Vous êtes sur la page 1sur 9

ESSAIA Module de Mathématiques Préparé par :

1ère année cycle préparatoire 2016-2017 I. BARAMA

Chapitre 4 :

L’Intégration

1. Primitives et Intégrales
Définition 1 : Soit 𝑓 une fonction définie sur un intervalle 𝐼. 𝐹 est une primitive de
𝑓 sur 𝐼 si 𝐹 est une fonction définie et dérivable sur 𝐼 telle que :

∀𝑥 ∈ 𝐼, 𝐹 ′ (𝑥) = 𝑓(𝑥)

Remarque 1 :
Une primitive de 𝑓 sur l’intervalle 𝐼 est une fonction dérivable donc continue sur 𝐼.
Exemple 1 :
1) La fonction 𝐹(𝑥) = 𝑥 2 est la primitive de la fonction 𝑓(𝑥) = 2𝑥.
1
2) La fonction 𝐹(𝑥) = ln(𝑥) est la primitive de la fonction 𝑓(𝑥) = 𝑥.

Proposition 1 : Si 𝑓 admet une primitive 𝐹 sur un intervalle 𝐼 alors 𝑓 admet une


infinité de primitives sur 𝐼 qui se déduisent de 𝐹 par addition d’une fonction
constante sur 𝐼.

Exemple 2 :
1
Soit 𝑓 la fonction définie sur ℝ∗ par 𝑓(𝑥) = 𝑥 . Les fonctions 𝐹 et 𝐺 définies sur ℝ∗
par
𝐹(𝑥) = ln|𝑥| et 𝐺(𝑥) = ln|𝑥| + 2
sont des primitives de 𝑓 sur ℝ∗ .

Théorème 1 :
Toute fonction continue sur un intervalle 𝐼 admet au moins une primitive sur 𝐼.

Remarque 2 :
Il existe des fonctions non continues qui admettent des primitives sur un intervalle.

1
ESSAIA Module de Mathématiques Préparé par :
1ère année cycle préparatoire 2016-2017 I. BARAMA

Définition 2 : (Intégrale d’une Fonction Continue sur un Segment)

Soit 𝑓 une fonction continue sur un segment [𝑎, 𝑏] et 𝐹 une primitive de 𝑓 sur ce
segment. Le réel 𝐹(𝑏) − 𝐹(𝑎) s’appelle intégrale de 𝑓 sur le segment [𝑎, 𝑏].

𝑏
On le note : 𝐹(𝑏) − 𝐹(𝑎) = ∫𝑎 𝑓(𝑡)𝑑𝑡 = [𝐹(𝑡)]𝑏𝑎

Remarque 3 :
 Si 𝑓 est continue sur [𝑎, 𝑏] alors, par définition de l’intégrale
𝑏 𝑎
∫𝑎 𝑓(𝑡)𝑑𝑡 = − ∫𝑏 𝑓(𝑡)𝑑𝑡.
𝑎
 Si la fonction 𝑓 est définie en 𝑎, on convient d’écrire : ∫𝑎 𝑓(𝑡)𝑑𝑡 = 0.

Proposition 2 : Pour toute fonction 𝑓continue sur l’intervalle 𝐼 et pour tout réel 𝑎
𝑥
appartenant à 𝐼 , la fonction 𝐹 définie sur 𝐼 par 𝐹(𝑥) = ∫𝑎 𝑓(𝑡)𝑑𝑡 est l’unique
primitive de 𝑓 s’annulant en 𝑎 . Elle est dérivable sur 𝐼 et, pour tout 𝑥 appartenant
à 𝐼 : 𝐹 ′ (𝑥) = 𝑓(𝑥).

