Vous êtes sur la page 1sur 65

A Distance  

Enseignement
 
Stratégie – Marketingn  

Gestion
2013 – 2014
Management

IAE MASTER 2 : Année 1


Administration des Entreprises

Poitiers

© Association 4L Trophy 

WWW.QUALICERT.FR  Reproduction interdite. Propriété de l’IAE de Poitiers.

 
Gestion financière – Marine PORTAL 

Table des matières 
 

CONSEILS GENERAUX .................................................................................................................................... 3 
INTRODUCTION ............................................................................................................................................. 5 
LE DIAGNOSTIC FINANCIER .......................................................................................................................................... 5 
LES UTILISATEURS DE L’ANALYSE FINANCIERE .................................................................................................................. 6 
LA PERTINENCE DE L’ANALYSE ..................................................................................................................................... 6 
L’EVOLUTION DE LA GESTION FINANCIERE ET L’ANALYSE FINANCIERE ................................................................................... 7 
POUR VOUS ENTRAINER : EXTRAIT DU QCM A RETROUVER SUR LE SITE INTERNET ................................................................. 8 

CHAPITRE 1. ANALYSE FONDEE SUR LE COMPTE DE RESULTAT ....................................................................... 9 

1.1. LES SOLDES INTERMEDIAIRES DE GESTION ............................................................................................................... 9 
1.1.1. Décomposition du résultat .................................................................................................................... 9 
1.1.2. Tableau des SIG (avec numéros des comptes, à simple titre indicatif) ................................................ 10 
1.1.3. Signification des SIG ............................................................................................................................ 10 
1.2. LES RETRAITEMENTS DE LA CENTRALE DE BILANS (CDB) ........................................................................................... 15 
1.2.1. Exemples de retraitement ................................................................................................................... 15 
1.2.2. Exemple ............................................................................................................................................... 16 
1.3. LA CAPACITE D’AUTOFINANCEMENT (CAF) ........................................................................................................... 18 
1.3.1. Calcul à partir de l’EBE ........................................................................................................................ 18 
1.3.2. Calcul à partir du Résultat net ............................................................................................................. 18 
1.3.3. De la CAF à l’autofinancement ............................................................................................................ 19 
1.4. POUR VOUS ENTRAINER .................................................................................................................................... 20 

CHAPITRE 2. ANALYSE FONDEE SUR LE BILAN ............................................................................................... 21 
2.1. L’OPTIQUE PATRIMONIALE DU BILAN COMPTABLE................................................................................................... 21 
2.2. LE BILAN FINANCIER OU BILAN « LIQUIDITE » ........................................................................................................ 24 
2.3. L’ANALYSE FONCTIONNELLE DU BILAN .................................................................................................................. 26 
2.3.1. Les trois fonctions ................................................................................................................................ 26 
2.3.2. Le principe du bilan fonctionnel .......................................................................................................... 26 
2.3.3. Difficultés d’élaboration du bilan fonctionnel ..................................................................................... 29 
2.4. LES INDICATEURS DE L’EQUILIBRE FONCTIONNEL .................................................................................................... 31 
2.4.1. Le fonds de roulement net global ........................................................................................................ 31 
2.4.2. Le besoin en fonds de roulement (BFR) ............................................................................................... 33 
2.4.3. La trésorerie nette ............................................................................................................................... 34 
2.5. RATIOS DE STRUCTURE ET DE LIQUIDITE ............................................................................................................... 35 
2.5.1. Ratios de Structure .............................................................................................................................. 36 
2.5.2. Ratios de liquidité ................................................................................................................................ 37 
2.6. RATIOS D’ACTIVITE........................................................................................................................................... 37 
2.7. POUR VOUS ENTRAINER .................................................................................................................................... 38 

CHAPITRE 3. LE TABLEAU DE FINANCEMENT ................................................................................................ 41 
3.1. LA VARIATION DU FONDS DE ROULEMENT ............................................................................................................. 41 
3.2. LE TABLEAU DE FINANCEMENT ............................................................................................................................ 42 
3.2.1. Tableau de financement : 1ère partie ................................................................................................. 43 


Gestion financière – Marine PORTAL 

3.2.2. Le tableau de financement : 2ème partie .............................................................................................. 44 
3.3. POUR VOUS ENTRAINER .................................................................................................................................... 46 
CHAPITRE 4. PROBLEMATIQUE DE LA RENTABILITE ...................................................................................... 49 

4.1. RENTABILITE DE L’ACTIVITE (OU PROFITABILITE) ..................................................................................................... 49 
4.2. RENTABILITE DES CAPITAUX ............................................................................................................................... 49 
4.2.1. Rentabilité économique ...................................................................................................................... 49 
4.2.2. Rentabilité financière .......................................................................................................................... 51 
4.3. L’EFFET DE LEVIER ............................................................................................................................................ 51 
4.4. FORMALISATION.............................................................................................................................................. 52 
4.5. POUR VOUS EVALUER ....................................................................................................................................... 53 

CAS DE SYNTHESE ........................................................................................................................................ 55 
 


Gestion financière – Marine PORTAL 

CONSEILS GENERAUX 
 

Comme pour chacune de vos matières, trois supports de formation sont mis à votre disposition (fascicule, livre, 
module  Internet)  pour  vous  assurer  une  acquisition  rapide  et  efficace  puis  une  maîtrise  durable  des 
connaissances, méthodes et outils propres au domaine. 

Le fascicule que vous avez en mains présente les notions fondamentales de gestion et d’analyse financière, au 
moyen  d’un  cours  structuré  avec  des  exemples,  où  chaque  chapitre  correspond  à  environ  3  ou  4  heures  de 
travail personnel ; chacune de ces séquences vous renvoie également au livre de référence qui vous propose 
des exercices corrigés à durée très variable. Vous disposez ainsi de plusieurs supports actualisés et didactiques, 
dont l’usage méthodique devrait vous amener sans trop de difficulté à une bonne appropriation des outils de 
base de l’analyse financière. 

Le module Internet doit être consulté lorsque vous désirez revoir rapidement le cours sous forme d’un résumé, 
parcouru  en  mode  hypertexte,  comme  le  permet  l’informatique,  c’est‐à‐dire  en  choisissant  de  vous  attarder 
uniquement  sur  les  notions  que  vous  ne  maîtrisez  pas  encore  suffisamment.  Le  module  Internet  propose 
également  des  exercices  d’entraînement  avec  leur  corrigé,  de  difficulté  progressive,  qui  viennent  compléter 
ceux du livre de référence. Un QCM vous aidera à revoir rapidement les points clés à la fin de chaque chapitre. 

Nous vous recommandons enfin de réaliser à la date prévue par le calendrier, le devoir à envoyer (par courriel) 
à la correction. Celui‐ci vous permettra d’évaluer ponctuellement votre degré de compréhension de la matière 
et vous indiquera le niveau d’exigence fixé par les professeurs pour la future épreuve d’examen.  

Pour toute observation ou question relative au cours, pensez à utiliser le forum sur Internet. Parmi toutes les 
questions posées par les étudiants, vous trouverez peut‐être la réponse à vos propres interrogations. 

BON  COURAGE  dans  la  lecture  et  l’apprentissage  des  notions  de  ce  fascicule,  et  encore  une  fois,  n’hésitez 
surtout pas à utiliser le forum pour toute question.  


Gestion financière – Marine PORTAL 

INTRODUCTION 

LE DIAGNOSTIC FINANCIER 
L’analyse  financière  objet  de  ce  cours,  consiste  en  un  diagnostic  financier  qui,  par  analogie  au  diagnostic 
médical, conduit à se prononcer sur l’état de santé de l’entreprise. 

Fondée  sur  l’examen  des  documents  de  synthèse  de  la  comptabilité  générale,  l’analyse  financière  permet 
d’évaluer la viabilité de l’entreprise en termes d’équilibre (développement harmonieux de l’actif et du passif), 
de  rentabilité  (dégagement  de  bénéfices  par  rapport  aux  moyens  mis  en  œuvre),  de  solvabilité  (capacité 
théorique à rembourser ses dettes), de liquidité (capacité effective de la trésorerie à faire face aux dépenses). 
Toute une batterie de ratios nous permettra de vérifier la bonne santé financière de l’entreprise et d’apprécier 
les  risques  éventuellement  encourus :  risque  de  défaillance  par  rupture  de  solvabilité,  risque  de 
désinvestissement par manque de rentabilité etc. 

L’examen des seuls documents comptables (sur plusieurs exercices) ne suffira pas à un diagnostic approfondi ; 
bien  d’autres  informations viendront  compléter  l’analyse  :  l’appartenance  de  l’entreprise  à  un  groupe, 
l’historique  de  la  vie  de  l’entreprise  (succès,  échecs,  crises),  les  caractéristiques  de  son  secteur  d’activité, 
l’accès  au  marché  financier,  les  données  qualitatives  sur  les  ressources  humaines,  les  caractéristiques  des 
produits  et  services  vendus,  des  clients,  des  fournisseurs,  des  concurrents  (cf  .  le  modèle  des  cinq  forces 
concurrentielles de Porter) etc. 

L’analyse financière est faite pour agir ; elle sert de point de départ à une seconde étape d’ordre prévisionnel, 
lors  de  laquelle  se  prennent  les  décisions  stratégiques  fondées  sur  le  constat  des  forces  et  des  faiblesses 
révélés  entre  autres  par  le  diagnostic  financier  mais  rapproché  d’une  quantité  d’autres  informations  non 
comptables, qualitatives, externes etc. 

Retraiter les  Intégrer  le 


Calculer  des  diagnostic  Proposer 
documents  indicateurs  AGIR
de synthèse  financier  dans  des 
financiers  un  diagnostic  solutions 
comptables 
global  

La  gestion  financière  et  l’analyse  financière  s’appuient  sur  l’image  que  donne  la  comptabilité  générale 
principalement  au  travers  du  Compte  de  résultat,  du  Bilan  et  des  annexes  de  la  liasse  fiscale,  mais  l’analyse 
financière crée aussi ses propres représentations sur la base de modèles prévus par le Plan comptable général 
ou par la Centrale des bilans de la Banque de France par exemple.  

Retenons  également  que,  au  contraire  de  la  comptabilité  générale,  l’analyse  financière  n’a  pas  un  caractère 
obligatoire et formel pour l’entreprise (sauf le tableau des Soldes Intermédiaires de Gestion dans le système 
développé) et ne se construit donc pas dans un cadre aussi rigide et normalisé. 


Gestion financière – Marine PORTAL 

 
  Comptabilité générale  Gestion financière 
 
  BILAN comptable 
  Tableau des SIG 
  COMPTE DE RESULTAT 
  CAF
reclassements
 
  ANNEXE  BILAN FONCTIONNEL 
  ‐ Tableau des immobilisations 
  ‐ Tableau des amortissements  RATIOS 
‐ Tableau des provisions  retraitements
 
‐  Tableau  des  échéances  de  Tableau de FINANCEMENT 
  créances et dettes 
  ‐  Tableau  d’affectation  du 
  résultat  Tableau des FLUX DE 
  ‐  Tableau  des  engagements  TRESORERIE 
  hors  bilan  (effets  escomptés 
non échus)  
 
 

LES UTILISATEURS DE L’ANALYSE FINANCIERE 
Les utilisateurs de l’analyse financière sont nombreux :  

‐ Les gestionnaires de l’entreprise 
‐ Les actionnaires ou autres apporteurs du capital social (associés) 
‐ Les prêteurs de fonds (banques) 
‐ Les fournisseurs (qui accordent des crédits commerciaux) 
‐ Les salariés de l’entreprise (soucieux de leur emploi) 
‐ Les clients (qui sollicitent des crédits commerciaux, qui souhaitent la pérennité de l’entreprise, de ses 
produits et services) 
‐ Les concurrents 
‐ Les  organismes  et  partenaires  économiques  tels  que  l’INSEE,  la  Banque  de  France,  les  Chambres  de 
métiers, de commerce et d’industrie, les collectivités locales etc.  

Les attentes de ces différents acteurs ne sont pas les mêmes : 

‐ Les  dirigeants  de  l’entreprise  ont  comme  objectif  de  maximiser  leurs  revenus,  leurs  pouvoirs,  par  la 
croissance, la rentabilité économique, 
‐ Les  actionnaires  attendent  davantage  une  amélioration  de  la  situation  nette  de  l’entreprise  et  une 
bonne rentabilité financière, 
‐ Les salariés s’intéressent à la croissance pourvoyeuse d’emplois et de revenus (pas de délocalisation 
sous prétexte de réduire les coûts), 
‐ Les créanciers s’attachent au remboursement de leurs créances, donc à la solvabilité de l’entreprise et 
de ses clients. 

La défense de tous ces intérêts légitimes, parfois divergents, passe par la pertinence du diagnostic financier.  

LA PERTINENCE DE L’ANALYSE 
La pertinence de l’analyse tient plus à l’interprétation des résultats qu’à leur simple calcul arithmétique. Cette 
interprétation exige du discernement, ainsi : 


Gestion financière – Marine PORTAL 

‐ Prise  isolément,  une  donnée  en  valeur  absolue  n’aura  pas  grand  sens :  que  penser  d’un  Fonds  de 
roulement de 112 000 € ? Des comparaisons dans le temps et l’espace (inter‐entreprises) apporteront 
un éclairage indispensable pour porter un jugement. Ainsi, faut‐il rapprocher ses résultats des valeurs 
moyennes et médianes observées sur le même secteur économique ou chez des concurrents. Les sites 
internet  fournissant  des  données  (le  plus  souvent  payantes)  et  des  analyses  financières  sont  très 
nombreux :  
o greffes des tribunaux de commerce (www.infogreffe.fr)  
o Reuters www.ort.fr,  
o Coface www.cofacerating.fr,  
o Journal LesEchos  www.lesechos.fr  
o Journal la Tribune : www.latribune.fr  

Chaque  année,  la  Banque  de  France  par  exemple,  publie  des  analyses  sectorielles.  Il  en  va  de 
même du SESSI (Service des études et statistiques industrielles). 

‐ Les données relatives (par exemple des pourcentages) seront également à manier avec prudence : une 
augmentation  de  50%  sur  un  poste  de  10 000  €  peut  être  beaucoup  moins  significative  qu’une 
variation de 5% sur un poste de 200 000 €. 
‐ Un  chiffre  d’affaires  peut  croître  alors  que  le  résultat  d’exploitation  diminue.  Il  suffit  pour  cela  que 
l’entreprise, contrainte par la concurrence, réduise ses marges pour vendre plus, ce qui correspond à 
une stratégie de conquête d’un marché.  
‐ Une entreprise qui réalise un bénéfice en fin d’exercice, n’est pas forcément en « bonne santé » ; ce 
résultat  net  peut  cacher  un  mauvais  résultat  d’exploitation  et/ou  financier,  masqué  par  un  résultat 
exceptionnel  (donc  temporaire)  positif  (une  liquidation  des  actifs pour  faire  face  à  des  difficultés 
chroniques !). 
‐ Une entreprise qui connaît une perte n’est pas forcément en difficulté ; comme dit précédemment, ce 
résultat peut être dû à des causes exceptionnelles. 
‐ Une entreprise saine sur le plan de son activité (résultat d’exploitation positif) donc très probablement 
rentable, peut  connaître des  difficultés  de trésorerie  (les flux  financiers étant  décalés dans  le  temps 
par rapport aux flux réels) qui la conduiront à la défaillance (cessation des paiements). Ainsi la gestion 
des  crédits  clients  et  fournisseurs  attirera  toute  notre  attention.  D’autre  part,  une  croissance 
commerciale  rapide  dont  l’entreprise  pourrait  se  féliciter,  génère  un  phénomène  bien  connu  des 
analystes  financiers  de  dérèglement  de  la  trésorerie,  appelé  « effet  ciseaux »  qui  peut  également 
conduire l’entreprise à la cessation de paiement et au rachat par un concurrent. 

L’EVOLUTION DE LA GESTION FINANCIERE ET L’ANALYSE FINANCIERE 
L’environnement économique actuel est très différent de celui d’il y a vingt ans. En conséquence, et compte 
tenu de perfectionnements théoriques, l’analyse financière a connu une évolution récente, ainsi : 

‐ le  développement  des  études  en  termes  de  flux  (analyse  dynamique)  qui  viennent  compléter  les 
études en termes de stocks (analyse statique), 
‐ la focalisation actuelle sur les problèmes de rentabilité financière alors que l’analyse financière s’était 
autrefois développée, à l’initiative des banques, sur les problèmes de solvabilité des entreprises et au 
risque de défaillance, 
‐ l’intérêt  marqué  pour  la  répartition  de  la valeur  ajoutée  (pour  les  actionnaires, pour  les  salariés)  en 
matière de gestion de l’entreprise, 
‐ la délicate prise en compte nécessaire des éléments immatériels, importants dans une économie de 
services. L’élaboration de nouveaux outils mieux adaptés constitue un axe d’évolution contemporaine 
de l’analyse financière. 


Gestion financière – Marine PORTAL 

Toutes  ces  considérations  nous  amènent  à  conclure  votre  appropriation  de  ce  cours…  Vous  devrez  non 
seulement vous approprier les outils de l’analyse financière au même titre que ceux de la comptabilité générale 
auxquels  vous  êtes  déjà  familiarisé(e),  mais  il  vous  faudra  également  apprendre  à  évaluer  globalement  une 
situation, l’appréhender dans toute sa complexité en évitant tout jugement hâtif ou réducteur. 

Le  présent  fascicule  est  structuré  de  façon  à  présenter  simplement  les  outils  d’une  analyse  financière  dite 
statique  (en  termes  de  stocks)  du  compte  de  résultat  et  du  bilan  avant  d’aborder  les  outils  plus  complexes 
d’une analyse dynamique (en termes de flux), à savoir le tableau de financement. Le compte de résultat sera 
plus  axé  sur  les  performances  d’exploitation  de  l’entreprise  dans  son  secteur  d’activité.  Le  bilan  ouvrira 
l’analyse sur les problématiques d’endettement, de solvabilité et de rentabilité. 

Les  chapitres  s’enchaînent  par  difficulté  croissante,  donc  prenez  bien  le  temps  d’assimiler  les  deux  premiers 
avant de poursuivre.  

Pour vous entraîner : Extrait du QCM à retrouver sur le site internet  

A chaque question, indiquez avec quelles réponses vous êtes d’accord : 

1. La finalité de l’analyse financière est de pouvoir se prononcer : 
‐ sur la rentabilité des capitaux investis par les actionnaires 
‐ sur la solvabilité de l’entreprise compte tenu de ses dettes et de ses créances 
‐ sur la capacité de l’entreprise à disposer d’une trésorerie suffisante 
‐ sur l’implication de son personnel quant aux objectifs de développement de l’entreprise 
‐ sur l’équilibre financier du bilan 
2. Les documents de l’analyse financière :  
‐ sont pour certains d’entre eux, normalisés 
‐ comprennent le tableau des soldes intermédiaires de gestion 
‐ ne comprennent que le compte de résultat et le bilan 
‐ incluent fréquemment de nombreux ratios  
‐ sont facultatifs 
3. Les personnes intéressées par la situation financière de l’entreprise sont : 
‐ les représentants du personnel, les syndicats 
‐ les principaux clients et fournisseurs de l’entreprise 
‐ les banques 
‐ les organismes sociaux  
‐ les actionnaires 
4. A propos de pertinence de l’analyse : 
‐ il est important de porter son attention aussi bien sur le CA que sur les marges  
‐ une entreprise qui possède une activité commerciale en expansion est forcément viable  
‐ le résultat net d’une entreprise même bénéficiaire peut cacher une situation difficile 
‐ une perte nette peut avoir été provoquée par des charges exceptionnelles 
‐ les charges financières n’ont pas d’impact sur le résultat net 
5. L’évolution de l’analyse financière : 
‐ est figée depuis ces dix dernières années, étant donné une conjoncture maussade 
‐ donne de l’importance à l’analyse dynamique, qui s’intéresse aux flux  
‐ donne de l’importance à la rentabilité des capitaux investis 
‐ s’intéresse à la problématique de la répartition de la valeur ajoutée 
‐ délaisse les éléments immatériels  

Retrouvez sur le site, ce QCM et les solutions...   


Gestion financière – Marine PORTAL 

CHAPITRE 1. 
ANALYSE FONDEE SUR LE COMPTE DE RESULTAT 
 

« Les affaires ? C’est bien simple, c’est l’agent des autres », Alexandre Dumas fils 

Vos objectifs : 

‐ ‐Savoir interpréter les différents SIG 
‐ ‐Maîtriser leur calcul  
‐ ‐Déterminer la Capacité d’autofinancement suivant les deux méthodes 

1.1. LES SOLDES INTERMEDIAIRES DE GESTION 
Comme  vous  l’avez  vu  en  cours  de  Comptabilité  générale,  le  résultat  d’un  exercice  comptable  s’obtient  par 
différence  entre  les  charges  et  les  produits,  classés  par  nature  dans  le  compte  de  résultat  (éléments 
d’exploitation, financiers et exceptionnels). 

Dépassant son approche patrimoniale, le Plan Comptable Général présente dans le système développé, un outil 
d’information pour la gestion : le tableau des Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG). 

