Vous êtes sur la page 1sur 16

I. Chapitre 1 ...........................................................................................................................

2
II. Introduction : ............................................................................................................... 2
1. Définition maintenance : ................................................................................................. 2
2. La Fonction Maintenance : .............................................................................................. 2
3. Les Méthodes : ................................................................................................................ 4
a. La maintenance corrective : ............................................................................................ 5
b. La maintenance préventive :............................................................................................ 5
5. But de la maintenance préventive : ................................................................................. 5
c. La maintenance préventive systématique : ...................................................................... 6
d. La maintenance préventive conditionnelle : .................................................................... 6
7. Les opérations de maintenance corrective : .................................................................... 7
8. Les opérations de maintenance préventive : ................................................................... 8
9. Les 5 Niveaux de maintenance ........................................................................................ 9
III. Chapitre 2 ...................................................................................................................... 11
1. Qu'est-ce que la gestion de la maintenance ? ................................................................ 11
2. L’objectif de la gestion de la maintenance: .................................................................. 11
3. Exemples de gestion de la maintenance ........................................................................ 12
4. Types de gestion de la maintenance .............................................................................. 12
1) Basé sur le temps ................................................................................................... 12
2) Prédictif .................................................................................................................. 12
3) Basé sur la condition .............................................................................................. 12
4) Courir à l'échec ...................................................................................................... 13
5. La demande d’intervention ou demande de travail(DT) : ............................................. 13
6. Les différents circuits des DT : ..................................................................................... 13
7. L’ordre de Travail(OT) : ............................................................................................... 14
8. Le Bon de Travail (BT) ou compte rendu d’intervention : ........................................... 14
9. Exploitation des documents : ........................................................................................ 14
10. Avantages de la gestion de la maintenance ............................................................... 15
IV. Conclusion ................................................................................................................. 16
I. Chapitre 1

II. Introduction :
La gestion de la maintenance est importante pour assurer l'amélioration constante des
performances des équipements, en garantissant un fonctionnement de qualité dans des
conditions sûres pour les personnes et l'environnement (Jiang, 2015). Selon Rausand et Hoyland
(2004), en ce qui concerne un système réparable, l'objectif de la maintenance est de le restaurer
si nécessaire, mais surtout de rechercher l'amélioration de la fiabilité du système. Ainsi,
l'analyse de fiabilité d'un système fournit des informations sur son processus de défaillance,
aidant à comprendre le fonctionnement du système et à quoi s'attendre de ses performances
pour mieux ajuster la planification de la maintenance (Barringer, 2004). Birolini (2004)
souligne que l'analyse de fiabilité est liée au coût et à l'efficacité du système. Il fournit des
indicateurs importants pour la prise de décision dans la gestion de la maintenance afin
d'atteindre la meilleure utilité possible des équipements et des systèmes, car une plus grande
fiabilité conduit en général à un coût d'exploitation inférieur
Pourquoi la gestion de la maintenance est-elle importante?
1. Définition maintenance :
La maintenance est l'ensemble des actions techniques, administratives et de
management durant le cycle de vie d'un bien, destinées à le maintenir ou à le rétablir dans un
état dans lequel il peut accomplir sa fonction requise
2. La Fonction Maintenance :
La fonction maintenance peut être considérée comme un ensemble d'activités regroupées en
deux sous-ensembles: les activités à dominante technique et les activités à dominante de
gestion (figure 1.1).
Domaine technique

Domaine gestion

Figure 1.1: les différentes tâches contenues dans la fonction maintenance


Chacune de ces composantes est constituée de tâches bien précises dont certaines sont
Assurées par plusieurs sous-fonctions. Pour simplifier nous désignerons les sous-fonctions par
fonctions.
C'est ainsi que nous pouvons distinguer les fonctions ci-après:
> La fonction Préparation;
> La fonction Ordonnancement;
> La fonction Réalisation;
> La fonction Gestion du Service Maintenance.
a) La fonction Préparation :
C'est la fonction qui est chargée de prévoir, définir et réaliser les conditions optimales
d'exécution d'un travail. Le figure 1.2 ci-dessous nous montre que, pour une tâche donnée, la
Préparation consiste a définir des moyens humains et matériels et à éditer des documents
opérationnels

