Vous êtes sur la page 1sur 44

Colloque Le Pont Toulouse 17 et 18 octobre 2001

LE CONTRÔLE NON DESTRUCTIF APPLIQUÉ AUX


OUVRAGES EN BETON

J.P. Balayssac
Laboratoire Matériaux et Durabilité des Constructions (LMDC)
INSA-UPS Génie Civil Toulouse
Colloque Le Pont Toulouse 17 et 18 octobre 2001

Quid du Contrôle non Destructif ?


Colloque Le Pont Toulouse 17 et 18 octobre 2001

Quelle est la place du contrôle non destructif dans le diagnostic ?

L’ouvrage remplit des fonctions critères / états limites

Ces fonctions sont-elles remplies ?

AUSCULTATION : contrôle non destructif,


semi-destructif, destructif

EVALUATION DIAGNOSTIC
Intégration des informations Modèle de calcul Etat des fonctions
Respect des critères
Colloque Le Pont Toulouse 17 et 18 octobre 2001
Qu’attend-on du contrôle non destructif ?
- détection
- localisation
- définition de l’étendue d’une altération
- caractérisation (détermination du type d’altération)
- quantification de l’intensité
- suivi de l’évolution
- travail en relatif sur un ouvrage ou sur plusieurs ouvrages

Intérêt de l’inspection visuelle


- « premier » moyen de contrôle non destructif
Intérêt du couplage avec des techniques destructives
- recalage, amélioration de la quantification
Le contrôle non destructif ne constitue pas à lui seul la source
d’informations nécessaire au diagnostic
Colloque Le Pont Toulouse 17 et 18 octobre 2001
Que recherche-t-on ?
- Caractéristiques de l’ouvrage
- mesures d’épaisseur (d’élément ou d ’enrobage)
- positionnement du ferraillage ou des câbles de précontrainte
- dimensionnement du ferraillage
- Caractéristiques du matériau
- évaluation de la résistance mécanique
- détermination de la porosité
- détermination de l’hygrométrie interne
- Recherche d’éléments pathologiques
- vides et hétérogénéités (localisation, dimension)
- fissuration débouchante (localisation, dimension)
- délamination
- Caractérisation du vieillissement
- corrosion des aciers de ferraillage (localisation, quantification)
- pénétration d’agents agressifs (CO2, chlorures…)
- évolution de la solution interstitielle
Colloque Le Pont Toulouse 17 et 18 octobre 2001

Quelques méthodes de contrôle non destructif

- soniques et ultrasoniques
- électriques
- magnétiques
- électromagnétiques
- par thermographie infrarouge
- radioactives
Colloque Le Pont Toulouse 17 et 18 octobre 2001

Quelques méthodes de contrôle non destructif

Soniques et ultrasoniques
Colloque Le Pont Toulouse 17 et 18 octobre 2001
Les méthodes soniques et ultrasoniques

Propagation d’ondes

Principe : une onde est émise sur la surface de la structure


(généralement par un choc mécanique) et sa réponse est analysée soit de
façon temporelle soit par le biais d’une analyse fréquentielle

Techniques disponibles :
- vitesse de propagation
- impact-echo
- pulse-echo
- analyse spectrale des ondes de surface
- tomographie sonique
Colloque Le Pont Toulouse 17 et 18 octobre 2001
Les méthodes soniques et ultrasoniques

Domaines fréquentiels - longueurs d’ondes

1 kHz < f < 1 MHz

V = 4500 m/s

4.5 m < l < 4.5 mm

Fréquence usuelle : 150 kHz l = 3 cm


Colloque Le Pont Toulouse 17 et 18 octobre 2001
Les méthodes soniques ou ultrasoniques

Technique impact-echo
Domaines d’utilisation :
- mesure d’épaisseur
- recherche de discontinuités
- recherche de vides

En cours de développement :
- recherche de défauts d’injection dans les gaines de
précontrainte (LCPC Nantes)
Colloque Le Pont Toulouse 17 et 18 octobre 2001
Les méthodes soniques ou ultrasoniques

Principe de la technique impact-echo : estimation de la fréquence


d ’allers et retours des ondes P (réverbération) entre la surface et une interface

En supposant connue la vitesse on peut estimer la


profondeur de cette interface
Colloque Le Pont Toulouse 17 et 18 octobre 2001
Les méthodes soniques ou ultrasoniques