1.1.1. DECOMPOSITION DU RESULTAT 
Le résultat se construit au fil de plusieurs étapes : 

Marge  Production de 
commerciale l’exercice

Valeur Ajoutée

Excédent  Brut
d’exploitation

Résultat 
d’exploitation

Résultat  Résultat 
courant  exceptionnel 

+ ou – value sur cessions 
RESULTAT NET d’actifs 


Gestion financière – Marine PORTAL 

1.1.2. TABLEAU DES SIG (AVEC NUMEROS DES COMPTES, A SIMPLE TITRE INDICATIF) 
Ce tableau peut se présenter en comptes (produits et charges) : 

Produits    Charges    Soldes 


Ventes de marchandises    Coût d’achat des march. Vendues    Marge commerciale  
707‐7097  607‐6097+‐6037 + 608 
Production vendue 70 (sauf 707)‐709    Déstockage de production 71    Production de l’exercice  
Production stockée 71 
Production immobilisée 72‐73 
Production de l’exercice    Consommation  de  l’exercice  en    Valeur ajoutée  
Marge commerciale  provenance de tiers  
601‐606‐6091‐6096 +‐6031 et 6032 
61‐62 
Valeur ajoutée    Impôts, taxes et versements assimilés    Excédent brut d’exploitation  
Subvention d’exploitation 74  63  ou  Insuffisance  brute 
Charges de personnel 64  d’exploit. 
Excédent brut d’exploitation    Insuffisance brute d’exploitation    Résultat d’exploitation  
Reprises sur charges 781   Dotations  aux  amortissements.  et  (Bénéfice ou Perte) 
Autres produits 75 (sauf 755)  provisions 681 
Autres charges 65 (sauf 655) 
Bénéfice d’exploitation    Perte d’exploitation    Résultat courant avant impôts 
Quotes‐parts  de  résultat  sur  op.  en  Quotes‐parts  de  résultat  sur  op.  en 
commun 755‐655  commun 
Produits financiers 76 786 796  Charges financières 66 686 
Produits exceptionnels 77 787 797    Charges exceptionnelles 67 687    Résultat exceptionnel  
Résultat  courant  avant  impôts    Résultat courant avant impôts (Perte)     Résultat de l’exercice  
(Bénéfice)  Résultat exceptionnel (Perte) 
Résultat exceptionnel (Bénéfice)  Participation des salariés 691 
Impôts sur les bénéfices 695 697 
Produits de cession des éléments d’actif    Valeur comptable des éléments cédés    Plus  ou  Moins‐values  sur 
775  675  cessions d’éléments d’actif  
Ou, le plus fréquemment, en liste : 

Marge commerciale    
+ Production de l’exercice  
‐ Consommations en provenance de tiers  
= Valeur ajoutée   
+ subventions d’exploitation   
‐ impôts, taxes et versements assimilés 
‐ charges de personnel 
= Excédent brut d’exploitation   
+ reprises et transferts de charges d’exploitation   
+ autres produits 
‐ DAP d’exploitation 
‐ autres charges 
= Résultat d’exploitation   
+ ‐ Quote‐part de résultat sur opérations en commun   
+ produits financiers 
‐ charges financières 
= Résultat courant avant impôts   
+ Résultat exceptionnel 
‐ Participation des salariés 
‐ Impôts sur les sociétés (IS) 
= Résultat de l’exercice   
1.1.3. SIGNIFICATION DES SIG 
La marge commerciale est calculée pour les entreprises commerciales et les entreprises industrielles ayant une 
activité  de  négoce  (revente  en  l’état).  C’est  le  paramètre  essentiel  des  entreprises  de  distribution.  Elle  peut 
s’exprimer en % du chiffre d’affaires : (marge commerciale / chiffre d’affaires) * 100. Il est intéressant de suivre 
l’évolution dans le temps de ce taux de marge commerciale. 

10 
Gestion financière – Marine PORTAL 

La production de l’exercice ne concerne que les entreprises ayant une activité de production, de biens ou de 
services. Indicateur essentiel du niveau d’activité, il présente toutefois l’inconvénient de mélanger deux modes 
de valorisation : la production vendue au prix de vente, la production stockée et la production immobilisée au 
coût  de  production.  Il  est  intéressant  de  suivre  l’évolution  du  taux  de  croissance  de  la  production  dans  le 
temps, entre les années n‐1 et n par exemple : (Pn – Pn‐1) / Pn‐1. Il faut également être vigilant au niveau des 
stocks :  une  augmentation  sensible  de  la  production  stockée  (donc  mévente)  peut  dénoter  une  insuffisante 
réactivité  de  l’entreprise  par  rapport  à  l’évolution  qualitative  de  la  demande  (mévente)  ou  d’autres  facteurs 
commerciaux. 

La valeur  ajoutée mesure la richesse économique créée par l’entreprise. Ce solde constitue un indicateur du 
poids  de  l’entreprise  dans  l’économie  nationale  (le  PIB,  Produit  Intérieur  Brut,  est  la  somme  des  valeurs 
ajoutées  des  entreprises  d’un  pays).  En  micro‐économie,  c’est  un  indicateur  d’efficacité  de  la  combinaison 
productive (hommes + machines), dont on peut suivre l’évolution avec les ratios : 

Productivité apparente du travail = VA / effectif salarié moyen 

à  ne  pas confondre  avec  les  mesures  classiques  de productivité  des  machines,  qui  utilisent  un  paramètre  de 
durée ou de vitesse 

Rendement apparent du capital = VA / immobilisations brutes d’exploitation 

Taux d’investissement = investissements d’exploitation nouveaux / VA 

La V.A dépend entre autre du pouvoir de négociation de l’entreprise sur ses fournisseurs. Ne pas s’inquiéter 
d’une  diminution  de  la  V.A  quand  une  entreprise  a  recours  à  l’externalisation  d’activités  (sous‐traitance)  qui 
accroît les consommations en provenance de tiers mais a pour finalité d’augmenter l’EBE, voire de donner plus 
de  flexibilité  à  l’entreprise,  dans  une  conjoncture  très  variable.  La  V.A  est  répartie  entre  le  personnel,  les 
prêteurs, les apporteurs de capitaux, l’Etat et elle‐même, d’où quelques ratios intéressants à calculer : 

Taux d’intégration (hors sous‐traitance) = VA / production   et    VA / CA 

Répartition :  

‐ au personnel : ((charges de personnel + Participation) / VA) *100 
‐ aux prêteurs : (charges financières / VA) *100 
‐ aux associés : (dividendes / VA) *100 
‐ à l’entreprise : (autofinancement / VA) *100 
‐ à l’Etat : ((impôts et taxes + IS) / VA) *100 

L’excédent  brut  d’exploitation  est  la  ressource  de  trésorerie  générée  par  l’exploitation,  après  paiement  des 
salaires et des impôts et taxes. L’EBE est destiné à rémunérer les apporteurs de capitaux et à maintenir voire 
développer  la  capacité  productive  de  l’entreprise.  Ce  solde  d’exploitation,  qui  peut  être  négatif  (insuffisance 
brute d’exploitation), est un point de départ du calcul de la Capacité d’autofinancement que nous verrons plus 
loin.  L  ‘EBE  est  très  utilisé  dans  les  comparaisons  inter‐entreprises  car  il  fait  abstraction  des  politiques  de 
financement, d’amortissement, d’imposition et de distribution du bénéfice. 

Taux de marge brute d’exploitation (profitabilité) = EBE / CA (généralement > 10%) 

A  ce  stade  du  tableau  des  SIG,  l’EBE  permet  de  passer  d’une  logique  de  marge  à  une  logique  de  rentabilité, 
avec notamment le ratio de rentabilité économique brute = EBE x 100 / Capitaux investis dans l’exploitation. 
On  appelle  « Capitaux  investis  dans  l’exploitation »  ou  aussi  « Capital  économique »,  les  immobilisations 
d’exploitation prises à leur valeur brute + le Besoin en fonds de roulement d’exploitation, dont nous parlerons 
plus loin dans le fascicule.  

11 
Gestion financière – Marine PORTAL 

Le résultat d’exploitation mesure la performance de l’entreprise après la prise en compte de tous les éléments 
d’exploitation, notamment les charges non décaissées que sont les amortissements et les provisions. 

Taux de marge nette d’exploitation = Résultat d’exploitation / Chiffre d’affaires 

Taux de rentabilité économique nette = Résultat d’exploitation / Capitaux investis 

Le  résultat  courant  intègre  les  éléments  financiers  et  permet  ainsi  d’apprécier  l’impact  de  la  politique  de 
financement retenue par l’entreprise (les emprunts génèrent des charges financières qui peuvent peser lourd 
sur le résultat d’exploitation). 

Le résultat net intègre en outre les éléments exceptionnels, ainsi que la participation des salariés et l’impôt sur 
les bénéfices (IS). 

Taux de rentabilité financière = Résultat net / Capitaux propres, permet aux apporteurs de capitaux d’évaluer le 
rendement de leur investissement  

Le  résultat  sur  cession  d’éléments  d’actif  est  déjà  compris  dans  le  résultat  exceptionnel  mais  apparaît 
distinctement à titre d’information utile à l’analyste. Il permet notamment de rendre compte des décisions de 
désinvestissement  (vente  de  machine  ou  d’outils  de  production)  dans  l’entreprise  du  fait  par  exemple  d’un 
ralentissement durable de l’activité. 

Prenons  un  exemple  chiffré  :  Nous  indiquons  à  titre  simplement  informatif  le  numéro  du  compte  concerné, 
ainsi que le type d’opération dont il s’agit (E=exploitation, F=financier, X=exceptionnel) 

   

12 
Gestion financière – Marine PORTAL 

  Extrait de Balance de l'entreprise EXOTROIS au 31/12/N   
Compte  Type  Intitulé  Débit  Crédit
601  E  Achats de matières premières  363 204,00   
6031  E  Variation de stocks de mat. 1ères  41 040,00   
6037  E  Variation de stocks de marchandises  1 620,00   
607  E  Achats de marchandises  19 836,00   
6081  E  Frais accessoires sur achats de matières  52 668,00   
6087  E  Frais accessoires sur achats de march.  5 130,00   
6091  E  RRR obtenus sur achats de matières     17 784,00
6097  E  RRR obtenus sur achats de marchandises     1 026,00
611  E  Achats de sous‐traitance  62 586,00   
612  E  Redevances de crédit‐bail  5 400,00 
613  E  Locations  8 550,00   
615  E  Travaux d'entretien et de réparation  5 544,00   
616  E  Prime d'assurance  5 130,00   
617  E  Etudes et recherches  684,00   
621   E  Personnel intérimaire  7 500,00 
623  E  Publicité, publications..  6 522,00   
625  E  Déplacements, missions, réceptions  171,00   
626  E  Frais postaux  1 197,00   
627  E  Services bancaires  3 420,00   
63  E  Impôts, taxes et vers. Assimilés  14 364,00   
641  E  Rémunérations du personnel  121 752,00   
645  E  Charges de sécurité sociale  55 404,00   
661  F  Charges d'intérêts  10 944,00   
665  F  Escomptes accordés  2 052,00   
671  X  Charges Excep. Sur op. de gestion  2 496,00   
675  X  Valeur comptable des éléments .d'actif cédés  5 130,00   
681  E  Dotation aux amortissements d’exploitation  17 784,00   
68173  E  Dot. Aux prov. Pour dép. des stocks  1 710,00   
68174  E  Dot. Aux prov. Pour dép. des créances  7 524,00   
6865  F  Dot. aux prov. pour risques et charges fin  957,00   
687  E  Dot. aux amortissements et provisions exceptionnels  649,00   
691    Participation des salariés aux résultats  1 368,00   
695    Impôts sur les bénéfices  9 918,00   
701  E  Ventes de produits finis     764 370,00
707  E  Ventes de marchandises     31 204,00
708  E  Produits des activités annexes     27 360,00
7091  E  RRR accordés sur ventes de produits finis  43092,00    
7097  E  RRR accordés sur ventes de marchandises  1 800,00   
7135  E  Variation de stock de produits     27 000,00
74  E  Subvention d’exploitation    10 000,00
75  E  Autres produits de gestion courante     9 152,00
764  F  Revenus de valeurs mobilières de placement     8 037,00
765  F  Escomptes obtenus    1 100,00
767  F  Produits nets sur cessions de VMP     3 249,00
771  X  Produits Exceptionnels sur opérations de gestion     273,00
775  X  Produits de cession d’éléments d'actif     3 420,00
78174  E  Reprises sur prov pour dépréciation des créances     2 490,00
7866  F  Reprises sur prov pour dépréciation des éléments fin.     581,00
    TOTAUX : 887 146,00  907 046,00

13 
Gestion financière – Marine PORTAL 

Il y a plus de crédit que de débit, ou autrement dit ici plus de produits que de charges, donc le solde sera un 
bénéfice : 907 046,00 – 887 146,00 = 19 900 ,00 

Compte de résultat (condensé) 

Détail des calculs : 
‐ Les comptes financiers (66, 686 et 76 et 786) : 13 983 = 10 944 + 2 052 + 957  et 12 967 = 8 037 + 1 100 
+ 3 249 + 581 
‐ Les comptes exceptionnels (67, 687 et 77, 787) : 8 275 = 2 496 + 5 130 + 649  et  3 693 = 273 + 3 420 
‐ Les comptes d’exploitation : ce sont tous les autres comptes, sachant que les RRRO (rabais, remises et 
ristournes  obtenus)  et  RRRA  (rabais,  remises  et  ristournes  accordés)  se  soustraient  respectivement 
des charges et des produits d’exploitation. 

CHARGES      PRODUITS   
Exploitation  801 216,00    Exploitation  826 684,00 
Financières  13 953,00    Financiers  12 967,00 
Exceptionnelles  8 275,00    Exceptionnels  3 693,00 
Bénéfice  19 900,00       
Totaux  843 344,00    Totaux  843 344,00 
Tableau des S.I.G. de l’entreprise EXOTROIS 
Produits     Charges Soldes 
Ventes de marchandises  29 404,00  Coût d’achat des march. vendues 25 560,00 Marge commerciale   3 844,00
Production vendue  748 638,00  Déstockage de production 0,00 Production de l’exercice  775 638,00
Production stockée  27 000,00 
Production immobilisée  0,00 
Marge commerciale  3 844,00  Consommation de l’exercice en  545 832,00 Valeur ajoutée   233 650,00
Production de l'exercice  775 638,00  provenance de tiers 
Valeur ajoutée  233 650,00  Impôts, taxes et versements assimilés 14 364,00 Excédent brut  52 130,00
d’exploitation  
Subvention d’exploitation  10 000,00  Charges de personnel 177 156,00 ou Insuffisance brute 
Excédent brut d’exploitation  52 130,00  Insuffisance brute d’exploitation Résultat d’exploitation   36 754,00
Reprises sur charges et transferts de  2 490,00  Dotations aux amort. et provisions  27 018,00 (Bénéfice ou Perte) 
charges  d'exploitation 
Autres produits  9 152,00  Autres charges  0,00
Bénéfice d’exploitation  36 754,00  Perte d’exploitation Résultat courant avant  35 768,00
Quotes‐parts de résultat sur op. en     Quotes‐parts de résultat sur op. en  impôts  
commun  commun 
Produits financiers  12 967,00  Charges financières 13 953,00
Produits exceptionnels  3 693,00  Charges exceptionnelles 8 275,00 Résultat exceptionnel   ‐4 582,00
Résultat courant avant impôts  35 768,00  Résultat courant avant impôts (Perte)  Résultat de l’exercice   19 900,00
(Bénéfice) 
Résultat exceptionnel (Bénéfice)     Résultat exceptionnel (Perte) 4 582,00
   Participation des salariés 1 368,00
   Impôts sur les bénéfices 9 918,00
Produits de cession des éléments  3 420,00  Valeur comptable des éléments cédés 5 130,00 Plus ou moins‐values sur  ‐1 710,00
d’actif  cessions d’éléments d’actif  
Détail des calculs : 

‐ Ventes : 31 204 ‐ 1 800 (RRR Accordés sur ventes de marchandises) = 29 404 
‐ Coût  d’achat  des  marchandises  vendues :  19  836  +  5 130  ‐  1 026  (RRR  Obtenus  sur  achats  de 
marchandises) + 1 620 = 25 560 
‐ Production vendue : 764 370 ‐ 43 092 (RRR Accordés sur ventes de produits finis) + 27 360 = 748 638 
‐ Consommations  en  provenance  de  tiers :  363 204  –  17 784  (RRR  Obtenus  sur  achats  de  matière  + 
52 668 + 41 040 + 106 704 (comptes 61 et 62) = 545 832 
‐ Produits financiers : 8 037 + 1 100 + 3 249 + 581 = 12 967 
‐ Charges financières : 10 944 + 2 052 + 957 = 13 953 
‐ Produits exceptionnels : 273 + 3 420 = 3 693 
‐ Charges exceptionnelles : 2 496 + 5 130 + 649 = 8 275 

14 
Gestion financière – Marine PORTAL 

Ou en liste : 

Ventes de marchandises  29 404,00 
‐ Coût d’achat des marchandises vendues  ‐25 560,00 
=Marge commerciale   =3 844,00 
Production vendue  748 638,00 
+ Production stockée  +27 000,00 
=Production de l’exercice   =775 638,00 
Marge commerciale  3 844,00 
+Production de l’exercice   +775 638,00 
‐ Consommations en provenance de tiers   ‐545 832,00 
= Valeur ajoutée  =233 650,00 
+ Subventions d’exploitation  +10 000,00 
‐ Impôts, taxes et versements assimilés  ‐14 364,00 
‐ Charges de personnel  ‐177,156,00 
= Excédent brut d’exploitation  =52 130,00 
+ Reprises et transferts de charges d’exploitation  +2 490,00 
+ Autres produits  +9 152,00 
‐ DAP d’exploitation  ‐27 018,00 
‐ Autres charges  ‐0,00 
= Résultat d’exploitation  =36 754,00 
+ ‐ Quote‐part de résultat sur opérations en commun  +0,00 
+ Produits financiers  +12 967,00 
‐ Charges financières  ‐13 953,00 
= Résultat courant avant impôts  =35 768,00 
+ Produits exceptionnels  +3 693,00 
‐Charges exceptionnelles  ‐8 275,00 
‐ Participation des salariés  ‐1 368,00 
‐ Impôts sur les sociétés (IS)  ‐9 918,00 
= Résultat de l’exercice  =19 900,00 
Le  tableau  des  SIG  fait  apparaître  la  constitution  du  résultat  net  à  ses  différents  stades :  une  Marge 
commerciale  insignifiante  mais  une  Valeur  ajoutée  importante  étant  donné  l’activité  essentiellement 
industrielle  de  l’entreprise.  Les  charges  de  personnel  élevées  conduisent  à  un  EBE  très  réduit.  Les  charges 
financières  et  exceptionnelles  divisent  encore  par  deux  le  résultat  d’exploitation.  Le  calcul  successif  des 
différents soldes permet d’attirer l’attention des managers sur les faiblesses de l’entreprise, l’exploitation, le 
financement ou les événements exceptionnels.  

1.2. LES RETRAITEMENTS DE LA CENTRALE DE BILANS (CDB) 
Remarque importante : Ce paragraphe est donné à titre indicatif. Il ne fera pas l’objet d’un exercice à l’examen. 

Créée  par  la  Banque  de  France  en  1968,  la  Centrale  de  bilans  constitue  l’un  des  principaux  organismes 
d’observation  statistique  des  entreprises  françaises.  Sa  base  de  données  compte  plus  de  35 000  entreprises. 
Chaque  année,  les  entreprises  adhérentes  reçoivent  un  dossier  à  remplir  en  vue  d’une  analyse  financière 
complète. 

Le reclassement des comptes dans le tableau des SIG effectué par la Centrale des Bilans est différent de ce qui 
a été présenté précédemment d’après le Plan Comptable Général (PCG). En effet, les analystes de la CdB ont 
cherché à donner plus de cohérence et de signification économique (plutôt que comptable) aux SIG.  

1.2.1. EXEMPLES DE RETRAITEMENT 
‐ La sous‐traitance est retranchée de la production de l’exercice, laissant apparaître distinctement une 
production  propre  (alors  que  le  PCG  considère  la  sous‐traitance  comme  une  consommation  en 
provenance de tiers). 
‐ Les subventions d’exploitation accordées en compensation d’une insuffisance de prix de vente, sont 
considérées comme élément de la Valeur ajoutée CdB (alors que le PCG les considère comme élément 
de l’EBE) 

15 
Gestion financière – Marine PORTAL 

‐ Les redevances de crédit‐bail (leasing) sont extraites des consommations en provenance des tiers pour 
être ventilées en dotations aux amortissements et charges d’intérêts 
‐ Les  charges  de  personnel  extérieur  (hors  contrat  de  travail)  sont  extraites  des  consommations  en 
provenance des tiers pour être reclassées en charges de personnel  
‐ Les réductions financières (escomptes obtenus ou accordés), les intérêts sur dettes commerciales, les 
revenus  des  créances  commerciales  sont  considérés  par  le  CdB  comme  directement  liés  aux 
opérations commerciales et donc, classés en « Autres produits et charges » pour le calcul du résultat 
brut d’exploitation.  
‐ Les Impôts et taxes sont considérés comme des consommations en provenance de tiers. 
‐ La Participation des salariés est intégrée aux charges de personnel. Pour rappel, cette participation est 
obligatoire dans les entreprises de plus de 50 salariés est se calcule selon la formule : 

Participation = 0,50 (Bénéfice net – 5% Capitaux propres) x (Salaires / Valeur ajoutée) 

Voyons sur un exemple l’impact de ces retraitements. 

