Vous êtes sur la page 1sur 50

LA TRADITION VOUDOO

ET

LE VOUDOO HAÏTIEN
(Son Temple, ses Mystères, sa Magie)
MILO RIGAUD

LA TRADITION VOUDOO
ET

LE V O U D O O HAÏTIEN
(Son Temple, Ses Mystères, Sa Magie)

PHOTOGRAPHIES DE
Odette MENNESSON-RIGAUD

ÉDITIONS NICLAUS -
34, Rue Saint-Jacques - PARIS-Ve
1953
Copyright by Editions Niclaus. 1953
DU MEME AUTEUR :
En préparation :
Vèvè.
Les Maraça (jumeaux voudoo).
Le Voudoo Astrologique.
La Technique Solaire du Voudoo.
Legbha ou le Bâton Magique dans la Kabbale.
Le Tambour Assô-Thor ou Erzulih habillée du soleil.
Le mystère Dambhalah Hwédo ou les colliers rituels.
PREFACE

Dans la Tradition Voudoo (1), le mystère qui est la garde magique du


tronc d'arbre pris comme axe cosmique des péristyles des oum'phor se
nomme Loko Ati-sou ou Ati-Dan Ibô Loko — formule afro-haïtienne qui
signifie en substance : Grand Arbre-Sec figurant une couleuvre géante (dra-
gon, boa, caïman, aganman, lézard, anolis) qui possède tous les secrets du
Verbe Créateur ou du Langage Magique magnifié par la Musique Sacrée.
Et c'est ainsi que le mystère le plus important du oum'phor voudoo est la
couleuvre androgyne Da (n) bhalah Wédo-Aï Da lVédo. Parce que da, dans
les formules, signifie couleuvre ou serpent.
Au lieu de nous livrer personnellement à une longue analyse de ce mys-
tère par rapport au Voudoo que nous allons décrire, nous préférons faire
abstraction de toutes considérations personnelles pour expliquer scientifi-
quement la couleuvre voudoo par ces lignes de Don Néroman tirées de « La
Leçon de Platon » (2). Ces lignes disent certainement davantage que tout ce
qui viendrait d'un adepte voudoo ou d'un ésotériste haïtien, car elles ne peu-
vent pas alors être taxées de partialité.
« Dans la mythologie, le serpent est toujours mêlé aux emblèmes de la
Connaissance. En Egypte, il est l'attribut d'Isis la Magicienne, c'est-à-dire
celle qui connaît les secrets des pierres, des plantes et des animaux, celle
qui connaît les maux et leurs remèdes, celle qui ranime le cadavre d'Osiris,
lui rend la vie, et donne l'immortalité. Dans ce cas, le serpent est lové sur
lui-même, en un anneau fermé, queue en bouche, et c'est justement sous
cette forme d'Ouroboros qu'il est l'emblème de la vie toujours renouvelée,
toujours renaissante de ses propres débris ; — l'emblème, en un mot, du
cycle éternel.
« Dans l'hymne à Osiris (stèle qui date environ de 34 siècles), Isis la
Magicienne doit sa maternité à des moyens surnaturels, empruntés à la
magie ; elle rend au cadavre d'Osiris sa puissance virile, et c'est la momie
d'Osiris qui la féconde.

(1) S'écrit aussi vaudou. Mais l'orthographe traditionnelle est bien voudoo.
(2) Niclaus, éditeur.
« Le s e r p e n t - n a j a est r e p r é s e n t é p a r l ' u r a e u s s u r le p s c h e n t , coiffure
r o y a l e ; il y s y m b o l i s e la divinité et la r o y a u t é , et a u s s i la science (qui est
l ' a t t r i b u t d u d i v i n et d u p h a r a o n - r o i - i n i t i é ) p a r c e q u ' i l r e p r é s e n t e les d e u x
d i v i s i o n s d u ciel, l ' O r i e n t et l ' O c c i d e n t .
« D a n s la Bible, d a n s le L i v r e des N o m b r e s , q u a n d le p e u p l e j u i f m a u d i t
Moïse et son Dieu, le ciel le c h â t i e en lui e n v o y a n t des s e r p e n t s a u x m o r s u r e s
b r û l a n t e s ; et Moïse, s u r l ' o r d r e de Dieu, c o n j u r e le f l é a u en f a ç o n n a n t u n
s e r p e n t d ' a i r a i n , q u ' i l suffit à c h a c u n de c o n t e m p l e r p o u r ê t r e guéri.
« L e s e r p e n t s a i t m o d e l e r s o n c o r p s s u r la s p i r a l e c o m m e s u r le cercle,
c o u r b e s é v o l u t i v e s ; il s a i t f a b r i q u e r les v e n i n s et l e u r s c o n t r e - p o i s o n s qui
l ' i m m u n i s e n t , lui si r e d o u t a b l e ; la g l y p t i q u e a n c i e n n e a b o n d e e n « s e r p e n t s
b u v e u r s », f l a i r a n t le r e m è d e d a n s la c o u p e médicale. Les s e r p e n t s s'en-
r o u l e n t a u t o u r d u c a d u c é e ; ils s o n t les a r m e s p a r l a n t e s de la p h a r m a c i e .
E t l o r s q u e , d a n s la Bible, Eve ne p e u t r e t e n i r s a c u r i o s i t é de science, c ' e s t
le s e r p e n t q u i la guide, q u i l u i livre la clé de la C o n n a i s s a n c e , sous la f o r m e
m y s t é r i e u s e de la P o m m e , d o n t la s e c t i o n i n h a b i t u e l l e (et s a n s d o u t e indi-
q u é e p a r le S e r p e n t ) p r é s e n t e le p e n t a g o n e et le décagone, r é v é l a t e u r s d u
N o m b r e d ' O r . E v e n ' e s t a u t r e q u ' I s i s ; elle v e u t c o n n a î t r e la m a g i e ; et s o n
i n i t i a t e u r s e r a le s e r p e n t d o n t s ' o r n e r a la coiffure des initiés.
« P o u r q u o i l ' A n t i q u i t é , p a r m i t a n t d ' a n i m a u x divers, a-t-elle choisi le
S e r p e n t c o m m e é t a n t l ' I n i t i é ? O n ne s a u r a i t le d i r e e n t o u t e c e r t i t u d e ;
m a i s il est b o n d ' o b s e r v e r q u e la Science M o d e r n e , si elle a v a i t foi d a n s le
s y m b o l i s m e , a p p r o u v e r a i t ce choix... C'est chez le S e r p e n t q u ' a p p a r a î t l ' œ i l
p i n é a l , c e t œil c e n t r a l des cyclopes, q u e les o c c u l t i s t e s c o n s i d è r e n t c o m m e
l ' o r g a n e de s e c o n d e v u e ; les l é z a r d s o n t t o u s à la p a r t i e s u p é r i e u r e d u c r â -
ne, ce .« t r o u p i n é a l » q u i c o n t i e n t la g l a n d e pinéale, reliée a u c e r v e a u p a r
u n n e r f . Cet œil est p o u r la r a c e h u m a i n e l ' h é r i t a g e d u S e r p e n t . E t n o u s
v o y o n s bien, en é t u d i a n t l'évolution, q u e l sens d u m o n d e p o s s è d e le Ser-
p e n t , quelles p o s s i b i l i t é s f u r e n t les siennes. I s s u de l'eau, il s ' e s t é l a n c é
v e r s t o u t e s les c o n q u ê t e s , m ê m e celle de l'eau, à t i t r e de r e t o u r s o u s sa
f o r m e n o u v e l l e ; et il s ' e s t divisé en s e r p e n t s n a g e u r s , s e r p e n t s m a r c h e u r s ,
s e r p e n t s v o l a n t s . Il a s u faire les doigts a d h é s i f s d u gecko, q u i lui p e r m e t -
t e n t de c o u r i r sous le p l a f o n d le p l u s lisse, et le p a r a c h u t e d u D r a g o n Vo-
lant, c o m p l é t é p a r u n g o u v e r n a i l de dérive s o u s le m e n t o n . Et, p o u r c o n q u é -
r i r la t o t a l i t é d u c o n t i n e n t , il a s u se d i v i s e r s u r la p l u s f o r m i d a b l e b i f u r -
c a t i o n de l ' é v o l u t i o n a n i m a l e , celle qui, p a r t a n t de la m ê m e origine, a con-
d u i t les u n s v e r s les o i s e a u x et les a u t r e s vers les m a m m i f è r e s .
« Mais en o u t r e il a créé t o u t e u n e c h i m i e d u v e n i n , q u e les o i s e a u x et
les m a m m i f è r e s o n t p e r d u e en r o u t e ; il l'a c o m p l é t é e p a r u n a p p a r e i l d'ino-
c u l a t i o n d o n t les p r o g r è s r e s s e m b l e n t é t r a n g e m e n t à c e u x d ' u n a p p a r e i l
m é c a n i q u e p e r f e c t i o n n é a u c o u r s d u temps... et on a p u dire que la s e r i n g u e
à i n j e c t i o n de P r a v a z n ' e s t a u t r e m e n t c o n s t r u i t e que cet a p p a r e i l d ' i n o c u l a -
tion : P r a v a z a copié la v i p è r e aspic.
« Les p y t h o n i s s e s qui r e n d a i e n t les oracles t e n a i e n t l e u r don de p r o p h é t i e
d u S e r p e n t P y t h o n . . . Mais si l ' o n r e f u s e de c r o i r e a u x légendes des p y t h o -
n i s s e s de Delphes, ou d ' E n d o r , t o u j o u r s i n s p i r é e s p a r le S e r p e n t c o m m e Isis
chez les E g y p t i e n s o u Eve chez les H é b r e u x , on p e u t t o u j o u r s se p e n c h e r
s u r les faits de n o t r e t e m p s . O r n o t r e t e m p s c o n n a î t le « Boa E m p e r e u r »
q u i f u t u n o b j e t de g r a n d e v é n é r a t i o n chez les Incas, sous le n o m de Ser-
p e n t - D e v i n . A u x Antilles, on t r o u v e son très p r o c h e p a r e n t , a p p e l é le Boa
D i v i n i l o q u e p a r les I n d i e n s . E t q u ' e n d i t la Science m a t é r i a l i s t e ?
« L ' a n i m a l est n u d a n s la n a t u r e , alors que, en n o u s c a l f e u t r a n t sous
des v ê t e m e n t s et d a n s des logis, n o u s n o u s s o m m e s c u i r a s s é s c o n t r e des
o n d e s q u e n o u s ne p e r c e v o n s plus. Il n ' e s t p a s c e r t a i n , é v i d e m m e n t , q u e
l ' a t r o p h i e p r e s q u e t o t a l e de l'œil p i n é a l suffise à e x p l i q u e r l ' é m o u s s e m e n t
de t a n t de f a c u l t é s d o n t les a u t r e s v e r t é b r é s j o u i s s e n t ; m a i s cette a t r o p h i e
a c e r t a i n e m e n t e n t r a î n é des p e r t e s ; et p u i s q u e son d é b u t r e m o n t e à la di-
vision des S e r p e n t s e n O i s e a u x et M a m m i f è r e s , n o u s s o m m e s obligés de
c o n c l u r e q u e l'œil p i n é a l d u S e r p e n t p e r ç o i t plus i n t e n s é m e n t q u e celui
de t o u s les a u t r e s v e r t é b r é s t e r r e s t r e s , et que, d a n s toute la m e s u r e où cet
œil p e r ç o i t l'occulte, le S e r p e n t est u n v o y a n t là où l ' H o m m e est d a n s la n u i t .
« Magicien p u i s q u ' i l c o n n a î t les v e n i n s et la spirale, devin p u i s q u e son
œil p i n é a l voit l'occulte, le S e r p e n t est e n o u t r e m u s i c i e n , et s a n s d o u t e ces
trois f a c u l t é s n e sont-elles q u e les t r o i s a s p e c t s d ' u n e seule : le sens de la
q u a t r i è m e dimension...
« U n jour, à Colombo, je c o n t e m p l a i s u n psylle q u i c h a r m a i t t o u t e u n e
petite t r o u p e de najas... J ' é v o q u a i s la loi des N o m b r e s , celle de l'inversion
m a g i q u e q u i s ' e x p r i m e p a r la m u s i q u e , et q u i ouvre u n e f e n ê t r e s u r la qua-
t r i è m e d i m e n s i o n , le temps...
« Il est donc possible q u e le S e r p e n t , avec son oreille sensible à la m u s i -
q u e et son œil p i n é a l sensible à l'occulte, se d a n d i n e d a n s la b é a t i t u d e de
la c o n t e m p l a t i o n d u N o m b r e , e n t e n d u d a n s le R é e l et vu d a n s l'Occulte ;
la M u s i q u e est, p o u r lui c o m m e p o u r l ' H o m m e l ' a s p e c t c h a r m e u r et eni-
v r a n t de la Science d u N o m b r e , d o n c du Cosmos, a r i d e en ses chiffres abs-
t r a i t s , p r e n a n t e en l ' e n v e r s h a r m o n i e u x de ces a b s t r a c t i o n s ».

Le v o u d o o ne d i t p a s « q u ' i l est possible q u e la couleuvre... ».