Tomographie sonique
Principe: technique d’imagerie consistant à représenter la
répartition spatiale de la vitesse de propagation des ondes soniques

Source
Déplacement de la source

Récepteurs

Matériau

Mesure des vitesses moyennes pour chaque trajet source-récepteur


Inversion
Cartographie des vitesses
Colloque Le Pont Toulouse 17 et 18 octobre 2001
Les méthodes soniques ou ultrasoniques

Tomographie sonique
Exemple : vérification de l’efficacité de l’injection d’un coulis dans
une dalle fissurée

Avant injection

Après injection
Colloque Le Pont Toulouse 17 et 18 octobre 2001
Les méthodes soniques ou ultrasoniques

Emission acoustique
Principe : détecter et localiser des événements acoustiques par
l’écoute passive d’une structure à l’aide de capteurs spécifiques disposés en
surface

Domaines d’utilisation :
- mécanismes de rupture
- fissuration
- gel-dégel
- fragilisation par l’hydrogène
- corrosion
- mécanismes de prise
- fluage
- etc...
Colloque Le Pont Toulouse 17 et 18 octobre 2001

Quelques méthodes de contrôle non destructif

Méthodes électriques
Colloque Le Pont Toulouse 17 et 18 octobre 2001
Les méthodes électriques

Techniques disponibles :
- potentiel de corrosion
- résistivité électrique

- résistance de polarisation (vitesse de corrosion)


- impédance
Colloque Le Pont Toulouse 17 et 18 octobre 2001
Les méthodes électriques

Potentiel de corrosion
Objectif : détection des armatures corrodées

Principe : détection en surface des variations de potentiel électrique


fonction du potentiel d’électrode de l’armature située à proximité dans le béton

Mesure du potentiel de Electrode de référence


corrosion Cu/CuSO4
mV
Déplacement de
l’électrode

Surface du béton

Lignes
équipotentielles

Vabs1 Vabs2
Acier
Béton Variation du potentiel le long de l’armature
Colloque Le Pont Toulouse 17 et 18 octobre 2001
Les méthodes électriques
Potentiel de corrosion

Potentiel de corrosion Cu/CuSO4 [mV] Probabilité de corrosion


> -200 < 10 %
-200 à - 350 50 % (corrosion incertaine)
- 350 à - 500 50 % à 90 %
< - 500 > 90 %

Remarque : la mesure est souvent associée à celle de la résistivité


présentée ensuite
Colloque Le Pont Toulouse 17 et 18 octobre 2001
Les méthodes électriques

Résistivité
Principe : on génère un champ électrique par injection d’un
courant et on mesure le potentiel résultant de ce champ électrique qui dépend
de la résistivité du béton

I
Sonde Wenner

V a
Surface du béton

Lignes
équipotentielles Lignes de courant
Béton r
Colloque Le Pont Toulouse 17 et 18 octobre 2001
Les méthodes électriques
Résistivité

Résistivité électrique [k W.cm] Niveau de risque de corrosion


> 20 Faible
10 - 20 Faible à modéré
5 - 10 Fort
<5 Très fort

Objectif : détection de zones à risque vis à vis de la corrosion


(faible résistivité)

En cours de développement : caractérisation de


l’endommagement du béton d ’enrobage
Colloque Le Pont Toulouse 17 et 18 octobre 2001

Quelques méthodes de contrôle non destructif

Méthodes magnétiques
Colloque Le Pont Toulouse 17 et 18 octobre 2001
Les méthodes magnétiques

Principe : On génère un champ magnétique basse fréquence à la


surface du béton. On quantifie la modification du champ magnétique due à la
présence des armatures.

Objectifs :
- détection des armatures
- localisation
- mesure du diamètre
Techniques disponibles :
- pachomètre
- Ferroscan
Colloque Le Pont Toulouse 17 et 18 octobre 2001

Quelques méthodes de contrôle non destructif

Méthodes électromagnétiques
Colloque Le Pont Toulouse 17 et 18 octobre 2001
Les méthodes électromagnétiques (RADAR)

Technique RADAR type GPR impulsionnel


Principe : on génère une onde électromagnétique haute
fréquence à la surface du matériau et on analyse sa réflexion ou son atténuation
Domaines d’utilisation :
- mesure d’épaisseurs
- localisation de ferraillages et de gaines de précontrainte
- localisation de vides et de discontinuités
En cours de développement :
- caractérisation physico-chimique du béton (LMDC)
- teneur en eau
- teneur en ions chlorures
- détection de zones corrodées
Colloque Le Pont Toulouse 17 et 18 octobre 2001
Les méthodes électromagnétiques (RADAR)