1.2.2. EXEMPLE 
Reprenons le cas de l’entreprise EXOTROIS. Nous porterons notre attention sur les éléments suivants : 

‐ 62 586 € de charges de sous‐traitance (compte 611) 
‐ 5 400  €  de  redevances  de  crédit‐bail  (compte  612)  dont  5  000  €  peuvent  être  considérés  comme 
amortissement du véhicule loué et 400 € en charges d’intérêts. 
‐ 7 500 € de charges de personnel intérimaire (compte 621) 
‐ 2 052 € d’escomptes accordés (compte 665) 
‐ 1 100 € d’escomptes obtenus (compte 765) 
‐ 2 496 € de créances irrécouvrables (compte 671) 
‐ 10 000 € de subvention d’exploitation (compte 74) destinée à soutenir les prix de vente 

   

16 
Gestion financière – Marine PORTAL 

SIG selon le PCG      SIG selon la CdB   
Marge commerciale  3 844,00    Marge commerciale  3 844,00
Production de l’exercice  775 638,00
‐Charges de sous‐traitance  ‐62 586
‐Achats de matières premières  ‐363 204,00
‐Variation de stock de matières premières  ‐41 040,00
‐Frais accessoires sur achats de matières  ‐52 668,00
+RRR Obtenus sur achats de matières  +17 784,00
=Marge sur production propre  =273 924,00
 
Marge commerciale  3 844,00 
+ Production de l’exercice  +775 638,00    + Marge sur production propre  273 924,00 
‐  Consommations  en  provenance  des  ‐545 832,00    = Marge brute d’exploitation  277 768,00 
tiers 
      + Subventions d’exploitation  10 000,00 
      ‐  Achats  et  charges  externes  (sauf  coût  des   ‐ 31 218,00 
matières  consommées,  sous‐traitance  de 
fabrication,  redevances  de  crédit‐bail, 
personnel extérieur)* 
= Valeur ajoutée PCG  =233 650,00    = Valeur ajoutée CdB  256 550,00 
+ Subventions d’exploitation  +10 000,00    ‐ Impôts et taxes   ‐ 14 364,00 
‐ Impôts et taxes  ‐14 364,00    ‐  Charges  de  personnel  (y  compris  personnel  ‐ 184 656,00 
extérieur)** 
‐ Charges de personnel  ‐177 156,00    + Autres produits et – Autres charges retraités  5 704,00 
(dont  subventions  d’exploitation,  escomptes 
de  règlement  accordés  et  reçus,  créances 
irrécouvrables)*** 
= Excédent Brut d’Exploitation  =52 130,00    = Résultat brut d’exploitation CdB  63 234,00 
+  Reprises  et  transferts  de  charges  +2 490,00       
d’exploitation 
+ Autres produits  +9 152,00    ‐  Dotations  d’exploitation  nettes  des  reprises  ‐ 31 848,00 
(dont la dotation liée au CB)**** 
‐ DAP d’exploitation  ‐27 018,00    = Résultat net d’exploitation  31 386,00 
‐ Autres charges  ‐0       
= Résultat d’exploitation  =36 754,00       
+‐ Quote‐part de résultat sur opérations  +0       
faites en commun 
+ Produits financiers  +12 967,00       
‐ Charges financières  ‐13 953,00       
= Résultat courant avant impôts  =43 268,00       
+ Résultat exceptionnel  +(‐ 4 582,00)       
‐ Participation des salariés  ‐1 368,00       
‐ Impôt sur les bénéfices  ‐9 918,00       
= Résultat de l’exercice  =19 900,00       
Détail des calculs : 

*Achats et charges externes : 106 704 – 62 586 – 5 400 ‐ 7 500 = 31 218 
**Charges de personnel : 177 156 + 7 500 = 184 656 
***Autres produits et charges : 9152 + 1 100 – 2 052 – 2 496 = 5 704 
****Dotations nettes des reprises : 17 784 + 1 710 + 7 524 + 5 000 (Crédit‐Bail) – 170 = 31 848,00 
Correspondances : 

‐ Entre Valeur Ajoutée : 256 550 (CdB) – 233 650 (PCG) = 22 900 = 5 400 + 10 000 + 7 500  
‐ Entre  Excédent  Brut  d’Exploitation et  Résultat  Brut  d’Exploitation  :  63  234  (CdB)  –  52  130  (PCG)  = 
11 104 = 5 400 + 5 704  
‐ Entre  Résultat  d’Exploitation  et  Résultat  Net  d’Exploitation :  36 754  (PCG)  –  33 706  (CdB)  =  3  048  = 
2 052 + 2496 – 1 100 ‐ 400 

17 
Gestion financière – Marine PORTAL 

1.3. LA CAPACITE D’AUTOFINANCEMENT (CAF) 
Elle  représente  le  flux  potentiel  de  trésorerie  dégagé  par  l’activité  propre  de  l’entreprise  sur  un  exercice, 
destiné  à  son autofinancement. Remarquons que  ce  flux  n’est pas  immédiatement disponible  (d’où  le  terme 
« potentiel »)  car  il  faudrait  tenir  compte  des  délais  d’encaissement  des  produits  et  de  décaissement  des 
charges. 

C’est  un  indicateur  de  performance  économique  déterminé  sur  l’ensemble  des  opérations  de  gestion 
(d’exploitation,  financières  et  exceptionnelles).  Il  y  a  lieu  de  bien  distinguer  les  charges  décaissables  ou  non 
(dotations aux amortissements et provisions), les produits encaissables ou non (reprises sur amortissements et 
provisions). 

1.3.1. CALCUL A PARTIR DE L’EBE 
La méthode dite « soustractive », préconisée par le PCG, est la plus longue dans son calcul mais rend compte 
des  opérations  à  l’origine  des  flux  potentiels  de  trésorerie.  Ce  tableau  de  détermination  de  la  CAF  est 
obligatoire pour les entreprises tenant leur comptabilité dans le cadre du système développé. 

CAF = EBE + Autres produits encaissables – Autres charges décaissables 

Éléments  Comptes (pour information)
Excédent brut d’exploitation   
+ Transfert de charges d’exploitation (n’existe plus depuis 2006) 791 
+ Autres produits d’exploitation  75 (sauf 755) 
‐ Autres charges d’exploitation  65 (sauf 655) 
+‐ quote‐part de résultat sur opérations faites en commun 755‐655 
+ Produits financiers  76 et 796 
‐ Charges financières  66 
+ Produits exceptionnels  771, 778 et 797 
‐ Charges exceptionnelles  671 et 678 
‐ Participation des salariés aux résultats  691 
‐ Impôts sur les bénéfices  695 
= Capacité d’autofinancement (CAF) 
Ce qui donne avec les données de l’entreprise EXOTROIS : 

Excédent brut d’exploitation  52 130,00 
+ Autres produits d’exploitation  9 152,00 
+ Produits financiers  12 386,00 
‐ Charges financières  12 996,00 
+ Produits exceptionnels  273,00 
‐ Charges exceptionnelles  ‐ 2 496,00 
‐ Participation des salariés aux résultats  ‐ 1 368,00 
‐ Impôts sur les bénéfices  ‐ 9 918,00 
= Capacité d’autofinancement (CAF)  47 163,00 
 
1.3.2. CALCUL A PARTIR DU RESULTAT NET 
La  méthode  dite  « additive »,  est  plus  rapide  mais  ne  rend  pas  compte  des  flux  potentiels  de  trésorerie 
engendrés par les opérations de gestion. L’utilisation des deux méthodes simultanément permet de vérifier le 
résultat final de la CAF, identique dans les deux cas. 

CAF = Résultat net + DAP – RAP + VNEA ‐ PCEA 

avec :  

‐ DAP : dotations aux amortissements et provisions  

18 
Gestion financière – Marine PORTAL 

‐ RAP : reprises sur amortissements et provisions 
‐ VNEA : valeur nette des éléments actifs cédés 
‐ PCEA : prix de cession des éléments d’actif cédés 

Éléments  Comptes 
Résultat net de l’exercice 
+ Dotations aux amortissements et provisions 681, 686 et 687 
‐ Reprises sur amortissements et provisions 781, 786 et 787 
+ Valeur comptable des éléments d’actif cédés 675 
‐ Produit de cession d’éléments d’actif 775 
‐ Quote‐part des subventions d’investissement virée au résultat 777 
= Capacité d’autofinancement (CAF)
Les subventions d’investissement, c’est à dire sur opérations en capital (présentes dans les capitaux propres, au 
passif du bilan), sont à distinguer des subventions d’exploitation vues précédemment dans le calcul de la valeur 
ajoutée. Soit, en reprenant les données de l’entreprise EXOTROIS : 

Éléments   
Résultat net de l’exercice  19 900,00 
+ Dotations aux amortissements et provisions 28 624,00 
‐ Reprises sur amortissements et provisions ‐ 3 071,00 
+ Valeur comptable des éléments d’actif cédés 5 130,00 
‐ Produit de cession d’éléments d’actif ‐ 3 420,00 
‐ Quote‐part des subventions d’investissement virée au résultat 0,00 
= Capacité d’autofinancement (CAF) 47 163,00 
On retiendra un ratio important faisant intervenir la CAF, qui permet d’apprécier la capacité de l’entreprise à 
rembourser ses dettes financières : 

Capacité de remboursement = Dettes financières / Capacité d’autofinancement (normalement < 4) 

Une valeur < 4 indique que les dettes financières représentent moins de 4 années de CAF de l’entreprise 

1.3.3. DE LA CAF A L’AUTOFINANCEMENT 
La CAF a essentiellement trois utilisations possibles : 

‐ ‐le versement de dividendes aux actionnaires 
‐ ‐le remboursement des emprunts 
‐ ‐le financement de l’investissement (au moins en partie) 

L’autofinancement  qui  représente  la  richesse  que  l’entreprise  conserve  pour  elle‐même  afin  de  financer  ses 
emplois (investissements, fonds de roulement, remboursement des emprunts), est ce qui reste de la CAF, une 
fois les dividendes versés aux actionnaires. 

Autofinancement = CAF – Dividendes versés en N 

On distingue l’autofinancement de maintien assuré par les amortissements et provisions et l’autofinancement 
d’expansion.  Les  entreprises  poursuivent  généralement  une  politique  d’autofinancement  pour  plusieurs 
raisons : 

‐ rester indépendantes financièrement 
‐ limiter les charges financières 
‐ augmenter leur capacité à rembourser les dettes 
‐ améliorer la situation nette et donc la valeur boursière de l’action 

Par contre une politique d’autofinancement présente aussi des inconvénients, ou tout au moins des limites : 

19 
Gestion financière – Marine PORTAL 

‐ l’autofinancement nécessite des bénéfices importants, donc une pression sur les charges (salariales), 
voire sur les prix (effet inflationniste). 
‐ l’autofinancement  amoindrit  pour  l’entreprise  un  possible  effet  de  levier  constaté  sur  la  rentabilité 
financière de l’entreprise, et qui est obtenu grâce à l’endettement, lorsque le taux des emprunts est 
inférieur à la rentabilité économique du capital propre (évoqué plus loin dans le fascicule). 

1.4. POUR VOUS ENTRAINER 
Chapitre du livre de référence : « Analyse de l’activité et de la performance » : 

Exercice 1  Le compte de résultat Sujets 1, 2, 3


Exercice 2  Les SIG  Sujets 1, 2, 3
Exercice 3  La CAF  Sujets 1, 2, 3
 
Pensez aussi aux exercices proposés sur le site internet de cet enseignement.  

 Extrait du QCM à retrouver sur le site Web  
A chaque question, indiquez avec quelles réponses vous êtes d’accord : 
1. Le compte de résultat établi en comptabilité générale, regroupe : 
‐ les comptes des biens durables possédés par l’entreprise 
‐ le montant des frais occasionnés par des opérations financières 
‐ les charges de l’année en cours 
‐ en les distinguant, les éléments d’exploitation, financiers et exceptionnels 
‐ les prévisions d’activité de l’entreprise 
2. Le résultat déterminé et présenté dans le compte de résultat :  
‐ apparaît du côté des produits lorsqu’il correspond à une perte 
‐ résulte de la différence entre produits et charges de l’année en cours 
‐ ne se retrouve pas dans le bilan annuel de l’entreprise 
‐ figure en bas du document et permet de présenter un document équilibré 
apparaît du côté des produits lorsqu’il correspond à un bénéfice 
3. Le tableau des soldes intermédiaires de gestion : 
‐ est un document normalisé 
‐ peut aboutir à un résultat net légèrement différent de celui du compte de résultat 
‐ présente le résultat exceptionnel réalisé par l’entreprise 
‐ ne présente pas le calcul de la capacité d’autofinancement 
donne tous les éléments nécessaires au calcul de la CAF 
4. La production de l’exercice d’une entreprise industrielle : 
‐ comprend la production stockée de l’année précédente 
‐ comprend la production stockée de l’année analysée 
‐ tient compte des immobilisations que l’entreprise a produites pour elle‐même 
‐ comprend les produits financiers 
est plus élevée que la valeur ajoutée calculée ensuite 
5. La valeur ajoutée : 
‐ sert de base au calcul de la TVA 
‐ sert à rémunérer le travail et le capital qui l’ont générée 
‐ augmente lorsque l’activité est plus intégrée (moins de sous‐traitance) 
‐ inclut les éléments financiers 
‐ la somme des VA des entreprises d’un pays, constitue le PIB (produit intérieur brut)

Retrouvez sur le site, ce QCM et les solutions... 

20 
Gestion financière – Marine PORTAL 

CHAPITRE 2. 
ANALYSE FONDEE SUR LE BILAN 
 

«Moi aussi je mets de l’argent de côté, mais pas du bon côté », Jules Renard 

Objectifs : 

‐ ‐Distinguer les différents types de bilan 
‐ ‐Construire un bilan fonctionnel 
‐ ‐Comprendre les notions de Fonds de roulement et de Besoin en Fonds de Roulement 
‐ ‐Savoir choisir, calculer et interpréter les ratios de structure, liquidité, endettement, de rotation 

2.1. L’OPTIQUE PATRIMONIALE DU BILAN COMPTABLE 
Comme vous l’avez vu lors de votre cours de Comptabilité générale, l’administration fiscale oblige (cf. Code du 
commerce) toute entreprise française à fournir annuellement une présentation normalisée de son patrimoine, 
dans le but de protéger les tiers qui travaillent avec l’entreprise. Sont repris dans ce document les comptes des 
classes 1 à 5 du Plan Comptable Général. 

(Petit rappel des classes de comptes en comptabilité générale: 

‐ Classe 1 = Comptes de capitaux 
‐ Classe 2 = Comptes d’immobilisations 
‐ Classe 3 = Comptes de stocks 
‐ Classe 4 = Comptes de tiers 
‐ Classe 5 = Comptes financiers) 

A l’actif de ce bilan comptable, dont l’approche est juridique, figurent dans un ordre de liquidité croissant, les 
droits (de propriété et de créances) de l’entreprise. Au passif sont classées par ordre d’exigibilité croissant les 
obligations de l’entreprise envers les tiers (actionnaires, Etat, salariés, prêteurs de fonds, fournisseurs etc.). 

Prenons un exemple : Soit un extrait de la balance des comptes de la société EXOMOD au 31/12/N, à partir de 
laquelle nous construirons le bilan comptable. 

   

21 
Gestion financière – Marine PORTAL 

N°  Intitulé du compte  Solde débiteur  Solde créditeur 


101  Capital    100 000,00 
106  Réserves    16 500,00 
109  Capital souscrit non appelé  25 000,00   
110  Report à nouveau    1 200,00 
120  Résultat de l’exercice    3 850,00 
151  Provisions pour risques    4 000,00 
157  Provisions pour charges à répartir    5 340,00 
164  Emprunts auprès d’établissements de crédit (1)    114 350,00 
201  Frais d’établissement  18 500,00   
207  Fonds commercial  25 000;00   
211  Terrains  18 000,00   
213  Constructions  32 900,00   
215  Installations techniques  65 000,00   
2182  Matériel de transport  29 000,00   
2183  Matériel de bureau et informatique  14 125,00   
261  Titres de participation  17 150,00   
2801  Amortissement des frais d’établissement    14 800,00 
2813  Amortissement des constructions    8 400,00 
2815  Amortissement des installations techniques    31 875,00 
28182  Amortissement du matériel de transport    3 900,00 
28183  Amortissement du mat. de bureau et inf.    2 475,00 
31  Stock de matières premières  12 600,00   
35  Stock de produits finis  27 000,00   
371  Stock de marchandises  29 500,00   
401  Fournisseurs    42 080,00 
404  Fournisseurs d’immobilisations    14 500,00 
4091  Fournisseurs, avances et acomptes versés  7 268,00   
411  Clients  39 010,00   
419  Clients, avances et acomptes reçus    8 715,00 
431  Sécurité sociale    7 400,00 
437  Autres organismes sociaux    5 020,00 
465  Créances sur cessions de valeurs mob. de placement  12 430,00   
486  Charges constatées d’avance  180,00   
487  Produits constatés d’avance    1 100,00 
491  Provisions pour dépréciation des comptes clients    4 500,00 
506  Obligations  2 500,00   
512  Banques  14 100,00   
53  Caisse  742,00   
  TOTAUX  390 005,00  390 005,00 
 

   

22 
Gestion financière – Marine PORTAL 

Présentation du bilan comptable de la société EXOMOD : 

Bilan – Actif  Brut  Amortissements et  Net 


provisions 
Actif immobilisé       
Capital souscrit non appelé  25 000,00    25 000,00 
Immobilisations incorporelles       
Frais d’établissement  18 500,00  14 800,00  3 700,00 
Fonds commercial  25 000,00    25 000,00 
Immobilisations corporelles       
Terrains  18 000,00    18 000,00 
Constructions  32 900 ,00  8 400,00  24 500,00 
Installations techniques  65 000,00  31 875,00  33 125,00 
Autres immobilisations corporelles  43 125,00  6 375,00  36 750,00 
Immobilisations financières       
Titres de participation  17 150,00    17 150,00 
TOTAL I  244 675,00  61 450,00  183 225,00 
Stock de matières premières  12 600,00    12 600,00 
Stock de produits finis  27 000,00    27 000,00 
Stock de marchandises  29 500,00    29 500,00 
Créances  39 010,00  4 500,00  34 510,00 
Autres créances  12 430,00    12 430,00 
Valeurs mobilières de placement  2 500,00    2 500,00 
Disponibilités  14 842,00    14 842,00 
Charges constatées d’avance  180,00    180,00 
TOTAL II  138 062,00  4 500,00  133 562,00 
TOTAL III  382 737,00  65 950,00  316 787,00 
 

Bilan – Passif  Net 
Capitaux propres   
Capital (dont versé 75 000,00)  100 000,00 
Réserves  16 500,00 
Report à nouveau  1 200,00 
Résultat de l’exercice  3 850,00 
TOTAL I  121 550,00 
Provisions pour risques et charges   
Provisions pour risques  4 000,00 
Provisions pour charges  5 340,00 
TOTAL II  9 340,00 
Dettes   
Emprunts auprès d’établissements de crédit*   114 350,00 
Avances et acomptes reçus  8 715,00 
Dettes fournisseurs  34 812,00 
Dettes fiscales et sociales  12 420,00 
Dettes sur immobilisations et comptes rattachés  14 500,00 
Produits constatés d’avance  1 100,00 
TOTAL III  185 897,00 
TOTAL GENERAL  316 787,00 
* dont concours bancaires : 3000,00 

Cette approche patrimoniale permet de constater immédiatement au passif l’importance des dettes (185 897 + 
9  340)  comparées  aux  fonds  propres  (121 550)  et  de  porter  ainsi  un  jugement  rapide  sur  l’indépendance 
financière  de  l’entreprise.  Vous  remarquerez  que  les  provisions  pour  risques  et  charges  au  passif  ont  été 
assimilées ici à des dettes (pouvant être à court ou moyen terme).  

On obtient en calculant le rapport : Capitaux propres / Dettes, une valeur de 0,62 (= 121 550 /(9340 + 185 897). 
Nous  ne  pouvons  rien  en  déduire  de  définitif,  si  ce  n’est  que  cette  entreprise  se  finance  davantage  par  des 

23 
Gestion financière – Marine PORTAL 

dettes que par des fonds qui lui sont propres (et donc qu’elle ne devra jamais rembourser). Ce résultat sera à 
rapprocher des moyennes du secteur d’activité par exemple. 

L’analyse s’affine en comparant les dettes de court terme à l’ensemble des dettes : (9340 + 8715 + 34 812 + 
12 420 + 14 500 + 1 100) / 185 897 = 0,44. On considère ici que toutes les provisions du passif sont à échéance 
à moins d’un an. 

Cela signifie que l’entreprise est susceptible de devoir décaisser l’équivalent e 44% de l’ensemble de ses dettes 
avant  un  délai  d’un  an,  ce  qui  est  à  comparer  avec  ses  possibilités  de  décaissement  dans  ce  délai  (valeurs 
mobilières de placement et disponibilités, encaissements de créances). 

