Vous êtes sur la page 1sur 46

1

République Démocratique du Congo


RDC
Université Libre des Pays des Grands Lacs de Goma
ULPGL - Goma
Faculté des Sciences et Technologies

BETON ARME 1
60h
Support du cours

Dr-Ir. Emmanuel Mikerego


(c/o Université du Burundi)
Centre d’intérêt : Résistance et Stabilité des Structures ; Dynamique des Structures et
Génie parasismique.
Vos remarques et Suggestions Email: mikeregoemmanuel@hotmail.com

Goma-2019

DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 1


2
PLAN DU COURS :

1. Généralités sur le matériau «Béton armé»


2. Association «acier-béton» du matériau béton armé
3. Traction simple des tirants en béton armé
4. Compression simple des poteaux en béton armé
5. Flexion simple des poutres en béton armé
6. Effort tranchant dans les poutres fléchies en béton armé
7. Flexion composée des poutres en béton armé
8. Torsion des poutres en béton armé

DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 2


3
1. GENERALITES SUR LE MATERIAU «BETON-ARME»

• De l’historique du «béton armé»:

• Outils de l’Ingénieur «des structures»: Les EUROCODES

DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 3


4
• Durée indicative de l’utilisation des (projets) structures

• Domaine d’utilisation des règles BAEL


- Constructions courantes avec charge dʼexploitation modérée:
∶ é

- Constructions industrielles avec charge dʼexploitation élevée:
∶ é !

• Actions et sollicitations

DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 4


5
Etats limites :

• Etats limites ultimes (ELU) - capacité portante et sécurité des biens et personnes
• Rupture des sections par déformations excessives;

• Instabilité de forme;

• Transformation dʼune structure en mécanisme.


• Etats limites de service (ELS) - exploitation et durabilité
• Ouvertures excessives des fissures des éléments en flexion;
• Déformations excessives des éléments porteurs;
• Vibration excessives des éléments porteurs;
• Perte dʼétanchéité dans les éléments structuraux
Fissuration et calcul des éléments en béton armé:

Fissuration peu préjudiciable (FPP) : Milieu peu agressif : aucune vérification


particulière n'est demandée sur les aciers.

Fissuration préjudiciable (FP) : Milieu agressif : intempéries, condensations, eau douce.

Fissuration très préjudiciable (FTP) : Milieu très agressif : atmosphère marine, sol
corrosifs.

Valeurs des contraintes de l’acier prenant en compte la fissuration :

DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 5


6
Coefficient de fissuration :

Actions et combinaisons d’actions :


Charges d’exploitation:

Poids propre des cloisons:

Charge due à la neige:


• Charge due à la neige:
" # $% & . () . "
• Valeurs du coefficient de forme *$% & +:

DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 6


• Coefficient dʼexposition au vent *() +:
7

, ↔ endroit protégé totalement du vent


() # ,
↔ Tous les autres cas

• Valeur caractéristique de la neige sur le sol " : cfr. annexes nationaux.

Charge statique due au vent


• Pression de base ou pression de référence du vent:
@A)B # C, . D. EA)B * / +
• Masse volumique de lʼair:
DG , H⁄ I

• Vitesse de référence du vent a (10m) au-dessus du sol:EA)B

• Facteurs influençant la pression du vent:


Exposition de lʼouvrage : altitude, topographie.

Direction du vent.

Géométrie de lʼouvrage.

Rugosité de la surface de lʼouvrage exposée.

• Pression de pointe *@J K + due au vent à une hauteur de référence K) :


@L K # @A)B . () K) * / +
• Influence de la nature du site sur le coefficient dʼexposition *() K + selon Eurocode
1:

DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 7


8

• Classification des sites ou zones selon Euro-code 1:

• Représentations schématiques aux calculs de la hauteur de référence:

1er cas:

2ème cas :

DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 8


9
3ème cas :

• Expression pratique de la force due au vent:


MN # ∑ . QP R . S W
T
P UV
• Coefficient dʼexposition de lʼouvrage (J) :
P , C ⟵ Z[\]]^Z^\_` a\ bc\dd^[_ [e decbc\dd^[_
P #X
P , ⟵ Z[\]]^Z^\_` a\ a\bc\dd^[_ [e deZZ^[_
• Valeurs pratiques des (J) coefficients dʼexposition de lʼouvrage :

DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 9


10
• Combinaisons d’actions à l’ELU:
• Combinaison fondamentale:
fg # ∑p
jo hij . ikj l hf . fm l h . k l∑o , I. n . k

• Combinaison accidentelle:
fg # ∑p
jo hij . ikj l hf . fm l ln . k l∑o n . k

• Combinaison sismique:
fg # ∑p
jo ikj l hf . fm l q l∑o n . k

• Combinaison courante en pratique à lʼELU:


fg # , I i l ,
• Combinaisons d’actions à l’ELS:
• Combinaison caractéristique
fr # ∑p
jo ikj l fm l k l∑o n . k
• Combinaison fréquente à lʼELS:
fr # ∑p
jo ikj l fm l n , . k l∑o n . k

• Combinaison quasi-fréquente à lʼELS:


fr # ∑p
jo ikj l fm l ∑ o n . k

• Combinaison courante en pratique à lʼELS:


fr #il
• Prise en compte des actions variables d’accompagnement :

DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 10


11

• Dégression des charges:

• Charges non identiques sur tous les niveaux dʼun bâtiment de plus de 5 étages:
∑s f # fC l . ∑so f
Its
.s

• Charges identiques sur tous les niveaux dʼun bâtiment de plus de 5 étages:
∑s f # fC l . fs
Its

2. ASSOCIATION «ACIER-BETON» DU MATERIAU BETON ARME


a. Béton armé
• Béton armé = Béton renforcé par des armatures disposées de manière à équilibrer

les efforts de traction et éventuellement des efforts de compression.