Proposition 3 : (Linéarité)
𝑏 𝑏 𝑏
0 ([𝑎,
∀(𝑓, 𝑔) ∈ 𝒞 𝑏]), ∀𝛼, 𝛽 ∈ ℝ: ∫ (𝛼𝑓 + 𝛽𝑔)(𝑡)𝑑𝑡 = 𝛼 ∫ 𝑓(𝑡)𝑑𝑡 + 𝛽 ∫ 𝑔(𝑡)𝑑𝑡
𝑎 𝑎 𝑎

Proposition 4 : (Relation de Chasles)


Soit 𝑓 une fonction continue sur un intervalle 𝐼 contenant les réels 𝑎, 𝑏, 𝑐. On a
alors :
𝑐 𝑏 𝑐
∫ 𝑓(𝑡)𝑑𝑡 = ∫ 𝑓(𝑡)𝑑𝑡 + ∫ 𝑓(𝑡)𝑑𝑡
𝑎 𝑎 𝑏

Proposition 5 : Soient 𝑓 une fonction continue sur [𝑎, 𝑏], 𝑎 ≤ 𝑏.


Si 𝑓 est positive sur [𝑎, 𝑏], on a alors :
𝑏
∫𝑎 𝑓(𝑡)𝑑𝑡 ≥ 0 .

Proposition 6 : Soit 𝑓 une fonction continue sur [𝑎, 𝑏] avec 𝑎 ≠ 𝑏.


𝑏
Si 𝑓 a un signe constant sur [𝑎, 𝑏] et si ∫𝑎 𝑓(𝑡)𝑑𝑡 = 0 alors 𝑓 est nulle sur [𝑎, 𝑏].

2
ESSAIA Module de Mathématiques Préparé par :
1ère année cycle préparatoire 2016-2017 I. BARAMA

Corollaire 1 : Si 𝑓 est une fonction continue sur [𝑎, 𝑏] avec 𝑎 ≠ 𝑏 , de signe


constant sur [𝑎, 𝑏] et s’il existe un réel 𝑐 ∈ [𝑎, 𝑏] tel que 𝑓(𝑐) ≠ 0 alors
𝑏
∫𝑎 𝑓(𝑡)𝑑𝑡 ≠ 0 .

2. Primitives des Fonctions Usuelles

𝒇(𝒙) La primitive
𝑎 𝑎𝑥 + 𝑐
𝑎𝑥 𝑛 𝑎𝑥 𝑛+1
+𝑐
𝑛+1
1 𝑙𝑛|𝑥| + 𝑐
, 𝑥≠0
𝑥
𝑒𝑥 𝑒𝑥 + 𝑐
𝑒 𝑎𝑥 𝑒 𝑎𝑥
+𝑐
𝑎
𝑎𝑥 , 𝑎 > 0 𝑒𝑡 𝑎 ≠ 1 𝑎𝑥
+𝑐
𝑙𝑛(𝑎)
cos(𝑥) sin(𝑥) + 𝑐
sin(𝑥) − cos(𝑥) + 𝑐
cos(𝑎𝑥) sin(𝑎𝑥)
+𝑐
𝑎
sin(𝑎𝑥) − cos(𝑎𝑥)
+𝑐
𝑎
cos2 (𝑥) 𝑥 sin(2𝑥)
+ +𝑐
2 4
1 (2𝑘 + 1)𝜋 tan(𝑥) + 𝑐
, 𝑥 ≠
cos2 (𝑥) 2
1 arctan(𝑥) + 𝑐
1 + 𝑥2
𝑠ℎ(𝑥) 𝑐ℎ(𝑥) + 𝑐
𝑐ℎ(𝑥) 𝑠ℎ(𝑥) + 𝑐
1 𝑡ℎ(𝑥) + 𝑐
2
𝑐ℎ (𝑥)
1 arcsin(𝑥) + 𝑐
, |𝑥| < 1
√1 − 𝑥 2
−1 arccos(𝑥) + 𝑐
, |𝑥| < 1
√1 − 𝑥 2