2.2. LE BILAN FINANCIER OU BILAN « LIQUIDITE »  
Il peut être intéressant d’évaluer les fonds qui reviendraient aux propriétaires du capital (les associés pour une 
SARL, les actionnaires pour une S.A) si l’entreprise placée dans la situation extrême, dite de liquidation, avait 
de manière urgente à vendre toutes ses immobilisations, à récupérer toutes ses créances et à honorer toutes 
ses dettes. 

La classification comptable du bilan (après répartition du résultat) côté Actif et côté Passif, se prête assez bien 
à cette évaluation de la situation nette (ou Actif net) de l’entreprise. Cette première transformation va nous 
conduire à un bilan financier également nommé bilan liquidité.  

Reprenons notre exemple EXOMOD. Partant des données de l’exercice précédent et des précisions ci‐dessous, 
nous allons calculer la valeur de l’actif net de l’entreprise EXOMOD comme si elle devait cesser son activité. 

‐ Les  postes  Capital  souscrit  non  appelé,  les  frais  d’établissement,  les  primes  de  remboursement  des 
emprunts,  correspondent  à  de  l’actif  fictif  dont  la  valeur  en  terme  de  liquidité  est  nulle  (aucune 
rentrée de fonds n’en étant attendue). 
‐ Les éléments d’actif doivent être repris à leur valeur vénale (ou nette, c'est‐à‐dire diminuée de leurs 
amortissements ou provisions), d’après le tableau ci‐dessous. 
‐ Les  plus  ou  moins‐values  résultant  de  l’évaluation  des  actifs  seront  portées  en  augmentation  ou 
diminution des capitaux propres. 
‐ Les provisions pour risques et charges sont reclassées selon leur échéance, en dettes à plus d’un an ou 
moins d’un an. 
‐ Les charges et les produits constatés d’avance sont également reclassés selon leur échéance (le plus 
souvent, à moins d’un an, étant des charges ou produits d’exploitation) 
‐ Les effets escomptés non échus (EENE) pouvant figurer dans les engagements hors bilan comptable, 
sont réintégrés au bilan avec en contrepartie un accroissement de la trésorerie de passif. Ces effets 
sont ceux vendus par l’entreprise à sa banque pour pallier un manque de liquidité. 
‐ Les  éventuels  écarts  de  conversion  (dû  aux  opérations  de  change)  de passif  s’ajoutent  aux capitaux 
propres,  les  écarts  de  conversion  d’actif  se  soustraient  des  provisions  pour  risques  et  charges  au 
passif.  
‐ Le résultat doit être affecté en réserves pour sa partie non distribuée, en dettes à moins d’un an pour 
la fraction distribuée sous forme de dividendes. 

   

24 
Gestion financière – Marine PORTAL 

Tableau des plus et moins‐values d’actif pour EXOMOD : 

Postes du bilan comptable  Valeur nette  Estimation  Plus‐value  Moins‐value 


comptable  financière 
Frais d’établissement  3 700,00  0    3 700,00 
Fonds commercial  25 000,00  10 000,00    15 000,00 
Terrains  18 000,00  25 000,00  7 000,00   
Constructions  24 500,00  29 000,00  4 500,00   
Installations techniques  33 125,00  40 000,00  6 875,00   
Autres immobilisations corpor.  36 750,00  30 000,00    6 750,00 
Titres de participation  17 150,00  16 500,00    650,00 
Stocks   69 100,00  50 000,00    19 100,00 
Créances  46 940,00  45 000,00    1 940,00 
VMP  2 500,00  2 600,00  100,00   
Plus et moins‐values  18 475,00  47 140,00 
Moins‐value globale    28 665,00 
 

L’entreprise EXOMOD nous indique par ailleurs que : 

‐ le stock des matières premières est immobilisé à hauteur de 8 000 (partie appelée « stock‐outil », et 
en‐deçà de laquelle l’entreprise ne souhaite pas descendre)  
‐ la provision pour risques concerne un procès devant se tenir dans 18 mois environ  
‐ la provision pour charges est également à plus d’un an 
‐ le report à nouveau sera affecté en réserves 
‐ le résultat de l’exercice est entièrement mis en réserves 
‐ les emprunts remboursables dans l’année s’élèvent à 25 000,00  

On construit ainsi le Bilan financier d’EXOMOD : 

ACTIF  PASSIF 
Actif réel net à plus d’un an  158 500,00  Passif réel à plus d‘un an  166 575,00 
Fonds commercial  10 000,00  Capitaux propres :  58 885,00 
Terrains  25 000,00  Capital  75 000,00 
Constructions  29 000,00  Réserves  21 550,00 
Installations techniques  40 000,00  Moins‐value globale  ‐28 665,00 
Autres immob. corporelles  30 000,00  Dettes à plus d’un an :  98 690,00 
Titres de participation  16 500,00  Provision pour risque  4 000,00 
Stock outil  8 000,00  Provisions pour charges  5 340,00 
    Emprunts  89 350,00 
       
Actif réel net à moins d’un an  104 622,00  Passif réel à moins d’un an  96 547,00 
Stocks  42 000,00  Emprunts à moins d’un an*  25 000,00 
Créances  45 000,00  Avances et acomptes reçus  8 715,00 
VMP  2 600,00  Dettes fournisseurs  34 812,00 
Disponibilités  14 842,00  Dettes fiscales et sociales  12 420,00 
Charges constatées d’avance  180,00  Dettes  sur  immobilisations  et  comptes  14 500,00 
rattachés 
    Produits constatés d’avance  1 100,00 
Total Actif  263 122,00  Total Passif  263 122,00 
*dont concours bancaires : 3000 ,00 

Nous  pouvons  immédiatement  constater  d’importantes  différences  par  rapport  au  bilan  comptable.  Ainsi  les 
capitaux propres sont passés de 121 500 à une valeur estimée à 58 885. Les actifs immobilisés sont passés de 
leur valeur nette de 183 225 à leur valeur financière de 158 500. 

Présentation condensée du Bilan financier d’EXOMOD: 

25 
Gestion financière – Marine PORTAL 

Actif      Passif   
Actif réel à plus d’un an  158 500,00    Passif réel à plus d’un an  166 575,00 
 Actif réel à moins d’un an  104 622,00    Passif réel à moins d’un an  96 547,00 
Total  263 122,00    Total  263 122,00 
 

Cette  dernière  présentation  permet  de  mettre  immédiatement  en  évidence  une  notion  importante  qui  sera 
développée plus loin dans le cours : le Fonds de roulement, égal à la différence entre le Passif réel à plus d’un 
an et l’Actif réel à plus d’un an, soit ici : 166 575 – 158 500 = 8 075. Ce résultat est a priori faible, comparé aux 
emplois à moins d’un an, pouvant laisser craindre des difficultés de trésorerie…  

Nous reviendrons sur cette notion dans le cadre de l’analyse fonctionnelle ci‐après. 

2.3. L’ANALYSE FONCTIONNELLE DU BILAN 
Contrairement  au  bilan  liquidité,  l’analyse  fonctionnelle  va  permettre  de  porter  une  appréciation  sur  la 
situation  financière  de  l’entreprise  dans  le  cadre  de  son  fonctionnement  habituel,  sous  hypothèse  de 
continuité de l’activité (et non pas de cessation).  

L’analyse fonctionnelle n’a pas pour finalité de présenter le patrimoine de l’entreprise, mais de regrouper les 
postes  du  bilan  comptable  (avant  répartition  du  résultat)  en  trois  grandes  fonctions  (ou  cycles) 
caractéristiques de la vie de l’entreprise. 

2.3.1. LES TROIS FONCTIONS 
Ces  trois  fonctions  sont  :  le  financement,  l’investissement  et  l’exploitation  courante.  On  peut  les  résumer 
dans le schéma suivant : 

 
Les besoins de financement sont induits par la nécessité d’investir (haut de l’actif du bilan) et aussi d’assurer 
l’exploitation  courante  de  l’entreprise  (bas  du  bilan) ;  ils  sont  couverts  par  différentes  ressources,  stables 
(capitaux  propres,  emprunts  à  long  terme)  ou  de  court  terme  (crédits  des  fournisseurs,  concours  bancaires 
courants). La trésorerie est la variable d’ajustement de ces trois cycles. 

2.3.2. LE PRINCIPE DU BILAN FONCTIONNEL 
Le bilan fonctionnel consiste en un retraitement du bilan comptable avant répartition du résultat. Le but est 
d’obtenir une image pertinente des besoins de financement et de la façon dont l’entreprise y fait face. 

   

26 
Gestion financière – Marine PORTAL 

Sa structure en quatre grandes masses est la suivante : 

ACTIF    PASSIF 
Emplois durables  Actif brut immobilisé    Ressources stables  Capitaux propres  
Amortissements et Provisions 
Dettes financières 
Actif circulant  A. circulant d’exploitation     Passif circulant  P. circulant d’exploitation 
A. circulant hors exploitation  P. circulant hors exploitation 
Trésorerie d’Actif  Trésorerie de Passif 
En résumé : 

‐ Les emplois durables correspondent au cycle d’investissement 
‐ Les ressources stables correspondent au cycle long de financement 
‐ L‘actif circulant correspond aux besoins de financement liés à l’exploitation 
‐ Le passif circulant correspond aux moyens de financement de court terme 

A l’ACTIF : 

‐ Emplois durables : Immobilisations brutes (incorporelles, corporelles, financières) sauf capital souscrit 
non appelé, primes de remboursement des obligations. 
‐ Nous  reviendrons  plus  loin  sur  les  immobilisations  en  crédit‐bail,  dont  l’entreprise  n’est  pas 
propriétaire mais qui sont bien des immobilisations participant à l’activité dont il faut tenir compte. 
‐ Actif  circulant  d’exploitation  en  valeurs  brutes : stocks + avances et acomptes + Clients et comptes 
rattachés + Effets escomptés non échus + Charges constatées d’avance liées à l’exploitation  
‐ Actif  circulant  hors  exploitation  en  valeurs  brutes  : Autres créances + Charges constatées d’avance 
non liées à l’exploitation  
‐ Trésorerie  d’Actif :  Disponibilités  +  Valeurs  Mobilières  de  Placement  (la  majorité  des  analystes 
reclassent les VMP en trésorerie d’actif car avec l’électronisation des opérations boursières elles sont 
immédiatement disponibles sous forme liquide)  

Au PASSIF : 

Ressources stables 

‐ Ressources  propres :  capitaux  propres  +  comptes  courants  d’associés  bloqués  +  dotations  aux 
amortissements  et  provisions  pour  dépréciation  +  provisions  pour  risques  et  charges  –  actif  fictif 
(capital souscrit non appelé) 
‐ Les dotations aux amortissements et provisions pour dépréciation constituent un fonds permettant à 
l’entreprise d’autofinancer le renouvellement de ses immobilisations. 
‐ Dettes financières stables : emprunts obligataires + emprunts et dettes auprès des établissements de 
crédit  (à  l’exception  des  concours  bancaires  courants)  +  Crédit‐bail  (emprunt  fictif)  ‐  primes  de 
remboursement des obligations 

Dettes d’exploitation : Avances et acomptes reçus + dettes fournisseurs et comptes rattachés + dettes sociales 
et fiscales (à l’exception de l’IS) + Produits d’exploitation constatés d’avance + autres dettes d’exploitation 

Dettes hors exploitation : Dettes sur immobilisations et comptes rattachés + autres dettes hors exploitation + 
produits hors exploitation constatés d’avance + impôt sur les sociétés + dividendes à verser 

Trésorerie  de  Passif :  Concours  bancaires  courants  et  soldes  créditeurs  de  banque  +  effets  escomptés  non 
échus  

Prenons les données comptables de l’exemple précédent pour illustrer son élaboration. 

27 
Gestion financière – Marine PORTAL 

Rappel du bilan comptable de la société EXOMOD 

Amort.  & 
Bilan – Actif  Brut  Net  Bilan – Passif 
Prov.      
Actif immobilisé             Capitaux propres    
Capital souscrit non appelé  25 000,00     25 000,00    Capital (dont versé 75 000,00)  100 000,00 
Immobilisations incorporelles             Réserves  16 500,00 
Frais d’établissement  18 500,00  14 800,00  3 700,00    Report à nouveau  1 200,00 
Fonds commercial  25 000,00     25 000,00    Résultat de l’exercice  3 850,00 
Immobilisations corporelles             TOTAL I  121 550,00 
Terrains  18 000,00     18 000,00       
Constructions  32 900,00  8 400,00  24 500,00       
Installations techniques  65 000,00  31 875,00  33 125,00    Provisions pour risques et ch    
Autres immobilisations corporelles  43 125,00  6 375,00  36 750,00    Provisions pour risques  4 000,00 
Immobilisations financières             Provisions pour charges  5 340,00 
Titres de participation  17 150,00     17 150,00    TOTAL II  9 340,00 
TOTAL I  244 675,00  61 450,00  183 225,00       
Stock de matières premières  12 600,00     12 600,00    Dettes    
Stock de produits finis  27 000,00    27 000,00 Emprunts  auprès  d’établissements 
  de crédit*  114 350,00 
Stock de marchandises  29 500,00    29 500,00   Avances et acomptes reçus  8 715,00 
Créances  39 010,00  4 500,00 34 510,00   Dettes fournisseurs  34 812,00 
Autres créances  12 430,00    12 430,00   Dettes fiscales et sociales  12 420,00 
Valeurs mobilières de placement  2 500,00    2 500,00 Dettes  sur  immobilisations  et 
  comptes rattachés  14 500,00 
Disponibilités  14 842,00     14 842,00    Produits constatés d’avance  1 100,00 
Charges constatées d’avance**  180,00     180,00    TOTAL III  185 897,00 
TOTAL II  138 062,00  4 500,00  133 562,00       
TOTAL Général  382 737,00  65 950,00  316 787,00    TOTAL Général  316 787,00 
* dont concours bancaires courants : 3000,00 
** toutes liées à l’exploitation 

Transformation du bilan comptable en Bilan fonctionnel : 

Les corrections apportées au bilan comptable sont de trois types : 

‐ des reclassements 
‐ des retraitements (nouvelle évaluation) 
‐ la prise en compte d’éléments hors bilan 

(1)Les éléments d’actif sont pris à leur valeur brute, les amortissements et provisions étant reportés du côté du 
passif  (les  amortissements  et  provisions  sont  bien  des  ressources  stables  finançant  le  remplacement  des 
emplois stables). Ne sont pas pris en compte, le capital souscrit non appelé et les primes de remboursement 
des obligations. 

(2)Selon  les  recommandations  de  l’ordre des  experts  comptables,  les  VMP  peuvent être  considérées  comme 
des quasi‐disponibilités et feront partie de la trésorerie d’actif. 

(3)Nous retrancherons des capitaux propres le capital souscrit non appelé. 

(4)Réserves 21 500 = 16 500 +1 200 +3 850 

(5)Amortissements et provisions (75 290 = 65 950 + 9 340) correspondent à la somme de la colonne du bilan 
comptable + provisions pour risques et charges au passif 

(6)Dettes financières 89 350 = 114 350 – 25 000 (emprunts à moins d’un an) 

   

28 
Gestion financière – Marine PORTAL 

ACTIF (1)  PASSIF 
Emplois durables  219 675,00  Ressources stables  261 190,00 
Frais d’établissement  18 500,00  Capitaux propres : (3)  171 840,00 
Fonds commercial  25 000,00  Capital (versé)  75 000,00 
Terrains  18 000,00  Réserves (4)  21 550,00 
Constructions  32 900,00  Amortissements et provisions (5)  75 290,00 
Installations techniques  65 000,00     
Autres immob. corporelles  43 125,00  Dettes financières (6)  89 350,00 
Titres de participation  17 150,00     
    Passif circulant d’exploitation  93 547,00 
Actif circulant d’exploitation   120 720,00  Emprunts à moins d’un an  22 000,00 
Stocks  69 100,00  Avances et acomptes reçus  8 715,00 
Créances  51 440,00  Dettes fournisseurs  34 812,60 
Charges constatées d’avance  180,00  Dettes fiscales et sociales  12 420,00 
Actif circulant hors exploit.   0,00  Produits constatés d’avance  1 100,00 
Trésorerie d’actif  17 342,00  Passif circulant hors exploit.  1 100,00 
VMP (2)  2 500,00  Dettes sur immo. et comptes rattachés  14 500,00 
Disponibilités  14 842,00  Trésorerie de passif  3 000,00 
Total Actif  357 737,00  Total Passif  357 737,00 
 

Soit en présentation condensée pour EXOMOD:  

ACTIF  PASSIF 
Emplois durables  219 675,00  Ressources stables  261 190,00 
Actif circulant d’exploitation  120 720,00  Passif circulant d’exploitation    79 047,00 
Actif circulant hors exploitation  0,00  Passif circulant hors exploitation  14 500,00 
Trésorerie d’actif  17 342,00  Trésorerie de passif  3 000,00 
Total Actif  357 737,00  Total Passif  357 737,00 
 
2.3.3. DIFFICULTES D’ELABORATION DU BILAN FONCTIONNEL 
Signalons  ici  que  le  bilan  fonctionnel  peut  subir  des  retraitements  différents  selon  les  points  de  vue  du  Plan 
Comptable Général (PCG), de l’Ordre des Experts Comptables (OEC) et de la Centrale des bilans (CDB) de la 
Banque de France. Nous n’aborderons pas ces divergences et nous tiendrons le plus souvent à l’approche du 
PCG.  

Retenons pour information quelques exemples : 

Postes de l’actif  Problème  Solution   


Les  effets  escomptés  N’apparaissent pas au bilan mais  On réintègre dans l’actif circulant les EENE figurant dans les 
non échus (EENE)  dans les engagements hors bilan  engagements  hors  bilan.  En  contrepartie,  il  convient 
d’augmenter la trésorerie de passif du même montant 
Les  redevances  de  Les  immobilisations  en  CB  Les  immobilisations  détenues  en  CB  sont  assimilées  à  des 
crédit‐bail (CB)  n’apparaissent pas dans le bilan,  immobilisations  acquises  et  apparaissent  pour  leur  valeur 
faussant  ainsi  les  comparaisons  d’origine  dans  les  emplois  stables.  En  contrepartie  un 
interentreprises  emprunt  fictif  est  inscrit  dans  les  dettes  financières.  Le 
système  d’amortissement  est  pratiqué  annuellement  et 
l’emprunt fictif est ajusté ! 
Les  intérêts  courus  non  Sont  inclus  dans  les  dettes  Les  ICNE  sur  emprunts  doivent  être  soustraits  des  dettes 
échus (ICNE)  financières  mais  sont  à  moins  financières  et  inscrits  dans  le  passif  circulant  hors 
d’un an  exploitation 
 

   

29 
Gestion financière – Marine PORTAL 

A titre d’illustration, élaborons le bilan fonctionnel de la société EXOPLUS, à partir des données suivantes : 

Amort. et 
Bilan ‐ Actif  Brut  Net 
provisions 
Actif immobilisé   
Fonds commercial  29 184,00   29 184,00
Immobilisations corporelles    0,00
Terrains  102 912,00   102 912,00
Constructions  206 457,60 41 291,52  165 166,08
Installations techniques  172 876,42 89 895,74  82 980,67
Total I  511 430,02 131 187,26  380 242,75
Actif circulant   
Stock de marchandises  269 180,93 6 067,20  263 113,73
Créances  495 083,71 10 348,80  484 734,91
Autres créances  62 594,69   62 594,69
Valeurs mobilières de placement  5 018,88 210,43  4 808,45
Disponibilités  13 100,35   13 100,35
Charges constatées d’avance  16 969,92   16 969,92
Total II  861 948,48 16 626,43  845 322,05
Total actif  1 373 378, 50 147 813,70  1 225 564,80
 

 Bilan – Passif  Net 
Capitaux propres    
Capital  124 800,00 
Réserves  32 962,37 
Report à nouveau  6 230,40 
Résultat de l’exercice  7 987,20 
Total I  171 979,97 
Provisions pour risques et charges    
Provisions pour risques  30 785,47 
Provisions pour charges  22 716,29 
Total II  53 501,76 
Dettes    
Emprunts auprès d’établ de crédit   520 772,93 
Dettes fournisseurs  353 812,60 
Dettes fiscales et sociales  97 690,18 
Autres dettes  12 640,51 
Produits constatés d’avance  15 166,85 
Total III  1 000 083,07 
Total général  1 225 564,80 
 
Autres renseignements : 

(1) Un véhicule de transport d’une valeur d’origine de 100 000 est loué en crédit‐bail (redevance annuelle de 
26 000). Si la société EXOPLUS en était propriétaire, elle l’amortirait sur une durée d’utilisation de 4 ans.  
Concernent l’exploitation : 
(2) les « Autres créances » pour 25 037,95 
(3) les « Autres dettes » pour 5 688,19  
(4) les Charges et Produits constatés d’avance 
(5) les valeurs mobilières de placement (VMP) étant facilement mobilisables, seront assimilées à la trésorerie 
d’actif. 
(6)  les  emprunts  auprès  des  établissements  de  crédit  comprennent  270 654,53  de  concours  bancaires  et 
1 228,80 d’intérêts courus non échus (éléments « hors exploitation »)  
(7) les effets escomptés non échus s’élèvent à 69 970,75. A réintégrer au bilan. 
   

