseurs sérieux
disposant de bons produits, et j’ai donc inclus ces liens pour
vous éviter de perdre du temps, de faire trop d’essais et de
commettre des erreurs.

Anne Lopez
Infirmière Diplômé d'État
Spécialisé dans troubles liés aux hémorroïdes

11 | P a g e
Chapitre 1 Traitements d’urgence

Si vous souffrez d’une crise d’hémorroïdes, vous recherchez bien


évidemment un soulagement immédiat.

L’objectif final de cet ouvrage est d’éliminer les causes profondes pour
éviter les crises ultérieures, mais cela ne se fera pas du jour au lendemain –
en conséquence, pour vous aider à vous débarrasser de vos hémorroïdes
aussi rapidement que possible, ce traitement secret de secours n°1 vous
apportera rapidement le soulagement que vous attendez – mieux que
toute crème ou suppositoire, tout en étant moins cher et plus sûr.

Beaucoup de mes patients ont déclaré qu’ils ressentaient un soulagement


en moins de 5 minutes, avec disparition complète de leurs hémorroïdes en
moins de 24 heures – jusqu’à 72 heures pour les cas extrêmes.

Les traitements d’urgence suivants utilisent des ingrédients que vous


possédez probablement déjà dans votre cuisine – ils sont bon marché et
efficaces, sans aucun effet secondaire.

Cependant, lorsque vous aurez utilisé ces traitements et constaté que vos
hémorroïdes auront presque totalement disparu, continuez à lire ce livre.
Bien que dans de nombreux cas, le traitement d’urgence réduise
définitivement les hémorroïdes – si vous ne cherchez pas à en éliminer les
causes, vous pourriez constater des rechutes, ou d’autres symptômes en
relation.

12 | P a g e
Traitement d’urgence n°1

C’est le traitement pour éliminer les hémorroïdes le plus efficace qui soit
connu – essayez celui-ci en premier.

Alun ou géranium

Quelles sont ces substances ?

L’alun est du sulfate double d’aluminium et de potassium.

L’alun, que l’on trouve sous forme de poudre ou de cristaux, ou encore sous
forme de stylos contenant du sulfate d’aluminium ou du sulfate double
d’aluminium et de potassium, est souvent utilisé comme astringent pour éviter
les saignements et les infections issus des petites coupures liées au rasage (il
est également utilisé en cas de petite coupure lorsque l’on coupe les griffes
ou les poils des animaux).

Le géranium (Nom botanique : geranium maculatum)

Aussi connu sous le nom de : racine d’alun, géranium tacheté, géranium


sauvage, fleur d’alun, géranium chocolat, pied de corbeau, pied de
colombe, bonnet de vieille.

Cette plante est un puissant astringent, propriété issue de sa teneur élevée en


agents tanniques, d’où son nom courant de racine d’alun due à ses
propriétés similaires à l’alun.

En poudre sèche répandue sur une blessure, le géranium fera rapidement


cesser le saignement. Quand il est ingéré, le géranium est réputé pour avoir
un effet positif sur l’intégralité du système gastro-intestinal et améliorer la
circulation sanguine.

Cependant, il n’est pas recommandé d’en utiliser à long terme, car il pourrait
endommager le foie.

13 | P a g e
Pour ce remède, vous pouvez utiliser l’alun ou le géranium.

Solution cristalline d’alun :

1 dose d’alun dans 5 doses d’eau chaude.

Faites fondre les cristaux ou la poudre – laissez reposer environ 2 heures pour
en faire une solution saturée.

Utilisez cette solution de trois façons :

1. A l’aide d’un compte-gouttes en plastique, introduisez quelques gouttes à


l’intérieur pour traiter les hémorroïdes internes.

2. Humidifiez un morceau de coton avec la solution et placez-le contre le


rectum.

3. Placez une petite quantité de ce liquide dans un récipient peu profond


assez large pour vous y asseoir, et plongez-y votre anus durant 5 à 10 minutes.

La solution peut piquer un peu au début, mais cette sensation disparaîtra


rapidement.

Si vous faites cela au moins deux fois par jour, vous devriez constater
rapidement des résultats.

Vous pouvez utiliser ce remède quatre ou cinq fois par jour pour des résultats
plus rapides, mais je tiens à vous mettre en garde contre le fait de doser la
solution plus fortement que 5:1, car les tissus de cette région sont assez
délicats, et l’alun est un composé très concentré.

Traitement d’urgence n°2

Si vous présentez des hémorroïdes protubérantes, thrombosées ou


sanguinolentes, essayez ce remède simple et bon marché pour un
soulagement rapide.

14 | P a g e
1 cuillère à café de poivre de Cayenne.

Mélangez bien le poivre à un petit verre d’eau chaude.

Buvez le mélange obtenu.

Vous pouvez en boire deux à trois fois par jour.

Continuez durant plusieurs jours jusqu’à ce que les hémorroïdes aient disparu,
puis une à deux fois par semaine par précaution.

Le poivre de Cayenne améliore la circulation sanguine et facilite la digestion.

Traitement d’urgence n°3

La crème d’oxyde de zinc est un produit efficace et peu cher pour soulager
la démangeaison et apaiser une peau irritée. Elle possède des propriétés
astringentes, antiseptiques et antibactériennes.

Appliquez-là aussi souvent que nécessaire, ainsi qu’avant de vous coucher.

Traitement d’urgence n°4

Comme vous le lirez plus loin, le vinaigre de cidre est l’un des meilleurs
remèdes offerts par la nature.

Pour faciliter l’arrêt du saignement de vos hémorroïdes, versez-en deux


cuillères à café dans un verre d’eau et buvez la préparation une demi-heure
à une heure avant les repas.

Il peut également être appliqué pur sur les hémorroïdes externes.

Pour cela, imbibez complètement un morceau de coton et laissez en contact


au moins 10 minutes. Cela peut piquer un peu mais cette sensation ne durera
pas, car ses qualités astringentes aident à réduire le volume des veines.

15 | P a g e
Traitement d’urgence n°5

Les bains peuvent apporter un soulagement intense.

Un bain dans l’eau froide aidera les veines à se contracter et à tonifier leurs
parois. Ce traitement se pratique en s’asseyant dans une bassine remplie
d’eau froide durant cinq à dix minutes, avec les genoux à hauteur du cou.

L’eau doit arriver à hauteur de vos hanches.

Faites cela deux fois par jour pour un soulagement rapide.

Un morceau de glace appliqué contre une veine dilatée peut également


aider à la réduire.

Beaucoup de personnes souffrant d’hémorroïdes estiment qu’un bain de


siège à l’eau tiède est également très efficace.

L’addition de sel d’Epsom, à haute teneur en magnésium, est encore plus


bénéfique.

Traitement d’urgence n°6

Suppositoire à l’oignon et à l’ail.

Prenez le centre d’un oignon et coupez-le si nécessaire, jusqu’à ce qu’il ait la


taille d’une petite gousse d’ail.

Avant d’aller vous coucher, insérez doucement l’oignon et l’ail dans le


rectum.

Tout cela sera évacué la prochaine fois que vous irez à la selle.
Ces produits ont des propriétés astringentes et antiseptiques qui contribueront
à réduire l’inflammation.

Note : cette technique ne doit pas être utilisée si vous avez, ou avez eu
récemment, des veines sanguinolentes.

16 | P a g e
Traitement d’urgence n°7

Le jus de citron – imbibez un morceau de coton et appliquez sur le rectum


durant cinq à dix minutes, plusieurs fois par jour.

Là encore, cela peut piquer au début, mais c’est très efficace pour soulager
la sensation de démangeaison et de brûlure.

Traitement d’urgence n°8

L’iode est un produit naturel et efficace pour réduire les hémorroïdes. Je


recommande de l’utiliser sous la forme d’une solution saturée d’iodure de
potassium.

Cela peut causer une sensation de brûlure si elle est utilisée pure, mais vous
pouvez la diluer dans un peu d’huile de lin ou d’olive. Mélangez 20 gouttes
de solution saturée à 30 grammes d’huile et appliquez la solution sur la zone
concernée avant de dormir.

L’iode tâche les vêtements (elle colore également la peau, mais cela n’est
que temporaire), pensez donc à enfiler vos vieux pyjamas.

Traitement d’urgence n°9

Mélangez une cuillère à café de fleur de soufre avec une cuillère à soupe de
vaseline. Appliquez deux à trois fois par jour.

Traitement d’urgence n°10

L’hamamélis est une plante astringente, connue pour sa capacité à apaiser


et réduire les hémorroïdes. Placez de l’extrait d’hamamélis sur un morceau de
coton et appliquez contre les hémorroïdes durant toute la nuit.

Beaucoup de personnes concernées par le problème affirment que cela


fonctionne très bien – mais voici un avertissement.

17 | P a g e
L’hamamélis peut provoquer des allergies cutanées chez certains. Faites un
test préalable sur la peau, dans le creux de l’épaule, pour vérifier la présence
éventuelle de ce type de réaction. La dernière chose que vous puissiez
souhaiter est d’avoir une éruption cutanée sur une zone hémorroïdaire.

Traitement d’urgence n°11

Beaucoup de gens concernés par une crise d’hémorroïdes attestent que


l’usage d’extrait liquide d’échinacée, utilisé de la même façon que
l’hamamélis, donne également de bons résultats.

Il peut également être dilué dans de l’eau et inséré par voie interne en
utilisant un compte-gouttes.

Traitement d’urgence n°12

Une étude a suggéré qu’un traitement à base de vitamine E en application


topique donnait de très bons résultats chez certains individus.
Pressez une capsule pour en recueillir l’huile et appliquez directement.

Les traitements naturels suivants vous aideront également à obtenir un


soulagement en cas d’urgence. Gardez à l’esprit que certains essais
préalables pourront être nécessaires pour découvrir quelles méthodes
donnent les meilleurs résultats dans votre cas.

Remèdes alimentaires

Les figues séchées

En ce qui concerne les hémorroïdes, l’un des remèdes les plus prisés par la
médecine ayurvédique est l’usage de figues séchées. Quatre à six figues
doivent être plongées durant toute la nuit dans de l’eau après avoir été

18 | P a g e
soigneusement nettoyées à l’eau chaude. Mangez-en avant tout autre
chose dès le matin en buvant de leur marinade. Répétez cette opération
chaque soir. Continuez ainsi durant trois à quatre semaines.
Les petites graines du fruit stimulent les mouvements péristaltiques de l’intestin.
Cela facilite l’élimination des déchets et contribue à conserver un côlon
propre.
Avec moins de pression exercée sur le rectum, les hémorroïdes peuvent se
rétracter.

Les graines de mangue

Remède ayurvédique contre les hémorroïdes sanguinolentes :


Vous aurez besoin de poudre de graines de mangue – vous pouvez la réaliser
en faisant vous-même sécher des graines à l’ombre durant la saison des
mangues, puis en les broyant, ou vous pouvez les acheter directement dans
un magasin adéquat.

Consommez-en environ 2 grammes par jour – il sera plus facile d’avaler la


poudre en la mélangeant avec du miel.

La mûre (ou Jambul)

La mûre est un autre remède ayurvédique efficace contre les hémorroïdes


sanguinolentes. Le fruit doit être consommé avec du sel chaque matin durant
deux ou trois mois, en saison.
Beaucoup de patients atteints d’hémorroïdes affirment que consommer le
fruit de cette manière les a complètement débarrassés de tous les
saignements.

Le radis blanc

Prenez 100 milligrammes de radis blanc râpé mélangé à une cuillère à café
de miel, deux fois par jour.

19 | P a g e
Alternativement, buvez une petite quantité de jus de radis – de 80 à 100
millilitres, deux fois par jour.

Le radis blanc se transforme aisément en pâte, et mélangé à un peu de lait il


peut être utile contre l’inflammation quand il est appliqué directement sur la
zone hémorroïdaire.

Le jus des feuilles de navet a également démontré son efficacité – environ 50


millilitres peuvent être mélangés avec un autre jus, comme du jus de carotte
ou d’épinard.

L’oignon

Râpez finement environ 30 grammes d’oignon dans une petite quantité


d’eau et ajoutez 60 grammes de sucre. Prenez-en deux fois par jour.

20 | P a g e
Chapitre 2 : Les Causes

Maintenez que vous pouvez contrôler la douleur, il est temps de reprendre


ses esprits et de s’intéresser aux raisons pour lesquelles ce problème
apparaît.

Les hémorroïdes se manifestent assez tôt dans la vie – la plupart des victimes
ont entre 20 et 30 ans quand elles en souffrent pour la première fois, bien
que certains symptômes (comme la douleur rectale et la démangeaison, le
saignement et la présence de sang dans les selles) n’apparaissent en
général pas avant la trentaine.

Il faudra bien vous rendre un jour à l’évidence, le principal coupable est un


régime alimentaire pauvre en fibres et riche en glucides raffinés, souvent
combiné à un style de vie sédentaire qui induit une constipation chronique
et des selles anormalement dures. Cela déclenche du coup une tension et
une pression abdominales anormales.

Cette pression provoque une surpression veineuse et une congestion


pelvienne, affaiblissant les veines et produisant un gonflement (qui est en
fait une apparition de veines variqueuses dans la région anale ou rectale).
Il apparaît alors une insuffisance veineuse chronique.

Les hémorroïdes apparaissent quand le flot ascendant du sang à travers la


membrane rectale est obstrué. La réduction du flot sanguin vers la veine
porte permet au sang restant de s’accumuler dans les veines du rectum.
Si cette situation persiste, les parois des veines perdent leur rigidité et se
distendent. La distension des vaisseaux sanguins peut être externe, faisait
souvent apparaître les hémorroïdes hors du corps, à travers le rectum.
La veine peut présenter différentes tailles, de celle d’un pois jusqu’à

21 | P a g e
l’équivalent d’une balle de golf. Mais la douleur induite peut être la même,
quelle que soit ses dimensions.

Le gonflement des vaisseaux sanguins peut également être interne quand la


muqueuse du rectum est le seul endroit concerné. Dans ces conditions, il y a
systématiquement un ensemble de veines ou d’artères impliqué.
Les vaisseaux sanguins se dilateront ou se contracteront en fonction de la
quantité de sang accumulée dans le rectum à un moment donné.
Si la pression interne exercée sur ces veines devient trop importante, les
petites veines de la muqueuse peuvent éclater, ce qui explique pourquoi la
plupart des personnes souffrant d’hémorroïdes constatent la présence de
sang rouge et frais dans leurs selles.

Quand cela se produit, le patient ressent en général un grand soulagement


car la l’état de congestion disparaît, mais il est possible de perdre une
quantité de sang suffisante pour justifier une hospitalisation.
Année après année, j’ai rencontré plusieurs patients qui avaient eu recours à
des transfusions sanguines, et bien d’autres qui avaient failli en avoir besoin.

Note importante : si vous constatez la présence de sang dans vos selles, vous
devez consulter immédiatement un médecin, pour en établir la cause et la
gravité – n’essayez jamais d’en déterminer l’origine ou d’y remédier par vous-
même.

Le saignement peut également être provoqué par l’activité intestinale qui


peut irriter les veines enflées des hémorroïdes internes et externes.

Il y a beaucoup de causes diverses à l’obstruction de la circulation sanguine


ascendante dont le résultat est l’apparition d’hémorroïdes.

La cause la plus évidente est la constipation – mais il y en a d’autres.

22 | P a g e
Ce qu’estiment cependant beaucoup de praticiens chinois, c’est que la
constipation ne mène pas obligatoirement aux hémorroïdes ni à l’insuffisance
veineuse chronique.

Si la circulation sanguine dans le rectum est suffisante et que les parois des
veines rectales sont résistantes et élastiques, la constipation ne doit pas
provoquer d’hémorroïdes, à moins que d’autres raisons ne soient en cause,
comme une obstruction de la circulation sanguine abdominale.

Mais s’il existe une faiblesse du rectum, la pression des selles contenues à ce
niveau ainsi que dans la partie inférieure du côlon aplatit les vaisseaux
sanguins en étirant les muqueuses.

Le fait de devoir forcer exagérément a aussi bien des origines, qui ne sont pas
liées qu’à la constipation. Un relâchement excessif des intestins peut causer
ce trouble et également rendre la miction plus difficile, comme dans le cas
d’une cystite.

Quand les veines gonflent à l’extérieur du corps, il s’agit d’un prolapsus. Elles
peuvent s’irriter ou saigner.

Un caillot sanguin peut se développer dans une hémorroïde externe, en


raison d’un effort prolongé aux toilettes ou d’une position assise trop
longtemps maintenue. Cela peut être très douloureux – un traitement
d’urgence devrait vous apporter un grand soulagement.
Il s’agit alors d’une hémorroïde thrombosée dont le toucher évoque une bille
très dure.

Une cause importante mais souvent négligée de l’apparition d’hémorroïdes


est la congestion du foie. Une pression exercée sur la grande veine portale
qui mène au foie provoque un refoulement du sang, qui retourne dans les
veines rectales au lieu de traverser l’intégralité de la veine. Les veines rectales

23 | P a g e
se remplissent alors de sang, créant ainsi des hémorroïdes. Parfois, un
traitement approprié du foie résoudra le problème d’hémorroïdes.

Les autres causes possibles d’hémorroïdes comprennent notamment l’usage


fréquent de laxatifs. De par leur action irritante et affaiblissante sur la paroi
interne du rectum, ils peuvent provoquer une dilatation et une inflammation
des veines ainsi qu’un saignement de cette muqueuse.

Les hémorroïdes sont plus fréquentes durant la grossesse.

La pression utérine ralentit la circulation sanguine, provoquant ainsi un


gonflement des veines et un saignement. Les changements hormonaux qui
interviennent durant la grossesse induisent une réduction de l’efficacité de la
circulation sanguine, impliquant un étirement et une détente des vaisseaux
sanguins – créant ainsi une autre forme d’insuffisance veineuse chronique.

Les stations prolongées (en position debout ou assise), les travaux fatigants,
l’obésité et une faiblesse globale des tissus du corps sont d’autres facteurs
contribuant à l’apparition d’hémorroïdes.