Avec c e r t i t u d e — et u n e c e r t i t u d e q u i d o n n e des r é s u l t a t s p h é n o m é n a u x
visibles à t o u t e s les h e u r e s d u j o u r et de la n u i t — D a n b h a l a h et A i d a W é d o
i n s p i r e n t les v o u d o i s a n t s h a ï t i e n s , c o m m e Eve chez les H é b r e u x , c o m m e
Isis chez les E g y p t i e n s , c o m m e le b o a e m p e r e u r chez les Incas, c o m m e le
b o a d i v i n i l o q u e p o u r les I n d i e n s , c o m m e le P y t h o n p o u r les p y t h o n i s s e s
d ' E n d o r , de D e l p h e s et d ' a i l l e u r s .
E r z u l i e , d a n s le voudoo, est Eve et Isis a i l l e u r s , et, c o m m e ailleurs, et
s a n s d o u t e m ê m e a v a n t , elle est le m y s t è r e de la m u s i q u e . E x e m p l e : u n e E r -
zulie F r é d a , q u i a d o r e l ' a c c o r d é o n , et q u i a i m e q u ' o n e n j o u e p o u r q u ' e l l e
v i e n n e p o s s é d e r u n a d e p t e v o u d o o . P e r s o n n e l l e m e n t , n o u s l ' a v o n s v u des-
c e n d r e d a n s la tête d ' u n v o u d o ï s a n t (*) a u s o n de l ' a c c o r d é o n , puis, é v o l u e r
avec u n e s a t i s f a c t i o n difficile à d é p e i n d r e , a u son d u m ê m e i n s t r u m e n t .
Il n ' e s t d o n c p a s é t o n n a n t que, d a n s le livre q u e n o u s a l l o n s é c r i r e s u r le
v o u d o o , le s y n c r é t i s m e m a g i q u e et le s y m b o l i s m e f a s s e n t f i g u r e r le m y s t è r e
D a n b h a l a h p a r S a i n t P a t r i c e ; p a r c e q u e S a i n t P a t r i c e l a n c e la c o u l e u v r e
d a n s l ' e a u d ' o ù elle s o r t i r a p o u r r e m p l i r le f o r m i d a b l e rôle q u e v i e n t de
nous présenter Don Néroman.
L ' œ i l p i n é a l d u s e r p e n t ( t o u j o u r s a p p e l é c o u l e u v r e d a n s le voudoo) — per-
c e v a n t p l u s i n t e n s é m e n t q u e celui de t o u s les a u t r e s v e r t é b r é s t e r r e s t r e s ,
d a n s la m e s u r e o ù c e t o r g a n e p e r ç o i t l ' O c c u l t e — le l e c t e u r c o m p r e n d r a
s a n s difficulté q u e l ' a s s o n ( l ' i n s t r u m e n t - m a î t r e de la m a g i e v o u d o e s q u e )
soit o r n é de v e r t è b r e s de c o u l e u v r e p o u r p o u v o i r o b t e n i r s a p u i s s a n c e phé-
n o m é n a l e et d i r i g e r t o u s les m y s t è r e s de l'Occulte.

L e p r i n c i p e de d i v i n a t i o n r e p r é s e n t é , d a n s le c u l t e voudoo, p a r la cou-
l e u v r e D a n b h a l a h , n ' e s t p a s p e r s o n n e l a u x o u m ' p h o r ( t e m p l e s v o u d o o ) . Il
n ' e s t q u e de c o p i e r cette r e m a r q u e de l ' a b b é B a r t h é l e m y d a n s « Voyage
d u J e u n e A n a c h a r s i s e n Grèce » p o u r d o n n e r u n e idée de s o n u n i v e r s a l i t é :
« De r e t o u r à Argos, n o u s m o n t â m e s à la citadelle, où n o u s v î m e s , d a n s
u n t e m p l e de Minerve, u n e s t a t u e de J u p i t e r , c o n s e r v é e a u t r e f o i s , disait-on,
d a n s le p a l a i s de P r i a m . Elle a t r o i s yeux, d o n t l ' u n est placé a u m i l i e u d u
f r o n t , soit p o u r d é s i g n e r q u e ce dieu r è g n e é g a l e m e n t d a n s les cieux, s u r la
m e r et d a n s les e n f e r s , soit p e u t - ê t r e p o u r m o n t r e r q u ' i l voit le passé, le
p r é s e n t et l'avenir... »
C'est a i n s i q u e les p y t h o n i s s e s t i e n n e n t l e u r d o n de la c o u l e u v r e .
E n m o n t r a n t q u ' i l n ' y a p a s q u e d a n s les o u m ' p h o r v o u d o o q u e la cou-
l e u v r e D a n b h a l a h r è g n e , u n a u t r e p a s s a g e d u Voyage e n Grèce c o r r o b o r e
les idées de N é r o m a n s u r les c o n n a i s s a n c e s c h i m i q u e s d u dieu a f r i c a i n :
« D a n s le t e m p l e d ' E s c u l a p e . . . la voix divine p r e s c r i t a u x m a l a d e s les re-
m è d e s d e s t i n é s à les g u é r i r . Les s e r p e n t s e n g é n é r a l s o n t c o n s a c r é s à ce
dieu, soit p a r c e q u e la p l u p a r t o n t des p r o p r i é t é s d o n t la m é d e c i n e f a i t usage,

(*) Prononcez toujours voudoïsant.


soit p o u r d ' a u t r e s r a i s o n s q u ' i l est inutile de r a p p o r t e r : m a i s E s c u l a p e
p a r a î t c h é r i r s p é c i a l e m e n t c e u x q u ' o n t r o u v e d a n s le t e r r i t o i r e d ' E p i d a u r e ,
et d o n t la c o u l e u r t i r e s u r le j a u n e . S a n s v e n i n , d ' u n c a r a c t è r e d o u x et pai-
sible, ils a i m e n t à v i v r e f a m i l i è r e m e n t avec les h o m m e s . Celui q u e les prê-
tres e n t r e t i e n n e n t d a n s l ' i n t é r i e u r d u t e m p l e , se r e p l i e q u e l q u e f o i s a u t o u r
de l e u r corps, o u se r e d r e s s e s u r la q u e u e p o u r p r e n d r e la n o u r r i t u r e q u ' o n
lui p r é s e n t e d a n s u n e a s s i e t t e : o n le laisse r a r e m e n t s o r t i r ; q u a n d on lui
r e n d sa liberté, il se p r o m è n e avec m a j e s t é d a n s les r u e s ; et c o m m e son
a p p a r i t i o n est d ' u n h e u r e u x présage, elle excite u n e joie universelle. Les
u n s le r e s p e c t e n t , p a r c e q u ' i l est s o u s la p r o t e c t i o n de la divinité t u t é l a i r e
d u lieu ; les a u t r e s se p r o s t e r n e n t e n sa présence, p a r c e qu'ils le confon-
d e n t avec le dieu l u i - m ê m e . O n t r o u v e de ces s e r p e n t s f a m i l i e r s d a n s les
a u t r e s t e m p l e s d ' E s c u l a p e , d a n s c e u x de B a c c h u s et de q u e l q u e s a u t r e s di-
vinités. Ils s o n t t r è s c o m m u n s à Pella, c a p i t a l e de la Macédoine. Les f e m m e s
s'y f o n t u n p l a i s i r d ' e n élever. D a n s les g r a n d e s c h a l e u r s de l'été, elles les
e n t r e l a c e n t a u t o u r de l e u r cou, e n f o r m e de collier, et d a n s l e u r s orgies,
elles s ' e n p a r e n t c o m m e d ' u n o r n e m e n t , ou les a g i t e n t a u t o u r de l e u r tête.
P e n d a n t m o n s é j o u r e n Grèce, o n d i s a i t q u ' O l y m p i a s , f e m m e de Philippe,
roi de Macédoine, en f a i s a i t s o u v e n t c o u c h e r u n a u p r è s d'elle ; on a j o u t a i t
m ê m e q u e J u p i t e r a v a i t p r i s la f o r m e de cet a n i m a l , et q u ' A l e x a n d r e é t a i t
son fils ».
Milo RIGAUD.
PREMIERE PARTIE

LA TRADITION VOUDOESQUE
ET SES INCIDENCES
Fig. 1.
Cô-drapeaux et drapeaux rituels pendant un service voudoo.
Le Voudoo
Son origine surnaturelle

Révélation est le terme qu'il faut employer pour désigner l'origine sur-
naturelle du Culte Voudoo (Vaudou, selon l'expression plus vulgairement
ou plus couramment employée pour parler de ce culte en Haïti).
Or, par le seul fait que les connaissances surnaturelles relatives au vou-
doo ont été révélées aux adeptes, le voudoo est une religion, au sens entier
du mot.
Cette révélation est, elle-même, d'origine astrologique, et sans aller jus-
qu'aux mages qui, sur le continent africain, ont précédé les astrologues de
Chaldée ou les savants de la Tour de Babel, on peut s'arrêter aux travaux
de ces derniers pour avoir une idée juste du caractère de cette révélation.
Il ne s'agit pas encore de développer le sujet astrologiquement ou astrono-
miquement. Il est surtout question, ici, de montrer, le plus simplement pos-
sible, le caractère général du voudoo, quitte, plus tard, à en montrer le
caractère ésotérique.
En se basant donc sur une donnée de la Tradition Africaine, les adeptes
du culte indiquent le lieu d'origine du voudoo en citant le nom d'une ville
légendaire dont la copie matérielle existe réellement sur la carte géographi-
que de la République d'Haïti.
Cette ville s'appelle La Ville Aux Camps (1), et son nom peut être inter-
prété de diverses manières, selon les degrés de puissance du culte. Mais il
vaut mieux en réserver les développements scientifiques à la partie ésoté-

(*) Ou Ville-aux-Can. C'est-à-dire la cité céleste des puissances du feu, des puis-
sances solaires : la concentration atmosphérique des « loa » ou des « pouvoirs »
du Soleil.
r i q u e q u i d e v r a s u i v r e ces pages d o n t le c a r a c t è r e se c o n t e n t e d ' ê t r e seule-
m e n t à la p o r t é e de tous.
D a n s la g é o g r a p h i e d ' H a ï t i , L a Ville A u x C a m p s est d a n s la m o n t a g n e
q u i e n v i r o n n e S a i n t L o u i s d u N o r d situé d a n s la p a r t i e N o r d - O u e s t de l'île,
p a s loin de P o r t - d e - P a i x . L a T r a d i t i o n enseigne q u ' i l f a u t l ' a v o i r visitée
p o u r ê t r e t o u t à fait à la h a u t e u r de l ' I n i t i a t i o n . E v i d e m m e n t , seuls, les ini-
tiés s a v e n t e x a c t e m e n t de q u o i il s'agit.
Il est c e p e n d a n t u n fait : l o r s q u ' u n t r a d i t i o n a l i s t e v o u d o o p a r l e de La
Ville A u x C a m p s , il e n t e n d i n d i q u e r q u e c ' e s t n o n s e u l e m e n t l ' e n d r o i t le
p l u s i m p o r t a n t q u i p u i s s e s y m b o l i s e r le c u l t e voudoo, m a i s encore le lieu
m y s t i q u e et o c c u l t e où se c o n c e n t r e , d ' u n e m a n i è r e t o u t à fait m y s t é r i e u s e ,
la force t o t a l e de la religion. C'est d ' a i l l e u r s la r a i s o n p o u r l a q u e l l e L a Ville
A u x C a m p s est, en t e r m e s occultes, u n e sorte de Q u a r t i e r G é n é r a l des m y s -
tères o u des loa v o u d o o , c ' e s t - à - d i r e des v o d o u n a f r i c a i n s q u i s o n t les d i e u x
d u culte.
L a p r e u v e q u e L a Ville A u x C a m p s m y s t é r i e u s e r e p r é s e n t e p o u r les adep-
tes v o u d o o le lieu le p l u s f o r t et le p l u s élevé est d o n n é e p a r le r a p p r o c h e m e n t
q u ' i l f a u t f a i r e e n t r e le lieu d é s i g n é a i n s i en H a i t i p a r les initiés c o m m e
p a n t h é o n t e r r e s t r e des m y s t è r e s et le lieu q u e les A f r i c a i n s c i t e n t générale-
m e n t p o u r signifier « le p a y s d ' o r i g i n e de l e u r p l u s g r a n d dieu ».
Le p a y s d'origine, l é g e n d a i r e , h i s t o r i q u e , m y s t i q u e , é s o t é r i q u e et k a b b a -
l i s t i q u e d u G r a n d - T o u t a f r i c a i n d o n t le n o m est P h a se c o n f o n d donc, s u r
la c a r t e d ' A f r i q u e , avec la m y s t é r i e u s e Ville A u x C a m p s d ' H a i t i : P h a , le
p l u s g r a n d des m y s t è r e s a f r i c a i n s , v i e n t d u p a y s d ' I - P h a , d o n t le n o m est
s o u v e n t p e r m u t é e n I p h é o u Ifé.
Alors q u e c e r t a i n s s c h i s m e s p a r t i e l s q u i o c c a s i o n n e n t u n e s o r t e de l u t t e
i n t e s t i n e a u sein des sectes v o u d o o o n t i n t é r ê t à p r é t e n d r e q u e le V o u d o o
est o r i g i n a i r e d u D a h o m e y , d u Y o r u b a , d u Congo, d u S o u d a n , d u Sénégal,
la T r a d i t i o n O r t h o d o x e r é t a b l i t la v é r i t é e n r é v é l a n t q u e le v r a i p a y s d'ori-
gine d u g r a n d dieu d u V o u d o o est r é e l l e m e n t Ifé, q u i est, à la fois, u n e ville
réelle s i t u é e d a n s le p a y s Y o r o u b a , et u n e ville m y s t i q u e d o n t v i e n d r a i e n t les
p l u s g r a n d s m y s t è r e s d u voudoo.
E n réalité, la ville m y s t i q u e , s o r t e de M e c q u e africaine, se t r o u v e d a n s le
S u d Nigérien.
Ifé est la p a t r i e h e r m é t i q u e d u G r a n d D é m i u r g e voudoo : c ' e s t de là q u ' e s t
d e s c e n d u e la r é v é l a t i o n d a n s l ' e s p r i t et d a n s le c œ u r des v o u d o ï s a n t s q u i
é t a b l i r e n t la r e l i g i o n q u e les d e s c e n d a n t s des A f r i c a i n s p r a t i q u e n t encore
e n Haïti. L a r é v é l a t i o n d e s c e n d s o u s la double f o r m e de la c o u l e u v r e D a n b -
h a l a h W é d o et de la c o u l e u v r e A ï d a W é d o (*).