30 
Gestion financière – Marine PORTAL 

Bilan fonctionnel détaillé d’EXOPLUS 

Bilan ‐ Actif    Bilan – Passif   
Emplois durables   611 430,02   Ressources stables  722 185,02
Immobilisations (1)  611 430,02*   Capitaux propres  171 979,97
    Provisions pour risques et ch.  53 501,76
    Amortissements et Provisions  172 813,70
    Dettes financières ***  323 889,60
Actif circulant d'exploitation  876 243,26   Passif circulant d'exploitation  472 357,83
Stock de marchandises  269 180,93   Dettes fournisseurs  353 812,61
Créances  495 083,71   Dettes fiscales et sociales  97 690,18
Effets escomptés non échus  69 970,75   Autres dettes (3)  5 688,19
Autres créances d'exploitation  25 037,95   Produits constatés d'avance  15 166,85
Charges constatées d’avance  16 969,92   Passif circulant hors exploit  8 181,12
Actif circulant hors exploitation  37 556,74   Autres dettes hors exploit. (4)  6 952,32****
Autres créances hors exploitation (2)  37 556,74**   Intérêts courus non échus (6)  1 228,80
Trésorerie d’actif  18 119,23   Trésorerie de passif  340 625,28
Valeurs mobilières de placement (5)  5 018,88   Concours bancaires courants (6)  270 654,53
Disponibilités  13 100,35   Effets escomptés non échus (7)  69 970,75
TOTAL GENERAL  1 543 349,25   TOTAL GENERAL  1 543 349,25
Détail des calculs : 

*  Pour  l’immobilisation  en  crédit‐bail,  il  convient  de  rajouter  100 000  €  en  immobilisations,  25 000  €  en 
amortissement de la première année et un emprunt fictif de 100 000 € – 25 000 € = 75 000 €. 
** Autres créances hors exploitation = 37 56,74 = 62 594,69 – 25 037,95 
***  Dettes  financières  =  520  772,93  +  75  000  (emprunt  fictif  du  Crédit‐bail  diminué  des  25000  € 
d’amortissement) – 270 654,53 – 1 228,80 
**** Autres dettes hors exploitation = 6 952,32 = 12 640,51 ‐ 5 688,19 
 
Bilan condensé EXOPLUS         
Actif      Passif    
Emplois stables  611 430,02    Ressources durables  722 185,02 
Actif circulant d'exploitation  876 243,26    Passif circulant d'exploitation  472 357,83 
Actif circulant hors exploitation  37 556,74    Passif circulant hors exploit  8 181,12 
Trésorerie d'actif  18 119,23    Trésorerie de passif  340 625,28 
Total  1 543 349,25    Total  1 543 349,25 
 

Dans  le  cadre  des  devoirs  et  examens,  l’énoncé  des  cas  sera  suffisamment  explicite  pour  que  vous 
sachiez quels traitements opérer pour la construction du bilan fonctionnel.  

2.4. LES INDICATEURS DE L’EQUILIBRE FONCTIONNEL 
2.4.1. LE FONDS DE ROULEMENT NET GLOBAL 
Le  fonds  de  roulement  net  global  (FRNG)  ou  Fonds  de  roulement  (FR)  représente  l’excédent  des  ressources 
stables sur les emplois durables, contribuant alors au financement de l’exploitation. 

FRNG = Ressources stables – Emplois durables 

On peut également dire, en considérant le bas du bilan (trésorerie comprise), que :  

FRNG = (Actif circulant + Trésorerie Actif) – (Passif circulant + Trésorerie Passif) 

Ce qui donne schématiquement en considérant les grandes masses du bilan : 

   

31 
Gestion financière – Marine PORTAL 

 
 
 
 
EMPLOIS DURABLES   RESSOURCES STABLES 
 
 
 
   
    FR FONDS DE ROULEMENT 
   
   
  ACTIF CIRCULANT  PASSIF CIRCULANT 
 
 
  BFR TRESORERIE de PASSIF 
 
BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT 
 
   
  TRESORERIE d’ACTIF  TN TRESORERIE NETTE 

C’est  une  valeur  relativement  stable  dans  l’entreprise.  Il  est  essentiel  que  le  FRNG  soit  positif,  sauf  pour  les 
entreprises où le cycle d’exploitation est court, où les clients payent comptant et où les fournisseurs accordent 
des délais de règlement importants comme c’est le cas dans le secteur de la grande distribution. Pour affirmer 
que  l’équilibre  fonctionnel  est  obtenu,  il  faut  comparer  le  Fonds  de  roulement  au  Besoin  en  fonds  de 
roulement. 

Dans le cas du premier exemple (société EXOMOD) : 

ACTIF  PASSIF 
Emplois durables  219 675,00  Ressources stables  261 190,00 
Actif circulant d’exploitation  120 720,00  Passif circulant d’exploitation    79 047,00 
Actif circulant hors exploitation  0,00  Passif circulant hors exploitation  14 500,00 
Trésorerie d’actif  17 342,00  Trésorerie de passif  3 000,00 
Total Actif  357 737,00  Total Passif  357 737,00 
on obtient les résultats : FRNG = 261 190,00 ‐ 219 675,00 = 41 515,00 

ou FRNG = (120 720,00 + 17 342,00) – (79 047 + 14 500 + 3 000,00) = 41 515,00 

Dans le cas du second exemple (société EXOPLUS) : 

Actif    Passif   
Emplois stables  611 430,02   Ressources durables  722 185,02
Actif circulant d'exploitation  876 243,26   Passif circulant d'exploitation  472 357,83
Actif circulant hors exploitation  37 556,74   Passif circulant hors exploit  8 181,12
Trésorerie d'actif  18 119,23   Trésorerie de passif  340 625,28
Total  1 543 349,25   Total  1 543 349,25
on obtient les résultats : FRNG = 722 185,02 ‐ 611 430,02 = 110 755,00  

ou  FRNG  =  (876 243,26  +  37 556,74  +  18 119,23)  –  (472 357,83  +  8 181,12  +  340 625,28)  =  931 919,23  – 


821 164,23 = 110 755,00 

32 
Gestion financière – Marine PORTAL 

2.4.2. LE BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT (BFR) 
Le niveau du FRNG est satisfaisant lorsqu’il parvient à couvrir le besoin en fonds de roulement (BFR) c’est à dire 
la  différence  dans  le  temps entre  les  flux  réels  (facturation d’un  achat ou d’une  vente) d’une  part et  les  flux 
financiers d’autre part (règlement effectif des transactions).  

En  effet,  pour  acheter,  produire,  vendre,  l’entreprise  a  régulièrement  besoin  de  liquidités  (paiement  des 
charges  dont  les  salaires  en  fin  de  mois,  attente  du  paiement  des  clients  qui  bénéficient  de  crédits 
commerciaux) même si ses fournisseurs lui accordent des facilités de règlement (crédit à 90 jours par exemple). 

Les besoins de financement ne sont pas les mêmes selon que l’entreprise exerce une activité industrielle (cycle 
d’exploitation plus long) ou commerciale, que ses clients payent comptant (magasin de détail, hypermarché) ou 
à crédit.  

Effets sur le BFR 

Stockage et  Crédit 
Crédit Clients  Fournisseurs

 
BFR = Actif circulant hors trésorerie – Passif circulant hors trésorerie 

On décompose habituellement le BFR en distinguant l’« exploitation » et le « hors exploitation ». 

Le  BFR  d’exploitation  est  la  partie  la  plus  importante,  dépendant  du  type  d’entreprise  (commercial  ou 
industriel), de la durée du cycle d’exploitation (écoulement des stocks) et des contraintes du marché (délais de 
règlement des clients et fournisseurs). 

Dans le cas du premier exemple (société EXOMOD) on obtient les résultats :  

‐ BFR = 120 720,00 – 93 547,00 = 27 173,00 
‐ dont BFRE (exploitation) : 120 720,00 – 79 047,00 = 41 673,00 
‐ et BFRHE (hors‐exploitation) : – 14 500,00 (dettes sur immobilisations). Il s’agit ici d’un « besoin de FR 
négatif », soit un dégagement de FR. Cette société n’a pas de besoin de fonds de roulement pour son 
activité hors exploitation. 

Vérification : 41 673,00 – 14 500 = 27 173,00 

Dans le cas du second exemple (société EXOPLUS) on obtient les résultats : 

‐ BFR = (876 243,26 +37 556,74) – (472 357,82 + 8 181,12) = 433 261,06 
‐ dont BFRE : 876 243,26 – 472 357,82 = 403 885, 44 
‐ et BFRHE : 37 556,74 – 8 181,12 = 29 375,62 

Le BFRHE est ici d’une faible importance par rapport au BFRE, comme c’est assez fréquemment le cas. 

Comme il est difficile de donner du sens à un indicateur exprimé en valeur absolue, il est intéressant de calculer 
le BFR en jours de chiffre d’affaires : (BFR / CA) x 360, de même pour le BFRE. 

Si l’entreprise EXOPLUS affiche un chiffre d’affaires de 600 000,00 on a : 

33 
Gestion financière – Marine PORTAL 

BFR en jours de CA = 433 261,06 x 360 / 600 00,00 = 260 jours, ce qui est a priori assez élevé, mais à comparer à 
la moyenne du secteur d’activité. 

BFRE en jours de CA = 403 885,44 x 360 / 600 00,00 = 242 jours 

2.4.3. LA TRESORERIE NETTE 
La  couverture  du  besoin  en  fonds  de  roulement  qui  n’est  pas  assurée  par  le  fonds  de  roulement  l’est  par  la 
trésorerie. D’où son calcul en référence à ces deux agrégats : 

Trésorerie = FR ‐ BFR 

La trésorerie constitue donc la « variable d’ajustement » à court terme entre le Fonds de roulement disponible 
et le besoin effectif de financement. 

On peut observer qu’elle change structurellement en fonction du niveau de FR (un apport de ressources stables 
par  exemple  lors  d’un  emprunt)  et  conjoncturellement  en  fonction  du  niveau  du  BFR  (une  contraction  des 
crédits commerciaux par exemple lorsque les fournisseurs demandent à être réglés plus tôt). Les variations du 
BFR sont quotidiennes alors que celles du FR sont bien moins fréquentes mais de plus grande ampleur. 

La trésorerie se définit aussi directement à partir de ses composants dans le bilan de la façon suivante : 

Trésorerie (nette) = Trésorerie actif – Trésorerie passif 

Trésorerie = VMP + Disponibilités – Concours bancaires et soldes créditeurs de banque 

La  plupart  des  opérations  entre  l’entreprise  et  son  environnement  se  traduisent  par  des  mouvements  de 
trésorerie, après un délai variable selon la nature des crédits : 

‐ entrées avec les encaissements 
‐ sorties avec les décaissements 

En cas de difficultés de trésorerie… 

La trésorerie doit suffire à faire face aux échéances de l’entreprise ; dans le cas contraire, on parle d’illiquidité. 
Cette  situation  est  la  plupart  du  temps  transitoire,  lorsque  l’entreprise  dépense  plus  en  consommations  et 
investissements qu’elle ne reçoit en ventes.  

Mais  l’illiquidité  peut  devenir  chronique  et  dans ce cas  l’entreprise,  après  avoir  exploité  tous  les  recours au 
crédit  possible,  peut  être  contrainte  à  la  cessation  de  paiement,  voire  au  redressement  judiciaire  et  à  la 
liquidation. Les 2/3 des Très Petites Entreprises (TPE) qui disparaissent chaque année, ont connu une mauvaise 
gestion de leur trésorerie ! 

Les problèmes de trésorerie peuvent avoir plusieurs origines :  

‐ Le manque de rentabilité de l’activité 
Les mauvaises performances de l’entreprise, son incapacité à générer des liquidités, l’entraînent dans 
une  spirale  vers  l’impasse  de  trésorerie.  Progressivement  l’activité  s’étiole  et  les  besoins  de 
financement vont être couverts par le recours au crédit, dont le coût va aggraver la situation. 
Une rentabilité économique trop faible vient limiter l’entreprise : 
‐ à renouveler ses équipements,  
‐ à innover sur ses produits 
‐ à garder et/ou recruter du personnel qualifié 
‐ à promouvoir ses produits 
‐ Les difficultés de gestion 

34 
Gestion financière – Marine PORTAL 

C’est  le  cas  des  entreprises  qui  supportent  d’importants  frais  fixes  (locaux,  équipements…)  engagés 
lors  d’une  période  faste.  En  cas  de  repli  de  l’activité,  l’entreprise  doit  faire  face  à  une  structure  de 
coûts trop lourde. L’entreprise se retrouve surdimensionnée et sa trésorerie en pâtie. 
C’est  aussi  le  cas,  d’une  forte  dépendance  à  un  client  où  un  défaut  de  paiement  peut  avoir  des 
conséquences énormes. 
‐ La fragilité de la structure financière 

Le défaut de paiement n’est pas forcément le signe d’une crise de l’exploitation. Ainsi des entreprises peuvent 
connaître une crise de croissance. Une expansion rapide est source de difficultés de gestion, car il faut assurer 
l’augmentation  du  BFR.  Ce  problème  classique  est  nommé  effet  ciseaux.  Les  entreprises,  dans  cette 
configuration,  économiquement  saine  mais  financièrement  fragile,  doivent  trouver  des  investisseurs  pour 
reconstituer les grands équilibres financiers. 

Nous  voyons  donc  qu’il  n’existe  pas  forcément  de  relation  entre  la  capacité  bénéficiaire  et  le  niveau  de 
liquidités. 

Le redressement d’une situation de trésorerie négative (déficit de trésorerie) peut s’obtenir : 

‐ par une meilleure gestion des facteurs du besoin en fonds de roulement, à savoir : 
o La durée du stockage 
o La durée du crédit clients 
o La durée du crédit fournisseurs 
‐ ‐par un apport de fonds à court terme, à savoir un concours bancaire 
‐ ‐par un apport de fonds à plus long terme, à savoir : 
o Emprunt à plus d’un an 
o Augmentation de capital 

Illustration chiffrée du calcul de la trésorerie : 

Dans le cas du premier exemple (société EXOMOD) 

‐ La trésorerie nette = FR – BFR = 41 515,00 – 27 173,00 = 14 342,00 
‐ Ou encore : VMP + Disponibilités – Concours bancaires = 17 342,00 – 3 000,00 = 14 342,00 

Dans le cas du second exemple (société EXOPLUS) 

‐ La trésorerie nette = FR – BFR = 110 755,00 ‐ 433 261,06 = ‐ 322 506,04 
‐ Ou encore Trésorerie actif – Trésorerie passif = 18 119,23 – 340 625,28 = ‐ 322 506,05 

2.5. RATIOS DE STRUCTURE ET DE LIQUIDITE 
On  appelle  ratio,  le  rapport  entre  deux  valeurs,  exprimé  en  nombre,  en  pourcentage,  en  durée  (jours,  mois, 
années). C’est un moyen d’appréciation des performances de l’entreprise par rapport à elle‐même au cours du 
temps,  ainsi  que  vis‐à‐vis  d’autres  firmes.  Il  convient  néanmoins  de  rester  prudent  dans  leur  interprétation 
parfois trop synthétique si l’on n’a pas accès à la moyenne des valeurs du secteur d’activité de la firme.  

Il est souvent nécessaire de rapprocher plusieurs ratios entre eux afin d’obtenir une vision plus affinée de la 
situation financière. Ces ratios comparent les grandes masses d’un bilan fonctionnel ou d’un bilan financier (de 
liquidité). 

On distingue habituellement les ratios de structure, de liquidité, de rotation et de rentabilité. La problématique 
de la rentabilité sera vue dans le chapitre 4. 

35 
Gestion financière – Marine PORTAL 

2.5.1. RATIOS DE STRUCTURE 
Ratios de structure  Composantes  Signification 
Mesure  le  pourcentage  de  financement  des 
Couverture  des  emplois  Ressources stables  immobilisations  par  les  ressources  stables.  Il  est  souhaité 
durables  Emplois durables  >1  (c'est‐à‐dire  FR>0),  mais  selon  la  valeur  du  BFR  cela 
peut s’avérer insuffisant. 
Plus  complet  que  le  précédent,  il  vérifie  l’équilibre  du 
Couverture  des  capitaux  Ressources stables 
financement  entre  court  et  long  terme.  Il  est  aussi 
investis  Emplois durables + BFRE 
souhaité >1. 
Mesure  le  socle  de  financement  en  fonds  propres,  par 
opposition aux dettes. Il est souhaité entre 0,3 et 0,5. Plus 
Ressources propres 
Autonomie financière  faible  cela  devient  fragilisant  pour  l’entreprise,  et  plus 
Total bilan 
élevé  cela  réduit  inutilement  le  potentiel  effet  de  levier 
financier (voir plus loin). 
  Mesure  le  degré  de  dépendance  de  l’entreprise  vis‐à‐vis 
Dettes long terme  des  dettes  à  long  terme.  Il  est  souhaité  entre  0,2  et  0,5. 
Taux  d’endettement  long 
  Plus  élevé  cela  accroît  le  risque  de  défaut  de 
terme 
Total bilan  remboursement  de  l’entreprise,  et  plus  faible  cela  réduit 
  inutilement le potentiel effet de levier financier. 
  Mesure  le  degré  de  dépendance  de  l’entreprise  vis‐à‐vis 
Dettes court terme  des  dettes  à  court  terme.  Il  est  souhaité  entre  <0,3.  Plus 
Taux  d’endettement  court 
  élevé  cela  accroît  le  risque  de  défaut  de  remboursement 
terme 
Total bilan  de l’entreprise. Il permet de contrôler le poids des dettes 
  les plus rapidement exigibles parmi l’ensemble des dettes. 
Indique  le  nombre  théorique  d’années  nécessaires  au 
 
Capacité  de  remboursement des dettes financières (4 est un maximum 
Dettes financières 
remboursement des dettes  acceptable).  
 
financières  Les  dettes  doivent  intégrer  les  EENE  quand  la  donnée est 
CAF 
connue.  
Exemple sur l’équilibre financier : 

Une entreprise possède pour 1 800 d’immobilisations à l’actif, et au passif ses ressources propres s’élèvent à 
1 350  et  ses  dettes  financières  à  1 000.  Son  BFRE  moyen  dépend  directement  de  son  CA  qui  connaît  des 
variations saisonnières : 

BRFE = 300 au trimestre 1   BRFE = 700 au trimestre 2 

BRFE = 500 au trimestre 3   BRFE = 800 au trimestre 4 

Globalement peut‐on dire que cette entreprise est en équilibre financier ? 

  BFRE 4
 
  BFRE 2
  Ressources 
2350  BFRE 3
  stables 
BFRE 1
 
 
 
 
 
 
 
  Emplois durables + BFRE :   Couverture des capitaux investis : 
Trimestre 1 : (1 800 + 300) = 2100    Le ratio = 2350 / 2100 = 1,12 
Trimestre 2 : (1 800 + 700) = 2500    Le ratio = 2350 / 2500 = 0,94 
Trimestre 3 : (1 800 + 500) = 2300    Le ratio = 2350 / 2300 = 1,02 
Trimestre 4 : (1 800 + 800) = 2600    Le ratio = 2350 / 2600 = 0,90 

36 
Gestion financière – Marine PORTAL 

Le ratio de couverture des capitaux investis est inférieur à 1 pour les trimestres 2 et 3 : Sur les périodes 2 et 4 
l’entreprise connaîtra des difficultés de trésorerie. 

En reprenant l’exemple de l’entreprise EXOPLUS nous obtenons les résultats suivants concernant la structure 
du bilan : 

‐ Couverture des emplois durables = 722 185,02 / 611 430,02 = 1,18 >1 donc a priori satisfaisant, mais à 
nuancer avec ce qui suit 
‐ Couverture  des  capitaux  investis  =  722 185,02  /  (611 430,02  +  876 243,26  –  472 357,83)  =  0,71  <1 
donc a priori un peu faible, mais à nuancer avec ce qui suit 
‐ Autonomie financière = 171 979,97 / 1 543 349,25 = 0,11 < 0,3 donc assez faible, signe d’un possible 
manque de fonds propres dans le financement à long terme 
‐ Taux d’endettement à long terme= 323 889,6 / 1 543 349,25 = 0,21 proche de 0, donc assez modéré 
(trop peut‐être puisqu’il y a un manque de fonds propres) 
‐ Taux  d’endettement  à  court  terme  =  (8 181,12  +  340 625,28)  /  1 543 349,25  =  0,23  assez  élevé  en 
raison de concours bancaires très importants 
‐ Capacité  de  remboursement  (en  supposant  que  la  CAF  vaut  150 000)  =  (323 889,6  +  340 625,28)  / 
150 000 = 4,43 un peu trop élevé, à nouveau en raison de concours bancaires très importants 

2.5.2. RATIOS DE LIQUIDITE 
Ratios de liquidité  Composantes  Signification 
Actif à moins d’un an*  Ce  ratio  doit  normalement  être  supérieur  à  1  (ce  qui 
Liquidité générale  Dettes à moins d’un an  correspond à FR>0).  
Il reprend les termes du FR calculé par le bas du bilan. 
Actif à moins d’un an hors stocks  Mesure le rapport des crédits clients et fournisseurs.  
Liquidité réduite 
Dettes à moins d’un an  Une valeur >1 ou proche de 1 est souhaitable. 
Disponibilités + VMP  Moins significatif car très instable au quotidien.  
Liquidité immédiate 
Dettes à moins d’un an  Devrait être compris entre 0,05 et 0,15. 
*y compris VMP et disponibilités 

Illustration avec les données de l’entreprise EXOPLUS : 

‐ Liquidité générale = (876 243,26 + 37 556,74 + 18 119,23) / (472 357,83 + 8 181,12 + 340 625,28) 
= 931 919,23 / 821 164,23 = 1,13 >1 donc a priori satisfaisant  
‐ Liquidité réduite = (931 919,23 – 269 180,93) / (472 357,83 + 8 181,12 + 340 625,28) 
‐ = 662 738,3 / 821 164,23 = 0,81 <1 donc un peu faible, mais compensé par le niveau correct du ratio 
précédent  
‐ Liquidité  immédiate  =  18 119,23  /  (472 357,83  +  8 181,12  +  340 625,28)  =  0,02  très  peu  de  liquidité 
immédiate puisque la société a abondamment recours aux concours bancaires  

2.6. RATIOS D’ACTIVITE 
Ces  ratios  constituent  l’un  des  points  clés  du  diagnostic  financier,  centré  sur  les  composantes  du  Besoin  en 
fonds  de  roulement.  Ils  complètent  les  ratios  précédents  pour  une  analyse  plus  complète  des  conditions 
d’activité de l’entreprise, et constituent ce que l’on appelle l’analyse normative du BFRE. 