Le stress est également un facteur actif dans l’apparition d’hémorroïdes.


Les gens très anxieux, nerveux ou fatigués ont souvent une digestion
inefficace, ils mangent trop vite et vont aux toilettes en se dépêchant et en
forçant beaucoup. Le stress affecte également le système digestif, les
enzymes et bien d’autres éléments qui, en retour, peuvent déclencher des
hémorroïdes. Si vous avez des doutes sur les effets que vos émotions peuvent
avoir sur votre système digestif, pensez-y quand vous vous retrouvez en
situation de stress – vous pourriez voir que vous souffrez de diarrhée, de
constipation, de maux d’estomac, de flatulence, de perte d’appétit, de
boulimie – votre système digestif surveille tout ! Produire des hémorroïdes peut
être un moyen pour lui de vous envoyer un appel au secours.

24 | P a g e
D’autres causes possibles comprennent une faiblesse des muscles
abdominaux par manque d’exercice, l’hyperacidité, l’usage de certains
médicaments pour traiter d’autres maux, ainsi que (plus rarement) un
fonctionnement anormal des viscères ou un gonflement de la prostate.

Classification des hémorroïdes :

Catégorie 1 : peu enflées, saignement possible, ne ressortent pas à l’extérieur


du corps

Catégorie 2 : ressortent lors de l’effort, mais se résorbent d’elles-mêmes

Catégorie 3 : ressortent lors de l’effort, saignent souvent et doivent être


repoussées à l’intérieur

Catégorie 4 : grosses, sorties, saignent fréquemment

Les différents types d’opérations chirurgicales :

Sclérothérapie – une solution saline est injectée dans la veine enflée. Le


principal inconvénient de cette méthode est que les résultats sont rarement
valables à long terme.

Ligature élastique – utilisée pour les hémorroïdes prolabées de catégories 3 et


4. Comme son nom l’indique, il s’agit de serrer un lien à la base du renflement
de la veine, et d’attendre que celle-ci se flétrisse et tombe. Cette technique
est moins utilisée désormais, car les hémorroïdes réapparaissent ensuite. La
partie concernée de la veine peut mettre environ 7 jours pour se détacher, et
engendre un inconfort notable.

Cryothérapie – cette méthode consiste à geler les hémorroïdes, pour les


réduire et les faire tomber. Les résultats peuvent être incommodants durant

25 | P a g e
une période allant jusqu’à sept jours. La cryothérapie est souvent considérée
comme une mesure temporaire, car les hémorroïdes finissent par ressurgir.

Hémorroïdectomie – habituellement réservée aux hémorroïdes si grosses


qu’elles ne peuvent subir d’autre traitement. C’est extrêmement désagréable
et nécessité la mise en place d’antidouleurs, d’un arrêt de travail et d’une
période de repos. Il n’y a aucune garantie concernant la disparition définitive
des hémorroïdes.

La constipation

De nombreux médecins incitent leurs patients à croire que la constipation


n’est pas un trouble vraiment préoccupant.

Cependant, si vous souffrez de ses conséquences (comme par exemple les


hémorroïdes), vous êtes en droit de penser le contraire.

Votre intestin évacue les déchets de nourriture, les débris cellulaires des tissus
du corps, les bactéries vivantes ou mortes, le mucus, ainsi qu’une multitude
d’autres matériaux dont votre corps n’a plus besoin.

Dans votre intestin, cette accumulation de débris dégradés offre un refuge et


un sol fertile pour beaucoup de germes dangereux.

Ces déchets chauds et putréfiés peuvent engendrer des douleurs, des


aigreurs d’estomac, une mauvaise haleine, des maux de tête, des nausées et
toutes sortes d’autres sensations maladives, comprenant la dépression et
l’épuisement.

Le docteur Kellogg (de la célèbre société céréalière) estimait que la


constipation chronique menait à l’auto-intoxication, un problème résultant de
l’insertion dans le circuit sanguin de déchets toxiques issus de la matière
fécale.

26 | P a g e
En d’autres termes, plus longtemps ces toxines restent dans votre côlon, plus
elles deviennent dangereuses, et plus elles pourront provoquer de dégâts à
vos organes internes quand elles seront intégrées à votre circulation
sanguine. Si la nourriture traverse rapidement votre corps, ce phénomène est
minimisé.

Le professeur Metchnikoff, un biologiste russe, physiologiste et détenteur du


prix Nobel, affirmait que selon ses études poussées de nombreux désordres
étaient causés par les bactéries toxiques qui se développaient dans le gros
intestin. Il pensait que cette intoxication était un facteur majeur du
vieillissement, et que sa prévention augmenterait considérablement la qualité
et la durée de nos vies.

Je pense qu’il est important de souligner ici que la théorie de l’auto-


intoxication a été réfutée par certains experts, qui nient son existence.
Comme c’est souvent le cas, il existe des études qui ont amené des
arguments à chacun des deux camps. Cependant, il existe de nombreux
professionnels de santé en activité qui estiment que cette théorie est
crédible.

A première vue, l’idée selon laquelle des toxines seraient absorbées de


nouveau par le corps n’est pas dépourvue de sens. Après tout, les
suppositoires sont utilisés pour administrer des produits rapidement. Il semble
donc possible que des toxines puissent pénétrer rapidement dans le sang
depuis le côlon.

Quoi que la science puisse en penser, je sais une chose : la majorité des gens
se sentent bien mieux quand leurs intestins ne sont pas remplis d’excréments.
Si vous avez déjà été constipé, vous savez à quel point vous vous sentez
mieux après y avoir remédié. Parfois, il nous suffit d’écouter nos corps.
La constipation et les hémorroïdes sont un moyen pour votre corps de vous
dire que quelque chose ne va pas. Il n’est pas heureux, et il y a une raison à

27 | P a g e
cela.
Quand une alarme incendie retentit, le problème n’est pas le bruit qu’elle
fait, mais plutôt l’incendie qui vient de la déclencher.
Ainsi, prendre des laxatifs revient à envelopper l’alarme dans une couverture
– cela arrête le bruit, mais l’incendie est toujours présent.

Vous devez réfléchir aux moyens d’arrêter le feu.

Pour parler très clairement, votre corps essaye de vous réveiller en vous
donnant un coup de pied au c… Mais la douleur n’est pas le problème – elle
n’est qu’un symptôme du problème. Et c’est pourquoi la prise de laxatifs est
similaire à la pose d’une couverture sur une alarme – elle vous aidera à vous
sentir mieux, mais le problème n’a pas disparu.

De la même façon, la constipation, qui est souvent considérée comme une


cause majeure d’hémorroïdes, n’est pas une cause en elle-même mais
également un signal d’alarme.

La constipation est une manifestation de votre corps qui vous dit : à l’aide !
Au cas où vous n’entendriez pas le message, il envoie alors un autre signal –
des hémorroïdes.

Nous devons donc apprendre à déterminer ce qui ne va pas : pourquoi votre


corps vous envoie-t-il ces signaux de détresse ?

J’estime nécessaire de faire une pause maintenant pour clarifier ce que l’on
entend par constipation.

J’ai souvent entendu des patients dire : « Mais je n’ai jamais été constipé de
ma vie ! ».

Quand je leur demande combien de fois ils vont aux toilettes, ils
répondent : « Une ou deux fois ».

Par jour ?

28 | P a g e
« Quoi ??? Mais non, voyons. Par semaine ! »

Quand je suggère qu’il s’agit bien de constipation, ils me répondent que les
médecins ne leur ont jamais donné de raison de croire qu’il y avait un
problème particulier.

Je vais vous demander de visualiser ceci : imaginez-vous tous les repas que
vous pourriez prendre durant trois jours – petits-déjeuners, déjeuners, dîners,
soupers, goûters – absolument tout. Imaginez toute cette nourriture posée sur
une table.

Maintenant imaginez toute cette nourriture compactée dans votre côlon, en


train de chauffer, pourrir et d’élever des bactéries, durant trois jours.

Maintenant imaginez la même chose sur une période de 6 jours.

Une fois que vous avez vu les choses de cette façon, vous demandez-vous
toujours pourquoi votre corps vous envoie un message de détresse ?

Et pensez-vous toujours vraiment qu’une ou deux fois par semaine est assez ??

C’est bon, nous sommes sur la même longueur d’onde.

Déterminons maintenant à quel point vous êtes vraiment constipé :

Si vous allez aux toilettes :

1. 3 fois par jour – c’est parfait (en considérant que vos selles ne soient pas
dures ou difficiles à évacuer).

2. 1 à 2 fois par jour – vous êtes bon – mais trois fois (c’est cela, une fois pour
chaque repas) signifie que la nourriture ne reste pas dans votre corps plus
longtemps que nécessaire.

3. Tous les 2 jours – cela signifie que la nourriture arrive plus vite qu’elle ne
ressort. Vous souffrez de constipation légère.

29 | P a g e
4. Tous les 3 à 7 jours – ne vous demandez pas pourquoi vous avez des
problèmes ! Il est temps d’y aller – littéralement !

Les autres signes de constipation sont :

• Un besoin urgent d’aller aux toilettes, en étant capable de le faire

• Forcer sur le siège – si une selle passe difficilement ou lentement

• Des selles dures

• Un besoin d’utiliser des laxatifs

• - Un faible volume de selles comparé à la quantité de nourriture que vous


ingérez

Voici une liste des symptômes les plus courants associés à la constipation :

Ballonnements

Flatulences excessives

Maux de tête

Langue chargée

Mauvaise haleine

Aigreurs d’estomac

Système immunitaire faible

Malaises

Nausées

Ulcères de la bouche

Douleurs dans la région lombaire

Boutons

Varices

30 | P a g e
Acidité et reflux gastrique

Cernes sous les yeux

Dépression

Insomnie

Crise d’appendicite

Rhumatismes

Arthrite

Tension artérielle élevée

La constipation chronique peut également mener à :

Colite ulcéreuse

Colite néphrétique

Diverticulite

Maladie de Crohn

Si tout ceci ne suffit pas à vous convaincre de l’importance de soigner les


causes de la constipation, alors rien n’y fera.

Mais qu’est-ce qui cause la constipation et comment l’éviter ?

Bien, même si vous n’allez pas apprécier de le savoir, votre régime


alimentaire doit changer quelque peu – mais cela ne doit pas être radical ou
soudain, ou faire de vous un lapin.

(Voir également les chapitres 5 : Les compléments alimentaires (section


« probiotiques »), 7 : Lavements et laxatifs, et 15 : Respectez votre foie
(sections « pissenlit » et « artichaut ») pour plus d’information concernant la
constipation.)

31 | P a g e
Chapitre 3 : Conseils concernant
votre alimentation
Et oui, il va vous falloir apprendre toutes ces salades…

Si vous souffrez de constipation, c’est que votre système digestif ne


fonctionne pas comme il le devrait. C’est aussi simple que cela.

Voici quelques un des facteurs entraînant une digestion inadaptée :

• Manger trop de nourriture trop rapidement – le corps ne peut pas faire


face, et ne peut donc effectuer de traitement adapté. C’est une
surcharge.

• Mastication inappropriée – avaler de gros morceaux de nourriture ne


rend pas service à votre estomac.

• Déséquilibre stomacal en acides ou en alcalins.

• Irritation de la paroi stomacale, entraînant la formation d’une couche


importante de mucus.

• Muscles intestinaux faibles.

• Foie ou pancréas surchargé.

• Déplacement lent de la nourriture à travers les intestins.

• Consommation insuffisante de légumes – cela peut induire un


déséquilibre bactérien dans le côlon.

Commençons donc :

Vous serez heureux et soulagé d’apprendre qu’il n’y a pas de régime


spécifique mis en œuvre ici, mais il y a quelques règles à suivre qui, si elles

32 | P a g e
sont appliquées, aideront grandement votre système digestif et par là même,
votre constipation ou vos hémorroïdes.

1. Mangez des fruits frais – mais seulement l’estomac vide.


Ne mangez pas de fruit à l’issue d’un repas. Consommez-les une demi-
heure ou une heure avant le repas, ou 2 à 3 heures après. Les fruits
contiennent essentiellement de l’eau et des sucres naturels (fructose).
En conséquence, ils se digèrent vite – en 30 à 60 minutes environ, ce qui est
plus rapide que tous les autres types d’aliments. (Des exceptions à cela
sont la banane, l’avocat et les fruits secs – ils demandent plus de temps.)
Les aliments complexes, les protéines et les graisses nécessitent de 4 à 6
heures.

Les fruits n’aiment pas patienter derrière de tels aliments, en attendant leur
tour d’être digérés. Ainsi, sans nulle part où aller, ils attendent et fermentent
en créant ainsi des gaz. Vous n’avez pas besoin de cela.
Souvent, j’entends des patients me dire que les fruits leur causent des
douleurs d’estomac, des gaz, des crampes, etc… – dans la plupart des
cas, j’estime que ce n’est pas le fruit qui est en cause, mais comment et
quand il est consommé.

Si vous aimez manger des fruits en dessert, il est temps de méditer sur cette
façon de faire.

Les fruits cuits doivent également être évités – non seulement la cuisson
détruit les vitamines et les minéraux utiles, mais elle crée également une
élévation de l’acidité de votre estomac qui, en retour, produira douleurs,
gaz, etc…

Le fruit est un moyen fantastique pour nettoyer le système digestif, et l’un


des meilleurs aliments pour éviter la constipation et les hémorroïdes.
Mangez-en à volonté – mais suivez ces recommandations simples.

33 | P a g e
2. Les produits laitiers (et tout ce qui contient du lait) doivent être
consommés avec modération, et évités si possible. L’idée selon laquelle le
lait est destiné aux veaux est basée sur des faits – seul l’estomac des veaux
est prévu pour digérer le lait. Dans l’estomac humain, le lait caille et la
digestion s’interrompt brutalement – il lui faut jusqu’à 12 heures pour quitter
le corps (comparé à une heure ou moins pour un fruit). Si vous consommez
des produits laitiers, veillez à manger autant de légumes frais et cru que
possible.

3. L’estomac humain digère différentes sortes de nourritures de différentes


façons. Une compréhension basique de son fonctionnement aidera
grandement votre digestion qui, en retour, créera dans votre estomac un
environnement favorable à un passage rapide et aisé de la nourriture – un
autre facteur majeur de la prévention des hémorroïdes.

Certains aliments nécessitent des enzymes digestifs acides, tandis que


d’autres ont besoin d’un environnement alcalin. Ainsi, si vous voulez que
votre système digestif fonctionne de façon efficace pour permettre une
élimination optimale qui vous aidera à éviter les hémorroïdes, les deux ne
doivent pas être mélangés.

Quand les enzymes digestifs acides et alcalins sont mélangés ensemble, ils
se neutralisent les uns les autres – ce qui signifie qu’il n’y a plus d’enzyme
actif dans l’estomac pour dégrader la nourriture, absorber les nutriments
qui en proviennent et les envoyer poursuivre leur route.
En conséquence, une nourriture indigeste peut subsister dans votre
estomac jusqu’à 12 heures, parfois plus, tout en fermentant. Ce qui la fait
avancer n’est pas le processus de digestion, mais l’arrivée du repas suivant
qui la repousse vers vos intestins.

Comme elle n’a pas été dégradée correctement, cette nourriture


contribue à créer constipation, maux d’estomac, flatulences, crampes,
etc…

34 | P a g e
Bien que chaque personne soit différente, l’alimentation idéale
comprendrait 75% d’aliments issus du groupe des alcalins, et 25% issus du
groupe des acides. Votre corps a besoin de ces deux types d’aliments,
c’est pourquoi votre régime ne doit pas être uniquement alcalin.
N’éliminez pas les aliments acides de votre liste – mangez-les simplement
avec modération, et faites attention à ce que vous mangez en même
temps qu’eux.

La plupart des praticiens recommandent aux personnes stressées,


appartenant aux personnalités de type « A », de consommer plus
d’aliments alcalins, car le stress peut augmenter l’acidité du corps.
Et si vous êtes du type « B », plus détendu, vous devriez viser un équilibre
entre aliments acides et alcalins.

Le corps humain es naturellement légèrement acide – sur une échelle de 0


à 14, où 0 est extrêmement acide et 14 extrêmement alcalin, notre sang
est juste au-dessus de la moyenne, à 7,3.

Cependant, les nourritures occidentales, mettant largement en avant les


aliments élaborés et complexes bien avant les légumes frais, tendent à être
plus acides.

La plupart de mes patients souffrant d’hémorroïdes sévères présentaient un


taux d’acidité sanguine anormalement élevée, due à un régime basé sur
ces aliments trop raffinés.

En mangeant en accord avec les principes ci-dessus et en maintenant un


taux alcalin de 7,3, votre système digestif se portera bien mieux, et vous
serez moins sujet à la constipation ou aux hémorroïdes.

Comment savoir si votre sang est trop acide, trop alcalin, ou bien
équilibré ?

Un test sanguin est, bien sûr, le moyen le plus sûr.


Vous pouvez cependant effectuer un kit de test de salive ou un kit de test

35 | P a g e
d’urine (ce dernier est le plus fiable des deux) – la plupart des pharmacies
et des magasins d’alimentation naturelle en proposent.