3
ESSAIA Module de Mathématiques Préparé par :
1ère année cycle préparatoire 2016-2017 I. BARAMA

3. Techniques de Calcul d’Intégrales


3.1. Calcul à l’aide du Tableau des Primitives Usuelles

Technique 1 : Dans le cas où on reconnait une primitive connue ou dans celui où


on peut se ramener à une telle fonction par transformation d’écriture, on utilise la
définition de l’intégrale
𝑏
∫ 𝑓(𝑡)𝑑𝑡 = [𝐹(𝑡)]𝑏𝑎 = 𝐹(𝑏) − 𝐹(𝑎)
𝑎

Exercice 1 :
1⁄2 1
Calculer : ∫0 𝑑𝑥 .
𝑥 2 −1

Solution :
1⁄2 1⁄2
1 1
∫ 𝑑𝑥 = ∫ 𝑑𝑥
0 𝑥2 − 1 0 (𝑥 − 1)(𝑥 + 1)
1⁄2 1⁄2 1⁄2
1 1 1 1 1 1
=∫ ( − ) 𝑑𝑥 = (∫ 𝑑𝑥 − ∫ 𝑑𝑥)
0 2 𝑥−1 𝑥+1 2 0 𝑥−1 0 𝑥+1

1 ⁄ 1 1 3
= [𝑙𝑛|𝑥 − 1| − 𝑙𝑛|𝑥 + 1|]10 2 = (𝑙𝑛 ( ) − 𝑙𝑛 ( ))
2 2 2 2
1
= − 𝑙𝑛3
2

3.2. Changement de Variable


Théorème 2 : Soient 𝐼 et 𝐽 deux intervalles de ℝ, 𝑔 une application de classe 𝒞 1 de 𝐼
dans 𝐽. 𝑓 une application continue de 𝐽 dans ℝ. Alors, si (𝑎, 𝑏) ∈ 𝐼 2 et pour 𝑢 = 𝑔(𝑥),
on a :
𝑏 𝑔(𝑏)

∫ (𝑓 ∘ 𝑔)(𝑥)𝑔 (𝑥)𝑑𝑥 = ∫ 𝑓(𝑢)𝑑𝑢.
𝑎 𝑔(𝑎)

Exercice 2 :
Calculer :
𝜋⁄2 1
1) 𝐼1 = ∫0 cos3 (𝑥). sin(𝑥) 𝑑𝑥 ; 2) 𝐼2 = ∫0 √1 − 𝑡 2 𝑑𝑡

4
ESSAIA Module de Mathématiques Préparé par :
1ère année cycle préparatoire 2016-2017 I. BARAMA

Solution :
𝜋⁄2
1) 𝐼1 = ∫0 cos3 (𝑥). sin(𝑥)𝑑𝑥 .

On pose 𝑢 = cos(𝑥). L’application 𝑔: 𝑥 ⟼ 𝑢 = cos(𝑥) est de classe 𝒞 1 sur ℝ et

𝑑𝑢 = − sin(𝑥)𝑑𝑥.

En posant de plus 𝑓(𝑥) = 𝑥 3 , on obtient alors


𝜋⁄2
𝐼1 = ∫ cos 3 (𝑥). sin(𝑥) 𝑑𝑥
0

𝜋⁄2 𝑔(𝜋⁄2)
′ (𝑥)𝑑𝑥
= −∫ 𝑓(𝑔(𝑥))𝑔 = −∫ 𝑓(𝑢)𝑑𝑢
0 𝑔(0)

1
1 1
= ∫ 𝑢3 𝑑𝑢 = [𝑢4 ]10 = .
0 4 4

1
2) 𝐼2 = ∫0 √1 − 𝑡 2 𝑑𝑡

On pose 𝑡 = sin(𝑥). L’application 𝑔: 𝑥 ⟼ 𝑡 = sin(𝑥) est de classe 𝒞 1 sur ℝ et


𝑑𝑡 = cos(𝑥)𝑑𝑥. Donc
1 𝜋⁄2 𝜋⁄2
𝐼2 = ∫ √1 − 𝑡 2 𝑑𝑡 = ∫ √1 − sin2 (𝑥) cos(𝑥)𝑑𝑥 = ∫ cos2 (𝑥)𝑑𝑥
0 0 0