Ratios d’activité  Composantes 
Stock moyen de marchandises x 360 
Coût d’achat des marchandises vendues* 
Durée  moyenne  de  stockage  des 
 
marchandises 
*=Achats de marchandises + Variation de stock de marchandises (initial – 
final) 
Stock moyen de matières x 360 
Durée  moyenne  de  stockage  des 
Coût d’achat des mat consommées** 
matières premières 
 

37 
Gestion financière – Marine PORTAL 

**= Achats de matières premières + Variation de stock de matières 
premières (initial – final) 
Durée  moyenne  de  stockage  des  Stock moyen de produits finis x 360 
produits finis  Chiffre d’affaires 
Durée  moyenne  des  crédits  (Créances clients et rattachés ‐ Avances et acomptes reçus + EENE) x 360 
consentis aux clients  CA TTC 
Durée  moyenne  du  crédit  obtenu  (Dettes fournisseurs et rattachés – Avances et acomptes versés) x 360 
des fournisseurs  Achats TTC 
Remarque :  

En l’absence d’autre information, le stock moyen peut être calculé selon la formule : (stock initial + stock final) 
/ 2. Parfois un coefficient de saisonnalité s’applique : le stock moyen correspond à 2 fois le stock de fin d’année 
par exemple. 

Exemple : Une entreprise commerciale nous donne les renseignements suivants : 

‐ Stock final de marchandises :   27 810  
‐ Stock initial de marchandises :   29 928  
‐ Créances clients TTC :   60 952  
‐ Effets escomptés non échus :   0 
‐ Dettes fournisseurs TTC :   214 286  
‐ Chiffre d’affaires HT :   1 551 429  
‐ Achats nets HT :  1 107 143  
‐ Taux de TVA : 19,6% 

Calculons  en  jours,  les  ratios  de  rotation  des  stocks  de  marchandises,  des  créances  clients  et  des  dettes 
fournisseurs : 

‐ Durée de stockage des marchandises = ((29 928 + 27 810) / 2) /(1 107 143 + 27 810 – 29 928) x 360 = 
9,4 jours (d’achats)  
‐ Durée des crédits clients = 60 952 x 360 / (1 551 429 x 1,196) = 11,8 jours (de ventes) 
‐ Durée des crédits fournisseurs = 214 286 x 360 / (1 107 143 x 1,196) = 58,3 jours (d’achats) 

On peut homogénéiser les résultats en ramenant tout en jours de CA : 

Sachant que : 

‐ Coût d’achat des marchandises vendues / CA = 1 105 025 / 1 551 429 = 0,712 
‐ On peut convertir les 10 jours (d’achats) de stocks en jours de CA : 10 x 0,712 = 7 jours de CA 
‐ Et convertir les 58 jours d’achats aux fournisseurs en jours de CA : = 58 x 0,712 = 41,3 = 41 jours de CA 
‐ L’entreprise dégage donc un fonds de roulement = 41 – (7 + 12) = 22 jours de CA 

Donc le BFR est négatif (absence de besoin de financement) et la trésorerie en est allégée d’autant, grâce au 
différentiel de durée entre les crédits clients et fournisseurs : 58 x 0,712 – 12 = 29 jours d’activité financés, ce 
qui est très favorable pour l’entreprise, qui finance ainsi largement ses stocks. 

2.7. POUR VOUS ENTRAINER  
Chapitre du livre de référence : « Analyse de la structure financière… »  

Exercice 5  Le bilan et l’annexe  Sujets 1, 2, 3 


Exercice 6  L’approche fonctionnelle  Sujets 1, 2, 3, 4 
Pensez aussi aux exercices proposés sur le site internet. 

   

38 
Gestion financière – Marine PORTAL 

Extrait du QCM à retrouver sur le site Web 

A chaque question, indiquez avec quelles réponses vous êtes d’accord : 

1. Le bilan comptable : 
‐ ne présente pas les charges et les produits de l’exercice en cours 
‐ présente les dettes de l’entreprise suivant leur exigibilité  
‐ présente le résultat de l’exercice du côté de l’actif si c’est une perte 
‐ présente la CAF de l’exercice  
‐ présente les immobilisations de l’entreprise en tenant compte des amortissements 
2. Les ratios de liquidité : 
‐ sont au nombre de 3  
‐ concernent des éléments à moins d’un an 
‐ utilisent des éléments du compte de résultat 
‐ indiquent la rentabilité de l’entreprise 
‐ intègrent le résultat de l’exercice 
3. Le bilan fonctionnel :  
‐ indique les charges et les produits de l’exercice en cours 
‐ présente la CAF de l’exercice 
‐ peut parfois avoir un actif et un passif de valeurs inégales 
‐ présente les immobilisations à leur valeur brute 
‐ indique les ressources stables et les emplois durables 
4. Le fonds de roulement : 
‐ peut être calculé par le haut et par le bas du bilan 
‐ positif, il ne garantit pas pour autant une trésorerie positive à l’entreprise 
‐ négatif, il peut indiquer un manque de financement 
‐ fluctue quotidiennement 
‐ doit permettre de financer une partie du cycle d’exploitation 
5. Le besoin en fonds de roulement : 
‐ est calculé par différence entre l’actif circulant et le passif circulant (hors trésorerie) 
‐ prend en compte les éléments d’exploitation et hors exploitation 
‐ induit une trésorerie négative s’il excède le fonds de roulement 
‐ est d’autant plus important que les dettes fournisseurs sont élevées 
‐ se réduit quand les stocks diminuent 

Retrouvez sur le site, ce QCM et les solutions... 

39 
Gestion financière – Marine PORTAL 

CHAPITRE 3. 
LE TABLEAU DE FINANCEMENT 
 

« Le seul intérêt de l’argent est son emploi », Benjamin Franklin 

Objectifs : 

‐ Comprendre les composantes de la variation du fonds de roulement 
‐ Elaborer le tableau de financement 
‐ Interpréter les principales évolutions des emplois et ressources. 

3.1. LA VARIATION DU FONDS DE ROULEMENT 
L’objectif  du  tableau  de  financement  est  de  déterminer  avec  précision  les  composantes  de  la  variation  du 
fonds de roulement net global. Le tableau de financement est un outil (normalisé par le PCG dans le système 
développé) d’analyse fonctionnelle dynamique de la situation financière de l’entreprise.  

Cette analyse est menée à partir de deux bilans successifs avant répartition du bénéfice, du compte de résultat 
de l’année N et de l’annexe (tableau des immobilisations, amortissements, provisions etc.). Nous savons déjà 
calculer la variation du FR à partir d’une analyse fonctionnelle statique (chapitre 2). 

Prenons un exemple avec une entreprise qui a établi son bilan condensé en N et N‐1. 

ACTIF  N‐1  N  PASSIF  N‐1  N 


Emplois stables  430 000  440 000  Ressources stables  500 000  515 000 
‐‐‐      ‐‐‐     
Calculons les fonds de roulement en N‐1 et N. 

‐ Fonds de roulement N‐1 : 500 000 ‐ 430 000 = 70 000 
‐ Fonds de roulement N   :  515 000 ‐ 440 000 = 75 000 
‐ La variation du fonds de roulement entre N et N‐1 est donc de : 75 000 – 70 000 = + 5 000 

Décomposons cette variation du fonds de roulement. Elle provient de la variation : 

‐ des emplois stables : 440 000 – 430 000 = 10 000 (hausse) 
‐ des ressources stables : 515 000 – 500 000 = + 15 000 (hausse) 

Eléments  Variations 
Variation des ressources stables   15 000 
‐ variation des emplois stables  ‐ 10 000 
Variation du fonds de roulement    5 000 
 

Le  tableau  de  financement  va  nous  donner  dans  un  premier  tableau  le  détail  des  flux  financiers  liés  au 
patrimoine de  l’entreprise,  expliquant  cette  variation du FR par des  éléments  essentiellement  de  long terme 
(plus d’un an). 

Le  tableau  de  financement  nous  donnera  ensuite  dans  un  second  tableau,  le  détail  des  flux  financiers  liés  à 
l’activité, sachant que le fonds de roulement, nous l’avons vu, peut aussi être calculé à partir du bas du bilan, 
en rapprochant l’Actif circulant et le Passif circulant. 

41 
Gestion financière – Marine PORTAL 

3.2. LE TABLEAU DE FINANCEMENT 
Nous étudierons le tableau de financement à travers un exemple, qui permettra de comprendre et construire 
les 2 parties constitutives. 

Exemple :  La  société  SALMI  vous  fournit  les  documents  suivants,  en  vue  de  l’établissement  du  tableau  de 
financement de l’exercice N. 

Bilan d’ouverture et de clôture avant répartition de l’exercice N 

  ACTIF  Clôture de l’exercice N‐1  Clôture de l’exercice N 


    Brut  A. et P  Net  Brut  A. et P.  Net 
Frais d’établissement  12 000 8 000 4 000 20 000  17 000  3 000
IMMOBILISE 

Constructions  520 000 80 000 440 000 696 000  120 000  576 000


ACTIF 

Installations techniques  260 000 60 000 200 000 400 000  100 000  300 000


Autres  140 000 40 000 100 000 140 000  68 000  72 000
Immobilisations financières  20 000    20 000  24 000    24 000 
  TOTAL 1  952 000  188 000  764 000  1 280 000  305 000  975 000 
Stock de MP  150 000 150 000 158 000    158 000
CIRCULANT 

Créances clients  80 000 4 000 76 000 94 000  5 000  89 000


ACTIF 

Créances diverses  14 000   14 000 18 000  18 000


   
Disponibilités  36 000  36 000  40 000  40 000 
  TOTAL 2  280 000  4 000  276 000  310 000  5 000  305 000 
  TOTAL GENERAL  1 232 000  192 000  1 040 000  1 590 000  310 000  1 280 000 
 

  PASSIF  Clôture de l’exercice N‐1  Clôture de l’exercice N  


CAPITAUX 

Capital  800 000 1 000 000


PROPRES 

Réserve légale  60 000 60 000


Report à nouveau  4 000  4 000
Résultat de l’exercice  66 000 
  TOTAL 1  864 000  1 130 000 
  Provision pour risques et charges  18 000  24 000 
Dettes financières  96 000 90 000
DETTES 

Emprunt  16 000
Dettes fournisseurs  17 400 16 000
Dettes diverses  44 600  4 000 
  TOTAL 2  158 000  126 000 
  TOTAL GENERAL  1 040 000  1 280 000 
Extraits de l’annexe : tableaux des immobilisations, des amortissements, des provisions. 
TABLEAU DES IMMOBILISATIONS 
Valeur brute à  Valeur brute à la 
  Augmentations  Diminutions 
l’ouverture  clôture 
Frais d’établiss.  12 000 8 000 20 000
Constructions  520 000 176 000 696 000
Installations techn  260 000 180 000 40 000  400 000
Autres  140 000 140 000
Immob financ.  20 000  4 000  24 000 
TOTAL  952 000  368 000  40 000  1 280 000 
 
TABLEAU DES AMORTISSEMENTS 
  Augmentations  Diminutions 
Amort. Cumulés  Amortissements 
Dotations de  d’amortissements de 
à l’ouverture  cumulés à la clôture 
l’exercice  l’exercice 
Frais d’établissement  8 000 9 000 17 000
Constructions  80 000 40 000   120 000
Installations techniques  60 000 70 000 30 000  100 000
Autres   40 000  28 000  68 000 
TOTAL  188 000  147 000  30 000  305 000 

42 
Gestion financière – Marine PORTAL 

 
TABLEAU DES PROVISIONS 
  Augmentations  Diminutions de  Provisions 
Provisions à 
Dotations de  provisions de  cumulées à la 
l’ouverture 
l’exercice  l’exercice : reprises  clôture 
Prov. risques et charges  18 000 6 000 24 000
 
Prov. clients  4 000  1 000  5 000 
TOTAL  22 000  7 000    29 000 
 

Informations complémentaires : 

Extrait de la balance de fin d’exercice N avant solde des comptes de gestion : 

‐ 775 Produit de cessions d’éléments d’actif : 16 000 
‐ 675 Valeur comptable des éléments d’actif cédés : 10 000 
‐ Extrait du tableau de répartition des bénéfices de l’exercice N‐1 
‐ Dividendes à payer aux actionnaires : 40 000 (poste Dettes diverses, autres) 

Extrait de l’état des échéances des créances et dettes à la clôture de l’exercice : Emprunt obligataires souscrits 
au cours de l’exercice : néant. 

3.2.1. TABLEAU DE FINANCEMENT : 1ERE PARTIE 
Cette première partie concerne les éléments à long terme du bilan : 

Variation du FR = Variation des Ressources durables – Variation des Emplois stables 

Le premier tableau ne concerne que la partie haute du bilan. 

EMPLOIS    RESSOURCES   
Distribution mises en paiement au cours  E  Capacité d’autofinancement  A 
de l’exercice       
Acquisition d’éléments d’actif       
Immobilisations incorporelles  F  Cessions ou réduction d’actif  B 
Immobilisations corporelles  G  Cession immob. incorporelles   
Immobilisations financières  H  Cessions immob corp.   
Charges à répartir     Cessions immob financières   
Réduction des capitaux propres  I  Augmentation des capitaux propres  C 
Remboursement des dettes financières  J  Augmentation des dettes financières  D 
Total des emplois stables    Total des ressources stables   
Variation  du  fonds  de  roulement    Variation  du  fonds  de  roulement  (emploi   
(ressource nette)  net) 
 
Calculs : 

A  Capacité d’autofinancement : avec les informations dont nous disposons nous pouvons calculer :   
Résultat net    66 000 
                  Dot aux Amort  147 000 (cf. tableau des amortissements) 
                  Dot aux Prov      7 000 (cf. tableau des provisions) 
                  + Valeur compt   10 000 
         ‐ Produit de cession – 16 000  214 000 
Attention, lors du calcul de la CAF, ne prendre que les reprises sur provisions, et non les diminutions 
d’amortissement, qui ne sont pas des reprises 
B  Prendre le prix de cession des éléments d’actif cédés (compte 775 soustrait du calcul précédent de  16 000 
la CAF), et non la valeur comptable ! 
C  Par comparaison de bilans, les capitaux propres augmentent : le capital de 200 000 (1 000 000 –  200 000 
800 000) par apports nouveaux (une incorporation de réserves n’aurait pas été prise en compte), 
et le résultat de l’exercice de 66 000. 
Nous ne retenons que l’augmentation de capital, car le résultat de l’exercice est déjà compté dans 

43 
Gestion financière – Marine PORTAL 

le calcul de la CAF ! 
D  A la comparaison des dettes financières de N et N‐1, nous remarquons qu’elles augmentent de 16  16 000 
000  (ligne  « emprunt »)alors  que  d’autres  diminuent  de  6  000  (96  000  –  90 000,  ligne  « dettes 
financières »). Il ne faut retenir que l’augmentation de 16 000, la réduction de 6000 étant signalée 
dans la partie gauche du tableau. 
E  Les distributions mises en paiement au cours de l’exercice nous ont été données en complément  40 000 
d’information. 
F  Pour  l’acquisition  d’immob.  Incorporelles  (Frais  d’établissement),  le  tableau  des  immobilisations  8 000 
nous permet d’apprécier la stricte augmentation de 8000. 
G  Acquisition  d’immob.  corporelles,  le  tableau  des  immobilisations  nous  permet  d’apprécier  la  356 000 
stricte augmentation de 356 000 
H  Acquisition  d’immob.  financières,  le  tableau  des  immobilisations  nous  permet  d’apprécier  la  4 000 
stricte augmentation, liée à des achats de titres pour 4 000. 
I  Néant. Il y a eu augmentation.  0 
J  Remboursement  des  dettes  financières,  nous  avons  vu  en  D,  que  les  dettes  avaient  diminué  de  6 000 
6000, par remboursement. 
 

Nous obtenons ainsi la première partie du tableau de financement : 

EMPLOIS    RESSOURCES   
Distribution mises en paiement au cours  40 000 Capacité d’autofinancement  214 000
de l’exercice   
Acquisitions d’éléments d’actif :  Cessions ou réduction d’actif : 
Immobilisations incorporelles    8 000 Cessions immob. incorporelles 
Immobilisations corporelles  356 000 Cessions immob corporelles 
Immobilisations financières    4 000 Cessions immob. financières  16 000
Réduction des capitaux propres  0 Augmentation des capitaux propres  200 000
Remboursement des dettes financières    6 000  Augmentation des dettes financières  16 000 
Total des emplois stables    414 000  Total des ressources stables    446 000 
Variation  du  fonds  de  roulement   + 32 000  Variation  du  fonds  de  roulement   
(ressource nette)  (emploi net) 
 

La  variation  du  fonds  de  roulement  est  une  ressource  nette,  les  ressources  (446 000)  étant  supérieures  aux 
emplois (414 000). 

3.2.2. LE TABLEAU DE FINANCEMENT : 2EME PARTIE 
La seconde partie du tableau de financement a pour objet de justifier la variation du fonds de roulement par la 
variation  des  postes  d’actif  et  de  passif  circulants,  autrement  dit  par  la  gestion  du  cycle  d’exploitation  : 
politique  d’approvisionnement,  délais  de  paiement  aux  fournisseurs  et  des  clients.  La  présentation  est 
sensiblement différente de la première partie du tableau, où nous avions les ressources à droite et les emplois 
à gauche ; la seconde partie indique les « besoins » (= emplois) et les « dégagements » (= ressources).  

Attention au sens du calcul du Solde = Dégagements – Besoins. 

Sens des variations : 

Les Besoins en FR proviennent d’une augmentation des postes d’Actif ou d’une diminution des postes de Passif. 
A contrario, les Dégagements de FR proviennent d’une augmentation des postes de Passif et d’une diminution 
des Postes d’actif. 

Petit tableau aide‐mémoire : 

  BESOIN  DEGAGEMENT 
Actif  Hausse  Baisse 
Passif  Baisse  Hausse 
 

44 
Gestion financière – Marine PORTAL 

Sont distinguées trois catégories de variations : Exploitation, Hors exploitation et Trésorerie nette. 

Variation du fonds de roulement   BESOINS  DEGAGEMENTS  SOLDE 


1  2  2 ‐ 1 
Variation « Exploitation »       
Variation des actifs d’exploitation 
  Stocks et en cours 
  Avances et acomptes versés 
  Créances clients et comptes rattachés 
 
Variation des dettes d’exploitation 
  Avances et acomptes reçus 
  Dettes fournisseurs et rattachés 
A. Variation nette « Exploitation »       
Variation des autres débiteurs       
Variation des autres créditeurs 
B. Variation nette « hors exploitation »       
Total A + B       
Besoin de l’exercice en fonds de roulement (‐) 
Ou Dégagement de l’exercice en fonds de roulement (+) 
Variation « Trésorerie »       
Variation des disponibilités 
Variation  des  concours  bancaires  et  soldes  créditeurs 
de banque 
C. Variation nette « Trésorerie »       
A+B+C. Variation du FR       
Emploi net (‐) 
Ressource nette (+) 
 
Analysons à partir de l’exemple de l’entreprise SALMI, les différents postes de l’actif et du passif circulants. 

Pour vous faciliter la tâche : afin de savoir si la variation du poste est un besoin ou un dégagement, on peut se 
poser  la  question :  « A‐t‐on  besoin  de  ressources  pour  augmenter…. ? ».  Cette  question  simple,  permet  de 
conclure sur la nature de la variation : 

‐ « oui », c’est un besoin 
‐ « non », c’est un dégagement. 

