Vous êtes sur la page 1sur 2

Fatigue des matériaux et des structures

Objectifs :

L'objectif du cours est de donner des méthodes d'analyse et de dimensionnement de structures


subissant les phénomènes de fatigue et de fissuration. Le cours est illustré par de nombreux
exemples d'applications industrielles issues des domaines des transports (automobiles, ferroviaires
et aéronautiques), de l'énergie et du génie civil.

À la fin de ce cours, l'élève saura :

- ce qu'est le phénomène de fatigue (cause de 80% des accidents mécaniques)

- reconnaître les différents types de fatigue (à grand et à faible nombre de cycles)

- dimensionner à l'apparition de fissure de fatigue

Il maîtrisera les concepts suivants :

- contraintes résiduelles

- états limites de structures sous chargements cycliques

- critères de fatigue multiaxiale (Dang Van, type plan critique, etc.)

- énergie dissipée

- les méthodes d'estimation de durée de vie à l'apparition de fissure

Descriptif détaillé :

Un grand nombre d'accidents catastrophiques dans le domaine de l'aviation, de l'aérospatial et d'une


manière générale du génie industriel, a pour origine la fissuration et la rupture de pièces
mécaniques. L'une des principales causes d'amorçage de fissuration est la fatigue des matériaux et
des structures. Celle-ci peut survenir sur toute structure soumise à des chargements variables.

Or les structures mécaniques sont toujours soumises à des chargements thermomécaniques


variables (cycliques ou aléatoires) : charges roulantes, vibratoires, rotatives.

Ainsi, les rails subissent les charges roulantes, leurs fluctuations, les variations de températures entre
le jour et la nuit, entre l'été et l'hiver. Les éléments des centrales nucléaires sont soumis aux cycles
marche-arrêt ; les tuyauteries connaissent, dans les zones de mélange entre les fluides chauds et
froids, des sollicitations thermiques aléatoires. Les avions, entre plus des cycles atterrissage-
décollage, subissent des turbulences, des fluctuations d'efforts dus au vent, tout comme les
différents ouvrages d'art.
Des ruptures peuvent apparaître après un nombre très élévé de cycles de sollicitations sans aucun
signe extérieur de dommage, alors même que la structure travaille dans le domaine élastique : on
parle dans ce cas de fatigue à grand nombre de cycles. En régime plastique, la fatigue apparaît plus
rapidement ; on la qualifie alors de fatigue à faible nombre de cycles.

Aussi, ce cours débutera par le problème de l'amorçage de fissures de fatigue. Un historique de la


fatigue sera effectué afin de mieux illustrer les difficultés rencontrées dans la formulation de critères
fiables ainsi que dans le dimensionnement de structure à la fatigue.

On verra aussi, qu'au niveau macroscopique la nature de la fatigue susceptible de survenir est
fonction de l'état stabilisé de déformations plastiques. Lorsque ces dernières sont importantes, il y a
risque de fatigue oligocyclique (ou fatigue à faible nombre de cycles), alors que dans le cas où elles
sont négligeables il y a plutôt risque de fatigue polycyclique (à grand nombre de cycles).

Ceci nous amènera naturellement à étudier les états asymptotiques de structures élastoplastiques

soumises des chargements cycliques. Trois types d'états stabilisés (adaptation, accommodation ou
rochet) sont possibles. Une condition suffisante d'adaptation sera donnée. Elle est d'une importance
primordiale pour la suite du cours, aussi bien au niveau macroscopique dans la formulation locale du
critère de fatigue (de Dang Van).

Ensuite, on s'intéressera la fatigue polycyclique des métaux. Une présentation des critères classiques
sera faite. Elle permettra de souligner leurs insuffisances, et de montrer la nécessité de tenir compte
du trajet de chargement. Celle-ci sera réalisée au moyen de l'approche macro-micro proposée par
Dang Van.

Enfin, une introduction au problème de la fatigue à faible nombre de cycles viendra clore cette
première partie du cours. Elle donnera aux élèves des notions permettant la détermination de la
durée de vie des structures travaillant dans le régime plastique.