𝜋⁄2 𝜋⁄2 𝜋⁄2 𝜋⁄2


1 + cos(2𝑥) 1 cos(2𝑥) 𝑥 sin(2𝑥)
=∫ 𝑑𝑥 = ∫ 𝑑𝑥 + ∫ 𝑑𝑥 = [ + ]
0 2 0 2 0 2 2 4 0
𝜋
= .
4

3.3. Intégration par Parties


Théorème 3 : Si 𝑢 et 𝑣 deux fonctions de classe 𝒞 1 sur [𝑎, 𝑏], alors
𝑏 𝑏
∫ 𝑢(𝑥)𝑣 ′ (𝑥)𝑑𝑥 = [𝑢(𝑥). 𝑣(𝑥)]𝑏𝑎 − ∫ 𝑢′ (𝑥)𝑣(𝑥)𝑑𝑥.
𝑎 𝑎

Une écriture plus simple est donnée par


𝑏 𝑏
∫ 𝑢𝑑𝑣 = [𝑢𝑣]𝑏𝑎 − ∫ 𝑣𝑑𝑢 .
Remarque 4 : 𝑎 𝑎

5
ESSAIA Module de Mathématiques Préparé par :
1ère année cycle préparatoire 2016-2017 I. BARAMA

Remarque 4 :
Cette formule s’applique lorsque la fonction à intégrer s’écrit sous l’une des formes
suivantes :
1) Polynôme × fonction trigonométrique (ou fonction trigonométrique
réciproque).
2) Polynôme × fonction exponentielle.
3) Fonction × fonction logarithmique.
4) Fonction trigonométrique (ou fonction trigonométrique réciproque) × fonction
exponentielle.
5) Produit de fonctions trigonométriques.
6) Polynôme × fonction hyperbolique.

Exercice 3 :
Calculer :
𝜋
1) 𝐼1 = ∫0 𝑥 sin(𝑥) 𝑑𝑥 ; 2) 𝐼2 = ∫ arctan(𝑥)𝑑𝑥

Solution :
𝜋
1) 𝐼1 = ∫0 𝑥 sin(𝑥) 𝑑𝑥

On pose 𝑢 = 𝑥 ⟹ 𝑑𝑢 = 𝑑𝑥 et 𝑑𝑣 = sin(𝑥)𝑑𝑥 ⟹ 𝑣 = − cos(𝑥).


𝑢 et 𝑣 sont de classe 𝒞 1 sur [0, 𝜋]. Par la formule d’intégration par parties, on obtient :

𝜋 𝜋
𝐼1 = ∫0 𝑥 sin(𝑥) 𝑑𝑥 = [−𝑥 cos(𝑥)]𝜋0 − ∫0 − cos(𝑥) 𝑑𝑥 = 𝜋 + [sin(𝑥)]𝜋0 = 𝜋.

2) 𝐼2 = ∫ arctan(𝑥)𝑑𝑥
𝑑𝑥
On pose 𝑢 = arctan(𝑥) ⟹ 𝑑𝑢 = 1+𝑥 2 et 𝑑𝑣 = 𝑑𝑥 ⟹ 𝑣 = 𝑥.