• Principe de fonctionnement: Le béton résiste aux efforts de compression et lʼacier

résiste aux efforts de traction et éventuellement aux efforts de compression. Le


premier règlement officiel de calcul du béton armé est apparu en en France en 1906.

• Avantages du béton armé :

• Intérêt économique: matériau moins coûteux des matériaux résistant à la

compression et susceptible dʼêtre associé à dʼautres éléments.

• Souplesse dʼutilisation: facilité de formes différentes et à la préfabrication.

• Economie dʼentretien: matériau ne nécessitant aucun entretien ultérieur.

DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 11


12
• Résistance au feu: bon comportent par rapport aux constructions métalliques.

• Résistance aux efforts accidentels: le poids important du béton le rend moins

sensible aux variations de surcharges que dʼautres matériaux de constructions.

• Durabilité du béton armé: bonne résistance à lʼaction de lʼeau et de lʼair à

condition que les armatures soient protégées.


• Inconvénients du béton armé :

• Poids propre: matériau plus lourds que les autres modes de constructions.

• Exécution: temps de un travail important pour la préparation du coffrage, le

placement des armatures, le contrôle de la qualité lors du gâchage et le cure


(entretien) du béton frais.

• Brutalité des accidents: brutalité des accidents survenant dʼun ouvrage en béton

armé.

• Difficulté de modification dʼun ouvrage déjà réalisé: modification difficile dʼun

élément déjà réalisé en béton armé.

• Résistance caractéristique du béton à la compression:

uj # u v . u z wC f
j
w,xytC,vI.j
si v

uj # u v . u wC f
j
,wCtC,{ .j
si v

• Résistance du béton à la traction:


j # C, y l C, Cy. uj * f +
• Modules de déformations longitudinales (Instantanée et Différée):
j z v j g r ⟹ q j # CCC. I} uj

DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 12


j vj g r ⟹ q~j # IxCC. } uj I
13

• Module de déformation transversale ou coefficient de Poisson:


• # C, C ↔ q€
,
• # C, ↔ q€•
• Diagramme contraintes-déformations du béton:

• Résistance de calcul du béton en compression:

# # → #
C,v . u v C,v . u v C,v . u v
‚g ƒ.h‚ . , ‚g ,

• ƒ : Coefficient tenant compte de la durée dʼapplication des charges et qui est pris

égal à 1 en général avec considération que la durée dʼapplication des charges sera

supérieure à 24h.

• Retrait du béton (ε† ) en fonction du climat de la région:


, . CŽw : uˆ m r èr gm r

‹ , C. CŽw : uˆ m gm
∆ˆ⁄ˆ # ‰ # I, C. CŽw : uˆ m mP é r u
Œ
‹w, C. CŽw : uˆ m u g r u
Š , C. CŽw : uˆ m èr r u g éré Qg
• Valeur moyenne (par mètre de longueur) de dilatation ou de raccourcissement

thermique du béton (α’ ):


“! # , C . CŽ
• Perméabilité du béton: Valeur moyenne de la perméabilité du béton est prise égale
à:

DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 13


f m ‚ˆ g ‚ s # CŽ{ m/r
14

Remarque: La masse volumique du béton courant utilise dans les calculs est prise
égale à : ” # , !⁄mI # kp/mI

b. Aciers d’armatures
Acier = alliage de fer et de carbone dans des proportions prescrites par les normes.

• Barres (lisses ou HA) : Longueur variant de 6m à 12m avec des diamètres normalisés:

• Fils (lisses ou HA) : Armatures sous forme de fils stockées sur des bobines servant à

la réalisation de treillis soudés.

• Fils (lisses ou HA) : Armatures sous forme de fils stockées sur des bobines servant à
la réalisation de treillis soudés

• Treillis soudes (TS) : Treillis (en HA) standardisés et disponibles en rouleaux ou en

panneaux servant au ferraillage rapide des éléments plans (les voiles, dalles et
dallages).
• Section (cm2) des aciers d’armatures:

DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 14


15
• Caractéristiques mécaniques d’aciers d’armatures:

• Diagramme contraintes-déformations de l’acier d’armatures:

• La résistance de calcul de lʼacier dʼarmature:


B)• # B) ⁄–— # B) ⁄ ,
• Caractéristiques d’adhérence (˜ et ™r :
Adhérence = phénomène de liaison tangentielle à l'interface acier-béton dû au
frottement et à l'arc-boutement des bielles de béton.

DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 15


16
• Caractéristiques d’adhérence acier-béton:

Facteurs influençant l’adhérence:


• Etat de la surface de la barre: Une surface rugueuse est plus adhérente quʼune
surface lisse.