Technique RADAR type GPR impulsionnel (500 MHz < f < 2.5 GHz)

Domaines fréquentiels - longueurs d’ondes

f0 = 1.5 GHz f0 = 0.9 GHz

- béton sec : l » 12 cm - béton sec : l » 20 cm

- béton saturé : l » 8 cm - béton saturé : l » 13 cm

c
v = avec c = 3.108 m/s
e r'
er ’ : constante diélectrique dépendant entre autres
de la teneur en eau
Colloque Le Pont Toulouse 17 et 18 octobre 2001
Les méthodes électromagnétiques (RADAR)
Propagation d’une onde RADAR dans un milieu multicouche

Antennes Radar de surface

E R
Amplitude du champ électrique
Couche de S1
roulement S1
S2
S S3 e1 t1

S2

Béton e2 t2

S3
Armatures

Profondeur º Temps
Colloque Le Pont Toulouse 17 et 18 octobre 2001
Les méthodes électromagnétiques (RADAR)
Seuillage des radargrammes, juxtaposition et tracé de la coupe temps

Seuil

Ligne de profil (déplacement de l’antenne)


Interface Asphalte-Béton

Temps = Profondeur

Armatures
(lit supérieur)

Armatures
Signal Trace (lit inférieur)
Colloque Le Pont Toulouse 17 et 18 octobre 2001
Les méthodes électromagnétiques (RADAR)
Comparaison de résultats obtenus avec deux antennes différentes
0.0

4.00
1.5 GHZ

8.00

0.0

4.00
0.9 GHZ

8.00
Colloque Le Pont Toulouse 17 et 18 octobre 2001
Les méthodes électromagnétiques (RADAR) Activités de recherche LMDC

Dans le cadre d’un projet de recherche intitulé :

Utilisation du RADAR comme nouvel outil de contrôle non


destructif des ouvrages d’art

Soutenu financièrement par :


- Conseil Régional de Midi-Pyrénées
- Ministère de la Recherche (Doctorat de S. Laurens)

En partenariat avec:
- Société GETEC (Mrs Bisaro et Tridon)
- ONERA Centre de Toulouse (département électromagnétisme
et RADAR)
Colloque Le Pont Toulouse 17 et 18 octobre 2001
Les méthodes électromagnétiques (RADAR) Activités de recherche LMDC
Détection de zones corrodées dans des tabliers de pont en béton armé
Antennes Radar de surface

E R
Amplitude du champ électrique
Couche de S1
roulement S1
S2
S S3 e1 t1

S2

Béton e2 t2

S3
Armatures

Profondeur º Temps

Analyse de l’atténuation du signal réfléchi à l’interface asphalte-béton (S2)


Colloque Le Pont Toulouse 17 et 18 octobre 2001
Les méthodes électromagnétiques (RADAR) Activités de recherche LMDC
Détection de zones corrodées dans des tabliers de pont en béton armé

Potentiel Indice de Corrosion


de corrosion Radar

-700 mV < Ecorr < 0 mV 0 < ICR < 35


Colloque Le Pont Toulouse 17 et 18 octobre 2001
Les méthodes électromagnétiques (RADAR) Activités de recherche LMDC
Détection de zones corrodées dans des tabliers de pont en béton armé
0 0

25 25

Potentiel de Indice de corrosion


corrosion RADAR
50 50

Zones sombres 75 75
Zones sombres

row
row

Ecorr < -350 mV ICR < 17

100 100

125 125

150 150

123456 2 04162 810


345
012345

col col
Colloque Le Pont Toulouse 17 et 18 octobre 2001
Les méthodes électromagnétiques (RADAR) Activités de recherche LMDC

Caractérisation du béton d’enrobage - Variations de teneur en eau ou en ions chlorures

Antennes Radar
E R

Béton S1
S2
Film d’aluminium S3
adhésif
Amplitude du champ électrique

20K

Temps (ns)
0.0

-20K

Onde directe Réflexion du fond Réverbération


S1 S2 S3
Colloque Le Pont Toulouse 17 et 18 octobre 2001
Les méthodes électromagnétiques (RADAR) Activités de recherche LMDC
Caractérisation du béton d’enrobage - Variations de teneur en eau ou en ions chlorures
8
Réflexion - S2 S2 - sans hydratation
Amplitude normalisée par rapport à l'amplitude
7
Onde directe - S1 S1 - sans hydratation

