Vous êtes sur la page 1sur 7

VALORISATION DES DECHETS D’ANIMAUX DES ABATTOIRS DES REGIONS

ARIDES : Détermination du potentiel en Biométhane

Résumé

La méthanisation des déchets d'abattoir s'est historiquement concentrée sur les déchets de
bovins, de porcins et de volaille. Le principal objectif du présent travail est la détermination
du potentiel en biométhane des déchets organiques des régions arides, c'est-à-dire les
excréments d’animaux tel que les chameaux, moutons, chèvres, le bétail; et les déchets de
sang mélangés. Le potentiel en biométhane a été déterminé pour les 5 déchets non traités. De
plus, préalablement à la détermination de leurs potentiels de biométhane, les déchets étudiés
ont été soumis à un prétraitement thermique à 120 ° C pendant 30 minutes. Le prétraitement
thermique a augmenté le potentiel de biométhane de 30 à 150%, atteignant un maximum de
442 ml_CH4 / gVS pour le cas du déchets de sang mélangé prétraité. Les résultats mettent en
évidence le potentiel d'utilisation des déchets d'abattoir dans les régions arides pour la
production de biométhane. Deux modèles mathématiques, Gompertz, et modifiés Gompertz,
ont été utilisés pour analyser les données expérimentales et déterminer le taux maximum de
production de biométhane. L'analyse a montré que le modèle Gompertz modifié est plus
précis que le modèle Gompertz donnant à un taux de production de biométhane jusqu'à 56 ml
de CH4 / gVS / jour.

Introduction

Historiquement, les déchets les plus utilisés pour la production de biométhane sont entre
autres les déchets de bovins, de porcs et de volailles, provenant de régions non arides [1–3],
tandis que les déchets d'abattoir des régions arides : excréments de chameaux, de moutons, de
chèvres, de bovins et déchets sanguins ne font l'objet d'aucune enquête. Indicateur de pénurie
d'eau (WSI), basé sur le rapport annuel l'eau douce renouvelable par habitant (m3 / habitant /
an) peut être utilisée pour définir une région aride [4].
La disponibilité de la biomasse dans les régions arides est considérée comme limitée en raison
de la rareté des ressources en eau l'eau douce, ce qui contraint le développement de la forêt et
limite les activités agricoles, à comparer aux régions non arides.

La majeure partie de la biomasse disponible dans les régions arides se trouve dans les flux de
déchets [6] mais ces déchets sont très rarement valorisés et finissent dans des décharges [7, 8].
Cela implique le besoin de technologies de traitement (ou conversion) des déchets organiques
qui, au lieu de nécessiter des coûts supplémentaires, peuvent ajouter de la valeur aux produits
résultants de la conversion des déchets. Par ex. production de bioénergie et nutriments. Ces
procédés de traitement (ou conversion) des déchets organiques doivent
être technologiquement faisable et économiquement viable [8, 9]. La digestion anaérobie
(AD) se présente donc comme une solution pour la mise en valeur et la réduction des déchets
d'abattoir dans les décharges.
La digestion anaérobie du fumier animal présente l'avantage de produire du biométhane, en
maximisant par exemple la valorisation de ce flux de déchets [3, 10-14]. Ce processus peut
également être lié à une étape de récupération des nutriments notamment la struvite, qui est
vitale pour l’amélioration des sols agricoles dans les régions arides. Cependant, la production
de biométhane à partir des déchets d’animaux est bien souvent trop faible pour assurer la
faisabilité économique des usines de traitements des déchets et les déchets doivent être
prétraités pour donner un potentiel de biométhane plus élevé. Par exemple, sous des
températures élevées (supérieures à 100 ° C) et sous pression, l'eau pénètre dans la structure
de la biomasse récalcitrante en hydratant sa teneur en cellulose et en éliminant une partie de la
lignine, et la plupart de sa teneur en hémicellulose. Cela peut augmenter la vitesse de la
réaction de digestion et améliorer ainsi l'étape d'hydrolyse [18, 19] pour finalement donner du
biométhane à fort potentiel.

Le principal objectif du présent travail est de déterminer le potentiel de biométhane des


déchets d'abattoir les plus courants dans les régions arides, à savoir les excréments d’animaux:
chameaux, moutons, chèvre, bétail; et déchets de sang mélangés. De plus, ces déchets ont été
prétraités thermiquement à 120 °C pendant 30 minutes et le potentiel de biométhane résultant
ont été comparés au potentiel de biométhane déchets non traités. Enfin, les taux de biogaz ont
été déterminés en appliquant différents modèles mathématiques ..

