Vous êtes sur la page 1sur 4

Penser l'imaginaire http://www.scienceshumaines.com/articleprint2.ph...

Article de la rubrique « L'imaginaire contemporain »


Mensuel N° 90 - Janvier 1999
L'imaginaire contemporain

Penser l'imaginaire
A quoi servent les rêves, les fictions, les utopies ? Les sciences humaines ont
cherché à repérer les structures qui se dissimulent derrière les bouillonnements
de l'imaginaire.

Bachelard et la puissance de l'imagination créatrice


Platon, Spinoza, Hume, Kant ont traité de l'imaginaire et de l'imagination. Mais
c'est avec Gaston Bachelard, puis, dans une moindre mesure, avec Jean-Paul
Sartre que seront posés les jalons d'une réflexion philosophique sur l'imaginaire.

Selon Gaston Bachelard (1884-1962), il y a deux versants opposés du psychisme


humain : d'un côté la conceptualisation, qui culmine dans la science, de l'autre la
rêverie, qui trouve son accomplissement dans la poésie. G. Bachelard étudie le
développement de la rationalité objective et scientifique. Il entreprend également une
analyse du processus d'imagination créatrice, à travers les sym-boliques des quatre
élé- ments (feu, eau, air et terre).

Bachelard pense que les images constituent l'instance première de la pensée.


L'imagination est le processus par lequel les images sont créées, animées, déformées.
Ce processus n'est pas incohérent ou gratuit : il obéit à une grammaire de l'imaginaire.

L'imagination et la rêverie apparaissent également comme des principes organisateurs


de la conduite humaine. Elles sont même porteuses d'une énergie morale, d'un art de
vivre.

Jung et l'inconscient collectif


La psychanalyse et la psychologie des profondeurs constituent un des piliers de
la réflexion sur l'imaginaire. Avec la psychologie freudienne, les images (rêves,
fantasmes) apparaissent comme les intermédiaires entre l'inconscient et le
conscient.

Pour le psychiatre suisse Carl-Gustav Jung (1875-1961), disciple de Freud, les


imaginaires personnels s'en-racinent dans un fond commun, appelé inconscient
collectif. Celui-ci est structuré par des archétypes : ce sont des thèmes récurrents, de

1 de 4 13/12/10 11:48
Penser l'imaginaire http://www.scienceshumaines.com/articleprint2.ph...

grandes figures symboliques (par exemple le dragon, le paradis perdu...) que l'on
rencontre dans les rêves, mais aussi les mythes, les contes, et qui constituent en
quelque sorte la matrice de l'imaginaire. Cette grammaire aura une profonde influence
sur les autres penseurs de l'imaginaire, notamment Gaston Bachelard, Mircea Eliade,
Gilbert Durand (voir l'entretien page 28).

Parmi les archétypes, C.-G. Jung accorde une importance particulière à l'anima
(principe féminin que l'on rencontre aussi dans tout homme) et à l'animus (prin- cipe
masculin que l'on rencontre aussi dans toute femme). La thérapie jungienne consiste à
accéder au soi, en prenant conscience des exigences des archétypes. Celles-ci sont
révélées par les rêves. Jung fait donc de l'image un instrument thérapeutique. Dans le
prolongement de cette approche, des chercheurs utiliseront la technique dite du « rêve
éveillé ».

L'imaginaire vu comme principe révélateur des traits majeurs de la personnalité


donnera d'ailleurs naissance à d'autres outils, comme les « tests projectifs » (taches
d'Hermann Rorschach, arché- type-test à neuf éléments d'Yves Durand, test
d'aperception thématique de H.A. Murray).

Les imaginaires sociaux


L'imaginaire est une composante essentielle des sociétés modernes. Il est
présent dans les représentations sociales. Pour Castoriadis, il représente même
le « ciment » de la société.