(*) Les couleuvres représentent le Grand Tout africain - l'Ancêtre, le voudoo,


étant religieusement et rituéliquement un culte ancestral dont la personnalité su-
Il va s a n s d i r e q u e t o u t ce q u i c o n s t i t u e l ' a r m a t u r e de la vie et d u m o d e
de vie des p o p u l a t i o n s d u globe t e r r e s t r e v i e n t de L a Ville A u x Camps-Ifé :
a d m i n i s t r a t i o n et m é t h o d e s a d m i n i s t r a t i v e s , r o y a u t é , p r é s i d e n c e d ' E t a t , cul-
ture, a r t s m i n e u r s et m a j e u r s , m é d e c i n e , a r c h i t e c t u r e , m a r i n e , et, s u r t o u t ,
religion et m a g i e religieuse, m a i s e n c o r e p l u s p a r t i c u l i è r e m e n t la p a r t i e de
la m a g i e a p p e l é e d i v i n a t i o n .
L a r o y a u t é é t a n t de d r o i t divin, il en découle q u e le p o r t r a i t d u chef de
l ' E t a t , p a r u n e c o u t u m e h a ï t i e n n e issue de la t r a d i t i o n voudoo d ' A f r i q u e ,
est t o u j o u r s accroché, à la p r e m i è r e place, d a n s t o u s les o u m ' p h o r (temple
voudoo), car, d i s e n t les initiés, .« le roi est le r e p r é s e n t a n t d i r e c t de D i e u ».
E n p a r t a n t d u p r i n c i p e q u e le roi ou t o u t c h e f d ' E t a t est le r e p r é s e n t a n t
de Dieu s u r la terre, la t r a d i t i o n v o u d o o c o n f o n d la Ville A u x C a m p s avec
l ' e m p l a c e m e n t céleste d u Soleil et avec le soleil l u i - m ê m e . Le roi, ainsi, se
t r o u v e être c o n f o n d u avec le soleil.
D a n s ces c o n d i t i o n s , l ' o r i g i n e s u r n a t u r e l l e d u culte voudoo se t r o u v e être
une origine a s t r o l o g i q u e : Ifé o u L a Ville A u x C a m p s c o n f o n d u e avec le
soleil. Or, p a r c e q u e en A f r i q u e c o m m e en Haïti, le soleil est le m y s t è r e
L e g b a (appelé a u s s i L i h s a h B h a Dio), le lieu du ciel où se lève le soleil est
L e g b a - J i ou L i h s a h - J i , e x p r e s s i o n d o n t voici la signification g é n é r a l e : L o a
de la création.
L e g b a — le m y s t è r e de s y n t h è s e d u V o u d o o — est d o n c l'Orient, ou l'Est,
le p o i n t c a r d i n a l - c h e f , le p o i n t de l'espace q u i p r é s i d e à l ' O r i e n t a t i o n ou qui
régit l ' O r i e n t a t i o n d u t e m p l u m m a g i q u e .
Il s ' e n s u i t q u e l ' o r i g i n e d u v o u d o o est d ' a b o r d a s t r o l o g i q u e , p a r l'Ifé ou
Ville A u x C a m p s céleste, et, ensuite, t e r r e s t r e , p a r la p o s i t i o n g é o g r a p h i q u e
de ces d e u x villes, en A f r i q u e , d a n s le p a y s des Y o r o u b a , et en Haïti, d u
côté de S a i n t Louis.
A p a r t i r de l ' A f r i q u e , l ' o r i g i n e des loa voudoo, d a n s l e u r ensemble, se
c o m p l i q u e u n peu, p a r c e que, si, d ' u n e m a n i è r e i n c o n t e s t a b l e , Legba vient
d'Ifé o u de la Ville A u x C a m p s , t o u t le p a n t h é o n v o u d o o ne v i e n t p a s d u
m ê m e endroit. Ce p a n t h é o n est p e u p l é de m y s t è r e s o r i g i n a i r e s de diverses
p a r t i e s d u m o n d e : on y voit des m y s t è r e s d u D a h o m e y , des m y s t è r e s d'ori-
gine Congo, des m y s t è r e s v e n u s d u p a y s Nago, d ' a u t r e s q u i s o n t p l u t ô t d u
S o u d a n ; c e r t a i n s v i e n n e n t d u p a y s des Ibo, d ' a u t r e s s o n t de p r é f é r e n c e Pe-
thro, et, p o u r citer toutes les « n a t i o n s de m y s t è r e s » voudoo, il f a u d r a i t

prême est le premier des vivants. C'est pourquoi St-Yves d'Alveydre écrit ceci
dans La Mission des Souverains : « Dans les sociétés antiques, et grâce à l'influen-
ce pratique dont y jouissait la Religion, l'Autorité appartenait aux morts, ces lé-
gataires sociaux dont vivent les vivants : aussi, depuis l'Etrurie jusqu'à la Chine,
retrouve-t-on le culte des Ancêtres comme étant la source même de l'Autorité dans
la Famille comme dans la Société, et le mot prêtre signifie l'Ancien ».
t o u t e s les r é g i o n s t r i b a l e s de la c a r t e d ' A f r i q u e : Maroc, M a u r i t a n i e , Niger,
L i b é r i a , C a m e r o u n , Angola, M a d a g a s c a r , et m ê m e l ' E g y p t e et l'Arabie.
C o m m e o n le v e r r a p l u s loin, ce s o n t les différences ou d i s t i n c t i o n s éta-
blies d a n s le v o u d o o p a r ces « n a t i o n s de loa » q u i v o n t diversifier le culte
e n le s é p a r a n t p a r « rites » — e n lui l a i s s a n t c e p e n d a n t t o u t e son i n t é g r i t é
f o n c i è r e et t o u t e s o n h o m o g é n é i t é t r a d i t i o n n e l l e .
C o n t r a i r e m e n t à ce q u e b e a u c o u p de gens p o u r r a i e n t penser, il f a u t c o m p -
ter, p a r m i les p a y s d ' o r i g i n e g é o g r a p h i q u e des m y s t è r e s voudoo, la J u d é e et
l ' E t h i o p i e . C'est a i n s i q u e les cultes j u i f et é t h i o p i e n o n t le soleil p o u r ori-
gine : chez les J u i f s , le soleil est p e r s o n n i f i é p a r u n e c o u l e u v r e s u r u n e per-
che et c e t t e c o u l e u v r e s ' a p p e l l e Sel'pent-Da(vid) ; chez les E t h i o p i e n s , le
soleil est r e p r é s e n t é p a r u n Lion, q u i est a u s s i b i e n David, le lion de la m a i -
s o n s o l a i r e de J u d a . Or, d a n s le voudoo, la m ê m e c o u l e u v r e , a p p e l é e a u s s i
D a et le m ê m e lion, a p p e l é Legba, p r é s i d e n t s u p é r i e u r e m e n t a u culte.
Si l ' o n é t e n d la c o m p a r a i s o n à la r e l i g i o n c a t h o l i q u e , on r e t r o u v e le m ê -
me l i o n et la m ê m e c o u l e u v r e solaire de Moïse, de S a l o m o n et de D a v i d d a n s
le p o i s s o n d u C h r i s t r o m a i n . Ce p o i s s o n est u n e m b l è m e solaire p a r excel-
lence et, c o m m e l'Ifé et L a Ville A u x C a m p s d u voudoo, il i n d i q u e la posi-
t i o n d u soleil à l ' O r i e n t . C'est a i n s i que, d a n s le C h r i s t i a n i s m e c o m m e d a n s
le o u m ' p h o r v o u d o o , on t r o u v e la figure d u p o i s s o n c o m m e e m b l è m e solaire
et c o m m e e m b l è m e d u Christ.
Le m y s t è r e q u i p o r t e la c o u l e u v r e D a est u n e a u t r e c o u l e u v r e : la couleu-
v r e A i - D a (*). Cette d e u x i è m e c o u l e u v r e est donc la Vierge d u V o u d o o : Aida-
W é d o ; c o m m e m è r e d u L e g b a v o u d o o , elle est la f e m m e du Soleil, c'est-à-
d i r e la L u n e . Ces s y m b o l e s n e s a u r a i e n t é t o n n e r d a n s le voudoo, p a r c e que,
d a n s t o u t e s les religions, l' E r e Solaire ou l' Age d ' O r est figurée p a r u n Lion,
m ê m e d e p u i s a v a n t la Bible. Le L i o n est donc, d a n s le voudoo, le signe de
l ' E s p r i t , t a n d i s q u e la L u n e (signe t e r r e s t r e ) est le signe de la Vierge per-
sonnifiée p a r la c o u l e u v r e A i d a W é d o .
Mais, p u i s q u ' i l s ' a g i t de m o n t r e r c o r r e c t e m e n t l'origine d u v o u d o o et de
sa figure p r i n c i p a l e , voici u n e c i t a t i o n de Charles G u i g n e b e r t tirée de s o n
livre « Le C h r i s t i a n i s m e A n t i q u e ». Cette c i t a t i o n m o n t r e à quel p o i n t Legba,
' loa p r i n c i p a l e d u v o u d o o , c o r r e s p o n d a u C h r i s t des a u t r e s cultes : « Il sem-
ble que, sous le n o m de Christ, ce soit la vie p h i l o s o p h i q u e et religieuse du
p a g a n i s m e , avec t o u s ses c o n t r a s t e s et t o u t e s ses i n c o h é r e n c e s , qui ait re-
p r i s v i g u e u r et t r i o m p h é de la religion e n e s p r i t et e n v é r i t é q u e le Maître
j u i f a v é c u e ».
C'est d o n c e n r e l a t i o n avec le L i o n de J u d a et le L i o n des a r m o i r i e s d ' E -
thiopie que Legba s'appelle traditionnellement Papa-Lion.

(*) Prononcez toujours Al-Da.