ALIMENTS ALCALINS

LEGUMES FRUITS AUTRES

Ail Pomme Vinaigre de cidre

Asperge Abricot Pollen d’abeille

Légumes fermentés Avocat Granulés de lécithine

Cresson Banane (haute Cultures probiotiques


glycémie)
Betterave Jus de feuilles
Melon cantaloup
Broccoli Jus de végétaux
Cerise
Chou de Bruxelles Jus de fruits frais
Raisin de Corinthe
Chou Lait non pasteurisé
Datte / Figue
Chou-fleur Eau minérale
Raisin
Céleri Eau alcaline anti-
Pamplemousse oxydante
Bette
Citron vert Thé vert
Chlorelle
Melon miel Thé aux plantes
Feuilles de collard
Nectarine Thé au pissenlit
Concombre
Orange Thé au ginseng
Aubergine
Citron Thé banchi
Chou frisé

36 | P a g e
Chou-rave Pêche Kombucha

Laitue Poire

Champignons Ananas EDULCORANTS

Feuille de moutarde Toutes les baies Stevia

Dulce Mandarine

Pissenlit Tomate EPICES /


ASSAISONNEMENTS
Fleurs comestibles Fruits tropicaux
Cannelle
Oignon Pastèque
Curry
Panais (haute glycémie)
Gingembre
Pois PROTEINES
Moutarde
Poivres Œuf
Piment
Citrouille Poudre de protéine de
lait Sel de mer
Rutabaga
Fromage blanc Miso
Végétaux marins
Blanc de poulet Tamari
Spiruline
Yaourt Toutes les herbes
Germes
Amande
Courges
Châtaigne VEGETAUX ORIENTAUX
Luzerne
Tofu (fermenté) Maitake
Orge
Graines de lin Daikon
Blé
Graines de citrouille Racine de pissenlit

37 | P a g e
Herbes sauvages Tempeh (fermenté) Shitake

Morelle Graines de courge Kombu

Graines de tournesol Reishi

Millet Nori

Graines germées Umeboshi

Noix Wakame

Végétaux marins

ALIMENTS ACIDES

GRAISSES ET HUILES NOIX & BEURRES DROGUES ET PRODUITS


CHIMIQUES
Huile d’avocat Noix de cajou
Produits chimiques
Huile de canola Noix du Brésil
Médicaments
Huile de maïs Cacahuète
Drogues
Huile de chanvre Beurre de cacahuète
Pesticides
Huile de lin Noix de pécan
Herbicides
Lard Tahini

Huile d’olive Noix


ALCOOL
Huile de carthame
Bière
Huile de sésame PROTEINES ANIMALES
Spiritueux
Huile de tournesol Bœuf
Alcools forts

38 | P a g e
Carpe Vin

FRUITS Palourde

Canneberge Poisson HARICOTS & LEGUMES

Agneau Haricots noirs

GRAINES Homard Pois chiches

Gâteau de riz Moule Haricots verts

Gâteau de blé Huître Haricots variés

Amarante Porc Lentilles

Orge Lapin Haricots de Lima

Sarrasin Saumon Haricots pinto

Maïs Crevette Haricots rouges

Avoine Coquille Saint-Jacques Germes de soja

Quinoa Thon Lait de soja

Riz (tous) Dinde Haricots blancs

Seigle Venaison Lait de riz

Epeautre Lait d’amandes

Kamut PATES (BLANCHES)

Blé Nouilles

Farine de chanvre Macaroni

Spaghetti

39 | P a g e
PRODUITS LAITIERS

Fromage, vache AUTRES

Fromage, chèvre Vinaigre distillé

Fromage, industriel Germes de blé

Fromage, brebis Pomme de terre

Lait

Beurre

4. Les protéines (poisson, volaille, viande, œuf, tofu, noisettes, graines,


produits laitiers) ne doivent de préférence pas (ou peu) être consommées
avec des féculents.

Les légumes n’appartenant pas aux féculents incluent notamment :


asperges, artichauts, ciboulette, épinard, laitue, céleri, persil, courgette,
endive, radis, poireau, chou, gombo, cresson, tomate (acide).
Les légumes présentant des traces de féculents comprennent :
concombre, oignon, carotte, aubergine, navet, chou-fleur, betterave,
chou de Bruxelles, brocoli, haricot vert, pousse de bambou.

Les protéines ne doivent pas être consommées avec des féculents tels
que : avocat, pomme de terre, frites, pain, pois chiche, blé, polenta, pois,
olives, patates douces, riz, maïs, tous les haricots sauf les verts.

Les féculents frais, dans la mesure où ils contiennent beaucoup d’eau,


passent rapidement et facilement à travers l’estomac, nécessitant peu ou
pas de production d’enzymes.

Les féculents demandent un milieu digestif alcalin. Les protéines requièrent


un environnement acide.

40 | P a g e
Vous pouvez donc voir que certaines des associations d’aliments les plus
courantes sont également les pires pour la digestion. Cela provoque en
retour une constipation et des hémorroïdes.

Réévaluez vos habitudes alimentaires si vous avez l’habitude de


consommer : viande avec pommes de terre, poulet et riz, poisson et riz,
œufs et toasts, spaghetti et boulettes de viande, hamburgers et frites.

5. Les hydrates de carbone (comme le pain, les céréales, le riz, le blé, les
pâtes, les haricots, les pommes de terre, les châtaignes, les pois, le maïs, les
citrouilles, les noisettes et les graines) doivent être consommés uniquement
avec des aliments n’appartenant pas au groupe des féculents, ou avec
des aliments ne présentant que des traces de féculents.

6. L’eau ne doit pas être consommée durant les repas car elle dilue les sucs
gastriques essentiels à une bonne digestion. Elle doit être bue une demi-
heure avant ou une heure après le repas.

7. Les huiles sont utiles pour lubrifier votre système digestif – votre corps a
besoin d’elles et elles permettent un passage plus aisé des aliments – mais il
faut choisir les bonnes.

Je n’ai sans doute pas à vous apprendre les bienfaits de l’huile d’olive.
Les autres huiles de cuisine intéressantes comprennent les huiles de canola,
de tournesol, de carthame et de sésame.

Les bonnes graisses comprennent également l’huile de lin, l’huile de


bourrache, l’avocat, les amandes, les noix et l’huile de poisson.

Les huiles hydrogénées sont à éviter – leur structure moléculaire a été


modifiée pour éviter qu’elles ne deviennent rances, et parfois pour les
rendre solides – comme la margarine et d’autres préparations.

Ces huiles ne sont pas identifiables par le corps – on les appelle parfois
« huiles plastiques ». Elles peuvent obstruer les organes vitaux,

41 | P a g e
particulièrement le foie et les reins, et accroître la rétention de graisse dans
l’organisme.

Les huiles hydrogénées sont dissimulées dans de nombreux aliments – tout


comme la margarine, elles sont largement utilisées dans la plupart des
aliments préparés, comme les pains, les beignets, les muffins, les gâteaux,
les soupes, les sauces pour salade, la mayonnaise et les plats frits.
Beaucoup d’huiles végétales utilisées pour la cuisine (comme le soja) sont
hydrogénées.

Les graisses saturées (comme le beurre, la crème, le fromage, le saindoux)


doivent être consommées avec modération.

En utilisant de la pure huile d’olive vierge extra et de l’huile de lin, vous


offrez ce qu’il y a de mieux à votre corps – et repoussez ainsi les
hémorroïdes.

Suivre ces recommandations vous aidera à obtenir un transit digestif doux et


régulier, ce qui réduira grandement le risque d’apparition d’hémorroïdes.

Un dernier conseil pour votre alimentation : tenez un journal de vos repas.


Cela ne prend pas beaucoup de temps – notez simplement sur un carnet ce
que vous mangez à chaque repas.

Si vous avez fréquemment des crises d’hémorroïdes, vous y découvrirez


probablement des signes révélateurs – ils vous indiqueront quels aliments vous
aident et lesquels aggravent les crises.

Ce procédé a été particulièrement utile à de nombreux patients.

Les enzymes

Comme vous pouvez le voir, les enzymes sont extrêmement importants.

La majorité des troubles digestifs sont déclenchés en partie par une


déficience des enzymes digestifs. Les enzymes digestifs sont des protéines

42 | P a g e
complexes qui jouent un rôle à part entière dans le processus de digestion et
d’assimilation.
Ils sont essentiels pour un fonctionnement correct du système immunitaire,
l’élaboration et la réparation des os et des tissus ainsi que la purification du
sang et des tissus.

La production des enzymes digestifs dans votre corps décroît avec l’âge. La
cuisson et la préparation des aliments éliminent la plupart des enzymes, ce
qui rend impérative la présence d’aliments frais et crus dans votre
alimentation.

La bromélaïne est un mélange d’enzymes assimilant les protéines que l’on


trouve dans le jus et dans la tige de l’ananas.
Elle a démontré une grande efficacité en tant qu’enzyme digestive.

ontrairement à la plupart des enzymes digestives, la bromélaïne est active à


la fois dans le milieu acide de l’estomac et dans l’environnement alcalin de
l’intestin grêle.

Tandis que la plupart des grandes enzymes sont réduites durant la digestion,
celles présentes dans la bromélaïne sont absorbées toutes entières, dans une
certaine mesure. Cette découverte rend raisonnable l’idée que la
bromélaïne pourrait avoir un effet systémique (concernant tout le corps). Une
fois dans le sang, il existe suffisamment de preuves pour établir le fait que la
bromélaïne réduit l’inflammation et produit un effet positif sur le système
immunitaire.

Elle a été utilisée avec succès dans de nombreuses études pour traiter
l’insuffisance veineuse chronique – y compris les hémorroïdes.

Les doses recommandées de bromélaïne varient selon la forme utilisée –


référez-vous à l’étiquette du produit pour en connaître la posologie.

43 | P a g e
Vous pourrez en apprendre plus sur les enzymes au chapitre 5 : Les
compléments alimentaires (section « probiotiques »).

D’autres choses importantes dont il faut se souvenir :

Les repas rapides ou pris à des heures inhabituelles doivent être évités.
Des études ont montré que les personnes souffrant de constipation et
d’hémorroïdes ont plus tendance à manger rapidement et à n’importe
quelle heure.

Le sucre et les aliments sucrés doivent être évités car le sucre capture les
vitamines B destinées à l’organisme, en l’absence desquelles les intestins ne
peuvent fonctionner convenablement.

Les fruits

Généralement tous les fruits jouent un rôle bénéfique dans le traitement de la


constipation. Beaucoup de praticiens ayurvédiques Hindous estiment que
l’ananas et le jaquier doivent être évités si vous souffrez de constipation.
Certains fruits sont cependant plus efficaces que d’autres.
En médecine ayurvédique, le fruit du bael est considéré comme l’un des
meilleurs régulateurs. Il nettoie et tonifie les intestins. Sa consommation
régulière durant deux ou trois mois est considérée comme très efficace pour
nettoyer le côlon en débarrassant l’organisme de ses vieilles matières fécales
accumulées. Bien qu’il soit également souvent utilisé contre la diarrhée, le
fruit du bael contient à la fois des substances laxatives et constipantes. Il
solidifie les selles quand elles sont molles et sert de laxatif quand les intestins
sont contractés. Il doit être consommé de préférence frais, une demi-heure à
une heure avant le dîner. Environ 60 grammes de fruit devraient suffire.

Le fruit du bael peut également être utilisé pour préparer des confitures et
des gelées, qui sont utilisées par les personnes souffrant de troubles
intestinaux. En général, le fruit n’est pas mangé pour son arôme mais pour ses

44 | P a g e
vertus médicinales et purgatives – certains trouvent son goût légèrement
écœurant, tandis que d’autres l’apprécient.

Soit dit en passant, certains praticiens utilisent également les jeunes pousses
de cet arbre pour traiter les ulcères et les problèmes respiratoires.
Le fruit du bael est cultivé principalement en Inde et il peut être difficile de
trouver le fruit frais dans d’autres pays.

Les poires sont également perçues comme bénéfiques pour le traitement de


la constipation. Si vous souffrez de constipation chronique, consommez
beaucoup de fruits et boire du jus de poire frais vous soulagera grandement.
C’est valable également pour la goyave qui, lorsqu’elle est consommée
avec ses graines, permet d’augmenter la quantité d’aliments consommés et
facilite le processus d’évacuation des intestins.

Le raisin est également utile pour lutter contre la constipation. La


combinaison des propriétés de la cellulose, du sucre et de l’acide organique
présents dans le raisin en fait un excellent laxatif régulateur. Mais sont champ
d’action n’est pas limité uniquement au nettoyage des intestins – ils tonifient
également l’estomac et les intestins.

Environ 350 grammes de raisin devraient vous aider à aller à la selle.

Si vous ne disposez pas de raisin frais, laissez tremper dans de l’eau fraîche
des raisins sultanes secs durant 24 à 48 heures. Mangez-les le matin à jeun, et
buvez leur marinade. C’est vraiment délicieux même si vous ne souffrez pas
de constipation – j’aime en consommer en tant que « salade de fruit »
d’automne-hiver, mélangés à d’autres fruits secs comme les abricots ou les
figues.

Quelques astuces supplémentaires :

Voici quelques astuces de plus pour vous aider à établir votre régime
alimentaire :
45 | P a g e
1. Augmentez le taux de fibres dans votre alimentation. Consommez au
moins un légume à chaque repas. Faites au moins un repas de grains
entier, et ajouter du son de riz à chaque repas.
Le son est l’un des moyens naturels les plus efficaces pour guérir et
prévenir la constipation. Le blé surpasse les autres grains. 15 grammes
par jour devraient suffire. De plus, il vous aidera à réduire le risque de
contracter des formes variées de cancer ainsi qu’à abaisser les taux
élevés de cholestérol. De quelle quantité avez-vous besoin ? Comme
laxatif, 3 cuillères à soupe de son ou 1/3 de tasse de céréales 100% son
vous conviendront. Plus le son est brut, plus son grande sera son
efficacité.
Il existe deux types de fibres – solubles (elles peuvent se dissoudre dans
l’eau et proviennent des flocons d’avoine, des fruits et des légumes) et
insolubles (ne peuvent se dissoudre dans l’eau et proviennent des
grains entiers comme le son de blé, les écorces de légumes et de fruits
ainsi que la cosse externe des graines). Vous avez besoin de
consommer ces deux catégories de fibres car elles jouent des rôles
différents dans l’organisme.

2. Manger de nombreux végétaux frais, non épluchés et n’appartenant


pas à la catégorie des féculents, ainsi que du chou nutritif, devrait vous
apporter suffisamment de fibres au quotidien.
Attention : en ingérer de plus de 40 grammes par jour peut entraîner
des troubles gastro-intestinaux et peut entraver la capacité de
l’organisme à absorber certains nutriments comme le fer, le zinc et le
calcium. Vous pouvez éviter des problèmes si vous variez vos sources
de fibres et espacez vos prises tout au long de la journée.

3. Evitez la nourriture préparée, contenant trop de sucres et de farines


traitées – votre corps tout entier vous en remerciera, et pas uniquement
vos hémorroïdes.

46 | P a g e
4. Un jus frais pris une heure avant le petit-déjeuner chaque matin et
également le soir fera de vrais miracles. Les meilleurs à consommer
sont les jus riches en nutriments anti-coagulants et anti-inflammatoires –
melon cantaloup, ail, oignon, gingembre et baies. Il est toujours
préférable de boire des jus fraîchement pressés, car les fruits et les
légumes comme à perdre des nutriments dès leur pression.

5. N’oubliez pas les pruneaux. Les pruneaux (appelés également « prunes


séchées ») sont une source de puissants acides de fruit qui aident à
prévenir et contrôler la constipation mieux que beaucoup d’autres
aliments courants. Ils apportent également d’autres substances qui
abaissent la concentration des acides biliaires fécaux dans le corps
(particulièrement l’acide lithocholique qui est associé à un risque plus
élevé de cancer du côlon). Il est recommandé de ne pas les cuisiner
ou de les faire mariner ils peuvent perdre jusqu’à 70% de leurs
nutriments, mais si c’est la seule façon pour vous de les manger, il est
encore préférable de ne pas y toucher. Buvez le jus si vous le pouvez.
Le jus de pruneau peut également être acheté en supermarché et
dans les magasins d’aliments naturels.

6. Mangez des carottes. Le pectate de calcium, présent dans ce légume


riche en nutriments, agit comme un agent de charge anti-hémorroïdes et
anti-constipation. De plus, des études ont démontré que la fibre de
pectate de calcium présente dans les carottes aide à lutter contre les
taux élevés de graisses dans le sang. Des candidats en bonne santé a qui
on a donné deux carottes de taille moyenne chaque jour durant trois
semaines, ont vu leur taux de cholestérol sanguin diminuer de 11%. Le
pectate de calcium contenu dans les carottes enveloppe les acides
biliaires pour empêcher la formation de cholestérol dans le foie. Un foie
plus sain contribue à éviter les hémorroïdes.

47 | P a g e
Cette même fibre de carotte, qui peut absorber 30 fois son poids en eau,
fonctionne comme un coupe-faim naturel et sain, sans calories excessives
(42 calories par carotte).

Des études affirment même que le bruit émis lors de l’ingestion d’une
carotte croquante serait susceptible de réduire le stress.
Le jus de carotte est également une source de premier choix pour
consommer du calcium végétal pur, sans phosphore et facile à absorber
ainsi que des enzymes digestives, ce qui aide à lutter contre les
hémorroïdes.

7. Si vous devez manger, choisissez de la nourriture saine et réparatrice


riche en zinc, vitamine E et beta-carotène – pain de carotte ou de
citrouille, crackers aux légumes complets, fruits secs et mélanges de
noix.

8. Avant les repas, prenez une dose de bromélaïne, une enzyme digestive
issue de l’ananas frais. Elle facilite la dégradation de la fibrine et
empêche la formation de caillots sanguins. (Vous en apprendrez plus à
ce sujet un peu plus loin).

9. Mangez des baies – autant que vous le pourrez. Les baies sombres
(mûres et airelles, cerises, raisins de Corinthe, etc…) contiennent deux
pigments antioxydants qui renforcent les parois des veines et
développent le tonus du muscle vasculaire. Le melon cantaloup, riche
en beta-carotène, contribue également à prendre soin de cette région
du corps. Le taux élevé en bioflavonoïdes des raisins rouges de
Corinthe aide également à soigner les hémorroïdes.

Les canneberges [aussi connues sous le nom de « cranberries »] ont


également été utilisées durant des siècles pour aider à combattre les
hémorroïdes, et présentent l’avantage supplémentaire de contribuer à
réduire les calculs rénaux ainsi que les troubles rectaux et les problèmes

48 | P a g e
de circuit urinaire. Leur contenu iodé en fait également un bon
traitement pour une glande thyroïdienne paresseuse.