𝑢 et 𝑣 sont de classe 𝒞 1 et par la formule d’intégration par parties, on obtient :

𝐼2 = ∫ arctan(𝑥) 𝑑𝑥

𝑥𝑑𝑥 1 2𝑥𝑑𝑥
= 𝑥 arctan(𝑥) − ∫ 1+𝑥 2 = 𝑥 arctan(𝑥) − 2 ∫ 1+𝑥 2

1
= 𝑥 arctan(𝑥) − ln(1 + 𝑥 2 ) + 𝐶; 𝐶∈ℝ
2

6
ESSAIA Module de Mathématiques Préparé par :
1ère année cycle préparatoire 2016-2017 I. BARAMA

3.4. Intégration de Fractions Rationnelles

Définition 3 : (Forme de décomposition en éléments simples)

𝑃(𝑥) 2 𝑚𝑙
Soit 𝑓(𝑥) = 𝑄(𝑥) avec 𝑄(𝑥) = ∏𝑟𝑘=1(𝑥 − 𝛼𝑘 )𝑛𝑘 . ∏𝑠𝑙=1 [(𝑥 − 𝛽𝑙 ) + 𝛾𝑙 2 ]

où le degré du polynôme 𝑃 est strictement inférieur à celui de 𝑄 alors 𝑓 se décompose


d’une manière unique en éléments simples de première et deuxième espèces comme
suit
𝑎1 𝑎2 𝑎𝑛1
𝑓(𝑥) = + +⋯+ +⋯
𝑥 − 𝛼1 (𝑥 − 𝛼1 ) 2 (𝑥 − 𝛼1 )𝑛1
𝑏1 𝑏2 𝑏𝑛𝑟
+ + + ⋯ + +
𝑥 − 𝛼𝑟 (𝑥 − 𝛼𝑟 )2 (𝑥 − 𝛼𝑟 )𝑛𝑟
𝐴1 𝑥 + 𝐵1 𝐴2 𝑥 + 𝐵2 𝐴𝑚1 𝑥 + 𝐵𝑚1
+ + + ⋯ + +⋯
(𝑥 − 𝛽1 )2 + 𝛾1 2 [(𝑥 − 𝛽1 )2 + 𝛾1 2 ]2 [(𝑥 − 𝛽1 )2 + 𝛾1 2 ]𝑚1
𝐴𝑠 𝑥 + 𝐵𝑠 𝐴𝑠 𝑥 + 𝐵𝑠 𝐴𝑚𝑠 𝑥 + 𝐵𝑚𝑠
+ + +⋯+ .
(𝑥 − 𝛽𝑠 ) + 𝛾𝑠
2 2 [(𝑥 − 𝛽𝑠 ) + 𝛾𝑠 ]
2 2 2 [(𝑥 − 𝛽𝑠 )2 + 𝛾𝑠 2 ]𝑚𝑠

Exemple 3 :
On a
1 1
𝑥 𝑥 𝑎 𝑏
1) = = + = 2 + 2
𝑥 2 − 1 (𝑥 − 1)(𝑥 + 1) 𝑥 − 1 𝑥 + 1 𝑥 − 1 𝑥 + 1

1 1
2) =
(𝑥 2 2
− 1)(𝑥 + 1) 2 (𝑥 − 1)(𝑥 + 1)(𝑥 2 + 1)2
𝑎 𝑏 𝑐𝑥 + 𝑑 𝑒𝑥 + 𝑓
= + + 2 + 2
𝑥 − 1 𝑥 + 1 𝑥 + 1 (𝑥 + 1)2
1 1 1 1
− − −
= 8 + 8 + 4 + 2
𝑥 − 1 𝑥 + 1 𝑥 2 + 1 (𝑥 2 + 1)2

7
ESSAIA Module de Mathématiques Préparé par :
1ère année cycle préparatoire 2016-2017 I. BARAMA

𝑃
Technique 2 : Soit la fraction rationnelle . L’intégration de cette fraction se fait
𝑄
en suivant ces étapes :
1) Si le degré de 𝑃 est plus grand que celui de 𝑄, on effectue la division euclidienne
pour décomposer la fraction en une partie entière et en éléments simples
𝑃(𝑥)
= 𝐸(𝑥) + 𝑅(𝑥)
𝑄(𝑥)
1
2) si 𝑅(𝑥) = (𝑥−𝑎)𝑛 c_à_d un élément simple de première espèce, alors on effectue le
changement de variable 𝑡 = 𝑥 − 𝑎 puis on intègre.
𝐴𝑥+𝐵
3) si 𝑅(𝑥) = 𝑛 c_à_d un élément simple de deuxième espèce et 𝑥 2 + 𝑝𝑥 + 𝑞
(𝑥2 +𝑝𝑥+𝑞)
n’a pas de zéros dans ℝ (∆< 0) (car sinon on revient à (2)) alors