Sa mère, A i d a W é d o , c o m m e m è r e d u soleil, est p a r c o n s é q u e n t t o u t e
la s u r f a c e d u ciel : les A f r i c a i n s l ' a p p e l l e n t M a w u , m a i s s o n n o m le plus
c o n n u en H a ï t i est E r z u l i e .
D a n s le voudoo, Legba, origine et p r o t o t y p e m â l e du voudoo, est donc le
soleil qui p r é s i d e a u x rites, t a n d i s q u ' E r z u l i e , origine et p r o t o t y p e femelle,
en est la lune. Legba en est le C h r i s t et E r z u l i e la Vierge. Les a u t r e s m y s -
tères v i e n n e n t à l e u r suite, p a r o r d r e h i é r a r c h i q u e .
D a n s l ' e x o t é r i s m e voudoo, L e g b a est figuré p a r u n h o m m e q u i j e t t e de
l'eau p a r terre. C'est cet h o m m e q u e l'on r e c o n n a î t r a d a n s t o u s les a d e p t e s
q u i j e t t e n t de l ' e a u p a r t e r r e a u d é b u t de c h a q u e c é r é m o n i e . Les ésotéristes
le c o m p a r e n t a u V e r s e a u d u Z o d i a q u e . T a n d i s q u ' E r z u l i e est r e p r é s e n t é e
p a r u n e f e m m e é t h i o p i e n n e très n o i r e ; elle est n o i r e p a r c e q u e b r û l é e p a r
le soleil d o n t elle est n é c e s s a i r e m e n t la f e m m e . L ' o c c u l t i s m e en est facile :
cette f e m m e très noire, m a i s très belle, est c o n f o n d u e , d a n s la t r a d i t i o n
a f r o - j u d a ï q u e , avec la très n o i r e m a i s très belle Reine de Chéba, q u i est
Balkis, la reine de Saba. Ainsi, l o r s q u ' o n voit la c o u l e u v r e Aida W é d o s u r
les m u r s d u o u m ' p h o r voudoo, on s a i t q u ' o n a affaire, s u r le p l a n d u syn-
c r é t i s m e religieux, à la reine é t h i o p i e n n e q u i v i s i t a S a l o m o n p a r c e q u e Sa-
l o m o n est le c o n s t r u c t e u r d u T e m p l e . Le culte voudoo p a r a î t , ainsi, beau-
c o u p m i e u x situé et b i e n m i e u x e x p l i q u é en q u e l q u e s m o t s q u a n t à s o n
origine a s t r o l o g i q u e et q u a n t à ses a i r e s d ' i n f l u e n c e religieuse à t r a v e r s le
m o n d e . Rien q u e ces q u e l q u e s r a r e s r a p p r o c h e m e n t s le font voir à t r a v e r s
t o u s les p a y s et a u f o n d de t o u s les cultes.
Il n ' y a v r a i m e n t r i e n d ' é t o n n a n t à cela q u a n d on p e n s e q u e la t r a d i t i o n
a f r i c a i n e h é r i t é e p a r les o u m ' p h o r h a ï t i e n s révèle q u e la c o u l e u v r e femelle
o u c o u l e u v r e l u n a i r e q u e l ' o n voit p e i n t e s u r les m u r s d u o u m ' p h o r est u n
c h e m i n de sept c o u l e u r s q u e l a p u i s s a n c e divine emploie p o u r t r a n s m e t t r e
ses o r d r e s d u ciel à la terre. Ce c h e m i n q u i c o n d u i t Dieu d u ciel s u r la t e r r e
est alors appelé arc-en-ciel.
N é c e s s a i r e m e n t , l'origine de l'arc-en-ciel, c o m m e symbole, est a u s s i so-
l a i r e q u e l'origine m ê m e d u c u l t e voudoo, n o n s e u l e m e n t p a r c e q u e l'arc-
en-ciel et ses c o u l e u r s s o n t invisibles s a n s le soleil, m a i s p a r c e que, d ' a p r è s
u n e des d o n n é e s les p l u s i m p o r t a n t e s d u culte, l'arc-en-ciel (qui est a u s s i •
u n e c o u l e u v r e D a ) m a r c h e s u r les degrés m a g i q u e s d u sol&jjt.
Il a r r i v e d o n c ceci d a n s le o u m ' p h o r : Erzulie, qui t i e n t le rôle de la cou-
l e u v r e l u n a i r e A i d a W é d o , c o m m e arc-en-ciel, e s t le p r i n c i p e m a g i q u e de la
richesse, de la p r o s p é r i t é , et c ' e s t à elle q u e s ' a d r e s s e n t t o u s c e u x q u i veu-
l e n t c h a n g e r de s i t u a t i o n o u s ' e n r i c h i r , p a r c e que, le s y m b o l e de la L u n e
qu'elle personnifie c o m m e m y s t è r e v o u d o o est l ' a r g e n t (symbole de la L u n e ) ,
t a n d i s q u e le s y m b o l e de L e g b a (le Soleil) est l'or.
Telle est, en s y n t h è s e , la m é c a n i q u e d u o u m ' p h o r où ces d e u x loa tien-
n e n t les rôles p r i n c i p a u x : elles r e p r é s e n t e n t le m o u v e m e n t p a r excellence.
C'est d o n c e n les d é c o m p o s a n t p o u r t r o u v e r t o u t e s les a u t r e s loa s u b a l t e r -
n e s d u p a n t h é o n v o u d o o q u ' o n va t r o u v e r t o u s les détails d u m o u v e m e n t
g é n é r a l q u i a n i m e le t e m p l e a f r i c a i n .
D a n s u n sens p l u s concis, les s y m b o l e s q u i l a i s s e n t voir p l u s f a c i l e m e n t
les a t t r i b u t i o n s k a b b a l i s t i q u e s de ces d e u x m y s t è r e s - p r i n c i p e s d u o u m ' p h o r
voudoo sont :
— le soleil, le feu, le cierge : p o u r L e g b a ;
— la l u n e , l'eau, la m e r : p o u r Erzulie.
T o u t e la m a g i e f o r m i d a b l e d u o u m ' p h o r se d é r o u l e à p a r t i r de ces d e u x
éléments.
Or, c o m m e ces é l é m e n t s font p a r t i e d u Q u a t e r n a i r e E l é m e n t a i r e q u i est
c o m p o s é des q u a t r e é l é m e n t s F e u - A i r - E a u - T e r r e , l ' u n i v e r s p r a t i q u e du vou-
doo n ' e s t p a s l i m i t é a u o u m ' p h o r s e u l e m e n t : cet u n i v e r s c o m p r e n d le p r i n -
cipe r i t u e l e n général, et d a n s t o u s les cultes, p o u r la b o n n e r a i s o n q u e t o u s
les c u l t e s b a s e n t l e u r m a g i e s u r les possibilités de ces é l é m e n t s d o n t ils ti-
rent tous leurs pouvoirs surnaturels.
C'est à ce t i t r e q u e le L e g b a v o u d o o est a i n s i e x p l i q u é p a r les t r a d i t i o n a -
listes v o u d o o , d o n t A r t h u r Holly q u e n o u s citons : « Donc M e r c u r e et C h r i s t
o n t t o u s d e u x la m ê m e origine, les m ê m e s c a r a c t è r e s , les m ê m e s a t t r i b u t s ».
N o u s c o n t i n u o n s la c i t a t i o n en r a p p e l a n t q u e le p r i n c i p a l a t t r i b u t m a g i q u e
et d i v i n de M e r c u r e est j u s t e m e n t les d e u x c o u l e u v r e s d o n t le voudoo fait
ses m y s t è r e s - p r i n c i p e s et le b â t o n d o n t les a d e p t e s v o u d o o f o n t le s c e p t r e
de L e g b a : « T o u s deux, C h r i s t et M e r c u r e , s o n t des Délégués Divins, des
Messies... Identifié c o m m e il l'est d a n s ses a t t r i b u t s m u l t i p l e s les p l u s divers,
le C h r i s t se p r é s e n t e à n o u s s y m b o l i q u e m e n t e n g e n d r é p a r la L u n e et p a r
le Soleil. Il est m u l â t r e p a r c e q u ' e n sa q u a l i t é de Fils de Dieu, il r e p r é s e n t e
la s y n t h è s e de Soleil-Feu et de la L u n e - E a u . L ' ê t r e qui r é u n i t en sa n a t u r e
le s a n g d u b l a n c et le s a n g de la négresse. L ' a n a l o g i e d u Soleil, q u o i q u e en
s e n s inverse, est la T e r r e . L ' a n a l o g i e de la L u n e est d a n s l ' é t e n d u e des e a u x
s u p é r i e u r e s ( n u a g e s et v a p e u r s ) et i n f é r i e u r e s (mers et rivières). L ' a n a l o g i e
de M e r c u r e , fils d u Soleil, est d a n s le r è g n e végétal issu de la T e r r e p a r les
r a c i n e s et les eaux... D o n c M e r c u r e et le règne végétal c o n s t i t u e n t la m a n i f e s -
t a t i o n d ' u n m ê m e m y s t è r e placé d a n s d e u x h i é r a r c h i e s évolutives. Il offrira le
p a r f u m des a r b r e s a r o m a t i q u e s — avec le « b â t o n ».... ».
Il n ' e s t p a s n é c e s s a i r e de p o u r s u i v r e la c i t a t i o n qui c o n d u i r a i t à u n sens
de p l u s en p l u s é s o t é r i q u e . Il suffit de voir c o m m e n t , p a r le « b â t o n de
L e g b a », M e r c u r e , q u i h a r m o n i s e la vie m a g i q u e des d e u x c o u l e u v r e s vou-
doo en les e n r o u l a n t à ce b â t o n , d é m o n t r e , d a n s la m y t h o l o g i e universelle, le
b i e n - f o n d é de la ville a f r i c a i n e d'Ifé ou de la m y s t é r i e u s e Ville A u x C a m p s
d'Haïti.
L a p r e u v e de cette origine n o u s est p r a t i q u e m e n t et i r r é f u t a b l e m e n t four-
nie p a r u n des p r i n c i p a u x s y m b o l e s d u voudoo, s y m b o l e q u i est j u s t e m e n t
celui des d e u x c o u l e u v r e s d u o u m ' p h o r d o n t les n o m s s o n t Da Ba L a dit
D a n b h a l a h W é d o et Ai-Da W é d o . Il s ' a g i t s i m p l e m e n t de c o m p a r e r ce s y m -
bole v o u d o o a u s y m b o l e u n i v e r s e l de M e r c u r e p o u r v o i r à quel p o i n t les t r a -
d i t i o n a l i s t e s v o u d o o o n t r a i s o n de t i r e r l e u r culte de la m ê m e origine q u e
l'origine de M e r c u r e . Or, M e r c u r e est n a t u r e l l e m e n t p r i s ici c o m m e planète,
ce qui d o n n e a u voudoo, en t e r m e général, u n e origine n e t t e m e n t p l a n é t a i r e
i n d i q u é e p a r les étoiles d u s y m b o l e ; c ' e s t m ê m e p o u r m a r q u e r cette origine
que les o u m ' p h o r o n t la r é p u t a t i o n de loger u n e c o u l e u v r e d a n s u n c a n a r i
sacré :
DANBHALAH et AIDA WEDO
Les origines des rites Voudoo

Les origines des rites voudoo doivent forcément être de deux sortes, puis-
que les rites doivent découler de l'origine surnaturelle ou planétaire d'a-
bord, et ensuite de l'origine géographique.
On doit, avant tout, subordonner toutes les acceptions rituelles au mot
même de voudoo, plus communément écrit vo-dou ou vo-du, parce que, tout
ce qu'il y a de connaissances et de mystère est dans le mot. Par une expli-
cation des plus simples et des plus lumineuses, voici le sens du mot :
vo : introspection.
du : dans l'inconnu.

Par conséquent, les rituels qui permettent pratiquement l'exercice des


rites du culte voudoo sont la somme de cette introspection, c'est-à-dire une
étude qui procède de l'information psychologique. Ceux qui font cette in-
trospection dans le Mystère sont donc à même de connaître non seulement
les loa voudoo du Mystère de l'Inconnu qui forment les personnalités mys-
térieuses qu'ils appellent vodoun, mystères, loa, âmes, saints, anges, mais
aussi l'âme de ceux qui sont les adeptes et les « serviteurs » de ces loa.
C'est seulement ainsi que la pratique féconde des rites, par les rituels,
est possible. La connaissance parfaite du vo-dou mène donc à des possibilités
qui permettent d'obtenir, surnaturellement, des phénomènes extraordinaires.
Les rites voudoo, dérivés de leur cause surnaturelle, proviennent donc
de l'influence du soleil dans l'atmosphère. Il serait difficile de s'étendre sur
ce principe fondamental du Voudoo parce qu'il n'est pas donné à n'importe
qui de comprendre la partie ésotérique de la magie, mais on peut voir néan-
moins les effets de cette cause surnaturelle au cours des services voudoo,
car, tout observateur avisé jouit entièrement d'un spectacle dont tout le cé-
rémonial est axé sur les attributs cultuels qui symbolisent le soleil.
En quelque sorte, la manière la plus simple et la plus facile de montrer
que le culte voudoo est axé sur le soleil est de révéler que le principal attri-
but de la magie solaire est le pilier ou le poteau qui soutient, à son centre
architectural, la construction qu'est le péristyle du oum'phor. Le péristyle
est la galerie couverte ou la « tonnelle » de paille ou de tôle qui précède le
saint des saints, lequel est le oum'phor proprement dit. C'est donc cette
tonnelle qui est supportée architecturalement par un pilier central. Ce pi-
lier est le plus souvent, sinon toujours, de bois: c'est un poteau en bois dur
qui prend le nom de poteau-mitan (pilier central : soutien central), avec le
sens bien net pour les initiés de soutien solaire.
Ce poteau est l'axe des rites. Tout ce que peuvent être les rites se réfère
à ce poteau central. Le poteau-mitan représente par conséquent la source
ou l'origine surnaturelle des rites voudoesques. Il est alors établi que ce po-
teau est une figure architecturale de Legba, et voici pourquoi : le bois du
poteau, en indiquant que Mercure, fils du Soleil et soleil lui-même, est le
mystère du règne végétal, montre que Mercure est en même temps le bâton
de Legba. C'est sur ce bâton que doivent normalement monter les deux cou-
leuvres du oum'phor pour qu'elles soient harmonisées ou réconciliées par
Mercure. En conséquence, le poteau voudoo des péristyles est décoré par une
bande rampante de couleurs diverses qui symbolisent non seulement les
couleurs de l'arc-en-ciel, mais les couleuvres Danbahlah et Aida. De plus, ce
bois sacré révèle celui avec lequel le temple est construit : le bois du Liban.
Ainsi, à côté de ce poteau, le symbole lunaire peut et devrait même tou-
jours figurer. Ce symbole est accroché en l'air, au plafond, pour parfaire la
signification de l'origine planétaire des rites. Or, ce symbole est le symbole
de la Lune, complément magique du Soleil : il est représenté par un bateau,
attribut d'Erzulie (*).
Dans la magie pratique du voudoo, le poteau est remplacé par le cierge
allumé, et le bateau est représenté par l'eau rituelle. Dans l'analyse de la
constitution rituelle du culte, les autres attributs de mystères secondaires
achèveront de révéler la source astrale de la magie africaine. Il est cepen-
dant un fait que ces attributs, ainsi que les mystères qui s'en servent magi-
quement, sont divers et disparates parce que les apports de loa faits au
voudoo par l'Afrique rendent ses origines géographiques aussi diverses.
Le voudoo est d'abord constitué — comme panthéon — par des loa qui
viennent de toutes les parties de l'Afrique. D'abord par les loa principales
venus d'Ifé. Puis, par des loa qui viennent de chez les Fon — et c'est même
pourquoi l'on dit traditionnellement que le terme vodou, ainsi que sa signi-
fication est tiré de la langue des fons : le fongbé.

(*) En Haïti, les oum'phor en font plutôt l'attribut d'Agoueh.


E n s u i t e , les p a y s Nago, Ibo, Congo, D a h o m e y , Sénégal, H a o u s s a , Caplaou,
M a n d i n g u e s , M o n d o n g u e , Angola, L i b y e n , E t h i o p i e n , Malgache, lui f o u r n i s -
s e n t des c o n t i n g e n t s . E t l'on p a r t g é n é r a l e m e n t de la d é n o m i n a t i o n de ces
e n d r o i t s de la c a r t e d ' A f r i q u e p o u r s i t u e r n o m i n a l e m e n t les r i t e s e u x - m ê m e s .
P a r exemple, p o u r « s e r v i r » les m y s t è r e s m o n d o n g u e s , on s u i v r a le rite
m o n d o n g u e qui, s a n s différer c a p i t a l e m e n t et f o n d a m e n t a l e m e n t des a u t r e s
rites, est q u a n d m ê m e d i f f é r e n t en s u r f a c e ; p o u r s e r v i r les m y s t è r e s ibos,
on s u i v r a le r i t e ibo, qui, t o u t e n é t a n t f o n d a m e n t a l e m e n t a p p a r e n t é a u x
a u t r e s rites, l e u r est a u s s i différent. Le rite p e t h r o — qui est celui d ' u n e au-
t r e « n a t i o n » de loa v o u d o o — est assez d i s s e m b l a b l e des a u t r e s rites :
c'est p l u t ô t u n rite de feu.
C h a q u e rite a son c a c h e t p e r s o n n e l , q u o i q u e t o u s les rites, g é n é r a l e m e n t
q u e l c o n q u e s , s o i e n t de la m ê m e source, de la m ê m e origine, et se c o m p l è t e n t .
C e p e n d a n t , le rite p a r excellence, est le rite Ra-Da, c a r le seul n o m de
r a d a r a m è n e à ce q u i a été d i t d ' e s s e n t i e l a u s u j e t de la c o u l e u v r e d u c a n a r i
v o u d o o : la c o u l e u v r e D a ou D a n , q u i p e r m e t de f o r m e r les n o m s des d e u x
p r i n c i p e s s u p é r i e u r s d u c u l t e : D a n B h a L a h W é d o et Ai D a W é d o . De plus,
le rite r a d a a ceci de p a r t i c u l i e r q u ' i l p e r m e t à tous les m y s t è r e s solaires
de « t r a v a i l l e r ».
Le rite r a d a est d o n c le rite r o y a l d u soleil. D a n s la K a b b a l e voudoo, il
p o r t e le n o m de r i t e de la c o u l e u v r e Da Gbé ou D a n Gbé, p a r c e q u e cette
c o u l e u v r e , c o m m e p e r s o n n i f i c a t i o n de la D i v i n i t é S u p r ê m e , i n c a r n e la si-
gnification p r a t i q u e de s o n n o m :
D a n : couleuvre.
Gbé : de vie.