10. Essayez les agents de charge qui sont plus faciles à assimiler que les
germes de blé. Les cosses de graines de psyllium et la gomme de guar
ont la capacité de retenir l’eau et de former une masse gélatineuse,
pouvant ainsi réduire significativement le saignement, la douleur et le
prurit, et pouvant également améliorer le transit intestinal.

11. Boire de l’eau chaude relevée de jus de citron vert et d’une demi-
cuillère à café de sel est également un remède ayurvédique efficace
contre la constipation.

12. La graine de lin est très utile dans les cas de constipation les plus
pénibles – une cuillère à café avalée avec de l’eau avant chaque
repas apporte volume alimentaire et lubrification.

13. Buvez. L’eau est le plus pur de tous les lubrifiants de l’intestin.

14. Essayez ce smoothie soignant les hémorroïdes :


¼ d’ananas avec son écorce½ tasse de melon en dés
½ centimètre de racine de gingembre en tranches

2 cubes de thé vert glacé (optionnel)

Mixez tous les ingrédients jusqu’à ce que la préparation soit lisse et


onctueuse.

Quand il s’agit de constipation, tous les remèdes ne fonctionneront pas avec


la même efficacité pour tout le monde – quelques expérimentations peuvent
se révéler nécessaires, mais quand vous découvrez ce qui donne de bons
résultats pour vous, vous aurez un ventre très heureux – et vous serez bien parti
pour éliminer vos hémorroïdes.

49 | P a g e
Voilà donc les recommandations alimentaires pour soulager la constipation
et améliorer la digestion. Découvrons maintenant les autres points importants
à connaître pour guérir vos hémorroïdes.

Si vos hémorroïdes sont causées par une constipation chronique, j’estime que
la méthode présentée dans au chapitre suivant est la chose la plus
importante à faire pour nettoyer votre système digestif de la façon la plus
efficace et la plus rapide qui soit.

C’est également un grand apport de vitalité, même si vous ne souffrez plus


d’hémorroïdes.

50 | P a g e
Chapitre 4 : Les cures de jus
Les cures de jus : une solution supplémentaire pour les cas
sérieux

Nous avons parlé de ce qu’apporte le fait de manger – parlons maintenant


de ce qu’apporte le fait de ne pas manger.

Si vous souffrez d’hémorroïdes sévères, de constipation ou de troubles


digestifs, une cure de jus peut être d’un grand secours à votre organisme.
Même si vous ne souffrez d’aucun de ces maux, c’est l’un des meilleurs
tonifiants pour votre santé et votre vitalité.

Le fait est que, quel que soit votre état de santé, votre corps a parfois
besoin de faire une pause en ce qui concerne la nourriture. Cela lui permet
de dépenser toute son énergie dans la guérison – plutôt que de lutter pour
savoir où, quand et comment assimiler cette nourriture. La digestion est un
travail pénible.
Vous savez à quel point vous vous sentez fatigué après un gros repas, ou si
avez mal combiné vos aliments. Vous avez donc une idée de la quantité
d’énergie le corps utilise pour digérer.

C’est pour cette raison qu’il est si important de mâcher votre nourriture
avec soin – 20 à 30 fois par bouchée. Cela peut paraître beaucoup, mais
cela soulage énormément vos organes digestifs, en commençant le
processus de digestion dès la bouche.

Je demande souvent à des patients souffrant de troubles digestifs de


compter le nombre de fois qu’ils mâchent – c’est une action inconsciente
et la plupart d’entre nous n’y pensons même pas. La plupart des gens

51 | P a g e
mâchent une bouchée seulement trois à cinq fois – il n’est donc pas
étonnant que leur corps lutte ensuite.

Pour la plupart des gens, le système digestif et les organes internes attendent
impatiemment une pause ! Dans le monde occidental, nous mangeons tout
simplement beaucoup trop de nourriture. Ces aliments ne sont pas toujours
de la bonne catégorie et pas toujours bien associés.

Les fruits frais et les jus de légumes, qu’ils soient consommés au cours une
courte cure ou qu’ils soient intégrés au régime alimentaire quotidien (ce qui
est grandement recommandé), ont démontré leurs remarquables qualités.
Un expert suédois en jus frais, le docteur George Lanyi, qui a travaillé durant
de nombreuses années à la mondialement célèbre clinique Buchinger en
Allemagne, affirme qu’une thérapie aux jus frais peut vaincre les troubles
cardiaques et circulatoires, les problèmes digestifs, les rhumatismes, le
diabète, l’obésité, les troubles rénaux et cutanés ainsi que des affections
telles que l’anxiété et l’insomnie.

Des chercheurs de la Stanford University School of Medicine ont mis en


évidence que le jus de chou frais de pouvait guérir les ulcères peptiques –
bien qu’ils ne soient pas parvenus à isoler le nutriment responsable de cela.
Conformément aux dires de l’Hippocratic Health Institute, le jus frais est la clé
pour redoubler d’énergie et ralentir – voire inverser – les effets du vieillissement
et les assauts du processus de dégénérescence maladive.

Faire une cure de jus frais (contrairement à l’eau) est probablement le seul
antidote efficace à court terme contre la fatigue et le stress. Dans les
établissements de santé de par le monde, cette pratique est connue sous le
nom de cure de Rohsaft (cure de jus frais).

Je déconseille les cures uniquement orientée vers la consommation d’eau –


elle libère trop de toxines et trop peu de nutriments les neutralisant (comme
les vitamines C et E ainsi que le béta-carotène).

52 | P a g e
Une cure de jus frais fait l’effet d’un grand nettoyage de printemps à votre
organisme. Elle offre un moment de repos à votre système digestif, accélère
la destruction par l’organisme des cellules mortes, malades ou
endommagées, et apporte une grande quantité de nutriments qui aident
votre corps à renforcer son système immunitaire. Les jus réduisent les effets
des radicaux libres sur les tissus, les muqueuses et la circulation du sang,
nettoyant ainsi votre organisme de ses toxines.

Note : Veillez à consulter votre médecin généraliste avant d’entreprendre


toute forme de cure.

Une cure de jus frais d’une durée d’une journée, une fois par mois ou quand
vous en avez l’envie, peut vous apporter plus d’énergie et nettoyer votre
organisme.
Une cure de deux ou trois jours aussi souvent que possible apportera à votre
corps l’opportunité de se débarrasser en profondeur de touts les déchets
accumulés.
Un ou deux verres de jus frais chaque jour, en complément de votre
alimentation quotidienne, fera des merveilles.

Les jus frais peuvent être d’un grand secours dans le traitement des
hémorroïdes.

Cure de jus frais

Durant cette cure, l’idée maîtresse est de boire seulement des jus de
légumes, des jus de fruits, et potentiellement n’importe quel autre liquide
comme l’eau, le thé aux plantes et le lait de noix.
Les jus de légumes et de fruits sont riches en vitamines, minéraux, enzymes et
beaucoup d’autres nutriments – parce qu’ils sont des jus, ils sont absorbés et
rejoignent rapidement et facilement le sang en circulation dans l’organisme.
Vous avez peut-être ressenti un « choc » en buvant du jus de carotte – c’est
parce que le sucre qu’il contient en quantité élevée pénètre très rapidement
53 | P a g e
le sang.
Consommez deux fois plus de jus de légumes que de jus de fruits. En général,
le fruit est moins bien toléré que les légumes par les organes impliqués dans la
digestion et l’assimilation.

Assimiler des jus n’est pas une tâche difficile pour le système digestif – lui
offrant ainsi un repos bien mérité.

Quand et où faire une cure

A moins que votre organisme ne soit vraiment épuisé, durant une cure d’une
journée vous serez capable de continuer à travailler, étudier ou mener toute
autre activité habituelle, sans aucune difficulté.

Pour une cure de deux à trois jours (ne dépassez pas cette durée) et
particulièrement si c’est votre première cure, un week-end ou des vacances
seront une période idéale pour la réaliser. N’envisagez pas de cure durant
des périodes de grand effort physique, mental ou émotionne – cela risque
d’être contre-productif. Si vous n’avez pas l’habitude des cures, il vous sera
probablement difficile d’aller travailler comme d’habitude.

Suivre une cure lorsque le temps est clément, offrant une température douce,
est préférable – en cas de chaleur ou de froid extrême, vous pourriez affaiblir
votre système immunitaire ou engendrer une fatigue excessive.

Quelle est la bonne quantité de jus ?

On me pose souvent cette question est ma réponse est toujours la même :


autant que vous pouvez en boire naturellement. Ne vous forcez pas, mais
plus vous en boirez et meilleur sera le résultat.

Mais vous devez conserver un minimum d’apport en jus acides et offrant des
taux de sucre élevés (comme le jus de carotte), et ce particulièrement si vous

54 | P a g e
avez du diabète ou un taux de sucre dans le sang élevé. Les jus de légumes
verts sont les plus profitables.

Souvenez-vous que l’excès n’est pas recommandé – utilisez donc votre bon
sens pour évaluer la quantité de liquides que vous consommez.
Si un jus, ou un mélange de jus, ne vous convient pas, essayez-en un autre.

Se préparer à la cure

Se préparer pour une cure de un à deux jours n’est pas la Dernière Cène vous
aurez encore l’occasion de manger : la veille, ne vous jetez donc pas dans
une pizzeria, un fast-food ou un débit de glaces, car ce n’est pas le but
recherché.

Mettez-vous à l’aise. Commencez au moins un jour avant en mangeant


autant de fruits et légumes frais et d’aliments complets que possible, et buvez
autant de jus et d’autres liquides que possible, pour accoutumer votre
organisme. Cela réduira le choc imposé à votre corps par cette transition.

Savoir quand et comment s’arrêter

Si vous n’avez fait de cure de jus frais auparavant, votre corps vous jouera
sûrement des tours en matière d’appétit.

Votre appétit instinctif peut être très fort, et il peut être très décevant.
Vous avez probablement déjà vécu cela même si vous n’avez jamais fait ce
type de cure – vous avez peut-être déjà eu brusquement très fin, mais pour
un raison ou une autre vous vous êtes senti incapable de manger.

Un peu plus tard, vous avez réalisé que vous aviez « oublié » votre faim.
Avec plus d’expérience dans le domaine des cures, vous serez capable de
vous juger plus précisément si votre faim est réelle ou non. Une cure ne
consiste pas à vous motiver mentalement pour vous convaincre que vous
pourrez tenir aussi longtemps que possible sans aliments solides – il n’y a rien à

55 | P a g e
prouver ici et pas d’épreuve à remporter, soyez donc indulgent envers vous-
même et cessez quand cela devient trop difficile – même si vous ne tenez
qu’une demi-journée, c’est déjà un bon début. Restez à l’écoute de votre
corps et de ses besoins.

Quand la vraie faim surviendra, vous le saurez. D’ordinaire, cela commence


lorsque vous vous mettez à penser à de la nourriture, de la cuisine ou des
sujets en rapport. Cela ne s’exprime en général pas via une envie soudaine,
un grand besoin ou un désir impulsif de manger. Ne vous laissez pas induire en
erreur.

Lorsque vous ressentez réellement cette sensation de faim, il est temps de


stopper la cure. Si vous n’êtes pas sûr de vous, et si c’est votre première
tentative, arrêtez-vous. Avec le temps et l’expérience, vous saurez faire la
différence.

Nous venons de voir quand arrêter – voici maintenant comment arrêter.

Si vous imaginez des hamburgers, des frites et un gâteau au chocolat comme


autant de moyens de vous récompenser pour avoir terminé une cure, alors
détrompez-vous. Ce type de nourriture pourrait stresser inutilement votre
corps.

Après une cure, votre corps à besoin de temps pour se réguler –


particulièrement si vous débutez, vos organes internes n’ont probablement
pas été aussi propres depuis des décennies. Traitez-les donc avec
délicatesse.

Pour stopper la cure, continuez à boire des jus et de l’eau, et introduisez


doucement des fruits, des légumes et des aliments complets dans votre
régime alimentaire. Manger du céleri ou des carottes crus serait parfait.
Faites de petits repas – vous gaver lors d’un grand dîner pour vous causer des
ballonnements, de la fatigue et un certain mal-être.

56 | P a g e
Ce qu’il faut boire :

Les fruits et légumes biologiques sont toujours mon premier choix. Si vous n’en
trouvez pas, assurez-vous que tout ce que vous achetez ait l’air frais et
croquant – les fruits et les légumes perdent leurs nutriments en vieillissant.

Nettoyer correctement vos fruits et légumes est essentiel. Utilisez de l’eau


légèrement salée avec un grand trait de jus de citron, puis rincez
abondamment à l’eau claire. J’utilise en général un luffa ou un grattoir pour
nettoyer la plupart des racines de légumes, pour retirer minutieusement toute
trace de terre. Cependant, j’évite d’éplucher les carottes et les autres
légumes à moins qu’ils ne soient particulièrement sales.

Il est absolument essentiel de presser vos propres fruits et légumes – et de les


presser uniquement quand vous en avez besoin, pour ne pas perdre leurs
nutriments.

Ne pensez même pas aux jus en bouteille – l’étiquette peut préciser qu’ils ne
contiennent pas de conservateurs, mais la plupart d’entre eux ont été tout
de même chauffés pendant leur conditionnement.

Les jus de légumes verts (ou non sucrés) sont plus bénéfiques que les jus de
fruits, particulièrement si vous avez des problèmes de taux de sucre ou de
poids. Consultez la table des jus à la fin de ce chapitre pour plus de
précisions.

Pour éviter les toxines (naturelles ou ajoutées), jetez les écorces des agrumes,
les feuilles de rhubarbe et les pépins de pomme (qui contiennent des traces
de cyanure).

Je « recycle » la pulpe des fruits et des légumes sucrés qui ont été pressés –
cela apporte des fibres, des minéraux, du goût et de la texture aux plats
cuisinés et aux desserts, et peut réduire le besoin de sucre.

57 | P a g e
Pensez à ajouter des agents de charge naturels comme une à deux cuillères
à café de graines de psyllium – une à deux fois par jour.

L’agropyre

L’agropyre est considérée par ses défenseurs comme un jus puissant et


hautement bénéfique. Il contient beaucoup de chlorophylle qui contribue à
réparer l’organisme.

Ses partisans affirment que l’agropyre participe à l’augmentation l’activité


des enzymes qui, en retour, présentent de nombreux aspects positifs pour
l’ensemble de l’organisme.

Les études réalisées sur le jus d’agropyre n’ont pas abouti à des résultats
significatifs – mais beaucoup de gens, dont un grand nombre de mes
patients, le considèrent comme un tonifiant. Il ne peut faire aucun mal s’il est
consommé en petites quantités et cela vaut donc la peine de l’essayer. Mon
mari en prend une gorgée chaque matin et il est convaincu de ses qualités.

Attention : le jus d’agropyre est très concentré – consommez-le en petites


quantités. Si vous ressentez des nausées, réduisez la dose. Reportez-vous
également à la section traitant des pressoirs.

Les thés aux plantes

Durant votre cure, buvez autant de thés aux plantes que vous le souhaitez –
mais si certains vous rendent nauséeux, arrêtez d’en consommer. Assurez-
vous de ne boire que des thés ne contenant pas de caféine. Certains thés
aux plantes (comme la yerba maté par exemple) ne contiennent pas de
caféine.

De même, il est préférable de s’assurer qu’il n’existe aucune contre-indication


concernant les thés que vous aimez – certains thés peuvent avoir des effets

58 | P a g e
secondaires qui ne vous dérangent pas en temps normal mais qui pourraient
être amplifiés durant une cure.

Voici quelques suggestions :

Pour aider la digestion – menthe poivrée, cumin, aneth, fenouil, anis,


citronnelle, mélisse

Pour perdre du poids et améliorer le fonctionnement des reins – graines de


céleri, guimauve, pissenlit, chiendent, verge d’or, aigremoine

Pour apaiser – camomille, houblon, tilleul, skullcap, fleur d’oranger, fleur de la


passion, trèfle rouge

Comme tonifiant général – ortie, menthe, ginseng, romarin, mûre, framboise,


feuilles de fraisier

La noix et les laits de noix

Les laits de noix sont excellents pour vous aider à surmonter les coups de
fringale, particulièrement si vous n’êtes pas habitué aux cures. Si vous
éprouvez le besoin de consommer des protéines, les laits d’amandes et de
sésame sont des moyens idéaux pour vous donner un coup de pouce.

Les laits de noix et de graines sont simples à réaliser et faciles à digérer. Ils
peuvent même remplacer le lait de vache.

Ils peuvent être réalisés séparément ou ensemble – la méthode reste la


même.

Pour faire du lait d’amandes :

Retirez les peaux des amandes car elles peuvent être amères et contiennent
un fort taux d’acide prussique, qu’il vaut mieux éviter.

59 | P a g e
Vous pouvez soit blanchir les amandes et retirer leurs peaux, soit préparer le
lait avec des amandes non pelées et le filtrer ensuite à travers à tamis très fin
pour retenir les peaux et la pulpe.

En règle générale, vous devrez mélanger une dose de noix pour trois doses
d’eau pure.

Méthode : dans un mixer, mélangez les noix et l’eau puis mixez finement
durant une minute ou deux, jusqu’à ce que le mélange soit onctueux.
Si vous le souhaitez, ajoutez du miel, de la cannelle ou de la noix de
muscade. Filtrez et servez.

Essayez les graines de sésame et de tournesol. Certaines noix peuvent


nécessiter un peu plus d’eau.

L’eau

L’eau fait des miracles. Elle contient des minéraux essentiels et contribue à
nettoyer non seulement les organes digestifs mais également la peau.
Assurez-vous de ne boire que de l’eau pure – pas d’eau du robinet non filtrée
ou d’eau de source.

Ajouter un trait de jus de citron ou de vinaigre de cidre à l’eau stimule le


système digestif.

La règle des « 8 verres d’eau par jour » a été récemment démentie – aucune
étude scientifique n’a jamais été menée pour confirmer ou infirmer cette
théorie. Buvez donc autant qu’il vous plaira et ne vous souciez pas de suivre
des « règles ».