• Diamètre de la barre: Plus le diamètre croit, plus lʼadhérence décroit;


• Epaisseur du béton dʼenrobage: La résistance aux glissements croit avec
lʼenrobage.
• Direction de la barre: Le béton est plus serré suivant les plans horizontaux que
les plans verticaux.

• Groupage de barres en paquet: Lʼadhérence dʼun paquet de barres est inférieure


à la somme des adhérences de chaque barre considérée isolement.
• Etat de contrainte transversale du béton dʼenrobage de lʼarmature: Lʼadhérence
est fortement améliorée si le béton est comprimé transversalement.

Ancrage des barres d’armatures


• Ancrage par longueur de scellement droit - Longueur dʼancrage de référence ˆr :

ˆr # .

w ›rg

DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 16


œ—• : Contrainte dʼadhérence limite
17

œ—• # C, y. ™— . BžŸ
• Valeurs pratiques de lʼancrage par scellement droit:
wC∅ ↔ ¡) ¢wCC
ˆr X
C∅ ↔ ¡) ¢ CC
• Expression générale de lʼancrage par courbure :

• Ancrage courbe par retour dʼéquerre:

• Ancrage des cadres, étriers et épingles selon lʼangle de pliage:

Jonction ou recouvrement des barres


• Jonction des barres tendues par recouvrement:

Expression de calcul de la longueur de recouvrement :

DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 17


ˆ # ˆr l u r u ؤ
18

Ou:
ˆ # ˆr r u z ؤ
• Jonction des barres tendues par soudage:

• Jonction des barres tendues par manchon:

• Jonction des barres comprimées: La jonction des barres comprimées peut être assurée
par le recouvrement simplement, mais aussi la jonction directe peut être admise sous

réserve que les barres soient convenablement fixées afin quʼaucun déplacement

relative ne se produise lors du bétonnage.


Problème de la poussée au vide:
• Mode de rupture à éviter :

Dispositions et possibilités du bétonnage correct


• Epaisseurs dʼenrobage:
• 5 cm : Ouvrages exposés à la mer, aux embruns ou aux atmosphères très agressives
• 3 cm : Parois soumises à des actions agressives, intempéries ou à des
condensations;

DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 18


19
• 1 cm : Parois dans un local couvert et clos et non exposées aux condensations.
• Espacement vertical entre armatures :
: ˆ © g ª gs P Qg
)¥ ¦§ ¨u© : mè g © r © r © sgˆ
∅: mè ˆ′ m g
• Espacement horizontal entre armatures :

)¬ ¦§ - , . u©

• Espacement entre lʼarmature et le parement de lʼélément :

® # ¦§ X∅

• Pour les dalles et voiles en béton armé:


¯ˆ z
¬
s©. C
• Pour les poutres en béton armé:
⁄I
°žA¦±—. z %± ¨ ¯ˆ s©.
‚C ⁄ C
• Schématiquement :

DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 19


20
• Nombre de [(k) barres] dʼarmatures pour le lit inférieur dʼune poutre en béton
armé :

DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 20


21
Terminologie de ferraillage
• Ferraillage des dalles :

• Ferraillage des poutres :

DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 21


22
3. TRACTION SIMPLE DES TIRANTS EN BETON ARME

Armatures longitudinales et transversales en zone de recouvrement


• Etat limite de service (ELS) :

# #
pr ³. v
r ²r ms

• Etat limite ultime (ELU) :

g # #
pg ³. v
ms

• Condition dʼarmatures transversales en zone de recouvrement:

• z z
.
´.∅ˆ s© .›rg

#∑ : somme des sections des armatures dʼâme; : petite dimension de lʼélément

tendu.
4.. COMPRESSION SIMPLE DES POTEAUX EN BETON ARME
4.1. Pré-dimensionnement en compression simple ou compression centrée
• Pré-dimensionnement théorique :

³
µ.pg
‚g tC,v .
C,{ CC

¶A ‒ section réduite; · ‒ coefficient de correction dépendant de lʼélancement

mécanique.

• Condition de participation de toutes les armatures à la compression simple :


¸zI ⟹µ# ,
• Pré-dimensionnement pratique :

³ #
, .pg
‚g tC,v .
C,{ CC

DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 22


23
4.2. Flambement d’un élément en béton armé soumis à la compression simple
• Longueur de flambement :

• Grandeur théorique caractéristique du risque de flambement : Elancement ¹ :

• Calcul général du calcul de lʼélancement ¹ des sections carrées ou rectangulaires:

• Calcul général de lʼélancement ¹ des sections circulaires:

4.3. Armatures longitudinales des éléments en BA soumis à la compression simple


• Force équilibrée par le béton:

p‚ #
³ . ‚g
C,{

• Force équilibrée par les armatures longitudinales:

pr #
µ.pg Žp‚
C,v
µ# l C, ¸/I
DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 23
24
• Plage de la section dʼarmatures longitudinales :

z # z m º
pr
ms r

• Valeurs des sections minimales et maximales dʼarmatures dans un élément soumis à

la compression simple:
# m º * wum ⁄m Pé mè ; C, ∗ ³⁄ CC +
» ms
m º # . ³⁄ CC
(47)

4.4. Armatures transversales et recouvrement des armatures longitudinales

• Diamètre des armatures transversales:


. ∅ˆ s© z∅ sr. z mm
I

• Espacement des armatures transversales:


. ∅ˆ s©.m s
• z m s - l Cum
wCum
• Le recouvrement des aciers longitudinaux:
ˆ C, y. ˆr
• Espacement des armatures transversales dans la zone de recouvrement:
•ª #
ˆ Žw∅ˆ

DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 24


25
5. FLEXION SIMPLE DES POUTRES EN BETON ARME

5.1. Généralités

a. Principe de fonctionnement d’une poutre en flexion simple:


• Le béton reprend les efforts de compression
• Les aciers reprennent les efforts de traction

b. Hypothèses générales caractéristiques de l’ELU et l’ELS


• Les déformations unitaires du béton sont proportionnelles à lʼéloignement de
la fibre considérée à lʼaxe neutre.
• La déformation unitaire de lʼarmature est la même que la déformation unitaire
du béton de même ordonnée.
• La résistance à la traction du béton est négligée.
c. Hypothèses de calcul caractéristiques de l’état limite ultime (ELU)
• Les sections normales à la fibre moyenne, planes avant déformation restent
planes après déformations (hypothèse de Navier).
• Il nʼy a pas de glissement relatif entre les armatures et le béton.
• La résistance à la traction du béton est négligée.
• Les diagrammes déformations-contraintes sont définis pour le béton en
«compression» et en «traction et compression» pour lʼacier.
• Le diagramme des déformations limites dʼune section satisfait à la règle des 3
pivots
Règle des 3 pivots

DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 25


26

• Prise en compte des pivots:

• Paramètre “ pratique:
&# , ¾ ¿ } ¿ . $À• ¤
• Moment réduit $À• :

$À• #
Á•
ÀC .• .BÀ•

• Moment réduit limite:

ˆg # ˆg
ÀC .• .BÀ•

ˆg : Moment virtuel engendrant × # C‰ et ÃÀ® # I, ‰ ou moment

limite ³

ˆg # ³ # C, vy. ‚C . . ‚g

• Valeurs pratiques du moment réduit limite:


C, ICC ⟺ M qwCC
ˆg # ,
C, x ⟺ M q CC

DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 26


27
5.2. Section rectangulaire sans aciers comprimés à l’ELU
• Section en flexion:

• Etat dʼéquilibre:
‚g z ˆg
• Armatures longitudinales:
Æ• #
Á•
KÀ .B)•
• Bras de levier entre la force de traction et la force de compression à lʼELU:
KÀ # • ¿ C, w. &
• Condition de non fragilité:
Æ # C, I. . ÀÇ . •
Bž v
%± B)

5.2. Section rectangulaire sans aciers comprimés à l’ELS


• Section fléchie à lʼELS:

• Etat dʼéquilibre:
Âr z  ‚
• Moment réduit à lʼELS:

Âr # r
‚ . .²
Èr

DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 27


28
• Moment réduit résistant à lʼELS:

Â È .
# .“ ¿
È

‚ I
• Paramètre “ à lʼELS:

È #


È ‚u

È ‚u t²
Èr

• Contrainte admissible du béton en compression:


È ‚u # C, y.
² u v

• Armatures longitudinales à lʼELS:

r # r
R‚ .²
Èr

• Bras de levier entre la force de traction et force de compression à lʼELS:

R‚ # .
wC.Âr t
y w.Âr t

• Condition de non fragilité:

ms # C, I. v
.‚ .
5.3. Section rectangulaire avec armatures comprimées à l’ELU
• Section en flexion:

• Condition dʼétat dʼéquilibre


‚g ˆg
• Armatures longitudinales comprimes pour une section à armatures doubles à lʼELU:
ª
g # gŽ ˆg
Ž É .²ru

• Moment limite à lʼELU:

ˆg # ˆg . ‚ . . ‚g

DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 28


Contrainte équivalente des aciers comprimés Ê—®) :
29

*{. –. B® v ¿ ˪ I. B® v l w ; wI ÁL¦ + ⟺ ¡) ¢ CC
Ê—®) # %±
*{. –. B® v ¿ C, {. Ë I. B® v l w
ª
; IwvÁL¦+ ⟺ ¡) ¢wCC
• Rapport des hauteurs utiles:

˪ #
•É

• Rapport des moments – :

–#
Á•
Á—)A

• Armatures longitudinales tendues pour section avec aciers comprimés à lʼELU:

g # ˆg
l g.
ª ²ru
R‚ .

• Condition de non fragilité:

Æ # C, I. . ÀÇ . •
Bž v
%± B)

5.4. Section rectangulaire avec aciers comprimés à l’ELS


• Section fléchie:

• Condition dʼétat dʼéquilibre:


$—)A $AÀ
• Moment réduit pour une section avec aciers longitudinaux comprimés à lʼELS:

$—)A #
Á—)A
ÀÇ .• .Ê
È—

• Moment réduit résistant pour une section avec aciers longitudinaux comprimés à

lʼELS:

ÌÌÌÌ.
$AÀ # . “ ¿
ÌÌÌÌ

I

DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 29


ÌÌÌÌ:
• Paramètre “
30

ÌÌÌÌ #


ÈÀ®

ÈÀ® tÊ
È—

• Aciers longitudinales comprimés à lʼELS pour section avec armatures doubles:

ƪ—)A #
Á—)A ŽÁAÀ
•Ž•É .Ê—®

• Moment résistant ÁAÀ :

ÌÌÌÌ. Í ¿
ÁAÀ : # . & È À®
Î . ÀC . • . Ê
ÌÌÌÌ
&
I

• Aciers longitudinaux tendus pour une section avec armatures doubles à lʼELS:

Æ—)A # ÌÌÌÌÌ.Ê l ƪ—)A .