Figure 1.4 : organigramme des opérations de maintenance

b) La fonction Ordonnancement:

C'est la fonction qui est chargée de gérer les temps d'activités. Ainsi elle occupe une position
chronologique entre la fonction Préparation et la fonction Réalisation
c) La fonction préparation affecte une durée:
La fonction ordonnancement planifie l'intervention en précisant la date
et heure de début :
La fonction réalisation, au moment choisi par l'ordonnancement, 1
suivant les prescriptions de la préparation, la met en œuvre:
d) La fonction Réalisation:

Cette fonction assure des missions importantes qui peuvent être classer
en cinq niveaux.
 Mission et activités:

La mission de cette fonction est d'utiliser les moyens mis à disposition, suivant les procédures
définies, pour remettre le matériel dans l'état spécifié. A ce titre cette fonction
peut-être appeler à effectuer des:
 Actions sur du matériel non en service comme participer à l'installation, la mise en service,
réglage ... ;
 Opérations de maintenance corrective telle que des tests, diagnostic, dépannage,

réparation, remplacement ;
 Des opérations de maintenance préventive: ronde (de graissage par exemple),

révision, rénovation et reconstruction.

3. Les Méthodes :
Le diagramme suivant synthétise selon la norme NF X 60-000 les méthodes de maintenance
Figure 1.3 : diagramme des méthodes de maintenance

a. La maintenance corrective : Définitions (extraits normes NF X 60-010) :