60 | P a g e
Allergies et rejets de substances toxiques

Ecoutez votre corps tandis que vous faites votre cure. Il est possible de
constater ce qui semble être des réactions allergiques durant une cure de jus
frais.

Dans la plupart des cas, c’est simplement la réaction de votre corps aux
toxines chassées des cellules.

Ne paniquez pas si cela se produit – mais restez attentif, dans le cas où il


s’agirait d’une véritable réaction allergique.

Si vos symptômes sont très prononcés (par exemple, si vous souffrez d’une
forte fièvre ou de violents maux de tête), interrompez votre cure – mangez un
fruit ou équivalent (l’avocat est adapté) – et vous devriez rapidement vous
sentir mieux.

Si cela se produit, c’est le signe que vous devez entreprendre votre cure plus
doucement et mieux préparer votre corps.

Activité physique

Ainsi vous pensiez que les cures de jus étaient un bon prétexte pour
« végéter » se vautrer comme une patate dans le canapé, en ne faisant
absolument rien…

Désolé, mais durant votre cure vous aurez besoin d’exercice.


Marcher doucement, s’étirer, nager, faire du vélo et d’autres exercices
d’aérobic est idéal.

Evitez toute activité épuisante.

J’aime le yoga et je le recommande à tous ceux qui souffrent de troubles du


système digestif. Il est parfait pour évacuer les toxines et les tensions
physiques, ainsi que pour renforcer doucement toute la région pelvienne –

61 | P a g e
que beaucoup de patients estiment importante pour éviter les hémorroïdes.
Le yoga est également fantastique pour réduire le stress psychologique et
physique, et pour vous aider à créer la paix dans votre esprit – cela sera
également très bénéfique pour votre système digestif et par là même pour
réduire le risque d’apparition d’hémorroïdes.

Les pressoirs

Si vous voulez retirer le plus grand bénéfice possible de vos jus, vous aurez
besoin d’un pressoir qui fonctionne à basse vitesse.
La plupart des pressoirs domestiques tournent à haute vitesse,
endommageant le jus en y introduisant de la chaleur et de l’oxygène. Cela
détruit les nutriments et le jus se dégrade très rapidement. Vous remarquerez
qu’un verre de jus laisse apparaître très vite un dépôt quand il a été préparé
avec un pressoir ordinaire.

Les pressoirs à basse vitesse sont lus chers, mais ils valent largement cet
investissement. Le jus reste frais plus longtemps qu’avec un pressoir
traditionnel – ce qui signifie que vous pouvez préparer des jus pour toute la
journée et les laisser au réfrigérateur.

Mon pressoir favori est le Philps JusXpress.

Il accepte tous les types de fruits et de légumes. Les lames sont suffisamment
fines pour s’occuper de l’agropyre (la plupart des pressoirs domestique ne
peuvent pas faire cela) et vous pouvez également moudre des grains de
café et des noix – ce qui est parfait pour faire du lait de noix. Je l’apprécie
car il est facile à nettoyer et la qualité des jus est excellente. J’ai acheté le
mien ici :

http://www.extracteurajus.com

Table des jus de fruits et légumes

62 | P a g e
Fruit ou légume Bienfaits Notes

Betterave Excellent nettoyant pour Trop fort pour être bu


le foie, les reins et la seul, sauf s’il s’agit de
vésicule biliaire très petites quantités.
Très bon avec la
carotte. Jus parmi les
meilleurs.

Chou Un bon nettoyant pour Goût fort. Peut être bu


les muqueuses des seul, mais gagne à être
intestins. mélangé à d’autres jus.
Particulièrement
efficace pour traiter les
ulcères de l’estomac, la
constipation et les
infections de la
gencive. Tend à donner
des gaz car il réduit les
matières en
putréfaction (ce qui est
une bonne chose).

Carotte Aide la digestive, tonifie Idéal pour être mélangé


le système endocrinien, à d’autres jus. Surveillez
nettoie la peau, limite la le taux de sucre.
croissance des ulcères.
Combat les infections et
apaise le système
nerveux.

63 | P a g e
Céleri Nettoie les déchets qui Bon avec le jus de
s’accumulent et carotte. Pressez le
obstruent les tissus. sommet feuillu et la tige.
Riche en sodium,
essentiel pour maintenir
une consistance
correcte des fluides de
l’organisme. Contribue
à rééquilibrer le système
nerveux.

Concombre Diurétique naturel, Jus à effet rapide,


régulateur de tension valable pour nettoyer
artérielle car riche en l’organisme. Bon avec
potassium. Aide à la carotte et la
soulager les betterave.
rhumatismes en
éliminant l’acide urique.

Laitue Toutes les variétés de Les feuilles périphériques


laitues et de salades sont plus chargées en
sont riches en fer en en chlorophylle. Bon avec
chlorophylle. Un les autres jus.
tranquillisant naturel et
un diurétique doux.

Persil En petites quantités (1 à En petites quantités


2 cuillères à soupe), bon seulement. Meilleur
pour les glandes avec la carotte et le
adrénales et céleri.
thyroïdiennes. Maintient

64 | P a g e
un appareil urinaire en
bonne santé et soutient
les reins.

Epinard Excellente action sur le Fort s’il est consommé


système digestif. Traite seul, il vaut mieux le
la constipation, aide à mélanger. Autres
soigner la paroi interne végétaux contenant de
de l’intestin grêle et du l’acide oxalique : bette
côlon. Contient de à carde, feuilles de
l’acide oxalique betteraves, chou frisé,
organique qui stimule le feuilles de navet, oseille.
péristaltisme – Les épinards cuisinés
accélérant ainsi la contiennent de l’acide
digestion et entraînant oxalique inorganique
un transit rapide pour les qui peut former des
aliments et les déchets. cristaux dangereux.

Cresson Haute teneur en soufre, Doit toujours être


bon nettoyant intestinal. mélangé à d’autres jus
Utile contre les – il est très amer.
hémorroïdes et Ajoutez-en un peu à la
l’anémie. carotte et à l’épinard.

Nous en avons fini avec l’étude des bienfaits des jus. Nous allons maintenant
étudier les compléments alimentaires qui peuvent vraiment faire des miracles
contre vos hémorroïdes – la plupart de ces compléments sont accompagnés
de preuves cliniques, vous ne perdrez donc pas votre temps ou votre argent
en les utilisant.

65 | P a g e
Chapitre 5
Les compléments alimentaires – une aide efficace pour guérir
définitivement vos hémorroïdes

Le trio gagnant : bioflavonoïdes, oxérutines et proanthocyanidines


oligomériques (OPC)

Le duo gagnant : probiotique et prébiotique

Les bioflavonoïdes

Les bioflavonoïdes – rutine, diosmine et hespéridine – sont un vrai remède


pour une personne souffrant d’hémorroïdes.

De nombreuses études cliniques ont montré que ces nutriments peuvent


atténuer l’inflammation et renforcer les parois des vaisseaux sanguins, ce
qui est hautement bénéfique contre les hémorroïdes.

La rutine est un bioflavonoïde naturel qui se trouve dans les agrumes, les
abricots, les airelles et les mûres. Elle possède des vertus anti-inflammatoires
et empêche les saignements dus à des vaisseaux sanguins faibles. Elle
renforce les parois de ces vaisseaux sanguins pour éviter le saignement
hémorroïdaire.

La diosmine est un bioflavonoïde que l’on trouve dans la scrofulaire. Elle est
utilisée pour traiter l’insuffisance veineuse chronique, possède des propriétés
anti-inflammatoires et assure une meilleure protection vasculaire.

66 | P a g e
Hespéridine est un bioflavonoïde que l’on retrouve dans le citron et dans le
poivre. Il possède des propriétés anti-inflammatoires et améliore la vigueur
des capillaires et des tissus conjonctifs.

Plusieurs essais cliniques ont démontré que les bioflavonoïdes sont très
efficaces pour soigner les hémorroïdes.

Des études ont révélé qu’un traitement à la diosmine et à l’hespéridine réduit


de façon significative la fréquence et la gravité des crises d’hémorroïdes.

Un autre essai clinique mené sur des patients souffrant d’hémorroïdes


sanguinolentes a mis en évidence des améliorations significatives dans le
cadre du traitement et de la prévention des attaques aiguës.

Un autre essai a démontré également que ce traitement soulageait la


douleur engendrée par les hémorroïdes.

Une étude a prouvé que le traitement aux bioflavonoïdes était plus efficace
que la ligature par lien élastique.

Des études ont également montré que les bioflavonoïdes réduisaient de


façon significative les symptômes de l’insuffisance veineuse chronique sévère
et en augmentaient le taux de guérison.

Une étude impliquant du thé de sarrasin (une bonne source de rutine) a


montré que les personnes souffrant d’insuffisance veineuse chronique
présentaient beaucoup moins de jambes lourdes. Cela indique que cette
substance peut également être très efficace contre les hémorroïdes.

La dose recommandée de bioflavonoïdes d’agrumes est de 500


milligrammes deux fois par jour. Le complément le plus couramment réalisé
est composé de 90% de diosmine et de 10% hespéridine.

D’autres sources naturelles de rutine :

1. Le miel
67 | P a g e
Le miel est un aliment alcalin, et les miels les plus sombres (comme le
sarrasin), sont plus alcalins que les miels plus clairs.
Le miel apporte également de nombreux minéraux essentiels – leur
concentration est d’autant plus grande que le miel est sombre.
C’est l’une des sources les plus riches de rutine et il contient également un
agent anti-hémorragique (la vitamine K).
Le miel contient du magnésium qui assiste le métabolisme. Il est facilement
et rapidement assimilé, et est plus doux pour les tissus du système digestif.

2. La luzerne

L’usage de la luzerne pour soigner les troubles digestifs remonte aux plus
anciennes générations chinoises.

Il contient huit enzymes essentiels, ainsi que de la rutine, de la vitamine K,


de la vitamine A (importante pour la santé des muqueuses tapissant
l’estomac), du magnésium, du potassium, des protéines, du calcium, du
phosphore – et beaucoup d’autres vitamines et minéraux.
Un rapport établi par un nutritionniste du Nevada, le docteur Jacobson,
montre qu’il y a suffisamment d’enzymes dans la luzerne pour assister
grandement la digestion de tous les types de nourriture – féculents,
protéines, graisses et sucres.

3. La myrtille

La myrtille (souvent appelée myrtille européenne) est riche en bioflavonoïdes.


Une étude clinique a démontré que ce produit soulageait considérablement
les symptômes des hémorroïdes, comparé au placebo.

La myrtille contient des substances biologiques actives connues sous le nom


d’anthocyanosides. Celles-ci renforcent les parois des vaisseaux sanguins et
réduisent les inflammations.

68 | P a g e
Le dosage standard de la myrtille se situe entre 120 et 240 milligrammes deux
fois par jour, pour un extrait standardisé contenant 25% d’anthocyanosides.

Les oxérutines

Les oxérutines forment une famille de produits dérivés de la rutine.

Ils sont considérés comme des bioflavonoïdes semi-synthétiques. Ils ne se


trouvent pas dans les aliments – ils ne peuvent être consommés que sous
forme de compléments.

Le dosage usuel est de 500 milligrammes deux fois par jour.

Les oxérutines sont extrêmement efficaces pour traiter les varices et


l’insuffisance veineuse. Il semble logique que dans la mesure où les
hémorroïdes sont des varices situées au niveau du rectum, ce traitement
devrait être efficace.

Une recherche menée sur la femme enceinte a montré que les oxérutines
donnaient de bien meilleurs résultats qu’un placebo pour réduire la douleur,
le saignement et l’inflammation des hémorroïdes.

Aucun effet indésirable ne fut observé durant les grossesses – cependant, leur
innocuité ne peut être considérée comme prouvée.

Les bioflavonoïdes sont, sans aucun doute, les compléments alimentaires les
plus efficaces et les plus fiables ayant la capacité de cibler tout
particulièrement les hémorroïdes.

Les OPC (proanthocyanidines oligomériques)

[l’acronyme OPC provient du terme anglais : Oligomeric Proanthocyanidins ]

Les OPC ne sont pas un seul produit, mais un ensemble de composants aux
propriétés très similaires. Des produits comparables sont issus de divers

69 | P a g e
aliments – airelle, myrtille, canneberge, raisin rouge de Corinthe, vin rouge,
thé (vert et noir), oignons, persil, légumineuse.

Cependant, la plupart des compléments OPC sont élaborés à partir de grains


de raisin ou de pin maritime – vous les connaissez peut-être mieux sous cette
forme.
Des études ont mis en évidence des résultats très probants lors de l’usage de
ce complément en traitement des insuffisances veineuses chroniques – et de
nombreux patients souffrant d’hémorroïdes ont obtenu un grand
soulagement lors de son usage.

Les études ont impliqué des doses quotidiennes comprises entre 150 et 300
milligrammes.

Les compléments suivants, bien qu’ils n’aient pas été testés spécifiquement
sur les hémorroïdes, aideront à fortifier votre système digestif et votre système
immunitaire qui, en retour, vous rendront invincible face aux hémorroïdes.

Suivis de près par le duo gagnant :

Probiotiques et prébiotiques

Un régime alimentaire déséquilibré, le stress, les hormones, les antibiotiques, la


drogue, l’alcool, le tabac et toutes les autres toxines peuvent littéralement
balayer toutes les bactéries utiles présentes dans vos intestins. Cette flore est
essentielle pour la digestion et l’absorption des nutriments.

Les probiotiques

Vous avez probablement déjà entendu parler des probiotiques – ces


compléments fournissant une flore bactérienne utile jouent un rôle important
pour votre bien-être, ce qui a été cliniquement prouvé.
Des études cliniques montrent d’ailleurs qu’ils sont particulièrement utiles pour

70 | P a g e
le traitement de la constipation chronique (qui, comme vous le savez, peut
mener à des crises d’hémorroïdes).

D’autres études ont montré qu’ils pouvaient contribuer à prévenir les rhumes,
améliorer les défenses immunitaires, limiter les colites ulcéreuses, prévenir et
guérir l’eczéma et d’une façon générale améliorer l’état de santé du
système gastro-intestinal.
Les probiotiques peuvent également contribuer à prévenir ou traiter les
diarrhées infectieuses aiguës, chez l’enfant comme chez l’adulte, et les
infections gastro-intestinales chez l’adulte.

Une étude clinique a montré que les probiotiques peuvent réduire le


« mauvais » cholestérol d’environ 8%.

Les antibiotiques peuvent nuire à l’équilibre de l’organisme, permettant à des


bactéries nuisibles et à des moisissures de se développer. Il a été démontré
qu’il était utile de prendre des compléments probiotiques en même temps
que des antibiotiques et de continuer à en consommer durant au moins deux
semaines après le traitement. Cela aide à rééquilibrer la population de
bactéries dans votre système digestif.

Les yaourts sont souvent considérés comme une source parfaite de


probiotiques. Beaucoup de yaourts vendus en supermarché, bien qu’ils soient
issus de « cultures vivantes », sont chauffés pour prolonger leur conservation
sur l’étalage, ce qui rend les cultures quasiment inefficaces. Choisissez donc
soigneusement votre marque et prenez le temps de consulter l’étiquette du
produit.

Cependant, sans usage de compléments, vous aurez besoin d’en


consommer une grande quantité pour obtenir les bénéfices escomptés – je
doute vraiment qu’il soit possible de manger autant de yaourts.

71 | P a g e
Assurer efficacement le développement de bactéries utiles dans vos intestins
requiert certaines conditions.

Pour aider les bactéries utiles à survivre suffisamment longtemps pour pouvoir
accomplir leur tâche, il est bon de disposer d’un côlon dont l’environnement
offre un pH adéquat. En milieu trop acide, elles ne survivraient pas assez
longtemps.

Consultez le tableau des aliments acides et alcalins fourni au chapitre


précédent, et augmentez votre consommation d’aliments alcalins – cela
vous sera très utile.

Un complément probiotique est le meilleur moyen de recevoir ce dont vous


avez besoin en quantité suffisante.

Les probiotiques peuvent occasionnellement provoquer une augmentation


des gaz digestifs. Ce n’est que temporaire – et il n’y a pas d’autre risque
connu.

Les probiotiques ne sont pas des drogues – ce sont des organismes vivants.
Pour cette raison, il est nécessaire d’en consommer régulièrement. Cela
renforce les colonies de bactéries utiles présentes dans votre corps,
contribuant ainsi à repousser les moisissures et les bactéries néfastes.
Les probiotiques sont d’excellents compléments dont l’efficacité est prouvée.
Le seul problème qui puisse se présenter est lié à leur nature d’organismes
vivants : ils peuvent mourir dans leur emballage, sur l’étagère.

Lors de votre achat, assurez-vous que les organismes soient garantis comme
étant vivants à la date d’achat, et pas uniquement à la date de fabrication.

Les prébiotiques ou fructo-oligosaccharides (FOS)

Les fructo-oligosaccharides (FOS) – ou prébiotiques – sont des féculents que


l’organisme humain ne peut digérer complètement.

72 | P a g e
Quand des FOS sont consommés, les parties non digérées fournissent une
alimentation aux bactéries du système digestif. Pour cette raison, les
probiotiques aiment les prébiotiques. Ils se nourrissent de ces nutriments et
cela participe au développement d’un plus grand nombre de bactéries
utiles.

Les FOS se trouvent dans les aliments tels que : asperge, topinambour,
tomate, poireau, ail, soja, oignons, miel et banane.

Quand ils sont pris en dose quotidienne de prévention, 4 à 6 g de FOS sont


recommandés.
Quand ils sont consommés pour des raisons thérapeutiques, la dose
couramment recommandée va de 10 à 20 grammes par jour, divisée en trois
portions consommées durant chaque repas.

Les FOS semblent plutôt fiables. Cependant, au-delà de 15 grammes par jour,
ils peuvent provoquer des ballonnements, des flatulences et un inconfort
intestinal. Ce sera encore plus vrai pour les personnes souffrant d’intolérance
au lactose.