Matériels et méthodes

Collecte de matériel

Cinq déchets d'abattoir différents ont été collectés : bouse de chameau, bouse de mouton,
bouse de chèvre, bouse de bovins et déchets de sang mélangés. Ces déchets ont été collectés à
Al Mina 12 Automated Slaughterhouse (Abattoir automatisé d’Al Mina) et à l’abattoir d’Al
Shahama, tous deux situés à Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis. Pour chaque type de
déchets, les échantillons des deux sites ont été mélangés dans une proportion de 1 : 1 (poids).
L'inoculum utilisé pour les expériences relatives aux potentielles de biométhane était de boues
anaérobiques, collectées dans une station d'épuration d'Abu Dhabi (la station d'épuration d'Al
Wathba).

Caractérisation des matériaux

Les cinq déchets et les boues anaérobiques ont été caractérisés. Les tout-solides (TS) et
solides-volatiles (VS) ont été quantifiés comme indiqué dans les méthodes standard 2540D et
E [20]. Le contenu de : glucane, xylane, lignine klason, cendres structurelles et extractifs, ont
été déterminé à l'aide des protocoles décrits par l'American Society for Testing and Materials
(la société américaine des matériaux et tests) et le National Renewable Energy Laboratory (le
laboratoire national des énergies renouvelables) [21-24].

Potentiel de biométhane

La détermination du potentiel de biométhane (BMP) [25] a été réalisé sur des bouteilles en
verre fermées avec un volume de travail de 200 ml et un volume de tête de 400 ml. BMP a été
effectuée séparément pour chaque déchet sélectionné. Les bouteilles ont été incubées à 37°C
sans agitation. Tous les tests de potentiels de biométhane des déchets d'abattoir sélectionnés,
non traités et prétraités thermiquement (voir section 2.4), ont été réalisés trois fois en utilisant
une concentration de déchets (substrat) de 5 g_VS / L, pour empêcher l'inhibition par
l'ammonium [26, 27], et un rapport substrat / inoculum de 1: 1 (basé sur VS).

Un blanc d'inoculum, c'est-à-dire sans substrat, a été utilisé pour corriger la production de
biogaz des expériences en extrayant la production de biométhane de l'inoculum. Pour toutes
les expériences, l'inoculum a été prédigéré pendant 2 jours à 37 ° C avant l’expérience pour
réduire son potentiel de biométhane indigène. Après inoculation et avant l'incubation, le
volume de tête des bouteilles en verre a été rincé avec un mélange gazeux de 80% de N2 et de
20% de CO2 pour assurer des conditions anaérobiques et empêcher le changement de pH dans
la phase liquide. Toutes les expériences ont utilisé un milieu anaérobique basé sur Angelidaki
et al. [25] et Bastidas-Oyanedel et al. [28]. Des échantillons de gaz de 0,5 ml ont été prélevés
du volume de tête du sérum à l'aide d'une seringue de 1 ml à valve de verrouillage. Le
biométhane a été mesuré à l'aide d'un chromatographe gazeux (instrument GC SRI, SRI
8610C avec une colonne de gel de silice de 3 pouces) équipé d'un détecteur à ionisation de
flamme (FID), d'une température de four de 80 ° C, d'hélium comme gaz vecteur à 10 ml /
minute et d'hydrogène à 25 mL / minute et 25 psi, pour produire la flamme requise pour le
FID. Le GC / FID a été calibré en utilisant des étalons de méthane à température ambiante.
Cinq concentrations de méthane différentes ont été utilisées pour obtenir une courbe
d'étalonnage linéaire. Des mesures d'étalons internes de méthane ont été effectuées avant et
après la mesure de la série d'échantillons inconnue. Par conséquent, l'échantillonnage des gaz
a également été effectué à température ambiante (20 ° C).