Á
AÀ Ê—®
KÀ È — Ê
È—

• Bras de levier entre la force de traction et la force de compression:

ÌÌÌÌ
KÀ # • ¿
ÌÌÌÌ

I
È—®
• Contraintes dans lʼarmature comprimée Ê à lʼELS:

Ê—® # È À® .

ÌÌÌÌŽËÉ

ÌÌÌÌ

• Rapport des hauteurs utiles:

˪ #
•É

• Conditions de non fragilité:

Æ # C, I. . ÀÇ . •
Bž v
%± B)
5.5. Recommandations aux sections en flexion simple
• Largeur dʼune poutre en béton armé:
C, I. • z ÀC z C, . •
• Pré-dimensionnement à lʼELU:
‚C . g
ˆg . ‚g

• Pré-dimensionnement à lʼELS:
‚C . m º * g
; g
+
ˆg . ‚g  ‚ .²
È‚u

• Section dʼarmatures considérée à lʼELS ‒ Cas de la fissuration préjudiciable (FP):

DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 30


Æ—)A ⟺ ¡) ¢ CC
31
# - ¦§ *Æ• ; Æ—)A + ⟺ ¡) ¢wCC
∅ y
• Section dʼarmatures considérée à lʼELS ‒ Cas de la fissuration très préjudiciable
(FTP):

#, r
∅ vmm

5.6. Sections en Te rectangulaire et en Te réelle.


• Description et caractéristiques géométriques:

• Largeur de table efficace:


. ˆ
# m s¨
‚ Ž‚C


C
• Distance du centre de gravité à la fibre supérieure:
Eª #
ÀC .¬ . ¬ŽÀC .¬C
*ÀC .¬t À)BB ŽÀC .¬C +
• Distance du centre de gravité à la fibre inferieure:
E # ¬ ¿ Eª
• Moment dʼinertie dʼune section en Te:
Ï # ÀC . l À)BB ¿ ÀC . ¿ ¶. E ª
¬I ¬I
I I
• Aire dʼune section en Te:
¶ # À)BB ¿ ÀC . ¬C l ÀC . ¬
• Contrainte de fissuration pour une section Te soumise à un moment positif:
Ï
ÍBžŸ. Î.E
Êž # # # BžŸ
Á• .E E
Ï Ï
• Section minimale dʼarmature pour une section en Te soumise à un moment positif:

DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 31


Æ # .
Ï BžŸ
32
%± C,v .¬.E B)
• Contrainte de fissuration pour une section Te soumise à un moment négatif:
Ï
ÍBžŸ. É Î.E É
Êž # # # BžŸ
Á• .ÐÉ E
Ï Ï
• Section minimale dʼarmature pour une section en Te soumise à un moment négatif:
Æ # .
Ï BžŸ
%± C,v .¬.E É B)
5.5.1. Section en Te rectangulaire : ELU
• Passage de lʼaxe neutre dans la table de compression :

• Etat dʼéquilibre:
Á• z ÁÑ• # À)BB . ¬C . Í• ¿ Î . BÀ•
¬C

• Section dʼarmatures longitudinales calculée selon les dispositions de calcul des


poutres de section rectangulaire mais avec considération de la largeur ÀC # À)BB :
$À• # z ˆg
Á•
À)BB .• .BÀ•
• Condition de non fragilité pour une section en Te soumise à un moment positif:
Æ• Æ # .
Ï BžŸ
%± C,v .¬.E B)
5.5.2. Section en Te rectangulaire : ELS
• Passage de lʼaxe neutre dans la table de compression:

DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 32


33
• Etat dʼéquilibre:
È— •ŽI.¬C
Á—)A z ÁÑ—)A # . . À)BB . ¬C
Ê
IC •Ž¬C

• Section dʼarmatures longitudinales calculée selon les dispositions de calcul des


poutres de section rectangulaire avec considération de la largeur ÀC # À)BB :
$—)A # z $AÀ
Á—)A
À)BB .• .Ê
È—

• Bras de levier entre force de traction et force de compression pour une section en
Te rectangulaire:

KÌÀ # • ¿
ÌÌÌÌ

I
ÌÌÌÌ:
• Paramètre “

ÌÌÌÌ #


ÈÀ®

ÈÀ® tÊ
È—

• Condition de non fragilité pour une section en Te soumise à un moment positif:

Æ—)A Æ # .
Ï BžŸ
%± C,v .¬.E B)

5.5.3. Section en Te réelle : ELU


• Passage de lʼaxe neutre dans lʼâme de la poutre:

• Etat dʼéquilibre par rapport au moment de référence:

Á• ÁÑ• # À)BB . ¬C . Í• ¿ Î . BÀ•


¬C

• Moment repris par lʼâme de la poutre (1) de section purement en Te:

Á• # Á• ¿ ÁÑ• .
À)BB ŽÀC
À)BB

• Armatures longitudinales tendues dʼune section purement en Te :

Æ• # l
Á• À)BB ŽÀC .¬C .BÀ•
KÀ .B)• B)•

DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 33


34
• Bras de levier entre force de traction et force de compression pour une section en

Te :

KÀ # • ¿
¬C

• Condition de non fragilité pour une section purement en Te soumise à un moment

positif:

Æ• Æ # .
Ï BžŸ
%± C,v .¬.E B)
5.5.4. Section en Te (en travée) réelle : ELS
• Passage de lʼaxe neutre dans la table de compression:

• Condition dʼétat dʼéquilibre:


È— •ŽI.¬C
Á—)A ÁÑ—)A # . . À)BB . ¬C
Ê
IC •Ž¬C

• Section dʼarmatures longitudinales tendues pour une section purement en Te à lʼELS:

Æ—)A #
Á—)A
KÀ .Ê
È—

• Bras de levier entre force de traction et force de compression:


C, {{• ¿ C, w. ¬C
KÀ # %± ¨ •¿
¬C

C, {I. •
• Condition de non fragilité pour une section purement en Te soumise à un moment

positif:

Æ—)A Æ # .
Ï BžŸ
%± C,v .¬.E B)

DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 34


35
6. EFFORT TRANCHANT DANS LES POUTRES FLECHIES EN BETON
ARME

• Modélisation du treillis de MÖRCH :

• Contrainte tangente conventionnelle et vérification de la section de la poutre à lʼELU:


C, . BÀ•
¬
E• ¦§ ŽL• .
œ•C # # # z œ•Ò% # %± ,
E•C E• ¦§ ŽL• .§ y
ÀC .• ÀC .•
ÀC .• ÁL¦
• Contrainte tangente conventionnelle et vérification de la section de la poutre à lʼELS:
C, . BÀ•
¬
E• ¦§ ŽL• .
œ•C # # # z œ•Ò% # %± ,
E•C E• ¦§ ŽL• .§ y
ÀC .• ÀC .• ÀC .• wÁL¦

DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 35


36
• Choix du diamètre des aciers transversaux ou des armatures dʼâme droites dʼune
poutre en béton armé:
∅ˆ s©.
∅ . z m s ¨ ⁄I
‚C / C
• Espacement dʼarmatures transversales ou dʼarmatures dʼâme droites aux appuis:
"ž #
C,{.Æž .B)
–— .ÀC . œ•C ŽC,I.Bž v
• Vérification générale du choix du diamètre et de la section dʼarmatures transversales
ou dʼâme droites:
. ÍÀ . )Î # C, wÁL¦
Æž B) œ•C ŽC,I.Bž v .Ó Æž B
ÀC ."ž –— C,{ C ."ž – — %±
• Coefficient (K):
C ↔ Õé`[__Ö×\ a\d b[e`c\d ÖØ\Z c\bc^d\
• ↔ ÙÚ\Û^[_ d^ÜbÚ\

Ô# l I. g ↔ ÙÚ\Û^[_ Z[Üb[d\\ ÖØ\Z Z[Übc\dd^[Ü
p
Œ ³. u v
‹ ¿ C. |pg | ↔ ÙÚ\Û^[_ Z[Üb[d\\ ÖØ\Z `cÖZ`^[_
Š ³. u v
• Espacement maximale dʼarmatures dʼâme droites et distance du nu dʼappui à la
position du premier cadre:
C, {.
• wCum
‹ • ,m º z m s¨
. ∅ªˆ s©.
Œ
‹• # •
Š ,
• Choix des espacements selon la suite de Caquot avec répétition de chaque
espacement autant de fois (en nombres) que représente la moitié de la portée de la
poutre concernée:
• , # *x; v; {; C; ; I; y; C; ; I ; wC+um
• Schéma de principe de ferraillage selon la suite de Caquot:

DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 36


37
• Profondeur minimale dʼappui dʼarmatures longitudinales et section minimale
dʼarmatures longitudinales (non relevées) dʼappui:

• Profondeur minimale dʼappui dʼarmatures longitudinales pour les appuis de rive:


¦C ¿ C, C I, x . E• ⁄ÀC . B® v
• Section minimale dʼarmatures (non relevées) longitudinales des appuis de rive:
Æ— –— . E• ⁄B)
• Profondeur minimale dʼappui dʼarmatures longitudinales pour les appuis
intermédiaires:
¦C ¿ C, Cw I, x . E• ⁄ÀC . B® v
• Section minimale dʼarmatures (non relevées) longitudinales dans les appuis
intermédiaires:
Æ—,) *E•,) l +. C
–—
C,{.• B)
¨
Æ—,Þ *E•,Þ l •,Þ +. — C
Á –
C,{.• B)
7. FLEXION COMPOSEE DES SECTIONS RECTANGULAIRES EN BA
7.1. Généralités

• Conditions de validité : Excentricité initiale et Centre de pression

DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 37


38
• Convention des signes en flexion composée:

7.2. Prise en compte des effets du second ordre en «flexion-compression» à l’ELU


• Excentricité (structurale) additionnelle:
um
#m º
ˆ/ C
• Excentricité du (1er) premier ordre à lʼELU:
# g,iC
l
pg
• Conséquence de lʼexcentricité du (1er) premier ordre sur le phénomène de
flambement:
¾ˆ ˆ. ⁄ ¤ m º ⟺ ˆ ß ˆ m‚ m s
C. ⁄
Et:
ˆ ˆ. ⁄ zm s ⟺ f r ˆ m‚ m s
C. ⁄
• Sollicitations corrigées de calcul à lʼELU et à lʼELS des sections en flexion
composée:
p g,r # ∑ p g,r
X
,

g,r ,iC # p g,r . l # p g,r . C


: Excentricité du (2nd) second ordre prenant en compte le fluage à :
I.ˆ ˆ. I.ˆ ˆ.
# * l à. “+ ⇢ # â l .
i qۥ
ã
Cw . Cw . i qۥ t qۥ
7.3. Dimensionnement des sections en flexion composée
7.3.1. Section partiellement tendue (cas de poteau en BA): «Flexion + Compression»

• Condition dʼexistence de flexion et de compression à lʼELS des poteaux en béton


armé en flexion composée:

DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 38


pr C: u mP rr s
39
X
r z r ˆ m # . . Í ¿ . Î . ‚C . ÌÌÌÌÌ
.² ‚u
I

• Condition dʼexistence de flexion et de compression à lʼELU des poteaux en béton


armé en flexion composée:
pg C: u mP rr s
C # l ä ,r

• Condition dʼétat dʼéquilibre (pivot c) à lʼétat limite ultime (ELU) :


$À• # z $À® # C, v. ¿ C, w.
Á•Æ ¬ ¬
ÀC .• .BÀ• • •

• Sollicitations ramenées au centre de gravité des «armatures tendues» comme


lʼindique le schéma du principe de calcul:
Á•Æ # • . *)Æ + # • . *)C l •¿ +
¬

• Schéma du principe de calcul:

• Représentation des sections dʼarmatures dans une section partiellement tendue:

• Section dʼarmatures comprimées pour une section partiellement tendue:

DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 39


# # ⇢ #
ª ª Ž ˆg ª Ž ˆg .‚C . . ‚g
40
g g
g, u g, r Ž É .²ru g, u Ž É .²ru
• Section dʼarmatures tendues pour une section partiellement tendue:
# ¿ ⇢ #Í l g, u . ² Î ¿ ²g
pg ˆg ª ²ru p
g, u g, r ²r g, u R‚ . r r

• Bras de levier (rappel):


R‚ # ¿ C, w. “
• Contrainte équivalente des armatures tendues:
m s * I. u v l w ¿ {. h. u v ; wI f + ↔ M q CC
²r #
m s *C, {. I. u v l w ¿ {. h. u v ; Iwv f + ↔ M qwCC
• Condition de non fragilité:
# C, I. . ‚C . . C ŽC,w
v .
ms
C ŽC, v .
7.3.2. Section entièrement tendue (cas de tirant en B.A): «Flexion + Traction»

• Condition dʼétat de flexion et traction:


C: žA¦®ž%DZ
® ¿ —) —%ž•) )±žA) Ò)— ¦A ¦ž•A)— ÒDZH%ž••%±¦Ò)—
• Représentation schématique générale de la section entièrement tendue à lʼELU ou à
lʼELS:

• Sections dʼarmatures longitudinales à lʼELU pour une section entièrement tendue:


#
pg .

¨
t .

#
pg .
t .
• Sections dʼarmatures longitudinales à lʼELS pour une section entièrement tendue:
#
pr .

¨
t .²
Èr

#
pr .
t .²
Èr

DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 40


41
• Critère de la section minimale pour vérification de non fragilité:
å
.ÐÉ .ÐÉ
p # . ³. ⇢p # . ³. ⇢p # . ³.
”.ÐÉ ³.Ð.ÐÉ I
v v v
CŽ ”.ÐÉ å
C ŽSͳ.Ð.ÐÉ Î.Ð W C Ž I.Ð
É É

• Conditions de non fragilité:


#
p .
m s,
¨
t .

#
p .
m s, t .
7.3.3. Section entièrement comprimée dans le cadre de la flexion composée:
«Compression»
• Condition initiale : La section est entièrement comprimée si la section des armatures
les plus comprimées (A1) est supposée connue et au cas contraire on suppose quʼelle
nulle (A1=0) dans les formules de calcul et des vérifications dans le dimensionnement
dʼune section entièrement comprimée dans le cadre de la flexion composée. Ce cas
peut surtout avoir lieu lors des calculs de vérification dʼune section soumise à la
flexion composée.