D’autres produits intéressants :

Les AGE – acides gras essentiels

Les acides gras essentiels (AGE) sont exactement cela : essentiels à une
bonne santé. L’Omega 3 en particulier joue un rôle de puissant anti-
inflammatoire, ce qui peut vous aider à limiter le gonflement des veines
(hémorroïdes).
Compte tenu de nos habitudes alimentaires occidentales, consommer
suffisamment d’AGE n’est pas toujours évident. C’est pourquoi je
recommande l’usage de compléments. Vous avez probablement entendu
parler des nombreux bienfaits des AGE sur le cerveau, le cœur et le système
immunitaire. Ce ne sont donc pas uniquement vos hémorroïdes qui vont en

73 | P a g e
bénéficier.

Magnésium

Le magnésium est un minéral important pour le système digestif.


C’est un alcalin naturel qui aide à éviter les spasmes de l’estomac qui
peuvent interférer avec la digestion.
Beaucoup de patients souffrant d’hémorroïdes ont pu trouver un
soulagement en prenant des bains au sel d’Epsom, qui contient beaucoup
de magnésium.

L’huile de noix de coco

L’huile de noix de coco est extrêmement bénéfique à la digestion, mais doit


être consommée uniquement à petites doses. Elle facilite un comportement
sain du foie (voir également le chapitre 15) et assiste la digestion.

Jus d’aloe vera

Le jus d’aloe vera est parfait en cas de problèmes digestifs, d’ulcères, de


désordres diverticulaires et autres troubles liés au fonctionnement du ventre.
Le jus d’aloe vera est un excellent agent pour éliminer les toxines.
Le jus d’aloe vera doit être consommé à jeun.
Vous pouvez également le prendre en capsules, que beaucoup estiment
être aussi efficaces.

Les élixirs du suédois

Ils sont connus pour stimuler la digestion et augmenter la production de salive


ainsi que l’activité des enzymes digestifs.

Vous connaissez peut-être des boissons apéritives telles que l’Angostura ou le


Campari.

74 | P a g e
Parmi les plantes qui y sont contenues, on retrouve : aloe, myrrhe, safran,
camphre, racine de rhubarbe, manne, racine de zedvoary, thériaque, racine
de chardon carline, racine d’angélique.

Ce sont les principaux ingrédients de l’élixir du suédois original créé au XVIème,


mais de nombreuses variantes sont aujourd’hui disponibles.
Soyez prévenus cependant – leur goût peut demander un peu
d’accoutumance.

Certains patients souffrant d’hémorroïdes trouvent également un


soulagement en appliquant de l’élixir du suédois en compresse.

La chlorelle

La chlorelle contient des enzymes digestifs naturels ainsi qu’une quantité


importante de chlorophylle. Bien que nous ne disposions pas de résultats
cliniques, la prise de chlorelle peut aider à produire plus d’oxygène
nettoyer les principaux systèmes d’élimination – intestin, foie et sang
aider à purifier votre sang et à le débarrasser des toxines
aider à conserver une tension artérielle optimale
contribuer à éliminer les moisissures de l’organisme
aider à neutraliser l’air vicié que vous pourriez respirer
contribuer à la croissance et à la réparation de vos tissus

Tout cela peut être très bénéfique aux personnes souffrant d’hémorroïdes.

La chlorelle est un complément que je recommande pour améliorer l’état du


système digestif et la santé en général. J’en prends chaque jour et ne saurais
m’en passer.

75 | P a g e
L’extrait de natto

La kinase de natto est une enzyme dérivée des bactéries de soja et de natto.
La kinase de natto contribue à éviter la formation de caillots sanguins à
dissoudre les caillots existants. Dans la mesure où les hémorroïdes gonflées
sont souvent provoquées par des caillots sanguins, l’extrait de natto peut se
révéler très utile.

Il n’a pas d’effet secondaire connu, faisant de lui une alternative plus sûre
que les anticoagulants.

L’eau

Quoique vous fassiez, n’oubliez pas l’eau. C’est un puissant nettoyant pour
l’organisme.

Le vinaigre de cidre

Comme mentionné précédemment, le vinaigre de cidre est particulièrement


adapté à une application externe sur les hémorroïdes.
C’est également un puissant breuvage antiseptique et antibiotique. Achetez
seulement du cidre non filtré fabriqué à partir de pommes biologiques. Boire
du vinaigre de cidre aide à maintenir l’équilibre acido-alcalin de votre
estomac. Mais consommez-le uniquement en petites quantités – une cuillère
à café ou deux.

Il est également excellent quand il est consommé avec des salades, …

76 | P a g e
Chapitre 6 : Compléments à base
de plantes
Compléments à base de plantes : le bon, le moyen et le mauvais

Ce n’est pas parce qu’un produit est 100% naturel qu’il est 100% sûr ou
efficace – souvenez-vous toujours de cela quand vous vous renseignez au
sujet d’un traitement à base de plantes.

J’ai recherché assidûment les plantes que je recommande ici – la plupart


ont été testées et ont prouvé leur efficacité.

Certaines plantes n’ont pas été testées à fond, mais des preuves historiques
et des témoignages montrent qu’elles sont efficaces et non toxiques.

Cependant, certaines préparations à base de plantes peuvent réagir avec


d’autres médicaments – veuillez consultez d’abord votre professionnel de
santé si vous suivez d’autres traitements.

La gotu kola

Nom botanique : Centella asiatica

La gotu kola a un passé long et riche dans la médecine ayurvédique – elle


a la réputation d’améliorer les performances sexuelles ainsi que les
capacités cérébrales. Je ne peux confirmer la véracité de ces affirmations,
mais je peux affirmer que cette plante peut vous aider en ce qui concerne
vos hémorroïdes.

Plusieurs études ont été menées, impliquant des candidats qui en avaient
reçu des doses de 30, 60 ou 120 milligrammes chaque jour. Les conclusions
ont montré des améliorations dans toutes les catégories à l’exception des

77 | P a g e
participants ayant reçu des placebos. Plus fort était le dosage, meilleur était
le résultat constaté.

La dose standard recommandée de gotu kola est de 20 à 60 milligrammes,


trois fois par jour, d’un extrait standardisé contenant 40% d’asiaticoside, 29% à
30% d’acide asiatique, 29% à 30% d’acide madécassique, ainsi que 1% à 2%
de madécassoside.

Vous devrez patienter au moins 4 semaines avant que la gotu kola ne


commence à montrer ses effets – mais cela vaut la peine d’attendre.

La gotu kola engendre rarement des effets secondaires lorsqu’elle est prise
par voie orale, et ne semble pas toxique bien qu’un usage topique ne soit
pas recommandé.

Le fragon

Nom botanique : Ruscus Aculeatus

Nommée ainsi en raison de ses branches qui furent une source traditionnelle
de paille utilisé par les bouchers, cette herbe a un long passé dans le
domaine du traitement des troubles urinaires.
Cependant, c’est dans le domaine du traitement des troubles de la
circulation sanguine et des insuffisances veineuses chroniques que l’usage du
fragon est recommandé par la commission allemande E (équivalent à la FDA
aux Etats-Unis).

Plusieurs études ont démontré qu’il réduisait significativement le gonflement,


comparativement aux placebos.

La dose recommandée de fragon est de 36 à 37,5 milligrammes deux fois par


jour sous forme d’un extrait d’éthanol concentré à 15-20 : 1.
Ce concentré devrait apporter de 7 à 11 milligrammes de ruscogénine
chaque jour.

78 | P a g e
Le marronnier

Nom botanique : Aesculus hippocastanum

Le marronnier est classé troisième produit à base de plante le plus répandu


(après le gingko et le millepertuis) vendu en Allemagne.

Les ingrédients actifs du marronnier sont un groupe de molécules appelées


saponines, parmi lesquelles l’aescine est la plus importante. Elle réduit la
rougeur, le gonflement et l’inflammation. Bien que son fonctionnement ne
soit pas encore clairement défini, elle est connue pour améliorer l’élasticité
des veines et prévenir la libération d’enzymes (connus sous le nom
d’hydrolases glycosaminoglycanes) qui dégradent le collagène et
contribuent à la faiblesse des veines ainsi qu’à la fuite de liquide dans les
tissus environnants.

Le marronnier a prouvé son efficacité au cours d’études cliniques – les


résultats ont montré que son utilisation engendrait des améliorations notables
dans les domaines de la douleur, du saignement et du gonflement en moins
d’une semaine, de façon subjective.
En moins de 2 semaines, les améliorations étaient visibles de façon objective.

Note importante :

La totalité du marronnier a été classé « plante néfaste » par la FDA – peut-être


avez-vous pris connaissance de cela et avez-vous eu des interrogations à ce
sujets.

Manger les noix issues de l’arbre ou boire un thé préparé à partir de ses
feuilles peut entraîner empoisonnement, nausée, destruction des globules
rouges et insuffisance respiratoire pouvant entraîner la mort.
Cependant, les fabricants retirent le composé le plus toxique – connu sous le
nom d’esculine – et standardisent la quantité d’aescine.
Pour éviter l’irritation de l’estomac par un autre composé du marronnier,
79 | P a g e
l’extrait est distribué comme produit à diffusion restreinte.
Même à de plus hautes doses, cette pratique a réduit les cas d’irritation de
l’estomac à moins de 1%.

Cette méthode de préparation des produits issus du marronnier semble les


avoir rendus plutôt fiables. Après des décennies d’utilisation en Allemagne, il
n’y a pas eu de cas d’effets secondaires graves relatés.

La dose recommandée est de 300 milligrammes deux fois par jour,


standardisée pour contenir 50 milligrammes d’aescine par dose.

Vous ne devriez pas prendre de marronnier si vous avez de graves troubles


rénaux ou hépatiques.

De plus, le marronnier ne doit pas être combiné à un anticoagulant, ou des


médicaments anticoagulants, car il peut amplifier leurs effets.

L’écorce de chêne

La commission allemande E recommande l’écorce de chêne en traitement


topique contre les hémorroïdes.

Cependant, aucune étude clinique officielle ne démontre sa valeur dans le


cadre d’un usage contre ce trouble.

L’écorce de chêne contient de nombreux tannins (comme le géranium), qui


ont un effet astringent, réduisant le gonflement des tissus et stoppant le
saignement.
La grande efficacité des tannins de chêne a été rapportée par de nombreux
patients, en application externe sur la zone concernée.

La racine de collinsonia

L’un des remèdes contre les hémorroïdes les plus appréciés des Chinois est la
racine de collinsonia.

80 | P a g e
Il est dit que cette plante stimule l’estomac, et cette action est bénéfique à
tous les organes du corps. Elle est connue pour sa capacité à combattre les
parois détendues et insuffisamment toniques des veines et des capillaires.
Elle aide donc au fonctionnement du foie et soulage l’obstruction de la veine
portale. Elle soulage également les veines dilatées du rectum.

L’orme

Nom botanique : ulmus rubra, ulmus fulva

C’est une autre plante qui ne revendique aucun test clinique.


Mais beaucoup affirment que ses propriétés apaisantes entraînent un grand
soulagement quand elle est appliquée en topique sous forme de tannin ou
d’onguent sur les hémorroïdes.

Quand elle est préparée sous forme de thé, les Chinois estiment que ses
propriétés apaisantes et mucilagineuses assurent un transit aisé lors du
passage à la selle. Elles offrent également une protection contre l’irritation et
l’inflammation des muqueuses

Plantes astringentes

Comme l’alun, le géranium, l’écorce de chêne et l’hamamélis, les plantes


dotées de vertus astringentes peuvent aider à renforcer et rétrécir les veines
détendues.
Les autres plantes astringentes qui peuvent être appliquées sous forme de
compresse ou d’onguent comprennent notamment : prêle, renouée des
oiseaux, plantain, ortie, yerba.

Pour aider à renforcer les veines, une autre excellente préparation combinant
plusieurs plantes est RectoRex. Elle contient de la gotu kola, du fragon et de
l’aubépine.

81 | P a g e
Plantes chinoises

Les deux plantes chinoises les plus couramment recommandées, et que j’ai
estimé être les plus efficaces, sont :

Bu Zhong Yi Qi Wan

Cette préparation classique d’Asie est utilisée pour tonifier l’estomac et


revigorer le foie. Elle évite une mauvaise digestion liée à un déséquilibre du
foie quand la personne présente des symptômes de ballonnements, de
douleur ou de flatulences. Elle a été utilisée avec succès pour contribuer à
ralentir la descente des organes comme le rectum, l’utérus, le côlon, les
hémorroïdes, les varices et les hernies.

Qiang Li Hua Zhi Ling (aussi connue sous le nom de fargelin)

Cette célèbre préparation chinoise est utilisée pour stimuler la circulation


sanguine, éviter la stagnation du sang, soulager les gonflements, dissiper la
chaleur et neutraliser la douleur. Elle est utilisée contre les hémorroïdes aiguës
et chroniques induites par une stagnation du sang et par la chaleur. Elle est
connue pour apporter un soulagement immédiat au gonflement.

Plantes douteuses

Les plantes suivantes sont celles que je recommande rarement, voire jamais –
les propositions citées supra sont plus sûres et plus efficaces. Cependant, je
joins tout de même les informations suivantes, car ces plantes sont
couramment recommandées dans le cas des hémorroïdes.

La réglisse

Nom botanique : Glycyrrhiza glabra

Cette plante est parfois recommandée pour combattre les hémorroïdes, mais
son utilité dans ce cadre n’a pas encore été prouvée.

82 | P a g e
La réglisse possède des composants qui stimulent l’activité des
corticostéroïdes naturels. Elle contient également une substance réputée
pour ses propriétés anti-inflammatoires.

Cependant, des effets secondaires de la réglisse ont été remarqués. Elle


abaisse le taux de testostérone chez les hommes – elle doit donc être évitée
si vous avez des problèmes d’impuissance, de libido ou de stérilité.

Il existe également des preuves selon lesquelles la réglisse peut augmenter le


risque d’accouchement prématuré en raison de son activité œstrogénique.

Le gel de réglisse à 2% peut soulager lorsqu’il est appliqué directement sur les
hémorroïdes, et ne présente pas les effets indésirables de la réglisse.

La recette Kampo connue sous le nom de Daio-kanzo-to possède une


efficacité démontrée contre la constipation. C’est un mélange de rhubarbe
et de réglisse. Durant un test de 2 semaines comptant quelques placebos,
132 personnes souffrant de constipation ont été invitées à prendre un remède
choisi aléatoirement pour chacune d’elle : placebo, Daio-kanzo-to
faiblement dosé ou Daio-kanzo-to fortement dosé. Les résultats ont montré
que le groupe de personnes bénéficiant des plus fortes doses, contrairement
à celles qui été traitées à faible dose, présentaient statistiquement une
amélioration significative de leur état de constipation initial, en comparaison
avec le groupe traité avec un placebo.

He Shou We

Entre autres bienfaits, cette plante est réputée pour soulager la constipation
et par là même apaiser les hémorroïdes.

Une substance issue de cette plante, l’émodine, appartient à la catégorie


des composants appelés anthraquinones – les autres membres de cette
catégorie agissent comme des laxatifs (d’où le nom du produit laxatif
Immodium).
83 | P a g e
Mais les études menées n’ont pas réussi à démontrer que l’émodine elle-
même avait un effet laxatif.

Essayez-la si vous le souhaitez – cependant, aucune étude de santé n’a été


menée à ce sujet, et je pense qu’il existe des herbes plus efficaces.

Le fucus vésiculeux

Nom botanique : fucus vesiculosus

Le fucus vésiculeux est une plante couramment prescrite dans les traitements
contre la constipation.
C’est un type d’algue très concentrée en iode. Ce n’est pas un varech, bien
qu’elle y soit parfois assimilée.

Un composant du fucus vésiculeux connu sous le nom d’acide alginique


gonfle au contact de l’eau. C’est ce qui l’a fait connaître comme laxatif.
Des études ont montré que la teneur en iode des plantes de la même famille
pouvait grandement varier. Pour cette raison, si vous utilisez fucus vésiculeux
comme laxatif habituel, il existe un risque réel de subir une overdose d’iode et
de développer de l’hyperthyroïdisme ou de l’hypothyroïdisme.
Le fucus vésiculeux et les autres préparations d’algues peuvent également
aggraver la présence d’acné et réduire l’absorption du fer.
Le fucus vésiculeux, comme toutes les plantes marines, peut concentrer en
elle des métaux lourds toxiques, comme l’arsenic, provenant des eaux
environnantes. Un rapport estimait que l’usage de fucus vésiculeux contenant
une quantité importante de métaux lourds a été responsable d’un cas
d’insuffisance rénale.
Les métaux lourds présentent un risque particulier pour les femmes enceintes
ou en cours d’allaitement, les enfants et toutes les personnes souffrant de
troubles rénaux.

84 | P a g e
Il n’y a aucune raison de courir les risques associés à cette plante – il existe de
bien meilleures alternatives.

Le séné

Nom botanique : cassi senna, cassia angustifolia, cassia acutifolia

Il est vrai que le séné peut être un traitement efficace contre la constipation.

Mais vaut-il la peine de prendre des risques ?

Le séné contient des substances de la famille des anthranoïdes des


substances similaires existent des d’autres plantes laxatives comme la
cascara sagrada, le nerprun et la rhubarbe turque.
Le mode d’action des anthranoïdes est à l’origine du problème : les
anthranoïdes fonctionnent en endommageant les cellules tapissant l’intérieur
du côlon. Les dégâts infligés aux cellules peuvent dégénérer en cancer et à
cause de cela, le séné est considéré comme susceptible d’augmenter le
risque de développer un cancer du côlon.

Comme c’est le cas avec les laxatifs, les personnes souffrant de troubles du
côlon, comme les colites ulcéreuses, ne doivent pas utilise de séné.

Le séné ne doit jamais être utilisé à long terme.

Un surdosage de séné peut créer un phénomène de dépendance,


impliquant l’impossibilité de déféquer sans l’aide de ce produit. Qui a besoin
de cela ?

Il y a eu également des rapports occasionnels mentionnant des réactions


inhabituelles à l’abus de séné, incluant l’hépatite.