Le rite r a d a p r e n d encore, à c a u s e de cela, le n o m de rite d u p y t h o n r o y a l


du Da-homey.
Il s ' e n s u i t q u e le r i t e r a d a (*) est u n rite b e a u c o u p p l u s b r i l l a n t et beau-
c o u p m o i n s v u l g a i r e q u e c e r t a i n s a u t r e s , tel le rite m o n d o n g u e o ù l ' o n p e u t
r e l e v e r c e r t a i n e s o r i g i n a l i t é s qui, p o u r n e p a s ê t r e b i e n c o m p r i s e s des pro-
fanes, s o n t t r a i t é e s de « b a r b a r e s » — en o u b l i a n t q u e le m o t b a r b a r e s q u e
voulait dire seulement « étranger » lorsqu'il fut formé !
Les rites v o u d o o o n t p a r t i c u l i è r e m e n t profité (ou souffert, selon les points
de vue) de la T r a i t e des Nègres. Ce q u i fait q u e la p a r t i e l i t t o r a l e de l ' A f r i q u e
q u e l ' o n d é n o m m e Côte des Esclaves, va j o u e r u n rôle p r é p o n d é r a n t d a n s
l ' é t a b l i s s e m e n t des rites, t o u t d ' a b o r d , en d e h o r s de l ' A f r i q u e , et j o u e r u n
rôle t o u t a u s s i i m p o r t a n t d a n s les a m a l g a m e s de r a c e s ou de t r i b u s dispa-

(*) A l'endroit appelé Lan Campèche, dans le Nord d'Haïti, le rite Rada porte
le nom de Rite de la Toison d'or.
r a t e s d o n t le f u s i o n n e m e n t o u la d i s p e r s i o n c r é e r o n t de v é r i t a b l e s axes ri-
tuels. I m a g i n e z p a r e x e m p l e des A r a d a s et des Ibos v e n d u s e n s e m b l e : ou
b i e n ils f u s i o n n e n t l e u r s d e u x rites, ou b i e n la différence de leurs r i t u e l s
l e u r i m p o s e u n i s o l e m e n t c r u e l d a n s le p r o p r e sein de la nouvelle c o m m u -
n a u t é q u e la T r a i t e et l'esclavage l e u r f o r g e n t de force !
Il est s a n s d o u t e a r r i v é q u e d e u x g r o u p e m e n t s r e l i g i e u x différents a i e n t
p l u s ou m o i n s f u s i o n n é l e u r s rites — en c r é a n t alors u n rite qui, j u s q u ' à
p r é s e n t , e n Haïti, n ' e s t p a s .« f r a n c ». Mais, le p h é n o m è n e le p l u s s o u v e n t
c o n s t a t é est celui-ci : les m e m b r e s d ' u n e t r i b u , si d i s p e r s é s p a r la T r a i t e
fussent-ils, ou b i e n o n t su se r e g r o u p e r m a l g r é v e n t s et m a r é e s , poussés p a r
le sens r e l i g i e u x de l e u r rite, p o u r g a r d e r ce rite intact, ou b i e n o n t q u a n d
m ê m e g a r d é ce r i t e i n t a c t t o u t en r e s t a n t a u sein d ' a u t r e s t r i b u s .
C'est a i n s i que, e n Haïti, o n r e n c o n t r e des d e s c e n d a n t s a u t h e n t i q u e s de
M o n d o n g u e s u n p e u p a r t o u t , a u sein d e s q u e l s s o n t des é l é m e n t s p e u l h s ou
b a m b a r a s ; ceux-ci g a r d e n t , m a l g r é cette p r o m i s c u i t é raciale, le sens e x a c t
et i n t a c t de l e u r rite.
E n c o n s u l t a n t divers initiés ou m ê m e des ethnologues, il s e m b l e r a i t q u e
des a i r e s d ' i n f l u e n c e se s e r a i e n t c o m m e r é p a r t i e s r i t u e l l e m e n t s u r la c a r t e
g é o g r a p h i q u e d ' H a ï t i , d e p u i s et p a r le fait de la t r a n s p l a n t a t i o n de n o m b r e u -
ses t r i b u s a f r i c a i n e s d a n s les Antilles. N o u s t r a i t e r o n s cette délicate ques-
t i o n de r é p a r t i t i o n d ' a u t o r i t é r i t u e l l e a u p r o c h a i n c h a p i t r e . T o u t ce q u ' i l
f a u t c o n s t a t e r d ' o r e s et d é j à , c ' e s t q u e la c a r t e religieuse d ' H a ï t i a c c u s e
u n e m o s a ï q u e d ' i n f l u e n c e s r i t u e l l e s d u e s a u « bois d ' é b è n e » q u e les né-
g r i e r s o n t jeté, d a n s u n fouillis assez i n d é c h i f f r a b l e , s u r le t e r r i t o i r e de
l'ancienne Quysqueya.
Le c u l t e v o u d o o s'y est m a i n t e n u , et, avec u n e force de r é s i s t a n c e i n c r o y a -
ble, s u r t o u t , p a r c e q u e le n o m b r e de v o d o u n q u i a c c o m p a g n è r e n t les n o i r s
t r a i t é s a i n s i é t a i t d é j à c o n s i d é r a b l e . P a r exemple, il n ' y a q u ' à voir les re-
l a t i o n s de F a r r o w où il cite d é j à six c e n t s m y s t è r e s v o u d o o p o u r le seul
p a y s y o r u b a ; a i n s i q u e celles de J o h n s o n q u i en c o m p t e a u s s i six cents p o u r
être d ' a c c o r d avec lui. Il n ' y a q u ' à c o m p t e r le n o m b r e de t r i b u s a f r i c a i n e s
q u i o n t p u f o u r n i r des c o n t i n g e n t s d'esclaves p o u r les rives d ' H a ï t i et a t t r i -
b u e r s e u l e m e n t à c h a c u n e 300 m y s t è r e s p o u r c o m p r e n d r e q u e la q u a n t i t é de
loa f o r m a n t l'effectif de c h a q u e r i t u e l est n a t u r e l l e m e n t de 300, m a i s se t r o u -
ver d a n s la p r e s q u ' i m p o s s i b i l i t é de c o m p t e r l'effectif global de t o u s les ri-
tuels réunis.
Le r i t u a l i s m e voudoo, e n Haïti, est donc très divers, et sa r é p a r t i t i o n e n
zones d ' i n f l u e n c e s difficile, délicate. C e p e n d a n t , le fait c a p i t a l à r e t e n i r en
d é p i t de cette m u l t i p l e diversité, est q u e t o u s les rites s o n t d ' a c c o r d s u r les
loa a x i a l e s de l e u r s p r a t i q u e s m a g i q u e s : Legba, i n f a i l l i b l e m e n t , est l e u r
p r o t o t y p e solaire, l ' a r c h é t y p e m a g i q u e à la science et à la m a î t r i s e de q u i
t o u s les r i t u e l s se r é f è r e n t . T o u s les r i t u e l s le c o m p r e n n e n t d o n c c o m m e le
m y s t è r e q u i ouvre le p o r t a i l ; s a n s lui, t o u t e m a g i e est p r o b l é m a t i q u e , s i n o n
f r a n c h e m e n t i m p r a t i c a b l e . Le r i t u e l d é b u t e donc p a r u n e i n v o c a t i o n c h a n t é e
à P a p a - L e g b a ; en voici les p r e m i è r e s p a r o l e s :
P a p a Legba
O i w r i b a r r i è poli n o u s p a s s e r
D ' a i l l e u r s , d ' a u t r e s i n v o c a t i o n s c h a n t é e s , s u r le m ê m e m o d e rituel, dési-
g n e n t b i e n l ' o r i g i n e d u voudoo, son o r i g i n e solaire :
P a p a L e g b a q u i pôtez c h a p e a u ,
L e g b a paré-soleil.
L ' o r i g i n e d ' e n s e m b l e des loa v o u d o o v i e n t se c o m p l i q u e r é t r a n g e m e n t , s u r
le p l a n s u r n a t u r e l c o m m e s u r le p l a n g é o g r a p h i q u e , p a r l ' a p p o r t de n o u -
v e a u x m y s t è r e s i n c o r p o r é s j o u r n e l l e m e n t a u p a n t h é o n . Ces n o u v e a u x m y s -
tères s ' i n c o r p o r e n t à u n r i t u e l ou à u n a u t r e , d u fait q u ' i l s p r o v i e n n e n t de
h a u t e s p e r s o n n a l i t é s d ' i n i t i é s m o r t s et d o n t les â m e s s o n t d e v e n u e s des di-
vinités ( v o h o u n ou vo-doun) ou encore de m y s t è r e s qui n ' a p p a r t i e n n e n t pas
h é r é d i t a i r e m e n t a u r i t u e l c o n s i d é r é . Ces d e r n i e r s m y s t è r e s « é t r a n g e r s à
u n c l a n t r i b a l » s o n t alors dits « m y s t è r e s a c h e t é s ».
Le r i t u e l d u c l a n t r i b a l qui les a c h è t e se c o m p l i q u e a i n s i p a r le fait q u e
c h a q u e m y s t è r e a ses h a b i t u d e s rituelles et ses a t t r i b u t s p e r s o n n e l s q u i
v i e n n e n t a u g m e n t e r le m a g a s i n d ' a c c e s s o i r e s et le c é r é m o n i a l l u i - m ê m e .
Voici u n e x e m p l e des p l u s i n s t r u c t i f s . Si, d a n s u n rite q u e l c o n q u e , le
m y s t è r e Ogou B h a l i n ' d i o et le m y s t è r e Ogou F e r s o n t « servis », leurs dia-
g r a m m e s r i t u e l s s o n t différents a i n s i q u e l e u r s c o u l e u r s , bien qu'ils soient
de la m ê m e « famille » de loa.
L e u r s c h a n t s r i t u e l s s o n t a u s s i s e n s i b l e m e n t différents. D a n s ces condi-
tions, l ' o n p e u t c o n c l u r e en d i s a n t que, q u o i q u e l'origine p l a n é t a i r e de ces
d e u x loa soit la m ê m e s o u r c e s i d é r a l e qui veut, a s t r o n o m i q u e m e n t , q u e t o u s
les m y s t è r e s dérivent, a i n s i q u e les a s t r e s a u x q u e l s ils s o n t assimilés, de
l ' O r i e n t solaire, l'origine d i s t i n c t e de l e u r c é r é m o n i a l p e r s o n n e l r e n d le ri-
tuel voudoo très divers. Ainsi, u n e des c o u l e u r s du m y s t è r e Ogou B h a l i n ' d i o
est le violet (*), son é l é m e n t l ' e a u ; t a n d i s q u e l ' é l é m e n t du m y s t è r e Ogou
F e r est p l u t ô t le feu avec les c o u l e u r s rouge et bleu.
Q u a n t à l e u r s d i a g r a m m e s rituels, voici les nouvelles différences qu'ils
p r é s e n t e n t et q u i d é m o n t r e n t q u e les origines i n d i v i d u e l l e s des loa voudoo
e x p l i q u e n t et n é c e s s i t e n t les origines différentes des m o d i f i c a t i o n s que com-
p o r t e n t m ê m e u n seul r i t u e l :

(*) Ce mystère ne porte pas forcément la même couleur partout. Sa couleur


traditionnelle passe même pour être le grenat principalement, associé au jaune,
au vert, au bleu et au rouge.
Mystère Aï-Zan (rite Rada)

Ti Pierre Dan-Tor (rite Péthro)


Ogou Fer (rite Nago)
Origine du Voudoo d'Haïti et ses aires rituelles dans
la géographie de la République d'Haïti

En reprenant le voudoo selon ses origines planétaires, c'est-à-dire surna-


turelles, le voudoisant Her-Ra-Ma-El, africaniste et ésotériste haïtien qui a
puisé son nom dans la Bible pour montrer davantage la filiation et le syn-
crétisme des religions (II Rois : VIII, 19) (*) nous permet de montrer le
sens des idées traditionnelles de la race noire en ce qui concerne le culte.
Her-Ra-Ma-El écrit dans son livre « Les Daimons du Culte Voudoo » :
« C'est en vain que des procédés ont été mis en œuvre pour envelopper de
ténèbres les phases brillantes de l' évolution mentale du Nègre. Il est hors
de conteste que l'antique civilisation éthiopio-égypto-assyrienne doit être
inscrite à son compte ». En écrivant cela, l'africaniste haïtien laisse voir
que le voudoo haïtien plonge ses racines dans les civilisations les plus bril-
lantes pour les former, et les plus lointaines. A l'appui de son assertion, il
apporte ces preuves : « Des milliers d'années avant l'avènement du Christ,
des théologiens, des philosophes nègres, groupés ensemble, avaient érigé
des espèces d'académies pour étudier les problèmes du monde physique et
de la destinée humaine. Toute la législation théocratique de Moïse, c'est-à-
dire le code social et religieux inscrit dans la Bible, porte l'empreinte des
formules sacrées de la foi nègre... ».
L'écrivain révèle ensuite l'apport métaphysique du voudoo : « La forma-
tion de l'idée religieuse implique des croyances sur la constitution du monde,
sur l'âme, sur la mort... Les patientes observations de l'espace céleste et
des astres qui le peuplent ont donné naissance à cet animisme suivant le-