Appelée parfois curative (terme non normalisé) a pour objet de redonner au matériel des
qualités perdues nécessaires à son utilisation.
Les défauts, pannes ou avaries diverses exigeant une maintenance corrective entraînent une
indisponibilité immédiate ou à très brève échéance des matériels affectés et/ou une
dépréciation en quantité et/ou qualité des services rendus.
 Défaillance: altération ou cessation de l’aptitude d’un bien à accomplir la fonction
requise. Il existe 2 formes de défaillance :
A. Défaillance partielle : altération ou dégradation de l’aptitude d’un bien à
accomplir la fonction requise.
B. Défaillance complète : cessation de l’aptitude d’un bien à accomplir la fonction
requise.
b. La maintenance préventive : Maintenance effectuée selon des critères
prédéterminés, dont l’objectif est de réduire la probabilité de défaillance d’un bien ou
la dégradation d’un service rendu.
Elle doit permettre d’éviter les défaillances des matériels en cours d’utilisation.
L’analyse des coûts doit mettre en évidence un gain par rapport aux défaillances
qu’elle permet d’éviter.
5. But de la maintenance préventive :
 Augmenter la durée de vie des matériels
 Diminuer la probabilité des défaillances en service
 Diminuer les temps d’arrêt en cas de révision ou de panne
 Prévenir et aussi prévoir les interventions coûteuses de maintenance corrective
 Permettre de décider la maintenance corrective dans de bonnes conditions
 Éviter les consommations anormales d’énergie, de lubrifiant, de pièces détachées, etc.
 Améliorer les conditions de travail du personnel de production
 Diminuer le budget de maintenance
 Supprimer les causes d’accidents graves
c. La maintenance préventive systématique :
Maintenance préventive effectuée selon un échéancier établi selon le temps ou le nombre
d’unités d’usage (produites). Même si le temps est l’unité la plus répandue, d’autres unités
peuvent être retenues telles que : la quantité de produits fabriqués, la longueur de produits
fabriqués, la distance parcourue, la masse de produits fabriqués, le nombre de cycles
effectués, etc.
Cette périodicité d’intervention est déterminée à partir de la mise en service ou après une
révision complète ou partielle.
Cette méthode nécessite de connaître :
o Le comportement du matériel
o Les modes de dégradation
o Le temps moyen de bon fonctionnement entre 2 avaries
Remarque : de plus en plus, les interventions de la maintenance systématique se font par
échanges standards.
d. La maintenance préventive conditionnelle :
Maintenance préventive subordonnée à un type d’événement prédéterminé (auto
diagnostic, information d’un capteur, mesure d’une usure, etc.).
Remarque : la maintenance conditionnelle est donc une maintenance dépendante de
l’expérience et faisant intervenir des informations recueillies en temps réel.
On l’appelle aussi maintenance prédictive (terme non normalisé).
La maintenance préventive conditionnelle se caractérise par la mise en évidence des points
faibles. Suivant le cas, il est souhaitable de les mettre sous surveillance et, à partir de là, de
décider d’une intervention lorsqu’un certain seuil est atteint. Mais les contrôles demeurent
systématiques et font partie des moyens de contrôle non destructifs.
Tous les matériels sont concernés. Cette maintenance préventive conditionnelle se fait par
des mesures pertinentes sur le matériel en fonctionnement.
Les paramètres mesurés peuvent porter sur :
o Le niveau et la qualité de l’huile
o Les températures et les pressions
o La tension et l’intensité des matériels électriques
o Les vibrations et les jeux mécanique
o Etc.
Certaines méthodes comme l’analyse vibratoire, l’analyse d’huile, ... sont très riches quant
aux informations recueillies. Leur compréhension autorise la prise à bon escient, de décisions
qui sont à la base d’une maintenance préventive conditionnelle.
La surveillance est soit périodique, soit continue
 Avantage :
la connaissance du comportement se fait en temps réel à condition de savoir interpréter les
résultats. A ce niveau, l’informatique prend une place primordiale.
Le matériel nécessaire pour assurer la maintenance préventive conditionnelle devra être
fiable pour ne pas perdre sa raison d’être. Il est souvent onéreux, mais pour des cas bien
choisis il est rentabilisé rapidement.
Cette méthode de maintenance, pour être efficace, doit dans tous cas être comprise et
admise par les responsables de production et avoir l’adhésion de tout le personnel.
Ces méthodes doivent être dans la mesure du possible standardisées entre les différents
secteurs (production et périphériques) ; ce qui n’exclut pas l’adaptation essentielle de la
méthode au matériel.
Avec l’évolution actuelle des matériels et leurs tendances à être de plus en plus fiables, la
proportion des pannes accidentelles sera mieux maîtrisée. La maintenance préventive
diminuera quantitativement d’une façon systématique mais s’améliorera qualitativement par
la maintenance conditionnelle.
Les Opérations de maintenance :
Ne sont vues ici que les opérations essentielles. Pour le reste, se référer à la norme NF X 60-
010
7. Les opérations de maintenance corrective :
a. Le dépannage :
Action sur un bien en panne, en vue de le remettre en état de fonctionnement. Compte tenu
de l’objectif, une action de dépannage peut s’accommoder de résultats provisoires
(maintenance palliative) avec des condition de réalisation hors règles de procédures, de coûts
et de qualité, et dans ce cas sera suivie de la réparation.
Le dépannage n’a pas de conditions d’applications particulières. La connaissance du
comportement du matériel et des modes de dégradation sont à la base d’un bon diagnostic et
permettent souvent de gagner du temps.
Souvent, les opérations de dépannage sont de courtes durées mais peuvent être
nombreuses. De ce fait, les services de maintenance soucieux d’abaisser leurs dépenses