85 | P a g e
Chapitre 7 : Lavements et laxatifs
Les lavements

Les lavements peuvent-ils être vos ennemis ?

Cette question soulève de nombreux débats et crée une scission entre


médecins traditionnels et naturopathes.

Personnellement, je me trouve dans le camp de ceux « qui n’aiment pas


trop ».
Je pense que l’usage réguliers d’outils destinés aux lavements n’est pas une
bonne idée – ils éliminent les minéraux essentiels et d’autres nutriments,
déséquilibrant ainsi la flore intestinale.

Je suis consciente que le camp des partisans de cette pratique recommande


souvent d’utiliser du yaourt, des plantes et toute une variété de substances
durant le lavement, pour théoriquement remplacer ce qui a été éliminé voire
pour apporter un surcroît de nutriments, mais je n’ai jamais trouvé de preuve
clinique attestant de l’efficacité ou de l’inutilité du procédé.

Si vous veiller à éviter les problèmes de santé en faisant attention à ce que


vous mettez dans votre bouche, vous ne devriez pas avoir besoin d’aider les
aliments à sortir de l’autre côté. La nature a crée un système parfait.

Cependant, il existe des cas – par exemple la constipation chronique – où le


lavement peut être utile. Mais je recommande toujours d’obtenir un avis
médical avant d’entreprendre cela.

Comme dans le cas de l’irrigation du côlon, il y a peu de preuves scientifiques


prouvant ou réfutant l’utilité du nettoyage du côlon. Les détracteurs estiment
qu’il n’est généralement pas nécessaire de le faire et qu’il peut même se
révéler néfaste. Bien que des médecins prescrivent un nettoyage du côlon

86 | P a g e
avant certaines procédures médicales telles que la coloscopie, la plupart ne
le recommande pas en temps que moyen d’évacuation des toxines. Leur
raisonnement est simple : le système digestif et l’intestin éliminent
naturellement les déchets et les bactéries – notre corps n’a pas besoin de
lavement pour cela.

Un problème majeur du lavement est qu’il augmente le risque de


déshydratation. Un problème plus grave est que certains laxatifs utilisés lors du
nettoyage du côlon, comme ceux à base de phosphate de sodium, peuvent
provoquer une élévation de vos substances électrolytes, ce qui peut être
dangereux si vous souffrez de problèmes rénaux ou cardiaques. Certaines
préparations de lavement (comme le café) ont été associées à des attaques
cardiaques et des déséquilibres des substances électrolytes.
Des lavements fréquents peuvent interférer avec le fonctionnement normal
du côlon et peuvent amener à une dépendance aux laxatifs ou aux
lavements.

Certaines plantes employées peuvent également interagir avec certains


médicaments prescrits, ou réduire leur efficacité.

Des études ont montré que le nettoyage du côlon peut rompre l’équilibre
entre les bactéries et les substances naturelles de l’intestin, et peuvent
entraver la capacité du côlon à éjecter les cellules mortes. D’autres
complications rares mais graves comprennent la perforation gastro-intestinale
lors d’une mauvaise insertion ainsi que des infections amibiennes liées à une
mauvaise stérilisation du matériel.

Les kits de nettoyage du côlon ainsi que les thérapies d’irrigation du côlon
font désormais partie d’un énorme commerce. Je tiens à dire que la vérité
n’est pas encore établie sur le fait qu’ils soient vraiment nécessaires et utiles,
mais j’estime qu’en portant un peu d’attention à votre régime alimentaire et

87 | P a g e
à votre mode de vie, ainsi qu’en utilisant quelques compléments à l’efficacité
prouvée, votre corps sera capable de faire son travail sans aucun assistance.

De nombreux patients que j’ai pu rencontrer imaginent qu’un kit de


nettoyage du côlon est un remède à tous leurs malheurs. Parfois cela les
soulage durant quelques jours, mais en général cela ne dure pas plus
longtemps.

Souvenez-vous que les kits de nettoyage du côlon ne se substituent pas à de


bonnes habitudes alimentaires. Ce n’est pas parce que vous avez pris
quelques gélules et vous êtes assis quelque fois de plus sur les toilettes, que
vous pouvez manger encore plus de hamburgers, de frites et de sandwiches
au bacon sans en subir les conséquences. Aussitôt que vous reprendrez vos
anciennes habitudes, votre corps saura se rappeler à vous.

Les laxatifs

De nombreux praticiens estiment que le fait de prendre régulièrement des


laxatifs fait plus de mal que de bien, car ces préparations (particulièrement
quand elles sont prises à forte dose ou durant des périodes prolongées) irritent
les délicates parois intestinales et interfèrent avec la digestion et l’absorption
des aliments, ce qui ne fait qu’aggraver le problème et peut contribuer à la
formation d’hémorroïdes.

Les laxatifs peuvent également causer des crampes, des diarrhées et des
déshydratations – ces dernières pouvant épuiser les ressources du corps en
nutriments essentiels, et pouvant potentiellement créer bien d’autres
problèmes de santé.

Les laxatifs ne soignent pas la cause de votre problème – ils ne sont qu’une
assistance temporaire qui la dissimule.

Etre dépendant des laxatifs pour pouvoir faire fonctionner ses intestins est une
indication clair de la part de votre corps, signifiant qu’il a besoin d’aide.
88 | P a g e
Les herbalistes chinois (ainsi que de nombreux naturopathes occidentaux) ne
croient généralement pas en l’usage de plantes laxatives, telles que le séné
(une plante couramment prescrite dans de nombreux pays).

Ils croient plutôt en l’usage d’herbes en tant que produits régulateurs pour
l’intestin – ce qui est assez différent des laxatifs, qui sont des stimulants et
peuvent souvent entraîner une dépendance.

Je vous déconseille vivement d’utiliser le séné.

Voici l’un des meilleurs remèdes chinois à base de plantes pour soulager la
constipation :

Oseille crépue

Nom français : oseille crépue


Nom botanique : Rumex crispus
Nom chinois : Chin-Ch’lao-Mai

Il y a beaucoup de variétés d’oseille, mais assurez-vous d’utiliser l’oseille


crépue, considéré comme la plus efficace.

Le thé d’oseille crépue est considéré comme le meilleur traitement pour


améliorer sa régularité.

Ce n’est pas un laxatif, mais il permet de réguler le fonctionnement du côlon.

Mode d’emploi :

Les racines sont utilisées pour faire du thé. Contrairement à beaucoup


d’autres thés à base de racines, il ne doit jamais bouillir continuellement. Il est
préparé en plaçant une cuillère à café de racines coupées dans une tasse
en en versant de l’eau bouillante dessus.

Couvrez la tasse avec une soucoupe et laissez reposer durant une demi-
heure. Filtrez le liquide, réchauffez et buvez chaud, trois à quatre fois par jour.

89 | P a g e
Si vous en faites une plus grande quantité par jour, filtrez le liquide comme
indiqué, mais ne réchauffez qu’une tasse à la fois, quand nécessaire.
Ce thé a un goût amer que beaucoup de gens apprécient – mais il peut être
adouci avec du miel.

Cependant, dans la mesure où chacun a des besoins différents et un régime


alimentaire distinct, la quantité de thé d’oseille crépue nécessaire peut varier
selon les individus.

Certaines personnes n’auront peut-être besoin que d’une tasse par jour,
d’autres quatre ou cinq.

De la même façon, le temps qu’il met à faire effet peut varier – certaines
personnes se régulent mieux en un ou deux jours, tandis d’autres le feront
après quatre ou cinq jours.

Par exemple, si vous consommez déjà une quantité raisonnable de fibres et


de liquides et avez simplement besoin d’une petite aide, votre façon de
consommer le thé d’oseille crépue sera différente d’une personne qui a une
alimentation pauvre en fibres et basée essentiellement sur des préparations
élaborées.

Cependant, cette plante a prouvé sa très grande efficacité, sans présenter


les inconvénients des laxatifs.

Si pour une raison quelconque vous trouviez ce thé désagréable ou difficile à


boire, l’oseille crépue est disponible sous forme de capsules – consultez
l’emballage pour en connaître la posologie. Là encore, vous devrez adapter
le dosage en fonction de votre situation personnelle.

J’ai entendu beaucoup de patients décrire ce thé comme de la « magie


pure » – il ne crée pas de besoin urgent et embarrassant, de douleur ou de
diarrhée, comme on en voit avec beaucoup de laxatifs – simplement un
« rappel » mesuré.

90 | P a g e
Le son

Le son doit être consommé avec suffisamment de liquide.

Il a la capacité d’absorber plusieurs fois son poids en eau ou en autres


liquides, et c’est ce liquide qui produira des selles molles faciles à évacuer.
Le son non transformé est considéré comme un régulateur, et non comme un
laxatif.

Le son peut engendrer des flatulences, mais cela devrait disparaître en


quelques semaines.

Toute nourriture riche en fibres, comme le son, ne doit pas être utilisé contre la
constipation par des personnes souffrant de sténose ou d’adhérences
intestinales.

La papaye

Nom chinois : Shu-Kua


Nom botanique : Carica papaya

Ce fruit tropical apporte énormément de vitamines et de minéraux, mais ce


qui est encore plus en rapport avec les hémorroïdes est qu’il contient des
enzymes – dont la plus importante est la papaïne, dont l’action digestive est
très similaire à celle de la pepsine.

La papaïne est extraite et concentrée en tablettes, essentiellement pour


assister la digestion des protéines.

Consommer de la papaye mûre chaque jour est un remède connu contre la


constipation.
Beaucoup de patients affirment que la papaye a donné de bons résultats
pour eux quand presque tout le reste avait échoué.

91 | P a g e
Si vous n’avez pas accès à de la papaye fraîche, je vous recommande un
complément ou bien de la papaye séchée ou congelée. Il existe différentes
variétés de papaye – vous pouvez en préférer certaines à d’autres. J’aime la
variété qui est connue en Australie sous le nom de « papaye fraise » elle est
moins ronde, plus allongée et ressemble plus à une poire que les autres
variétés. Sont goût est particulièrement agréable.

Les herbalistes chinois actuels recommande parfois les tablettes de papaïnes


pour traiter les hémorroïdes externes – ce n’est pas toujours avec succès, mais
dans certains cas c’est plutôt spectaculaire. Il faut consommer une tablette
toutes les trois ou quatre heures jusqu’à ce que la situation s’améliore, ce qui
arrive généralement en quelques jours. Il est apparu un petit nombre de cas
pour lesquels il a été remarqué que la papaye fonctionnait là où tous les

92 | P a g e
Chapitre 8: Techniques de
défécation
Forcer

Forcer exagérément lorsque l’on est sur le siège des toilettes peut causer
des fissures anales ou des hémorroïdes.

Si cet effort pour pousser est d’une intensité et d’une durée suffisante, il peut
également engendrer une pression anormale au niveau du cœur et même
menacer la vie d’une personne souffrant de troubles cardiaques.
Le docteur Norman Shaftel estime que même des personnes ne souffrant
pas de problèmes cardiaques peuvent surcharger leur cœur quand ils
forcent trop sur les toilettes.

Le docteur Shaftel a mené des tests qui ont prouvé que le fait de forcer à
outrance induisait des changements significatifs du rythme cardiaque, de la
pression sanguine et du comportement du cœur chez des personnes qui
n’avaient pas présenté auparavant de troubles cardiaques. Il a remarqué
que ces changements étaient similaires à ceux que l’on observe chez des
patients connus pour souffrir de ce type de troubles.
Le docteur Shaftel recommande vivement aux médecins de faire tout leur
possible pour que leurs patients ne souffrent pas de constipation.
S’il reste réservé sur le nombre exact de décès engendrés par des efforts
trop intenses aux toilettes, il déclare tout de même que « cela n’est pas
rare ».

Le docteur Paul Zoll confirme ces observations. Dans le bulletin de


l’American Medical Association, il a écrit qu’en raison de l’augmentation
de pression dans l’abdomen et la cavité abdominale lors d’efforts excessifs

93 | P a g e
aux toilettes, « un diverticule de l’intestin, ou un anévrisme d’un vaisseau
sanguin majeur du ventricule gauche peut apparaître ».

Il a également signalé le danger lié au fait qu’un effort excessif peut


déclencher l’apparition d’une angine ou « d’une douleur cardiaque
prolongée chez un patient souffrant de problème coronariens ».

Si ces affirmations ne suffisent pas à vous faire réaliser la gravité de la


constipation et des efforts trop violents qui en résultent, ainsi que la nécessité
de prendre des mesures immédiates, alors rien d’autre ne pourra vous le faire
comprendre.

Entraînement aux toilettes

Je sais que vous n’allez probablement pas aimer cette idée, mais la façon
dont la plupart des gens utilisent leurs toilettes est un facteur majeur impliqué
dans de nombreux désordres digestifs et intestinaux, et particulièrement les
hémorroïdes.

Plutôt que de nous asseoir comme des rois et des reines sur le trône, nous
devrions nous accroupir.

Oui : nous accroupir.

Si vous prenez le temps de bien y réfléchir, vous comprendrez que c’est, bien
sûr, une position naturelle et une technique que la nature a élaboré. C’est
ainsi que notre corps est conçu.

Le fait de s’accroupir aide la paroi abdominale et le colon.

La valvule iléo-caecale (ou valvule iléo-colique) est un petit muscle situé


entre l’intestin grêle et le côlon. Positionné dans la partie droite de votre
corps, cette valve à sens unique autorise votre nourriture à passer dans le
côlon pour y être traitée.

94 | P a g e
La fonction de cette valve est de s’ouvrir et de se refermer à la demande.
Quand ce muscle peine à s’ouvrir, cela provoque un reflux du côlon vers
l’intestin grêle, permettant ainsi à la matière fécale de s’insérer dans le
processus d’élaboration du sang. Ceci a de graves conséquences dans la
mesure où l’intestin grêle est le lieu où débute la confection du sang,
carburant pour l’organisme. Quand ce muscle ne remplit pas son rôle, le
processus d’élimination des déchets peut être entravé. Ces deux situations
sont très dangereuses et présentent un risque d’empoisonnement dans tous
les endroits du corps où le sang se trouve présent.
Ces situations sont liées à une position inadéquate aux toilettes et – comme
nous l’avons déjà vu – à un régime déséquilibré ou à un stress émotionnel.
Elles peuvent gravement affecter le bon fonctionnement de votre corps.

Revenons maintenant sur les toilettes :

Quand vous vous asseyez sur un siège de toilettes conventionnel, vos cuisses
ne peuvent aider la valve iléo-caecale comme elles le feraient si vous étiez
en position accroupie.

Cette absence d’assistance peut créer une faiblesse au niveau de cette


valve. Les symptômes des problèmes impliquant cette valve comprennent
des cernes sous les yeux, ainsi que des douleurs au niveau des lombaires et
des hanches.

L’autre problème des toilettes modernes (comme si le précédent ne suffisait


pas) est l’élimination incomplète des déchets.

Les deux endroits de l’intestin où la plupart des problèmes sont présents sont
le caecum (en bas à droite) et le sigmoïde (en bas à gauche).

En position accroupie, ces deux zones sont contractées par l’attitude des
cuisses. Mais quand nous nous asseyons sur un siège de toilettes, c’est

95 | P a g e
l’inverse qui se produit – la pression est appliquée sur ces zones, ce qui permet
à de la matière fécale d’y stagner.

Comment régler ce problème :

Un repose-pied bas (assurez-vous qu’il soit solide et qu’il ne puisse pas


basculer), sur lequel vous pourrez poser vos pieds lorsque vous êtes assis sur le
siège des toilettes, vous aidera à conserver une position plus proche de la
position accroupie.

Si vous intestins fonctionnent correctement, cela ne devrait pas prendre plus


de deux minutes pour les vider. Cela devrait être facile et ne demander
aucun effort. Si vous êtes donc habitué à prendre un journal ou un livre avec
vous, il est temps de repenser vos habitudes. Je ne veux pas dire par là que
vous devez désormais emporter un chronomètre avec vous, et vous
dépêcher si vous dépassez cette durée – mais si vous restez assis durant 10
minutes (ou plus) en attendant que quelque chose bouge, cela signifie que
vos intestins ne fonctionnent pas comme ils le devraient. En d’autres termes,
votre corps a besoin d’un peu d’aide comme cela vous est expliqué ici.

L’apport liquidien – une aide précieuse contre la constipation

Un apport liquidien insuffisant peut entraîner la formation de selles dures,


sèches et difficiles à évacuer qui peuvent contribuer bien évidemment à la
constipation. L’eau constitue un bon apport mais, comme vous avez pu le
lire, des chercheurs ont récemment mis en avant le fait que d’autres liquides
(thés, jus, soupes,…) ainsi que des aliments riches en liquide (fruits, légumes)
sont d’excellents moyens d’hydrater votre corps – au moins aussi bien que
l’eau. Ainsi, si vous ne pouvez pas boire les 8 verres d’eau recommandés
chaque jour (beaucoup de personnes trouvent cela difficile), cherchez
d’autres moyens d’apporter des liquides à votre organisme.

96 | P a g e
Chapitre 9 : Activité physique
Si vous avez des hémorroïdes, vous tirerez avantage à tonifier votre
organisme. L’exercice physique qui stimule la paroi abdominale améliorera
le transit intestinal et soulagera les problèmes de congestion.

La marche et la natation sont particulièrement recommandées.

Les patients qui passent beaucoup de temps dans un lit d’hôpital sont très
souvent constipés, en raison d’une absence de mouvement et d’exercice.
Les gens qui restent assis durant des périodes prolongées – par exemple les
chauffeurs de camions – rencontrent le même problème. C’est cette même
raison pour laquelle des vacanciers souffrent de constipation et de crises
d’hémorroïdes durant leurs congés – ils restent assis longtemps dans des
voitures, des avions, des trains, des autocars,…

Une étude menée sur 10 ans par l’US Surgeon General montre que l’un des
principaux bénéfices apportés par une activité physique régulière est un
meilleur état de santé du côlon.