Un prétraitement thermique a été effectué à 120 ℃ pendant 30 minutes (voir l'annexe A pour
courbe de chauffe), en autoclave. Les substrats pré-pesés et les milieux anaérobiques (voir
section 2.3) ont été ajoutés aux bouteilles en verre. Ces bouteilles en verre ont été fermées et
placées dans l'autoclave pour le prétraitement thermique. L'inoculation des déchets prétraités
thermiquement a été effectuée après refroidissement en ajoutant l'inoculum aux bouteilles en
verre (voir section 2.3). Le facteur de sévérité calculé du prétraitement thermique, log (Ro)
[29, 30], pour cette condition était de 2,3. Le log (Ro) a pris en compte les courbes
d'échauffement et de refroidissement, ainsi que la température de consigne et le temps de
traitement. Voir l'annexe A pour le calcul du facteur de sévérité.

Prétraitement thermique

Un prétraitement thermique a été effectué à 120 ℃ pendant 30 minutes (voir l'annexe A pour
courbe de chauffe), en autoclave. Les substrats pré-pesés et les milieux anaérobiques (voir
section 2.3) ont été ajoutés aux bouteilles en verre qui ont été fermées et placées dans
l'autoclave pour le prétraitement thermique. L'inoculation des déchets prétraités
thermiquement a été effectuée après refroidissement en ajoutant l'inoculum aux bouteilles en
verre (voir section 2.3). Le facteur de gravité calculé du prétraitement thermique, log (Ro)
[29, 30], pour cette condition était de 2,3. Le log (Ro) a pris en compte les courbes
d'échauffement et de refroidissement, ainsi que la température de consigne et le temps de
traitement. Voir l'annexe A pour le calcul du facteur de gravité

Analyse des données potentielles du biométhane

L'analyse des données cinétiques des expériences de potentiel de biométhane a été réalisée en
utilisant deux modèles mathématiques : le modèle de Gompertz [17, 31] et un modèle de
Gompertz modifié [2, 32–35]. Les deux modèles ont été utilisés pour simuler la production
expérimentale de biométhane (mL_CH4 / g_VS), le taux de production de méthane (mL_CH4
/ (g_VS * jour)), et également pour estimer le taux de production maximal de méthane
(mL_CH4 / (g_VS * jour)). L'analyse des données a été effectuée à l'aide de Microsoft
Excel® et de son outil de résolution. Le modèle de Gompertz est décrit dans l'équation 1, et le
modèle de Gompertz modifié est décrit dans Équation 2.

où B est la production de méthane au temps t (mL_CH4 / g_VS), P est la production


maximale de méthane (mL_CH4 / g_VS), Rm est le taux de production maximal de méthane
(mL_CH4 / (g_VS * jour)), λ est le temps de latence (jour), t est l'heure (jour) et e correspond
à exp (1), égal à 2,7183.
Pour chaque déchet, le rapport de potentiel biométhane, FN [17], a été utilisé en vue de
comparer les déchets traités thermiquement et ceux non traité.

Résultats et discussion

Caractérisation des matériaux

Les cinq déchets d'abattoir et les boues anaérobies utilisées pour l'inoculum ont été
caractérisés (voir tableau 1) Les valeurs de Tout-solides (TS) et de solides-volatiles (VS) sont
exprimées en pourcentage sur le poids des échantillons. Les valeurs VS sont utilisées pour le
calcul de potentiel de biométhane. Les sucres (glucane et xylane), la lignine klason, les
cendres structurelles et la teneur en extraction sont exprimés en pourcentage par rapport à la
TS. Comme prévu, les déchets de sang mélangé avaient des valeurs nulles pour les sucres, les
cendres structurelles de lignine et les extractifs.

Potentiel de biométhane

Les rendements cumulés en biométhane (ml CH4 / g VS ajoutés) pour les cinq déchets
d'abattoir soustrait du biométhane de l'inoculum sont présentés dans la figure 1. En outre, le
rendement cumulé en méthane pour les déchets prétraités soustrait du biométhane de
l'inoculum est présenté ci-dessous. La figure 1 montre respectivement la production simulée
de biométhane des biomasses selon le modèle de Gompertz et selon le modèle de Gompertz
modifié. Notez que les échelles des différentes parcelles de la figure 1 sont différentes, afin de
mieux présenter la cinétique du biométhane de chaque déchet.

Figure 1 : Cinétique cumulative du biométhane pour les déchets d'abattoir sélectionnés des
régions arides non traités et traités thermiquement, a soustrait le méthane de l'inoculum, et sa
simulation par Gompertz et les modèles Gompertz modifiés. Veuillez noter les différentes
d’échelles.