Edgar Morin (né en 1921)


Selon Edgar Morin, l'homo sapiens est aussi homo demens. La vie imaginaire enrichit
et organise la réalité. E. Morin a mené au début de sa carrière de nombreux travaux
sur les imaginaires sociaux et les phénomènes de communication. Dans Les Stars, E.
Morin décortique le star system. La star (Marilyn Monroe par exemple) incarne un
imaginaire ancré dans les croyances de la société moderne (une fille « ordinaire »
devient alors une déesse). Elle fait l'objet d'un culte, d'une légende. E. Morin montre
aussi comment la fiction permet de comprendre et d'interpréter le réel (le spectateur se
met « à la place » du personnage). Dans La Rumeur d'Orléans, E. Morin met au jour,
au prix d'une longue enquête de terrain, les mécanismes et leurs composantes
(fantasmes, mythes, obsessions, angoisses) qui concourent à l'émergence et à la
diffusion de la rumeur.

Cornélius Castoriadis (1922-1997)


Dans son ouvrage majeur, L'Institution imaginaire de la société, Cornélius Castoriadis

2 de 4 13/12/10 11:48
Penser l'imaginaire http://www.scienceshumaines.com/articleprint2.ph...

cherche à montrer comment l'imaginaire social « institue » et parvient à faire « tenir


ensemble » la société.

A l'origine de sa réflexion, l'interrogation suivante : comment se fait-il qu'il y ait une telle
cohérence entre d'un côté l'ordre social (les règles, les représentations sociales, les
religions) et de l'autre, les motivations et conduites des individus ?

Pour lui, la clé de cette énigme se trouve dans la force de l'imaginaire. La société
s'érige par la création d'imaginaires sociaux, qui relient les hommes et donnent sens à
leur action. La religion, les idéologies ou les utopies politiques fournissent des
croyances communes qui structurent le lien social.

L'analyse des mythes et des religions


Des anthropologues comme Marcel Griaule, Claude Lévi-Strauss ou Roger
Bastide, ont cherché à repérer des structures universelles de l'imaginaire. Mircea
Eliade et Roger Caillois comptent parmi ceux qui, avec Gilbert Durand, ont
cherché à systématiser cette démarche.

Mircea Eliade (1907-1986)


Historien des religions et romancier né en Roumanie, Mircea Eliade est profondément
marqué par un voyage en Inde, à l'issue duquel il n'aura de cesse de comprendre
l'expérience spirituelle et religieuse. Il veut saisir les caractéristiques de l'homo
religiosus, en s'appuyant sur les acquis de l'anthropologie et de la psychanalyse. La
distinction entre sacré et profane constitue le principe fondateur de la vision du monde
de l'homme religieux. M. Eliade va entreprendre une vaste histoire des religions. En les
comparant, il montre comment toutes les religions s'inscrivent dans un réseau d'images
symboliques, organisé en mythes et en rites. Il met en évidence l'existence de mythes
universels : par exemple le mythe de l'éternel retour, ou celui de l'arbre sacré. Il y a
donc une structure invariante de l'univers mental religieux.

Roger Caillois (1913-1978)


« L'irrationnel soit ; mais j'y veux d'abord la cohérence », déclare en 1934 cet écrivain,
en quittant le groupe surréaliste. Cette formule résume bien les multiples facettes de la
personnalité de Roger Caillois.

A la croisée d'approches très diverses (littérature, sociologie, anthropologie...), son


oeuvre est consacrée à l'analyse des mécanismes de l'imagination, particulièrement le
rôle du sacré, des mythes et de la création artistique.

Auteur d'ouvrages de réflexion générale, il explore également des sujets plus précis.

3 de 4 13/12/10 11:48
Penser l'imaginaire http://www.scienceshumaines.com/articleprint2.ph...

Ainsi, il cherche à comprendre la symbolique de l'insecte, la fonction des jeux dans la


société.

Il montre qu'il est possible de distinguer des schémas invariants dans les thèmes et les
récits fantastiques.

4 de 4 13/12/10 11:48