(*) « L'Eternel ne voulut pas détruire Da(vid), son serviteur, à cause de la pro-
messe qu'il lui avait faite de lui donner une lampe >.
;��
,4,.
Un voudoun-sih « monté » par le mystère Aloumandia (un des mystères de Dessalines)
quel des êtres s u r n a t u r e l s d i r i g e n t les m o u v e m e n t s de ces astres. De là l'in-
t u i t i o n p r i m i t i v e q u i c o n d u i r a a u x c o n t e m p l a t i o n s g é n é r a t r i c e s des légendes
et des m y t h e s . De là a u s s i la genèse des sciences d ' o b s e r v a t i o n en tête des-
quelles il f a u t p l a c e r l ' a s t r o n o m i e . T o u t le s y s t è m e h i é r o g l y p h i q u e de l'Egyp-
te est basé s u r le r a p p o r t s y m b o l i q u e q u i existe e n t r e les divers êtres et les
forces c o s m i q u e s , e n t r e les êtres et les lois de la c r é a t i o n ».
Nous s o u l i g n o n s le m o t « lois », q u e l'on é c r i t p l u t ô t loa d a n s le voudoo,
p a r c e q u e ce s o n t ces lois q u i v o n t c r é e r les loa, sous des a p p a r e n c e s visi-
bles : plantes, a n i m a u x , h o m m e s , m a i s s u r t o u t a n c ê t r e s , c a r le voudoo est
d'essence a n c e s t r a l e , p a r le fait q u e les A f r i c a i n s , en f a i s a n t r e m o n t e r leurs
m â n e s d a n s le ciel, les c o n f o n d e n t avec des astres. C'est ce q u ' a c c u s e le t r a -
d i t i o n a l i s t e : « L a c r o y a n c e s u r l'âme, s u r la m o r t , o n t e n g e n d r é n a t u r e l l e -
m e n t le culte des t r é p a s s é s , e n t r a î n a n t à s a s u i t e la d i v i n i s a t i o n des â m e s
h u m a i n e s . Ces â m e s divinisées (ou c a n o n i s é e s ) p a r la m o r t , c ' e s t ce q u e les
Grecs a p p e l a i e n t d a i m o n s . . . »
L ' é c r i v a i n a t t e s t e e n s u i t e q u e « t o u t e s ces m a n i f e s t a t i o n s d u s e n t i m e n t
religieux ne v o n t p a s s a n s u n e n s e m b l e de rites, de c é r é m o n i e s cultuelles,
s a n s des s y m b o l e s a p p r o p r i é s et sans le d é p l o i e m e n t d ' u n a p p a r e i l p r o p r e
à c a p t e r l ' i m a g i n a t i o n q u i est n é c e s s a i r e a u r e c r u t e m e n t du p l u s g r a n d n o m -
bre possible de n é o p h y t e s . P o u r q u o i r e f u s e r — d e m a n d e - t - i l — d ' a p p l i q u e r
a u V o u d o o ce p r i n c i p e é s o t é r i q u e ? »
Cela n o u s fixe s u r le p r o c e s s u s p r a t i q u e qui, de l'Invisible a u m o n d e des
h o m m e s , a m e n é les a d e p t e s a u rite m a g i q u e .
E n ce q u i c o n c e r n e les r i t e s voudoo, le p r o c e s s u s n ' e s t p a s différent, q u a n t
à son origine s u r n a t u r e l l e . Il r e s t e m a i n t e n a n t à savoir p a r q u e l a c c i d e n t ou
p a r quelles séries e x t r a o r d i n a i r e s d ' é v é n e m e n t s le voudoo a t r a n s p o r t é ses
rites p e r s o n n e l s s u r le sol h a ï t i e n .
D ' a b o r d , la T r a i t e des n è g r e s a lieu, des côtes d ' A f r i q u e a u x p a y s a m é r i -
cains. T o u t e s les Antilles s o n t c o u v e r t e s de n è g r e s e x t r a i t s des cales de ba-
t e a u x n é g r i e r s . Le Brésil e n r e ç o i t u n n o m b r e i m p o r t a n t . Les t e r r e s de Quis-
q u e y a ( r e d e v e n u e p l u s t a r d Haïti) en s o n t peuplées. O n en s è m e m ê m e d a n s
les E t a t s - U n i s S u d et Nord, O u e s t et Est. L a c o n q u ê t e b l a n c h e e n t r a n s p l a n t e
p a r t i c u l i è r e m e n t d a n s la p a r t i e a m é r i c a i n e q u e les A m é r i c a i n s n o m m e n t le
D e e p S o u t h : là, l'exode forcé des nègres a t t e i n t u n e s o r t e de p a r o x y s m e ,
avec t o u t e s les sortes de p o p u l a t i o n s t r i b a l e s a f r i c a i n e s : A n m i n e s , Fons,
D a h o m é e n s , Y o r o u b a , Congolais, Sénégalais, Soudanais...
Il se p r o d u i t alors u n e chose curieuse, et n é c e s s a i r e m e n t fatale : e n t r a n s -
p l a n t a n t ces d é s h é r i t é s n o i r s d ' A f r i q u e p o u r les j e t e r en p â t u r e a u x coloni-
s a t e u r s , les b l a n c s n ' o n t p a s pensé que, d a n s l'affreuse d é t r e s s e où la dépor-
t a t i o n b r u t a l e et m a s s i v e les plonge, ces épaves g a r d e r o n t u n e foi i n e x t i n -
guible d a n s leurs dieux, d a n s leurs loa, d a n s l e u r s v o u d o u n , d a n s leurs p h a ,
et que, m ê m e d a n s les fers et les c h a î n e s , ils ne s o r t i r o n t r e l i g i e u s e m e n t et
m y s t i q u e m e n t j a m a i s de l'Ifé o u de la Ville A u x C a m p s de la G r a n d e T r a -
d i t i o n A s t r o l o g i q u e . L a p r e u v e en est g r a n d e : j u s q u ' à ce j o u r , il existe en
H a ï t i u n e n d r o i t q u i m a i n t i e n t cette t r a d i t i o n a s t r o l o g i q u e ; — en d é p i t de
p l u s de 300 a n n é e s de servage, la t r a d i t i o n v o u d o o s'est m a i n t e n u e , intacte,
avec cet e n d r o i t p o u r e m b l è m e .
Alors, se p r o d u i t u n e sorte de m i r a c l e . D a n s les fers, et p e n d a n t q u ' i l s
s o n t e n c h a î n é s s u r les l a t i f u n d i a c o l o n i a u x , les n è g r e s t r a n s p l a n t é s invo-
q u e n t n o n s e u l e m e n t l e u r s loa, m a i s i n s t a l l e n t avec p a t i e n c e les rites divers
d u v o u d o o a u x e n d r o i t s de l e u r m a r t y r e .
L a T r a i t e a d o n c p o u r c u r i e u s e c o n s é q u e n c e m o r a l e , n o n p a s d ' a b r u t i r ses
m a r t y r s p a r l e u r s s o u f f r a n c e s m a i s p l u t ô t d ' e x a l t e r l e u r foi religieuse p a r
u n e e x t e n s i o n de cette foi d a n s l e u r s d i v i n i t é s v o u d o e s q u e s . Cette e x t e n s i o n
de foi a p o u r n o u v e l l e c o n s é q u e n c e i m p o r t a n t e l ' e x t e n s i o n des aires afri-
c a i n e s d u V o u d o o : t o u t e l ' A m é r i q u e , d u Brésil à Cuba, de C u b a à Haïti
(alors Q u i s q u e y a ) , de là a u x Iles-sous-le-vent, des Iles-sous-le-vent à New-
York, de N e w - Y o r k à t o u t e s les p a r t i e s d u c o n t i n e n t , le v o u d o u i s m e f a i t
t a c h e d ' h u i l e — m a i s avec des p r é c a u t i o n s de p i r a t e s . Car, s e n t a n t d é j à
l e u r faute, les t r a i t e u r s , qui, p o u r la p l u p a r t , s o n t de foi c a t h o l i q u e , t r a -
q u e n t le v o u d o o !
M a l g r é cela, l ' o r i g i n e a m é r i c a i n e d u v o u d o o se fait j o u r , et s ' é t a b l i t his-
t o r i q u e m e n t . R i e n ne p o u r r a p l u s a r r ê t e r l ' é t a b l i s s e m e n t des loa v o u d o o e n
A m é r i q u e — d a n s t o u t e l ' A m é r i q u e — et, p a r t i c u l i è r e m e n t e n Haïti, à Cuba,
et a u Brésil, où elles s o n t r e s t é e s e n force, d a n s l e u r s citadelles d'exil. O n
y r e n c o n t r e e n c o r e le L e g b a v o u d o o sous le n o m d ' E c u o u d ' O c u m a l e , en-
t o u r é de t o u t e s ses loa s u b a l t e r n e s , tel q u e Ocu B h a t h a l a h q u e les rites
d ' H a ï t i o n t c o n s e r v é sous le n o m à peine différent de Ogou B h a t h a l a h . Q u a n t
à la Vierge d u v o u d o o h a ï t i e n , Erzulie, on la r e t r o u v e d a n s les rites cu-
b a i n s , c o m m e Vierge de l ' E a u , sous le n o m de Yé-Maya. Mais là encore, son
o r i g i n e a f r o - h a ï t i e n n e est i n d é n i a b l e , p a r c e q u e son préfixe Yé est, d a n s la
K a b b a l e d a h o m é e n n e , la f o r m u l e de l ' i n t r o s p e c t i o n des m a g i c i e n s noirs d a n s
le d o m a i n e m é t a p h y s i q u e de l'âme.
Ainsi, les g r a n d s initiés d u v o u d o o p a r t e n t de cette d é n o m i n a t i o n de la
Vierge p o u r d o n n e r s o n sens a s t r o l o g i q u e a u n o m v o u d o o de l e u r p r e m i è r e
d i v i n i t é : Yè-Wè, ou Yé-Hwé, q u e les J u i f s o n t l é g è r e m e n t c h a n g é en Ya-Vé.
Alors, n o n s e u l e m e n t le s y n c r é t i s m e n a t u r e l aide à l ' é t a b l i s s e m e n t de la
D o c t r i n e V o u d o o (car, p a r m i les n è g r e s t r a n s p l a n t é s p a r les négriers, il y
a b e a u c o u p de n è g r e s - j u i f s ) p a r des n o i r s qui, alors, p a r l a i e n t u n p e u l'hé-
b r e u , m a i s c e t t e d o c t r i n e s ' i m p l a n t e d é f i n i t i v e m e n t d a n s les A m é r i q u e s a u
p o i n t q u e t o u t e s les violences possibles et i m a g i n a b l e s ne p o u r r o n t j a m a i s
p l u s l'en d é r a c i n e r .
Les aires — p l u t ô t définitives des rites v o u d o o — se forment...
De l ' A f r i q u e p r o p r e m e n t dite il Haïti, et d ' H a ï t i a u x rives c u b a i n e s et a u x
sites p r o f o n d s d u Brésil, le p h é n o m è n e é t y m o l o g i q u e le p l u s f r a p p a n t , issu
de la religiosité et d u langage a f r i c a i n , est t o u t d ' a b o r d l ' i m p l a n t a t i o n d u
m o t qui désigne le g r a n d p r ê t r e v o u d o o : en Afrique, il s ' a p p e l l e baba-lao ;
en Haïti, il s ' a p p e l l e p a p a - l o a ; a u Brésil et à Cuba, le t e r m e est r e s t é pres-
q u e p a r e i l en se r é f é r a n t à ses r a c i n e s d ' o r i g i n e a f r i c a i n e s , b a b a - O l u w a - a i e
syncopées en b a b a l u w a .
T o u s les rites v o u d o o d ' H a ï t i v e n u s d ' A f r i q u e se s o n t développés à Cuba,
a u Brésil, et m ê m e d a n s des e n d r o i t s des E t a t s - U n i s q u e le c o m m u n des
mortels, p e u c u r i e u x de ces choses, est loin de se figurer. Les a i r e s rituelles
a f r i c a i n e s d u v o u d o o en A m é r i q u e p a r t e n t de la p o i n t e E s t d ' H a ï t i p o u r
finir à sa p o i n t e O u e s t , e n f a i s a n t de m ê m e d u N o r d a u S u d ; il en est de
m ê m e p o u r la R é p u b l i q u e D o m i n i c a i n e ; la m ê m e chose existe d ' u n b o u t
de C u b a à l ' a u t r e ; t o u t e s les îles de la m e r des Antilles en f o n t p a r t i e : Ba-

CARTE-GUIDE
h a m a s , G u a d e l o u p e , M a r t i n i q u e , L a J a m a ï q u e , Porto-Rico, Les B e r m u d e s ,
L a T r i n i t é , a l l a n t m ê m e j u s q u ' à c o m p r e n d r e les côtes des E t a t s - U n i s , avec
la F l o r i d e p a r la Nouvelle O r l é a n s , G a l v e s t o n et C h a r l e s t o n .
Q u a n t a u x a i r e s r i t u e l l e s d u culte en H a ï t i p r o p r e m e n t dite, les voici, se-
l o n des i n f o r m a t i o n s recueillies a u x s o u r c e s m ê m e s p a r O d e t t e M e n n e s s o n -
R i g a u d : les p o p u l a t i o n s Nago s o n t p l u t ô t d a n s le Nord, s a n s y être abso-
l u m e n t , avec u n r i t u e l p l u s o u m o i n s p u r ; les p o p u l a t i o n s Ibo s o n t p l u t ô t
d a n s le S u d - O u e s t , d a n s les m ê m e s c o n d i t i o n s ; les p o p u l a t i o n s Congo, s a n s
ê t r e t o t a l e m e n t a u x e n v i r o n s des Gonaives, e n t r e l ' A r t i b o n i t e et le Nord-
O u e s t , et à la vallée de J a c m e l , d a n s le Sud, s'y r e t r o u v e n t de p r é f é r e n c e ,
avec l e u r r i t u e l g a r d é le p l u s p o s s i b l e de t o u t e a l t é r a t i o n ; les D a h o m é e n s
s o n t p l u t ô t d u côté des Gonaives, d a n s les m ê m e s p a r a g e s q u e les t r i b u s
Congo ; les t r i b u s A n m i n e s o u M i n a s o n t d a n s l ' A r t i b o n i t e ; les t r i b u s Mon-
d o n g u e s s o n t é t a b l i e s de p r é f é r e n c e d a n s les e n v i r o n s de L é o g a n e o u d a n s
L é o g a n e , c o m p r i s d a n s le S u d - O u e s t ; et les M a n d i n g u e s se r e n c o n t r e n t p l u s
s o u v e n t d a n s le N o r d et l ' e x t r ê m e Nord, a u C a p - H a ï t i e n .
L a t r i b u la p l u s racée, avec le r i t u e l r a d i e u x de la t r a d i t i o n solaire — le
r i t u e l r a d a — e s t établie e n m a j e u r e p a r t i e d a n s la p a r t i e N o r d - E s t de P o r t -
a u - P r i n c e : d a n s la P l a i n e dite Cul-de-Sac. Or, q u i d i t R a d a d i t A r a d a :
c ' e s t la t r i b u de G a o u - G u i n o u , le roi a r a d a q u i est l ' a n c ê t r e de T o u s s a i n t -
L o u v e r t u r e , et c ' e s t a u s s i la t r i b u q u i a d o n n é à l ' h i s t o i r e d ' H a ï t i la m è r e d u
g é n é r a l A n d r é R i g a u d , rival de T o u s s a i n t - L o u v e r t u r e d a n s le S u d : Rose,
qui fut une négresse arada.
Les altérations du Voudoo dues aux conséquences religieuses
et politiques et à l'économie forcée de l'esclavage