Variation du fonds de roulement  BESOINS  DEGAGEMENTS  SOLDE 


1  2  2 ‐ 1 
Variation « Exploitation » :     
Variation des actifs d’exploitation 
  Stocks et en cours 
La  comparaison  entre  les  2  dates,  nous  montre  une 
augmentation du stock de 8 000 (= 158 000 – 150 000). « A‐t‐on 
besoin  de  ressources  pour  augmenter  le  stock ? »  ou  au 
contraire  l’augmentation,  nous  procure  des  ressources. 
Réponse : un besoin  8 000
 
  Avances et acomptes versés 
  Créances clients et comptes rattachés 
La variation est de + 14 000 (=94 000 – 80 000), « a‐t‐on besoin 
de  ressources  pour  augmenter  les  créances ? »  Réponse :  oui, 
les 14 000 constituent une augmentation de ressources chez les 
clients.  14 000
 
Variation des dettes d’exploitation 
  Avances et acomptes reçus 
  Dettes fournisseurs et rattachés 
Les  dettes  fournisseurs  passent  de  17  400  à  16  000.  « A‐t‐on 
besoin de ressources pour faire baisser les dettes ? » : Oui, une 

45 
Gestion financière – Marine PORTAL 

partie  des  ressources  est  consacrée  au  remboursement  des 


dettes.  1 400 
A. Variation nette « Exploitation »  23 400  0  ‐ 23 400 
Variation des autres débiteurs     
Les créances diverses augmentent de 4000 (= 18 000 – 14 000), 
« A‐t‐on  besoin  de  ressources  pour  cette  augmentation ? » 
réponse  Oui.  Comme  pour  les  créances  clients,  l’augmentation 
du poste n’a été possible qu’en se privant de resources. 
Variation des autres créditeurs 
La variation du poste dettes diverses est de 44600 à 4000. Mais  4 000
attention,  40  000  de  dividendes  à  payer  aux  actionnaires  sont 
inclus au 31/12/N‐1, que nous avons déjà pris en compte dans 
le tableau 1. De ce fait la variation ne sera que de 4600 à 4000. 
« A‐t‐on besoin de ressources pour faire baisser les dettes ? » ‐ 
réponse Oui  600 
B. Variation nette « hors exploitation »  4 600  0  ‐ 4 600 
Total A + B     
Besoin de l’exercice en FR (‐) 
Dégagement de l’exercice en FR(+)  ‐ 28 000 
Variation « Trésorerie »     
Variation des disponibilités 
Ce poste augmente de 4000 (=40 000 – 36 000), « A‐t‐on besoin 
de  ressources  pour  faire  augmenter  les  disponibilités ? »  ‐ 
réponse Oui  4 000
Variation des concours bancaires   0 
C. Variation nette « Trésorerie »  4 000  0  ‐ 4 000 
Variation du fonds de roulement (total A + B + C)     
Emploi net (‐) 
 ou Ressource nette  ‐ 32 000 
 

Finalement, les ressources durables de 446 000 financent des emplois stables de 414 000. 

Cette politique d’investissement de l’entreprise pour 368 000, ainsi que le paiement des dividendes (40 000) et 
le remboursement de dettes financières (6 000), s’est réalisée : 

‐ pour 214 000 grâce à l’autofinancement (la CAF)  
‐ pour 200 000 grâce aux actionnaires, par augmentation du capital. 

L’excédent est une ressource nette durable de 32 000 qui constitue une augmentation du fonds de roulement, 
utilisée par le bas du bilan pour 23 400 à l’exploitation, 4 600 en hors exploitation, le reste 4 000 augmente les 
disponibilités. 

3.3. POUR VOUS ENTRAINER  
A étudier dans le chapitre « Les tableaux de flux » : 

Exercice 8  Le tableau de financement Sujets 1, 2, 3, 4


Pensez aussi aux exercices proposés sur le site internet. 

Extrait du QCM à retrouver sur le site Web 

A chaque question, indiquez avec quelles réponses vous êtes d’accord : 

1. Le tableau de financement : 
‐ s’intéresse uniquement aux postes du passif 
‐ permet d’expliquer entre autre, la variation du fonds de roulement 
‐ permet d’expliquer également la variation du besoin en fonds de roulement  

46 
Gestion financière – Marine PORTAL 

‐ apporte une analyse en termes de flux par rapport au bilan 
est un document normalisé  
2. La première partie du tableau de financement, côté ressources :  
‐ prend en compte le résultat du dernier exercice 
‐ prend en compte les augmentations de capital  
‐ ne prend pas en compte les concours bancaires courants 
‐ retient les cessions d’immobilisations corporelles au prix où elles ont été vendues 
‐ retient les cessions d’immobilisations corporelles à leur valeur comptable 
3. Dans la première partie du tableau de financement, côté emplois : 
‐ on indique les dividendes qui seront versés au titre de l’exercice qui se termine 
‐ on indique les dividendes qui ont été versés au titre de l’exercice clos 
‐ les acquisitions sont reprises à leur valeur amortie 
‐ le remboursement des dettes financières ne comprend pas les intérêts 
‐ lorsque les emplois sont inférieurs aux ressources on obtient une ressource nette 
4. Dans la seconde partie du tableau de financement, au niveau des variations d’exploitation : 
‐ une augmentation des stocks correspond à un besoin de FR d’exploitation (FRE) 
‐ une augmentation des dettes fournisseurs correspond à un dégagement de FRE  
‐ une réduction des créances clients correspond à un dégagement de FRE 
‐ une augmentation des avances versées aux fournisseurs crée du besoin de FRE 
‐ le total des besoins est toujours égal au total des dégagements 
5. Dans la seconde partie du tableau de financement : 
‐ une variation positive de la trésorerie d’actif correspond à un besoin de trésorerie 
‐ une variation positive des CBC correspond à un dégagement de trésorerie 
‐ le solde en colonne correspond aux besoins diminués des dégagements  
‐ si on dégage de la trésorerie on diminue le besoin de trésorerie nette 
‐ la trésorerie nette est toujours positive 

Retrouvez sur le site, ce QCM et les solutions... 

47 
Gestion financière – Marine PORTAL 

CHAPITRE 4. 
PROBLEMATIQUE DE LA RENTABILITE 
 

« Quand je dis que ma richesse est intérieure, je veux dire que mon argent est dans un coffre », Philippe Geluck 

Objectifs : 

‐ Appréhender la notion de rentabilité 
‐ Distinguer la rentabilité économique de la rentabilité financière 
‐ Comprendre les facteurs de la rentabilité 

La rentabilité peut être définie comme l’aptitude de l’entreprise à produire un résultat. Elle se mesure soit en 
faisant le rapport entre le résultat obtenu au terme d’un exercice comptable (Résultat net, EBE, VA, CAF etc.) et 
les moyens économiques ou financiers mis en œuvre, soit en le rapprochant du chiffre d’affaires (représentant 
le volume d’activité). Dans ce dernier cas le terme de profitabilité est plus approprié. 

4.1. RENTABILITE DE L’ACTIVITE (OU PROFITABILITE) 
Si  l’entreprise  a  une  activité  essentiellement  commerciale,  on  utilise  la  marge  commerciale  pour  mesurer  la 
profitabilité.  Si  elle  a  une  activité  industrielle,  on  peut  observer  deux  ratios  de  marge  en  parallèle,  la  marge 
brute et la marge nette. 

Profitabilité de l’activité  Composantes  Signification 


Marge commerciale x 100  Donne un aperçu de la maîtrise des prix de vente 
Taux de marge    et d’achat des marchandises par l’entreprise. 
commerciale  CA  Valeur  souhaitée  >25  à  30%,  à  nuancer  selon  le 
degré de concurrence du secteur d’activité. 
Résultat d’exploitation x 100  Donne  la  marge  sur  les  seules  opérations 
  d’exploitation,  hors  éléments  financiers  et 
Taux de marge brute 
CA HT  exceptionnels. Valeur souhaitée >10%, à nuancer 
selon les secteurs industriels. 
Résultat net x 100  Donne la marge sur l’ensemble des opérations de 
  l’exercice. Cette valeur est plus synthétique, mais 
Taux de marge nette  CA HT  aussi plus hétérogène que la marge brute. Valeur 
souhaitée  >5%,  à  nuancer  selon  les  secteurs 
industriels. 
 

4.2. RENTABILITE DES CAPITAUX 
On  distinguera  la  rentabilité  économique  qui  intéresse  l’ensemble  des  financeurs  et  les  dirigeants  de 
l’entreprise, et la rentabilité financière qui intéresse davantage les actionnaires. 

4.2.1. RENTABILITE ECONOMIQUE 
Elle intéresse l’ensemble des apporteurs de fonds à l’entreprise. 

Résultat économique / Actif économique 

49 
Gestion financière – Marine PORTAL 

Le  résultat  économique  peut  être  assimilé  à  l’Excédent  brut  d’exploitation  et  on  parle  alors  de  rentabilité 
économique brute, ou le résultat d’exploitation, et on parle de rentabilité économique nette. 

L’actif  économique  est  constitué  des  immobilisations  d’exploitation  (donc  incorporelles  et  corporelles)  et  du 
BFRE (Besoin de FR d’exploitation). A défaut d’information suffisante, le BFR total peut être utilisé. 

Les  immobilisations  peuvent  être  prises  à  leur  valeur  brute  ou  nette,  mais  plus  fréquemment  à  leur  valeur 
nette. On a donc : 

Rentabilité économique brute = EBE / (Immobilisations d’exploitation + BFRE) 

Rentabilité économique nette = Résultat d’exploitation / (Immobilisations d’exploitation + BFRE) 

Le résultat souhaité se situe entre 10 et 20%, selon les secteurs d’activité. 

Le ratio de rentabilité économique peut être décomposé de la manière suivante :  

Résultat  Résultat 
Chiffre d’affaires 
économique  =  économique  x 
Actif économique  Chiffres d’affaires Actif économique 
 

Cette dernière formule qui rapproche « rentabilité de l’activité » et « rotation des actifs » permet d’expliciter la 
formation de la rentabilité économique de l’entreprise suivant deux éléments déterminants : 

‐ la profitabilité (Résultat économique /CA) qui dépend : 
o d’un objectif de volume (politique de bas prix) 
o d’un objectif de marge (politique de qualité) 
o de  l’organisation  interne  (logistique),  de  la  maîtrise  des  coûts  (production  et  distribution),  de 
l’efficacité commerciale (pouvoir de négociation). 
‐ la rotation des capitaux investis (CA /Actif économique), où l’entreprise cherche à maximiser son volume 
d’activité  et  à  minimiser  les  actifs  investis  afin  de  réaliser  des  économies  de  ressources,  c'est‐à‐dire  en 
limitant les apports en fonds propres ou en dettes financières.  

Cette politique de recherche de rentabilité peut prendre 3 voies : 

‐ au niveau de l’actif immobilisé, 
o une politique de location plutôt que d’acquisition (crédit‐bail) 
o une  politique  d’allégement  des  immobilisations  nécessaires  à  la  production  (externalisation  des 
activités par la sous‐traitance) 
‐ au niveau de l’actif circulant, 
o une politique de réduction du besoin en fonds de roulement (BFRE) par contraction des créances 
clients et des stocks (flux tendus) 

Pour information, le schéma dit de « Dupont De Nemours » développe les déterminants de la rentabilité : 

50 
Gestion financière – Marine PORTAL 

4.2.2. RENTABILITE FINANCIERE 
Elle intéresse davantage les actionnaires de l’entreprise, et représente la rentabilité des capitaux propres. 

  Composantes  Signification 
Résultat net  Mesure la rentabilité pour l’actionnaire, qu’il 
  comparera à la rentabilité d’autres 
Capitaux propres  placements (obligations, valeurs 
  monétaires,…).  
(les Capitaux propres sont pris hors Rnet,  Elle doit donc être supérieur aux taux 
Rentabilité financière  
car il convient de considérer les moyens  obligataires correspondant à la durée 
mis en œuvre au début de l’année, sans  d’investissement envisagée (5 ans par 
les fruits de l’activité de cette année)  exemple), et d’autant plus élevée que 
l’entreprise est risquée. Sa valeur est souvent 
attendue >10%. 
Charges financières  Donne le coût moyen des dettes financières 
Coût de l’endettement    de l’entreprise, à comparer aux taux 
Dettes financières  d’intérêts en vigueur. 
La rentabilité financière des capitaux propres peut, elle aussi, être décomposée : 

Résultat net  Résultat net Chiffre d’affaires 


=  x 
Capitaux propres  Chiffres d’affaires Capitaux propres 
Ou en développant davantage : 

Résultat net  Résultat net Chiffre d’affaires Total bilan 


=  x  x 
Capitaux propres  Chiffres d’affaires Total bilan Capitaux propres
 

Soit  dans  l’ordre  des  ratios,  le  taux  de  profitabilité  (politique  commerciale),  la  rotation  des  actifs  (politique 
d’investissement) et la politique de financement.  

4.3. L’EFFET DE LEVIER 
Dès  qu'une  entreprise  emprunte  pour  acquérir  des  actifs  immobilisés,  elle  supporte  des  charges  d'intérêt. 
Lorsque  le  taux  de  rentabilité  économique  de ces  actifs est  suffisamment  supérieur au coût des  emprunts,  il 
existe un effet de levier financier, c'est à dire une variation du taux de rentabilité financière plus importante 
que celle du taux de rentabilité économique. 

51 
Gestion financière – Marine PORTAL 

L’effet de levier financier constate l’accroissement de la rentabilité financière induite par une augmentation de 
l’endettement, à un taux inférieur au taux de rentabilité économique net d’impôt. Il est d’autant plus fort que 
le taux d’endettement (appelé levier financier) est élevé (Dettes financières / Ressources propres). 

Le levier est donc le rapport Dettes financières / Fonds propres et l’effet de levier est mesure par le produit du 
levier avec l’écart entre la rentabilité économique r et le coût des dettes financières i : (r – i) (D / FP) 

On dit que l’effet de levier est positif si l’écart r‐i est positif (la rentabilité économique est supérieure au coût 
des  emprunts,  donc  l’entreprise  crée  de  la  valeur),  et  négatif  dans  le  cas  contraire  (r  –  i  <0  et  l’entreprise 
détruit sa propre valeur). 

AUGMENTE ou DIMINUE

ENDETTEMENT  INTERETS              RESULTAT NET


COUTE 

FINANCE

INVESTISSEMENTS  MARGE BENEFICIAIRE >0 ou 


PROCURE  <0
 

4.4. FORMALISATION 
Si le principe de l’effet de levier doit être connu, son calcul est donné ici à titre d’information.  

Exemple  : Une  entreprise  veut  réaliser  un investissement  en  immobilisations  d’exploitation  de  600 000 (sans 
hausse  de  BFR  a  priori)  en  anticipant  un  premier  résultat  d’exploitation  annuel  de  48 000  (=  résultat 
économique). Le taux de l’impôt sur les bénéfices (IS) est de 33,33%. 

Elle a le choix entre trois modes de financement :  

(1) augmenter son capital de 600 000  
(2)  émettre  200  000  d'actions  nouvelles  (par  incorporation  des  réserves)  et  400  000  d'obligations  au  taux 
d'intérêt de 5% 
(3) émettre 200 000 d'actions nouvelles (par incorporation des réserves) et 400 000 d'obligations au taux de 10 
% selon la situation du marché financier. 

Calculons  le  taux  de  rentabilité  économique  et  le  taux de  rentabilité  financière  dans les  trois  cas.  Sans  autre 
information nous admettons que l’entreprise a un résultat exceptionnel égal à 0 et pas de produits financiers. 

Taux de rentabilité économique : r = Résultat d’exploitation / Actif économique 

Cas 1 48 000 / 600 000 8 %


Cas 2 Idem  8 %
Cas 3 Idem  8 %
 
Taux  de  rentabilité  financière :  Résultat  net  /  Capitaux  propres  avec  Résultat  net  =  (Résultat  d’exploitation  – 
Charges financières) (1 – IS) 

52 
Gestion financière – Marine PORTAL 

Cas 1 48 000 x 0,66 / 600 000 5,28 % 


Cas 2 [48 000 – (5% x 400 000)] x 0,66 / 200 000 9,24 % 
Cas 3 [48 000 – (10% x 400 000)] x 0,66 / 200 000 2,64 % 
 
On  remarque  en  comparant  avec  le  cas  n°1  où  il  n’y  a  pas  eu  d’emprunt,  que  l’emprunt  à  5%  a  permis 
d’améliorer  le  taux  de  rentabilité  financière  alors  que  l’emprunt  à  10%  a  réduit  la  rentabilité  financière  des 
capitaux propres. 

‐ Dans le cas n°2 l’effet de levier a été positif car i < r soit 5% < 8% 
‐ Dans le cas n°3 l’effet de levier a été négatif car i > r soit 10% > 8%. 

Calculons à présent l’effet de levier avec : E = (r – i) (D/FP) où : 

‐ r est le taux de rentabilité économique 
‐ i est le taux d’intérêt de l’emprunt 
‐ D représente les dettes financières 
‐ FP représente les capitaux propres 

Cas 1 E = (8% ‐ 0) x 0 / 600 000 0 


Cas 2 E = (8% ‐ 5%) x 400 000 / 200 000 6 % 
Cas 3 E = (8% ‐ 10%) x 400 000 / 200 000 ‐ 4 % 
On  observe  sans  surprise  que  le  cas  1  sans  endettement  est  neutre  pour  l’effet  de  levier :  quel  que  soit  le 
niveau des taux d’intérêts, ceux‐ci n’ont aucun impact sur la rentabilité de l’entreprise. 

‐ Dans le cas 2 l’effet est positif de 6% avant prise en compte de l’effet fiscal (IS = 33,3%). 
‐ Dans le cas 3 l’effet est négatif de 4% avant prise en compte de l’effet fiscal (IS = 33,3%). 

4.5. POUR VOUS EVALUER  
Extrait du QCM à retrouver sur le site Web 

A chaque question, indiquez avec quelles réponses vous êtes d’accord : 

1. La rentabilité de l’activité : 
‐ est également appelée profitabilité 
‐ est calculée en utilisant la valeur ajoutée 
‐ peut être mesurée à partir du résultat d’exploitation, soit le taux de profitabilité brute 
‐ peut être mesurée à partir du résultat de l’exercice, soit le taux de profitabilité nette 
‐ a une incidence sur la rentabilité économique de l’entreprise  
2. La rentabilité économique :  
‐ le terme de rentabilité suppose la comparaison d’un résultat aux moyens mis en œuvre 
‐ le résultat d’exploitation est utilisé dans le taux de rentabilité économique brut  
‐ l’actif économique utilisé dans ce taux est constitué des immobilisations corporelles 
‐ est toujours supérieure à la rentabilité financière 
‐ nécessite de connaître la CAF  
3.  La rentabilité financière : 
‐ est mesurée avec le rapport le résultat net sur capitaux propres 
‐ nécessite de connaître la CAF 
‐ permet de comparer la rentabilité de l’entreprise à d’autres placements possibles 
‐ est d’autant plus élevée que les fonds propres sont faibles 
‐ est un ratio de liquidité 

53 
Gestion financière – Marine PORTAL 

4. Le coût de l’endettement : 
‐ est le rapport charges financières sur fonds propres 
‐ est le rapport charges financières sur dettes financières 
‐ est toujours supérieur à la rentabilité économique 
‐ est toujours supérieur à la rentabilité financière 
‐ est un seuil important pour la rentabilité économique de l’entreprise 
5. L’effet de levier : 
‐ indique qu’il faut toujours privilégier l’endettement plutôt que les fonds propres 
‐ dépend de la valeur du ratio dettes financières / capitaux propres  
‐ dépend de la valeur du ratio dettes court terme / dettes long terme  
‐ est créateur de valeur seulement lorsqu’il existe des emprunts 
‐ est plus difficile à générer lorsque les taux d’intérêts sont élevés 

Retrouvez sur le site, ce QCM et les solutions... 

54 
Gestion financière – Marine PORTAL 

CAS DE SYNTHESE 
 

Une  entreprise  vous  fournit  ses  principaux  documents  comptables,  et  souhaiterait  connaître  les 
caractéristiques essentielles de sa situation financière. 