tentent d’organiser les actions de dépannage. Certains indicateurs de maintenance (pour en
mesurer son efficacité) prennent en compte le problème du dépannage. Ainsi, le dépannage
peut être appliqué par exemple sur des équipements fonctionnant en continu dont les
impératifs de production interdisent toute visite ou intervention à l’arrêt.
b. La réparation :
Intervention définitive et limitée de maintenance corrective après panne ou défaillance.
L’application de la réparation peut être décidée soit immédiatement à la suite d’un incident
ou d’une défaillance, soit après un dépannage, soit après une visite de maintenance préventive
conditionnelle ou systématique.
Remarque : la réparation correspond à une action définitive. L’équipement réparé doit
assurer les performances pour lesquelles il a été conçu.
Tous les équipements sont concernés.
8. Les opérations de maintenance préventive :
 Les inspections :
Activités de surveillance consistant à relever périodiquement des anomalies et exécuter
des réglages simples ne nécessitant pas d’outillage spécifique, ni d’arrêt de l’outil de
production ou des équipements.
 Les visites :
Opérations de surveillance qui, dans le cadre de la maintenance préventive systématique,
s’opèrent selon une périodicité déterminée. Ces interventions correspondent à une liste
d’opérations définies préalablement qui peuvent entraîner des démontages d’organes et une
immobilisation du matériel. Une visite peut entraîner une action de maintenance corrective.
 Les contrôles :
Vérifications de conformité par rapport à des données préétablies suivies d’un jugement. Le
contrôle peut :
o Comporter une activité d’information
o Inclure une décision : acceptation, rejet, ajournement
o Déboucher comme les visites sur des opérations de maintenance corrective
Les opérations de surveillance (contrôles, visites, inspections) sont nécessaires pour maîtriser
l’évolution de l’état réel du bien. Elles sont effectuées de manière continue ou à des intervalles
prédéterminés ou non, calculés sur le temps ou le nombre d’unités d’usage.
Autres opérations :
 Révision :
Ensemble des actions d’examens, de contrôles et des interventions effectuées en vue
d’assurer le bien contre toute défaillance majeure ou critique, pendant un temps ou pour un
nombre d’unités d’usage donné.
Il faut distinguer suivant l’étendue des opérations à effectuer les révisions partielles et les
révisions générales. Dans les 2 cas, cette opération nécessite la dépose de différents sous-
ensembles.
Le terme révision ne doit en aucun cas être confondu avec les termes visites, contrôles,
inspections.
Les 2 types d’opérations définis (révision générale ou partielle) relèvent du 4ème niveau de
maintenance.
 Les échanges standards :
Reprise d’une pièce ou d’un organe ou d’un sous-ensemble usagé, et vente au même client
d’une pièce ou d’un organe ou d’un sous-ensemble identique, neuf ou remis en état
conformément aux spécification du constructeur, moyennant le paiement d’une soulte dont le
montant est déterminé d’après le coût de remise en état.
Soulte : somme d’argent qui, dans un échange ou dans un partage, compense l’inégalité de
valeur des biens échangés.
9. Les 5 Niveaux de maintenance
1er Niveau :
Réglages simples prévus par le constructeur au moyen d'éléments accessibles sans aucun
démontage ou ouverture de l'équipement, ou échanges d'éléments consommables accessibles
en toute sécurité, tels que voyants ou certains fusibles, etc.
Commentaire : Ce type d'intervention peut être effectué par l'exploitant du bien, sur place,
sans outillage et à l'aide des instructions d'utilisation. Le stock de pièces consommables
nécessaires est très faible.
2ème Niveau :
Dépannages par échange standard des éléments prévus à cet effet et opérations mineures de
maintenance préventive, telles que graissage ou contrôle de bon fonctionnement
Commentaire : Ce type d'intervention peut être effectué par un technicien habilité de
qualification moyenne, sur place, avec l'outillage portable défini par les instructions de
maintenance, et à l'aide de ces mêmes instructions.
On peut se procurer les pièces de rechange transportables nécessaires sans délai et à proximité
immédiate du lieu d'exploitation.
Note : Un technicien est habilité lorsqu'il a reçu une formation lui permettant de travailler en
sécurité sur une machine présentant certains risques potentiels, et est désigné pour l'exécution
des travaux qui lui sont confiés, compte tenu de ses connaissances et de ses aptitudes.
3ème Niveau :
Identification et diagnostic des pannes, réparations par échange de composants ou d'éléments
fonctionnels, réparations mécaniques mineures, et toutes opérations courantes de maintenance
préventive telles que réglage général ou réalignement des appareils de mesure. Commentaire :
Ce type d'intervention peut être effectué par un technicien spécialisé, sur place ou dans le local
de maintenance, à l'aide de l'outillage prévu dans les instructions de maintenance ainsi que des
appareils de mesure et de réglage, et éventuellement des bancs d'essais et de contrôle des
équipements et en utilisant l'ensemble de la documentation nécessaire à la maintenance du bien
ainsi que les pièces approvisionnées par le magasin.
4ème Niveau :
Tous les travaux importants de maintenance corrective ou préventive à l'exception de la
rénovation et de la reconstruction. Ce niveau comprend aussi le réglage des appareils de
mesure utilisés pour la maintenance, et éventuellement la vérification des étalons de travail
par les organismes spécialisés.
Commentaire : Ce type d'intervention peut être effectué par une équipe comprenant un
encadrement technique très spécialisé, dans un atelier spécialisé doté d'un outillage général
(moyens mécaniques, de câblage, de nettoyage, etc.) et éventuellement des bancs de mesure et
des étalons de travail nécessaires, à l'aide de toutes documentations générales ou particulières.