La cinétique du taux de production de méthane pour les 5 déchets, non traités et traités
thermiquement, et les résultats simulés en utilisant le modèle Gompertz et le modèle
Gompertz modifié sont donnés dans la figure 2. Veuillez noter les différentes échelles

Figure 2: Cinétique du taux de production de méthane pour les déchets d’abattoir sélectionnés
des régions arides non traités et traités thermiquement, et sa simulation selon le modèle de
Gompertz et de Gompertz modifié. Veuillez noter les différentes échelles.
Le potentiel de biométhane déterminé expérimentalement pour chaque déchet non traité et
traité thermiquement en plus du FN (rapport entre le BMP traité thermiquement et le BMP
non traité, voir la section 2.5) est donné dans la figure 3A. Les taux maximaux de production
de biométhane (Rm) pour tous les déchets déterminés selon le modèle Gompertz et le modèle
Gompertz modifié sont indiqués sur la figure 3B.

Figure 3: A, résumé du potentiel de biométhane (BMP) des déchets d'abattoir des régions
arides non traités et traités thermiquement, rapport BMP entre les déchets non traités (FN) et
B, taux maximum de production de méthane (Rm) selon le Gompertz et modèles Gompertz
modifiés.

Dans les conditions testées, les BMP (figures 1 et 3A) des déchets non traités se situent dans
la plage de 100 à 130 (ml_CH4 / gVS) pour tous les excréments d’animaux. Les déchets
sanguins mélangés ont atteint une BMP de 176 (ml_CH4 / gVS). Le prétraitement thermique
a entraîné une augmentation de la BMP pour tous les déchets étudiés. La BMP la plus élevée,
440 (ml_CH4 / gVS), a été obtenue pour les déchets de sang mélangés traités thermiquement,
indiquant que le sang était entièrement digéré. Cela pourrait être dû au même phénomène des
aliments cuits, où la digestibilité est améliorée. Les BMP résiduels traités thermiquement sont
inférieurs à 300 (ml_CH4 / gVS).

Les valeurs FN montrent que pour la plupart des déchets, le prétraitement thermique a
entraîné une augmentation des BMP d'environ 150% (FN = 2,5), par rapport aux BMP des
déchets non traités. Les excréments de chameau ont été la seule exception, son traitement
thermique n'a entraîné qu'une augmentation de 33% du BMP.

Les valeurs actuelles pour les déchets non traités sont légèrement inférieures, mais toujours
comparables aux valeurs trouvées dans la littérature pour les déchets animaux des régions non
arides. Pages-Diaz et coll. [36] ont obtenu des potentiels de biométhane de l'ordre de 380 à
640 ml_CH4 / gVS, en utilisant des mélanges de rumen, sang et boyaux de vache, et un
mélange de fumier de porc, de cheval et de vache sous des conditions thermophiles de 50 ° C.
Les auteurs ont également obtenu un taux maximum expérimental de production de
biométhane compris entre 13 et 44 ml_CH4 / (gVS * d), similaires à ceux obtenus dans cette
étude (figure 2).

Cependant, ils ont réalisé les expériences dans des conditions thermophiles qui peuvent avoir
amélioré l'hydrolyse et par conséquent conduit à une BMP plus élevée.

Maranon et al. [1] ont obtenu des valeurs de BMP allant de 381 à 616 (ml_CH4 / gVS) lors de
la co-digestion de différents mélanges de fumier de bovins avec des déchets alimentaires, à 35
° C. Riggio et al. [35] ont obtenu des valeurs de BMP de 204-227 (ml_CH4 / gVS) pour la
litière de moutons et de chèvres, dans des conditions mésophiles. D'autres auteurs ont
présenté leur résultat dans différentes unités, c'est-à-dire ml_CH4 / gTS et ml_biogas / gTS,
ce qui rend la comparaison avec les résultats actuels difficile. Afin de comparer les différentes
valeurs, il a été considéré que VS correspond à 85% de TS, et que 70% de biogaz correspond
au méthane. Wang et al. [13] ont atteint 247 ml_CH4 / gVS (210 ml_CH4 / gTS) dans une
digestion anaérobique à deux étapes contenant du sang de bovins et d'un mélange de punch.
Afazeli et al. [37] ont obtenu des valeurs de BMP pour les bovins, les ovins et le sang (en
ml_CH4 / gVS) 494-660, 247-330, 247-494, respectivement (données originales en ml_biogas
/ gTS)

Les valeurs actuelles des déchets traités thermiquement sont comparables à la littérature.
Budde et al. [16] ont prédit pour le fumier de bovins prétraité thermo-barical des valeurs de
BMP de 160-340 ml_CH4 / gVS, lorsque le traitement est fait à une température de 140 à 220
° C pendant 5 minutes

La BMP et la FN maximale (1,7) ont été obtenues à 160 ° C. Ferreira et al. [17] ont obtenu un
maximum de BMP, 329 ml_CH4 / gVS, et FN de 2.07, lors du traitement du fumier de porc à
170°C pendant 30 minutes.