Nos voies d’élimination des déchets sont composées de tissus musculaires


lisses qui entraînent la nourriture à travers notre organisme par un procédé
appelé péristaltisme – il s’agit d’une séquence ininterrompue de
contractions et de relâchements. Ces muscles, comme tous les autres, sont
plus efficaces quand ils sont bien entraînés.

Durant l’entraînement, notre cœur distribue du sang et de la lymphe à


toutes nos cellules – l’effet de cette opération sur notre transit alimentaire
est d’aider l’ensemble des organes impliqués à digérer et absorber la
nourriture plus rapidement.

97 | P a g e
Cela aide à préserver le corps des hémorroïdes, de la constipation, de
nombreux autres troubles digestifs ainsi que du cancer du côlon.

Note : avant d’entamer un programme d’entraînement physique, vous


devriez consulter un professionnel de santé.

Si un programme d’entraînement cardiovasculaire est donc nécessaire, quels


autres moyens peuvent aider votre organisme à éviter les hémorroïdes ?

1. La musculation est un bon moyen pour renforcer vos muscles et perdre de


la graisse.

Des études ont prouvé que l’exercice physique augmente le temps


nécessaire à la nourriture pour passer de votre bouche à vos intestins –
comme nous l’avons déjà vu, moins celle-ci reste dans votre corps, plus le
risque d’apparition d’hémorroïdes est grand.

2. Les exercices d’assouplissement – comme le yoga et la méthode Pilates –


sont d’excellentes méthodes d’exercice. Les étirements de ces deux
techniques peuvent avoir un effet bénéfique sur les intestins, améliorant ainsi
le péristaltisme.

Comme mentionné précédemment, le yoga vous aidera également à vous


relaxer et à comprendre le lien entre votre façon de penser (l’esprit) et les
hémorroïdes (le corps).

Ce site contient énormément d’informations utiles et vous permet de débuter


à votre rythme. Jetez-y un œil, vous comprendrez pourquoi je l’apprécie
autant.

Quelques recommandations :

Il n’est pas dans le cadre de ce manuel de vous fournir des exercices précis,
mais je vous recommande ceux-ci car ils sont excellents pour lutter contre les
hémorroïdes.

98 | P a g e
Exercices de Kegel

Les exercices de Kegel, nommés ainsi car établis par le docteur Arnold Kegel,
consistent à contracter et relâcher les muscles qui constituent la paroi
pelvienne (parfois appelés « muscles de Kegel »).

Cela peut être très bénéfique si vous souffrez d’hémorroïdes – ou d’un trouble
pelvien – en tonifiant et remusclant toute cette région du corps.
Beaucoup de personnes utilisant cette méthode constatent des améliorations
notables dans leur vie sexuelle également – cela peut vous aider à débuter si
vous manquez de motivation.

Thérapie d’inversion

La thérapie d’inversion, le fait de retourner son corps la tête en bas, est


également connue pour aider ceux qui souffrent d’hémorroïdes.
Beaucoup affirment qu’elle contribue à un bon état de santé – et j’en fais
partie.

Veuillez noter que si vous souffrez de troubles cardiaques, d’une pression


sanguine excessive, de troubles oculaires (comme le glaucome) ou si vous
êtes enceinte, vous devez demander un avis médical avant de débuter. Aux
premiers paliers de cette thérapie, les progrès devront être réalisés très
lentement. Quand quelqu’un essaye pour la première fois cette thérapie, il
doit s’assurer de disposer d’une autre personne pour pouvoir l’assister
éventuellement en cas de problème postural ou si un trouble médical est
constaté.

Une dernière remarque : si vous souffrez d’un rhume ou d’une grippe, ou de


tout autre problème qui vous ferait tousser ou éternuer, vous pourrez éviter de
créer une surpression sur vos hémorroïdes en contractant les muscles fessiers
juste avant. C’est une raison de plus pour laquelle des exercices visant à
renforcer cette région du corps pourront vous aider.

99 | P a g e
Chapitre 10 : Le souffle de la vie
Le souffle de la vie

Le stress peut jouer un rôle dans vos problèmes d’hémorroïdes.


Comme vous l’avez lu plus tôt, les personnalités de type A ont tendance à
avoir des systèmes digestifs plus acides.
Le stress peut fatiguer le système immunitaire et rendre le combat du corps
plus difficile.

Il y a trois façons de combattre efficacement le stress :

• Le yoga (comme mentionné précédemment)

• Les exercices respiratoires

• La méditation

La respiration

Pratiquer le yoga vous aidera à mieux comprendre l’importance d’une


bonne respiration, et vous permettra de distinguer les répercussions qu’elle
peut avoir sur tous les aspects de votre santé.

Bien sûr, respirer nous semble naturel, mais nous avons rarement conscience
de le faire.

Quand nous sommes stressés, notre respiration devient généralement plus


rapide – si vous avez déjà vu des expériences avec des participants dont les
réactions sont mesurées à l’aide d’innombrables fils et capteurs, leur rythme
cardiaque et leur cadence respiratoire augmentent généralement quand
ils sont soumis à un stress.

100 | P a g e
L’effet de cet état de stress est que moins d’oxygène parvient aux cellules –
moins d’oxygène signifie moins de capacités à guérir et d’éliminer les toxines.
Vous avez peut-être entendu parler de l’utilisation de l’oxygène comme
thérapie pour traiter des troubles variés et retarder les effets du vieillissement.
Si vous ressentez de la douleur et du stress lors d’une crise d’hémorroïdes,
souvenez-vous que quelques profondes inspirations peuvent vous aider.

Chaque fois que vous vous sentez stressé ou sous pression, pensez à votre
souffle. Cette pratique s’appelle la « respiration consciente ».
Respirez profondément – mais ne levez pas les épaules. Vous devez remplir en
premier votre diaphragme, la partie inférieure de votre estomac.
Prenez conscience du léger mouvement de votre estomac lorsque vous
inhalez, et remplissez progressivement l’intégralité de vos poumons avec de
l’air.

Faites l’inverse lors de l’expiration.

Vous concentrer sur votre respiration et prendre conscience de votre souffle –


en remarquant les différentes parties de vos poumons qui se remplissent
doucement d’air – est un excellent moyen de méditation.
Si vous pouvez trouver le temps de vous asseoir durant 10 à 15 minutes
chaque jour pour faire cet exercice de respiration, cela aura très vite un effet
positif sur votre santé. Il est encore meilleur de s’asseoir dans une position
droite mais détendue en faisant cela, afin de rester conscient et ne pas
divaguer.

Les exercices de yoga vous aideront également à mieux contrôler votre


respiration.

La méditation

La méditation n’est pas destinée qu’aux partisans des idées zen – elle est
largement considérée par la plupart des disciplines de la médecine comme

101 | P a g e
une technique positive. Je connais beaucoup de médecins généralistes qui
la pratiquent eux-mêmes régulièrement.

De nombreuses études ont montré qu’elle peut réduire le stress et améliorer la


santé, et beaucoup de personnes affirment qu’elle les a aidés à guérir de
maladies graves.

Il est hors du cadre de ce livre de vous donner une formation dans le


domaine de la méditation – mais si vous consultez les Pages Jaunes ou un
annuaire spécialisé, vous trouverez probablement une liste de formations
disponibles.

102 | P a g e
Chapitre 11 : Bref massage du
ventre contre les hémorroïdes
Votre ventre, tout comme le reste de votre corps, tire profit d’un massage –
et maintenant vous savez ce qu’un ventre plus heureux signifie : moins
d’hémorroïdes.

Des pressions douces mais fermes aux bons endroits de votre abdomen
aident à stimuler la circulation dans cette région du corps, à relaxer les
muscles et ainsi permettre une meilleure digestion.

Allongez-vous sur le dos avec les genoux pliés et pointant vers le haut, les
pieds à plat sur le sol (ou le lit).

1. Du côté droit, près de la région de la hanche, pressez aussi fort que


vous pouvez le supporter, en utilisant le bout des doigts des deux
mains.

2. Massez cette zone en effectuant un mouvement circulaire.

3. Continuez en remontant, jusque sous les côtes.

4. Traversez votre abdomen, en passant au-dessus du nombril et en


allant jusqu’au dessous des côtes gauches.

5. 5. Descendez vers la hanche gauche.

6. 6. Repartez vers la droite, en revenant vers la hanche droite où vous


aviez commencé.

Plus vous pratiquerez ce massage, mieux vous l’effectuerez. Vos doigts


commenceront à « parler » à votre côlon et à trouver ce dont il a besoin.

103 | P a g e
Faites-le simplement quelques minutes chaque jour – vos organes vous en
remercieront.

104 | P a g e
Chapitre 12 : Thermothérapie
La société Zewa Medical Systems a reçu un trophée à Genêve pour cet
équipement de thermothérapie destiné aux hémorroïdes.

L’appareil est contrôlé par un élément thermique intégré dans une sonde
rectale.

Il est inséré dans le rectum et réglé sur une température agréable.


La sonde émet des vagues de chaleurs intermittentes durant 20 minutes.
Il est facile et hygiénique de l’utiliser à la maison.
Après 20 minutes, l’appareil s’éteint tout seul.

Des études cliniques menées auprès de 107 patients à Hôpital Universitaire


de Zurich, en Suisse, ont montré que 78% d’entre eux ne présentaient plus
de signes d’hémorroïdes après 12 mois.

Il est recommandé de l’utiliser une à deux fois par jour durant une à quatre
semaines, en fonction de la gravité du cas.
Vous pourrez trouver plus d’informations ici :

www.zewa.com

105 | P a g e
Chapitre 13 : Une bouée ? Surtout
pas!
Si vous souffrez d’hémorroïdes, vous avez besoin d’un coussin qui répartisse
votre poids afin qu’il soit absent des parties douloureuses et repose sur les
autres.

S’il y a trop de pression sur la zone enflammée quand vous êtes assis, la
circulation sanguine vers cette région sera déséquilibrée et vous en
ressentirez plus de douleur. Cela gênera également votre guérison.
Contrairement à une croyance populaire, un coussin en forme de bouée
ne vous sera d’aucun secours. En raison de sa forme ronde, lorsque vous
vous asseyez sur ce type de coussin la pression exercée par le poids de
votre corps entrave le flux sanguin vers l’endroit où il est le plus utile.

La structure en anneau de la bouée fait ressortir la zone rectale et


augmente ainsi la pression qui y règne. La plupart du temps, votre zone
hémorroïdaire ne se trouvera pas au milieu du coussin, mais sur le côté, où
la pression sera concentrée.

Pourquoi ces coussins sont-ils si populaires ? Probablement parce qu’ils ne


sont pas chers, mais également parce que personne ne sait comment bien
s’en servir et quels sont les besoins réels de votre corps.

106 | P a g e
Chapitre 14 : Les plats épicés

Vous avez sûrement déjà entendu dire qu’il ne faut pas manger de plats
épicés quand vous souffrez d’hémorroïdes.
Cependant, une étude clinique a montré que le fait de manger des
piments ne provoquait aucune différence dans les symptômes
hémorroïdaires. Cela n’augmente pas l’inconfort ou la douleur.

Mon conseil est simplement : si vous les aimez, mangez-en prudemment. S’ils
ne semblent pas vous gêner, continuez d’en consommer avec modération.

Si vous sentez qu’ils aggravent la situation, n’en mangez plus.


Cependant, des plantes comme le gingembre, le raifort et la moutarde
peuvent entraîner des dégâts au niveau des tissus internes – évitez d’en
consommer si vous sentez qu’elless irritent davantage vos hémorroïdes
Mais alors pourquoi recommande-t-on fréquemment de ne pas consommer
de piment ?

Beaucoup de gens pensent à tort que les piments peuvent causer des
inflammations des tissus.

Cependant, les piments ne commettent aucun dégât.


Ils contiennent tous une molécule appelée capsaïcine. Quand celle-ci est
au contact des tissus, ces derniers émettent une substance appelée P.

La substance P est généralement émise lorsque les tissus sont endommagés.


C’est une technique que votre corps utilise pour détecter les dégâts.

Quand les piments déclenchent artificiellement l’émission de la substance


P, ils font croire à votre système nerveux qu’une blessure est survenue. Le
résultat est cette douleur piquante que vous ressentez.

107 | P a g e
Quand la capsaïcine est consommée régulièrement, la substance P se tarit
dans cette partie de votre corps – c’est pourquoi si vous mangez beaucoup
de piment, vous développez une tolérance à la sensation de brûlure.
Cependant, aucune brûlure réelle n’a lieu.

108 | P a g e
Chapitre 15 : Respectez votre foie
Comme vous l’avez lu dans les chapitres précédents, les hémorroïdes
peuvent être engendrées par un foie surchargé. C’est une cause trop
souvent négligée.

Le foie est l’organe suprême de notre métabolisme – quand il ne se porte


pas bien, il y a toujours des signaux d’alarme. Ceux-ci peuvent se présenter
sous la forme de calculs biliaires, de problèmes de poids, de déficiences
immunitaires et d’hémorroïdes – pour n’en citer que quelques uns.

Les légumes les plus profitables au foie sont les carottes et les betteraves. Ils
contiennent des beta-carotènes, des caroténoïdes et des flavonoïdes
curatifs.
Ils aident à la guérison et au nettoyage du foie.
La lécithine aide le foie à éliminer les graisses et à réduire le taux de
cholestérol. Elle contient également des acides gras et de la
phosphatidylcholine qui maintient en bon état les membranes recouvrant
les cellules du foie.

La luzerne et l’orge peuvent être consommées pour apporter de la


chlorophylle à votre foie – cependant, j’estime que le supplément de
chlorella mentionné plus haut est plus bénéfique.
De même, un masseur qualifié pourra stimuler votre foie pour l’aider à mieux
fonctionner.

Le chardon-Marie

Aussi appelé chardon de lait, cette plante a été utilisée comme tonifiant
pour le foie durant des siècles.

109 | P a g e
Des études et des examens tissulaires menés en clinique et en laboratoire ont
montré que le chardon-Marie avait des effets positifs pour traiter de
nombreuses affections du foie, comme l’hépatite chronique.
La commission allemande E a approuvé son intégration dans le traitement
des maladies du foie.

Il permet également de réduire l’engraissement toxique du foie, agit comme


un antioxydant et stabilise les membranes des cellules de celui-ci.
En Europe il est souvent prescrit aux patients, en complément des traitements
provoquant des troubles hépatiques.

Le dosage standard du chardon-Marie est de 200 grammes trois fois par jour.
Le chardon-Marie est considéré comme non toxique et ne présentant
quasiment aucun effet secondaire – une légère perturbation gastro-
intestinale est possible.
Cependant, il a été remarqué que le chardon-Marie peut diminuer
l’efficacité des contraceptifs pris par voie orale.

Le pissenlit

Le pissenlit, ennemi juré des jardiniers, est très nutritif. Ses feuilles contiennent
des taux exceptionnels de vitamine A, C, D et B complexe ainsi que du fer, du
magnésium, du zinc, du potassium, du manganèse, du cuivre, de la choline,
du bore et du silicone.

La prochaine fois que vous en verrez dans votre jardin, regardez-les comme
des salades et non comme des mauvaises herbes.

Les propriétés thérapeutiques du pissenlit sont due en partie à ses substances


amères. Cette amertume stimule les glandes digestives et le foie ainsi que
l’émission de bile.

En plus de son action spécifique sur le foie, le pissenlit agit également comme
un laxatif, un diurétique, un anti-inflammatoire et un tonifiant pour la vésicule
110 | P a g e
biliaire.
La racine de pissenlit est un remède efficace contre la constipation.

Le pissenlit est reconnu comme une plante saine, ne présentant aucun effet
secondaire. Mais, en raison des effets des racines de pissenlit sur l’émission de
bile, la commission allemande E a recommandé de ne pas l’utiliser si vous
souffrez d’obstruction des canaux biliaires ou d’autres troubles graves de la
vésicule biliaire, ainsi que de n’en consommer que sous surveillance médicale
si vous souffrez de calculs biliaires.

Le dosage recommandé est de 2 à 8 grammes de racine de pissenlit. Vous


pouvez également prendre 250 milligrammes, trois à quatre fois par jour, d’un
extrait dosé à 5 : 1.

L’artichaut

La feuille d’artichaut (pas la fleur) est un tonifiant amer possédant des vertus
protectrices et réparatrices pour le foie.
Des études cliniques ont démontré son rôle dans la réduction du taux de
cholestérol dans le sang, ainsi que celle de l’urée et des déchets azotés issus
de notre métabolisme.
Il est utile pour aider à la réparation du foie dans les cas d’insuffisance ou de
blessure hépatique, de trouble du foie, de mauvaise digestion, de calculs
biliaires et de constipation chronique.

La commission allemande E recommande 6 grammes de plante séchée ou


son équivalent chaque jour, en trois doses. L’extrait de feuille d’artichaut doit
être consommé conformément à son mode d’emploi.

Attention : si vous souffrez de troubles de la vésicule biliaire, l’artichaut ne doit


être utilisé que sous surveillance médicale.
Dans la mesure où la feuille d’artichaut stimule la contraction de la vésicule

111 | P a g e
biliaire, il est possible que cette contraction plus forte puisse mener à une
obstruction des canaux ou même à une rupture de la vésicule.

112 | P a g e
Conclusion
La chaîne que représente votre système digestif est aussi forte que son
maillon le plus faible. Ce dernier peut s’exprimer sous la forme d’acidité
excessive, d’une insuffisance en bioflavonoïdes ou en enzymes, de stress, de
manque d’activité physique,… Vous savez maintenant quelles peuvent être
ces faiblesses.

Quand l’alimentation, la digestion et l’élimination fonctionnent toutes en


harmonie, vous aurez un corps sain et exempt d’hémorroïdes.
Je vous souhaite un grand succès – c’est mon désir le plus sincère que de
voir tous ceux qui souffrent d’hémorroïdes être libérés de ce mal, sans
médicaments ni chirurgie.

Suivez mes recommandations : vous en constaterez vous-même les succès.

Anne Lopez
Infirmière Diplômé d'État
Spécialisé dans troubles liés aux hémorroïdes

113 | P a g e