5ème Niveau :
Rénovation, reconstruction ou exécution des réparations importantes confiées à un atelier
central ou à une unité extérieure.
Commentaire : par définition, ce type de travail est donc effectué par le constructeur, ou par
le reconstructeur, avec des moyens définis par le constructeur et donc proches de la
fabrication.

Figure 1.4 : organigramme des opérations de maintenance


III. Chapitre 2

1. Qu'est-ce que la gestion de la maintenance ?


La gestion de la maintenance est le processus de maintenance des actifs et des ressources
d'une entreprise. Le but est de garantir que la production se déroule efficacement et que les
ressources sont utilisées efficacement.
La gestion de la maintenance est l'un de ces aspects de la gestion d'une entreprise qui n'est
généralement pas étudié en profondeur. Les personnes extérieures au secteur de la maintenance
peuvent ne pas réaliser combien de temps et d'efforts sont consacrés à la circulation des produits
à travers les chaînes d'approvisionnement vers le monde en général. Allons en profondeur sur
ces processus importants et comprenons pourquoi ils sont importants.
2. L’objectif de la gestion de la maintenance:
L'objectif est de garantir que la production se déroule efficacement et que le minimum de
ressources soit gaspillé. Ceci est généralement accompli par une combinaison sur mesure de
logiciels, de pratiques et de personnel qui se concentrent sur la réalisation de ces objectifs.
Les cinq objectifs principaux sont:
 Budgétisation
 Planification des travaux
 Conformité à la réglementation
 Optimiser le travail
 Améliorer la sécurité
 Budgétisation
Les responsables de la maintenance travaillent généralement avec un budget limité et ils
peuvent avoir de nombreux éléments différents qui ont besoin de ce budget. Lorsqu'il y a une
plus grande transparence budgétaire, il existe un plus grand potentiel de mobilisation des fonds
disponibles.
 Planification des travaux
La planification des employés et du personnel est toujours un exercice d'équilibre délicat.
Lorsque l'équipement n'est pas entretenu, le calendrier de l'entreprise peut être rapidement
déséquilibré. Cet objectif a un impact sur bien plus d'aspects de l'entreprise que la gestion de la
maintenance.
 Conformité à la réglementation
Il est facile de perdre la trace de toutes les réglementations que vous devez suivre dans votre
entreprise. Cependant, la plupart de ces réglementations ne changent pas souvent et peuvent
être suivies assez facilement. Les équipes de gestion de la maintenance de qualité et les logiciels
gardent les informations nécessaires pour se conformer aux réglementations à portée de main.
 Optimiser le travail
Un équipement bien entretenu optimise tous les flux de travail impliquant l'équipement. À son
tour, cela optimise l'efficacité des employés et la productivité de l'entreprise. Dans des
circonstances idéales, cela crée une boucle d'optimisation et d'efficacité au service de
l'ensemble de l'entreprise.
 Améliorer la sécurité
Enfin, les niveaux de sécurité augmentent lorsque la maintenance est correctement gérée.
L'équipement tombe en panne moins souvent, les emplacements sont mieux entretenus et les
petits risques, tels que les planchers et les étagères mal nettoyés, sont traités en temps
opportun.
3. Exemples de gestion de la maintenance
Quels sont les résultats lorsque l'entretien a été négligé et quand il a été correctement
effectué? Examinons des exemples de pratiques de gestion de la maintenance et leurs
résultats.
Ingrédients alimentaires Simmons
Le premier programme de lubrification de la société Simmons Feed Ingredients a fonctionné
assez bien. Cependant, quand ils ont essayé de changer le mélange d'huile utilisé, l'entreprise
a dû se démener pour rattraper son retard.
Suite à cette mauvaise décision, il a fallu plus de trois quarts de journée de maintenance pour
remettre l'installation en service. Cela a coûté beaucoup de temps et de ressources à
l'entreprise, y compris l'embauche d'un consultant externe pour effectuer les évaluations
nécessaires afin de les remettre sur la bonne voie.
4. Types de gestion de la maintenance
La gestion de la maintenance n'est pas toujours la même. Cependant, ce n'est pas
nécessairement le plus intuitif non plus. Voici quelques-uns des différents types de gestion de
la maintenance et leurs rôles pour les entreprises.
1) Basé sur le temps
La maintenance basée sur le temps est un terme générique utilisé pour décrire toute
maintenance basée sur le calendrier. Les exemples incluent les tâches quotidiennes,
hebdomadaires, mensuelles et plus qui doivent être effectuées en même temps, à chaque fois.
2) Prédictif
La maintenance prédictive est un type de maintenance conditionnelle qui surveille
spécifiquement l'état des actifs à l'aide de capteurs. Ces capteurs envoient des données à une
base de données centrale afin que les utilisateurs puissent voir ce qui se passe en temps réel.
3) Basé sur la condition
Semblable à la maintenance basée sur le temps, la maintenance basée sur les conditions est
une autre grande catégorie de gestion générale de la maintenance. Il est défini par l'utilisation
de capteurs sur les actifs et équipements de l'entreprise.
4) Courir à l'échec
Le type de gestion de la maintenance le plus simple ( maintenance en cas de panne ) est peut-
être basé sur les réactions. Lorsqu'un actif tombe en panne, cette maintenance est effectuée
pour le remettre en marche et le réactiver.
5. La demande d’intervention ou demande de travail(DT) :
Toute intervention est déclenchée par une demande d’intervention ou demande de travail
(DT). Ce document est à formuler pour tous types de travaux : travaux de maintenance
(urgent ou non), travaux d’amélioration, travaux d’intégration d’un bien (cette demande peut
être plus ou moins renseignée suivant le type de travail et l’activité de l’entreprise).
La demande d’intervention est émise par un service de l’entreprise vers le service
maintenance. La demande d’intervention doit contenir un minimum d’informations :

