Vous êtes sur la page 1sur 2

Paroisse Ste Marie des Vignes : Blacé * Cercié * Charentay * Cogny * Denicé * Lacenas

Le Perréon * Montmelas St Sorlin * Odenas * Rivolet * St Cyr le Chatoux * Saint Etienne des Oullières *
St Etienne la Varenne * St Julien * St Lager * Salles Arbuissonnas * Vaux en Beaujolais *

Feuille d’annonces N°26/2020


Semaine du samedi 27 juin au dimanche 5 juillet 2020
Le 28 juin : 13ième du Dimanche du Temps Ordinaire l’Année A
HORAIRES et INTENTIONS de MESSES
Date Heure Eglise Intentions
Joseph TRONCY et les défunts de sa
9h00 Denicé famille
Laurence et Antoine BLAIN
Dimanche 28 juin
13ième dimanche du temps ordinaire Paul CHOPIN et les défunts de sa famille
Pour une intention particulière
10h30 Les Oullières Suzanne et Jean DUTRAIVE et les
défunts de leur famille
Geneviève CHAPELLE et sa famille
Jeudi 2 juillet 8h30 Denicé
Vendredi 3 juillet 8h30 Les Oullières
Samedi 4 juillet 19h00 Cogny
9h00 Les Oullières
Dimanche 5 juillet
14ième dimanche du temps ordinaire 10h30 Denicé Rose POLOSSE

Lectures du 13ième dimanche du temps ordinaire:


1ière lecture : 2 Rois 4,8-11.14-16a ===== Psaume : 68
2ième lecture : Romains 5,12-15 ===== Evangile: Mathieu 10,37-42

Lectures du 14ième dimanche du temps ordinaire:


1ière lecture : Zacharie 9, 9-10 ===== Psaume : 144
2ième lecture : Romains 8,9.11-13 ===== Evangile: Mathieu 11,25-30

Funérailles :
- A été accompagné à l’église de Charentay : René FREMOND (72 ans)
- Un Temps de prière est prévu pour : France JARRY née JOURDAN (décédée pendant le confinement)
le 4 juillet à La Varenne à 14H30

Baptêmes :
- Dimanche 28 juin à Cercié à 10h30 : Lucie COUTAZ ; Lucas DEJAEGHERE ; Lucile MERLE

- Dimanche 5 juillet à Vaux à 10h30 : Ludivine HENRIQUET; Ethan CREGNIOT;


Victoire CHAINTREUIL;
Mathéo DUCREUX ;

Mariages :
Le 11 juillet : ■ Denicé à 15h 00 : Philippe FRIDISCH et Lara CHATELAIN
■ Cercié à 17h 00 : Yoann LANDRY et Sophie VUAILLE

Agenda :
- Samedi 4 juillet : Bibliothèque religieuse à Charentay de 14h00 à 16h00
- Mercredi 8 juillet de 14h00 à 16h00 : 3ème étape de baptême aux Oullières (Tanya)
- Mercredi 8 juillet : à 20h00 aux Oullières : réunion baptêmes
1ère des communions 2020 : Samedi 18 juillet 10h30 à Denicé
L’évangile de ce dimanche parle de choix...voici un commentaire du Père Marcel Domergue, jésuite, sur
un passage de Luc qui parle aussi du choix.