Nous avons laissé comprendre comment et pourquoi le système esclava-


giste colonialiste avait été amené, un peu tard, à saisir son erreur au sujet
de la transplantation — non pas des nègres africains sur le sol américain —
mais de leurs croyances et des loa voudoo qui les représentent.
Pour obvier aux divers inconvénients qu'occasionnaient aux colons le
maintien, chez les tribus africaines transplantées, des mystères voudoo au
culte desquels elles continuaient farouchement à se livrer, le colonia-
lisme européen commence à baillonner le sacerdoce voudoo auquel se
livraient les papa-loa. Dans les débuts, ceux-ci s'exerçaient à leur évan-
gélisme sans beaucoup attirer l'attention ; mais les effets de l'évangélisation
occasionnèrent la réaction. Les possessions qui avaient lieu dans les cases,
le son voilé de quelques tambours coniques, ainsi que le désir d'indépendance
que suscitait cette sorte de rapatriement au sein même de l'exil attirèrent
l'attention des maîtres. Ces derniers réagirent férocement, prohibant, le plus
qu'ils le pouvaient, toute pratique du voudoo. C'est d'ailleurs ainsi que les
méthodes de l'esclavage parvinrent à détruire chez presque tous les nègres
haïtiens le sens et le goût de la sculpture — et même de la sculpture sacrée
— pourtant tellement intégrée à la culture et aux civilisations nigritiques,
au point que, dans tout Haïti, il est presqu'impossible de trouver une seule
sculpture représentant cultuellement un fô (amulette) ou un fétiche quel-
conque. Le fouet, les emprisonnements, les pendaisons, les blanchiements
(supplice qui consistait à écorcher vif tout esclave désobéissant : les blessu-
res au coutelas mettaient ses tissus sous-épidermiques à nu, faisant voir la
couleur blanche de ses tissus) et les mises à mort éteignirent à tout jamais
le goût de pétrir l'argile et de sculpter le bois...
Mais aucun de ces supplices ne put éteindre la foi que le noir transplanté
avait gardée en ses mystères.
La lutte religieuse continua pendant trois siècles au moins, ouvertement
du côté indépendant des blancs ligués contre toute réapparition des vodoun,
avec les pires raffinements de cruauté, tandis que les noirs rusaient le plus
possible pour garder leurs vodoun.
Avec le recul de l'histoire, on ne saurait dire si les choses ne seraient pas
telles qu'elles ont été sans ces persécutions religieuses que, naturellement,
la politique coloniale conseillait et ne cessait d'encourager, tout le clergé
européen debout pour détruire tout ce qui était voudoesque. Il n'en est pas
moins vrai que les conséquences de cette bataille de foi furent non seulement
l'exaspération portée à son maximum du côté des voudoisants qui faisaient
tout pour rester dans l'exercice caché de leur culte, mais le sentiment de
la nécessité de recouvrer, à toute force, leur indépendance totale.
Au début de la Traite, les nègres purent croire que le temps de l'escla-
vage était limité. Mais ils perdirent cette illusion, à la longue, et les babalao,
bôcô, houn'gan et mam'bo qui formaient le haut clergé voudoo, consultant
les mystères, surent, par des révélations surnaturelles, que la bataille, po-
litique et religieuse, devrait être menée jusqu'au bout pour être gagnée.
On verra dans un autre chapitre les résultats décisifs obtenus dans le do-
maine politique et le domaine social par cette influence des mystères vou-
doo sur toutes les populations tribales livrées sans merci à la Traite et
transportées dans les Amériques dont Haïti devait être l'avant-garde dans
la lutte prochaine pour l'indépendance.
De nombreux écrivains ont conté des épisodes où le martyre du voudoi-
sant dépassait la mesure parce qu'il avait été trouvé dansant le congo, le
pethro, la djouba, le yanvalou ou le banda, ou encore en possession d'un
vieux fétiche transporté avec amour dans le sexe d'une femme, sous son
sein ou même à l'intérieur d'un anus fièvreux pour être invoqué en Haïti.
Mais si les fétiches ont progressivement disparu, les danses, intactes, sont
restées, ainsi que les mystères.
Les mystères voudoo, depuis l'esclavage, réglaient l'économie occulte des
clans africains qui formaient le bétail de l'esclavage. Bien des écrivains igno-
rent absolument ce détail d'une économie, terriblement cachée, mais réelle,
dirigée par des esprits surnaturels consultés pour un oui et pour un non
comme des conseillers financiers. Le système colonial lui-même, eut terri-
blement à en pâtir, du fait que cette sorte de grève imperceptible que con-
seillèrent les loa voudoo et qui ralentissait le travail forcé des esclaves ra-
lentissait d'autant l'économie des métropoles. Si les Indiens se firent tous
massacrer plutôt que de se soumettre à ces feintes adroites qui préparaient
sournoisement mais adroitement des jours meilleurs, les Africains s'y li-
vrèrent avec une obstination que surveillaient leurs mystères. Ainsi, en dé-
pit des sévices les plus inimaginables où la cruauté dépassait toutes les
bornes, la lutte pour l'indépendance des nègres, en Haïti, était née sous les
auspices surnaturels des loa voudoo, devait se poursuivre dans l'ombre sous
les auspices des loa voudoo, et, plus tard, vers 1800, être gagnée sous la haute
protection des loa voudoo (*).
A ce moment-là, ce sera l'effondrement de l'économie métropolitaine dé-
jà terriblement minée par cette sorte de grève perlée d'avant la lettre, par
les envoûtements d'européens, par les empoisonnements répétés à l'aide de
la domesticité noire, — mais toujours sous les auspices des loa voudoo.
Cependant, l'économie métropolitaine va s'effondrer sans que, pourtant,
la lutte religieuse entre le voudoo et les autres cultes — en particulier le
culte catholique — cesse. Nous allons, par étapes successives, la voir se
dérouler tout le long de l'histoire d'Haïti, pour durer encore à nos jours
dans l'exaspération des passions strictement religieuses ou mystico-politi-
ques.
Les « dieux étrangers » ne voudront désarmer, sous aucun prétexte. Et
les mystères voudoo lutteront de toute leur énergie. On les voit lutter encore,
dans des conditions parfois plus que déplorables, sans, pour cela, que leur
clientèle semble avoir jamais diminué — au contraire.

(*) Plus tard, lorsque la République d'Haïti aura été formée, les mystères voudoo
signaleront leur influence p a r maints exemples, celui-ci entr'autres : Florvil Hyp-
polite, qui fut président d'Haïti du 9 octobre 1889 au 24 mars 1896, était fou
avant sa présidence ; il fut soigné et guéri à Lan Campêche, fameux centre vou-
doo du Nord de l'île, et là, un « ange » (mystère voudoo) lui prédit qu'il serait,
dans six ans, président de la République. Hyppolite ne voulut pas croire à la pré-
diction. Quelques années après, il fut élu en effet à la présidence d'Haïti, ce qui
lui rappela la prédiction ; il offrit, p a r reconnaissance, de nombreux objets de
valeur au oum'phor de Lan Campêche.
Cincinnatus Leconte (président d'Haïti du 14 août 1911 au 8 août 1912), qui y
servait comme Hyppolite, fit aussi de magnifiques et nombreux dons au même
oum'phor.
L'économie locale passée et actuelle du Voudoo en face
de la politique haïtienne

A aucun moment de son histoire haïtienne, le Voudoo n'a été et n'a pu


être dissocié de l'Histoire proprement dite — qu'il s'agisse de l'histoire po-
litique, qu'il s'agisse de l'histoire économique, qu'il s'agisse de l'histoire
religieuse.
Il y a un fait curieux et troublant dans l'histoire politique du Voudoo.
Déjà en Afrique, le voudoo est plus qu'intimement mêlé à la vie politique,
à la constitution politique, et à la vie des rois comme aux plus petits faits
de l'administration. Le fait politique le plus important dans la vie d'un peu-
ple, celui d'avoir un monarque, est réglé, de droit divin, au Dahomey par
exemple, par la constitution ésotérique des loa voudoo, depuis le début du
concept de la royauté jusqu'à ses moindres détails de cérémonial privés et
publics. C'est ainsi que tous les rois africains sont subordonnés soit à des
mystères de famille, soit à des mystères importés ou « achetés » de tribus
étrangères chez lesquelles la réputation magique de ces mystères était éta-
blie.
Un de ces fameux exemples de mystères adoptés par le Dahomey est four-
ni par l'histoire religieuse de la cour royale du Dahomey : la mère du roi
Tegbésou, Houan-ileh, alla chercher un mystère jusqu'au village de Jalouna,
dans le cercle de Savalou (dont le voudoo haïtien tire plusieurs de ses loa
nago, tel que Bacossou). Houan-ileh installa ce mystère étranger qui s'ap-
pelait Bagbo en dehors du palais de Singboji. Ce mystère avait justement
été « acheté », comme le sont souvent des loa voudoo. Houan-ileh s'était
fait donner beaucoup d'argent par le roi Tegbésou et avait même organisé
toute une expédition pour pouvoir ramener le mystère sans encombre à
Abomey, après l'avoir chèrement payé. Le roi, ne connaissant pas bien ce
mystère, se fit conseiller par les hauts dignitaires religieux du palais qui lui
firent comprendre qu'il valait mieux reléguer Bagbo dans un lieu qui n'était
pas très éloigné du palais et qui, dès lors, prit le nom de Bagbonongonn'.
Mais comme personne ne savait servir kabbalistiquement Bagbo, Bagbo ne
fit jamais rien de retentissant. On croit même que les devins attachés à la
cour firent exprès de mal le servir pour ne pas laisser détrôner les anciens
mystères : ils bornèrent Bagbo par des procédés magiques.
Le roi dahoméen Tegbésou, sous l'influence d'un mystère, prit le surnom
de Bossou Ashadeh. Or, jusqu'à présent, le voudoo haïtien a un mystère
qui s'appelle Ogou Ashadeh, et la mère de Tegbésou, Houan-ileh, a encore
sa réplique en Haïti dans un mystère voudoo dont le nom est Houan-ileh.
Les mystères, intégrés depuis toujours à la vie politique et économique
d'Haïti, n'ont jamais changé d'attitude. On voit alors, depuis l'Indépendance
(.1804), des gouvernements haïtiens se succéder, avec, comme présidents,
tantôt des chefs d'Etat qui persécutent le voudoo avec plus ou moins de
sincérité, tantôt des chefs d'Etat qui le persécutent avec toute l'hypocrisie
possible, tantôt des chefs d'Etat qui protègent ouvertement le culte. Parmi
ceux qui ont traqué le voudoo, on peut citer Dessalines ; mais Dessalines
traquait les adeptes voudoo tout en étant, lui-même, pratiquant fervent du
voudoo ; encore maintenant, il existe une loa que les voudoisants voient
souvent s'incarner et cette loa s'appelle Grande Aloumandia ; cette loa était
l'un des mystères qui possédaient Dessalines, surtout quand il se rendait au
oum'phor où il servait, à l'Arcahaie (*). Ce mystère fut même un de ceux
qui avertirent Dessalines qu'on devait l'assassiner, de ne pas partir pour
l'Ouest d'où il devait se rendre dans le Sud contre Pétion pour réprimer une
révolte : Dessalines partit en méprisant l'avis des mystères et, dès qu'il eut
atteint le Pont Rouge, à l'entrée de Port-au-Prince, il fut abattu par les
balles des révolutionnaires.
Le cas de Dessalines rappelle un axiome bien connu de tous ceux qui
servent les loa en Afrique : « Il ne faut jamais faire honte à un vodoun ».
D'autres présidents d'Haïti, se moquant des exigences du clergé catholi-
que romain, protégèrent sincèrement et ouvertement le voudoo. On peut les
citer : Soulouque, Duinarsais Estimé. Soulouque pratiqua ouvertement, Es-
timé aussi, ce qui leur vaut une certaine reconnaissance des oum'phor, en
dépit du caractère politique assez scandaleux de leur administration, car, le
pire, en religion, est d'avoir honte de ses convictions. C'est d'ailleurs ce mal-
heureux complexe qui a, le plus souvent, compliqué l'existence des loa vou-
doo et du culte voudoo, en Haïti ; l'Histoire d'Haïti comporte ainsi nombre