Un numéro de demande
Le lieu géographique de l’intervention
Le n° machine
Le nom du demandeur et son service
La date et l’heure de la demande
Un commentaire décrivant le motif de la demande
L’état de l’équipement au moment de la demande. Si arrêt, indiquer l’heure d’arrêt
Un critère d’urgence
6. Les différents circuits des DT :
Le circuit est fonction de l’urgence :
Urgence U1 (non planifiable)
DT à traiter le plus rapidement possible (cout indisponibilité important ou problème de sécurité)
La procédure à utiliser est de type appel urgent (téléphone, bip, transmission orale…)
La DT est redirigée quand le demandeur a joint le dépanneur
Un compte rendu d’intervention sera rédigé par le dépanneur.
Urgence U2 (planifiable)
Le délai est inférieur ou égal à la semaine
La DT est rédigée et envoyée à l’ordonnancement qui vérifie le respect du délai
(approvisionnement ou préparation structurée si nécessaire) ; nomme un responsable qui fera
une préparation simplifiée si nécessaire, l’exécution et le suivi du travail ; transmet la DT au
chef d’équipe du secteur ; un compte rendu d’intervention sera rédigé par l’intervenant.
Urgence U3 ou U4 (planifiable)
Le délai concerne soit le prochain arrêt programmé (U3), soit la prochaine révision (U4).
La DT est rédigée et envoyée à l’ordonnancement qui fera préparer l’intervention (fonction
méthodes) et l’approvisionnement ; programmera (date de début et fin) et lancera l’intervention
(grâce à un OT et BT) L’expérience montre des abus dans le choix du niveau d’urgence.
Certains critères doivent être pris en compte :
Criticité des machines du procès, état après défaillance (fct ralenti, perturbé, interrompu),
impact sur la sécurité
7. L’ordre de Travail(OT) :
L'OT est la fiche d'ordonnancement qui comporte tous les éléments relatifs à la programmation
et au lancement :
Les intervenants (nombre – qualification)
Les consignes de sécurité particulières
Les pièces à changer
Les outillages spécifiques et les documents nécessaires
Les consignes de travail
Date et heure de début d’intervention
Temps alloué
Budget alloué
8. Le Bon de Travail (BT) ou compte rendu d’intervention :
Le BT est l'imprimé de l'interface "méthodes-réalisation". Tous les éléments relatifs à la
quantification et à la qualification du travail y figurent, de façon à permettre la valorisation du
bon (estimation du coût de maintenance, coût de l'intervention). Il doit contenir un minimum
d’information :
Date et heure de fin d’intervention
Durée de l’intervention
Temps d’immobilisation
Pièces changées
Commentaires de maintenance (travail réalisé, suite à donner, remarques)
9. Exploitation des documents :
Toutes les informations renseignées peuvent être réutilisées si une défaillance analogue se
produit pour améliorer la fiabilité, la maintenabilité, la méthode de maintenance.
Analyse des temps (durée travaux, temps d’indisponibilité, temps attente maintenance, temps
de fonctionnement)
Analyse des coûts (coûts de maintenance, coût d’indisponibilité, coûts de défaillance)
Analyse des défaillances (études de fiabilité)
Analyse des commentaires (travail effectué, problèmes rencontrés, suite à donner
éventuellement