Choisir le Christ, c'est choisir d'aimer


Vivre c'est, appuyé sur le passé, s'ouvrir au nouveau, un nouveau qui peut être déconcertant et exigeant.
Quand nous entendons Jésus nous inviter à le préférer à tous les membres de notre famille, rappelons-
nous Genèse 2,24 : « L'homme quittera son père et sa mère et s'attachera à sa femme, et les deux
deviendront une seule chair. » Transposons et nous verrons que cette formule décrit la même réalité que
notre évangile : « L'être humain, homme ou femme, quittera son père et sa mère et s'attachera au Christ
; et les deux deviendront une seule chair. » En Éphésiens 5,21-33, Paul met en parallèle l'amour de
l'homme et de la femme et le lien du Christ avec son corps qui est l'Église (nous rassemblés). Tout quitter
pour faire un avec le Christ (notre évangile dit « le suivre ») est présenté dans le Nouveau Testament
comme analogue à la démarche nuptiale. Il ne s'agit pas d'une simple métaphore : l'union des époux est
une figure, un « sacrement », de notre union avec Dieu. Mais que signifie préférer le Christ à tout ce qui
n'est pas lui, même aux êtres les plus proches ? Je crois que Jésus veut nous dire que nous avons à
préférer l'amour à la possession. L'amour ne sait que donner, bien d'autres formes d'attachement ne
savent que prendre. Si bien que suivre le Christ est la meilleure manière d'aimer père, mère, femme,
enfants…

En route vers Jérusalem

Ce qui vient d'être dit demande un supplément d'explications. Luc situe ces paroles de Jésus dans le
contexte de sa marche vers Jérusalem, vers la croix. Or tout le récit qui suit le verset 51 du chapitre 9, où
nous voyons Jésus se mettre en marche vers « la ville qui tue les prophètes », baigne dans cette
atmosphère d'approche de la mort. C'est pourquoi Jésus parle de ne pas lui préférer la vie elle-même. En
effet, le suivre signifie se comporter comme lui, et justement à Jérusalem il va nous préférer à sa propre
vie. La réciprocité s'impose. Il en résulte que, ne pouvant nous faire image et ressemblance de Dieu qu'en
nous faisant image et ressemblance du Christ, c'est notre création elle-même qui est en jeu. Nous
n'existons pas en dehors de l'amour qui nous fait être et qui doit devenir notre substance. Nous aussi
sommes en marche vers Jérusalem. Certes nous ne sommes pas tous promis à une mort violente, mais
nous souffrons de la maladie, de l'accident, du vieillissement. À nous d'accueillir tout cela comme le don
de notre vie et, par là, de rejoindre le Christ. Comprenons bien : la souffrance n'a en elle-même aucune
valeur et nous avons raison de la combattre en nous et chez les autres. Ce qui a valeur, c'est le don, et ce
don passe par tout ce que la vie nous apporte, qu'il s'agisse de joies ou de peines. Trouver et retrouver
Dieu en toutes choses.

Le choix de vivre

Jésus ne s'impose jamais. Les « si tu veux » ou « celui qui veut », par exemple « être mon disciple »,
jalonnent le récit évangélique. Déjà nous lisions en Deutéronome 30,15 et 19 : « Voici, je te propose
aujourd'hui la vie avec le bien, la mort avec le mal (…) Choisis la vie afin de vivre. » En quoi consiste
choisir la vie ? Le texte répond : en aimant Dieu, c'est-à-dire en aimant et choisissant l'amour. Nous
apprendrons plus tard qu'aimer Dieu ne peut se vivre qu'en aimant les autres (voir entre autres 1 Jean
4,20.) Aimer répond donc à une invitation de Dieu, non à quelque contrainte.

Un choix.

Méfions-nous de ce que nous appelons amour. La dictature exercée par des sentiments très violents ne
signifie souvent qu'un désir de posséder, non une décision de se donner totalement pour le meilleur mais
aussi, éventuellement, pour le pire. Ce caractère de décision libre s'illustre très bien par les deux
paraboles qui encadrent cet énoncé des conditions nécessaires pour suivre Jésus. À la fin du chapitre
précédent, la parabole des invités aux noces souligne aussi le caractère nuptial de l'union à Dieu. Les
invités se dérobent parce qu'ils ont choisi une autre priorité dans leur vie. À la suite de l'invitation à
suivre Jésus en « portant sa croix », la parabole de l'homme qui veut construire une tour et de celui qui
veut partir en guerre nous invite à bien réfléchir avant de nous décider. Ne nous faisons pas trop de souci
si nous n'avons pas la force d'entreprendre : à la croix Jésus vient nous chercher là où nous sommes,
aussi bas puissions nous descendre. ( Tiré du site La croix & croire)