6
2
R = 0,967
5
initiale [dB]

B
4
2
R = 0,995
3
A
2

0
0 5 10 15 20 25 30 35

Diminution moyenne absolue de l'humidité relative (%)

Variation d’amplitude des ondes RADAR en fonction du séchage


Colloque Le Pont Toulouse 17 et 18 octobre 2001
Les méthodes électromagnétiques (RADAR) Activités de recherche LMDC
Caractérisation du béton d’enrobage - Application à l’intrados d’un tablier de pont
Position du rail
de sécurité
SUD

Zone d’humidité Tablier Zone d’humidité


relevée lors de Sud relevée lors de
l’inspection visuelle l’inspection visuelle

Tablier Nord
--
Vue de dessous

NORD
Colloque Le Pont Toulouse 17 et 18 octobre 2001

Quelques méthodes de contrôle non destructif

Thermographie infrarouge
Colloque Le Pont Toulouse 17 et 18 octobre 2001
La thermographie infrarouge

Principe : détection des gradients de température existant à la surface


d’une structure dans le domaine de l’infrarouge (2 < l < 20 µm)

Moyens disponibles :
- radiomètres (mesures ponctuelles)
- scanners (mesures linéaires)
- caméras (mesures surfaciques)

Défaut (résistif thermiquement)


Grad(T)

Tâche froide
Colloque Le Pont Toulouse 17 et 18 octobre 2001
La thermographie infrarouge

Applications :
- détection de délaminations dans des tabliers de pont
- détection de vides derrière l’extrados de tunnels (SNCF)
- détection de décollements de revêtements
- localisation de câbles de précontrainte (par excitation thermique)

Exemple : localisation d’un câble de précontrainte


Colloque Le Pont Toulouse 17 et 18 octobre 2001

Quelques méthodes de contrôle non destructif

Méthodes radioactives
Colloque Le Pont Toulouse 17 et 18 octobre 2001
Les méthodes radioactives (rayonnement X ou gamma)

Principe : transmission au travers du matériau d’un rayonnement


ionisant de haute énergie (10-9 < l < 10-5 m)

- très faibles longueurs d’ondes, bon pouvoir de résolution


- profondeurs d’investigation relativement importantes
- détection de défauts d’injection dans les gaines possible

- nécessité d’avoir accès à deux faces (transmission)


- appareillages lourds et coûteux
- rayonnements ionisants périmètre de protection
Colloque Le Pont Toulouse 17 et 18 octobre 2001

Les actions nationales en cours


pour le développement du CND
Colloque Le Pont Toulouse 17 et 18 octobre 2001

Groupe de Travail AFGC-COFREND

« Méthodologie d’évaluation non destructive de l’état d’altération des


ouvrages en béton armé »

Date de création : septembre 2000

Date de clôture : septembre 2002

Animateurs : Odile ABRAHAM (COFREND) Denys BREYSSE (AFGC)

Objectif : rédaction (en cours) d’un guide méthodologique d’utilisation des


techniques de CND à usage des différents acteurs de l’END

Participants : EDF, SNCF, SANEF, LCPC, CEBTP, laboratoires de


recherche,...
Colloque Le Pont Toulouse 17 et 18 octobre 2001
Projet de recherche et développement intitulé :
« Evaluation de la dégradation du béton d’enrobage et aide au
diagnostic et à la réparation des ouvrages »

Approuvé par le Réseau Génie Civil et Urbain

En partenariat avec :
- Société GETEC
- ONERA Centre de Toulouse
- LCPC de Nantes/LRPC Toulouse
- Université de Bordeaux
- Université de Lille/Ecole Centrale de Lille
- Société SOVEP (Lille)
- LERM Arles
- SETRA
Colloque Le Pont Toulouse 17 et 18 octobre 2001

Projet de recherche approuvé par le réseau Génie Civil et Urbain

Société porteuse du projet : GETEC


Durée du projet : 3 ans
2 doctorants associés au projet
Plusieurs techniques envisagées :
- RADAR
- Ondes acoustiques (ondes de surface et impact-echo)
- Résistivité
- Techniques capacitives