ACTIF (milliers d’euros)  N  N‐1 
   Brut  Am. et Prov  Net  Brut  Am. et Prov  Net 
Immob incorp (fonds commercial)      1 500        ‐      1 500    1 500         ‐     1 500
Autres immobilisations incorporelles         120       40        80       ‐         ‐        ‐
Immobilisations corporelles (terrains)      8 230        ‐      8 230    7 200         ‐     7 200
Immob corporelles (constructions)     11 200     3 240      7 960    7 000      2 800     4 200
Immob corporelles (matériel et outillage)     20 600     6 250     14 350   18 555      7 100    11 455
Autres immob corporelles         ‐        ‐        ‐       ‐         ‐        ‐
Immobilisations financières (participations)        735        ‐       735      840         ‐       840
TOTAL IMMOBILISATIONS     42 385     9 530     32 855   35 095      9 900    25 195
Stock matières premières         ‐        ‐        ‐       ‐         ‐        ‐
Stocks marchandises     17 400       100     17 300   15 700       200    15 500
Avances et acomptes versés         ‐        ‐        ‐       ‐         ‐        ‐
Créances clients     41 020       400     40 620   36 000       500    35 500
Autres créances      4 120        ‐      4 120    4 220         ‐     4 220
Valeurs mobilières de placement         ‐        ‐        ‐       ‐         ‐        ‐
Disponibilités        50        ‐        50      70         ‐        70
Charges constatées d'avance        800        ‐       800       ‐         ‐        ‐
TOTAL ACTIF    105 775    10 030     95 745   91 085     10 600    80 485
 

PASSIF  N  N‐1 
 Capital social         14 000       14 000 
 Prime d'émission            ‐          ‐ 
 Réserve légale           800         800 
 Autres réserves          9 900        9 500 
 Report à nouveau          2 000         280 
 Résultat net          4 000        5 895 
 Subventions d'investissement          1 560          ‐ 
 TOTAL CAPITAUX PROPRES         32 260       30 475 
 Provisions pour risques et charges          1 820        3 120 
 Emprunts obligataires            ‐          ‐ 
 Emprunt auprès d'établissements de crédit *         33 495       17 405 
 Emprunts et dettes financières divers            ‐          ‐ 
 Dettes fournisseurs         25 245       27 200 
 Dettes fiscales et sociales          2 925        2 285 
 Dettes sur immobilisations et comptes rattachés            ‐          ‐ 
 Autres dettes            ‐          ‐ 
 Comptes de régularisation passif            ‐          ‐ 
 TOTAL PASSIF         95 745       80 485 
* dont Concours bancaires        18 400       13 800 
 

   

55 
Gestion financière – Marine PORTAL 

COMPTE DE RESULTAT (milliers d’euros)  N  N‐1 
Vente de marchandises     82 650    82 600 
Production vendue de biens         ‐        ‐ 
Production vendue de services         ‐        ‐ 
Chiffre d'affaires     82 650    82 600 
Subventions d'exploitation         ‐        ‐ 
Reprises sur amortissements et provisions      2 885     1 950 
Autres produits         ‐        ‐ 
Total produits d'exploitation     85 535    84 550 
Achats de marchandises     45 400    44 650 
Variation stocks de marchandises (initial ‐ final)  ‐    1 800 ‐     200 
Achats de matières 1ères et autres approvisionnements         ‐        ‐ 
Variation de stock de mat 1ères et autres approvisionnements         ‐        ‐ 
Autres achats et charges externes       6 880     6 726 
Impôts, taxes et versements assimilés      5 797     5 801 
Salaires      11 140    10 430 
Charges sociales      6 800     6 603 
Dotations aux amortissements sur immobilisations      2 980     2 620 
Dotations aux provisions sur actif circulant        450       400 
Dotations aux provisions pour risques et charges      1 155       980 
Autres charges        22       177 
Total des charges d'exploitation     78 824    78 187 
Résultat d'exploitation      6 711     6 363 
Quotes‐parts sur opérations en commun         ‐        ‐ 
Produits financiers de participations        20        ‐ 
Autres produits financiers         ‐       206 
Reprises sur provisions financières         ‐        ‐ 
Différences positives de change        24       68 
Produits nets sur cessions de valeurs mobilières de placement        160       125 
Total des produits financiers        204       399 
Intérêts et charges assimilées        375       189 
Dotations aux provisions financières         ‐        ‐ 
Différences négatives de change         ‐       74 
Charges nettes sur cessions de valeurs mobilières de placement        105       80 
Total des charges financières        480       343 
Résultat financier  ‐     276       56 
Résultat courant avant impôts      6 435     6 419 
Produits exceptionnels sur opérations de gestion*      1 000       105 
Autres produits exceptionnels**      2 600     3 011 
Reprises sur provisions exceptionnelles          ‐        ‐ 
Total des produits exceptionnels      3 600     3 116 
Charges exceptionnelles sur opérations de gestion      1 605       26 
Autres charges exceptionnelles ***      2 900     1 180 
Dotations aux provisions exceptionnelles          ‐        ‐ 
Total des produits exceptionnels      4 505     1 206 
Résultat exceptionnel  ‐     905     1 910 
Participation des salariés        412       724 
Impôts sur les sociétés      1 118     1 710 
Résultat net      4 000     5 895 
* dont subventions d'investissement  1000 0 
** dont produits de cession d'actifs  2600 2964 
*** dont valeur nette comptable des actifs cédés  2850 986 

56 
Gestion financière – Marine PORTAL 

Eléments complémentaires au compte de résultat :  

‐ Les reprises sur provisions d'exploitation concernent uniquement les risques et charges  
‐ Les cessions d'actifs ne concernent que des matériels et outillages. 

Extraits des annexes : 

Tableau des immobilisations       
   Valeur brute fin N‐1  Augmentations  Diminutions  Valeur brute fin N 
Immob incorp (fonds commercial)            1 500          ‐ ‐           1 500
Immobilisations incorporelles               ‐         120 ‐             120
Terrains            7 200        1 030 ‐           8 230
Constructions            7 000        4 200 ‐          11 200
Matériel et outillage           18 555        5 600 3 555          20 600
Autres immobilisations corporelles               ‐          ‐ ‐              ‐
Immobilisations  financières 
(participations)             840          ‐ 105             735
TOTAL           35 095       10 950 3 660          42 385
 

Tableau des amortissements  On a : Amort N‐1 + Dot N ‐ Dimin N = Amort N   
Amortissements  Amortissements 
  cumulés fin N‐1  Dotations en N  Diminutions en N  cumulés fin N 
Immobilisations incorporelles             ‐          40        ‐          40
Terrains             ‐          ‐        ‐          ‐
Constructions          2 800         440        ‐        3 240
Matériel et outillage          7 100       2 500     3 350        6 250
Autres immobilisations corporelles             ‐          ‐        ‐          ‐
TOTAL          9 900       2 980     3 350        9 530
 

Tableau des provisions          
   Provisions fin N‐1  Dotations en N  Diminutions en N  Provisions fin N 
Stock matières premières  ‐ ‐ ‐  ‐
Stocks marchandises  200 ‐       100 ‐  100
Avances et acomptes versés  ‐ ‐ ‐  ‐
Créances clients  500 ‐       100 ‐  400
Autres créances  ‐ ‐ ‐  ‐
TOTAL  700 ‐       200 ‐  500
 

Eléments complémentaires au bilan :  

‐ L'entreprise  a  cédé  des  matériels  pour  2  600  000  euros  et  mis  au  rebut  pour  955  000  d'outillage 
totalement amorti.  
‐ Elle a mis au rebut un matériel qui avait été acquis pour 200 000 euros et était totalement amorti.  
‐ Elle a remboursé un emprunt pour un montant de 2 500 000 euros.  
‐ Elle a contracté un nouvel emprunt pour un montant de 13 990 000 euros.  
‐ Elle a versé des dividendes pour un montent de 3 775 000 euros. 

Travail demandé : 

1. Calculez les soldes intermédiaires de gestion pour les deux années. 
2. Etablissez le bilan fonctionnel pour les deux années. 

57 
Gestion financière – Marine PORTAL 

3. Déterminez le FR, BFR et la trésorerie de l’entreprise pour les deux années. 
4. Calculez les ratios suivants :  

RATIOS  N  N‐1 
Profitabilité  Taux de marge commerciale = Marge Comx100 / Coût achat m/ses vendues 
Taux de marge brute = EBEx100 /CAHT 
Taux de marge nette = Résultat netx100 /CAHT 
Rentabilité  Actif économique = Immobilisations d'exploitation brutes + BFRE 
Rentabilité économique brute = EBE /Actif économique 
Rentabilité économique nette = Résultat d'exploitation /Actif économique 
Rentabilité financière = Résultat net /Capitaux propres (hors Rnet) 
Coût des emprunts en % = charges financières / Dettes financières 
Liquidité   Liquidité générale = Actif circulant / Passif circulant 
Liquidité réduite = Actif circulant sauf stocks / Passif circulant 
Liquidité immédiate = (VMP + Disponibilités) / Passif circulant 
Structure  Couverture emplois durables = Ressources stables / Emplois durables 
Couverture  des  capitaux  investis  =  Ressources  stables  /  (Emplois  durables  + 
BFRE) 
Autonomie financière = FP / Total bilan 
Taux d'endettement long terme = Dettes à long terme / Total bilan 
Taux d'endettement court terme = Dettes à court terme / Total bilan 
Capacité de remboursement des dettes financières = Dettes financières / CAF 
 

   

58 
Gestion financière – Marine PORTAL 

SOLUTION 

1) Calculez les soldes intermédiaires de gestion pour les deux années. 

S.I.G.  N N‐1 
Vente de marchandises  82 650 82 600 
Achats de marchandises  45 400 44 650 
Variation stocks marchandises (initial ‐ final)  ‐    1 800 ‐     200 
Marge commerciale  39 050 38 150 
Production vendue de biens  ‐ ‐ 
Production vendue de services  ‐ ‐ 
Production stockée  ‐ ‐ 
Production immobilisée  ‐ ‐ 
Production de l'exercice  ‐ ‐ 
Achats de matières 1ères et autres approvisionnements  ‐ ‐ 
Variation de stock de mat 1ères et autres approv.  ‐ ‐ 
Autres achats et charges externes   6 880 6 726 
Valeur ajoutée  32 170 31 424 
Subventions d'exploitation  ‐ ‐ 
Impôts, taxes et versements assimilés  5 797 5 801 
Salaires   11 140 10 430 
Charges sociales  6 800 6 603 
EBE  8 433 8 590 
Reprises sur amortissements et provisions  2 885 1 950 
Autres produits  ‐ ‐ 
Dotations aux amortissements sur immobilisations  2 980 2 620 
Dotations aux provisions sur immobilisations  ‐ ‐ 
Dotations aux provisions sur actif circulant  450 400 
Dotations aux provisions pour risques et charges  1 155 980 
Autres charges  22 177 
Résultat d'exploitation  6 711 6 363 
Quotes‐parts sur opérations en commun  ‐ ‐ 
Produits financiers de participations  20 ‐ 
Autres produits financiers  ‐ 206 
Reprises sur provisions financières  ‐ ‐ 
Différences positives de change  24 68 
Produits nets sur cessions de valeurs mobilières de placement  160 125 
Intérêts et charges assimilées  375 189 
Dotations aux provisions financières  ‐ ‐ 
Différences négatives de change  ‐ 74 
Charges nettes sur cessions de valeurs mobilières de placement  105 80 
Résultat courant avant impôts  6 435 6 419 
Produits exceptionnels sur opérations de gestion  1 000 105 
Autres produits exceptionnels  2 600 3 011 
Reprises sur provisions exceptionnelles   ‐ ‐ 
Charges exceptionnelles sur opérations de gestion  1 605 26 
Autres charges exceptionnelles   2 900 1 180 
Dotations aux provisions exceptionnelles   ‐ ‐ 
Résultat exceptionnel  ‐     905 1 910 
Participation des salariés  412 724 
Impôts sur les sociétés  1 118 1 710 
Résultat net  4 000 5 895 

59 
Gestion financière – Marine PORTAL 

Commentaires : 

‐ L’entreprise a une activité commerciale (pas de production de l’exercice) quasiment stable, mais une 
marge  commerciale  en  légère  hausse  entre  l’année  N‐1  et  l’année  N  (variation  =  (39050  – 
38150)/38150 = 0,0236 soit 2,36%) grâce notamment à la variation de stock. 
‐ La valeur ajoutée connaît une hausse mais l’EBE se réduit de 1,82% en raison de la hausse des salaires 
et charges sociales. 
‐ Le  résultat  d’exploitation  s’accroît  surtout  grâce  aux  reprises  sur  provisions,  ce  qui  constitue  un 
événement tout à fait ponctuel. 
‐ La hausse des charges d’intérêts conduit à un résultat courant presque identique sur les deux années. 
‐ La forte baisse du résultat exceptionnel conduit, malgré la réduction de l’impôt sur les sociétés, à une 
détérioration sensible du résultat net (‐32%).  

2) Etablissez le bilan fonctionnel pour les deux années. 

ACTIF  N  N‐1  PASSIF  N  N‐1 


Immob incorp (fonds commercial)  1 500 1 500 Capital social  14 000 14 000
Autres immobilisations incorporelles   120 ‐ Prime d'émission  ‐ ‐
Immobilisations corporelles (terrains)  8 230 7 200 Réserve légale  800 800
Immob corporelles (constructions)  11 200 7 000 Autres réserves  9 900 9 500
Immob corporelles (matériel et outillage)  20 600 18 555 Report à nouveau  2 000 280
Autres immob corporelles  ‐ ‐ Résultat net  4 000 5 895
Immob financières (participations)  735 840 Subventions d'investissement  1 560 ‐
  CAPITAUX PROPRES  32 260 30 475
  Provisions pour risques et charges  1 820 3 120
  Amortissements et provisions  10 030 10 600
  Emprunts obligataires  ‐ ‐
EMPLOIS DURABLES  42 385 35 095 Emprunt auprès d'établiss. de crédit   15 095 3 605
Stock matières premières  ‐ ‐ Emprunts et dettes financières divers  ‐ ‐
  RESSOURCES STABLES  59 205 47 800
  Comptes courants d'associés  ‐ ‐
Stocks marchandises  17 400 15 700 Dettes fournisseurs  25 245 27 200
Avances et acomptes versés  ‐ ‐ Dettes fiscales et sociales  2 925 2 285
Créances clients  41 020 36 000   
Charges constatées d'avance  800 ‐ Comptes de régularisation passif  ‐ ‐
ACTIF CIRCULANT D'EXPLOITATION  59 220 51 700 PASSIF CIRCULANT D'EXPLOITATION  28 170 29 485
Autres créances  4 120 4 220 Autres dettes  ‐ ‐
Dettes  sur  immobilisations  et  comptes 
ACTIF CIRCULANT HORS EXPLOITATION  4 120 4 220 rattachés  ‐ ‐
Valeurs mobilières de placement  ‐ ‐ PASSIF CIRCULANT HORS EXPLOITATION  ‐ ‐
Disponibilités  50 70   
TRESORERIE ACTIF  50 70 TRESORERIE PASSIF  18 400 13 800
TOTAL ACTIF  105 775 91 085 TOTAL PASSIF  105 775 91 085
 

   

60 
Gestion financière – Marine PORTAL 

3) Déterminez le FR, BFR et la trésorerie de l’entreprise pour les deux années. 

   N  N‐1 
FR = Ressources stables ‐ Emplois durables         16 820          12 705   
BFR = Actif circulant hors trésorerie ‐ Passif circulant hors trésorerie         35 170          26 435   
Trésorerie nette = Trésorerie actif ‐ trésorerie passif  ‐      18 350    ‐     13 730   
FR‐BFR  ‐      18 350    ‐     13 730   
BFRE = Actif circulant d'exploitation ‐ Passif circulant d'exploitation         31 050          22 215   
 

‐ FR N = 59 205 – 42 385 = 16 820 
‐ BFR N = 59 220 + 4 120 – 28 170 – 0 = 35 170 
‐ Trésorerie N = 50 – 18 400 = ‐18 350 

Commentaires : 

‐ Le FR s’accroît sensiblement, ce qui est favorable au financement des investissements à long terme, 
mais  la  hausse  du  BFR  est  plus  importante  encore,  en  raison  de  stocks  importants  et  de  créances 
clients particulièrement élevées par rapport aux dettes fournisseurs. 
‐ La  trésorerie  est  donc  négative  pour  les  deux  années,  et  devient  réellement  préoccupante  en  N. 
L’entreprise  se  voit  donc  obligée  de  compenser  ce  manque  de  financement  par  des  concours 
bancaires. 
‐ Pour améliorer cette situation on peut conseiller une réduction des stocks, une réduction du délai de 
paiement des clients,  et  si cela  ne  suffit pas  à  rendre  la trésorerie  positive  un emprunt  à  moyen  ou 
long terme pourrait être envisagé car l’entreprise est peu endettée à long terme. 

4) Calculez les ratios suivants : 

Profitabilité  N  N‐1 
Taux de marge commerciale = Marge Com x100 / Coût achat m/ses vendues  39050x100 / (45400‐1800) = 0,90  0,86 
Taux de marge brute = EBE x100 /CAHT  8433x100 / 82650 = 10,20  10,40 
Taux de marge nette = Résultat net x100 /CAHT  4000x100 / 82650 = 4,84  7,14 
Tous ces ratios sont insuffisants, et notamment le taux de marge nette en forte baisse en N, même si l’on peut 
nuancer selon la moyenne du secteur d’activité de cette entreprise (non communiquée ici). 

Rentabilité  N  N‐1 
Actif économique = Immobilisations d'exploitation brutes + BFRE      72 700        56 470   
Rentabilité économique brute = EBE /Actif économique  8433 /72700 = 0,116  0,1521 
6711  /  72700  = 
Rentabilité économique nette = Résultat d'exploitation /Actif économique  0,0923  0,1127 
4000  /  (32260  – 
Rentabilité financière = Résultat net /Capitaux propres (hors Rnet)  4000) = 0,1415  0,2398 
Coût des emprunts en % = charges financières / Dettes financières  375 / 33495 = 0,0112  0,0109 
 

La rentabilité économique nette pourrait sembler acceptable, mais l’on a vu que dans le compte de résultat le 
résultat d’exploitation a bénéficié en N de reprises, ce qui ne saurait se répéter sur le long terme. La capacité 
bénéficiaire de l’entreprise sur la base de son activité commerciale pure est donc mise en cause. 

La rentabilité financière est par contre tout à fait satisfaisante en N et même excellente en N‐1, en raison d’un 
niveau  modéré  de  fonds  propres  par  rapport  au  résultat  net.  L’entreprise  est  donc  capable  de générer  de  la 
rentabilité, mais a besoin d’un volume de ventes très élevé pour y parvenir. 

61 
Gestion financière – Marine PORTAL 

Le  coût  des  emprunts,  assez  modérés  à  moyen  et  long  terme  mais  trop  importants  si  l’on  considère  les 
concours bancaires, s’avère tout à fait modeste (un peu plus de 1% seulement). 

Liquidité  N  N‐1 
Liquidité générale = Actif circulant / Passif circulant  1,36  1,29 
Liquidité réduite = Actif circulant sauf stocks / Passif circulant  0,99  0,93 
Liquidité immédiate = (VMP + Disponibilités) / Passif circulant  0,00  0,00 
Les  trois  ratios  de  liquidité  sont  satisfaisants,  même  si  l’on  peut  regretter  une  liquidité  immédiate  presque 
inexistante. Toutefois, nous avons déjà signalé que les stocks et les créances clients sont trop élevés. 

Structure  N  N‐1 
Couverture emplois durables = Ressources stables / Emplois durables  1,40  1,36 
Couverture des capitaux investis = Ressources stables / (Emplois durables + BFRE)  0,81  0,83 
Autonomie financière = FP / Total bilan  0,30  0,33 
Taux d'endettement long terme = Dettes à long terme / Total bilan  15095 / 105775 = 0,14  0,04 
(28170+18400) / 105775 
Taux d'endettement court terme = Dettes à court terme / Total bilan  = 0,44  0,48 
Capacité de remboursement des dettes financières = Dettes financières / CAF  15095 / 4950 = 3,06  0,60 
 

Calcul de la CAF en N (méthode additive) : 

Résultat net          4 000   
Dotations aux amortissements sur immob          2 980   
Dotations aux provisions sur immob             ‐    
Dotations aux provisions sur actif circulant            450   
Dotations aux provisions pour risques et charges          1 155   
Reprises sur amort et prov          2 885   
Dotations aux provisions financières             ‐    
Reprises sur provisions financières             ‐    
Dotations aux provisions exceptionnelles              ‐    
Reprises sur provisions exceptionnelles              ‐    
+Valeur nette comptable des actifs cédés          2 850   
‐Produits de cession d'actifs          2 600   
‐Subventions d'investissement          1 000   
CAF          4 950   
 

   

62 
Gestion financière – Marine PORTAL 

Calcul de la CAF par la méthode soustractive : 

N  N‐1 
EBE  8 433       8 590   
+Autres produits        ‐            ‐    
‐Autres charges         22         177   
Quotes‐parts sur opérations en commun          ‐           ‐    
Produits financiers de participations         20           ‐    
Autres produits financiers          ‐          206   
Différences positives de change         24          68   
Produits nets sur cessions de valeurs mobilières de placement        160         125   
‐Intérêts et charges assimilées        375    189   
‐Différences négatives de change        ‐           74   
‐Charges nettes sur cessions de valeurs mobilières de placement       105          80   
Produits exceptionnels sur opérations de gestion         ‐          105   
Autres produits exceptionnels SAUF produits de cession        ‐          47   
‐Charges exceptionnelles sur opérations de gestion      1 605          26   
‐Autres charges exceptionnelles SAUF valeur nette comptable des actifs cédés       50      194   
Participation des salariés     412        724   
Impôts sur les sociétés      1 118      1 710   
CAF      4 950       5 967   
 

La couverture des emplois durables est satisfaisante, mais pas celle des capitaux investis en raison d’un BFRE 
trop élevé (à nouveau le problème des stocks et des créances clients trop importants). 

L’autonomie financière est tout à fait suffisante, et les dettes à long terme réellement modérées (trop même 
en N‐1) y compris après le nouvel emprunt contracté en N. 

Les  dettes  à  court  terme  sont  bien  trop  lourdes  et  un  rééquilibrage  est  nécessaire  dans  l’échéancier  des 
emprunts, comme cela a été en partie fait en N. 

La capacité de remboursement des dettes s’est dégradée suite au nouvel emprunt contracté en N, mais reste 
correcte. 

63