• Condition dʼétat dʼéquilibre à lʼétat limite ultime:


pg C
X
g ¿ . ¿ ª ³ # C, v. Í ¿ C, w. Î . ‚C . . ‚g
ª

• Condition dʼétat dʼéquilibre à lʼétat limite de service:


pr C
X
r ¿ ª . ²r ¿ ª Í ¿ Î . ‚C . . ² ÌÌÌÌÌ
‚u
I
• Contraintes dans les armatures et béton à lʼELS:
² # .² ÌÌÌÌÌ.
Ž É
X r ‚u
ÌÌÌÌÌ
²‚u # C, y. u v
• Armatures longitudinales calculées au travers le pourcentage mécanique dʼarmature
D :

DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 41


”# ⇢∑ # ”.
∑ . ‚C . . ‚g
42
‚C . . ‚g
• Quantité réduite dʼentrée dans les diagrammes dʼinteraction ‒ Effort normal réduit:
æ#
pg
‚C . . ‚g
• Quantité réduite dʼentrée dans les diagrammes dʼinteraction ‒ Moment fléchissant
réduit en G0:
Â# g,iC
‚C . . ‚g
• Diagramme (courbe) dʼinteraction pour FeE400:

• Diagramme dʼinteraction pour FeE500:

DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 42


43

7.4. Principe du cheminement de dimensionnement des sections rectangulaires des


poteaux en béton armé soumises à la flexion composée

1. Vérification de nécessite de calcul avec ou sans prise en compte du flambement


du poteau en béton armé ;
2. Identification du cas de flexion composée pour calcul des sections dʼarmatures
longitudinales ;
3. Calcul des sections des armatures longitudinales selon lʼéventuel état limite et
selon le cas de flexion composée considéré.
8. TORSION DES POUTRES EN BETON ARME
• Chargement et résultante des forces hors plan moyen:

• Section de calcul soumise à la torsion accompagnée dʼune flexion:

DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 43


44

8.1. Vérification du béton des éléments en béton armé soumis à la torsion


• Vérification du béton à lʼétat limite ultime (ELU):
C, .
›g # ›g! l ›gÐ z ›ˆ m # m s , ‚g
f
• Contrainte de torsion calculée avec prise en compte de lʼépaisseur de la paroi creuse
et de lʼaire de la section supposée creuse (ç):
ˆ
m g.
›g! # #
!g
.‚! .ç .‚! .ç
• Contrainte de cisaillement:
ˆ
fg.
›gÐ # #
Ðg
.‚C . .‚C .

• Vérification du béton à lʼétat limite de service (ELS):


C, . ‚g
›g # ›g! l ›gÐ z ›ˆ m # m s ,
w f

8.2. Calcul des armatures de torsion à ajouter aux armatures de flexion

• Armatures longitudinales de la torsion sur le périmètre • de lʼaire è :


. # ⇢∑ #Í Î.
∑ ˆ !g !g g
g .è ˆ .è
• Pourcentage minimale des armatures de torsion:
. C, w f
∑ ˆ
‚! .g
• Armatures transversales de torsion à ajouter aux armatures transversales de lʼeffort
tranchant:
* +! #
!g
• è.
• Pourcentage minimale dʼarmatures transversales de torsion:
. C, w f
‚C .•
• Armatures (de torsion et de flexion) combinées dans une poutre en béton armé :

DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 44


* + # * +E l * ž +Ñ
Æž Æž Æ
45
"ž "ž "ž
• Pourcentage minimale dʼarmatures (de flexion et de torsion) combinées:
. * +. C, w f
‚C •

• Espacement maximal dʼarmatures dʼâme dʼune poutre en béton armé soumise à la


torsion:
C, {.
r z m s ¨ wCum
. ∅ªˆ s©,m s
8.3. Cheminement type de calcul d’une poutre en B.A. soumise à la torsion
1. Tableau de descente des charges

2. Calcul du moment fléchissant : Mu


3. Calcul de lʼeffort tranchant : Vu
4. Calcul du couple de torsion reparti : ž•
ž• # , I . ž l , . ž

5. Calcul du couple de torsion maximal : Ñ•


m g∗ˆ
!g#

6. Vérification du béton avec prise en compte du cas de la fissuration : ›g z ›ˆ m


›g # ›g! l ›gÐ z ›ˆ m
7. Calcul de la section dʼarmatures pour la flexion avec prise en compte de la condition
des pivots ou domaine de calcul des poutres rectangulaires en flexion simple :
‚g ˆg

8. Calcul de la section dʼarmatures pour la torsion avec la prise en compte de lʼaire è


et de son périmètre g :
!g g
é #ê ë.
ˆ

DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 45


46
9. Vérification du pourcentage minimal de la section dʼarmatures de torsion :
∑ ˆ
. C, w f
‚! . g
10. Calcul des armatures transversales droites pour lʼeffort tranchant :
›g ¿ C, I. Ô. j
. # ⇢ â ã # *um ⁄um+
‚C . • h r C, { • Ð º

11. Calcul des armatures transversales droites pour la torsion :


!g
* +! . # ⇢ â ã # *um ⁄um+
• è • ! ß
12. Calcul des armatures transversales combinées ou totales :

â ã # â ã l â ã # *um ⁄um+
• • • R
Ð !
13. Vérification du pourcentage minimale des armatures transversales combinées :

.â ã ∗ C, w f
‚C • .
14. Tableau de répartition des armatures transversales pour le schéma de ferraillage :


FIN DU COURS

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUE

1. Eurocode 1. Bases de calcul et actions sur les structures


2. Eurocode 2. Calcul des structures en béton
3. Règles BAEL 91 modifiées 99
4. Bibliothèque universitaire

Vos remarques et Suggestions Email: mikeregoemmanuel@hotmail.com

DR-IR EMMANUEL MIKEREGO 46