(*) Au pont de Mérotte. Il servait aussi dans d'autres oum'phor situés ailleurs.
Voir fig. 2.
de chefs d ' E t a t qui, t r a v a i l l é s p a r ce c o m p l e x e d ' i n f é r i o r i t é cultuelle, se s o n t
livrés m a l a d i v e m e n t à u n e g u e r r e d ' e x t e r m i n a t i o n d a n s le b u t de s u p p r i m e r
le c u l t e des loa — alors que, d a n s l ' o m b r e , ils le p r a t i q u a i e n t !
U n des e x e m p l e s les p l u s f r a p p a n t s de c e t t e p e r s é c u t i o n p o l i t i q u e d e m e u -
re m a r q u é , d a n s l ' h i s t o i r e d ' H a ï t i , d ' u n e p i e r r e rouge. Geffrard est p r é s i d e n t
de la R é p u b l i q u e d ' H a ï t i de J a n v i e r 1859 à M a r s 1867. Le p e u p l e h a ï t i e n
é t a i t f a t i g u é de l ' e m p i r e de S o u l o u q u e ; l ' a r m é e p r é p a r a i t sa chute. Le Co-
m i t é R é v o l u t i o n n a i r e des Gonaives r é t a b l i t b i e n t ô t la R é p u b l i q u e en pro-
c l a m a n t Geffrard p r é s i d e n t . P e n d a n t ses d é m ê l é s avec S o u l o u q u e q u i le
s o u p ç o n n a i t de le t r a h i r , et v o u l a i t le f r a p p e r , Geffrard s ' a d r e s s a a u x loa
voudoo q u i p r é s i d e n t le « b a g u i » d u o u m ' p h o r de L a S o u v e n a n c e , p r è s de
la ville des Gonaives. Geffrard, p o u r se p r o t é g e r de S o u l o u q u e , se fit p r o t é -
ger p a r les loa de L a S o u v e n a n c e . Il p r o m i t m o n t s et merveilles à ces loa,
les f a i s a n t « t r a v a i l l e r » p o u r lui afin q u ' i l a c c é d â t à la p r é s i d e n c e . Mais,
dès q u ' i l f u t p r o c l a m é p r é s i d e n t d ' H a ï t i p a r le Comité R é v o l u t i o n n a i r e des
Gonaives, s o n p r e m i e r s o i n f u t n o n s e u l e m e n t de r e f u s e r ce q u ' i l a v a i t pro-
m i s a u x m y s t è r e s m a i s de f e r m e r m a n u m i l i t a r i le b a g u i où les loa a v a i e n t
t r a v a i l l é à son a c c e s s i o n à la p r e m i è r e m a g i s t r a t u r e de l ' E t a t . Geffrard fit
f e r m e r le b a g u i de L a S o u v e n a n c e de p e u r q u e le b a g u i ne t r a v a i l l â t p o u r
u n a u t r e : il e u t p e u r , d a n s s o n i n g r a t i t u d e , q u e les loa n ' e m p l o i e n t c o n t r e
lui l ' a r m e q u i lui a v a i t servi à r e n v e r s e r S o u l o u q u e . Et, p e n d a n t s e p t a n n é e s ,
le b a g u i r e s t a f e r m é !
Mais le c o u p le p l u s d u r q u e Geffrard — q u i a v a i t p o u r t a n t p r o m i s le
c o n t r a i r e — p o r t a a u x m y s t è r e s v o u d o o est le C o n c o r d a t signé avec Rome.
L ' h i s t o i r e d ' H a ï t i r a p p o r t e q u e Geffrard p r i t l ' i n i t i a t i v e des p o u r p a r l e r s avec
le Saint-Siège. Ses p r o p o s i t i o n s , q u i v i s a i e n t à a b o l i r l'influence de t o u s les
o u m ' p h o r d ' H a ï t i , f u r e n t e x a m i n é e s avec e m p r e s s e m e n t et bienveillance.
I n t e r r o m p u e s p a r d i v e r s e s difficultés, les n é g o c i a t i o n s r e p r i r e n t e n .1859.
G e f f r a r d fit p a r t i r p o u r R o m e d e u x n é g o c i a t e u r s : F a u b e r t et Boyer. Signé
enfin à R o m e le 28 m a r s 1860, le C o n c o r d a t est ratifié p a r le S é n a t h a ï t i e n
le 1er avril.
Si, a u p a r a v a n t , le clergé n o n officiel délégué en m i s s i o n p a r Rome, lut-
t a i t c o n t r e les m y s t è r e s v o u d o o et les « b a g u i », c ' é t a i t s a n s u n e a p p r o b a -
t i o n d ' E t a t b i e n d é c l a r é e et, s u r t o u t , s a n s u n i n s t r u m e n t d i p l o m a t i q u e de
c e t t e i m p o r t a n c e . M a i n t e n a n t , R o m e a l l a i t i n t e n s i f i e r la l u t t e grâce à cet
i n s t r u m e n t q u e v e n a i t de lui f o u r n i r Geffrard, t r a n s f u g e voudoo de L a Sou-
venance.
Le v o u d o o , m a l g r é cela, n e se p o r t a i t p a s si mal, l o r s q u e 80 a n s p l u s t a r d ,
Elie Lescot, p r é s i d e n t d'Haïti, i m a g i n a de d o n n e r u n s u r c r o î t d'intensifica-
t i o n à la l u t t e religieuse e n t r e le o u m ' p h o r h a ï t i e n et l'église r o m a i n e : il
m e t s o u d a i n sa g a r d e p r é s i d e n t i e l l e a u service a r m é de l'église de R o m e qui
t r a q u e les v o u d o i s a n t s j u s q u e d a n s l e u r s m a i s o n s privées, r a f l a n t t o u s les
o b j e t s c u l t u e l s q u e ses c u r é s p o u v a i e n t t r o u v e r : t a m b o u r s c o n i q u e s , as-
sons, d r a p e a u x r i t u e l s , a s s e n s de fer forgé, p i e r r e s - t o n n e r r e , a t t r i b u t s ri-
tuels des loa tels q u e les c o s t u m e s , les c h a p e a u x et les f o u l a r d s . L'église ro-
m a i n e e n fait des a u t o d a f é s p u b l i c s et exige, a r m é e officiellement p a r Les-
cot, q u e t o u s les v o u d o i s a n t s se c o n v e r t i s s e n t à la religion de Rome. Une
Inquisition-miniature.
Les m y s t è r e s a f r i c a i n s se p l i e n t d o c i l e m e n t ; puis, selon la m é t h o d e t r a -
ditionnelle, ils l a i s s e n t p a s s e r le flot, puis, l e n t e m e n t , t r è s l e n t e m e n t , ils re-
p r e n n e n t pied, d o n n e n t l ' o r d r e de r e f a i r e des t a m b o u r s , de r e p l â t r e r les ba-
gui, de c o n f e c t i o n n e r de n o u v e a u x d r a p e a u x , de r e p r e n d r e d ' a u t r e s assons,
de r e c o m m e n c e r les services rituels...
C o m m e D e s s a l i n e s q u i a été tué a u P o n t Rouge d e v a n t la c a p i t a l e alors
q u ' i l m a r c h a i t à u n t r i o m p h e s a n g l a n t , le m a d r a s rouge des Ogou et des
P e t h r o n o u é a u t o u r de son crâne, sous son bicorne ; c o m m e Geffrard q u i est
t o m b é d u p o u v o i r a p r è s q u e des c o n s p i r a t e u r s , q u i l ' a t t e n d i r e n t en v a i n à
l'angle des r u e s de l ' H ô p i t a l et des c a s e r n e s p o u r l ' a s s a s s i n e r , se v e n g è r e n t
e n t u a n t sa fille, M a d a m e M a n n e v i l l e B l a n f o r t , de dépit, d ' u n c o u p de fusil
tiré à t r a v e r s les p e r s i e n n e s , Elie Lescot t o m b e aussi d u p o u v o i r et p a r t
p o u r l'exil.
Mais le C o n c o r d a t c o n t i n u e à livrer la b a t a i l l e des m y s t è r e s : m y s t è r e s
de R o m e c o n t r e les m y s t è r e s de la Guinée, d u Congo, de l'Angola, d u Da-
h o m e y , m y s t è r e s des F o n s , des Nagos...
A l ' h e u r e où n o u s t r a ç o n s ces lignes, u n é p i s o d e é t r a n g e dl" cette bataille
des loa-pays c o n t r e les l o a - é t r a n g è r e s se déroule, dit-on, a u x Gonaives sous
la f o r m e d ' u n d u e l m a g i q u e e n t r e le siège é p i s c o p a l et les o u m ' p h o r des en-
virons. M o n s e i g n e u r R o b e r t , é v ê q u e d u lieu, c o n s t r u i t u n palais épiscopal à
l ' e n d r o i t o ù se t r o u v a i e n t servis des m y s t è r e s v o u d o o ; il est e m p ê c h é , p a r ces
m y s t è r e s , d ' h a b i t e r le palais. De plus, sa s a n t é périclite ; u n m y s t è r e lui ap-
p a r a î t de t e m p s à a u t r e sous l ' a s p e c t d ' u n e d a m e et lui d e m a n d e de r e n d r e
l ' e m p l a c e m e n t (a) (*).
D a n s le d o m a i n e p u r e m e n t é c o n o m i q u e , la s i t u a t i o n locale se c o m p l i q u e
dès q u e la p e r s é c u t i o n r e p r e n d c o n t r e les t e m p l e s voudoo. Voici p o u r q u o i :
les exigences d u r i t u e l v o u d o e s q u e f o r m e n t u n e clientèle r e m a r q u a b l e a u
c o m m e r c e h a ï t i e n ; et, d u m o m e n t q u e les o u m ' p h o r s o n t e m p ê c h é s de tra-
vailler, tous c e u x q u i s ' a d o n n e n t a u voudoo c e s s e n t d ' a c h e t e r , ce q u i signifie
q u e les trois q u a r t s des p o p u l a t i o n s h a ï t i e n n e s c e s s e n t d ' a c h e t e r la formi-

(*) L e s l e t t r e s (a), (b), (c), (d), etc., r e n v o i e n t a u x l e t t r e s c o r r e s p o n d a n t e s de


l ' I n d e x h a g i o g r a p h i q u e . (Voir p a g e 401).
dable quantité de matières rituelles habituellement nécessaires à la magie
voudoesque.
C'est dire que c h a q u e f o i s q u ' u n é v é n e m e n t p a r e i l s e p r o d u i t , il s e p r o -
duit, p a r voie de c o n s é q u e n c e , u n m a r a s m e c o m m e r c i a l . Ainsi, m a l g r é que,
p a r le c o m p l e x e q u e n o u s a v o n s e s s a y é d ' e x p l i q u e r , la p o l i t i q u e d u C o n c o r -
d a t de G e f f r a r d f e r m e les t e m p l e s v o u d o o , ils n e r e s t e n t p a s f e r m é s b i e n
l o n g t e m p s — la b a l a n c e c o m m e r c i a l e d é p e n d a n t d ' u n e b a l a n c e de politique
r e l i g i e u s e q u e les m y s t è r e s des o u m ' p h o r s e m b l e n t a v o i r établie c o m m e p a r
malice.

U n e c o n v e r s a t i o n q u e n o u s e û m e s a v e c le m y s t è r e q u i p r o t é g e a i t D e s s a -
lines, G r a n d e A l o u m a n d i a , édifie c u r i e u s e m e n t c e u x q u i p e u v e n t , à u n titre
quelconque, s'intéresser à cette aventure quasi-surnaturelle.
— P o u r q u o i H a ï t i e s t - e l l e d a n s u n si t r i s t e é t a t , d e m a n d a i - j e a u m y s t è r e ?
— P a r c e q u e les c h e f s d ' E t a t h a ï t i e n s , a u l i e u de r e s p e c t e r les loa de
G u i n é e , o n t p r é f é r é i n s t i t u e r u n s y s t è m e p o l i t i q u e q u i c o n s i s t e à les b r i m e r .
P r e s q u e t o u s les c h e f s d ' E t a t h a ï t i e n s o n t t r a h i les m y s t è r e s a f r i c a i n s . Ils
l e s c o n s u l t e n t p o u r ê t r e « q u e l q u e c h o s e » et, d u m o m e n t q u ' i l s s o n t « a r r i -
v é s », i l s n e p e n s e n t q u ' à s u p p r i m e r n o s b a g u i , e m p ê c h e r n o s s e r v i c e s , i n -
terdire nos danses. Aussi, lorsqu'on nous appelle maintenant, nous venons,
m a i s s e u l e m e n t p o u r n o u s a m u s e r u n p e u et, s u r t o u t , p o u r f a i r e q u e l q u e s
t r a i t e m e n t s i n d i v i d u e l s afin de r e n d r e service à des malades...
— N ' y a-t-il pas u n m o y e n de faire a u t r e m e n t ?
— Sans doute...
— Lequel ?
— J e m ' e n r é f é r e r a i à G r a n d - M a î t r e et, l o r s q u e j e v o u s r e v e r r a i , n o u s e n
recauserons.
Le p l u s h a u t s o m m e t de la l u t t e R o m e - O u m ' p h o r semble être, toutefois,
l ' a v e n t u r e h i s t o r i q u e d u roi H e n r i Christophe.
C h r i s t o p h e , d i t H e n r i Ier, r o i d e l a p a r t i e N o r d d ' H a ï t i e n t r e 1 8 0 6 e t 1820,
é t a i t u n f e r v e n t p r a t i q u a n t d u v o u d o o , q u o i q u e m e n a n t , d a n s les d é b u t s ,
u n e p o l i t i q u e a s s e z a s t u c i e u s e a v e c le c l e r g é e x o t i q u e , e s s a y a n t a d r o i t e m e n t
de s u b o r d o n n e r les p r ê t r e s r o m a i n s à s o n a u t o r i t é p o l i t i q u e p e n d a n t q u e
c e u x - c i e s s a y a i e n t d ' e n f a i r e a u t a n t p o u r l ' a m e n e r d a n s le g i r o n de R o m e .
C e p e n d a n t , les p r ê t r e s r o m a i n s a l l è r e n t si l o i n d a n s l e u r s c r i t i q u e s c o n t r e
l a f i d é l i t é d u m o n a r q u e a u x m y s t è r e s a f r i c a i n s q u e le r o i s e p r o m i t d e t r a -
c e r u n e x e m p l e p u b l i c q u i l e s f î t c e s s e r ; il s e r e n d i t d o n c à l ' é g l i s e c a t h o -
l i q u e d e L i m o n a d e et, p e n d a n t q u e l e p r ê t r e c r i t i q u a i t o u v e r t e m e n t l a c o n -
duite « v o u d o o » de la m o n a r c h i e , m ê l a n t sa h a i n e d u v o u d o o à des consi-
d é r a t i o n s s u r l ' a d m i n i s t r a t i o n p o l i t i q u e p r o p r e m e n t d i t e , H e n r i Ier s e l e v a
d e s o n t r ô n e , et, c r a v a c h e e n m a i n , s e d i r i g e a v e r s l a c h a i r e . . . M a i s , d i t - o n ,
a u m o m e n t o ù il a l l a i t l e v e r le b r a s p o u r f r a p p e r l e p r é d i c a t e u r , il f u t t e r -
r a s s é p a r u n e p u i s s a n c e i n v i s i b l e q u i le p r o j e t a a v e c u n e f o r c e e x t r a o r d i -
n a i r e c o n t r e l a p a r o i d u b â t i m e n t . Il s e b l e s s a , m a r q u a n t le m u r d e s o n s a n g
chaud.
O n v o i t e n c o r e u n e l a r g e m a c u l e r o u g e f a i t e a u m u r e n q u e s t i o n (*). L e s
p r ê t r e s d u clergé c a t h o l i q u e a u r a i e n t , parait-il, v o l o n t a i r e m e n t o m i s de
l a v e r c e t t e t a c h e d e s a n g q u i r e p r é s e n t e , à t r a v e r s le t e m p s , u n e d e l e u r s
v i c t o i r e s s u r le c u l t e v o u d o o , e t i l s o n t p l a c é , e n t r e l a p o r t e d e l a s a c r i s t i e
e t le c o i n d u m a î t r e - a u t e l , u n e i n s c r i p t i o n .
L a p r o p a g a n d e c a t h o l i q u e r o m a i n e n e m a n q u e p a s d ' a j o u t e r q u e le roi
Christophe, à la suite de cette scène t r a g i q u e , r e n t r a a u palais de S a n s -
Souci, à Milot, p o u r m o u r i r , p e n d a n t q u ' é c l a t a i t la r é v o l u t i o n q u i d e v a i t
r e n v e r s e r la m o n a r c h i e .

(*) D'autres disent que c'est à l'église du Cap. La vérité historique est que le
15 août 1820, il devait assister à la messe au Cap, mais il se ravisa et se rendit
à Limonade.