Ortega-Martinez et al. [34] ont obtenu un maximum de 500 ml_CH4 / gVS, avec un FN de
1,43 lors du traitement de la bouillie porcine à 170 ° C pendant 30 minutes. Le présent travail
montre qu'une FN plus élevée (2,5) peut être obtenue à des températures plus basses (120°C).
Les résultats de ces travaux mettent en évidence le fait que la valorisation des déchets
d'abattoirs des régions arides est possible. Cela permettra non seulement d'éviter les émissions
inutiles des gaz à effet de serre causé par le stockage de ces déchets dans les décharges [38],
mais aussi de générer des revenus, au lieu de seuls coûts, à partir de l'utilisation de l’énergie
produite par le biométhane [7, 3 39].

Une autre façon intéressante de générer des revenus à partir de ce type de déchets est la
production d'acides organiques et de biohydrogène par fermentation sombre [40–43] au lieu
de la production de biométhane.

Si un déchet organique est méthanisable, il peut également être traité dans différentes
conditions (fermentation sombre) pour changer la production du biométhane en acides
organiques et biohydrogène.

Les prix du marché des acides organiques se situent entre 400 et 2 500 USD / tonne [6, 8, 40]
contre 0,05-0,12 USD / tonne pour le gaz naturel (le biogaz peut être transformé pour avoir
des caractéristiques similaires au gaz naturel) [6]. ,

Ce qui fait du processus de fermentation sombre une option plus attrayante pour le traitement
des déchets organiques.

Les taux de production maximaux estimés de biométhane (Rm) sont différents (figure 3B). En
général, pour le même ensemble de données, le modèle Gompertz estime des valeurs Rm plus
élevées que le modèle Gompertz modifié.

Les données simulées à partir du modèle Gompertz modifié semblent plus proches des
données expérimentales (figures 1 et 2) que le modèle Gompertz.

Ceci est plus clair lorsque l'on compare les données simulées et expérimentales de la figure 2.
Le tableau 2 présente une analyse du coefficient de détermination (R2) pour les données
simulées de Gompertz et de Gompertz modifiées par rapport aux données expérimentales,
pour la production cumulative de biométhane (figure 1) et pour le taux de production de
biométhane (figure 2).
Sur la base du coefficient de détermination calculé, le modèle de Gompertz modifié semble
fournir une meilleure simulation de la production cumulée de biométhane et du taux de
production de biométhane.

Quoi qu'il en soit, des tentatives de modélisation plus sophistiquées ont été faites par d'autres
auteurs [44, 45], ainsi qu'une analyse statistique avancée [36].

CONCLUSION

Le présent travail porte sur le potentiel de biométhane (BMP) des déchets d'abattoirs des
régions arides. Cinq déchets ont été sélectionnés : bouse de chameau, bouse de mouton, bouse
de chèvre, bouse de bovin et déchets de sang mélangés. La BMP a été déterminée
individuellement pour chacun des déchets. Un prétraitement thermique des 5 déchets, à 120 °
C pendant 30 minutes, a été effectué pour déterminer l’ampleur de l'amélioration des BMP.

Le prétraitement thermique a généralement donné lieu à une augmentation de 150% par


rapport aux déchets non traités. Les BMP des déchets d'abattoir des régions arides sont
comparables à celles des déchets animaux des régions non arides. Le potentiel maximum de
biométhane a été obtenu pour des déchets de sang mélangé traités thermiquement, 442
ml_CH4 / gVS. Les résultats expérimentaux ont été analysés par le modèle de Gompertz et le
modèle de Gompertz modifié. L’analyse a montré que le modèle de Gompertz modifié simule
de manière plus précise les données expérimentales. Les résultats mettent en évidence le
potentiel de production du biométhane à partir de déchets d'abattoir dans les régions arides.