a) On décompose 𝑥 2 + 𝑝𝑥 + 𝑞 comme suit


2
𝑝 2 (4𝑞 − 𝑝2 )
𝑥 + 𝑝𝑥 + 𝑞 = (𝑥 + ) + = (𝑥 − 𝛼)2 + 𝛽 2
2 4
d’où :
𝐴𝑥 + 𝐵
𝑅(𝑥) =
2 𝑛
((𝑥 − 𝛼)2 + 𝛽 )

𝑥−𝛼
b) On effectue le changement de variable 𝑡 = 𝛽
puis on intègre.

Exercice 4 :
Calculer :
𝑥3 𝑥−1
1) 𝐼1 = ∫ 𝑥 2 −4 𝑑𝑥 ; 2) 𝐼2 = ∫ 𝑥 2 +𝑥+1 𝑑𝑥

Solution :
𝑥3
1) 𝐼1 = ∫ 𝑥 2 −4 𝑑𝑥 ; 𝑥 ≠ 2 et 𝑥 ≠ −2

Après la division euclidienne on obtient :


𝑥3 4𝑥
2
=𝑥+ 2
𝑥 −4 𝑥 −4
On décompose en en éléments simples le reste
4𝑥 4𝑥 𝐴 𝐵 2 2
= = + = +
𝑥2 − 4 (𝑥 − 2)(𝑥 + 2) (𝑥 − 2) (𝑥 + 2) (𝑥 − 2) (𝑥 + 2)
Donc
𝑥3 2 2
𝐼1 = ∫ 2 𝑑𝑥 = ∫ 𝑥𝑑𝑥 + ∫ 𝑑𝑥 + ∫ 𝑑𝑥
𝑥 −4 (𝑥 − 2) (𝑥 + 2)
1 2 1
= 𝑥 + 2𝑙𝑛|𝑥 − 2| + 2𝑙𝑛|𝑥 + 2| + 𝐶 = 𝑥 2 + 2 ln|𝑥 2 − 4| + 𝐶; 𝐶 ∈ ℝ.
2 2

8
ESSAIA Module de Mathématiques Préparé par :
1ère année cycle préparatoire 2016-2017 I. BARAMA

𝑥−1
2) 𝐼2 = ∫ 𝑑𝑥
𝑥 2 +𝑥+1

2 1 2
2 1 2 3 1 2 √3 3 𝑥+
On a : 𝑥 + 𝑥 + 1 = (𝑥 + 2) + 4 = (𝑥 + 2) + (2) = [( 2
) + 1]
4 √3
2

1
𝑥+2 √3 1 √3
On pose 𝑡= √3
⟺ 𝑥= 2
𝑡 − 2 ⟹ 𝑑𝑥 = 𝑑𝑡
2
2

√3 3
𝑥−1 𝑡 − 2 √3
𝐼2 = ∫ 2 𝑑𝑥 = ∫ 2 . 𝑑𝑡
𝑥 +𝑥+1 3 2
[𝑡 + 1] 2
4
1 2𝑡 1 1
= ∫ 2 𝑑𝑡 − √3 ∫ 2 𝑑𝑡 = ln(𝑡 2 + 1) − √3 arctan(𝑡) + 𝐶
2 𝑡 +1 𝑡 +1 2
2
1 1
1 𝑥+2 𝑥+2
= ln ( ) + 1 − √3 arctan ( )+𝐶 ; 𝐶∈ℝ
2 √3 √3
( 2 ) 2

Complément