10. Avantages de la gestion de la maintenance


Avant d'entrer dans les détails des avantages de la gestion de la maintenance, il convient de
souligner que bon nombre de ces résultats sont positifs pour les objectifs généraux de la gestion
de la maintenance. Ce n'est pas une coïncidence; lorsque les objectifs sont atteints, ces
bénéfices se répercutent sur l'ensemble de l'entreprise concernée.
1) Économies de coûts
Mesurer et analyser régulièrement vos actifs vous permet également de voir où des
améliorations devront être apportées. Ces coûts peuvent être calculés bien avant le besoin,
permettant à l'entreprise de trouver le meilleur prix pour des actifs nouveaux et / ou améliorés.
2) Améliorez la sécurité au travail
Un équipement correctement entretenu et des installations bien entretenues préviennent plus
d'accidents des employés que la plupart des autres mesures de sécurité des entreprises. Cela est
particulièrement vrai au quotidien.
3) Améliorez la productivité
Lorsque les lieux de travail sont plus sûrs, les employés n'ont pas à se soucier d'autant de risques
quotidiens, en particulier ceux dus à l'équipement. Cela a un impact direct sur la productivité
globale.
4) Minimise l'erreur humaine
Une installation bien entretenue diminue également les risques d'erreur humaine. Cela est
particulièrement vrai lorsque les aspects de la maintenance deviennent automatisés.
11. Découvre les tendances de maintenance
Enfin, un système de gestion de la maintenance de qualité révèle ce qui se passe exactement au
jour le jour. Si un actif, un élément d'infrastructure ou un autre élément clé du fonctionnement
de votre entreprise est constamment sous-performant, vous trouverez le défaut beaucoup plus
rapidement.
12. Points clés à retenir
Que devons-nous en retirer?
 La gestion de la maintenance est le processus de maintien des actifs et des ressources
de l'entreprise.
 Son objectif principal est de rationaliser les processus de l'entreprise et de protéger les
actifs
 Les exemples abondent à la fois de la gestion de la maintenance effectuée correctement
et incorrectement.
 Il existe plusieurs types de gestion de la maintenance
 Les solutions de gestion de la maintenance valent l'investissement initial et le temps
qu'elles mettent en place pour que votre entreprise atteigne son plein potentiel.
13. Quelle est l'étendue de la gestion de la maintenance?
La portée de la gestion de la maintenance couvre tous les aspects de la maintenance dans tous
les domaines qui nécessitent une maintenance.

14. Quelles sont les techniques de gestion de la maintenance?


Celles-ci varient selon les besoins et l'entreprise qui les utilise, mais certaines techniques de
base de la gestion de la maintenance incluent l'optimisation de l'efficacité, la protection des
actifs et la rationalisation des processus globaux.

.
IV. Conclusion
La gestion de la maintenance est importante car elle protège les actifs de l'entreprise de
manière réelle et tangible
Le but de la gestion de la maintenance est de maîtriser les ressources, le temps et les coûts d'une
entreprise pour assurer l'efficacité et l'adéquation des opérations de maintenance et éviter le
gaspillage de ressources ou les périodes d'indisponibilité dues à des équipements défectueux

Bibliographie

 Power point pour « DAVID LOPEZ »


 Mémoire pour «François MARMIER » Université de Franche-Comté, 2007. Français
 Livre de « Boualmi DRISS » éd. 2013
 Mémoire « Imad AZ » Gestion de la maintenance